Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Carnets. Tome II Carnets Marcel Cachin – année 19...

Carnets. Tome II

 | 
Marcel Cachin

Année 1918

Carnets Marcel Cachin – année 1918 Second carnet complémentaire

Texte intégral

Septembre

1Délégation du parti socialiste et de la CGT. Londres dimanche 15, lundi 16, mardi 17, mercredi 18 septembre 1918 (audition de Gompers).

Dimanche 15 septembre 1918

  • 1 Auguste Chochoy (1859-1925), premier adjoint socialiste au maire de Boulogne de 1904 à 1908 et de 1 (...)

2Voyage Paris-Boulogne. À mesure qu’on s’approche d’Amiens, ruines, démolitions, campagnes désertes, pas un animal dans les champs. À Amiens même, gare sans une vitre et grandes usines le long de la voie entièrement détruites. À Boulogne, je vais voir Chochoy1 chez Sourel. Chochoy est premier adjoint au maire et fait fonction de maire. Il m’affirme que le socialisme a grandi depuis la guerre dans la région de Boulogne en raison de son action à l’Hôtel de Ville et que le parti continue de vivre et de gagner des adhérents.

3A Boulogne, les raids d’avions allemands ont été nombreux, destructifs. Des bombes incendiaires ont brûlé la base anglaise avec des officiers et des soldats en grand nombre. Un grand nombre de maisons à bas. On redoute un raid pour cette nuit. Chochoy me dit qu’il y a aux alentours de Boulogne 15 000 Portugais. De fait, ils remplissent la ville. Puis, des Anglais. Leur nombre est énorme. Il y en a un grand nombre qui se marient à Boulogne. Il y a 3 000 femmes anglaises dams les différents services anglais. Elles se conduisent légèrement. À Boulogne, la connaissance de l’anglais se généralise de plus en plus.

4On m’apprend que le commissaire Volince est parti en Angleterre.

  • 2 Les Gothas étaient des avions allemands utilisés pour les bombardements de nuit.

5Dans la nuit de dimanche à lundi, à Boulogne, alerte, descente à la cave chez Sourel. En fait, c’est non sur Boulogne, mais sur Paris, que sont venus les Gothas2.

6À 8 h 30 nous partons et après une traversée superbe arrivons à Londres à 2 h de l’après-midi. On trouve Bricoux à Victoria. On déjeune au restaurant de la gare, puis on va au Labour Party, en son nouveau local, 33 Eccleston Square. Là on trouve Gillies, Middleton, Huysmans.

7On nous trouve, après mille difficultés, des chambres au First Avenue Hotel, High Holbom à 8 shillings. On décide de se retrouver le soir à Piccadilly avec Huysmans et on échange quelques vues dont voici le résumé décousu. Il apparaît que à Londres, chez Henderson comme chez Huysmans, il y ait beaucoup d’hésitations et de désordre d’esprit.

Lundi après-midi 16 septembre 1918

8Réunion au Labour Party avec Huysmans.

9La note autrichienne sera-t-elle discutée ?

  • 3 Le but de Gompers était en fait de lutter contre l’immigration européenne.

10Il s’agit de répondre à Gompers. Gompers veut une Internationale uniquement syndicale. C’est impossible. Et il veut (il l’a dit dans une lettre aux Australiens) lutter contre le socialisme international européen3. Après cela la conférence sera maîtresse de son ordre du jour. Elle pourra inscrire deux questions :

111°) il faut répondre aux majoritaires allemands que leurs réponses sont nuiles et insuffisantes.

122°) discuter la note autrichienne.

13Gillies dit : Henderson pense qu’il faut obtenir de Gompers qui a dit il faut une réunion internationale au moment de la paix, eh bien !

14Actuellement encore acceptez-vous notre propre point de vue ? Est-ce que cela tient encore ? À notre conférence, la fédération d’Appleton n’est pas convoquée ; puisque la fédération générale tout entière, sauf 50 000 sont aux Trade Union Congress. L’état-major de la fédération générale est seul de mon avis. La fédération générale n’est qu’une mutualité adhérente à l’internationale. Ils sont non à base syndicale, mais ils sont chargés d’appliquer une loi de mutualité qui vient de l’initiative de Lloyd George.

15A Derby, le Trade Union Congress a décidé que désormais la General Federation ne compterait plus ; mais que le Trade Union Congress serait désormais seul à représenter les syndicats anglais. La General Federation est une superfétation disent les Anglais eux-mêmes.

  • 4 Henri Mayers Hyndman (1842-1921), fondateur prestigieux de la Social Democratic Federation en 1884  (...)

16Les ouvriers non qualifiés anglais : 400 000 syndiqués. Huysmans a une brochure américaine sur les condamnations des défaitistes ( !) américains, 60 pages. Les IWW sont condamnés très sévèrement. Et Huysmans dit : la réaction internationale grandit énormément. Depuis deux mois, les journaux minoritaires allemands ne nous parviennent pas à Londres. En Autriche, un socialiste autrichien reçoit un Serbe : trente ans de prison. La CAP française a demandé qu’aucun Russe ne soit admis au vote car la Russie est neutre : les Russes ne peuvent être que nos hôtes. Cependant, puisqu’il y a intervention, il faut que la conférence dise son avis sur l’internationale. Kerensky ne reçoit pas de passeport pour retourner en Russie. On est en train de changer l’intervention en un rétablissement du tsarisme. Hyndman4 lui-même proteste et Vandervelde dit : la situation est très angoissante. J’ai des impressions très fâcheuses. Il est indispensable qu’on réagisse contre les tendances réactionnaires qui s’affirment. Smith est, dit Huysmans, un agent de la police secrète anglaise. Il fait la navette entre la France et l’Angleterre. Il écrit dans le Times des articles contre l’internationale où il est dit que les socialistes qui veulent l’internationale sont vendus à l’Allemagne. Pourquoi la France libre l’a-t-elle comme représentant ? Si la majorité allemande vient à un congrès international, elle est vaincue d’avance.

