Version classiqueVersion mobile

Lire, copier, écrire

 | 
Élisabeth Decultot

Introduction

L’art de l’extrait : définition, évolution, enjeux

Élisabeth Décultot

Texte intégral

  • 1 Des travaux ont montré l’importance de ces recueils de notes pour des écrivains majeurs du xvie et (...)

1Si l’histoire de la lecture fait désormais partie des domaines privilégiés de la recherche, un aspect majeur de cette histoire, pourtant, est resté jusqu’à ce jour peu exploré : l’art de « l’extrait » (excerptum en latin, Exzerpt en allemand, excerpt ou extract en anglais, estratto en italien) – autrement dit, l’art de constituer des recueils de notes de lecture. Substituts commodes de bibliothèques plus vastes, ces recueils ont exercé une influence cruciale sur la littérature européenne entre le XVIe et le XIXe siècle. Dès leur période de formation, tous les lettrés européens étaient appelés à composer eux-mêmes ces bibliothèques privées et choisies, ou encore, pour les plus riches d’entre eux, à en déléguer la rédaction à quelque secrétaire. Disponibles à tout moment, enrichis à chaque lecture d’informations nouvelles, ces carnets étaient à la fois le témoin et la source de leur activité intellectuelle. C’est à cette matrice que se sont alimentés non seulement les plus grands humanistes, mais aussi les écrivains des siècles ultérieurs1. L’objet du présent ouvrage est d’éclairer le rôle précis de ces magasins de lecture dans la production littéraire du xviiie siècle.

  • 2 Cet art de la lecture a fait l’objet de plusieurs études partielles, portant tantôt sur un auteur p (...)
  • 3 Pline le Jeune, lettre à Baebius Macer, in id., Lettres, texte établi et trad. par Anne-Marie Guill (...)
  • 4 Outre l’article d’Anthony Grafton dans le présent volume, on pourra consulter pour la période human (...)
  • 5 Pour la pratique et l’histoire des adversaria au XVIe siècle, cf. J.-M. Châtelain, « Les recueils d (...)
  • 6 Cicéron, Pour Quintus Roscius le comédien, texte établi et trad. par H. de la Ville de Mirmont, Par (...)
  • 7 A. Turnèbe, Adversariorum tomus primus, Paris, 1564.
  • 8 Ann Moss, Les Recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, op. cit., notamment p (...)

2 L’art de l’extrait existe depuis l’Antiquité2. C’est lui qui est à l’origine de l’œuvre colossale de Pline l’Ancien par exemple : « On lui lisait un écrit, il l’annotait et en extrayait des passages. Car de toute lecture, il tirait des extraits. Il affirmait même qu’il n’est pas de livre si mauvais qui ne puisse être utile par quelque endroit. […] Telle est l’application qui lui a permis d’achever tous les ouvrages que vous savez et de me laisser cent soixante recueils d’extraits couverts recto et verso d’une écriture serrée. » Cicéron dit avoir recouru à l’usage des excerpta pour la rédaction de son De inventione et Quintilien mentionne cette pratique comme courante dans l’exercice rhétorique3. Reprise au Moyen Âge sous des formes diverses, cette technique jouit à la Renaissance d’une faveur particulière4. De fait, l’essor rapide des études antiques puis la multiplication des ouvrages imprimés obligent le lettré à constituer des carnets de lecture, vastes entrepôts de notes qui revêtent alors deux formes principales : celle des recueils de lieux communs et celle des collections d’adversaria. Le premier de ces deux genres, répandu dès les débuts de l’époque humaniste, se distingue du second par son organisation rigoureuse. Les citations glanées au fil des lectures y sont rangées sous diverses rubriques, les « lieux », qui, obéissant à une topique précise, permettent de retrouver rapidement tel passage de tel auteur. Ces recueils d’extraits, essentiellement tournés vers l’usage futur, sont destinés à accompagner les grandes étapes de l’activité rhétorique. Ils peuvent tout d’abord servir à l’inventio en procurant, sous forme d’arguments ou d’anecdotes par exemple, la matière du discours. Ils peuvent aussi être utilisés pour l’elocutio, c’est-à-dire pour la mise en forme et l’ornementation du discours, en fournissant une série de figures (métaphores, comparaisons, etc.) destinées à être soit littéralement reprises, soit plus lointainement imitées. Quant aux collections d’adversaria, dont la vogue éditoriale ne commence que dans la seconde moitié du XVIe siècle, elles obéissent au contraire à une composition fondamentalement aléatoire5. Les extraits – le plus souvent agrémentés des réflexions qu’ils suscitent – y sont rassemblés dans le désordre qu’impose la libre succession des lectures. Beaucoup plus que les recueils de lieux communs, les adversaria portent donc la marque du sujet lisant. Ils disent le cheminement tâtonnant de ses pensées et le cours fluctuant de ses humeurs. Moins tournés vers la conservation et la reproduction fidèle du texte lu que vers la confrontation avec son contenu, ils témoignent déjà d’une activité critique, préludent à un travail herméneutique. Dès l’Antiquité, ces deux types de recueils ont été présentés comme complémentaires. Dans le Pro Quinto Roscio comoedo, Cicéron définit les adversaria comme le « brouillard » du commerçant, c’est-à-dire comme le livre où les opérations comptables sont consignées à mesure qu’elles se font, par opposition aux registres (codices ou tabullae) qui, mois par mois, ordonnent et mettent au propre ces notes – une image amplement reprise par les humanistes du XVIe siècle6. Signe de leur succès, ces cahiers originellement manuscrits n’ont pas tardé à faire l’objet de publications à la Renaissance. Si les recueils d’adversaria ne prolifèrent qu’à partir de 1564, à la suite de la publication d’Adrien Turnèbe7, on trouve en revanche dès le XVe siècle de nombreuses collections d’extraits s’apparentant aux recueils de lieux communs : florilèges, anthologies, chrestomathies se multiplient, auxquels succéderont rapidement de nombreuses éditions de loci communes à partir du début du XVIe siècle8. L’extrait est l’arme dont l’érudit doit impérativement se doter pour parvenir à dominer la masse exponentielle des ouvrages consultés.

  • 9 Cf. R. R. Bolgar, The Classical Heritage, op. cit., pp. 268-275 et Ann Moss, Les Recueils de lieux (...)

3Dès le départ. l’ars excerpendi s’accompagne d’une production pédagogique importante, dont les premiers témoignages, venus des disciples de Chrysoloras (vers 1350-1415), sont à chercher au tournant du XIVe et du XVe siècle. Avec Gasparino Barzizza (1360-1430), qui semble être l’un des premiers à mentionner cette technique, Guarino de Vérone (1374-1460) suggère de répartir les extraits recopiés en deux types de recueils, le premier, « méthodique », dévolu aux formes rhétoriques glanées au cours des lectures, le second, « historique », rassemblant la substance générale de l’information. Développé et diffusé avec zèle par ses successeurs – Lorenzo Valla, Agostino Dati –, l’art de l’extrait s’impose comme un pilier fondamental des études humanistes. Dans la seconde moitié du XVe siècle, Rodolphe Agricola (1444-1485) lui apporte un tribut important en territoire germanique. Pour prévenir les risques de désordre qui menacent les recueils « historiques » de Guarino, il recommande de classer leur contenu sous diverses rubriques, les loci, rangés selon une taxinomie rigoureuse. Au XVIe siècle, deux figures ont joué un rôle majeur dans la popularisation de cette méthode : Érasme, dont le De duplici copia verborum ac rerum (1512) reprend et affine la technique des lieux exposée par Agricola, et Melanchthon, qui confère à ces lieux une fonction essentielle dans le De rhetorica libri tres (1519)9.

  • 10 Cf. l’article de Helmut Zedelmaier dans le présent volume, ainsi que : id., « Lesetechniken. Die Pr (...)
  • 11 Cf. Francis Goyet, « Encyclopédie et “lieux communs” », in Encyclopédisme, éd. par Annie Becq, Pari (...)
  • 12 Daniel Georg Morhof, Polyhistor litterarius, philosophicus et practicus, cum accessionibus virorum (...)

4Au xviie siècle, cette ars excerpendi a sensiblement évolué, tout en conservant néanmoins ses attributs essentiels : fixer et soulager la mémoire du lecteur d’une part ; fournir la substance potentielle de ses textes personnels d’autre part. Les érudits de l’humanisme tardif cherchent certes à accorder l’art de l’extrait aux conditions nouvelles de production du savoir, mais restent pour l’essentiel attachés à son principe10. Le xviiie siècle, auquel est consacré l’essentiel du présent ouvrage, joue dans cette constellation un rôle plus ambigu. D’un côté, il soumet cette tradition humaniste de la lecture à une critique acérée. D’un autre, la plupart de ses écrivains continuent néanmoins, et ce dans toute l’Europe, à se livrer avec application à la pratique de l’excerptum, non sans tenter parfois de la réformer. Balançant ainsi entre reprise et subversion de la tradition humaniste, ce siècle apparaît comme un moment particulièrement fécond pour l’art de la lecture, un moment de basculement où s’esquisse certes un rapport nouveau au texte lu, mais où s’affiche aussi la permanence de paradigmes anciens11. De tous les pays européens, l’Allemagne, gardienne de traditions érudites séculaires, est l’un de ceux qui illustrent le mieux ce conflit entre une économie ancienne et une économie moderne de la lecture. C’est pourquoi le présent volume lui accorde une place importante. C’est en effet en Allemagne que se maintient le plus fermement la tradition humaniste de la lecture, sous l’effet conjoint d’un système universitaire solidement établi, d’un modèle érudit puissant et d’une industrie du livre développée. Mais c’est aussi dans ce pays que, par réaction, on cherche fébrilement à trouver des alternatives à cet art de la lecture. Dès 1688, Daniel Georg Morhof, pourtant lui-même auteur d’une méthode de prise de notes amplement lue jusqu’au cœur du xviiie siècle, met en garde ses lecteurs contre la tyrannie de l’extrait ; en 1725, le pédagogue progressiste Friedrich Andreas Hallbauer vitupère la « maladie de l’extrait” (Excerpir-Sucht) qui s’est abattue sur les lecteurs allemands et, en 1792 encore, l’écrivain Georg Christoph Lichtenberg raille ce « comptoir de collections d’extraits » (Exzerpier-Comptoir) qu’est devenue l’Allemagne12.

Ordres et désordres de la lecture : le XVIIIe siècle et la topique humaniste

  • 13 Cf. les contributions de Sylvie Le Moël, Christian Helmreich ainsi que la mienne dans le présent vo (...)

