Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Carnets. Tome II Carnets Marcel Cachin – année 19...

Carnets. Tome II

 | 
Marcel Cachin

Année 1918

Carnets Marcel Cachin – année 1918 Premier carnet complémentaire

Texte intégral

Mars

Mardi 19 mars 1918

1Départ mardi 19 soir de Paris.

2Londres 20. Waldorf. 209.

3Consulat américain : 18 Cavendish sq.

4Ambassade américaine à Londres, 4 Grosvenor Garden.

  • 1 Paul-Henry d’Estournelles de Constant (1852-1924), diplomate, sénateur de la Sarthe, animateur de n (...)

5D’Estournelles de Constant1 me remet quatre lettres de références : pour le président Nicholas Murray Butler, Columbia University, 84 substation New York.

  • 2 Le « colonel » Edward Mandell House (1858-1938) était le principal conseiller diplomatique du prési (...)

6Pour le colonel House2.

  • 3 Jean Jusserand (1855-932), homme de lettres et diplomate, depuis 1902 ambassadeur de France aux Éta (...)

7Pour M. Jusserand3.

8Pour M. Brown-Scott, jurisconsulte du département d’État. Washington. Pour les deux premiers, il faut leur dire la vérité entière, et leur montrer que tout ce qui se fait est une entreprise générale contre la démocratie.

9D’Estournelles me dit que Mme Jusserand est une Américaine et une femme supérieure. Quant aux Américaines en général, elles sont très conservatrices.

10Mardi 7 h. Visite Clemenceau : il me dit que Wilson est un mauvais coucheur.

11Le gouvernement anglais ne voit pas d’un bon œil votre mission ; il fera ce qu’il pourra pour la contrecarrer, et même il a télégraphié à New York et il serait possible que vous ne puissiez pas aller en Amérique. Quant à moi, j’ai garanti votre patriotisme et celui de Jouhaux. Il a ajouté : il faut croire à la victoire : nous la tenons quand les Américains seront là ; il ne faut donc pas chez nous de guerre civile, ni de troubles intérieurs pour menacer et mettre en péril notre succès certain.

12Clemenceau ajoute : Wilson est un allié qui n’est pas aisé, ni commode, ni maniable et il nous cause beaucoup de souci. On ne le connaît pas ; si on le connaissait en Europe comme il est réellement, on aurait de lui une tout autre idée.

Jeudi 21 mars 1918

13Visite à Henderson au Labour Party. Il nous dit que c’est Bunning qui est choisi ; Henderson et Thomas ne peuvent aller en ce moment en Amérique parce qu’ils préparent les élections en Angleterre. Pour la réunion de Henderson, Thomas et Vandervelde, qui doivent aller presser les gouvernements de donner les facilités pour la réunion de l’internationale, il faut attendre car le moment semble mal choisi. Henderson dit que Lloyd George ne fera aucun obstacle à notre voyage. Le secrétaire de l’ambassade américaine lui a dit également qu’il n’y avait pas d’objections à notre voyage en Amérique. Henderson ajoute que seul notre gouvernement aurait pu créer des obstacles. Ici, en Angleterre, aucun.

14Les Italiens n’ont pas répondu.

15Le matin à 11 h le secrétaire de l’ambassade américaine me donne rendez-vous au Waldorf à 3 h. Il est en très bonnes dispositions.

16Rendez-vous à 4 h Chambre des communes avec Wardle.

17Demain matin, à 11 h au Labour Party avec Bunning.

  • 4 George Lansbury (1859-1940), rédacteur en chef du Daily Herald, hebdomadaire pendant la guerre, app (...)

18Lansbury4, rédacteur du The Herald, journal de l’ILP. Henri N. Bradford y rédige. C’est un des hommes les plus renseignés sur la politique étrangère d’Angleterre. Il était au Daily News où il recevait 25 000 F.

19Le secrétaire, Gillies, du Labour Party vient nous voir. Il est entendu, en grand secret, que nous partons vers mercredi pour Liverpool, par le New York, 10 000 tonnes, un des merveilleux steamers des lignes américaines.

20Un seul Anglais, Bunning, deux Français, deux Belges ; peut-être même que Mann ne viendrait pas. Quant aux Italiens, Henderson a télégraphié à Modigliani qui n’a rien répondu (Lilite n’est pas sûre de ce renseignement). En tout cas, les Anglais n’ont rien reçu d’aucun groupe italien.

21Bricoux nous dit : Lansdowne veut la paix séparée ; mais c’est un traditionaliste des Affaires étrangères. Il faut faire des réserves sur Lansdowne... Il est grand propriétaire terrien et conservateur. Comme en ce moment en Irlande, les sinn-feiners sont en train de se partager les terres, et comme ils sont maîtres de certains villages et villes où ils ont installé des gouvernements locaux. Bricoux craint que Lansdowne soit effrayé de ces faits du point de vue conservateur, et que cela l’incite à la paix sur le dos de la Russie. Il y a donc dans le mouvement ouvrier anglais certaines réserves relatives à Lansdowne : MacDonald est cependant en rapport avec lui. Il y a des lords socialistes, ajoute Bricoux, lord Buckmaster, lord Parmoor, lord Lorebum.

  • 5 Andrew Bonar Law (1858-1923), leader des conservateurs depuis 1911 et chancelier de l’Échiquier dan (...)

22On parle toujours en Angleterre du débarquement de Lloyd George, mais on hésite sur le successeur : ce serait ou Bonar Law5 ou Lansdowne. Mais Asquith, qui est pusillanime, sauve toujours Lloyd George. De sorte qu’on pense que Lloyd George ira jusqu’aux élections. Les élections vont se produire ; il y aura une expérience de la proportionnelle dans 100 circonscriptions, pour les autres districts, les votes seront personnels. Les soldats voteront ; les six millions de femmes voteront-elles comme leurs maris ? Ou seront-elles nationalistes ? C’est encore une grosse inconnue. Il semble qu’aujourd’hui le gros succès attendu il y a quelques semaines du Labour Party soit moins assuré.

  • 6 Samuel Gompers (1880-1924) dirigeait l’American Federation of Labour. Réformiste, il avait soutenu (...)

23Le mémorandum vient d’être envoyé à Branting : il est daté du 11 mars et signé de Vandervelde et Huysmans ; Huysmans pense qu’il sera accepté comme base de discussion par les Allemands. Buckler, attaché spécial à l’ambassade américaine à Londres, vient nous voir au Waldorf. Sa mission était de renseigner son gouvernement qui le lui avait demandé sur le sens de notre voyage en Amérique. Il nous dit : pourquoi avez-vous été choisi, vous M. Cachin, à côté de Jouhaux ? C’est probablement en raison de votre situation politique d’homme qui s’est occupé d’affaires étrangères ? C’est Washington qui a demandé les renseignements. Vous trouverez un président plus démocrate que Gompers6 qui est un réactionnaire. Il m’atteste que le président Wilson est en pleine harmonie avec les socialistes sur le caractère démocratique de cette guerre, sur l’attitude à avoir près des Russes et qu’il sera enchanté de nous voir et de s’entretenir avec nous. Il m’a interrogé sur mon voyage en Russie et a été en parfaite sympathie avec tout ce que je lui ai exprimé à ce sujet

24Quand je lui ai dit qu’en ce moment les peuples étaient tous avec Wilson, et qu’ils mettaient en lui leurs espérances démocratiques, souvent contre leurs propres gouvernements, il a approuvé sans réserve, allant lui-même au-devant de mes affirmations. M. Buckler nous dit : je vous félicite d’inaugurer une diplomatie nouvelle, celle des peuples. M. Buckler est attaché spécial à l’ambassade américaine de Londres. Nous devons le voir samedi matin à l’ambassade, 4 Grosvenor Garden S.W.

