Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Les hommes de l’armement

La mythologie des « marchands de canons » pendant l’entre-deux-guerres

Jean-Marie Moine

Texte intégral

« Si Vickers ne fabriquait que des machines à coudre, Krupp des roues de chemin de fer, Remington des machines à écrire et Schneider des éléments de charpentes métalliques, la vie serait douce aux pauvres humains. »
Rochat-Cenise, Roi des armes. La vie mystérieuse de Sir Basil Zaharoff,
Bienne, Éd. du Chandelier, 1943, p. 96.
« Tant qu’il y aura des gens qui construiront, qui fabriqueront des engins de mort, il y aura des assassins pour les acheter, des crapules pour les vendre et des fous pour les utiliser. »
Rudy Cantel, Trafiquants d’armes,
Paris, Baudinière, 1940, p. 11.

Une mythologie ?

  • 1 En français, on trouve parfois celle de « marchands de mort subite ».

1Il y a quelque paradoxe et peut-être même quelque gêne à évoquer les « marchands de canons », ou « munitionnaires »– les Anglo-Saxons employant plus volontiers l’expression de Merchants of Death1 – en termes de mythologie. Un tel concept renvoie à des images, à un imaginaire, à des représentations. Le discours mythologique déforme les réalités, les caricature et en détourne la signification, les simplifie et les grossit. Il est fondé sur l’inlassable répétition de stéréotypes et de clichés, marqué par l’unilatéralisme dans l’explication des mécanismes. C’est un discours de dénonciation, de procès, limité aux instructions à charge et aux réquisitoires. Il va jusqu’à s’abîmer dans le fantasme pur et simple et jusqu’à l’incantation la plus délirante. Présenter ce discours revient à le dégonfler : il se dégonfle lui-même par ses excès.

  • 2 Le Monde, 18-19 mars 2001.
  • 3 Le Monde, 22 mars 2001.
  • 4 Le Monde, 3 mai 2001.
  • 5 Le Monde, 15 mars 2001 : « Un scandale de corruption dans la défense menace le gouvernement indien  (...)

2Or le mythe n’est-il pas en train d’être rattrapé, et accrédité, par l’histoire en train de se faire, c’est-à-dire par l’actualité, nourrie d’« affaires » liées au commerce des armes, des frégates de Taiwan à l’Angolagate ? Le 9 janvier 2001, dans l’émission de France Inter Le téléphone sonne, les intervenants soulignaient que la question des moyens de contrôle des exportations d’armes, de leur « traçabilité », n’était pas tranchée, et que les règles, insuffisantes, n’étaient pas respectées, d’où l’éclatement de scandales quand des transgressions étaient fortement soupçonnées ou découvertes, et que ce type de commerce générait de la corruption. Sur la même antenne, le 16 janvier, Bernard Guetta, en réponse à la question d’un auditeur sur les ventes souterraines et les embargos tournés, déclarait : « Les trafiquants achètent les armes à des entreprises très liées aux États, très contrôlées. La frontière entre vente et trafic est extrêmement fine »– reconnaissant par là la réalité de pratiques illégales, en même temps que l’ambiguïté dans laquelle se déploie le marché des armements. Depuis, il ne se passe guère de semaine sans que la presse n’apporte des compléments d’informations, au fil des enquêtes judiciaires et journalistiques sur l’ampleur de tel « système », sur les ramifications des réseaux de corrupteurs et de corrompus, sur d’autres affaires (« escroquerie en bande organisée » à l’arsenal de Toulon2, ventes d’armes au Congo-Brazzaville3). Le gouvernement s’efforce de tirer les leçons de tout cela en engageant une réflexion visant à renforcer le contrôle des activités de courtage en matière d’exportations d’armements4. Et la France n’est pas, on s’en doute, seule concernée5. Les profits du grand bazar des armes, bonifiés par les conflits localisés, ne sont pas réservés aux organisations mafieuses de l’ex-Union soviétique ou d’Italie...

3Au-delà des différences de langage – beaucoup plus brutal pendant l’entre-deux-guerres –, on est frappé par la proximité des problématiques de ceux qui s’interrogent aujourd’hui sur les développements judiciaires liés au commerce des armes et de ceux qui dénonçaient les « marchands de canons » il y a soixante-dix ans. On retrouve un même sursaut moral contre la collusion entre une activité productive pas tout à fait comme les autres et l’argent sale. Les propagateurs de la mythologie des « marchands de canons » étaient des gens sincères et sympathiques – hormis ceux qui touchaient de l’argent allemand, ou ceux qui ont choisi la collaboration avec l’occupant nazi (plutôt la servitude que la guerre) –, et sur lesquels on peut s’interroger. Ils comptaient dans leurs rangs des personnalités qui paraissent incontestables, René Cassin par exemple. Ils plaidaient pour une bonne cause : la paix, la vie. Même si, en fait, ils l’ont bien mal servie.

  • 6 René Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1986, p. 51.
  • 7 Georges Duveau, Histoire du peuple français, t. IV : De 1848 à nos jours. Paris, Nouvelle Librairie (...)

4Une mythologie politique n’est pas toujours la sécrétion d’un imaginaire pur. Elle se nourrit de certains faits, quitte à les arranger et à en inventer d’autres. « Aucun des mythes politiques ne se développe [...] sur le seul plan de la fable, dans un univers de pure gratuité [...] libre de tout contact avec la présence des réalités de l’histoire », note René Girardet, qui ajoute : « S’il n’est pas convaincant d’attribuer aux marchands de canons la responsabilité des grands conflits guerriers du siècle présent, le trafic des armes constitue bien une réalité qui ne peut être niée6. » Dégonfler ou démolir la mythologie des « marchands de canons » est un exercice délicat. Le catalogue de ses outrances ne doit pas faire oublier la nécessaire critique du commerce des armements, en occulter les ombres ou le laver de toute tache. « Porter un jugement sur les marchands de canons semble difficile. La violence même avec laquelle ils ont été attaqués les rendrait parfois sympathiques7. » Pourtant, l’esprit critique doit s’appliquer à l’objet du mythe comme il doit s’exercer contre le mythe. Ce faisant, n’est-on pas conduit à valider le mythe, dans une certaine mesure et sur certains points ? Pour paraphraser Bernard Guetta, ne pourrait-on pas dire que « la frontière entre mythe et réalité est extrêmement fine » ? Discours manichéen, la mythologie applique un éclairage brutal et donne une interprétation sommaire d’une réalité complexe, contradictoire et malaisée à décrypter.

  • 8 Jean François Sirinelli, « La France de l’entre-deux guerres : un “trend” pacifiste », in Maurice V(...)
  • 9 Pour une approche chronologique : Maurice Vaïsse, « Le pacifisme français dans les années trente », (...)
  • 10 Un exemple : Arthur-Lévy, Un grand profiteur de guerre sous la Révolution, l’Empire et la Restaurat (...)
  • 11 Eugène Villiod, Les Bandes noires. Les plaies sociales. Étude sur l’exploitation des vendeurs, prod (...)

5La mythologie des « marchands de canons » se situe au carrefour de deux discours. D’une part le discours pacifiste. Les historiens du pacifisme en ont souligné le poids extraordinaire dans la France de l’entre-deux-guerres, « tendance lourde », « avérée »8. Les termes de « prégnance », d’« imprégnation » reviennent volontiers sous leur plume. On assiste à partir de 1930, même si le mouvement ne va pas jusqu’à « submerger » l’opinion, à une véritable explosion de militantisme : journaux, ligues pacifistes, cartels de la paix, conférences et congrès du désarmement répètent inlassablement le message de paix9. Le discours sur les oligarchies, les « gros », le « mur d’argent », les « 200 familles »... est une autre source de la mythologie, qui emprunte une bonne partie de ses mécanismes au discours plus ancien, plus profond, sur les puissances occultes et leur appétit de domination universelle au service duquel se trameraient des menées souterraines et se construiraient des organisations ramifiées. Ce discours de l’idéologie du complot s’est appliqué tour à tour, entre autres, aux jésuites, aux francs-maçons, aux juifs... On peut y voir enfin une réminiscence du thème des profiteurs de guerre de la Révolution et de l’Empire10, des accapareurs et des « bandes noires11 ».

Les Locuteurs

  • 12 Mil Zankin, L’Internationale des charognards. Les marchands de canons veulent la guerre, édité par (...)
  • 13 I Mercanti di Cannoni, Milano, Carbaccio, 1932, ou encore l’enquête sur les industries de guerre da (...)
  • 14 Camille Drevet (militante française, secrétaire internationale de la Ligue des femmes pour la paix (...)
  • 15 George A. Drew, Salesmen of Death. The Truth about War Makers et Enemies of Peace. An Exposé of Arm (...)
  • 16 Helmut C. Engelbrecht, Franck C. Hanighen (journalistes américains), Marchands de mort. Essai sur l (...)

6La dénonciation des « marchands de canons » est devenue pendant l’entre-deux-guerres – avec une montée en puissance pendant la première moitié des années 1930 – une sorte de genre littéraire, un passage presque obligé dans le discours pacifiste. Ce n’est pas un phénomène spécifiquement français. On l’observe au Royaume-Uni et aux États-Unis, mais aussi en Allemagne, en Belgique12, aux Pays-Bas, en Italie13, en Espagne, en Suisse14 et au Canada15. Des traductions de best-sellers étrangers ont d’ailleurs été publiées en langue française16.

  • 17 Le pacifisme socialiste a particulièrement retenu l’attention des historiens. Voir notamment Michel (...)
  • 18 Paul Faure, Les Marchands de canons contre la paix. L’épargne pillée. La nation trahie (discours à (...)
  • 19 Par exemple Mauricius (pseudonyme de Maurice Vandamme), Les Profiteurs de la guerre, Paris, La Plèb (...)
  • 20 Georges Hoog, L’Acier contre la paix ou l’Internationale du canon, Paris, La Jeune République, 1re (...)
  • 21 Sur la polémique qui opposa le général de Castelnau, président de la Fédération nationale catholiqu (...)
  • 22 Aline Coutrot, Sept, un journal, un combat, mars 1934 – août 1937, Paris, Cana, 1982. Les dominicai (...)
  • 23 Député de Gironde de 1924 à 1938, président-fondateur de la Ligue des prêtres anciens combattants. (...)
  • 24 Dans La Finance protestante et les industries de guerre, Paris, impr. de Tourret, 1935, André Monni (...)
  • 25 Ralph Schor, L’Antisémitisme en France pendant les années trente, Bruxelles, Complexe, 1992, p. 180
  • 26 « Les obus à Thomas » [Albert Thomas, sous-secrétaire d’État à UArtillerie et aux munitions, puis m (...)

7Les locuteurs étaient situés essentiellement à la gauche de l’échiquier politique : radicaux et radicalisants, socialistes17, au premier rang desquels Paul Faure, le secrétaire général de la SFI018, communistes, anarchistes19, syndicalistes. C’étaient souvent des intellectuels : instituteurs, universitaires, journalistes... Certains appartenaient aussi aux milieux catholiques, avec les démocrates-chrétiens de la Jeune République20, l’Association catholique de la jeunesse française21, l’hebdomadaire dominicain Sept22, ou encore l’abbé Bergey, dans Soutanes de France23. Les protestants ne manquaient pas24. Le néo-pacifisme de droite de la deuxième moitié des années 1930 s’est également emparé du thème des « marchands de canons », qui n’a pas non plus été absent de la rhétorique mussolinienne ou nazie. L’extrême-droite reprochait ainsi à Blum de vouloir entraîner la France dans une intervention militaire en Espagne pour enrichir ses amis marchands d’armes25. La coloration antisémite de ces discours était en fait présente, sous la plume d’Urbain Gohier, dès la Première Guerre mondiale26.

  • 27 En particulier, dans le numéro spécial du 1er février 1936 : « France, voici tes maîtres ! », la pa (...)
  • 28 Ce titre, lancé en 1927 par Georges Boris, de nuance gauche cartelliste, était particulièrement pro (...)

8Un recensement exhaustif de toutes les occurrences du thème des « marchands de canons » demanderait une énergie et un temps considérables ; l’entreprise serait du reste assez vaine. Il y a en effet une grande homogénéité dans ce discours, au-delà de quelques nuances liées aux orientations politiques et à leurs évolutions conjoncturelles, de quelques détails, ou encore du style, qui oscille de la sobriété didactique à la grandiloquence. Une grande répétitivité aussi : on se copie allègrement, on se cite, on donne toujours les mêmes exemples. L’impression est celle d’un infini délayage à partir d’ingrédients finalement peu copieux. J’ai procédé à des sondages plus ou moins approfondis dans une série de journaux de gauche : Les Annales politiques et littéraires, Les Cahiers des droits de l’Homme, La Flèche27, Lu, La Lumière28, Monde, Vendredi... ; dans des périodiques dont le fonds de commerce consistait à révéler les dessous cachés de l’histoire et de la politique : Le Crapouillot de Jean Galtier-Boissière, Les Documents politiques, diplomatiques et financiers de Roger Mennevée ; dans la presse de province : Le Réveil ouvrier (CGT), Le Populaire de l’Est (SFIO) et L’Est ouvrier et paysan (PCF) en Meurthe-et-Moselle ; dans des publications pacifistes : Évolution (1923-1933) de Victor Margueritte, La Patrie humaine, fondée par Victor Méric en 1931, organe de la Ligue internationale des combattants de la paix jusqu’à sa scission de 1934 et à la création du Barrage, La Défense de la paix, des Groupements pour la paix dans la Société des Nations, et enfin le tract lancé le 1er février 1933, sous la signature de sa présidente A. Eidenschenk-Patin, par la Ligue internationale des mères et éducatrices pour la paix : L’Internationale sanglante des armements ou L’œuvre des marchands de canons, tract qui constitue, en huit pages, une excellente synthèse de toute la littérature attaquant les « munitionnaires ». S’y ajoute une série de livres et brochures dont les « marchands de canons » étaient le sujet. Faute de temps les débats parlementaires n’ont pu être systématiquement dépouillés, mais des fragments de discours de députés ou sénateurs, sans originalité particulière, apparaissent dans les ouvrages que j’ai pu utiliser.

  • 29 G. Hoog, op. cit., p. 12-13.
  • 30 Stanislas, le fils du « prophète de la paix » Arménien Gérand, qui a été assassiné par une déséquil (...)
  • 31 La Patrie humaine, 21 juillet 1933. Il n’a pas été possible d’en retrouver le texte.