5Dans sa pratique de l’extrait, le xviiie siècle introduit moins des modifications radicales que des déplacements sensibles d’accent. Parmi ceux-ci figure en premier lieu le principe de classification des notes de lecture. La plupart des lecteurs du xviiie siècle se distinguent en effet par une organisation très libre de leurs extraits. Winckelmann, Heinse ou encore Jean Paul ne respectent manifestement aucune taxinomie préétablie lorsqu’ils consignent leurs notes13. Ils suivent un ordre strictement personnel de classement ou encore l’ordre aléatoire de leur progression dans le livre, si tant est qu’ils suivent véritablement un ordre. Ce type d’organisation « déstructurée » n’est pas sans importance historique ni sans signification épistémologique. Il est en effet le résultat d’un changement considérable dans le rapport à la tradition humaniste de la lecture, changement qui passe précisément par une modification des principes de classification.

  • 14 Cf. sur ce point Francis Goyet, Le Sublime du lieu commun : l’invention rhétorique dans l’Antiquité (...)
  • 15 H. Zedelmaier, Bibliotheca universalis und bibliotheca selecta. Das Problem der Ordnung des gelehrt (...)
  • 16 Ibid., pp. 51-124, surtout pp. 89 sq.
  • 17 Christian Weise, Gelehrter Redner, das ist : Ausfführliche und getreue Nachricht wie sich ein junge (...)

6À l’époque humaniste, l’art de l’extrait est dominé par la tradition de la topique. Certes, dès le XVIe siècle, on voit – comme nous l’avons noté – apparaître avec les adversaria un mode fondamentalement aléatoire de prise de notes. Néanmoins sur le marché éditorial, ce modèle est resté longtemps dans l’ombre de son pendant et rival : le recueil de lieux communs. Autrement dit, l’érudit est appelé en premier lieu, lorsqu’il lit la plume à la main, à classer ses extraits selon les catégories codifiées des loci. « Spes », « Virtus », « Vitium », « Vita », « Mors », telles sont par exemple les entrées, les loci, sous lesquels pourront figurer ses notes. Bien que la tradition de la topique soit loin d’être unifiée14, ces loci présentent, dans l’acception humaniste du terme, une caractéristique fréquente : ils sont pour une large part préétablis, c’est-à-dire qu’ils ne relèvent pas d’abord de l’invention personnelle du lecteur, ne sont pas dictés par la structure contingente du texte lu, mais proviennent d’une tradition communément admise, préexistante aux préoccupations d’un individu singulier comme aux exigences d’un ouvrage précis15. Comme ce patrimoine topique est vaste, il n’exclut cependant nullement une grande liberté de choix du lecteur, qui a toute latitude pour sélectionner les loci qui correspondent le mieux à ses besoins. Dans sa Bibliotheca universalis (1545), Konrad Gessner livre plusieurs exemples de ce type de classement16. À la fin du xviie siècle, Christian Weise, qui s’inscrit encore en partie dans cette tradition, recommande de choisir des loci aisément compréhensibles, en nombre raisonnable et qui ne soient ni trop précis, ni trop généraux, de façon à permettre l’usage le plus commode possible17.

  • 18 Jeremias Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum omnium ; Excerpendi Sollertia, Omnibus litterarum (...)
  • 19 D. G. Morhof, Polyhistor litterarius, op. cit., pp. 559 et 562 (« Excerpta usui & scopo nostro acco (...)
  • 20 J.L. [= John Locke], Méthode nouvelle de dresser des recueils communiquée par l’auteur, in Biblioth (...)

7Avec le xviie siècle apparaissent néanmoins de façon de plus en plus insistante, dans diverses méthodes destinées à enseigner l’art de la lecture, des modèles de classement plus flexibles qui ne sont plus dictés par une topique préétablie, mais par les besoins personnels du lecteur et la logique interne du texte lu. Ainsi, dans son Aurifodina Artium et scientiarum (1638), un ouvrage destiné à inculquer l’excerpendi sollertia, le Bavarois Jeremias Drexel défend le droit pour l’érudit à organiser à sa guise les extraits qu’il a puisés dans la « mine d’or des arts et des sciences18 »– un motif repris à la fin du siècle par de nombreux théoriciens de l’extrait, parmi lesquels notamment Morhof19. En Allemagne, les pédagogues jésuites ont joué un rôle central dans ce mouvement d’émancipation. Pour eux, l’important est de former le judicium du jeune lecteur afin de l’armer contre l’influence des mauvais livres. Or cette faculté de discernement s’acquiert par un art individuel de la prise de notes, un art dominé non par des catégories topiques préétablies, mais par la taxinomie personnelle du sujet lisant. Cette progressive émancipation par rapport aux loci humanistes constitue un phénomène européen. Elle se retrouve notamment en Angleterre, où John Locke, précepteur de Shaftesbury et auteur d’une célèbre Méthode nouvelle de dresser des recueils (ouvrage paru pour la première fois en 1687 sans nom d’auteur et en français), préconise par exemple l’invention de rubriques efficaces, c’est-à-dire strictement adaptées aux besoins du lecteur20.

Recueils de lecture et art de la mémoire

  • 21 Cf. l’article de H. Zedelmaier dans le présent volume ainsi que : H. Zedelmaier, « Buch, Exzerpt, Z (...)
  • 22 Cf. Frances Amelia yates, The Art of Memory, London, 1966 (trad. française : L’Art de la mémoire, t (...)

8Cette mutation ne s’est cependant pas faite sans résistance. Tout au long du xviie siècle, les systèmes d’organisation privés de notes de lecture sont encore fréquemment décrits comme dangereux – et ce n’est pas sans précaution qu’on les aborde21. Si les pédagogues de la lecture, comme les lecteurs eux-mêmes, affichent à cette époque une si profonde méfiance pour les ordres souples, personnels, mobiles de la lecture, c’est que ceux-ci semblent potentiellement mettre en péril les performances d’une faculté centrale : la mémoire22. Au cœur de la discussion sur l’art de l’extrait figure donc cette question majeure : comment la prise de notes peut-elle s’accorder avec les exigences de la mémoire ?

  • 23 D. G. Morhof, Polyhistor, op. cit., p. 560.
  • 24 Platon, Phèdre, trad. et annoté par Luc Brisson, Paris. 1989, pp. 177-178 (274 c-276 a). Concernant (...)
  • 25 D. G. Morhof, Polyhistor, op. cit., pp. 560-561 : « Provocat enim legentium attentionem excerpendi (...)

9De façon remarquable, c’est par les attaques platoniciennes contre l’« oublieuse » écriture que Morhof ouvre son livre sur les cahiers d’extraits, pour les réfuter aussitôt23. À la fin du Phèdre, Socrate raconte que le dieu égyptien Theuth, inventeur de l’écriture, recommanda sa technique au roi Thamous comme adjuvant de la mémoire et support de la sagesse. Mais Thamous renvoya Theuth en disant : « Et voilà maintenant que toi, qui es le père de l’écriture, tu lui attribues, par complaisance, un pouvoir qui est le contraire de celui qu’elle possède. En effet, cet art produira l’oubli dans l’âme de ceux qui l’auront appris, parce qu’ils cesseront d’exercer leur mémoire »24. À en croire leurs détracteurs, les cahiers d’extraits, directement issus de cette culture de l’écrit, en résumeraient aussi tous les défauts : en délestant la mémoire, ils l’inciteraient à l’amnésie. Mais Morhof de rétorquer aussitôt que ce procès est injuste. Loin d’encourager l’oubli, l’extrait remplit au contraire une fonction mnémonique cruciale : il stimule l’attention du copiste et permet de fixer à jamais le passage consigné25.

10En réalité, l’opposition ici campée n’a cessé de hanter la discussion sur l’ars excerpendi depuis les débuts de l’époque moderne. C’est que l’extrait, comme l’écriture, entretient avec la mémoire une relation incontestablement équivoque. D’un côté, il la décharge, la soulage, l’allège. Promu dans une période où l’inflation de l’imprimé menaçait sérieusement de déborder les capacités mnémoniques individuelles, il avait pour fonction de suppléer leurs insuffisances. Mais d’un autre côté, et par ce fait même, il encourage la mémoire à la paresse, l’engourdit, la plonge en léthargie. L’extrait représente donc un auxiliaire indispensable en même temps qu’un danger patent pour la mémoire – une ambiguïté qui pèse en permanence sur le geste du copiste. En consignant les passages qui l’ont marqué pour ne pas les oublier, le lecteur se donne par là même la possibilité de les oublier.

  • 26 Cf. R. R. Bolgar, The Classical Heritage, op. cit., p. 272.
  • 27 Francesco Sacchini, De Ratione Libros cum profectu legendi libellus, Ingolstadt, 1614 (trad. frança (...)
  • 28 Dominique Bouhours, La Manière de bien penser dans les ouvrages de l’esprit, Paris, 1705 (1re éditi (...)

11L’humanisme des XVe et XVIe siècles a tenté de résoudre cette contradiction en recourant à l’organisation topique des notes de lecture au sein de recueils de lieux communs – une organisation dont le but est non pas de désactiver la mémoire en la délestant, mais au contraire de la stimuler en lui donnant les moyens de se souvenir. Dans une large partie de cette tradition, les extraits, une fois recopiés, doivent en effet être sans cesse relus pour être mémorisés – activité que rend précisément plus aisée la classification en loci. Ainsi, les recueils de notes ne visent pas tant à stocker des données que la mémoire aurait tout loisir d’oublier puisqu’elles sont emmagasinées dans des cahiers toujours disponibles. Ils visent au contraire – du moins idéalement – à rendre la mémoire capable, par l’organisation topique, de disposer de ces données sans repasser obligatoirement par la consultation de ces stocks écrits. C’est bien ce but que poursuit Rodolphe Agricola lorsqu’il préconise de répartir les extraits sous des loci rangés par paires d’opposés, tels « amour » et « haine », « vertu » et « vice », « savoir » et « ignorance » – un modèle taxinomique qui facilite grandement le travail d’enregistrement mnémonique26. Dans cette tradition, les recueils de lieux communs font donc davantage figure de simples adjuvants que de véritables substituts à la mémoire individuelle. Cette représentation de l’extrait reste largement vivante jusqu’à la fin du xviie siècle, comme le montrent de nombreuses méthodes de lecture, parmi lesquelles notamment celle du pédagogue jésuite Francesco Sacchini publiée à Ingolstadt en 1614 et traduite en français en 178627. C’est à cet usage mnémonique de l’extrait que se réfère aussi Dominique Bouhours lorsqu’il dresse le portrait du sage Eudoxe, interlocuteur de Philanthe, dans La Manière de bien penser dans les ouvrages de l’esprit : « Eudoxe ne s’est pas contenté de lire ses livres, il en a fait des extraits qu’il relit de temps en temps ; si bien que les choses luy sont fort présentes, & qu’il sçait presque par cœur tous les beaux endroits de son recueil28. »

  • 29 Cf. Markus Krajewski, Zettelwirtschaft : Die Geburt der Kartei aus dem Geiste der Bibliothek, Berli (...)
  • 30 Cf. l’article de Catherine Volpilhac-Auger dans le présent volume.
  • 31 Cf. l’article de H. Zedelmaier dans le présent volume. D. G. Morhof fait l’éloge du scrinium litter (...)
  • 32 Cf. l’article de Klaus Weimar dans le présent volume.