25Les Italiens : on nous fait dire de l’ambassade d’Amérique que les Italiens, même Turati ne seraient pas volontiers reçus par Wilson. Quant à Huysmans, il a écrit aux deux sections, les officiels, les réformistes. Les officiels ont dit : nous n’enverrons personne. Les réformistes ont répondu : nous déléguons Gaëtani. Mais dans la suite Silvestri a écrit à nouveau : nous vous télégraphierons nos instructions.

  • 7 Sans doute John Wardle (1866-1934), député libéral-travailliste et ancien militant de la Social Dem (...)

26Visite à Westminster pour les députés cheminots. Je vois Wardle7, en l’absence de Thomas. Voici sa conversation :

27Il y avait avant la guerre 20 grandes compagnies de chemins de fer, et une cinquantaine en tout, petites et grandes. L’Etat a mis la main sur 95 % de ces compagnies. Le projet de réquisition portait que le gouvernement garantissait les intérêts aux actionnaires et obligataires comme avant la guerre. L’État a seul aujourd’hui la direction et la gestion des chemins de fer. En fait, au point de vue technique, huit des principaux directeurs des compagnies administrent les réseaux, sous le contrôle du Board of Trade. L’État a augmenté les salaires depuis la guerre dans des proportions importantes : les augmentations dépassent les bénéfices normaux des compagnies. Une partie de cette dépense restera à la charge du gouvernement, dans une proportion qui restera à déterminer. On a augmenté depuis la guerre les tarifs voyageurs de 50 % et comme il y a énorme accroissement du trafic, les revenus des chemins de fer ont crû dans une forte proportion. Il est entendu que le gouvernement conservera le contrôle actuel sur les réseaux dans les douze mois qui suivront la signature de la paix. Aujourd’hui, le gouvernement anglais a nommé, il y a six mois, une commission d’enquête des chemins de fer. Cette commission, dont Sydney Webb est membre, ne s’est réunie qu’une fois depuis six mois : le gouvernement ne s’est pas empressé de la réunir à nouveau. Cependant, une délégation des trade-unions a été désignée pour aller voir le Board of Trade et s’est rendue au ministère pour demander que le contrôle actuel soit conservé et élargi. Cette délégation a été bien reçue et il est entendu que si les choses s’arrangent, le comité de direction sera étendu et que des ouvriers y seront représentés. Les détails de l’organisation, on ne s’en est pas encore préoccupé. Bref, la question de la nationalisation ne s’est pas encore posée de façon théorique, on l’a résolue pratiquement, provisoirement. Mais pour Wardle, qui se refuse à s’expliquer plus nettement, ne voulant pas se hasarder à prophétiser, on ne sait pas encore bien comment les choses tourneront. Wardle a de l’action sur le Board of Trade, mais c’est en tant que membre du gouvernement et non en tant que secrétaire du syndicat ; son action sur le comité présent de direction est personnelle. En Angleterre, ajoute Gillies, les diverses organisations de chemins de fer ne sont pas encore parfaitement unifiées. Mécaniciens, ouvriers des ateliers, hommes de l’exploitation ou de la voie ne s’entendent pas et ne sont pas dans une même organisation. Il faut lire, pour se rendre compte de la question, la brochure de Webb : Trade-Unions and Railwaymen.

Vendredi 22 mars 1918

28Visite à lord Esher qui était en Écosse où il séjourne jusqu’à la fin du mois.

29Lilite téléphone à Casson expert in efficience taylorisant, disciple d’Emerson.

  • 8 Frédérik Winslow Taylor (1856-1915) ingénieur américain est à l’origine du système qui porte son no (...)

30Rendez-vous avec Casson à 10 h. Casson est un ancien membre du parti socialiste américain. Il l’a quitté à cause de son sectarisme et de son étroitesse. Aujourd’hui, il s’est établi en Angleterre pour répandre dans ce pays les idées, non seulement de Taylor, mais d’Emerson8 sur la production, l’efficacité, le rendement humain maximum dans tous les ordres de travail. Emerson, ancien professeur, a élargi la conception de Taylor. Il fait des cours à New York ; il y a des succursales dans toutes les grandes villes ; des jeunes gens, des jeunes filles qui veulent se donner une règle de travail assistent à ses cours. Il fait des cours pour les voyageurs de commerce, pour les employés, etc. Le système Taylor (1856-1915) : il faut spécialiser chaque usine et spécialiser chaque ouvrier dans chaque usine ; développement du machinisme, production en série d’objets courants. Inconvénients : surmenage, monotonie, machinisation de l’ouvrier.

31Casson (cinquante ans), fils d’un missionnaire chez les Indiens, a vécu parmi eux jusque douze ans. Il a vécu après dans un magasin. À quinze ans il rentre à l’université de Toronto où il reste cinq ans (Canada). Il a l’impression que la culture universitaire est formelle, hors de la vie. Il vient à Boston, vit parmi les pauvres et les ouvriers, en 1890. Entre 1890 et 1894, grand chômage en Amérique. Il étudie les causes du chômage et il est amené à étudier le rouage social. Il groupe les chômeurs et réussit à faire passer la première loi sur le chômage dans l’État de Massachusetts. Il vit de sa plume et de sa parole. Il continue d’étudier le mouvement industriel et économique moderne ; il s’aperçoit que les imperfections du système sont le désordre : il tombe d’accord avec Taylor et Emerson et veut organiser, sur des bases rationnelles, les affaires d’Amérique. Il aide à la réorganisation de l’acier, de l’industrie du blé, de la publicité, machines agricoles, téléphone. Il fait 15 volumes sur ces objets divers. Il rédige en chef le New York World pendant quatre ans, avec mission de diriger le journal dans cette voie : réorganisation économique sur des bases scientifiques. Il fut au service de 19 chambres de commerce des États-Unis. Un exemple : la réorganisation d’affaires à Buffalo, il y fit 18 usines. Sa plus grande application fut faite sous le contrôle de la chambre de commerce de New York. Il vient en Angleterre pour essayer d’y introduire l’efficience.

32En 1907, Emerson, le théoricien du rendement humain maximum, lui propose de s’associer avec lui pour établir une école. En un an l’école fut sur pied. Cette école, avec son équipe d’experts en efficience, fonctionne depuis 1908. En dix ans Emerson a reçu comme honoraires 5 millions de francs.

33Casson en Angleterre depuis 1914. Il a fondé une revue et a réorganisé 120 firmes, usines, magasins dont Cadburys.

34Quelques exemples. Dans une grande firme où l’on fait des matelas d’amiante pour les canons, le rendement a été triplé. Dans une grande industrie d’emballages pour la Marine, là où il y avait un personnel de 1 000, on a réduit de 50 % ; les ouvriers déplacés purent recevoir d’autres situations dans la même firme. Dans cette même maison, la façon de procéder a été si complète que l’an dernier, comme les commandes étaient très pressées, les ouvriers renoncèrent à leur congé de la Pentecôte (firme Timers frères).

35Casson fait partout des conférences : il est un propagandiste zélé. L’an dernier, lui et son groupe de cinq experts ont gagné 250 000 F en un an ; plus son magasin et ses livres et ses articles. Il donna trois conférences à Manchester. L’université a fondé une chaire. Cet exemple fut suivi par Londres. Il y a aujourd’hui deux chaires d’organisation des affaires. Dans une industrie de tanks, là où on en faisait 9 par semaine, après on en a fait 15 rien qu’en réorganisant les contremaîtres, sans un effort plus grand des hommes, sans plus de fatigue des ouvriers.