9Le thème des « marchands de canons » a également fait l’objet d’une exploitation littéraire – qui n’était pas nouvelle. G. Hoog se plaisait ainsi à rappeler que « quatre-cent ans avant Jésus-Christ, Aristophane, dans sa pièce La Paix, stigmatisait déjà les intérêts et les intrigues des marchands de lances, de boucliers, de javelots, de casques et d’aigrettes29... ». Les Américains Engelbrecht et Hanighen ont ouvert leur ouvrage par la « profession de foi » d’Underschaft, le fabricant d’armes père de la jeune militante de l’Armée du salut qui donne son nom à la pièce de George Bernard Shaw Major Barbara (1905) : « Donner des armes à tous les hommes qui en offrent un prix honnête sans considération de personnes ou de principes : aux aristocrates et aux républicains, au nihiliste et au tsar, au capitaliste et au socialiste, au protestant et au catholique, au voleur et au policier, au nègre, au blanc ou au jaune, de toutes fois, pour toutes folies, toutes causes et tous crimes. » Le 28 avril 1933, le rideau du Palace, un music-hall parisien, s’ouvrait sur la pièce de Maurice Rostand Les Marchands de canons. L’hebdomadaire de droite Candide ironisait, le 11 mai, sur l’argument : « A. Briand a été assassiné à Genève. Sa veuve se remarie avec M. de Wendel. M. de Wendel est en partie M. Schneider, puisqu’il fabrique des canons au Creusot. Mais pour le reste il s’appelle comte de Waresquiel, il est sénateur et propriétaire effectif d’un grand journal. M. de Wendel a aussi le tort de mettre des canons dans tous les coins de son jardin pour égayer le paysage30. » Une autre pièce, à la même époque, La Marche héroïque de Ch. A. Abadie, était ainsi présentée par une « réclame » de La Patrie humaine : « Le plus formidable réquisitoire contre les marchands de canons31 ».

  • 32 Anatole France, Vers les temps meilleurs. Trente ans de vie sociale, t. IV : 1915-1924, Paris, Émil (...)
  • 33 Ces mémoires à l’allure romancée (Alexis Redier, 1934) ainsi que Mes missions secrètes 1915-1918 (P (...)

10Le roman ne fait pas exception. Les Hauts Fourneaux et La Houille rouge de Michel Corday (1922-1923) se présentaient comme le journal de guerre de l’épouse d’un gros métallurgiste. C’est à leur propos qu’Anatole France, dans une lettre à Marcel Cachin, a écrit sa fameuse phrase : « On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour les industriels » ; dans une préface, il ajoutait que le livre de Corday lui avait appris « la part qui appartient à la métallurgie et à la finance du monde dans l’organisation et la prolongation de cet immense cataclysme qui fut pour les hommes d’argent une affaire, et une bonne affaire32 ». L’intrigue des Rois de Babel de Maurice-Verne (1920) se tramait, elle, à Essen, « la capitale de la mort », entre Charley Stifford, un « jeune maître de l’acier de Pittsburgh », Krupp et Esther Aronoost, la maîtresse du vieux Gilchrist (de la Gilchrist Small Arms Company), avec pour enjeu la formule d’un alliage nouveau pour pièces de gros calibre dont elle s’était emparée. En revanche, les Munitionnaires de Pierre Couturaud (1933) ne mettaient pas en scène des « marchands de canons », mais un milieu de petits et moyens patrons de la région parisienne, étireurs et chaudronniers, auxquels, pendant la Première Guerre mondiale, un officier s’efforçait laborieusement de faire fabriquer des radiateurs à tubes pour moteurs d’avions. C’est aussi en partie pendant la Grande Guerre que se sont développées les aventures de Pierre Desgranges, présenté comme officier du Deuxième Bureau de l’état-major de l’armée, dans Au service des marchands d’armes33. Sous le pseudonyme de Joseph Crozier, il avait été envoyé aux Pays-Bas (pays neutre) pour combattre la contrebande en faveur de l’Allemagne. Parallèlement, à la demande d’un autre employeur, lord Beverley, représentant typique de « cette caste de capitalistes qui figurent dans les groupes d’armement et pour lesquels l’argent n’a ni odeur, ni patrie et demeure le but suprême de la vie », il participait à une série de trafics d’armes allemandes à destination de l’Irlande, du Maroc, des révolutionnaires russes... que, bon patriote, il a réussi à empêcher ou à détourner. La contrebande formait également la trame de Trafiquants d’ armes, de Rudy Cantel (1939), sombre récit de la traque d’un agent d’une mystérieuse « association », tant par la police que par son chef, qu’il avait « donné » ; elle se terminait par une exécution maquillée en suicide.

  • 34 Dans une scène de la pièce précitée de Maurice Rostand, Stanislas et la pseudo-meurtrière entonnent (...)
  • 35 Jean Souvenance, René de Sancy, Anthologie des écrivains pacifistes, t. 1, Paris. Union des intelle (...)

11La dénonciation des « marchands de canons » a aussi été mise en vers. Les chansonniers des cabarets y sont allés de leur petit couplet, tel Jean Marsac à l’ABC en 193534. Voici d’autre part quelques vers glanés dans l’Anthologie des écrivains pacifistes de Jean Souvenance et René de Sancy35 :

  • 36 Romain Rolland et Henri Barbusse.

J’ai vu les fabricants de gaz et de mitraille
À cet instant précis consacrer leurs efforts
À transformer la terre en un champ de bataille
Afin de s’enrichir des mânes de nos morts
J. Émile Ducourneau, « Guerre à la guerre ».
Ils36 ont trouvé contre eux le grand état-major
Des marchands de canons dont la mitraille tue.
Leur vœu c’est que la guerre, amis, se perpétue
Pour qu’un fleuve de sang soit leur Pactole d’or.
J. Émile Ducourneau, « Sauvons l’humanité ».
Nous savons par trop à qui sert
Ce hideux commerce de fer
De gaz, de gnôle et de capotes !
Georges Lanoire, « À bas la guerre ! »

12Dans les Chansons sociales et satiriques du poète ouvrier François Henri Jolivet, on retiendra également cette strophe de « C’est la guerre » :

Les barons de la mitraille
Ne perdent pas de terrain
Nous forgeons plus de ferraille
Que nous pétrissons de pain.

  • 37 On trouve un bref aperçu sur l’utilisation du thème des « marchands de canons » par les caricaturis (...)
  • 38 On peut même en trouver un écho sous la plume du grand architecte Le Corbusier, Des canons, des mun (...)

13Les « marchands de canons » ont enfin été caricaturés37. Leur inquiétante figure a été placardée sur les murs des villes. Une affiche de 1934, par exemple, représentant un obus sur fond de cimetière militaire, avec deux mains échangeant une poignée de billets, était ainsi légendée : « Bénéfices pour les uns. Pour les autres : la mort. Il faut abolir la fabrication privée des armements. »38

Esquisse d’un portrait-robot de groupe

  • 39 Avant la guerre, Delaisi collaborait à La Vie ouvrière, à La Bataille syndicaliste, à La Guerre soc (...)
  • 40 Éditée par l’association du même nom, fondée en 1887 sous le nom des Jeunes amis de la paix par un (...)
  • 41 La campagne contre les « marchands de canons » a également des racines antérieures à la guerre au R (...)

14Les grands traits du stéréotype des « marchands de canons » étaient déjà en place avant la Première Guerre mondiale, dans un texte fondateur de Francis Delaisi, ancien professeur d’histoire, économiste et journaliste39 : Le Patriotisme des plaques blindées, publié en brochure en 1913 par la revue La Paix par le droit40. « Quelques grandes figures métallurgiques, spécialisées dans la fabrication des engins de guerre, s’appliquent à corrompre systématiquement les hauts fonctionnaires responsables de la défense nationale, affolent par de bruyantes campagnes de presse l’opinion facilement excitable, font pression sur les Parlements afin de leur arracher les crédits nécessaires pour de lucratives commandes et, jouant du patriotisme comme d’une machine à dividendes, aggravent l’odieux régime de la « paix armée », quand ils ne déclenchent pas de sanglants conflits. » Cette « organisation du blindage patriotique » fonctionnant des deux côtés du Rhin, « selon les mêmes méthodes et parfois de concert »41.

  • 42 Louis Launay, J. Sennac, Les Relations internationales des industries de guerre, Paris, Éditions ré (...)
  • 43 Si tu veux..., op. cit., p. 118.

15Presque tous les éléments du méccano que bricolèrent plus tard les propagateurs de la mythologie se retrouvent dans ce texte. Delaisi ajoutait ceci à la fin de sa plaquette : « Le voile du temple s’est déchiré. » À sa suite, la littérature sur les « marchands de canons » s’affirme comme un discours du dévoilement, soucieux d’initier le bon peuple à des secrets jalousement gardés, de percer la chape du mystère et de l’épais silence soigneusement entretenus. C’est que les « munitionnaires » mettaient « un soin jaloux à rester ignorés des foules ». À peine « quelques noms ont émergé de l’ombre dont ils enveloppent leurs personnes et leurs manœuvres savantes » ; car « tout ce qui sait est enserré par un réseau de faiblesses, de complaisances, de compromissions – et peut-être moins souvent qu’on ne pense – de corruption »42. « Ces pages d’histoire ne s’écrivent généralement pas sur la place publique », notait de son côté P. Faure43. Heureusement, quelques chevaliers blancs, avec « impartialité » et « courage », avaient entrepris de dégager la « structure profonde ». La tâche n’était pas simple. Deux ans avant de publier sa Vérité sur les marchands de canons, « sujet formidable », pour lequel il avait utilisé « toute la documentation existante », Paul Allard ouvrait dans les Annales politiques et littéraires du 7 avril 1933 une « grande enquête internationale », pour laquelle il avait parcouru l’Europe pendant plusieurs mois : « Les marchands de canons ont-ils besoin de la guerre ? » C’était, disait-il, la première fois qu’une entreprise de cet ordre, « hérissée de tant de difficultés », avait pu être menée à bien.

  • 44 Marchands de canons, 1933, p. 8-10.
  • 45 Louis Launay, « Les munitionnaires et les factieux », Monde, 1er août 1935. Lors du congrès de défe (...)
  • 46 Abbé Bergey, cité par P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 89.

16L’opération pouvait même se révéler dangereuse. Marchands de canons portait ainsi cette mention en exergue : « Ce livre n’est pas signé afin d’éviter à son auteur les représailles. » Le préfacier indiquait qu’il avait « observé la même attitude », avant de souligner que la « documentation [n’avait] certainement pas [été] facile à recueillir ». Mais l’auteur anonyme avait « réalisé un double chef-d’œuvre : d’abord dans la constitution même du dossier. Ensuite dans la netteté et la clarté de l’exposition. C’est du beau travail. Et du bon44. » Tel journaliste étranger qui avait « mis quelque peu son nez dans [les] affaires [...] des gangsters de la contrebande » les avait « sentis rôder autour de lui [...] jusqu’à Paris même »45. À la Chambre des députés, on murmurait « avec effroi à voix basse », dès qu’on semblait « vouloir aller à la source authentique de certains scandales » : « Taisez-vous ! Ne parlez jamais de ça46. »

La « géométrie » des « marchands de canons »

  • 47 Le Patriotisme..., op. cit., p. 34-36.
  • 48 « Les industries de mort », Les Cahiers des droits de l’homme, 30 juin 1932.
  • 49 Louis Marle, Les Misérables. La Mort d’Almereyda et la métallurgie de la mort, Paris, Éditions du B (...)
  • 50 Les Maîtres de la France ? Le Comité des Forges et la classe ouvrière, Paris, Bureau d’éditions, 19 (...)

17Bien des locuteurs cherchaient d’emblée à tracer les contours du groupe « étudié », et ils dessinaient en général une « géométrie » dominée par les « gros ». F. Delaisi avait estimé que les grandes fabriques d’armes étaient en tout petit nombre. En France, trois sociétés dominaient : Le Creusot, Marine-Homécourt, Châtillon-Commentry. Autour de cette « trinité puissante », une vingtaine d’entreprises, « pour qui les armements tout en étant une fabrication d’appoint [étaient] une source importante de revenus », se groupaient dans la Chambre syndicale des fabricants et constructeurs de matériel de guerre47. Pour Jean Huteau, l’industrie et le commerce du matériel de guerre étaient « monopolisées par un petit nombre de sociétés très puissantes48 », sélectionnées par la « loi darwinienne de la concurrence vitale49 ». D’autres, tout en soulignant le poids des grands trusts, cherchaient un effet de masse : les « gros » n’étaient pas tout seuls. Sur les 250 firmes adhérentes au Comité des forges, M. Zettem calculait que plus de 150 produisaient du matériel de guerre, les autres pouvant « être transformées en usines de guerre en 24 heures50 ».

  • 51 Industries de guerre et industries de paix, op. cit., p. 11.
  • 52 « Les marchands de canons ont-ils... », article cité ; La Vérité..., op. cit., p. 12.
  • 53 La Sarre et les marchands de canons, Paris, chez les auteurs, 1934, p. 3, 15, 28.
  • 54 « Des milliards dont M. Germain-Martin ne voudra pas », Le Barrage, 9 mai 1935.
  • 55 Cité par Fédor Narkirier, « Le courant pacifiste critique dans la littérature », Europe, novembre-d (...)
  • 56 R. Lewinsohn, Les Profits de guerre à travers les siècles, Paris. Payot, 1935, p. 290.
  • 57 Armand Charpentier, « Le capitalisme et les guerres », Évolution, n° 43, juillet 1929.
  • 58 G. Vigue, J. Ganuchaud, Les Marchands de canons et la guerre, Paris, Comité de lutte contre la guer (...)
  • 59 Pierre Cuénat, « Plaidoyer pour les marchands de canons », La Patrie humaine, 19 janvier 1934.

