Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cinémathèque française

 | 
Patrick Olmeta

Troisième partie. La Cinémathèque et les autres organismes de conservation de films en France depuis 1968

Chapitre premier. La Cinémathèque française 1968-1998

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’« affaire Langlois » a démontré la faiblesse de l’État incapable de résoudre cette crise, incapable d’expliquer son point de vue, hors du climat passionné qui l’a entourée.

L’État se désengage de toute responsabilité dans la gestion de la Cinémathèque française et crée un établissement public pour la conservation des films, le Service des archives du film de Bois d’Arcy.

On se dirige donc vers une dichotomie en ce qui concerne le problème de l’archivage du patrimoine cinématographique : la conservation à Bois d’Arcy, la diffusion étant réservée à la seule Cinémathèque française.

L’État va également continuer à aider financièrement la Cinémathèque française, même si la subvention, pour l’année 1968, est réduite de moitié et atteint à peine cinq cent mille francs. Henri Langlois est, lui, sorti vainqueur de l’épreuve engagée avec les pouvoirs publics. Plus que jamais, il reste, pour reprendre l’expression de Jean Cocteau, « le dragon qui veille sur nos trésors », et ce jusqu’à sa dispa...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540