Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Les hommes de l’armement

Les ingénieurs allemands dans l’industrie française d’armement entre 1945 et 1950

Dorothea Bohnekamp

Texte intégral

1L’arrivée en France entre 1945 et 1950 de plusieurs centaines de techniciens allemands de l’armement, c’est-à-dire de savants, d’ingénieurs et d’ouvriers spécialisés, soulève la question des transferts techniques et scientifiques dont a pu bénéficier l’industrie d’armement française après la guerre. D’abord recrutés afin de combler les retards pris par la France dans les diverses techniques de l’armement et de contribuer à la réinstallation en France des laboratoires et centres de recherche de la zone d’occupation française, les Allemands, véritable butin de guerre, et leurs apports techniques et scientifiques sont un facteur déterminant – ce n’est pas un euphémisme – pour la reconstruction de l’industrie d’armement française.

2La vision initiale du recrutement des techniciens allemands en zone d’occupation française et au-delà s’apparentait à une logique de chasse – véritable paradigme de la politique d’occupation alliée juste après la guerre –, avant de céder la place à une politique de recrutement plus systématique et plus ouvert, partagée par les alliés anglo-saxons. Face à cette évolution du recrutement de masse, l’industrie d’armement française ne semblait pourtant constituer que la partie émergée de l’iceberg, car le phénomène du recrutement des travailleurs allemands, toutes catégories confondues, gagne, à partir de 1947, une ampleur extraordinaire. L’industrie d’armement contribue à cette histoire de l’intégration du travailleur allemand en France qui reste encore à écrire. Elle participe d’une histoire de transferts multiples ; c’est dans l’armement que l’apport technique et scientifique est le plus considérable – dans l’étendue des compétences tout autant que dans la diversité des savoirs.

3Au-delà de cet apport technique quantifiable ou du moins repérable, la coopération avec des équipes allemandes se vit avant tout confrontée à l’introduction de nouvelles pratiques de travail et de cultures scientifiques différentes. Cette coopération dans le cadre d’équipes mixtes entraîna une véritable collision, pour ne pas dire un choc, entre des mentalités et des perceptions de travail différentes et amena chacune des parties à revoir, à reconsidérer et même à rapprocher ses visions. Ces échanges professionnels et ces amorces de dialogue étaient encore encouragés par la promiscuité au travail, c’est-à-dire par les relations entre collègues français et allemands, et se traduisirent aussi bien par l’évolution des rapports hiérarchiques que par la coopération franco-allemande ultérieure qui, souvent, ne fit que prolonger des réseaux tissés à l’époque. C’est dans ce sens que les multiples transferts intellectuels et humains entre ingénieurs français et allemands sont significatifs d’une époque où d’anciens clivages ont dû être rapidement transgressés afin de consommer définitivement cette rupture qu’était la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Ces transferts ont ainsi constitué un relais incontournable pour la future coopération franco-allemande.

Évolution de la politique de recrutement des savants, ingénieurs et techniciens de l’armement

Première phase de recrutement

  • 1 Werner Abelshauser, « Wirtschaft und Besatzungspolitik in der französischen Zone 1945-1949 », in Cl (...)

4Dans une première phase de recrutement des techniciens de l’armement en zone d’occupation française – phase que l’on peut situer entre la fin des hostilités, en mai 1945, et le début de l’infléchissement de la politique d’occupation française, en 1947 –, le champ d’action du Haut-commandement, du gouvernement provisoire et de ses diverses missions techniques dépêchées en Allemagne dès la fin des hostilités était dicté par des impératifs politiques aux contours clairement définis. Il s’agissait en effet dans un premier temps de procéder à une récupération maximale de matériels, de machines-outils et d’armes dont l’occupant allemand s’était emparé en France et de jeter parallèlement les bases de la reconstruction d’une économie française rendue exsangue, grâce aux réparations et aux gains obtenus dans la zone d’occupation1. Quête ou reconquête de grandeur nationale, affirmation de soi face aux autres alliés, désir de revanche ? Quelle que soit la perspective envisagée, des enjeux internes et externes ont poussé les instances occupantes à mener une politique de démontages, de restitutions et de réparations d’étendue maximale, dont les contradictions faisaient ressortir son caractère anachronique en plein contexte de bipolarisation alliée et l’inadaptation de ses moyens et de ses instruments de travail et de coordination. C’est dans cette optique que les missions techniques françaises sillonnèrent les différentes zones d’occupation et s’intéressèrent à la fois aux travaux de recherche, aux moyens techniques employés et aux compétences des personnels scientifiques. Ceux-ci s’étaient en grande partie repliés dans le sud de l’Allemagne et continuaient à poursuivre tant bien que mal leurs travaux de recherche ou à travailler dans les usines et les laboratoires civils et militaires locaux, à l’image du complexe chimique BASF de l’IG Farben, des usines Messerschmitt, BMW ou de l’usine des moteurs Maybach, désormais placés sous contrôle français.

  • 2 « Particulièrement en charge de rechercher tous les renseignements possibles sur l’état d’avancemen (...)
  • 3 Voir Marie-France Ludmann-Obier, « La mission du CNRS en Allemagne (1945-1950) », Cahiers pour l ’h (...)

5S’il est désormais d’usage de qualifier ces premières années d’après guerre de course de vitesse technologique entre les Alliés et de recherche effrénée des « savants du IIIe Reich », force est de constater que les diverses missions techniques alliées concentrèrent leurs efforts sur l’embauche des techniciens de l’armement dans les laboratoires civils et militaires de leurs zones d’occupation respectives. Le gouvernement provisoire et le Haut commandement français menèrent cette politique de recrutement parce que les équipes de chercheurs français avaient besoin des compétences des experts allemands, afin que les travaux allemands et l’utilisation des matériels se poursuivent dans le plus grand souci d’efficacité. Il s’avérait en même temps indispensable de faire appel à leurs compétences dans le cadre de structures militaires, industrielles et scientifiques françaises et de s’assurer de leurs apports pour la recherche française. Dans cette double optique – continuation des travaux sur place et recrutement pour la France –, ces équipes de chercheurs furent approchées et sélectionnées grâce à l’aide des services de renseignement (le SDECE, Service de documentation extérieure et de contre-espionnage2) et des missions techniques, à l’image des trois sections T rattachées au cinquième bureau de l’état-major de l’armée : celles de l’armée de Terre, de l’Air et de la Marine, respectivement commandées par l’ingénieur principal Pely et par le lieutenant de vaisseau Maître-Devallon. Ces sections T furent remplacées le 5 septembre 1945 par la Section française d’information scientifique et technique, surnommée French Fiat, car établie sur le modèle de, et entretenant d’étroites relations avec, la Field Information Agency for Technics (FIAT) américaine ; elle était commandée par l’ingénieur général de Verbigier de Saint-Paul et devait « centraliser et diriger le travail scientifique en ZFO et collaborer avec les Alliés au travail d’investigation scientifique sur l’ensemble du territoire allemand3 ».