18Parfois, la notion était singulièrement élargie. Delaisi avait lui-même remarqué que « toute grande usine du temps de paix [était] un arsenal en puissance51 ». Pour P. Allard, il fallait englober dans le « terme populaire » de « marchands de canons », « tous ceux qui travaillent pour l’armement : les fabricants de tanks, de mitrailleuses, de fusils, toute l’industrie lourde, les marchands d’acier, les industries auxiliaires de l’armée : fournisseurs d’équipements, de couvertures, d’armements, d’instruments d’optique, d’emblèmes militaires, de passementeries, d’explosifs, de grenades à mains, de masques contre les gaz, etc. [...] soit plus de la moitié de l’industrie humaine »52. Contre ceux qui en arrivaient à croire que « les marchands de canons ne sont que très peu nombreux, aréopage d’une demi-douzaine de magnats quinteux, un peu crochus, qui passent leur temps à combiner des plans machiavéliques d’asservissement de l’humanité », Louis et Lucien Launay préféraient consulter L’Annuaire industriel : « la vision est apocalyptique : il y a des pages et des pages sur l’industrie des armements, des rubriques et des rubriques de spécialités pour tuer les hommes, une quantité effarante de firmes, qui sucent le budget de la guerre comme une rosée bienfaisante [...]. La prédominance des industries de guerre et du Comité des Forges dans la vie de la nation s’explique [...] non par l’extraordinaire dictature de deux ou trois rois de la métallurgie, mais par la Sainte-Alliance d’innombrables intérêts qui se cachent honteusement53. » Le Barrage renchérissait : « Où commence, où finit l’industrie des armements ? Au creuset d’acier en fusion ? Au haut fourneau ? À la mine de fer, de charbon, de cuivre ? Dans les prés paissent des moutons dont la laine sert à faire des capotes, des vaches dont la viande sera la nourriture des guerriers et dont le cuir chaussera les héros54. » On retrouvait là la même conception extensive que dans le roman de Régis Gignoux et Roland Dorgelès, La Machine à finir la guerre (1917), où, en vue d’empêcher l’inventeur de réaliser son engin, une séance à huis clos réunissait, avec les magnats de l’industrie lourde, « deux marchands de draps, deux représentants de fabriques de jambes articulées, un marchand de charbon, un épicier, un marchand de vin et d’autres négociants de branches les plus diverses qui ont pourtant les mêmes intérêts que les fabricants d’obus, de canons et de fils barbelés55 ». Cette vision s’exprime sous la plume de R. Lewinsohn, pour qui les bénéfices de guerre ont tendance à s’éloigner de plus en plus des champs de bataille : « Jules César a cédé la place au fabricant de boîtes de conserves56. » On le voit, de « l’infime minorité57 » ou de la « poignée d’industriels, de profiteurs et de tripoteurs de guerre58 » à « tout le capitalisme59 », la « géométrie » des « marchands de canons » était variable et élastique. Version intermédiaire : les « formidables trusts horizontaux et verticaux [qui] fournissent tout : depuis les 305 jusqu’aux canons antiaériens, depuis les tourelles blindées jusqu’aux moteurs Diesel, depuis les cuirasses jusqu’aux instruments de précision, depuis les arbres d’hélice jusqu’à la vaisselle pour l’équipage ».

  • 60 Il s’agit d’un prolongement des théories du général italien Douhet sur le rôle crucial de l’aviatio (...)
  • 61 Adéodat Compère-Morel, La Civilisation en péril. Aux Héros et aux Mères des héros. Le massacre des (...)
  • 62 Augustin Habaru, « L’Internationale des gaz », Monde, 8 juillet 1933.
  • 63 On se réclamait aussi de l’autorité scientifique de Branly et d’Einstein.
  • 64 Victor Margueritte, La Patrie humaine, Paris, Flammarion, 1931, p. 122. La seule protection envisag (...)
  • 65 En 1935, une affiche de Jean Carlu – « Mascarade... » (deux visages, l’un portant un masque à gaz, (...)
  • 66 H. G. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 250.
  • 67 Louis Launay, « Une nouvelle industrie de guerre », Le Barrage, 23 août 1934.
  • 68 Voir Le Barrage en 1934, et Pierre Cuénat, La Guerre aéro-chimique, Paris, Éditions sociales intern (...)

19Une nouvelle catégorie de « munitionnaires » captait de plus en plus l’attention : les fabricants de gaz asphyxiants. La prochaine guerre serait aéro-chimique60. Alors s’aboliraient complètement les frontières, tant entre combattants et non-combattants qu’entre production des armements et industries de paix, l’industrie chimique pouvant devenir « dès qu’on veut, une industrie de guerre ». « Dans la guerre future, modernisée à souhait, c’est la chimie qui régnera en maîtresse sur les hommes et les choses puisque l’emploi des gaz déterminera la rapide destruction des forces militaires de l’avant et de l’ensemble des civils de l’arrière [...]. Hier, les yeux étaient tournés vers tous les Creusot et les Essen du monde, et l’on suivait au jour le jour, dans le flamboiement des hauts fourneaux, au bruit des forges et des marteaux-pilons, la fabrication des engins de destruction. On voyait ! On savait ! On connaissait où, comment, dans quelles proportions on s’outillait pour tuer. [...] Mais maintenant ce n’est plus là qu’on prépare le crime [...]. Ce sont les usines qui distillent la houille ou l’alcool, travaillent le coton, la pâte de bois, la soie artificielle [...]-voire même l’industrie des parfums61 ! » « Des mêmes cornues sortent les colorants les plus inoffensifs et les gaz de combats les plus redoutables. Mais aucune société n’avoue la fabrication de gaz asphyxiants62 ». Les auteurs insistaient sur les enseignements tirés des manœuvres aériennes organisées dans plusieurs pays à la fin des années 1920 et au début des années 1930, ainsi que sur les déclarations de Paul Langevin63, professeur au Collège de France, directeur de l’École de physique et de chimie de la ville de Paris et vice-président de la Ligue des droits de l’homme, selon lequel il suffirait de 100 avions porteurs chacun d’une cinquantaine de bombes pour anéantir la capitale, en la couvrant d’une nappe de gaz de vingt mètres d’épaisseur – opération réalisable en une heure. La conclusion était évidente : il était quasiment, sinon totalement, impossible de protéger les populations contre « le massacre collectif à domicile, le gaz-bourreau à tous les étages64 ». D’où la dénonciation en règle des semeurs d’illusions, ceux qui réclamaient des mesures de protection (Croix violette, Ligue française pour la protection des populations civiles), et ceux qui en tireraient profit et qui manipulaient les précédents : les fabricants de masques à gaz (décrits comme inopérants, la défense passive étant un leurre65) et les constructeurs d’abris (que seuls les riches pourraient s’offrir). Les sociétés qui s’occupaient officiellement de cette « nouvelle industrie florissante66 » n’étaient que des « faux nez qui cachent des intérêts considérables67 ». Et de picorer dans les annuaires financiers, selon la méthode classique, pour les débusquer68.

Une puissance « redoutable », « formidable », « mystérieuse », « ténébreuse », « impalpable »

  • 69 Les Marchands de canons..., op. cit., p. 12 ; Si tu veux..., op. cit., p. 51. 143 et 206.
  • 70 Préface de L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. v et vu.
  • 71 F. Delaisi, « Ramifications internationales de l’industrie de guerre », Quel serait le caractère d’ (...)
  • 72 Marchands de canons, op. cit., p. 18-19.
  • 73 « Krupp et Schneider », Le Populaire de l’Est, 24 mars 1935.
  • 74 L. Launay, « Les marchands de mort », Le Barrage, 23 janvier 1936.
  • 75 A. Eidenschenk-Patin, L’Internationale sanglante des armements ou L’auvre des marchands de canons, (...)
  • 76 H. G. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 15, 123, 13.

20La première caractéristique des « marchands de canons », et la plus générale puisqu’elle englobait tout le reste, était la puissance, illimitée ou quasiment illimitée. Cette notion, ou ses équivalents, revenait comme un leitmotiv. Si La Lumière du 16 avril 1932 ne voyait dans les « munitionnaires » qu’« une des grandes puissances occultes de ce pays », pour Paul Faure, ces détenteurs de « moyens de pression inouïs » étaient les « maîtres du monde et de ses destinées », de « puissants flibustiers qui régnent sur le monde », à « l’influence incroyable et malfaisante »69. Henry La Fontaine, président du Bureau international de la paix, vice-président du Sénat belge et prix Nobel de la paix, les décrivait comme « le formidable organisme occulte », le « véritable état-major invisible » qui, « avec un art et une habileté exemplaires », poursuivait « sa politique de mise en coupe réglée du monde »70. Le commerce des armes avait généré « une véritable diplomatie à côté, qui, sans avoir de comptes à rendre à aucun gouvernement, joue un rôle important et parfois décisif dans les relations entre les peuples71 ». Pour ces « gens puissants », pour ces « hauts barons des industries lourdes », les « heurts des peuples [étaient] des nécessités commerciales » qu’ils exploitaient, aggravaient, envenimaient et attisaient quand ils se produisaient spontanément, qu’ils provoquaient sinon72. Il y avait certes des différences parmi les locuteurs. La position maximaliste était la plus répandue. C’était celle qu’exprimaient Le Populaire de l’Est : « le marchand de canons dirige toute la politique mondiale73 », Le Barrage : « Ah ! que la politique mondiale paraît plus claire à la lueur des relations internationales des industries de guerre74 ! », ou encore la présidente de la Ligue internationale des mères : « Tout ce qui inquiète les peuples, tout ce qui étreint d’angoisse le cœur des mères, toutes les défiances qui entravent les relations normales entre les nations [...], tout cela est l’œuvre des marchands de canons75. » Plus rares étaient ceux qui introduisaient quelque prudente nuance, tels les Américains Engelbrecht et Hanighen : tout en affirmant que « le fabricant d’armes [...] est aujourd’hui un des facteurs les plus dangereux des affaires mondiales » et en soulignant son « extraordinaire faculté [...] à créer des situations menant à la guerre », ils reconnaissaient que la situation qu’il occupait n’était pas « le résultat de ses propres machinations ou de ses plans », mais d’une « racine du mal [...] plus profonde », « le penchant des peuples vers le nationalisme »76.

Une internationale « aussi unifiée que cosmopolite »77

  • 77 L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. 113.
  • 78 Le Patriotisme..., op. cit., p. 64, 62, 9, 63.
  • 79 Hélène Modiano, Les Munitionnaires contre la nation, Paris, Éditions du Parti socialiste SFIO, 1936 (...)
  • 80 « Canons, marchands de canons !.. », Le Front populaire contre la guerre, avril-mai 1936, p. 28.
  • 81 François Crucy, Enquête sur l’industrie des armements aux États-Unis. Paris. L’Information sociale, (...)
  • 82 Marchands de canons, op. cit., p. 245.
  • 83 Richard Lewinsohn, Les Profits..., op. cit., p. 135.
  • 84 H. G. Engelbrecht. F. C. Hanighen, op. cit., p. 127.
  • 85 Augustin Habaru, Le Creusot, terre féodale. Schneider et les marchands de canons. Bruxelles, L’Égla (...)
  • 86 Marcelle Capy (militante de la Ligue internationale de la paix et de la liberté), À bas les armes !(...)

21L’internationalisme était un trait majeur de l’omnipotence des « marchands de canons ». Il était constamment réaffirmé par ceux qui les dénonçaient, à commencer, dès 1913, par F. Delaisi, qui fustigeait les « agissements intéressés de l’Internationale du canon ». La notion de frontière n’existait pas pour ces grands intérêts coalisés, « concomitants » : ils l’avaient abolie. « Fabricants de canons allemands et fabricants de canons français, loin de se détester, s’entendent et souvent s’associent », fraternisant « dans l’internationale communion du dividende ! »– « Ces hommes ne partagent pas les haines dont ils vivent. Les profiteurs du nationalisme sont eux-mêmes internationalistes »78. « Par-dessus les frontières, tous les munitionnaires se donnent fraternellement la main »79. La patrie, la nation avaient-elle encore un sens pour eux ? Non, car « les munitionnaires de notre pays ne sont pas plus Français que les marchands de canons d’Essen sont Allemands80 ». Entre leurs mains, les nations étaient « devenues des jouets81 ». Ils représentaient une sorte de modèle accompli de l’universalité : « Peu d’industries ont atteint le degré d’internationalisation auquel est parvenue l’industrie des armes82 »– « L’industrie des armements reste internationale avant ou plus que tout autre industrie »83 – « La Grande Internationale, que les idéalistes politiques et les stratèges de la classe ouvrière ont cherchée pendant si longtemps, a pris forme dans l’industrie de l’armement84 ». Elle aurait de plus fait des émules, comme celle « des marchands de gaz de combat [...], plus secrète, mais aussi puissante »85, les « empoisonneurs » rejoignant « le front international » des « mitrailleurs »86.

  • 87 Suzanne de Collias, « Les Marchands de canons contre la nation », L’Éveil des peuples, 15 octobre 1 (...)
  • 88 F. Delaisi employait l’image architecturale des « contreforts soutenant une même voûte », « Ramific (...)
  • 89 R. Lewinsohn, op. cit., p. 110.
  • 90 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 27.
  • 91 P. Allard, « Les marchands... », article cité.
  • 92 Voir Raymond Poidevin, « Fabricants d’armes et relations internationales au début du xxe siècle », (...)
  • 93 La Jeune République, 30 décembre 1932. La Chine était le « pays rêvé des placiers en canons », selo (...)
  • 94 « L’Internationale sanglante en pleine action », III, Le Barrage, 27 septembre 1939.
  • 95 Maurice COQUELIN, « Les marchands d’armes s’organisent. Des mitrailleuses françaises pour l’armée r (...)
  • 96 Egon Erwin Kisch, « Au pays des hommes jaunes. Des canons, des munitions », Monde, 29 avril 1933.

22La « franc-maçonnerie mondiale des marchands de canons87 » reposait sur deux piliers étroitement solidaires88. D’abord le marché, le métier se caractérisant par une « internationalité sans borne », que l’on pouvait faire remonter aux chrétiens Jacques Cœur et Jacob Fugger. fournisseurs du Grand Turc89 : on traitait avec le « plus offrant90 », « n’importe qui vend n’importe quelles armes à n’importe quel État91 ». Selon la bonne vieille devise d’Underschaft : « Sans vergogne », et suivant une vieille tradition expérimentée dans les Balkans avant 1914 – expérience qui paraît avoir été réelle92. « Les marchands de canons anglais [vendaient] leur marchandise indifféremment aux Chinois, aux Japonais et aux Allemands » (chez ces derniers, ils faisaient même de la publicité pour leurs tanks et mitrailleuses) : « Qu’importent les belligérants pourvu que l’argent rentre93 ». Les firmes anglaises et françaises fournissaient les deux camps en Extrême-Orient, et avaient armé Abd el-Krim au Maroc. Lors de la dernière révolution cubaine, « le gouvernement, comme les rebelles, combattaient avec les mêmes fusils et les mêmes cartouches », distribués par les munitionnaires américains94. Les « pourfendeurs des Soviets » étaient « les mêmes qui dans la coulisse [acceptaient] de se faire les fournisseurs de l’armée rouge en matériel de guerre »95. Les exportateurs se jouaient des contrôles, quand il y en avait : « Dans ce métier tout est camouflé, tout est embrumé et caché. Les déclarations sont invariablement fausses. Faux le nom de l’expéditeur, faux celui du destinataire, faux les chiffres, faux le pavillon sous lequel les instruments de guerre et de meurtre parviennent à destination96. »

  • 97 Eugène Peeters, Les Forbans du patriotisme, Paris, Fédération syndicale internationale, 1937, p. 12
  • 98 L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. 32 et 34. Préface de H. La Fontaine, p. v.
  • 99 E. E. Kisch, « Shangaï, marché des armes », Monde, 9 septembre 1933.
  • 100 E. Peeters, op. cit., p. 12.
  • 101 Léon Jouhaux, Le Désarmement, Paris, Alcan, 1927, p. 135.
  • 102 Charles Reber, « À l’ombre des procès de Moscou. Multiple puissance de la Vickers », Monde, 29 avri (...)
  • 103 Georges Seldes, Iron, Blood and Profits, New York and London, Harpers and Brothers Publishers, 1934 (...)
  • 104 En fait, elle exista de 1894 à 1911. Le Syndicat Harvey s’était constitué entre une dizaine de prod (...)
  • 105 H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 96.

