Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Carnets. Tome II Carnets Marcel Cachin – année 1920

Carnets. Tome II

 | 
Marcel Cachin

Année 1920

Carnets Marcel Cachin – année 1920

Texte intégral

Mai

29 mai 1920

1En France.

2Les chefs socialistes, dépourvus de conscience révolutionnaire, ont atténué l’esprit combatif et l’attitude offensive du prolétariat français. Non, après toutes ces guerres, le Français a été la proie du mysticisme réactionnaire, clérical et militaire.

30 mai 1920

3À Berlin, entrée en relation avec les organismes qualifiés de la IIIe Internationale.

31 mai 1920

4La situation des Républiques baltes.

5En Russie, les républiques formées ou en formation, au-delà du Caucase, Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan, sont-elles reconnues par la république des Soviets et affiliées ou non avec elle ?

Juin

1er juin 1920

6En route pour Moscou.

7Mission en Russie. Juin 1920.

8Berlin.

2 juin 1920

  • 1 Otto Bauer (1881-1938) théoricien du marxisme et dirigeant socialiste autrichien, fut secrétaire d’ (...)

9Étude de O. Bauer1 sur : bolchevisme et socialisme. Un décret bolchevique a remis l’administration du sol ainsi que les biens domaniaux et ecclésiastiques aux comités agraires de paysans. Derrière toute une armée contre-révolutionnaire, le paysan russe voit le propriétaire terrien qui veut reprendre son sol. C’est pourquoi il est prêt à défendre la dictature du prolétariat contre les tentatives de la contre-révolution. Les bolcheviks ont donné aux paysans la terre et l’administration des villages. Les bolcheviks essayèrent de pénétrer dans la commune. Ils n’y réussirent pas : les paysans ont chassé les comités de pauvres. Ils ont refusé de répondre aux réquisitions. Ils ont restreint les emblavures. En ce moment, les bolcheviks laissent le paysan tranquille et celui-ci, sans se soucier de ce qui se passe dans les villes, vit dans le cercle de ses intérêts locaux.

10Le congrès panrusse des Soviets, conseil suprême de la république, est composé de représentants des Soviets des villes (un par 25 000 membres), puis des représentants des Soviets de gouvernement (villes et campagnes), 1 par 125 000 membres ; les Soviets des ouvriers sont nommés par les ouvriers directement, ceux des campagnes votent à plusieurs degrés, de telle sorte que la voix d’un paysan ne vaut que le vingt-cinquième de celle d’un ouvrier. Ainsi les droits politiques des paysans sont limités. On ne pourrait nulle part, en Europe occidentale, transporter de telles méthodes. Seul l’état arriéré du paysan russe l’a permis.

11Nous sommes arrivés à Cologne, mardi midi, 1er juin, déjeuner abondant chez Neumayer, 35 marks par personne, pas de pain. Café et sucre. La ville est pleine d’Anglais. Elle semble vivre d’une vie normale. Les prix sont énormes. Une chemise : 150 marks, un costume : 1 500 marks, une paire de souliers : 600 marks. Nous interrogeons un patron qui nous affirme que les ouvriers travaillent 8 heures et que les salaires s’élèvent de 45 à 50 marks par jour. Les habitants sont propres, bien habillés, sauf que nombre d’enfants vont nu-pieds. Au Volkshaus, tout est en réparation. Nous n’y pouvons trouver personne. Le voyage de Cologne à Berlin se fait très confortablement. Le prix de la place de chemin de fer est très élevé : 330 marks, mais on a une couchette pour 40 marks.

  • 2 Il s’agit probablement de la gare Friedrichstrasse.

12Partis à l’heure, arrivés à l’heure, deux express se suivent à une demie-heure, bondés. On a l’impression d’un grand ordre, d’une bonne organisation des chemins de fer. Tous les trains arrivent à l’heure. Cent kilomètres avant Berlin, campagne : seigle clair, sapin, prés où l’herbe n’est pas drue et haute malgré la saison : terrain sableux, maigre. Le train arrive dans Berlin et traverse toute la ville. Descente à Freder. Bahn2. Central Hôtel. Chambre 211.

  • 3 Fernand Caussy (1881-1959), journaliste français, spécialiste de politique étrangère, était membre (...)
  • 4 Otto Cohn (1869-1937 ?), avocat social-démocrate, adhéra au parti socialiste indépendant allemand ( (...)
  • 5 Pierre Renaudel (1871-1935), socialiste français et rédacteur de L’Humanité, fut élu député en 1914 (...)
  • 6 Philipp Scheidemann (1865-1939), dirigeant social-démocrate allemand et député au Reichstag de 1903 (...)

13Caussy3 arrive à 10 h 30, nous mène déjeuner chez lui, puis visite à O. Cohn, à Ledebour, la Freiheit et chez Hilferding4 O. Cohn est absent. Sa femme et son fils nous reçoivent. Ils nous annoncent un coup d’Ètat militaire pour la semaine prochaine, après les élections. Un très fort mouvement antisémite traverse l’Allemagne entière. Cohn est en province, faisant campagne pour ses amis indépendants. Il a, à Berlin, un important cabinet d’avocat-avoué. Il vient de Pologne où il a accompagné Renaudel5, faire son enquête sur les pogroms. Renaudel est revenu, il a passé trois jours à Berlin. Il est apparu à Caussy comme ayant le sentiment qu’il doit jouer un grand rôle dans la politique mondiale. Il est pour la Pologne, contre les bolcheviks. Il est resté beaucoup plus chauvin français que Scheidemann6 n’est chauvin allemand.

  • 7 Clara Zetkin née Eisner (1857-1933), institutrice, était une des grandes figures de la social-démoc (...)
  • 8 Brunswick est une ville allemande située entre Hanovre et Berlin.
    Le coup d’État de mars 1920 dirig (...)

14Ledebour nous a dit que peut-être les communistes allemands n’auraient aucun élu à la Chambre. Ils ont cependant agi habilement en présentant dans toute l’Allemagne (30 circonscriptions) cinq noms seulement, en tête desquels Clara Zetkin7 qui seule est populaire et capable d’entraîner des masses. Mais la récente élection du Brunswick où les indépendants avaient eu 83 000 voix sur 230 000 électeurs n’ont donné que 2 400 voix aux communistes. Et pourtant, lors du coup d’État de Kapp, Brunswick8 avait momentanément créé un Soviet. Quant aux relations avec la Russie, Ledebour estime qu’on peut aller à la IIIe Internationale. Rien ne retient les indépendants allemands, que la question d’amour-propre et d’honneur.

  • 9 Arthur Crispien (1875-1946) journaliste social-démocrate, adhéra au parti des indépendants allemand (...)

15Ils ont été attaqués injustement par les bolcheviks et il faut s’entendre. Le Vorstand des indépendants a désigné Daumig et Crispien9 pour aller à Moscou. Ledebour espère que cette conversation peut tout arranger. Il est donc d’un avis identique au nôtre pour l’adhésion à la IIIe Internationale.

16Il en veut surtout aux bolcheviks qui le suspectent encore qu’il ait fait la tentative révolutionnaire de janvier 1919, pour laquelle il a été mis en prison. Cet acte lui vaut en Allemagne une grande notoriété. Il vient de faire à propos des élections, une grande tournée dans l’Allemagne du Sud. Il a été très bien accueilli, sauf par les communistes, en général de tous jeunes gens qui ne lui reprochent d’ailleurs que de manquer d’esprit révolutionnaire. Mais il déclare que les communistes font une campagne très active et qu’ils portent surtout leurs coups contre les indépendants.

17Hilferding que nous trouvons à la Freiheit nous explique que le peuple allemand a l’air de se désintéresser des élections, parce qu’il pense que la lutte est ailleurs. Il connaît peu les choses de Russie et de l’internationale.

18Elles ne paraissent pas l’intéresser. Il est absorbé par la situation intérieure de l’Allemagne. Lui aussi attend un putsch militaire pour un temps très prochain. Les ouvriers l’attendent comme lui. Et ils croient que, pour se défendre, le gouvernement voyant marcher les réactionnaires sur Berlin, sera obligé d’armer les ouvriers et qu’alors, au lieu de défendre la coalition, ils pourront faire la révolution. Aussi les élections passionnentelles peu le peuple de Berlin. Au reste, Hilferding pense que les résultats généraux entre la droite et la gauche ne seront pas très différents. Les partis qui composent les deux groupes pourront se prendre des troupes les uns aux autres. Mais les deux blocs bourgeois et socialistes resteront dans les proportions actuelles ou peu s’en faut.

19Pour faire ces trois visites, nous avons dû traverser Berlin et avons pu voir la ville. Elle s’étend sur un espace immense. Elle a maintenant 3 millions et demi d’habitants. Elle est très moderne, confortable, pleine de verdure, soignée, propre ; ses quartiers ouvriers sont aussi propres que les quartiers bourgeois. Toute la ville est bâtie sur un modèle, le même, les quartiers sont les mêmes, au plus quatre étages aux maisons : d’où monotonie et manque d’élégance ou de puissance comme à Londres, mais ville commode, pratique, bâtie surtout depuis 1880 avec ordre, avec plan d’extension, par des organisateurs prévoyants, ayant eu souci des classes de travailleurs. Peu d’autobus, un métro qui n’a qu’une ligne et est très inférieur à celui de Paris, service de tramways nombreux, mais chers, 0, 70 F la place, et peu pratique, car Berlin est très étendu et il faut souvent changer de ligne. Il y a à travers Berlin des chemins de fer très nombreux rendant de grands services pour se transporter dans la ville même. Les quartiers du centre sont province. Nulle part la grandeur ou la force ou la puissance, ou comme à Paris ou Londres, l’idée qu’on est dans une capitale. Le Tiergarten est au cœur de la ville qui est bâtie autour de lui.

20Les habitants sont en ce moment mieux nourris que pendant la guerre. Il y a des légumes frais. Ils n’ont pas mauvaise mine et sous les habits d’été, ils ont bon air. On n’aperçoit la misère que par détails. Beaucoup d’enfants, dans Berlin, vont pieds nus, même dans les quartiers du centre. Caussy m’affirme qu’ils continuent à être sous-alimentés et la preuve c’est que, faute d’argent, ils ne peuvent plus retirer avec leurs cartes les quantités de nourriture auxquelles ils ont droit

  • 10 L’agence Wolff, fondée en 1849 à Berlin, était la première agence télégraphique d’Europe.
  • 11 Cachin parle ici probablement du quotidien Berliner Tageblatt, créé en 1872, qui était réputé pour (...)

21L’ensemble des Allemands ne s’intéresse pas à la politique extérieure. Dans les journaux, il n’y a pas de rédacteurs de cette rubrique ; à la Freiheit, par exemple, ils sont préoccupés de leurs affaires politiques intérieures et dans les journaux, on se contente de publier, souvent sans commentaires, les dépêches Wolff10. En dehors du Berliner et du Francfurter11, on ne sait presque rien des choses étrangères. Et c’est cette ignorance qui explique que les gouvernements allemands peuvent dresser aisément le peuple contre les autres peuples. En ce moment, la haine essentielle est contre les Juifs et contre la France. De la Russie, le peuple retient seulement qu’il faut faire la révolution violente comme les bolcheviks ; pour les Français, ils ont pensé que nous allons faire la révolution et que le traité de paix sera du même coup anéanti. Ils ignorent les conditions de la vie politique hors de l’Allemagne.

22À l’hôtel, pas de pourboires ; les garçons ont fait grève l’an dernier pour obtenir des salaires élevés. On fait payer par les clients. D’où les frais de chambre : la nôtre à deux lits coûte 140 marks par jour.

23Tietz a quatre ou cinq maisons grandes comme le Louvre dans Berlin : les maisons à succursales multiples pullulent. Les grands magasins, les théâtres nouveaux, les cinémas ont des façades barbares, inesthétiques, lourdes à faire crier avec des sculptures de lion, d’aigle, d’hommes et de femmes nus. Et partout, l’idée de la force, du militaire ! Cependant, Caussy affirme que les officiers sont de plus en plus détestés et méprisés. Quant aux Hohenzollern, c’est absolument fini.

Jeudi 3 juin 1920

24Nous allons voir Daumig au Vorstand, du parti indépendant. Il nous dit qu’il prépare avec les camarades nombreux qui viennent le voir, la résistance au coup d’État réactionnaire que tout le monde attend. Il est blond, grand, élancé, séduisant et donne l’impression d’un homme d’action, ce qui est ici fort rare. Dans sa jeunesse, il a été à la Légion étrangère. Pour la IIIe Internationale, il déclare que les indépendants se préparent à envoyer une délégation à Moscou, mais il ne pense pas que les délégués puissent partir avant plusieurs semaines.

  • 12 Alexandre G. Chliapnikov (1885-1937), membre du parti social-démocrate russe depuis 1901, formait d (...)
  • 13 Joseph Paul Boncour, dit Paul-Boncour (1873-1972), délégué à la Société des Nations et représentant (...)

25Ensuite, nous nous rendons au siège de la Fédération des métallurgistes : immense bâtisse pleine de monde, avec des bureaux innombrables. Nous y trouvons Chliapnikov12 que j’avais déjà rencontré au Soviet de Petrograd, ancien ouvrier métallurgiste en France et en Allemagne. Il nous reçoit très amicalement et nous demande si le mouvement français est toujours aussi nationaliste. Il se dit très frappé du dernier discours de Boncour13 à ce sujet. Sur l’objet même de notre visite à Moscou, il est très discret et nous demande seulement si nous sommes prêts à accepter les directives générales de la IIIe Internationale car, ajoute-t-il, la IIe Internationale n’a cessé de laisser violer dans la pratique les décisions prises dans les congrès. Il se plaint beaucoup des Allemands, incapables d’action, et constate que dans ce pays, seuls les contre-révolutionnaires sont prêts à passer aux actes. Hilferding surtout est par lui, considéré comme néfaste au mouvement. Il nous demande si les Français s’apprêtent à envoyer au congrès des métallurgistes de Copenhague des délégués, et lesquels. Nous lui rendons compte de l’état du parti et des syndicats en France, et toutes ses questions portent sur un seul point : est-ce que la France est prête à faire la révolution.

  • 14 Cachin pensait sans doute à l’allée Unter den Linden qui se situe entre la porte de Brandebourg et (...)
  • 15 Viktor Kopp (1880-1930), d’origine russe, adhéra durant sa formation au mouvement révolutionnaire c (...)

26De là, nous nous rendons à Under Lintern14 où nous avons rendez-vous avec Victor Kopp15, représentant du gouvernement des Soviets à Berlin, pour le rapatriement des 200 000 prisonniers russes qui restent encore en Allemagne, et qui sont très malheureux. On en fait partir en ce moment à peine 1 500 à 1 800 par semaine. Il en est mort beaucoup, de privations et de sous-alimentation. L’odyssée de ces malheureux depuis six ans, surtout depuis l’armistice, est un des épisodes les plus tristes et les plus douloureux de la guerre. La commission interalliée qui s’en est occupée jusqu’à ces derniers temps, aux lieux et place du gouvernement allemand, s’est occupée uniquement d’essayer de recruter dans cette armée des troupes pour les armées blanches de Russie.

  • 16 Stettin, aujourd’hui ville polonaise (Szezcin), se situait alors en Allemagne. Quant au représentan (...)

27Kopp se met à notre disposition avec beaucoup d’amabilité pour faciliter notre passage de Stettin16 à Reval et nous remet un mot pour Dicker à Stettin, pour Voukovsky à Reval. Il télégraphie à ce dernier pour le prier d’arranger avec Moscou, d’urgence, notre entrée en Russie. Puis, il nous parle de la récente conversation qu’il eut avec Renaudel, de passage à Berlin, retour de Pologne. Renaudel lui a dit qu’il était avant tout pour la défense de la Pologne menacée par l’Armée rouge et que si l’Armée rouge brisait le front polonais, il semblerait nécessaire à la France, pour protéger la Pologne indispensable à l’équilibre de l’Europe, d’aider les Polonais à se défendre militairement. Kopp nous demande si tel est l’état d’esprit des socialistes français en général. Nous le rassurons aisément et il nous demande de rendre publique notre déclaration.

28À 2 h déjeuner avec Hilferding. Il s’affirme très déprimé, pessimiste, voit les choses très en noir. D’une part, les réactionnaires sont fortement organisés et agissants, la situation économique de l’Allemagne très mauvaise, la situation financière sans issue. Les paysans sont contre-révolutionnaires. Les ouvriers, au lieu de comprendre la nécessité d’une préparation, d’une organisation lente et méthodique, sont entraînés vers la lutte révolutionnaire, armes à la main : ils n’écoutent plus les paroles de raison ; le mouvement prolétaire échappe entièrement aux chefs sérieux et devient la proie des irréfléchis et des gueulards. Dans la bataille de rues, dans la guerre civile, longue et brutale qui se prépare, les ouvriers sont d’avance vaincus.

  • 17 Paul Levi (1883-1930) avocat appartenant à l’aile gauche de la social-démocratie allemande, s’affil (...)
  • 18 Heinrich Laufenberg (1872-1932) docteur en philosophie et journaliste, passa du centre catholique a (...)

29Quant à la Russie, elle n’a pas réalisé le communisme agraire, elle ne le peut pas. Et sa classe ouvrière est très faible. Les bolcheviks sont contraints de renoncer à leur programme et à l’opportunisme. Les communistes allemands qui les suivent sont coupés en deux, les uns avec Levi17 et Clara Zetkin se présentent aux élections et seront écrasés ; les autres avec Laufenberg18 sont syndicalistes, anti-parlementaires, se refusent à participer aux élections et font une guerre violente à tous les partis, même celui de Levi. Les communistes allemands sont faibles les uns et les autres et sans avenir.

30Hilferding (juif autrichien non naturalisé allemand) est inquiet, troublé et semble sans plan précis au milieu de tous ces événements énormes qui le remplissent d’hésitation et d’angoisse.

  • 19 Paul Cassirer (1871-1926) marchand d’objets d’art et éditeur allemand, fut dans un premier temps vo (...)

31A 6 h nous allons chez Cassirer. Il regrette qu’au moment où il s’apprêtait à traiter directement avec M. Duret des affaires qu’ils avaient engagées avant la guerre, la commission des réparations soit intervenue pour l’obliger à lui abandonner le règlement. Il s’en excuse près de M. Duret19. Sur la situation des étudiants et des universités, en ce moment en Allemagne, Cassirer nous dit que sur 8 000 étudiants à Berlin, 200 à peine sont socialistes et encore sont-ce des Juifs. Les autres sont nationalistes, réactionnaires. Ce sont souvent des anciens officiers qui se montrent mécontents d’être traités de bandits et assassins par les journaux de l’Entente et qui sont en ce moment chauvins allemands résolus. Cependant, comme leur état matériel est misérable très souvent, il peut se faire qu’ils changent d’attitude assez rapidement. Ils ont besoin de 700 à 800 marks par mois pour vivre. Ils ont 300 à 400 marks : ils sont très malheureux, en dehors des fils de paysans riches ou d’industriels. Mais les fils de fonctionnaires (qui ne gagnent que 12 000, 15 000 ou 18 000 marks) sont réduits à l’indigence et ils parlent de se jeter dans le bolchevisme par dépit ou désespoir. De plus, l’avenir leur semble assez noir et il n’est pas impossible que sous les influences de ces causes assez diverses, ils ne se déterminent à passer un jour aux extrêmes.

32Cassirer ajoute que les communistes sont faibles ; ceux de Lauffenberg ont décidé de boycotter les élections ; ils ont une certaine influence à Hambourg et comme les indépendants sont mal représentés à Hambourg (avec Herzog qui n’est qu’un aventurier) ils peuvent y tomber assez bas. Mais en dehors de Hambourg, Laufenberg qui se relie aux putschistes et son groupe, ne comptent guère. Quant aux communistes qui se présentent aux élections, ils n’auront pas plus d’un siège ou deux, peut-être pas du tout. L’Allemagne est dans une grande détresse : plus de linge, plus de cuir, une alimentation mauvaise ; un litre de lait de chèvre : 6 marks, un mauvais pain de seigle frotté de vinaigre et de moutarde ; pas de matières premières pour les usines qui ferment, pas d’exportation ; avenir noir, guerre civile en perspective. Cassirer semble pencher déterminément [sic] du côté des indépendants qu’il voit souvent, surtout Hilferding.

  • 20 Il pourrait s’agir du journaliste socialiste suisse Léon-Joseph Choulat (né en 1884) de l’agence Re (...)
  • 21 John Wesley De Kay, homme d’affaires américain, né en 1872, à sympathies de gauche, subventionnait (...)
  • 22 Albert Thomas (1878-1932), socialiste français de droite, fut sous-secrétaire d’État de 1914 à 1917 (...)
  • 23 Gustav Stresemann (1878-1929), homme politique allemand de la république de Weimar, fonda en 1918 l (...)

33En rentrant à notre hôtel, nous recevons la visite de Schoula20. Il nous raconte les mésaventures de De Kay21 chassé de Suisse ; les compromissions de De Kay-Huysmans, le petit scandale qui menace à ce propos d’éclater à Genève, les intrigues de Thomas et Renaudel et Huysmans22 qui essayent de faire revivre la IIe Internationale et de réconcilier les deux partis allemands. Il a vu Stresemann23 à Berlin, qui lui a déclaré que si les socialistes allemands étaient unis, ils seraient les maîtres du pays ; mais pendant qu’ils se disputent sur l’internationale et des choses irréelles, sans se préoccuper des problèmes pratiques, la bourgeoisie allemande allait reprendre le pouvoir, briser les combinaisons politiques présentes et faire une union qui irait jusqu’aux anciens junkers. Schoula ajoute que la Freiheit baisse et que la Rote Fahne monte, que Hilferding est traité de Scheidemann ; que la discorde est au camp des indépendants. Et enfin, qu’on cause beaucoup à Berlin des relations des indépendants avec la Mission française et Huysmans entre lesquels Caussy servirait d’intermédiaire.

Vendredi 4 juin 1920

34O. Cohn qui accompagne Renaudel en Pologne, joue un rôle assez secondaire. Il est considéré comme ayant peu de sens politique. Il s’efforce de réunir les majoritaires et les minoritaires.

35En ce moment, la presse allemande est remplie de commentaires sur ce fait que les officiers de la Mission française à Berlin touchent des émoluments allant jusqu’à 300 000 marks pour les officiers généraux et 43 000 marks pour de simples soldats, alors qu’un général allemand a 30 000 marks – le tout devant être réglé par les finances allemandes.

36Décidément, le rôle des Juifs est en Allemagne, énorme. Ils sont dans les trois partis socialistes, à la tête du mouvement. Ils sont dans le parti démocrate, les éléments essentiels, surtout depuis que les bourgeois non juifs, mais plus spécifiquement allemands, l’ont quitté à propos de ces élections. Les Juifs sont les seuls en Allemagne à n’avoir pas l’esprit militaire, l’éducation militaire, les mœurs de caserne. Dans ces élections, l’idée du Deutsch joue un rôle énorme. Tous les partis y insistent à l’envie. L’idée nationaliste, ou tout au moins nationale, est le fond de leur propagande. Même chez les socialistes majoritaires, on dit nettement qu’avant d’être international, on est national. Quant aux indépendants, tous ceux auxquels nous avons parlé de la IIIe Internationale ne s’en préoccupent que secondairement. Ils sont absorbés par leurs querelles nationales, leurs affaires de parti. Hilferding lui-même n’a guère que des soucis allemands, des inquiétudes pour l’avenir du pays.

  • 24 Haguenin, socialiste français de la tendance Renaudel, fut professeur de littérature française à l’ (...)
  • 25 Hugo Stinner (1870-1924) est l’un des plus puissants magnats d’affaires allemands. Avec Alfred Huge (...)
  • 26 Friedrich Ebert (1871-1925), homme politique social-démocrate allemand, fut président de la Républi (...)

37Haguenin24 nous dit que l’Allemagne actuelle s’oriente vers le développement du capitalisme. Hugo Stinner25 le grand métallurgiste, vient d’acheter tous les journaux sans soulever l’opinion publique de façon sensible. Il est, dans l’opinion, l’homme qui monte, celui qui demain, aura la force. Il y a dans chaque grand parti allemand, un grand courant vers la droite. L’antisémitisme est très développé. À Berlin, ils sont 250 000 Juifs riches, mercantis, habitant un quartier spécial, se nourrissant bien, hais du peuple allemand. On parle de les frapper, on parle de pogroms. Le catholicisme grandit : il y a un nonce à Berlin, un nonce à Munich. Celui de Berlin fut reçu par Ebert26, avec les plus grands égards, retenu par lui à sa table. Le nonce parle d’Ebert et de ses sentiments religieux avec la plus grande déférence.

38En Bavière, le mouvement anti socialiste est très puissant. La campagne essentielle est la campagne anti bolcheviste. Le grand capital allemand paye ses ouvriers là-bas comme ici, assez bien, l’intéresse au développement économique, prend en main l’alimentation ouvrière. Il rêve encore la suprématie de l’Allemagne, non plus militaire ou impériale, mais économique. Après les élections, la droite va progresser. Une modification du gouvernement se produira, dans laquelle le socialiste majoritaire aura encore sa représentation, quoique diminuée. Si le socialisme, dans ses trois fractions, était rejeté dans l’opposition, ce serait la guerre civile. Or, les ouvriers ne sont pas armés, tandis que les militaires professionnels sont admirablement outillés. Ils ont un petit nombre de soldats de métier, engagés pour dix ans, dévoués à leurs officiers, qui viennent de faire la guerre et sont prêts à toutes les brutalités. Leur matériel de répression est très puissant, et tout entier dirigé vers le péril de gauche. Que fait le gouvernement contre le danger d’un coup d’État de droite ? Ebert court les casernes, fait jurer aux soldats et aux officiers fidélité à la Constitution. Ils jurent, mais il ne faut pas se fier à leur serment. L’armée a été épurée de ses éléments les plus réactionnaires, mais elle reste inquiétante et le gouvernement est inquiet à son sujet. Il est si faible que nul n’a en lui la confiance forte qui rassure.

  • 27 Le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919, exigea de lourds paiements de réparations de la par (...)

39Le grand capitalisme allemand est décidé à reconquérir sa place dans le monde. Il s’apprête à produire ; il s’apprête aussi à ne pas payer les indemnités de guerre. Il compte pour cela sur l’Angleterre. A Spa, ils n’offriront plus 100 milliards, comme le fit Rantzau à Versailles27. Ils diront qu’aujourd’hui ils sont plus pauvres et ils réduiront de beaucoup leurs offres d’alors. À mesure que le temps passe, s’éloignent les chances de restitution et de reconstitution des régions envahies. Haguenin estime que les chances de la révolution allemande diminuent chaque jour. L’idée nationale et la force du capitalisme grandissent au contraire en Allemagne. Il y a peu d’Allemands qui songent à la réconciliation européenne, et notre politique ne les aide pas, au contraire.

40(Le représentant de la France à Berlin est M. de Marcilly. Trois de ses secrétaires d’ambassade sont des hobereaux titrés. Ils sont pour la répression et la méfiance extrême envers l’Allemagne.)

  • 28 Carl Legien (1861-1920), tourneur de formation, était un des fondateurs et premier président de la (...)

41Les Allemands déclarent que si on leur enlève le bassin houiller de Silésie, ils ne pourront plus fournir le charbon qu’ils envoient en ce moment avec assez de régularité. Pour réagir contre la baisse de leur change, ils ont élevé leurs prix et interdit l’exportation du mark. Ils ne permettent pas aux Suisses d’acheter ici des marchandises et de les transporter dans leur pays. Et comme ils ont fixé leurs tarifs d’exportation lorsque le marie valait 17 centimes, maintenant qu’il en vaut 34, leurs bénéfices sont importants. Le grand capital allemand sait que la presse est le plus puissant moyen de gagner l’opinion ; même en période électorale, le journal a plus de poids que la réunion. Dès lors, il a acheté la presse d’Allemagne et celle d’Autriche. Stinner a 64 journaux ici et d’autres à Vienne. De même, il a su se créer des intelligences dans les syndicats ouvriers ; Legien28 négocie avec les capitalistes pour obtenir des salaires élevés et il les obtient. Le capitalisme n’y perd rien : il se contente d’élever ses prix. Le capitalisme allemand conserve son audace, sa souplesse, ses ambitions mondiales. Il n’a pas peur de la classe ouvrière qu’il tient en mépris et qu’il considère comme une part de son matériel.

42Nous ne devons pas avoir les yeux fixés uniquement sur le militarisme allemand qui décroît malgré tout, mais le danger de domination qui peut venir de l’Allemagne reste économique et capitaliste. La droite allemande, si elle est victorieuse, apportera de l’appui à la réaction capitaliste internationale. Elle se sait appuyée par l’Amérique et l’Angleterre contre nos exigences.

  • 29 Georg Freiherr von Hertling (1843-1919) était pour peu de temps chancelier du Reich en 1917.
  • 30 Il s’agit du comte Arthur de Posadowsky-Wehner (1845-1932), publiciste et homme politique. Il fut m (...)
  • 31 Eugen Schiffer (1860-1954) homme politique libéral allemand, député du parti démocrate allemand au (...)

43Neuman, ancien conseiller de Hertling29, déjeune avec nous chez Haguenin. Il est du Volkspartei et il annonce 75 élus, certains pour son parti, 85 pour le centre, 25 pour les démocrates (partis des commerçants et non des industriels qui sont protectionnistes, tandis que les commerçants sont libre-échangistes). Quant au Deutsche Partei, la droite pure, elle aura 60 voix. Voilà les partis bourgeois. Neuman se félicite que le total des voix bourgeoises permettra de gouverner même sans les majoritaires. Il pense que le président de la République sera le comte Posadowsky30, propriétaire polonais, gros agrarien, modéré, digne, de la vieille école, conservateur de l’école de Guillaume Ier. Il pense que le chancelier sera Schiffer31. Pour lui, les socialistes ne sont pas assez intellectuellement développés pour occuper le gouvernement.

44Nous partons à 5 h pour Stettin.

45Dicker – Europäischer Hof.

Samedi 5 juin 1920

  • 32 Helsinki, en Finlande du Sud.

46Stettin nous apparaît sous la pluie, triste, les quais déserts. L’hôtel où nous descendons n’est pas propre et sale et laid. Toute la ville semble sans tenue. Naturellement, on majore nos notes de 200 %. À la Mission française, on nous donne le nom du chef de la mission d’Helsingfors32, le général d’artillerie Etievant. Stettin, ville prussienne, mal entretenue, sale, mal pavée. Les grands hôtels eux-mêmes, comme le Central où loge la mission française, mal tenu. On nous annonce que notre bateau Victoria mettra cinquante-cinq heures pour aller à Helsingfors où il se rend d’abord à cause des dangers des champs de mines ; et que de là il descendra à Reval après deux jours de stationnement à Helsingfors. À la Mission française de Stettin, nous trouvons des paysans français qui viennent chercher du pain blanc et du pinard. Ces paysans sont là pour surveiller le bétail que les Allemands de Poméranie rendent à la France. Les affiches électorales portent sur l’antisémitisme. L’une d’entre elles est uniquement dirigée contre l’antisémitisme. Comme je m’en étonne, on me répond que l’antisémitisme est ici, en Prusse, très vigoureux, comme dans toute l’Allemagne. Un jeune ingénieur qui voyage avec nous nous dit que les maisons de commerce et d’industrie de la Westphalie et du Rhin ne veulent plus prendre de directeurs juifs.

  • 33 Désignation pour Berlin.

47Caussy explique le fédéralisme allemand. L’unité est naturellement hors de question. Mais il y a une tentative de fédéralisme. Le Volkspartei est fédéraliste. La Bavière, le sud du Reich le sont aussi. On entend par là que les Allemands non prussiens n’aiment pas la « Jérusalem de la Sprée33 ». Ils veulent dans l’unité de l’empire, conserver certaines libertés provinciales ou d’État. Mais la Bavière, par exemple, sait très bien que n’ayant ni charbon, ni fer, elle ne peut vivre économiquement sans le reste de l’empire. Les peuples du Sud veulent seulement certaine autonomie au fond superficielle ne touchant pas au fond de la vie commune.

48M. Shangalli, russe naturalisé allemand, est avec nous à bord. Il nous dit que l’Allemagne ne peut payer, qu’elle ne paiera rien. Si le mark baisse, la somme serait tellement élevée qu’il ne faut point l’examiner. S’il monte, il y a des dettes publiques réalisées au temps des basses devises dont le montant subsistera et comme les impôts diminueront ainsi que les salaires, l’impossibilité d’assurer le paiement des intérêts sera totale. La situation financière est telle que l’Allemagne ne peut pas tenir ses engagements.

49Je lui fais observer que l’Allemagne doit au moins nous remettre en état nos régions libérées. Il ne répond pas clairement. Il dit : « Il faudrait des matières premières. Elles sont si chères que nous ne pouvons les acheter pour vous les envoyer. »– Mais, lui ai-je répondu, signez-nous des engagements pour vos dettes envers nous et nous négocierons les papiers en Amérique et en Angleterre. Plus tard, l’Allemagne reconstituée, paiera. Pas de réponse, si ce n’est : « Nous sommes très pauvres, si on nous presse, nous déposerons notre bilan. »

50Les régions socialistes de l’Allemagne, Saxe, Thuringe, Prusse, ne réclament aucune autonomie, aucun fédéralisme. Ce sont les pays non socialistes qui ont surtout souci de leur intérêt de classe et veulent éviter l’hégémonie des parties du Reich acquises au socialisme. À Stettin, comme partout en Allemagne, beaucoup d’enfants pieds nus et de gens sans chemise. La période électorale se fait ici comme à Berlin, par les journaux. Peu d’affiches. Dans les maisons, les bourgeois font cependant placarder des tracts où il est dit : bourgeois et bourgeoises, votez contre le socialisme, contre le bolchevisme, contre la ruine ! La vie politique est

51faible : il n’y a pas un seul parti qui pose la question financière et fiscale, qui se pose les grandes questions de politique extérieure et du règlement de la paix. Quelques grandes réunions, très calmes, où nulle interruption n’interrompt le prêche.

52À bord du Victoria. Dimanche 6, lundi 7, mardi 8 juin.

53La sortie de l’Oder rappelle un peu la descente de la Clyde, bien que beaucoup moins industrielle. Mais il y a les grands chantiers Vulcain de constructions navales, immenses. La mer est calme. Nous longeons la côte suédoise de peur des mines dont on n’a pas encore purgé la Baltique. Nous passons entre Öland et Gotland. Il fait un grand soleil, la mer est d’huile, le voyage splendide.

54Shangalli me dit que d’ici quatre ans le bolchevisme ne sera plus qu’un souvenir. Pour lui, il rêve pour l’Allemagne un régime politique comme celui de l’Angleterre. Il affirme que c’est le souhait de nombreux Allemands qui ont rompu avec le militarisme et le kaiserisme. Il me dit que comme officier allemand, il a contribué à répandre le bolchevisme pour affaiblir l’armée russe et que ça a été une faute et une erreur de l’Allemagne.

  • 34 Ces trois régions baltes devinrent des États autonomes à la fin de la Première Guerre mondiale.

55Estonie, Lettonie, Lituanie34 créations artificielles de l’Angleterre pour affaiblir la Russie et avoir dans sa main une partie de la Baltique.

  • 35 Éric Ludendorff (1865-1937), chef d’état-major allemand, avait laissé passer par l’Allemagne les ré (...)

56Nombre de bourgeois allemands se déclarent prêts à accepter Ludendorv et les Conseils. En même temps, si le maréchal Hindenburg35 était candidat à la présidence de la République allemande, rien ne l’empêcherait d’être élu avec une écrasante majorité, rien si ce n’est l’ordre donné par l’Entente de ne pas se présenter. D’autres Allemands rêvent le bolchevisme et d’une union avec la Russie pour la revanche. D’autres espèrent en l’Angleterre, grâce à laquelle ils comptent n’avoir rien à payer. Il y a un désarroi énorme des esprits, l’attente de quelque chose d’inconnu. En attendant, on ne peut travailler, car on se dit que si le mark monte, le travail engagé ruinerait le capitaliste qui l’aurait entrepris.

57Mer calme. Voyage parfait. Seules quelques heures du soir, à la tombée de la nuit, sont un peu agitées. Il fait frais ; on a faim, on mange beaucoup, on remue peu, on engraisse.

58La situation de la Finlande se stabilise. La devise atteint la hauteur de la lire italienne. Les relations économiques ont repris avec l’Allemagne. Helsingfors a recueilli tous les réfugiés russes de Petrograd. Cependant, d’autre part, on me dit que la tranquillité de la Finlande est celle d’un baril de poudre avant qu’il ne saute.

59On m’affirme que Corriere della Serra appartient à des Anglais.

60Les communistes allemands n’ont présenté que cinq candidats pour toute l’Allemagne ; dans les 30 circonscriptions, ce sont les cinq mêmes noms. Et, d’autre part, la nuance Laufenberg prêche l’abstention.

61Un ingénieur d’origine grecque qui est employé par la maison Peugeot a travaillé avant la guerre pour les succursales de cette maison, en Russie. Il dit qu’il avait de bons spécialistes, mais qu’en moyenne, la production de l’ouvrier russe était très inférieure à celle de l’ouvrier français ou allemand. Les ouvriers russes n’ont commencé à produire des moteurs que très récemment et en petit nombre. De plus, ils n’ont pas la régularité, l’ordre, l’intelligence, de l’ouvrier français ou allemand. Avant la guerre, ils buvaient beaucoup.

62L’arrivée à Helsingfors, ce mardi matin 8, vers midi est superbe. Vassalavy me promet de s’inquiéter du papier en Finlande et de me donner une réponse à L’Humanité, dans un mois.

63Le voyage Stettin-Helsingfors a duré soixante-dix heures.

Mardi 8 juin 1920

64Nous voici à Helsingfors, dans le bateau, et prisonniers, dans l’impossibilité de descendre et cela peut durer trois jours. Il y a sept passagers de première dans ce cas et une quinzaine de prisonniers russes, passagers de pont qui rentrent en Russie. Un policier monte à bord pour surveiller les passagers et un douanier reste en bas de l’échelle en faction. Nous avons donc le temps de la réflexion. Le bateau est gardé sans interruption par la police et la douane. La Finlande est encore en guerre contre les bolcheviks et comme notre navire porte quelques Russes, la surveillance est minutieuse. Nous apprenons les premiers résultats des élections allemandes. Il semble que les socialistes auront près de 200 sièges sur lesquels il en reviendra un aux communistes, avec environ 450 000 voix. Mais les journaux finnois ne sont pas précis. Ils signalent qu’à Berlin, les indépendants ont obtenu la première place et un nombre énorme de voix. On nous annonce que nous partirons peut-être demain mercredi 9, à 3 h pour Reval.

Mercredi 9 juin 1920

65Mercredi matin, je me lève à 6 h par un temps magnifique. Sur les quais d’Helsingfors, pas une âme. Tout dort ; ni marins, ni débardeurs ne travaillent. La journée de huit heures accomplit ses effets. C’est une vraie révolution qui se fait dans les mœurs et dans la vie. Seules, dans le port, quelques vedettes à pétrole ; le nombre d’ailleurs, ici, est très important. Il n’y a presque plus de petits canots à voiles ou à rames. Presque tous sont à moteurs, même ceux des pêcheurs, et des canots sans élégance en sont pourvus. Au reste, ce port de Helsingfors est très élégant, commode, abrité et la navigation côtière semble intense.

66À bord, on me dit : en Allemagne, il n’y a plus de pourboires. C’est fini. Les garçons ont imposé désormais des salaires raisonnables. C’est entendu, cependant si vous donnez un pourboire supplémentaire, il sera bien accueilli. À propos du papier finlandais, le cours de la valuta qui est à peu près celui de la lire italienne, n’importe pas. Car le gouvernement a établi les prix généraux de telle sorte qu’ils concordent à peu près avec ceux de la Suède. Grâce à cet artifice internationalement employé, les avantages que l’on pouvait espérer des pays à devises faibles disparaissent.

67Pour décharger les marchandises du navire, la moitié des débardeurs sont des femmes.

68Pochard, le consul français à Helsingfors, est de Paimpol, lié à la famille Magouroux. Il nous dit qu’il demande à quitter ce poste. Il a 4 000 F par mois, une auto. Il se plaint que le pays soit entièrement sous l’influence de l’Allemagne. Rien à faire pour les Français en Finlande. C’est à Riga qu’on peut agir utilement pour la France, car les Allemands y sont détestés et les Anglais s’y sont fait mal voir des Lettons. On vient d’y nommer un haut-commissaire, Clément Simon.

69Les Finlandais s’enivrent avec les liquides les plus nocifs ; depuis qu’on a interdit l’alcool, ils s’ingénient à boire des horreurs inattendues pourvu qu’elles soient violentes. Les Finlandais ne peuvent faire que le commerce du bois et du papier, mais le papier est sous la coupe d’un trust qui fixe les prix. Les représentants des journaux français ont essayé de faire des affaires avec les marchands de papier. Impossible, c’est à Riga qu’il faut agir.

Quand une dame dit non, c’est peut-être
Quand une dame dit peut-être, c’est oui
Quand une dame dit oui, ce n’est pas une dame
Quand un diplomate dit oui, c’est peut-être
Quand un diplomate dit peut-être, c’est non
Quand un diplomate dit non, ce n’est pas un diplomate
Un Anglais est déloyal dans les grandes choses, loyal dans les petites
Un Allemand est déloyal dans les petites choses, loyal dans les grandes.

70L’Ebba Munek nous transporte en quatre heures à Reval. Avant de quitter Helsingfors, un petit tour en ville. Propre, froid, suédois. Voyons les photos exposées dans les deux grands journaux de Helsingfors. L’une est celle d’Excelsior du 1er Mai sur les brutalités de la police à Paris. L’autre, l’intérieur d’une grande usine métallurgique allemande. N’insistons pas. C’est l’Allemagne qui les fournit de tous leurs objets fabriqués. La ville et le pays sont très amis de l’Allemagne, comme avant la guerre. Le marché, que nous traversons, est très bien fourni. Devant chaque étalage de marchands, le téléphone ; du poisson frais et du saumon en grande quantité.

10 juin 1920

71Arrivée hier au soir à Reval.

  • 36 Il doit s’agir du représentant soviétique Isidor E. Goukousky.
  • 37 Au début de février 1919, Jacques Davtian avait été membre d’une délégation soviétique, composée en (...)

72Après une promenade sans charme à la recherche de l’hôtel de Saint-Pétersbourg, le porteur de nos valises demande 100 marks. N’oublions pas que le mark estonien vaut 20 pfennings. À l’hôtel, il faut montrer patte blanche. J’exhibe la lettre de Kopp pour Vankovsky36 et le secrétariat nous reçoit. Il est tenu par un des camarades qui fut un des trois héros de Malo-les-Buires, une des victimes de Pichon, Jacques Davtian37. Il nous dit que l’hôtel est mobilisé par la mission russe en Estonie. Il nous y offre l’hospitalité et à dîner frugalement. Puis, on cause.

  • 38 Alexis A. Broussilov (1853-1926) général russe qui gagna une bataille importante contre les Autrich (...)

73Chacun en Russie est convaincu que seul le régime actuel peut subsister dans le pays. C’est parce qu’il n’y a plus d’opposition. Même l’agression polonaise a surexcité le sentiment national et les généraux d’ancien régime et les anciens officiers blancs s’engagent dans l’armée. C’est un vif sentiment national. Broussilov38 est à la tête d’une des commissions militaires les plus importantes. D’ailleurs, dans deux mois, la Pologne aura été refoulée et le résultat sera définitif. En Ukraine, les bolcheviks ont perdu Kiev, mais ils gardent Kharkov et Odessa qu’ils n’ont pas perdu depuis un an. En ce moment, Moscou est rempli d’étrangers venus de tous les coins du monde, chinois, hindous, anglais, français, italiens, norvégiens, suédois, allemands communistes.

74Reval est rejoint à Moscou par un train diplomatique dont nous devons profiter samedi, si les choses vont bien. Il nous conduira à Moscou en une seule étape.

  • 39 Les élections au Reichstag eurent lieu le 6 juin 1920. Elles apportèrent un glissement à droite. Al (...)

75Caussy avait envoyé un télégramme relatant les résultats des élections allemandes39, 20 % des suffrages allemands ont été aux indépendants, 21 % des suffrages allemands ont été aux majoritaires, 1, 6 % des suffrages allemands ont été aux communistes.

76Les communistes auront deux députés. La réaction a fait un progrès ; les socialistes n’ont que 42, 6 % des électeurs.

77Lorsque notre camarade bolchevik apprend ces résultats, il nous affirme que les élections n’ont aucune importance, que seuls les communistes font de grands progrès en Allemagne.

78À 11 h à M. Hellah, chef du service politique au ministère des Affaires étrangères d’Estonie. Il parle français : il a fait des études à Paris. Il y a du papier en Estonie, deux fabriques : Tsellulose Fabrik ; Johanson Paperfabrik. Mais l’Estonie n’a pas de fret et il faudrait venir chercher le papier, la pâte ici. La maison Hachette a offert 20 millions pour acheter à Reval une grande maison de fabrique de papier allemande, et y faire ses livres ici même. L’affaire suit son cours. M. Hellah nous dit que l’Estonie fut toujours ententophile ; mais qu’en ce moment, les sentiments d’amitié pour la France s’atténuent parce qu’on voit ici la France gouvernementale aider exclusivement la politique des réactionnaires russes et refuser sous leur pression, la reconnaissance de droit de l’Estonie. Les Estoniens n’aiment pas les Allemands, ils n’aiment pas non plus les Russes. Ils sont une démocratie paysanne (80 % de ruraux). Ils ont besoin de la reconnaissance de leur liberté en tant que peuple, pour sortir de leurs difficultés économiques et financières. Ils regrettent et sont irrités que la France et les Alliés ne la leur accordent pas. M. Hellah parle bien le français. Une jeune dactylo du ministère, que nous avons interrogée, le parle également. Agache est venu autrefois à Reval dont il admira beaucoup l’architecture XVIe siècle. Voir surtout le Dom et la rue Laï.

79Le consul de France, M. Herme Mus Uul (Maison Stempuli).

80Le secrétaire de la légation bolcheviste à Reval, Davtian, nous explique qu’un congrès universel du communisme est convoqué à Moscou pour le 15 juillet. Ce doit être, d’après lui, un congrès qui fixera l’action de tous les partis nationaux. On est d’accord depuis longtemps sur la doctrine, sur le but du socialisme. C’est maintenant la conquête du pouvoir pour réaliser le socialisme qui, seule, importe. Or, il faut, pour y parvenir, des minorités énergiques, peu nombreuses, entraînantes. Ce fut le cas des bolcheviks russes, ils furent longtemps dans la nation une minorité sans action ; mais il a suffi qu’ils gardent intacte leur pureté de doctrine et d’action, pour que leur heure vienne. Dans ces conditions, il est vraisemblable que la IIIe Internationale n’acceptera pas toutes les adhésions qui s’offriront. Quand nous lui demandons de préciser, il indique la droite extrême des partis, ni Legien, ni Albert Thomas.

81Les Estoniens sont dirigés par un gouvernement mixte, libéral bourgeois, et social-démocrate. À la Chambre, sur 120 députés, 17 sont socialistes-révolutionnaires et se rapprochent du communisme. Quant aux communistes, ils ne peuvent faire ici de campagne ouverte, car ils sont traqués, emprisonnés, même fusillés, et c’est le ministre de l’intérieur, social-démocrate, qui dirige cette politique de réaction. Le pays produit du bois et des pommes de terre. Ce sont des paysans finnois, bornés et incultes : le gouvernement a la haine essentielle des bolcheviks. Les Lettons et les Lituaniens sont aussi, pour la plupart, des paysans avec un développement assez lent du socialisme. Quant aux Ukrainiens, il n’y a à vrai dire aucun sentiment national profond. La langue n’est qu’un dialecte russe. Seuls, quelques riches fermiers ou propriétaires du Sud sont nettement anti Russes et anti bolcheviks.

82L’alimentation est, en Russie, bien meilleure qu’avant la guerre pour les paysans. Dans les villes, on est maintenant mieux nourri qu’en Allemagne pendant la guerre. L’amélioration est continue. Elle dépend uniquement des transports, car il y a des régions entières de la Russie où la quantité de nourriture est aussi abondante que jadis et bon marché.

83Quant à la terre, elle est laissée pour une grand part aux paysans, petits possédants. Mais il est entendu que la possession du sol ne leur est garantie qu’autant qu’ils le travaillent. Ils ne peuvent pas le vendre ; ils ne peuvent pas en acheter de nouvelles quantités. Puis, nombreuses sont les cultures en commun par la commune ou par des associations de paysans, des grands domaines nationalisés. Les bolcheviks laissent un certain commerce libre, durant que les objets sont encore assez rares. Mais, d’elle-même, cette concurrence à l’Etat disparaîtra quand les objets de consommation deviendront plus nombreux. De l’organisation des Soviets, tout le monde se déclare satisfait en Russie, et nul ne songe plus à les supprimer.

  • 40 Izvocik signifie « cochers ».
  • 41 Young Men’s Christian Association, une association évangélique internationale de protection des jeu (...)

84Il fait un temps magnifique. Nous sortons visiter cette ville de Reval, si curieuse. Que de femmes mal habillées ! Que d’izvocik40 sales et crasseux ! Pas un tramway ! Beaucoup de soldats en costumes d’Anglais ! Et naturellement, trois missions anglaises, une américaine, des autos anglaises et américaines qui semblaient seules, et une YMCA41 américaine !

85Note sur le dessin.

86Le bulbe qui domine les églises orthodoxes ! Un dessin. La croix a vaincu le croissant, ce qui n’est pas chrétien. Des corneilles nombreuses, nichent dans toutes les vieilles maisons et les vieilles églises de ce Kremlin tranquille de Reval, ville vieille, que troublent seulement les sabots des chevaux glissant sur le mauvais pavé disjoint.

Vendredi 11 juin 1920

87Nous partons pour le consulat, mais il n’ouvre qu’à 11 h (de 11 h à midi) et en attendant, un tour de marché. Il est très gai, vivant, bien achalandé, mottes de beurre, poisson, viande, lard, jambon, poulets, lapins, fleurs. Les paysans viennent vendre eux-mêmes, comme sur le marché de Paimpol. Abondance de produits, sauf des fruits (il n’y a que quelques groseilles rouges).

88Puis chez le consul de 11 h à 12 h 15. Il ne vient pas. Cinq personnes attendent. Il ne vient toujours pas. Alors, nous partons.

  • 42 Kovno ancien nom de Kaunas.

89Chez le consul. Conversation avec un Belge qui est venu de Berlin à Reval par chemin de fer. Itinéraire : de Berlin à Kovno42 : vingt-quatre heures dont une nuit blanche. De Kovno à Riga : vingt-quatre heures ; de Riga à Reval : vingt-quatre heures. Ce qui fait trois nuits sans sommeil, car il n’y a pas de couchettes. Il faut cinq visas pour le passeport. On part de Berlin samedi soir pour arriver le mardi soir à Reval. C’est le même délai que par mer. Mais la route la meilleure, c’est Berlin-Stockholm (une nuit) et Stockholm-Reval – deux fois par semaine, mardi et samedi.

90Jacques Davtian, le secrétaire de la légation bolchevique à Reval, nous explique qu’ils sont ici 60 Russes, très absorbés, vivant dans leur hôtel, sans sortir, travaillant nuit et jour, ne se mêlant pas à la vie de la ville, s’abstenant à dessein de se rendre dans un seul lieu de distraction, vivant de manière exemplaire. Comme nous lui faisons remarquer que les bolcheviks ont eu dès le principe, un personnel intelligent et remarquable, il répond : « Non ! les bolcheviks étaient très instruits de la doctrine socialiste, ils savaient bien ce qu’ils voulaient, mais ils n’ont jamais été nombreux. » Il prend comme exemple la mission qui est à Reval. Sur les 60 personnes, hommes et femmes qui la composent, une dizaine à peine sont membres du parti ; et encore n’y en a-t-il que trois ou quatre qui soient adhérents depuis un certain temps. C’est une proportion plus forte encore que la moyenne. Dans les administrations russes, en ce moment, il y a une grande part de fonctionnaire non bolcheviste. Peu à peu, après avoir boudé, démissionné, ou saboté dans le début le travail qui leur était confié, aujourd’hui ils sont loyaux et travaillent ; mais encore le personnel est insuffisant et les intellectuels font défaut.

91Le haut-commissaire américain pour les pays baltes en séjour à Reval est venu visiter la mission russe. Le consul italien, les agents anglais, allemands, japonais, etc., tous ont de bons rapports avec la mission de Reval. Seul, le représentant de la France n’est pas venu. Et comme, ne l’ayant pas trouvé ce matin à son bureau, il a vu ma carte avec l’adresse de l’hôtel de Pétersbourg il a dit : « Je ne puis pourtant pas aller le voir en cet endroit-là. »

92M. de Marcillac, rédacteur au journal, retour de Russie, vient nous voir à l’hôtel. Il était parti avec l’espérance de trouver là-bas une expérience intéressante dont on eût pu tirer profit en Occident. Il dit revenir très découragé ! Il est peiné surtout de la paresse générale. La production est faible partout. La passivité est universelle. L’armée du travail n’est qu’une armée de manœuvres non qualifiés et dans l’industrie même, le travail rend très peu. En outre, l’ouvrier est de moins en moins libre ; à partir du 15, il ne pourra plus changer de profession. La nourriture est mauvaise et insuffisante, sauf à la campagne. La vie est très chère ; la vie coûte 700 roubles par jour, c’est-à-dire 3 F français. Mais pour les Russes, ils ne peuvent pas y arriver. Le pot de vin continue d’être pratiqué comme jadis : il déclare avoir vu à Petrograd un commissaire venir dans une maison, louée par le Soviet de la ville. Ce commissaire déclare qu’on va augmenter le loyer. Mais sur insistance du locataire, il accepte 25 000 roubles pour transiger et pour éviter l’augmentation au locataire.

93Petrograd est la ville qui nous a semblé la plus ordonnée, celle où la nourriture est le mieux distribuée ; elle n’a plus que 700 000 habitants. Mais, en dehors des vêtements qui sont très usés, les habitants ne semblent pas souffrir.

  • 43 Industrial Workers of the World était une organisation américaine de type syndicaliste révolutionna (...)

94La visite des Anglais et des IWW43 n’a pas été sans mécomptes. Ils prétendent les uns et les autres n’avoir pas pu voir en liberté. Les Anglais ayant déclaré qu’ils venaient pour examiner et qu’ils se détermineraient à juger après enquête, cette affirmation fut froidement accueillie. Il y a en Russie, 800 prisonniers français qui sont vraiment malheureux. L’échange est arrêté provisoirement et il serait nécessaire qu’il reprit au plus tôt.

  • 44 Henri Guilbeaux (1884-1938), Français né en Belgique, écrivain, journaliste et fondateur de la revu (...)

95Guilbeaux44 prétend parler au nom de la France et prononce les paroles les plus blessantes et les plus pénibles. Il n’y a qu’un commissaire du peuple juif ; mais les Juifs sont très nombreux dans toutes les administrations. Les Russes préparent en ce moment en Orient de grandes choses contre l’Angleterre.

96Un Belge, M. Vermeire, nous dit avoir été un chercheur d’or jadis, en Sibérie. Il connaît l’ouvrier russe. Il le dit très intelligent et artiste. Mais il n’a pas l’habitude de la machine, il n’a pas l’hérédité de nos ouvriers occidentaux et sa production est inférieure. Il lui faudra du temps pour se mettre au niveau, mais ses qualités d’intelligence et de souplesse sont grandes et dans l’avenir, il peut se former en Russie une génération de bons ouvriers. La nourriture habituelle de l’ouvrier russe : du millet cuit et un demi-hareng saur.

Samedi 12 juin 1920

97Sur 1 500 000 habitants, il y a 100 000 Russes estoniens et 40 000 Allemands estoniens en Estonie.

  • 45 Dorpat ancien nom de Tartu.

98Visite au consul français à Reval. L’Estonie a une université à Dorpat45, puis le port de Reval, le reste ce sont des paysans. Ils font venir du seigle, des patates, du cochon, des laitages, du blé, du poisson. Avant la guerre, ils expédiaient tout cela à Petrograd : ils avaient organisé des coopératives de vente. En ce moment, le change estonien est au plus bas, de sorte que l’achat des produits manufacturés à l’étranger est très onéreux ; le paysan paye ses achats très cher, ses habits, le fer, un soc, des clous, et naturellement il vend ses produits très cher. Le gouvernement a réquisitionné les produits agricoles, d’où mécontentement du paysan et d’autre part, l’ouvrier malgré de hauts salaires peut à peine vivre, tant les prix sont élevés.

99Le gouvernement et la Constituante ont essayé de faire une loi agraire. Ils veulent faire des parts avec l’ancienne grande propriété, des barons baltes, mais pour occuper ces parts, ils ne trouvent presque personne car les prolétaires agricoles n’ont pas de cheptel, ni d’argent pour faire construire des maisons. Il n’y a que les fils de paysans riches qui prennent des parts. Encore, comme on ne leur donne pas la terre en toute propriété, mais à vie, à condition qu’ils la travaillent, ils se montrent peu empressés.

  • 46 La marche du général Youdenitch sur Petrograd en 1919 menaça dangereusement cette ville. Son avancé (...)

100La population est maritime et paysanne, honnête et travailleuse ; voici qu’on lui impose l’estonien comme langue, et c’est une régression, car il faudra nécessairement une autre langue supplémentaire, l’allemand ou le russe, comme auparavant. Puis, économiquement, l’Estonie vivait de la Russie, et ne peut pas s’en passer. Il en est de même des Lettons et de Riga. Riga a 600 000 habitants pour un pays de 2, 5 millions d’habitants. La Lettonie ne pourra vivre que comme associée, liée ou fédérée à la Russie. L’expédition de Youdenitch46 devait avorter. Lui-même était très médiocre et il était entouré de gens malhonnêtes. Puis en dehors de 300 marins, son armée de 14 000 hommes, pouilleuse et typhique, ne voulait pas se battre. Ce ne fut pas sérieux un seul jour. Il n’y eut aucune bataille sérieuse ; pas de morts, chaque partie évitait le conflit réel. L’armée polonaise actuelle vaut mieux. Elle contient au moins les divisions de Haller, lesquelles sont composées de Polonais venus d’Amérique. L’armée est bien équipée et pourvue de matériel. Jusqu’ici, elle a enregistré de gros succès sur les bolcheviks qui se montrent inquiets dans leur radio.

101L’Ukraine a un sol admirable, mal cultivé, mal mis en valeur. Le Russe est intelligent et paresseux ; on pourrait tirer beaucoup plus de cette terre admirable. Pour le moment, en Ukraine, le désordre est à son comble et nul ne sait comment tout cela finira. Le Donetz ne peut se remettre en état que s’il reçoit comme manœuvres les paysans des districts au sud-ouest de la Moscovie ; lesquels sont retournés à la terre. Les ouvriers de la région du Donetz sont très apathiques et incapables de faire repartir l’industrie locale.

102Le port de Reval est bloqué de glaces du 15 janvier à mars ; de même pour le golfe de Finlande, presque entier. Ici l’été est très court, le paysan travaille très dur pendant cette période. Les marins sont excellents. C’est de ce pays que venaient les meilleurs marins de la flotte russe. Pour l’instant, les Estoniens n’ont que quatre navires de commerce : leur situation est critique économiquement. Ils produiront de quoi s’alimenter, mais pour les échanges internationaux, leurs charges les écrasent intérieurement, et ils n’ont aucune possibilité d’exporter assez pour rétablir la situation.

  • 47 Le IIe congrès de l’internationale communiste débuta finalement le 19 juillet 1920 à Petrograd, pui (...)

103Programme du IIe congrès universel de l’internationale communiste. 15 juillet à Moscou47

1041. Compte rendu du Comité exécutif de l’internationale communiste.

1052. Rapports écrits des différents représentants des pays affiliés.

1063. Situation actuelle dans le monde et rôle de l’IC.

1074. Question du parlementarisme.

1085. Syndicats professionnels et comités d’usines.

1096. Rôle et structure du parti communiste avant et après la conquête du pouvoir par le prolétariat.

1107. Questions nationale et coloniale.

1118. Question agraire.

1129. Attitude à garder en face des nouvelles tendances des centristes acceptant en parole le programme communiste, conditions d’admission dans la IIIe Internationale.

11310. Statuts de l’internationale communiste.

11411. Organisations légales ou secrètes – organisations féminines.

11512. Mouvement de la jeunesse.

11613. Élections.

11714. Divers.

118Sont invités : tous les partis et groupes communistes ; les syndicats adhérents et reconnus par le CE de la IIIe Internationale ; les groupements et organisations acceptant le programme de l’IC mais en opposition avec les partis communistes officiellement reconnus.

119Sont aussi invités : les groupes de syndicalistes révolutionnaires ; les ligues des ouvriers industriels du monde ; les ligues de jeunesse.

120Si la moindre possibilité apparaît d’organiser une première conférence internationale des syndicats professionnels révolutionnaires, on l’organisera. (Le prochain congrès syndical international se tiendra en septembre.)

121Le programme de l’internationale communiste est d’engager la lutte immédiate pour la révolution communiste.

122Pour la propriété rurale, la révolution russe n’a pas dépossédé un seul paysan travaillant sa terre. Même ceux qui en possédaient un grand nombre d’hectares ont été laissés en possession. C’est pour les anciens prolétaires ruraux auxquels on a donné la terre qu’a été fait la nouvelle législation agraire.

  • 48 Aleksej Rykov (1881-1938), membre du parti social-démocrate russe depuis 1900, adhéra à la fraction (...)

123D’un rapport de Rykov48 au IIIe congrès panrusse des Conseils d’économie populaire (25 janvier) : chaque mois, le nombre des locomotives diminue de 200, le textile, 10 % de la production normale, 43 % des mines nationalisées sont en chômage, sur 97 hauts fourneaux, 14 allumés, sur 90 fours Martin, 16 allumés.

124La vie économique en Russie est tombée à 30 % de la normale.

125Sur 1, 5 million d’habitants en Estonie, environ 300 ont une culture générale ; c’est chez eux que se recrutent tous les personnages qui jouent maintenant un rôle dans la république.

126Pour partir, nous achetons une forte quantité de pain qui nous coûte 120 marks estoniens.

127Les Japonais ont exigé qu’entre les bolcheviks et eux, il y ait un état tampon. Aussi, il y a deux républiques du Baikal à Vladivostok. Elles sont en parfait accord avec la république des Soviets.

128L’envoyé du Daily Chronicle à Moscou envoyait à son journal des radios à 1 F le mot, très sympathiques aux bolcheviks. Les directeurs reçurent des observations nombreuses de leurs abonnés et finalement, le nombre des plaintes fut tel que le journal n’inséra plus les dépêches de son correspondant.

Dimanche 13 juin 1920

129Partis hier au soir 11 h de Reval, on arrive à Narva, frontière estonienne-russe, vers 11 h, midi.

130Les personnes que l’on voit passer sont propres, endimanchées ; dans les quelques prés, sur le bord de la voie, les paysans et paysannes gardent leurs vaches ; une terre maigre et de cailloux porte un peu de seigle qu’on fait sécher sur des claies. Forêts de pins et bouleaux avec de rares éclaircies ; maisons de paysans en bois et souvent chaume.

  • 49 Alexandre III fut tsar de Russie de 1881 à 1894.

131On a mis douze heures pour faire 180 kilomètres, non pas que le train ne marche pas convenablement, mais il y a des arrêts prolongés dans la plupart des gares. Ce pays d’Estonie est luthérien pour la plus grande partie, mais Alexandre 11149 décida de le russifier et pour cela, de le rendre orthodoxe. Il promit aux paysans qui se convertiraient, des droits spéciaux, et un certain nombre, 20 %, devinrent orthodoxes. Puis il imposa la langue russe, au lieu de la langue allemande, dans les écoles. Aujourd’hui, on veut remplacer le russe et l’allemand par l’estonien, dialecte finnois très difficile et sans avenir. On fait même les journaux en estonien. Mais les habitants mêmes qui parlent estonien ne peuvent pas le lire. De même que les Bretons qui parlent leur langue ont de la difficulté à la lire, car il y a quelque artifice littéraire à fixer une langue qui n’eut pas de littérature et fut très peu écrite jusqu’ici. Les Estoniens qui passent près de la gare de Narva sont à peu près bien habillés, sans aucun luxe : beaucoup d’enfants vont pieds nus, quelques-uns avec des chaussons de linon, sans bas.

132À 1 h nous quittons Narva dont le petit Kremlin est sur le bord de la Narova rivière superbe qui relie le Peïpous à la mer. La locomotive estonienne vous pousse jusqu’à la frontière proprement dite, qui est à 2 ou 3 kilomètres de la ville, en pleine forêt. Des soldats estoniens font une maison de bois. La frontière (un petit disque d’osier peint sur un piquet) est marquée aussi par une ligne de fer barbelée qui se continue dans les bois. Nous la franchissons à 2 h après une visite superficielle de la douane estonienne. Une locomotive russe vient s’accrocher à notre wagon. La campagne paraît bien cultivée. Dans toutes les gares que nous traversons jusqu’à Petrograd, des paysans et des paysannes, ce dimanche, sont dans les gares. Bonne apparence, habits propres, figures réjouies, enfants dont beaucoup vont pieds nus. En ce mois de juin, la campagne est d’un vert admirable et dans les champs du bétail en bon état et du seigle vigoureux. Prés, bois, sont prédominants ; les maisons sont en bois peint avec des fleurs aux fenêtres. Les femmes ont en général un châle sur les épaules, tombant ; sur la tête, un fichu blanc, des souliers blancs de toile ; elles sont fraîches et proprement habillées. Notre train est très long et mixte. Il marche à bonne allure et s’arrête à toutes les gares ; les voyageurs sont nombreux ; toute cette vie a l’air normale ; on voit une vieille femme pieds nus et l’impression est pénible, mais il en était ainsi avant la guerre. Et puis c’est une exception. Dans l’ensemble, au moins superficiellement, c’est normal. Des enfants jouent au football.

133Quelques beaux troupeaux de vaches dans les prés. Cette région ne peut-elle pas envoyer à Petrograd du lait et de la viande ? À Gatchina, un camarade nous apprend que l’Armée rouge a pris Kiev que les Polonais ont très endommagée.

134L’heure de Russie étant avancée de trois heures, nous arriverons à Petrograd à 11 h, soit 8 h de France. À Tsarskoïe-Selo, le train est envahi par une foule de Pétersbourgeois porteurs de victuailles qu’ils sont venus chercher à la campagne, surtout ils ont en main des pots et des litres de lait. Le même fait se reproduit dans toutes les gares jusqu’à Petrograd. Dans la campagne, près de Petrograd, bien cultivée de grands troupeaux de vaches. Parallèlement à notre train, un autre, composé de wagons de marchandises pleins de voyageurs qui rentrent également en ville. On n’aperçoit pas de jardins de maraîchers autour de Petrograd. Ce sont des prés marécageux souvent et de terre noire, comme près d’Amiens, mais il n’y a pas de culture de légumes. La banlieue par laquelle nous rentrons en ville est très industrielle ; les maisons à cinq et six étages que nous longeons ressemblent par leur laideur aux maisons de la banlieue et des faubourgs de Paris. On nous gare sur une voie isolée, dans le fond de la gare de Baltique. Autour de nous, de larges quais de débarquement de marchandises et des hangars de marchandises, dans lesquels, pas un sac, pas une caisse, pas un colis. L’herbe pousse entre les pavés. Il est évident que depuis longtemps le trafic est arrêté. Un petit cimetière de locomotives nous avoisine. La gare est ouverte à tout-venant et malgré un brave garde rouge à l’air paterne, des femmes viennent, se glissent, emportent le bois amoncelé pour chauffer les locomotives. Au passage à niveau près duquel notre wagon est placé pour la nuit, défilent de nombreux habitants, à peu près tous bien habillés et portant des souliers convenables. Ils n’ont pas mauvaise mine et ne semblent nullement souffrir. À un moment donné, cependant, un petit groupe de femmes, l’air sale et très pauvre, les pieds nus dans des chaussons d’étoffe malpropres et l’air très misérable. Elles viennent, prennent quelques morceaux de bois et disparaissent dans les rues non pavées et défoncées qui sont autour de cette gare de triage.

Lundi 14 juin 1920

135Nous avons été transportés durant la nuit par le chemin de fer de ceinture, de la gare de Finlande à la gare Nicolas et nous nous y réveillons ce matin. Comme dans l’autre station, chacun traverse ici les voies et l’on aperçoit des files d’hommes, beaucoup sont en uniforme, des femmes avec le fichu blanc enveloppant tous les cheveux et le châle sur les épaules. Quelques trains passent, chargés de voyageurs. Mais que de peinture il faudra pour que ces wagons ternes et décolorés soient propres à nouveau. Leurs wagons de troisième (certains au moins) sont à trois étages, des couvercles de bois se rabattent sur les banquettes, la nuit s’étend sur les trois étages et ainsi, même en troisième voilà des couchettes improvisées. Les vêtements de travail de tout le personnel de cheminots, employés dans cette gare, sont très fatigués, rapiécés, fanés, sales. Souvent les femmes et les hommes ont aux pieds des chaussures informes et d’une matière indéfinissable. Souvent, les enfants, encore ici, sont pieds nus. Et très peu connaissent l’usage du mouchoir !

136Nous sommes près d’une église orthodoxe. La construction centrale est carrée. Le toit est surmonté en son milieu d’un bulbe bleu que domine une croix dorée. De chacun des bras de la croix pendent deux cordons dorés en angle aigu. Autour de ce bulbe central, à chacun des coins, quatre autres plus petits, également bleus.

  • 50 Lev D. Trotsky (1879-1940) de son vrai nom Bronstein, qui s’était d’abord rallié aux mencheviks, ap (...)
  • 51 Karl Kautsky (1854-1938) journaliste, social-démocrate autrichien, avait rédigé la partie théorique (...)

137Nous voici à quai, dans la grande gare de la perspective Nevski. Le train de Moscou se forme. Wagons de troisième en majorité, quelques anciens Pullmann. Le contrôle des billets semble se faire assez sérieusement. L’aspect de la gare est pénible. On s’y est battu pendant la révolution et on n’a réparé qu’avec des planches légères et espacées les palissades ; toute la gare est en bois et sans propreté. La bibliothèque ne contient pas un journal. Des photos de Trotsky50, nombreuses, ainsi que d’autres chefs révolutionnaires. Des cartes postales avec des drapeaux rouges, des soleils rouges, des étoiles rouges, le tout assez peu artistique. Celles qui sont exposées sont laides et grossières. Du Marx, du Kautsky, du Skobelev, du R. Luxemburg51 ; une livraison-revue ; quelques auteurs socialistes anciens ou modernes ; en tout 50 maigres brochures ou livres brochés mal présentés.

138Aperçu deux popes grands et maigres, à la houppelande crasseuse, longs cheveux flottants et longue barbe. Ils ont l’apparence piteuse.

139Un jeune Bulgare, dans le train, nous dit qu’à Petrograd, la vie industrielle est très arrêtée : charbon et main-d’œuvre manquent. Il reste à Petrograd, 600 000 habitants. La vie y est très dure.

140Un costume, dans le commerce privé : 700 000 roubles. Avec un ticket gouvernemental : 3 000 roubles, mais il y en a très peu.

  • 52 Victor M. Tchernov (1876-1952) leader du parti socialiste-révolutionnaire, fut ministre de l’Agricu (...)

141Chaque ouvrier a un livret de travail, homme ou femme, jusqu’à soixante ans. S’il ne travaille pas, il n’a rien à manger. Il y a une prime pour le surtravail – douze heures par jour – à la campagne, si on fait de la propagande anti bolcheviste, on risque sa liberté. En ville, impossible de faire un meeting anti communiste. Lorsque les Anglais sont venus à Moscou, Tchernov52 a fait un grand meeting avec les mencheviks pour tout dire. Le jeune Bulgare qui nous raconte tout cela nous dit que sans cette discipline, forte, la Russie ne pourrait pas vivre ; mais il ajoute que dans son pays, elle serait impossible à appliquer.

  • 53 La Perse, secouée depuis des années par des troubles intérieurs, avait été partagée en 1907 entre l (...)

142Les Anglais viennent d’être chassés de Perse53.

143La campagne est très pauvre, forêts, pins, terre maigre, foin et seigle ; huttes en bois constituent les villages où les femmes et les enfants vont pieds nus. 80 roubles une boîte d’allumettes, 4 500 roubles 400 grammes de beurre, 450 roubles de Petrograd à Moscou.

1441 000 roubles de l’empereur valent 25 000 roubles soviétiques. 500 roubles pour 400 grammes de pain, 40 000 roubles une paire de souliers, 6 000 roubles salaires mensuels.

145La religion continue d’être très importante. Les fêtes religieuses sont très suivies. À Pâques, en ville comme en campagne, il y eut de grandes manifestations religieuses. Les popes ne sont plus payés, mais leurs ouailles les paient un peu.

146À Petrograd, pas de restaurants, de magasins, d’hôtels ; pour manger, il faut connaître quelqu’un, une famille, sans cela impossible.

147Tous les 50 kilomètres, ou à peu près, des soldats montent dans les voitures et wagons, demandent les papiers, contrôlent : si vous n’avez pas de papiers, on vous oblige à descendre. Il faut, pour voyager, avoir une autorisation. Vous ne pouvez voyager à plus de 20 ou 30 kilomètres de votre ville sans autorisation ; si l’on vous surprend dans le train, on vous donne quinze jours de travail forcé puis on vous renvoie à votre domicile. Le Bulgare qui nous explique cela est anarchiste. Il est, dit-il, social-démocrate et dit qu’il ne comprend pas que ce régime qui étouffe toutes libertés ait quoi que ce soit de socialiste.

148À Tchoudovo, nous achetons un demi-litre de lait, 250 roubles. Fatalement, tout le monde rapine, car si on se contentait de son salaire, personne ne pourrait vivre. Le prix officiel de tous les objets est falsifié ; les prix officiels sont doublés, décuplés lorsqu’ils arrivent au consommateur.

149Il n’y a pas encore de code civil en Russie.

  • 54 L. Martov, de son vrai nom Julij O. Tsederbaum (1873-1923) collaborateur du journal Iskra et un des (...)

150Il y a trois semaines, au meeting des typographes à Moscou avec Tchernov et Martov54, quand Tchernov parut, il y eut frénésie : 500 bolcheviks qui étaient là quittèrent la salle. Les Anglais désirèrent entendre. Les bolcheviks dirent : il faut arrêter les mencheviks.

151On vote pour les Soviets à mains levées, non au bulletin secret. On a préparé des listes avec quelques sans-parti. On fait voter : 1°) Qui vote contre ? Personne ne répond. 2°) Qui est pour ? Sur 1 000, 200 lèvent la main. L’élection est faite. « Peut-être est-ce bon pour le Russe », dit le Bulgare.

152Il faut aller dans un restaurant populaire, voir à Moscou ce que mange le peuple. Or le peuple n’a que ce qu’il mange dans ces restaurants.

153La Constitution des Soviets est admirable sur le papier. Dans la réalité, il n’y a rien qui ressemble à cette Constitution.

  • 55 La Bulgarie, alliée à l’Allemagne, faisait partie des perdants de la Première Guerre mondiale. Elle (...)

154Le Bulgare a fait la révolution de mars et celle d’octobre 191955. Mais après avoir vu le bolchevisme en action, il est très troublé, ne croit plus et veut retourner chez lui pour réfléchir et penser.

155En ce moment, en Russie, chacun est absorbé par le souci de son alimentation quotidienne. Il n’y a pas, dans ces conditions, de vie intellectuelle, ni de vie sociale possible. Et le malheur, c’est que la récolte actuelle, par suite de la sécheresse, est compromise en Russie ; de sorte que l’amélioration n’est pas probable.

  • 56 Le général Mustafa Kemal Pacha (1880 ou 1881-1938), leader du mouvement nationaliste turque, devint (...)
  • 57 Georgi V. Tchitchérine (1872-1936), d’abord employé au ministère des Affaires étrangères, commença (...)

156Le bolchevisme a tout truqué ; il a placé des espions partout. Il domine tout par cet artifice, et comme il a des milliards d’or, il est très fort. Il a envoyé une petite armée à Enzoli et en Perse qui a suffi à chasser les Anglais. Il a fait venir Kemal Pacha56 à Moscou ; Tchitchérine57 met à sa disposition son appui entier, son argent, ses stratèges. De même, il y a à Moscou, des hindous, des Chinois, tous les peuples d’Orient, désireux de secouer le joug du capitalisme européen.

157Le Bulgare pense que si on donnait à la Russie la liberté de réunion et de presse pendant quelques semaines, une transformation complète se produirait. Il parle avec une telle passion qu’il faut bien accepter ses affirmations sous bénéfice d’inventaire.

158Durant le premier tiers du voyage Petrograd-Moscou, la ligne est bordée de bois, sapins et bouleaux. Tous les 10 ou 15 kilomètres, une éclaircie avec un village ; maisons de bois, très rarement maisons de briques ; prés, peu de seigle, très peu de légumes, très peu de pommes de terre. De temps en temps, de belles rivières profondes qui égaient la monotonie du paysage ; le long des voies, la population rurale paraît en bonne santé, mais mal vêtue et si les hommes ont tous des chaussures, les femmes en général, vont pieds nus. Quelques troupeaux communaux. Nous sommes en un pays moins riche que l’Estonie ou que la partie entre Jamburg et Petrograd. Et à mesure que l’on pénètre en vraie Russie, nous dit le Bulgare, l’impression de pauvreté de ces villages de bois grandit. Comment se peut-il que l’on ait froid à Petrograd qui est à quelques heures de ces forêts immenses ? Comment se peut-il qu’on y ait faim, lorsqu’on pourrait, en la travaillant, faire produire à cette terre de la nourriture de toute sorte ? Dans chaque gare, des femmes et des enfants se précipitent vers le train, porteurs de litres de lait. Les soldats de police les écartent du train, car le lait est nationalisé. Ça me rappelle les Arabes vendant des oranges le long de la voie Alger-Oran. À côté des paysannes vendant leur lait qu’elles dissimulent dans des poches, dans des sacs, il y a des enfants et des vieilles qui mendient.

  • 58 Il s’agit d’un phonographe.

159Dans la région d’Oufa, le sel est aussi précieux que l’argent. Il n’y en a pas et l’hygiène publique en souffre beaucoup. Pas de sel dans aucun aliment. 12 000 roubles, une livre de thé. 1 million de roubles, un gramophone58.

160Les employés de la Banque russe sont dans le compartiment qui précède le nôtre. Ils nous disent : « Sous la première révolution, vous payiez vos bottines 25 000 F. Nous, sous la nôtre, c’est 50 000 roubles. »

161En Bulgarie, grand commerce d’essence de rose, en des champs pendant 150 kilomètres. Riz et tabac, le long de la Maritza. Vin, le Bulgare boit du vin comme en France, chaque paysan a son vin à la maison et son eau-de-vie. Fromage comme le gruyère. Moutons. On mange du lait caillé pendant l’été. Il y a beaucoup de centenaires. La Macédoine est la tragédie de la Bulgarie. Dans les villes macédoniennes, des Grecs ; dans les campagnes, des Bulgares. Et aussi la Dobroudja : signifie « la bonne terre », c’est un nom slave, et aussi la Thrace. Il est sûr qu’il y aura la guerre si les choses restent comme le traité de Versailles les a établies, ou s’il n’y a pas une Fédération balkanique. Tous les Bulgares savent lire et écrire. Il y a de nombreuses écoles secondaires et universitaires. 6 000 instituteurs.

Mardi 15 juin 1920

162À mesure qu’on se rapproche de Moscou, 50 à 60 kilomètres, la campagne est mieux cultivée ; des villes remplacent les villages, avec des habitations élégantes ; des paysans, déjà rentrent du foin ; ce matin de prairial est d’ailleurs splendide.

  • 59 Lucien Deslinières (1857-1937), publiciste abondant, d’abord républicain, puis admirateur d’un soci (...)

163On arrive à la gare de Moscou à 11 h. Le train des Italiens et de Deslinières59 est là depuis un moment. La gare est ornée de drapeaux rouges et de branchages, inscriptions de bienvenue en italien. Dans la cour, devant la gare, 2 000 ou 3 000 personnes, musique, drapeaux rouges, peu d’entrain ; les autos ronflent et disparaissent. Peu solennelle et sans puissance, cette manifestation de réception. Nous prenons un izvocik et nous nous rendons au commissariat des Affaires étrangères. La traversée de la ville est d’une impression pénible. Les hommes et les femmes n’ont pas mauvaise mine, mais ont l’air très négligés, très pauvres ; une misère générale ; le pavé est d’un inégal ! Les magasins sont tous fermés ; rien aux devantures. Le tout sale, poussiéreux, abandonné, relâché ; une foule grouillante ; partout des femmes, des enfants, qui vendent quelque chose de mieux. La course du cocher coûte 5 500 roubles et il fallait voir le vêtement de ce pauvre homme, et sa voiture, et son cheval. Encore, notre guide Nicolov nous dit-il qu’à Petrograd il n’y a plus de cochers. Il nous recommande de nous arrêter à Petrograd au retour.

  • 60 Lev M. Karakhane (1889-1937) membre du parti social-démocrate russe dès 1904, étudia le droit à Pet (...)

164Au commissariat, nous sommes reçus très cordialement par Kantarovitch, le secrétaire de Tchitchérine et de Karakhane60. Il nous fait monter dans son cabinet et là nous donne un bon de réquisition pour la maison d’un industriel allemand, Rerig, Malaja Karitonovka, 10. C’est un des immeubles que les commissaires mettent à la disposition des étrangers. Il est magnifique, somptueux. On nous y donne une chambre pour nous deux et l’on nous annonce que Deslinières et sa femme y descendent également. Personne n’y parle français ; mais Nicoloff reste avec nous quarante-huit heures et nous initiera. Il est entendu qu’on prend le thé de 10 à 11 h. Lunch : de 3 à 4. Dîner : de 9 à 10.

  • 61 Le savant Pierre Pascal (né en 1890) arriva en Russie en 1916 en tant que membre d’une mission mili (...)

165Dans cette chambre, ont passé évidemment de nombreux étrangers, certes pas tous très propres. On enlève les tapis magnifiques de la maison et les ouvriers procèdent au déménagement. De notre chambre, il faut aller se laver dans les cabinets, car naturellement, ce n’était pas une chambre à coucher. Il est entendu qu’à 5 h nous verrons Pascal61 et Tchitcherine aux Affaires étrangères.

  • 62 Il s’agit de Ethel Snowden (1881-1951), née Annakin, la femme du député travailliste anglais Philip (...)

166À table, nous trouvons le correspondant américain de l’Associated Press ; c’est une jeune femme très intelligente, parlant plusieurs langues. Elle nous dit que l’alimentation s’améliore ; que pendant l’hiver on a souffert de la faim, mais que personne n’est mort de faim à Moscou. Malheureusement, la récolte de seigle s’annonce comme mauvaise : la sécheresse l’a brûlée et les paysans de la région de Volga se lamentent. Les enfants sont particulièrement soignés à Moscou. Des institutrices nombreuses leur sont affectées. Mme Snowden62 est partie fort mécontente des choses russes. La Russie est très mécontente de la France, depuis surtout qu’elle soutient la Pologne. Il court ici les bruits les plus fâcheux. Il y aurait des détachements marocains sur le front polonais, menés par des officiers français. Les Polonais sont très divisés et les Russes comptent sur la révolution en Pologne, à mesure que l’Armée rouge marchera de l’avant. Et aussi lorsque le peuple allemand saura que l’Armée rouge est proche, il sera encouragé à la révolution.

167À notre table : un jeune Russe, la correspondante américaine de l’A.P., un Coréen, un négociant américain.

168Le change officiel est à 100 : pour 1 F on a 100 roubles. Le change clandestin est à 250 : pour 1 F on a 250 roubles.

169Les Allemands communistes qui sont à Moscou préparent une colonisation de la Russie. Ils vont venir par groupes et vivront en unités séparées avec leur organisation propre. Les métallurgistes viendront d’abord, puis les ouvriers agricoles. Avec eux, on préparera la réorganisation.

170Aujourd’hui à 10 h du soir, visite à Tchitchérine. Il nous dit que sans la guerre polonaise, la reconstruction de la Russie serait déjà avancée. Elle commençait bien il y a trois mois, lorsque la guerre a repris. Il faut souhaiter que la guerre prenne fin d’ici à quelques semaines, afin de pouvoir reprendre ce travail intérieur. Le danger serait que l’Europe capitaliste fasse faire aux Polonais une longue guerre de tranchées, de position, qui obligerait à nouveau la Russie à des efforts militaires, désorganiserait encore davantage ses transports, tous distraits par le front, et appellerait la nécessité d’une grande armée distraite du travail. À propos des prisonniers français, il nous dit qu’en raison de l’inorganisation de la police secrète en Russie, il n’est pas possible de laisser les 10 ou 15 officiers français libres : ils sont dans un camp de concentration. Ce sont en général des hommes qui ont ouvertement travaillé contre le régime soviétique. Quant aux soldats et aux civils, ils sont libres.

  • 63 Cette « Lettre aux ouvriers anglais », rédigée par Lénine le 30 mai 1920, fut publiée dans plusieur (...)

171Churchill a répondu hier à la lettre que les deux Anglais travaillistes ont transmise aux ouvriers anglais de la part de Lénine63 et où eux-mêmes étaient plus ou moins maltraités.

172« Lénine veut faire de la Grande-Bretagne une république pouilleuse comme la République russe soviétique. » Churchill est attaqué par le Times avec violence, à cause de sa politique générale extérieure. Jusqu’ici, le Times n’avait attaqué que Lloyd George.

173Tchitchérine nous assure qu’en échange de 100 Français, il est prêt à rendre 2 500 Russes. Mais que les Français ont déjà rompu l’accord Litvinov. Tchitchérine a hâte de voir liquidée la question des prisonniers ; mais vraiment, comme on a encore eu la preuve que dans la dernière aventure Youdenitch, il y avait certains Français aujourd’hui emprisonnés, ils ne peuvent opérer autrement qu’ils font. Au reste, en dehors de la nourriture qui est mauvaise dans le camp, comme dans toute la Russie, il n’y a pas de mauvais traitement contre les Français, même contre-révolutionnaires. Maintenant, il faut comprendre que la Russie est en période de guerre civile ; que par conséquent, les mesures comme celles de la Terreur en France sont indispensables si la république veut vivre. On cherche à les tuer, ils doivent se défendre.

174Grande conversation avec Pascal. Pascal est à la tête du service des radios qui sont envoyée en France. Dans son bureau, beaucoup de personnes, hommes et femmes, parlant français. Pascal, en parlant des Russes, dit : « Nous, Russes... » Il dit que les paysans sont plus heureux en Russie aujourd’hui que jadis. Ils mangent mieux ; ils vendent peu leurs œufs et leur beurre, ils les mangent. La situation des campagnes vis-à-vis de la révolution s’est améliorée. Les bolcheviks, c’est le pouvoir fort et les paysans l’ont accepté comme tel. Mais la classe qui continue de protester, c’est la classe des intellectuels, avocats, médecins, ingénieurs, professeurs, instituteurs. Ils ont d’abord constitué l’opposition la plus grande au régime. Ils l’ont saboté. Maintenant, ils abandonnent peu à peu cette opposition. Ils sentent qu’il n’y a plus intérêt à maintenir leur attitude ; mais il y a encore beaucoup à faire près d’eux : on leur fait d’ailleurs des situations aussi privilégiées que possible.

  • 64 V. Kemerer est un des pseudonymes utilisés par le Russe V.K. Taratuta (1881- 1926). Membre du parti (...)

175Le soir, à 11 h, arrivent à notre maison qui est l’ancienne ambassade d’Angleterre à Moscou, Kemerer, Mme Sadoul, M. Sadoul64. On s’embrasse fraternellement et on cause jusqu’à 2 h du matin. Naturellement, c’est de la situation de la France qu’il s’agit. On nous sait gré de notre défense de la révolution russe. Mais on nous reproche de retenir la révolution en France. Elle est possible immédiatement disent-ils tous deux, surtout Sadoul, mais nous l’empêchons par notre attitude. Dans la presse, au Parlement, nous prêchons toujours le calme, même dans cette dernière grève générale. Or, c’est à l’action qu’il faut appeler la classe ouvrière. Voyez la Russie, c’est par l’action constante qu’elle est maintenue. La Perse elle-même est venue au régime soviétique. Qu’attend la France ?

176Ils nous rappellent les succès de l’Armée rouge à Kiev et les méfaits des Polonais qui ont en partant : coupé les conduites d’eau, brisé la station électrique, détruit la cathédrale Saint-Vladimir, gloire de Kiev, où les plus grands peintres russes avaient fait, il y a vingt ans, des fresques magnifiques.

177Comme à notre maison, on nous avait servi le matin de la soupe et des pommes de terre (côtelettes de pommes de terre) et le soir, du riz. Kemerer nous a dit : « Nous ne pouvons pas nourrir convenablement 180 millions de Russes, mais pour vous, nous vous donnerons des suppléments. » À notre table, vient le capitaine-commandant la maison, prendre nos noms. Il nous fait demander par un monsieur à barbe blonde : êtes-vous communistes ? Ce monsieur à barbe blonde qui est l’ancien chef de la police tsariste de Kiev, passé au service des Affaires étrangères des Soviets, vit avec nous dans la maison. Il couche dans le billard, sur un petit lit de camp. Il nous raconte l’histoire de l’Espagnol de Pettit qui est son agent. Nous sommes invités à aller jeudi soir à 6 h au groupe communiste français de Moscou qui comprend, nous dit-on, une vingtaine de personnes.

Mercredi 16 juin 1920

178Nous devons aller ce matin, à midi, voir Kemerer, M. et Mme Sadoul doivent venir nous prendre.

179– Le Soviet de Moscou, 1 200 membres.

  • 65 La Constitution de la Russie soviétique de 1918 avait intronisé les conseils (Soviets) qui étaient (...)

180– Le Comité central exécutif de la Russie65 : 200 membres qui constituent le Parlement russe permanent qui se divise en commissions : le panrusse ne se réunit que tous les six mois.

181– Les syndicats de Moscou reçoivent ce soir au Grand Théâtre.

  • 66 Mikhaïl I. Kalinine (1875-1946) d’origine paysanne adhéra au parti social-démocrate russe dès sa fo (...)
  • 67 Nikolaï I. Boukharine (1888-1938) bolchevik russe banni en 1909 ; il émigra aux États-Unis. Il devi (...)
  • 68 Le Bund était une organisation ouvrière juive d’obédience social-démocrate fondée en 1897. De 1906  (...)
  • 69 Il s’agit de la Fédération syndicale internationale, proche de la IIe Internationale, qui s’était à (...)
  • 70 Lev B. Kamenev (1883-1936) beau-frère de Trotsky, adhéra au parti social-démocrate russe en 1901. R (...)
  • 71 Pierre Monatte, dit Pierre Lémont (1881-1960) correcteur d’imprimerie, militant syndicaliste révolu (...)
  • 72 Bohumir Smeral (1880-1941) avocat, membre du parti social-démocrate tchèque depuis 1897, prit duran (...)

182Nous assistons à ce meeting. Président : Kalinine66. À côté de lui, Boukharine, Radek, Zinoviev67. Les Italiens sont fort acclamés. Un Persan communiste vient affirmer que le gouvernement des Soviets est installé à Téhéran. Les socialistes persans travaillent sur la Caspienne au pétrole et aux pêcheries. Un hindou, un Coréen, un membre du Bund68 ; le représentant des syndicats déclare qu’après entente avec les Italiens et les Anglais, les syndiqués communistes resteront dans l’internationale d’Amsterdam69 mais qu’ils constitueront des groupes à part pour régler leur tactique propre, pour tenter d’y acquérir la majorité. Boukharine et Kamenev70 nous prennent à partie : les Français de la bourgeoisie nous envoient depuis trois ans, leurs boulets, leurs obus, leurs fils de fer barbelés : ils nous bloquent. Qu’avez-vous fait pour nous, socialistes français ? Monatte et Loriot sont en prison71. Mais vous, vous êtes responsables de notre situation. Maintenant, si vous venez à nous, acceptant notre tactique de révolution immédiate, nous sommes prêts à vous traiter comme nous l’avons fait de Smeral72 qui est maintenant de notre Comité exécutif de la IIIe Internationale.

183Après le meeting, nous nous réunissons dans un salon du théâtre et nous convenons avec Zinoviev, Radek, Kamenev, Sadoul, Taratuta, de nous réunir samedi, après qu’ils nous auront communiqué les résolutions déjà préparées pour le congrès de la IIIe Internationale. Nous en recevons déjà quelques-unes, demain et le lendemain, puis nous aurons un premier entretien avec le Comité exécutif, et la semaine prochaine, un deuxième avec le bureau entier, présent à Moscou. Dans cette conversation de ce soir, nous échangeons quelques idées superficielles, mais les communistes veulent que nous rédigions par écrit un questionnaire, nos conditions, les questions. Ils ajoutent que leurs conditions à eux sont contenues dans leur réponse aux indépendants d’Allemagne.

184Nous déjeunons avec Sadoul et sa femme dans l’admirable hôtel Gortchakov. Karitonenko, le roi du sucre (propriété en Ukraine, un hôtel à Paris, rue de Varenne) a marié l’une de ses filles à un prince Gortchakov et c’est sa maison (sauvée des anarchistes par Sadoul et Trotsky) qu’habitent maintenant Karakhane, Sadoul, l’hindou et sa femme et un Américain. Cette maison est magnifique, vrai musée. Karitonenko avait 26 millions de roubles de rente. Nous déjeunons fort mal. Il est vrai que un soir, nous sommes rentrés à notre maison où nous dînons beaucoup plus mal encore. La viande était gâtée et les pauvres patates bien mal préparées. Nous ouvrons une boîte de conserve.

185Sadoul nous dit que la situation économique actuelle est mauvaise, que les huit dizièmes des transports sont affectés à l’armée, que tous les vêtements et chaussures, cependant de fabrication croissante, vont à l’armée, que l’armée du travail qui commençait à être mise à la disposition des travaux publics est renvoyée au front et qu’ainsi la Russie se trouve à nouveau occupée à se défendre et empêchée de se reconstituer. Au reste, ce sera une besogne longue. Le communisme ne pourra être réalisé avant vingt, trente ou cinquante ans, mais il faut le préparer.

186Nous disons à Sadoul notre étonnement de le voir, lui et les bolcheviks, si sévères contre les socialistes de bonne volonté. Il nous répond qu’on pense ici que nous avons retenu notre classe ouvrière et que nous l’avons détournée de l’action. Que, dès lors, sans égard pour les personnes, même pour les amis les plus chers, il faut à tout prix détourner des chefs qui veulent fuir devant l’action la masse des prolétaires. Il nous dit que c’était la méthode de Marx, que c’est la méthode de Lénine. Lénine sait que c’est une besogne plus pénible pour celui qui la fait que pour celui qui en est la victime.

187Mais, en ce moment, révolutionnaire, c’est un devoir nécessaire. Le seul ami que Lénine ait eu, c’est Martov. Cependant, il le traite durement parce qu’il menace en Russie le mouvement révolutionnaire lui-même. De même pour Kautsky qu’il respecte, mais contre lequel il s’élève parce que Kautsky n’est pas révolutionnaire. En outre, Kautsky a écrit contre la révolution russe des choses absurdes (par exemple sur la socialisation des femmes). Sadoul m’explique qu’il a été chassé du groupe des Français communistes par Guilbeaux qui est de plus en plus discrédité en Russie. On sait aujourd’hui qu’il est venu en Russie sans aucun mandat. On sait qu’il ignore tout du socialisme. De plus, il s’est conduit vis-à-vis des Français en Russie de telle façon qu’on lui a retiré la fonction qu’on lui avait d’abord confiée dans les cours de justice devant lesquelles ils passaient. Il y eut une histoire de millions dont cette cour de justice dépouilla les Français arrêtés, et qu’on obligea Guilbeaux à rendre au Trésor russe. Quant à Pascal, c’est un mystique catholique et papiste pratiquant. Il rêve de réunir l’orthodoxie grecque et l’Église romaine, sous l’égide du communisme. Depuis que Lénine est au courant de ces faits, on a réduit le rôle de Pascal qui n’a plus qu’une besogne, traduire en français les télégrammes et les radiotélégraphies en France. Ces deux hommes sont aujourd’hui dans le petit groupe des Français communistes, les agents essentiels. Ce petit groupe est quasi fictif. Cependant, il contient quelques femmes, institutrices françaises intéressantes et bien intentionnées.

188Boukharine, à l’estimation de Kemerer, est d’une intelligence aussi puissante et éclairée que Lénine. Il est tout jeune, comme tous ces compagnons, car c’est leur caractéristique à tous. Il a une action énorme sur le prolétariat de Moscou et de toute la Russie. Ce que Lénine a de supérieur à lui, c’est qu’il est à la fois un théoricien et un organisateur. Lénine travaille jour et nuit. Il prend le temps, en ce moment, de faire des brochures, des articles. Il reçoit beaucoup. Il traite toutes les questions pratiques et théoriques.

189En ce moment, l’Hindoustan est en pleine agitation. Il y a des millions de prolétaires, ils sont groupés dans leurs industries. Ils s’instruisent. Ils sont éveillés aux bruits de la Russie. Le rayonnement de la révolution de Moscou a déjà produit dans la vieille Asie où vivent près d’un milliard d’êtres humains subjugués, une série de réveils inattendus. En ce moment, à Moscou, tous les peuples d’Asie et même les Turcs sont représentés. Contre l’impérialisme européen, ils sentent que la seule force qui puisse les aider à recouvrer leur liberté, c’est la Russie révolutionnaire. Ils accourent tous à Moscou, chercher l’appui dont ils ont besoin.

