Version classiqueVersion mobile

Économies contemporaines du cinéma en Europe

 | 
Claude Forest

Deuxième partie. Les industries cinématographiques européennes

Le Royaume-Uni

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tableau XLIX – Royaume-Uni
Principaux indicateurs cinématographiques

Image img01.jpg

La fréquentation

Avec plus de 1,6 milliard de spectateurs en 1946, le Royaume-Uni a enregistré le plus haut niveau de fréquentation cinématographique européen jamais atteint. A l’instar des États-Unis, sa croissance s’achève durant la Seconde Guerre mondiale, la phase de maturité – plus de 1,4 milliard d’entrées jusqu’en 1949 – étant suivie de trois périodes successives de baisse de fréquentation. La première dure jusqu’en 1957, avec une perte de 38 % des spectateurs, mais en demeurant au-dessus du milliard d’entrées. Le mouvement s’accélère ensuite pour atteindre le rythme de la baisse américaine, avec – 70 % en huit ans, le mouvement s’infléchissant en 1965 vers une chute plus modérée mais continue, jusqu’au minimum historique de 1984. Avec 53,8 millions d’entrées à cette date, il s’agit d’une baisse de 84 % depuis 1965, mais de 97 % depuis 1949. Après avoir été le plus grand marché européen en salles, le cinéma bri...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search