La Cinémathèque française

 | 
Patrick Olmeta

Deuxième partie. De l'Occupation à Mai 1968

Chapitre III. L’affaire de la Cinémathèque

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’« affaire de la Cinémathèque » ou « affaire Langlois » est donc née d’une contradiction dans le fonctionnement d’un organisme à caractère privé, la Cinémathèque française, qui a besoin et accepte l’aide de l’État tout en refusant toute ingérence des pouvoirs publics dans sa gestion et ses activités.

Les griefs que l’État nourrissait à l’égard de la Cinémathèque étaient nombreux : il n’avait pas connaissance du nombre de films qu’elle détenait, de leurs titres, de leur localisation, ni de la nature des droits qu’elle pouvait avoir sur ces mêmes films.

Certes, on peut objecter que, depuis l’élaboration des nouveaux statuts, en 1964, l’État, par l’intermédiaire de ses représentants, était présent au sein du conseil d’administration. Mais le rapport de force était tel que ceux-ci se retrouvaient sans réel pouvoir et que leur efficacité était pour le moins compromise.

L’évolution de la Cinémathèque française, l’accumulation de ses collections, donc de ses richesses, en ont fait un organis...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540