Version classiqueVersion mobile

Pierre-Marie Durand et l’Énergie industrielle

 | 
Catherine Vuillermot

Sources

Texte intégral

1L’essentiel des sources provient des archives EDF déposées à Blois. Entre le commencement et l’achèvement de ce travail, plusieurs classements se sont succédé. Après avoir envisagé le sujet à partir des bordereaux de versement et d’un inventaire sommaire manuscrit, j’ai dû effectuer la majeure partie des dépouillements à l’aide de « la mémoire écrite de l’électricité et du gaz », Les archives des anciennes sociétés, en deux tomes, publiés en 1990 et 1991. L’introduction précise que « ce travail d’analyse ne s’est pas accompagné comme il est d’usage d’un reclassement, ce qui explique l’absence de cotation ».

2L’exposé des motifs du projet de loi de 1946 dénombrait 2 400 entreprises électriques. Toutes ne furent pas nationalisées. Les experts répartirent les sociétés en 52 groupes et le groupe Durand reçut le numéro 01. La cotation distingue deux ensembles de compagnies : celles qui demeurent jusqu’en 1946, c’est-à-dire les filiales, et celles qui ont été absorbées avant par une autre société. Ainsi, l’Énergie industrielle, société mère du groupe 1, porte le numéro 01.01 : elle est le premier ensemble à être présenté. Toutes les sociétés qu’elle a absorbées sont classées dans l’ordre chronologique de leur intégration à la société mère. Elles sont désignées par la cote du groupe, puis celle de la société mère et, enfin, par un numéro d’identification, soit 01.01.01 pour la première entreprise absorbée, la Société électrique de Dieulefit et Valréas. Quant aux compagnies dépendantes de l’Énergie industrielle, elles sont regroupées sous la dénomination du groupe, soit 01, puis numérotées à la suite de la société mère. Ainsi, l’Hydro-Électrique des Basses-Pyrénées est cotée 01.09 et la Société des forces motrices de l’Est 01.22. Les deux premières rubriques – société mère, compagnies absorbées et filiales – fournissent donc une première définition du groupe, reprise et rectifiée depuis. En effet, un certain nombre de compagnies, cotées par exemple 01.65 ou 01.89, n’ont apparemment aucun lien avec le groupe, mais constituaient de modestes enclaves dans des territoires dominés par les Durand. C’est probablement à ce titre qu’elles ont été rattachées au groupe au moment de la nationalisation et de l’établissement du classement.

3Un nouveau classement et surtout une nouvelle cotation sont intervenus en 1996. Les autres fonds disponibles aux archives EDF de Blois comme Rohan ou Pierrefond – ce dernier regroupant essentiellement des registres comptables – ont été intégrés dans le fonds général. Une table de correspondance a été dressée pour le fonds général ancien, car les archives d’une ancienne boîte peuvent désormais être réparties dans plusieurs boîtes nouvelles. En revanche, il n’existe pas de table de correspondance entre l’ancien fonds Rohan et le nouveau classement. Or, ce fonds, 168 mètres linéaires provenant des Archives nationales, comprenait des archives de nature très variée. Il m’a ainsi été impossible de savoir ce que sont devenues certaines cotations précises.

4Le nouvel inventaire étant remarquablement détaillé, je n’ai pas cru utile d’établir une présentation exhaustive et pointue des sources consultées. Je renvoie à cet inventaire qui présente, par exemple, la Société générale de force et lumière en 14 pages ou la société mère en 140 pages ! Hormis la cotation des archives EDF de Blois, consistant en un numéro de boîte, j’ai eu recours à quelques archives du Crédit lyonnais. Celles-ci sont répertoriées sous les sigles DEEF ou DAF, c’est-à-dire respectivement direction des études économiques et financières et direction des affaires financières. Pour une présentation complète, voir la thèse.

Énergie industrielle

5• Constitution de la société : 719 286 à 719 291 Le travail sur l’actionnariat a été établi à partir de ces boîtes.

6• Archives de direction : 719 303 à 719 317

7Documentation fondamentale pour connaître l’histoire quotidienne de la société et pour établir l’analyse des bilans et les ratios.

8• Relations avec les partenaires professionnels : 719 318 à 719 378

9Ce terme désigne exclusivement les sociétés ou les personnes dont l’activité concerne l’électricité ou le gaz. On a opéré une étude plus ou moins approfondie en fonction des entreprises évoquées. Certaines boîtes ont donc été survolées.

