Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Carnets. Tome II Carnets Marcel Cachin – année 1918

Carnets. Tome II

 | 
Marcel Cachin

Année 1918

Carnets Marcel Cachin – année 1918

Texte intégral

1918 – Premier semestre

  • 1 La Revue politique internationale a paru de 1914 à 1920 à Lausanne, sous la direction de Félix Valy (...)

1Orner Vattag (Flamand), 7, rue Victor – Considérant. La Revue politique internationale, n° 30, octobre 19171 (comte Jules Andrassy).

  • 2 Henry Petty Fitz Maurice, cinquième marquis de Lansdowne (1845-1927) était une personnalité influen (...)

2Ce sont les hommes d’État anglais, l’esprit de modération anglais qui auront le mérite de l’initiative de la paix. Pas de conditions humiliantes pour les belligérants. Si les États-Unis décident de la victoire des Alliés, c’est eux qui auront la décision diplomatique ; le Japon aussi ; la révolution sociale ébranlera le monde. Il faut renoncer à la thèse des bandits à punir. La France irait jusqu’à l’épuisement total, mais l’ange, comme toujours dans l’Histoire, s’inclinera devant les faits accomplis. Elle sauvera l’humanité d’un chaos indescriptible et l’Europe de la déchéance irrémédiable qu’entraînerait la guerre à outrance. Elle n’a qu’à suivre les conseils de L. Lansdowne2. Romain, chef de service.

  • 3 L’Europe nouvelle sortit son premier numéro le 12 janvier 1918. Elle fut fondée par Hyacinthe Philo (...)
  • 4 L’Heure était un quotidien du soir, fondé par Marcel Sembat en décembre 1915. De diffusion restrein (...)

3Revue3 : mardi 10-12. Mercredi 5-7. Samedi 5-7. Articles : lundi Humanité. Heure, lundi matin4, Heure, samedi.

4Fleurus 11. 87. Débuts à L’Heure samedi 22 décembre, 26, 29, 2 janvier.

5Bernstein, 125, rue Notre-Dame-des-Champs.

6Roquette 44. 08, cheminots.

7Biscuiterie bruxelloise, 172, rue Marcadet.

8Tonyart, 12, rue J.F. Lépine.

9Madeleine Doty, Normandy Hôtel, rue Échelle.

10Western Union telegraph C.J.

11Lansdowne House, Berkeley Square, Londres.

12Lord Esher, 2 Silney street, Mayfair, Londres.

13Fabricants avions : Bréguet A 2,

14Spad,

15Salmmes,

16Niewport,

17Morane,

18Voisin.

Janvier

Mardi 1er janvier 1918

19Déjeuner Mme Clerc.

Mercredi 2 janvier 1918

2012 h 30 café de Paris.

2111 h. Revue.

  • 5 Charles Lemaresquier (1870-1972), architecte comme son fils Noël (1903- 1982), construisit égalemen (...)

22Déjeuner de Fontarse, Lemaresquier. Lemaresquier est un architecte de grande valeur. C’est lui qui fait le nouveau bâtiment du Petit Parisien5. De Fontarse recherche la propriété des mines de pétrole d’Algérie.

Jeudi 3 janvier 1918

23Remettre l’article sur les mines.

242 h. Surat.

Vendredi 4 Janvier 1918

252 h. Bessard.

26Départ 8 h soir pour Arles, voiture 6, couchette 2.

Samedi 5 janvier 1918

27Nous avions 2 700 000 broches de laine peignée, il nous en reste 200 000.

Dimanche 6 janvier 1918

289 h matin, réunion cheminots Arles (compte d’attente).

29Il y a déjà trois mois de retard.

30Il faut que les femmes, les cheminots algériens obtiennent les mêmes augmentations.

31Il faut rétroactivité.

Lundi 7 janvier 1918

  • 6 Étienne Clémentel (1864-1936), député radical du Puy-de-Dôme. Il partageai avec Marcel Cachin un go (...)

32Clémentel6 :

33L’Allemagne : ce qu’elle avait en France (hors des régions envahies).

34L’actif immobilier de l’Allemagne et Autriche : 150 millions en France.

35Dettes d’Austro-Allemands à des Français 566 après déduction : 1 milliard 132 millions.

  • 7 Fernand Bouisson (1874-1959), député socialiste des Bouches-du-Rhône. Commissaire aux Transports ma (...)

36(4 h. Braga, Bouisson7.)

37Quel est l’actif français en Allemagne :

Créances commerciales sur l’Allemagne 300 millions
Avances : placement valeurs allemandes 2 milliards
Immeubles, concessions minières,
ind. com.
4 milliards
En Alsace-Lorraine les biens des
Français naturalisés
1, 5 milliard
Portefeuille français dans les
banques belges
4 milliards
L’actif français détenu par les
Austro-Allemands :
c’est 12 milliards sans compter les
régions envahies.

38Bilan des propriétés françaises en Allemagne et réciproquement.

39Les Allemands vendent et liquident nos propriétés en Allemagne ; les valeurs sont placées sous séquestre. Ils font des consortiums d’achat.

40Pour les biens allemands en Amérique et au Brésil, nous pourrons trouver des échanges. Ils sont quatre fois supérieurs à ceux que nous avons en Allemagne.

41En France, nous avons sous séquestre des biens allemands : textile, petite mécanique, produits chimiques, etc. Notre séquestre est conservatoire. On a dit c’est naïf ; non c’est honorable ; les Anglais ont vendu, les Allemands aussi ; nous, nous avons agi de la façon la plus noble. Pour les marchandises, les périssables ont été vendues ; les autres ont profité de la plus-value : on y a pris quelques marchandises utiles à la guerre. On n’a vendu que les biens chargés de passif et dont les créanciers réclamaient la liquidation. C’est le ministère de la Guerre qui gère ces biens séquestrés.

42De quels produits sommes-nous tributaires de l’étranger et de l’Allemagne. De quelles matières premières : les aciers rapides venaient d’Allemagne.

43Les Allemands fabriquaient les bronzes, nous exportons aujourd’hui.

44Les ferrets, les fils, robinetterie, tout cela venait d’Allemagne.

45Roues libres, pédales, pompes, poignées, l’automobile et les bicyclettes, les pièces de rechange du textile venaient d’Angleterre.

46Zinc, cuivre, nickel ; pour le nickel nous avons tout. Or c’était l’Allemagne qui les travaillait et nous les achetions. Ces minerais de chrome sont tous calédoniens.

Vendredi 11 janvier 1918

47Interpellation russe. Et depuis la guerre l’Anglais nous l’a donné le bichromate de potasse en échange. La bauxite nous l’avons et c’est l’Allemagne qui nous fournissait. Le graphite de Madagascar, nous ne le fabriquions pas. L’alfa d’Algérie n’était pas traité en France, il était fait en Angleterre. La bijouterie et la joaillerie françaises étaient les plus belles ; mais nous avions la garantie : d’où difficultés énormes pour la production ; on vendait des porte-cigarettes ayant un centième d’or (allemand) or en France, la garantie nous imposait 20 %. On a libéré la bijouterie et la joaillerie ; on va faire P... en France ; c’est la chambre syndicale de la joaillerie française qui va faire l’objet bon marché. Ils font la production collective et la vente collective ; voyageurs collectifs (rue de la Jussienne, 2e). Ils exporteront 200 millions par an.

48C’était le sable de Fontainebleau qui faisait la verrerie d’Iéna : verre chimique et d’optique. Depuis la guerre nous avons fait un Institut d’optique appliqué ; il formera les ouvriers ; ce sera garanti par l’accord des sciences ; le thermomètre médical venait d’Allemagne ; aujourd’hui il est fait à Paris.

Samedi 12 janvier 1918

49Premier numéro Revue : tirage 7 000 – 4 000 en vente.

Dimanche 13 janvier 1918

  • 8 Nous avons déjà évoqué l’importance du salon républicain et socialisant de Mme Ménard-Dorian. Aux t (...)

50Midi : Mme Ménard-Dorian8, déjeuner russe.

Lundi 14 janvier 1918

  • 9 Joseph Brenier (1876-1943), ancien ouvrier, dirigeait une entreprise de fabrication de draps. Il ét (...)

51Remise de 1 000 F à Brenier9. Il m’annonce qu’il a l’adjudication des vêtements des postiers. Prier Mme Clerc de le voir pour du travail.

Mardi 15 janvier 1918

5210 à 12, Revue.

5312 h 30 Viel, L’Heure.

543 h groupe des cheminots.

554 h députés de Paris.

56Les pâtissiers se plaignent qu’on donne du sucre aux grandes biscuiteries (sociétés anonymes) et pas à eux. Il leur faut 8 000 tonnes de sucre par an. On fait des biscuits avec des farines de fèves, maniocs, jamais de farines panifiables. 150 000 ouvriers biscuitiers.

57Pour faire des biscuits : ?, fève, manioc, riz, châtaigne, il y en a des stocks. Le miel sert à faire du pain d’épice ; il y faut des pâtes mères. Les Anglais font des biscuits. Le biscuit est l’objet d’exportation énorme en Angleterre. Nous avons commencé nous aussi à exporter.

Mercredi 16 janvier 1918

  • 10 Louis Loucheur (1872-1931), polytechnicien et industriel réputé efficace, membre du comité de guerr (...)

58Le projet Loucheur10 pour la Revue. Avant midi.

Jeudi 17 janvier 1918

5911 h rendez-vous M. Chardon, travaux publics.

  • 11 Albert Claveille (1865-1921), autodidacte devenu ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur des Ch (...)

6012 h Claveille11, exposé de son projet.

614 h Clémentel. La réorganisation de la France économique. Nous demandons toute la lumière qui, dites-vous, va accabler Caillaux. Le matériel du textile est diminué de 50 %.

62On fait 80 000 mètres par jour : 20 000 à Vienne, 20 000 à Elbeuf.

Vendredi 18 janvier 1918

63B renier, Le Drap national. 80 % de la fabrication du drap font du drap de troupe. Les pauvres gens ne peuvent plus acheter de costumes. Brenier a été chargé par le ministère du Commerce de préparer l’organisation du Drap national :

64Tissu pour hommes, pour femmes, pour enfants. C’est l’intendance qui fournit la laine puisqu’elle la réquisitionne en entier. Il fallait mélanger du filé coton avec cette laine. Il fallait des chiffons effilochés (Renaissance). 270 qualités de chiffon dans la hotte du chiffonnier.

6550 % chiffon, 25 % laine, 25 % coton. 8 F le mètre. On fera le costume confection.

Samedi 19 janvier 1918

  • 12 Hjalmar Branting (1860-1925), le leader socialiste suédois, était devenu ministre des Finances de s (...)

66Écrire Branting12, Europe nouvelle.

6712 h. Chambre, Blocq.

Dimanche 20 janvier 1918

68PTT 3 h. Grange-aux-Belles, 1 095 F pour les fonctionnaires de la ville de Paris avec effet de rétroactivité en octobre, soit 3 F.

Lundi 21 janvier 1918

69Si le gouvernement avait stabilisé le coût de la vie, il n’y aurait pas revendications de salaires. Ce qu’il faut faire, c’est donc, non d’augmenter les salaires, mais fixer des prix de la vie. Il va y avoir un grand chômage en France.

Mercredi 23 janvier 1918

70Commission d’études économiques. Hébros, attaché au cabinet de Loucheur.

71Les mineurs demandent 3 F par jour : on leur offre 1, 25 F : on exclut les ardoisiers et les mineurs de fer. Le gouvernement est acculé à une grève. Il y a telle mine qui gagne 3 600 F par jour avec 1 800 ouvriers. De plus les mineurs sont sous la coupe des militaires qui les punissent et les briment. Les trois postes sont réclamés par les mineurs ; on fait dix, douze, quatorze heures de travail par jour dans certaines mines, à la Grand-Combe. Après quatorze heures au fond ils ont remonté parce qu’ils n’avaient plus de pain, on les a punis. Donc au bout, c’est la grève générale. Le Nord et Pas-de-Calais ont agi contrairement à la fédération.

72Il y a dans la Loire des ouvriers mineurs à 5 F, à Decazeville 8 F et les vivres sont aussi chers qu’à Paris. Si la grève des mineurs éclate, la CGT suit : les cheminots ne transporteront pas de troupes sur les champs de grève.

Vendredi 25 janvier 1918

73Statuts des cheminots à l’État depuis le décret du 4 septembre 1912 : garanties pour le recrutement, l’avancement, échelles des salaires, discipline, punitions, maladies, réforme, retraites, etc. Contre l’arbitraire et le favoritisme.

74Représentation du personnel, commission régionales, 3 par arrondissement (exploitation, matériel traction, voie et bâtiments). Commission de classement, conseil d’enquête, conférences du personnel. (Tribune, 1er février 1918.)

Dimanche 27 janvier 1918

75Réception des ouvriers pâtissiers. Il n’y a plus de sucre chez les pâtissiers depuis le 1er janvier. La corporation est sur le pavé ; elle est à la veille de demander des indemnités. On aurait pu faire une pâtisserie nationale pour les hommes du front. 2 000 ouvriers pâtissiers sont sans travail à Paris. Même si le gouvernement donnait du sucre, les ouvriers ne seraient pas repris par les patrons. Les ouvriers pâtissiers qui travaillent chez les boulangers sont seuls sacrifiés. On peut faire des cuisiniers avec ces pâtissiers.

Lundi 28 janvier 1918

76Intervention à la Chambre pour les accapareurs de la Chapelle.

  • 13 Vassili Alesandrovitch Maklakov (1870-1957), avocat et journaliste Cadet, ambassadeur russe à Paris (...)

77Maklakov13 : le bolchevisme va gagner toute la Russie, puis il y aura une réaction, mais la réaction n’ira pas jusqu’au tsarisme ; elle s’arrêtera à une monarchie constitutionnelle. La guerre se terminera dans tous les pays par un soulèvement des classes populaires. Milioukov manque de tact, gaffeur par excellence.

Mardi 29 janvier 1918

78Laurent, avenue Gabriel.

798 h. Ménard-Dorian, Maklakov. On propose de payer 110 F par quinzaine pour ne rien faire aux ouvriers chômeurs. Il faut donc augmenter les soldats qui risquent leur vie. Les journalistes, les ministres, les députés qui se sont refusés à faire une politique de ravitaillement alimentaire sont bien coupables. Communauté d’action votée pour un temps limité entre la CAP et le comité confédéral de la CGT ; au comité confédéral, jeudi, nous allons accepter l’adhésion à la conférence de Londres. Ce même jour, la CAP se réunira.

80Les Anglais convoquent la CGT américaine, pas les socialistes américains ; ils convoquent le PS russe, mais pas tous les socialistes russes ; pour l’Italie ils n’avaient pas songé à la CGT. Reste : sur le chiffre des adhérents disent les Anglais : nous disons c’est injuste. On accepte le mémorandum anglais comme base. On arrivera à la conférence avec un travail très préparé ; ce ne sera qu’un entérinement.

Février

Samedi 2 février 1918

8111 h 30, Huma.

Dimanche 3 février 1918

82Union fraternelle des veuves, mutilés, blessés de la guerre, 16, rue Cadet. Vidal, veuve Carrier, Wickers.

8319e section : la loi des pensions et le point de vue socialiste.

  • 14 L’Association républicaine des anciens combattants fut fondée en 1917 par Henri Barbusse, Georges B (...)

84Association républicaine des anciens combattants, 212, boulevard de la Villette14.

85De 100 F à 1 500 F pour les mutilés.

  • 15 Henri Guilbeaux (1884-1938), journaliste et critique d’art aux sympathies libertaires, ancien anima (...)

86Lundi 10 h. Visite à Clemenceau. Il nous dit : j’ai aboli la censure : c’est un argument pour que je cause sur les réunions publiques. Je vous donne l’autorisation de faire des réunions privées, organisées comme vous l’entendrez. Si les préaux d’école sont indispensables, je les donnerai, mais je ferai chercher avant des salles autres. Vous vous engagerez à faire respecter l’ordre matériel. En ce moment, 172 divisions allemandes sur notre front. Ils vont faire l’offensive. Et je suis avisé que Guilbeaux15 et un autre reçoivent de l’argent allemand et envoient en fraude des émissaires pour créer des troubles. Je n’en veux pas. Les Allemands vont faire leur offensive en mars-avril. Je ne veux pas de trouble en ce moment. Nous avons maintenant la supériorité morale sur eux. Il faut la garder. Ils manqueront leur offensive. Après ce sera la paix.

Mardi 5 février 1918

8710 h Marin-Barnier, ministère de la Guerre.

Mercredi 6 février 1918

88Affaires extérieures. Mexique.

8910 h. Brunet, service des pensions, vérification, 35, Bellechasse.

909 h cheminots, fédération.

Jeudi 7 février 1918

919 h fédération des cheminots, 36, rue Amelot.

Vendredi 8 février 1918

  • 16 Stephen Pichon (1857-1933) était redevenu ministre des Affaires étrangères de Clemenceau.

922 h. Pichon, Affaires étrangères16. Départ pour Arles.

Samedi 9 février 1918

93Arles.

Dimanche 10 février 1918

94Arles.

951 100 syndiqués PLM sur 1 200.

96Retraités : 745 F, 35 sous par jour.

Mardi 12 février 1918

  • 17 Vittorio Emanuele Orlando (1860-1952) dirigeait le gouvernement italien depuis le désastre de Capor (...)

97Les socialistes réformistes italiens sont à Paris. Clemenceau a fait refuser aux socialistes officiels les passeports accordés déjà par Orlando17.

Mercredi 13 février 1918

98Jouhaux : quand commencera son étude à la revue sur la main-d’œuvre ?

9912 h 30 Colt hôtel Choiseul, 241, faubourg Saint-Honoré, Lucas.

100Huysmans vient à la Chambre. Il nous dit avec amertume que pendant qu’il organisait un service de renseignements en Belgique pour l’Angleterre et la France, les journaux français le traitaient de Boche.

  • 18 Nouvel exemple de la position difficile occupée par Camille Huysmans (1871-1968), secrétaire du Bur (...)

101Il dit que les milieux anglais, même les réactionnaires, sont pacifistes : croyez-vous que nous ferons la guerre pour 1’Alsace-Lorraine18 ?

  • 19 Arthur Henderson (1863-1925) avait été le principal dirigeant travailliste favorable à l’Union sacr (...)
  • 20 Sidney Webb (1859-1947), le principal théoricien des Fabiens, exerçait une grande influence sur le (...)

102Les socialistes anglais sont à la veille d’avoir le pouvoir mais ils manquent d’hommes ; ils sont très faibles. Henderson19 est avec Webb20, ce sont les deux meilleurs.

103Henderson vient ici pour faire l’unité.

Jeudi 14 février 1918

10411 h. Bois, P.P.

10512 h. Chambre, Thompson.

1061 h. Mairie du 4e ; Beauquier classe 19, conseil de révision demande 5e génie Versailles.

Vendredi 15 février 1918

107Avec Kahn et Sembat : 2 h 30, 28, rue Gramont, Volard, galeries de Degas.

  • 21 Ramsay MacDonald (1866-1937) avait conduit l’action des travaillistes hostiles à la guerre et favor (...)

108Henderson, MacDonald21, Webb, sont au groupe parlementaire avec Huysmans et De Brouckère.

Samedi 16 février 1918

109Ménard-Dorian, midi. Les Anglais Henderson, Huysmans.

  • 22 « Jimmy » Thomas (1874-1947), leader syndicaliste des cheminots, député travailliste, ardent partis (...)

11011e section. Je demande à Thomas22, député des cheminots anglais s’il y a beaucoup d’approbateurs de Lansdowne en Angleterre. Il me répond : oui. Tout le parti libéral est pour la réunion de l’internationale. Et la classe ouvrière est unanime.

111Il me dit aussi qu’il espère qu’on élira en juillet en Angleterre pas les soldats ; les votes des 6 millions de femmes sont incertains.

Dimanche 17 février 1918

112Ravot, 32, rue des Morillons, buste de Jaurès (Michelet).

  • 23 Marcel Cachin présida la première séance de ce conseil national. L’ancien courant majoritaire garda (...)

113Conseil national23.

11412 h 30, Colt – Lucas.

115Sous-marin – novembre 1917 : 250 000 tonneaux – 30 000 Français Décembre 1917 : 336 000 tonneaux.

116Janvier 1918 : 320 000 tonneaux – 30 000 Français.

117Mois 1917 : 400, 700, 500, 400, 300.

Lundi 18 février 1918

1187 h 30 Migg, café de la Paix.

Mardi 19 février 1918

119Paris-Londres.

120Midi : Soulié, 3, rue Franklin.

Mercredi 20 février 1918

12111 h 45, Prunier Herrburger. Londres.

Jeudi 21 février 1918 – Vendredi 22 février 1918

  • 24 La conférence socialiste interalliée se réunit à Londres du 21 au 23 février 1918. Afin d’éviter la (...)

122Londres24.

Samedi 23 février 1918 – Dimanche 24 février 1918

123Londres.

124Rapport Chaper, membre de ¡’Assemblée nationale, n° 1453, année 1872, annexe au procès-verbal de la séance du 30 novembre 1872. Rapport sur les actes du gouvernement de la Défense nationale : « Thiers a vu Bismarck à Sèvres (p. 60) fin octobre, Bismarck a offert ses conditions de paix.

