Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Les auteurs

Texte intégral

1Frédérique Barnier est docteur en sociologie et maître de conférences à l’IUT de Bourges. Ses principaux travaux et publications sur l’armement sont les suivants :

2 L’Atelier des premières armes : processus de socialisation au travail de jeunes ouvriers professionnels, mémoire de maîtrise, UFR de sociologie, Université François-Rabelais, Tours, 1989. – Mémoires au travail : mémoires des groupes sociaux au travail et travail social sur la mémoire dans l’industrie de l’armement, mémoire de DEA en sociologie, Université Paris-VII, 1990. – La Civilisation des armes : les arsenaux et l’industrie militaire en France, thèse de doctorat en sociologie, Université Paris-VII, 1996. – « Technique militaire et structure sociale », Sciences sociales, industries, techniques et cultures professionnelles, bulletin n° 2, avril 1996. – « Artillerie et armement terrestre : du frein de recul au freinage institutionnel, le canon de 75 et l’affaire Dreyfus », Actes du colloque de l’IFRESI, CNRS, IFRESI, mai 1997 Paris, L’Harmattan, 2004. – « Aux origines du taylorisme à la française : Gustave Ply », Entreprises et Histoire, n° 18, 1998. – « Des arsenaux à Giat industries : l’érosion ouvrière », Lettre du Groupe E3D, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 1998. – « Les transformations des relations entre l’État et les producteurs d’armement : le cas de Giat industries », Stratégies et Armement, n° 22, septembre 1998.

3Ancien élève de l’École polytechnique (X 67), docteur en gestion, Denis Bayart, chercheur au Centre de recherche en gestion, s’intéresse à la gestion de la technologie dans le contexte des organisations complexes, sur laquelle il intervient régulièrement dans différents séminaires, notamment à l’EHESS dans le cadre d’un groupe de travail sur l’histoire des méthodes d’organisation. Parmi ses publications récentes, on peut citer : « Le tournant gestionnaire d’un grand système technique : le contrôle de la navigation aérienne fait ses adieux à l’État », in E. Lévy (éd.), Vous avez dit « Public » ? Situations de gestion dans le secteur public, L’Harmattan, Paris, 2001, p. 131-180. – « How to Make Chance Manageable : Statistical Thinking and Cognitive Devices in Manufacturing Control », in Miriam R. Levin (ed.), Cultures of Control, Harwood Academic Publishers, 2000, p. 153-176. – « Savoir organisationnel, savoir théorique et situation : le contrôle statistique sur échantillons », Entreprises et Histoire, n° 13, 1996, p. 67-82. – « Des objets qui solidifient une théorie : le cas du contrôle statistique de fabrication », in F. Charue-Duboc (éd.), Des savoirs en action. Contributions de la recherche en gestion, L’Harmattan, Paris, 1995. – « La statistique au travail : contrôle statistique de fabrication, work sampling », in L’Usage des méthodes statistiques dans l’étude du travail, Cahiers travail et emploi, La Documentation française, avril 1995. – « Statistical Control of Manufacture », in I. Grattan-Guinness (ed), Companion Encyclopedia of the History and Philosophy of the Mathematical Sciences, London, New York, Routledge, 1994 (en collaboration avec P. Crépel).

4Professeur d’histoire des sciences et techniques à l’Université de Paris-X Nanterre depuis 2003, Bruno Belhoste était auparavant chargé de recherche au Service d’histoire de l’éducation. Agrégé d’histoire et docteur en histoire des sciences, il travaille sur les pratiques scientifiques en France entre 1750 et 1850, plus particulièrement dans le domaine des sciences exactes, notamment sur l’histoire des grandes écoles scientifiques et des instruments scientifiques. Principales publications : Cauchy, un mathématicien légitimiste au xixe siècle, Paris, Belin, 1985. – Les Sciences dans l’enseignement secondaire français, textes officiels (1789-1914), Paris, INRP et Economica, 1995. – La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003. – La Formation polytechnicienne, 1794-1994, Paris, Dunod, 1994 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec Amy Dahan-Dalmedico et Antoine Picon). – Le Paris des polytechniciens. Des ingénieurs dans la ville, Paris, Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 1994 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec F. Masson et Antoine Picon). – La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec Amy Dahan-Dalmedico, Dominique Pestre et Antoine Picon). – Les Sciences au lycée. Un siècle de réformes des mathématiques et de la physique en France et à l’étranger, Paris, INRP et Vuibert, 1996 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec Hélène Gispert et Nicole Hulin). – L’École d’application de l’artillerie et du génie de Metz (1802-1870). Enseignement et recherches, Ministère de la culture, Direction du patrimoine, Musée des plans-reliefs, 1996 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec Antoine Picon).

