Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Carnets. Tome II Carnets Marcel Cachin – année 1917

Carnets. Tome II

 | 
Marcel Cachin

Année 1917

Carnets Marcel Cachin – année 1917

Texte intégral

Janvier

1À Saint-Pétersbourg et en Russie, on interdit aux officiers français de se mettre en uniforme.

2En Russie, c’est de plus en plus 89.

3Congrès de l’union des villes – 9 décembre.

  • 1 Pavel Milioukov (1859-1943) était historien et leader du parti des « Cadets » (constitutionnels-dém (...)

4Une déclaration court pour appuyer la Douma et Milioukov1. Il nous faut un ministère responsable. La patrie est en danger.

  • 2 Les zemstvos étaient des organismes municipaux mis en place par la réforme de 1864 dans la plupart (...)

5Congrès des zemstvos2 – 9 décembre à Moscou.

6Désorganisation intérieure absolue. C’est le peuple seul qui doit gouverner, bourgeois et paysans réunis et ouvriers. La Douma doit mener sa campagne décisive.

  • 3 Le général Soukhomlinov était ministre de la Guerre de la Russie depuis 1909 et le fut jusqu’en mar (...)
  • 4 Boris Vladimirovitch Stürmer cumula du 20 janvier au 10 novembre 1916 les fonctions de président du (...)
  • 5 Homme corrompu, Protopopov avait été nommé ministre de l’intérieur en septembre 1916 grâce semble-t (...)

7Le comité des industries travaillant pour la guerre (14 décembre). Le pouvoir reste sourd à la voix du peuple. Il annihile tout le pays ; unissons toutes les forces vives autour d’un gouvernement responsable. Contre les forces irresponsables, changement d’un régim politique. Contre le gouvernement, pour la victoire depuis les terroristes jusqu’aux modérés, groupons-nous ; luttons avec Moscou contre Soukhomlinov3, Stürmer4, Protopopov5.

Lundi 5 janvier 1917

8Le cap Finisterre en Espagne est un centre de torpillage essentiel. Or, à Bilbao, il y a cinq bateaux allemands qui font les signaux ; il fait de l’électricité, on s’y réunit ; les équipages allemands y sont encore ; les autorités espagnoles sont germanophiles ; notre consul général à Bilbao est excellent, mais il n’a pas d’argent et l’Allemand y est très fort, très riche, très pourvu d’argent.

9Il y a eu 17 torpillages de navires espagnols devant Bilbao. On a peur des Allemands et non des Français ; à Bilbao, on est 1 contre 100.

10Il faudrait agir près du gouvernement espagnol, car les autorités locales espagnoles ne sont pas neutres. Les autos allemandes à TSF se promènent sur les routes espagnoles. Il faut mettre à terre les équipages allemands, supprimer la TSF allemande. L’Espagne est une base pour les Allemands.

Samedi 6 janvier 1917

11Il n’y a pas de paix sans liberté ; quel que soit mon respect pour les pays étrangers, je dois dire que tant qu’ils seront soumis aux combinaisons égoïstes d’une caste étroite, ils seront un danger pour la paix du monde.

Vendredi 12 janvier 1917

12Je propose à la commission des Affaires extérieures de mettre à l’étude la question de la diplomatie secrète. En 71, l’Assemblée nomma une délégation chargée de suivre de près les négociations auxquelles se livrait le gouvernement

Samedi 13 janvier 1917

  • 6 Grigori Iefimovitch Raspoutine (1872-1916), moine illettré, avait pris un grand ascendant sur la fa (...)
  • 7 Le général Polivanov fut chargé par Goutchkov de présider la commission destinée à réformer le code (...)
  • 8 Sadzonov avait été ministre des Affaires étrangères du gouvernement russe depuis 1910 et le fut jus (...)

13Ministres concussionnaires, traîtres et incapables en Russie. Le tsar, mystique vit seul. Il s’obstine à flatter les pires hommes de l’extrême droite. Moscou, la Sibérie et l’armée sont révolutionnaires. Ioussoupov, accusé d’avoir tué Raspoutine6 fut félicité d’avoir agi. Polivanov7 et Sadzonov8 sont avec nous, mais ils sont exilés. On croit que la révolution est imminente contre le tsar, l’impératrice et le tsarévitch.

Lundi 15 janvier 1917

  • 9 Diplomate français.

14Visite de Haguenin9.

  • 10 Denys Cochin (1851-1922), député de la Seine de 1893 à 1919, catholique, avait été nommé ministre d (...)

151°) Denys Cochin10 mène mal l’affaire du blocus et suscite beaucoup de mécontentements en Italie.

  • 11 Il s’agit sans doute du diplomate Agenor Maria Adam Goluchowsky (1849- 1921).

162o) Goluchowsky11 est venu en Suisse voir les Tchèques et les Polonais pour essayer de les duper, mais il a peu réussi. L’Autriche peut de moins en moins se détacher de l’Allemagne.

173°) Il y a trois mois, les Allemands qui venaient en Suisse étaient plus disposés à lâcher l’Alsace qu’aujourd’hui. Depuis la Roumanie, c’est changé. Ils souffrent, mais il faudrait une victoire militaire pour les ébranler.

Mardi 16 janvier 1917

18La Hongkong and Shangaï Bank est unie à la Deutsche Asiatic Bank qui viennent ensemble de prendre en main l’emprunt de 150 millions chinois.

Jeudi 18 janvier 1917

  • 12 S’agit-il du secrétaire du syndicat du personnel civil du service hydrographique de la Marine qui d (...)
  • 13 Il s’agit vraisemblablement de Charles Laurent (1879-1965) créateur en 1909 de la Fédération des fo (...)

19Buteux12 et Laurent13 viennent me voir pour me signaler que Ribot a déposé une proposition sur l’indemnité de cherté de vie aux employés civils de l’État.

Mercredi 24 janvier 1917

  • 14 Paul d’Estournelles de Constant (1852-1924) député de la Sarthe de 1895 à 1904, sénateur de la Sart (...)

20Lorsque paraît notre réponse à Wilson, l’ambassadeur Sharp fait venir d’Estournelles de Constant14 et lui demande qui a signé cela. Qu’est-ce que ce groupe ? On lui dit : « C’est le groupe des amis de Jaurès. » Il ne savait pas l’orthographe de Jaurès.

Février

Mercredi 7 février 1917

  • 15 Jacques Piou (1838-1932) avait été avec Albert de Mun le fondateur de l’Action libérale populaire e (...)

21Piou15 me dit : « Maintenant que Wilson s’est rendu impossible comme conciliateur, il n’y a que le pape. Nommez-moi comme ambassadeur au Vatican. »

  • 16 Paul Bluysen (1861-1928), journaliste, était député de l’Inde française depuis 1910 et devait le re (...)

22Bluysen16 fait repousser le projet du gouvernement sur la représentation des musulmans à la commission interministérielle musulmane.

23Sous-marins allemands. Ils ont des sous-marins mouilleurs de mines et ravitailleurs :

2440 sous-marins neufs de 800 à 1 200 tonneaux

2513 sous-marins de commerce 1 200 tonneaux et 2 600 tonneaux (22 nœuds)

  • 17 Lucien Lacaze, né en 1860, contre-amiral, avait été chef de cabinet dans divers ministères avant gu (...)
  • 18 Sir Pearcy Scott (1853-1924), amiral depuis 1913, était attaché à l’Amirauté depuis 1913 pour des m (...)

26En tout 160 sous-marins pour avril ou mai actuellement. Ils en font, dit Lacaze17, un par semaine. Il y en aura 200 à 250 en avril. Sir Pearcy Scott18 a dit en 1913 : « Les sous-marins changeront entièrement le caractère de la guerre marine. » 500 navires français luttent contre les sous-marins. 570 dragues, convoi et défense contre les sous-marins pour les chasser. On a essayé d’embouteiller Zeebrugge. Les bases : c’est impossible de les détruire. Une flotte est impuissante contre la terre : la preuve est faite par les Dardanelles. Le tir est un tir de plein fouet, de pénétration des navires, il ne fait rien aux forts car la quantité d’explosifs est faible.

Samedi 10 février 1917

27La réponse de l’Allemagne à Wilson est de nature à gêner les pacifistes de tous pays. Lui qui était l’espoir des pacifistes du monde entier, il est obligé de répondre avec vigueur à l’Allemagne et il est à la veille de la guerre.

28Les marins neutres refusent de monter sur les navires.

29Près de l’île d’Oléron, un sous-marin allemand s’est rendu à un hydravion, après que les marins aient [sic] assassiné leurs officiers.

Dimanche 11 février 1917

30Les incidents de T’ien-Tsin. En octobre 1916, incidents fâcheux. Il y avait une question de l’extension de T’ien-Tsin. Il y avait des résistances des Chinois ; notre concession est enclavée entre la concession anglaise et la japonaise. Nous avons l’an dernier étendu notre concession de Shangai.

31Déjà les terrains convoités appartenaient à des Lazaristes. Le gouvernement chinois a fini par accepter la concession à Conti, notre consul. Conti est alors parti en congé. Alors le gouvernement de Pékin s’est rétracté en présence des protestations des notables de [T’ien-Tsin]. Nos représentants ont voulu passer outre au gouvernement chinois ; on a voulu prendre les terrains de force ; on a chassé les 9 agents de police chinois. La Banque industrielle de Chine et la Banque d’Indochine ont été obligées de payer aux Chinois l’argent qu’elles détenaient. Il y a eu boycottage de Chinois. Depuis novembre, l’affaire est dans le même état. La Banque franco-belge (direction : Empain) avait là des hypothèques sur les terrains. Elle aurait, dit-on poussé le gouvernement français à agir.

32On avait dit : il va venir 70 000 Chinois en France. Il y en a en réalité, 7 000. C’est la Banque industrielle de Chine qui devait envoyer en Chine les salaires de ces hommes. Il devait y en avoir pour 100 millions. Jamais les parents des Chinois ouvriers en France n’auraient eu cet argent.

33Rivalité terrible entre les Lazaristes et les Jésuites en Extrême-Orient.

34Le Français le plus remarquable de l’Extrême-Orient est le jésuite P. Robert.

  • 19 Consul de France en Chine.

35En ce moment, les républicains chinois sont avec nous. Ils viennent d’envoyer une note violente aux Allemands ; ils veulent se mettre avec nous dans l’Entente. Or, nous avons fait à [T’ien-Tsin] la politique la plus brutale contre eux. En pleine guerre, on a soulevé une affaire pendante depuis 1902 et qui a soulevé la Chine contre nous. De plus, l’envoi des coolies en France pour les usines de guerre a été lamentable. On a fusillé sept d’entre eux à Bergerac. On a su cela en Chine. Le coupable, c’est Bourgeois19, le consul qu’il faut frapper.

Vendredi 16 février 1917

  • 20 L’Osservatore Romano était publié par le Vatican.
  • 21 Il Corriere d’Italia était un quotidien italien influent.

36Italie. Journaux catholiques italiens. Osservatore Romano20, Corriere d’Italia21. Crise du charbon – trains non chauffés, réduction des trains de voyageurs. Comités pour les économies. Canepa est à la tête du comité général pour l’alimentation. Le commissariat de l’Émigration à l’étranger. Ils disent : les salaires italiens sont supérieurs aux vôtres ; les ouvriers italiens doivent être soumis à la juridiction consulaire. Or, les salaires italiens ne sont pas supérieurs aux nôtres. Puis, le gouvernement italien veut surtout faire de son exportation de main-d’œuvre, une question politique : je vous donnerai mes ouvriers, que me donnerez-vous en échange ?

Mercredi 21 février 1917

37Venise. Le front. La Carnie. Le Tagliamento. Arta.

38À Gorizia, les soldats ont écrit « la paix » sur notre auto.

39Il y a quatre armées italiennes : Trentin (Adige), Cadore (Piave), Carnia, Isonzo (Tagliamento). Ils ont en face d’eux trente-sept divisions autrichiennes à 10 000 hommes. Leur objectif essentiel aujourd’hui est Trieste ; pour y arriver, il faut prendre l’Ermada, groupe de montagnes très solidement défendues.

Vendredi 23 février 1917

40Arrivée à Rome. Visite de Rome.

  • 22 Tommaso Tittoni, né en 1855, sénateur depuis 1902, avait été ministre des Affaires extérieures de 1 (...)

41Tittoni22 nous dit : « Nous avons réglé la question adriatique. Vous, vous avez tout donné en sacrifiant les Yougoslaves et les Grecs ; mais vous avez traité sans nous la question d’Asie Mineure ; il faut que nous causions. »

Samedi 24 février 1917

42Première réunion du Parlementino à Montecitorio.

43Visite à la campagne romaine, au tombeau de Caecilia Metella.

44Visite à Dumas, hôtel Flora. Il me dit que entre la direction du PS italien et les parlementaires, il y a les plus grandes divergences : les parlementaires comprennent la politique générale, mais les troupes sont paysannes ignorantes et lâches. De plus, les parlementaires les redoutent, parce que le neutralisme gagne tellement qu’ils pourraient avoir 100 ou 120 sièges à la prochaine consultation.

Mardi 27 février 1917

45Les députés italiens ont 500 F par mois, plus quelques billets de chemin de fer pour leurs familles.

46La direction du parti socialiste italien voulait venir à Paris au congrès des Alliés pour poser la question des rapports internationaux, mais le groupe parlementaire n’y tenait pas (ils vont faire un troisième Zimmerwald) ; le refus de la majorité italienne n’a été que conditionnel.

Mercredi 28 février 1917

47Naples. 700 000 habitants – 360 églises.

48Deux journaux : Roma – Mattino (Scarfolio)

  • 23 Arturo Labriola (1873-1959), adhérent au parti socialiste italien depuis 1895, se prononça pour l’i (...)

49Il vient d’y avoir à Naples des troubles alimentaires graves. Labriola23 me dit que l’Italie ne pourra pas aller plus loin que la fin de l’année, qu’il faut un pacte de Londres de la paix. Malgré les raisons économiques, la France et l’Italie ne sont pas en guerre, ce qui prouve que deux démocraties ne peuvent pas se faire la guerre. De plus, nous avons des affinités de culture.

Mars

Lundi 5 mars 1917

  • 24 André Maginot (1877-1932) ; auditeur au Conseil d’État, député de la Meuse de 1910 à 1932, avait ét (...)
  • 25 Paul Painlevé (1863-1933), mathématicien, député de la Loire de 1910 à 1928 avait été ministre de l (...)
  • 26 Philippe Pétain (1856-1951), général de brigade puis de division à partir du 31 août 1914, s’était (...)
  • 27 Le général Robert Nivelle (1856-1924) accéda au haut commandement des armées françaises quelques jo (...)

50Interview de Maginot24. J’ai le plus grand espoir dans une offensive. Il faut qu’elle ait lieu et qu’elle réussisse cet été. Autrement, en hiver, ce sera l’émeute. Painlevé25, agent de Pétain26, fait campagne pour la défensive. C’est une affaire de rivalité de généraux. Nivelle27 comprend la guerre : il a fait 900 kilomètres de chemins de fer au lieu de 120 faits jusqu’ici. Il sait utiliser les hommes. Il n’y a plus qu’à obtenir des Anglais qu’ils nous donnent des hommes quand il faudra. Puis, Nivelle a constitué une armée de manœuvre de divisions (38). On doit faire l’offensive et elle doit réussir.

51Il est entendu que Nivelle commande, non seulement l’armée française, mais aussi l’armée anglaise.

Mardi 6 mars 1917

524 h, groupe des députés de la Seine.

53Le ravitaillement de Paris.

54À cause du charbon, 50 000 ouvriers des usines de guerre sont en chômage relatif. Y a-t-il un plan d’ensemble pour passer le moment actuel ?

Mercredi 7 mars 1917

55Commission des Affaires extérieures.

  • 28 Marius Moutet (1876-1968). Avocat, socialiste, lié à A. Briand fut partisan de l’Union sacrée en 19 (...)
  • 29 Joseph Caillaux (1863-1944). Inspecteur des Finances, un des dirigeants de la gauche du Parti radic (...)

56L’Angleterre va faire une expédition en Palestine. En Egypte, les hauts-commissaires anglais continuent à être hostiles à la France. Je demande si la France a l’intention de participer à cette action. Le président dit oui. Avec Moutet28, je proteste : Caillaux29, nous dit-on, est venu (de Margene) à la commission du budget nous demander des crédits pour cela. Avec Moutet, nous faisons mettre à l’ordre du jour, mercredi en 15, toute la question d’Orient.

  • 30 J.J Jusserand, né en 1865, était ambassadeur de France aux États-Unis depuis février 1903. En 1933, (...)

57En Amérique, Jusserand30 est républicain : il n’a pas de rapports amicaux avec Wilson.

Jeudi 8 mars 1917

583 h, Chambre.

59Je signe, à l’occasion de l’appel de la classe 18, la libération des classes 89 et 88.

  • 31 Édouard Herriot (1872-1957). Normalien, historien avait été professeur de lettres. Membre du parti (...)

60À propos de l’intervention de Herriot31, les avocats de la Chambre me disent : comme ils sont embêtants les universitaires ; et voilà les corporations aux prises.

Mercredi 14 mars 1917

61Débat secret sur l’aviation. On dit : les Français sont inférieurs à ceux des Allemands. Ordre du jour pur et simple.

Jeudi 15 mars 1917

62Réunion de la CGT et du parti socialiste à la Chambre.

63Faire préciser par Herriot que les cheminots seront payés, qu’il fera action sur le Sénat.

64La révolution russe.

  • 32 Le général A. Broussilov fut le premier commandant en chef de l’armée tsariste. Maintenu à son post (...)
  • 33 Georges Buchanan (1854-1924), diplomate britannique, fut ambassadeur en Russie de 1910 à 1918. Il p (...)

65L’armée est révolutionnaire. Elle n’est pas commandée ; elle devient un troupeau ; ce fut un malheur quand le tsar prit la direction de l’armée. Il paralysa Broussilov32. Il prit des généraux de Cour, Gousko. L’impératrice était au GQG. Elle irrite l’armée. Buchanan33 brave l’empereur. Il y a quatre villes en Russie : Petrograd, Moscou, Kiev, Odessa.

Vendredi 16 mars 1917

66Briand : 1°) Grèves et mouvement pacifistes, répression sanglante, régiments en révolte. 2°) Le ministère dépose Protopopov. 3°) Les éléments militaires se sont accrus, l’armée s’est jointe aux ouvriers, la Douma en permanence ; des officiers ont été massacrés, le palais de justice brûlé, le palais d’Hiver envahi, prisons ouvertes, ministres arrêtés. Le tsar se mettait en route pour la Cour. Il est arrêté. Il abdique pour son fils. Deux grands-ducs prennent parti pour la Douma. L’impératrice, les grandes duchesses enfermées.

67Les socialistes se joignent à la Douma ; ils demandent l’égalité des races, la Chambre élue au suffrage universel.

Lundi 19 mars 1917

  • 34 René Viviani (1863-1925), socialiste indépendant, fut président du Conseil en 1914 et décréta la mo (...)
  • 35 Albert Thomas (1879-1932), professeur d’histoire, était député socialiste du Tarn depuis 1910. Se c (...)

68Maginot me demande : « Si c’était Viviani34 ou tel autre républicain de gauche, accepteriez-vous avec Thomas35 de rentrer dans le cabinet ? »

Mercredi 21 mars 1917

  • 36 Étienne Clémentel (1864-1936) devait être ministre du Commerce, de l’industrie, des PTT et de la Ma (...)
  • 37 Alexandre Ribot (1842-1923), député du Pas-de-Calais de 1878 à 1909 puis sénateur de ce département (...)
  • 38 Maurice Viollette (1870-1960), avocat et journaliste, dirigeant du parti républicain-socialiste don (...)

69Clémentel36 me dit : « Ribot37 avait voulu vous donner le ministère du Ravitaillement. Thomas a dit : Non, je dois être seul, c’est une décision du groupe. Alors on a fait venir Viollette38. »

Vendredi 23 mars 1917

  • 39 Ernest Lafont (1879-1946), avocat, socialiste, était maire de Firminy (dans la Loire). Il se pronon (...)

70La commission des Affaires étrangères dit : « Vous, Moutet, allez en Russie, mais n’y allez pas seul, emmenez Lafont39 et Cachin. »

71Dans le manifeste Wilson, deux idées : la paix ne doit pas être faite selon les désirs de l’un ou de l’autre belligérant, mais selon les droits de l’humanité entière. L’Amérique a désormais sa place dans le concert des nations.

Mardi 27 mars 1917

  • 40 Theobald von Bethmann-Hollweg était chancelier du Reich depuis 1909.
  • 41 Il s’agit peut-être de l’homme d’affaires Albert Ballin (1857-1918).

72Nippold, professeur de droit international à Berne me dit : Les Allemands ne feront pas de révolution pendant la guerre. Ils sont dans l’état d’esprit mystique, ils font des articles sur l’anormalité des esprits en France, à la Frankfurter Zeitung. Bethmann40 ne comprend rien aux événements, non plus que Ballin41, ni que les instituteurs allemands, ni que les commerçants. Tant qu’ils n’auront pas eu leur défaite militaire, ils seront grisés. Le mot de démocratie ne correspond pas à leur état.

Mercredi 28 mars 1917

73L’Algérie a fourni 100 000 soldats, 80 000 ouvriers.

Vendredi 30 mars 1917

74Mme Lahovary vient me dire que la Valachie meurt de faim. Il faut de toute urgence agir à Petrograd pour l’alimenter, agir en Angleterre, à Petrograd près des ambassadeurs.

75Départ 11 h 40 du soir pour la Russie.

  • 42 Theobald von Bethmann-Hollweg (1856-1921) fut chancelier de l’Empire allemand de juillet 1909 à jui (...)
  • 43 Il s’agit du « manifeste » promulgué le 17 octobre 1905, par lequel Nicolas Il établissait une asse (...)
  • 44 Goutchkov A.I. (1862-1936). Industriel moscovite, leader du parti octobriste, ainsi nommé par le so (...)
  • 45 Tchkeidze N.S. (1864-1926). Leader des mencheviks aux troisièmes et quatrièmes Doumas, il présida l (...)

76Bethmann42 en son discours du Reichstag du 30 mars dit que jamais l’Empire allemand n’a aidé l’Empire russe. Or en 1905, lorsque Nicolas accorda la constitution d’octobre43, l’émoi fut grand à la cour du Kaiser. Il concentra une armée d’observation à la frontière polonaise et il offrit au tsar le secours de l’armée prussienne pour rétablir l’empire ébranlé en Russie. Pendant la guerre actuelle, les chefs réactionnaires de la Douma menacèrent les libéraux du châtiment que leur réservait le Kaiser. Et les réactionnaires russes les plus qualifiés étaient prêts à faire la paix séparée avec le Kaiser. Goutchkov44, ministre de la Guerre russe, retour des armées, nous dit : la discipline ancienne des armées est perdue, mais l’esprit de liberté a créé un enthousiasme qui est très supérieur à la discipline passée. Tchkeidze45. Nous avons proposé au peuple allemand de faire ce que nous fîmes nous-mêmes, de jeter bas le vieux régime avec Guillaume. Tant qu’ils ne le feront pas, nos baïonnettes seront tournées contre l’Allemagne. Prouvez, soldats, que vous êtes les lions de la révolution !

77Clergé russe – Deux classes : clergé noir, régulier, tradition grecque ; clergé blanc, séculier, élément national.

78Les membres du haut clergé sortent du premier : ils sont célibataires, métropolites, archevêques, évêques, abbés, prieurs.

79Les deuxièmes, archiprêtres, prêtres ou popes.

80Rivalité entre les deux clergés, le premier seul gouverne. Le clergé des popes est peu considéré, mendiants et ivrognes et paresseux, les popes n’ont que peu d’action.

Samedi 31 mars 1917

81Partis de Paris, vendredi soir 11 h pour Boulogne et arrivés à Londres où Mantoux et Comert nous attendent à la gare Victoria. On nous mène à l’hôtel Waldorf, en face de la Gaiety-Theatre, près du stand où l’on nous a retenu des chambres.

Avril

Dimanche 1er avril 1917

  • 46 Marius Moutet (1876-1968). Député socialiste du Rhône, il fit partie, avec Lafont et Cachin, de la (...)

82Matin. Nous allons à 10 h, chercher Zizi Pouce à College’s Road et nous l’emmenons, Moutet46 et moi avec nous. Elle ne comprend rien à ce que nous disons et réciproquement, nous n’entendons pas ce qu’elle veut nous dire.

  • 47 M. de Montholon. Premier attaché d’ambassade à Londres pendant la Grande Guerre, il était l’arrière (...)
  • 48 Les trois militants socialistes anglais envoyés par le parti travailliste à la demande de la SFIO e (...)
  • 49 Arthur Henderson (1863-1935), membre du cabinet présidé par Lloyd George et chef du parti travailli (...)
  • 50 Mme Plekhanov. Épouse du socialiste russe G. Plekhanov (1856-1918).
  • 51 Épouse d’Ernest Lafont (1879-1946), maire de Firminy, député socialiste de la Loire, envoyé en miss (...)

83De là, nous filons à l’ambassade de France où nous sommes reçus par M. de Montholon47 qui nous annonce que deux députés anglais et un fabien48 nous accompagneront en Russie. Henderson49 a voulu s’occuper de tout et il s’arrangera avec l’Amirauté anglaise pour nous faire passer en Norvège. Le passage devait d’abord se faire par un navire de guerre faisant 35 nœuds à l’heure et nous menant en Norvège en vingt-quatre heures. Mais comme Mme Plekhanov50 doit nous accompagner ainsi que Mme Lafont51 et que jamais une femme ne doit monter sur un navire de guerre sans que cette règle souffre une seule exception, ce sera par un autre moyen que l’Amirauté nous fera transporter. Au reste, nous ne saurons rien avant les quelques heures qui précéderont notre départ ; nous serons avisés par les soins de Henderson.

  • 52 Il s’agit de militants socialistes révolutionnaires russes émigrés à Londres, tels Cernov, Savinkov (...)
  • 53 Paul Cambon (1843-1924) fut ambassadeur de France à Londres de 1898 à 1920.

84M. de Montholon que nous interrogeons sur les événements actuels, semble assez peu au courant et ses vues ne sont que celles d’un homme banal qui n’en sait pas plus que les journaux. Cet héritier d’un nom considérable et qui est premier attaché d’ambassade à Londres n’a vu de tout ceci que l’extérieur et il n’est pas assez peuple pour comprendre la révolution immense qui se prépare. Comme tous ceux de la carrière, il est peu sympathique aux mouvements populaires. Et quand nous lui signalons la nécessité de laisser passer en Russie certains socialistes révolutionnaires qui sont pour la guerre de libération52 dont nous lui donnons les noms, il est un peu effaré. Nous nous disons en sortant que tout de même, c’est un changement immense dans l’univers que ce fait très simple de notre entrevue, dans les circonstances présentes avec cet attaché d’une de nos plus grandes ambassades. Si nous avions parlé, Moutet et moi, ce langage autrefois, quelle eût été l’attitude de ce diplomate, grand seigneur, qui, il y a trois semaines, ne jurait que par le tsar, sa Cour et tous ceux qui dirigeaient l’Empire russe en trahissant leur patrie. M. de Montholon nous dit que M. Cambon53, absent, serait de retour à 7 h du soir et qu’il nous recevra dès son retour.

  • 54 Charles Dumas. Député socialiste, ancien chef de cabinet de J. Guesde.

85Nous rentrons avec Zizi Pouce à l’hôtel Waldorf où nous trouvons Mantoux, Comert et Charles Dumas54 et nous partons déjeuner dans le plus vieux restaurant de Londres Au Cheshire Cheese, dans un vieux cadre de plusieurs siècles, et où nous mangeons le steak traditionnel avec du riz, car il n’y a pas de pommes de terre en Angleterre ou peu. La conversation est menée par Comert qui nous demande pourquoi le parti socialiste a donné l’exclusion à Tardieu, son collègue du Temps dont il nous fait le plus grand éloge.

  • 55 André Tardieu (1876-1945), chef de cabinet de Waldeck-Rousseau, rédacteur du « Bulletin de l’étrang (...)

86Nous lui répondons : Tardieu55 est évidemment très intelligent et une réserve française indéniable. Mais, d’abord, avant la guerre, par sa tenue générale et par ses affaires en Asie Mineure et au Congo, il a été un des hommes qui ont préparé la guerre d’aujourd’hui. Il a voulu faire des affaires et c’est une mauvaise recommandation pour nous.

  • 56 Allusion aux revendications du gouvernement français concernant la rive gauche du Rhin ainsi que la (...)
  • 57 Le conseil national de la SFIO avait voté, le 14 juillet 1915, une déclaration définissant les cond (...)

87Depuis la guerre, il a changé, mais il faut qu’il choisisse entre deux politiques : ou bien il sera pour l’impérialisme, pour les conquêtes, et alors nous le combattrons, ou bien il sera pour une paix organisée, pour la Société des Nations et alors, qu’il le dise. S’il s’embarque dans les idées folles de la conquête du Rhin, de l’Asie Mineure56, des impérialistes français, rien à faire avec nous. Mais il a comme beaucoup de Français que nous combattions avant la guerre un grand rôle à jouer dans l’établissement d’une paix démocratique57 et alors il n’y a pas d’exclusion socialiste contre de pareils hommes, contre tous ceux, quels qu’ils soient qui adopteront et mèneront cette politique-là.

  • 58 Ce chiffre est fortement exagéré. Seuls quelques régiments prirent part, à Petrograd, au renverseme (...)
  • 59 Il s’agit du Soviet des députés ouvriers et soldats de Petrograd, créé le 27 février 1917 par quelq (...)
  • 60 Le titre exact du journal était Izvestia Sovieta Rabocih Deputatov (« Nouvelles du Soviet des ouvri (...)

88Après le déjeuner, je vais conduire Zizi Pouce à sa pension ; et avec Moutet, nous allons faire un tour dans Londres. À 7 h, nous allons voir M. Cambon. Un Russe que nous rencontrons à Londres, et qui est juif, nous dit : depuis deux ans, le peuple russe nous montre qu’il peut se diriger. Les juifs vont être libérés entièrement. On va proclamer en Russie les droits de l’homme et du citoyen. Les juifs sont les 3 % de la Russie ; leur émancipation est pour les Russes une nécessité politique et économique. Il faut que la Russie fasse tout de suite ses réformes. Choisir entre la victoire et les réformes est désormais anachronique puisque la Russie ne les séparera pas. Heureusement ; la France et l’Angleterre sont avec la Russie ; c’est pour nous, juifs, la garantie qu’aujourd’hui et demain le progrès nécessaire se fera en Russie et au point de vue de la paix internationale. À Petrograd, dit-il, 120 000 soldats58 ont pris part à la révolution. Aujourd’hui, excellentes nouvelles de Petrograd. Les soldats qui viennent de faire la révolution comprennent qu’on ne peut pas dissocier le mouvement de liberté du mouvement de lutte contre l’Allemagne impériale. Les hommes du comité des ouvriers et des soldats59 restent fidèles à leur idéalisme théorique, mais ils ont le sens du réel, et ne veulent pas, vis-à-vis des Allemands, être dupes de leur générosité. Tchkeidze, dans son journal Izvestia60 est pour la guerre contre le gouvernement allemand. Il est pour appeler le peuple allemand aux armes contre le Kaiser.

89Le rationnement anglais – Le gouvernement anglais a fait dire par les journaux qu’il serait désirable que les Anglais ne mangent que, tant de pain, tant de viande, tant de riz, etc., mais il a fait un appel tout moral et sans coercition d’aucune sorte à la population qui d’ailleurs, malgré qu’elle soit très gaspilleuse, se soumet aux suggestions du gouvernement.

  • 61 Historien et homme politique, I.N. Milioukov (1859-1943) fut le dirigeant du parti constitutionnel- (...)
  • 62 Après son abdication (2 mars 1917), Nicolas II et sa famille furent gardés en résidence surveillée (...)

90De 7 à 8 h du soir, chez l’ambassadeur Cambon. Il nous dit : À Petrograd, dites à Milioukov61 et aux révolutionnaires de respecter la vie de l’empereur et de sa famille. Le gouvernement provisoire a voulu l’envoyer d’abord au Danemark, mais on a pensé que c’était trop près. Ensuite on a eu l’idée de l’expédier en Angleterre. Les pourparlers étaient très avancés, mais le comité des ouvriers et des soldats s’y est opposé énergiquement. Depuis, ils sont dans leur palais, gardés à vue62. Il importe de leur laisser la vie et de ne pas les violenter.

  • 63 Prince de Saxe-Cobourg-Gotha (1861-1948), roi de Bulgarie depuis 1908, il dut abdiquer en faveur de (...)
  • 64 N. Radov (1864-1925) était le chef du gouvernement bulgare depuis 1914.

91Dites à Milioukov de n’avoir en aucune façon confiance dans les Bulgares : on raconte que Milioukov garde toutes ses illusions bulgarophiles ; or Ferdinand de Bulgarie63 est un roi, de la plus haute duplicité, un roi vicieux, analogue aux chefs d’État italiens du XVIe siècle. Pour celui-là, comme pour Constantin, seule la victoire le jettera à nos pieds. À cette heure, Ferdinand vit en Hongrie, loin de Sofia, attendant son heure ; et il faut que les Russes n’aient aucune confiance, ni en lui, ni en Radov64, ni en quelque Bulgare que ce soit.

  • 65 Éleutherios Vénizélos (1864-1936) à nouveau président du Conseil de 1917 à 1920.

92Nous avons accumulé les fautes en Grèce. Il n’y avait qu’à soutenir Vénizélos65 à fond. Vénizélos est le plus grand homme d’État de l’Europe actuelle, et nous avons tout gâté par notre ignorance et nos incertitudes et les relations de Briand avec George.

93Notre action par la presse est absurde. Il n’y a qu’une façon d’agir sur l’opinion, par la presse : c’est d’inonder le monde de dépêches, d’avoir un service de dépêches rapide, d’en inonder l’univers, à la façon allemande. Ils annoncent les nouvelles aussitôt qu’elles sont arrivées, même avant lorsque les faits sont en cours et ils se hâtent de dire qu’ils se tournent à leur avantage. De cette façon, ils ont forgé les convictions de l’univers en leur force invincible, et nous, nous n’avons rien su faire de semblable. Comme il est possible que la guerre ne puisse être finie cette année, l’entrée de l’Amérique dans la guerre va être excellente, leur or, leur industrie, leur armée nous seront précieux. Et il faudra que la paix prochaine contienne et elle le fera par eux, autre chose que des dispositions territoriales et économiques. Il faudra n’accepter les propositions de l’Allemagne pour l’armistice qu’à la condition expresse suivante : elle devra accepter elle-même, dès ce moment-là que nos conditions de paix seront agréées par elle.

  • 66 L’idée que les Russes étaient prêts à conclure une paix séparée se répandit en Europe après « l’App (...)

94Un Russe que je viens de voir m’affirme qu’il vaut mieux que le gouvernement provisoire reste à Petrograd au lieu d’aller à Moscou, car le milieu de Moscou, les moujiks, est très inférieur en intelligence à celui des ouvriers de Petrograd. Il y a d’ailleurs à Moscou autant qu’à Petrograd, des éléments pour la paix immédiate et séparée. Lorsque les Russes menacent de faire la paix séparée, on leur dit : Vous n’aurez aucun des bénéfices promis, ils répondent : Nous n’avons que faire de Constantinople66. On ajoute : Vous n’aurez plus d’argent ; ils répondent : L’Allemagne nous en donnera.

95La vraie réponse à leur faire c’est que si leur république est victorieuse, elle sera invincible et pourra pousser au bout des réformes politiques et sociales, mais si elle est vaincue, l’Allemagne ne pouvant la supporter près d’elle ramènera la réaction russe.

  • 67 Député du parti octobriste aux troisième et quatrième Doumas, A.D. Protopopov (1866-1918) fut minis (...)

96Protopopov67 avait acheté sa charge de ministre de l’intérieur par l’intermédiaire de Raspoutine. Il continuait d’avoir influence sur l’impératrice en lui disant que Raspoutine l’inspirait.

  • 68 Sir George Buchanan (1854-1924) fut ambassadeur de Grande-Bretagne en Russie pendant la Première Gu (...)

97Il n’est pas exact que Buchanan68 ait agi pour pousser la révolution russe. Elle est née spontanément et bien avant que les esprits avertis y comptaient. On pensait généralement qu’elle n’éclaterait qu’après la guerre.

  • 69 Avocat de formation, Alexandre Fedorovic Kerensky (1881-1970) fut un dirigeant du parti travaillist (...)

98Il n’y a vraiment dans le gouvernement provisoire que deux hommes d’énergie : Goutchkov et Kerensky69.

Lundi 2 avril 1917

99Nous allons voir les Russes qui sont ici à Londres en instance de départ pour la Russie :

  • 70 Il s’agit de I.I. Bunakov-Fondaminsky, membre du parti socialiste-révolutionnaire.
  • 71 N.D. Avksentiev (1878-1943), un des plus anciens dirigeants du parti socialiste-révolutionnaire, ét (...)
  • 72 Socialiste-révolutionnaire, N.A. Argunov (1866-1932) fut responsable du parti socialiste-révolution (...)
  • 73 Écrivain, B.V. Savinkov (1879-1925) était membre du parti socialiste-révolutionnaire. Après la révo (...)
  • 74 Militant menchevik, A.F. Staal (1880-1942) avait émigré en Grande-Bretagne depuis 1907. En juin 191 (...)
  • 75 A.S. Rubinspeiser (1872-1934), militant menchevik, eut des responsabilités dans les organisations c (...)
  • 76 N.A. Mokhrunov (1876-1932), militant menchevik, membre du Soviet de Petrograd en 1917. Émigre en 19 (...)
  • 77 V.L. Wassitch (1882-1935), militant menchevik, eut des responsabilités dans le mouvement coopératif

100Fondaminsky70 (révolutionnaire de Moscou) ; Avksentiev71 ; Lebedev, officier de l’armée française ; Argunov72 ; Onipko, moujik, ancien dép. Douma, révol. de Cronstadt, engagé Légion étrangère, trois blessures ; Savinkov73 ; Staal74 ; Rubinspeiser75 ; Mokhrunov76 ; Wassitch77 ; Moïssenko.

  • 78 Ancien bolchevik et ancien collaborateur de Lénine dans les années précédant la Première Guerre mon (...)

101Nous leur laissons 1 000 F pour leurs frais. Ils nous prient d’insister près de Henderson pour qu’on leur facilite le moyen de passer en Norvège. Ils nous prient en même temps de dire au gouvernement anglais combien les révolutionnaires russes verraient passer avec déplaisir Alexinsky78 à cause de ses relations avec Protopopov et son journal. Alexinsky ne passera pas.

  • 79 Ou « troudoviki ». Ce groupe, aile droite du parti socialiste-révolutionnaire, se constitua en part (...)
  • 80 Cette assemblée, trop à gauche pour le pouvoir tsariste, fut dissoute après cent jours d’existence (...)
  • 81 Cadets (de K-D, initiales russes de constitutionnels-démocrates) : membres du parti constitutionnel (...)

102Fondaminsky me dit que la révolution russe est aujourd’hui en bon train et que les élections à la Constituante donneront une majorité certaine aux socialistes et travaillistes79. Déjà à la deuxième Douma80, 200 socialistes et travaillistes avaient été élus, les deux cinquièmes de la Chambre. Cette fois, la majorité sera socialiste, car les Cadets81 seront balayés et les réactionnaires écartés entièrement Les ouvriers des villes nommeront des sociaux-démocrates et les paysans des travaillistes.

  • 82 La position des bolcheviks vis-à-vis de la guerre était en fait, dans les premières semaines qui su (...)
  • 83 Partisan du point de vue exprimé par les socialistes qui participèrent à la conférence internationa (...)

103Pour les paysans se posera tout de suite la question de la réforme agraire ; et il est probable qu’on ira jusqu’à la nationalisation du premier coup. Mais le paysan russe est patriote et les élections donneront des résultats favorables à la Défense nationale. Il n’y a de pacifistes qu’à Petrograd ; et encore est-ce parce que les partisans de Lénine étaient mieux organisés et qu’étant bien groupés, ils ont mené à quelques-uns le mouvement82. Mais cela peut changer rapidement. Déjà Tchkeidze qui était zimmerwaldien83 a modifié son point de vue au contact des réalités. Si par exemple il y avait d’ici quelque temps une offensive allemande, les choses changeraient tout à fait même à Petrograd.

104Vous serez bien reçus partout, nous dit Fondaminsky qui a été un des héros de la révolution de 1905 et qu’on appelait l’invincible. En ce moment à Petrograd, les éléments raisonnables, comme Plekhanov sont peu écoutés, et ils risquent de ne pas avoir l’oreille du peuple. Il est nécessaire de ne pas diminuer l’apport de la révolution, de déclarer qu’elle est primordiale et de la pousser aussi loin que possible. Si les extrémistes ont pu avoir quelque crédit c’est parce qu’ils apparaissaient comme décidés à ne pas arrêter la révolution, au contraire. Mais en faisant la part de cet état d’esprit, les éléments comme Plekhanov peuvent jouer un grand rôle.

  • 84 Israël Zangwill (1864-1926), écrivain célèbre et conférencier favorable à la cause sioniste.
  • 85 Independant Labour Party.
  • 86 Member of the Parliament : député à la Chambre des communes britannique.
  • 87 Révolutionnaire anarchiste russe, P.A. Kropotkine (1842-1921) avait émigré en Grande-Bretagne en 18 (...)

105A Londres, ont eu lieu trois meetings pour la révolution russe ; l’un, tenu dans le quartier qui a la plus grande salle, a eu 8 000 à 10 000 auditeurs. Zangwill84 y a parlé, Smilié, quelques ILP85, des MP86 libéraux et on a lu une lettre de Kropotkine87. Lloyd George a été violemment conspué. C’est tout l’élément pacifiste et juif russe de Londres qui était là, ainsi que les Irlandais. Les juifs russes de Londres ont jusqu’ici été épargnés par la conscription russe. L’Angleterre ne voulait pas livrer des réfugiés politiques au gouvernement russe. Mais voici la révolution ; ils n’ont plus aucune raison de ne pas s’engager, mais comme ils ne veulent pas être soldats, leur pacifisme est exaspéré et de là leur meeting de samedi à Londres.

106Nous allons voir Lucien Wolf, juriste, avocat à Londres. Il nous dit que l’Europe est aujourd’hui composée de deux sortes d’États, ceux de l’Occident, puis la Russie et l’Autriche-Hongrie. Tandis que les premiers sont des nations où tous les peuples sont fondus et uns, la Russie et l’Autriche ne sont que des juxtapositions de nationalistes. Pour y résoudre le problème des nationalités, ce n’est pas territorialement qu’il faut s’y prendre, mais il faut que chaque nationalité ait la liberté dans le pays. Ainsi, il ne suffit pas de dire : indépendance de la Pologne, car en Pologne, les juifs (2 millions) et les luthériens sont très maltraités par les catholiques ; ils sont aussi sectaires que les Russes contre eux. Et les Russes traitent mieux les juifs que les Polonais. Les Cadets sont odieux aux Polonais car ils ont pris la défense des juifs de Pologne.

107Puis dans les Balkans, comme en Russie, comme en Autriche, la question des nations ne se pose pas comme en Occident. Il y a eu par exemple, pour la Pologne, des adaptations depuis le partage et il serait très difficile de revenir entièrement sur le passé.

  • 88 Homme politique et économiste britannique, Sidney Webb (1859-1947) fonda la Fabian Society. Acquis (...)

108À 1h nous allons déjeuner au restaurant chinois de Londres, où nous mangeons la cuisine chinoise. Moutet croyait y trouver des Chinois révolutionnaires. Ils sont à Paris. De là, nous allons chez Henderson qui nous donne rendez-vous avec O’Grady et Will Thome et le Fabien Sanders pour demain mardi, 10 h. Sanders que nous voyons au cabinet de Henderson est un des intellectuels du parti Fabien et un ami intime de S. Webb88.

109Puis nous nous rendons dans les magasins, faire des achats. Je prends une casquette, des souliers forts, des caoutchoucs, des gants, sur les indications de Mme Lafont qui nous annonce que nous arriverons à Petrograd pour le dégel ; justement, à Londres, il a neigé cette nuit ; les rues sont d’une saleté repoussante, en raison du dégel ; nous pataugeons, nos souliers sont humides, et nous prenons une première idée de ce que sera le printemps russe.

110Fondaminsky me dit que avant la guerre, non seulement les commerçants, les industriels, les banquiers, les bureaucrates en Russie étaient allemands, mais que les étudiants allaient tous faire leurs études dans les universités allemandes où ils étaient mal reçus et traités avec mépris, mais que, malgré tout, on y allait. Au contraire, il ajoute qu’en France, tous les réfugiés, les intellectuels qui y sont venus, ont été très bien traités et que ce sera une chose excellente pour la France, demain, que tous ces réfugiés rentrent chez eux avec un souvenir reconnaissant de la France.

  • 89 Il s’agit des bolcheviks.

111Il me répète que notre rôle en Russie doit être très net. Il ne faut pas venir donner des conseils de modération dans la politique intérieure. Il ne faut pas que les minoritaires89 nous accusent de parler au nom du gouvernement. Mais il nous faut lier, rattacher, le mouvement révolutionnaire indispensable et qui aura à nous apprendre à nous-mêmes, au mouvement de Défense nationale.

  • 90 Henry Mayers Hyndman (1842-1921) dirigea après 1911 le parti socialiste britannique. Lors de l’entr (...)
  • 91 William Stephen Sanders (1871-1949) fut secrétaire de la Société fabienne de 1914 à 1920, et de 191 (...)

112Les Anglais qui viennent à Petrograd avec nous, sont : O’Grady, président des trades-unions anglais, du syndicat des ébénistes, catholiques irlandais, député de Leeds ; Will Thome, gazier, député d’un faubourg ouvrier de Londres, social-démocrate de la fraction Hyndman90 ; Sanders91, Fabien, qui connaît bien l’Allemagne où il a habité plusieurs années. Les partisans de Lénine sont les bolcheviks (Boelchevici).

Mardi 3 avril 1917

113Londres. 10 h, chez Henderson.

114Entrevue avec O’Grady, boiteux, et Will Thome et Sanders. Il est entendu que c’est pour demain, mercredi. Il faut être prêt demain matin, 11 h, hall de l’hôtel.

  • 92 Secrétaire de la IIe Internationale de 1905 à 1922, Camille Huysmans (1871- 1968) entreprit la lour (...)

115Nous trouvons Demeumemoester, de Bruges, qui nous pose une question tragique : Êtes-vous décidés à devenir protectionnistes avant la guerre ? Si les Français sont protectionnistes comme les Anglais sont disposés à le devenir, nous Belges, nous allons disparaître. De plus, il tient à réhabiliter Camille Huysmans92. Oui, dit-il, Huysmans veut causer avec les Allemands, mais causer avec les Allemands n’est pas leur tendre la main. Nous lui répondons qu’en tout cas, les partisans de la réunion immédiate de l’internationale se servent beaucoup de son nom et de ses initiatives pour nous accabler.

  • 93 Député socialiste allemand. Albert Sudekum (1871-1938) était un partisan de l’Union sacrée. Rédacte (...)

116On nous annonce ici que Sudekum93 et quatre socialistes allemands sont allés à Stockholm pour essayer de parler aux socialistes russes. En même temps, le professeur Schieman et le baron Vietinghov seraient allés aussi à Stockholm pour voir les réactionnaires russes.

117Les Russes nous donnent quelques renseignements sur Tchkeidze Nicolas (cinquante-quatre ans), Géorgien, culture énorme d’histoire et de science politique, élu à la troisième Douma qui avec Kerensky est aujourd’hui un des chefs les plus intelligents du Comité des ouvriers et soldats.

118Visite à Sénéchal et de Miollis, Kingsway I : ils me disent que des grèves nombreuses et multipliées sévissent en ce moment en Angleterre, particulièrement chez Wickers.

  • 94 William Pitt (1759-1806), Premier ministre anglais de 1783 à 1801, fut un ennemi irréductible de la (...)

1197 h, visite à Lloyd George dans la petite maison du Premier, si simple au milieu des autres ministères anglais. Nous allons lui demander de prendre lui-même en main la question des réfugiés russes. Il nous promet de faire rentrer tous ceux que nous lui avons indiqués, à savoir ceux de la liste Lafont aussi bien que de la liste Moutet, les uns et les autres représentant des idées diverses et des tendances opposées. Lloyd George nous dit : les juifs russes de Londres ne voulaient pas rentrer lors du tsarisme. Je ne puis pas les faire partir tous maintenant, c’est trop dangereux et je n’ai pas assez de navires. Il nous fait une très bonne impression de simplicité et de cordialité. Nous sortons. Il nous rappelle au moment où nous étions à la porte de sortie pour nous dire : « Vous savez, cette salle où je vous ai reçus, c’est celle où Pitt a essayé d’écraser la République française94. »

120Vous allez apprendre à une démocratie naissante les difficultés de la vie d’un gouvernement libre. Votre mission est très importante. Il s’agit de convaincre des gens qui pour la première fois goûtent à la liberté et qui en sont grisés, d’agir comme s’ils étaient nés dans un peuple libre.

121D’une conversation avec Fondaminsky et Lebedev : le servage fut aboli en Russie en 1861. Avec la liberté, les paysans obtinrent des terres dont ils devaient rembourser le prix à l’État, lequel devait payer les propriétaires fonciers. Les paysans reçurent de trois à cinq hectares chacun. Mais l’absence de progrès en agriculture et la progression du nombre des habitants provoquèrent chez les paysans une crise aiguë d’insuffisance des terres. Alors les propriétaires fonciers qui avaient conservé plus de 100 millions d’hectares de terres, les louèrent aux paysans à un prix exorbitant. C’est pourquoi en 1905, la révolution paysanne prit pour devise : l’expropriation par l’État des terres qui n’appartenaient pas aux laboureurs eux-mêmes. Cette devise était d’autant plus populaire que jusqu’en 1907 les quatre cinquièmes des terres appartenaient aux communautés paysannes. Ce n’étaient pas proprement des communes, au sens administratif français du mot. La commune, dans ce sens, n’existe pas en Russie : seuls existent des zemstvos, circonscriptions larges et dépourvues elles aussi de la plupart des prérogatives administratives de nos cantons. Les communautés paysannes partageaient périodiquement tous les dix, quinze ou vingt ans, la terre entre les familles, et chaque famille exploitait le lot qui lui était confié. Cet état de choses explique la mentalité paysanne russe : la terre doit appartenir à celui qui la laboure, la propriété privée de la terre est contraire à la justice sociale, seuls, l’État et la commune rurale doivent posséder la terre.

  • 95 P.A. Stolypine (1862-1911) fut président du Conseil des ministres et ministre de l’intérieur de l’E (...)
  • 96 Il s’agit de l’ukaze du 9 novembre 1906 et de la loi de la « réforme stolypinienne ». Permettant au (...)

122C’est ce qui explique le succès énorme des partis socialistes et travaillistes chez les paysans. Presque tous les députés paysans des deux premières Doumas appartenaient à ces partis. Après 1905, Stolypine95, pour essayer d’arrêter le mouvement paysan, édicta ses lois agraires96. Elles avaient pour but d’anéantir la communauté des terres et de créer une classe de propriétaires fonciers qui deviendraient conservateurs et s’opposeraient au mouvement révolutionnaire des paysans. Cette mesure a fait un mal énorme. Elle a divisé et démoralisé les paysans, mais elle n’a pas produit l’effet voulu. La masse paysanne est restée réfractaire à ces tendances, et elle est restée attachée aux idées radicales révolutionnaires et communistes. Il est probable que la révolution actuelle expropriera toute terre qui n’appartient pas aux paysans et qu’elle proclamera ces terres, propriété nationale. Sur les drapeaux de l’armée au front, la devise : Terre et Liberté !

Mercredi 4 avril 1917

  • 97 Journal bolchevik, fondé en avril 1912. Interdit en juillet 1913, le journal continua, sous divers (...)
  • 98 Révolutionnaire populiste, V.L. Burtsev (1862-1942) avait émigré en Grande-Bretagne, puis en Suisse (...)
  • 99 Militant bolchevik depuis 1904, M.S. Muranov (1873-1962) fut député bolchevik à la quatrième Douma. (...)
  • 100 Journal de tendance menchevik, ayant succédé, en juillet 1915, à Nasha Zaria. Dirigé notamment par (...)

123Londres. Visite au Ritz à Plekhanov et Hyndman. Hyndman se plaint avec amertume que chaque fois que les Français vont à Londres et en Angleterre, ils ne fréquentent que les gens de l’ILP en négligeant entièrement les autres camarades socialistes. Cela est très fâcheusement interprété en Angleterre car les Anglais qui savent le rôle pro-allemand de l’ILP sont étonnés que eux, amis de la France, soient négligés par les camarades français de passage. Hyndman nous fait promettre qu’à notre retour, nous irons le voir à Londres. Les Allemands vont constituer la Lituanie et la Russie blanche en un État indépendant. Le journal révolutionnaire La Pravda97 était pacifiste et dirigé par un agent provocateur que Burtsev98 a démasqué. Aujourd’hui, il est dirigé par Muranov99, retour de Sibérie. Un autre journal, Nache Delo100 (« Notre cause »), socialiste, est aussi pour la continuation de la guerre, garantie de la liberté russe.

  • 101 Si le séparatisme arménien était peu développé, vu la menace turque, le principal parti politique a (...)

1243 h, visite à Plekhanov, au Ritz. D’après Plekhanov, la question de Constantinople a été très mal posée par Milioukov. Le peuple russe tout entier est pour l’internationalisation, non pour l’occupation par les Russes de la ville. Quant à l’Arménie101, il pense qu’il faudrait lui demander son avis par un référendum sur son statut ultérieur.

  • 102 Allusion à « L’Appel du Soviet aux peuples du monde entier » du 14/27 mars 1917.

125Plekhanov ne croit pas que le danger zimmerwaldien soit bien grand. Les paysans sont très attachés à leur pays, comme ils l’étaient déjà en 1812 ; et ce qu’ils ont fait contre Napoléon, ils sont prêts à le faire contre le Kaiser. Sous la pression des événements, les membres du Comité des ouvriers et des soldats ont bien posé le problème : tant que les Allemands n’auront pas fait leur révolution, lutte nécessaire contre eux102.

126Il ne souhaite pas que les socialistes et les travaillistes arrivent trop tôt au pouvoir. Il n’admet pas, comme les extrémistes, que Milioukov ne vaut pas mieux que le tsar. Il pense qu’il faut agir avec beaucoup de prudence au point de vue politique, et asseoir solidement la république.

127Pour la question paysanne, il est contre la communauté des terres, forme primitive de la propriété. Il assure que plus les paysans sont intelligents et émancipés, plus ils sont partisans d’une possession personnelle des terres. Il demandera d’ailleurs aux sociaux-révolutionnaires de laisser de côté cette question qui divise, et de demander à la Constituante de décider elle seule. Pour l’expropriation des grandes propriétés foncières, il pense qu’il serait sage de les racheter. La Constituante française aussi racheta les privilèges des nobles ; puis la Convention vint ensuite qui annula les contrats de la Constituante. Mais à ce moment comme alors il faut gagner du temps, empêcher les divisions en face de l’ennemi et d’abord arriver à la victoire. Les ouvriers russes ont obtenu la journée de huit heures mais avec beaucoup de sagesse, ils ont admis le principe, et remis l’application après la guerre. Comment se tient l’armée ? Lloyd George affirme que dans certaines régions, dans certains dépôts, il y a un relâchement de la discipline qui va jusqu’à la désobéissance et parfois à la désertion. Et que les chefs militaires pourraient être influencés par ce fait. S’ils ne sont pas sûrs des réserves qui sont dans les dépôts, ils pourraient ne pas engager d’action décisive cet été, et ce serait très fâcheux. Mais ajoute Plekhanov, il faut être sur place pour juger des événements et même pour les connaître exactement. Plekhanov pense que nous avons le devoir de donner des conseils aux Russes, en raison de l’histoire de notre pays. Il faut se placer toujours au point de vue de l’internationale et de la réalité, et modérer les impatients. Pour lui, il sait qu’en arrivant là-bas, il apparaîtra comme un modéré, mais il pense qu’il faut dans l’intérêt du mouvement, braver certains mécontentements. Ce qu’il faut éviter avant tout, c’est d’être doctrinaire et de ne pas comprendre les réalités du moment. Pour lui, il n’a pas peur des Cadets, il souhaite de les voir diriger les affaires, car ils s’useront et l’heure des socialistes viendra alors ; mais il n’est pas souhaitable qu’elle vienne trop tôt, car ce serait alors les Cadets ou les Octobristes, ou pire encore qui reviendraient.

Samedi 7 avril 1917

  • 103 Le général Alexeiev (1857-1918), chef d’état-major en 1915-1917, devint commandant en chef des armé (...)
  • 104 Le général A.A. Broussilov (1853-1926) fut commandant en chef des armées du front sud-ouest en 1916 (...)
  • 105 Aujourd’hui Vilnius, capitale de la Lituanie.
  • 106 Il s’agit de la grande usine métallurgique de Petrograd (reconvertie dans les industries de guerre) (...)
  • 107 Grand quotidien libéral, fondé en 1895, proche des idées du parti constitutionnel-démocrate.

128Bergen. Arrivée à 8 h du matin par le fjord de 10 kilomètres, promenade toute la journée en ville par un soleil superbe, il n’y a de train que demain matin, dimanche. Parti le mercredi soir 7 h de Londres, arrivée à Aberdeen jeudi matin, 8 h. Sur le bateau Vulture on nous embarque à 10 h et nous y passons la journée séquestrés. À minuit, on lève l’ancre et on débarque samedi matin à Bergen après trente heures d’une traversée splendide par une mer d’huile. À bord, 50 Russes échappés des camps allemands par la Hollande, et qui chantent des chansons russes. Ils sont enchantés de rentrer dans leur pays libéré. Ils se plaignent surtout de leurs officiers russes qui même en captivité, les traitaient durement. On fait pour eux une collecte : 250 F. Avec eux, une dizaine de marins anglais faits prisonniers pour s’être battus contre un sous-marin dans les eaux danoises : ils ont demandé au bout de dix-huit mois de détention la faveur de retourner en Angleterre voir les leurs. On la leur a accordée sur leur parole qu’ils rentreraient en Norvège. Ils rentrent avec nous. Le reste de la troupe sur le navire se compose d’officiers français allant en Russie, au GQG et d’artilleurs allant dans les usines de munitions. La plupart y retournent pour la troisième ou quatrième fois. L’un d’entre eux, capitaine d’artillerie, nous dit qu’il a la plus grande confiance dans l’armée russe. Elle a eu à traverser toutes les crises : fusils et cartouches. Les Japonais les en ont sauvés. Puis une crise des canons de campagne. Elle est surmontée. Puis une crise des canons lourds. Elle n’est pas encore résolue. Et les retards apportés par la révolution les retarderont de plusieurs mois. Ils ont reçu très peu de canons du Japon. Mais, ajoute-t-il, si leur armée se tient bien, si elle conserve sa discipline, ils peuvent, malgré tout, faire des choses excellentes. Leur front n’est pas comparable au nôtre, il suffit qu’ils fassent rupture sur un seul point pour que les Allemands reculent. Leur état-major est honorable. Alexeiev103 veut malheureusement tout faire par lui-même. Ce qui s’est passé l’an dernier pour Broussilov104 a été une grosse perte. Il était entendu que Broussilov ne ferait qu’une démonstration, qu’une autre démonstration se ferait à Riga, et qu’une action avec 14 corps serait tentée à Vilna105. Or, quand on vit Broussilov réussir, on lui apporta toutes les troupes disponibles : on désorganisa toute la préparation ; et comme dans la circulation des troupes, par transport, les Russes arrivaient moins vite que les Allemands, ceux-ci arrêtèrent net l’élan de Broussilov. Le même officier d’artillerie marié à une Russe et qui connaît bien le russe, lui-même a vu la révolte de Moscou en 1915. Il était sûr que le mouvement était conduit par la police, que le sac des magasins étrangers, car on saccagea tous les magasins des étrangers, était indiqué par la police, laquelle est toute allemande. De même, dans la révolution de Petrograd, la police était restée la seule à la solde de l’Allemagne et la seule défense de l’ancien régime. Elle a agi avec brutalité contre les révolutionnaires qui le lui ont fait chèrement payer. Aujourd’hui, il n’y a plus de police à l’ancienne mode à Petrograd. Pour ce capitaine, le Russe est un rêveur, sentimental, poétique et bon, peu créateur, orgueilleux, xénophobe. Il ne peut pas réaliser lui-même le progrès, mais ne supporte pas l’étranger qui veut diriger dans l’industrie, le commerce ou l’action militaire. En Russie, 86 grands-ducs possèdent une quantité de terre égale à deux fois la France. Il faut que la révolution donne immédiatement satisfaction à certaines exigences matérielles des révolutionnaires, ouvriers et paysans. Le capitaine dit : les ouvriers russes sont arrivés à produire autant que les ouvriers français. Il y a un tiers des femmes dans les usines de guerre et on est satisfait du travail de tous, surtout ailleurs qu’à Petrograd, car Poutilov106 est très atteint par la propagande allemande : bien que les ouvriers y soient bien payés, les tourneurs ont 12 roubles comme en France et en Angleterre. Le Rousskov Slevo107 de Moscou, très bien attentionné, grand tirage.

129Sur le bateau, Ch. Dumas me raconte une conversation avec Lloyd George ; celui-ci lui a raconté que lorsque le gouvernement anglais envoya ses félicitations aux révolutionnaires russes, leur message contenait cette phrase : « Votre acte est le plus grand acte de toute la guerre. » Lorsqu’on soumit cette phrase au roi, il voulut qu’on la supprimât. Lloyd George lui fit dire que rien ne serait supprimé, et que s’il n’y avait pas eu une révolution en Angleterre, ce serait encore un Stuart qui serait roi. Ch. Dumas, d’accord avec Plekhanov pense que les Russes ne peuvent d’un bond nous dépasser. Pour stabiliser le mouvement, et éviter les à-coups, il pense qu’un suffrage avec représentation proportionnelle serait efficient.

130En arrivant à Bergen, nous allons voir le consul. Il est en même temps le consul de Grèce. Il nous prépare le voyage suivant :

  • 108 Ancien nom d’Oslo.
  • 109 Ville suédoise près de la frontière finlandaise.
  • 110 Ou Tomia. Ville frontière entre la Suède et la Finlande qui fait encore partie de l’Empire russe.

131Départ de Bergen : dimanche de Pâques 8 h 15. Arrivée Christiania108 : 10 h 20 le soir. Départ Christiania : le lendemain matin 7 h 25. Arrivée Stockholm : 9 h le lundi soir. Séjour Stockholm : mardi. Départ Stockholm : mardi 6 h. Arrivée : Haparanda109 : jeudi matin 8 h. Arrivée Toméa110 : jeudi 4 h après-midi. Arrivée Petrograd : vendredi 11 h soir

  • 111 Ministre de France en Roumanie depuis 1916.
  • 112 Capitale de la Moldavie, et en 1917 de la Roumanie, la plus grande partie du pays, y compris Bucare (...)

132Nous descendons à Bergen, sur le port, au Hopitset, un des rares hôtels qui restent depuis l’incendie de la ville. Il est archiplein. Nous y trouvons Lancien, député du Finistère, retour de Roumanie où il a rempli une mission médicale. Il nous dit : de Saint Aulaire111 est très mal vu du gouvernement libéral de Jassy112. Il n’est l’ami que des conservateurs germanophiles. Il n’a pas été voir les ministres à son arrivée, au lieu que le ministre allemand arrivé avec lui, a vu tout le monde. La Roumanie a une reine anglaise qui a des vues libérales. Elle rêve après la guerre de procéder à un partage des terres qui donnerait aux paysans la seule bonne partie du pays (saine et propre lorsque tout le reste est pourri) une force importante dans l’État. Lancien affirme que les Russes ne font rien pour les Roumains qui sont ravagés par la famine et les maladies ; les Russes ne les aiment pas : lorsqu’on leur dit qu’il faut leur venir en aide, ils n’y voient pas d’obstacle, ils promettent mais ne font rien.

133Lancien nous donne comme référence :

  • 113 Eugène Petit, docteur en droit, fut envoyé en Russie par Albert Thomas, en septembre 1916, comme re (...)

134Petit113, de la mission Thomas à Petrograd, juif marié à une juive russe, beau-frère du consul français à Kiev, lui-même juif qui est très aimable pour tous les Français de passage. Petit reste à l’hôtel de l’Europe.

135Margouliès (Vagseux),

  • 114 Le lieutenant-colonel Taffanel, ingénieur des mines de Lens, était chef adjoint de la mission techn (...)

136Taffanel114, ingénieur des mines de Lens, à Moscou.

  • 115 Paul Gravier était attaché à la mission française des munitions à Petrograd.

137Commandant Gravier115 : hôtel Astoria, pas de chauffage central, il a été pillé par les révolutionnaires parce que des officiers avaient tiré de l’hôtel sur la foule.

  • 116 Maurice Georges Paléologue (1859-1944), ancien directeur des Affaires politiques au Quai d’Orsay en (...)

138Lancien nous dit de Paléologue116, que la Douma de Pétersbourg a refusé de l’accepter comme citoyen de Saint-Pétersbourg.

139Le consul de France nous affirme que la déclaration de guerre des États-Unis à l’Allemagne, va rendre la vie très difficile à la Norvège. C’est l’Amérique qui la nourrissait et on se demande comment le pays va vivre désormais. La flotte marchande a disparu pour un un-cinquième. Et si l’on arme les navires c’est un casus belli avec l’Allemagne. La Norvège dit-il, n’aurait rien à craindre de pire que ce qu’elle supporte aujourd’hui, sauf les excursions de Zeppelias. Il ajoute que le nombre de cargos de charbon coulés est énorme, et que les Anglais renoncent à fournir la Norvège en charbon. Interrogé sur la cause du nombre élevé des ivrognes que nous avons vus dans les rues, ramassés par la police, le consul nous dit : c’est qu’on ne leur permet plus de prendre les liquides au verre. Alors ils les achètent en bouteilles et ils s’enivrent plus. Au reste, aujourd’hui jour de fête, samedi de Pâques, et le nombre des ivrognes est élevé les jours de fête.

140Les Norvégiens qui n’ont plus de charbon ont supprimé la moitié de leurs trains ; ils ont supprimé toutes leurs première et il faut voyager dans les trains bondés, souvent debout.

141Les hôtels de Bergen sont très rares : la ville a brûlé, il y a quelques mois : 400 maisons, en bois et en brique ont flambé, parmi elles, nombre d’hôtels, de sorte que jusqu’au soir, on ne peut nous promettre que nous aurons des lits, on nous en avait promis le matin, le soir, la convention ne tenait plus. À Bergen, j’ai fini par coucher dans une baignoire, et quel lit !

Dimanche 8 avril 1917

142Pâques – Christiania.

143Nous avons voyagé toute la journée, de Bergen à Christiania. C’est un voyage admirable. Nous arrivons à Christiania à minuit. On court au Grand Hôtel.

144Hourticq, avec Escoffier, sont à la gare, deux universitaires détachés pendant la guerre à la légation de Norvège.

  • 117 Député octobriste, président des troisième et quatrième Doumas, M.V. Rodzianko (1859-1924) dirigea (...)

145Hourticq m’explique que le Comité des ouvriers et soldats a déclaré qu’il était prêt à faire la paix avec l’Allemagne si celle-ci affirmait qu’elle ne voulait ni annexions, ni indemnités de guerre. Rodzianko117 avait cru devoir protester publiquement. Il ajoute que les Norvégiens étaient en pourparlers avec les Anglais pour que ceux-ci prennent leur flotte commerciale à leur compte, qu’elle voyagerait sous pavillon anglais, qu’elle pourrait ainsi s’armer et résister aux Boches. Les pourparlers ont échoué, mais on les reprend sur d’autres bases. En attendant, on a coulé hier, sept bateaux norvégiens. Il est vrai que les Norvégiens ont gagné beaucoup d’argent pendant la guerre. Ils ont une peur bleue des Allemands, redoutant non seulement les zeppelins, mais une invasion allemande qui les ruinerait et craignent que les Suédois ne se mettent en guerre contre eux du côté allemand. Ils sont cependant francophiles, très nettement. Nous nous occupons de cinquante Russes prisonniers qui n’ont plus un sou, et que nous faisons recommander au consul russe de Christiania.

146Dans le train, pendant le voyage, le commandant Bagneux nous parle du consul et du vice-consul de Moscou. Le premier, gâteux, morphinomane, le deuxième bossu, faisant des vers et de la littérature, mais ne s’occupant pas de la France. C’est une chose déplorable de voir ainsi la France représentée dans une grande ville comme Moscou. Bagneux nous dit que l’artillerie française est décidément supérieure à l’artillerie allemande. Elle l’a prouvé. 1°) Pendant l’attaque d’octobre à Verdun, 2°) Pendant l’attaque du 15 décembre à Verdun, 3°) Pendant les premiers jours de l’attaque sur la Somme. Elle a fait taire décidément l’artillerie allemande. Elle a plus de précision dans le tir et le tir plus rapide des Allemands n’est pas une chose si décisive.

  • 118 Karl Hjalmar Branting (1860-1925), dirigeant du parti socialiste suédois. Favorable à la cause de l (...)
  • 119 André Waltz était attaché militaire de France à Stockholm, et militant de la SFIO, spécialiste des (...)
  • 120 Johann-Henri (Comte) Bernstorv (1862-1937) fut ambassadeur d’Allemagne à Washington de 1913 à 1917, (...)

147Sur la révolution russe, il affirme que seuls les ouvriers de Petrograd ont retardé par l’arrêt du travail, la fabrication des munitions, qu’à Moscou, il n’y a pas eu plus de deux jours de grève, et qu’ailleurs, il n’y en eut pas du tout. Nous recevons de Regnault, le ministre de France à Stockholm, une dépêche nous disant qu’il nous attend mardi à déjeuner et que Branting118 et Waltz119 sont à Petrograd. On annonce que Bernstorv120 va aller en Suède pour mener l’action diplomatique.

  • 121 Cesare Battisti (1875-1916) est un socialiste italien, fondateur du quotidien Il Popolo (1900). Int (...)
  • 122 Philippo Turati (1857-1930) fondateur du parti socialiste italien (1893).
  • 123 Giovanni Giolitti (1842-1928), président du Conseil de 1908 à 1914, homme politique très influent, (...)

148Plekhanov nous dit : à la mort de Battisti121, Turati122 a dit : Battisti a fait son devoir d’Italien et de socialiste. Il avait à la Chambre, déclaré que si l’Italie avait été envahie comme la Belgique, il aurait été pour la guerre. Alors, et la solidarité internationale ? Il a dit, nous ne voulons pas la guerre car nous serions avec les bourgeois. Or, il est avec Giolitti123. Lorsqu’on a annoncé à la Chambre italienne la révolution russe, les socialistes officiels ont murmuré. Plekhanov nous dit que les ouvriers de Poutilov s’élèvent avec violence contre ceux qui en un pareil moment réclament de hauts salaires.

Mardi 10 avril 1917

149Stockholm. Voyage de toute une journée en troisième sur des bancs de bois, car en Suède, à cette heure, il n’y a plus de charbon, peu de trains, et aucune place de luxe. Arrivée à 11 h à Stockholm. Le ministre Thiébault est à la guerre avec sa légation, et Desfeuilles, l’organisateur d’une exposition de tableaux à Stockholm et Palmstierna. Branting et Waltz sont à Petrograd ; nous ne les y trouverons pas, car ils en reviennent et nous les croiserons en route. Dans le train, depuis la Suède, un terrain plat, pas un tunnel, de la neige qui reste jusqu’en fin avril, des sapins et des bouleaux, un paysage quasi finlandais et quasi russe, dit Mme Lafont.

150On discute alcool avec Lafont. Les Finlandais boivent beaucoup d’alcool. Au Danemark, les patrons ont fait la part du feu. Ils donnent pendant le travail une petite quantité d’alcool à boire aux ouvriers.

  • 124 Allusion au passage de « l’Appel du Soviet aux peuples du monde entier » (14/27 mars) où le Soviet (...)
  • 125 Journal du parti social-démocrate allemand. Durant la guerre, Vorwärts exprima le point de vue des (...)

151On nous dit que, en réponse aux propositions russes de faire la révolution à leur tour124, les Allemands ont répondu par l’organe de Vorwärts125 : oui, la république, soit : mais d’abord, parmi nos quatre millions d’électeurs socialistes, nombreux ne sont pas républicains, et les huit millions d’autres sont monarchistes. Or, nous ne voulons pas violenter la volonté du peuple allemand. Au reste, l’empereur vient de publier un manifeste contresigné par le chancelier où il déclare que dès la fin de la guerre, il donnera le libre suffrage universel et direct en Prusse. Les journaux allemands, comme le Vorwärts, déclarent que c’est un événement historique de grande importance ; les autres disent que le Kaiser est décidé à entrer dans la voie de la Nouvelle-Prusse, qu’il est pour la nouvelle orientation ; il va faire le royaume social, le royaume populaire.

  • 126 Journal du parti social-démocrate norvégien.

152Nous trouvons dans le train un Norvégien au départ de Christiania auquel nous demandons s’il sait l’allemand ; et sur sa réponse affirmative, le capitaine Bagneux qui sait l’allemand, le prie de nous traduire les journaux norvégiens que nous venons d’acheter. Dans le Social Democraten, une étude sur la révolution russe où il est écrit ceci126 :

153« Bien qu’ils habitent la même maison, il y a deux socialistes russes, les majoritaires, les minoritaires. »

  • 127 Il s’agit de Nicolas II, dernier tsar de la dynastie des Romanov.

154Les majoritaires (Lénine) disent : À bas la guerre à tout prix. Ils ont un journal : La Vérité ; ils luttent contre le gouvernement provisoire. Nous haïssons Lloyd George autant que Ferdinand, le Kaiser, et Briand et tous ces hommes autant que Romanov127 ; le seul problème est de libérer les prolétaires ; la guerre n’intéresse que les capitalistes. Dans sa peur de voir éclater chez elle les mouvements populaires, la bourgeoisie partout pousse dix fois plus fort son cri de guerre : à bas l’Allemagne.

  • 128 Il s’agit des mencheviks.
  • 129 Parti socialiste non marxiste, issu du mouvement populiste des années 1870-1880, ce parti fut, tout (...)

155Le groupe modéré (minoritaires)128 qui a encore la majorité dans les assemblées et conseils des ouvriers et soldats à Petrograd et à Moscou, a une autre manière de voir : il soutient le gouvernement dans l’application de son programme et pour la nomination d’une Constituante. Le programme à bas la guerre est une impossibilité. Il faut la paix sans annexions. Tant que l’Allemagne tient à son point de vue de conquête, la guerre est nécessaire. Et c’est là aussi le point de vue des socialistes-révolutionnaires129.

156Le journal de Lénine insiste surtout sur la récente obtention de la journée de huit heures. Elle a été accordée aux ouvriers par une entente directe avec les patrons. Lénine et son groupe veulent faire appel au pays ; ils organisent de la propagande orale et écrite, font appel aux adhésions, aux cotisations. En ce moment, les huit heures sont requises dans les usines privées de Moscou et Petrograd ; les usines de guerre les appliquent aussi. Dans chaque usine, il y a un tribunal d’arbitrage et une commission ouvrière.

157Le gouvernement a décidé le monopole des céréales, la confiscation des grosses entreprises industrielles, porcelaines, verreries, tissages.

  • 130 Quotidien du parti constitutionnel-démocrate, édité à Saint-Pétersbourg depuis 1906 et dont le réda (...)

158Un nouveau parti républicain démocratique est en formation. Il aura un journal La République. Aujourd’hui, le journal de Milioukov, c’est la Retch130, la parole.

  • 131 En russe. Delo Naroda. Quotidien du parti socialiste-révolutionnaire, édité à Petrograd depuis le 1 (...)

159Il se crée de nombreux journaux. Ils poussent comme des champignons. Le parti socialiste révolutionnaire a son journal La Cause populaire131. On y proclame que seule une république démocratique est possible pour empêcher tout retour de la réaction, contre les puissances ténébreuses.

  • 132 Il s’agit du journal plus connu sous le nom d’Izvestia. Cf. supra.

160On vient d’enterrer à Petrograd les 1 200 victimes de la révolution. Les journaux disent que ces victimes n’ont pas eu le bénéfice de voir le résultat de leurs efforts. Désormais, au lieu d’etre un poids pour le socialisme international, le socialisme russe sera pour lui un excitant et un stimulant. Un nouveau journal vient de se fonder Les Nouvelles des ouvriers et des députés-soldats132 (minoritaire). Il défend le point de vue du Comité. « Nous ne pouvons pas traiter avec Guillaume et son gouvernement, mais tous les prolétariats doivent s’entendre pour faire pression sur leurs gouvernants, cl imposer leurs conditions de paix. »« Tant que les gouvernants allemands menaceront la révolution russe, la paix est impossible. Nous ne pourrons conclure la paix qu’avec le peuple allemand, lorsqu’il aura obligé son gouvernement à déposer les armes. »

  • 133 En russe Rabotchkaia Gazeta, quotidien menchevik, édité à Petrograd du 7 mars au 30 novembre 1917. (...)

161Un autre journal Le Journal des travailleurs133 défend le point de vue zimmerwaldien.

162Le Norvégien qui nous a traduit toutes ces nouvelles revient d’Allemagne. C’est un social-démocrate ; il dit : vous ne les aurez pas par la faim. Quel malheur que Français et Allemands ne se soient pas entendus ! Ils seraient les peuples les plus puissants de la terre. Nous lui répondons : mais nous ne voulons pas être les plus puissants. Nous voulons faire la guerre à la guerre. L’idée de puissance est éloignée de notre esprit. Ce Norvégien est très frappé de la force allemande, et même chez les prolétaires, cette idée est très ancrée.

163Les Russes disent : après la réflexion, on pardonne. Et une des faiblesses de l’armée russe, dit Bagneux, c’est sa bonté, son manque de cruauté vis-à-vis d’un ennemi cruel.

  • 134 Raoul Labry était membre de l’institut français de Petrograd.
  • 135 V.V. Vodosov (1864-1939), journaliste et homme politique russe. Populiste, plusieurs fois arrêté et (...)
  • 136 A.L. Stekonov (1865-1929), homme politique et journaliste, membre du parti travailliste.
  • 137 I.G. Ceretelli (1881-1959) fut un des membres les plus influents du Comité exécutif du Soviet de Pe (...)
  • 138 N.S. Rusanov (1859-1942) publiciste socialiste-révolutionnaire, membre du comité de rédaction de De (...)

164À voir à Petrograd : Labry134, instituteur français, Vodosov135, professeur de droit, travailliste, Stekonov136, membre du Comité ouvrier et soldat, Ceretelli137, deuxième Douma avec le gouvernement provisoire, Rusanov138, social-révolutionnaire, avec le gouvernement provisoire.

  • 139 Baron Erik Palmstierna, ancien officier de marine et député libéral, puis social-démocrate en 1910, (...)

165Palmstiema139 nous dit qu’en ce moment, le gouvernement conservateur de Suède est neutre et n’est pas pour les Allemands ; que pour les élections d’automne, la gauche va gagner la majorité.

166Sudekum est venu à Stockholm voir les activistes ; Branting lui a envoyé un article dan le Social-Democraten, très violent.

167Palmstiema nous donne sur la révolution russe, des nouvelles très rassurantes et sur l’état intérieur de l’Allemagne, quelques précisions pour montrer leur impossibilité de tenir économiquement, bien que leur force militaire soit énorme. Il nous annonce en même temps que les républicains sud-américains sont à la veille de se lever contre l’Allemagne.

168En Suède, il n’est pas question de la langue française ; on ne voit qu’allemand et anglais, allemand surtout ; mais nulle part on ne parle français ; dans les établissements publics, toutes langues, sauf le français.

169Visite à l’exposition de peinture organisée par Desfeuilles et placée au musée même de la ville. Il y a eu 7 000 visiteurs.

Mercredi 11 avril 1917

  • 140 L’université d’Uppsala, fondée en 1477, était la plus ancienne et la plus prestigieuse de Suède.

170Stockholm. Déjeuner à l’ambassade M. Thiébault. Avant le déjeuner, nous allons au musée de Stockholm où est l’exposition des impressionnistes français organisée par Desfeuilles. Le choix des tableaux est admirable : les visiteurs très nombreux ; le succès énorme. Puis Palmstiema nous mène à l’exposition des impressionnistes norvégiens, tous disciples des Français mais quels disciples ! Les femmes de bourgeois de Stockholm viennent voir tous ces nus et s’excitent, et déclarent qu’elles n’y veulent pas venir avec leurs maris. Mais des deux expositions, la nôtre est tellement supérieure qu’il n’y a pas de question. On y trouve Lucius, le ministre allemand. Au déjeuner, le ministre de France nous explique que dans le milieu de la Cour et de l’aristocratie qu’il est obligé de fréquenter, la haine de la France, la passion pour l’Allemagne sont parallèles et également fortes. De même pour toute l’université suédoise, surtout celle d’Uppsala140. En 70, l’influence française était ici si énorme qu’à Sedan les étudiants firent une manifestation au consulat prussien. Mais aujourd’hui, tout est différent, tout est allemand ; le peuple suédois dit-il, n’est pas très ouvert, et il a besoin d’un guide. Jadis, ce furent les Français, aujourd’hui ce sont les Allemands. Il n’y a ici que le peuple avec nous. La lutte contre l’alcool en Suède a été très énergique, la race en a été en trente ans entièrement transformée.

171L’immoralité est grande en Suède malgré l’hypocrisie, la pédérastie et les vices allemands, très développés ; et cependant, la haute société déclare que les Français sont corrompus et que c’est de l’Allemagne seule que viennent tous les bienfaits de la civilisation et de la culture.

172On accuse ici le ministre anglais qui est très fin et très intelligent d’avoir fait tomber l’ancien gouvernement conservateur suédois. C’est inexact. Le fait, c’est que le nouveau gouvernement est favorable à l’Entente.

173Nous voyons le ministre anglais et le ministre russe. Nous leur signalons les imperfections de Bergen pour le passage des prisonniers et des émigrés russes.

174Les voyageurs qui reviennent de Russie sont rassurés sur l’avenir de la révolution. Le ministre russe me dit qu’il n’est pas républicain, mais que comme il faudrait aller prendre des rois dans la famille des Romanov parmi les grands-ducs, il faudra se résigner à la république. Il ajoute que de ses renseignements sur l’Allemagne, il peut affirmer qu’en octobre, la guerre finira par une révolution en Allemagne ; il y aura à ce moment la perspective d’un nouvel hiver impossible à envisager pour eux, une fatigue extrême, des morts de faim et de privation, un dégoût extrême et des troubles intérieurs. Pourvu que chez nous et chez les Russes, on tienne, il y aura à ce moment-là la fin heureuse de la guerre. Il dit à Mme Lafont que Protopopov avait préparé la révolution russe pour le début de 1917 à Petrograd et qu’il avait 5 000 policiers et 500 mitrailleuses pour la conjurer. Il avait fait rentrer des sociaux-révolutionnaires et malgré tous ses préparatifs, il fut débordé par l’autre, par la vraie, qui l’emporta. Il pense qu’après la guerre, en dix ans, si l’Entente le veut, elle aura supplanté l’Allemagne en Suède ; la France qu’on n’y voit plus n’aurait qu’à se montrer pour reprendre une place énorme dans le pays.

175Nous nous embarquons à 6 h pour les quatre-vingts heures du voyage de Petrograd. L’exposition d’art français a réussi excellemment. Après la guerre, il faudrait ouvrir à Göteborg et à Stockholm des expositions de meubles, de robes, de modes, d’ornementation d’intérieurs, de tout ce qui est la force de la France, et des joailleries et des choses de cette sorte ; on aurait un succès considérable. Pour le moment, nous n’avons qu’un agent consulaire suédois à Göteborg, 210 000 habitants, ville d’un avenir immense, qui a un consul général anglais et trente-six employés et sera reliée après la guerre par un ferry-boat à l’Angleterre. Göteborg aura une exposition en 1920 ; il faudrait que nous y soyons représentés.

176De plus, il y a une forte émigration suédoise en Amérique, car le peuple est pauvre. Il serait bon de canaliser chez nous cette main-d’œuvre excellente après la guerre.

  • 141 Constantin Ier, roi de Grèce (1868-1923) essaya de maintenir la neutralité de son pays pendant la P (...)

177Le roi de Suède est très frappé par les événements de Russie. Il est bête et redoute que les Alliés le traitent comme Constantin141.

178À Uppsala, toute l’université est germanophile, le fils de l’archevêque est engagé dans l’armée allemande. Desfeuilles leur fait servir des abonnements à nos journaux scientifiques qu’ils ignoraient absolument.

179Sudekum est venu récemment à Stockholm sous prétexte de faire une réunion sur les habitations ouvrières. Branting lui a signifié qu’il était indésirable pour les socialistes suédois. La réplique de Sudekum à Branting a été renvoyée au Social-Democraten qui a refusé de l’insérer. Branting a répondu par une note violente contre Sudekum.

180La Suède est immense. Si on rabattait le cap Nord avec le sud de la Suède comme charnière, le Nord toucherait le Maroc. Au-dessus de Stockholm, pays pauvre, forêts. Au sud, riche, plat, gras. Au sud extrême, pays analogue au Danemark.

Mercredi 11 avril 1917

181De Stockholm à Haparanda, trente-six heures.

182La neige tombe et nous roulons à travers le paysage tout blanc, dans des forêts de sapins et bouleaux.

  • 142 Aile modérée des socialistes révolutionnaires dirigée par Pesekhonov. Les populistes estimaient qu’ (...)
  • 143 Organisation socialiste juive, fondée en 1897, d’obédience social-démocrate, comptant de nombreux m (...)