23L’industrie des armes était aussi internationale par son organisation. Les « marchands de canons » ne se faisaient pas concurrence, même s’ils maintenaient ses apparences. Ils « [collaboraient] étroitement, se [soutenaient] mutuellement pour obtenir des gouvernements les conditions les plus lucratives97 », ils « arrivaient presque toujours à réaliser un accord sur le dos des budgets », leur « gigantesque entente » étant en grande partie responsable des « colossales dépenses d’armements et de l’enflure des budgets de la guerre et de la Marine »98. Ils se partageaient le monde en zones d’influence : « Sur la carte, il faudrait qu’il y ait : pays Schneider-Creusot, pays Krupp ou plutôt Bofors. Ça c’est à Dupont de Nemours et ça à Vickers-Armstrong99. » Ainsi s’était constituée « la plus puissante association internationale que le monde ait jamais connue100 ». L’industrie des armements était donc censée être puissamment cartellisée, caractère qui allait « en s’ accentuant101 ». Mais en fait, à part l’Entente internationale de l’acier (1926), qui ne relevait d’ailleurs pas de ce type d’activités, les exemples étaient toujours pris avant 1914 : cartel des munitions (1897), qui embrassait le monde entier, cartel international des poudres, et surtout « la plus monstrueuse des associations qu’on ait jamais vues102 », « probably the best example of the blood brotherhood of the armament-makers103 » : la United Harvey Steel Company, qui regroupait les principaux producteurs de plaques blindées. Ses descriptions variaient d’un auteur à l’autre, tant pour les limites chronologiques (1901 ? 1905 ? jusqu’en 1903 ? à la veille de la guerre ? 1915 ?104) que pour la composition. Le trust Nobel de la dynamite et la Chilworth Gunpowder Co., « formidable groupement de forces guerrières qui comprenait tous les grands États modernes : la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie et les États-Unis », se seraient affiliées « également à ce grand trust »105.

  • 106 F. Crucy, op. cit., p. 17 et 2.
  • 107 R. Lewinsohn. op. cit., p. 137.
  • 108 L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. 222.

24L’interpénétration du capital figurait bien sûr parmi les déclinaisons des « combines » (« un défi insolent lancé au reste des vivants ») et « ramifications infinies »106 du monde des « marchands de canons ». « Les fabricants d’armes opéraient avec des paquets d’actions qui représentaient des usines de canons tout comme s’il se fût agi de fabriques de tricotages ou de miroirs107 ». Des auteurs comme Launay et Sennac s’étaient fait une spécialité de l’épluchage des publications financières, afin de repérer des étrangers « autour des tables vertes des conseils d’administration » ou parmi les actionnaires des firmes. Que n’a-t-on pas daubé sur la présence de la fille (ou de la belle-fille ?) du chancelier Bismarck dans la Société française des torpilles Whitehead, siégeant à Saint-Tropez et contrôlée par la firme britannique Vickers ! Mais on avait vite fait le tour des participations étrangères : la présence de Krupp et de Schneider dans les usines Poutiloff avant guerre, le contrôle du second sur Skoda après. Aussi, on ratissait un peu plus large : les intérêts allemands dans les mines de fer lorraines avant le conflit, fran çais dans les usines métallurgiques de la Sarre après, ou... la Société française pour la fabrication du chocolat Suchard, dont le conseil comportait un Suisse, deux Belges et deux Français, dont Pierre Taittinger, « qui affecte d’être si chatouilleux sur le terrain patriotique » tout en étant administrateur de « sociétés si cosmopolites »108.

  • 109 H. La Fontaine, préface de L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. vi.
  • 110 Victor Margueritte, Les Criminels, Paris, Flammarion, 1925, p. 352.
  • 111 G. Hoog, « “L’acier contre la paix”. Mystère et intrigues du trafic international des armes », La J (...)
  • 112 G. Vigue, J. Ganuchaud, op. cit., p. 4.
  • 113 G. Hoog, L’Acier..., op. cit., p. 18, 15, 16.
  • 114 F. Delaisi, Le Patriotisme..., op. cit., p. 32.
  • 115 Bertrand Gauthier, « Munitionnaires, présidents et fascistes », Monde, 5 octobre 1934. Figuraient a (...)
  • 116 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 8.
  • 117 Suzanne Collette, « À propos d’un livre récent : L’Internationale sanglante des armements », Les Ca (...)
  • 118 L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. 5.

25La « collusion » se matérialisait enfin par un troisième aspect, plus sociologique : « avec leurs tenants et leurs aboutissants », les « marchands de canons » avaient « fini par constituer une famille internationale dont les membres sont souvent apparentés, à l’exemple traditionnel des rois et des empereurs »109, « dont les froides alliances font penser à des noeuds de reptiles110 ». Ils étaient « les princes du sang de l’heure, étant entendu que ce sang n’est pas celui de leurs aïeux mais celui que les instruments de guerre font verser sur les champs de bataille111 ». Leur « esprit chevaleresque [savait] planer au-dessus des idées mesquines et bourgeoises de patries et d’alliances112 ». Les dynasties nationales étaient « enchevêtrées internationalement », comme les dynasties princières. « La véritable aristocratie des temps modernes, la voilà ! [...] Dans combien d’armoiries y a-t-il aujourd’hui des canons ! Les canons ont redoré les blasons113 »... et ce jusqu’au plus haut niveau. Guillaume II n’avait-il pas été commanditaire (et son grand-père avant lui) et familier de Krupp, l’« industrie familiale des Hohenzollern114 » ? Et « Sa Majesté le roi Georges d’Angleterre [était] en même temps le Roi des munitionnaires [...], intervenant dans l’intérêt de l’entreprise [Vickers] dont il [était] un très patriotique actionnaire115 ». Ainsi se seraient formés les « vastes réseaux qui [enserraient] la terre toute entière116 », « la chaîne qui, d’un bout à l’autre du monde, [reliait], d’une façon plus ou moins occulte, les trusts et cartels intéressés aux industries de guerre117 », la chaîne « aux maillons solides que rien ne [pouvait] rompre118 ».

La Grande Guerre : « haute trahison ou fair-play »

  • 119 « Dialogue de la tempête », Des pensées et des jours, in J. Souvenance, R. de Sancy, op. cil., p. 7 (...)
  • 120 « Si j’étais patriote ! », La Patrie humaine, 23 juin 1933.
  • 121 « Rapport sur la nationalisation des armements », Le Barrage, 14 mars 1935.
  • 122 On s’appuyait sur l’ouvrage de l’attaché naval britannique pour les pays Scandinaves pendant la gue (...)
  • 123 Fabriqués par Zeiss et équipant la flotte anglaise « au Skager-Rak » (bataille du Jutland, 31 mai 1 (...)
  • 124 Sur lesquels demeuraient accrochés les cadavres allemands à Douaumont.
  • 125 Les boucliers d’artillerie étaient aussi « soldés » par Thyssen, via la Hollande.
  • 126 Il s’agit là des fameux carbures, si nécessaires à la fabrication des explosifs. Les poursuites con (...)
  • 127 Qui devait servir à la production de l’aluminium des carcasses de zeppelins.

26Dans un texte inédit, Abel Clarté mettait en scène un professeur qui, dans un refuge de montagne, retrouvait un de ses anciens élèves s’apprêtant à entrer à l’école militaire de Saint-Cyr : « Sais-tu que les marchands de canons de France et d’Allemagne ont eu des relations avant, pendant, après la guerre ? »119. On ne connaît pas la réponse de l’aspirant ou sa réaction. Elle aurait pu être celle de Victor Méric : « Peu leur importent les boucheries, les marmelades d’hommes [...], avec une parfaite sérénité ils livrent leur sale pacotille aussi bien à leurs compatriotes qu’aux adversaires120 », ou celle de Robert Jospin : « scandales inouïs [...] nos propres soldats abattus par nos propres armes vendues à l’adversaire121 ». La plus perverse illustration de l’internationalisme des « marchands de canons », c’était la Première Guerre mondiale elle-même, où seul l’argent était demeuré au-dessus de la mêlée, où les échanges entre pays ennemis, sinon d’armes, en tout cas de matières premières stratégiques, voire de certains produits fabriqués, avaient continué, par l’intermédiaire des neutres122. « La solidarité des marchands de canons internationaux ne fut pas altérée par la guerre. C’était l’intérêt de chaque partie que l’adversaire ne vînt pas à manquer d’un produit indispensable [...]. Et à travers la bénévole caisse de compensation qu’était la Suisse, magnétos, instruments d’optique123 et de médecine, fils de fer barbelés124, boucliers125, de se croiser autour des tonnes de cyanimide126, de ferro-alliages et de bauxite127. »

  • 128 Jean Galtier-Boissière. René Lefebvre, « Les marchands de canons contre la nation », Le Crapouillot(...)
  • 129 A. Habaru, op. cit.. p. 229.
  • 130 Gabriel Gobron, « Les pacifistes de la Sarre accusent ». La Patrie humaine, 4 août 1933. Le père St (...)
  • 131 L. Launay, De Wendel, chez l’auteur, 1938, p. 97.
  • 132 Marchands de canons, op. cit., p. 18.
  • 133 G. Vigue, J. Ganuchaud, op. cit., p. 7.
  • 134 Maurice Legat, Contre la guerre avec Einstein, Louvain, impr. F. Centerick, 1931, p. 29.
  • 135 H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 181.

27Et cela en toute impunité, car « les munitionnaires étaient les puissants du jour [...]. Ils étaient tabous128 ». Du reste, en dehors des cas de fraude, nombreuses étaient les « fournitures à l’ennemi faites avec l’entière approbation des gouvernements, en pleine connaissance de cause129 ». C’est un hôtel de Bâle qui, d’après un haut fonctionnaire suisse, était le « rendez-vous des trafiquants alliés et centraux130 ». Ainsi, faute d’un blocus effectif de l’Allemagne, s’expliquait la durée de la guerre, « la longueur de centaines de millions131 » : « À dire d’experts [...], la Grande Guerre ne devait pas durer plus de six mois ; et devait, en ce laps de temps, se terminer par un effondrement total des empires centraux. Mais des commerçants français, soucieux de leurs intérêts de boutique, en décidèrent autrement. Grâce à eux le conflit dura plus de quatre ans132 »– période encore « bien trop courte pour les appétits de l’Internationale du canon133 ». Encore avait-elle pu faire échouer les tentatives de cessation des hostilités, étant « assez puissante pour obtenir que continuât la furieuse et bestiale mêlée, “jusqu’au bout !”134 ». Et, rassurons-nous, « la “dernière des dernières” était à peine terminée que Schneider, Vickers, Skoda et même Krupp se remettaient à leur sinistre besogne »135.

L’influence corruptrice des « marchands de canons »

  • 136 Arthur Raffalovitch, 26 avril 1913, cité par J. Galtier-Boissière, « L’Internationale des marchands (...)
  • 137 L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. 37.
  • 138 R. Lewinsohn, Zaharoff. L’Européen mystérieux, Paris, Payot, 1923, p. 84.
  • 139 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 166.
  • 140 Marchands de canons, op. cit., p. 208.
  • 141 Romain Rolland, appel de juillet 1934, La Patrie humaine, 2 août 1934.

28Il ne s’agissait pas seulement de cette corruption ordinaire consistant à distribuer des pots-de-vin, tel celui reçu par le contre-amiral japonais Foudjii, venu en Angleterre commander un navire de guerre dans les années 1910, ou ceux répartis en Roumanie au début des années 1930 par le représentant de Skoda, Zeletsky, ou encore ceux qui passaient par ce « bon dîner arrosé de vins généreux, en compagnie de jolies femmes, auxquelles l’amphitryon a payé d’avance leur service pour finir la nuit avec le général assis à leur droite136 ». Il était question de pratiques beaucoup plus étendues, d’une « corruption latente, qui s’extériorise à chaque occasion », d’une « insinueuse corruption qui assure la solidité et la perpétuation des armements avec la fortune des magnats de la guerre »137. Ses cibles : les gouvernements, les Parlements, les hauts fonctionnaires, les hiérarchies militaires, bref tous les échelons qui intervenaient dans le processus de décision des dépenses. Car « lorsque la politique ne fournit pas assez de commandes, eh bien, il faut s’arranger pour modifier la politique. Car enfin, l’industrie des armements n’est pas là pour servir la politique, mais la politique est là pour servir l’industrie des armements138 ». « C’est ainsi que toute l’Europe était couverte d’un réseau épais et impénétrable de l’extérieur dont les extrémités aboutissaient à Sheffield et à Downing Street, au Creusot et au quai d’Orsay, à Essen et à la Wilhelmstrasse139 ». « Sous tous les climats et sous toutes les latitudes, les marchands de canons [étaient] les Eminences grises140 », « les maîtres occultes141 » des gouvernements.

  • 142 J. Galtier-Boissière, R. Lefebvre, op. cit., p. 166.
  • 143 « L’œuvre des marchands de canons », L’Union des métaux, mai 1934.
  • 144 Avec ses frères Paul, administrateur de « deux petites douzaines de sociétés des poudres », et Albe (...)
  • 145 Schneider avait la réputation d’avoir longtemps nommé le ministre de la Marine, et Stumm, en Allema (...)
  • 146 « Le Carnet R... XIII Charles Dumont », La Patrie humaine, 18 août 1933.
  • 147 « Notre concours ; le carnet R... IV Alexandre Millerand », La Patrie humaine, 23 juin 1933.
  • 148 L. et L. Launay, op. cit., p. iv.
  • 149 « Si j’étais... », article cité.
  • 150 H. G. Engei. brecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 256 et 258.
  • 151 R. Lewinsohn. Zaharoff..., op. cit., p. 84.
  • 152 F. Delaisi, Le Patriotisme..., op. cit., p. 5.
  • 153 Ibid., p. 157 et 144.