12Dès le début du xviie siècle apparaissent cependant des mises en garde énergiques contre une possible déconnexion entre l’extrait et la pratique de la mémoire. À cette époque commencent en effet à éclore des techniques de classement plus flexibles, éloignées des topiques traditionnelles et donc aussi de la pratique de l’ars memoriae. Ces nouveaux systèmes tendent à transformer les recueils d’extraits traditionnels en véritables fonds d’archives personnels, en magasins de notes d’une envergure telle qu’il ne s’agit plus d’abord de les mémoriser dans leur totalité, de les tenir sans cesse présents à la mémoire vive, mais bien plutôt de les stocker, de les mettre en dépôt pour un possible usage futur. Dans le travail du copiste, l’accent est désormais mis sur les outils les plus appropriés de classification, les index, les tables, les registres de noms propres ou de matières – dans le but de rendre le plus commode possible l’accès à ces archives personnelles29. Parmi tous ces instruments, les systèmes de fiches suscitent au xviie et au xviiie siècle un intérêt particulier. Ainsi trouve-t-on dans la bibliothèque manuscrite de Montesquieu des séries entières de fiches qui dissèquent les extraits recopiés ailleurs en diverses entrées, témoignant d’un souci d’utilisation performante et pratique30. Le monde germanique fournit un nombre important de systèmes de ce genre, depuis le modèle de « l’armoire à fiches » transmis par Vincentius Placcius au xviie siècle jusqu’à celui de la « boîte à fiches » décrite par Johann Jacob Moser en 177331 . Mais ce sont sans doute les gigantesques index d’index de Johann Caspar Hagenbuch (1700-1763) qui traduisent le mieux cette mutation : pour réaliser son projet, en réalité jamais achevé, d’une immense Bibliotheca Epigraphica, l’érudit zurichois organise sur la base de ses notes de lecture un système véritablement borgésien de fiches et de registres, où la structure classificatoire – ou plutôt les multiples essais de structures classificatoires – l’emporte bientôt sur la matière même des extraits32.

Ordre et désordre du sujet : la vogue des adversaria

  • 33 Cf. D. G. Morhof, Polyhistor, op. cit., respectivement pp. 561-562, 566, 565, 567.

13Cette transformation s’accompagne d’un déplacement notable du centre de gravité de l’activité compilatoire : la question de l’ordre des extraits, qui n’a certes jamais cessé d’obséder la tradition humaniste, devient véritablement troublante au tournant du xviie et du xviiie siècle. Au début de son livre sur l’art de l’extrait, Morhof dresse le vertigineux bilan des modèles classificatoires esquissés depuis plus de deux siècles : Bonnaeus préconise de répartir les extraits sous trois types de rubriques, « disciplinaires », « historiques » et « linguistiques » ; Sturmius range les excerpta selon quatre catégories génériques : théologie, physique, technique, anthropologie ; Willischius propose de disséquer les textes par lexèmes (tels togo, horto, vestis, vinea, etc.) sur le mode du dictionnaire ; sans parler des 76 loci sous lesquels Benzius parvient à ranger la totalité du corpus latin33. Et ce relevé est loin d’être exhaustif ! Cet étourdissant inventaire entretient avec son sujet même, l’ordre, un rapport en réalité ambigu. En même temps qu’il dresse la liste des diverses taxinomies envisageables, Morhof expose avec une remarquable clarté l’arbitraire de tout choix classificatoire, si normatif soit-il en apparence. Insidieusement, ce catalogue conduit à se poser une question : n’y aurait-il pas autant de taxinomies que de lecteurs possibles ? L’ordre des extraits n’est-il pas d’abord et toujours le produit d’un sujet singulier ? Plus encore : le sujet lisant doit-il, pour lui-même, s’astreindre à respecter un quelconque principe d’ordre, si subjectif soit-il ?

  • 34 D. G. Morhof, Polyhistor, op. cit., p. 563.

14Ce type d’interrogation devient de plus en plus sensible à partir de la fin du xviie siècle. Les adversaria – ces cahiers d’un genre particulier, en vogue vers la fin du XVIe siècle, où le lecteur note, sans autre ordre que celui de ses intérêts et de ses humeurs, tout ce qu’il rencontre d’intéressant dans un livre et même tout ce qui l’attire hors des livres – les adversaria, donc, semblent de fait susciter un intérêt accru à partir de 1650. Morhof y voit la marque spécifique de la modernité et ne manque pas de signaler leur importance. En émancipant la lecture du carcan des loci, ces adversaria permettent de concevoir des collections d’extraits « libres », décousues, surgies de la géographie changeante des curiosités de chacun34. Et l’auteur d’énumérer quelques représentants de cette technique, parmi lesquels Paulus Sarpius, Welschius ou encore Tschirnhausus. Dans la continuité de ce mouvement, le xviiie siècle ménage à ce type de recueil une place de choix. De Winckelmann jusqu’à Jean Paul, en passant par Herder et Heinse, quasiment tous les auteurs allemands ont rassemblé des collections de ce genre.

  • 35 Cf. l’art du résumé pratiqué par l’érudit italien Celio Calcagnini et décrit par A. Grafton dans le (...)
  • 36 Justus Christophorus Udenius, Excerpendi ratio nova. Das ist eine neue und sonderbahre Anweisung wi (...)
  • 37 Cf. les articles de C. Volpilhac-Auger et de S. Le Moël dans le présent volume.
  • 38 J. G. Herder, <Plan zu einer Ästhetik> (tiré de : <Auseinandersetzung mit Baumgartens Æsthetica), i (...)
  • 39 C. Weise, Gelehrter Redner, op. cit., Leipzig, 1692, pp. 40 sq. Cette distinction entre collectanea(...)
  • 40 Bibliothèque nationale de France, cabinet des manuscrits (fonds allemand), ALL., vol. 63, fol. 1, e (...)
  • 41 Cf. dans le présent volume les articles de S. Le Moël et de Hans Georg von Arburg.

15Les changements qui bouleversent le modèle humaniste de la lecture n’affectent cependant pas seulement la taxinomie des extraits recopiés, mais aussi leur contenu même. Ainsi, à partir de la fin du xviie siècle et tout au long du xviiie siècle, le principe du recopiage fidèle, ou du moins du recopiage le plus fidèle possible, le cède de plus en plus souvent au modèle du résumé. Certes, la tradition humaniste ne s’était nullement tenue à une reproduction rigoureusement exacte de l’original : elle n’avait pas hésité, dans le cadre des adversaria notamment, à mêler intimement citation exogène et commentaire personnel, et pratiquait elle aussi l’art du résumé35. Néanmoins, un glissement semble se produire vers la fin du xviie siècle dans les ouvrages destinés à inculquer l’ars excerpendi comme dans la pratique même des lecteurs. À partir des années 1680, l’accent est mis de plus en plus fermement sur le principe de condensation. L’extrait a pour fonction, indique Justus Christopherus Udenius en 1681, de cristalliser l’essentiel de la pensée d’un auteur36. Il doit impérativement être bref – processus de concentration dont les bibliothèques manuscrites de Montesquieu ou de Heinse fournissent de multiples exemples37. En outre, il n’est pas rare que l’extrait, toujours sous l’influence du modèle des adversaria, soit accompagné d’amples développements critiques ajoutés par le lecteur, comme le montrent par exemple les jugements de Herder sur des passages tirés de Baumgarten38. Les recueils n’ont pas seulement vocation à rassembler les passages intéressants d’un ouvrage, mais aussi toutes les pensées intéressantes suscitées par cet ouvrage. Enfin, ultime glissement d’envergure, les recueils de notes débordent de plus en plus la sphère étroite du livre pour s’ouvrir à celle des choses remarquables vues ou entendues, c’est-à-dire aux expériences non livresques du rédacteur. Là encore, il ne faut pas voir dans cette évolution une rupture avec le premier humanisme, mais bien plutôt un déplacement d’accent : les érudits des débuts de l’époque moderne ne s’interdisaient nullement d’insérer dans leurs recueils d’adversaria des remarques personnelles issues d’observations concrètes, de voyages, d’anecdotes enregistrées hors des livres. Néanmoins ce type de notes restait assez clairement distinct des recueils de lieux communs, dévolus aux seules sources livresques. À l’extrême fin du xviie siècle, Christian Weise, auteur d’une célèbre méthode oratoire, prenait encore soin de distinguer fermement les collectanea, extraits tirés au sens strict d’ouvrages lus, des miscellanea, ensemble varié de notes contenant non seulement des extraits de lecture, mais aussi des « choses » bonnes, rares et utiles vues ici ou là. Si l’ordre des collectanea demeurait encore généralement soumis à une codification stricte, celui des miscellanea était au contraire, selon Weise, infiniment plus libre39. Tout se passe comme si cette frontière entre collectanea et miscellanea devenait de plus en plus perméable à mesure que l’on progresse dans le xviiie siècle. Winckelmann, certes, prend encore soin dans les années 1750-1760 d’intituler Collectanea ou Extraits ses cahiers ne contenant que des notes littérales de lecture, tandis qu’il appelle en toute rigueur Miscellanea certains autres recueils contenant par exemple, en plus de notes de lecture sur les antiquités romaines, des remarques personnelles sur les monuments visités, les statues à observer, etc.40 Mais cette distinction rigoureuse devient de plus en plus floue dans les années ultérieures. À la fin du xviiie siècle, Heinse mêle inextricablement les extraits d’ouvrages lus au sens strict, leur commentaire critique et le récit d’expériences personnelles, tout comme, et dans une mesure plus importante encore, Lichtenberg brode à partir de quelques mots empruntés à un auteur lu un texte personnel qui a tôt fait de s’émanciper de sa matrice41.