183Plekhanov vient dans notre compartiment et nous causons de l’unité socialiste russe nécessaire. Déjà les journaux nous apprennent que les socialistes-révolutionnaires, les travaillistes, les populistes russes ont décidé de s’unifier142. Il faudra aussi que les sociaux-démocrates fassent le même effort. De plus, nous apprenons que le Bund va tenir un congrès à Petrograd, le 16. C’est l’organisation des socialistes juifs. Et la conversation tombe sur les juifs et la guerre. Les juifs attendent de la guerre leur libération politique complète. Tous les socialistes et les libéraux la leur accorderont. Pour nous la solution, elle est dans une assimilation des juifs avec les éléments du pays. C’est la thèse des droits de l’homme. Mais pour les sionistes, c’est très différent. Et pour de nombreux, très nombreux juifs, ils désirent au moins qu’on leur laisse la faculté, en Russie, en Pologne, en Galicie, de se constituer en État dans l’État, avec sa langue, ses coutumes et des dispositions légales particulières. De même que dans le parti socialiste russe, il y avait un Bund143 dont les membres pouvaient faire partie du parti social-démocrate, ce qui signifie qu’ils appartenaient à deux organisations, de même de nombreux socialistes du Bund veulent que dans la Russie libre, les juifs puissent d’abord bénéficier des libertés générales, puis avoir un statut spécial aux juifs. Ce qui sera impossible et ce qui serait funeste aux juifs eux-mêmes, car, surtout en Russie, ce serait favoriser l’antisémitisme. Dès Nabuchodonosor, le même problème se posait à Babylone. Il y avait des juifs qui voulaient s’assimiler avec les gens de la ville, d’autres qui voulaient retourner à Jérusalem.

184Bref, les juifs doivent comprendre qu’aujourd’hui, ils sont une race, non une nationalité, et qu’ils devront se contenter des droits courants des pays dans lesquels ils vivent. S’ils veulent plus, s’ils veulent constituer un Etat dans l’État, et réunir par-dessus les nations une Internationale en face de l’autre, le socialisme ne pourra pas les suivre.

  • 144 Leo Deutsch (1878-1931), militant social-démocrate, menchevik, vécut longtemps en émigration à Lond (...)

185En passant à Londres où il séjourne, Deutsch144 a été vu par Dumas. Deutsch quoique juif est dans nos idées de la façon la plus absolue. Il va venir à Petrograd. Il a été six fois condamné en Sibérie ; il est resté vert et actif. Il complétera Plekhanov qui physiquement est très fatigué et ne peut que donner d’excellentes directions morales et politiques, mais ne peut aller et venir avec facilité.

186Plekhanov nous dit qu’il sera excellent que nous allions au front causer aux soldats qui pourraient interpréter la révolution dans le sens anarchique. Il faut aller leur dire que la discipline est une nécessité plus grande que jamais ; que la liberté, c’est l’ordre et qu’il ne faut pas la prendre en un sens enfantin et naïf.

  • 145 Ce comité avait été formé à Petrograd à la fin du mois de mars 1917, après qu’eurent été créés de n (...)

187Nous lisons dans les journaux russes que nous trouvons en route, trois faits : 1°) Les paysans, dans certains districts, donnent pour rien aux intendants militaires, le blé nécessaire à la troupe. 2°) Les invalides de la guerre, les mutilés s’offrent au gouvernement pour aller renseigner les paysans éloignés des centres sur les événements de la révolution et sur la nécessité de la république et de la guerre. 3°) Que le Comité des officiers145 s’est offert à collaborer avec le Comité des ouvriers et des soldats pour aider le gouvernement dans sa tâche de défense nationale. Les Anglais interrogés par nous déclarent qu’ils sont pour expulser les Turcs d’Europe et pour donner Constantinople aux Russes.

  • 146 Cet appel fut lancé à l’occasion du congrès du mouvement coopératif qui se réunit le 30 mars 1917. (...)

188Appel du Comité central des coopératives146 à toutes les Unions et comités coopératifs de Russie :

189« Camarades,

190L’heure est venue d’agir avec vigueur. Nous devons nous charger d’assurer l’alimentation de la patrie. Nous faisons appel à la Russie agricole. Nous lui demandons du pain pour l’armée, pour les villes, pour les gouvernements du Nord. Vous devez diriger dans les villages toute votre force de propagande pour les amener à fournir du pain. Ne perdez pas de temps ! Si, au moment du dégel, il n’y a pas dans les gares et les débarcadères, des réserves suffisantes de blé, la cause de la liberté courra un péril grave. Notre patrie est en danger. » (1er avril.)

  • 147 Membre de la Commission militaire française en Russie. Dans ses rapports au gouvernement français, (...)

191Le colonel Rampon147, officier français détaché à l’état-major russe m’analyse l’état de l’armée russe en ce moment. Soldats excellents que l’on a sacrifiés pendant la guerre sans compter. Officiers très insuffisants et ignorants. État-major bureaucratique, pas d’officiers de liaison, artillerie très insuffisante, aviation presque nulle.

192Les Allemands qui savent cela ont fait des tranchées excellentes, bétonnées, des abris très sûrs, cent mètres de fil de fer barbelé sur tout le front, et ils ont préposé à la garde du front russe un nombre d’hommes restreint ; derrière le front, des réserves qu’on peut transporter très facilement, car ils ont développé beaucoup leurs moyens de transport. Les Russes ont des tranchées très insuffisantes, des fils de fer insuffisants. Lorsque le colonel Rampon leur a révélé les méthodes scientifiques de combat français, la préparation méthodique, montée comme un rouage d’horlogerie, ils ont d’abord réagi, ils n’aiment pas dans leur fierté recevoir la leçon. Il a demandé qu’on envoie en France des officiers russes nombreux pour apprendre la guerre ; on ne lui en a accordé que très peu.

193Mais, lui ai-je dit, le résultat, c’est que les Russes ne sont pas prêts et qu’ils ne seront pas prêts cette année.

194Réponse : d’abord il est possible que faisant un gros effort sur un point donné, faisant une concentration de feu énorme sur un espace restreint, ils puissent arriver tout de même à faire pression. Tout au moins, ils retiendront de grandes quantités d’hommes. Puis, les Allemands qui sont très bien renseignés sauront que leur préparation s’améliore ces temps-ci ; ils savent qu’elle va s’améliorer encore, qu’ils ne pourront plus compter sur une paix séparée, seront plus raisonnables et plus conciliants lors de la conversation.

195Lorsqu’on a affaire à des Russes dit Rampon, il ne faut pas oublier que ce sont des Orientaux rêveurs, sans précision, sans méthode ; qu’ils sont ignorants et fiers, et que leurs classes dirigeantes sont faibles. Ils n’ont pas de classe moyenne.

196Silber, agent de la Wireless Press (TSF). C’est l’agence Marconi qui va remplacer Reuter à Londres.

Jeudi matin 12 avril 1917

197Arrivée à Tornéa. Les traîneaux. Le drapeau rouge sur le sommet de la gare. Tous les soldats et les douaniers ont la cocarde rouge. C’est à la douane finlandaise d’abord que nous passons. Émotion des Russes comme Plekhanov rentrant depuis trente ans dans sa patrie.

  • 148 Chiffre approximatif. Les deux tiers de ces délégués étaient en fait des soldats élus à raison d’un (...)

198Le consul anglais dit à nos amis anglais que le Comité ouvrier se compose de 3 000 membres très désordonnés et que l’Assemblée est très chaotique, que chacun y veut commander148. L’officier de service dit à Plekhanov que l’armée commence à être fort mécontente de l’attitude des ouvriers qui ne travaillent pas et passent leur vie à faire des manifestations. Ici même, les copistes de la chancellerie russe ont décrété la journée de cinq heures. Les soldats, après avoir voté pour leurs officiers, décident, le lendemain, de ne plus leur obéir. À Tornéa, dans la petite auberge de la gare, Branting arrive. Voici son impression sur Petrograd :

« Il vient de se produire un très grave événement qui a été dangereux. Le Comité des ouvriers et soldats avait pris une décision aux termes de laquelle le gouvernement devait déclarer tout de suite ses buts de guerre, renoncer lui et l’Entente à toute idée de conquête et d’annexion et d’indemnités, et à ouvrir des négociations immédiates de paix. »

  • 149 Il s’agit de « l’Appel aux peuples du monde entier » paru dans les Izvestia du 14/27 mars 1917.

« Le gouvernement a donné un manifeste où il renonce aux buts de conquête ; mais il déclare que la patrie est en danger, qu’il faut se défendre contre un ennemi dangereux, qu’il faut concentrer ses forces, qu’il faut que les Alliés tiennent au grand principe que les peuples doivent disposer d’eux-mêmes. C’est une grande victoire socialiste149. »

« Les Russes n’ont pas de compréhension des événements. Ils n’ont pas assez de tact vis-à-vis du gouvernement. Malgré cela, mon impression est que le comité ne veut pas renverser le gouvernement, mais le pousser de plus en plus en avant. »

199Branting pense sur le point des buts de guerre que les Alliés devraient d’ici quelques semaines donner un nouvel avis sur leurs buts de guerre, différent du premier.

  • 150 Elles eurent lieu au Champ-de-Mars et furent l’occasion d’une grandiose cérémonie en l’honneur de l (...)

200800 000 personnes ont assisté dans l’ordre le plus parfait aux funérailles des révolutionnaires, victimes de la révolution150.

  • 151 Il s’agit du Soviet de Petrograd, installé dans des salles du palais de Tauride, où siégeait égalem (...)
  • 152 Il s’agit du Comité exécutif du Soviet de Petrograd. Ce Comité comptait en fait 32 membres au début (...)

201Il y a à la Douma, l’assemblée des 1 500151, ils y mangent, ils y couchent, ils y parlent. On y a l’impression d’une commune révolutionnaire. Puis ils ont élu un Conseil des 50152, qui comprend des représentants de toutes les anciennes fractions socialistes russes. Les partisans de Plekhanov et socialistes-révolutionnaires, et travaillistes et populistes y sont en majorité sur les Bolchevici. En fait, tous sont partisans de la paix, pas un seul, de la paix séparée ; tous veulent que la guerre finisse au plus vite, mais ils veulent une paix juste. Leur illusion, c’est de penser qu’en Allemagne, la répercussion de la révolution russe va être grande et immédiate.

  • 153 Hugo Haase (1863-1919) et Georg Ledebour (1850-1947) sont des députés sociaux-démocrates allemands (...)

202Haase et Ledebour153 ont envoyé un télégramme par l’intermédiaire de Branting, aux révolutionnaires russes. Ils félicitaient la révolution, espéraient pour l’Allemagne des répercussions mais ne parlaient pas de la paix.

  • 154 Frederick Borgbjerg, socialiste danois, collaborateur du Social Democraten, avait pour mission de t (...)

203Les majoritaires allemands ont envoyé en Russie, un représentant, le député danois Borgbjerg154, directeur du Social Democraten. Il a été retenu jusqu’à présent à la frontière suédoise : les Russes refusent de le laisser entrer ; nous allons demander qu’on lui accorde l’autorisation.

204Dans le Comité des ouvriers et paysans, ce qui manque, c’est la connaissance de ce qui se passe en Europe, et surtout en Allemagne et c’est aussi le sens des réalités. Les socialistes de la majorité eux-mêmes, bien que faisant un effort en ce sens, sont encore très rêveurs. La défaite de Rockhoda montre que les espérances fondées sur la répercussion de la révolution en Allemagne étaient vaines. Quant à la minorité, les bolchevichi sont dans les nues tout à fait. On dit qu’on répand la Pravda gratuitement. Ils vont faire un congrès de soixante villes. Il n’y a nulle part de menaces réactionnaires, cependant, on parle de pogromes. Kerensky se plaint de la situation alimentaire. Il se plaint aussi que les querelles entre le gouvernement et le comité fassent perdre le temps précieux. On dit que Lénine et de nombreux socialistes de l’étranger ont obtenu des laissez-passer par l’Allemagne. Ils disaient même qu’on en donnerait aussi à Plekhanov qui est avec nous. On les fait passer par le Danemark.

  • 155 L’écrivain russe Alexis Maximovitch Pechkov, dit Gorki (1868-1936) défendait dans le journal dont i (...)

205Gorki155 a dit à Branting : « Si les choses sont ce que vous me dites, il faut continuer la guerre. »

206À Tornéa, quand les gendarmes russes sont partis, il n’est resté pour organiser la gare et les passeports que l’officier français qui sait le finnois et le consul anglais ; seuls, ils dirigent toute la maison.

207Les mœurs des buffets de la gare : on paie 1, 75 rouble et on va sur la table commune se servir de tous les plats qui y sont étalés.

  • 156 Albert Thomas (1878-1932) avait été envoyé une première fois en Russie en mai 1916. Il repartit en (...)

208On parle ici d’A. Thomas156 comme ambassadeur en Russie.

Vendredi 13 avril 1917

209Arrivée à Petrograd à minuit. Foule énorme à la gare, musique, Marseillaise, drapeaux, soldats, milices, pour recevoir Plekhanov. C’est très émouvant. Plekhanov me dit qu’on lui offre une place dans le ministère et me demande mon opinion. Je lui conseille d’accepter, et lui rappelle le mot que vient de me citer un socialiste-révolutionnaire qui ne l’aime pas : « La révolution avait besoin d’un guide moral, Plekhanov sera ce guide. Grâce à lui, la révolution est sauvée. »

210À la gare nous attend de Chambrun, attaché d’ambassade qui nous invite à 10 h le lendemain matin, à l’ambassade et à 1 h pour déjeuner chez Paléologue. Il nous annonce que nous sommes les hôtes de la municipalité de Petrograd et du gouvernement à l’hôtel de l’Europe où nous conduit une voiture municipale.

  • 157 Port sur le golfe de Finlande, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Petrograd.

211Au-devant de nous, vient à Viborg157 le commandant Gravier et au-devant de Plekhanov, de nombreux socialistes qui nous donnent des renseignements sur les événements de Petrograd.

212« Ce qui a fait la révolution, ce sont les grèves multiples qui se développaient à Petrograd depuis plusieurs jours, depuis le 23 février. La police commençait à se montrer brutale, mais contre elle se dressa la garde et ses cosaques : bataille rangée entre la garde et la police pendant deux jours : un cosaque décapite un commissaire de police d’un coup de sabre.

  • 158 Les soldats des régiments Pavlovski, Preobrajenski et Volynski, se mutinèrent le 27 février 1917. C (...)

213Environ 300 morts et de nombreux blessés. Le commandant de Petrograd, Kabalov, voulait avec 14 canons et des munitions, canonner de l’Amirauté la perspective Nevski mais on lui a téléphoné que des régiments158 se révoltaient, qu’ils avaient pris Pierre-et-Paul et il se rendit à la Douma pour se livrer. En 1905, c’était toute la Russie en révolution, et ce fut sanglant ; cette fois, il n’y eut que Petrograd qui fit la révolution et ce fut assez peu sanglant. La Douma avait reçu ordre le 27 février, de se dissoudre. Elle refusa. Rodzianko, entouré, est sommé malgré ses opinions monarchistes de se déclarer pour la révolution. Après une demi-heure de réflexion, il dit : je suis à vous. Un comité de 12 membres, le Comité exécutif de la Douma, l’entourait, le Comité nomma les ministres. Un seul hésita : Kerensky. Il accepta enfin, puis vint au Comité des ouvriers en disant : « Voilà ce que j’ai fait : si vous n’êtes pas satisfaits de moi, tuez-moi ici. » Il fut acclamé. Ce qui fait la valeur de Kerensky, c’est sa personnalité très pure. C’est lui qui a évité les chocs sanglants.

214Le Comité ouvrier fut d’abord très bien inspiré. Il comprit que sociologiquement et psychologiquement, cette révolution devait être bourgeoise et il se donna comme mission de contrôler le gouvernement pour qu’il ne laisse pas se développer une contre-révolution. Mais aujourd’hui, il compte beaucoup de démagogues qui ont failli tout perdre. Toutefois, la crise semble conjurée. Aujourd’hui même, le congrès des Comités des ouvriers et des soldats de soixante villes russes vient de décider à une énorme majorité la guerre défensive. Et un fait important pour Poutilov vient de se produire. Un colonel d’infanterie de marine est venu à Poutilov avec son régiment et, s’adressant aux ouvriers, leur dit :

« Aujourd’hui, vous ne travaillez que huit heures. Il faut en travailler vingt-quatre par trois équipes. Aujourd’hui, je vous invite à le faire : si dans quelques jours, vous ne l’avez pas fait, je reviendrai avec mes enfants, et je vous parlerai un autre langage. » Les ouvriers n’ont pas répondu, mais les trois équipes ont été constituées. L’indiscipline était la grande chose à craindre, dans l’armée. Depuis quelques jours, le mal se réduit comme à vue d’œil. On cite le trait suivant : à Riga, lors de la révolution, les Allemands firent élever des pancartes au-dessus des tranchées : « Soldats, vos ministres sont arrêtés à Petrograd. Pourquoi vous battre encore ? » Les Russes répondirent : « Non, les ministres qui sont arrêtés, ce sont les vôtres, les nôtres nous gouvernent en ce moment. »

  • 159 Helsinki, en Finlande du sud.

215L’opinion à Petrograd change avec une rapidité extrême, ces jours de fièvre. Le public est émotif, sensible aux paroles, changeant. Nous trouvons à Viborg, Waltz et l’attaché naval qui, avec des marins et des officiers sont allés faire des réunions publiques à Helsingfors159 aux marins de la Baltique et aux représentants socialistes de la Diète finlandaise. Ils ont été très bien reçus et applaudis. Mais, après eux, d’autres orateurs contre la guerre sont venus, qui eux aussi furent applaudis.

216La question grave, à cette heure, est la discipline dans l’armée. En ce moment, de nombreux officiers ont été tués, d’autres exclus, chassés par leurs soldats. On parle de 3 000 ou 4 000. 500 sont venus à l’ambassade française demander à prendre du service en France.

  • 160 Ces comités furent institués à la suite du célèbre Prikase n° l, lancé par le Soviet de Petrograd l (...)
  • 161 Le nombre des délégués-soldats au Soviet de Petrograd varia _ considérablement. Au début, il devait (...)
  • 162 C’est dans ce port militaire, proche de Petrograd, que la révolution de Février prit le tour le plu (...)

217Dans chaque régiment, un comité de soldats160 pour les punitions et l’administration. De plus, il y a un délégué161 au Comité des ouvriers et soldats. Tout cela ne peut être que provisoire. En fait, en outre, il y a eu des centaines de milliers de soldats qui sont rentrés à Petrograd ou chez eux et qu’on appelle des « permissionnaires volontaires ». Une brigade d’artillerie de 4 000 hommes devait partir pour la France. Au moment du départ, il n’y avait pas 50 hommes. La flotte de la Baltique est mal en point. On a tué à Kronstadt162 32 officiers ; les marins se défient des officiers qu’ils accusent d’être partisans de l’ancien régime ; ils sont encore très indisciplinés et même menaçants.

  • 163 Le 6 mars 1917, le gouvernement provisoire avait publié un Manifeste rétablissant en Finlande le st (...)
  • 164 Occupant le pays, Allemands et Autrichiens avaient reconnu l’indépendance de la Pologne en novembre (...)

218Il y a aussi des problèmes graves de nationalité. Les Finlandais, pour remercier les Russes de leur avoir donné la liberté, ont voulu chasser les Russes de la Finlande163, ainsi que les juifs. Les Petits-Russiens exigent que l’on enseigne dans les écoles, en leur langue. Les Juifs exigent des droits complets et qu’on les traite en nation distincte, en leur donnant le droit d’enseignement en yiddish. Les Géorgiens, les Sibériens, etc., émettent des prétentions aussi séparatrices. Les Finlandais sont allés demander à Kerensky de leur faire assurer leur indépendance par la signature de la France et de l’Angleterre, Kerensky leur a dit : non. Les Polonais, sûrs maintenant de leur liberté promise à la fois par les Allemands et les Russes disent : maintenant, la guerre ne nous intéresse plus164. Les Finlandais viennent d’avoir leur gouverneur avec leur indépendance reconnue. Ils protestent contre le gouverneur. Ils ne veulent rien avoir de commun avec la Russie, sauf pour les affaires extérieures. Même lorsqu’on leur parle de fédération avec la Russie, ils protestent

219Au Caucase, ils demandent à élire leur catholico [ill.] leur patriarche et à enseigner en géorgien. Les Lettons disent : nous haïssons les Prussiens. Nous voulons une autonomie communale. Mais nombre d’entre eux veulent une indépendance complète.

220(Ils font en moyenne 110 000 obus par jour. Ils en reçoivent 30 000 d’Amérique. Ils en ont une grande réserve.)

  • 165 Avocat social-démocrate, N.D. Sokolov (1870-1928) était membre du Comité exécutif du Soviet de Petr (...)

221Au Comité des ouvriers et soldats, on a refusé de donner à la presse, avant dix jours les dépêches russes de France par Guesde, Sembat, Thomas. Un des conseillers les plus écoutés est Sokolov165, fils de pope, avocat riche, dont le père s’est enrichi par la vente d’un catéchisme. Il est très absolu et très idéaliste.

  • 166 Paul von Hindenburg (1847-1934), maréchal et homme d’État allemand, vainqueur des Russes à Tannenbe (...)

222On dit que Lénine va arriver par l’Allemagne ; ce sera, pour sa popularité qui est énorme, très fâcheux. Le Comité n’a pas fait distribuer le manifeste des ouvriers belges. C’est le gouvernement qui s’en est chargé. Dans les usines, on a chassé des contremaîtres étrangers, en particulier des Anglais. La grande illusion des révolutionnaires russes en ce moment, c’est que partout, en Europe, on va suivre leur exemple. Ils sont en proie à une espèce d’extase démocratique. Ils pensent surtout que l’Allemagne va faire sa révolution, et la France également. Et, au surplus, leur idée, c’est que la guerre est peu intéressante, comparée à leur révolution. Ils oublient que Hindenburg166 vient de dire que les nerfs des Allemands étaient bons et qu’ils suivraient leurs chefs jusqu’au bout

223Les Cadets viennent de tenir un congrès. Ils ont déclaré qu’ils voulaient une orientation à gauche, que les extrémistes peu nombreux, ils n’en avaient pas peur, que c’était là une opposition fatale et peu nombreuse. D’ailleurs, que l’armée, mécontente, se chargeait d’ici peu, si le Comité des ouvriers et des soldats, ne se montrait pas raisonnable, de l’obliger à entendre raison.

  • 167 Cf. supra.
  • 168 L’Union panrusse des villes regroupa, dès 1914, un grand nombre de zemstvos. Elle se fédéra avec l’ (...)

224Les zemstvos167 sont très puissants. Ils ont fait l’intendance pendant la guerre. Les délégués élus des zemstvos sont devenus gouverneurs des provinces ; c’est aujourd’hui une bonne administration dévouée à l’exécutif. L’Union des villes168 s’est fédérée aux zemstvos. C’est là les deux vrais appuis du gouvernement qui ne peut s’appuyer que sur eux et sur la province puisque dans Petrograd, le Comité est encore très chaotique et dominant.

225Six journaux populaires et socialistes en ce moment à Petrograd :

2261. La Cause populaire ; 2. Terre et Liberté (Kerensky) ; 3. Gazette des travailleurs (Menchevici non Plekhanov) ; 4. Messager des ouvriers et des soldats – Organe officiel du Comité ; 5. La Vérité (Pravda) ; 6. L’Union (Plekhanov).

227Plekhanov me raconte deux anecdotes :

228Un de ses amis, député à la deuxième Douma, juif, en septembre 1914 lui dit : « C’est bien ennuyeux, la Belgique va détourner l’attention du monde de la cause juive. »

  • 169 Jean Sigg (1865-1922) était membre du Comité central du parti social-démocrate suisse. De tendance (...)

229En octobre 1914, Quarck vint à Genève où il se rencontra avec Milhaud, Sigg169 et Plekhanov. Il leur dit : l’Allemagne va conquérir après cette guerre d’excellentes conditions économiques dont profitera notre prolétariat. Et comme la social-démocratie allemande est la plus forte de l’univers, et comme elle profitera beaucoup de ce nouvel état de choses, tous les socialismes de différents pays en profiteront par rayonnement.

230Plekhanov lui dit que ce n’était pas du matérialisme économique, mais du cynisme économique.

Samedi 14 avril 1917

231C’est ici la veille de Pâques. De la fenêtre de l’hôtel d’Europe, je vois un jardin public tout blanc d’une neige qui fond ; en face, un établissement public de grand air. À Petrograd, il fait humide, il pleut ; la neige disparaît peu à peu de la ville ; c’est le dégel. Depuis le nord de l’Écosse jusqu’ici, neige, toujours de la neige, sauf par éclaircies, en Norvège.

  • 170 L’interdiction de la vente d’alcool (dont l’État avait le monopole) fut instaurée dès le début de l (...)
  • 171 A. Benoit (1870-1960) était une personnalité de premier plan du monde intellectuel et artistique, p (...)

232A Tornéa, le consul anglais et l’attaché français nous ont appris que seuls ils faisaient le service depuis la révolution et qu’ils ne laissaient passer qu’à bon escient. Les Danois qui sont là pour passer sont nombreux. On les surveille avec le plus grand soin. À l’annonce des nouvelles fâcheuses de Petrograd sur le manque de sens du réel du Comité des ouvriers et aussi des ouvriers eux-mêmes, les Anglais, nos compagnons sont furieux. Ils disent : « quand un homme ne porte pas en lui la discipline suffisante pour se conduire, il faut la lui imposer du dehors. » Ils restent flegmatiques, se rasent tous les matins et mangent sans discontinuer. Leur secrétaire a fort à faire à leur assurer tous leurs aises. Lui seul, court, se démène dans les gares et les buffets. Eux, attendent sans impatience qu’il ait tout arrangé. La saleté de Petrograd sous le dégel est effroyable. La partie de la ville construite par les Italiens au XIXe siècle est très belle. Nous allons ce matin porter une couronne aux révolutionnaires morts pour la Liberté : « Aux héros de la révolution, les parlementaires socialistes français, anglais. » Le commandant Gravier nous dit qu’un officier retour du front dit : « Des régiments ont tué leurs officiers ; certains sous-lieutenants russes ont banqueté avec les sous-lieutenants allemands. » La Pravda traite ce matin Plekhanov d’agent provocateur. Malgré l’absence absolue de police (il n’y a plus qu’une milice bénévole), il n’y a pas de délits de droits communs. C’est qu’on ne boit pas d’alcool170. Conversation avec l’ambassadeur, à 11 h à l’ambassade. Il nous dit : mon impression n’est pas bonne. La Russie est livrée à une anarchie calme ; on n’est pas violent, mais il n’y a pas d’excitation à l’action. Ils sont courtois, polis, fatalistes et sans réaction. M. Alexandre Benoit171, critique d’art influent est venu me dire récemment : il faut faire la paix. Il faut liquider. Je lui ai répondu : liquidez si vous voulez. Vous retenez ici 70 divisions. Vous avez 14 millions d’hommes sous les armes : il faudra bien que les Allemands gardent ici 30 ou 40 divisions. Ils ne nous accableront pas avec le reste qu’ils détacheront d’ici sur nous. Vous aurez la honte d’avoir abandonné au jour où l’Amérique vient à nous. Vous serez la seule démocratie qui lâche pied. Nous, nous continuerons.

  • 172 Cette opinion n’était pas celle d’Albert Thomas (Cf. Journal de Russie, op. cit., p. 147).

233Milioukov a abandonné toute idée sur Constantinople172 ; d’autres disent : la Lituanie n’est pas russe, elle est allemande, laissons-la. D’autres disent : eh bien, maintenant, donnons l’indépendance complète à la Pologne. C’est la rendre allemande. Puisque les Russes en sont là, je pense, dit Paléologue, que nous, nous avons à modifier nos buts de guerre, de façon complète sur l’Orient. Ici, l’Allemagne restera maîtresse. Nous avons à voir pour l’Occident et à établir notre politique orientale. Laquelle ? Je ne sais pas encore.

  • 173 Pour M. Paléologue, il était évident, dès le début de la révolution de Février, que la « démocratie (...)

234Quand on dit aux Russes : il y a un point d’honneur à ce que vous restiez avec nous, ils répondent : nous sommes maîtres de nos hommes. Ça ne vous regarde pas. Lorsqu’on leur dit : vous ne pouvez lâcher vos alliés, vous ne pouvez pas faire la paix seuls, ils répondent : alors soit, faisons la guerre, mais sans entrain. En réalité, dit Paléologue, ils ne peuvent pas faire la paix, ils ne peuvent pas faire la guerre. C’est là le mal essentiel. Leur imagination n’est pas comme la nôtre, constructive, elle est destructive ; ils ne sont pas latins, ils sont slaves et orientaux. Nous avons fait le possible sur le gouvernement. Il faut agir ailleurs. C’est à vous de le faire. Je suis heureux que vous soyez là pour cette action. La valeur d’alliance de la Russie était 50 %, elle est maintenant 35 %. En fait, les Russes sont encore capables de sursauts, d’élans passagers, d’efforts momentanés pour la guerre ; mais il ne faut pas compter sur leur offensive. Et si les Allemands faisaient la forte pression, ils enfonceraient le front russe173.

235Nous déjeunons à l’ambassade ; je suis près de Paléologue qui me répète qu’à son avis la guerre est finie pour la Russie ; qu’elle ne fera pas la paix, mais qu’elle ne fera pas non plus la guerre ; il me dit que ce sont les Anglais qui ont négocié avec les Russes par-dessus notre tête pour Constantinople, mais que nous n’avons su leur traité qu’après coup ; que Poincaré lui a écrit : pourquoi ne nous as-tu rien dit ? Alors que Paléologue ne savait rien.

236Puis nous allons voir Milioukov à 3 h. Nous lui attaquons directement la question de Constantinople, et je lui demande brutalement s’il ne serait pas disposé à accepter la proposition de Wilson d’internationaliser les détroits devenus neutres. Il répond : d’abord nous sommes liés par un traité. Il nous lie comme il vous lie. Pour vous, l’Alsace-Lorraine, ce n’est pas une annexion ; pour nous Constantinople, ce n’est pas une annexion. Tant que durera le traité, nous n’y pouvons rien changer. Que si l’opinion publique dans mon pays, dans le vôtre, faisait assez de pression sur les gouvernements, si la majorité exprimait son avis pour mettre à néant ce traité conclu, alors on examinerait, on pourrait s’incliner. De plus, il faut bien comprendre que pour nous. Russes, la solution de Wilson est plus mauvaise que le présent. Car elle permettrait à des navires de guerre étrangers d’entrer dans la mer Noire ; que si les Américains nous autorisent à traiter les détroits comme eux ils se servent du canal de Panama qu’ils ont fortifié, armé, nous pourrons causer.

237Il s’explique en français avec nous ; aux Anglais, il parle en anglais, et ne parle plus des détroits, mais de Constantinople et les Anglais s’inclinent sans protestation.

  • 174 Président de l’Union des zemstvos pendant la guerre, le prince G.E. Lvov (1861-1925) dirigea le gou (...)

238En sortant, nous nous rendons à l’ambassade d’Angleterre avec les trois Anglais. Sir George Buchanan nous offre le thé et nous dit : j’ai plus confiance dans Lvov174 que dans Milioukov : les deux reviennent du front russe et déclarent que en quinze jours, la situation s’est considérablement améliorée. Nous leur demandons seulement ici de tenir et de retenir leurs 70 divisions allemandes sur leur front. Alexeiev va faire un congrès des officiers et des soldats sur le front, et faire contrepoids au congrès des ouvriers de Petrograd. Nous revenons à l’hôtel où Mme Lafont a téléphoné trois fois à la Douma pour demander Tchkeidze. Trois fois on lui répond que Tchkeidze préside et qu’il est impossible qu’il quitte la présidence. D’ailleurs, répond l’interlocuteur, ce n’est pas Tchkeidze qu’il faut voir, ni individuellement, les membres du Comité, c’est le Comité tout entier qui vous attend et s’apprête à vous recevoir. Le congrès des Comités ouvriers et soldats des 60 villes doit se terminer très tard, ce soir vers minuit, et il sera impossible de vous recevoir ce soir. La discussion est ici très rude et très importante : mais, demain, dimanche, il faudra téléphoner vers midi et on prendra rendez-vous.

239En même temps, Dumas me dit que Breyner que j’ai connu au Droit du peuple, et qui est au Bund, me prie de le voir demain dimanche, vers 11 h. Nous convenons toutefois de voir l’assemblée des ouvriers et soldats avant toute autre organisation. Le soir, dîner avec les officiers de la Mission française. L’un d’entre eux me dit avoir causé avec le plus grand propriétaire de pétrole de Russie qui lui dit : eh bien ! Si les Allemands avancent de 150 kilomètres de plus en Russie, et puis après ? L’espace pour eux ne compte pas, et c’est ce qui explique la reculade de Roumanie. Outre leur fatalisme, la configuration même du pays leur enlève le sens des distances. Nous sortons après dîner jusqu’à minuit et allons à Saint-Isaac et à la cathédrale de Kazan, voir la pâque russe. La foule est énorme sur la perspective Nevski ; chandelles partout mêlées aux drapeaux rouges, foule calme grâce à la suppression de l’alcool ; et après la cérémonie, les Russes rentrent chez eux pour manger. Ils vont se reposer quatre ou cinq jours malgré la guerre.

Dimanche 14 avril 1917

240Jour de la pâque russe. Temps splendide, ensoleillé.

241Breyner que j’ai connu jadis à Grenoble, ingénieur JEG vient me voir au matin pour nous inviter à aller au congrès du Bund. Il me dit : nous sommes un petit congrès d’une cinquantaine de membres, presque tous intellectuels, notre point de vue est que la Russie doit d’abord être démocratique, qu’il faut soutenir le gouvernement actuel, qu’il ne faut pas de paix séparée, qu’il ne faut pas de paix avec Guillaume auquel nous ne pouvons accorder aucune confiance, qu’il faut repousser les conquêtes et les annexions. En ce moment, la Russie est tout entière dans l’enthousiasme le plus pur et le plus sain. Un million d’hommes a assisté aux funérailles des victimes de la révolution. Dans toute la Russie, le même état d’esprit. Nous sommes le pays le plus démocratique de la terre. Comme l’a dit hier Lloyd George, la révolution russe est l’événement le plus considérable de l’histoire. Nous allons donner la terre aux paysans. Notre mouvement aura une répercussion énorme sur l’ensemble de l’Europe et du monde. Il y a chez nous comme une espèce de mysticisme sacré, c’est une foi complète. Cette révolution a été faite en quelques heures, et de la façon la plus inattendue. Mais nous sommes raisonnables et voyons les réalités. On fait courir le bruit ici que les Français sont venus faire la leçon. On dit que vous êtes des impérialistes. Il faut répondre à cela. Nous disons à Breyner que nous n’irons pas au Bund avant d’avoir été au Comité des ouvriers et soldats ; à titre individuel, sans faire de déclaration officielle, nous irons leur serrer la main ; mais nous devons faire notre premier acte public au Comité.

242Nous trouvons un général américain attaché à l’armée russe. Il nous dit que l’armée russe est bien désorganisée, et qu’au printemps, une formidable attaque allemande la menace pour tenter de la détruire.

243On nous annonce que nous allons être reçus à 1 h 30 à la Douma, au Comité des ouvriers et soldats.

244Il ne faut pas oublier que c’est lui qui a fait pousser le gouvernement dans les voies de la république. Il avait en face de lui Milioukov qui était pour une monarchie constitutionnelle. Puis il a fait donner toutes les libertés de presse, sans censure, liberté dans l’armée, liberté de réunion, liberté absolue partout. C’est la Russie qui est en ce moment la démocratie la plus libre du monde. De plus, me dit Breyner, les ouvriers travaillent partout, les soldats veulent faire la guerre pour chasser l’ennemi ; tout s’améliore rapidement.

  • 175 Le titre exact de ce texte était « Appel aux peuples du monde entier ». À cette date, le problème d (...)

245Appel du Conseil des députés, ouvriers et soldats de Petrograd – 27 mars 1917175.

246« Camarades de tous les pays,

247« Nous, ouvriers et soldats russes, unis dans le Conseil, vous envoyons notre salut ardent. La démocratie russe a mis en poussière le despotisme séculaire du tsar et entre dans votre famille en pleine possession de ses droits et forte d’une force menaçante pour la lutte pour notre affranchissement commun. Notre victoire est la victoire de la liberté et de la démocratie universelle. Il n’y a plus aujourd’hui de gendarme de l’Europe. Que la terre pèse comme un lourd granit sur sa tombe ! Vive la liberté ! Vive la solidarité internationale du prolétariat pour la victoire définitive !

248« Notre œuvre n’est pas encore achevée. Les ombres de l’ancien régime ne sont pas encore dissipées. Plus d’un ennemi rassemble ses forces contre la révolution russe. Toutefois nos conquêtes sont déjà immenses. Les peuples de Russie exprimeront leur volonté d’une Assemblée constituante qui sera convoquée dans le plus bref délai sur la base du suffrage universel, égal, direct et secret. Dès maintenant, on peut prédire avec assurance qu’en Russie, triomphera la république démocratique. Le peuple russe jouit de la liberté politique complète. Il peut dire sa parole puissante en ce qui concerne le gouvernement intérieur et la politique extérieure.

249« En nous adressant à tous les peuples massacrés et ruinés dans une guerre monstrueuse, nous déclarons que le temps est venu de commencer le combat décisif contre les tendances conquérantes des gouvernements de tous les pays : le temps est venu pour les peuples, de prendre en leurs mains, la décision de la question de la guerre et de la paix.

250« Consciente de sa force révolutionnaire, la démocratie russe déclare qu’elle s’opposera de toutes ses forces à la politique conquérante de ses classes dirigeantes. Elle appelle les peuples d’Europe à agir d’une façon décisive avec elle en faveur de la paix.

251« Et nous nous adressons à nos frères prolétaires de la coalition austrogermanique et avant tout au prolétariat allemand. Dès les premiers jours de la guerre, on vous a persuadés qu’en prenant les armes contre la Russie autocratique, vous défendiez la civilisation de l’Europe contre le despotisme asiatique. Beaucoup d’entre vous ont vu en cela la justification de l’appui que vous avez prêté à la guerre. Maintenant, cette justification a disparu. La Russie démocratique ne peut être une menace pour la liberté et la civilisation.

252« Nous défendrons fermement notre propre liberté contre toute tentative réactionnaire qu’elle vienne du dedans ou du dehors. La révolution russe ne cédera pas devant les baïonnettes des conquérants et ne se laissera pas écraser par la force militaire du dehors. Mais, nous faisons appel à vous, Allemands : rejetez loin de vous le joug de votre régime semi-autocratique, de même que le peuple russe vient de se débarrasser de l’autocratie tsariste ; refusez-vous à servir d’instrument de conquête et de violence entre les mains des rois, des propriétaires et des banquiers, et par nos efforts étroitement unis, nous mettrons fin à cette guerre effroyable qui est la honte de l’humanité et qui assombrit les grandes journées qui ont vu naître la liberté russe.

« Travailleurs de tous les pays, en vous tendant une main fraternelle par-dessus les monceaux de cadavres de nos frères, par-dessus les ruisseaux d’un sang innocent et de larmes, par-dessus les ruines fumantes des villes et des villages, par-dessus les trésors anéantis de la civilisation, nous vous convions à rétablir et consolider l’unité internationale. En elle est le gage de nos victoires futures et de l’affranchissement complet de l’humanité. »

253Nous sommes reçus à 2 h au palais de Tauride, 1°) Au Comité exécutif du conseil des députés ouvriers et soldats de Petrograd, 2°) Au congrès des villes et soldats de toute la Russie.

254Plekhanov arrive après nous.

2551°) Au Comité, les membres nous interrogent sur les buts de guerre de la France et de l’Angleterre. Ils nous demandent ce que nous avons l’intention de faire pour approcher la fin de la guerre. Ils nous disent : « Nous, nous avons fait sur notre gouvernement, une pression qui a réussi : il a déclaré que ses buts de guerre n’étaient plus les mêmes que ceux de l’ancien régime. Nous répondons que notre parti a toujours agi dans le même sens, et qu’en rentrant, nous ferons une démarche identique à la leur pour faire préciser les buts de guerre dans le sens démocratique et socialiste. C’est moi qui expose tout cela et les applaudissements sont très vifs et unanimes. Au congrès, je suis chargé de porter le salut à la révolution russe ; très vigoureusement, Plekhanov dit la nécessité de la défense ; il ne faut pas plus de Hohenzollem que de Romanov. Ovations interminables pour la France et l’Angleterre. C’est un spectacle au plus haut point touchant et émotionnant.

256Les Anglais furent très nets. Pas d’indemnités : mais il faudra remettre la Belgique et la Serbie en état, politiquement et économiquement comme avant la guerre. Quant aux annexions, la réserve ne concerne que l’Europe.

257Ce premier contact à la Douma, ce jour de Pâques, a été excellent. On n’a pas été au fond, mais la glace est rompue, et au point de vue du public, l’impression est tout à fait excellente. La manifestation a été grandiose et touchante.

258On soupe ce soir de Pâques chez le professeur Kareiev, de l’université de Petrograd.

259Son gendre me dit tranquillement qu’on songe à évacuer Petrograd, car on redoute que les Allemands ne viennent jusque-là. C’est un intérieur bourgeois russe, curieux et tout y est intéressant depuis le logis lui-même jusqu’à la nourriture. On boit à Petrograd une espèce de cidre et du thé.

260Le pavé de Petrograd !!! La boue ! La voirie !

  • 176 S.I. Tchoukine (1854-1929) était un collectionneur d’art et notamment des impressionnistes français (...)

261Chez Kareiev, je trouve un peintre qui me parle avec enthousiasme de la collection Tchoukine176 de Moscou, lequel a 40 Gauguin et une série très honorable d’impressionnistes. Il me rappelle qu’à l’Ermitage de Petrograd, il y a 44 Rembrandt parmi les plus beaux de la peinture française ; au palais Michel, une collection d’icônes très complète et du plus haut intérêt.

262La vie à Petrograd coûte quatre fois plus cher qu’en temps normal : un cocher, aujourd’hui demande 8 à 10 roubles pour faire une course, aussi allons-nous à pied. Le papier-monnaie est seul employé, plus de monnaie, il n’y a que du papier et des timbres pour la menue monnaie, ni cuivre, ni argent, ni or.

263Deux sortes de maisons à Petrograd, celles qui furent bâties par les Italiens du XVIIIe siècle, celles que les Allemands viennent de construire en très grand nombre. Cette architecture allemande est ici la marque de la ville : elle est horrible à faire crier. En particulier, l’Ambassade allemande, près de Saint-Isaac, est un monument de laideur repoussante.

264Après la réception officielle du Comité, où tout resta naturellement un peu vague, comme dans un premier contact, il est entendu que nous serons reçus demain lundi au Comité pour apporter les précisions. Il y avait de très fortes préventions contre nous et des adversaires résolus de notre point de vue. Cependant, en raison de leur courtoisie, il n’y eut pas de froissements. Ils déclarèrent seulement en sortant qu’avec les Français, on pourrait s’entendre, mais qu’avec les Anglais, ce serait plus difficile.

Lundi 16 avril 1917

  • 177 Un grand nombre d’émigrés juifs d’origine russe étaient installés dans ces quartiers populaires.

265Ce matin, Breyner vient nous chercher pour aller au Bund. Les Anglais font des résistances, en raison de l’attitude des juifs de l’East End de Londres177.

  • 178 M.I. Lieber (1880-1937) était un militant social-démocrate juif, un des principaux dirigeants du Bu (...)
  • 179 Il s’agit du Xe congrès du Bund (16-18 avril 1917), au cours duquel furent notamment adoptées des t (...)

266Breyner nous dit : Goldman dit Lieber178 qui préside notre Bund, fraction social-démocrate du parti socialiste russe, est des plus influents au Comité des ouvriers et soldats, ainsi que de nombreux autres camarades du Bund qui font partie à la fois de deux organisations. Il faut donc y venir. Breyner nous dit en même temps que la contre-révolution se prépare ici. Les Anglais répondent : nous n’irons pas au Bund, car il y a encore la question que les juifs, 200 000 à Londres, veulent se faire naturaliser et que les trade-unions ne veulent pas de cette concurrence économique. Donc, seul Sanders viendra ; après réflexion, O’Grady et Thorne se décident à suivre son exemple. Nous arrivons au Bund à midi. Nous en partons à 2 h 30. Congrès de 160 membres179 représentant des milliers de membres. Quelques femmes dans le genre Balabanova. Moutet et O’Grady, parlent. Le discours d’O’Grady est traduit en yiddish. Moutet et O’Grady, très bien accueillis, parlent un langage très ferme. Moutet dit : vous étiez esclaves, hier ; quand on venait vous imposer des devoirs militaires, je disais non au gouvernement français. Aujourd’hui, vous avez des droits ; il faut les défendre. Or, vous avez en face de vous, non pas les socialistes allemands, mais les canons du Kaiser. Ce sont ceux-là qui vous menacent, vous et la révolution russe. Le danger est grave : il faut le conjurer et faire ce qu’il faut pour cela. Pour nous, nous lutterons demain comme hier contre la politique de conquête. Maintenant que vous êtes libres, que nous sommes libres, les démocraties auront à exiger d’être maîtresses de leur politique extérieure comme de l’intérieure. Il faut que la contradiction entre la démocratie politique et la diplomatie secrète disparaisse. Mais il faut d’abord voir le danger grave qui, de l’Allemagne, menace la révolution russe elle-même.

267Sur les murs de la salle, je remarque des tableaux peints. Ce sont les têtes des prophètes, des caractères hébreux, des vieux juifs à papillotes, des juifs avec sur la tête, des turbans ou des chapeaux coniques, et sur les drapeaux rouges, des caractères juifs.

268Puis O’Grady parle : il répète après Moutet, que maintenant, les juifs ont des devoirs puisqu’ils ont des droits, qu’il n’y a pas de liberté possible tant que le Kaiser sera debout ; que les socialistes allemands sont comme leurs dirigeants, qu’il ne faut pas oublier la Belgique et la Serbie et qu’il faut les rétablir entièrement, que les conditions de la paix doivent être telles que la paix soit assurée dans l’avenir et que nous ne l’accepterons pas, si elle ne présente pas de garanties, et qu’il ne veut pas de la domination allemande sur son peuple.

269Le président du Bund répond : Bienvenue. Amitiés. Voici notre attitude vis-à-vis de la guerre. Au début, nous avions des Zimmmerwaldiens, mais il faut examiner ce fait du point de vue russe. Nous vivions sous un régime abominable. Nous ne pouvions pas être en union sacrée avec le tsar. Aujourd’hui, c’est très différent depuis la révolution. Le prolétariat russe a changé le tsarisme en république. Il sera capable aussi, comme il l’a déjà fait, d’avoir influence sur la politique extérieure russe. La classe ouvrière russe a une dette vis-à-vis des prolétaires socialistes d’Europe. Nous ne l’oublions pas. Nous pensons qu’il faut placer en première ligne de notre action, la pression sur nos gouvernants, puisqu’ils disent que leurs buts de guerre sont démocratiques et libres, qu’ils luttent comme nous contre le militarisme et les conquêtes. Nous voulons quant à nous, défendre notre liberté conquise, non seulement contre nos ennemis intérieurs, mais extérieurs. Nous ferons tout notre devoir pour que notre révolution soit à l’abri de tous nos ennemis.

270On se lève en l’honneur de Jaurès et [ill.].

271On chante le chant juif du Bund qui est très beau, La Marseillaise des travailleurs et L’Internationale.

272Nous sommes acclamés fortement à la sortie comme à l’entrée et nous allons déjeuner avec Breyner et Lazarson, un avocat de Petrograd, chez Albert, au restaurant français, perspective Nevski. Discussion très intéressante où les deux juifs russes nous disent qu’en effet, les Allemands sont aujourd’hui, comme au début de la guerre, très chauvins, même les socialistes, presque dans leur totalité, sauf les minoritaires.

  • 180 Le Soviet, favorable dans sa majorité à une « paix sans annexions ni contributions » (Cf. : texte d (...)

273Manifeste du gouvernement provisoire aux citoyens russes180

274« Citoyens,

275« Le gouvernement provisoire, après avoir délibéré sur la situation militaire de l’État russe, au nom de son devoir devant le pays, a décidé de dire honnêtement et franchement la vérité au peuple.

276« Le pouvoir actuellement aboli a laissé l’œuvre de la défense du pays dans un état de profonde désorganisation. Par son inaction criminelle et par ses mesures maladroites, il a détruit nos finances, désorganisé l’alimentation, les transports et le ravitaillement de l’armée. Il a détruit notre situation économique.

277« Le gouvernement provisoire avec le secours énergique et actif du peuple entier, emploiera toutes ses forces pour l’œuvre de réparation de toutes ces conséquences pénibles du vieux régime. Mais le temps n’attend pas. Le sang de beaucoup de fils de notre patrie a coulé sans mesure pendant ces deux longues années et demie de guerre et le pays reste toujours sous le coup d’un puissant ennemi qui s’est emparé de régions entières de notre État et qui nous menace aujourd’hui, aux jours de la naissance de la liberté russe d’une nouvelle attaque décisive. La défense coûte que coûte de notre patrimoine héréditaire et la libération du pays de l’ennemi qui a violé nos frontières, est le premier devoir vital de nos guerriers défendant la liberté du peuple.

278« Laissant à la volonté du peuple, en étroite union avec nos alliés, la décision définitive des questions se rattachant à la guerre mondiale et à sa fin, le gouvernement provisoire croit de son droit et de son devoir de déclarer dès à présent que le but de la Russie libre n’est pas de dominer les autres peuples, ni de leur enlever leur bien national, ni de s’emparer par la force des territoires étrangers, mais l’établissement de la paix solide fondée sur le droit des peuples de disposer d’eux-mêmes. Le peuple russe ne cherche pas à augmenter sa puissance extérieure aux dépens d’autres peuples ; son but n’est pas d’asservir ou d’abaisser qui que ce soit. Au nom des principes supérieurs de la justice, il a libéré le peuple polonais. Mais le peuple russe n’admettra pas que sa patrie sorte de cette grande lutte, humiliée ou détruite dans ses forces vitales. Ces principes seront la base de la politique extérieure du pouvoir provisoire qui applique fermement la volonté du peuple et défend les droits de notre patrie, en respectant d’une façon absolue les engagements pris vis-à-vis de nos alliés.

279« Le gouvernement provisoire de la Russie libre n’a pas le droit de cacher la vérité au peuple : le pays est en danger ; il faut tendre toutes les forces pour son salut. Que le pays réponde à la vérité dite, non pas par l’abattement ou un découragement stérile, mais par un mouvement impétueux et unanime qui crée une volonté unique du peuple. Elle nous donnera des forces nouvelles dans la lutte et nous sauvera.

280« À l’heure de la dure épreuve, tout le pays trouvera la force nécessaire pour consolider la liberté conquise et se donner au travail infatigable dans l’intérêt de la libre Russie.

« Le gouvernement provisoire ayant solennellement juré de servir le peuple, croit qu’avec le secours unanime de chacun et de tous, il sera en état de faire son devoir jusqu’au bout devant le pays. »

27 mars 1917

Lvov.

281Le comité du parti social-démocrate russe envoie ce télégramme à Tchkeidze :

  • 181 Pavel Borissovitch Axelrod (1850-1928) était un des principaux dirigeants mencheviks. Pendant la gu (...)
  • 182 M.I. Astrov (1867-1929) était un militant menchevik. Émigré à Londres depuis 1908, il rentra en Rus (...)
  • 183 J.O. Cederbaum (Martov) (1873-1923) militant social-démocrate, collaborateur de L’Iskra, fut organi (...)
  • 184 A.S. Piker (Martinov) (1865-1935), dirigeant et théoricien menchevik, auteur de l’ouvrage théorique (...)
  • 185 A.V. Semkovski (1869-1930) était un militant menchevik-internationaliste.

282« Le secrétariat à l’étranger du comité du parti social-démocrate russe : Axelrod181, Astrov182, Martov183, Martinov184, Semkovski185 à Tchkeidze.

  • 186 Il s’agit de la « Lettre au citoyen Tchkeidze » de Martov, parue dans Politiken, journal social-dém (...)

283« Les soc. nat. français mènent une campagne pour arrêter la lutte pour la paix en Russie186.

284« À cet effet, des télégrammes ont été envoyés par des individuels et des groupes, dans ces télégrammes, le prolétariat russe peut aisément apercevoir l’absence de toute joie qu’aurait dû causer la révolution formidable que vient d’accomplir le peuple russe. Dans ces télégrammes, on peut voir l’intention de sacrifier la nouvelle liberté du peuple russe sur l’autel des intérêts nationalistes. On veut contraindre les travailleurs russes à la même paix sociale avec la bourgeoisie libérale et les impérialistes qui ont déjà désorganisé le socialisme français et anglais. Cette union avec les impérialistes est contradictoire avec la tâche des ouvriers qui est de créer en Russie une démocratie véritable et profonde, ce qui ressort de l’exigence clairement exprimée par Guesde dans son télégramme : « D’abord la victoire, ensuite la république. » G. a mis en pratique ce principe dans son pays, et trahi la république en faveur de ceux qui promettaient la victoire.

285« Ces avertissements sont adressés au prolétariat russe par les représentants officiels du socialisme dans les pays démocratiques et en même temps une campagne systématique est menée dans les sphères gouvernementales anglaises et françaises contre la révolution russe, contre les exigences démocratiques déjà réalisées et contre la volonté d’installer la république et de mettre les Romanov hors d’état de nuire.

286« La presse bourgeoise, en Angleterre et en France, est déchaînée par les gouvernants pour calomnier le Conseil des ouvriers et l’armée révolutionnaire, pour exciter le gouvernement provisoire à une action contre-révolutionnaire qui mâterait le gouvernement de la rue et qui mettrait le sort de la révolution russe sous le contrôle du consulat anglais.

287« On en est même venu à des menaces directes de boycotter financièrement la Russie. On a déclaré que les créanciers français qui ont placé leur argent dans les biens domaniaux des Romanov ont le droit d’exercer une influence sur les résolutions du peuple russe touchant ses propres destinées.

288« Sans le moindre courage, sans le moindre sentiment de dignité révolutionnaire et du devoir d’écarter cette campagne réactionnaire, les socialistes gouvernementaux français et anglais la soutiennent moralement par leurs manifestations. Ils ne veulent pas devant cette insinuation, "que la social-démocratie russe, pareille à la maison Romanov, prépare une paix séparée avec l’Allemagne, contre la République française".

289« Ainsi, lorsque le prolétariat russe, grâce à nos efforts, cherche à écraser la réaction abattue et à se prémunir contre la contre-révolution, on présente aux travailleurs et aux soldats français et anglais ces appels à l’unité prolétarienne internationale et à la lutte générale pour sauver toutes les nations de la boucherie sanglante sous une lumière volontairement fausse afin de duper et d’exciter les masses occidentales enchaînées par la guerre.

290« Les camarades Brizon, Blanc, Raffin ont déjà protesté dans le Parlement français contre des interprétations aussi révoltantes. Jamais auparavant, la libre révolution d’un peuple ne s’est produite dans des circonstances où la trahison ait fleuri si abondamment juste là où on aurait eu le droit de compter sur les sympathies et l’appui.

291« Le couronnement de cette campagne scandaleuse, c’est la résolution prise par le socialisme de droite français, d’envoyer trois de ses membres en Russie, pour agir personnellement sur l’opinion du prolétariat russe dans le sens désiré.

  • 187 Georges Leygues (1857-1933) républicain modéré, présidait alors la commission des Affaires étrangèr (...)

292« Le caractère de cette mission est suffisamment éclairci par le fait qu’elle est entreprise, comme les journaux l’annoncent, au su de la commission des Affaires étrangères et de G. Leygues187. On ne trouve pas même nécessaire de dissimuler au prolétariat russe le caractère officiel de cette mission que les représentants d’un parti dont le programme parle de révolution socialiste et de fraternité internationale ont osé entreprendre.

293« La vérité nous oblige à reconnaître que les délégués Lafont et Moutet ont à plusieurs reprises pendant la guerre agi auprès des autorités françaises pour la protection des émigrés russes, des volontaires russes, de la presse russe en France. Mais, en conformité avec la majorité du parti, ils n’ont pas une seule fois cherché à briser l’union sacrée avec la classe des exploiteurs ; ils n’ont protesté officiellement, ni à la tribune du Parlement, ni dans la presse, contre les services scandaleux que le gouvernement français a rendu au tsarisme en persécutant des émigrés, en étouffant la presse socialiste russe. Comme toute la majorité du parti, ils n’ont pas voulu entrer en lutte avec le gouvernement à propos de la peine de mort prononcée contre 11 volontaires russes en France, ni de l’aide fournie par les autorités françaises au tsar lorsque fut étouffée la révolte du corps expéditionnaire russe à Marseille, révolte provoquée par des provocateurs du tsar. On a employé tous les moyens pour maintenir le prolétariat français dans l’ignorance de ces exploits accomplis par les bourgeois défenseurs de la liberté et du droit. Et ceci est suffisant pour qu’en réponse aux compliments adressés à la révolution russe, le prolétariat russe leur rappelle justement qu’ils ont été les collaborateurs silencieux des crimes du tsarisme.

294« En ce qui concerne M. Crachin, il est important de savoir qu’il a déjà rempli une mission officielle analogue lorsque envoyé en Italie, il a cherché à paralyser l’agitation de nos frères italiens qui voulaient empêcher le gouvernement d’entraîner le peuple italien à la guerre. La présence dans la délégation de ce Sudekum français indique tout ce qu’on voudra excepté le respect du prolétariat russe et une volonté honnête d’échanger des idées avec ses représentants.

295« En vous faisant savoir tout ce qui précède, nous n’avons pas besoin, chers camarades, de vous expliquer que toute cette campagne inspirée d’en haut, n’exprime pas les vues du prolétariat français et anglais qui attend la paix avec une impatience aussi grande que le prolétariat de Russie et d’Allemagne ; que tous ces appels viennent seulement d’une partie du parti socialiste corrompu par le ministérialisme, s’il ne nous parvient pas d’autre programme des minoritaires, c’est la censure : les minoritaires français et anglais sont d’un autre avis. Les Sudekum français seront reçus comme les Sudekum allemands par les Italiens ; nous espérons qu’une expression publique sera donnée au sentiment des troupes socialistes et de l’armée révolutionnaire russe au sujet de ces menées. Cela exercera une action bienfaisante sur l’atmosphère mensongère et hypocrite d’intrigues et d’envie où le prolétariat mondial est en train d’étouffer.

« Puissent les envoyés de la diplomatie impérialiste entendre à Petrograd et à Moscou qu’un peuple qui s’est affranchi, ne sera pas endormi, ni assassiné au nom de l’Union sacrée. Au lieu de conseils contre l’Allemagne, ils devraient s’efforcer de reconquérir pour eux la liberté qu’ils ont sacrifiée au militarisme : il doit être traité en ennemi, celui qui met des pierres sur la route de la révolution. Il faut que les Russes continuent plus que jamais dans leur voie. La confusion que cette bande crée dans les rangs du prolétariat occidental au sujet de la révolution russe peut prendre fin si les députés du Conseil des ouvriers s’adressent directement aux organisations ouvrières du monde entier, par-dessus la tête de ces agents de l’impérialisme et du socialisme patriote avec un appel à l’unité internationale et à la lutte pour la paix. »

  • 188 Il s’agit de la conférence parusse des Soviets, qui s’ouvrit le 28 mars/10 avril 1917 à Petrograd. (...)

296La résolution du Congrès188

297« De l’appel aux peuples du monde, le 14 mars, le Conseil des députés ouvriers et soldats a annoncé la ferme décision de la démocratie russe, de réaliser dans le domaine de la politique extérieure, les mêmes principes de liberté et de droit que ceux qu’elle a proclamés dans l’intérêt du pays.

298« De nombreuses assemblées d’ouvriers et de soldats, des citoyens de toute la Russie, ont confirmé cette décision et ont exprimé la volonté du peuple de ne pas admettre, tout en défendant sa propre liberté, qu’on se serve de l’enthousiasme révolutionnaire du peuple pour exercer une violence sur les autres peuples par voie d’annexions franches ou dissimulées, ou de contributions.

299« Le Comité exécutif du Conseil des députés ouvriers et soldats est entré en rapport avec le gouvernement provisoire, lui indiquant l’urgence d’une renonciation publique pour la Russie libre à tous projets de conquête du tsarisme.

300« Le 28 mars, le gouvernement provisoire a publié son manifeste aux citoyens de la Russie. Il a déclaré : "Le but de la Russie libre [...] d’asservir ou d’humilier personne. "

301« La démocratie russe attribue une importance énorme à cet acte du gouvernement provisoire et y voit un pas important vers la réalisation des principes démocratiques dans le domaine de la politique extérieure.

302« Les Conseils des députés ouvriers et soldats soutiendront avec énergie toutes les démarches du gouvernement provisoire dans cette direction, et font appel à tous les peuples, aussi bien aux Alliés qu’à ceux qui combattent contre la Russie, afin qu’ils exercent une influence sur leurs gouvernants respectifs pour la renonciation à tout objet de conquête.

303« En même temps, chaque peuple des deux coalitions doit insister pour que son gouvernement obtienne de ses alliés une renonciation générale à toute conquête et contribution. Quant à lui, le Comité exécutif confirme la nécessité de pourparlers entre le gouvernement provisoire et les Alliés pour l’élaboration d’une Entente générale dans le sens indiqué.

304« Le peuple révolutionnaire russe continuera ses efforts pour rendre plus proche la paix fondée sur la fraternité et l’égalité des peuples libres. La renonciation officielle de tous les gouvernements à des programmes de conquête est un moyen puissant pour mettre fin à la guerre sur les bases indiquées.

305« Tant que ces conditions ne sont pas réalisées, tant que dure la guerre, la démocratie russe reconnaît que la destruction de l’armée, l’affaiblissement de son équilibre, de sa force et de sa capacité d’opération active serait un coup terrible pour l’œuvre de la liberté et pour les intérêts vitaux du pays. Dans le but de la défense la plus énergique de la Russie révolutionnaire contre tout attentat du dehors, en vue d’une résistance la plus résolue à tout essai d’entraver les succès futurs de la révolution, le congrès du Conseil des députés ouvriers et soldats fait appel à la démocratie russe pour qu’elle mobilise toutes les forces vives du pays dans tous les domaines de la vie nationale afin d’affermir le front et l’arrière.

306« Cela est exigé impérativement par le moment que la Russie vit actuellement. Cela est nécessaire au succès de la grande révolution.

307« Le congrès fait appel à tous les ouvriers des fabriques, des usines, des chemins de fer, mines, PTT, entreprises travaillant pour l’armée et l’arrière afin qu’ils travaillent avec la plus grande énergie. Les conquêtes économiques des classes ouvrières et l’aspiration à des réformes nouvelles, non seulement ne doivent pas affaiblir l’énergie ouvrière, mais doivent développer la productivité du travail au plus haut point pour assurer à l’armée et au peuple, tout le nécessaire.

308« Le congrès attire l’attention de tous les citoyens et de ceux qui s’adonnent aux travaux agraires et aux transports sur le danger de désorganisation du ravitaillement légué par l’ancien régime et demande que toutes les forces soient tendues pour la vaincre.

309« Le congrès envoie son salut aux soldats et aux officiers de l’armée révolutionnaire qui défend la Russie libre à l’intérieur et au front »

Mardi 17 avril 1917

310Aujourd’hui se réunit le congrès des socialistes-révolutionnaires de Russie. Le congrès est privé.

311Déjeuner avec Kerensky -1 h.

312Visite au maire de Petrograd – 12 h.

313Plekhanov recevra à 8 h ce soir la visite de Milioukov lui offrant le portefeuille du Travail. Plekhanov nous demande notre avis. Il est jacobin passionné, il est énergique, il peut avoir une action immense. Mais si, comme on me le dit, Milioukov a fait venir Lénine pour que les extrémistes fassent des bêtises afin de pouvoir exercer une répression, s’il se prépare un mouvement contre le Comité ouvrier, je déclare que je ne suis pas d’avis que Plekhanov entre au gouvernement où il serait tout de suite usé. Mon opinion est qu’il doit accepter avec comme programme l’union du gouvernement avec le Comité ouvrier sur la base des résolutions du congrès qui vient de s’achever ; qu’il ne doit pas accepter le portefeuille du Travail, mais être ministre d’État sans portefeuille ; s’il n’acceptait pas, ce serait un grand affaiblissement pour le gouvernement. De plus, il a à ses côtés sa femme, très intelligente, très pondérée, modérée, qui exercera sur lui une influence excellente.

314Les journaux russes qui paraissent aujourd’hui sont pleins des nouvelles américaines. Les Américains veulent envoyer à la Russie tout le secours possible en mission et argent Ils ouvrent un crédit de 7 milliards pour la guerre ; ils prêtent 15 milliards à la Russie et à la France. Ils vont construire 1 000 navires de bois pour transporter en Europe les marchandises et les hommes pour la guerre. On envoie en Europe une armée dirigée par Roosevelt. Aujourd’hui, il y a 22 000 volontaires. Hors du Chili, San Salvador, Mexique, toute l’Amérique latine va marcher avec les États-Unis. L’Argentine parle de sa neutralité bienveillante.

  • 189 Le général L.G. Kornilov (1870-1918) fut nommé par le gouvernement provisoire commandant de Petrogr (...)
  • 190 Ces armes furent prises le 27 février par la foule, aidée par les régiments mutinés de la garnison (...)

315Le général Kornilov189 demande aux habitants de rendre les 40 000 fusils et 30 000 revolvers qui ont été pris pendant les troubles190.

  • 191 Chef de la Mission militaire française en Russie de mai 1916 à août 1917, il fut l’un des premiers (...)

316Soir, 8 h, chez Cuber, général Janin191.

  • 192 G.I. Apfelbaum (dit Zinoviev) (1883-1936) fut un des principaux dirigeants bolcheviks, proche colla (...)
  • 193 Secrétaire du parti social-démocrate suisse, Fritz Platten (1883-1942) participe aux conférences de (...)

317Lénine vient avec 30 socialistes russes à travers l’Allemagne dans les mêmes conditions qu’un ambassadeur. Les Russes ont demandé que fussent remis en liberté des Autrichiens et des Allemands retenus en Russie. Le gouvernement allemand a accepté ; le 9 avril, les 30 sont partis, Zinoviev192, Lénine, Michel Chakaï. C’est Platten193, socialiste du PS suisse qui accompagnait le train. En trois jours, ils ont passé l’Allemagne, ils sont arrivés le 12 avril en Suède sous la surveillance de trois officiers allemands.

318Kerensky dit : le gouvernement russe ne juge pas possible de les empêcher de rentrer car ils apparaîtraient comme des martyrs.

319Les journaux russes rendent compte de la réunion de dimanche.

320Tchkeidze : je salue Plekhanov et les combattants pour la liberté en France et en Angleterre. On avait promis aux troupes de Petrograd qui avaient pris part à la révolution qu’elles n’iraient pas au front. On est revenu sur cette promesse. Il y a un comité provisoire à la Douma qui propose encore des postes de ministères aux membres du Comité des ouvriers et soldats. Mais le Comité préfère rester en dehors, le contrôler et le diriger. Tchkeidze déclare que le Comité des ouvriers et soldats, aujourd’hui, ne veut pas prendre le pouvoir, mais la possibilité de ce désir n’est pas exclue.

321Kerensky me dit : tout le monde ici est Zimmerwaldien.

322Les bolcheviks disent : sûrement, les Allemands vont faire leur révolution.

  • 194 N. Vassiliev (1872-1926) est un militant menchevik du groupe Edinstvo (« l’Unité ») dirigé par Plek (...)
  • 195 Le général A.A. Polivanov (1855-1920) fut ministre de la Guerre de juin 1915 à mars 1916.
  • 196 Le général V.I. Gourko (1866-1920) fut chef d’état-major adjoint auprès du commandant en chef du fr (...)

323Nous voyons Vassiliev194 qui nous dit : le général Polivanov195 revient du front, optimiste. Le général Gourko196 revient du front, pessimiste.

  • 197 Le général Henri Berthelot (1872-1931) était le chef de la Mission militaire française en Roumanie, (...)

324Nous déjeunons chez l’ambassadeur auquel je parle de la famine roumaine. Il me dit qu’elle est plus grande que jamais et que le général Berthelot197 vient de lui télégraphier qu’en ce moment, le peuple et l’armée roumaine sont en train de disparaître ; que les Russes n’ont ni transport, ni vivres, ni bonne volonté pour les ravitailler ; je le prie d’en parler à l’ambassadeur des États-Unis. L’ambassadeur nous dit : en ce moment, la 43e division, à Riga déclare qu’elle ne veut plus rester dans les tranchées, que c’est son tour d’aller à l’arrière. Un régiment de Moscou désigné pour le front refuse de partir. Un régiment en Finlande, chargé d’occuper une île où peuvent se passer des événements importants, ne veut pas obéir ; les attachés militaires lui envoient les renseignements les plus mauvais.

  • 198 Cette convention fut passée à l’issue de la conférence interalliée de Petrograd de janvier-février  (...)
  • 199 Alexandre Ribot (1842-1923). En mars 1917, ministre des Finances depuis 1914, fut nommé à la présid (...)
  • 200 L’ambassadeur français donna les conseils suivants à son gouvernement, le 18 avril 1917 : « Le jour (...)

325En ce moment, les Russes, aux termes de la convention passée ici au moment de la réunion des Alliés avec Doumergue et Milner198 devraient nous aider à faire l’offensive. J’ai dit à Milioukov : vous ne faites pas votre devoir d’allié, vous nous lâchez en pleine bataille. Il m’a répondu : nous ferons l’offensive dans un mois ou deux. Mais j’insiste : en ce moment, le sang français coule à flots, et si les Allemands, sur leurs 79 divisions du front russe peuvent en prélever 20 pour les amener en France, quelle sera notre position ? Vous avez sur votre front 79 divisions allemandes, 43 autrichiennes, quatre bulgares, sept turques ; qu’allez-vous faire ? En réalité dit Paléologue, ici il n’y a nulle part notre angoisse de la guerre ; ils ne font rien ; ils ne feront rien ; cela ne peut durer ; je vais télégraphier à Ribot199 pour lui présenter mes conclusions à cet état de choses200.

326Au déjeuner, Kerensky dit : pour rétablir l’unité nationale, il faut et je souhaite que les Allemands nous attaquent. Mais, répond Paléologue, ils ne vous attaqueront pas. Je sais que rien ne se prépare de leur côté contre vous ; ils vous laisseront vous dissoudre et lorsque vous serez plus anarchiques encore, ils auront raison de vous. En fait, Paléologue nous affirme qu’en février, l’effort français étant de 100, l’effort russe était de 39, aujourd’hui : 12. Nous redoutions l’état d’esprit du gouvernement vis-à-vis du Comité. Car si au-dessus de l’anarchie actuelle éclate la guerre civile, la dissolution s’accentuera davantage. On nous répond : non, le désir actuel du gouvernement n’est pas d’entrer en lutte ; il est d’entrer en composition avec le Comité des ouvriers et soldats. C’est l’opinion de Kerensky, de Lvov : à preuve, le trait suivant : « 360 000 soldats avaient offert au gouvernement de l’aider dans la mesure où il le jugerait nécessaire. » Lvov a répondu : « Remettez la discipline dans les rangs de l’armée. Dites à vos amis, partout autour de vous, la nécessité de la discipline, et c’est tout le service que le gouvernement attend de vous. C’est pour vous la chose essentielle. »

327Avant de nous rendre à l’ambassade, nous avions été voir le maire de Petrograd qui met à notre disposition des voitures, les anciennes voitures de la Cour. À 3 h, nous allons au Comité ; il y a à ce moment, une réunion de tous les partis socialistes du Comité, et ils s’excusent de ne pouvoir nous recevoir que demain mercredi 1 h. Nous examinons la Douma pleine de soldats qui mangent, qui dorment, qui vivent là ; une atmosphère de Commune bon enfant, de laisser-aller, de sans-gêne, de peuple. C’est très intéressant. Dans la cour, devant la Douma, stationnent les autos des membres du Comité, nombreux et trépidants.

  • 201 Lénine était arrivé par le train à la gare de Finlande à Petrograd le 4/17 avril, après avoir reçu (...)

328Vassiliev vient nous voir ; il est plein d’incertitude ; il rend compte des opinions contradictoires qui circulent de tous les côtés ; il ne saurait dire rien de précis. En fait, la révolution suit son cours. Elle bouillonne encore : elle trouble les esprits, elle empêche la Défense nationale de saisir tous les esprits. Ce fut une secousse si profonde qu’elle a tout ébranlé, l’armée, le gouvernement, le travail, la discipline. Il n’y a que la rue qui ne change pas. Un Petrograd révolutionnaire et doux, humain, tranquille. Mais demain il peut se faire que des troubles éclatent, que la guerre civile commence. On trouve des gens illuminés qui pensent que demain le prolétariat allemand va faire sa révolution, que l’appel adressé à tous les peuples va avoir son écho immédiat et que, dans ces conditions, à quoi bon faire la guerre ? Quand on leur répond que rien ne se fera en Allemagne, ils se refusent net absolument à vous croire. Vassiliev nous dit que Lénine est rentré201 et qu’il a été acclamé à la gare, puis dans un meeting. On l’a logé dans la maison de l’ancienne maîtresse de l’empereur. On joue La Marseillaise sous ses fenêtres.

  • 202 Claude Anet était le correspondant du Petit Parisien en Russie. Il laissa un journal intéressant pu (...)

329Claude Anet202 vient dans ma chambre et me dit qu’au début de la révolution, la Pravda a déclaré catégoriquement aux soldats qu’ils devaient quitter la tranchée et fraterniser avec les camarades allemands. Il ajoute que dans ce pays, tout le monde est rêveur, hors du réel, incapable de voir la situation clairement, d’esprit confus, trouble, obscur, nuageux, d’où le bon sens est entièrement absent. La situation est d’une extrême gravité.

330Il pense que la situation troublée d’aujourd’hui ira s’aggravant, et il se demande si à un moment donné, il ne sera pas nécessaire qu’en France, se plaçant en face du fait, on ne cherche à faire la paix pour nous la moins défavorable possible.

331Dîner avec le général Janin et la mission militaire. Le général nous raconte sur l’empereur Nicolas II les anecdotes les plus vécues qui le montrent comme un pauvre homme se plaignant constamment de ne pas être le maître chez lui et de ne pas pouvoir seulement se soustraire à la nourriture boche que lui imposait sa femme. Puis, au moment du départ, après la révolution, invitant les officiers à venir le voir dans sa petite maison de campagne. Il nous dit que 1 500 000 soldats russes ont dû quitter le front pour aller se promener chez eux et que des milliers d’officiers ont été supprimés ou chassés de leurs régiments. Au reste, l’armée de Riga est mauvaise, celle de Minsk, médiocre, celle de Broussilov assez bonne, celle de Roumanie, mal nourrie.

332Il n’arrive en Roumanie que 250 wagons par jour ; on va en mettre 50 à 60 de plus pour nourrir la population ; les Russes reprochent aux Français de ne pas les avoir autorisés à transporter les Roumains plus loin au moment de la retraite. À l’estimation du général, il faudra deux mois à l’armée russe pour se préparer à une offensive à partir d’aujourd’hui, à condition que dès maintenant on ne perde plus un seul jour.

  • 203 Au lendemain de son arrivée, Lénine prononça un important discours devant le Soviet de Petrograd. D (...)
  • 204 Militant social-démocrate, bolchevik jusqu’en 1914, proche du groupe « sans-parti » rassemblé autou (...)

333En revenant du dîner, nous trouvons Silber qui nous dit que Lénine s’est rendu au Comité aujourd’hui, qu’il y a parlé deux heures pour dire203 : les social-démocraties sont toutes mortes ; n’attendez rien de l’Allemagne socialiste. La seule façon de renouveler l’internationale, c’est en Russie, de faire la révolution sociale, de chasser le gouvernement provisoire, de prendre le pouvoir, de déclarer la paix immédiate. Il a été très froidement accueilli, et seuls quelques fidèles l’ont applaudi. De plus, Silber m’a dit que tout le gouvernement avait passé aujourd’hui chez Plekhanov pour lui offrir le pouvoir, et qu’on allait s’arranger pour lui donner une fonction considérable entre le Comité ouvrier et le gouvernement. Nous apprenons au moment de nous mettre au lit que Steklov204 nous organise une réunion énorme pour demain soir dans la grande salle de l’école des cadets de la Marine réquisitionnée par le gouvernement révolutionnaire. Les organisateurs sont les membres du Club des ouvriers et soldats d’un des quartiers les plus populaires de Petrograd.

Mercredi 18 avril 1917

334Il n’y a à l’hôtel, ce matin, ni café, ni lait. La dactylo de Moutet arrive à 9 h. Mais comme il n’y a pas encore de journaux de sortis, on ne peut commencer le travail de dépouillement. Interrogée, elle répond que la journée, même en temps de guerre commence à 11 h à Petrograd.

335Ceretelli, un des éléments les meilleurs du Comité.

33611 h, déjeuner – 1 h, Comité – 3 h, Plekhanov.

3376 h, Lvov – 7 h, dîner – 8 h, meeting

  • 205 Les Allemands avaient lancé une brève offensive à Stockhod, le 12 mars 1917. Cette offensive, surve (...)

338Le général Janin me dit : on ne peut pas honnêtement demander aux Russes d’agir en ce moment. Tout est un bourbier effroyable au front jusqu’au 15 mai. De plus, Alexeiev déclarait il y a quelques jours qu’il ne pourrait agir au plus tôt qu’en août ; pressé, il a répondu que si dès aujourd’hui tout se rétablissait en ordre à l’arrière et au front, il pourrait faire un effort en juin-juillet. Mais en attendant, ils nous abandonnent dans notre offensive présente qui pendant ce temps est fatalement vouée à l’insuccès. C’est à un tel point que Janin, comme l’ambassadeur, déclare que si ces choses ne s’améliorent pas, on pensera sérieusement en France à faire la paix en s’assurant les bénéfices possibles et en disant à la Russie de s’arranger de son côté. La presse allemande ce matin dit : « Nous sommes prêts demain à la paix avec la Russie sur les bases indiquées par le gouvernement russe. Seuls les Alliés empêchent la paix. Quant à l’aventure de Stockhod205, n’y faites pas attention, ô Russes ! on ne recommencera plus. »

339La seule réponse à faire, c’est : dites vos buts de guerre !

  • 206 Dans les deuxième et troisième cabinets du gouvernement provisoire, M.I. Tereschenko (1886-1956) oc (...)

340Trois ministres, Goutchkov, Milioukov et le ministre des Finances206 sont allés hier voir Plekhanov pour lui offrir le pouvoir ; ce matin, un grand nombre de membres du Comité sont aussi allés le voir. Après l’échec hier de Lénine, au Comité, et après les protestations unanimes des socialistes russes en Suisse contre le passage de Lénine par l’Allemagne, la situation s’améliore beaucoup.

341Nous sommes accueillis à 1 h au Comité des députés ouvriers et soldats. Nous arrivons à 1 h précise. Motion votée par le congrès sur : la guerre, les rapports avec le gouvernement, la terre, la question ouvrière, les aliments, l’organisation culturelle.

342On nous demande d’abord le but de notre venue et le programme de notre séjour. Lafont prend la parole : nous venons vous demander ce que vous comptez faire. Nous avons été peinés en voyant dans le Politiken une lettre injuste de camarades russes. Nous ne sommes pas des inconnus pour vous. Nous ne voulons pas faire de polémique. Jugez-nous sur nos affirmations (une vingtaine de membres du Comité, dont Tchkeidze et Steklov sont présents au début).

343La raison de notre voyage est de vous dire les sentiments de notre prolétariat sur votre révolution. Nous avons voulu voir dans la vie, la révolution russe. Puis nous avons voulu voir ce que vous faites dans ces moments difficiles ; puis nous voulons être d’accord avec vous. Car nous voulons jouer un grand rôle dans la paix et pour cela notre accord sera indispensable. Nous avons examiné vos résolutions et décisions des congrès récents. Nos conclusions se ressemblent beaucoup. Vous insistez sur le caractère de la guerre qui doit être de libération et démocratique et non d’annexion et de conquêtes. Nous avons obtenu de Ribot des déclarations libérales ; la guerre n’est pas de conquête ; pas de conquêtes territoriales, mais la liberté pour chaque peuple de disposer de lui-même.

344Un membre demande à Lafont : qu’entendez-vous par la libération des peuples ?

345Lafont répond : d’abord que les peuples d’aujourd’hui conquis par l’Allemagne retrouvent leur liberté et leur indépendance. Même pour les autres peuples qui n’étaient pas libres avant la guerre. Les conditions que vous imposez à votre gouvernement sont celles que nous avons imposées à tous les gouvernements français depuis la guerre. Pour résumer notre état d’esprit, le texte de votre résolution de congrès est le nôtre. Ce que nous voudrions de vous, c’est savoir comment vous pourrez exercer votre action d’organisation sur la guerre. Puis, nous vous demandons comment vous pensez défendre votre révolution. Tous les socialistes sont pour la paix, mais la question à laquelle vous vous attachez, c’est de préciser les conditions de la paix. Vous avez fait appel aux socialistes allemands, mais nous sommes sceptiques sur ce que feront les socialistes allemands. Depuis août 1914, nous vous avons fait des appels, nous avons attendu les réponses. Elles ne sont pas venues ; sans préjuger de l’avenir, l’expérience que nous avons nous donne un état d’esprit différent du vôtre. Nous ne croyons pas à un mouvement socialiste allemand pour répondre à l’admirable mouvement russe. Nous sommes d’accord sur les annexions. Mais que veut dire, sans contributions ? Que veut dire ce mot ? Nous ne voulons pas des indemnités de guerre pour l’écraser et l’empêcher de prendre sa place dans le monde. Nous ne voulons pas non plus par des traités de commerce comme le traité de Francfort ; nous ne voulons pas créer des impossibilités d’exister. Mais nous sommes en présence de régions dévastées en France et en Belgique. Si nous ne faisons pas réparer, ce sera le prolétariat français qui payera l’indemnité ; on a enlevé usines, machines, rails, traverses. Ce ne sont pas là des représailles, des pénalités : mais... Maintenant que la révolution russe s’est faite, elle nous apporte un appui, un réconfort énorme contre notre chauvinisme. Mais nous voulons mettre nos amis russes en face des faits et des exigences de notre vie prolétarienne d’après la guerre.

346Un membre du Comité : paierez-vous les indemnités pour la grève ?

347Oui, dit Lafont, d’autant plus qu’il s’agit d’un kopeck en face de 100 millions de roubles.

348Après la guerre, nous aurons avec la révolution russe, une possibilité de politique extérieure démocratique non secrète. Demain, c’est la nouveauté incroyable que la Russie peut devenir le moteur pour remplacer les vieilles diplomaties. Une diplomatie claire des peuples. Nous sommes aujourd’hui encore sous la menace quotidienne des armées allemandes, mais dès aujourd’hui, nous voulons réaliser un internationalisme réaliste et profond puisque nous avons une action de plus en plus grande sur nos gouvernements en attendant que nous soyons le gouvernement lui-même.

349À ce moment, le nombre des représentants du Comité est de 30. Tchkeidze répond : nous n’avons pas de réponse fixe, car nous n’avons pas discuté. Soit, dit Lafont, mais nous voudrions savoir de vous, quel est votre rôle, votre plan. Nous sommes venus nous documenter.

350Tchkeidze. – Vous nous poserez vos questions. Nous vous en poserons d’autres, puis nous en discuterons entre nous, Russes et nous vous en référerons, car nous aurons encore d’autres entrevues.

351Oui, dit Lafont, nous sommes préoccupés plus que vous de la fin de la guerre, car nous souffrons plus que vous ; tout ce qui se passe ici nous inquiète. On nous dit qu’ici tout va mal, nous voulons que vous nous renseigniez ; excusez-nous de notre indiscrétion. Votre vie nationale intéresse le monde, mais nous surtout, vos alliés.

352Les Anglais déclarent qu’ils n’ont rien à ajouter à ce que Lafont a dit.

353Moutet dépose les résolutions depuis le début de la guerre, prises depuis le début par le socialisme français. Nous remettons la lettre des minoritaires et l’appel de Pressemane, la résolution des minoritaires au dernier congrès. Elle est traduite sur le champ par Steklov.

354Un socialiste russe demande :

  • 207 Le Soviet de Petrograd était intervenu à Paris et à Londres pour que des représentants minoritaires (...)

3551°) Pourquoi il n’y a pas de minoritaires207, 2°) Si nous avons l’intention de libérer nos coloniaux, 3°) Ce que nous pensons de la diplomatie secrète.

  • 208 A.P. Iswolsky fut ministre des Affaires étrangères de l’Empire russe en 1906-1910 et ambassadeur à (...)

356Lafont pose avec éclat le problème Iswolsky208.

357Le jeune russe léniniste pose le problème des Indes et de l’Irlande à quoi répond O’Grady, Irlandais. Il est 4 h.

358Il est entendu que samedi après-midi, quelques camarades du Comité viendront avec nous pour causer des questions que nous avons posées aujourd’hui.

359C’est la reconnaissance officielle de notre mission et évidemment, les hésitations de Tchkeidze indiquent qu’il n’avait pas encore réfléchi sur ces problèmes, mais qu’ils seront examinés avec intérêt et sympathie.

360En sortant, nous allons chez Plekhanov. Il est au lit, malade, et il me dit avoir reçu hier au soir la visite de trois ministres pour lui offrir un portefeuille. Il leur a dit : je vous serai plus utile dehors que dedans. Comptez sur moi. Mais je ne veux pas que Lénine et les démagogues insinuent que je suis un satisfait.

361Le matin, les membres les plus importants du Comité des ouvriers et soldats sont venus le voir et lui ont offert la direction morale du Comité révolutionnaire. C’est entendu, après l’écrasement de Lénine.

  • 209 Vera Zassoulitch (1851-1919) fut une des premières militantes socialistes russes. Elle participa d’ (...)

362Nous saluons Vera Zassoulitch209 chez Plekhanov.

363Nous allons de là au Conseil des ministres. Tout le Conseil est présent. Moutet dit que la révolution russe avec tous ces bouillonnements ne lui fait pas peur ; qu’il attend tout de la liberté, qu’il a la foi dans la révolution russe ; qu’il a confiance dans le peuple libre russe. Cette réception a lieu dans l’ancien palais du Conseil de l’empire qui est un ancien palais construit par Nicolas Ier, splendide.

  • 210 Juriste, député menchevik à la quatrième Douma, vice-président du Comité exécutif du Soviet de Petr (...)
  • 211 J.P. Goldenberg (1873-1922), militant social-démocrate. Bolchevik jusqu’en 1910, adhéra au menchevi (...)

