Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Carnets. Tome II Carnets Marcel Cachin – année 1919

Carnets. Tome II

 | 
Marcel Cachin

Année 1919

Carnets Marcel Cachin – année 1919

Texte intégral

  • 1 Joseph Paul-Boncour (1873-1972), l’ancien député et ministre socialiste indépendant, devenu officie (...)

1P. Boncour1. Auteuil 13. 08, 5, square du Ranelagh. Coopération. Production et répartition par l’État pendant la guerre. Bullit, 51, avenue Hoche. Roblinet, 174, rue de Javel, 15e. Sidenard, 79, rue Chapelle. 10, 18, 19. Saint-Denis 1. 2. 3.

214 juillet 1919

3 Humanité : Première liste d’obligations le 29 janvier. L’appel avait été lancé le 26 janvier.

4Sous-lieutenant Belliot 330e artillerie, 8e batterie, s. 237 (armée de Wiedemann). 650 orphelins dans la Goutte-d’Or-Chapelle. Bonsal, 355 Crillon.

Janvier

Mercredi 1er janvier 1919

5Voiture 26, places 15 et 18. Gasnier, 134, rue de Breteuil, Marseille.

Vendredi 3 janvier 1919

6Nice.

Samedi 4 janvier 1919

7Grasse.

Dimanche 5 janvier 1919

8Juan-les-Pins.

s. d. Vie chère
24 mars 17 mars 14 mars 10 mars 1-2 mars
750 650 580 580 1 720
450 410 420 420 1 070
1 000 860 800 830 2 700
970 750 650 700 2 220
3 200 2 670 2 530 7 710

9Tirage : 6 mars : 96 940

  • 2 Marcel Cachin se consacrait entièrement au relèvement de L’Humanité, dan une situation financière d (...)

10Le numéro Vie chère2

Mercredi 8 janvier 1919

1111 h 36 Nice pour Paris.

Samedi 11 janvier 1919

1211e section, place Voltaire 6, Père-Lachaise, Parmentier.

Dimanche 12 janvier 1919

136 h 03, place Valois, Lafont. 7 h 30, amicale Doudeauville.

Lundi 13 janvier 1919

145 h salle des actes de la faculté des sciences (Association française pour la Société des Nations). 4 h, Weiss, Europe nouvelle. Germain. Benson, Guennec.

Mardi 14 janvier 1919

15Roanne.

Mercredi 15 janvier 1919

16Donné à Lilite pour janvier 1 300 F

Jeudi 16 janvier 1919

  • 3 Norman Angell (1874-1967), pacifiste britannique, favorable à l’institution de la Société des Natio (...)
  • 4 Mathias Morhardt (1863-1939), vice-président et ancien secrétaire général de la Ligue des droits de (...)

1777, rue de Prony, N. Archidiacon. Norman Angell3. Mathias Morhardt4, Moutet.

Vendredi 17 janvier 1919

18N. Angell, 15 Boissy-d’Anglas, Èlysée 01-83.

Samedi 18 janvier 1919

19Compte rendu mandat : Guadeloupe. Déjeuner Polonais, 12 h 30, Drouant, place Gaillon. 9 h matin, Humanité, cheminots du Havre, Boret.

Dimanche 19 janvier 1919

20Roubinier Brauslein. 9 h, 45 bis, rue Richard-Lenoir. Syndicat ébénistes.

Lundi 20 janvier 1919

21André Germain, 218, rue de Rivoli. Bonsai. Landon. 3h Affaires extérieures.

Mercredi 22 janvier 1919

2210 h Neil. 11 h Dillon.

Vendredi 24 janvier 1919

  • 5 Peut-être Alfred Roll (1846-1919), peintre officiel de la République, idéologiquement à gauche, et (...)

2312 h 30 Val. Thomson. Roll, 7 h 30 Humanité5.

Samedi 25 janvier 1919

2412 h 30 Weber.

Dimanche 26 janvier 1919

259 h fédération Seine. 3 h Société d’horticulture (coalition républicaine) 84, rue de Grenelle. 5 h, 254, boulevard Saint-Germain, Société des Nations.

Lundi 27 janvier 1919

26Rouen. 12 h 30. A. Germain. 124, rue Saint-Hilaire.

27Vente 18e :

Mercredi 29 janvier 1919

2842, avenue Calnera. 14, rue Marignan.

Jeudi 30 janvier 1919

2912 h 30, le Centre.

Février

Samedi 1er février 1919

  • 6 André Morizet (1876-1942), journaliste et militant socialiste, venu des milieux favorables au syndi (...)

3012 h Humanité, Morizet6.

Dimanche 2 février 1919

31Genève.

Lundi 3 février 1919

  • 7 Clara Zetkin (1857-1933), spécialiste des questions féminines dans la IIe Internationale, fondatric (...)

32Berne. 1 h Haguenin. Je remets la lettre pour Clara Zetkin à Mme Kautsky. Clara est spartakienne modérée, puisqu’elle s’est fait élire au Landtag par Cronstadt, mais elle est opposée à Kautsky-Haase. Mme Kautsky pense qu’elle reviendra à l’unité allemande7.

Mardi 4 février 1919

33Berne. 1 h Bullitt, hôtel Bellevue. M. Bovet, 7 h. L’Égypte, 15 millions d’Arabes, est prête à se libérer. Elle laisserait à l’Angleterre le canal de Suez.

Mercredi 5 février 1919

34Berne. 1 h Bellevue, l’émir Chekib Arslan, député du Hauran. Farid Bey. 9 h Neue Zürich Zeitung.

35Les Syriens veulent la liberté, l’indépendance absolue. Les 70 millions d’Arabes sont froissés de n’être pas représentés suffisamment à la Paix. En Syrie, les Arabes ne veulent pas de la colonisation ni du protectorat français ; ils ont peur que nous ne fassions là-bas la politique de l’Algérie et de la Tunisie. Les orthodoxes par haine des catholiques maronites que nous protégeons, sont avec les musulmans. Ils sont plutôt avec les musulmans, du côté anglais. Les musulmans demandent qu’on réunisse les 30 députés syriens à la chambre ottomane et qu’on leur demande leur avis. Seuls, les maronites sont pour la France. Or ils ne sont que 300 000 et ils sont divisés. Faïçal n’est qu’un député comme les autres.

Vendredi 7 février 1919

36Berne. 8 h Bellevue, émir Chekib Arslan, 1 h Muelhon.

  • 8 Sur la situation au Proche-Orient au lendemain de la guerre et les rivalités franco-britanniques, o (...)

37Le roi du Hedjaz n’a qu’une petite importance. L’unité et l’indépendance syriennes une fois reconnues, il y aura fédération et liberté dans chaque fraction de nationalité syrienne. Ils accepteraient l’internationalisation de Jérusalem. Mais les Arabes de Syrie n’acceptent pas la subordination du roi du Hedjaz inférieur à eux. Ils ont écrit à House. Il faut voir House à nouveau8.

Congrès de Berne – Février 19199

  • 9 La conférence de Berne fut convoquée par le Bureau socialiste international afin de reconstituer l’ (...)

38Müller[?]

  • 10 La Suisse avait connu en novembre 1918 une grève générale qui s’était terminée par un échec et une (...)
  • 11 Friedrich Platten (1883-1942), secrétaire du parti socialiste suisse, avait participé aux conférenc (...)

39Sigg me dit qu’à la prochaine Chambre élue en septembre (?) les socialistes auront 50 ou 60 mandats au lieu de 16. Les radicaux seront décimés. Sur les neuf membres du gouvernement, deux seront socialistes10. Les bénéfices de guerre en Suisse ont rapporté 400 millions. Grimm n’a pas encore expliqué ses tractations avec Hoffmann et son passage libre par l’Allemagne. Il est intelligent. Platten est peu rassis11. C’est la droite du parti qui l’a emporté au dernier congrès suisse. Les 60 000 cheminots sont passés au socialisme. Les socialistes romans vont avoir un quotidien à Lausanne, qui aura à Genève une édition et une autre à Neufchâtel. Sigg est un ancien instituteur. Il nous dit que la réputation de pruderie de Genève est tout à fait usurpée et que surtout en ce moment la corruption féminine y est énorme. Genève est une ville de banques, la première après Bâle. Il va s’y installer de grandes industries mécaniques d’horlogerie. Sigg me dit que la Volkohem de Berne a été faite avec un million donné par la ville de Berne. En même temps, un autre million était donné aux radicaux, le tout à condition que les deux partis laissent passer, sans protester, l’établissement à Berne d’une maison de jeu. En Suisse, jeu. En Suisse, plus de trains le dimanche ; plus d’express, plus de bateaux, sauf un jour par semaine.

  • 12 Léo Frankel (1844-1896), correspondant de Karl Marx, membre de l’Association internationale des tra (...)

40Léo Frankel, Hongrois. Sa tombe au Père-Lachaise. Le marbre, la couronne faite par les ferronniers de Paris qui sont tous hongrois. Le socialisme hongrois est et a toujours été corrompu12.

  • 13 La révolution avait démantelé l’empire des Habsbourg. Si les dirigeants sociaux-démocrates autrichi (...)
  • 14 Le comte Karolyi (1875-1955), libéral et francophile, président du Conseil le 31 octobre 1918, fut (...)
  • 15 Otto Bauer (1881-1938), théoricien de la question nationale, était ministre des Affaires étrangères (...)

41L’ancienne Autriche n’est plus13. Nous sommes un pays nouveau, alors nous demandons l’aide du parti français pour rester une république socialiste. Or si on nous ampute des pays industriels qui nationalement doivent nous revenir, c’est chez nous la contre-révolution. Karolyi est un faible ; est enthousiaste, mais honnête. C’est un joueur de cartes14. L’industrie autrichienne est contre la réunion à l’Allemagne, parce qu’elle a peur de l’industrie allemande. Il faudrait qu’elle se modernise et supprime ses douanes. Puis réunis à l’Allemagne, c’est le socialisme. Mais les socialistes veulent : 1° toute la population allemande, 2° le rattachement à l’Allemagne comme pays confédéré. Les réactionnaires sont pour la confédération danubienne. Le ministère autrichien est composé de plusieurs éléments. Affaires étrangères : Bauer. Pohl, présidence du Conseil, Renner, Seitz, Conseil d’Etat est de trois membres : un soc15. Dans les autres ministères, les socialistes sont très actifs. Les trois socialistes B.R.P. sont les trois têtes les plus vigoureuses.

42Thomas arrive pour déjeuner avec un œil malade. Il dit : c’est le résultat de mon premier shake-hand avec les socialistes allemands.

  • 16 Ernst Paul Graber (1875-1956), dirigeant du parti socialiste suisse, pacifiste mais modéré, se situ (...)

43Roger Bloch : Grimm est un danseur de corde, dit Graber16.

44Au bureau : un Argentin – un Belge – un Hollandais – un Anglais – un Suédois – un Autrichien, président de la République. Un président rép. dans la salle.

45Il faut faire entendre notre voix au moment où s’ouvre le congrès de la Paix.

  • 17 Otto Wels (1873-1939), l’un des principaux dirigeants de la social-démocratie « majoritaire » d’All (...)

46Le discours de Wels17.

47Thomas vient de dire : refaisons l’internationale, puis il dit : chassons les Allemands. Il n’y a pas d’impérialisme qu’en Allemagne. L’heure est venue de regarder non en arrière, mais en avant. La démocratie allemande a brisé vingt dynasties avant la guerre. La social-démocratie n’est pas représentée au gouvernement. Thomas demande le bûcher pour [ill.]. Les Suisses demandent la même chose pour Thomas. Nous sommes contre la dictature du prolétariat. Les socialistes demandent la confiance. Nous avons fait la république. L’effet de notre révolution se fera sentir hors des frontières. Nous avons le vote des femmes et la représentation proportionnelle.

48Les socialistes allemands n’ont pas de responsabilité dans la guerre. Ils craignent la Russie. En 1914 nous avions à Vienne à examiner le danger tsariste. Avant la guerre nous avons combattu la guerre. Les événements se sont déroulés : aurions-nous dû décréter la grève générale ? Est-ce que cette grève générale aurait été admise par les Russes ignorants ? Non. Il cite mon article sur la mort de Jaurès le 1er août 1914.

49Il est impossible aux majorités de prendre la responsabilité de l’effondrement de l’Allemagne. Nous reconstruirons la Belgique. Nous n’avons jamais approuvé les raids.

50La famine et la misère en Allemagne ont fait mourir 700 000 hommes. Les ouvriers d’Allemagne aujourd’hui sont très malheureux. Nous avons chargé Kautsky de faire la lumière sur les responsabilités. Quand Thomas est allé en Russie quel rôle ? Il a cherché à galvaniser les troupes russes. On pouvait conclure une paix du droit. Or la Russie est à bout.

51A [Stockholm ?] pourquoi les Alliés ne sont-ils pas intervenus ? C’est de là qu’est né le bolchevisme. Aujourd’hui l’armistice est d’une dureté sans pareille : plus de transports, c’est la loi inexorable de la guerre. Les socialistes français ne peuvent prêter la main à la destruction d’un peuple. La famine est partout. Il faut que tous les socialistes se tendent la main. Si nous sommes flétris ce serait une force pour la réaction allemande. Il faut s’entendre. Le discours est d’un bout à l’autre la glorification du socialisme majoritaire sans la moindre concession. Normann Angell me demande ce que demande exactement Thomas. Veut-il l’expulsion ?

  • 18 Kurt Eisner (1867-1919) socialiste « minoritaire », dirigeant de l’USPD, a dirigé la révolution bav (...)

52Eisner18 à la tribune. Il a une figure de Guesde doux. Des responsabilités au sujet desquelles les historiens discuteront pendant des années, on ne peut les discuter ici en une demi-heure en public, sans pièces, dit N. Angell. K. Eisner parle longuement avec force, sans gestes d’abord, puis il s’échauffe. Mais miss Anderson me dit : « Nous autres Anglais nous n’aimons pas les discours. Il faut des faits, des idées, pas de rhétorique. » Discours Eisner. Eisner est applaudi par tout le congrès. Il faut une nouvelle Internationale. Il n’est plus un programme il est une réalisation de demain. Il faut donc être d’accord sur le but et les moyens. Si cette action n’est pas possible nous sommes perdus. Nous devons sortir du mensonge et de la folie de cette époque. J’appartiens à un peuple vaincu. Si il y a un an je pouvais attaquer mon peuple, aujourd’hui je ne m’attaque pas à un mort. Le peuple allemand a besoin d’un socialisme uni. Il faut s’entendre sur la pensée et le cœur. Vous, étrangers, n’avez pas compris la révolution allemande – camouflage – Non, la démocratie est forte ; le fond est changé, la masse veut réaliser les idées nouvelles. Le résultat électoral a été favorable aux majoritaires. Est-ce que le peuple allemand approuve la politique majoritaire ? Non, les électeurs ont voté pour l’unité socialiste. Les majoritaires ont parlé devant leurs électeurs en attaquant les Hohenzollern, c’est là leur force. Ils ont parlé contre la guerre, les aut. de la guerre, pas de [ill.]. De prétendus sans parti ont voté pour le [ill.] pour les minoritaires.