125« Maintenant la cession de l’Alsace avec 3 milliards d’indemnités. Après la prise de Paris, la cession de l’Alsace et de la Lorraine avec 5 milliards. Le conseil entier proteste avec indignation : il faut sinon triompher, du moins mourir glorieusement. »

126Conférence interalliée, Londres 21 février 1918.

127Dans le train Paris-Boulogne dix heures de trajet

12820 février : nous voyageons avec Canepa, et les socialistes italiens indépendants. L’un d’entre eux, Arca, me dit que dans la circonscription qu’il représente on a limité la population à 100 grammes de maïs par jour. En général dans tout le pays le blé et le charbon manquent. Ils se plaignent de ce que dans leur dernière manifestation Wilson et Lloyd George n’avaient pas assez tenu compte des buts de guerre de l’Italie, ils affirment que depuis Caporetto, l’état moral du pays est meilleur, même à Turin et à Florence, et que les socialistes officiels eux-mêmes sont devenus plus soucieux des intérêts italiens. Le change anglais prend 12, 50 % sur la monnaie française. On descend à Waldorf. La conférence se tient à Westminster Central Hall. De Boulogne à Londres conversation avec Thomas, Renaudel, Dubreuilh, Mistral. Nous convenons que le mémorandum est inspiré d’un impérialisme anglais et d’un égoïsme naïf, mais comme les minoritaires anglais qui se sont inclinés, nous allons l’accepter comme un « cadre ». Entendons par là qu’on n’en conservera que les dispositions matérielles et les têtes de chapitres, mais que tout le contenu en sera modifié entièrement. Quant au reste, Renaudel me dit qu’il est encore possible d’avoir la victoire militaire. Si nous savons faire la politique de guerre qu’il faut, savoir : faire les chars d’assaut nécessaires, faire le matériel d’artillerie lourde qu’il faut et avoir une direction habile de la construction du matériel, en même temps que la guerre. Thomas déclare que c’est le droit seul qui doit nous guider, et tant qu’il n’aura pas été redressé en Pologne, en Autriche, en Alsace-Lorraine, pas moyen de conclure une paix durable. Nous arrivons au Waldorf. Chambres à deux à 18 shillings. L’hôtel est tellement plein qu’on a peine à nous trouver deux chambres (il y en a six cents). Après dîner nous causons de Loucheur, de la politique économique du pays. On convient qu’il faudra dès maintenant établir un programme socialiste lundi : et écarter la politique de pourboire du loucheurisme.

129Jeudi 21 février : Thomas préside. Les socialistes vont arriver à l’entente car ils vont affirmer les principes de droit et leurs conditions de paix car les gouvernements n’ont pu s’entendre pour préciser leurs buts de guerre.

130Canepa, Union socialiste italienne : nos camarades socialistes officiels seront-ils d’accord avec nous ? Nous sommes d’accord avec votre mémorandum avec quelques amendements. Nos discussions avec les Yougoslaves sont d’accord. Nous rejetons tous les buts impérialistes d’un côté comme de l’autre.

  • 25 Samuel Gompers (1850-1924) dirigeait l’American Federation of Labour et soutenait activement la par (...)

131Henderson dit : nous avons reçu une délégation de Gompers25, American Federation of Labour. Un commentateur dit que notre conférence est inspirée par des influences allemandes.

132On répond à Gompers : les délégués répudient fortement la suggestion de Gompers et expriment la confiance que votre fédération désavouera son télégramme qui constitue une injustice et une flagrante contrevérité. « Nous espérons envoyer une délégation en Angleterre et en France mais nous ne voulons pas d’une conférence internationale. » Tel est le télégramme vrai : il y a eu un commentaire de Central News qui dit que les raisons de Gompers sont celles-ci : « Les ouvriers américains croient que les Allemands inspirent la conférence de Londres et ils n’iront pas. » Cette phrase est de l’agence américaine et non de Gompers. N’empêche que Gompers refuse en disant : nous enverrons plus tard des délégations en France et en Angleterre. Une campagne de presse est commencée.

133On a déjà dit que MacDonald n’avait pu venir en France sans avoir fait des déclarations aux ouvriers. C’est faux. De même la déclaration de Central News. Nous avons une commission qui va protester contre toutes ces erreurs.

134Hier on a décidé à la conférence : il faut admettre à titre consultatif les Italiens irrédentistes, les Roumains, les Africains du Sud. Cinq commissions : 1o ligue des nations, 2° commission internationale, 3° commission économique, 4° commission de rédaction et publicité (je serai nommé président), 5° convocation d’une conférence de la paix socialiste. Convocation éventuellement d’une conférence socialiste internationale. On propose deux membres de chaque nation dans chaque commission. En outre on pourra ne nommer le deuxième que demain. Le Labour Party nous invite samedi midi à déjeuner.

  • 26 Le général William-Robert Robertson (1860-1933) dirigeait les opérations des forces britanniques de (...)

135La quatrième commission se réunira Platform Room, troisième étage : Cachin, Bunning, facteur des postes, Williams, musicien, MacGurck, mineur, ultra-patriote, Lancashire, Canepa, Huysmans. Le palais où nous nous réunissons est un palais qui appartient à une association religieuse, méthodiste. C’est le Central Hall à Westminster S.W. La secte religieuse qui possède le palais, c’est la Wesleyan, d’où le nom du palais : Wesleyan Central Hall. En ouvrant la première séance de cette conférence, J.W. Ogden chairman of the Parliament Committee of the Trade Union Congress dit : c’est un fait unique dans l’histoire du travail. C’est la première fois que des travailleurs ont pris la résolution de prendre une part dominante dans les discussions sur la paix et la guerre. Je trouve Elbers secrétaire de la Centrale des métallurgistes belges. Il me dit qu’il y a 8 000 syndiqués belges en Angleterre divisés en 99 sections. « L’état d’esprit en Angleterre : à propos des conditions de paix et de la nécessité de faire des propositions il y eut en Angleterre des bruits de grève pour le 7 février. Les ouvriers qui vont beaucoup plus loin que les chefs du Labour Party ont ajourné la grève jusqu’à la fin de notre conférence. Ici, on va décider d’une conférence internationale. Si le gouvernement refuse les passeports, ce sera la grève : les ouvriers sont entrés attristés et unanimes, surtout dans le Nord et en Écosse. Récemment à la Chambre un député libéral a déclaré qu’il ne se battrait pas pour des buts impérialistes. Il parlait comme nous des officiers et soldats de l’armée britannique. Le gouvernement de Lloyd George serait touché cette semaine si Robertson26 n’avait pas accepté le poste de chef des troupes de l’Est. Mais le gouvernement est menacé : on lui reproche de vouloir la paix par la victoire : on le remplacera par un gouvernement qui acceptera la paix par entente : Grey et Asquith y voteront : mais ils n’y seront pas les maîtres. Elbers me dit de ne pas le citer, car il regrette les indiscrétions de Werfual lors de son dernier voyage à Londres.

136Déjeuner avec Huysmans : il m’affirme que les Allemands sont prêts à causer de 1’Alsace-Lorraine. Scheidemann lui-même dans un discours du Reichstag a déclaré qu’ils étaient prêts à examiner la possibilité de rectification de frontières à l’Est et à l’Ouest. Il y a dans la majorité allemande une forte minorité (en dehors de la minorité des indépendants) pour un nouvel examen de la question. Il faut que nos propositions déclarent que l’Alsace-Lorraine est un problème européen, et qu’il faut le résoudre de telle façon que jamais elle ne se pose pour troubler le monde. En ce moment les socialistes allemands vont être poussés dans l’opposition. Car ils assistent à l’annexion pure et simple par leur gouvernement des provinces baltiques et de la Pologne et leur situation va être impossible en face des autres fractions de l’internationale. En même temps l’écroulement de la Russie bolchevique va tuer définitivement le zimmerwaldisme. Au déjeuner assiste un Anglais, le secrétaire technique du Labour Party. Il nous dit que dans un mois les Anglais vont être très gênés pour leur nourriture ; que leurs provisions ne vont que jusqu’en mai. Les queues des ménagères sont nombreuses et générales devant les boutiques de toute nature, surtout les boulangeries. Le mouvement coopératif a beaucoup grandi depuis la grève. Non seulement parce qu’il a gagné des adhérents, mais parce que moralement on a appelé des coopérateurs à la direction du Ravitaillement de la nation. Puis, on les a gênés par des taxes, des impôts ; elles [sic] se sont décidées alors à se défendre sur le terrain politique, et elles [sic] ont décidé de rejoindre le Labour Party. Nous causons avec Huysmans de sa famille. Elle est à Stockholm. Il a trois enfants : il a quarante-huit ans. Sur son passeport les Suédois ont mis : quarante-huit ans, moustache naissante. Huysmans me dit que les Anglais accumulent en ce moment des matières premières et des marchandises (laine, coton) en énormes quantités de façon qu’après la guerre ils en auront à vendre aux Alliés, afin de faire régler par ceux-ci les frais de la guerre. Interrogé sur Fisher, il dit que c’est un aventurier, un homme de rien qui s’est donné à l’impérialisme anglais pour de l’argent ; il ajoute un bandit.

137Les restrictions : à partir de lundi 2 février : une livre et demie de viande par semaine. Le sucre, le beurre, la margarine sont rationnés. La bière est servie en petite quantité aux Public Houses : le public n’est pas rationné : mais quand il arrive dans les cafés il n’y a plus de bière. Les restrictions volontaires relatives au grain ont réussi sur simple appel du gouvernement.

138Treves professeur à Londres me dit : le mouvement coopératif anglais est fort aujourd’hui de 4 millions de membres. Il a grandi depuis la guerre : aujourd’hui il tend partout à se rapprocher du socialisme mais il faut procéder avec beaucoup de prudence, car le socialisme effraie encore beaucoup en Angleterre. Il présentera des candidats politiques, or dans son sein se comptent de nombreux radicaux et conservateurs : et il faudra que le socialisme soit circonspect. Ce qui est vrai, c’est que sans entrer dans le mouvement du Labour Party proprement dit, il se rapproche. Localement, il y aura des possibilités d’union. Quant au Labour Party, il grandit beaucoup, en raison de la popularité énorme d’Henderson. On est dégoûté des vieux partis, de leur façon de conduire la guerre. L’augmentation [sic] n’est pas socialiste mais elle va au Labour Party assez volontiers. Mais voici l’Association des professeurs de collège qui demande des renseignements sur le Labour Party. Il y a 600 professeurs : elle a été jusqu’ici hostile. Elle pensait que le socialisme ne faisait pas à l’individu sa part : mais elle modifie sa position, et elle va rentrer au Labour Party. Trevelyan et Pousouly sont rentrés dans le parti socialiste anglais.

139Un Roumain me dit : c’est une folie de vouloir constituer une foule de petits États. Il faut seulement que dans chaque État, chaque peuple, chaque terre ait ses libertés, ses garanties : sans cela, on n’en sortira jamais. La Bessarabie vient de se constituer en République moldave. Et dans la Chambre de 150 représentants il y a des représentants de chaque nationalité au prorata. La Bessarabie a de plus déclaré qu’elle est socialiste. Mais le principe démocratique est non de constituer des petits États, mais de donner à chacun ses libertés, ses garanties, son autonomie.

  • 27 Alfred Harmsworth, vicomte Northcliffe (1865-1922), magnat de la presse britannique, possédait nota (...)
  • 28 Harold Harmsworth, Lord Rothermere (1868-1940).

140Bricoux : Henderson est l’homme le plus populaire de l’Angleterre ; c’est surtout depuis son retour de Russie et sa démission du ministère. Il avait pris la même attitude que Moutet et moi. Lloyd George fit rester Henderson deux heures dans son antichambre pendant qu’il était en train de le débarquer. Cela froissa beaucoup les ouvriers anglais qui souffrirent de l’échec d’amour-propre de leur représentant au ministère. En ce moment, c’est la presse qui mène l’Angleterre ; et c’est la presse de Northcliffe27 qui est souveraine. Il a 40 journaux en Angleterre. Le dimanche il n’y a que le Times, le Daily Mail, le Weekly Dispatch. Son frère28 a le Daily Mirror. Et le peuple anglais sent avec amertume que le vrai dirigeant, le Parlement ne joue plus son rôle, que c’est la presse qui manœuvre Lloyd George. On a couvert Northcliffe de décorations, il est pair depuis quelques semaines. De plus Lloyd George sur 670 députés a 108 dans son ministère qui votent tous avec lui. Tout cela irrite le peuple anglais qui songe à le renverser. Est arrivé l’incident Robertson. Tandis que Lloyd George croit au front de Salonique et de Syrie, Robertson disait que comme chef d’état-major général il ne considérait comme sérieux que le front français. On a dit dans la presse Robertson a démissionné. Robertson a dit non. Il a fini par accepter le commandement de l’arrière de l’est de l’Angleterre. Reprington a quitté le Times pour les mêmes raisons que Robertson a quitté l’armée. Depuis qu’il a quitté le journal de Northcliffe, il attaque le gouvernement et vient d’être condamné à 100 livres d’amende. Les élections anglaises se préparent et les socialistes déclarent qu’ils les réclament, qu’ils souhaitent se trouver en contact avec les électeurs. Le gouvernement qui autrefois les menaçait toujours de la dissolution ne se presse plus de faire dresser les listes électorales. Quant aux mécaniciens, ils ont dit au gouvernement : si vous ne dites pas vos buts de guerre nous faisons la grève générale : il faut qu’il apparaisse au peuple anglais que ce sont vraiment les Allemands qui ont tort et prolongent eux-mêmes la guerre. Henderson leur expose qu’ils ne doivent pas agir seuls, mais qu’ils doivent suivre le mouvement ouvrier général. Il a sur eux une grosse action. Si une grève se produit en Angleterre, il ne faut pas songer une minute à envoyer des soldats contre les grévistes. La marine marchande allemande est presque aussi forte aujourd’hui qu’avant la guerre. Absolument et relativement aux autres marines marchandes de l’Europe elle est plus forte.

141Vendredi 22 février : Jullien me rapporte qu’il y a ici un mécontentement très grand chez les ouvriers. Il vient surtout de ce qu’un grand nombre de fils de famille sont embusqués. Et aussi de ce que par suite d’une inorganisation absolue, il y a disette de vivres. Le gouvernement n’a rien organisé jusqu’à présent. Il a dit : limitez-vous vous-mêmes. Oui mais personne ne s’est limité, et chacun de ceux qui avaient de l’argent ont fait d’énormes provisions. Seuls les pauvres qui n’ont pas d’argent n’ont pas fait de provisions. Ce sont eux qui à cette heure sont très frappés par les restrictions.

142En réalité, chaque Anglais se débrouille : il a l’esprit pratique. Mais le gouvernement anglais n’a aucun esprit de méthode : sa réglementation actuelle est très compliquée, et inopérante. Pour Jullien, le gouvernement Lloyd George est assez fort, car Asquith seul pourrait le remplacer, et il recule devant les responsabilités du pouvoir. Les pertes des Anglais en tout n’atteignent pas le total des morts de France (Reprington).

143Vandervelde préside : si l’offensive allemande qui se prépare contre nous réussit, tout ce que nous décidons c’est rien. Pour l’internationale je lui ai fait jusqu’ici des oppositions d’opportunité. J’ai accompli un mandat qui me venait de Belgique. Hier après-midi on m’a apporté des résolutions du 30 janvier du parti ouvrier belge. La minorité (16) a décidé de laisser libre la majorité (26) (Vandervelde, De Man, De Brouckère) : tant que les socialistes allemands n’auront pas imposé à leur gouvernement une paix décisive, pas d’internationale : c’est pratiquement impossible et moralement inutile. Je suis avec la majorité belge : mais la grande question est de savoir si les socialistes allemands vont continuer à marcher avec le Kaiser ou si c’est en ce moment d’impérialisme allemand que les socialistes allemands vont marcher avec vous.

  • 29 Le vicomte Alfred Milner (1854-1925) était ministre de la Guerre de Lloyd George en 1918-1919, favo (...)

144Nous allons poser la question aux majoritaires allemands. De leur réponse dépendra notre attitude. En ce moment les majoritaires allemands ont une grande tâche à accomplir. Nous avons contre eux des griefs. Aujourd’hui l’impérialisme allemand est entouré de démocraties. Si les socialistes majoritaires allemands n’entendent pas notre appel, malheur à eux : s’ils comprennent que l’heure est venue de se joindre à vous pour la démocratie ils auront une occasion de faire oublier leur défaillance, de travailler à la grandeur de l’internationale. Cette occasion ils ne la laisseront pas échapper. Nous pouvons rendre ici à notre pays français le double service de dire aux Anglais et aux Italiens de limiter leurs buts de guerre, de rendre plus modérées leurs conditions de paix. Ce qui irrite le plus les ouvriers anglais c’est de voir au gouvernement anglais Milner, Curzon et les conservateurs29.

145Les salaires des ouvriers anglais : les cheminots anglais ont reçu 1 272 livres d’augmentation pendant la guerre, 21 shillings par semaine. Ils sont 300 000 syndiqués au lieu de 80 000 avant la guerre. Métallurgistes : certains ouvriers ont triplé leur salaire. La vie a augmenté de 80 à 90 % pour eux. La vie est moins chère qu’en France. Les ouvriers qualifiés, tourneurs, outilleurs, ajusteurs, gagnent de 13 livres par semaine à 11, 12, 10, 9. Les ouvriers non qualifiés de 9 à 5 livres par semaine. Les chaudronniers anglais 80 000 syndiqués ont reçu environ 62 % d’augmentation de salaire depuis la guerre. Par heure les ouvriers non qualifiés 10 pence les ouvriers semi-qualifiés 11 pence, les ouvriers qualifiés 1 shilling 3 pence (plus 80 % de boni). Sur la Clyde les ouvriers en navire : 10 à 12 livres par semaine de soixante-six heures. Là certains ouvriers ont triplé leur salaire. Les ouvriers belges en Angleterre par semaine de 66 heures gagnent au maximum de 6 à 12 livres par semaine. La moyenne va de 5 à 10 livres par semaine. En outre, ils ont un boni de 8 shillings par semaine. Ceci pour des opérations d’obus. Les ouvriers qualifiés arrivent aux salaires les plus élevés ; les métallurgistes occasionnels ont au minimum 5 shillings par semaine. 13 livres par semaine = 1 400 F par mois = 16 800 F par an. 5 livres par semaine = 500 F par mois = 6 000 F par an. Le salaire des marins anglais a triplé depuis 1914.

146Les impôts anglais : il y aura cette année 500 millions de livres au budget anglais. L’impôt est de 5 shillings par livre ; plus une super-taxe pour les revenus de plus de 2 000 livres. Le tout arrive pour les très grands revenus à plus de 35 %. Soit le cas d’un homme qui n’a que des revenus de son travail et gagne 20 000 livres par an. L’income-tax pour lui s’élève à 2 100 livres. La ville de Londres prend un tiers du principal sur son loyer soit 550 livres. Il paie donc de 2 600 à 2 700 livres d’impôts. Pour une situation identique à Paris il paierait environ 400 livres d’impôts.

  • 30 Charles Bowerman (1851-1947) était le secrétaire général du Trades Union Congress depuis 1911. Il d (...)

147À quatre heures et demie arrivent les Serbes, les Italiens officiels et les camarades de la CGT française. Malgré cela, il reste entendu que la conférence finira demain à 1 h. Les Anglais disent-ils ne pourraient pas faire comprendre à leur peuple qu’on travaille le samedi après-midi. On raconte que c’est pour des raisons de cet ordre qu’ils ont perdu la bataille de Cambrai. Les délégués anglais à cette conférence sont : Bowerman30, M.P. secrétaire du comité du congrès ; Poulton, secrétaire général des cordonniers ; Bramley, des ouvriers en meubles ; Gosling, des transports par batellerie ; Skinner, des imprimeurs ; Sexton, des dockers ; W. Thorne des manœuvres non qualifiés ; Jenkins, des constructeurs de navires ; Stuart Bunning, des facteurs des postes ; Ogam, des tisseurs ; Williams, des musiciens.

148Interview de Thomas, des cheminots : aujourd’hui 420 000 syndiqués. Il y a plus de 5 % des cheminots qui ne sont pas syndiqués en Angleterre. Ils ont un immeuble qui vaut 70 000 livres, 1 750 000 F ils ont 250 employés ; un journal hebdomadaire. Ils ont trois députés : Thomas secrétaire général, Hudson, Wardle. Le minimum d’augmentation de salaire pendant la guerre est de 21 shillings par semaine, plus les heures supplémentaires payées ; de cette sorte l’augmentation a été environ de 30 à 35 shillings par semaine, soit 150 à 175 livres par mois.

149Le ministre du Ravitaillement a pris un accord avec les cheminots : il est entendu qu’on leur donne tous leurs objets d’alimentation au prix de revient. Les augmentations de salaires sont de 38 millions de livres par an. Or les bénéfices des compagnies avant la guerre étaient 43 millions de livres. Si l’armée veut prendre des ouvriers des chemins de fer, il faut l’autorisation du syndicat. La nationalisation des chemins de fer et canaux sera chose faite après la guerre. Le conseil d’adjudication des chemins de fer sera composé de représentants de l’administration, de directeurs, d’ouvriers. Déjà une commission est nommée pour étudier la réorganisation, la restauration de l’industrie après la guerre : elle comprend des ouvriers, des patrons, des membres de l’administration gouvernementale : Thomas en est le président. Thomas se met à ma disposition pour venir à Paris faire un meeting de cheminots.