Le contexte de désarmement

  • 4 Archives de l’occupation française en Allemagne et en Autriche (désormais AOFAA), Affaires allemand (...)

6Or cette politique de recrutement pouvait apparaître comme contradictoire compte tenu de la politique de désarmement validée à la conférence de Potsdam et notamment par la loi n° 25 du Conseil de contrôle allié du 29 avril 1946, qui interdisait toute recherche scientifique appliquée dans le domaine militaire en Allemagne, et la loi n° 43 du 20 décembre 1946 « portant interdiction de la fabrication, de l’importation, de l’exportation, du transport et de la détention de matériel de guerre » et à laquelle tous les Alliés devaient se conformer – notamment après la conférence de Londres, en 1948, qui prévoyait la coordination des différents services de contrôle du désarmement et qui instituait un Office militaire de sécurité pour la bi-zone, et enfin suite aux accords de Washington de 1949. Cette contradiction entre impératifs intérieurs et extérieurs était énoncée dans une note française de 1948 sur le désarmement de l’Allemagne et son contrôle4, qui introduisait la distinction entre « d’une part, celle de notre sécurité qui nous incitait à détruire purement et simplement tout l’appareil de la recherche, à disperser les chercheurs et à juguler étroitement l’enseignement scientifique supérieur et d’autre part, celle d’exploiter l’activité particulièrement féconde des savants allemands au bénéfice de notre propre développement scientifique et partant industriel et économique ».

  • 5 « Les milieux scientifiques américains se sont rendu compte qu’il ne leur suffisait pas de faire tr (...)

7Ces exercices de funambule entre légalité et illégalité n’empêchaient pourtant aucun des Alliés d’enquêter dans les autres zones ou de recueillir des renseignements sur les politiques de recrutement menées ailleurs5, ainsi que sur certaines modalités de la mission Paperclip, qui interdisait notamment aux techniciens et ingénieurs de la zone américaine de passer en zone française. L’intérêt stratégique que revêtaient savants et techniciens allemands n’en faisait ressortir que plus nettement l’imbroglio juridique et légal qui rendait floues les limites posées à une politique de recrutement que chacun des Alliés entendait poursuivre dans la plus grande discrétion dans sa zone d’occupation.

Réglementation du transfert

8D’innombrables anecdotes pittoresques font en effet état d’opérations nébuleuses d’enlèvement, même si l’historien ne retrouve que peu de traces témoignant d’un transfert contraint et forcé des ingénieurs et savants allemands. En effet, seul le statut de prisonnier de guerre ou de prisonnier politique aurait éventuellement permis un transfert contre son gré, mais comme il s’agissait, dans la plupart des cas, de civils, il fallait procéder dans un cadre réglementaire qui devait au moins être conforme aux lois nationales en vigueur.

  • 6 Archives de la DGA, Direction des poudres 676/108, carton 366. AOFAA : Affaires allemandes et autri (...)
  • 7 Cette procédure contractuelle nécessitait au préalable des renseignements sur l’intéressé qui devai (...)
  • 8 Les intéressés bénéficiaient donc, comme tous les autres étrangers, du nouveau régime institué par (...)
  • 9 Ainsi, les techniciens allemands bénéficiaient des mêmes avantages sociaux que les travailleurs fra (...)
  • 10 Note au service Coordination du 13 janvier 1947, AOFAA, 559-18 : Techniciens.
  • 11 Comme des suppléments alimentaires, l’attribution de quatre stères de bois par famille et d’un stèr (...)

9La première procédure de recrutement devait en effet être conforme à la circulaire n° 307 du 19 mars 19466, « relative à l’introduction en France de savants et de techniciens allemands », qui insistait d’ailleurs clairement sur une démarche volontaire, supposait expressément l’accord de l’intéressé et lui proposait un contrat de travail dont la durée restait à déterminer entre les deux parties contractantes7. Même si cette circulaire évoquait parallèlement une « procédure d’extrême urgence » – clause qui fut sujette à toutes sortes d’ interprétations –, c’est-à-dire un transfert d’urgence du savant ou du technicien, les techniciens allemands dans leur ensemble se trouvaient soumis aux mêmes règles que l’ensemble des travailleurs étrangers résidant en France8. Leurs conditions de travail et leur rémunération étaient donc identiques à celles des travailleurs français9. La marge de manœuvre en termes de recrutement était ainsi limitée par un cadre réglementaire très étroit, d’autant plus que la politique officieuse se voulait à la fois sélective et prudente, car, comme le précisa une note secrète, « la politique du gouvernement français n’a d’ailleurs pas varié en la matière, seuls les savants et techniciens de grande classe sont intéressants10 » – ce qui explique le traitement de faveur attribué aux familles des ingénieurs, toutes regroupées en zone française11

Les laboratoires de recherche

  • 12 « Il conviendrait de dresser, dès maintenant, la liste des personnalités allemandes susceptibles d’ (...)
  • 13 Il fut remis en route le 11 juin 1945 sous contrôle français, suivant une note de l’état-major de l (...)
  • 14 La note CAN 11/1285 du Secrétariat des affaires allemandes et autrichiennes, qui fut confirmée par (...)