29« En France la haute métallurgie avait toujours un de ses membres » dans le cabinet142. Parmi les noms particulièrement désignés à la vindicte, exemples « donnés entre cent »143 : Clemenceau, « une créature des fournisseurs de guerre » (qui composaient en partie son gouvernement en 1917-1918), comme toute sa famille du reste144 ; Charles Dumont, ministre de la Marine, président de la Banque franco-japonaise, « entièrement soumise à Schneider145 », qui appartenait « à la plus belle espèce des renégats » et aux « larbins à tout faire »146 ; Alexandre Millerand, autre saboteur de l’action de Briand, « vendu [...] aux marchands de canons », « ses maîtres », « domestique de Schneider » et qui avait « marché de trahison en trahison ». Chassé de l’Élysée et du Sénat, il se tenait « peinard », « mais sait-on jamais. Schneider peut encore avoir besoin de lui »147. Il n’avait pas été le seul président de la République de son espèce, comme le remarquaient les Launay en feignant la surprise : « Il est étonnant que la haute personnalité à qui la Constitution donne le droit de disposer des armées, le chef de l’ État, soit si souvent un homme politique proche de la métallurgie de guerre148. » V. Méric était plus brutal : « Ils ont des délégués et des serviteurs jusqu’à l’Élysée, jusque sur les marches des trônes149 ! » En définitive, « les gouvernements resserrent chaque jour les liens qui les unissent aux marchands de mort [...]. Déjà la guerre apparaît comme l’activité primordiale d’un gouvernement [...]. L’alliance des gouvernements avec les industries de la guerre menace de faire des marchands d’armes les dictateurs de la vie économique, partant de la vie politique150 ». Tout au plus fallait-il « avoir soin de manœuvrer les pantins sans bruit [et] le jeu exigeait des mains constamment propres car un scandale peut ruiner une affaire pour des années151 ». On ne manquait pas de moyens discrets pour tisser des « relations intimes »152 ; « d’une façon générale, il y [avait] dans les relations entre les marchands de canons et les hommes politiques, une certaine réserve ». L’influence des premiers s’étendait « partout et de mille manières, par les alliances familiales, par les relations personnelles, par les sympathies d’idées et de sentiments, par l’espérance d’honneurs, d’avancement, de places, de sinécures ; en plein accord avec les consciences, infiniment plus que les salaires et les récompenses directes153 ». La description des connivences oscillait ainsi du constat de l’inféodation la plus directe à la mesure d’une aliénation multiforme et masquée.

  • 154 « et, quand c’est nécessaire, les missionnaires ou les agents des Croix rouges » (Marcel Cachin, «  (...)
  • 155 J. Galtier-Boissière, « L’Internationale... », op. cit., p. 67.
  • 156 Le Patriotisme..., op. cit., p. 48-49. Et de conclure avec une vertueuse indignation : « En accepta (...)

30Les instruments de corruption, plus ou moins subtils, plus ou moins déguisés, touchaient les milieux des hauts fonctionnaires et des militaires de haut rang154. « Chaque fabricant d’armement avait ses courtiers, introduits dans les ministères et chez les gens en place – et qui savaient se faire comprendre aussi bien que des hommes de confiance, dans tous les postes importants, d’où l’on peut influencer les commandes. » Un des procédés consistait à prendre à son service « au moment de la retraite, soit comme conseiller technique, soit comme figurant du conseil d’administration, des personnalités dont la maison n’a eu qu’à se louer ». Schneider, par exemple, avait employé trois amiraux successifs155. F. Delaisi, en 1913, avait dressé une liste de trente noms, « pris au hasard », de ces officiers ou ingénieurs généraux « recasés ». Que pouvaient faire leurs collègues quand ils « [voyaient] arriver dans leur bureau un ancien amiral fabricant de cuirassés, un général en retraite marchand de canons, amis des plus hauts chefs de l’armée [...] sous qui ils ont servi, et à qui peut-être ils ont dû leur avancement ? ». D’autant qu’ils étaient probablement travaillés par l’espérance d’un beau pantouflage, et donc portés à anticiper : « Dans les bureaux où s’élabore la défense nationale, le rêve de beaucoup d’officiers est de quitter leur emploi mal rétribué pour les fastueux appointements de l’industrie. Aussi c’est à qui proposera l’adoption d’un nouveau canon, l’achat de nouvelles batteries, la construction d’une nouvelle escadre, avec la certitude que, si les crédits sont votés, l’instigateur aura sa récompense156. »

  • 157 Marchands de canons, op. cit., p. 20.
  • 158 F. Delaisi, Le Patriotisme..., op. cit., p. 53-54. Quinze d’entre eux émargeaient mensuellement aux (...)
  • 159 L. et L. Launay, op. cit., p. 150-151.
  • 160 Georges Boris, « Quels sont les adversaires du désarmement ? », La Lumière. 30 janvier 1932. « Autr (...)

31Mais, dira-t-on, la représentation nationale savait-elle au moins résister aux sirènes lorsque les dispendieux crédits étaient soumis à son approbation ? Que nenni ! Les Parlements étaient « en état de complète vassalité [...] et combien de moutons parmi leurs effectifs, d’endormis, de béats, de buses ! Et combien de combinards perpétuellement en quête d’adresses où aller se vendre157 ! ». Quand les fabricants de canons estimaient inutile de se faire élire, ils jugeaient « prudent d’introduire dans les deux chambres un grand nombre de leurs créatures158 », auxquelles, bien sûr, les conseils d’administration étaient grands ouverts – ou à leurs frères, ou à leurs gendres –, notamment les conseils des banques associées aux munitionnaires (un lien moins « ostensible ») : « il est simple pour un parlementaire d’entrer au conseil d’administration ou d’être avocat-conseil d’une affaire inoffensive, mais qui fait partie du groupe qui se sert de lui [...], d’autres préfèrent attendre, et ne recevoir qu’une retraite dorée qui récompense leur compréhension des grands intérêts159 ». Lesquels ne lésinaient pas, on s’en doute, dans l’alimentation des caisses de « certains partis, à condition qu’ils mènent une lutte féroce contre l’idée du désarmement160 ».

La presse : « la Grande Prostituée »161

  • 161 G. Gobron, « Le sabotage du désarmement. Le Comité des Forges contre la France », Le Réveil ouvrier (...)
  • 162 A. Edenschenk-Patin, tract cité.
  • 163 G. Vigue, J. Ganuchaud, op. cit., p. 12.
  • 164 La Guerre, par le groupe « Les révoltés », 1916 ?, p. 7 et 9.
  • 165 F. Delaisi, Le Patriotisme..., op. cit., p. 56-57.
  • 166 V. Margueritte, Les Criminels, op. cit., p. 352 ; La Patrie..., op. cit., p. 102. Les anathèmes de (...)

32On ne pouvait tout de même circonvenir tous les députés. Pour emporter à coup sûr les majorités, il fallait donc agir sur l’opinion, ou plus exactement la manipuler en faisant « pénétrer le poison jusqu’au fond des campagnes162 ». Car « quand le contribuable est bien à point, le Parlement vote163 ». Pour ce faire, les journalistes étaient « de précieux complices ». À eux de susciter « une crise de “chauvinisme” en France ou inversement [de] fomenter une agitation pangermaniste en Allemagne »164 ; méthode qui avait été déjà bien rodée avant la Première guerre mondiale : « qu’un incident diplomatique survienne, que le Kaiser prononce un discours un peu vif ou que le Reichstag vote quelque crédit militaire, aussitôt comme sous la baguette d’un invisible chef d’orchestre, le chœur entier de la presse à gages entonne l’hymne du “péril allemand”, et, dans l’émotion factice provoquée par les journaux, ministres, fournisseurs et généraux métallurgistes s’empressent d’arracher aux contribuables quelques centaines de millions de commandes parfaitement inutiles165 ». L’« Industrie du Massacre » avait pour auxiliaire l’« Industrie du Mensonge », les « maîtres-chanteurs internationaux de la guerre »166, propagateurs de fausses nouvelles, de « spectres » ou « fantômes » de guerre destinés à provoquer des contre-mesures militaires.

  • 167 R. Lewinsohn, Les Profits..., op. cit., p. 139.
  • 168 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 63-64. Les exemples habituellement donnés étaient deux. D’une pa (...)
  • 169 L. launay, J. Sennac, op. cit., p. 4.
  • 170 Le Temps, « acheté » par le Comité des Forges (en 1929), était le quotidien le plus visé. « C’est é (...)
  • 171 « L’œuvre des marchands de canons ». L’Union des métaux, mai 1934. Le Barrage du 20 décembre 1934 r (...)
  • 172 G. Hoog, Sa Majesté la presse, reine esclave, Paris, Cahiers de la démocratie, 1933. p. 42.
  • 173 G. Vigue, J. Ganuchaud, op. cit., p. 11.
  • 174 L. et L. Launay, op. cit., p. 123.

33Les exemples affichés de ces campagnes de « paniques artificielles167 » inspirées par les munitionnaires des deux côtés du Rhin n’étaient pas bien nombreux. Mais il y avait une explication : « ces choses s’arrangent “entre quatre murs”, dans le plus grand secret possible, afin que rien n’en transpire168 ». A l’inverse de l’excitation intéressée de la peur, de la haine, des passions belliqueuses, c’était un véritable complot du silence qui se perpétuait autour de cette « situation extraordinaire et anormale, à savoir la défense nationale aux mains d’industriels cosmopolites qui fournissent les armements par leurs firmes internationales, sans distinction de pays, tout en protestant de leur patriotisme169 ». Le Temps, par exemple, n’avait rendu compte qu’en huit lignes du discours de Paul Faure contre les agissements du Creusot, le 11 février 1932. Il avait refusé une annonce pour le livre de Mennevée sur Zaharoff170. Les moyens employés étaient classiques : l’arrosage des journaux grâce aux copieux, « inépuisables171 » budgets de publicité (l’achat des consciences « à la pièce »), ou bien la mainmise directe sur le capital d’« organes importants et bien choisis » (« invisible pour le grand public, mais réelle »), dont les dirigeants n’étaient plus rien d’autre que « des hommes de paille, dociles aux mots d’ordre de ceux qui détiennent la majorité des actions »172. Ainsi, « presque toute la presse et les services d’information [étaient] entre les mains des financiers internationaux de l’acier et des explosifs173 » ; « embouchant sa trompette éclatante, [elle sonnait] le ralliement des haines [...] et l’on [découvrait] avec stupeur, quand on [pouvait] voir la bouche d’ombre, que derrière elle ricanaient les mêmes marchands de canons174 ».

  • 175 Où certaines firmes avaient ouvert des « bureaux camouflés » et entretenaient des agents de liaison (...)
  • 176 Qui n’avait pas lieu qu’à Paris. Si l’on en croit un rapport de police, les envoyés spéciaux à Sain (...)
  • 177 Cité par G. Hoog, Sa majesté..., op. cit., p. 67.
  • 178 Georges Duveau, op. cit., p. 356.
  • 179 Jean-Noël Jeanneney, « Sur la vénalité du journalisme financier entre les deux guerres », Revue fra (...)
  • 180 Ibid., p. 724.
  • 181 Wladimir d’Ormesson, Les Vraies Confidences, Paris, Plon, 1962, p. 261, cité par Maurice Vaïsse, (...)

34De telles affirmations pouvaient se réclamer – et on ne s’en privait pas ! – d’un très haut patronage : celui d’Aristide Briand, qui, recevant une délégation de femmes pacifistes à la Société des Nations à Genève175, avait déclaré : « Les articles contre la paix sont écrits avec une plume taillée dans le même acier que les canons et les obus. » L’image était-elle tout à fait sans fondement ? La publication de la correspondance d’Arthur Raffalovitch, conseiller à l’ambassade russe à Paris jusqu’en 1917, par L’Humanité, en 1923-1924, avait montré de quoi était capable une puissance étrangère en matière d’arrosage de la presse176. Raffalovitch avait d’ailleurs mis explicitement en cause les marchands d’armes et de plaques de blindage : « Ils possèdent des journaux, ils en achètent, ils acquièrent des plumes177. » Dans son Histoire du peuple français, Georges Duveau affirmait que « les marchands de canons [avaient] mené, pour accaparer la presse, une action dure et clandestine qu’on n’évoque pas sans malaise178 » ; mais s’appuyait-il sur d’autres données que les allégations polémiques ? Jean-Noël Jeanneney a, sur la base d’un dossier plus solide, montré que, dans le secteur du journalisme financier, il n’existait pas « de commentaires indépendants à coup sûr de subventions reçues secrètement » et inavouées, et que la notion « d’analyses rédactionnelles libres de pressions extérieures » était « mensongère »179. Pourquoi les firmes qui travaillaient pour la défense se seraient-elles comportées différemment des banques et des milieux de Bourse et de finance ? En 1938, François de Wendel conseillait à Étienne de Nalèche, directeur du Journal des débats, dont il était le principal actionnaire, de se montrer plus incisif dans les sollicitations pécuniaires : « Les plaidoyers en faveur de l’armement français, qui [...] sont certainement ce que les Débats publient de plus tendancieux au point de vue économique, justifieraient des démarches tant auprès de la Caisse syndicale des constructeurs de navires que des sociétés de construction, Penhoët ou autres180. » Cela accrédite la réalité des distributions intéressées, mais indique aussi que les industriels en question ne prenaient pas vraiment l’initiative d’influencer ce titre contre espèces sonnantes et trébuchantes – réserve que semble confirmer ce témoignage de Wladimir d’ Ormesson, journaliste au Temps : sous le « prétendu règne » des marchands de canons sur ce titre, « pas une seule fois [...] la moindre modification ne m’a été demandée ou suggérée, et j’ai toujours écrit ce que je voulais181 ».

  • 182 Jean-Marie Moine, « Le Comité des Forges pendant l’entre-deux-guerres. Contre-mesures au mythe d’un (...)
  • 183 En 1961, dans un discours célèbre le président Eisenhower mettait en garde contre « l’influence inj (...)

35Que conclure ? Les producteurs d’armements (qui étaient organisés, avec les chambres syndicales des fabricants de matériel de guerre et des constructeurs de navires) avaient, comme d’autres branches d’activité, des pratiques de groupes de pression et de réseaux. Elles sont bien délicates à mesurer faute d’archives, et cela d’autant plus qu’il s’agissait de formes d’action nécessairement discrètes. Il y avait des relations avec les hommes politiques, les hauts fonctionnaires, les journaux ; le pantouflage, les subventions ne sont pas totalement imaginaires. Ce que nous avons pu discerner à propos du Comité des Forges182, de l’intérieur, incline toutefois à relativiser l’ampleur et l’efficacité du lobbyism. Il y a mythologie lorsqu’on s’empare de faits et d’indices pour les ériger en un véritable système, omniprésent, fondé sur des collusions, des compromissions constantes, généralisées, quand on se paye de mots faute d’un bon faisceau de preuves, quand on quitte le champ de la vigilance et de la critique183 pour celui de l’obsession et de l’anathème.

Les organisateurs du surarmement et les saboteurs du désarmement

  • 184 P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 45. Quand les partisans de la sécurité par les armements n’ét (...)
  • 185 A. Compère-Morel, op. cit., p. 3.
  • 186 V. Margueritte, La Patrie..., op. cit., p. 103.
  • 187 H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 226-227.
  • 188 Marchands de canons, op. cit., p. 146.
  • 189 La Lumière, 23 juin 1934.
  • 190 P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 75.
  • 191 La Défense de la paix, numéro spécial du 12 janvier 1935.