150Interview de J. MacGurck, secrétaire de la Fédération des mineurs du Lancashire et Cheshire, 13 Phoenix Street Bary, Manchester. Il y a en Angleterre 800 000 mineurs syndiqués. On ne peut entrer au travail d’une mine si on n’est pas syndiqué. Il y a eu quatre étapes d’augmentation des salaires depuis 1914 :

1511o 7 shillings par jour en 1914 ; 2° 8 shillings par jour première étape ; 3° 9, 5 shillings par jour deuxième étape ; 4° 10, 11 shillings par jour troisième étape soit en ce moment 13 shillings par jour.

152Williams (des musiciens) : les musiciens ne travaillent jamais le dimanche. Ils avaient à Londres 33 shillings par semaine en 1913 ; aujourd’hui 50, 6 shillings. Dans les théâtres : 9, 7, 6 shillings par représentation. En province augmentation de 5 à 10 shillings par semaine de 1914 à 1917.

153Le soir à 8 h dîner chez Thompson avec Huysmans. Thompson me confirme l’énorme progrès du Labour Party en Angleterre. Que feront les 6 millions de femmes appelées au vote ? Elles feront comme leurs maris. Huysmans chante de vieilles chansons flamandes. Il me dit que souvent en Belgique pendant qu’il était sous l’autorité allemande il avait envie d’étrangler quelque Allemand au coin d’une rue. Il déclare que pas un Belge ne voudrait être allemand. Mais il déplore que Vandervelde reste dans le gouvernement du Havre qui est très impopulaire. Les Flamands sont 82 % dans l’armée belge. Ils se sont révoltés il y a huit jours parce que les officiers les commandent en français et les brutalisent. Après la guerre les Flamands exigeront qu’on les traite mieux, qu’on leur fasse leur large part en Belgique où ils sont quatre millions contre trois millions de Wallons. Les Flamands ont une littérature abondante, ils se sentent appuyés par six millions de Néerlandais : à peine 7 % d’entre eux parlent français. Huysmans me raconte que son origine est entièrement espagnole ; et en effet il en a le type.

154Samedi 23 février. Séance plénière : y assistent les socialistes italiens officiels, les socialistes italiens réformistes, CGT française (majorité et minorité), PS français (majorité et minorité), Anglais, Serbes, Roumains, Belges, Yougoslaves. La motion 1 : Société des Nations : vote, 2 contre. Les deux Italiens officiels. Motion économique 3 : idem : trois contre (Merrheim + les deux socialistes italiens officiels) territoriale 2 : la motion sur la Turquie (L) repoussée 10 voix pour.

155Les syndicats anglais représentés à notre conférence interalliée : Ogden, tisserand : 165 000 membres ; Bramley, ébéniste : 12 534 membres ; Davis, ouvrier en cuirs et peaux : 18 000 membres ; Hall, Onions, MacGurck, mineurs : 600 000 (cinq heures de travail) ; Hill, fabricant chaudières : 76 000 ; Jenkins, constructeurs navires : 33 000 ; Judson, fileur : 25 015 ; Gosling, batelier de la Tamise : 4 578 ; Poulton, cordonnier : 69 000 ; Sexton, docker : 47 000 ; Skinner, imprimeur, 29 236 ; Stuart Bunning, facteur : 54 414 ; W. Thorne, manœuvre : 164 681 ; Thomas, cheminot : 341 000 ; Walker, agricole : 8 000 ; Williams, musicien : 12 000 ; Bowerman, secrétaire du comité parlementaire du congrès.

156Tous ces chiffres sont de septembre 1917 Depuis ils se sont de beaucoup élevés. Il n’y a là que quatre MP. À cette conférence sont représentés 3 082 355 syndiqués.

  • 31 Frère du peintre, dirigeant socialiste de tempérament modéré, Giuseppe Emanuele Modigliani (1872-19 (...)

157À propos des questions territoriales : sur la Turquie : si vous ouvrez la porte au démembrement de la Turquie, vous donnez des armes aux impérialistes anglais, français, italiens (Mésopotamie, Syrie, îles). Aussi Longuet et quelques Anglais proposent de conserver la Turquie en lui imposant des réformes. On nous a dit que les Arabes de Mésopotamie avaient bien reçu les Anglais : ce n’est pas vrai, les Anglais ont été reçus à coups de fusil. S. Webb défend le texte de la commission. Nous ne voulons pas abolir la Turquie mais pourquoi demanderons-nous la domination turque sur des territoires qui ne lui appartiennent pas. Modigliani31 se fixe des buts de guerre modérés. De Brouckère : les bolcheviks ont reconnu l’indépendance de l’Arménie. Webb défend contre l’argumentation Longuet les solutions de la commission. Il dit : la Palestine doit revenir aux juifs sionistes. Cette façon de masquer les appétits anglais derrière le sionisme est très curieuse. Sur Modigliani : Williams dit : ne disons pas ce sont là des affirmations maxima : car sans cela rien à faire. Ne faisons un texte aussi conforme que possible au droit intérieur : quel est notre but : m’adresser aux socialistes allemands et autrichiens et leur dire : êtes-vous d’accord avec nous ? Et alors prenez position contre vos empires. C’est lorsque vous aurez fait cela, quand le socialisme sera le vrai véhicule de la paix et quand la motion Modigliani pourra être acceptée.

158Vandervelde : je suis d’accord : le facteur social-démocrate est très important pour la paix. Le Bureau socialiste international peut en transmettant le document aux sociaux-démocrates tenir compte de ce que dit Modigliani.

159Modigliani : la deuxième partie de mon amendement peut recevoir la forme Vandervelde. Mais la première partie ? Il faut tenir compte de la situation en Italie : les ouvriers italiens font tout ce qu’il faut par brochures contre l’invasion mais il y a un autre soutien. Il faut en finir, on ne peut plus tenir. Je l’assure. Or si on retourne chez vous avec l’ultimatum actuel, il faut obtenir ça ou continuer la guerre. Il faut dire : nous sommes prêts à être modérés et à transiger sur le mémorandum, car cette question territoriale ne peut faire prolonger la guerre une minute, tel est l’état d’esprit italien.

160Canepa : la classe ouvrière italienne désire la paix, mais pas une paix bâclée, germanisée. Les ouvriers italiens sont comme les ouvriers français et anglais : pas une paix de couardise. L’amendement Modigliani (paragraphe 2). Contre le vote de la commission : 2 (les Italiens officiels).

  • 32 Pieter Jelles Troelstra (1860-1930), principal dirigeant du socialisme hollandais, participait en s (...)

161La conférence internationale sera convoquée par Troelstra32, Branting, Huysmans. Il faut des hommes non suspects ni de l’entente ni de l’autre côté. Il faut voter : première commission : la classe ouvrière devra assister à la conférence de la paix.

162Il faut voter : deuxième conférence : voter pour un camarade de chaque pays qui ira en Amérique. Modigliani dit : non ! Il faut laisser sa nomination à chaque parti. Non dit Henderson : il faut que ce soit la conférence qui nomme trois membres qui se mettront en rapport avec les gouvernements pour obtenir que les ouvriers et socialistes fassent partie de la discussion sur la paix. Henderson, Thomas, Vandervelde.

163Interview de Lupe (?) (Roumain) : la Bessarabie s’est donné un gouvernement très démocratique et socialiste. Ils sont plus latins que slaves. Leur gouvernement est populaire. Leur chambre a 170 membres : 103 Moldaves, 17 Ukrainiens, 13 juifs, 1 Grec, 1 Arménien. En ce moment, le gouvernement roumain va faire la paix, mais ce sera une paix provisoire et imposée. Ils n’ont plus de ravitaillement. Il y a longtemps qu’on ne mange plus à sa faim. On n’a que des haricots, pas de viande. De plus les Russes les ont attaqués. Le ministre des Affaires étrangères actuel est l’ancien ambassadeur à Londres, discret, attentiste et très renseigné. Il fera ce qu’il pourra. Après la guerre, le socialisme grandira en Roumanie : 1) : parce que les partis bourgeois sont discrédités ; 2) : parce que les paysans vont y rentrer sous la forme où ils peuvent y rentrer, (coopératives, etc.). Jusqu’ici Rakovski. Bulgare, écartait du socialisme les paysans, ne s’adressait qu’aux ouvriers, qui sont peu nombreux : il faut organiser le paysan, et ce qui s’est fait en Bessarabie aura une grande influence sur les Roumains. Le gouvernement démocratique et socialiste de Bessarabie qui maintiendra sa nationalité, car il est latin, non slave, et sera organique pour la même raison parce qu’il n’est pas slave. Et après cela, le mouvement démocratique et socialiste sera très facilité en Roumanie.

164King’s way Holbom Restaurant lunch après la conférence.

165Au début dit le bénédicité. Nous sommes avec S. Webb, Merrheim, Canepa, Luquet. Les bolcheviks lorsqu’ils ont attaqué la religion russe se sont aliéné les sympathies des pacifistes anglais. En Angleterre demain, restrictions.

166On traque les consommateurs. On ne fait rien contre la gentry. 450 grammes de viande par semaine. À Londres : 80 000 enfants aux cantines scolaires en temps général. 10 000 aujourd’hui. Lorsque les cinq millions de soldats, les trois millions d’ouvriers d’usines de guerre seront licenciés : pas de matière première, pas de travail organisé. Gros danger. Les Anglais mettent de l’alcool dans leurs vins de France. L’organisation de l’Angleterre est une réassurance contre le chômage. Ces syndicats sont de toutes les opinions. Il y a plus de 9 500 000 membres. Il a voulu au début de la guerre par ambition, puis un rôle politique contre le Labour Party. Il s’en est fait le concurrent. Le Trade Union Congress s’est constitué il y a vingt ans pour faire la politique de protection des syndicats. Il était libéral quand il refusait de faire autre chose que de la politique syndicale. Le Labour Party est sorti de là : il a fait un parti ouvrier indépendant. Aujourd’hui les deux organisations sont à côté, marchent de pair : les deux exécutifs se réunissent périodiquement. Les sept huitièmes des membres de l’un sont à l’autre. Henderson s’efforce de les réunir, de les unifier. Il n’y a plus entre eux que quelques questions de réalité, et de personnes. Les jeux anglais ont habitué le public à des nouvelles nombreuses. Impossible à un journal de vivre s’il n’en a pas. C’est très coûteux. Le Daily Citizen a mangé 9 millions en un an. Un grand journal libéral 7 500 000 en un an. Un journal socialiste n’a pas d’annonces. Il faut 25 millions pour faire un journal socialiste en Angleterre.

167Les discours au lunch. Henderson : notre conférence a été un succès. Qu’avons-nous dit ? 1) : une ligue des nations. Des armements. 2) : droit des nations foulé. 3) : fonder une paix durable parce que juste. 4) : nous voulons que les rapports internationaux soient repris. Pas d’isolement économique ou politique. 5) : nous voulons une paix des peuples dont ils seront les garants. On a discuté sur l’opportunité de notre conférence. Nous devons dire surtout les raisons sur lesquelles nous ferons la paix. Ou bien la guerre se terminera par les militaires, par épuisement général, par conciliation. C’est la troisième solution que tous les belligérants emploieront. Allons-nous jeter l’épée si l’ennemi garde ses deux mains armées ? Non. Des deux côtés il faut cantonner le militarisme. Il y faut un grand effort de persuasion de nos propres pays et chez l’ennemi. Aujourd’hui la responsabilité de l’internationale ouvrière est énorme. Pas moyen de se quereller sur de petits points. On nous dit vous n’êtes pas la majorité dans nos nations. Qu’importe ! Poursuivons notre politique de persuasion. Nous devons dire aux peuples de partout de prendre la grande cause entre leurs mains. Un sentiment croissant dans toutes les classes de la société c’est : nous ne pouvons pas nous fier à la diplomatie pour la paix. Il nous faut aider l’effort militaire par la pression morale. On nous calomniera. On dira l’or allemand. Méprisons cela. Nous disons : après trois ans de massacres, il est nécessaire d’aider l’effort militaire par l’effort moral. L’intérêt de l’humanité exige que la paix soit assurée le plus tôt possible sur de justes bases. Nous voulons une victoire non militaire mais démocratique. Nous voulons une paix constructive, base de l’avenir du monde. Nous nous adressons à tous ceux qui partout sont inspirés de nos principes. On nous dira : vous êtes des pacifistes, vous faites le jeu allemand. Nous sommes contre la paix française ou britannique ou allemande ou internationale. C’est le règlement honorable de la situation. Nous avons fait le premier pas : marchons d’un pas ferme. Assurons au monde les principes. MacDonald : ni Modigliani ni Thomas ni Renaudel n’ont voulu m’entendre tout à fait : mais cependant notre but est atteint. Une seule crainte : sommes-nous arrivés à temps ? Lorsque l’ère du glaive est ouverte : il faut beaucoup de temps pour que la raison arrive. Il faut maintenant que nous avons parlé que la démocratie allemande parle à son tour. Il pense aux camarades allemands, Kautsky, Luxemburg. Il faut qu’ils parlent haut et clair ; et alors, le moment du triomphe de la démocratie sera venu. Ce qu’il faut éviter avant tout c’est l’échec de la conférence internationale. Nous avons voulu aller trop vite. Il y aura des malentendus. Il ne faut pas aller là-bas avec l’idée de revenir vite à nos occupations ; ce ne sera pas l’œuvre d’un jour, d’une semaine ; si nous voulons prêcher aux Allemands l’évangile désespérément alors ils finiront par nous comprendre. Ils ont perdu la grâce : ils rentreront en état de grâce.

168Huysmans : notre procédure est parfaitement lente, compliquée, désagréable : elle a abouti. L’Internationale a une logique. C’est en Angleterre que le mouvement ouvrier a commencé. Ici c’est qu’elle a la plus forte influence. C’est ici qu’est née l’internationale. Ici est née la conférence qui va préparer la réunion de l’internationale. Unité socialiste ! Audace ! On va passer par des moments pénibles. Calomnies, insurrections ! De ceux qui suivent d’autres buts que nous. Notre congrès aura un grand écho en Allemagne et Autriche. Il nous faut la réponse des majoritaires. S’ils n’agissent pas avec nous, ce sera contre nous. C’est la classe ouvrière allemande qui a dit aux leaders allemands minoritaires et majoritaires venez faire votre devoir. Plus vos paroles seront modérées, plus on trouvera la ligne parallèle pour aller au but.

169Thomas : nous allons passer à l’action pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Il nous faut une réponse des Allemands claire. Comment conçoivent-ils la paix ? La façon dont le gouvernement allemand agit envers la Russie leur donne une occasion de dire ce qu’il pense de la paix du gouvernement allemand. Nous allons rester unis en Angleterre sur notre programme. Le plus grand danger qui nous menace c’est que dans notre pays il y ait des révolutions ouvrières qui influencent leurs gouvernements par un langage qui ne serait pas le nôtre. Il faut que nous guidions les prolétaires pour qu’ils agissent sur le gouvernement dans notre sens. Notre décision est un coup de clairon pour la paix interne. Pas un gouvernement, surtout l’anglais ne nous refusera les facilités pour arriver à notre but. Nous croyons pouvoir tendre la main à nos camarades allemands. Nous pensons qu’ils ne la refuseront pas. A. Thomas : j’ai fait la différence entre les réunions bourgeoises et les nôtres. Ici toujours le droit à la raison, là-bas on risquait d’aviver les responsabilités. Nous avons pu nous dire ce que nous pensions des impérialismes divers de nos gouvernements. Pour les petites nationalités, nous sommes plus nets que les gouvernements. Si demain le traité de paix n’est pas juste, il y aura des révolutions dans tous les pays. On dit que Northcliffe est placé comme propagandiste de l’Allemagne. Il n’a qu’à prendre notre papier.

170Vandervelde : je bois aux absents : aux Américains, aux Russes, aux Allemands. Longuet : ce qui est frappant dans cette conférence, c’est que trois socialistes sont chargés d’aller demander au gouvernement que la classe ouvrière soit représentée aux pourparlers de paix. Huysmans me dit qu’il habite à Londres avec un ami une chambre de 1 shilling par jour.

171Lord Esher de Tilnay Street, North London. Wardle 7 White Hall Gardens London SW1. Piccadilly Tube. French Embassy (Holborn) Knight’s Bridge Station Tube. Impossible pour les civils de prendre le premier bateau. Donc inutile de partir ce soir. Elbers secrétaire général de la Centrale des métallurgistes belges : téléphone 3023 Hamstead.

Lundi 25 février 1918

172Paris. Berthonneau. Mme Hestoux, école rue du Département s’en va, Mlle Wideman demande son poste. (Commission permanente.)

Mercredi 27 février 1918

  • 33 Le père de Louise Weiss était directeur des mines au ministère des Travaux publics.

173Je suis avisé par Weiss33 que vendredi le conseil général des mines se réunit et va déclarer nulle et non avenue la convention de Méréville.

Jeudi 28 février 1918

1749 h 30 Bouisson. Philouze. 12 h 30 Leotte do Rego, Portugais, chez Ménard-Dorian, chef de la marine portugaise. 7 h François Nigg.

Mars

Vendredi 1er mars 1918

17512 h Blocq.

Samedi 2 mars 1918

176M. Daniel, midi. 5 h Institut Lannelongue, salle commission ministère du Travail, 80, rue de Varennes.

Lundi 4 mars 1918

1779 h loyers. Maison commune.

1783 h Affaires étrangères, Pichon.

Mardi 5 mars 1918

179Fortuner, classe 1902.

180Rouyer, chef du personnel du service de santé, chimiste ou pharmacien.

181Aujourd’hui je suis désigné avec Jouhaux par le parti pour aller en Amérique au nom de la CGT et du PS.

182Depuis huit jours aucune nouvelle ni de Huysmans ni des Anglais : dans l’Information du 2 mars, l’annonce que les Anglais partiront dans une quinzaine de jours.

183C’est le comité parlementaire du congrès des trade-unions qui va nommer les délégués à New York qui devront rendre visite à Gompers et aux représentants du Travail américains.

Mercredi 6 mars 1918

  • 34 Louise Weiss (1893-1983), alors secrétaire de rédaction de L’Europ nouvelle.

18412 h 30, 78 bis, avenue Henri-Martin, Mlle Weiss34, déjeuner.

Vendredi 8 mars 1918

185Gothon.

Samedi 9 mars 1918

18612 h 30 Lucas – Colt – Juo – Bass.

187L’homme tué habitait 29, rue de Provence ; la femme avait son mari tué à la guerre, Mme Bargerie qui sera enterrée quai de Valmy.

188Mhum : deux filles blessées.

189Chocbry : 103, rue Chapelle.

Dimanche 10 mars 1918

1902 h 30 charretiers Chapelle.

1912 h Amicale.

Lundi 11 mars 1918

  • 35 Jules Pams (1835-1930), sénateur des Pyrénées-Orientales, fidèle de Clemenceau qui l’avait nommé mi (...)

19211 h Pams35, cheminots envahis.

193De 4 à 8 Lilly : oui.

Mardi 12 mars 1918

194CAP, le voyage en Amérique.

19512 h 30 Griffon près hôtel Bellevue, rue d’Antin.

Mercredi 13 mars 1918

196Francfort, hôtel Meurice.

197Fondation Society of New York.

Vendredi 15 mars 1918

1982 h 30 Mook, Chambre. Explosion La Courneuve. Visite avec Pams du ministère.

Samedi 16 mars 1918

  • 36 Albert Favre (1868-1952), député radical de la Charente-Inférieure et sous-secrétaire d’État à l’in (...)

19911 h. Les passeports. Favre, ministère de l’intérieur. 4 h. Blumel36.

Dimanche 17 mars 1918

200Ford à Detroit.

Lundi 18 mars 1918

20112 h 30 François. 24, rue Bassano, M. May, ravitaillement.

Mardi 19 mars 1918

2027 h. Clémentel.

Mercredi 20 mars 1918

203Paris-Londres.

Jeudi 21 mars 1918 – vendredi 22 mars 1918

204Londres.

Samedi 23 mars 1918

205Londres. 10 h. Huysmans au Waldorf pour aller au consulat général américain.

Dimanche 24 mars 1918

206Londres. Rendez-vous 11 h 30. Bowerman et Henderson, Huysmans.

Mardi 26 mars 1918

207Londres.

Mercredi 27 mars 1918

208De Londres à Paris.

Jeudi 28 mars 1918

209Paris.

Avril

Mercredi 3 avril 1918

210On prépare le cahier des charges type des concessions des mines et on le prépare d’accord avec les grands patrons des mines.

211L’entourage de Loucheur (Taffanel, esprit faible, sans volonté) s’est laissé imposer comme rapporteur de la section législative, l’ingénieur qui a déclaré que Méréville constituait un abus de pouvoir.