10Dans un premier temps, les recrutements se concentrèrent sur les laboratoires de recherche existants en Allemagne ou sur les équipes en formation issues des établissements en cours de dissolution, comme l’IG Farben12. Ainsi, de nouveaux bureaux d’études se créèrent un peu partout en zone française, à l’image de celui d’Emmendingen, où vingt-huit aérodynamiciens allemands, anciens de la soufflerie de Kochel, constituèrent un bureau de recherches supersoniques et mirent au point la soufflerie du LRBA de Vernon. Citons encore le groupe de V. Holt à Gundel-fingen, celui du Dr Klein à Staufen, celui du Dr Nord à Fribourg, celui d’Oestrich à Lindau et le groupe Martin à Mühlheim, d’où 150 ingénieurs et techniciens étaient transportés tous les jours à l’atelier de Mulhouse. Mentionnons encore le laboratoire de Kressbronn, près du lac de Constance13, où techniciens allemands et français travaillaient pour le compte de la DCAN de Toulon sur l’acoustique sous-marine. La plupart de ces équipes continuèrent à travailler jusqu’en 1946, lorsque, à la suite d’une décision14 prise par le Conseil de contrôle allié et ordonnant la cessation de toute activité d’armement en Allemagne, même sous contrôle, et le repli en France, avant le 1er juin, de tous les établissements militaires allemands se trouvant en zone occupée, le transfert en France devint incontournable.

Problèmes

  • 15 Comme le signale le directeur des industries chimiques au directeur de la Section recherches techni (...)
  • 16 Comme l’indiqua le général Koenig au commissaire général aux affaires allemandes et autrichiennes d (...)
  • 17 Ibid.

11Dès cette première phase de recrutement, de nombreux problèmes se firent jour. Certains techniciens se plaignaient de leurs salaires ou de la lenteur administrative à statuer sur leur utilisation éventuelle, et ils dénonçaient en permanence le manque de coordination entre les différents services techniques en charge de leur recrutement. Un autre point d’achoppement était le manque d’information quant aux pourparlers entre industriels français et techniciens allemands15. S’y ajoutaient des incidents de nature diverse16. Pire : de nombreuses demandes d’emploi restaient sans réponse ; comme le note le général Kœnig, « cette situation est très préjudiciable à l’opinion que peuvent avoir les ingénieurs allemands sur l’administration française, d’autant plus que la plupart de ces ingénieurs résident dans les zones alliées, et que malgré cela, c’est à la France qu’ils sont venus offrir leurs services17. »

L’émigration de masse

  • 18 AOFAA, AAA 191-19 : Techniciens.

12En effet, malgré de multiples problèmes réels ou virtuels, les Allemands ouvriers, techniciens de l’armement ou spécialistes d’autres domaines se présentaient depuis la guerre par centaines aux offices de travail. Comme ils étaient souvent originaires du secteur soviétique de Berlin, les autorités françaises allèrent même jusqu’à négocier un accord avec les autorités soviétiques pour pouvoir étendre leur recrutement à l’ensemble de la zone soviétique. La préférence affichée allait très nettement vers les ouvriers qualifiés ou spécialistes de la métallurgie, acheminés en France via la zone d’occupation française, alors que les techniciens de l’armement étaient souvent directement amenés en France, grâce à des procédures spéciales dites « d’urgence ». Une note secrète du bureau de renseignements pour ouvriers et techniciens allemands à Berlin18 constata en avril 1947 à cet égard qu’« un courant d’émigration est amorcé dès à présent » ; ce phénomène de départs avait pris une telle ampleur que la note signale qu’« un convoi d’une cinquantaine de personnes pourra être mis en route tous les 15 jours » et insiste sur la nécessité « de l’organisation d’une propagande, comportant l’indication précise des conditions dans lesquelles les travailleurs se trouveront en France et des conditions dans lesquelles ils pourront transférer une partie de leurs gains aux familles restées en Allemagne » afin d’accélérer la cadence des départs.

  • 19 Les archives de l’occupation française en Allemagne et en France recèlent ainsi des centaines de le (...)
  • 20 Lettre du 2 décembre 1947 du directeur de la Production industrielle au directeur du Travail et rec (...)

13C’est effectivement à partir de 1947-1948 que la France modifia notablement sa politique de recrutement. L’offre d’emploi des industriels français croisait une demande grandissante des ouvriers et techniciens allemands et générait un immense marché de l’emploi, géré au plus près par les instances administratives françaises en zone d’occupation et en métropole. C’est à ce titre de relais d’information que la Direction de la production industrielle – Section recherches techniques, dirigée par l’ingénieur des Poudres Nancy, joua un rôle crucial en diffusant les candidatures allemandes auprès des industriels français, ou bien en se chargeant de trouver des candidats allemands adaptés aux profils recherchés19. Les personnes intéressées fournissaient ainsi à la Section recherches techniques un dossier complet qu’elle transférait aux organismes publics ou privés susceptibles de s’intéresser à ces techniciens. Dans le cas où ces candidatures étaient retenues, les intéressés pouvaient ainsi être envoyés en France pour une première prise de contact20.

  • 21 Lettre du 28 janvier 1947 du général Kœnig au commissaire général pour les affaires allemandes et a (...)
  • 22 AOFAA, AAA 68 : Main-d’œuvre, travail, immigration.

14Ainsi, à partir de 1947-1948, face à un marché de l’emploi d’une ampleur phénoménale, la politique de recrutement française devint à la fois plus ciblée et plus sélective, en même temps qu’elle s’adaptait au caractère massif du processus d’émigration. On passait ainsi d’un recrutement « sauvage » où il s’agissait avant tout de « rafler » un maximum de techniciens et d’ingénieurs « de grande qualité » à un recrutement beaucoup plus vaste qui s’intéressait à toute catégorie de travailleur susceptible de vouloir s’installer en France. Les procédures d’embauche se rodèrent au point que des milliers de candidatures et d’offres d’emploi affluèrent de part et d’autre du Rhin et que l’on évoquait en 1947 le chiffre de 120 000 travailleurs en France, pour la plupart d’anciens prisonniers de guerre devenus travailleurs libres et restés en France. Si, dans un premier temps, les Allemands se virent recrutés afin de remplacer ces prisonniers de guerre, car les Français pensaient que ceux-ci retourneraient au pays21, bientôt l’évidence s’imposa qu’ils préféraient rester en France, afin de bénéficier d’un travail et d’une rémunération et éventuellement de la possibilité de faire venir leurs familles. Cela représente un changement radical d’objectif : dans une note secrète de 1946 sur les ressortissants allemands susceptibles de souscrire un contrat de travail pour la France, il s’agissait encore avant tout de combler des besoins en main-d’œuvre saisonnière et transitoire22.