5Docteur en sciences économiques et diplômé de l’Institut d’études politiques de Lille, Renaud Bellais est chargé d’études chez EADS, après l’avoir été au département Rayonnement et Études stratégiques du Centre des hautes études de l’armement (2000- 2004). Il a enseigné pendant deux ans (1998-2000) à l’université du Littoral Côte d’ Opale (Dunkerque) où il est chercheur associé dans le Laboratoire redéploiement industriel et innovation. Renaud Bellais est également chargé d’enseignement en économie publique et économie de la défense auprès de l’université Paris-II et de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan. Il mène des recherches en économie de la défense, économie industrielle et économie de l’innovation. Il a participé en 1995 au programme Military Expenditures and Growth in China, Pakistan and India du Centre de développement de l’OCDE et en 1996 à l’Arms Production Project du Stockholm International Peace Research Institute. Il a également été membre du groupe de travail « Économie entrepreneuriale » du Commissariat général du Plan, présidé par Jean Jacquin (2001-2003). Ses principales publications sont : « Public et privé font-il bon ménage dans la défense ? », Sociétal, n° 40, avril 2003. – « The Quest of a New Boundary in Public Goods Provision : The Case of Defence, Notes pour la réflexion stratégique, CHEAr, mars 2003 (avec Martial Foucault). – « Maîtrise des mers au xxiesiècle, du stratégique au socio-économique », L’Armement, octobre 2002. – « Beyond Terrorisme Asymmetrical Threats and Defense Procurement, Notes pour la réflexion stratégique, CHEAr, septembre 2002 (avec Gilles Le Blanc). – « Recherche et développement de défense et innovation : nouvelles formes de financement et d’organisation », Champs de Mars, n° 11, juin 2002 (avec V. Mérindol).– « Industrialisation et armement dans les pays en développement : une fin de l’histoire ? », Mondes en développement, n° 112, octobre 2001. – Production d’armes et puissance des nations, Paris, L’Harmattan, 2000.

6Dorothea Bohnekamp est doctorante en histoire à l’Institut d’études politiques de Paris et au centre Moses Mendelssohn de l’université de Potsdam. Elle travaille sur l’histoire comparée des modèles d’intégration et d’identification des Juifs à Paris et à Berlin entre 1918 et 1933.

7Docteur en histoire et diplômé d’études politiques, Patrice Bret est depuis octobre 2003 responsable scientifique du Département d’histoire de l’armement ; il est aussi chercheur au Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques (Cité des sciences et de l’industrie-CNRS). Spécialiste des pratiques, réseaux et institutions scientifiques et techniques, il travaille sur la politique d’innovation et les relations entre l’armée et la science du xviiie au début du xxe siècle. Il a publié notamment L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France, 1763-1830, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002. – Lavoisier et l’« Encyclopédie méthodique » : le manuscrit des régisseurs des poudres et salpêtres pour le « Dictionnaire de l’ Artillerie » (1787), Florence, Léo S. Olschki, 1997. Ses derniers travaux en la matière concernent les laboratoires militaires français au début du xxe siècle et il a édité avec David Aubin Le Sabre et l’éprouvette. L’invention d’une science de guerre, 1914-1939, Paris Noésis, 2003.