364Le soir, à 8 h, dans l’école des cadets de la Marine, 8 000 à 10 000 soldats et ouvriers, réunion publique splendide. J’y parle. L’enthousiasme est extraordinaire. Musique après chaque discours. Un officier parle. Steklov dit que si l’Allemagne n’abat pas son Hohenzollem, il lui faut faire la guerre. Il y a tellement de monde qu’un second meeting se tient dans la rue. À ces deux meetings, très solennels, tenus dans un ordre parfait, les discours des Anglais et les nôtres ont été Défense nationale. Ceux de Steklov et de Skobelev210 et de Tchkeidze, également Mais Goldenberg211 a déclaré que la Russie devait faire la paix même avec l’impérialisme et qu’après on s’arrangerait. Dans tous les discours russes, d’ailleurs, une croyance à la révolution, à l’internationale, une méconnaissance des difficultés qui étonne. C’est que toujours le mot de Bismarck est vrai : « La vérité n’a pas de prix pour les Slaves. Ils se repaissent d’apparences. Ils croient tout ce qui leur plaît de croire. Ils sont aussi légers que les Français. »

365Kerensky, à la réception du gouvernement provisoire nous dit : la démocratie russe est maîtresse de ce pays : nous avons décidé de briser l’impérialisme et les annexions. Nous ne voulons humilier personne, ni rendre personne esclave, nous servons l’égalité, la liberté, la fraternité de tous les peuples. L’enthousiasme des Russes ne provient pas de l’idée de la patrie comme l’entend la vieille Europe, mais nous croyons que le rêve de fraternité de tous les peuples va devenir réalité. Le moment est proche où les démocraties comprendront qu’aucun antagonisme ne peut exister entre elles. Nous, jusqu’à la fin, nous resterons sur les positions du gouvernement provisoire, et du Comité ouvrier et soldat. Jamais nous ne permettrons le retour vers les anciens buts de guerre du tsarisme. Nous vous prions de dire le véritable sentiment du peuple russe aux ouvriers français et anglais. Vos intérêts nous sont chers. Faites influence sur vos classes bourgeoises comme nous l’avons fait. De tout mon cœur, je vous salue, Français, nous avons pris l’enthousiasme révolutionnaire, et des Anglais, nous avons appris la résistance, la ténacité.

Jeudi 19 avril 1917

366Les journaux nous apprennent que nos camarades émigrés russes qui viennent d’Angleterre ont été coulés entre Aberdeen et Bergen.

  • 212 Ernest, comte Reventlow (1869-1939) était un écrivain et homme politique allemand, et rédacteur du (...)

367Le Vorwärts prévient contre les désordres en Allemagne. Les socialistes allemands craignent que la révolution en Allemagne prolonge la guerre et coûte ainsi la vie à des centaines de milliers d’hommes. Reventlow212 reproche à Bethmann de s’être presque excusé du succès de Stockhod. Départ ce soir pour la Finlande. Depuis 1809, le tsar n’est plus grand-duc pour la Finlande ; elle est juxtaposée à la Russie, en union personnelle comme la Hongrie avec l’Autriche. Elle a le régime parlementaire ; elle est avec l’Angleterre la monarchie constitutionnelle la plus vieille de l’Europe : elle a ses douanes, sa langue, son budget, ses écoles.

368L’opinion de Buchanan est : « Je ne partage pas le pessimisme de nos attachés militaires. Lvov m’a affirmé que d’ici quelques semaines, il pourrait nous venir en aide. » Et Alexeiev ajoute : « Dès que la bataille sera commencée, les soldats se battront mieux qu’avant. »

  • 213 Il s’agit du Marquis C. Carlotti.

369À 11 h 30, ambassade d’Italie. L’ambassadeur d’Italie213 nous a téléphoné pour nous dire qu’il allait venir nous faire visite à l’hôtel. Nous lui répondons : non, c’est nous qui allons vous voir chez vous. Et nous y allons avec les Anglais !

  • 214 La Roumanie avait été en partie occupée par les troupes des Puissances centrales en novembre 1916-j (...)

370Il nous dit que le peuple russe était menacé par son idéalisme même et qu’il ne se méfiait pas assez de ses sentiments généreux. Il va donner le conseil aux trois socialistes italiens qui devaient venir en Russie, d’y venir le plus tôt possible. Il pense que nous accomplissons la besogne la plus utile et ajoute « que si nous n’y réussissons pas, nul n’y parviendra ». Ce qui est très italien. Je ne manque pas de l’intéresser aux choses de la Roumanie214 et il m’affirme qu’il va s’y adonner dès aujourd’hui. Il espère qu’on pourra rapidement faire une deuxième ligne de chemin de fer, même de fortune, même dont le matériel n’aurait que la traction animale, pour doubler la seule qui existe en ce moment.

371Je vais voir Noeckel à qui je remets les paquets Guyonnet, et qui me dit qu’il sera à Moscou mercredi soir ; il a là-bas une fabrique de gaz asphyxiants et est à notre disposition.

  • 215 J.K. Bresko-Breskovskaia (1844-1934), la « grand-mère » de la révolution russe, fut une des fondatr (...)

372À 1 h, déjeuner chez Kerensky. Nous y trouvons la grand-mère, la Babouchka215 ; la mère de la Russie révolutionnaire. Elle déjeune avec nous. Nous l’embrassons. Elle nous dit que le seul devoir de la Russie révolutionnaire est de lutter contre l’Allemagne, qu’elle connaît bien son peuple, qu’il est courageux et qu’il ne se laissera pas enlever son sol par l’ennemi, mais que pour l’instant, il est tout à son action intérieure ; il importe qu’il agisse le plus vite possible au point de vue de sa défense ; c’est aussi le point de vue de Mme Kerensky qui est près de moi et me fait une profession déjà très ferme et très nette pour la Défense nationale, et pour l’aide nécessaire à apporter immédiatement à la France. Le ministère de la Justice est un monument à l’intérieur somptueux où la grand-mère, entourée de marins révolutionnaires, et de personnalités socialistes nombreuses reçoit dans un salon somptueux. On a enlevé tous les tableaux des empereurs, et le tout, sur lequel un certain sans-gêne démocratique a été ajouté, est au plus haut point, pittoresque.

  • 216 N.S. Tielsky (1875-1937), militant social-démocrate, « internationaliste », membre du Comité exécut (...)
  • 217 P.A. Krasilov (1870-1937), militant social-démocrate depuis 1890. Exilé en Sibérie (1894-1900) ; me (...)

373À 6 h, dîner à l’Ours avec Tielsky216, Krasilov217, amis de Bracke, Skobelev, Steklov, etc.

374Le mot essentiel du russe : Nitchevo : « ça ne fait rien ».

375Helgsinfors, 100 000 habitants, finnois pour 90 % capitale de la Finlande, avec Sveaborg dans une île, défense comme Gibraltar. La Finlande, le pays aux mille lacs, forêts, marais. Trois millions d’habitants. Diète : 300 membres. Le suédois a été la langue officielle jusqu’en 1863 ; maintenant, le finnois a les mêmes droits.

376À 7 h 30, réunion publique à l’école militaire faite aux secrétaires d’état-major de la garnison de Petrograd, 1 000 personnes.

377En fait, il importe pour nos camarades de tenir en haleine les soldats et les ouvriers, car c’est sur eux qu’ils s’appuient en face du gouvernement. Il a assis solidement par sa propagande la république en Russie, car sa propagande contre le tsarisme et pour la révolution est incessante. À 9 h, deuxième réunion, dans un quartier populeux où 6 000 à 7 000 hommes et femmes sont réunis. Ils viennent là, me dit Mme Lafont, comme ils et elles allaient à l’église, dans le silence et le plus grand ordre. C’est la première réunion d’un club de femmes qui vient de se créer dans le quartier. Les orateurs populaires qui parlent ont souvent été victimes du régime tsariste et leur parole en prend plus d’autorité. Ce soir, ils ont été assez Défense nationale.

378À minuit, nous arrivons à la gare de Finlande pour prendre le train d’Helsingfors. Il était tellement bondé qu’il fallait passer la nuit dans des conditions très pénibles, dans un wagon plein, bondé. J’y renonce et reviens à l’hôtel, me coucher, à 1 h. Je suis très frappé : 1°) Que dans tous ces meetings il y ait autour de la tribune et sur la tribune, un grand nombre de juifs qui lisent la Pravda et sont à grands cris pour l’internationale et comme Goldenberg, pour la paix immédiate. Steklov qui est un juif dont la femme est dentiste prononce bien des discours contre les Hohenzollern, mais il a l’esprit plein de préventions et de calomnies contre le socialisme français. Et quand nous roulons dans son auto réquisitionnée d’une salle de meeting à l’autre, il me dit : « Vous voyez comme O’Grady a été mal accueilli hier, quand il a dit que toute l’Allemagne était derrière son empereur. La salle lui a crié : mensonge ! » Or, d’abord, il n’y eut qu’un cri isolé : ce n’est pas vrai ! Et de plus, il est certain, à la conversation de Steklov qu’il aime beaucoup mieux les Allemands que les Anglais. Une énorme quantité de Russes intellectuels ont été élevés en Allemagne, y ont reçu leur éducation : ils fuyaient la Russie tsariste pour aller en Allemagne où ils trouvaient un parti socialiste qui les accueillait, qui parlait en leur faveur, qui défendait les juifs, qui avait fourni Marx, et toutes ces sympathies se retrouvent aujourd’hui. Ils ne voient pas l’Allemagne telle qu’elle est. Et ce qui est vraiment terrible, c’est qu’en ce moment, ils n’observent plus que leur révolution. Ils attendent que les Allemands fassent la leur pour qu’on termine la guerre et pour reprendre vite les relations internationales, une fois la guerre liquidée. Pour la Défense nationale, ils entendent si les Allemands nous attaquent, nous nous défendrons, mais pour nous, nous n’attaquerons plus ; nous attaquerons d’autant moins que les Allemands ne sont nulle part, à proprement parler en Russie. Steklov ajoute : si la révolution éclate en Allemagne, nous prenons le pouvoir immédiatement.

379Dans la rue, on vend de petites brochures outrageantes sur Raspoutine et Nicolas.

380Dans le congrès du Bund, les juifs socialistes ont réclamé la liberté de la langue juive, des écoles, des droits religieux, le respect de la nation juive en tant que nation. Et ils ne nous trouvent pas assez internationalistes !

Vendredi 20 avril 1917

381Ce qui a prévalu en Allemagne, c’est l’opportunisme du syndicalisme de Legien contre le socialisme de la social-démocratie.

382Les seuls qui ont protesté contre le germanisme sont les juifs d’Allemagne.

383Nos camarades anglais ont dîné hier avec Kerensky (chez Buchanan) qui leur a dit : « Les choses s’arrangent peu à peu, sensiblement, un peu lentement. Mais je suis plein d’optimisme. On va s’arranger maintenant plus rapidement, et nous serons prêts à vous aider dans quelques semaines. »

384Lénine a une thèse perfide ; il dit : « Si nous poussons à fond la révolution ici, nous ébranlerons l’Allemagne elle-même. » C’est dangereux.

385Chaque jour, des agents provocateurs sont démasqués et reconnus comme touchants à l’ancien gouvernement. Bien qu’on ait brûlé l’Okhrana (la police secrète) et que bien des documents aient disparu.

386Les ouvriers gagnent de 6 à 12 roubles par jour, la femme, 4 à 5 roubles ; la vie est chère, mais les salaires sont très élevés, les pourboires énormes, on a doublé le salaire des employés ; les appartements sont à des prix fabuleux ; il n’y a pas de moratorium, mais les propriétaires n’ont pas le droit d’augmenter leurs loyers.

  • 218 Vera Figner (1852-1936), militante socialiste-révolutionnaire, membre du groupe terroriste Liberté (...)

387Vera Figner218 dit : il n’y a que deux chemins pour les réfugiés russes pour revenir en Russie : par l’Allemagne ou par la mort. Deutsch est arrivé à Bergen par la voie de la mort, non de la honte. Les Allemands, à Berlin, font des mouvements : ils demandent du pain, la réforme électorale en Prusse et la paix. Des dépêches contradictoires sur l’étendue du mouvement et son ampleur.

  • 219 En mars 1917, ce groupe social-démocrate patriote, formé en 1914, prit position en faveur du gouver (...)

388L’Unité, journal quotidien ouvrier sous la rédaction de Plekhanov219. C’est aujourd’hui encore un petit journal, de petit format, peu répandu ; il va se transformer en un grand organe.

389Dumas me dit que notre ami Breyner qui était marié à une jeune fille riche de Lodz a fait sa fortune, depuis son retour en Russie, dans une affaire de forêt.

390Ce qu’il y a ici de plus frappant, c’est la place énorme prise dans ces événements, par le parti socialiste. En réalité, c’est lui qui mène la Russie en ce moment. Ce sont les décisions du Comité des ouvriers et soldats qui seules comptent : le gouvernement est absolument impuissant. De même, la guerre en Allemagne dépend exclusivement du parti socialiste allemand. S’il abandonne l’empire, c’est la victoire démocratique du monde ; sinon c’est la prolongation de la guerre.

391Les Italiens et leurs ambassadeurs dont celui de Petrograd, Carlotti, est un des plus intelligents, sentent très bien quelle est aujourd’hui, quelle sera demain l’influence du parti socialiste partout dans le monde. Le sentiment grandit partout de cette puissance internationale.

392Les socialistes russes disent : ni annexions, ni conquêtes. Mais, exigent-ils la même politique des Allemands ? Qu’ils prennent garde aux plans allemands exposés par le prince Andràssy.

393Il faut une paix blanche, sans acquisition formelle, ni contribution de guerre. Mais au moment de la paix, il y aura en Europe des faits accomplis : l’État polonais et l’État lithuanien ne seront plus russes. Et nous proclamerons leur indépendance ; ils auront ainsi perdu tout contact avec la Russie. Dès lors, ayant rompu avec la Russie mécontente, ayant perdu le marché russe, qui faisait vivre la Pologne, ils seront obligés de chercher l’appui militaire et économique chez nous ; leur existence commerciale sera liée à celle des Empires centraux ; elles graviteront autour de nos empires, et rentreront dans le système de la Mitteleuropa. Or, la création de la Mitteleuropa est le but commun des Allemands et des Autrichiens.

394Une fois constituée, s’il n’y a pas eu de révolution en Allemagne, ce sera au centre de l’Europe, une puissance militaire et réactionnaire formidable.

395Le Bund a pris une décision bonne sur la continuation de la guerre ; il en a pris une deuxième contre la participation au ministère.

  • 220 Ce discours fut prononcé quelques jours avant que le président Wilson ne prenne la décision (12 mar (...)

396Le président Wilson, au banquet du Comité national démocratique, 7 mars220 : « La condition essentielle de la paix future sera qu’aucun peuple ne puisse être gouverné contre sa volonté et qu’aucun gouvernement ne puisse asseoir sa domination sur les peuples qui refusent de la reconnaître. Voyez l’Alsace-Lorraine. Vous avez là l’exemple de ce qu’il faut empêcher si l’on veut établir une paix permanente. »

397Il apparaît bien, ici, en Russie, comme ailleurs, que les étudiants qui firent leurs études chez nous, conservèrent le souvenir de la France, et qu’en ce moment ils sont nos meilleurs soutiens. De même, pour ceux qui allèrent en Allemagne. La conséquence, c’est qu’au lieu de traiter de métèques les étudiants étrangers à la Sorbonne, il faudra en multiplier le nombre et les bien recevoir. De tout l’univers on viendra en France, car nous sommes devenus très sympathiques pendant cette guerre ; nous aurons assez donné au monde pour en avoir acquis la sympathie partout.

398Les journaux de Lénine nous accusent d’être venus en Russie pour acheter le socialisme russe.

  • 221 Fondé à Milan en 1866, l Secolo était un des principaux quotidiens d’Italie. De tendance libérale d (...)
  • 222 Quotidien romain fondé en 1878, Il Messagero était de tendance démocratique radicale, de tendance i (...)
  • 223 Arnaldo Della Torre, journaliste du Secolo.

399En déjeunant, Dumas me dit que le fait d’avoir subordonné en Italie notre action à celle du Secolo221, du Messager222, de Campolonghi, de Della Torre223, du directeur du Messagero et Secolo, c’est avoir fait fausse route. Car nous avons excité les jalousies, et nous avons peu réussi parce que ceux sur lesquels nous nous appuyons ne sont pas cotés, et pour cause. En ce sens, le salon de Mme Ménard-Dorian aura été dangereux.

400Petrograd en ce moment semble normal. En réalité, on ne voit dans les rues que des soldats, des petites gens, des prolétaires, peu d’autres, pas un équipage de luxe, pas de domestiques en livrée ! C’est que toute la Cour, toute la bourgeoisie riche se cache avec terreur, se demandant ce qui l’attend demain. Demain, si le gouvernement ouvrier vient au pouvoir, c’est leur fortune menacée, leurs terres, leurs maisons, leurs biens. En attendant, la rue qui était encombrée de leur luxe étalé, est prise par le reste de la population, alors qu’en général, Petrograd était une ville de grande vie large et étalée.

401L’arrêté d’expulsion de France de Plekhanov pris il y a dix ans n’a été rapporté que huit jours avant la révolution, sur les instances de Guesde près de Poincaré. Le motif de son expulsion, c’est sa brochure sur les anarchistes. Et aujourd’hui, ici, toute l’ambassade, tous les Français de Russie disent : il n’y a qu’un homme pour sauver la situation : Plekhanov.

402Or, Plekhanov ne voulait pas venir car il était malade, et c’est sur les instances de Dumas qu’il est ici.

403Le peuple de Petrograd ne lit pas un seul journal bourgeois ; il ne lit que les journaux socialistes.

404Opinion de Lloyd George sur Paléologue : « C’est moins que rien. » Avant notre arrivée, Paléologue a recommandé à tous les siens de ne rien nous préparer, de n’avoir aucun contact avec nous : « S’ils font des gaffes, nous nous lavons les mains, s’ils réussissent, ça ira bien ! » Et c’est pour cela qu’on n’a rien préparé pour notre mission, ni une pièce, ni un document.

405Un des ambassadeurs de France à l’étranger a reçu 100 000 F pour faire de la propagande. Il les a placés en disant : « L’intérêt suffira. »

  • 224 Il s’agit de la perspective Nevski, principale artère du centre de Petrograd.

406Dîner ce soir à 8 h chez Breyner qui me raconte les journées révolutionnaires. Le jeudi 13 février, 8 mars, 500 personnes demandent du pain sur Nevski224. Le vendredi, ils sont 2 000. La répression est molle. Le samedi, 10 000, collision : 100 tués près de la gare Nicolas. Le dimanche : électricité dans l’air, Nevski est fermée, agitation dans les quartiers ouvriers Viberg et Pontilov. Le lundi : proclamation appelant tous les ouvriers à reprendre le travail sous menaces. Les ouvriers n’obéissent pas. À 2 h, les soldats de la garde se mettent avec le public. Entre 2 h et 5 h fusillades avec la police, à 5 h. l’arsenal est pris ; on délivre les prisonniers. Le même lundi, dissolution de la Douma qui refuse de se séparer. À 5 h les soldats et les ouvriers vont à la Douma ; on y élit un Comité exécutif de la Douma.

407Les mardi et mercredi : tous les soldats marchent avec le peuple ; la bataille continue entre les policiers déguisés en soldats armés de mitrailleuses et les révolutionnaires avec automitrailleuses et fusils. Le mercredi, le défilé des régiments commence à la Douma venant de partout, de 40 kilomètres autour de Petrograd. 200 000 soldats ; puis une délégation de 5 000 officiers vont à la Douma. Dès le mercredi, on dit que 100 000 soldats marchent contre Petrograd ; or, les troupes, à mesure qu’elles arrivent en ville, se mettent du côté des révolutionnaires. Comme on annonçait des troupes décidées à la lutte, on coupe les rails à 20 kilomètres de Petrograd et au surplus, on remplit les gares de patrouilles. Au Comité des ouvriers et des soldats, une centaine de socialistes commencent à s’organiser, puis on fait procéder à des élections dans les régiments et dans les usines ; et aujourd’hui, ils sont 3 000. Ils ont nommé un délégué par 250 soldats et par 1 000 ouvriers pour Petrograd.

  • 225 Il s’agit du Comité exécutif du Soviet de Petrograd, constitué le 27 février 1917 et comprenant en (...)

408Cette assemblée a élu un comité d’une quinzaine de membres225 comme conseil auxquels sont adjoints les représentants du parti socialiste, les délégués des journaux socialistes des anciens députés à la Douma.

409Ch. Dumas est allé au Bibabo, cabaret. On y voit un ouvrier en bourgeron avec son drapeau rouge et la guillotine au fond. Une chanson sur l’impératrice où tout le monde applaudit à rompre : allusions à Raspoutine. Bonjour à toi Alice, au revoir ! C’est un cercle bourgeois très antidynastique. Ceci n’est pas grossier, injurieux, c’est spirituel.

410On se couche très tard à Petrograd. En ce moment, la nuit est très agitée. À [de ?] 11 h à minuit, des foules dans la rue. Il y a des nuits blanches de lumière complète en juin où on ne se couche pas. Aussi se lève-t-on très tard et la vie ne commence que vers 11 h du matin.

Samedi 21 avril 1917

411À Petrograd, on ne semble ni en guerre, ni en révolution. Il semble que c’est l’armistice. C’était ainsi avant la guerre, même avant la révolution. C’est le moment de la débâcle des glaces sur la Néva. C’est un spectacle superbe, un fleuve de 900 mètres de large qui marche à la mer. Au préalable, on a pendant l’hiver accumulé sur la glace tous les détritus de la ville qui s’effondrent dans l’eau et sont emportés.

412Visite à Plekhanov, 11 h du matin. Il est plein d’optimisme. La tactique, c’est de se mettre en confiance avec le Comité des ouvriers et soldats et d’y isoler Lénine ; il pense y arriver rapidement. Il appartiendra au Comité dès qu’il sera valide. Il est appelé à prendre la parole dans les régiments, appelé par les soldats eux-mêmes. Il pense que le Comité ne représente pas la Russie proprement dite, que Steklov n’est pas intelligent et est ambitieux ; que le Comité et surtout le Bund ont des tendresses proallemandes et pacifistes, mais que le prolétariat de Petrograd lui-même n’est pas disposé à les écouter. Il a reçu hier 50 000 roubles pour développer son journal qu’il espère voir répandu, non à 50 000 exemplaires comme aujourd’hui, mais à des centaines de mille à Petrograd et sur le front.

413Il me dit du Bund que c’est l’organe d’un nationalisme juif qui n’a plus de raison d’être, puisque les juifs sont libres ; mais qu’ils doivent se fondre dans le parti russe lui-même et qu’ils ne représentent en aucune sorte la Russie et le prolétariat russe. Même à Petrograd, la classe ouvrière est animée des meilleures intentions. Il faut y faire la propagande par la parole et le journal. Dans le Comité lui-même règne un état d’esprit fâcheux, mais dans le public, il en va tout autrement. Il m’en cite une preuve :

414Steklov avait été chargé du rapport sur les relations entre le Comité ouvrier et le gouvernement provisoire. Il fit un rapport très dur contre le gouvernement et ses conclusions publiques furent au contraire pour l’entente. On raconte que dans l’intervalle entre son discours et la résolution publique, des soldats étaient venus pour lui indiquer qu’ils exigeraient l’entente des deux organismes de direction. Le Comité est composé d’avocats, de journalistes et d’intellectuels, très peu d’ouvriers.

415Mon sentiment est que Plekhanov a perdu le contact avec la masse ouvrière, il faut qu’il le reprenne personnellement, malheureusement, il est vraiment malade, vient de San Remo et le passage à Petrograd est trop brusque. Ce matin, il fait dans son journal un article très violent contre la Pravda, car hier celle-ci nous a attaqués en disant que nous sommes les amis d’Hervé et que nous terrorisons notre minorité. Plekhanov pense que toute la Russie paysanne est avec nous pour la guerre, que toute la province est avec nous, que l’armée dans sa grande partie est avec nous.

416Il y a ce matin un télégramme des socialistes russes d’Amérique et américains à Kerensky. « Nous vous prions de faire savoir au Conseil des délégués ouvriers et soldats, notre conviction profonde que la paix séparée entre la Russie et l’Allemagne sera la perte du progrès du mouvement socialiste international, pour les raisons suivantes :

417« Elle ne donnera pas à la Russie une paix durable et changera en ennemis ses alliés actuels.

418« Elle sera une trahison envers la classe ouvrière française qui a décidé de porter jusqu’au bout, dans l’intérêt de la Russie, le poids de la guerre.

419« L’Allemagne en écrasant la France se retournera contre la Russie car le gouvernement allemand ne peut pas tolérer un régime démocratique en Russie.

420« La paix séparée déliera les mains aux réactionnaires allemands qui deviendront ainsi dans l’avenir une menace pour les peuples démocratiques, ce qui rendra indispensable les futurs armements et détruira l’espoir d’un régime démocratique en Allemagne.

421« Les menaces de la domination allemande obligeront les États-Unis d’Amérique à maintenir une politique militariste constante à cause du danger dont seront menacés les institutions démocratiques et la propagande du mouvement démocratique dans les deux Amériques. Comme résultat, l’accroissement du militarisme dans tout le monde et le retard de la révolution sociale.

422« Souhaits à la Russie libre. Vive la révolution sociale ! »

423Signé : Charles Russel – Ernest Poole – U. Sinclair – Stockey – Dr Jutlovsky (ami de Lavrov) – W. English – [?] Walling – Gent – Dr Elsberg – Rutenberg – Dr Ingermann.

424Un grand appel des juifs américains russes aux juifs russes :

« Il faut combattre énergiquement pour la révolution, pour la liberté mondiale et juive. »

425Signé : Brandis, juge – Gotgein, prof. – O. Strauss, ambassadeur – Weiss, grand rabbin.

426Je trouve chez Plekhanov un colonel de l’active qui vient le prier d’user de toute son influence pour rétablir la discipline dans l’armée.

427Je l’interroge sur l’état de l’armée. Il me dit qu’il pense que le secteur Broussilov va donner bientôt une offensive sérieuse. D’autre part, il est parti beaucoup de soldats du front pour les raisons suivantes :

  1. L’appel du Comité ouvrier (n° l) a été fâcheux pour la discipline.

  2. Les soldats sont partis quand on leur a dit : on est en train de partager les terres. Chacun a voulu être là pour ne pas perdre sa part

  3. Des arrêtés disaient : ceux des déserteurs qui rentreront à telle date seront graciés. Beaucoup sont partis alors pour jouir de l’impunité jusqu’à la date fixée.

  4. En ce moment, certaines années donnent comme dernier délai pour la rentrée le 15 avril, d’autres, le 15 mai ; le ministère de la Guerre, une troisième date. Il faut au moins s’entendre.

428Le fait est qu’aujourd’hui, il y a de très nombreuses désertions et une désorganisation énorme ; mais si dans les villages on oblige les déserteurs à revenir à l’armée, les choses s’arrangeront. De plus, sur le front la discipline s’améliore beaucoup.

429Les ravitaillements sont insuffisants, les munitions suffisantes et même abondantes. Et la guerre n’est pas sur ce front comme sur le front français une guerre de pure position. C’est aussi une guerre de manœuvre. En somme le colonel est très optimiste ; il attend de Plekhanov une grande propagande que seul il peut faire dans l’armée.

430En rentrant, je trouve les amis qui reviennent de Helsingfors. Ils ont trouvé là tous un fort mouvement séparatiste et un mouvement allemand. Toutefois dans la flotte baltique, réfugiée à Helsingfors, bon état d’esprit. Le Comité des Marins les a reçus et a donné un ordre du jour de défense nationale très net et de défense révolutionnaire. Les marins ont élu leur amiral et leurs nouveaux officiers ; ils avaient tués les autres. Pourquoi ? Parce que l’amiral avait gardé dans sa poche les nouvelles de l’abandon du tsar et les ordres du gouvernement provisoire. Et de plus tous les officiers faisaient des orgies continues en présence de leurs matelots et en même temps, leur imposaient une discipline très rude. En outre, ces officiers étaient réactionnaires. Maintenant, la discipline semble rétablie en Baltique, chez les marins d’Helsingfors.

  • 226 La célèbre forteresse Piene-et-Paul, située en face du palais d’Hiver, servait de prison pour les p (...)

4314 h. Visite à Pierre-et-Paul226.

432Les émigrés russes qui ont échappé au torpillage du Zara arrivent en Russie. Ils sont 30, dont deux Zimmerwaldiens, les autres sont pour la nécessité de la victoire.

433Meyer, seul député américain télégraphie à Tchkeidze qui lui répond que la Russie ne fera pas de paix séparée, mais une paix fondée sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

  • 227 Homme d’État russe, député du parti Cadet à la 4e Douma. A.I. Singarev (1869-1917) fut ministre de (...)

434Claude Anet me dit que Singarev227 lui a déclaré que d’ici un mois, la question du ravitaillement sera réglée. Il y a des réserves dans le pays très insuffisantes. Mais il fallait les trouver. Le gouvernement antérieur n’avait rien fait pour cela. On a constitué 22 000 comités d’arrondissement, 4 000 comités de département, 50 de provinces, et aujourd’hui, tout cela fonctionne.

435Les ouvriers de Petrograd ont de la nourriture ; ils ont de hauts salaires ; il est probable qu’ils ne suivront pas les extrémistes dans ces conditions-là. Mais ce qu’il faut, c’est une offensive qui fera l’unité de la Russie. Elle se produira vraisemblablement dans un mois.

436Dès lors, le gouvernement provisoire serait sauvé, la Russie toute entière dressée et les menées allemandes très atteintes.

437Dans les usines de Petrograd, les comités ouvriers fonctionnent très bien ; ils sont parfois plus sévères, plus attachés à la discipline que les patrons ; quand il y a des retards, il y a enquête pour en savoir les raisons et des sanctions quand ils sont injustifiés.

438De même, sur le front, il y a des comités de soldats qui sont d’une aide précieuse pour les chefs.

  • 228 Allusion au retour d’exil de militants socialistes tels que Plekhanov, Tchernov, Dan, Avksentiev, N (...)

439Au fond, l’équipée de Lénine aura été excellente pour la Défense nationale. Elle l’aura isolé ; elle aura montré le danger des outrances ; et maintenant, que rentrent les révolutionnaires qui sont pour la Défense nationale228, les choses vont s’améliorer évidemment. Même la liberté intégrale de la presse est une chose excellente, car les critiques s’épuisent, et il n’est personne qui puisse se donner comme une victime ; de plus, le bon sens public fait justice des choses absurdes. Dans ce pays, il faut être optimiste, ne pas désespérer. D’abord parce qu’il ne sert à rien d’être pessimiste, puis parce qu’il faut que les Russes aient en face d’eux des gens actifs, pleins d’espoir, qui les encouragent. Et enfin, parce que ce pays est celui de l’inattendu, et qu’il contient toutes les possibilités. La révolution aura retardé de six à huit semaines la préparation ; mais l’armée et le gouvernement sont meilleurs aujourd’hui, car avec le gouvernement d’hier, c’était le désastre.

440Moutet et Lafont vont au congrès des travaillistes (groupe Kerensky).

Dimanche 22 avril 1917

  • 229 Ancien nom de Tallin, capitale de l’Estonie.

441Nous partons samedi minuit avec Kerensky et la grand-mère par la gare de Riga et Reval229. En route, conversation avec la Babouchka.

442Elle est d’esprit simple et clair, brave femme du peuple, honnête et bonne. Elle prête à son peuple toutes les qualités de douceur et de bonté. Elle le prend pour un enfant qu’il faut éduquer et guider. Elle a sur lui une autorité très grande en raison de ses trente-trois ans de bagne, de prison et de Sibérie.

443On a mis à sa disposition le wagon-salon d’un grand-duc dans lequel nous voyageons, afin qu’elle puisse aller partout en Russie faire sa propagande. Et elle me dit : moi qui n’ai pas une maison sur la terre, ni un appartement, ni rien, c’est moi qui ai cette voiture-ci. C’est que ma vie et mes cheveux blancs parlent pour moi. On m’a offert d’aller en Amérique où en parlant et en écrivant, je gagnerais beaucoup d’argent. J’ai refusé.

444Le long du voyage à partir du matin, dans ce pays boisé, marécageux, peu peuplé, des députations viennent à toutes les gares. La Babouchka leur parle, leur dit des paroles de courage et d’amour. Elle leur dit : « Hâtez-vous de chasser l’ennemi hors du pays afin de retourner à vos champs et à vos métiers. Soyez pour la fraternité des peuples, mais sachez que si vous ne faites pas votre devoir aujourd’hui, vous retardez la fin de la guerre. »

445À Taps, 2 000 personnes très enthousiastes.

446La Babouchka me dit que si les sociaux-démocrates russes sont proallemands, c’est qu’étant juifs pour la plupart, ils n’ont pu faire leur éducation en Russie et qu’ils l’ont faite en Allemagne qui les a bien accueillis, qu’en outre les juifs n’ont pas de sentiment national.

447Enfin nous arrivons à Reval à 1 h. Jusqu’à 4 h nous assistons à des meetings, à des manifestations inouïes. 100 000 personnes, toute la ville, tous les environs, tous les réfugiés des provinces baltiques envahies sont là dans les rues et au meeting de la place du marché. C’est pour Kerensky et la grand-mère, symboles de la révolution, un enthousiasme fiévreux, comme enivré. Kerensky parle avec une grande autorité et un grand talent. Il dit : socialistes révolutionnaires, votre rôle de parti est fini ; faites l’unité avec les ouvriers socialistes et avec la nation en ce moment critique. Le moment est dangereux au point de vue extérieur. Au point de vue intérieur, la république et la liberté russe sont assurées : rien ne les menace. Malheur à qui s’y risquerait. Nous voulons, nous qui avons aboli la peine de mort, élever sur le monde les idées de miséricorde. Nous ne voulons pas tuer ; mais le soldat qui donne la mort sur le front le fait pour défendre sa liberté, son sol, sa nation, les siens ; et jamais, même en ce moment, nous ne devons oublier nos devoirs de bonté, de fraternité internationale.

  • 230 La révolution de Février encouragea, en Estonie comme dans la plupart des régions non russes de l’e (...)

448Autour de nous, tout un peuple énorme empêche les voitures d’avancer. Cet enthousiasme pour la liberté230 devait être celui de 48 et de 92. Ce devait être le même langage des tribunes et des orateurs populaires. C’est au plus haut point émouvant.

449Les marins qui sont ici 25 000 à 30 000 hommes répondent : notre vie est à la patrie. Et un officier près duquel je suis, me dit : aujourd’hui, la discipline à bord est rétablie, et nous sommes prêts ; on a dit que la flotte allemande pouvait aller à Cronstadt et Petrograd. Ceci n’est pas vrai. Nous avons 25 sous-marins et une flotte suffisante pour l’en empêcher. Il est donc franchement optimiste.

450Au banquet, un Estonien réclame pour son pays, l’absolue indépendance, autonomie, liberté.

451Parmi les innombrables drapeaux de la manifestation, des rouges, des estoniens, un tchèque où il est écrit : « Les prisonniers de guerre tchèques au Premier ministre de la République russe. » Un autre, noir, avec sur le fond noir, un grand verre rouge, symbole du sang du prolétariat. Puis, plusieurs marins glorifièrent la grand-mère. Et un soldat remit à Kerensky un bouquet porté au bout d’un faisceau de verges qu’il rapporte de son régiment, et sous les coups desquelles sont tombés morts plusieurs soldats. Les musiques jouent La Marseillaise, seul chant, seule musique de la journée. La grand-mère est satisfaite et heureuse. Elle dit : « Déjà la mort me vise, mais mes petits-fils sont là. » Un officier de marine me dit : dans la marine, on va très bien : à bord de mon bateau, il y a un ordre excellent.

452Un Estonien a réclamé la liberté de l’Estonie.

453Kerensky me dit : « Nous voulons bien enlever Iswolsky mais il faut rappeler Paléologue. »

Lundi 23 avril 1917

454Je reviens dans la nuit, ce qui fait deux nuits blanches de suite.

455À 1 h 30, nous allons au Comité des ouvriers et soldats. Des réfugiés politiques russes ont été arrêtés par les Anglais. Le Comité proteste près du gouvernement anglais. Moutet et Sanders attestent qu’ils vont agir et qu’ils ont déjà agi près de leur gouvernement pour laisser passer tout le monde. Les révolutionnaires russes se placent au point de vue de la liberté complète que chacun aujourd’hui a en Russie. Nous demandons disent les Russes que l’Angleterre escorte les navires transportant les émigrés. Mais, disent les Anglais, nous sommes obligés à transporter très peu de monde, car il y a grand danger, et d’autre part, les Norvégiens ne voient pas d’un bon œil tant de navires armés entrer dans leurs ports.

  • 231 Le gouvernement français réclamait le rattachement de l’Alsace-Lorraine à la France sans une consul (...)
  • 232 Il s’agit du XIIe congrès du parti socialiste, qui siégea à Paris du 25 au 27 décembre 1915. Les ré (...)

456Puis, ils nous questionnent sur l’Alsace-Lorraine. « Ferez-vous la guerre jusqu’au moment où vous aurez conquis l’Alsace-Lorraine ? » Nous répondons : « Notre but c’est d’interroger l’Alsace-Lorraine et de lui permettre de parler pour dire son avis231. » Pour le reste, je réponds que nous nous en tenons aux décisions du congrès du 25 décembre 1915232, et à nos affirmations publiques chaque fois que nous votons les crédits. Ils nous demandent aussi ce que nous pensons de la Syrie, du Congo et des colonies allemandes que nous avons en ce moment. Nous répondons que nos congrès n’en n’ont pas décidé, mais que nos opinions à ce point de vue sont bien connues. Steklov qui nous interroge, insiste : vous affirmez le principe de la liberté des peuples, mais nous aussi ; seulement, c’est dans la pratique que nous vous interrogeons. Lafont répond : Nous ne séparons pas la pratique de l’affirmation des principes ; pour nous, la liberté des peuples n’est pas un article de congrès, mais la chose désirable ; et si la force nous empêche de réaliser cet idéal nous nous inclinerons devant la force, mais nous ne pouvons le proclamer par avance. Ce serait un désastre pour les idées démocratiques et socialistes.

457Nous posons notre question sur les réparations.

  • 233 Du 7 au 16 avril 1917 se tint à Minsk le Ier congrès des délégués des Comités de soldats et d’offic (...)

458On nous répond : il y a un congrès à Minsk233 en ce moment où sont 6 de nos camarades, dont le président et le vice-président. Nous ne répondrons que lorsqu’ils seront revenus. Il y a un congrès de cinq armées à Minsk, celles de Riga à Reval. Nos camarades devaient rentrer hier ; excusez-les de ne pas être là.

459Moutet demande : pensez-vous que la paix du monde sera assurée si le régime allemand actuel subsiste ? Ces conditions n’ont pas été discutées ; il y aura un congrès international. Nous y discuterons cela. Nous croyons que la paix peut être conclue sans la débâcle de l’impérialisme et de l’empire et du militarisme allemand. Cette guerre doit conduire nécessairement au changement de l’Allemagne. Déjà, ça commence en Allemagne, sans doute, il ira en crescendo. Nous sommes sûrs que la guerre provoquera un mouvement en Allemagne qui la démocratisera. Deuxième question : pensez-vous que nous devions faire pression sur nos gouvernants pour reparler des buts de guerre ? Nous avons, nous, publié les nôtres. Pourquoi l’Allemagne n’a-t-elle pas publié ses buts de guerre ? Car elle craint son peuple. Chez l’Allemand, il n’y a pas de pression d’opinion publique.

460Réponse : obligez les gouvernants anglais à répudier toute annexion, vous obligerez ainsi les Allemands à faire pression sur leurs gouvernants.

461Steklov dit : pour provoquer l’ardeur guerrière de notre pays, il faut dire : nous faisons une guerre démocratique, non annexionniste. Et aussi pour affaiblir les Junkers d’Allemagne et pour renforcer le socialisme allemand.

462Lafont : l’opinion que nous avons vue ici, c’est que l’impérialisme anglais est plus détesté que l’impérialisme allemand. Nous avons besoin d’une paix durable pour nos progrès. Il faut que la guerre ne laisse pas après elle des menaces de guerre. Il nous faut donc des garanties pour que nos démocraties se développent rapidement. Et c’est pourquoi il faut que l’Allemagne change de régime, sans cela, en Europe, deux sortes d’États.

463Il y a une paix immédiate possible, mais ce que nous voulons, c’est la paix définitive. Comment envisagez-vous la possibilité de la fin de la guerre ? Il y a deux façons : la révolution allemande ou bien on se battra définitivement pour que ça finisse vite. Et pour cela, il faut se battre tous ensemble.

464Moutet dit : vous dites, l’Allemagne va faire sa révolution. Mais, si elle ne la fait pas, que ferez-vous ? C’est le succès de votre révolution qui vous intéresse. Si vous avortez, si vous avez une défaite, c’est la révolution qui subirait cette défaite. Et c’est pourquoi nous lions révolution et guerre, non parce que nous sommes guerriers, mais parce que vous aurez des responsabilités. J’ai confiance en vous. Quelle est votre action ? Comment allez-vous parler à votre peuple ?

465Steklov : nous ne sommes pas pour la paix séparée. Nous avons fait appel aux travailleurs pour la défense du territoire. Il y a progrès. Notre appel a été entendu. Les journaux réactionnaires disent : les ouvriers ne travaillent pas. Aujourd’hui, ils avouent que leur campagne a été tendancieuse, des délégués d’armées ont publié dans nos journaux des témoignages. Consultez notre office du travail. Nous faisons appel à tous pour le travail. Nous avons fait des manifestations qui donnent des résultats. Vous craignez que notre campagne pour la paix affaiblisse la masse. Nous sommes avec notre manifeste, et tant que l’Allemagne n’a pas répondu, nous disons : il faut que la démocratie russe fasse tout son effort. Loin de désorganiser les troupes par nos réformes démocratiques, nous avons donné un tel enthousiasme aux soldats qu’il peut compenser le manque de munitions. Le délégué de la 2e armée dit : les troupes vont se battre plus qu’avant. Voici une délégation officielle de l’armée de Russie. « Les troupes russes arrivent à Jassy. Elles passent sous le drapeau rouge : en avant pour la victoire et la paix de tous les pays. Enthousiasme inouï. »

  • 234 Allusion à la conférence de Stockholm. L’idée de réunir une conférence socialiste internationale à (...)

466Tout en faisant notre proposition, nous ne nous refusons pas à la défense de la révolution de la Russie. C’est ainsi que nous ferons une brèche dans le front allemand. Si nous avons une déclaration gouvernementale française bonne, ce sera la guerre sacrée. Le gouvernement ancien nous a laissés dans un tel état que ce sera difficile. Nous avons réorganisé démocratiquement la caserne, d’accord avec le gouvernement, nous avons décidé que les soldats, tout en restant sous la discipline pendant le service gardent les droits politiques des autres citoyens, réunion. Les soldats ne sont plus obligés de rendre les honneurs aux officiers ; ils ont le droit de faire leur cuisine, de choisir des comités de compagnie, de bataillon, de régiment. Quant au choix des officiers, nous disons : les soldats peuvent mettre leur vote sur des officiers grossiers et réactionnaires : ils n’ont pas le choix des officiers. C’était une armée de serfs ; c’est une armée de citoyens. Et en terminant, dit Steklov, si le Bureau socialiste international nous convoque à Stockholm234, nous irons. Dites-le à vos amis de France.

467Les Anglais répondent : nous avons un congrès qui a décidé de n’y pas aller.

468Nous ne voulons pas risquer de faire torpiller les plus représentatifs de nos militants ouvriers. Pour nous, nous disons que nous en référerons à nos camarades de France.

  • 235 Pour faire face aux difficultés financières, le gouvernement provisoire lança, dans la seconde quin (...)

46914 voix dans le Comité des ouvriers et soldats ont refusé de voter une résolution de participer à l’emprunt national235.

470Par 21 voix, on a décidé d’y participer. Le Journal officiel du Comité n’en a rien dit.

471Les révolutionnaires font un emprunt eux aussi.

Lundi 23 avril 1917

472Les queues dans Petrograd, au tram, chez l’épicier, à la gare.

  • 236 Soupçonnant Paléologue d’avoir agi sur le gouvernement français par l’intermédiaire de l’ambassadeu (...)

473Dîner avec Albert Thomas qui nous annonce le départ de Paléologue236. Il va lui-même faire les fonctions d’ambassadeur intérimaire.

474Nous prenons le thé avec le président du Sénat finlandais et les ministres de Finlande. Ils nous annoncent que la nouvelle constitution finlandaise va être acceptée par le gouvernement russe. La Finlande sera autonome sous la souveraineté russe. Elle aura un gouverneur russe nominal qui nommera les ministres sur présentation de la Diète. Et au point de vue extérieur elle sera liée par la Russie. Plus tard, elle aura un représentant au Parlement de Russie. En ce moment, 103 socialistes à la Diète finlandaise et 97 bourgeois, 19 femmes dont 13 socialistes. En ce moment, un ministre finlandais est nommé à Petrograd et il sera l’agent de liaison entre le gouvernement finlandais autonome et la Russie. Jusqu’à présent, la Finlande n’a pas de service militaire, même pendant la guerre. Elle reste très défiante de la Russie même révolutionnaire. Elle est très reconnaissante à la France de ce qu’elle a fait pour elle pendant le règne du tsarisme.

  • 237 N. Tokoi (1882-1947) était un militant socialiste finnois.

475Le président du Conseil des ministres finlandais est un socialiste, une figure très énergique, un ancien chercheur d’or de l’Alaska qui a réalisé une petite fortune et est éloquent. C’est Tokoi’237, un ancien tradeunioniste, ami de O’Grady. Il semble que la solution actuelle du problème finlandais, qui a l’agrément du Conseil des ministres russes, sera définitive, et que les relations s’amélioreront entre les deux peuples. Ce matin, les Anglais sont allés voir une usine de Petrograd (20 000 ouvriers). Ils ont dit que la Pravda les avait traités de bourgeois. On leur a répondu : ne faites pas attention. La Pravda appelle bourgeois tous ceux qui ne sont pas avec Lénine et les provocateurs qu’on vient d’arrêter après la campagne de Bourtsev. Les chefs du Comité de cette usine ont déclaré d’ailleurs qu’ils voulaient s’occuper essentiellement des choses corporatives, et ils ont déclaré que les intellectuels des comités de la révolution ignoraient tout de la classe ouvrière et de ses nécessités.

Mardi 24 avril 1917

4769 h 30 soir – départ Moscou.

477Visite de l’Ermitage à 11 h. 1 h, déjeuner avec l’organisateur des coopératives russes. 3 h. Article à faire sur l’attitude des socialistes français en face de la guerre.

  • 238 Dans cette petite ville située à une vingtaine de kilomètres de Petrograd, le tsar avait sa résiden (...)

478Lafont nous rend compte de sa mission à Tsarskoïe Selo238. Il y est allé faire une réunion avec les délégués du Comité des ouvriers et soldats. La garnison de Tsarskoïe Selo est composée essentiellement d’artilleurs d’artillerie lourde. Il y avait 1 500 soldats auditeurs. Les orateurs : des officiers, des soldats, des étudiants, un député cadet, deux représentants du général qui commande la garnison ; un artilleur préside. Le public est moins ouvert que le public des marins d’Helsingfors. Il se compose de paysans soldats, les marins sont des ouvriers professionnels en général. Les discours : un officier ganté, accepté sans protestation, parle de la discipline nécessaire. Il est applaudi. Il raconte que son régiment et lui, au moment de l’expédition en Prusse orientale furent commandés pour aller dégager un corps d’armée. Ils allaient à la mort et il était indispensable qu’on y allât. On ne pouvait demander à chacun son avis. Il fallait que chacun s’inclinât devant l’intérêt général et national. Un autre officier parle de l’ancienne discipline, acceptée par des soldats qui étaient des machines, commandés par des officiers qui étaient eux aussi des produits d’une éducation mauvaise. Tout cela est le passé. Aujourd’hui, c’est fini ; il faut comprendre le passé et ne pas l’accabler ; lui s’excuse d’avoir été obligé de servir cette sorte de discipline jadis.

479Des soldats parlent de la nécessité de reprendre la terre. On répond : on prendra la terre, et on vous la distribuera sans indemniser les propriétaires, mais allez recevoir votre part. D’abord, le partage n’a pas lieu maintenant. Et quand il aura lieu, votre part vous sera réservée, et votre famille la recevra si vous êtes absent. (On raconte que lorsque des paysans ont quitté l’armée pour aller dans leurs villages après la révolution, ils ont souvent trouvé installés chez eux, ayant pris toutes leurs places aux foyers, des prisonniers autrichiens slaves : ce cas est paraît-il très fréquent.)

480Les délégués du Comité ouvrier et soldat prononcent des paroles excellentes de dévouement nécessaire à la révolution et à la Russie. Un officier de la garnison a pris la parole pour dire qu’après cette réunion, les relations entre officiers et soldats seraient meilleures, qu’il était sûr que la confiance et le respect mutuels seront maintenant la règle. L’ordre du jour sanctionne toutes ces affirmations, déclare qu’il y a lieu de maintenir la confiance au gouvernement provisoire tant qu’il s’en tiendra à ses déclarations publiques ; et la confiance au Comité des ouvriers et soldats ; il demande en outre la distribution de la terre aux paysans sans indemnités aux propriétaires.

  • 239 Militant social-démocrate, hundiste, N. Vemberg (1876-1928) fut un des responsables de l’Union des (...)

481En revenant de la réunion, Vemberg239 dit à Lafont son pessimisme sur la révolution et sur la guerre (il parle six langues, son frère vingt-deux).

482Nous apprenons que Ceretelli, un des meilleurs esprits du Comité des ouvriers et soldats est malade et qu’il part au Caucase.

483Ce matin, le haut clergé a été en grande pompe, en cortège, en costume d’apparat, prier sur le tombeau des victimes de la révolution. Sur le passage, tous les soldats faisaient le signe de croix.

484Les journaux disent que les prisonniers de guerre en Russie ont demandé au gouvernement provisoire leur liberté de réunion, de séjour, de voyage ; on leur a répondu que c’était impossible tant que les prisonniers russes seraient si malheureux en Allemagne et en Autriche.

485Au congrès allemand qui s’est tenu hier, il a été décidé de donner l’adhésion unanime aux résolutions du Comité des ouvriers et soldats Russes, aux déclarations de Kerensky, aux déclarations du gouvernement provisoire. On demande la suppression de toutes les inégalités politiques, la suppression de la bureaucratie, la souveraineté de la représentation nationale.

486On demande de lutter contre le chauvinisme du gouvernement, de commencer des pourparlers de paix sans annexion, sans humiliation d’aucun peuple. Chaque peuple doit avoir le droit d’avoir part à une [ill.] à organiser et au tribunal d’arbitrage international.

  • 240 Député au Reichstag, membre de l’aile droite du parti social-démocrate allemand, Philipp Scheideman (...)

487Scheidemann240 a déclaré qu’il continuerait à voter les crédits, qu’il condamnait les récentes grèves de Berlin, qu’il voulait la paix avec tous les belligérants, mais que cette paix était impossible ; il était favorable à une paix séparée avec celui des ennemis qui la proposerait.

488À propos de la dernière grève allemande, un général ayant menacé les ouvriers de les envoyer au front, tous ont repris immédiatement le travail.

489À une réunion anglo-russe hier, Buchanan dit : si la grande guerre est menée à la victoire, ce sera l’union parfaite entre nos deux peuples ; cette guerre vous a aidés à vous libérer, elle libérera d’autres peuples. La guerre doit concentrer toutes les énergies ; la paix que nous pouvons accepter ne peut être une trêve. Il critique vivement l’ancien régime réactionnaire. Les émigrés politiques dit-on, ici, sont empêchés par le gouvernement anglais de rentrer. Or, nous n’avons pas de moyens de communications. Deux navires ont été coulés. C’est l’Allemagne qui empêche vos émigrés de rentrer. Il est vrai que quelques émigrés proallemands ont été retenus à Halifax en attendant la réponse du gouvernement russe. Maintenant, on va les relâcher.

  • 241 Hermann Müller (1872-1938) était un député au Reichstag, membre du parti social-démocrate allemand. (...)
  • 242 Fondateur du parti social-démocrate autrichien, Victor Adler (1852-1918) joua un rôle important au (...)

490Au congrès des Allemands, Scheidemann dit : nous n’avons pas un gouvernement analogue à la Russie tsariste ; nous n’avons pas besoin de libération en Allemagne. Que l’Amérique qui, par ses munitions, tue nos soldats, nettoie ses écuries. Ses conseils qu’elle nous donne d’imiter les Russes sont déplacés. La révolution russe nous rapproche de la paix, bien que le manque de tact de la presse allemande nous rende difficile le rapprochement avec les socialistes russes. Nous désirons la paix générale, sinon, une paix séparée avec la Russie. L’Allemagne a déjà rendu Lénine à la Russie, car l’Angleterre et la France l’empêchaient de rentrer. Müller241 a dit : la République allemande n’a pas ici la majorité ; il faut donc que les Alliés concluent la paix avec le Kaiser. Adler242 : vous avez cherché [v]os amis parmi [n]os ennemis. Même notre empereur a compris la nécessité de la paix.

491Les socialistes hollandais déclarent qu’ils sont pour une paix séparée si elle peut apporter une paix générale ; ils partent 75 pour Stockholm.

492Le roi bulgare félicite le peuple russe et ses dirigeants de leur révolution ; l’appel du gouvernement provisoire est excellent ; il a été accueilli avec empressement en Bulgarie.

493Le congrès des chemins de fer russes nous invite à y assister, demain. Nous allons partir ce soir, mais nous leur envoyons un message de sympathie.

494Lebedev nous apporte un plan de réorganisation de la discipline et de l’administration dans l’armée qui a été accepté par les soldats et les officiers de l’armée à laquelle il appartient. L’administration de la compagnie sera confiée à un comité élu de soldats et du capitaine de la Ceo. Ce comité est seul désigné pour punir les hommes et les officiers. Dans le bataillon, dans le régiment, dans la brigade, même système d’élections pour les appels possibles contre les punitions. L’administration de chaque unité pour le ravitaillement et les vivres est fondée sur la même organisation, avec une participation des soldats et des officiers. En dehors du service, le soldat reste un citoyen. Le soldat ne doit jamais intervenir dans les questions techniques et de stratégie. Ces organismes fonctionnent déjà en nombre d’endroits et donnent de bons résultats. En Russie, avant la guerre, une liberté complète, sauf au point de vue politique, liberté de mœurs, de vie, anarchie réelle, un ménage à trois tranquille, au vu et au su de tous cité par Claude Anet, lever quand on veut, nuits blanches, déjà la Turquie et l’Asie ; divorces très fréquents, aimable anarchie et désordre partout. On m’avise qu’en ce moment, il y a une telle accumulation de matériel à Vladivostok, qu’au train où ils vont, il faudra trois ans pour l’enlever. Heureusement 500 ingénieurs américains arrivent pour débrouiller les transports.

Mercredi 25 avril 1917

495Voyage à Moscou. Dans le train, O’Grady nous donne les renseignements qu’il a recueillis à Petrograd.

496Dans l’usine qu’il a été voir hier (20 000 ouvriers, usine d’État, fabrique de fusils), il y a un comité directeur ouvrier de 25 membres qui se subdivise en plusieurs sous-comités, hygiène, technique, travail, nourriture. Ces 25 hommes administrent l’usine et font la discipline. Avant la révolution, les ouvriers avaient soixante-dix-sept jours de congé par an, aujourd’hui vingt-cinq – cinquante-deux heures par semaine. Les salaires sont : femmes : 4 roubles – hommes non qualifiés : 6 à 8 roubles ; ouvriers qualifiés : 12 roubles. Les ouvriers déclarent que s’il est nécessaire, ils travailleront jour et nuit. Six divisions successivement ont envoyé du front des délégués soldats pour contrôler le travail. Ils ont été satisfaits. La vie à Petrograd a augmenté de 190 %.

497O’Grady pense que pour le ravitaillement, le charbon, les transports, la production du matériel de guerre, il y a dès maintenant grande amélioration. La production des ouvriers russes est la même que celle des Français et des Anglais. À Petrograd, les juges de paix sont assistés d’un ouvrier et d’un soldat.

  • 243 L.M. Hintchouk (1869-1938).

498Hintchouk243 : président Comité exécutif.

499Nikitine : chef de la milice (préfet de police).

  • 244 N.M. Kiskine (1864-1930), membre du parti K-D, fut nommé commissaire de Moscou par le gouvernement (...)

500Kiskine244 : commissaire du gouvernement.

  • 245 Membre du parti K-D et de la Douma de la ville de Moscou, N.I. Astrov (1864-1926) fut nommé maire d (...)

501Astrov245 : maire.

  • 246 Le colonel Grousinov fut commandant militaire de la région de Moscou de mars à octobre 1917.

502Grousinov246 : commandant militaire des troupes de Moscou.

503Le Social Democraten tire à 20 000 exemplaires. Il ne dit pas un mot de la guerre. Il en est aujourd’hui au numéro 28. Pas de police à Moscou : il en résulte quelques troubles, mais l’opinion de Vigneau, c’est que le bon sens reprendra le dessus, et assez rapidement, et que le mal pourrait être pire. Dans la région militaire de Moscou, il y a deux millions d’hommes.

504Nous convenons avec Bagneux de la visite du front. Rendez-vous au GQG d’Alexeiev à Moghilev. On convient de se partager en trois colonnes, chacune composée d’un Anglais et d’un Français.

505Nous allons rendre la première visite à Moscou au président du Comité des ouvriers et soldats qui siège au palais du gouverneur. On prend rendez-vous pour demain 4 h.

  • 247 Il s’agit d’une motion « défensiste » en faveur d’une « paix sans annexions ni contributions ».

506Bagneux nous explique les dernières opérations militaires sur le front français, et nous donne sur les offensives anglaises et françaises les meilleures nouvelles. Il nous lit d’après le Ronskoie Slovo (« la Parole russe ») qui est le plus grand journal de la Russie (120 000 numéros) le compte rendu du congrès des députés et soldats à Minsk. 100 orateurs étaient inscrits. On a tiré au sort pour qu’il rien reste que dix, trois officiers, trois députés ouvriers, quatre soldats ont parlé. Les soldats ont été très énergiques. La guerre est un fait qui nous est imposé et il nous faut défendre notre pays. Tant que notre territoire ne sera pas libéré, pas possible de déposer les armes. Les soldats racontent que sur le front russe, les soldats allemands leur faisaient passer des notes et des pancartes pour leur dire : jusqu’à la fin du congrès de Minsk, nous ne tirerons pas sur vous. Après les discours, on a voté, après forte discussion, la motion du congrès des députés ouvriers et soldats de Petrograd par 600 voix contre 8 et 46 abstentions247. Après le congrès, grosse manifestation où on acclame La Marseillaise, le gouvernement provisoire et le Comité des ouvriers et soldats.

  • 248 Boisson fermentée à base de pain noir, peu alcoolisée.

507À Moscou, comme à Petrograd, pas d’alcool, pas de vin, pas de bière, rien que du kwas248. C’est en raison de cette abstinence que la révolution a gardé son caractère calme et pacifique. À Moscou, il n’y eut aucune violence, pas un mort. La réaction s’effondra d’un seul coup. Un ordre affiché du gouverneur déclarant que la ville était en état de siège fut lacéré par la population et les groupes ouvriers se saisirent de la maison du gouverneur. Il y a ici un comité de soldats séparé du comité ouvrier. Nous ne savons pas pourquoi. Nous le saurons demain. Il y a ici des léninistes qui agissent beaucoup par la parole et par le journal. Il y a cinq ou six journaux socialistes dans la ville.

508Nous allons faire la grande visite au Kremlin et je songe au père Duret, à Napoléon. Quoi qu’en dise le père Duret, c’est du haut de la place qui domine la ville, un spectacle superbe et bien neuf.

509L’avis du consul et du vice-consul français de Moscou, c’est que l’influence allemande décisive avant la guerre y est encore très importante. Ils y ont en ce moment plus d’amis que nous et que les Anglais. On sent leur main partout. Leurs agents travaillent avec intelligence ; leurs arguments contre nous sont les mêmes partout. Nous sommes un peuple de bourgeois capitalistes qui avec les Anglais rapaces ont voulu la guerre ; pas un mot de critique contre les Allemands. Et cette propagande se fait de plus en plus forte en faveur de la paix immédiate et de l’Allemagne.

510Galerie Tretiakov : tableaux russes modernes.

Jeudi 26 avril 1917

511Un ingénieur du Donetz, M. Carrier, ancien élève des Arts et Métiers, depuis douze ans, chef de fabrication de l’acier aux hauts fourneaux du Donetz a été renvoyé par les ouvriers et est à Moscou. Il prétend qu’il est victime de la xénophobie russe et que son exclusion va être suivie d’autres de Français, de Belges et de tous les étrangers. Pour l’instant, Carrier est avec un collègue seule victime. L’usine, dit-il, est menée par un comité de 23 membres dont 22 excellents et un qui est un Allemand, Dreymann qui lui aurait dit : vous m’avez autrefois chassé du laminoir comme boche, aujourd’hui, c’est vous qui partez. D’ailleurs, c’est la France qui a voulu la guerre. Le 14 juillet 1914, la foule de Paris criait à la revanche. C’est sur l’injonction de Dreymann (que connaît Bagneux comme Allemand) que Carrier est renvoyé. L’avis du consul Carbonneau est aussi qu’il y a un mouvement de xénophobie. Le pire, dans cette usine du Donetz, c’est qu’après avoir élu leur comité directeur, les ouvriers ne lui obéissent pas quand il leur plaît. D’où, diminution de production. Et ce qu’il faut vérifier, c’est si vraiment il n’y a pas un plan organisé contre les techniciens pour désorganiser la production. Nous décidons d’en référer au Comité ouvrier de Moscou.

512Les ouvriers de Moscou sont pour la paix immédiate à n’importe quel prix. On a envoyé, l’an dernier, en août 1916, un ordre de mobilisation au milieu de la moisson. Chaque ouvrier est parti, n’a plus travaillé et la moisson a été mal ramassée, on eût dit une manœuvre allemande. Le budget du Comité ouvrier et soldat est établi : 400 000 roubles par mois pour Moscou. On crie.

513Il n’y a ni service de presse, ni d’agence télégraphique à Moscou. Vigneaux, Mertiaux, ingénieurs russe et français, Beaux, du Crédit Lyonnais s’offrent. Lénine qui est descendu chez Tchesinkaïa, la ballerine, hier, dans un meeting, 5 000 personnes. La moitié s’est battue contre l’autre. Résultat : 20 arrestations de léninistes par la milice.

514Je vois l’officier socialiste russe Ougdov qui me dit : en ce moment, nous sommes en pourparlers avec les Allemands. Nous ne pouvons pas en même temps combattre et attendre les réalisations des promesses allemandes.

515Si dans cinq ou six semaines, les Allemands n’ont pas réalisé leur promesse, alors nous nous battrons pendant tout le temps qu’il faudra. Mais pour ce socialiste officier, il a foi dans la parole allemande.

51610 h visite au maire. 11 h visite au gouverneur de la ville. 12 h visite au parti socialiste révolutionnaire. 2 h colonie française. 4 h Comité ouvrier et soldat au club anglais. 7 h 30 universités populaires.

517La visite au parti socialiste révolutionnaire. Ils font deux journaux à Moscou : La Volonté du peuple et Le Travail (Troud).

  • 249 L’instauration de la journée de huit heures était la première revendication concernant la condition (...)

518Au nom du Comité, Minor nous reçoit et nous dit : « Nous mènerons la guerre jusqu’à ce que nous ayons eu raison des ennemis de l’intérieur et de ceux de l’extérieur. La guerre d’aujourd’hui n’est pas une guerre de gouvernement, c’est une guerre menée par les peuples. Nous disons, paix sans annexions, et contributions, mais nous entendons que la Belgique, la France, la Serbie, la Prusse orientale soient réparées. Il faut que la conférence de la paix soit, non une conférence de diplomates, mais une réunion de démocrates. Nous sommes contre la diplomatie de la tour d’ivoire. Pour le moment, nous voulons nous défendre et la défense consiste aussi, lorsqu’il est nécessaire, à attaquer l’ennemi. Nous savons quel service rend à la révolution russe l’attitude actuelle de l’armée franco-anglaise. Aussi disons-nous que parler de paix séparée serait une trahison. La question des huit heures. a pour nous une valeur de symbole249. En fait, nous travaillons plus de huit heures. Et si il est nécessaire, nous ferons beaucoup plus encore. Nous contrôlons, nous surveillons le gouvernement provisoire. C’est une attitude qui s’impose. Mais nous qui avons autorisé Kerensky à y entrer, nous le soutiendrons tant qu’il continuera dans la voie actuelle. Nous avons soutenu l’emprunt, car il faut que le gouvernement ait des ressources pour vivre. A ce discours, O’Grady et moi nous avons répondu.

  • 250 L.M. Hintchouk (cf. supra).
  • 251 Au Soviet de Moscou, les tensions étaient particulièrement vives entre les délégués ouvriers et les (...)

519À la mairie, le maire nous a dit qu’ils avaient 100 000 lits dans 1 000 hôpitaux à Moscou. Ils possèdent aussi une usine municipale de munitions que nous irons voir demain de 11 h à 1 h. Ils nous invitent à visiter leurs collections de peintures. À 4 h réunion du Comité des Députés ouvriers et soldats réunis pour nous recevoir. Le président des ouvriers250 (il y a très peu d’ouvriers dans ce Comité) est un social-démocrate, très habile et très courtois. Il nous reçoit en disant : « Nous sommes décidés à tout faire pour défendre notre révolution. Nous voulons la paix la plus rapide possible, avec la formule de nos amis de Petrograd, et le droit des nations de décider elles-mêmes de leur sort. Nous espérons que l’internationale se réunira bientôt ; en attendant, nous ferons tout ce qui est possible pour défendre notre pays. » Le président du Comité des soldats se contente de déclarer qu’il défendra la révolution contre les ennemis de l’intérieur et de l’extérieur. Je réponds. Et je fais l’historique de notre attitude dans la guerre. Je dis qu’en général, nous sommes tous d’accord et que, en rentrant, nous insisterons pour que notre gouvernement parle un langage identique à celui de Milioukov. Puis O’Grady insiste sur les réparations dues aux pays ruinés injustement, et sur le despotisme que ferait courir à l’Europe le maintien des Hohenzollem et du militarisme allemand. Il dit que les Anglais ne finiront pas la guerre avant que les allemands n’aient abandonné le terrain qu’ils ont pris et occupent militairement. Il est très applaudi par les soldats, peu par les ouvriers ou leurs représentants251.

520En sortant, les sociaux-démocrates nous invitent à aller les voir à leur local ; nous acceptons pour dimanche après-midi. Je cause avec quelques-uns d’entre eux ; un privatdocent qui me donne sa carte m’affirme qu’il compte que les Allemands vont faire le 1er mai (18 avril) leur révolution. Mais, lui ai-je répondu, s’ils ne la font pas ? Oh alors, dit-il, nous nous battrons contre eux.

521Puis Smirnov tire la conclusion à sa façon de notre réunion : « Tout cela, c’est des paroles ou des rêves, mais la prochaine offensive sera la chose sérieuse. En fait, lorsque le président de la réunion a refusé d’admettre avec nous que l’on doive demander des réparations à l’Allemagne et qu’il a déclaré que les démocrates du monde entier devaient participer à ces réparations. Smimov dit que ce n’est pas très important. C’est une question assez secondaire que traitera, dit-il, le congrès de la paix, d’après la situation militaire.

  • 252 Ce thème est longuement abordé dans le Journal de Russie d’Albert Thomas (op. cit., p. 103). A. Tho (...)

522Nous avons reçu à 2 h la colonie française de Moscou. Ce sont de gros patrons, une douzaine sont là et deux contremaîtres socialistes des groupes de Billancourt et du Havre (Émile Legoffre, Fernand Lioust). La colonie, 2 500 membres se compose essentiellement de Lyonnais et d’Alsaciens. Ils ont en face d’eux 30 000 à 40 000 Allemands et ils prétendent que même en temps de guerre, l’influence allemande reste prépondérante à Moscou. Ils se plaignent avec amertume, en présence du consul, que depuis la guerre, rien n’ait été fait pour la propagande française à Moscou252. Je leur réponds que ce qu’il faut commencer par faire, c’est organiser un service de presse pour répondre aux articles qui nous attaquent ; puis organiser un service de radio, de télégrammes pour en envoyer de nombreux et d’importants aux journaux. Les journaux de Moscou sont pleins de télégrammes de Copenhague et de Stockholm qui viennent d’Allemagne. Rien de France, jamais. Ils se plaignent en outre que l’École française de Moscou soit désorganisée et insistent pour que le gouvernement procède à sa réorganisation le plus rapidement possible. Pendant tout ce temps, le consul, lamentable, garde le silence. En sortant, les représentants de la colonie nous disent sans détours combien il est urgent de le remplacer.

523Ils me disent que le mouvement antisémite va reprendre force, car il est apparent que ce sont les juifs qui sont à la tête partout des comités d’ouvriers et qui les entraînent. Ils ajoutent que les juifs ne se contentent pas de mettre la main sur les organismes ouvriers, mais qu’à Moscou, par exemple, sur 18 commissariats de police, 14 actuellement sont dirigés par des juifs et qu’ils ont pris ainsi partout, indiscrètement, une place hors de proportion avec leur nombre et leur influence ; que d’ailleurs ils sont nettement suspects de germanophilie et qu’après ces premiers moments de griserie révolutionnaire, ils paieront cher cette indiscrétion.

524À Moscou, à chaque coin de rue, dans les gares, dans les chambres d’hôtels, à la mairie, dans les trains, partout des icônes, des autels dans les rues, où des popes psalmodient, une foule autour d’eux. On fait le signe de croix à chaque instant. Pour entrer au Kremlin, sous une voûte, tout le monde se découvre en faisant le signe de croix. Dans les rues, queues interminables, quatre ou cinq heures chez le boulanger pour avoir deux livres de pain. Le prolétaire russe fait du pain noir sa nourriture essentielle. Pour l’instant, il manque beaucoup de nourriture à Moscou.

  • 253 M. Janot était chargé, depuis 1916, de la propagande cinématographique française. En mai 1917, il d (...)
  • 254 Le comte de Chevilly, représentant de la banque privée de Lyon à Moscou, était chargé, depuis 1916, (...)

525Propagande française à Moscou. M. Janot253 se plaint d’être venu en mai 1915 à Paris, y avoir vu Foumol, n’avoir rien reçu des Affaires étrangères ; le consul se plaint de n’avoir reçu que des refus lorsqu’il a demandé de l’argent pour la propagande. De Chevilly254 est venu à Moscou, a demandé aux Français de la colonie d’agir avec discrétion, de ne pas se montrer, de se cacher. Il a promis 1 500 roubles par mois pour le service de presse qui n’est pas organisé. Il s’occupe d’ailleurs d’affaires en Russie (caoutchouc, chemins de fer, etc.). À plusieurs reprises, la censure russe a supprimé les notes françaises favorables à notre pays (sous l’ancien régime). On se plaint que Werner, correspondant parisien du Rouskov Slovo ait parfois envoyé des articles très amers de Paris contre la France.

526Hintchouk, président du Comité des ouvriers Moscou.

527Schwartz, président du Comité des soldats Moscou.

Vendredi 27 avril 1917

  • 255 Général Tchoukomski.

528Visite à l’université populaire. Créée par une fondation du général Tchoukomski255 qui a légué à cet effet trois millions de roubles. Elle est à plusieurs fins : 1°) C’est une société d’enseignement supérieur administrée par des amis de Tchoukomski et la Douma de Moscou. Elle contient des salles de recherches, de laboratoires, des collections scientifiques, de travail, 5 000 étudiants. 2°) C’est une université populaire où se donnent des cours populaires très suivis de vulgarisation sur tous les sujets. Elle contient un grand amphithéâtre où se donnent des conférences populaires.

529Les journaux polonais (consul de Varsovie). Il y a deux sortes de journaux polonais en Russie :

5301°) Les journaux proalliés nets. Neutralistes qui se réservent à l’égard des austro-allemands. Ce sera le parti de la république polonaise.

531Pet. Sprava Polska – journal important hebdomadaire.

532Pet. Dzeemik Polski.

533Moscou Gazeta Polska – organe de M. Roman.

  • 256 Durant la guerre. Roman Dmowski, député des deuxième et troisième Doumas, organisa des comités et d (...)

534Dmowski256, qui a posé la question polonaise sur le terrain anti-allemand ; leader du parti national démocrate, âme de la résistance en Pologne, ancien leader du parti polonais à la Douma. Aujourd’hui il habite Londres.

  • 257 La Pologne était, depuis 1915, occupée par les armées des Puissances centrales. Le 5 novembre 1916, (...)

5352°) Les journaux douteux. Ils soutiennent la cause des activistes à Varsovie, c’est-à-dire les partisans du conseil d’État provisoire257, malgré des compromissions austro-allemandes.

  • 258 A.R. Lednicki, avocat polonais de Petrograd, député K-D à la première Douma, porte-parole des Polon (...)
  • 259 Manifeste signé le 10 juillet 1906 par plus de 150 députés (K-D, travaillistes, sociaux-démocrates) (...)

536a) Écho de Pologne : journal de Lednicki258 à Moscou. C’est un Cadet qui était député à la première Douma pour Minsk. Il a signé le manifeste de Viborg259. Mais il n’a pas soutenu la Pologne. Il a été en prison comme les Cadets. Il est bien avec Milioukov et Lvov.

537b) Dziemick Petrogradski de Petrograd.

538(Il y a à Kiev une division polonaise.)

539La Russie a libéré la Pologne. Ca devait faire une impression formidable à Varsovie. Les Allemands essaient de parer le coup. Il y a un conseil d’État à Varsovie nommé par l’Allemagne. Et à Lublin, par l’Autriche.

540Le conseil d’État de Varsovie est donc nommé par l’Allemagne et l’Autriche. Il vient de donner un manifeste appréciant l’acte de la Russie. – 30 mars.

  • 260 Allusion à la déclaration du 6/19 mars 1917 de Milioukov reconnaissant que « la création d’un État (...)

541La Pologne indépendante est créée par le décret du 5 novembre260 que nous devons aux Puissances centrales ; Aujourd’hui la Russie reconnaît notre indépendance. Mais elle reconnaît une alliance militaire nécessaire avec la Russie. Or, nous disons que le différend russo-polonais séculaire (Lituanie, Ukraine) n’a pas été réglé. (Ils veulent la Pologne historique jusqu’à la mer Noire.) Le sort de ces territoires doit être réglé dès maintenant, conformément aux intérêts politiques de la Pologne indépendante. Puis on devrait interroger les habitants de ces régions (ils voteraient contre). Il est de notre devoir d’aspirer à la création d’une monarchie constitutionnelle, d’une armée nombreuse, nous voulons notre propre force militaire. Avec la Russie, nous désirons maintenir de bonnes relations, mais nous devons faire toutes réserves que nous ferons la guerre contre l’Autriche et l’Allemagne dont les gouvernements nous ont garanti notre indépendance. Or Lednicki soutient tout cela. Il dit que ces hommes étant sous les baïonnettes allemandes, il faut les comprendre et prendre l’inverse de chaque mot. Or Lednicki est juif.

  • 261 Cette division avait été formée, comme partie indépendante de l’armée russe, par le général Musnick (...)

542Les Cadets ont marché avec les Polonais dans la première Douma. Mais les Polonais ne sont pas allés à Viborg. D’où les récriminations de ces polonais. Or, dit le consul, la question de Pologne se réglera sur les champs de bataille. Mais, est-ce que les Polonais vont s’engager dans la division polonaise261 ? Non. Ils ne veulent pas : ils demandent qu’on désorganise l’armée russe, ce qu’on ferait si on prenait les Polonais aujourd’hui dans l’armée russe. En Russie, on n’est pas déshonoré parce qu’on est embusqué. De même, pour les Polonais.

543Il y a à Moscou 120 000 réfugiés polonais.

  • 262 Joseph Pilsudski (1867-1935) était un homme politique et un militaire polonais, fondateur des Légio (...)

544Pilsudski262 est à Paris : il est le leader du parti national. Il est réaliste, dit-il, conservateur.

545Visite à l’usine municipale de munitions. Fabrication d’obus de 75, de 120, de 150.

546La ville de Moscou possède ses tramways et dans son usine de réparations, elle fait 3 000 obus par jour. 4 000 ouvriers. Elle en a 1 000 autres dans une autre usine de guerre. Sur les 5 000 ouvriers, 1 500 femmes.

547Salaires : les ouvriers non qualifiés : 5 roubles par jour ; les ouvriers qualifiés : 12 et 14 roubles ; femmes, de 2 à 5 roubles. Un comité de 33 ouvriers élus dont trois femmes dirigent l’usine. À côté du comité ouvrier, un délégué de l’administration qui a voix consultative. D’après les instructions du comité des ouvriers, en ce moment, il ne doit pas y avoir de revendications, provisoirement. On travaille huit heures avant la révolution neuf heures. Or, aujourd’hui, le travail (trois équipes de huit heures) est aussi intensif et productif qu’avec neuf heures. Pour les difficultés entre ouvriers et direction, il y a en permanence un membre du comité ouvrier et un agent de la direction et les questions se règlent immédiatement. On a au début renvoyé trois contremaîtres, mais il y a eu débat régulier entre un membre du comité ouvrier, un contremaître délégué et un arbitre désigné par le Comité ouvrier central de Moscou. Les contremaîtres eux aussi ont leur comité et une fédération locale de ces comités défend leur cause. Le président du comité ouvrier interrogé, nous dit que jusqu’ici les rapports avec la direction ont été bons, et qu’il espère que les choses continueront ainsi. À côté de l’usine est un restaurant coopératif monté par l’usine. Dans ce restaurant, les inscriptions socialistes du PS et des SD et celles des femmes socialistes. En outre, une vente municipale de denrées à prix de revient pour les ouvriers qui veulent manger chez eux. On leur donne à chacun un carnet pour marquer leurs achats.

548À 7 h, déjeuner avec les socialistes-révolutionnaires ; au restaurant, les garçons tous habillés de blanc avec ceinture mauve. Avant le déjeuner, quatre discours. C’est effarant ! Le plus grand nombre de nos hôtes sont juifs, les mêmes qui nous recevront à la coopérative ; et ils nous répètent tous, sur le même ton, avec les mêmes formules, le thème suivant : nous savons que la France a été attaquée : elle est victime dans cette guerre. Mais voici : nous allons convoquer à Stockholm l’internationale. Venez-y ! Si les Allemands n’acceptent pas de demander à leur gouvernement de résoudre la guerre sans annexion, ni indemnités, alors nous commencerons contre eux une guerre sans merci.

549Moutet et Sanders leur répondent : dans cette guerre, il y a deux courants : le courant impérialiste comme dans toutes les guerres, mais aussi un courant démocratique et populaire surtout depuis la révolution russe. Pour nous, dit Sanders, nous avons un sentiment très fort de la justice ; qui a déclaré la guerre ? Qui a accompli le crime ? Qui a écrasé les petites nations ? Il faut que les armées allemandes quittent les pays envahis. Il faut réduire à néant le despotisme militaire de l’Allemagne plus dangereux et plus puissant que l’ancienne autocratie russe abattue. Il faut que le peuple allemand, avec notre aide, brise sa machine militariste.

  • 263 Cette Union, fondée en 1907, s’était considérablement développée au cours de la guerre, devant la c (...)

550Après le déjeuner qui fut vif, nous allons à l’Union des sociétés coopératives de consommation de Russie qui a son siège à Moscou263. 3 000 sociétés y sont réunies dans un immeuble d’un million construit pendant la guerre. L’ensemble de la coopérative russe fait un milliard de roubles d’affaires, mais elle comprend 20 000 coopératives. L’Union où nous sommes reçus fait 200 millions de roubles d’affaires par an. La Banque coopérative est à 100 millions de roubles de capital pour faire crédit aux coopératives.

  • 264 Militant socialiste-révolutionnaire, A.M. Berkengueim (1867-1925) était adjoint au président de la (...)
  • 265 Inès Armand (1874-1920), enseignante d’origine française, militante du parti bolchevik, était très (...)

551Le président Berkengueim264 nous explique que les coopératives ont joué pendant la révolution un rôle décisif. Elles l’ont guidée, dirigée, alimentée. Depuis la révolution, Chingarov a appelé pour organiser le ravitaillement, trois hommes qui la dirigeaient et qui aujourd’hui, quoique sociaux-démocrates et révolutionnaires dirigent le ravitaillement russe au ministère. Cette Union a été le centre de l’action socialiste sous l’ancien régime où les droits politiques étaient méconnus. Le mouvement actuel date de vingt ans et les débuts furent très modestes. Aujourd’hui nous sommes très forts. Nous grandirons encore. Nous allons donner 500 000 F pour un journal du parti unifié. Nous allons faire paraître des brochures par milliers et centaines de mille. Notre mouvement est socialiste et internationaliste. Nous avons des organes de production, fabriques de chocolat, de confiserie, trois moulins dont le plus grand de la Russie, qui à eux trois font 500 000 kilos de farine par jour, une fabrique d’allumettes, une usine de cacao, nous monopolisons le riz de la Russie. Ils éditent un million de calendriers. C’est ce que nous répète Mme Armand265 qui assiste le président.

552Mme Armand, Berkengueim, un secrétaire de la coopérative, un délégué des ouvriers du personnel de l’Union, tout ce monde qui au fond est le même que nous avions trouvé au Comité ouvrier et qui sont pour la plus grande partie des juifs, nous fait le même discours et répète la même leçon sur la nécessité de se rencontrer au plus tôt avec les Allemands et avec une telle insistance, parfois avec une telle indiscrétion qu’il y a volonté de nous frapper les esprits très évidente.

553À quoi les Anglais ont opposé un flegme sans pareil. Et après Sanders, O’Grady leur a rappelé qu’en ce moment pour eux l’essentiel souci était de débarrasser le monde du despotisme militaire. Vous êtes, dit-il, des idéalistes : nous sommes si vous le voulez des conservateurs ; à la conférence que vous nous proposez avec les Allemands, on ne peut qu’apporter des récriminations réciproques et inutiles. Nous ne pouvons nous associer aux socialistes allemands tant qu’ils soutiennent leur gouvernement.

554Mme Armand qui préside (elle est juive) nous dit : « Ce peuple russe manque d’initiative. C’est nous, les internationaux qui leur en apportons. » De toute cette journée d’aujourd’hui, plus que jamais, j’acquiers la conviction que ce sont les juifs qui mènent cette révolution et ce pays avec une grande intelligence, ténacité, de l’indiscrétion et un sens internationaliste, non national.

555En sortant, nous trouvons partout des queues énormes où les personnes restent souvent trois, quatre, cinq heures avec une passivité tout orientale ; ils n’ont pas la notion du temps ; le temps n’existe pas, ils savent attendre.

  • 266 Quartier ouvrier périphérique de l’est de Moscou. De nombreuses industries évacuées de Pologne et d (...)

556Nous dînons avec Smirnov et le jeune Français Lioust de la Société des moteurs Salmson, socialiste du Havre, chef d’atelier dans le quartier de la Blagoucha266 à Moscou. Il nous apprend que ce soir, la réunion des délégués, des ouvriers d’usine de son quartier qui est un des plus ouvriers de Moscou, a voté presque à l’unanimité une sur la participation à l’emprunt et sur la guerre à poursuivre énergiquement. Il nous dit qu’à l’usine, le comité fonctionne bien et raisonnablement. Il nous affirme aussi que notre venue ici a fait du bien, et que le délégué au congrès qui représente son quartier a été frappé de ce que nous avons dit hier au Comité des ouvriers et soldats.

557Smirnov nous dit : la question grave en ce moment est celle du ravitaillement ; elle m’inquiète beaucoup. Le reste s’arrangera. Toutes vos questions théoriques discutées aux comités n’ont pas grande importance. Si demain il y a une offensive, toute la Russie marchera. Je l’ai bien vu au congrès coopératif récent qui vient de se tenir à Moscou, où était la vraie Russie et qui n’a pas fait tant de façon pour la défense nationale. Notre république, dit-il, est assise, à condition que les ouvriers ne fassent pas de bêtises ; les organisations syndicales sont encore faibles ; on a accepté maintenant la journée de huit heures parce qu’il n’y a pas de charbon, ni de matières premières. Mais après la guerre, quand il faudra faire de la production intense, ce sera un grave problème De même, on a dû accepter maintenant l’organisation des comités ouvriers dans les usines ; mais demain, qu’est-ce que tout cela deviendra ? C’est la question paysanne qui sera la plus difficile à résoudre. Jusqu’à la Constituante, nous aurons les paysans avec nous. Mais après ? Depuis Stolypine, une grande quantité de paysans sont devenus propriétaires, les organisations communales sont en décroissance. Demain nous disons que nous allons nationaliser les terres, mais en réalité les paysans les veulent sous la forme personnelle. C’est ce qui est ressorti clairement des discours des paysans à notre dernier congrès coopératif. La coopérative, ils l’accepteront. Ils l’acceptent déjà, il y a pour la laiterie et la beurrerie des organes coopératifs énormes jusqu’en Sibérie ; mais la terre, il faudra que nous la donnions individuellement aux paysans et alors ils nous lâcheront provisoirement.

  • 267 Militant du parti social-démocrate, menchevik, depuis 1903, E. Smimov (1866-1938) était rédacteur d (...)

558Smimov267 nous raconte la révolution à Moscou. Elle s’y est faite sans effusion de sang ; on n’a tué qu’un officier de police qui avait été brutal. Tous les grands fonctionnaires ont été mis en prison, même ensuite relâchés. Nous avons pris l’hôtel de ville. 800 soldats sont venus à nous spontanément ; puis le lendemain, toute la garnison. Nous avons, à l’hôtel de ville, nous, organisations socialistes et ouvrières, décidé de faire procéder dès le lendemain de notre prise de possession, à des élections. Elles ont eu lieu le jour suivant dans toutes les classes, dans toutes les organisations publiques, dans toutes les usines. Le comité a été nommé avec ses organes, à main levée après des réunions publiques. Il fonctionnait le soir même.

559Depuis, les jours suivants, manifestations énormes. Le 12 mars, 500 000 hommes ont défilé sans police, sans aucun trouble, admirable. Donc, il y a dans ce peuple, capacité énorme d’organisation spontanée. La manifestation était précédée des musiques militaires, Marseillaise, etc.

560En sortant, nous trouvons un capitaine français, retour de Roumanie qui nous affirme qu’à l’heure actuelle les officiers russes ignorent tout de la guerre, des liaisons, des armes, de l’organisation moderne ; ils font la guerre comme au temps de Napoléon.