53Le discours de Wels en Bavière ne porterait pas. Wels voulait-il dire que le gouvernement allemand n’était pas responsable ? Alors pourquoi la révolution ? La lutte contre le tsarisme a troublé les esprits. Le gouvernement allemand a exploité cet argument. Moi-même, parlant à Munich en juillet 1914, j’étais sous la même suggestion. J’ai fait appel à la France pour les sauver. Il faut faire tomber les gouvernements qui attaquent. Jaurès l’a dit. Il faut rechercher le gouvernement qui refuse l’arbitrage. En août 1914 on pouvait se tromper. Les Allemands qui, en commission, ont voté contre les irrédentistes, l’ont fait par principe. Mais lorsque j’ai vu le livre blanc allemand, j’ai été convaincu. Wels se contente des publications des bolcheviks pour dire que nous sommes tous coupables. Alors il faut se serrer les mains sanglantes comme si rien n’était arrivé. Or c’est faux. La conception de Wels que l’Allemagne est innocente n’est pas la même que celle de bourgeois allemands. Ils se reconnaissent comme des hommes faibles et aveugles, non comme complices. La majorité Wels a répété le discours de 1915-1916. 12 millions d’électeurs ne suffisent pas. Ils doivent nous apparaître comme des pénitents. Ils doivent réfléchir et se dire : nous avons commis une erreur, et ayant commis l’erreur du premier jour, ils se sont envoûtés dans leur erreur ; ils ont craint de tomber l’Allemagne, [sic] mais [ill]. La guerre a été faite par quelques personnes de Prusse, par l’erreur de nos militaires qui croyaient la guerre plus rapide. C’est une collection de fous qui croyaient à la purification de la guerre. Nous étions dans l’erreur et quand la guerre a éclaté le socialisme n’avait plus le choix. Il fallait faire tomber le gouvernement qui avait fait la guerre, il fallait faire table rase et faire la paix. Si la révolution avait été faite en 1917. Nous n’avons pas de traditions révolutionnaires, et quand nous avons fait la révolution on ne nous croyait pas. Lorsque j’ai dit la vérité, on m’a dit vous allez coûter 200 milliards. On nous a menti. Nous voulons dire la vérité. Le peuple allemand va innover. Pourquoi ne voulez-vous pas changer ? L’erreur n’est pas la honte. Sortez de votre envoûtement. Vous avez erré jusque chez les [ill.]. Vous êtes – souvenez-vous de ce que vous avez écrit hier. Comment avez-vous repoussé le mémorandum de Londres ? Vous avez manqué de discernement politique. Vous avez prolongé la guerre. Vous n’avez pas protesté contre Brest. Vous avez voté Bucarest. Vous vous êtes vantés de n’avoir pas la guerre chez vous, c’est immoral. Vous croyiez affamer l’Angleterre et vous vous croyez à l’abri. Vous n’avez pas le droit de protester. La brutalité allemande est le résultat de l’organisme de la systématisation. On n’a connu que les canons et l’argent. Le peuple allemand a le droit d’en appeler à un monde nouveau. On vous a menti. Le peuple allemand a sacrifié à la lutte contre la guerre huit ans de prison pour une phrase banale. Depuis 1914 des milliers se sont sacrifiés. Ils ont le droit de protester. Vous, majoritaires, avez droit aussi si vous reconnaissez la vérité. Les minoritaires voulaient après, en 1916, on les a violentés, les majoritaires les ont entravés. La révolution allemande n’est pas le résultat de la catastrophe militaire. Elle a commencé dès les victoires militaires. Nous ne voulons pas être responsables des crimes des autres. Vous, camarades étrangers, ne devez pas être [ill.]. Le peuple allemand est au seuil du socialisme. Nous voulons effacer notre faute par le socialisme. Soyons unis contre nos ennemis. Nous ne voulons pas être humiliés. [Jaurès ?] était un patriote pour toutes les nations. J’étais jauressiste. Nous vivons pour réaliser le socialisme. Que ce mot vous inspire dans votre pays.

54Discours de Müller

  • 19 Hermann Millier (1876-1931), président du groupe social-démocrate « majoritaire » au Reichstag et f (...)

55Les électeurs se sont prononcés19. Nous n’avons pas besoin de l’internationale pour notre unité. Wels n’a jamais soutenu l’ancienne politique. Nous voulons un tribunal de neutres. L’impérialisme allemand n’a pas été seul. Certes les militaires voulaient une guerre préventive. On fait la révolution quand les temps sont mûrs. La grève de 1918 s’est faite et terminée non par les leaders. En octobre 1918 nous avons demandé une cour pour les coupables. On nous dit que nous aurions dû protester plus. Nous n’avons connu Toul et Verdun que tard. Il y a eu beaucoup de cruauté partout. Quelques socialistes ont été annexionnistes, c’est regrettable. Il y en a partout. Mais notre parti n’a jamais accepté cette politique.

56La presse bourgeoise a dit : j’ai trompé les camarades de France.

  • 20 Pierre Renaudel avait donné lecture du procès-verbal de la séance du groupe socialiste du 1er août  (...)

57Mon voyage a été inoubliable et cordial. Dans le protocole de Renaudel. Je conteste. On a oublié cert20.

  • 21 Scheid : Philipp Scheidemann (1865-1939), le plus en vue des responsables « majoritaires » favorabl (...)

58[ill.] a déclaré que seule l’Allemagne était responsable. J’ai dit qu’on redoutait en Allemagne la Russie. Il a été dit que chaque groupe garderait la liberté d’agir. Le 31 juillet en Allemagne réunion : il y avait là des partis pour, contre, des abstentionnistes des crédits. Moi, j’étais pour l’abstention. Je reconnais que j’avais une autre impression en partant pour Paris et au retour. Je me suis trompé, mais je pensais qu’il y aurait plus de 14 votes contre les crédits. Je suis arrivé lundi après-midi. J’ai dit que mon impression était la France votera oui si elle est attaquée. Nous croyions que le conflit éclaterait entre la Russie et l’Allemagne, mais la guerre à l’Allemagne. C’est là l’origine. Eisner n’a pas parlé de la Russie. (E. dit c’est une blague, et il montre un papier.) Nous voulons un tribunal neutre pour rechercher la faute. Seuls ils ont l’impartialité. On savait que la mobilisation russe serait suivie de la déclaration. A-t-on assez fait à Paris contre les Russes ? Nous n’avons jamais cru à la possibilité de la victoire allemande. Jamais Scheid21 n’a été jusqu’au-boutiste. Nous sommes responsables collectivement avec lui. Scheid a dit : fou qui croit à la victoire, car il y avait un monde d’ennemis. La paix. Scheid était la paix du compromis. Les réactionnaires demandaient sa tête. On ne peut pas porter un jugement contre nous. Je suis d’avis avec Eisner sur notre impuissance, à Amsterdam si Jaurès avait agi dans le gouvernement et nous aussi, on aurait peut-être évité la guerre. Nos camarades ont aussi des torts. Certes, qu’ont-ils fait à propos de Stockholm ? Les neutres seuls sont compétents pour juger. Si vous voulez créer la Société des Nations, il faut que moralement ils puissent. Tous doivent être égaux dans la famille des nations et dans la famille du socialisme.

59Pendant les entractes les majoritaires autrichiens nous demandaient d’intervenir.

  • 22 Karl Kautsky (1854-1938), le « pape » de la IIe Internationale, directeur de Die Neue Zeit de 1883  (...)

60Kautsky22. – Il fallait [ill.] les réponses. Thomas n’exclut pas, il répudie. Nous sommes réunis pour travailler. Il faut que la conférence réussisse. La guerre est née malgré nous. Il faut soutenir notre pays. C’est mécanique. Il faut choisir. C’est la position de la [social-démocratie] allemande. Les majoritaires disent : le responsable c’est la Russie. C’est faux. Nous avons eu en 1917 la révolution russe. Nous savons que si l’Allemagne avait vaincu, c’était l’hégémonie allemande, pour le malheur de l’Allemagne et du monde. Il fallait voter contre les crédits. Fallait-il voter les crédits ? Le 4 août le gouvernement allemand avait bien opéré. Il laissa croire que c’était la Russie et par surcroît la France. Mais bientôt on reconnaît que c’était mensonge. L’Angleterre avait fait des efforts de médiation, la Russie avait proposé l’arbitrage. Toute cette guerre avait été préparée par l’Allemagne et l’Autriche et que l’Allemagne n’avait rien voulu empêcher. Il est singulier que des socialistes croient encore le gouvernement allemand. Quand nous critiquons, les majoritaires nous ont empêchés. Ils ont empêché de protester contre la Belgique.

  • 23 Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg ont été massacrés par les Corps francs le 15 janvier 1919 après l (...)
  • 24 Edvard David (1863-1930), député de Mayence et ministre social-démocrate, appartenait à la tendance (...)
  • 25 Allusion sans doute à la paix de Bucarest (7 mai 1918) qui dépeçait la Roumanie et en faisait un sa (...)

61Rappelons la mort de L. [Liebknecht] et R.L. [Rosa Luxemburg]23. Nous n’acceptons pas leurs méthodes. Ils resteront dans l’histoire (on se lève). Les minoritaires ont voulu protester violemment contre la Belgique. Les majoritaires ont refusé. Nous avions à choisir entre la scission [ill.]. Lichnowski fut attaqué par [ill.]. David24 a fait un livre pour dire que Poincaré a poussé le tsar. Nous avons publié des brochures et tracts anonymes contre le gouvernement. Wels a dit : nous avons voulu sauver notre pays. Il aurait dû dire : nous avons été trompés. Mais ils n’ont pas prononcé cette phrase. Au congrès je dis : les masses voient mieux la situation que les chefs. Le prolétariat veut l’unité. Les masses ont voté pour la vieille organisation. L’unité dépend de quelques personnes. Elle aura l’[appui] des minoritaires. Aurons-nous le bolchevisme et ses remous ? Il y a danger de contre-révolution. Il faut mettre l’Allemagne dans l’état économique qui fasse que l’Allemagne travaille. La misère n’est pas annonciatrice du socialisme. Ceux qui ont refusé le plébiscite à l’Alsace-Lorraine, qui ont signé à Bucarest, n’ont rien à dire25. Mais si l’internationale vit, elle aura le règne du monde. « Le gouvernement a menti de façon infâme. »

  • 26 Stuart Bunning conduisait la délégation syndicale britannique à la conférence de Berne.

62Bunning26. – Nous protestons contre les longs discours. Nous sommes ici pour une besogne déterminée. Ce que nous devons effacer, c’est la haine. Si la majorité allemande fait une déclaration comme K.E. [Kurt Eisner] et K. [Kautsky] nous pouvons être unis. Les Allemands sont antimilitaristes. Si ces deux camarades disent vrai, le monde est sauvé. Il ne faut pas tourner cette guerre entre gouvernement en une guerre entre peuples. Nous devons penser chaque heure et chaque instant à Paris. Nous pouvons faire ici beaucoup à Berne. Conditions de travail nouvelles. Ajournons cette discussion pour un autre moment Construisons l’édifice de notre travail.

63Les cinq majoritaires allemands sortent pour se concerter.

6425 nations, 90 délégués.

65Grimm. – Il faut une Internationale forte, puisqu’il y a des impérialistes à Paris. Il faut tenir compte de la révolution allemande. Nous attendons les déclarations des majoritaires allemands.

  • 27 Il s’agit en fait du délégué Martna.

66Un Estonien proteste contre les actes des Allemands depuis la révolution en Estonie27.

67Trotsky [?]. – Il ne faut pas condamner les bolcheviks. Si à Paris on vote mal, nous aurons à présenter des résolutions d’actions contre.

68Wels. – Nous sommes allés nous réunir pour trouver un terrain d’entente.

  • 28 Jean Longuet (1876-1938), directeur du Populaire et spécialiste des questions internationales, fais (...)

69Longuet28. – Nous sommes d’accord avec K[urt] E[isner] et K[autsky] contre les majoritaires allemands. Il y avait partout une préoccupation angoissante de Défense nationale. Mais en Allemagne nous l’avons blâmé. Nous devions participer à la Défense nationale. Violation de la Belgique, sous-marins, les populations civiles, Brest, Bucarest, socialisme, Finlande : fautes lourdes. Chez nous, nous devons à la fois défendre le peuple et l’idée internationale. Les anciens majoritaires ont refusé Stockholm : grosse faute. On y aurait été pour obliger les Allemands majoritaires à se lever contre leurs empires. La social-démocratie doit refaire son unité sur les programmes depuis vingt-cinq ans. Le bolchevisme, je ne veux pas qu’on le condamne. Leur méthode est-elle ici applicable ? Je n’en sais rien. Ici, il faut refaire la fraternité des prolétaires.

  • 29 Les « majoritaires » étaient représentés par Müller, Wels et Molkenbuhr pour le Parti et Jansson, H (...)

70Les cinq majoritaires29 allemands sont mis en quarantaine. Personne ne leur cause et ne les applaudit

71Hongrie. – Nous avons été en prison toute la guerre. Aujourd’hui nous tendons la main aux Français et Anglais. Faites qu’à Paris on ne détruise pas ce que nous avons fait à Berne.

  • 30 Borgbjerg, théoricien et député social-démocrate danois.

72Borgbjerg30. -Le prolétariat, ni français, ni allemand, n’a pu empêcher la guerre. Oui il faut multiplier les syndicats, le Parti, la presse. Il faut soutenir Wilson. Il faut être réaliste et idéaliste. On nous demande de choisir entre majoritaires et minoritaires allemands. L’Allemagne a choisi. Il faut s’embrasser.

  • 31 Fritz Adler (1878-1960), fils de Victor Adler, leader de l’aile pacifiste de la social-démocratie a (...)

73F. Adler31. – La politique d’abstention ne se comprend pas.

74Thomas et Renaudel polémiquent avec raison contre les majoritaires allemands. Mais il faut critiquer les Th. et les R. de tous les pays. Tous les pays ont leur part dans les responsabilités. Le prolétariat d’Allemagne et d’Autriche n’est pas coupable. Mais l’Autriche a résolu la guerre dès la fin juillet. L’Allemagne et l’Autriche ont décidé la guerre. On a trompé les peuples d’Allemagne et d’Autriche. J’ai pu discuter à mon procès. Tout sauf la responsabilité Bolch. Je ne veux pas condamner les absents. C’est un mouvement de prolétaires. Les Tchèques réunis à Berne sont des socialistes + les socialistes nationalistes d’avant la guerre. Ils vont s’unir pour avoir la majorité aux élections d’octobre. Ils veulent garder la Bohême allemande. Le bolchevisme a été apporté en Bohême par les légionnaires qui étaient prisonniers en Russie. Le gouvernement et les partis socialistes les combattent

75Thomas, Anglais. – Toutes les nations doivent rentrer dans la Société des Nations. Vous, Allemands, vous devriez dire :

76« Oui, nous répudions le passé, nous sommes contre le militarisme. » Nous sommes, nous Anglais, contre le militarisme. Plus de fortune sur le deuil, plus de diplomatie secrète. Il faut une charte ouvrière dans la Société des Nations. Cessons donc toutes [querelles ?]. Deux dangers : réaction (et) bolchevisme, désordre. Ce congrès doit réaliser.