36Casson espère, après la guerre, venir en France. Le Figaro le fera venir : en six conférences il exposera tout son système. La guerre qui aura fauché tant d’hommes ouvrira la question de la main-d’œuvre, la théorie du rendement maximum la résoudra.

37Casson est venu à l’idée de l’efficience, comme Descartes avait agi avec la philosophie médiévale. Aujourd’hui, dans les affaires économiques et sociales, la tradition est aussi funeste que les traditions aristotéliques balayées par Descartes. Et de même que Descartes a réformé la philosophie en résumant sa méthode en six articles, de même Emerson... Casson est un ascète, maladif, passionné, nerveux.

38Il y a un congrès des grandes associations, des firmes de vente à Detroit, en avril. En 1916 Wilson le présida, il y eut 3 000 auditeurs. En 1917, Schwab, du Steel Trust le présida.

39Cette aimée c’est Casson qui parle.

40Pourquoi gagner la guerre, faut-il que les affaires continuent ?

41Quelles sont les business non essentiels pour la guerre ? Considérerait-on assez la difficulté de recommencer un business qui a été fermé ? Faisons-nous la guerre longue ou courte ? Est-ce que les restrictions des affaires sont utiles à la nation ? Est-il immoral que les journaux poussent aux affaires en ce moment ? Est-ce que le monde va à la faillite ? La nation peut-elle faire faillite ? Est-ce que la production est contraire à la guerre ? L’arme économique, facteur primordial dans la guerre. Rendre le monde libre pour la démocratie et pour les affaires. Les préparatifs d’après la guerre. Casson est un théoricien du négoce américain, orateur dynamique.

42Nous allons déjeuner avec Huysmans au restaurant grec, près de Regent Street, c’est 75 Beack Street. Huysmans nous raconte que Haldave l’a fait venir pour lui montrer des papiers importants. En 1912, Haldave alla en Allemagne pour négocier un accord sur la limitation des armements. De plus, il était entendu que les colonies belges et portugaises seraient attribuées à l’Allemagne, avec le consentement de l’Angleterre.

43Ces jours-ci, pour confirmer ces attestations de l’esprit pacifique de l’Angleterre en 1919, Lichnowski, ancien ambassadeur d’Allemagne à Londres, vient de laisser publier par un journal Scandinave les réflexions de l’ambassadeur sur la politique anglaise en 1914. Il y établit que Grey était avec Asquith, éloigné de la guerre. Lichnowski a été destitué par les Allemands.

44En ce qui concerne la visite à Wilson, Huysmans est d’avis que nous disions ceci : 1°) Nous sommes d’accord avec le président sur le but à atteindre : la Société des Nations ; si elle est réalisée, toutes les autres questions s’en trouveront résolues : les territoriales, les limites d’armements, les morales. 2°) Nous sommes aussi d’accord sur les moyens à employer. Comme nous le président pense qu’il faut distinguer entre les peuples et les dirigeants. Comme nous il veut donc agir sur les peuples des Empires centraux. Dès lors, notre entrevue sera simple : il suffira que nous formulions en termes clairs, neufs, ces quelques idées et que nous les présentions à Wilson. Pour la méthode, il faudra que chacun de nous prépare un papier et on les confrontera.

45Casson nous dit que Gompers est le Clemenceau du trade-unionisme américain. Il suffit de prononcer le mot internationalisme pour le faire quitter la salle. Il a créé la Civic Fédération : association d’hommes modérés appartenant au grand capitalisme américain et aux trade-unions et aussi de notabilités prises dans le public TAFT des présidents d’universités. Cette organisation se réunit une fois par an ; elle a des comités qui se réunissent là où les conflits menacent. Elle les solutionne par des concessions réciproques. Depuis douze ans, grâce à la Civic Federation, on a évité les grandes grèves américaines.

  • 9 Les IWW furent fondés en 1905 en opposition à la trop modérée AFL. Syndicats d’industrie, les IWW m (...)

46Un des fonctionnaires de cette Civic Federation c’est Mitchell, mineur, mais Gompers est le grand homme de la Civic Federation. Il en impose aux capitalistes américains. Grâce à lui, les trade-unions ont acquis un relief et une considération énormes. Duncan et Mitchell peuvent mieux comprendre ; mais dans l’American Federation il est le maître. Les autres chefs ouvriers sont très faibles. À la droite de la Civic Federation il y a des patrons qui refusent de céder. À gauche, le syndicalisme violent représenté par l’IWW, les Industrial Workers of the World : ce sont les mineurs de l’Ouest qui en sont la base9.

47Huysmans espère obtenir l’adhésion de Wilson et par là, celle de Gompers. Il nous dit : il y a deux sortes de gens que je ne peux pas comprendre : les bourreurs de crâne et les pacifistes.

Samedi 23 mars 1918

48Nous allons à 10 h au consulat général américain pour faire viser nos passeports. On nous dit qu’il nous faut une attestation officielle soit de Henderson, soit de l’ambassade de France pour justifier l’utilité de notre voyage.

  • 10 Le Daily Express était un quotidien populaire fondé en 1900, favorable aux thèses impérialistes. Il (...)

49Hier, a paru dans le Daily Express10 une note de Wilson, des marins, qui déclare que pas un marin ne transportera en Amérique les missionnaires bolcheviks que nous sommes. Le Daily Express est le journal de Blumenfeld ; c’est un journal impérialiste ; il flatte le populaire. Lord Beaverbrock en est le propriétaire. Il gagne beaucoup d’argent. Lorsque les journaux ont augmenté leur prix, le Daily Express est resté à 1 sou comme le Daily News ; et même le Daily News est monté à 10 centimes. Or le Daily Express ne vient que d’être mis à 2 sous. Il tirait à 600 000 exemplaires, mais quand le Daily News est passé à 2 sous, le Daily Express a passé à 900 000. Aujourd’hui qu’il est à 2 sous, il va peut-être perdre une partie.

50Lord Beaverbrock vient d’être placé à la tête de la propagande par Lloyd George. Reprington a passé du Times à la Morning Post, conservateur. Le Daily News qui tirait un million à 1 sou, a vu baisser son tirage à 600 000 lorsqu’il est passé à 2 sous.

51La presse de Northcliffe.

52Northcliffe a payé les dettes de la maîtresse du roi, et il a été nommé lord pour cela. C’est l’origine de sa fortune.

53Times – Daily Mail – Evening News – Weekly Dispatch = 4 journaux à Londres, plus une quarantaine en province.

54Lord Rothermere. ministre de l’aviation, frère de Northcliffe a le Daily Mirror. C’est un Excelsior anglais. Les ouvriers achètent le Daily Mirror : il a tiré à 1 900 000 exemplaires. C’est un impérialiste. Il a un journal du dimanche : le Sunday Picturial.

55Horatorio Bottomlev. directeur du John Bull. 3 millions d’exemplaires. Avocat retors, accueille toutes les collaborations.

56Gompers télégraphie que neuf délégués américains de l’American Federation of Labour arrivent en Angleterre au début d’avril.

  • 11 Serrati (1876-1926), successeur de Mussolini à la direction de l’Avanti en 1915, dirigeant du parti (...)