5615 000 personnes menacent Lénine dans sa maison à Petrograd. Il sort et leur dit :

  1. Je n’ai pas dit qu’il fallait faire la paix immédiate.

  2. Je n’ai pas dit qu’il fallait combattre le gouvernement provisoire, mais le contrôler.

Samedi 28 avril 1917

562Vignaud m’annonce que ce matin, dans Moscou, il y a disette de pain. On a droit à une livre (400 grammes) par jour. Mais ceux dont la carte portait trois livres n’en ont reçu que deux et ainsi à l’avenant.

  • 268 S.A. Ton (1794-1881) est un architecte, fondateur du style néo-byzantin dans l’architecture moscovi (...)

563Visite au palais impérial de Moscou au Kremlin. C’est un monument splendide bâti par Ton, et il contient des œuvres d’art de premier ordre. En lui-même, il contient trois salles qui sont plus belles que celles du Louvre ou de Versailles (plats sur lesquels les villes offraient le pain et le sel aux empereurs ; les portes, les piliers d’onyx ; le gynécée avec sa façade orientale et son architecture arabe). On passe du palais de Ton268 au petit palais ancien du gynécée ; pour comprendre la soudure entre l’Orient et l’Occident qui tente de se faire à Moscou. Dans le palais des armes, il y a non seulement des armures des anciens âges, mais des collections d’argenterie célèbres, surtout celles d’Allemagne, celles de Nuremberg, d’Augsbourg venues en Russie par la Suède pendant la guerre de Trente Ans. Elles sont célèbres et viennent des orfèvres et argentiers allemands du Moyen Âge et du XVIe siècle.

564À 1 h, déjeuner avec la colonie française. Ce sont de gros industriels lorrains, alsaciens, lyonnais qui sont effrayés de ce qui se passe en Russie, des exigences ouvrières, de l’anarchie du pays. L’un d’entre eux, gros tisseur de coton, Keuler Kessler, se demande s’il ne doit pas liquider son affaire par crainte de l’avenir. Il payait 1 rouble par jour avant la guerre, aujourd’hui 2 roubles, demain, il craint pire ; il me demande conseil, un peu effaré ; naturellement, je ne peux répondre. La colonie me parle de la nécessité des écoles françaises à Moscou et à Kharkov, là où il y a de grosses colonies françaises. Il faudrait des professeurs français en grand nombre, et une grande organisation pour l’enseignement primaire et secondaire. En outre, nous convenons de certaines innovations pour l’organisation d’une agence de presse à Moscou, et d’une agence télégraphique qui fournisse des dépêches aux journaux locaux. A 4 h, réunion au Comité des ouvriers, réunis en assemblée plénière. Ils sont 500 qui représentent toutes les usines et tous les ouvriers de Moscou. Ils discutent de la collaboration à donner à l’emprunt ; ils voteront à une grande majorité, l’emprunt. Ils nous font un accueil très enthousiaste ; Moutet répond au président.

  • 269 Il s’agit du Praga, un des restaurants les plus renommés de Moscou, sur 1’ Arbat.

565Nous revenons par le Moscou marchand. Nous passons par le quartier des marchands de fourrures. C’est pittoresque, sale, les derrières des grands magasins et entrepôts plein de fumier, d’un peuple sale, et là se traitent des affaires considérables. Puis, nous voyons les galeries vitrées, couvertes où sont les très beaux magasins de la ville. Partout des icônes, des églises, des foules qui prient, qui se signent, des mendiants en grand nombre. C’est le samedi soir : les rues sont noires de monde. Nous allons dîner à Prague269 avec les amis de Moutet, puis ils nous mènent à La Chauve-Souris. Ce cabaret de nuit est une chose charmante avec des allusions délicates aux choses politiques, sans une grivoiserie, ni une saleté, avec des décors charmants, pleins de goût, très artistes et avec une variété dans la représentation pleine d’agrément. Nous sommes reconnus, Moutet et moi, le bonisseur nous présente. On joue La Marseillaise et toute l’assemblée acclame.

566En sortant, nous trouvons à la statue de [ill.], à minuit, un meeting public en plein air où des soldats sont applaudis lorsqu’ils parlent de la nécessité de vaincre et de défendre l’honneur de la Russie. Ces meetings sont contradictoires, très calmes, très patients, et les auditeurs, gens de toutes classes et de toutes conditions, écoutent avec religion les orateurs quoi qu’ils disent. À un moment donné, un bolchevik est à la tribune et dit des choses qui déplaisent à un officier. Celui-ci dit : « Vous n’êtes qu’un propre à rien », et il s’en va tranquillement avec sa femme.

567On dit qu’à Moscou qui est la ville la plus riche de la Russie, où il y a des fortunes énormes, les profits des capitalistes pendant la guerre sont de 1 000 %.

  • 270 C’est à partir de la mi-avril que les troubles agraires commencèrent à prendre de l’ampleur, notamm (...)

568Les Anglais (gouvernement et capitalistes) sont en train de mettre la main sur la banque russe, la métallurgie russe, les usines russes. Le gouvernement anglais a mis dans ces affaires, par l’intermédiaire du Marconi House, des capitaux importants. La colonie française nous demande d’agir dans le même sens près du gouvernement français pour qu’il suive les Anglais. On redoute en ce moment un mouvement de jacquerie qui se prépare dans le midi de la Russie270 où les paysans prennent les terres, les animaux, les machines des grands propriétaires.

569Le mot d’un Russe : nous sommes des Asiatiques, et en haut de l’échelle, il y a une petite couche de socialistes européens. A Moscou, la dualité est très marquée entre le comité des ouvriers et celui des soldats. On cite des cas de soldats qui sont allés, armés dans les usines et ont déclaré aux ouvriers qu’ils devaient travailler sans exiger trop de revendications pendant qu’eux, les soldats se font tuer pour les défendre. Lafont me dit que de ses conversations avec les socialistes du comité ouvrier qui s’occupent des questions plus spécialement ouvrières et économiques, il résulte que leurs exigences sont très modestes. Les comités ouvriers nommés dans les usines ne veulent pas s’occuper de la direction des usines. Ils se contentent de penser à constituer des commissions d’arbitrage pour régler les différends de salaires et de discipline. Ils ont un esprit assez ouvriériste et corporatif réformiste. Ils renvoient des contremaîtres français. Ça prend l’allure d’un mouvement xénophobe. Nos contremaîtres qui sont socialistes sont aimables pour les Russes, mais ils sont débrouillards et aiment le travail bien fait. Le Russe, non. Alors, malentendus, et aujourd’hui, les ouvriers les mettent à la porte. Il faut en parler au comité ouvrier.

570Visite de M. Kochler Kessler, affolé, grand patron tissus de coton.

Dimanche 29 avril 1917

  • 271 Henriette Roland-Holst (1869-1952), écrivain, était l’une des animatrices de l’aile gauche du parti (...)

571« Ce sera l’internationale de la tromperie et non l’internationale de la grande œuvre prolétarienne », a dit Roland Holst271.

  • 272 Jugeant imminente la révolution allemande, les bolcheviks estimaient que les « socialistes du Kaise (...)

572Un grand article de la Pravda et le Social-Démocraten de Moscou contre l’organisation du congrès de Stockholm272 qui, selon l’avis de Roland Holst, trouve que ce congrès des majoritaires serait une duperie.

573L’incident de La Chauve-Souris et l’officier d’état-major.

574Celui du meeting public en plein air. Le médecin-major et le bolchevik.

575En sortant un bon socialiste nous dit : nous ne ferons pas de paix séparée, mais nous ne tirerons pas sur les Allemands ; nous attendrons.

576Visite de 10 h à midi aux musées, galerie Chtchoukine. Les impressionnistes, les Matisse, les Picasso, les cubistes.

  • 273 N.A. Morozov (1835-1904), paysagiste russe, élève de Venesianov.
  • 274 Ivanov (1864-1910), peintre russe spécialisé dans les tableaux de genre et les sujets historiques.

577M. Chtchoukine est un vieillard qui nous fait lui-même les honneurs de sa galerie avec une passion, une vie, une ardeur juvénile saisissantes. Au musée Trétiakov le directeur, M. Grabar me dit qu’il connaît M. Duret. Il nous fait voir son musée russe qui contient des Morozov273, des Ivanov274 admirables : mais la perle en est la galerie française, et surtout un Courbet admirable.

578M. Grabar veut placer tous les tableaux des collections privées et publiques de Moscou au Kremlin et il prépare pour cela tout un plan.

579Nous allons déjeuner hors ville, dans la maison Catoire, chez le cousin de Moutet. Nous y trouvons une femme qui nous dit : il y a eu au début de la révolution, des représentations cinématographiques où on montrait Raspoutine et l’impératrice, dans des poses scandaleuses. Ces représentations ont cessé. Si demain on déclare qu’on distribue les terres, tous les paysans de l’armée s’en iront, et personne ne pourra les retenir. Les prix à Moscou : une vache vaut 1 200 roubles ; un poulet, 5 roubles ; kilo de pain blanc 1, 25 ; noir 15 ; un costume 600 ; un ressemelage de soulier (mauvais cuir) 14 roubles ; un costume d’enfant, 80 roubles sans la façon.

  • 275 Ivan III (1440-1505), grand-prince de Moscou et de toute la Russie. Son règne fut une étape importa (...)

580Le clergé russe : si on touchait en ce moment aux Eglises et au Clergé, il y aurait un mouvement énorme d’opposition à ces mesures. Pour l’instant, les popes marchent avec la révolution. Ils font des prières pour elle ; ils ne parlent plus d’empereur. Quant au peuple, il croit à la religion, il croit qu’à sa mort il ira au ciel. Il suit tous les rites jusqu’à ce moment ; les jeunes gens ne pratiquent plus. Le pope est méprisé par tout le monde ; il a une propriété qui lui permet de vivre ; il y ajoute les profits de ses messes et des cadeaux qu’il reçoit ou qu’il sollicite. Il est jovial, marié, parfois grossier, autrefois ivrogne. Il est considéré comme un marchand de prières. Ses fils sont volontiers révolutionnaires. On appelle nemtzy les gens qui ne parlent pas le russe, ceux qui sont muets. C’est sous Jean 111275 qu’on fit venir des Allemands en Russie ; on les appela nemtzy, gens sans parole russe et sans foi. Mais aujourd’hui on garde ce nom pour les Allemands et on ne confond plus les Allemands et les autres étrangers.

581Nous buvons du vin russe excellent, venu du Caucase. Notre hôte nous dit : si on avait continué à boire du vin et de l’alcool, nous, les Français, contremaîtres et chefs d’atelier, aurions été tués. À 4 h, au comité des députés soldats à la salle de l’École polytechnique. Cette réunion comprend 600 à 900 députés soldats qui représentent les deux millions d’hommes sous les armes dans le gouvernement de Moscou. Y assistent : le colonel Grouzinov, commandant la place de Moscou. C’est un colonel de réserve, ancien président des zemstvos de Moscou, très populaire et respecté. Y assistent aussi, trois généraux russes ; et dans les tribunes, un public d’un millier de personnes. Sanders et moi disons ce qu’il y a à dire. J’insiste sur les débuts de la guerre et sur la position du socialisme français. Grouzinov répond : Nous sommes des démocrates, nous sommes contre le militarisme et contre l’autocratie. Or, aujourd’hui, nous sommes menacés par le militarisme allemand. Nous crions : À bas la guerre ! Mais quand la guerre sera finie par la victoire, ce mot aura un sens. Le devoir aujourd’hui, c’est de battre le militarisme allemand et le despotisme qui nous menace. Il n’y a pas deux chemins pour aller à la liberté.

582Après lui, un officier italien salue l’armée russe. Puis le député des soldats, Schwartz répète les mots du Comité des soldats et nous salue avec sympathie. Grouzinov m’embrasse et les soldats manifestent vivement leur enthousiasme.

583De 6 à 10 h. Réunion des sociaux-démocrates. Sept à huit discours après lesquels on va dîner ensemble à 10 h 30 chez Pragua.

584Au milieu des discours, deux bolcheviks violents viennent nous faire le reproche de soutenir notre gouvernement et d’avoir abandonné le socialisme. Pas un applaudissement, et le président s’excuse de ne pas les avoir arrêtés. Il nous prie de constater qu’ils ont parlé en leur nom, sans mandat, et que chacun ici les désavoue. Nous sommes dans la salle du gouverneur, de l’ancien gouverneur impérial. Les lustres sont magnifiques, mais les discours sont bien longs. Tous sont les mêmes, monotones, identiques dans le fond et la forme. Il y a 200 ou 250 délégués ; beaucoup de juifs, de jeunes et vieilles femmes ; très courtois, très aimables, très peu d’ouvriers.

  • 276 Le lieutenant V.V. Cherr (1879-1937), militant menchevik, était adjoint au chef d’état-major de la (...)
  • 277 Il s’agit du ministre des Affaires étrangères P. Milioukov.

585Le plus intéressant des discours a été celui de Cherr276, lieutenant détaché au service des munitions, qui a été délégué au congrès de Minsk et rend compte de son mandat. Il raconte certains incidents de fraternisation de soldats allemands et russes sur le front, de certaines conversations. Il dit qu’au congrès, les Cadets ont été complètement écartés au profit des socialistes, parce que les Cadets avaient maladroitement exposé la veille du congrès, des vues chauvinistes, avaient dit qu’il fallait aller à Berlin imposer la paix à l’Allemagne, avaient réclamé Constantinople. C’est Ceretelli qui a détruit toute l’argumentation de ce ministre cadet277. On a décidé par 600 voix contre 8 de s’en tenir à la décision du Comité des ouvriers et soldats. Il a été entendu que dans le Comité de direction de l’état-major décidant de l’offensive, il y aurait des soldats ; lesquels seraient appelés à assister aux décisions et devraient garder le secret le plus absolu sur les décisions.

  • 278 Cf. La Pravda du 21 avril 1917.

586Ceretelli a dit aux soldats que maintenant avec leurs améliorations et progrès dans l’armée, il fallait que les soldats obéissent à leurs chefs, qu’ils ne discutent pas leurs ordres en cas d’offensive. On a décidé qu’une offensive était nécessaire et le congrès a approuvé. Au terme de tout cela, Cherr déclare que l’armée révolutionnaire d’aujourd’hui ressemble à l’armée conventionnelle et qu’elle est beaucoup plus forte pour défendre la patrie et la révolution. Dans le journal de Lénine278 on reproche à O’Grady et à moi d’être très élégants gentlemen, gantés, pardessus étonnants, etc., et par conséquent, d’être des bourgeois. C’est la première fois que pareil reproche m’est adressé.

587Certains ouvriers exaltés disent : si le 15 mai la guerre n’est pas finie, nous arrêtons les trains, nous affamons Moscou, Petrograd, nous cessons le travail des usines. Ce sont les ouvriers de Catoire, exaltés et violents. Ici, les jeunes filles de l’usine, lorsqu’elles partent passer la nuit avec un jeune homme, font le signe de croix en quittant la maison.

Dimanche 29 avril 1917

588Le dimanche de Pâques et le lundi, sur le front avec des drapeaux blancs, les Allemands sortaient des tranchées et venaient dans la zone neutre pour parler de la guerre et de la paix.

589Les Russes se glissèrent sous les fils de fer vers les Allemands, il y avait 150 mètres entre les deux lignes. Il y eut des meetings. Les Russes défendaient le point de vue du Comité des ouvriers et des soldats. Les Allemands disaient que les démocrates allemands attendent aujourd’hui la paix avec impatience.

590Entre les deux il y avait une rivière et par-dessus la rivière on s’est jeté des cadeaux, tabac, cigarettes, montres, sucre, œufs de Pâques. Ensuite, de joyeux lascars ont joué sur des accordéons allemands et les Allemands criaient : bravo, les Russes.

Lundi 30 avril 1917

591Les ouvriers qui viennent de faire la grève à Berlin ont présenté des revendications politiques : organisation de conseils de députés ouvriers sur le type russe. Ceci est trop. J’ai résolu de prendre des mesures sévères. Je déclare que le gouvernement se défendra sans pitié contre les meneurs et les grévistes. Il ne s’arrêtera devant aucune mesure contre cette propagande. Il y a des relations entre nos ouvriers et les révolutionnaires étrangers. Je le sais.

592En même temps, dit Grener, je lutterai contre les patrons qui exploitent trop durement les ouvriers. J’espère ainsi mettre fin aux grèves. La censure empêche de savoir ce qu’ont répondu les socialistes. Le journal de Moscou dit que les Allemands ont besoin de la paix tout de suite. Comment l’Allemand va-t-il aller à la paix ?

593Il y a une tendance prussienne et une tendance démocratique. Les pangermanistes sont énervés du ton pacifique de la presse officieuse et ils ont peur de la révolution russe. Ils espèrent toutefois que l’armée russe va se dissocier et se démembrer. Nous devons tenir ferme et nous tenir la tête sous l’aile. De cette façon, les avances pour la paix sont pour les réactionnaires des fautes graves. Les réactionnaires allemands sont effrayés de la part des socialistes allemands dans leur jeu avec la Russie.

594Les libéraux et les socialistes allemands cherchent à organiser la paix. Ils sont plus importants que les réactionnaires. Ce sont les hommes libéraux qui ont le plus de chaînes en Allemagne. Le tour de Bülow de la social-démocratie est arrivé. Les socialistes allemands ont beaucoup appris pendant cette guerre. Ils disent, la guerre doit finir sans vainqueur.

595Les socialistes allemands ne peuvent plus tenir en main la masse ouvrière. Ils sont de plus en plus pour la paix en raison de la pression de la masse. Les dernières grèves ont été violentes malgré les appels au calme.

596Ils souhaitent s’entendre avec les socialistes russes. Je sais de source sûre, dit le journal, que les socialistes allemands ont fait pression sur Hindenburg afin qu’il n’y ait pas de pression sur la Russie et ils ont obtenu satisfaction grâce à Bethmann Hollweg.

597Ils ont espéré une paix séparée avec la Russie. Ils se représentaient faussement la révolution russe, ils se trompaient sur l’état d’esprit de l’armée. Ils ignoraient l’action des Cadets sur la révolution russe. Le Times fait preuve de nervosité envers le Comité des ouvriers et soldats, et cela a donné confiance aux Allemands. De plus, ils ont cru aux promesses de Lénine qui disait : dans quinze jours, j’apporterai à Stockholm les conditions de la paix. Or aujourd’hui, il n’y a pas moyen de compter sur une paix séparée avec la Russie. Les socialistes allemands diffèrent des Russes en ce qu’ils ne se séparent pas de l’ancien monde.

598À Sébastopol, un parti s’est constitué du point de vue tartare pour exiger l’autonomie de la Crimée. Dans les chambrées, on affiche des placards contre Lénine. On dit que jadis, c’était Raspoutine qui trahissait, aujourd’hui, c’est Lénine.

599Nous visitons les monts des Oiseaux, puis Moscou. M. Vigneau, pour les orphelins. Voici le résumé d’une conversation avec Cherr sur l’organisation actuelle de l’armée russe. La réorganisation de l’armée russe pour l’armée active, réorganisation faite à Minsk, qui complète celle du Comité des ouvriers et soldats de Petrograd. Tous les militaires s’appellent : soldats ; le nom officier est écarté ; les organismes de soldats et d’officiers sont mêlés.

600Trois principes : il faut soulever l’ardeur combative de l’armée, il faut exécuter les principes professionnels de l’armée, il faut soutenir l’activité politique des soldats citoyens.

601Premier principe : pour arriver les soldats prennent part dans l’organisation du commandement sur le principe d’une entière confiance au commandement, il faut soutenir la discipline fondée sur la liberté.

602Les organisations des soldats sont faites pour tous les rangs : pour leur action politique, ils sont unis dans toute la Russie au Conseil des soldats et ouvriers.

603Organisation du commandement. Les élections du commandement au front et à l’arrière n’auront pas lieu. Mais il y a l’attestation positive et négative des organisations des soldats. Les soldats organisés peuvent écarter par un vote les officiers réactionnaires, mais il y a appel devant une organisation plus haute. De plus, les organisations peuvent dire : voici un commandant brave et révolutionnaire, le commandant sera promu par le chef, mais l’attestation des soldats a une valeur égale à celle des commandants. Les officiers ont admis volontiers cette mesure. Ils seront désignés par leurs troupes et leurs chefs. Il y a des organisations de compagnies, de régiments, de divisions, de corps d’armée, d’armées et groupes d’armées.

604Compagnies. Tous les soldats et officiers de la compagnie élisent un groupe de six membres. Le commandant de la compagnie assiste avec les six élus aux délibérations ; les élus peuvent être indistinctement soldats ou officiers. Ils sont élus pour trois mois ; ils doivent dire où et quand ils se réunissent au commandant. Ils s’occupent de la vie intérieure de la compagnie, ravitaillement, armement (c’était fait surtout pour Petrograd au début, car on voulait voir où étaient les fusils), hygiène, santé, préparation militaire (à l’armée), ils discutaient pour ceci, non la préparation, mais l’exécution, puis discipline : propositions d’avancement, propositions pour récompenses ; ils prennent des mesures contre les déserteurs, et pour la culture politique, préparent les élections politiques. Le comité de compagnie ne pose pas de questions stratégiques, ni tactiques, de batailles.

605Comité de régiment. Un soldat pour chaque compagnie (il y a 16 compagnies dans chaque régiment) qu’il soit simple soldat ou chef ; sur 4 députés soldats un officier est élu par tous les officiers du régiment et les membres des comités de chaque compagnie. C’est une chambre d’appel pour les litiges des compagnies et du régiment tout entier. Pour les comités de division et d’armée, c’est la même chose, sauf que dans les divisions, les comités prennent part aux questions de bataille et de tactique. Il y a un officier pour trois soldats.

606Le comité de division élit trois membres qui assistent à l’état-major pour donner des renseignements à l’état-major quand il discute un plan de campagne. Il discute encore après l’action sur les causes du succès ou de l’insuccès. Ils n’ont le droit de donner aucun renseignement à personne avant que l’opération ne soit entièrement terminée. Après, ils peuvent rendre compte à leurs électeurs. Au corps d’armée, c’est la même chose, sauf qu’ici les délégués ne peuvent rendre compte à personne avant que l’état-major ne le juge possible. Les délégués sont 6 à l’armée ou au groupe d’armées. Cette organisation va entrer en exercice prochainement. Les Allemands savent que cette organisation existe (ils envoient des renseignements aux comités, me dit Cherr). C’est un congrès de trois armées qui élit le comité chargé de se mettre en rapport avec les comités centraux de soldats et d’ouvriers.

607À Moscou, nous avons une organisation de soldats et d’officiers. Les deux sont parallèles. Elles sont en voie de s’unir. Il y a union dans de nombreuses villes de l’arrière.

  • 279 Le congrès de Minsk, premier congrès de cette ampleur de délégués soldats et officiers de l’ensembl (...)

608Les conseils de soldats sont constitués à l’arrière de représentants de compagnies, mais on parle déjà que les conseils de soldats doivent être élus par les régiments, non par les compagnies ; il y aura une organisation unie, plus ferme, plus petite : à la place d’un meeting comme aujourd’hui, on aura un comité plus restreint. Le congrès de Minsk279 a résolu que ce seraient les régiments non les compagnies qui voteraient ; il y aurait alors 300 soldats et officiers avec les 300 ouvriers. On discute à part les questions militaires et ouvrières. On se réunit pour les questions politiques. Les officiers veulent s’unir avec les soldats ; mais les soldats ne veulent pas deux organisations de soldats et d’officiers ; ils ne veulent qu’une organisation où tous seraient unis. Cette organisation marche à peu près au front ; elle a des difficultés à l’arrière.

609La question de l’offensive a été posée devant le congrès de Minsk, devant Ceretelli. Il a répondu : maintenant, nous avons des commandants nommés par nous. S’ils donnent un ordre, il faut y obéir, même s’il est nécessaire d’avoir des opérations actives. Le congrès a décidé d’en faire. On va imprimer tous les discours de Ceretelli sur ce sujet et les distribuer au front. Car dans quelques régiments, on dit : si nous voulons défendre notre pays, nous ne voulons pas d’offensive. C’est pour répondre à cette propagande que le discours de Ceretelli va être distribué. Roditchev, ministre des Finances était délégué à Minsk, Rodzianko, président de la Chambre y était aussi. Ils furent battus par le congrès en raison de leurs déclarations excessives : nous irons à Berlin, puis Constantinople, et autres violences identiques. Plekhanov avait demandé à rentrer au Comité des ouvriers et soldats. Il a été repoussé par 23 voix contre 22. Puis par 27 voix contre 7 et 10 abstentions ; il a voix consultative. On signale des troubles agraires dans plusieurs provinces. Il y a à Moscou, 5 maisons coopératives fondées sur le type suivant : capital initial versé par les participants à raison de tant par mètre carré de surface. L’une de ces maisons a 50 appartements. Une autre 126, une autre 30, une autre 250, une autre 35. L’une d’entre elles, la Dolgoroukovskaïa fut créée en 1912, sur la base de 150 roubles par sagène carrée (sagène = 2, 10 m). Les appartements sont différents ; il en est à 2, 3, 5, 7 pièces avec cuisine, bain, chambres de bonne. Un terrain de 1960 sagènes fut acheté 135 000 roubles. Au fur et à mesure de la construction, les appartements furent aménagés. Il y a partout éclairage électrique, chauffage central, cuisine au gaz, chauffage au gaz du bain, chauffe-eau, lumière électrique. La Banque d’escompte de Moscou prête 800 000 roubles à 8 % pour achever la maison. Depuis, les participants ont élevé la part à 157 roubles. La dette sera amortie en trente-trois ans environ.

610La Société d’électricité fait des avantages spéciaux aux participants de même que la Société du gaz qui est municipale. La maison qui valait 1 200 000 roubles, vaut aujourd’hui deux fois plus. La maison est administrée par un conseil d’administration élu, composé de trois membres titulaires et deux candidats élus pour une année. Il y a une commission de surveillance, six membres et deux candidats. La ville de Moscou a organisé pour loger ses employés un type de maisons coopératives. Les employés ne peuvent y vivre que tant qu’ils sont au service de la ville.

611Le matériel que nous envoyons en Russie met vingt jours à venir de Brest à Arkhangelsk, mais il met trois mois pour venir d’Arkhangelsk à Moscou. Puis là, il reste deux ou trois mois supplémentaires. Il faudrait avoir des convoyeurs pour le matériel. Nous allons ce soir à une représentation de cirque. Les clowns font des discours sur la révolution et sur la nécessité de la guerre ; une pantomime enfantine sur la vie et les orgies et la mort de Raspoutine avec à la fin, musique militaire, drapeaux rouges, Marseillaise, apothéose !

612La queue, cette nuit à minuit devant les boulangeries est énorme. Des milliers de gens, femmes surtout vont passer la nuit dehors sous la pluie. Il y aurait moyen d’arranger cela.

Mai

Mardi 1er mai 1917

  • 280 Référence à la grande manifestation des mutilés de guerre, organisée à l’initiative du comité de la (...)

613Il neige à Moscou. De tous les lazarets et hôpitaux de Petrograd sont sortis tous les blessés de la guerre, tous les aveugles, tous les infirmes et se sont réunis par 10 000, plusieurs milliers ; étendards rouges ; en équipages, voitures, civières. Nevski était noir : foule silencieuse, tête découverte ; on alla avec quatre orchestres Marseillaise vers le palais de Tauride280.

614En avant les aveugles, les boiteux, les infirmes, une mer humaine ; les placards : « Le pays est en danger, camarades soldats dans les tranchées » ; « renvoyez Lénine à Guillaume » ; « À bas le militarisme prussien » ; « mieux vaut mourir que vivre sous la botte prussienne » ; « salut jusqu’à terre à nos frères dans les tranchées » ; « nos blessures exigent la victoire » ; « Lénine, en Allemagne. À bas les provocateurs ».

615A Tauride, Skobelev parle : « Le peuple russe... » Un officier dit : nous sommes venus ici savoir votre tactique vis-à-vis de Lénine. Skobelev dit : il faut laisser tout le monde libre de dire sa pensée. Il est interrompu ! Pardon, si Lénine essaye de conclure l’alliance avec l’Allemagne. Skobelev dit : je ne suis pas partisan de Lénine, mais il faut la liberté de parole. Nous ne permettrons pas à Lénine d’agir. Vous dites : la guerre jusqu’à la victoire. Je suis d’accord avec vous. Nous ne voulons pas mettre la main dans la poche d’autrui, personne dans la nôtre. Nous sommes avec vous jusqu’au bout ou alors, nous mourrons. Après Skobelev, des invalides demandent l’arrestation de Lénine. Un manchot monte à la tribune dans la grande salle comble. Tchkeidze salue : un soldat invalide demande à nouveau l’arrestation de Lénine. On réclame la liberté de pensée, mais l’assemblée est unanime à dire non pour Lénine.

616Un orateur dit : il faut liquider la guerre. Un tumulte énorme : un officier invalide dit : offrons un wagon à Lénine pour aller faire sa propagande en Allemagne. Ceretelli dit : nous pensons que Lénine, il faut lutter avec lui par la parole et les idées. Rodzianko dit : il faut mener la guerre jusqu’à la victoire. Il est acclamé. L’assemblée vote la confiance au gouvernement. Le gouvernement provisoire et les députés soldats ont l’un le gouvernement, le pouvoir et l’autre le contrôle. Protestation contre Lénine : vous, comité, faites de la propagande contre ses idées funestes. Libérez du service militaire les vieux et remplacez-les par les embusqués.

617Nous sommes invités par le comité des ouvriers à prendre part à la manifestation du 1er Mai. D’abord, nous allons prendre part dans les rangs des manifestants à l’Ermitage et de là, nous nous rendons au palais du gouvernement où pendant deux heures avec le Comité des ouvriers et soldats, nous assistons au défilé. La France est acclamée tout le temps. Que de Marseillaise, que de pancartes, les unes splendides, riches, élégantes, les autres modestes et petites, toutes pleines d’inscriptions. Pas une inscription : vive la paix, mais : « Vive l’armée et le peuple unis », « Vive la Constituante », « Vive la république démocratique », « Vive l’internationale », « Vive l’instruction obligatoire », « Terre et liberté », « La fraternité des peuples », « La terre aux paysans », « L’art libre dans la Russie libre », « Union des soldats et des officiers », (celle des invalides est presque agressive contre le Comité des ouvriers). « Nous sommes pour la guerre et la liberté », « Nos blessures crient la victoire », « Salut à nos frères des tranchées », « Vive le gouvernement provisoire et le Comité des ouvriers et soldats ».

618Sur la pancarte des garçons de restaurant et d’hôtel : « À bas les pourboires. » Quelques-uns des porteurs de ces pancartes peu satisfaits de l’attitude un peu froide des membres du Comité ouvrier semblent manifester leur mécontentement. De même lorsque défile l’école des Cadets Alexandre Il. Il y a évidemment un peu de froid. En bas, un officier montre avec un doigt agressif ; le Comité sur le balcon et lui crie : vous ne vous occupez jamais des soldats des tranchées. On ne lui répond rien et la manifestation reste sans écho, mais aussi sans contremanifestation dans la foule.

619Tout est d’un calme, d’un ordre admirable. Les artilleurs défilent avec leurs canons. Sur leurs drapeaux rouges, des canons croisés. Passent successivement, les ouvriers, les ouvrières des partis socialistes, les délégués des employés, banques, lycées municipaux, des théâtres ; gardiens des palais impériaux, des musées. À un moment donné, Grouzinov passe, très acclamé, à cheval. L’ensemble donne une impression de puissance et d’union malgré tout irrésistible.

620Hintchouk qui est là, dit qu’il veut que Moscou, pondéré, calme, plus uni que Petrograd, soit à la tête de la Russie révolutionnaire. C’est pour cela qu’il a fait voter pour l’emprunt, afin de donner une indication à Petrograd. Mais comme Moscou est pour la défensive, il suit l’opinion pour ne pas la heurter et avec la certitude que le moment venu, l’action morale du comité ouvrier sera forte. Toutefois, il ne cache pas certaines inquiétudes au sujet de la contre-révolution.

621Aujourd’hui, 1er Mai, impossible de manger. Ni à l’hôtel, ni dans un restaurant.

622À 2 h, nous mourons de faim après les émotions de la manifestation. Alors un ami russe du Comité ouvrier nous dit : j’ai un ami avocat, Petit-Rossignol ; il va nous recevoir à déjeuner. On donne un coup de téléphone et une heure après, nous sommes à table devant un excellent déjeuner. Lorsqu’à 5 h, nous voulons partir, on insiste pour nous garder et nous avons mille peines à nous séparer. C’est d’un charme hospitalier exquis. Le soir, on recommence la même opération chez Granosky. On l’avise à 9 h et on amène Taffanel. Tous ces ménages sont des ménages de juifs russes qui sont d’une hospitalité extraordinaire, et d’une courtoisie parfaite. Nous discutons vivement sur la réunion du congrès international dont ils sont tous partisans. Ils nous disent qu’ils pensent que la Russie est incapable de faire un effort et qu’elle doit faire la paix le plus tôt possible. Nous leur répondons avec véhémence.

623Le soir nous allons dîner chez Granosky et l’on revient à minuit. Tous ces gens sont charmants, mais tous sont imprégnés à fond d’influence allemande. On nous y raconte qu’aujourd’hui dans la manifestation du 1er Mai, il y avait dans le cortège un groupe de 200 prisonniers allemands chantant L’Internationale en allemand et porteurs d’un drapeau sur lequel était inscrit : « Vive l’internationale. »

624Il y avait dans le cortège un autre groupe de prisonniers tchécoslovaques. Dans la brigade d’artillerie qui a défilé et le régiment qui a été le plus longtemps au front et a le plus de croix de guerre de toute la Russie.

  • 281 Iekaterinoslav ancien nom de Dniepropetrovsk.

625Taffanel : la production du Donetz a diminué depuis la révolution, non par la faute de la révolution, mais uniquement par suite du mauvais service des transports de même pour les usines de Moscou. Mais il y a un progrès ces temps derniers. C’est à Kharkov que se trouve le centre des mines de houille et de métallurgie du Donetz et de Iekaterinoslav281. Il y a la loi de huit heures, mais on travaille deux heures d’heures supplémentaires. Il y a seulement augmentation de 100 % des salaires. Il y a une chose alarmante : les ouvriers veulent prendre la direction de certaines usines ; puis ils veulent chasser les Français, les ingénieurs, les contremaîtres. Si on n’arrête pas ça, ce peut être grave, on peut désorganiser ainsi les usines. 50 hauts fourneaux dans le Donetz. C’est tout pour la Russie. 200 000 ouvriers mineurs dans le Donetz. 35 millions de tonnes de charbon par an.

  • 282 Allusion aux manœuvres politiques entreprises par le Soviet lorsque fut connue, le 18 avril/ler mai (...)

626Il se prépare contre certains membres du gouvernement un mouvement qui sera de nature à rapprocher le gouvernement du Comité des ouvriers et soldats282. De cette façon, les choses vont s’arranger et s’améliorent à Petrograd. De plus, les actions de Lénine sont en ce moment au plus bas à Petrograd.

627Il n’a plus d’action qu’à Cronstadt où subsiste un élément anarchique, 50 000 marins. Hintchouk, président du comité ouvrier de Moscou. Aujourd’hui, 1er Mai, s’est tenu en un monastère de Moscou un grand meeting auquel ont assisté beaucoup d’auditeurs. Des moines, des grands popes, des avocats réactionnaires ont parlé contre le régime nouveau, contre les juifs, contre les socialistes, contre l’internationale. Ils ont dit : « Du temps de l’ancien régime, il y avait du pain au moins ! »

628Meeting de déserteurs à Odessa ; ils ont demandé à rejoindre le front ; ils ont déclaré qu’ils ne voulaient pas servir l’ancien régime ; mais qu’ils étaient décidés à se battre pour le régime nouveau. Il y a même eu, nous dit-on, un meeting de voleurs qui déclaraient eux aussi que l’ancien régime les avaient obligés à sortir des règles de la moralité vulgaire.

629Mme Lafont nous explique que la nation russe est bonne, indulgente, chrétienne, pas rancunière. C’est du Tolstoï populaire, et que c’est la raison pour laquelle on tolère tout en ce moment, on laisse se répandre les discours et les orateurs et les écrits les plus dangereux comme les plus innocents ; et que chacun d’ailleurs oublie les méfaits des tenants de l’ancien régime, empereur, impératrice, ministres, traîtres ; personne n’y songe plus, personne ne demande leur vie ; on n’y touche pas ; on les traite bien.

  • 283 Quartier général de l’armée russe, à Moghilev.

630C’est demain que nous devons partir pour la Stavka283.

631Le Dr Petit-Rossignol nous dit que Nicolas II était un menteur hystérique. Il avait subi une révolution qu’il avait vaincue et il a cru qu’il pourrait vaincre celle-ci sans faire la moindre concession. En fait, pendant tout son règne, il n’a jamais fait aucune concession. De plus, il était le traître essentiel en Russie. Il en était le réactionnaire le plus conscient ; mais comme il était nerveusement très dégénéré, il pouvait dissimuler et aller jusqu’à pleurer avec les libéraux qui le voyaient. Si bien que lorsqu’on lui parlait, il ne résistait pas et semblait de l’avis de son interlocuteur. En fait, il ne cédait rien. Il ajoute qu’il est froissé de voir les socialistes pour la plupart sacrifier aux exigences excessives, aux idées anarchiques de certains ouvriers et paysans, par peur, disent-ils, de rester à la queue.

632Il leur reproche de ne pas résister à la thèse du moindre effort. Mais lui-même, en raison de ce qu’il est juif, nous dit qu’il faut vite faire la paix, que l’Allemagne est invincible, que la Russie ne peut aller plus loin, qu’elle n’a pas d’armée, pas de ravitaillement, bref, toutes les doléances pessimistes des prophètes. Immédiatement après, il nous dit que si après la conférence internationale, les Allemands ne faisaient pas leur révolution, il faudrait faire contre eux, la guerre impitoyable.

633C’est l’état d’esprit de tous les juifs d’ici et de Petrograd qui mènent la révolution et l’inspirent et y jouent le rôle plus néfaste de désorganisation militaire ; ils préparent contre eux les redoutables violences que l’on commence déjà à leur préparer si on en croit divers bruits qui nous parviennent. Gradovsky est chargé de préparer, de sonder la deuxième Ouvr. pour savoir s’il recevra A. Thomas qui viendra à Moscou à cet effet.

Mercredi 2 mai 1917

634L’opinion de Taffanel, c’est que les choses sont plutôt en voie d’amélioration. Il dit que le peuple russe est bon et qu’il a du bon sens. Il se laisse d’abord entraîner par sa générosité, puis il réfléchit et se reprend. C’est ce qui s’est passé pour Lénine. Aujourd’hui Lénine est usé. Il en sera de même de toutes les théories extrêmes. Le plus grave danger pour lui, c’est la crise des transports. Elle va mieux, car il n’y a plus de neige pour arrêter les trains ; on a mieux organisé le service et les battements ; le charbon arrivera mieux ainsi que les denrées. A propos des queues, il nous dit qu’elles durent ici depuis des mois et des mois. Au cours de l’hiver, par 15٥ à 20٥ de froid, les femmes stationnaient des nuits à la porte des boulangeries. C’est que le peuple a une patience, une faculté d’attente qui est pour Taffanel une grande qualité. C’est hier par 397 contre 24 (Chambre) et 81 contre 8 (Sénat) que le bill [?] sur le service obligatoire a été adopté aux Etats-Unis.

635Sur le front roumain, le général Chtchbatchov a été au milieu d’un congrès de soldats et officiers et leur a dit : j’attends beaucoup de la nouvelle organisation d’officiers et soldats. Soyons fraternels. Préparons l’offensive, car la défensive coûte cher. Les délégués des députés ouvriers et soldats d’Iekaterinoslav sont allés porter des cadeaux aux soldats sur le front roumain. Ils disent que la situation est très améliorée depuis qu’on a changé plusieurs commandants d’unités. Le Comité des ouvriers et soldats de Moscou organise la propagande par journaux et tracts dans l’armée. Il envoie de nombreuses brochures. On crée des clubs, on crée des écoles pour les soldats qui ne savent pas lire ; on fait faire des cours aux plus avancés ; on prépare une brochure sur la Constituante pour l’envoyer aux soldats.

636Lénine a cru nécessaire de se rendre au Conseil des députés ouvriers et soldats pour s’expliquer. On l’a écouté avec beaucoup de froideur. Il a parlé de la terre, du gouvernement, de la guerre. Toute la terre aux mains du peuple. Lénine s’étend longuement. On lui demande d’abréger. On l’interrompt violemment. Tumulte. Lénine quitte la tribune aux applaudissements de la majorité. On lui accorde enfin une demi-heure. Il parle des formes futures de gouvernement. Nous ne voulons pas d’une république avec une armée permanente. Pas besoin d’un gouvernement provisoire. Il nous faut un pouvoir très fort, un pouvoir révolutionnaire, un pouvoir concentré dans les Comités de députés ouvriers et soldats. Je ne suis pas pour une paix séparée. La guerre est faite par et pour les capitalistes. Il faut publier les documents diplomatiques. Y a-t-il un traité pour dépecer la Chine entre l’Angleterre, la France et la Russie ? Il faut prendre tout entre nos mains. La guerre ne peut être finie que par la révolution socialiste dans le monde entier. Pour liquider la guerre, il faut la confraternité systématique de nos soldats avec les Allemands, alors seulement les ouvriers et paysans soldats peuvent rendre la prolongation de la guerre impossible.

637On me demande : comment vivre avec l’Allemagne ? Nos opinions sont représentées par Liebknecht. Tous les autres sont avec Guillaume. Les soldats, pendant ce discours, ont envoyé des papiers. Pourquoi appelez-vous annexion la reprise de la Courlande ? C’est que si on veut reprendre la Courlande la guerre ne finira pas. Il faut laisser au peuple de Courlande le soin de lui-même. Allez en Allemagne et faites votre propagande. Un petit groupe de bolcheviks l’appuie vigoureusement, le reste...

638Liber lui répond : vous faites appel à la guerre civile en réclamant toute la terre pour les paysans, car il y a beaucoup de terres qui appartiennent à de petits propriétaires. Vous dites : expropriez tout. Oui, mais c’est encore la guerre civile. Si nous séparons des libéraux, c’est 1905. Lénine agit contre la révolution. L’agitation de Lénine est utile à la bourgeoisie. Finir la guerre est possible si nos soldats fraternisent avec les Allemands, mais est-il possible d’en parler lorsque l’ennemi fait avancer ses armées contre nous ? L’assemblée fait une ovation à Liber.

639Nous allons voir le directeur du Crédit Lyonnais à Moscou. Il nous montre l’invasion allemande triomphante dans cette région ; la Pologne et la Lituanie étaient pleines d’ouvriers allemands. Il nous montre le manque absolu de culture de tous les comités qui dirigent, et en outre, le désir de tout ce monde est de garder sa fonction. Au reste, il établit une distinction entre Schwartz et Hintchouk au profit de ce dernier. Chaque jour a-t-il dit, le bon sens reprend le dessus.

640Sur 24 membres du Comité exécutif du Conseil des ouvriers et soldats à Petrograd : 8 minoritaires – 2 bundistes – 4 majoritaires (bolcheviks) – 4 indépendants – 6 travaillistes.

  • 284 Il s’agit de B.O. Bogdanov, menchevik, membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd.
  • 285 N.A. Anisimov, militant ouvrier menchevik, membre du Soviet de Petrograd. V.S. Voitinsky (1879-1937 (...)
  • 286 V.I. Gourevitch (1880-1949) militant socialiste-révolutionnaire, fut vice-ministre de l’intérieur d (...)
  • 287 Victor Tchernov est un des fondateurs et théoriciens du parti socialiste-révolutionnaire. Durant la (...)
  • 288 Dirigeant socialiste-révolutionnaire, membre du Comité central du parti socialiste-révolutionnaire, (...)
  • 289 V.M. Zendzinov, dirigeant socialiste-révolutionnaire, membre du Comité exécutif du Soviet de Petrog (...)
  • 290 L.M. Bramson, militant socialiste-révolutionnaire, puis travailliste est alors membre du Comité exé (...)
  • 291 Juriste, membre du parti travailliste, V.B. Stankevitch est membre du Comité exécutif du Soviet de (...)
  • 292 Il s’agit du lieutenant Filippovski, militant socialiste-révolutionnaire, membre du Comité exécutif (...)
  • 293 K.A. Gvodzdev, dirigeant menchevik, fut le président du groupe ouvrier auprès du Comité central des (...)
  • 294 Henrik Erlih était un des dirigeants du Bund, et membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd.
  • 295 Militant socialiste-révolutionnaire depuis 1903, puis menchevik, publiciste économiste, N.H. Himmer (...)

641Tchkeidze – Skobelev – Bogdanov (travailliste)284 – Anisimov285 – Steklov – Voitinsky (social-démocrate) – Gourevitch286 – Tchernov (S.R.)287 – Gotz (S.R.)288 – Zendzinov289 – Bramson290 – Stankevitch291 (travailliste) – Filippovski292 – Goldenberg – Gvodzdev293 – Erlih294 – Goldman (Liber) – Soukhanov – Himmer295. Soldats : Semenov – Chapiro – Zavatski – Somov – Vinssik.

642Un décret monopolise le cuir en Russie.

643Il y a eu à la veille du 1er Mai quelques actes de violence contre des officiers et des personnes. Le Comité des députés ouvriers et soldats proteste violemment contre ces actes d’anarchie. On a fusillé et lancé des bombes. Les journaux disent : C’est bien de protester par un appel, mais il faut des actes, une instruction sur les faits et la punition des coupables.

644Les grandes villes ont reçu ordre de préparer les élections municipales. Suffrage universel, scrutin direct, âge : vingt ans, sans distinction de sexe. Les troupes prennent part au scrutin. Il suffit d’habiter la ville au moment où on confectionne la liste.

645Rien qu’à Moscou, il y aura un million de votants. Le Conseil des Députés des ouvriers et soldats a décidé d’ouvrir une agence de dépêches pour renseigner l’étranger sur ce qui se passe en Russie et pour recevoir les renseignements de l’étranger. Le gouvernement provisoire a accepté de payer les frais et de mettre l’agence de Petrograd à la disposition du comité.

  • 296 Persuadé que les socialistes alliés ne se rallieraient jamais à une formule zimmerwaldienne, Miliou (...)

646On mène dans les journaux campagne contre Milioukov qui a donné une interview à un rédacteur du Manchester Guardian où il a déclaré que la Russie devait fortifier les détroits296. C’est là, dit-on, faire acte de politique personnelle. Ce n’est pas l’avis du gouvernement provisoire tout entier. Donc il faut que Milioukov s’en aille ou qu’il se soumette à la décision de son gouvernement.

647À Petrograd, grand 1er Mai. Plekhanov, Kerensky, Lénine, meeting 40 000 ouvriers. Kerensky, très acclamé. Grande manifestation, meetings – pas un désordre – journée plus calme que d’ordinaire. 300 tribunes le soir pour meetings.

  • 297 Le colonel Engelhardt avait été nommé, dès le 27 février, commandant de la garnison de Petrograd pa (...)

648Colonel Engelhardt297. Voici ce qu’il nous dit : de dix-huit à quarante-trois ans, 26 millions de Russes mobilisables. Nous avons pris 16 millions au 1er janvier 1917. Nous avons 2 millions d’hommes dans les dépôts. En tout, nous avons 10 millions rationnaires. Que font 10 millions d’hommes ? 2 millions sont des déserteurs, des insoumis, des restés en Pologne, etc.

649Sur les 16 millions, 5 millions de pertes, blessés, prisonniers, morts. Restent 11 millions sous les drapeaux. Là-dessus deux millions dans les dépôts, restent 8 millions et demi de soldats au front, là-dessus 3 millions combattent, restent 5 millions pour les besoins de l’arrière. Nous n’avons que 12 000 camions sur 2 000 kilomètres de front. Pour un camion, il faut 100 charretiers, mais on peut facilement trouver 1 million d’hommes de combat dans ces 5 millions. On va récupérer dans les services arrière. Dans certaines parties du front, la révolution a donné de l’élan. Mais partout, les officiers sont démoralisés ; et comme nos officiers étaient ce qu’il y avait de mieux, nos soldats sont bons si l’officier est bon ; si l’officier a été tué au début, pas d’initiative ; donc il y a là quelque chose de faible pour nous. La révolution a fait classer de nombreux officiers incapables. Au point de vue politique, il y a le Comité exécutif de la Douma, 12 personnes dirigées par Rodzianko. Puis, il y a le Comité des ouvriers et soldats. Le léninisme les a tous réunis et soûlés. Nous avons 20 millions d’obus de 75 et plusieurs millions de gros obus. Quant à l’offensive, on n’est pas sûr de toutes nos troupes ; la plus grande partie peut combattre, mais il y en a un grand nombre qui sont pour la défensive plus que pour l’offensive.

650Pour le ravitaillement intérieur dans les villes, il y a difficulté ; mais il y aura solution malgré tout. En fait, nous dit Engelhardt, ce qui m’inquiète le plus c’est l’état moral du peuple et l’état politique de la Russie. Les comités des soldats de l’armée Broussilov viennent de supprimer le Bulletin officiel de l’état-major de l’armée de Broussilov comme ne correspondant pas aux vues du comité. Les Hongrois se voient octroyer des libertés politiques plus grandes. 600 étudiants chinois en Amérique organisent un régiment chinois pour venir combattre en France. Un bolchevik venu de Petrograd ayant crié dans un meeting : À bas la guerre ! a été saisi par la foule et mené au commissariat. (A Kiev.) L’ambassadeur d’Angleterre nous téléphone que la visite au front est organisée par la Stavka, qu’il faut attendre ici les officiers qui doivent se mettre à notre disposition. Ils devaient arriver hier, puis aujourd’hui ; ce sera pour demain. Comme nous nous plaignons de perdre notre temps on nous répond que les communications sont très difficiles et que l’officier a raté les correspondances.

Jeudi 3 mai 1917

651Pluie et neige.

  • 298 Ce texte constitue une adaptation libre de la fameuse Note Milioukov (texte complet in Marc Ferro, (...)

652Texte du gouvernement russe aux gouvernements alliés. Le 27 mars – 9 avril. Le gouvernement provisoire a publié un appel aux citoyens dans lequel étaient exposées les vues du gouvernement de la libre Russie sur la guerre298. Aujourd’hui je vous déclare : nos ennemis se sont efforcés de semer la discorde dans les relations interalliées, répandent le faux bruit que la Russie serait prête à conclure une paix séparée avec les monarchies centrales. C’est une invention. Notre langage est celui de la république des États-Unis.

653Le gouvernement de l’ancien régime ne pouvait concevoir le caractère libérateur de la guerre et admettre les fondements d’une paix fondée sur la communauté des peuples et pour le choix libre de leur nationalité par les peuples opprimés. Mais la Russie libérée peut parler un langage compréhensible pour les démocraties d’avant-guerre. Elle joint sa voix à celle de ses alliés. Nos déclarations ne donnent pas prétexte à penser que le rôle de la révolution sera moins utile que celui des Alliés dans la guerre. Au contraire, le désir du peuple de conduire la guerre jusqu’à la victoire définitive n’a fait qu’augmenter grâce à la conscience de la responsabilité de tous et de chacun. Ce désir et ces efforts seront effectifs étant appuyés sur la connaissance que tous ont de ce problème à l’ordre du jour qu’il faut battre l’ennemi qui est entré sur le territoire même de la patrie. Le gouvernement provisoire en défendant les droits de notre patrie observera les engagements pris envers les Alliés. Continuant à espérer la victoire, en pleine union avec les Alliés, le gouvernement est assuré que les questions soulevées par cette guerre seront résolues en assurant sur des fondements fermes une paix prolongée et qu’inspirées des mêmes désirs, les démocraties trouveront le moyen d’obtenir des garanties et des sanctions pour prévenir les guerres dans l’avenir. Après la publication de ce document, le Comité des députés ouvriers et soldats s’est réuni et a passé la nuit à discuter. Évidemment, c’est le conflit ouvert.

  • 299 Le général N.V. Russky (1854-1918) était, depuis 1916, commandant en chef des armées du front nord.

654Russky299, commandant au front nord, dit : « L’ennemi amène des troupes et des canons. » Les agents allemands qui pullulent le renseignent. Il faut lutter avec les espions allemands comme l’a dit le ministre Goutchkov, les agents du gouvernement allemand sont partout. Faites attention !

655Décrets. Les réunions sont autorisées en Russie sauf sur les lignes de chemins de fer. Elles sont permises sur les lignes de tramways, sauf si elles empêchent la circulation. On peut les faire sans autorisation, librement, dans les endroits clos et dans la rue ; les orateurs n’y peuvent avoir des armes sauf les soldats.

656Les Unions peuvent s’unir entre elles et avec celles de l’étranger.

657Les paysans d’un district près de Moscou, ayant saisi les terres et le bétail d’un citoyen américain, le consul d’Amérique à Moscou a demandé raison et a exigé qu’on rende justice à son compatriote.

658Il y a enquête ouverte.

659On est en train de préparer les élections municipales, sous la pression populaire. Le dépouillement n’aura lieu que le surlendemain du jour de l’élection. Il y aura un système de proportionnelle. Les élections municipales vont avoir lieu aussitôt que ces questions d’organisation du vote seront réglées. Il faut pour cela quatre mois.

660Les couvents de moines ne sont pas à l’abri de la révolution. Les moines du monastère du Don se sont réunis ; ils disent : le pouvoir absolu des tsars au petit pied des monastères ne découle pas du droit canonique. Ils ont formulé le vœu d’avoir le droit de choisir le candidat à présenter à l’évêque. Il est peu convenable que le chef du monastère touche 20 000 roubles par an. 3 600 roubles sont suffisants... Il faut limiter les dépenses et faire plus de bienfaisance. Ils demandent le contrôle sur les finances du monastère. 120 000 roubles pour la table du monastère, c’est une somme exagérée puisque la nourriture vient du jardin. Les moines ont demandé le renvoi du caissier, le contrôle de la caisse et désigné un caissier nouveau. Que le futur chef du monastère ne règne pas seul, mais qu’il dirige avec le concours d’un conseil élu par les moines. Le chef du monastère ayant refusé de nommer les personnes choisies par les moines, ils ont fait appel à Moscou et ils sont en train d’obtenir satisfaction. Hier, on a admis dans le conseil des avocats, 20 femmes ; il y a sur ce nombre, 16 juives.

661On vend dans les rues, des placards, des brochures, sur Raspoutine où il est représenté toujours comme un fou érotique. De même, il est le héros des films cinématographiques et des pantomimes de théâtre ; toujours, il est représenté ivre avec des duchesses et des femmes de condition. Jamais l’impératrice n’est mêlée à ces scandales. Il y a aussi des chansons sans obscénité sur Raspoutine.

662Paraît un décret sur la coéducation des sexes dans les établissements secondaires.

663À Moscou, s’est tenue hier une réunion des officiers qui ont décidé : il faut faire effort pour aller vers les soldats, faire un programme d’union entre les officiers, puis entre les officiers et les soldats. Le 5 mai, un congrès d’officiers. Il faut vivre la même vie entre officiers et soldats, travailler à comprendre l’âme des soldats et faire ce rapprochement nécessaire.

  • 300 Lors de la manifestation organisée par le Soviet le 18 avril/ler mai 1917, les bolcheviks, très min (...)

664Le jour du 1er Mai, à Petrograd, comme à Moscou, quelques drapeaux noirs des léninistes300 ; il faut agir immédiatement et commencer la vie nouvelle. Mais c’est resté sans écho. À Kiev, les drapeaux disent : tant que Liebknecht est en prison et Guillaume sur le trône, pas moyen de refaire l’internationale. À Iéroslaw, dans la manifestation, beaucoup de prisonniers allemands et autrichiens. 100 000 hommes. Plusieurs centaines de prisonniers allemands et autrichiens ont défilé avec des étendards socialistes. Ils disaient que la fraternité des peuples ne pouvait se réaliser que lorsque Guillaume serait par terre.

665Au quartier général de Broussilov, une grande manifestation religieuse où le grand prêtre, l’évêque fait un discours sur la victoire nécessaire et la reconnaissance et prie pour le renforcement du nouveau régime russe. Après le service, un grand meeting auquel prennent part les troupes et le peuple. Beaucoup d’orateurs. Excellents discours.

666Lannes, lecteur de français à l’université de Moscou. Professeur à l’École supérieure des filles.

667Il nous prie de saluer son ami Delom-Sourbé, député de Pau.

Notes

668Les écoles françaises à Moscou. Il y en a deux : une école secondaire de garçons, une école de filles.

669L’école de garçons est dirigée par un conseil syndical dirigé lui-même par le curé de la paroisse française. Cette paroisse existe depuis Catherine et le nouveau régime va modifier les choses. L’école de filles dirigée par des religieuses marche bien. 300 élèves. L’école de garçons va être fermée par décision du conseil syndical. Le directeur est médiocre, les professeurs de même et ils ne s’entendent pas. Il a comme élèves des boursiers, jeunes Français pauvres venus du sud de la Russie et de la colonie française de Moscou. Mais les fils de la grosse bourgeoisie de Moscou qui est très riche et très conservatrice, vont faire leurs études en France. Il est absolument nécessaire de créer à Moscou un grand lycée français bien monté.

670Les journaux de Moscou :

  • 301 Il s’agit sans doute de Russkoe Slovo, quotidien moscovite d’information, de tendance conservatrice
  • 302 Utro Rossii était un quotidien publié à Moscou, d’orientation constitutionnelle-démocrate.
  • 303 Moskovskie Vedomosti, publié à Moscou à partir de mars 1917, était un journal d’information, de ten (...)
  • 304 Le quotidien Moskovskii Listok semble avoir eu une existence éphémère. Il n’est plus attesté après (...)
  • 305 Vechernii Kur’er était un quotidien d’information, attesté de mars à octobre 1917.
  • 306 Soldat-Gradzdanin était l’organe (quotidien) du Soviet des députés soldats de Moscou, depuis le 10  (...)

671La Gazette russe (proalliée301) ; La Parole russe – Pouskoïe Slovo (anglomane) ; Le Matin russe (C. Guerr. et Ind. – proallié)302 ; Le Matin du matin (proallié) ; Les Nouvelles de Moscou (ancien journal tzariste sans influence)303 ; La Feuille de Moscou304, Le Courrier du Soir305, Le Soldat citoyen306, édités par Smirnov (contre les Alliés).

672Nous recevons enfin la visite de l’officier chargé de nous accompagner au front qui nous annonce notre départ de Moscou, demain soir, vendredi 4 mai, pour Minsk. C’est M. Alexandre Soldatencow, secrétaire de la chancellerie diplomatique au GQG. On partira de la gare Alexandre. Cet officier nous communique ses impressions. Il nous dit que la propagande allemande qui se faisait d’abord par la maison de l’empereur, avant la révolution, se fait maintenant partout, et surtout par le socialisme et les partis extrêmes.

673Le peuple russe n’a pas le sentiment de la patrie ; on lui a fait croire pendant longtemps que la patrie, c’était le tsar. Le tsar disparu, il se demande quel idéal lui reste. La raison de son ignorance, il n’a qu’une idée très confuse de la république et de la liberté. Lui, serf hier, il ne sait comment user de cette liberté, totale, sans aucun frein qui lui est donné. Il n’obéit plus qu’à son intérêt personnel. Et quand on a dit aux soldats des tranchées : partage les terres à l’arrière, ils sont partis pour avoir leur part. Beaucoup ne sont pas revenus. En ce moment, on a fait un barrage de cavalerie sur le front, et on empêche beaucoup de désertions, mais c’est encore très imparfait. Ajoutez la faute du gouvernement qui a déclaré que ceux qui rentreraient avant le 15 mai russe, 28 mai français, seraient graciés.

674La formule « sans annexions ni contributions » formule qui sert si bien les desseins de l’Allemagne est venue achever la désorganisation. Pourquoi se battre désormais ? L’Allemagne aussi est, ou va se déclarer demain contre les annexions et les contributions. Alors, entendons-nous. Et le résultat, c’est, nous dit-il, que la 8e armée (du général Broussilov) refuse d’aller au combat.

675Et enfin, les classes dirigeantes, les Cadets, sont mous et inertes. Ils n’agissent pas ? Ils se déclarent uniquement partisans des moyens parlementaires. Et lorsque les Russes leur proposent de l’argent pour leur propagande, orale ou écrite, ils refusent par principe et par doctrine. Aussi laissent-ils la place libre aux extrêmes et l’on se demande s’ils seront jamais capables d’un acte d’énergie. La seule façon de sortir de cette anarchie, grandissante, c’est peut-être de tenter une offensive sur le front russe. Voilà la conversation de cet homme franc.

676Quelques prix à Moscou. Nous déjeunons modestement, deux plats : c’est toujours 5 ou 6 roubles, 12 à 15 F. Un poisson de grandeur moyenne est affiché 6 roubles. Les habitants riches qui gagnent beaucoup d’argent et dépensent de même, payent n’importe quel prix. On n’a jamais tant vendu de parfumerie nous dit le directeur de la maison Chiris.

Vendredi 4 mai 1917

  • 307 Depuis le 19 avril/2 mai, manifestations et pétitions contre la Note Milioukov s’étaient multipliée (...)

6771 500 hommes de troupe se réunissent face au palais Marie où se tient le gouvernement provisoire, pour protester contre ce dernier307. À bas Milioukov ! Skobelev, Gotz, Kornilov les invitent au calme et leur disent :

678ayez confiance dans le Comité des ouvriers et soldats. Dispersez-vous. Deux conflits entre des partisans du gouvernement provisoire et les partisans du Comité des ouvriers et soldats. Nombreux meetings pour ou contre le gouvernement provisoire. Toute la ville est énervée, tendue. À 9 h du soir, à la Douma, réunion du comité de la Douma, du Comité des ouvriers et soldats et du gouvernement provisoire, puis la presse. On ne sait pas encore ce qui s’est passé.

679Le Comité des ouvriers et soldats propose au gouvernement provisoire une réunion commune pour échanger des vues sur la situation, avec le comité de la Douma. On accepte. Des soldats arrivent. Le Comité des ouvriers et soldats les invite à retourner à leur caserne. En attendant, ils ferment toutes les issues du palais Marie. On crut qu’ils tenaient prisonnier le gouvernement provisoire. C’était inexact.

680Le Comité des ouvriers et soldats pense que la nouvelle note de Milioukov est rédigée dans des termes dignes de l’ancien régime. Il a eu le tort d’aviser les gouvernements étrangers avant de consulter le Comité exécutif des ouvriers et soldats. Ne prenons aucune décision prématurée. Réfléchissons. Tchkeidze fait appel à la prudence.

681Stenkevitch. Il faut arrêter Milioukov. Ce serait une solution simpliste. Elle n’est pas la mienne. Si nous renversons le gouvernement, nous devons prendre nous-mêmes le pouvoir. Or, en avons-nous la force ? Il faut y réfléchir longuement. Une autre solution : c’est l’éloignement de certains ministres, mais alors c’est un ministère de concentration. La seule décision, c’est attendre jusqu’à demain sans prendre résolution.

682Fédorov, bolchevik, dit qu’avec un gouvernement bourgeois, on ne peut s’entendre. Il faut que nous prenions le pouvoir. La Note de Milioukov est un coup dans le dos au prolétariat international. Nous sommes le seul organe qualifié de la démocratie. Pas d’hésitation.

683Tchernov. Du calme. La lutte est chez nous ; rien de pire pour une révolution que la guerre civile. La réaction est cachée, mais nous entendons son murmure. Quand nous serons en conflit, elle nous attaquera. Or, nous voulons détruire le tsarisme à l’intérieur et à l’extérieur. Il faut être patient, puisque nous sommes forts.

684Tchkeidze. Il y a 44 orateurs inscrits. On demande la clôture.

  • 308 N.V. Nekrassov (1870-1941) représenta l’aile gauche du parti K-D aux troisième et quatrième Doumas (...)

685Le représentant des régiments qui ont manifesté demande la démission de Milioukov. Il faut que vous l’obteniez tout de suite. Nous vous soutiendrons. On vote de ne pas prendre de résolution avant demain. À minuit, grande démonstration en faveur du gouvernement provisoire. À bas Lénine ! 30 000 hommes et soldats. Le gouvernement provisoire dit qu’il continuera son œuvre. La foule réclame Milioukov qu’elle veut honorer. Nekrassov308 et Terechenko viennent au balcon. Grande ovation. Nekrassov, ministre des Chemins de fer remplace Milioukov qui parle au Comité des ouvriers et soldats. Il dit que le gouvernement provisoire continuera. Ce n’est pas une bande qui nous empêchera d’agir. J’espère que le gouvernement provisoire trouvera un terrain d’entente avec le Comité des ouvriers et soldats. Les manifestants restent là pour saluer Milioukov. Milioukov arrive au balcon. Enthousiasme ! Lorsque ce matin, j’ai vu des inscriptions, à bas Milioukov, j’ai été épouvanté, non pour moi, mais pour le pays, mais en ce moment, je regarde l’avenir avec calme. D’autres manifestations favorables au gouvernement provisoire au palais de Tauride.

  • 309 Au soir du 20 avril/3 mai, les dirigeants « modérés » du Soviet – Ceretelli, Tchkeidze, Dan, Gotch  (...)

686Le comité de la presse demande à assister à la séance commune du Comité des ouvriers et soldats et du gouvernement provisoire. Lvov accepte. Le Comité des ouvriers refuse. Les journalistes protestent. Tchkeidze répond : ce n’est pas nous seulement qui refusons. C’est aussi le gouvernement provisoire. Les journalistes insistent. À minuit, Goutchkov vient vers la presse et dit : impossible de vous recevoir ; il y avait des choses très graves et secrètes. Le Conseil des ouvriers et soldats déclare qu’il n’est pour rien dans la manifestation contre le gouvernement provisoire. Le Conseil a arrêté toutes les manifestations309. Une colonne de 130 000 hommes se réunit en Amérique pour venir en France. De nombreux sénateurs, artistes, intellectuels, se sont engagés.

  • 310 Membre du parti social-démocrate suisse, rédacteur en chef du Berner Tagmacht, socialiste internati (...)

687Le gouverneur militaire de Berlin déclare qu’il donnera 3 000 marks de récompense à tous ceux qui lui signaleront les agissements des partisans de la lutte des classes et de la révolution. Grimm310, retour d’Allemagne dit que les soldats allemands ont refusé de gêner le révolution russe et qu’ils ont imposé à Hindenburg de ne pas agir sur le front russe. C’est leur apport aux camarades sociaux-démocrates de Russie. Le journal Outro Rossi (« le Matin de la Russie ») dit : ces jours derniers sont arrivés des délégués du Comité ouvriers et soldats de Petrograd qui portaient des cadeaux aux soldats allemands. Les soldats et officiers allemands les ont invités à venir : on a fait appeler un social-démocrate allemand. L’officier allemand donne sa parole d’honneur que s’il entrait dans les tranchées allemandes, il n’y aurait aucun mal. Cependant, l’entrevue eut lieu dans la zone neutre. Les Russes demandaient : pourquoi ne renversez-vous pas Guillaume ? Nous sommes d’accord pour commencer la révolution si seulement la France et l’Angleterre se refusent à des buts de conquête. En Allemagne, il y a encore beaucoup de partisans de Guillaume. Nous craignons que pendant qu’il y aura la révolution en Allemagne, l’Angleterre et la France ne profitent de cette occasion pour porter un coup mortel à l’Allemagne. « Les Allemands ne pensent pas à l’offensive sur le front russe. Il n’y a plus de forces suffisantes en Allemagne sur le front russe. En Allemagne, il y a la pénurie la plus grande de vivres. Il faut que les socialistes des autres pays fassent déclarer à leurs gouvernements ce qu’a dit le gouvernement russe. » À la fin de la conversation, les Allemands ont prié les Russes de leur faire parvenir régulièrement leurs journaux. Chaque fois que le commandement allemand commande le feu, les soldats allemands préviennent leurs camarades. De même pour les attaques de gaz. Les députés ouvriers de Petrograd ont transmis ces renseignements aux députés ouvriers de Riga. C’est l’artillerie russe qui a mis fin à la conversation. Ailleurs sur le front, il y a eu des manifestations de ce genre et des deux côtés, on a cessé le feu.

688Je vais visiter le juge de paix, Mattern, à sa Justice de paix. Il est là, dans cette très modeste baraque au fond d’une cour, et il rend démocratiquement la justice populaire, en veston, le cou entouré d’une grosse chaîne de cuivre. Il nous promet de venir à l’hôtel à 4 h. Une réunion générale des délégués des députés soldats venus du front a décidé après avoir entendu les récits de fraternisation réciproques : de multiplier ces fraternisations afin de renforcer la propagande de la révolution dans l’armée ennemie, mais de se comporter avec tant de prudence que ces faits ne puissent avoir aucune répercussion sur la force militaire de l’armée. Il faut, disent-ils, établir sur le front des points spéciaux où se feraient ces rencontres, et régulariser les relations avec les soldats de l’armée ennemie. (On rappelle qu’à Sébastopol, les Russes avaient déjà fait des actes analogues avec les Français et les Anglais.)

689Scherr nous dit : désormais, il n’y a plus d’officiers. Il y a des soldats : des soldats sous-officiers, des soldats officiers, des soldats généraux.

  • 311 Ce district se trouvait dans la province de Simbirsk, particulièrement agitée dès le printemps 1917

690Dans le district de Karsoun311, les paysans ont pris la terre des propriétaires, leur en ont laissé 100 hectares en leur disant : vous pourrez, ou les travailler vous-mêmes ou les louer à raison de 6 roubles l’hectare. Les paysans ont aussi pris les biens de l’Église. Sont toujours rattachés à chaque église 33 hectares de terrain. Ailleurs, ils coupent des forêts de l’État et des particuliers. Les paroissiens de 40 communes du diocèse de Saratov ont expulsé leurs prêtres. A Iekaterinoslav, on décide de transporter le monument de Catherine II dans un musée. On voulait le détruire. Gorki s’y est opposé.

691Dans le Donetz. Un ingénieur du Donetz vient d’arriver et nous donne les renseignements. On augmente les salaires de semaine en semaine ; mais on s’arrange et on s’arrangera sur ces questions économiques. On travaille dix-huit jours par mois. Des Chinois travaillent dans les mines et les usines ; des prisonniers de guerre par milliers travaillent avec les ouvriers russes. En ce moment, les ouvriers sont de plus en plus contre la guerre. Ils reçoivent le mot d’ordre de Petrograd. Tous les comités sont dirigés par des juifs germanisés dans une proportion très grande. Les ouvriers sont contre les étrangers ; tous les étrangers sont haïs, sauf les Allemands. On commence à chasser les ingénieurs belges ; on vient d’en porter sur la brouette à travers les usines et à les jeter avec la brouette, hors de l’usine. Les prisonniers de guerre allemands et autrichiens demandent des augmentations de salaire, font des grèves, assistent aux meetings, y parlent. On fraternise absolument avec eux. Ils sont plusieurs milliers dans le Donetz. Le mouvement xénophobe a été provisoirement arrêté par un ingénieur russe qui a vécu longtemps chez nous, et a dit aux ouvriers : le Donetz est une création belge et française. Sans eux, vous ne seriez pas ici, rien n’existerait dans notre pays ; alors puisque nous avons encore besoin d’eux, ne les chassez pas. Il a été écouté.

692C’est de Petrograd que sont venus et que viennent tous les mots d’ordre fâcheux. Il n’y a en Russie que Petrograd qui compte. Le reste suit sans critique. Les Russes ont un esprit d’obéissance extrême. Et c’est d’en haut que sont venus jusqu’au sud de la Russie les exemples qu’on a toujours suivis.

693Un attaché du consulat nous dit : un officier faisait des conférences et disait : ce sont les Allemands qui, seuls peuvent nous tirer de là, mettre de l’ordre chez nous.

694Le juge de paix, Mattern, nous dit que l’influence allemande est immense depuis la guerre en Russie ; il y a de l’argent allemand et des influences occultes.

Samedi 5 mai 1917

  • 312 Contrairement aux supputations de M. Cachin, il s’agit de groupes d’extrême-droite, monarchistes et (...)

695Mme Gradovsky vient nous faire ses adieux à la gare au moment où nous partons pour Minsk et je lui dis combien nous sommes touchés de sa charmante hospitalité et navrés de trouver un état d’esprit semblable à celui que nous trouvons en Russie. Elle me répète : nous ne pouvons rien faire. La Russie est fatiguée, épuisée. Nous prenons le thé avant de partir à la gare, au buffet tout entier de style munichois comme tous les intérieurs que nous avons vus à Moscou, dans les établissements publics et chez les quelques personnes aisées que nous y avons visitées. Et pour conclure, M. Soldatencow me dit : après la guerre, les Allemands seront encore plus les maîtres chez nous qu’avant. C’est la nécessité sociale et géographique. Il nous rappelle la vieille haine traditionnelle contre l’Angleterre en Russie, et aussi la méfiance grandissante pour la France capitaliste. Au contraire, il ne sent nulle part de haine réelle contre l’Allemagne. Nous quittons Moscou et nous installons dans un wagon qui va nous servir d’hôtel pendant plusieurs jours. Nous passons à travers des espaces sans habitations et presque partout boisés, bouleaux et sapins, comme toujours en Russie ; de place en place, des villages pauvres, bâtis en bois, couverts de chaume d’où sortent des moujiks à blouse rouge et du bétail maigre. Ces villages ressemblent assez aux villages des Arabes et les isbas semblent des gourbis. Dans les gares, des accumulations de traverses de bois, et des tas de bois de bouleaux coupés en courts morceaux pour le chauffage des locomotives, car les trains marchent ici chauffés au bois. À Orcha, grande gare de croisement, des trains bondés de soldats, avec des hommes sur le toit des wagons par grappes ; des pancartes : « La paix et la fraternité des peuples », « Vive le soldat-citoyen ! » Il fait un beau soleil, c’est le printemps ! La cohue énorme des soldats en casquettes ou en bonnets de peau de mouton, figures terreuses et uniformes sales, couleur de terre, l’air morne et résigné ! Je lis en route le récit de la campagne de Moscou en 1812 et nous faisons la route qu’a suivie la Grande Armée de Minsk à Moscou. Un détail de la campagne contre l’Autriche (cinquième coalition) me frappe en ce moment. Alexandre Ier avait un traité avec Napoléon qui l’obligeait à envoyer un contingent de renfort en cas d’une guerre de la France et de l’Autriche. Il donna 30 000 hommes au prince Serge Galitzine pour agir de concert avec les Polonais contre l’archiduc Ferdinand. Cette guerre fut une comédie. Il y eut deux rencontres entre Russes et Autrichiens. À Oulanovka, il y eut un tué et deux blessés ; encore, le major autrichien s’excusa en disant qu’il avait cru attaquer les Polonais ! À Podjourgé, sous Cracovie, il y eut deux tués et deux blessés. « Nos alliés m’inquiètent plus que les Autrichiens », disait Galitzine. Il y a dans les journaux un appel de Tchkeidze au calme, à l’union avec le gouvernement provisoire contre les bandes noires312. S’agit-il de Lénine ? Cet appel se trouve en particulier dans un numéro que nous trouvons en route de la Gazette du Comité des députés ouvriers et soldats de Petrograd. Il est accompagné d’un extrait de la résolution du congrès des députés des villes de Russie et relative à la nécessité de la Défense nationale. De l’effort uni de tout le peuple russe à l’avant et à l’arrière. En même temps, on y donne, d’après l’agence Wolf, le récit de la récente réunion du Reichstag où le président répondant à Wilson dit que : « Le peuple allemand se bat pour son empereur et son empire, et que l’Allemagne retirera de la guerre la plus grande puissance. » Nous continuons à traverser la vaste plaine russe ; à Borisov, nous traversons la Bérézina, puis des étendues plates le plus souvent boisées et qui, latifundia appartiennent à des nobles Polonais. Dans les champs, on porte du fumier comme chez nous, et un petit cheval maigre tire une petite charrue qui ne semble pas creuser profond, car le petit cheval et le moujik qui le suit marchent avec rapidité.

696Nous arrivons à Minsk à 6 h et nous sommes reçus à la gare avec pompe par le comte Tolstoï au nom du général Gourko et par le colonel Rampon, de la Mission française.

697On nous mène dans le wagon du général que l’on nous réserve pour la durée de notre voyage au front. C’est toujours l’hospitalité russe si complète dans tous les milieux de la société.

698Nous allons voir Gourko qui nous dit que les choses s’améliorent dans son armée. Il nous cite comme exemple le fait que dans une batterie récemment, le nombre des permissionnaires était tel que le service en souffrait, les artilleurs ont d’eux-mêmes renoncé à une partie de leur permission pour assurer le service de la batterie. À part cela, il s’intéresse à peu près uniquement en ce moment aux meetings des soldats. Il les suit, il y prend part, il prend la parole, il la garde longtemps ; il a de la souplesse et en même temps de l’énergie ; il est très populaire. Il comprend qu’il est impossible de concevoir en ce moment une autre armée qu’une armée organisée démocratiquement et il s’est adapté. Il reconnaît que les officiers, surtout les officiers subalternes s’y font moins rapidement que lui, mais il a espoir que dans très peu de temps, il aura une armée en bon état moral.

  • 313 B.P. Pozern (1889-1936), militant social-démocrate, menchevik, était le président du Soviet de Mins (...)

699Nous nous rendons à l’assemblée plénière des députés et soldats, 70 % de soldats, 30 % d’ouvriers, présidée par l’avocat Pozem313. Nous y rencontrons Popov et sa femme, ancien membre du parti à Lyon, ami de Rognon, et tout de suite, nous entrons en confiance avec les camarades dont la réunion nous fait un accueil enthousiaste. Curieuse réunion ! À peine ai-je fini de parler que les petits papiers pleuvent à la présidence, posant des questions, toujours les mêmes que celles que l’on nous posait à Moscou et à Petrograd. Et quand Sanders a fini, c’est le déluge des petits papiers.

700Nous répondons les uns et les autres jusqu’à 11 h, c’est-à-dire pendant trois heures d’horloge. Ces assemblées toutes neuves dans ce pays sont d’une admirable tenue, et très intelligentes. Pas une observation déplacée, pas un cri, pas un mouvement dans les centaines d’hommes et de femmes présents. Quand ils ont une observation à faire, ils font passer un papier même anonyme au président et ils attendent patiemment la réponse. Les Anglais sont vraiment tenus en suspects. On leur reproche l’impérialisme de leur gouverneur, on les interroge sur la Perse, l’Asie Mineure, les convoitises anglaises sur l’Orient, les Indes, l’Irlande. On les interroge avec une évidente partialité. Ils répondent peu et sobrement, des paroles de précision sèche que ne comprennent pas du tout les Russes. Du reste, jamais un mot contre l’Allemagne. Les Tovarichi ont, dirait-on, réservé toutes leurs méfiances pour Albion. Après la réunion, nous allons à l’hôtel d’Europe avec le colonel Rampon. Et là, on mange un peu de poisson ; les discours et les acclamations des soupeurs, La Marseillaise, étaient quelque chose de comique et nous passons notre temps à nous lever pour entendre la musique et les toasts à notre intention. En rentrant, des soldats plein la gare, étalés un peu partout, sales, terreux toujours, l’air si las et si découragés ! Et Popov qui nous accompagne et est un excellent esprit, me dit : nous ne pouvons plus faire la guerre, nous n’avons pas de munitions ; nous n’avons pas d’argent ; nos soldats ne veulent plus. Naturellement, je lui manifeste mon étonnement et lui demande s’il s’est renseigné et s’il a réfléchi aux conséquences de la victoire allemande qui serait acquise par la défaillance de la Russie. Il me répond seulement qu’en ce moment, le monde est trop démocratique pour qu’il y ait une victoire allemande.

Dimanche 6 mai 1917

701Déjeuner chez Gourko. Visite au parti social-démocrate. Visite au congrès des paysans, au congrès des cheminots – départ pour la 2e armée.

  • 314 Le Comité exécutif du Soviet des députés ouvriers et soldats de Minsk était alors à majorité menche (...)

702Nous allons à 11 h rendre visite au Comité exécutif de l’Union des ouvriers et soldats314. Ils sont installés à Minsk dans l’ancienne maison des gendarmes de Minsk. Au mur, les portraits de Tchkeidze et Kerensky.

703Puis à l’Union générale des zemstvos dont Popov est un des membres essentiels et qui s’occupe du service de santé dans ce secteur. Elle s’occupe aussi du ravitaillement, de la fabrication des munitions, de l’artillerie, de la construction des chemins de fer, des routes, de la fabrication des aéroplanes, etc. Elle est le seul organe civil qui s’occupe de l’arrière. À Minsk seulement, elle occupe 1 000 employés dans ses bureaux.

704En ce moment, l’organisation des zemstvos se modifie par l’adjonction de membres nouveaux. C’est ainsi que les délégués des employés des zemstvos auront leur représentation à la direction. Jusqu’ici, et avant la guerre, pour être membre des zemstvos, il fallait avoir 1 500 roubles de rentes. Il y avait dans ces organismes, des nobles et aussi des intellectuels qui ont rendu des services pour toutes les œuvres de l’arrière.

  • 315 Sous l’ancien régime, les juifs devaient résider dans un certain nombre de villes de la bordure occ (...)
  • 316 Les Cosaques du Don avaient pour principal privilège de recevoir 20/30 dessiatines de terre en écha (...)

705En revenant de l’Union, nous passons devant l’église catholique polonaise de Minsk où se trouve une foule précédée de deux drapeaux verts qui fait le tour de l’église. À Minsk, 30 % de catholiques polonais et un grand nombre de juifs, car, avant la révolution, c’était une ville de résidence pour les juifs315. À la gare, c’est un grouillement pittoresque de cochers qui se disputent, de moujiks et de soldats, avec un air oriental et lointain, les costumes voyants des femmes et d’invraisemblables petites voitures de place où deux personnes tiennent par miracle. À 11 h 30, nous allons au congrès des paysans au théâtre ; là, vrais moujiks, enthousiasme naïf et sincère pour la France ; il y a des paysans qui viennent pour la première fois en ville ; au milieu d’eux, des jeunes filles élégantes et des savants à lunettes. Moujiks à longues barbes, longs cheveux, sarrau blanc. Popov nous dit que les Cosaques du Don qui ont tous 15 hectares de terre par tête, disent que si on vient la leur enlever, ils se défendront : par leurs armes316. De nombreux instituteurs et institutrices assistent au congrès des paysans.

706Un socialiste-révolutionnaire que je vois en sortant me dit que le congrès votera la socialisation de la terre sous la forme communale, mais d’autres camarades déclarent que la question est encore controversée.

707À midi, réunion du Comité exécutif des ouvriers et soldats avec présence des délégués des soldats et officiers du front. On nous demande notre opinion sur la réunion actuelle de l’internationale. Il n’y a avec nous dans cette réunion que quelques socialistes, avec le président Pozern. Moutet dit que notre congrès de 1915 a posé les conditions auxquelles nous pourrions aller à un congrès ou à une conférence. Il faut que les socialistes allemands agissent, répudient toute solidarité avec le gouvernement agresseur ; puis nous pensons que les socialistes allemands qui ne peuvent pas faire libérer Liebknecht ne pourront avoir une action sur leur gouvernement ; aussi pour ne pas donner dans la conférence projetée le spectacle de la division de l’internationale, pensons-nous opportun de nous en tenir à la proposition Edgar Milhaud. Nous pensons qu’une préparation de ce congrès est nécessaire. Puis il y a la question des responsabilités. Et enfin, nous ne pouvons pas accepter une motion vague, disant tout, absolvant tout, comme l’encyclique du pape qui laisse tout en question.

708Les Anglais disent : la raison de notre entrée dans la guerre, c’est l’invasion de la Belgique. Notre parti ne veut ni annexions, ni indemnités. Nous voulons qu’on reconstruise les destructions dans les pays ravagés. C’est la justice élémentaire. Pour les annexions, la question n’est pas simple, ni claire. Nous ne voulons pas que la Grande-Bretagne prenne un seul territoire. Et pour les colonies ? Nous sommes contre les annexions de la Perse par l’Angleterre et la Russie et en Mésopotamie. Pour les colonies africaines allemandes, elles ont été conquises, non par l’Angleterre, mais par des Africains qui leur donneront leurs régimes et leur liberté comme elles l’ont elles-mêmes. Sanders ajoute : si les gouvernants allemands déclarent qu’ils sont contre les annexions et les contributions, nous pensons qu’on pourrait commencer les négociations.

709Le président dit : notre armée est incapable de travailler ; tout manque, rien n’est prêt ; les chevaux crèvent. Il est entendu que deux députés soldats nous accompagneront dans le wagon du général Gourko.

710À 1 h, nous déjeunons à la table du général Gourko avec ses officiers.

711Nous partons ce soir pour Nesvij. Nous y verrons la 2e armée. Elle a un congrès auquel nous assisterons. Puis, nous reviendrons à Minsk pour aller à Molodotechno, 10e armée. De là, nous irons à la 3e armée et de là à Pskov où nous serons à quelques heures de Petrograd.

712À 3 h 30, grand meeting de cheminots à Minsk.

713Au banquet que nous a offert Gourko qui est le général le plus fin et le plus intelligent de la Russie, tout son état-major était présent. C’était le spectacle le plus curieux. Tous ces officiers s’efforcent comme le général lui-même, de s’adapter le plus vite et le mieux au nouvel état de choses. Ils se déclarent démocrates, voire socialistes. Ils entretiennent les rapports les plus étroits avec les députés soldats et ouvriers. Ils surveillent l’état d’esprit de l’armée et sentent qu’il est orienté tout entier vers la révolution et le socialisme. Ils comptent avec lui et composent. De leur côté, les socialistes et les députés soldats comprennent eux aussi qu’il faut que leur contrôle ne soit pas tatillon ; jusqu’ici, chacun reste à sa place et tous se comprennent et collaborent sous la pression révolutionnaire. C’est un spectacle curieux que celui des deux députés soldats nous accompagnant, les socialistes anglais et nous, dans la voiture magnifique du général en chef de cette armée.

714Le Rouskoïe Slovo : « On attendait jeudi le discours du chancelier sur les buts de la guerre. On l’a remis à un moment plus propice. Le groupe socialiste du R. a décidé de retirer son interpellation après entente entre Scheidemann et Bethmann. »

715Le comité des soldats du front à Petrograd décide que les fraternisations auront lieu dans un but de propagande révolutionnaire.

716Les pauvres Russes oublient que si les officiers allemands laissent les Russes venir dans leurs tranchées, ce n’est pas dans un but de propagande révolutionnaire.

717Les Cosaques du Don estiment que les contributions sont nécessaires pour la Russie après la guerre. L’Allemagne peut facilement leur donner.