  • 5 Hugo Haase (1863-1919), président du groupe parlementaire du SPD avait fondé l’USPD (Sociaux-démocr (...)
  • 6 Alsace-Lorraine.

17Haase, Adler5, les Hongrois disent : la question d’AL6 doit être posée. Troelstra leur a dit : je suis contre vous pour cette question d’AL. En Finlande on a massacré, assassiné (les Blancs et les Allemands) 40 000 hommes, femmes et enfants.

18Les rapports des Anglais disent que les patrons allemands en Allemagne paient mieux que les patrons belges en Belgique.

19Quand les ouvriers diamantaires de Belgique sont venus en Angleterre avec les patrons, les patrons leur ont donné les plus bas salaires et les allocations anglaises servaient d’appoint aux salaires insuffisants.

20Vandervelde est très attaqué par la bourgeoisie belge en ce moment. Il est ministre du Ravitaillement, mais n’a pas la direction du ravitaillement sur le front : c’est le ministre de la Guerre. Or on dit sur le front belge : Vandervelde donne tout aux officiers, rien aux soldats. Ce sont les aumoniers et les cléricaux du front qui font circuler les bruits contre lui. En Belgique, comme partout, la réaction est agressive et violente contre le socialisme. Huysmans dit : si notre conférence ne fait rien, la situation sera grave pour le socialisme.

21Gompers est un juif hollandais né à Londres qui veut donner des leçons de patriotisme à des Anglais et à des Français au nom de l’Amérique. Robert Dell me dit que la plus mauvaise paix serait la meilleure pour le développement de la démocratie et que la pire chose serait une Ligue des nations faite par des gouvernements bourgeois qui serait impuissante et qui ferait illusion.

22Nous causons après dîner entre syndicalistes et socialistes français et Huysmans nous dit que désormais nous n’avons plus le droit de nous offrir le luxe de deux Internationales rivales (qu’il faudra joindre au bureau de l’internationale politique les représentants des centrales syndicales internationales, de façon à donner à l’ensemble de ces forces le maximum de l’action de ressources et de forces morales). En Angleterre, le changement d’attitude du Labour Party a été de ce point de vue un fait considérable.

23Les élections anglaises se feront probablement en janvier. D’ici là on ne fera pas de levées d’hommes, d’où Clemenceau tire cette conclusion qu’il proclame devant Lloyd George, que les Anglais ne pensent plus qu’à leurs élections et qu’ils en oublient la guerre, ou plutôt qu’ils la font passer au deuxième plan, après leurs élections.

24Le Manchester Gardian est le grand journal du Cotton.

25Il semble entendu, outre les délégués français qui se réunissent, que nous soutiendrons ces quelques idées :

261°) la conférence ne s’occupera pas seulement du cas Gompers. Elle traitera : de la réponse au mémorandum des majoritaires allemands, de l’intervention russe, de la note autrichienne.

272°) elle demandera de renforcer Huysmans par des délégués interalliés qui formeraient avec lui un comité permanent qui pourrait organiser la documentation et les services de renseignements internationaux. Huysmans se plaint de ce qu’il est seul ; de ce que la classe ouvrière anglaise, aujourd’hui énorme, et désireuse de l’internationale, soit sans journaux, sans direction, soumise aux nouvelles déformées et tronquées de la presse bourgeoise.

28Pour lui, Huysmans, un seul homme dans toute la classe ouvrière anglaise, c’est Thomas des Chemins de fer. C’est lui qui a écrasé H. Wilson à Derby. C’est lui qui est, par son éloquence et son imagination celte, le vrai maître de l’heure en Angleterre. Huysmans rappelle le mot d’un général belge à ses soldats : « J’espère bien que vous ne serez ni des Portugais, ni des Anglais. » Mais cependant en Angleterre un gros mouvement qu’il faut utiliser. C’est la première fois que la classe ouvrière anglaise jette les yeux sur le monde. Elle fait effort pour comprendre le continent, le mouvement général, l’internationale. Dans tous les meetings ouvriers une foi très ardente dans l’internationale. Et au congrès de Derby aucune formule n’eut plus de succès que celle de Hojden : Dieu protège l’internationale. Avec une espèce de foi religieuse l’assemblée entière se leva, comme mue par le sentiment qu’elle n’avait pas assez fait dans cette voie pour mettre un terme à la guerre présente. Bref, nous convenons que demain nous tenterons de poser et de faire résoudre par la conférence les problèmes dont nous avons parlé tout d’abord. Quant à Gompers, nous ne pouvons que lui rappeler que c’est sur son insistance que cette conférence a été réunie et a tenté d’obtenir de lui qu’il s’engage à marcher désormais avec son organisation dans le chemin de notre Internationale. Naturellement nul ne peut songer à en écarter le parti socialiste américain.