57Huysmans n’est pas d’avis que nous attendions l’arrivée en Angleterre de cette délégation qui peut n’arriver que dans une quinzaine. Il nous conseille d’aller voir Sydney Webb, Grosvenor Road 41, et de lui parler. Webb est en ce moment un des hommes d’Angleterre qui ont le plus d’influence sur le Labour Party et son avis sera partagé par les autres membres du comité. Huysmans me dit que Serrati11, qui n’a pu venir à la conférence de Londres du 20 février, lui a écrit et lui a déclaré : je suis contre les résultats de la conférence et je veux qu’on le dise publiquement.

58Huysmans lui a répondu que le délégué italien, en prenant publiquement position, en déclarant à la conférence que l’Italie adhérait et se tenait aux décisions de la conférence de Londres en février 1915, avait admis des buts de guerre beaucoup plus graves que ceux de la conférence de février 1917.

59Nous allons rendre visite à Webb et à sa femme, dans leur cottage sur les bords de la Tamise. Webb nous dit : la délégation qui arrive d’Amérique ne peut nous empêcher nullement d’aller à New York, car la seule personne importante à voir ce n’est pas Gompers, mais Wilson. Gompers et l’American Federation of Labour feront ce que Wilson leur conseillera.

60Webb nous dit que les Guilds sont un mouvement créé par les étudiants d’Oxford et de Cambridge. Ils étaient rentrés dans Fabian Society : ils en étaient sortis, mais F.S. leur a facilité de rentrer en établissant un comité où entraient certains Fabiens. Ce comité est chargé de faire des recherches, des statistiques, de mettre à l’étude les conceptions de ces jeunes gens. Ils ont fait des études poussées. Le Labour Party voit leurs travaux avec sympathie : lorsqu’il aura son local, il leur donnera une place afin de continuer les recherches qu’ils continueront à faire pour lui. Ils veulent organiser les industries par des comités où entreraient les patrons, le public, les ouvriers et le gouvernement

61Ils sont environ 300. Ils apportent un appui très important au Labour Party.

62Webb pense que dans les dix ans à venir il y aura nationalisations : chemins de fer, houille blanche, houille noire – bateaux pour services de transports coloniaux. On entrera dans une phase où la direction de l’industrie ne sera pas entre les mains seules des capitalistes, mais où le gouvernement et les producteurs auront leur part.

63Pour les élections anglaises, le suffrage féminin ne changera pas car il a visité quatre pays : deux en Australie, deux aux États-Unis où les femmes ne votaient pas autrement que leurs maris. En Angleterre il y a un point d’interrogation.

64On va faire un vote en Angleterre en octobre. Les soldats voteront à partir de dix-neuf ans. Ils recevront des ballots de papiers gratuits. Ils ne pourront pas être candidats. Il faut, pour être candidat en Angleterre, déposer 150 livres. Webb espère que le Labour Party aura 100 sièges à la prochaine consultation, et que désormais aucun parti ne pourra gouverner en Angleterre sans le parti ouvrier.

65Appleton a fondé la fédération générale des trade-unions ; ce n’est qu’une fédération de syndicats qui veulent s’assurer contre les grèves. Et ensuite, ils se sont occupés de statistiques ouvrières avec Legien et Gompers. Ils n’ont pas une grosse influence en Angleterre. O’Grady en est le président ; mais comme catholique il n’a pas d’autorité. Appleton est plein d’ambition. Il a avec lui les fileurs de coton et les chemins de fer. Il n’a pas plus d’un million de syndiqués. Il a été exclu par le dernier congrès des trade-unions. Sa tentative n’empêche pas l’unité ouvrière anglaise d’être très forte.

Dimanche 24 mars 1918

661 h. Rendez-vous avec Bricoux au Waldorf pour aller chez Dar.

67Gillies et le secrétaire Middleton viennent nous voir à l’hôtel.

681°) Henderson est opposé au voyage. Il pense qu’il faut remettre le voyage à deux mois, c’est-à-dire lorsque la délégation américaine aura fait son rapport à Gompers.

692°) Henderson pense que la délégation doit se borner à une visite à Wilson et une visite à Gompers. Pour cela, quatorze jours de présence en Amérique suffisent. Il donne 75 F par jour pendant ces quatorze jours, plus 10 F par jour sur le bateau en sus du voyage, et les frais de chemin de fer de New York à Washington, soit 3 500 F.

703°) Henderson a-t-il vu la New Republic du 2 mars, où il est dit que contre Gompers, Wilson n’a que le prolétariat anglais et français ?

714°) Nous avons à éclairer ce pays sur la situation en Europe. L’Amérique est neuve dans la guerre ; elle ignore tout de l’état vrai de l’Europe. Sa presse lui ment. Il y a donc lieu non de faire des mass meetings, mais d’avoir des conversations nombreuses dans les milieux les plus divers, voir les hommes qualifiés des organisations ouvrières, écrire dans les journaux, donner des interviews, faire comprendre à fond notre mentalité.

72Les mineurs anglais avaient déclaré qu’ils refusaient les 50 000 soldats que leur demandait le gouvernement. En présence des événements du front, les chefs des mineurs déclarent qu’ils ne font plus opposition au gouvernement. Hier, samedi, des délégués non-officiels des organisations des engineers se sont réunis à Manchester. Ils ont déclaré la grève pour le 8 avril si le gouvernement persiste à vouloir enrôler des mécaniciens. Mais l’organisme central a le temps de tout arranger.

73Le 19 mars, Gompers à la National Civic Federation de N.Y.

74« Les Soviets ont répondu à Wilson. Leur réponse a été inspirée par l’Allemagne. U n’y aura pas de paix sans victoire. U n’y aura pas de paix prématurée. Jamais les travailleurs américains n’assisteront à aucune conférence où il y aura des Allemands. Le chaos russe est la réponse à ces intellectuels et radicaux des États-Unis qui font niaisement le jeu de l’Allemagne. Stauning a écrit à Henderson qui avait accusé le parti socialiste danois d’être proallemand. Il lui dit : nous avons voulu rester neutres. Nous avons protesté contre la violation de la Belgique. Nous avons protesté contre la majorité allemande quand elle a déclaré qu’il n’y avait pas de question d’Alsace-Lorraine. Nous sommes pour le référendum ; nous voulons qu’il soit fait en Alsace-Lorraine sous le contrôle d’une puissance neutre. Nous voulons que soient consultés :

751°) parmi tous les inscrits de la liste de 1912, ceux qui habitent l’Alsace-Lorraine depuis quinze ans, à l’exception des fonctionnaires non permanents.

762°) Tous ceux qui ont fui l’Alsace-Lorraine en 1914 devant les Allemands.

77Les Danois ajoutent qu’ils sont avec la minorité allemande ; qu’ils sont les amis des Anglais autant que des Allemands ; qu’ils l’ont prouvé pendant la guerre, mais que désireux avant tout de proclamer leur neutralité de socialistes haïssant la guerre.

78Quant à l’affaire du charbon, voici leur explication : ils ont acheté du charbon en tant que coopérative existant avant la guerre ; ils l’ont acheté à des mines, comme tout le monde et aux prix du cours. Ils n’ont pas été favorisés par le gouvernement allemand. Les bénéfices seront donnés aux syndicats ouvriers danois. Parvus, qui les a aidés n’y a rien gagné : il est réélu. Pourquoi ce Parvus, qui n’est pas danois, est-il intervenu ?

  • 12 Otto Bauer (1884-1938) était connu pour ses travaux sur la question nationale depuis la publication (...)