  • 23 Lettre du 15 février 1947 du ministre du Travail et de la Sécurité sociale au commissaire général a (...)

15Toutes les instances compétentes, à l’instar du ministre du Travail et de la Sécurité sociale, insistaient sur l’intérêt que représentaient ces nombreuses candidatures et encourageaient de nouveaux accords afin qu’un recrutement interallié sur la base du volontariat, par l’entremise des autorités allemandes ou de l’Office national d’immigration, puisse avoir lieu23.

  • 24 Ibid.

16La formule « les travailleurs allemands en France » était désormais devenue un topos que nul public ne pouvait ignorer. On assiste alors à la création de revues et de films (Nouvelle patrie) spécialement consacrés aux travailleurs en France. Le rapport annuel du chef de la division Travail du Groupe français de contrôle consacra en 1948 une publication aux « travailleurs allemands en 1947 en Allemagne et en France24 » ; elle offrait un vaste panorama comparant les conditions de vie et de travail du travailleur allemand dans les deux pays, tout en insistant sur l’ampleur du phénomène migratoire vers la France : « Pour la première fois dans l’histoire des relations franco-allemandes, il y a en France 120 000 travailleurs civils allemands qui ont signé librement un contrat de travail. C’est là un fait d’une considérable portée historique dont il convient dès maintenant d’examiner de près les conséquences. »

  • 25 « En effet, par la même note, en date du 3 décembre 1946 le gouvernement américain offrait spontané (...)
  • 26 Cet accord franco-américain fut complété par des négociations sur le recrutement de travailleurs ci (...)
  • 27 Le Travailleur allemand en 1947 en Allemagne et en France, AOFAA 559-18 : Techniciens.
  • 28 AOFAA, AAA 20 : Main-d’œuvre.
  • 29 Lors d’une réunion du Conseil fédéral le 20 février 1948, les représentants allemands et français d (...)

17Le recrutement de main-d’œuvre civile pour la France est bien entré dans une phase plus active à partir de la libération officielle des prisonniers de guerre25 et de leur transformation en travailleurs libres26. Ainsi, la plus grande partie des quelque 100 000 anciens prisonniers de guerre allemands décida de rester en France et choisit d’y travailler comme travailleur libre. En outre, face à des prévisions d’un chômage considérable et d’une misère durable, « un grand nombre d’Allemands, surtout des jeunes gens et des réfugiés de l’Est, ne demandent qu’à venir travailler en France. Le marasme de l’économie allemande et l’espoir de trouver, à l’étranger, des conditions de vie meilleures sont à la base de cette détermination. [...] L’accueil de ces familles, l’éducation et l’assimilation de cette masse de population jeune aussi nombreuse que celle de la Sarre, constitueront en 1948 un grand devoir social de l’ensemble du public français », écrit-on alors, car on est en face de « l’impérieuse nécessité de cet accueil générateur d’une nouvelle et féconde modalité des relations franco-allemandes27. » Dès 1947, les statistiques des bureaux français de recrutement28 firent état de milliers de candidats qui s’y présentaient et de centaines de candidats retenus afin d’exercer un travail en France. Ainsi, pour l’année 1949, encore environ 5 000 candidats furent admis à travailler en France29.

  • 30 AOFAA, Affaires allemandes et autrichiennes, AAA 191/19 : Techniciens.
  • 31 Cette note fait clairement apparaître que les deux services compétents sont la Section recherches t (...)
  • 32 Lettre de la Sous-direction de la main-d’œuvre étrangère au cabinet du ministre de l’Industrie et d (...)
  • 33 C’est ainsi que, lors d’une réunion interministérielle relative à la procédure d’introduction des t (...)
  • 34 La nouvelle circulaire s’applique également aux hommes d’affaires allemands et offre des facilités (...)

18Cette évolution se refléta dans le cadre réglementaire et la politique interalliée. En avril 1948 parut une « note provisoire à l’usage des organismes administratifs et privés susceptibles d’engager des techniciens allemands30 », qui constituait pour la première fois une sorte de mode d’emploi généralisé et donc un guide indispensable pour toutes sortes d’entreprises à la recherche de main-d’œuvre allemande31. Au cours de plusieurs commissions interministérielles, la circulaire n° 307 de 1946 citée plus haut fut sujette à plusieurs modifications, notamment des précisions pour faciliter la procédure de transfert ; parallèlement, de nouveaux projets d’instruction voyaient le jour, soucieux de « fondre ces travailleurs allemands dans la communauté française »32. Toutes ces nouvelles directives allaient dans le sens de l’assouplissement, de l’égalisation de traitement et de l’accélération du recrutement33, d’autant plus qu’à partir du 1er avril 1950, la circulaire n° 307 fut abrogée, compte tenu des « changements survenus dans les rapports économiques entre la France et les zones occidentales d’Allemagne et [d]es relations de plus en plus fréquentes entre des firmes françaises et leurs commettants allemands », et remplacée par une nouvelle circulaire, soucieuse de « revenir progressivement à l’égard des Allemands aux règles de droit commun concernant l’entrée en France des ressortissants étrangers »34. Enfin, en 1950 s’ouvrirent les premières négociations d’accords réciproques de sécurité sociale et de main-d’œuvre entre la France et la République fédérale d’Allemagne, aboutissant, entre autres, à l’accord technique franco-allemand sur le recrutement pour la France de travailleurs allemands, signé le 10 juillet 1950, validant une coopération et une légalisation de plus en plus nettes. En même temps, l’ « accord technique franco-américain relatif au recrutement de main-d’œuvre allemande en zone américaine d’Allemagne en 1948 », qui accordait le droit aux Français de recruter des travailleurs allemands en zone américaine, ne faisait que valider une situation de fait, avec des flux considérables.