212J’écris à Loucheur pour lui demander de remettre après la bataille d’Amiens la réunion de la section législative de la commission supérieure des mines ; ou bien les Allemands entrent à Amiens, et alors ce sont les communications coupées avec les Anglais ; ou bien nous tenons, et alors si nous tenons, c’est le moment pour les socialistes de parler raison : de dire que notre défense honorable nous laisse encore forts, capables de parler avec autorité, avec des gages importants et de demander aux belligérants de causer.

Samedi 6 avril 1918

213Arrivée de S. Bunning.

Dimanche 7 avril 1918

214Déjeuner Bougeneau, gare de l’Est (Laval) Permanence orphelins.

Lundi 8 avril 1918

  • 37 Louis Allainguillaume, importateur de charbon à Caen, finançait L’Europe nouvelle.

2159 h PTT, 33, Grange-aux-Belles Bunning. Allainguillaume, midi, Europe nouvelle37.

Mardi 9 avril 1918

2169 h CAP Bunning : la mission en Amérique. Sembat s’engage à téléphoner à Vandervelde par l’intermédiaire de la délégation belge. J’écris à Vandervelde pour Huysmans.

Mercredi 10 avril 1918

  • 38 Le comte Czernin (1872-1932), ministre des Affaires étrangères d’Autriche-Hongrie était à l’origine (...)

217Commission des Affaires étrangères demande à Clemenceau de venir au plus vite ; il dit : pas avant mercredi, car l’affaire Czernin est en cours38.

2181o Renseignements sur l’intervention de l’empereur.

2192° Votre politique en Autriche : quelle est-elle ?

220Telles sont les deux questions qu’on lui posera.

Jeudi 11 avril 1918

221Midi Europe nouvelle.

Vendredi 12 avril 1918

22212 h pavillon.

Samedi 13 avril 1918

  • 39 CGO : Compagnie générale des omnibus.
    Grillon est sans doute Jean Grillon (1875-1924), ancien déput (...)

22312 h 30 Bliss, Grillon. 7 h 30 Bourse du travail, salle Ferrer, CG039. 2 000 syndiqués en ce moment à la CGO. La Compagnie répond à la demande d’augmentation de salaire de 2 F par jour : j’aime mieux fermer.

224Nous proposons aux ouvriers, vu les conditions actuelles, de surseoir à leur demande. Labbé, 166, Chapelle, service du contentieux, Hôtel de Ville.

Dimanche 14 avril 1918

225Cheminots retraités, 21, Entrepôt, 2 h 30.

Lundi 15 avril 1918

  • 40 Marcel Boussac (1889-1980), industriel du textile, déjà connu pour avoir inventé la « toile d’avion (...)
  • 41 Sixte de Bourbon Parme (1886-1934), officier belge et beau-frère de Charles Ier, fut un des princip (...)

226Midi, Europe nouvelle. 2 100 versés à Morgan, total : 4 000. Déjeuner Ledarlin, 144, Champs-Élysées, Boussac40. Il y a eu dimanche une réunion des anciens présidents du Conseil chez Poincaré. Ils se sont mis d’accord sur une déclaration. La lettre de Sixte41 a été en Belgique, à Londres, à Poincaré puis à Ribot ; il aurait été lui-même à Saint-Jean-de-Maurienne pour en causer. Mais l’Italie aurait dit : non, Trieste !

Mardi 16 avril 1918

  • 42 Fabra Ribas, dirigeant socialiste espagnol, exilé en France depuis l’affaire Ferrer (1909) très fav (...)

22712 h 30 Ménard-Dorian, général Masse, F. Ribas, Sembat, Aulard42. 5 h 30 Soulié, Europe nouvelle.

Mercredi 17 avril 1918

  • 43 Léon Bourgeois (1851-1925), sénateur de la Marne, ancien président du Conseil, ancien président de (...)

228Wilson a-t-il connu la lettre de l’empereur Charles ? A-t-il été avisé de la réponse de M. Clemenceau ? Les Alliés ont-ils été mis au courant et consultés ? Le gouvernement a-t-il été consulté ? La divulgation de la lettre est une muflerie : elle fait le plus grand tort à la France chevaleresque ; c’est un procédé vil. C’est l’avis de Bourgeois, Aulard, Briand. Viollette43 a écrit à Ribot : pourquoi n’avez-vous pas communiqué la lettre au Conseil des ministres ? Pourquoi Poincaré ne me l’a communiquée qu’à titre confidentiel, soit : mais lorsque vous êtes allé causer de la paix à Saint-Jean-de-Maurienne et que l’Italie a refusé, vous deviez le dire au gouvernement ; on aurait pu causer, vous suggérer des idées ; vous pouviez dire : j’ai des offres sans indiquer la source.

Vendredi 19 avril 1918

22931, rue Saint-Jacques, 7 h 30. Clemenceau a lu tout le dossier au Sénat. Pichon ignore tout le dossier Revestera, on ne lui a jamais montré. Après l’audition de Ribot, les commissions du Sénat ont été très froissées qu’on ait publié les pièces.

Dimanche 21 avril 1918

  • 44 André Lefebvre (1869-1929), républicain-socialiste, député des Bouches-du-Rhône, était considéré co (...)

230Le premier jour que le gros canon envoya quelques obus sur Paris, trois députés compétents dont André Lefebvre44 expliquaient avec des chiffres et d’un ton péremptoire que ce n’était pas un canon. Au moment le plus intéressant, le communiqué officiel vint arrêter le raisonnement des compétences. Le lendemain, les mêmes disaient : nous le savions bien, c’est très simple dans le fond.

Mercredi 24 avril 1918

231Déjeuner Henri.

Jeudi 25 avril 1918

232Jeunesse socialiste rue Ramey.

233Denys Cochin nous dit : il y a longtemps que l’empereur d’Autriche cherche la paix. On ne l’a refusée ici que parce que c’eût été une paix catholique. Mais Charles déteste les Hohenzollern, et s’il avait plus d’audace, il comprendrait qu’il peut contre les Allemands s’appuyer sur les Slaves de la monarchie.

  • 45 On se souvient que Denys Cochin (1851-1922), député catholique du 8e arrondissement, académicien, l (...)

234Cochin45 ajoute que, en ce moment d’offensive, notre travail ne peut être qu’un travail d’historien ; nous sommes obligés de soutenir Clemenceau bien qu’il ait été funeste au pays.

Vendredi 26 avril 1918

235Blocq, midi, Chambre.

2365 h. Chambre.

2377, rue Trétaigne, arbitrage Ripert-Poisson.

2385h. La Semeuse.

239Entrevue Painlevé sur l’affaire Armand-Revestera.

Samedi 27 avril 1918

  • 46 Valentine Thomson et Mme Chauler animaient des comités américains qui finançaient des œuvres de sol (...)

240Midi déjeuner Thomson46, 134, rue de Grenelle, 12 h 45 Mme Chauler. Les Américains.

2415 h 44. Orsay – Saint-Chéron, en tête du train.

Dimanche 28 avril 1918

242Villeneuve, 11, rue Eva.

24312 h. Sturm.

244Groupe La Chapelle : 972 F en caisse.

245En outre, 1 100 F prêtés à la maison de vente et à l’ouvroir ; de plus 300 F de l’ouvroir Goutte-d’Or Chapelle ; plus l’un des groupes a encore 450 F pour le groupe La Chapelle.

Lundi 29 avril 1918

246Midi, Ménard-Dorian. Les Américains et la Société des Nations.

Mardi 30 avril 1918

2476 h. Mlle Thomson. Jouhaux.

2486 h. 13, rue Entrepôt.

249Midi, Chambre, Baretta.

Mai

Mercredi 1er mai 1918

  • 47 Comme Cachin, l’ancien directeur du cabinet de Sembat se trouvait à la recherche d’une position « c (...)

250Blum47, déjeuner, 126, Montparnasse.

  • 48 Foch avait reçu le 26 mars le commandement unique des forces alliées du front occidental lors de la (...)

251Foch48 a dit que Calais et Boulogne ne seraient pas pris.

Jeudi 2 mai 1918

25250 F Gaz, 150 F groupe, 500 F Lilite, 100 F Tixier, 40 F ménage, 100 F, 300 F Antibes.

  • 49 Si l’offensive allemande sur les Flandres fut effectivement bloquée, restaient alors à venir les gr (...)

253Clemenceau : je crois que les pertes allemandes sont énormes. Or les Anglais même brisés disaient : j’en ai tué !!! Car les Allemands attaquent en masse : 140 divisions ont passé au feu ; ils ont 600 000 hommes dans les dépôts ; c’est pas fameux49.

254Nous avons eu hier 42 000 évacuations donc au total 65 000 hommes de pertes.

255Nous aurons : 40 000 ouvriers d’usines en mai, 50 000 Sénégalais, 50 000 Arabes.

256Nous ne manquerons pas d’effectifs.

Vendredi 3 mai 1918 – samedi 4 mai 1918

257Noirot, 5 h Chambre. Soguet. Semeuse : Heudes. Ayma. Cousin. Cognacq. Perquet, agent de change. 2 h 30, 14, rue Saint-Dominique, Coudeyres. 5 h Cousin, 2, rue Ernestine.

258Clemenceau : le front anglais est dévasté ; 300 000 hommes, nombre de divisions sont supprimées ; l’on n’a pas 30 000 hommes par mois à envoyer sur le front jusqu’en octobre. Si elle comprend qu’il faut envoyer 60 000 elle le peut : il a 100 000 hommes pour lever des Irlandais mauvais soldats.

  • 50 Clemenceau expose ici les conditions du malentendu franco-américain. De fait, le général Pershing p (...)

259Alors l’infanterie américaine ? Malheureusement Pershing a conçu qu’il avait le droit de conduire à la bataille une armée américaine. Mais l’amalgame : il se fera en ce moment ; mais il rompra ; alors il fait venir tous les services sauf fantassins50.

260Sur les 400 000 Américains en France : 150 000 fantassins. Or en mai 120 000 fantassins américains, en juin 120 000 fantassins américains, ils seront prêts dans deux mois. Puis après, plus encore. 2 divisions en ligne, 4 dans six semaines.

261C’est l’armée américaine qui sera l’armée de choc qui gagnera la dernière bataille, car l’armée allemande sera épuisée en ce moment-là.

Dimanche 5 mai 1918

262Midi, déjeuner, hôtel Moderne. Les Américains.

Lundi 6 mai 1918

2637 h 30, cheminots américains et français au Moderne.

Mardi 7 mai 1918

26410 h, Henri.

265220 000 prisonniers allemands.

266380 000 prisonniers français.

Mercredi 8 mai 1918

267Commission Affaires extérieures : la paix n’a pas été possible en 1917 (Thomas), Barthou, Thomson.

  • 51 Jacques Piou (1838-1932), député de la Lozère, était le leader de l’Actio libérale populaire (catho (...)

268Piou proteste, Moutet, Cachin, de Chambrun51.

Jeudi 9 mai 1918

26912 h déjeuner Sturm.

Vendredi 10 mai 1918

270Midi : Europe nouvelle.

2712 h, 1, rue Jacob, Ligue des droits de l’homme.

272Ligue des droits de l’homme.

273Société des Nations.

274Réunion avec les Américains pour leur demander s’il ne serait pas possible de provoquer une initiative de la République française et de la République américaine.

275Tracer le cadre d’une société ouverte en principe à toutes les nations qui seraient prêtes à en accepter les obligations.

Samedi 11 mai 1918

  • 52 Le comte André de Fels (né en 1890), petit-fils de Mme Lebaudy et donc petitneveu de Jacques Piou, (...)

276Le Comte de Fels-Lebaudy52.

  • 53 Jules Cels-Couybes (1865-1938), député radical-socialiste d’Agen, proche de Georges Leygues et sous (...)

27712 h Favre, Cels, Autriche53.

Dimanche 12 mai 1918

2782 h 30 mairie, coopérative.

Lundi 13 mai 1918

  • 54 Félicien Challaye (1875-1967), agrégé de philosophie, essayiste et militant anticolonialiste, proch (...)

27912 h Ménard-Dorian : Vandervelde, Brouckère, Challaye54.

280La Chine, 400 millions d’habitants est le plus grand marché du monde.

281À Puteaux : 9 000 ouvriers sur lesquels 2 600 étrangers.

Mardi 14 mai 1918

28211 h groupe.

2835 h au parti. La délégation en Amérique.

  • 55 Nous avons déjà noté le peu d’indications des Carnets sur la vague de grèves qui secoue le pays de (...)

284Grève des métallurgistes de la région parisienne55.

285Longuet dit : la démonstration est suffisante il faut qu’on la connaisse et qu’on le dise.

286Merrheim : nous regrettons le mouvement, mais nous sommes prêts à prendre nos responsabilités ; si vous ne parlez pas, vous faites la faute où vous sombrerez vous, parti, et nous, syndicat

  • 56 Marius Blanchard (1879-1963), très lié à Merrheim, trésorier secrétaire de la Fédération des métaux (...)

287Merrheim 11 h au groupe socialiste parlementaire. Avec Blanchard, Labé, quatre camarades, Lenoir, Lefebvre56.

  • 57 La loi Mourier prévoyait l’envoi au combat de tous les hommes jeunes e valides et l’affectation des (...)

288La seule application de la loi Mourier57 fera du trouble, ont-ils dit à Weill depuis longtemps.

289Nous avons dit aux métallurgistes : vous ne devez pas avoir de privilège.

290Si vous ne montez pas à la tribune, on pourra peut-être canaliser le mouvement, mais vous serez accusés d’être de mèche avec le gouvernement.

291Quatre députés sont allés voir Clemenceau, l’après-midi.

Jeudi 16 mai 1918

292Arrivée des petites.

2937 h 30 Géo, 45, rue de Ponthieu.

2945 h rue Gay-Lussac, 15 h Institut Lannelongue : le Châtelain, Fustes, le taylorisme.

29511 h Groupe et fédération des métaux.

2965 h chez Clemenceau.

Vendredi 17 mai 1918

297Déjeuner Trocquer – Dousset.

2989 h réunion grévistes CGO et Marcou.

29910 h Heure.

30011 h réunion Fédération métaux et groupe parlementaire.

30112 h délégation chez Clemenceau avec la Fédération des métaux.

3023 h réunion Fédération des métaux et groupe.

3035 h délégation nouvelle chez Clemenceau.

3046 h Europe nouvelle.

Samedi 18 mai 1918

30512 h 30 déjeuner Henri.

Dimanche 19 mai 1918

306Réunion des locataires, boulevard Barbès.

Mardi 21 mai 1918

30712 h 30 Europe nouvelle.

308Sous-marin : 320 000 tonnes par mois depuis début 1918 au lieu de 550 000 tonnes même période 1917.

309574 navires perdus dans le même temps au lieu de 1 220. Pas un américain transport perdu, à cause de l’admirable escorte.

310Mais ils sont en train de faire des croiseurs sous-marins 5 000 tonnes pour l’Amérique qui auront 6 000 milles d’envergure.

Mercredi 22 mai 1918

31110 h 30 : ministère du Travail : ouvriers restaurateurs, bouillonneurs.

31212 h 15, Blanchard, 49, Clichy.

Jeudi 23 mai 1918

313Jumeline, Bourgeois.

314La Fédération des métaux au groupe socialiste parlementaire : tout le monde va rester à l’échelon jusqu’à l’examen du dossier a dit Weill.

315Pour les dossiers, on les examinera avec la Fédération des métaux.

31611 faut réunir tous les faits de compression.

317Il faut faire l’historique de la grève. Ensuite on pourra intervenir pariementairement.

318Il y a 130 délégués à Chalons. Les contrôleurs changent d’usines les ouvriers ; on les invite à chercher du travail d’office ailleurs.

319Merrheim : nous allons examiner les dossiers, nous viendrons vous dire ce qu’il y aura dedans.

Samedi 25 mai 1918- Dimanche 26 mai 1918

320Paris-Paimpol.

321En gare de Rennes, Dejean, sous-directeur Chemins de fer État vient causer avec la personne d’une création d’école professionnelle de cheminots à Rennes.

Lundi 27 mai 1918

322Paimpol.

  • 58 Il s’agit bien sûr de l’offensive allemande sur l’Aisne, déclenchée le 25 mai.

323Déclenchement de l’offensive58.

324Visite à Clemenceau. Pétain voulait garder des forces de l’Aisne ; Foch a refusé.

325En ce moment les réserves arrivent en ordre sur l’Aisne ; mais en ce moment, des groupes héroïques se battent ; il n’y a plus de front, plus de combat, mais des îlots de résistance ; il y a des généraux qui attendent des jours leurs troupes ; il y en a qui furent tués en revenant de donner des ordres et surpris par une patrouille.

326Aussitôt qu’une division arrive, on l’expose ; puis une autre, sans ordre, sans idée directrice.

Mardi 28 mai 1918

327On va essayer aujourd’hui deux attaques, l’une à Soissons, l’autre à Reims.

Mercredi 29 mai 1918

  • 59 Sans doute Ernest Lafont (1879-1946), avocat, député-maire socialiste de Firminy, plutôt favorable (...)

328Lafont59 et Clemenceau. « Ah oui, la grève pour l’armistice immédiat. Du reste, entre nous...[ill.] Lafont, il ne peut pas y avoir d’accord, mais pas un minimum d’accord. Il devrait y avoir entre nous un minimum de courtoisie. »

329Pour la Loire, on examinera les cas individuellement, comme pour la Seine.

Jeudi 30 mai 1918

330Paris.

331Clemenceau a dit : « Les Anglais ne tiennent pas leurs engagements. Ils devraient donner 80 000 plus 90 000 hommes par mois. Or, ils ne les ont pas envoyés. Les Anglais ont en Angleterre 1 million 200 000 hommes. En Irlande, ils recrutent une armée qui ne se battra pas. De plus, les Anglais utilisent mal leurs hommes. Les Anglais se sont mal conduits pour les Américains : ils ont voulu les prendre pour relever les Anglais. »

Vendredi 31 mai 1918

332Visite à Clemenceau. Nerveux. Les Allemands cherchent à se donner du champ, ils avancent vers Villers-Cotterêts : ils sont à Roypont ? La bataille se poursuit par petites unités. Ils sont devant Château-Thierry et Dornom. Les ponts ont sauté. Pétain prépare une contre-attaque vers Fère-en-Tardenois. Pour la surprise, on ne savait rien. Notre aviation n’a rien vu. Pour les ponts de l’Aisne, on ne les a pas fait sauter, il y avait une division sur la droite de l’Aisne : elle est volatilisée. Les sapeurs du génie sont volatilisés, la division de la rive gauche : 50 hommes. Il y a 25 divisions entre Soissons et la Marne, mais l’artillerie commence à arriver. S’ils ne passent pas la Marne ce soir, ils seront arrêtés.

333Effectifs : il y a 210 divisions allemandes à 12 000 hommes. Nous avons 100 divisions françaises à 6 000 hommes, certaines ont 2 000 hommes. Il y a 30 divisions anglaises de 10 000 à 12 000 hommes, et nous avons pris 100 kilomètres du front anglais.

334Il y a 7 divisions américaines au front. Ils auront 3 divisions de plus, 27 000 hommes par division. Dès maintenant, nous aurons ces 3 divisions au nord. Conclusion : on fera de son mieux. Ça ne va pas, que voulez-vous que j’y fasse ?

Juin

Samedi 1er juin 1918

3359 h groupe Goutte-d’Or.

33612 h 30 Ménard-Dorian.

  • 60 Alexandre Varenne (1870-1947), avocat, journaliste, député socialiste du Puy-de-Dôme, favorable à l (...)

337Varenne60 : « Si l’ennemi s’arrête un peu, je ne veux pas attendre d’avoir usé la France à fond.

338« Allons-nous nous offrir la paix ? Non, il faut qu’elle soit demandée par ailleurs. »

339Il y a moyen de faire savoir à l’Espagne. Il ne faut pas courir la chance follement jusqu’à la fin mais pour cela il faut que le gouvernement disparaisse.

  • 61 Albert Bourderon (1858-1930), syndicaliste (secrétaire de la Fédération d tonneau de la CGT) et mem (...)

340Bourderon61 : « Nous voulons accord avec les groupements démocrates en France et dans le Parlement, groupements des gauches ; c’est avec votre aide que nous devons agir ; nous voulons nous rencontrer avec eux. Nous ne pouvons aller voir le gouvernement. Nous venons à vous, car pour nous, vous êtes, par devoir obligés de rester là à vos sièges.

« Nous voulons voir avec vous les démocrates de la Chambre. »

Dimanche 2 juin 1918

341Lilite : a thousand F.

342Midi : Sturm.

343La CGT au groupe socialiste à la Chambre. Jouhaux :

344– supprimer les sanctions récentes contre les ouvriers ;

345– buts de guerre, paix des peuples ;

346– les relations internationales.

347Nous voulons mettre la représentation nationale au courant. Voilà les conditions de notre concours à la Défense nationale.

Lundi 3 juin 1918

348Launay.

34912 h 15 François.

350150 F groupe.

351200 F Tixier.

35240 F femme journée.

3531 500 F Lilite.

354Loi Mourier : Merrheim, Jouhaux.

355On a relevé de la classe 9 à la classe 3. On ne consulte jamais la classe ouvrière à aucun moment.