190Les bolcheviks savent bien d’ailleurs qu’ils devront être les tuteurs de ces peuples peu évolués. Ils préparent pour les questions coloniales des solutions qui seront présentées à leur congrès du 15 juillet. Elles seront éloignées de l’impérialisme, mais elles tiendront compte de ce que les peuples neufs qui viennent à eux sont encore fort loin de l’évolution capitaliste qui permet le socialisme et le communisme.

191Sadoul nous parle des huit trains rouges de propagande dont se servent les bolcheviks.

192L’aspect de Moscou où il n’y a plus une devanture de magasin remplie de marchandises, où toutes les grandes rues sont sans étalage d’aucune sorte, où il y a un grand laisser-aller, est évidemment pénible pour qui arrive de Paris. La suppression du commerce a créé un problème de la rue, car enfin toutes ces devantures de rez-de-chaussée ne pourront rester toujours ainsi. Comment utiliser ces vitrines, ces salles faites pour la montre et l’achalandage ? Même dans les magasins de distribution des socialistes et des communistes, il n’est pas besoin d’étalage. Il faudra concentrer en quelques grandes boutiques, les distributions de marchandises. Aujourd’hui, il y faut une lourde bureaucratie, mais à mesure que l’abondance reviendra, tout s’organisera mieux. Alors, que fera-t-on des innombrables petites boutiques ? Déjà lorsqu’ils ont socialisé les industries, les bolcheviks ont supprimé beaucoup de petites et ont concentré 100 anciens petits ateliers en 10 ou 20 grandes fabriques et ils continueront en ce sens.

193La journée de travail reste de huit heures. Les deux autres heures sont volontaires.

  • 73 La Tchéka, la Commission extraordinaire, abrégée CK, fut mise sur pied en décembre 1917 pour « comb (...)

194L’organisation de la Tchéka73.

Jeudi 17 juin 1920

  • 74 Leonid B. Krassine (1870-1926) ingénieur, actif dès sa jeunesse pour le parti social-démocrate russ (...)

195CSEP – Rykov président. Ce matin, réunion préparée pour nous et les Italiens au Comité de l’économie populaire (direction Krassine74). C’est ici que l’on s’occupe de la question de l’industrie pour toute la Russie. La loi dit : huit heures pour l’industrie. Six heures pour les mines. On ne peut pas imposer d’heures supplémentaires. Mais depuis que le front a été dangereux, d’accord avec les syndicats, on augmente l’horaire des usines de guerre. Chaque ouvrier a droit à deux semaines de congé par an, payé, mais dans certains cas prévus par la loi, on peut prolonger jusqu’à un mois.

196Les femmes reçoivent six semaines avant l’accouchement un congé payé et six semaines après. L’accouchement est payé. Elles sont alimentées spécialement selon les possibilités. La grève se pose, ici comme nulle part. Les lois sont faites par les ouvriers dans leurs Soviets et les syndicats, donc ils établissent leurs tarifs dans lesquels l’État n’intervient pas. Dans ces conditions, une grève est une attaque politique contre l’ouvrier lui-même. Il y a eu des essais de ces grèves pendant l’attaque de Koltchak. Elles étaient suscitées par des contre-révolutionnaires. Il y a des conflits pour les tarifs ou les conditions de travail, ou de distribution d’alimentation. C’est le syndicat qui les résout lui-même.

197La question des salaires est la plus difficile dans l’État socialiste. Depuis trois ans, on a modifié souvent. Actuellement, il y a un minimum de salaire unifié pour le pays. Le minimum varie selon les régions. D’autre part, il y a des tarifs normaux pour chaque industrie. La dernière année, vu l’effort économique que le pays s’impose, on cherche à créer des primes pour surexciter l’énergie ouvrière. Ces primes se font sous forme de distribution d’alimentation, vêtements, objets d’usage. La tendance générale est de généraliser ces primes pour tout le monde, ouvrier, paysan, intellectuel. Tous les syndicats ont des commissions de tarifs pour chercher les meilleures formes de primes pour augmenter la production. Toute initiative, toute invention est payée à titre individuel. Récemment, nous avons payé un chimiste qui a trouvé comment extraire l’eau du goudron qui reste dans les usines à gaz et le rendre solide. On l’a payé en monnaie. Il y a des concours pour chercher des inventions, pour un système de chauffage économique. On donnera 200 000 roubles au premier, et 100 000 roubles au deuxième. Le professeur Kirsch qui vient de mourir a trouvé un moyen de chauffage. Nous avons assuré à ses enfants les moyens d’éducation. Dans la suppression de l’héritage, on n’a pas détruit les moyens d’usage, on n’a interdit que l’héritage des capitaux.

198Comment arriver à administrer le pays de façon à ce qu’elle soit compétente, malgré que ce soient les syndicats qui commandent ? Toutes les autorités, industrielles, depuis le comité de l’usine jusqu’au Conseil supérieur, sont élus par les syndicats. Notre conseil est élu lui-même par les congrès des syndicats. C’est par cette force vivante des syndicats que l’organisation est rapprochée des masses ouvrières.

199Qui choisit les techniciens nécessaires au Conseil supérieur de l’économie nationale ?

200Du moment où le Conseil supérieur est élu, il a, lui seul, autorité sur les techniciens du pays. Il forme les comités directeurs de la branche d’une industrie. Le comité directeur du bois avec les représentants des syndicats, règle la question des techniciens dans l’intérieur de sa branche. Une fois formé le comité directeur de l’usine, lui seul est responsable aussi pour les techniciens. À côté de lui, le syndicat s’occupe de la question intérieure de l’usine.

201Pour les primes, plus tard quand la période normale sera revenue, que ferez-vous ? La prime est en contradiction avec les conditions générales de votre économie. Réponse : Nous établissons un minimum nécessaire de denrées à distribuer ou de salaire en argent. En plus de ce minimum, il y aura toujours une prime en nature moins nécessaire pour la vie. Même, nous prévoyons des primes infiniment variées pour exciter l’émulation entre les syndicats, entre les industries.

202En fait, il y a écart entre le paiement d’un manœuvre et d’un ouvrier qualifié. La tendance cependant, on va vers l’unification de paiement entre les métiers. Mais nous développons la prime entre divers métiers et dans chaque métier pour sortir de notre détresse, ces primes sont variables et souples. L’ouvrier qui fait un travail plus lourd reçoit plus de denrées ; cependant, il faut bien payer les ouvriers rares, gaziers, plombiers. Là encore, la concurrence joue, car il faut travailler à tout prix.

203Le système de contrat de travail ouvrier est varié selon chaque usine. On a des livres de contrôle de chaque ouvrier pour pouvoir le suivre de près et calculer son rendement. Ce contrôle est fait sous l’autorité du conseil d’administration (le patron) et du comité de fabrique (le syndicat).

204Pour la discipline : il y a d’abord, dans chaque usine, le comité de fabrique. Il est chargé de veiller même sur l’augmentation du travail ; on a fait de l’usine un tribunal disciplinaire ouvrier. Ce tribunal est composé d’un représentant pour les ouvriers, un autre pour les syndicats, un autre pour le comité d’administration de l’usine. Ces trois membres appellent le délinquant et le punissent. D’abord un simple rappel à l’ordre devant la réunion générale jusqu’aux travaux obligatoires pendant trois mois, privé de certaines primes. Ce sont les syndicats qui ont fait cette loi, d’accord avec le Comité supérieur de l’EP. Les petites usines sont jointes aux grandes usines, mais alors, dans les trois juges, il y a un juge de la petite usine. En cas d’appel, on n’a pas prévu par la loi, mais la loi générale, c’est que le Comité exécutif des Soviets peut servir d’arbitre. Puis, comme ces tribunaux viennent d’être créés, il y aura des améliorations. Ces tribunaux disciplinaires donnent trois mois de travail obligatoire avec sanction plus sévère, camp de concentration. Dans la pratique, c’est rare, mais si un ouvrier est particulièrement paresseux, la sanction peut être soumise à un tribunal régulier qui peut aller à la prison, six mois.

  • 75 Cent-Noirs était le nom populaire donné à une organisation qui se voulait la fédération du vrai peu (...)

205Il y a eu 990 cas, non pour des ouvriers mais pour des fonctionnaires et techniciens qui ne voulaient pas faire le travail, mais sabotaient. Il y a eu des hauts fonctionnaires des chemins de fer. Depuis toujours, on faisait une sélection pour les cheminots. Dans les ateliers et dépôts on n’acceptait que les membres des unions russes, des Cent-Noirs75. C’était un personnel spécial, arriéré, réactionnaire, contre-révolutionnaire. C’est cela que nous avons trouvé comme héritage. En 1905, c’est la grève des chemins de fer qui a fait la révolution. Depuis ce temps, on avait un personnel très réactionnaire.

206Mais dans ces trois dernières années, nous changeons l’état d’esprit des cheminots, surtout dans les ateliers et dépôts : on a fait une propagande énorme par les camarades communistes.

  • 76 11 doit s’agir de Lev Y. Karpov (1879-1921), chimiste, qui avait adhéré au parti social-démocrate o (...)

207Le coût de production. C’est très compliqué ! On a commencé par calculer en argent. Il y a une commission de calcul dans chaque usine et un haut comité des prix. Ce sont ces commissions qui tiennent compte des matières premières, main-d’œuvre plus 10 % pour les frais de l’État. Elles fixent le prix d’État moyen, général, en espèces. Mais ce n’est pas là notre but. Depuis longtemps, nous changeons ce système. Au lieu d’avoir un budget financier, nous tendons vers un budget de matières. Les plus fameux comptables de la Russie ont été embrouillés : quelques-uns, communistes, ont modifié la comptabilité d’argent et l’ont changée en comptabilité de matières premières. L’année prochaine, la modification sera complète. Déjà, nous avons des matériaux énormes. Nous ne comptons plus par pertes et profits. Les profits ne nous intéressent pas. Nous voulons seulement économiser les matières premières et augmenter les produits. Cette révolution de comptabilité est faite par une commission où siègent Miller et des anciens comptables des anciennes grandes banques. On a tout simplifié. Notre industrie nationalisée figure au budget. Notre budget s’établit pour six mois dans chaque usine, dans chaque branche, puis il vient au CSEP et ici on établit des commissions du budget, où l’on travaille beaucoup. Puis entre les diverses branches, la comptabilité se simplifie. La chimie a besoin de bois. Par un jeu d’écritures, le paiement s’établit. Devant la commission du budget, chaque direction vient défendre son budget. À côté, il y a une commission de programme de production. Karkov76 est le directeur ; il est technicien très réputé. Le chimiste se présente. Il dit : nous avons tant d’ouvriers et de matières premières. Donc, nous pourrons vous donner telle production. Il fait de grands projets, la commission diminue ou augmente et alors la commission du budget tient compte des rapports de chaque branche pour adapter le budget à toutes les exigences. Puis une commission d’utilisation établit le plan de la distribution pour la production. C’est un travail de statistique immense : combien y a-t-il dans le pays de matières premières, puis d’objets fabriqués ?

208Elle les distribue selon les branches d’industrie, selon le programme approuvé par la commission du budget. Elle dit : il faut donner à la chimie ceci plus ceci. Les organismes de distribution distribuent

  • 77 Une sagène, mesure de longueur, équivaut à 2, 13 mètres.

209Mais ces programmes, dans la pratique, que deviennent-ils ? La réalisation des programmes varie selon les possibilités du combustible. Nous avons été coupés du charbon et du naphte et nos transports ont été absorbés par les militaires. De ce temps, les programmes n’étaient pas réalisés. Mais depuis, cela a changé. Nous avons fait la statistique le mois dernier : or, pour les trois derniers mois, nous avions réalisé 60 % de notre programme. Mais certaines branches, comme le bois, quand nous n’avions ni charbon, ni bois, 14 millions de sagènes77 c’était le programme. Nous avons réalisé 11 millions. Or, l’année précédente, 4 millions seulement.

210Alors, le comité fait passer sous nos yeux les gros bouquins où sont relatés les travaux récents du CSEP. Devis de budget, budget de l’État, budget de l’industrie avec tableaux comparatifs ; codes, lois et décrets de notre CSEP révisés intéressants pour les tâtonnements de la révolution.

  • 78 Un poud correspond à 16, 28 kg.

211Pour l’industrie, nous avons celle de guerre et l’autre. L’industrie de guerre nous donne régulièrement 80 % de la production de la guerre impérialiste. Et cependant, nous sommes coupés du monde entier. Pour l’industrie civile, le dernier rapport dit 30 % de la production d’avant-guerre. Mais depuis, il y a amélioration, 40 %. Il y a amélioration quotidienne, maintenant que nous recevons naphte et charbon. Nous n’avons pas de coton, quoique nous étions d’excellents producteurs de cotonnades ; depuis nous avons le coton de Perse et Turkestan, 7 millions pouds78 de coton. Nous en ferons arriver 4 ou 5 aux usines ; pour la laine, nous avons la matière première, 80 % de la production d’avant-guerre. Nous reconstituons vite les régions, bien que Kiev par exemple, ait changé vingt-quatre fois d’autorité et d’autres presque autant. Mais là où nous arrivons, l’enthousiasme ouvrier est général et la production reprend. Pour les transports, la guerre civile et la guerre étrangère, c’était désastreux. Il y avait assez de wagons, mais pour les locomotives, en fin 1919, 60 % de malades. Là on a lancé des cris d’alarme, le congrès des Soviets en a appelé à tout le pays. Peu à peu, nous avons cessé l’augmentation des locomotives malades, mais on réduit en ce moment la production à 50 %. Chaque dimanche, on publie dans l’organe économique quotidien le chiffre pour chaque réseau. Les dépôts et ateliers étaient déserts et ruinés. On a établi un programme de nos transports pour les quatre ans et demi à venir ; jusqu’à présent, ce programme se réalise bien que nos usines aient dû perdre un mois pour avoir des combustibles et du fer de l’Oural.

212Nous avons hérité d’une industrie anarchique, des usines mal placées, par exemple à Petrograd ; ni fer, ni charbon, mais l’intérêt privé était seul obéi. Nous avons fait un plan de transport : dans la société capitaliste, les transports se font selon les intérêts contradictoires des capitalistes privés. Chez nous, il n’y a à étudier que les besoins généraux. Plus de transports qui se rencontrent. On peut arriver à des économies de transport ; nous combinerons nos transports par eau et chemin de fer.

213Nous voulons qu’on sache que tous nos efforts économiques se passent dans des conditions de guerre très cruelles, que les ouvriers, que les syndicats obligent leurs gouvernants de cesser cette guerre d’atrocités. L’ancienne Russie faisait venir entièrement certains objets de l’étranger (locomotives, par exemple). Nous serions heureux de recevoir des techniciens et des ouvriers qualifiés. Nous envisageons ce jour où le communisme étant européen, la Russie mettra ses inépuisables ressources en matières premières à la disposition de l’Europe.

214Tous les techniciens et patrons d’ancien régime restés en Russie sont maintenant adaptés au régime nouveau. Les deux secrétaires de Taratuta sont d’anciens patrons, intelligents, qui jadis ont mangé des fortunes, viveurs et fêtards. Aujourd’hui, ils travaillent avec beaucoup de zèle.

215Il semble que la bureaucratie est extrêmement développée.

  • 79 Vladimir P. Milioutine (1884-1938) d’abord menchevik, membre du Comité central du parti bolchevik e (...)

216Milioutine79 est le grand chef comptable de la nouvelle Russie.

217Un gros poulet coûte 9 000 roubles.

218Un petit poulet coûte 5 000 roubles.

219Une tablette de chocolat 10 000 roubles.

220En Bulgarie, en ce moment, misère extrême, on mange 400 grammes de pain noir, le tabac est exporté chez les Alliés, les officiers français commandent en maîtres. Comme en Pologne, on n’a pas de souliers, ni de vêtements. C’est pire qu’en Russie ; les grandes villes sont entre les mains des bolcheviks ; on hait la France. Les prélèvements des Alliés sont tels que le pays est dans la plus grande détresse.

221Ce qui est frappant, c’est le nombre de leurs membres, techniciens, leur personnel intelligent de direction donnant une impression de solidarité, de sérieux, de conscience, de travail.

222Dans la salle où nous reçoit le CSEN, les murs sont couverts de graphiques et de cartes économiques.

223Le paysan russe est passif, il ne fait pas de politique. Il a la même attitude vis-à-vis de ce gouvernement que de l’ancien. Il ne l’aime pas, il ne s’y intéresse pas. Il est mécontent des réquisitions. On lui dit : tu garderas 30 pouds de céréales pour chacun des membres de ta famille, le reste nous l’achèterons. Il n’est pas satisfait, car avec l’argent rouble il n’obtient rien. Aussi sème-t-il peu et juste pour lui. De plus, il mange ses poulets, ses œufs, son lait, son beurre et il vit mieux qu’avant.

224Certains villages de la Volga où habitent les Vieux Croyants (les adeptes du culte qu’est venu détrôner vers le XIVe siècle le culte orthodoxe) sont riches ; certains villages de 4 000 habitants ont 7 000 têtes de bétail et vivent très bien.

22590 000 paysans adhèrent au parti contre 630 000 ouvriers.

226En 1918 on a réquisitionné 30 millions pouds céréales.

227En 1919 on a réquisitionné 70 millions pouds céréales.

228Milieu de 1920 on a réquisitionné 130 millions pouds céréales.

229Puis le gouvernement a déclaré qu’en échange de chaque hectare semé en céréales, le paysan obtiendrait des quantités données de sel, tabac, clous, instruments de culture, semences, etc. De plus, on menace le paysan, s’il ne sème et cultive, de lui enlever la terre qu’on lui a confiée. La terre appartient : 1°) pour une part aux propriétaires fonciers d’autrefois qui cultivaient eux-mêmes ; 2°) on a donné aux paysans pauvres une partie de la terre des paysans riches et on a laissé à ceux-ci une part raisonnable. On a remembré ; 3°) aux communes agricoles. C’est la grande idée communiste. Il y a peu de ces communes, celle qui sert de modèle est la commune de Rosa Luxemburg, dans le district de Saratov. 4 000 anciens ouvriers agricoles travaillent en commun un grand domaine exproprié. Ils mènent la vie collective dans la plus grande mesure possible. On ne peut pas encore dire les résultats définitifs. L’expérience n’a pas assez duré ; 4°) aux coopératives agricoles qui travaillent en commun une terre dont chacun possède une part en propriété personnelle.

230La maison des syndicats de Moscou est installée sur la place, près du théâtre, dans l’ancien cercle de la noblesse.

231Nous allons à 6 h au groupe communiste français. 17 personnes dont cinq ou six soldats prisonniers d’Arkhangelsk qui ne sont pas socialistes, quelques Russes et une demi-douzaine de Français, hommes et femmes sous la conduite de Guilbeaux et Pascal.

232On nous fait passer un petit examen sévère avec quelques commentaires à la Guilbeaux. Nous répondons quelques vivacités et après deux heures de cet échange de vues inutile, nous rentrons dîner et nous reposer, car nous n’en pouvons plus.

233Kemerer nous affirme qu’ils sont tous ici fixés sur le compte de Guilbeaux et Pascal. Ils prennent Pascal pour un illuminé ; Guilbeaux est aussi jugé sévèrement par eux. Cependant, comme il leur fallait au début de leur mouvement un représentant quelconque de la France et que Guilbeaux s’est offert à eux, ils lui savent gré de son audace et ne veulent pas se séparer de lui.

234Nous revoyons en revenant la rue de Moscou. Même impression à laquelle cependant nous nous habituons mieux. C’est peu propre partout. Et nous nous rappelons le mot de Pascal. Il y a quelques jours, on a frotté, lavé, nettoyé partout, hommes et choses. Pascal dit : on a enlevé 500 000 tombereaux de poubelles. On a décrété le bain gratuit et obligatoire, on a décidé de couper les cheveux des gens gratuitement. On a lavé à grande eau les maisons et les cours. Opération décidée et menée à bien par le commissaire à l’hygiène que nous irons voir mardi pour lui demander des renseignements sur son service.

235Sur la place de l’hôtel National passe un bataillon de l’Armée rouge, bien habillé, très propre, bottes magnifiques, air de bonne santé générale. À côté d’eux, que de petites gens, enfants et femmes déguenillés qui vendent quelques pains blancs, un petit morceau de beurre, quelques barres de chocolat, des verres de lait, quelques fleurs pauvres, des cigarettes, des allumettes par deux boîtes. Pas de légumes en Russie ! Ce soir, à dîner, un plat de millet (Kacha). C’est tout. C’est bon !

236La maison où nous sommes logés est gardée jour et nuit par des soldats en armes. Et lorsqu’on sort ou lorsqu’on entre, il faut leur montrer les mots de passe, sans quoi on n’entre pas. Même Kemerer et Sadoul doivent se soumettre à ces exigences.

237De même, pour entrer au Grand Théâtre, hier, à la réunion du Comité exécutif des Soviets, la consigne était d’extrême rigueur et nul ne pouvait pénétrer sans des papiers bien en règle.

238Il y a là toute une discipline sévère que consentent les soldats de l’Armée rouge qui accomplissent leur consigne de manière inflexible. Aurions-nous en France pareil résultat ?

Vendredi 18 juin 1920

239Mme Harisson me dit que Mlle Charpentier s’occupe ici avec beaucoup de zèle et de dévouement des secours aux détenus français, anglais et aux 22 Américains qui sont encore en Russie abandonnés par le gouvernement des États-Unis. Elle a rendu les plus grands services à tout ce monde ; elle s’ingénie à trouver des fonds pour les nourrir, envoyer des paquets à ceux qui sont emprisonnés, etc. Or, ces temps derniers, n’ayant plus de fonds, elle a recherché des objets de métal argent pour les vendre, et dénoncée par une Polonaise, elle a été arrêtée pour spéculation... Mme Harisson m’assure que c’est une brave personne désintéressée et noble et que non seulement les Français de Moscou, mais les Anglais et les Américains, lui sont redevables de pouvoir continuer à se nourrir : on lui en sait beaucoup de gré dans la colonie.

240Hier au soir a eu lieu la deuxième réunion du Comité central exécutif des Soviets de la Russie. Ce comité est élu par le Congrès panrusse qui doit, aux termes de la Constitution, se réunir tous les trois mois. Depuis quatre mois, dit Mme Harisson, il ne s’est pas encore réuni. Mais le Comité exécutif a tenu sa session et continue aujourd’hui. La session aura duré trois jours. Hier, Tchitchérine a exposé sa politique extérieure devant le comité.

  • 80 Lev S. Sosnovsky (1886-1937) journaliste, membre du parti dès 1904, dirigea au début des années vin (...)
  • 81 Le général russe Anton I. Denikine (1872-1947), qui avait été arrêté après la révolution d’Octobre, (...)

241Sosnovsky et Ossinsky80 l’ont vigoureusement attaqué et ont été très applaudis. Ils lui ont reproché de multiples offres de paix à la Pologne, en lui disant que l’on affaiblissait ainsi la vigueur des combats. En menant cette politique, on donne à l’ennemi le sentiment de notre faiblesse. C’est ainsi qu’on a permis à Wrangel de reprendre la succession de Denikine81. Au contraire, il faut pousser la guerre à outrance, et l’on n’aura une vraie paix que lorsque le drapeau rouge flottera sur Varsovie. Tchitchérine s’est défendu et Radek a pris sa défense. Radek a déclaré que Tchitchérine avait eu raison de multiplier ses offres de paix à la Pologne. C’est son rôle de diplomate socialiste. Si l’on juge qu’il faut pousser davantage la guerre, c’est l’affaire du gouvernement, non celle du ministre des Affaires étrangères qui ne doit pas se départir des principes généraux de paix que la république des Soviets a toujours défendus.

242Tchitchérine a fait un discours de deux heures, pendant lesquelles il a exposé toute la politique extérieure du Commissariat du peuple et abordé tous les problèmes.

243L’Italie joue un rôle équivoque : tantôt elle offre la reprise des relations puis, sur l’ordre de l’Angleterre, elle devient froide. La France reste l’ennemie qui ne veut pas causer. L’Angleterre propose à la reprise des relations commerciales des conditions telles en Orient qu’elles sont inacceptables, surtout parce qu’elle ne donne aucune garantie, qu’ensuite ces conditions acceptées, elle-même reprendra les relations avec des résultats heureux pour la Russie.

244Il apparaît donc que la mission de Krassine ne réussit pas auprès des Anglais. À la fin de la réunion, la résolution proposée par Tchitchérine a été approuvée par l’unanimité de l’assemblée, sauf 15 abstentions. En même temps, on a envoyé un message aux soldats polonais en leur disant que s’ils passaient avec armes et bagages du côté russe, ils trouveraient l’accueil fraternel. On a blâmé la France qui a déclaré en janvier qu’elle renonçait à toute guerre en Orient, et les prisonniers français faits sur le front de Pologne indiquent que cette affirmation est mensongère.

245Mme Harisson commentant la forme de ce congrès conclut que toutes les résolutions de quelque importance, votées en ces réunions, sont délibérées et préparées avec soin par le parti avant les réunions. C’est le parti communiste qui est le vrai maître et dictateur. Ce n’est pas la dictature du prolétariat, mais la dictature du parti communiste, et c’est évidemment dans cet état de guerre, une chose nécessaire et indispensable. Tant que durent les luttes civile et étrangère pour la Russie, on ne peut songer à un autre moyen de gouvernement. Lorsque vint, il y a quelques mois, devant la même assemblée, une discussion sur la réponse à faire à la Société des Nations qui voulait envoyer ici des délégués, il n’y avait pas plus de 40 personnes dans la salle ; il n’y eut pas de discussion et Tchitchérine lut son papier et le fit adopter sans apparat et sans discours. C’est qu’au préalable, il avait été soumis et rédigé d’accord avec l’organisme central du parti et il ne s’agissait que d’un entérinement devant le Comité exécutif. En fait, tout l’appareil présent de la Constitution russe est surtout un souvenir de nos méthodes de congrès socialistes et les procédés ressemblent beaucoup aux nôtres. Le parti et les syndicats réunis sont les vrais et seuls maîtres de toute la machine.

246Sadoul vient me voir. Nous nous entretenons des questions agraires. Il n’y a plus de propriété, mais il y a à la place, la possession de la terre : on ne peut plus la vendre, mais on peut la transmettre à ses fils. En fait, en Ukraine, les neuf dixièmes des paysans sont de petits propriétaires ; en Russie, la proportion est un peu plus faible, mais presque identique. Trois périodes dans le développement révolutionnaire au point de vue paysan :

  1. Toute la paysannerie est avec les Soviets parce que c’est logique, on prend la terre des grands domaines, on la donne aux paysans.
  2. Le Koulak, paysan riche, est l’ennemi du bolchevisme ; le paysan pauvre et le paysan sans terre se dressent contre lui, c’est un gros propriétaire de 40, 50 hectares, usurier et vendeur d’engrais. La révolution brise le Koulak, l’exclut des Soviets.
  3. On se rapproche en ce moment du paysan moyen qui cultive avec un salarié ou deux. Le paysan moyen devient soviétiste ; on fait une politique opportuniste habile. Ce qui irrite aujourd’hui le paysan réquisitionné, c’est que l’argent qu’on lui donne ne lui sert à rien et qu’on ne peut lui donner des produits manufacturés à la place des siens.

247De plus en plus les réquisitions s’assouplissent. Elles deviendront de plus en plus à la disposition des Soviets locaux et on évolue, on change les moyens, les procédés, les quantités à prélever. On a commencé par réquisitionner avec les fusils. Aujourd’hui, les choses vont d’elles-mêmes. La petite propriété reste pour Lénine indispensable. Il dit lui-même qu’ils n’en sont qu’à la période intermédiaire, primaire du communisme, qu’il ne viendra que dans vingt, trente ou quarante ans. Ossinsky et Boukharine sont à sa gauche, très à gauche.

248Aujourd’hui, l’Armée rouge est forte, très forte, la plus forte du monde, discipline de fer, consentie d’ailleurs, animée du plus bel élan révolutionnaire. Les ouvriers reçoivent en ce moment 4 000, 5 000, 6 000 roubles par mois (les commissaires du peuple aussi). Mais ils sont nourris, habillés, pourvus de ce que l’on peut leur donner (6 000 roubles c’est peu). Il faut 100 000 roubles par mois pour vivre médiocrement à Petrograd. Sadoul pense qu’il faudra des techniciens étrangers pour dresser l’industrie russe ; bien qu’il y ait déjà un grand progrès dans l’administration par les ouvriers eux-mêmes. Mais si l’Armée rouge a pu s’organiser sans appui étranger, l’industrie sera plus difficile à remettre en marche. Ce qu’il faut en ce moment, c’est 6 000 locomotives.

249Nous visitons Trétiakov, Sadoul et sa femme.

250Taratuta nous annonce que le Comité exécutif de la IIIe Internationale nous recevra à 5 h.

  • 82 Le comte Wilhelm von Mirbach (1871-1918), ambassadeur d’Allemagne, fut assassiné en juillet 1918 à (...)

251À 5 h, en effet, une auto nous emporte à l’ancienne ambassade d’Allemagne, à Moscou, où fut tué Mirbach82.

  • 83 Cachin confond apparemment le très populaire dirigeant ouvrier écossais John MacLean (1879-1923) av (...)

252Se trouvent là, MacLean et Quelch, Anglais, Stoklitsky et Reed pour les deux partis communistes américains, les Italiens, Herzog, des indépendants d’Allemagne83, un Autrichien, un Hongrois, un Bulgare, un Polonais, un Letton, Sadoul et nous deux.

  • 84 Le Comité exécutif de l’Internationale communiste élu après le Ier congrès était avant tout composé (...)

253Puis au nom du comité de la IIIe Internationale, Zinoviev, Radek, Karakhane, Karsky, Boukharine, Balabanova, le président des Jeunesses communistes et une représentante des Femmes socialistes, Lozovsky, des syndicats russes, Klinger, secrétaire administratif de la IIIe Internationale84.

  • 85 Autour de Fernand Loriot s’était groupée la gauche du mouvement zimmerwaldien dans le parti sociali (...)
  • 86 Le groupe des Spartakistes provenait de la scission de l’aile d’extrême gauche du parti social-démo (...)
  • 87 La tenue du congrès des Peuples de l’Orient, qui eut lieu du 1er au 7 septembre 1920 à Bakou, fut d (...)
  • 88 Giacinto Menotti Serrati (1872-1926), directeur du journal socialiste Avanti de 1914 à 1923 et un d (...)
  • 89 Rudolf Breitscheid (1874-1944) membre du parti social-démocrate indépendant allemand, puis à nouvea (...)

254Zinoviev annonce que nous sommes autorisés à assister à la réunion et de faire une séance élargie. Qui va-t-on inviter au congrès ? Même les anarcho-syndicalistes, même les anarchistes, les révolutionnaires qui, dès le premier moment, sont venus se ranger près de l’I.C. Sans doute, l’I.C. est très opposée à ces tendances ; mais on les accepte pour leur montrer ce qu’est l’action de la IIIe Internationale. On espère qu’ils abandonneront leurs préjugés anarchistes. De France, sont invités le groupe Loriot et le groupe de La Vie ouvrière85. On blâme les spartakistes pour leur attitude lors des incidents de Kapp à Berlin86. On décide d’intensifier la propagande en Orient, et pour cela de tenir, après le congrès de Moscou, un congrès spécial à Bakou87 ; d’établir une commission permanente dans le Turkestan, afin d’y faire de la propagande intense. On décide d’envoyer un appel aux indépendants d’Allemagne. À ce propos, Serrati88 déclare que c’est là s’engager déjà à accepter dans la IIIe les socialistes qui ont voté des crédits de guerre. Radek répond qu’il ne s’agit pas de cela ; nous ne devons pas avoir à juger les gens sur leur passé ; nous avons à leur demander quelle est leur attitude vis-à-vis de la révolution. Herzog ayant réclamé l’exclusion préalable de Kautsky, Hilferding, Cohn, Breitscheid89 Radek s’y oppose nettement. Il est entendu que la réunion qui a duré quatre heures se continuera demain au Kremlin, dans la maison où habite Lénine. L’atmosphère a été bonne ; on nous a fait le meilleur accueil personnel ; on nous a entourés de tous les égards amicaux ; on a fait pour nous la séance élargie. Sans doute, le verbe est toujours vigoureux et sévère ; l’attitude personnelle est en même temps d’une cordialité parfaite et nous sommes les bienvenus.

Samedi 19 juin 1920

255Il y a en ce moment à Moscou une commission qui est chargée de soulager les victimes de pogroms en Ukraine. Elle est composée des millionnaires juifs connus. Il y eut beaucoup de pogroms en Ukraine.

  • 90 La peine de mort fut supprimée sous le gouvernement Kerensky après la révolution de Février, mais r (...)

256Le Juif est haï surtout par les contre-révolutionnaires qui lui reprochent d’être la cause de la révolution. C’est injuste. En fait, il y a peu de Juifs dans le personnel gouvernemental, beaucoup dans les administrations, parce qu’ils étaient les plus instruits et les plus qualifiés en Russie où on était ignorant et où l’éducation était peu soignée même dans la bourgeoisie. Quelques soldats de l’Armée rouge aussi se sont mêlés aux pogroms. La peine de mort a été supprimée le 30 janvier 1920. Elle a été rétablie depuis l’offensive polonaise90. Les tribunaux ont été à nouveau militarisés depuis cette date.

  • 91 Béla Kun (1886-1939), social-démocrate hongrois, fut fait prisonnier par les Russes durant la guerr (...)

257À 11 h au Kremlin, continuation du débat d’hier. Lénine assiste à la réunion du Comité exécutif de la IIIe Internationale. Le délégué hongrois rend compte de ce qui se passe en son pays. En Hongrie, après la chute de Béla Kun91, quatre jours de gouvernement social-démocrate. Puis, Terreur blanche, 4 000 supprimés, 50 000 emprisonnés. Les livres de Marx et Kautsky défendus. L’armée [blanc] enlevé le bétail ; locomotives. Crise économique, d’où revirement dans le prolétariat et la petite paysannerie. Le gouvernement a réquisitionné, d’où mécontentement général. Chômage. Le prolétariat a perdu toute illusion sur les sociaux-démocrates et les chefs syndicalistes. Seule la Terreur blanche règne encore de manière épouvantable. Les communistes hongrois en sont réduits à des actes illégaux ; ils ont plusieurs journaux, Comité central à Vienne. Ils font leur propagande chez les paysans en leur recommandant la propriété collective du sol.

258Après les Hongrois, Frossard et moi lisons notre papier.

  • 92 Les questions qui suivent ne sont pas toutes de Radek. D’autres membres du Comité exécutif, Losovsk (...)

259Radek pose des questions92.

  1. o) Vous reconnaissez la nécessité de la dictature du prolétariat, en général, mais vous avez évité de donner vos avis sur les Soviets existants ; vous éliminez les détails.
  2. Comment le parti socialiste français admet-il dans son sein des militants liés avec les gouvernements capitalistes ? Comment faire entrer à la IIIe Internationale ces hommes ?
  3. Vous faites des déclarations contre l’impérialisme et la paix de Versailles, et vous admettez des hommes qui ont voté la paix de Versailles.
  4. Votre aide à la révolution russe n’a été que parlementaire. Vous n’avez pas fait d’effort dans l’armée d’occupation en Allemagne. Il faut une organisation clandestine pour mener cette campagne dans l’armée.
  5. Cachin a déclaré à propos de la Ruhr, il faut laisser occuper la Ruhr par les troupes de Scheidemann.
  6. Comment le parti qui laisse la main libre à la CGT pense-t-il faire la révolution parmi les ouvriers ?
  7. Où en êtes-vous avec la IVe Internationale ?
  8. Que pensez-vous de l’adhésion au bureau de la Société des Nations sur la Commission du travail ?
  9. Quel est votre attitude vis-à-vis du club communiste de France ? Que pense le socialiste français vis-à-vis de ce groupe ?
  10. Reconnaissez-vous que votre attitude pendant la guerre était de traître ? 11o) Cachin défendant la CGT aurait dit que celle-ci avait rendu grand service dans la guerre.
  11. Avez-vous des francs-maçons en France, dans le parti ?
  12. Est-il vrai que la grève du 21 a été arrêtée après visite de Jouhaux à Clemenceau93 ?

260Serrati, Italien. Les petits paysans et les ouvriers sont mieux qu’avant la guerre. Notre gouvernement a fait l’amnistie. Notre parti est le plus fort de la vie politique italienne. Nous avons des grèves : les salaires sont les plus élevés de l’Europe comparativement à la vie. Mais ce n’est pas économique, c’est psychologique. On ne veut plus travailler pour les patrons. En juillet 1919, une grave agitation contre la cherté de la vie, agitation chaotique, imprévue, la foule dévalisait les magasins. Dans quelques endroits, on a essayé de régulariser : les syndicats ont réparti les produits. Le 21 juillet, grève générale : la bourgeoisie a redouté une révolte armée, elle a obligé les cheminots à ne pas faire grève.

  • 94 Le quotidien Avanti, paraissant à Rome, était depuis 1896 l’organe central du parti socialiste ital (...)

261Notre foule est une foule bolcheviste instinctive. Les comités de fabrique doivent être faits. Il ne faut plus de politique disent les ouvriers. Dans certaines villes du Piémont, les ouvriers du textile s’emparent d’une fabrique textile. Le comité ouvrier de fabrique reste huit jours maître de l’usine. À la fin de la semaine, il fallut payer les ouvriers. Les ouvriers ont pensé que les socialistes paieraient. Le maire de Milan dit : je vais acheter vos textiles et vous paierez vos salaires. On lui a répondu : vous allez être emprisonné. Nous avons déclaré que le gouvernement réquisitionnait la fabrique. Il l’a fait : on a donné satisfaction à tous les ouvriers et le patron est revenu et a tout accepté. Il y a eu aussi d’autres prises de fabriques, à Naples, une usine métallurgique de 12 000 ouvriers. On a cerné l’usine militairement et on l’a prise. Tel est l’état d’esprit des ouvriers. On a une grande confiance dans un prochain mouvement en Italie. Nous voulons le préparer pour que ce ne soit pas un écrasement. 2 200 000 adhérents à la CGT ouvriers d’usine, 800 000 ouvriers agricoles. Les petits paysans votent politiquement avec nous, mais ils ne sont pas organisés. Les ouvriers agricoles sont arrivés à faire des coopératives importantes. Nous avons organisé les techniciens des fabriques. Les techniciens ont fait des grèves ; nous avons des employés de l’État, des prisons, des banques. Ligue nationale des coopératives. Elle est à côté des socialistes. 4 200 Stés coopératives en Italie. L’Alliance coopérative de Turin 60 millions donne une part de bénéfices à L’Avanri94 et aux élections. Elle est conquise par le parti socialiste de Turin. Nous sommes aussi à la veille de prendre Milan. 350 municipalités dont les plus grandes villes. Nous avons accentué notre programme à notre dernier congrès de Bologne.

  • 95 Lors du congrès de Bologne du parti socialiste italien en septembre 1919, une large majorité, dits (...)

262Bordiga, marximiliste-abstentionniste95. Il faut expulser les modérés. Il faut s’abstenir de toute action électorale. 3 000 votes.

  • 96 Costantino Lazzari (1857-1927), co fondateur du parti socialiste italien, défendit la position paci (...)

263Lazzari96 : 14 000.

264Serrati : 49 000.

265Il faut préparer l’action violente et les moyens techniques, action violente, Soviets à la russe.

  • 97 Aleksand F. Kerensky (1881-1970) avocat de Petrograd, fut à la tête du gouvernement provisoire aprè (...)

266Dans la tendance Lazzari, quelques collaborationnistes, quelques révolutionnaires à la Kerensky97 pour arriver à la dictature, quelques antiviolents.

  • 98 Giovanni Giolitti (1842-1928) homme politique libéral italien, fut à cinq reprises chef d’État, ent (...)
  • 99 Allusion aux soulèvements révolutionnaires et à l’instauration de Républiques des Conseils en Hongr (...)

267Tout le congrès a voté l’adhésion à la IIIe Internationale. À l’élection législative, nous avons affiché le programme total : 158 mandats. Dans les campagnes les plus arriérées, où les prêtres commandaient, la masse est venue. Nous sommes encombrés de toutes sortes de députés inconnus avant la période électorale. Ce groupe ne correspond pas à la situation intérieure du pays. On essaie de faire marcher ce groupe indiscipliné. Nous avons idée de le faire travailler pour le lendemain de la révolution. Il doit présenter des projets de réalisation communiste. C’est difficile car les techniciens des questions sont peu éclairés sur les choses générales. On a cependant essayé un programme de socialisation des grandes et moyennes propriétés. On a essayé de mettre sur pied des organisations de Soviets. Le groupe parlementaire a voté qu’il fallait reconnaître tous les gouvernements de fait en Russie. Giolitti98 est redevenu ministre. C’est la demande d’armistice à la vie ouvrière. Mais si on propose la collaboration avec notre groupe, rien à faire. Giolitti est la dernière carte bourgeoise. S’il refait les élections, nous aurons une plus grande victoire. Bientôt, élections communales. Nous aurons 3 000 communes. Nous manquons d’hommes, car nous avons perdu beaucoup d’hommes qui, socialistes, ont été très bons soldats. Nous manquons de force technique pour notre Armée rouge. Réunion des officiers et soldats démobilisés : 500 officiers, des milliers de soldats. Il y a un mouvement anarchiste. Un quotidien à 45 000 numéros par jour. Puis une union syndicalo-anarchiste. Ils excitent contre nous. Ils n’ont aucune responsabilité. Là-dessus est arrivée la lettre de Lénine99. Il faut viser la révolution, mais avoir la capacité de savoir où poser nos pas : il ne f. (sic) pas Hongrie, Bavière. Nous avons une grande force : nous voulons 50 % des possibilités de succès.

  • 100 Journal socialiste d’abord hebdomadaire, puis quotidien, qui parut à partir de 1916.

268Lénine. Nous remercions Cachin et Frossard d’être venus. Dans le présent, il y a un abîme entre notre conception et la pratique du parti français. La réponse aux indépendants d’Allemagne peut leur servir. La dictature du prolétariat signifie la lutte contre les réformistes, même par la lutte militaire. Que la partie la plus avancée du prolétariat se dise le prolétariat. Nous luttons contre eux avec la polémique. Nous ne disons pas : faites la révolution tout de suite, mais il faut se préparer à la dictature du prolétariat ; mais n’importe quel numéro de L’Humanité. L’Humanité est contraire à la dictature du prolétariat ; Le Populaire100 ne la prépare pas, mais il prépare tous les éléments arriérés et publiquement, ouvertement. La dictature sera la dictature de l’avant-garde révolutionnaire du prolétariat et il faut lutter contre les éléments arriérés du prolétariat avec les armes de l’État. Nous disons que L’Humanité doit expliquer, éclairer, vulgariser, populariser. Ce qu’il faut, c’est préparer les ouvriers à la dictature du prolétariat. Pour la CGT le compromis est permanent : c’est impossible. Nous avons peu d’hommes, dites-vous, et nous aussi. Il faut lutter avec acharnement pour remplacer les vieux réformistes par les révolutionnaires. Il faut faire cela et ni les Italiens ni les Français ne le font ; ici ça a été dur. Notre méthode ; vous dites : il faut lutter ; pas d’unité ; il ne sera pas possible de marcher avec les réformistes. Il est peu utile de discuter si la révolution aura lieu bientôt. C’est oiseux, mais il faut la préparer méthodiquement par le journal quotidien. Nous avons à proposer au congrès : nous nous expliquerons pour qu’il n’y ait plus de malentendu. Il faut épurer, purifier.

2691°) Accepter un programme clair, concret et dire aux Français dans vos journaux ; vous ne préparez pas la révolution ; la classe paysanne doit rester neutre, mais elle ne sera jamais avec nous communistes, mais si le prolétariat donne quelque chose après avoir pris le pouvoir, aux paysans les plus pauvres.

2702°) Et prier au nom du congrès les Français de publier nos résolutions et les rendre publiques dans toutes les sections.

2713°) Convoquer un congrès extraordinaire qui discute notre programme.

2724°) Épuration. Ce n’est pas important pour les personnes, mais ce qu’il faut, c’est que le travail du parti soit changé.

273Lénine s’est dérangé et a assisté durant toute la réunion qui a duré de 11 h à 4 h ; il a tenu à nous répondre lui-même.

274Le ton général de Deslinières a été excellent. L’ensemble des camarades, sans exception, a été très fraternel. Ils sont absolus, sectaires, farouches, mais sans méchanceté et sans inimitié. Il est évident qu’ils accepteront l’adhésion du parti avec la plus grande satisfaction ; en même temps, nous modifierons notre attitude générale en la rendant plus révolutionnaire d’action et de préparation. Lénine a dit : « Je ne serai pas brutal, mais franc sans réserves. Il ne peut pas avoir de considérations amicales dans des circonstances aussi graves. » Son idée générale, c’est que la dictature du prolétariat peut, seule, mener au but. Il faut la préparer. Est-ce que les Français ne savent pas ce qu’est une dictature de cette sorte ? Qu’ils relisent la révolution dont ils sont si fiers et qu’ils l’imitent. Ils nous comprendront. Ce qui explique l’attitude de Lénine, ses sévérités impitoyables et parfois injustes, c’est la situation même où se trouve le gouvernement qu’il préside. C’est la guerre civile, c’est la guerre étrangère. Il parle à chaque instant de fusiller les gens. C’est que sa vie même est en danger continu, comme celle des autres chefs du mouvement. Pour parvenir jusqu’à lui, au Kremlin, dans cet ancien palais de justice qu’il habite, il faut passer devant quatre sentinelles baïonnette au canon, auxquelles on doit montrer les papiers de passe.

  • 101 Journal bimensuel des adhérents du bolchevisme qui parut à Paris au début des années vingt.

275Zinoviev, durant toute la discussion, lit une collection du journal Le Soviet101.

276La critique essentielle de Lénine a porté sur L’Humanité : il lui a reproché amèrement d’être réformiste, en contradiction avec nos affirmations révolutionnaires. Il a fait le même reproche aux Italiens, ce reproche s’adresse à tous les Français, à tous les Italiens ; il a mêlé à dessein les deux attitudes et les deux pays.

277À la fin de l’après-midi, Taratuta nous emmène, Sadoul, Mme Sadoul, Frossard et moi, hors de Moscou, en sa maison à 30 kilomètres de la ville.

278Ils vont envoyer Deslinières au Turkestan pour organiser la production du coton. Il sera là dans un collège.

279Voilà trois ans que dure la révolution. Elle a été à plusieurs reprises à deux doigts de sa perte. Elle a connu les défaites diplomatiques et militaires. Elle connaît la misère, les privations et les souffrances de la faim et du froid. Elle est encore guettée de l’intérieur, comme elle est attaquée de l’extérieur. Ses transports sont désorganisés. Elle a résisté cependant, là où tout autre régime aurait sombré. Elle l’a fait, grâce à la dictature du prolétariat. Qu’est-ce que la dictature du prolétariat ? C’est la fraction avancée de la classe ouvrière qui met la main sur l’État ; ayant l’État, elle donne des satisfactions aux paysans qu’elle annihile, qu’elle place dans une situation telle qu’ils laissent passer la révolution. Elle organise la production en s’appuyant sur la classe ouvrière elle-même. Mais pour arriver à la dictature du prolétariat, elle n’attend pas le bon vouloir des paysans qu’elle attendrait en vain : leur participation qui ferait défaut Elle n’attend pas non plus l’adhésion de toute la classe ouvrière. C’est cette prise de pouvoir qu’il faut préparer d’urgence ; c’est à cette préparation exclusive qu’il faut accorder la première place dans la presse, dans l’action parlementaire, dans la propagande, partout légalement et illégalement. « 30 000 propriétaires ont gouverné la Russie pendant des siècles. Comment des centaines de mille de communistes n’y arriveraient-ils pas ? »

Dimanche 20 juin 1920

  • 102 Il s’agit vraisemblablement de Iury M. Steklov (1873-1941), de son vrai nom Nakhamkis, né à Odessa. (...)

280Au lieu de Taratuta qui n’a pas pu trouver de voiture et ne peut nous emmener par le train à cause des formalités à remplir pour prendre les billets, c’est Steklov102 qui vient nous chercher et nous enlève en auto jusqu’au village de la forêt argentée. La maison qu’il habite est à 10 kilomètres de Moscou, sur les bords de la Moskova, dans un bois célébré par Tolstoï dans un de ses romans. Sapins, rossignols, maison de bois confortable et élégante, mais à l’intérieur de laquelle des déprédations faites sans doute depuis la révolution n’ont pas été réparées.

281Autour de cette villa, de nombreuses autres répandues dans la forêt. Dans la plus voisine, il y a une colonie d’enfants de Moscou qui viennent y passer quatre mois par an, sous la direction d’un éducateur. Il y a ainsi des centaines de mille enfants hors des grandes villes, bien nourris, qui se refont la santé.

  • 103 Nikolaj V. Krylenko (1885-1938) adhéra au parti social-démocrate russe en 1904, du côté des bolchev (...)

282Le soir, Krylenko103 et Kamenev viennent nous voir. Ils ont aussi leurs villas près de celle de Steklov et leurs autos. Krylenko est procureur général de la République des Soviets. C’est lui qui avait dirigé l’armée au moment de Brest-Litovsk. Il a l’air le plus simple et le plus effacé, comme presque tous nos camarades qui cachent sous cette apparence modeste leur intelligence et leur courage à l’action.

283Kamenev nous dit que les Japonais ont exigé qu’entre eux et la République russe, il y ait un état qui serve de tampon et où la propagande individuelle soit encore en vigueur. Alors on a créé la république d’Extrême-Orient, dirigée par des communistes en majorité et des sociaux-révolutionnaires et inspirée par Moscou. Cette République va d’Irkoutsk à Vladivostok. Ainsi les Japonais qui avaient envoyé un ultimatum ont dû se déclarer satisfaits et on a évité une guerre avec eux.

284La Russie comprend 80 nationalités. Chacune est représentée par trois membres dans un conseil qui relève du ministère des Nationalités. Leurs intérêts sont débattus en commun. On a organisé des congrès dans chacune de ces nations. On fait des journaux communistes en langues diverses : il n’y a pas une de ces nationalités qui n’ait son journal communiste. Les ressources pour la propagande sont indéfinies et c’est l’un des résultats de la prise du pouvoir.

285Dans la République fédérative, les peuples fédérés sont gérés en commun par les commissaires du peuple à l’industrie, à la Guerre, aux Finances, aux Affaires étrangères, sauf en Ukraine ; ils ont leurs directions propres pour l’Agriculture, l’instruction publique, la Justice.

286Pour leurs peuples musulmans, Kamenev pense qu’ils les feront venir peu à peu à la démocratie et au communisme par deux moyens. Ils les ont divisés en nations, afin que le principe national vienne faire obstacle au Coran. Puis ils comptent beaucoup de prolétaires musulmans qu’on oppose aux capitalistes et qui viendront vite aux idées révolutionnaires. Dans les pays à féodalisme, où il n’y a que des paysans accablés et des gros propriétaires fermiers, le partage de la terre sera nécessaire. En outre, il y a dans tous les pays musulmans une littérature philosophique qui s’ébauche, analogue à celle du XVIIIe siècle. Les femmes commencent à s’émanciper ; on ébranle la foi coranique par tous moyens indirects et avec un plan très clair.

287Quant aux pays allogènes, comme la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie, la Géorgie, la Pologne, deux ou trois ans après la paix, ils seront obligés pour vivre, de se fédérer eux aussi avec la Russie ; ils y seront poussés par les nécessités économiques ; on pourra leur laisser un large statut nationalr

288Ainsi restent-ils les communistes très Russes et attachés à la Grande Russie. Ils laissent en ce moment les événements se développer ; ils font la paix avec beaucoup de ces petites nationalités ; ils leur abandonnent leur indépendance provisoire ; mais ils conservent l’idée de la Grande Russie. Ils restent attachés à leur immense empire. C’est le vieil orgueil russe de leur supériorité qui leur permet d’attendre. C’est lui aussi qui leur permet de traiter les socialistes anglais, français, italiens, allemands, de la façon la plus désinvolte.

289En Crimée, les Allemands, gros propriétaires, sont contre-révolutionnaires. Ce sont eux qui appuient Wrangel ; ce sont les Allemands qui sont avec nous. Ils ont jusqu’à 1 000 hectares et des meilleures terres ; ils ont fait des fermes modèles. Les fils de ces gens-là sont chimistes et ingénieurs. Tous ces Allemands forment la culture allemande en Russie.

290Les souffrances des Russes sont supportées parce qu’on attend malgré tout les ouvriers des autres pays, surtout les Français qui restent les plus aimés. C’est pourquoi on fait si bon accueil à leurs représentants.

291Au restaurant Yard, le plus grand de Moscou. C’est un club ouvrier ; salle réunion, salle lecture, bibliothèque, restaurant. On en fait de pareils dans tous les quartiers de Moscou et dans toute la Russie.

292Pour les théâtres, peu de billets vendus. Les syndicats distribuent les billets gratuits. Tous les ouvriers ont vu les grands auteurs, Molière, Shakespeare (joué parfois six fois un seul soir), des ballets russes. On a fondé dans tous les quartiers des théâtres de quartier avec opéra. La Fille de Madame Angot au Théâtre des Arts.

  • 104 L’œuvre de référence des communistes, le Programme communiste (bolchevik), de Boukharine, fut publi (...)

293Avant-guerre, il n’y avait que neuf universités en comptant Dorpat et Varsovie. On en a augmenté le nombre puis on y a ajouté des facultés ouvrières. On a fait une école spéciale communiste pour les hauts fonctionnaires. 600 étudiants à partir de vingt ans et sans limite d’âge – deux ans – vie commune ; ils sont dirigés par les syndicats et les Soviets. Il y a dans tous les quartiers une école du parti. Pour les grandes universités, on paie les étudiants. Tous ceux qui veulent y entrent ; mais pour sortir, il faut un examen. Pour les ouvriers sans parti, des écoles de politique élémentaire. Le Programme communiste, de Boukharine104 4 millions d’exemplaires. Huit trains de propagande. Ils traversent une région déterminée, s’arrêtent à chaque station, parlent, œuvres cinématographiques, théâtrales. Les représentants de chaque commissariat reçoivent les doléances des populations. Celui du Kouban’ vient de rentrer. Il répandait des milliers de brochures dans chaque village. Il y a une maison de lecture. Un camarade y reste pour lire pour ceux qui ne savent pas lire. On a fait un journal spécial pour eux.

294Lutte contre les illettrés. On a donné à tous les Russes six mois pour apprendre à lire ; s’ils ne savent pas, ils perdent leur droit de vote. Pour leur apprendre à lire et à écrire, il y a des écoles du soir ; dès qu’ils savent lire, on leur remet en main des manuels communistes et révolutionnaires. On paie pour cette heure d’étude l’ouvrier, comme travail supplémentaire. Lorsque ce décret fut pris, grand enthousiasme (il y a six mois). À Moscou, 150 000 hommes et femmes illettrés ; or, dans deux mois, tout le monde saura lire et écrire.

295Dans la même maison, une chambre de propagande où un propagandiste agit. Dans les gares essentielles, il y a un foyer de propagande, cinéma, bibliothèque, gramophone avec discours de Lénine, Kamenev, Trotsky, etc. Un camarade est le propagandiste. Quand des soldats passent, on les retient et ils sont catéchisés dans un point d’agitation (agitpunk, agit tram). On a réuni cinq wagons de tramways en ville et ils s’arrêtent dans les grands quartiers et on joue, on parle devant des milliers de personnes.

  • 105 Le prince Piotr A. Kropotkine (1842-1921) était un anarchiste russe de tendance communiste qui pass (...)

296Kamenev et Sadoul ont inauguré le monument de Robespierre. Trois heures après il sautait. Marat est très populaire en Russie. Dans le livre de Kropotkine sur la Révolution française105 on voit que les clubs, les sections françaises jouent le même rôle que les Soviets.

  • 106 Il s’agit de la sœur de Léon Trotsky, Olga Davydova Bronstein. Elle rencontra son futur mari, Lev K (...)

297Mme Kamenev106 s’occupe des théâtres ; directrice des théâtres de Moscou, elle a incité les ouvriers à composer des pièces, à jouer eux-mêmes. Chaque grande usine à son théâtre.

298Pour l’hygiène, la mortalité a baissé de 47 % sur l’an dernier. Les mariages ont augmenté de 60 %. On peut divorcer par consentement d’un seul. Les quatre premières années, beaucoup de divorces, maintenant moins. Le Commissariat d’hygiène a demandé aux Russes, aux syndicats, de prendre leur part.

  • 107 Inessa Armand (1874-1920), née à Paris, se rendit très jeune à Moscou où elle enseigna la musique e (...)

299Mme Armand107 pourra renseigner sur le mouvement féministe.

300La presse – Izvestia – 350 000

301Moscou – Pravda – 200 000

302La Plèbe des campagnes, le pauvre paysan – 800 000.

303Le Travail communiste (Soviet de Moscou) – 60 000.

304La Vie économique.

305Le Bulletin de la coopérative moscovite – 40 000.

306La Sirène (cheminots).

307Sept quotidiens pour Moscou. Le papier les empêche d’être en plus grand nombre.

308Petrograd – huit journaux.

309Izvestia, Pravda, Gazette rouge, Commune rurale.

310Dans toute la Russie il y a trois mois, il y avait 300 journaux quotidiens, tous communistes. Des villages qui jamais n’avaient eu de journaux en ont maintenant. S’il y avait du papier, il y aurait encore plus de journaux dans plusieurs centres.

  • 108 Le parti des sociaux-révolutionnaires, organisation de type anarchiste dirigée par Victor Tchernov, (...)

311« Pour entrer dans le parti communiste, il faut être pur comme un diamant, je n’y entre pas, car je bois un peu », dit dans un journal d’un petit village, un lecteur. Il y a des hebdomadaires : les sociaux-révolutionnaires de gauche108, le Bund.

312Les mencheviks ont eu un journal, mais ils critiquaient. Nous disons, nous : « Il faut souffrir », et le menchevik dit : « Ce sont des menteurs, ils vous font souffrir depuis trois ans », aussi nous l’avons supprimé. Les mencheviks ne sont qu’une élite intellectuelle, ils ne représentent pas l’ouvrier. À Karkhov, il y a un quotidien menchevik.

313Tous les éléments contre-révolutionnaires s’unissent avec les mencheviks. Et ils ont marché avec Denikine. Lorsque Denikine était le maître, les mencheviks constituaient un de ses appuis. Il y a quelques mencheviks sincères, mais ils servent de centre à la contre-révolution.

314Lorsque la guerre civile et la guerre étrangère seront achevées, la liberté reprendra.

315Il y a quelques jours, les ouvriers d’usine devaient recevoir 10 000 paires de chaussures. L’envoi était là, il a fallu les envoyer sur le front. Les mencheviks ont fait une campagne ; ils ont fait faire une grève de quarante-huit heures. Les mencheviks sont pour le commerce libre, contre le monopole.

316Visite à deux colonies sanitaires placées dans deux villas, 40 enfants, 30 enfants, trois instituteurs et institutrices dans chaque. Bain commun et nu dans la Moskova, propreté, colonies agricoles. Les enfants apprennent à travailler la terre.

317Kamenev est le beau-frère de Trotsky.

  • 109 Vasilij V. Schmidt (1880-1940) fit partie du premier bureau du Conseil suprême de l’économie nation (...)

318Krylenko, Kamenev, Schmidt109, commissaire du travail et d’autres communistes d’ici ont pris en charge un domaine de 10 hectares qu’ils travaillent eux-mêmes avec 60 personnes.

  • 110 Gheorghi Plekhanov (1856-1918), père fondateur du marxisme russe, d’abord Narodniki, puis dirigeant (...)

319Plekhanov110 disait Lénine est le meilleur de mes disciples, mais il est incapable d’avoir des idées d’homme d’État. C’est un idéologue entêté et simpliste.

320Le compte rendu de Boukharine dans la Pravda, de la réunion du Comité exécutif de samedi, est tendancieux et faux. Il rapporte inexactement les questions qui nous furent posées et les réponses que nous y avons faites. Steklov nous déclare qu’il faut protester.

321Lorsque la délégation est arrivée en Russie, on a dit, Cachin vient pour adhérer à la IIIe, mais on lui a adjoint Frossard parce qu’il est opposé à l’adhésion.

322L’enthousiasme de Mme Sadoul grandit de jour en jour pour la révolution russe. Elle s’est mise à l’étude du russe que son mari n’a pas encore appris. Quant à Sadoul, il est devenu un admirateur de Lénine, comme tous les autres bolcheviks qui sont autour de lui. Il a été tenu longtemps pour suspect, mais aujourd’hui il a une place de premier plan dans la république des Soviets. Il est aussi sévère pour nous que Lénine lui-même et il attend les actes.

  • 111 Georgij I. Lomov-Opokov (1888-1938) adhéra au parti social-démocrate en 1903, devint bolchevik et f (...)

323Lomov111 du collège du commerce avec l’étranger.

324On a formé des noyaux communistes dans toutes les coopératives. Ils sont en train de travailler à gagner les coopératives, mais pour le moment, elles sont encore aux mains des mencheviks. Cependant, ils se sont inclinés devant le fait que les coopératives ne sont qu’un organisme d’État. Quand il y a fléchissement de l’état moral de l’armée, on mobilise des bolcheviks dans les usines et les groupes et ce sont eux qui redonnent du courage.

  • 112 Sergej S. Kamenev (1881-1936), officier dans l’armée tsariste, occupa des postes de commandement da (...)

325Kamenev112, généralissime de toutes les armées sous Trotsky, ministre de la Guerre, a avoué aux bolcheviks que seuls ils avaient la possibilité de créer cette discipline. Il dit : « C’est curieux, vous n’êtes que des camarades. Chez vous, pas de supérieurs, alors que lorsque vous donnez un ordre, il est obéi avec scrupule et discipline. » Cet ancien officier supérieur tsariste rendait hommage à la discipline volontaire des bolcheviks. Les mencheviks ont créé des régiments et ils ont demandé des agitateurs communistes pour remettre de l’ordre dans leurs régiments spéciaux, au moment de l’avance de Denikine.

326Les femmes des hauts dignitaires de la république et les fonctionnaires eux-mêmes arrosent leurs légumes. Elles font le jardin chaque jour ; propriété 10 hectares avec pommes de terre.

  • 113 Roman Malinovsky, une des figures les plus mystérieuses du parti bolchevik, était un agent de polic (...)
  • 114 Dans son livre Le capital financier, œuvre majeure terminée vers 1905 mais publiée en 1910 seulemen (...)

327Trotsky fait une apparition chez Kamenev au moment où nous nous y trouvons. Il est venu y voir son père qui a souffert à Nikolaïev des excès de l’armée Denikine. Kamenev nous raconte l’histoire de Malinovsky113. Il reproche à Hilferding d’avoir écrit Capital et Finances114 et après avoir instruit les socialistes russes, de les avoir abandonnés dans le combat.

328Visite à Schmidt, commissaire du peuple au Travail, ouvrier mécanicien, fils d’une paysanne (il y a 17 commissaires du peuple).

329Nous allons quitter la campagne pour rentrer à Moscou avec Kamenev. Ce séjour de vingt-quatre heures a été très reposant et surtout nous a permis d’approcher de près Kamenev président du district de Moscou, du gouvernement de la province, ayant une fonction très élevée, comme celle du préfet de la Seine, avec des pouvoirs plus étendus, fort intelligent et vieux social-démocrate, ami de Lénine qu’il suivit lors de la rupture avec Plekhanov. Il me rappela leurs luttes illégales sous l’ancien régime et la nécessité où ils étaient de créer à côté des organismes légaux de leur propagande, des œuvres clandestines, imprimeries, noyaux socialistes. dans l’armée et partout.

330Pawrich Révitch. agent de Plehwe, organisateur des pogroms, genre Léon Daudet, arrêté déguisé en valet de chambre ; à son procès, il fut courageux ; on crut à sa chevalerie, on l’emprisonna et on le libéra lors d’une amnistie ; il s’enfuit chez Denikine et y mourut du typhus.

331Le Commissariat du travail est logé dans un ancien collège de jeunes filles aristocrates.

332La Terreur a duré dix-huit mois, 10 000 exécutions sur 100 000 faites par les Blancs.

  • 115 Michail P. Tomsky (1880-1936), social-démocrate russe qui avait adhéré à l’aile bolchevik, fut, de  (...)

333Tomsky115, litho, président du Conseil central panrusse des unions professionnelles. Il y a quatre délégués de la CGT dans le Comité central du parti. Il en est.

334Nous arrivons à 11 h chez Schmidt. Trente-deux ans, figure rosée, inquiète, énergique. Il est en train de recevoir deux ouvriers qui, en tenue de travail, lui exposent leurs doléances. À sa porte, une femme demande aux visiteurs l’objet de leur visite et on rentre sans cérémonie. À côté du commissaire, deux adjoints, membres du collège. Il y a 990 usines privées. On les contrôle. Puis ils surveillent l’application des lois, inspections sanitaires, inspection des logements ouvriers. Des maisons ouvrières sont préparées ici, avec des types.

335Les ouvriers de seize à dix-huit ans travailleront six heures, de quzatorze à seize ans, quatre heures ; mais dans l’avenir, on ne travaillera qu’à partir de seize ans. Pour l’apprentissage, il y a des délégués du commissaire du travail, de la production et de l’instruction publique et du syndicat qui font un comité sous la direction du ministère de l’instruction publique. C’est le ministère du Travail qui fixe le taux des pensions, des indemnités de chômage.

Lundi 21 juin 1920

336Inspection sanitaire, inspection technique (trois membres), inspection de travail (respect des lois). Ce sont les syndicats, les comités d’usines, de chaque fabrique qui choisissent les inspecteurs du travail. Ceux-ci sont toujours des ouvriers. 400 inspecteurs du travail pour 3 millions d’ouvriers. Un inspecteur pour 8 000 ouvriers. Nous en aurons 800. Si les ouvriers ne sont pas satisfaits, l’inspecteur du travail peut être rappelé. Il y a des inspecteurs du travail pour tous les ouvriers, employés, agriculteurs, artisans. Il y a des inspecteurs spéciaux pour l’agriculture, 250 pour l’industrie, 400 sur lesquels [...] et les autres pour les inspections spéciales.

337C’est l’invalidité, non l’âge, qui fixe la date de la pension.

338C’est un bureau d’expertise qui fixe la débilité. Selon l’incapacité, il y a un minimum pour une région déterminée. Invalides du premier groupe (ceux qui ne peuvent plus travailler du tout), invalides du deuxième groupe (ceux dont l’invalidité est moindre), invalides du troisième groupe (moins de 60 % de la capacité). On leur donne un travail plus modeste et la pension minimum. Tout cela est en formation, en expérience. On cherche à faire un organisme soupe, surveillé par les ouvriers. On cherche à utiliser le peu de validité qui reste à l’ouvrier. Ici, un grand nombre d’ouvriers ont de la terre ; celui-là a moins de pension que le prolétaire. C’est de cinquante à cinquante-cinq ans qu’on reçoit, en pratique, la pension pour les hommes, de quarante à quarante-cinq ans pour les femmes.

339Pour le travail obligatoire : femmes, seize à quarante ans ; hommes, seize à cinquante ans. À cinquante ans, les pensionnés sont 35 %, au-dessus 65 %.

En Russie.
Ouvriers métallurgistes 500 000. Ouvriers mineurs 200 000.
Ouvriers textiles 600 000.

340Ouvriers cheminots et transports d’État fluviaux, 1 200 000 sur lesquels 200 000 dans les transports fluviaux.

341En tout 4 millions avec le reste. L’État a donné 26 milliards de roubles pour le premier semestre 1920, 15 % de l’ensemble du budget, même inclus le budget de la guerre. Chacun 6 roubles pour les invalides du travail et de la guerre. 35 % pour la guerre, le reste pour les invalides du travail. En plus, il y a des distributions de pain, logement, médecin. On met sur le même pied les victimes du travail, celles de la guerre civile et de la guerre impérialiste. Le médecin et le pharmacien sont gratuits ; toute la médecine est nationalisée ; le service médical est difficile à assurer, on oblige les étudiants en médecine qui avaient abandonné leurs études à les reprendre ; on les militarise. Chaque médecin doit six à huit heures pour l’Etat. Il n’y a plus de cabinets privés, si ce n’est après les travaux obligatoires pour l’État.

342Les trois divisions du ministère du Travail : salaires, distribution du travail, protection du travail.

343À côté du commissariat : commission d’édition, commission des primes, commission du travail, statistiques.

344500 sections en province du ministère du Travail, qui le reproduisent en

345petit

346Il y a 500 fonctionnaires au ministère et 13 000 en tout dans toute la Russie, pour le ministère du Travail.

347Distribution du travail.

348En 1914, à la guerre, on a fait appel à beaucoup d’ouvriers et encore plus en 1915. En 1917, on a installé le ministère du Travail et des Bourses du travail (27), moitié ouvriers, moitié patrons. Après Octobre, deuxième révolution, ce sont les syndicats qui élisent les comités de Bourses de travail ou plus exactement des sections du commissariat du travail (quelques-unes, même, dans certains villages industriels). Ce sont ces organismes qui assurent et distribuent le travail. C’est plus qu’un bureau de placement. Les chefs de ces sections sont choisis par les syndicats réunis. Que font-ils ? Ils répartissent les ouvriers selon les besoins. Chaque ouvrier est un atome de l’État On les répartit. En ce moment nous n’avons pas assez d’ouvriers parce qu’après la première période de chômage, les ouvriers sont retournés dans les villages, nous leur demandons maintenant de revenir. Aujourd’hui, nous avons un plan de travail et nous facilitons le déplacement de chaque ouvrier ainsi affilié ; on paie le salaire du mois plus, pour chaque membre de la famille, un demi-salaire, plus le voyage, plus chaque jour un trentième de son salaire en attendant qu’il soit occupé. C’est en 1919 que nous avons prié les ouvriers de revenir à la ville. Nous avons déclaré les travaux obligatoires. Nous disons par exemple que les ouvriers en optique doivent être mobilisés. Tous les citoyens valides sont enregistrés et peuvent être mobilisés. Cet organisme est indispensable ici parce que les industries sont à créer, rien n’est stable comme chez vous. Il y a eu ici la perte de Petrograd et puis nous avons organisé l’Oural. Il a fallu là une organisation spéciale. Mais en France, cette partie du ministère serait beaucoup moins importante, car l’industrie est stabilisée, fixée par régions et villes.

349Tarifs et salaires.

350Il y avait autrefois des écarts énormes entre les salaires d’administration et ouvriers. Nous avons à peu près égalisé les tarifs. Ils varient de 5 à 1, tandis qu’avant l’écart était énorme, de 100 à 100 000. Aujourd’hui les maxima sont de 1 à 5. Il y avait aussi une grande différence entre les grandes industries et les petites qui occupaient les femmes et les enfants. Nous avons aussi égalisé. Il y a un minimum fixé dans chaque réunion. Il y a 35 catégories de salaires entre 1 et 5 étant compris tous, depuis les ouvriers jusqu’aux ingénieurs.

351Ce sont les syndicats qui établissent les tarifs. Ces tarifs viennent au Comité central des syndicats. Il les unifie, puis le commissariat intervient pour les fixer.

352Il y eut d’abord, avant la révolution, des accords privés entre patrons et ouvriers. Puis contrats collectifs après la révolution de mars 1917. Puis, depuis octobre, c’est une régularisation des tarifs par l’État. Les mét. ont les 35 catégories, les autres non. Les tarifs d’État sont tels. L’État dit : chaque ouvrier qui travaille reçoit ses aliments par des cartes. Cette carte lui donne droit de recevoir, pour lui et sa famille, pour un prix très réduit (le pain de 600 roubles dans le commerce vaut 2 roubles). Puis on augmente les prix, on ne les augmente pas pour les ouvriers. On vérifie les tarifs tous les six mois, mais les prix des aliments restent les mêmes pour les cartes des ouvriers. Dans les grandes villes, il y a des restaurants gratuits contre carte, deux fois par jour. Les ouvriers à grande famille reçoivent l’assurance sociale, pour la famille aliments, vêtements, chaussures. Tous les enfants des ouvriers reçoivent le manger gratuit, en échange d’une carte spéciale, même lorsque les aliments manquent pour les grandes personnes. À l’école, les enfants jusqu’à quatorze ans sont habillés gratuitement. Nous donnons à manger aux ouvriers, nous fournissons tout à la famille des ouvriers. Nous avons changé trois fois de minimum de tarifs. Pour remonter la productivité, nous avons les primes. Système régulier. Les syndicats font les normes de la production. Ces primes ne sont pas seulement en argent, mais en nature. Nous avons augmenté les primes chez les cheminots. Le minimum reste acquis à tout le monde. Le personnel technique et administratif a une part exclusive extraordinaire. Ces spécialistes extraordinaires, il faut dire que c’est un savant spécial, des inventeurs, on lui fait une situation spéciale. Là, il n’y a plus de catégories. Mais si c’est un ingénieur, le syndicat a son mot à dire. Il y a aussi des primes collectives pour une usine qui va vite, puis des primes mi-individuelles, mi-collectives.

353Protection, du travail.

354C’est plutôt la sécurité sanitaire et technique et l’application des lois.

355L’inspection des lois. Branche scientifique et d’habitation.

356Notre inspection du travail ne met pas d’amendes. Elle s’occupe de la sécurité et de la santé. Les inspecteurs sont élus dans une conférence des syndicats et parti de son rayon, ils sont sanctionnés par le ministère. Ils ont le droit de pénétrer partout. Nos inspections sont organismes d’État et de syndicats. Le Conseil des syndicats peut rappeler les inspecteurs. Nous avons une inspection territoriale qui inspecte les usines, les maisons d’habitation, le travail de bureau, agricole, chemin de fer, bâtiment, même les artisans, puis une inspection corporative. Il y a encore des petits cafés à Moscou. Ils sont discrets, sans enseignes. Ça coûte très cher. Nous les inspectons. Aujourd’hui, 400 inspecteurs. Nous en aurons 800, un pour 8 000. Il y a certaines usines qui ont un inspecteur spécial. Pas de diplômes mais un stage pratique d’ouvrier. Trois quarts sortent de l’école primaire ; 10 à 12 % d’intellectuels.

357Aujourd’hui nos inspecteurs sont aussi techniques et sanitaires.

35850 docteurs sont affectés aux sanitaires, les techniciens sont les anciens inspecteurs du travail.

359Nous avons formé des assistants d’inspecteurs du travail, empruntés à la Jeunesse communiste. Ils aident l’inspecteur et travaillent pour être inspecteurs du travail. Nos lois : huit heures de travail. Mais il y a en ce moment travail supplémentaire. Nous devons travailler plus. C’est en raison de nos besoins extraordinaires. C’est le syndicat lui-même qui règle la norme. Dans les usines de guerre, nous avons dû intensifier le travail, sauf dans certaines industries nocives. Dans certaines usines à gaz : six heures et aussi dans certaines usines chimiques. Tabac : sept heures. Pour les mineurs, huit heures de présence et dix-huit jours par mois au moins. La loi donne quarante-six heures par semaine. La femme travaille huit heures, pas de travail supplémentaire et de nuit (maintenant, il y a des exceptions). Les manœuvres hommes et femmes sont payés de même.

360La défense de la maternité : huit semaines avant l’accouchement et huit semaines après avec salaire complet plus alimentation supplémentaire. Toutes les trois heures, elle peut après les huit semaines, quitter son travail pour allaiter l’enfant pendant une demi-heure. Il y a des crèches spéciales dans les grands établissements. Et presque partout, goutte de lait, consultations. Lorsqu’elle accouche, la femme reçoit des étrennes pour l’enfant : demi-salaire d’un mois plus 30 mètres de linge plus chaque mois jusqu’au neuvième mois, une prime d’allaitement.

361Enfants, à seize ans seulement, peuvent travailler. De seize à dix-huit ans : six heures par jour. Pas de travail supplémentaire et de nuit, ni insalubre ; congés : quinze jours pour les ouvriers, un mois pour les enfants. Nous donnons les vêtements de travail.

  • 116 Charles Rappoport (1865-1941), né en Russie tsariste, dut émigrer en 1887. Il s’installa en France (...)

362Nous parlons de Rappoport116 à Kemerer. Il répond par un mot de Lénine : dans une ménagerie, il faut toutes sortes d’animaux.

363Parfois la maison est gratuite : dans les grandes villes, nous avons des maisons spéciales pour les ouvriers. Ce sont d’anciennes maisons bourgeoises. Chaque grande maison de rapport a un comité qui achète les aliments et prélève quand il y a lieu le loyer au profit du Soviet. Pour les petites maisons, elles s’organisent à plusieurs.

364Des savants nous ont fait des plans de protection hygiénique qui sont affichés dans toutes les usines ; comment il faut travailler, par exemple, dans l’industrie chimique.

  • 117 Le mouvement de rationalisation de l’organisation du travail reposant sur les principes de l’Améric (...)

365Nous avons pris à Taylor117 l’idée de l’organisation scientifique du travail. Ce n’est plus théorique, il y a des usines où on expérimente : usine de Semionov objets de précision. À Sormovo, un atelier est taylorisé. À Gomza, aussi. Tous les syndicats sont d’avis que le taylorisme sera appliqué, en tenant compte de l’usure de l’organisme. Ils ont demandé aux taylorisants américains de venir. Ceux-ci n’ont pas voulu.

366Assistance sociale – Assurance.

367Sous le tsarisme, 3 % des ouvriers étaient assurés. Après mars 1917 15 %. Après octobre 1917 : caisses invalidité, chômage, maladie. Maladie : salaire complet, médicaments gratuits en cas de mort du père. Maintenant, une seule caisse pour tout ; on les a réorganisées ici en une section spéciale ; ce sont les élus du syndicat qui ont fait le travail d’organisation et qui les gèrent seuls. C’est au congrès des syndicats que toute cette législation a été fixée. Tous les ouvriers, quels qu’ils soient sont sous la loi : quelle que soit la cause ou l’origine de la perte de validité, même les causes de guerre. En cas de maladie : salaire + aliments + habits.

368Invalidité absolue. Il a besoin d’une aide pour vivre – 100 %.

369Invalidité pas absolue – de 60 à 100 % – on paye la moyenne des tarifs 100 %.

370Invalidité moins de 60 %.

371La première catégorie : 2 700 roubles.

372La deuxième catégorie : 1 200 roubles.

373La troisième catégorie : est traitée comme les ouvriers en chômage. On lui demande de travailler un peu à 1 200 roubles par mois. Il y a 50 000 ouvriers dans les maisons d’invalides au 1er janvier. On les entretient de tout et on leur donne 300 roubles par mois. S’ils travaillent un peu, ils sont payés pour leur travail. À côté des invalides hospitalisés, ceux qui sont libres reçoivent les tarifs désignés plus haut. Il y a un Commissariat de la santé publique qui complète encore toutes ces indications. La commission d’expertise comprend trois médecins et des représentants des syndicats ; c’est elle qui donne le certificat d’invalidité. Le médecin donne son diagnostic ; seuls, après cela, les ouvriers décident sur la validité professionnelle qui reste.

374En sortant du ministère du Travail, nous venons au Dielovoï chambre 33 où notre chambre est retenue et nous procédons au déménagement. Marchand vient nous voir et Taratuta nous annonce sa visite.

375Taratuta nous envoie voir les trains de propagande, garés sur une voie d’une gare de banlieue, le train cosaque et le train de la révolution d’Octobre où voyage Kalinine, 15 voitures par train ; inscriptions et peintures sur les wagons. Il nous raconte la vie de Kalinine, président de la République russe, petit paysan, maire de son village où il retourne souvent, où sa femme continue à soigner ses vaches et son cheval, pieds nus comme toutes les paysannes russes. Ce paysan jouit d’un prestige énorme dans le pays ; mais c’est Lénine qui reste le grand homme, et pour lui ses amis organisent une propagande personnelle de la plus grande intensité.

Mardi 22 juin 1920

376Kemerer nous dit qu’on a dissous le syndicat des types parce qu’il est menchevik et qu’il voulait faire la grève. Il réclame plus de pain, il proteste constamment et la guerre étrangère est menaçante. Pour le syndicat des boulangers, on l’a mêlé aux autres syndicats du ravitaillement, pour le noyer dans les organisations bolcheviks. Les bolcheviks estiment qu’en ce moment de guerre civile, on risque la révolution elle-même si on n’a pas l’unité de la nation et ils ne peuvent supporter l’idée qu’on va affamer la population pour l’exaspérer encore en un moment aussi grave. Il nous confesse qu’en ce moment, ce qu’on fait en Russie n’est ni du socialisme, ni du communisme, mais seulement de l’étatisme exaspéré. Le seul grand résultat obtenu, c’est la disparition complète du patronat, du capitalisme, de l’exploitation de l’homme par l’homme. Là-dessus, il faut bâtir. Mais, si on laisse la liberté aux hommes, aux ouvriers mêmes, c’en est fait. Il faut la production industrielle intense, et comme les ouvriers russes ont quitté l’industrie pour aller à la campagne, où ils se nourrissent bien, il faut aller les y chercher, les y réquisitionner, les ramener militairement au travail de l’usine. Et il faudra le faire durant de longues années. De même, on empêche les ouvriers et les employés de changer de profession ; ils doivent travailler là où la nation a besoin d’eux ; si on ne procède pas par réquisition, par mobilisation, la Russie est perdue, et il faut la sauver. L’habileté politique des bolcheviks a consisté à intéresser à l’état de choses présent la classe ouvrière ; les syndicats les plus hardis, les militants les plus actifs et les plus résolus, et à faire prendre toutes les décisions au nom de la classe ouvrière elle-même. Leurs adversaires mencheviks ont l’air toujours de s’attaquer à la classe ouvrière elle-même et de favoriser la contre-révolution. Et de fait, susciter des grèves en ce moment et propager le mécontentement général c’est en présence de la faiblesse des mencheviks, prêter à l’action des bourgeois l’aide qu’ils escomptent, ainsi à Toula, menaces de grèves chez les ouvriers de réparation des locomotives.

377Mme Sadoul me dit : il y a des punaises dans toutes les maisons de Moscou ; il y a aussi beaucoup de poux. On apprend aux enfants des écoles à dire : les Rouges sont pour nous ; les Blancs nous méprisaient À bas les Blancs ! Vivent les Rouges !

  • 118 La première Constitution soviétique fut adoptée en juillet 1918. Elle stipulait que la Russie serai (...)

378La Constitution soviétique118.

379Soviet local

380Soviet de district

381Soviet d’arrondissement

382Soviet de région

383Congrès panrusse des Soviets. Les élus des grandes villes sont directement, ceux des campagnes à plusieurs degrés.

384Comité exécutif du congrès. Le président est en fait président de la République.

385Commissaires du peuple, 17, se réunissent deux fois par semaine. Chaque commissaire assisté d’un collègue. Rendent compte de leur mandat au Comité central du parti communiste dans lequel sont quatre représentants de la CGT et qui, en fait, dirige tout

386Les inscriptions du train rouge :

Mort à l’ennemi sur le front
Mort à la détresse à l’arrière
Par les baïonnettes, nous avons détruit le vieux monde
Par le travail, nous reconstruirons le nouveau
Le pouvoir des Soviets est le semeur du vrai savoir
Le siècle du communisme est celui de l’électricité
L’aide fraternelle de l’ouvrier conduira le paysan à une vie nouvelle Cosaques, entrez en masse dans l’Armée rouge
Apprenez, travaillez, luttez !
Qui ne travaille pas, ne mange pas.
L’Armée rouge a renforcé le pouvoir des travailleurs.

387Parmi les comités nombreux qui fonctionnent autour du Commissariat,

388il y a :

  • Le Conseil savant d’État chargé de la réforme de l’enseignement supérieur.
  • Le Conseil spécial pour la protection de l’enfance qui semble le plus important
  • 119 Anatoly V. Lounatcharsky (1875-1933) écrivain, adhérent du parti social-démocrate dès 1898, puis du (...)

389Un autre organe a pour but d’endiguer le torrent des livres, vu le manque de papier, de choisir dans l’amas d’œuvres à éditer celles qui sont le plus nécessaire, de surveiller la préparation du livre, de régulariser sa répartition suivant les principes socialistes. Lounatcharsky119.

390Rendez-vous avec Sadoul pour aller chez Lounatcharsky à 12 h 30. À 1 h 40, il n’est pas encore là. Nous l’attendons devant l’hôtel. Il y a là, près de nous, une église. Beaucoup de femmes du peuple se signent trois fois en passant devant. D’ailleurs, samedi après-midi, toutes les cloches sonnaient dans Moscou. On n’a pas touché à la religion. Les popes ne votent pas, mais ils restent libres d’exercer leur culte et ils sont entretenus par la bonne volonté des fidèles. La rue est pleine de voitures à chevaux [sic]. Peu d’autos, toutes appartiennent à l’État, les autres voitures sont à chevaux et fort primitives.

391Lozovsky-Tomsky, président de la CGT à la CGT russe (ancien hôtel Èlite). Cinq camarades dirigent la CGT. Deux secrétaires. Un président. Un rédacteur. 140 employés à la CGT.

3921°) Les tarifs : c’est la CGT qui les établit pour toute la Russie. L’office des tarifs est préparé ici. Le ministère du Travail signe.

3932°) Office du vêtement de production : vêtements spéciaux. Il s’agit de milliards. Il y a des centaines de millions de mètres de tissu.

3943°) Secrétariat : pour l’organisation générale, le courrier.

3954°) Edition, librairie : nous avons un organe hebdomadaire 75 000 Le Mouvement syndical. Un mensuel Le Mouvement syndical international. En outre des brochures sur le mouvement ouvrier international.

396Nous n’avons pas assez de livres et brochures pour nos camarades de partout, car nous n’avons pas assez de papier : il y a une soif de savoir partout ; dans tous les villages, clubs, bibliothèques, on réclame de partout livres et brochures. Il nous en faudrait dix fois plus.

3975°) Organe créé avec l’organisation de l’alimentation : les paysans mangent beaucoup, les ouvriers non. Alors nous avons créé un organe central pour contrôler le blé, le pain, etc. C’est l’État qui le paie, mais c’est nous qui le dirigeons d’accord avec le commissariat de l’alimentation ? Grâce aux syndicats et à cet office nous envoyons dans les provinces à blé, pour inspecter, surveiller la livraison du blé. Nous avons envoyé 14 000 ouvriers dans toute la Russie pour s’occuper de ces questions du blé. C’est surtout en temps de disette. L’assemblée de fabrique nomme une dizaine d’ouvriers pour aller voir dans les localités ce qu’on fait et ce qu’on ne fait pas. Cet office a deux buts : il choisit les camarades pour commissaires qui pourraient être bien avec les paysans ; puis ils mobilisent les camarades administrateurs qui forment des détachements qui, sans armes, se dispersent dans les provinces de producteurs, et par propagande, bibliothèque, meetings, etc., persuadent les paysans qu’il faut apporter le blé, en disant la disette ; c’est une forme de la propagande de fusion entre ouvriers et paysans, de pression morale. Il y a des résultats excellents. En outre, ces ouvriers dispersés partout, inspectent l’organisation pour répartir le ravitaillement

3986°) Informations : documentation sur le mouvement ouvrier russe.

3997°) Office économique de production : au Conseil central de l’économie populaire, toutes les questions soulevées entre les syndicats et les offices centraux du Commissariat sont résolues par notre office.

4008°) Office des relations internationales.

401Le syndicat comme organe d’Etat. Le syndicat dans l’institution des Soviets.

  • 120 Ludovico D’Aragona (1876-1965), secrétaire de la Confédération générale du travail italienne de 191 (...)

402Nous sommes là avec les Italiens, D’Aragona120. le secrétaire des métallurgistes et celui des typos.

403Tomsky nous explique avec soin la question. Figure d’ouvrier énergique et simple, amène et souriant.

4041°) Le syndicat ouvrier en Russie participe aux élections dans les Soviets. Là où il y a une agglomération de grande industrie, il y a un envoyé de l’usine, mais là où il n’y a que de petites industries, c’est le syndicat qui élit les députés. D’après la constitution des Soviets, les syndicats ne nomment que lorsqu’il y a une grande industrie.

4052°) Le salaire est fixé par les syndicats. 35 groupes de spécialités et de tarifs. Les Soviets locaux envoient leurs propositions à la CGT qui classe puis transmet au Commissariat du travail qui ne peut refuser sa signature.

4063°) Le commissaire du travail est un membre du Comité exécutif de la CGT, élu par le congrès national de la CGT pour un an ; il marche toujours avec nous.

4074°) À côté du commissaire du travail, un collège de cinq membres nommés par le Comité exécutif de la CGT.

4085°) La CGT participe à toutes les Commissions d’État pour toutes les questions de l’État soviétiste. Nous participons officiellement au commissariat de la défense nationale où se trouvent représentés tous les commissaires.

4096°) Le Conseil national de l’économie populaire a un présidium nommé dans le congrès annuel ; les syndicats y prennent part, ils présentent des candidats. Dans le Comité central du textile, des autres aussi, la CGT propose ses candidats. Aussi au Commissariat d’instruction publique, d’enseignement technique, et professionnel postscolaire.

  • 121 Le général Alexandre B. Koltchak (1874-1920), soutenu par les gouvernements alliés, érigea un régim (...)

4107°) Nous nous sommes occupés des questions militaires. Il y avait un général et un colonel qui faisaient sous notre direction, la mobilisation volontaire au mouvement de Koltchak121. Nous avons mobilisé 50 000 ouvriers syndiqués versés dans les régiments. C’est eux qui ont cimenté l’armée. Ils avaient une haute conscience de classe et ont rendu les plus grands services moraux à l’armée. Aujourd’hui, il y a dans l’armée 85 % de paysans et 15 % d’ouvriers.

4118°) Nous sommes représentés au Comité exécutif du Comité central des Soviets de Russie.

4129°) Nous avons le droit de nous adresser directement au Conseil des ministres au même titre qu’un autre Commissariat. Nos décisions n’ont pas force de loi. Mais le droit coutumier veut que nos décisions soient ratifiées par le pouvoir local ou central.

41310°) Nous participons à l’inspection des usines et paysans.

41411°) Souvent le Conseil des ministres dit : « Renvoyez ces propositions à la CGT pour avis. »

41512°) Les syndicats travaillent encore dans les tribunaux révolutionnaires. Un syndiqué est président du tribunal de toute la Russie. Il est tailleur. Nous travaillons à la commission extraordinaire quand il y a danger. Par exemple, on a découvert que dans la tannerie, il y avait concussion. Alors dans la commission pour enquête, on a trois syndiqués du cuir.

416Dans toutes les institutions d’État, le syndicat a sa part.

417Le syndicat ne fait pas la loi, le syndicat n’est pas obligatoire ; quand dans une usine la majorité déclare vouloir adhérer au syndicat, le syndicat devient obligatoire pour tous les ouvriers et employés. Si un ouvrier refuse, on emploie les moyens de partout. Le syndicat est un organisme de combat dans la société capitaliste.

418Lors de la révolution socialiste où les syndicats ont pris la plus large part, nous avons formé des Commissions, la garde Rouge, grève générale, etc. Mais aujourd’hui, c’est nous qui faisons les salaires, l’organisation du travail, de l’industrie. La révolution a donc changé le sens du combat syndical. Nous sommes une organisation pour réaliser le socialisme. C’est plus difficile que de faire la révolution. Car, il y a divergence de cause, il y a des réfractaires, il y a les paysans qui ne veulent pas entendre parler de nous : mais parce que ce sont les Alliés qui ont poussé les paysans chez nous. Nous avons donc à organiser la production et pour organiser l’État lui-même ; lorsque la situation deviendra plus stable, l’État lui-même va disparaître. Il existe encore comme organisation contre la contre-révolution. L’État disparaître. La perspective pour nous, c’est que dans un nombre d’années donné, les syndicats seront complètement fondus avec les institutions économique, s de production et de distribution. Le syndicat, c’est la base de la société soviétiste ; c’est le pilier du régime, au fur et à mesure que la révolution s’assoira, le syndicat sera à la base de tout le régime.

419Schéma de l’évolution :

420capitalisme – syndicats hostiles à l’Etat de classe capitaliste.

421aujourd’hui transition – collaboration avec l’État ici en Russie, qui est l’organe d’une seule classe, la classe ouvrière.

422enfin, socialisme – quand la révolution sera universelle. Fusion de toutes les organisations. L’État a des fonctions, les syndicats aussi. Tout cela disparaîtra. Il restera les organes économiques.

423Rapports de la CGT avec le parti communiste.

424Le neutralisme n’a jamais existé chez nous comme en Angleterre. Chez nous, le syndicat, dès le début, a été mêlé au combat politique. Ici nous discutons avec les mencheviks, mais les mencheviks sont anti-neutralistes, mais sur la question de savoir si les trois partis seraient représentés dans les syndicats à leurs manifestations.

425Lounatcharsky nous dit : « Petrograd reste la grande ville révolutionnaire. Moscou reste toujours un grand village d’esprit moins haut. »

  • 122 « Le contrôle ouvrier » fut introduit par décret du 27 novembre 1917 dans toutes les entreprises oc (...)

426Le mouvement syndical a commencé après la révolution de février ; alors il y avait plusieurs mots d’ordre de combat du socialisme repris par les syndicats : prix ; le contrôle ouvrier122, ce fut une des armes de la révolution d’Octobre. De même pour l’organisation de la production, c’est le bolchevik qui a lancé les idées les plus radicales, qui furent épousées par le syndicat.

427Ces deux questions ont été pour les bolcheviks la première victoire sur les mencheviks. En fait dans chaque syndicat, il y a un noyau communiste et le parti est étroitement lié avec ce noyau. La décision de la CGT est obligatoire pour tous les communistes qui travaillent en province, pour les salaires, prix. Et pour les communistes, la discipline du parti est supérieure à tout, même au syndicat. 95 % des sections locales, comités centraux, comités de fabriques sont communistes ou sympathisants (aujourd’hui les mencheviks sont en majorité dans les employés de banques). Partout ailleurs, dans les comités centraux, les bolcheviks sont maîtres. Le Comité central du parti prend une décision. Il dit à la fraction communiste de la CGT : « Appliquez. » Et comme nous sommes à la majorité, tout va. Le Comité central du parti a 19 membres, dont trois syndicalistes, membres du Comité exécutif de la CGT. C’est l’union personnelle d’idées qui donne la garantie de l’unité d’action si nécessaire pour faire la révolution et la défendre. L’autorité du Comité central du parti est si grande que même les syndicats nous écrivent souvent quand le comité abroge telle décision. Le Comité central nous commande. Il vient de nous demander 15 membres sur nos 140 pour aller au front ; nous allons les donner car il faut des hommes conscients là-bas et courageux.

428611 000 membres du parti communiste.

4294 326 000 ouvriers à la CGT russe.

430Les anciens généraux du front écrivent au parti : il y a un fléchissement au front, envoyez-nous 200 ou 300 communistes. On les envoie ; les paysans sont encadrés et marchent

431Croquis Voici l’engrenage engrené par le parti.

  • 123 La grande aciérie de Petrograd, Poutilov, occupait plusieurs dizaines de milliers d’ouvriers. Place (...)

432Combien d’électeurs pour les Soviets ? 48 millions. Il n’y a pas de femmes dans le Comité exécutif de la CGT. La grande question d’actualité, c’est l’exode des ouvriers. Soit à Petrograd, le syndicat métallurgiste de Petrograd avait 193 000 membres. Aujourd’hui 50 000 depuis le blocus. Poutilov123 avait envoyé au front 25 000 hommes ; de même pour les autres industries. Pour faire revenir les ouvriers dans les villes, il faut que nous puissions les alimenter.

433Quand la révolution a commencé, l’industrie de guerre a débordé et les villes ont vu arriver des millions de gros paysans et petits artisans. Lorsque nous sommes arrivés en 1917, les soldats ont afflué dans les villes et le chômage est devenu énorme. Que faire des chômeurs ? Les autres partis disaient, vous serez écrasés par ces chômeurs. Octobre est venu. Nous avons imposé 4 % des salaires pour les caisses de chômage. Quand le ravitaillement des villes a été plus difficile, quand l’industrie de guerre diminua, un mouvement de masse vers les campagnes se produisit des hommes qui étaient venus chercher de gros gains dans les villes. Puis, lorsque les ouvriers se sont dispersés dans les campagnes, ils ont porté la révolution dans les campagnes et le paysan suiveur a suivi les ouvriers qui avaient organisé la révolution et étaient revenus dans la campagne. Enfin, troisième phase : stabilité : l’attrait de la ville et celui de la campagne s’annihilent. L’ouvrier a la nostalgie de l’usine, mais il mange bien à la campagne. Dès que nous aurons amélioré notre état alimentaire, les ouvriers rentreront. Cependant, nous ne reculerons pas devant les coercitions pour les cheminots, les mineurs, etc., qui sont indispensables et que nous mobilisons militairement

  • 124 La ville de Tver fut appelée Kalinine à partir de 1931.

434Puis les centres d’industrie se sont créés au hasard des intérêts capitalistes ; actuellement il est absurde que la métallurgie soit concentrée à Petrograd puisque c’est le Donetz qui est nos Briey et Ruhr... Il est à Tver124, le coton est en Turkestan. Mais si nous arrivons à rationaliser l’industrie, nous ne reconstruirons pas les usines de Petrograd, on y laissera les manipulations de précision. Dans les villes tentaculaires, la question ne se pose pas comme dans le capitalisme. Il y a des changements de centaines d’industries par suite de la rationalisation de l’intérêt public. Ainsi, nous faisons électriser la Russie centrale pour organiser notre industrie ; alors l’attraction des villes [ill.] intellectuel, tous les avantages de la ville reparaîtront et attireront les ouvriers là où il y aura des centres vivants.