19L’orientation réglementaire d’ouverture des procédures de recrutement suivait l’évolution de l’opinion publique française de l’époque, qui se fit d’abord hésitante, avant de soutenir massivement l’effort de recrutement et la collaboration franco-allemande. L’opinion publique allemande partageait d’autant plus les réticences françaises que le départ massif de travailleurs volontaires pour la France alimentait ses craintes d’une saignée pouvant grever le relèvement de l’économie allemande – même si, dans un premier temps, des voix isolées se prononcèrent pour l’émigration de techniciens en France et exprimèrent leur espoir placé dans les propositions françaises, d’ailleurs fort alléchantes. Mais d’autres voix se firent entendre, évoquant les circonstances scandaleuses et désordonnées dans lesquelles se déroula souvent le recrutement ou déplorant les conditions de vie proposées aux travailleurs allemands. Cela étant, de plus en plus d’Allemands rentrant chez eux exprimaient leur vive satisfaction quant à leur séjour français et à l’accueil souvent chaleureux qui leur avait été réservé. Selon les sondages de l’époque, effectués par les autorités françaises à intervalles réguliers, c’étaient surtout les bonnes relations entre les techniciens allemands et leurs collègues et supérieurs français qui auraient été à l’origine de cette impression favorable. Quelques années seulement après la guerre, à la fin des années 1940, l’idée se fit déjà jour qu’à travers cette intégration réussie des travailleurs, et notamment des techniciens dans l’industrie d’armement française, l’émigration allemande contribuerait à mettre en place un échange culturel plus que fécond sur le long terme.

Les transferts des techniciens dans l’industrie d’armement française

20C’est en 1946-1947 que l’activité d’ingénieurs d’armement et de leurs équipes fut transférée en France, où elle s’exerça essentiellement dans le cadre d’une vingtaine de sociétés de l’armement et de l’aéronautique, comme à l’Arsenal aéronautique de Châtillon, au Laboratoire de recherches de Saint-Louis, au Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques (LRBA) de Vemon et à la SNECMA à Decize, pour citer quelques-unes des plus connues. Afin de saisir toute l’étendue du phénomène de l’intégration des ingénieurs et techniciens allemands dans l’armement français, il faut faire l’inventaire de ces sociétés pionnières.

21Grâce à l’initiative du chimiste Henri Moureu, très au fait des recherches allemandes en matière de balistique, est créé en mai 1946 le LRBA, où 90 Allemands, anciens de Peenemünde et spécialistes en matière de guidage, tel le Dr Müller, ou dans le domaine de la propulsion (Heinz Bringer, le père du moteur Viking, Helmut Habermann, le précurseur des paliers magnétiques), travaillent à partir de 1946 afin de reconstituer d’abord des exemplaires du V 2. C’est à Vemon que la fusée-sonde Véronique, le missile sol-air PARCA, le radar Aquitaine, le lanceur Diamant furent mis au point. Parallèlement, 70 Allemands travaillaient déjà à Vernon depuis la fin de 1946 pour la réalisation d’un moteur de char. Ce « groupe Maybach » venait de Friedrichshafen et travailla sous la direction du professeur Maybach et de von Kienlin jusqu’au début des années 1950. Ceux qui restaient à Vernon furent intégrés à la SEP en 1971, où ils participèrent, en liaison avec l’équipe de Peenemünde, à la réalisation de la fusée-sonde Vesta ou encore de Coralie.

22Signalons également la création du Laboratoire de recherches techniques de Saint-Louis, qui devint ensuite l’Institut de Saint-Louis (ISL), dirigé par l’ingénieur général R. Cassagnou, où 32 scientifiques allemands, anciens de l’Institut balistique de Berlin-Gatow et spécialistes de la balistique, des matériaux, de l’aérodynamique et des technologies d’armement, travaillaient avec des spécialistes français dans des équipes franco-allemandes, sous la direction du professeur Schardin – équipes qui, en 1946, comprenaient déjà 87 Français et 77 Allemands. En 1950, l’obus G (comme Gessner, son inventeur) à charge creuse tournante et le missile anti-char ENTAC sont issus des premières études de l’ISL : succès scientifiques qui furent un des facteurs déterminants de la transformation du Laboratoire en un institut binational en 1958.

23Citons aussi le cas de l’équipe de Hermann Oestrich, ancien directeur technique des moteurs d’avions chez BMW et l’un des pionniers des turboréacteurs – qui aurait été enlevé par un commando français en zone américaine et ramené en zone française –, qui créa en 1945 l’Atelier aéronautique de Rickenbach (ATAR), transféré en 1947 à Decize, d’abord pour le compte de la société Voisin, et rattaché en 1950 à la SNECMA. Ce Groupe O, comprenant 170 experts aéronautiques, continuait à mettre au point un moteur à réaction de grande puissance. Le résultat de ce travail fut une incontestable réussite : le moteur Atar 101, qui équipa la plupart des avions de chasse français.

24L’arrivée du professeur Eugen Sänger et de sa collaboratrice Irene Bredt, tous deux experts en soufflerie supersonique, et celle du professeur Ruden, spécialiste des entrées d’air, fut suivie de l’embauche d’une vingtaine d’Allemands (dont huit travaillaient pour Puteaux) à l’Arsenal aéronautique de Châtillon, en juillet 1946. À la fin de 1946 fut créée à l’Arsenal de Châtillon une équipe mixte chargée d’étudier les « engins spéciaux » (les missiles), qui était dirigée par l’ingénieur français Émile Stauff et regroupait huit des vingt Allemands embauchés à l’Arsenal.

  • 35 Joseph Szydlowski et son temps ou l’aventure de Turboméca, Tarbes, Conseil Imprim, 1998.

25Ces expériences de travail franco-allemand se poursuivaient également chez Turboméca, à Bordes, où 120 ingénieurs, anciens de Mercedes, avaient suivi en juin 1946 le Pr. Nallinger, recruté par Joseph Szydlowski, le fondateur de l’entreprise, également membre du Service central d’information technique. L’idée de Szydlowski était de trouver des techniciens allemands spécialistes des turbines et des réacteurs de l’avenir. C’est ainsi que Nallinger devint directeur d’un établissement annexe de Turboméca, installé provisoirement à Lindau et à Bregenz, en zone française, où travaillaient jusqu’à 150 Allemands35, qui furent transférés en juin 1946 à Bordes. Vingt seulement restèrent chez Turboméca en 1949 ; c’est là que fut conçue une turbine à gaz, la TT 782.