356160 délégués d’ouvriers sont à Chalons. Les dossiers sont prêts ; il faut agir vite.

357Ceux de la Loire sont à Clermont-Ferrand.

358Merrheim : il faut parler à la classe ouvrière ; il ne faut pas de répression ; les mouvements dépasseront les organisations ; on demande à connaître la situation.

Mardi 4 juin 1918

359Interpellation.

360Philouze, 88, avenue Bois.

361Mme Loison, trente-huit ans, son fils neuf ans, Lariboisière (femme de mobilisé).

362Mme Martin : on n’a que des morceaux.

363Mme Quinton (du premier), son fils gazier blessé grièvement

364Mmes Faucon, Jièges, couturières.

365Pinson, 114, rue Chapelle, blessé. Cinq à six ménages un logement.

Mercredi 5 juin 1918

36612 h. Philouze.

  • 62 Lucien Voilin (1870-1957), ouvrier mécanicien, socialiste, député-maire d Puteaux.

367420 000 ouvriers et ouvrières dans Paris et banlieue, dit Loucheur, 280 000 dit Voilin62.

368Le bureau du conseil municipal a décidé de ne pas demander la réunion du conseil municipal et général et qu’elle serait remplacée par un comité de guerre.

369On est revenu depuis sur ce point ; on avait apeuré Paris.

370On fait : 65 000 obus par jour à Paris ; on peut les faire à Roanne.

371Pour l’aviation, on peut facilement remplacer Paris.

372Seule la force motrice ferait difficulté ; la petite industrie serait difficile.

Jeudi 6 juin 1918

373Vandervelde, Ménard-Dorian, 31, rue Saint-Jacques.

374350 000 évacués depuis le 21 mars.

375Optique, masques à gaz, obus (à Paris). Canons 155, Schneider et [ill.] ; aviation, moteurs.

376Les petits ateliers produisent ici à Paris énormément pour les grands ateliers ; ils produisent tous les accessoires qui sont essentiels.

Vendredi 7 juin 1918

377Cheminots. Les évacués d’Amiens.

378Déjeuner Sembat.

3793 h groupe députés de Paris.

3804 h CGT et groupes républicains de la Chambre.

3817 h délégation des députés de la Seine chez Clemenceau.

382Il dit : j’ai été surpris le 27 mai. Il y a quarante-huit heures, nous attendions une grosse attaque, mais nous avions fait de si bonne besogne à leur arrière qu’ils n’ont pas bougé. En ce moment, j’ai le temps pour Paris.

383Foch a dit : ils ne peuvent plus guère avancer.

384Les Américains envoient 270 000 hommes ce mois de juin, dont la moitié fantassins ; 240 000 en juillet.

385Les Anglais, 75 000 par mois mais de mauvais soldats.

386Nous avions demandé 2 millions d’hommes à Wilson. Il nous a répondu : je vous en enverrai plus.

387Quant à Paris nous évacuons les Finances d’abord, les banques, puis les usines ; pour les usines ce sera fini fin juin ; on ne peut les évacuer toutes ; il faudrait 200 000 hommes et 20 000 hommes et 20 000 wagons.

388Nous n’avons pas encore examiné la question militaire de la défense du camp retranché de Paris.

389Je demande au groupe des députés de Paris que Clemenceau soit avisé que pour nous, il faut avant tout sauver Paris, dût-on menacer d’autres parties du front.

Dimanche 9 Juin 1918

  • 63 Le général Dubail (1851-1934) était gouverneur militaire de Paris depui 1916.

390Dès novembre 16, Dubail réclame l’organisation du camp retranché de Paris63, en 17 on lui a dit : c’est inutile.

391Dubail pense qu’il faut empêcher l’ennemi d’approcher de Paris ou nous remettre la ligne de défense Gallieni ; il a 14 000 hommes en huit jours ; il peut avoir les moyens de défense ; mais il faut 50 000 hommes ; on les demande : réfugiés, syndicats patronaux et ouvriers, hommes de l’armement, ministère du Travail.

392On va faire venir tous les canons de l’intérieur.

393Le général qui commandait le couloir de l’Oise s’est plaint qu’on lui enlevait ses divisions.

394Entre Avion et Paris, je choisis Paris.

395Entre Calais et Paris, je choisis Paris.

396Entre Ypres et Paris, je choisis Paris.

Lundi 10 juin 1918

39712 h Europe nouvelle, Jacob, Michaud.

3987 h Longueville, 8, rue Ménard.

399On évacue chaque jour 50 000 Parisiens. Claveille peut évacuer en cas de crise 750 000 Parisiens, à 100 kilomètres ou les laisser là.

400Un seul fourreur a chez lui 12 millions de fourrures de ses clients.

Mardi 11 juin 1918

40112 h Henri, Laurent.

4027 h 30, Blum, 126, boulevard Montparnasse.

403Croix-Rouge américaine, 2, place Concorde : 50 000 F.

404Bertha : elle était à Crépy-en-Valois (210).

405Une autre pièce supérieure (240) est rapprochée de Paris à Beaumont-en-Haye sous Homécourt. Nous avions installé la contrebatterie à Ribécourt. Nos 340 tirent à 26 kilomètres. Ils doivent être à 10 kilomètres en arrière. Donc les Allemands vont multiplier les pièces. Ils installent leurs plates-formes en cinq semaines.

Mercredi 12 juin 1918

406539 000 ouvriers dans la région parisienne.

407144 000 mobilisés.

408158 000 femmes.

40947 000 enfants.

41036 000 étrangers.

411Il ne faut pas songer à évacuer beaucoup de machines ni d’usines.

412Optique d’artillerie.

413Chargeurs de mitrailleuses.

414À Roanne, on a empêché Thomas de faire son œuvre ; aujourd’hui on regrette de l’avoir empêché.

415Le frein de 75 ; en quarante-huit heures on peut enlever toutes les machines et le personnel à Châtellerault et Bourges.

4165 h députés de Paris. Claveille et Pams.

417Mme Longueville m’annonce que Mme Chauler nous donne 25 000 F pour l’œuvre des orphelins et l’exode.

Jeudi 13 juin 1918

41812 h François Cambon.

4193 h Affaires extérieures le Japon.

4206 h 30 Ripert à la Chambre, dîner chez Ripert.

  • 64 Ernest Outrey, né en 1863, député de Cochinchine de 1914 à 1936 e représentant influent des milieux (...)

421Affaires extérieures. Outrey64 : Japon 60 millions d’habitants.

422Les constructions navales au Japon – Énorme ! 10 % des constructions du monde.

423Osaka, Japon, 8 000 usines, 2 500 000 habitants.

424Il leur faut des matières premières : acier, coton, laine ; il y en a en Indochine ; il faut que les ouvriers aient des matières premières ; beaucoup de charbon au Japon il y a du charbon en Indochine. Zinc en Indochine.

Vendredi 14 juin 1918

42512 h 30 Laurent – Fels – Favre.

4266 h Voilin, Puteaux.

Samedi 15 juin 1918

427Meurisse, 105, rue des Poissonniers.

428Crèche : encaissé : 6 500 F municipal, 300 F général.

429Dépenses : 5 600 F. Reste 4 700 F pour aller à la fin de l’année.

43012 enfants qui d’ailleurs se renouvellent.

431Effectifs français : 4 793 000.

432125 000 officiers.

433À l’avant : 1 871 000 Français.

434Allemands : 3 729 000 hommes.

435Italiens : 47 000.

436Belges : 168 000.

437Anglais au 20 mai : 1 727 000 hommes en France.

438604 000 fantassins.

439300 000 artilleurs.

440Américains : 718 000.

441287 000 fantassins.

44286 000 artilleurs.

Dimanche 16 juin 1918

44311 h départ pour Meaux, déjeuner. Lujol, Charles.

Lundi 17 juin 1918

44412 h 30 François.

  • 65 Joseph Noulens (1864-1944), député radical et ancien ministre, avait été envoyé par Clemenceau en R (...)

445Pendant que Noulens est à Vologda65, on donne ordre à un officier d’organiser la garde rouge.

Mercredi 19 juin 1918

4464 h de Fels.

447Lépine.

448Chartes.

44912 h Henri.

4503 h Affaires extérieures.

4514 h Fels.

4525 h Valentine Thomson.

453Morgan 1 700 F.

  • 66 F.B. : Franklin-Bouillon (1870-1937), agrégé d’anglais, député radical de Seine-et-Oise, spécialist (...)

454F.B.66 nous dit sa démarche près de Pichon. Il nous dit : non, nous ne voulons pas nous expliquer sur les Affaires extérieures.

  • 67 Henri Bergson (1859-1941) professeur au Collège de France et membre de l’Académie française, fut ch (...)

455J’ai envoyé Bergson67 pour convertir Wilson. Nous refusons toute explication. Pas de date.

Jeudi 20 juin 1918

45612 h Europe nouvelle.

4574 à 5 h. 88 Richelieu – bouillonneurs.

Vendredi 21 juin 1918

45812 h 30 Ménard-Dorian.

4593 h commission Affaires extérieures. Le gouvernement répond qu’il ne répondra rien.

Samedi 22 juin 1918

460Réunion à Limoges – départ 10 h 03.

Lundi 24 juin 1918

461Maklakov ambassade de Russie, midi.

Mardi 25 juin 1918

462Cambon 12 h 30 – François.

463Ph. me dit gardez les 2 000 F pour votre œuvre ; vous me donnerez les 3 000 qui restent quand il vous plaira.

Mercredi 26 juin 1918

464François 12 h 30.

465Consortium.

466Huile-pétrole ??? – Puis il y a 150 millions de bénéfices et il faut que cette somme soit légalement reconnue et employée. Cette caisse noire est impossible.

467Il faut légaliser les consortiums.

Jeudi 27 juin 1918

4688 h, 9, rue de Passy.

469Nous sommes réassurés au Soleil, 44, rue de Châteaudun pour sept ans : assurance : 32 000 F

470police : 18, 20 F par an.

  • 68 Pierre Colliard (852-1925), entrepositaire de bière, actif député du Rhône républicain socialiste, (...)

471Pour s’assurer contre les bombardements il faut s’adresser aux compagnies d’assurances qui ont accepté les exigences de Colliard68 ; autrement c’est l’état qui payera, mais dans vingt ans !

Vendredi 28 juin 1918

472Fouquet’s, comte de Fels.

473« La condition d’un bon gouvernement, ce n’est pas que les portiques soient couverts de décrets, c’est que la justice habite dans l’âme des hommes. » (Socrate.)

474J.M. Sert, 19, rue Barbet-de-Jouy – tél : Saxe 49. 38

475Ayez raison, mais n’ayez pas raison contre quelqu’un.

476L. Selbis, 287e d’artillerie légère – 1er groupe – 22e batterie – section

477164.

478Oui.

479Avril.

480Mai.

481700 millions sur les bénéfices de guerre en vingt-huit mois. Hotchkiss 4 millions capital, bénéfices 66 millions. Corps d’obus en acier, 200 millions bénéfices en 1914-1915. Firminy : 4 millions capital : 20 millions bénéfices. Armateurs : 800 millions bénéfices.

482Ortusi, 65, rue Lepic.

483Degret P.P.

484Michelet 6e C.A. Chalons.

485(Ripert.)

486Les Mormons.

487Henri.

488Europe nouvelle.

489Progrès de Lyon.

490Oui.

491Humanité.

492France de Bordeaux.

493Petit Parisien.

494(Nord 43. 31, CGT.)

495Soulier, 3, rue Franklin.

496Longueville : Central 12. 78.

497151. 023.

498Ayme, 39, rue Jean-Macé, Grenoble.

499(39 33 Archives.)

500Deschamps.

1918-2e semestre

501Charles H.O.E. 18 ; s. p. 181.

502Mme Chauler : French Heroe’s Fund.

503Comité Lafayette du FHF.

504Domaine de Lafayette, Chavaniac (Haute-Loire).

50578, avenue Henri-Martin.

506Allemagne : 1 600 000 morts, 260 000 disparus, 500 000 prisonniers, 4 000 000 blessés.

507Angleterre : 660 000 morts, 360 000 disparus et prisonniers, 2 000 000 blessés.

508Nord 04 60

50974 Salbris

51080 Châteaubriant

51176 Derval

51250 Tours

513150 Paimpol + 80 + 50.

Juillet

Lundi 1er juillet 1918

514Prier M. Corr de dresser la liste des 140 enfants de Paimpol avec l’adresse des personnes chez qui ils sont. L’envoyer à M. Tixier à l’Hôtel de Ville.

515Wilson tape lui-même ses discours. Il les met sous enveloppe et lorsqu’il les prononce, on donne les enveloppes à la presse.

Mercredi 3 juillet 1918

  • 69 L’ancien chef du gouvernement provisoire, Alexandre Kerensky (1881 1970), quitta la Russie de Mourm (...)

516Déjeuner Kerensky. Heure69.

517Est-ce que l’indemnité de combat est portée de 1 F à 3 F ?

Jeudi 4 juillet 1918

  • 70 Le peintre Henri Matisse (1869-1954) était depuis longtemps lié à Marcel et Georgette Sembat.
    Mario (...)

518Déjeuner Sembat, Matisse. Roques70.

5195 h Branting, hôtel Edouard VII.

Vendredi 5 juillet 1918

52010 h groupe socialiste, Kerensky, Branting.

52112 h 30 Ménard-Dorian.

5223 h Pichon, sur la Russie.

Samedi 6 juillet 1918

523Réunion Goutte-d’Or Chapelle.

Dimanche 7 juillet 1918

524Mairie du 18e. Prix du 14 juillet.

525Les mères à l’école rue de la Chapelle.

Lundi 8 juillet 1918

  • 71 In the Fourth Year (Dans la quatrième année) d’H.G. Wells (1866-1946) évoquait effectivement le con (...)

526Ripert me signale l’importance du livre récent de Wells : Dans la quatrième année71. 5 h Martin – Sturm – Chambon.

Mardi 9 Juillet 1918

527De Sillac, 12 h 30 Crillon.

528Soir : dîner Branting.

529Déjeuner Coudert : il est d’accord avec nous à fond ; il déclare que nous ne sommes en France qu’une petite quantité de Français qui voient clair au sujet de l’intervention japonaise.

530Il me dit que le désastre du Chemin des Dames a été très sévèrement jugé en Amérique.

531Favre lui assure que si l’Amérique ne change pas nos méthodes de commandement, nous serons battus par le matériel allemand ; il ne faut plus de généraux de cavalerie comme Pershing ou D. Haig, mais des ingénieurs et des chimistes.

Mercredi 10 juillet 1918

532Meaux : Roques, Cachin, Sembat.

533Soir 9 h groupe.

Jeudi 11 juillet 1918

534Déjeuner Henri, 18e section.

535Tirage du Populaire : 24 000 exemplaires ; il y a 25 % de bouillons.

536Tirage France libre : 5 000 exemplaires le premier jour, après chute de 50 %.

  • 72 La victoire des minoritaires au conseil national des 28 et 29 juillet qu n’évoque pas Cachin préfig (...)

537Tirage Humanité72 : 55 000 dont 25 % de bouillons.

5389 006 à Paris, on était encore à 17 000 en 1917.

Vendredi 12 juillet 1918

539Déjeuner François, Ripert, Philouze.

Samedi 13 juillet, dimanche 14 juillet, lundi 15 juillet 1918

540Paimpol.

Mardi 16 juillet 1918

541Paimpol, Paris.

Mercredi 17 juillet 1918

54212 h Europe nouvelle.

Jeudi 18 juillet 1918

54311 Sturm. Acs. 18e section.

Vendredi 19 juillet 1918

544Laurent 12 h 30 A. Favre.

545Morgan 1 000 chèque Cassat.

5465 h, 1, rue Jacob, Ligue des droits de l’homme.

547Kerney, chef de l’information américaine en France.

5483 h Pélissier sur l’Ukraine.

Samedi 20 juillet 1918

5491 h Goutteroude.

5506 h Europe nouvelle, Dr Schwab.

Lundi 22 juillet 1918

55112 h François. 6 h Europe. 7 h 30 Volney, Gibbons.

  • 73 Mary Cassat (1844-1926) dont il est sans doute déjà question le 19 juillet peintre de l’enfance et (...)

552Gibbons me fait dîner avec Jaccacci, critique d’art américain, ami de Duret et de Mary Cassat. Il me dit que le plus grand critique d’art est le républicain Thoré (Salons)73.

Mardi 23 juillet 1918

55315 60 Antibes.

554260 F par mois.

5557 h Europe.

556Les petits cabarets payent 60 F de licence par an ; comme les grands cafés des grands boulevards.

557Je demande au groupe des députés de Paris de se rendre sur le terrain pour examiner les travaux en cours de défense de Paris.

Mercredi 24 juillet 1918

558Veber. Ferry, 12 h 30.

Jeudi 25 juillet 1918

559Géo 12 h 15, 45, rue de Ponthieu.

5607 h Ménard.

Vendredi 26 juillet 1918

56112 h Blocq à la Chambre.

5627 h 15 chez François, Sturm.

Samedi 27 juillet 1918

5637 h Chambre, Ripert.

5642 h Mlle Weiss, Europe.

Dimanche 28 juillet 1918

56510 h, Sociétés savantes : temporaires de la préfecture Seine et État.

Lundi 29 juillet 1918

5667 h 30 Europe.

567Société des Nations. Wilson dit : il ne faut pas attendre qu’il y ait un vainqueur, c’est la formule de Buisson ; il faut que les nations acceptent de s’en tenir au jugement de la Société des Nations qui résoudra tous les problèmes posés par la guerre et tous les problèmes posés aujourd’hui.

Mardi 30 juillet 1918

568Davis chez Ménard.

Mercredi 31 juillet 1918

569Araquistain chez Ménard.

5704 h Europe nouvelle, Wells dernier départ des enfants Paimpol.

571Après l’attaque du 27 mai, Clemenceau vient dans les couloirs de la Chambre et dit : les Allemands font une feinte ; ils veulent nous faire dégarnir Montdidier ; ils ne réussiront pas. D’ailleurs le Chemin des Dames, quoi, ça ne conduit nulle part.

572Or ca conduisait à Paris. En réalité c’est Foch et lui qui ont fait la faute, contre Pétain : et c’est Pétain qui vient encore de rétablir l’équilibre.

Août

Jeudi 1er août 1918

57311 h 30. Santé, 6 h 30 Pays.

Vendredi 2 août 1918

5743 h 30 Europe. Haguenin, New Republic.

5758 h gare, Lyon.

576Les socialistes américains au groupe parlementaire.

577Lyon : 1 100 000 habitants.

578L’Humanité 300 à 400.

579Journal du peuple : 1 200.

  • 74 Le Journal du peuple existait depuis le 1er janvier 1917. Hebdomadair indépendant du parti socialis (...)

580La Vague : 9 00074.

581Populaire : 600.

Samedi 3 août 1918

582Réunion à Lyon à l’Unitaire.

5836, place Saint-Nizier chez Moutet.

584Visite usine Berliet, les tanks : 10 par jour.

Dimanche 4 août 1918

585Retour à Paris.

Lundi 5 août 1918

586François, midi, Kulhmann.

587Goutte-d’Or, convoyeurs.

Mardi 6 août 1918

588Araquistain.

589F. Ribas 12 h 30 coin rue des Saints-Pères.

Mercredi 7 août 1918

  • 75 Louis-Jean Malvy (1875-1949). Ce radical-socialiste, ministre de l’intérieur de mars 1914 à août 19 (...)

590Malvy était l’homme de Poincaré. C’est lui qui s’opposa le plus vigoureusement au refus des passeports pour Stockholm75.

Vendredi 9 août 1918

591Petit Trou 12 h 30.

592« La condition d’un bon gouvernement, ce n’est pas que les portiques soient couverts de décrets, c’est que la justice habite dans l’âme des hommes. » (Socrate.)

Samedi 10 août 1918

593Sous-lieutenant Vernet, hôtel Carlton.

594Pommes de terre.

  • 76 Il est probable en effet que le duc de Saint-Simon (1675-1755) emploie ces qualificatifs (et quelqu (...)

595Guenippe, ripaupée, Maintenon pour Saint-Simon76.

596Groupe Goutte-d’Or, Chapelle.

Dimanche 11 août 1918

5979 h ébénistes.

5989 h ouvriers voiture.

5993 h Italiens irrédentistes.

600157, faubourg Saint-Antoine, Bourse du travail.

Lundi 12 août 1918

601Launay, tabac.

60212 h Weiss, Revue.

Mardi 13 août 1918, mercredi 14 août 1918

603Paimpol.

Jeudi 15 août 1918, vendredi 16 août 1918

604Brehat.

605Duret : nous allons à une union intime des Anglo-Saxons d’Angleterre et d’Amérique. Tout l’idéalisme de W. ne résistera pas. Les peuples anglo-saxons vont continuer à faire des efforts énormes, puis ils disent : seule la force compte : nous voulons la primauté du monde. Déjà malgré W., dans la bataille, les Américains ne font pas de quartier ; à leur tour les Allemands violentent les prisonniers américains ; peu à peu les haines grandissent et W. sera débordé.

606Les Irlandais d’Amérique reprochent à ceux d’Irlande qui se sont engagés en Angleterre d’être des traîtres au service de l’Angleterre. Ceux d’Amérique se sont engagés en grand nombre.