77Müller, Allemand. – Nous sommes contre le militarisme. Les armements et le militarisme sont les grandes causes de la guerre. Il faut la limitation graduelle des armements. Mais les Français et les Anglais. La République allemande veut désarmer. S’il y a encore une industrie de guerre, il faut un contrôle international. Il n’y a plus de militarisme allemand, nous ne ferons rien pour le remettre debout. Si nous avons une paix acceptable, il n’y aura plus possibilité de vie pour le militarisme en Allemagne. Les femmes allemandes m’aideront. Nous n’aurons plus de guerre ni dans dix ans, ni jamais. Nous remercions les Anglais de leurs paroles de conciliation et de réconciliation.

  • 32 F.M. Wibaut, socialiste hollandais, dirigea longtemps la municipalité d’Amsterdam.

78Wibaut32. – Il faut une paix de justice, droits égaux, les Parlements seront réunis, sanctions économiques, libre économie, libre échange, contrôle des détroits (international), contrôle de la production et de la distribution des aliments et des matières premières, charte internationale du travail, plus les ouvriers seront [?] plus la Ligue des nations aura de force.

  • 33 Locker ne figurait pas dans la liste des délégués ; en revanche, il fut cité comme membre de la com (...)

79Locker.33. – La Ligue des nations doit instituer un tribunal. Il parle surtout des Juifs. Sionisme.

  • 34 Edgard Milhaud (1873-1964), intellectuel socialiste français, doyen de la faculté des sciences écon (...)
  • 35 Philip Snowden (1864-1937), brillant orateur et l’un des principaux dirigeants travaillistes, prési (...)

80Milhaud34. MacDonald. Cachin. Snowden35.

81Müller. – Si le désarmement total est adopté à Paris, il sera heureux. Le désarmement complet est dans notre résolution. Nous sommes pour. Ce n’est pas une utopie, c’est une nécessité. Mais il doit y avoir une concurrence entre Ang. et All. qui mettra le plus ses forces au service de ces principes.

82Henderson.

83Cohn.

84Renaudel. – Affaires territoriales.

  • 36 Paul Mistral (1872-1932), député de Grenoble, très actif animateur du courant pacifiste pendant la (...)

85Mistral36.

86Nemec.

  • 37 Wilhelm Ellenbogen (1863-1951), médecin, député depuis 1901 dirigeant de la branche allemande de la (...)

87Ellenbogen37. – Nous réclamons le principe de libre disposition pour vous et nous. Des troupes d’occupation nous menacent. Roumaines, tchèques, serbes, elles frappent tous les citoyens. Les Tchèques arrêtent les socialistes. Dans la Hongrie grève générale pour protester contre les Tchèques. Nous avons protesté contre la guerre. Nemec a trouvé un mauvais article dans le Arbeiter Z. Nous l’avons blâmé.

  • 38 Salomon Grumbach (1884-1952), Alsacien, ancien député au Reichstag et correspondant de Vorwärts à P (...)

88Grumbach38. – Les majoritaires allemands continuent à être très isolés, même sans contact avec les indépendants. C’est leur punition morale.

89Suédois.

90Les Allemands et les Danois d’accord.

91Kautsky.

  • 39 Hermann Molkenbuhr, l’un des secrétaires du SPD, délégué au Bureau socialiste international avant 1 (...)
  • 40 Le député Albert Sudekum, social-démocrate majoritaire favorable à une politique d’expansion, s’éta (...)

92Molkenbuhr39. – Jamais nous n’avons été nationalistes. Nous avons signé en 1913 une résolution signée par [ill.]. Le voyage de Sudekum40 en Alsace-Lorraine nous l’ignorons. La brochure de Wendel. Depuis le 24 février 1918 les Allemands ont accepté les Quatorze Points. C’est à partir de ce moment qu’ils sont pour le plébiscite. Moek comprend la haine des Alsaciens-Lorrains contre le militarisme prussien. C’est comme partout en Allemagne et en Belgique. Il faut supprimer la violence et la conquête.

93Kautsky. – J’ai ri et j’ai pleuré quand j’ai vu la motion de la majorité allemande pour le plébiscite en Alsace-Lorraine. Ils l’ont toujours refusé jusqu’ici. Si le plébiscite a lieu, il donne une majorité écrasante à la France. S’il a lieu, il enlève une arme à nos nationalistes. Quant aux Tchèques, leur situation est très pénible, mais il faut en même temps comprendre leurs souffrances et réfréner leurs faims. Il faut voir l’avenir. La lutte des classes reprendra demain et dans la lutte il leur faudra l’appui de l’internationale, plus encore aux petites nations qu’aux autres. L’Amérique peut se payer le luxe d’être isolée, non la Bohême. Il faut voir l’avenir et il faut repousser.

94Mistral, contre Molkenbuhr. – Ce n’est pas vous, majoritaires allemands, qui pouviez proposer la motion du plébiscite, vous l’avez toujours refusé. Nous, nous l’avons réclamé. Nous voulons respecter notre signature.

95Hongrie (Buchinger), contre l’occupation tchèque. -Les socialistes hongrois ont été contre la guerre. Ils ont toujours été pour le plébiscite. Notre gouvernement est démocratique.

96L’esprit [?] sévit partout. Il est contre les Tchèques.

  • 41 Paul Faure (1878-1960), rédacteur en chef du Populaire, excellent orateur, était devenu l’un des pr (...)

97Paul Faure41. -Un Arménien. Liberté complète, indépendance intégrale. La conférence de Paris ne nous a pas reçus. Les Arméniens et les Géorgiens s’en remettent au plébiscite pour leurs territoires contestés.

98Géorgie. – Les syndicats d’Irlande et le Labour Party arrivent. (William O’Brien)

99Locker (Juif). – Les Juifs roumains.

100Renaudel. – l’élection sur le plébiscite.

  • 42 Josef Seliger, militant socialiste autrichien de la région bilingue de Teplice dans les Sudètes, at (...)

101Seliger42. – L’État tchécoslovaque veut réunir quatre nations. Il sera une réduction de l’Autriche et ce serait bientôt la révolution.

102Longuet. Juifs roumains.

  • 43 Ianko Sakosov (1860-1941) dirigeait la fraction « large » du parti sociale démocrate bulgare, réfor (...)

103Sakosov (Bulgare)43.

Samedi matin.

104Huysmans. Hollandais et Belges (ou Hollande et Belgique). Il n’y a pas de conflit. Certains éléments jeunes et réactionnaires de Belgique ont dit : la Belgique réclame l’annexion de la Zélande et du Luxembourg qui était à la Belgique avant 1831. Cette campagne a eu des répercussions en Hollande. La France a demandé la liberté de navigation sur l’Escaut. Il y a accord complet entre Belges et Hollandais socialistes. Si le gouvernement belge veut faire l’annexion, les trois ministres socialistes s’en iront du ministère. Je préfère que le Luxembourg et la Zélande restent hollandais, ce sont des réactionnaires. Si les L[uxembourgeois] veulent devenir Belges nous acceptons avec plaisir. Sinon, qu’ils restent ce qu’ils sont. Les Wallons et les Flamands. L’agression de 1914 a créé un sentiment de solidarité belge. Wallons, nous voulons rester ensemble. Nous avons l’esprit d’un peuple industriel. Pas de répartition administrative et politique. Nous repoussons le cadeau des Allemands. Nous ne regrettons pas notre attitude de la guerre. Si demain nous devions recommencer, nous recommencerions. Pas de conflit entre Hollandais et Belges.

  • 44 O’Sarnnon ne figurait pas non plus dans la liste des délégués officiels à la conférence de Berne ma (...)

105O’ Samnon (Irlandais)44.

106Müller. – Droit pour les indigènes de toutes les colonies. Va-t-on enlever à la République allemande les colonies ? Comme nous sommes une république socialiste, les colonies seront mieux traitées que par les impérialistes du capitalisme.

107O’Sarnnon. – L’Irlande doit être libre, indépendante, hors de la délégation.

108Mistral résume : « Il est des cas où le plébiscite ne sera pas indispensable, il en est où il sera nécessaire. »

dimanche

109Huysmans. – Entre Paris et nous il y a de graves différences. Milhaud et Renaudel disent « et Wilson ? » Réponse : « Il n’est pas seul. » Il faut une commission permanente pour exécuter les résolutions de notre congrès. Nous avons été passifs pendant la guerre. Il faut être actifs. Il faut aboutir à un congrès général qui reconstruira l’internationale. Nous n’avons pas une presse socialiste suffisante. Il nous faut des correspondants dans chaque pays. Pour agir, nommons une commission provisoire qui agira tout de suite.

110Mistral.

111Grumbach. – David et les majoritaires allemands du congrès. Il y a une contradiction entre le droit de la libre disposition et les paroles de David à Weimar.

112Müller. – Je n’ai pas une version exacte de David. Quelques Alsaciens-Lorrains ont demandé à être reçus à Weimar. On a refusé. David dit : 1’Alsace-Lorraine reste allemande tant que la consultation allemande n’a pas eu lieu et que la paix n’est pas signée. Il faut que la consultation ait lieu pour que l’état d’esprit qui était en France avant 1918 n’existe pas en Allemagne.

113Kautsky. – Si les paroles de David sont exactes, il va les condamner énergiquement. C’est une provocation inutile du reste. David est un choix malheureux. Il condamne le fait que 1’Alsace-Lorraine appartienne à l’Allemagne, puisque les peuples s’appartiennent à eux-mêmes. On a reproché aux anciens gouvernements leur politique équivoque et mensongère. Il nous faut de l’honnêteté dans la politique internationale.

  • 45 La Géorgie avait proclamé son indépendance en mai 1918 et institué une République démocratique. Les (...)

114Le Géorgien Chavichvily45. – Il faut reconnaître notre pays.

115Mistral. – Nous nous en tenons aux principes.

116Wels. – Le retour des prisonniers allemands émeut toute l’Allemagne. On a supprimé toute convention depuis l’armistice. À la grande joie des socialistes allemands, une résolution de Renaudel se prononce pour les prisonniers allemands. Va-t-on garder enfin les captifs ? Comme représentants des ouvriers, insistons pour que les ouvriers de Belgique et de France demandent la fin de cet esclavage.

  • 46 Le sort des prisonniers de guerre dans chaque camp avait suscité de vives polémiques. Les prisonnie (...)

117Eisner. – C’est un symbole qu’un Allemand et un Français aient signé la motion. En Allemagne on se prépare à protester. Moi je ne proteste pas, mais je regrette que l’esprit du peuple ne soit pas transformé plus profondément. Weimar, ville de Goethe, doit voir régner l’humanité. Il est trop tard pour protester. Devons-nous nous indigner des travaux forcés aux Allemands, lorsque les Allemands ont permis les déportations, les barbaries infligées à des Français et Belges par les barbares allemands ? Des usines et des industries ont été détruites, chemins de fer détruits. Je me représente des Français rentrant chez eux et trouvant leur pays mort. Donc je ne proteste pas. Mais l’ère nouvelle doit adoucir le sort des prisonniers partout. Ils ont cru en voir la fin. Peu après la révolution bavaroise j’ai pu me rendre compte de la torture des prisonniers français. Ils ont vu la révolution, ils ont dit c’est la liberté. Mais il y eut des difficultés de transport. Nous avons agi sans attendre les ordres de Berlin. Scènes épouvantables dans les camps de prisonniers. Il est reconnaissant à l’officier français qui l’a traduit devant les prisonniers. Les prisonniers étaient dans une agitation indescriptible. On a relâché les prisonniers. Il faut libérer les prisonniers. Leurs parents souffrent. Ce serait moins cruel de faire construire, que ce qu’ont fait les Allemands en détruisant. Si les forces de travail manquent en France, ce serait la tâche la plus honorable pour les Allemands de travailler volontairement à reconstruire. Y envoyer non seulement les ouvriers, les étudiants pour refaire, reconstruire. Que les malades, les prisonniers soient renvoyés. On a reproché à E. d’avoir plus de cœur pour les prisonniers français que pour les allemands. Il serait désireux que la Croix-Rouge s’en occupe. Puis il y a des milliers de prisonniers en Sibérie. Que l’internationale leur crie il y a espoir pour vous. Nous voulons expier les fautes dont nous sommes coupables. Aujourd’hui nous sommes libres. Nous voulons être les hommes de la vérité et de la justice46..

118Claire Richer. – Interlaken – Berne, palace Bellevue.

  • 47 Robert Shirkie faisait partie de la délégation syndicale britannique à la conférence de Berne.

119Shirkie, Écossais47. – Croit inopportune la résolution. Est-ce que les prisonniers de l’Allemagne ont souffert en Angleterre ? Non, les prisonniers étaient très bien chez nous, tandis que nos prisonniers étaient mal en Allemagne. Les Allemands ont si mal mené la guerre. C’est une insulte pour l’Angleterre.

120Renaudel. – Vous majoritaires, vous avez un ton insultant Vous avez les déportations de Lille et les ruines. Vous n’avez rien dit. Vous manquez de tact. Il faut une autre méthode, celle d’Eisner. Ni pour les responsabilités, ni pour 1’Alsace-Lorraine, ni pour les prisonniers, vous ne parlez comme il faut. Nous faisons appel à la générosité de nos peuples ; mais vous, il faut rompre avec vos méthodes.

  • 48 Zsigmond Kunfi, député socialiste, pacifiste pendant la guerre, ministre du gouvernement Károlyi, d (...)
  • 49 Oscar Jaszy, intellectuel et théoricien socialiste, animateur de journaux et de revues, fondateur a (...)
  • 50 Le général Franchet d’Esperey (1856-1942), qui allait être fait maréchal en 1921, commandant de l’a (...)

121Hongrois Kunfi48. – On oblige les fonctionnaires hongrois de tous [sic] à prêter serment au roi de Roumanie. Ministres socialistes en Hongrie : guerre, commerce, prévoyance, transports et commerce. Il faut une Suisse hongroise. Les militaires français empêchent les élections. Nous voulons sortir de la dictature pour entrer dans la démocratie. Suffrages hommes et femmes dans la Hongrie non contestée ; si nous ne votons pas, c’est la contre-révolution et l’anarchie. Charbon. 10 000 mineurs. Les mines de Pétro-Yény. (Caserne Jaurès, garde rouge). Il y a un bolchevisme importé par les anciens soldats de la garde rouge qui est revenue en Russie. Les trams de Budapest ! Nous sommes 12 millions. Si on nous ampute, il restera 5 millions hors de la Hongrie. La Roumanie réactionnaire est notre ennemie. Nous acceptons le plébiscite, car les Roumains de Hongrie aiment mieux les Hongrois que les Roumains. La bastonnade. Une commission Károlyi, Jaszy49, ministres, un représentant du Conseil national et un membre du COS. On les présente à Franchet d’Esperey50. Vous êtes donc tombés si bas. F. d’Esperey. « Nous voulons du charbon, vous avez des moulins à vent. » C’est une honte pour la France. À Károlyi, mettez-vous là, sous la lampe.