79Huysmans me répond que lui aussi est intervenu près des ministres anglais pour obtenir en faveur des Suédois des denrées alimentaires. Il ne croit pas avoir mal agi en le faisant. Telle est l’explication que donne Huysmans de l’attitude des Danois. Huysmans tient le socialiste autrichien Bauer12 pour le cerveau le plus complet de l’internationale actuelle. Il a trente-quatre ans. Il avait été fait prisonnier par les Russes. Huysmans avait demandé à Sembat de le faire délivrer. Sembat n’a jamais répondu. Ensuite quand Vandervelde a été en Russie voir Kerensky, il a insisté pour que Bauer soit libéré. Kerensky l’accepta et le fit rendre à son pays. Depuis que Bauer est rentré en Autriche, il a participé au soulèvement du prolétariat de son pays et a joué un premier rôle dans les grèves récentes. Il est, aux yeux de Huysmans, plus fort que Kautsky et depuis Marx, personne dans le parti n’a écrit avec un style aussi vigoureux, un style d’acier et une pensée plus forte. Huysmans nous dit qu’il a assisté à une réunion très importante d’hommes politiques anglais de tous les partis, partisans d’un ministère Lansdowne. Tous ces hommes, dont quelques-uns parmi les capitalistes sachant que l’Angleterre doit 150 milliards, voient venir le rush et le redoutent, veulent la paix. Ils sont pour l’armistice immédiat et pour une action qui porterait au pouvoir Lansdowne très rapidement. Huysmans leur a dit qu’une demande d’armistice en ce moment serait l’aveu de la défaite et l’obligation pour les Alliés de subir les conditions allemandes. Car après l’armistice personne ne voudrait plus se battre. Il pense en outre qu’avant de songer à changer le gouvernement anglais il faudrait attendre la fin de l’offensive.

  • 13 Charles Max, prince Lichnowski (1860-1928), ambassadeur d’Allemagne en Grande-Bretagne de 1912 à 19 (...)

80Le prince Lichnowski13 prépare un gros livre sur les questions d’avant-guerre et sur l’attitude de Grey et des Anglais. Mais avant l’apparition de son livre, il a fait pour ses intimes une brochure de quelques pages où sont résumées ses impressions. Cette brochure, il en a parlé à Bernstein. Puis elle a paru dans le Politiken, l’organe des zimmerwaldiens de Stockholm. Comment est-elle parvenue au Politiken ? Grâce à l’intermédiaire d’un officier allemand décoré de la croix de guerre. C’est un roman assez obscur, mais ce qui est sûr, c’est que après la publication du Politiken, Lichnowski a été disgracié, insulté et disqualifié par tous les chauvins allemands. Le Manchester Gardian vient d’éditer une brochure sur les sentiments pacifiques des Anglais en 1912. Il y est prouvé qu’à ce moment les Allemands seuls sont opposés à la limitation des armements navals. Les propositions faites par Haldave y sont relatées et Haldave a fait venir Huysmans pour lui montrer les pièces originales, en l’autorisant à dire qu’il les avait eues en main. Ceci dans le but de faire parvenir à tous les chefs des partis allemands et autrichiens les documents certains, afin d’avoir une action sur les peuples de ces deux pays.

Lundi 25 mars 1918

8110 h Cambon.

8211 h 30 Labour Party.

83Lioust, métallurgiste revenant de Russie vient nous voir. Les usines russes sont toutes aux mains du gouvernement et des ouvriers. Il y a un gros courant contre les nationalistes qu’il faudrait favoriser.

84Le désordre est partout, on a faim, il n’y a plus rien. Lioust a souffert de la faim. Il a mis quatre mois pour revenir par Arkhangelsk. Il y a à Arkhangelsk une agglomération énorme de marchandises de toutes sortes qui sont enfouies sous la neige. Peut-être la mission française n’a-t-elle pas agi avec tout le zèle nécessaire ? Lioust a essayé de faire des meetings pour exciter les Russes à se défendre contre les Allemands. Il a été très mal accueilli. Les Russes croyaient et croient encore à la révolution allemande. C’est leur seule forme de pensée.

85Les chefs ouvriers et les contremaîtres étrangers ayant disparu, le travail ne se fait plus. Les usines sont dirigées par les comités ouvriers d’usines, mais il n’y a plus ni direction, ni matières premières. Les ouvriers ont jusqu’à 20 roubles par jour.

86En arrivant au Labour Party nous trouvons une délégation de la direction de la White Star Line.

87Elle nous dit avoir reçu du secrétaire de syndicat de Wilson (seamen) un télégramme. Il y est dit que les garçons de salle et les cuisiniers ne signeraient pas leur rôle si notre délégation s’embarquait sur le navire. Henderson et Bowerman déclarent que la question sera posée à la prochaine réunion des trade-unions. Bowerman ajoute : c’est une preuve de la force de nos organisations. Nous regrettons que cette preuve soit faite contre les décisions d’une conférence ouvrière. Nous décidons de ne pas nous rendre à Liverpool afin de ne pas créer de troubles ou de conflits et nous nous réunissons l’après-midi, avec St. Bunning, Huysmans, Jouhaux et moi, puis avec addition de Henderson. On rédige une note pour les journaux constatant que l’arrivée des neuf délégués de l’American Federation of Labour change nécessairement nos places, et que en présence de ce fait nouveau nous devons en référer à nos organisations sur la date du voyage. Henderson, contrairement à l’avis général, est pour l’ajournement, il déclare que :

  1. Le moment de l’offensive actuelle sera mal choisi.
  2. Il pense qu’il faut attendre la délégation de Gompers.
  3. Il ne croit pas qu’on puisse agir sur Gompers par Wilson.

88Nous décidons de tenter le départ par Bordeaux, et il finit par être d’accord avec nous sur la tentative. Il affirme que le Labour Party acceptera, mais Bowerman ? Nous allons faire viser nos passeports et obtenons le passage par Boulogne.

89Le soir à l’hôtel vient un rédacteur de la New Republic (50 000 numéros). Il nous dit que Wilson est ami de Gompers, mais qu’ils sont souvent en désaccord. Et après lui avoir exposé les raisons de notre insistance pour tenter de réunir l’internationale, il accorde que Wilson serait tout à fait d’accord avec nous, car Wilson est tout près du socialisme.

90Wilson est obligé de ménager Gompers, car l’American Federation of Labour fait depuis un [oubli] de la politique et Wilson a été assister à leur congrès. La seule personne qui pourrait influencer Gompers serait Wilson.

91Le rédacteur Crowley est le directeur de la Republic. Un de ces rédacteurs des plus essentiels c’est Lipmann qui a été nommé au War Office par le président et accompagnait House pour étudier les bases possibles de paix. En dehors de Gompers, il y a des éléments démocratiques en Amérique, les dissidents du socialisme Limon, Russel. Il y a des intellectuels intelligents qui peuvent exercer une grosse influence.

92IWW grandit : ils ont une influence complète dans le Montana et à Washington. Baker nous dit : nous sommes entrés dans la guerre pour avoir la paix. Or, si on reste sur la victoire militaire allemande, nous les Américains serons obligés de faire une marine et une armée puissantes. Or nous sommes pacifistes et antimilitaristes. Nous ne voulons ni indemnités, ni territoires. Nous voulons la sécurité. Nous ne l’aurons pas si la victoire militaire reste aux Allemands. En tout cas, ajoute-t-il, nous pensons que vos raisons de réunir l’internationale sont fortes et je pense que le président Wilson les agréerait tout à fait.

  • 14 Il s’agissait de Paul Cambon (1843-1924), frère de Jules Cambon. Il occupa ce poste de 1898 à 1920.