  • 42 Original allemand des titres donnés par Lichtenberg et Herder à certains de leurs recueils (respect (...)
  • 43 Cf. sur ce point mon propre article dans le présent volume.
  • 44 Johann Gottfried Herder, Kritische Wälder. Alteres kritisches Wäldchen, in J. G. Herder,Schriften (...)
  • 45 Cf. l’article de C. Helmreich dans le présent volume et Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, Würzburg, (...)
  • 46 G. C. Lichtenberg, Georg Christoph Lichtenbergs Aphorismen, éd. sur la base des manuscrits par A. L (...)

16Cette irruption massive non seulement d’une taxinomie résolument personnelle des lectures, mais encore d’une matière beaucoup plus subjective dans le contenu même des notes finit par imposer au modèle humaniste une transformation profonde. Le recueil « d’extraits » – terme qu’il convient maintenant de prendre au sens large – hésite désormais entre divers statuts. Les titres attribués par leurs propriétaires à ces carnets reflètent eux-mêmes cette mutation. « Cahiers de brouillon » chez Lichtenberg, « Observations et réflexions tirées de divers ouvrages » ou « Contributions à la connaissance de la littérature » chez Herder42, ces objets se sont de fait élargis à des fonctions nouvelles. Tantôt ils font office de « mains courantes » (Sudelbücher), autrement dit servent, selon une métaphore ancienne, de registres où l’écrivain tient ses comptes, consignant à l’image du commerçant ce qu’il emprunte à d’autres et ce qu’il rend en retour. Tantôt ils deviennent une sorte de journal intellectuel intime, un arsenal de notes qui garde en mémoire le parcours livresque d’une vie entière. Winckelmann, qui par certains aspects tient encore pourtant largement de la tradition humaniste de l’extrait, a donné de ce tournant existentiel et subjectif un témoignage particulièrement fort. En 1767, un an avant sa mort violente, il rédige en effet un cahier intitulé Collectanea zu meinem Leben (Extraits concernant ma vie), récit autobiographique d’un genre tout à fait particulier. C’est à l’aide de citations marquantes tirées des auteurs lus et consignés dans sa bibliothèque depuis plus de vingt ans qu’il retrace en effet son existence. Pour dire la dureté de sa jeunesse, il laisse parler Ovide ; pour évoquer ses voyages, il donne la parole à Salluste – esquissant par là un portrait de lui-même uniquement fondé sur l’agencement habile de multiples extraits de lecture, c’est-à-dire sur une mosaïque de citations « étrangères43 ». Par ailleurs, ces recueils peuvent encore – et c’est un phénomène de plus en plus fréquent à la fin du xviiie siècle – contenir en germe les prolégomènes directs (brouillons, premiers jets, fragments, etc.) d’une œuvre personnelle. Ainsi Herder esquisse-t-il dans ses extraits commentés de Winckelmann des paragraphes qui se retrouveront, sous une forme un peu plus élaborée mais néanmoins très proche, dans les Kritische Wälder (Sylves critiques) qu’il publie à partir de 1767-176844. De même, les collections thématiques d’idées ou d’expressions rassemblées par Jean Paul au fil d’innombrables lectures viendront alimenter l’ensemble de ses romans45. Enfin, il arrive que ces recueils nés d’un parcours livresque individuel acquièrent une autonomie telle qu’ils finissent par se détacher de leur matrice et fassent l’objet, à titre posthume, d’une publication indépendante. C’est notamment le cas de ce que l’on a appelé, et de ce que l’on appelle encore, les « aphorismes » de Lichtenberg, pure construction éditoriale a posteriori. Exhumant quelques passages tirés des Sudelbücher de l’écrivain, certains philologues du XIXe siècle ont commencé à y voir un florilège de « pensées ingénieuses » qu’ils n’ont pas hésité à publier de façon autonome sous le titre de « maximes » ou d’« idées », avant qu’Albert Leitzmann ne consacre cette tradition en éditant à son tour entre 1902 et 1908 les notes de Lichtenberg sous le titre d’« aphorismes46 ».

  • 47 Cf. Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit., notamment pp. 9. 14-119, 319, ainsi que l’article d (...)

17Mais, tout en s’émancipant ainsi du modèle défini par le premier humanisme, l’art de l’extrait conserve néanmoins, il faut y insister, des liens avec son modèle originel jusqu’à la fin du xviiie siècle. Ainsi, si Winckelmann n’ordonne certes pas ses volumineuses notes de lecture selon la taxinomie des loci, il continue cependant de séparer rigoureusement l’extrait lui-même, copie littérale d’un passage emprunté à autrui, de toute notation subjective ou personnelle – entités au demeurant fort rares dans ses recueils. De même, le cas de Jean Paul illustre la permanence de paradigmes anciens derrière une utilisation en apparence plus libre de l’ars excerpendi. Pendant une première période, Jean Paul compose certes ses cahiers en suivant un ordre strictement personnel, sans lien patent avec la tradition des loci communes. Cependant, conformément aux conseils dispensés par certains pédagogues de la lecture du xviie siècle, il prend soin d’introduire des rubriques, sous forme de titres lapidaires ou de phrases plus développées, qui lui permettent manifestement un usage plus aisé de sa bibliothèque en vue de la rédaction de ses propres ouvrages. À partir de 1782, ses extraits se font plus brefs et surtout leur assignation précise à un auteur plus difficile, par manque d’indications bibliographiques. Mais Jean Paul conserve un système d’index très élaboré qui, comme le prescrivaient les traités du xviie siècle, lui permet de retrouver facilement l’entrée recherchée47. Ainsi, si l’auteur du Titan fait de ses gigantesques cahiers d’extraits un usage poétique d’une extraordinaire fécondité, il n’abandonne jamais vraiment le modèle de prise de notes hérité de l’humanisme. Il se contente bien plutôt de détourner ce dispositif savant au profit de la création romanesque.

Copier pour écrire : le principe « d’efficacité » de l’extrait

  • 48 Cf. mon article dans le présent volume ainsi que, pour plus de détails, mon ouvrage : É. Décultot, (...)
  • 49 Il arrive en effet fréquemment à partir de 1782 que Jean Paul note sur un même feuillet des extrait (...)

18L’abandon de la taxinomie des loci, le recul de l’ars memoriae, l’inflation de modes de classification ouvertement subjectifs dans l’organisation des notes de lecture – tous ces phénomènes traduisent conjointement un glissement sensible dans la vocation de la prise de notes. Dans la tradition humaniste des recueils de lieux communs, la mémorisation des passages recopiés importait au moins autant que leur exploitation au sein de productions personnelles – ou, plus exactement, cette exploitation ne pouvait se concevoir sans un processus concomitant de mémorisation. Désormais, l’accent porte beaucoup plus spécifiquement sur leur seule utilisation, c’est-à-dire sur leur usage en vue d’un travail personnel d’écriture. Cette évolution se dessine avec netteté dès le xviie siècle. À cette époque en effet, de nombreux pédagogues de la lecture placent résolument au cœur de leur méthode le principe de productivité de l’extrait : la prise de notes doit avant tout être efficace pour la rédaction de textes personnels. Distribution des extraits en fiches mobiles chez Johann Jacob Moser, création de recueils rigoureusement adaptés aux diverses situations de discours chez Morhof – tous ces modes d’organisation ont pour point commun de viser avant tout l’efficacité de la copie, une efficacité mesurée à l’aune de la production individuelle. Beaucoup d’auteurs du xviiie siècle illustrent ce glissement par leur évolution personnelle même. Ainsi Winckelmann commence-t-il, lorsqu’il est encore en Allemagne, par consigner ses notes sans intention manifeste d’exploitation précise. Avant tout lecteur, il amasse alors sans objectif décelable de très longs extraits, dont une petite partie seulement sera utilisée dans sa première œuvre publiée, le bref essai Gedanken über die Nachahmung der griechischen Werke (Réflexions sur l’imitation des ouvrages grecs) paru en 1755. Ce n’est qu’une fois arrivé à Rome, lorsque se précise le projet de la Geschichte der Kunst des Altertums (Histoire de l’art dans l’Antiquité, 1764), que ses extraits se font plus courts, plus ciblés, plus organisés. L’activité de copie est désormais clairement mise au service d’un projet d’écriture48. On constate une semblable évolution chez le jeune Jean Paul qui, à mesure que se dessine sa vocation d’écrivain, abandonne peu à peu ses habitudes initiales de copiste consciencieux – extraits très développés, toujours agrémentés de références bibliographiques précises – pour une technique à rentabilité manifestement plus immédiate. À partir de 1782, ses excerpta se font généralement plus courts et il n’est pas rare qu’il omette d’en mentionner la source, comme si dorénavant l’important dans la lecture était pour lui d’accéder au statut d’auteur49.

  • 50 Ann Blair, « Humanist Methods in Natural Philosophy : The Commonplace Book », in Journal of the his (...)
  • 51 G.C. Lichtenberg, Schriften und Briefe, éd. par W. Promies, op. cit., vol. 2 (1971), p. 146 (Sudelb (...)
  • 52 Pour Montesquieu et Heinse, cf. les articles de C. Volpilhac-Auger et de S. Le Moël dans le présent (...)

19En même temps que ce principe d’efficacité de l’extrait s’affirme aussi une caractéristique importante de l’ars excerpendi au xviiie siècle : son rapport avec les realia. Par-delà l’océan des mots, les recueils de notes de lecture doivent avant tout servir à comprendre la réalité matérielle du monde. Cette maxime constitue certes une constante de l’art de la lecture depuis le XVIe siècle : elle est par exemple présente dans l’Universae naturae theatrum (1596) de Jean Bodin et, de façon beaucoup plus nette encore, dans le Sylva sylvarum (1626) de Francis Bacon, un commonplace book qui juxtapose des realia tirés de la littérature et des observations de la nature issues d’expériences personnelles50. Mais à l’époque des Lumières, l’exhortation à viser le « réel » devient véritablement obsédante chez certains collectionneurs d’extraits. « Toujours les choses donc, et pas les mots », consigne, en forme de maxime personnelle, ce lecteur frénétique que fut Lichtenberg, un lecteur dont la raison sociale, fait caractéristique, fut précisément d’enseigner la physique expérimentale à l’université de Göttingen51. L’une des traductions les plus explicites de cette maxime « réaliste » réside dans l’intérêt commun des lecteurs du xviiie siècle pour les récits de voyage. Qu’il s’agisse de Montesquieu, de Winckelmann, de Jean Paul ou de Heinse, tous réservent dans leurs cahiers de notes une place très importante à ce genre52.