435À l’hôtel à 6 h, Kamenev.

436Les loyers. Nous voulions placer les ouvriers dans les maisons bourgeoises, mais il y faisait froid. Nous y avons renoncé. Puis nous avons laissé beaucoup de riches dans leurs immeubles, parce qu’ils pouvaient se chauffer.

437On reçoit beaucoup de naphte, charbon, bois, l’hiver prochain sera meilleur au point de vue chauffage.

438Le bolchevik disait : il faut que l’adhérent se donne tout au parti.

439Le menchevik disait : il faut que l’adhérent reste moins rigoureusement attaché.

440Chaque semaine, à Petrograd, on fait la fiche de chaque membre du

441parti.

442Quand nous sommes arrivés en octobre, il y avait 8 millions de soldats sur le front, démoralisés, aucun plan de démobilisation ; la masse de ces soldats ne pensait qu’à revenir, elle se dirigeait vers la maison. Les usines étaient arrêtées, grève politique, grève des ingénieurs, médecins, intellectuels. On avait fait des lois de monopole des grains, mais rien n’était appliqué : il n’y avait aucune réserve dans les villes. Nous avons fait tout de suite le partage des terres ; pendant plusieurs mois, chaos dans les campagnes pour réaliser le blé et la révolution agraire. Cela a duré trois à quatre mois à notre début. Les ouvriers avaient pris les fabriques sans rien, ni charbon, ni matières premières. Ni intellectuels, ni pain. Il fallait avoir du blé. Nous avons fait appliquer la loi de monopole. Dans chaque usine, nous avons réuni les ouvriers et leur avons dit : nous avons donné la terre aux paysans, allez leur demander du grain.

443Des milliers d’ouvriers y allèrent, armés. Mais il y avait de gros paysans avec beaucoup de grain. Ceux-là avaient reçu la terre, mais ne voulaient rien livrer en échange. Il fallait faire dans les campagnes, les comités de la plèbe campagnarde. Nous avons dit aux paysans pauvres, si avec les ouvriers, vous faites l’enquête pour rechercher le grain, nous vous laisserons le grain pour vous pendant une année et le surplus, vous l’enverrez à la ville. Ils ont fait les statistiques du total du grain, celles des besoins locaux. Nous avons prolongé cette politique jusqu’à ce moment. La première année, il y eut des soulèvements de paysans, dans les départements les plus riches ; depuis un an et demi il n’y a aucun soulèvement dans le centre.

444En 1918, nous avons eu 100 millions pouds céréales.

445En 1919, nous avons eu 150 millions pouds céréales.

446D’août 1919 à 1920, 150 millions, donc, augmentation.

447Ces chiffres sont les chiffres d’État : c’est ce que nous avons distribué.

448Trois régions russes :

449Les régions du nord de la Russie n’ont pas de grain.

450Les régions du centre en ont assez pour elles.

451Les régions du midi en ont à revendre (Volga et Sud).

452Le Don et le Kouban’, la Sibérie, producteurs de grain étaient sous l’ennemi ; aujourd’hui encore, ils sont très démunis, car il y a eu la guerre pendant trois ans dans ces pays. Le commerce libre des grains n’existe pas légalement. Il y a des paysans qui dissimulent et vendent leurs grains à des spéculateurs. On peut dire qu’à Moscou, il faut comme pain 30 000 livres de grain par jour pour ne pas en manger beaucoup, car autrement il faut 45 000 livres (1 kilo vaut 2 livres et demie). Nous voudrions donner 600 grammes de pain, mais il y a des gens qui reçoivent 300 grammes, puis des ouvriers à huit heures 500 grammes, des ouvriers à neuf heures ou spéciaux (travaux de guerre, cheminots) 600 grammes l’armée 600 grammes.

453Nous donnons donc par les coopératives : 30 000 livres de grain à Moscou. Il y a encore 1 000 livres chaque jour de commerce libre. Nous vendons la livre : 2 roubles. Les spéculateurs vendent 450 roubles et le pain blanc 3 000 roubles.

454Il y a beaucoup de voleurs dans le régime soviétique dit Kamenev. Même, il y a des maisons de joueurs où l’on mange des gâteaux à 1 000 roubles pièce ; c’est peu de chose et négligeable.

455Lounatcharsky

456Dans l’antichambre, des acteurs et des actrices très élégants.

457Enseignement gratuit et obligatoire jusqu’à seize ans à deux degrés.

4581°) de six à douze ans.

4592°) de douze à seize ans.

460Ce décret n’a pas reçu d’application, pas de locaux, de maîtres, de matériel scolaire, une plume d’acier par 300 élèves, un crayon par 150. Tout cela venait d’Angleterre et d’Allemagne.

461Les usines de fabrication de matériel scolaire nationalisées fabriquaient pour Moscou à peine. Pour les écoles de préparation des maîtres nouveaux, il faut encore trois ans. On a fondé néanmoins 11 000 écoles. Malgré cela, 40 % des enfants ne peuvent encore recevoir un enseignement régulier. Il faut donc limiter provisoirement le nombre des enfants des écoles du deuxième degré par un examen. L’enseignement supérieur est ouvert à tous. L’élimination doit se faire d’elle-même. Les professeurs se rendent compte des lacunes, on a institué des cours préparatoires. Les cours normaux d’université sont désertés parce que les fils de bourgeois sont obligés de travailler. On a créé des facultés ouvrières, les ouvriers manquent de préparation, mais ils ont un ensemble de connaissances pratiques intéressantes pour les professeurs. Il y a émulation entre les professeurs d’université et de faculté. On a réduit l’étude grammaticale du grec et latin ; mais on a donné place à la culture grecque et latine. On a supprimé les facultés de droit, remplacées par des facultés de science sociale et du point de vue marxiste. Il faut former rapidement des techniciens, on a resserré l’enseignement Cette année, on a fait un traité spécial aux étudiants, défrayés et salariés ; on aura en octobre 2 900 ingénieurs nouveaux. Une conférence de professeurs a décidé de réduire de quatre à trois les années d’enseignement. On ne gardera dans la quatrième année que l’élite pour en faire les savants supérieurs. Il y a 14 000 étudiants en Russie et avec les cours préparatoires, 56 000 ; il n’y a dans les cours préparatoires que le dizième de sérieux. Dans les premiers mois, grève des intellectuels qui considéraient le bolchevisme comme un incident désagréable ; maintenant, on vient à lui par besoin ou parce qu’on le comprend. Pour les hommes de science pure, neutralité : celle des professeurs d’histoire et de science sociale est plus douteuse. On a établi un plan de réorganisation de la conception de l’histoire selon le marxisme. Ce sont les mencheviks qui l’ont fait sous la direction de Lounatcharsky. 300 instituteurs suivent ces cours à Moscou. On a fait aux intellectuels une situation privilégiée malgré les protestations ouvrières.

4629 h. Kamenev vient rendre visite en notre chambre. Il nous dit la nécessité de rester au congrès afin de participer à la rédaction des propositions relatives à l’article 9. On avancerait pour nous la date du congrès, et en commun, nous formulerions les conditions de notre entrée à la IIIe Internationale. En attendant le 10 juillet, nous irions sur la Volga et au front. Avec Frossard, nous demandons à réfléchir. Les Italiens ont traîné derrière eux 95 caisses. Les pharmacies de leurs bagages étaient pour eux et non pour les Russes. Nous avons de quoi aller jusqu’au pôle Nord, a dit Serrati. Ils ont des pâtes, du vin, des conserves, des poudres insecticides, des vaporisateurs, tout un attirail comme Tartarin partant à la chasse au lion.

463Taratuta nous raconte le lock-out imposé par le gouvernement aux ouvriers et ouvrières de la parfumerie qui se refusaient à renoncer aux savons et parfumeries qui leur étaient donnés par les patrons comme complément de salaire.

464Les mencheviks les poussèrent à refuser. Et contre l’ordre du commissaire du peuple, à la fin du mois, ils se servaient eux-mêmes. On emprisonna 60 hommes et femmes membres du comité de l’usine. Et le Soviet de Moscou appelé à se décider donne raison au commissaire.

  • 125 Il s’agit probablement de L.M. Hintchouk (1869-1938), militant social-démocrate, président menchevi (...)

465Chintchack125, ancien menchevik rallié au bolchevisme, au Commissariat du ravitaillement.

Dimanche 20 juin 1920

  • 126 N. Gredeskoul, juriste et publiciste, professeur, était membre de la première Douma. Il collabora à (...)

466Gredeskoul126, le professeur historien Cadet fait une conférence sur la crise, le point critique : les intellectuels russes. La maison de la presse était bondée. Au point de vue de la sociologie bourgeoise, comment faire aujourd’hui ? Les intellectuels, dans ce processus de la révolution russe, se sont mal conduits. Pourquoi les intellectuels qui ont toujours été démocrates et libéraux, le jour où les travailleurs ont brisé leurs chaînes, les intellectuels en ces tragiques moments se sont détournés d’eux ? Parce que les intellectuels n’ont pas cru dans le succès du bolchevisme ; ils ont été élevés dans l’idée d’évolution ; lorsque le peuple russe a créé une vie nouvelle, il n’a pas attendu son salut de l’entente des classes, comme les opportunistes. Seul le bolchevisme avec son inspirateur génial précurseur de Lénine [sic] s’est posé au point de vue de la révolution et de la lutte de classes implacable. De cette forme de prévision, dès le début de la guerre, Lénine a fait l’analyse de la situation européenne. Elle ne peut être résolue que par la révolution. Les intellectuels russes n’ont pas compris et n’ont pas cru en le prolétariat dont Lénine est le couronnement. L’Histoire a justifié le diagnostic de Lénine. L’âpreté de la guerre civile, les événements de l’Europe d’Occident, confirment que la collaboration avec la bourgeoisie est condamnée à la stérilité et que la lutte des classes ne serait décidée que par la guerre civile. L’impuissance de la Constituante chassée par une petite troupe, la stérilité de la Constituante allemande a montré la justesse du diagnostic de Lénine. Les intellectuels russes n’ont pas cru en la force créatrice de la classe ouvrière, ne pouvaient pas admettre, sanctionner les grands sacrifices que cette lutte a exigés. Aujourd’hui ces sacrifices sont consentis, les intellectuels ne vont-ils pas venir en aide à la classe ouvrière, à son travail créateur ? L’impératif catégorique doit dicter aux intellectuels que cette hostilité vis-à-vis de la classe ouvrière, n’est pas seulement honteuse, mais criminelle. Ne pas aider le peuple, coopérer avec lui, cela veut dire attendre le retour vers les anciens chemins, cela veut dire saigner à nouveau son pays pour l’asservir encore ? Les intellectuels, les porteurs de la conscience humaine, peuvent-ils trahir leur peuple ? Il est nécessaire de les réveiller, de les faire sortir de leur léthargie et les obliger à répondre. En pleine union héroïque avec la classe ouvrière et pour faire une grande Russie nouvelle socialiste, il faut que les intellectuels se décident.

467Dans Moscou, tous les matins de bonne heure, les cloches sonnent pour les offices. Dans le calme du grand matin, elles se répondent d’une église à l’autre. De quelque côté qu’on se tourne, s’aperçoivent des clochers dorés qui brillent sous le soleil, éclatants, ou plus modestes, dressent leurs bulbes blanchis surmontés de la croix qui domine le croissant.

468Petrograd a l’air beaucoup plus grande ville. Ici, c’est encore le grand village. Quelques belles constructions d’ancien style et de nombreuses constructions modernes, hôtels, bazars, grands magasins, bureaux, banques, postes dressés par les Allemands dans le goût de Berlin ou de Hambourg.

Mercredi 23 juin 1920

469Nous partons en auto pour Kashira, visiter la station électrique qui alimente Moscou en lumière et en force (Italiens, Anglais, Français).

470Avec nous, le commissaire Rykov, du Commissariat de l’économie populaire.

471La CGT russe s’appelle Union panrusse des organisations professionnelles. Président : Tomsky : quatre ans et demi de travaux forcés. Tous les Russes qui jouent un rôle ont été en prison sous l’empire. Ils ont eu le temps de s’y instruire longuement.

472Aujourd’hui 4 326 000 membres au lieu de 1 500 000 en 1917 ; 34 organisations nationales. Au congrès, tous les syndicats sont directement représentés. Qu’est-ce qu’un syndicat ? C’est un groupement permanent d’industrie pour la direction de la lutte économique ouvrière et la participation permanente, conjointement avec le parti politique du prolétariat à la lutte émancipatrice de la classe ouvrière, par la suppression du salariat et la conquête du socialisme (Zinoviev). Cette définition valait pour le système capitaliste. Aujourd’hui le syndicat est le groupement des travailleurs formant une des principales bases de l’organisation du prolétariat. Il faut l’affranchir de plus en plus de l’étroitesse corporative. Il n’y a pas de syndicats de métiers mais d’industries. Les techniciens sont admis. Grande centralisation nécessaire pour la participation à l’économie nationale. Cotisations : 2 % du salaire. Les syndicats se transforment de plus en plus en organes de l’État socialiste dans lesquels la participation par toutes les personnes occupées sera rendue de plus en plus obligatoire par l’État.

473En voyage : la traversée de la Moskova en bac. Le pope et ses ouailles. Le village russe. La charrue du paysan. Femmes et enfants nu-pieds. Le déjeuner au village. La ferme et son intérieur. Les chevaux et les autos. Les grands troupeaux de bétail. La terre en friche.

474En 1918, on a décidé d’électrifier la Russie. Pour le début, on a choisi Kashira car il est bien placé. Il y a du charbon en poussière dans le voisinage, on ne peut le transporter. On a décidé de l’employer sur place. En avril 1919, on a commencé la construction. On a exproprié une grande propriété (maison et jardin) pour les bureaux. On va construire les maisons ouvrières. L’usine est destinée à alimenter Moscou en énergie électrique. La station donnera 48 000 watts. On monte d’abord une station de 12 000 ; une deuxième de 12 000 suivra, puis une troisième de 24 000. Nous avons toutes les machines prêtes. Ce sera une grande usine, même au point de vue européen. Il faut transporter l’électricité à 100 kilomètres. Il faut donc une haute tension, 115 volts (le Nicaragua 110 000 volts). Il y a déjà une station faite par nous à Bogarof à 70 000 volts. 3 350 ouvriers sont occupés à la construction de Kashira qui occupera en plein fonctionnement 700 hommes environ. D’ici un an, elle sera finie. Les wagons de charbon seront conduits par la locomotive, grâce au chemin en spirale jusqu’au sommet des fours dans lesquels ils seront versés automatiquement. Pas de main-d’œuvre de transbordement. Cette station est une des sept du centre de la Russie. Ces sept stations seront reliées entre elles et porteront l’électricité sur une circonférence de 150 kilomètres. Dès maintenant, cinq sur sept de ces stations fonctionnent déjà. Cela a permis de truster plus de 100 petites stations et d’économiser plus tard les frais de chauffage et d’entretien. Dans ce rayon de 150 kilomètres, tous les villages seront éclairés électriquement. Une cheminée de 75 mètres. Maisons ouvrières, jardins, pêcheries sur l’Oko. Une jeune fille élégante, déléguée des ouvriers, nous suit dans la visite. L’ingénieur, jeune, simple comme un ouvrier, est un camarade du parti bolchevik. Dix heures de travail dans le chantier. Chaque village traversé sera éclairé. On fera marcher les moulins, les petits ateliers de villages à l’électricité. Dans chaque école, une salle avec électricité pour expliquer aux paysans les usages divers de l’électricité.

  • 127 Vladimir A. Tcheremisov (1885 ?-1945), général russe, commandant sur le front nord durant la Premiè (...)

475Tcheremisov127, gal contre les Roumains était enfermé à Pierre-et-Paul quand les Allemands s’approchaient de Petrograd. Lénine le fit venir au siège du gouvernement pour lui demander son avis sur les opérations militaires. Quand il eut fini, il dit à Lénine : « Je suis à votre disposition. Gardez-moi ici. Je travaillerai pour vous – Merci, dit Lénine retournez à Pierre-et-Paul et quand nous aurons besoin de vous, nous vous appellerons. »

476De même aujourd’hui, Broussilov s’est mis à la disposition de Lénine pour vaincre les Polonais et sauver la Sainte Russie. Mais si Broussilov bronche, la révolution l’empêchera de nuire.

477Radek nous raconte l’histoire du général allemand qui était en Lituanie et qu’il démasqua lui-même comme complice de Denikine.

478Il est entendu qu’on va faire deux réunions, l’une aux ouvriers de l’usine, l’autre à Kashira lui-même où il y a beaucoup de cheminots.

479La réunion publique dans la cour de l’usine de Kashira.

480Les ouvriers accourent de partout, dans leurs vêtements de travail, ils sont des milliers qui font cercle autour de l’escalier qui sert de tribune. Silencieux, sans un bruit, attentifs malgré la fatigue d’une longue journée de travail. Ils sont au régime des primes : ils produisent normalement. Les terrassiers produisent plus qu’avant la guerre. On les paye en nature : ils sont nourris plus un petit salaire comme les soldats de l’Armée rouge, c’est-à-dire encore mal. Cependant leur ardeur au travail n’a pas diminué depuis le premier jour. Ils ont commencé avec entrain au moment même où Denikine approchait de Toula, c’est-à-dire tout près d’ici. Ils ont continué depuis, et l’ouvrage entamé alors est avancé comme il l’eût été avant la guerre, malgré les conditions mauvaises.

481Ils sont là plusieurs milliers. Même quand le meeting est commencé, ils continuent d’accourir en hâte, au pas de course. Frossard, un Italien, un représentant de chaque nationalité, et des orateurs locaux prennent la parole. C’est vibrant et cordial. Peu de femmes, très peu sont employées dans l’usine, mais celles qui sont présentes sont bien mises, quelques-unes élégantes. Je regarde toutes ces figures. Elles sont ouvertes ; les hommes ont très bonne mine ; nulle apparence de souffrance physique ; figures saines, sanguines, jeunes pour la plupart ; seuls leurs vêtements laissent beaucoup à désirer, surtout les chaussures dont plusieurs sont en toile. Dans toute la campagne avoisinante, les paysans se nourrissent très bien, et sans doute la culture laisse beaucoup à désirer ; elle pourrait être plus intense. Il y a trop de jachères sur lesquelles ils font paître en commun les vaches, les moutons et les chevaux du village par un berger ; mais dans l’ensemble, on voit que les paysans et leurs enfants sont très bien portants. Et naturellement, les ouvriers d’ici profitent de leur séjour loin d’une grande ville. À la deuxième réunion qui est faite dans la petite ville, assemblée dans un cinéma comble. Le ministre Rykov présente les orateurs, il est mêlé aux camarades, sans se distinguer d’eux, c’est la caractéristique de cette manifestation. Puis un jeune représentant du Soviet de la localité nous répond que voilà trois ans qu’ils souffrent, qu’ils sont à bout, qu’ils nous remercient de nos bons sentiments mais qu’il faut les aider au plus vite et que les prolétariats de l’Europe ont déjà trop tardé. La maison du paysan russe est très primitive, souvent couverte en chaume, pauvrement meublée ; celle que nous avons vue a une porte sur l’écurie où se trouvent ensemble : mouton, cheval, vaches, séparés par des cloisons de bois à claire-voie ; les villages sont parfois composés de maisons de chaume, toujours exclusivement de maisons de bois. Nous en avons traversé un où les maisons viennent de brûler à la suite d’une étincelle de chemin de fer tombée sur l’une d’elles. Souvent le paysan se couche sur le haut de la cheminée, énorme, carrée, qui occupe le milieu de la maison. Les lits sont sommaires, les icônes nombreuses ; pas de sièges, mais autour de la maison, des bancs dans le mur ; les fenêtres, petites, étroites, le plancher irrégulier, inégal, surélevé au-dessus du sol ; le tout a un air de pauvreté certaine. Au passage des autos, les chevaux se cabrent, le bétail s’enfuit éperdu, les paysannes et les enfants montrent le poing et jettent des pierres. Nous sommes à 100 kilomètres de Moscou, et il est évident que les gens de ces villages n’ont vu que très peu d’autos et que ni bêtes ni gens ne sont habitués à ces moyens modernes de locomotion. À mesure qu’on se rapproche de Moscou, les bêtes ne s’effraient plus. Les habitations d’ailleurs sont plus coquettes dans la banlieue de la ville et les cultures plus générales.

Jeudi 24 juin 1920

482Hier, randonnée de 250 kilomètres en auto. Aujourd’hui, visites et interrogations à Moscou.

483Hier, lorsqu’on s’arrêtait dans unvillagc à la suite d’une panne ou pour prendre du lait, l’on demandait : « Êtes-vous ici pour les Blancs ou pour les Rouges ? » On répondait : « Nous sommes pour les Rouges. »

484De grands troupeaux de vaches, de moutons et parfois de chevaux seuls étaient gardés par un berger et un enfant et un chien. Leur bétail est en bon état et leurs petits chevaux sont vifs et nerveux. Le tout présente l’aspect favorable, bien nourri ; les femmes et les enfants sont pieds nus et assez mal habillés, mais ils ressemblent beaucoup aux petits enfants et aux femmes de nos régions bretonnes. Les hommes sont mieux chaussés, mais mal habillés. Ceux qui nous attendaient de l’autre côté du bac de la Moskova avaient au milieu d’eux leur pope, auquel tous serraient la main avec déférence. Il était vêtu d’une robe fort élimée, poussiéreuse, sans propreté et d’un bonnet pointu placé sur ses longs cheveux.

485Leurs maisons sont, dans leur intérieur, primitives. Un intérieur de paysan français est autrement riche et pourvu et aéré. Mais, de l’extérieur, ces petites constructions de bois, alignées au hasard des deux côtés de la route pourvues chacune d’une grange ou d’une écurie, sur le devant, quelques beaux arbres et un tout petit enclos, ne font pas mauvaise impression. En ce moment de juin, tout est vert et gai et l’ensemble est original et riant. La plaine qui entoure ces villages est à peine ondulée ; elle a de la grandeur et Kemerer nous disait qu’en France, il en avait la nostalgie. Ces plaines ne sont pas bien cultivées.

486Aux alentours des villes, comme on a donné aux ouvriers de grands espaces de terrains et qu’ils les travaillent bien, il y a quelques cultures maraîchères. Le reste est seigle, pommes de terre, concombres et prairies. Peu de variétés et beaucoup de jachères, pour obéir à la vieille coutume de laisser reposer les terres deux ou trois années après qu’elles ont produit. La culture intensive ferait de ce pays la région la plus riche ; mais leur machinisme agricole est rudimentaire ; un petit cheval tire une petite charrue et il n’y a qu’un rare fumier de ferme.

487Dans la région qui entoure Moscou, le gouvernement de la ville prélève une petite quantité d’œufs pour les hôpitaux, et du lait pour l’alimentation de la ville. Les cultivateurs ne peuvent vendre le lait qu’à la municipalité. Beaucoup de femmes travaillent la terre, car nombreux sont les paysans mobilisés. On demande aux restants de cultiver la terre des soldats de l’Armée rouge et c’est ce qu’ils font. Un vieux paysan formulait assez bien leur état d’esprit en disant : « Vous, bolcheviks, vous avez pris mon fils pour défendre la patrie. Bien. Vous me demandez de nourrir les ouvriers des villes. Soit. Mais ma fille me réclame un fichu et vous ne me le donnez pas ; et surtout je ne puis supporter l’idée de manquer de sel pour mon bétail et ma famille. »

488En marche vers les gares, de longues files de petites voitures de paysans, pleines de bois. On le conduit sur la ligne, puisque ni le charbon, ni le pétrole n’arrivent plus. Or le bois est lourd, encombrant, d’un emploi fâcheux. Il exige une immobilisation de main-d’œuvre immense. C’est la politique des Alliés qui oblige cet emploi puisque Koltchak et Denikine ont longtemps tenu les pays de production du charbon et du pétrole. Aussi, comme les huit dixièmes des transports sont affectés à l’armée, l’on ne peut encore porter dans le réseau les combustibles qui seraient nécessaires. Heureusement la Volga charrie beaucoup et sa flottille fluviale est importante. On espère avoir du pétrole pour cet hiver assez abondamment depuis la prise de Bakou.

489Dans la construction de l’usine électrique de Kashira qui sera prête dans six mois, il y a aussi, en raison du blocus, de grandes déperditions de forces. Ils n’ont pas de machinisme : tout se fait à la main-d’œuvre humaine, pas de grues, pas de wagonnets de transports des terres : des terrassiers et des brouettes. À la campagne, comme à la ville, il est nécessaire d’envoyer des machines et des engrais et de l’outillage moderne, avec des organisateurs du travail. Ils ne répugnent pas au taylorisme. Ils disent même que c’est seulement en socialisme-communisme que se trouvera son application, avec consentement de l’ouvrier, car ici chacun sait qu’il ne travaille plus pour enrichir un capitaliste. Une de leurs grosses difficultés aurait été, après Octobre, de ramener les ouvriers au travail. Ayant fait la révolution sociale, ceux-ci ne voulaient plus obéir, ni produire. Il a fallu une propagande, une discipline, une poigne de fer et peu à peu la foi est revenue et l’entrain, et maintenant la machine est remise en mouvement

490Le frère de Sadoul vient nous voir. Il a l’air fatigué. Il nous dit qu’il a maigri de 12 kilos en quelques semaines. Il ne peut trouver ici aucun légume sec, fond de son alimentation. Il pense que l’insouciance du confort du peuple russe est sans limites. Il veut aller passer un mois à Reval pour se refaire. Mais les Estoniens lui font des difficultés en raison de son nom, et aussi parce que les autorités de l’Entente leur enjoignent d’être sévères pour les sorties de Russie.

491Ce matin, à déjeuner 1 h 30, un peu de millet et un peu de fromage ; pas de thé.

492Ce millet a quelque analogie avec le blé noir. Il vient des régions du nord de la Russie où le blé ni le seigle ne peuvent pousser. C’est un aliment meilleur que le maïs. Toutefois, Frossard proteste énergiquement et lorsque je lui offre de rester pour le congrès, il pousse les hauts cris. Il souhaite enfin trouver à manger et à boire du vin.

493Il y a des femmes dans les collèges des Commissariats. Il y a des femmes au Comité central du parti (2).

494Dans le congrès du Soviet des districts, il y a 30 à 40 % de communistes, mais il y a toujours la majorité pour les communistes, car ils sont les plus organisés. Les Soviets locaux se réunissent souvent. Les Soviets de village ont à peu près le rôle du conseil municipal. Aux dernières élections de Moscou, il y a eu 30 % de votants de plus que sous Kerensky ; en fait aujourd’hui en Russie, tout le monde ou presque, vote. Car à la campagne, dans les villages, il n’y a plus de koulaks et en ville, tous les ouvriers, employés, fonctionnaires, votent. 11 000 personnes sont à Moscou, à la carte, dans la troisième catégorie, sur 2 millions d’habitants. Ce sont les seuls qui ne votent pas. Aux dernières élections nationales, 87 % des hommes et femmes de Moscou, de la population totale au-dessus de dix-huit ans ont voté ; donc abstentions et exclusions comprises, le pourcentage du vote était énorme. Le gouvernement des Soviets fournit du vin aux popes, et des cierges aux églises. Jamais on n’a fait de politique, de guerre aux curés. C’eût été imprudent. On a choisi des moyens de persuasion. Si on fermait les églises de Moscou, on ne sait ce qui se produirait. Aujourd’hui encore, des ouvriers font venir dans les usines les prêtres pour des prières. Il y a peu de mariages religieux, beaucoup de mariages civils. Le pope n’a plus de biens mobiliers, il n’a plus de salaires. On laisse la religion mourir seule. L’Église russe n’est pas militante et le pope est sans instruction. Le pope est un fils d’ouvrier ; beaucoup de communistes sont d’anciens prêtres défroqués. Quelques-uns avaient essayé de faire des prêches contre le gouvernement. On les a empêchés de nuire. Un évêque, de Kazan’, s’est mis au service de la révolution. Il y a quelques mois, on a convoqué des foules pour ouvrir le cercueil de certains grands saints dont les reliques étaient gardées et que les foules venaient adorer. Alors on a ouvert publiquement les cercueils et on a fait voir la supercherie ; les cadavres étaient en coton, en paille. Lorsqu’on a exproprié les couvents, on a respecté tous les monuments publics et les icônes et les habits des prêtres et les décorations ; tout cela a été respecté et laissé dans les églises, sous la sauvegarde du ministère des Beaux-Arts. On laisse la liberté de conscience absolue aux croyants de toutes sectes.

495Entretien avec Karakhane. 11 h du soir.

  • 128 René Marchand, Français, correspondant du Figaro à Moscou, s’engagea dans l’armée russe à la déclar (...)

496Avec Sadoul et Marchand128.

497Mustafa Kemal croit diriger un mouvement purement nationaliste, mais son mouvement coïncide avec un mouvement agraire en Anatolie. Le gouvernement turc est vendu aux Anglais et nous excitons les Turcs à la fois contre les Anglais et contre les féodaux. Mustafa Kemal est anticommuniste, mais il a conscience de s’appuyer sur des masses paysannes qui veulent la terre et demande des agitateurs soviétiques pour soulever ses masses. C’est pour cela que les Russes poussent là-bas à la révolte contre le féodalisme et les Anglais. En Perse, en Anatolie, il n’y a qu’un mouvement paysan combiné avec le féodalisme local et l’impérialisme. En Perse, le président du Conseil de Perse est d’origine ouvrière et se dit communiste. Il n’y a pas de communisme possible en Perse, mais l’idée soviétiste a un tel prestige qu’en Perse, ils ont fait une république soviétiste. Le contenu de cette république ne sera pas communiste.

498Aux Indes, un mouvement prolétarien est possible. Les masses indiennes ont plus conscience de l’oppression économique que nationale. Il y a des grèves agricoles, des grèves de l’industrie, aussi la propagande a consisté à grouper des clubs révolutionnaires indiens à Kaboul. On fait ce qu’on peut pour favoriser l’aile gauche de ce mouvement. Il y a 17 ou 20 millions de prolétaires industriels textiles, 30 millions de prolétaires agricoles aux Indes, sur 320 millions d’habitants.

499En Corée, l’ancienne dynastie féodale est avec les Japonais contre le peuple de Corée. Le représentant de la Corée ici a dit qu’en luttant pour leur émancipation, ils luttent contre leurs féodaux. Il sait que le mouvement socialiste japonais, s’il se développe, les libérera. Malheureusement, les socialistes japonais n’ont pas d’influence au Japon et la Corée est bien passive. Toutefois, s’il y avait un mouvement chinois, il y aurait quelque ébranlement en Corée.

500Karakhane déclare qu’il n’est pas au courant des choses arabes.

501Les Russes vont donner des concessions aux étrangers. Des capitalistes américains et anglais auront des exploitations. Ils porteront leur outillage et leur personnel sous le contrôle du gouvernement russe. On leur donnera une part des produits exploités, l’autre part restera à la Russie.

502Ce serait un principe équitable pour Mossoul et la Perse et la Mésopotamie.

503Si le gouvernement français faisait la paix avec la Russie, il pourrait avoir du pétrole. Dès que les Russes ont pris Bakou, on a fermé le pipe-line. Il y a donc à Bakou des quantités énormes de pétrole. La Standard Oil s’est adressée à Krassine pour faire venir du pétrole à Batoum. Si le gouvernement français voulait faire la paix, nous donnerions du pétrole à la France, pour la dégager de l’impérialisme anglais et américain. Pour le charbon du Donetz, il est possible qu’en échange de l’outillage et des machines que livreraient les pays capitalistes, on puisse livrer du charbon du Donetz. C’est une politique à tenter.

504Il est certain qu’il y a du blé en Ukraine ; la question est qu’il faut aller le prendre, porter aux paysans des machines. L’an dernier, le blé que livraient les paysans de l’Ukraine était de la récolte antérieure. Les paysans de l’Ukraine ont fait dans les quatre ans derniers des récoltes excellentes.

  • 129 Ernest Louis Lafont (1879-1946), avocat, dont la femme était russe, militant du parti socialiste un (...)

505Envoyer à Marchand, 1°) L’Humanité, 2°) Tous documents sur les questions musulmanes et d’Orient ; colonies (Algérie, Maroc, etc., ) 3°) Littérature socialiste, 4°) Lafont129 ne m’a-t-il jamais écrit ? Envoyer à Steklov L’Humanité et Le Populaire. De Marcel Sadoul remettre le dépôt à la personne indiquée.

506Prisonniers français.

507Les officiers français à Moscou sont moins de 20. Il est établi qu’ils ont servi de contre-révolutionnaires dans les complots. Ils sont dans un camp de concentration. Les soldats sont libres et ils ont le même traitement que les soldats de l’Armée rouge. Ils ont travaillé l’hiver et gagné de l’argent. Ils ont été pris à Arkhangelsk. Ils sont heureux.

508Taratuta a dans son service des ingénieurs français : M. Miseri, il n’est pas malheureux ; Baudeleau, parfumeurs tous les deux. Il est libre comme spécialiste ; il couche au camp de concentration et travaille librement dans son usine ; Michel et Tardif ; Michel, chimiste, gagne bien sa vie. Quelques particuliers français, anciens riches, sont aujourd’hui pauvres ; pas de métier ; anciennes institutrices dans les familles riches. Elles sont dans un refuge français. On les nourrit mieux que les Russes. Leur comité s’occupe d’eux. Taratuta voulait en prendre une à son service. Elle a refusé parce qu’elle comptait partir dans quelques mois.

  • 130 Louis Barthou (1862-1934), avocat et homme politique, garde des Sceaux dans des ministères présidés (...)

509Chez Karakhane, Ch. Pettit130 s’est présenté au nom de Barthou dont il se disait un agent. Pettit disait qu’il allait remplacer Barthou et qu’il voulait être documenté par Tchitcherine sur les choses russes. Tous les soirs, il demandait des billets de théâtre et des petites femmes. Barthou dit Pettit, veut venir comme délégué de la Société des Nations. Est-ce que le gouvernement des Soviets regarderait Barthou comme il regarde aujourd’hui Lloyd George ? Je suis révolutionnaire antimilitariste. Je vais me présenter aux élections. Que dois-je dire à la France relativement aux emprunts ? Je suis venu ici comme représentant de Barthou et non comme journaliste. Quel accueil le gouvernement des Soviets réserve-t-il à Barthou ?

510Marcillac et sa mésaventure de Petrograd à la réunion, où il affirmait que tous les assistants étaient payés pour applaudir.

  • 131 Il pourrait s’agir de. M.L. Granovsky, élu à la commission de contrôle du parti en 1934 lors du XVI (...)

511Granovsky131 employé au ministère du Travail. 22, rue Miaulnitzki, logement 36. Professeur Baysine. Arcueil-Cachan de Margoliss = Liss, 33 Delovoï Dvor (la porte du commerce).

512République socialiste fédérative des Soviets de Russie (PC [ill.] CP). La faucille et le marteau.

513Lénine vit au Kremlin avec sa famille, sa sœur, son frère. Il n’a pas d’enfant. Il a trois pièces et un bureau relié téléphoniquement à toute la Russie. Les paysans viennent le voir.

514L’Armée rouge a 4 millions d’hommes. Kalinine et Lénine. Les brochures distribuées : 15 millions ; les portraits et gravures : 15 millions également.

  • 132 Ekaterina D. Kouskova (1869-1958) membre d’un groupe populiste, puis, brièvement, du parti social-d (...)

515Gredeskoul, grand historien, vient de faire une réunion d’intellectuels en faveur du bolchevisme. La femme la plus remarquable du groupe menchevik, Kouskova132, a répondu faiblement.

516Tomsky : n’ayez pas peur de commettre des erreurs. En Russie, il n’y a plus de bourgeoisie, ni de noblesse, ni de caste militaire, plus d’exploitation de l’homme par l’homme, plus de prostitution, de mendiants, d’ivrognes. Les femmes ont les mêmes droits que les hommes. Les enfants des ouvriers sont l’objet de soins qu’ils ne reçoivent nulle part ailleurs. En Russie, il n’y a plus de mercantis ni de nouveaux riches.

---------------------------

Mardi 15 juin 1920133

  • 133 Suit en marge du Carnet une série d’indications laconiques sur l’itinéraire de
    Cachin du 15 au 28 j (...)

517Tchitcherine.

Mercredi 16 juin 1920

518Comité IIIe Internationale.

Jeudi 17 juin 1920

  • 134 Le 17 juin, Cachin et Frossard, ainsi que les délégués italiens, rencontrent un représentant du Com (...)

519CSEP134.

Samedi 19 juin 1920

520Troisième entretien avec le comité de la IIIe (le premier est du 16). Lénine.

Dimanche 20 juin 1920

521Steklov, Kamenev, Krylenko, Trotsky.

Lundi 21 juin 1920

52211 h ministère du Travail, Schmidt, Lozovsky.

Mardi 22 juin 1920

52312 h 30 : Sadoul. 13 h : Lounatcharsky. 19 h : Marchand. CGT, Kamenev.

Mercredi 23 juin 1920

524Station électrique. 8 h du matin, Kashira : pays de la tourbe.

Jeudi 24 juin 1920

525Karakhane, Marchand.

Samedi 26 juin 1920

526Usine.

Lundi 28 juin 1920

527Départ Moscou avec les Italiens.

---------------------------

Jeudi 24 juin 1920

  • 135 Antonio Graziadei (1873-1953), aristocrate italien, professeur d’économie politique à Parme, milita (...)

528Graziadei135 me déclare qu’il est décidé à dire aux camarades de Russie qu’il entend, et toute la délégation italienne avec lui, rester maître de leur politique intérieure, et du choix de l’heure où ils croiront devoir faire la scission, s’ils la font chez eux. Entre la discipline très stricte qu’ils veulent nous imposer et le laisser-aller de la deuxième, il y a un moyen tenue qu’il faut choisir. Ce que Graziadei retient de pratique de sa visite, c’est que les comités d’usine ont été une grande faute. On leur a donné la direction sans techniciens et ça a été une grosse faute. Il a fallu remplacer cela par l’organisation centrale de l’économie nationale qui impose les techniciens indispensables sous le contrôle ouvrier et en même temps, seul, il a une vue d’ensemble.

529Parmi les intellectuels, voici Broussilov. C’est la résignation au régime ; on est pour l’adoption du régime. Pour les médecins : ils ont adopté le régime, le pharmacien n’est plus qu’un gérant du Soviet ; les ingénieurs avaient demandé qu’on leur remît la direction des usines. Dans certaines usines, début 1919, on le leur accorda. Ils y renoncèrent eux-mêmes sous la forme ancienne. Ils ont agi aujourd’hui [ill.] contrôle de technique pure ; ils proposent des sanctions et ce sont les comités d’usine qui décident. Au début, le comité d’usine a brisé les vieux cadres : c’était nécessaire ; bien après cette destruction, le comité d’usine s’est cru le maître total ; il a commis toutes les fautes. Aujourd’hui il a l’impression qu’il en est maître, mais qu’il a besoin des techniciens. Il les a rappelés, non plus comme maîtres, mais comme employés dans sa propriété.

530Sadoul. Les révolutionnaires russes ont d’abord brisé l’ancien régime, accumulé les ruines ; puis après avoir été chassés, emprisonnés, les chefs anciens sont rappelés, se soumettent, comprennent et s’adaptent.

531La révolution doit être violente à son début : il faut désagréger la bourgeoisie ; la révolution d’Octobre avait été préparée depuis 1905 ; tous leurs décrets d’Octobre étaient prêts depuis longtemps.

  • 136 Boris Souvarine – Lifschitz de son vrai nom (1895-1984)–, naturalisé Français en 1906, fut le secré (...)
  • 137 Le congrès de Strasbourg des socialistes français, qui se tint en janvier 1920, décida par 4 300 co (...)

532Sadoul nous dit que beaucoup de jeunes partis communistes s’élèveront contre notre entrée dans la IIIe Internationale. Ils sont jeunes et absolus ; mais ici, Kamenev, Lénine sont partisans. Il a eu hier une longue conversation avec Lénine sur ce point. Il ne juge pas utile que nous restions au congrès ; il est plus nécessaire d’aller faire de la propagande en France. Mais il serait bon qu’entre nos deux documents déposés chez eux, nous fassions un exposé de notre état d’esprit présent et que nous indiquions de manière plus précise les conditions de notre adhésion. Nous pourrions déclarer que ce que nous avons vu est pour nous déterminant ; pour expliquer notre adhésion, partir de nos conversations à Moscou, des explications qui nous furent données et des faits que nous avons pu observer. Ce papier serait spontané et servirait grandement à la décision du congrès. Le groupe communiste français de Moscou a décidé de ne pas nous accepter dans l’internationale. Lénine est sûr de la sincérité et de la bonne foi des deux délégués français. Mais il pense que nous pouvons être repris en rentrant par l’atmosphère de l’opportunisme et de la petite bourgeoisie qui est celle du parti et du pays. Il sait d’ailleurs comme Sadoul que la IIIe Internationale en France n’a pas de chefs et qu’elle peut seulement les trouver dans le centre et il est disposé à favoriser l’adhésion sous certaines conditions. Sadoul envoie plusieurs courriers en France et reçoit de Souvarine136 et Loriot et d’autres camarades de nombreuses et précises correspondances. Il en a expédié une récemment sur le congrès de Strasbourg137 où, nous dit-il, il nous attaque avec sévérité. Ils ont des courriers sûrs entre les deux pays, comme ils en ont dans beaucoup de pays.

533Sadoul nous rappelle que le début de la révolution d’Octobre a été d’abord démocratico-bourgeois, que peu à peu, la logique de la révolution a imposé les solutions socialistes. Vis-à-vis de la paysannerie chez nous, il sera nécessaire de dire à tous les paysans pauvres, à tous les ouvriers agricoles, quels sont les avantages que leur apportera le socialisme. Il faudra leur donner des avantages certains, suppression de la caserne, de l’impôt, des dettes publiques et privées, partage des grandes propriétés rurales ; puis faire venir à soi la moyenne propriété ; ne pas les effrayer par les réquisitions immédiates et brutales, comme l’ont fait les Hongrois. Tous les débuts de la révolution d’Octobre, à la ville et à la campagne, furent brutaux et violents, à la ville les comités d’usine, à la campagne les paysans pauvres. Ce ne furent pas des erreurs bien qu’il était [sic] nécessaire que cette expérience ne durât pas, mais il fallut d’abord briser les vieux cadres, c’était la nécessité absolue, puis ayant détruit, on a pu reconstruire.

  • 138 Christian G. Rakovsky (1873-1941), né en Bulgarie, mais de nationalité roumaine, fit des études de (...)

534En Ukraine : Rakovsky138 est le président du Conseil des commissaires du peuple ; Sadoul est son adjoint ; ils vivent en parfaite intelligence. On réorganise l’Ukraine. Les paysans y sont riches, aisés, petits propriétaires. Leurs maisons sont coquettes. Rien de commun avec ce que nous voyons ici. Les cultures variées, intensives. Il y avait une grande propriété très productive et moderne. Les relations avec les bolcheviks sont tendues, mais il y a une amélioration rapide. La question nationale est résolue par la fédération : les Soviets se sont réunis et ont décidé à l’unanimité l’adhésion à la Russie fédérative. Quant à l’industrie, elle sera dure à remettre en état. Les ouvriers ont été tués, dispersés par Denikine, les machines enlevées par les Anglais, les mines noyées. On commence seulement à sortir de ce gâchis. Malheureusement Rakovsky n’est pas très bien secondé. Le personnel administratif local est médiocre.

535Deslinières a vu Lénine hier. Il a l’impression que Lénine est favorable à notre entrée, ils ont longuement causé de notre séjour. Est-il nécessaire qu’on reste au congrès ? Non. Mais il faut qu’au préalable on se soit mis d’accord sur les conditions de la rentrée. Pour cela, on va prier Zinoviev de se rendre de Petrograd à Moscou, on tiendra une réunion du Comité exécutif dans laquelle nous ferons effort les uns et les autres pour l’entente.

536Pour la question des personnalités à éliminer, il apparaît qu’en dehors de Boukharine, Lénine et les autres camarades sont décidés à nous laisser les mains libres. Sur la question nationale, les résolutions proposées par Lénine sont opportunistes et son état d’esprit est à l’entente et à la conciliation. Pour vaincre les réserves des derniers camarades absolus, il faut faire, dès la rentrée à Paris, des déclarations nettes, et par la suite les choses iront de soi.

537Successivement, Kamenev, Kemerer, Lénine, Deslinières, Sadoul nous entretiennent de cette procédure : il en a été discuté hier très abondamment durant notre absence et ainsi l’objet de notre mission se précise dans leur esprit, leurs préventions tombent ; nous comprenons mieux ce qui se passe ; nous apercevons mieux les résultats de la révolution. Elle nous apparaît comme de plus en plus solide ; des deux parts, les conditions de l’adhésion sont l’objet des plus sérieuses préoccupations et il apparaît aujourd’hui assuré que les délibérations aboutiront.

538Lorsque Kamenev est venu avant-hier nous proposer de rester ici jusqu’au congrès, la démarche avait été faite sur l’instigation de Lénine.

539Kemerer téléphone à 4 h pour nous dire que Zinoviev vient de téléphoner de Petrograd pour nous demander de rester ici jusqu’au congrès. On avancerait celui-ci au 10, peut-être au 6 ; on placerait la question à la première place. D’ici là, on nous soignerait de manière spéciale. Nous répondons que nous allons rédiger un mémoire bref, où nous préciserons notre attitude. Mais ceci entendu, notre présence est plus utile en France où doit se faire notre propagande. Nous ne pourrions, ici au congrès, prendre aucune part effective, nous ne pourrions prendre validement aucune résolution, si ce n’est en notre nom personnel. Dans ces conditions, mieux vaut nous laisser prendre notre liberté de retour, après avoir naturellement, conféré une fois de plus avec le Comité exécutif et avoir pris, si possible en commun, des arrangements pour les conditions de la rentrée à la IIIe Internationale. Cette tentative de nous faire rester à Moscou pour assister au congrès est la quatrième depuis hier, faite officiellement près de nous par les camarades autorisés de la IIIe Internationale.

540Sur quatorze commissaires, cinq sont Juifs.

541On peut par le pipe-line, faire venir 3 millions de pouds de pétrole à Batoum.

542Enfin, à 5 h 30, Sadoul vient nous voir et nous dire qu’il est officiellement chargé de rapporter devant le Comité exécutif (qui se réunira probablement lundi matin), sur notre demande d’adhésion. En conséquence, il nous dit qu’il importe de rédiger d’ici demain notre demande, de la faire aussi précise que possible, de la lui communiquer. Il y fera sa réponse et nous la communiquera à son tour. Le tout de telle manière que lundi, les deux textes soient assez voisins et que lundi, une entente puisse s’établir définitivement entre nous. Cette dernière démarche est suffisamment caractéristique. Sadoul revenait de la IIIe Internationale d’où il nous a rapporté plusieurs kilos de brochures et de notes très précieuses sur l’historique et le développement de la révolution russe.

543Le généralissime de l’Armée rouge : Kamenev, ancien colonel d’état-major tsariste – vainqueur de Denikine, Loyaliste – participe aux réunions du Comité exécutif des Soviets. À côté de lui, des généraux qui ne sont point professionnels, journalistes, bolcheviks.

Vendredi 25 juin 1920

  • 139 En avril 1920, une République pro bolchevik avait été proclamée en Extrême-Orient, au nord de la Ma (...)
  • 140 En mai 1920, Krassine et Litvinov négociaient à Copenhague des accords commerciaux avec la Suède co (...)

544Marcel Sadoul vient nous voir. Il nous dit qu’il est ici pour étudier des affaires que voudraient faire en Russie les banques belges. Son sentiment est que le capitalisme étranger ne peut venir s’établir en Russie. Même au cas où des particuliers le désireraient, les gouvernements occidentaux leur en refuseraient l’autorisation. C’est entre les gouvernements bourgeois et le communisme, une guerre à mort, où l’un des deux doit disparaître. De plus, à l’usage, le capitalisme des îlots capitalistes, avec les nécessités de rémunération de l’argent, ne pourra vivre ici. Et dès lors, si les capitaux étrangers ne peuvent venir, le régime est menacé. Quant aux techniciens sérieux et nombreux, ils ne peuvent venir non plus, dans les conditions alimentaires présentes. Puis, il faudra les payer en roubles, mais les roubles n’ont aucune valeur. Je dépense, dit Marcel Sadoul, pour ma nourriture en dehors de mes rations, 400 000 roubles par mois (à la devise russe : 250 et 300 pour 1 F). Cela fait 400 F (le prix d’un costume à Moscou en ce moment, d’un bon costume en drap anglais, car on peut s’en procurer). Dans ces conditions, l’avenir du communisme apparaît comme fort limité à Marcel Sadoul. Puis le personnel communiste ne fait que de la propagande. Ils récitent tous Lénine qui est le meilleur disciple de Marx, mais sans esprit original d’invention. Ils ne sont pas intelligents dans le sens créateur. Leur caractéristique, c’est une énergie, une volonté de fer. Vous allez quitter la Russie. Vous n’aurez pas fait d’enquête. Toute enquête est impossible en Russie. Il faudrait connaître la langue. Il faudrait avoir la confiance totale et sans réserve des bolcheviks pour qu’ils vous le permettent. Nul ne peut y parvenir. Or la vie est telle : les communistes vivent à peu près bien. Au Kremlin, on mange raisonnablement ; on vit dans des palais. Mais la grande masse des non-communistes vit très mal et souffre. A Moscou surtout où le peuple est plus mou qu’à Petrograd où il a gardé un sentiment admirablement révolutionnaire, on se fatigue. Les bolcheviks luttent farouchement. Ils savent que c’est leur tête qui est en jeu. Leur discipline est une garantie pour eux. Et aussi les événements d’Orient139 où ils ont agi en grands politiques. Ils y ont ajouté une propagande d’une force sans pareille. Il se produit beaucoup de fraudes. On a arrêté récemment les agents officiels du ravitaillement de Moscou, communistes ; à la perquisition, on a trouvé chez eux, chez quelques-uns, 100 millions de roubles. Krassine est lanterné par les Anglais qui ne lui accorderont rien. Son traité avec la Suède140 est mal fait, et il a été roulé par les capitalistes suédois. Leur meilleur technicien financier est faible. Et leur personnel administratif est très mal préparé. Dans les bureaux des Commissariats, on ne peut rien obtenir. On ne trouve jamais une vraie compétence à qui parler.

545On a nationalisé 6 000 usines sur 24 000. Les 6 000 sont égales à 85 % de l’industrie. Plusieurs des petites usines non socialisées sont souvent tombées entre les mains des Soviets locaux.

546Hintchouk est membre du Collège du ravitaillement Il vient nous voir à 9 h, à notre chambre.

547Hintchouk nous explique pourquoi il a quitté les mencheviks pour venir aux bolcheviks. Il a été froissé, dès Octobre 1917, de l’attitude de son parti à Moscou, dès la révolution. La guerre civile éclate : les mencheviks déclarent qu’ils n’y prendraient pas part, qu’ils resteraient neutres. Hintchouk leur dit : « Mais tant que les ouvriers se battent, il faut être près d’eux. » On ne l’écouta pas. Il voulut, après la révolution, que l’unité se refasse : on ne l’écouta pas. Il est resté menchevik pour ne pas les abandonner, mais sans militer. Dans la suite, il est rentré dans les coopératives et a travaillé avec les bolcheviks.

  • 141 Iurij M. Larine (1882-1932), actif dans des cercles révolutionnaires, puis au parti social-démocrat (...)

548Dans le parti menchevik, Martov n’a cessé de verser à droite, tandis que Larine141 (menchevik actuellement membre du Commissariat de l’économie populaire) allait à gauche et est devenu bolchevik. Les mencheviks organisèrent une conférence des ouvriers sans parti ; les bolcheviks les emprisonnèrent. Hintchouk fut chargé d’aller trouver Lénine pour lui demander l’élargissement. Lénine les relâcha sur prière de Hintchouk qui fit appel à ses sentiments politiques.

  • 142 Vasilij G. Tchirkine (1877-1954), bolchevik depuis 1920, après avoir été menchevik, fut membre de 1 (...)

549Tchirkine142 ouvrier métallurgiste menchevik, lui aussi, ouvrier remarquable, a quitté les mencheviks ; il est en Ukraine, délégué par le gouvernement où il s’occupe de métallurgie.

550Depuis fin 1918, le rôle politique des mencheviks fut fini.

551Quant à Hintchouk, il continua son travail dans la coopérative avec les mencheviks. Quelques mencheviks voulurent se dresser contre le bolchevisme ; Hintchouk leur posa le problème : « Allez-vous faire la guerre aux Soviets ? » Oui. Alors je quitte le parti, car aujourd’hui, ils ont avec eux les ouvriers et d’autre part, on ne peut compromettre le ravitaillement et la nourriture des villes.

552Les mencheviks ont déclaré dans un congrès, l’an dernier, que la révolution russe est une révolution sociale.

  • 143 Theodor Dan, de son vrai nom Fedor I. Gourvitch (1871-1947), médecin, social-démocrate depuis 1894, (...)

553Deux mois après quand Denikine approcha, ils mobilisèrent leurs membres pour le front. Dan143 alors téléphona à Hintchouk la décision. Ils se rapprochaient donc un peu à ce moment-là, mais cela ne dura pas.

554Derrière eux il reste seulement les syndicats des typos de Moscou, les ouvriers et ouvrières en parfumerie ; chez les boulangers, ce sont les anarchistes qui les mènent vers l’opposition (au reste, ils demandent seulement cinq livres de pain par jour, hors leur salaire).

555Pour les arrestations de mencheviks, il faut réduire l’accusation à sa valeur : lorsqu’il est parti du parti, il n’y en avait aucun en prison, ni menacé.

556Les mencheviks n’ont pas changé depuis 1902, leur programme général. Pour la tactique, ils ont déclaré que la révolution russe était la révolution sociale, que les bolcheviks sont avec le prolétariat, mais ils disent : la classe ouvrière russe a pris une tâche disproportionnée à ses forces. Donc, disent-ils, il faut attirer toutes les forces actives, socialistes, révolutionnaires, mencheviks, et même toutes les autres.

557Ils reconnaissent la dictature du prolétariat sous sa forme actuelle. Ils pensent que cette dictature n’est pas encore réalisée, mais cette forme des Soviets y est favorable. Ils déclarent qu’il faut faire un choix dans les nationalisations, mais ce n’est qu’un détail. Ils ont déclaré qu’ils étaient avec les bolcheviks pour la guerre contre la Pologne.

558Ils jugent la guerre comme une guerre civile que mènent les bolcheviks et de là, la misère générale de la Russie. Leur journal qui paraissait autrefois était acheté par les Blancs. Ils disent : « À bas la guerre civile ! » Comment répondre à ce cri de guerre. Cependant ce sont les bourgeois étrangers qui font la guerre. Pour la liberté du commerce, ils disent : « Il faut laisser le commerce libre, sauf pour le blé dont il faut adoucir le monopole. » En agissant ainsi, ils groupent autour d’eux les koulaks et les spéculateurs. Pour la nationalisation, ils disent : « Rendez aux propriétaires la petite et la moyenne industrie. » Là encore ils excitent contre la révolution.

559Ce sont des déclarations et des actes en opposition. Ils se déclarent contre la Pologne et crient : À bas la guerre civile ! Mais où est la guerre civile ? Dans les questions économiques, ils sont, disent-ils, contre le monopole, et cependant ils ont accepté des postes importants dans les grandes organisations de ravitaillement collectif. Ils sont à la tête du service du bois et des transports. Pour les coopératives, ils sont trois dans le mouvement le plus en vue : ils s’y conduisent loyalement. C’est un groupe d’intellectuels éloigné de la vie : ils ont conservé leur vieille haine de sectes et de personnes. Ils disent : vous avez mis sur le prolétariat une tâche trop lourde. Mais dans leurs déclarations récentes, ils disent en même temps : vous êtes en bloc avec la classe paysanne, ce n’est plus socialiste. C’est au congrès de la CGT qu’ils s’adressent au nom de la pureté prolétarienne contre les compromissions des bolcheviks avec les paysans. Comment se présentent-ils aux élections ?

560Ils disent : « A bas la guerre civile ! » Ils réunissent alors autour d’eux les réactionnaires. Ils exploitent la pénurie du pays, cherchent à fomenter des grèves, réclament contre l’insuffisance de la distribution des aliments, pure démagogie. Tous les hommes actifs et appréciables du menchevisme viennent de jour en jour au bolchevisme. Chez les paysans et les spéculateurs, le mot communiste n’est pas en faveur ; social-démocrate au contraire. Les coopératives s’appelaient communes dans les grandes villes ; les représentants n’étaient pas bien accueillis à la campagne. Pourquoi ne se rallient-ils pas ? Il y a une question de quelques chefs qui sont allés trop loin dans la forêt ; il y a de braves gens qui souffrent de cette fausse honte, à côté des chefs ; ils n’osent pas rompre avec les chefs qu’ils ont suivi toute leur vie : maladie pénible. Il a réuni chez lui quelques ouvriers mencheviks avant sa sortie des mencheviks ; tous étaient d’accord pour sortir, mais tous étaient gênés. C’est une maladie de conscience. Ils se disaient : nous allons attendre le jour où nous serons la majorité, mais ils hésitent toujours. Cependant, chaque jour, quelqu’un se détache.

561C’est un état-major sans troupes. Aux dernières élections qui furent libres, discutées, ils menèrent une grande campagne. Ils furent battus. Sur 1 200 sièges, 13 furent mencheviks, encore quelques-uns furent-ils désavoués.

562À la réunion des typos, ce qu’on a dit : nous voulons l’augmentation des vivres, vieille discussion de principe. Lorsque Denikine et Koltchak ont acquis des villes, ils ont donné la liberté aux mencheviks qui ont créé des journaux en accord avec Denikine. Un menchevik vient d’arriver de Sibérie, Kibrik. Quand Koltch. fondait, les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires se sont demandé : quelle sera la politique de notre gouvernement ? Ils ont accepté celle des bolcheviks. En Géorgie, au pouvoir, les mencheviks bouclent les militants extrémistes et les mencheviks mêmes qui sont contre eux. Hintchouk déclare en finissant que : il est sûr du succès final, que même si la guerre continue, le ravitaillement est assuré. Il croit que la guerre continuera d’ailleurs, mais la Russie tiendra bon. Il est plein de confiance. La conversation a été très courageuse et très intéressante.

563Boukharine vient nous voir à 11 h et insiste de manière instante pour que nous restions au congrès. Il nous dit que nous y trouverons des représentants des travailleurs allemands, hongrois, qui raconteront les péripéties diverses des révolutions en leur pays, des Anglais qui nous tiendront au courant des tentatives de création de comités d’usine en Grande-Bretagne, des renseignements sur les événements présents de Pologne et leurs conséquences. Il réfute avec passion les arguments que nous lui fournissons pour notre prompte rentrée à Paris. Puis il s’explique sur ses vivacités de langage et de plume dont il s’excuse. C’est une tactique qu’ils jugent indispensable. De plus, il veut que nous emportions cette impression que la IIIe Internationale n’est pas et ne veut pas être l’internationale des Russes. Nous ne prétendons nullement à régenter nos camarades des autres nations. Nous avons à apprendre d’eux comme ils ont à apprendre de nous. Nous connaissons leurs difficultés. Nous savons que les Français ne feront pas la révolution demain ; toutefois, nous pensons que les conditions révolutionnaires continuent de s’accumuler dans l’Europe et en tous pays, que la désagrégation du régime bourgeois s’accentue, malgré certaines apparences et que nous allons vite aux mouvements sociaux internationaux.

Samedi 25 juin 1920

564Les finances bolcheviks.

565Kemerer : plus notre devise baisse, plus nous nous réjouissons, parce qu’il en résulte l’impossibilité de plus en plus grande de s’approvisionner en dehors de l’État. C’est la preuve que le monopole d’État gagne chaque jour. D’où augmentation continue du prix des denrées au marché libre. Nos nouveaux billets sont d’échange, non de banque. On ne peut s’en servir pour les échanges avec l’extérieur. La contrebande est punie de mort (décret jamais exécuté). Pour nos transactions extérieures, qu’importe la devise ? Nous avons l’or, le platine, le lin, le blé. Le budget s’alimente par 10 % de frais généraux dont on majore les objets fabriqués. De plus, des réquisitions chez les paysans. C’est la forme nouvelle de l’impôt. On paye les ouvriers, 60 % en nature (logement gratuit, nourriture, vêtements, chaussures, etc.), le reste en espèces. Il apparaît qu’on ne réduira pas, qu’on ne supprimera pas la rétribution en espèces. Pour 28 000 ouvriers que dirigeait Kemerer, il avait demandé des chaussures et de la toile. On lui a donné 4 000 paires de chaussures et 126 000 mètres de toile.

566Les élections.

  • 144 La troisième catégorie était celle des non-travailleurs, la première celle des travailleurs manuels (...)

567Listes éjectorales dressées par les Soviets. À la campagne, on n’exclut personne. À la ville, la majorité immense des anciens riches travaille, donc vote. Ils travaillent pour échapper à la carte de troisième catégorie et à la Vétchika144. À Moscou, on a voté 87 % aux dernières élections. Lors des derniers dangers nationaux, on a suspendu la Constitution. Aucune garantie, aucune réunion de Soviet, tous pouvoirs remis à un comité de trois membres sous l’autorité du Conseil supérieur de la défense. C’est une dictature d’une classe, franchement proclamée et exercée par un parti, d’une discipline implacable avec confiance aux chefs. Le bolchevisme cherche à s’appuyer sur les Soviets de district qui le laissent en contact avec le peuple et lui permettent de recruter militants et adeptes.

568Boukharine nous a dit : « Nous aurons à prendre des résolutions d’action :

5691°) Que fera l’Armée rouge après avoir battu la Pologne ?

5702°) Comment organiserons-nous les blocus ouvriers dans l’avenir ? »

571Le clergé.

572Politique habile et sage. Pas de campagne spéciale contre la religion. La religion avait une force superficielle, par pratique et signes extérieurs, mais malgré cela on l’a respectée. On a abattu le haut clergé en nationalisant ses biens (immenses), en séparant les Églises de l’État, en prenant les domaines des couvents. L’État fournit au prêtre laissé libre, le vin, les cierges, le pain de communion. Les trésors des églises sont rattachés aux Beaux-Arts. À Moscou, un Soviet des croyants s’est institué sous la présidence d’un prêtre aux larges idées. On lui distribue pour qu’il les répartisse les objets nécessaires à l’observation du culte. On a perquisitionné à Moscou chez un évêque où l’on a trouvé une bourse clandestine. Le reliquaire de saint Séraphin, à Moscou, avec le mannequin vénérable : ouvert, cinématographié. Dans le public, pas de disputes sur la religion, sauf quelques sectes (les Pigeons blancs, les tolstoïens). Les bolcheviks ne s’en occupent pas. L’évêque de Kazan rallié au régime. Le pope Mitrofane Pétrov sous Denikine, est condamné à quatre ans de prison pour avoir dit que le pouvoir soviétique était incomparablement meilleur que le pouvoir impérial et il ajoutait :

« Le soleil de liberté qui a lui sur le monde ne s’éteindra pas. Si ce n’est pas nous, ce sont nos fils qui vivront libres dans une union de fraternelle égalité. »

573En agriculture.

  • 145 Samara ancien nom de Kouïbychev.

574On tente des essais de communes agricoles. On a créé aussi des exploitations agricoles près des entreprises industrielles et leur appartenant, afin d’assurer la subsistance des ouvriers. Il y a un organe spécial de direction de ce service au Commissariat de l’économie nationale. On a donné 100 000 hectares aux ouvriers des usines gouvernementales de la métallurgie de la province de Samara145. 15 000 déciatines aux ouvriers des transports fluviaux.

  • 146 Une déciatine équivaut à 10 925 hectares.

5756 000 déciatines aux verriers146. Ce sont les ouvriers eux-mêmes qui travaillent collectivement ces terres. L’expérience n’est pas encore définitive.

576Les communes.

577Un certain nombre de grandes propriétés ont été confiées à des collectivités de travailleurs qui travaillent tout à fait en commun. Ils sont sûrs que leurs résultats détermineront les paysans qui, autour d’eux, sont restés attachés à la propriété individuelle, à cultiver eux aussi en commun et à posséder en commun. En automne 1919, il y avait en Russie : 1 300 communes possédant 150 000 hectares.

  • 147 Artel est un mot russe qui signifie « société coopérative » dans laquelle la propriété est collecti (...)

5783 700 artels147 et 660 sociétés possédant 500 000 hectares.

579L’Armée rouge.

580Les soldats de l’armée sont la voix des soldats et les organes de la défense du pouvoir bolchevik. C’est le décret du 20 avril 1918 qui a commencé la réorganisation de l’armée. En quatre mois, elle fut sur pied. La lutte contre les Tchéco-slovaques fut son baptême de sang.

581Principes : volontariat, éligibilité du commandement, extension des pouvoirs des comités, assurance des familles des soldats rouges.

582En mai 1918, 300 000 volontaires. En juin, on mobilise les ouvriers et les paysans non exploiteurs du travail d’autrui, puis toute la population masculine, de dix-huit à quarante ans, sauf les bourgeois. Peu à peu se refit l’armée active, puis l’armée de réserve. On éleva les soldes, on introduisit les mesures disciplinaires, on institua des tribunaux militaires, on élimina les déclassés.

  • 148 Le livre De la guerre sur la tactique et la stratégie militaire du général prussien Karl von Clause (...)

583Travail énorme : mobilisation, bataille, ravitaillement, question du commandement, spécialistes militaires d’ancien régime auxquels on adjoint des commissaires pour les surveiller. Ce sont des commissaires qui jouent dans l’armée le rôle essentiel. Ce sont eux qui font la besogne politique et le travail de culture et d’instruction de l’armée. Aujourd’hui l’armée est conscience et idéal. Les instructeurs sont des ouvriers et des paysans. Ils savent que tout ceci est transitoire, imposé par la guerre incessante qu’on leur a faite. Leur idéal reste la milice, mais ils ont déjà l’armée de classe, créée en harmonie logique avec leur conception générale ; ils ont eu recours, dans le détail, à l’instinct créateur de détails ; avant les bolcheviks, à l’armée, l’ouvrier ne voulait plus obéir aux chefs, pas plus qu’à l’atelier. Mais, maintenant, la discipline se rétablit partout, à l’armée comme à l’atelier, car elle est consentie librement Ici, l’armée n’est pas en dehors de la politique. La phrase de Clausewitz148 reste vraie : « la guerre est la continuation de la politique mais seulement par d’autres moyens » ; mais chez nous, à la politique de l’impérialisme a succédé la politique sociale et communiste. L’Armée rouge est l’armée des classes laborieuses qui combattent pour la réédification de l’ordre social. Elle est le reflet du régime. C’est le congrès des Soviets qui en a voté les dispositions essentielles.

584L’armée comporte 15 à 18 % d’ouvriers, 82 à 85 % de paysans. En fait, au milieu du désordre le plus effroyable, les bolcheviks ont mobilisé des centaines de mille et des millions d’hommes. Il y a plus de 100 000 communistes à l’armée. Ils en sont l’âme et le levain, les chefs moraux. Dans l’armée : 3 800 écoles, 1 315 clubs, 2 400 bibliothèques mobiles. Elle comprend des dizaines de milliers d’officiers d’ancien régime, comme la Révolution française versa dans ses armées les officiers royalistes. Quelques-uns ont trahi, ont fait de la contre-révolution, beaucoup aussi sont devenus très loyaux, bons serviteurs de la cause du peuple et sont morts pour elle en grand nombre. Les soldats rouges meurent au cri de : « Vive la République universelle de la classe ouvrière. »

585Le samedi matin, nous voyons venir les Italiens, Serrati en tête, qui insistent pour que nous restions au congrès et qui nous invitent à déjeuner à leur popote. Quel plantureux repas ils nous avaient préparé ! Du vin, du vin vieux ! Un hors-d’œuvre, thon préparé avec des champignons ; et des cornichons au vinaigre ! Risotto milanais, viande aux pommes de terre, dessert, lait, sucre, œufs au vin de Marsala, café, cigares ! Ah ! Ils

586ont su préparer leur séjour ! Durant deux mois ils ont soigné leurs colis et les ont amoncelés avec amour ! Puis, ils crient comme à Marseille, ils sont joyeux. C’est le Latin. En vérité, nous étions tristes, mortellement : parler politique, puis politique, puis encore, douze heures par jour sans s’arrêter !! Ils nous ont fait oublier nos petites misères. À la fin du déjeuner, ils nous ont déclaré avoir vu Lénine le matin, lequel à son tour, a manifesté le vif désir de nous voir rester au congrès, lequel ne sera vraiment international que s’il y a des Allemands et des Français. Nous sommes donc enveloppés de toutes parts et sollicités ; et il faut bien avouer que nous faiblissons devant ces instances venues de toutes parts. Deux mots de Graziadei sur la situation de la Russie financière. Ils peuvent annihiler d’un coup leur papier, lorsque la guerre sera finie ; déclarer que tout cela ne vaut plus rien : ils en auront la force pour l’intérieur. Ils auront pour trafiquer avec l’extérieur, des réserves énormes d’or, de platine, de fourrures, de grains, de marchandises de toutes sortes.

Dimanche 27 juin 1920

587Visite à des domaines soviétiques dirigés par un colonel. On a enlevé leurs terres à des propriétaires et ils sont restés comme gérants des propriétés. Ils se sont adaptés au régime nouveau et très loyalement, ils ont continué à bien travailler et à produire. Ces domaines d’État sont aussi bien soignés qu’avant l’expropriation. Le commissaire affirme que les domaines sont entretenus admirablement. Le Soviet du pays est mécontent qu’on ait laissé l’ancien propriétaire et que ce soit le Commissariat de l’agriculture qui commande et non lui. On a laissé la terre et la maison à l’ancien propriétaire selon la règle d’un des derniers congrès qui a voulu qu’on fasse une situation privilégiée aux techniciens de tous ordres. C’est le même principe qui a voulu que les techniciens de l’industrie soient beaucoup plus payés que les commissaires. Le gérant présente un budget bisannuel au Commissariat de l’agriculture. Dans cette région, l’année de travail agricole ne peut commencer qu’en fin avril et déjà en fin septembre, il fait bien froid. C’est pour cette raison que l’ouvrier agricole et le paysan sont obligés de venir travailler en ville l’hiver ; et aussi, c’est pour cette raison que l’artisanerie [sic] paysanne russe est si développée ; elle atteint parfois un vrai degré artistique. Il faut des jouets, des meubles, des tapis, des couteaux, ciseaux, des tissus. On nous fait voir des tissus fabriqués dans la région où nous sommes (à 40 kilomètres de Moscou). Il y a même ici des soyeuses. Il y a ainsi 4 millions d’artisans en Russie. Ils créent de grandes difficultés aux gouvernants soviétiques. Heureusement, ils ont créé depuis longtemps des coopératives qui ont beaucoup servi à réglementer la production et surtout à contrôler ; mais cette petite artisanerie poursuit le marché spéculatif, échappe au contrôle.

588On a donné à de grandes usines des villes, des grands domaines. Le Syndicat des trains de Moscou a une propriété de 150 hectares. D’autres, en grande quantité, en possèdent. C’est un palliatif passager et transitoire ; on fera de ces domaines syndicaux, des domaines de l’État. Domaines soviétiques ou d’État, un quarantième de la terre russe, communes, coopératives, domaines syndicaux. Telles sont, en dehors de la petite et moyenne propriété, les quatre formes actuelles de distribution de la terre.

I – Domaines soviétiques.

5892 600 domaines soviétiques en Russie – sans tenir compte du Don, Oural, Ukraine, Caucase.

590Ils ont 1 million et demi d’hectares dont 50 % labourés.

591305 000 hectares ont été ensemencés au lieu de 108 000 l’an dernier.

59265 000 en automne – le reste au printemps.

593Il y a 52 000 salariés des domaines

59436 000 chevaux seulement ; il en manque le tiers, puis en automne, on a mobilisé la moitié. À mesure que la guerre recule, ils reçoivent des chevaux supplémentaires. Le cheptel est insuffisant de 70 %. Ils n’ont que 937 000 gros bovins dont 25 000 vaches donnent du lait.

II – Les communes et les coopératives

595Les communes cultivent un million d’hectare ensemble. Leur chiffre diminue de jour en jour ; l’individualisme des paysans est un obstacle. Elles se transforment en coopératives qui augmentent partout. La répartition se fait, dans les communes, selon les besoins.

596Les coopératives : le bien est commun, mais on distribue selon le travail, non selon le besoin : on donne un minimum à tous, puis au prorata (on avait créé les communes artificiellement ; on leur avait fait des avantages énormes que l’État leur accordait). Certains intellectuels, même, en ont créé, d’où leur décrépitude rapide. Ce fut d’abord une mode, mais leur vie est difficile. Les premières communes se sont installées sur les grandes propriétés. Elles ont consommé la propriété et ont ensuite disparu. Seules sont demeurées les plus ardentes ; on a espérance qu’elles sont celles qui restent vitales. On a vu des paysans qui ayant la terre en propriété indivise font les travaux en commun, achètent des outils en commun, mettent leur bétail en commun. Il y a des coopératives, plus que des communes (25 %). Les communes qui restent sont prospères. Elles sont un centre de haute culture agricole, mais aussi d’agitation ; celles-là sont acquises, elles rayonnent ; la moyenne dans la moyenne Russie : 200 hectares. Mais dans la Volga, il y en a de 8 000 hectares. Ces communes n’ont pas donné les résultats sur lesquels on pourrait se fonder. En principe, elles devaient donner tous leurs produits à l’État, mais comme l’État ne peut rien leur donner, il leur laisse leurs produits : jusqu’à maintenant, le résultat de leur travail échappe à l’État

597Ici, dans cette commune où nous sommes, il y a une commune de 40 hectares ; il y a de beaux résultats, l’organisation est bonne ; il y a quinze personnes qui étaient autrefois de petits propriétaires, mais en tête, il y avait un ouvrier métallurgiste. Les paysans individualistes en certaines régions, se plaignent de la commune ; ils disent qu’elle ne fait rien pour eux, qu’ils se roulent. Tout cela était faux, la commune leur avait prêté trois tracteurs, la commune fournissait des allocations aux veuves des soldats rouges, la commune avait une colonie de 120 enfants des villages. Cela indique que les communes sont peu populaires parmi les paysans. Il y a un grand travail de culture à faire.

598Nous avons visité aujourd’hui deux domaines soviétistes remarquables, sensation d’ordre, de production, d’aisance, même de luxe. On y a laissé les anciens propriétaires qui en sont les gérants avec la collaboration des ouvriers des fermes. Machinisme développé, tracteurs, laiteries, apiculture, étables et écuries perfectionnées. L’intérieur des maisons est luxueux et on nous y sert un déjeuner énorme avec trop de vodka. On nous y danse des danses russes, lascives et provocantes. Quatre domaines voisins sont ainsi exploités sous la direction d’un ancien colonel du tsar qui arbore les symboles soviétiques, marteau et faucille, bien qu’il soit fort peu communiste. Mais il a donné, comme administrateur de ce district, l’ordre, et assuré le travail et la discipline. Tout ce district que nous parcourons en auto est très bien cultivé, vaches splendides, beaux chevaux. Les habitants sont bien habillés aujourd’hui dimanche. Les anciens propriétaires devenus gérants sont très surveillés, contrôlés dans leur vie, obligés de rendre des comptes sévères. Les femmes travaillent comme des ouvriers.

  • 149 Après des études d’histoire à l’université de Moscou, Michaïl N. Pokrovsky (1868-1932) adhéra au pa (...)

599Les commissaires du peuple ont droit à un dessert le dimanche à leur popote du Kremlin. Ils reçoivent des cadeaux de province, farine, graisse parfois. Lénine touche 6 250 roubles par mois. Les techniciens, artistes, journalistes, etc., jusqu’à 40 000 roubles. Steklov est un des pondeurs de copie les plus redoutables de la Russie. Il gagne beaucoup d’argent. Lénine est un président du Conseil des commissaires du peuple. Kalinine ne préside pas le Conseil des commissaires du peuple. Il y assiste cependant et Lénine a en lui une confiance absolue pour ce qui concerne l’agriculture. Pokrovsky149, grand historien, professeur d’université, communiste, ami de Lénine.

  • 150 L’épouse de Karl Radek était médecin.

600Mme Radek150, placée pour son accouchement dans les palais de l’empereur, ne voulait plus s’en aller. Elle est encore aujourd’hui des plus exigeantes et impératives. Elle a une villa près de Kemerer où elle est pendue au téléphone tous les jours pour embêter le sous-préfet du district. Tout ce coin, habité par Kemerer est plein de villas superbes, en bois, sur la rivière ou à l’orée du bois ; 70 fonctionnaires soviétistes les occupent en ce moment. Ils y viennent tous les samedis soirs jusqu’au lundi matin. Les anciens propriétaires qui ne sont pas en fuite, occupent encore quelques-unes d’entre elles. Puis des écoles, des enfants, des malades, des sanatoriums.

Lundi 28 juin 1920

  • 151 Tom Shaw (1872-1938), travailliste britannique, faisait partie de la large délégation britannique, (...)

601Shaw et Turner au congrès du Labour Party151 ont demandé : reconnaître le gouvernement russe, combattre toute intervention, vœux en faveur de Krassine, délégation à Lloyd George.

602Le congrès a accepté les propositions des deux délégués. Il a repoussé une proposition d’action directe contre l’intervention.

603Giolitti a déclaré que son gouvernement voulait vivre en relations amicales avec la République russe.

604Les journaux anglais, le Times en particulier, combattent violemment les thèses de Shaw disant : « Si vous êtes suivi, nous sommes obligés d’abandonner la Pologne ; nous ne le ferons pas. »

  • 152 Alfred Rosmer, né Griot (1877-1964), fonctionnaire, puis correcteur, syndicaliste français, succéda (...)

605Rosmer152 est arrivé.

  • 153 Avant le IIe congrès de l’internationale, le Comité exécutif ne comportait pas encore beaucoup de m (...)

606Réunion du Comité exécutif de la IIIe Internationale153.

607Lundi matin, nous allons au siège de la IIIe Internationale. La réunion s’ouvre avec beaucoup de retard. Je lis notre deuxième papier (sur la réponse aux indépendants d’Allemagne).

  • 154 David Wijnkoop (1876-1941), fondateur, puis rédacteur en chef du journal socialiste de gauche De Tr (...)
  • 155 Le mouvement des Shop Stewards, des délégués d’ateliers, issu de la base des syndicats britanniques (...)

608Le délégué hollandais Wijnkoop154 déclare qu’il ne comprend pas la présence au Comité exécutif de Frossard et la mienne. Il ne veut pas que des sociaux-patriotes discutent avec les membres du comité. Zinoviev répond : « Nous les avons invités à venir discuter avec nous puisque le congrès de leur parti leur a donné mandat de venir causer. Ils participeront à nos réunions comme d’autres délégués non encore adhérents, comme les Anglais des Shop Stewards and Workers Communist parti of England, comme les Australiens IWW155. » Le Comité exécutif vote. À l’unanimité moins deux Américains, un Hollandais, un des Anglais, la proposition Zinoviev est acceptée.

609Puis Zinoviev lit une deuxième proposition. Il nous invite à assister au IIe congrès de la IIIe Internationale et d’y participer sur la question de notre adhésion, afin de porter en France les conditions complètes de l’adhésion, après une discussion approfondie. Contre quoi s’élève encore le même Hollandais Wijnkoop. Il prétend que notre parti travaille contre la révolution ; il consent à nous accepter comme invités du congrès, mais non comme participants. La proposition Zinoviev aurait une mauvaise influence sur le mouvement de la IIIe Internationale. Allez-vous, vous, Comité exécutif, aller à droite ? Allez-vous encourager ceux qui empêchent toute action révolutionnaire ?

610Boukharine répond : la classe ouvrière française va à gauche, c’est d’elle qu’il s’agit en ce moment. Et de plus, nous devons négocier avec les tendances du mouvement ouvrier les plus diverses, bien qu’elles ne partagent pas encore notre point de vue.

  • 156 Il s’agit d’Alexander Bilan, militant du parti socialiste américain et un des fondateurs du parti c (...)

611Billau156 (Américain). Les assurances de nos camarades français doivent nous suffire, les Hollandais ne tiennent aucun compte des réalités. Il faut admettre les Français à la discussion.

  • 157 Il s’agit sans doute de William MacLaine.

612MacClean157. Les camarades français montrent qu’ils se rapprochent de nous. Acceptons-les. Allons-nous juger les socialistes du monde entier sur leur attitude pendant la guerre ? Non. Sans cela, la IIIe Internationale n’aurait pas une base assez large. Il nous faut la plus grande masse de camarades. Faisons un programme net et ne repoussons pas nos amis s’ils veulent y adhérer.

613Radek. Notre camarade hollandais est comme un Bourbon légitimiste qui ne voulait connaître que la branche légitime. Croit-il que nous devions rester un petit cercle qui se réunit de loin en loin pour causer du marxisme et de la révolution, ou bien avoir accès près des larges masses du prolétariat. Pour le passé, nous savons quelle fut Faction du parti socialiste français et des militants ici présents, mais il s’agit pour nous de savoir ce que pensent maintenant et ce que proposent les masses françaises. Nous n’avons pas de mentalité de pays. Il faut que nous élargissions notre point de vue par le contact avec tous les camarades sincères. Voulez-vous, vous les Hollandais, justifier la plaisanterie qui court sur les camarades hollandais ? Quand ils sont plus de cinq cents, le cinq cent unième est considéré comme d’une race impure. Il faut approcher les courants révolutionnaires de partout. Les camarades français nous ont fait des affirmations et des promesses. Faisons-leur confiance.

  • 158 Nicola Bombacci (1879-1945), instituteur, socialiste italien, « maximaliste » pendant la Première G (...)

614Bombacci158. Au congrès, demandera que l’admission des partis qui ont été pour la guerre soit refusée. On passe au vote sur la motion Zinoviev. Elle est acceptée à l’unanimité moins une voix.

615Frossard. remercie et déclare que nous acceptons l’invitation qui nous est faite, sauf à en référer d’urgence à notre parti.

616Puis on passe à la question de l’examen des syndicats.

  • 159 Un des problèmes abordés durant le IIe congrès de l’Internationale communiste était l’attitude à ad (...)

617Lozovsky commente la motion qu’il présente. L’argument essentiel contre la conférence d’Amsterdam, c’est que l’internationale syndicale d’aujourd’hui est liée avec l’office de la Ligue des nations159.

  • 160 L’Anglais Robert (Bob) Williams (1881-1936), soutier et docker, devint, en 1912, secrétaire de la F (...)

618Avec Williams des transports anglais, et Parceel160, du bois, les Bulgares, les Italiens, nous offrons au congrès une proposition. Pour nous, la dictature du prolétariat, c’est l’État prolétarien. Nous sommes une section de la IIIe Internationale. Nous ne voulons pas être indépendants d’elle. Nous en sommes la section s’occupant plus spécialement des questions syndicales.

  • 161 Jack Tanner, né en Grande-Bretagne en 1889, était un ouvrier-métallurgiste syndicaliste actif. Dura (...)

619Tanner des Shop Stewards anglais161 se plaint au nom des organisations de Norvège, Suède, Allemagne (syndicats communistes) et de sa propre organisation, de n’avoir pas été appelé à se prononcer. Eux-mêmes ont fait un programme dont ils donnent la teneur au Comité exécutif. Ils réclament l’indépendance et l’autonomie pour les IWW.

620Zinoviev. Nous devons avoir une seule Internationale comprenant, embrassant les deux mouvements : nous ne devons pas faire comme la IIe Internationale qui a séparé les deux maisons, pour le dommage des deux mouvements.

621D’Aragona. Il faut savoir ce que nous voulons, voulons-nous faire une organisation homogène pour arracher le sceptre à Amsterdam ? Il faut une organisation homogène, sans cela nous sommes paralysés.

6222°) De plus, il y en a ici qui nient la politique. Ce sera une grande faiblesse pour notre mouvement. Pour que notre mouvement soit important, il faut éclairer ces deux points de vue. Il faut une organisation, par exemple les Anglais Shop Stewards sont en contradiction avec Williams ; or, si tous nous ne mettons pas d’ordre en toutes ces questions, nous n’aboutirons à rien de positif. Les Russes proposent qu’il y ait dans le Comité exécutif de l’Organisation internationale syndicale, un représentant de l’Internationale communiste et réciproquement

623Un Américain, IWW, pense que la résolution Lozovsky exclut sa fraction. Vous ne pouvez pas nous obliger à adhérer au mouvement tradeunioniste ; nous ne voulons pas partager leur responsabilité. D’autre part, on ne mentionne pas les Shop Stewards et autres mouvements jeunes et neufs. Il faut s’expliquer.

  • 162 Samuel Gompers (1850-1924), émigré aux États-Unis à l’âge de treize ans, ouvrier d’une usine de tab (...)

624Serrati. Nous voulons que les classes ouvrières aient comme but la prise du pouvoir. Nous voulons la dictature jusqu’à l’abolition des classes. Nous voulons l’unité de la classe ouvrière. Or, en Amérique, Gompers162 a, dans son organisation, un grand nombre d’ouvriers, de même en Angleterre, en France, en Allemagne. Or, nous sommes dans l’action, dans la révolution, et pour faire la révolution, il faut le prolétariat. Or, il n’est pas avec vous, Anglais et Américains qui êtes ici. Donc, il faut entrer dans les syndicats qui existent et changer leur orientation. Quant à ceux qui ont des organisations non unitaires, IWW gardez votre tactique, mais ne nous demandez pas de la suivre.

625Il faut que le mouvement politique et le syndicat soient à côté l’un de l’autre, comme en Russie. Vous avez 600 000 communistes : un parti. Puis, vous avez vos organisations ouvrières et syndicales. Mais d’accord, dans les termes de la motion signée par les Russes, les Italiens, les Anglais.

  • 163 Abréviation du terme anglais pour syndicats.

626Radek. Il y a une grande disproportion entre les Shop Stewards, 200 000 adhérents et les TU163 7 millions. Il faut conquérir les grandes masses, lutter contre la bureaucratie, l’exclusionisme, le corporatisme. Pour cela il faut unir les syndiqués voisins du communisme. Rosmer veut-il défendre le syndicat apolitique ? Jouhaux était dans cet esprit avant la guerre, ça ne l’a pas empêché d’avoir son attitude pendant la guerre.

627Il faut réunir avec ceux qui ont signé le papier, les jeunes organisations qui sont ici.

628Presque tous les assistants sont très jeunes.

629Zinoviev. Il ne faut pas trop demander d’homogénéité chez les chefs, mais les masses deviennent de plus en plus homogènes ; il faut profiter de ce moment pour les organiser selon des bases solides :

6301°) la lutte contre Amsterdam

6312°) la lutte pour la IIIe Internationale

6323°) la lutte pour la dictature.

633Il y a une tendance tracée par la vie, par la lutte même de fusion de mouvements qui veulent se compléter. Il faut former une commission pour étudier le nouveau texte.

634Boukharine. Il faut ménager les Shop Stewards ; ils modifient leur opinion : l’activité politique du communisme les rassure sur la politique. On ne peut pas exiger l’homogénéité. Il faut que les deux mouvements se complètent.

  • 164 N. Chabline, de son vrai nom Ivan Nedelkov, né en Bulgarie, était membre du parti socialiste bulgar (...)

635Chabline164. (Bulgare). Il faut accepter la dictature du prolétariat, les mouvements politiques, l’hégémonie du communisme pour préparer la révolution.

  • 165 Il s’agit de Victor M. Tchernov, cf. supra.

636Les sociaux-révolutionnaires de droite ont machiné récemment un attentat contre le Comité exécutif des Soviets de Moscou. Il y a eu des tués et des blessés. Tchernov165, un de leurs chefs, a été de ceux qui ont jadis soulevé les Tchéco-slovaques contre les bolcheviks. Depuis, il a participé à toutes les attaques, par tous les moyens contre la révolution. En ce moment, il se cache à Moscou. On dit qu’il a paru l’autre jour à la réunion du syndicat des typos à laquelle étaient invités les délégués anglais. Mais c’est peu vraisemblable. Quant aux sociaux-révolutionnaires de gauche, ils sont en accord de plus en plus complet avec les bolcheviks.

637La description de Bakou par Kemerer. La ville du naphte ; tout en est imprégné ; très souvent des accidents dus à la combustion du naphte, poussière noire extraordinaire. Ville d’enfer.

638Nous envoyons aujourd’hui le télégramme à L’Humanité par lequel nous demandons au Conseil national de nous autoriser à rester au congrès de l’ICC. Nous profitons aussi du départ des Italiens pour prier le fils Graziadei de jeter deux lettres à Berne pour nos citoyennes.

  • 166 Joseph V. Staline (1879-1953) de son vrai nom Djougachvili, d’abord séminariste, adhéra au parti so (...)
  • 167 Alexandre Millerand (1859-1943), avocat, journaliste, député, sénateur socialiste jusqu’en 1904, fu (...)
  • 168 Il s’agit des négociations avec la Suède. Cf. supra.
  • 169 George N. Curzon (1859-1925), homme politique et aristocrate britannique, ministre des Affaires étr (...)

639On a la preuve que les Français et les Anglais ravitaillent Wrangel sur le front de Crimée. Le général Revichin fait prisonnier sur ce front, le 10 juin, en a fait l’aveu au membre du Conseil militaire révolutionnaire, Staline166. Or Millerand167 avait promis que jamais le gouvernement français ne ferait plus rien ni directement, ni indirectement, contre la république des Soviets. Il en avait donné l’assurance lors des négociations de Copenhague168. Et Curzon169 avait déclaré officiellement au gouvernement russe qu’il abandonnerait Wrangel à son sort !

Mardi 29 juin 1920

640Marcel Sadoul nous indique les difficultés que rencontreront les Russes lorsqu’ils en viendront à établir les cahiers des charges des concessions aux étrangers. Pour les trains et les transports, comment faire ? Puisque c’est en roubles qu’on paye sa place et que les roubles sont inchangeables à aucun prix en Europe. Il ne peut y avoir d’autres concessions que celles de mines ou de forêts : on partagerait les produits ; mais, restent les transports. Il faut que les concessions soient près des fleuves ou de la mer. Et les deux ports de la R. Petrograd est désert. Odessa est ruiné et n’a plus de quais adaptés à un trafic important. Puis, pour la main-d’œuvre, les concessionnaires proposent de nourrir eux-mêmes les ouvriers avec des produits européens ou américains, de les vêtir, etc. On refuse ici, car c’est du commerce déguisé et que le commerce est nationalisé. De plus, le patron n’aurait aucun droit de renvoi, même dans le cas d’inaptitude professionnelle. Et puis, on interdit à tout concessionnaire d’avoir un compte dans une banque étrangère quelconque. Et bien d’autres difficultés encore. Mais le pire est que les étrangers ne voudront pas accorder de marchandises. Ils ont promis depuis un an ; ils n’ont rien donné jusqu’à présent, rien. Et sans les machines étrangères, la Russie ne peut se relever. On parle même en ce moment d’un envoi important par les Alliés de matériel de guerre en Roumanie. C’est la guerre qui va durer peut-être. Et en tous les cas ce sera la guerre économique contre un pays dont le capitalisme ne peut favoriser l’essor tant qu’il reste révolutionnaire.

641Deslinières nous dit qu’il est fâché de trouver chez les camarades russes d’admirables politiciens ; mais personne ne s’intéresse à fond aux choses d’ordre purement économique. Cependant, il faut travailler. C’est surtout l’agriculture qu’il faut remettre en état, et dont il faut intensifier la production. C’est à cette besogne qu’il va se livrer ici. Il a trouvé hier des Françaises de la colonie très irritées. Elles attendent leur rentrée en France. Elles se plaignent et sont en vérité fort maigres. Elles disent surtout : sous l’ancien régime, le peuple était malheureux, mais nous, nous étions si bien traitées. Le bolchevisme est venu tout détruire du milieu qui nous faisait la vie aisée et douce ! En réalité, elles sont mal nourries et en souffrent, mais leur nourriture est encore meilleure que celle de la plus grande partie de la population moscovite.

642Deslinières ajoute qu’à Petrograd l’impression de famine est réelle. Les gens sont hâves et maigres et l’air souffrant. Ici, à Moscou, au contraire, on n’a pas cette impression. Moscou est plus étendu, moins ville industrielle, très bureaucratisé, près d’une campagne riche. Les jeunes filles et jeunes gens ont bonne mine, malgré leurs vêtements en général lamentables et le manque de chaussures. Au reste, la nourriture est mauvaise et mal préparée, le pain noir et le kacha sont pour nos estomacs inacceptables ; mais en Russie, ils furent de tout temps le fond de la nourriture. Et du temps du tsarisme, il y avait des famines fréquentes, les grandes villes étaient bien nourries mais les campagnes étaient affamées. Aujourd’hui, c’est le contraire, les campagnards se soignent mieux que jamais et il y a une dizaine de centres urbains qui souffrent péniblement. Les transports en sont cause.

643Nous recevons la visite du secrétaire du parti menchevik, à 11 h. Martov veut nous voir, il nous laisse un document. Il insiste. Nous lui répondons que notre temps est très chargé et que nous lui téléphonerons.

  • 170 Jonas A. Zalkind (1885-1928), docteur ès lettres, après la révolution d’Octobre substitut de Trotsk (...)

644Le feuilleton de Zalkind et de sa femme170.

645À 4 h, au Kremlin, discussion sur les questions nationales.

646Dans le jardin public de Moscou.

647Visite à 3 h à une école de prétuberculeux – culture de plein air – cinquante enfants (granoski) – chants, danses, le petit pianiste virtuose. Ils sont organisés en Soviets. Il y a plusieurs écoles de ce genre disséminées dans le jardin public de Moscou. Les enfants sont joyeux. Il n’y a pas de discipline brutale. Sous le tsarisme, nul souci de la santé des enfants ouvriers. Ici, ils sont mêlés aux fils des petits-bourgeois, et semblent tous parfaitement heureux. Visiblement, ils vivent en bonne intelligence avec leurs maîtresses. Ils tiennent en commun un journal de leur école et font des réunions chroniques que président chacun à tour de rôle, garçons et filles. Ils chantent en chœur, dansent ensemble, élèvent des lapins, des écureuils. Ils font de l’histoire naturelle, du dessin ; un grand peintre vient leur donner des leçons. Les lits et la maison entière sont d’une propreté parfaite ; bains, bains de soleil de quarante-cinq minutes par jour, peau brunie.

648Radek commence à 5 h.

  • 171 Aucun délégué de ce nom n’assista au IIe congrès de l’internationale. Cachin pensait-il à Ibrajmov, (...)

649On a décidé de faire un congrès à Bakou pour l’Orient. On a déjà fait une réunion des représentants de tous les pays orientaux. Il faut faire un comité qui travaille à Moscou. C’est le Comité exécutif plus les représentants des pays intéressés et des savants bourgeois spécialistes. Un autre comité à Bakou prépare le congrès. Il faut d’abord instruire les propagandistes communistes. Il y a là-bas un élément nationaliste qui n’est pas communiste et des communistes qui ne tiennent aucunement lieu des sentiments de nationalité. Il y aura le camarade Ivassof171 plus un camarade compétent ; ils choisiront parmi les révolutionnaires de là-bas ceux qui doivent être choisis. On fera un appel aux populations d’Orient, en termes populaires, simples ; leur apprendre l’internationalisme et tâcher de leur expliquer quel doit être le sens de leur activité ; pour combattre l’Entente, il faut lutter en même temps contre la bourgeoisie de leur pays. Tous les délégués présents à Moscou signeront cet appel ; il finira par une prière d’envoyer des représentants à Bakou, Perses, Turcs, Arabes, Hindous [sic], Afghans, Arméniens, etc., tous les peuples d’Orient en un mot.

650Anglais et Italiens voient des obstacles à la signature. Radek répond : vous ne pouvez faire moins que la IIe Internationale. Il ne faut pas saboter le congrès théoriquement et pratiquement. La IIe Internationale a fait appel aux peuples contre leurs envahisseurs.

651Wijnkoop, Hollandais, déclare qu’il faut laisser la question aux décisions du congrès lui-même. Il ne faut pas que des camarades signent, car il y a des dangers. La responsabilité de cet appel doit être laissée au petit bureau.

  • 172 Ce nom est indéchiffrable. On peut lire quelque chose comme Quilels. S’agit-il de Quelch ?

652Quilels172 dit qu’on n’est pas assez informé de ce qui se passe en Orient. Il faut savoir les conditions des pays et il faut présenter une action pratique. Il faut discuter à fond la question et ne pas nous engager dans une action qui pourrait être dangereuse pour certains prolétariats d’Occident.

653Radek – L’appel est un appel à la lutte. Tout le monde peut le signer. La république des Soviets n’a jamais considéré les peuples de l’Orient comme de la chair à canon. La lutte en faveur des Orientaux va encore aggraver les colères de l’Occident. Puis il est bon de signer, dans l’intérêt même des congressistes. Les communistes ne font pas assez de propagande directe et révolutionnaire contre les gouvernements qui envoient leurs troupes occuper certains pays.

  • 173 Il s’agit d’une erreur de Cachin, l’orateur ne peut être que Julian Marchlevsky.

654Maklinsky173 (Pologne). La IIe Internationale ne s’est jamais occupée de l’Orient. Un grandiose mouvement se prépare là : une nouvelle civilisation se crée. Il faut faire un pont pour elle vers nous. Il faut fondre ces deux mouvements. Il faut se mettre au point de vue communiste et sans s’attarder, signer l’appel.

655Serrati – Demande aux Russes de ne pas s’allier même avec des bourgeois ou des féodaux, en Égypte, aux Indes et partout autrement ils compromettent leur action internationale. Mon intransigeance est froissée par certains termes du manifeste de Lénine.