Mardi 17 septembre 1918 (matin)

29Huysmans me dit que les Belges n’ont eu pendant toute la guerre que 13 000 tués. Il est d’avis qu’il faut accepter les propositions autrichiennes à condition que la discussion soit publique.

30À Derby tous les délégués sont pour l’internationale. C’est une question d’opportunité pour la date. Le président a dit que Dieu favorise l’internationale.

31Ben Tillet (dockers) était bien personnellement avec H. Wilson (marins) ; il a dit : nous sommes pour l’internationale plus qu’avant la guerre. Nous avons été en Allemagne pour les transports, nous avons proposé la grève générale, les Allemands ont refusé alors ; mais nous pouvons encore faire un mouvement économique contre la guerre, même avec l’Allemagne. Ben Tillet ajoute : si nous voulons la guerre maintenant c’est pour la démocratie partout, même en Allemagne. Nous comptons sur l’aide de Dieu et sur la solidarité ouvrière pour faire un monde nouveau.

32Ben Turner, pacifiste Labour Party a commencé : il y a six mille ans on a dit « Tu ne tueras pas », puis il y a deux mille ans on l’a répété, tenons-nous-en à ces paroles. Nous ne pouvons parvenir à la pratique de ces paroles par l’internationale ouvrière.

33Tous ont été pour l’internationale, la moitié pour après la guerre. Or, avant la guerre le Trade Union Congress n’a jamais été appelé à l’internationale. W. Th. Ben Tillet – major Thomas Ben Turner pour l’internationale 4 millions contre un demi-million.

34Pour Thomas, il faut que les Allemands quittent la Belgique et la France avant l’internationale. C’est une concession faite par Thomas. Il faut être prudent car les ouvriers anglais sont changeants. Les 600 000 mineurs, il fallait les empêcher d’aller à H. Wilson.

35Roberts. Le Trade Union Congress avec ses 4, 5 millions n’a pas le droit d’intervenir pour la paix car il faut tout le pays et non une minorité.

36Thomas lui a répondu : nous représentons 4, 5 millions, mais hommes femmes et enfants sont 18 millions. Ces 18 millions nous ont donné tous leurs fils pour la guerre. Sur 100, 90 ouvriers sont dans les tranchées ou dans les ateliers et on ose dire à ces hommes : vous n’avez rien à dire pour la paix. Or en ce moment une poignée d’hommes disent dans les coulisses l’avenir du monde entier (ex. l’affaire Sixte). Si cela se reproduit, nous nous révolterons. La classe ouvrière exige de participer à la paix.

37Succès formidable, Roberts sifflé, bien qu’il ait grand succès dans les syndicats.

38Thomas, le plus à gauche du congrès a été réélu le premier membre du comité parlementaire du Trade Union Congress : plus de 3 millions de voix.

3915 membres pour le comité.

40H. Wilson a été le dernier des élus. Il a dit : je suis battu tous les jours du congrès. Mais les Anglais sont des sportsmen : il n’y a pas de rancune.

41Il y eut une proposition de H. Wilson soutenue par Williams des Musiciens. Williams est très réactionnaire. Il a été contre Stockholm et contre la révolution russe. Williams avait organisé une pétition par laquelle il demandait aide pour faire un parti contre le Labour Party. Williams disait : partout en Angleterre on est contre le Labour Party et surtout contre les intellectuels Webb, MacDonald. Il a demandé au congrès de faire un nouveau parti. C’est Thomas qui lui a répondu : dans quelques heures nous connaîtrons le résultat de votre pétition. En attendant, voici une lettre d’hommes connus. Ils disent : dans le bureau de vote ils ont été une heure, 40 sont venus, pas une personne majeure et parmi les enfants, un idiot.

42Il a ajouté : H. Wilson est resté libéral, comme toujours et comme nous sommes des Labourmen, il va sans dire que Wilson n’est pas avec nous. Mais je demande au congrès de ne pas suivre ce libéral. Quatre cinquièmes des voix ont suivi Thomas.

43On a crié dans le congrès : H. Wilson est l’homme de Lloyd George.

44Roberts a dit : le Labour Party représente la minorité en Angleterre (or à Bristol Lloyd George a été leur demander leur appui). Thomas a dit : Roberts vous ne représentez plus votre district. Vous êtes désavoué et vous avez demandé l’appui des libéraux et des tories : donc vous avez, vous minorité, quitté votre parti.

45On lui a crié : five thousands pounds.

46Gompers a assisté à tout le congrès. Il a vu qu’il n’avait pas l’[ill]. Il a attaqué le gouvernement anglais : j’ai été contre la guerre du Transvaal, j’ai été avec l’Irlande contre le gouvernement anglais. Il a eu un gros succès car il n’a pas parlé de l’internationale. Il n’a pas osé dire qu’un congrès international ne pouvait pas avoir lieu pendant la guerre. Il a été reçu comme un délégué fraternel. Il n’a eu aucune action en ce qui concerne le congrès international pendant la guerre.

47On a invité tous les délégués à un lunch avec Hugues à Derby, gratuitement, afin de faire pression contre le Labour Party et malgré cela il n’a eu qu’une minorité. En fait, les marins ne se réunissent jamais. Dans le comité il y a le capitaine Tupper, il n’a jamais été capitaine. Il est le maître avec H. Wilson. Tout ce monde a la haine du socialisme. Ils croient que le socialiste est toujours un pacifiste ami des Allemands, un sectaire.

