Version classiqueVersion mobile

Histoire économique du cinéma français

 | 
Laurent Creton

Chapitre VIII. Le cinéma des années cinquante

Laurent Creton

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le cinéma des années cinquante est souvent présenté comme enchâssé dans un entre-deux : il se dégage à peine de l’immédiat après-guerre et précède la période de la Nouvelle vague devenue une telle référence emblématique qu’elle conduit fréquemment à relire cette période à la lumière de ce qui lui a succédé. Dans l’après-guerre, se manifeste une certaine continuité avec l’école française des années trente, composée de réalisateurs tels que Carné, Duvivier, Feyder ou Renoir. Dans son panorama du cinéma français de 1957, Bazin peine à trouver une analyse éclairante de la première partie des années cinquante et se contente de confirmer qu’il s’agit bien d’un cinéma du réalisme, tout en y apportant quelques nuances : au « réalisme noir et poétique » de l’avant-guerre se serait substitué un « réalisme psychologique ». On reste dans les généralités : un réalisme psychologique pour le distinguer du réalisme social. On retrouve la noirceur des scénarios, le pessimisme, le goût du tragique et...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search