656Radek – L’intransigeance de Serrati est inféconde. On ne peut pas créer un mouvement là où il n’y en a pas. Il faut se lier avec la bourgeoisie là où il n’y a pas d’ouvriers. Il ne se place pas au point de vue d’un paysan, d’un ouvrier, mais au point de vue du prolétariat de tous pays. On n’a pas fait assez de propagande pour l’Orient. La lutte menée contre la Pologne n’a pas un caractère organisé. On n’a pas fait sauter un seul train. On n’a aucune organisation illégale pour lutter contre l’impérialisme anglais, français ou italien. Or, il faut prêcher l’exemple.

657Sadoul demande au Comité exécutif si le congrès de Bakou comprendra des bourgeois, révolutionnaires, des nationalistes.

658Radek dit que nous avons le devoir d’aider tous les peuples. Si Sadoul ne veut que des prolétaires, il aura un petit congrès. Il faut pousser aujourd’hui les agrariens à la révolte, à la révolution dans les pays d’Orient ; on a à compter avec les paysans et les bourgeois. C’est le seul moyen de déployer une activité communiste en Orient. Radek s’amuse en parlant des communistes persans.

  • 174 Il doit s’agir du délégué hollandais Wijnkoop.

659Vankop174. Il y a des paysans révolutionnaires qui peuvent être invités par vous. Mais si les bourgeois sont invités, ça ne va pas. Il n’est pas d’avis sur les réserves de Serrati quant à Lénine, mais il croit qu’il faut connaître les conditions de chaque pays avant de s’engager.

660Sadoul dit : avez-vous l’intention de représenter Kemal Pacha au congrès de Bakou ? Je crois qu’il faut aider le nationalisme, mais d’une action parallèle non commune. Le gouvernement aussi a raison dans son action, mais le rôle du communisme est différent.

661Radek dit : Le fond ce seront des communistes, mais il est exclu que Kemal Pacha peut [sic] collaborer avec nous ; de même en Perse où on a tué un diplomate parce qu’il a caché dans sa maison un communiste.

662Si Sadoul avait pu créé des organisations communistes dès la guerre, il aurait vu que ce n’était pas la peine ; ce n’est pas possible en Orient. Sadoul est un doctrinien, non un révolutionnaire. Vouloir séparer le gouvernement russe de celle dite IIIe Internationale est faux. Le gouvernement russe veut être traité comme les partis ; il ne veut pas être amnistié, mais mettre en accord sa vie avec ses actes. À Bakou, c’est une occasion de lier le grand mouvement oriental à l’internationale, mais ce n’est pas un intérêt russe seulement. Si on vend des armes à Kemal Pacha, on lui pose des conditions sévères du point de vue socialiste. L’Italie fournit des armes à Kemal Pacha ; elle ne lui pose aucune condition. Nous, nous lui imposons nos agitateurs et nos conditions. Mésopotamie, Perse, Arménie, Turquie, Syriens, Arabes. Voilà ce qui est convoqué à Bakou.

663L’appel. Les Alliés obligent le sultan à leur donner Constantinople. Ils envoient leurs troupes chez vous, ils vous dictent les lois, ils veulent vous écraser d’impôts. Les beys et bourgeois vous ont pour une partie vendus aux Alliés. Arméniens, les Alliés vous poussent contre les Turcs afin que le capitalisme soit maître de l’Orient. Syriens et Arabes, paysans de Mésopotamie, ouvriers d’Anatolie, luttez (même après que le pacha aura fait la contre le lui-même.

Mercredi 30 juin 1920

664Il y a ici deux courants relativement à la paix avec la Pologne. La droite des bolcheviks veut la paix immédiate. La gauche veut que l’on poursuive les avantages militaires afin de battre à fond les Polonais, de briser leur force et de susciter chez eux la révolution qui ne manquerait pas d’éclater si seulement les Russes étaient à Brest-Litovsk. De leur avis, la Pologne est en Orient la force essentielle de réaction, il est donc indispensable de l’annihiler en tant que telle.

665Quant aux bruits d’armement de la Roumanie, voici la situation ; la Roumanie est satisfaite de ses frontières actuelles. Même ses impérialistes n’en demandent pas d’avantage. Tout ce qui est roumain est désormais uni. Mais la Russie soviétique n’a jamais reconnu l’annexion de la Bessarabie. Elle se réserve après la chute des Polonais, d’y réclamer, peut-être un plébiscite. Et bien que les paysans de Bessarabie soient roumains (les villes seules sont russes et juives), les Roumains les ont traités fort mal et s’il y avait un plébiscite, le résultat n’en est pas certain. La Bessarabie reste donc pour les Russes une espèce de gage. De plus, les Russes ont saisi les 250 millions de roubles or que le roi et la reine de Roumanie en fuite devant les Allemands avaient emporté avec eux. Malgré tout cela, les Roumains hésiteront beaucoup avant de déclarer la guerre comme les Anglais les y poussent. Ils savent qu’à la première défaite, leur armée deviendrait bolcheviste ; malgré que le pays soit peu socialiste et que les conditions économiques ne poussent pas au socialisme, la haine et la fatigue de la guerre ne tarderaient pas à y déclencher la révolution. L’armée roumaine est habillée par les Américains et bien équipée et armée à la moderne. Il y a en Bessarabie, une question agraire, car malgré la nouvelle loi agraire roumaine, les grands propriétaires subsistent, d’où mécontentement des paysans.

666Agriculture.

667La commune. On en a créé un peu partout, afin de donner aux propriétaires l’exemple de ce que peut faire le travail en commun. On leur a donné des noms curieux : l’organisateur, Bebel, Rosa Luxemburg, [ill.], la ville rouge.

668L’État soviétique les a favorisées de toutes manières, tellement même que les propriétaires voisins en ont été jaloux. On ne peut encore juger de la valeur de l’expérience, il y faut plusieurs aimées. Elles doivent être, au même titre que les exploitations agricoles, confiées aux entreprises industrielles, des écoles pratiques pour l’éducation socialiste des masses ouvrières et paysannes et des exploitations modèles disposant des moyens techniques les plus perfectionnés. On doit y mécaniser tout le travail agricole. On y laboure déjà la terre (dans certaines d’entre elles) par des machines mues par l’énergie électrique.

669Il y a donc des domaines soviétiques.

670Il y a donc des domaines municipaux.

671Il y a donc des domaines appartenant à des syndicats industriels.

672Il y a donc des communes.

673Pascal achève la traduction du livre de Lénine sur « les gauches ». La traduction française est faite à Petrograd. Elle sera prête pour le congrès. Pascal dit que c’est un chef-d’œuvre de bon sens et de logique.

  • 175 Il s’agit sans doute de Victor Kopp.

674À midi, je remets à Pascal la copie du télégramme à envoyer au Conseil national du 3 juillet. On va la radiotélégraphier à la tour Eiffel et la télégraphier à Reval avec prière de communiquer à Koppe175 avec prière nouvelle de transmettre à L’Humanité. Il me promet que tout cela sera expédié aujourd’hui.

675La rue à Moscou.

676Tous les sanctuaires restent ouverts. Le pope continue d’officier. Hommes et femmes pénètrent, font le tour de la petite chapelle, embrassent les vitrines où sont enfermés les saints, prient, font trois signes de croix avec inclinaison du corps et s’en vont en laissant au pope un billet.

677Les marchés libres pullulent. Pauvres petits marchés libres ! Des femmes, des enfants, des vieux, souvent en guenilles, présentent sur un petit éventaire, des fruits, fraises, framboises, groseilles, des cigarettes, du pain blanc (?), du laitage, des harengs saurs, des boutons, des bouteilles d’eau colorée, des lacets de souliers, du cirage, de menus objets de toilette, quelques morceaux de sucre, des livres.

678Les tramways passent, bondés, porteurs de grappes humaines pendues à toutes les portes, les cochers sales dans leurs voitures branlantes ; la foule bigarrée, mal habillée, mais ne semblant pas insuffisamment nourrie, avec des chaussures invraisemblables quand on en a (tous les hommes en portent, mais les femmes et les enfants sont souvent pieds nus). Les femmes ont la tête entièrement couverte d’un fichu de couleurs diverses, de châles multicolores. Il y en a un nombre important qui sont enceintes.

679Dans les jardins publics, et les parcs et les allées nombreuses qui sillonnent et entourent la ville, beaucoup de soldats, d’uniformes décents et de bonne tenue.

680Autrefois, les maisons étaient peintes fréquemment. Elles ne l’ont pas été depuis sept ans. Aussi leurs façades sont-elles piteuses ; l’ancienne peinture à la chaux s’effrite. Les devantures des grands magasins sont vides, les vitres énormes sont sales, poussière partout et de braves soldats débraillés (moins qu’en 1917) sont étendus un peu partout. On balaie les rues, mais les dépôts de fumier s’accumulent un peu partout et ne semblent enlevés que rarement ; le pavé est horrible, seules quelques rues du centre sont bitumées ; mais il faudra des millions pour refaire le pavé d’une ville qui a 70 kilomètres de tour. Du bord de la Moskova, nous voyons des femmes laver leur linge dans la rivière. Pas d’installation. Elles entrent dans l’eau jusqu’aux genoux et là, comme elles peuvent tremper le linge, elles frottent sans aucun appui et le plongent dans un seau près d’elles. Les petites files de voitures de paysans : attelages primitifs, portent une petite charge de marchandises ; les autos officielles passent à toute vitesse, conduites par des chauffeurs très habiles ; les camions automobiles chargés de soldats armés sont fréquents. Les grandes maisons de commerce ont été réquisitionnées pour les services publics ; partout, aux portes, des soldats en armes obéissent à une sévère consigne. La CGT est dans un grand hôtel désaffecté. Le soir, au couchant, le soleil dore les sommets des mille églises. Du haut de notre chambre, nous apercevons la ville énorme qui contient des parcs allant jusqu’à deux hectares, avec une abondante verdure. Le tout est splendide et des clochetons se répondent de clocher en clocher en carillonnant.

681Le refuge français : Christi Brontié 3.

682Repas : 25 roubles – cam. Wakerman – grat. 84, avenue Saint-Ouea

683« À Moscou, une personne n’a droit qu’à une chambre. Si on a plus d’une chambre, on peut sous-louer ; mais on ne peut mettre son locataire à la porte. »

684Le soir, Mme Sadoul nous invite à aller visiter le Kremlin.

685L’Armée Rouge. Conversation avec le secrétaire de Sadoul. Un régiment : 1 500 hommes. À sa tête, un commissaire envoyé par le centre politique de l’armée. Ce centre politique est composé de camarades du parti et de techniciens. On y fait une politique très active. Le commissaire est toujours en avant au feu. Il n’a aucune influence sur les questions militaires. Les officiers sortent presque tous du peuple. Ce sont souvent des camarades du parti ; ils donnent l’exemple, la tenue, pas d’hommes ivres. Les grands chefs sont d’ancien régime surtout pour l’artillerie. Il n’y a aucun heurt entre eux et le pouvoir civil. Les officiers sont les camarades, on les salue si on veut. Le tutoiement est complet entre eux et les soldats. En fait, les relations entre officiers et soldats sont excellentes. Ils sont bien ravitaillés, équipés.

686La 44e division, la division de fer : 8 000 hommes, est celle qui a pris

687Kiev.

688Beaucoup de mitrailleuses et de cavalerie ; les jeunes cosaques sont avec nous ; autant les vieux sont réactionnaires et vieux paysans.

689Quand on fait des prisonniers, on les traite comme les Russes ; on en fait des agitateurs qui nous aident beaucoup.

690Les Polonais maltraitent surtout les prisonniers juifs et communistes.

691Notre camarade me racontait ceci :

692« À l’hôpital, je lisais à des soldats le journal où il était indiqué que les dockers de New York avaient fait grève pour aider les Russes. Les soldats embrassaient la partie du journal où se trouvait raconté le fait. Beaucoup de soldats ne savent pas encore lire et écrire ; il y a dans chaque régiment, dans chaque hôpital, une école pour apprendre à lire et écrire et puis une école politique. Malgré leur ignorance, ils sont internationalistes. Ils sont tellement sous l’influence de notre politique qu’ils font toujours une séparation entre les bourgeois et le prolétariat anglais, français ; l’esprit de classe est incrusté chez tous, même chez les illettrés. Il y a les volontaires, puis une mobilisation. Toute l’armée est très jeune ; à vingt-trois ou vingt-quatre ans, ils sont déjà vieux soldats. Ils sont mobilisés pour la guerre. Il y a cinq classes sous les drapeaux. Il y a une réserve à l’état de paix. Nous voulons avoir une armée militaire de travail, c’est combattu par les syndicats, mais ils se sont inclinés. Les soldats se demandent comment les prolétaires étrangers peuvent se permettre de nous laisser bloqués et combattre. Les soldats ont les larmes aux yeux quand on leur dit qu’il y a une petite agitation en France, en Angleterre. Ils sont doux, confiants, d’une foi illimitée. Ils souffrent, ont faim ; les paysans souffrent, ils seraient à notre merci si nous avions du fer, des instruments. Et leur sentimentalité, comme leur raison, est froissée de votre inaction. »

693Dans les hôpitaux de l’arrière, dans les rangs du front, ce sont les mêmes conversations sur la France et les Alliés. Tous les jeunes Russes qui passent par l’armée ont une âme de classe qui ne changera plus. Ils méritent d’être aidés par vous.

694Nous allons de 7 h à 10 h visiter le Kremlin sous la direction du directeur des musées du Commissariat de l’instruction politique. Les vieilles églises (influence italienne et byzantine). Le nouveau palais : le vieux palais des empereurs.

695Puis, au retour, c’est la fête de Saint-Vladimir. Une foule se masse autour d’un sanctuaire, prie, chante, baise le Christ. Nous interrogeons un vieux qui passe. Il nous dit : « Autrefois, la place qui est là devant était pleine de monde qui faisait la queue pour baiser le Christ. Aujourd’hui ça diminue ; dans deux ans, le pope ne recueillera plus un sou. »

Juillet

Jeudi 1er juillet

696Un journaliste américain qui a déjà fait le voyage de la Volga nous dit que dans un village entre Saratov et Samara, les paysans interrogés sur la guerre contre la Pologne ont déclaré qu’ils ignoraient qu’il y eut la guerre. Sur le gouvernement actuel : ils le préfèrent au tsarisme. Ils sont pour les Soviets, mais contre le communisme. Ils se plaignent des prélèvements de blé. Ils se plaignent comme les paysans de partout quand il faut payer. Mais ils sont à l’aise et ils ne manquent de rien.

697Religion.

698Au moment de la séparation des Églises et de l’État, les membres du clergé de Petrograd appelèrent les fidèles à une manifestation de protestation. Quelques socialistes décidèrent de contre-manifester.

699Lénine fit paraître un décret déclarant que serait fusillé quiconque empêcherait le libre développement du cortège. Le parti a accepté un mot d’ordre : « Tant qu’il y aura des hommes qui prieront, les églises seront respectées. » Le seul mode de combat contre la religion, c’est la propagande et la vulgarisation scientifique.

700En face du sanctuaire très respecté qui est voisin de la place Rouge, près de l’ancien hôtel de ville, on a inscrit au charbon sur le mur : « La religion est l’opium du peuple. »

  • 176 Monis Hillquitt (1869-1933), avocat new-yorkais, fut, de 1907 à sa mort, un des leaders du parti so (...)

701Le parti socialiste américain est en ce moment dirigé par les socialistes de droite. Kahn et Hillquitt176 peuvent cependant s’orienter assez rapidement à gauche s’ils sont renseignés et encouragés.

702Breitscheid, de Berlin, attend un portefeuille des Affaires étrangères. La droite des indépendants penche vers le ministérialisme. On espère qu’après le gouvernement actuel viendra un gouvernement socialiste où les indépendants auront leur part. Les Allemands manquent de décision. Ils sont excellents dans le détail des choses : pour les grandes vues, ils sont toujours nébuleux et hésitants. Toutefois, si Daumig venait ici, l’impression serait grande sur lui, et son action, par la suite, importante en Allemagne.

703Pour le voyage que nous devons faire sur la Volga, il nous est recommandé de visiter surtout des villages. Quant aux villes, elles sont moins intéressantes ; elles ressemblent beaucoup à Moscou. Les bolcheviks y ont une très grande discipline et leurs délégués sont partout (un sur dix suffit pour faire tout marcher). Les villes de cette région sont d’ailleurs plus à leur aise que Moscou au point de vue alimentaire. La nourriture y est cinq fois moins chère et plus abondante.

704Les Italiens nous invitent à un déjeuner somptueux. Ils nous disent que la veille Boukharine est venu les voir pour parler de la question des comités d’usines. Il est pour. Les Italiens y voient une espèce de concurrence aux syndicats et ils hésitent. Un des Italiens nous dit : « Le marxisme, c’est une bonne arme de lutte pour abattre le capitalisme. Après c’est une [ill.] ; il faudra quelque chose de plus général et de plus humain. »

705Soviets.

706Unité de gouvernement le Soviet local ou Conseil des députés ouvriers soldats et paysans.

707Dans les villes, il est élu par chaque fabrique et par chaque syndicat.

708– à l’armée, par chaque unité,

709– à la campagne, dans chaque village.

710Dans les campagnes, chaque village a son Soviet qui envoie son délégué au Soviet des villes, qui élit le Soviet du district. Ceux-ci forment le Soviet de la province.

711Tous les six mois : les Soviets des villes et des provinces élisent des délégués pour le Congrès panrusse des Soviets, l’autorité suprême.

712Ce congrès décide pour six mois des principales mesures politiques.

713Il choisit les 200 membres du Comité exécutif central chargés d’appliquer les mesures édictées par le congrès. Il choisit les commissaires du peuple.

714Ceux-ci sont révocables à tous moments par le Comité exécutif central. Les membres des Soviets peuvent être rappelés à tous moments par les électeurs.

715Le CEG se réunit tous les deux mois puis retourne en province.

716Le Soviet est un organe législatif et exécutif.

Vendredi 2 juillet 1920

717Voyage de Moscou à Nijni-Novgorod.

718Lozovsky nous dit que Lloyd George a autorisé les syndicalistes russes à venir en Angleterre ; ils viendront donc en France. Il a fait hier une réunion à des cheminots. À la fin, les petits papiers parviennent à la tribune : « Vous avez bien parlé, mais malheureusement, vous êtes Juif. »« Pourquoi les communistes ont-ils tous les privilèges ? ». Lozovsky répond. En effet, les communistes ont le privilège de tous les sacrifices. On peut les réquisitionner à tout moment pour le front, pour toutes les corvées pénibles dans l’intérieur. Et quand l’un d’entre eux est accusé, s’il est reconnu coupable, on le fusille pour une faute qui coûte à un autre délinquant trois ans de prison.

719Plan de la journée : 12 h visite à Sormova, 5 h visite de la ville, 8 h meeting, 12 h départ. Demain, dans la journée, visite d’un village. Dans la nuit, arrivée à Kazan.

  • 177 En avril 1919, une mutinerie de matelots avait gagné l’escadre française mouillée en rade d’Odessa (...)

720L’usine de Sormovo : 12 000 ouvriers en ce moment (10 000 normalement). Directeur : Tchemof (Gritchnof). Il a travaillé comme métallurgiste en France (ami de Kemerer). Il me prie d’aller voir en France sa femme : Mme Dubois, 69-71, rue de Vanves et de lui dire qu’aussitôt qu’il le pourra, il reviendra à Paris et qu’il pense à sa famille parisienne. Je trouve à l’usine le jeune Davoine177, métallurgiste parisien de la rue Stephenson qui, matelot de la mer Noire, a pu s’enfuir et travaille maintenant ici. Il me demande quand l’amnistie viendra. Il me prie d’aller voir sa mère, 121, rue Saint-Maur. L’usine reprend peu à peu. Elle appartient à une compagnie franco-belge. Les ouvriers sont encore insuffisamment nourris mais leur moral est bon. Ils patientent.

Partout des inscriptions dans l’usine. En voici une :
Le pouvoir est à Dieu, dit le pope ;
Le pouvoir est au capital, dit le riche ;
Le pouvoir est au travail, dit le communiste.
Machinisme américain, en partie moderne. Elle ressemble à une vieille usine française.

721Meeting après la visite dans la cour, sous un soleil de plomb. L’usine est chauffée au bois. Elle l’est en général au pétrole.

722On rentre à Nijni-Novgorod. Meeting au Grand Théâtre. Promenade à travers la ville, morte, toutes maisons de commerce closes ; c’était une ville de commerce. Le régime lui porte un grand coup. Et cependant, la population que nous voyons est très vibrante.

723Troisième Meeting à l’école des officiers socialistes. 70 % sont communistes. Ils sont vraiment émouvants de foi internationaliste.

724La vue du Kremlin de Nijni sur le confluent de l’Oka et de la Volga est admirable. Et il fait un temps splendide. On part de Nijni à minuit. On s’arrêtera demain en un village : Ilienka, puis dans la capitale des Tchouvaches.

725Tchernov, ancien ouvrier électricien chez Bosch et chez Renault, nous dit que ses ouvriers sont encore mal nourris. Un vieil ouvrier, six enfants, lui dit : « J’ai donné mon pain à mes gosses. Je viens travailler sans avoir mangé. » Malgré cela, le rendement reste de 60 à 70 % d’avant la guerre. Le moral reste bon. Depuis la reprise de l’offensive polonaise, ils font à peine quelques travaux de réfection de locomotives ; ils ont dû les interrompre pour faire des tanks et du matériel de guerre. Il lui est arrivé d’avoir à réparer ici des tanks qu’il avait contribué à faire chez Renault. Dans le pays, les anciens mercantis ont recommencé leurs spéculations. Ils exploitent encore les pauvres gens, malgré les décrets. Ils sont ici particulièrement nombreux. Lorsque nous quittons Nijni, toute l’école militaire vient au bateau acclamer les délégués. Ils sont jeunes et vibrants. Il y a parmi eux quelques Hongrois. Car sur les 10 000 Hongrois prisonniers restés en Russie et rentrés dans l’Armée Rouge, on crée plusieurs centaines d’officiers qui les encadrent et qui, plus tard, trouveront leur emploi en Hongrie même. A l’école d’officiers de Kazan, il y a aussi un grand nombre de jeunes Hongrois. Au départ, tous les bateaux de la flottille de Nijni, et elle est très nombreuse, se mettent à faire marcher leurs sirènes de manière étourdissante. Nous partons à minuit. Il fait une nuit magnifique. On monte sur le pont Les Russes chantent leurs chants profonds, graves, mélancoliques, à longues mélodies. Les Italiens à leur tour, leurs chants révolutionnaires, pimpants, sautillants, gais et le tempérament des deux peuples s’accuse dans la nuit qui tombe avec splendeur. Quel coucher de soleil sur le grand fleuve !

Samedi 3 juillet 1920

726On descend la Volga, large ici de sept à huit cents mètres. On met vingt-deux heures de Nijni à Kazan (le bateau fait 25 verstes à l’heure), vingt-deux heures de Kazan à Samara, vingt-deux heures de Samara à Saratov. Cent six heures de Nijni à Astrakhan. Les deux rives sont inhabitées. Un village de très loin en très loin. Que de bois sur les deux rives ! Et que de poisson on pourrait tirer de la Volga si les pêcheries y étaient organisées ! Mais le pays qui sait détruire le régime capitaliste ne sait pas organiser. Quoi qu’il en soit, le voyage est magnifique par ce soleil et ce ciel radieux ! Les paysans, très rares, que l’on voit sur les berges, acclament le navire avec ses banderoles rouges. Peut-être le prennent-ils pour le navire de propagande dont nous avons vu hier à Nijni deux exemplaires si curieux, et qui, de temps en temps, descendent et remontent la Volga et ses affluents.

727Tcheboksary, capitale de cette petite république de Tartares musulmans à laquelle la Russie vient d’accorder l’indépendance et qui est fédérée avec la Russie. Elle a un million d’habitants.

728La Terreur blanche en Hongrie.

  • 178 Zsigmond Kunfi (1879-1927), journaliste et éditeur de plusieurs journaux socialistes hongrois, fut (...)
  • 179 Friedrich, dit Fritz, Adler (1879-1960), socialiste autrichien de gauche opposé à la politique de s (...)
  • 180 Ronai était le pseudonyme de Béla Kun. L’Humanité, fondé en avril 1904 par Jaurès, fut l’organe du (...)
  • 181 Organe central du parti communiste autrichien.

729Le rapport des Anglais est très démonstratif. On a tué 10 000 ouvriers après les avoir martyrisés. On continue. L’antisémitisme est très violent. Les étudiants sont tous réactionnaires et enrégimentés comme officiers. Les officiers sont les maîtres du pays. Le gouvernement n’y a aucune force. Les communistes recommencent à s’organiser. Ils ont encore 60 000 fusils. Mais les sociaux-démocrates n’ont pu rester à Buda-Pesth. Ils sont à Vienne et en Suisse. Même Kunfi et Garami178 qui étaient contre la dictature. Pas un social-démocrate n’a été élu au Parlement. On arrêtait les candidats. On n’a même pas le droit de prononcer le mot communiste. Sur 500 000 électeurs à Budapest, à peine 120 000 sont allés voter et là-dessus, 18 000 bulletins : Vive Béla Kun. Les communistes avaient donné la terre à 1 500 000 paysans. On la leur a enlevée. Ce sera un appui pour la révolution prochaine. Fritz Adler rend à Renner et Bauer179 les petits services que ceux-ci lui réclament. Il est à la gauche du parti social-démocrate. C’est en ce moment Ronaï180 ou Kunfi qui sont les correspondants de L’Humanité. Il faut demander des articles aux camarades de la Rote Fahne181 Wien IX – Alsterstrasse (Vienne), 16 000 lecteurs.

730Hilferding et Bauer qui ont été pour la dictature du prolétariat, le combattent aujourd’hui. Pourquoi ? Ils sont dans le même état d’esprit que le femme enceinte. Elle veut toujours retarder l’accouchement. En Allemagne, les ouvriers ne sont pas mal armés. Il suffit de fusils et mitrailleuses. Les automitrailleuses sont inutiles.

731Nous descendons dans un petit village riverain. 50 feux, 250 habitants. Le président du Soviet vient avec plusieurs habitants. Le Soviet du village élit trois membres élus tous les six mois par les 150 électeurs, hommes et femmes. L’élection se fait à mains levées. Il y a plusieurs hommes absents, les femmes sont donc en majorité. Elles élisent des hommes dans tous les villages et pas une femme. Le village se réunit toutes les semaines, parfois davantage. La réunion s’occupe surtout de questions pratiques, rarement de politique.

  • 182 Terme historique qui signifie district rural.

732Au-dessus des élus du village, il y a les élus du volost182 : un délégué par cent électeurs est choisi ; et ce sont ces délégués qui choisissent le Comité exécutif du volost, c’est-à-dire du canton ; le canton dont fait partie ce village comporte 72 villages. C’est le volost qui donne des ordres pour que tels prélèvements soient faits, en tels villages producteurs de produits agricoles ou de poissons (comme c’est ici le cas), ou pour que telles rations soient distribuées dans les villages. C’est lui qui s’occupe de l’État civil et de la police de sûreté. Le Soviet du village dresse la liste des produits et des besoins, et le volost a pouvoir de centraliser et de répartir.

733Pour les écoles, elles comportent 50 à 60 enfants ; et le soir, il y a obligation pour tous les illettrés d’aller à l’école apprendre à lire et écrire. L’instituteur ou l’institutrice sont payés par le district et choisis par lui. Dans le volost, il y a une sage-femme, un docteur ou faisant fonction ; il y aurait un pharmacien, mais il n’y a pas de médicaments.

734Les vieillards reçoivent une ration et une rente. Les familles des soldats de l’Armée rouge (ils sont ici six ou huit), reçoivent les rations plus 100 roubles par mois. Il y a une bibliothèque dans le village ; elle reçoit les imprimés du volost. Il y a deux communistes dans le village, ils ne sont pas parmi les élus. À leur tour, ils nous disent : « Pourquoi vos pays ne nous envoient-ils plus ce dont nous manquons ? Médicaments, sucre, haches, scies, faux, clous, instruments aratoires ? » (La Russie avant la guerre ne produisait que 15 % des objets industriels dont elle avait besoin.)

  • 183 Mátjás Rákosi (1892-1971), officier austro-hongrois pendant la Première Guerre mondiale, fut fait p (...)

735Le tout avait un air propre ; les habitants étaient assez bien vêtus, les maisons de bois, construites sur assises de pierre ; aux croisées, des rideaux blancs, très propres, une certaine coquetterie même. Rákosi183 le délégué hongrois, me dit les origines de Béla Kun, ancien militant de province, secrétaire du syndicat du bâtiment, puis directeur de la caisse de prévoyance ouvrière. Il a une grande autorité sur les ouvriers hongrois ; il a du courage personnel, une fertilité d’imagination extrême comme agitateur, de l’initiative. Il est en ce moment à Vienne au Steinhof où il s’occupe d’organiser à nouveau le com. en Hongrie. Il n’y est pas bien traité par les sociaux-démocrates et il d’une tout autre mentalité ; ils manquent de hardiesse et lors de la révolution hongroise qui a duré quatre mois et demi, ils n’ont apporté aucun appui, aucune idée, au gouvernement com. dont ils faisaient partie.

736Nous arrivons au pays des Tchouvaches. Ils sont 1 million. Dans le district, 104 000 habitants, capitale Tcheboksary. Ce sont des Hongrois d’origine tartare, restés musulmans. Ils ont réclamé leur indépendance aux bolcheviks. Ceux-ci la leur ont accordée dans le cadre de la république des Soviets, à condition qu’on leur laisse une certaine autonomie locale, mais que pour l’ensemble de la Constitution et pour les questions d’ordre général, ils soient soumis aux lois russes. C’est la très grande habileté du gouvernement des Soviets de donner ainsi à des pays minorités qui n’ont reçu à travers l’Histoire aucune ombre de liberté, une relative indépendance qui les lie au régime.

737Quand Koltchak fut victorieux de l’Armée rouge, il s’empara de 900 millions en or. Il en a dépensé 240, mais les bolcheviks ont pris le reste. Koltchak a fait tuer plus de 80 000 hommes. Il a coulé la plus grande partie de la flottille fluviale. Aujourd’hui, les navires de la navigation fluviale portent tous le drapeau rouge : il en passe un sous nos yeux qui s’appelle le Karl Marx.

738La Commune du travail des Tchouvaches vient de prendre naissance. Les habitants de cette région réclamaient leur autonomie. On la leur a accordée. Sous quelle forme ? Ils conserveront les Soviets, toute la forme administrative, les charges russes. Mais ils pourront, dans leurs écoles, faire enseigner aux enfants leur langue tartare pendant deux ans. À cela et à quelques libertés locales sans conséquence, ils limitent leur autonomie. Au reste, le fond du peuple est paysan et paysan arriéré. Ils ont un type mongol prononcé. La religion était prospère : 18 églises dans cette ville de 6 000 habitants. Aujourd’hui, elle s’en va. Cependant, nous avons vu passer une petite procession d’hommes et de femmes, vêtus de couleurs voyantes qui allaient dans les champs avec les icônes, prier Dieu de faire pleuvoir.

739Dans le district de 104 000 habitants, 300 communistes, 200 jeunes des Jeunesses : c’est tout, mais ils ont le pays en main. Il y a dans la ville : quatre jardins d’enfants, quatre écoles primaires, deux écoles secondaires. On a exproprié les maisons des bourgeois et elles étaient très belles : l’une est le club des communistes, une autre est un jardin d’enfants, une autre est la maison du peuple, une autre est le club des soldats de l’Armée rouge, l’une s’appelle Paris.

740Dans la région, quinze communes paysannes qui ont bien réussi. Elles cultivent 300 hectares ; 30 familles y sont occupées. En outre, 22 coopératives horticoles ; en plus, un artel, avec coopérative. Enfin, 3 000 personnes, hommes et femmes de la ville, ont obtenu 140 hectares qu’ils cultivent collectivement et y font venir des légumes et des pommes de terre. On se nourrit bien, les gens ont l’air très bien portants. Aux termes de la loi du 26 octobre 1917 sur la terre, on a distribué dans la région, 8 000 hectares aux paysans qui avaient trop peu de terre et aux ouvriers agricoles. On a fait trois parts : les bonnes terres, les médiocres, les mauvaises ; chacun a reçu une quantité à peu près égale de toutes jusqu’à concurrence de deux hectares et demi ; environ un demi-hectare par tête d’habitant, enfant compris. En ce qui concerne les communes, dès le premier temps de la révolution, les paysans étaient hostiles, puis ils ont constaté que le travail y était plus facile, que les résultats étaient meilleurs que les leurs et ils ont vu aussi que l’État favorise ces œuvres collectives. Ils les voient maintenant tout autrement qu’au début ; il y a tendance à former des œuvres coopératives agricoles de formes diverses. Ils font venir du seigle, de l’avoine, des pommes de terre.

741Nous avons rendu visite à une école d’enfants dont le plus grand nombre était abandonné, orphelins ; ils savent chanter et danser en chœur ; ils sont logés chez un bourgeois exproprié qui avait 11 millions de roubles. Ils ont un peu détérioré la maison.

742Dans tout ce pays, le type est mongol ; les femmes se voilent les cheveux ; quelques-unes encore, une partie du visage (chez les Tchouvaches). Elles portent des voiles longs, blancs et de diverses couleurs.

743La ville est gaie et propre, les animaux s’y promènent tranquillement dans la rue ; les maisons sont élégantes, les vêtements des gens sont propres et soignés.

744C’est encore ici le parti communiste qui donne l’impression de sa discipline, de sa méthode, de sa force de persuasion et de propagande. Les paysans de cette région ont reçu d’eux de la terre, une sorte d’indépendance. Leur action est sérieuse, on travaille dans leur club ; on ne boit que du thé ; on fait des statistiques bien établies ; les jeunes gens qui sont à la tête des organisations ont répondu à nos questions avec précision et sûreté.

745Le soir, ils viennent au bateau. Meeting et chants de la Volga dans la nuit qui vient. C’est splendide !

Dimanche 4 juillet 1920

746Cette nuit, le meeting ne pouvait finir. Les habitants du village sont restés des heures chantant, en des chœurs parfaitement harmonieux, des chants très beaux, chants de la Volga, chants révolutionnaires. Les voix, des hommes, des femmes, s’unissent comme d’instinct. Ce peuple a le sens collectif, communiste. Ils sont là des centaines qui vivent de la même idée, semblent n’avoir qu’une voix. Ils ne s’en vont pas même après trois heures de station debout ; le navire ne démarra pas, car les Russes du bord sont du même sentiment que ceux qui sont à terre.

747Kazan. Arrivée à 8 h du matin. Capitale des Tatares – musulmans – 200 000 habitants. Ville russe, distincte de la ville tatare ; grande industrie – vieille cité – université et école militaire. À 7 kilomètres de la Volga ; il y a cinq cent ans, la rivière passait près de la ville. En hiver, les eaux inondent encore la plaine. En face, le débarcadère, un marché tatare ; petites baraques, framboises, calottes, sandales multicolores et un type oriental accusé ; les Tatares sont commerçants ; ils sont aussi les débardeurs de la Volga. Les indigènes sont d’ailleurs vêtus d’un gris sale et terreux. Ils sont affalés. Ils pensent qu’il vaut mieux être couché qu’assis.

748C’est le dimanche, les gens du Soviet sont absents. Ce sont les militaires qui nous reçoivent à Kazan. Le commandant de la place vient nous inviter à une parade qui a lieu en ce moment même et nous partons en auto. Le souvenir de cette chaussée qui mène à Kazan nous restera longtemps. Mais elle a beau être défoncée, les autos font du 70 à l’heure, selon la mode de tous les chauffeurs russes. Nous traversons la ville russe ; gens mieux vêtus qu’à Moscou, mais il eût fallu voir la ville tatare : pas le temps. Sur la place de la revue, une tribune. Au pied de la tribune, le président de la République tatare, un tout jeune ouvrier qui ressemble à un secrétaire de syndicat français ; le secrétaire des syndicats ouvriers de Kazan ; le commandant de la place, masque romain admirable, ancien ouvrier peintre. La tribune au milieu de la place. Les discours. Le défilé. Magnifiques soldats et officiers ; compagnies de jeunes officiers rouges qui partent au front, l’étoile rouge au képi et aux manches ; compagnies de soldats russes ; compagnie de fantassins internationaux ; compagnie de cavaliers hongrois bien montés. Au défilé, ce sont les mêmes ordres, donnés de la même voix rauque et brusque ; c’est la même cadence lourde et puissante du soldat ; c’est le même uniforme, mais ce n’est plus la même âme et un grand souffle de socialisme international anime tous les discours, toutes les pensées de tout ce monde énergique. C’est très émouvant.

749Puis on se rend au club de l’Armée rouge : discours ; celui du commissaire délégué à la propagande de l’armée, celui du secrétaire des syndicats ouvriers, celui du président de la République, celui de Vasirca (Vatchirca) le Sicilien, au nom de toute la délégation. Tout cela discipliné, organique, magnifique et donnant une impression de force invincible. Rakosi parle en hongrois aux Hongrois ; le commandant, en russe aux Russes.

750Dans la foule, je trouve naturellement des Russes qui ont vécu à Paris et qui lisaient le journal. Les femmes sont coiffées d’un petit bonnet brodé ; il a presque la forme d’une coiffe bretonne. Elles sont propres et coquettes, ont l’air nourri convenablement. À la fin de la réunion, les Tatares nous offrent des bottes de femme à cuir multicolore et des fez de leur pays. Chaque délégué en a le chef orné.

751Les Tatares parlent une langue à peu près analogue au turc ; leurs caractères d’écriture ressemblent aux caractères turcs. Ils ont réclamé leur autonomie ; on la leur a accordée, mais cette indépendance semble se limiter à l’autorisation d’employer leur langue dans certains actes publics. On avait décidé de remonter la Kama afin de voir à 15 kilomètres du confluent, un village tatare complet. On a perdu beaucoup de temps à Kazan et l’expédition en Tatarie devient difficile. On reprend la descente de la Volga ; le temps continue d’être splendide. Les rives sont élevées et boisées. De loin en loin, dans une faille de la plaine, un tout petit village ; sur la rive, des pêcheurs à la ligne alignés, vêtus de costumes couleur de terre et qui ressemblent de loin à de toutes petites choses.

752Nous nous réunissons, quelques Italiens et Lozovsky et Sadoul autour d’une bouteille de vin et devisons sur la révolution. La remarque essentielle, c’est que la révolution a fait surgir de la classe ouvrière une véritable pléiade d’hommes remarquables, de chefs ayant du prestige et de l’autorité dans tous les ordres. En outre, les patrons et les ingénieurs sont nombreux partout qui comprennent la nécessité du changement de vie et s’adaptent aux conditions nouvelles, loyalement.

Lundi 5 juillet 1920

753Le matin nous arrivons à la hauteur d’une exploitation de schiste bitumineux qui occupe 1 000 ouvriers. Les ingénieurs ont pu se servir de ce schiste comme combustible ; ils ont traité les sous-produits. Et maintenant, le Commissariat de la production nationale va faire construire sur place une usine de ciment armé pour traiter en grand ces sous-produits. Déjà, techniciens et ouvriers sont sur place et habitent un navire analogue au nôtre, ancien bateau de voyageurs sur la Volga, le long duquel nous nous amarrons. Nous pénétrons dans les galeries qui sont en plein travail : comme toujours, détails imparfaits, mais effort heureux et initiative. Journée de neuf heures pour les mineurs de la veine ; dix heures pour les autres travailleurs du dehors ; 300 roubles par jour plus les rations ; mais elles sont encore insuffisantes ; cependant, on travaille. Le gisement de schiste est immense, inépuisable. Pour le moment, on se sert de ce schiste pour chauffer les usines de ciment ; et avec les cendres on fait un ciment excellent ; mais on va désormais traiter les cendres et en tirer d’utiles sous-produits (benzol, pétrole, graisses).

754(On me rappelle que dans certaines industries chimiques de la Russie, on ne travaille que six heures.)

755Il y a, dans la mine, des Russes et des Tatares ; les Russes se reposent le dimanche, les Tatares le vendredi. On a essayé de trouver un jour commun par semaine. Les musulmans ont refusé tous de renoncer à leur vendredi. Cette mine est en exploitation depuis huit mois ; on a mobilisé les mineurs en Russie. Tous ceux qui avaient quitté la ville et les industries, tous ceux qui avaient été quelque peu mineurs avant la guerre et avaient quitté la ville ou la mine y ont été à nouveau ramenés par réquisition. Après cette visite, on part pour un village tatare à 15 ou 20 kilomètres. Sous bois, d’abord, puis au milieu de cultures, on va cahotés dans de petits paniers tirés par deux chevaux excellents qui bondissent au-dessus des fondrières de la route, et soulèvent une poussière noire qui nous enveloppe rapidement. C’est douloureux et ça dure trois heures et plus à l’aller et au retour. On arrive enfin chez les Tatares ! Ils habitent un petit village qu’ils ont récemment créé : maisons de bois, étables en chaume, le tout environné de murs, clôtures de planches, ce qui dénote un fort sentiment du chez-soi, du home, de la propriété individuelle. En effet, on partage la terre de la commune, tous les ans, entre les habitants ; on donne à chacun un demi-hectare par habitant et par tête dans la famille. Et cela semble leur suffire. Ils nous donnent un peu de lait glacé.

756Lorsqu’on leur demande : « Qu’attendez-vous de la révolution ? » ils répondent : « Nous acceptons la Révolution et sa loi puisque c’est la loi. Et nous lui réclamons ceci : pendant le tsarisme, nous avons entretenu les popes et c’était la femme du mulla qui, le soir, pour quelques kopecks, apprenait à nos enfants le Coran. Or, aujourd’hui, ce que nous voulons avant tout, c’est qu’un instituteur choisi par nous soit payé par l’État. Et nous demanderons à cet instituteur de donner à nos enfants l’enseignement coranique. Voilà le fond de notre revendication nationale. » Pas un journal n’est lu dans le village ; l’aspect général n’est pas mauvais. Ils sont mal habillés, leurs demeures ne sont pas malpropres. Ils ont l’air intelligents. Il y a évidemment une certaine prospérité dans ce village et on se nourrit bien.

757Les champs alentour sont tous cultivés sur d’immenses étendues, avoine (ils ont des chevaux magnifiques et ils sont très bons cavaliers), orge, seigle et une quantité énorme de pommes de terre. La culture est évidemment superficielle et il n’y a pas de grands soins appliqués. On ne passe pas le rouleau après que le blé est semé. Et il y a bien des vides dans les rangs de pommes de terre ! Les Tatares que nous avons visités avaient acheté toutes ces terres il y a douze ans et une banque leur avait avancé l’argent qu’ils rendaient à tempérament. Lorsque la révolution est venue, elle les a libérés. Aussi, ils lui donnent leur fils pour l’Armée rouge. Nous avons vu à Kazan un régiment tatare musulman.

758Le retour se fait fort péniblement dans la poussière, sur ces routes invraisemblables à travers bois et l’on se demande si on ne va pas à tous moments être jetés hors du panier. Et la poussière !

759À la rentrée au navire, Frossard qui était resté, est malade. On le soigne ; il veut rentrer à Paris tout de suite.

  • 184 Il s’agit d’Ivan S. Tourgeniev (1818-1883), le poète russe. En honneur de Lénine, Simbirsk, ville d (...)

760A 5 h, on part pour Simbirsk. Visite au Soviet. Discours. Ils sont 6 500 membres dans la section. Il y a eu dans la ville des mouvements contre-révolutionnaires. Beaucoup de communistes ont été tués. On leur a élevé un monument sur la promenade publique. Simbirsk est la patrie de Tourgueniev184 et de Lénine. Le père de ce dernier était directeur d’un gymnase. C’est une petite ville bourgeoise, coquette, bien située sur son coteau qui domine la Volga ; avenues larges, beaux monuments, jardins publics (100 000 habitants). Elle est au centre d’un des districts agricoles les plus riches de la Russie. Les habitants y sont propres, élégants, bien tenus. La ville n’a pas l’air en état de révolution. Naturellement, les organisations ouvrières sont installées avec l’Armée rouge, dans tous les monuments publics et privés les plus grands, les plus confortables. Ils sont les maîtres de cette ville comme de toutes les villes de la Russie. Les chefs de ces organisations que nous voyons sont tous d’une jeunesse impressionnante. Dans Simbirsk, vaches, cochons, chevaux et chèvres se promènent en liberté. Leur jardin public est très original. Il y a un concert populaire très fréquenté et bien fréquenté dans un jardin fort joli, attenant au club des soldats de l’Armée rouge. Quel pavage de la chaussée qui monte du quai en ville ! Et les chevaux des cochers qui sont excellents grimpent ça au galop en faisant la course !

761Les moustiques du bateau sont de plus en plus vigoureux.

Mardi 6 juillet 1920

762C’est entre Simbirsk et Samara que la Volga est la plus pittoresque. Elle coule entre des falaises boisées dont quelques-unes sont élevées. C’est le Gigouli. Les villages sont très rares. On glisse sur une eau de couleur brunâtre entre des rives qui sont inhabitées et d’un âge lointain. Par la pensée, on vit aux temps primitifs où les hommes étaient rares et où la nature était souveraine.

763Sadoul me dit : « La preuve que les ressources en blé de la Russie méridionale sont encore très grandes, c’est que, lorsque nous avons l’an dernier réquisitionné chez les paysans d’Ukraine, ils nous ont livré du blé de leurs récoltes 16 et 17. C’est donc surtout une question de transport et de réquisition. »

764Nous faisons sous un soleil ardent l’ascension du Dgigouli, monticule au-dessus d’un village dont les habitants avaient la réputation jadis d’arrêter les bateaux des riches marchands remontant ou descendant la Volga.

765On arrive à Samara (200 000 habitants).

766J’interroge Sadoul sur la femme russe. Il me dit qu’elle est beaucoup plus simple que la femme française et moins sensuelle. Pour une Française, l’amour est tout. Pour une Russe, l’amour, le geste de l’amour, est très aisé. Elles se donnent facilement sans y trouver une grande joie. Ce geste est le complément d’une union intellectuelle ou morale et il ne compte pas comme pour une Française. C’est qu’en général, la femme ici qui est cultivée est plus personnelle, plus instruite, plus vigoureuse d’esprit que la Parisienne. Il y a en Russie, une grande quantité de femmes intelligentes et possédant une personnalité très accusée. Elles sont moins attachées au plaisir sensuel, à la mode, au costume. La vie en général est aussi plus simple, plus profonde, moins en tourbillon qu’à Paris. Sadoul déclare quant à lui, qu’il aura beaucoup de peine à se refaire à la vie française s’il peut revenir à Paris.

  • 185 Catherine II de Russie régna de 1762 à 1796.

767Demain, dit Lozovsky, chef de notre expédition, nous nous arrêterons à Baronsk, appelé aujourd’hui Marx Stadt (ville de Marx). C’est la capitale d’une république allemande installée par Catherine185 en cet endroit de la Volga pour coloniser et servir de modèle aux paysans russes. La vie y est allemande. Ils ont un Soviet allemand, un journal allemand, leur ville est différente des villes russes. Ils sont riches et petits bourgeois ; mais chaque année, ils donnent au pouvoir central les 100 % de la quantité de céréales qui leur sont réclamés. Au reste entre Odessa et le Donetz, il y a ainsi 2, 5 millions d’Allemands de même origine, de même sentimentalité, riches ; ils avaient pris les meilleures terres il y a deux cents ans. Ils se sont soulevés contre le pouvoir des Soviets et on a dû les mater.

768À Samara, le télégramme annonçant notre arrivée n’est pas parvenu. C’est le même fait qui s’est produit deux fois déjà dans le voyage. On nous propose alors de visiter un élévateur de blé, une colonie de 1 500 enfants, une commune agricole. Pas de meeting ! En attendant, nous regardons le spectacle de cette ville énorme, village immense ; de vieilles voitures attelées de chameaux nous rappellent que nous sommes en Orient. Samara est le centre le plus en rapport avec le Turkestan, l’Oural et l’Est. Deux villes sont juxtaposées ; l’une qui de la terre apparaît comme tout indigène avec un grand nombre de musulmans. L’autre où un effort est fait pour construire à la moderne. Mais nulle part de pavés. Une poussière effroyable ; une chaleur écrasante d’ailleurs et un beau désordre qui apparaît dans les détails comme dans l’ensemble. Des foules d’églises orthodoxes au dôme vert passé, des maisons bleues orientales, des constructions modernes, des isbas pas loin ; et dans le bois voisin qui longe la Volga, des villas magnifiques aujourd’hui habitées par 1 500 enfants de la ville.

769On se baigne partout, les femmes, les enfants, les hommes, tous nus, femmes, hommes mêlés, en pleine ville et tout le long des rives pendant des kilomètres et des kilomètres.

770Un atelier de construction navale : deux bateaux de bois en construction ; ils sont construits à sec, et à l’automne, quand le fleuve monte, ils flottent

771On nous mène d’abord à l’élévateur de grains. Construction faite par l’ancien régime, exploitation par l’État. On peut travailler cinquante wagons de blé par jour. Pour le moment on n’y travaille que peu.

  • 186 Cachin compare ici les soldats de l’Armée rouge aux soldats révolutionnaires français de 1793 consc (...)

772Nous rentrons. On vient nous aviser que 1 400 volontaires partent pour le front et qu’il convient d’aller leur dire des paroles d’encouragement. Nous y allons et sur la place du débarcadère, tête nue au soleil de plomb, nous parlons quelques minutes. Les soldats sont là, jeunes, quelques-uns très jeunes, mal habillés, le plus grand nombre sans souliers, chaussés de sandales en paillon (ô soldats de l’an 11186). Le commissaire aux armées qui nous les présente nous dit que contre l’impérialisme et le capitalisme internationaux, voici les nouveaux soldats de l’Armée rouge qui s’apprêtent à mourir, en toute liberté. Ce militant ouvrier mué en chef militaire est comme celui de Kazan, d’une vigueur quinze à seize ans) et les femmes qui partent pour les ambulances, tous poussent des hurrahs après les allocutions. Celui qui parle en leur nom répond avec assurance qu’il y a un an, ils ont tous redouté d’être écrasés, mais que désormais ils sont sûrs de vaincre avec les Polonais, les derniers soutiens du capitalisme occidental. Au milieu des soldats en blouse terreuse, quelques figures intelligentes et fines de communistes.

773En les quittant, nous passons au débarcadère dans la petite hutte d’un ménage qui y habite et a un petit enfant tout frêle. Le berceau où repose cet enfant est des plus extraordinaires : un plateau carré de soixante centimètres de long suspendu à ses quatre coins à quatre ficelles qui vont se rejoindre sur un bâton de bois souple et penché fixé au plafond bas, articulé grossièrement de façon à faire bascule ; on agite le plateau et l’enfant se tait. L’Irlandais américain qui fait avec moi la visite me dit que c’est exactement la mode indienne.

774Ensuite, nous partons voir la colonie d’enfants. Dans un grand bois qui longe la Volga, sont disséminées au milieu des grands arbres des villas nombreuses et somptueuses, dont quelques-unes rappellent les villas de la Côte d’Azur. On a exproprié tout cela, et c’est là qu’habitent les enfants des ouvriers de Samara. Nous arrivons au moment où, près du débarcadère, les enfants sont massés en bon ordre, bien vêtus, avec de superbes mines, les bras chargés de verdure, acclamant les délégués et c’est grandement émouvant. L’art de la présentation est poussé ici au plus haut degré ; mais dans le fait, ces gosses sont admirablement bien portants et il faut applaudir sans réserves. L’un d’entre eux, qui a treize ou quatorze ans, nous fait une petite allocution où il nous dit qu’avant le régime nouveau, ils habitaient des caves où ils dépérissaient et mouraient de faim comme leurs parents. Mais le régime socialiste est venu qui nous instruit, nous nourrit, nous élève, qui nous loge dans des palais. Les enfants ont tous un air heureux, admirablement portant, soignés et gâtés. Il est certain que pour eux, débiles et malingres, c’est une résurrection. Et le paysage au milieu duquel ils vivent, à proximité de la ville où sont leurs parents, est splendide. Ce soir, au moment où le soleil se couche sur la Volga, c’est féerique.

775Je demande à Rakoc, Hongrois, ce qu’il pense de la situation en son pays. Il croit en la révolution communiste prochaine. 1 500 000 habitants à Budapest dont des centaines de mille ouvriers mal nourris, affamés, mal payés. Une Terreur qui n’empêche pas les organisations illégales jusque dans l’armée. Un régime politique dominé par quelques régiments d’officiers qui ont les leurs au Parlement pour imposer leurs volontés. Une armée mal traitée et mécontente. Des paysans auxquels le communisme avait donné la terre et auxquels on l’a retirée. D’anciens soldats de l’Armée rouge (elle avait 280 000 hommes) qui sont retournés chez eux, à la campagne et y répandent les idées communistes et révolutionnaires. De Vienne où siègent les amis de Béla Kun s’organisent la résistance et les mouvements futurs.

776Quand je lui demande à nouveau ce qu’il pense de l’Allemagne, il me dit que l’action révolutionnaire y est prochaine, que dans les trois partis, les ouvriers se préparent, même chez les majoritaires ; et que ce qui s’est produit lors du putsch se reproduira, à savoir une certaine unité d’action dans les trois partis : mais il redoute que si la dictature s’y fait avec l’appui des majoritaires ou de certains indépendants, elle soit par avance vouée à l’échec. Les chefs de ses partis n’ont pas l’âme révolutionnaire. Ils reculeront devant les actions énergiques et compromettront le succès final. Il prend comme exemple ce qui s’est passé en Hongrie lors des quatre mois et demi de la dernière Commune. Kunfi refusait toujours de sanctionner les actes de violence contre les Blancs. On n’en a supprimé que 250 et aujourd’hui, on voit que les Blancs ont tué des milliers de Rouges. De plus, Kunfi voulait garder la police et la gendarmerie d’ancien régime.

777En Allemagne, comme ailleurs, les événements politiques et économiques vont se précipiter cet hiver. L’alimentation va être pire, car l’Amérique ne va pas envoyer les quantités nécessaires. Et fatalement, les masses vont devenir de plus en plus révoltées. Il vaut mieux pour la révolution russe attendre que ces événements mûrissent plutôt que d’accepter dans son sein des hommes qui compromettraient la révolution. La révolution russe avait besoin d’aller vite, il y a quelques mois encore les Alliés lui étaient nécessaires d’urgence. Aujourd’hui, elle a le temps, elle peut attendre.

  • 187 Le sigle KPD était celui du parti communiste allemand, ce nom adopté par l’Alliance spartakiste en (...)
  • 188 Il s’agit d’Otto Rühle (1874-1943), professeur, psychologue et pédagogue, puis journaliste après so (...)

778C’est dans le KPD et dans le KAPD187 que se comptent en ce moment les éléments révolutionnaires les plus purs, les plus énergiques ; ils suffiront à la tâche. Ils sont prêts aux sacrifices héroïques. Ainsi cet Otto Ruhl188 qui voyage sur ce bateau, ancien compagnon de Liebknecht, aujourd’hui antiparlementaire et antisyndicaliste par haine de ce qu’il voit dans le PS allemand se cherchant et cherchant de nouvelles formules d’action nécessaires à la Révolution, est un type répandu et du plus haut intérêt.

Mercredi 7 juillet 1920

779Voyage de Samara à Saratov. Nous longeons une des rives sur laquelle s’étalent quelques villages. C’est toujours le même type : cent, cent cinquante feux, des maisons en bois, basses, couvertes en bois ou en paille ; deux rangées le plus souvent se faisant vis-à-vis, séparées par une large rue dont la terre est bien battue. Puis au milieu ou sur une hauteur, l’église toute blanche avec ses toits verts. Route soignée faisant contraste avec la pauvreté des habitations humbles des paysans. Désormais, les rives de la Volga sont moins élevées et comme toujours en dépit de quelques éclaircies, couvertes de forêts. Le trafic du bois sur la Volga, les trains confiés au fleuve sur lesquels une petite baraque abrite la famille du marin qui guide cet esquif bien lié, sont innombrables.

780Quelques camarades sont allés voir un petit domaine de 20 hectares que l’on a donné à 80 ouvriers agricoles d’une fabrique d’alcool de pommes de terre. Ils travaillent chacun leur petit lot et en tirent des légumes : c’est bien travaillé.

  • 189 Comme l’on sait, les bolcheviks ne jouèrent pratiquement aucun rôle dans la révolution de Février q (...)

781Le parti bolchevik comportait 5 000 ou 6 000 membres pour toute la Russie lors de la révolution de février-mars 1917189. C’était tous ou à peu près des hommes décidés à tout sacrifier, des hommes de foi habitués dès longtemps à la propagande secrète et illégale. Aujourd’hui, le parti a 600 000 membres, malgré les difficultés que l’on accumule pour la rentrée dans le parti. D’abord lorsqu’il n’y a que peu de danger, on impose six mois de stage et on fait passer un examen ; lorsqu’il y a un danger national, on a imposé comme condition aux postulants d’aller au front ou dans les postes périlleux. Le nombre des gens qui demande à rentrer dans le parti est énorme, car il est le pouvoir et la carte du communiste est un passeport et une garantie. Il y rentre donc des gens véreux, des gens d’ancien régime, des paysans qui ignorent tout du communisme, si ce n’est qu’ils ont reçu la terre et qu’ils ne paient pas d’impôt. Il est nécessaire de procéder souvent à des épurations. Il arrive que dans certains villages, quelques prétendus communistes font des actes indélicats. On envoie là une commission composée de militants sûrs ; on dissout le groupe, on fait traduire les coupables devant les tribunaux, on les punit avec la dernière sévérité, parfois la mort. À Petrograd, on tient une liste à jour de tous les membres du parti ; ils ont chacun une fiche. Ils doivent donner un rapport mensuel sur leur action. On tient un registre exact de leurs actes, de leurs mandats à eux confiés, du résultat. En fait, c’est un danger pour le parti que cette invasion d’aujourd’hui. Il doit conserver sa pureté et son énergie. Il faut donc surveiller le recrutement avec soin, car le parti, c’est le pouvoir ; et si les communistes, dans un coin du pays, font des sottises ou des actions malhonnêtes, c’est le régime lui-même qui se trouve atteint. Ils disent qu’ils ont chassé du parti, en un an, 200 000 membres suspects.

782La révolution hongroise est morte : 1°) Parce que l’Entente en a eu militairement raison, 2°) Parce que Béla Kun avait été trop optimiste sur la possibilité de l’établissement des Soviets en Hongrie, 3°) Parce que les socialistes se divisèrent, 4°) Parce que les syndicats de fonctionnaires (postiers, cheminots, etc.) qui avaient fait la révolution, eurent des exigences excessives de salaires, 5°) Parce que le pouvoir leur fut donné sans lutte, par la carence et la déchéance de toute la bourgeoisie de tous les partis.

  • 190 Il s’agit sans doute d’une erreur de Cachin et le nom est Nógrádi. Son identité n’est cependant pas (...)

783On fait grand état d’un rapport de Morgari190 sur l’enquête dont il fut chargé en Hongrie après la révolution. Il n’y a pas de rapport Morgari. Il y a eu une relation orale au groupe parlementaire, qui était d’ordre anecdotique, non politique, et qui n’a jamais été rendue publique.

784Nous voyageons toute la journée sans arrêt. La Volga s’étend de plus en plus ; les villages sont nombreux et énormes, tous sur le même type. L’isba est composée d’une pièce pour toute la famille ; attenante, une petite pièce pour les ablutions, attenante aussi l’écurie pour tous les animaux. C’est bien tenu, mais cette promiscuité rend impossible l’aération complète et les fenêtres sont très étroites. Il y a un ou deux moulins par villages et le four est souvent dans la maison. En Ukraine, les maisons sont beaucoup plus élégantes, plus confortables, plus riches ; il y a nombre de paysans qui possèdent leur moulin.

785La Russie occupe la sixième partie du continent. Elle couvre la moitié de l’Europe, la moitié de l’Asie, elle est grande comme quarante fois la France, le drapeau rouge y flotte partout.

786« L’argent des bolcheviks quand ils s’expatrient ne sert pas à faire de bonne propagande. » (Radek retour d’Allemagne).

787Hier, au meeting des soldats à 2 h en plein soleil, j’ai pris un peu de fièvre. Aujourd’hui, courbature.

788Marx Stadt : 120 000 habitants, chef-lieu de district du gouvernement de la Volga allemand qui n’est pas une circonscription géographique compacte. Il comprend les habitants de langue allemande ou d’origine allemande, 600 000 depuis cent quarante ans. Ils augmentent. L’apparence de la ville est allemande. Rues, angles droits, grande place, grands dépôts de blé, maisons comme des isbas, mieux construites que les maisons russes, sans étage. Une église catholique, une église luthérienne.

  • 191 Les élections pour l’Assemblée constituante – une revendication des bolcheviks avant la révolution (...)

789Pendant le tsarisme, les habitants n’ont jamais revendiqué leur autonomie. Dans les écoles, on enseignait le russe et l’allemand. Le russe n’était pas obligatoire ; presque tout le monde parle allemand. 15 % de Russes en ville, à la campagne, personne ; sur les 600 000, 1 600 parlent russe. Lors de la révolution de Kerensky, ils envoyèrent une délégation pour réclamer leur autonomie. Kerensky a dit : « La chose n’est pas pressante, on verra cela après la Constituante191. » Lorsque la guerre avait éclaté, on a décrété d’envoyer tout ce monde en Sibérie. Depuis la révolution d’Octobre, ils se sont constitués à part, de manière indépendante, conformément à l’article 11 de la Constitution. Ils ne veulent pas dépendre des gouvernements de Samara et Saratov. Ils ont leur gouvernement ethnique, le droit de se développer librement au point de vue culture. Ils ont accepté les lois soviétiques sur l’organisation économique du pays.

790Les communistes sont ici en minorité, au Soviet ils sont 45 sur 85, mais c’est qu’il n’y a pas d’opposition organisée. Lorsqu’il s’agit de questions pratiques, les communistes ont la majorité.

791La propriété rurale était restée générale. Il y avait peu de grands propriétaires. Ceux-là, on les a expropriés et on a donné le surplus confisqué à ceux qui en avaient moins. Chaque tête d’habitant a de 2, 5 à 4 déciatines. La terre est assez fertile ; ils font du seigle et du blé. Ils ont envoyé au centre 7 millions de pouds. Ils ont des quantités énormes de bétail. On mange du pain blanc et des saucisses. Il y avait des industries textiles et une fabrique ou plutôt un atelier de réparations agricoles ; ils ont un machinisme agricole assez développé.

792On a fait un meeting énorme, très enthousiaste. Il y a un régiment d’Allemands, régiment de réserve prêt à partir au front (artillerie, cavalerie, infanterie).

793Il y a un journal allemand Les Nouvelles. 6 000 exemplaires. Il y a une bibliothèque populaire ouverte au public. On a envoyé ici de jeunes Russes de Moscou pour la propagande.

794Le parti compte 3 000 membres : chacun des membres est inscrit sur un tableau affiché dans le local des réunions, avec un numéro ; et on sait ce que fait à chaque instant, chacun des militants. Un grand nombre sont répandus dans la campagne pour favoriser les réquisitions et faire de la propagande.

795Le type allemand s’est conservé très pur. Il y a fort peu de mariages mixtes. L’Allemand a résisté à toute fusion et les caractères de la race se sont conservés intacts depuis un siècle et demi.

Jeudi 8 juillet 1920

  • 192 Angel Pestaña (1886-1937), anarcho-syndicaliste espagnol, s’installa à Barcelone en 1914 après avoi (...)

796Pestaña192.

797En Espagne. Il n’y eut jamais en Espagne un parti d’opposition vigoureux ; même le parti socialiste ne fait que commencer d’avoir une action et encore est-il divisé sur les événements russes. Tous les partis politiques qui comptent sont conservateurs. C’est le syndicat qui a eu la grande action sur les ouvriers. Il était entre les mains des anarchistes et l’organisation est faible. Mais les choses ont changé ; les anarchistes ont compris la valeur de l’organisation depuis la guerre. La guerre a donné une grande place à l’ouvrier espagnol ; la vie économique a grandi ; il y a eu de fortes grèves, un état d’opinion important est créé. En 1916 s’est constituée une CGT avec 32 000 adhérents dans toute l’Espagne. Le gouvernement a laissé faire, mais les grèves ayant réussi, il a persécuté ; et en 1919, la CGT a fait son premier congrès à Madrid avec un million de membres. Les fortes organisations sont en Catalogne et en Andalousie. Dans ce pays, ce sont des grands propriétaires et en face d’eux des ouvriers agricoles andalous qui ayant été travaillés longtemps par les anarchistes sont communistes. Les textiles, les métallurgistes, les paysans, le bâtiment sont les plus importants. Il n’y a que peu de mineurs groupés dans la CGT.

  • 193 Mario Malatesta (1891-1966), socialiste italien et plus tard communiste, qui avait été en contact a (...)
  • 194 Pablo Iglesias (1850-1925), député, était le fondateur du parti socialiste ouvrier espagnol en 1879 (...)
  • 195 Cette grève générale dirigée par des anarchistes eut lieu en juillet.

798À Barcelone, sur un million d’habitants, 180 000 syndiqués, Valence, Saragosse, Corogne. La situation économique s’est améliorée ; la bourgeoisie a fait des affaires magnifiques, le luxe s’est développé. Les ouvriers se montrent du même coup plus exigeants. Cette CGT est communiste : que chacun produise selon ses forces, et consomme selon ses besoins (Malatesta193, Kropotkine). Les ouvriers de la CGT sont apolitiques et fédéralistes. À côté, il y a l’Union générale des travailleurs. Elle a 250 000 membres. Elle est inspirée par un esprit corporatif et centraliste. Elle est réformiste. Elle marche d’accord avec les socialistes. Pablo Iglesias194 est président du parti et de l’Union générale des travailleurs. C’est le même personnel. La CGT a fait en 1916 une grève générale d’un jour d’accord avec cette autre organisation ouvrière. En 1917, une autre grève générale révolutionnaire illimitée qui a duré une semaine et 130 morts à Barcelone195. La CGT a deux quotidiens ; à Barcelone (il y a dix-huit mois qu’il est suspendu) ; à Valence ; et trois hebdomadaires, Bilbao, Saragosse, Séville. On a coupé les bois en Castille ; il [sic] est devenu sec et aride. On a dû émigrer. De même, en Andalousie, les ouvriers ne sont pas cultivés ; on émigre aussi ; on va à la ville. Ainsi la population ouvrière s’accroît par rapport à la population rurale. L’électricité fait un progrès énorme. Sur le Tage, on va faire la plus grande chute du monde. On parie d’électrifier les chemins de fer : les transports sont désorganisés. Le matériel se faisait ailleurs. Les Américains cherchent à dominer le marché. La lutte de classes ne fait que devenir plus âpre. Depuis dix-huit mois, les libertés constitutionnelles sont suspendues. Les syndicats sont hors-la-loi ; toutes les organisations en sont là, même celle de l’Union. Chez les paysans, il y a eu des récoltes brûlées ; des paysans se sont partagé la terre ; les paysans communistes sont en Andalousie. Ailleurs, ils sont pour la petite propriété.

  • 196 Il s’agit du quotidien Solidaridad Obrera publié par la CNT, de tendance anarchiste.

799La dernière grève des cheminots a échoué et a diminué de 70 000 à 7 000 le nombre des adhérents. Le journal quotidien de Barcelone, Sécurité ouvrière196 tirait 5 000 ou 6 000. Il est suspendu. Il mangeait beaucoup d’argent.

  • 197 Julián F. Besteiro (1870-1940), docteur ès lettres, membre du parti socialiste ouvrier espagnol et (...)

800Une tentative de fusion a été faite en décembre dernier : Besteiro197 dans un congrès du parti a refusé la fusion que proposaient les anarchistes de Barcelone. Dès lors, le congrès de la CGT, par une majorité des deux tiers a repoussé la fusion immédiate. Mais l’avenir arrangera les choses, bien que les luttes soient très aiguës.

801A mesure qu’on s’approche de Saratov, le fleuve s’élargit et les falaises disparaissent ; les rives redeviennent assez plates, les villages serrés et riches.

802Sadoul raconte les incidents de la mer Noire, sa propagande chez les marins et soldats français, la manière dont il traita avec les chefs des escadres alliées de la mer Noire. Il les recevait en une maison gardée par des soldats et marins français qui avaient pris le parti de la révolution russe, si bien qu’un jour, les commandants, humiliés, demandèrent que le lieu de rendez-vous fût modifié. Sadoul faisait là-bas un journal de propagande qui s’appelait La IIIe Internationale. Les officiers français eurent avec lui des rapports courtois.

  • 198 Alexandre Marie Bracke (dit Desrousseaux) (1861-1955), savant helléniste, membre du parti ouvrier f (...)

803Un radio américain du 17 septembre annonça que Sadoul était élu à Paris avec 70 000 voix et Bracke 40 000198. Jusqu’à ce que Mme Sadoul arrivât, Sadoul fut considéré et se considéra comme député de Paris.

804Le système de réquisition s’établit ainsi : on donne au paysan un reçu en échange de son grain et des céréales qu’il livre à l’État. Avec ce reçu, il va à la coopérative et réclame les objets manufacturés dont il a besoin. Si la coopérative ne peut les lui livrer (bottes, drap, machines, etc.) elle lui donne un deuxième papier confirmant la dette. Le prix des marchandises est fixé au prix dur : par exemple, une paire de chaussures est fixée à 40 roubles, prix d’État et non à 40 000 roubles, prix de spéculation. En fait, si plusieurs années se passent ainsi, ce prix de réquisition ne sera jamais réglé. Les choses se sont ainsi passées en Italie et en Vénétie ; on a donné aux paysans quelques vaches ou quelques chevaux, un peu de bétail ou de produits de certaines sortes dont il avait le plus pressant besoin ; mais il n’a reçu qu’une fraction de la dette de l’État. Plus tard, lorsque la Russie recevra normalement les produits étrangers, un certain équilibre s’établira, les prix se fixeront et les valeurs seront précisées. Pour l’instant, c’est encore un système de réquisition de guerre.

805Nous arrivons à Saratov. Musique. Internationale. Manifestation ; grosse ville : 300 000 habitants. Pas de quai non plus qu’ailleurs sur la Volga ; belle apparence, grands établissements, fumées d’industrie. Aujourd’hui, grande séance de toutes les organisations ouvrières. Puis réunion devant les soldats. Il y a des organisations agricoles utiles à visiter demain. Les institutions politiques et économiques de la ville sont également ouvertes à tous les délégués. Soviet, comités de fabriques, Union syndicale, voilà ce qui va composer la réunion.

806La délégation des organisations ouvrières qui vient au-devant de nous est nombreuse, composée de jeunes gens à figures énergiques. Ils nous offrent des exemplaires du type que nous avons trouvé dans toutes les villes russes. 7 000 communistes dans la ville. À Saratov, on a souffert et on souffre encore de la faim ; les ouvriers ont assez de farine, mais les employés de l’administration sont beaucoup plus mal nourris ; les vieillards, les femmes faibles, les enfants faibles sont très atteints. Mais le moral reste bon, excellent ; il s’améliore ; ils sont sûrs du succès sans fanatisme. On mange du kacha et du pain noir. Les intellectuels sont malheureux ; ceux qui gagnent le plus d’argent sont les hommes forts, vigoureux, les débardeurs et les hommes de peine. Les mencheviks et les anarchistes sont repoussés de partout. Saratov travaille exclusivement pour l’armée. Saratov n’était pas très industriel, cuir, huile. C’est surtout un marché de blé. Les roues des moulins ont été changées pour que la farine soit noire. À la campagne, il n’y a plus d’hommes, nous avons une immense armée. La région a été troublée par la guerre civile tchécoslovaque Koltchak, Denikine. Jamais la ville n’a été occupée ; les campagnes l’ont été, elles ont souffert : elles haïssent les Blancs. Même la population ouvrière est mieux nourrie que sous l’ancien régime, elle est mieux vêtue, mieux logée ; ils ont du loisir, ils sont instruits. Ils ont eu peu de viande, du sucre, des pommes de terre, des choux, de la semoule. On ne meurt pas de faim. Les malades reçoivent du pain blanc. Il n’y avait pas de petite bourgeoisie comme en France, il n’y avait que de la grande bourgeoisie. Cette bourgeoisie-là travaille aujourd’hui comme tout le monde. Elle s’est adaptée. Les intellectuels n’osent pas s’avouer qu’ils se sont trompés et vaincus, avec un peu de propagande, nous aurions la moitié avec nous. Les professeurs, employés, fonctionnaires travaillent bien. Ils regrettent l’ancien régime, mais ils s’adapteront.

80710 h. Domaine soviétique.

8083 h. Militaires. La ville militaire : agglomération de casernes – organisations militaires pour recevoir – l’armée du Turkestan.

8097 h. Réunion du Soviet.

810Mme Kester, ancienne lectrice à la Sorbonne nous dit : « Sans l’Entente et ses persécutions, nous n’aurions jamais pu faire la République socialiste ici. » Quand je lui dis qu’en ce moment la France ne songe qu’à jouir, elle me répond : « Comment pouvez-vous aimer cette vie de jouissance tranquille et bourgeoise ? Nous, nous préférons notre vie de souffrance et de lutte pour la liberté du peuple. » On nous mène à une réunion des cheminots des ateliers de Saratov. 3 000 ouvriers. L’atelier est vaste, propre, aéré, éclairé, pourvu de machines assez modernes. On voit qu’il y a de l’ordre. Les ouvriers font six heures de travail supplémentaire par semaine, gratis. La musique de l’atelier (15 musiciens) nous reçoit. Nous parlons au milieu des locomotives (16) en réparation. Les ouvriers ont l’air bien nourris et ont de bonnes figures tranquilles. Les communistes dirigent l’atelier. Ils font les discours, éloquents, entraînants. Ils précisent l’attitude du parti socialiste français, du parti italien, du hongrois qui nous accompagnent. Ils constatent qu’entre la délégation anglaise et celle-ci, il y a une grande différence. Pendant ce temps, le reste de la délégation a été à la réunion des Soviets. Rakhoschy nous parle de la révolution hongroise. Lorsque les prolos ont été dans les belles maisons des bourgeois, ils ne s’y sont pas plu. Il n’y avait qu’une cuisine ou deux pour les sept ou huit ménages qu’on casait dans les grands immeubles, et chacun voulait sa cuisine. La cuisine commune ne leur allait pas, c’étaient de perpétuels sujets de querelles. Les communistes prirent dans les grandes maisons de fabrique de meubles de Buda-Pesth, 40 000 mobiliers qu’ils donnèrent aux pauvres. Aujourd’hui, les bourgeois revenus au pouvoir font restituer ces meubles par les ouvriers.

811Une paire de bottes : 60 000 roubles.

812En ce moment, il y a 200 000 communistes au front.

813Un tour dans un jardin public de Saratov. Des femmes élégantes, bien habillées, pas un détail fâcheux ; toutes sont propres, bien tenues, même les pauvres. C’est un grand village avec, dans les rues, des chèvres, des cochons, des vaches ; il y a évidemment un grand désordre comme dans toute la Russie ; mais l’impression n’est pas celle de la misère et de la faim. C’était bien pire sous l’ancien régime. Les ouvriers étaient alcooliques et ne songeaient qu’à boire. Aujourd’hui, ils s’éduquent et s’élèvent à leurs propres yeux ; ils ont un sens très grand de leur dignité. Tout le monde est sûr désormais de la victoire des socialistes russes ; ils savent qu’ils auront à souffrir encore quelque temps, peut-être quelques années, mais ils attendent la fin, sûrs du succès.

814Brasso, clown de cirque, nous dit ses malheurs. Il est employé au cirque de Saratov. Il gagne 3 500 roubles, sa femme 3 100 roubles. Ils meurent de faim. Pas de rations. Il n’est pas content de la révolution. Il veut quitter la Russie. Il ne le peut pas. On lui promet toujours. On ne lui donne pas ses papiers. Le cirque est plein tous les soirs. Les places : 25 roubles et 100 roubles dans les loges.

815Quand la délégation anglaise est venue en Russie, les communistes, le parti, n’a pas participé à la réception et l’a dit publiquement

816Rue de la République, 21, cours de langue moderne, Catherine Kester.

Vendredi 9 juillet 1920

  • 199 Il s’agit en fait de Walter Stoecker (1891-1939) qui, après avoir commencé des études supérieures, (...)

817On s’est mis en relation téléphonique avec Zinoviev. Il a dit que les Suédois ne venaient qu’aux alentours du 1er août pour le congrès, que les communistes allemands ne partiraient que vers le 18, que les indépendants d’Allemagne, Daumig, Stoeckel, Crispien, Dittmann199 seraient le 1er juillet à Stettin en route ; dans ces conditions Zinoviev nous dit de continuer notre voyage et qu’il est impossible d’ouvrir le congrès avant l’arrivée des Allemands et des Suédois. On a télégraphié aux Suédois d’arriver le plus tôt possible. L’ensemble des délégués ici présents, fort mécontent de ces nouvelles, décide d’aviser Zinoviev qu’il tient à commencer le congrès le 15 et à rentrer ce jour à Moscou.

  • 200 Il s’agit probablement d’Armando Bussi (1873-1955). Médecin, il adhéra jeune encore au parti social (...)

818Gouvernement de Saratov – 3 millions et demi d’habitants, 23 000 membres du parti, 175 000 syndiqués. Il y a deux journaux quotidiens à Saratov, un le matin : les Izvestia, un le soir : Rosta, puis un hebdomadaire. Le directeur est un ancien tailleur des Galeries Lafayette. De Saratov partent chaque jour 50 wagons de grain, de quoi nourrir Moscou. Il arrive ici d’Astrakhan, beaucoup de poissons en baril. Bussan200 est venu en Russie pour savoir si la Russie pourrait, en cas de révolution, envoyer assez de grain en Italie. Sans cela, pas possible de songer à faire la révolution en Italie. Cet hiver, à cause du pétrole qui arrive en grande quantité, on sera malheureux moins que l’hiver dernier. Sur dix bateaux montants et dix descendants, en temps normal, il n’y en a qu’un en ce moment ; il y a des bateaux coulés, puis d’autres affectés à la Croix-Rouge et à la guerre. En Russie, on fait un peu plus de seigle que de froment et on mange le pain de seigle. En ce moment, il y a une réserve plus ou moins grande de six années de froment en Ukraine. En Russie, il y a tellement de terre cultivable qu’il n’y a pas assez d’hommes pour la travailler ; la densité des hommes n’est pas suffisante. Les Soviets tentent de faire venir ici des paysans supérieurs. On pourrait coloniser le Turkestan pour faire olives, vin, coton, puis la Volga et la Terre noire. Les Russes poussent les socialistes étrangers à venir ici faire cette besogne : les techniciens anglais et américains ont derrière eux les capitalistes, ceux d’Italie et de France, non. C’est pourquoi les Russes demandent ces techniciens italiens et français. En Russie, le télégraphe n’existe pas ; le chemin de fer non plus. Donc on a coupé les nerfs et les veines de la Russie. On a détruit tout. Bien. Mais peut-on, doit-on refaire chez nous la même expérience ? Ici, on a étranglé la vie ; on a étouffé toute voix ; mais les bolcheviks sentent bien que cela ne peut durer. Il faut refaire la vie ; sans cela, ce serait la même vie qu’avant la révolution. Il y avait alors 30 000 nobles et aristocrates et bureaucrates ; aujourd’hui 600 000 bolcheviks, mais cela ne peut durer.

819Il faut que la Russie fasse la paix, puis s’organise. Et alors, une fois organisée, elle sera le modèle et l’exemple pour l’Europe qui ne peut faire sa révolution tout de suite. Il faut que la Russie reçoive nos techniciens. Reste la grande question des pays anglo-saxons. La révolution pourra se faire ailleurs, par exemple en Italie, mais non en Angleterre et en Amérique. Et alors ? En Italie, la révolution est prête intellectuellement ; la seule chose inquiétante, c’est la masse brute, c’est Malatesta. L’ouvrier italien qui est un pacifiste né, ne se laissera pas armer et tirer et faire le coup de feu.

820À la Maison du parti. Maison splendide. Graphiques sur les murs. L’âge, la profession, le sexe, la date d’entrée au parti, par quartiers, le degré d’instruction des militants. La progression du parti depuis 1905. 10 % de femmes, 5 % illettrées – de vingt à quarante ans, l’immense majorité. Les conditions d’admission diffèrent selon qu’il s’agit d’ouvriers, d’intellectuels, ou d’employés ou de paysans. Pour les ouvriers, ils doivent être introduits et présentés par deux camarades. L’organisation locale plénière en discute. Le militant doit accepter le programme du parti. On l’interroge sur les questions urgentes du parti : « Que pensez-vous de la levée du communisme ? » Il s’agit de savoir qu’il est vraiment détaché de la bourgeoisie ou non. Pour les ouvriers on s’en tient là. Pour les intellectuels et les paysans, stage de trois mois. Ils assistent aux réunions publiques, non privées ; ils n’ont pas de travail de responsabilité. Parfois, de certains membres effectifs, on fait des candidats stagiaires. De temps en temps, on procède à des examens plus approfondis des questions de principe ; on révise les listes. Il y a quatre écoles socialistes à Saratov où on envoie les ouvriers qui ont adhéré au programme. Il y a aussi des universités, cours de quelques leçons ; à ces universités, les organisations délèguent quelques élèves qui sont entretenus entièrement. Les cours durent dix-huit mois. Il y a aussi des facultés ouvrières qui préparent aux universités. Ils jouissent de certains avantages. Les cours durent de 6 à 10 ; les ouvriers qui les suivent sont dispensés de certains travaux à l’usine.

821Chaque communiste paysan doit être le premier à observer dans le village les prescriptions, céder son blé. Pour les ouvriers, ils font le travail gratuit du samedi et prêchent l’exemple dans tous les domaines de la vie publique. Dès qu’il y a la moindre infraction, on l’exclut du parti. Quand on s’aperçoit qu’un communiste a certaines compétences, il ne peut se refuser aux tâches qu’on lui impose. Le parti lance parfois des mots d’ordre. Chaque membre du parti doit expliquer aux masses ces mots d’ordre, surtout dans les usines. Le militant doit participer aux travaux du samedi. Il y a une fiche de contrôle. Tous les membres du parti suivent un cours de préparation militaire pour les cas d’urgence. Ce sont les troupes rouges de chaque ville. C’est ainsi que Saratov a été sauvé par eux contre les koulaks en 1918. C’est ainsi que Petrograd a été sauvé de Youdenitch. La cotisation est obligatoire et varie de 1 à 2 % du salaire. La fréquentation de toutes les assemblées du parti est obligatoire. Tous les communistes qui travaillent dans n’importe quelle fonction sont unis par la discipline. Dans chaque cas, le parti décide et la fraction n’a qu’à s’exécuter. On peut faire son observation, on révise le mot d’ordre : s’il est confirmé, on n’a qu’à s’exécuter. Un questionnaire en trois exemplaires est signé par tout postulant, un exemplaire au parti local, puis régional, puis national. Aucun membre du parti ne peut quitter sa ville sans avoir avisé et demandé l’avis du parti ; même si c’est le Soviet qui l’envoie, le parti est avisé et le charge de sa besogne. L’activité du membre du parti est inscrite sur sa fiche. Dans certaines sections, on demande au militant un rapport chronique sur son activité socialiste. Le livret du parti comprend des questionnaires complets ; on en donne un exemplaire à Frossard.

822Gouvernement de Saratov. Au sommet le Comité central de la province : 11 membres qui nomment trois membres du bureau : un secrétaire et deux membres, dont un de Saratov. Ils s’occupent de l’agitation dans les masses, de la propagande chez les initiés ; la presse a un bureau, les bibliothèques dont quelques-unes circulaires, les écoles du parti. Ces œuvres sont dirigées par le bureau de 11 membres. Il y a un autre département pour l’instruction, pour l’organisation générale et l’initiative, pour l’envoi des circulaires. Le présidium se réunit tous les jours, le bureau des 11 tous les cinq ou six jours. Il y a un département de l’information, de la statistique. Chaque noyau présente au Comité du district, son rapport qui est renvoyé au bureau des statistiques. Un autre département propagande parmi les femmes. On convoque des réunions de femmes qui n’appartiennent pas au parti, on fait des conférences sur les questions pratiques, sur l’activité des Commissariats du peuple, etc. Puis le département du travail communiste. 6 000 hommes par semaine – à l’attaque polonaise, 21 000 au samedi. Il y a un journal spécial pour rendre compte du travail communiste. Ce journal est fait par des typos qui ne sont pas payés. Le but est de les préparer au travail en commun. Le département du travail à la campagne pour la propagande et l’organisation – contrôle des propagandistes. (On a organisé un samedi pour les cheminots français en grève : 570 000 roubles.) En général, l’argent va à la IIIe Internationale et au front. Samedi dernier, on a fait le samedi en faveur des prisonniers que la bourgeoisie a emprisonnés dans l’univers pour causes politiques. Puis un département pour la propagande dans les nationalités diverses qui sont dans la province.

823Les 11 sont nommés par une conférence trimestrielle de tous les membres du parti du gouvernement de Saratov. À chaque congrès du parti dans la région, un volume est édité sur le travail du congrès. On tient compte du nombre des réunions faites par les 11, le sujet des réunions ; on compare le travail des Soviets et celui du parti, on compare l’activité en province et dans la ville. Pour les conflits, il y a un secrétaire. Les 11 contrôlent la partie économique de l’activité générale. Ce travail prend la moitié de son temps. Propagande par l’affiche et l’affiche illustrée. 1 000 noyaux communistes dans le département de Saratov.

824Navigation sur la Volga.

825Elle commence vers le 25 avril jusqu’au début septembre, deux périodes.

826Le Commissariat des transports de la Volga a une succursale à Saratov qui s’occupe de 450 verstes. Il exploite, construit des bateaux, manutentionne, voyageurs, ravitaillement. Le bureau Volga a 400 employés ; pendant la navigation, il occupe 5 000 ouvriers, outre le personnel du bord. L’hiver on fait des travaux publics sur la Volga, on répare les navires. On administre techniquement la navigation.

827Le transit des bateaux à Saratov par mois : 120 bateaux pour passagers – 200 pour marchandises. Avant la guerre, il y en avait dix fois plus. A Saratov, on a débarqué 25 péniches (bois de Nijni), tourbe, cuir, sel, poisson d’Astrakhan, naphte pour Moscou (pour cette année, 20 millions pouds). Il y a 4 000 moulins et 104 grands moulins : ils expédient du pain et du bois de Saratov.

828Nous allons à 5 h à une réunion de soldats groupés dans une ville isolée de Saratov à 2 kilomètres sur une hauteur. Les soldats partent pour le front et on les harangue. Du haut de la colline, une vue magnifique sur la ville et la Volga. On traverse toute la ville, beaucoup de maisons construites par les Allemands dans leur style : fondrières dans les rues. Les trams ne marchent pas, chaleur torride. C’est malgré tout assez propre et les habitants ont bonne mine. Départ 11 h de Saratov.

829Projet de voyage de rentrée.

830Farnbov, samedi matin jusqu’à 1 h du matin. Arrivée à Toula à 7 h du soir dimanche. Départ Toula 4 h lundi matin. Arrivée Moscou lundi midi.

831Il y a à Saratov un joli petit jardin public, fleurs soignées ; jeunes femmes bien habillées, propres, soignées, face un peu épaisse et mafflue, aspect de santé vigoureux, gaies. A 9 h, nous assistons à la Maison du Peuple (ancien théâtre) à une réunion du Soviet de Saratov (400 personnes). L’orateur parle des communes agricoles et de leurs résultats. Au bureau, un tout jeune homme et une jeune fille fort belle. Au mur, des peintures : le prolétariat tue l’hydre du capitalisme à plusieurs têtes. C’est franchement très mauvais. Comme le Marx en redingote qui était ce matin à ce siège du parti communiste et comme le Lénine au même endroit. Les petits papiers arrivent au bureau. Tout le monde est attentif, même le public des tribunes.

  • 201 Sur sa personne, voir plus bas dans le texte.
  • 202 Thomas Woodrow Wilson, l’artisan de la Société des Nations, président des États-Unis de 1913 à 1921

832Gorodietsky201, le rédacteur du journal me fait voir sa chambre dans un ancien hôtel particulier d’allure allemande. Il me fait voir les affiches satiriques du journal. C’est naïf et enfantin. La grève des chemins de fer français ; Krassine en face des capitalistes anglais, français, italiens, américains. « J’aimerais mieux avoir affaire à Loriot et à MacClean qu’à vous. » Wilson202 sur le haut d’une maison de 40 étages échappe aux colères de la foule américaine.

Samedi 10 juillet 1920

833La gare de Saratov est jolie, de style allemand, car la ville en était pleine avant la guerre. Près de la gare, une université moderne et belle.

  • 203 Maximalistes était une autre appellation pour les bolcheviks.

834Gorodietsky, ancien tailleur pour dames aux Galeries Lafayette, créateur du Syndicat des ouvriers Juifs de Paris, rédacteur en chef du journal de Saratov, ami de Martov dont il parle encore en termes enthousiastes. Son opinion : pour le moment, tant que durera la guerre et le danger de réaction, le régime bolchevik est fort. Après, nul ne sait ce qui peut arriver. Mais pour le temps et les circonstances présentes, tous les travailleurs et même les sans-parti sont autour des communistes. A peine si au Soviet de Saratov, il y a quelques mencheviks, quelques maximalistes203, un ou deux anarchistes, quelques sans-parti. L’immense majorité est bolcheviste. Dans l’avenir, peut-être les choses changeront-elles !

835De Saratov à Tambov.

836La plaine est cultivée, champs de seigle à l’infini ; le long de la ligne, wagons de naphte très nombreux. On nous propose, avant de rentrer à Moscou, de nous arrêter à Ivanovo-Voznessensk, le Manchester rouge où 350 000 ouvriers firent une grève générale à la veille de la révolution d’Octobre, grève qui déclencha en partie le grand mouvement. Les ouvriers s’emparèrent des usines, des coffres-forts, des matières premières et ne permirent pas à un seul mètre de tissu de sortir. Depuis, ils ont constitué des organisations purement ouvrières, sans un intellectuel, qui sont parmi les meilleures de la Russie. L’industrie s’étend dans tous les villages au loin à la ronde.

837Aussitôt arrivés à Tambov, on nous mène à un meeting d’ouvriers d’ateliers de chemin de fer, 3 000 ouvriers, nombreux petits paysans des environs. L’esprit est bon, pas de mencheviks, pas d’opposition. On fait la semaine communiste, on répare les wagons. La gare et ses alentours sont proprement entretenus. Les ouvriers que nous avons en face de nous sont eux aussi propres et de bonne mine, intelligents. La réunion se fait dans un vaste atelier d’ailleurs vide de machines.

838Nous faisons un tour de la ville qui est très étendue, propre et de bon aspect, très ombragée, avec des espaces verts, des espèces de prés au milieu de la ville, des maisons avec jardins. Tambov a 160 000 habitants, capitale d’un département. Ici, ce sont de petits-bourgeois de bureau, des paysans, des boulangers, des laitiers, de grandes usines de sucre qui travaillent à moitié. Il y a des betteraves, du millet, de l’avoine, du seigle. Avant la révolution, grandes propriétés. La révolution a distribué. On a confisqué 2 millions de déciatines dans le département ; c’est plus grand que l’Estonie et la Lituanie ; le département a 5 millions d’habitants. On a distribué neuf dixièmes de la terre expropriée aux paysans. Les paysans ont l’usage de la terre, non la propriété. 12 déciatines par famille environ. Nous faisons de la propagande pour les communes, pour unir les petites propriétés en de grandes communes.

839Nous avons 52 grandes communes dans le gouvernement de 80 personnes environ. Nous avons des artels en coopérative (500) ; on peut dire que 30 000 travailleurs y sont occupés à côté des coopératives industrielles de fabrique de [ill.] Les artels travaillent environ 90 000 hectares. La petite bourgeoisie est occupée dans nos bureaux ou coopératives comme petits employés. Nous en avons 9 000. Il y a ici 25 000 syndiqués à Tambov. 30 ou 40 000 saisonniers travaillent dans les usines de sucre et dans les raffineries. 30 000 ou 40 000 cheminots dans le gouvernement. 6 000 ouvriers d’ateliers des chemins de fer. La production du sucre a diminué ; mauvaises conditions de climat, pas de charbon, pas de transports. Sur 37 usines de distillerie d’alcool, 16 travaillent mais les autres sont prêtes à travailler quand elles auront grain et patates. L’alcool sert à faire de la poudre et aux transports. Nous avons une usine de poudre (2 500 ouvriers). Nous ferons des machines agricoles dans nos usines à poudre et notre usine de préparation d’artillerie ; il sera facile de les adapter. Les ouvriers gagnent 2 000 roubles par mois plus les rations. 2 livres de pain par jour pour les rations de travail payées au prix dur (40 kopecks). On ne peut pas trouver de pain ici sur le marché libre. Le pain est fait par l’Etat, on ne fait plus de spéculation. Les techniciens sont restés ici dans les usines. Ils travaillent d’accord avec les ouvriers. Le comité de fabrique est très étroitement lié au syndicat. Il ne fait rien sans le syndicat

84017 000 membres du parti dans le département. 3 500 à Tambov dont 300 sur le front. Stage imposé, six mois aux paysans, un mois aux ouvriers. Rapports très étroits entre le parti et les syndicats. Deux membres du Comité exécutif communiste sont en même temps membres du Comité exécutif du parti Jamais de conflits. Les Soviets, comment se font-ils ? Ça dépend de l’atelier, du bureau ; s’il n’y a pas d’opposition, nous faisons l’élection à main levée. S’il y a opposition, nous faisons des élections au bulletin secret

841Il y a ici quelques mencheviks, mais ils sont écartés par l’immense majorité. Ils travaillent bien avec nous, sans protestation. Il n’y a que des communistes dans les Soviets. Avant la guerre, les socialistes révolutionnaires étaient les maîtres ici : Tchernov et Plekhanov sont nés ici ; les bolcheviks ont gagné la ville lentement. Ici, il n’y a pas eu de guerre civile sanglante, on est venu au communisme sans violence. L’invasion des Blancs a grandi nos forces. Il n’y a pas beaucoup de femmes dans les groupes du parti. 300 à peine dans le gouvernement tout entier. Il y a cependant un tiers de femmes dans les syndicats. Nous avons de grandes fabriques de draps dans un village voisin ; les usines sont modernes. 7 000 ouvriers. Ils travaillent bien en ce moment ; jour et nuit pour l’armée, 86 ou 90 % de la production normale.

  • 204 La Commission extraordinaire panrusse est plus connue sous le nom de Tchéka.

842Beaucoup de bourgeois travaillent bien avec nous. Il y a un comité spécial pour la répartition des habitations expropriées entre les at. de la ville. Il est nommé par les syndicats qui répartissent les ouvriers selon les endroits où sont les usines. Un comité spécial reçoit les exigences de chaque comité de fabrique et fait la distribution. Il y a des ouvriers qui paient leur loyer ; les ouvriers des ateliers nationaux ne paient rien ; c’est une partie de leur salaire. On cherche à généraliser ce fait, on veut payer le salaire en nature, une grande commission étudie ce problème. En ce moment, nous envoyons au front tout notre pain et notre viande. S’il n’y avait pas la guerre, nous aurions organisé la répartition. Les ouvriers le savent et l’enthousiasme révolutionnaire en est grandi. L’ouvrier sait que s’il n’y avait pas la guerre, le pain et la viande qu’ils envoient au front leur resteraient. D’où la haine contre les Polonais et les gens de l’Entente. Lorsque la guerre sera finie, on reprendra les répartitions. En attendant, il y a évidemment une certaine restriction dans le monde ouvrier. Il n’y a presque pas de police. Il n’y a que la Tchéka. La Commission extraordinaire204, elle a à sa disposition un bataillon ; il n’y a rien à faire ; l’ordre est grand dans la ville. Le Soviet nomme le juge de paix sur proposition du syndicat. Ce sont des ouvriers ; les avocats travaillent dans les bureaux ; ils ne sont pas travailleurs ; on peut choisir son défenseur parmi n’importe quel citoyen, mais il y a aussi un collège de défenseurs payés par la ville. Il y a un procureur choisi dans le collège des défenseurs. Il y a des gens chargés par le Soviet de l’instruction. La criminalité a diminué, mais depuis la famine, dans l’été, il revient certains bandits. On arrête beaucoup de spéculateurs ; on en condamne à mort lorsqu’ils font mourir de faim des ouvriers ; il y a des fonctionnaires qui détournent un wagon et vendent la marchandise, c’est sans merci si ce sont des communistes ; on ne leur donne même pas de défenseurs.

843Pour l’instruction, 90 % illettrés avant la révolution, maintenant dans le district, 16 %. Il y a 12 districts dans Tambov. Où c’est un peu moins bon, on a mobilisé tous ceux qui savent lire et écrire pour aller apprendre à lire aux autres. Si on refusait, on leur disait : vous n’aurez pas de pain et vous serez privés de votre terre. On n’a pas eu besoin de le faire. Tout s’est bien passé. Deux écoles techniques : agronomes et instituteurs. Nous aurons une école de médecine qui va bientôt s’ouvrir. Tous ceux qui veulent peuvent aller aux universités.

  • 205 CGO était le sigle de la Compagnie générale des omnibus, ancêtre de la TCRP, les transports en comm (...)

844On me donne toutes ces explications dans le comité du parti communiste logé dans l’ancien club des nobles. Et celui qui me les donne est un ancien électricien de la CG0205 qui a vécu deux ans à Paris dans les dépôts de la CGO. À Tambov, on n’a nationalisé que les grands immeubles, mais dans la ville, ils sont peu nombreux : 25 %. On a laissé les petits immeubles à leurs propriétaires avec obligation pour eux de les entretenir et quand c’est une nécessité, d’en louer quelques pièces. On a laissé ainsi beaucoup de souplesse à la loi sur les habitations. En ville, ce sont les comités de maisons qui règlent les questions des loyers d’accord avec les autorités centrales de la ville.