  • 53 Cf. supra les remarques sur l’association entre recueil d’adversaria et « brouillard » des commerça (...)
  • 54 Au sens propre : « le comptable », « la comptabilité », « tenir ses comptes (ou ses registres de co (...)
  • 55 Cf. la notion de « comptabilité érudite » (« Gelehrte Buchhalterey ») chez Johann Caspar Hagenbuch (...)
  • 56 François Gayot de Pitaval, L’Art d’orner l’esprit en l’amusant, 2 vol., Paris, 1728, ici vol. 2, pp (...)

20Dans l’usage des cahiers d’extraits comme dans la représentation poétique de cet usage, ce rapport privilégié à la « réalité » se traduit par un trait singulier : le recours récurrent à la métaphorique marchande. Certes, l’assimilation du recueil d’extrait au registre de comptabilité est, comme nous l’avons noté, fort ancienne : développée dès l’Antiquité, elle est amplement reprise à l’époque humaniste53. Néanmoins, il importe de noter que cette association se fait particulièrement fréquente dans l’Allemagne du xviiie siècle, où les expressions « Buchhalter », « Buchhalterey » et « die Bücher führen54 », qui renvoient au départ aux opérations de comptabilité des commerçants, sont couramment utilisées pour désigner les activités du collectionneur d’extraits. Les extraits sont des marchandises dont le lettré, sur le modèle du négociant, doit minutieusement consigner le devenir dans des livres de comptes, ses recueils, en notant d’un côté ce qu’il achète et de l’autre ce qu’il vend, autrement dit ce qu’il recopie chez autrui et ce qu’il « écoule » dans ses publications. Pour filer la métaphore marchande, on pourrait dire que ces recueils présentent en quelque sorte le bilan financier des débits et des crédits, de ce que le copiste emprunte à d’autres et de ce qu’il produit en retour – une fonction que l’expression allemande « Sudelbuch » (« main courante »), particulièrement prisée par Lichtenberg, résume parfaitement. Cette métaphore traverse l’ensemble du monde germanique. On la retrouve chez l’érudit zurichois Hagenbuch comme chez l’écrivain Hamann, qui était lui-même familier de l’univers des négociants55. Mais cette image dépasse largement les frontières de l’Allemagne. Elle se rencontre par exemple aussi dans cette remarque de Pitaval, d’ailleurs prise en note par Hamann : « J’exige d’un homme d’esprit, lorsqu’il emprunte quelque belle pensée, qu’il paye comptant avec usure, qu’il y mette du sien le double de ce qu’il a reçû. Je veux qu’il fasse comme le diamant qui ne reçoit pas un rayon de lumière qu’il n’embellisse, qu’il ne multiplie, & qu’il ne rende plus beau qu’il n’étoit56 ».

La copie face aux notions d’originalité et d’autonomie : critique de l’extrait au XVIIIe siècle

  • 57 Pour cette critique humaniste de l’extrait, cf. l’article d’A. Grafton dans le présent volume.
  • 58 Cf. F. Goyet, « À propos de “ces pastissages de lieux communs” (le rôle des notes de lecture dans l (...)
  • 59 Michel de Montaigne, Essais, éd. par Pierre Michel, 3 vol., Paris 1973 (1re édition, Paris, 1965), (...)
  • 60 Lettre de Voltaire à Jean-Jacques Dortous de Mairan, 5 mai [1741], D 2479, in Correspondance, éd. p (...)
  • 61 Denis Diderot, Lettre sur les sourds et muets (1751), in D. Diderot, Œuvres complètes, éd. par J. A (...)

21Présence accrue du sujet lisant dans l’organisation des recueils, revendication de plus en plus forte d’un usage personnel des notes recopiées – tous ces glissements ont contribué à faire émerger une critique acerbe de l’extrait au xviiie siècle : l’ars excerpendi n’encourage-t-elle pas l’imitation stérile, voire le plagiat ? Ne nuit-elle pas à l’autonomie et à l’originalité de la pensée ? Ces questions, il faut le souligner, n’ont en réalité cessé de hanter la pratique de l’extrait depuis les débuts de l’époque moderne : Érasme, qui usa pourtant lui-même de cet art avec dextérité, aimait à railler ses tenants trop zélés. Ainsi, la critique de l’extrait paraît consubstantielle à sa production même : dès le commencement, les humanistes l’ont clairement formulée57. Plus qu’aucun autre siècle cependant, le xviiie siècle pose ces questions avec acuité. À une époque où s’impose, sous l’effet des Lumières naissantes, le paradigme du « penser par soi-même », puis, sous l’influence des courants préromantiques, le modèle de l’auteur « original » ou « génial », dresser des cahiers d’extraits a mauvaise presse. C’est sans doute en France, où le clivage entre originalité et copie se double d’une fracture ancienne entre honnête homme et pédant, que les critiques se font les plus acérées. De façon remarquable d’ailleurs, l’art de l’extrait y est régulièrement présenté comme un travers étranger, et plus spécifiquement comme une tare allemande. Le motif est déjà présent chez Montaigne qui, bien que pratiquant lui-même le « pastissage de lieux communs58 », se plaît à railler les « allégations » dont les Allemands aiment « farcir » leurs « épître(s) liminaire(s)59 ». Il est repris par Voltaire, qui, au détour d’une de ses diatribes contre Leibniz, ne manque pas de tourner en dérision « ces têtes allemandes » qui ont « le goût de lire beaucoup et d’entendre peu60 ». Quelques années plus tard, en 1751, Diderot vitupère « ces compilations germaniques, hérissées, sans raison et sans goût, d’hébreu, d’arabe, de grec et de latin, qui sont déjà fort grosses, qui grossissent encore, qui grossiront toujours, et qui n’en sont que plus mauvaises61 ». Dans les représentations françaises de l’Europe savante, l’Allemagne, gardienne de traditions érudites anciennes, semble aussi détenir l’apanage de la pratique de l’extrait.

  • 62 F. A. Hallbauer, Anweisung zur verbesserten Teutschen Oratorie, nebst einer Vorrede von den Mängeln (...)

22Pourtant, si la critique de l’extrait et de ses virtualités négatives est très marquée dans la France du xviiie siècle, elle est aussi fort présente dans l’Allemagne de la même époque. Dès le xviie siècle, plusieurs méthodes de prise de notes insistent sur la nécessité de ne pas reproduire servilement les assertions lues, d’éviter le plagiat ou encore d’aiguiser le jugement personnel – autant d’exhortations qui deviennent monnaie courante avec les prodromes de l’Aufklärung. Dans la première moitié du xviiie siècle, l’un des plus féroces détracteurs de l’ars excerpendi fut Friedrich Andreas Hallbauer, un pédagogue dont le réquisitoire mérite par son ampleur une attention particulière. Ces « bric-à-brac » oratoires (Trödel-Buden) que sont les collectanea sont accusés d’être à l’origine de tous les maux dont souffre la science allemande : ouvrages écrits « sans aucune réflexion personnelle » sur la seule base d’autres ouvrages ; publications et discours chaotiques, faits de « lambeaux » mal cousus ensemble ; indifférence aux realia et aux choses utiles ; inflation inquiétante de la masse imprimée qui, dans une circularité infernale, menace de se gonfler à l’infini d’ouvrages nourris d’ouvrages déjà publiés ; enfin, corruption de la jeunesse à qui l’on donne pour vrais ces faux livres porteurs de mauvais savoirs62. Voici, tirés d’une liste qui ne compte pas moins de seize points, quelques-uns des griefs adressés par Hallbauer à cette tradition :

  • 63 Ibid., pp. 291-294.

« 1. La confection de recueils d’extraits dispense de réfléchir […].
3. La collecte des extraits prend beaucoup de temps […].
4. Le fait d’écrire beaucoup nuit à la santé [...].
5. Les collectanea ne sont jamais parfaits […].
6. Dans les collectanea, on enregistre beaucoup de choses dont on n’aura aucun besoin la vie durant […].
7. On doit souvent parler de certains sujets et les collectanea afférents se trouvent alors rapidement épuisés […].
8. Les collectanea sont la plupart du temps confectionnés pendant la jeunesse […]. Or seule une toute petite minorité de jeunes gens sont dotés d’un discernement tel qu’ils savent distinguer l’utile de l’inutile […].
9. On ne peut se fier avec certitude à ses collectanea. Dans leur jeunesse, la plupart des gens sont si superficiels qu’ils ne consignent rien avec précision [...].
12. Les discours et les écrits sont composés en cousant ensemble une multitude de pièces. Tout est morcelé : le texte ne coule pas, il n’a pas de lien, pas de vie […].
16. Celui qui écrit sur la base de collectanea imprimés se prostitue encore plus, car, étant donné que ces recueils imprimés se trouvent en plusieurs mains, l’orateur peut d’autant plus facilement se trahir63. »

  • 64 G. C. Lichtenberg, Schriften und Briefe, éd. par Wolfgang Promies, op. cit., vol. 4, p. 788, lettre (...)

23À la fin du xviiie siècle encore, Lichtenberg aime à se gausser de ces gens qui « se placent en esprit au-dessus de Newton, Gibbon, Priestley et Franklin parce qu’ils ont appris à faire des collectanea et à tirer le vin des autres dans leurs propres bouteilles64 ».

  • 65 Les extraits tirés par Herder des œuvres de Winckelmann, Mendelssohn ou Hagedorn en vue de rédiger (...)
  • 66 Cf. mon article dans le présent volume ainsi que, pour plus de détails, mon ouvrage : É. Décultot, (...)