Samedi 17 août 1918

607Paimpol.

Dimanche 18 août 1918

608Kermonster chez Thorndike : L’irlandais : où suis-je ici ? Quelle est la forme du gouvernement ? Je suis de l’opposition.

609Au début on mettait des bouquets dans mon fusil : si ça recommence, je serai avec ceux qui mettent des bouquets dans les fusils.

610La chanson américaine :

611« Adieu Broadway, salut France. Nous allons chez toi payer notre dette de La Fayette. »

612L’Allemand, le briquet et l’Américain.

Lundi 19 août 1918

613De Paimpol à Paris.

Mardi 20 août 1918

614Paris.

Mercredi 21 août 1918

615Remis à Mme Longueville 500 F de Boussac.

616Affaires étrangères : Fontarse.

617Guerre : Louis Sellier. Longueville, Drapier, 22, Chapelle, Rugffelaëre.

Jeudi 22 août 1918

61811 h Pams, Intérieur.

619Déjeuner Ribas.

620Pams va laisser poursuivre le télégramme de Rio. Prenons tous les enfants de Paris, avisez adhérents ; laisse entendre qu’il y eut d’autres du même genre. Or la commission de ¡’Hôtel de Ville avait refusé de compter l’association des O. de la J. parmi les œuvres qui pouvaient recevoir des enfants.

621L’État prendra tous les enfants, délit d’escroquerie, on renonce au délit d’illégalité.

Samedi 24 août 1918

62212 h déjeuner Henri.

6237 h François.

Lundi 26 août 1918

6243 h Chambre.

625Visite de Cacaud à L’Heure.

  • 77 Louis Dausset (1866-1940) anti-dreyfusard militant et nationaliste convaincu était rapporteur génér (...)

626On lui offre la trésorerie générale de Dijon ; on veut l’écarter avant septembre. Car c’est l’époque où les concessions vont venir en discussion. De plus Dausset veut, tranquillement, lancer l’emprunt de 1 milliard et demie avec les 25 millions de commission. Et Mandel veut laisser faire parce qu’il a besoin d’argent pour la presse, pour son trust des journaux77.

Mardi 27 août 1918

627Je reçois une délégation du PO avec Guilbeaux. La direction du PO refuse de recevoir Guilbeaux. Le ministère des Travaux publics a pris un arbitre : l’avocat du ministère ; au Conseil d’État la question est en suspens, non résolue, il faut quelques jours.

Mercredi 28 août 1918

  • 78 Marius Giacobbi (1846-1919), député radical de la Corse, membre des commissions de la Marine et de (...)

628Giacobbi78 me dit que dans son village corse, 1 500 habitants : 117 morts en ce moment, sans compter les estropiés et les prisonniers.

Jeudi 29 août 1918

629Paris à Paimpol, couchette 6.

  • 79 Arrêté depuis janvier 1918, Joseph Caillaux dut attendre avril 1920 pour connaître sa condamnation (...)

630Dans le train je trouve Doumer ; il me dit : Caillaux79 intelligences avec l’ennemi, je le condamne à mort. En ce moment, la vie humaine compte pour peu de chose.

Samedi 31 août 1918

631Lancerf.

Septembre

Dimanche 1er septembre 1918

632Bodéo.

Lundi 2 septembre 1918

633La mécanique ! Paimpol, Paris.

Mardi 3 septembre 1918

6346 h Régina, Beker.

6357 h Sturm.

636Beker nous affirme que Wilson conserve, de même que le peuple américain, tout son idéalisme. Il veut battre les Allemands ; mais les Allemands battus, l’Amérique se montrera généreuse. Brida, retour d’Amérique me dit : Wilson est solitaire ; il ne voit personne. Autour de lui, beaucoup de juifs, depuis qu’il a rompu avec Wall Street, et ces juifs furent philoboches [sic]. L’Amérique est saine, propre, jeune ; elle nous servira d’exemple. Brida revient très frappé de ce pays où il a passé trois mois. Il allait avec Bergson et me dit : il y a 30 divisions allemandes en Russie. Aujourd’hui que les Allemands sont inquiétés par nous, ils ne les enlèveront pas. C’est Masaryk qui a déterminé Wilson à l’intervention.

Jeudi 5 septembre 1918

6373 h 30 Delange, Chambre. Le général Joffre me dit : je vous donnerai 1 000 F, puis je pourrai faire adopter de vos enfants. Il ajoute : les Américains ont raison : il faut la Société des Nations à la fin de cette guerre ; et pour cela il faudra faire à l’Allemagne sa part.

Samedi 7 septembre 1918

6386 h 30 Europe, Ripert.

6392 h, 2 bis, rue Caumartin, couscous.

Dimanche 8 septembre 1918

6403 h Montreuil, Avron, tram 4 ou 22, Arsène, Chéreau.

Lundi 9 septembre 1918

641Orléans, salle du cinéma rue de Clisson.

6427 h Américains.

6438 h 30 Tréhaigne.

6449 h 30, cheminots.

645Maurice Parmelec, c/o G. MacTadden, ambassade américaine, Paris.

Mardi 10 septembre 1918

64612 h Philouze, Bouisson.

Mercredi 11 septembre 1918

64712 h 30 Le Troquer.

6483 h, Heure, Centre.

Jeudi 12 septembre 1918

64912 h déjeuner Centre

6503 h 30. Chambre.

Vendredi 13 septembre 1918

65112 h Sturm, Chambre.

6529 h CGT.

Dimanche 15 septembre 1918

653Boulogne.

Lundi 16, mardi 17, mercredi 18 septembre 1918

654Londres.

Jeudi 19 septembre 1918

655Londres.

  • 80 Abel Ferry (1881-1918), l’ancien sous-secrétaire d’État de Viviani, député de Vosges, décéda le 15  (...)

656Lorsque Abel Ferry était mourant, Mangin vint le voir : je ne suis pas content, épargnez le sang précieux de la France80.

Vendredi 20 septembre 1918

657Londres à Folkestone.

Samedi 21 septembre 1918

658Retour à Paris.

659Cheminots, Grange-aux-Belles.

660M. Delcassou adjoint 18e section s’en va.

Dimanche 22 septembre 1918

661Visite aux sinistrés de la rue Panama et Suez.

Lundi 23 septembre 1918

662Sembat me dit : abandonnons l’Asie Mineure, les Anglais nous donneront le Nigeria.

663À Salonique : les Bulgares : 400 000 hommes avec les Allemands.

664Les Alliés : 400 000 hommes (200 000 Français, 150 000 Anglais, 100 000 Serbes, 70 000 Grecs).

665En Espagne les Américains ont mis la main sur Combes [?], lui ont promis des milliards pour mettre en valeur ce pays extrêmement riche. Nous sommes éliminés de plus en plus bien que nous ayons 2 milliards en Espagne. Nous avions en Palestine : 3 000 Arméniens, 3 000 Arabes, 800 Français.

Mercredi 25 septembre 1918

6662 h Goutteroude.

667Mme Houdajuen.

668Visite avec Louis Goutteroude au ministère de la Guerre pour sa médaille militaire.

  • 81 Ces notations témoignent d’un regain d’optimisme des milieux parlementaires sur l’issue de la guerr (...)

669Les Grecs sont à l’heure actuelle dans la main anglaise ; ils reconstruisent Salonique et font toutes les avances aux banques, à l’agriculture. Les deux grandes colonies syriennes sont à Manchester et en Égypte. La Syrie est aussi dans la main anglaise. Les Anglais ont aussi la haute main sur les musulmans et les juifs81.

Jeudi 26 septembre 1918

67011 h 30 Travaux publics.

67112 h Philouze.

6728 à 10 téléphone Lebrun.

673Le général Dauvigné vient me voir ; il me dit : j’ai conseillé au roi d’Espagne de proposer à l’empereur Charles la fédéralisation de l’empire à la mode suisse ou américaine. C’est sur le conseil du roi d’Espagne que les premières idées de fédéralisation ont été lancées par le gouvernement autrichien. Cette indépendance et cette fédéralisation seraient très bien accueillies par les peuples d’Autriche et c’est la seule façon d’éviter le renforcement de l’Allemagne qui seule profiterait de la destruction de l’Autriche. Malgré les reconnaissances fâcheuses de Balfour et de Wilson des Tchécoslovaques et Yougoslaves, cette politique autrichienne reste encore possible. C’est celle qu’il faut faire en Espagne, et le général Dauvigné, seul, pourrait la faire près du roi, car le roi ne s’ouvrait qu’à lui. En Espagne 5 milliards alliés investis dont 2 français.

Vendredi 27 septembre 1918

  • 82 Albert Lebrun (1871-1950), polytechnicien et député-maire de Meurthe-et-Moselle, était sous Clemenc (...)

674Visite de Lebrun rue de Panama82.

67512 h Sembat.

676Les coopératives du front font 75 millions d’affaires par mois.

Samedi 28 septembre 1918

  • 83 Jean Sarhail (1891-1964), hispaniste, futur universitaire.

67712 h Chope, Sarhail83.

6782 h 30 presse, Chambre.

679Condamnations à mort prononcées aux armées contre des militaires :

6801916 : 315 (exécutées 120, commuées 195).

6811917 : 528 (exécutées 76, commuées 452) (en juin 24 exécutions, 170 commutations).

6821918 : de janvier à juillet : 45 (exécutées 2, commuées 43).

Dimanche 29 septembre 1918

  • 84 Joseph Le Rouzic (né en 1863), agronome, député radical du Morbihan, nommé par Clemenceau commissai (...)

683Le Rouzic84 me dit qu’il importe pour avoir des pommes de terre de trouver des vendeurs en Bretagne, et que au moment où nous aurons des achats faits, il faudra lui écrire personnellement qu’il nous fera avoir des wagons. (Pour notre provision, par 300 kilos.)

Lundi 30 septembre 1918

  • 85 Médecin socialiste ami de Cachin.

684Visite au maire. Il n’aime pas Sturm85 que je lui demande de présenter comme adjoint. Il l’accuse de ne pas s’intéresser à l’arrondissement et d’avoir soumissionné pour le bureau de bienfaisance.

685Au 18e arrondissement : morts jusqu’en août : 8 812, disparus : 3 602.

686En août : 175 morts, en septembre : 200.

Octobre

Mardi 1er octobre 1918

687Blanchard, 12 h.

688Pour l’Autriche, le fédéralisme semble la meilleure solution car sans cela c’est le renforcement de l’Allemagne.

Mercredi 2 octobre 1918

689Jumeline 10 h Travaux publics.

69012 h M. Calsat.

691Visite à Ekkert avec Jumeline pour sa réintégration. Les Anglais vont prendre Damas, qui est la plus jolie ville du monde avec ses champs d’abricotiers. Ils ont mis la main sur le khalifat de La Mecque qui est dans leurs mains. Les Anglais ont ainsi coupé dans sa racine la tentative des Allemands d’agir sur les 40 millions de musulmans des Indes. Aux Indes, les musulmans avaient fait une invasion au XVe siècle. Ces conquérants ont été vaincus par les Anglais et maintenant ils sont obligés d’obéir au calife.

Jeudi 3 octobre 1918

6924 h 30 Heure (Centre).

693Sembat me dit : trois directions politiques vaudraient mieux. Je vois Pichon à midi et lui remets ma lettre. Il me répond qu’il a besoin d’y réfléchir ; qu’il m’en parlera demain après la réunion de la commission des Affaires étrangères ; mais qu’il ne pense pas pouvoir accepter ma question.

Vendredi 4 octobre 1918

694Arrivée des 290 enfants de Paimpol.

6953 h Affaires extérieures, audition de Pichon. Pichon refuse ma question. Il me dit : on peut faire un commandement unique dans l’armée car on a un commandant en chef ; mais qui commanderait en politique ? Ce n’est pas Wilson ; il n’est pas notre allié ; il ne participe pas à nos délibérations ; il ne se mêle pas à nos affaires politiques et diplomatiques.

Samedi 5 octobre 1918

696Fullerton, De Fels, 33, rue Saint-Honoré. Cercle interallié article De Fels Société des Nations. Au déjeuner au Cercle interallié, A. Favre et M. Fullerton disent : c’est à Berlin que nous dicterons la paix. Dans son dernier discours, Wilson a déclaré que désormais les événements suivraient leurs cours, sans que personne puisse être en mesure de les empêcher.

697Mme Simon nous dit qu’elle peut disposer de 4 500 F pour nos enfants à la campagne.

Dimanche 6 octobre 1918

69821, rue Clavel, congrès.

Lundi 7 octobre 1918

699Le général Dauvigné me dit : les Autrichiens ont fait des demandes spéciales et séparées de paix. Pourquoi les mêle-t-on à celles de l’Allemagne ? Les journaux français se trompent en disant que les Empires centraux sont solidaires. L’Autriche veut encore faire la paix séparée. On peut la traiter avec elle. Il faut agir en ce sens. L’Angleterre y est prête. Elle comprend que l’Autriche fédérale est nécessaire à l’Europe. Elle sait que c’est le seul contrepoids à une Allemagne qui reste formidable. Dès ce moment où est brisé le rêve Berlin-Bagdad il faut travailler à l’établissement de l’Autriche fédérale danubienne ; on y joindrait la Pologne et la Bavière. Tous ces pays formeraient des États-Unis danubiens avec Vienne comme centre. Il y aurait là un état énorme, fédéral, à la mode américaine, où chacun aurait son autonomie relative. C’est la seule façon d’isoler la Prusse et d’assurer la tranquillité de l’Europe.

Mercredi 9 octobre 1918

700Congrès.

701Au 18e : 8 812 morts, 3 602 disparus jusqu’au 1er septembre, 172 morts en août.

Jeudi 10 octobre 1918

  • 86 Marcel Cachin accédait ainsi à la direction de L’Humanité. Les conditions de cette nomination sont (...)

702Congrès86.

703Direction de L’Humanité : Cachin 1 510, Renaudel 1 355. Majorité : 55.

Dimanche 13 octobre 1918

  • 87 Il s’agit d’une cérémonie à la mémoire de Jean-Baptiste Sémanaz (1874- 1914), militant syndicaliste (...)

7043 h cimetière du Pré-Saint-Gervais, Sémanaz87.

Lundi 14 octobre 1918

  • 88 Philippe Landrieu (1873-1926) était depuis la fin 1904 l’efficace administrateur de L’Humanité.

7052 h 30 Landrieu à l’Heure88.

7063 h centristes à l’Heure.

7075 h Populaire.

7087 h Blanchard, dîner.

7098 h 30 PTT. Grange-aux-Belles.

710Le matin préparation de la question sur la diplomatie secrète : Wells (Dans la quatrième année), Wilson, Jaurès.

Mardi 15 octobre 1918

711Conseil d’administration Humanité.

Dimanche 20 octobre 1918

71210 h locataires.

7133 h Chapelle.

Lundi 21 octobre 1918

7142 h 30 Bidegaray Humanité.

7153 h 30 Mlle Weiss.

Mercredi 23 octobre 1918

7169 h 30 soir, Goutteroude. Vendredi 25 octobre 1918, samedi 26 octobre 1918

  • 89 Jules Jeanneney (1864-1957), sénateur radical de la Haute-Saône, proche d Clemenceau, sous-secrétai (...)

717Jeanneney89 voulait faire des coopératives de fonctionnaires pour éviter les indemnités de vie chère. Il voulait faire un office de ravitaillement spécial aux fonctionnaires. On y a renoncé. On invite les fonctionnaires à adhérer aux coopératives. On fait des avances aux coopératives qui servent les fonctionnaires. On y revient : on veut faire un grand économat des fonctionnaires. L’indemnité de cherté de vie doit être transformée en salaires. Il faut, dès maintenant retenir les 5 % pour la retraite et le versement par l’État. Contre les économats interdits, ou subordonnés à un référendum. On a frappé des fonctionnaires sociétaires ou administrateurs parce qu’ils faisaient concurrence aux commerçants.

Dimanche 27 octobre 1918

7187 h 30 Sturm.

7194 h Humanité, les délégués du Populaire, Tremé.

720Chemins de fer.

721La fédération a obtenu que l’article 3 fût modifié ; à la démobilisation générale suivra la démobilisation des cheminots.

722Dès la cessation des hostilités, le personnel sera réaffecté à son réseau. Les trois premières années d’exploitation de l’État ont été funestes : donc il faut au moins dix ans. Est-ce que les capitalistes américains ne se préparent pas à se joindre aux Français pour réorganiser les chemins de fer français pour éviter la nationalisation ?

Lundi 28 octobre 1918

72312 h de Lille B.C.

72430,71,rue

Mardi 29 octobre 1918

7257 h 30 Ripert.

726Envoyé 800 F à Lilite,

727200 F Tixier,

728100 F Marie,

72950 F Marie voyage Paimpol,

73030 F Elisa.

Jeudi 31 octobre 1918

731Soubeyre, 7 h 30. Charleroi Cambon.

Novembre

Vendredi 1er novembre 1918

7329 h 30 Japonais, interview.

73310 h 30. Les rédacteurs de L’Humanité.

73410 h Simart.

735Les ouvrières décolleteuses de Paris gagnent dans certaines maisons 35 F par jour. Elles travaillent avec beaucoup de soin ; elles ont des bottines de 100 F, se font onduler et ont un petit ami que souvent elles entretiennent (Lefebvre).

Samedi 2 novembre 1918

7362 h 30 commission des Affaires extérieures.

737Sturm, 7 h 30.

738Je demande à la commission des Affaires extérieures qu’elle adopte les propositions de Wilson ; elle refuse ; qu’elle blâme le gouvernement d’avoir agi pour dicter les conditions de l’armistice en dehors du Parlement. Elle refuse.

Dimanche 3 novembre 1918

7398 h Wiedeman.

Lundi 4 novembre 1918

74012 h 30 Ménard-Dorian.

Mardi 5 novembre 1918

741Nous aurions 20 000 F par mois pour avoir quatre pages, quatre jours par semaine.

742Il nous faut 10 000 numéros de vente de plus à Paris,

7435 000 abonnés,

74420 000 lecteurs en province.

745L’Action française a trouvé 1 million ; L’Humanité trouvera-t-elle 100 000 F ?

Mercredi 6 novembre 1918

746Il y aura chômage après la guerre car il y aura un remembrement du travail énorme : pendant ce temps il y aura chaos.

747Il y aura trop de marins pour les bateaux qui nous restent.

748Dans le Rhône, Isère, Loire, les grands patrons construisent pour l’industrie de demain, dès maintenant, avec mes mobilisés.

Jeudi 7 novembre 1918

749Saint-Denis, 8 h 30.

Vendredi 8 novembre 1918

75012 h 30, Bourbier.

Mardi 12 novembre 1918

75112 h Camelle, Prunier.

Mercredi 13 novembre 1918

752A. 4.

753Ce sera une partie de l’indemnité de guerre ; il faudra racheter la propriété allemande sur les parts. La potasse d’Alsace vaut 50 milliards. Les cotons d’Alsace-Lorraine = un tiers de ceux de la France.

754W. dit : après deux ans d’occupation rive gauche du Rhin, la rive gauche demanderait à être française. Le colonel House nous recevra Longuet et moi, samedi 5 h à son domicile, 78, rue de l’Université.

Jeudi 14 novembre 1918

755Déjeuner, dîner, Humanité.

756Société de vacances des orphelins :

75743 053 F permanences,

75843 149 F Hôtel de Ville

75919 085 F dons,

76036 692 F comité Lafayette + 300 à Paimpol, 138 357 F

761Reste en caisse 6 860 F

762reste dû par Hôtel de Ville 10 000.

763Sur les 6 860 F : 4 760 en chèque

7642 100 compte Mme Cachin à sa banque.

Vendredi 15 novembre 1918

765200 F Lilite.

766Trois préfets

  • 90 « L’abbé » Émile Wetterlé (1861-1931), prêtre et dirigeant du parti nationa (catholique) en Alsace- (...)

767Commission Affaires extérieures : L’Alsace-Lorraine, Wetterlé90, Weill On cherche des fonctionnaires. C’est difficile. Il faut 4 000 instituteurs, à peine un quart sont utilisables.

768Wetterlé : pas d’école neutre en ce moment. 2 000 prêtres en Alsace-Lorraine. Maintien provisoire du concordat de 1801 ; ce serait peut-être une occasion de renouer avec le Vatican. Les notaires, huissiers, etc. sont fonctionnaires. Il y a une pharmacie pour 7 000 clients. Il achète sa pharmacie ; ses produits sont taxés.

Samedi 16 novembre 1918

76912 h 30 Ménard-Dorian.

7703 h 30 Europe nouvelle, Baker.

7715 h 38, rue de l’Université, colonel House.

772Il y a un livre foncier.

77398 % de déclarations honnêtes pour l’impôt du revenu.

774Les traitements sont d’un neuvième supérieurs aux Français.

775Assurances ouvrières, caisses municipales maladie.

776700 000 hectolitres de vin en Alsace-Lorraine.

777Administration municipale admirable à Strasbourg. Vieilles traditions municipales, autonomie financière énorme.

778Sarrebruck est très allemande. Weill proteste contre Wetterlé qui veut rattacher la Sarre, Landau, et même la rive gauche du Rhin.