845La dictature du prolétariat fait ici un devoir à tous les communistes d’être souples, de réduire le nombre des ennemis de la république des Soviets, de se montrer le plus conciliant possible pour tous les problèmes, en écarter systématiquement les excités, les impulsifs, les violents de toutes fonctions et de tout rôle important.

846Déjeuner excellent et copieux dans le palais de la Noblesse où se tient le présidium et le meeting. Sadoul me dit qu’en Ukraine, vingt gouvernements se sont succédés depuis trois ans ; tous ont pillé, rançonné, pendu les paysans à tour de rôle ; aujourd’hui les paysans, tous armés, n’ont plus confiance dans aucun gouvernement. Ils ont des canons et des mitrailleuses. Ils s’adonnent au brigandage. Ils s’organisent en bandes et à leur tour vont razzier les villages voisins, puis se cachent et cachent leurs armes dans les bois profonds. Il faudra beaucoup de temps et de soldats pour venir à bout de ce brigandage.

  • 206 Le mouvement pour une « culture prolétaire » reposait sur les théories de A.A. Bogdanov selon lesqu (...)

847En ce moment, sous le soleil écrasant, deuxième meeting en plein air. Puis, séance de Proletkult206. Tentative de culture artistique du prolétariat : musique, danses, arts de tous ordre. s Cette séance nous est offerte dans le palais même des nobles d’autrefois et dans la salle de musique de ces messieurs. Des enfants chantent Le Foin, Les Charpentiers. Un orchestre de trente-cinq ouvriers joue admirablement les hymnes révolutionnaires. Des enfants dansent avec grâce et passion. C’est un spectacle artistique et noble que la foule applaudit et sent vivement Ce peuple qui ne boit plus, qui lit et qui chante et qui danse, quel changement ! Quand on a entonné La Marseillaise, la salle a vibré tout spécialement. Marseillaise, Internationale, les deux chants que la France a donnés à l’internationale et à la révolution. La Marche des Communards ! Chœur de grandes personnes. La Doubinoch Ka Rouge. Les Haleurs de la Volga – (le petit bâton) – L’Aurore, chant de prisonniers enfermés pour la cause du prolétariat. Chœurs extraordinaires de précision. En avant sur les barricades ! marche révolutionnaire.

848De l’ensemble de cette randonnée de 3 500 kilomètres à travers la Russie il résulte : que le pays, à la campagne comme à la ville, semble extérieurement normal ; nulle oppression, nulle brutalité, nulle menace nulle part où nous sommes passés. Il n’y a de police visible nulle part. Nous avons pu causer à des ouvriers, des paysans, nous arrêtant souvent au hasard et sans préparation d’aucune sorte. On pourrait tirer de cette campagne traversée, si elle était cultivée scientifiquement et rationnellement, de quoi nourrir l’Europe. Un seul gouvernement pourrait nourrir la France et l’Angleterre. Les paysans ont reçu des millions de déciatines de terre. Les villes ont toutes meilleure apparence que Moscou. Ce sont de grands villages avec souvent d’immenses espaces libres où paissent les animaux. Les habitants y sont habillés et nourris beaucoup mieux qu’à Moscou. Partout, le pouvoir soviétique semble très solide, servi par des hommes et des femmes de foi, disciplinés et intelligents ; les actes de tous sont uniformes ; ils obéissent au mot d’ordre central sans broncher. Toute la Russie ouvrière a été entretenue dans l’idée de la force de l’internationale communiste. Ils voient pour la première fois des délégués de toutes nations. Ils en sont enthousiastes.

Dimanche 11 juillet 1920

849Toula, la ville des fusils et des samovars.

  • 207 Il s’agit de Valerian Obolensky, connu comme N. Ossinsky.

850On descend à la gare Plekhanov. Visite au club commun. 33 000 ouvriers métallurgistes dans les usines de guerre, 70 000 ouvriers syndiqués dans la ville. Le prince Obolinsky (Ossinsky)207 préside le Soviet de Toula. Il appartient à une des plus vieilles familles de Russie. Il m’expose : 6 000 communistes à Toula – 13 000 dans le gouvernement. 2 millions et demi d’habitants dans le gouvernement de Toula. 190 000 habitants à Toula. Dans le gouvernement, hors Toula, presque tous sont paysans. Il reste des paysans aisés. Il y a 1, 5 million de déciatines de terres cultivables ; 40 % appartenaient à de grands propriétaires ; on les a distribués aux paysans. Il y a 12 000 mineurs dans le gouvernement. Nous avons trouvé des mines nouvelles. La production augmente ; la qualité est mauvaise. 2 000 ouvriers de l’habillement. Des 40 % des terres expropriées, la moitié a été donnée aux paysans, de l’autre moitié les deux tiers sont restés à la réserve d’État ; on continue à les donner aux paysans qui n’ont encore rien reçu ; sur l’autre tiers, domaines soviétiques : 14 000 hectares, les communes, à peu près le même chiffre, les artels y sont comprises. Les paysans sont assez hostiles à la politique d’approvisionnement. Nous allons faire une semaine d’impôts. Nous espérons que les paysans ne se refuseront pas à payer l’impôt pour les dépenses de guerre contre la Pologne. Les impôts que les paysans devaient payer, ils ne les ont pas encore payés ; on va faire une propagande pour les leur faire payer. Il y avait 7 à 8 genres d’impôts, les anciens et les nouveaux. Le système d’impôts russe n’est pas encore assis. La dernière réunion du Comité exécutif a décidé de porter la question. Il y a un impôt sur le revenu. On va unifier le système d’impôt. Chaque paysan a, en ce moment, une déciatine par tête dans la famille. La qualité importe, on reçoit plus de terres mauvaises que de bonnes. Dans chaque district, il y a un comité agraire ; le comité du gouvernement confirme ses décisions. La répartition se refera tous les treize ans.

851Le peu de marchandises que nous avons déjà reçu et que nous donnons aux villages a produit un excellent effet. Nous avons reçu plus d’approvisionnement et avec beaucoup plus de facilité. Malheureusement, nous avons peu de sel, de pétrole, de textile. Nous avons redouté que l’on ensemence peu cette année, car il y a eu Denikine, puis nous avons beaucoup prélevé. Or, nous avons beaucoup fait de propagande et il y a 5 % de moins d’ensemencement que l’an dernier.

852L’électrification à Toula. Actuellement, toutes les maisons de Toula ont l’électricité. Tous les 11 chefs un. de district ont l’électricité depuis la révolution. 16 villages ont l’éclairage électrique. Dans 13 villages on fait en ce moment l’éclairage électrique. Le paysan en est très heureux et la réquisition se fait mieux depuis. Une seule turbine électrique mue par l’eau, le reste au bois et charbon. Il y a une grande centrale à 10 kilomètres, finie depuis quinze jours.

853Les champs des soldats rouges sont obligatoirement cultivés par les habitants de la commune ; les résultats ont été excellents. Il y a quelques paysans plus pauvres qui travaillent pour les autres paysans plus riches. Avec l’argent on peut acheter des chevaux, non plus de la terre.

854Il y a eu une émeute ce printemps, à la fin de la campagne d’approvisionnement. C’était dans les trois volost les plus riches. Dans les sept autres, il y avait déficit, mais ils ont bien rempli leur devoir ; les autres plus riches ont moins donné ; ils ont protesté, ils ont spéculé ; ils ont menacé de ne plus ensemencer ; or ils ont plus ensemencé que jamais. Les paysans ont tué les approvisionneurs. 15 tués ouvriers.

855Nous avons envoyé :

8561°) des orateurs,

8572°) de la force armée.

858Pourquoi y a-t-il eu grève à Toula ? Les ouvriers des usines de guerre reçoivent plus de rations que les autres ouvriers ; ils sont privilégiés ; il y a des ateliers privilégiés, des outilleurs expérimentés ; il y en avait même qui étaient Cent-noirs. Beaucoup d’ouvriers ont même des maisons. De plus, il y a beaucoup de mencheviks ; les mencheviks étaient contre cette grève : ils étaient neutres en paroles ; dans le fait, ils la soutenaient. Nous avions eu une petite grève en avril. Les ouvriers étaient fatigués de l’hiver ; ils voulaient plus d’approvisionnement, or les moulins de Toula mûs par l’eau et en avril moins d’eau ; pendant quelques jours on a eu moins de pain, d’où la grève. Cette grève était particulière, les ouvriers venaient dans l’usine et ne travaillaient pas. On leur donna du blé supplémentaire. Ils n’ont pas posé de revendications. Nous comprenions très bien la situation. Après cette grève, on a exigé davantage : les Cent-Noirs ont réclamé du blé supplémentaire. En outre de la ration de l’Armée rouge, tous les membres de la famille y ont droit. Nous voulons recevoir du textile, etc. C’était évidemment du chantage dans quatre ateliers de l’usine des armes politiquement arriérés, mais les plus riches. Trois ateliers les ont soutenus. Il y a des icônes dans ces ateliers, que les ouvriers ne veulent pas enlever. Or, nous étions en pleine guerre avec les Polonais. Nous avons été énergiques. Nous avons arrêté 3 000 ouvriers et condamné 27. Aujourd’hui, ces ateliers travaillent plus que jamais. Il y a aujourd’hui un grand changement psychologique amélioré. Un congrès syndical a blâmé toutes ces grèves et approuvé toutes nos mesures répressives. La grève a eu lieu le 12 juin.

859Autrefois, il y avait des comités d’ateliers ; aujourd’hui, il y a un comité pour toute l’usine. Il n’y a plus que des délégués de ce comité dans chaque atelier. Pendant les élections au Soviet de la ville il y a 270 députés au Soviet de Toula dont 30 mencheviks, 80 sans-parti ; même dans les usines des armes, les bolcheviks ont eu la majorité (160). Il n’y a pas de loi interdisant les grèves, mais le congrès des syndicats russes a décidé plusieurs fois qu’ils sont contre les grèves. En fait, les syndicats arrangent les conflits.

860Dans le Comité exécutif du gouvernement de Toula, combien de paysans ? On ne peut nous le dire.

861Les ouvriers ont un salaire de base. 90 % de Moscou. Il y a deux sortes de primes : les individuelles et les collectives par atelier. Les primes sont en argent et en rations supplémentaires. Salaire moyen : 3 500 roubles par mois plus les rations. Dix heures de travail dans les usines de guerre, même le dimanche. 50 % de plus pour le travail du dimanche – 600 femmes dans les usines de cartouches – 1 000 dans les ateliers d’armes.

862Nous avons arrêté les mencheviks pendant la grève. Ils avaient tenu une réunion illégale ; personnellement, ils agissaient contre nous. On en a condamné 27 dont deux ou trois étaient jadis mencheviks. C’étaient les meneurs. Pendant tout le régime tsariste, il n’y eut jamais de grèves à Toula. Les mencheviks n’ont pas de journaux, car ils attaquent le pouvoir des ouvriers. Les 27 sont dans un camp de concentration jusqu’à la fin de la guerre civile.

863Il y a des anarchistes, des maximalistes (fraction du parti socialiste-révolutionnaire), voisins des anarchistes. Le Soviet de Toula et mencheviks compris a voté à l’unanimité les mesures de répression contre les grévistes, (anarchistes, mencheviks, maximalistes, bolcheviks). Les anarchistes sont partisans de l’État provisoire actuel ici.

864Les mencheviks de Toula disent en programme : il ne faut pas prendre le blé pour la répartition ; ils disent, il faut un impôt par déciatine, le reste doit être vendu librement par les paysans. Nous répondons : c’est équivoque, car il faut avoir un impôt égal à notre répartition. Pour les praticiens du ravitaillement, il ne peut y avoir de commerce libre du blé. Le programme des mencheviks est donc équivoque. Il a d’ailleurs changé.

865Pour le commerce international, nous avons repoussé les propositions de Lloyd George, car elles tendaient à rétablir le commerce, la spéculation. Aujourd’hui que le Centre est institution d’État, on peut reprendre les négociations commerciales.

866Après cette visite au siège du parti, nous déjeunons sommairement. Thé, lait, pain au beurre et caviar. Ensuite, sur la place publique, face à un monument public dédié à Karl Marx, meeting en plein soleil, comme à l’ordinaire. Soldats, cavaliers, public civil, femmes en costume blanc d’été dont un grand nombre comme dans toute la Russie, aux cheveux coupés et peignés comme un homme, la raie sur le côté. 3 000 personnes environ, soldats compris.

867Les ouvriers russes demandent aux délégués : « Que faites-vous ? » « Qu’allez-vous faire pour nous ? »« Pourquoi laissez-vous vos gouvernants nous accabler ainsi ? »« Pourquoi n’agissez-vous pas ? »

868Après chaque discours de chaque orateur, un petit air d’Internationale. Les têtes se découvrent et l’on reprend. Les auditeurs sont très proprement vêtus, les costumes des femmes sont en bon état, mais pas un chapeau qui soit un peu élégant.

869Nous nous rendons à la manufacture d’armes (25 000 ouvriers). Fusils, baïonnettes, mitrailleuses. Nous visitons les ateliers. Vieille usine où les machines sont déjà anciennes mal aérée, mal éclairée où les ouvriers sont très entassés. Le directeur me dit que les ouvriers sont encore sous-alimentés. Un grand nombre de jeunes filles dans les bureaux, c’est le dimanche, tout le monde travaille à plein. On réunit les ouvriers en plein soleil dans la cour au moment de la relève de 4 h et nous nous hissons sur la tribune.

870Le téléphone se répand beaucoup depuis deux ans ; on fait des trottoirs de bitume en certains villages du district. Au moment du déclenchement de l’offensive polonaise, le renouveau économique était évident.

871– Les électeurs des mencheviks ici, ce sont les Cent-Noirs car ceux-ci n’ont pas d’autre parti.

872– Le sens du mot parti a varié ici, c’est une vraie fraternité. Il y a un parti qui veut construire le socialisme, autour de lui se sont réunis tous ceux qui veulent le socialisme. En face, sont uniquement les contre-révolutionnaires.

873J’interroge Ossinsky sur son discours au dernier meeting de Moscou. Il pense que si l’Entente oblige en ce moment à la paix les Polonais épuisés, elle suscitera d’ici quelques mois les Roumains sous prétexte que la révolution a été gagnée en Galicie, ou pour quelque autre motif de ce genre. Alors quoi ? Si nous recommençons à démobiliser, il nous faudra reprendre dans deux mois le combat Ce fut le jeu permanent de l’Entente. De plus, les socialistes d’Occident ne feront pas d’eux-mêmes la révolution. Les Italiens disent qu’ils ont peur de l’Entente qui les priverait de pain et de charbon ; les Allemands ont peur de l’Entente ; les Anglais sont très opportunistes, les Français ne sont pas préparés. Dès lors, c’est sur la Russie seule qu’il faut compter. Elle a une forte armée, qu’elle pousse ses avantages. Malgré cet avis personnel, Ossinsky est convaincu que si la Pologne offre la paix, la Russie l’acceptera. Il ajoute : la seule façon pour la France d’aider la Russie, c’est de faire elle-même sa révolution. Ossinsky pense donc que l’Armée rouge devra pousser avant : elle y sera contrainte par la logique interne de la révolution. Il est lui aussi un admirateur de la Révolution française et il pousse fort loin l’assimilation entre les deux. Il entrevoit pour l’Armée rouge un destin analogue à celui de nos armées révolutionnaires. Mais après, envisage-t-il le Bonaparte et puis le Napoléon ?

874Les camarades de Toula nous offrent à chacun un beau samovar.

  • 208 Filippo Turati (1857-1932), Claudio Treves (1869-1933) et Giuseppe Emanuele Modigliani (1872-1947) (...)
  • 209 Andrea Costa (1851-1910), pionnier du mouvement ouvrier italien, d’abord anarchiste puis socialiste (...)

875Le PS italien. D’Aragona expose l’état du parti socialiste italien. Il y a depuis longtemps des velléités de chasser du parti sa droite. On a reculé jusqu’ici parce que Turati, Treves, Modigliani208 et les 40 députés de droite sont les meilleurs orateurs et penseurs du parti. Puis, parce que D’Aragona lui-même est de la droite et qu’on hésite avant de se séparer du secrétaire de la CGT. Si la droite s’en allait d’elle-même, elle serait perdue. Si on la chasse, elle gardera une part notable de sa force. Bombacci, instituteur simpliste, démagogue, est le chef des socialistes communistes parlementaires. Mais il y a une autre gauche dans le parti antivatarde. Serrati a accentué sa note lorsqu’il a vu le parti aller à gauche. Il exerce sur le parti une vraie dictature, assiste comme directeur de l’Avanti aux séances du comité directeur et à celles du groupe parlementaire. Le groupe parlementaire avait désigné Treves pour venir en Russie. Litvinov a fait ses réserves. On l’a remplacé par Graziadei, député d’Imola, successeur d’Andréa Costa209. Graziadei était à droite, mais ses électeurs ayant déclaré qu’ils ne le choisiraient plus, il a évolué pour conserver leur investiture.

876Nous stationnons longtemps dans la grande gare de Toula. La vie de la gare est morte. Sauf un train de soldats qui part, nul départ de marchandises ou de voyageurs. Il y a trois trains par semaine sur les grandes lignes. Les portes d’accès au quai sont fermées et cadenassées, gardées par des militaires rouges, baïonnettes au canon.

877Une partie de la caravane est allée visiter la maison de Tolstoï qui est à 15 verstes de Toula. C’est aussi banal que possible. La fille de Tolstoï raconte que jusqu’à quarante-cinq ans, Tolstoï se laissa aller à ses passions les meilleures et les pires. Ensuite, il lutta contre les mauvaises de quarante-cinq à quatre-vingt-deux ans, mais il n’en eut pas toujours raison. Il vivait très luxueusement ; pour ne pas rompre avec sa famille et briser les liens d’amour, il ne se résigna pas à fuir pour changer de vie. Il ne le fit que la semaine qui précéda sa mort. Sa fille dit : il aurait été contre la révolution, car il était contre toute violence.

878L’omelette aux framboises !

Lundi 12 juillet 1920

  • 210 S’agit-il de Kirill V. Sukhomlin (1886-1938) ? mécanicien de locomotive. Membre du parti social-dém (...)

879Ossinsky a été depuis un an tenu à l’écart, en raison de la persistance de ses critiques et de ses attaques personnelles violentes. Il fut giflé l’an dernier au congrès des Soviets par Soukomlimov210. Il était contre l’armée du travail. C’est un esprit absolu et original. Sa conception que la Russie est seule et qu’elle restera seule et ne recevra aucun appui sérieux des peuples de l’Occident et qu’elle ne pourra compter que sur elle, et que c’est d’elle que viendra la révolution universelle, est partagée depuis longtemps par de nombreuses personnalités soviétiques.

880L’Europe capitaliste ne peut pas faire la paix avec Moscou. Elle sera obligée de lui déclarer la guerre ouvertement. Par exemple, l’Angleterre ne peut tolérer que l’agitation persiste en Perse, en Afghanistan, dans la Mésopotamie, dans les Indes. Les Russes sont cependant décidés à poursuivre leurs efforts de ces côtés. Jusqu’à quand l’Angleterre laissera-t-elle faire ? Et si elle déclare la guerre, que fera son peuple ? Que fera la

881France ? Que fera l’Allemagne ? En outre, les raisons capitalistes de

882défense bourgeoise subsistent-elles aussi pour pousser les puissances d’Occident à la lutte contre la R. Dans ces conditions, la guerre peut s’allumer à nouveau sur une grande échelle. Sera-ce le signal de la révolution et les peuples se laisseront-ils mener à nouveau à la boucherie ?

883C’est ici que l’Armée rouge prend toute sa valeur. Elle a 4 millions d’hommes. Elle prend chaque jour de la force, de la confiance en soi ; elle a conscience de son grand rôle. Elle s’aguerrit en battant les Polonais. Demain, les Roumains peuvent déclarer la guerre. Elle sait qu’elle les battra.

884Les Russes savent que la lutte contre l’impérialisme sera longue, pénible et qu’ils en supporteront presque tout le poids. Ils veulent mettre le monde dans les kacha, désorganiser toutes les sociétés capitalistes et impérialistes, afin de bâtir à nouveau le monde selon le type socialiste. Ils savent que la révolution sera non russe, mais mondiale. La Russie souffrira plus encore qu’aujourd’hui car elle sera bloquée à nouveau, attaquée, au bord de la défaite. Mais elle espère trouver bientôt de l’Allemagne un point d’appui. Dans la désorganisation sociale européenne qui ne peut manquer de se produire, la Russie en raison de son état présent, sera anémiée et encore plus épuisée qu’aujourd’hui.

885C’est Lénine surtout qui formule ces vues d’avenir. Trotsky pense vigoureusement comme lui. Et autour d’eux, il n’y a que des exécuteurs intelligents.

886Odessa, un million d’habitants, ville construite à l’américaine. Elle était nourrie par la Crimée. Aujourd’hui, la Crimée est bloquée et la vie est très difficile en ville. Il n’y a plus de bateaux de commerce russes en rade. Les bolcheviks y sont rentrés depuis février dernier. Ils l’avaient perdu depuis août. La ville était pleine de bandits qui pillaient tout et assassinaient. Dès le lendemain de la rentrée des bolcheviks, ils ont décrété que celui qui serait pris volant ou pillant serait immédiatement fusillé. Ils ont fusillé pendant deux jours et l’ordre a été immédiatement rétabli. À Odessa où pullulent les espions de l’Entente, on a tué beaucoup de communistes en vue. On a cherché à tuer Sadoul. Des gens auxquels on avait promis 50 000 roubles pour cet office ont été pris et fusillés.

  • 211 Zinoviev était opposé à l’insurrection armée. Dans divers articles et lettres, Lénine avait exigé d (...)

887Sadoul nous dit : je suis très violent dans mes polémiques contre vous, c’est à dessein, c’est voulu, c’est notre tactique. À la révolution d’Octobre, Lénine resta seul avec quelques très jeunes gens. Zinoviev, Kamenev, ses autres amis les plus fidèles déclarèrent que la révolution était impossible sous la forme bolcheviste et qu’il fallait s’entendre avec les mencheviks et les sociaux-révolutionnaires. Même Zinoviev déclarait qu’il ne marcherait pas. Alors Lénine fit paraître un article211 où il disait : « Je vis depuis quinze ans avec Zinoviev ; je le connais donc bien et je le prends pour un imbécile. Depuis hier il est, de plus, un lâche. » Trois jours après, Zinoviev revenait à Lénine. Ces procédés de polémique, Lénine les a employés avec plus de violence encore contre Trotsky qui était non menchevik, mais centriste, et ils se sont réciproquement traités avec la dernière violence.

888Le voyage de Toula à Ivanovo par Moscou. La campagne est ensemencée et la plaine est toute couverte de seigle jaunissant ; d’avoine verte comme le vert des impressionnistes, et de pommes de terre. De grands troupeaux de vaches paissent en commun ; peu de prés et de loin en loin, de grands bois. Les troupeaux de chevaux. Les moulins à vent.

889Aujourd’hui 77 000 habitants. Avant la guerre 200 000. A Ivanovo, réception au club communiste installé dans l’ancien palais d’un gros patron. 1° Conversation avec les camarades, 2° 5 h réunion des organisations locales, 3° 8 h meeting au jardin public.

890La majorité des fabriques ne travaille pas depuis 1918 et 1919. Pas de coton, pas de combustible ! Dans la ville d’Ivanovo, pas une ne travaille ; dans le district, il y en a quelques-unes qui travaillent.

891Ivanovo est le chef-lieu d’un gouvernement de 800 000 habitants. Dans les usines textiles, on ne fait que des travaux de réparation. Il y a 40 fabriques dans la ville. Le blocus a ruiné ce gouvernement qui a eu jusqu’à 300 000 ouvriers textiles. Aujourd’hui il n’en reste que 70 000, le reste est retourné à la campagne. Ceux qui restent sont des femmes, des vieux, des enfants. Beaucoup d’ouvriers sont au front, d’autres dans les gouvernements producteurs. Il est parti d’ici beaucoup d’ouvriers pour les campagnes afin de forcer les paysans à donner les produits à la réquisition. Ils ont supprimé les petites fabriques mal outillées ; on a tout centralisé dans les grandes usines pour la reprise du travail.

892Aux dernières élections du Soviet, il y avait 28 000 électeurs hommes et femmes. Les autres sont des enfants et des petits-bourgeois. Il y a en ce moment 2 000 mécaniciens qui réparent les machines.

893Dans le gouvernement, il y a 150 établissements industriels, dont 40 à Ivanovo (80 % de textiles). Là-dessus, 16, les plus grandes, travaillent et occupent 130 000 ouvriers et ouvrières. Dans le gouvernement : – 60 % prolétaires

894– 25 % mi-paysans, mi-ouvriers

895– 15 % paysans.

896Les paysans de ce gouvernement avaient du blé pour quatre mois pour eux. Toute la population ouvrière venait d’ailleurs, ce qui explique la fuite des ouvriers. Il y avait 20 millions de fuseaux : filatures, tissages, teinture. On travaillait le coton et le lin. Il y avait de grands patrons et des sociétés anonymes tous russes. Tous les techniciens travaillent en ce moment

897Gain : 95 % du tarif de Moscou.

898(Coton d’Égypte, d’Amérique, de Perse, du Turkestan.)

  • 212 Douma est le terme russe pour Parlement. La première Douma fut concédée par le tsar après l’échec d (...)

899Au mois de mars 1917, il n’y avait rien à part une coopérative ouvrière et une organisation clandestine bolcheviste. En même temps on a créé le Soviet et le comité de la fabrique. Le premier Soviet de 1917 était composé de 80 % de bolcheviks. À Ivanovo, pas une goutte de sang. Dans les deux révolutions on a chassé le gouvernement ; le Soviet et la Douma212 étaient bolcheviks ; on a dissous la Douma bolchevik. Une partie des fabricants se sont enfuis en mars. En octobre, il y eut avant la révolution, une grande grève ; tous les patrons sont partis. Ils sont venus à Moscou et y travaillent comme employés : beaucoup sont à l’étranger.

900En juin 1917, ils ont réclamé tout le pouvoir aux Soviets. Il n’y eut jamais conflit entre les politiques et l’économie. En août 1917, les comités de fabrique sont devenus organes syndicaux.

901On commence à donner des primes de 100 %. Salaire des hommes et des femmes, égal. Les ouvriers travaillent sur deux métiers, avant la guerre sur trois ; ce sont de vieux modèles anglais de 95, 96. Communistes : 2 500 dans la ville, 5 500 dans le gouvernement, 7 000 Jeunesses. Dans la Jeunesse, 50 % de filles. Dans le parti 25 % de femmes.

902Les anciens mencheviks sont tous rentrés dans le parti et y occupent des places supérieures. Il n’y a pas d’organisation menchevik dans le gouvernement. Il n’y a que quelques anarchistes isolés. En 1917 et 1918, il y avait des SR. Beaucoup sont venus au bolchevisme, d’autres travaillent dans les Soviets.

903Pour l’enseignement, on a fait un institut pédagogique ; l’Ècole polytechnique de Riga est ici ; on a fait des bibliothèques dans les écoles, des clubs, écoles d’adultes illettrés.

904Lors du typhus, nous fûmes épargnés. Aujourd’hui, situation de santé bonne et normale.

905En 1919, 48 000 enfants dans l’enseignement primaire, 9 893 dans l’enseignement secondaire. Il y a trois écoles agronomes et industrielles. Il y a une faculté ouvrière.

906– 40 communes, 30 domaines soviétiques, 200 artels 10 000 hectares. Les paysans sont pauvres, ne produisent pas assez. Ils sont pour le pouvoir de l’État. En février, congrès de 200 paysans sans parti, Kalinine est venu, ils ont adopté son point de vue. 120 000 petits propriétaires dans le gouvernement. Beaucoup des mencheviks de ces familles travaillent dans les fabriques.

90780 % d’ouvriers dans le Comité exécutif, 20 % d’intellectuels, 30 % d’employés, 58 % d’ouvriers, 2 % paysans dans le parti.

908Pourquoi la Russie ne travaille-t-elle pas en ce moment son lin ? Pour travailler le lin, il faut un outillage spécial. Il faudrait refaire notre outillage adapté au coton. Il faut faire la cotonisation du lin par des procédés chimiques. On travaillait le plus possible de lin en Russie. Le lin est pour nous notre monnaie d’échange.

909Puis nous allons à un club ouvrier-Proletkult qui est dans les anciens bureaux d’un grand fabricant textile de la localité. Les fauteuils sont propres et bien conservés avec leur housse. Dans le même immeuble, la réunion des délégués des organisations ouvrières. Beaucoup de femmes déléguées.

910Le représentant du Comité exécutif : « La province où nous sommes est exceptionnelle. Elle ne peut se nourrir : durant le tsarisme, contre le pouvoir et les patrons, la lutte fut rude ; aussi l’ouvrier est plein d’héroïsme, de ténacité ; il a été au premier rang de l’avant-garde révolutionnaire avant Petrograd et Moscou. Les conditions aujourd’hui sont plus que tragiques. Ils n’ont pas de blé, de patates, ils sont parfois obligés de faire 100 verstes pour quelque peu de nourriture. Cependant, ils vont au front, défendre la révolution. D’autres ont été réquisitionnés. Malgré ces conditions empirées, malgré la faim depuis plusieurs années, il faut de la culture ouvrière, des œuvres utiles pour les ouvriers. Ils ont lutté, mais vous, que faites-vous ? Nous souffrons, nous avons faim. Le blocus nous écrase. Les conditions sont parfois désespérées, mais après le IIe congrès, les délégués réussiront-ils à agir sur les ouvriers de leur pays pour venir à notre aide ? »

911La pauvre bibliothèque de Riga dans les caisses ! Polytechniciens. C’est celui de Riga. 500 élèves chimistes, ingénieurs, tisserands, agronomes.

912Depuis trois ans, 10 personnes seulement exécutées dans ce gouvernement le plus avancé de toute la Russie.

913Le gouvernement avec le plus de déserteurs après 1917. Il a le plus d’engagements volontaires pour la guerre actuelle.

914Boulyrine – son musée.

Mardi 13 juillet 1920

915Retour à Moscou 11 h du matin après la randonnée de 3 000 kilomètres.

  • 213 Alors que la Russie soviétique put reconquérir au cours de l’année vingt la majeure partie des terr (...)

916Deslinières m’annonce que les Anglais ont offert au gouvernement des Soviets de réunir huit délégués, quatre de chaque pays afin de traiter les questions de la paix. Ce, sous huit jours, les Soviets ont accepté. Ils ont nommé leurs délégués. La conférence va donc s’ouvrir. On pense ici que l’Angleterre, par cet aveu, atteste la gravité du danger et qu’elle veut à tout prix éviter l’effondrement. Ici on accepte ses conditions car tout acte de cette nature renforce les Soviets et leur donne du temps. On annonce en même temps que la Roumanie mobilise. Mais on pense que la question de Bessarabie réglée, la Russie cédera. Quant à Wrangel, il avance de manière assez inquiétante213. Pour l’adhésion à la IIIe Internationale, Deslinières nous dit que désormais nous sommes ici Frossard et moi comme chez nous, et que pour Lénine comme pour les militants responsables, ce qui emporte toutes les objections, c’est l’importance que l’adhésion de la France aurait partout, à tous égards.

  • 214 Les thèses sur « Le parti communiste et le parlementarisme » tentaient de définir l’attitude des co (...)

917Les thèses du Comité exécutif ont paru sur le rôle du parti communiste et sur le Parlement214.

918L’opinion ici est que la paix ne peut être signée avec la Pologne avant que toutes précautions n’aient été prises contre l’armée polonaise, sa dissolution complète et son désarmement

  • 215 Izvestia, « Les Nouvelles », quotidien créé par le Soviet de Petrograd en février 1917.

919Krassine a fait devant le Soviet de Moscou un exposé complet de ses pourparlers avec Lloyd George et le gouvernement anglais. C’était vraiment la diplomatie populaire et publique, l’exposé franc et complet de toute la situation. L’impression a été très grande et excellente. Le compte-rendu de la séance a paru dans les Izvestia215.

920Taratuta nous expose dans quelles conditions il a donné à [ill.].

  • 216 André Le Troquer (1884-1963) fut avocat, militant socialiste, plus tard ministre. Dès avant la guer (...)

921Nous recevons le télégramme de Le Troquer216. On nous annonce en même temps que d’autres radios précisent que par le vote de 2 700 voix contre 450 le parti français a décidé de donner son adhésion à la IIIe Internationale.

922Visite au Kremlin avec Radek et Taratuta : on prend les dispositions pour l’installation du congrès dans la salle du trône du palais impérial. On place des tapis pour éviter que ne soit touché le plancher marqueté. On organise en salles de commissions les chambres voisines, chambres à coucher de l’empereur et de l’impératrice.

923C’est comme si le congrès international se tenait dans la galerie des Glaces du château de Versailles.

Mercredi 14 juillet 1920

924La Constitution soviétique

925Pas de Parlement. Un Parlement avec la bourgeoisie représentée serait contre-révolutionnaire. Puis, dans un Parlement, les députés n’ont aucun pouvoir dans les questions graves ; la solution réelle ne dépend jamais d’eux. Ni les prolétaires, ni la petite bourgeoisie, ni même dans son immense majorité, la grande bourgeoisie ne peuvent prendre aucune décision. Quelques hommes décident seuls dans les coulisses du sort de l’humanité. Par le Parlement, les ouvriers ne peuvent arriver à se libérer. Même si les ouvriers avaient renversé la bourgeoisie par la révolte, un Parlement sans bourgeois ne pourrait pas se charger de l’immense travail de direction de la production en province et dans les centres.

926Le sens pratique de la classe ouvrière russe a trouvé le moyen d’échapper à toutes ces impuissances. Dans les villes, les ouvriers élisent leurs représentants dans chaque fabrique. Dans les campagnes, les paysans pauvres font de même. C’est le pouvoir d’État locad. Il fait respecter l’ordre, s’occupe de la salubrité publique ; il est l’expression politique de la volonté des travailleurs. Il administre les affaires économiques de l’endroit, fixe les besoins locaux. Il envoie des représentants aux Soviets régionaux, jusqu’au Comité exécutif des Soviets et aux Commissariats du peuple. Ceux-ci sont renouvelables tous les six mois. Seuls peuvent posséder des armes les ouvriers et les paysans pauvres. Le mandataire reste ainsi constamment sous le contrôle du travailleur. Le parlementarisme bourgeois et l’esprit démocratique marquaient un très grand progrès sur les institutions du Moyen Âge, mais à l’époque de la révolution prolétarienne, ils exigent une réforme fondamentale. Sous le régime parlementaire, les classes opprimées reçoivent le droit de décider en un seul jour pour une période de plusieurs années, quel sera leur représentant. La Commune avait déjà aperçu le danger de cette institution. Elle avait tenté de détruire de fond en comble l’appareil gouvernemental bourgeois dans l’administration, la justice, la police, l’armée, en le remplaçant par l’organisation autonome des masses ouvrières, sans distinction entre le pouvoir législatif et exécutif.

927Les formes de démocratie ont varié dans l’histoire. En Grèce, dans les cités du Moyen Âge, dans les républiques capitalistes, la démocratie revêt des formes diverses. C’est folie de penser que le passage du pouvoir aux prolétaires puisse se produire sans brisures nettes, sans que se créent de nouvelles institutions démocratiques. La démocratie bourgeoise avait ses institutions, la démocratie ouvrière aura les siennes. Elle a le devoir d’étendre le principe démocratique à tous les membres de la classe laborieuse. Elle donne à la majorité de la population le moyen pratique de profiter des libertés démocratiques.

928Dans le parlementarisme, les masses ouvrières sont éloignées du pouvoir. Le pouvoir des Soviets rapproche les ouvriers de l’appareil gouvernemental par deux procédés : réunion du pouvoir législatif et exécutif, les unités de travail remplacent les circonscriptions territoriales.

929Les Soviets ont brisé le vieil appareil administratif et judiciaire. Ils préparent le dépérissement progressif du gouvernement

930Lénine dit que l’expansion du système soviétique est, pour nous, comme pour les pays occidentaux, la tâche la plus importante. Il faut répandre l’idée des Soviets surtout chez les paysans pauvres. Il y aura à trouver la forme peut-être nouvelle qui conviendra. Il faut donc faire la plus grande propagande possible autour de l’idée des Soviets, montrer qu’une nouvelle démocratie prolétarienne doit prendre la place de la démocratie bourgeoise. Créer des Soviets dans les usines, la campagne, l’armée, la flotte : y assurer au parti la majorité. Le Soviet, c’est l’affirmation que la classe ouvrière est capable de se diriger toute seule, sans patrons et sans chefs, sans bureaucratie indépendante du pouvoir du peuple.

931Dans le parlementarisme, le peuple exprime son opinion ; il n’agit pas ; on agit par délégation pour lui ; le Parlement promulgue des lois sans prendre l’avis du peuple ; les fonctionnaires agissent de manière indépendante, même du pouvoir parlementaire. Dans le régime soviétique, surtout en période révolutionnaire, c’est autre chose. L’élu, le député, est toujours en rapport avec ses électeurs qui sont ses camarades d’usine ou du village ; il reste en rapport permanent avec eux ; ils peuvent le destituer à tous moments. Puis, pour l’exécution des lois, ce sont les Soviets qui édictent et qui exécutent. Ils peuvent destituer leurs fonctionnaires à tous moments. Chaque Soviet reste en contact avec la masse des électeurs puisqu’il siège, non en une capitale, mais dans chaque commune, ville ou village.

932À 6 h réunion du Comité exécutif (maison de la IIIe Internationale).

933Rosmer a dit ce matin à Sadoul et Deslinières que la réponse qu’on nous ménage sera très intransigeante. En même temps, on annonce à Sadoul qu’il n’aura plus que voix consultative comme Guilbeaux, que seul Rosmer aura voix délibérative. Deslinières dit que l’on change souvent d’opinion par ici ; et Sadoul dit qu’on l’a écarté parce qu’il a formulé certaines critiques contre les thèses de Lénine et qu’ici on n’aime pas les critiques ; qu’en outre, c’est Guilbeaux qui a intrigué vigoureusement contre lui.

  • 217 Le délégué en question est Otto Rühle.
  • 218 Ernst Meyer (1887-1930) devint rédacteur politique au journal social-démocrate allemand, le Vorwärt (...)

934Zinoviev déclare au début de la réunion que seul Rosmer a le mandat pour la France au Comité exécutif, que Sadoul n’a plus que voix consultative. Et Rosmer ajoute : « Je suis seul en effet régulièrement mandaté. » Le KPD s’élève contre l’admission du délégué de KAPD. C’est Meyer qui prend la parole contre Rühle217. On dresse la liste des délégués déjà arrivés. B. demande qu’on maintienne Rühle : cela ne le lie pas ni ne lie pas le bureau de la IIIe Internationale. Meyer218 dit : « Le KAPD a déjà été jugé et exclu. Si vous acceptez Rühle, vous revenez sur votre décision. » Zinoviev répond : « Nous invitons ces camarades qui auront à exprimer leur opinion. C’est le congrès qui tranchera. D’ailleurs, il ne peut être nuisible en rien au mouvement général si KAPD assiste aux réunions. »

935Il y a des voix délibératives.

936n y a des voix consultatives.

937Il y a des hôtes.

938Ordre du jour d’aujourd’hui : les votes, la vérification des mandats, les langues du congrès, la date du congrès, les rapporteurs.

939Comment répartir les votes ? Sur l’importance du parti ou du pays ? Du pays. Les pays sont divisés en quatre : Allemagne, France, Angleterre, Amérique, Italie, Russie auront 10 voix ; 7 voix : Autriche, Belgique, Suède, Hongrie, Norvège, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Bulgarie, Ukraine, Pologne, Espagne, Finlande, Japon, Hollande ; 4 voix : Irlande, Indes, Turquie, Mexique, Perse, Argentine, Suisse, Danemark, Lettonie, Estonie, Géorgie, Portugal, Corée, Roumanie, Cuba ; 2 voix : Afrique du Sud, Lituanie, Canada, Arménie, Palestine, Grèce, Luxembourg, Pérou, Chili. Mayer demande 5 voix pour le deuxième groupe.

  • 219 Gruber était le pseudonyme de Karl Steinhardt (1875-1963), typographe, un des fondateurs du parti c (...)
  • 220 Il s’agit d’Angelica Balabanova.

940Autriche : représentants : Gruber, Tomann, Reisler219. Une grande discussion s’engage sur les attributions de votes. Balabanova220 était secrétaire de la IIIe Internationale. Zinoviev et Boukharine l’en ont fait sortir. Radek l’a fait maintenir dans le Comité exécutif en opposition avec Zinoviev.

941Tout cela est arbitraire et provisoire, artificiel. Et les syndicats ? Ce congrès a donc malgré tout des votes arbitraires. C’est dans l’avenir que les choses seront réglées selon la vraie représentation réelle de chaque pays.

942Les Jeunesses réclament des voix au congrès, en dehors des partis adultes. Serrati proteste. La commission des résolutions donnera son avis.

943Le petit bureau a proposé R. pour le bureau du congrès, pour la commission de contrôle. Il tient évidemment à lui donner la plus grande importance. La discussion est longue, diffuse, s’égare en bavardages inutiles.

  • 221 Le bureau d’Amsterdam de l’Internationale communiste pour l’Europe occidentale fut créé en novembre (...)

944Wijnkoop pose la question de la suppression du bureau d’Amsterdam221. Radek dit que la question concrète sera discutée à fond.

945Allemand et français sont les deux langues officielles, on traduira par petits groupes pendant que l’orateur pariera ou le traducteur sera près du groupe pour lequel il traduira et résumera immédiatement après le discours. Pour la date du congrès, on nous demande de ne pas insister sur sa fixation, en raison des nécessités politiques.

Jeudi 15 juillet 1920

  • 222 A.E. Abramovitc (1888- ?), vieux militant bolchevique, fut un des premiers émissaires de l’internat (...)

946Rosmer et Abramovitc222 arrivés de Paris ont agi et c’est leur intervention qui modifie la situation vis-à-vis de la France. Sadoul est écarté, Deslinières aussi. Seul Rosmer est retenu comme délégué au congrès, et seul représentant de la France à la IIIe Internationale. Abramovitch représente l’élément le plus intransigeant, et il se plaint d’avoir été mal reçu à l’Humanité. Deslinières est fort mécontent. Il est venu en Russie pour travailler au point de vue économique. Dès son arrivée, on lui a demandé à Petrograd, de rester pour prendre la parole aux manifestations qui eurent lieu. Malgré sa répugnance, il resta et parla. Puis, arrivé à Moscou, il demanda à être occupé, à travailler près des Commissariats occupés des questions économiques. On lui répondit : « Non, vous allez assister au congrès, à ses préparatifs puisque vous êtes délégué de la France. » Mais depuis l’arrivée de Rosmer, on l’a destitué de son titre de délégué, et maintenant il demande à partir pour l’Ukraine où on lui a promis un poste près de Rakovski.

947Graziadei vient nous voir au 33. Il nous dit qu’il accepte volontiers la formule de Lénine relativement à la droite du parti italien : faire un congrès dans un délai de quelques mois et là, proposer les thèses russes à Turati et à ses amis. S’ils les refusent, on se séparera. Mais s’ils les acceptent !! Graziadei ne répond pas ! Turati n’a jamais refusé de suivre la discipline du parti, il s’est toujours incliné. Il a écrit que la politique du socialisme italien était déraisonnable, mais il n’a pas agi contre elle. Au reste, s’il partait et avec lui les autres membres de la droite, le parti ne verrait pas diminuer ses forces. Plus il ira à gauche, plus il sera suivi par la masse italienne.

948Le parti socialiste italien est dépourvu d’hommes ayant un sens politique et historique. Ils sont révolutionnaires, mais ils n’ont pas préparé la révolution. La révolution ne peut se faire qu’avec l’armée. La préparation militaire du socialiste est très faible, romantique. Au contraire, la bourgeoisie a deux forces militaires sûres : les carabiniers, la garde royale. Les deux sont sélectionnés soigneusement et bien armés, ils ont près de 100 000 hommes. Dès maintenant, ils se font la main. Chaque semaine, dans les grèves et les mouvements populaires, il y a de 15 à 20 morts en moyenne. Les Russes ont raison de nous demander de faire la scission. Il faut que la droite s’en aille ; elle ne pense pas comme nous. Mais il faut que le moment soit bien choisi, que les forces du parti restent aux mains de la gauche, et que la scission s’opère sans violences personnelles, sur des questions de principe et de méthode. Les Soviets sont la forme moderne du gouvernement de demain. Le parlementarisme est la forme bourgeoise du gouvernement. Mais de même que le parlementarisme né en Angleterre a été appliqué de façons très différentes dans les différents pays, de même le soviétisme devra recevoir des modalités diverses selon les nations. Il faudra que chez nous, où le paysan est plus évolué qu’en Russie, on lui fasse une place plus grande qu’en Russie où son rôle est effacé devant celui de l’ouvrier et du prolétaire des villes. De même pour la dictature du prolétariat. Dans le fond, elle est l’affirmation qu’il faut avoir la force avec soi ; on doit l’avoir et l’employer, si pénible qu’en soit la perspective. Et c’est la bourgeoisie qui nous en a donné l’exemple. Et c’est elle qui en impose aujourd’hui l’emploi ! Ce n’est pas de gaieté de cœur que les socialises s’y résigneront. Mais historiquement, elle est une nécessité fatale.

949Les Russes ont raison également d’insister sur le fait que pour faire une révolution, il faut être armés. C’est notre faute de n’avoir point appelé en Occident l’attention du prolétariat sur ce point. Il nous faut des armes, des soldats, des officiers. Et il faut se préparer vite. Tout l’état de l’Europe dépend de la situation militaire. L’Armée rouge va jouer un grand rôle historique. Si elle pénètre en Pologne et qu’elle y établisse les Soviets, c’est l’Allemagne ébranlée et c’est alors la révolution proche. Elle peut éclater cet hiver. Il est nécessaire d’envisager cette hypothèse et de se préparer en conséquence.

950Les conditions d’admission des partis dans la IIIe Internationale.

951Lénine. – Publication de toutes les décisions de tous les congrès de l’internationale communiste et du Comité exécutif dans toutes les éditions périodiques du parti.

952Examen de ces dernières à des réunions spéciales de toutes les organisations locales du parti.

953Convocation, après cet examen, d’un congrès spécial du parti afin d’en exclure les éléments continuant à agir dans l’esprit de la IIe Internationale.

954Passage de tous les organes périodiques du parti aux mains de rédacteurs exclusivement communistes.

955Zinoviev. – Si l’agitation et la propagande doivent être exclusivement communistes :

956Tous les organes de la presse doivent être rédigés par des communistes

957sûrs ;

958Tous les postes impliquant de la responsabilité doivent être occupés par des communistes, à l’exclusion des réformistes et des centristes ;

959La propagande s’impose parmi les troupes. Des noyaux communistes doivent être faits dans toutes les unités ;

960La propagande à la campagne doit être faite par des révolutionnaires ;

961Il faut montrer l’impuissance de la Ligue des nations ;

962Il faut rompre définitivement avec le réformisme et la politique du centre ;

963Il faut soutenir les mouvements d’émancipation des colonies ;

964Il faut créer des noyaux communistes dans les syndicats, les coopératives et toutes les organisations ouvrières ;

965Il faut combattre l’Internationale d’Amsterdam et aider les syndicats de

966l’IC ;

967Il faut réviser la composition des fractions parlementaires, les soumettre au Comité central du parti ;

968Il faut au Parti une centralisation puissante et une discipline de fer ;

969Il faut réviser le programme du parti et soumettre cette révision au Comité exécutif de l’IC ;

970Il faut que le parti s’appelle : parti communiste.

971Sadoul nous dit que Rosmer est entre les mains de Guilbeaux. Abramovitch est resté douze mois à Paris. Il pense que le parti n’existe pas et que la vraie tactique serait de constituer un parti communiste en France avec l’aile gauche du parti socialiste et les syndicats de la Vie ouvrière, et qu’en face de cette force, le parti socialiste ne compterait pas. Ce n’est d’ailleurs pas l’avis de Rosmer qui ne voit pas d’obstacle à notre entrée dans la IIIe Internationale.

972Visite à un domaine soviétique dans la banlieue de Moscou, installé dans l’ancienne résidence d’été de l’archevêque de Moscou. Une colonie d’enfants, 120 hectares de terre, 72 vaches donnent 1 000 litres de lait, fournissant le lait à trois grandes crèches de Moscou. Personnel : 18 personnes. On construit une vacherie modèle. Le directeur, neveu de Taratuta, est anarchiste. Il nous fait dîner : du pain noir, du miel exquis et du lait. Puis il nous dit qu’il attend du congrès de la IIIe Internationale que les pays occidentaux feront des réserves sur l’excès de centralisation et de discipline de la révolution russe. Il déclare aussi que la production industrielle de la Russie est presque nulle et qu’en mettant les choses au mieux, il faudra dix ans au pays pour se remettre à l’état normal.

973Une vache du domaine vaut un million de roubles. Le gérant de ce domaine élève des centaines de poules et de lapins. Il a des ruches nombreuses, il cultive des pommes de terre et des choux qui doivent être remis au Soviet de Moscou. Il est l’objet d’un contrôle sévère. Le Soviet de Moscou possède une grande quantité de domaines de ce genre. 5 000 hectares dans la région immédiate de la ville.

Vendredi 16 juillet 1920

  • 223 Le Poale-Sion était une organisation juive sioniste et socialiste, mais dont l’adhésion au socialis (...)

974Visite du délégué de Poale-Sion223 de Russie qui nous remet un mémoire. L’organisation demande à adhérer à la IIIe Internationale. Le Bund a demandé aussi son entrée. La différence entre le Bund et Poale-Sion, c’est que le Bund tend à réclamer pour les Juifs une autonomie culturelle et qu’il ne demande pas un territoire spécial. Le camarade qui est ici n’est pas de l’avis de Serkine. Serkine pense qu’il faut faire là-bas une colonie coopérative ou socialiste ; il pense que les capitaux pourraient être fournis par les capitalistes anglais ou américains. C’est de l’utopie.

  • 224 Après l’accord secret conclu entre le chef du gouvernement nationaliste et anticommuniste ukrainien (...)

975Le camarade sioniste (qui ne nous laisse pas son nom) me dit qu’en Ukraine d’où il est originaire, il y a 80 % de paysans. En dehors de Iekaterinoslav, de Kharkov et du Donetz, tous sont des paysans. Même les ouvriers de Kiev sont peu communistes. Denikine y avait créé des organisations ouvrières jaunes, florissantes ; depuis son départ, les mencheviks y étaient les maîtres. Aujourd’hui il ne sait pas où ils en sont. Quant aux paysans, ils n’ont peut-être plus beaucoup de blé. Les réquisitions polonaises en grains et bétail ont été énormes. Le paysan ukrainien était pour les Soviets lorsqu’il en a reçu la terre ; mais quand ils ont fait la réquisition, ils ont soulevé les colères. Le paysan ukrainien dit comme Petlioura224 : « Nous sommes avec les bolcheviks, mais contre les communistes. »

976À la table de l’hôtel où mangent les congressistes, ce qui frappe, c’est la jeunesse des hommes réunis là, c’est leur caractère ouvrier, c’est leur masque énergique.

  • 225 Ilija Milkic (1882-1968), un des fondateurs de la Centrale syndicale et du parti social-démocrate s (...)

977Yougoslavie. Milkic225 communiste serbe nous donne des renseignements sur la situation en Serbie et en Yougoslavie. Depuis la paix, on n’a pas osé faire d’élections générales en Yougoslavie. On a seulement fait nommer des conseils nationaux en Croatie et Slovénie. Les résultats ont été excellents pour les communistes : 20 à Agram sur 50, à Ossek 20 communistes, 20 bourgeois ; dans les villages, gros succès communiste. À la suite de ce sondage, on a renoncé à l’élection dans le pays.

978– À Belgrade, le comité de secours aux étudiants pauvres comprend 8 communistes, sept radicaux, trois démocrates, un républicain. C’est le baromètre de l’opinion politique universitaire.

  • 226 Il doit s’agir de Milenko Vesnic (1863-1921) professeur, diplomate, journaliste et homme politique (...)

979Les universitaires ont fait une grève il y a quelques mois, car les étudiants pauvres travaillent en dehors de leurs heures de cours et ils demandaient quelques revendications. On répondit à leur manifestation par des fusillades (40 morts et des blessés). Grève générale. Le gouvernement démissionna. C’était le onzième depuis 1918. Vasnitèle226 fit un gouvernement de coalition qui comprend toutes les forces bourgeoises. Depuis, des désordres ont à nouveau éclaté en plusieurs endroits de la Yougoslavie. À Soubotitza (Slovénie) le pouvoir a été aux mains des ouvriers pendant vingt heures. À Agram, le président du Conseil municipal est un communiste. Les communistes avaient eu 7 500 voix, les sociaux-démocrates : 200.

980Il y a trois journaux quotidiens : Belgrade, Sarajevo, Agram ; 13 hebdomadaires et bihebdomadaires ; deux revues.

98150 000 membres du parti, 150 000 syndiqués.

  • 227 Laibach ancien nom de Ljubljana.
  • 228 Il s’agit du journal socialiste italien.

982Les sociaux-démocrates sont très affaiblis partout, sauf à Laibach227 où les ouvriers sont avec eux. Le journal Avanti 228 n’est pas mal lu. C’est le centre le plus industriel de la Yougoslavie. Mais les membres du parti social-démocrate ont déjà réclamé l’unité avec le parti communiste.

98310 % des habitants du pays soit 1 200 000 habitants vivent de l’industrie. Le reste est paysan. En Serbie, petite propriété, en Macédoine, Herzégovine, Bosnie : féodalisme ; Croatie et Slovénie : quelques grandes propriétés. Cependant les paysans serbes marchent avec le communisme parce qu’ils sont ruinés. Ils ont tout perdu à la guerre et ils suivent ceux qui, dès le 4 août, ont voté contre la guerre. Ils sont écrasés d’impôts. Mais en réalité, ils ne sont pas communistes. Dans le parti, ils ont une voix au congrès pour 200 membres, les ouvriers pour 50 membres.

  • 229 Le Lituanien Felix E. Dzerjinsky (1877-1926), militant bolchevik, déporté en Sibérie de 1912 à 1917 (...)
  • 230 Dmitrij I. Koursky (1874-1932) fit des études de droit puis participa à la révolution de 1905-1907  (...)

984Justice. Les Soviets locaux élisent les juges des tribunaux de districts, d’arrondissement, de gouvernement. À Moscou, il y a une espèce de Cour de cassation. Les défenseurs sont à la fois avocats et procureurs, ce sont des fonctionnaires élus par les Soviets. Il y a une grande baisse des crimes ordinaires ; une multiplication des petits délits, tels que les larcins d’aliments. Les punitions et sanctions sont très douces ; pas de prison, quelques heures de travail. Il y a un tribunal révolutionnaire purement politique contre la contre-révolution, la spéculation et le banditisme. La Commission extraordinaire, la Tchéka est un organe de police et d’instruction. Le président du tribunal révolutionnaire est le commissaire à l’intérieur : Dzerjinsky229. Le commissaire à la justice est Koursky230.

  • 231 Vincenzo Vacirca (1886-1955), né en Sicile, vécut plus tard en Autriche et aux États-Unis.

985Vacirca231 vient nous décrire les merveilles de la Sicile. Voyage à faire : de Naples à Palerme douze heures de bateau ; Palerme à Messine 300 kilomètres parmi les orangers ; de Messine à Syracuse.

  • 232 Le Daily Herald était le quotidien du parti socialiste britannique. Il paraissait depuis 1912.

986Alsberg, le correspondant du Daily Herald 232 est parti pour Kharkov.

987Je vais ce soir au ministère des Affaires étrangères. Il n’y a plus personne. Je n’y trouve pas Pascal et je reviens avec les deux délégués turcs au congrès. L’un est professeur et ils me disent que Moscou est bien fanatique, qu’il y a 40 fois 40 églises. Ils affirment que chez eux, dès maintenant, les étudiants et les gens éduqués ne croient plus à la religion. Seul le peuple a encore foi dans ses mullah. Mais à mesure que la culture se développera, la religion s’en ira.

988Deslinières est définitivement attaché à Rakovsky pour l’organisation agraire dans le sud de la Russie. Il s’en montre fort satisfait.

Samedi 17 juillet 1920

989Le président de l’association professionnelle des inventeurs vient me voir pour me demander d’intercéder près des autorités en faveur d’un membre de l’association. Cet inventeur est menacé d’être fusillé. Il a été condamné à mort il y a un mois pour spéculation. Il est en ce moment malade. À l’occasion de l’ouverture du congrès, ne pourrait-on pas décréter une large amnistie ? Je promets d’en référer à Kamenev et lui écris aujourd’hui même.

990L’Angleterre a envoyé un ultimatum à la Russie : « Si vous dépassez les frontières ethniques de la Pologne, j’appuie la Pologne de toutes mes forces. Je vous propose ma médiation pour la paix. » Le gouvernement soviétiste a répondu : « Nous sommes pour la paix avec la Pologne. Mais nous voulons traiter avec elle directement, non avec vous, honnête courtier. Nous laisserons à la Pologne plus de territoires que veulent lui laisser les Russes réactionnaires de Paris et de Londres qui vous poussent contre nous. De plus, si le peuple polonais manifestait que c’est lui qui veut parler avec nous, nos conditions seraient bien meilleures encore. »

991En fait dit Rakovsky qui nous analyse ces événements, l’Angleterre nous menace directement ; et elle peut par sa flotte nous gêner beaucoup. Elle peut avec la France envoyer ici des troupes. Elle peut soulever la Roumanie. Déjà, dans certains journaux roumains, on annonce que des bandes rouges ont attaqué des soldats roumains. Une mission militaire française pousse Bucarest à la guerre, les Roumains font chanter les Alliés, leur demandent de retirer toutes les clauses du traité de Versailles qui leur sont contraires, la liberté des nationalités, la liberté du Danube, des parties du Banat qu’on leur refuse encore, une nouvelle politique favorable du pétrole, etc. Et tous les journaux roumains sont contre la guerre.

992Il est sûr que le plan de la France aurait dû être de faire marcher à la fois la Pologne, la Roumanie, la Hongrie, la Grèce, etc. La Pologne est partie trop tôt.

993Quant à l’armée russe, plus elle s’éloigne de sa base, plus elle s’affaiblit. Elle a avancé de 300 kilomètres, mais si elle pénètre en Pologne elle trouvera contre elle les riches paysans armés ; et le peuple des villes qui peut l’aider n’est pas armé. Cependant, le jeu des Russes et leur but, c’est de tout faire pour essayer de faire naître une république soviétique en Pologne.

994Rakovsky me dit qu’en ce moment la classe ouvrière ne doit plus attendre passivement l’arrivée fatale des événements qui produiront le socialisme. Ça a été la faute des socialistes occidentaux de ne pas agir, d’en être restés à la période du socialisme antérieure à la guerre, la période de propagande et de verbe. Le temps exige au contraire que la classe ouvrière ait la conscience toujours éveillée ; elle doit s’offrir comme but prochain et immédiat de prendre le pouvoir ; elle doit s’exercer à l’action dans ce but. Elle doit se dire que les événements ne sont plus seuls à préparer le socialisme ; mais que les idées, les aspirations ouvrières, le subjectivisme ouvrier, doivent entrer en jeu.

  • 233 Jules Guesde (1845-1922), militant socialiste, créa avec Paul Lafargue le parti ouvrier français qu (...)

995Nous causons longuement de la France et des anciens militants, de Guesde, du Gard, de Séverac233, de Montpellier ; il nous demande des renseignements sur l’état du pays. Il nous dit : la France est très endettée ; mais il se produira une certaine solidarité bourgeoise internationale. Déjà les Anglais ont accepté que les milliards à eux dus par la France lui soient rendus par l’Allemagne. De plus, l’Amérique ne laissera pas non plus sombrer la finance française. Les Anglo-Saxons savent trop que le socialisme seul bénéficierait des catastrophes financières.

996Sadoul nous raconte son histoire. Il semble entendu que Mme Sadoul ne rentre pas avec nous. Les chefs du gouvernement de Moscou ont insisté près de Sadoul pour que sa femme reste ici à cause de l’opinion publique.

997J’envoie un télégramme à L’Humanité pour répondre au bruit que nous avions dû quitter précipitamment la Russie.

Dimanche 18 juillet 1920

998Départ à 2 h pour Petrograd où doit avoir lieu l’ouverture officielle du congrès.

999Le dimanche matin à Moscou, c’est l’Ile Sonnante.

  • 234 Edward Bellamy (1850-1898), écrivain socialiste américain, dont le roman d’anticipation Looking Bac (...)
  • 235 La commission administrative permanente du parti socialiste était depuis 1905 son organe dirigeant.

1000Deslinières me dit qu’il a fait pour floréal un roman socialiste à la façon de Bellamy234, mais dont les scènes se passent en France. De plus, il a déposé au siège du parti un projet de loi socialiste qui a reçu l’agrément de la CAP235 et qui pourrait être déposé dès maintenant Il servirait de point de départ à une discussion générale sur le socialisme à la Chambre.

1001Rakovski. En ce moment, l’action de la France sur la révolution russe est centrale. Que va faire la France gouvernementale ? Préparera-t-elle une expédition ? L’enverra-t-elle ? Si elle la prépare et l’envoie, que fera le

1002prolétariat français ?

1003Il est peu vraisemblable que l’Angleterre ait envoyé son ultimatum sans consulter la France. Et il est certain qu’elles n’ont pas envoyé d’ultimatum sans avoir au préalable préparé les moyens de l’appuyer militairement.

1004La République géorgienne est démocratique, petite-bourgeoise. Elle est reconnue par la République des Soviets. Elle n’est pas fédérée avec elle. Elle poursuit sévèrement les communistes. Des Géorgiens représentés ici, plusieurs ont été mis en prison par le gouvernement social-démocrate et lorsque la Russie a signé la paix avec la Géorgie, l’une de ses conditions essentielles a été la mise en liberté de ces communistes.

  • 236 Pour consolider leur régime, les bolcheviks cherchèrent rapidement à obtenir une paix séparée avec (...)
  • 237 Le prince Léopold de Bavière fut commandant en chef de l’armée de l’Est en 1917. Il participa à la (...)
  • 238 Max Hoffmann (1869-1927), général prussien, qui avait planifié les offensives limitées en Galicie e (...)

1005Kamenev est dans notre train. Il part pour Londres sur un contretorpilleur anglais. Son avis est qu’il faut frapper la Pologne et tenir ferme contre les exigences anglaises. Si la France et l’Angleterre passaient des menaces aux actes, c’est alors tout le problème européen qui se poserait, au point de vue militaire et social. Et les peuples auraient leur mot à dire. Krassine déclare que Lloyd George et les Anglais ont été très gentlemen. Et cela rappelle à Kamenev les pourparlers de Brest-Litovsk236. Tous les représentants mangeaient au même unique restaurant de la ville et le prince Léopold de Bavière237 présidait. Il pariait uniquement de ses chasses à travers le monde. L’opinion des délégués allemands est rappelée par Hindenburg dans ses mémoires : « Les Russes parlaient à Brest comme des vainqueurs. » Mais il y eut à la fin le geste de Hoffmann238. Chliapnikov lui aussi est très ferme. Il reprend le mot fameux : « La politique suit la stratégie. » Kamenev a transmis ma lettre à la justice.

  • 239 Paul Faure (1878-1960) instituteur puis publiciste, pacifiste pendant la guerre, fut secrétaire gén (...)

1006Abramovitch vient nous voir dans notre compartiment. On cause d’abord du commencement de la révolution, de la discipline dans le parti où 60 000 membres seulement sur 600 000 sont utilisables pour les besognes délicates du parti. Puis il aborde le sujet de l’admission. Il nous annonce qu’il a l’intention de revenir en France après le congrès. Il veut à tout prix faire un parti communiste en France. Il me rappelle tous les articles que j’ai écrits et dont il a pris note. Je lui demande pourquoi il n’est jamais venu me voir à L’Humanité. Il me répond que la faute en est à Paul Faure239 qui a montré de la méfiance à son endroit, et que de plus, il avait peur de rencontrer Renaudel à L’Humanité, car il est à Paris en fraude et qu’il doit prendre de grandes précautions. Il insiste sur le caractère officiel de sa mission de propagandiste à l’étranger. Il semble s’attacher surtout à des faits menus, mal contrôlés.

1007Dès les débuts de la révolution on a laissé la population des semaines sans approvisionnement. Elle n’a rien dit car elle est habituée à la privation et à la faim.

1008John Reed, Bilan, Jurgis : du Communist Labour Party of America.

Lundi 19 juillet 1920

1009Arrivée à Petrograd. Toute la nuit, le long de la voie, des musiques, des discours, des attentes de gens stoïques et patients jusqu’à 6 h du matin. Les maisons de repos pour les ouvriers fatigués sur les bords de la Néva, dans les villas bourgeoises de Petrograd. 100 villas. Nous allons à Smolny en tramway. Ancienne maison d’éducation des jeunes filles nobles. La Maison des syndicats est dans le palais du grand-duc Cyrille. 20 maisons réunies, centralisées, unies par le téléphone. En une heure, tous les secrétaires de syndicats sont réunis et en deux heures toutes les usines peuvent être averties des ordres. C’est un simple ouvrier qui est commissaire à la production des munitions pour tout le front nord. À Smolny, Kalinine, président de la République prend la parole. Il avait conduit le premier tramway qui conduit les délégués à Smolny. Lui-même a été employé des trains à Petrograd, jadis. Smolny a été deux mois le foyer de la révolution. C’est ici qu’a été organisée et mobilisée l’Armée rouge. Elle était pour l’état-major de la révolution russe. Ici on a lancé l’ordre aux ouvriers russes de prendre les armes contre la contre-révolution allemande menaçant Petrograd.

1010Promenade à pied à travers Petrograd, de Smolny au Palais de Tauride devenu le palais Uritzky. Ce dernier est l’ancien président de la Tchéka assassiné par la contre-révolution.

1011On nous offre une serviette et des carnets au nom des ouvriers imprimeurs de Petrograd.

  • 240 Dmitry Z. Manouilsky (1883-1959), juriste, emprisonné et déporté en 1906, vécut à Paris après 1907. (...)
  • 241 Il faut lire : « La victoire de la IIIe Internationale sur la IIe Internationale est complète ».

1012Radek dit à Manouilsky240 de se mettre à notre disposition. Au début du congrès, Lénine entre dans la salle : ovation enthousiaste. Les quatre indépendants d’Allemagne sont là. Je revois cette ancienne salle de la Douma que je vis en 1917 bondée du Soviet de Petrograd. Aujourd’hui, les stalles sont pleines de délégués ; les tribunes regorgent. Dans les couloirs où nous allons un moment, une foule demande à rentrer. Impossible. Le prolétariat de Petrograd reste aussi vivant, aussi énergique, mieux organisé que nulle part en Russie. Les enfants ont été mêlés à la fête de ce matin. Il y en avait des milliers sur le parcours, bien portants, de bonnes mines, gais, propres, l’air heureux. On est à la Douma ; Zinoviev préside, Serrati et Lévi assesseurs ; grand discours de Zinoviev. Tous ceux qui sont tombés dans la lutte révolutionnaire et qui sont dans les prisons. Loriot le temps n’est pas éloigné où ceux qui sont en prison seront au pouvoir. La victoire de la IIIe sur la IIe est complète241. Il ne s’agit nullement d’une lutte de tendance, mais d’une lutte contre le régime bourgeois. La IIe avait lié son sort avec celui de la bourgeoisie. Cette IIe a voulu s’associer à la Ligue des nations, elle a succombé. Le principe le plus important, c’est la question de la démocratie : l’Amérique montre ce qu’est la démocratie vraie, les révolutionnaires y sont persécutés plus que nulle part ailleurs. La démocratie a versé des flots de sang pour elle inutilement. C’est vraiment un grand congrès international. Ici sont déjà des hommes qui ne voulaient pas adhérer à nous. Donc la victoire est définitive. Il faut la rendre plus éclatante. Nous devons discuter sur la nécessité d’un statut nouveau. On ne peut vaincre le capitalisme si on n’est pas lié par un statut, discipline de fer. C’est là la proposition principale. Nous approchons d’un grand anniversaire, celui de la Commune. Dans le courant de 1920, est-ce qu’une grande Commune va se faire en France ? Il n’y a pas lieu de désespérer ; la société capitaliste est condamnée, le grand triomphe du soviétisme arrive. Est-ce un an ou deux ?

1013Balabanova traduit trop rapidement. Mais il nous apparaît que dans le discours de Zinoviev, il était fortement question de la France.

1014Kalinine prend ensuite la parole. Il porte la courte blouse grise des Russes avec la ceinture de cuir. C’est un paysan moyen. Il salue la IIIe Internationale. Malgré les persécutions du tsarisme, le parti révolutionnaire russe n’a jamais désespéré. Aujourd’hui, après l’abnégation et l’héroïsme, ils apprennent de la vie les nécessités. Les Russes sentent malgré les tortures du blocus, ils savent que leur armée est invincible ; mais ils savent que leur victoire ne peut être vraie et définitive que si on marche avec eux. Il faut nous aider d’une façon plus évidente et plus énergique. Nous ne pouvons vaincre seuls l’univers capitaliste. Il faut que vous fassiez vous-mêmes votre effort.

  • 242 L’Internationale 2 1/2 était l’appellation donnée par les adhérents de la IIIe Internationale à l’U (...)

1015Lénine va à la tribune. Applaudissements interminables. De petits yeux vifs, une bouche riante et moqueuse, des gestes simples et naturels ; une maîtrise de soi. Complet veston, col mou, cravate noire rayée de blanc, barbe en pointe, taille moyenne, larges épaules, air de lutteur tranquille et fort, sûr de lui. Il parle plus d’une heure ; la salle entière l’écoute. Lui, il va toujours, de sa voix volubile, contre la bourgeoisie et l’internationale 2 1/2242. Lénine a démontré la faillite irrémédiable de la bourgeoisie. Même si le bolchevisme entier disparaissait, la bourgeoisie ne pourrait pas se sortir d’affaire.

1016Il faut, pour attaquer le capitalisme, faire la propagande en Orient. C’est là qu’on l’attaquera désormais le plus vigoureusement (on nous donnera le discours entier demain). Les Russes disent que ce fut surtout un discours populaire.

1017Programme :

1018– Visite au tombeau des victimes de la révolution,

1019– Monument aux Communards

1020– Monument à Liebknecht et Rosa Luxemburg première pierre

1021– Meeting international

1022– La représentation des deux mondes au palais du Travail

1023– Feu d’artifice sur la Néva.

1024Rosmer. Au nom du prolétariat fiançais, merci. Il lit :

  • 243 Gruber est le pseudonyme de Karl Steinhardt. Cf. supra.
    Quant aux intervenants suivants, Cachin sem (...)

1025Les travailleurs français ont fait trop peu pour la Russie. Ils hésitent encore à l’action efficace. Nous redoublerons nos appels. Serrati – Gruber243 – typo autrichien... (?) Lévi.

1026Le meeting international : 60 000 auditeurs. Au palais du Travail, souper. C’est un ancien lycée de jeunes filles. Dans la rue, des gens endimanchés. Ville propre, un peu vide, de l’herbe dans les rues ; la distribution des rations se fait avec régularité ; c’est peu abondant, mais chacun a sa part. On dit qu’il n’y a pas de savon, mais les femmes sont tout de même vêtues de vêtements blancs très propres. Pendant le dîner fort bien servi avec du linge blanc très élégant, chœurs, artistes. Une grande quantité d’ouvriers de Petrograd sont au front, en province, au service de la révolution.

Mardi 20 juillet 1920

1027À la fin de la journée d’hier, grande représentation en plein air. 25 000 à 30 000 spectateurs. Sur les marchés de l’ancienne Bourse et dans la rue en face, évoluèrent 3 000 figurants. C’est un grand drame historique. La première Commune et la Ire Internationale. La IIe Internationale et la guerre. La IIIe Internationale. Il y a à la fois de la puérilité, un simplisme enfantin et de la charge et de l’histoire dénaturée, et puis dans les 60 tableaux, des présentations superbes. Trois auteurs ont contribué à préparer ce grand mystère social, qui rappelle les représentations en plein air du Moyen Âge et les interprétations de la Bible et du Nouveau Testament. C’est grand et artistique. Maxime Gorki nous explique qu’on a ici beaucoup de loisir et que les 3 000 hommes et femmes qui, au bout de quelques répétitions, ont réussi à jouer ce drame de façon parfaite, ont malheureusement beaucoup de temps à eux. La tribune était élevée sur les bords de la Néva. Les navires de guerre étaient illuminés et pavoisés. La nuit était splendide, bien qu’un peu froide. Le spectacle a duré de minuit à 3 h du matin. Après cela, un feu d’artifice : Vive la IIIe Internationale, des fusées ; on est rentré à son wagon à 4 h. Mais là un souper attendait les congressistes. Petrograd leur a ainsi fourni quatre repas abondants, copieux, avec du saumon, de la viande, du pain blanc ; le tout servi par un personnel innombrable, habillé de blanc et fort amène. L’ensemble de la journée donne une impression de force, de grandeur, d’organisation. 30 000 membres du parti à Petrograd. Les marins continuent d’y jouer un grand rôle. La troupe, l’Armée rouge, la marine ont défilé dans la pièce.

1028Dans le défilé de l’après-midi, Sadoul nous présente une jeune dame élégante, l’air un peu fatigué. Elle suit la manifestation. Elle est la femme de l’ancien directeur des wagons-lits de la Russie. Marchand et sa femme l’accompagnent. Marchand s’est assis sur son chapeau de paille, et le malheureux couvre-chef est fort endommagé. Son propriétaire ne s’en aperçoit pas.

1029– Les bolcheviks ont mêlé et mêlent le peuple tout entier à tous les débats sur le socialisme, l’internationale. Il n’est question que de cela dans les journaux qui paraissent, dans les discours des meetings, dans les représentations de théâtre, dans les affiches de la rue. C’est monotone et fascinant. On a joué hier plus de cent fois l’Internationale. Chaque fois, tout le monde se lève, se découvre, salue. Quoi qu’il puisse advenir, ce martèlement des esprits pendant trois ans portera des conséquences durables, ineffaçables. Les bolcheviks connaissent les masses, les savent chez eux prêtes à subir l’influence des chefs énergiques, résolus, sachant où ils vont. Ils ont un évident mépris de cette masse amorphe, ils l’éduquent avec leurs procédés de brutalité et de simplisme. Et aujourd’hui déjà, une grande partie de la tâche est accomplie. Ils ont donné eux-mêmes l’exemple du courage, de l’énergie, du travail, de la discipline de fer. Mais leur succès est affermi par l’éducation qu’ils sont seuls à donner au peuple russe depuis trois ans et qu’ils veulent, en bons psychologues, rester seuls à lui donner.

1030Lorsque les socialistes de Leipzig se virent traqués, ils constituèrent deux groupes : l’un la société pour la colonisation de l’Orient, l’autre une société de lecture, afin d’y pouvoir s’organiser sans attirer l’attention.

1031En Autriche.

1032Toman est considéré comme opportuniste. Les communistes de gauche réclament un chef, des brochures, des organisateurs. Ils avouent qu’ils manquent jusqu’à présent de ces éléments.

1033Bulgarie. Communistes 182 000 voix

103450 députés sur 229

1035Sociaux-démocrates-socialistes neuf députés.

1036On a été privé à Petrograd d’eau, gaz, bois, électricité pendant l’hiver. Cet été on vit et respire, mais en hiver ! Les tuyaux ont [ill.] par le froid et alors on a été privé de cabinets de toilette. Ressemelage : 6 000 roubles. Une livre de pain : 350 roubles. Une livre de sucre : 5 300 roubles. Un journal : 2 roubles. On donne 15 roubles à un mendiant. Il y a moins de mendiants qu’avant. On reçoit 1/4 de livre par jour. Les ouvriers de la carte A en reçoivent 3/4 de livre. En plus, s’ils font un travail supplémentaire, 1/2 livre : cela fait l livre 1/4. La carte B : 3/4 de livre par jour. La carte V : 1/4 plus 1/4. À la fin de l’hiver, les cours ont été très sales. On a ordonné d’enlever toutes les ordures en trois jours : cela fut fait fort bien, et du même coup on a évité les grandes épidémies. La plus grande partie des gens sont à la carte A. Peu de gens sont à la carte B, très peu à la carte V. Le long de la voie, aux stations où l’on s’arrête, des gamins demandent du pain. Les personnes qui sont à la campagne pour acheter du lait apportent du pain en échange, car il y a des paysans qui ont une vache plus des occupations différentes (pêche ou chasse). Pour le loyer, il y a des comités de maison choisis par les locataires.

1037Musée de la révolution.

1038Mlle A. Berlovitch.

1039Ce comité administre la maison au nom de la ville. Lorsque ce comité est honnête, ça va bien. Il fait les réparations, distribue toutes les cartes de toutes natures, enregistre les locataires, enregistre les plaintes. Ce comité se compose de trois ou quatre personnes pour une maison de 35 appartements avec 150 personnes. Le loyer est très peu augmenté : 75 roubles sous le tsarisme ; aujourd’hui, 200. Donc le loyer compte pour presque rien dans la vie. L’appartement de la camarade qui me renseigne a cinq pièces, 200 roubles par mois ; on n’a pas eu de bois l’hiver dernier. La guerre avec la Pologne a occupé tous les transports. Cet hiver, il est possible qu’il y en ait encore moins. Or l’hiver dernier, nous avions 4 degrés dans l’appartement. Et comme personne ne pouvait faire de feu, les conduites d’eau ont crevé. Les cabinets ne fonctionnaient plus avec leur chasse d’eau : il fallait tout descendre dans les cours. D’où la nécessité au début du printemps d’un nettoyage complet. On l’a fait à Petrograd avec énergie et intelligence. On n’accorde l’électricité que pendant quelques heures par jour. De 4 h à 9 h pour une rue, et de 9 h à 1 h du matin pour l’autre rue.

1040On ne se contente pas d’un seul emploi : chaque emploi donne droit à plusieurs rations. Pour les vêtements, il est impossible de s’habiller. Une paire de bas 3 000 roubles. On vit avec ce qu’on avait autrefois. Une paire de souliers 95 000 roubles. Il y a un an, on distribuait dans les comités de ma maison des chaussures à 200 roubles, et depuis on a cessé.

1041La moyenne et la grande bourgeoisie vivent sur la vente des anciens bijoux ou vêtements de l’ancien régime. De plus un grand commerce clandestin permet à beaucoup de personnes de gagner quelques ressources. À peine on mange à sa faim ; pour les vêtements on vit sur la réserve d’avant la guerre. De temps en temps, très rarement, on distribue un peu de tissu de mauvaise qualité, à l’occasion de la révolution d’Octobre et du 1er Mai. C’est étonnant comme les vêtements durent. Lorsque les gens se plaignent, on leur dit : en Europe, partout, ce sera la même chose dans quelque temps. Quant à nous, en Russie, ça s’améliorera. Lorsqu’on demande aux gens qui critiquent ce qu’ils feraient, pas un ne peut dire que faire. Noël et Pâques sont toujours très fêtés, même parmi les ouvriers de Petrograd. Les femmes bourgeoises sont obligées de tout faire, laver le linge, fendre du bois, faire la cuisine, tous les travaux du ménage, etc. La vie est de ce point de vue entièrement transformée. Les bourgeoises se demandent combien de temps ces choses dureront encore. Mlle Berlovitch nous signale discrètement que les communistes bénéficient d’avantages matériels importants qui choquent la population. Elle convient en même temps que celle-ci est passive, et qu’aucun mouvement ne semble possible contre les autorités. Elle accorde d’ailleurs que les gens de l’intelligentsia sont plus heureux que les ouvriers, car les ouvriers sont réduits à leurs salaires, tandis que les intellectuels doivent cumuler des travaux d’enseignement, en ce moment surtout, et recevoir des rations multiples de leurs différents travaux. Certains des ouvriers qui ont des relations à la campagne s’y rendent, prennent des marchandises élémentaires, reviennent à Petrograd et revendent, en ont le bénéfice et en outre en gardent une partie pour leur propre nourriture.

  • 244 Il s’agit de l’Allemand Ferdinand Lassalle (1825-1864), collaborateur de Karl Marx.

1042Les canons sont la partie la plus importante de la Constitution (Lassalle244).

  • 245 Karl Hjalmar Branting (1860-1925), un des fondateurs du parti social-démocrate suédois et le leader (...)

1043En Suède, les communistes sont faibles. Les syndiqués sont avec Branting245. Branting ne reste ministre qu’en raison de la question d’[ill.]

Mercredi 21 juillet 1920

1044On coupe le seigle et les foins. Machines moissonneuses.

  • 246 Firmin Gémier (1869-1933) acteur et directeur de théâtre, tenta de créer un théâtre populaire. Il e (...)

1045Mme Kamenev vient nous voir et nous entretient de la représentation de Petrograd. C’est le département même dont elle s’occupe à Moscou. On a organisé un très grand nombre de théâtres d’ateliers à Moscou. Elle fait de nombreuses critiques à la représentation de Petrograd et nous demande ce que nous pourrions faire en France en faveur de l’art populaire. Elle pense que c’est la France artiste qui aidera beaucoup le développement de cette activité. Nous lui promettons de demander à Gémier et à Doyen246 de venir à Moscou s’entendre avec elle sur ces questions.

  • 247 Jean-Christophe, roman en dix volumes de Romain Rolland, parut entre 1904 et 1912. Il laissa une gr (...)

1046Balabonova nous parle du congrès. On a fini par donner une voix à Guilbeaux. Elle le juge avec sévérité. Elle dit : il n’a aucun talent, même littéraire ; il n’a aucune modestie, il n’est pas socialiste, si encore il se tenait à sa place ! Il dit qu’il a été conduit au marxisme par Jean-Christophe247 !! Pour le congrès même, Balabonova estime qu’il y aura surtout dans les discussions des questions de personnes. Rien qu’en Allemagne, trois tendances très excitées les unes contre les autres. Le mieux serait de poser ici les directives générales et de laisser les partis nationaux régler les discussions d’ordre personnel.

1047Nous arrivons à Moscou très fatigués, sous un grand soleil et l’on nous annonce qu’aujourd’hui on s’occupera surtout de questions matérielles. Demain seulement, les choses sérieuses au Kremlin.

  • 248 Allusion au vote des crédits de guerre par les socialistes.

1048Daumig (chambre 6) vient nous voir à 4 h et nous annonce que la délégation allemande veut se concerter avec nous. Ils viennent à 6 h 30 avant la réunion de 8 h au Comité exécutif. Il nous annonce qu’en dehors de Kautsky et de 990 intellectuels, les indépendants d’Allemagne sont pour la IIIe Internationale. Même Hilferding y pense désormais. Ils sont prêts à faire partie commune avec le KPD. Daumig pense que la IIIe Internationale a besoin de nous, comme nous avons besoin d’elle. Deslinières est d’avis que la proposition de Trotsky de donner aux peuples des colonies la faculté de se libérer et de se diriger eux-mêmes ne résiste pas aux faits. Si vous vous retirez de l’Algérie, les guerres civiles recommenceront le lendemain et la famine en même temps. De plus les grands chefs religieux et militaires reprendront leur exploitation des pauvres qui seront tout à fait incapables de s’organiser pour résister. Ce qu’il faut, c’est qu’au lieu du capitalisme qui les exploite, le communisme européen leur serve de tuteur ; sous quelle forme peut-on leur apporter une aide réelle ? En leur montrant comme on cultive intensivement. En faisant valoir scientifiquement la terre qu’ils habitent, en retirant de leur sol admirable, des produits cinq fois, dix fois, vingt fois plus nombreux que nous partagerions avec eux. Pourquoi des communistes prétendent-ils que de tel peuples possèdent en toute propriété des terres qu’ils ont acquises jadis par la conquête militaire ? La terre appartient à tous les hommes, et le communisme universalisé aurait à mettre en valeur toutes les régions du globe afin que tous les hommes aient la possibilité de profiter des richesses communes. La solution du problème colonial ne consiste donc pas à libérer des hommes qui ne sauraient pas profiter de leur liberté, qui ne gagneraient rien à cette prétendue liberté, mais à leur accorder une aide fraternelle pour la production multipliée des produits du sol et de l’industrie. Si l’on pouvait trouver des éléments révolutionnaires socialistes ou communistes dans un pays colonisé, soit, mais où les trouvera-t-on ? Peut-être dans l’Hindoustan, et encore faut-il voir de près cette affirmation. Quant à la question nationale, c’est une faiblesse pour l’internationale communiste de condamner l’action des socialistes français en 1914248. Si la France n’avait pas résisté, l’Europe serait sous la domination allemande, la révolution russe n’aurait pu éclater. Reste l’avenir. Nous voterons contre les crédits de guerre. Nous constatons que la politique extérieure présente du gouvernement français crée des possibilités de guerre en face d’une Allemagne affaiblie, et nous lui signifierons que si le gouvernement français voulait dans l’avenir, faire la guerre contre l’Allemagne, nous nous élèverions contre lui. Nous pensons que la situation présente du monde est partout révolutionnaire à cette heure et qu’il n’y a plus qu’une guerre, c’est la guerre des classes à laquelle puisse participer la classe ouvrière. La forme sous laquelle Trotsky pose la question de nos rapports avec la CGT est vicieuse. Il nous demande de frapper des personnes ; nous voulons attaquer une politique générale de réformisme. Il nous demande de donner des armes aux réformistes de la CGT en leur fournissant le prétexte de faire appel aux préjugés et passions autopolitiques de la classe ouvrière française. Nous demandons qu’on nous laisse maîtres de notre action qui dans son esprit obéira aux directives de la IIIe internationale et arrivera au but recherché en commun. Notre plan est de créer dans tous les syndicats, des noyaux révolutionnaires et d’attaquer le réformisme du dedans. En terminant, Deslinières nous dit : quel malheur que Guesde soit devenu si anti révolutionnaire, lui qui est resté si excellemment socialiste ?

1049Les indépendants viennent nous voir à 7 h. Ils sont préoccupés de savoir si le parti recevant de Moscou un ordre de faire la révolution, ils devraient s’y soumettre. Dans quelle mesure conserveront-ils leur autonomie s’ils rentrent dans la IIIe Internationale ? Que pense le parti français de la soumission des organismes du parti à la CAP ?

1050On nous appelle au Kremlin. Sadoul qui s’apprête à venir n’est pas convoqué.

1051Nous voici au Kremlin, à 9 h au Comité exécutif. Ordre du jour : la jeunesse aura-t-elle voix délibérative ? La question du bureau d’Amsterdam. Les indépendants d’Allemagne.

1052Reed, Américain, est sûr qu’on parlera anglais. Dix-neuf délégués se sont réunis et l’ont demandé, étant donné l’importance du mouvement industriel, il faut discuter la question à fond. Qu’on leur donne le temps d’étudier les thèses relatives au syndicalisme ; on vient de les leur donner, qu’on modifie l’ordre du jour et qu’on ajoute deux délégués à Radek. Boukharine dit non.

1053Radek. On doit traiter la question du syndicalisme à fond. Ne modifions pas l’ordre du jour.

1054[passage rayé]

1055Wijnkoop proteste contre la présence des indépendants allemands ?

1056Zinoviev répond : le congrès de Leipzig a voté l’adhésion. Nous causons avec ces camarades, passons à l’ordre du jour. On vote sur l’ordre du jour : seize voix pour, sept contre, dont Rosmer. Lévi vote pour, Lénine aussi. Wijnkoop insiste : il faut que les indépendants quittent la salle. Zinoviev dit : « Nous avons tranché la question, passons. » On recommence le vote. Cette fois, quatre voix seulement contre. Lévi dit : Wijnkoop est un vrai Hollandais.

1057(Les souliers de Boukharine déchirés.)

1058On discute à nouveau la question des langues. On parlera allemand et français et des moyens techniques seront employés pour que chacun puisse suivre les discussions. Wijnkoop parle ici trop en raison de ce qu’il représente ici. Il y a ici des camarades qui ont rendu de grands services à la révolution et qui ne prennent pas la place que Wijnkoop veut usurper. Un camarade américain demande qu’on parle anglais au congrès. On confirme le premier vote : français et allemand seront seules langues officielles. [fin du passage rayé]

1059Un Américain. Il est impossible de trancher rapidement. Il y a une grande divergence d’idées sur le syndicalisme. Il faut que la question syndicale soit traitée après les autres pour qu’on ait le temps de l’étudier.

1060Reed. Nous n’avons pas pu étudier ces dièses. Il y a contradiction entre Radek et Zinoviev et chez Radek lui-même. L’attitude prise par l’internationale est celle du parti socialiste amorcée en 1892, surtout lorsqu’on dit ne pas quitter les syndicats réformistes. Donnez-nous le temps de réfléchir pour discuter à fond.

1061Boukharine. Il faut commencer par le rôle du parti, puis les questions spéciales. Les Anglais et Américains ont les thèses en main depuis longtemps. Il n’y a pas à faire une Bible, mais échanger les idées.

1062Serrati. Il faut discuter le rôle du parti. Les syndicats sont essentiels : mais la solution de la question du parti est primordiale, celle des syndicats est secondaire.

1063Le Hongrois. Notre révolution est morte parce que nous n’avions pas un parti fort.

1064Zinoviev. Votons. Sera-ce le rôle du parti ou celui des syndicats qui sera discuté d’abord ?

1065On discutera d’abord la question du parti, puis celle des syndicats.

1066On aborde à 11 h 30 l’admission des indépendants d’Allemagne.

1067Crispien parle en leur nom.

  • 249 Le programme d’Erfurt du parti social-démocrate allemand date du congrès du même nom qui eut lieu e (...)
  • 250 L’orateur fait ici référence au congrès de Leipzig du parti social-démocrate allemand indépendant q (...)

1068Dès le commencement de la guerre, il y a une opposition en Allemagne. Ils ont lutté contre l’État et les majoritaires. Ils ont voté contre les crédits, leur attitude est devenue de plus en plus agressive jusqu’à la fin de la guerre. Il y avait dans les masses, manque de conscience de classe. Ils avaient d’abord adhéré à un gouvernement mixte. Et ils ont vu que c’était impossible. Aujourd’hui, ils ne sont pas un parti gouvernemental. En mars 1919, ils ont fondé leur parti ; ils ont discuté le programme d’Erfurt249. Ils n’ont admis que la première partie socialiste, mais ils ont repoussé la deuxième partie réformiste. Dès ce moment, ils ont adopté la dictature du prolétariat et les Soviets. À Leipzig250, ils ont décidé de rompre avec la IIe. Il y avait deux points de vue. Adhésion à la IIIe, puis d’autres disaient il faut causer avec d’autres camarades ; mais depuis Leipzig il n’a jamais été question d’une IVe Internationale. Ils ont 900 000 membres du parti, 5 millions de voix. Ils ont les ouvriers avec eux. Les majoritaires ont les employés et les ouvriers arriérés. Ils voulaient venir en février, mais Kapp les a empêchés. Ils ont l’intention de s’unir avec la IIIe Internationale pour défendre ses principes. Cette délégation est élue depuis février ; seuls les événements d’Allemagne les ont empêchés de venir avant. Mais il y a des malentendus qu’ils espèrent dissiper et être admis à la IIIe Internationale.

1069Radek. Il faut interroger les Allemands sur ce qu’ils ont affirmé dans leur presse de la révolution lusse. Ils ont dit en particulier que la révolution russe ne pouvait correspondre qu’aux conditions russes et autres accusations.

1070Wijnkoop. Puisqu’ils sont invités, il faut discuter.

1071Radek. Il faut questionner et s’il y a lieu, rectifier certaines erreurs commises à l’endroit des indépendants.

1072Lévi. Il faut poser des questions ; il faut que la discussion ait lieu. On décide de poser des questions.

1073Radek. demande aux indépendants :

  • 251 Il doit s’agir d’une erreur, ce sigle n’existant pas.
  • 252 Le 5 novembre 1918, les autorités allemandes avisèrent Joffe, chef de la mission diplomatique à Ber (...)

1074Y a-t-il une aile gauche et une aile droite dans le parti ? Lorsque le PST251 a décidé de s’unir avec la social-démocratie il y a eu protestation à Berlin ? Quelle sera la réponse des indépendants pour l’expulsion de la mission russe (Haase252) ? Quand la Russie a voulu envoyer du blé à l’Allemagne, Haase a dit non. Êtes-vous pour la Terreur et la violence ? Êtes-vous pour la guerre civile ? Quels sont les moyens pour arriver à une victoire des masses ? Vous avez dit : nous ne donnerons pas notre adhésion ni sans discussions, ni sans concessions et conditions. Ledebour a dit à Leipzig : si les indépendants adhèrent à la IIIe Internationale, on ne pourra plus protester contre la dictature de Noske. Il y a des divergences dans le parti. Comment espérez-vous avoir l’unanimité dans votre parti pour l’adhésion ? Avez-vous renoncé à la IVe Internationale ? Avez-vous reçu la lettre du Comité exécutif ? Quelle sera votre conduite vis-à-vis du KPD si vous adhérez ? Un Hollandais pose les quatre questions des thèses de Lénine. À Leipzig on reconnaît la dictature du prolétariat, mais Hilferding et Kautsky ont parlé contre. Lorsque la gauche du parti a demandé l’exclusion de la droite, pourquoi avez-vous protesté ? Pourquoi les indépendants reconnaissent la nécessité d’un grand parti.

1075On pose la question : les indépendants pourront-ils assister au congrès ? Oui. Unanimité moins une voix.

1076Des trois délégués hollandais, il y a un chrétien. Aura-t-il une voix au congrès ? Ce chrétien n’est pas du parti. Il a eu une attitude honorable pendant la guerre, mais cela ne suffit pas pour l’admettre au congrès.

Jeudi 22 juillet 1920

1077Il était hier formellement entendu que le congrès s’ouvrait aujourd’hui. Mais on nous annonce ce matin que la première séance n’aura lieu que demain.

1078Aujourd’hui à 5 h Comité exécutif. Nous y sommes invités formellement. On annonce l’arrivée de dix-huit nouveaux délégués.

  • 253 Le congrès de Londres de la Ire Internationale est celui de sa fondation en 1864, mais Cachin le co (...)

1079La manifestation des anarchistes hier a été très caractéristique de ce que sera la lutte demain dans la IIIe Internationale. N’aura-t-elle pas, elle aussi, son congrès de Londres253 ? Déjà O. Rühle est parti avec tout le KAPD. Il a quitté l’hôtel et le pays. Radek et le petit bureau du Comité exécutif l’ont vivement critiqué et traité sévèrement.

1080Cette exclusion des éléments antipolitiques d’Allemagne est très commentée dans les couloirs du congrès, et avec violence par certains délégués. Au Comité exécutif, on a le sentiment que la majorité russe l’emportera toujours par sa discipline et par l’appui qu’elle trouve dans certains délégués particulièrement sûrs. Mais la minorité (Hollande, Amérique, quelques Italiens, l’Espagne, Rosmer, etc.) est de plus en plus rebelle et rétive.

1081Hier quand les indépendants étaient reçus, Serrati demande à Boukharine : « Pourquoi leur ayant télégraphié de venir, laissez-vous reposer par quelques délégués le problème de leur admission aux séances ? » Et Boukharine répondit : « Nous voulons leur donner quelques coups d’épingle. C’est amusant. » Et Wijnkoop disait en sortant de la réunion et parlant des questions de Radek aux indépendants : « C’est un jeu ! »

1082Taratuta nous a pris dans un coin et nous a confessé que l’on n’attendait pas de nous, après nos explications, des affirmations publiques de rupture de l’unité. Cependant, si en une réunion du petit bureau, nous voulions dire nos intentions, l’accueil serait rassurant.

  • 254 A. Sultan-Zade (1889-1938), Perse habitant la Russie et membre du parti bolchevik depuis 1912, joua (...)

1083Perspectives d’Orient (Sultan-Zade254, délégué de la Perse).

1084Les pays colonisés et demi-colonisés de l’Orient sont victimes depuis cinquante années de la politique des grandes puissances. Cette politique ne tolère pas le développement d’une industrie indigène dans les pays occupés. Elle les transforme en marchés pour ses propres denrées. Puis elle y prend les matières premières qu’elle fait travailler dans les centres industriels d’Europe. Du coup les petites industries domiciliaires et les artisans ont été ruinés par l’importation des produits fabriqués bon marché. Par milliers, les gens ruinés sont allés grossir dans les villes l’armée du paupérisme. Ils ont surtout été obligés d’émigrer vers les centres industriels d’Europe et d’Amérique. Le mouvement en ce sens continue. Dans ces pays colonisés ou à demi-colonisés, les paysans vivent encore sous le régime féodal. Les impôts pèsent sur eux seuls et ils viennent s’ajouter à l’arbitraire du propriétaire foncier. Le paysan doit nourrir les propriétaires insatiables, les mercantis, les fonctionnaires innombrables qui, tous, se ruent sur le paysan au moment de la moisson. Nulle part, en Orient, les classes ouvrières n’ont réussi à constituer un parti révolutionnaire fort et discipliné. Mais la bourgeoisie est divisée. Les gros propriétaires fonciers veulent la continuation de la politique coloniale des grandes puissances. La bourgeoisie des villes est contre l’invasion étrangère. Le clergé proteste contre les denrées importées par les mécréants. Les mercantis sont contre les prêtres. Tout cela crée une atmosphère de révolution nationale d’abord, puis sociale. Les peuples d’Orient résoudront le problème agraire comme les communistes russes. Ils établiront des coopératives de petites industries et métiers à domicile. Ils devront, aussi rapidement que possible, créer de grandes fabriques, construire des chemins de fer, exploiter leurs richesses minérales.