  • 36 Entretien de Jacques Boileau avec Béatrice Faillès, 25 mai 1999, archives orales du Département d’h (...)
  • 37 Lettre de la Direction des poudres au haut-commissaire aux Affaires allemandes et autrichiennes du  (...)

26Outre l’Office national d’études et de recherches aéronautiques (ONERA) de Paris, dont les différents établissements recrutèrent environ 75 scientifiques allemands, mentionnons encore le professeur Focke, spécialiste des hélicoptères, et ses collaborateurs, qui rejoignirent la SNCASE en 1945-1946. À la Société d’études de la propulsion par réaction (SEPR), il faut citer le cas de l’énigmatique Helmut von Zborowski, un spécialiste du Messerschmitt ME 163, qui participa à la conception du Coléoptère, un avion à décollage vertical et à aile annulaire. Citons encore le cas de la poudrerie de Sorgues, où plusieurs Allemands, notamment le Dr Hencke, ont travaillé sur un projet de fabrication de méthylamine à usage civil36. Après que le Service des poudres eut commandé en Allemagne l’usine de méthylamine à la BASF, son montage commença à la poudrerie nationale de Sorgues, où l’on fit venir un groupe de techniciens allemands, rejoint par un deuxième groupe en septembre 194937. Un autre groupe d’environ dix techniciens, autour de l’ingénieur von Holt, fut affecté dès 1946 au Laboratoire central des poudres, à Paris. Après le déménagement du laboratoire de Kressbronn – considéré comme la tête de pont de la DCAN Toulon en Allemagne –, fut créé sous les auspices de la DCAN de Toulon le Laboratoire d’acoustique sous-marine du Brusc, où travaillaient une vingtaine d’Allemands et de techniciens français. Signalons enfin l’Atelier de Mulhouse, où environ 150 Allemands travaillaient conjointement avec des ingénieurs et ouvriers français jusqu’à sa fermeture, en 1956.

  • 38 Marcel Guillon, Et le nez de Concorde bascula, Vernou-en-Sologne, Éd. de la Pochatière, 2000.

27Quels que soient l’orientation technique prise par les équipes allemandes ou leur degré de spécialisation, chacune transmettait des savoirs et des expériences professionnelles souvent absolument inédites dans le cadre français. Ces transferts scientifiques étaient d’autant plus intenses que ces équipes comprenaient des chercheurs et ingénieurs français confrontés à des méthodes de travail différentes, comme en témoignent encore ceux dont le souvenir des Allemands est resté vivace. L’apprentissage de techniques inconnues et de pratiques de travail nouvelles fut le passage obligé pour maint ingénieur français, comme en témoigne l’expérience du jeune ingénieur Marcel Guillon, qui fit ses classes chez Turboméca dans une équipe d’Allemands – « chez Überlacker, j’ai vu de l’intérieur vivre un bureau d’études allemand » – et qui finit par s’imprégner des méthodes de travail allemandes, pour le plus grand bénéfice de sa carrière ultérieure. Voici comment il décrit ces méthodes : « Les Allemands – et quelques autres – n’aiment pas partir d’une certitude unique, une proposition A indiscutable, car ils se méfient des propositions dites indiscutables. Ils préfèrent choisir plusieurs vérités probables dont ils croisent et entrecroisent les conséquences jusqu’à obtenir un résultat statistiquement valable. [...] M’avait aussi frappé le fait que les ingénieurs français et allemands n’ont pas du tout les mêmes critères pour évaluer l’intérêt des travaux qu’ils aimeraient se voir confier. Intérêt – je simplifie à peine – est pour les premiers synonyme de difficulté théorique, pour les seconds, d’utilité pratique. Au fil des années, je devais constater les incalculables conséquences, dans le monde industriel et au-delà, de cette différence, fruit de l’éducation, mais aussi de la tradition et qu’on aurait tort de juger anodine38. »

28Une première vague de départs, affectant l’ensemble de l’industrie d’armement française, intervint en 1948-1949, à partir du moment où la réforme monétaire en Allemagne occidentale et le retour d’une certaine prospérité rendirent moins alléchant le séjour en France. Une deuxième vague de retours se produisit à partir de 1950, lorsque les ingénieurs allemands furent progressivement remplacés par des ingénieurs français. C’est à partir de ce moment que prend progressivement fin l’activité des équipes allemandes dans l’industrie d’armement française et que se mettent en place les embryons de coopération binationale franco-allemande. Celle-ci peut s’appuyer sur d’importantes réalisations communes et sur des expériences de coopération concrète dans de vastes domaines de l’armement : autant de facteurs d’intégration de première importance pour les équipes de travail mixtes à venir. On ne peut s’empêcher de s’interroger sur le rôle joué par ces spécialistes allemands dans le phénomène de passage de relais historique entre la phase de démontage et de récupération de l’immédiat après-guerre (1945-1947) et cette phase des années 1950 et surtout 1960 qui voit s’institutionnaliser et se structurer une véritable et durable coopération franco-allemande en matière d’armement (programmes HOT, MILAN, avions Transall, Alphajet) qui perdure jusqu’à aujourd’hui.

*
* *

29L’importance qualitative de l’apport technique, scientifique et intellectuel des Allemands est incontestable dans un certain nombre de domaines bien connus, tels que l’aéronautique ou la balistique, domaines où la France accusait un certain retard. En revanche, dans d’autres domaines (établissements de la Direction des poudres ou de la DCCAN, Direction centrale des constructions et armes navales), il est malaisé d’évaluer avec précision la qualité de cet apport.

30Quant à l’importance quantitative de ces transferts humains en France, il s’avère difficile pour le moment de fournir une évaluation numérique précise ; rappelons qu’il s’agit avant tout de flux de personnes extrêmement variables dans le temps (entre 3 mois et 5 ans, voire plus) et l’espace. Certains d’entre eux n’ont jamais quitté la ZFO et ont continué à travailler dans les laboratoires civils sur place, ou bien étaient affectés à des missions précises de courte et de moyenne durée. D’autres sont venus en France également dans le cadre de missions ponctuelles, visant la plupart du temps à réinstaller ou à reconstituer les équipements démontés, voire à remettre en état les laboratoires démontés en Allemagne et remontés en France. Enfin, une dernière catégorie de techniciens est venue en France dans le cadre d’un contrat de travail supérieur à un délai minimum de 3 mois, mettant l’ensemble de ses compétences scientifiques et techniques au service d’établissements publics et de sociétés privées où ils furent bien souvent affectés avec leurs équipes de travail sur des projets mixtes franco-allemands de longue durée. On peut avancer le chiffre, concernant cette dernière catégorie, de 1 200 à 1 500 personnes. Cette question du recrutement des spécialistes allemands de l’armement est un élément à part entière de la politique de la France en ZFO et plus généralement des relations franco-allemandes renaissantes, mais participe aussi d’une politique scientifique française coordonnée.