48Ben Tillet dit à Huysmans : comment pouvez-vous expliquer votre conduite vis-à-vis des Allemands ? Je suis secrétaire de l’internationale. Est-ce que le pape a démissionné ?

49Les ouvriers anglais ne lisent pas un journal socialiste. Dans le Times, Loyon écrit : les journaux Northcliffe sont lus par la classe ouvrière.

50Ben Tillet a même écrit à Gompers pour lui demander de bien recevoir H. et la délégation socialiste en Amérique. Le Labour Party n’a pas reçu l’autorisation du gouvernement anglais de faire un journal hebdomadaire.

51Grève des agents de police il y a trois semaines. 11 000. Ils ont manifesté. Ils ont été applaudis par la population. Il y avait de la police secrète mais les agents les ont chassés de leurs rangs. Ils demandaient :

52– reconnaissance de leur syndicat (obtenu). Ils sont en train de demander à rentrer dans le Trade Union Congress.

53Augmentation des salaires, des pensions (ils ont 13 sh.) (obtenu).

54– réembauchage des secrétaires congédiés (obtenu).

55On reçoit les cotisations dans le bureau de police, mais il leur faut un intermédiaire entre le gouvernement et eux. Mais ils ont le droit de désigner leurs délégués. Ils sont reçus non par le gouvernement, mais par un intermédiaire. Lloyd George leur a dit : après la guerre on vous reconnaîtra. Ils ont dit : tout de suite. Les quatre cinquièmes des agents de police sont syndiqués. Le directeur de la police est congédié après avoir été decoré par le roi.

56Grève des femmes des autobus il y a quatre semaines : les hommes avaient reçu 5 shillings, les femmes non à cause de leurs allocations. Elles ont fait grève. Les chauffeurs ont fait grève par solidarité. Le public était favorable. On demandait aux femmes qui travaillaient : pourquoi n’êtes-vous pas en grève ? Elles ont obtenu l’arbitrage pour les 5 shillings.

57Les fonctionnaires des syndicats sont d’anciens libéraux, mais les mouvements éclatent par-dessus leur tête.

58Ecklers me dit que la propagande de recrutement dans les syndicats anglais est très intense et pratique. Certaines organisations ont 10, 15, 20 délégués permanents. On donne un shilling à l’adhérent qui en amène un autre. Des organisations mettent 100 000 livres à la disposition de quelques hommes et leur disent : allez et recrutez. Le syndicat nouveau des non-qualifiés (Duncan) a 400 000 membres.

59Ils payent 10 livres par semaine à Henderson, 6 ou 7 livres aux secrétaires d’organisations.

60À la conférence, Gompers ! Les journaux bourgeois de Londres l’appellent « sa conférence ».

61Rien n’est préparé et on passe la journée dans le plus grand désordre. Deux commissions : sur la vérification des mandats, sur la fixation de l’ordre du jour. Sur la première, le rapporteur MacDonald déclare que si les socialistes-révolutionnaires viennent à la conférence, ils seront reçus ; mais les minoritaires français déclarent qu’il faut inviter tous les révolutionnaires russes. On répond : on a invité en février les bolchevicks. Ils ont refusé avec insultes ; dès lors on ne peut plus leur refaire une invitation à laquelle ils ne répondraient pas. Cependant Kerensky est admis à titre consultatif, ce qui l’irrite beaucoup et il déclare qu’il ne reviendra pas demain. En fin de compte, on décide que les Russes socialistes révolutionnaires auront la totalité des mandats de la Russie s’ils viennent. Mais on est sûr qu’ils ne viendront pas. Ils n’ont pas le temps de faire le voyage de Stockholm. Frey a parlé raisonnablement sur l’impossibilité de s’y reconnaître et de choisir en Russie.

62Gompers avait élevé des observations sur le fait que la conférence avait été convoquée seulement au titre socialiste. Il accepte d’y prendre part, à condition qu’on dise que c’est une conférence socialiste et ouvrière.

63On discute sur la façon de voter : gardera-t-on le mode de temps de paix de l’internationale ? Oui, dit Henderson et on donnera à Gompers les 20 voix de l’Amérique. Protestations de Longuet qui regrette l’absence du parti socialiste américain. Gompers regrette cette observation, Longuet affirme cependant qu’à l’heure actuelle les socialistes américains sont avec Wilson.

64Sont représentés à la conférence : Angleterre, Amérique, France, Italie, Canada, Grèce, Serbie, Autrichiens irrédents (85 délégués).

65Il y aura trois commissions qui délibéreront demain après-midi :

661°) Le mémorandum de Londres et les observations de l’American Federation of Labour.

672°) La situation internationale.

683°) Rédaction des conclusions.

69Il est entendu en outre qu’à l’ancienne commission de la procédure serait soumis un projet de préparation des prochaines réunions interalliées et de constitution d’un organisme permanent interallié.

Mercredi 18 Septembre 1918

70Baine, américain, préside.

71« C’est un événement heureux d’avoir réuni ici tous les représentants de l’univers ouvrier belligérant allié. Notre but est d’informer le public entier de ce que sont nos buts de guerre. Quant à nous, américains, nous sommes venus tard dans la guerre ; mais nul ne peut nier la sagesse profonde et l’habileté du président Wilson qui a attendu l’heure. Le dernier congrès de l’American Federation of Labour a été unanime ; il a le droit de formuler des conclusions claires et fortes. Nous ne devons travailler que dans l’intérêt de la classe ouvrière. »

72Gompers lit le mémorandum américain et affirme être venu à cette conférence avec un esprit sans préjugé, entièrement ouvert à toute suggestion.