1085La révolution russe les guidera et les aidera.

1086Au Japon : chômage, suicides, grèves, troubles économiques graves.

1087Il y avait au 15 juillet 34 millions de pouds de naphte partis d’Astrakhan pour le Nord. Il faut pour l’industrie russe, 80 millions par an. On les aura fin octobre ou on en approchera.

1088Un congrès de cheminots en Russie, à Moscou, se tient aujourd’hui.

1089429 délégués représentant 1 285 000 cheminots. 398 communistes, pas un menchevik. 11 sympathisants. 18 sans-parti. 1 anarcho-syndicaliste. 1 SR.

109066 % sont des manuels, 23 % des bureaux, 9 % administration, 2 % travailleurs politiques (membres du parti qui font de la propagande culturelle et politique).

  • 255 Manabendra N. Roy (1887-1954) se joignit, durant ses études de mathématiques, à des protestations n (...)

1091Roy, délégué des Indes et du Mexique255, chambre 200.

1092Les Français qui veulent réellement agir en révolutionnaires doivent se constituer une technique de la révolution. Il s’agit surtout de trouver le moyen d’armer le prolétariat, de l’éduquer pour la lutte directe, pour la conquête de l’armée. Cette technique est difficile à établir, à appliquer d’abord, puis une fois constituée on s’aperçoit que l’entraînement est irrésistible et que la force de la bourgeoisie est surtout faite de la croyance populaire en cette force et de l’habitude.

1093Il est nécessaire de sortir de l’état financier actuel de la Russie. Pour cela il faut que l’État déclare qu’à partir d’un jour donné, tout le papier-monnaie en circulation soit remis à la Banque nationale en échange d’un titre de rente sur la valeur duquel on discuterait. Puis on créerait une nouvelle monnaie papier, mais dans les limites exactes de la production nationale, afin de ne pas le déprécier. Pour les achats à l’étranger, la Russie a 3 milliards en or et en platine. Elle peut donc payer largement et avoir du crédit. Et comme dès maintenant, les 90 % du commerce intérieur sont nationalisés, les opérations de monnaie d’État peuvent être réglées mathématiquement.

  • 256 Maxim M. Litvinov (1876-1951), de son vrai nom Meier M. Wallach, membre du parti social-démocrate r (...)

1094Deslinières me dit que c’est lui qui a trouvé cette solution (à la manière d’Euclide). Et il ajoute : « Quand j’ai exposé à Litvinov256 ma conception, il a été tout à fait emballé. »

1095Près de notre hôtel se trouve le centre textile d’où partent toutes les indications pour la production et la distribution des tissus. Malheureusement, il n’y a pas de camarades compétents à la tête de cette grosse bureaucratie. Ils n’aiment pas, en général, les préoccupations économiques. Ils sont tous fascinés par la politique. Et cependant, dans l’état présent de leur économie, et avec les ressources immenses de leur pays, il n’y a qu’un effort à faire pour la méthode et l’organisation. Cet effort est moindre que celui qui a dû être accompli pour en arriver à la nationalisation complète du commerce extérieur et intérieur.

1096Nous allons à 5 h au Comité exécutif. La séance s’ouvre à 7 h.

1097Bureau d’Amsterdam.

1098Une proposition du parti russe sur le KAPD.

1099Les mandats.

1100L’histoire du bureau d’Amsterdam. Un jeune demande que seuls assistent à cette partie de la réunion, les communistes. Radek proteste. On vote. Une énorme majorité repousse la proposition.

  • 257 Il s’agit de Sebald Justius Rutgers (1879-1961), ingénieur hollandais, qui rejoignit la cause commu (...)

1101Wijnkoop – Ils ont appris la dissolution par un journal bourgeois. A la fin de 1919, Rutgers257 lut envoyé à Amsterdam. On créa un bureau, six camarades. La composition même de ce bureau montre que Moscou ne connaissait pas la Hollande. Après cela trois personnes. On les accuse d’avoir repoussé le parlementarisme et d’avoir renoncé à faire la révolution dans les syndicats. Et c’est pour cela qu’on annula Amsterdam.

  • 258 Anton Pannekoek (1873-1960), professeur d’astronomie à Amsterdam et théoricien du parti social-démo (...)

1102Wijnkoop répond. Nous ne sommes pas contre le parlementarisme puisque je suis député. Quant aux syndicats, nous essayons de travailler dans les syndicats. Comment a-t-on pu à Moscou se tromper ? Parce que K.H. (c’est-à-dire Pannekoek258) écrit des articles où en effet ces thèses condamnées sont défendues, quelques camarades sont contre le parlementarisme et les syndicats, mais les six du bureau n’en sont pas responsables. En février, il a commencé à fonctionner. Il a duré six ou huit semaines. Si Rutgers a dépassé son mandat, nous n’en sommes pas, nous, responsables.

1103Rutgers n’est pas connu en Hollande. C’était un tort de lui donner un si grand crédit en Hollande. Puis les six ne pouvaient pas s’entendre. Ils avaient été choisis de Moscou sans qu’on fût ici renseignés sur leur personne.

  • 259 Cette conférence convoquée au 4 février 1920 par le bureau provisoire n’eut pas lieu à Berlin, mais (...)

1104Radek. Une comédie en cinq actes. La Russie était bloquée. On avait pensé d’abord créer un bureau de six marxistes hollandais. On n’avait pas pensé qu’ils étaient en hostilité absolue. On les avait chargés de réunir une conférence chargée d’exposer les principes du communisme à cette partie de l’Europe occidentale. Quelques-uns d’entre eux ont écrit contre le Parlement et les syndicats. On a imputé ces écrits à tout le bureau car la rédaction n’avait pas dégagé sa responsabilité. Ils ont fait un congrès à Berlin en février259. On reproche à Vijnkoop pour être élu, de dissimuler son programme. Ils se sont rangés près du KAPD nouveau quand il a renoncé à la guerre civile et adopté le nationalisme-bolcheviste. Or si on peut avoir des divergences sur la dictature du prolétariat, on ne peut pas être nationaliste. On leur reproche de n’avoir pas désavoué le KAPD et ils ont aidé la division en Allemagne, au congrès de Berlin. En février, ils ont commis des indiscrétions absolues et funestes sur ce qui se passe dan l’internationale communiste.

1105L’affaire des Shop Stewards et IWW. Les Russes proposent un vote délibératif au congrès. Aussi au KAPD. Non qu’ils soient solidaires de ces partis. « Nous sommes avec les spartakistes dont l’esprit doit inspirer tout le mouvement allemand. Mais nous voulons donner aux ouvriers révolutionnaires honnêtes du KAPD le moyen de purifier leur parti de certains de leurs chefs. »

1106Lévi propose deux amendements : il faut séparer le KAPD des IWW et des Shops Stewards. Vous tranchez une question vitale pour notre mouvement. Ajournez la question. Vous ne soupçonnez pas la portée de votre décision. Laissez-nous voir le Comité central du PC russe qui vous a indiqué votre décision, nous lui expliquerons ce qui se passe et il nous comprendra.

1107Zinoviev. N’ajournons pas. Il y a à Petrograd, deux membres du KAPD qui ont avec nous de graves divergences. Il ne faut pas qu’ils retournent en Allemagne dire qu’on ne leur a pas accordé la parole. S’ils refusent notre offre de venir au congrès causer et s’expliquer, alors ils seront responsables. Nous nous rendons compte de la difficulté ; mais nous avons longtemps réfléchi ; on a écouté tous les membres du KPD. N’ajournons pas !

1108Lévi. Il s’agit d’un parti qui travaille pour le communisme. Nous avons des camarades qui arrivent ce soir. Laissez-nous les consulter. Or, le KAPD veut s’en aller ; il a déclaré qu’il ne veut pas participer. Que diraient les Russes si on leur offrait d’inviter les mencheviks ? Laissez-nous encore discuter entre nous.

1109Boukharine. Lévi a eu la possibilité de causer avec les camarades du parti russe. Le Comité central est au courant parfaitement et de façon détaillée. L’Internationale est constituée de façon qu’un parti a le droit d’intervenir dans les affaires des autres. Ainsi vous avez le droit de demander aux Italiens d’expulser Turati. Si les KAPD ont tort, ne les aidons pas à persister dans les erreurs. Qu’ils fassent appel au congrès lui-même.

1110Bilan. Il y a des camarades qui sont partis. On a demandé l’expulsion de Rühle. Il faut s’en tenir à ces décisions, sans tenir compte des idées et vœux des Russes. Sans cela, il n’y a plus de discipline dans l’internationale communiste.

1111Meyer. Vous aviez pris hier des décisions contraires. Vous êtes en contradiction avec vous mêmes. Si les Allemands KPD insistent c’est qu’ils n’ont pas tout dit aux Russes. Vous pouvez intervenir dans nos questions allemandes, mais il faut que vous soyez renseignés exactement. Par exemple, vous nous dites de collaborer avec des gens qui nous ont jeté des bombes à Essen. Il est avantageux de dire aux adversaires tout son avis. Ajournez donc.

1112Serrati. Vous avez expulsé d’abord le KAD. On voulait, à la commission des mandats, malgré votre décision, leur donner un vote consultatif. Vous, vous allez tout de suite leur accorder un vote délibératif. Alors pour vous, il suffit d’avoir été indiscipliné, d’avoir combattu les communistes du KPD en Allemagne, pour que vous passiez l’éponge. C’est bien. Et alors lorsque vous nous demandez d’expulser Turati, nous ne le ferons pas ; nous vous l’enverrons l’an prochain au congrès et vous lui donnerez un vote délibératif.

1113(À ce moment du débat, il est 10 h. On discute depuis trois heures mais le bureau propose de recommencer le débat à fond. Que ces discussions traînent ! On répète les mêmes arguments. On parie sans fin.)

1114Lévi. Les Shop Stewards et IWW ne sont pas communistes. Et vous allez leur donner un vote délibératif. Vous faites comme la IIe Internationale. Vous voulez réunir chez vous n’importe qui. Je proteste contre cela. Il faut leur donner un vote consultatif comma aux indépendants d’Allemagne et aux Français. Les indépendants d’Allemagne sont des millions. Ils seront demain avec nous. Ne les traitez pas moins bien que les IWW ou les Shop Stewards.

1115Zinoviev. Il faut avoir deux mesures pour la droite ; il faut la méfiance à cause de la guerre impérialiste. Mais pour les ouvriers, pour les organisations qui se trompent, mais qui cherchent à combattre leur bourgeoisie il faut s’en rapprocher et les inviter à adhérer. Les anarchistes qui ont été avec nous pendant la guerre, il faut discuter avec eux et en Russie, l’expérience la meilleure consiste en ceci : il faut tâcher d’attirer les masses ouvrières.

1116Vijnkoop. Vous approuvez maintenant ce que vous condamniez dans le bureau d’Amsterdam que vous avez dissous. D’ailleurs, la question du vote est tranchée pour eux, puisque vous avez donné un vote plein à Pestagna, anarchiste espagnol.

  • 260 John T. Murphy (1888-1966), Écossais, membre du Socialist Labour Party dès 1917, fut un des leaders (...)

1117Murphy260. Anglais, Shop Stewards. Il s’agit ici de plusieurs représentants de ce mouvement. Il faut attacher ces éléments au communisme. Ces partis sont antiparlementaires, mais souvent ils ont appuyé les parlementaires dans les élections.

  • 261 Il s’agit du pseudonyme de Julian Marchlevsky.

1118Karsky261. Pas un vote délibératif à ces camarades, car après ils seront membres de la IIIe Internationale. Or, elle ne peut vivre que si elle est une, si elle a une tactique unique ; sans doute, il y a chez eux de bons révolutionnaires. Mais ils ne sont pas socialistes communistes. Nous ne pouvons déformer la IIIe Internationale, car ils ne peuvent être avec nous sur le même terrain politique. Donnons-leur toute notre sympathie.

  • 262 La Fédération américaine du travail était une confédération syndicale particulièrement modérée comp (...)

1119Bordiga. Il y a un abîme entre IWW et marxisme. Mais, de plus, il s’agit là de questions syndicales. Il est dangereux, dans une organisation politique marxiste, de mêler des mouvements syndicaux anarchistes. Le Comité exécutif propose dans ses thèses qu’il ne peut exister dans un pays qu’un parti communiste et alors Zinoviev se contredit en nous demandant de les admettre. Zinoviev nous dit : il faut distinguer entre les organisations de droite ou de gauche. Mais, l’opportunisme syndicaliste doit être écarté comme l’anti syndicalisme. Puis, vous condamnez vos thèses, car vous dites qu’il faut travailler les syndicats jaunes pour y trouver des éléments ouvriers. Or, ici, vous anticipez sur votre discussion sur les syndicats. Vous aurez à choisir entre les anarchistes d’Italie et nous. Il y a contradiction entre ces thèses et le discours de Zinoviev. Vous pouvez faire de la propagande chez les IWW262.

1120Vous venez dire : faisons risette aux ouvriers qui sont derrière eux. L’argument peut servir pour les hommes de droite ; eux aussi ont des masses derrière eux. Vous êtes incohérents. Nous restons d’accord avec vos thèses contre vous. Vous avez en Amérique, par exemple, le devoir de prendre des révolutionnaires aussi bien dans l’American Federation of Labour que dans les IWW selon vos thèses elles-mêmes.

1121Meyer d’Allemagne demande qu’on parle longuement à loisir. Il y a neuf orateurs inscrits ; laissez-les parler.

  • 263 Gustav Noske (1868-1946) social-démocrate allemand, qui s’allia avec les Corps francs d’extrême dro (...)

1122Lévi. Quelle est la différence entre l’admission à un congrès et l’admission pure et simple ? Au point de vue de l’opinion publique, tous ceux qui participeront au congrès seront considérés comme du parti. Nous avons d’autres tâches que vous. Nous avons à recruter et par conséquent, nous devons être clairs. Vous n’avez pas le droit de mettre derrière votre drapeau des hommes non communistes. Dans vos paroles, Zinoviev, il y a un grand courant opportuniste soi-disant gauche, soi-disant droite. Il y a deux voies pour l’ouvrier venant à vous, le tempérament ; mais il y a aussi les ouvriers qui, après avoir été organisés dans les jaunes viennent chez vous portés par la souffrance ; souvent, ils valent mieux que les exubérants. Il faut être implacable contre les chefs, mais non contre les masses qui les ont suivis. La question qui se décide est des plus importantes, car les communistes occidentaux fraient la voie au communisme. Si vous nous obligez d’assister à une décision qui risquera de faire mourir notre mouvement, nous quitterons Moscou ; nous avons été envoyés ici par des communistes pour faire du socialisme-communisme et non autre chose. (Lorsque Lévi dit : il faut être implacable contre Scheidemann et Noske263, Zinoviev ajoute : et Crispien.)

1123Pestagna. On reproche à la IIIe Internationale d’être très large pour les syndicats. Le Comité exécutif est loin des techniciens. Moi je représente une organisation communiste, un des seuls ici. La IIIe Internationale n’est pas une organisation. C’est un embryon, or il faut que nous fassions un organisme. Est-ce que vous voulez dire aux syndicats : voici vos limites. Pourquoi ? Vous niez tout droit aux syndicats. Il faut que la dictature soit imposée non aux ouvriers, mais aux bourgeois. La logique du congrès serait de donner aux syndiqués, voix délibératives pour les questions syndicales et pour le reste, consultative. Vous voulez nous imposer des conditions ? Or, les questions d’organisation et technique, c’est notre affaire. On m’a écarté. On a de l’aversion pour moi ; or, lorsqu’il faudra se battre, je serai là.

1124Boukharine. Lévi fait abstraction de notre époque qui est révolutionnaire. Maintenant, on peut mobiliser nos forces. Nous pouvons nous donner le luxe de prendre des amis un peu partout parce que nous sommes assez forts pour leur imposer notre ligne. Nous sommes une attraction pour toutes les forces. Bordiga crée un mur chinois entre les marxistes et les autres. Être marxiste, ce n’est pas très [ill. subversif ?].

1125Si en Allemagne, on avait la dictature du prolétariat, il y aurait lieu d’appliquer la discipline. Maintenant il faut attirer les travailleurs. Si Lévi avait été logique, il devait demander qu’on ne donne pas de vote à Pestagna et Rosmer.

1126Rakovsky Il y a des Anglais et des Américains ici qui ne sont pas communistes ; ils se développent dans ce sens.

  • 264 Christo S. Kabakchev (1878-1940), socialiste bulgare depuis 1897 et communiste depuis 1919, partici (...)

1127Kabakchev264 (Bulgare). On doit donner voix délibérative aux ouvriers. Il faut avoir en vue la situation politique et révolutionnaire de ce moment. La plupart des pays d’Europe sont déjà en guerre civile. Nier en ce moment le droit des organisations ouvrières auxquelles il ne fut jamais offert de prendre part dans le congrès constitutif de la IIIe Internationale, cela signifie que nous nous mettons dans une situation impossible d’influencer le développement de la révolution. C’est pourquoi il vaut mieux avoir confiance dans les organisations de gauche. La Ire Internationale a englobé en 1864 tous les révolutionnaires. Aujourd’hui, c’est plus nécessaire encore. Il n’y a aucun danger que nos principes ne soient pas votés ; alors ils seront obligatoires pour toutes les organisations ouvrières qui sont là. Il faut faire une organisation de masse, non de secte.

  • 265 Rosi Wolfstein, née en Allemagne en 1888, fit des études commerciales. En 1908 elle adhéra au parti (...)

1128Rosa Volfstein265, communiste allemande, trois fois en prison, brune, passionnée, qui a guidé le mouvement de la Ruhr, fait partie de la délégation allemande avec Lévi et Meyer.

  • 266 Mikhail G. Tskhakaia (1865-1950), Géorgien, se joignit au parti social-démocrate russe dès sa fonda (...)

1129Tsakhaia266 (Géorgien). D’accord avec Boukharine.

  • 267 Louis Fraina (1894-1953), de parents italiens émigrés aux États-Unis, employé puis journaliste, adh (...)

1130Fraina267 (CP américain). Les IWW sont révolutionnaires. Il ne faut pas les confondre avec le KAPD. En Allemagne, il n’y a dans les syndicats, que les extrêmes. En Amérique, les IWW et les communistes feront le juste milieu. Les Shop Stewards se plaignent de la façon dont ils sont reçus ici ; il faut leur donner le vote.

1131Nous rentrons à l’hôtel à minuit. Pas de thé ! Reed n’est pas content ! Il dit que tout est désorganisé à Moscou, ville d’incompétents et de bureaucrates qui n’ont pas su fournir aux travailleurs ce dont ils ont besoin et qu’ils méritent tant

1132Ordre du jour du congrès.

1133Parlementarisme.

1134Syndicats professionnels et comités d’usine.

1135Le parti communiste avant le pouvoir.

1136Question nationale et coloniale.

1137Question agraire.

1138La grande question.

1139Organisations légales ou secrètes.

1140Création de la IIIe Internationale : 21, 22, 23 avril 1919.

1141Quinze mois après, IIe congrès.

  • 268 La plate-forme de l’internationale communiste, rédigée par Boukharine, fu acceptée avec une abstent (...)

1142(Documents à publier : la plate forme de l’IC (n° 1 de l’IC)268.)

1143Nos réunions au Comité exécutif (6).

1144Réunions en Russie :

11451) Au théâtre de Moscou ;

11462) À l’usine de Sormovo ;

11473) À l’Armée rouge à Samara ;

11484) Aux ateliers de chemins de fer de Saratov ;

11495) Aux cheminots de Tambov ;

11506) Aux ouvriers de la manufacture d’armes de Toula ;

11517) Aux ouvriers du textile d’Ivanovo ;

11528) Aux ouvriers du district nord de Moscou ;

11539) À Moscou (groupe communiste du Nord).

1154Pour Marchand par Cuassy et Kopp. Lui envoyer Populaire, Humanité, Vie ouvrière, Revue de politique coloniale et orientale, Officiel sur les discours et documents (sic).

1155Mme Bontron, 25, Avenue Reille, cinq caisses de Kamenev. Y sont-elles encore ? Les prendre et les lui envoyer.

1156Hausnes, La Collection Philatélique.

1157Steklov. Rédaction des Izvestia centraux, Tverskaia, 48, Moscou.

1158Trouver à Steklov éditeur pour la traduction de son livre sur Bakounine (5 volumes de 400 pages). Envoyer à Steklov L’Huma, Le Populaire, Le Journal du Peuple, La Vie ouvrière, Clarté, Voix paysanne, Le Temps.

1159La fille : Marie Georgesco, 88, Folie-Méricourt. Son mari : étudiant à la fac de Médecine. Lui envoyer œuvres de Bakounine, VII, VIII sq.

1160René Penin, de la Vienne (Sadoul), bijoutier, secrétaire Jeunesses 18e

1161Les ouvriers de l’usine Sormovo.

1162Envoyer à MacLaine, Scottish Labour College, Glasgow, la musique des chants révolutionnaires français.

1163Mme Kester pour M. Guillaume.

1164Cette vieille Mme Sadoul.

---------------------------

Vendredi 25 juin 1920269

  • 269 Suit en marge des Carnets des indications lacunaires de Marcel Cachin du 25 juin au 31 juillet.

1165Tchoukine, Hintchouk, Boukharine.

Mercredi 30 juin 1920

1166Kremlin (Stouchevsky, L’Armée rouge).

Samedi 3 juillet 1920

1167Volga. (A. Sorel. L’Europe et la révolution.)

Samedi 31 juillet 1920

1168Reval.

1169Mission en Russie (juin-juillet 1920).

1170« Le jour où le prolétariat de l’Europe et de l’Amérique s’emparera de l’État, il devra organiser un pouvoir révolutionnaire et administrer dictatorialement la société, tant que la bourgeoisie considérée comme classe sociale, n’aura pas disparu. » (Paul Lafargue.)

1171« L’État soviétiste n’est que l’État de transition au socialisme. » (Trotsky, Terrorisme et communisme, p. 211.)

---------------------------

Vendredi 23 juillet 1920

1172Nous sommes éveillés par des chants matinaux. Ce sont des soldats qui passent et qui entonnent un chœur superbe. Voilà deux jours que dans la rue peu fréquentée que borde l’hôtel, ce bataillon nous régale de ce spectacle qui n’est peut-être pas fortuit. Comme les Allemands, les Russes savent chanter en chœur et celui-ci était grave, profond, un peu mélancolique, fort beau.

1173On nous annonce l’arrivée de Lafont et de sa femme pour aujourd’hui. Hier, à la réunion du Comité exécutif, grand débat sur l’admission de certains éléments révolutionnaires : Shop Stewards, IWW, KAPD. La thèse des Russes est que dans le moment révolutionnaire actuel, il ne faut négliger aucune force ouvrière active et qu’il faut au contraire tenter de se l’agréger. C’est pourquoi, après avoir dans leurs thèses violentes, combattu les anarchistes, les syndicalistes, les antiparlementaires, dans la pratique ils tentent de rester en contact avec eux, espérant les obliger à accepter leur point de vue. C’est la raison de leur politique vis-à-vis du KAPD à deux ailes : la section de Hambourg (Laufenberg) qui est bolchevik nationaliste et pour la revanche. Celle de Leipzig avec O. Rühle, anti parlementaire et contre l’existence même du parti lorsque les Soviets seront constitués. Le parti communiste est une chose transitoire, une arme de combat passager, il doit s’évanouir quand la révolution sera faite. Le Comité exécutif a exclu le KAPD. Après une entrevue qui dura trois heures, Rühle quitta Moscou ; il est en ce moment à Petrograd. Alors intervint le Comité central du parti russe. Celui-ci insista pour que toutes démarches soient faites près de Rühle et du KAPD afin qu’il revienne ; on lui offre l’admission au congrès avec voix délibérative. Que répondra-t-il ? En attendant, Lévi déclare que si on offre au KAPD pareille situation au congrès, le KPD s’en ira. Lévi a déclaré même que la rupture était faite. Ce matin, on tente de le retenir à son tour. Lévi prétend que c’est là une incohérence, un manquement aux principes, un opportunisme de gauche qui ne vaut pas mieux que l’opportunisme de droite. Pour prendre la chose de plus haut, les Russes ne se trompent-ils pas en cherchant ainsi à travers le monde, tous les partis ou sectes, petites ou grandes qui s’affirment révolutionnaires ? En France, Abramovitch obéit à ce mot d’ordre. Il pense qu’en ajoutant les uns aux autres les petits groupes révolutionnaires, anarchistes communistes syndicalistes, on peut constituer une force d’assaut contre le régime, sans même avoir besoin du parti socialiste français. Il semble bien que ce soit là une bien grande pauvreté psychologique. Il ne suffit pas qu’on ait fourni à quelques groupements réduits et tous divergents d’idées, le moyen de s’affirmer, de voyager, de créer quelques organes, qu’on aura préparé sérieusement le mouvement révolutionnaire. Ce qui serait peut-être préférable, ce serait, la paix faite, de se mettre d’arrache-pied au travail de reconstruction intérieure en Russie, de faire un pays communiste russe solide et c’est cet exemple-là qui déterminerait le reste du monde à l’action, fatalement. On nous annonce que l’Angleterre se saisit du document de Tchitchérine pour refuser l’entrée à Kamenev et à Krassine. Elle demande la paix immédiate sous menaces ; on ajoute que la France met sur pied de guerre deux corps d’armée. On redoute l’entrée en scène de la Roumanie qui opérerait vite sa jonction avec Wrangel. Ainsi se repose la question de la paix. Même si l’Entente ne devait pas respecter la paix, ne vaut-il pas mieux la conclure tout de suite ? Continuer de donner au monde l’exemple de la haine de toute guerre ? Profiter du répit qui donnerait la paix et du prestige grandissant de la grandeur d’âme dans la victoire. Et ne faut-il pas redouter certaines griseries ?

1174Nous proposons à Taratuta de revenir en France comme représentant à la place d’Abramovitch.

1175Lafont et sa femme sont arrivés. Ils sont restés huit jours à Varsovie en venant ici. À Varsovie on est décidé à la résistance si les Russes entrent sur le territoire polonais. Même les socialistes sont décidés à la résistance. Il y a un grand mouvement antisémite et anti socialiste qui se développe. Et en cas d’invasion russe, il faut redouter des actes de Terreur blanche antisémite. Les Polonais viennent d’offrir l’armistice. Rakovsky nous explique qu’il n’est pas possible d’accepter l’armistice pure et simple. Il va se produire une contre-proposition russe de paix.

1176[ill.]

1177Nous voici au congrès dont c’est enfin l’ouverture. La salle du trône du palais impérial au Kremlin est préparée habilement. Le trône et les aigles sont recouverts d’une grande draperie rouge.

  • 270 Aucun délégué de ce nom ne participa au IIe congrès de l’Internationale. Mais le passage est diffic (...)

1178Sadoul nous raconte que la plupart des membres du Comité exécutif russe ont donné leur démission. Zinoviev, Radek, Taratuta, etc., puis qu’ils l’ont retirée. On trouve généralement qu’ils sont trop indulgents pour le discours prononcé hier par Levi. Nilkerk270 me dit : il s’est classé hier à notre droite ce qui est grave pour un communiste.

  • 271 Maurice Vandamme, dit Mauricius (1886-1974), fut successivement commis d’architecte, employé dans u (...)

1179Il est arrivé un grand nombre de Français des groupes communistes, des [ill.] de Soviets et jusqu’à Mauricius271. Pour ce dernier, ce fut tout de même assez difficile à absorber. Taratuta nous fit venir, Rosmer, Frossard et moi ; nous lui racontâmes l’incident Malvy à la Haute Cour. On décida de coffrer Mauricius. Il fut en effet livré à la Tchéka qui ne veut pas le maltraiter, mais le faire juger sur les imputations contre lui portées. Rosmer a été très catégorique à son propos.

1180Il est entendu que nous aurons demain un entretien avec Trotsky durant le congrès.

  • 272 Il s’agit du Bulgare Stoïan Mineff (1891-1959), qui utilisait le pseudonyme de Lorenzo Vanini (mais (...)
  • 273 Aron Goldenberg, né en 1898, vraisemblablement en Roumanie, grandit à Paris. Il adhéra au parti soc (...)
  • 274 Raymond Lefebvre (1891-1920) étudia à la Sorbonne avant de devenir journaliste. Blessé durant la gu (...)

1181Le congrès est ouvert par Lénine à 8 h 20. À notre table française, Abramovitch, Lorenzo272 (un Bulgare chargé avec Abramovitch de la propagande en France), Goldenberg273, Sadoul, Guilbeaux, Frossard et Cachin. Rosmer est au bureau. R. Lefebvre274 sera là demain.

1182Le rôle du parti communiste avant et pendant la révolution.

1183Les syndicats.

1184Le parlementarisme.

1185Telles sont, dans l’ordre, les trois premières questions à discuter.

  • 275 Il doit s’agir de Nikolaj N. Krestinsky (1883-1938), vieux bolchevik, membre du Comité central depu (...)

1186Christiansky275, ministre des Finances est secrétaire du parti.

  • 276 Référence à la guerre russo-polonaise.

1187Malgré les graves événements de ces jours276, tous les commissaires du peuple sont là, Rakovsky, Rykov, Trotsky, Karakhane, Lénine et de nombreux autres. Pour eux, ce qui est essentiel c’est le parti, sa vie, son avenir, sa direction.

1188Dans le fond de la salle, à la première banquette du public : Mme Radek, Mme Kamenev, Mme Rakovsky, Mme Sadoul. Les deux premières sont, dit Taratuta, les femmes les plus désagréables de toute la Russie soviétique. On a déjà confié plusieurs postes à Mme Kamenev, mais de partout on dut se séparer d’elle.

1189En ce moment, son mari lui a confié la direction des arts à Moscou. Quant à Mme Radek, elle s’est déjà à plusieurs reprises, séparée de son mari, puis elle est revenue. La femme de Lénine travaille beaucoup dans un service du Commissariat de l’instruction publique. Elle est réputée pour recevoir les gens avec une patience et une courtoisie sans limites.

1190Zinoviev a la parole sur le rôle du parti communiste.

1191Nous vivons à une époque où les opinions changent rapidement. C’est là une conséquence de la crise capitaliste. Souvent, on oppose la masse au parti. Comment l’hostilité a-t-elle pu naître contre le parti ?

11921°) Parce que la bourgeoisie, par tous les moyens, a cherché à inculquer ces idées. La bourgeoisie a dit : la classe ouvrière n’a pas besoin de parti. À quoi bon un parti ? Il vaut mieux que vous ne fassiez pas de politique. Parler ainsi, c’est ne rien comprendre aux besoins des ouvriers.

11932°) Puis, il y a eu la trahison des partis sociaux-démocrates ; or, cette trahison n’a pas changé les nécessités. C’est la même chose pour l’action parlementaire. Il y a des ouvriers qui croient que le Parlement est une chose mauvaise. C’est que souvent les parlementaires les ont trahis. Or, il ne faut pas généraliser les fautes, les erreurs. Dans les thèses de Zinoviev, il est dit que le parti est l’avant-garde de la classe ouvrière. Mais le parti communiste peut devenir la majorité. Dans l’État bourgeois, le parti est petit et chétif, mais au fur et à mesure que le pouvoir, la science, l’art, la presse passent aux mains des socialistes-communistes, le parti augmente. L’exemple de la Russie montre la nécessité absolue d’un parti. On a commis des erreurs ici, la plus importante est celle d’un parti centralisé, à la discipline de fer. Les syndicats ont tort de penser qu’il n’y a plus besoin d’un parti quand la révolution est faite. C’est inexact. Notre histoire prouve que la nécessité d’un parti aimé passionnément est plus grande que jamais. Notre parti russe a une tradition. Prison, déportation l’ont aguerri. Depuis la révolution, on fait un recrutement le plus intense possible. Pas une question ne peut être résolue sans un programme politique manié par un parti. À l’heure actuelle où la guerre civile va éclater partout, impossible de mener une action révolutionnaire sans les syndicats, ni le parti. Ils ont l’exemple des social-démocrates allemands, du groupe parlementaire italien d’avocats. Ce sont ces partis qui découragent les ouvriers. Mais il y a des partis qui correspondent à l’idéologie de la classe ouvrière. Il faut éliminer des groupes parlementaires, les avocats, les intellectuels. Il ne faut qu’un certain contact avec eux, mais non dans le parti.

1194On dit : il y a en Russie, non dictature du prolétariat, mais d’un parti. C’est faux. Le parti communiste n’est que l’expression la plus exacte de l’idéologie la plus pure de la classe ouvrière et de ses intérêts.

1195L’Internationale communiste est convaincue que la faillite de la IIe Internationale n’est pas la faillite des partis. Aujourd’hui, il est nécessaire de faire un nouveau Parti. Les anciens partis étaient composés de petits bourgeois et quand les anti parlementaires critiquent la politique et les partis, ils ont tort, il faut un parti ouvrier révolutionnaire communiste. Dans le moment actuel, quand on passe à la lutte civile, il faut un parti communiste. Celui-ci ne peut pas se substituer aux syndicats, ni réciproquement. Pas plus que les Soviets ne pourront remplacer le parti politique remplaçant la totalité de l’idéologie de l’avant-garde ouvrière déjà consciente.

1196Soviet – syndicat – parti.

1197C’est le parti qui est l’avant-garde et qui défend la classe ouvrière dans sa totalité. C’est pourquoi la thèse des IWW est réactionnaire. Après 1905, les mencheviks parlaient ainsi : les travaillistes anglais et américains veulent remplacer les partis ouvriers par d’informes syndicats. La politique des industrialistes a les mêmes préjugés que la bourgeoisie voulait inculquer à la classe ouvrière parce que la classe ouvrière se désintéresse de ses droits. Un parti politique est plus nécessaire que jamais. Les ouvriers, les organisations réelles, comment résoudre les problèmes les plus urgents ? Nous avons vu combien est nécessaire l’Armée rouge. Les divisions seront-elles faites selon les professions ? Non, l’Armée rouge est l’expression d’une idée qui anime toute la classe ouvrière. Si pendant la Commune, il y avait eu un parti communiste, elle ne serait pas tombée dans les erreurs où elle est morte. Le parti communiste l’aurait guidée, aurait pu indiquer à la classe ouvrière le but et les moyens. Toutes les tentatives d’alors eussent été moins tragiques s’il y avait eu un Parti.

1198Lorsque vous passerez au vote, il faut que les camarades se souviennent de l’idée essentielle. Nous ne prétendons pas imposer à tous notre exemple russe, mais ce qui représente la Russie, c’est l’expérience de la première révolution et les organisations ouvrières doivent se souvenir de l’expérience de la Russie qui a été en face des masses ; s’il a pu les guider à la conquête du pouvoir et à la victoire, c’est qu’il y a un parti de camarades qui mettent au-dessus de tout l’idéal de leur parti.

1199Un camarade des Shop Stewards d’Angleterre répond à Zinoviev.

1200On n’est pas informé du mouvement des Shop Stewards anglais. Il faut connaître les conditions de l’Angleterre quand les Shop Stewards sont nés, s’est fondé sur la solidarité industrielle, ce sont eux qui ont fait pénétrer les principes communistes dans les cerveaux ouvriers anglais. Le camarade demande que l’on étudie leur mouvement. Quant aux grands syndicats, il faut les attaquer de l’intérieur.

1201MacClean désire un amendement aux thèses. Il y a en Angleterre, qui comprend tous les partis et les syndicats, le Labour Party. Il y a partout une tendance qui pousse à faire sortir les partis de gauche du Labour Party. Le Labour Party a un appareil énorme et deux organes énormes. Il faut y rester pour faire la propagande. Les masses du Labour Party deviennent toujours plus révolutionnaires. Il faut rester dans le Labour Party pour exercer cette influence.

1202Les Shop Stewards ayant une grande sympathie pour le communisme, MacClean est content, car jusqu’ici les Shop Stewards étaient hostiles au social-communisme.

1203Pestagna. Nous ne sommes pas d’accord avec le fond du rapport de Zinoviev. Les syndicats sont plus importants que Zinoviev ne le dit. On dit que les syndicats réactionnaires ou révolutionnaires sont les mêmes, c’est faux. Nous avons réussi à détruire les partis démocrates dans notre pays. Or, aujourd’hui, la bourgeoisie espagnole voudrait que nous fassions de la politique. Je suis anarchiste : il faut que les syndicats soient dirigés. L’organisation de la révolution russe. Je ne partage pas son point de vue ; peut-être aurait-on pu faire autrement. Une armée n’est pas nécessaire pour faire une révolution. Il ne faut pas dire que c’est le parti qui a fait la révolution, c’est le peuple. Il faut laisser l’autonomie aux syndicats.

1204Un autre Shop Steward. (Ils disent qu’ils sont 500 000 en Angleterre.) Nous ne sommes pas antipolitiques mais antiparlementaires. La dictature du prolétariat ne doit pas être celle d’un parti, mais celle d’une avant-garde comme les Shop Stewards. Il ne faut pas comparer les conditions de l’Angleterre et de la Russie.

  • 277 Il est probablement question du British Labour Party, le parti travailliste britannique.

1205Il s’étonne des objections de MacClean. Ceux qui sont dans les Shop Stewards ont quitté le British277 pour n’y plus perdre de temps. Il ne faut pas pousser les ouvriers à l’action parlementaire. Les Shop Stewards sont pour l’action directe uniquement. Elles ont enseigné aux partis politiques l’action directe. La IIe Internationale a eu le tort de ne pas avoir de caractère. Il craint qu’ici on donne un caractère trop dogmatique et trop doctrinaire. Si on veut obliger à des détails, non ! Il faut des directives très généralesa

1206Depuis qu’il est en Russie, son idée sur le révolution russe s’est modifiée. On ne tient pas assez compte du syndicalisme. Il ne sait pas encore ce qu’il en dira en rentrant en Angleterre.

1207Wijnkoop ne veut pas que les communistes anglais adhèrent au Labour Party. Il combat MacClean. Il veut éviter tout dogmatisme. Les conditions de la Russie sont autres que les autres pays. Ils ont fait leur révolution dans des conditions exceptionnelles. Vous ne pouvez pas nous donner vos conseils. Il y a des exemples que nous ne pouvons pas imiter. Il faut établir les lignes générales en étant très souple, et en permettant aux partis d’adapter les idées générales aux conditions spéciales de leur pays.

1208Lévi. Entre le parti et la classe, il y a un lien. Il faut montrer clairement la voie à suivre : comment s’approcher des masses ? Syndicats, Soviets, parti. Il faut être prudent pour créer des organisations nouvelles. Il faut aux organisations une base économique ou politique. Il faut être prudent quand il s’agit de détruire les vieilles organisations. Les vieux syndicats allemands ont 9 millions d’adhérents. Il faut être prudent lorsqu’il s’agit de multiplier les organisations. On ne peut discuter avec Pestagna. Ce serait une erreur du parti britannique de quitter le Labour Party. Ce qu’il faut recommander, c’est dire les méthodes précises du communisme dans tous les pays.

  • 278 Arthur Henderson (1863-1935), chef du parti travailliste anglais, était membre du cabinet présidé p (...)

1209Serrati. Qu’est-ce qu’un demi-prolétaire ? Un paysan moyen ? Il ne faut pas encourager les scissions dans les vieilles organisations. Vous dites : restez dans le Labour Party avec Henderson278, alors qu’est-ce que vous dites pour Turati ?

1210Un communiste anglais. Il est en désaccord avec ceux du parti britannique qui pensent faire partie du Labour Party. Ce n’est que le British Socialist Party qui est seul communiste dans le Labour Party. La grande masse ouvrière qui devient de plus en plus révolutionnaire est de plus en plus dégoûtée du Labour Party. Loin d’y aller, il faut rester autonome. Si on admettait l’admission dans le Labour Party ce ne peut être que comme membres des syndicats, non comme communistes, car alors ils seraient liés ; ils ne pourraient plus épurer le parti.

1211Lénine. Lénine, au milieu de tous ses soucis, prend la peine de prendre chacune des petites thèses qui ont été apportées par les différents orateurs et de leur montrer leurs erreurs.

1212Les Shop Stewards sont pour la dictature du prolétariat. Mais il n’a pas compris à notre façon. Pour les Anglais, c’est une minorité ; si elle est consciente et énergique, elle est donc capable de donner des solutions à toutes les questions militaire, sociale, économique.

1213Alors, c’est un parti. Et ce n’est plus qu’une question de mots. Il n’y a jamais que la minorité qui peut mener la classe prolétarienne ; c’est notre expérience russe et celle de toutes les révolutions, surtout celle de la révolution française. Si les camarades anglais reconnaissent que la minorité doit éduquer la classe ouvrière, nous sommes d’accord.

1214Pour MacClean, il veut que le parti communiste rentre dans le Labour Party. Je suis de son avis. Serrati dit : c’est une collaboration des classes. Non, car le Labour Party c’est la classe ouvrière et le Labour Party laisse liberté à tous les partis dans son sein. Si nous ne savons pas organiser la majorité des travailleurs, si la minorité ne sait pas mener, éduquer, organiser, diriger la masse ouvrière, il n’y aura jamais dictature du prolétariat. Il y a deux partis communistes anglais, l’un veut aller au Labour Party l’autre non. Et nous, nous disons avec notre expérience : il faut s’affilier. Mieux vaut vivre une période de scission ouverte et claire, car la classe ouvrière apercevra vite la vérité.

1215Trotsky. Trois quarts de siècle après le manifeste communiste, il est étrange qu’un congrès soit obligé de se demander s’il faut ou non un parti. C’est choquant pour un congrès comme le nôtre d’être obligé de discuter cette question. Si nous avions devant nous Renaudel ou Scheidemann ; ils savent bien ce que c’est qu’un parti, comme un tremplin pour leur carrière, pour la carrière de petits-bourgeois intellectuels. Ce sont eux qui ont fait repousser par les ouvriers l’idée de parti. Entre ces hommes et un ouvrier américain, anglais ou espagnol, mais révolutionnaire, je suis prêt à expliquer à ces camarades ce qu’est le Parti. En France et en Angleterre, les tendances syndicales ont été en réaction contre la politique. Au début de la guerre, j’ai vu Rosmer et Monatte, anarchistes. Ils voient la nécessité d’un parti communiste. Il faut une minorité qui libérera le prolétariat. Il faut un parti centralisé sous la direction de cette minorité. Le parti ici, est identifié avec la révolution. Nous sommes ici la représentation du prolétariat mondial qui veut étudier toutes les formes de l’action prolétarienne. Nous avons reçu aujourd’hui la proposition de paix de la Pologne. À qui devons-nous nous adresser ? Aux cheminots ? Aux nihilistes ? Non. Nous n’avons que la représentation des Soviets et dans les Soviets, il y a des membres conscients qui ont élu un Comité central. C’est le Comité central qui tranche la diplomatie, l’armée, le ravitaillement.

1216Il faut une conscience organique, prudente, expérimentée de la classe ouvrière. C’est le parti. Serrati nous a demandé ce que sont des demi-prolétaires. Veut-on nous dire que nous faisons de l’opportunisme ? Qu’est-ce que l’opportunisme ? Est-ce la concession comme telle ? Non, si un ouvrier essaie d’expliquer sa pensée à de plus arriérés, c’est à cause de la résistance. Non. Nous sommes au pouvoir. Nous avons devant nous de grandes couches paysannes qui ont encore des restes de l’époque moyenâgeuse, barbarie féodale, bariste. Or, c’est une question de les influencer, de les diviser en divers groupements, d’entraîner les uns, de neutraliser les autres, de supprimer d’autres. Ces concessions sont salutaires puisqu’elles gardent les prolétaires au pouvoir. Mais le parti qui est dans l’opposition, quand il fait les compromis avec la classe bourgeoise, c’est pour prolonger le régime capitaliste, ce n’est pas la même chose que les concessions des communistes pour faire avancer le communisme.

1217Nomination d’une commission qui rapportera demain soir sur le sujet. La séance dure jusqu’à 2 h 45 du matin.

1218[passage rayé]

1219Les Anglais qui reviennent de Russie ont donné leur rapport : « C’est le blocus qui est la cause du mal en Russie. Pas de vêtements, de chaussures, d’outils à la campagne. Les villes manquent d’approvisionnement. Faible productivité des travailleurs. Les chemins de fer ne peuvent transporter que des vivres et du matériel de guerre pour le front. Les machines n’ont pas de pièces de rechange. Les usines produisent seulement canons, fusils, tanks. En 1918 et 1919 choléra, typhus et pneumonie ont fait rage : 300 000 victimes du typhus. Pas de médicaments. Il est étonnant que dans ces conditions le pouvoir soviétique ait réussi à maintenir l’ordre, la discipline, et à se faire admettre par tout le peuple. L’intervention a fait grand bien au bolchevisme (passage rayé par Cachin.)

1220Les mineurs de la Ruhr ont déclaré dans une réunion à Morthausen qu’ils sont prêts à recourir à la reconstitution des régions envahies, qu’ils sont indifférents à l’occupation par les Alliés du bassin de la Ruhr, mais qu’ils lutteront contre toute tentative de réduire les ouvriers allemands en esclavage.

1221D’Aragona nous dit : « Dans ce congrès, il y a au moins douze partis. » Il ajoute : « Les Russes ont envoyé de l’argent à Bordiga pour qu’il vienne ici en dehors de la délégation officielle. Ils entretiennent en Italie des petits groupes comme en France. En réalité, ils ne connaissent pas du tout l’Italie. Ils exigent l’exclusion de Turati et de ses amis. Si on les met dehors, ils feront un grand parti. »

1222[fin du passage rayé]

1223Breitscheid déclare à la Commission des affaires extérieures de Berlin qu’il est indifférent aux ouvriers de la Ruhr de travailler pour les capitalistes alliés ou allemands.

Samedi 24 juillet 1920

1224Taratuta me rappelle qu’au début de la révolution, le mot d’ordre fut : « Volez les voleurs ! » Et qu’à la campagne, on déchaîna le mouvement des paysans pauvres contre les koulaks. Il y eut évidemment des excès, mais l’œuvre de destruction du capitalisme en fut hâtée. Puis après le désordre qui suivit, est venue la période difficile de l’organisation. Au terme, c’est-à-dire aujourd’hui, la Russie est le pays de l’Europe où règne l’ordre extérieur le plus strict. C’est pour cette raison que Lénine aujourd’hui accueille avec satisfaction les IWW, les Shop Stewards et les syndicats français. Bien qu’ils soient dirigés par des hommes qui repoussent le marxisme et les procédés de la dictature du prolétariat, qui protestent contre le régime russe, ce sont des hommes d’action qui serviront les débuts de la révolution. Les IWW en particulier sont traqués en Amérique, comme des bandits ; ils sont énergiques et courageux. Malheureusement, ils ne sont pas nombreux : 80 000.

1225Quant aux Shop Stewards, MacClean me dit qu’ils sont à cette heure peu nombreux, mais que leur mouvement contient des possibilités d’avenir très grandes.

  • 279 Il s’agit du Français Marcel Vergeat (1891-1920), mécanicien et anarchiste. Il était secrétaire du (...)

1226On annonce l’arrivée de Raymond Lefebvre, Verglot, Lepetit279. et deux autres délégués.

  • 280 Il s’agit probablement de Nikolaj A. Morozov (1854-1946), révolutionnaire russe, Narodniki. Il fut (...)

1227Morozov280 vient nous demander d’aller rendre visite à une usine d’électricité qui va être inaugurée à 100 kilomètres de Moscou, sur la ligne de Kazan. La tourbe du pays servira à chauffer les fours ; on a élevé des maisons ouvrières, une maison du peuple ; toute une organisation est prête pour 2 000 ouvriers. Le tout a été réalisé par les bolcheviks en ces deux dernières années, au milieu de grandes difficultés.

1228Il y a encore certains bourgeois qui ont conservé leur appartement. Les acteurs et actrices sont très bien payés et vivent bien, avec les produits de la spéculation. Ils touchent des cachets énormes et jouissent de grands privilèges.

  • 281 La grève des cheminots français de mai 1920 prit une grande ampleur, mais fut finalement un échec. (...)

1229Deslinières pense que l’ambition du Comité exécutif de diriger de Moscou l’ensemble des opérations dans tous les partis du monde est dangereuse. Ils ignorent les conditions de lutte réelle dans les diverses nations. Ils ne connaissent pas les hommes sur lesquels ils veulent s’appuyer. Ils donnent leur confiance en ce moment, à des organisations et à des personnalités qui sont opposées à leur conception marxiste et qui ne possèdent aucun crédit. Il serait préférable qu’ils laissent plus de liberté et d’autonomie à chaque parti de chaque nation. Sadoul vient nous dire que Lepetit se refuse à assister au congrès ; il vient étudier le mouvement syndical. Raymond Lefebvre (qui a pris la gale à bord) est comme toujours très excité. Il déclare qu’on aurait pu prendre le pouvoir en mai281. Il dit aussi que si Frossard et moi voulions entrer au comité de la IIIe Internationale, nous serions reçus à bras ouverts. Nous répondons à Sadoul que l’arrivée de Lepetit, comme celle de Mauriius n’avait rien pour augmenter le prestige de la IIIe Internationale. Puisque l’autorité de Raymond Lefebvre ne suffisait pas à cautionner des affirmations aussi énormes. Le pouvoir était si près de nous en mai que le gouvernement a pu dissoudre la CGT sans provoquer en France le moindre mouvement. Et d’ailleurs, toute l’action de la grève a été menée en parfait accord avec les tendances les plus extrêmes du parti et des syndicats. En principe, la IIIe Internationale ne peut pas renoncer à tout esprit critique et accueillir les affirmations sans contrôle de camarades qui, du reste, ne représentent que des fractions restreintes de la classe ouvrière. Si la IIIe Internationale se fie uniquement à ces affirmations, l’œuvre qu’elle veut construire sera menacée dans son principe. Elle doit tenir compte de ce fait, que pour évoluer les grandes organisations ont besoin de temps et d’examen sérieux.

1230Voici 8 h. C’est l’heure indiquée pour la réunion de la deuxième journée du congrès. Lafont et sa femme arrivent. Ils sont logés dans un quartier lointain. Mme Lafont est venue à pied. Elle a été arrêtée en route par plusieurs personnes qui lui ont demandé l’aumône et du pain. Leur intention est de rester six semaines en Russie.

  • 282 Il s’agit de Jakob Friis (1883-1956), journaliste socialiste norvégien, qui soutint l’adhésion du p (...)
  • 283 Jules Humbert-Droz (1891-1971), pasteur pacifiste et antimilitariste suisse, se rapprocha des idées (...)

1231Mme Armand (Inessa) du Comité exécutif, Friss de Norvège282, Lounatcharsky, Pokrovsky, célèbre historien russe, Ossinsky, Manouilsky (agriculture en Ukraine), Humbert-Droz283, Cohn.

1232Kamenev m’explique qu’il a reçu à Reval un message anglais. Il ne sera reçu en Angleterre que lorsque la Russie aura signé l’armistice avec la Pologne. Le gouvernement russe a répondu qu’il n’était pas dans les habitudes internationales d’interrompre, sous des prétextes, des négociations en cours.

1233La séance s’ouvre à 10 h. Le présidium propose de se diviser en cinq commissions de 11 membres. Chaque délégation nationale présentera un nom. Le présidium choisira 11 membres. Les délégués américains ayant entendu le Comité exécutif décident de s’unifier ici et de travailler comme un seul groupe.

  • 284 Il s’agit de la « Résolution sur le rôle du parti communiste dans la révolution prolétarienne » éla (...)

1234Zinoviev rapporte sur la question du rôle du parti284. Ce qui nous est apparu hier avec force, c’est la pauvreté en hommes de ce congrès (en dehors des Russes) et les divergences profondes qui séparent ceux qui sont réunis ici.

1235Zinoviev. Il y avait huit pays représentés à la commission. Ils ont été unanimes à accepter les thèses, sauf quelques petits changements. Quant au sens et au contenu, pas de grand changement. Cependant, page 7, la classe ouvrière doit lutter avec l’arme dans les mains... Si la Commune avait eu un parti fort en 71, des faiblesses eussent été évitées. Les luttes vont être décisives...

1236Sur la thèse trois, la commission a évoqué des exemples d’autres pays que la Russie. Sur la thèse cinq, on proclame la nécessité d’une insurrection armée et d’une minorité énergique. Le parti communiste représente la minorité énergique qui est à l’avant-garde du mouvement ouvrier. Alors, que disent les anarchistes. À l’alinéa six, pour intéresser les masses à la vie politique, on invite les ouvriers non socialistes. Que discute-t-on ? L’alimentation, les habitations, etc., (nous voyons divers groupements, mutilés, femmes, etc. cherchant le moyen de s’organiser). Comment les initier au socialisme. Il faut les y faire venir. Et dès lors, ils viennent s’ajouter au Parti lui-même. Ne comparons pas trop la Révolution française avec notre révolution. Rien ne peut animer une révolution si ce n’est le parti. Il faut que des hommes comme Pestagna comprennent que c’est le parti, l’outil dont elle a le plus besoin. On a parlé d’autonomie pour les diverses nations. C’est le langage de la IIe Internationale. C’est impossible. Il rappelle Marx. La Ire Internationale a succombé parce qu’il n’y avait pas une organisation centralisée pour résister. En ce moment où le prolétariat doit affronter l’hostilité du monde entier, il faut un grand parti centralisé. Le gouvernement a prouvé la nécessité d’une Internationale de fait. La résolution acceptée ici l’a été par des hommes venus des idées philosophiques les plus éloignées. Ne traitons pas de haut en bas les organisations de gauche. Il s’agit de partir d’organisations qui seront avec nous. Il faut leur montrer qu’on les prend au sérieux. Il faut créer un statut pour un organisme souple et fort qui dirigera le monde entier. Il faut dire au prolétariat, votre ennemi, c’est votre capitaliste. En ce moment, les socialistes opportunistes sont les seuls appuis de la bourgeoisie. Si Turati, si Hilferding étaient éliminés de l’internationale et de l’Allemagne, le parti serait plus sain, car ils tiennent en vie la bourgeoisie de tous les pays. Zinoviev a vu récemment un ouvrier finlandais victime de la Terreur blanche. Si l’heure de la vengeance devait sonner, ce seraient les sociaux-démocrates qui en seraient les premières victimes, car ils sont responsables de la Terreur blanche. On ne peut plus, par la diplomatie, se débarrasser de ceux qui entravent la marche du parti. Il faut être entièrement avec la classe ouvrière pour aboutir au communisme.

1237Après le discours de Zinoviev, le bureau déclare que le texte de la motion n’est pas encore prêt, qu’on le met au point. On le met cependant aux voix. Et il est voté unanimement.

  • 285 Paul Mistral (1872-1932), employé puis marchand de vin, militant socialiste, fut conseiller général (...)

1238Je vois Raymond Lefebvre. Il est toujours nerveux, absolu et brutal. Il en veut à Mistral285 qui n’a pas voulu refuser de prendre part aux fêtes du 14 Juillet à Grenoble. Il déclare qu’il n’y a rien à faire avec lui, non plus qu’avec Delarq qui fait venir des ministres à Lille. Il les traite avec son ordinaire truculence. Il me demande si éventuellement, au cas où serait repoussée la proposition d’adhésion à la IIIe Internationale, j’accepterais de constituer un parti communiste en France. Je lui demande s’il y a bien pensé et si on doit renoncer à conserver dans le présent ou à se garder pour l’avenir prochain où la majorité serait acquise, tout l’appareil administratif du parti, la presse, etc. Il ajoute que des hommes comme Rosmer, Monatte, Lepetit acceptent la dictature du prolétariat et la constitution d’un parti communiste solide, il est d’avis qu’on les admette.

1239Manouilsky nous avoue que notre action contre l’intervention depuis trois ans a été plus qu’honorable ; qu’elle a été très utile. Elle a empêché la bourgeoisie française, par peur de notre action, d’aller jusqu’au bout de sa volonté. Sans doute, elle eût pu être encore plus énergique, mais sans elle, la révolution russe aurait pu mourir.

1240Sadoul est nommé membre de la commission d’admission. Il parlera publiquement de cette question. Il écartera toute question de personne. Il dira : nous avons vu venir à nous nombre de mencheviks et de socialistes-révolutionnaires très hostiles. Nous les avons accueillis. De même, nous accueillerons tous les socialistes, quels qu’ils soient, fussent-ils Kautsky ou Hilferding ou A. Thomas qui accepteraient nos idées et notre tactique.

1241Nous demandons à Daumig son opinion. Il nous dit que sans Dittmann et Crispien, il serait déjà dans la IIIe Internationale. Il est très ennuyé d’être obligé de recevoir sans protester des leçons de gens qui ne représentent rien, lui qui est d’un parti immense. Il a hâte que les indépendants d’Allemagne soient admis pour apporter un peu de discipline et d’ordre dans les discussions des congrès de la IIIe Internationale. Lorsque Crispien est secoué, Daumig dit : il ne l’a pas volé.

1242Frossard voit longuement Kamenev et Zinoviev. Il leur dit que nous apercevons des intrigues de quelques délégués sans autorité comme Guilbeaux et Goldenberg et que nous ne pouvons recevoir de leçons de pareilles gens. Ils demanderont sans doute à aggraver les conditions d’admission pour que nous ne puissions pas les accepter. Kamenev et Zinoviev répondent qu’ils savent ce qu’est Guilbeaux, que nous n’avons rien à redouter ; que puisque nous acceptons dans leur ensemble les conditions posées dans les thèses, l’affaire ira de soi, que les thèses ne seront pas aggravées. En particulier, Frossard leur répète que la forme sous laquelle Lénine a posé le problème des personnalités nous agrée parfaitement. Pour la Défense nationale, nous préférons à la répudiation la formule : nous placerons désormais en toute occasion, les intérêts de classe au-dessus de tous les autres, même des intérêts nationaux.

1243Il paraît que Lefebvre n’a ici qu’un mandat au titre consultatif à lui remis par le comité de la IIIe. Se méfierait-on de lui ? En tout cas, les Russes ne comprennent pas ce mandat limitatif. Frossard le leur a expliqué par le caractère même de Lefebvre dont les amis ont raison de suspecter l’équilibre et la mesure.

Dimanche 25 juillet 1920

1244Les Russes ont répondu à la demande d’armistice de la Pologne, qu’ils acceptaient et qu’ils laissaient aux généraux des deux partis le soin d’en régler les modalités. Habile politique ! Cependant, ils poursuivent leurs opérations, et ils pensent que s’ils ont quinze ou vingt jours, ils seront à Varsovie ! Ils le disent.

  • 286 Semen M. Budenyi (1883-1973) entra à l’armée en 1903 et servit dans un régiment de Cosaques du Don. (...)

1245Budenyi286, ancien sous-officier devenu général des cavaliers rouges (cosaques), communiste, a été l’artisan essentiel de la victoire sur les Polonais.

1246Les Allemands Stocker et Daumig viennent nous voir à midi. De midi à 3 h, longue conversation à laquelle prennent d’abord part les deux indépendants de gauche. Puis au bout d’une heure, ils nous disent qu’il faut aller chercher Dittmann et Crispien avec lesquels ils sont en désaccord. Il est ainsi entendu. Dans l’intervalle, Rakovski vient nous chercher pour faire avec sa femme une promenade en auto. Nous devons refuser. Sadoul assistait à la première partie de la conversation.

1247La discussion porte surtout sur le projet de statut de l’internationale communiste. Les obligations qui y sont contenues sur la propagande dans l’armée, sur la nécessité de l’action illégale, sur la nécessité de la lutte des armes à la main pour renverser la bourgeoisie font hésiter les Allemands. Ils disent que c’est là donner des armes à leur bourgeoisie, à la justice, à la police de leur pays. Il y a quelques semaines déjà au Reichstag un député conservateur demandait que l’on considère le parti indépendant et le parti communiste comme hors de la constitution. Armé des statuts de l’internationale communiste, les gouvernants allemands et français peuvent supprimer la presse du parti, comme on l’a déjà fait en Allemagne pour les journaux communistes. Est-il utile pour le mouvement révolutionnaire lui-même de courir de pareils risques ? Dans les grands pays, il n’est pas possible de renoncer à la légalité. Mettre les partis hors la loi, c’est les obliger à renoncer à toute propagande, à tout contact avec les masses ouvrières. C’est empêcher le parti d’agir, même illégalement. Mieux vaudrait trouver un texte ou une formule qui rappelât l’esprit de la IIIe Internationale et abandonnât la lettre de certaines parties des résolutions proposées. En particulier dit Crispien, comment agir par propagande dans une armée comme l’armée allemande, composée de mercenaires ? Puis, si nous annonçons que nous allons préparer la guerre civile les armes à la main, l’Entente ne laissera-t-elle pas à la bourgeoisie allemande une armée assez forte pour résister aux dangers intérieurs ? Puis n’essaiera-t-on pas de hâter le désarmement du prolétariat allemand ? Il vaut mieux agir dans le sens révolutionnaire qu’adopter des formules qui aboutissent à ces conséquences. Donc, dit Dittmann, vous renforcez la réaction allemande. Nous sommes dans la situation de deux hommes dont l’un a un couteau en main pour assassiner l’autre. Et l’autre, désarmé, veut lui arracher l’arme de la main ! Daumig fait surtout ses réserves sur les relations du parti et des syndicats. Les syndicats sont forts. Celui des métallurgistes a 1 500 000 membres. Ils ne voudront pas, de longtemps, être sous le contrôle de l’internationale communiste. Impossible de retirer un seul syndicat de la CGT allemande. Impossible de retirer une pierre de cet édifice énorme. Ils ont d’ailleurs déjà, en Allemagne, des organisations secrètes fortes. Il y a dans le Comité exécutif du parti, un camarade chargé de leur organisation, de leur direction et surveillance. Nous étendons ces organisations secrètes partout.

1248Dittmann nous demande comment les socialistes français pourront aider les Allemands à désarmer leur bourgeoisie.

1249Nous leur répondons à tout cela qu’il faut considérer que nous sommes en un moment révolutionnaire et qu’il faut savoir courir des risques qui ne feront que grandir dans les temps qui vont venir. Au reste, nous voulons adhérer à la IIIe. Quand nous y serons admis, on fera modifier, selon l’expérience, les articles des statuts que l’expérience aura condamnées.

1250Durant tout le temps du débat, Daumig traduit. Il n’est pas d’accord avec ses collègues de droite. Tous, cependant, nous sommes d’avis qu’il faudra que l’internationale communiste laisse plus de souplesse aux sections nationales. On y enverra un délégué permanent qui n’y devra pas rester plus de trois mois : il faudra le changer tous les trois mois afin qu’il puisse rester en contact avec le pays qu’il représentera.

1251Hier, à minuit, quand nous sommes partis, au moment où l’on nommait les commissions, Wijnkoop a pris la parole pour demander que les indépendants allemands et les socialistes français n’aient pas accès aux commissions, en particulier à la commission d’admission. Guilbeaux l’aidera en cette besogne. Zinoviev, Radek et Boukharine les relevèrent vertement et l’immense majorité du congrès les approuva. Donc, aujourd’hui, 5 h, première réunion à laquelle nous sommes officiellement convoqués.

1252À 5 h, au Kremlin, commission d’admission, dans la grande salle.

1253À la commission, Sadoul, Humbert-Droz, Meyer, le grand Autrichien, Zinoviev, Radek, Trotsky, Boukharine.

1254Crispien dit qu’il n’a rien à retrancher dans les thèses, sauf sur le changement de nom. Dittmann est en accord avec les thèses et les principes généraux de la IIIe Internationale. Cependant, dans la pratique, il est prouvé que la grève générale n’est pas suffisante. Il faut des moyens illégaux. Cependant, dans le réel, il faut se servir autant que possible de la presse, de tous les services légaux. Si nous entrons dans la voie illégale, c’est contre nous la persécution.

1255Zinoviev répond : non. En Finlande, le pouvoir a cassé le congrès parce qu’il est adhérent à la IIIe Internationale. Cela suffisait pour qu’il soit considéré comme illégal et dissous et poursuivi.

1256Radek ajoute que la centrale ne peut s’occuper du travail dans l’armée, c’est aux organes locaux. Les chefs des indépendants peuvent être en ce moment emprisonnés. Il faut pratiquement voir comment les partis solliciteurs peuvent agir pour rentrer dans la IIIe Internationale.

1257Dittmann dit que dans le Parlement, tout est fait pour mettre les indépendants hors la loi. C’est le parti le plus grand et on peut à tout instant le condamner. Il combat pour la centralisation, mais les événements nouveaux ont poussé les plus radicaux à ne pas donner au Comité central les pouvoirs. On a méfiance du Comité central et des chefs (presse) depuis que l’ancien parti Vorstand a arbitrairement accaparé tous les journaux.

1258Crispien pense que dans les pays où on n’a pas encore le pouvoir, le pouvoir légal est nécessaire pour éviter des efforts et des victimes. Le fait qu’à Spa, on a [sic] pris la résolution de désarmer l’Allemagne, on va désarmer aussi les ouvriers. Tout en acceptant l’action illégale, il faut trouver une formule qui n’appelle pas l’attention de la bourgeoisie.

1259Crispien propose qu’à côté du timbre national on fasse un timbre international pour marquer l’attachement plus grand à l’Internationale. Ce serait l’adhésion directe à l’internationale.

1260Meyer répond. L’atmosphère est on ne peut plus calme ; jusqu’à présent, tout se passe entre Allemands, entre ceux des indépendants et le KPD. Ce matin, ils nous ont dit que Meyer n’était pas dans le même état d’esprit que Lévi.

1261Meyer. Il ne s’agit pas de promesses, mais de garanties : l’unité, la légalité sont les seules choses auxquelles vous faites appel. C’est l’esprit de la IIe Internationale. Motivez plus clairement vos conditions. Et puis, quelle sera votre attitude envers les ennemis du communisme plus encore que les communistes. Durant la grève générale de Kapp, Crispien a fait du mauvais travail. Il faut éliminer tous les faits de cet ordre.

  • 287 Ivan M. Maisky (1884-1975), journaliste, avant 1917 menchevik de droite, fut ministre sous Koltchak (...)

1262Zinoviev. Nous ne sommes pas dans un temps où on peut se préparer pour un temps paisible. Qu’importe la fermeture des journaux ? Leur fermeture peut servir plus que la Freiheit. Il ne faut pas chercher la légalité à tout prix. N’est-ce pas entre nous différences de conception. Vous faites une politique d’attente. Nous ne vous demandons pas de repentir, mais d’employer une nouvelle tactique. Par exemple, il y a un camarade, Maisky287, membre du Comité central, membre du gouvernement de Koltchak et des mencheviks. Il est décidé à travailler avec nous. On lui a posé la condition : montrez par votre travail que vous avez changé votre opinion et on vous acceptera.

1263Il faut changer la tactique. C’est là le cœur du sujet. Les promesses ne sont rien. Il faut à tout prix rompre avec Kautsky, Hilferding, etc. La Freiheit n’est pas un organe révolutionnaire ; c’est un organe semi-bureaucratique. Le ton du journal n’amène pas les masses dans la lutte. Dans la Révolution française, quel ton avaient les organes bourgeois ! C’est ce ton qu’il faut prendre. Si Hilferding n’est pas renvoyé, alors rien de changé. Hilferding devient communiste, le communisme devient Hilferding. Il ne s’agit pas d’écrire officieusement sur la dictature du prolétariat. Il faut montrer chaque jour à l’ouvrier que seule la dictature peut le sauver. Si on ne peut pas faire ces actes, il vaut mieux lutter encore six mois pour amener le parti à cet état de choses.

1264Il n’est pas vrai que l’internationale fera une liste des coupables, mais elle demandera l’application d’une ligne de conduite non seulement aux partis qui demandent l’adhésion, mais à ceux qui sont déjà chez nous. Il vaut mieux moins de gens dans l’internationale, que des Turati et des A. Thomas. Tous les partis devront en venir là. Il faut se libérer du poids mort inutile. Dans nos statuts, le Comité exécutif peut exclure les partis qui ne se soumettent pas ; il faut constituer une Internationale révolutionnaire et non former une société de propagande. Le premier jour du congrès prouve qu’on peut organiser une Internationale révolutionnaire et non former une société de propagande. Le premier jour du congrès prouve qu’on peut organiser une Internationale révolutionnaire bien centralisée, il faut ouvrir une nouvelle ère dans l’Histoire.

  • 288 D’abord lié aux libéraux, l’Independant Labour Party devint le premier parti politique du mouvement (...)
  • 289 Robert Grimm (1881-1958) fut sans doute le leader socialiste suisse de l’entre-deux-guerres le plus (...)
  • 290 Barthélémy Mayeras (1879-1942), journaliste à L’Humanité et militant socialiste, était député entre (...)

1265Humbert-Droz. Il faut régler les autres questions des autres pays. Il y a les Français, les Suisses, l’ILP288. Ils condamnent tous la IIe mais ils veulent venir ici pour corrompre la IIIe, pour la transformer du dedans. C’est le cas du PS américain. À l’égard de ces partis, il faut que les conditions soient des plus sévères. Les vrais fidèles de la IIe sont les centres. Or, une des premières conditions, c’est de renoncer à toute idée de reconstruction, de rompre toutes délégations. Il y a eu récemment une réunion de P. Faure et Grimm289 où on a décidé de réunir les éléments sortis. De même en France, Mayeras290 a dit qu’il ne fallait pas s’orienter vers Moscou. La tendance de la reconstruction subsiste donc. Il faut donc abandonner l’idée de vouloir repêcher le centre et les autres qui luttent contre la dictature du prolétariat et le soviétisme et restent avec Kautsky.

  • 291 Ernest-Paul Graber, dit EPG (1875-1956), socialiste suisse, d’abord instituteur, fut secrétaire rom (...)

1266En Suisse, Graber, Huggler291, sont contre la IIIe, pour la démocratie, deuxième condition : l’acceptation des principes de l’internationale dans la pratique du parti.

1267Crispien. Se défend contre l’animosité de Meyer. Notre parti a agi dans les derniers temps, mieux que le KPD. Kautsky quittera le parti, il n’a plus aucune importance. Le parti déclare qu’il a toujours lutté pour la révolution russe. Il proteste contre l’accusation, contre Hilferding. Dans son Capital et finances, le premier il a parlé de dictature. Aujourd’hui, il est de la commission du programme qui affirme à nouveau la nécessité de la dictature. Quant à la presse, ils ont préparé les appels en cas d’événements (c’est stupidement allemand). Quant à la Freiheit, seuls les comités locaux peuvent discuter de l’organe. Quant aux conditions dont j’ai parlé pour notre adhésion, vous aviez dit : nous sommes de petits-bourgeois ; alors pour protester, nous avons posé des conditions. Nous ne voulons pas abandonner notre dignité. Nous sommes des gens de scrupules ; c’est pourquoi nous avons réservé notre adhésion ; aujourd’hui, nous sommes décidés. Nous ne nous donnons pas vite, mais une fois que c’est fait, c’est pour toujours. C’est pourquoi nous voulons discuter pour nous mettre d’accord avec vous.

1268Le délégué de Norvège dit : ce sont les syndicats qui forment une base du parti norvégien. Un grand nombre sont antisocialistes, réformistes. Nous avons 110 000 membres dans le parti communiste norvégien. 25 000 sont antisocialistes. Ils viennent à nous parce que nous avons un parti analogue au PS belge par sa construction.

1269Les indépendants sont venus ici dans le même état d’esprit que nous. Ils attendent les conditions, en discutent ; puis ils réuniront le parti en octobre en un congrès et prendront leur décision.

1270Radek. Aucun parti ne reconnaît ses fautes et ne veut liquider son passé. Le wilsonisme était la tactique du parti. Il rappelle la réponse de Haase pour le blé de Russie. La Freiheit quand il y a une action de l’Entente exige cette attitude. On dirait qu’elle a peur de l’Entente. Le parti indépendant a fait de la propagande pour la signature de Versailles. Il n’a pas mené à la lutte, à la révolte. Par exemple, la politique des impôts, celles des syndicats (tout le ton est cordial, éducatif, ironique). Nous ne sommes pas pour la scission dans les syndicats, mais nous ne voulons pas la politique pourrie des compromis avec les chefs de droite. Personne ne nie que le parti indépendant a évolué mais sous l’influence des masses. Sous le danger d’être considéré comme un droitier, Crispien a dit : il n’y a pas de différence entre les ouvriers indépendants et les ouvriers communistes. Mais dans le comité directeur, on a saboté la politique des masses. 60 % de votre fraction parlementaire ne bouge pas le doigt quand vient une situation révolutionnaire. Hilferding a écrit des centaines d’articles contre la dictature du prolétariat, pour la démocratie. Chacun sait que Hilferding est sceptique et qu’il n’est pas en état de conduire un organe révolutionnaire. Quand Youdenitch marchait sur Petrograd, Radek envoyait des articles. On lui disait : on n’intéresse pas les lecteurs allemands. Un menchevik conduit la politique étrangère du journal. Ces gens ne peuvent faire la politique révolutionnaire. Il reproche à Crispien d’écrire des articles contre-révolutionnaires. Cela, dit Crispien, je l’ai écrit comme homme privé. Que ferez-vous de ceux qui voteront contre nos thèses ? Dans le temps passé, on pouvait avoir une minorité ; aujourd’hui on ne peut souffrir une minorité différente. Dans les organes essentiels, on ne peut aujourd’hui tolérer des ennemis. C’est la première question. Dans chaque parti, il y a une minorité non communiste. Dans la vôtre, c’est la partie la plus importante.

1271(le KPD : 100 000 membres – KAPD : 30 membres.)

1272Dittmann dit quelques mots.

1273Meyer. Quelle attitude aurez-vous pour ceux qui n’accepteront pas les thèses ?

1274Je parle au nom de Frossard et au mien.

1275Zinoviev. Le ton est toujours très cordial et fraternel.

  • 292 Référence au congrès de la IIe Internationale, qui se tint les 24 et 25 novembre 1912 à Bâle, et où (...)
  • 293 Il s’agit du dirigeant syndical allemand Robert Dissmann (1878-1926). Membre des indépendants, mais (...)

1276Dittmann. Nous ne pouvons pas faire les mêmes déclarations que les Français car nous n’en avons pas encore discuté entre nous. Ils discuteront la question de l’égalité en rentrant en Allemagne ; il nous faut encore parler avec notre parti. Ils sont pour une organisation illégale, mais il faut encore savoir si elle sera au-dessus du parti : le parti n’en a pas discuté. Il n’y a pas de parti qui n’ait pas péché. Pour lui, le plus grand opportuniste, c’est Lénine. Je peux me défendre devant chaque jugement révolutionnaire. Quand les Allemands promettent, ils tiennent ! « Oui, dit Trotsky, comme à Bâle292. » Dans toute la Ruhr, ils ont marché avec les communistes, de même en Saxe. Voulez-vous les grandes masses berlinoises ? Alors comprenez le rôle de Dissman, le secrétaire des métallurgistes de Berlin. Si on exige certaines exclusions comme celle de Dissmann293, ami de Crispien, l’union avec la IIIe est impossible et par la faute de la IIIe

1277Daumig. 1°) parti théorique – 2°) Pratique.

1278Histoire du parti indépendant. Pacifistes, révolutionnaires ; c’est parce qu’il y a toujours des mouvements parallèles et quelque confusionnisme. Pendant la guerre, deux tendances, ceux qui pensent qu’on finira la guerre par la paix ; mais la révolution a apporté d’autres idées. Les tendances dans les partis sont réelles, mais la plus importante est en faveur de la dictature du prolétariat. Les syndicats : la lutte contre le matériel est applicable à celle des syndicats allemands. Il faut la transformation intérieure de l’esprit des syndiqués. Il ne suffit pas de changer les chefs. C’est parce que l’esprit syndical est faible que Legien a encore tant d’influence dans la masse. Quand la révolution reprendra, Daumig pense avoir déjà à Berlin un squelette d’organisation. Sans l’unité, la révolution est impossible. Déjà à Leipzig, ils étaient pour l’adhésion, surtout les masses, aujourd’hui plus encore. Il faut une organisation centralisée, non de l’opportunisme, mais de la révolution. Il faut développer une grande action pour que les ouvriers allemands comprennent bien la révolution russe et ses décisions et les décisions de la IIIe Internationale. Quant à l’exclusion, on ne peut porter d’ici une liste ; il faut seulement travailler pour que certains s’en aillent. Mon article n’est qu’un article à suggestions. Il n’imposera rien.

  • 294 Journal parisien qui parut de 1861 à 1942.
  • 295 Jean Longuet (1876-1938), petit-fils de Karl Marx, avocat et journaliste, dirigeant socialiste, dép (...)

1279Trotsky. La Défense nationale. Le Temps294 répète qu’on peut opposer une seule chose au bolchevisme, c’est le patriotisme. Entre les patriotes et les internationalistes il faut choisir. Le patriotisme est un complexe au contenu social assez lourd, Défense nationale, lutte contre les internationalistes ; même en France victorieuse on ne peut avancer dans la voie révolutionnaire, on ne peut avancer sans attaquer directement l’idée nationale. Il s’agit d’affirmer et de prouver l’idée de nation et de Défense nationale. C’est le plus grand mensonge de cette époque. La nation c’est le pseudonyme de l’oligarchie, la Défense nationale c’est la défense de l’oligarchie. Cette Défense nationale, nous la combattons, nous la sabotons. Longuet295 est un patriote acharné avec sa phraséologie, sa critique contre le traité de paix. Vous dites la nationalisation, c’est-à-dire renforcer les syndicats capitalistes nationaux. La bourgeoisie française a fétichisé la nation : il faut l’audace d’opposer la révolution sociale à la nation. La Kreuz Zeitung parle comme Le Temps. Le patriotisme est la seule idée à opposer au socialisme. Longuet a fait comme seule critique au traité de paix qu’il ne faisait pas à la nation sa part assez grande. Puis Trotsky répond à Dittmann. La bureaucratie social-démocrate allemande est la forme la plus conservatrice ; même le catholicisme n’est pas plus réactionnaire. Trotsky reproche à Dittmann d’avoir empêché la paix avec la Russie. (Le ton devient plus élevé.) Trotsky fait un long discours sur la situation allemande qu’il connaît admirablement, comme un Allemand. Il sait tous les détails. Il rappelle le mot de Scheidemann sur Noske : il a perdu le contact avec les masses. Il y a deux moyens de faire la scission chez les indépendants, faire une crise chronique ou jeter les chefs par la fenêtre.

1280Nous dînons le soir avec Vergeat et Lepetit qui nous disent leurs premières impressions. Ils ont le sentiment que le caporalisme, la bureaucratie, la discipline militaire sont ici bien étouffants et ils rappellent leurs principes libertaires. Lorsque Taratuta les catéchise, ils hochent la tête, sceptiques.

1281Nous prenons rendez-vous pour demain : 2 h Zinoviev et le CE, 3 h Trotsky, 4 h commission.

Lundi 26 Juillet 1920

1282Je demande à Daumig ses impressions sur la journée d’hier. Il répond : elle ne fut pas bonne pour nos deux délégués. Ils commirent plusieurs erreurs. Ils commencèrent par déclarer que leur conduite avait été irréprochable, qu’ils étaient les justes et les purs et qu’ils méritaient les louanges. Puis, Dittmann traita Trotsky de littérateur, alors que cependant il a accompli ici un certain travail révolutionnaire. Puis quelques naïvetés, comme celle d’affirmer que pour la révolution leurs affiches et proclamations étaient toutes prêtes. Bref, dit Daumig, ils furent boches. Mais, ajouta-t-il, au prochain congrès, ils seront fortement minorisés et l’attitude du parti indépendant ne fait pas de doute. Daumig nous demande ensuite s’il ne serait pas possible de changer à Berlin le correspondant de L’Humanité.

1283Chabline, le délégué bulgare, nous déclare qu’après nos explications d’hier, nous sommes d’accord et que l’impression a été bonne chez les délégués de la commission. Le titre du parti bulgare adhérent à la IIIe Internationale est : parti socialiste – (communiste).

1284Les Lafont, retour de l’inauguration de la station électrique, déclarent que là-bas, pour produire 5 000 chevaux-vapeur avec de la tourbe, il y a une énorme mobilisation de forces, un nombre très grand d’ouvriers et un appel de moyens très dispendieux.

1285Nous voyons à 2 h 30 Zinoviev qui nous remet la lettre du Comité exécutif en réponse à nos documents. Naturellement, les violences de cette lettre, faite depuis cinq semaines, livrée depuis à plusieurs des Français de Moscou qui nous sont les plus hostiles et à laquelle ils ajoutèrent des commentaires méchants, n’ont pas de quoi nous réjouir. On nous expose (c’est Rakovsky) que c’est une tradition dans le socialisme russe de procéder toujours par pamphlets violents et qu’ils s’en sont envoyé à eux-mêmes de très brutaux. On ajoute que l’impression personnelle que nous avons laissée depuis plusieurs semaines est bonne et qu’il s’agit seulement d’un document pour nous aider dans notre bataille. Nous ne sommes pas convaincus. Nous décidons de rentrer à l’hôtel après la conversation de Trotsky afin de réfléchir sur notre conduite à tenir.

1286Dans l’intervalle, Taratuta et Sadoul qui sont témoins de notre mécontentement, s’interposent ainsi que Rakovsky et il est entendu que demain à 10 h 30, nous aurons une conversation avec Zinoviev, chez lui.

1287Conversation d’une heure avec Trotsky, très cordiale et très ouverte. Nous lui disons nos idées sur la nation et sur les syndicats. Il se défend d’abord de l’accusation que l’internationale de Moscou ferait une espèce de messianisme. Moscou espère que bientôt d’autres pays moins arriérés que la Russie auront une plus grande influence que la Russie elle-même dans la IIIe Internationale.

  • 296 Józef Pilsudsky (1867-1935), homme politique, membre du parti social-démocrate et militaire polonai (...)

1288En passant à Varsovie, Lafont a entendu dire (est-ce par Pilsudski, par Daszynsky296, ou par toute autre personne ?) que la Pologne ne s’estimait pas battue ; qu’elle attribuait ses revers au fait que Dantzig étant en grève et les autres pays fermés (Tchéco-slovaquie et Allemagne), nulle munition ne lui était parvenue depuis longtemps. Mais que maintenant la Tchécoslovaquie ouvrait ses portes, l’Allemagne était à la veille de s’entendre avec la Pologne sur la question de Silésie et qu’alors les munitions allaient à nouveau lui parvenir. Que dès lors, sa proposition d’armistice à la Russie était une feinte qui lui permettrait de sauver Varsovie et d’attendre deux mois pour recommencer les opérations. Que d’ailleurs, dès maintenant elle faisait appel à des volontaires qui répondaient en grande quantité et en qualité.

1289De Rakovsky : « Rakovsky a interrogé Lafont sur ces affirmations faites par lui devant Sadoul, Frossard et moi. Mais lorsqu’on l’a prié de préciser qui avait tenu ces propos, il s’est dérobé. » L’impression a été mauvaise. On s’est dit : Lafont a peur de prendre ses responsabilités. Il a reçu bon accueil des Polonais et il ne veut pas ici s’engager, malgré l’importance extrême de son propos. Si les commissaires du peuple avaient pu se servir de la communication précise de Lafont, député français, leur réponse à l’Angleterre et à la Pologne elle-même en pourrait être modifiée. Rakovsky me dit que, malheureusement c’est un avocat. Il ne comprend pas la gravité de la situation. Il pense que le devoir des socialistes est maintenant de proposer leurs bons offices entre les socialistes polonais et les socialistes russes. Et Sadoul ajoute que les relations du gouvernement avec Lafont ne peuvent manquer d’être modifiées par son attitude.

1290À la réunion de la commission d’admission qui s’est tenue cet après-midi, on a adopté l’ensemble des propositions Zinoviev, avec cette addition (5 voix contre 3 et des abstentions).

  • 297 Le texte définitif de cette condition d’admission, la vingtième, ne parle pas de CAP, mais du Comit (...)

1291La première CAP297 nommée par les partis qui auront donné leur adhésion à l’IC sera nommée ainsi :

1292Deux tiers des membres seront nécessairement choisis parmi les camarades qui faisaient déjà partie du parti communiste ou des sections adhérentes à la IIIe Internationale.

1293Nous n’avons assisté, Frossard et moi, qu’à une partie de cette réunion : immédiatement, le bruit a couru que nous avions quitté la commission ; et c’est Abramovitch qui vient m’en demander confirmation.

1294À 9 h réunion générale du congrès. Lénine a la parole. Courte introduction car il fera un rapport spécial sur les colonies.

1295Lénine. Il existe 70 % de population de nations opprimées, soit colonies, soit pays opprimés par la paix de Versailles, soit petits pays vassalisés par les grandes puissances. La guerre a modifié les relations entre États.

1296Le devoir des communistes est de défendre la démocratie bourgeoise dans les pays féodaux, là où il n’y a que des paysans et pas d’ouvriers.

1297L’Internationale communiste doit appuyer ces mouvements libérateurs et faire que ces pays passent par une étape intermédiaire avant de devenir socialistes-communistes. Il y a de grandes difficultés pour faire des Soviets de paysans dans les pays arriérés. Cependant, on le peut, sauf dans les Ètats les plus arriérés. Il faut faire la propagande dans les colonies pour les Soviets de paysans. Les révolutionnaires ne doivent pas lutter seulement dans leur propre pays, mais dans les colonies. Ces thèses auront une grande répercussion. Il faut faire une propagande nouvelle dans les colonies et les pays arriérés. Notre Internationale veut libérer, non seulement les grands pays, mais les colonies dominées par les États impérialistes.

1298Rendez-vous Zinoviev 9 h. du soir demain. Rendez-vous Lénine mercredi.

1299Aujourd’hui : 2 h 30 remise de la lettre de Zinoviev. 4 h la commission d’admission propose l’exclusion de Longuet et de sa tendance. 5 h la motion des deux tiers.

1300Il est évident que tout se retrouve ainsi pour nous, remis en question. À la dernière minute, apparaissent les questions de personnes jusque là écartées et des exigences de plus en plus rudes. Nous quittons le congrès pour préparer une réponse. J’y reviens à 9 h laissant Frossard à l’hôtel rédiger le papier ; Zinoviev m’appelle et me dit : « Puisque vous partez demain, voulez-vous, ce soir, en fin de séance, renouveler vos déclarations d’hier devant le congrès, ou celles du Comité exécutif ; cela permettrait au présidium de se faire mandater par le congrès pour vous faire une réponse et du même coup, la lettre que je vous ai fait connaître ce matin serait non avenue. »

1301Cette proposition, faite à 10 h du soir, nous l’étudions avec Frossard que je viens de revoir. Nous convenons qu’avant de faire des déclarations publiques, il faut que nous ayons des apaisements sur les points importants soulevés dans la journée d’aujourd’hui. Nous verrons Zinoviev demain sur tous ces sujets et ce n’est qu’après la conversation que nous pourrons parler publiquement s’il y a lieu. Au reste, notre train pour Reval qui devait partir demain est remis à jeudi ou peut-être mercredi soir. De telle sorte que nous avons encore un jour ou deux de négociations possibles à Moscou. On a poursuivi dans la nuit la discussion publique sur la question nationale et coloniale. Il y a encore en ce moment, seize orateurs inscrits.

Mardi 27 juillet 1920

1302Les Russes révolutionnaires nous reprochent la forme trop courtoise de notre polémique de presse et de nos discours. Ici, ils ne comprennent pas que dans ce moment de lutte à vie ou à mort, nous employions vis-à-vis de notre bourgeoisie des procédés autres que ceux de la violence. Voyez, disent-ils, le langage que parlaient dans leurs journaux et leurs discours les révolutionnaires de 93... De même, dans nos réponses ici formulées, ils se disent que notre langage sans brutalités et sans angles, manque de netteté : ils ne veulent point suspecter les intentions, mais sous une phrase enveloppée ou polie ou de forme réservée, ils ne veulent point apercevoir le fond. Il faut, à leurs yeux, que le langage soit brutal, comme la pensée. C’est la seule façon, disent-ils, d’être compris de tous.

1303Seize généraux avec Broussilov, ont donné leur concours aux bolcheviks, pour combattre les Polonais. On a plus d’enfants que jamais en Russie, l’État se charge de leur entretien complet. Dans le défilé, la propreté des costumes de femmes et d’hommes. Il n’y a plus de savon, on le remplace par la cendre de bois. La propreté en Russie a fait d’énormes progrès pendant la guerre, on fait une énorme propagande. En Russie, pour l’alimentation : d’abord les enfants puis les ouvriers.

1304La fête internationale à Moscou.

1305Un défilé de cinq heures. Tout le monde s’est dérangé uniquement pour la IIIe Internationale. Sept quartiers ouvriers se succèdent, coupés par intervalles par les soldats de l’armée Rouge.

1306Que d’ouvrières en bonnet rouge !

1307Bataillon de femmes armées

1308Des autos-camions pleins d’enfants

1309La Jeunesse communiste (60 000 à Moscou)

1310L’armée de l’ordre intérieur en Russie contre les bandits

1311La police

1312Les futurs officiers rouges

1313De magnifiques équipes de gymnastes

1314Des femmes en costume masculin (gymnastes)

1315Que de femmes ! que de femmes ! On me dit que les hommes sont à la guerre et que de là vient l’observation.

1316Des milliers de jeunes gens au torse nu et bronzé

1317Les costumes ukrainiens

1318L’armée du Turkestan

1319La cavalerie

1320Les bataillons de l’Armée rouge (les bottes superbes prises aux Anglais à Arkhangelsk).

1321Que de drapeaux, de bannières, d’inscriptions, toutes en faveur de la IIIe Internationale.

1322Les prisonniers de guerre hongrois, slovaques, polonais, allemands.

1323La milice ouvrière, composée des hommes et des femmes communistes.

1324Le bataillon des télégraphistes militaires, femmes en culottes.

1325Les groupes des quartiers de Moscou.

1326La milice des femmes.

1327Durée du défilé : cinq heures.

1328Une impression d’énorme puissance et de maîtrise absolue de la ville. Trotsky dans une tribune, très acclamé. Le tout, très militaire, organique, ordonné, chaud, coloré, puissant, bien réglé, passionné, sans réserves. Après le défilé, meetings dans toute la ville.

  • 298 P. Petrov, qui avait vécu en Grande-Bretagne durant son émigration, fit partie de la délégation qui (...)

1329Nous allons à 7 h, inaugurer dans un quartier populaire une université populaire, une faculté ouvrière à laquelle on a donné le nom de Lénine. Nous parlons d’abord dans cette faculté qui va servir de Maison du peuple. Elle est installée dans la maison d’un ancien fabricant russe, magnifique. Graziadei a son double titre de professeur à l’université de Parme, et de membre du Comité directeur de l’université populaire de Milan, prend la parole en notre nom. Petrov298 qui fut d’une mission russe en Angleterre parle après lui.

1330Puis, réunion en plein air devant le public de ce quartier lointain qui revient de la fête de la Place rouge à pied et est exténué.

1331En sortant de cette réunion, nous nous rendons au Kremlin, au rendez-vous de Zinoviev avec Sadoul, Taratuta, Frossard. Nous lui opposons nos rectifications à sa lettre. Nous protestons contre l’esprit général, contre les injustices dont est victime le parti, dans son ensemble à propos de son attitude dans la guerre. Nous lui montrons par des faits précis combien ces renseignements sont souvent erronés. Et il convient qu’il faut procéder aux rectifications nécessaires. Quant à l’esprit général, il ne peut être question de le modifier. Se pose alors la question personnelle de Longuet. Nous lui faisons remarquer qu’il n’a jamais attaqué la révolution russe, qu’il n’a jamais attaqué la dictature du prolétariat et que, de plus, nous ne pouvons pas accepter qu’on hésite à son endroit, qu’on songe à l’exclure de la IIIe Internationale a fortiori.

1332Zinoviev. « Nous serons heureux d’avoir Jean Longuet avec nous. »

  • 299 Il s’agit de l’article 20 des conditions d’admission des partis à l’internationale communiste. Il s (...)

1333Il nous répond qu’il n’a jamais été question de cela, que ce qu’il s’agit de combattre c’est non la personne de Longuet qui ne sera pas discutée par eux, mais l’esprit de réformisme et d’opportunisme qui, momentanément se trouve représenté par la tendance à laquelle il a donné son nom. Quant à l’article relatif aux deux tiers299, Zinoviev déclare que le Comité exécutif ne le posera que comme un vœu, comme une demande et non comme une obligation. Il insiste beaucoup pour que le parti s’appelle le parti communiste. Il demande que nous nous expliquions sur tout ceci devant le congrès avant notre départ, et il nous préparera une réunion ad hoc. Sadoul reste avec lui pour refaire la lettre avec les rectifications. Nous lui signalons que nous serions heureux que la Russie soit représentée près de nous par Manouilsky. Ce dernier interrogé par Frossard avait répondu qu’il en serait enchanté.

1334Rakovsky me dit ce soir que tout l’appareil militaire que nous avons remarqué durant toute cette journée est voulu, prémédité par les bolcheviks...

1335Non seulement, en vue des buts militaires éventuels et de la défense de la révolution, mais pour préparer les ouvriers à la discipline nouvelle du travail, il est excellent qu’ils aient reçu une formation militaire. Cette discipline est particulièrement indispensable en ce moment où la transition entre l’État capitaliste et l’État socialiste n’est pas encore faite. Quant à la discipline dans le parti, elle est en Russie poussée à un point qu’on ne saurait imaginer. Il y a des camarades responsables qui sont les militants pourvus des postes essentiels dans toute la hiérarchie du parti, qui ne s’appartiennent plus, ni à leur famille, mais uniquement à l’organisation.

Mercredi 28 juillet 1920

1336Sadoul nous déclare que Zinoviev lui a demandé hier si, pour le journal, nous n’avions pas besoin de ressources. Nous répondons : Non. Ce matin, Taratuta revient à la charge pour faire éditer les brochures, les tracts, il vous faut une certaine somme, elle est à votre disposition. Nous répondons que nous n’avons besoin de rien.

  • 300 Il faut lire Artem, de son vrai nom Fedor A. Sergueiv (1883-1921). Membre du parti social-démocrate (...)

1337Sadoul nous prie de le désigner comme représentant de la France au Comité exécutif de la IIIe Internationale, au congrès prochain. En ce moment, c’est Rosmer. Sadoul insiste beaucoup sur sa candidature et même il ajoute que d’ici le congrès, il serait heureux que nous obtenions de Zinoviev ou de Lénine, sa désignation pour servir d’agent de liaison entre la IIIe et nous. Quant à la représentation des Russes en France, nous insistons pour Manouilsky ; Sadoul nous indique Artiom300 (Sergueiv) qui malheureusement, ne parle presque pas français ; il parle anglais et russe. Rakovsky me demande mon avis sur la manifestation d’hier. Je lui réponds qu’elle fut puissante et j’ajoute que son chiffre de 200 000 personnes, nous l’avons dépassé à Paris, à plusieurs reprises. Oui, dit-il, mais nous nous tenons notre foule dans notre main et nous pouvons en obtenir ce que nous lui demandons. Vous, non ! Daumig, interrogé, m’affirme que derrière Kautsky, il n’y a plus personne dans le parti indépendant ; de sorte que les exigences du congrès n’ont pas d’importance à ce point de vue. Il est entendu qu’à son retour à Berlin, nous lui ferons demander ses impressions par Caussy.

1338Nous voyons Lénine de 1 h 30 à 3 h dans son bureau au Kremlin. Pour arriver à ce bureau très simple, trois soldats russes ; et dans l’antichambre, trois dactylos dont une bossue tapent à la machine à écrire. On cause. Lénine nous interroge sur la situation en France, en Italie. Il nous dit ses plans sur la Pologne. L’Armée rouge va prendre la Galicie orientale. Dans quelques jours, avant une semaine, les Russes seront à Lemberg. Dans une quinzaine, ils peuvent être à Varsovie.

1339Si en Pologne, les ouvriers d’usine répondent à l’appel de la révolution russe et font leurs Soviets ; si les journaliers agricoles des grands domaines se joignent aux ouvriers polonais pour faire un gouvernement communiste ; si les Russes aperçoivent la possibilité d’un concours polonais, ils poussent leurs avantages en Pologne. S’ils s’aperçoivent que le prolétariat polonais répond à l’appel des bourgeois et des nationalistes et des propriétaires du pays et se refuse à marcher avec les Rouges, alors ils font la paix et rendent aux Polonais plus que ne leur réclamaient les propositions de l’Angleterre. D’ici quinze jours, la question sera résolue.

1340Jusqu’ici, la politique extérieure de la Russie a été simple et facile. En ce moment, elle apparaît dans toute sa complexité. Il faut de la prudence et de l’habileté. La situation est difficile.

1341L’Angleterre reçoit Krassine et Kamenev. Ils ont pris le bateau à Reval et sont en route pour Londres. Si en route, l’Angleterre leur donne à nouveau contrordre son gouvernement apparaîtra comme ne sachant pas ce qu’il veut. Au reste, que peut-il faire ? Que peut faire la France ? L’envoi de troupes à travers l’Allemagne, leur ravitaillement présente de nombreuses difficultés morales et matérielles et il faut que l’armée à nous opposée soit nombreuse pour nous résister. En Pologne, on recrute une armée blanche. Mais nous n’en avons pas peur. Quant à la Roumanie, si elle mobilise en ce moment et qu’elle nous déclare la guerre, ce sera très gênant évidemment, mais elle est sûre d’être battue. L’Europe capitaliste a manqué l’occasion de nous vaincre, elle devait unir toutes ses forces ; elle les a dispersées et utilisées les unes après les autres par petits paquets. Elle a jusqu’ici perdu la partie.

1342Si nous trouvons en Pologne la possibilité de faire une république des Soviets, nous sommes à la porte de l’Allemagne, c’est-à-dire de l’Occident.