122Notes diverses prises en fin de carnet, et dans le sens contraire des pages précédentes :

  • 51 L’aventurier Paul Bolo, parfois appelé « Bolo Pacha » fut fusillé pour intelligences avec l’ennemi (...)

123Perri. Casella : l’un agent du bureau de Berne, l’autre agent du bureau d’Annemasse. Ils s’en veulent. Tous les deux fripons. Le Casella embauché par Clemenceau parce qu’il a levé le lièvre Bolo51 et parce qu’il a promis d’apporter sur le cas Caillaux des renseignements précis.

124Il y a en ce moment douze fronts en guerre en Europe.

125Autriche. – À Vienne on proclame la république. Les camarades ont songé à la dictature, et comme ils avaient faim, ils ont dit non. Les chrétiens socialistes étaient les plus nombreux. On fait de l’antisémitisme. Alors les socialistes ont fait l’union. C’est un État provisoire. Trois présidents, un pour chaque parti.

126Renner est presque président du Conseil. O. Bauer, Affaires étrangères. Sous-secrétaire d’État à la Guerre : socialiste. Tous les sous-secrétaires socialistes.

Élections le 16

127L’armée Rouge, la garde du peuple, milice socialiste [morceau de page arraché]. C’est la garantie la plus forte de la république. C’est entre les mains des socialistes. Élections. 60 % d’électeurs pour. Les Tchèques demandent un port : Hambourg, Vladivostok – le Togoland. Si l’Autriche votait mal, 40 % socialistes, il pourrait y avoir soulèvement. Personne ne songe plus à l’empereur. Il se plaint d’avoir faim. C’est un alcoolique. Le rattachement à l’Autriche a été voté unanimement par les députés en septembre. Personne ne veut une fédération danubienne, sauf les grands réactionnaires féodaux industriels autrichiens et les grands féodaux autrichiens. Les réactionnaires impérialistes sont en Suisse avec 100 millions Fribourg, et veulent unir l’Autriche et la Pologne. Cléricaux français, autrichiens, polonais essayent une fédération réactionnaire. Le Tyrol est une Vendée. L’annexion à l’Allemagne combat le prussianisme. L’Arbeiter tire 105 000. 100 000 chômeurs à Vienne. 200 couronnes valent 50 F. Caricature de [ill.]. À des 2 fils.

  • 52 Édouard Bernstein (1850-1932) s’était retrouvé avec son ami et adversaire Kautsky dans le courant p (...)
  • 53 Mathias Erzberger (1875-1921), député catholique, favorable en 1917 à une paix de compromis, dirige (...)

128Bernstein52. – Il y a encore une contre-révolution possible. Les grèves, le spartakisme effraient beaucoup. Nous allons socialiser de la misère ; déjà de nombreux patrons nous disent prenez nos industries. Il nous faut d’abord asseoir une république démocratique. Les gouvernants d’aujourd’hui n’instruisent pas plus le peuple que les autres sur les clauses de l’armistice, Erberger53 dit à l’Allemagne des choses unilatérales. De plus, les bolchevistes ont beaucoup d’argent et font une forte propagande en Allemagne. Chez eux, ils commencent à embrigader dans leur armée tous les officiers bourgeois et d’ancien régime. Si par-dessus le marché les clauses financières du traité sont excessives, ce sera encore favoriser la contre-révolution en Allemagne. Le discours de David à Weimar a été lamentable. Il devrait lire le discours de Thiers à Versailles. « Il faut être modéré et vaincu. »

Samedi 8 février 1919

1298 h Wiener. (Kunfi, Hongrois.)

Dimanche 9 février 1919

130Le Pré.

Samedi 15 février 1919

1312 h 30 Europe nouvelle. Compte rendu mandat J. -F. Lépine.

Dimanche 16 février 1919

  • 54 Célestin Philbois (1864-1929), député socialiste de l’Aube, ancien guesdiste et membre suppléant du (...)

132Troyes. Dr Rilhac d’Estissac. Philbois54, Touron des syndicats textiles. Gruyère des coopératives. Moire, Gré, Clévy. La Laborieuse 8 000 F par jour, 4 000 familles. À la pharmacie mutuelle des coopératives se réunit le conseil national de la fédération sportive (Plissard, secrétaire). 120 membres à la section. La métallurgie va se développer (métiers à tisser).

Lundi 17 février 1919

133Donné 200 F à Mlle Forsans pour le mois : 15 février-15 mars.

Dimanche 23 février 1919

134Pavillons-sous-Bois.

Mars

Samedi 1er mars 1919

13512 h 30 Rapp, rue Campagne-Première, 6 bis. Compte rendu mandat, rue Chapelle, cheminots. Verrerie ouvrière.

Lundi 3 mars 1919

  • 55 N.S. Tchkeidze (1864-1926), menchevik, ancien député de la Douma, président du soviet de Petrograd (...)

136La Géorgie : Gvarpaladji. Tchkeidze55. 37, rue Lapérouse. Tél : Passy 69. 67

Mardi 4 mars 1919

13712 h 30 M. Hammond, maison Dufayel. Les Géorgiens et la commission des Affaires étrangères ; Bonsal pour les Géorgiens.

Mercredi 5 mars 1919

13812 h 30 Le Noble 518. tel : 215.

139Tirage Humanité : 96 940

Vente à Paris 30 000
Messageries Hachette 40 655
Bibliothèques Hachette 14 330
Départ 10 000

Jeudi 6 mars 1919

140Conseil d’administration de L’Huma : Les majoritaires s’abstiennent Renaudel s’excuse. Situation financière, en décembre bénéfice 4 000 à 5 000 F.

Samedi 8 mars 1919

14112 h 30, 11, avenue Suffren, Bouisson. Suresnes compte rendu mandat Voilin.

Dimanche 9 mars 1919

14219, quai de Bourbon, Mme Lafont, 4 h.

Lundi 10 mars 1919

1432 h 30 commerçants. Garrigues. 6 h, Noble, Humanité.

Mardi 11 mars 1919

144Humanité, 11 h Rigail, 11 bis, rue Tiphaine. 12 h Chambre. Durand. Cassoulet.

145Le Parti et la police : 1o Établir les responsabilités entre l’agent d’exécution et celui qui commande ; 2° Écrire à Bunning pour lui demander l’adresse du secrétaire des agents de Londres ; 3° Rigail et la fédération de la Seine ; 4° Blanc ne pourrait-il pas rectifier ? 5° Larimian de la rue Fagon.

Mardi 11 mars 1919

14612 h 30 François. Dr Régnier, 112, boulevard Chapelle

Mercredi 12 mars 1919

14712 h 30 Hammond, hôtel Magellan, 59, avenue Marceau. 18e section.

Vendredi 14 mars 1919

  • 56 Paul Poncet (1878-1962), député socialiste de la Seine, maire de Montreuil d 1919 à 1926.

148Compte rendu mandat P. Poncet56. Les socialistes et les soldats. 4 h 30 ministère du Travail, Institut Lannelongue.

Lundi 17 mars 1919

14912 h 30 Veber, rue Royale.

1508, rue Danton, Sociétés savantes, étudiants socialistes.

Mercredi 19 mars 1919

15112 h. Chambre, Auriol. 12 h 30, déjeuner chez Blum.

Jeudi 20 mars 1919

15212 h 15 Kerneres.

Jeudi 27 mars 1919

153Grand Hôtel – hôtel Scribe – 2 h 30, Noble.

154Vente kiosques Paris.

Dimanche 30 mars 1919

155Humanité : tirage : 125 000.

156Vente Paris 31 mars : 35 000.

157Vente Paris : 31 000.

Avril

Mardi 1er avril 1919

15812 h 30 G. Normand. Seuhl. Coin avenue Victoria, place Châtelet.

Mercredi 2 avril 1919

159Le marquis de Breteuil fils d’une Américaine, lit L’Humanité, me dit Buckler. Buckler me dit que le président ayant été l’autre jour à Soissons, des soldats l’ont su : spontanément ils l’ont entouré, lui ont demandé la permission de lui parler et lui ont déclaré qu’ils étaient avec sa conception de la paix juste, et que les journalistes de Paris les dégoûtaient, qu’ils ne représentent pas la France.

Samedi 5 avril 1919

16012 h 30 Hammond, Magellan.

Dimanche 6 avril 1919

  • 57 L’assassin de Jaurès, Raoul Villain, avait été acquitté le 29 mars. Mm Jaurès, partie civile, dut p (...)

161Manifestation Jaurès57.

Lundi 7 avril 1919

162Vente à Paris : 47 650.

Mardi 8 avril 1919

163Réunion à l’Est, Grange-aux-Belles. 7 h 30, 7, rue Lalo. 12 h 30, Seuhl.

Mercredi 9 avril 1919

164(Le Havre – cheminots) rue Victor-Hugo. Seyer, 19, rue Lefèvreville. Dépôt. Vergne, 1 500 demandes de régler son service. Peut-on lui envoyer un paquet spécial ? Serait-il possible de s’entendre avec Vergne ? Il va ouvrir une boutique pour Le Prolétaire qu’ils vont créer. Il vend aujourd’hui 200 ou 300 en criant

Jeudi 10 avril 1919

165Lilite, voiture 24, place 6. Voiture 25, couchette 14, place 32.

Vendredi 11 avril 1919

  • 58 François Crucy, de son vrai nom Rousselot (1875-1958), journaliste à L’H umanité et militant ex- «  (...)
  • 59 Ce fut Raymond Lavigne (1851-1930), que Marcel Cachin avait bien connu à Bordeaux, qui proposa au c (...)

166Antibes. Compte rendu de L’Huma au congrès. 1o Crucy chez Cassat, sur Degas58. Certaines de Huysmans. Le 1er Mai ; les origines, Raymond Lavigne59. Interviews de Jouhaux, Menheim sur le 1er Mai. La grève commune. L’action commune internationale pour le 1er Mai : Angleterre, Italie, Belgique, Suisse.

Samedi 12 avril 1919

167L’Humanité à Grasse : de 5 il y a deux mois, à 30 aujourd’hui. À Grasse : 9 000 Italiens sur 20 000 habitants.

Dimanche 13 avril 1919

168Nice. Le congrès fédéral (9, rue Lascaris, Nice). Borello de Nice et L’Humanité, fait crier le journal à Nice ; 500 numéros à Nice au lieu de 58 en février ; ça leur a coûté 300 F. Barbiéri, 28, rue Saint-Joseph, lui envoyer une carte d’inspecteur en blanc ; envoyer 500 bouillons. Vie chère au dépositaire. Envoyer une carte d’inspecteur à Lorenzi à Grasse, 6 avenue des Maisonnettes.

Mardi 17 avril 1919

  • 60 Marcel Cachin ne donne donc aucune indication sur le Congrès national de l SFIO qui se réunit à La (...)

169Nice à Paris60.

Samedi 26 avril 1919

170Bercy, 5, rue de Pommard.

Dimanche 27 avril 1919

171À La Bellevilloise, les femmes. Launing a dit : le meilleur journal français c’est L’Humanité.

Lundi 28 avril 1919

172Darnétal.

Mercredi 30 avril 1919

173Maisons-Alfort. Cheminots. Salle du Pré Catelan. 21 h 21 départ gare de Lyon.

Mai

Vendredi 2 mai 1919

174Café du Globe, 9 h. CGO (Compagnie générale des omnibus). Déjeuner Aksentieff.

175Humanité : tirage : 223 000

17667 480 à Paris

Samedi 3 mai 1919

177Humanité : tirage 188 000.

178L’Union des syndicats a demandé à sa CE de se réunir, d’étudier les moyens de préparer une action qui ne serait pas inférieure à celle du 1er Mai. Herbert était de cet avis.

Lundi 5 mai 1919

  • 61 La manifestation du 1er Mai, interdite par le gouvernement, a été marquée par des incidents violent (...)

1795 h, les obsèques de Lorne61.

Mardi 6 mai 1919

180Rentrée de la Chambre.

Mercredi 7 mai 1919

  • 62 Pierre Dormoy (1876-1970), conseiller de Paris pour le 12e arrondissement et candidat aux élections (...)

181Dormoy, rue Bignon, tram à la Bastille : Bastille-Charenton62.

Jeudi 8 mai 1919

1828 h, 7, rue Lalo.

Vendredi 9 mai 1919

18312 h 30, Crillon, Noble. Ahmed Sakka, docteur en droit, Tunisien. Dîner hier Th. Barclay. Wilson.

Samedi 10 mai 1919

184Montluçon.

Dimanche 11 mai 1919

  • 63 Zaghloul Pacha (1860-1927), ancien ministre, dirigea la délégation nationaliste égyptienne à la con (...)

185Zaghloul Pacha63.

Lundi 12 mai 1919

  • 64 Liang Qichao (1873-1929), en pinyin, homme d’État et réformateur chinois, un des « pères spirituels (...)

186Ministre des Finances de Chine, M. Liang-Chi-Chao, 11 h matin64, 8, rue Monsieur.

Mardi 13 mai 1919

187Mme Clauzel, 6, rue Dufrénoy, 16e 12 h 30. Breteuil, Passy 51. 01, 2, rue Rude. Guiraud. Les trois dames de la Croix-Rouge de Montpellier, femmes d’avocat, du procureur, d’un industriel et les trois nègres de l’hôpital Bénévole (la visite inopinée).

Mercredi 14 mai 1919

1888 h 30 douaniers, 19, rue Blanche.

1899 h mandat, J. -F. Lépine.

Jeudi 15 mai 1919

  • 65 L’École marxiste était une nouvelle tentative en vue d’instituer une école de formation socialiste, (...)

19012 h Humanité, Bourbier, Maréchal. Les cheminots. 6 h Humanité. 9 h École marxiste65.

Vendredi 16 mai 1919

1917 h 45 Crillon.

Samedi 17 mai 1919

192Saint-Junien. 1 000 membres à la coopérative : 100 000 F par mois. L’Union syndicale ouvrière : Lavergnes. L’avenir du Centre-Ouest (Berlaud). La ganterie coopérative de Saint-Junien. Les gants sont faits avec de la peau de chevreau ou d’agneau qui n’ont pas mangé d’herbe. Les grands marchés sont : chevreaux : Valence (et Espagne) ; agneaux : Toulouse ; Poitou ; Espagne.

Dimanche 18 mai 1919

193De Limoges à Paris.

Lundi 19 mai 1919

194André Germain. 12 h 30 Lilite hôtel. 10 h photographe américain, 4, rue Ordener. 3 h Kerensky devant la Chambre.

Mardi 20 mai 1919

19512 h 30 Cassat. 11 h Humanité Zaglhul Pacha. 7 h 30 restaurant des Sociétés savantes. 8 h 30 association égyptienne.

Mercredi 21 mai 1919

  • 66 André le Trocquer (1884-1963), avocat et journaliste de L’Humanité où il tenait la rubrique municip (...)

196Grand-Montrouge, 8 h 30. Ècoles du Centre. Liang-Chi-Chao, 8 h Chinois. 6 h Trocquer, Sellier66. 12 h 30, Blum. Théodoli.

Jeudi 22 mai 1919

19712 h 30 Bedford. Breteuil.

Dimanche 25 mai 1919

198Nîmes – Les arènes.

Mardi 27 mai 1919

19911 h Mac-Donald.