31L’imbrication réussie de ces différents niveaux de transferts – institutionnel, individuel, technologique – intervenant dans les différents stades du travail d’équipes françaises et allemandes entre 1945 et 1950 apparaît propre à l’industrie de l’armement où, compte tenu du degré de spécialisation et d’expertise requis, ce choc de savoirs et de compétences était bien plus marqué qu’ailleurs. L’armement agit alors comme un microcosme où se joue l’essentiel des nouveaux rapports franco-allemands d’après guerre, car aucun autre secteur industriel en France ne concentra autant de savants, d’ingénieurs et d’universitaires allemands. Soulignons à ce titre le rôle stratégique du secteur de l’armement – au carrefour de problématiques techniques et intellectuelles, politiques et sociales –, qui devint un point de cristallisation, si ce n’est même le point d’orgue, d’un phénomène migratoire dont l’ampleur nous échappe encore. Enfin, n’oublions pas la dimension psychologique et symbolique forte dont l’armement était tributaire : d’anciennes adversités durent être transgressées afin de se lancer dans cette expérience à tous égards pionnière.

Notes

1 Werner Abelshauser, « Wirtschaft und Besatzungspolitik in der französischen Zone 1945-1949 », in Clans Scharf, Hans-Jürgen Schröder, Die Deutschlandpolitik Frankreichs und die französische Zone, Franz Steiner Verlag, 1983, p. 113.

2 « Particulièrement en charge de rechercher tous les renseignements possibles sur l’état d’avancement des travaux menés par les savants allemands en vue de la mise au point d’une arme nucléaire ou d’enquêter dans les autres zones » (Pierre Jardin, « Le renseignement français en Allemagne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (1940-1955) », in CEHD, Il n’est point de secrets que le temps ne révèle. Études sur l’histoire du renseignement, Paris, 1998).

3 Voir Marie-France Ludmann-Obier, « La mission du CNRS en Allemagne (1945-1950) », Cahiers pour l ’histoire du CNRS 1939-1989, n° 3, 1989, p. 76.

4 Archives de l’occupation française en Allemagne et en Autriche (désormais AOFAA), Affaires allemandes et autrichiennes, AAA 18 : Désarmement.

5 « Les milieux scientifiques américains se sont rendu compte qu’il ne leur suffisait pas de faire travailler dans leurs laboratoires les chefs de file de la science allemande, mais que, pour arriver à un résultat positif, il leur fallait également s’assurer la collaboration des adjoints. » Note sur le recrutement du personnel scientifique allemand par les Américains, 4 décembre 1947, Section recherches techniques et production industrielle, AOFAA, caisse 559-18, dossier 1 : Techniciens.

6 Archives de la DGA, Direction des poudres 676/108, carton 366. AOFAA : Affaires allemandes et autrichiennes, AAA : 191/19 Techniciens.

7 Cette procédure contractuelle nécessitait au préalable des renseignements sur l’intéressé qui devaient être rassemblés dans une fiche dite d’introduction, transmise par les différentes « missions de prospection de main-d’œuvre » à la Direction de la production industrielle à Baden-Baden (sous la direction de l’ingénieur des poudres Nancy) ou au directeur de la section T à Innsbruck, qui prenaient les dispositions requises auprès de différents organismes pour pouvoir ensuite établir un contrat de travail.

8 Les intéressés bénéficiaient donc, comme tous les autres étrangers, du nouveau régime institué par l’ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 (JO du 4 novembre) relative aux conditions d’entrée et de séjour en France des étrangers et portant création de l’Office national d’immigration.

9 Ainsi, les techniciens allemands bénéficiaient des mêmes avantages sociaux que les travailleurs français et recevaient aussi les prestations familiales. La circulaire du 18 novembre 1946 entendit par la suite réglementer le transfert de salaires en Allemagne de savants et de techniciens allemands. Archives de la DGA, 676/108, carton 366. AOFAA, Affaires allemandes et autrichiennes, AAA : 191/ 19 Techniciens.

10 Note au service Coordination du 13 janvier 1947, AOFAA, 559-18 : Techniciens.

11 Comme des suppléments alimentaires, l’attribution de quatre stères de bois par famille et d’un stère supplémentaire par enfant pour l’hiver, l’attribution d’un logement en zone française d’occupation et l’octroi d’une carte de protection délivrée par les directions générales intéressées et destinée à protéger les familles contre des réquisitions ou toutes autres mesures qui pourraient leur être préjudiciables. Note au sujet du transfert des techniciens en France du 24 janvier 1947, AOFAA. 559-18 : Techniciens.

12 « Il conviendrait de dresser, dès maintenant, la liste des personnalités allemandes susceptibles d’être utilisées en France ». Lettre du 24 mars 1947 de l’administrateur séquestre de l’IG Farben J.-P. Fouchier à la Section recherches techniques et propriété industrielle, AOFAA, 559-18 : Techniciens.

13 Il fut remis en route le 11 juin 1945 sous contrôle français, suivant une note de l’état-major de la 1re Armée : voir Pierre Foäche, DCAN Toulon : Historique du laboratoire de détection sous-marine du Brusc de 1945 à 1976, Le Brusc, 1978. Voir aussi à cet égard l’interview d’Ursula Meindel-Pacquot, ancienne collaboratrice du laboratoire de détection sous-marine du Brusc, menée par l’ingénieur général Alain Crémieux et Dorothea Bohnekamp le 10 avril 2000, archives orales du Département d’histoire de l’armement (DGA).

14 La note CAN 11/1285 du Secrétariat des affaires allemandes et autrichiennes, qui fut confirmée par la note 3842 CC/CAM/C du 27 avril 1946 du général commandant les Forces françaises en Allemagne.