1343Si la Roumanie nous déclare la guerre, nous la battons et nous sommes aux limites de la Hongrie. De toutes parts ainsi, nous nous rapprochons du cœur de l’Europe.

1344Que diriez-vous à propos d’une réunion des républiques soviétistes de l’Europe contre l’Angleterre ?

1345Quant à votre politique intérieure, sociale, il faut que nous ayons des relations constantes ; il faut que par Berlin et Kopp ou par la Norvège, nous puissions correspondre facilement.

1346Vous voulez Manouilsky, on verra : il est tuberculeux.

1347Envoyez-nous des ouvriers.

1348Si Longuet adhère à l’Internationale de Moscou, pourquoi voulez-vous que nous le refusions ?

1349Je suis heureux d’apprendre que votre impression sur la Russie est bonne ; je regrette de n’avoir pas causé avec vous plus tôt

1350Les seuls bouquins qui soient à la portée de la main de Lénine sont les trois tomes du Capital (édition allemande).

1351En sortant, nous tombons sur Abramovitch, Lefebvre qui nous proposent de nous réunir avec eux pour examiner le texte de la réponse du présidium à notre demande d’admission.

1352Il nous dit que, devant travailler ensemble dans l’avenir et en harmonie, on pourrait commencer aujourd’hui. Nous répondons que Guilbeaux étant de ce comité français qui doit examiner cette lettre, nous l’apporterons en France mais nous voulons nous conserver le droit d’examen et d’appréciation.

  • 301 Un des artistes russes les plus appréciés.

1353Ce soir, grand banquet, à la Maison des syndicats qui est l’ancien club des seigneurs, propriétaires de terre et officiers et grands bourgeois. Salles somptueuses, très bien entretenues, 1 000 couverts, dîner très complet, trop abondant. En face de nous, Raymond Lefebvre nous raconte des histoires drôles et bon enfant. Les meilleurs artistes de Moscou et de la Russie, ballerines, danseurs, chanteurs, chœurs, violonistes et enfin Chaliapine301. Chaliapine est en pleine possession de lui et il fait un effet prodigieux ; onques n’entendis-je un pareil acteur ! C’est un moujik lui-même. Il est splendide homme, géant et doux et puissant. Jamais la bourgeoisie ne lui a fait une ovation comme celle qu’il a reçue ce soir ! Il fait chanter la foule avec lui des chants révolutionnaires (Le Gourdin) et il l’entraîne avec une puissance sans pareille.

Jeudi 29 juillet 1920

1354Au congrès. Discussion des conditions d’admission. Zinoviev rapporte. C’est la question vitale du congrès. Quelques modifications formelles seulement aux thèses.

1355Au paragraphe deux, toute organisation doit écarter des postes importants, les réformistes et les centristes ; il faut agir sans délai.

1356Au paragraphe dix-huit, il faut faire un congrès extraordinaire pour chaque parti. Lénine a retiré son amendement des deux tiers. Si les partis adhèrent, ils sont tous communistes. Au reste, c’est fini. Le danger c’est que la tactique puisse être atténuée par l’adhésion. C’était une organisation de propagande. L’an dernier, nous étions trop peu nombreux. Paul Louis est un indépendant de gauche d’Allemagne, il ne comprend pas bien. Les oppositions de la IIe et de la IIIe. La Ire Internationale est tombée glorieusement. Les chefs de la IIe n’ont pas lutté contre la guerre. Nous voulons nous inspirer de la Ire Internationale. Elle a surgi dans des conditions différentes des nôtres, mais elle avait un but qui est le nôtre, puis elle était centraliste ; elle dirigeait les grands mouvements de grève. Cela, nous ne pourrions pas, il y en a trop, mais il faut un centre dirigeant dans un sens général.

1357La Ire Internationale c’était la thèse centraliste.

1358La IIe Internationale c’était une autre thèse – plus de centralisme.

1359La IIIe Internationale c’est une synthèse, centralisme dans les conditions actuelles.

1360Il y a des camarades qui croient que l’adhésion n’engage à rien parce qu’on ne peut du haut indiquer la ligne de conduite générale.

  • 302 Cachin fait ici allusion à une phrase qui aurait été dite par des socialistes italiens à propos de (...)

1361(Treves et Modigliani postcarte302.)

1362Cela n’est pas admissible, ni tolérable. Il y a des devoirs de discipline sérieux ; Modigliani a eu un mot cynique.

1363Il y a de grandes différences entre la politique d’Occident et d’Orient. On a voulu dire, il n’y a pas identité, c’est faux. Il y a ici comme partout : une droite, un centre, une gauche.

1364Dans certains partis qui ont adhéré et dans ceux qui vont adhérer, il y a un mode : il y a des partis qui ne savent pas bien de quoi il s’agit ; il faut des démarcations.

1365Contre les réformistes, refaites l’histoire de la Hongrie. Quand les Soviets ont été établis en Hongrie, on a hésité devant le mot de communiste ; nous avons eu tort de ne pas les obliger au Comité exécutif. C’était là un symptôme.

  • 303 Jean Jaurès (1859-1914), dirigeant socialiste français, fonda le quotidien L’Humanité en 1904. Il f (...)
  • 304 Fritz Platten (1883-1942) était un des militants socialistes, puis communistes, les plus connus de (...)

1366En Italie, on veut appeler le parti socialiste-communiste. Non, il ne faut pas hésiter à s’appeler communiste. Il faut une attitude claire. Cachin et Jaurès303 ont fait des articles pacifistes. Platten304 lui-même a parlé de Wilson en termes élogieux. Il faut abandonner ce point de vue et adopter le point de vue communiste.

1367Il cite l’article du parti indépendant d’Allemagne.

1368Il distingue entre la violence et la terreur juste et injuste. Après la Terreur blanche, c’est une honte que les indépendants puissent encore parier de justice en face de la bourgeoisie et de parier de terreur dirigiste.

1369En France, on n’a pas assez lutté contre le socialisme-pacifisme qui éloigne les militants de la vraie conception.

1370Frossard a dit que la politique du parti français ne changerait pas beaucoup.

1371Zinoviev s’arrête sur le caractère hétérogène de L’Humanité.

1372Tous les mois ou les deux mois, l’internationale communiste publiera un papier sur les déviations des partis, de tous les partis.

1373En Italie, les réformistes sont tutoyés : mon cher ami ; il ne faut plus les appeler ainsi.

1374Les indépendants d’Allemagne se ressentent du kautskisme, même ceux de l’aile gauche. Des éléments si vitaux, comme Daumig, doivent secouer le fardeau du cadavre de Kautsky. Il faut être plus énergique.

1375En discutant éventuellement de l’adhésion de trente indépendants, il faut faire une distinction entre les masses et la droite. Il faut faire une ligne de démarcation profonde. Pas d’indépendant complice de Scheidemann, amis des majoritaires.

1376Le 5 juillet, les indépendants disaient que le Comité exécutif modifierait la réponse aux indépendants. Or, il ne peut y avoir d’atténuation quelconque.

1377En Italie, il y a des documents, de même sur la France. Zinoviev a fait un livre, un livre rouge qu’il éditera.

1378La classe ouvrière italienne est héroïque et prend au sérieux sa défense de la révolution russe et une révolution, mais là encore, il faut distinguer les masses et les chefs.

1379Les réformistes sont consciemment réformistes ; ils le disent, on les tolère. Turati dit bien qu’il parle en son nom personnel, que les conditions de la bourgeoisie italienne étaient désespérées. Comment faire pour la sauver ? Il présentait toute espèce de lois pour sauver la bourgeoisie de sa débâcle. On ne peut tolérer pareille attitude.

  • 305 La revue Critica Sociale, fondée en 1891 par Filippo Turati et sa femme Anna Kulixioff, fut l’organ (...)

1380Dans un article qu’il a écrit dans la Critique socialiste305, Turati disait : en restant dans le parti, j’influence les masses, donc en l’éloignant du parti, il ne pourra pas exercer la même influence.

1381Bombacci a été très indulgent pour Turati. Ils se sont trouvés dans un congrès d’ouvriers chimistes et il est fatal que les deux camarades se respectent puisqu’ils appartiennent au même parti. C’est intolérable.

1382En Suède, le socialisme de gauche a été très dévoué à la Russie, mais il tolère des éléments curieux.

  • 306 Karl Lindhagen (1860-1946), avocat de profession, d’abord libéral, puis à partir de 1909 socialiste (...)
  • 307 Carl Winberg (1867-1954), social-démocrate, puis communiste, était, en 1920, un des trois députés d (...)
  • 308 Ce nom est probablement déformé.

1383Lindhagen306 a proposé d’adhérer à la Ligue des nations. Winberg307, autre socialiste de gauche demande le désarmement, c’est un socialiste pacifiste ; Werust308 agit de même, il fait des avances à Branting.

1384En Norvège, c’est un parti énergique qui adhère. Qu’y voyons-nous ? Huit communistes partagent absolument le point de vue des sociaux-démocrates. Le directeur du parti a dit : il y a 10 % d’éléments antisocialistes, non seulement anti communistes. C’est là une situation très grave. Là aussi, on défend la Ligue des nations.

  • 309 Il s’agit sans doute du délégué yougoslave Ilija Milki.

1385Les Yougoslaves aussi ont changé de nom. Ils disent : certes, mais il y a des articles réformistes dans le journal. Les journaux sont indulgents pour les réformistes (comme la Pravda avant la révolution dit Niltchik309). Alors le prestige de l’internationale est diminué !

1386Dans la commission, lorsqu’il s’agit des Allemands et Français, les camarades ont dit : nous sommes d’accord ; leur congrès va en discuter. Il nous faudra le temps d’observer si les conditions posées sont admises ; mais il faut voir, on ne peut pas permettre que nous agissions comme la IIe.

1387Ce n’est pas une conversation entre camarades. Il faut la discipline. Le but principal est d’éclairer le point de vue de la IIIe Internationale, mais abstraction faite des chefs. La classe ouvrière, de partout, tend vers la IIIe Internationale. Le gros de la classe ouvrière est avec nous. Il faut affirmer le vrai caractère de classe et de révolution.

1388Radek dit : l’accord a été trop facile avec la commission. Il faut réfléchir à la portée et au contenu de ce qui a été dit. Il faut parler du passé. Il parle notamment des indépendants d’Allemagne. Lorsque le gouvernement allemand a expulsé la mission soviétiste, les indépendants n’ont pas protesté ; même ils ont fait des articles lamentables.

1389Quand les Soviets ont envoyé du blé en Allemagne, les indépendants ont répondu qu’on n’avait pas besoin de ce blé, qu’on attendait l’aide américaine. Crispien s’est exprimé en faveur de la Ligue des nations. Ils ont voulu une alliance entre les Soviets et le Parlement. Hilferding, pour la IIIe Internationale, a dit que si on y allait, on alliait son sort à un bateau qui allait être noyé. Il faut le dire, les indépendants ont derrière eux des milliers d’ouvriers. Les ouvriers indépendants sont excellents, mais il ne faut pas tolérer Hilferding. Il faut que les ouvriers soient méfiants et prudents vis-à-vis des chefs. Les chefs n’ont pas la cohérence révolutionnaire. Il faut balayer le réformisme. Si les indépendants sont ici, c’est qu’ils ont cédé à la pression ouvrière ; c’est après qu’ils ont su que les Français étaient ici. Ledebour a parlé contre la Terreur rouge. Nous sommes en bonnes dispositions d’esprit de respecter dans le parti indépendant les révolutionnaires, mais il faut faire une différence entre les ouvriers et l’aile droite de ce parti.

  • 310 Albert Aubry (1892- 1951), instituteur et militant socialiste français, député d’Ille-et-Vilaine, s (...)
  • 311 Il s’agit sans doute de Georges Barthélémy (1882- 1933), fonctionnaire colonial, puis journaliste, (...)

1390Je lis la déclaration. Puis Lefebvre charge la majorité du parti. A. Thomas est le chef du groupe socialiste parlementaire. Son autorité y est incontestée. Aubry310 est perverti. Barthélémy311 est [ill.].

1391Les députés, sauf une ou deux exceptions, sont désormais discrédités et ne comptent pas. Les municipalités socialistes. Voilà le cadeau qu’on veut faire à la IIIe Internationale. L’atmosphère est irrespirable dans le parti socialiste français.

1392Graziadei parle contre la franc-maçonnerie. Comment ? Vous n’avez pas d’organisation secrète et la bourgeoisie en a.

1393Guilbeaux. Quelques insolences contre le parti.

1394Goldenberg déclare qu’il faut constituer un parti communiste, qu’il n’y a rien à faire avec le parti socialiste. Nous recevons un mot de Zinoviev nous signalant que notre déclaration de ce matin leur a semblé un recul sur nos affirmations antérieures. Est-ce un malentendu, dit-il ? Nous lui répondons que nous ne retirons aucune de nos anciennes affirmations et que notre état d’esprit n’a pas changé. Qu’au reste, nous lui demandons de nous juger, non d’après des affirmations, mais aux actes.

1395Sadoul nous dit avoir vu Lénine qui redoute lui aussi que, repris par notre milieu français, nous ne manquions d’énergie.

1396Le départ est à 9 h et à 9 h exactement, le train s’ébranle pour Petrograd. Sadoul et Mme Sadoul nous accompagnent. Sadoul nous demande de le faire désigner ici à la commission exécutive comme le représentant du parti français. Mme Sadoul me prie de voir sa belle-mère et de lui dire que tout va bien, que Mme Sadoul veut revenir quelques temps en France, à cause des enfants ; que Sadoul lui-même viendra en Italie cet hiver et que toute la famille se retrouvera autour de lui. Elle me recommande aussi d’aller à Bréhat, voir sa grand-mère et son fils Ary.

1397Surtout, elle nous demande de faire l’impossible pour que le gouvernement la laisse rentrer en France. Elle a voulu venir voir son mari. Elle veut maintenant voir ses enfants et ne fait pas de politique active. Elle insiste pour que nos démarches aient lieu dès notre retour.

1398Lozovsky sera à Londres dans quelques jours. Il me demande de lui envoyer un rédacteur de L’Humanité et aussi un camarade de la IIIe Internationale. Il fournira des interviews et des explications complètes aux camarades qui lui seront envoyés.

1399Guilbeaux a constaté dans la IIIe Internationale, l’existence d’une droite et d’une gauche, dans laquelle il s’installe tranquillement.

Vendredi 30 juillet 1920

  • 312 Il s’agit du délégué sicilien Vacirca.

1400Vacirca312 nous raconte l’admirable fête de gymnastique d’hier. 12 000 jeunes gens de quatorze à vingt ans, le torse nu, bronzé, font les mêmes mouvements sur un signe fait par un moniteur qui agite des drapeaux rouges à la manière d’un sémaphore. Et il ajoute : les Russes ont d’admirables qualités d’organisateurs de fêtes. Apporteront-ils ces qualités dans l’économie ?

1401Nous revenons à Reval en un wagon spécial où nous devons demeurer trois nuits et deux jours. Nous sommes accompagnés et entourés de soins. Les Italiens qui nous accompagnent reviennent avec certaines désillusions. D’Aragona ne pense pas que Moscou puisse conserver cette direction autoritaire qui veut diriger tous les prolétariats du monde. Cela se peut comprendre en un moment où l’Internationale de Moscou est faible, où elle n’a pu encore réunir autour d’elle que quelques unités isolées venues des grands peuples, ou des hommes peu représentatifs. Mais à mesure qu’une vraie Internationale s’établira, les autres peuples reprendront leur part d’autorité. D’Aragona a vu Martov qui lui a laissé des documents dont il me fera part. L’exclusivisme des Russes, même au point de vue syndical est tel qu’ils vont enlever le secrétariat de la nouvelle Internationale syndicale à Lozovsky, car celui-ci n’était pas tout à fait bolcheviste, mais était maximaliste jusqu’à ces derniers temps.

1402Il faisait à Moscou 33°. Chaleur très rude et climat continental. En hiver, c’est très pénible. Mme Taratuta me disait que dans le bureau où elle travaillait cet hiver, elle avait des collègues qui arrivaient après avoir marché souvent plus d’une heure dans la pluie ou la neige, avec des souliers prenant l’eau et qu’elles travaillaient dans des salles sans feu avec zéro degré et parfois des températures plus basses.

1403C’est l’hiver qui est ici terrible et pour celui qui vient, la guerre a encore empêché de transporter le combustible nécessaire dans les grandes villes.

1404Arrivée à Petrograd à midi. En gare où nous stationnons, des trains pleins de monde. Un jeune homme vient nous offrir du sucre dont il y a quelques morceaux enveloppés dans du papier sale ; un autre nous demande des cigarettes. Les femmes ont les pieds nus ; leurs paquets sont nombreux, enveloppés dans des couvertures fort sales. Ce qui manque le plus à ce peuple, ce sont les chaussures et les vêtements. Tout à coup descendent du train deux jeunes femmes avec un fusil en bandoulière et aux pieds des chaussons de paille. Les cheminots ont des uniformes élimés et plus qu’usagés. Nous nous arrêtons à Petrograd quelques heures. Nous allons à l’hôtel d’Angleterre devenu hôtel International, en face l’hôtel Spartacus, mis tous les deux à la disposition des camarades étrangers.

1405Puis, nous nous rendons à l’Ermitage. Quelle tristesse ! Tous les Rembrandt sont à Moscou dans des caisses, et aussi tous les tableaux français et les Rubens et les Van Eyck et tout ce qui fait la gloire de l’Ermitage. Il ne reste plus que quelques rares toiles. Henri Benoit est absent. Puis le palais du Travail, puis l’hôtel International. La ville est mouvementée, propre, ordonnée, le port est vide. On s’apprête à y passer encore un hiver rude et la camarade qui nous accompagne ne cache pas ses appréhensions. Elle souhaite la paix et la fin du blocus avec passion. Nous allons à la gare Baltique puis revenons à Nikolaïev où notre wagon est garé. L’une et l’autre sont d’un vide sinistre. Pas la moindre marchandise ; les cours des gares de marchandises sont herbeuses, les barrières sont abolies, pas de camion de chargement ou de déchargement. C’est l’arrêt complet du système de circulation. Et l’on garde le personnel des cheminots au complet.

  • 313 Rosenfeld était le vrai nom de Kamenev.

1406Kamenev = Rosenfeld313.

Samedi 31 juillet 1920

1407En route pour Reval.

  • 314 Le parti ouvrier social-démocrate russe fut fondé en mars 1898. Lots du IIe congrès en 1903, il se (...)

1408D’Aragona nous communique un mémorandum (17 pages) à lui remis par Skomorovsky, secrétaire du Comité central du POSD314 de Russie, sur sa demande.

  • 315 La répression des partis de gauche autres que bolcheviks commença dès décembre 1917 avec l’arrestat (...)

1409Les mencheviks demandent à D’Aragona de soumettre cet exposé aux membres du PS italien et de la CGT. Il est exposé : le régime général. C’est celui de la tolérance. Le PSD n’est que toléré en Russie à Moscou et dans beaucoup d’autres villes ses organisations sont considérées comme légales. Elles ont le droit d’avoir un siège légal officiel, de convoquer des réunions publiques, de faire des déclarations au nom du parti dans les Soviets. Dans d’autres localités, les autorités défendent toute manifestation de l’activité du parti315. Ainsi dans la région d’Ivanovo-Voznessensk, Kostroma, Iaroslavl’, Vladimir, Nijni-Novgorod, Petrograd et l’Oural.

1410À Omsk, on a refusé au parti le droit de publier la liste de ses candidats au Soviet local. À Petrograd, on a refusé l’autorisation aux mencheviks de publier une convocation pour une réunion en faveur du gouvernement dans sa lutte contre la Pologne. On écarte souvent les mencheviks des postes administratifs, sous le seul prétexte qu’ils sont mencheviks.

1411La presse (imprimeries – librairies).

1412Le parti menchevik avait en 1917 une centaine de journaux et revues. Ils ont tous été supprimés. On a laissé vivre l’organe central du parti (En avant !) à Moscou et la revue mensuelle L’Internationale ouvrière jusqu’au milieu de 1918. À ce moment-là, sous la pression de la gauche du parti bolchevik, on les a supprimés. À Kharkov on a laissé vivre, quelque temps après la défaite de Denikine le quotidien : La Voix. Rakovski l’a supprimé. En 1920, nous avons demandé autorisation de laisser paraître un bulletin du parti et une revue de propagande. Refus. À Irkoutsk, un petit hebdomadaire (Le social-démocrate) n’a eu que deux numéros. La presse privée n’existe plus pour personne.

1413Beaucoup d’imprimeries appartenant au parti ont été nationalisées pendant l’année 1918. Quand les troupes soviétistes sont entrées à Arkhangelsk et à Toganrog, un de leurs premiers actes fut de nationaliser nos imprimeries sans indemnité. De même les librairies, les bibliothèques du parti ont été confisquées. À Moscou, la librairie menchevik est tolérée à condition de ne vendre qu’aux organisations et non au public.

1414Les réunions.

1415Une autorisation est nécessaire pour toute réunion. Elle est toujours refusée. Après la visite des Anglais, deux ordonnances ont paru :

1416Interdiction de prendre la parole sans autorisation à une réunion publique.

1417Ediction de la peine de mort contre quiconque parlera dans une réunion publique contre le gouvernement soviétique.

1418L’exclusion des Soviets. En octobre 1918, un décret a rendu à notre parti le droit d’élection aux Soviets. Mais de nombreuses sections communistes locales ont exclu les sociaux-démocrates.

1419À Taschenk (novembre 1919) les mencheviks furent exclus en raison de la trahison des sociaux-démocrates de Hongrie.

1420À Gomel (janvier 1920) ils furent exclus parce qu’ils s’étaient prononcés pour la liberté de commence du blé.

  • 316 Il s’agit sans doute de B.S. Vassiliev, leader menchevik de Rostov. En 1917, il avait été président (...)

1421À Rostov-sur-le-Don, Wasiliev316 fut exclu pour s’être prononcé en faveur du suffrage universel.

1422À Odessa, les mencheviks furent exclus parce qu’ils représentaient les intérêts de la classe bourgeoise.

1423À Nikolaïev, parce qu’ils n’avaient pas voté l’élection de Lénine comme président d’honneur. Ils disaient : nous estimons le grand révolutionnaire, mais nous ne partageons pas sa conception politique.

1424Les arrestations.

  • 317 Abramovich, de son vrai nom Rafajl Abramovich Reyn (1880-1963), qui avait adhéré au Bund lors de se (...)

1425C’est en été 1918 que les persécutions ont été les plus fortes. On a voulu à Moscou établir un grand complot où seraient impliqués des mencheviks ayant participé à des réunions où étaient discutées les revendications de la classe ouvrière. Les membres du Comité central K. Abramovitch, Trianowsky, Koutchine, Oransky317 furent arrêtés avec une douzaine d’ouvriers. Ils furent relâchés après deux mois d’emprisonnement. En avril 1919, nouvelle arrestation des membres du Comité central, Dan, Martov, Jouglov, Plescev, Ermansky, Daline. Quelques uns d’entre eux furent tout de suite relâchés, d’autres retenus deux mois ainsi que de nombreux militants de Petrograd, Toula, Saratov, Oriel.

1426Au début de 1920, les grands procès de Kiev. Sous Denikine, les sociaux-démocrates avaient demandé officiellement et obtenu l’autorisation de publier leurs journaux et de continuer leur propagande.

1427En même temps, ils avaient envoyé aux ouvriers européens une lettre où ils s’élevaient à la fois contre Denikine et contre la politique ouvrière du soviétisme. On les accusa d’avoir porté une aide morale à l’Entente contre la révolution russe. Les mencheviks de K. furent traduits devant le tribunal. Le comité du parti de Kiev se déclara solidaire. On condamna les quatre aux travaux forcés jusqu’à la fin de la guerre civile. Et les autres, à la perte de leurs droits civils et à l’exclusion des organisations ouvrières. On amnistia tout le monde quelques semaines après ; mais on avait atteint le but désiré. Les ouvriers de Kiev se désintéressaient des élections aux Soviets et aux syndicats et les minorités communistes s’en emparèrent.

  • 318 La ville de Samara (Kouïbychev à partir de 1935) se trouve en Russie centrale. Un des lieux où les (...)

1428Le procès de Samara318. Deux ouvriers mencheviks avaient été choisis par les typos de Petrograd pour les représenter au congrès panrusse des Syndicats. Ils furent arrêtés et empêchés d’aller au congrès. Grève des typos et des métallurgistes pour protester. Alors on envoya de nombreux grévistes sur le front et les instigateurs de la grève furent condamnés à dix, cinq et un an de prison, la plupart avec la libération conditionnelle.

1429Toula. Juin 1920.

1430Un décret avait aboli le repos dominical et rendu obligatoire le travail du dimanche. Il y eut protestation dans un des ateliers, celui où les ouvriers ont exigé le maintien des icônes. Le commissaire Arsentiev, ancien menchevik, fit emprisonner quelques protestataires. Les autres se déclarèrent solidaires. On fit 3 000 arrestations. Les mencheviks essayèrent d’apaiser le conflit. On les arrêta. 28 ouvriers, puis 15, puis 40 passèrent en jugement. Dans le nombre, quelques sociaux-démocrates, mais la plupart orthodoxes, Cent-Noirs et conservateurs. On les condamna à des peines variées de prison durant la guerre civile.

1431À Rostov-sur-le-Don se prépare un procès du genre de celui de Kiev. On accuse les mencheviks de s’être entendus avec Denikine et les gouvernants blancs. 13 accusés qui ont été transportés à Moscou et emprisonnés au régime du droit commun rigoureux au titre de complicité morale avec les contre-révolutionnaires.

  • 319 Iekaterinbourg ancien nom de Sverdlosk.

1432À Iekaterinbourg319 (Oural, centre ouvrier de l’Oural), on a arrêté pour menées contre-révolutionnaires en mai, toute l’organisation du parti.

1433À Moscou, il y a quinze jours, les membres du bureau du syndicat typo, tous mencheviks furent arrêtés (18 personnes). Ils sont accusés de menées contre-révolutionnaires. En fait, ils ont à la réunion de la délégation anglaise, vigoureusement critiqué la politique bolcheviste.

  • 320 Ivan N. Tuliakov (1877-1918), ouvrier menchevik, avait été représentant de la circonscription cosaq (...)

1434Exécutions. Au commencement de 1918, Tuliakov320, leader des mineurs de Souline, ancien député à la Douma, fut fusillé sur ordre du Comité révolutionnaire. En même temps, Nicolas Lapine, président du Soviet de Michailow fut tué sans jugement.

1435Février 1918, Kalmitov fut tué par les gardes rouges à Rostov pour avoir essayé de sauver la vie à des malheureux qu’on voulait lyncher.

  • 321 Lors de la campagne électorale pour le Soviet de Petrograd, I.V. Vassiliev, un ouvrier menchevik, f (...)

1436En été 1918, Vasiliev321, menchevik, a été tué dans la rue par des bolcheviks qui sont restés impunis.

  • 322 Un député menchevik du nom de Mironov fut élu à la deuxième Douma en 1907.

1437En 1918, Mironov322, cheminot, ancien député à la Douma, fut fusillé sans jugement dans le gouvernement d’Irkoutsk.

  • 323 C’est le 30 août 1918 que la socialiste-révolutionnaire de droite Dora Kaplan tira sur Lénine. Elle (...)

1438En septembre 1918, après l’attentat sur Lénine et la proclamation de la Terreur rouge323, nombreuses exécutions ordonnées par les Commissions extraordinaires. On exécuta surtout des nobles, des officiers, des bureaucrates tsaristes, des policiers, des prêtres, des bourgeois. Mais on tua aussi des mencheviks.

1439À Saskaritz, près de Petrograd, l’ouvrier Krokrassy fut tué.

1440À Vitebsk, Smouchkine tué pour avoir collé une affiche de protestation contre l’arrestation d’ouvriers (il était du Bund).

1441À Nijni, l’étudiant Ridnik, tué pour tentative d’évasion.

1442À Rybinsk, trois leaders fusillés (Sokolov, Romon, Lévi).

1443À Tambov, Sourine fusillé pendant la Terreur rouge pour avoir écrit des articles anti bolcheviks.

1444À Vologda, Papelov fusillé.

1445À Ozerk, Gorbatov fusillé, malgré que le Comité central ait ordonné de surseoir à l’exécution.

1446En outre de ces sept mencheviks, d’autres furent tués pendant les massacres en masse qui suivirent souvent la répression d’une insurrection.

1447Système de mensonges.

  • 324 Skoropadsky était, jusqu’en novembre 1918, à la tête d’un gouvernement ukrainien intronisé par les (...)

1448Les bolcheviks nous accusent d’avoir été les complices de Koltchak et Denikine. Ils disent que c’est pour répondre aux persécutions des Blancs qu’ils font contre nous la politique de force. Or, nous n’avons jamais soutenu les gouvernements réactionnaires, ni Skoropasky, ni Krasnov, ni Miller, ni Semenov324, ni Koltchak, ni Denikine. Ceux-là nous ont toujours traités en ennemis. Ils ont fusillé un grand nombre des nôtres. Et le rapport signale six cas de cette sorte.

1449Au terme du mémorandum, l’auteur demande aux bolcheviks une enquête contradictoire sur tous les faits articulés.

1450« Nous déclarons complice moral de toute cette politique bolcheviste, tout groupe communiste qui, en connaissance de ces faits précis, refuserait d’user de son influence dans la IIIe Internationale, pour faire cesser cette politique infâme dirigée contre une assez grande partie du prolétariat russe. »

1451Les derniers jours ont encore apporté de nouvelles persécutions.

1452À Petrograd, Chavelev, secrétaire du groupe local et Chpakovsk, deux ans de camp de concentration sans motif. Ramensky, membre du Soviet de Petrograd est arrêté. Dikter, arrêté pour un discours dans une réunion électorale. À Simbirsk, plusieurs mencheviks arrêtés à cause des protestations contre la journée de dix heures.

1453Et trois autres camarades sont aussi arrêtés dans d’autres villes de la Russie. Enfin, Dan, membre du Soviet de Moscou, est envoyé à Iekaterinbourg par ordre du chef du service sanitaire.

1454Tel est le réquisitoire complet des mencheviks.

1455D’Aragona trouve Martov dans la rue. Il l’invita à venir le voir. D’Aragona lui dit : invitez la délégation italienne. Serrati en parla à Lénine qui dit : Allez-y...! C’est alors que la délégation demanda le papier à Martov.

1456Le long de la route, les femmes coupent le seigle à la faucille.

1457Partis de Petrograd à 10 h (heure russe), nous arrivons à Nerva à 7 h (heure russe) après un voyage interminable et des arrêts prolongés à la frontière russe-estonienne.

1458À Nerva, nous reprenons l’heure d’Europe ; nous ramenons notre montre trois heures en arrière. Il est donc 4 h. Nous repartons à 7 h 05 pour Reval. Donc trois heures d’attente dans cette gare sous un soleil de feu ! Visite de la douane estonienne, pour rire : ils n’ont pas l’habitude. Si les choses pouvaient se passer aussi bien en Allemagne et en France ! Le long de la voie, on fait la moisson ; on coupe le seigle à la main et on lie des javelles aussitôt qu’elles sont à terre. Déjà, dès l’arrivée en cette petite gare, les fonctionnaires et les cheminots sont mieux habillés et mieux chaussés qu’en Russie. D’une observation superficielle, on voit qu’on n’est plus ici en pays bloqué. Puis, ce pays balte a toujours été plus riche que la Russie.

1459Un communiste est un Jacobin lié au prolétariat.

1460« Les vrais continuateurs de l’œuvre de la révolution française, ce sont les ouvriers. » (Marx.)

1461« La révolution russe est une sainte. » (Tourgueniev.)

1462« La classe ouvrière est aujourd’hui le grand levier du Progrès »

1463Doit-on considérer le socialisme comme la lutte pour des réformes partielles et de petites améliorations ? Et le socialisme n’est-il qu’un idéal lointain qui ne pourra se réaliser que dans des dizaines d’années ? Est-il la lutte pour des centimes ? La classe ouvrière ne pense-t-elle qu’à se procurer un peu plus d’aliments ? Ou bien doit-elle se poser des problèmes historiques de délivrer le monde des chaînes du capitalisme ?

1464En 1903, le congrès où les bolcheviks eurent la majorité. Ils l’emportèrent sur une question d’organisation. Ils voulaient fermer les portes du parti. On les accusa d’être étroits comme on les avait accusés aussi d’être fanatiques de la scission. Ils furent vainqueurs par une ou deux voix. La grève générale unie à l’insurrection armée – tel fut leur programme.

  • 325 Franz Mehring (1846-1919) fut un des intellectuels de renom du parti social-démocrate allemand. Lié (...)

1465« Si les bolcheviks sont vaincus, on ne pourra plus parler du socialisme international pendant des dizaines d’années qu’avec le plus grand mépris. » (F. Mehring325.)

1466« Demeurons plutôt un groupe de conspirateurs, mais ayons cause de marcher vers le socialisme et de tracer une vie nouvelle. » (Zinoviev.)

Août

Dimanche 1er août 1920

1467Reval, par une pluie battante. 6 h du matin.

1468Nous avons manqué le bateau de Stettin et il nous faut attendre jusqu’à jeudi pour passer par Stockholm si nous pouvons.

  • 326 Erik Palmstierna (1877-1959) était un homme politique social-démocrate suédois de droite. Il fut mi (...)

1469Visitons le consul de France par l’intermédiaire duquel nous télégraphions à Palmstierna326 de donner ordre au consul de Suède à Reval de viser nos passeports immédiatement, car il paraît qu’en général, la Suède fait des difficultés. Le consul français ne sait pas si Kamenev est parti d’ici pour Londres. Il nous dit que le change a baissé de moitié pour l’Estonie depuis deux mois et que les affaires du pays vont mal. Quant aux Russes, il se demande si les chefs sont convaincus ; s’ils vivent modestement ; il juge que Sadoul n’était pas assez fort pour lutter avec Trotsky et qu’il devait être nécessairement vaincu par lui (il ignorait que l’Estonie ait refusé le passeport de Mme Sadoul). Il dit que jamais le paysan ukrainien qui possède la terre depuis des siècles, ne se laissera réquisitionner par les bolcheviks. Il affirme que les pertes des bolcheviks en ce moment sur le front polonais sont énormes. Au reste, il blâme vigoureusement les Polonais de leur impérialisme et de leur sottise. Ils voulaient la Pologne de 1772. C’est une immense folie. La Pologne, c’est la vallée de la Vistule. C’est un pays plat, sans frontières si ce n’est les Carpates au sud ; c’est 15 millions d’habitants dont 3 millions de Juifs. C’est un peuple inorganique et anarchique. Que ce peuple ait voulu dominer sur une trentaine de millions d’habitants hétérogènes et qu’il ait été grisé, c’est une faute qu’il paye aujourd’hui. Il a voulu avec quelques divisions de 10 000 hommes tenir le front, de la Douma à la mer Noire. Il ne pouvait avoir qu’un cordon. Et la cavalerie russe s’est glissée, s’est insinuée dans ce mince rideau, et par une stratégie très simple, a partout coupé les communications de l’arrière, obligeant l’armée à reculer. Or une armée qui recule pendant deux mois perd nécessairement son ordre et sa confiance en soi. Cependant, en ce moment où le front est court et l’armée dense, les Russes perdent beaucoup d’hommes, car comme sous l’ancien régime, ils procèdent par attaques en masse.

  • 327 Le livre de Henri Poincaré (1854-1912), mathématicien français de renom, sur La Science et l’hypoth (...)

1470Lui, qui est un ancien ingénieur nourri de mathématiques, il se méfie des Russes qui dirigent la révolution, parce qu’ils sont non des hommes pratiques, mais des hommes livresques. Lénine est un commentateur de Marx. Or, n’avoir eu le contact avec la vie qu’à travers Marx, c’est trop peu. De plus, Lénine ayant commenté jadis le livre de Poincaré327 sur la science et l’hypothèse, avait abouti, dit-il, à une conclusion inattendue. Il avait rappelé la thèse de Poincaré ; la géométrie repose sur un postulat. Donc, toute la construction admirable que le génie humain a bâtie sur ce postulat d’Euclide n’est qu’une construction. Et, partant d’autres postulats, on a pu faire une géométrie non euclidienne. Et l’algèbre, inventée par des Français du XVe siècle est une construction plus encore que la géométrie. Tout est donc hypothèse disait Lénine, sauf la thèse de Marx sur le capital qui représente, elle, la vérité absolue.

1471Cette conclusion avait effaré notre consul qui a dû ne pas lire le bouquin de Lénine avec beaucoup d’objectivité, car il n’est pas socialiste. Il ajoute que si on faisait en ce moment des élections, et librement, elles seraient encore socialistes, mais mencheviks, car la Russie n’est pas bolchevik. Malheureusement, les mencheviks ne sont ni des hommes de grande intelligence, ni des hommes d’action. Ils sont très inférieurs aux bolcheviks à ce point de vue.

1472Il nous parle enfin des prisonniers français, surtout des officiers qui sont retenus à Moscou et n’y subissent pas de sévices, mais sont malheureux. Il s’intéresse surtout au commandant Guilbert. Il se plaint aussi que ce soit tous des officiers de complément, tandis que les officiers de carrière se sont arrangés pour rentrer en France.

1473Le temps s’est mis au beau et beaucoup de gens de Reval passent par la gare. Ils sont tous proprement habillés et le contraste est frappant avec la Russie d’où nous venons.

  • 328 Agostino Depretis (1813-1887), homme politique italien, avait été chef du gouvernement de 1876 à 18 (...)
  • 329 Isidor E. Goukousky était le représentant du gouvernement soviétique à Reval..

1474Les Italiens vont dîner chez leur ministre, le fils Depretis marié à une Lyonnaise, ami de Herriot328. Il a reçu très bien ses hôtes ; il a le sentiment qu’ils sont sur les marches du pouvoir. Il pense que les Russes iront à Varsovie et établiront la République des Soviets en Pologne. Le colonel Hurstel qui dirige ici la Mission militaire française trafique, lui et sa femme. Ils achètent et vendent profitant du sceau diplomatique pour faire du commerce. C’est un grand scandale. Spontanément, le ministre italien a offert à nos délégués de mettre le sceau diplomatique sur tous leurs bagages. Le ministre italien a reçu Goukousky et Davtian329 à sa table. Ceux-ci lui ont rendu son dîner. Ils sont enchantés les uns des autres. Quelle différence avec les procédés des nôtres !

1475« Par le seul fait de son existence, le pouvoir soviétique a une importance révolutionnaire historique. Il a augmenté chez les prolétaires de tous les pays le sentiment de leur force. Par cela même, dit Kautsky, les bolcheviks ont rendu un service inestimable à la révolution réelle. » Or, répond Trotsky, ils n’ont pas pu se maintenir au pouvoir que par l’idée, mais aussi par les armes, en répondant à la force par la force, à la Terreur blanche par la Terreur rouge.

1476La guerre civile, école de brutalité et de réalisme social, a appris à l’ouvrier à maîtriser la légalité et le droit. Il a compris le langage de la force. Elle a aussi dressé une classe d’officiers bourgeois prêts à défendre avec acharnement les privilèges dont ils bénéficient Tous se sont endurcis. On avait pu concevoir autrefois qu’au terme de la démocratie l’expropriation des classes possédantes passerait indolore, sans révolte, sans collision armée. La situation créée par la guerre a doublé le caractère impitoyable de la guerre civile.

  • 330 Le général Kornilov (1870-1918), commandant en chef suprême des armées, tenta en août (septembre d’ (...)

1477Lors de l’offensive de Kornilov sur Petrograd, en août 19 1 7330, on avait armé le prolétariat de Petrograd. Ce fut là une des raisons du succès de la révolution d’Octobre.

1478« La révolution ne se met point aux voix. » (Trotsky.)

Lundi 2 août 1920

1479À Reval

1480« La vieille armée tsariste était en pleine décomposition dès avant la révolution de mars 1917. Nous avons achevé sa destruction. Puis le répit militaire de Brest nous a rendu possible la création d’une armée forte et nombreuse, la première armée prolétarienne dans les annales du monde » (Trotsky.)

1481L’Etat soviétiste est l’état de transition vers le socialisme. L’œuvre des syndicats n’est plus une œuvre de lutte contre le gouvernement au nom des intérêts du travail, c’est une œuvre d’édification, d’économie socialiste réalisée avec le gouvernement.

1482Le mark estonien est tombé de moitié depuis deux mois. Un mark égale un sou français.

1483Le gouvernement socialiste du début est tombé parce qu’il a beaucoup volé. Le consul allemand nous dit que dans le prochain gouvernement de Berlin, il y aura des socialistes. Il ajoute que l’Estonie sera dans l’avenir fédérée avec la Russie, mais qu’il faudra lui assurer une certaine autonomie. Nous allons en ville, chercher du tabac. On en vend à peine ; les magasins sont tous vides de marchandises.

1484On nous dit que ce pays a une flotte de deux torpilleurs et un petit aviso vieux. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir un état-major de la Marine. Il a 30 000 soldats sous les armes. Il a 35 000 fonctionnaires.

1485On mange très bien dans le grand restaurant de la ville, avec musique, pour 5 F (100 marks). En déjeunant, j’interroge les Italiens.

1486La désorganisation sociale est complète, les ouvriers font grève pour les motifs les plus futiles. Il y a certaines usines de Turin où on ne travaille plus que dix jours par mois. Tout le nord de l’Italie, au-dessus de Rome, a donné la majorité aux socialistes. Le gouvernement est absolument impuissant. Pourquoi donc ne font-ils pas la révolution ? Parce que les ouvriers sont sans armes. Il y a une garde royale et des carabiniers recrutés dans le midi de l’Italie. 200 000 hommes prêts à tout. L’armée elle-même reste indécise. Elle a par endroits fait cause commune avec les grévistes. Si le signal de la révolution était donné, que ferait-elle ? Parce que en trois semaines, le blocus des Alliés aurait affamé le pays et privé entièrement de transports, ni pétrole, ni charbon. Il faut au moins que l’Italie s’appuie sur un quelconque pays en révolution, comme l’Allemagne ou la France. Mais la situation présente ne peut pas durer. C’est une question de mois ou d’années très courtes. Partout où l’on va, meetings immenses, tous les corps d’État, ouvriers, fonctionnaires, police, tout est syndiqué. La bourgeoisie, cependant, en ces derniers temps, a fait un sérieux effort de défense et d’organisation.

1487Il faut séparer, dit D’Aragona, la révolution russe de la IIIe Internationale. Pour la première, admiration forcée. Mais le défaut des Russes, c’est de vouloir imposer à tous les peuples, la Perse et l’Italie, le Turkestan et la France, la même politique, la même tactique que la leur.

Mardi 3 août 1920

1488Reval.

1489Dans cette ville du septentrion, hommes et femmes qui passent dans la rue ont l’air triste, sans joie, sans rire, froids, gelés. Les ouvriers ont des habits de travail très fatigués, non renouvelés depuis longtemps. L’ensemble des habits, cependant, est propre mais sans goût. Les femmes sont grandes, lourdes, mal fagotées.

1490Le secrétaire du consul de France nous explique que depuis que les paysans ont reçu la terre, ils n’ensemencent plus que pour eux. L’Estonie devra donc importer du grain pour se nourrir et comme elle ne peut à peu près rien exporter, son change n’a pas de chance de s’améliorer. Avec l’argent aussi déprécié et l’impossibilité d’acheter les marchandises qui font défaut, le paysan ne sème que pour lui. L’administration est médiocre. Trop d’employés, et paresseux ne produisant presque rien. Les ouvriers du port gagnent 140 marks par jour. Ce sont les mieux payés. Les ouvriers sont mieux payés que les employés. Les loyers sont très bon marché et on interdit de les relever.

1491Il y a ici quelques Français qui viennent faire des affaires. La maison Normand, du Havre, cherche à faire des achats de forêts de sapins le long du lac Peïpous. Le représentant de l’Office national de la presse est venu récemment acheter du papier à journal. Il en a trouvé une petite quantité, entre 700 et 1 200 couronnes suédoises la tonne plus 350 couronnes de fret. Mais pour faire ici du commerce, il faut parler allemand ; c’est la langue du trafic courant.

1492Après la guerre, les Anglais sont arrivés en Estonie les premiers. Ils ont acheté avec leurs livres sterling, c’est-à-dire à vil prix, tout ce qu’ils ont trouvé, fourrures, tissus du pays, antiquités. Aujourd’hui, il n’y a plus que leurs restes.

  • 331 Nicolas 1er fut tsar de Russie de 1825 à 1855.

1493Le secrétaire du consul nous explique que Nicolas Ier331 ayant l’intention de procéder à l’organisation de son administration, on fit venir un de ses ministres et il lui dit : « Vous ferez venir des Allemands pour l’industrie, des Anglais pour le commerce, des Français et des Italiens pour les beaux-arts. – Oui, répondit le ministre ce qu’ils auront construit en trente ans, il suffira d’un an à vos Russes pour le détruire. ».

1494En Estonie, on boit à nouveau beaucoup d’eau-de-vie et il y a de nombreux ivrognes dans les rues.

1495« En Russie, travail obligatoire, militarisé. Il s’impose si l’on veut construire le système économique selon un plan unique. Le gouvernement de la dictature prolétarienne est obligé de se subordonner la volonté des citoyens. Il est nécessaire de répartir la main-d’œuvre non plus d’une façon désordonnée comme un régime capitaliste, mais conformément à un plan d’ensemble élaboré par les organisations économiques et professionnelles. C’est ici la tâche des syndicats. Ils organisent la classe ouvrière pour la production. Ils éduquent la discipline, la répartissent, la groupent, la placent dans le cadre du plan économique unique. On objecte : le travail obligatoire est peu productif. Que veut dire peu productif ? Aujourd’hui, la destruction des richesses a réduit dans de singulières proportions ce dogme libéral. Puis nous avons à faire sur ce point l’éducation du prolétariat. Il travaillait hier pour enrichir la bourgeoisie. C’était le travail de la majorité au profit de la minorité. Aujourd’hui, c’est la classe ouvrière organisée elle-même, qui appelle les travailleurs à la production. Elle leur montre le véritable état des choses, la détresse créée par la guerre ; elle les initie au plan général de l’économie ; elle les appelle aux postes les plus divers ; les syndicats vont les éduquer scientifiquement et techniquement. La presse ouvrière doit aider ce mouvement d’éducation en suivant la production usine par usine, en encourageant les succès, en dénonçant les paresseux et les incapables. Il faut aux leaders de la technique la place d’honneur dans l’esprit public. Les primes en période capitaliste avaient pour but d’accroître la production pour le bien commun. L’émulation doit être plus que jamais à la base du mouvement d’éducation ouvrière. Elle ne doit pas disparaître. Elle doit être de plus en plus désintéressée et idéologique. C’est l’expérience qui est ici souveraine, il n’y a pas de méthode, de solution toute prête pour élever la productivité du travail. Les armées du travail ont d’abord donné des résultats médiocres. Puis on a corrigé les erreurs innombrables du début et on a fini par obtenir des rendements de 48 % des travailleurs-soldats. Les samedis communistes ont donné aussi de très bons résultats. » (Trotsky.)

1496Nous quittons notre wagon après bien des péripéties et prenons possession de la chambre 23 du grand hôtel de Reval, Le Lion d’or. C’est modeste et confortable.

1497« Ce que la IIIe Internationale exige de ses partisans, c’est la reconnaissance de ce fait que l’heure est entrée dans une période révolutionnaire, que tous les pays capitalistes marchent vers d’immenses bouleversements et à la guerre de classes ouverte, que la tâche des représentants révolutionnaires du prolétariat consiste à préparer pour cette guerre très proche l’armement nécessaire en idées et les organisations qui lui serviront de point d’appui. La classe ouvrière doit fortifier ses positions d’abord dans le domaine des idées, ensuite dans celui de l’organisation légale, semi-légale ou exclusivement clandestine » (Trotsky.)

Mercredi 4 août 1920

1498L’opportunisme de Lénine.

1499La révolution universelle a reçu de la guerre une puissante accélération. La situation sans issue qui en est résulté a encore hâté son cours, elle se développe avec une surprenante rapidité. Des hommes dévoués au socialisme comme Kautsky n’ont pas aperçu la rupture brusque rendue inévitable par les conditions objectives. Le pouvoir des Soviets, la dictature du prolétariat, voilà la direction à suivre, voilà les principes fondamentaux de la révolution. Les Soviets sont la forme nouvelle de lutte et d’organisation des masses opprimées par le capitalisme. En Russie ils embrassent toute la vie nationale. Ils ont hérité du parlementarisme et de la démocratie bourgeoise. Il faut partout mettre en pratique les Soviets et la dictature du prolétariat ; mais pour aborder concrètement la solution des problèmes dans chaque nation, il faudra tenir compte des particularités nationales et politiques de chaque Ètat.

1500D’abord conquérir l’avant-garde prolétarienne. Puis faire venir les masses. Ici, la propagande ne suffit plus : l’expérience de l’impuissance des réformistes est nécessaire. Ce n’est qu’après avoir démontré cette impuissance que dans les masses peut se produire un mouvement d’opinion hardi en faveur de l’action révolutionnaire. Il faut d’abord des propagandistes, puis des directeurs pratiques des masses : les directeurs doivent unir à la sûreté de la doctrine et de l’action socialistes l’art des compromis, des louvoiements, des zigzags, l’art de brouiller les ennemis de la classe ouvrière. Il faut posséder tous les moyens de lutte, les légaux et les illégaux. Tous les moyens légaux peuvent servir à la révolution et il n’est pas vrai que tous les moyens illégaux sont révolutionnaires. Il faut faire de la propagande, de l’agitation, de l’organisation jusque dans les milieux les moins révolutionnaires afin de les préparer. Car dans l’état présent des choses, une occasion peut réveiller les masses endormies, les mettre en branle, faire la trouée, briser la glace, amener le pays au bord de la révolution. Il faut utiliser les élections, les péripéties de la politique, tous les domaines de la vie ; il faut lancer des mots d’ordre, pénétrer dans tous les milieux, s’insinuer dans toutes les associations, les sociétés opprimées. Tous les domaines de la vie sont saturés de matière explosive. Nous ne savons pas d’où viendra l’étincelle qui allumera l’incendie.

1501Depuis la révolution russe, l’univers est devenu autre. La bourgeoisie est épouvantée. Elle nous fait une réclame universelle. Elle peut, en certains pays, réussir provisoirement à nous briser mais le socialisme est dans tous ses pores ; la contagion est dans l’organisme. Ce qu’il nous faut, c’est de la souplesse au maximum. Croire qu’il ne faut pas de compromis, croire à la voie droite toute seule, c’est aller au-devant de catastrophes.

  • 332 Le libéral britannique David Lloyd George (1863-1945) était Premier ministre de 1916 à 1922.

1502Sans doute, il faut faire le travail de dissolution du Parlement au profit des Soviets. Mais c’est de l’intérieur du Parlement que la tâche est nécessaire et la plus aisée. Il faut discréditer à fond le Parlement, en montrer l’impuissance aux yeux des ouvriers car sans changement dans la manière de voir de la majorité de la classe ouvrière, la révolution est impossible. Si nous n’entraînons pas avec nous les masses, nous sommes de simples bavards. Pour les entraîner, il ne faut pas les heurter. Dans une élection il vaut mieux voter pour un Henderson que pour un Lloyd George332 : la masse ne comprendrait pas le contraire. Et puis nous sommes sûrs que Henderson fera faillite avec sa méthode. Alors n’hésitons pas à le pousser au pouvoir. En Allemagne, c’est parce que Noske et Scheidemann ont été au pouvoir qu’ils sont, eux et leurs méthodes, discrédités. On dira : c’est rusé et compliqué, les masses ne comprendront pas. Ne rejetez pas sur les masses les défauts des doctrinaires. Il faut des louvoiements, des accords, des compromis. Il est impossible de construire le communisme avec d’autres éléments humains que ceux légués par le capitalisme.

Mercredi 4 août 1920

1503Le consul nous avise que la tempête de ces jours-ci a fait dériver de nombreuses mines dans le golfe de Finlande. Trois voiliers ont sauté. Je rends au port une visite au Kalevipoëg qui doit nous transporter demain à Stockholm. C’est un petit rafiot de mille tonnes qui semble bien léger. Un des seuls navires qui restent aux Estoniens. Traversée : 200 F, sans la nourriture. Nous portons avec nous de l’or russe qui part pour la Suède en garantie des achats de la république des Soviets. En Suède, la couronne vaut aujourd’hui 300 F (290 exactement). L’encaisse métallique est de 40 % de l’ensemble des monnaies. Nulle part ailleurs elle n’est plus forte. Les finances de l’État sont donc bonnes. Mais la vie est du même coup si chère que les travailleurs y ont de grandes difficultés.

Jeudi 5 août 1920

1504De Reval à Stockholm. En route pour Stockholm !

1505Le consul italien nous dit que d’ici quelques mois, la révolution communiste éclatera en Estonie. Aujourd’hui le gouvernement moitié libéral, moitié social-démocrate n’a qu’une vie précaire. Ils sont pleins de défiance contre les grands États ; ils sont grossiers, sans parole, sans argent, sans avenir. De plus, vénaux. Les barons baltes ont été dépossédés, mais les barons gris les ont remplacés ; ils sont les amis du gouvernement et se sont fait donner les terres des barons baltes. À Paris et à Londres, leurs agents jettent de la poudre aux yeux ; mais leur « valuta » n’a plus de cours nulle part. Ils ont des grèves continuelles et sont minés de l’intérieur. Goukousky ne perd pas son temps. Quand on demande aux ouvriers : Que réclamez-vous ? Ils répondent : « Nous voulons le gouvernement. D’ailleurs nous avons des subsides pour tenir deux mois en grève. »

1506Ce matin à 8 h au moment où je m’apprêtais à me laver, nos fenêtres étant ouvertes, je crois entendre de mon lit la voix de Lafont. Je me précipite à la fenêtre. Lafont et sa femme étaient en effet en train de sonner à l’hôtel qui était en face du nôtre ; ils venaient de rechercher des chambres dans toutes les auberges de Reval et n’avaient rien pu trouver. Je leur crie d’en haut et avec stupeur, ils nous demandent de monter.

1507Sans s’attarder à expliquer ce que cette coïncidence avait vraiment d’inattendu, ils nous disent qu’ils viennent d’arriver ce matin même à 5 h et qu’ils ont été expulsés de Russie par un ordre de Trotsky rendu public dans tout l’univers. Ils sont encore tout nerveux et d’une amertume explicable. Mme Lafont nous dit : « Évidemment, avoir eu l’idée de passer par la Pologne pour venir ici, c’était bête, mais tout de même, mon mari qui a tant défendu les Russes ! Et qui a fait toutes les démarches pour empêcher l’expulsion de Trotsky ! Ils accusent tous deux Sadoul seul d’avoir machiné l’opération ; ils sont aussi sévères pour Rakovsky, un vieil ami de Lafont qui a oublié le passé. Nous aurons à expliquer ce malentendu ! »

1508Nous assistons à l’embarquement à bord de notre navire de 10 millions d’or russe que les bolcheviks envoient à Stockholm pour garantir leurs achats. L’or est placé dans de petites caisses que deux hommes soulèvent avec difficulté. C’est la banque Schal qui s’occupe de l’opération. Cette banque est une banque allemande qui fait les affaires de l’Estonie. On a plus confiance en elle qu’en la banque d’État ; même dans le monde officiel, elle est utilisée de préférence. On m’affirme que le ministre des Finances a créé une banque pendant son ministère. Il court des bruits très fâcheux sur la moralité de tous les hommes politiques de l’Estonie.

1509Brodovsky, agent de la mission Kopp à Berlin, est dans ce bateau.

1510Rodolphe Ollow, chancelier du vice-consulat de France à Reval nous prie de lui trouver une situation au Maroc. Il a été sous-directeur de la Société russe d’expansion commerciale ; il a été chez un agent de change à la Bourse de Petrograd. Il parle russe, allemand, français, suédois (Bluysen).

1511Le voyage sur mer que nous faisons aujourd’hui est splendide. Les Anglais ont acheté toute la récolte de lin estonienne pour 1920, 1921 et 1922 ; ils s’en sont réservé l’exclusive. Ils ont acheté des forêts. En échange, ils envoient en Estonie quelques produits, vêtements, machines agricoles, tabac, etc. Ils n’acceptent pas de monnaie estonienne. En fait, le pays se trouve indirectement sous la vassalité de l’Angleterre qui a à Reval trois missions, une militaire, une commerciale, un consulat. Dans le consulat, un consul général, deux vice-consuls, un consul. Nous avons voulu singer cet étalage et nous y avons mis une Mission militaire dispendieuse, coûteuse, inutile à tous égards.

1512La démocratie. Le prolétariat international a profité de la démocratie moderne pour constituer de puissantes organisations, mais la démocratie n’a pas empêché l’impérialisme et la guerre. La démocratie formelle n’est pas la démocratie réelle. La démocratie formelle s’érige au-dessus des considérations de classes qui dans la vie en font découvrir les avantages. La petite bourgeoisie des villes et des campagnes est encore numériquement forte : son rôle social diminue cependant. Elle n’a pas empêché les crises sociales de s’aiguiser en ces temps récents. La petite bourgeoisie occupe dans la politique parlementaire la place qu’elle a perdue dans la production : mais du même coup le parlementarisme est devenu un bavardage stérile. L’impérialisme a éliminé la petite bourgeoisie, a hâté sa chute en tant que rouage politique : il s’est subordonné tous ses moyens et ses institutions. Il a tout mobilisé dans la société moderne à son service. Le mécanisme de la démocratie est soumis tout entier au capitalisme : armée, école, presse.

1513Démocratie = souveraineté du peuple, suffrage universel, libertés. Mais il faut voir dans la réalité le contenu de ces notions. Où est ma démocratie, qui a les vertus de la démocratie idéale ? En fait, toutes les normes de la démocratie française, des emblèmes de combat contre le féodalisme, des revendications marquèrent à leur heure un grand progrès : tous les hommes sont égaux, ils sont libres, ils décident tous également par leurs suffrages du destin du pays. Toutes ces formules ont joué un rôle révolutionnaire, mais aujourd’hui les hommes sont de plus en plus inégaux : l’accumulation des richesses d’une part, d’autre part une misère sans espoir. Dès lors, les ombres légales de la démocratie n’ont plus de corps. Il n’y a qu’une fiction de légalité et de droits politiques. L’égalité n’est que juridique, apparente : la réalité c’est la chaîne qui attache le prolétariat au capital. Par le parlementarisme, le peuple a l’illusion de diriger les affaires du pays. En fait, c’est une oligarchie qui dirige. Le principe démocratique n’est pas intangible et absolu. Il est vicié par l’existence des classes. Mais si dans un Parlement, la majorité était devenue socialiste, la résistance de la bourgeoisie demeurerait énorme et il faudrait la briser. Le régime des Soviets institue un contact plus étroit, plus direct, plus honnête avec la majorité des travailleurs. Paysans et ouvriers administrent directement le pays dans leurs intérêts : c’est une démocratie plus profonde que la démocratie parlementaire. Lorsque la guerre civile et étrangère sera terminée, la dictature de la classe ouvrière montrera ce qu’elle peut donner. Les Soviets, aujourd’hui organes du pouvoir, se changeront en organisations économiques. Et que pourrait alors faire une Chambre quelconque puisque le pays aura les institutions dont il a besoin ?

Vendredi 6 août 1920

1514De Hangö à Stockholm.

1515On se lève à 3 h 30 pour assister au lever du soleil. Il paraît vers 4 h, magnifique ; un globe de feu tout rouge qui monte à vue d’œil, que réellement on voit monter. Le bateau coule sur une eau de lac, au milieu d’îles innombrables, toutes boisées, travaillées, entretenues par ce peuple industrieux ; de temps en temps, dans une petite crique, un canot voilé, un petit yacht ; et sur un rocher boisé, une maisonnette de bois peint. Ceux qui travaillent ces bois de sapins, qui font les coupes, ceux qui montent des petits navires viennent de Finlande, de ce Hangô où nous nous sommes arrêtés quelques heures hier au soir, vieux port abrité, anse grande comme le port de Paimpol, avec une belle église et des maisons et des magasins entassés sur le bord de l’eau. Très rapidement, tout l’orient fut incendié. Nous arrivions au sud d’Aland.

1516Les Italiens nous expliquent qu’ils ne peuvent faire grand-chose pour empêcher leurs ouvriers d’expédier des munitions en Russie. D’abord, ils ont fait fermer trois usines de munitions. Puis leurs cheminots ont agi, mais on peut toujours mettre les armes dans des caisses scellées et leur attribuer des destinations imaginaires. Il faudrait cesser toute production d’armes de guerre, mais ce serait le chômage pour des milliers d’ouvriers. En quittant les îles d’Aland, nous reprenons la haute mer et sommes, durant deux heures, fortement secoués. Puis nous entrons dans le fjord de Stockholm que nous remontons pendant près de cinq heures. Les bords du fjord sont boisés, peu habités, et ressemblent aux îlots que nous venons de traverser depuis Hangö. À mesure qu’on se rapproche de Stockholm, le paysage est splendide. En arrivant, nous sommes soumis à une visite corporelle par une femme qui nous examine le torse avec une minutie impudique. Avec la douane, la police et le reste, on nous fait manquer le train pour quelques minutes, on nous oblige à coucher à Stockholm et à perdre une journée. À dîner, l’Italien qui nous accompagne nous dit que les salaires ici, comme la vie, sont très élevés. Des débardeurs de charbon gagnent 60 couronnes par jour, soit 180 F. Les commissionnaires ont pris 30 couronnes pour porter les bagages sur deux petites charrettes.

Samedi 7 août 1920

1517Stockholm.

1518Une journée perdue. Séjour forcé dans cette ville, splendide, propre, froide. Que de banques ! Que de banques ! Et quel contraste avec la Russie d’où nous venons ! Le citoyen Branting gouverne ici et le capitalisme est toujours aussi solide. De splendides autos privées, d’aussi belles autos de place ; une bourgeoisie bien nourrie, bien habillée, des devantures de magasins bien ordonnées et pourvues, étalages abondants, cossus, sans goût et sans élégance. Chez les libraires, quelques bouquins français nouveaux. Et nous trouvons enfin ici quelques Temps et autres journaux français, mais pas L’Humanité. Dans Le Temps du 2 août : « De Varsovie. Les représentants de la France et de l’Angleterre réclament l’envoi de munitions plus 600 officiers français, 200 anglais. Les deux premières de ces recommandations sont à l’heure actuelle en voie d’exécution. Notamment en ce qui concerne les munitions, on annonce que la France a repris l’expédition des transports. » Tous les journaux français que nous lisons sont remplis d’articles violents et amers contre l’Angleterre. L’Angleterre essaie vainement de supplanter l’Allemagne en Suède. Bien que 100 couronnes vaillent 900 marks, l’esprit de l’Allemagne reste ici prépondérant

1519« Le gouvernement de B ranting, après avoir été combattu par les ouvriers, est maintenant toléré par eux », dit le ministre italien. »

15201 000 F = 352 couronnes.

1521Hier, quand nous descendions du bateau, un vieux monsieur s’avance et nous demande avec effroi si vraiment Reval était en révolution. Un autre bourgeois, sur le bateau, nous demande si les bolcheviks ont respecté les sièges des banques et si les commissaires et leurs femmes sont traités comme les gens du peuple de Moscou.

  • 333 Il s’agit du leader Zeth Höglund (1884-1956), un des fondateurs en mai 1917 du parti social-démocra (...)
  • 334 Il s’agit de Per Albin Hansson (1885-1946), homme politique social-démocrate suédois, député depuis (...)

1522Höglund333. Nous allons le voir au Politiken. Politiken : 2 500 lecteurs (30 000 au Social-démocrate de Branting). Le ministre de la Guerre du ministère Branting, Hansson334, était un militant antimilitariste de grande violence. Le parti a 11 députés à la Chambre. Le parti social-démocrate 86 (sur 230 députés).

1523Aux élections prochaines de septembre, les communistes doubleront le nombre des élus. Ils ont 25 000 militants au parti ; dans les syndicats, ils sont 125 000. La majorité des dirigeants des métallurgistes est communiste. Le salaire des ouvriers, en Suède, est élevé. 20 couronnes par jour, en moyenne.

  • 335 Värner Rydén (1878-1930), homme politique social-démocrate suédois et ministre, se situait sur la d (...)

1524Lindhagen était libéral ; il est devenu communiste pendant la guerre. Il est resté humanitaire, idéaliste. Il prend Lénine pour un Christ. Il n’a avec lui que quelques militants. Rydén335, le ministre des Cultes de Branting avait spéculé sur l’entrée de Youdenitch à Petrograd. Le scandale est grand, parce qu’il est candidat sur la liste Branting. Il y a ici la proportionnelle. Les femmes ne votent encore que pour les élections municipales. Les camarades suédois ont donné à leurs délégués à Moscou mandat de voter pour l’adhésion des Français et des indépendants. Le ministère Branting durera jusqu’aux élections, à cause des îles d’Aland. Après, ce sera un ministère libéral-socialiste. Branting n’a eu qu’un programme libéral de droite. Rien de socialiste.

1525A Christiania, une station radiotélégraphique avec la Russie. En Norvège, il y a un régime de droite, mais les relations avec la Russie sont constantes, tandis qu’ici en Suède, nous ne pouvons en avoir. Nous devons passer par Christiania pour nos dépêches.

1526La parfaite organisation de la gare de Stockholm ! Stockholm : 400 000 habitants (les trois couronnes, armes du pays). La Suède s’est enrichie pendant la guerre. Elle continue aujourd’hui. Elle a une réserve d’or énorme. Elle est plantureuse. Tous les habitants de Stockholm sont très bien habillés et les autos remplissent la ville.

1527Les petites vaches noir et blanc, attachées dans les champs de trèfle à un piquet, et alignées en face de l’herbe.

1528Les secondes classes, en Suède, valent les premières.

Dimanche 8 août 1920

1529De Stockholm à Berlin.

1530Malmö à 8 h du matin. Tralleborg à 9 h – le ferry-boat suédois. Perspective : quatre heures de mer ; il vente et ça moutonne. Malgré cela, la traversée fut excellente jusqu’à Sassnitz où l’on arrive vers 1 h.

  • 336 Il s’agit sans doute de Zeth Höglund.

1531L’Humanité, Le Populaire, que Höglung336 nous a remis hier à Stockholm signalent un grand trouble dans le parti à la suite de notre télégramme annonçant notre intention d’adhérer à la IIIe Internationale. D’autre part, l’agonie de la IIe Internationale à Genève dont les détails sont rapportés dans les mêmes journaux, est on ne peut plus pénible. C’est la fin tragique d’un temps, d’une époque du socialisme qui fut grande et féconde ; les événements sont venus, qui ont hâté la dissolution de cet organisme qui n’a pu survivre à 1914.

1532Entre les deux Internationales, celle qui est morte et celle qui naît, il y aura quelques années d’hésitation, de gêne, de reclassement, de recherches, d’erreurs. Mais déjà un fait est certain : c’est que dans ses grandes lignes, la méthode, la tactique nouvelle sont fixées ; il faut agir dans le sens de Moscou, car d’abord ils ont montré le chemin et ont déjà accompli une moitié de leur tâche, celle qui est la moins aisée, la destruction du régime de l’argent. Et d’avoir agi leur confère un prestige immense et légitime. Puis, ils sont restés dans la tradition révolutionnaire des temps modernes. Ils sont nourris de la révolution française. Et ils sont nourris de Marx, d’Engels, des enseignements de la Commune. Ils sont la vie, l’avenir : ils ont frayé une voie nouvelle à l’humanité. Sans faiblir, sans fléchir, avec une foi farouche, ils vont de l’avant.

1533Arrivés à Sassnitz dans l’île de Rügen. L’île a une falaise crayeuse élevée, très bien boisée ; le long du bord, l’eau est d’un vert émeraude. Puis apparaît la jolie petite ville tout enveloppée de bois touffus et verts. Cabines de bain sur la plage. Maisons superbes.

1534Le ferry-boat ne sert aujourd’hui à rien. Il n’a embarqué aucun wagon ; à Tralleborg, nous avons porté nos bagages à bord et nous avons recommencé ici à Sassnitz. En route pour Berlin à 2 h 30. Interminables manœuvres par le ferry-boat de l’île de Rügen à la terre allemande. Puis on traverse la Poméranie, pauvre mais bien travaillée ; cultures, seigle et patates ; coupes de bois, troupeaux abondants. Les récoltes sont entassées dans les champs, comme dans nos régions du nord. Les gares sont propres, ordonnées.

1535Le train va bonne allure. Il part aux heures. Il arrive de même. Impression générale de tranquillité et de discipline extérieure. Beaucoup de monde dans notre train ; tous endimanchés et pas l’air misérable du tout.

1536Arrivée à Berlin 9 h 30. Caussy est à la gare. Nous allons au Central Hôtel, puis dîner. La chambre coûte 150 marks pour nous deux. Notre repas ; une côtelette et de la bière, 85 marks.

1537Caussy nous dit qu’à Berlin, les profiteurs de guerre sont riches et plus insolents que jamais. Et la classe ouvrière est plus pauvre et plus misérable. Ce qui n’empêche pas que l’idée de la révolution violente est très éloignée de l’idée des ouvriers allemands. Il croit que l’adhésion à la IIIe Internationale ne sera pas bien accueillie par le parti indépendant, malgré les affirmations de Stocker et Daumig. Il nous avoue n’avoir de relations qu’avec la droite du parti.

1538Il rappelle que Renaudel passant à Berlin en mai, retour de Pologne, lui déclara que la France avait besoin de l’indépendance de la Pologne et que si cette indépendance était menacée par les Russes, le devoir de la France serait d’aider la Pologne par les armes. Il ajoute qu’il croit que Renaudel est entré au Petit Parisien à la place de Paul Louis.

Lundi 9 août 1920

1539Berlin.

1540Nous avions laissé nos chaussures à la porte de notre chambre 39 (150 marks). Un veilleur de nuit passe et nous recommande de les rentrer. Notre fenêtre donne sur Leipzigstrasse, et je vois défiler à 8 h le flot des employés, hommes et femmes qui vont à leur bureau. Grande ressemblance avec le spectacle pareil à Paris. Des voitures de place : victoria, vieux sapin, auto-fiacres, très semblables à ceux de Paris. Le pavage en bois de la rue, ce sont des planches, comme pour un plancher de maison. Pas de caoutchouc aux voitures de place.

1541Caussy nous dit que les Allemands sont difficiles à vivre : ils restent orgueilleux, lents d’esprit, et en ce moment ils sont aigris par leurs misères et leurs échecs et leurs humiliations, ce qui rend encore la vie près d’eux plus délicate.

1542Dans les quartiers les plus centraux et riches, des enfants pieds nus. Dans les quartiers ouvriers, des hommes et des enfants pieds nus et sans chemises.

1543Le mark baisse et il baissera encore.

1544Haguenin a le diabète, il est dans un sanatorium.

1545Jamais la bourgeoisie allemande ne fit de si bonnes affaires. Les bénéfices moyens sont de 35 %. Pour le commerce, 100 %. La bourgeoisie allemande ne paie pas d’impôts. On l’en menace ; jusqu’ici elle n’a pas payé. Les profiteurs de guerre sont plus orgueilleux, plus grossiers que jamais. Le luxe plus insolent. Le peuple souffre et c’est sa passivité qui est redoutable.

  • 337 Léon Blum (1872-1950), homme de lettres et juriste, s’opposa lors du congrès de Tours à l’adhésion (...)

1546Notre politique allemande en France doit être de faire la politique de la classe ouvrière allemande, mais non de défendre l’Allemagne officielle et bourgeoise. Blum337 a demandé qu’on exige plus de l’Allemagne dans ses derniers articles. Pierre a fait une politique opposée. Ici on n’a rien compris à l’attitude de L’Humanité.

1547Nous sommes vers midi sur les Tilleuls. Un luxe inouï, des femmes en toilette criarde, de mauvais goût ; dans l’ouest de Berlin, un étalage de plaisirs, de cafés pleins où l’on dépense un argent fou.

1548Un grand discrédit du parlementarisme, surtout en Prusse et dans le Nord. La petite bourgeoisie reste encore forte dans le Sud et à l’Ouest. Ici c’est la grande bourgeoisie vigoureuse, faisant elle-même de la politique. Comme chez nous Laurent ici c’est le scandale !

1549En fait, en ce moment, la politique franco-allemande est menée par les hommes d’affaires dont les politiques ne sont que les délégués. L’Allemagne est sillonnée de petits mercantis français qui vendent de la nourriture et des produits de toute sorte. L’ambassade est à leurs ordres et Marcilly tripote avec eux.

1550Caussy se plaint qu’à L’Humanité on ne passe pas ses articles ; il se méfie de l’hostilité de Pierre et de Paul Louis. Il est resté très attaché à Hilferding et Kautsky et très amer contre les communistes et les indépendants de gauche. Je le mets en rapport avec Brodovsky et il ira chez Kopp : il nous transmettra les choses de Russie qui vont devenir de plus en plus importantes.

1551Il pense que le prolétariat allemand est très loin de la révolution. Il est passif, il est sous-alimenté, il est fatigué de toute guerre ; il ne veut plus recevoir de coup de fusil. C’est de la Freiheit qu’il nous téléphone à Paris ; or, s’il fait une politique différente, il redoute que la Freiheit ne lui crée du souci. Nous lui répondons de voir Daumig et de marcher avec lui. Il se rappelle du voyage de Renaudel en mai, à Berlin. Celui-ci lui fit l’impression de vouloir diriger la politique extérieure alors qu’il n’entend goutte à aucune question de cette politique extérieure.

1552C’est la grande bourgeoisie allemande qui a fait faire toutes les destructions de la guerre ; c’est elle qui doit réparer, non le peuple allemand. Le luxe de parvenu à Berlin est encore énorme, insolent. Il heurte les étrangers qui passent et observent. Ce capitalisme se grise. Il s’étale ; il jouit jusqu’au bout. Toute la nuit, hôtels et cafés chic, dépenses énormes. On continue de payer les domestiques 75 marks par mois. Elles ne disent rien. Elles mangent très mal. Elles ne participent pas à la nourriture de la maison. Elles ont une cuisine spéciale. Elles l’acceptent volontiers. Elles sont syndiquées cependant, mais même celles qui sont inscrites chez les indépendants sont inertes.

1553Les réactionnaires rêvent d’une Entente avec la Russie soviétiste pour recommencer la guerre avec la France et réviser Versailles.

1554L’Allemagne entière compte maintenant sur l’Italie, comme elle comptait, il y a deux mois, sur l’Angleterre.

1555L’esprit constructeur, nébuleux, rêve de plans baroques comme celui de [ill.] sur la constitution d’un État qui irait du Cotentin à l’Elbe ; il rêve d’une alliance avec la France contre l’Angleterre ; il crée, construit et attend dans la confusion des idées, un lendemain qu’il aperçoit comme fort inquiétant.

1556Dîner chez Toepfer avec Brodovsky, et le représentant de la Pologne pour la Russie à Berlin. Il me demande de lui permettre de m’envoyer à la Chambre des notes pour L’Humanité sur la situation en Russie et en Pologne. Il pense que le mieux, c’est de faire une bonne paix avec la Pologne, avantageuse pour elle, pour avoir un pont sur l’Allemagne. Nous devons montrer dans le conflit russo-polonais, l’action essentielle de l’impérialisme et du capitalisme français dans les mains desquels la Pologne n’a été qu’une marionnette. Si on avait pu faire une bonne paix avec la Pologne en y intéressant l’Angleterre comme c’était possible, c’est la France bourgeoise et militaire qui eût été vaincue. Quand la presse française affirme qu’il y a entre l’Allemagne et la Russie un traité, elle dit une absurdité.

1557Quand l’armée d’occupation prélève des réquisitions et se fait payer sans compter, elle fait tort aux pays envahis, car les sommes par elle prélevées n’iront pas aux sinistrés ; elles seront défalquées du total que l’Allemagne aura à payer.

Mardi 10 août 1920

1558Cologne.

1559Arrivée à 10 h. Nous faisons une promenade dans Cologne. Nous longeons les quais du Rhin. Le spectacle de la prostitution y est écœurant. De jeunes garçons invitent les passants à entrer dans les maisons spéciales. Quel exemple ! dans ce quartier grouillant d’enfants ! Et c’est à l’ombre

1560du Dom, et dans la ville la plus catholique de la vallée du Rhin. On entre déjeuner chez Neumeyer. 40 marks le déjeuner modeste : deux petits morceaux de viande qui, à eux seuls, coûtent 20 F. On ne sert qu’un tout petit morceau de pain.

1561Nous lisons les journaux de Paris de hier au soir. Ne regrettons que les bolcheviks n’aient pas suivi nos conseils de prudence. Ils viennent pour la deuxième fois de braver l’Angleterre. Le Foreign Office va-t-il à nouveau se laisser bafouer ?

1562L’armée anglaise, les autos anglaises, les policiers anglais remplissent la ville ; sur le Rhin toute une flottille anglaise ; les hôtels, les restaurants, le long du fleuve sont réquisitionnés par les Anglais. De grands navires blancs de passagers allemands qui ressemblent à ceux de la Volga. Sur le quai et dans les rues qui l’avoisinent, beaucoup d’enfants, sales, pieds nus, en guenilles. Mauvaise impression de tous ces quartiers misérables. Visite au marché mal approvisionné.

1563On quitte Cologne à 5 h 27. À la gare, nous sommes l’objet de surveillance évidente.

Mercredi 7 juillet 1920

1564Saint-Étienne.

1565Lafont, pour explication, a dit Sadoul, est un mouchard et un mufle. On lui a réclamé des explications complémentaires. On n’a pas mis son nom sur l’affiche de la réunion. Il en a été très irrité et l’a écrit au secrétaire général. Cependant, il est venu à la réunion, est resté sur l’estrade, à sa place, et à la fin est venu à la coopérative avec les amis.

Notes

1 Otto Bauer (1881-1938) théoricien du marxisme et dirigeant socialiste autrichien, fut secrétaire d’État aux Affaires étrangères de 1918 à juillet 1919. Rédacteur de Arbeiter-Zeitung depuis 1907, il était le porte-parole de l’austromarxisme. Il était également un des leaders les plus en vue du mouvement ouvrier international entre les deux guerres. Sa brochure La Marche au socialisme, rédigée en 1919 et traduite en français, en italien et en néerlandais, analysait la tactique des bolcheviks. Bauer y rejetait une prise de pouvoir qu’il qualifiait de purement politique par un putsch de type blanquiste dans les pays industriels développés. Il préconisait une révolution politique par un processus lent de socialisation.

2 Il s’agit probablement de la gare Friedrichstrasse.

3 Fernand Caussy (1881-1959), journaliste français, spécialiste de politique étrangère, était membre de la SFIO. En 1919 il traduisit la brochure d’Otto Bauer, La Marche au socialisme.

4 Otto Cohn (1869-1937 ?), avocat social-démocrate, adhéra au parti socialiste indépendant allemand (USPD) lors de sa fondation. En 1918, il fut conseiller juridique de l’ambassadeur russe A. Joffe. Il revint au parti social-démocrate en 1922. Réfugié en URSS en 1933, il disparut au moment de la répression stalinienne.
Georg Ledebour (1850-1947), instituteur, acteur, puis journaliste, était membre des indépendants, mais rompit avec eux sur la question de l’adhésion à l’internationale communiste. Jusqu’en 1922, il demeura à l’USPD, puis revint au parti social-démocrate. Il émigra en Suisse.
Rudolf Hilferding (1877-1941), homme politique socialiste, médecin, enseignant, journaliste à Berlin, écrivit en 1910, Das Finanzkapital. Eine Studie über die jüngste Entwicklung des Kapitalismus, son œuvre majeure. Membre du parti social-démocrate indépendant, il était le rédacteur en chef de son journal Die Freiheit. En 1922, il rejoignit le parti social-démocrate. Il mourut à la prison parisienne de la Santé après avoir été remis aux mains des Allemands.
Die Freiheit était l’organe central du parti des socialistes indépendants allemands.

5 Pierre Renaudel (1871-1935), socialiste français et rédacteur de L’Humanité, fut élu député en 1914 mais battu en 1919. Il était opposé à l’adhésion à la IIIe Internationale et demeura à la SFIO après le congrès de Tours.

6 Philipp Scheidemann (1865-1939), dirigeant social-démocrate allemand et député au Reichstag de 1903 à 1918, puis de 1920 à 1933, fut, en 1919, le premier chancelier de la république de Weimar.

7 Clara Zetkin née Eisner (1857-1933), institutrice, était une des grandes figures de la social-démocratie allemande et de la IIe Internationale. Membre du noyau internationaliste dès 1914, elle se déclara solidaire des bolcheviks. Fondatrice et rédactrice du journal féminin Gleichheit, dont elle fut écartée en 1916, elle dirigea le secrétariat féminin de l’internationale communiste. Se situant sur la « droite » du parti et malgré ses désaccords évidents, elle vécut ses dernières années à Moscou. Elle prononça le discours d’ouverture du Reichstag en août 1932 sous la forme d’une violente attaque contre le nazisme.

8 Brunswick est une ville allemande située entre Hanovre et Berlin.
Le coup d’État de mars 1920 dirigé par Wolfgang Kapp (1858-1922), du parti patriotique allemand, et par le général von Lüttwitz exprimait l’opposition d’extrême-droite contre la république. Il fut un échec entre autres à cause de la grève générale déclenchée par les syndicats allemands.

9 Arthur Crispien (1875-1946) journaliste social-démocrate, adhéra au parti des indépendants allemands pendant la guerre. De 1919 à 1922, il le présida. Il prit part au IIe congrès de l’internationale communiste avec une délégation officielle de l’USPD composée par Daumig, Stöcker et Dittmann. Il émigra en Suisse après 1933.
Ernst Daumig (1868-1922) journaliste, cofondateur du parti des indépendants allemands et rédacteur en chef de Freiheit de 1917 à 1918, était le leader de l’aile gauche du parti. Il se prononça pour les « vingt et une conditions ». Élu coprésident du parti communiste allemand unifié avec Paul Levi, il démissionna de cette fonction en février 1921.

10 L’agence Wolff, fondée en 1849 à Berlin, était la première agence télégraphique d’Europe.

11 Cachin parle ici probablement du quotidien Berliner Tageblatt, créé en 1872, qui était réputé pour sa partie politique et notamment ses correspondances de l’étranger. Quant à l’autre journal, il s’agit sans doute de la Frankfurter Zeitung, un journal indépendant de tout parti politique, fondé en 1856.

12 Alexandre G. Chliapnikov (1885-1937), membre du parti social-démocrate russe depuis 1901, formait depuis 1916, avant le retour des dirigeants émigrés, le bureau russe du Comité central du parti bolchevik à Petrograd avec Molotov et Salukij. Il fut membre du Soviet de Petrograd et dès juillet 1917 un des représentants bolcheviks au Conseil central panrusse des syndicats. De 1919 à 1922, il présida le syndicat des métallurgistes. Il devint le premier commissaire du peuple au travail. Au printemps 1920, il se trouvait en mission syndicale à l’étranger. Avec Alexandra Kollontaï (1872-1952), il fut un des leaders de l’opposition ouvrière en 1920-1921. Il mourut en prison.

13 Joseph Paul Boncour, dit Paul-Boncour (1873-1972), délégué à la Société des Nations et représentant de la France à la conférence du désarmement de Genève en 1932, fut président du Conseil en 1932/1933 et ministre des Affaires étrangères en 1932.

14 Cachin pensait sans doute à l’allée Unter den Linden qui se situe entre la porte de Brandebourg et l’Alexanderplatz.

15 Viktor Kopp (1880-1930), d’origine russe, adhéra durant sa formation au mouvement révolutionnaire ce qui lui valut d’être expulsé de son école. Après avoir émigré en Europe de l’Ouest, il regagna la Russie au début de la guerre. Il fut mobilisé et fait prisonnier par les Allemands en 1915. Libéré sur intervention de l’ambassade soviétique à Berlin, il y fut engagé comme conseiller. Il dut quitter l’Allemagne lorsque la mission diplomatique russe dirigée par Adolf Joffe fut expulsée du pays, mais il y retourna vers la fin de l’année 1919, d’abord en tant que délégué de la Croix-Rouge soviétique, puis comme représentant commercial. Utilisant cette couverture, il noua de nombreux contacts avec des cercles gouvernementaux et militaires allemands, avec l’appareil secret du parti communiste allemand et avec le Secrétariat pour l’Europe de l’Ouest, un organisme de l’internationale.

16 Stettin, aujourd’hui ville polonaise (Szezcin), se situait alors en Allemagne. Quant au représentant de l’État soviétique, que Cachin nomme Voukovsky, il pourrait s’agir d’une erreur. En effet, le représentant du gouvernement soviétique en Estonie entre 1919 et 1921, était Isidor E. Goukousky (1871-1921). Membre du parti social-démocrate russe dès 1898, arrêté à diverses reprises par la police tsariste, il avait dû s’exiler, mais tenta plusieurs fois de revenir en Russie. Il devint vice-commissaire, puis commissaire du peuple aux Finances après la révolution d’Octobre.

17 Paul Levi (1883-1930) avocat appartenant à l’aile gauche de la social-démocratie allemande, s’affilia au groupe Spartakus durant la Première Guerre mondiale, puis au parti communiste allemand, dont il fut président en 1920/1921. Exclu en 1921 pour sa critique envers « l’action de mars », il se tourna peu de temps après vers le parti social-démocrate.

18 Heinrich Laufenberg (1872-1932) docteur en philosophie et journaliste, passa du centre catholique au parti social-démocrate et devint un des dirigeants du mouvement ouvrier de Hambourg. D’abord spartakiste, il adhéra au KAPD, parti communiste de gauche fondé en 1920, dont il fut exclu la même année à cause de ses thèses national-bolchevistes.

19 Paul Cassirer (1871-1926) marchand d’objets d’art et éditeur allemand, fut dans un premier temps volontaire puis il devint antimilitariste. Il séjourna en Suisse de 1917 à 1918, puis à son retour en Allemagne il adhéra au parti des indépendants.
Il s’agit probablement de Jules Emmanuel Théodore Duret (1838-1927), grand collectionneur d’art moderne, qui se situait politiquement à gauche. Durant la Commune de Paris, il avait accepté un poste d’adjoint au maire du 9e arrondissement. Puis il avait fait un voyage autour du monde.
Dans l’article 231 du traité de Versailles, l’Allemagne était qualifiée de seule coupable du déclenchement de la guerre. Par conséquent, elle fut obligée à payer des réparations. Celles-ci étaient censées indemniser l’Entente pour les coûts de la guerre et de la reconstruction, mais elles servaient aussi à affaiblir l’économie allemande.

20 Il pourrait s’agir du journaliste socialiste suisse Léon-Joseph Choulat (né en 1884) de l’agence Respublica à Berne. Il servait d’agent à Jules Humbert-Droz pour les liaisons avec Milan et le parti socialiste. Soupçonné d’espionnage en faveur des Allemands, il était sous écoute téléphonique de novembre 1918 à février 1919.

21 John Wesley De Kay, homme d’affaires américain, né en 1872, à sympathies de gauche, subventionnait plusieurs organisations ou journaux socialistes. Il collabora à la revue hebdomadaire pacifiste dirigée par Jean Debrit La Feuille – sous-titrée « Journal d’idées et d’avant-garde ne se rattachant à aucun parti »– qui paraissait à Genève depuis 1917. En décembre 1919, après un voyage en Allemagne, les autorités suisses, le soupçonnant de financer les bolcheviks, lui interdirent l’entrée sur le territoire helvétique.

22 Albert Thomas (1878-1932), socialiste français de droite, fut sous-secrétaire d’État de 1914 à 1917. En 1917, il fut nommé ministre de l’Armement.
Camille Huysmans (1871-1968), socialiste belge, fut secrétaire du Bureau socialiste international de 1905 à 1921. Il fut ministre à plusieurs reprises.
La IIe Internationale se trouvait paralysée dans son action depuis le début des hostilités par le refus des partis des pays belligérants de se rencontrer. Tandis que les partis des pays de l’Entente se réunirent à Londres, ceux des puissances adverses se rencontrèrent à Vienne. La gauche socialiste se réunit à Zimmerwald et à Kienthal. Après la conférence de Berne de février 1919, plusieurs partis de la minorité-qui avait refusé de condamner la révolution bolchevik – se retirèrent. La conférence de Genève en 1920 ne rassembla plus que le parti social-démocrate majoritaire allemand, le hollandais, le belge et le danois, ainsi que les travaillistes britanniques et quelques petits partis. Ce n’est qu’en 1922 que fut créée l’internationale socialiste ouvrière qui réunit les restes de la IIe Internationale et les organisations qui avaient formé « l’internationale 2 1/2 ». Quant aux deux partis sociaux-démocrates allemands, le majoritaire et l’indépendant – issu en 1917 d’une scission-, ils fusionnèrent le 24 septembre 1922.

23 Gustav Stresemann (1878-1929), homme politique allemand de la république de Weimar, fonda en 1918 le parti populaire qu’il dirigea jusqu’à sa mort. En 1923, il devint chancelier du Reich, de 1923 à 1929, il fut ministre des Affaires étrangères.

24 Haguenin, socialiste français de la tendance Renaudel, fut professeur de littérature française à l’université de Berlin. Durant la guerre, il fut attaché à l’ambassade française de Berne ; il y travaillait au bureau de presse français.

25 Hugo Stinner (1870-1924) est l’un des plus puissants magnats d’affaires allemands. Avec Alfred Hugenberg, autre grand industriel et financier, il est le fer de lance contre le mouvement ouvrier révolutionnaire allemand de l’immédiat après-guerre en mettant son énorme fortune au service des partis nationalistes.

26 Friedrich Ebert (1871-1925), homme politique social-démocrate allemand, fut président de la République de 1919 à 1925.

27 Le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919, exigea de lourds paiements de réparations de la part des Allemands et de grosses cessions territoriales. La délégation allemande était dirigée par le comte Brockdorff-Rantzau (1869-1928), ministre des Affaires étrangères. En juillet 1920, la conférence de Spa, qui avait lieu au moment où se réunissait le IIe congrès de l’internationale communiste, devait régler la question des frontières de la Pologne. La proposition de la tracer en respectant les minorités ethniques (ligne Curzon) fut repoussée par les Polonais.

28 Carl Legien (1861-1920), tourneur de formation, était un des fondateurs et premier président de la commission générale des syndicats allemands (1890). Il fut membre du Reichstag de 1893 à 1897 et de 1900 à 1918. Durant la guerre, il avait approuvé l’Union sacrée et la Défense nationale. À partir de 1919, il présidait l’Union générale des syndicats allemands ; c’est sous sa direction que fut déclarée la grève générale contre le putsch de Kapp.

29 Georg Freiherr von Hertling (1843-1919) était pour peu de temps chancelier du Reich en 1917.

30 Il s’agit du comte Arthur de Posadowsky-Wehner (1845-1932), publiciste et homme politique. Il fut ministre d’État de la Prusse, député de 1912 à 1918, puis également à l’Assemblée nationale de Weimar en tant que représentant des Deutschnationale, un parti conservateur.

31 Eugen Schiffer (1860-1954) homme politique libéral allemand, député du parti démocrate allemand au Reichstag, fut secrétaire d’État en 1918 et vice-chancelier en 1919.

32 Helsinki, en Finlande du Sud.

33 Désignation pour Berlin.

34 Ces trois régions baltes devinrent des États autonomes à la fin de la Première Guerre mondiale.

35 Éric Ludendorff (1865-1937), chef d’état-major allemand, avait laissé passer par l’Allemagne les révolutionnaires russes émigrés en Suisse. Après la défaite allemande, il s’était enfui en Suède. Revenu dans son pays, il joua un rôle prépondérant lors du putsch de Hitler à Munich en 1923. Accepter ce militaire nettement de droite comme homme politique était parfaitement contradictoire avec l’approbation des conseils ouvriers de soldats.
Le maréchal Paul von Hindenburg (1847-1934), quant à lui, avait démissionné de son poste à la suite de la signature du traité de Versailles. Ce n’est qu’en 1925 qu’il se présenta comme candidat à la présidence pour la droite. Élu, il donnera son accord à ce que Hitler soit appelé à la chancellerie le 30 janvier 1933.

36 Il doit s’agir du représentant soviétique Isidor E. Goukousky.

37 Au début de février 1919, Jacques Davtian avait été membre d’une délégation soviétique, composée en outre de Manouilsky et d’Inessa Armand, qui s’était rendue en France afin de négocier la libération des prisonniers russes. Les trois avaient été arrêtés en réplique à l’arrestation à Moscou de la mission du général Lavergne et internés sur une petite île au large de Saint-Malo avant d’être expulsés.
Stéphen Pichon (1857-1933) était ministre des Affaires étrangères de France de 1917 à 1920.

38 Alexis A. Broussilov (1853-1926) général russe qui gagna une bataille importante contre les Autrichiens en 1916, fut le commandant en chef suprême de l’armée sous le gouvernement provisoire en juin-juillet 1917. Durant la guerre civile, il fut un des plus éminents spécialistes militaires des bolcheviks. Lors de la guerre russo-polonaise, il signa en septembre 1920 un appel aux anciens officiers tsaristes de rejoindre les bolcheviks par patriotisme.

39 Les élections au Reichstag eurent lieu le 6 juin 1920. Elles apportèrent un glissement à droite. Alors qu’en 1919 les socialistes majoritaires (le SPD) avaient obtenu 37, 9 % et les socialistes indépendants (l’USPD) 7, 8 %, le SPD n’obtint plus que 21, 6 % et l’USPD 17, 9 % (et non pas 20 % comme note Cachin), tandis que les communistes, qui n’avaient pas présenté de candidats en 1919, en obtenaient 2, 1 %.

40 Izvocik signifie « cochers ».

41 Young Men’s Christian Association, une association évangélique internationale de protection des jeunes qui mettait à leur disposition des homes et des centres de loisirs.

42 Kovno ancien nom de Kaunas.

43 Industrial Workers of the World était une organisation américaine de type syndicaliste révolutionnaire fondée en 1905. Elle se détourna de l’internationale communiste lorsque celle-ci prôna la coopération avec l’American Federation of Labour avec qui elle était en opposition.

44 Henri Guilbeaux (1884-1938), Français né en Belgique, écrivain, journaliste et fondateur de la revue Demain (1916-1917), fit des études à Berlin. Au début de la guerre, il se rapprocha du groupe de la Vie ouvrière. De 1915 jusqu’à son expulsion au début de 1919, il vécut en Suisse. Pacifiste et internationaliste, Guilbeaux connut Jules Humbert-Droz et Robert Grimm et se rallia aux idées zimmerwaldiennes. Condamné à mort à Paris « pour avoir maintenu des intelligences avec l’Allemagne », il se rendit à Moscou. Il participa au congrès de fondation de l’internationale communiste en mars 1919 et, sur demande de Lénine, y prit la parole. De 1922 à 1932, il vécut à Berlin, où il fut correspondant de L’Humanité, puis rentra en France, où il fut acquitté lors d’un procès en révision. Il s’était entre-temps détaché du communisme.

45 Dorpat ancien nom de Tartu.

46 La marche du général Youdenitch sur Petrograd en 1919 menaça dangereusement cette ville. Son avancée fut repoussée par l’Armée rouge en octobre 1919.

47 Le IIe congrès de l’internationale communiste débuta finalement le 19 juillet 1920 à Petrograd, puis il fut ajourné au 23 à Moscou. Il dura jusqu’au 7 août 1920. Y participaient 217 délégués de 41 pays dont 169 avec droit de vote. De ces derniers, 136 représentaient des partis communistes (qui avaient aussi 15 délégués avec voix consultative).

48 Aleksej Rykov (1881-1938), membre du parti social-démocrate russe depuis 1900, adhéra à la fraction bolchevik en 1903. Jusqu’à la révolution de 1917, il fut souvent incarcéré. Il fut élu au Conseil des commissaires du peuple, le plus haut organisme exécutif, en tant que ministre de l’intérieur, puis en 1922 au bureau politique du parti bolchevik. Après la mort de Lénine, il devint son successeur à la tête du Conseil des commissaires du peuple. Il participa aux IIe, IIIe et Ve congrès de l’internationale communiste. En 1924, il fut élu au Comité exécutif de l’IC. Il perdit tous ses postes lorsque Staline engagea la lutte contre les « droitiers ». Après une auto-critique, il devint ministre de la Communication, mais fut expulsé du parti en 1937, condamné à mort en 1938 et exécuté avec Boukharine.

49 Alexandre III fut tsar de Russie de 1881 à 1894.

50 Lev D. Trotsky (1879-1940) de son vrai nom Bronstein, qui s’était d’abord rallié aux mencheviks, approuva les Thèses d’avril de Lénine et adhéra officiellement au parti bolchevik en juillet 1917. Élu au Comité central et à la tête du Comité militaire révolutionnaire, il dirigea la prise de pouvoir le 7 novembre 1917. Commissaire du peuple aux Affaires étrangères lors des négociations de Brest-Litovsk, puis à la Défense, il fut l’organisateur de l’Armée rouge. Pour cette raison-là, il n’eut guère le temps d’assister au IIe congrès de l’internationale communiste, mais il en rédigea néanmoins le manifeste ; il y fut aussi élu au Comité exécutif. Exclu du parti bolchevik en novembre 1927, exilé à Alma-Ata en janvier 1928, puis expulsé d’Union soviétique en février 1929 à cause de sa rivalité avec Staline, il vécut dans divers pays d’Europe avant de s’installer au Mexique. En 1938, il fonda la IVe Internationale. Il fut assassiné en 1940.