36« Grâce aux milliards arrachés aux contribuables [avec l’aide des “rabatteurs”184 au Parlement, dans les administrations et dans la presse], les fabricants de canons et d’obus, de fusils, de mitrailleuses, de mines sous-marines, d’autos blindées, de tanks et d’avions [regorgeaient] de commandes185. »« Partout donc, on réarme, on surarme [...]. L’Europe n’est qu’un chantier de production militaire. On prépare à outrance les moyens de massacrer le mieux sur la terre, sur l’eau, dans le ciel surtout [...]. La course aux cornues et aux alambics double la course au ciment et au fer186. »« Peut-être désormais le plus important constructeur d’armes », la France avait « réarmé avec frénésie » depuis la fin de la guerre. « D’immenses flottes aériennes ont été constituées, les tanks multipliés187. » Une « formidable masse d’acier188 » avait été mise à la disposition de l’armée. C’était un leitmotiv : « Les milliards valsent pour les armements », lançait Jules Moch dans un discours le 14juin 1934, rivalisant avec son camarade Paul Faure en tant que héraut de la lutte contre l’« inflation inouïe des dépenses d’armement189 ». Encore les budgets militaires étaient-ils « sous-estimés », « truqués », et les chiffres « faux »190. Un immense processus cumulatif était en œuvre : « Par le jeu même de la course aux armements chaque succès d’un munitionnaire [était] une promesse de succès à venir pour les autres191. »

  • 192 Vade mecum du candidat et du propagandiste, Librairie populaire du Parti socialiste, 1932, p. 101.
  • 193 Marchands de canons, op. cit., p. 134, 144, 179, 190, 188, 149, 39-40. Sur les réalités du réarmeme (...)
  • 194 Du reste rendue « ingénieuse » par les limitations militaires imposées par le traité de Versailles  (...)
  • 195 G. Gobron, « Le patriotisme... », article cité, qui ne dit évidemment pas un mot du concours soviét (...)
  • 196 J. Galtier-Boissière, R. Lefebvre, op. cit., p. 78.

37Les contempteurs de ce processus n’étaient toutefois pas à l’abri d’étranges contradictions. La palme en la matière revenait au classique Marchands de canons, qui vantait « la première armée du monde », celle de la France, « l’efficacité et [le] perfectionnement de son matériel de guerre ». Il fallait voir les merveilles que l’industrie avait produites : des armes automatiques qui possédaient « une puissance et une rapidité de tir formidables », une marine de guerre, « la plus aimée des clientes du Comité des Forges », dotée des « derniers perfectionnements dus à l’expérience de 1914-1918 », la flotte de sous-marins « la plus puissante de l’univers » ; l’armée française était « en matière de motorisation, à l’avant-garde de toutes les autres armées ». Quelques dizaines de pages auparavant, le même auteur nous avait pourtant appris que la France, tout en étant le pays aux dépenses militaires les plus élevées par tête d’habitant, était « le plus mal outillé ». En cas de conflit, ses soldats n’auraient que de « misérables engins à opposer à l’ennemi », « un matériel de musée historique. Des hallebardes, des trompettes et des coucous ». Les milliards n’étaient pas dépensés « pour la constitution d’armements éventuellement efficaces », mais « à la seule convenance du seigneur du Creusot », assez puissant pour proposer ses « articles » inutiles pour « les guerres de demain ». Simultanément donc, le Comité des Forges avait pris sa « revanche » sur « l’esprit routinier, la mauvaise volonté rétrograde de l’état-major »192 et, « cause de ce renouveau », avait doté le pays d’armes modernes ; mais il livrait de la « ferraille indigne même des puces »193. Autre contradiction : en général, les « marchands de canons » étaient accusés de contribuer au réarmement de l’Allemagne194, de lui faire des livraisons dont on ne savait trop si elles étaient clandestines (les 400 – ou 500 ? – « beaux petits tanks tout neufs » de Schneider, ou la poudre secrète du même) ou officielles (le quota qu’ils auraient imposé, 25 % au moins des commandes en France). On évoquait les longues « négociations » entre le Comité des Forges et Berlin195. Mais d’autres présentaient le réarmement allemand comme une fiction destinée à justifier les dépenses militaires : « Chaque demi-douzaine de Mausers rouillés découverte dans un placard, chaque caisse de grenades déterrée dans un jardin était montée en épingle par certains spécialistes du journalisme français196 », dont on connaît le degré de soumission aux « munitionnaires »...

  • 197 R. Lewinsohn, L’Argent dans la politique, Paris, NRF, 1931, p. 105.
  • 198 « Avec la complicité des gouvernements. “Je suis vendeur de mitrailleuses...” », Monde, 28 janvier  (...)
  • 199 A. Garnier, « Le drapeau cocardier... », article cité ; Marchands de canons, op. cit., p. 29.
  • 200 Auguste Bayet, « Les responsables », L’Éveil des peuples, 1er mars 1937.
  • 201 François Pichon, « Réflexions sur les armements hitlériens », La Patrie humaine, 25 août 1939.
  • 202 A. Eidenschenk-Patin, tract cité.
  • 203 G. Gobron, « Les scandales blancs et les scandales noirs. Mise en accusation du “Comité des Forges” (...)
  • 204 G. Gobron, « Le sabotage... », article cité.
  • 205 C.B., « Le désarmement et les fabricants d’armes », Monde, 20 février 1932. Voir supra, note 146.
  • 206 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, F Delta Rés. 273/8 : tract Pour un désa (...)
  • 207 Marchands de canons, op. cit., p. 47.
  • 208 Sébastien Faure, « Rapport sur le désarmement unilatéral », Le Barrage, 14 mars 1935.

38Rien de tel qu’un Hitler pour faire monter la tension internationale, et donc entretenir les espoirs de gain et leur concrétisation. L’industrie des armements avait fondé « certainement de grands espoirs sur [sa] marche en avant197 ». Les directeurs de Skoda, la filiale tchèque de Schneider, avaient financé ses « spadassins » (tout comme Vickers). Augustin Habaru, lors d’une grande enquête dans les cafés belges, avait rencontré les fournisseurs de ses troupes d’assaut198. « Le Comité des Forges, tout simplement », avait été son « gros commanditaire [...], le principal artisan des négociations Hitler-de Wendel [ayant été] M. François-Poncet, notre propre ambassadeur à Berlin »199. Le commerce avait continué de plus belle quand le Führer était arrivé au pouvoir : « de propos délibéré », les trusts lui avaient livré tout ce dont il avait besoin : minerais de fer, de nickel, de chrome, produits résineux et coton pour les explosifs, produits chimiques, bois pour crosses de fusils200... Hitler et son armée avaient été fabriqués « de toutes pièces » par les capitalistes anglais et français, « des métallurgistes surtout », « bonne occasion de réarmer à outrance »201. Il y avait une raison complémentaire pour pousser « l’épouvantail du monde » : « l’échec espéré de la conférence du désarmement »202. « Pendant cinq ans la commission préparatoire [avait] été littéralement sabotée, notamment du côté français, de façon à se présenter les mains vides le jour de la convocation203 ». À la veille de son ouverture, le même auteur prophétisait : « Le Comité des Forges inventera les fables les plus saugrenues, les calomnies les plus astucieuses, les trucs les plus canailles afin de ne pas réduire les armements français204. »« Tous les moyens persuasifs » dont il disposait étaient mobilisés, à commencer par Charles Dumont, membre de la délégation française205. « Les munitionnaires [étaient] les véritables maîtres de la conférence206 », « les plus forts à Genève207 ». Après l’enlisement et l’ajournement de la conférence, ils avaient combattu l’idée du désarmement unilatéral, prélude au désarmement général, défendue par certains pacifistes, parce qu’il aurait porté « à leur abominable trafic un coup mortel208 ».

L’impossible contrôle des « munitionnaires »

  • 209 Lucien Le Foyer, Rapport sur le désarmement, s. d. [1927], p. 18.
  • 210 Notamment la convention adoptée par la Conférence sur le commerce international des armes, munition (...)
  • 211 À dire vrai, la revendication débordait leurs rangs. Un « républicain jacobin romantique » comme le (...)
  • 212 G. Hoog, L’Acier..., op. cit., p. 71.
  • 213 P. Allard, op. cit., p. 19.
  • 214 R. Jospin, « Rapport sur la nationalisation des armements », Le Barrage, 14 mars 1935.
  • 215 Louis Le Sidaner, « Doit-on nationaliser ou internationaliser la fabrication des armes de guerre ?  (...)
  • 216 René Cassin, « L’abolition de la fabrication privée des armes », L’Éveil des peuples, 13 janvier 19 (...)

39Pour mettre un terme aux agissements des « marchands de canons », leurs adversaires revendiquaient des mesures à prendre tant dans le cadre national qu’au niveau international. On rappelait qu’un article du pacte de la Société des Nations évoquait le « fâcheux effet » de la fabrication privée du matériel de guerre et les « graves objections » qu’elle soulevait. On rappelait aussi que la Commission temporaire mixte pour la réduction des armements, le 15 septembre 1921, avait précisé ces critiques, quant à l’influence de certaines sociétés sur les fonctionnaires et sur l’opinion publique et aux ententes contribuant à la hausse des prix ; elle avait aussi fait quelques propositions. Les tentatives de contrôle du commerce et de la fabrication des armes élaborées au sein de la SDN209 sont toutefois demeurées inopérantes, en raison des divergences entre les États210. Les pacifistes, français surtout, accordaient une grande vertu à la nationalisation211 : « le profit ayant disparu, la fabrication des armes serait déjà moins pernicieuse212 ». Pour eux, « le caractère privé du commerce des armes “était” la source de [la] psychose de guerre213 ». Les pacifistes intégraux émettaient cependant quelques doutes quant à la portée de la nationalisation. L’absence de solution de continuité entre industrie de guerre et industrie de paix rendait sa mise en œuvre difficile : il aurait fallu, pour bien faire, l’appliquer à toutes les industries. Par ailleurs, « l’armement, même étatisé, [demeurait] un instrument de meurtre214 ». Le transfert de la puissance des « marchands de canons » entre les mains d’« institutions militarisées » ne diminuerait probablement ni les dépenses, ni les trafics215. Mais « l’abolition du profit privé de guerre [était] une question indispensable à la moralisation de la civilisation actuelle et même à la défense nationale216 ». Et elle contribuerait à protéger les finances de l’État.

  • 217 P. Allard, op. cit., p. 65.
  • 218 J. P. Fabien, « Le réarmement de l’Allemagne a été pour les munitionnaires américains une magnifiqu (...)
  • 219 Les manœuvrés du lobbyist avaient été mises en lumière quand il avait intenté un procès à ses emplo (...)

40Les « stupéfiantes révélations217 » de la Commission d’enquête sénatoriale américaine fournissaient aux partisans de la nationalisation des « arguments irréfutables218 », en dépit de la discrétion de la presse française. Aux yeux de leurs détracteurs, les Merchants of Death des États-Unis ne le cédaient en rien à leurs homologues européens. L’exemple le plus répandu de leur capacité de nuisance, dans la littérature anti-munitionnaires, était l’affaire William Shearer, du nom de l’agent d’un groupe d’entreprises de construction navale et de la presse Hearst. Il avait fait son apparition en 1926 à la Conférence préparatoire du désarmement, à Genève, comme représentant de la Ligue navale (émanation des industriels intéressés). En 1927, il avait torpillé la Conférence pour le désarmement naval, toujours à Genève. Puis il avait arrosé des sénateurs américains en vue du vote d’une loi autorisant la construction de croiseurs. On l’avait revu dans les coulisses de la Conférence sur le désarmement en 1932219.

  • 220 « C’est une idéologie de masse, sans distinction de classes sociales, résultante d’une série d’effo (...)
  • 221 A. Sampson, op. cit., p. 87-94. Les méthodes de la Commission Nye ont souvent été mises en cause : (...)

41Le scandale Shearer avait coïncidé avec la montée d’une vague pacifiste dans l’opinion américaine, à partir de la fin des années 1920, vague amplifiée par les effets de la crise économique220. À la fin de 1932, la présidente de la Women’s International League for Peace obtint l’appui du jeune sénateur républicain progressiste Gerald Nye pour une enquête sur les fournisseurs d’armements. En avril 1934, celui-ci prenait la présidence d’une commission du Sénat. Malgré la découverte d’indices troublants dans la correspondance de plusieurs sociétés, tant quant à la pratique de la corruption qu’à propos de l’appui de militaires et diplomates américains pour l’obtention de marchés, ou encore de manœuvres tendant à encourager les tensions entre les États clients, cette commission sénatoriale ne réussit pas à réunir des preuves irréfutables de l’existence d’une organisation occulte de vendeurs d’armes pour le partage du monde. Inspirée par des arrière-pensées isolationnistes qui la conduisirent à s’intéresser aux bénéfices de guerre pendant le premier conflit mondial et au rôle du monde des affaires dans les circonstances ayant conduit les États-Unis à s’y engager, elle finit par éveiller les réticences du président Roosevelt et du secrétaire d’État Cordell Hull221.

  • 222 Quelques préparatifs dès l’époque de la Première Guerre mondiale : Henry Noël BrailsFord, The War o (...)
  • 223 A. Sampson, op. cit., p. 94-102. Outre l’étude de M. Pugh, voir David Anderson, « British Rearmamen (...)

42Les Américains ont fait des émules en Grande-Bretagne, patrie de Vickers-Armstrong, « le plus puissant trust international d’armements ». La campagne contre les « marchands de canons » y battait aussi son plein depuis le début des années 1930222. Une Commission royale d’enquête s’est réunie à partir de février 1935. Son rapport final de septembre 1936 était beaucoup plus modéré que celui du Comité Nye. Il ne relevait que des cas isolés de corruption ou de trafic illégal, reconnaissait que le commerce des armes était porteur de certains dangers – même s’il était impossible de prouver qu’ils avaient eu une réalité effective-, critiquait le cynisme des dirigeants de certaines firmes, demandait un contrôle renforcé sur les prix, l’exportation et le pantouflage d’anciens officiers. Mais il ne retenait pas l’accusation d’avoir entretenu sciemment des menaces contre la paix ou entrepris d’asservir la presse. L’idée de nationalisation était écartée223.

  • 224 Voir notamment Auguste Bigant, La Loi de nationalisation des usines de guerre, thèse de droit, 1938 (...)

43En France, le député de l’Allier Camille Planche, fondateur de la Ligue des anciens combattants pacifistes, déposa à la fin de 1934, au nom du groupe socialiste, un projet de loi instituant une commission d’enquête sur l’exportation et l’importation des armes, avec le pouvoir de contrôler les marchés passés par l’État depuis la guerre. Ce projet ne fut pas voté. Le gouvernement du Front populaire n’accorda qu’une satisfaction partielle aux partisans de la nationalisation, en la limitant à un petit nombre d’usines de guerre, dont certains ateliers de Schneider, aux deux fabriques de torpilles françaises et à une quinzaine d’entreprises aéronautiques (loi du 11 août 1936)224. Un décret-loi du 18 avril 1939, plus contraignant que la loi du 14 août 1885, soumit à une autorisation et au contrôle de l’État toute fabrication et exportation de matériel de guerre.