24Si l’art de l’extrait est assez communément présenté comme contraire au principe d’originalité à la fin du xviiie siècle, il n’en demeure cependant pas moins largement pratiqué – et ce, par ses détracteurs mêmes. C’est que, dans l’exercice même de cet art, le rapport entre la copie et l’originalité, entre l’étranger et le propre n’est sans doute pas aussi simple, c’est-à-dire aussi strictement antithétique, que ne le laissent penser ces critiques. De nombreux exemples le prouvent. Pour écrire la Plastik (Plastique, 1778), Herder emprunte beaucoup à Winckelmann, comme d’ailleurs aussi à Moses Mendelssohn ou à Christian Ludwig von Hagedorn. Ainsi, il n’hésite pas à coudre dans son propre texte des métaphores directement issues de la Geschichte der Kunst des Altertums65. Pourtant, ce travail de marqueterie, absolument patent pour le lecteur d’alors comme pour le lecteur d’aujourd’hui, n’aboutit nullement à la production d’un double redondant. Il donne au contraire naissance à un ouvrage largement émancipé de son modèle initial, à un texte qui, derrière l’allégeance apparente à Winckelmann, cache une critique aiguë de sa conception de l’art plastique. Winckelmann lui-même n’a pas procédé autrement avec les auteurs qu’il recopiait et qu’il « imitait ». Ainsi sa fameuse expression « noble simplicité, grandeur sereine » (« edle Einfalt, stille Gröβe ») n’est-elle que la traduction littérale d’un lieu commun de la littérature artistique européenne, et notamment française, caractérisant la statuaire grecque. Pourtant, en traduisant le français « serein » par l’allemand « still », il opère un élargissement sémantique fécond qui donnera lieu en Allemagne à un long débat sur le rôle du cri dans l’art. Et lorsque, dans la seconde moitié du xviiie siècle des traducteurs tenteront à leur tour de retranscrire Winckelmann en français, ils ne parviendront plus à rendre ce jeu sémantique. Autrement dit, en se contenant de traduire en allemand une formule française consignée dans ses recueils d’extraits, Winckelmann a créé un terme qui n’est plus traduisible en retour dans la langue d’origine. De la « copie » est né un « original »– un rapport qui illustre l’ambiguïté même des notions de copie et d’originalité dans l’art de l’extrait66.

Pour l’étude des cahiers d’extraits

  • 67 Notons que J.-M. Chatelain souligne également cette difficulté à trouver en français un terme appro (...)

25En conclusion de ces remarques liminaires, il reste à poser une question : ne sommes-nous pas aujourd’hui encore trop tributaires dans nos pratiques de recherche du discrédit que de nombreux auteurs, pourtant eux-mêmes praticiens de l’excerptum, ont fait peser au xviiie siècle sur cette très ancienne technique de lecture ? N’avons-nous pas, par défaut de distance avec les auteurs étudiés, intégré un peu naïvement leurs discours affichés ? Une chose en effet ne laisse de surprendre : alors qu’ils existent en nombre important dans les papiers d’auteurs du xviiie siècle, ces recueils de notes de lecture n’ont jusqu’alors guère fait l’objet d’une attention soutenue – comme si, par un effet de contagion, les chercheurs craignaient en s’occupant de cette matière d’être souillés à leur tour de l’opprobre de la compilation. Ce silence de la recherche compte certes de notables exceptions. De façon symptomatique, c’est en Angleterre et en Allemagne – deux pays où la pratique des Exzerpte et des commonplace books resta très longtemps vivante – que les études sont les plus développées. Et c’est en France, où la figure de l’homme de lettres s’est depuis longtemps construite par opposition au modèle érudit, que ces recherches sont le plus embryonnaires, au point d’ailleurs que l’on s’y trouve, lorsque l’on traite de cette matière, d’emblée confronté à un problème lexical. Alors que, en allemand et en anglais, les mots Exzerpte, commonplace books ou extracts sont aujourd’hui encore fréquents et dépourvus de connotations particulières, le mot « extrait », pourtant courant dans la France du xviie siècle, paraît bien obscur dans la langue actuelle67. Et lorsqu’il s’avère connu, il n’est pas rare qu’il soit associé à la notion peu prestigieuse de la « compilation », qui le rend d’emblée suspect pour toute entreprise de recherche.

  • 68 Une grande partie des recueils de Montesquieu a par exemple été perdue (cf. l’article de C. Volpilh (...)
  • 69 Michael will, « Die elektronische Edition von Jean Pauls Exzerptheften », in Jahrbuch für Computerp (...)
  • 70 Cf. H. Zedelmaier, « De ratione excerpendi : Daniel Georg Morhof und das Exzerpieren », art. cit., (...)

26Le difficultés que pose l’analyse de ce type de manuscrit ne sont certes pas minces. Elles sont tout d’abord d’ordre technique. La plupart du temps non publiés, ou publiés en partie seulement, les recueils d’extraits sont difficilement accessibles. Il faut, pour y accéder, consulter les manuscrits eux-mêmes, c’est-à-dire s’exposer aux problèmes classiques de déchiffrement que présente ce genre d’objet. En outre, il est fréquent que ces recueils de notes soient à peine inventoriés ou en partie perdus68. Il convient néanmoins de souligner ici qu’il existe quelques exceptions à cette règle. La plus remarquable est sans doute celle de Jean Paul, dont les cahiers d’extraits, déjà bien répertoriés, vont faire l’objet, comme l’annonce un programme très précis, d’une édition globale numérisée. Le même projet vaut pour les notes de lecture de Winckelmann, de Montesquieu ou de Heinse69. Néanmoins, si l’on fait abstraction de ces quelques cas, force est de reconnaître que les obstacles matériels à la consultation de ces fonds abondent – des obstacles qui ne sont d’ailleurs pas fortuits : ils sont directement liés à la culture du secret qui entoure ces recueils de lecture. Au xviiie siècle comme dans les siècles qui précèdent, les auteurs de ces notes se montrent ordinairement jaloux de leur collection. Winckelmann ne les prête qu’avec d’infinies précautions ; Jean Paul les quitte toujours avec angoisse. C’est que ces cahiers sont le cœur palpitant, la cellule mère de leur travail intellectuel. De Drexel à Morhof, bien des pédagogues de la lecture ne cessent de le dire : il ne faut pas exposer ses recueils aux regards indiscrets70.

  • 71 Les quelques travaux qui ont été consacrés à l’activité de copiste de Winckelmann ont en effet long (...)

27Mais plus que ces problèmes matériels, ce sont avant tout des obstacles épistémologiques qui s’opposent à leur exploitation. Ce type de recueils suppose en effet que l’on consente à deux révisions. Révision, tout d’abord, d’une vision historique du xviiie siècle qui tend à faire de cette période le berceau de notre modernité, en effaçant ses liens avec les pratiques intellectuelles des siècles plus lointains et notamment avec celle du premier humanisme. Révision, ensuite, d’une acception trop univoque de la notion d’auteur, qui, même si elle intègre depuis longtemps le principe d’intertextualité, s’accommode finalement mal des pratiques codifiées et massives de copie ou de compilation. Il suffit pour s’en convaincre de lire les multiples précautions dont s’entourent les chercheurs qui abordent le terrain miné de ces notes de lecture. Avant d’analyser les cahiers d’extraits de Winckelmann par exemple, il a longtemps été d’usage de le laver du soupçon d’imitation, de le camper dans son entière originalité71.

28Une fois levés ces deux obstacles, l’étude de ces recueils peut commencer – une étude qui suppose cependant qu’on invente des instruments d’analyse nouveaux, susceptibles de rendre réellement compte de leurs multiples facettes. De fait, face à une telle masse d’informations bibliographiques, la tentation est grande de n’utiliser ces objets que comme simples répertoires de « sources », attestant la lecture d’un auteur précis ou encore prouvant telle ou telle « influence ». S’ils peuvent certes être exploités dans ce sens, ces recueils ne se limitent en aucun cas à cette fonction. Ils sont non seulement un réservoir de titres et de citations, mais aussi – et bien plus encore – l’organigramme d’une mémoire, le reflet d’une méthode de travail, l’empreinte d’une culture. À mi-chemin entre la copie et la production personnelle, entre la catalogue de bibliothèque et le brouillon d’œuvre, les recueils d’extraits constituent des objets hybrides, dont le présent volume va tenter de dévoiler l’immense fécondité.

Notes

1 Des travaux ont montré l’importance de ces recueils de notes pour des écrivains majeurs du xvie et du xviie siècle, tels Shakespeare et Montaigne. Cf. par exemple Thomas Whitfield Baldwin, William Shakespeare’s Small Latine and Lesse Greeke, 2 vol., Urbana, 1944 ; Zachary S. Schiffman, « Montaigne and the Rise of Skepticism in Early Modem Europe : a Reappraisal », in Journal of the History of Ideas, 45, 1984, pp. 499-516, notamment pp. 503-506 ; Francis Goyet, « À propos de “ces pastissages de lieux communs” (le rôle des notes de lecture dans la genèse des Essais) », in Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, n° 5-6, juil.-déc. 1986, pp. 11-26 et n° 7-8, janv.-juil. 1987, pp. 9-30. Pour les travaux généraux concernant cette pratique de lecture, cf. les notes suivantes.

2 Cet art de la lecture a fait l’objet de plusieurs études partielles, portant tantôt sur un auteur précis tantôt une période particulière. Néanmoins, les présentations historiques globales de cette pratique sont encore rares. Parmi ces travaux à visée générale, il faut notamment citer : Ann MOSS, Les Recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, trad. de l’anglais par Patricia Eichel-Lojkine, Monique Lojkine-Morelec et Georges-Louis Tin, Genève, 2002, surtout pp. 17-95 pour la préhistoire des recueils de lieux communs dans l’Antiquité et au Moyen Âge (titre anglais original : Printed Commonplace Books and the Structuring of Renaissance Thought, Oxford. 1996) ; Heike Mayer, Art. « Kollektaneen », in Historisches Wörterbuch der Rhetorik, éd. par Gert Ueding, Darmstadt/Tübingen, 1992 sq., vol. 4 (1998), col. 1125 – 1130 ; id., Lichtenbergs Rhetorik. Beitrag zu einer Geschichte rhetorischer Kollektaneen im 18. Jahrhundert, München, 1999, pp. 23-103.

3 Pline le Jeune, lettre à Baebius Macer, in id., Lettres, texte établi et trad. par Anne-Marie Guillemin, 3 vol., 5e édition. Paris, 1969. ici vol. 1. pp. 107-108 (livre III, lettre n° 5) ; Cicéron,De l’invention, texte établi et trad. par G. Achard, Paris, 1994, p. 144 (livre II, 4) : « Après avoir rassemblé tous les auteurs, nous en avons tiré [excerpissimus] ce que chacun semblait offrir de plus utile comme précepte, cueillant la fleur de ces talents divers » ; Quintilien, Institution oratoire, texte établi et trad. par Jean Cousin, tome III, Paris, 1976, p. 160 (livre V, 10, 120) et tome V, Paris, 1978, p. 162 (livre IX, 1,24).

