Version classiqueVersion mobile

Le Monténégro et l’Italie durant la Seconde Guerre mondiale

 | 
Antoine Sidoti

Avant-propos

Texte intégral

1En avril 1941, les puissances de l’Axe envahissent le royaume de Yougoslavie. Les Allemands reconnaissent à l’Italie fasciste des « droits historiques » sur le Monténégro (qui est le pays natal de Jelena, princesse PetroviĆ Njegoš, épouse du roi Victor-Emmanuel III), et sur le « territoire dalmate » du golfe des Bouches de Kotor, situé face à la région des Pouilles. L’armée italienne procède ainsi à l’occupation du Monténégro et des Bouches de Kotor. Deux mois plus tard, à partir du 13 juillet, le soulèvement populaire oblige les Italiens à « réoccuper » la majeure partie de la région.

2Dans le contexte de la guerre contre l’occupant, le parti communiste s’organise pour combattre l’occupant fasciste, mais aussi avec l’idée de faire entrer le pays dans une « Yougoslavie nouvelle ». Certains Monténégrins souhaitent accueillir l’occupant dès lors que celui-ci redonne au Monténégro l’indépendance qu’il avait eue jusqu’à la Première Guerre mondiale. D’autres voudraient résister à l’occupant, mais ils préfèrent encore œuvrer « momentanément » à son côté pour combattre ensemble l’ennemi commun « bolchevique » afin d’éviter les bouleversements annoncés par ce dernier.

3Le récit de cette occupation, que nous proposons, représente à nos yeux le « nœud » d’une toile à la structure complexe, vers lequel convergent les fils du passé de cette région balkanique, et d’où partent d’autres fils qui nous relient à l’actualité yougoslave de la fin du XXe et des Slaves du Sud du début du XXIe siècles, depuis que la Yougoslavie n’existe plus.

4Après un « Avertissement » permettant au lecteur de se familiariser avec des points formels, et le présent « Avant-propos » dans lequel sont exposées la structure générale de ce volume et des données d’ordre méthodologique, notre « Introduction » traite de l’évolution tourmentée de la Yougoslavie, depuis sa naissance, en 1918, jusqu’à l’invasion d’avril 1941 par les pays de l’Axe. L’objet de cette Introduction est de servir de base de réflexion pour mieux cerner les déchirures des « faux frères » sud-slaves lors de la Seconde Guerre mondiale, et, dans le prolongement, l’implosion de la République post-titiste à partir de la dernière décennie du XXe siècle. Le Monténégro y a toute sa place.

5La « Première partie », qui est le cœur de notre ouvrage, intitulée « Le “Governatorato” du Monténégro », montre comment le Monténégro, connu pour la rudesse extraordinaire de son sol et pour l’amour, historiquement attesté, de la liberté de ses habitants, subit l’occupation fasciste d’avril 1941 à septembre 1943, avant que les nazis n’interviennent à leur tour, en septembre 1943, en qualité de « frères libérateurs ».

6Pour constater sur quelles bases, historiques et psychologiques, se construit l’échec de l’occupant, nous entrons dans certains aspects de l’« actualité brûlante » de la mythologie monténégrine héritée du passé ainsi que dans celle du poème intitulé Les Lauriers de la montagne (« Gorski vijenac »), publié en 1847, œuvre majeure du prince-évêque Pierre II PetroviĆ Njegoš (grand-oncle de la reine d’Italie), qui est le chef-d’œuvre de la littérature serbe tout entière. Les frères ennemis yougoslaves les plus irréconciliables, les tchetniks et les partisans, se disputent, particulièrement sur le sol monténégrin, l’ homme et son œuvre pendant la Seconde Guerre mondiale ; et, dans le prolongement de sa prise du pouvoir, le vainqueur de la lutte fratricide, Tito, s’approprie le poème et son auteur dans l’après-guerre pour les utiliser selon ses besoins.

7La « Seconde Partie », intitulée « La “province italienne” des Bouches de Kotor », montre comment cette province située à l’extrême sud du « “Governatorato” de la Dalmatie » est devenue « italienne », en 1941, conformément à la logique de la « mission universelle de Rome » revisitée par l’idéologie fasciste, lors de la Seconde Guerre mondiale, au même titre que n’importe quelle autre province de la Péninsule. Nous constaterons comment elle s’insère dans le puzzle monténégrin plus que dans celui dalmate stricto sensu.

8De même que le Monténégro, les Bouches de Kotor aussi seront occupées par les Allemands, en septembre 1943, avant d’être intégrées dans la Yougoslavie titiste, en 1945.

9Caractérisées par leur géographie majestueuse, les Bouches de Kotor sont une véritable forteresse naturelle et, en tant que telles, elles furent convoitées depuis des temps immémoriaux. Les livres d’histoire ne leur consacrent, au mieux, que quelques lignes, ou de rares allusions.

  • 1 Galeazzo Ciano, Diario 1937-1943 (a cura di Renzo De Felice), Edizione intégrale, Milan, Biblioteca (...)
  • 2 Paolo Puntoni, Parla Vittorio Emanuele III. Bologne, Il Mulino, 1993.
  • 3 Carlo Umiltà, Jugoslavia e Albania, Cernusco sul Naviglio, Garzanti, 1947.
  • 4 Pierre II DE Yougoslavie, La Vie d’un roi : mémoires, Paris, Denoël, 1955.