Jeudi 29 mai 1919

2003 h les veuves et les mutilés de la guerre, rue de Valois. Vente Paris : 44 500. Banlieue : 29 700.

Vendredi 30 mai 1919

2017 h 30 : Crillon.

Juin

Lundi 1er juin 1919

202Tourcoing. Départ 7 h 55. Manifestation en ville.

Mardi 3 juin 1919

203Jeunesse du 13e 7, rue Fagon.

Mercredi 4 juin 1919

  • 67 Henri Barbusse (1873-1935), encore directeur littéraire du Populaire et auréolé par le succès du Fe (...)

204Déjeuner Barbusse. Téléphone Gob. 18. 3067. Le Trocquer de 6 à 7.

Jeudi 5 juin 1919

20512 h 30, 3, boulevard Suchet. Tram 15 Muette-Taitbout.

Samedi 7 juin 1919

206Saint-Nazaire.

Lundi 9 juin 1919

207Saint-Ouen. Coq de la Maison blanche, 12, rue de la Chapelle.

Vendredi 13 juin 1919

  • 68 Cette belle description de la Bretagne et la double référence à Renan et Lannenais peuvent être mis (...)

208La Bretagne est une création de la mer. C’est la mer qui l’a sculptée ; c’est son chef-d’œuvre. Des colons conquérants vinrent de Grande-Bretagne à la fin du Ve siècle apportant à la Bretagne le tempérament insulaire ; pays morcelé, divisé, individualiste, pendant des siècles ; d’où leur incapacité, comme celle des Irlandais, à se grouper. Mais cet individualisme a été leur force. Il a créé des révolutionnaires, Renan, M. Lamennais68.

Mercredi 18 juin 1919

209Compte rendu mandat, Épinettes.

Samedi 21 juin 1919

210Paimpol.

Dimanche 22 juin 1919

21110 h matin rapide Calais, descendre Clermont. Auto. Montataire. Calais.

Lundi 23 juin 1919

21212 h 30 Noble, Crillon.

Jeudi 26 juin 1919

213Creil. Bourgoin, 1, boulevard Saint-Michel, tél : Gobelins 29. 69. 3 000 orphelins au 18e. 800 à la Chapelle Goutte-d’Or. À peu près un quart sont inscrits pour toucher quelques sommes mensuelles à diverses œuvres : la fraternité américaine là-dessus a les deux tiers. Pension de veuve : 800 F + 300 F par enfant. La veuve reçoit la pension dans quelque condition que soit mort son mari. On le lui a pris : il est mort, on lui doit réparation. La fraternité américaine donne 15 F par mois à 200 enfants dans le 18e. 4, 5, 6, Belfort et Alsace [ill.] . 13, Alais. 20, Nord.

Juillet

214Grangemaure, 36, cours Torcy : 182 F. Mouchet, 27, rue Véron.

Mardi ¡"juillet 1919

215M. Duret pense que les Turcs et les Arabes sont irrémédiablement perdus s’ils ne modifient pas le statut social de leurs femmes. La femme musulmane est laissée dans l’état de bassesse le plus défavorable. Elle ne pense ni ne travaille : elle est vendue par son père à son mari ; veuve, elle passe sous la tutelle de son beau-frère ou de son cousin, d’un homme de sa famille. La moitié de l’humanité musulmane vivant ainsi, voilée, esclave, c’est toute la race qui s’en ressent. L’Arménien ou le Grec, en face de cela, l’emporteront toujours, car leurs femmes les aident en égales dans le commerce et le ménage et toutes les occupations de la vie, l’éducation des enfants et les préoccupations générales. Pour les Égyptiens, ils se sont aussi livrés à des excès contre les Arméniens dès le début de leur mouvement récent. Les Anglais au contraire, en Égypte comme aux Indes, ont toujours favorisé l’élément populaire contre les castes dominatrices de ces pays, d’où leur force colonisatrice.

Jeudi 3 juillet 1919

216Barbusse, 10, Albert-de-Laparent. 3, boulevard Suchet (V. Hugo).

Vendredi 4 juillet 1919

217Audincourt (section 700 membres). Belfort. 500 Humanité.

Samedi 5 Juillet 1919

218Mulhouse. Le paysan alsacien est avec son curé ; il a gagné beaucoup d’argent pendant la guerre. Le Mulhousien est frondeur ; le Kaiser n’est jamais venu à Mulhouse. La bourgeoisie protestante de Mulhouse est riche, égoïste, républicaine depuis longtemps ; le peuple ne parle pas français mais un patois alsacien savoureux.

Mercredi 9 juillet 1919

219Compte rendu de mandat.

Samedi 12 juillet 1919

220Poussif, maire adjoint du 11e. 12 h 30 M. Duret, Marguery.

Vendredi 18 juillet 1919

221Dîner des socialistes des États de l’ancienne Russie : Azerbaïdjan, Ciscaucasie, Géorgie, Arménie, Caucase du Nord, Ukraine, Kouban’, Russie blanche, Lettonie, Lituanie, Estonie.

Samedi 19 juillet 1919

  • 69 André Marty (1886-1956), officier mécanicien, en poste sur le Protet, envoyé avec une partie de la (...)

222Marty voulait se mettre à la disposition du mouvement révolutionnaire de France qu’il croyait près d’aboutir69.

Dimanche 20 juillet 1919

223Seclin. 8 h gare du Nord-12 h 35 arrivée Lille.

Mercredi 23 juillet 1919

  • 70 Après l’échec de la conférence de Berne (février 1919), une commission internationale préparait une (...)

224À la réunion de la commission de jeudi soir, Renaudel propose un texte sur la Russie. Ultimatum insupportable. Adler et MacDonald, Hilferding et Renoult lui répondent. On vote : 12 Renaudel, 7 contre70. Mais avec Renaudel, les allogènes, les petits peuples qui sont nationalistes avant d’être socialistes et contre lui toutes les grandes nations. Alors le lendemain matin vendredi, comprenant que la scission était menaçante, Huysmans se déclare prêt à renoncer au texte de Renaudel ; et on propose de se rencontrer sur le texte des Anglais. La conséquence serait grave si les positions actuelles étaient maintenues ; si la IIe Internationale tourne à droite, elle est morte. Si au contraire sur cette question russe nous avons la majorité, la possibilité reste d’un rapprochement avec la IIIe. Huysmans me dit que les ouvriers belges sont dans un tel état d’esprit que Vandervelde est à leur gauche ; pour lui, Huysmans, il n’a pu faire une politique de gauche.

Vendredi 25 juillet 1919

Dimanche 27 juillet 1919

225Nevers. 7 h 40 gare Lyon, départ 3 h 27, arrivée 11 h 10.

  • 71 Boris N. Kritchevsky (1866-1919), militant menchevik très connu dans les milieux européens, corresp (...)

226Pour Kritchevsky71, les Ukrainiens veulent à tout prix leur indépendance. Les Russes refusent de la leur accorder. Cependant les Ukrainiens sont tous partisans des Soviets ; ils les ont réalisés. Ils ont dit aux bolcheviks : respectez notre indépendance et nous serons avec vous. Mais en ce moment les bolcheviks refusent de les entendre, ils sont en guerre contre les Ukrainiens qui sont aussi en lutte contre les Polonais et contre Denikine. On se bat beaucoup et durement Le désordre est à son comble en Ukraine. Et les pogroms nombreux. Le statut de la terre : on a donné 13 hectares à chaque paysan à condition qu’il les travaille lui-même et il peut les transmettre à son fils aux mêmes conditions.

Lundi 28 juillet 1919

2278 h Aymes, Chope flamande.

Mardi 29 juillet 1919

2288 h. Sturm. Légation suisse, 51, avenue Hoche, avant 4 h.

Mercredi 30 juillet 1919

229Roubaix. Fiers – Dr Despres – Plateaux – H. Lefebvre.

Jeudi 31 juillet 1919

  • 72 La cérémonie en hommage à Jaurès et aux victimes de la guerre réunit plus de 6 000 personnes au Tro (...)

230Jaurès, Trocadéro72. Le réveil arabe est général. Tous les peuples ont obéi à la voix de Wilson même après que Wilson a fait faillite personnellement. Nous déjeunons à Lucerne au Statenhof avec l’émir. Il nous dit : les Anglais ont mis la main sur la Mésopotamie. Pourquoi ? La Syrie et la Palestine (5 000 000 habitants) continuent à réclamer leur indépendance complète. Après qu’on la leur aura assurée, ils demandent le droit de choisir une puissance qui aura le mandat ; cette puissance ne devra pas avoir de dettes, être riche, et n’être pas colonisatrice. À cette puissance, ils demanderont des capitaux et des techniciens qui d’ailleurs resteront à leur choix. Mais ils conserveront l’indépendance politique complète. Les Syriens et Palestiniens ne veulent pas être réunis au Hedjaz. Au Liban seuls les maronites (300 000) dans la proportion des deux tiers (Chekir Ganem) veulent être français. Ce sont des mendiants des régions pauvres et d’âme du Moyen Âge. Pourquoi avons-nous perdu la confiance des Syriens ? En raison de notre action en Tunisie et en Algérie. De même pour les Anglais après leur conduite en Égypte. La vraie politique à faire en Orient c’était pour la France de reconnaître les droits politiques complets aux pays ; alors ils nous auraient ouvert cordialement leurs frontières pour notre expansion économique et culturelle.

Août

Vendredi 1er août 1919

  • 73 La conférence de Lucerne fut à nouveau l’occasion de contacts qui permirent à Cachin, intéressé dep (...)
  • 74 L’Internationale syndicale venait d’être créée (juillet 1919) à Amsterdam. Elle regroupait 14 pays (...)

231Paris-Bâle. Lucerne73. Haase demande qu’on se réunisse deux jours avant la Suisse ; Grumbach propose de se rencontrer chez lui. À cette conférence de l’internationale, des sections nouvelles nées de la guerre et de la désorganisation des anciens empires, admises irrégulièrement, vont décider de la vie de l’internationale. Jusqu’ici une seule Internationale. Aujourd’hui trois : politique, syndicale, coopérative. Or les deux dernières tendent de plus en plus à l’autonomie. Les garderons-nous en partie chez nous comme aujourd’hui ou deviendrons-nous seulement politiques ? Quitte à agir en commun à de certains moments déterminés74 ?

Samedi 2 août 1919

  • 75 Les origines du sionisme sont rapidement rappelées par Alain Dieckhoff, « Les trois combats du Sion (...)
  • 76 C’est-à-dire du chef militaire allemand, symbole de la réaction militariste, particulièrement détes (...)
  • 77 A. Crispien, dirigeant de l’USPD (sociaux-démocrates minoritaires d’Allemagne).

232Lucerne. Hôtel des Balances. L’un des traducteurs allemands est un sioniste75 ; un autre est un ancien correspondant de presse de Ludendorf76. Crispien77. Hilferding.

Dimanche 3 août 1919

233Lucerne. Kursaal. Sacerdot, correspondant Avanti. L’incident de Kay soulevé par Vandervelde. Un certain Rapp envoie des dépêches et lettres sur l’A.

Lundi 4 août 1919

  • 78 Henderson, MacDonald, Snowden et les plus connus des responsables travaillistes ont en effet été ba (...)

234Lucerne. Hilferding. MacDonald nous dit que la représentation du Labour Party à la Chambre des communes est sans prestige78.

235Le Labour Party a été décapité aux élections et les préjugés subsistent encore forts en Angleterre contre les socialistes et l’ILP. Il ne serait pas élu aujourd’hui plus qu’en décembre 1918.

Mardi 5 août 1919

236Lucerne. Hôtel national. Réchid Safvet Bey, délégué des Ottomans. Émir Chekib Arslan du Hauran, 12 h. Le Labour Party pratique la lutte de classes sans la reconnaître. Pourquoi Haase est-il à bout ? Il est malade nerveusement. Kautsky a fui l’Allemagne et s’est réfugié à Vienne. Il est contre l’attitude des Sudètes allemands ; et il est à la veille de faire le geste de Bernstein qui est allé aux majoritaires. Il est pour la démocratie formelle et théorique.

Mercredi 6 août 1919

237Hilferding prétend que sur les 5 millions et demi de syndiqués allemands, ils auront bientôt la majorité. Crispien a très peu d’autorité et de solidité de doctrine. MacDonald me dit que jamais plus il ne consentira à discuter avec Renaudel ; il ne répond jamais oui ou non ; il prend la parole péremptoirement tout le temps et à tout propos. (Taponnier de ¡’information.)

Jeudi 7 août 1919

238Lucerne. À la séance de nuit de la commission MacDonald et Adler s’élevèrent vigoureusement contre Renaudel et contre l’ultimatum qu’il voulait envoyer aux bolcheviks (cf. 23 juillet).

Vendredi 8 août 1919

239« Pour l’ouvrier allemand, l’organisation est sa patrie. C’est pourquoi les majoritaires ont eu grand succès aux élections de décembre, mais maintenant les indépendants ont aussi leur organisation et on y vient de plus en plus », dit Hilferding.

Samedi 9 août 1919

  • 79 Amédée Dunois (1878-1945) entré à L’Humanité en 1912 fut secrétaire général de ce journal d’octobre (...)

240(Donné 300 F à Dunois79, les réclamer à L’Humanité.) Mme Buxton demande ses photos – Vienne et les statistiques – sur le cheptel allemand.

Dimanche 10 août 1919

241Styczynska-Mannheim. Garami typo hongrois, ministre anti-Béla Kun. Hilferding reçoit des protestations par dépêches de tous les coins de l’Allemagne contre sa participation à la conférence.

Mardi 12 août 1919

242Signé le bail de Daval : 1 650 + 350 F pour le calorifère sauf quand il ne marchera pas. Mme Clerc a reçu la dernière commande (4 000 chemises) de l’intendance pour l’atelier.

Mercredi 13 août 1919

243Paimpol.

244Duret : en peinture, le mouvement commencé en France par Courbet et continué par les impressionnistes est historiquement capital. Pour la peinture, il est aussi important que celui des Hollandais primitifs ou des Italiens, ou de n’importe quel autre dans l’histoire de la peinture.

Vendredi 15 août 1919

245Tréguier. Perros-Guirec.

Dimanche 17 et lundi 18 août 1919

246Paimpol.

Mardi 19 août 1919

247Paris.

Dimanche 24 août 1919

248Clamart, 18e section.

Lundi 25 août 1919

  • 80 La Victoire était le journal de Gustave Hervé (La Guerre sociale avant 1916) dont la dérive nationa (...)

24912 h 30 Marguery. Action française, tirage fin juillet, 70 000. France libre, tirage fin juillet, 18 000. Victoire80, tirage fin juillet, 45 000.

Samedi 30 août 1919

250Lyon, 6e arrondissement. Unitaire, rue Boileau. Hôtel Piolet, en face les Brotteaux.

Dimanche 31 août 1919

  • 81 Monet, conseiller municipal socialiste de Lyon (7e arrondissement de 1912 à 1919).

251Bourgoin. Monet, conseiller municipal de Lyon81.