4 Outre l’article d’Anthony Grafton dans le présent volume, on pourra consulter pour la période humaniste : Sister Joan Marie Lechner, Renaissance Concepts of the Commonplaces, New York, 1962 ; Robert Ralph Bolgar, The Classical Heritage and its Beneficiaries, Cambridge, 1963, pp. 268 sq. ; August buck, « Die “studia humanitatis” und ihre Methode », in id., Die humanistische Tradition in der Romania, Bad Homburg v.d. H., 1968, pp. 141-149 ; Terence Cave, The Cornucopian Text : Problems of Writing in the French Renaissance, Oxford. 1979 ; Ann Blair, « Humanist Methods in Natural Philosophy : The Commonplace Book », in Journal of the History of Ideas, 53, 1992, pp. 541-551, surtout pp. 548-549 (pour les notes prises par les lecteurs de l’Universae naturae theatrum de Jean Bodin) ; id., « Bibliothèques portables : les recueils de lieux communs dans la Renaissance tardive ». in Le Pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres en Occident, éd. par Marc Baratin et Christian Jacob, Paris, 1996, pp. 84 – 106 ; Ann Moss, Les Recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, op. cit. ; Jean-Marc Chatelain, « Les recueils d’adversaria aux xvie et xviie siècles ; des pratiques de la lecture savante au style de l’érudition », in Le Livre et l’historien. Études offertes en l’honneur du Professeur Henri-Jean Martin, éd. par Frédéric Barbier et al., Genève, 1997, pp. 169-186.

5 Pour la pratique et l’histoire des adversaria au XVIe siècle, cf. J.-M. Châtelain, « Les recueils d’adversaria aux xvie et xviie siècles : des pratiques de la lecture savante au style de l’érudition », art. cit., notamment pp. 182 sq.

6 Cicéron, Pour Quintus Roscius le comédien, texte établi et trad. par H. de la Ville de Mirmont, Paris, 1921, p. 137 (livre II, 7). Nous devons cette référence à J.-M. Chatelain, qui présente la fortune de cette définition cicéronienne chez des humanistes tels que Adrien Turnèbe ou Jean de Coras (cf. ibid., pp. 173-174).

7 A. Turnèbe, Adversariorum tomus primus, Paris, 1564.

8 Ann Moss, Les Recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, op. cit., notamment pp. 97 sq. et 313 sq. (pour les recueils de lieux communs imprimés).

9 Cf. R. R. Bolgar, The Classical Heritage, op. cit., pp. 268-275 et Ann Moss, Les Recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, op. cit., pp. 97-148.

10 Cf. l’article de Helmut Zedelmaier dans le présent volume, ainsi que : id., « Lesetechniken. Die Praktiken der Lektüre in der Neuzeit », in Die Praktiken der Gelehrsamkeit in der frühen Neuzeit, éd. par H. Zedelmaier et Martin Mulsow, Tübingen, 2001, pp. 11-30 ; id., « De ratione excerpendi : Daniel Georg Morhof und das Exzerpieren », in Mapping the World of Learning : The Polyhistor of Daniel Georg Morhof, éd. par Françoise Waquet, Wiesbaden, 2000, pp. 75-92.

11 Cf. Francis Goyet, « Encyclopédie et “lieux communs” », in Encyclopédisme, éd. par Annie Becq, Paris. 1991, pp. 493-504 (actes du colloque de Caen, 12-16 janv. 1987).

12 Daniel Georg Morhof, Polyhistor litterarius, philosophicus et practicus, cum accessionibus virorum clarissimorum Joannis Frickii et Joannis Molleri, 4e édition avec une préface de Johann Albert Fabricius, Lübeck, 1747 (fac-similé de cette édition : Aalen, 1970 ; 1re édition : Lübeck, 1688), ici pp. 559, 562 (livre III) : « Modus in excerpendo non usque adeo operosus esse debet » ; F. A. Hallbauer, Anweisung zur verbesserten Teutschen Oratorie, nebst einer Vorrede von den Mängeln der SchulOratorie, Jena, 1725, fac-similé Kronberg/Ts., 1974, pp. 289 sq. ; G. C. Lichtenberg, Schriften und Briefe, éd. par Wolfgang Promies, 6 vol., München, 1967 – 1992, vol. 1 (1968), p. 806 (Sudelbuch JI 1094) et p. 728 (Sudelbuch JI 509).

13 Cf. les contributions de Sylvie Le Moël, Christian Helmreich ainsi que la mienne dans le présent volume.

14 Cf. sur ce point Francis Goyet, Le Sublime du lieu commun : l’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, 1996, notamment p. 22 ; Wilhelm Schmidt-Biggemann,Topica universalis. Eine Modellgeschichte humanistischer und barocker Wissenschaft, Hamburg, 1983. On pourra également consulter, pour la topique aristotélicienne, la thèse d’Eugène Thionville, De la théorie des lieux communs dans les topiques d’Aristote et de ses principales modifications, Paris, 1855.

15 H. Zedelmaier, Bibliotheca universalis und bibliotheca selecta. Das Problem der Ordnung des gelehrten Wissens in der frühen Neuzeit, Köln, Weimar, Wien, 1992, pp. 73 sq.

16 Ibid., pp. 51-124, surtout pp. 89 sq.

17 Christian Weise, Gelehrter Redner, das ist : Ausfführliche und getreue Nachricht wie sich ein junger Mensch in seinen Reden klug aufführen soll, Leipzig, 1692, p. 550.

18 Jeremias Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum omnium ; Excerpendi Sollertia, Omnibus litterarum amantibus monstrata, München, 1638. Cf. Florian Neumann, « Jeremias Drexels Aurifodina und die Ar.s excerpendi bei den Jesuiten », in Die Praktiken der Gelehrsamkeit in der frühen Neuzeit, éd. par H. Zedelmaier et M. Mulsow. op. cit., pp. 51-61 et l’article de H. Zedelmaier dans le présent ouvrage.

19 D. G. Morhof, Polyhistor litterarius, op. cit., pp. 559 et 562 (« Excerpta usui & scopo nostro accommodanda »). Seuls les recueils d’extraits les moins utiles peuvent être rédigés par quelque secrétaire, précise Morhof. Les plus importants doivent en revanche impérativement être confectionnés par l’intéressé lui-même, puisque lui seul peut leur imprimer son ordre (ibid., p. 562).

20 J.L. [= John Locke], Méthode nouvelle de dresser des recueils communiquée par l’auteur, in Bibliothèque universelle et historique de l’année 1686, t. II (seconde édition revue et corrigée), Amsterdam, 1687, pp. 315-340 (la publication anglaise n’eut lieu qu’en 1706, désormais sous le nom de son auteur : John Locke, A New Method of Making Common-Place-Books, London, 1706) : « Si je veux mettre quelque chose dans mon recueil, je cherche un titre, à quoi je le puisse rapporter, afin de le pouvoir trouver, lorsque j’en ai besoin. Chaque titre doit commencer par un mot important et essentiel à la matière dont il s’agit […]. Quand je rencontre quelque chose que je crois devoir mettre dans mon recueil, je cherche d’abord un titre qui soit propre. » (ibid., pp. 320-321).

21 Cf. l’article de H. Zedelmaier dans le présent volume ainsi que : H. Zedelmaier, « Buch, Exzerpt, Zettelschrank, Zettelkasten », in Archivprozesse. Die Kommunikation der Aufbewahrung, éd. par Hedwig Pompe et Leander Scholz, Käln, 2002, pp. 38-53. Comme le montre H. Zedelmaier, l’armoire à fiches décrite par Vincentius Placcius dans De arte excerpendi. Vom gelehrten Buchhalten liber singularis (Stockholm/Hamburg, 1689) représente certes une émancipation par rapport au recueil relié de notes préconisé par la tradition humaniste ancienne. Mais de façon symptomatique, ce système de classement reste bien fondé sur le modèle de la topica universalis.

22 Cf. Frances Amelia yates, The Art of Memory, London, 1966 (trad. française : L’Art de la mémoire, trad. de l’anglais par Daniel Arasse, Paris, 1975).

23 D. G. Morhof, Polyhistor, op. cit., p. 560.

24 Platon, Phèdre, trad. et annoté par Luc Brisson, Paris. 1989, pp. 177-178 (274 c-276 a). Concernant le dédain des Grecs pour l’écriture et pour le livre dans la période pré-hellénistique, cf. entre autres Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Äge latin, tr. par Jean Bréjoux, Paris, 1956, pp. 474-480 (1re édition : E.R. Curtius, Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter, Bern, 1948).

25 D. G. Morhof, Polyhistor, op. cit., pp. 560-561 : « Provocat enim legentium attentionem excerpendi industria ; ipsa illa scriptio intelligentiam juvat, &. quod praecipuum est, certissimae hoc oblivionis remedium est. »

26 Cf. R. R. Bolgar, The Classical Heritage, op. cit., p. 272.

27 Francesco Sacchini, De Ratione Libros cum profectu legendi libellus, Ingolstadt, 1614 (trad. française : Moyens de lire avec fruit, trad. du latin par J.-M. Durey de Morsan, La Haye/ Paris, 1786). On peut également citer la méthode de Jeremias Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum omnium ; Excerpendi Sollertia, op. cit. Tous ces ouvrages insistent sur le fait que la confection de cahiers d’extraits ne doit pas affaiblir la mémoire.

28 Dominique Bouhours, La Manière de bien penser dans les ouvrages de l’esprit, Paris, 1705 (1re édition : Paris, 1687), fac-similé, avec introduction et notes de Suzanne Guellouz, s.l., 1988, ici p. 43.

29 Cf. Markus Krajewski, Zettelwirtschaft : Die Geburt der Kartei aus dem Geiste der Bibliothek, Berlin, 2002.

30 Cf. l’article de Catherine Volpilhac-Auger dans le présent volume.

31 Cf. l’article de H. Zedelmaier dans le présent volume. D. G. Morhof fait l’éloge du scrinium litteratum (armoire à fiches) décrit par Vincentius Placcius (cf. D. G. Morhof, Polyhistor, op. cit., p. 562).

32 Cf. l’article de Klaus Weimar dans le présent volume.

33 Cf. D. G. Morhof, Polyhistor, op. cit., respectivement pp. 561-562, 566, 565, 567.

34 D. G. Morhof, Polyhistor, op. cit., p. 563.

35 Cf. l’art du résumé pratiqué par l’érudit italien Celio Calcagnini et décrit par A. Grafton dans le présent volume.

36 Justus Christophorus Udenius, Excerpendi ratio nova. Das ist eine neue und sonderbahre Anweisung wie die studierende Jugend in jeden Wissenschaften, Disciplinen und Facultäten vornehmlich aber in Theologia homiletica ihre Locos communes füglich einrichten […], Nordhausen, 1681. Cf. l’article de H. Zedelmaier dans le présent volume.