10Les textes historiques constituent l’épine dorsale de notre ouvrage. S’agissant du récit de l’occupation italienne desdits territoires, nous avons puisé notamment dans la documentation des archives administratives de l’État italien et dans les archives militaires de l’état-major de l’Armée italienne de terre, de mer, et de l’air. Cette documentation est très riche et, de rares extraits mis à part, elle n’a encore jamais été proposée au public français. De plus, nous accordons une place privilégiée aux mémoires de quelques protagonistes, témoins des événements qui nous intéressent, notamment : ceux du comte Galeazzo Ciano1, gendre de Mussolini et Ministre des Affaires Étrangères du royaume d’Italie ; ceux de Paolo Puntoni2, général aide de camp de Victor-Emmanuel III ; ceux de Carlo Umiltà3, diplomate de carrière qui a rempli des missions officielles civiles au cours de la première Yougoslavie et au cours de la Seconde Guerre mondiale ; ceux du préfet de la province italienne des Bouches de Kotor, Francesco Scassellati Sforzolini (Archives de l’« Ufficio Storico » de l’état-major de la marine, à Rome) ; ceux du roi Pierre II de Yougoslavie4. Cette liste n’est pas exhaustive. Nous avons choisi de les citer textuellement, chaque fois que cela nous semblait nécessaire, plutôt que de les paraphraser.

11Nos sources yougoslaves aussi sont nombreuses mais, contrairement aux sources italiennes, elles sont le plus souvent filtrées par des traductions en langue étrangère. Parfois, les auteurs publiés hors de la Yougoslavie sont, en fait, des chercheurs yougoslaves ou d’origine yougoslave travaillant dans des universités en Yougoslavie ou à l’étranger.

12En Yougoslavie, nous avons eu beaucoup de mal à entrer en possession de la documentation que nous recherchions, « autre » que celles officielles d’usage. Souvent, nous avons rencontré des difficultés pour pénétrer ou, tout simplement, nous installer dans la salle de lecture (d’ailleurs, totalement vide) de la bibliothèque où nous avions choisi de nous rendre. Mais, c’était au cours de la dernière et dramatique décennie du XXe siècle...!

13Cependant, nous ne négligeons pas d’autres genres, notamment les émissions postales, quand elles résultent d’une volonté politique précise. Tantôt les conditions de leur émission, tantôt leur iconographie, parfois les deux réunies, nous permettent d’éclairer le « travail » de l’histoire, d’entrer « autrement » dans le dialogue complexe qui s’instaure entre l’émetteur et le destinataire. Nous croyons que cette démarche, aussi, nous aide à accéder « au cœur » de l’histoire telle que nous la comprenons et nous la représentons à l’intérieur des données événementielles. Pour ceux que cela intéresse, nous donnons, en note, les références correspondantes.

14 Enfin, toujours dans le cadre de la documentation, pour stimuler l’intérêt du lecteur, nous proposons un crédit photographique important et divers. Nous avons essayé de placer les reproductions de manière qu’elles soient les plus proches possibles du moment du récit : soit en début de chapitre, soit in texto, et plus rarement, en fin de chapitre.

  • 5 Paul Garde, Vie et mort de la Yougoslavie, édition augmentée, Paris, Fayard, 1992, p. 9.

15Par notre contribution, nous proposons au lecteur d’essayer d’entrer, avec les outils que nous avons choisis et avec les limites que cela implique, dans un domaine complexe mais fascinant, celui de l’histoire récente d’une région mal connue ; parce que : « aux yeux de beaucoup de nos compatriotes, les problèmes [des] peuples [Sud-slaves] restent incompréhensibles. Les protagonistes sont mal identifiés et les enjeux ignorés. En outre, leur passé, plus encore que n’importe où dans le monde, conditionne les comportements et obsède les mémoires. Or, ce passé est chez nous mal connu5. »

Notes

1 Galeazzo Ciano, Diario 1937-1943 (a cura di Renzo De Felice), Edizione intégrale, Milan, Biblioteca Universale Rizzoli, 1996. Les mémoires de Galeazzo Ciano, ou plutôt ses « notes » prises au jour le jour, constituent l’une des sources historiques de première importance que les Allemands essayèrent en vain de saisir afin de les détruire, et que l’auteur n’eut pas le temps de rédiger comme il l’aurait souhaité. Elles contribuent à la compréhension de l’évolution de la politique des pays de l’Axe Rome-Berlin avant et pendant la guerre. Quelques jours avant son exécution par le tribunal de la République sociale italienne de Mussolini, dans le nord de l’Italie, le 23 décembre 1943, Ciano écrit depuis la cellule n° 27 de la prison de Vérone : « je déclare que pas un mot n’est faux dans tout ce que j’ai dit dans mes Mémoires, ou exagéré ou dicté par un esprit partisan » (Ibid., « Introduction », p. 22).

2 Paolo Puntoni, Parla Vittorio Emanuele III. Bologne, Il Mulino, 1993.

3 Carlo Umiltà, Jugoslavia e Albania, Cernusco sul Naviglio, Garzanti, 1947.

4 Pierre II DE Yougoslavie, La Vie d’un roi : mémoires, Paris, Denoël, 1955.

5 Paul Garde, Vie et mort de la Yougoslavie, édition augmentée, Paris, Fayard, 1992, p. 9.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search