Lundi 18 novembre 1918

77911 h. Humanité. Hachette. Mme Mook, dîner, 8 h.

Mercredi 20 novembre 1918

780Le Havre. Rouen, Sotteville, Dubois.

7817. 30-10. 7-3. 16-6. 30

  • 91 Eugène Tilloy (1878-1961), instituteur socialiste, conseiller général et maire de Sotteville-lès-Ro (...)
  • 92 Maurice Gautier (1881-1965), cheminot secrétaire de l’Union départementale CGT depuis mars 1918, tr (...)

782Le groupe de Sotteville (150 membres) est majoritaire (Tilloy.)91 Le syndicat est minoritaire (Gautier.)92 Le groupe du Havre est kienthalien (60 membres). Le Havre : 7 000 syndiqués, 1 300 cheminots syndiqués.

Jeudi 21 novembre 1918

783Départ 9 h 10 – Arrivée 13 h 16.

Vendredi 22 novembre 1918

7849 h 18e section.

  • 93 Roussanov, militant socialiste révolutionnaire, de tendance « défensiste », membre du Soviet de Pet (...)
  • 94 Pavel Borissovitch Axelrod (1850-1928) était l’un des principaux dirigeants mencheviks et avait par (...)
  • 95 Soukhomline, responsable socialiste-révolutionnaire.

78510 h : Roussanov93, Axelrod94, Soukhomline95 au groupe parlementaire. 5 h délégation chez Clemenceau.

Samedi 23 novembre 1918

78612 h 30 Philouze.

78710 h Khair Allah, maronite catholique libanais.

7883 h Pré-Saint-Gervais.

Lundi 25 novembre 1918

7898 h 30 M. Acs.

Mardi 26 novembre 1918

  • 96 Peut-être Ernest Babelon (1854-1924), numismate et conservateur du cabine des Médailles à la Biblio (...)

790Valentine Thomson, 134, rue de Grenelle, 12 h 30. Charles Offerlé, secrétaire du PS de Lorraine à Metz. 3 h Affaires étrangères : Babelon96, Auerbach.

Mercredi 27 novembre 1918

791Marc Blanchard. Louis Sellier.

Jeudi 28 novembre 1918

79212 h 30, 10, rue des Pyramides, American grill room. Romilly.

Vendredi 29 novembre 1918

793Levallois, salle du Casino, 75, rue Courcelles.

Samedi 30 novembre 1918

794Avant 10 h téléphoner Sembat pour déjeuner. 12 h 30 Roll.

Décembre

Dimanche 1er décembre 1918

7955 h 30 Humanité : Garnett, Survey.

Lundi 2 décembre 1918

796Mlle Weiss

7978 h 30 groupe amical des employés de la Chambre.

Mardi 3 décembre 1918

798Fête Barbès.

Jeudi 5 décembre 1918

799Mandat Varandian, délégué arménien du BSI, hôtel Trianon, 1 bis, rue Vaugirard.

Vendredi 6 décembre 1918

  • 97 Marcel Cachin participa à la délégation du gouvernement et des Chambres qui visita l’Alsace-Lorrain (...)

800Voyage Alsace-Lorraine97.

Samedi 7 décembre 1918

801Puteaux.

Dimanche 8 décembre 1918

80213e section – 3 h.

Mercredi 11 décembre 1918

  • 98 Sans doute Léopold Faure (1872-1949), employé de banque, militant socialiste et syndicaliste de la (...)

80312 h 30, palais d’Orsay, L. Faure98.

Jeudi 12 décembre 1918

804Préparation de la manifestation Wilson.

8053 h 30 visite à Sharp.

8065 h 30 visite à Clemenceau.

807Sharp nous dit que le président nous recevra avec joie à 3 h 30 chez lui ; si nous apportons des drapeaux rouges, les ennemis du président s’en serviront contre lui en Amérique. Le président est très sincère dans ses idées, mais il doit traiter ici avec le gouvernement français et il doit tenir compte de ce fait.

Vendredi 13 décembre 1918

808Gaborit l’adjudant, le manchon, la pêche.

Samedi 14 décembre 1918

809Le Creusot a désigné quelqu’un.

Dimanche 15 décembre 1918

8103 h Saint-Ouen.

Lundi 16 décembre 1918

8112 h 25 Tours.

Mercredi 18 décembre 1918

812Dijon.

Jeudi 19 décembre 1918

813Mandat.

Vendredi 20 décembre 1918

81445 Ponthieu.

Samedi 21 décembre 1918

  • 99 William Christian Bullitt (1891-1967), diplomate, membre de la délégatio américaine à la conférence (...)

815Beauvais. Bullitt99. Merz.

Lundi 23 décembre 1918

816Association française pour la Société des Nations, 5 h, 24, rue Pierre-Curie.

817Ventosa, Catalan, est ici pour dire que la Catalogne veut rompre avec l’Espagne dût-elle être en révolution.

Mardi 24 décembre 1918

818Pichon, 3 h Affaires étrangères.

Mercredi 25 décembre 1918

819Jeudi 31 octobre informations ouvrières, clauses ouvrières de paix.

Vendredi 27 décembre 1918

820Intervention à la Chambre, Affaires extérieures.

Mardi 31 décembre 1918

821Notes

8221 000 à Paris font 1 008 F par mois.

8231 000 en province 700 F.

824Le journal tout fait doit être descendu à la clicherie à 1 h 15.

825Il faut aux clicheurs quarante-cinq minutes pour faire les flancs ; on peut donc à 2 h porter les flancs aux machines. Après quinze minutes de mise en train, les machines peuvent tirer 10 000 à l’heure.

826Au 30 juin :

827actif 2 150 000 F.

828passif 368 000 F.

829Numéro décembre. 118 000 F. En outre nous avons un passif : obligations 280 000 F, le compte actions est 260 000 F, le Parti a avancé 280 000 F.

830Dans le premier semestre 1918, nous avons perdu 30 000 F. Le parti nous a donné 2 000 F par mois ; reste 19 000 F ; mais le papier a augmenté. Nous perdons 9 000 F par mois jusqu’en octobre, aujourd’hui 7 000 F, depuis 1908, L’Humanité a mangé 930 000 F devant plus d’un million.

831Certificat : 511744 – 19

832517175-197

833523699-4

834Fleuras 11. 87.

835Rodier, 13, Aubervilliers.

836Vidier.

837Thill, 68, Doudeauville.

838Cheminot Roquette 44. 08.

  • 100 Marcel Cachin donne ici la composition du conseil d’administration d L’Humanité. Les noms de la pre (...)

839Composition du conseil d’administration100 :

Notes

1 La Revue politique internationale a paru de 1914 à 1920 à Lausanne, sous la direction de Félix Valyi. Charles Andler, Durkheim, Georges Sorel et Albert Thomas, mais aussi Caillaux, Deschanel, Briand et Tardieu étaient cités comme ses collaborateurs français. Le comte Jules Andrassy (1860-1929), ancien ministre et fils du grand homme d’État hongrois, s’était prononcé dans son numéro de décembre 1916 en faveur d’une paix de compromis, perspective refusée au nom de l’opinion française par le professeur Lichtenberger dans le numéro suivant.

2 Henry Petty Fitz Maurice, cinquième marquis de Lansdowne (1845-1927) était une personnalité influente de la vie politique britannique.
Ancien ministre de la Guerre (1895-1900) et des Affaires étrangères (1900-1905) dans des cabinets conservateurs, ce transfuge du libéralisme avait participé au gouvernement d’union dirigé par Asquith en 1915-1916. Depuis 1917, il était devenu le point de ralliement de tous les partisans d’une paix de compromis. Il venait de réaffirmer ses positions dans une interview au Daily Telegraph parue le 29 novembre 1917. Ces quelques lignes montrent aussi toute l’évolution de la pensée de Marcel Cachin, autrefois ardent « majoritaire » et désormais rattaché dans son parti à un courant « centriste » qui cherche à maintenir l’unité du socialisme français et admet le principe de la recherche d’une paix de compromis afin d’éviter « l’épuisement total » et le « chaos indescriptible ».

3 L’Europe nouvelle sortit son premier numéro le 12 janvier 1918. Elle fut fondée par Hyacinthe Philouze (alias Monthoron), ancien journaliste royaliste et courtier en publicité financière à la réputation discutable, pour défendre la cause de la future Tchécoslovaquie et seconder les efforts de Bénès. Sa première secrétaire de rédaction, Louise Weiss (1893-1983), amie de Milan Stefanik, évoque longuement les circonstances de la naissance et les premières années de cette revue-hebdomadaire dans ses Mémoires d’une Européenne (op. cit.), Marcel Sembat, Léon Jouhaux, mais aussi Louis Marin, Apollinaire et Drieu La Rochelle collaborèrent également à l’Europe nouvelle. Marcel Cachin y publia en 1918 des articles consacrés à « la réforme du ministère » (n° l, 12 janvier 1918) « Le problème minier » (n° 2, 19 janvier 1918), « Mines et minières de l’Ouest » (n° 3, 26 janvier 1918), « Les socialistes et les syndicalistes à la conférence de Londres » (n° 8, 2 mars 1918), « La question des transports » (n° 9, 9 mars 1918), « le président Woodrow Wilson » (nos14 et 15, 13 et 20 avril 1918), « Les messages de Wilson » (n° 16, 27 avril 1918), « Les travaillistes d’Amérique à Paris » (n° 19, 18 mai 1918), « Lettre sur la réforme gouvernementale » (n° 21, 1er juin 1918). « Le discours de M. Clemenceau » (n° 22, 8 juin 1918), « le discours de Guillaume » (n° 27, 13 juillet 1918), « À propos d’une récente dépêche de Berne » (n° 29, 27 juillet 1918), « Anticipation d’une paix mondiale » (H.G Wells), (n° 32, 17 août 1918), « La conférence interalliée » (n° 39, 5 octobre 1918), « le problème syrien » (n° 47, 30 novembre 1918) et « les manifestations récentes en Alsace-Lorraine » (n° 49, 14 décembre 1918).

4 L’Heure était un quotidien du soir, fondé par Marcel Sembat en décembre 1915. De diffusion restreinte (son tirage était d’environ 2 000 exemplaires à la fin de 1917), il comptait parmi ses collaborateurs le député Aubriot et Pierre Mac Orlan.

5 Charles Lemaresquier (1870-1972), architecte comme son fils Noël (1903- 1982), construisit également les immeubles du Journal officiel et l’agence Havas avant de devenir architecte en chef des Bâtiments de France.

6 Étienne Clémentel (1864-1936), député radical du Puy-de-Dôme. Il partageai avec Marcel Cachin un goût très vif pour les arts plastiques, mais s’affirma pour l’essentiel comme un grand administrateur, très averti des questions économiques. Il fut aussi à l’origine de la création de la Confédération générale du patronat français et participa à l’Organisation professionnelle du commerce et de l’artisanat. Il était ministre du Commerce, de l’industrie et des Postes dans le gouvernement Clemenceau.

7 Fernand Bouisson (1874-1959), député socialiste des Bouches-du-Rhône. Commissaire aux Transports maritimes et à la Marine marchande, sous l’autorité de Clémentel, dans le cabinet Clemenceau, du 29 janvier 1918 au 30 juillet 1918 et du 28 janvier au 5 mai 1919, il représentait donc, avec son collègue et camarade Compère-Morel, une forme partielle et ambigüe de participation socialiste au gouvernement. Notons par ailleurs la passion qu’il avait en commun avec Cachin et Clémentel pour la peinture : il laissa une importante collection d’impressionnistes (Monticelli, Pissarro, Renoir...).

8 Nous avons déjà évoqué l’importance du salon républicain et socialisant de Mme Ménard-Dorian. Aux témoignages déjà cités, ajoutons ceux de Louise Weiss, assez caustique, dans le premier tome de ses Mémoires d’une Européenne (op. cit.) et de Léon Daudet qui le fréquenta avant l’affaire Dreyfus, Souvenirs politiques et littéraires.

9 Joseph Brenier (1876-1943), ancien ouvrier, dirigeait une entreprise de fabrication de draps. Il était également député (1910-1919) et maire (1908-1919) socialiste de Vienne et se situait dans le courant « majoritaire ».

10 Louis Loucheur (1872-1931), polytechnicien et industriel réputé efficace, membre du comité de guerre, avait remplacé Albert Thomas au ministère de l’Armement et des fabrications de guerre. Soutenu par les milieux modérés et libéraux, il faisait figure d’antithèse de son prédécesseur.

11 Albert Claveille (1865-1921), autodidacte devenu ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur des Chemins de fer de l’État, ancien collaborateur d’Albert Thomas, occupait le ministère des Travaux publics et des Transports dans le cabinet Clemenceau.

12 Hjalmar Branting (1860-1925), le leader socialiste suédois, était devenu ministre des Finances de son pays en octobre 1917.

13 Vassili Alesandrovitch Maklakov (1870-1957), avocat et journaliste Cadet, ambassadeur russe à Paris du gouvernement provisoire mais non accrédité (1917- 1924) est fréquemment évoqué par Nina Berberova dans ses mémoires : C’est moi qui souligne, Arles, Actes Sud, 1989.
Milioukov émigra à Paris dans le courant de l’année 1918.

14 L’Association républicaine des anciens combattants fut fondée en 1917 par Henri Barbusse, Georges Bruyère, Raymond Lefebvre et Paul Vaillant-Couturier. Elle devait jouer un grand rôle dans les débats politiques et sociaux de l’immédiat après-guerre. Cf. Antoine Prost, Les Anciens Combattants et la société française, Paris, Presses de la FNSP, 1977, 3 vol. et Les Anciens Combattants 1914-1940, Paris, Gallimard-Julliard, collection « Archives », 1977.

15 Henri Guilbeaux (1884-1938), journaliste et critique d’art aux sympathies libertaires, ancien animateur d’un groupe franco-allemand de rapprochement intellectuel (1913), réformé, vivait en Suisse depuis juin 1915. D’abord proche de Romain Rolland, il milita dans le parti socialiste suisse, participa à la conférence de Kienthal et dirigea une revue, Demain (1916-1917) qui défendait les positions de la gauche zimmerwaldienne. Devenu soutien enthousiaste de la révolution bolchevique et correspondant officiel de la Pravda, il fut poursuivi en février 1918 pour « intelligence avec l’ennemi ».

16 Stephen Pichon (1857-1933) était redevenu ministre des Affaires étrangères de Clemenceau.

17 Vittorio Emanuele Orlando (1860-1952) dirigeait le gouvernement italien depuis le désastre de Caporetto (octobre 1917). Les socialistes réformistes participaient à son cabinet d’union nationale, mais non les socialistes officiels du PSI hostiles à la guerre. Les gouvernements alliés, depuis l’échec de la conférence de Stockholm, utilisaient au gré des circonstances la possibilité de refuser les passeports et donc les déplacements des responsables socialistes.

18 Nouvel exemple de la position difficile occupée par Camille Huysmans (1871-1968), secrétaire du Bureau socialiste international depuis 1905.

19 Arthur Henderson (1863-1925) avait été le principal dirigeant travailliste favorable à l’Union sacrée. Il avait abandonné ses fonctions gouvernementales après le refus de Lloyd George d’accorder aux responsables travaillistes des passeports pour la conférence de Stockholm (août 1917) et publié en février 1918 un mémorandum sur les buts de guerre en commun avec Webb et MacDonald. Le rapprochement interne au Labour ne devait d’ailleurs pas suffire à assurer à ce dernier une victoire aux élections générales de décembre 1918 : malgré un gain important de suffrages, les travaillistes durent se contenter de 59 sièges contre 43 en 1910.

20 Sidney Webb (1859-1947), le principal théoricien des Fabiens, exerçait une grande influence sur le travaillisme britannique. Membre du comité exécutif du Labour depuis 1915, il travaillait en étroite collaboration avec Henderson.

21 Ramsay MacDonald (1866-1937) avait conduit l’action des travaillistes hostiles à la guerre et favorables à une paix négociée. Louis De Brouckère (1870- 1951), fondateur du Peuple (1907) est l’un des principaux dirigeants du socialisme belge. De formation marxiste, il était fermement défensiste.

22 « Jimmy » Thomas (1874-1947), leader syndicaliste des cheminots, député travailliste, ardent partisan de l’entrée de la Grande-Bretagne dans le conflit mondial et très apprécié dans les milieux « majoritaires » du socialisme français.

23 Marcel Cachin présida la première séance de ce conseil national. L’ancien courant majoritaire garda de justesse son avantage en se ralliant à la motion présentée par Bedouce et Sellier, animateurs avec Cachin du nouveau courant « centriste », qui obtint 1 500 mandats contre 1 341 à une motion Frossard et 131 à celle, plus extrême, de Loriot.
Lucien Roland, dans ses Carnets, juge « bizarres » les interventions de Cachin en faveur de la tenue d’un congrès national aussitôt après la conférence de Londres. (IFHS, Carnets de Lucien Roland, 1918.)

24 La conférence socialiste interalliée se réunit à Londres du 21 au 23 février 1918. Afin d’éviter la cassure entre « majoritaires » qui avait marqué la précédente réunion d’août 1917, de nombreux entretiens préliminaires entre Français et Britanniques avaient eu lieu. La CGT était représentée par Jouhaux, Laurent, Lefebvre, Luquet, Merrheim et Péricat et la SFIO par Thomas, Bourderon, Cachin, Dubreuilh, Longuet, Maurin, Mistral et Renaudel. La conférence aboutit à un accord sur des bases proches de celles du président Wilson en ce qui concernait les buts de guerre et les droits des peuples à disposer d’eux-mêmes. Le mémorandum concluait par une offre de coopération aux socialistes des Empires centraux et demandait que les représentants du Travail et du socialisme soient officiellement associés à toute conférence chargée d’aboutir à une « paix rapide et démocratique ». Les noms d’Albert Thomas, Vandervelde et Henderson étaient mis en avant, ce qui pouvait être considéré comme un « raidissement à droite » (Madeleine Rebérioux). En outre, toute réunion interalliée, par son existence même, privilégiait les pays de l’Entente au sein de la future Internationale reconstituée. Ce compromis, qui se réclamait du manifeste adopté par la Conférence socialiste interalliée de février 1915, exprimait bien cependant la montée du sentiment pacifiste dans l’opinion socialiste.

25 Samuel Gompers (1850-1924) dirigeait l’American Federation of Labour et soutenait activement la participation des États-Unis au conflit et la politique réformiste de Wilson. Selon Lucien Roland, Marcel Cachin éprouvait une certaine méfiance à son égard et le jugeait plus perméable que Wilson aux influences impérialistes.

26 Le général William-Robert Robertson (1860-1933) dirigeait les opérations des forces britanniques depuis 1916. Sa demi-éviction est due aux controverses récurrentes sur l’importance respective du front occidental et de celui d’Orient.

27 Alfred Harmsworth, vicomte Northcliffe (1865-1922), magnat de la presse britannique, possédait notamment le Times, l’Evening News, le Daily Mail.

28 Harold Harmsworth, Lord Rothermere (1868-1940).

29 Le vicomte Alfred Milner (1854-1925) était ministre de la Guerre de Lloyd George en 1918-1919, favorable à un commandement unique des Alliés.
L’ancien vice-roi des Indes, lord Curzon (1859-1925), fut secrétaire d’État aux Affaires étrangères de 1919 à 1924. Les gouvernements d’union nationale permettaient aux conservateurs d’être associés au pouvoir dont ils étaient écartés depuis leur défaite électorale de 1905.

30 Charles Bowerman (1851-1947) était le secrétaire général du Trades Union Congress depuis 1911. Il devait garder cette fonction jusqu’en 1923. Il était en outre député travailliste de Deptford (1906-1931).

31 Frère du peintre, dirigeant socialiste de tempérament modéré, Giuseppe Emanuele Modigliani (1872-1947) fut longtemps sénateur-maire de Livourne. Avec ses amis Turati et Treves, il incarnait le courant réformiste demeuré au sein du PSI « officiel ». Il avait participé avec Constantino Lazzari à la conférence de Zimmerwald et, avec Morgari, Musatti, Dugoni et Prampolini à celle de Kienthal (septembre 1915 et avril 1916).

32 Pieter Jelles Troelstra (1860-1930), principal dirigeant du socialisme hollandais, participait en sa qualité de « neutre » et de figure respectée de l’internationale, à l’exécutif du Bureau socialiste international depuis 1914.

33 Le père de Louise Weiss était directeur des mines au ministère des Travaux publics.

34 Louise Weiss (1893-1983), alors secrétaire de rédaction de L’Europ nouvelle.

35 Jules Pams (1835-1930), sénateur des Pyrénées-Orientales, fidèle de Clemenceau qui l’avait nommé ministre de l’intérieur.

36 Albert Favre (1868-1952), député radical de la Charente-Inférieure et sous-secrétaire d’État à l’intérieur dans le gouvernement Clemenceau. André Blumel (1893- 1973), avocat et journaliste socialiste, rédacteur parlementaire à L’Humanité (1916), se situait dans le courant majoritaire.