93Je vois l’ambassadeur de France14. Il me dit que Wilson ignore l’Europe, est irréel et qu’il se trompe sur la Société des Nations. La Société des Nations ne peut s’établir qu’entre peuples qui ont entre eux confiance, or on ne peut avoir confiance jamais en l’Allemagne. La Société des Nations serait la chose la plus merveilleuse. Ce serait le plus grand progrès qu’auraient jamais accompli les hommes : établir des règlements qui mettraient fin à la guerre, quel rêve ! Mais c’est une œuvre d’avenir, non de ce moment.

94À l’heure actuelle nous sommes employés dans une lutte à la vie ou à la mort : c’est la guerre d’usure plus que jamais. Pour l’offensive actuelle, l’Anglais s’est laissé surprendre. L’Anglais se laissera toujours surprendre. Il n’a pas d’imagination, de faculté de prévision, ni de méthode. Il n’est pas débrouillard. Le grand danger est que par suite de son offensive l’Allemand puisse arriver à Amiens et couper la ligne de Boulogne. Les Anglais ne sont pas gens d’initiative. Vous avez un cadre à faire faire à un ouvrier anglais ; vous lui dites voici un modèle. Jamais l’ouvrier anglais ne pourra le réaliser : il fera des cadres comme il en a toujours réalisé. Quant à nous, il faut tenir. Nous avons eu trop de pertes pour que toutes ces pertes aient été faites en vain.

95Gillies nous dit : que peut nous faire la défaite de notre armée ? Même si nous étions vaincus, si notre armée était prise, nous pourrions continuer avec l’Amérique la guerre pendant deux, dix, vingt ans, par le blocus de l’Allemagne. Il ajoute que Henderson est très peu aimé de tous ceux qui l’entourent. Qu’il y a en ce moment question de remaniement du ministère et qu’il espère en être.

Mardi 26 mars 1918

96Huysmans vient à 10 h. Hôtel Waldorf et nous décidons d’aller ensemble à Paris pour essayer de prendre le bateau de Bordeaux. Nous passons au consulat général de Belgique d’où l’on téléphone au consulat français. Là on refuse de laisser passer Huysmans par Boulogne. On nous dit même que ce sera une question de savoir s’il peut rentrer en France.

97À cette nouvelle Huysmans me dit : avec le sénateur belge Collot j’ai organisé fin 1916 et 1917 un service de renseignements pour la France. Collot a été condamné à mort par les Allemands pour cela, moi j’ai passé à l’étranger. Nous avons sauvé la vie à bien des soldats et notre service était organisé avec le plus grand soin. Est-ce pour me récompenser que les Français me refuseraient l’entrée de la France ? D’ailleurs je veux aller au Havre, voir mon gouvernement et Vandervelde. Va-t-on m’en empêcher ?

98De Verhaeren :

99« Vouloir tenir sous le joug d’autres peuples, c’est un rêve de civilisation asiatique : c’est celui de Darius, Xerxès, Nabuchodonosor. Les théoriciens allemands le reprennent. Or l’humanité a le choix entre la liberté claire et l’oppression organisée. »

100Il est entendu que nous partons à 7 h pour Folkestone, que Huysmans doit nous accompagner et que le passeport de Bunning sera probablement accordé parce que le Foreign Office n’y fait pas obstacle. Gillies nous affirme que lorsque Henderson et Lloyd George se rencontrent dans la rue, ils n’échangent pas de salut. En ce moment Henderson ne va pas à la Chambre ; il se renferme en entier dans son métier de secrétaire du Labour Party. Après les prochaines élections auxquelles il va être candidat dans une nouvelle circonscription, il aura un grand parti dont il sera le leader. Quand se feront les élections ? On avait d’abord dit en août, puis octobre. Il est probable que l’on ne pourra même pas faire les élections à ce moment-là ; il faut inscrire 8 millions d’électeurs nouveaux, il faut mettre à jour les anciennes listes de 1912. Et on n’a pas le personnel nécessaire. D’autre part, le gouvernement ne met pas grand empressement à hâter les opérations de l’inscription.

101Lichnowski, dans le document du Politiken, étudie la provocation d’Agadir qui était en contradiction avec les traités d’Algérie, le rôle de l’Allemagne, vis-à-vis de l’Autriche qu’elle poussa en 1914 contre la Russie. Lichnowski écrivit alors à l’empereur pour le mettre en garde.

102Mühlen, sous-directeur des établissements Krupp, dénonce que dans l’été 1914, avant le départ de l’empereur pour la Norvège, une réunion à laquelle assistaient l’empereur, le chancelier, d’autres grands personnages et lui Mühlen, on avait décidé de faire la guerre.

103Le sénateur Owen, de l’Oklahoma propose à Wilson de constituer dès maintenant une Société des Nations avec l’Angleterre, la France, le Japon, l’Italie, la Chine. Elle légiférerait dès maintenant. Elle demanderait à l’Allemagne de conclure la paix dans deux mois, faute de quoi, pendant cinq ans, les peuples alliés refuseraient de commercer avec elle, d’entrer en relations, d’importer et d’exporter.

104Le projet général est conforme à la doctrine de Wilson.

105L’ambassadeur américain en Russie, M. Francis, a déclaré : l’Amérique reste l’alliée de la Russie. Nous sommes prêts à aider n’importe quel gouvernement qui organisera la résistance à l’Allemagne.

106Trotsky déclare qu’il faut une armée forte et disciplinée.

Mercredi 27 mars 1918

107– Folkestone

108– Boulogne

109– Paris

110Huysmans ne peut prendre le bateau à Folkestone. Il nous télégraphiera à Paris. Nous partons avec Jouhaux, nous mettrons 18 heures pour venir de Boulogne à Paris ; autour d’Amiens un exode lamentable sur les routes : des pauvres gens chassés poussent des voitures d’enfants et des brouettes pleines de hardes et vont devant eux, femmes, enfants, vieillards.

111À Paris, arrivant à la gare du Nord, même spectacle, gare envahie de gens et de colis.

112Il est entendu que nous nous rencontrerons avec Jouhaux à 5 h 30 au siège du parti.

Jeudi 28 mars 1918

  • 15 Lucien Roland rencontra ce jour Marcel Cachin et donna les indications suivantes :
    « Cachin et sa f (...)

113Le 11 mars Anna Ingermann15 écrit à Lilite une lettre que nous trouvons le 27 à Paris.

  • 16 Morris Hilquitt (1869-1933), d’origine lettonne et émigré aux États-Unis, juriste lié à Longuet, re (...)

114Anna Ingermann est revenue de Russie antibolchevik. Elle a fait des réunions à New York dans le parti, elle a été sifflée et obligée de quitter la tribune. Même Hilquitt16 et Lee l’abandonnaient. Les Ingermann restaient seuls dans le parti pour défendre leur point de vue. Le parti américain croyait naïvement que Trotsky allait faire une paix honorable. Depuis les événements de Russie ont quelque peu changé l’état d’esprit des socialistes américains.