Le mobile suprême des « mercantis du massacre »225

  • 225 G. Vigue, J. Ganuchaud, op. cit., p. 13.
  • 226 « La guerre, c’est les affaires... », Manuel Devaldès, La Chair à canon, Paris, Éd. de Génération c (...)
  • 227 Le Patriotisme..., op. cit., p. 13.

44Là encore, le diagnostic avait été posé avant 1914, par F. Delaisi ou par d’autres226. Grâce à la suppression de toute concurrence, grâce aux adjudications fictives, les prix étaient « fantastiques » et les profits « énormes »227. L’immensité des gains tirés des activités guerrières, « les plus lucratives », bien supérieurs à ceux que permettaient les industries de paix, était un autre passage obligé de la littérature hostile aux « marchands de canons ». Leurs « colossales prébendes » leur permettaient de « s’enrichir dans des proportions phénoménales » (H. La Fontaine), « scandaleusement » (A. Eidenschenk-Patin). L’« inépuisable source de dividendes » (A. Compère-Morel) entraînait la « hausse continuelle des valeurs » (M. Lecat) des firmes d’armement. « Ces messieurs [emplissaient] leurs coffres-forts » (V. Méric) où « tombaient à une cadence accélérée les impôts prélevés sur les pauvres bougres » (F. Pichon). Les fortunes amassées étaient « monstrueuses » (A. Bayet), « incommensurables », « de légende » (P. Faure), les bénéfices « inimaginables » (B. Gauthier), « invraisemblables » (père Rutten), les fonds recueillis « inépuisables » (L’Union des métaux), les prix « usuraires » (L. Launay et J. Sennac), « la vie chère [...] ainsi soigneusement entretenue et les peuples pressurés comme ils ne l’[avaient] jamais été depuis cent cinquante ans » (A. Eidenschenk-Patin), par « ceux qui [rançonnaient] la nation ». Vraiment, « la fabrication et la vente du canon [étaient] une merveilleuse affaire » (P. Faure). Et sa dénonciation un excellent dictionnaire des synonymes.

  • 228 Pour un cuirassé. Selon le mot de Briand : « Un cuirassé pour moi c’est un bateau de guerre mais je (...)
  • 229 « Nécessité d’une réforme morale », La Défense de la paix, 2 janvier 1935. Ce qui n’était rien à cô (...)
  • 230 V. Margueritte, Avortement de la SDN (1920-1936), Paris, Flammarion, 1936, p. 216.
  • 231 P. Allard, op. cit., p. 12.
  • 232 G. Hoog, « “L’acier contre la paix”... », article cité.
  • 233 Jean Huteau. « Les industries de mort », Les Cahiers des droits de l’homme, 30 juin 1932. L’idée qu (...)

45Les données chiffrées sur les profits ne brillaient pourtant pas par leur précision, en dehors des informations tirées des publications financières – qui n’étaient pas assez spectaculaires. Elles étaient généralement fondées sur des taux moyens supposés : le « modeste et honnête » 20 %, voire 30 % ou 33 %228. René Cassin avait trouvé un exemple atteignant 458 % du capital engagé229. Une industrie aussi juteuse ignorait la crise, elle était la seule qui y avait échappé et qui demeurait « florissante »230. « Prospérité inouïe – indécente231 ». Comme l’avait montré Delaisi, « les campagnes pour les armements se [produisaient] ordinairement au moment où [commençait] une ère de dépression dans l’industrie232 ». Encore ne pouvait-on juger que d’après les bénéfices avoués. La bonne vieille formule transposée du bâtiment aux industries de guerre : « Quand le canon va tout va » ou « Quand la mitrailleuse va tout va », n’avait pas les mêmes vertus. Au contraire, l’extraordinaire réussite des munitionnaires était, « règle toujours vérifiée », « en raison directe de la misère publique »233.

  • 234 L. Launay, « Les marchands d’armes à l’œuvre », Le Barrage. 10 octobre 1935.
  • 235 Johannès Steel, « Les menées des marchands de canons », La Patrie humaine, 27 avril 1934.
  • 236 Johannès Christophe, « Canons et munitions. “Pourboires” », L’Éveil des peuples, 5 mai 1935.
  • 237 P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 155.
  • 238 « Voici une liste officielle des grands munitionnaires », L’Union des métaux, mai 1935.

46Devant les belles perspectives qui s’offraient à eux, « les marchands d’armes [avaient] le sourire234 ». « Cela ne fera pas de mal au budget militaire français », déclarait, « tout joyeux », un représentant de Schneider en considérant les dépenses militaires allemandes235. C’était donc avec une « grande allégresse » que « les magnats du Creusot, de Meurthe-et-Moselle et d’ailleurs » accueillaient les « nouveaux milliards supplémentaires » mis à leur disposition, pour leur « plus grand bonheur », par « la folie des gouvernements autant que par la complaisance des Parlements »236. Lors du conflit sino-japonais, « les salons des Schneider, des Hotchkiss et des autres [s’étaient] illuminés pour des fêtes comme on n’en vit point à la Cour des Rois237 ». Il y avait place aussi pour la jubilation des fabricants d’explosifs et de gaz asphyxiants. Tous étaient « ragaillardis »238 par la hausse des cours de la Bourse.

  • 239 Rapport cité.
  • 240 L. Marle, op. cit., p. 27, 19, 31-32.
  • 241 A. Garnier, art. cit.
  • 242 Jules Blanc, « Que la paix soit dans nos cœurs », in J. Souvenance, R. DE Sanzy, op. cit., t. 2, p. (...)
  • 243 P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 153-154.
  • 244 La Flèche, article cité.
  • 245 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 82.
  • 246 José Rouquet, « La guerre maladie sociale, fruit de l’ignorance et de la cupidité », in J. Souvenan (...)
  • 247 H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 179.
  • 248 La Flèche, article cité.

47Mais rien de tel encore qu’une bonne guerre pour piller les budgets, doper les recettes et s’adjuger un profit « gigantesque ». Ainsi que le soulignait Robert Jospin, « la guerre est [...] une profitable industrie. Répétons-le inlassablement239 ». On ne manquait pas de volontaires pour cette pédagogie... 1914-1918 avait été « l’exutoire de la production métallurgique française et étrangère [...] Chercher les responsables de ce sinistre “Kolossal” ailleurs que chez les barons de l’Industrie et les ducs, marquis, comtes et chevaliers de la Haute Finance, équivaudrait à chercher la lune dans un encrier » ; « plus de quinze millions de cadavres [dormaient] sur le sol ravagé [...] pour permettre à tel ou tel gros seigneur du fer ou de l’acier, ou du plomb, ou de l’aluminium, de décupler ses revenus » : « qui [avait] profité du cataclysme ? ». Selon le « vieil adage, toujours juste : Is fecit cui prodest », il y avait lieu de poser la question « aux maîtres de forges, aux fabricants d’obus, de canons, de mitrailleuses, de tanks, de sous-marins, d’avions, de plaques de blindage... » et de regarder « du côté de leurs impôts sur les bénéfices de guerre !.. »240. « Les PCDF [pauvres couillons du front] encaissaient les marmites, le Comité des Forges et ses avocats-conseils, eux... encaissaient les coupons241 ! » « Allez, enfants de la Patrie les munitionnaires vous regardent mourir » et « leurs fortunes monter avec une incroyable vitesse »242. La paix armée suffisait sans doute « à leur assurer de solides bénéfices. Mais lorsqu’une nouvelle petite guerre s’en “mêlait”, quelle aubaine et quel pactole243 ! ». C’était l’assurance de voir leurs profits croître « dans des proportions fabuleuses244 », de faire « le maximum245 ! ». La guerre était une « affaire à rendement considérable246 », « extraordinairement profitable aux marchands d’armes247 », « le plus important, le plus rémunérateur, le plus recherché des débouchés248 ».

  • 249 « L’œuvre des marchands de canons », L’Union des métaux, mai 1934.
  • 250 Zum Kampf, juillet 1933. Cité par G. Gobron, « Les pacifistes... », article cité.

48Bien que les Américains Engelbrecht et Hanighen aient estimé qu’on ne pourrait jamais connaître les montants des profits de la Première Guerre mondiale, quelques-uns les donnaient : « cent cinquante mille francs par cadavre !249 », sur la base du taux moyen de 30 %, un peu faible pour une publication allemande, qui chiffrait à « 100 000 marks-or » la dépense nécessaire « pour tuer un soldat (français ou allemand ou nègre ou zoulou) [...] dont 50 000 allaient droit aux caisses de l’Internationale sanglante [...] 325 millions de marks-or par jour, 225 000 marks-or par minute250 ! ».

  • 251 L’image des affaires d’armement pratiquant l’alchimie qui transforme la haine en or figure dans H. (...)
  • 252 M. Lecat, op. cit., p. 29.
  • 253 Marchands de canons, op. cit., p. 25.
  • 254 V. Méric, « Si j’étais... », article cité – tandis qu’à Essen « papa Frédéric » Krupp était statufi (...)
  • 255 L. Marle, op. cit., p. 10.
  • 256 « L’argent n’a pas d’odeur », Le Barrage, 14 novembre 1935.
  • 257 Robert Tourly, « Nos grands patriotes », La Patrie humaine, 3 avril 1936.
  • 258 L. et L. Launay, op. cit., p. 51. Variante : le thème de la « moisson rouge », « magnifique » : « l (...)
  • 259 La Guerre, par « les révoltés », texte cité.
  • 260 R. P. Stratmann, La Vie catholique..., article cité.
  • 261 A. Eidenschenk-Patin, tract cité.
  • 262 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 29.
  • 263 V. Margueritte, Les Criminels, op. cit., p. x-XI.
  • 264 Louis Launay, « Profits de guerre », Le Réveil ouvrier, 27 février 1932. Le même nuançait un peu so (...)

49Deux thèmes mêlés accompagnaient volontiers le discours sur les profits de guerre : le sacrifice et l’opération alchimique du sang, du fer, de l’or251. Les « Tartufes de l’héroïsme [...] offrent en holocauste magnifiquement... les autres252 ! »« Fer et sang, voilà les deux matières premières. »« Le bétail populaire » était entraîné « vers les abattoirs où son sang se transformera en gros sous »253. Les « munitionnaires »« [se lavaient] joyeusement les mains dans le sang répandu »254. Leurs dividendes croissaient au prix d’un « océan de sang255 » ; ils avaient une « odeur de sang256 ». Grâce à la guerre, ils ramassaient leur « or dans le sang des peuples257 », elle ramenait « aux charniers d’où coule, avec la pourriture humaine, le flot d’or258 ! », elle réalisait leurs « rêves d’or259 », étanchait leur « soif exécrable de l’or260 », elle était « leur mine d’or261 », elle était « l’âge d’or262 ». Elle avait vu triompher l’« ordre préconçu » de l’Internationale « de l’or et [...] du fer. Cercle où le monde [...] tourne en rond, obéissant à la loi de l’invisible aimant – l’or n’appelant le fer que parce que le fer engraisse l’or. [...] Puissances de ténèbres, les seuls fabricants de fer et trafiquants d’or [...] dans la ruine mondiale [avaient triomphé] au chant d’affreux Te Deum !263 ». Ils n’aspiraient qu’à récidiver, car ils avaient « un intérêt évident à la guerre » : « Tant que les fournisseurs auront la perspective de profits de guerre, ils seront belliqueux et les peuples ne dormiront pas tranquilles264. »

Zoologie et démonologie du «oloch ploutocratique »

  • 265 BDIC, F Delta Rés. 273/17, sans date. Le vampire s’attaquait à un crâne, symbolisant les « bourreur (...)
  • 266 « Fournisseurs de guerre », Le Barrage, 30 janvier 1936. Zaharoff, par son régime alimentaire carné (...)
  • 267 Jeanne Humbert, Contre la guerre qui vient. Paris, Éd. de la LICP, 1933, p. 20. De sensibilité anar (...)
  • 268 Robert Neumann, Sir Basil Zaharoff. Le roi des armes, Paris, Grasset, 1934, p. 125.
  • 269 G. Gobron, « Les pacifistes... », article cité.
  • 270 J.-P. Laurent, op. cit., p. 6.

50Dans une note trouvée dans les papiers de Gabrielle Duchene, secrétaire de la section française de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, le peintre Gaston Moreau décrivait ainsi son tableau, Ce crime : la guerre : « Le vampire symbolise tous les fauteurs de guerre [...], toute l’Internationale sanglante de la Finance et des Munitions [...]. Deux cornes d’abondance prenant naissance dans une mare de sang versent l’Or devant le Profiteur dont le faciès indique toute la bestialité et l’arrogance »265. Outre le vampire et sa petite sœur la sangsue, le bestiaire allégorique des « marchands de canons » était une ménagerie boulimique se répartissant, quand ils ne se confondaient pas, entre les chasseurs carnassiers et les « charognards » et « nécrophages », de toute taille, terrestres, aériens et marins. En voici quelques pensionnaires. Pour la première catégorie : « rapaces à masque d’homme » (Mauricius), « loups à face d’homme » (V. Margueritte), « requins de la grosse métallurgie » (L. Marle), « chiens enragés » (A. Compère-Morel), « éperviers », « meute de loups cerviers » (Maurice Naile). Pour la seconde : « hyènes » (L. Marie, M. Lecat), « vautours et corbeaux du champ de carnage » (A. Eidenschenk-Patin), sans omettre les « vers » se repaissant d’un cadavre, la « plus abominable vermine qui ait jamais rampé sur terre »266, ni l’allusion à la pieuvre, avec ses tentacules. D’une façon générale, l’avidité de nourriture était fréquente dans l’imagerie des « marchands de canons ». L’« infernale tragédie » de la guerre conduisait à leur « engraissement »267. Le nickel leur était « ce qu’est le pain pour les affamés268 ». Dans un motif inversé où l’animal figurait, cette fois, la source de prélèvement d’un fluide vital, la Défense nationale était comparée à une « vache énorme » traite par leur « clique habile »269. Le thème du vampire, pour lequel le sang était l’aliment par excellence, était rejoint par celui du cannibalisme. On voyait ainsi un des préfaciers de Canons à vendre annoncer que défileraient dans ce livre « tous ceux qui rôdent habituellement autour des charniers et qui reniflent dans chaque enfant le futur cadavre promis à leurs besoins270 ». On n’était plus très loin des meurtres rituels imputés aux juifs...

  • 271 Si on leur attribuait un cœur, il était « guerrier » et ne battait qu’en cas de conflit (Engelbrech (...)
  • 272 A. Garnier, « Le drapeau cocardier... », article cité, qui n’était pas seul à réclamer le châtiment (...)