15 Comme le signale le directeur des industries chimiques au directeur de la Section recherches techniques dans une lettre du 26 décembre 1947, AOFAA, 559-18 : Techniciens.

16 Comme l’indiqua le général Koenig au commissaire général aux affaires allemandes et autrichiennes dans une lettre du 21 février 1947 stigmatisant le renvoi de techniciens allemands envoyés en France en vue de la conclusion d’un contrat et en attendant les papiers définitifs ou des délais administratifs trop prolongés. Note du général Kœnig à la Section recherches techniques du 24 octobre 1947, AOFAA, 559-18 : Techniciens.

17 Ibid.

18 AOFAA, AAA 191-19 : Techniciens.

19 Les archives de l’occupation française en Allemagne et en France recèlent ainsi des centaines de lettres où des candidats allemands, souvent ingénieurs ou techniciens spécialistes, sont recherchés pour un type de poste tout à fait spécifique dans l’espoir d’améliorer la technique française par l’apport de la technique allemande.

20 Lettre du 2 décembre 1947 du directeur de la Production industrielle au directeur du Travail et recrutement de main-d’œuvre en Allemagne et en Autriche, AOFAA. 559-18 : Techniciens.

21 Lettre du 28 janvier 1947 du général Kœnig au commissaire général pour les affaires allemandes et autrichiennes : « Il semblerait qu’il puisse y avoir là, le cas échéant après filtrage, une source possible de main-d’œuvre de remplacement pour le jour où les prisonniers de guerre allemands seraient libérés. » AOFAA, AAA 20 : main-d’œuvre.

22 AOFAA, AAA 68 : Main-d’œuvre, travail, immigration.

23 Lettre du 15 février 1947 du ministre du Travail et de la Sécurité sociale au commissaire général aux affaires allemandes et autrichiennes, AOFAA, AAA 20 : Main-d’œuvre.

24 Ibid.

25 « En effet, par la même note, en date du 3 décembre 1946 le gouvernement américain offrait spontanément à la France la possibilité de recruter des travailleurs civils allemands dans sa zone d’occupation. L’accord sur la libération et la transformation des prisonniers de guerre en travailleurs civils a été réalisé dès le mois de mars » (Mémorandum franco-américain du 11 mars 1947).

26 Cet accord franco-américain fut complété par des négociations sur le recrutement de travailleurs civils en Allemagne, avec la signature d’un accord de principe au mois de septembre 1947, suivi d’un accord technique signé à Berlin le 15 février 1948 et donnant le droit aux Français de recruter 20 000 travailleurs allemands en zone américaine et 25 000 ouvriers en zone britannique.

27 Le Travailleur allemand en 1947 en Allemagne et en France, AOFAA 559-18 : Techniciens.

28 AOFAA, AAA 20 : Main-d’œuvre.

29 Lors d’une réunion du Conseil fédéral le 20 février 1948, les représentants allemands et français discutèrent du recrutement pour la France et confirmèrent la réussite des récents accords et négociations et la coopération grandissante entre autorités allemandes et françaises dans ce domaine. Länderrat, Sozialpolitischer Ausschuβ du 20 février 1948, AOFAA, AAA 68.

30 AOFAA, Affaires allemandes et autrichiennes, AAA 191/19 : Techniciens.

31 Cette note fait clairement apparaître que les deux services compétents sont la Section recherches techniques allemandes du ministère de l’Industrie et du Commerce et le Service des réparations et des restitutions du ministère des Finances et des Affaires économiques.

32 Lettre de la Sous-direction de la main-d’œuvre étrangère au cabinet du ministre de l’Industrie et du Commerce du 29 juin 1948, AOFAA, AAA 191/19. Au sujet des congés payés des travailleurs allemands, la procédure de transfert des techniciens reste délicate eu égard à des accords tripartites qui ne traitent que des ex-prisonniers de guerre devenus travailleurs libres, car « l’introduction des techniciens en France a été une mesure unilatérale, prise à l’insu des Alliés, valable seulement pour la zone française d’occupation et pour tout dire absolument irrégulière au regard des accords tripartites sur les sorties d’Allemagne ». Note relative aux congés des travailleurs allemands du 16 novembre 1948, AAA 191/19 : Techniciens.

33 C’est ainsi que, lors d’une réunion interministérielle relative à la procédure d’introduction des techniciens allemands, le 7 octobre 1949 au ministère du Travail, il fut indiqué qu’« en raison des nouvelles circonstances politiques et psychologiques des échanges entre la France et l’Allemagne, il conviendrait d’étudier un nouveau système d’introduction des techniciens allemands ». Compte rendu du 21 octobre 1949, AOFAA, AAA 191/19 : Techniciens.

34 La nouvelle circulaire s’applique également aux hommes d’affaires allemands et offre des facilités à cette catégorie d’Allemands dont le séjour en France n’excédera pas 3 mois. Au cas où il serait plus long, « ces Allemands seraient assimilés à des travailleurs et leur introduction en France ne pourra avoir lieu que par les soins de l’Office national de l’immigration ». Circulaire n° 374 du 1er avril 1950 : « Instructions relatives à l’entrée en France de savants, techniciens et hommes d’affaires allemands », AOFAA, AAA 191/19 : Techniciens.

35 Joseph Szydlowski et son temps ou l’aventure de Turboméca, Tarbes, Conseil Imprim, 1998.

36 Entretien de Jacques Boileau avec Béatrice Faillès, 25 mai 1999, archives orales du Département d’histoire de l’armement (DGA).

37 Lettre de la Direction des poudres au haut-commissaire aux Affaires allemandes et autrichiennes du 22 août 1949, archives de la DGA, Direction des poudres 676/108 carton 366.

38 Marcel Guillon, Et le nez de Concorde bascula, Vernou-en-Sologne, Éd. de la Pochatière, 2000.

Auteur

Dorothea Bohnekamp est doctorante en histoire à l’Institut d’études politiques de Paris et au centre Moses Mendelssohn de l’université de Potsdam. Elle travaille sur l’histoire comparée des modèles d’intégration et d’identification des Juifs à Paris et à Berlin entre 1918 et 1933.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search