115Visite à Dubreuilh à 10 h du matin. Prière de réunir à 6 h les membres du comité mixte CGT-PS pour étudier la question du voyage en Amérique. Il est entendu que nous attendrons l’arrivée de Bunning et de Huysmans avant de prendre une décision. Bunning arrive enfin à Paris après mille difficultés pour ses passeports. Il débarque le vendredi soir 5 avril. Il vient me voir samedi matin et s’étonne que Huysmans ne soit pas encore là. Il me dit que Henderson et Bowerman lui ont déclaré que d’après de nouveaux renseignements qu’ils ont de Buckler, le président Wilson se montre en ce moment désireux de ne recevoir aucune délégation de quelque nature qu’elle soit. Non que le président manifeste contre notre mission aucune hostilité, sa réserve s’adresse à toutes les délégations. Je conduis Bunning à la CGT. Là nous apprenons :

1161°) que Havelok Wilson a écrit aux s teamen français pour leur demander de ne pas permettre à la délégation de s’embarquer sur un navire français. La Fédération des marins français lui a répondu de la façon la plus énergique qu’elle ne s’élèverait jamais, elle, contre une décision prise par les organisations ouvrières.

  • 17 Auguste Keufer (1851-1924), de formation positiviste, secrétaire général de la Fédération des trava (...)

1172°) que le ministère du Travail ayant mandaté cinq ouvriers (Keufer, Gervaise17, un textile de Lyon, un cheminot du PLM et un cinquième) pour aller en Amérique, ceux-ci mis au courant de ce qui se passait par la CGT ont refusé de partir. Là-dessus le ministre du Travail fait venir Jouhaux, le prie de reposer le problème devant la CGT et le supplie de la faire revenir sur sa décision. Il déclare qu’il s’agit d’aller en Amérique combattre le mouvement proallemand et aider au recrutement. Jouhaux répond que la question sera reposée par lui, mais qu’il ne répond pas de la solution. Il insiste sur la nécessité de s’adresser toujours aux organisations régulières.

118Bunning à Paris se met en rapport avec les PTT. Nous faisons une réunion à la CGT le lundi 8 aux postmen de Paris.

Avril

Mardi 9 avril 1918

119Réunion de la CAP.

120Nous apprenons que les seamen de H. Wilson ont empêché Huysmans de passer la Manche.

121CAP du mardi 9 the Trade-Unions Congress, dont fait partie H. Wilson, pourrait agir mais pas sur H. Wilson lui-même. Or Henderson et Bowerman pourraient exercer une action sur le gouvernement car le gouvernement pourrait dire : c’est un Belge.

122Il faut que Huysmans soit là.

123Il faut que les Américains aient été entendus.

124Je suis désigné pour aller au Havre voir Vandervelde, jeudi.

125Mercredi soir 30 je prie Sembat de téléphoner à Vandervelde au Havre. Il le fait et De Brouckère lui répond : nous sommes en rapport permanent avec C. Huysmans. D’accord avec lui, nous allons prier Henderson de voir les marins anglais pour les assurer que Huysmans veut simplement venir en France, que ses intentions ne sont pas d’aller en Amérique.

126C’est la seule façon de procéder ; les navires belges sont montés par des marins anglais. L’avis de Huysmans est celui de Vandervelde, de Brouckère.

Vendredi 12 avril 1918

127Huysmans envoie une lettre à Dubreuilh pour lui demander un bateau français.

128Il est entendu, après accord avec De Brouckère et Jouhaux, qu’une réunion de la commission mixte aura lieu lundi 15 à 2 h 30 PM.

129Huysmans proteste près de Henderson et Bowerman contre l’attitude de H. Wilson et leur demande quelles sont leurs intentions au sujet de ce syndiqué confédéré. On décide de réunir la commission mixte CGT-CAP pour le lundi 15 avril 3 h.

130Assistent à cette réunion : De Brouckère, Vandervelde, A. Thomas, Laurent, Jouhaux, Bidegarray, Toulouse, Bunning, Dubreuilh, Bourderon, Cachin, Louis Louis [?], Bled.

Lundi 15 avril 1918

131Réunion de la CAP et de la CGT.

132Rapport de Huysmans.

133Les fonctionnaires de Folkestone ont aidé les marins anglais à m’empêcher de partir.

134Les polémiques de presse prouvent qu’il y a conspiration contre moi.

135La Fédération des marins français a répondu à H. Wilson qu’elle laissait partir Bunning.

136La Fédération des inscrits maritimes français va envoyer à Wilson une délégation pour lui signifier qu’il se mettait dans un mauvais cas.

137Les marins français sont prêts à accomplir cette mission si vous le décidez.

138De Brouckère. J’ai vu Huysmans et Henderson à Londres.

139Henderson dit : l’action des marins était contre la discipline syndicale et que les trade-unions feraient le nécessaire. Mais Henderson pensait qu’il valait mieux ne rien heurter et ne rien faire avant quelques mois. Les trade-unions auront leur congrès l’an prochain et c’est là qu’on pourra prendre une décision.

140Il y a en Angleterre trois centrales syndicales :

141Labour Party expression politique,

142le Trade Union Congress, traditionnel,

143la General Federation qui s’est séparée ces derniers mois des deux autres.

144Or la General Federation est la seule reconnue par l’American Federation of Labour et par la CGT.

145Or, la General Federation est aussi en Amérique : ils ont fait une mission gouvernementale et ils ont eu un gros succès.

146Les délégués de l’American Federation of Labour seront les hôtes en Angleterre du gouvernement anglais. Ils viendront en France. Ils viennent pour y exercer une action sur le prolétariat de l’Europe occidentale. L’action des marins anglais apparaît comme une action prise sous la responsabilité des grandes missions anglaises.

147C’est pourquoi Henderson pense qu’il ne faut pas traiter les marins anglais comme des jaunes, qu’il ne faut pas créer des luttes intestines dans le monde ouvrier. Henderson pense en outre que la délégation ne doit pas partir tout de suite. Il vaut mieux attendre les Américains. On a reçu, dans le Labour Party, un avis de Wilson d’après lequel il semblait résulter que Wilson préférerait ne pas recevoir tout de suite une délégation ouvrière.

148Jouhaux : du jour où le télégramme de Gompers est arrivé à Londres, Henderson a changé d’avis.

149Quant à nous, nous avions décidé de faire notre mission. Nous avions décidé de faire surseoir par Gompers par un télégramme. La délégation de l’American Federation of Labour a été décidée sous l’influence de Appleton. Le télégramme de H. Wilson est celui de la General Federation. La General Federation est en opposition absolue avec une conférence alliée en juillet 1917. Malgré la vive opposition de la General Federation nous avons fait accepter une résolution qui est la même de la conférence de Londres. À cette réunion il y avait des délégués de l’American Federation of Labour ; il est vrai que la General Federation est la seule organisation adhérente à l’Association syndicale internationale. Le Trade Union Congress ne peut y adhérer que par le canal de la General Federation. En septembre 1914 l’American Federation of Labour a demandé de tenir une réunion générale des syndicats internationaux, dans le même temps que le congrès de la paix. Nous avons accepté. Et en 1915 un congrès de l’American Federation of Labour a renforcé ce point de vue. L’action du gouvernement, je la comprends. Ils ne peuvent se laisser se manifester une puissance telle que celle qui sera produite par l’adhésion de l’American Federation of Labour. Mais nous, organisations ouvrières, nous ne pouvons pas rester sous le camouflet. Nous avons l’air de prendre des décisions contraires à l’intérêt de la nation. Il faut agir dès aujourd’hui ; il faut que les marins anglais sachent qu’ils sont en dehors de l’action ouvrière. Il faut attendre la délégation américaine, mais il faut que notre délégation parte dans le délai le plus court pour détruire dans le sein du comité exécutif de l’American Federation of Labour. Si le prolétariat arriéré se tient à son point de vue, il reste contre ses propres décisions de Londres 1917.