Septembre

Samedi 6 septembre 1919

252239 kilomètres Caen-Saint-Lazare-2 h 50, arrivée 7 h 14. Départ Caen 6 h 56-arrivée Paris 11 h 50 : Paris-Mantes-Bueil-Evreux-Bernay-Lisieux. Caen : Humanité, dépositaire : 362-Gare : 76 = 438. Lisieux : Humanité, dépositaire : 33-Gare : 22 = 55.

Dimanche 7 septembre 1919

253Paris-Méru. 5 h 10-6 h 14-départ Méru 3 h 35. Arrivée Paris 6 h 45. Qui terre a guerre a. La haine de l’Amérique pour l’Angleterre.

Mercredi 10 septembre 1919

254211 pour le sectionnement Paris. 213 contre. 12 h 30 Louis Sellier. 6 h 30 Blum. 7 h Mme Forsan. 9 h atelier.

Jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 septembre 1919

  • 82 Cachin présida, comme à l’accoutumée, une séance de ce congrès et prononça une allocution dans laqu (...)

255Congrès du Parti. Paris82. La Grande Revue, un paradoxe colonial.

Mardi 16 septembre 1919

256Tout ce qui a été fait pendant la guerre dans la Loire l’a été par les organisations (comité d’action).

Mercredi 17 septembre 1919

  • 83 Alfred Farinet (1887-1937), ouvrier monteur aux PTT et militant de l’ancien courant minoritaire, im (...)

257Idéal Cinéma, avenue Jules Ferry. Malakoff, les halles, descendre place des Ecoles. Malakoff (Farinet)83. La Loire. Dix coopératives socialistes de boucherie dans la Loire ; 8 000 F pour le Parti. Les patrons ont fondé des coopératives pour les non-ouvriers. Les camarades vont financer tous ces organismes qui ont poussé pendant la guerre. Coopérative verrerie à Rive-de-Gier.

Jeudi 18 septembre 1919

258Loire. Quatre équipes à la réunion par dimanche. 16 réunions par dimanche. 30 groupes – 1 500 cartes. Bonnes relations avec la Bourse du travail de Saint-Etienne. Coopératives, les mineurs : Union coopérative des mineurs – 3 millions d’affaires – syndiqués.

Samedi 20 septembre 1919

259Firminy. Mines de la Roche-Molière. Aciéries et forges de Firminy. Établissement Jacob Holtzer à Unieux. Mines, aciéries. Faure, secrétaire du groupe. L’Ètoile blanche. Zanzibar. Alimentation stéphanoise. Docks foréziens. Société du casino. Établissement économique.

Dimanche 21 septembre 1919

260Saint-Étienne (150 000 habitants). Bourse du travail, cours Victor-Hugo. L’Avenir social, en face coopérative. Saint-Chamond : 13 kilomètres de Saint-Étienne, lacets. Salle des conférences 2 h. La Tribune : 110 000 numéros. 20 000 mineurs syndiqués sur 22 000. Métallurgistes peu syndiqués. Passementiers (Pirache), petits patrons, ils n’adhèrent pas au Textile, syndicats très puissants. Coopérative 8 millions affaires par an. Vialet, président ; Raffréna, Gonet, assistant. Restaurant coopératif des ouvriers de la manufacture d’armes de Saint-Eienne. Houille : 3 millions et demi de tonnes, 31 concessions en activité. Verrerie, Rive-de-Gier. Fer, acier, construction : 300 000 t. brutes, 200 000 ouvrés [ill.] . Armes. Tissage de soie, rubanerie, lacets, cordons, galons, passementerie (30 000 ouvriers). Roanne – tissage coton et soie, teinture, laine.

Mardi 23 septembre 1919

261Robespierre. Le gouvernement de la Révolution est le despotisme de la liberté contre la tyrannie. Le mot dictature a des effets magiques.

Vendredi 26 septembre 1919

26212 h 30 Sembat. Ricard.

Samedi 27 septembre 1919

2636 h 40-8 h 15 Valence-Saint-Vallier. 4 h 39-5 h 23. Charles, voiture 4, place 13. Couchette 5, voiture 5. Romans, 23 Huma. Saint-Vallier, 5. Valence, 30, plus les gares. Drôme : 40 groupes, 1 100 cartes, un conseiller général, un député.

Dimanche 28 septembre 1919

264Saint-Vallier-Saint-Uze-Torin, Saint-Vallier a toujours été en avant dans la Drôme. Valette, Maire. Ouvriers céramistes, qui boivent. Estève, Martin, instituteurs. Dorel.

Lundi 29 septembre 1919

265Antibes. Vu M. Pastours. Remis 500 F + 50 à Doudon. Charles fera : cinq heures français, cinq heures allemand, quatre heures latin, trois heures histoire-géo, deux heures dessin, deux heures géométrie et arithmétique. M. Haye me dit qu’il fait grand appel à la mémoire des élèves. M. Haye : beaucoup de grammaire et analyse. César, commentaire : 400 lignes. Deuxième livre Ènéide : 200 vers. Le Cid. Les auteurs contemporains. La tante veut me faire voir Laugier. Le collège de filles prépare le bac.

Octobre

Mercredi 1er octobre 1919

266L’Humanité a gagné 180 000 F dans les six derniers mois. Les recettes de L’Humanité (brutes) : juin : 435 000 F. Juillet : 396 000 F, mais depuis un peu de baisse. Augmentation papier : 36 000 F. par mois. Augmentation Hachette : 27 000 = 63 000. Nous tirons six tonnes papier par jour.

Jeudi 2 octobre 1919

267Jeunesse socialiste et section Saint-Denis. Théâtre municipal.

Vendredi 3 octobre 1919

26812 h 30, Goude, les Égyptiens. 2 h 30, Michelet à la Chambre.

Samedi 4 octobre 1919

269Valenciennes. 10 h 40 gare Nord. Salle des Académies. Basset-Kohler. Stevenard. Delcourt. Ponsard. Delannoy. Blémond. Trocmé, secrétaire, maison des syndicats de l’arrondissement de Valenciennes. Métallurgistes : 20 000 peu organisés. Mineurs, organisés.

270Les Allemands ont enlevé la laine de tous les matelas. Les Anglais sont presque aussi impopulaires que les Allemands dans le Nord par leur sans-gêne, ils détruisent et brûlent. Dans le Nord, à côté de l’Office de la reconstruction industrielle de la région s’est créé un officieux comptoir central d’achats à gros scandales en perspective.

Dimanche 5 octobre 1919

  • 84 Francis Lefebvre (1871-1956), ouvrier mineur et coopérateur, député (1914- 1932) et maire socialist (...)

271Denain. Le 25e anniversaire de la section de Denain. Lefebvre, 109, rue Charles-Fournier84. Trocquenet. Dupont. Fréalle. Cerezo. Mimot. À Denain, ni gaz, ni eau. Les ouvriers vont travailler aux fossés, à la reconstruction industrielle, à 12, 50 F par jour et refusent de travailler chez les cultivateurs qui ne payent pas ces prix et laissent leurs champs en friche. Le Nord est toujours aussi propre : les corons des mineurs avec le poêle dans la salle et la cafetière sur le poêle. Les propriétaires triplent leurs loyers ; pas de loyers aux veuves. 59 candidats dans le Nord. On fait voter dans toutes les sections sur les 59 et les 23 premiers sortiront.

Lundi 6 octobre 1919

2729 h Garrigues. Union des groupes. Choix du candidat.

Mardi 7 octobre 1919

  • 85 Paul Bazin (1890-1956), militant socialiste, ancien soldat blessé et démobilisé, minoritaire.

273Rouen. P. Bazin, au casino rouennais85. Petit-Quevilly : 4 kilomètres de Rouen, 17 000 habitants. Tissages mécaniques, Société normande de produits chimiques, Compagnie bordelaise de produits chimiques, Société anonyme des filatures et tissages Pougar-Quertier. Les néo-majoritaires, 80 voix. Les anciens majoritaires, 55 voix. Au congrès pour la désignation des candidats, Poisson-Tilloye très contestés au congrès.

Jeudi 9 octobre 1919

274Saint-Denis-La Plaine, salle des fêtes.

Samedi 11 octobre 1919

2755, rue de Torcy, A. Blanc. 7, rue Jomard, au bout rue Riquet.

  • 86 Jean Martin (1863-1924), comptable, militant socialiste, maire adjoint et conseiller général de Vit (...)

27618e rue Sainte-Isaure. descendre Joffrin. Jean Martin vient me voir à L’Huma : « m’autorisez-vous à proposer votre candidature à Ivry » ?86. Je lui réponds que je lui demande à réfléchir.

Dimanche 12 octobre 1919

277Fédération de la Seine, meeting, Grange-aux-Belles. À 1 h je réponds à Martin : je vous autorise.

Mercredi 15 octobre 1919

  • 87 Eugène Fiancette (1881-1949), cocher de fiacre, syndicaliste et socialiste, conseiller de Paris (qu (...)

278Fiancette87, Sembat 12 h 30, Groussier chez Sembat. Premier comité secret, vendredi 16 juin 1916. Neuf comités secrets : trois en 1916, six en 1917.

Jeudi 16 octobre 1919

27914e arrondissement. Codevieille.

Vendredi 17 octobre 1919

  • 88 Gabriel Ellen-Prévot (1877-1952) agrégé de lettres et député sortant de Toulouse (1910-1919). Alber (...)

280Daval 12 h 30, Prunier. Frossard me demande d’aller arbitrer la Haute-Garonne. Ellen Prévot me répond : Non ! rien à faire : pour arriver il faut que nous nous présentions hors de la liste Bourthomieu. Du reste, Bedouce refait une section toulousaine : c’est fait ; il se présente avec le programme du Parti, lui et les deux sortants. De plus ce qui aggrave tout, c’est l’attitude de Rieu, maire de Toulouse, qui veut être candidat. Ce qui fait quatre candidatures au lieu de deux qui à peine passeront88.

Samedi 18 octobre 1919

28119e rendez-vous rue des Alouettes.

Dimanche 19 octobre 1919

  • 89 Jean Ripert. S’agit-il de l’avocat, ancien député républicain modéré de Marseille ou du fils des Ri (...)

282Jean Ripert89, 29, rue Legendre, Paris 17e.

Mercredi 22 octobre 1919

283Dans les trois derniers jours : 174 000 Huma à Paris. En trois jours : 58 000 par jour.

Samedi 25 octobre 1919

2846 h 45, café de Versailles-Huyghen.

Novembre

Lundi 3 novembre 1919

285Vente : 193 000. 135 000 dans ces trois derniers jours, 45 000 par

286jour.

Mercredi 5 novembre 1919

2879, rue Blanche.

Dimanche 9 novembre 1919

288Èlection dans le pays du lait : le gruyère. On donne 1 F aux paysans du Jura, Doubs, Ain, Savoie, Haute-Savoie par litre de lait. Les députés républicains de ces régions ont voulu réserver un peu de lait aux villes à meilleur compte ; ils ont voulu que l’armée réquisitionne à bon compte des fromages. Alors les paysans, riches et cossus, ont écouté les réactionnaires qui faisaient la grande démagogie contre les députés républicains, qui ont été balayés par les catholiques.

Mardi 11 novembre 1919

28912 h 30 Sembat.

Jeudi 13 novembre 1919

  • 90 Marcel Cachin fut réélu député ainsi que Groussier, Sembat et Vaillant-Couturier : il obtint le mei (...)
18e90
Cachin 23 862
Groussier 23 657
V. Couturier 23 540
Sembat 23 517
Rouaud 23 494
Renould
Faure
23 464
23 495

290Soit 1 782 voix majorité sur le premier de la liste du Bloc.

Vendredi 14 novembre 1919

29118e : Bernard 22 080

292Ch. -Goyon 21 916

293[Chasseigne -Goyon]

Samedi 15 novembre 1919

2941 h 12 Saussure.

Lundi 17 novembre 1919

  • 91 Willem Hubert Vliegen était le président du parti ouvrier démocrate des Pays-Bas, rapporteur désign (...)

295Vliegen91 vient me voir à la Chambre. Il vient de Berlin. La République allemande est menacée par la réaction monarchiste, si l’unité ne se rétablit pas. Kautsky y est favorable, Hilferding aussi et de nombreux indépendants. Est-ce que les socialistes français n’ont pas intérêt à cette unité ? Si les militaires et les réactionnaires allemands reviennent au pouvoir, c’est l’esprit de revanche dominant l’Allemagne, surtout si on tente d’annexer la rive gauche du Rhin. Dès lors, il faut l’unité allemande à tout prix. Et si les socialistes français le voulaient, ils pourraient servir d’intermédiaire et obliger les deux partis allemands à se faire des concessions réciproques. Je réponds à Vliegen : si la suggestion nous en vient des indépendants d’Allemagne, nous pourrons examiner la question. Nous convenons d’y réfléchir et de nous revoir vers le 8 décembre.

Vendredi 21 novembre 1919

  • 92 Joszef Pilsudski (1867-1935), un des fondateurs du parti socialiste polonais, avait évolué vers le (...)

296Vu Lieberman, député socialiste polonais, Grand-Hôtel. Pilsudski92

297veut la paix avec les bolcheviks. Il retient ses troupes malgré l’entente. Mais trotsky n’a pas confiance en lui et combat les polonais, probablemant parce que juif. Malgré la Diète, malgre Dmowski, malgré la réaction, pilsudski s’appuie sur les socialistes. Or il faut que les socialistes

298français et anglais appuient la politique de paix avec la Russie. Longuet, MacDonald et moi ne pourrions-nous pas aller en Pologne, en Russie pour négocier cette paix avec les bolchevicks ? Les bases concrètes nous en seraient formulées par les Polonais ?

Mardi 25 novembre 1919

29915e Saint-Charles. Métro Beaugrenelle, ligne n° 8. 19e Amérique. rue Compans. Botzaris.

Mercredi 26 novembre 1919

300Delépine.

Jeudi 27 novembre 1919

  • 93 Jean Colly (1858-1929) ancien cheminot et député socialiste de la Seine (1910-1914) se présenta dan (...)

301Colly93. Hres. Saint-Gervais. (Ferretti : 24, rue Saint-Sébastien.)

Vendredi 28 novembre 1919

  • 94 Téneveau, militant socialiste du 20e arrondissement.

30220e, avenue Gambetta, 151-Téneveau94.

  • 95 Jean Gauchery (1872-1957), employé de commerce, coopérateur, syndicaliste et militant socialiste du (...)

30312e. Gauchery95, 88, rue Michel-Bizot métro Daumesnil, angle avenue Daumesnil. Gambetta. Père-Lachaise. Nation.

Samedi 29 novembre 1919

30412e, 40, boulevard Diderot. 19e, 119, rue Bolivar. 18e, Ph. Girard. Erckmann-Chatrian.

Décembre

Lundi 1er décembre 1919

305L’Humanité reparaît.

Mercredi 3 décembre 1919

306Belleville, 16, rue Julien-Lacroix, métro Couronnes. Lucien Barrière, 11, rue d’Hautpoul, 19e (Kérity-Paimpol). L’Humanité : vente à Paris 56 000 – mardi et vendredi.

Jeudi 4 décembre 1919

307180, rue Michel-Bizot.

Vendredi 5 décembre 1919

  • 96 Louis Jégou (1862-1954), militant de la fédération de la Seine, candidat dan le 13e arrondissement, (...)

