Version classiqueVersion mobile

Histoire économique du cinéma français

 | 
Laurent Creton

Chapitre IX. État et marché : les enjeux d’une politique d’intervention publique

Laurent Creton

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1941, le Crédit National fut mobilisé par l’État français pour installer et gérer un système de financement de la production cinématographique : l’État engage ses propres ressources, l’établissement financier exerçant une fonction d’intermédiaire chargé de l’exécution des opérations. Il attribue des avances économiques sur ressources spéciales du Trésor, la décision revenant à des comités largement composés de hauts fonctionnaires. Il rend accessibles aux producteurs des capitaux qui leur font structurellement défaut, et en outre à un taux avantageux.

Entre 1941 et 1965, sur les 2 290 longs-métrages produits en France, le Crédit National a reçu 904 demandes d’avances à la production, soit une moyenne de 38 par an et un peu moins de 40 % du volume de production ; sous l’Occupation, c’est un film produit sur deux qui fait l’objet d’une demande. L’engagement du Crédit National dans le financement de la production cinématographique française a une portée différente selon les périodes ...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search