8Paul Edwards est professeur dans au Département d’informatique de l’université du Michigan. Il est l’auteur de The Closed World : Computers and the Politics of Discourse in Cold War America, Cambridge, MIT Press, 1996. Des extraits de ce livre ont paru en français, allemand et japonais. Il a collaboré à l’édition de Changing Life : Genomes, Ecologies, Bodies, Commodities, University of Minnesota Press, 1997, et de Changing the Atmosphere : Expert Knowledge and Environmental Governance, Cambridge, MIT Press, 2001. Il termine actuellement un livre sur la science et la politique du climat dans une perspective mondiale et commence un nouveau projet sur l’histoire de l’informatique pendant et après la période de l’apartheid en Afrique du Sud.

9Doctorante en histoire, Béatrice Faillès a participé aux travaux du Comité pour l’histoire de l’armement (en particulier en matière d’archives orales) et du Centre d’études d’histoire de la défense. Elle est notamment l’éditeur de Hiroshima oublié, Paris, Édition n° 1, 1995, et l’auteur de « Non-prolifération et coopération nucléaire de la France : les débuts de la Ve République », in Maurice Vaïsse (dir.), Armement et Ve République, fin des années 1950 – fin des années 1960, Paris, CNRS éditions, 2002, p. 305-317.

10Docteur en histoire, maître de conférences à l’EHESS (Centre Alexandre Koyré), Claudine Fontanon travaille sur les thèmes de recherche suivants : histoire de la mécanique appliquée (xviiie-xxe siècles) : constitution et évolution des savoirs théoriques et des domaines d’applications ; institutions d’enseignement de recherche ; relations entre sciences mécanique, politique et militaire ; biographies de mécaniciens. Parmi ses principales publications : Guide du patrimoine industriel, scientifique et technique, La Manufacture, 1990 (codirection avec G. de Ficquelmont et O. Blin).-Le Conservatoire national des arts et métiers au cœur de Paris, DAAVP, 1994, (codirection avec M. Le Moël et R. Saint-Paul) – Les Professeurs du Conservatoire national des arts et métiers. Dictionnaire biographique (1794-1955), Paris, INRP-CNAM, 1994 (codirection avec André Grelon). – « Histoire de la mécanique appliquée. Enseignement, recherche et pratiques mécaniciennes en France après 1880 », Cahiers d’ histoire et de philosophie des sciences, numéro spécial (direction), n° 46, 1998. – « Arthur Morin, un ingénieur militaire au service de l’industrialisation (1794-1880) », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, n° 29, 1990, p. 89-117.

11Gabrielle Hecht est professeur au Département d’histoire de l’université du Michigan. Elle est l’auteur de The Radiance of France : Nuclear Power and National Identity after World War II, Cambridge, MIT Press, 1998, qui a reçu deux prix scientifiques (le prix Henry Baxter Adams de la American Historical Association en 1999 et le prix Edelstein de la Society for the History of Technology en 2001). Ce livre a été publié en français en 2004 aux éditions La Découverte, sous le titre Le Rayonnement de la France. Elle a collaboré à l’édition de Technologies of Power, Cambridge, MIT Press, 2001. Elle poursuit des recherches sur l’histoire de l’industrie de l’uranium à travers le monde.

12Jacques de Larosière, inspecteur général des Finances, membre de l’institut, a notamment été directeur du Trésor (1974-1978), directeur général du Fonds monétaire international (1978-1987), gouverneur de la Banque de France (1987-1993) et président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (1993-1998).

13Professeur à l’École des mines de Paris où il dirige le CERNA (Centre de recherches en économie), Gilles Le Blanc, ancien élève de l’École polytechnique et docteur en économie, travaille notamment sur l’économie industrielle (du point de vue théorique et pratique), l’économie numérique et l’économie de la défense. Il enseigne également à l’ENSTA et à l’Université de Paris-II. Quelques publications récentes : Avec Olivier Bomsel, « Innovation et économie numérique », in P. Mustar et H. Penan (dir.), Dictionnaire de l’innovation, Paris, Economica, 2003. – Avec Olivier Bomsel, Dernier tango argentique. Le cinéma face à la numérisation, Paris, Presses de l’École des mines, 2002. – « Market Efficiency in the Digital Economy : Lessons from the US and European Telecom Industry Dynamics », Communications & Strategies, n° 44, 2001. – « Military innovation styles : the French programm mechanism and the NPO organisation in the former Soviet Union », 4st Conference ASEAT, Manchester, 4-5 September 1997.