30820e, rue Pelleport 166. Métro Place des Fêtes. 13e Jégou, 5, rue Damesme96.

Samedi 6 décembre 1919

309Grenelle. Rue Rouelle. Métro Dupleix. Rue Viala. Quinze-Vingts. Grenelle. 11, rue Lacordaire. 8, rue Charles-Baudelaire (gare Lyon).

Lundi 8 décembre 1919

310Ouverture de la Chambre.

Mercredi 31 décembre 1919

311Le budget de L’Humanité est de 500 000 F par mois. Tirage au 24 décembre 212 000, soit 66 000 Paris, 100 000 Hachette ; 30 000 bibliothèques ; 13 000 départements (abonnés). Nédelec, 23, rue Partonneaux, Menton. « Il s’imagine que les femmes ont des préférences, elles n’ont que des contradictions. »

Notes

1 Joseph Paul-Boncour (1873-1972), l’ancien député et ministre socialiste indépendant, devenu officier, avait adhéré en 1916 à la SFIO, convaincu par l’engagement patriotique de celle-ci et par la nécessité d’une organisation internationale du monde pour sauver la civilisation. En 1919, il fut notamment l’avocat de la partie civile dans le procès de l’assassin de Jaurès.

2 Marcel Cachin se consacrait entièrement au relèvement de L’Humanité, dan une situation financière difficile (divers témoignages dans Lucien Roland, Carnets, op. cit.).

3 Norman Angell (1874-1967), pacifiste britannique, favorable à l’institution de la Société des Nations, futur prix Nobel de la paix (1933).

4 Mathias Morhardt (1863-1939), vice-président et ancien secrétaire général de la Ligue des droits de l’homme (1898-1911), rédacteur au Temps, fondateur en 1916 avec Michel Alexandre et Charles Gide de la Société d’études documentaires et critiques sur la guerre, animait le courant « minoritaire » de la Ligue des droits de l’homme.

5 Peut-être Alfred Roll (1846-1919), peintre officiel de la République, idéologiquement à gauche, et président national de la Société des beaux-arts, mais beaucoup plus vraisemblablement Guy Rol, publiciste, administrateur de L’Europe nouvelle dont Louise Weiss évoque le « passé orageux » et les « basses besognes de presse » (Louise Weiss, Mémoires d’une Européenne, op. cit.).

6 André Morizet (1876-1942), journaliste et militant socialiste, venu des milieux favorables au syndicalisme révolutionnaire (Le Mouvement socialiste), avait été le collaborateur d’Albert Thomas au ministère du Ravitaillement. Élu à la CAP comme majoritaire en 1917, il évoluait en 1918-1919 vers la nouvelle majorité du Parti.

7 Clara Zetkin (1857-1933), spécialiste des questions féminines dans la IIe Internationale, fondatrice du parti communiste allemand et amie de Rosa Luxemburg, s’était en effet inquiétée auprès de cette dernière de la décision du nouveau KPD de ne pas participer aux élections. Elle ne devait pas confirmer les espoirs de Louise Kautsky et, au contraire, intervenir spectaculairement au congrès de Tours en faveur de l’adhésion à la IIIe Internationale, publier en 1922 La Position de Rosa Luxemburg envers la révolution russe qui reprenait les analyses léninistes et rester fidèle toute sa vie au mouvement communiste.
Louise Kautsky (1864-1944), bien qu’hostile au mouvement révolutionnaire spartakiste et comme son mari favorable aux thèses pacifistes et réformistes des Indépendants (USPD) était demeurée cependant l’amie de Rosa Luxemburg.

8 Sur la situation au Proche-Orient au lendemain de la guerre et les rivalités franco-britanniques, on peut consulter Georges Corm, Géopolitique du conflit libanais, Paris, La Découverte, 1986, et Nadine Picaudou, La Déchirure libanaise, Bruxelles, Complexe, 1989.
Faïçal (1883-1933), qui venait de prendre Damas avec l’aide des Britanniques, ne fut que brièvement roi de Syrie (1919-1921), avant de régner sur l’Irak (1921-1933).
L’émir Chekib Arslan (né en 1869) joua un grand rôle dans l’entre-deux-guerres. Aristocrate syrien, druze, journaliste lettré et député depuis 1913, il se fit à Genève le défenseur de la cause arabe auprès de la SDN (Cf. Georges Oved, La Gauche française et le nationalisme marocain, 2 t., Paris, L’Harmattan, 1984). L’article que Cachin avait consacré au problème syrien (L’Europe nouvelle, n° 47) avait été entièrement censuré.

9 La conférence de Berne fut convoquée par le Bureau socialiste international afin de reconstituer l’internationale. 97 personnalités y représentaient 26 pays, mais les bolcheviks, les socialistes belges, suisses, italiens, serbes et roumains avaient refusé d’y participer.
Deux points étaient à l’ordre du jour : les responsabilités des partis socialistes dans la guerre et l’attitude à adopter à l’égard du bolchevisme. Les débats passionnés sur le premier point ne laissèrent pas le temps d’aborder le second et la conférence se sépara sans résultat décisif (Cf. Annie Kriegel, Les Internationales ouvrières, Paris, PUF, 1964, et « IIIe Internationale » in Jacques Droz, Histoire générale du socialisme, Paris, PUF, 1977). Une commission internationale fut désignée pour préparer un congrès international, une délégation d’enquête en Russie était nommée avec Paul Faure et Jean Longuet comme représentants français et des résolutions relatives à la conférence de la Paix furent adoptées. Marcel Cachin représenta la délégation française à la commission sur la Société des Nations que présidait l’Hollandais Wibaut.

10 La Suisse avait connu en novembre 1918 une grève générale qui s’était terminée par un échec et une sévère reprise en main. La guerre avait accru les écarts sociaux et favorisé la radicalisation du mouvement socialiste. Les élections de 1919, les premières à la proportionnelle, devaient confirmer à peu près les prévisions optimistes de Jean Sigg. Le PSS obtint 41 sièges mais il préféra ne pas participer au gouvernement (novembre 1919). Cf. Marc Vuilleumier et al., La Grève générale de 1918 en Suisse, Genève, Greunauer, 1977, 257 p. Le parti socialiste suisse décida la veille de la conférence de Berne de ne pas participer à celle-ci sur les instances de Friedrich Platten. Le vote fut acquis par 238 voix contre 147. Gustave Müller, président du Parti et maire de Berne, donna aussitôt sa démission du comité directeur. Rappelons que Jean Sigg, député de Genève, était proche des ex-majoritaires du parti français.

11 Friedrich Platten (1883-1942), secrétaire du parti socialiste suisse, avait participé aux conférences de Zimmerwald et de Kienthal. Il animait la tendance favorable à la révolution russe.

12 Léo Frankel (1844-1896), correspondant de Karl Marx, membre de l’Association internationale des travailleurs et de la Commune de Paris.

13 La révolution avait démantelé l’empire des Habsbourg. Si les dirigeants sociaux-démocrates autrichiens admettaient la libre détermination des nationalités et se résignaient désormais à la disparition complète de tout État multinational, se posaient avec acuité la question des frontières de chaque État dans les territoires où s’enchevêtraient les différentes nationalités et celle d’un éventuel rattachement de la partie allemande de l’Autriche à l’Allemagne, l’Anschluss, que va formellement interdire le traité de Versailles.

14 Le comte Karolyi (1875-1955), libéral et francophile, président du Conseil le 31 octobre 1918, fut président de la République hongroise de janvier à mars 1919.

15 Otto Bauer (1881-1938), théoricien de la question nationale, était ministre des Affaires étrangères. Les clauses du traité de Saint-Germain (septembre 1919) l’amenèrent à démissionner.
Karl Renner (1870-1950), leader du groupe parlementaire et dirigeant le plus important de la social-démocratie autrichienne depuis le décès d’Adler en novembre 1918, fut le premier chancelier de la nouvelle République autrichienne jusqu’en juin 1920.
Karl Seitz (1869-1950) était président du Parti social démocrate et coprésident du Conseil d’État (octobre 1918-mars 1919) avant la mise en place des institutions définitives de la République.
Otto Pohl était rédacteur de la politique internationale à l’Arbeiterzeitung, le quotidien social-démocrate. Les sociaux-démocrates l’avaient nettement emporté aux élections de février 1919.

16 Ernst Paul Graber (1875-1956), dirigeant du parti socialiste suisse, pacifiste mais modéré, se situait désormais à la tête de l’aile droite.

17 Otto Wels (1873-1939), l’un des principaux dirigeants de la social-démocratie « majoritaire » d’Allemagne. Marcel Cachin le jugeait « brutal et vulgaire » (« La conférence de Berne », L’Europe nouvelle du 15 février 1919). Ministre de la Marine, il fut un moment détenu par les marins insurgés fin décembre 1918. Sa libération fut l’occasion des premiers affrontements entre les spartakistes et les troupes gouvernementales qui provoquèrent le départ des indépendants du gouvernement et du conseil des commissaires du peuple.

18 Kurt Eisner (1867-1919) socialiste « minoritaire », dirigeant de l’USPD, a dirigé la révolution bavaroise jusqu’à son échec électoral de janvier 1919. Il fut assassiné par un extrémiste de droite le 21 février 1919, peu après son retour de Berne.

19 Hermann Millier (1876-1931), président du groupe social-démocrate « majoritaire » au Reichstag et futur chancelier de la république de Weimar. Pour Cachin, c’était un « bureaucrate sans flamme » (« La conférence de Berne », loc. cit.).

20 Pierre Renaudel avait donné lecture du procès-verbal de la séance du groupe socialiste du 1er août 1914 à laquelle avait participé Hermann Müller (Cf. Pierre Renaudel, L’Internationale à Berne, op. cit.). Selon Renaudel, « Müller ne m’a pas paru contester les traits essentiels du document ».

21 Scheid : Philipp Scheidemann (1865-1939), le plus en vue des responsables « majoritaires » favorables à la guerre, chancelier de la république de Weimar en 1919. Il démissionna pour manifester son refus du traité de Versailles.

22 Karl Kautsky (1854-1938), le « pape » de la IIe Internationale, directeur de Die Neue Zeit de 1883 à 1917, et l’un des animateurs du courant pacifiste. Cofondateur de l’USPD (Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne), il rejoignit le SPD en 1919, quelque temps après Bernstein.

23 Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg ont été massacrés par les Corps francs le 15 janvier 1919 après l’échec de l’insurrection spartakiste. Les délégués se levèrent en leur honneur comme ils l’avaient fait pour Jaurès au début de la réunion. La remarquable discrétion des différents orateurs sur les responsabilités des « majoritaires » allemands peut surprendre : ces derniers avaient la charge du gouvernement provisoire et c’est un des leurs – Noske – qui a assumé comme gouverneur général de Berlin la conduite de la répression. Kautsky fut le seul à intervenir, sobrement d’ailleurs, sur ce sujet. Pourtant Longuet dans Le Populaire avait eu lui aussi des mots très vifs à l’encontre des majoritaires allemands. Sans doute l’emportait la volonté de ne rien faire qui puisse conduire la conférence à l’échec. Peut-être aussi le sentiment que les responsabilités des majoritaires n’étaient que partielles et la situation, de toute façon, bien complexe...

24 Edvard David (1863-1930), député de Mayence et ministre social-démocrate, appartenait à la tendance la plus modérée et la plus sensible aux thèmes nationaux de son parti.

25 Allusion sans doute à la paix de Bucarest (7 mai 1918) qui dépeçait la Roumanie et en faisait un satellite des Empires centraux. Kautsky équilibrait donc ses critiques.

26 Stuart Bunning conduisait la délégation syndicale britannique à la conférence de Berne.

27 Il s’agit en fait du délégué Martna.

28 Jean Longuet (1876-1938), directeur du Populaire et spécialiste des questions internationales, faisait figure à Berne de principal porte-parole du socialisme français puisque sa tendance venait d’obtenir la majorité.

29 Les « majoritaires » étaient représentés par Müller, Wels et Molkenbuhr pour le Parti et Jansson, Hiebsik et Kube pour les syndicats. Un délégué devait donc être absent à ce moment précis.

30 Borgbjerg, théoricien et député social-démocrate danois.

31 Fritz Adler (1878-1960), fils de Victor Adler, leader de l’aile pacifiste de la social-démocratie autrichienne, et directeur de Der Kampf, était très populaire à Vienne pour avoir assassiné en 1916 le Premier ministre, le comte Stürgk, et risqué ainsi sa vie en vue de réveiller les masses austro-hongroises.

32 F.M. Wibaut, socialiste hollandais, dirigea longtemps la municipalité d’Amsterdam.

33 Locker ne figurait pas dans la liste des délégués ; en revanche, il fut cité comme membre de la commission internationale nommée par la conférence de Berne au titre de représentant de la Palestine. La première réunion de cette commission eut lieu le 10 février. Le délégué polonais Kossowsky intervint également sur la protection du prolétariat juif par la Société des Nations.

34 Edgard Milhaud (1873-1964), intellectuel socialiste français, doyen de la faculté des sciences économiques et sociales de Genève.

35 Philip Snowden (1864-1937), brillant orateur et l’un des principaux dirigeants travaillistes, président de l’ILP (1917-1920). Ici, il doit s’agir de sa fille, déléguée à la conférence.

36 Paul Mistral (1872-1932), député de Grenoble, très actif animateur du courant pacifiste pendant la guerre, proche de Longuet et de Paul Faure.
Anton Nemec (1858-1926), dirigeant de la social-démocratie tchèque.

37 Wilhelm Ellenbogen (1863-1951), médecin, député depuis 1901 dirigeant de la branche allemande de la social-démocratie autrichienne, de tendance réformiste et pacifiste.

38 Salomon Grumbach (1884-1952), Alsacien, ancien député au Reichstag et correspondant de Vorwärts à Paris, représentait L’Humanité en Suisse.

39 Hermann Molkenbuhr, l’un des secrétaires du SPD, délégué au Bureau socialiste international avant 1914, député de Magdebourg. Marcel Cachin notait qu’il représentait à Berne « la vieille garde et la tradition de la social-démocratie » et le décrivit « bien vieilli et fatigué ». (« La conférence de Berne », loc. cit.)

40 Le député Albert Sudekum, social-démocrate majoritaire favorable à une politique d’expansion, s’était rendu pendant la guerre à Strasbourg afin d’obtenir un engagement des socialistes d’Alsace-Lorraine en faveur de l’Allemagne.

41 Paul Faure (1878-1960), rédacteur en chef du Populaire, excellent orateur, était devenu l’un des principaux animateurs de la minorité pacifiste et venait d’entrer à la CAP de la SFIO (octobre 1918).

42 Josef Seliger, militant socialiste autrichien de la région bilingue de Teplice dans les Sudètes, attentif à réduire les antagonismes entre nationalités.

43 Ianko Sakosov (1860-1941) dirigeait la fraction « large » du parti sociale démocrate bulgare, réformiste et patriote, dont l’influence après-guerre demeura limitée.

44 O’Sarnnon ne figurait pas non plus dans la liste des délégués officiels à la conférence de Berne mais fut cité comme membre de la commission internationale qui se réunit le 10 février.