73Les Anglais ajoutent cinq propositions au mémorandum – un grand nombre de motions individuelles et collectives de sections nationales parviennent au bureau. Comme il y en avait une de Mme Snowden sur la nécessité de répondre sympathiquement à la note autrichienne, une discussion de deux heures s’élève entre les Anglais, confuse et [ill] pour savoir si une proposition individuelle était recevable et si elle ne devait pas d’abord être versée à la section nationale dont le nombre dépassant faisait partie.

74Enfin, à 1 h on va déjeuner au Holborne Restaurant.

75Bowerman préside : Henderson lui laisse volontiers ces fonctions honorifiques. En réalité Bowerman est faible. On a dû lui donner comme adjoint un membre des syndicats, Bramlay, secrétaire de l’ameublement. Or Bowerman est jaloux à la fois de Henderson et de Bramlay. Henderson sentant la nécessité de réunir de temps en temps le Trade Union Congress et le Labour Party a loué la maison voisine de celle habitée en ce moment par le Labour Party, afin de la réserver au Trade Union Congress.

  • 7 John Clynes (1869-1949), député de Manchester, homme d’organisation et longtemps responsable du par (...)

76Je suis en face de Clynes7, ministre de la Nourriture. Il a bien réussi et chacun loue son habileté heureuse. Il n’a aucune instruction ; il était secrétaire des ouvriers non qualifiés. Il a beaucoup souffert étant jeune. Près de nous, Davies, secrétaire des ouvriers en laiton, cuivre rouge, airain. Il était fonctionnaire du gouvernement lorsque les ouvriers du cuivre vinrent le chercher. Il accepta, à condition de recevoir une certaine rétribution proportionnelle en nombre des ouvriers syndiqués. Or, dans cette corporation, 20 000 environ. Davies touche, dit-on, 50 000 F par an. Le travail est aux pièces. Les pièces changent souvent. C’est Davies qui, avec l’approbation des patrons et des ouvriers, décide quel sera le prix des pièces lorsqu’il sera nécessaire de l’établir.

77Duncan, des ouvriers qualifiés, qui est lui-même un mécanicien.

78Près de moi Sydney Webb. Il me dit que sur les 600 sièges à pourvoir en Grande-Bretagne (sans l’Irlande) au prochain Parlement en septembre, Lloyd George aura 350 sièges, les 250 autres se partageant entre les libéraux et le Labour Party. Peut-être le Labour Party aura-t-il plus de sièges que les libéraux. Il a dès maintenant désigné plus de 350 candidats. Il y aura 20 millions d’électeurs sur 45 millions d’habitants ; 15 millions d’électeurs nouveaux, 3 millions de soldats électeurs.

79Le Labour Party aura des candidats médecins plus qu’aucun autre parti ; il en aura dans chaque université. Il aura un grand nombre de candidats officiers dont un général de division en service en Mésopotamie. Les soldats voteront ainsi. Ils ont donné une adresse en Angleterre. C’est là qu’ils sont inscrits, dans une section donnée. Ils y sont ajoutés aux autres électeurs inscrits avec leur adresse militaire. On leur fera parvenir leur carte électorale et deux onces gratis de papiers électoraux, un huitième de livre de littérature électorale. Les officiers leur distribueront les papiers et recueilleront leurs votes. Une grande dame a plusieurs filleuls dans l’armée. Elle demandait récemment à Mme Webb : Madame, tous mes filleuls me disent qu’ils voteront pour le Labour. Qu’est-ce que c’est le Labour ? Pourquoi les cinq millions d’ouvriers anglais syndiqués n’ont-ils pas de journaux ? Parce que l’ouvrier anglais est accoutumé aux grands journaux anglais bien renseignés, sur tous les événements, y compris les courses. Or, pour avoir aujourd’hui un journal bien renseigné, les frais sont énormes. Il faudrait 25 millions pour en faire un aujourd’hui à Londres. Deux expériences récentes : la première, La Tribune a mangé en un an 300 000 livres, la deuxième, le Daily Citizen en a mangé 200 000 dans le même temps. Ils sont tombés. C’est que les annonces seules payent un journal. Une seule page du Daily Mail 500 livres par jour. Or les journaux socialistes n’ont pas d’annonces. On en est donc réduit aux journaux socialistes et ouvriers corporatifs hebdomadaires. Mais l’électeur n’est pas attaché à son journal. Aux dernières élections écossaises, rien que des journaux conservateurs en Écosse. Au vote : deux libéraux ou socialistes contre un conservateur.

80Est-ce que les récentes conférences des Dominions lieront le gouvernement anglais lors de la paix ? Non. Impossible de maintenir les tarifs préférentiels. Ils élèveraient des barrières en Angleterre même pour les matières premières et la nourriture. Lloyd George a accepté cela sous la pression des conservateurs, mais il les paiera après les élections qui lui seront favorables. En fait, aujourd’hui l’Angleterre produit beaucoup de grains, de pommes de terre, de légumes, deux fois plus qu’avant la guerre. Mais elle a encore besoin d’importations énormes ; elle n’acceptera pas les tarifs préférentiels. On va à l’achat collectif aux Dominions. L’Angleterre a acheté tout le zinc australien pendant dix ans. Elle a fait des achats de laine, de métaux, de cuir, pour de longues années. Le tout par achat collectif. Donc, les arrangements récents avec les Dominions sont du camouflage, ce sont de mauvaises déclarations de principe. L’Angleterre importe les quatre cinquième de ses matières premières et elle ne peut accepter d’impôt sur ces matières.