37 Cf. les articles de C. Volpilhac-Auger et de S. Le Moël dans le présent volume.

38 J. G. Herder, <Plan zu einer Ästhetik> (tiré de : <Auseinandersetzung mit Baumgartens Æsthetica>), in J. G. Herder, Frühe Schriften, 1764-1772, éd. par U. Gaier, Frankfurt/Main, 1985 (J. G. Herder, Werke, éd. par M. Bollacher et al., vol. 1), pp. 659-676. Cf. l’article de Hans Dietrich Irmscher dans le présent volume. Ces extraits assortis de jugements critiques sont également courants chez Montesquieu ou chez Heinse.

39 C. Weise, Gelehrter Redner, op. cit., Leipzig, 1692, pp. 40 sq. Cette distinction entre collectanea et miscellanea a été largement diffusée en Allemagne. F.A. Hallbauer lui consacre par exemple de nombreuses lignes (cf. F.A. Hallbauer, Anweisung zur verbesserten Teutschen Oratorie, op. cit., p. 288).

40 Bibliothèque nationale de France, cabinet des manuscrits (fonds allemand), ALL., vol. 63, fol. 1, en titre : « Antiquitat. Graec. Collect. » ; All, vol. 66, fol. 1, en titre : « Extraits of English Poets » ; All., vol. 62, fol. 13, en titre : « Extraits touchant la vie des peintres » ; All., vol. 67, fol. 7, en titre : « Miscellanea Romana inchoata mense Nov. 1757 ».

41 Cf. dans le présent volume les articles de S. Le Moël et de Hans Georg von Arburg.

42 Original allemand des titres donnés par Lichtenberg et Herder à certains de leurs recueils (respectivement) : Schmierbücher ; Sammlungen von Beobachtungen und Aussichten : aus verschiedenen Schriften ; Beiträge zur Kenntniβ der Litteratur. On trouve, au XXe siècle encore, d’autres dénominations pour désigner ces recueils de lecture, comme la notion de « Passagenwerk » chez Walter Benjamin.

43 Cf. sur ce point mon propre article dans le présent volume.

44 Johann Gottfried Herder, Kritische Wälder. Alteres kritisches Wäldchen, in J. G. Herder,Schriften zur Ästhetik und Literatur 1767-1781, éd. par Gunter E. Grimm, Frankfurt/Main, 1993 (J. G. herder, Werke, éd. par M. Bollacher et al., vol. 2), pp. 11-55.

45 Cf. l’article de C. Helmreich dans le présent volume et Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, Würzburg, 1988, notamment pp. 294-317 (où sont donnés quelques exemples de ces collections thématiques).

46 G. C. Lichtenberg, Georg Christoph Lichtenbergs Aphorismen, éd. sur la base des manuscrits par A. Leitzmann, 5 vol.. Berlin, 1902-1908 (réimpression : Nendeln, 1968).

47 Cf. Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit., notamment pp. 9. 14-119, 319, ainsi que l’article de C. Helmreich dans le présent volume.

48 Cf. mon article dans le présent volume ainsi que, pour plus de détails, mon ouvrage : É. Décultot, Johann Joachim Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris, 2000, notamment pp. 11-14 et 36-37.

49 Il arrive en effet fréquemment à partir de 1782 que Jean Paul note sur un même feuillet des extraits issus d’œuvres différentes sans indiquer ces ruptures par un changement explicite de référence bibliographique – ce qui rend du reste particulièrement difficile l’utilisation de ces notes comme simples répertoires de sources. Cf. Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit., pp. 120-281.

50 Ann Blair, « Humanist Methods in Natural Philosophy : The Commonplace Book », in Journal of the history of Ideas, 53, 1992, pp. 541-551 ; Graham Rees, « An Unpublished Manuscript by Francis Bacon : Sylva Sylvarum Drafts and Other Working Notes », in Annals of Science, 38, 1981, pp. 377-412.

51 G.C. Lichtenberg, Schriften und Briefe, éd. par W. Promies, op. cit., vol. 2 (1971), p. 146 (Sudelbuch GII 68).

52 Pour Montesquieu et Heinse, cf. les articles de C. Volpilhac-Auger et de S. Le Moël dans le présent volume. Pour Winckelmann, cf. mon livre Johann Joachim Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, op. cit., pp. 263-265. Pour Jean Paul, cf. Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit., notamment pp. 270-280 (liste des extraits rassemblés dans la section « Géographie », souvent issus de récits de voyages).

53 Cf. supra les remarques sur l’association entre recueil d’adversaria et « brouillard » des commerçants d’une part, recueil ordonné de lieux communs et tabullae comptables d’autre part.

54 Au sens propre : « le comptable », « la comptabilité », « tenir ses comptes (ou ses registres de comptes) ».

55 Cf. la notion de « comptabilité érudite » (« Gelehrte Buchhalterey ») chez Johann Caspar Hagenbuch dans l’article de Klaus Weimar ainsi que l’itinéraire de Johann Georg Hamann décrit dans l’article de Sven Aage Jørgensen. Employé chez des commerçants de Riga, Hamann fut envoyé en Angleterre en 1758 pour y régler des transactions.

56 François Gayot de Pitaval, L’Art d’orner l’esprit en l’amusant, 2 vol., Paris, 1728, ici vol. 2, pp. 266-267.

57 Pour cette critique humaniste de l’extrait, cf. l’article d’A. Grafton dans le présent volume.

58 Cf. F. Goyet, « À propos de “ces pastissages de lieux communs” (le rôle des notes de lecture dans la genèse des Essais», art. cit. ; Zachary S. Schiffman, « Montaigne and the Rise of Skepticism in Early Modem Europe : a Reappraisal », art. cit., ici pp. 504-505.

59 Michel de Montaigne, Essais, éd. par Pierre Michel, 3 vol., Paris 1973 (1re édition, Paris, 1965), ici vol. 3, p. 343.

60 Lettre de Voltaire à Jean-Jacques Dortous de Mairan, 5 mai [1741], D 2479, in Correspondance, éd. par Theodore Besterman, vol. 8, Genève, 1970 (The complete Works of Voltaire, vol. 92), pp. 21-22 : « Sa raison insuffisante [de Leibniz], sa continuité, son plein, ses monades, etc. sont des germes de confusion dont M. Volf a fait éclore méthodiquement 15 volumes in-4° qui mettront plus que jamais les têtes allemandes dans le goût de lire beaucoup et d’entendre peu. »

61 Denis Diderot, Lettre sur les sourds et muets (1751), in D. Diderot, Œuvres complètes, éd. par J. Assézat, Paris, 1875 sq., vol. 1, p. 370.

62 F. A. Hallbauer, Anweisung zur verbesserten Teutschen Oratorie, nebst einer Vorrede von den Mängeln der SchulOratorie, Jena, 1725, fac-similé Kronberg/Ts., 1974, pp. 235-237, 287 sq.

63 Ibid., pp. 291-294.

64 G. C. Lichtenberg, Schriften und Briefe, éd. par Wolfgang Promies, op. cit., vol. 4, p. 788, lettre de Lichtenberg à Samuel Thomas Sömmerring, 18 ou 19 janvier 1791.

65 Les extraits tirés par Herder des œuvres de Winckelmann, Mendelssohn ou Hagedorn en vue de rédiger la Plastique sont en partie édités dans : J. G. Herder, Sämmtliche Werke, éd. par Bernhard Suphan, ét al., 33 vol., Berlin, 1877-1913 (fac-similé : Hildesheim/New York, 1967-68), ici vol. 8, pp. 116-163 (notamment n° 10, 11, 13, 16).

66 Cf. mon article dans le présent volume ainsi que, pour plus de détails, mon ouvrage : É. Décultot, Johann Joachim Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris, 2000, notamment pp. 295-300.

67 Notons que J.-M. Chatelain souligne également cette difficulté à trouver en français un terme approprié et compréhensible pour traduire le latin excerptum. Cf. J.-M. Chatelain, « Les recueils d’adversaria aux xvie et xviie siècles : des pratiques de la lecture savante au style de l’érudition », art. cit., p. 171.

68 Une grande partie des recueils de Montesquieu a par exemple été perdue (cf. l’article de C. Volpilhac-Auger dans le présent volume).

69 Michael will, « Die elektronische Edition von Jean Pauls Exzerptheften », in Jahrbuch für Computerphilologie, 4, 2002, pp. 167-186. Cet article est également consultable à l’adresse électronique suivante : http://computerphilologie.uni-muenchen.de/ejournal.html. Cf. également : Thomas Wirtz, « Die Erschließung von Jean Pauls Exzerptheften », in Jahrbuch der JeanPaul-Gesellschaft, 34, 1999, pp. 27-30. Par ailleurs, la Winckelmann-Gesellschaft (Stendal) est en train de réaliser, au moins pour son usage interne, un catalogue numérisé des extraits de Winckelmann. Pour les projets de publications concernant la bibliothèque manuscrite de Montesquieu et les carnets de notes de Heinse, cf. les articles de C. Volpilhac-Auger et de S. Le Moël dans le présent volume.

70 Cf. H. Zedelmaier, « De ratione excerpendi : Daniel Georg Morhof und das Exzerpieren », art. cit., pp. 91-92.

71 Les quelques travaux qui ont été consacrés à l’activité de copiste de Winckelmann ont en effet longtemps cherché à souligner son originalité absolue par rapport au corpus pris en note. L’idée est par exemple fréquente dans la monographie monumentale que Carl Justi lui consacre au XIXe siècle (cf. C. Justi, Winckelmann und seine Zeitgenossen, 3 vol., Leipzig, 1898 [1re édition : 1866-1872], ici vol. 1, pp. 400-403). Gottfried Baumecker fournit également un exemple remarquable de ce type d’analyse. S’il est obligé de reconnaître que l’expression fameuse « edle Einfalt, stille Grö βe » est ni plus ni moins la traduction d’un topos de la tradition classique européenne, très présent dans la bibliothèque manuscrite de Winckelmann, il s’empresse dans le même temps de maintenir néanmoins le principe de son inaliénable originalité, au terme d’une démonstration assez alambiquée (cf. Gottfried Baumecker, Winckelmann in seinen Dresdner Schriften. Die Entstehung von Winckelmanns Kunstanschauung und ihr Verhältnis zur vorhergehenden Kunsttheoretik mit Benutzung der Pariser Manuskripte Winckelmanns dargestellt, Berlin, 1933, pp. 59 sq.). Le peu d’intérêt que les notes de lecture de Winckelmann, pourtant très riches, ont suscité jusqu’à une date récente confirme cette tendance.

Auteur

CNRS
UMR 8547. Pays germaniques/Transferts culturels
École normale supérieure
Paris

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search