Version classiqueVersion mobile

Histoire économique du cinéma français

 | 
Laurent Creton

Chapitre VII. Le cinéma français dans l’après-guerre

Laurent Creton

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au lendemain de l’Occupation, l’industrie cinématographique française, comme de nombreux autres secteurs, est sinistrée. Au cours de l’année 1943 les pénuries et les destructions se sont multipliées, et en juillet 1944 la situation est si critique que les films en cours de tournage doivent être interrompus. Au mois d’août, une commission du Comité de libération du cinéma français (CLCF) se mobilise afin de préparer les conditions d’un redémarrage de l’activité. Le dirigisme continue à prévaloir, compte tenu des manques de toutes sortes et de la politique de rationnement qui doit être poursuivie. Par une ordonnance du 22 juin 1944 appliquée à partir du 24 août, le contrôle du secteur cinématographique revient à l’autorité militaire, et c’est l’ordonnance du 3 juillet 1945 qui le ramène dans le régime civil1.

À la Libération, l’administration économique et financière du pays mêle les permanences jugées nécessaires et les innovations rendues souhaitables. Quelques hiérarques sont rempla...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search