14Agrégé et docteur en histoire, Jean-Marie Moine est enseignant-chercheur à Tours. Il a notamment publié, parmi d’autres travaux en histoire économique, technique, sociale et culturelle de la métallurgie : – Les Barons du fer : les maîtres de forges en Lorraine du milieu du xixe siècle aux années trente : histoire sociale d’un patronat sidérurgique, Metz, Serpenoise, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1989, rééd, 2003. – « Histoire technique d’une innovation : la sidérurgie lorraine et le procédé Thomas, 1880-1960 » in Paul Wynants (éd.), Mutations de la sidérurgie du xvie siècle à 1960, Namur, Ceruna, 1997. – « Le Comité des forges pendant l’entre-deux-guerres. Contre-mesures au mythe d’un groupe de pression croque-mitaine », in Jean Garrigues (éd.), Les Groupes de pression dans la vie politique contemporaine en France et aux États-Unis de 1820 à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

15Agrégée d’histoire, Aimée Moutet a été professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-XIII Villetaneuse jusqu’en 1999. Son doctorat d’État en histoire portait sur La rationalisation industrielle dans l’ économie française au xxe siècle. Étude sur les rapports entre changements d’organisation technique et problèmes sociaux (1900-1939). Ses principales publications sont : En collaboration avec R. Chilin et M. Muller, Histoire de l’ANACT, Paris, Syros, 1994. – Les Logiques de l’entreprise. La rationalisation dans l’industrie française de l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997. – « Ingénieurs et rationalisation en France de la guerre à la crise (1914-1929) », in A. Thépot (dir.), L’Ingénieur dans la société française, Paris, Éditions ouvrières, 1985, p. 71-108. – « Rationalization and the Training of Engineers in France from the Early 20th Century to World War II », in Nobuo Kawabe, Eisuke Daito (ed.), Education and Training in the Development of Modern Corporation, Tokyo, University of Tokyo Press, 1993, p. 125-142.– « Une rationalisation du travail dans l’industrie française des années 1930 », Annales ESC, septembre-octobre 1987, p. 1061-1078. – « Sous le gouvernement de Front populaire : problèmes humains de la rationalisation et action ouvrière », in Yves Cohen et Rémi Baudouï (éd.), Les Chantiers de la paix sociale (1900-1940), Paris, ENS Éditions, 1995, p. 287-310.

16Dominique Pestre, après un cursus initial en physique, est agrégé et docteur en histoire. Il est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et directeur de l’unité mixte de recherches CNRS-EHESS en histoire des sciences et techniques (Centre Alexandre Koyré). Il est l’auteur de deux livres portant sur la physique en France au xxe siècle, co-auteur d’une histoire du Centre européen de la recherche nucléaire (publiée en anglais en trois volumes) et auteur d’une soixantaine d’articles publiés. Membre du CHARME depuis sa création, il le préside depuis janvier 2002. Il a en particulier animé un groupe de travail sur la création de la Délégation ministérielle pour l’armement.

17Ingénieur des études et techniques de l’armement au Service des poudres, Jacques Plazanet a ensuite travaillé comme spécialiste de l’ingénierie chimique appliquée aux poudres à la Société nationale des poudres et explosifs. Il a en particulier participé à l’inventaire et à l’exploitation des archives de la poudrerie de Bergerac.

18Paul Rigail, ingénieur général de l’armement en deuxième section (X 43), a servi en tant qu’ingénieur des Poudres dans les poudreries nationales de Sorgues, Toulouse et Bergerac avant de rejoindre la DMA, département puis mission Atome, en 1961. Il a ensuite été affecté à l’EMA, puis a été chef du STPE de 1973 à 1979. Il a été membre du directoire, puis directeur général de la SNPE jusqu’en 1988.