150De Brouckère. Il sera facile de faire venir Huysmans en France. Mais nous sommes en présence d’un mouvement des marins qui n’est pas jaune, mais d’un mouvement général de toute une fraction du prolétariat. Il faut attendre les Américains. Ils sont reçus mercredi par le Labour Party. Ils viendront ensuite en France. Il sera peut-être possible de leur faire partager notre avis.

151Le seul point de l’American Federation of Labour contraire au nôtre, c’est l’internationale. Or là le sentiment est plus fort que la raison. Je crois que si nous voyons les Américains, ils parleront comme nous. Il ne faut pas d’hostilité contre eux.

152Jouhaux : la délégation américaine vient ici avec un mandat impératif. Donc elle ne changera pas. À Londres, des deux délégués, un était avec nous. L’autre équivoque à Londres : ils se sont abstenus.

153Il faut, pour modifier l’American Federation, aller en Amérique.

154De Brouckère : il faut les attendre. Nous allons employer les jours qui nous séparent du départ de la délégation en tâchant de les faire venir à nous.

155Bunning : il y a trois ans l’American Federation of Labour a demandé la réunion de l’internationale. Nous avons refusé au Trade Union Congress et au Labour Party. Plus tard est venu un autre état d’esprit en Angleterre. En fin 1917 le congrès des Trades Unions à Blackpool a proposé la réunion d’une conférence interalliée pour préparer le congrès international. La General Federation n’est pas seule en réunion avec l’American Federation of Labour. Nous les recevons tous les ans. Ce qui est vrai, c’est que Appleton a des relations plus étroites avec les Américains. Maintenant le Trade Union Congress a pris en main le trait d’union avec l’internationale. H. Wilson est déloyal avec les Unions. L’Union des marins n’est pas affiliée au Labour Party, mais au Trade Union Congress.

156Bunning veut rentrer en Angleterre pour voir des Américains. Il faudrait que mercredi il soit en Angleterre. Est-ce que Jouhaux et Cachin pourraient être en Angleterre et Vandervelde ?

157Il est résolu :

1581°) que Bunning va se rendre demain à Londres.

1592°) qu’il sera porteur de la lettre que la CAP et la CGT lui confient, dans laquelle il est dit : le Labour Party est chargé de saluer en notre nom les délégués américains. Il doit leur demander quelles sont leurs intentions vis-à-vis des organisations ouvrières françaises. Ont-ils l’intention de venir en France les visiter ? Si oui, nous les recevrons officiellement avec grande joie. Si les Anglais le croient nécessaire, nous sommes prêts à leur envoyer Jouhaux, Cachin, Vandervelde pour tenir une conférence avec le Labour Party et la délégation américaine.

160Sur insistance des membres présents, Vandervelde déclare qu’il fera des efforts pour aider Huysmans à prendre un bateau belge qui transporte des marchandises en France.

Notes

1 Paul-Henry d’Estournelles de Constant (1852-1924), diplomate, sénateur de la Sarthe, animateur de nombreuses campagnes pour l’arbitrage et la conciliation internationale, prix Nobel de la paix en 1909.

2 Le « colonel » Edward Mandell House (1858-1938) était le principal conseiller diplomatique du président Wilson.

3 Jean Jusserand (1855-932), homme de lettres et diplomate, depuis 1902 ambassadeur de France aux États-Unis, devait conserver cette fonction jusqu’en 1925.

4 George Lansbury (1859-1940), rédacteur en chef du Daily Herald, hebdomadaire pendant la guerre, appartenait à la gauche pacifiste du parti travailliste.

5 Andrew Bonar Law (1858-1923), leader des conservateurs depuis 1911 et chancelier de l’Échiquier dans le gouvernement d’union nationale de Lloyd George.

6 Samuel Gompers (1880-1924) dirigeait l’American Federation of Labour. Réformiste, il avait soutenu l’entrée en guerre des États-Unis, mais son pragmatisme l’éloignait des propositions idéalistes du président Wilson sur l’organisation de la paix.

7 Sans doute John Wardle (1866-1934), député libéral-travailliste et ancien militant de la Social Democratic Federation.

8 Frédérik Winslow Taylor (1856-1915) ingénieur américain est à l’origine du système qui porte son nom d’organisation « rationnelle » du travail (The travail, 1903 et The Principe of Scientific Management, 1912) qui fut complété ou aménagé par différents auteurs, tels que cet Emerson ou le Français Charles Bedaux (1887- 1944).

9 Les IWW furent fondés en 1905 en opposition à la trop modérée AFL. Syndicats d’industrie, les IWW mettaient en avant la solidarité ouvrière et la lutte des classes. Ils organisaient les ouvriers non qualifiés très souvent étrangers alors que l’AFL exprimait les intérêts des professionnels. Les IWW animèrent d’importantes grèves de 1912 à 1916 et furent hostiles à l’entrée en guerre des États-Unis mais leur implantation insuffisante ne put résister à la répression qui s’ensuivit et ils disparurent après la Première Guerre mondiale.

10 Le Daily Express était un quotidien populaire fondé en 1900, favorable aux thèses impérialistes. Il venait d’être relancé par lord Beaverbrook (1879-1964), député conservateur et secrétaire de Bonar Law, ministre de l’information en 1918.

11 Serrati (1876-1926), successeur de Mussolini à la direction de l’Avanti en 1915, dirigeant du parti socialiste italien, très hostile à la guerre et emprisonné en 1917 pour avoir participé aux conférences de Zimmerwald et de Kienthal.

12 Otto Bauer (1884-1938) était connu pour ses travaux sur la question nationale depuis la publication de son livre La Question des nationalités et la social-démocratie (1907), traduction française aux Éditions Arcantère, 1987. Il passait à bon droit pour un penseur marxiste considérable. Prisonnier de guerre, il venait effectivement d’être libéré grâce à la révolution russe.

13 Charles Max, prince Lichnowski (1860-1928), ambassadeur d’Allemagne en Grande-Bretagne de 1912 à 1914, était l’auteur d’un mémoire publié en 1918 par un ami qui mettait en évidence les responsabilités de son pays dans le déclenchement de la guerre. Cette publication eut naturellement un énorme retentissement

14 Il s’agissait de Paul Cambon (1843-1924), frère de Jules Cambon. Il occupa ce poste de 1898 à 1920.

15 Lucien Roland rencontra ce jour Marcel Cachin et donna les indications suivantes :
« Cachin et sa femme de retour d’Angleterre nous donnent quelques appréciations intéressantes de la lutte, mais pessimistes. L’opinion de Cachin est que nous ne pourrons pas vaincre l’Allemagne, qu’il eût été préférable de causer voilà un an, que maintenant serait encore préférable que dans six mois. Anglais trop orgueilleux refusent commandement unique. Je crois que le tempérament de notre ami, un peu névrosé, le pousse à voir tout en noir. Mais quel mépris semble avoir Mme Cachin pour l’ensemble du peuple français. » (Carnets Lucien Roland, IFHS, op. cit.)

16 Morris Hilquitt (1869-1933), d’origine lettonne et émigré aux États-Unis, juriste lié à Longuet, représentait les socialistes américains au BSI.

17 Auguste Keufer (1851-1924), de formation positiviste, secrétaire général de la Fédération des travailleurs du livre de 1884 à 1920, était l’un des dirigeants les plus connus de la CGT. Il se situait dans le courant réformiste de celle-ci et en avait été trésorier en 1895-1897.
Léon Gervaise était le secrétaire général de l’Union fédérative des travailleurs de l’État (1901-1920).

© CNRS Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search