37 Louis Allainguillaume, importateur de charbon à Caen, finançait L’Europe nouvelle.

38 Le comte Czernin (1872-1932), ministre des Affaires étrangères d’Autriche-Hongrie était à l’origine des initiatives diplomatiques du nouvel empereur Charles Ier, en vue d’une paix de compromis qui aurait comporté la restitution de l’Alsace-Lorraine à la France. La révélation de ces négociations l’obligea à démissionner en avril 1918.

39 CGO : Compagnie générale des omnibus.
Grillon est sans doute Jean Grillon (1875-1924), ancien député et préfet de l’Allier.

40 Marcel Boussac (1889-1980), industriel du textile, déjà connu pour avoir inventé la « toile d’avion » en 1915.

41 Sixte de Bourbon Parme (1886-1934), officier belge et beau-frère de Charles Ier, fut un des principaux protagonistes de la tentative de paix austrohongroise. Avec son frère Xavier, il s’était ainsi rendu à Vienne en mars et mai 1917. Le refus de concession autrichienne à l’Italie fut en effet l’une des principales causes de l’échec de ces pourparlers.

42 Fabra Ribas, dirigeant socialiste espagnol, exilé en France depuis l’affaire Ferrer (1909) très favorable à la cause alliée.
Alphonse Aulard (1849-1928), le grand historien de la Révolution française, était très engagé dans la vie civique et collaborait à de nombreux journaux de sensibilité radicale et démocratique.
Louis Soulié (1871-1939), radical et journaliste influent, longtemps député maire de Saint-Étienne.

43 Léon Bourgeois (1851-1925), sénateur de la Marne, ancien président du Conseil, ancien président de la Chambre des députés, était une des sommités du parti radical, peut-être davantage respecté que réellement influent.
Maurice Viollette (1870-1960), député-maire de Dreux, républicain-socialiste, avait été ministre du Ravitaillement et des Transports dans le cabinet Ribot (mars-juillet 1917), au moment donc des conversations secrètes avec l’Autriche.

44 André Lefebvre (1869-1929), républicain-socialiste, député des Bouches-du-Rhône, était considéré comme un spécialiste des explosifs et des munitions. Il devait occuper le ministère de la Guerre dans le cabinet Millerand en 1920.
Le canon en question doit être la « grosse Bertha » (nommé ainsi par allusion à la fille de l’industriel Krupp), un obusier de 420 capable d’envoyer un obus à 108 kilomètres, ou encore un « Max le long » dont le rayon d’action allait de 90 à 120 kilomètres.

45 On se souvient que Denys Cochin (1851-1922), député catholique du 8e arrondissement, académicien, leader de la droite parlementaire, participa à des gouvernements d’Union sacrée de 1915 à 1917 et qu’il entretenait des relations courtoises avec son presque homonyme Cachin.

46 Valentine Thomson et Mme Chauler animaient des comités américains qui finançaient des œuvres de solidarité pour les enfants parisiens victimes de la guerre.

47 Comme Cachin, l’ancien directeur du cabinet de Sembat se trouvait à la recherche d’une position « centriste » dans le parti, afin d’éviter la cassure définitive entre majoritaires et minoritaires.

48 Foch avait reçu le 26 mars le commandement unique des forces alliées du front occidental lors de la conférence de Doullens, pouvoirs renforcés le 6 avril à Beauvais.

49 Si l’offensive allemande sur les Flandres fut effectivement bloquée, restaient alors à venir les grandes attaques de Ludendorff dans l’Aisne et en Champagne.

50 Clemenceau expose ici les conditions du malentendu franco-américain. De fait, le général Pershing put engager ses troupes à partir du printemps 1918.

51 Jacques Piou (1838-1932), député de la Lozère, était le leader de l’Actio libérale populaire (catholiques ralliés et modérés) qu’il avait fondée. Il avait remplacé de Mun, décédé, à la commission des Affaires étrangères en 1915.
Marius Moutet (1876-1968), avocat et député socialiste de Lyon. Ce fut pour soutenir sa candidature à une élection partielle que Jaurès avait prononcé son fameux discours de Vaise (25 juillet 1914).
Pierre de Chambrun (1865-1954), député de la Lozère, personnalité marquante du catholicisme social.

52 Le comte André de Fels (né en 1890), petit-fils de Mme Lebaudy et donc petitneveu de Jacques Piou, collaborateur de La Revue de Paris et auteur de L’Entente et le problème autrichien, publié en 1918, écrivait également dans L’Europe nouvelle.

53 Jules Cels-Couybes (1865-1938), député radical-socialiste d’Agen, proche de Georges Leygues et sous-secrétaire d’État à la Marine de guerre de novembre 1917 à novembre 1918.

54 Félicien Challaye (1875-1967), agrégé de philosophie, essayiste et militant anticolonialiste, proche de Péguy et admirateur de Jaurès, était déjà une figure notable du monde intellectuel et politique. Il était alors proche des socialistes majoritaires et le comité de propagande socialiste avait publié en 1916 sa conférence sur « la signification morale de la guerre actuelle ».

55 Nous avons déjà noté le peu d’indications des Carnets sur la vague de grèves qui secoue le pays de mars à mai 1918. Ces actions, largement spontanées, furent en effet stoppées notamment par l’intervention de Merrheim, hostile au défaitisme révolutionnaire. L’animateur de la minorité syndicaliste, qui avait vigoureusement combattu la politique d’Union sacrée, amorça ainsi son rapprochement avec Jouhaux et la majorité. Cf. Syndicalisme révolutionnaire et communisme, les archives de Pierre Monatte, op. cit., et la thèse de Jean-Louis Robert, Ouvriers et mouvement ouvrier parisien pendant la Grande Guerre, histoire et anthropologie, Paris I, 1989.

56 Marius Blanchard (1879-1963), très lié à Merrheim, trésorier secrétaire de la Fédération des métaux. Il suivit la même évolution que Merrheim, qu’il contribua même à rapprocher de Jouhaux et, chargé des difficiles négociations avec Clemenceau afin de terminer les grèves des métallurgistes, fut vivement critiqué par les militants les plus déterminés de la minorité. Lefebvre était un dirigeant de la CGT.
Henri Labé (né en 1876) était un des trois secrétaires adjoints de la Fédération des métaux pendant la guerre.

57 La loi Mourier prévoyait l’envoi au combat de tous les hommes jeunes e valides et l’affectation des mobilisés pères de quatre enfants. Elle doit son nom à Louis Mourier, né en 1873, député radical-socialiste du Gard, sous-secrétaire d’État dans les cabinets Painlevé et Clemenceau.

58 Il s’agit bien sûr de l’offensive allemande sur l’Aisne, déclenchée le 25 mai.

59 Sans doute Ernest Lafont (1879-1946), avocat, député-maire socialiste de Firminy, plutôt favorable à l’Union sacrée mais qui se heurta directement pendant les grèves de mai 1918 au commissaire spécial Oudaille envoyé en mission dans la Loire par Clemenceau.

60 Alexandre Varenne (1870-1947), avocat, journaliste, député socialiste du Puy-de-Dôme, favorable à la Défense nationale, collaborateur de la France libre.

61 Albert Bourderon (1858-1930), syndicaliste (secrétaire de la Fédération d tonneau de la CGT) et membre de la SFIO, l’un des principaux animateurs du courant syndicaliste hostile à la guerre, participa à la conférence de Zimmerwald. Comme Merrheim et Lenoir, il se rapprocha en 1918 des positions centristes.

62 Lucien Voilin (1870-1957), ouvrier mécanicien, socialiste, député-maire d Puteaux.

63 Le général Dubail (1851-1934) était gouverneur militaire de Paris depui 1916.

64 Ernest Outrey, né en 1863, député de Cochinchine de 1914 à 1936 e représentant influent des milieux coloniaux.

65 Joseph Noulens (1864-1944), député radical et ancien ministre, avait été envoyé par Clemenceau en Russie comme ambassadeur de la République française. Il en revint à la fin de 1918. Vologda est une ville industrielle et un carrefour ferroviaire située entre Moscou et Arkhangelsk.

66 F.B. : Franklin-Bouillon (1870-1937), agrégé d’anglais, député radical de Seine-et-Oise, spécialiste des questions internationales, au patriotisme parfois agressif, présidait depuis novembre 1917 la commission des Affaires étrangères de la Chambre.

67 Henri Bergson (1859-1941) professeur au Collège de France et membre de l’Académie française, fut chargé de plusieurs missions en Espagne et aux États-Unis au cours de la Première Guerre mondiale. Cf. Les Philosophes de la guerre de 14, textes réunis et présentés par Philippe Soûlez, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1988.

68 Pierre Colliard (852-1925), entrepositaire de bière, actif député du Rhône républicain socialiste, était ministre du Travail et de la Prévoyance sociale dans le cabinet Clemenceau.

69 L’ancien chef du gouvernement provisoire, Alexandre Kerensky (1881 1970), quitta la Russie de Mourmansk en mai 1918. Il vécut à Londres et à Paris et participa à la réunion de la CAP du 2 juillet et à celle du groupe parlementaire le 5.

70 Le peintre Henri Matisse (1869-1954) était depuis longtemps lié à Marcel et Georgette Sembat.
Mario Roques (1875-1961), socialiste, professeur à l’École des hautes études, linguistique et spécialiste du Moyen Âge.

71 In the Fourth Year (Dans la quatrième année) d’H.G. Wells (1866-1946) évoquait effectivement le conflit en cours. Il marquait une position nettement plus nuancée que son précédent ouvrage, très patriotique, Mr. Britling sees it through (Monsieur Britling commence à voir clair). Il exposait en effet les perspectives d’une paix définitive organisée par la Ligue des nations, rendait hommage à la révolution russe et aux idéaux du président Wilson et critiquait l’impérialisme allemand, mais aussi les buts de guerre alliés. Son sous-titre était Anticipations of a world peace que reprit Cachin pour titrer l’analyse du livre qu’il publia dans L’Europe nouvelle.

72 La victoire des minoritaires au conseil national des 28 et 29 juillet qu n’évoque pas Cachin préfigurait leur probable succès au congrès national d’octobre et donc le départ de Renaudel qui dirigeait L’Humanité depuis la mort de Jaurès.
Le Populaire était l’organe de la minorité depuis 1916. D’abord hebdomadaire, il était quotidien depuis le 10 avril 1918 avec Jean Longuet comme directeur politique, Paul Faure rédacteur en chef et Henri Barbusse directeur littéraire.
La France libre paraissait depuis le 2 juillet 1918. Dirigée par Compère-Morel, Arthur Rozier et Adrien Veber, elle représentait la tendance socialiste la plus attachée à l’Union sacrée, issue du groupe des Quarante très réservés à l’égard de la conférence de Stockholm. Elle devait constituer le noyau de la scission du parti socialiste français qui allait se produire en 1919.

73 Mary Cassat (1844-1926) dont il est sans doute déjà question le 19 juillet peintre de l’enfance et de la maternité, Américaine vivant en France, était elle-même liée à Degas et Cachin. Cf. Dossiers du musée d’Orsay, n° 21, 1988.
Théophile Thoré, dit William Bürger (1807-1968), écrivain d’art, est resté célèbre pour ses notices sur Vermeer de Delft parues dans La Gazette des beaux-arts.

74 Le Journal du peuple existait depuis le 1er janvier 1917. Hebdomadair indépendant du parti socialiste, dirigé par Henri Fabre, il accueillait les contributions des militants et des journalistes issus des diverses nuances pacifistes.
La Vague de Pierre Brizon paraissait depuis le 5 janvier 1918. C’était l’organe de la gauche pacifiste, favorable à la révolution russe.

75 Louis-Jean Malvy (1875-1949). Ce radical-socialiste, ministre de l’intérieur de mars 1914 à août 1917, devait désormais subir la vindicte de Clemenceau. Poursuivi pour intelligence avec l’ennemi devant le Sénat transformé en Haute Cour, il fut condamné le 8 août à cinq ans de bannissement pour forfaiture.

76 Il est probable en effet que le duc de Saint-Simon (1675-1755) emploie ces qualificatifs (et quelques autres...) à propos de Mme de Maintenon (1635-1719).

77 Louis Dausset (1866-1940) anti-dreyfusard militant et nationaliste convaincu était rapporteur général du budget de la ville de Paris depuis 1908. En 1918, il présidait en outre le conseil général de la Seine.
Georges Mandel (1885-1944) depuis 1903 collaborateur fidèle de Clemenceau et son chef de cabinet de 1917 à 1920, était plus spécialement chargé de la censure, des activités de propagande et de l’administration (cf. J-N. Jeanneney, Mandel, Paris, Le Seuil, 1991).

78 Marius Giacobbi (1846-1919), député radical de la Corse, membre des commissions de la Marine et de l’Assurance-Prévoyance sociale.

79 Arrêté depuis janvier 1918, Joseph Caillaux dut attendre avril 1920 pour connaître sa condamnation définitive à trois ans de prison et dix ans d’inéligibilité par le Sénat réuni en Haute Cour de justice, dont il ne fut amnistié qu’au 1er janvier 1925.
Les socialistes se solidarisèrent officiellement avec Caillaux, et surtout avec Malvy, mais non parfois sans prudence. Ce n’est qu’après 1920, avec les grandes campagnes d’opinion lancées notamment par la Ligue des droits de l’homme, que l’amnistie des deux hommes d’État radicaux devint une exigence de l’opinion de gauche.

80 Abel Ferry (1881-1918), l’ancien sous-secrétaire d’État de Viviani, député de Vosges, décéda le 15 septembre 1918 des suites d’une blessure reçue le 8 du même mois.
Le général Mangin (1866-1925) venait de s’illustrer en bloquant l’offensive allemande de juin 1918 et avait reçu le commandement de la 10e armée.

81 Ces notations témoignent d’un regain d’optimisme des milieux parlementaires sur l’issue de la guerre. Les tensions franco-britanniques sur le contrôle du Proche-Orient sont connues.

82 Albert Lebrun (1871-1950), polytechnicien et député-maire de Meurthe-et-Moselle, était sous Clemenceau ministre du Blocus et des Régions libérées.

83 Jean Sarhail (1891-1964), hispaniste, futur universitaire.

84 Joseph Le Rouzic (né en 1863), agronome, député radical du Morbihan, nommé par Clemenceau commissaire à l’Agriculture en décembre 1917.

85 Médecin socialiste ami de Cachin.

86 Marcel Cachin accédait ainsi à la direction de L’Humanité. Les conditions de cette nomination sont encore assez mal connues et nous avons déjà noté que Cachin ne donne que peu d’indications sur la vie intérieure du parti socialiste. Cachin avait présidé la première séance du congrès et était notamment intervenu pour présenter avec sympathie les positions du président Wilson et pour s’élever contre les projets de démembrement de l’Autriche-Hongrie afin de maintenir en Europe centrale un contrepoids à la puissance allemande. S’il était encore indiqué comme « centriste » au sein de la commission des résolutions, Cachin par ses appels constants en faveur de l’unité se mettait dans la situation d’un dirigeant éloigné de tout sectarisme de tendance prêt à travailler avec l’ensemble du parti.
La séance de nuit du 10 au 11 octobre, au cours de laquelle eut lieu le vote sur L’Humanité, acquis à 3 h du matin fut très confuse et marquée par de nombreux incidents. Marcel Sembat lui aussi « centriste » semblait favorable à un projet de direction collective (cf. la notation par Cachin du 3 octobre) mais le congrès décida de conserver le statut de 1911 par 1 474 voix contre 1 358.
L’équilibre politique interne demeurait complexe : la victoire des minoritaires par 1 528 voix à un texte de Frossard contre 1 212 à celui de Renaudel et 181 à Bedouce (« centriste ») n’était nette qu’en apparence. La gauche pacifiste, appelée aussi « kienthalienne », animée par Loriot, se distinguait de plus en plus des positions de Longuet et ses amis. Elle s’était jointe au texte de Frossard pour isoler définitivement l’ancienne direction, mais ne pouvait assurer à la nouvelle majorité de grandes garanties d’homogénéité.
Depuis plusieurs mois, rencontres et manœuvres recherchaient la possibilité de nouveaux regroupements : « concentration » qui isolerait les extrêmes (La France libre à l’extrême droite, les kienthaliens de l’autre), alliance des « centristes » avec Renaudel qui semblait vouloir évoluer vers la gauche et la partie « raisonnable » de la minorité. Marcel Cachin, qui se rapprochait de la tendance longuettiste et avait même su prendre quelques distances avec son courant « centriste », incarnait ainsi par son passé de majoritaire ardent et ses amitiés guesdistes, une volonté réelle de rassemblement et d’unité de la part de la nouvelle majorité.
L.O. Frossard, dans un témoignage sans doute assez partial, indiqua qu’il s’était opposé à la désignation de Cachin mais que Longuet, Mistral, Paul Faure, pressentis, s’étaient successivement récusés. (L.O. Frossard, De Jaurès à Lénine, Paris, 1930, p. 47.) Marcel Cachin a, lui aussi, laissé son témoignage sur la question :
« La gauche confia à Frossard le secrétariat du parti. Elle m’offrit la direction de L’Humanité. Je me récusai en rappelant que j’avais appartenu jusqu’en 1917 à la majorité et que, dans ces conditions, il était plus juste et plus normal que la direction du journal du parti fût confiée à un membre de la minorité devenue maîtresse du parti. Je déclarai que je ne ferai pas acte de candidature et que je m’abstiendrai d’assister à la séance où serait désigné le nouveau directeur du journal. Mais les camarades de la gauche maintinrent leur position. La discussion au congrès fut très longue et très âpre. Et, en mon absence, je fus désigné régulièrement par 1 510 voix contre 1 355 à Renaudel. » (Marcel Cachin, Souvenirs autobiographiques. Bibliothèque marxiste de Paris.)
Il est probable que le refus de Cachin était de politesse tactique. Son absence était également habile : il ne pouvait ainsi accepter formellement un quelconque compromis... Frossard notait aussi que « Cachin ne se montra pas. Il était chez lui. Il accueillit son élection comme un hommage mérité, encore qu’un peu tardif. » De toute façon, l’essentiel devait être que cette nomination apportait à l’ancienne minorité des chances réelles d’élargir sa base politique dans le parti et qu’elle s’appliquait à un responsable dont les talents propres étaient largement reconnus.

87 Il s’agit d’une cérémonie à la mémoire de Jean-Baptiste Sémanaz (1874- 1914), militant syndicaliste et socialiste, maire du Pré-Saint-Gervais (1904-1914), engagé volontaire et presque aussitôt tué au front en octobre 1914.

88 Philippe Landrieu (1873-1926) était depuis la fin 1904 l’efficace administrateur de L’Humanité.

89 Jules Jeanneney (1864-1957), sénateur radical de la Haute-Saône, proche d Clemenceau, sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil.

90 « L’abbé » Émile Wetterlé (1861-1931), prêtre et dirigeant du parti nationa (catholique) en Alsace-Lorraine, très connu pour son attachement à la France, ancien député au Reichstag.
George Weill (1882-1970), très patriote également, le plus connu des militants socialistes d’Alsace-Lorraine, ancien député au Reichstag et collaborateur de L’Humanité en Alsace-Lorraine, engagé volontaire et naturellement ferme partisan de l’Union sacrée.

91 Eugène Tilloy (1878-1961), instituteur socialiste, conseiller général et maire de Sotteville-lès-Rouen.

92 Maurice Gautier (1881-1965), cheminot secrétaire de l’Union départementale CGT depuis mars 1918, très actif militant de la minorité syndicale.

93 Roussanov, militant socialiste révolutionnaire, de tendance « défensiste », membre du Soviet de Petrograd en mars 1917, avait joué un grand rôle dans les préparatifs de la tentative de conférence socialiste internationale de Stockholm.

94 Pavel Borissovitch Axelrod (1850-1928) était l’un des principaux dirigeants mencheviks et avait participé à la conférence de Zimmerwald.

95 Soukhomline, responsable socialiste-révolutionnaire.

96 Peut-être Ernest Babelon (1854-1924), numismate et conservateur du cabine des Médailles à la Bibliothèque nationale, spécialiste du monde grec entendu comme expert par la commission des Affaires étrangères de la Chambre.

97 Marcel Cachin participa à la délégation du gouvernement et des Chambres qui visita l’Alsace-Lorraine libérée. Selon Poincaré, Marcel Cachin pleura d’émotion à Strasbourg devant l’accueil enthousiaste de la population (5 décembre 1918).

98 Sans doute Léopold Faure (1872-1949), employé de banque, militant socialiste et syndicaliste de la Seine, qui allait être candidat sur la liste conduite par Marcel Cachin aux élections législatives de 1919. En 1918, il dirigeait le Journal syndical des employés de banque et de Bourse et L’Officiel de la banque et de la Bourse.

99 William Christian Bullitt (1891-1967), diplomate, membre de la délégatio américaine à la conférence de Paris, fut envoyé en mission par le président Wilson en Russie.

100 Marcel Cachin donne ici la composition du conseil d’administration d L’Humanité. Les noms de la première colonne sont ceux de la nouvelle majorité et ceux de la seconde, ceux de l’ancienne. Reste à noter que Cachin classe ainsi le « centriste » Lafont avec l’ancienne majorité alors que lui-même, officiellement « centriste » jusqu’à la fin de 1918, doit son poste au soutien de l’ancienne minorité devenue majoritaire.

© CNRS Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search