718Les Cosaques étaient une colonisation militaire ; ils devaient être à la disposition de l’empire et en échange, on leur donnait des terres. Ce sont des paysans soldats. En ce moment, ils ne veulent pas qu’on touche à leur propriété rurale.

719Les Russes n’ont pas de sentiment national fort.

  1. À cause de leur ancien régime qui personnifiait la nation dans le tsar. Le tsar disparu, la nation aussi.

  2. Parce que leur pays est trop vaste. Un Français est partout à quelques heures de sa frontière. Un Russe est à des distances énormes.

  3. Ils sont en ce moment inspirés par une forte organisation de juifs.

720C’est un peuple intelligent et doux, bavard et amoureux de discours, que l’action ne tente pas. Quant à sa partie non intelligente et cultivée, elle est sans critique et suit celui qui sait l’entraîner.

721Un très bon meeting aux cheminots de Minsk. 500 cheminots. Le secrétaire de l’organisation nous salue comme les Alliés du peuple russe contre le militarisme allemand.

722Le colonel Rampon est outré autant contre les Polonais que contre les juifs.

723Tous les deux désirent que l’Allemand vienne en Russie mettre de l’ordre et de l’organisation.

724Les grands landlords réactionnaires de Pologne ont peur de voir distribuer et partager leurs terres dans cette région, et ils pensent et disent ouvertement que si l’Allemagne était là, elle ne le permettrait pas.

  • 317 N.I. Krivocheïne était un des principaux dirigeants bolcheviks de Biélorussie. Il fut notamment dél (...)

725Nous partons à 6 h pour Nesvij. Vieille petite ville d’université polonaise jadis florissante et où l’université fut fondée par les Jésuites. Nous sommes accompagnés par deux députés soldats, l’un Abram Marcovitch Fichguendler, l’autre, Nicolas Krivocheïne317. Tous deux croix de guerre. Le premier, chimiste de l’université de Berne, l’autre, paysan russe. Nous discutons avec eux interminablement. Ils nous demandent d’insister près de nos gouvernants pour qu’ils renoncent aux annexions et indemnités de guerre. Nous acceptons. Après cela, ils nous disent que l’état d’esprit de l’armée russe est très mauvais, que tout manque, que l’héritage de l’ancien régime est trop lourd. Et par une contradiction étrange, un moment après, ils nous disent que si nous obtenons de nos gouvernements alliés des affirmations claires, ils se battront jusqu’au dernier.

726Gourko, près duquel je déjeunais, m’a dit que les Allemands pourraient cette année vivre avec des privations mais que l’an prochain, comme ils n’auront que huit mois de vivres après la récolte 1917, ils seront obligés de céder.

727Sanders nous confie que le gouvernement anglais pourra bien affirmer qu’il est contre les annexions et contributions. Il le dira à Henderson. Mais il pense bien que les Allemands paieront les bateaux coulés par les sous-marins pendant la guerre.

Lundi 7 mai 1917

728« Ce n’est plus le moment aujourd’hui pour les discours qui n’ont jamais d’autre suite que de nouveaux discours. Le monde a changé depuis quelques jours par la transformation de la Russie en démocratie et par l’entrée des États-Unis dans la guerre. L’Allemagne se trouve en face d’une alliance de la démocratie mondiale. C’est une guerre de religion démocratique contre l’Allemagne. » Stampfer, dans les journaux socialistes allemands.

729Wilson, 4 avril :

730« Les États-Unis ne poursuivent aucun dessein égoïste, aucune indemnité, aucune compensation matérielle.

731« Notre but est la défense des principes de paix et de justice contre les puissances autocratiques.

732« Notre espoir de paix future a été renforcé par les événements merveilleux qui viennent d’avoir lieu dans cette Russie qui a toujours été si démocratique. Le peuple russe, grand et généreux, est joint avec toute sa majesté et sa puissance aux forces qui combattent dans le monde pour la liberté, la justice et la paix. C’est un associé plein de noblesse, dans notre ligue d’honneur. »

733Nous nous arrêtons à 5 h du matin en rase campagne dans une petite gare du front où à 9 h doivent venir nous prendre les autos pour nous mener à Nesvij. Tout à coup une mitrailleuse et son tac-tac. C’est, nous dit-on, un aéroplane allemand qui nous survole.

  • 318 Vieille famille de noblesse polonaise. Dans la seule province de Minsk, les Radziwill possédaient p (...)

734À Nesvij, ville de 10 000 habitants dont 8 500 juifs, château des anciens princes de la Lituanie, habité aujourd’hui par le prince et la princesse de Radziwill318. La princesse est une Américaine. Nous sommes ici à 13 kilomètres du front. Nous commençons par aller assister à une réunion du 9e corps, sur le front. Puis, à 2 h, nous reviendrons à la gare de Gorodeia d’où nous partirons à 5 h pour Nesvij. (Ce plan a été modifié.)

735Nous déjeunons dans la maison du comte Plattern, comte polonais, grand propriétaire, petit château charmant au milieu des terres. Et quels chemins pour y aboutir ! Nous verrons les 5e et 42e divisions du 9e corps.

  • 319 Il s’agit de Abram Markovitch Fichguendler.

736Nous commençons par une réunion de l’état-major du 9e corps. 1 000 soldats dans une grange énorme. Parlent Markovitch319 et Krivocheïne, O’Grady, Cachin. Les deux députés soldats russes disent des choses excellentes. Markovitch met en garde contre Lénine et les bolcheviks. Il attaque les Hohenzollern avec violence. Krivocheïne déclare qu’il sera nécessaire de faire la guerre défensive, mais qu’elle peut nécessiter l’offensive. Il parle contre Milioukov et demande que les soldats n’aient confiance qu’en le Comité des soldats et ouvriers de Petrograd. Il apparaît bien que les soldats sont avec les députés soldats. Markovitch a aussi montré le grand danger et les inconvénients des conversations des soldats russes et allemands sur le front. Il a montré que c’était pour les officiers allemands le moyen de se renseigner. C’était un spectacle bien curieux dans cette grange, que de voir le général commandant le corps d’armée et son état-major, au milieu des soldats, le général avec le député soldat, le félicitant. Au fronton de la grange, une pancarte rouge : « Une guerre n’est juste que si elle est une guerre pour la liberté. »

737De là, nous partons pour Lahowitch, à travers les plaines mornes, sous la bise froide, dans la carriole traînée par deux chevaux rapides. Il faut voir les chemins de boue ; enfin on arrive dans le village polonais, à 4 kilomètres du front, bombardé, et dont les maisons à demi abandonnées sont pour une grande part détruites. En plein air, devant des milliers de soldats, Sanders et Moutet, les députés soldats font le discours. Nous sommes juchés sur une balustrade d’une maison en bois, et c’est un spectacle étonnant. Des soldats et des jeunes filles et des femmes enveloppées de châles ; un enthousiasme énorme et La Marseillaise. Le général est là avec les représentants des ouvriers et soldats. C’est un des meilleurs régiments de l’armée. Au loin, le canon tonne. Malgré le froid, les femmes sont pieds nus.

738Le général de division parle après Moutet et il est très acclamé. Puis après lui, le député soldat, Markovitch. Il demande qu’on obéisse au mot d’ordre de Petrograd, et ce sont les noms de Tchkeidze, Ceretelli et Skobelev qui sont les garants. Il demande qu’on restaure la Belgique et le nord de la France.

739Nous sommes tous portés en triomphe jusqu’à nos voitures. Comme le député soldat avait affirmé la nécessité de la bonne entente entre les officiers et les soldats, le général l’embrasse devant la foule, bien qu’il y eût eu dans son discours des passages fort violents contre Milioukov et le ministre de la Guerre.

740Le général a été blessé quatre fois à la guerre. Il a un grand ascendant sur ses troupes et de plus, sa division est la meilleure du front. C’est pourquoi on nous l’a fait visiter.

741Après cela, nous allons à quelques kilomètres répéter les mêmes discours à la 42e division. Là, visiblement, le général est froid, ancien régime, sans contact avec ses soldats. L’assemblée est encore très chaude, très enthousiaste pour nous ; il y a un pope près du général. Les soldats nous font ce bon accueil en raison de notre qualité de Français et parce qu’ils sont flattés de ce que nous venons de si loin les saluer. Fichguendler a dit ce matin des choses excellentes. Il a dit sur Lénine des paroles sévères et a recommandé de ne pas l’écouter. Il a insisté sur le discours de Ceretelli et la nécessité de l’union cordiale entre les soldats et les officiers. Pour le reste, il pense que des conversations avec les Allemands seraient de nature à affaiblir leurs forces et il pense qu’à la force militaire des Alliés, il faut joindre des influences d’ordre moral.

742Quant à Krivocheïne, c’est un brave homme inculte qui a de l’entrain, mais une méconnaissance absolue des problèmes de politique extérieure, et dit des choses énormes aux soldats qui l’écoutent. Il mêle le bon et le mauvais et pas une seule fois ne parle avec netteté et fermeté dans notre sens.

743En résumé, cette première journée nous prouve que l’armée est dans la main du Comité des députés ouvriers et soldats. Les membres du gouvernement provisoire n’y ont aucun crédit. C’est donc au Comité des ouvriers et soldats d’agir. Il est sûr que leurs indications seront suivies. A la fin du dîner qu’il nous a offert, le général commandant la 5e division nous a dit que la 5e division était prête. Il avait peut-être raison mais il faut savoir que c’est en raison de son rôle personnel, de son ascendant sur ses soldats, de son habileté et de sa bravoure. Pour le reste il y a beaucoup de réserves à faire.

744Le jeune officier polonais qui nous accompagne est plein d’idées noires. C’est un conservateur qui a ses propriétés sur la Bzura. Il nous dit : les Russes aujourd’hui n’ont plus de but de guerre. Ils viennent de donner l’indépendance à la Pologne, et ils demandent aux Polonais d’aller conquérir leur pays. Et quand je lui demande combien il y a de Polonais en ce moment en Russie, il me répond : 700 000 à 800 000. On pourrait faire, rien qu’avec eux, une armée. Mais, ajoute-t-il, d’autre part, quand nous rentrerons dans notre pays, il nous faudra aussi des hommes ; et ainsi au nom des Polonais, il ne se montre pas enthousiaste de la guerre.

745Il me raconte la façon dont les officiers russes ont mené à coup de pauvres soldats les attaques contre les Allemands, comment rien n’était jamais prêt, quels sacrifices considérables les Russes ont déjà subis ; et comme les soldats savent qu’on les sacrifie sans scrupules, ils ne veulent plus marcher. C’est un point, me dit-il, très important et c’est une des raisons de la psychologie actuelle des soldats russes.

746Nous revenons le soir, vers 8 h, au coucher du soleil, à travers ces plaines infinies de Pologne sans arbres, semblables à la Beauce. Nous sommes emportés dans la voiture traînée par deux chevaux russes superbes, qui passent dans ces fondrières, dans ces chemins inouïs où il n’y a pas une pierre, à travers les champs déjà verts de blé naissant. On passe les villages aux maisons si pauvres, en bois, couvertes de paille ; enfants aux pieds nus, moujiks avec la peau de mouton dont la laine est à l’intérieur. Nous avons fait 50 kilomètres en voiture, et nous revenons coucher dans notre wagon. Demain, Nesvij.

Mardi 8 mai 1917

747Hier, à toutes nos réunions, le général et son état-major assistent et applaudissent. Tout le monde attaque le militarisme. Ils ne sourcillent pas. Le député soldat est acclamé par la troupe et il tient les propos les moins propres à réjouir les officiers. Nous sommes invités à la table du général. Les députés soldats sont là ; on cause ouvertement du congrès de Stockholm et du socialisme et de l’internationale. C’est un spectacle extraordinaire, quand on pense qu’il y a six semaines, c’était à l’armée le régime des coups.

748Les officiers discutent avec nous du congrès international. L’un d’entre eux, jeune, intelligent, moderne, qui a servi en France, nous dit : « Si les socialistes se réunissent à Stockholm pour parler de la paix, ce sera considéré à l’heure actuelle par les soldats russes comme le signe de l’armistice ; l’esprit déjà mauvais s’empirera et l’armée sera définitivement désorganisée, sans espoir de retour. » Les socialistes russes lui répondent que s’ils veulent aller à Stockholm, c’est pour affaiblir l’Allemagne. Il répond que c’est la Russie seule qui en sortira affaiblie, mais que l’Allemagne ne fera qu’y gagner, car elle n’a pas à redouter la désorganisation ni la révolution. La preuve, ajoute-t-il c’est ce qui vient de se passer à Berlin : on a renvoyé au front les ouvriers grévistes meneurs de la grève ; on les a remplacés dans les usines par des soldats du front très contents d’être revenus et sages par crainte de retourner à l’armée. Et puis, les Allemands ne sont pas décidés le moins du monde à lutter contre leur empereur et son gouvernement.

749En général, l’esprit des officiers est porté à tout voir en très noir ; ils ne sont plus obéis et ils assistent à la dissolution lente de l’armée. Seul un miracle peut sauver le pays de ce mal, et ils ne voient pas d’où peut leur venir l’appui moral ou matériel pour réorganiser leurs troupes.

750Tous reconnaissent que nous avons fait du bien partout où nous sommes passés ; mais c’est une visite trop rapide, sans lendemain et il faudrait que l’on revienne souvent et que l’on passe partout sur tout le front.

751Nous avons été reçus partout avec le plus grand enthousiasme. Les hommes sont encore sous le coup de leur délivrance ; ils ne voient en nous que des amis qui viennent les féliciter du « succès de leur mouvement. Ils nous portent en triomphe sur leurs épaules. Ils sont d’un emballement touchant et émouvant. Mais pour comprendre notre état d’âme, aux Anglais et à nous, il leur faudrait des conditions qui leur manquent, des connaissances, une foi qu’ils ont perdue en leurs chefs militaires.

752Notre cicérone polonais nous dit : « Jamais nous ne reprendrons Varsovie par les armes ; jamais, si nous y arrivons, nous ne dépasserons la grande ligne de forteresse Kovno, Gradno, B[ill.]. Mais vous là-bas, à l’Ouest, vous battrez l’Allemagne et vous nous libérerez. »

753Voilà le fond. Tous, Russes, Polonais, Lituaniens comptent sur la France pour les sauver. Je lui réponds qu’il attend de nous une tâche impossible, qu’ils doivent se libérer eux-mêmes. Je demande à notre officier polonais qui est un gros propriétaire catholique, fin et un peu efféminé et qui a été élevé en France à l’école des Roches (Les Playes) ce qu’il pense des popes.

754Il les a en horreur. Il les trouve ignobles et immoraux. Il m’en cite le trait suivant : dans un village, des paysans possédaient en commun une forêt. Pendant la guerre, un juif s’offre pour l’acheter. Quelques paysans refusaient de se dessaisir de leur propriété. Le juif alla trouver le pope et lui donne 5 000 roubles pour qu’il décide les paysans à accepter la vente. Les paysans résistent aux sollicitations du pope. Un jour, on réunit sous la conduite du pope tous les paysans consentants ; ils signent l’acte de vente et mettent aussi la signature fausse des récalcitrants. Depuis, le juif a vendu sa forêt à l’État pour la coupe de ses bois, en faisant un bénéfice de 100 %.

755À Nesvij où nous allons ce matin et où se tient un congrès des soldats du front, il y a un château habité en ce moment par le prince et la princesse Radziwill. Celle-ci est américaine comme de nombreuses femmes de nobles polonais et de nobles de provinces baltiques.

756Notre Polonais me dit que jamais les Russes n’ont réussi une attaque sérieuse contre les Allemands. Ils n’ont aucune science de la guerre moderne et de la liaison des armes. Les tranchées allemandes en face d’eux sont pleines de mitrailleuses et ils n’ont presque pas de soldats dans les tranchées allemandes. Ils ont fait leurs attaques avec des masses d’hommes et des pertes énormes, et les soldats qui savent cela n’ont plus confiance.

757Les journaux de ce matin portent : un appel du Comité des ouvriers et soldats pour l’emprunt, un appel du Comité aux paysans pour qu’ils donnent leur blé. Ils sont pleins des préparatifs du congrès de Stockholm.

758Nous vivons tous fraternellement dans le wagon bleu du général Gourko, où nous dormons, où nous mangeons, où nous discutons, de la plate-forme duquel on fait des discours aux soldats sur la voie.

759Chacun a son compartiment, les cinq délégués anglais et français, les députés ouvriers et soldats et l’interprète Soldatencow. Lorsque le groupe ou l’unité à visiter est éloigné de la ligne, des voitures à chevaux nous y conduisent, ou des autos, puis nous rentrons à notre wagon qui nous conduit plus loin.

760Heureusement, le dégel est passé, et il fait beau. Les routes sont des pistes larges de 40 ou 50 mètres. Lorsque la route est trop boueuse, on passe dans le champ qui la longe, et la piste s’élargit. De temps à autre, on y met des rondins de bois ou des planches pour l’affermir ; car dans ce pays on ignore la pierre : il n’y en a ni pour faire les maisons, ni pour empierrer les routes.

761Au moment de partir pour Nesvij, un incident : Soldatencow arrive et nous dit qu’en ce moment les délégués des soldats et des officiers de la 2e armée sont réunis et ne peuvent s’entendre. Ils se disent les choses les plus désagréables et les plus violentes. Un règlement porte que les officiers seront dans la réunion en une proportion donnée avec les soldats. Ceux-ci exigent une proportion plus grande. Or les règlements admis par certaines unités du front et le général en chef sont formels.

762La séance étant orageuse, on juge préférable de ne pas nous y faire assister avant que le calme soit revenu.

763Des officiers du 676e viennent nous voir et nous invitent à venir les voir. Ils nous disent que les soldats ne marcheront plus. Pour eux, il faut mêler les régiments roumains, russes, lettons, etc., mais les Russes livrés à eux-mêmes refuseront de marcher. Aux États-Unis, on va lever 280 000 hommes pour l’armée régulière et 600 000 pour la milice. Le président a le droit de convoquer tout de suite 500 000 hommes et après 500 000 autres. Ça fait deux millions d’hommes qui vont être levés. 377 voix contre 24 à la Chambre pour cette loi. Ils ont voté 35 milliards de francs pour la guerre et pour aider les Alliés. Ils envoient quatre ingénieurs pour les chemins de fer en Russie, parmi eux, Stevens, celui qui a creusé Panama.

764Les commissions du Reichstag ont voté la responsabilité du chancelier devant les Chambres.

765Huysmans, dans le Social-Democraten dit : il faut la paix sans annexions. L’Allemagne dit bien qu’elle ne fera pas d’annexions à l’Orient, mais elle ne parle pas pour l’Occident. Le point est : les socialistes allemands pourront-ils forcer leur gouvernement à renoncer à leurs annexions à l’Ouest ? Et l’Alsace-Lorraine ? On peut trouver un compromis. Pour le congrès de Stockholm, il dit : les Français et les Anglais ne refuseront pas si c’est la Russie qui les invite.

766Krivocheïne dit aux soldats que les membres actuels du gouvernement provisoire sont des hommes d’ancien régime. C’est faux. Milioukov l’a attaqué, Lvov était traité en ennemi par le tsarisme. Quand on a voulu lui présenter Doumergue, le tsarisme a empêché la réunion d’avoir lieu. Donc le député soldat trompe ses auditeurs. Il ajoute : nous laissons ces hommes au pouvoir, car ils ont la responsabilité de l’ancien état de choses ; et nous, nous les contrôlons et combattons ; nous ne voulons pas prendre la responsabilité de leur passé et de leur gestion.

767Markovitch, interrogé, répond : je crois que Krivocheïne se trompe, mais c’est son point de vue. Nous lui disons que c’est une mauvaise politique et que le parti se discréditera s’il ne dit pas la vérité : il n’y a aucun intérêt à dire des choses inexactes. Qu’on combatte Milioukov à cause de sa Note, mais c’est tout. Même Goutchkov qui est l’élément de droite du Cabinet a été très violemment combattu par le tsarisme.

768Plekhanov, Vera Zassoulitch, Deutsch, protestent contre toute idée de guerre civile en Russie qui serait fatale à la révolution et contre l’idée de paix séparée qui serait un déshonneur pour la Russie. Ils le font dans une lettre publique.

769Le prince Galitzine possède ici 130 000 hectares de terre et toute la ville de Nesvij. Il en possède autant près de Kiev. C’est pourquoi la question agraire le passionne.

  • 320 Allusion au refus du Soviet de participer au gouvernement de coalition (vote du 26 avril/8 mai). Pa (...)

770Tchkeidze invite les membres du Comité exécutif de Moscou à envoyer des délégués à Petrograd pour s’entendre dans l’action. Il y a pleine entente entre le gouvernement et le Comité des soldats et ouvriers sur la note Milioukov. On n’attaquera Lénine que par des paroles et non des actes. Invité à donner des hommes au gouvernement provisoire le Comité a refusé en donnant de bonnes raisons, dit le ministre du Contrôle320.

771Le Comité exécutif du Conseil des ouvriers et soldats a envoyé un manifeste aux paysans : « Vos frères et vos enfants, les ouvriers et les soldats ont versé leur sang pour la liberté qui donnera le bien-être aux paysans et résoudra le problème agraire. Mais cette liberté est en danger. Les amis du tsarisme essaient de profiter de la disette du pain pour compromettre la liberté. Ils disent que la révolution a laissé le pays sans pain. Paysans, si vous voulez conserver votre liberté, abolir la police et les propriétaires, vous devez sauver la révolution et savoir que la révolution périra si l’armée et l’arrière ne mangent pas. Apportez le maximum de blé au moulin. Nous attendons tout de suite votre blé. Le moment est grave. »

772À 3 h, nous partons pour le quartier général de la 2e armée à Nesvij. Les délégués des soldats et des officiers n’ont encore pu s’entendre, mais ils font trêve pour nous écouter. Au bout de quelques moments, on vient nous annoncer que décidément l’assemblée n’a pu se mettre d’accord et qu’il n’y aura pas réception. Le général en chef a refusé d’accepter un officier pour quatre soldats. Le règlement de un officier pour deux soldats était celui d’Alexeiev, admis par le front. C’est cela qu’ils ont refusé d’accepter ici.

773Nous faisons visite au commandant de la 2e armée. Wiecherovsky. Il nous dit qu’il est sûr que dans très peu de jours, l’ordre sera rétabli dans l’armée. Que les bolcheviks sont très peu nombreux, mais que le fond du soldat est excellent. Il sera entraîné par événements mêmes. Ce n’est pas l’avis des officiers subalternes, plus en contact avec les hommes et qui pensent que tout se terminera par une dictature militaire. Ils citent l’exemple d’un régiment sibérien qui a refusé à ses officiers l’autorisation d’aller au congrès de Minsk.

774Nous allons enfin à la réunion des soldats qui se tient dans le château de Radziwill. Nous y sommes accueillis à 7 h. Le prince et la princesse ont donné aux révolutionnaires une aile de leur château ; ils habitent l’autre.

775Le prince qui n’a de pensées que pour la Pologne me dit : si l’Allemagne n’est pas vaincue, la Pologne est perdue. Ce sera le vasselage sous la main germanique décoré du nom d’autonomie ou d’indépendance.

776Pour nous, Polonais, c’est l’unité qui est indispensable, puis la liberté et l’indépendance. La Pologne, grande, augmentée de cette partie de la Russie, seule la victoire des Alliés peut nous la donner. Ajoutez-y un port sur la mer. Quant à la situation de la Russie, Radziwill dit : l’état d’esprit de ce peuple n’a pas changé depuis des siècles. Vers 900, ils envoyèrent aux Suédois un message leur disant : « Nous avons une terre très bonne. Venez nous organiser. » En ce moment, c’est l’Allemagne qui s’en charge, et demain, après la guerre, ce sera encore plus vrai. L’éducation du peuple russe n’est pas faite. Le peuple est mineur. Il faut vivre avec lui pour le comprendre. Les Polonais détestent les Allemands. Ils aiment mieux le voisinage des Russes, car ils se sentent supérieurs comme culture aux Russes. Mais ils sont pour l’indépendance complète avec adjonction à la Pologne de quelques gouvernements de la Russie blanche comme le gouvernement de Minsk.

777Il y a 500 000 Polonais dans l’armée russe en ce moment, mais quand je demande à Radziwill : « Eh bien ! Mais voilà une armée qui pourrait reprendre la Pologne ! » Il me répond : « Non, ils ne se battraient pas contre les Allemands, car en face d’eux, les Allemands mettraient des régiments polonais et ils ne tireront pas sur leurs frères. » Au reste, le prince semble sans culture et borné ; et la princesse qui est fort belle, le sait trop et semble trop aimer le flirt. Ses réflexions sont assez banales et plus que superficielles. Elle aime beaucoup la France, mais les deux hommes dont elle parle sont Herriot et Briand, et elle a pour eux une admiration qui semble un peu facile. Leur château est du XVIe, original, intéressant, énorme, 300 chambres ; ils sont tous deux seuls, sans enfant dans cette bâtisse. En ce moment, ils en ont donné moitié au comité des soldats de la 2e armée. Pendant que Moutet allait au 676e où tout le régiment, colonel en tête, l’a accueilli, embrassé, acclamé, en lui disant que tous les soldats se feraient tuer plutôt que d’abandonner la France, nous avec les Anglais.

778Nous allons au meeting de la 2e armée. Une centaine de soldats et d’officiers sont là, réunis depuis 9 h du matin, sans pouvoir s’entendre. Ils nous font un accueil excellent, très enthousiaste ; nos discours à Sanders et à moi sont très nets contre l’Allemagne et pour la nécessité de la lutte contre la réaction militaire prussienne. Ils nous demandent de rédiger nos discours et de vouloir bien les leur faire parvenir pour qu’ils les distribuent autour d’eux. Le soir, nous dînons à la table des Radziwill. On mange les hors-d’œuvre debout, avec de l’eau-de-vie, puis on va se mettre à table. Je demande à la dame son avis sur l’entrée en jeu de l’Amérique. Elle me répond que c’est une affaire financière. Le mari, lui, me dit : c’est pour avoir une armée et une marine contre le Japon. Et le reste du dîner, on cause sur ce qui va se passer à propos de la terre. Que d’inquiétude et de terreur du lendemain. On nous fait signer sur le grand livre du château où depuis 1876 les visiteurs de marque laissent leur nom. Nous signons : Vive la Pologne libre ! Et l’auto nous ramène à notre wagon qui doit nous conduire demain à Minsk à midi.

779En fait, après notre expérience d’hier et d’aujourd’hui, nous pensons malgré tout que si une campagne énergique, sensée, raisonnable était faite, on pourrait encore sauver la partie. Pourquoi Kerensky ne vient-il pas faire de la propagande ? Comme idéal, on ne peut leur en donner d’autre aujourd’hui que de débarrasser l’Europe des réactionnaires qui la menacent, et qui menacent les pays libres.

Mercredi 9 mai 1917

780Les uniates (catholiques qui ne croient pas au pape) qui étaient très nombreux dans le gouvernement de Minsk demandent à y rentrer. Ils avaient été chassés par les orthodoxes. Au lieu de trois religions, catholique, orthodoxe, juive, il y en aura quatre dans le pays. Les popes sont les plus grossiers, sales, ivrognes, pillards. Ils sont tous aujourd’hui avec le nouveau régime. Autour du presbytère, 30 hectares de terre pour tous les prêtres de toutes les religions.

781Déjeuner, 1 h. Visite du général Gourico, 2 h. Réunion des soldats du front, 4 h. Départ, 7 h. À une réunion interalliée, Ribot a dit : la guerre se rapproche de sa fin ; l’ennemi montre des signes de fatigue et d’énervement. Nous ne voulons pas écraser, ni opprimer aucun peuple, même ennemi. Nous voulons avoir des garanties que nos dégâts seront réparés et que les personnes responsables du crime fait non par la guerre, mais par cruauté, seront punies.

782Question agraire

783Le gouvernement provisoire dit : c’est la Constituante qui résoudra la question agraire. Mais il faut rassembler un dossier et préparer les lois. Nous allons constituer un comité spécial qui prendra les desiderata des districts, qui notera les volontés du peuple et résoudra les malentendus en cours. Ces comités feront les cahiers de plaintes, feront des propositions ; tout cela sera transmis au Comité central où entreront des représentants de la coopérative, des députés soldats et ouvriers, des représentants du gouvernement, des représentants de la Douma, des paysans. Tout le pays sera intéressé à la question. Ce serait un grand malheur pour le pays si avant la Constituante, chacun résolvait la question pour lui.

784Nous allons à la 10e armée où nous serons demain de 9 h à 11 h 30. Puis à la 3e armée, à Boutsov.

785L’idée se répand en ce moment dans les journaux russes de la réunion d’une Constituante universelle pour régler les questions de la paix et de la guerre. C’est une jeunesse d’esprit et de sentiment comme en 1848. Déjeuner : lard aux pommes de terre, bortsch, poisson aux choux aigres. Visite au général Gourko.

786Nous lui disons nos impressions. Elles sont meilleures qu’au début de la tournée. Nous avons pris contact avec les hommes eux-mêmes, et c’est de ce contact que sont nées les idées que nous avons aujourd’hui. En fait, nous avons vu quelques chefs énergiques, bons, intelligents, qui ont compris et se sont adaptés. Il faut en multiplier le nombre. Il faut aussi faire de la propagande, et donner aux soldats un idéal, un but de guerre. Le général répond : ce qui nous manque, ce sont de bons officiers subalternes. Ceux du temps de paix sont morts. Ceux qui les ont remplacés sont sans instruction, sans éducation, n’ont pas d’ascendant sur leurs hommes et sont mécontents que les circonstances actuelles aient diminué leur autorité. Ils recevaient de l’ancien régime leur autorité de leur fonction. Aujourd’hui, ils devraient la trouver en eux-mêmes et ils sont inférieurs à leur tâche. Il faudra du temps pour rétablir la confiance des hommes et l’autorité des chefs. Quant à la liberté de langage des députés soldats, nous la laissons entière. Nous sommes sûrs que la violence inutile tombera d’elle-même. La première fois, elle fait impression, puis quand on l’a entendu répéter souvent, elle s’use d’elle-même. Déjà, nous nous en apercevons.

787Nous n’avons pas les mêmes moyens matériels que vous. Et l’ennemi a consolidé sur notre front depuis deux ans ses positions très solides. Malgré cela, nous pourrons les attaquer, car nous ne serons pas obligés d’y employer la même profusion de matériel et d’obus que vous. D’ailleurs, l’ennemi n’a pas non plus chez nous la même puissance que chez vous. De sorte qu’avec nos moyens, nous pourrons arriver à d’utiles résultats. En outre, il est possible que même s’il reste sur ses positions actuelles, l’ennemi se déclare fatigué, incapable de continuer la guerre. Ceci est une guerre d’usure. Il est possible que dans quelque temps, l’Allemagne sans avoir été chassée de ses tranchées actuelles demande à causer et fasse des conditions satisfaisantes avant de se sentir débordée, et avant de savoir l’ennemi sur son territoire. En ce moment, nous laissons nos hommes aller dans les tranchées allemandes. Mais on nous assure que les officiers allemands ne permettent plus à leurs soldats de causer. Pourquoi ? C’est qu’eux aussi prenaient une partie du poison dont nous nous plaignons. Les soldats russes qui leur parlent leur demandent d’agir contre l’empereur, leur disent les détails de notre révolution ; et les chefs allemands ont compris le danger de pareille propagande dans leurs troupes. On m’affirme qu’ils y ont coupé court.

788Les hommes remplissent la gare de Minsk et les trains sont bondés, jusque sur le sommet des wagons. C’est que désormais, les comités de soldats formés punissent sévèrement les déserteurs qui ne rentrent pas dans les délais.

  • 321 Les minoritaires allemands et austro-hongrois étaient arrivés à Stockholm avec des représentants pr (...)

789Un rapport du groupe Haase321, arrivé à Stockholm, dit qu’il y a eu, qu’il y a des grèves un peu partout. Il y a des émeutes sérieuses, mais il y aurait imprudence à penser que c’est là une révolution. Le 18 avril, grève de 300 000 métallurgistes qui fut achevée après les discours et actions des chefs socialistes. Les grèves eurent lieu à Spandau, près de chez Krupp. C’était pour des causes politiques : entamer tout de suite des pourparlers de paix sans annexions ni contributions : démocratisation de l’Allemagne ; amnistie politique.

  • 322 Adolf Hofman (1858-1930), socialiste allemand proche de Haase et de Ledebour ; participant aux conf (...)

79035 000 ouvriers ont refusé de réintégrer le travail. Ledebour, Haase, Hofman322 ont parlé à leurs meetings. Quand la grève est devenue politique, le gouvernement a agi. Hindenburg a fait un appel aux ouvriers au nom de la sainte patrie. L’administration a pris des mesures de force. Arrestations. Les usines ont été militarisées. On a dit aux ouvriers : si vous ne travaillez pas, vous serez mobilisés et vous ne toucherez que le salaire du soldat. Les réunions ont été interdites. La grève a cessé. Les émigrés russes sont des visionnaires. Ils ont vécu dans le rêve ; ils ont vécu en exil, dans l’absolu, loin du réel, ne participant pas à la vie du pays. Et rentrés chez eux maintenant, ils continuent à vivre leur rêve.

791Gorki est sous-secrétaire d’État avec Bart.

  • 323 Cette mesure fut une des premières prises par Kerensky, ministre de la Justice dans le premier cabi (...)

792Kerensky a sauvé la situation en abolissant la peine de mort323. Cette résolution et la suppression de l’alcool ont fait une révolution sans effusion de sang jusqu’à présent. Kerensky a dit qu’il était heureux d’avoir pris cette mesure d’humanité.

793Au comité des soldats du front, des résolutions sont prises contre les fraternisations avec l’ennemi.

794« Des officiers et soldats russes et autrichiens se sont enivrés ensemble. Trois régiments russes sont entrés dans les tranchées autrichiennes. Une division hongroise a été désignée pour mettre fin à ce fait. On leur a envoyé une délégation russo-autrichienne. Les Magyars ont bien reçu la délégation et ont bu ensemble. Le commandement de l’armée russe a qualifié cet acte de traîtrise et a voulu faire passer au conseil de guerre les soldats, mais la moitié des divisions ne peut passer en conseil de guerre. » Lettre du front, arrangée probablement.

  • 324 Allusion à la scène célèbre qui se déroula le 2 mars 1917 lorsque Kerensky, passant au-dessus des m (...)

795Kerensky demande au Comité des ouvriers et soldats de participer au gouvernement324. Le Conseil des ouvriers et soldats de Petrograd a fait paraître un décret par lequel il déclare traîtres à la révolution ceux qui tireraient des coups de fusil dans la rue, ou qui auraient des armes dans les rues. Par 2 000 voix contre 125, le Comité des ouvriers et soldats a voté la résolution de soutenir l’emprunt. Du succès de l’emprunt dépend le succès de la révolution.

796Borgbjerg, au nom des majoritaires allemands, dit au Comité des ouvriers et soldats : « Les socialistes allemands reconnaissent le droit des nations à disposer d’elles-mêmes, l’arbitrage international, le désarmement progressif et général, la restitution de toutes les terres prises par l’Allemagne ; ils veulent qu’on demande à la Pologne russe si elle veut être russe ou allemande, la restitution de la Belgique ; Serbie, Monténégro, à la Serbie, une sortie sur l’Adriatique. Pour l’Alsace-Lorraine, il sera possible de s’entendre en faisant amicalement une rectification de frontière. La minorité sociale-démocrate veut aller encore plus loin : pour l’Alsace-Lorraine, le Comité des ouvriers et soldats de Petrograd n’admet pas qu’elle rentre dans le principe des peuples à disposer d’eux-mêmes. » Pour Borgbjerg, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est compris par chacun différemment

797Markovitch dit : nous faisons une propagande prudente dans l’armée. Nous avons d’abord demandé aux soldats de ne pas sortir de la tranchée. Nous leur disons aujourd’hui de ne pas fraterniser. Demain, nous leur dirons d’avancer. Mais il convient qu’aujourd’hui le péril est grand et que la propagande pour la paix est en ce moment dangereuse dans l’armée.

798Il pense qu’il faut donner à cette armée la preuve qu’on a tout fait pour la paix, et qu’après, ils marcheront peut-être, mais que pour le moment, c’est difficile.

799À la mode russe, nous bavardons jusqu’à minuit dans le wagon avec les députés-soldats ; Markovitch tout plein de son absolu, mystique et d’une foi touchante nous dit sa certitude que la révolution russe va ébranler l’Allemagne et le monde entier : il compte évidemment sur la révolution allemande, beaucoup. C’est son espoir absolu. Il a une culture allemande et une secrète sympathie pour la social-démocratie et pour sa partie révolutionnaire, car il tient en mépris la majorité. Nous rectifions pas mal d’erreurs sur notre attitude dont il se fait l’écho. Il a le sens des responsabilités, est très intelligent et quelle que soit son idée personnelle sur la fin de la guerre (il pense qu’on ne pourra jamais détruire la puissance militaire allemande), il veut agir de façon à ce que l’armée russe soit réorganisée et prête en cas d’attaque allemande. Mais, pour lui, seule la réunion de l’internationale peut, en ébranlant l’Allemagne socialiste, apporter la solution. Il affirme qu’en ce moment, l’Europe est trop démocratique pour, même dans l’état militaire actuel, que l’Allemagne puisse faire ni annexions, ni contributions. Nous, nous insistons sur les responsabilités de la guerre, sur ses conséquences au cas où l’Allemagne serait victorieuse, sur la nécessité de la lutte contre le militarisme allemand, aujourd’hui, maître de territoires qui lui donnent la maîtrise en Europe.

Jeudi 10 mai 1917

800Après un voyage de quatre heures, notre wagon arrive à minuit à la gare de Molodetchno, siège de l’état-major de la 10e armée où nous devons quitter notre domicile et rayonner par auto jusqu’aux diverses formations que nous devons voir.

801Dans la gare, le matin, ce sont des femmes et des jeunes filles qui font les travaux et remplacent les cheminots. Elles sont pieds nus pour la plupart, fort mal vêtues et sales. Les cheminots du train sont eux aussi peu soignés, et leurs vêtements sont vieux. Sans doute sont-elles mal payées ?

802Ce soir, nous partirons pour la 3e armée, à Budslav. Notre camarade, le député-soldat a deux croix de guerre et la médaille militaire. Il a enlevé sa médaille militaire, car elle avait le portrait de l’empereur (Krivocheïne). Nous parlons ce matin à 10 h à l’état-major de la 10e armée, dans une salle close, car il pleut Un soldat me dit : il est heureux que le ciel soit peu clair car nous n’aurons pas la visite d’aéroplanes ; ils viennent ici presque chaque jour lancer des bombes. Nous sommes à 10 kilomètres du front. L’organisation se fait dans l’armée peu à peu. Les officiers s’y font avec lenteur. L’organisme est énorme et compliqué. Il ne doit jouer que pour l’administration intérieure des unités. En réalité, malgré les avis des députés-soldats et du congrès de Minsk, l’intrusion se fait dans tous les domaines, même tactique et directeurs des opérations. C’est le progrès à faire que de mettre l’ordre dans les esprits à ce sujet.

803À la réunion, Markovitch dit : le haut commandement nous crée des difficultés, au comité des députés-soldats pour faire notre œuvre. Je vous demande, soldats, votre aide pour le comité, contre les difficultés qui lui sont faites. Les soldats applaudissent et le colonel qui préside applaudit et demande pour Markovitch, comme pour nous, un hurrah que poussent tous les soldats.

804Pour la 10e armée, nous n’avons fait qu’une réunion à Molodetchno et une à Barantsy.

805Krivocheïne dit que la guerre est menée par les impérialismes. Les gouvernements doivent se prononcer pour les buts de la guerre. Les peuples doivent se réunir dans l’internationale et dire leurs vues sur la paix. Si nous continuons la guerre seulement sur le front, et si nous ne faisons rien en Allemagne, le mouvement révolutionnaire sera affaibli : c’est le désir des classes riches. Il faut finir la fraternisation sur le front Il faut l’union avec les officiers. Voilà son discours. Pas de paix séparée !

806Nous allons aller par le train jusqu’à Vileiki. Là des autos nous conduisent au 35e corps.

807Nous sommes à 3 h au siège de la 174e division dirigée par un général qui est un prince géorgien. Il vient avec nous à la réunion et parle le premier. L’esprit est mauvais nous disent les officiers. Les hommes exigent la même paye que les officiers.

808Le chemin qui mène du train à la forêt où se tient la division est non empierré. Un seul chemin d’ailleurs, de sorte que s’il y avait obligation de retraite, ce serait un désastre. D’ailleurs, cette forêt de sapins au milieu de laquelle se trouvent les maisons des soldats, comme enfouies dans la terre et camouflées avec des branches de sapins, est superbe, bien qu’elle soit en ce moment très atteinte par les coupes nombreuses. 5 000 ou 6 000 soldats à la réunion en plein air. Une mer de bonnets ronds en peau de mouton et quelques casquettes vertes, têtes bronzées, presque tous blonds, têtes rondes ; presque tous sont des paysans, presque aucun ne sait lire, ni écrire ; quelques drapeaux rouges piquent la foule. Tous ces hommes sont jeunes ; il n’y en a pas qui dépassent quarante ans et la plupart sont beaucoup plus jeunes. Pour se sentir en harmonie avec la foule, Krivocheïne demande de temps en temps : comprenez-vous, camarades ? On répond unanimement, oui. Ils applaudissent frénétiquement tout le monde et poussent d’interminables hurras. Pas de paix séparée ! Ni contribution, ni annexion.

809O’Grady leur dit que démocratie et discipline sont deux mots qui doivent aller toujours de pair. Il dit l’effort de l’Angleterre. Le peuple anglais combat pour sa liberté, pour la liberté du monde. L’armée des citoyens anglais se bat pour libérer la Belgique, le nord de la France. Nous sommes un vieux peuple libre, prêt au sacrifice pour sauver et assurer la paix définitive sur le despotisme et le militarisme.

810Le député-soldat de la 3e armée parle absolument dans notre sens. Il dit aux soldats russes, si les Français et les Anglais sont battus, ce sera notre tour. Il faut de bonnes relations entre officiers et soldats. Il ne faut pas de fraternisation. C’est un excellent esprit C’est un juif, Garfunkel.

811À 5 h, nous quittons la 10e armée. Nous partons pour la 3e armée à Budslav. Nous traversons une région ravagée par les Allemands qui y sont venus en automne 1915, villages détruits, maisons incendiées. Ces villages sont polonais et catholiques, des femmes, le long des voies, font du terrassement.

812Le colonel Rampon me dit : en 1909, pas un livre français militaire dans l’armée russe. Les officiers russes allaient en Allemagne faire leur instruction militaire. À Moscou, il y avait toujours une dizaine d’officiers allemands pour apprendre la langue. Et les officiers russes ne travaillaient pas même pendant la guerre, ils faisaient la noce à tout casser. Ils n’ont jamais travaillé dans aucune arme. Sans cela, ils auraient balayé les Allemands, mais rien n’était prêt et depuis, ils ont très peu progressé. Nous venons de voir la 74e division. Elle n’a pas de chevaux pour ses canons. On ne s’y prépare pas, on perd son temps. Nous voyageons avec quatre lieutenants de vingt à vingt-deux ans. Ils disent que les hommes les menacent de mort lorsqu’ils leur commandent quelque chose qui ne leur convient pas. Ils n’ont plus aucune confiance dans les officiers. Ils demandent la paix immédiate à tout prix. Ils refusent absolument de faire à l’arrière quelque besogne que ce soit S’il y a quelques bons éléments, les autres les menacent de la baïonnette. Ils lisent et se font lire les gazettes qu’ils ne comprennent pas de façon précise. L’un de ces officiers me dit que sur sa compagnie, 16 sont partis un jour pour la tranchée allemande. Il a envoyé deux hommes pour les chercher. Les Allemands ont renvoyé ces deux mandataires. Les 16 sont restés cinq ou six heures et quelques-uns sont restés plus longtemps et ont été à l’état-major.

813Les Allemands leur ont dit : faites la paix avec nous et nous vous donnerons des machines et de l’argent, vous ne mourrez pas de faim. Et maintenant, ajoutent-ils, nous allons faire voir quelque chose aux Français et aux Anglais. Les tranchées allemandes sont admirablement faites ; pas de soldats allemands, mais une profusion de canons et de mitrailleuses. Les Allemands recevaient jusqu’à présent du riz, du tabac, du savon de Russie ; l’ancien régime trahissait sur tous les points. Lorsque doit se faire une fraternisation, on hisse des drapeaux blancs. Pendant 15 kilomètres à l’arrière, d’autres disent 20 à 30, la zone allemande est vide d’habitants. Les régiments autrichiens sont commandés par des Allemands.

814Sur 238 hommes de sa compagnie, 203 sont paysans. 46 % d’illettrés. Les Sibériens sont plus cultivés que les Russes. Ce sont de bons soldats. Les analphabètes ne sont pas intelligents, mais malins, assimilant facilement les choses simples et faisant de bons soldats.

815Le général pleure ; il va les voir, leur dit de bonnes choses ; ils applaudissent et ne changent rien à leur conduite.

8163e armée. Par la parole et par les armes, la lutte pour une paix sur les bases que chaque peuple se prononce sur son sort

817Démocrates de tous les pays, unissez-vous. C’est la devise inscrite sur le drapeau rouge qui orne la salle des officiers de la 3e armée.

818On fait la réunion de la 3e armée dans une église. Il y a là des délégués de toute l’armée, réunis pour étudier leur réorganisation militaire. Ils interrompent leur discussion pour nous entendre et le président nous reçoit par un discours fiançais. Nous constatons que de tous les côtés de la salle partent les cris de : Vive la France ! Jamais : Vive l’Angleterre, c’est un fait. Le village où nous sommes est démoli par les obus allemands, et presque toutes les maisons sont détruites et brûlées. À la réunion, c’est Rosenfeld qui harangue en anglais les Anglais. Il mène le train. Il joue un premier rôle. Pourquoi les juifs sont-ils si nombreux députés-soldats ? Parce qu’on ne voulait pas d’eux comme officiers et, étant intelligents, ils s’imposent aux soldats.

Vendredi 11 mai 1917

819Partis à minuit de Budslav, nous sommes à 8 h du matin à Polotzk, en route pour Dvinsk et Pokow, dans l’armée du général Rousski.

820En somme, dans l’armée Gourko, nous avons visité : l’assemblée plénière des députés ouvriers et soldats de Minsk, le Comité exécutif du front (soldats de Minsk), le parti social-démocrate de Minsk, le congrès des paysans à Minsk, les cheminots de Minsk, au 9e corps, les soldats d’état-major, la 5e division, la 42e division, le 676e régiment de ligne.

821À Nesvij, réunion des officiers et soldats, château Radziwill, à Molodetchno, l’état-major de la 10e armée, officiers et soldats, à Barantsy, la 174e division, près de Budslav, la réunion des officiers et soldats de la 3e armée, soit 15 000 à 16 000 auditeurs.

822Résumons : les officiers français nous disent : les officiers russes ne savent pas la guerre moderne. Ils ignorent la liaison des armes. Ils n’ont pas d’artillerie ; ils n’ont pas d’aviation. Les officiers ne travaillent pas ; ils manquent d’autorité morale. Les soldats les traitent de bourgeois et de menteurs.

823Les officiers russes font la guerre comme sous Napoléon.

824L’indiscipline des soldats est au summum. Ils n’obéissent plus à personne. Ils sont pour la paix immédiate à tout prix. Ils fraternisent sur tout le front russe avec les Allemands et les Autrichiens. On ne travaille plus nulle part, en aucun lieu, ni au front, ni à l’arrière. Sera-t-il possible, d’ici quelques semaines, de réagir contre cette anarchie ? Il me semble que non. Seule une offensive allemande pourrait tout changer. À l’arrière, deux gouvernements, des idées germanophiles, le désir de la paix, la disette, la division des esprits, le désir de s’occuper de la révolution exclusivement.

825Appel du gouvernement provisoire au peuple russe

826Pas de liberté sans pouvoir exécutif.

827Aujourd’hui, le pouvoir exécutif doit être formé avec votre agrément et il faut que vous lui obéissiez.

828Le gouvernement provisoire dit les difficultés qu’il trouve par le fait de l’action des partis. En attendant la Constituante, il faut de l’ordre.

  • 325 Cette lettre fut envoyée le 27 avril/9 mai, après que le Soviet eut, par 24 voix contre 22 et 8 abs (...)

829Lettre de Kerensky : au P. révolutionnaire, au Comité des ouvriers et soldats, au comité de la Douma, aux travaillistes325.

830« Au moment de la révolution, j’ai pris sur moi de rentrer dans le gouvernement provisoire. Vous me faisiez confiance. En ce moment, les positions sont modifiées. La situation politique est de plus en plus trouble ; en même temps, les organisations politiques de la démocratie sont assez fortes pour qu’elles ne puissent plus s’abstenir de gouverner. Peut-être résoudra-t-elle les difficultés !

831« Dans ces conditions, les délégués élus des organisations ouvrières doivent désigner des représentants élus pour prendre le pouvoir ; j’attends votre réponse. »

832Voilà, je pense, un acte politique d’importance.

833Un social-démocrate de Moscou dit : à la Constituante, sur 600 membres, 200 socialistes seront élus.

834Huysmans a dit : si les Russes faisaient une paix séparée, il y aurait encore deux ans de guerre, car l’Angleterre, la France et l’Amérique n’abandonneront pas.

835Les deux tiers des divisions allemandes sont sur le front français. Borgbjerg reçu par le Comité des ouvriers et soldats a dit : une révolution allemande n’est pas possible. Seule une démocratisation est faisable. C’est l’avis de la majorité, comme de la minorité allemande. D’ailleurs, ajoute Borgbjerg, le militarisme allemand sortira de cette guerre très affaibli et mortellement atteint

  • 326 Leader et théoricien du parti social-démocrate autrichien, Gustav Bauer (1870-1944) représente le c (...)
  • 327 Social-démocrate allemand, Friedrich Ebert (1870-1925) fut élu député au Reichstag en 1912. Préside (...)
  • 328 Hermann Molkenbuhr (1851-1927) était membre du parti social-démocrate allemand, secrétaire du Prési (...)
  • 329 David Eduard (1863-1930), un des dirigeants du courant majoritaire au sein du parti social-démocrat (...)
  • 330 Fischer Richard (1855-1926). Un des rédacteurs de Vorwärts, membre du courant majoritaire social-dé (...)

836Legien, Bauer326, Sassenbach, Ebert327, Scheidemann, Müller, Molkenbuhr328, David329, Fischer330, sont les délégués de la majorité allemande à Stockholm. Adler, Ellenbogen pour l’Autriche.

837Branting montre à quel point les vues de Hilferding sur les buts de guerre correspondent peu aux idées démocratiques. Les sociaux-démocrates majoritaires devraient penser que la politique du gouvernement allemand ne peut pas être plus conservatrice. Le parti socialiste allemand n’a aucune puissance pour faire changer le gouvernement allemand d’attitude.

838Les représentants de la 5e armée (officiers et soldats) viennent nous saluer à la gare de Dvinsk. « Ils se sont donné une nouvelle discipline démocratique qui donnera plus de force à l’armée. Sauf exception, les soldats acceptent la nouvelle organisation. Ils veulent la démocratie universelle et la paix sans annexion ni contribution. Mais ils veulent pousser la guerre jusqu’au moment où on arrivera à conquérir cette paix démocratique. » Les délégués pensent que la situation militaire à Dvinsk est solide.

839Moutet répond : nous ne menaçons pas le peuple allemand, mais il faut que le peuple allemand fasse affirmer par son gouvernement qu’il veut lui aussi une paix de cette sorte. Si les Allemands ne s’en vont pas d’eux-mêmes, il faut les chasser. Nous remercions les Russes de l’effort qu’ils font pour ne pas vouloir que la guerre dure une minute de plus qu’il ne faut pour aboutir à notre but. Les soldats disent que les succès de la révolution russe les ont étonnés eux-mêmes. Mais il faut considérer que le peuple russe n’était pas habitué à la vie politique. Ils nous demandent ce que nous pensons de la conférence de Stockholm. Moutet répond : les Allemands disent qu’ils ne peuvent pas faire la révolution. C’est reconnaître qu’ils n’ont pas beaucoup d’influence sur leurs gouvernants. Ils savent par nos affirmations publiques ce que nous voulons : qu’ils agissent ! Cette visite complète la série de nos manifestations. Nous avons reçu cette fois dans le wagon la délégation, très aimable et très courtoise : malheureusement, nous ne restons qu’un quart d’heure. Nous allons maintenant droit sur Pskov.

840Un aéroplane allemand survole notre train. Il descend bas et mitraille la locomotive qui reçoit plusieurs balles, en sortant de Dvinsk, lequel est tout près du front.

841À propos de la conférence internationale, discussion au Comité exécutif de Petrograd.

842Skobelev fait un discours très jeune où il dit qu’il invite tous les peuples à venir à Stockholm.

843Un ami de Plekhanov dit : quelle base avez-vous pour dire que la paix sera établie par les ouvriers ? D’Allemagne, quelques voix sont venues, mais trop rares et quelle autorité ont-elles dans leur pays ?

844Un bolchevik : la paix ne peut être signée avec Scheidemann. On ne peut signer la paix qu’avec les minoritaires, non avec les majoritaires.

845Ceretelli : supposez que ce soient les Allemands et non nous qui aient fait une révolution. L’appel allemand n’aurait rien fait en Russie. Les majoritaires allemands, anglais et français peuvent se tromper, mais ils ne se mettront pas définitivement avec les impérialistes. À la fin de cette guerre, le prolétariat sera au point de vue de classe. Les minorités partout deviendront les majorités. Alors l’univers changera.

846Skobelev : notre démocratie est la plus forte et nous devons forcer que la majorité devienne la minorité. Oui, je suis idéaliste. Je vous convoque tous à Stockholm. Il faut réunir les Russes et les Allemands. Nous ne pouvons pas nous faire un épouvantail avec Scheidemann. La conférence doit être une vraie Internationale.

847Les bolcheviks n’ont pas voté la proposition. La résolution a été votée unanimement contre les majoritaires. C’est le Comité ouvriers et soldats de Petrograd qui convoque la conférence. On va nommer une commission nommée par le Comité exécutif et par les membres du Bureau de l’internationale pour préparer le congrès de Stockholm.

848À la tribune du Reichstag, le ministre de la Guerre dit : on punira les grévistes de graves peines, même la mort.

849Jamais la paix n’aura lieu sur les bases socialistes dit Hilferding. Cette paix serait la ruine et l’esclavage de l’Allemagne.

850Un réactionnaire allemand dit pendant cette séance : s’il y a des mouvements révolutionnaires, il faut les noyer dans le sang.

851La France, l’Angleterre, l’Italie vont prendre part à l’expédition de Palestine. Une armée composée de soldats des trois pays marche sur Jérusalem. On va s’occuper des lieux saints pour en écarter l’intrigue franco-allemande.

  • 331 Ces dispositions avaient été entérinées d’une part par le traité de Londres, conclu le 26 avril 191 (...)

852L’Italie recevra Smyrne et Adalie plus les douze îles ; la France, la Syrie ; l’Angleterre prendra la Mésopotamie ; la Russie prendra l’Arménie331.

Samedi 12 mai 1917

  • 332 Il s’agit de l’appel lancé le 10 mai 1917 par le Soviet de Petrograd à la réunion d’une conférence (...)

853Passé une nuit d’insomnie dans le wagon, en gare de Pskov. L’appel du Comité exécutif du Conseil des députés ouvriers et soldats en est cause332. C’est un fait de grande importance. Il y a de fortes raisons pour ne pas l’écarter de plano, et au contraire pour y répondre en prenant les précautions nécessaires.

  1. Les Allemands se rendront à cet appel. Si nous n’y sommes pas, ce sera en Russie où l’on ne connaît pas notre point de vue, où nous sommes mal jugés, un affaiblissement de notre cause. On dira : ils avaient de mauvaises raisons puisqu’ils n’ont pas osé venir.

  2. L’armée russe est entre les mains des révolutionnaires. Telle qu’elle est, elle ne marchera que sur un mot d’ordre venu du Comité des soldats et ouvriers. Il y aurait utopie à penser le contraire. Dès lors, la seule chance que nous ayons de la remettre en action, et d’en faire pour nous une force d’appui, c’est de persuader les chefs du mouvement de la pureté de nos intentions et de nos buts. Si nous refusons de répondre à leur appel, notre cause près d’eux est perdue : aucun concours à attendre de leur force militaire et de leur force morale.

  3. Par cette mesure de déférence vis-à-vis de la Russie révolutionnaire, nous pouvons améliorer la situation des Alliés et celle de la France, à condition que soient prises des précautions. Il faut que l’Allemagne majoritaire soit mise en accusation publiquement et avec éclat devant l’univers.

  • 333 Émile Vandervelde (1866-1938), militant du parti ouvrier belge et ministre de l’intendance pendant (...)
  • 334 Pablo Iglesias (1886-1936) était un des dirigeants du mouvement socialiste espagnol de Défense nati (...)

854Il est donc nécessaire que les hommes respectés de l’internationale, Vandervelde333, Plekhanov, Iglesias334, Hyndman, autres, aillent à la réunion faire cette besogne. Le retentissement sera immense et comme, en ce moment, l’idée de la réunion est lancée, qu’elle préoccupe l’univers entier, qu’on va avoir les yeux fixés sur elle, il peut en sortir pour nous une augmentation de force extrême.

  1. Il est nécessaire de prendre par avance certaines précautions : il est impossible par exemple que soit touchée la question de collaboration aux gouvernements de Défense nationale.

    • 335 Jules Guesde (1845-1922) ne faisait plus partie du gouvernement depuis décembre 1916 mais conservai (...)

    Il faut que A. Thomas y aille avec Guesde335 si la santé de Guesde le permet.

  2. Il faut exiger que Liebknecht y aille.

  3. Nous maintiendrons ainsi l’unité du parti en France et la Défense nationale en sera renforcée.

  4. Ici, au front, à l’arrière, partout, c’est le seul problème dont on discute, on ne saurait penser jusqu’à quel point il préoccupe surtout l’armée. Nous n’avons pas trouvé un soldat, ni un groupe de députés soldats ou ouvriers qui n’en parle. Demain, il préoccupera le monde des tranchées partout. Il est un danger : l’écarter serait un danger plus grand encore.

  5. Telle qu’elle est, convoquée par les révolutionnaires russes, dont la cause est sympathique pour l’instant à tout l’univers démocratique, elle donnera un lustre énorme au socialisme dans tous les pays. Ils apparaîtront encore comme la ressource essentielle de l’humanité dans le moment le plus tragique de l’Histoire. Même s’il ne réussissait pas à résoudre le problème, à arrêter la guerre tout de suite, dans l’avenir, on lui saurait gré de son effort. Pour nous, nous aurions par notre attitude posé le problème du droit devant le monde, avec éclat et le socialisme français ne peut qu’y gagner.

  6. Si nous y arrivons après que Bethmann aura parlé, et si nous pouvons y faire des déclarations que les gouvernants anglais, américains, français sanctionnent ou reconnaissent, alors il sera possible de déterminer l’armée russe à donner un nouvel effort : ce sera une condition à poser nettement.

  7. Il faut décider qu’il n’y aura pas de résolution générale, où l’on s’efforcerait de faire comme à l’ordinaire, la part à chacun. Le moment actuel est un moment d’action ; on ne peut s’arrêter à une motion ambiguë et comme il y aurait division dans la réunion, il est préférable qu’il n’y ait pas de vote commun.

855On doit ou ne pas présenter de motion ou en présenter plusieurs, nettes, claires, sans compromis, qui obligeront chacun à prendre ses responsabilités. C’est alors le public le monde entier qui jugerait sur pièces. En résumant tous nos griefs contre les Empires du Centre, en les faisant donner par toute la presse de tout l’univers, nous affaiblissons l’Allemagne : a) en montrant une fois sa conduite au début et pendant la guerre, b) en montrant qu’elle seule a des buts d’hégémonie.

  1. Les bolcheviks, en refusant la conférence, lui donnent son vrai caractère. Elle est la condamnation de Zimmerwald-Kienthal. Et son autorité s’en trouvera agrandie. Elle est contre les extrêmes, contre la paix à tout prix, et c’est là une garantie de succès pour elle.

856Le mot d’Hindenburg que me rappelle le général Janin : « le front russe n’existe plus. »

857Ici, sur le front nord, la désorganisation atteint son summum. Le beau-frère de Moutet nous le dit avec tristesse : il appartient à un régiment du Caucase où il n’y a pas de fraternisation. Si quelqu’un fraternise, on le fusille.

  • 336 Il s’agit de « l’Appel aux peuples du monde entier ».

858Les organisations du front nord, le Comité éducatif des soldats et ouvriers de Pskov, les organisations de l’arrière-front, les organisations de paysans nous reçoivent à 10 h à la maison de la liberté. Le président dit : depuis la révolution, nos organisations se sont créées ; elles ont été réunies ensemble : on les a ensuite fédérées, et ce sont les délégués des organisations fédérées qui vous saluent ici. Nous voulons savoir directement de vous comment les socialistes des gouvernements alliés voudraient causer avec nous. Nous représentons toutes les organisations du Nord. Ce que vous direz sera représenté, répété, à tous les soldats de notre armée. Nous n’avons pas été élus comme socialistes, mais devant vous, il n’y a que des socialistes. C’est pourquoi nous vous appelons camarades et socialistes. Nous allons vous causer en amis socialistes pour confronter nos points de vue. Première question : le but de votre délégation et de qui elle se compose ; deuxième question : comment a été accueillie dans votre pays, la note du Comité ouvrier et soldat de Petrograd336 ? Troisième question : comment les socialistes apprécient-ils cette note ? Quatrième question : quels sont leurs points de vue sur le but de la guerre (annexion, Alsace-Lorraine, Belgique, Serbie, colonies, Mésopotamie, contributions) ? Cinquième question : que comprenez-vous par guerre jusqu’à fin victorieuse ? Sixième question : que pensez-vous de la conférence internationale qui va être réunie par le Comité de Petrograd ? Septième question : y a-t-il en Angleterre et en France une opposition à la guerre (chez les ouvriers, non organisés, puis chez les syndicalistes) ?

859Voilà les questions très sérieuses et très précises qui nous sont posées. Elles indiquent les préoccupations graves et nous voulons y répondre avec la plus grande sympathie. Moutet dit : grâce à la révolution russe, il ne sera pas possible de transformer cette guerre de libération en guerre de conquête. Il fait l’histoire des responsabilités de la guerre. Il n’y a pas d’internationale si les nations ne sont pas libres et indépendantes. Nous sommes entrés dans la guerre pour faire la guerre pour une paix définitive. Nous savons qu’il y a dans notre pays, comme partout, des partis impérialistes, mais dans la France, ces partis sont une minorité infime. C’est notre voix qui sera entendue. Le plus grand soutien de nos impérialistes, c’était votre tsar. On voyait alors la fin de la guerre dans le partage de l’Allemagne et le partage de la terre : nous craignions que si alors il y avait eu victoire, il y eut eu des raisons de guerre future, car la paix serait une paix de force et non de droit. La révolution russe a changé tout cela ; le soutien de nos impérialistes disparaît, le sens de la guerre est le nôtre. L’intervention de l’Amérique va dans le même sens. Entre la volonté de notre peuple et la volonté de la démocratie russe et américaine, notre impérialisme est pris. Tout le pays est avec nous quand nous parlons ainsi. Nous éclairerons notre gouvernement et notre parlement sur la volonté de la démocratie russe et nous lutterons pour la faire triompher. Nous sommes convaincus que notre gouvernement n’a aucun désir d’annexion véritable. Notre parlement ne se rend pas toujours compte de la situation de la guerre, de la lassitude des peuples et il ne veut pas comprendre qu’il faut publier ouvertement les buts de guerre pour démoraliser l’ennemi et lui prouver que son indépendance n’a rien à redouter de notre victoire. Nous disons cela depuis le début de la guerre.

  • 337 August Bebel (1840-1913), président du parti social-démocrate allemand et leader de la IIe Internat (...)
  • 338 Pour les socialistes français, la responsabilité immédiate du conflit incombant à l’Allemagne, le p (...)

860Vous avez posé le problème avec netteté, non avec des formules. Quand on dit, ni annexions, ni contributions, vous savez que tous les gouvernements peuvent l’admettre sauf à reprendre dans le détail ce qu’ils ont affirmé en général. Pas d’annexion, droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Soit l’Alsace-Lorraine. En 71, l’Alsace-Lorraine a été volée aux Alsaciens-Lorrains. Tous les élus de l’Alsace-Lorraine au parlement de Paris ont protesté ; ce que la force faisait, ils ne l’acceptèrent pas ; ils maintenaient la protestation du droit. Marx montrait à ce moment que ce serait une grande cause de guerre future et c’était Bebel337 et Liebknecht. Aujourd’hui, des milliers d’Alsaciens-Lorrains sont dans nos rangs, comme Weill. Quel doit donc être notre rôle ? Avant la guerre, nous n’aurions pas fait la guerre pour la revanche ; nous sacrifions tout à la paix. Mais, qui a déchiré le traité de Francfort ? Nous avons dit la force a créé un état de choses que nous n’acceptons pas. Aujourd’hui, nous disons, le droit des peuples est de disposer d’eux-mêmes. Faisons-le pour les Alsaciens-Lorrains. C’est la position même telle que vous la posez. Quand Borgbjerg, au nom des socialistes allemands, dit : on rectifiera la frontière, il montre qu’il ne comprend rien à la question ; il s’agit de l’âme des peuples. Jamais les Allemands ne parlent de l’indépendance du duché de Posen. Ils veulent la domination sur les peuples conquis. Nous ne disons pas que la guerre résoudra tout. Mais nous disons que ce sera un malheur si elles ne sont pas solutionnées. Voulons-nous la paix durable qui fera disparaître, sinon toutes les causes du conflit, au moins celles qui sont là devant nous ? Pour les contributions, il faut les lier aux responsabilités de la guerre338. Pas pour une pénalité comme les Allemands en 1871.

861L’Allemagne a envahi la Belgique sans raison. Elle a violé son traité. Alors ? Je vous pose cette question : il faudra que nous soyons vaincus avant de renoncer à la restitution et à la réparation. Notre loi votée sur les réparations au Parlement a été anticapitaliste. Notre pays est fatigué ; mais quand nous disons : admettez-vous que nous abandonnions une parcelle de notre territoire ou que nous renoncions aux réparations ? Pas une voix contre nous. Si aujourd’hui le peuple allemand était le maître, il serait pacifique ; nous traiterions immédiatement. Mais aujourd’hui la dynastie des Hohenzollern et son militarisme représentent une réalité cruelle. Si nous traitons en ce moment aux conditions indiquées par Hellferich, c’est le militarisme allemand qui est victorieux. À qui doit se poser la question des annexions ? Aux Allemands. Vous nous direz que les socialistes allemands sont contre les annexions. Mais en admettant qu’ils soient tous contre les annexions, quelle force ont-ils pour imposer leur volonté à leur gouvernement ? Nous n’avons pas seulement à prendre des résolutions de congrès. Vous, vous êtes le gouvernement de la Russie et ceux avec qui vous avez à traiter, ce n’est pas seulement la volonté de la majorité ou de la minorité des socialistes, c’est la volonté des puissances. Vous traitez avec le Kaiser : la question à se poser, c’est de savoir quelle signature sur le traité de paix sera posée près de la vôtre. Essayons de convaincre le peuple allemand à faire sa révolution. Il faut le faire ; démocratiser l’Allemagne, c’est préparer la paix, nous sommes avec vous.

862Mais pouvons-nous jouer les destinées de la Russie sur une hypothèse ? La réalité aujourd’hui, c’est la guerre. Ici, c’est calme. Mais là-bas, chez nous, des milliers de citoyens libres tombent. Si l’Allemagne agit ainsi c’est qu’elle pense qu’elle va écraser nos démocraties. Et après ? Pensez-vous que si les Hohenzollern restent les maîtres, ils laisseront près d’eux la révolution sociale ? Ils seront à la tête des contre-révolutionnaires dans le monde. Et comme il y a un siècle contre nous il y a eu la Sainte-Alliance pour nous écraser. Il y a une Sainte-Alliance en 1815 ; il nous a fallu faire 30, 48, demain ce serait pour vous la même chose.

863La liberté n’est pas une conquête facile ; c’est une déesse exigeante : un peuple n’est digne de sa liberté que s’il est capable de la défendre contre l’ennemi de l’intérieur et de l’extérieur.

864Guerre jusqu’à la victoire, c’est guerre jusqu’au moment où notre indépendance sera assurée. Comment ? Est-ce que ce sera par la révolution allemande ? Peut-être. Mais la pression militaire contre l’Allemagne affaiblira la puissance réactionnaire allemande. Nous croyons à ce résultat. Nous avons dû tout faire et tout refaire. Nous avons créé tout un matériel ; nous avons tout notre peuple tendu vers la guerre. Qui a fait cet effort ? Le peuple français qui ne s’est pas abandonné ; c’est le Parlement qui a pris la guerre en main. Et aujourd’hui le peuple russe a la place d’un régime impuissant ; nous savons que la liberté fera des miracles d’organisation. Vous pouvez tout rétablir, car il faut que vous montriez que vous êtes plus capables que ce régime. Vous êtes 12 millions. Vous avez avec vous tous les peuples démocratiques. Pourquoi doutez-vous de la victoire ? Vous luttez pour votre cause, pour votre liberté. Voilà la force morale que nos adversaires n’ont pas. La guerre doit ne pas pouvoir conserver les territoires envahis et réparer les dommages : Belgique, Serbie.

865Les questions coloniales ne sont à aucun degré des choses essentielles. Les colonies allemandes peuvent être un gage pour nous socialistes. Nous dénonçons tout désir de conserver en Asie Mineure des territoires dont nous n’avons pas besoin. Il ne s’agit plus de la convocation de l’internationale par l’intermédiaire d’un neutre suspect. Quelle influence pouvons-nous exercer sur les socialistes allemands ? Et quelle influence auront-ils sur leur propre pays ? Mais il y a des difficultés. Et les résultats ne sont pas aussi certains que vous semblez le croire. Nous rien sommes pas adversaires. Il faut prendre des précautions pour qu’une conférence comme celle-là soit une arme contre notre pays. Notre pays qui a subi la guerre ne peut admettre qu’on lui nie le droit. Nous ne voulons pas jouer le sort de notre nation sur une décision d’un congrès international. Nous redoutons que les neutres fassent bon marché de notre pays. Pour eux les sacrifices ne leur coûteront pas puisque c’est nous qui paierons. Nous considérons la chose comme importante, grave. Nous dirons à la France le vœu de toute la Russie.

866Nous voulons la reconstitution de l’internationale pour s’opposer aux buts des capitalistes. Mais on peut avoir moins de confiance que vous dans les socialistes allemands. Tout cela n’est pas simple. Il ne suffit pas que les peuples réclament la paix. Nous avons comme idéal la fraternité entre peuples, mais en attendant, nous sommes face à la guerre, le danger immédiat. Si nos espérances ne se réalisent pas, nous avons dans la démocratie russe la confiance absolue pour la lutte, pour qu’unis nous écrasions ceux qui s’opposeraient à notre idéal et à la fraternisation des peuples dont le militarisme allemand est l’ennemi. C’est avec cette confiance que nous nous sentons unis à vous.

867Après le discours de Moutet, quelques précisions sont demandées sur la réunion du congrès socialiste international. On est inquiet de savoir ce que fera le gouvernement pour permettre à tous les éléments du socialisme d’y assister.

868Ce qui frappe nos amis russes, c’est qu’il faut laisser la liberté la plus grande à chacun ; cela se comprend, eux qui viennent de la conquérir et la possèdent complète. Et il est sûr que cette force de conviction unanime a influencé sur notre façon de penser depuis un mois.

869Dans le fond de la salle, deux paysans, en costume de moujiks, longue barbe, l’œil mystique.

870Au premier rang, un général, des officiers d’état-major, des ouvriers, des soldats, des sous-officiers, un matelot. Le tout est grave et sérieux.

871Sanders dit : si l’Allemagne n’avait déclaré la guerre qu’à la Russie et à la France, le peuple anglais n’aurait pas fait la guerre. Mais quand le peuple anglais a vu l’écrasement de la Belgique, petit peuple démocratique, l’Angleterre a tout de suite compris le danger que courait la liberté.

872Comprenez bien, camarades russes : nous sommes un vieux peuple libre, la classe ouvrière est très fière de sa liberté. Nous ne pouvons pas admettre la domination du militarisme allemand. Le gouvernement allemand vient de dire qu’il dicterait la paix, qu’il n’accepterait jamais la paix des socialistes.

873Or, Scheidemann disait il y a quelques jours : pas besoin de révolution en Allemagne. Or, je connais l’Allemagne ; son militarisme est plus fort, son peuple, plus discipliné. En Russie, la bureaucratie n’avait pas cette force. Je crains qu’en Allemagne le kaiserisme ne puisse être brisé par la force populaire. Jaurès disait à Amsterdam : si la révolution allemande triomphe, tout va bien. Sinon, nous avons résolu de continuer la guerre jusqu’au moment où le militarisme allemand aura été défait ; il faut que l’Allemagne consente à la paix sans annexion, ni contribution.

874Pour Stockholm, nous apporterons votre invitation en Angleterre. Nous en sommes partis depuis six semaines ; nous ne savons pas ce qui s’y passe. Votre invitation venant de la révolution russe sera examinée avec le plus grand soin. L’impression de la révolution russe a été profonde chez nous. Nous pensons qu’au lieu de l’affaiblir par la guerre la révolution aura renforcé le mouvement de défense nationale. « Le peuple anglais ne s’inclinera jamais, croyez-le, devant un despote militaire. » C’est là le fond de l’âme anglaise, dit Sanders, avec force. C’est le thème de tous nos trois Anglais. Et il faut les entendre dire ces paroles avec vigueur et même véhémence et violence. Le peuple russe est avant tout, doux, pacifique. Il y a pour lui difficulté à comprendre les Anglais ; il n’y a pas compatibilité d’humeur. L’Anglais est froid, paraît n’être pas sentimental, est précis d’esprit, nullement idéaliste, tout le contraire du peuple russe. Il faut libérer l’Europe du militarisme. Il faut libérer les petites nations.

875Puis les petits papiers arrivent nombreux au bureau :

876L’un : pourquoi Thomas n’entre-t-il pas personnellement en relation avec le Comité ouvrier ?

877L’autre : a-t-on en France une idée exacte de la révolution russe ?

878Le président dit : je suis d’accord avec vous sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Pour les contributions, il y a divergence ; mais pour l’argent, on ne peut pas continuer la guerre ; ce serait moins cher de finir la guerre que de la continuer pour des contributions. Nous pensons qu’il serait mieux d’apporter la paix, non à la pointe des baïonnettes, mais avec des raisons démocratiques et des négociations. Nous portons grand espoir sur la conférence de Stockholm et souhaitons que les camarades alliés y soit représentés. Pas de paix séparée ! Pas d’affaiblissement de nos forces : il affirme que rien ne peut faire croire à un danger de cette sorte. Notre armée veut être sûre de se battre dans les intérêts de la paix et non des capitalistes internationaux.

879Nous allons voir Rousski qui prend sa retraite. Puis déjeuner au mess. Puis visite au Kremlin de Pskov, donjon, église, murailles au-dessus de la rivière pleine de barques, qui a soutenu de longs sièges contre les Russes, les Polonais. Pskov, petite ville de 30 000 habitants, pleine de Polonais évacués est une jolie ville avec des monuments et des maisons vraiment russes.

880Nous déjeunons avec le chef d’état-major Danilov des armées de Rousski. Il me prie d’aller à Stockholm et me demande de ne pas refuser cela aux révolutionnaires russes. Il approuve mon idée que j’expose que c’est la seule façon de sauver la situation. Les généraux français présents font des réserves.

881Le beau-frère de Moutet qui a fait trois ans de simple soldat dit : les soldats russes sont des bêtes qu’il faut mener à coup de bâton.

Dimanche 13 mai 1917

882À notre arrivée à l’hôtel, à Petrograd, un officier du 676e vient nous voir et nous dit : après le départ de Moutet du 676e, vingt minutes après un soldat d’un autre régiment vient et dit : « Moutet est un envoyé des capitalistes français, ne le croyez pas. » On le traite en provocateur, et on lui fait mauvais parti. Des Allemands viennent de la tranchée allemande, s’habillent en Autrichiens, se mêlent aux prisonniers autrichiens, si nombreux sur le front, et ils font tranquillement leur propagande au milieu des soldats russes. Ils leur disent : l’Allemagne offre la paix. Alors les pauvres soldats russes ignorants ne savent que penser. Il faut retirer les prisonniers autrichiens du front. La propagande allemande empoisonne cette armée. Et comme elle est composée surtout de paysans ignorants, qui ne comprennent pas pourquoi ils sont là, et qui demandent naïvement : « Mais enfin cette liberté que nous avons maintenant, laissez-nous aller chez nous pour la voir et la vivre. » On voit quel progrès peut faire une telle propagande allemande.

883Trouvé en arrivant un télégramme gentil de Sturm au nom des groupes Goutte-d’Or-Chapelle. J’y réponds aujourd’hui.

884Kornilov donne sa démission de gouverneur militaire de Petrograd, car il n’a pas d’autorité.

885Kerensky, au congrès des soldats du front à Petrograd dit que si les gens ne veulent pas comprendre qu’ils doivent s’unir, il y a grand danger que nous devenions une foule d’esclaves. Nous pouvons jouer un rôle énorme dans le monde démocratique si nous pouvons obliger l’Allemagne à nous suivre. Il faut obliger amis et ennemis à imiter notre liberté, mais pour cela il faut savoir que la liberté entendue en ce moment comme elle l’est en Russie ne nous permet pas d’être une nation unie et forte. Nous sommes en anarchie. Ça peut se terminer dans le sang. Chacun, du ministre au soldat peut faire ce qu’il veut, mais il faut le faire les yeux ouverts et avec le sentiment que la nation est au-dessus de l’individu.

886A. Thomas a été reçu hier par le Comité des ouvriers et soldats. Tchkeidze l’a salué et on l’a prié de donner son avis sur la guerre et l’action du socialisme international.

  • 339 Fondé en 1880, Birjevye Vedomosti, quotidien depuis 1885, était le principal journal des milieux d’ (...)
  • 340 Les premières discussions entre Thomas et les socialistes russes révélèrent de nombreuses divergenc (...)

887A. Thomas a parlé deux heures quinze. Dans la Gazette de la Bourse339, la plus grande partie de son discours a été caviardée, censurée. Une conférence internationale ne peut avoir lieu si elle n’est pas basée sur des principes. Ne tombons pas dans un piège allemand. Il rappelle les intrigues des socialistes allemands pendant la guerre. Les buts de la guerre démocratique ne seront jamais reconnus par l’Allemagne. Accueil glacial340.

888L’agence russe, genre Havas, faisait dire à Thomas : pas de diplomatie secrète, pas d’Alsace-Lorraine par les armes, mais par négociations. On a rectifié. L’opinion de Thomas est qu’il y a des éléments démocratiques et socialistes. Il ne faut pas désespérer. Il faut agir. À Petrograd, les ouvriers pensent que seuls les Allemands maintiennent les traditions de l’internationale. Les socialistes français sont accusés d’être des bourgeois. Par 23 voix contre 22 et 8 abstentions, le Comité exécutif a décidé de ne pas faire de cabinet de coalition. Mais il a conclu que la situation n’était pas éclaircie par ce vote. C’est l’assemblée plénière qui tranchera. Le Soviet a l’autorisation sans la responsabilité. Le gouvernement a la responsabilité sans l’autorisation.

889Aujourd’hui, déjeuner avec A. Thomas. Il est tout à fait de mon sentiment relativement à Stockholm.

890Nous décidons de faire une dépêche ce soir pour aviser le parti et le gouvernement de notre décision. Après réflexion, nous convenons de remettre à demain la confection du texte de cette dépêche que nous devons faire au parti et au gouvernement

  • 341 A. Thomas joua, comme en témoigne son Journal de Russie, un rôle important dans la crise d’Avril. I (...)

891Il me dit que le gouvernement a répondu une lettre très vague et imprécise à Milioukov ; lui, Thomas, a avisé le gouvernement français que s’il envoyait une réponse identique, l’effet serait mauvais près du parti démocratique russe : il ne faut pas le sacrifier à Milioukov, doctrinaire qui est quasi seul de son avis dans le gouvernement même. Thomas a donné le schéma d’une réponse qui est acceptable. Le gouvernement est ainsi averti nettement341.

892En France, l’échec de l’offensive a créé une situation politique difficile : Painlevé voulait s’en aller. Il n’est resté que sur les instances des Anglais qui veulent continuer l’offensive. Le ministre de la Guerre, Goutchkov donne sa démission, en même temps que Kornilov et Grouzinov. Est-ce l’indice que les Cadets veulent réagir ? On nous signale des mouvements croissants de contre-révolution.

893En attendant, les partisans de Lénine exproprient le palais du grand-duc Alexandre, s’y installent avec des armes et disent au Soviet et au gouvernement : nous ne partirons pas, nous sommes armés ; ils ont déjà créé des troubles dans la rue qui ont causé la mort de 8 soldats et officiers. Ils agissent avec énergie, et rien ne s’oppose à leur volonté. Ce n’est plus seulement le gouvernement, c’est le Soviet qui est débordé.

894Tchkeidze est venu voir Thomas ; il a été très raisonnable et a prié Thomas de ne pas annoncer qu’il a reçu sa visite. Ceretelli a vu aussi Thomas ainsi que Skobelev. Celui-ci est un tout jeune homme. Mais Ceretelli est un Géorgien très simple, intelligent et habile qui a une grosse influence et la ménage. Il est orateur excellent. Il voit le problème ; il suit la majorité. Pourra-t-il dire les choses nécessaires lorsqu’il le faudra ?

895Si la révolution russe ne peut réussir à remettre sur pied l’armée russe, si elle abandonne la partie, ce sera une contre-révolution ici. En Europe, ce sera aussi le triomphe certain des réactions qui souligneront que la partie a été perdue à cause du socialisme russe germanisé.

  • 342 Louis de Brouckère (1869-1951) était au nombre des socialistes belges envoyés en Russie pour contri (...)

896De Brouckère342 sera ce soir 10 h chez Thomas.

897L’ambassadeur Buchanan est très pessimiste.

898Les anarchistes s’emparent du palais Litchtenberg puis d’une maison à la campagne.

  • 343 À cette date, M. Cachin avait été gagné à l’idée de la nécessité pour les socialistes français de r (...)

899De Brouckère vient à 11 h du soir et jusqu’à [ill.] heures du matin, on discute ma proposition343. En ce moment, elle l’étonne et le scandalise. Il me dit : les socialistes russes qui font cette proposition sont progermains et pacifistes. C’est donc un piège. On permettra aux majorités de France et d’Angleterre de dire quelques paroles au début, puis, cette politesse faite, on les enveloppera dans quelques formules vagues que les Allemands accepteront et ils seront liés par un vote qui les écrasera, 27 nations sur trois demi-nations.

900Je réponds : la partie essentielle de cette conférence doit être un exposé des faits. Il ne doit pas être suivi de vote. La Russie en ce moment, ni le peuple, ni l’armée ne savent que faire. Il n’y a plus pour eux d’idéal dans la guerre. Ils le disent. Et qu’on le veuille ou non, c’est un fait grave. Pourquoi cet état d’esprit ? Plusieurs motifs. Ils sont absorbés par leur révolution. Ils craignent qu’elle n’échoue. Pour eux, elle prime la guerre. Ils n’ont pas à notre degré le sentiment de la nation. Qu’était la patrie pour un Russe avant la révolution ? On lui disait : c’est le tsar. Conséquence du régime absolu. Chez les esprits simples, puisqu’il n’y a plus de tsar, il n’y a plus de nation. Puis la Russie est immense, et le Sibérien ou le Caucasien, ou l’Ouralien ne comprennent pas la nécessité de l’union nationale avec la même force que nous.

901Puis le prolétariat russe libéré dit : je veux bien me battre (les résolutions qu’il a prises le prouvent) mais il faut que je sache pourquoi. Je ne veux pas me battre pour Constantinople, ni pour les capitalistes français ou anglais, ni pour leurs chauvins, ni pour les nôtres. Venez nous expliquer vos buts de guerre, pesez sur vos gouvernements pour qu’ils avouent les leurs. Et nous allons à ce grand tribunal des peuples pour dire solennellement à la nation russe où nous allons, ce que nous voulons. Nous lui avons déjà parlé. Il a compris. Il a approuvé. C’est une manifestation de ce genre, plus vaste, faite à la face du monde, à laquelle il nous convie. Nous irons dire nos buts, nos raisons de guerre. Il nous affirme qu’il ne veut pas de paix séparée, qu’il veut lutter pour la liberté des peuples. Il jugera entre nous et ceux qui refuseront de laisser les peuples libres, et aussi qui refuseront de faire leur révolution comme il l’a fait lui-même.

902Et ce sera, une fois faite, cette manifestation solennelle, la nation russe marchant tout entière avec une flamme nouvelle, avec ardeur, car elle saura pourquoi ; elle se bat ! Et comme elle a ce qui lui est nécessaire, elle sera avec l’Amérique l’appoint le plus précieux pour abattre le despotisme militaire que l’Allemagne veut imposer à l’Europe.

Lundi 14 mai 1917

  • 344 William Sanders (1871-1949), secrétaire de la Fabian Society depuis 1914, était député et membre du (...)

903À 9 h 30 chez Thomas avec Brouckère. 10 h. Les Anglais avec Boves je vois Sanders à 10 h344. Il me dit : il faut télégraphier à Henderson et à Lloyd George par Thomas, un long télégramme explicatif où Thomas démontrera la nécessité d’expliquer aux ouvriers anglais l’importance de ce congrès en appelant l’attention sur l’avis d’Alexeiev et Danilov, que les délégués russes à ce congrès seront les gens qui ont vraiment le sort de l’armée russe en main (ils sont en fait le gouvernement, ceux qui nous invitent sont ceux qui ont en main le gouvernement et l’armée russe), que les délégués allemands seront là en qualité de représentants du gouvernement allemand, qu’ils sont plus fins que les délégués russes qui, à moins que les Français et les Anglais soient là, seront accablés par les Allemands et que ceci signifierait qu’il faudrait abandonner la dernière espérance de faire marcher l’armée russe.