81Le mouvement ouvrier comprend aujourd’hui 45 % de la population adulte mâle anglaise.

82Il y a vingt-cinq ans, 1, 5 million de syndiqués et seulement 20 %.

83S. Webb ne me cache pas qu’il ne croit pas qu’on autorise la réunion internationale, ni notre voyage en Amérique. Et cela en raison de la bonne situation militaire, qui donne de la force contre nous aux gouvernants.

84Notons que l’ASE (Amalgamater Society of Engineers), secrétaire Hutchinson, 300 000 membres, a 50 millions en caisse.

85Williams, des transports en commun, me donnera demain tous renseignements sur son organisation.

86Lorsqu’on a demandé à Frey, de la commission de résolution, son avis sur l’éventualité d’un voyage des socialistes et ouvriers européens en Amérique, il a répondu avec un embarras extrême que cela ferait plus de mal que de bien. Le vrai argument qu’il a avoué est : si vous venez là-bas vous irez voir les socialistes. Or nous ne pourrions pas vous recevoir si vous faites cette visite. En bref, on lui a donné de bonnes raisons pour le voyage et il a déclaré qu’il en référerait à nouveau à ses collègues.

87Le soir à 9 h au Monico, nous allons avec Mistral. Nous y trouvons trois des délégués anglais, le mineur, le typo, l’ancien président du Trade Union Congress. Ils avaient beaucoup bu ; ils étaient sentimentaux et pleins de bons sentiments pour la France, anti-allemands et très anglais. MacGurck dit à Bricoux : peut-être your friend Cachin serait-il aise que je lui fasse connaître une dame ? Nous nous dégageons avec difficulté pour aller au 1917 Club, centre de l’ILP anglais où l’on bavarde sans grande utilité avec MacDonald et ses amis. Longuet nous y déclare qu’il a accepté les termes de la proposition Vandervelde sur la réponse aux offres autrichiennes et à l’examen, il déclare que demain il reviendra sur son approbation car la motion Vandervelde n’est pas bonne.

Jeudi 19 septembre 1918

8830 000 Français à Londres.

89M. Mouriz, secrétaire du major Davies nous invite, Thomas, Renaudel et moi, à déjeuner à 1 h au Carlton pour causer Société des Nations avec le professeur Murray, président de la Ligue des nations anglaise.

  • 8 Ange Rivelli (1873-1938) était secrétaire de la Fédération nationale des syndicats maritimes et se (...)

90Rivelli8 nous rend compte de ses démarches auprès de H. Wilson. Il nous rapporte qu’il reste irréductible. Il en veut surtout à Huysmans qu’il accuse uniquement d’être un proallemand. Tous ceux qui ont accepté Stockholm sont des proallemands ou des gens victimes des manœuvres allemandes. Il reproche à Kerensky d’avoir à peu près la même pensée que Lénine. Rivelli nous déclare que H. Wilson semble très ignorant, très borné, irréductible. Il reste entendu qu’au début de la réunion plénière de ce matin sera renvoyée à la commission de procédure la proposition de nommer un comité permanent près de Huysmans pour diriger la politique socialiste interalliée et préparer la réunion des prochaines conférences interalliées.

91C’est au tour des Français de présider la conférence. Je suis désigné comme président ; à l’ordre du jour : 1°) La résolution sur l’Autriche, 2°) La résolution sur la Russie, 3°) L’Internationale, 4°) La procédure des conférences interalliées.

92Toute la réunion du matin est occupée par la discussion sur le n° l. Gompers, Merrheim, Vandervelde, A. Thomas, Peroni, Merrheim, MacDonald, Renaudel, J. Richards des mineurs anglais, Gompers prennent la parole.

93Vote unanime.

94Deuxième question : la Russie.

95Wallace, Longuet, Vandervelde, Kerensky, St Bunning, Popovitch, A. Thomas, Mistral.

PS belge 350 000 membres (représenté à la conférence)
American Federation of Labour
3 millions
(représenté à la conférence)
Grèce 60 000 membres (représenté à la conférence)
Serbie 25 000 membres (représenté à la conférence)
Union socialiste internationale
12 000 membres
(représenté à la conférence)
Union internationale du travail
160 000 membres
(représenté à la conférence)
Labour Party anglais
2 500 000 membres
(représenté à la conférence)
Trade Union Congress
4 130 000 membres
(représenté à la conférence)
Démocrates socialistes irrédents (représenté à la conférence)
Canada Dominions Trades and
Labour Congress
(représenté à la conférence)

9642 délégués anglais, 12 Français, 4 Italiens, 8 Belges, 5 Américains, 1 Canadien, 1 Grec, 1 Serbe = 74 délégués.

97La discussion sur la Russie a été passionnée et faible. Kerensky est en ce moment à la fois plein d’amertume contre les bolchevicks et contre les gouvernements alliés qui lui font des affronts multiples. Vandervelde a été lui aussi banal et sans profondeur. En fait, ce soir après dîner, malgré sa sortie au congrès, Longuet pense qu’on pourra encore demain arriver à un compromis sur la base indiquée par Bunning. Il faut se contenter de blâmer l’intervention sous la forme où elle s’accomplit en ce moment et il ne convient pas de prendre parti, en principe, pour ou contre, étant donné l’extrême complexité de la question.

