Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire économique du cinéma français

 | 
Laurent Creton

Chapitre V. Roger Richebé, un producteur sous l’Occupation : questions aux archives*

Jean-Pierre Bertin-Maghit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on en croit le critique Henri Jeanson, il n’y aurait à retenir de Roger Richebé que son surnom : « pauvre c… ». Si l’on en croit le scénariste Carlo Rim, il aurait pu faire partie de cette catégorie de producteurs qui n’ont jamais produit qu’un mauvais effet. Pourtant, Roger Richebé aux yeux de l’historien du cinéma est un de ces rares producteurs français à avoir dominé la profession entre 1933 et 1957. Il côtoie le milieu du cinéma marseillais dès l’âge de sept ans, en 1904, car sa mère, rêveuse et passionnée de théâtre, décide d’ouvrir une salle de quartier, Le Populaire Cinéma, dans une chapelle désaffectée. Son père quitte l’administration des docks pour soutenir l’entreprise. Le jeune Richebé commence sa carrière au début des années 1920 comme chargé de la programmation des salles de ses parents – qui ouvriront, par la suite, Le Provence Cinéma et Le Royal Rio – puis devient directeur commercial pour le Midi du circuit Pathé-Consortium. Il se lance dans la production en 1...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.