904Mon opinion est : l’armée russe ne peut marcher. Elle ne marche pas par ses propres opinions. Les Russes croient qu’ils font la guerre de liberté en restant dans les tranchées. Les Russes n’ont pas assez équipé à temps pour faire un effort.

905Sanders pense qu’il sera difficile de persuader le peuple anglais et son gouvernement. Il sera difficile de trouver de bons délégués. Sanders ne voit que Hyndman. Il pense qu’il sera difficile de persuader les Anglais car ils sont des insulaires et ne comprennent pas l’importance du congrès de Stockholm.

  • 345 Syndicaliste et homme politique britannique, membre du parti travailliste et député, sir James O’Gr (...)

906L’argument de Sanders qui est aussi celui d’O’Grady345 et de Thorne est : moi, je veux y aller car si nous n’y allons pas, les Allemands l’emportent.

907Nous, si nous y allons, nous pouvons imposer nos conditions. Sanders va expliquer cela à O’Grady et Thorne, lesquels sont uniquement des insulaires et des Anglais et ne sont pas comme lui, européens.

908De ma conversation avec Sanders, il résulte que :

909Les Anglais détestent en ce moment si fort les Allemands qu’ils ne veulent pas se rencontrer avec eux.

910Ils sont peu au courant des choses du continent, ils sont très renfermés sur eux-mêmes et il faut leur montrer l’importance du congrès de Stockholm qu’ils ne comprennent pas ; et en même temps leur montrer que c’est un nouveau terrain de combat où on ne peut laisser l’Allemagne seule car elle y trouverait bénéfice.

  • 346 Hendrik van Kol (1851-1925), leader du parti socialiste hollandais, membre du Bureau socialiste int (...)
  • 347 Pieter Troelstra (1860-1930), militant du parti socialiste hollandais, était membre du Comité exécu (...)

911De Brouckère nous explique ceci : les Hollandais Van Kol346, Troelstra347, un autre, sont à Stockholm avec Huysmans. Ils ont adjoint Branting à leur bureau pour en faire un président.

912En passant à Stockholm, De Brouckère a obtenu d’eux qu’on proposerait aux Russes de faire passer l’une après l’autre à Stockholm devant cette représentation de l’internationale, tous les représentants des sections nationales alternativement.

913Il pensait pouvoir faire adopter à Petrograd ce point de vue, et peut-être s’il y avait moyen, faire adopter par le Soviet une proposition qui écarterait les majoritaires allemands. Mais l’assemblée générale des ouvriers n’a pas accepté ce point de vue et a exigé l’assemblée in plenum de l’internationale. Cette convocation effraye De Brouckère. Il pense que le congrès de Stockholm a été imaginé par les Allemands. Il pense que Troelstra l’a d’abord essayé. Puis qu’ayant avorté, les Allemands ont envoyé Borgbjerg pour charger les Russes de faire eux-mêmes la convocation. De Brouckère pense donc que c’est un piège. De plus, dit-il, depuis des mois, le congrès de Stockholm apparaît à de nombreuses gens comme la préparation à la paix. En y allant, vous vous inclinez devant les pacifistes, vous apparaissez comme partageant leurs vues ; c’est une défaillance. Et en outre, nous aurons l’internationale contre nous, habilement menée par les Allemands. Tel est son sentiment.

914Les trois Anglais abondent en plein dans mon sens. Moutet aussi. De Brouckère qui n’a pas vécu dans le milieu russe et ne peut saisir l’âme du peuple russe résiste encore.

  • 348 Jean Longuet (1876-1938), fils de Charles Longuet et de Jenny Marx, fut le dirigeant parlementaire (...)

915Il est entendu que demain, 2 h, nous sommes reçus par le comité des Affaires étrangères du Soviet, à 4 h, par le Comité exécutif réuni dans son plenum. Thomas a télégraphié en France de laisser passer Brizon et Longuet348. Thomas a été invité à se rendre trois fois par semaine à la réunion du Conseil des ministres de Petrograd. Comme en ce moment, il y a crise ministérielle, Rodzianko et les autres politiques russes viennent le consulter pour la solution de la crise. Il est donc à la fois ministre des Munitions en France ; aussi en Russie, ambassadeur de France, homme de parti.

916Hier, dimanche 13 mai, au congrès des ouvriers et soldats du front, Kerensky : « Ce n’est pas l’ivresse qu’il nous faut, mais le plus grand sang-froid et la discipline. »

917Ceretelli. Nous devons constater que les idées et les devises qui règnent dans la démocratie révolutionnaire russe sont encore trop faibles chez nos alliés et que le prolétariat allemand et austro-hongrois n’est pas encore sorti de l’ivresse chauviniste que lui a versée Bethmann-Hollweg.

918Si nous tendions aujourd’hui une main fraternelle aux peuples de l’Europe centrale et que nous concluions une paix séparée avec eux nous mènerions notre pays à sa perte. Nous ferons tous nos efforts pour que l’alliance conclue par la bourgeoisie soit encore resserrée par le ciment de l’union et de la fraternité des pays alliés. Notre gouvernement provisoire marche dans la voie d’une paix digne d’un grand peuple. Le Conseil des députés ouvriers et soldats et avec lui toute la démocratie organisée lui prêtent leur appui avec toute la volonté et l’autorité qui leur appartiennent.

919La direction du PS italien diffère sa résolution d’envoyer des délégués à Stockholm. On croit qu’ils refuseront.

920Izvestia, organe des POS, proteste contre l’appel des léninistes à la fraternisation sur tout le front.

921À propos de la garde rouge dit-il, une seule solution : l’entrée des ouvriers dans la milice.

922Borgbjerg dit en rentrant de son voyage, le Conseil des ouvriers et soldats de Petrograd a approuvé l’idée d’une conférence de paix. Il s’est chargé de l’envoi des convocations. La réunion aura lieu en juin. J’attends avec confiance la participation des Français et des Anglais. Il y a lieu d’espérer qu’elle provoquera des conclusions de paix cet été.

923Huysmans a reçu un télégramme des gauches de la social-démocratie allemande dans lequel il apprend que le gouvernement allemand a refusé de leur donner des passeports pour Stockholm.

Mardi 15 mai 1917

924À minuit, cette nuit, rendez-vous avec Thomas et De Brouckère pour s’entendre sur les conditions des deux réunions d’aujourd’hui au Soviet rabotchnik é soldaté deputatof.

925Nous disons : si nous allons à Stockholm, et il faudra y aller si les Russes nous donnent certaines garanties, c’est pour en faire non un congrès de Zimmerwald pour la paix à tout prix, mais pour y dire les conditions d’une paix durable et pour obliger tout le monde à la réflexion. Donc, dans le congrès, nous aurons à établir les responsabilités de la guerre, à dresser le réquisitoire entre les Puissances du centre et leur socialisme et à montrer leur impuissance d’aujourd’hui à imposer à leurs gouvernements une paix juste. Nous avons à leur dire qu’il faut qu’ils aient un gouvernement démocratique, qu’ils doivent par des actes, lutter violemment contre le Kaiser et l’impérialisme et le militarisme allemand et que s’ils ne le font pas, s’ils déclarent qu’ils ne veulent, ni ne peuvent faire la révolution, mettre le socialisme international en face de cette impuissance et montrer la nécessité de la lutte militaire, puisque les négociations n’auront pas réussi. Ceci surtout pour déterminer l’armée russe à marcher.

926De Brouckère s’obstine à penser : nous devons poser toutes ces conditions avant d’aller à la conférence ; et si on ne les accepte pas, nous devons la refuser.

927Nous lui répondons : ce sont les Russes qui invitent. Ce sont leurs comités qui ont pris en main la convocation ; ils n’ont pas mis de conditions et ils ont invité déjà les sections nationales. Donc notre attitude doit être aujourd’hui de poser nos conditions et de discuter pour obtenir tout ce que l’on pourra, mais pas de rompre sur ce point.

928Quelles sont les conditions de notre entrée à la conférence ?

929Il faut que les socialistes qui acceptent d’y participer reconnaissent publiquement les principes sur lesquels pourrait être fondée la paix durable. Quels sont ces principes ?

  1. Il faut qu’ils rompent immédiatement, effectivement et publiquement avec les gouvernements autocratiques et absolus qui ne reconnaissent pas les forces de la démocratie.

  2. Il faut qu’ils reconnaissent pour les peuples le droit à disposer d’eux-mêmes librement, en précisant sur les points particuliers (Alsace-Lorraine, Pologne, Posnanie, etc.).

  3. Pas d’annexions, pas de contrôle indirect, pas d’attentat indirect contre l’indépendance et la liberté absolue des petits peuples.

  4. Pas de contributions, mais réparations.

  5. La question de la responsabilité de la guerre sera envisagée et discutée à fond.

  6. Pas de vote, si une seule nation y met son veto.

  7. Nécessité de la représentation des minorités, et surtout de la minorité allemande y compris Liebknecht. Car si les socialistes majoritaires allemands ne peuvent pas obliger leur gouvernement à le libérer, que peuvent-ils pour empêcher ce même gouvernement de faire sa politique générale impérialiste ?

  8. Il est bien entendu que la IIe Internationale étant morte comme l’ont constaté les Russes dans les discussions sur la réunion de Stockholm, il faut que les nations qui se réunissent aient les mêmes principes ; que l’internationale ne soit pas une pure administration de gens cotisants ensemble, mais que tous parlent le même langage et aient la même pensée sur les points essentiels. Nous ne voulons donc pas nous contenter de formules vagues, mais il nous faut des précisions et des actes.

  • 349 Cristu Rakovsky (1873-1942) était le chef du parti socialiste roumain dont il fut l’un des fondateu (...)

930Thomas nous annonce qu’au 1er mai, les soldats russes ont été délivrer Rakovsky349 qui était en prison à Jassy. Ils ont dit aux Roumains : nous ne marchons plus si vous ne chassez pas votre roi.

931Il nous annonce ainsi que les quatre ministres alliés à Stockholm ont écrit à leurs gouvernements qu’il serait bon que les socialistes français et anglais allassent à la conférence de Stockholm.

932Il nous montre que malgré lui, et sans qu’il ait assez protesté, les puissances de l’Entente ont fait une politique imbécile de partage de l’Asie Mineure, que toute cette politique secrète, d’impérialisme, il faut la réviser ; qu’elle n’a pas encore une grande importance, car l’Entente n’est pas militairement assez forte pour les mettre à exécution, mais qu’il faudra évidemment éliminer tous ces ferments d’impérialisme dans notre politique extérieure. Lui, ici, a trouvé encore des choses de ce genre ; mais par ces télégrammes à Ribot qui déjà fait ses réserves contre sa politique, il a pris position nettement contre Milioukov et sa politique doctrinaire, et pour la politique extérieure la plus démocratique possible.

  • 350 Cette participation fut acquise le 28 avril, après la démission du ministre de la Guerre Goutchkov (...)

933À une forte majorité, le Soviet vote la participation au gouvernement 44-19350.

934Thomas a été acclamé par les soldats. Il se confirme que le gouvernement allemand refuse les passeports aux minoritaires allemands.

935Nous revenons en France avec l’idée ferme que l’armée n’est pas assez démocratiquement organisée, qu’il faut que les soldats participent à la direction de l’administration du régiment ; qu’ils aient leur mot à dire sur le choix des chefs, qu’il faut leur parler nettement, ouvertement, comme nous l’avons fait aux soldats russes ; si dans la Russie, il y a des dangers à cette démocratisation de l’armée, ici, en France, c’est moins grave parce que les soldats sont intelligents.

936Que de personnes en Russie m’ont demandé : quand est-ce que les Japonais arrivent ?

937Les Polonais qui sont 700 000 en état de porter les armes en Russie ont fait une légion qui ne comprend que quelques milliers d’hommes. Ils comptent sur les Franco-Anglais et les Américains pour leur donner une Pologne libre. Pour eux, ils ne font pas, ils ne feront pas d’effort. De plus, les grands Polonais qui ont en Russie d’immenses propriétés font des vœux pour que l’Allemagne impériale soit victorieuse afin de les mettre à l’abri des menaces révolutionnaires contre le partage des terres.

938Le peuple russe est aujourd’hui tout entier à l’armée et dans les grandes villes, les paysans comme les ouvriers. On y fait des meetings tous les jours, jour et nuit. Ils n’entendent parler que socialiste. Les socialistes parlent leur langage, représentent leurs idées de paix, de partages de terres nobles, de lutte contre le capitalisme. Le fait que 15 millions d’hommes venus de toute la Russie la plus lointaine soient réunis et reçoivent cette propagande crée pour la Russie des conditions uniques pour l’établissement de la république sociale. C’est un fait

939Mais lorsque la Constituante aura réglé la question agraire, il est possible qu’il se constitue une classe de propriétaires ruraux qui tiendront à la conservation sociale. Mais pour le début de la république, si elle est victorieuse, il y aura un développement énorme du socialisme. Le régime tsariste n’a rien laissé.

940Lorsque le tsar reçut le 15 février le comte Wieloposki, président du Comité national de la Pologne, il lui dit : « La Russie n’a pas encore réalisé les devoirs créés par la guerre ; la possession de Constantinople et des détroits, ainsi que la création de la libre Pologne, composée de ses trois parties jusqu’à présent séparées. » Tels étaient les buts de guerre de la Russie tsariste. Quels sont ceux de la Russie révolutionnaire ?

941La Russie n’a pas de censure (liberté absolue d’écrire et de parler), pas de police, il n’y a pas de crimes ni d’attentats. Et jamais de manifestations plus nombreuses, plus ordonnées ne se produisent nulle part au monde (1er Mai, funérailles des révolutionnaires). La Russie n’a plus aucune monnaie. Elle en est au papier-monnaie.

942La Russie ne boit plus de vin, ni alcool, ni bière, mais de l’eau et du

943kwas.

Mardi 15 mai 1917

  • 351 N.I. Peredzitch, militant social-démocrate, de tendance menchevik, était délégué de la section mili (...)

944T. 3. 11 h. Visite au Comité exécutif (section des Affaires étrangères) avec Thomas, De Brouckère et les Anglais. C’est le camarade Peredzitch351 qui nous reçoit, Antonov assiste avec un camarade soldat. Il nous dit : ce sera seulement une conversation.

945La commission qui doit régler la conférence n’est pas encore nommée, mais tous les peuples qui acceptent l’appel du Soviet du 24 sont invités. Mais les conditions fermes doivent être posées par la commission du Soviet.

  • 352 Cet appel, paru dans les Izvestias, appelait à une conférence socialiste internationale toutes les (...)

946Le principe reste que l’appel de la conférence reste sur le terrain de l’appel du 14 par le Soviet352. C’était là l’opinion d’une partie du Comité exécutif. Il s’agit d’une nouvelle conférence internationale qui demandera à toutes les conférences réunies en ce moment, ou en préparation, de se considérer comme préliminaires à une conférence Générale. Le camarade Dobrevitzky pense qu’il faut seulement nous écouter et prendre nos vœux en considération. On nous lit l’appel fait par le Soviet à tous les peuples du monde.

947« Le Soviet a décidé de convoquer une conférence internationale de toutes les fractions socialistes de tous les pays quelles que soient les divergences de vues pendant la guerre. Aucune fraction du prolétariat ne doit s’abstenir de participer à la lutte commune pour la paix qui est placée à l’ordre du jour par la révolution russe. Nous sommes convaincus que tous viendront. »

948Un autre paragraphe du même appel dit : nous voulons la paix acceptable pour tous les ouvriers, qui ne soit ni de conquête, ni d’annexion, qui veulent la liberté des peuples entre le choix de leur gouvernement et la ruine de l’impérialisme. C’est la plate-forme. Alors Thomas dit : vous adressez cette convocation à toutes les fractions socialistes, mais : est-il entendu que seuls viendront à la conférence, ceux qui acceptent la plate-forme ? Réponse : sans doute la question n’est pas tranchée, mais d’après lui, la plate-forme est définie et seuls pourront être appelés à la conférence, ceux-là.

949Thomas. Mais alors, il faut qu’il n’y ait pas d’équivoque. Il faut éclaircir les mots : ni annexions, ni contributions sans cela nous ne pourrons pas y aller.

950L’Alsace-Lorraine n’est pas une annexion. Voilà ce que j’ai dit. Et si vous n’êtes pas de mon avis, nous n’irons pas. Or, il y a dans le Soviet des camarades qui ne sont pas de son avis.

951De Brouckère dit : je suis aussi de l’avis de Thomas et Sanders dit la même chose.

952Thomas. Nous ne voulons pas que votre conférence diminue la force combative de l’Entente. Si vous nous proposez de venir affirmer nos buts communs de guerre, nous l’acceptons.

953Sanders ajoute quelques mots de confirmation et dit : nous aurons de grandes difficultés à obtenir que nous participions à Stockholm.

954Thomas dit : est-ce que votre conférence est suggérée par Borgbjerg comme il le dit dans les journaux ? Car alors, nous n’accepterons pas de tomber dans un piège allemand, dans une intrigue allemande.

955La plate-forme doit être acceptée comme base de discussions dit Sanders. Or, Thomas a dit : seuls seront admis ceux qui auront au préalable admis la base de discussion. Les Anglais et les Français disent : il faut être clair (annexions, contributions, restitutions, réparations), mais les Anglais ne disent pas si ; on peut y entrer sans admettre la plate-forme. Or, dit Thomas, on pourra discuter la plate-forme, mais au préalable, les Anglais sont de notre avis. Les Anglais croient comme nous qu’il faut d’abord admettre l’ultimatum pour la rentrée à la conférence. Sanders : les Anglais ne viendront pas à la conférence si les points de vue de Thomas et du Soviet ne sont pas acceptés. Si la formule signifie le statu quo ante bellum, les Anglais n’iront pas. Mais, dit le Russe, la phrase : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes signifie que nous n’admettons pas le statu quo ante bellum.

956Thomas : nous demandons comme garantie, la clarté ; les socialistes allemands ne peuvent pas dire : je donne le droit aux peuples de disposer d’eux-mêmes s’ils écartent la question d’Alsace-Lorraine.

957Le Russe répond : sous cette formule « droit des peuples », il faut entendre que chaque nation dont le droit est contestable doit être consultée. Oui, dit Thomas, mais quand vous demandez aux Allemands de venir, il faut que déjà au préalable, ils aient reconnu avec le Soviet que le peuple alsacien-lorrain doit avoir le droit de disposer de lui-même et la question d’Alsace-Lorraine est ouverte. Le Russe répond : le Soviet ne peut pas, préalablement à la conférence, entrer dans le détail. Ce qu’il peut faire, c’est définir avec précision les expressions, pour les applications ; si les Allemands refusent de causer de l’Alsace à la conférence, alors la conférence ne pourra pas continuer. Car, si nous devons parler avant de l’Alsace-Lorraine, il faut aussi parler d’autres questions analogues. Thomas dit : mais si on doit s’en aller, il vaut mieux ne pas y aller. A ce moment, Steklov rentre : il dit : j’ai voté contre la participation, mais si on m’offre un portefeuille, j’accepte par discipline.

958Thomas : vous convoquez qui ? Sont-ce toutes les fractions anciennes de l’internationale ; ou bien celles qui acceptent vos principes ? Steklov dit :

959Blancs Russes socialistes Polonais Arméniens Géorgiens. Ils viennent de se constituer en partis ; ils demandent à venir. Nous disons non.

960Steklov : y a-t-il une plate-forme ? Le Soviet disait, sont convoqués les partis qui admettent nos principes. Alors, comme Plekhanov ne peut accepter ces principes, nous avons supprimé la phrase. Nous ne nous intéressons pas aux majoritaires allemands, mais aux majoritaires français et anglais et russes. Aujourd’hui, notre appel dit : libre consultation des peuples. Thomas répond : oui, mais vous ne faites pas de cela une condition d’entrée au congrès.

961Steklov répond : un parti qui n’adhère pas à notre formule ne peut pas venir à notre conférence s’il n’adhère pas par la raison et le cœur. Il y aura des conférences préliminaires où seront discutées ces questions. Si la formule n’est pas admise, ils sont exclus, si Scheidemann refuse, il est exclu.

962Thomas. Seuls viendront ceux qui admettent ces principes. Et il y aura des résolutions écrites, mais quand nous allons recevoir notre invitation, nous sommes payés pour savoir que certaines formules cachent des choses différentes. Je le dis : que signifie : « pas d’annexion ! » (pour l’Alsace-Lorraine).

  • 353 Pour le Soviet, comme l’écrivait Ceretelli, « la demande du droit de disposer d’elle-même pour l’Al (...)

963Steklov : si vous n’acceptez pas de consulter l’Alsace-Lorraine, vous annexez353. Nous sommes un peuple trop jeune pour donner des leçons à l’internationale, nous ne pouvons que donner notre avis modeste. Soit, la Pologne, la question est très grave pour nous autant que 1’Alsace-Lorraine. Nous disons : toutes les trois parties de la Pologne doivent être consultées et obéies... Les Allemands, les Autrichiens, les Russes sont obligés d’admettre cela. Et le parti ou la fraction qui refuse avant cela, n’est pas admis s’il a dit avant son avis et pendant la conférence, s’il parle pendant la conférence, il sera exclu.

964De Brouckère. Et la Belgique ?

965Steklov. Cela va de soi.

966Moutet. Admettrez-vous l’entrée des gens qui n’admettront pas que certaines questions (Alsace-Lorraine) soient ouvertes ?

967Steklov. Même, il faut que les Allemands évacuent les territoires et pour cela que les socialistes allemands évacuent des provinces occupées avant de parler de paix entre gouvernements.

968Je pose la question Borgbjerg.

969Steklov répond :

970Borgbjerg est venu et voici son exposé. Il a dit : je connais les buts de guerre des majoritaires allemands.

971Je ne sais pas pour la Pologne ce qu’ils pensent.

972Pour l’Alsace-Lorraine, les majoritaires disent : on rendra les communes françaises et on examinera les autres communes.

973Nous lui avons répondu : ce n’est pas cela dit Steklov, le point de vue est qu’il faut consulter les peuples.

974Si vous allez voir Scheidemann, dites-leur notre opinion.

975Puis dites-leur : quel est leur moyen de pression ? Quant à nous sur le gouvernement allemand des socialistes.

976Borgbjerg dit : la gauche Haase fera plus de pression. Quant à nous, nous savons qu’il ne suffit pas d’avoir une affirmation de Scheidemann.

977Thomas nous dit : Steklov a dit que Borgbjerg est venu comme représentant des Scandinaves qui nous invitent à la conférence. Alors, c’est qu’il ne vous a pas dit ce qu’il m’a dit à Happaranda. Je vais en Russie pour apporter les conditions de paix des majoritaires allemands. J’ai à Copenhague, Scheidemann, etc., venus officiellement me dire les conditions des majoritaires allemands.

978Steklov répond : je n’ai pas entendu Borgbjerg dire qu’ils ont mandat des Allemands. Si Borgbjerg a voulu faire comprendre que c’est à la suite de sa visite qu’il a eu influence sur nous, c’est une erreur grave et ridicule. Il n’a eu aucune influence sur nous. Il a été reçu avec méfiance. Si quelques questions piquantes lui ont été posées, ce n’était que par les bolcheviks. Mais pour Borgbjerg, c’était tout le comté qui était évidemment contre lui.

979Borgbjerg a dit : j’ai vu Thomas, mais je ne peux dire ce qu’il m’a dit. Oui, dit Thomas, j’ai parlé à Borgbjerg avec colère. Steklov a dit à Borgbjerg : vous nous parlez des conditions de paix des Allemands majoritaires. Mais à votre avis, pouvons-nous rendre publiques leurs déclarations ? Oui, dit Borgbjerg. Nous l’avons fait et Borgbjerg a nié ensuite notre publication. Il nous avait dit d’ailleurs que la seule publication de la plate-forme de la majorité allemande éveillerait le scandale en Allemagne, mais que cela lui était égal.

980Moutet dit Votre plate-forme doit être acceptée par la conférence. Il faut clairement définir vos formules et dire : voilà les questions que nous considérons comme ouvertes, et quelles sont les questions sans la solution desquelles il n’y a pas de paix.

981Steklov :

982Évacuation des provinces occupées. Restitution, Belgique, Serbie, Luxembourg, Pologne, Alsace-Lorraine. Danois, c’est le référendum et nous le demandons aussi aux Anglais :

983les Allemands de la Courlande, Ukrainiens, Autrichiens, Italiens.

984Pour tous ces peuples, même référendum.

  • 354 A. Thomas explicita tous ces points dans un important discours devant le Comité exécutif du Soviet (...)

985Thomas. Nous avons échangé nos vues avant le Soviet. Nous disons clairement comment le problème se pose : conférence socialiste internationale convoquée par les Russes. L’invitation est adressée aux fractions internationales. La condition de l’adhésion à la plate-forme, c’est que ceux qui n’adhèrent pas sont exclus. Et puis, nous demandons que les formules de la plate-forme soient bien claires, éclaircies par des conférences préliminaires. Il faudra donc une explication russe. Malgré nos difficultés en France, nous pouvons utilement discuter et chercher la possibilité d’action commune354.

986De Brouckère dit :

  • 355 Il s’agit, semble-t-il, de N. Dobranitsky, délégué soldat du Soviet de Petrograd, qui joua un rôle (...)

987Vous dites, Steklov, que nous nous sommes opposés à la conférence internationale. Non. Nous refusons de nous rencontrer avec des socialistes qui n’admettent pas notre programme et le vôtre. Puisque vous établissez des barrières pour la rentrée, si dans la salle il n’y a que des socialistes admettant nos points de vue ; nous en serons enchantés. O’Grady précise pour l’Irlande, problème posé par Steklov. En résumé, Steklov, Dobranitsky355, Peredzitch nous ont reçu au nom du Comité, non pas avec mandat de trancher les questions, mais de préparer en déblayant le terrain, la réunion du Soviet de 4 h.

9881°) Au sujet de la mission Borgbjerg, ils déclarent qu’il n’a jamais dit qu’il venait au nom du socialisme majoritaire allemand, mais au nom des socialistes Scandinaves ? Incidemment, il a dit qu’il connaissait les buts de guerre des socialistes majoritaires allemands et les a énoncés. Il a demandé qu’on ne les considère pas comme définitifs. Le Soviet les a rendus publics pour obliger les Allemands à prendre attitude vis-à-vis de leur gouvernement.

989L’unanimité du Soviet a reçu Borgbjerg avec méfiance et lui a posé les questions les plus « piquantes » selon l’expression de Steklov. La froideur a été générale et Steklov ajoute, seule une petite minorité du Soviet a eu cette même attitude vis-à-vis des trois Anglais et des trois Français que vous êtes. Tandis que tout le Soviet était d’accord pour avoir une attitude très nette vis-à-vis de Borgbjerg.

990La note des journaux publiée par Borgbjerg est entièrement fausse et ridicule.

9912°) Il y aura des conférences préliminaires à la conférence de Stockholm. On n’a pas dit de quelle nature. On formulera des conditions de rentrée au congrès. L’essentiel sera : chaque peuple devra disposer librement de lui-même. Comment se formuleront ces conditions ? Sera-ce dans un questionnaire écrit ? Qui le fera ? Ou sera-ce par l’envoi de délégués russes partout ? La deuxième question sera : les socialistes qui acceptent ce principe doivent le dire publiquement en précisant les données concrètes du problème (Alsace-Lorraine – Pologne, etc.). En outre, ils doivent déclarer la guerre à leur gouvernement, s’ils refusent de l’accepter. Ils doivent donner ces gages avant d’entrer à la conférence. Tous ces pourparlers préliminaires peuvent prendre beaucoup de temps. En attendant que fera l’armée russe ? Êtes-vous disposés à lui envoyer non seulement des proclamations, mais des propagandistes pour lui réclamer l’action nécessaire et immédiate ?

992Nous voyons Paléologue qui nous dit que les événements ne sont pas très améliorés par le fait de l’union du Soviet et du gouvernement provisoire, que le mal est beaucoup plus profond et plus grave.

993On reproche au Soviet ne s’être jamais laissé photographier par peur.

994Les voleurs de droit commun à Rostov ont demandé au chef de la milice de fêter le 1er Mai et de leur donner le moyen de s’amender. Oui, dit le chef, mais il ne doit plus y avoir de vols à Rostov-sur-le-Don. « Les voleurs de la ville de Rostov », telle était leur inscription sur drapeau rouge. On a volé 6 roubles à un paysan. Ils se sont cotisés et ont rendu les 6 roubles.

995À Odessa, les voleurs se sont réunis sous la présidence d’un forçat. On a acclamé la révolution, puis on est tranquillement rentré dans sa prison. Ils ont acclamé la révolution et juré de s’amender. Le régime de la prison est un régime autonome. Ils achètent leurs provisions et organisent tout dans la prison.

996Thomas nous annonce que la réponse du gouvernement français à Milioukov a été reçue et qu’elle ressemble à celle du gouvernement anglais. Milioukov en est content. Elle sert sa politique intérieure. Il va la publier, et c’est pour nous une faute politique.

  • 356 A.M. Kollontai (1872-1939) était une militante socialiste russe, connue dans le mouvement socialist (...)

997Mme Kollontaï356 est présente à notre réunion du Soviet. Elle est l’amie de Lénine et nous demande qu’au moins, nous ne continuions pas la guerre. On disait que c’était une beauté impressionnante. Cette affirmation me semble au moins exagérée.

  • 357 Avocat, homme politique et journaliste, V.A. Maklakov (1870-1957) représenta l’aile droite des K-D (...)

998À 9 h 30, réunion chez Soldatemkov où nous trouvons Maklakov357 qui doit être ambassadeur à Paris. À 4 h réunion du Soviet Nous arrivons exacts ; mais les députés, très occupés par la crise ministérielle et par leurs questions intérieures n’arrivent qu’avec quelque retard. Le spectacle de la salle où nous sommes reçus. Les socialistes russes de nos groupes parisiens, les femmes, les soldats, sur la table, des gobelets de thé, des pommes, le samovar, la charcuterie – des matelots. Les délégués sont tous jeunes, très jeunes. Un appel a paru dans le journal des députés ouvriers et soldats. Il est excellent.

999À 4 h 30, Steklov et les camarades viennent nous dire. Excusez-nous. Impossible d’être reçus en ce moment, car notre bureau est en pourparlers avec les ministres pour notre participation. Veuillez revenir à minuit, nous aurons une réunion de nuit.

1000Entendu ! Nous repartons pour l’ambassade dans l’auto de Thomas, et là Thomas reçoit l’avis du gouvernement le priant d’aller cher Lvov à cause de la crise : on a besoin de ses conseils. Nous devons le revoir à l’ambassade. Et ce passage de la Douma au quai des Français, ce contraste entre le palais superbe et la Douma sans-culotte, fait naître en Moutet les réflexions les plus pittoresques sur le temps curieux et les événements extraordinaires que nous voyons ici. Pour l’instant nous pensons que les événements s’arrangent. Et quelques socialistes rentrent au gouvernement, s’ils font immédiatement un appel à l’armée, s’ils se révoltent à l’offensive la plus immédiate possible, tout peut être encore réparé. C’est ce que permet d’espérer la note du CDOS de ce matin. Notre action aura donc été ici dirigée dans le sens juste. Nous avons eu affaire au Soviet, non au gouvernement provisoire. C’était la bonne tactique puisque le Soviet devient le gouvernement. C’est ce gouvernement que nous convoquons à Stockholm. Nous lui répondons : oui, à condition que toutes les précautions soient prises et les conditions remplies, à savoir : il faut que les socialistes majoritaires allemands déclarent de façon précise et claires qu’ils luttent pour la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, qu’ils déclarent la guerre à leur gouvernement impérial, bref qu’ils en reviennent au socialisme qu’ils ont abandonné.

  • 358 Jusqu’en 1918 secrétaire général de la SFIO, Louis Dubreuilh (1862-1924). fut, durant la guerre, un (...)
  • 359 Pierre Renaudel (1871-1935), leader des majoritaires socialistes et directeur de L’Humanité.

1001C’est ce que nous avons toujours affirmé et aujourd’hui, la révolution russe nous donne raison et vient à notre tactique française. Et par sa participation ministérielle, elle nous donne encore plus raison. Il y a eu à l’ambassade un incident Ch. Dumas. Il a télégraphié à Guesde et Dubreuilh358 et Renaudel359 que le Conseil des députés du Soviet avait songé à causer avec les socialistes majoritaires allemands. Et il crie au scandale. Le ministère des Affaires étrangères ne comprend pas son télégramme et pense qu’il s’agit des députés français. Il envoie une dépêche alarmée à Thomas, sans s’apercevoir de la bévue. Puis, Dumas envoie un autre télégramme atténuant ses affirmations de la veille, et rectifiant certaines exagérations. Tout cela sans en référer ni en causer jamais à Thomas qui en est naturellement furieux.

1002Charles de Chambrun me prie d’embrasser son frère pour lui. Il me dit qu’il n’a vu venir de la Russie pour nous depuis trois ans que déceptions.

  • 360 S.D. Sadzonov (1861-1927) fut ministre des Affaires étrangères en 1910- 1916. À cause de la démissi (...)

1003La révolution qui pouvait être conduite à la Danton n’a donné jusqu’à présent que le gâchis. Mais malgré tout, il ne perd pas espoir ; les choses peuvent encore s’arranger. Il vient de voir Sadzonov360, qui est l’ami de Milioukov et que Milioukov envoie à Londres comme ambassadeur. Mais si Milioukov ne reste pas aux Affaires étrangères, il est possible que Sadzonov n’aille pas à Londres, car il représente exactement la politique de son ami, qui était à la Douma son répondant chez les Cadets.

1004Thomas nous fait lire à 6 h ses télégrammes à Ribot.

1005Paléologue a écrit qu’il faut lâcher la Russie et faire une paix séparée pour nous, partager l’Asie Mineure pour nous et ne rien donner à la Russie.

1006Thomas dit : ce télégramme sera le dernier de Paléologue. Je suis dans l’intimité de Kerensky et Milioukov. Si le gouvernement russe propose qu’on change la note, ne vous effrayez pas. Ce sera du Wilson. Nous pouvons avoir du patriotisme révolutionnaire ici, mais il ne faut pas l’empêcher de se produire par une politique imprudente. La lutte est entre Kerensky et Milioukov.

1007Kerensky veut une conférence nouvelle sur les buts de guerre : la discussion continue (30 avril) ; on peut envoyer une note diplomatique de révision non brutale, mais prudente, des Russes. C’est l’avis de Lvov. Milioukov reste très doctrinaire.

10081er mai : l’accord semble fait entre Milioukov et Kerensky.

10093 mai : la crise reprend. Kerensky et le Comité des ouvriers et soldats protestent contre Milioukov. Il y a une crise énorme chez les socialistes.

1010Anarchie spontanée, mais avec des éléments d’organisation latente qu’il faut mettre en jeu.

1011Milioukov veut résister contre le Comité des ouvriers et soldats. Il espère trouver des appuis en France et en Angleterre contre les ouvriers. Il ne faut pas s’opposer au mouvement socialiste. Il faut le diriger vers la guerre. Paléologue envoie le 20 avril son télégramme à Ribot. Dois-je continuer à vous renseigner ? Thomas répond : ça doit finir tout de suite. Il ne doit pas entrer en relation avec vous.

  • 361 Le 22 avril/4 mai, parut une « Note explicative » rédigée par le gouvernement en accord avec le Sov (...)

1012Grande manifestation contre Milioukov le 4 mai. Alors, une note rectificative paraît : on dit c’est un malentendu361. Le gouvernement cède aux ouvriers.

  • 362 Il s’agit sans doute du télégramme d’A. Thomas à Ribot du 7 mai 1917, mentionné en note du Journal (...)

1013Le 7 mai, télégramme de Thomas, central362. Milioukov croit à Constantinople ; pour les révolutionnaires, c’est là le centre de lutte contre lui. Or, ils sont forts. Milioukov est aussi dangereux par son obstination que Lénine pour la république. Pour moi, il faut faire un appel à la démocratie à l’opinion, dire que nos buts sont des buts de guerre et de liberté, dire que nous suivons Wilson ; marquer par une formule sur les garanties qu’il faut la démocratie dans le monde, seule une politique démocratique peut empêcher les intrigues et créer en Russie l’esprit de guerre.

1014À nouveau, Paléologue recommence à parler noir ; et à dire qu’il faut rompre avec la Russie et négocier avec la Turquie. Thomas répond : non, tout n’est pas perdu ici ; il est possible de ramener la Russie à la guerre par la politique démocratique ; c’est prudent et conforme avec les faits.

1015Réunion de minuit au Soviet. Il y a 70 membres présents. Steklov salue De Brouckère.

1016Si vous faites faire par vos gouvernements les déclarations démocratiques de buts de guerre, il y aura chez nous enthousiasme dans l’armée, guerrier.

  • 363 Le discours de Moutet devant le Soviet de Petrograd est reproduit dans les CMRS, t. XIV, nos l-2, p (...)

1017Moutet. La révolution russe a produit chez nous un enthousiasme prodigieux363. Nous avons essayé avec vous de chercher les conditions de la paix prochaine et durable. Il n’y a pas entre nous de différences notables.

1018Nous pouvons agir sur notre opinion publique. Depuis, nous avons été voir l’armée : notre impression c’est qu’il y a une inactivité complète quand chez nous, nos soldats tombaient par milliers. Il faut parler avec netteté. Si nous étions rentrés en France après la visite du front, nous serions partis désespérés. Nous n’aurions pas su que dire à notre pays. Plus nous avons le désir d’agir en ce qui concerne les buts de guerre, plus il faut que nous répondions aux préoccupations de notre pays pour savoir si la Russie remplit vis-à-vis de nous ses devoirs de nation alliée. En ce moment, nous lisons notre presse, nous voyons que notre situation allait devenir difficile. Quand nous avons quitté la France, la réaction était atterrée ; en ce moment, la presse réactionnaire commence un mouvement contre la révolution russe en excitant les susceptibilités nationales, en disant que la révolution russe avait empiré la situation de la France. Le front russe a été dégarni ; notre peuple souffre, on peut l’exciter contre vous. Je dois vous dire cela pour vous montrer combien le sort de toutes les démocraties est lié. S’il y avait échec de la révolution russe, s’il y avait défaillance, elle se retournerait contre nous et c’est chez nous la réaction. Pour la combativité, il faut que nous apportions des affirmations nettes. Des centaines de mille hommes ne combattent pas. Combien de temps va durer cette réorganisation ? Le temps passe. À quel moment l’armée russe va-t-elle être utilisée ?

1019Les députés-soldats qui nous accompagnaient nous ont dit : nous avons deux buts : il faut que nous ne fassions pas une guerre impérialiste. Mais d’un autre côté, si les espérances fondées sur l’action pacifique échouent, les Russes disaient-ils, feront la guerre. Or, je me demande si en attendant qu’aboutissent les pourparlers engagés pour une action internationale, est-ce que vous, Comité des soldats et ouvriers de Petrograd, qui avez la véritable autorité ici et êtes le vrai gouvernement, pensez-vous que jusqu’au moment où arrivera Stockholm, votre armée restera comme cela ? Quand jugerez-vous possible d’apporter votre concours aux Alliés ? Vous nous demandez d’exercer une action chez nous pour notre action internationale, plus nous sommes disposés à agir, il faut que nous soyons en état de rassurer notre pays. Il faut que nous ayons la paix, mais ce n’est pas la paix à tout prix ; on ne peut arrêter l’action militaire.

1020Et nous pensons que si nous avons été rassurés dans une certaine mesure par votre manifeste, nous pensons que pour donner à notre armée l’esprit offensif, il ne suffit pas de paroles. Il faut une action, une organisation, une propagande constante dans le sens que vous avez indiqué. Nous vous demandons de nous répondre.

1021Un bolchevik répond à Moutet. Il y a en France les fusillades des soldats russes, les emprisonnements, l’exil de nos camarades russes. La France pratique la politique tsariste ; vos journaux calomnient la révolution russe. Ribot a fait les louanges du tsar. Vous avez la censure. Nous ne voulons pas vous imiter. Le président s’excuse des paroles du bolchevik. Deux autres camarades parlent en réponse à Moutet qui, disent-ils, a dressé un réquisitoire. Non, répond Moutet, j’ai appelé votre attention sur la situation sérieuse et grave d’aujourd’hui car aujourd’hui dans l’internationale, il y a tout de même des situations nationales. Vous devez nous faciliter notre tâche dans un intérêt commun. Nous parlons de pays à pays. La désorganisation de l’armée est bien en effet le résultat de l’ancien régime. Vous avez eu raison de faire la révolution. La réorganisation ne peut se faire vite. Je le sais. Mais n’oublions pas que sans parler d’un point de vue nationaliste, je dois vous faire remarquer que la guerre ne s’arrête pas sur notre front. Il n’est pas en notre pouvoir de l’arrêter. Pendant la réorganisation russe, le sang français coule ; plus la réorganisation dure, plus longtemps coule notre sang. La réaction française aura prise sur notre peuple. Nous qui avons vu, nous serons obligés de le dire. Il faut que nous puissions l’expliquer en nous servant des arguments réactionnaires contre lesquels je pourrai fournir les réponses des camarades. Mais cela ne durera pas toujours.

1022De Brouckère parle :

  • 364 L’Internationale socialiste avait tenu un congrès extraordinaire à Bâle les 24 et 25 novembre 1912  (...)

1023J’étais en pensée à Bâle364. Mais je connais les décisions de Bâle. Bâle nous a imposé trois devoirs : 1°) Résister aux tentatives de conquêtes des nations, 2°) Résister à la conquête étrangère, 3°) Rétablir la paix le plus tôt possible quand la guerre a été déchaînée. Jamais, depuis trente ans, je n’ai eu une aussi claire conscience de mon devoir socialiste qu’aujourd’hui.

1024La Belgique attaquée s’est défendue. C’était un devoir social et humain. Nous voyons arriver chez nous le tyran étranger. Ne pas résister aurait été lâche. Nous avons fermé au Kaiser la porte de la France. On nous dit : il faut rétablir la paix. Soit pour une paix juste et de droit. Sans doute, dans l’esprit des dirigeants occidentaux, il y a des idées impérialistes. Mais nous luttons contre ces tendances ; nous les avons vaincues en Belgique. Nous continuerons plus nettement encore après la révolution russe ; la révolution russe va réviser la guerre. Nous sommes prêts à travailler avec vous pour cette besogne, réellement et utilement ; votre formule, nous voulons, avec vous, l’étudier et la préciser et nous aurons conduit alors la guerre à son résultat heureux et nous vous aurons aidés à trouver à la révolution russe un terrain d’entente avec les démocraties de partout. Le devoir de la révolution russe est comme celui de toutes les révolutions d’avant, celui de se débarrasser de la tyrannie étrangère.

1025Un officier répond à Moutet : la désorganisation de l’armée est le lit du tsarisme. Nous voyons le danger. Une victoire de l’Allemagne sur vous peut-être le signal de notre perte. Nous voulons faire le possible pour rendre à notre armée sa force. Dans les conditions actuelles, tout peuple aurait été comme nous envahi de cette soif de paix. Pour relever la qualité de notre armée, la condition indispensable est qu’elle sache qu’elle ne lutte que pour la paix.

1026Pressez sur votre gouvernement. C’est de vous que dépend le sort de notre armée. 1°) Participez à Stockholm. Il y a influence déprimante du fait du refus de la majorité française. Elle est interprétée comme un acte d’impérialisme. Si nous pouvions dire le contraire, l’influence serait excellente.

1027Un soldat : il est arrivé que dans le recul de l’armée russe, nos réactionnaires ont [sic] reproché à la France de ne pas l’aider, maintenant, c’est le contraire. Aujourd’hui, il y a désorganisation, mais on ne peut pas l’imputer exclusivement au fait que notre armée ne connaît pas les buts de guerre. Mais, nous, socialistes russes qui n’avons jamais employé le langage qui appelle les peuples au combat, nous sommes dans une situation tragique. Pour que nous jouions le rôle, il faut des conditions nouvelles. La révolution n’admet pas les situations fausses. Pour soulever l’armée, il faut lui donner la possibilité de croire qu’elle lutte pour la paix. Purifiez les buts de guerre. Nous n’attendons pas Stockholm pour agir, mais hâtez-vous de préciser vos buts de guerre.

1028Steklov répond à Sanders comme ce matin, que la révolution russe ne sert pas les desseins de la majorité allemande, qu’elle n’a de sympathies que pour la majorité, qu’elle ne veut obéir, ni aux suggestions de Troelstra, ni à celles de Borgbjerg.

1029Thomas prend acte des paroles de Steklov. Il a semblé un peu choqué de nos idées sur l’initiative de la convocation de Stockholm. Mais on avait tellement répandu d’idées fausses sur cette initiative qu’il fallait rectifier. Nous avons grand désir de trouver un terrain d’action commune pour savoir les origines des conférences où nous pouvons nous réunir. Il y a eu de nombreuses tentatives allemandes près du BSI parce que nous ne voulions pas confondre notre initiative qui veut des buts démocratiques et ceux qui cherchaient dans une intrigue de paix le moyen de faire une paix impérialiste. Nous ne confondons pas les deux initiatives, nous voulons chercher comment aboutir avec vous. Après les déclarations de Moutet et celles des deux camarades soldats du Soviet, je vous dis nos difficultés.

1030Moutet vous dit : nous ne pouvons pas mener efficacement la propagande de la paix pour un but démocratique si nous ne donnons pas la garantie qu’il y a une guerre sur le front russe. Et d’autre part, car nous comprenons votre point de vue. Vous dites : il n’est possible pour le Soviet d’appeler le peuple russe à la guerre que s’il a la garantie qu’il n’y a pas de conquêtes en vue.

1031Nous serions dans un cercle vicieux si nous ne vous faisions pas confiance. Faites-nous confiance. Ne croyez pas que nous sommes impérialistes. Sans attendre les réaffirmations, dites au peuple russe qu’il mène sa guerre pour la liberté. Et nous, malgré les bruits pessimistes, nous disons au Soviet que nous faisons confiance à la démocratie russe pour ses buts de guerre et sa guerre. Dans les recherches de la modalité de la conférence, nous pourrons nous entendre. Nous avons refusé d’aller aux conférences tant que nous y redoutions une intrigue de paix. Puisque la nouvelle proposition vient de vous, notre position peut être ébranlée. Mais il faut que les conditions soient fermes et claires.

1032Le danger, c’est que si nous allions à Stockholm sur des formules équivoques, nous risquerions d’avoir telle ou telle résolution qui détruirait l’espérance de certains peuples à vivre libres. Nous sommes reconnaissants aux révolutionnaires russes d’avoir posé des principes. Vous ne convoquerez pas automatiquement et bureaucratiquement les socialistes, mais on leur demandera l’adhésion aux principes inscrits dans votre déclaration. Là encore, pas d’équivoques. Alsace-Lorraine. Quelqu’un m’a dit ici : c’est une annexion. Nous voulons donc que sur ce point et d’autres, il y ait des précisions. Skobelev disait : il y aura des conférences préliminaires ; des délégués russes vont aller en Europe ; la conférence aura lieu en toute clarté. Dans ces conditions, la conclusion, c’est que la conversation continue tout de suite avec De Brouckère, Huysmans, Vandervelde et moi et qu’ainsi, nous n’attendions pas la conférence où un jour nous apporterons nos points de vue opposés, mais que dès maintenant, nous passions à travers tous les pays, la propagande pour les buts démocratiques de guerre. Alors, chaque parti socialiste sera obligé de prendre sa propre position devant son opinion.

1033Nous vous dirons jusqu’à quelle mesure vous pourrez condamner l’impérialisme. Renaudel l’a fait en septembre 1915. Nous aurons à demander aux majoritaires allemands qui, dans les congrès internationaux nous demandaient de ne pas parler certaines formules par crainte de leur opinion, de prendre position pour les buts démocratiques de guerre et pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Nous conversons, non pour retarder la décision, mais en considérant que c’est le commencement de l’action que nous voulons rapide. Et nous demandons, vu nos sacrifices, que parallèlement et fermement, le Soviet conduise la Russie à la guerre de liberté.

  • 365 Les conditions émises par le Soviet de Petrograd pour participer à la conférence de Stockholm étaie (...)

1034Skobelev dit : il a paru dans les journaux un télégramme que les zimmerwaldiens font un congrès préliminaire365. Nous avons été invités. Nous avons dit : si ce congrès de Zimmerwald est préliminaire à notre conférence, nous enverrons un délégué. Puisque les zimmerwaldiens se sont les premiers révoltés contre l’impérialisme, ce seront les plus énergiques contre lui encore.

1035Moutet : déjà, sur votre conférence de Stockholm, nous jouons la carte de notre pays, mais si vous allez à Zimmerwald, vous troublez tout chez nous. Vous, Soviet, ne pouvez pas envoyer des délégués à Kienthal, car vous savez ce qu’est Kienthal. Vous affaiblissez votre propre conférence. Vous aggravez notre situation inutilement ; songez à vos responsabilités. Le mot de Zimmerwald n’a pas le même sens en France et chez vous. Ici, Kerensky se dit zimmerwaldien. Les décisions de la conférence des zimmerwaldiens et des minorités seront des obstacles à l’union socialiste que nous voulons réaliser.

1036Skobelev : nous allons à Zimmerwald pour essayer de le faire venir à nous. Sinon, nous resterons là en spectateurs.

1037Thomas : mais vous allez chez des gens qui ont une autre plate-forme que vous et vous avez l’air d’être avec eux. Lorsque vous aurez été à Zimmerwald, on vous dénoncera comme zimmerwaldiens... et vous serez discrédités et nous, avec vous.

1038Ceretelli : en raison du développement de la révolution russe, l’esprit de Zimmerwald nous inspire. Dire à la nation russe que nous nous séparons de Zimmerwald, c’est ruiner la révolution.

1039Eh bien, dit Thomas, lorsque nous dirons les Russes sont allés à Zimmerwald, l’opinion socialiste française sera contre vous ; ce n’est pas à cela qu’il faut aboutir. Si nous nous heurtons pour ou contre Zimmerwald, ce sera le néant ; il nous faut une analyse prolongée sur ce point Cet incident de Zimmerwald est énorme. Les Russes du Soviet nous disent tranquillement que c’est là leur idée, que la révolution russe a réalisé Zimmerwald. Il ne faut pas, dit Ceretelli fasse tort à Stockholm. Nous prendrons note de ce qu’a dit Thomas. Quand nous avons voté l’envoi d’un délégué à Zimmerwald, tout le monde a voté pour zimmerwaldiens et antizimmerwaldiens. Ce sera pour nous une occasion : nous envoyons un délégué pour exposer aux minorités notre plan de réorganiser l’internationale pour entraîner ces minorités vers l’internationale. Mais notre délégué ne restera dans la conférence que tant qu’elle sera préparatoire à la conférence générale. Si cette conférence des minorités s’oppose à notre conférence, notre délégué la quittera.

1040Thomas conclut en disant : il faut l’esprit de conciliation et fraternité : tenons-nous-en là pour aujourd’hui. Nous prenons acte de ce que vous avez dit.

1041Nous quittons la Douma à 4 h du matin, après cette séance si étonnante et si vide, et laissons à Thomas le soin de continuer les négociations. Nous trouvons à la sortie le jeune Gambarov qui nous dit qu’il partage entièrement notre point de vue, et qu’il pense qu’on pourra les empêcher d’aller à Zimmerwald. Puis nous arrivons à l’hôtel. Que faire jusqu’à 6 h ? Je vais chez Thomas. Il me lit un télégramme qu’il vient d’envoyer à Wilson, où il lui demande d’écrire aux Russes afin qu’ils fassent la guerre. Lui seul peut leur apparaître assez désintéressé dans la guerre pour avoir crédit. Puis il me dit que le moment ne va pas tarder où il faudra en France mener une politique nettement anti-impérialiste. Le pays nous suivra entièrement et si on n’est plus lié par le portefeuille, la campagne dans le pays sera considérable et aura d’immenses effets. Alors, ajoute Thomas, nous aurons aussi, là-bas, notre ministère socialiste. En attendant, dit-il, je vais prendre ici le gouvernement, car si Kerensky prend la Guerre et Skobelev, la Marine, j’aurai sur eux une grande action.

1042Il est entendu qu’il nous tiendra au courant de ce qui se passe ici, à Stockholm, à Bergen, à Londres. Il me prie de dire à Paris l’effort qu’il fait à Petrograd et je le quitte à 4 h 30.

Mercredi 16 mai 1917

1043Kerensky : que ne suis-je mort il y a deux mois ?

1044La Russie glisse à l’abîme.

1045Goutchkov : mon pays est au bord de l’abîme. Je donne ma démission.

1046Grouzinov, Kornilov donnent leur démission.

1047Le rouble baisse. La livre sterling : 18 roubles.

1048Un dollar : 3, 80 roubles.

1049Les Russes sont intelligents ont bon cœur, manquent de caractère et de volonté et vivent dans le rêve.

1050Le colonel Tessier, de la mission militaire de l’ambassade à Petrograd nous accompagne à la gare. Je lui demande : « Que dire à notre retour en France ? » Dites que la Russie s’abandonne, mais qu’elle peut se ressaisir, que tout n’est pas perdu. Qu’en tout cas, si la Russie se retire de la guerre, l’Amérique y rentre et que par là l’Allemagne est vaincue si nous savons tenir ; et le peuple français peut entendre la vérité. Il faut tout lui dire.

1051Quand Doumergue est venu en Russie, en février, il a encore signé un protocole où il est question de la rive gauche du Rhin.

105210 h du matin. Sadzonov devait prendre notre train pour aller à Londres prendre son poste d’ambassadeur. Sur le quai de la gare, il a reçu un mot de Milioukov : ne partez pas. Il a repris ses valises et est rentré chez lui.

  • 366 Le départ de M. Paléologue fut décidé après que A. Thomas eut reçu du gouvernement français, par un (...)

1053Paléologue366 me dit qu’à Paris il va faire tout son possible pour faire aboutir la mission de Thomas. Il croit que Thomas ne pourra pas y rester longtemps, puisqu’il est engagé à fond avec le parti socialiste et que, jouant ce rôle intérieur, il sera vite usé. Son rôle en Russie est d’essayer de faire marcher l’armée socialiste. S’il réussit, ce sera un succès énorme.

1054Paléologue n’y croit pas. Il pense que la Russie est destinée à la décomposition lente. C’est un pays d’idéalisme, d’Orient, d’imagination non constructive, mais destructive. Quand des hommes comme nous, allons les voir, nous leur donnons un peu d’énergie par notre contact. Nous leur faisons l’effet d’une piqûre de sérum. Mais ça ne dure pas. La Russie est fille de l’Orient nomade, anarchique et son mal essentiel est la maladie de la volonté.

1055Quoi qu’il en soit, l’expérience de Thomas et celle que vous venez de tenter est intéressante. Il faut le suivre et l’aider. Vous avez la conception socialiste et révolutionnaire, la foi en la démocratie ; essayons, mais en Russie, ce qui arrêtera le résultat, c’est ce qu’il y a en elle d’oriental, d’esprit destructeur et non reconstructeur.

  • 367 B.V. Stürmer présida le Conseil des ministres russes de février à novembre 1916. De mars à juillet  (...)

1056En ce moment, on n’entend à Petrograd que des gens qui se lamentent, qui geignent, qui font leur confession publique à la Tolstoï. Mais tout cela n’implique pas l’énergie, la force d’action ; au contraire. Et quant à moi, j’ai eu tellement de déceptions depuis trois ans, Protopopov, Stürmer367, Soukovlinov, l’impératrice, que je suis bien découragé et n’ai plus votre foi.

1057En ce moment, Comité exécutif de la Douma, conseil des DOS. Conseil des ministres discutent sur la composition du futur ministère.

1058Les dix jours qui vont venir seront décisifs en Russie. Est-ce qu’un gouvernement de coalition est possible ? Si oui, il y a chance de salut. Le terrible, c’est l’armée désorganisée par la faute des socialistes dit Milioukov, par l’ancien régime, disent les socialistes.

1059On passe en Finlande. Maisons de bois charmantes. Quelle différence avec les isbas ! Du bois dans les gares ! Des lacs et des forêts ! Que c’est propre et bien tenu !

1060Pologne. En ce moment, l’empereur est à Tsarskoïe Selo en enfance, l’impératrice est livrée à son mysticisme religieux total. « Je suis prête à mourir pour sauver la Russie. » Après la mort de Raspoutine, elle est allée sur sa tombe avec une dame de la Cour, et ayant la chemise tachée de sang de Raspoutine. Protopopov voyait Raspoutine dans ses extases après l’assassinat et l’ombre de Raspoutine lui donnait des ordres.

1061C’est comme en 1830, quand on vint supplier Charles X de retirer les ordonnances, il dit : non, M. de Polignac a été favorisé cette nuit d’une apparition de la Vierge qui lui recommandait de les maintenir. L’empereur a toujours été favorable à la France. En 1915, le chef de la maison de l’empereur, Frederick a reçu de son collègue de Berlin une lettre où il lui disait qu’on pouvait tout arranger. L’empereur a connu la lettre. Il a refusé de répondre.

1062Mais il était tenu en main par sa femme. Est-ce qu’elle était la maîtresse de Raspoutine ? Elle était d’éducation anglaise et il était répugnant, mais il pouvait entrer dans sa chambre, seul, quand il voulait et les femmes de chambre avaient ordre de ne pas entrer à ce moment. Sous le coup du mysticisme, Raspoutine pouvait tout.

1063Paléologue. Nous avons 16 milliards en Russie. Nous serons obligés de nous entendre avec les Allemands pour les retrouver. Tous les résultats de la conférence économique sont à l’eau. En ce moment, nous envoyons des canons lourds à la Russie. Elle ne veut pas s’en servir. Nous lui envoyons de l’argent. Elle en fait mauvais usage. Elle refuse de nous envoyer du blé qu’elle nous doit. Nous entrons dans l’ère de l’anarchie russe qui va durer dix ans. La Russie se complaît dans cette anarchie asiatique.

1064On dit bien : il y aura un miracle qui sauvera la Russie. Quel miracle ? D’où peut-on augurer ce miracle ? Sur quoi peut-on en fonder l’espérance ?

1065O’Grady pense que le seul ambassadeur qu’il faille envoyer en Russie, c’est MacDonald.

Jeudi 17 mai 1917

1066À partir de 8 h du matin, nous retrouvons la neige.

  • 368 Ancien nom (1923) de Klaipeda.

1067Paléologue. La Pologne est définitivement acquise à l’influence allemande. Les Polonais y sont résignés. Ils discutent économiquement avec les Allemands. On va leur faire des canaux pour rejoindre Niémen à la Vistule, leur donner le port de Memel368 élargi, leur donner comme roi l’archiduc Charles Étienne, réunir la Galicie et le royaume ; on ne touchera pas à la Posnanie ; on donnera peut-être quelque liberté aux Polonais de Posnanie, bref c’est une chose réglée ; et jamais les Russes, l’armée russe ne pourra chasser les Allemands de la Pologne. Bien mieux, les Allemands, s’ils le voulaient, pourraient faire une offensive sur Riga et débarquer même à Revel. Voilà pour la question de Pologne.

1068Pour la question russe, admettons dit Paléologue que le Soviet reprenne la main, qu’il ait autorité sur l’armée. Il peut lui faire faire cet été, au mieux, une offensive locale d’effet relatif et restreint. Mais une poussée vigoureuse et générale aboutissant à une expulsion des Allemands de Pologne est chose impossible. Même, ajoute Paléologue, je ne crois pas que le Soviet recouvre une autorité vraie sur l’armée. C’est vers une anarchie aggravée que nous allons en Russie. Kerensky est découragé. Tchkeidze est allé à Schlüsselburg et n’a rien pu obtenir, leur autorité sera demain encore plus discutée et plus faible que celle des Cadets. Les transports ne peuvent s’améliorer et le ravitaillement est menacé à l’armée et dans le pays. Les questions locales et régionales absorbent le peuple russe. La question agraire est là.

1069Paléologue nous dit que quand Doumergue est venu en Russie en février, il lui a affirmé que le fond de sa mission, c’était Constantinople et la rive gauche du Rhin plus l’Asie Mineure dépecée ; il a même été chargé de faire un projet d’annexion à la France du Kurdistan. Il nous invite à déjeuner et nous présente une petite femme, artiste du théâtre Michel qu’il mène avec lui en France. Il nous rappelle qu’il a été à Sofia cinq ans et qu’il juge Ferdinand un des hommes les plus intelligents de l’Europe. Ferdinand disait souvent : on croit que je suis avec les Européens contre les Turcs. Je pourrais bien être avec les Turcs contre certains Européens.

1070Raspoutine était un paysan sibérien guérisseur et mystique... Il eut des relations avec la femme d’un ingénieur russe qui résidait dans sa petite ville et cette femme ne pouvait vivre sans lui. Elle alla le retrouver avec deux de ses amies. Il les repoussa d’abord, les obligea à se mettre nues et dans la suite revint avec elles à Petrograd. Là sa fortune s’établit rapidement. Il n’était pas le premier sorcier de la Cour de Russie. Un certain François Philippe, garçon charcutier, qui avait la réputation d’avoir action sur le sexe des enfants lorsque les femmes en voulaient avoir, passa longtemps à la Cour. Son succès fut grand, malgré que coup sur coup, l’impératrice eut trois filles. Il alla aussi à la Cour d’Italie où il eut le même succès et le même résultat. En Russie, les Raspoutines sont légion. Et il y a de nombreux adeptes de sa secte qui prétendent qu’il faut pour son salut ne pas résister à la tentation.

1071Nous arrivons à 1 h à Tornéa et nous passons à Haparanda. Le passage de la rivière dégelée sur ses deux bords et encore gelée au milieu du lit, est une chose épique : l’ambassadeur, seul dans une troika devant nous, et nous, par-derrière dans une troika invraisemblable, ce qui ne l’empêche pas de nous coûter 6 couronnes.

1072En arrivant en Suède, passage de prisonniers russes, malades, qui sont très fatigués. La gare d’Haparanda est pleine et les alentours encombrés de caisses en quantité énorme, déjà là depuis longtemps et qui doivent être envoyées en Russie. Pas de transports. À Arkhangelsk et Vladivostok, c’est encore bien pis. Nous nous promenons dans cette petite ville en bois, si propre. C’est l’Ascension, tout le monde chôme. À l’hôtel où nous allons dîner, les femmes de service sont très soignées et leur uniforme, élégant. C’est déjà loin de la Russie. Le changement était d’ailleurs déjà frappant en Finlande.

1073Paléologue nous confirme qu’à son avis, jamais nous ne retrouverons nos 16 milliards qui sont en Russie, si l’Allemagne ne met pas la main sur ce pays pour l’organiser et lui permettre de nous faire rentrer dans nos fonds.

1074Il pense qu’une convention économique sera nécessaire avec l’Allemagne.

1075À Karungi, à 9 h 30, quel coucher de soleil ! Il fait jour pendant presque toute la nuit.

Vendredi 18 mai 1917

1076Le conseil des DOS en soutenant par 2 000 voix contre 112 l’emprunt, en demandant aux paysans d’apporter leurs céréales, en participant au gouvernement, s’est imprégné du véritable esprit de gouvernement et s’est élevé au-dessus des considérations de parti. D’un organe irresponsable de contrôle, il s’est transformé en un organisme représentant le prolétariat. « En ceci réside sa force et ceux qui le combattent sont les ennemis de la patrie. » (Novoie Vremia.)

1077En effet, à l’heure actuelle, il ne faut pas en Russie de choc entre le libéralisme et la démocratie, autrement, c’est le spectre de la guerre civile qui plane sur la capitale. « Ce qu’il faut à la Russie, c’est un gouvernement fort ayant la confiance du peuple. » (N.V.)

1078La Pravda demande la réorganisation du CDOS qui ne reflète plus fidèlement la volonté des ouvriers et soldats. Elle dit que faire confiance au gouvernement capitaliste, c’est faire une politique petite-bourgeoise. Lorsque après les journées d’émeutes provoquées par la note Milioukov, le Conseil des DOS a ordonné le calme, la rue à Petrograd est redevenue normale. Il est le maître de la révolution. Il est le maître de l’armée.

1079À travers les belles phrases sur l’impérialisme allemand, sur le militarisme allemand, on aperçoit facilement les appétits multiples des impérialistes des puissances alliées.

1080Nous, en poussant ce cri : À bas l’impérialisme ! nous traduisons l’un des principes de la future politique internationale « Ne vole pas ! »

1081En prenant comme but Constantinople, nos impérialistes attirent l’Europe vers une guerre sans fin et vers une paix instable, en raison de leur étroit nationalisme. Ce serait une aventure folle et un crime des plus grands, devant la révolution, de chercher à s’emparer du pouvoir par voie d’actions isolées. Aussi dangereuse serait la formule de la guerre de conquête. Milioukov est aussi dangereux que Lénine. Gaz. ouvr. Nous savons bien que les vrais dévastateurs ont été l’Allemagne et l’Autriche, mais il ne faut pas pour cela que nous leur opposions des buts de conquête. La politique de Milioukov a soulevé l’émeute. Elle a subi un échec rapide et décisif. « Notre révolution renonce à toute conquête, mais elle se trouve liée aux Alliés par des engagements qui menacent de prolonger la guerre. Rompre ces engagements serait aggraver le désaccord entre la démocratie internationale et serait considéré par les démocraties alliées comme un coup dans le dos. L’unique solution est dans la révision des traités par les démocraties alliées. » En renonçant aux conquêtes, la Russie renonce à l’aide des Alliés pour obtenir ces conquêtes. D’où pour la Russie, le droit moral d’être relevée de l’obligation de lutter au nom des visées conquérantes de tel ou tel pays allié.

1082Pas de paix séparée ! La paix séparée, c’est la guerre civile !

  • 369 Dans cette petite ville à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Petrograd, un Soviet local avai (...)

1083L’affaire de Schlüssclburg369 (rép. indépendante.)

1084Pravda. Il faut armer le prolétariat, il faut rompre avec le gouvernement provisoire, il faut organiser la fraternisation, il ne faut pas aller à Stockholm, il ne faut pas voter l’emprunt, il faut exproprier les terres avant la Constituante.

1085Pour La Pravda, Borgbjerg n’est qu’un agent du gouvernement allemand et de l’impérialisme. Il n’ira pas avec lui à Stockholm.

1086L’Allemagne refuse de lever le drapeau rouge.

1087« Nous avons toujours été des apprentis. Notre révolution n’a rien créé d’original. Elle a chanté des hymnes étrangers. Elle a déployé des drapeaux étrangers. Elle a proclamé des devises étrangères empruntées à d’autres. » (Rouskoie Slovo.)

1088« La Russie est pauvre en numéraire. Mais ce n’est rien en comparaison de sa pauvreté intellectuelle, de son manque de culture et d’éducation politique. Tout ceci accroît jusqu’au tragique la situation actuelle et peut nous conduire à des maux considérables. La Constituante sera élue par une majorité de paysans et paysannes russes. Quelle surprise nous ménage une pareille consultation ? » (Rouskaïa Vola – professeur Titlinov.)

1089Les journaux cadets disent : « En ce moment, l’armée obéit au DOS. »

1090Demain, n’obéira-t-elle pas à La Pravda ? N’est-ce pas à La Pravda qu’elle ira demander ses directives ?

  • 370 Cédant aux instances du gouvernement russe, la Grande-Bretagne et la France consentirent, en mars 1 (...)

1091Paléologue. Le 2 septembre, la Turquie déclare la guerre à l’Angleterre et aux Alliés. Le 4 septembre, le ministre de Russie en Angleterre, Buckendorff est appelé près du roi qui lui dit : Constantinople must be yours370.

1092Le 13 septembre, l’empereur fait venir Paléologue et lui dit ses plans : vous aurez l’Alsace-Lorraine, la rive gauche du Rhin. Nous, la Pologne, Dantzig, Constantinople, etc.

1093En avril seulement, les Russes disent : il faut causer sérieusement de Constantinople. Et c’est en avril 1915 que Poincaré écrit à Paléologue : comment se fait-il que jamais tu ne nous aies parlé de Constantinople et des intentions russes ? Or, j’avais tout dit à Delcassé.

1094C’est alors en avril 1915 que le gouvernement français eut la main forcée par l’Angleterre et la Russie.

1095Paléologue. Le bruit court que la Turquie va traiter avec la Russie. Une dépêche de Rome annonce que la base du traité serait : internationalisation de Constantinople et des détroits. Indépendance de l’Arménie.

1096C’est l’Allemagne qui réalise en Orient sa victoire. Elle détache de plus en plus la Russie. Elle se montre près de la Russie, très libérale. Elle flatte la Russie par cet acte turc et comme le disait un Russe au lendemain de la révolution : la guerre est morte ! C’est de plus en plus vrai !

1097Du même coup, voyez la Pologne. On lui donne la Lituanie, Memel, un roi : Charles-Étienne, des canaux. À la Bulgarie, on fera sa part, sa bonne part au détriment de la Roumanie. Alors, si la dépêche de Rome est exacte, elle ne m’étonne pas. Elle est très nettement dans la ligne allemande. Et alors, nous, qu’allons-nous faire ? N’allons-nous pas, nous aussi, réaliser, voir du côté autrichien, faire notre politique, remanier nos alliances ? Les Russes ont pu faire 1812. C’était un effort court. Mais trois ans, c’est trop pour eux. Quand Delcassé alla à Petrograd, nous dîmes : c’est la guerre.

1098Nous passons cette journée de vendredi qui est superbe à descendre vers Stockholm en bateau. Nous avons un ciel d’une admirable pureté, des lacs superbes non encore dégelés, quelques rivières aux eaux limpides du printemps ; après le coucher de soleil magnifique d’hier soir, c’est vraiment un spectacle splendide.

1099Nous déjeunons avec l’ambassadeur et sa petite amie. Il nous raconte les relations de sa famille avec la famille Renan et ses impressions d’Italie. Il a vu les petites villes d’Italie et les connaît bien.

1100La journée du 1er mai – 4 h – 10 h du soir. Sur la Nevski, deux collisions sanglantes. Après la manifestation, le gouvernement provisoire déclare : « Quand nous parlons d’une victoire décisive sur l’ennemi, nous n’avons en vue que l’obtention des buts de notre Note du 27 mars. »« Le but de la Russie libre n’est pas de dominer les autres peuples, ni de leur ravir leur dignité nationale, ni de conquérir par la force des territoires étrangers, mais de fonder une paix solide sur la base de la liberté des peuples. Le peuple russe ne réclamera pas un accroissement de sa puissance aux dépens des autres peuples. Il ne se donne pour but, ni l’asservissement, ni l’abaissement de personne. Il n’admettra pas que la patrie sorte de la lutte diminuée ni atteinte dans ses forces vives. »

1101Après cette note, le CDOS fit paraître deux proclamations : des provocateurs ont tiré sur la foule. Seront considérés comme traîtres à la révolution ceux qui pendant deux jours appelleront à des manifestations armées. Nous vous appelons au calme et au maintien de l’ordre. Aucune violence des citoyens les uns contre les autres ne peut être admise dans la libre Russie. Le trouble est utile aux seuls ennemis de la révolution qui poussent à l’agitation. Celui-là est ennemi du peuple. Ne sortez pas dans la rue avec vos armes, au Comité exécutif appartient le droit de disposer de vous. Tout ordre sur la sortie d’une unité militaire dans la rue, en dehors des services ordinaires doit être donné par une formule officielle du Comité exécutif, authentifié par son sceau, signé par deux au moins des membres dont les noms suivent :

1102Tchkeidze – Skobelev – Binasik- Philippovsky – Steklov – Goldman – Bojdanov.

1103Le journal de Gorki (La Nouvelle Vie) payé par les fonds anglais, mène une campagne très vive pour la paix. Il écrit : le gouvernement provisoire ne dispose d’aucun moyen pour renforcer la combativité de l’armée, ni pour préserver les villes de la famine qui les guette, ni pour préserver le pays d’une banqueroute financière.

1104Il faut, pour sauver le pays et la liberté, faire un pas décisif vers la paix. Le moyen, c’est l’élaboration de nouvelles conditions de paix qui remplaceraient le programme des conditions de paix du mois de décembre qui précisait, les traités seront à caractère impérialiste. Il ne faut plus de traités secrets.

1105La Pravda : « Nous invitons à l’action les ouvriers et les soldats qui sont d’avis que le Comité des députés ouvriers et soldats doit changer de politique. Il faut renoncer à la politique de conférence et d’entente avec un gouvernement de capitalistes ; il faut élire de nouveaux délégués au Conseil des députés ouvriers et soldats pour que celui-ci ne soit pas un simple accessoire du gouvernement provisoire. »

1106Lénine, analyse d’un discours de Ceretelli à la séance des quatre Doumas du 27 avril et constate que le menchevik s’est laissé influencer par les idées bourgeoises et qu’il a complètement oublié l’existence de la lutte des classes puisqu’il est opposé à la dictature du prolétariat.

1107Plekhanov. La formule ni annexions, ni contributions est vague. Elle peut être remplacée par la formule plus claire et plus exacte : « Paix ayant pour base le droit des peuples à disposer de leur sort. » C’est celle qui doit diriger la politique extérieure des prolétaires de l’internationale.

1108C’est le devoir des socialistes de dire à qui doit s’étendre cette formule (Courlande, Alsace-Lorraine, Arménie, Pologne, etc.).

1109La Gazette ouvrière dit : Maduten. L’équilibre entre la politique bourgeoise et révolutionnaire est assuré à l’intérieur, mais à l’extérieur, il faut que le CDOS prenne en main ou contrôle cette politique.

1110Et il faut maintenant aussi, résister à la poussée démagogique, résister aux suggestions de ceux qui lui disent de prendre le pouvoir ou qui excitent les ouvriers et les soldats contre le Conseil.

1111Le Dieu (socialiste-révolutionnaire) (Cadet). À l’appel de la démocratie russe, le gouvernement allemand répond par un refus de contribution mais par un vaste plan d’annexions.

1112Les conditions de paix allemande sont une honte pour la Russie actuelle et un esclavage économique pour l’avenir.

Samedi 19 mai 1917

1113Nous arrivons à Stockholm à 10 h. Waltz est là et Thiébault et les gens du consulat.

1114Paléologue dit : le problème est de savoir si nous pourrons tenir cet hiver. Si oui, nous aurons la possibilité de détacher la Turquie, l’Autriche de la combinaison, car elles sont l’une et l’autre très fatiguées, de même que la Bulgarie. C’est la seule espérance.

1115Waltz nous dit qu’il est passé 280 Russes venant de Suisse par l’Allemagne. Ils disent : il y a un tel manque de vivres en Allemagne, ils sont tellement affamés qu’ils ne peuvent pas faire de révolution.

1116Il ajoute que la révolution est aux portes de la Suède, qu’elle ne saurait tarder désormais. Ce n’est plus une question de temps, c’est une question d’opportunité.

1117Lorsque les 280 Russes sont passés, il y avait ici deux groupes socialistes, B ranting et les zimmerwaldiens. Les deux groupes s’arrachent tous les socialistes qui passent. Et c’est ainsi que Branting a cru bon de faire un meeting pour eux hier afin de les sermonner. Les 280 ne sont pas venus, car ils ont été avisés par les zimmerwaldiens de Suède.

  • 371 Sur la Suède, consulter Jean-Pierre Mousson-Lestang, Le parti social-démocrate suédois et la politi (...)

1118Déjeuner à 1 h 30 avec Branting371 chez Waltz.

1119La révolution russe a eu une influence grande en Suède. La Cour est inquiète ; la république est en marche. Branting interpelle pour démocratiser la Constitution. La droite cédera partiellement. En tête de la manifestation du 1er Mai : drapeau belge. L’activisme est en déroute ; difficultés alimentaires : la Prusse est en baisse ; on a la certitude que l’Allemagne ne sera pas victorieuse.

1120Le 9 mai, les ministres alliés envoient chez eux à leurs gouvernements ce télégramme : « Les socialistes de partout envoient des délégués. Il est inévitable que les Français viennent à condition qu’ils posent les conditions de paix disant qu’il faut que les Hohenzollem disparaissent. Ils sont l’obstacle insurmontable sur la route de la paix. »

1121Composition du BSI à Stockholm.

1122Branting – Soderberg – secrétaire CGT suédois.

1123Meller- secrétaire du parti Suédois.

  • 372 J.W. Albarda (1877-1951) était un militant du parti socialiste hollandais, et depuis 1914, membre d (...)

1124Huysmans – Troelstra, Van Kol, Albarda372 (Hollande).

  • 373 T.A.M. Stauning (1873-1942) était un dirigeant du parti social-démocrate danois.
  • 374 Nina Bang (1866-1928), membre du Comité exécutif du parti social-démocrate danois, député.

1125Widness, Norvège – Stauning373, Danemark – (ministre) – remplacé par Nina Bang374 membre du PS danois.

1126Secrétariat de la conférence internationale de Stockholm. Il s’est constitué à Stockholm comme un centre permanent du prolétariat en faveur d’une paix socialiste. Nous voulons conférer avec les partis. Nous voulons échanger des vues pour diminuer les malentendus.

1127Ce secrétariat attend pour la semaine prochaine des délégations nombreuses. Bulgares, missions allemande, finlandaise, hongroise, autrichienne.

1128Il y a eu une intrigue allemande pour faire séparer les socialistes ukrainiens, géorgiens, finlandais, estoniens, lituaniens, polonais du parti socialiste russe. C’est déjoué par le Soviet qui parle clair. Il n’y a plus à marcher que les Finlandais et les Lettons.

1129Les activistes suédois qui voient là la possibilté d’une désorganisation russe insistent pour que tous ces gens-là demandent la participation au congrès socialiste international. Ils veulent former à nouveau sur les ruines de la Russie une force suédoise maîtresse de la Baltique. En même temps, les activistes font la campagne pour la paix : ils sont pour la paix. Pourquoi ? Parce que faisant le jeu de l’Allemagne, ils veulent, comme l’Allemagne, la paix conclue le plus vite possible. Les Allemands veulent la paix et les activistes suédois accusent Branting de vouloir la continuation de la guerre et l’augmentation du prix de la vie.

1130Branting nous dit que la première délégation reçue sera la délégation autrichienne. Adler est resté à Vienne à cause du procès de son fils qui sera condamné à mort mais ne sera pas exécuté.

1131Steklov dit : nous devons aller à Zimmerwald pour les engager à venir au congrès socialiste international, car ce sont eux qui feront le procès de la majorité socialiste allemande.

1132Branting nous dit : nous avons été étonnés de voir l’initiative russe de réunir l’internationale, mais nous continuons de faire nos démarches près des sections. Nous voulons bien marcher avec la révolution russe, mais nous ne voulons pas nous laisser mettre de côté. J’ai dit aux Russes : vous êtes des belligérants ; il faut que ce soient des neutres qui convoquent.

1133Nous répondons : attention ! Il faut que nous soyons convoqués par les Russes. Il faut trouver quelque chose. Vous avez besoin de leur autorité morale.

1134Réunion à 4 h chez Branting – Van Kol – Troelstra – Huysmans.

11351°) Zimmerwald est un danger grandissant.

11362°) La démocratie grandit automatiquement, mais l’Allemagne n’est ni victorieuse, ni vaincue. Les gouvernements étaient tout au début, les peuples rien. Aujourd’hui, au contraire. Ce seront les peuples qui imposeront la paix. Telle étant la situation, nous pouvons arriver à une solution socialiste et il faut faire quelque chose après la révolution russe. Il faut que nous soyons au centre.

1137Voilà dit Huysmans, notre état d’esprit.

1138De Brouckère nous a dit : je suis, non pour une conférence générale, mais pour convoquer chaque section et ses formes diverses. Nous sommes pour cette façon de procéder. Nous allons écouter : Bulgares : 20 – 21 – 22.

1139Minorité allemande : 1 – 2.

  • 375 Militant de la minorité social-démocrate allemande, Franz Mehring (1846- 1919) fut un des dirigeant (...)

1140Nous avons exigé que les passeports fussent donnés à la minorité, sans quoi nous n’écouterions pas la majorité. Il n’y a que Mehring375 qui ne vient pas. Nous insistons pour dire qu’il faut que l’internationale obtienne la libération de Liebknecht. Troelstra a dit, ainsi que Branting et tous les membres du BSI, qu’il n’est pas possible de faire de la libération de Liebknecht une condition sine qua non.

  • 376 Membre du parti social-démocrate finlandais, Yrjo Sirola (1876-1936) émigra aux États-Unis entre 19 (...)

11413°) Finlandais : Wick – Sirola376 – 23 – 24.

1142Ils représentent le gouvernement finlandais.

11434°) Autrichiens : Ellenbogen – Hartman – Hueber – Seitz – Renner – 25 et 26.

11445°) Bosniaques.

11456°) Les Tchèques ont nommé leurs délégués.

  • 377 Z. Kunfi (1879-1950) était un dirigeant du parti social-démocrate hongrois, de la tendance internat (...)

11467°) Hongrois : Weltner Kunfi377 – Jarami – 29 et 30.

1147Nous avons reçu des États-Unis un ultimatum disant que si nous tardions, ils convoqueraient eux-mêmes le BSI en Europe (ceci le 24 janvier).

1148Huysmans dit : j’envoie mes documents pour l’Angleterre à Henderson.

1149Le parti social-démocrate de Russie envoie une dépêche donnant son adhésion pendant que nous sommes chez Branting.

1150Vandervelde vient de dire ici : si la réunion d’une conférence générale est impossible, la réunion des différentes sections à tour de rôle est possible. C’est le point de vue de la majorité française en son dernier congrès.

1151Huysmans. Il faut que l’internationale se réunisse, discute tous les problèmes ; alors, l’Allemagne est divisée : les leaders et le peuple, et comme ce sont les socialistes allemands qui ont en ce moment la clef de la paix, ils seront obligés, rentrés chez eux, d’agir dans le sens que l’internationale leur aura indiqué.

1152Van Kol ajoute : il faut les traduire en accusés.

1153Moutet demande : 1°) Quel sera le résultat de vos conférences actuelles ? Votre bureau, à la fin de ses conférences, quel sera son moyen d’action ?

11542°) Quelle est votre attitude vis-à-vis de la proposition du Soviet ?

11553°) Mettrez-vous des conditions à une réunion de l’internationale ?

11561°) Branting. Quand nous aurons les dossiers de chaque section, il sera constaté une volonté très ferme de faire une conférence générale et c’est alors qu’on examinera les réserves de certaines sections.

1157Nous pourrons juger la situation internationale bien plus clairement après nos consultations.

1158Huysmans. Les Bosniaques-Herzégovins veulent aller à la Serbie, mais si la situation militaire ne le permet pas, que faire ? Voilà une question à examiner. Or, l’internationale a négligé jusqu’ici les questions internationales. Donc, nous allons ouvrir la table des matières des questions soulevées par la guerre. Quel sera le contenu de la paix ? Aujourd’hui, nous n’avons rien. Nous aurons après la consultation des éléments.

1159Van Kol. Et ensuite il y aura un ordre du jour : droit d’accuser les coupables, causes de la guerre, fin de la guerre.

1160Nous avons fait un programme des questions à poser à chaque section pour l’enquête.

11612°) Branting. La proposition du Soviet. Nous avons décidé de saluer l’invitation de la Russie comme un signe de sentiment pour la restauration de l’internationale, et nous attendons la délégation pour en causer avec elle.

1162Huysmans. Les Russes sont zimmerwaldiens et c’est dangereux, et puis, ils sont belligérants.

11633°) Moutet. Aurez-vous des conditions pour entrer à la conférence ?

1164Branting. Nous ne pouvons avoir de conférence d’où seraient exclues certaines questions. Si certaines sections ont péché, il faut en parler.

1165Mais, dit Moutet, précisons. Si une section dit : je refuse de parier de l’Alsace-Lorraine, que ferez-vous ?

1166Branting. Aucune question ne pourra être rejetée d’avance. La dernière question que nous posons : êtes-vous disposés à participer à une conférence générale et à quelles conditions ?

1167Troelstra. Les questions et conditions russes sont les nôtres.

1168Moutet. Est-ce que vous exclurez une section qui refusera d’accepter les conditions ? Puis nous disons : ce sont des formules, il faut des précisions. Car c’est grave ; si vous ne dites pas de contributions et que cela veuille dire pas de réparations, nous, Français, nous sommes condamnés sur un point indispensable à notre honneur national et nous ne pouvons pas rester. Alors, quelles garanties nous donnerez-vous ?

1169Huysmans. Nous ne pouvons pas imposer aujourd’hui des conditions, ni les improviser.

1170Moutet. Nous allons mettre entre les mains de neutres, le sort de nos nations. C’est grave.

1171Huysmans. Si les Russes marquent des conditions, ils marquent des exclusions.

1172Troelstra. C’est impossible, il y aura des divisions dans chaque nation, sur ces conditions.

1173Moutet. Il faudra des solutions nettes, claires.

1174Sanders. Nous trois avons changé notre point de vue. Puisque O’Grady dit qu’il faut envoyer comme ambassadeur anglais, MacDonald, nous pouvons dire que nous demanderons de venir au congrès international.

1175Il a été entendu au début de cet entretien que tout en serait tenu secret ; que Branting avait tenu à nous réunir chez lui, les Français et les Anglais, et à nous réserver une entrevue avec les membres du BSI ses collègues, tout cela sans aucun titre officiel, à titre purement personnel et sans engagements d’aucune sorte.

1176Le ministre de France, MJ. Thiébault nous dit qu’il pense que le Soviet est subventionné par Nobel. Il nous dit que les Suédois sont très lourds et inintelligents.

1177S.D. Ceretelli, PTT. Skobelev, Travail. Pereversef.

1178S.R. Tchernov, contrôleur d’État. Kerensky, ancien instituteur – guerre marine. Beschekorov, Ravitaillement.

Dimanche 20 mai 1917

1179De Stockholm à Christiania.

1180Départ 8 h du matin pour Christiania. Nous arrivons à la gare une heure avant le départ, selon la bonne tradition. C’est le dimanche ; des gens bien mis, bien portants, propres, circulent avec ordre, sans bruit et éclats de voix.

1181Les femmes sont vaguement fagotées, blondes, l’air béat et grasses ; mais que tout cela est propre, organisé, régulier et c’est si nouveau quand on vient de Moscou ou même de Petrograd !

1182Moutet a été hier à la Chambre suédoise. Figures passives, discours ternes, pas une interruption, pas de vie, la mort ; il est de l’avis de Thiébault. On discute la question de l’impôt sur les bénéfices des armateurs ; chez nous que de passion et de violence des deux parts ; ici, personne ne bouge : impassibilité, frigidité, pas de talent. On leur a coulé hier trois bateaux portant pour 30 millions de nourriture en Suède où ils en manquent. Ils racontent cela de l’air le plus détaché et lointain.