98Les Américains sont restés avec nous et l’atmosphère n’est pas mauvaise. Seul, de temps en temps, Gompers nous reproche de ne parler que du socialisme et de ne pas employer le terme ouvrier. Mais ils s’engagent par leurs votes communs avec nous. C’est la première fois qu’ils participent à une conférence socialiste et c’est un fait d’importance.

99Henderson tient avant tout à rester avec eux en termes amicaux et à ne pas perdre contact avec le Trade Union dont il entend rester le leader. De tout ce congrès sortira tout de même un nouveau progrès en cohésion et en clarté, et une marche vers le socialisme. À chaque réunion, le Trade Union, très conservateurs, évoluent quelque peu vers nous.

100Nous voyons Gompers qui nous dit qu’il arrivera mardi midi. Il nous donne rendez-vous à 3 h mardi à la CGT. C’est à Paris que l’on réglera le voyage en Amérique. Il redoute surtout notre visite aux IWW.

101Aux prochaines élections anglaises les femmes ne sont pas éligibles. Le parti ouvrier anglais demande qu’elles puissent être élues ; il y aura dans quinze jours réunion au parlement et peut-être que là Lloyd George acceptera la proposition du parti ouvrier, malgré la protestation des conservateurs.

Vendredi 20 septembre 1918

102Les Américains, relativement à la réunion de l’internationale pendant la guerre, disent, en commission, qu’ils se réservent pour la réunion publique de la conférence. Pour l’affaire des passeports, les Américains se réservent car leur gouvernement ne leur a jamais fait obstacle sur ce terrain.

103On revient sur la question russe qui avait été hier renvoyée à la commission, après la discussion mouvementée d’hier. Ce matin nous nous réunissons avec la délégation minoritaire et nous faisons une motion ; Longuet qui va à la commission reçoit de nous mandat de la défendre et de faire l’unité. La commission arrive à l’unanimité. Elle insiste sur l’article 6 du président Wilson. Tout le monde en commission accepte, sauf Popovitch.

104À la réunion publique de la conférence, au moment du vote, Longuet demande à expliquer son vote. On lui conteste le droit de parole. C’est Williams (des Musiciens) qui le conteste. Or c’est un partisan des plus ardents de ceux qui veulent constituer un parti ouvrier contre et en dehors du Labour Party. Au vote on refuse par 25 voix contre 20 la parole à Longuet pour expliquer son vote.

105Nous décidons, dans ces conditions, de ne pas prendre part au vote. Jouhaux proteste ; c’est la British Delegation qui mène le congrès. Vous avez tort de refuser la parole à un délégué, surtout dans une question aussi grave.

106Président De Brouckère est un mauvais président. Il est sans souplesse, brutal et ne dirige rien.

107Toute la CGT, sauf Bled, toute la délégation du parti, sauf Thomas et Renaudel, ne prennent pas part aux votes sur la motion russe. En dehors d’eux, le congrès la vote.

108Thomas, des cheminots, est un centriste. Il a des changements rapides, comme chez tous les Anglais. Il est adorateur du fait et il suit les faits. Mais dans le fond il est centriste de gauche.

109Mistral explique que pour les votes à venir il faut une procédure, car on ne peut pas recommencer cette façon de faire où la délégation anglaise, numériquement plus forte que toutes les autres réunies [sic].

110Les Anglais sont chassés de Bakou, les Américains et les Russes leur sont tombés aujourd’hui dessus.

  • 9 Litvinov (1876-1951) dirigea la section bolchevique en Grande-Bretagne de 1908 à 1918 avant de deve (...)

111Longuet a vu hier Litvinov9. Balfour lui a demandé lorsqu’il était en prison de télégraphier à son gouvernement pour faire mettre en liberté des Anglais en Russie.

112Oui dit Litvinov à condition que moi-même je sois libre. On le libéra. Et avec lui, dans la suite, six Russes furent libérés, à la suite de démarches de Balfour de même sorte.

113Jouhaux ne pardonne pas aux bolcheviks la Constituante ; la paix de Brest. Il me dit : cependant, moi je reste anarchiste.

114M. Murray m’a dit qu’à son avis le président Wilson reste attaché à son point de vue de toujours : il a des renseignements très récents. Il souhaite comme nous que l’unité de front se réalise au point de vue diplomatique. Il pense aussi que les exigences coloniales de l’Angleterre sont fort dangereuses pour la paix.

115La commission sur l’internationale (Jouhaux et Mistral). S. Webb rapporte sur le travail de la commission : la commission a travaillé huit heures. Ce que nous voulons atteindre, c’est des buts de guerre raisonnables et démocratiques.

116Thomas, des cheminots, pense que le discours du représentant de l’ILP fut fâcheux. « Nous sommes tous dans le Trade Union contre la diplomatie secrète. Une majorité écrasante des ouvriers ne soutient pas la guerre pour l’impérialisme. Nous constatons que la démocratie est dirigée par des gens responsables – le gouvernement britannique représente la majorité de la nation britannique. La nation britannique n’était pas prête à la guerre ; l’Allemagne l’était. C’est l’opinion d’une majorité écrasante du travail anglais. A Derby, 4 millions et demi, on a dit : il faut que l’Allemagne évacue de gré ou de force la Belgique et la France. Pour la Russie, elle n’est pas oubliée par l’Angleterre ouvrière. Il n’y a qu’à revenir au mémorandum, c’est lui qui dirige notre conduite. Nous sommes pour finir la guerre le plus vite possible sur ce terrain. »

117Frey, l’orateur de l’ILP a pris des phrases pour des faits. Il a pris les causes occasionnelles pour les vraies causes ; mais ce que l’histoire nous montre, c’est la lutte entre le gouvernement aristocratique et la démocratie, qui est l’organisation du droit pour les hommes de se gouverner eux-mêmes. Dans ces gouvernements démocratiques, le mal des maux peut être guéri par le fonctionnement de la démocratie. L’ILP a tiré de cette confusion théorique des conclusions regrettables. On a voulu contester la légitimité de notre action et [l’esquiver ?].

