Version classiqueVersion mobile

Histoire économique du cinéma français

 | 
Laurent Creton

Chapitre VI. À l’origine de l’inflation du coût des films. L’intervention du Crédit National dans le cinéma français

François Garçon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À quoi tient l’inflation des budgets dans l’industrie cinématographique ? Sur cette question, essentielle puisqu’elle renvoie au douloureux problème du financement des films, à Paris comme à Hollywood, hier comme aujourd’hui, tous les experts se sont penchés. Sont régulièrement imputés ou incriminés, c’est selon, le cachet des comédiens, les frais généraux extravagants, paraît-il justifiés des producteurs, ou, plus récemment, la débauche d’effets spéciaux1.

En la matière, la France, à un moment charnière de son histoire, s’est singularisée. Une fois encore ses élites administratives ont innové. Avec le régime d’avances à la production, la France de Vichy a en effet concocté une mécanique financière à très fort impact négatif, notamment sur le prix de revient des films. Aux ressorts inflationnistes alors identifiés (surenchère dans la chasse aux vedettes, laxisme comptable, économie de casino), elle en a rajouté un, inédit, qu’aucune autre industrie cinématographique, à notre connaiss...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search