1183On nous dit, dans le train, que l’Autriche-Hongrie est près de la révolution, que la révolution russe a eu en Autriche un grand retentissement.

1184Kerensky, devant le congrès des paysans, 1 500 délégués, a dit qu’il fallait partout en Russie une discipline de fer.

1185Le voyage de Stockholm à Christiania se fait pendant cette belle journée de dimanche.

1186Le train file au milieu de lacs nombreux, à travers une campagne fertile, bien cultivée, piquée de petites maisons en bois peint en rouge, et si propres, si bien fleuries, si bien entourées, avec le fumier loin de la maison et les étables elles-mêmes bien soignées. La campagne est déjà bien verte, et cette Suède n’a rien de commun avec celle de Haparanda à Uppsala. Il y a de si jolies maisons que je voudrais en emporter une avec moi.

1187Sanders et les Anglais, pendant le voyage, nous disent que la révolution russe pourrait bien avoir en Angleterre ce résultat d’ébranler la monarchie et de faire avancer l’idée de république. Et ce qui y contribuera, ce sera l’effacement complet et la nullité du roi actuel.

1188Nous apprenons que Kerensky est nommé dictateur de l’armée pour y rétablir la discipline. Le Conseil des ouvriers et soldats a déclaré qu’il va aider le gouvernement de tout son pouvoir. Les paysans, au congrès, ont demandé au gouvernement de rétablir la discipline et de préparer au plus tôt l’offensive. On a arrêté 14 Allemands à Bergen qui espionnaient au profit des sous-marins. Ils avaient de petits bateaux dans le fjord qui avertissaient les sous-marins. Le gouvernement norvégien a saisi sous son contrôle tous les bateaux de Bergen.

1189Des professeurs allemands écrivent en Suède qu’ils sont prêts à neutraliser l’Alsace-Lorraine à condition que les Français leur donnent Anvers.

1190Hourticq me dit que les espions arrêtés à Bergen sont pour la plupart des Norvégiens. Les Norvégiens ont vendu du poisson, du minerai, des produits divers aux Allemands pendant la guerre, et se sont enrichis. Ils sont donc, au moins ceux-là, proallemands.

1191Le fond du peuple est tout de même avec nous. Nous trouvons à la gare un socialiste Wicc qui nous dit tranquillement que c’est l’Angleterre qui veut continuer la guerre tandis que l’Allemagne ne demande qu’à la finir. Et on nous affirme que c’est là l’idée de Widness. Ici, les socialistes sont pacifistes à tout prix.

Lundi 21 mai 1917

1192(Voyage de Bergen) 500 kilomètres de Christiania à Bergen.

1193A la gare à 7 h, au départ, le ministre de France, Chevallet, qui est le beau-frère d’Hourticq. Il nous dit qu’en Norvège nos affaires vont bien, que si nous les y poussions, ils pourraient même se mettre en état de guerre contre l’Allemagne. Ils nous ont dit que le discours du président de la Chambre, fait à Paris il y a quelques mois à la commission des Affaires étrangères et rendu public, a empêché ce président de devenir président du Conseil car les Allemands lui ont fait une campagne très dure, disant qu’il avait violé la neutralité. De même pour le secrétaire de la Ligue pour la paix qui est venu faire à Paris une affirmation identique. Ce qu’il faudrait pour faire de la propagande en Norvège, serait un Suisse sympathique.

1194Pour les espions de Bergen, impossible de les empêcher. Ils télégraphient en chiffres à la légation de Christiania quand un bateau part de Bergen et la délégation de Stockholm avise Götcborg et les bases allemandes. Chevallet, ministre de France nous dit : méfiez-vous de Branting. Il ne veut que le bien de la Suède et ne veut pas que l’Allemagne soit écrasée. Il a besoin de la paix pour sa politique. Chevallet est un primaire, ancien instituteur.

1195Kerensky dit : la défense de la liberté dans le pays, c’est la question de l’offensive au front... Il a réuni tous les généraux et leur a parlé ferme. Le congrès des paysans a décidé de soutenir Kerensky dans sa voie nouvelle.

1196Kerensky a donné une semaine à l’armée pour être à son poste... il faut que tout le monde soit prêt le 28 mai. Les généraux sont responsables de tout ce qui va se passer.

1197Renée Balta, du théâtre Michel a dû être laissée en route par Paléologue. Nous ne la voyons plus.

1198Décidément, la nouvelle attitude du Soviet, la participation ministérielle, l’attitude de Kerensky, tout cela après notre passage et celui de Thomas ; c’est excellent. Et nous avons le droit de penser que tout ce que nous leur avons dit partout n’a pas été perdu.

1199De même hier, à Christiania, ce brave socialiste, bras droit de Widness, qui nous exposait inconsciemment les thèses allemandes, a semblé, à la fin de la conversation, très frappé de ce que nous lui avons dit avec véhémence.

1200En deux thèses, pour faire une révolution : les Allemands sont trop affamés, c’est l’Angleterre qui continue la guerre, la révolution allemande viendra après la guerre, ce n’est pas la guerre qui résoudra les problèmes posés par la guerre.

1201On nous dit : les Anglais et les Français coulent 30 sous-marins par mois. Les Allemands n’en font que 20. Donc, mathématiquement, la question sous-marins diminuera d’intensité. Déjà les résultats se font sentir, les Anglais disent aujourd’hui : ça va mieux !

  • 378 Il s’agit de Vandervelde. Celui-ci écrivit, en 1918, dans Trois aspects de la révolution russe (Par (...)

1202Nous recevons à Christiania la dépêche suivante de A. Thomas à Cachin et Moutet : « Conversation avec Soviet non encore reprise. V.378 arrivé. Voit situation exactement comme nous. Il est d’avis qu’il faut aller à la conférence si conditions nettes sont posées, mais sera comme nous, intransigeant sur conditions. Vous tiendrai au courant. Ministère de coalition enfin formé. Prend initiative de mouvoir assemblée guerre sous le couvert des formules du Soviet. Kerensky commence la propagande. Bonne impression. »

1203Si nous réussissons, c’est justement notre politique (Doulcet).

1204Nous discutons dans le train avec les Anglais.

  1. Il faut que nos gouvernements disent à nouveau leurs buts de guerre.

  2. Nous disons aux Russes : vos formules ne sont pas claires, mais elles peuvent servir de base, et nous pouvons, là, trouver un terrain d’entente. Nous leur avons montré à Petrograd que les questions posées par eux ne sont pas assez précises et ils en ont conscience.

  3. Je pense, dit Moutet, que c’est suffisant ; cela ferait plaisir aux Russes. Si les gouvernements acceptent cela, c’est assez. Maintenant, reste pour nous, socialistes, la conférence de Stockholm. Acceptons-nous l’invitation russe ? Il faut d’abord des conférences privées, celle que fait actuellement le BSI. Il faut préparer Stockholm et là les Russes sont d’accord avec le BSI. Après les conversations, on saura si la conférence générale sera désirable d’après les idées russes. Les Anglais acceptent de répondre à l’invitation du BSI, de répondre nation par nation. Ils iront à Stockholm répondre pour les Anglais. Les Anglais repoussent la proposition russe et acceptent celle du BSI. Et si le BSI juge le moment nécessaire de convoquer l’internationale, les Anglais jugent nécessaire d’y aller. Alors, les Russes pourront convoquer.

1205O’Grady. Jusqu’ici, nous disons, même avec les Allemands, nous allons à Stockholm ; soit. Mais si nous disons aux Anglais, allons voir les Allemands, l’opinion anglaise se cabrera ; nous faisons donc un premier pas. Donc, dit O’Grady, nous allons à Stockholm en tant qu’Anglais. Mais, je réponds : dans le questionnaire, on vous demande si vous êtes ou non pour une conférence internationale. Que répondrez-vous ?

1206O’Grady. Ce questionnaire a été envoyé. La réponse anglaise est peut-être déjà faite. Oui, dit Moutet, mais votre avis à vous, quel est-il ? O’Grady. Les Allemands accepteront toutes vos conditions. Dès lors, dit Thomas, je vote contre le congrès socialiste international.

1207J’insiste ; ils répondent à la question posée : acceptez-vous de venir à une conférence internationale ?

1208Nous ne disons pas non, mais nous voulons attendre le résultat de la conférence préliminaire.

1209Pour moi, dit Sanders, j’accepte la conférence dans les mêmes conditions que les Français.

1210Les deux autres ne répondent pas. Ils disent : nous voulons briser la glace dans notre peuple. Notre acceptation d’aller au BSI répondra nation par nation. C’est un pas. Après, nous verrons. Nous ne disons pas non. Ça dépendra de ce que donnera comme résultat la consultation.

1211C’est Troelstra qui a obtenu du gouvernement allemand qu’il donne les passeports à la minorité allemande.

1212Nous disons : vous, Anglais, vous êtes trop insulaires. Il faut être plus internationalistes. Vous refusez de parler de la liberté des mers.

1213Sanders dit : jamais nous n’avons arrêté personne, ni dans les détroits que nous avons, ni sur les mers. Et nous avons besoin pour notre nourriture de ces points. Avec l’internationalisation, nous n’avons plus de garanties.

1214En temps de guerre, si nous internationalisons, quelle garantie pour nous ? Nous répondons : en cas de guerre, il faut la Société des Nations pour protéger les nations. Ils répondent : vous défendez votre frontière contre les Allemands : nous, notre frontière est partout. Nous la défendons partout, comme vous. Nos frontières d’empire sont très étendues. Oui, disons-nous, dans l’état présent du monde ; mais dans la Société des Nations, une seule nation ne pourra pas avoir les routes des mers ; ce seront toutes les nations.

1215Le congrès des paysans de Petrograd a promis à Kerensky de l’appuyer dans sa volonté de rétablir dictatorialement une discipline de fer, à condition qu’il respecte dans le futur les droits des paysans. La force réelle en ce moment, c’est le Soviet

1216La force de demain, ce sera la Constituante.

1217Quel beau voyage ! Les lacs bleus, la houille blanche, les arbres flottants ; un ciel superbe et un soleil royal – trop de tunnels – fjords ; chutes d’eau.

1218Il n’est pas besoin d’espérer pour entreprendre, de réussir pour persévérer. Le taciturne.

1219« Prends l’éloquence et tords-lui son cou ! »

1220Paléologue. « Attendons encore quinze jours pour voir ce qui va se produire en Russie. C’est seulement à ce moment-là qu’on pourra formuler un avis. »

1221O’Grady me dit, dans le train, à 6 h : si nous ne pouvons pas voir Henderson et Lloyd George à Londres en passant, car ils peuvent être absents, il serait nécessaire que Moutet et moi revenions à Londres, la semaine suivante afin de faire les visites à Henderson et Lloyd George ; et puis la délégation anglaise nous accompagnerait à Paris pour voir notre gouvernement et le parti. Car, ce qui importe, c’est que nos deux délégations marchent d’accord et fassent impressionner leurs deux gouvernements pour agir dans le sens le plus convenable et le plus utile, d’après les renseignements que nous avons rapportés de Russie. Nous en recauserons demain à Bergen avec Moutet.

1222Nous voyageons avec un attaché de l’ambassade anglaise à Petrograd qui nous explique la similitude entre la Suède et l’Allemagne et entre la Norvège et l’Angleterre. Le peuple norvégien et le peuple allemand sont dépensiers, paresseux, indisciplinés, gaspilleurs. Le roi de Norvège est très simple, il monte en tramway. La reine est d’une incroyable timidité.

1223Les Allemands s’excusant à Stockholm d’avoir torpillé les trois navires. Jamais ils ne s’excusent près des Norvégiens.

1224Douze jeunes gens de bonne famille de Bergen trahissaient par TSF et annonçaient aux sous-marins allemands la sortie des bateaux norvégiens. Ils ont été arrêtés.

1225Le linge ici, sent de façon bizarre car il est lavé avec un savon fait d’huile de poisson.

Mardi 22 mai 1917

1226Kerensky a dit qu’il pouvait annoncer que les choses s’amélioraient en Russie. L’armée russe va accomplir son devoir. Tout le monde fera l’impossible pour aider l’armée et faire rétablir la discipline.

1227A Bergen, nous couchons dans une soupente, et le matin, après lever, nous courons chez 1e consul de France, M. Grève. À 11 h. Le Vulture n’est pas encore arrivé, et c’est un fait étonnant car il doit repartir ce soir pour Aberdeen. On attend.

1228L’attaché naval, Brassard, français, à Bergen, nous dit : on fabrique à Bergen des bateaux en ciment. On pourrait peut-être s’assurer un chantier. Il faut qu’à la paix on ait des bateaux de commerce. Des navires allemands, cinq, sont à Bergen en ce moment. On ne tes torpille pas. Huit vapeurs allemands font le service régulier pour porter du sel afin de faciliter la pêche qui va s’ouvrir.

1229Brassard me dit qu’en ce moment, on torpille peu dans la mer du Nord. C’est qu’on fait des convois très nombreux, dix, quinze bateaux et on tes convoie. Il vaut mieux qu’on charge dix bateaux de 1 000 tonnes qu’un bateau de 10 000 tonnes. Car 1e sous-marin ne peut lancer qu’une torpille et s’il torpille un bateau du convoi, c’est tout.

1230Nous déjeunons chez 1e consul de France, M. Grève qui nous reçoit avec beaucoup de bonne grâce. C’est un Norvégien qui a deux enfants, jeunes gens parlant français. L’un deux qui est près de moi me fait une profession de foi d’amour pour la France qui est très touchante. Il me dit que l’Angleterre n’est pas très sympathique en Norvège, mais que la France y est aimée par-dessus tous tes autres peuples.

1231En face, dîne Brassard, enseigne de vaisseau, qui est capitaine au long cours et Breton d’Ouessant. Son père tient 1e Terminus de la gare du Nord. Il enrage de voir tes Allemands aidés par certains Norvégiens rares, mais audacieux et traîtres à leur pays, venir dans 1e port de Bergen et dans tes autres ports de Norvège faire du commerce, à la place des Norvégiens qu’ils coulent. Il me demande s’il ne serait pas possible de lui faire fournir tes fonds pour établir trois ou quatre postes de TSF, comme ceux qu’ont ici tes Allemands, afin de surveiller de façon complète la mer du Nord. Ce serait évidemment de l’espionnage caractérisé, mais cela ne l’effraie nullement.

1232Il nous dit que les Norvégiens fabriquent en ce moment des navires, qu’il faudrait, si possible en faire construire pour nous afin qu’après la guerre notre flotte de commerce ne soit pas aussi démunie. En outre, il voit ici les constructeurs de navires à voiles qui munissent tous leurs bateaux de pêche de moteurs, et il recommande que tous les constructeurs français en fassent autant. Si nos navires de demain n’ont pas de moteurs, ils seront dépassés, devancés par ceux de partout, par les Norvégiens surtout, qui déjà peuvent fournir de poisson leur pays, l’Allemagne, l’Angleterre.

1233Nous trouvons à Bergen, attendant le bateau comme nous, un jeune agrégé d’histoire, Ganem, demeurant à Clignancourt, rue André del Sarte. Il était lecteur dans une université suédoise et rentre en France. Le navire anglais ne rentre pas au port aujourd’hui et nous voilà retardés d’un jour à Bergen. C’est d’autant plus pénible que les hôtels sont bondés, qu’on ne peut trouver de chambres, que nous sommes réduits à notre soupente dans une maison particulière fort peu pratique, et où le propriétaire est d’une exigence absurde.

  • 379 C’est le 27 mai 1917 que devait se réunir le conseil national de la SFIO, au cours duquel Cachin et (...)

1234Nous télégraphions à Thomas d’aviser Renaudel de nos communes décisions sur la conférence générale réclamée par les Russes. Nous télégraphions à Renaudel dans le même sens par crainte de ne pas arriver à Paris le 27379

1235Ce soir, en rentrant, nous voyons un meeting dans la rue. Une douzaine de femmes coiffées du chapeau inouï des salutistes chantent des mélopées avec des mandolines. L’une d’entre elles, après le chant, fait un discours. Des centaines de gens sont autour de ces femmes et écoutent religieusement, sans un sourire, et plusieurs accompagnent les chanteurs de leurs voix graves. Il est 10 h. Il fait jour. La nuit en cette saison est ici très courte. Il flotte sur Bergen et surtout sur le port, une odeur de poisson, de saumon, d’huile de poisson, de pêche, de mer, de port, salubre et prenante : et les maisons aussi sentent le poisson, l’entrepôt de salaisons d’anchois. Les habitants passent dans les rues avec des poissons en main qu’ils viennent d’acheter.

Mercredi 23 mai 1917

1236Bergen. Le Tidens Tegn d’hier donne une interview de Moutet et moi. Nous envoyons à Christiania une dépêche de protestation. Dimanche soir, un monsieur archiviste, aux Affaires étrangères, Kwhammer, francophile, vient à nous et se donne comme président de l’Alliance française à Christiania. Nous allons en sa compagnie et celle d’un jeune socialiste du Social Democraten prendre un léger repas. Et là nous causons. C’est cette conversation, que sans nous avoir consultés et en la déformant, Kwhammer a fait insérer dans le journal.

1237Le Vulture est enfin arrivé. Départ 5 h. Ce soir.

1238Le voyage Aberdeen-Bergen a été long, mer mauvaise, vent debout, pénible. On nous dit, pour nous consoler, que nous aurons vent arrière et que ce sera rapide. Par le vent debout, c’est le tangage, la montagne russe et c’est dur pour tout le monde, même pour les marins. Mais avec vent arrière, les choses vont beaucoup mieux. On pense que nous serons en vingt-quatre heures à Aberdeen.

  • 380 Le général Pau d’Anade était le chef de la mission française auprès du grand quartier général russe (...)

1239Le général Pau d’Anade, le colonel Laguiche étaient dans l’adoration de l’empereur de Russie380. Ils étaient si fiers de Nicolas qu’ils négligeaient Alexeiev qui en était fort mécontent. Laguiche avait demandé par faveur spéciale d’être attaché à la personne de Nicolas. Celui-ci répondit d’un air plus que détaché par un point d’interrogation.

1240En ce moment, Janin est plus intelligent et plus fin.

1241Les journaux portent que les Russes convoquent un congrès international pour le 25 juin à Stockholm.

1242Durant tout ce voyage, nous avons été victimes d’un prodigieux estampage. Mais rien n’atteint le toupet du loueur de chambres de Bergen qui nous présente pour deux nuits une note de 43 couronnes, sous prétexte qu’en remplissant mon porteplume il a jeté un peu d’encre sur une paire de gants et une petite serviette, soit 14 couronnes.

12434 h. Brassard vient et me prie de dire à Nail qu’il y a ici des navires de commerce à acheter. C’est cher. Il y a en Norvège des chantiers de construction de navires en ciment, caboteurs jusqu’à 300 tonnes. Un seul chantier en fait 50 000 tonnes par an. Ne pourrait-on pas en commander dès maintenant pour être prêts au lendemain de la paix, car au lendemain de la paix, nous aurons une crise énorme de la marine marchande française, avec une répercussion immense sur la vie du pays.

1244En attendant le départ du bateau, nous sommes sur la passerelle et voyons en face de nous les bateaux allemands qui débarquent tranquillement leurs marchandises. Il y a en outre des armateurs norvégiens qui trafiquent avec l’Allemagne et font une fortune énorme. L’un d’entre eux est reçu par l’empereur ; les autos de la Cour sont à sa disposition et il est l’objet en Allemagne de soins extrêmes. Le consul d’Allemagne vient d’offrir à Bergen une statue de Bjornson qui est un monument fort laid.

1245Paléologue continue à être pessimiste. Toutefois, lorsque je lui demande si vraiment il est impossible de redonner à l’armée russe l’idée de la Défense nationale et de la participation à la guerre, il me dit qu’il est possible qu’elle se reprenne en effet.

1246Dans la quinzaine qui va venir, ou bien l’anarchie aura cessé partiellement, ou bien la décomposition aura progressé.

1247Que faut-il donc dire en France ? Sans doute que les choses russes sont en mauvais état, mais qu’il y a encore un espoir qu’elles se rétablissent, et qu’elles peuvent même se rétablir rapidement.

Jeudi 24 mai 1917

1248Traversée excellente en vingt-quatre heures. Pas d’incidents. Arrivée à Aberdeen 4 h 30 – départ 5 h pour Londres.

1249Le voyage d’Aberdeen à Londres. Nous passons à travers l’Écosse qui, par ce jour ensoleillé de printemps, est charmante. Le vert des prairies, la propreté des villages, la terre bien cultivée, sans qu’un pouce de terre soit en friche. De temps en temps, le long de la côte de la mer du Nord, dépourvue d’arbres, entre Aberdeen et Dundee, de grands espaces aménagés pour les jeux des jeunes gens. Des camps d’Écossais près des plages.

1250Dîner gare Édimbourg et on s’endort. Le lendemain, vendredi on se réveille à 6 h. Nous sommes dans le Midland and North Bristish Railway. On traverse donc le milieu de l’Angleterre. Le train roule à travers des prairies, toujours des prairies, en ce moment admirablement vertes, coupées de haies vives ; pas de cultures ; et dans ces prés, des quantités de moutons, de bœufs et de chevaux. Les voilà les steaks juteux et les mutton chop... La campagne est d’une propreté admirable, boisée, arrosée de ruisseaux clairs.

Vendredi 25 mai 1917

1251Nous descendons au Waldorff où je change 300 F en monnaie anglaise. On me donne 10 livres et 10 shillings, soit 262 F 50. Perte au change : 37, 50 soit 12, 50 %.

  • 381 S’agit-il de Herbert Fisher (1865-1940), historien, homme d’État, président du Board of Education o (...)

1252On me donne la chambre 707 où Fisher381 me prie de lui téléphoner city 7444.

  • 382 Frederiks Owen Roberts (1876-1941) était membre du Comité exécutif national de l’Union des typograp (...)

1253Nous allons à la Chambre des communes où nous expliquons la situation russe à Roberts382, et la nécessité qu’on envoie les minoritaires anglais en Russie.

  • 383 Thomas Power O’Connor (1848-1929) était journaliste et homme politique, membre de la Chambre des co (...)

1254Il semble accepter notre point de vue. Puis nous déjeunons avec T.P. O’Connor383, un évêque irlandais, Fisher, général Herbert, à la salle à manger de la Chambre des communes. Nous les intéressons vivement en leur racontant les choses russes.

1255Nous partons de Charing Cross 11 h 50 du matin le 26.

  • 384 Paul Cambon (1843-1924) fut ambassadeur de France à Londres de 1898 à 1920.

1256À 5 h, visite à Cambon384.

  • 385 Franklin Bouillon, dit Henry Franklin-Bouillon (1870-1932), radical, fut député de la Seine-et-Oise (...)

1257Il nous interroge sur notre visite en Russie ; puis il cause. Il nous dit : toutes les niaiseries de certains Français sur la Palestine et les folies des Italiens sur l’Asie Mineure me semblent folles. Franklin Bouillon385 est venu me voir il y a quelques mois en me disant que c’étaient des nécessités historiques, des droits, et qu’il y avait en France un courant irrésistible en leur faveur. Je l’ai durement raillé.

1258Pour la Turquie, c’est un vieux plan anglais de la chasser d’Europe. Mais quant à moi, je pense qu’il faut la laisser comme elle est et simplement nommer une commission internationale, qui gérera ses finances et la dette. Voilà la vraie solution.

1259La rive gauche du Rhin, autre folie. Faire des comparaisons historiques avec ce qui s’est passé en 1793, c’est tout ce qu’il y a de plus naïf. En ce moment-là, les populations de la rive gauche du Rhin étaient durement traitées par les grands nobles et les féodaux religieux. Nous leur apparaissions comme des libérateurs et ils nous accueillirent comme tels. Mais à cette heure, une annexion, si elle était possible, serait pour nous la création à notre flanc d’une Alsace-Lorraine allemande. Non. Ce qu’il nous faut, c’est l’Alsace-Lorraine avec la frontière de 1790, non celle de 1814 et 1815 qui fut faite pour permettre contre nous toutes les invasions.

1260Quant à nos conversations d’Alliés sur les futures relations économiques des peuples de l’Europe, purs enfantillages elles aussi. Et dangereux par-dessus le marché ! Tout cela ne sert rien d’utile. Que des commerçants et des industriels français aillent par exemple en Russie, comme font les Anglais et les Américains, c’est leur affaire. Et c’est le seul moyen de lutte vrai. Le reste est du bavardage.

1261De tous les hommes politiques même intelligents que j’ai vus depuis longtemps, un seul m’a semblé comprendre toute la question, c’est Ribot.

  • 386 Paul Mantoux (1877-1956) normalien, historien, auteur d’une thèse sur La Révolution industrielle en (...)

1262Le soir, nous allons dîner avec Mantoux386, Mme Mantoux et Mme Comert à l’Aeronautic-Club. Ce club qui est un des grands de Londres a été mis à la disposition des officiers de l’armée anglaise qui ne sont pas britanniques. Il est admirablement aménagé : piscine au sous-sol, immense et superbe. Une bibliothèque, un smoking-room, salle de lecture, des chambres à très bon marché.

1263Et des organisations pareilles existent en plus modeste pour les soldats des Dominions.

1264En Angleterre, on commence à sentir durement la guerre, et à souffrir et à s’en plaindre. Et Mantoux nous dit que les plaintes deviennent de plus en plus vives contre la royauté, contre les exigences impérialistes. (Eat less bread.)

1265Londres, ville de briques rouges patinées avec du noir de fumée. On comprend leurs besoins de se plonger dans l’eau à chaque instant ; la fumée noire insinueuse est partout dans l’air et envahit tout. Du haut de notre septième étage, au Waldorff, malgré le beau temps, Londres est entourée d’une buée noire.

1266Petites maisons carrées ; dès qu’on sort du centre, elles ne dépassent pas deux ou trois étages. De la verdure et des squares nombreux, en ce moment, d’un joli vert tendre, coupent la monotonie de ces carrés de briques enduites de fumée noire.

Samedi 26 mai 1917

1267Déjeuner 9 h chez Fisher. [ill.]

1268Hampstead, dans sa verdure pleine d’oiseaux qui chantent, est comme une banlieue lointaine et tranquille.

1269La petite église à deux pas, est là entourée de verdure et pas un passant dans les rues ; les petites maisons entourées elles aussi de jardins reposent, et à 9 h, quand j’arrive chez Fisher, tout dort. Je règle la note de la petite 12, 8 livres. N’ayant sur moi que 10 livres, je les donne à Mlle Renault et nous allons à l’hôtel Waldorff avec Mme Fisher à laquelle je remets les 3 livres restantes qu’elle veut bien se charger de remettre le soir à Mlle Renault. Fisher se demande quelle va être la politique anglaise après la guerre.

  • 387 William Morris Hughes (1862-1952), syndicaliste, député, membre du Labour Party, fut Premier minist (...)
  • 388 James Ramsay MacDonald (1866-1937) avait milité à l’Independant Labour Party depuis 1894. Il fut en (...)
  • 389 James O’Grady (1866-1934), dirigeant syndicaliste, soutint la politique de guerre dès 1914. Vice-pr (...)

1270Il craint que, sous sa forme actuelle, le Labour Party ne soit brisé par un parti du travail national, à la façon de ce qu’a fait Hughes387 en Australie. Le Labour Party actuel a commis la faute de se priver de tous les éléments intellectuels ; et il est très ignorant, très insulaire ; il a fait élever les salaires, mais non les intelligences. C’est parce que dans ce parti, MacDonald388 a eu tant de succès. Après la guerre, Fisher pense que cela va changer et que les catégories politiques seront très modifiées en Angleterre. Pour l’instant, les haines dans le Labour Party sont au plus haut point violentes entre majoritaires et minoritaires, même entre les meilleurs amis d’autrefois comme Roberts et MacDonald, entre O’Grady389 et d’autres membres de l’ILP et de son propre syndicat.

  • 390 Le mouvement Sinn Fein, longtemps clandestin, avait combattu pour l’indépendance de l’Irlande. Les (...)

1271Trois Sin Finners390 sont élus en Irlande et refusent de venir siéger à la H. of C. (Chambre des communes).

  • 391 M.I. Skobelev (1885-1939) menchevik en 1903 vécut en émigration à Vienne, travaille à la Pravda, vi (...)
  • 392 Alexandre Konovalov était ministre du Commerce et de l’industrie depuis le 16 mai 1917 dans le gouv (...)
  • 393 Michael Terechenko, industriel, avait été ministre du tsar et était ministre des Finances dans le g (...)

1272Skobelev391, Konovalov392 et Terechenko393 font un ukase interdisant aux ouvriers de demander l’augmentation des salaires par maison.

1273Il faut s’adresser aux trade-unions russes qui centraliseront les demandes et soumettront au gouvernement.

1274On fait une loi sur les profits de guerre qui iront jusqu’à la confiscation. L’État va organiser le contrôle sur l’industrie métallurgique, minière, textile.

1275Nous décidons, Moutet et moi, d’interpeller le gouvernement aussi tôt que possible et de profiter de cette interpellation pour faire un exposé complet de la situation en Russie :

12761°) Politique intérieure et état de l’armée, Cachin.

12772°) Politique extérieure, Moutet. De même pour demain, au conseil national, nous prendrons les mêmes sujets.

1278Pour l’état de l’armée, je montrerai que l’armée française pourrait accepter certaines des réformes réalisées dans l’armée russe. Et ce serait plus facile en France, à cause de l’intelligence du soldat français.

  • 394 Victor Basch (1863-assassiné en 1944 par la milice), professeur, était vice-président de la Ligue d (...)

1279Départ Londres, midi. Folkestone, 2 h. Départ Folkestone, 3 h. Arrivée Boulogne, 4 h. Départ Boulogne, 9 h soir. Dimanche, arrivée Paris, 6 h matin. À midi, déjeuner Moutet. Basch394. 2 h, conseil national. Mercredi soir 6 h. Visite à Ribot.

12801°) Je publierai le traité franco-russe.

  • 395 Gaston Doumergue (1863-1937), avocat, député radical, avait été plusieurs fois ministre de 1902 à 1 (...)

12812°) La note de M. Doumergue395 à Petrograd n’a pas l’importance que vous lui donnez.

  • 396 Karl Hjalmar Branting (1860-1925), intellectuel, d’abord radical puis social-démocrate, était déput (...)
  • 397 Émile Vandervelde (1866-1938), un des dirigeants du parti ouvrier belge fondé en 1885, était devenu (...)

1282L’opinion de Branting396, Vandervelde397, est qu’on réunisse d’abord à Stockholm les diverses sections de l’internationale l’une après l’autre. Le CDOS dit : tous les socialistes qui voudront venir par leur présence témoigner leur solidarité avec la révolution russe seront les bienvenus. Il ne faut pas que les gouvernements empêchent personne de venir à Petrograd quelles que soient les opinions de ceux qui veulent venir.

1283Les femmes du peuple de Petrograd et de la Russie portent sur la tête un fichu.

1284Un décret de Kerenski soumet les juges de paix à l’élection et les assiste de deux citoyens élus. Deuxième instance : assemblée de juges de paix assistés de citoyens.

  • 398 Le Temps, journal quotidien, passait pour être le journal officieux du gouvernement, notamment en m (...)

1285Le Temps 398 des 26 et 29 avril – article de fond sur notre voyage en Russie.

Juin

L’Humanité du 3 juin 1917.

1286Petrograd – Stockholm et la presse anglaise.

1287Un important article de la Westminster Gazett. Londres. 1er juin 1917.

1288(De notre correspondant particulier.)

1289C’est le correspondant parisien du Times qui nous informa le premier de la décision du congrès socialiste français de se rendre à Stockholm et à Petrograd. Elle a fait l’objet de commentaires assez sévères dans la grande presse. Les journaux de lord Northcliff sont surtout préoccupés de rassurer le public sur les intentions des Russes. Ils insistent avec une sorte d’anxiété sur la détermination des Russes de continuer la guerre. Les autres quotidiens se montrent beaucoup plus circonspects et ne sont pas aussi affirmatifs sur l’état d’esprit combatif de la nouvelle république.

1290La Westminster Gazett qui est considéré comme un journal des plus sérieux et des mieux écrits, qui est connu également pour son indépendance absolue vis-à-vis du gouvernement, a publié hier soir un leader vraiment remarquable.

1291Le journal écrit que nous ne devons pas nous alarmer des faits et gestes des socialistes et des autres.

1292« Ces hommes, dit-il, veulent faire un essai loyal d’application des principes pour lesquels nous luttons tous. Ces principes doivent régénérer les nations, les libérer pour l’avenir de l’angoisse de guerres nouvelles. »

1293« S’ils essaient et qu’ils échouent, nous rien serons pas autrement lésés, mais nous pourrions l’être si nos gouvernements s’opposent à cet essai. »

1294Le journal rappelle ensuite le refus des socialistes russes de se rencontrer avec les majoritaires allemands, puis leur nouvelle proposition d’une conférence préliminaire, préparant une rencontre de tous les socialistes de toutes nationalités et de toutes nuances, proposition admise à l’unanimité par le congrès français.

1295« Si la conférence a lieu, elle aura à clarifier deux points restés obscurs jusqu’à présent, dans l’esprit de tous ceux qui discutent les affaires internationales.

1296« 1°) Que signifie la formule russe, pas d’annexion, ni indemnité ?

1297« 2°) Que fera-t-on pour éviter le retour des horreurs de la guerre ?

1298« Si ces points sont discutés simultanément comme il convient qu’ils le soient, nous ne voyons pas bien en quoi les intérêts des Alliés pourraient en être lésés. Il est temps que l’on cesse d’échanger des formules vaines et vagues de journaliste à journaliste. Ce petit jeu peut se prolonger indéfiniment, et devenir un péril pour l’Europe. Il faut qu’une fois pour toutes on précise le droit des peuples à leur libre développement

1299« Il serait impolitique de la part de notre gouvernement de refuser à Ramsay MacDonald les passeports qui lui permettront de prendre contact avec le peuple russe. Celui-ci est probe et chevaleresque et s’il a renversé la monarchie, c’est en grande partie parce qu’il l’accusait de trahison. Aucun homme, responsable à Petrograd, n’a parlé d’une paix séparée, mais bien d’une paix durable dont la condition est la disparition du militarisme prussien.

1300« Le danger de rupture entre les alliés et les Russes, c’est que ces derniers croient à la possibilité d’une telle paix et que l’idée en soit écartée par notre vieille diplomatie secrète.

1301« Que les gouvernants se rendent compte que tant que les classes ouvrières alliées restent fidèles au drapeau, le prussianisme ne vaincra pas. Ces classes ouvrières sont convaincues qu’il faut rompre avec les vieilles formes diplomatiques. Elles désirent entrer en relation l’une avec l’autre sans l’intermédiaire des diplomates.

« N’oublions pas qu’il sera aussi malaisé d’atteindre les buts moraux que nous nous sommes assigné dans cette guerre que les buts matériels. Toutefois, si nous pouvons reconstruire l’Europe de telle manière qu’elle soit libérée de la menace guerrière, ce sera déjà une grande œuvre. Si les socialistes peuvent nous aider à la réaliser, nous ne devons pas nous en effrayer, car ils désavouent toutes ambitions matérielles. »

Mercredi 6 juin 1917

  • 399 Georges Desplas (1856-1922), avocat, candidat de concentration des Comités républicains radicaux-so (...)

1302Paris. 11 h, réunion chez Desplas399. Il nous dit qu’il va réunir demain jeudi les directeurs des grandes compagnies pour leur proposer une augmentation d’indemnité de cherté de vie à tous les employés quels qu’ils soient.

13033 h. Je prie Lesouple de venir à la Chambre. Nous convenons d’aller à 6 h mettre [ill.] au courant de l’état d’esprit des transports parisiens.

Samedi 9 juin 1917

1304Renaudel et moi allons voir Ribot qui refuse de laisser passer par la censure le télégramme à Kerensky, sous prétexte qu’il y est question de la préparation d’un congrès international.

1305Il nous dit que c’est Pétain qui déclare que si on va à Stockholm, il ne répond plus de l’armée.

Lundi 11 juin 1917

130666, boulevard de Clichy, 1 200 hommes de quatre bataillons en prévision des grèves et de Stockholm.

1307Ribot à la commission des Affaires étrangères.

1308Il nous dit que les Américains nous demandent de la main-d’œuvre de prisonniers allemands.

1309Nous avons en Italie quelques centaines d’artilleurs et des pièces de 19.

1310L’Italie déclare ne pas établir son protectorat sur l’Albanie ; elle se retire en bon ordre.

1311En Thessalie, on est vénizéliste. On a 60 000 hommes ; il y en aura 120 000.

Mardi 12 juin 1917

1312Groupe des députés de Paris. Visite à Viollette Le charbon. La spéculation sur le charbon. La taxe est à 130 F ; on vend le charbon 300 F. Il faut un projet de loi contre la spéculation. Le stock de Paris pour l’hiver. Y a-t-il une carte de charbon pour l’hiver ? Viollette nous dit : il y aura un prix unique de charbon à 110 F.

Mercredi 13 juin 1917

  • 400 Karl Kautsky (1854-1938) dirigeant du SPD, théoricien du marxisme dans ce parti comme dans la IIe I (...)

1313Kautsky400 dit : la révolution russe n’est pas démocratique. Elle est socialiste agraire.

Lundi 18 juin 1917

  • 401 Il s’agit d’un vieux projet de la SFIO déjà annoncé avant la guerre (congrès de Brest, 1913).

1314Le plan de la Maison du peuple401.

1315Achat du terrain : 400 000 F.

1316Immeuble : 600 000 F.

1317Intérêt à 6 % : 60 000 F.

Jeudi 21 juin 1917

1318Des soldats permissionnaires, à la gare de Guingamp, crient à tue-tête : vive la révolution, à bas la guerre. Ce spectacle dure depuis plusieurs semaines et se renouvelle chaque jour. Parfois il y a des altercations avec les officiers. Le plus souvent, ceux-ci ne disent rien. Hier, on a arrêté un soldat excité et on l’a conduit en prison.

Lundi 25 juin 1917

1319Proposition d’avoir 25 000 motoculteurs prêts pour le lendemain de la guerre. Les faire faire en France dans les usines de la Défense nationale. Que l’Etat les fasse faire, qu’il ait dans chaque département un organisme de culture mécanique où on apprendra aux cultivateurs à se servir des machines, où il y aura des pièces interchangeables.

Juillet

Dimanche 1er juillet 1917

  • 402 Joseph Thierry (1857-1918), avocat, fut élu sous l’étiquette « républicain » en 1898 député des Bou (...)

1320Proposition Thierry402.

1321Limitation franchise militaire, relèvement des transports, entrée dans les musées, 80 % bénéfices de guerre, enregistrement, timbre, mutation, droits augmentés, gaz, électricité, impôts nouveaux, les ventes des commerçants majorées d’1/1 000, le franc, les héritages.

Mercredi 4 juillet 1917

1322244 000 étrangers en France en avril 1917.

1323Le service de santé. Il est subalterne, subordonné à tout le haut commandement. C’est le mal.

  • 403 Justin Godard, né le 26 novembre 1871, avocat, fut député du Rhône de 1906 à 1926. Du 1er juillet 1 (...)

1324Le grand quartier général avait commandé 10 000 lits pour les blessés. Godard403 en avait préparé 15 000. On en a eu 70 000.

Jeudi 5 juillet 1917

1325La censure a déchiqueté l’article que j’ai donné à L’Humanité où je signifiais que nous allions prendre une attitude énergique.

Samedi 7 juillet 1917

1326Nous avons 1 500 avions français. Nous aurons 4 000 avions français au printemps. Il y aura 3 000 avions américains à cette date.

1327500 000 tonnes coulées en mai.

1328600 000 tonnes coulées en juin.

Lundi 9 juillet 1917

  • 404 Louis Chapdelaine (1876-1939), député des Côtes-du-Nord de 1910 à sa mort, avait été mobilisé au dé (...)
  • 405 André Maginot (1877-1932) était ministre des Colonies du cabinet Ribot depuis le 20 mars 1917.

1329Chapdelaine404 : C’est Maginot405 qui a eu l’idée de me donner la mission au Japon. Ceci, le lendemain du jour où Maginot fut ministre. Ribot accepte. Il me donne deux cabinets au Quai d’Orsay. Fret, ravitaillement en Extrême-Orient, main-d’œuvre, tonnage, cuivre, coton, pulpe à papier, sucre.

1330Chapdelaine devait faire un emprunt au Japon et avec cet emprunt, faire ses achats ; acheter des navires au Japon ? Or, ça c’était absurde, car c’est à Londres que se fait uniquement l’achat de bateaux japonais. Il y a deux courtiers à Londres chargés par une commission alliée à Londres d’acheter des bateaux japonais.

Mercredi 11 juillet 1917

  • 406 Le roi d’Espagne était alors Alphonse XIII (1886-1941).
  • 407 Antonio Maura (1853-1925), homme de la droite conservatrice, avait entamé une longue carrière polit (...)
  • 408 Alvaro de Figueroa y Torres, conde de Romanones (1863-1950) représentait la gauche politique modéré (...)
  • 409 Eduardo Dato (1856-1931), représentant de la droite modérée, fut Premier ministre d’octobre 1913 à (...)
  • 410 Gumersindo Azcarate (1840-1917), universitaire, était président du parti réformiste créé en 1913 pa (...)
  • 411 Melquíades Alvarez (1864-1936), député de tendance républicaine-socialiste avait fondé en 1913 le p (...)

1331Simmaro. Les officiers espagnols jeunes sont cléricaux et germanophiles. La population ouvrière souffre de la cherté de la vie. Elle menace de la grève générale au moment favorable. Les ouvriers de Barcelone se sont entendus avec les officiers de Barcelone. Les républicains et socialistes quoique proalliés étaient neutralistes. Ils le sont plus encore aujourd’hui que le roi est germanophile406. Les réformistes sont des républicains intellectuels qui s’étaient rapprochés du roi contre Maura407. Les libéraux sont divisés (Romanones408). Dans le parti conservateur, il y a deux courants, les germanophiles avec Maura ; ils sont douze députés pas plus. Dato409 est plutôt avec les Alliés. Les carlistes sont germanophiles. Azcarate410 républicain a vu le roi et a fondé le parti républicain en Espagne. Avec M. Alvarez411, il a fait des adhésions aux Alliés. Romanones a été outré contre le roi après l’affaire des sous-marins de Carthagène. Certains syndicalistes de Barcelone sont zimmerwaldiens et germanophiles. Pourquoi le roi est-il devenu germanophile ? Il voit tous les jours l’attaché militaire allemand ; il croit à la victoire de l’Allemagne. Nous avons des généraux avec nous, révolutionnaires. En Espagne, les Allemands s’arrangent avec les fonctionnaires subalternes, lesquels sont libres et indépendants du pouvoir qui n’a aucune action sur eux.

Dimanche 15 juillet 1917

1332Ce que redoutent les réactionnaires prussiens de l’adoption du suffrage universel pour le Landstag, c’est ceci : une loi règle encore l’institution des majorats pour l’aîné des grandes familles aristocratiques de la Prusse. L’aîné héritant de la propriété, le cadet (junker) est obligé de devenir officier. Avec la démocratisation de la Prusse, le majorat disparaît, une nouvelle loi d’héritage est votée.

Mardi 17 juillet 1917

133310 h. Travaux publics. Délégation de cheminots.

1334Desplas nous dit : mon projet de relèvement aurait eu votre agrément. Mais, le même jour, Thierry a déposé le sien pour les fonctionnaires, et les cheminots ont rejeté le mien et affirmé leurs préférences pour celui de Thierry. Mais voilà que les cheminots réclament. Ils attendent d’être augmentés tout de suite. Alors, ne serait-il pas possible d’appliquer demain avec effet rétroactif pour juin le projet Desplas ? Desplas promet d’étudier la question immédiatement et de nous donner une réponse publique dans deux ou trois jours. L’augmentation de novembre a coûté 80 millions. Celle-ci va coûter 90 millions. Elles absorberont à peu près l’augmentation de 15 % des tarifs.

Mercredi 18 juillet 1917

13359 h matin. Groupe. Audition Thomas. 2 h 30 Chambre.

1336Le service du ravitaillement civil coûte au 31 décembre 1916 : blé : 1 milliard 400 millions. Sucre : 300 millions. Divers : 1 million 300. Déficit mi-1916 : 225 millions.

Jeudi 19 juillet 1917

  • 412 Maître de requête au Conseil d’État, socialiste, Léon Blum (1872-1950) avait dirigé depuis 1914 le (...)

1337Mines de sel gemme en Meurthe-et-Moselle. On va les accorder nous dit Blum412. Il faut le monopole du sel en France. Sels domestiques, sels industriels.

Vendredi 20 juillet 1917

1338Desplas me dit : je vous autorise à dire que l’attribution des augmentations aux cheminots n’est qu’une question d’heures. J’ai l’agrément du Conseil des ministres, du Sénat, des Compagnies ; j’aurai celui de la commission des Travaux publics de la Chambre. Pour les sels, venez me voir, je suis pour le monopole.

Samedi 21 juillet 1917

1339Nous ne luttons pas pour la grande Serbie, ni pour la grande Croatie, ni pour la grande Slovénie, mais pour la fédération yougoslave.

1340« Les officiers du corps volontaire yougoslave en Russie. »

Août

Mardi 7 août 1917

1341M. Duret me dit : le problème de la paix, il est dans le Pacifique : les Australiens, Japonais, Chinois, Américains veulent chasser les Allemands du Pacifique. Les Allemands n’iront plus à Kino-Tchéou. Quand ils y ont été, ils ont installé là une forteresse, au lieu qu’à Hong-Kong, Shangai, Tchefou, les Anglais et les Français ont laissé des villes ouvertes. Si les Allemands perdaient le Pacifique, leurs colonies, leurs débouchés en Chine et Extrême-Orient, ils ne seraient pas payés même par l’annexion ou le contrôle de l’Orient et d’une partie de la Russie. Les Allemands méprisent les Slaves, les Polonais, les Russes, peuples qu’ils jugent inorganiques, incapables de se diriger et de se conduire et qu’ils ont dominé depuis longtemps.

Samedi 25 août 1917

1342Nous voyons à Rouen le préfet Maurain. Il nous dit qu’après la guerre, se prépare pour la région rouennaise un énorme développement industriel, métallurgie, textile, constructions navales, électricité.

1343La maison Worms va construire en aval à 15 kilomètres un chantier où elle fera à la fois six cargos de 8 000 à 10 000 tonnes, avec une ville moderne de 12 000 habitants dont les plans sont faits en ce moment.

1344Mais le préfet nous dit que le patronat normand est d’un égoïsme effroyable, que le prolétariat est alcoolique, peu producteur. Le machinisme est dans un état inférieur.

Vendredi 31 août 1917

1345Dans le New York Herald, Burtsev révèle les tractations Nicolas-Guillaume (octobre-novembre 1904).

13461°) Les empereurs conviennent qu’en cas de danger naval avec l’Angleterre, les armées allemandes envahiront le Danemark ;

13472°) L’Allemagne fit accepter par le tsar, à l’insu de la France, une convention dirigée contre l’Angleterre ;

13483°) L’Allemagne, après le désastre de Mandchourie, se pose en protectrice de la Russie tsariste contre la révolution russe.

  • 413 V.A. Sukhomlinov fut ministre de la Guerre de 1909 à 1915. Soupçonné de « négligence, confinant à l (...)
  • 414 M.V. Rodzienko (1859-1924) était le leader du parti « octobriste » créé après le manifeste d’octobr (...)

1349Le procès Sukhomlinov413. Dépositions de Rodzienko414, Milioukov, Goutchkov. L’optimisme du ministre de la guerre : « Tout est prêt » La résistance de Sukhomlinov aux approvisionnements et aux projectiles pour l’armée. Lenteur criminelle.

Septembre

Mardi 11 septembre 1917

1350La délégation socialiste a été voir Painlevé ; elle a demandé que Thomas soit ministre des Affaires étrangères. Painlevé a dit : pour moi personnellement, j’accepte ; mais il y a des résistances (Deschanel). Painlevé est un doseur et non un oseur. Il ne nous a pas fait l’effet d’un homme d’organisation et méthode. Thomas va aller dire ce soir à Painlevé :

13511°) Il faut que Thomas soit ministre des Affaires étrangères.

13522°) Il faut que Thomas et Painlevé soient conjugués pour faire le ministère. Voici ce que Renaudel a dit à Painlevé : il faut une politique diplomatique ouverte, non secrète, une Société des Nations entre les Alliés. Il ne faut pas que ce soit la victoire qui détermine la paix, mais le droit. Il faut un contrôle gouvernemental civil aux armées. Il faut un contrôle parlementaire total. Il faut la préparation de la campagne d’hiver (repos, couchage, aviation, ALGP). Il faut l’examen des effectifs interalliés. Il nous faut une augmentation de nos artilleurs par rapport aux fantassins. Il faut le recensement des produits et des besoins, un rationnement, la réquisition, l’achat national. Exploitation directe des richesses nationales. La justice et les scandales. Les libertés ouvrières. Droit syndical aux fonctionnaires. Les délégués ouvriers. La liberté de réunion. Il faut que les soldats puissent assister aux réunions syndicales et de groupe. Nos délégués près de Painlevé. Les circulaires contre la liberté de réunion n’auront, dit Painlevé, qu’un caractère platonique. Censure large au point de vue politique, réorganisation politique de la France, les élections de 1918. Il faut une combinaison ministérielle qui fasse du gouvernement un Comité de salut national.

1353Sur l’ensemble de ces points, Painlevé était d’accord avec nous.

Jeudi 27 septembre 1917

1354En Espagne. L’affaire Bréal, Gilard. Cambon est l’ami de Quinones de Léon, le représentant de l’Espagne à Paris. Il ne fait rien contre tout ce qu’a fait le gouvernement espagnol contre les Français. Les sous-marins allemands se ravitaillent dans les ports espagnols.

1355La grève des Asturies continue ; le charbon n’y est plus extrait. Les mineurs sont des petits paysans libres. Le charbon manque. Sur les chemins de fer, c’est la grève perlée. Retard continuel. Sabotage. Les compagnies de gaz ferment. Le coton manque ; pas d’industrie textile. Il y a eu une répression sauvage ; la haine est énorme ; la campagne parlementaire continue. L’armée entière est germanophile ; le roi dit : ce sont les Français qui ont payé la révolution. Nos journaux injurient les révolutionnaires espagnols. Romanones peut être pour nous un Vénizélos. Nous sommes en train de faire en Espagne une alliée puissante de l’Allemagne. C’est une folie de laisser établir en Espagne une base allemande. Il faut que l’Espagne soit avec nous. Pour cela, il faut que nous soyons avec les républicains et les socialistes espagnols. Est-ce que l’ambassadeur français a été féliciter le gouvernement espagnol après la répression ?

Samedi 29 septembre 1917

  • 415 Louis Lucien Klotz (1868-1930), avocat à la cour d’appel de Paris, fut député de la Somme de 1898 à (...)
  • 416 Albert Claveille (1865-1921), ingénieur, avait été secrétaire général d’A. Thomas, alors sous-secré (...)

1356Par 7 voix contre 6, la commission du Budget vote le projet d’augmentation des tarifs de chemin de fer. Klotz415 est pressé. Il a toutefois souligné que si on accordait l’argent, il y aurait difficulté aggravée pour le rachat. Il faut une révision des conventions. Pas de gare d’eau. Claveille416 avait à la réunion de la Chambre promis que le traité Cotel est signé. Il a signé. Sa signature suffit.

Dimanche 30 septembre 1917

1357Nos prisonniers en Allemagne sont très débilités : nous avons 400 000 hommes. Il y a des Allemands qui disent à vos prisonniers, c’est votre gouvernement qui vous empêche de revenir en France. Pourquoi le gouvernement français, en effet, ne veut-il pas de l’arrangement franco-allemand ? L’arrangement porterait sur 150 000 pères de famille. Quarante ans. Dix-huit mois de captivité. Les officiers. En août, l’Allemagne refuse à la France, accepte le 24 septembre. Le Comité de guerre refuse la proposition, après un rapport du grand quartier général qui est un monument de sottise...

Octobre

Samedi 13 octobre 1917

1358Nos amis suédois arrivent au pouvoir. Mais en même temps qu’ils arrivent on resserre le blocus de la Suède. Ils ont des difficultés intérieures au point de vue constitutionnel. Le Sénat suédois est élu par les conseils nationaux élus censitairement ; les socialistes et les radicaux veulent changer cela.

Dimanche 14 octobre 1917

1359Les Allemands préparent 4 000 avions de bombardement pour les villes françaises au printemps.

Lundi 15 octobre 1917

  • 417 Aristide Briand (1862-1932), avocat, ancien socialiste d’extrême gauche, avait été élu député de la (...)

1360Dans les couloirs, Briand417 dit : j’ai été appelé à causer par un Belge très considérable qui m’a dit : « Au nom du Kaiser, je vous offre l’Alsace-Lorraine, des réparations. » Vous me donnerez des traités économiques raisonnables. Vous ne parlerez pas de la rive gauche du Rhin. Cette affaire sera négociée avec les Alliés.

  • 418 Raymond Poincaré (1860-1934) était président de la République depuis 1913.

1361Briand a transmis ces propositions à Poincaré418, à Ribot, à Painlevé le 20 septembre. On lui a dit : c’est un piège, vous voulez faire une paix séparée. On lui a défendu d’aller à la frontière. On a dit à son interlocuteur, si vous venez en France, on vous arrêtera.

Novembre

Samedi 3 novembre 1917

  • 419 Georges Hertling (1843-1919) succéda au poste de chancelier de l’Empire allemand le 3 novembre 1917 (...)

1362Hertling419, clérical militant, l’homme des Jésuites de Vienne. Restauration du Saint Empire romain germanique. Restauration du pouvoir temporel du pape.

Vendredi 9 novembre 1917

  • 420 C’est ainsi qu’on appelait parfois les bolcheviks.

1363Causes du progrès des maximalistes420 : 1°) Kerensky n’a pas solutionné la question agraire. 2°) Le gouvernement russe n’a pu imposer aux Alliés de dire leurs buts de guerre.

Dimanche 11 novembre 1917

1364Ce que veulent les Allemands en Afrique. Notre empire africain doit aller du Cameroun 5° latitude nord vers l’Est, aboutir à la côte de l’océan Indien.

1365Au Sud, une frontière allant du Mozambique pour atteindre l’Angola à l’Ouest.

Mardi 13 novembre 1917

1366Déjeuner à l’hôtel Crillon. Les dix députés américains.

1367Les députés américains se plaignent de la dictature de Wilson et de ce que le Parlement américain soit si peu consulté.

Mercredi 14 novembre 1917

  • 421 Louis Loucheur (1872-1931), polytechnicien, fondateur d’une société de travaux publics avant-guerre (...)
  • 422 Bruneau-Varilla, en fait Maurice Bunau-Varilla, était directeur du très influent quotidien Le Matin

1368Le général Atterburg est le vice-président de la Pennsylvania-Railway. Il est le général des chemins de fer en France pour les troupes américaines. Il est enchanté de la façon dont les Français ont transporté les troupes en Italie. Il est très satisfait de Claveille et Loucheur421. Il me demande ce que je pense de Bruneau-Varilla422 avec lequel il déjeune souvent. Il me demande ce que je pense de l’introduction en France des méthodes de travail américaines ; il avait peur que les socialistes s’y opposent

Mercredi 21 novembre 1917

1369Notre époque est une époque de moralité très basse. Les scandales sont partout. Après la guerre, on aura un grand besoin de jouissance ; il y aura aussi un grand besoin de démocratie et un de capitalisme. A. Thomas et Loucheur seront les représentants des deux courants.

Décembre

Samedi 1er décembre 1917

  • 423 Stephen Pichon, ami personnel de G. Clemenceau, dirigea formellement le ministre des Affaires étran (...)

1370Visite à Pichon423 avec une délégation de la commission nommée sur la demande socialiste, afin de suggérer à Pichon de se montrer favorable à la Russie et de demander à la conférence interalliée, en particulier aux Américains, de se montrer aussi bienveillante que possible.

Mardi 4 décembre 1917

  • 424 Georges Weill (1882-1970), économiste, militant socialiste et député au Reichstag, s’était engagé d (...)

1371Weill424. Il faut rétablir en Russie, le knout et la guillotine, avoir un pouvoir fort ; les socialistes ont été d’une faiblesse qui a tout gâté.

Mardi 11 décembre 1917

1372Caillaux est inculpé. On l’accuse, dans le fond, d’avoir compté sur la défaite ou sur la non-victoire pour établir sa fortune politique.

  • 425 Référence à la guerre de 1870 et à Adolphe Thiers.

1373C’est exactement l’accusation que les républicains de 70 à Tours portèrent contre Thiers425.

  • 426 Paul Deschanel (1856-1922) député républicain modéré depuis 1886, présida la Chambre des députés de (...)

1374Hier, lorsque Deschanel426 lut la demande gouvernementale de levée de l’immunité parlementaire, ce fut au début de la séance, dans le brouhaha. Personne n’y prit garde. Exactement comme à la Convention, on lut l’acte d’accusation contre Danton. Et quand un député s’éleva contre la procédure, il y eut un discours de Robespierre pour rappeler que tout le monde, petit ou grand, devait être soumis à la même justice.

Mardi 25 décembre 1917

1375563 F, pension des veuves. 150 F par enfant ? Nous défendrons une majoration pour les grandes villes, 75 F pour Paris. Si le mari meurt pensionné, 563 F, que le mari soit mort de maladie ou tué.

Vendredi 28 décembre 1917

  • 427 Georges Clemenceau (1841-1929) avait déjà une longue carrière politique derrière lui (tant sous la (...)

1376Chez Pichon. Nous lui demandons. Nous voulons aller à Petrograd. Donnez-vous les passeports ? Votre discours est-il votre dernier mot ? Il répond : je demanderai à Clemenceau427. Clemenceau fait répondre, je vous recevrai quand la Chambre sera en vacances.

Notes

1 Pavel Milioukov (1859-1943) était historien et leader du parti des « Cadets » (constitutionnels-démocrates). Il allait être ministre des Affaires étrangères du premier gouvernement provisoire.

2 Les zemstvos étaient des organismes municipaux mis en place par la réforme de 1864 dans la plupart des provinces de l’empire. Durant la Première Guerre mondiale, les zemstvos se fédérèrent en une Union panrusse des zemstvos pour l’aide aux combattants malades et blessés. Cette organisation, au départ humanitaire, allait, devant la carence du gouvernement, s’occuper des questions d’intendance, des réfugiés, des prisonniers de guerre et de la mobilisation des ressources économiques en faveur de l’effort de guerre.

3 Le général Soukhomlinov était ministre de la Guerre de la Russie depuis 1909 et le fut jusqu’en mars 1916, date à laquelle il fut remplacé par le général Shuvayeff.

4 Boris Vladimirovitch Stürmer cumula du 20 janvier au 10 novembre 1916 les fonctions de président du Conseil des ministres, de ministre de l’intérieur et de ministre des Affaires étrangères. Peu après le début de la révolution, il mourut dans la forteresse Pierre-et-Paul où il était détenu.

5 Homme corrompu, Protopopov avait été nommé ministre de l’intérieur en septembre 1916 grâce semble-t-il aux intrigues de Raspoutine. Il passait pour être favorable à l’Allemagne. Il fut relevé de ses fonctions le 20 décembre 1916, arrêté le 2 mars 1917 avant même l’abdication du tsar, emprisonné et fusillé par les bolcheviks en 1918.

6 Grigori Iefimovitch Raspoutine (1872-1916), moine illettré, avait pris un grand ascendant sur la famille impériale. Ses débauches crapuleuses le discréditèrent ainsi que le régime. Il fut assassiné en décembre 1916 par le prince Ioussoupov et un politicien d’extrême droite.

7 Le général Polivanov fut chargé par Goutchkov de présider la commission destinée à réformer le code de la justice militaire (Schapiro, p. 144).

8 Sadzonov avait été ministre des Affaires étrangères du gouvernement russe depuis 1910 et le fut jusqu’à la chute du tsar.

9 Diplomate français.

10 Denys Cochin (1851-1922), député de la Seine de 1893 à 1919, catholique, avait été nommé ministre d’État dans le cinquième cabinet Briand le 29 octobre 1915 et fut envoyé en mission en Grèce. Le 14 décembre 1916 il fut nommé sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères dans le sixième cabinet Briand ; il allait être confirmé dans ses fonctions le 20 mars 1917 dans le cinquième cabinet Ribot.

11 Il s’agit sans doute du diplomate Agenor Maria Adam Goluchowsky (1849- 1921).

12 S’agit-il du secrétaire du syndicat du personnel civil du service hydrographique de la Marine qui devait être élu en mars 1924 secrétaire adjoint de la Fédération des fonctionnaires ? (DBMOF, t. XX, p. 426).

13 Il s’agit vraisemblablement de Charles Laurent (1879-1965) créateur en 1909 de la Fédération des fonctionnaires. Réformé, il n’avait pas été mobilisé en 1914 et réussit à redonner vie à la fédération en 1917 ainsi qu’à obtenir pour les fonctionnaires une indemnité de vie chère.

14 Paul d’Estournelles de Constant (1852-1924) député de la Sarthe de 1895 à 1904, sénateur de la Sarthe de 1904 à 1924, intervint peu durant la guerre et jamais sur les opérations militaires. Membre de la cour permanente d’arbitrage de La Haye en 1900, il avait contribué à répandre les idées d’arbitrage international et de réconciliation, ce qui le rapprocha des milieux pacifistes. Prix Nobel de la paix en 1909, il contribua pendant la guerre à obtenir l’intervention des États-Unis aux côtés des Alliés.

15 Jacques Piou (1838-1932) avait été avec Albert de Mun le fondateur de l’Action libérale populaire en 1902 qui regroupait les catholiques liés à la République. Il fut député de la Haute-Garonne de 1885 à 1893 puis de 1898 à 1902 et député de la Lozère de 1906 à 1919. En 1914 il fut vice-président de la commission du budget en même temps que membre de la commission des Affaires étrangères où il succéda précisément à Albert de Mun.

16 Paul Bluysen (1861-1928), journaliste, était député de l’Inde française depuis 1910 et devait le rester jusqu’en 1924. Il s’était proposé de faciliter l’accession à la citoyenneté française aux militaires de l’Algérie, des colonies et des protectorats, et prit en 1916 une part active à la discussion du projet de loi relatif au régime de la presse en temps de guerre. En 1917 il intervint également sur les questions de ravitaillement.

17 Lucien Lacaze, né en 1860, contre-amiral, avait été chef de cabinet dans divers ministères avant guerre. Il fut ministre de la Marine sans interruption du 21 octobre 1915 au 2 août 1917.

18 Sir Pearcy Scott (1853-1924), amiral depuis 1913, était attaché à l’Amirauté depuis 1913 pour des missions spéciales et spécialisé dans les questions d’armement.

19 Consul de France en Chine.

20 L’Osservatore Romano était publié par le Vatican.

21 Il Corriere d’Italia était un quotidien italien influent.

22 Tommaso Tittoni, né en 1855, sénateur depuis 1902, avait été ministre des Affaires extérieures de 1903 à 1909 puis ambassadeur d’Italie en France de 1910 à 1916. Il était ministre d’État depuis 1916.

23 Arturo Labriola (1873-1959), adhérent au parti socialiste italien depuis 1895, se prononça pour l’intervention de l’Italie dans la guerre en 1914. Il salua avec enthousiasme la révolution russe en février 1917 et fit partie de la délégation envoyée en mai 1917 en Russie par le gouvernement italien pour exhorter le nouveau gouvernement à poursuivre la guerre.

24 André Maginot (1877-1932) ; auditeur au Conseil d’État, député de la Meuse de 1910 à 1932, avait été sous-secrétaire d’État à la Guerre du 9 décembre 1913 au 9 juin 1914. Mobilisé en 1914 comme simple soldat, il fut blessé. Revenu à la Chambre en 1915, il devint président de la commission de l’armée en 1917. Il allait être ministre des Pensions puis de la Guerre après 1918.

25 Paul Painlevé (1863-1933), mathématicien, député de la Loire de 1910 à 1928 avait été ministre de l’instruction publique du 29 octobre 1915 au 12 décembre 1916. Il allait être ministre de la Guerre du 20 mars au 7 septembre 1917.

26 Philippe Pétain (1856-1951), général de brigade puis de division à partir du 31 août 1914, s’était opposé violemment à la théorie de l’offensive à outrance en terrain découvert prônée par l’état-major en 1914 et partisan d’économiser autant que possible les vies humaines. Nommé responsable du secteur de Verdun au lendemain de l’attaque de ce dernier par les forces allemandes le 24 février 1916, il put sauver la situation en organisant les transports et l’artillerie. Le 10 mai 1917 il fut nommé général en chef des armées françaises et eut à faire face aux mutineries de l’armée. L’étendue de la répression qu’il dirigea est encore controversée.

27 Le général Robert Nivelle (1856-1924) accéda au haut commandement des armées françaises quelques jours après la constitution du sixième ministère Briand le 12 décembre 1916.

28 Marius Moutet (1876-1968). Avocat, socialiste, lié à A. Briand fut partisan de l’Union sacrée en 1914. Sa femme, d’origine russe, était liée à C. Rakovsky. Il allait être envoyé en 1917 par le gouvernement à Petrograd pour exhorter les nouveaux dirigeants à ne pas signer de paix séparée. Il défendit Caillaux lorsque ce dernier, accusé de trahison passa en Haute Cour.

29 Joseph Caillaux (1863-1944). Inspecteur des Finances, un des dirigeants de la gauche du Parti radical, député depuis 1898 avait été un des partisans les plus déterminé de l’impôt sur le revenu avant 1914. Il avait tenté de toutes ses forces d’éviter la guerre avec l’Allemagne lors de la crise d’Agadir en 1911. Durement attaqué par le Figaro, début 1914, Caillaux dut démissionner du ministère des Fiances en mars 1914 à la suite de l’assassinat du directeur de ce journal, Gaston Calmette, par Mme Caillaux. Bien que le procès de cette dernière se soit terminé par un non-lieu, et bien qu’il ait été réélu député le 26 avril 1914, Caillaux vit sa popularité fort émoussée. Fort opposé à la guerre, il fut particulièrement attaqué par Clemenceau à partir de novembre 1917 qui chercha à l’impliquer dans les affaires Bolo Pacha et du Bonnet Rouge. Il devait être arrêté en janvier 1918 pour « intelligence avec l’ennemi » et condamné à 3 ans d’emprisonnement ainsi qu’à la privation de ses droits politiques. Il put néanmoins reprendre une carrière politique à partir de 1924.

30 J.J Jusserand, né en 1865, était ambassadeur de France aux États-Unis depuis février 1903. En 1933, il publia ses mémoires, What me befell. The reminiscences of J.J . Jusserand (Londres, Constable).

31 Édouard Herriot (1872-1957). Normalien, historien avait été professeur de lettres. Membre du parti radical, il était maire de Lyon depuis 1905 et sénateur du Rhône depuis 1912. S’occupant en premier lieu de ses fonctions municipales il fut appelé dans le 6e Cabinet Briand au ministère des Transports, des Travaux publics et du Ravitaillement et devait le rester jusqu’au 18 mars 1917.

32 Le général A. Broussilov fut le premier commandant en chef de l’armée tsariste. Maintenu à son poste, il lança le 18 juin 1917 une offensive de l’armée russe qui échoua.

33 Georges Buchanan (1854-1924), diplomate britannique, fut ambassadeur en Russie de 1910 à 1918. Il publia ses Mémoires, My Mission to Russia (Londres, 1923). Il avait consacré tous ses efforts à combattre les influences proallemandes en Russie ainsi que toute possibilité de paix séparée.

34 René Viviani (1863-1925), socialiste indépendant, fut président du Conseil en 1914 et décréta la mobilisation. Le 26 août 1914 il forma un cabinet d’Union sacrée qu’il présida jusqu’au 29 octobre 1915. Dans les deux cabinets Briand qui lui succédèrent, il fut ministre de la Justice jusqu’au 20 mars 1917 ainsi que dans le gouvernement Ribot jusqu’au 8 septembre 1917. En avril-mai 1917 il devait assurer aux États-Unis une mission d’information aux côtés du maréchal Joffre.

35 Albert Thomas (1879-1932), professeur d’histoire, était député socialiste du Tarn depuis 1910. Se classant à la droite de la SFIO il se passionnait pour les questions économiques. Mobilisé en août 1914 il fut nommé en mai 1915 sous-secrétaire d’État à l’Artillerie et aux Équipements militaires. Le 12 décembre 1916 il fut nommé ministre aux Armements avec accès au comité de guerre, dans le sixième Cabinet Briand et devait être maintenu à ce poste le 20 mars 1917 dans le gouvernement Ribot. En août 1917 il fut envoyé en mission en Russie pour servir d’intermédiaire entre le gouvernement français et les premiers gouvernements révolutionnaires russes.

36 Étienne Clémentel (1864-1936) devait être ministre du Commerce, de l’industrie, des PTT et de la Marine marchande dans le gouvernement Clemenceau. Il occupa cette responsabilité plus en technicien qu’en politique jusqu’au 20 janvier 1920. Il était député du Puy-de-Dôme, depuis 1900, inscrit au groupe de la gauche radicale et avait été plusieurs fois ministre avant 1914. Il fut ministre du Commerce et de l’industrie à partir du 29 octobre 1915 et le resta jusqu’en 1920.

37 Alexandre Ribot (1842-1923), député du Pas-de-Calais de 1878 à 1909 puis sénateur de ce département jusqu’en 1923, avait déjà derrière lui une longue carrière ministérielle quand il fut nommé ministre des Finances du 26 août 1914. Il devait le rester jusqu’au 20 mars 1917. Il fut alors choisi par Raymond Poincaré comme président du Conseil – et s’attribua les Affaires étrangères – jusqu’au 12 septembre 1917. Il devait garder les Affaires étrangères jusqu’au 16 novembre de la même année.

38 Maurice Viollette (1870-1960), avocat et journaliste, dirigeant du parti républicain-socialiste dont il avait été des fondateurs en juillet 1911, devint ministre du Ravitaillement général et des Transports maritimes dans le cabinet Ribot du 20 mars au 7 septembre 1917.

39 Ernest Lafont (1879-1946), avocat, socialiste, était maire de Firminy (dans la Loire). Il se prononça pendant la guerre pour une collaboration conditionnelle avec un gouvernement de Défense nationale et fit effectivement partie d’une mission en Russie en 1917, avec Marcel Cachin.

40 Theobald von Bethmann-Hollweg était chancelier du Reich depuis 1909.

41 Il s’agit peut-être de l’homme d’affaires Albert Ballin (1857-1918).

42 Theobald von Bethmann-Hollweg (1856-1921) fut chancelier de l’Empire allemand de juillet 1909 à juillet 1917.

43 Il s’agit du « manifeste » promulgué le 17 octobre 1905, par lequel Nicolas Il établissait une assemblée élue, aux pouvoirs limités, la Douma.

44 Goutchkov A.I. (1862-1936). Industriel moscovite, leader du parti octobriste, ainsi nommé par le soutien que ce parti accorda au manifeste impérial du 17 octobre 1905.
Quoique le parti fût monarchiste, Goutchkov, qui avait présidé la troisième Douma (1907-1912) s’opposa à la dynastie pendant la guerre considérant qu’elle n’organisait pas le pays pour la Défense nationale. Il présida le Comité central des industries de guerre avant d’obtenir le portefeuille de la Guerre dans le premier cabinet du gouvernement provisoire (mars-mai 1917) et se montra un ferme partisan de la poursuite de la guerre contre l’Allemagne. Considérant que l’armée sombrait dans l’anarchie, il démissionna avec Milioukov, son collègue ministre des Affaires étrangères en mai 1917 et émigra après la révolution d’Octobre.

45 Tchkeidze N.S. (1864-1926). Leader des mencheviks aux troisièmes et quatrièmes Doumas, il présida le Comité exécutif du Soviet de Petrograd. Après la révolution d’octobre, il présida l’Assemblée constituante menchevik de Géorgie. Émigra en 1921.

46 Marius Moutet (1876-1968). Député socialiste du Rhône, il fit partie, avec Lafont et Cachin, de la délégation socialiste française envoyée en Russie pour convaincre les socialistes russes de la nécessité de poursuivre sans défaillance la guerre contre l’Allemagne.

47 M. de Montholon. Premier attaché d’ambassade à Londres pendant la Grande Guerre, il était l’arrière-petit-fils de Charles de Montholon, ambassadeur de Napoléon Ier.

48 Les trois militants socialistes anglais envoyés par le parti travailliste à la demande de la SFIO et du gouvernement britannique étaient James O’Grady, catholique irlandais, député de Leeds, président des trade-unions ; W. Thome, député travailliste de Londres et W. Sanders, membre de la Fabian Society, association socialiste anglaise prônant un socialisme municipal plus proche de James Stuart Mill que de Karl Marx. Associée dès 1900 aux syndicats, la Fabian Society fut à l’origine de la fondation du parti travailliste en 1906.

49 Arthur Henderson (1863-1935), membre du cabinet présidé par Lloyd George et chef du parti travailliste, se rendit à Petrograd en avril 1917 afin de renforcer l’action politique d’Albert Thomas, et des autres socialistes alliés.

50 Mme Plekhanov. Épouse du socialiste russe G. Plekhanov (1856-1918).

51 Épouse d’Ernest Lafont (1879-1946), maire de Firminy, député socialiste de la Loire, envoyé en mission en Russie avec Moutet et Cachin. Comme Cachin, Ernest Lafont était membre de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, fonction officielle qui devait rendre méfiants un certain nombre de révolutionnaires russes.

52 Il s’agit de militants socialistes révolutionnaires russes émigrés à Londres, tels Cernov, Savinkov, Avksentiev, qui rentrèrent en Russie au mois d’avril 1917.

53 Paul Cambon (1843-1924) fut ambassadeur de France à Londres de 1898 à 1920.

54 Charles Dumas. Député socialiste, ancien chef de cabinet de J. Guesde.

55 André Tardieu (1876-1945), chef de cabinet de Waldeck-Rousseau, rédacteur du « Bulletin de l’étranger » au journal Le Temps, fut élu député en 1914.

56 Allusion aux revendications du gouvernement français concernant la rive gauche du Rhin ainsi que la Syrie et la Cilicie. Ces deux territoires, selon l’accord anglo-français Sykes-Picot du 3 janvier 1915 devaient, à l’issue de la guerre, revenir à la France.

57 Le conseil national de la SFIO avait voté, le 14 juillet 1915, une déclaration définissant les conditions d’une paix démocratique, fondée sur le principe des nationalités « impliquant à la fois la volonté d’écarter toute politique d’annexion et le rétablissement du droit qu’ont les populations opprimées de l’Europe à disposer d’elles-mêmes, et à faire retour à la nation dont elles ont été brutalement séparées ».

58 Ce chiffre est fortement exagéré. Seuls quelques régiments prirent part, à Petrograd, au renversement de l’ancien régime.

59 Il s’agit du Soviet des députés ouvriers et soldats de Petrograd, créé le 27 février 1917 par quelques militants révolutionnaires, en majorité sans-parti ou mencheviks, pour faire pendant au Comité de la Douma.

60 Le titre exact du journal était Izvestia Sovieta Rabocih Deputatov (« Nouvelles du Soviet des ouvriers de Petrograd »). Ce journal, dont le premier numéro datait du 28 février, était l’organe du Soviet de Petrograd, présidé alors par Tchkeidze. Il prônait une ligne défensiste et patriotique, proche de celle de la majorité (menchevik et socialiste-révolutionnaire) des députés du Soviet à cette étape de la révolution.

61 Historien et homme politique, I.N. Milioukov (1859-1943) fut le dirigeant du parti constitutionnel-démocrate (Cadet, ou K-D) et l’une des figures russes les plus connues dans les milieux politiques d’Europe occidentale. Dans le premier cabinet du gouvernement provisoire, il occupa le poste clé de ministre des Affaires étrangères. Il démissionna après deux mois de gouvernement au cours desquels il s’efforça de maintenir l’effort de guerre russe, de rester fidèle aux engagements du gouvernement tsariste vis-à-vis de ses alliés de l’Entente et de maintenir les buts de guerre tsaristes, notamment l’annexion de Constantinople par la Russie. Il dut démissionner après les remous politiques provoqués par la Note sur les buts de guerre du nouveau régime envoyée aux Alliés.

62 Après son abdication (2 mars 1917), Nicolas II et sa famille furent gardés en résidence surveillée dans le palais d’Été à Tsarskoïe Selo, près de Petrograd. Des négociations furent entreprises pour leur assurer le chemin de l’exil, notamment en Grande-Bretagne. Le Soviet de Petrograd s’y opposa et le gouvernement britannique enterra le projet, de peur de s’aliéner l’amitié de la Russie nouvelle.

63 Prince de Saxe-Cobourg-Gotha (1861-1948), roi de Bulgarie depuis 1908, il dut abdiquer en faveur de son fils Boris le 3 octobre 1918.

64 N. Radov (1864-1925) était le chef du gouvernement bulgare depuis 1914.

65 Éleutherios Vénizélos (1864-1936) à nouveau président du Conseil de 1917 à 1920.

66 L’idée que les Russes étaient prêts à conclure une paix séparée se répandit en Europe après « l’Appel du Soviet aux peuples du monde entier » (14/27 mars 1917). On retint de cet appel certaines phrases à tonalité pacifiste. (« Le temps est venu de commencer un combat décisif contre les ambitions annexionnistes de tous les gouvernements. ») Cette idée d’une paix « sans annexions ni contributions », avec droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, défendue par le Soviet et les partis socialistes russes, allait à l’encontre de tous les traités conclus entre la Russie tsariste et ses alliés, notamment celui de mars 1915 au sujet de Constantinople. Cédant aux instances du gouvernement tsariste, la France et la Grande-Bretagne consentirent à l’annexion, par la Russie, de la ville de Constantinople, du Bosphore et des Dardanelles. En contrepartie, la Russie admit l’annexion par la France de la Syrie et de la Cilicie. La question de Constantinople allait être au cœur de la crise politique d’avril 1917, qui allait déboucher sur la démission du ministre des Affaires étrangères Milioukov et la constitution d’un gouvernement de coalition.

67 Député du parti octobriste aux troisième et quatrième Doumas, A.D. Protopopov (1866-1918) fut ministre de l’intérieur de 1916 à la révolution de février 1917. Arrêté après la révolution de février 1917. Arrêté après la révolution d’Octobre, il fut fusillé par les bolcheviks en 1918.

68 Sir George Buchanan (1854-1924) fut ambassadeur de Grande-Bretagne en Russie pendant la Première Guerre mondiale. Il entra en relation avec les milieux libéraux pendant la guerre, et dans les derniers mois de l’ancien régime, fit savoir au tsar que son gouvernement était profondément impopulaire et que des réformes s’imposaient.

69 Avocat de formation, Alexandre Fedorovic Kerensky (1881-1970) fut un dirigeant du parti travailliste (« troudovik ») à la quatrième Douma. Il fut vice-président du Soviet de Petrograd et ministre de la Justice dans le premier cabinet du gouvernement provisoire. Dans le premier cabinet de coalition (mai-juillet 1917), il prit le portefeuille de la Guerre. Il devint président du Conseil en juillet 1917 et fut renversé dans ces fonctions par les bolcheviks en octobre 1917. Il émigra après la révolution d’Octobre et laissa d’importants Mémoires.

70 Il s’agit de I.I. Bunakov-Fondaminsky, membre du parti socialiste-révolutionnaire.

71 N.D. Avksentiev (1878-1943), un des plus anciens dirigeants du parti socialiste-révolutionnaire, était un des rédacteurs du journal russe de l’émigration Prizyv. Revenu d’exil en Russie, il devint président du Conseil panrusse des députés paysans et entra dans les second et troisième cabinets du gouvernement provisoire comme ministre de l’intérieur. Il émigra après la révolution d’Octobre.

72 Socialiste-révolutionnaire, N.A. Argunov (1866-1932) fut responsable du parti socialiste-révolutionnaire à Saratov dès 1896. Fondateur, en 1901, du premier journal socialiste-révolutionnaire illégal. Membre du Comité central du parti socialiste-révolutionnaire depuis 1906. Signataire en septembre 1915, avec G. Plekhanov, Avksentiev et Alexinsky, d’un Manifeste patriotique prônant la guerre jusqu’à la victoire contre l’Allemagne.

73 Écrivain, B.V. Savinkov (1879-1925) était membre du parti socialiste-révolutionnaire. Après la révolution d’Octobre, il prit la tête d’une « organisation de combat » contre les bolcheviks.

74 Militant menchevik, A.F. Staal (1880-1942) avait émigré en Grande-Bretagne depuis 1907. En juin 1917, il devint membre du Comité exécutif du Soviet de Moscou. Émigra après la révolution d’Octobre.

75 A.S. Rubinspeiser (1872-1934), militant menchevik, eut des responsabilités dans les organisations coopératives de Petrograd en 1917.

76 N.A. Mokhrunov (1876-1932), militant menchevik, membre du Soviet de Petrograd en 1917. Émigre en 1920.

77 V.L. Wassitch (1882-1935), militant menchevik, eut des responsabilités dans le mouvement coopératif.

78 Ancien bolchevik et ancien collaborateur de Lénine dans les années précédant la Première Guerre mondiale, Alexinsky prit une position « social-patriote » lorsque éclata le conflit et se rapprocha des libéraux. Émigra après la révolution d’Octobre.

79 Ou « troudoviki ». Ce groupe, aile droite du parti socialiste-révolutionnaire, se constitua en parti indépendant en 1906 après avoir présenté, contre l’avis du parti SR, des candidats aux élections à la Douma. Le principal leader du parti travailliste était Kerensky.

80 Cette assemblée, trop à gauche pour le pouvoir tsariste, fut dissoute après cent jours d’existence (20 février-2 juin 1907).

81 Cadets (de K-D, initiales russes de constitutionnels-démocrates) : membres du parti constitutionnel-démocrate, fondé en octobre 1905. Leader : Milioukov. Programme libertés civiques et politiques, suffrage universel, réforme agraire libérale. Ce parti de la bourgeoisie libérale domina le premier cabinet du gouvernement provisoire (mars-mai 1917).

82 La position des bolcheviks vis-à-vis de la guerre était en fait, dans les premières semaines qui suivirent la révolution de Février, plus complexe que ne la présente Fondaminsky. Tandis que certains bolcheviks (dits « de gauche ») adoptaient le slogan « À bas la guerre ! » deux des principaux leaders bolcheviks restés en Russie, Kamenev et Staline, écrivaient le 14 mars dans la Pravda que « ni la désorganisation, ni le slogan vide “À bas la guerre !” ne constituent des mots d’ordre ». Quant à Lénine, très minoritaire dans son parti jusqu’à la fin du mois d’avril, il recommandait « la transformation de la guerre impérialiste en guerre civile ».

83 Partisan du point de vue exprimé par les socialistes qui participèrent à la conférence internationale tenue du 5 au 8 septembre 1915 à Zimmerwald, près de Berne. Les délégués présents à cette conférence réclamaient l’abandon de la politique d’Union sacrée, une « paix sans annexions ni contributions ». Ces idées devaient être largement reprises par une majorité des socialistes russes, des délégués du Soviet de Petrograd (y compris par des éléments très modérés tel Ceretelli). En France et en Grande-Bretagne, où « l’esprit de Zimmerwald » fut assimilé au pacifisme, les « zimmerwaldiens » restèrent toujours très minoritaires.

84 Israël Zangwill (1864-1926), écrivain célèbre et conférencier favorable à la cause sioniste.

85 Independant Labour Party.

86 Member of the Parliament : député à la Chambre des communes britannique.

87 Révolutionnaire anarchiste russe, P.A. Kropotkine (1842-1921) avait émigré en Grande-Bretagne en 1886. Il revint en Russie en avril 1917, mais ne joua aucun rôle politique dans la révolution russe.

88 Homme politique et économiste britannique, Sidney Webb (1859-1947) fonda la Fabian Society. Acquis aux idées socialistes, il prit la tête du parti travailliste en 1915.

89 Il s’agit des bolcheviks.

90 Henry Mayers Hyndman (1842-1921) dirigea après 1911 le parti socialiste britannique. Lors de l’entrée de la Grande-Bretagne dans le conflit, il soutint une politique d’union nationale et de défense patriotique. En 1916, il fonda le parti socialiste national.

91 William Stephen Sanders (1871-1949) fut secrétaire de la Société fabienne de 1914 à 1920, et de 1913 à 1915, membre du Comité exécutif du parti travailliste.

92 Secrétaire de la IIe Internationale de 1905 à 1922, Camille Huysmans (1871- 1968) entreprit la lourde tâche de réunir les différentes sections de la IIe Internationale dans un programme commun pour les négociations à venir sur la paix future de l’Europe. Avec le succès de la révolution de Février en Russie, se fit jour l’idée de réunir une conférence socialiste internationale chargée de définir les conditions de la paix future de l’Europe. L’idée d’une telle réunion fut soutenue par les partis socialistes des pays neutres qui en entreprirent l’organisation, par les minorités socialistes des pays belligérants ainsi que par le mouvement socialiste russe, à l’exception des bolcheviks et du groupe de Plekhanov. Après plusieurs missions exploratoires, le BSI présidé par C. Huysmans, lança une invitation (9-22 avril) à une conférence socialiste internationale à Stockholm pour le 15 mai 1917. Maintes fois convoquée, mais jamais réunie, la conférence de Stockholm, dont le Soviet de Petrograd devint rapidement (début mai 1917) le promoteur le plus actif, fut la question la plus controversée du mouvement socialiste européen en 1917.

93 Député socialiste allemand. Albert Sudekum (1871-1938) était un partisan de l’Union sacrée. Rédacteur au journal du parti social-démocrate allemand Vorwärts, il se rendit en mission à Stockholm, aux consultations préliminaires, avec une délégation de sociaux-démocrates allemands comprenant notamment P. Scheidemann.

94 William Pitt (1759-1806), Premier ministre anglais de 1783 à 1801, fut un ennemi irréductible de la France révolutionnaire.

95 P.A. Stolypine (1862-1911) fut président du Conseil des ministres et ministre de l’intérieur de l’Empire russe de 1906 à 1911. Le 16 juin 1907, Stolypine fit dissoudre la deuxième Douma et arrêter la plupart des députés sociaux-démocrates accusés de subversion militaire. Il fut assassiné le 14 septembre 1911 par un exterroriste et agent de la police politique.

96 Il s’agit de l’ukaze du 9 novembre 1906 et de la loi de la « réforme stolypinienne ». Permettant aux paysans de quitter la communauté rurale et de devenir pleinement propriétaires de leur terre, cette réforme devait, dans l’esprit de son promoteur, créer une paysannerie nouvelle, attachée à la propriété, conservatrice, véritable « assise de granite » du régime tsariste.