19Lorenza Sebesta, Professeur Jean-Monnet ad personam en histoire de l’intégration européenne à l’université de Bologne est spécialiste des questions de défense européenne et de coopération spatiale entre Europe et États-Unis après la Deuxième Guerre mondiale. Elle a publié dernièrement : – A History of the European Space Agency, The story of ESA, 1973-1987, Noordwijk, ESA, 2000 (avec John Krige et Arturo Russo). – « Les rapports franco-américains dans le domaine des vecteurs au début des années 1960 », in Maurice Vaïsse (dir.), Armement et Ve République, Paris, CNRS éditions, 2002. – Alleati competitive Origini e sviluppo della cooperazione spaziale fra Europa e Stati Uniti, 1957-1973, Roma-Bari, Laterza, 2003.

20Luciano Segreto est professeur d’histoire économique et d’histoire des relations économiques internationales à la faculté de sciences politiques de l’université de Florence ; parmi ses travaux les plus récents, signalons : – Marte e Mercurio. Industria bellica e sviluppo economico in Italia, Milan, Angeli, 1997. En coédition avec Franco Amatori, Duccio Bigazzi et Renato Giannetti, Storia d’Italia, Annali, vol. 15, L’Industria, Torino, Einaudi, 1999. – Arar. Un’azienda statale tra mercato e dirigisme, Milano, Angeli, 2001. – L’Industria della guerra, in Storia d’Italia, Annali, vol. 18, Guerra e P ace, édité par Walter Barberis, Torino, Einaudi, 2002. – Giacinto Motta. Un ingegnere alla testa del capitalismo industriale italiano, Roma-Bari, 2004.

21Maître de conférences à l’UFR Sciences économiques et gestion de l’université de Reims, Marc-Daniel Seiffert, agrégé de sciences économiques et sociales, docteur en histoire, travaille notamment sur les stratégies d’innovation et d’apprentissage et l’histoire des entreprises. Il a en particulier publié : – « Innovations et utopies dans les réseaux de transport », Les Annales des Mines, mai-juin 2001. – « Innovations et transferts de technologie dans l’industrie des hélicoptères de 1945 à 1958 », in CEHD, La IVe République face aux problèmes d’armement, Paris, ADDIM, 1998. – « Les coopérations européennes sans l’industrie des hélicoptères : un jeu à somme positive ? », in Maurice Vaïsse (dir.), Armement et Ve République, fin des années 1950-fin des années 1960, Paris, CNRS Éditions, 2002. – « Les facteurs de contingences dans les coopérations », in Jean-Paul Hébert et Jean Hamiot (dir.), Histoire de la coopération européenne dans l’armement, Paris, CNRS Éditions, 2004, p. 81-97.

22Historien des sciences, il a soutenu sa thèse de doctorat à l’université Paris-VII sous la direction de Dominique Pestre, sur les systèmes d’innovations des marines française et britannique de 1914 à 1939. Il s’est intéressé aux interactions entre les différents acteurs mobilisés dans le développement de deux objets techniques : le gyrocompas destiné à la conduite du tir des navires et les appareils de TSF utilisés pour la conduite à distance d’engins explosifs. Il a porté une attention particulière à l’administration et aux différentes formes d’expression que prenait la recherche scientifique au sein de ces deux institutions militaires. Il a participé notamment à David Aubin et Patrice Bret (dir.), Le sabre et l’éprouvette. L’invention d’une science de guerre, 1914-1939, Paris, Éd. Noésis, 2003, et Steve Walton (ed.), Instrumental in War : Scientific research and instruments between Knowledge and the World, Legde, Brill Academic Publishers, sous presse.

23Il est à l’heure actuelle ATER à l’université Louis-Pasteur de Strasbourg, en charge d’un projet de sauvegarde et de valorisation des archives de la physique à Strasbourg depuis 1945. Il est également chercheur associé de l’Institut de recherche interuniversitaire des sciences et des technologies de Strasbourg et s’inscrit dans un projet collectif sur les questions de patrimoine scientifique.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search