45 La Géorgie avait proclamé son indépendance en mai 1918 et institué une République démocratique. Les mencheviks y exercèrent le pouvoir jusqu’à l’intervention de l’armée Rouge en février 1921.

46 Le sort des prisonniers de guerre dans chaque camp avait suscité de vives polémiques. Les prisonniers alliés, en application de l’armistice du 11 novembre furent libérés en deux mois. Les prisonniers allemands furent envoyés travailler à la reconstruction des régions libérées et ne furent rendus eux-mêmes à leur pays qu’entre septembre 1919 et février 1920. (Cf. J. -J. Becker, La Première Guerre mondiale, Paris, MA, 1985 et Georges Cahen-Salvador, Les Prisonniers de guerre, Paris, Payot, 1929).

47 Robert Shirkie faisait partie de la délégation syndicale britannique à la conférence de Berne.

48 Zsigmond Kunfi, député socialiste, pacifiste pendant la guerre, ministre du gouvernement Károlyi, d’abord réformiste et favorable à une « pause » sociale, se résolut en mars 1919 à s’allier avec les communistes en raison des exigences alliées.

49 Oscar Jaszy, intellectuel et théoricien socialiste, animateur de journaux et de revues, fondateur avant 1914 du parti radical et favorable à une paix de compromis.

50 Le général Franchet d’Esperey (1856-1942), qui allait être fait maréchal en 1921, commandant de l’armée d’Orient depuis juin 1918.

51 L’aventurier Paul Bolo, parfois appelé « Bolo Pacha » fut fusillé pour intelligences avec l’ennemi en 1918. On chercha à lier son cas à ceux d’Almereyda – Vigo et de Joseph Caillaux.

52 Édouard Bernstein (1850-1932) s’était retrouvé avec son ami et adversaire Kautsky dans le courant pacifiste et parmi les animateurs de l’USPD. Il rejoignit cependant les majoritaires du SPD dès 1919. Cachin loue sa « lucide intelligence » (« La conférence de Berne », loc. cit.).

53 Mathias Erzberger (1875-1921), député catholique, favorable en 1917 à une paix de compromis, dirigea la délégation allemande qui reçut les conditions d’armistice à Rethondes en novembre 1918 et participa aux premiers gouvernements de la république de Weimar avant d’être assassiné par des extrémistes de droite.

54 Célestin Philbois (1864-1929), député socialiste de l’Aube, ancien guesdiste et membre suppléant du conseil d’administration de L’Humanité (1918-1920) au titre de l’ancienne minorité.

55 N.S. Tchkeidze (1864-1926), menchevik, ancien député de la Douma, président du soviet de Petrograd après mars 1917 puis, après la révolution d’Octobre, président de l’Assemblée constituante de Géorgie jusqu’à l’entrée de l’armée Rouge dans le pays, s’exila en France où il se suicida.

56 Paul Poncet (1878-1962), député socialiste de la Seine, maire de Montreuil d 1919 à 1926.

57 L’assassin de Jaurès, Raoul Villain, avait été acquitté le 29 mars. Mm Jaurès, partie civile, dut payer les dépens. L’indignation populaire conduisit socialistes et syndicalistes à organiser une grande manifestation qui réunit de 100 000) à 150 000 personnes. Ce fut la première manifestation de rue dans Paris des forces de gauche depuis 1914.

58 François Crucy, de son vrai nom Rousselot (1875-1958), journaliste à L’H umanité et militant ex- « minoritaire ».

59 Ce fut Raymond Lavigne (1851-1930), que Marcel Cachin avait bien connu à Bordeaux, qui proposa au congrès dit « marxiste », un des deux congrès fondateurs de l’internationale reconstituée, le 20 juillet 1889, d’instituer une grande manifestation à date fixe pour obtenir la réduction de la journée de travail. La suggestion venait du congrès de la Fédération nationale des syndicats en 1883 : là aussi l’initiative avait été prise par Lavigne.
La montée du mouvement protestataire au début de 1919 (grèves des cheminots en janvier, agitation des fonctionnaires en mars) décida Clemenceau à faire voter d’urgence la loi sur la journée de huit heures qui fut promulguée le 23 avril.

60 Marcel Cachin ne donne donc aucune indication sur le Congrès national de l SFIO qui se réunit à La Bellevilloise du 20 au 22 avril 1919. Léon Blum y présenta le programme électoral en vue des élections législatives qui fut adopté à une forte majorité.
L’unité du parti socialiste apparut renforcée alors que la montée du mouvement social lui laissait présager un avenir prometteur. Le mécontentement interne se réduisit aux quelques élus, animateurs de La France libre, toujours crispés sur des positions « patriotiques », mais finalement de plus en plus isolés. Même Guesde appréciait beaucoup Frossard et Lucien Roland ne fut pas le seul à se retrouver en communauté d’esprit avec la nouvelle direction.

61 La manifestation du 1er Mai, interdite par le gouvernement, a été marquée par des incidents violents. Jouhaux et Poncet ont été légèrement blessés, mais un jeune mécanicien de dix-neuf ans, Lome, a été tué. Ses obsèques réunirent 300 000 personnes. (Cf. Fourmies 1891-1991, actes du colloque de Fourmies 1-4 mai 1991, à paraître aux Éditions ouvrières).

62 Pierre Dormoy (1876-1970), conseiller de Paris pour le 12e arrondissement et candidat aux élections législatives dans la 2e section de Paris, derrière Paul-Boncour et devant Léon Blum. Il venait du syndicalisme révolutionnaire.

63 Zaghloul Pacha (1860-1927), ancien ministre, dirigea la délégation nationaliste égyptienne à la conférence de Versailles, fondateur du parti Wafd, exilé par les Britanniques puis brièvement Premier ministre en 1924.

64 Liang Qichao (1873-1929), en pinyin, homme d’État et réformateur chinois, un des « pères spirituels » du mouvement du 4 mai 1909, mais d’une prudente modération, se rallia à la république et fut ministre de Yuan Shikai. Il fut ministre des Finances de 1917 à 1919. Liang Qichao publia dans L’Europe nouvelle du 17 mai 1919 un article sur « La Chine et le Shan-Tung ».

65 L’École marxiste était une nouvelle tentative en vue d’instituer une école de formation socialiste, animée par Charles Rappoport (1865-1941).

66 André le Trocquer (1884-1963), avocat et journaliste de L’Humanité où il tenait la rubrique municipale, l’un des animateurs du courant minoritaire, membre de la CAP et candidat aux élections municipales à Paris. Rappelons que Louis Sellier (1885-1979) était le successeur de Cachin au Conseil de Paris.

67 Henri Barbusse (1873-1935), encore directeur littéraire du Populaire et auréolé par le succès du Feu, fonda en mai 1919 le mouvement et la revue Clarté avec le soutien d’Anatole France, de Georges Duhamel, Jules Romains, Charles Richet, Charles Gide...

68 Cette belle description de la Bretagne et la double référence à Renan et Lannenais peuvent être mises en regard de l’opinion de Louise Weiss : « Un souffle mystique inspirait son langage belliqueusement laïque. Tout lui devenait religion. » (Louise Weiss, Mémoires d’une Européenne, op. cit.)

69 André Marty (1886-1956), officier mécanicien, en poste sur le Protet, envoyé avec une partie de la flotte en mer Noire, avait tenté une mutinerie le 16 avril 1919. Le mouvement avait gagné d’autres unités dont le Guichen où servait Charles Tillon (1897-1993). Marty fut condamné à vingt ans de travaux forcés avant d’être gracié en 1923.

70 Après l’échec de la conférence de Berne (février 1919), une commission internationale préparait une nouvelle conférence qui devait se tenir à Lucerne en août.
Rudolf Hilferding (1877-1941), théoricien et économiste, avait animé la tendance pacifiste minoritaire en Allemagne et fondé l’USPD. Il dirigeait son journal, Die Freiheit (1919-1922).

71 Boris N. Kritchevsky (1866-1919), militant menchevik très connu dans les milieux européens, correspondant de plusieurs journaux dont avant la guerre L’Humanité et le Vorwärts.

72 La cérémonie en hommage à Jaurès et aux victimes de la guerre réunit plus de 6 000 personnes au Trocadéro. Organisée par la SFIO et les amis de Jean Jaurès, elle fut ouverte par une brève allocution de Marcel Cachin. Le spectacle préparé par Albert Doyen et les Fêtes du peuple associait le chant, la musique (Wagner, Bach, Franck...), la poésie (Hugo, Zweig, Hasenclever, Romain Rolland...) et fit grande impression.

73 La conférence de Lucerne fut à nouveau l’occasion de contacts qui permirent à Cachin, intéressé depuis longtemps par les problèmes du monde arabe et membre assidu de la commission des Affaires étrangères de la Chambre, d’approfondir sa connaissance et sa compréhension du mouvement national arabe.
Lucerne marqua l’échec définitif de la reconstitution telle quelle de la IIe Internationale.

74 L’Internationale syndicale venait d’être créée (juillet 1919) à Amsterdam. Elle regroupait 14 pays (AFL, trade-unions, syndicats allemands et belges...). Au demeurant, sa formation était en germe depuis la création en 1902 du secrétariat international des syndicats.

75 Les origines du sionisme sont rapidement rappelées par Alain Dieckhoff, « Les trois combats du Sionisme », L’Histoire, n° 125, septembre 1989. Voir aussi Walter Laqueur, Histoire du Sionisme, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Diaspora », 1973, et les trois volumes de D. Vital, The origins of Zionism (1975), Zionism, the formative years (1982), Zionism, the crucial phase (1987), Oxford Clarendon press.

76 C’est-à-dire du chef militaire allemand, symbole de la réaction militariste, particulièrement détesté, le général Ludendorff (1865-1937), chef-adjoint de l’état-major allemand de 1916 à 1918.

77 A. Crispien, dirigeant de l’USPD (sociaux-démocrates minoritaires d’Allemagne).

78 Henderson, MacDonald, Snowden et les plus connus des responsables travaillistes ont en effet été battus, malgré la progression en sièges du Labour.
Le groupe parlementaire était désormais animé par Clynes (1869-1949).

79 Amédée Dunois (1878-1945) entré à L’Humanité en 1912 fut secrétaire général de ce journal d’octobre 1918 à 1925.

80 La Victoire était le journal de Gustave Hervé (La Guerre sociale avant 1916) dont la dérive nationaliste s’accentuait et qui avait désormais rompu avec la SFIO.

81 Monet, conseiller municipal socialiste de Lyon (7e arrondissement de 1912 à 1919).

82 Cachin présida, comme à l’accoutumée, une séance de ce congrès et prononça une allocution dans laquelle il déclara : « L’unité n’a jamais été si forte. »

83 Alfred Farinet (1887-1937), ouvrier monteur aux PTT et militant de l’ancien courant minoritaire, implanté à Malakoff.

84 Francis Lefebvre (1871-1956), ouvrier mineur et coopérateur, député (1914- 1932) et maire socialiste de Denain (1912-1936).

85 Paul Bazin (1890-1956), militant socialiste, ancien soldat blessé et démobilisé, minoritaire.

86 Jean Martin (1863-1924), comptable, militant socialiste, maire adjoint et conseiller général de Vitry. Selon Lucien Roland, Cachin craignait un échec électoral en raison du découpage des circonscriptions.

87 Eugène Fiancette (1881-1949), cocher de fiacre, syndicaliste et socialiste, conseiller de Paris (quartier Combat, 19e arrondissement) depuis 1913, futur parlementaire.

88 Gabriel Ellen-Prévot (1877-1952) agrégé de lettres et député sortant de Toulouse (1910-1919). Albert Bedouce (1869-1947) lui aussi député sortant (1906- 1919) était le prestigieux responsable du courant guesdiste dans la région, le militant qui avait présenté Jaurès à Guesde en 1892, conquis la mairie de Toulouse en 1906 et fondé Le Midi socialiste en 1908.
Jean Rieu (1878-1933) était maire de Toulouse (1906-1908 et 1912-1919) et prévoyait sans doute un échec aux prochaines élections municipales.
Le mode de scrutin ne favorisa pas en effet les socialistes de Haute-Garonne : Vincent Auriol (1884-1966) fut le seul élu de la SFIO.
Raymond Bourthomieu (1865-1933), d’origine guesdiste, conseiller municipal de Toulouse, militant minoritaire favorable à Zimmerwald et à Kienthal, secrétaire fédéral de la Haute-Garonne (1918-1920).
Au congrès d’avril 1919, Bracke avait fait adopter une motion qui prévoyait que les socialistes se présenteraient seuls aux élections. Mais cette tactique devait se révéler fort coûteuse en sièges dans le cadre d’un scrutin proportionnel, à un tour, d’autant plus que la représentation proportionnelle ne jouait que si aucune liste n’obtenait la majorité absolue, ce qui était une forte incitation aux alliances et aux regroupements.

89 Jean Ripert. S’agit-il de l’avocat, ancien député républicain modéré de Marseille ou du fils des Ripert amis des Cachin, reçu en 1918 à l’Ècole nationale supérieure d’agronomie ?

90 Marcel Cachin fut réélu député ainsi que Groussier, Sembat et Vaillant-Couturier : il obtint le meilleur score dans son arrondissement alors que Sembat en était l’élu au scrutin majoritaire depuis 1893.
Charles Bernard, vainqueur de Rouanet en 1914 et lui aussi élu du 18e, peut être classé dans la droite populiste et Chasseigne-Goyon, ancien président du conseil municipal, dans la droite libérale.

91 Willem Hubert Vliegen était le président du parti ouvrier démocrate des Pays-Bas, rapporteur désigné pour les questions de l’impérialisme au congrès de l’internationale qui aurait dû se tenir à Vienne en août 1914.

92 Joszef Pilsudski (1867-1935), un des fondateurs du parti socialiste polonais, avait évolué vers le nationalisme. Il exerçait alors les fonctions de chef de l’Etat et de chef de l’armée en lutte contre l’armée Rouge.
Roman Dmowski (1864-1939), nationaliste polonais, dirigeant de la Démocratie nationale (droite) et ministre à plusieurs reprises.
Dans le mouvement national polonais, Pilsudski, au pouvoir jusqu’en 1922, était soutenu par les forces qui, même anticommunistes, se situaient à gauche. C’est à partir de son retour au pouvoir de 1926 qu’il s’identifia progressivement avec la droite conservatrice et autoritaire.
De janvier à novembre 1919, la Pologne fut administrée par un gouvernement d’union nationale dirigé par le pianiste Paderewski, qui dut se retirer devant l’âpreté des conflits politiques.

93 Jean Colly (1858-1929) ancien cheminot et député socialiste de la Seine (1910-1914) se présenta dans le 12e arrondissement (quartier de la Gare) aux élections municipales de 1919 et fut élu.

94 Téneveau, militant socialiste du 20e arrondissement.

95 Jean Gauchery (1872-1957), employé de commerce, coopérateur, syndicaliste et militant socialiste du 12e arrondissement.

96 Louis Jégou (1862-1954), militant de la fédération de la Seine, candidat dan le 13e arrondissement, conducteur de travaux de la ville de Paris.

© CNRS Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search