10• Vie de l’entreprise-affaires générales : 719 380 et 719 382

11C’est une rubrique à vocation généraliste. On y trouvera des documents concernant l’organisation générale de la société (textes réglementaires, relations avec les pouvoirs publics, organisation interne...) ainsi que sur la vie des services.

12• Immobilier-domaine : 719 401

13• Activité financière : 719403 à 719 423

14Ces énormes registres ont été consultés de façon ponctuelle, pour obtenir des précisions sur certaines opérations financières.

15• Comptabilité : 719 533 à 719 584 et 719 600 à 719 606

16On y retrouve les registres de comptabilité (journal, grand livre...). Ils proviennent d’un versement effectué par les archives nationales au dépôt EDF de Blois. Des sondages ont été effectués dans cet ensemble documentaire. Les informations sont souvent ponctuelles et partielles, donc difficilement utilisables dans un souci statistique.

17• Affaires juridiques et contentieux : 719 614 et 719 635

18Ce sont des pièces de procès et des études juridiques menées sur tel ou tel aspect de la législation. Pour l’ensemble de ces archives on a procédé à des sondages dans quelques boîtes et constaté qu’il s’agissait d’affaires souvent secondaires, embrouillées et pas directement en rapport avec la problématique générale du sujet.

19• Activité technique : 719 636 à 719 642

20• Activité commerciale : 719 644

21• Personnel : 719 645 et 719659, 719663, 719665, 719666, 719674 à 719679, 719703 à 719706, 719710, 719722, 719723, 719726, 719727, 719733, 719740, 719741, 719758, 719759, 719766 à 719 769, 719 781, 719 794, 719 796, 719 797, 719 859 à 719 869

22Les informations disponibles sont décevantes et difficilement utilisables car elles concernent rarement tous les réseaux ou toutes les catégories de personnel. Les boîtes 719 795 à 719 854 portent l’intitulé : régime des retraites. Une des 60 boîtes a été dépouillée. Il s’agit, en fait, des retenues sur salaires centre par centre. C’est donc une documentation beaucoup trop détaillée pour mon sujet d’étude ; elle ne permet pas l’élaboration d’une synthèse.

23• Nationalisation : 719891, 719898, 719901, 719905 et 719 906

Sociétés absorbées et filiales

24• On ne dispose par d’archives pour deux compagnies absorbées : la Compagnie lyonnaise hydro-électrique (01.02) et la Compagnie des eaux et électricité de Madagascar (01.03), sinon on a consulté entre une et quinze boîtes selon les disponibilités et l’importance de la société, soit au total 181 boîtes pour les entreprises absorbées. En outre, quelques dossiers du Crédit lyonnais concernent des compagnies absorbées comme la Société hydro-électrique de Lyon.

25• 229 boîtes d’archives ont été analysées pour connaître l’histoire des filiales productrices ou distributrices d’électricité et de quelques sous-filiales de la société générale de force et lumière, par exemple (01.02 à 01.48). Cependant, par exemple, la Compagnie du gaz de Lyon qui comprend 555 boîtes d’archives et a fait l’objet d’une thèse, a connu une sélection très restrictive, avec seulement 12 boîtes consultées. De plus, des dossiers du Crédit lyonnais ont complétés l’information disponible pour quelques filiales comme la Société lyonnaise des forces motrices du Rhône ou la Société des forces motrices de l’Est.

26• Enfin, on a ajouté les entreprises non nationalisées (à partir de 53.17), comme les holdings et les sociétés étrangères, soit 12 boîtes. Quant à l’Entreprise industrielle, les documents ont été consultés au siège de la société, 29 rue de Rome, Paris. Il est souvent fait mention de cette filiale de travaux publics dans les archives du groupe, mais il n’existe pas de cotation spécifique de l’entreprise.

27• 12 boîtes, concernant quelques concurrents des Durand comme l’UNIE ou l’Énergie électrique du littoral méditerranéen, ont été lues afin d’avoir une vue contradictoire des affaires d’interconnexion et des ententes, principalement.

Sources imprimées

28• Annuaires et atlas

29On a consulté divers annuaires, en particulier, l’Annuaire du syndicat professionnel des producteurs et distributeurs d’énergie électrique, pour de nombreuses années, et l’Annuaire de la houille blanche française et des forces naturelles mondiales.

30Atlas hydro-électrique de la France, édité par la Chambre syndicale des forces hydrauliques de l’électrométallurgie et de l’électrochimie, Paris, 1945.

31• Journaux financiers

32Quelques numéros des nouvelles économiques et financières, de L’Information économique et financière ainsi que La Vie financière.

33• Revue générale d’électricité : pour les statistiques et les présentations techniques concernant les sites de production et l’interconnexion.

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search