97 Journal bolchevik, fondé en avril 1912. Interdit en juillet 1913, le journal continua, sous divers noms, par intermittence, jusqu’au début de la guerre. Le premier numéro de la nouvelle Pravda parut le 5 (18) mars 1917. Son comité de rédaction comportait notamment Molotov, Kalinine, Mouranov, Staline (à partir du 15/28 mars) et Lénine (à partir du 5/18 avril).

98 Révolutionnaire populiste, V.L. Burtsev (1862-1942) avait émigré en Grande-Bretagne, puis en Suisse. Il se consacra au dépistage des agents provocateurs infiltrés dans le mouvement révolutionnaire russe. En septembre 1914, désireux de rentrer en Russie, il se livra à la frontière russe. Jugé, déporté, amnistié (1915), il émigra après la révolution d’Octobre.

99 Militant bolchevik depuis 1904, M.S. Muranov (1873-1962) fut député bolchevik à la quatrième Douma. Arrêté en novembre 1914 et exilé en Sibérie. Revenu d’exil, il rentra à la rédaction de La Pravda, où il défendit une position patriotique et défensiste, qui sera mise en minorité après le retour de Lénine, en avril 1917.

100 Journal de tendance menchevik, ayant succédé, en juillet 1915, à Nasha Zaria. Dirigé notamment par N. Garvi, B.O. Bogdanov, P.P. Maslov, Nache Delo adopta une ligne résolument « défensiste ».

101 Si le séparatisme arménien était peu développé, vu la menace turque, le principal parti politique arménien, le Dashnaksutium, n’en souhaitait pas moins l’autonomie de la Transcaucasie dans un cadre fédéral. Divisée à son tour en provinces, la Transcaucasie appliquerait le régime d’autonomie culturelle extra territoriale aux peuples qui la constitueraient. Une telle formule s’expliquait par la dissémination des Arméniens dans toute la Transcaucasie. Ces propositions étaient rejetées par les deux autres partis socialistes actifs en Arménie en 1917 : le parti socialiste-démocrate arménien et le parti arménien de la liberté du peuple, proche des SR. Dans cette situation, le gouvernement provisoire proposa la tenue ultérieure d’un référendum qui pourrait statuer sur le sort de l’Arménie.

102 Allusion à « L’Appel du Soviet aux peuples du monde entier » du 14/27 mars 1917.

103 Le général Alexeiev (1857-1918), chef d’état-major en 1915-1917, devint commandant en chef des armées russes en février-mai 1917.

104 Le général A.A. Broussilov (1853-1926) fut commandant en chef des armées du front sud-ouest en 1916-1917. Il lança en 1916 une offensive victorieuse en Galicie, mais dut interrompre son avance, faute de matériel et d’équipement.

105 Aujourd’hui Vilnius, capitale de la Lituanie.

106 Il s’agit de la grande usine métallurgique de Petrograd (reconvertie dans les industries de guerre) appartenant à l’industriel Poutilov. Cette usine de plusieurs dizaines de milliers d’ouvriers était une place forte des bolcheviks. Ceux-ci étaient soupçonnés d’encourager les ouvriers de l’usine à produire moins pour des raisons « pacifistes ».

107 Grand quotidien libéral, fondé en 1895, proche des idées du parti constitutionnel-démocrate.

108 Ancien nom d’Oslo.

109 Ville suédoise près de la frontière finlandaise.

110 Ou Tomia. Ville frontière entre la Suède et la Finlande qui fait encore partie de l’Empire russe.

111 Ministre de France en Roumanie depuis 1916.

112 Capitale de la Moldavie, et en 1917 de la Roumanie, la plus grande partie du pays, y compris Bucarest, étant occupée par les Puissances centrales. Le gouvernement libéral était alors dirigé par Bratiano.

113 Eugène Petit, docteur en droit, fut envoyé en Russie par Albert Thomas, en septembre 1916, comme représentant du ministère de l’Armement. Il fut une source importante d’informations sur la politique intérieure russe jusqu’à son départ, en mars 1918.

114 Le lieutenant-colonel Taffanel, ingénieur des mines de Lens, était chef adjoint de la mission technique française des munitions à Petrograd. Cette mission avait été envoyée en Russie par le ministère de l’Armement en janvier 1915 afin d’aider la Russie à organiser et à intensifier la fabrication de munitions.

115 Paul Gravier était attaché à la mission française des munitions à Petrograd.

116 Maurice Georges Paléologue (1859-1944), ancien directeur des Affaires politiques au Quai d’Orsay en 1912-1913, ambassadeur de France à Petrograd à partir de janvier 1914 fut, à la différence de son collègue britannique, un partisan déclaré du statu quo politique et social et, de ce fait, peu populaire parmi la nouvelle classe politique issue de la révolution de Février. Il quitta ses fonctions en avril 1917, après l’arrivée d’A. Thomas dont il ne partageait en rien les vues quant à la capacité du gouvernement de coalition de mener des opérations militaires efficaces aux côtés de l’Entente.

117 Député octobriste, président des troisième et quatrième Doumas, M.V. Rodzianko (1859-1924) dirigea le Comité provisoire de la Douma en février-mars 1917.

118 Karl Hjalmar Branting (1860-1925), dirigeant du parti socialiste suédois. Favorable à la cause de l’Entente, il vint en mission à Petrograd à la fin du mois de mars 1917 pour discuter avec les socialistes russes de l’organisation d’une conférence internationale au cours de laquelle les représentants des partis socialistes européens discuteraient d’un programme de paix générale sans annexions ni contributions.

119 André Waltz était attaché militaire de France à Stockholm, et militant de la SFIO, spécialiste des questions internationales.

120 Johann-Henri (Comte) Bernstorv (1862-1937) fut ambassadeur d’Allemagne à Washington de 1913 à 1917, puis à Constantinople (1917-1918). Il défendit une position de neutralité vis-à-vis des États-Unis et mit en garde son gouvernement contre les dangers d’une guerre avec les États-Unis.

121 Cesare Battisti (1875-1916) est un socialiste italien, fondateur du quotidien Il Popolo (1900). Interventionniste il milita activement pendant la guerre dans le Trentin. Fait prisonnier en mai 1916 par les troupes autrichiennes il est condamné à mort pour trahison, car considéré comme citoyen autrichien, étant originaire de Trente.

122 Philippo Turati (1857-1930) fondateur du parti socialiste italien (1893).

123 Giovanni Giolitti (1842-1928), président du Conseil de 1908 à 1914, homme politique très influent, et opposé à l’entrée en guerre de l’Italie.

124 Allusion au passage de « l’Appel du Soviet aux peuples du monde entier » (14/27 mars) où le Soviet appelait le peuple allemand à « se débarrasser du joug de son gouvernement semi-autocratique ».

125 Journal du parti social-démocrate allemand. Durant la guerre, Vorwärts exprima le point de vue des majoritaires.

126 Journal du parti social-démocrate norvégien.

127 Il s’agit de Nicolas II, dernier tsar de la dynastie des Romanov.

128 Il s’agit des mencheviks.

129 Parti socialiste non marxiste, issu du mouvement populiste des années 1870-1880, ce parti fut, tout au long de l’année 1917, le principal rival du parti social-démocrate. Comme ce dernier, le parti socialiste-révolutionnaire était divisé entre partisans et opposants d’une guerre à outrance.

130 Quotidien du parti constitutionnel-démocrate, édité à Saint-Pétersbourg depuis 1906 et dont le rédacteur en chef était P.N. Milioukov, il fut interdit au lendemain de la révolution d’Octobre.

131 En russe. Delo Naroda. Quotidien du parti socialiste-révolutionnaire, édité à Petrograd depuis le 15 mars 1917. Les principaux membres du comité de rédaction de ce journal étaient Tchernov, Rusanov, Zendzinov, Ivanov-Radzumnik. Delo Naroda était l’organe du « centre » du parti.

132 Il s’agit du journal plus connu sous le nom d’Izvestia. Cf. supra.

133 En russe Rabotchkaia Gazeta, quotidien menchevik, édité à Petrograd du 7 mars au 30 novembre 1917. Ce journal prônait une position « défensiste » et non « zimmerwaldienne » comme le note Cachin.

134 Raoul Labry était membre de l’institut français de Petrograd.

135 V.V. Vodosov (1864-1939), journaliste et homme politique russe. Populiste, plusieurs fois arrêté et exilé dans les années 1890-1905, adhéra en 1906 au parti travailliste. En 1917, il fut l’un des principaux rédacteurs du journal Den. Après la révolution d’Octobre, il émigra en France.

136 A.L. Stekonov (1865-1929), homme politique et journaliste, membre du parti travailliste.

137 I.G. Ceretelli (1881-1959) fut un des membres les plus influents du Comité exécutif du Soviet de Petrograd, entre avril et septembre 1917. Social-démocrate menchevik, député de la deuxième Douma, il rentra à Petrograd en avril 1917 après cinq années d’exil en Sibérie. Il fut le délégué du Soviet dans plusieurs cabinets de coalition du gouvernement provisoire. Ses mémoires contiennent un exposé détaillé des entretiens entre les socialistes russes et leurs camarades alliés en 1917, ainsi que le point de vue de la majorité du Soviet à cette époque.

138 N.S. Rusanov (1859-1942) publiciste socialiste-révolutionnaire, membre du comité de rédaction de Delo Naroda et du Comité exécutif du Soviet de Petrograd.

139 Baron Erik Palmstierna, ancien officier de marine et député libéral, puis social-démocrate en 1910, devint ministre de la Marine dans le gouvernement de coalition formé de libéraux et de sociaux-démocrates en octobre 1917.

140 L’université d’Uppsala, fondée en 1477, était la plus ancienne et la plus prestigieuse de Suède.

141 Constantin Ier, roi de Grèce (1868-1923) essaya de maintenir la neutralité de son pays pendant la Première Guerre mondiale. Après l’intervention des troupes de l’Entente et le conflit qui l’opposa à Vénizélos, il dut abdiquer en faveur de son fils Alexandre.

142 Aile modérée des socialistes révolutionnaires dirigée par Pesekhonov. Les populistes estimaient qu’il ne fallait pas préconiser la socialisation des terres mais instaurer une démocratie de petits propriétaires terriens.

143 Organisation socialiste juive, fondée en 1897, d’obédience social-démocrate, comptant de nombreux mencheviks. 40 000 membres environ en avril 1917. Les Bundistes étaient partisans, à l’inverse des sionistes regroupés dans le Poale-Zion, de l’autonomie culturelle extra-territoriale. Opposés au nationalisme, ils considéraient que les juifs obtiendraient satisfaction par la voie de la révolution.

144 Leo Deutsch (1878-1931), militant social-démocrate, menchevik, vécut longtemps en émigration à Londres. Il revint à Petrograd en avril 1917 et seconda Plekhanov à la tête du groupe « social-patriote » Edinstvo.

145 Ce comité avait été formé à Petrograd à la fin du mois de mars 1917, après qu’eurent été créés de nombreux comités de soldats. Au mois de mai, les différents comités d’officiers constitués depuis le début de la révolution se réunirent en congrès, au cours duquel fut formée une Union des officiers de l’armée et de la flotte, qui prit une part active dans la tentative de coup d’État du général Kornilov, avant d’être dissoute (septembre 1917).

146 Cet appel fut lancé à l’occasion du congrès du mouvement coopératif qui se réunit le 30 mars 1917. Au cours de la guerre, le mouvement coopératif, déjà très développé en Russie, connut une extension considérable. En 1917, le pays comptait 35 000 sociétés coopératives totalisant près de dix millions de membres.

147 Membre de la Commission militaire française en Russie. Dans ses rapports au gouvernement français, il conseilla aux ambassadeurs alliés de lutter contre les forces dissolvantes du Soviet et d’appuyer le gouvernement provisoire dans ses tentatives pour rétablir l’ordre.

148 Chiffre approximatif. Les deux tiers de ces délégués étaient en fait des soldats élus à raison d’un par compagnie, tandis que les ouvriers envoyaient un délégué pour mille travailleurs dans les grandes usines et un délégué par usine de moins de 1 000 ouvriers. Le nombre des délégués et le mode de scrutin varièrent considérablement tout au cours de l’année 1917.

149 Il s’agit de « l’Appel aux peuples du monde entier » paru dans les Izvestia du 14/27 mars 1917.

150 Elles eurent lieu au Champ-de-Mars et furent l’occasion d’une grandiose cérémonie en l’honneur de la victoire de la révolution de Février (23 mars 1917).

151 Il s’agit du Soviet de Petrograd, installé dans des salles du palais de Tauride, où siégeait également la Douma. Le Soviet de Petrograd compta, au cours de l’année 1917, un nombre variable de députés élus (ouvriers et soldats), entre 1 500 et 3 000, selon des modalités qui varièrent au gré du rapport des forces politiques.

152 Il s’agit du Comité exécutif du Soviet de Petrograd. Ce Comité comptait en fait 32 membres au début du mois de mars (dont deux bolcheviks) et 37 membres à la fin de ce même mois.

153 Hugo Haase (1863-1919) et Georg Ledebour (1850-1947) sont des députés sociaux-démocrates allemands qui s’opposèrent au vote des crédits pour l’armement. Avec K. Liebknecht, ils furent les leaders de la minorité au sein du parti. En 1917, ils fondèrent le parti social-démocrate indépendant.

154 Frederick Borgbjerg, socialiste danois, collaborateur du Social Democraten, avait pour mission de transmettre au Soviet de Petrograd les conditions de paix des socialistes majoritaires allemands, ainsi que l’appel des socialistes danois à une conférence internationale, qui devait se tenir à Stockholm. F. Borgbjerg donna l’assurance que les Allemands n’attaqueraient pas sur le front russe afin de favoriser les tendances pacifistes en Russie. Néanmoins, trouvant le programme de paix des socialistes allemands inacceptable, les socialistes russes refusèrent de s’engager sur une voie qui aurait pu mener à une paix séparée avec l’Allemagne.

155 L’écrivain russe Alexis Maximovitch Pechkov, dit Gorki (1868-1936) défendait dans le journal dont il était rédacteur en chef, Novaia Zhin, des idées défensistes et patriotiques.

156 Albert Thomas (1878-1932) avait été envoyé une première fois en Russie en mai 1916. Il repartit en mission en Russie en avril-mai 1917, pour tenter de gagner le nouveau régime à la cause des Alliés et à la poursuite de la guerre. Il joua un rôle de premier plan dans les événements politiques qui aboutirent à la constitution du gouvernement de coalition. Il laissa un important « Journal de Russie » (publié dans Les Cahiers du monde russe et soviétique, XIV, 1-2, janvier-juin 1973).

157 Port sur le golfe de Finlande, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Petrograd.

158 Les soldats des régiments Pavlovski, Preobrajenski et Volynski, se mutinèrent le 27 février 1917. Cette mutinerie joua un rôle décisif dans l’accélération et la victoire de la révolution à Petrograd.

159 Helsinki, en Finlande du sud.

160 Ces comités furent institués à la suite du célèbre Prikase n° l, lancé par le Soviet de Petrograd le 1er mars 1917. Ces comités fonctionnèrent au début au niveau des compagnies et des régiments.

161 Le nombre des délégués-soldats au Soviet de Petrograd varia _ considérablement. Au début, il devait y avoir un représentant par compagnie. Il s’avéra que cette proportion avantageait la représentation des soldats (plus de 2 000 délégués) au détriment de celle des ouvriers (850 environ). Le 18 mars, le Comité proposa d’élire un délégué pour 2 000 citoyens (ouvriers et soldats), plus un délégué par organisation ou syndicat.

162 C’est dans ce port militaire, proche de Petrograd, que la révolution de Février prit le tour le plus sanglant : des marins mutinés exécutèrent plus d’une trentaine d’officiers, dont l’amiral Viren.

163 Le 6 mars 1917, le gouvernement provisoire avait publié un Manifeste rétablissant en Finlande le statut de 1899. Admettant que l’autonomie de la Finlande était un fait acquis, il promettait de surcroît d’étendre les droits de la Diète (Seim) et du gouvernement finlandais. Cette mesure ne satisfit pas un certain nombre de socialistes finnois, qui exigèrent l’indépendance de leur pays. Devant le refus du gouvernement provisoire, certains d’entre eux entrèrent en rapport avec les bolcheviks russes, favorables à l’indépendance.

164 Occupant le pays, Allemands et Autrichiens avaient reconnu l’indépendance de la Pologne en novembre 1916. Hostile à la séparation de la Pologne, le gouvernement provisoire n’en reconnut pas moins, le 19 mars 1917, que « la création d’un État polonais indépendant était le gage d’une paix durable ».

165 Avocat social-démocrate, N.D. Sokolov (1870-1928) était membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd.

166 Paul von Hindenburg (1847-1934), maréchal et homme d’État allemand, vainqueur des Russes à Tannenberg en août 1914, devint commandant du grand état-major général (août 1916). Face au chancelier Bethmann-Hollweg, il exerça une influence prépondérante sur la conduite et la poursuite de la guerre à outrance.

167 Cf. supra.

168 L’Union panrusse des villes regroupa, dès 1914, un grand nombre de zemstvos. Elle se fédéra avec l’Union panrusse des zemstvos en 1915. L’Union ainsi créée s’appela Zemgor.

169 Jean Sigg (1865-1922) était membre du Comité central du parti social-démocrate suisse. De tendance « défensiste » durant la Première Guerre mondiale.

170 L’interdiction de la vente d’alcool (dont l’État avait le monopole) fut instaurée dès le début de la guerre.

171 A. Benoit (1870-1960) était une personnalité de premier plan du monde intellectuel et artistique, principal animateur du mouvement « Le Monde et l’Art » et décorateur des ballets Diaghilev.

172 Cette opinion n’était pas celle d’Albert Thomas (Cf. Journal de Russie, op. cit., p. 147).

173 Pour M. Paléologue, il était évident, dès le début de la révolution de Février, que la « démocratie révolutionnaire paraît incapable de rétablir l’ordre dans le pays et de l’organiser pour la lutte ». Il existait donc entre A. Thomas qui priait instamment le gouvernement français « de faire encore à la Russie nouvelle un crédit de confiance que nous n’avons pas ménagé à l’ancienne », et M. Paléologue un désaccord fondamental au sujet de la politique à suivre envers le régime révolutionnaire russe.

174 Président de l’Union des zemstvos pendant la guerre, le prince G.E. Lvov (1861-1925) dirigea le gouvernement provisoire de février à avril 1917.

175 Le titre exact de ce texte était « Appel aux peuples du monde entier ». À cette date, le problème de la guerre était au cœur du débat politique. Pour le gouvernement, où Milioukov et Goutchkov étaient particulièrement résolus, seule la victoire réussirait à amarrer solidement le nouveau régime aux démocraties occidentales, à consolider la cohésion de la société, et, peut-être, à mettre fin à la révolution. Dès le 4 mars, Milioukov avait adressé, contre l’avis de Kerenski, une note aux diplomates russes à l’étranger ; il y disait sa détermination d’observer strictement les obligations internationales contractées par l’ancien régime et de mener la guerre vers sa fin victorieuse. Face à cette position, le Soviet hésitait. La guerre avait-elle toujours un caractère impérialiste depuis que le tsarisme avait été abattu » ? Fallait-il continuer la guerre, quitte à « étouffer la révolution ? » Conclure la paix et risquer que s’enclenchât une guerre civile ? Après de longs débats, l’accord se fit sur ce texte où l’utopie pacifiste côtoyait le « défensisme révolutionnaire », « l’Appel aux peuples du monde entier ». Retour d’exil, I. Ceretelli, leader menchevik, tâcha de faire préciser la position du Soviet, entre ceux qui avaient leur position sur la lutte pour la paix et ceux qui insistaient sur la défense de la révolution. Selon lui, il ne devait pas y avoir d’ambiguïté : il fallait tout à la fois continuer la guerre et imposer au gouvernement de prendre des mesures énergiques pour conclure une « paix sans annexions ni contributions ». Sur cette position « centriste »– lutte pour la paix et défense de la révolution – Ceretelli parvint à rallier la grande majorité du Soviet. Pour les socialistes français et anglais comme pour A. Thomas, cette position, porteuse « d’illusions zimmerwaldiennes », était difficilement acceptable. Néanmoins, au cours de leur séjour en Russie, les socialistes français se rallièrent peu à peu à la politique du Soviet.

176 S.I. Tchoukine (1854-1929) était un collectionneur d’art et notamment des impressionnistes français et des toiles de Matisse. Sa collection, nationalisée en 1918, est aujourd’hui un des joyaux du musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou.

177 Un grand nombre d’émigrés juifs d’origine russe étaient installés dans ces quartiers populaires.

178 M.I. Lieber (1880-1937) était un militant social-démocrate juif, un des principaux dirigeants du Bund, membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd.

179 Il s’agit du Xe congrès du Bund (16-18 avril 1917), au cours duquel furent notamment adoptées des thèses « défensistes » et patriotiques en faveur de la poursuite de la guerre contre les Puissances centrales.

180 Le Soviet, favorable dans sa majorité à une « paix sans annexions ni contributions » (Cf. : texte de « l’Appel » du 14/27 mars 1917) exigeait que le gouvernement publiât une Note, qui, pensait-il, serait mal accueillie par les gouvernements alliés. Il fut mis en minorité au sein du gouvernement. Toutefois Milioukov obtint que cette Note prit la forme d’un « Appel aux citoyens de Russie ». Ce texte, compromis entre le programme du Soviet et la position de Milioukov, désireux de voir la Russie « respecter d’une façon absolue ses engagements vis-à-vis de ses alliés », devait rester « à usage interne » et n’impliquer – position intenable – aucune exigence à formuler auprès des gouvernements alliés.

181 Pavel Borissovitch Axelrod (1850-1928) était un des principaux dirigeants mencheviks. Pendant la guerre, Axelrod adopta des positions « internationalistes », considérant nécessaire de reconstituer l’internationale pour obliger tous les gouvernements à conclure une paix sans annexions.

182 M.I. Astrov (1867-1929) était un militant menchevik. Émigré à Londres depuis 1908, il rentra en Russie en avril 1917.

183 J.O. Cederbaum (Martov) (1873-1923) militant social-démocrate, collaborateur de L’Iskra, fut organisateur de la tendance menchevik. Durant la guerre il adopta des positions internationalistes et revint en Russie par le second transfert d’émigrés russes via l’Allemagne.

184 A.S. Piker (Martinov) (1865-1935), dirigeant et théoricien menchevik, auteur de l’ouvrage théorique du menchevisme, Les Deux Dictatures (1905) adhéra durant la guerre au « groupe internationaliste » dirigé par Martov.

185 A.V. Semkovski (1869-1930) était un militant menchevik-internationaliste.

186 Il s’agit de la « Lettre au citoyen Tchkeidze » de Martov, parue dans Politiken, journal social-démocrate suédois. Dans cette lettre ouverte, Martov mettait en garde les socialistes russes contre la venue des « bons apôtres », formule reprise d’un tract émanant du Comité zimmerwaldien pour la reprise des relations internationales. La venue de la délégation socialiste anglaise fut aussi contestée par un télégramme de l’Independant Labour Party. Sur cette « guerre des télégrammes », voir, par exemple, les Izvestia du 24 avril 1917.

187 Georges Leygues (1857-1933) républicain modéré, présidait alors la commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés.

188 Il s’agit de la conférence parusse des Soviets, qui s’ouvrit le 28 mars/10 avril 1917 à Petrograd. Cette conférence adopta les thèses « centristes » développées par I. Ceretelli.

189 Le général L.G. Kornilov (1870-1918) fut nommé par le gouvernement provisoire commandant de Petrograd en mars 1917, puis commandant en chef des armées du front sud-ouest, et enfin, commandant en chef suprême en juillet-août 1917. À ce titre, il tenta de renverser, sans succès, le gouvernement à la fin du mois d’août. L’échec de cette tentative de coup d’État militaire redonna beaucoup de poids à l’influence des bolcheviks, dont les militants, à l’armée et à l’usine, se montrèrent particulièrement actifs dans la lutte contre la Kornilovschina.

190 Ces armes furent prises le 27 février par la foule, aidée par les régiments mutinés de la garnison de Petrograd, à l’arsenal.

191 Chef de la Mission militaire française en Russie de mai 1916 à août 1917, il fut l’un des premiers à réclamer l’intervention de socialistes et de syndicalistes français auprès des socialistes russes pour « contrer » le courant pacifiste.

192 G.I. Apfelbaum (dit Zinoviev) (1883-1936) fut un des principaux dirigeants bolcheviks, proche collaborateur de Lénine dès 1903. Membre du Comité central du parti bolchevik depuis 1907, émigré en Suisse avec Lénine, il revient en Russie avec Lénine le 4/17 avril 1917.

193 Secrétaire du parti social-démocrate suisse, Fritz Platten (1883-1942) participe aux conférences de Zimmerwald et de Kienthal, où il prend le parti de Lénine. Fait partie du groupe de révolutionnaires autorisés à traverser l’Allemagne pour rentrer en Russie. Refoulé à la frontière russe, il retourne en Suisse où il fonde le parti communiste suisse.

194 N. Vassiliev (1872-1926) est un militant menchevik du groupe Edinstvo (« l’Unité ») dirigé par Plekhanov, et l’un des rédacteurs du journal du même nom.

195 Le général A.A. Polivanov (1855-1920) fut ministre de la Guerre de juin 1915 à mars 1916.

196 Le général V.I. Gourko (1866-1920) fut chef d’état-major adjoint auprès du commandant en chef du front ouest. En avril-mai 1917, commandant en chef des armées.

197 Le général Henri Berthelot (1872-1931) était le chef de la Mission militaire française en Roumanie, chargée de la reconstitution de l’armée roumaine.

198 Cette convention fut passée à l’issue de la conférence interalliée de Petrograd de janvier-février 1917. Elle stipulait notamment l’approbation du gouvernement russe des buts de guerre de la France à ses frontières de l’Est. Par cet accord, l’Alsace-Lorraine faisait retour à la France, ainsi que « tout le bassin houiller de la vallée de la Sarre ». Les « autres territoires situés sur la rive gauche du Rhin » devaient être « entièrement détachés de l’Allemagne et affranchis de toute dépendance politique et économique envers elle ». Enfin, « les territoires de la rive gauche du Rhin non incorporés au territoire français » devaient « former un État autonome et neutralisé... occupé par les troupes françaises aussi longtemps que les États ennemis n’auront pas intégralement satisfait à toutes les conditions et garanties stipulées dans le traité de paix ». A. Thomas découvrit cet accord pendant son séjour en Russie, et le communiqua aux socialistes français ; l’accord de février 1917 fut un des facteurs de la crise politique qui éclata lors de la rentrée en France de Moutet et de Cachin.

199 Alexandre Ribot (1842-1923). En mars 1917, ministre des Finances depuis 1914, fut nommé à la présidence du Conseil à une période particulièrement critique de la guerre. Il fit notamment remplacer Nivelle par Pétain, mais dut démissionner avec son cabinet après les accusations de défaitisme portées contre le ministre de l’intérieur Malvy (septembre 1917).

200 L’ambassadeur français donna les conseils suivants à son gouvernement, le 18 avril 1917 : « Le jour où il serait avéré que la Russie forfait à ses engagements, ce jour-là, nous devrions nous faire proposer la paix par les Turcs : leur laisser Constantinople ; instituer au Bosphore un régime international... et régler au mieux de nos intérêts, le partage de l’Asie Mineure. »

201 Lénine était arrivé par le train à la gare de Finlande à Petrograd le 4/17 avril, après avoir reçu des autorités allemandes un visa de transit par l’Allemagne. Il fut logé, à son arrivée, dans la maison de la danseuse étoile du théâtre Marie, M. Tchesinskaia (1872-1971) qui avait été la maîtresse du futur empereur Nicolas H.

202 Claude Anet était le correspondant du Petit Parisien en Russie. Il laissa un journal intéressant publié sous le titre La Révolution russe (Paris, Payot, 1917-1919, 4 vol.).

203 Au lendemain de son arrivée, Lénine prononça un important discours devant le Soviet de Petrograd. Dans ce discours, très mal accueilli par la majorité de l’assemblée, Lénine proclama son hostilité inconditionnelle au « défensisme révolutionnaire », au gouvernement provisoire, à la république parlementaire et préconisa la prise du pouvoir par le prolétariat et les éléments pauvres de la paysannerie.

204 Militant social-démocrate, bolchevik jusqu’en 1914, proche du groupe « sans-parti » rassemblé autour du journal de Gorki Novaia Zhidzn, I. Steklov (1873- 1941) était membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd. Après la révolution d’Octobre, fut directeur des Izvestia.

205 Les Allemands avaient lancé une brève offensive à Stockhod, le 12 mars 1917. Cette offensive, survenant après une période de ralentissement des opérations militaires sur le front russe, avait entraîné un sursaut de patriotisme de la part des troupes russes.

206 Dans les deuxième et troisième cabinets du gouvernement provisoire, M.I. Tereschenko (1886-1956) occupa le poste de ministre des Affaires étrangères, qu’il garda jusqu’à la révolution d’Octobre. Il émigra en 1918. Il était ministre des Finances dans le premier gouvernement provisoire (mars-avril 1917).

207 Le Soviet de Petrograd était intervenu à Paris et à Londres pour que des représentants minoritaires de tendance internationaliste fussent invités à Petrograd. À Paris, la commission des Affaires extérieures de la Chambre (dont faisaient partie Cachin et Lafont) s’était opposée au voyage en Russie de minoritaires comme J. Longuet.

208 A.P. Iswolsky fut ministre des Affaires étrangères de l’Empire russe en 1906-1910 et ambassadeur à Paris de 1910 à 1917. Il symbolisait, aux yeux des révolutionnaires russes, la diplomatie secrète. L’ambassadeur essayait de démontrer à ses interlocuteurs français que le nouveau régime issu de la révolution de Février était incapable de rétablir l’ordre dans le pays et d’organiser une offensive contre les Puissances centrales. Une des revendications du Soviet en matière de politique étrangère était précisément l’éviction d’Iswolsky de son poste à Paris.

209 Vera Zassoulitch (1851-1919) fut une des premières militantes socialistes russes. Elle participa d’abord au mouvement populiste, puis à l’organisation et à l’activité du groupe marxiste Libération du travail fondé par G. Plekhanov. Rédactrice de l’Iskra, elle se rallia au menchevisme en 1903, puis rejoignit le groupe Edinstvo dirigé par G. Plekhanov, en 1915.

210 Juriste, député menchevik à la quatrième Douma, vice-président du Comité exécutif du Soviet de Petrograd, M.I. Skobelev (1885-1939) fut de mai à septembre, ministre du Travail. Émigra après la révolution d’Octobre.

211 J.P. Goldenberg (1873-1922), militant social-démocrate. Bolchevik jusqu’en 1910, adhéra au menchevisme dans l’émigration, à Londres. Il revint en Russie en avril 1917 et dirigea une délégation du Soviet de Petrograd à l’étranger en juin-juillet 1917.

212 Ernest, comte Reventlow (1869-1939) était un écrivain et homme politique allemand, et rédacteur du journal nationaliste Deutsche Tageszeitung.

213 Il s’agit du Marquis C. Carlotti.

214 La Roumanie avait été en partie occupée par les troupes des Puissances centrales en novembre 1916-janvier 1917. Les Russes, qui maintenaient quatre armées sur le front roumain et la Mission militaire française jugeaient nécessaire d’aider les Roumains à réorganiser leur armée. A. Thomas se rendit à cet effet en Roumanie en mai 1917.

215 J.K. Bresko-Breskovskaia (1844-1934), la « grand-mère » de la révolution russe, fut une des fondatrices du parti socialiste-révolutionnaire.

216 N.S. Tielsky (1875-1937), militant social-démocrate, « internationaliste », membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd.

217 P.A. Krasilov (1870-1937), militant social-démocrate depuis 1890. Exilé en Sibérie (1894-1900) ; membre du groupe de l’Iskra, membre du Comité exécutif du Soviet de Saint-Pétersbourg en 1905. Après la révolution d’Octobre, il appartint à la Tcheka de Petrograd.

218 Vera Figner (1852-1936), militante socialiste-révolutionnaire, membre du groupe terroriste Liberté du peuple, fut arrêtée en 1883 et passa plus de vingt ans en prison. Elle émigra après la révolution de 1905, retourna à Petrograd en 1916, et, en 1917, elle présida le Comité d’aide aux prisonniers politiques.

219 En mars 1917, ce groupe social-démocrate patriote, formé en 1914, prit position en faveur du gouvernement provisoire. Édite un journal du même nom rédigé par G. Plekhanov, L. Deutsch, N. Vassiliev, V. Zassoulitch, L. Axelrod.

220 Ce discours fut prononcé quelques jours avant que le président Wilson ne prenne la décision (12 mars 1917) d’armer la flotte marchande américaine pour faire face à la guerre sous-marine à outrance décidée par l’Allemagne.

221 Fondé à Milan en 1866, l Secolo était un des principaux quotidiens d’Italie. De tendance libérale démocratique. il développa des thèses interventionnistes pendant la guerre.

222 Quotidien romain fondé en 1878, Il Messagero était de tendance démocratique radicale, de tendance interventionniste en 1914-1915.

223 Arnaldo Della Torre, journaliste du Secolo.

224 Il s’agit de la perspective Nevski, principale artère du centre de Petrograd.

225 Il s’agit du Comité exécutif du Soviet de Petrograd, constitué le 27 février 1917 et comprenant en fait plus de trente personnes au début du mois de mars.

226 La célèbre forteresse Piene-et-Paul, située en face du palais d’Hiver, servait de prison pour les prisonniers politiques.

227 Homme d’État russe, député du parti Cadet à la 4e Douma. A.I. Singarev (1869-1917) fut ministre de l’Agriculture dans le premier cabinet du gouvernement provisoire (mars-mai 1917). Une de ses principales tâches fut de mettre sur pied un réseau de comités de ravitaillement, aux différents échelons de la province, du district et du canton.

228 Allusion au retour d’exil de militants socialistes tels que Plekhanov, Tchernov, Dan, Avksentiev, Natanson.

229 Ancien nom de Tallin, capitale de l’Estonie.

230 La révolution de Février encouragea, en Estonie comme dans la plupart des régions non russes de l’empire, des aspirations nationales. Le gouvernement provisoire se borna à octroyer à l’Estonie le statut de zemstvos (municipalités élues), dont bénéficiaient déjà les provinces russes. Les sociaux-démocrates et les notables de Reval protestèrent aussitôt contre la validité de ce statut octroyé et peu démocratique, et lancèrent une campagne en faveur d’une autonomie de l’Estonie au sein d’une république fédérative.

231 Le gouvernement français réclamait le rattachement de l’Alsace-Lorraine à la France sans une consultation préliminaire des populations. Les socialistes français penchaient pour un référendum, dont les modalités seraient contrôlées par les Français (avec exclusion du droit de vote des immigrés). Au contraire, le Soviet considérait qu’il fallait faire appel, comme partout ailleurs, au contrôle d’une commission internationale.

232 Il s’agit du XIIe congrès du parti socialiste, qui siégea à Paris du 25 au 27 décembre 1915. Les résolutions du congrès reprirent, au sujet des conditions de paix, les points contenus dans la déclaration votée par le Conseil national de la SFIO le 14 juillet 1915 : « Il ne saurait y avoir de paix durable si celle-ci n’est pas basée : sur le principe des nationalités, impliquant à la fois la volonté d’écarter toute politique d’annexion, et le rétablissement du droit qu’ont les populations opprimées de l’Europe à disposer d’elles-mêmes et à faire retour à la nation dont elles ont été brutalement séparées. »

233 Du 7 au 16 avril 1917 se tint à Minsk le Ier congrès des délégués des Comités de soldats et d’officiers de l’ensemble du front ouest. Le Soviet de Petrograd y envoya une importante délégation, chargée de remonter le moral des troupes, composée notamment de N.S. Tchkeidze, I.G. Ceretelli, M.I. Skobelev et K.A. Gvodzdev. Le congrès de Minsk démontra que l’armée russe subissait la domination politique des commissaires du Soviet de Petrograd.

234 Allusion à la conférence de Stockholm. L’idée de réunir une conférence socialiste internationale à Stockholm fut la question la plus controversée du mouvement socialiste européen en 1917. L’idée d’une telle réunion fut soutenue par les partis socialistes des pays neutres qui en entreprirent l’organisation. Le socialiste suédois Branting vint en Russie fin mars pour en discuter, suivi du Danois Borgbjerg venu apporter au Soviet de Petrograd les conditions de paix des socialistes majoritaires allemands. Le 9/22 avril, C. Huysmans, secrétaire du BSI lança une invitation à la conférence pour le 15 mai. Le 13 avril, le Labour Party déclinait l’invitation, suivi le lendemain par les socialistes français, puis par les socialistes belges. Ce fut seulement après les rapports de Marius Moutet et de Marcel Cachin au Conseil national de la SFIO sur l’importance de la conférence de Stockholm pour la Russie révolutionnaire que le parti socialiste français adhéra à la conférence. Tandis que les bolcheviks récusaient une conférence placée sous l’égide du BSI, les mencheviks et les SR, majoritaires au Soviet de Petrograd, allaient devenir, à partir du 15 mai, les plus chauds partisans d’une conférence qui ne devait jamais aboutir.

235 Pour faire face aux difficultés financières, le gouvernement provisoire lança, dans la seconde quinzaine d’avril 1917, un « emprunt de liberté ». Cet emprunt devait prouver que l’État avait derrière lui toutes les forces vives du pays. En fait, il ne donna que des résultats assez faibles, car toute une partie des classes possédantes refusa de souscrire.

236 Soupçonnant Paléologue d’avoir agi sur le gouvernement français par l’intermédiaire de l’ambassadeur russe à Paris pour contrecarrer sa politique en Russie, A. Thomas demanda d’urgence la confirmation de ses pleins pouvoirs et le départ de l’ambassadeur français.

237 N. Tokoi (1882-1947) était un militant socialiste finnois.

238 Dans cette petite ville située à une vingtaine de kilomètres de Petrograd, le tsar avait sa résidence d’été. Il y fut assigné à résidence de mars à août 1917.

239 Militant social-démocrate, hundiste, N. Vemberg (1876-1928) fut un des responsables de l’Union des coopératives de Petrograd.

240 Député au Reichstag, membre de l’aile droite du parti social-démocrate allemand, Philipp Scheidemann (1865-1939) était affilié au parti social-démocrate allemand. Il fit partie de la délégation des socialistes majoritaires allemands venue à Stockholm discuter des conditions de la réunion de la conférence.

241 Hermann Müller (1872-1938) était un député au Reichstag, membre du parti social-démocrate allemand. Il fut envoyé à Paris le 1er août 1914 par le Comité exécutif de son parti pour s’entretenir avec les socialistes français d’une position commune vis-à-vis de leurs gouvernements respectifs. Ces consultations furent dépassées par les événements.

242 Fondateur du parti social-démocrate autrichien, Victor Adler (1852-1918) joua un rôle important au sein de la IIe Internationale. Il se rendit en juin 1917 à Stockholm en qualité de membre de la délégation autrichienne aux consultations préliminaires à la conférence.

243 L.M. Hintchouk (1869-1938).

244 N.M. Kiskine (1864-1930), membre du parti K-D, fut nommé commissaire de Moscou par le gouvernement provisoire en mars 1917. Il fut chargé de la défense de Petrograd en octobre 1917 face aux bolcheviks.

245 Membre du parti K-D et de la Douma de la ville de Moscou, N.I. Astrov (1864-1926) fut nommé maire de Moscou en mars 1917.

246 Le colonel Grousinov fut commandant militaire de la région de Moscou de mars à octobre 1917.

247 Il s’agit d’une motion « défensiste » en faveur d’une « paix sans annexions ni contributions ».

248 Boisson fermentée à base de pain noir, peu alcoolisée.

249 L’instauration de la journée de huit heures était la première revendication concernant la condition de la classe ouvrière aussi bien dans le programme des SR que des SD. Accordée à la suite de la révolution de Février, cette mesure constitua un point de friction entre ouvriers et soldats, ceux-ci considérant que les revendications ouvrières étaient déplacées dans le contexte de la guerre. Au nom de la défense nationale, mencheviks et SR reconnurent la nécessité de déroger « temporairement » et « dans certains cas » à cette mesure sociale.

250 L.M. Hintchouk (cf. supra).

251 Au Soviet de Moscou, les tensions étaient particulièrement vives entre les délégués ouvriers et les délégués soldats, notamment à cause de la journée des huit heures.

252 Ce thème est longuement abordé dans le Journal de Russie d’Albert Thomas (op. cit., p. 103). A. Thomas, très préoccupé de l’insuffisance de la propagande alliée, réclama notamment la création d’un journal français d’informations et d’opinion, et l’envoi en Russie de volontaires russes engagés dans l’armée française.

253 M. Janot était chargé, depuis 1916, de la propagande cinématographique française. En mai 1917, il devint directeur du Comité de propagande organisé à Petrograd par A. Thomas.

254 Le comte de Chevilly, représentant de la banque privée de Lyon à Moscou, était chargé, depuis 1916, de la propagande cinématographique française. En mai 1917, il devint directeur du Comité de propagande organisé à Petrograd par A. Thomas.

255 Général Tchoukomski.

256 Durant la guerre. Roman Dmowski, député des deuxième et troisième Doumas, organisa des comités et des légions polonaises en Russie, France, Suisse, Grande-Bretagne. Il représenta la Pologne à la conférence de la paix en 1919. Dirigeant du parti démocrate (droite), opposé à Pilsudski, il quitta toute activité politique après l’élection de Pilsudski à la tête de l’État polonais.

257 La Pologne était, depuis 1915, occupée par les armées des Puissances centrales. Le 5 novembre 1916, Guillaume II et François-Joseph, dans une proclamation au peuple polonais, annoncèrent que les régions occupées par leurs troupes formeraient, au moment de la paix, un État indépendant avec monarchie héréditaire et constitutionnelle. En janvier 1917, fut institué à Varsovie un conseil d’État provisoire composé de personnalités désireuses de collaborer avec les autorités d’occupations allemandes. Un conseil d’État identique fut formé à Lublin, occupé par les Autrichiens.

258 A.R. Lednicki, avocat polonais de Petrograd, député K-D à la première Douma, porte-parole des Polonais de Petrograd, était à cette époque président de la Commission pour la liquidation des affaires relatives au royaume de Pologne.

259 Manifeste signé le 10 juillet 1906 par plus de 150 députés (K-D, travaillistes, sociaux-démocrates) pour protester contre le renvoi de la première Douma. Les députés appelaient à la grève de l’impôt et à la « désobéissance civile ».

260 Allusion à la déclaration du 6/19 mars 1917 de Milioukov reconnaissant que « la création d’un État polonais était le gage d’une paix durable ». Cette déclaration ne satisfit guère les Polonais car elle stipulait que la décision d’accorder l’indépendance à la Pologne ne pouvait émaner que de la future Assemblée constituante russe.

261 Cette division avait été formée, comme partie indépendante de l’armée russe, par le général Musnicki. Elle devait symboliser le renouveau d’une Pologne indépendante alliée à la Russie nouvelle.

262 Joseph Pilsudski (1867-1935) était un homme politique et un militaire polonais, fondateur des Légions polonaises, noyau de la future armée chargée de libérer le pays des occupants étrangers. En 1914, il mit ses troupes (7 000 hommes environ) au service de l’Autriche, en Galicie. En juillet 1916, il démissionna du commandement des Légions polonaises à cause de la politique d’occupation menée par les Puissances centrales. Il tenta alors, sans succès, d’entrer en contact avec les Français et les Anglais. Après le manifeste du 5 novembre 1916, il devint ministre de la Guerre dans le nouveau conseil d’État provisoire. Quand ses propres divisions refusent de prêter serment aux Allemands et aux Autrichiens, Pilsudski est arrêté (juillet 1917) et emprisonné au fort de Magdebourg jusqu’en novembre 1918.

263 Cette Union, fondée en 1907, s’était considérablement développée au cours de la guerre, devant la carence croissante des circuits habituels de ravitaillement.

264 Militant socialiste-révolutionnaire, A.M. Berkengueim (1867-1925) était adjoint au président de la Douma de la ville de Moscou de mars à septembre 1917.

265 Inès Armand (1874-1920), enseignante d’origine française, militante du parti bolchevik, était très liée à Lénine avec lequel elle était rentrée en Russie le 16 avril 1917.

266 Quartier ouvrier périphérique de l’est de Moscou. De nombreuses industries évacuées de Pologne et des provinces baltes y avaient été implantées depuis 1915.

267 Militant du parti social-démocrate, menchevik, depuis 1903, E. Smimov (1866-1938) était rédacteur du journal Vlast naroda.

268 S.A. Ton (1794-1881) est un architecte, fondateur du style néo-byzantin dans l’architecture moscovite des armées 1860-1870.

269 Il s’agit du Praga, un des restaurants les plus renommés de Moscou, sur 1’ Arbat.

270 C’est à partir de la mi-avril que les troubles agraires commencèrent à prendre de l’ampleur, notamment dans les provinces de la Russie centrale, au sud et sud-est de Moscou (Toula, Tambov, Riazan, Saratov).

271 Henriette Roland-Holst (1869-1952), écrivain, était l’une des animatrices de l’aile gauche du parti socialiste hollandais, acquise au bolchevisme.

272 Jugeant imminente la révolution allemande, les bolcheviks estimaient que les « socialistes du Kaiser » avaient intérêt à favoriser la réunion d’une conférence internationale qui sauverait l’Allemagne de la révolution. Ils considéraient par conséquent que la conférence de Stockholm avait un « contenu contre-révolutionnaire » dans la mesure où son succès aboutirait à la conclusion d’une paix générale, ce qui renforcerait le capitalisme au lieu de le renverser.

273 N.A. Morozov (1835-1904), paysagiste russe, élève de Venesianov.

274 Ivanov (1864-1910), peintre russe spécialisé dans les tableaux de genre et les sujets historiques.

275 Ivan III (1440-1505), grand-prince de Moscou et de toute la Russie. Son règne fut une étape importante dans la création d’un État russe unifié.

276 Le lieutenant V.V. Cherr (1879-1937), militant menchevik, était adjoint au chef d’état-major de la garnison de Moscou. Il fut responsable de la direction politique au ministère de la Guerre (août-octobre 1917). Après la révolution d’Octobre, V.V. Cherr tenta d’organiser à Moscou un comité d’officiers pour lutter contre le coup d’État bolchevik. Émigra en 1918.

277 Il s’agit du ministre des Affaires étrangères P. Milioukov.

278 Cf. La Pravda du 21 avril 1917.

279 Le congrès de Minsk, premier congrès de cette ampleur de délégués soldats et officiers de l’ensemble du front ouest, prit un certain nombre de dispositions destinées à harmoniser, sur le chapitre des droits et des devoirs des comités, les divers décrets, parfois contradictoires, émis par le Soviet de Petrograd (Prikazes nos 1 et 2) et par le ministre de la Guerre, Goutchkov (Prikazes nos 114 et 115) depuis le début de la révolution.

280 Référence à la grande manifestation des mutilés de guerre, organisée à l’initiative du comité de la Douma, en faveur d’une guerre à outrance. Le même jour, pour la fête du Travail, le Soviet de Petrograd appela ses partisans à manifester en faveur d’une « paix sans annexions ni contributions ».

281 Iekaterinoslav ancien nom de Dniepropetrovsk.

282 Allusion aux manœuvres politiques entreprises par le Soviet lorsque fut connue, le 18 avril/ler mai, la Note de Milioukov. Aussitôt se déclencha une campagne de pétitions demandant le départ de Milioukov et affirmant la nécessité d’un contrôle plus étroit du Soviet sur le gouvernement, débarrassé de ses ministres les plus bellicistes (Milioukov et Goutchkov).

283 Quartier général de l’armée russe, à Moghilev.

284 Il s’agit de B.O. Bogdanov, menchevik, membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd.

285 N.A. Anisimov, militant ouvrier menchevik, membre du Soviet de Petrograd. V.S. Voitinsky (1879-1937) militant menchevik, membre du Soviet de Petrograd, puis commissaire du gouvernement provisoire sur le front nord (septembre-octobre 1917) ; après la révolution d’Octobre, membre du gouvernement menchevik de Georgie.

286 V.I. Gourevitch (1880-1949) militant socialiste-révolutionnaire, fut vice-ministre de l’intérieur dans le deuxième cabinet du gouvernement provisoire, député SR de l’Assemblée constituante, puis membre de l’Assemblée régionale sibérienne (1918-1919). Émigra en 1920.

287 Victor Tchernov est un des fondateurs et théoriciens du parti socialiste-révolutionnaire. Durant la Première Guerre mondiale, il défendit des positions internationalistes et participa à la conférence de Zimmerwald. Ministre de l’Agriculture de mai à août 1917, il présida l’Assemblée constituante en janvier 1918. Émigra en 1921.

288 Dirigeant socialiste-révolutionnaire, membre du Comité central du parti socialiste-révolutionnaire, A.R. Gotz est membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd. Il participe au Comité de salut de la patrie et de la révolution après la prise du pouvoir par les bolcheviks. Arrêté, puis libéré à plusieurs reprises jusqu’à sa « disparition » en 1936.

289 V.M. Zendzinov, dirigeant socialiste-révolutionnaire, membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd ; fut un des dirigeants du gouvernement d’Oufa en 1918.

290 L.M. Bramson, militant socialiste-révolutionnaire, puis travailliste est alors membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd. Émigra en 1918.

291 Juriste, membre du parti travailliste, V.B. Stankevitch est membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd, commissaire du gouvernement provisoire sur le front nord (juillet-septembre 1917) puis auprès du GQG (septembre-octobre 1917). Émigra en 1919.

292 Il s’agit du lieutenant Filippovski, militant socialiste-révolutionnaire, membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd et de la commission de liaison Soviet-gouvernement provisoire.

293 K.A. Gvodzdev, dirigeant menchevik, fut le président du groupe ouvrier auprès du Comité central des industries de guerre en 1916. Membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd et ministre du Travail en septembre-octobre 1917.

294 Henrik Erlih était un des dirigeants du Bund, et membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd.

295 Militant socialiste-révolutionnaire depuis 1903, puis menchevik, publiciste économiste, N.H. Himmer (1882-1940) fut un des rédacteurs du journal Novaia Zhizn et membre du Comité exécutif du Soviet de Petrograd.

296 Persuadé que les socialistes alliés ne se rallieraient jamais à une formule zimmerwaldienne, Milioukov jugeait absurde toute modification de la politique extérieure russe. Pour ne pas heurter l’opinion, Milioukov avait consenti à faire la déclaration du 27 mars destinée à « usage interne ». Aux ambassadeurs, une note précisait que les accords avec les Alliés restaient en vigueur. Pour dissiper toutes les équivoques à Londres et à Paris, Milioukov remit le 9 avril au Manchester Guardian un texte où il réaffirmait expressément la légitimité des prétentions de la Russie. Ce texte allait déclencher la crise d’Avril.

297 Le colonel Engelhardt avait été nommé, dès le 27 février, commandant de la garnison de Petrograd par le Comité de la Douma, dirigé par Rodzianko.

298 Ce texte constitue une adaptation libre de la fameuse Note Milioukov (texte complet in Marc Ferro, op. cil., pp. 528-529).

299 Le général N.V. Russky (1854-1918) était, depuis 1916, commandant en chef des armées du front nord.

300 Lors de la manifestation organisée par le Soviet le 18 avril/ler mai 1917, les bolcheviks, très minoritaires, avaient défilé aux côtés des anarchistes, avec des slogans hostiles à la guerre. M. Cachin fait ici l’amalgame entre les deux courants.

301 Il s’agit sans doute de Russkoe Slovo, quotidien moscovite d’information, de tendance conservatrice.

302 Utro Rossii était un quotidien publié à Moscou, d’orientation constitutionnelle-démocrate.

303 Moskovskie Vedomosti, publié à Moscou à partir de mars 1917, était un journal d’information, de tendance conservatrice.

304 Le quotidien Moskovskii Listok semble avoir eu une existence éphémère. Il n’est plus attesté après le mois de mai 1917.

305 Vechernii Kur’er était un quotidien d’information, attesté de mars à octobre 1917.

306 Soldat-Gradzdanin était l’organe (quotidien) du Soviet des députés soldats de Moscou, depuis le 10 mars 1917.

307 Depuis le 19 avril/2 mai, manifestations et pétitions contre la Note Milioukov s’étaient multipliées. Tandis que Soviet et gouvernement négociaient sur un compromis acceptable pour les deux parties, les faubourgs de Petrograd, décidés à manifester leur détermination, se mirent en marche, le 21 avril/4 mai, à l’appel de la Pravda rédigé par Lénine : « Le temps est venu de prendre le pouvoir en main, le premier préalable nécessaire à la conclusion d’une paix démocratique. »

308 N.V. Nekrassov (1870-1941) représenta l’aile gauche du parti K-D aux troisième et quatrième Doumas et fut un des membres du Bloc progressiste. Nommé ministre des Transports dans le premier cabinet du gouvernement provisoire, il fit ensuite partie de la plupart des cabinets de ce gouvernement. Avec Tereschenko et Kerenski, il animait, au sein du gouvernement, le « mouvement » face à la « résistance » (à toute concession au Soviet) représentée par Milioukov et Goutchkov.

309 Au soir du 20 avril/3 mai, les dirigeants « modérés » du Soviet – Ceretelli, Tchkeidze, Dan, Gotch – tout en condamnant sans équivoque la Note Milioukov et en exigeant du ministre des Affaires étrangères un désaveu formel, jugèrent que « l’appel aux masses » était un outil dangereux. Ils multiplièrent les appels télégraphiques aux régiments de la capitale pour les dissuader de participer aux manifestations. En même temps, le Comité exécutif du Soviet rencontrait les membres du gouvernement. Alarmés par les troubles et soucieux de conclure un accord avec le gouvernement, les délégués du Soviet ne voulurent pas que les journalistes assistassent à l’entretien ni que les Izvestia publiassent les déclarations de l’opposition (bolchevique et anarchiste).

310 Membre du parti social-démocrate suisse, rédacteur en chef du Berner Tagmacht, socialiste internationaliste durant la guerre (1915-1917) du Comité socialiste international, Robert Grimm (1881-1958) négocia le passage par l’Allemagne de Lénine et des militants de la « gauche zimmerwaldienne ».

311 Ce district se trouvait dans la province de Simbirsk, particulièrement agitée dès le printemps 1917.

312 Contrairement aux supputations de M. Cachin, il s’agit de groupes d’extrême-droite, monarchistes et nationalistes, les Cent-Noirs.

313 B.P. Pozern (1889-1936), militant social-démocrate, menchevik, était le président du Soviet de Minsk, et membre du Comité exécutif du front ouest.

314 Le Comité exécutif du Soviet des députés ouvriers et soldats de Minsk était alors à majorité menchevik, hundiste.

315 Sous l’ancien régime, les juifs devaient résider dans un certain nombre de villes de la bordure occidentale de l’empire. Des dérogations étaient exceptionnellement accordées aux étudiants et aux membres des professions libérales.

316 Les Cosaques du Don avaient pour principal privilège de recevoir 20/30 dessiatines de terre en échange d’un service militaire jusqu’à l’âge de trente-six ans. Après octobre 1917, quelques déclarations maladroites des bolcheviks stigmatisant les « Cosaques koulaks » indisposèrent les Cosaques contre le nouveau régime. Le pays des Cosaques du Don fut la première « Vendée » soviétique.

317 N.I. Krivocheïne était un des principaux dirigeants bolcheviks de Biélorussie. Il fut notamment délégué à la première conférence de la région nord-ouest du parti social-démocrate (17-18 septembre 1917).

318 Vieille famille de noblesse polonaise. Dans la seule province de Minsk, les Radziwill possédaient plus de 120 000 hectares de terre.

319 Il s’agit de Abram Markovitch Fichguendler.

320 Allusion au refus du Soviet de participer au gouvernement de coalition (vote du 26 avril/8 mai). Parmi les raisons invoquées, citons celles du leader menchevik Tchkeidze : « Dans l’état actuel des forces politiques, l’entrée des mencheviks au gouvernement susciterait dans la classe ouvrière de vaines espérances. » Les socialistes-révolutionnaires de gauche, de leur côté, estimaient, comme Kamkov, que « constituer un ministère de coalition reviendrait à affaiblir l’élan révolutionnaire et à faire triompher l’esprit de coalition avant que ne se soit réunie la Constituante ».

321 Les minoritaires allemands et austro-hongrois étaient arrivés à Stockholm avec des représentants prestigieux : Haase, Kautsky, Bernstein, Hilferding, Adler. Ils devaient entretenir des liens étroits avec Martov et Ceretelli et professer des vues très proches de celles des mencheviks majoritaires alors au Soviet de Petrograd (notamment sur l’Alsace-Lorraine).

322 Adolf Hofman (1858-1930), socialiste allemand proche de Haase et de Ledebour ; participant aux conférences de Zimmerwald et de Kienthal, il fut un des membres en vue du parti social-démocrate indépendant fondé en 1917.

323 Cette mesure fut une des premières prises par Kerensky, ministre de la Justice dans le premier cabinet du gouvernement provisoire.

324 Allusion à la scène célèbre qui se déroula le 2 mars 1917 lorsque Kerensky, passant au-dessus des membres du Comité exécutif du Soviet, opposés à la participation des socialistes au gouvernement, s’adressa directement à l’assemblée plénière du Soviet, qui l’ovationna. Sur cet épisode, cf. Marc Ferro, op. cit., pp. 104- 105.

325 Cette lettre fut envoyée le 27 avril/9 mai, après que le Soviet eut, par 24 voix contre 22 et 8 abstentions, refusé de participer à un gouvernement de coalition. Comme l’écrivit en 1919 Kerensky : « Ceux qui étaient au pouvoir n’avaient pas de racines dans la nation et ceux qui en représentaient la volonté refusaient de gouverner. »

326 Leader et théoricien du parti social-démocrate autrichien, Gustav Bauer (1870-1944) représente le courant majoritaire, favorable à l’Union sacrée. Il sera Chancelier en 1919-1920.

327 Social-démocrate allemand, Friedrich Ebert (1870-1925) fut élu député au Reichstag en 1912. Président du Comité exécutif du parti depuis 1913, durant la guerre, il dirige l’aile droite du parti social-démocrate. De 1919 à 1925, président de la République allemande.

328 Hermann Molkenbuhr (1851-1927) était membre du parti social-démocrate allemand, secrétaire du Présidium du parti après 1904, et député au Reichstag ; durant la guerre il fut l’un des dirigeants de la majorité favorable à l’Union sacrée.

329 David Eduard (1863-1930), un des dirigeants du courant majoritaire au sein du parti social-démocrate, fut un des membres les plus actifs de la délégation du parti social-démocrate allemand aux consultations préliminaires entre les représentants de chaque parti socialiste et le comité hollando-scandinave du Bureau socialiste international à Stockholm.

330 Fischer Richard (1855-1926). Un des rédacteurs de Vorwärts, membre du courant majoritaire social-démocrate.

331 Ces dispositions avaient été entérinées d’une part par le traité de Londres, conclu le 26 avril 1915 entre la France, la Grande-Bretagne et la Russie d’une part, et l’Italie de l’autre ; par l’accord Sykes-Picot du 3 janvier 1916 d’autre part (la France consentait à la domination anglaise en Mésopotamie en échange de la reconnaissance, par la Grande-Bretagne, des droits français sur la Syrie et la Cilicie ; la Russie appuya les revendications anglo-françaises en échange de l’Arménie et du Kurdistan) ; par l’accord, enfin, de Saint-Jean-de-Maurienne, du 21 avril 1917, la France et la Grande-Bretagne cédaient à l’Italie la province d’Adalia ainsi que les îles du Dodécanèse et une grande partie de la côte d’Asie Mineure, y compris la ville de Smyrne.

332 Il s’agit de l’appel lancé le 10 mai 1917 par le Soviet de Petrograd à la réunion d’une conférence socialiste internationale à Stockholm.

333 Émile Vandervelde (1866-1938), militant du parti ouvrier belge et ministre de l’intendance pendant les années 1916-1918, était arrivé à Petrograd, accompagné des socialistes belges Louis de Brouckère (1869-1951) et Henri de Man (1885-1953), pour appuyer l’action d’Albert Thomas auprès du Soviet.

334 Pablo Iglesias (1886-1936) était un des dirigeants du mouvement socialiste espagnol de Défense nationale. La position du Soviet de Petrograd, exprimée notamment par Ceretelli, était, sur ce point, très différente de celle exprimée par les socialistes français : pour Ceretelli, « seule une rupture simultanée entre les socialistes et les milieux gouvernementaux dans chacune des coalitions en guerre peut créer un tournant décisif ».

335 Jules Guesde (1845-1922) ne faisait plus partie du gouvernement depuis décembre 1916 mais conservait une forte autorité morale dans le parti socialiste.

336 Il s’agit de « l’Appel aux peuples du monde entier ».

337 August Bebel (1840-1913), président du parti social-démocrate allemand et leader de la IIe Internationale est cité par M. Cachin, au même titre que K. Liebknecht, comme l’exemple d’un authentique « internationaliste », à la différence des « socialistes du Kaiser ».

338 Pour les socialistes français, la responsabilité immédiate du conflit incombant à l’Allemagne, le paiement des dommages de guerre devait retomber sur ce pays.

339 Fondé en 1880, Birjevye Vedomosti, quotidien depuis 1885, était le principal journal des milieux d’affaires russes.

340 Les premières discussions entre Thomas et les socialistes russes révélèrent de nombreuses divergences. Le ministre français vit dans la conférence de Stockholm une occasion de faire le procès des majoritaires allemands. Il se préoccupa des origines de la guerre et particulièrement de la responsabilité de l’Allemagne et des socialistes allemands. Il se préoccupa des origines de la guerre et particulièrement de la responsabilité de l’Allemagne et des socialistes allemands dans l’éclatement du conflit, tandis que les socialistes russes cherchaient la voie menant à la paix générale, considérant, comme l’écrivait Ceretelli, « que la guerre est le résultat de la concurrence impérialiste de tous les gouvernements capitalistes et que la démocratie internationale devait rassembler toutes ses forces pour une lutte commune contre ces gouvernements au nom d’une paix démocratique ».

341 A. Thomas joua, comme en témoigne son Journal de Russie, un rôle important dans la crise d’Avril. Il soutint Kerensky contre Milioukov et se montra très favorable à la constitution du gouvernement de coalition.

342 Louis de Brouckère (1869-1951) était au nombre des socialistes belges envoyés en Russie pour contribuer à la tâche des socialistes français, à savoir soutenir la cause de l’Entente auprès de leurs camarades russes.

343 À cette date, M. Cachin avait été gagné à l’idée de la nécessité pour les socialistes français de répondre à l’invitation des socialistes russes de se rendre à la conférence de Stockholm, pourvu que certaines conditions fussent respectées. « Écoutez leurs discours, ils sont entièrement russifiés... On dirait qu’ils ont compris que la révolution russe apporte une vie nouvelle à l’univers », écrivait le 4 mai la Rabocaja Gazeta, pourtant peu suspecte de sympathie à l’égard de Moutet et de Cachin.

344 William Sanders (1871-1949), secrétaire de la Fabian Society depuis 1914, était député et membre du Comité exécutif du parti travailliste britannique. Avec O’Grady et Thorne, membre de la délégation socialiste britannique, il fut envoyé en Russie en avril 1917.

345 Syndicaliste et homme politique britannique, membre du parti travailliste et député, sir James O’Grady (1866-1945) était de la délégation socialiste britannique envoyée en Russie en avril 1917.

346 Hendrik van Kol (1851-1925), leader du parti socialiste hollandais, membre du Bureau socialiste international, était un des organisateurs du Comité hollando-scandinave, premier promoteur de la conférence de Stockholm.

347 Pieter Troelstra (1860-1930), militant du parti socialiste hollandais, était membre du Comité exécutif du Bureau socialiste international.

348 Jean Longuet (1876-1938), fils de Charles Longuet et de Jenny Marx, fut le dirigeant parlementaire de la minorité SFIO durant la guerre. Il fut rédacteur à La Petite République, dirigée par Jean Jaurès, puis à L’Humanité. Le Comité exécutif du Soviet de Petrograd invita une délégation de minoritaires français, mais le voyage leur fut interdit par le gouvernement français. Comme la plupart des minoritaires français, Longuet fut un ardent partisan de la conférence socialiste internationale projetée à Stockholm.

349 Cristu Rakovsky (1873-1942) était le chef du parti socialiste roumain dont il fut l’un des fondateurs. Il représenta le parti auprès du Bureau socialiste international, après sa libération de prison. Après la guerre, il devint président de la République soviétique d’Ukraine et dans les années 1920, représentant soviétique à Londres puis à Paris.

350 Cette participation fut acquise le 28 avril, après la démission du ministre de la Guerre Goutchkov et une nouvelle campagne de pétitions émanant de la garnison de Petrograd demandant que le Soviet « qui seul avait l’autorité aux yeux de l’armée » participât au gouvernement.

351 N.I. Peredzitch, militant social-démocrate, de tendance menchevik, était délégué de la section militaire du Soviet de Petrograd.

352 Cet appel, paru dans les Izvestias, appelait à une conférence socialiste internationale toutes les fractions socialistes de tous les pays acceptant le principe d’une « paix sans annexions ni contributions, fondée sur le droit de tous les peuples à l’autodétermination ».

353 Pour le Soviet, comme l’écrivait Ceretelli, « la demande du droit de disposer d’elle-même pour l’Alsace-Lorraine – comme pour tous les autres pays se trouvant dans les conditions semblables – ne doit pas être présentée comme une condition – ultimatum qui pourrait justifier la continuation de la guerre si elle n’était pas acceptée par les Empires centraux. La seule condition – ultimatum, à nos yeux, était le retour au statu quo d’avant-guerre... La délégation française protesta contre notre présentation du problème mais nous ne pouvions faire davantage car nous étions convaincus que la solution que nous proposions (consultation préliminaire des populations) était le seul moyen de libérer l’Alsace-Lorraine sans continuer la guerre. »

354 A. Thomas explicita tous ces points dans un important discours devant le Comité exécutif du Soviet (15/16 mai 1917). Cf. texte du discours in Cahiers du monde russe et soviétique, vol. XIV, nos 1-2 (janvier-juin 1973), pp. 197-198.

355 Il s’agit, semble-t-il, de N. Dobranitsky, délégué soldat du Soviet de Petrograd, qui joua un rôle assez important dans l’organisation de la résistance face au putsch Kornilov, en septembre 1917.

356 A.M. Kollontai (1872-1939) était une militante socialiste russe, connue dans le mouvement socialiste féministe européen. Durant la guerre, elle adhéra au courant internationaliste, en 1916, se rapprocha des positions bolcheviks, et retourna en avril 1917 à Petrograd, où elle aida Lénine à reprendre en main l’organisation bolchevik locale.

357 Avocat, homme politique et journaliste, V.A. Maklakov (1870-1957) représenta l’aile droite des K-D à la quatrième Douma. Il fut nommé en avril 1917 ambassadeur du gouvernement provisoire à Paris.

358 Jusqu’en 1918 secrétaire général de la SFIO, Louis Dubreuilh (1862-1924). fut, durant la guerre, un des leaders de la tendance majoritaire.

359 Pierre Renaudel (1871-1935), leader des majoritaires socialistes et directeur de L’Humanité.

360 S.D. Sadzonov (1861-1927) fut ministre des Affaires étrangères en 1910- 1916. À cause de la démission de Milioukov, son départ comme ambassadeur à Londres fut reporté in extremis.

361 Le 22 avril/4 mai, parut une « Note explicative » rédigée par le gouvernement en accord avec le Soviet. En spécifiant que la Note Milioukov du 18 avril avait été adoptée à l’unanimité, Milioukov mettait Kerensky dans une position difficile. Plus loin, la « rectification » du gouvernement indiquait bien que la Russie ne voulait annexer aucun territoire ; surtout elle précisait que par « sanctions et garanties », le gouvernement entendait la limitation des armements, les tribunaux internationaux, etc. Cette « Note explicative », « modeste éclaircissement » comme l’appelait Milioukov, ne désamorça cependant pas la crise du pouvoir ouverte par la Note. Quelques jours plus tard, Milioukov dut démissionner, tandis que se mettait en place un gouvernement de coalition.

362 Il s’agit sans doute du télégramme d’A. Thomas à Ribot du 7 mai 1917, mentionné en note du Journal de Russie d’A. Thomas, présenté et commenté par Sinanoglou (op. cit.). Par ce télégramme, A. Thomas demandait au gouvernement français d’accorder sa confiance au gouvernement révolutionnaire russe.

363 Le discours de Moutet devant le Soviet de Petrograd est reproduit dans les CMRS, t. XIV, nos l-2, pp. 195-196.

364 L’Internationale socialiste avait tenu un congrès extraordinaire à Bâle les 24 et 25 novembre 1912 et adopté un manifeste de lutte contre la guerre.

365 Les conditions émises par le Soviet de Petrograd pour participer à la conférence de Stockholm étaient acceptables pour les zimmerwaldiens. Le 27 avril/8 mai, les deux premiers groupes initiateurs de la conférence de Stockholm avaient constitué un Comité hollando-scandinave, dont C. Huysmans fut nommé secrétaire. Ce groupe proposa de réunir la conférence le 27 mai/10 juin. Cette proposition concorda, jour pour jour, avec la décision russe d’être à Stockholm la puissance invitante. Entre-temps, le comité de Berne, sous l’égide de R. Grimm, avait invité les participants de la conférence de Zimmerwald à se réunir à Stockholm le 18/31 mai pour examiner la situation créée par la révolution russe. Il s’agissait de discuter des décisions prises à Kienthal, de la position de la « gauche zimmerwaldienne » (bolcheviks et spartakistes) qui avait déjà rejeté la première invitation de C. Huysmans à la conférence de Stockholm. Mais la situation n’était plus la même depuis que, dans une certaine mesure, se confondaient l’invitation du comité hollando-scandinave et celle du Soviet de Petrograd.

366 Le départ de M. Paléologue fut décidé après que A. Thomas eut reçu du gouvernement français, par un télégramme du 6 mai, « les pleins pouvoirs... pour la direction de notre politique et de nos relations avec le gouvernement russe ».

367 B.V. Stürmer présida le Conseil des ministres russes de février à novembre 1916. De mars à juillet 1916, il fut ministre de l’intérieur, et de juillet à novembre 1916, ministre des Affaires étrangères.

368 Ancien nom (1923) de Klaipeda.

369 Dans cette petite ville à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Petrograd, un Soviet local avait pris tout le pouvoir dès le 16 mars. Le représentant du gouvernement provisoire Styrilovitch, avait été chassé et le gouvernement dut envoyer sur place une délégation ministérielle pour rétablir l’autorité de l’État.

370 Cédant aux instances du gouvernement russe, la Grande-Bretagne et la France consentirent, en mars 1915, à conclure un traité secret qui prévoyait l’annexion par la Russie de la ville de Constantinople et des territoires avoisinant chaque rive du Bosphore, de la mer de Marmara et des Dardanelles. En contrepartie, le gouvernement russe admit l’annexion par la France de la Syrie et de la Cilicie.

371 Sur la Suède, consulter Jean-Pierre Mousson-Lestang, Le parti social-démocrate suédois et la politique étrangère de la Suède 1914-1918, Paris, Publications de la Sorbonne, 1989.

372 J.W. Albarda (1877-1951) était un militant du parti socialiste hollandais, et depuis 1914, membre du Comité exécutif du BSI. Membre du Comité hollando-scandinave.

373 T.A.M. Stauning (1873-1942) était un dirigeant du parti social-démocrate danois.

374 Nina Bang (1866-1928), membre du Comité exécutif du parti social-démocrate danois, député.

375 Militant de la minorité social-démocrate allemande, Franz Mehring (1846- 1919) fut un des dirigeants spartakistes.

376 Membre du parti social-démocrate finlandais, Yrjo Sirola (1876-1936) émigra aux États-Unis entre 1905 et 1917. Il adhéra au parti communiste finlandais en 1918.

377 Z. Kunfi (1879-1950) était un dirigeant du parti social-démocrate hongrois, de la tendance internationaliste. En 1919, il fut commissaire du peuple à l’instruction publique dans le gouvernement hongrois révolutionnaire.

378 Il s’agit de Vandervelde. Celui-ci écrivit, en 1918, dans Trois aspects de la révolution russe (Paris, Berger-Levrault, pp. 178-179 : « Il fut entendu que, dans une réponse à la convocation nous (A. Thomas et E. Vandervelde) annoncerions notre refus de participer à une conférence plénière avant d’avoir élaboré, de commun accord, un ensemble de conditions assez précises pour éloigner toute équivoque et pour décourager toute manœuvre diplomatique des adversaires... Plus que jamais, nous sommes convaincus qu’une réunion plénière à laquelle seraient admis ceux qui soutiennent la politique actuelle des socialistes majoritaires dans les Empires centraux serait inutile et dangereuse ; inutile, parce que l’association de volontés contraires ne peut aboutir à l’action ; dangereuse, parce qu’elle entretiendrait l’équivoque et donnerait aux masses ouvrières et paysannes l’illusion qu’une paix juste et durable est possible avant que l’impérialisme d’agression soit détruit. Aussi longtemps que, par une déclaration publique, faite sans réticences et sans réserves, dans leur propre pays, sous la responsabilité de leur propre prolétariat, les socialistes de toutes les nations intéressées n’auront pas renoncé à toute association avec un impérialisme d’agression, nous tenons une conférence socialiste internationale pour moralement impossible. »

379 C’est le 27 mai 1917 que devait se réunir le conseil national de la SFIO, au cours duquel Cachin et Moutet de retour de Russie, allaient, par leur intervention, faire basculer la majorité en faveur de la participation des socialistes français à la conférence de Stockholm.

380 Le général Pau d’Anade était le chef de la mission française auprès du grand quartier général russe en 1915-1916 ; le colonel Laguiche, l’adjoint du général Pau d’Anade.

381 S’agit-il de Herbert Fisher (1865-1940), historien, homme d’État, président du Board of Education ou de Warren Fisher (1870-1948) ?

382 Frederiks Owen Roberts (1876-1941) était membre du Comité exécutif national de l’Union des typographes et membre du Comité exécutif national du Labour Party – qu’il devait présider en 1926-1927.

383 Thomas Power O’Connor (1848-1929) était journaliste et homme politique, membre de la Chambre des communes depuis 1885.

384 Paul Cambon (1843-1924) fut ambassadeur de France à Londres de 1898 à 1920.

385 Franklin Bouillon, dit Henry Franklin-Bouillon (1870-1932), radical, fut député de la Seine-et-Oise de 1910 à 1919. Dès son entrée à la Chambre il se préoccupa presque exclusivement de politique étrangère, notamment des rapports franco-allemands. S’étant engagé en 1914 en dépit de son mauvais état de santé, il fut bientôt chargé d’assurer la liaison entre l’armée française et le corps expéditionnaire britannique. Il refusa d’entrer dans le cabinet Briand constitué en 1915 mais devait être ministre d’État et membre du Comité de guerre du 27 septembre au 16 novembre 1916.

386 Paul Mantoux (1877-1956) normalien, historien, auteur d’une thèse sur La Révolution industrielle en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle (1906) avait connu dès cette époque A. Thomas. Mobilisé en 1914, il fut appelé en mai 1915 par A. Thomas pour aller à Londres et assurer la liaison avec Lloyd George Thomas voulant savoir comment réagissait le peuple anglais à la guerre. Il fut pour beaucoup dans la coopération des deux gouvernements anglais et français pendant la guerre. Il devait être interprète des quatre Grands à la conférence de la Paix dont il publia ultérieurement les délibérations. Sa femme née Mathilde Dreyfus (1889-1986) a confié une partie de ses papiers et de sa bibliothèque à la BDIC.

387 William Morris Hughes (1862-1952), syndicaliste, député, membre du Labour Party, fut Premier ministre d’Australie à partir du début du conflit et réussit à faire entendre la voix de son pays lors de la signature du traité de paix en 1918-1919.

388 James Ramsay MacDonald (1866-1937) avait milité à l’Independant Labour Party depuis 1894. Il fut ensuite un des fondateurs du Labour Party, dont il fut député en 1904. En 1911 il était devenu un dirigeant du Labour. Pacifiste en 1914, il devait s’opposer aux bolcheviks en 1917.

389 James O’Grady (1866-1934), dirigeant syndicaliste, soutint la politique de guerre dès 1914. Vice-président de la British Workers League en 1916, il avait été envoyé en avril 1917 en Russie avec Will Thome et W.S. Sanders pour exhorter le gouvernement russe à poursuivre la guerre.

390 Le mouvement Sinn Fein, longtemps clandestin, avait combattu pour l’indépendance de l’Irlande. Les élections de 1918 seront un triomphe pour le Sinn Fein, qui organisera un parlement et une armée indépendants. Après deux années de guérilla l’État libre d’Irlande sera reconnu par Londres, en décembre 1921.

391 M.I. Skobelev (1885-1939) menchevik en 1903 vécut en émigration à Vienne, travaille à la Pravda, vice-président du premier Soviet de Petrograd le 27 février 1917, il devait être ministre du Travail du gouvernement provisoire en mai 1917.

392 Alexandre Konovalov était ministre du Commerce et de l’industrie depuis le 16 mai 1917 dans le gouvernement provisoire.

393 Michael Terechenko, industriel, avait été ministre du tsar et était ministre des Finances dans le gouvernement provisoire depuis le 16 mai 1917.

394 Victor Basch (1863-assassiné en 1944 par la milice), professeur, était vice-président de la Ligue des droits de l’homme depuis 1909. Il avait fait un voyage aux États-Unis pour hâter l’entrée en guerre du gouvernement américain aux côtés des puissances alliées. À son retour il écrivit La Guerre de 1914 et le droit où il soulignait le rôle de l’Autriche-Hongrie dans le déclenchement du conflit.

395 Gaston Doumergue (1863-1937), avocat, député radical, avait été plusieurs fois ministre de 1902 à 1917. Il fut président du Conseil de 1913 à 1914 et président de la République de 1924 à 1931.

396 Karl Hjalmar Branting (1860-1925), intellectuel, d’abord radical puis social-démocrate, était député du Riksdag en Suède et, depuis 1897, dirigeant du parti socialiste suédois. Partisan de réformes graduelles liant socialisme et parlementarisme, il était étranger au marxisme dont il ne se réclama jamais. Il devint ministre en 1917.

397 Émile Vandervelde (1866-1938), un des dirigeants du parti ouvrier belge fondé en 1885, était devenu ministre d’État dans le gouvernement belge d’Union sacrée constitué en 1914. Il fut le véritable « patron » du POB de la fin de la Première Guerre à sa mort.

398 Le Temps, journal quotidien, passait pour être le journal officieux du gouvernement, notamment en matière de politique étrangère qu’il développait dans sa colonne de gauche en première page.

399 Georges Desplas (1856-1922), avocat, candidat de concentration des Comités républicains radicaux-socialistes avait été élu député de la Seine en 1906 et devait l’être sans interruption jusqu’en 1919. Il siégea au Palais-Bourbon avec le groupe de la gauche radicale et fut ministre des Travaux publics et des Transports dans le cinquième cabinet Ribot du 20 mars au 7 septembre 1917.

400 Karl Kautsky (1854-1938) dirigeant du SPD, théoricien du marxisme dans ce parti comme dans la IIe Internationale, y avait défendu « l’orthodoxie » marxiste face au révisionnisme d’E. Bernstein. Tout en ayant désapprouvé le vote des crédits de guerre par le SPD en 1914 et en s’éloignant de plus en plus de la « droite » du parti, il ne rallia pas son extrême gauche et occupa une position centriste préconisant une guerre sans annexions ni conquête. Il rejoignit en 1917 le parti socialiste indépendant (USPD).

401 Il s’agit d’un vieux projet de la SFIO déjà annoncé avant la guerre (congrès de Brest, 1913).

402 Joseph Thierry (1857-1918), avocat, fut élu sous l’étiquette « républicain » en 1898 député des Bouches-du-Rhône et devait l’être jusqu’à sa mort. Particulièrement intéressé par les questions économiques, il fut sous-secrétaire d’État à la Guerre (ravitaillement et intendance militaire) du 1er juillet 1915 au 12 décembre 1916 puis ministre des Finances du 20 mars au 7 septembre 1917.

403 Justin Godard, né le 26 novembre 1871, avocat, fut député du Rhône de 1906 à 1926. Du 1er juillet 1915 au 19 janvier 1920 il fut sans interruption sous-secrétaire d’État au service de santé au ministère de la Guerre.

404 Louis Chapdelaine (1876-1939), député des Côtes-du-Nord de 1910 à sa mort, avait été mobilisé au début du conflit. Promu sous-lieutenant le 4 février 1915, il se préoccupa tout particulièrement des conséquences économiques de la guerre sur le pays et interpella le gouvernement sur de nombreuses questions.

405 André Maginot (1877-1932) était ministre des Colonies du cabinet Ribot depuis le 20 mars 1917.

406 Le roi d’Espagne était alors Alphonse XIII (1886-1941).

407 Antonio Maura (1853-1925), homme de la droite conservatrice, avait entamé une longue carrière politique en 1886. Durant la Première Guerre il fut ardent germanophile.

408 Alvaro de Figueroa y Torres, conde de Romanones (1863-1950) représentait la gauche politique modérée et libérale. Il avait succédé comme Premier ministre à Eduardo Dato et devait le rester jusqu’en avril 1917.

409 Eduardo Dato (1856-1931), représentant de la droite modérée, fut Premier ministre d’octobre 1913 à décembre 1915.

410 Gumersindo Azcarate (1840-1917), universitaire, était président du parti réformiste créé en 1913 par Melquíades Alvarez.

411 Melquíades Alvarez (1864-1936), député de tendance républicaine-socialiste avait fondé en 1913 le parti réformiste après une entreprise avec le roi. Ortega y Gasset et Manuel Azana adhérèrent à ce parti désireux de réformes démocratiques.

412 Maître de requête au Conseil d’État, socialiste, Léon Blum (1872-1950) avait dirigé depuis 1914 le cabinet de Marcel Sembat ministre des Travaux publics dans le deuxième cabinet Viviani et le cinquième cabinet Briand.

413 V.A. Sukhomlinov fut ministre de la Guerre de 1909 à 1915. Soupçonné de « négligence, confinant à la trahison », il fut démis de ses fonctions et gardé à vue. Il fut jugé et condamné à la prison par le gouvernement provisoire et émigra après la révolution d’Octobre.

414 M.V. Rodzienko (1859-1924) était le leader du parti « octobriste » créé après le manifeste d’octobre 1905 et constitué dans le but de coopérer avec le régime impérial. C’était un parti modéré, partisan de réformes progressives. Président de la Douma en 1917, il vit son influence décliner aux dépens de celle de P. Milioukov.

415 Louis Lucien Klotz (1868-1930), avocat à la cour d’appel de Paris, fut député de la Somme de 1898 à 1925. Deux fois ministre des Finances de novembre 1910 à mars 1913, il venait d’être nommé à cette fonction une nouvelle fois dans le ministère Clemenceau constitué le 12 septembre 1917.

416 Albert Claveille (1865-1921), ingénieur, avait été secrétaire général d’A. Thomas, alors sous-secrétaire d’État à l’Artillerie en 1914. Il fut sous-secrétaire d’État aux Transports du 14 décembre 1916 au 12 septembre 1917.

417 Aristide Briand (1862-1932), avocat, ancien socialiste d’extrême gauche, avait été élu député de la Loire en 1902. Il entama alors une longue carrière ministérielle. Vice-président du Conseil dans le cabinet Viviani, il devint président du Conseil pour la cinquième fois à partir d’octobre 1915 et le fut jusqu’au 14 mars 1917 où la démission du ministre de la Guerre Lyautey fit chuter son cabinet. Il revint aux affaires à partir de 1921.

418 Raymond Poincaré (1860-1934) était président de la République depuis 1913.

419 Georges Hertling (1843-1919) succéda au poste de chancelier de l’Empire allemand le 3 novembre 1917 à Georges Michaelis qui avait lui-même succédé à Bethmann-Hollweg le 14 juillet 1917.
Il devait être chancelier jusqu’au 3 octobre 1918.

420 C’est ainsi qu’on appelait parfois les bolcheviks.

421 Louis Loucheur (1872-1931), polytechnicien, fondateur d’une société de travaux publics avant-guerre fut chargé dès le début de la guerre de consacrer son entreprise à la construction des armements. Le 14 décembre 1916 il fut nommé par A. Briand sous-secrétaire à l’Armement et devait le rester jusqu’au 12 septembre 1917. Nommé ensuite ministre de l’Armement puis de la Reconstitution industrielle. Jusqu’au 20 janvier 1920, il poursuivit une ample carrière ministérielle jusqu’à sa mort.

422 Bruneau-Varilla, en fait Maurice Bunau-Varilla, était directeur du très influent quotidien Le Matin.

423 Stephen Pichon, ami personnel de G. Clemenceau, dirigea formellement le ministre des Affaires étrangères dans son gouvernement à partir du 16 novembre 1917 jusqu’au 20 janvier 1920. Il avait été député de la Seine, dans les rangs du parti radical de 1885 à 1893 et fut sénateur du Jura de 1906 à 1924.

424 Georges Weill (1882-1970), économiste, militant socialiste et député au Reichstag, s’était engagé dans l’armée française dès le début de la guerre et fut pour cette raison exclu du Reichstag en 1915.

425 Référence à la guerre de 1870 et à Adolphe Thiers.

426 Paul Deschanel (1856-1922) député républicain modéré depuis 1886, présida la Chambre des députés de 1898 à 1902 puis de mai 1912 au 10 février 1920. Il fut un farouche partisan de l’Union sacrée. Il devait être président de la République de janvier à septembre 1920, date à laquelle des troubles de santé le contraignirent à démissionner.

427 Georges Clemenceau (1841-1929) avait déjà une longue carrière politique derrière lui (tant sous la Commune que la IIIe République dans les affaires Panama et Dreyfus). Député du Var de 1885 à 1893, il avait été ministre de l’intérieur à partir du 14 mars 1906 puis devint président du Conseil en gardant l’intérieur du 19 octobre 1906 au 20 juillet 1909. Ses mauvaises relations personnelles avec Poincaré n’empêchèrent pas ce dernier de le nommer président du Conseil le 16 novembre 1917. S’étant également attribué le ministère de la Guerre, il symbolisa la guerre à outrance et apparut comme l’artisan de la victoire.

© CNRS Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search