118La délégation américaine a choisi soigneusement ses mots. Elle dit : nous savons pourquoi nous nous battons. Il n’y a pas de maîtres dans une démocratie, il y a des hommes chargés par le peuple de prendre des responsabilités. La cause est l’agression de l’autocratie. Il faut se rallier en termes clairs à la résolution de la commission.

119Maxton, écossais, il faut travailler ensemble à organiser une paix durable. Nous sommes d’accord avec les 14 points du président Wilson. Mais vous, les Américains, n’oubliez pas ceux qu’on emprisonne chez vous ; la démocratie chez nous et chez vous est loin d’être parfaite.

  • 10 William Haywood (1869-1926) était le principal dirigeant des IWW.
  • 11 Karl Legien (1861-1920), depuis 1902 responsable du Secrétariat syndical international constitué à (...)

120Gompers lui répond : vous nous reprochez d’être entrés trop tard dans la guerre et vous êtes contre la guerre. Cas Mounet. Une manifestation à San Francisco pour la guerre a été troublée ; une bande s’est jetée, 22 tués. On a accusé Mounet. Est-il coupable ? On ne le sait. L’American Federation of Labour a demandé un second procès. Wilson est intervenu en sa faveur. Haywood10 a été le pire ennemi des trade-unions américains. Il a été accusé de conspirer contre le gouvernement poursuivant la guerre. C’est un crime de trahison. Entre l’Allemagne et nous il y a des différences tout de même. L’Allemagne a refusé de réduire ses armements sur mer. Les trade-unions des États-Unis ont fait voter une résolution en ce sens. Nous avons réussi. Ensuite nous avons demandé à Legien11 pour lui demander d’obtenir une action concertée de même ordre. Legien a dit : selon la loi allemande il n’avait pas le droit de communiquer ces choses aux autres nations. Legien a répondu qu’il était impossible de réunir, lors de la paix, une réunion ouvrière ; et en outre lorsque nous lui avons demandé de réclamer de son gouvernement ses buts de guerre, il a répondu : je ne peux ni ne veux. Alors nous avons abandonné le parti allemand et nous nous sommes mis en rapport avec les ouvriers des pays alliés. Lorsque les Allemands se sentiront en danger ils feront leur devoir. Legien accuse Gompers de prolonger la guerre. Je n’ai pas besoin de répondre, je suis ici pour dire nos buts clairs. Nous voulons aider non contrarier les efforts communs contre l’ennemi. Nous voulons lutter contre le triomphe du militarisme. C’est la lutte pour la démocratie économique et politique. Notre gouvernement a la confiance entière du mouvement ouvrier américain.

Notes

1 Auguste Chochoy (1859-1925), premier adjoint socialiste au maire de Boulogne de 1904 à 1908 et de 1912 à 1919.

2 Les Gothas étaient des avions allemands utilisés pour les bombardements de nuit.

3 Le but de Gompers était en fait de lutter contre l’immigration européenne.

4 Henri Mayers Hyndman (1842-1921), fondateur prestigieux de la Social Democratic Federation en 1884 et chef de file du marxisme britannique favorable à l’empire colonial au début du siècle soutint la participation britannique au conflit. Il fonda en 1916 un National Socialist Party.

5 Hugo Haase (1863-1919), président du groupe parlementaire du SPD avait fondé l’USPD (Sociaux-démocrates indépendants) en avril 1917, qui regroupait les partisans d’une solution pacifique.
Victor Adler (1852-1918), figure emblématique du socialisme autrichien, avait soutenu la politique d’Union sacrée, contrairement à son fils Friedrich (« Fritz ») (1879-1960) qui devait assassiner le comte Stürgk, Premier ministre austro-hongrois, en 1916. Mais l’évolution du conflit l’avait conduit, tout comme les conseillers de Charles Ier, à adopter une position plus nuancée et à rechercher une paix de compromis.

6 Alsace-Lorraine.

7 John Clynes (1869-1949), député de Manchester, homme d’organisation et longtemps responsable du parti travailliste dont il fut quelque temps le leader parlementaire.

8 Ange Rivelli (1873-1938) était secrétaire de la Fédération nationale des syndicats maritimes et se situait dans la mouvance de Léon Jouhaux.

9 Litvinov (1876-1951) dirigea la section bolchevique en Grande-Bretagne de 1908 à 1918 avant de devenir le collaborateur de Tchitchérine au Commissariat du peuple aux Affaires étrangères (1918).

10 William Haywood (1869-1926) était le principal dirigeant des IWW.

11 Karl Legien (1861-1920), depuis 1902 responsable du Secrétariat syndical international constitué à l’initiative de la Commission générale des syndicats allemands dont il était le secrétaire depuis 1890. Très engagé dans le soutien à l’effort de guerre du gouvernement impérial.

© CNRS Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search