Version classiqueVersion mobile

Pierre-Marie Durand et l’Énergie industrielle

 | 
Catherine Vuillermot

Préface

Dominique Barjot

Texte intégral

1L’ouvrage que Catherine Vuillermot offre à votre plaisir est un maître livre. Il comble une lacune majeure dans l’histoire de l’électrification. En effet, il reconstitue celle du second plus grand groupe français de l’électricité avant la nationalisation de 1946 : le groupe Durand. S’appuyant sur les méthodes les plus récentes de la gestion, de l’économie et de la sociologie industrielle, Catherine Vuillermot apporte une contribution de premier ordre à l’histoire de la formation des groupes industriels et financiers, de leurs dirigeants et de leurs politiques sociales. L’ouvrage s’impose au premier chef par sa cohérence et sa rigueur, mais aussi la qualité de sa rédaction. Il met une nouvelle fois en valeur l’intérêt exceptionnel des archives EDF de Blois ainsi que celles du Crédit lyonnais.

2L’ouvrage comporte quatre parties. La première présente la nébuleuse Durand. Elle décrit d’abord la naissance du groupe et ses hésitations stratégiques de 1924 à 1926, puis l’extension du groupe par croissance externe entre 1925 et 1935. La deuxième partie se concentre sur le groupe Durand dans sa réalité humaine. L’actionnariat de la société mère du groupe, l’Énergie industrielle, y est détaillé en des pages d’une grande finesse d’analyse. Puis l’auteur précise encore son propos en passant au peigne fin la population des administrateurs des principales sociétés, mettant bien en évidence la prééminence de la famille Durand. Enfin, il décrit avec précision, à propos du groupe, sa grande souplesse de gestion dans la politique salariale et sociale interne.

3La troisième partie s’impose par sa profonde originalité : rares en effet sont les historiens maîtrisant aussi bien que Catherine Vuillermot les techniques de l’analyse comptable. Cette partie démontre de manière irréfutable comment les stratégies financières s’organisent autour d’une structure du risque. Le holding s’impose, entre 1927 et 1945, comme l’instrument privilégié de structuration d’un groupe constitué de multiples participations. Confrontés à la question classique – faut-il privilégier l’autofinancement ou les actionnaires ? – Pierre-Marie Durand et ses collaborateurs parviennent assez bien à concilier ces deux impératifs contradictoires. À cet égard, un recours délibéré au financement externe, ne reculant pas devant la prise de risques, assure les moyens d’une expansion rapide, selon un authentique processus d’offre créatrice.

4Quant à la quatrième et dernière partie, elle apporte un éclairage original sur la liaison entre stratégie d’entreprise et choix techniques. Catherine Vuillermot montre la pratique constante de la concentration et de la rationalisation : à la phase de croissance par absorption, de 1907 à 1935, succède une seconde phase de rationalisation interne poussée à l’extrême, à partir de 1936 et jusqu’en 1945. P.-M. Durand refuse longtemps d’investir directement dans la production, préférant miser sur la distribution ou s’assurer par rachat ou fusion le contrôle du potentiel productif de la concurrence. Enfin, le groupe Durand conclut une multitude d’ententes afin de renforcer son accès à la clientèle par la distribution et l’interconnexion.

5Dans son livre, l’auteur est réellement le premier à pouvoir cerner l’une des plus grandes figures du capitalisme français contemporain, celle de Pierre-Marie Durand, avoué de formation, mais devenu, en une génération, le patron incontesté d’un groupe puissant, qui comptait dix mille employés à la veille de la nationalisation. Catherine Vuillermot montre bien comment le groupe Durand a su gérer les spécificités de son secteur et assurer l’influence des Durand dans la production, le transport et surtout la distribution de l’électricité. Le groupe adapte sa stratégie aux circonstances, tout en s’efforçant, sur le long terme, de concentrer et de rationaliser ses structures. La structure du groupe, clé de sa réussite, favorise une efficace stratégie de financement. P.-M. Durand se révèle à la fois un « admirable directeur des ressources humaines » et un « entrepreneur de première valeur » dont le groupe fait figure, à bien des égards, d’archétype du capitalisme français.

6En second lieu, l’apport méthodologique de cet ouvrage est considérable. L’auteur a abordé de front l’étude comptable : elle a procédé de façon systématique à l’analyse des structures de bilans, étudié avec précision l’évolution des grands agrégats, recouru avec une grande clairvoyance à l’analyse des ratios. S’intéressant de près aux techniques de l’économie industrielle, elle a excellemment relié l’analyse financière à celle menée en termes d’économie industrielle. De même, l’on ne peut que reconnaître la qualité de son analyse des réseaux sociaux « actionnaires et administrateurs » ainsi que sa bonne compréhension des évolutions techniques.

7Enfin, Catherine Vuillermot illustre, de façon convaincante, l’analyse schumpétérienne de l’entrepreneur, en montrant que l’innovation n’est pas seulement technique, mais aussi financière, organisationnelle, voire sociale. Elle dépeint P.-M. Durand comme un dirigeant en avance sur son temps, selon un modèle que ne renierait pas Galbraith. Elle montre aussi toute son ambiguïté : « ce négociant en électricité » ne recule pas devant le débauchage des compétences, au détriment des ses concurrents, sait tirer avantage des règles du service public, mais aussi mettre en place et faire fonctionner un groupe largement décentralisé. Il donne une claire priorité à la demande des ménages tandis que la plupart de ses concurrents privilégient la traction et la demande industrielle (ou force motrice).

8Assurément, le livre de Catherine Vuillermot fait honneur à la communauté scientifique française et même internationale. La facilité avec laquelle l’Association française d’histoire de l’électricité a décidé de le soutenir, la mention au prix de l’entreprise du Crédit lyonnais attestent de la reconnaissance unanime d’une œuvre qui classe d’ores et déjà Catherine Vuillermot parmi les meilleurs spécialistes d’un champ, l’histoire de l’électricité, dans lequel on compte pourtant nombre de travaux d’un haut niveau scientifique.

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search