51 Karl Kautsky (1854-1938) journaliste, social-démocrate autrichien, avait rédigé la partie théorique du programme d’Erfurt du parti social-démocrate allemand (1891).
Rosa Luxemburg (1871-1919) économiste, une des théoriciennes du marxisme et dirigeante du parti social-démocrate allemand, puis du parti communiste, fut assassinée après l’insurrection manquée des communistes à Berlin.
M.I. Skobelev (1885-1939) juriste, député à la quatrième Douma, était vice-président du Comité exécutif du Soviet de Petrograd, puis, de mai à septembre 1917, ministre du Travail. Il émigra après la révolution d’Octobre.

52 Victor M. Tchernov (1876-1952) leader du parti socialiste-révolutionnaire, fut ministre de l’Agriculture après la révolution de Février. Lors de la dissolution de la Constituante par les bolcheviks en janvier 1918, il organisa une manifestation de protestation à Moscou. Opposé aux bolcheviks, il fut contraint de s’exiler en 1920.
Le parti des socialistes-révolutionnaires avait été fondé en 1901/1902. De tendance populiste, il se prononçait pour la « socialisation de la terre » avec maintien du commerce privé. Fin 1917, la gauche du parti forma sa propre organisation et soutint le régime bolchevik. Au même moment, les leaders de la droite furent arrêtés, puis en juin 1918 ils furent exclus du Comité central exécutif. La gauche fut plus ou moins tolérée jusqu’en 1921/1922 lorsque fut monté un des premiers procès politiques truqués.

53 La Perse, secouée depuis des années par des troubles intérieurs, avait été partagée en 1907 entre les intérêts britanniques et russes, ne laissant libre d’influences étrangères que le centre. Avec la guene mondiale, les intérêts allemands entrèrent aussi en jeu. Après l’éclatement de la révolution russe, les Britanniques occupèrent la Perse. Le commandant de cosaques Risa Chan mit en place, après plusieurs coups d’État, un nouveau pouvoir central et devint, en 1925, shah de Perse.

54 L. Martov, de son vrai nom Julij O. Tsederbaum (1873-1923) collaborateur du journal Iskra et un des leaders des mencheviks depuis 1903, avait été un partisan des idées zimmerwaldiennes durant la guerre. Il s’opposa à l’oppression des mencheviks et dut émigrer en 1921. Il se rendit en Allemagne, où il fut un des instigateurs de l’internationale 2 1/2.

55 La Bulgarie, alliée à l’Allemagne, faisait partie des perdants de la Première Guerre mondiale. Elle fut secouée par des troubles internes, notamment des révoltes paysannes. En 1923, un coup d’État militaire entraîna la dissolution du parti paysan et du parti communiste.

56 Le général Mustafa Kemal Pacha (1880 ou 1881-1938), leader du mouvement nationaliste turque, devint en 1923 le premier président de l’État turc après avoir créé un contre-gouvemement en Anatolie en 1919 et présidé la Grande Assemblée nationale en 1920 à Ankara. Durant les premières années, la République turque s’appuyait dans sa politique extérieure sur la Russie soviétique.

57 Georgi V. Tchitchérine (1872-1936), d’abord employé au ministère des Affaires étrangères, commença à s’intéresser au socialisme et s’installa à Berlin. Il devint menchevik, puis bolchevik à partir de fin 1917. En 1918, il remplaça Trotsky au Conseil des commissaires du peuple en tant que ministre des Affaires étrangères, fonction qu’il garda jusqu’en 1930. Jusqu’au IIe congrès de l’internationale communiste, il était impliqué dans les travaux du Comité exécutif. De 1925 à 1930, il fut membre du Comité central du parti bolchevik.

58 Il s’agit d’un phonographe.

59 Lucien Deslinières (1857-1937), publiciste abondant, d’abord républicain, puis admirateur d’un socialisme étatisé, ami de Jules Guesde, prit part à la séance de l’éxécutif de l’IC en juin 1920 en tant que représentant du comité français de la IIIe Internationale. Il avait voix consultative. Il demeura en Russie jusqu’au milieu des années vingt. Lorsqu’il retourna en France, il rompit avec le communisme.

60 Lev M. Karakhane (1889-1937) membre du parti social-démocrate russe dès 1904, étudia le droit à Petrograd. Ce n’est qu’en 1917 qu’il se rallia aux bolcheviks. Il fut membre du présidium du Soviet de Petrograd et secrétaire de la délégation russe lors des pourparlers de Brest-Litovsk. En 1918, il devint commissaire suppléant des Affaires étrangères. Il était également associé aux préparatifs pour le congrès de fondation de l’internationale communiste, puis au travail du Comité exécutif qu’il représenta lors du IIe congrès en 1920. De 1921 à 1928, il fut ambassadeur, puis il travailla à nouveau dans la diplomatie à Moscou. En 1937 il fut fusillé.

61 Le savant Pierre Pascal (né en 1890) arriva en Russie en 1916 en tant que membre d’une mission militaire française. Il devint communiste et travailla au commissariat des Affaires étrangères jusqu’en 1933. Il collaborait régulièrement à la Correspondance internationale. Il a écrit de nombreux ouvrages sur le monde russe, ainsi que ses souvenirs, Mon journal de Russie, tome I, 1916-1918 et E n communisme. Mon journal de Russie, 1918-1921, publiés chez L’Age d’homme respectivement en 1975 et 1977.

62 Il s’agit de Ethel Snowden (1881-1951), née Annakin, la femme du député travailliste anglais Philipp Snowden (1864-1937). Membre de l’Independant Labour Party, militante pour le suffrage féminin, elle faisait partie de la délégation britannique des partis de gauche qui visita la Russie soviétique en 1920.

63 Cette « Lettre aux ouvriers anglais », rédigée par Lénine le 30 mai 1920, fut publiée dans plusieurs journaux anglais. Remerciant d’abord pour l’envoi d’une délégation ouvrière, Lénine y attaquait le gouvernement britannique à cause de son intervention militaire contre la Russie soviétique et demandait indirectement l’aide des ouvriers anglais. Pour cela, il tenta de justifier les mesures répressives de son gouvernement contre toute opposition. Winston Churchill (1874-1965) qui sera Premier ministre britannique de 1940 à 1945 et de 1951 à 1955, était ministre de la Défense de 1919 à 1921.

64 V. Kemerer est un des pseudonymes utilisés par le Russe V.K. Taratuta (1881- 1926). Membre du parti social-démocrate russe, puis de la fraction bolchevik, Taratuta put, par un mariage fictif, sauvegarder une grande fortune donnée en héritage au parti. Ayant été en contact avec des socialistes français durant l’émigration, il fut nommé responsable des affaires françaises dans l’internationale, poste repris par Trotsky en 1921. Il participa au IIe congrès de l’IC en tant que membre de la délégation russe.
Jacques Sadoul (1881-1956) avocat socialiste et capitaine dans l’armée fut envoyé à Moscou comme membre de la mission militaire française en 1917. Il se rapprocha alors du bolchevisme et entra dans l’Armée rouge. Il participa au congrès fondateur de l’internationale communiste, puis au IIe congrès. Ayant été condamné à mort par contumace le 8 novembre 1919 par un tribunal de guerre français, il ne retourna en France avec son épouse Yvonne qu’en 1924. Il fut acquitté dans un procès en appel. Bien que n’exerçant pas de fonction importante au sein du parti communiste français, il fut une personne de contact de l’ambassade soviétique et resta communiste jusqu’à sa mort.

65 La Constitution de la Russie soviétique de 1918 avait intronisé les conseils (Soviets) qui étaient apparus après la révolution de Février. Organisé par échelons de bas en haut, ce système prévoyait à l’échelon le plus bas l’élection de conseils locaux, puis plus haut de conseils régionaux jusqu’au conseil central, appelé Comité central exécutif panrusse. Cet organisme était élu par le congrès panrusse des conseils et chargé par ce dernier, entre la réunion des congrès, des affaires de l’État. Au niveau local, il existait trois sortes de conseils : les Soviets de villages, ceux des villes de moins de 10 000 habitants et ceux des villes de plus de 10 000 habitants.

66 Mikhaïl I. Kalinine (1875-1946) d’origine paysanne adhéra au parti social-démocrate russe dès sa fondation en 1898. En 1912, il fut élu comme membre suppléant à son Comité central, en 1919 comme membre à part entière. La même année, il devint dirigeant du Comité central exécutif panrusse (transformé dès 1936 en Soviet suprême) ; en tant que tel il se trouvait à la tête de l’État soviétique. Il participa aux travaux du IIe congrès de l’internationale comme membre de la délégation soviétique.

67 Nikolaï I. Boukharine (1888-1938) bolchevik russe banni en 1909 ; il émigra aux États-Unis. Il devint candidat, puis en 1924, membre du bureau politique du parti communiste de l’Union soviétique. De 1926 à 1929, il présida le Comité exécutif de l’internationale communiste et de 1918 à 1929 il fut le rédacteur en chef de la Pravda. Il fut condamné à mort en 1938 lors du « procès des 21 ».
Karl B. Radek, de son vrai nom Sobelsohn (1885-1939) socialiste polonais, émigra en Allemagne où il devint membre du parti social-démocrate. Réfugié en Suisse en 1914, il joua un rôle important dans la formation de la gauche zimmerwaldienne. Bolchevik après la révolution d’Octobre, il travailla dans l’internationale jusqu’en 1923, en particulier en Allemagne. En 1925, il devint recteur de l’université des peuples d’Orient à Moscou, mais fut exclu du parti et déporté entre 1927 et 1929. En dépit de sa capitulation de 1929, il fut condamné en 1937 et mourut en camp de concentration.
Grigori I. Zinoviev, de son vrai nom G.E. Radomylsky (1883-1936) membre du parti social-démocrate russe dès 1900, bolchevik dès 1903 et depuis 1907 membre du Comité central, présida l’internationale de 1919 à 1926. Il fut condamné à mort en 1936 dans le premier grand procès de Moscou.

68 Le Bund était une organisation ouvrière juive d’obédience social-démocrate fondée en 1897. De 1906 à 1912, il s’était affilié au parti social-démocrate ouvrier de Russie.

69 Il s’agit de la Fédération syndicale internationale, proche de la IIe Internationale, qui s’était à nouveau réunie après la guerre à Amsterdam en juillet 1919.

70 Lev B. Kamenev (1883-1936) beau-frère de Trotsky, adhéra au parti social-démocrate russe en 1901. Revenu d’exil en 1914 afin de prendre la direction du journal bolchevik Pravda à Petrograd, il fut arrêté et déporté en Sibérie d’où il ne fut libéré qu’au moment de la révolution de Février. Il fut alors élu au Comité central. Après l’insurrection d’octobre, il devint président du Comité central exécutif des Soviets et plus tard président du Soviet de Moscou, puis, en 1922, vice-président du Conseil des commissaires du peuple. En 1918, il fut un des délégués aux pourparlers de Brest-Litovsk et il dirigea également une mission auprès des gouvernements français et anglais qui fut cependant un échec. Il assista au IIe congrès de l’internationale en tant que membre de la délégation bolchevik et, avec Lénine, il représenta le parti communiste russe dans la commission des questions nationales et coloniales. Après plusieurs exclusions, puis réintégrations au parti, il fut finalement jugé et condamné à mort en 1936.

71 Pierre Monatte, dit Pierre Lémont (1881-1960) correcteur d’imprimerie, militant syndicaliste révolutionnaire, fonda en 1909 la revue La Vie ouvrière. Autour de cette revue se regroupa la tendance syndicaliste-révolutionnaire de la CGT. Son influence dépassait de loin celle, habituelle, d’un organe de presse. Elle s’opposa à la politique de Défense nationale pratiquée en 1914 par le parti socialiste. Lorsque éclatèrent, en mai 1920, les grèves des cheminots, les trois secrétaires du comité pour la IIIe Internationale, c’est-à-dire Loriot, Souvarine et Monatte furent arrêtés et incarcérés à la Santé. Le 17 mars 1921, les accusés du « complot » contre le gouvernement furent tous acquittés. Hostile à la scission syndicale, Monatte n’adhéra au PCF qu’en 1923 mais fut rédacteur à L’Humanité depuis 1922 déjà. Exclu du PCF en 1924, il resta syndicaliste révolutionnaire et fonda en 1925 la revue Révolution prolétarienne.
Fernand Loriot (1870-1932), instituteur socialiste et secrétaire du comité de la IIIe Internationale dès 1919, participa au lancement du Bulletin communiste avec Souvarine. Délégué au IIIe congrès de l’internationale communiste, Loriot démissionna du parti en 1926 et fut sanctionné par le 7e plénum élargi de l’internationale communiste. Il adhéra un temps à l’opposition trotskiste et fut rédacteur, en 1927, de la revue Contre le courant.

72 Bohumir Smeral (1880-1941) avocat, membre du parti social-démocrate tchèque depuis 1897, prit durant la guerre une position patriotique. À partir de 1918, il évolua rapidement vers la gauche et devint le leader de l’aile marxiste du parti. En mars/avril 1920, il se rendit en Russie soviétique où il s’entretint avec Lénine. Il mena la fraction communiste, puis le parti communiste tchèque fondé en 1921. Membre du Comité exécutif de l’IC de 1921 à 1931, et à diverses reprises également du présidium, il vécut en Union soviétique à partir de 1938.

73 La Tchéka, la Commission extraordinaire, abrégée CK, fut mise sur pied en décembre 1917 pour « combattre la contre-révolution et les sabotages ». Elle était dirigée par le Lituanien Felix E. Dzerjinski (cf. infra) qui présidait ses deux organes de direction, le collège de treize membres et le présidium de quatre membres. Dès février, elle pratiqua des exécutions, mais la terreur de masse ne débuta vraiment qu’en juillet/août 1918. Elle servit alors non seulement à poursuivre des infractions à la loi, mais aussi à intimider et à réprimer l’opposition. En février 1922, le nom fut changé en GPU, en 1923 elle devint l’OGPU et en 1934 le NKVD.

74 Leonid B. Krassine (1870-1926) ingénieur, actif dès sa jeunesse pour le parti social-démocrate russe, quitta l’activité politique, puis y revint en 1917. Commissaire du peuple en 1917, il présida la délégation qui négocia les accords commerciaux avec la Grande-Bretagne, puis il fut ambassadeur à Paris et ensuite à Londres. Plus tard, il devint membre du Comité central du parti communiste russe (bolchevik).
Le Conseil (suprême) de l’économie populaire ou nationale, (Cachin utilise l’abréviation de CSEP) était un des organismes de l’État soviétique, mis sur pied fin 1917 (depuis la Constitution de 1918 au rang d’un commissariat du peuple) et dirigé par le Conseil des commissaires du peuple.

75 Cent-Noirs était le nom populaire donné à une organisation qui se voulait la fédération du vrai peuple russe, une ligue monarchiste de la Russie tsariste. Son but était la lutte par tous les moyens contre les groupes révolutionnaires.

76 11 doit s’agir de Lev Y. Karpov (1879-1921), chimiste, qui avait adhéré au parti social-démocrate ouvrier russe au début des années dix. Bien que fréquemment arrêté, il ne quitta pas Moscou, où il vivait depuis 1905, jusqu’à l’éclatement de la révolution. À ce moment il fut nommé chef d’un département au Conseil de l’économie du peuple. Il fut un de ceux qui mirent sur pied le Laboratoire chimique central (institution qui porta plus tard son nom).

77 Une sagène, mesure de longueur, équivaut à 2, 13 mètres.

78 Un poud correspond à 16, 28 kg.

79 Vladimir P. Milioutine (1884-1938) d’abord menchevik, membre du Comité central du parti bolchevik et responsable des questions agricoles au Conseil des commissaires du peuple dès 1917, avait été envoyé en Suisse en 1918 avec une mission commerciale. Il fut expulsé par le Conseil fédéral en novembre avec le reste de la mission diplomatique. Il fut ensuite commissaire à l’Agriculture en 1918. De 1922 à 1924, il travailla pour l’internationale communiste, puis il exerça diverses fonctions haut placées. Il fut victime de la Terreur.

80 Lev S. Sosnovsky (1886-1937) journaliste, membre du parti dès 1904, dirigea au début des années vingt la section de propagande du parti communiste (bolchevik) russe.
N. Ossinsky (1887-1938) de son vrai nom Valerian Obolensky, d’une famille aristocratique russe, adhéra au parti social-démocrate en 1907. Il rejoignit la fraction bolchevik. D’abord président du Conseil national économique après la révolution d’Octobre, il fut un des dirigeants de la gauche communiste. En 1918-1919, il travailla à la Pravda et dans la section d’agit-prop du parti. Il assista au Ier et au IIe congrès de l’internationale communiste. D’abord membre de l’opposition, il s’aligna sur la majorité vers le milieu des années vingt. Jusqu’à son arrestation lors des procès de Moscou où il dut témoigner contre Boukharine, il occupa divers postes dans les affaires diplomatiques et économiques.

81 Le général russe Anton I. Denikine (1872-1947), qui avait été arrêté après la révolution d’Octobre, puis libéré, organisa l’Armée volontaire, anticommuniste, avec Kornilov. Il en prit le commandement après la mort de ce dernier. Il occupa le Caucase du Nord et en été 1919 s’empara de Kharkov et de Kiev. Il fut repoussé par l’Armée rouge. Le général Piotr N. Wrangel (1878-1928) par contre, à qui il avait passé ses pouvoirs, opérant également au sud, put se maintenir jusqu’en 1920. Ses dernières troupes furent embarquées sur des bateaux britanniques et français en novembre.

82 Le comte Wilhelm von Mirbach (1871-1918), ambassadeur d’Allemagne, fut assassiné en juillet 1918 à Moscou par un socialiste révolutionnaire de gauche, membre de la Tchéka, lors d’une révolte contre la signature des accords de paix avec l’Allemagne.

83 Cachin confond apparemment le très populaire dirigeant ouvrier écossais John MacLean (1879-1923) avec William MacLaine qui, lui, assista au IIe congrès de l’internationale. William MacLaine (1891-1960), qui était un militant syndical dans la métallurgie, adhéra au parti socialiste britannique durant la guerre. Il rejoignit le parti communiste britannique, mais le quitta à nouveau en 1929.
Thomas Quelch (1886-1954), membre du British Socialist Party, adopta une position pacifiste et internationaliste au cours de la guerre. Il participa au IIe congrès de l’internationale communiste et y fut élu au Comité exécutif comme unique représentant britannique, puis aussi au congrès des Peuples de l’Orient à Bakou. De 1923 à 1925, il siégea au Comité central du parti communiste britannique. Il faisait partie de la rédaction de la revue Communist International jusqu’en 1931. Il se distança du parti communiste vers la fin de sa vie.
Il s’agit d’Alexander Stoklitsky, traducteur et secrétaire. Dirigeant, avec N.I. Hourwich, de la Fédération russe des États-Unis, il participa au IIe congrès de l’internationale communiste en 1920 dans la délégation américaine.
Le journaliste américain John Reed (1887-1920), correspondant en Europe durant la Première Guerre mondiale, devint témoin de l’insurrection bolchevik en 1917. Sur ses impressions, il écrivit le livre Dix jours qui ébranlèrent le monde. De retour aux États-Unis, il s’engagea au parti socialiste, devint l’éditeur du New York Communist et s’affilia à l’aile communiste qui fonda le parti travailliste communiste lorsque le parti socialiste se scinda en 1919. Il retourna en Russie soviétique où il fut coopté au Comité exécutif de l’internationale. En 1920, il participa très activement au IIe congrès de l’internationale.
L’indépendant allemand Wilhelm Herzog, qui se situait sur l’aile gauche du parti, était directeur de la Hamburger Volkszeitung. Favorable à une adhésion à la IIIe Internationale, il séjourna en Russie soviétique de mai à août 1920.

84 Le Comité exécutif de l’Internationale communiste élu après le Ier congrès était avant tout composé de Russes, la plupart des pays, excepté la Finlande, la Pologne, la Yougoslavie et la Lettonie, n’étant pas en mesure d’envoyer des délégués permanents.
J. Karsky était le pseudonyme de Julian Marchlevsky (1866-1925), militant polonais dès sa jeunesse qui vécut en exil à Zurich, puis dans diverses villes allemandes. En juin 1918, il se rendit à Moscou où il organisa les Polonais qui y habitaient. Bien qu’il ait signé le manifeste de fondation, il ne put assister au Ier congrès de l’internationale communiste, car il se trouvait alors en Allemagne et organisait les activités révolutionnaires de la Ruhr. Il ne participa pas non plus au IIe congrès étant au front de la guerre russo-polonaise. Après plusieurs missions diplomatiques, il devint recteur de l’Université communiste des minorités nationales de l’Occident, tout en participant aux travaux de l’internationale et à la fondation du Secours rouge international.
Angelica Balabanova (1877-1965) étudia à Bruxelles puis, devenue entre-temps socialiste, elle se rendit en Italie et en Suisse, où elle joua un rôle actif dans le mouvement ouvrier. Elle était opposée à l’attitude favorable à la guerre du PSI et assista aux conférences de Zimmerwald et de Kienthal en 1915 et 1916 respectivement. En septembre 1917, elle retourna en Russie et adhéra au parti bolchevik. Elle devint secrétaire du Comité exécutif, mais fut congédiée après un conflit avec Zinoviev. Elle participa au IIe congrès de l’internationale communiste et y présenta un amendement aux « vingt et une conditions d’admission » concernant la franc-maçonnerie. En 1924, elle fut exclue du parti communiste soviétique. Elle reprit alors des activités politiques dans les rangs socialistes.
Salomon A. Lozovsky (1878-1952), membre du parti social-démocrate russe depuis 1901, émigra en France et en Suisse. En 1917, il devint secrétaire du Conseil des syndicats russes et, de 1921 à 1937, il fut secrétaire général de l’internationale syndicale rouge. De 1927 à 1935, il siégea au présidium du Comité exécutif de l’internationale communiste. Il décéda dans un camp de concentration après avoir été condamné lors du procès d’après-guerre contre les écrivains et artistes juifs.
Gustav Klinger (1876- ?), Allemand de la région de la Volga, fut admis au parti bolchevik en 1917. Il représenta les Allemands de sa région au congrès de fondation de l’internationale communiste, exerçant aussi la fonction de secrétaire du congrès. Puis il devint secrétaire administratif de l’internationale. Il participa au IIe congrès en tant que membre de la délégation du Comité exécutif et au IIIe congrès comme membre de la délégation bolchevik. De 1921 à 1924 il travailla au commissariat du Peuple aux questions nationales. De 1925 à 1931, il dirigea le secrétariat du Comité central exécutif panrusse.

85 Autour de Fernand Loriot s’était groupée la gauche du mouvement zimmerwaldien dans le parti socialiste.
C’est par le groupe constitué autour de l’équipe rédactionnelle de La Vie ouvrière que s’exprima la première opposition à la politique ouvrière officielle. Comme l’indique le sous-titre de « Tribune syndicaliste-révolutionnaire internationaliste », le journal se voulait le forum de l’opposition syndicale. Un de ses animateurs était Pierre Monatte.

86 Le groupe des Spartakistes provenait de la scission de l’aile d’extrême gauche du parti social-démocrate des indépendants. Son programme rédigé par Rosa Luxemburg se différenciait de celui des bolcheviks avant tout par sa conception du parti, qu’il envisageait moins centralisé et plus démocratique. Le 30 décembre 1918, le groupe spartakiste se réunit avec d’autres organisations de gauche pour fonder le parti communiste allemand. Le soulèvement spartakiste de janvier 1919 à Berlin fut durement réprimé par les Corps francs, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht furent assassinés. Lors du coup d’État de Kapp en mars 1920, les Spartakistes estimaient, dans un premier temps, qu’une riposte n’était pas possible.

87 La tenue du congrès des Peuples de l’Orient, qui eut lieu du 1er au 7 septembre 1920 à Bakou, fut décidée par le Conseil des commissaires du peuple en juin 1920. Grigorij Ordjonikidzé et Elena Stasova étaient chargés de l’organiser. Il fut visité par 1 891 délégués, dont 44 femmes, de 32 nationalités, avant tout du Caucase et des territoires d’Asie centrale de la Russie, mais aussi de la Turquie et de la Perse. Les principaux représentants du Comité exécutif de l’internationale communiste, Zinoviev, Radek et Béla Kun, appelèrent les délégués « à lutter contre l’impérialisme britannique » et contre le colonialisme. Un conseil de propagande et d’action fut mis sur pied. Même si le seul résultat tangible fut l’instauration de l’Université communiste des travailleurs de l’Orient à Moscou en 1921, la portée de ce rassemblement de membres de populations colonisées ou asservies par leur propre potentat ne saurait être sous-estimée. Ce fut le point de départ de futures luttes d’indépendance nationale et contre le colonialisme.

88 Giacinto Menotti Serrati (1872-1926), directeur du journal socialiste Avanti de 1914 à 1923 et un des chefs de la tendance « maximaliste » dirigeante dans le parti socialiste italien, était en faveur de l’adhésion à la IIIe Internationale. Il refusa cependant les « vingt et une conditions ». Après la scission du parti au congrès de Livourne en janvier 1921, il resta dans le parti socialiste italien qui fut exclu de l’internationale communiste. Ce n’est qu’en 1924, avec la fraction dite « terzintemationaliste » du parti socialiste, qu’il adhéra au parti communiste.

89 Rudolf Breitscheid (1874-1944) membre du parti social-démocrate indépendant allemand, puis à nouveau du parti social-démocrate, fut chef de la fraction social-démocrate du Reichstag à partir de 1928. En 1933, il dut émigrer et se rendit d’abord en Suisse, puis en France. Après une tentative pour entrer en Suisse, il fut livré aux Allemands en 1940 et mourut au camp de Buchenwald.

90 La peine de mort fut supprimée sous le gouvernement Kerensky après la révolution de Février, mais réintroduite par lui en septembre 1917. Durant la guerre civile, elle resta en vigueur. Sa suppression, à la fin janvier 1920, fut fort brève. Avec l’offensive polonaise débutant au printemps de la même année, elle fut réintroduite à nouveau. En 1922, elle fut inscrite dans le code pénal.

91 Béla Kun (1886-1939), social-démocrate hongrois, fut fait prisonnier par les Russes durant la guerre. Devenu membre du parti bolchevik après la révolution d’Octobre, il retourna en Hongrie en novembre 1918 et y devint président du parti communiste. Durant la République soviétique hongroise, il exerçait la fonction de commissaire des Affaires étrangères, mais de facto il était à la tête du gouvernement. Suite à la chute de celui-ci, 133 jours après son établissement, il s’enfuit en Autriche, puis en Russie soviétique. De 1921 à 1936, il fut membre du Comité exécutif de l’internationale communiste et à diverses reprises également du présidium. Il fut arrêté et mourut en 1939, soit des suites de tortures soit parce qu’il aurait été fusillé.

92 Les questions qui suivent ne sont pas toutes de Radek. D’autres membres du Comité exécutif, Losovsky, Boukharine, Serrati, John Reed entre autres, s’adressèrent également aux deux socialistes français.

93 Léon Jouhaux (1879-1954), dirigeant syndicaliste, avait fait adopter en décembre 1918 le « programme minimum » qui inspira pendant plus de trente ans toute l’action syndicale réformatrice. Il fut secrétaire, puis secrétaire général de la CGT de 1909 à 1947.
Georges Clemenceau (1841-1929) était président de la République de 1917 à 1920. Il est fait allusion au mouvement de grève du 21 juillet 1919.

94 Le quotidien Avanti, paraissant à Rome, était depuis 1896 l’organe central du parti socialiste italien. Il fut interdit en 1926 par Mussolini.

95 Lors du congrès de Bologne du parti socialiste italien en septembre 1919, une large majorité, dits les maximalistes, vota l’adhésion à l’internationale communiste. La minorité, dirigée par Turati, resta cependant au sein du même parti.
Amadeo Bordiga (1889-1970) ingénieur, dirigeant de la section napolitaine du parti socialiste italien, partisan de la IIIe Internationale, mais hostile à toute participation électorale, fut un des leaders du parti communiste italien jusqu’en 1923. Il était opposé à la fusion entre parti communiste et parti socialiste. Éliminé de la direction en 1926, il fut exclu du parti communiste en 1930. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, il fut à l’origine de la fondation du petit parti communiste internationaliste.

96 Costantino Lazzari (1857-1927), co fondateur du parti socialiste italien, défendit la position pacifiste et internationaliste durant la guerre. Il participa à la conférence de Kienthal en 1916. Lors de la fondation du PC italien, il préféra demeurer dans la ligne maximaliste de Serrati au sein du PS. En 1921 il fit partie de la délégation du parti socialiste italien à Moscou qui devait discuter de l’adhésion collective à l’internationale communiste. Il s’y déclara favorable en 1923, mais ne s’inscrira pas.
Filippo Turati (1857-1932), fondateur de la revue Critica sociale en 1891 et dirigeant du parti socialiste italien durant les premières armées d’existence du parti, était le représentant principal de l’aile réformiste. Il dut émigrer en 1926.

97 Aleksand F. Kerensky (1881-1970) avocat de Petrograd, fut à la tête du gouvernement provisoire après la chute du tsarisme. Il s’enfuit en Europe de l’Ouest, puis aux États-Unis après l’insurrection des bolcheviks le 7 novembre 1917.

98 Giovanni Giolitti (1842-1928) homme politique libéral italien, fut à cinq reprises chef d’État, entre autres de 1911 à 1914 et de 1920 à 1921.

99 Allusion aux soulèvements révolutionnaires et à l’instauration de Républiques des Conseils en Hongrie (mars à début août 1919) et en Bavière (avril à mai 1919) qui furent écrasées par des forces militaires.

100 Journal socialiste d’abord hebdomadaire, puis quotidien, qui parut à partir de 1916.

101 Journal bimensuel des adhérents du bolchevisme qui parut à Paris au début des années vingt.

102 Il s’agit vraisemblablement de Iury M. Steklov (1873-1941), de son vrai nom Nakhamkis, né à Odessa. Fut bolchevik dès 1903, mais avait déjà été membre du parti social-démocrate. Quelque temps en exil à Paris, il retourna en Russie en 1914. Après la révolution de Février, il fut membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd et le directeur des Izvestia de 1917 à 1925. Il était également l’auteur de nombreuses publications sur l’histoire du mouvement socialiste et révolutionnaire. Arrêté en 1938, il mourut dans un camp.

103 Nikolaj V. Krylenko (1885-1938) adhéra au parti social-démocrate russe en 1904, du côté des bolcheviks. Il fit des études d’histoire et de droit qu’il termina par un doctorat. Il émigra en 1914, retourna en 1915 en Russie et fut envoyé au front. Très actif durant la révolution de Février, il devint après la révolution d’Octobre commandant suprême de l’Armée rouge, puis, dès mars 1918, haut fonctionnaire dans le système judiciaire soviétique. Il exerça la fonction de procureur dans les premiers procès staliniens, mais il tomba en disgrâce et fut lui-même jugé et exécuté.

104 L’œuvre de référence des communistes, le Programme communiste (bolchevik), de Boukharine, fut publiée à Moscou en 1918 et traduite dans de nombreuses langues.

105 Le prince Piotr A. Kropotkine (1842-1921) était un anarchiste russe de tendance communiste qui passa de longues années en exil. Il revint en Russie en avril 1917 sans toutefois jouer un rôle politique quelconque. Il était l’auteur de nombreux ouvrages sur l’anarchisme et de travaux historiques. Son livre sur la Révolution française parut en 1909 à Paris sous le titre La Grande Révolution, 1789-1793.

106 Il s’agit de la sœur de Léon Trotsky, Olga Davydova Bronstein. Elle rencontra son futur mari, Lev Kamenev, à Paris en 1903. Elle fut, plus tard, à la tête de l’organisation pour les relations culturelles, VOKS.

107 Inessa Armand (1874-1920), née à Paris, se rendit très jeune à Moscou où elle enseigna la musique et le français et où elle adhéra au parti social-démocrate russe. De retour en France en 1909, elle rencontra Lénine et travailla dès lors pour les bolcheviks. En Suisse durant la guerre, elle participa à la Conférence socialiste internationale des femmes de 1915 et à la conférence de Kienthal en 1916 ; elle y défendit les idées de Lénine. Elle fit partie de la délégation bolchevik au IIe congrès de l’internationale communiste.

108 Le parti des sociaux-révolutionnaires, organisation de type anarchiste dirigée par Victor Tchernov, était le résultat d’une fusion de divers groupes en 1901. Ils réactivèrent les traditions des Narodniki des années soixante-dix. Les attentats terroristes d’avant-guerre sont à mettre à leur compte. Ils s’adressaient surtout aux paysans, les incitant à s’approprier la terre. En novembre 1917, après l’élection de l’Assemblée constituante, où les sociaux-révolutionnaires avaient obtenu une majorité confortable, les bolcheviks réussirent à les diviser et à conclure un accord avec la gauche. En été 1918 cependant, ils tentèrent un soulèvement contre les bolcheviks, ce qui déclencha la répression contre eux. Un certain rapprochement avec les bolcheviks se fit néanmoins en 1919, tandis que les sociaux-révolutionnaires de gauche, issus d’une scission, se rangèrent du côté de ces derniers. À partir de la fin 1920, la majorité de la direction de l’ancienne organisation s’opposa à nouveau au pouvoir en place. Dès 1922, leur organisation était complètement éliminée.

109 Vasilij V. Schmidt (1880-1940) fit partie du premier bureau du Conseil suprême de l’économie nationale en tant que commissaire du peuple au Travail. Il fut aussi secrétaire du Conseil central des syndicats. En 1922, il devint suppléant au Comité central du parti communiste (bolchevik). Il disparut en prison.

110 Gheorghi Plekhanov (1856-1918), père fondateur du marxisme russe, d’abord Narodniki, puis dirigeant menchevik, s’opposa à Lénine. Il mourut en Finlande.

111 Georgij I. Lomov-Opokov (1888-1938) adhéra au parti social-démocrate en 1903, devint bolchevik et fit du travail politique clandestin à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Il fut le premier commissaire du peuple à la Justice après la prise de pouvoir des bolcheviks. En 1918, il devint suppléant au Comité central. Il fut actif en Sibérie et dans l’Oural durant la guerre civile. De 1926 à 1929, il siégea au Comité central du parti communiste ukrainien. Il fut victime des « purges ».

112 Sergej S. Kamenev (1881-1936), officier dans l’armée tsariste, occupa des postes de commandement dans l’Armée rouge dès avril 1918. De septembre 1918 à juillet 1919, il commanda le front oriental. Puis il fut nommé commandant suprême des forces armées de la Russie soviétique. Lors de l’offensive contre Varsovie en été 1920, il tarda à apporter son renfort aux armées de Tukhacevskij contribuant ainsi à la défaite soviétique. En 1925 il devint inspecteur, puis inspecteur en chef. Il publia de nombreux ouvrages militaires.

113 Roman Malinovsky, une des figures les plus mystérieuses du parti bolchevik, était un agent de police qui avait rejoint les bolcheviks en 1911 sur ordre de la police. Il était à ce moment un membre important du syndicat des métallurgistes. Devenu membre du Comité central, puis élu à la quatrième Douma, il œuvra à la scission de la fraction sociale-démocrate. Il fut fusillé en 1918 après la révolution d’Octobre, mais affirma lors du procès que Lénine était au courant de ses liens avec la police.

114 Dans son livre Le capital financier, œuvre majeure terminée vers 1905 mais publiée en 1910 seulement, Rudolf Hilferding analysait deux phénomènes nouveaux de l’économie capitaliste par rapport à l’époque de Marx : la concentration par la formation de cartels et de trusts et le rapprochement entre capital bancaire et capital industriel. Selon lui, cette ère du capital financier, la représentation la plus abstraite et la plus génératrice de contradictions, était l’ultime étape du capitalisme.

115 Michail P. Tomsky (1880-1936), social-démocrate russe qui avait adhéré à l’aile bolchevik, fut, de 1919 à 1929, le dirigeant du Conseil central des syndicats soviétiques. En 1919, il fut élu au Comité central et en 1922 au bureau politique du parti bolchevik. Lors du IIe congrès de l’internationale, il fut nommé au Comité exécutif. En 1929, il perdit toutes ses fonctions : avec Boukharine et Rykov, il avait été accusé par Staline d’avoir formé une « fraction de droite ». Il se suicida après le premier grand procès public de 1936.

116 Charles Rappoport (1865-1941), né en Russie tsariste, dut émigrer en 1887. Il s’installa en France et y fut naturalisé en 1899. Il collaborait à divers journaux français, allemands et suisses. Disciple de Lavrov, puis admirateur de Marx, il milita à la SFIO dans les rangs guesdistes. Hostile dès 1915 à l’Union sacrée, il écrivit alors la première grande biographie de Jaurès. D’abord critique des bolcheviks, il rejoignit les positions communistes et participa, dès mars 1920, au Comité français pour l’internationale communiste. De 1920 à 1922, il siégea au Comité directeur du PCF et édita La Revue communiste. Le procès de Boukharine en 1938 provoqua sa démission du PCF.

117 Le mouvement de rationalisation de l’organisation du travail reposant sur les principes de l’Américain F.W. Taylor (calcul du rapport temps/mouvement afin d’intensifier le rythme du travail) fut introduit après la Première Guerre mondiale en Russie soviétique et se développa en Europe occidentale.

118 La première Constitution soviétique fut adoptée en juillet 1918. Elle stipulait que la Russie serait dorénavant une République soviétique fédérative, où tout le pouvoir appartenait aux Soviets. Le sol et les banques étaient nationalisés, les usines et les entreprises étaient remises aux mains des travailleurs. Le droit de vote et d’élection était lié à l’obligation de travailler. Les nations rassemblées en fédération recevaient la garantie de leur pleine autonomie. Les organes du nouvel État se composaient du Congrès panrusse des Conseils (où, selon un schéma simplifié, les conseils régionaux envoyaient des délégués, tandis qu’eux-mêmes étaient constitués des délégués des conseils locaux), du Comité exécutif central et du Conseil des commissaires du peuple, ce dernier fonctionnant en tant que gouvernement et organe exécutif. La séparation des pouvoirs n’existait pas. De même, le droit de vote fut fortement restreint dans la pratique et, les modalités de l’autonomie nationale n’étant définies nulle part, elle resta limitée.

119 Anatoly V. Lounatcharsky (1875-1933) écrivain, adhérent du parti social-démocrate dès 1898, puis du parti bolchevik, fut le premier commissaire de l’Éducation du gouvernement soviétique. Il fut relevé de ce poste en 1929.

120 Ludovico D’Aragona (1876-1965), secrétaire de la Confédération générale du travail italienne de 1918 à 1925, délégué du parti socialiste italien au IIe congrès de l’internationale communiste, était un des signataires de l’appel du Bureau international des syndicats rouges du 1er août 1920. Cet appel émanant du Soviet international des syndicats ouvriers mènera à la création de l’internationale syndicale rouge en juillet 1921 à Moscou.

121 Le général Alexandre B. Koltchak (1874-1920), soutenu par les gouvernements alliés, érigea un régime conservateur en Sibérie et avança avec son armée jusqu’à la Volga. Il fut repoussé à fin avril 1919 par l’Armée rouge et définitivement battu au début de l’année 1920. Les bolcheviks le fusillèrent.

122 « Le contrôle ouvrier » fut introduit par décret du 27 novembre 1917 dans toutes les entreprises occupant du personnel ou des travailleurs à domicile. Il devait permettre aux comités d’entreprises d’exercer le contrôle sur la production et la distribution, sur tous les aspects financiers de l’entreprise. Mais dès l’année 1918 les comités d’entreprises furent intégrés pas à pas dans les syndicats et perdirent progressivement toute influence.

123 La grande aciérie de Petrograd, Poutilov, occupait plusieurs dizaines de milliers d’ouvriers. Place forte des bolcheviks, elle joua un rôle de premier plan lors de l’insurrection d’Octobre.

124 La ville de Tver fut appelée Kalinine à partir de 1931.

125 Il s’agit probablement de L.M. Hintchouk (1869-1938), militant social-démocrate, président menchevik du Comité exécutif du Soviet de Moscou de mars à septembre 1917. Il passa à l’opposition menchevik après la révolution d’Octobre avant de réintégrer le parti bolchevik en 1920.

126 N. Gredeskoul, juriste et publiciste, professeur, était membre de la première Douma. Il collabora à de nombreux journaux. En 1916, il quitta le parti des Cadets, un parti bourgeois libéral qui avait été fondé en 1905. Leur journal Rec « la Parole », dont il avait été un des collaborateurs, fut interdit dès le 8 novembre 1917. Après la révolution d’Octobre, Gredeskoul enseigna dans un établissement supérieur à Petrograd.

127 Vladimir A. Tcheremisov (1885 ?-1945), général russe, commandant sur le front nord durant la Première Guerre mondiale, rejoignit l’Armée rouge après la prise de pouvoir des bolcheviks. Il était le responsable des opérations contre le général Youdénitch.

128 René Marchand, Français, correspondant du Figaro à Moscou, s’engagea dans l’armée russe à la déclaration de la guerre. Il évolua ensuite vers le bolchevisme et adhéra au groupe communiste français. Il trouva un emploi au Commissariat des affaires étrangères et publia les documents diplomatiques tirés des archives impériales. Il rentra en France en 1926, rompit avec le communisme et devint membre de la SFIO. Après la Seconde Guerre mondiale, il se rapprocha à nouveau du communisme.

129 Ernest Louis Lafont (1879-1946), avocat, dont la femme était russe, militant du parti socialiste unifié, fut réélu député de la Loire le 16 novembre 1919. Il se rendit à Moscou en 1920 en passant par la Pologne, alors en guerre avec la Russie soviétique, ce qui lui vaudra d’être expulsé de Russie. Partisan de l’adhésion à la IIIe Internationale, il devint secrétaire fédéral de la Loire, mais fut expulsé du PCF en 1923 après s’être opposé aux décisions du IVe congrès de l’internationale communiste. En 1928, il réadhéra au parti socialiste SFIO dont il fut cependant exclu en 1933. Il devint ministre de la Santé publique en 1935/1936.

130 Louis Barthou (1862-1934), avocat et homme politique, garde des Sceaux dans des ministères présidés par Briand (1910 et 1913) et Poincaré (1921 et 1926 à 1929), présida le gouvernement en 1913. En 1920, il fut ministre de la Guerre. Il fut assassiné à Marseille par des terroristes croates.

131 Il pourrait s’agir de. M.L. Granovsky, élu à la commission de contrôle du parti en 1934 lors du XVIIe congrès du parti communiste (bolchevik) d’Union soviétique.

132 Ekaterina D. Kouskova (1869-1958) membre d’un groupe populiste, puis, brièvement, du parti social-démocrate russe lors de sa fondation, était l’auteur, avec son époux Prokopovitch, de nombreux travaux sociologiques, économiques et statistiques. Elle désapprouva la prise de pouvoir des bolcheviks et participa à la fondation du Comité d’aide pour les affamés. Expulsée de Russie soviétique en 1922, elle s’installa d’abord à Prague avec son mari, puis à Genève.

133 Suit en marge du Carnet une série d’indications laconiques sur l’itinéraire de
Cachin du 15 au 28 juin 1920.

134 Le 17 juin, Cachin et Frossard, ainsi que les délégués italiens, rencontrent un représentant du Comité supérieur de l’économie populaire qui les renseigne sur le mode de fonctionnement et les tâches de cet organisme (cf. supra, les notes de Cachin du 17 juin).

135 Antonio Graziadei (1873-1953), aristocrate italien, professeur d’économie politique à Parme, milita au parti socialiste dès 1893. De 1910 à 1926, il fut député à la Chambre. Défendant des positions pacifistes durant la guerre, il devint un des fondateurs du parti communiste italien. En 1920, il fut délégué au IIe congrès de l’Internationale communiste. Il soutint celle-ci envers Serrati et contribua à la scission de son parti en janvier 1921. Après son émigration en France, il fut exclu du parti communiste, prétendument à cause de sa « tactique opportuniste ». Après la défaite du fascisme, il réintégra le parti communiste italien.

136 Boris Souvarine – Lifschitz de son vrai nom (1895-1984)–, naturalisé Français en 1906, fut le secrétaire des affaires internationales du comité de la IIIe Internationale. Arrêté en mai 1920, il garda néanmoins le contact avec l’extérieur et put ainsi rédiger le texte de la résolution en faveur de l’adhésion de la SFIO à ¡’Internationale communiste. Jusqu’à son exclusion en 1924, il siégea au bureau politique du parti communiste français, fut l’éditeur du Bulletin communiste et le délégué du PCF auprès du Comité exécutif de l’internationale.

137 Le congrès de Strasbourg des socialistes français, qui se tint en janvier 1920, décida par 4 300 contre 300 voix de démissionner de la Deuxième Internationale. Mais à 3 000 contre 1 600 il vota contre l’adhésion à la IIIe Internationale. C’est à ce congrès que fut décidé l’envoi de deux délégués en Russie soviétique.

138 Christian G. Rakovsky (1873-1941), né en Bulgarie, mais de nationalité roumaine, fit des études de médecine en Suisse, en Allemagne et en France. Devenu socialiste, il participa à la conférence de Zimmerwald en 1915. Arrêté en Roumanie pour ses opinions, libéré par les troupes russes, il se rendit à Petrograd où il participa au mouvement révolutionnaire. Ce n’est pourtant qu’en décembre 1917 qu’il adhéra au parti bolchevik. En mars 1918 déjà, il fut nommé Premier ministre du gouvernement ukrainien et en 1919 il fut élu au Comité central du parti communiste russe. Aux trois premiers congrès de l’internationale, il fut un des délégués. En 1923, il devint ambassadeur soviétique en Grande-Bretagne, en 1925 en France. Il fut exclu du parti en 1927, déporté puis réadmis et finalement condamné en 1938. Il mourut en prison.

139 En avril 1920, une République pro bolchevik avait été proclamée en Extrême-Orient, au nord de la Mandchourie. En Asie centrale, à Tashkent, un centre bolchevik s’était maintenu depuis novembre 1917 alors qu’il était complètement coupé de Moscou durant deux ans. En 1920 toujours et en Asie centrale fut créée une République soviétique autonome qui sera intégrée à l’Union soviétique en 1925. De plus, de nombreux mouvements d’indépendance nationale étaient alors intéressés à des contacts avec les bolcheviks.

140 En mai 1920, Krassine et Litvinov négociaient à Copenhague des accords commerciaux avec la Suède concernant surtout une importante commande de locomotives. À cette époque, les bolcheviks étaient extrêmement isolés sur le plan international. Ce n’est qu’en 1921 qu’ils obtinrent un accord commercial avec la Grande-Bretagne.

141 Iurij M. Larine (1882-1932), actif dans des cercles révolutionnaires, puis au parti social-démocrate du côté des mencheviks, partit en exil après plusieurs arrestations. De Genève il retourna en Russie en 1917, dirigea le journal International, fut membre du Comité exécutif du soviet de Moscou et adhéra finalement au parti bolchevik. Après la révolution d’Octobre, il travailla au Commissariat de l’économie nationale où il s’occupait de questions financières, de commerce et de la mise en place des sovkhozes. Il était le beau-père de la femme de Boukharine.

142 Vasilij G. Tchirkine (1877-1954), bolchevik depuis 1920, après avoir été menchevik, fut membre de 1920 à 1922 du présidium du bureau du Conseil central des syndicats pour le Sud et membre du Comité exécutif central d’Ukraine.

143 Theodor Dan, de son vrai nom Fedor I. Gourvitch (1871-1947), médecin, social-démocrate depuis 1894, un leader des mencheviks, fut déporté en Sibérie de 1914 à 1917. Libéré, il devint membre du Soviet de Petrograd, mais dut s’exiler de Russie en 1922. Il joua un rôle dirigeant dans l’internationale ouvrière socialiste.

144 La troisième catégorie était celle des non-travailleurs, la première celle des travailleurs manuels et des soldats. Les rations alimentaires se distribuaient en fonction de la catégorie.
Il faut lire Veceka, terme qui provient de l’abréviation russe de « Commission extraordinaire panrusse pour combattre la contre-révolution et le sabotage », VCK, autrement dit, la Tchéka.

145 Samara ancien nom de Kouïbychev.

146 Une déciatine équivaut à 10 925 hectares.

147 Artel est un mot russe qui signifie « société coopérative » dans laquelle la propriété est collective.

148 Le livre De la guerre sur la tactique et la stratégie militaire du général prussien Karl von Clausewitz (1780-1831) est considéré comme la référence en la matière. Il fut particulièrement étudié par Engels et par Lénine.

149 Après des études d’histoire à l’université de Moscou, Michaïl N. Pokrovsky (1868-1932) adhéra au parti social-démocrate russe en 1903. Il s’engagea du côté des mencheviks. Rentré en Russie en septembre 1917, il présida quelque temps le Soviet de Moscou. Membre du bureau régional de Moscou, il exerçait aussi, de 1918 jusqu’à sa mort, la fonction de commissaire suppléant à l’éducation. Lors des pourparlers de Brest-Litovsk, il était de la délégation soviétique, mais vota avec les « communistes de gauche » contre la signature des accords de paix. Les louanges que Lénine prodigua à son Histoire russe (1910-1913) en cinq volumes lui assurèrent une place hors pair parmi les historiens russes.

150 L’épouse de Karl Radek était médecin.

151 Tom Shaw (1872-1938), travailliste britannique, faisait partie de la large délégation britannique, la première délégation étrangère, qui visita la Russie soviétique en mai 1920. S’y étaient joints des syndicalistes et des membres du parti travailliste indépendant.
Ben Turner (1863-1942), dirigeant syndicaliste, fit également partie de la délégation britannique de 1920. Bien qu’il ait été un des co fondateurs de l’Independant Labour Party, il demeura sa vie durant un socialiste modéré. À diverses reprises il siégea au Parlement jusqu’en 1931.

152 Alfred Rosmer, né Griot (1877-1964), fonctionnaire, puis correcteur, syndicaliste français, succéda à Pierre Monatte en tant que chef de la minorité de la CGT hostile à la guerre. En 1912/1913, il rédigea La Bataille syndicaliste et de 1920 à 1921 La Vie ouvrière. Dès 1917, il était un partisan de la révolution russe. Lors du IIe congrès de l’internationale communiste, il représenta le comité français de la IIIe Internationale ; il y fut élu au présidium et au Comité exécutif de l’internationale. Peu avant son expulsion en décembre 1924, il fut encore élu au comité directeur du parti communiste français. Devenu à nouveau syndicaliste révolutionnaire, il était et resta un grand ami de Trotsky.

153 Avant le IIe congrès de l’internationale, le Comité exécutif ne comportait pas encore beaucoup de membres permanents non russes. Mais sporadiquement des délégués des partis hongrois, français, américain, hollandais, norvégien, suédois, coréen et chinois avaient assisté à l’une ou l’autre de ses séances. Le IIe congrès élit un comité composé d’une trentaine de membres et d’une dizaine de candidats. Un petit bureau de cinq personnes, dont un Allemand et un Hongrois, les trois autres étant des Russes, devait prendre en charge les affaires courantes.

154 David Wijnkoop (1876-1941), fondateur, puis rédacteur en chef du journal socialiste de gauche De Tribune, fit des études de philosophie. Sur des positions internationalistes durant la Première Guerre mondiale, il devint un des leaders du parti communiste hollandais fondé en 1918 et, jusqu’en 1925, fit partie de sa première députation parlementaire. Lors du IIe congrès de l’internationale communiste, auquel il participa, il fut élu au Comité exécutif de l’internationale communiste, où il fut réélu lors du Ve congrès en 1924. En 1925, il fut en désaccord avec la ligne de l’internationale et l’année suivante il fut exclu du parti communiste hollandais. Après une auto-critique faite en 1930, il fut réadmis et en 1935 élu au Comité central.

155 Le mouvement des Shop Stewards, des délégués d’ateliers, issu de la base des syndicats britanniques durant la guerre, préconisait l’action directe. Regroupé nationalement, il salua avec enthousiasme la révolution russe. Il perdit cependant rapidement de son audience dès 1918.
Le parti communiste britannique fut fondé fin juillet/début août 1920 par divers groupuscules dont le British Socialist Party et la Workers’ Socialist Federation. Contrairement à tous les partis communistes, le parti britannique reçut au moment de sa fondation la consigne de la part de Lénine de ne pas quitter le Labour Party.

156 Il s’agit d’Alexander Bilan, militant du parti socialiste américain et un des fondateurs du parti communiste aux États-Unis, qui participa en tant que délégué au Ier et au IIe congrès de l’internationale communiste. Il signa avec John Reed, A. Fraina et Elisabeth G. Flynn, pour les États-Unis, le manifeste du IIe congrès de l’internationale communiste sur « Le monde capitaliste et l’internationale communiste ».

157 Il s’agit sans doute de William MacLaine.

158 Nicola Bombacci (1879-1945), instituteur, socialiste italien, « maximaliste » pendant la Première Guerre mondiale, devint député en 1919. Au congrès de Bologne en 1920, il fut nommé secrétaire du parti socialiste italien. En janvier 1921, lors du congrès de fondation du parti communiste italien, il fut élu au Comité central, mais en 1922 il en fut à nouveau éloigné. En 1928, ayant refusé de quitter l’Italie, il fut exclu du parti. Il se rapprocha de Mussolini et fut fusillé en 1945.

159 Un des problèmes abordés durant le IIe congrès de l’Internationale communiste était l’attitude à adopter envers les syndicats groupés dans la Fédération syndicale internationale, dite Internationale d’Amsterdam. En avril 1920, celle-ci avait contribué à la mise sur pied de l’Organisation internationale du travail. Les thèses introduites par Radek préconisaient l’entrée des communistes au niveau national dans les syndicats dits réformistes afin de les amener sur le terrain révolutionnaire et les faire adhérer à l’internationale communiste. Ceci tout en affirmant que les dirigeants syndicaux étaient des « traîtres » à la cause du prolétariat. Les délégués anglais et américains particulièrement, qui venaient de petits syndicats révolutionnaires, s’opposèrent à cette tactique en plaidant pour la formation de syndicats nouveaux. Après de longues discussions, les thèses furent finalement votées par 64 délégués, mais il y eut 13 abstentions. Comme pour souligner encore le paradoxe, fut fondé le 20 juillet, en marge du congrès, le Conseil syndical international avec Lozovsky comme président, Torn Mann et Rosmer comme vice-présidents, qui devait convoquer un congrès international de syndicats rouges.

160 L’Anglais Robert (Bob) Williams (1881-1936), soutier et docker, devint, en 1912, secrétaire de la Fédération nationale des transports. Il fit partie de la délégation ouvrière britannique qui visita la Russie soviétique en 1920 et publia, à son retour, une brève étude du système des Soviets. D’abord militant du British Socialist Party, il fut un des membres fondateurs du parti communiste britannique. Exclu en 1921 déjà, il siégea à l’exécutif national du parti travailliste à partir de 1922. De nombreuses années durant, il assuma les fonctions de gérant et d’administrateur du quotidien travailliste Daily Herald.
Il s’agit sans doute du dirigeant syndicaliste Albert Arthur Purcell (1872-1935) qui faisait partie, au début des années 1920, du bureau britannique de l’internationale syndicale rouge, auparavant, il avait fait partie du comité du Hands off Russia. Avec la délégation syndicale et travailliste britannique, il s’était rendu, en 1920, en Russie soviétique. Il était, en avril 1925, un des instigateurs d’un comité consultatif anglo-russe des syndicats britanniques et soviétiques.

161 Jack Tanner, né en Grande-Bretagne en 1889, était un ouvrier-métallurgiste syndicaliste actif. Durant la Première Guerre mondiale, il devint un leader des comités des Shop Stewards. Il assista au IIe congrès de l’internationale communiste en tant que représentant des syndicats britanniques. Il s’éloigna du communisme après 1939. Jusqu’en 1954, il exerça de hautes fonctions syndicales.

162 Samuel Gompers (1850-1924), émigré aux États-Unis à l’âge de treize ans, ouvrier d’une usine de tabac, syndicaliste, participa à la création de l’American Federation of Labour qu’il présida de 1886 jusqu’à sa mort. La centrale syndicale américaine comptait cinq millions d’adhérents en 1918.

163 Abréviation du terme anglais pour syndicats.

164 N. Chabline, de son vrai nom Ivan Nedelkov, né en Bulgarie, était membre du parti socialiste bulgare, puis, lorsque celui-ci devint communiste en avril 1919, il devint membre de son comité central. Il fut délégué au IIe congrès mondial de l’internationale communiste, où il siégea à la commission agraire, et fut élu au Comité exécutif de l’internationale. Il participa au congrès des Peuples de l’Est à Bakou en septembre, puis au congrès de Halle des socialistes indépendants allemands en octobre 1920. Dès juin 1923, il joignit la rédaction du quotidien communiste bulgare Rabotnichesko Delo « Action ouvrière ». Il fut assassiné par la police en 1925.

165 Il s’agit de Victor M. Tchernov, cf. supra.

166 Joseph V. Staline (1879-1953) de son vrai nom Djougachvili, d’abord séminariste, adhéra au parti social-démocrate russe en 1898, puis à sa fraction bolchevik. Coopté au Comité central en 1912, il fut arrêté en 1913 et envoyé en exil. Il ne revint à Saint-Pétersbourg qu’après la révolution de Février. Il fit alors son entrée au bureau politique. Après la victoire des bolcheviks, il devint membre du gouvernement en tant que commissaire aux affaires des nationalités. Durant la guerre civile, il accomplit plusieurs missions au front en sa qualité de membre du Conseil militaire révolutionnaire. Jusqu’en 1924 il ne joua pas de rôle important dans l’internationale communiste ; il participa néanmoins au congrès de fondation comme membre de la délégation russe. Bien que n’étant pas délégué, il fut élu membre suppléant au Comité exécutif de l’IC lors du IIe congrès. De 1922 à 1952, il fut le secrétaire général du parti communiste (bolchevik) russe, de 1941 à sa mort également à la tête du gouvernement

167 Alexandre Millerand (1859-1943), avocat, journaliste, député, sénateur socialiste jusqu’en 1904, fut exclu du parti socialiste français avant la création de la SFIO. Il usa de la manière forte contre les cheminots en grève en 1910 lorsqu’il était ministre des Travaux publics dans le cabinet Briand. Il fut président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du 19 janvier au 24 septembre 1920, puis président de la République de 1922 à 1924.

168 Il s’agit des négociations avec la Suède. Cf. supra.

169 George N. Curzon (1859-1925), homme politique et aristocrate britannique, ministre des Affaires étrangères de 1919 à 1924, avait proposé en 1919 la ligne de démarcation dite de Curzon entre la Pologne et la Russie soviétique.

170 Jonas A. Zalkind (1885-1928), docteur ès lettres, après la révolution d’Octobre substitut de Trotsky, commissaire aux Affaires étrangères, éditeur d’un journal de propagande envers les prisonniers allemands en Russie, faisait partie de la mission diplomatique soviétique en Suisse. En juin 1918, il fut nommé consul général, mais ne présenta jamais ses lettres de créance et ne fut jamais reconnu par les autorités suisses. En fait, son activité était propagandiste. Début novembre 1918, le gouvernement helvétique le somma de quitter le pays. Il fut escorté à la frontière le 12 novembre avec tous les autres membres de la mission, expulsée après la proclamation de la grève générale.

171 Aucun délégué de ce nom n’assista au IIe congrès de l’internationale. Cachin pensait-il à Ibrajmov, délégué tatare, ou à Idrisov, délégué de Crimée ? Quoi qu’il en soit, les principaux représentants du Comité exécutif de l’internationale communiste furent Zinoviev, Radek et Béla Kun.

172 Ce nom est indéchiffrable. On peut lire quelque chose comme Quilels. S’agit-il de Quelch ?

173 Il s’agit d’une erreur de Cachin, l’orateur ne peut être que Julian Marchlevsky.

174 Il doit s’agir du délégué hollandais Wijnkoop.

175 Il s’agit sans doute de Victor Kopp.

176 Monis Hillquitt (1869-1933), avocat new-yorkais, fut, de 1907 à sa mort, un des leaders du parti socialiste américain fondé en juillet 1901.

177 En avril 1919, une mutinerie de matelots avait gagné l’escadre française mouillée en rade d’Odessa dans le cadre de l’intervention contre la Russie soviétique. Les participants furent condamnés à de lourdes peines.

178 Zsigmond Kunfi (1879-1927), journaliste et éditeur de plusieurs journaux socialistes hongrois, fut ministre de la Santé dans le gouvernement Károlyi et commissaire du peuple à l’Éducation lors de la république des Soviets hongrois. Il démissionna cependant en juin 1919. Il devint le leader du groupe Világosság, favorable à l’internationale 2 1/2.
Emö Garami (1876-1936), mécanicien, était un des dirigeants du parti social-démocrate hongrois depuis 1898. De 1905 à 1918, il fut rédacteur de l’organe central Népszava « Voix du peuple ». Avec Zsigmond Kunfi il fonda, en 1908, la revue théorique Szocializmus. En faveur de la Défense nationale au début de la guerre, il adopta ensuite une position pacifiste. Il occupa un poste de ministre durant le gouvernement Károlyi. En 1919 il émigra à Vienne.

179 Friedrich, dit Fritz, Adler (1879-1960), socialiste autrichien de gauche opposé à la politique de son parti durant la Première Guerre mondiale, se prononça contre la IIIe Internationale. Il devint secrétaire de l’internationale socialiste.
Karl Renner (1870-1950), homme politique autrichien appartenant à la droite du parti socialiste, fut chancelier d’État en 1919/1920.

180 Ronai était le pseudonyme de Béla Kun. L’Humanité, fondé en avril 1904 par Jaurès, fut l’organe du parti socialiste français, puis, à partir de fin décembre 1920, du parti communiste. Cachin en était le directeur depuis octobre 1918. Il y travaillait dès 1912.

181 Organe central du parti communiste autrichien.

182 Terme historique qui signifie district rural.

183 Mátjás Rákosi (1892-1971), officier austro-hongrois pendant la Première Guerre mondiale, fut fait prisonnier par les Russes. Il devint bolchevik et, après le retour dans son pays, membre du parti communiste hongrois fondé en novembre 1918. Après la chute de la République soviétique hongroise, il s’exila à Vienne, puis en Russie soviétique où il participa au IIe congrès de l’internationale. Il travailla alors pour le Comité exécutif de l’internationale et accomplit de nombreuses missions jusqu’à son arrestation en 1925 en Hongrie. Échangé comme prisonnier politique en 1940 avec l’Union soviétique, il fut le seul Hongrois à signer l’acte de dissolution de l’internationale en 1943. De 1945 à 1956, il exerça d’importantes fonctions à la tête du parti et du gouvernement hongrois. Après la déstalinisation, il dut émigrer en Union soviétique.

184 Il s’agit d’Ivan S. Tourgeniev (1818-1883), le poète russe. En honneur de Lénine, Simbirsk, ville de sa naissance, devint Oulianovsk en 1924.

185 Catherine II de Russie régna de 1762 à 1796.

186 Cachin compare ici les soldats de l’Armée rouge aux soldats révolutionnaires français de 1793 conscrits par la levée en masse et très peu équipés.

187 Le sigle KPD était celui du parti communiste allemand, ce nom adopté par l’Alliance spartakiste en janvier 1919. Le KAPD, parti ouvrier communiste allemand fondé en 1920, se situait plus à gauche.

188 Il s’agit d’Otto Rühle (1874-1943), professeur, psychologue et pédagogue, puis journaliste après son adhésion au parti social-démocrate allemand en 1902. A la suite de Liebknecht, il fut le deuxième député social-démocrate à voter contre les crédits de guerre en 1915. Spartakiste, puis membre fondateur du parti ouvrier communiste, le KAPD, il fut délégué au IIe congrès de l’internationale communiste, mais, de tendance antiautoritaire, se prononça contre les « vingt et une conditions. » Il retourna au parti social-démocrate en 1923.

189 Comme l’on sait, les bolcheviks ne jouèrent pratiquement aucun rôle dans la révolution de Février qui se déroula entre le 8 (début des manifestations à Petrograd) et le 15 mars (abdication du tsar). Quant aux effectifs du parti bolchevik, certaines sources parlent de plus de 20 000 membres pour janvier 1917 et de 40 000 en avril de la même année. Au moment où Cachin visitait la Russie soviétique, le Parti comptait apparemment plus de 600 000 adhérents.

190 Il s’agit sans doute d’une erreur de Cachin et le nom est Nógrádi. Son identité n’est cependant pas arrêtée. Car il existe bien un communiste hongrois du nom de Sándor Nógrádi (1894-1971), mais il ne participa apparemment pas au IIe congrès de l’internationale. Il semble par contre que ce nom ait servi de pseudonyme à Mátjás Rákosi.

191 Les élections pour l’Assemblée constituante – une revendication des bolcheviks avant la révolution d’Octobre – se déroulèrent le 12 novembre 1917 (d’après le calendrier julien en vigueur en Russie jusqu’en février 1918). Les résultats étaient peu favorables aux bolcheviks qui n’obtinrent que 175 sièges sur 707. Les bolcheviks ayant réussi à diviser les socialistes-révolutionnaires majoritaires, Lénine argumenta que les élections n’étaient pas représentatives, puisque le peuple avait voté pour un parti qui n’existait plus. Lorsque, le 5 janvier, l’Assemblée se réunit pour sa première séance – sans les Cadets, interdits depuis le 28 novembre –, les bolcheviks la firent dissoudre, brisant le début de démocratie parlementaire en Russie. Quelques jours plus tard, le IIIe congrès panrusse des Soviets se déclara son héritier ; peu après il fut lui-même dessaisi de ses prérogatives.

192 Angel Pestaña (1886-1937), anarcho-syndicaliste espagnol, s’installa à Barcelone en 1914 après avoir sillonné une bonne partie de l’Europe à la recherche de travail. Très vite, il grimpa dans le mouvement anarchiste, devenant directeur de l’organe de la CNT, la Confédération espagnole du travail, Solidaridad Obrera, en 1917, et dirigeant de la CNT qui le délégua au IIe congrès de l’internationale communiste. Son rapport fut décisif pour que la CNT n’y adhère pas.

193 Mario Malatesta (1891-1966), socialiste italien et plus tard communiste, qui avait été en contact avec des anarchistes, était fonctionnaire syndical vers la fin de la guerre. Au parti communiste, il était membre du Comité central et rédacteur à L’Unita. Arrêté en 1926, il abandonna son activité politique.

194 Pablo Iglesias (1850-1925), député, était le fondateur du parti socialiste ouvrier espagnol en 1879 et le dirigeant de ce parti jusqu’à sa mort, bien qu’à partir de 1917 son influence réelle ait diminué.

195 Cette grève générale dirigée par des anarchistes eut lieu en juillet.

196 Il s’agit du quotidien Solidaridad Obrera publié par la CNT, de tendance anarchiste.

197 Julián F. Besteiro (1870-1940), docteur ès lettres, membre du parti socialiste ouvrier espagnol et de l’Union générale des travailleurs, avait fait partie, en 1917, du comité de grève générale avec Largo Caballero. Il était cependant de tendance plus modérée. En 1939, il fut condamné à la réclusion à vie, mais mourut en prison une année plus tard.

198 Alexandre Marie Bracke (dit Desrousseaux) (1861-1955), savant helléniste, membre du parti ouvrier français de Guesde, militant et député socialiste de 1912 à 1924, puis de 1928 à 1936, fut directeur d’études dès 1915 à l’École des hautes études à Paris. Lors du congrès de Tours, il demeura avec la minorité opposée à l’adhésion à la IIIe Internationale. Il était un partisan de la représentation proportionnelle et de l’émancipation de la femme. En 1944, Bracke fut arrêté par la Gestapo mais relâché sur intervention de l’université, tandis que sa femme ne fut libérée qu’à l’arrivée des Américains.

199 Il s’agit en fait de Walter Stoecker (1891-1939) qui, après avoir commencé des études supérieures, fut mobilisé de 1915 à 1918. En 1917, il adhéra au parti des indépendants, en devint secrétaire en 1919 et un des dirigeants de l’aile gauche. Il assista au IIe congrès de l’Internationale communiste et exerça des fonctions dirigeantes dans le parti communiste allemand. Il fut député de 1924 à 1932. Arrêté après l’incendie du Reichstag, il mourut dans le camp de Buchenwald.
Wilhelm Dittmann (1874-1954), ébéniste puis journaliste, était un des fondateurs du parti des indépendants allemands. Après la grève de janvier 1918, il fut condamné à cinq ans de forteresse, mais amnistié. Dirigeant de la droite des indépendants, il revint au parti social-démocrate en 1922. Après 1933, il émigra en Suisse.

200 Il s’agit probablement d’Armando Bussi (1873-1955). Médecin, il adhéra jeune encore au parti socialiste italien. Il fonda deux journaux, Il Risveglio et Il Domani.. Élu député en 1913, il fut adhérent du groupe de Turati, mais se retira de la politique après 1924.

201 Sur sa personne, voir plus bas dans le texte.

202 Thomas Woodrow Wilson, l’artisan de la Société des Nations, président des États-Unis de 1913 à 1921.

203 Maximalistes était une autre appellation pour les bolcheviks.

204 La Commission extraordinaire panrusse est plus connue sous le nom de Tchéka.

205 CGO était le sigle de la Compagnie générale des omnibus, ancêtre de la TCRP, les transports en commun de la région parisienne. Cachin, avant 1914, avait défendu ses employés.

206 Le mouvement pour une « culture prolétaire » reposait sur les théories de A.A. Bogdanov selon lesquelles l’histoire de l’humanité se divisait entre organisants et exécutants. La classe ouvrière se situant dans la deuxième catégorie, elle ne devait pas seulement recevoir l’héritage culturel de la bourgeoisie, mais le transformer. De même, il lui fallait développer ses propres conceptions. Dans l’interprétation radicale de cette idée, toute œuvre qui n’était pas réalisée par un « prolétaire » et dans un état d’esprit révolutionnaire était rejetée.

207 Il s’agit de Valerian Obolensky, connu comme N. Ossinsky.

208 Filippo Turati (1857-1932), Claudio Treves (1869-1933) et Giuseppe Emanuele Modigliani (1872-1947) étaient des dirigeants de l’aile réformiste du parti socialiste italien.

209 Andrea Costa (1851-1910), pionnier du mouvement ouvrier italien, d’abord anarchiste puis socialiste. Il fonda la Rivista internazionale del socialismo et en 1896 l’hebdomadaire Avanti ! à Imola. Il était député depuis 1882 et fut élu, en 1908, à la vice-présidence de la Chambre.

210 S’agit-il de Kirill V. Sukhomlin (1886-1938) ? mécanicien de locomotive. Membre du parti social-démocrate russe dès 1905, il joua un rôle dirigeant lors de la révolution d’Octobre, puis durant la guerre civile. Il fut membre du bureau régional des Soviets de la Sibérie orientale. Jusqu’à son arrestation, il exerça de hautes fonctions à la tête du parti communiste d’Ukraine.

211 Zinoviev était opposé à l’insurrection armée. Dans divers articles et lettres, Lénine avait exigé des sanctions contre Zinoviev et Kamenev pour avoir divulgué la décision du Comité central en faveur de l’insurrection armée.

212 Douma est le terme russe pour Parlement. La première Douma fut concédée par le tsar après l’échec de la révolution de 1905 afin de désamorcer les fortes tensions sociales qui déstabilisaient le pays.

213 Alors que la Russie soviétique put reconquérir au cours de l’année vingt la majeure partie des territoires tenus durant la guerre civile par les forces antibolcheviks, la Bessarabie restait perdue. Le général P.N. Wrangel, stationné en Ukraine, entreprit encore une offensive en 1920. Il ne fut battu par l’Armée rouge que dans la seconde moitié de l’année.

214 Les thèses sur « Le parti communiste et le parlementarisme » tentaient de définir l’attitude des communistes envers la participation électorale. Comme certains groupes représentés au 2e congrès prônaient un antiparlementarisme de principe, les thèses plaidaient pour une participation conditionnelle, différente de celle pratiquée par les partis sociaux-démocrates. Pour les communistes, il s’agissait d’utiliser le Parlement comme moyen de propagande, comme tribune de la « lutte des classes ». Les parlementaires communistes et leur activité étaient strictement soumis aux directives de leur parti.
L’introduction fut rédigée par Trotsky, les thèses elles-mêmes le furent par Boukharine.

215 Izvestia, « Les Nouvelles », quotidien créé par le Soviet de Petrograd en février 1917.

216 André Le Troquer (1884-1963) fut avocat, militant socialiste, plus tard ministre. Dès avant la guerre, il collaborait à L’Humanité. Il fut décoré durant la guerre. En 1919, il devint conseiller municipal à Paris. C’est lui qui assura l’intérim au secrétariat du parti socialiste durant le voyage à Moscou de Frossard et de Cachin. Il pencha pour l’adhésion mais finalement ne s’y rallia pas et demeura avec la minorité dans le parti socialiste SFIO. Résistant contre l’occupation nazie, il mena quatorze mois de vie clandestine. En 1945, il devint député à l’Assemblée nationale qu’il présida en 1954.

217 Le délégué en question est Otto Rühle.

218 Ernst Meyer (1887-1930) devint rédacteur politique au journal social-démocrate allemand, le Vorwärts, en 1913, après des études terminées par un doctorat. Membre du groupe Spartakus, il fut un des fondateurs du parti communiste allemand. En tant que délégué, il participa au IIe congrès de l’internationale et y fut élu au Comité exécutif et au présidium de l’internationale. Il siégea au comité directeur – qui devint le Comité central-du parti communiste allemand de 1919 à 1920, puis de 1921 à 1923 et finalement de 1925 à 1929, année où il perdit toutes ses fonctions politiques.

219 Gruber était le pseudonyme de Karl Steinhardt (1875-1963), typographe, un des fondateurs du parti communiste autrichien. Il participa aux trois premiers congrès de l’internationale communiste. En 1920, il fut élu au Comité exécutif. De 1921 à 1925, il travailla pour la presse communiste en Allemagne. De nouveau en Autriche, il resta à l’arrière-plan sauf pour l’immédiat après-guerre quand il devint maire suppléant de Vienne.
Karl Tomann (1887-1945), orfèvre, syndicaliste autrichien, fut fait prisonnier durant la Première Guerre mondiale. Il rallia la cause bolchevik et devint un des dirigeants du parti communiste autrichien dès sa fondation en 1919. Il assista au IIe congrès de l’internationale en qualité de membre de la délégation officielle de son parti. Durant les années vingt, il fut écarté de la direction à plusieurs reprises, mais ce n’est qu’en 1931 qu’il quitta le parti communiste pour rejoindre le parti social-démocrate. Il occupa un poste de maire sous le régime nazi.
Quant au troisième délégué du parti communiste autrichien que mentionne Cachin, il s’agit sans doute de Reisler.

220 Il s’agit d’Angelica Balabanova.

221 Le bureau d’Amsterdam de l’Internationale communiste pour l’Europe occidentale fut créé en novembre 1919. Il était dirigé par S. Rutgers et H. Roland-Holst ; D. Wijnkoop y était adjoint. Sa suppression fut annoncée le 15 mai 1920 par un message-radio de Moscou. Ses fonctions furent remises au secrétariat de l’Europe occidentale à Berlin.

222 A.E. Abramovitc (1888- ?), vieux militant bolchevique, fut un des premiers émissaires de l’internationale communiste en Europe centrale et de l’Ouest. En 1920, il se rendit en Autriche, en Tchécoslovaquie et en France. Il fut un des délégués de ce dernier pays au IIe congrès mondial. En décembre 1920, il assista au congrès de Tours ; en janvier 1921, alors qu’il se rendait en Italie, il fut arrêté à Nice sous le nom de Zalevskij. Son arrestation fut à l’origine de « l’affaire des chèques » : le fait qu’il transportait de l’argent pour le parti communiste français de la part de Moscou fit grand bruit. Il resta employé du Komintern jusqu’en 1931.

223 Le Poale-Sion était une organisation juive sioniste et socialiste, mais dont l’adhésion au socialisme était contestée.

224 Après l’accord secret conclu entre le chef du gouvernement nationaliste et anticommuniste ukrainien Petlioura et le chef d’État polonais Pilsudski, l’armée polonaise marcha sur Kiev. L’Armée rouge, quant à elle, avança jusqu’aux portes de Varsovie. La guerre russo-polonaise, qui avait duré d’avril à octobre 1920, se termina par les accords de paix de Riga en mars 1921 avec des gains territoriaux pour les Polonais.

225 Ilija Milkic (1882-1968), un des fondateurs de la Centrale syndicale et du parti social-démocrate serbes, vécut en France et en Suisse durant la guerre. En janvier 1919, il s’installa en Russie soviétique et participa au congrès de fondation de l’internationale communiste. Lors du IIe congrès auquel il assista en tant que porte-parole du parti communiste yougoslave, il fut élu au Comité exécutif de l’internationale. Ce n’est qu’au IIIe congrès qu’une véritable délégation communiste yougoslave dont il faisait partie fut présente. Après un séjour à Vienne, il s’installa à Belgrade en 1926. Les sources divergent quant à la poursuite de son activité communiste.

226 Il doit s’agir de Milenko Vesnic (1863-1921) professeur, diplomate, journaliste et homme politique yougoslave. Plusieurs fois ministre, il fut nommé professeur de droit à l’université de Belgrade en 1892, après avoir travaillé au ministère des Affaires étrangères et comme rédacteur en chef du journal Pravnik « Juriste ». En 1919-1920 il fut le représentant plénipotentiaire du royaume de Serbie, Croatie et Slovénie à la conférence de Paix de Paris. Entre le 17 mai 1920 et le 1er janvier 1921, il forma deux cabinets de coalition de courte durée.

227 Laibach ancien nom de Ljubljana.

228 Il s’agit du journal socialiste italien.

229 Le Lituanien Felix E. Dzerjinsky (1877-1926), militant bolchevik, déporté en Sibérie de 1912 à 1917, était un des organisateurs de l’insurrection d’Octobre à Petrograd. En décembre il reçut la mission de mettre sur pied la Commission extraordinaire panrusse de lutte contre la contre-révolution, la fameuse police politique connue sous le nom de Tchéka, qui deviendra le Guépéou. En automne 1918, il séjourna – sous le faux nom de Felix Damansky – durant trois semaines environ comme soviétique en Suisse, où sa femme travaillait à la mission diplomatique soviétique de Berne.

230 Dmitrij I. Koursky (1874-1932) fit des études de droit puis participa à la révolution de 1905-1907 en tant que bolchevik. Durant la révolution d’Octobre, il fut actif à Odessa, puis il prit part à la guerre civile. En 1918, il devint commissaire à la justice, puis premier procureur général de la Russie soviétique. En 1919 et 1920, il fut également haut commissaire politique dans l’armée. En 1928, il fut envoyé comme ambassadeur soviétique en Italie.

231 Vincenzo Vacirca (1886-1955), né en Sicile, vécut plus tard en Autriche et aux États-Unis.

232 Le Daily Herald était le quotidien du parti socialiste britannique. Il paraissait depuis 1912.

233 Jules Guesde (1845-1922), militant socialiste, créa avec Paul Lafargue le parti ouvrier français qui voulut être l’introducteur du marxisme dans la vie politique française. Député, puis ministre d’État de 1914 à 1916, il adopta des positions favorables à l’Union sacrée durant toute la guerre. Cachin avait été amené à s’engager à plein temps en faveur du socialisme après avoir entendu un discours de Guesde dont le rayonnement personnel avait été grand.
Jean-Baptiste Séverac (1879-1951), militant socialiste dès 1897, fut rédacteur à L’Humanité de 1916 à 1918, jusqu’à l’arrivée de Cachin à la direction du journal. À partir de 1920, il travailla au Populaire.

234 Edward Bellamy (1850-1898), écrivain socialiste américain, dont le roman d’anticipation Looking Backward, connut, au début des années 1890, un immense succès.

235 La commission administrative permanente du parti socialiste était depuis 1905 son organe dirigeant.

236 Pour consolider leur régime, les bolcheviks cherchèrent rapidement à obtenir une paix séparée avec l’Allemagne. La seconde raison était d’ordre idéologique : selon eux, un régime révolutionnaire n’avait aucune raison de poursuivre une guerre qu’ils qualifiaient d’impérialiste et dans laquelle la Russie avait été entraînée par le tsar. Les accords furent signés les 9 février et 3 mars 1918. Les conditions imposées à l’Union soviétique étaient drastiques : elle perdait sa souveraineté sur la Pologne, la Lituanie et la Courlande, l’Ukraine et la Finlande devinrent autonomes et l’Estonie et la Livonie furent occupées par des forces de police allemandes. La production en acier, en fer et en charbon de la Russie soviétique se trouvait diminuée des trois quarts environ. De plus, elle se voyait condamnée à verser 6 milliards de marks or à l’Allemagne. Après l’effondrement militaire de l’Allemagne en novembre 1918, le traité fut invalidé par les forces de l’Entente et la Russie soviétique.

237 Le prince Léopold de Bavière fut commandant en chef de l’armée de l’Est en 1917. Il participa à la délégation allemande aux pourparlers de Brest-Litovsk.

238 Max Hoffmann (1869-1927), général prussien, qui avait planifié les offensives limitées en Galicie et dans les pays baltes en 1917, était un des mandataires importants lors des pourparlers de Brest-Litovsk. Il y défendit les positions du secrétaire d’État von Kühlmann et moins celles de Ludendorff et de Hindenburg, face auxquels il était très critique.

239 Paul Faure (1878-1960) instituteur puis publiciste, pacifiste pendant la guerre, fut secrétaire général du parti socialiste SFIO du congrès de Tours à la Seconde Guerre mondiale. Il fut député de 1924 à 1932, puis de nouveau à partir de 1938. Il était autant opposé à une collaboration avec les communistes qu’avec les partis bourgeois de gauche. Il fut exclu du PS en 1944 à cause de ses positions durant la guerre ; il avait été nommé par Pétain au Conseil national de l’État français.

240 Dmitry Z. Manouilsky (1883-1959), juriste, emprisonné et déporté en 1906, vécut à Paris après 1907. En 1917, il devint bolchevik. Il participa à la mission soviétique de la Croix-Rouge russe en France en 1919. Il fut ensuite émissaire de l’internationale auprès du PCF. De 1920 à 1921, il exerça la fonction de commissaire à l’agriculture en Ukraine. En 1922, il fut candidat et, de 1923 à 1952, membre du Comité central du parti communiste de l’Union soviétique. Membre du présidium du Comité exécutif de l’internationale communiste, il en devint secrétaire en 1928, ce qu’il resta jusqu’à la dissolution de cette instance en 1943. En 1944, il devint vice-président du Conseil des ministres et ministre des Affaires étrangères d’Ukraine.

241 Il faut lire : « La victoire de la IIIe Internationale sur la IIe Internationale est complète ».

242 L’Internationale 2 1/2 était l’appellation donnée par les adhérents de la IIIe Internationale à l’Union des partis socialistes pour l’action internationale. Y étaient regroupés des partis qui avaient démissionné de la IIe Internationale, mais hésitaient quant à l’adhésion à l’internationale communiste. En février 1921, ces partis et groupes formèrent une nouvelle organisation internationale à Vienne. Ils fusionnèrent à nouveau avec la IIe Internationale en 1923.

243 Gruber est le pseudonyme de Karl Steinhardt. Cf. supra.
Quant aux intervenants suivants, Cachin semble avoir écrit quelque chose comme Kaboky et Mc Clouskey. Ces noms sont inconnus.

244 Il s’agit de l’Allemand Ferdinand Lassalle (1825-1864), collaborateur de Karl Marx.

245 Karl Hjalmar Branting (1860-1925), un des fondateurs du parti social-démocrate suédois et le leader de ce parti, était pour une étroite collaboration avec les syndicats ; il s’opposait par contre à l’emprise du marxisme. Il devint le chef du premier gouvernement social-démocrate de la Suède en 1920, jusqu’à 1923, puis à nouveau de 1924 à 1925.

246 Firmin Gémier (1869-1933) acteur et directeur de théâtre, tenta de créer un théâtre populaire. Il est considéré comme un des principaux artisans du mouvement théâtral moderne.
Albert Doyen (1882-1935) compositeur français, était le fondateur et principal animateur des « fêtes du peuple » (1918) qui avaient pour but d’éduquer les ouvriers à la beauté et à la fraternité.

247 Jean-Christophe, roman en dix volumes de Romain Rolland, parut entre 1904 et 1912. Il laissa une grande impression à une génération entière de pacifistes. Le Suisse Humbert-Droz en fit même son pseudonyme.

248 Allusion au vote des crédits de guerre par les socialistes.

249 Le programme d’Erfurt du parti social-démocrate allemand date du congrès du même nom qui eut lieu en 1891 et remplaça le programme de Gotha. Sa première partie, théorique, était l’œuvre de Karl Kautsky, sa seconde, pratique, celle d’Eduard Bernstein. Il postulait que la classe ouvrière devait obtenir la majorité politique avant d’entrer en possession des moyens de production.

250 L’orateur fait ici référence au congrès de Leipzig du parti social-démocrate allemand indépendant qui eut lieu du 30 novembre au 6 décembre 1919. Il en résulta une poussée à gauche du parti.

251 Il doit s’agir d’une erreur, ce sigle n’existant pas.

252 Le 5 novembre 1918, les autorités allemandes avisèrent Joffe, chef de la mission diplomatique à Berlin, de quitter immédiatement le pays. Après avoir découvert du matériel de propagande dans les bagages d’un courrier soviétique – c’était en tout cas la raison invoquée – les relations diplomatiques entre les deux pays furent rompues. Hugo Haase (1863-1919) avocat, leader du parti social-démocrate indépendant, assassiné plus tard par un nationaliste, était alors commissaire du peuple à Berlin, mais l’ordre d’expulsion avait été donné avant sa nomination.

253 Le congrès de Londres de la Ire Internationale est celui de sa fondation en 1864, mais Cachin le confond probablement avec celui de La Haye en 1872, où le conflit entre disciples de Marx et disciples de Bakounine se termina par l’exclusion des anarchistes.

254 A. Sultan-Zade (1889-1938), Perse habitant la Russie et membre du parti bolchevik depuis 1912, joua un rôle important au Moyen-Orient et dans la fondation du parti communiste perse qu’il dirigea. Il assista au IIe congrès de l’internationale en tant que représentant de son parti et y fut élu au Comité exécutif. Il participa également au congrès des peuples de l’Orient qui se tint à Bakou en septembre de la même année. Il fut exclu du parti communiste perse au début des années trente. Il travailla alors dans l’administration soviétique et périt au cours des « purges ».

255 Manabendra N. Roy (1887-1954) se joignit, durant ses études de mathématiques, à des protestations nationalistes contre les Britanniques et dut quitter l’Inde. Installé au Mexique, il fut un des fondateurs du parti communiste mexicain, qu’il représenta avec voix consultative au IIe congrès de l’internationale communiste. Lénine l’enrôla pour la rédaction des thèses sur les questions nationale et coloniale, puis il fut placé à la tête du bureau des questions asiatiques et bientôt élu en tant que membre du présidium et du Comité exécutif de l’internationale. En 1929 cependant, il fut exclu de l’internationale pour « déviationnisme de droite ». Il s’engagea dès lors pour l’indépendance de l’Inde.

256 Maxim M. Litvinov (1876-1951), de son vrai nom Meier M. Wallach, membre du parti social-démocrate russe dès 1898, devint le secrétaire du groupe londonien des bolcheviks en 1908. Après la révolution d’Octobre, il fut envoyé comme représentant diplomatique à Londres, mais le gouvernement britannique ne le reconnut pas. De 1918 à 1921, il fut membre du Commissariat du peuple aux Affaires étrangères, de 1934 à 1938, le représentant de l’Union soviétique à la Société des Nations. Plus tard il fut élu au Comité central du parti communiste d’Union soviétique et devint membre du Comité exécutif central de l’Union soviétique.

257 Il s’agit de Sebald Justius Rutgers (1879-1961), ingénieur hollandais, qui rejoignit la cause communiste après 1917. Il se rendit en Russie en 1919 et fut le seul Hollandais à participer au congrès de fondation de l’internationale communiste. Il fut alors chargé de l’organisation du bureau d’Amsterdam de l’internationale. Lorsque le bureau fut fermé en 1920, Rutgers se retira de la politique et reprit sa profession. Jusqu’en 1938, il travailla en Union soviétique, puis il retourna dans son pays natal. Son fils, Willem, ingénieur également, marié avec Eisa Fausch, la fille d’un communiste suisse, disparut durant la seconde Guerre mondiale, tandis que sa femme, dont il avait divorcé, survécut à cinq ans d’emprisonnement dans un camp.

258 Anton Pannekoek (1873-1960), professeur d’astronomie à Amsterdam et théoricien du parti social-démocrate hollandais, adhéra au parti communiste dès sa fondation en 1918. Il défendait l’idée du « communisme des Conseils » opposé au « communisme parlementaire ». Ses positions gauchistes furent critiquées par l’Internationale en 1920 et il quitta le parti en 1921 et peu après toute activité politique communiste.

259 Cette conférence convoquée au 4 février 1920 par le bureau provisoire n’eut pas lieu à Berlin, mais à Amsterdam. Une vingtaine de délégués, hollandais, allemands, belges, anglais, y assistèrent, tandis que la déléguée suisse, Rosa Grimm, et l’Allemande Clara Zetkin furent interceptées par la police et reconduites à la frontière. Après quelques jours seulement de débat, la police intervint, la réunion dut être levée. Elle avait néanmoins eut le temps d’adopter une résolution en faveur du soutien à la Russie des Soviets et d’aborder la discussion sur l’organisation pratique d’un bureau qui ne serait plus provisoire.

260 John T. Murphy (1888-1966), Écossais, membre du Socialist Labour Party dès 1917, fut un des leaders du mouvement des Shop Stewards. En 1920, il le représenta au IIe congrès de l’internationale à Moscou. Membre du parti communiste britannique et depuis 1922 de son bureau politique, il fut élu à la Commission internationale de contrôle en 1924 et au présidium du Comité exécutif de l’internationale en 1926. Il rompit avec le communisme en 1932.

261 Il s’agit du pseudonyme de Julian Marchlevsky.

262 La Fédération américaine du travail était une confédération syndicale particulièrement modérée comparée aux Industrial Workers of the World, plus révolutionnaires.

263 Gustav Noske (1868-1946) social-démocrate allemand, qui s’allia avec les Corps francs d’extrême droite pour réprimer l’insurrection spartakiste à Berlin, devint, en 1919/1920, le premier ministre de la Défense de la nouvelle république.

264 Christo S. Kabakchev (1878-1940), socialiste bulgare depuis 1897 et communiste depuis 1919, participa au IIe congrès de l’internationale communiste. En janvier 1921, il fut délégué du Comité exécutif de l’internationale communiste au congrès de scission du parti socialiste italien à Livourne. Il vécut en Union soviétique à partir de 1926.

265 Rosi Wolfstein, née en Allemagne en 1888, fit des études commerciales. En 1908 elle adhéra au parti socialiste allemand. En 1918, elle fut déléguée au congrès de fondation du parti communiste allemand et elle représenta son parti au IIe congrès de l’internationale communiste à Moscou en 1920. De 1921 à 1923, elle siégea au Comité central, mais en 1928 elle fut exclue du PCA avec son époux Paul Frölich. En exil à Paris, elle fut une des dirigeantes du parti socialiste ouvrier, un groupe de socialistes de gauche allemands. Elle émigra aux États-Unis en 1941, puis retourna en Allemagne avec son mari après la guerre.

266 Mikhail G. Tskhakaia (1865-1950), Géorgien, se joignit au parti social-démocrate russe dès sa fondation. Après dix ans passés en émigration en Suisse, il rentra en Russie en 1917 avec Lénine. Il exerça de hautes fonctions dans le parti communiste de Géorgie, où il fut membre du comité bolchevik de Tbilissi président du Comité exécutif central de la république de Géorgie et membre du Comité central du parti communiste géorgien. Au IIe congrès de l’internationale communiste, il fut élu au Comité exécutif en tant que représentant géorgien. À partir de 1928, il siégea aussi à la Commission internationale de contrôle.

267 Louis Fraina (1894-1953), de parents italiens émigrés aux États-Unis, employé puis journaliste, adhéra au parti socialiste américain en 1909. Il fut un des membres fondateurs du parti communiste en 1919 et son secrétaire international. Il participa d’abord à la conférence internationale du bureau d’Amsterdam en février 1920, puis au IIe congrès de l’internationale communiste. Il y fut accusé d’être un agent provocateur pour le département de justice américain, mais déclaré innocent. Il abandonna l’activité politique après 1922 et prit le nom de Louis Corey.

268 La plate-forme de l’internationale communiste, rédigée par Boukharine, fu acceptée avec une abstention le 4 mars 1919, lors du congrès de fondation de l’internationale. La revue L’Internationale communiste était l’organe du Comité exécutif de l’internationale. Elle parut dès août 1919. Elle était éditée simultanément en russe, en français, en allemand et en anglais, plus tard aussi en chinois et en espagnol.

269 Suit en marge des Carnets des indications lacunaires de Marcel Cachin du 25 juin au 31 juillet.

270 Aucun délégué de ce nom ne participa au IIe congrès de l’Internationale. Mais le passage est difficilement lisible et il s’agit peut-être d’un autre nom.

271 Maurice Vandamme, dit Mauricius (1886-1974), fut successivement commis d’architecte, employé dans une maison d’édition, biologiste, puis, de 1936 à 1958, directeur d’un centre médical. Anarchiste individualiste, il se rendit en Russie soviétique en juillet 1920. Dénoncé comme suspect, il fut arrêté à son arrivée et condamné à mort. C’est grâce à l’intervention des syndicalistes français Vergeat et Lepetit auprès de V. Serge qu’il fut libéré. En octobre 1921, une commission d’enquête composée par des représentants de toutes les organisations ouvrières françaises examina les accusations de collaboration avec la police qui avaient été portées contre lui au cours du procès contre Caillaux et Malvy (ministre de l’intérieur de juin 1914 à mars 1917). La commission le lava de tout soupçon.

272 Il s’agit du Bulgare Stoïan Mineff (1891-1959), qui utilisait le pseudonyme de Lorenzo Vanini (mais aussi ceux de Dr Chavaroche, Lebedev, Moreno et surtout celui de Stepanov). Étudiant en médecine en Suisse, il se joignit au mouvement zimmerwaldien, puis se mit à la disposition des bolcheviks. Il écrivait pour la revue favorable à la IIIe Internationale, Le Phare. En 1920, il se rendit en France. En tant que délégué français, il assista au IIe congrès de l’internationale, où il siégea à la commission agraire. Il travailla ensuite pendant près de vingt ans pour l’internationale et fut envoyé dans de nombreux pays comme émissaire. Il passa la guerre en Union soviétique, où il décéda.

273 Aron Goldenberg, né en 1898, vraisemblablement en Roumanie, grandit à Paris. Il adhéra au parti socialiste au printemps 1918, se situant dans la minorité pacifiste et révolutionnaire. À l’instigation de Boris Souvarine, il rédigea une brochure favorable à la IIIe Internationale qu’il signa du pseudonyme de Robert Thaï. C’est sous ce nom qu’il figura parmi les délégués du IIe congrès de l’internationale communiste. Il y fustigea Cachin et Frossard en tant que « contre-révolutionnaires avérés ». Dès 1921, il commença à utiliser le nom de Marcel Ollivier sous lequel il devint connu. Dès la fin des années vingt, il s’éloigna du « stalinisme », mais resta « luxembourgiste ». Il milita dans la guerre d’Espagne aux côtés du POUM.

274 Raymond Lefebvre (1891-1920) étudia à la Sorbonne avant de devenir journaliste. Blessé durant la guerre, il adhéra en 1916 à la SFIO et évolua vers la gauche. En 1919, il faisait partie du groupe Clarté. Participant au IIe congrès de l’internationale communiste en 1920 en qualité de délégué du comité de la IIIe Internationale, il périt, de même que Vergeat et Lepetit, lors du voyage de retour par l’océan Arctique.

275 Il doit s’agir de Nikolaj N. Krestinsky (1883-1938), vieux bolchevik, membre du Comité central depuis 1917, qui devint secrétaire du Comité central du parti en 1919 et membre du bureau politique. Longtemps ambassadeur soviétique en Allemagne, il fut condamné à mort en 1938 et fusillé.

276 Référence à la guerre russo-polonaise.

277 Il est probablement question du British Labour Party, le parti travailliste britannique.

278 Arthur Henderson (1863-1935), chef du parti travailliste anglais, était membre du cabinet présidé par Lloyd George.

279 Il s’agit du Français Marcel Vergeat (1891-1920), mécanicien et anarchiste. Il était secrétaire du comité de la IIIe Internationale et fut à ce titre délégué au IIe congrès comme l’était également Jules M. Lepetit (1889- 1920), ouvrier terrassier, puis chauffeur, militant anarchiste et syndicaliste. Ils disparurent avec R. Lefebvre lors du voyage de retour par le cap Nord et Mourmansk.

280 Il s’agit probablement de Nikolaj A. Morozov (1854-1946), révolutionnaire russe, Narodniki. Il fut emprisonné près d’un quart de siècle en détention cellulaire. Il utilisa son temps à étudier et écrivit de nombreux livres. À partir de 1918, il fut directeur de l’institut Leshaft des sciences naturelles.

281 La grève des cheminots français de mai 1920 prit une grande ampleur, mais fut finalement un échec. Des sanctions frappèrent le syndicat et les grévistes, les leaders furent arrêtés.

282 Il s’agit de Jakob Friis (1883-1956), journaliste socialiste norvégien, qui soutint l’adhésion du parti travailliste norvégien, dont il était membre, à la IIIe Internationale. Il se rendit en Russie soviétique après le Ier congrès afin de travailler pour le Comité exécutif de l’internationale. Il fut le porte-parole du parti norvégien lors du IIe congrès, de même que lors du IIIe. Élu également à la Commission internationale de contrôle, il approuva néanmoins la décision du parti travailliste norvégien de démissionner de l’internationale communiste. Dès 1928, il s’inscrivit au parti communiste de Norvège, mais le quitta en 1936