51Le portrait moral des « forbans » de l’armement était d’une noirceur absolue : « oppression sournoise » (S. Collette), « bénéficiaires sans cœur271 du plus ignoble des crimes, la guerre » (O. Lehmann-Russbüldt), « ouïe dure et regard glacé, [n’ayant] dans le ventre qu’un comptoir » (V. Margueritte), « Thénardier » et « crapule » aux « intérêts immondes » (V. Méric), « puissance infernale », « criminelles intrigues » (M. Naile), « bande de malfaiteurs cyniques », « véritable caverne », « association de détrousseurs sanglants », « bande organisée » (La Patrie humaine), « criminels internationaux » (L’Éveil des peuples), « tenanciers de l’abattoir », « métallurgie du meurtre » (L. Le Foyer), « hommes de cauchemar diabolique » (abbé Bergey), « véritable entreprise de meurtre », « criminels agissements », « monstrueuse dictature » (R. Tourly), « culpabilité indiscutable », « crime flagrant et effroyable » (P. Faure), « la bande qui m’exaspère et qui mène le bal de Satan » (G. Gobron)... Conclusion d’un tel réquisitoire contre ces assassins, réincarnation du « Diable étemel » (M. Capy) : « À quand le poteau de Vincennes272 ? »

Quelques incarnations : Krupp, Schneider, de Wendel, Zaharoff

  • 273 F. Delaisi, Le Patriotisme..., op. cit., p. 10, 18, 21, descriptions fortement inspirées de Jules H(...)
  • 274 Henry DE Zogheb, Les Maîtres de l’heure, Paris, Denoël et Steele, 1934, p. 160.

52La personnalisation était un des ressorts du discours hostile aux « marchands de canons ». Même s’ils étaient parfois présentés comme une caste anonyme, il était plus efficace de montrer du doigt quelques figures emblématiques. Avant la Première Guerre mondiale, Krupp occupait le devant de la scène, en tout cas dans la littérature d’expression française. La grande firme westphalienne et sa dynastie représentaient « ce que l’industrie moderne a mis de plus puissant et de plus complet au service du génie de la destruction » ; « les bureaux de la Guerre et de la Marine, depuis les petits fonctionnaires achetés [...] jusqu’aux officiers généraux candidats à la direction de l’usine, et jusqu’à l’Empereur lui-même, [étaient] à [sa] dévotion », ainsi, bien sûr, que la presse pangermaniste. Des missions venues « de tous les pays du monde » se croisaient à l’Essener Hof, « comme au foyer même de l’industrie de la mort » : « rien n’est édifiant comme de voir ces futurs ennemis fraterniser autour des tables dans le commun amour du blindage patriotique »273. Après le traité de Versailles, les Krupp avaient dû se reconvertir dans des fabrications officiellement plus pacifiques, mais, comme « le génie du mal274 » ne les avait pas quittés, ils avaient perpétué leurs affaires de guerre dans d’autres pays (notamment en Suède avec la société Bofors).

  • 275 Voir Claude Beaud, « Les Schneider marchands de canons, 1870-1914 », Histoire, économie et société, (...)
  • 276 P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 181.
  • 277 « Le grand capitalisme fauteur et profiteur des guerres. Schneider et Cie, marchands de canons », L (...)
  • 278 Outre les ouvrages de P. Faure, A. Habaru et J.P. Laurent, déjà cités, voir Poirey-Clément, Les Roi (...)
  • 279 Marchands de canons, op. cit., p. 83.
  • 280 Traqué « jusque dans son repaire ». Schneider « avait mobilisé une armée de mouchards [...], fait r (...)
  • 281 En mai 1934, Eugène Schneider avait pénétré un nouveau milieu pouvant lui être utile : il avait été (...)
  • 282 Schneider pouvait bien assurer n’avoir jamais fourni d’armements à la Hongrie, démentir les livrais (...)
  • 283 Henry Bellamy, Le Barrage, 15 mai 1938.
  • 284 J. Galtier-Boissière, « L’Internationale... », Histoire de la guerre, op. cit., p. 69.
  • 285 Marchands de canons, op. cit., p. 83.
  • 286 H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit.. p. 104.
  • 287 Mais, pour l’auteur de Marchands de canons, il s’agissait en l’espèce d’une « exception », le prêt (...)
  • 288 Si tu veux..., op. cit., p. 105.
  • 289 H. Modiano, op. cit.. p. 13. En fait, la firme a procédé, après la Première Guerre mondiale, à une (...)
  • 290 Pierre-Valentin Berthier, « Les héros » (1931), dans J. Souvenance, R. de Janzy,op. cit., p. 241.

53Depuis le début du xxe siècle, Krupp avait un grand rival français sur le marché international : Schneider275, lequel avait d’ailleurs toujours « calqué » ses procédés sur « son collègue, ami et associé allemand »276. Dans l’entre-deux-guerres, ce « trust colossal », qui jouissait d’une « prospérité orgiaque »277, fut la cible privilégiée d’un certain nombre des détracteurs des « marchands de canons », en particulier de Paul Faure278, élu député de Saône-et-Loire et maire du Creusot (ce « petit bourg noir qui domine le monde279 ») en 1924 et qui, ayant perdu ultérieurement ces deux mandats, avait quelques comptes personnels à régler280. En dehors des reproches déjà signalés, il évoquait les amiraux, ministres et journaux au service de Schneider281, les fournitures aux amis comme aux futurs ennemis282, le rôle de Skoda en « Tchécoschneideirerie »283 ; Schneider était crédité d’une influence financière hors du commun, avant comme après 1914-1918, grâce à son réseau bancaire étoffé : « chaque emprunt d’un pays étranger [...] avait comme condition imposée une commande d’armes aux fabriques [...] du tout puissant groupe284 », à moins que « chaque fois qu’un pays étranger vient acheter des armes au Creusot, un emprunt [soit] autorisé au profit de ce pays ». Quoi qu’il en soit, via les commandes, les milliards passaient « du bas de laine des épargnants dans les coffres-forts d’acier285 » de « l’un des plus puissants marchands de canons du monde286 ». P. Faure fit de ce mécanisme le thème de son fameux discours du 11 février 1932, à propos d’un prêt à la Hongrie accordé par le gouvernement français287 : « sous aucun régime, à aucune autre époque, l’humanité ne [s’était] trouvée en présence d’un aussi abominable forfait288 ». Ainsi l’industriel creusotin avait-il « réarmé et surarmé toute l’Europe289 ». « L’oxy-chlorure de carbone. Est-il prêt chez Monsieur Schneider ? Car la voici la Der des Der290 ! »

  • 291 Parmi les maîtres de forges lorrains était fréquemment mentionné Alexandre Dreux, le principal diri (...)
  • 292 « Vous prétendez que MM. Schneider et de Wendel dissimulent leur bilan ? N’avez-vous pas visité l’o (...)
  • 293 Roger Lannes, Les 200 familles ou les maîtres de la France, Paris, Fernand Sorlot, 1940, p. 8.
  • 294 L. LAUNAY, De Wendel, op. cit., p. 50.
  • 295 « Notre concours : le carnet R... V- François de Wendel », La Patrie humaine, 23 juin 1933.
  • 296 Mars, « La grande trahison du fer. XII-Une tradition de famille », L’Humanité, 3 mai 1936.
  • 297 H. Modiano, op. cit., p. 21.
  • 298 « À l’Est français, dans l’État du fer et de l’acier. Comment s’enrichissent les “Grands Lorrains” (...)
  • 299 L. Launay, De Wendel, op. cit., p. 13.
  • 300 G. d’Avenel, Le Mécanisme de la vie moderne, Paris, Armand Colin, 1896, p. 121.

54Les Wendel faisaient le plus souvent partie des listes de « marchands de canons » donnés en exemple291. Ils étaient souvent associés aux Schneider292, puisqu’ils étaient censés travailler « dans la même branche sinistre293 » : « ils s’y connaissent, les de Wendel, en matériel de guerre294. » La dynastie illustrait « de façon frappante, les mœurs, méthodes, procédés, intérêts de l’internationalisme des armements. C’ [était] un cas type295 ». Ils étaient les héritiers d’une tradition qui remontait à 1704. Martin Wendel, l’ancêtre, « avait préféré fabriquer le fer pour tuer, plutôt que de risquer sa vie lui-même sur les champs de bataille296 ». Ses descendants avaient vendu « des munitions pendant tout le xviiie siècle297 ». Son petit-fils Ignace avait fondé les manufactures d’armes de Charleville, Tulle et la fonderie de canons d’Indret. Dans leurs armoiries figurait « un tube de canon d’or » : « Or et canon... capitalisme et guerre... Symbole de la famille298 ? » Pendant la Révolution, Marguerite de Wendel avait approvisionné les troupes de la République, tandis que ses petits-fils combattaient dans les rangs des émigrés : « l’éternel jeu des marchands de canons : on est des deux côtés à la fois299 ». Rentré et ayant racheté ses forges, vendues comme bien national, François I de Wendel avait travaillé « sans relâche jusqu’en 1814 à fournir les armées de l’Empire d’essieux et de boulets300 ». La guerre de 1870 avait été aussi l’occasion de fructueuses opérations.

  • 301 J. Poirey-Clément, op. cit., p. 4.
  • 302 Louis Fontvieille, « L’impérialisme français et l’organisation patronale de l’industrie métallurgiq (...)
  • 303 Le journal spécial Le Front populaire contre la misère, le fascisme, la guerre... (avril-mai 1936) (...)
  • 304 « Notre concours... François de Wendel », article cité.
  • 305 L. launay, De Wendel, op. cit., p. 98. En fait, les usines de Lorraine annexée ont été séquestrées, (...)
  • 306 G. Gobron, « Le sabotage... », article cité.
  • 307 Freda White, op. cit.
  • 308 V. Margueritte, Debout les vivants Paris, Flammarion, 1932, p. 24. Alfred Hugenberg, membre du dire (...)
  • 309 La responsabilité de Wendel dans la chute de Briand est une « illusion » : voir la démonstration de (...)

55Peu de chose cependant en comparaison de celle de 1914-1918 : « les de Wendel furent des grands, sinon les plus grands bénéficiaires de l’horrible tragédie mondiale déchaînée par les ploutocrates301 », leur firme en étant sortie « plus puissante que jamais302 ». « Pendant toute la durée du conflit », François 2 de Wendel n’avait « cessé de fournir les Empires centraux de munitions303 », il avait trempé dans le scandale des carburiers, mais Clemenceau s’était entremis pour le sauver304. Le développement de la firme pendant les années 1920 était dû aux « bénéfices de guerre accumulés [...] : plus d’un milliard de francs actuels, peut-être deux milliards305 ». Elle avait continué en si bon chemin, et on pouvait s’attendre à « recevoir sur le coin de la hure »« la ferraille de ces messieurs de Wendel » lors de la « prochaine dernière guerre »306. Le « munitionsmagnate307 » François de Wendel, président du Comité des Forges, s’opposait à toute détente dans les relations franco-allemandes, tandis que des « liens sanglants » l’unissaient « aux Hugenberg »308. Il animait toutes les cabales contre Briand, dont il avait fait tomber le cabinet en octobre 1929309, et il était le principal responsable des livraisons de minerai de fer « à Hitler ».

  • 310 Allocution au congrès du Syndicat national des négociants en fers, quincaillerie et métaux, Le Lorr (...)
  • 311 J.T. Walton Newbold fit son mea culpa devant la Commission royale d’enquête britannique.

56Démentir ou rectifier, démêler quelques faits vrais (mais abusivement sollicités) d’un fatras de faux, semblait vain, tant l’étiquette de « marchands de canons » collait aux Wendel. En 1934, une délégation du congrès de l’Union nationale des combattants, à Metz, avait été reçue dans les usines. Un visiteur avait regretté qu’on ne lui ait pas fait voir la fabrication des canons, tout en comprenant cette impossibilité en raison des secrets de fabrication. Humbert de Wendel commentait : « Ce petit incident montre combien il est difficile de détruire une légende, et je crains que nous devions nous résigner [...] à être définitivement “canonisés”310. Quelques locuteurs voulaient bien reconnaître qu’aucune pièce d’artillerie n’était produite à Hayange ou à Jœuf311 mais ils persistaient à affirmer que les aciers de Wendel servaient pour les obus, les plaques blindées, les cuirasses, les tanks... Avec davantage de raison, ils notaient que les Wendel siégeaient dans les conseils d’administration de firmes qui avaient des marchés militaires : la Société des établissements Decauville, la Société métallurgique de Senelle-Maubeuge, J.J. Carnaud et les Forges de Basse-Indre.

  • 312 Y compris en Amérique latine, par exemple dans El Mercurio au Chili, le 4 mai 1934. En revanche, l’ (...)
  • 313 AN 190 AQ 18, 90, 91, correspondance. Un deuxième article, « tendancieux » mais « secondaire », fut (...)

57S’ils ont accueilli les attaques avec une relative philosophie, les Wendel paraissent avoir été plus préoccupés par leur retour après un détour américain. Le numéro de mars 1934 du magazine Fortune avait publié un article anonyme : « Arms and the Men », promis rapidement à un immense écho (résumé dans le Reader’s Digest, très largement diffusé en plaquette séparée, repris à de multiples reprises dans la presse312, cité dans les comptes rendus des délibérations de la commission Nye). Il contenait les allégations classiques, chiffrait à 25 000 dollars le coût de chaque soldat tué pendant la Grande Guerre, une bonne part étant allée dans les poches des fabricants d’armes, mais niait l’existence d’un Armament Ring, c’est-à-dire d’un noyau d’individus se réunissant pour programmer les conflits. Les Wendel étaient présentés comme une famille de « Gerrnan Nationalists », divisée en deux branches : la française, à présent plus nombreuse, puisque les principaux intérêts étaient désormais en France, et celle des « von Wendel », suffisante pour diriger les affaires allemandes. En riposte à ces élucubrations, Maurice de Wendel se chargea de rédiger un Statement of Facts qui fut diffusé abondamment aux États-Unis auprès de personnalités économiques, politiques, diplomatiques, journalistiques... De nombreux contacts furent pris en vue d’une réaction par voie de presse ou de l’obtention d’un droit de réponse. Un procès fut envisagé, mais on finit par renoncer devant les inconvénients et les risques de l’entretien d’une polémique313.

  • 314 AN 190 AQ 91, résumé du film.
  • 315 Devant P. Faure, ministre d’État, le 11 février, par exemple.
  • 316 AN 190 AQ 18, 90, 91.

58Et puis l’affaire était éclipsée par une autre, avec le film Dealers in Death, projeté au cinéma Criterion à New York à partir du 13 décembre 1934. Là encore, rien de bien original dans ce documentaire où se retrouvaient les mêmes mensonges que dans Fortune et les photos agrandies des « frères » de Wendel censés fabriquer « des munitions pouvant tuer n’importe qui, n’importe où, n’importe quand » et vendre « n’importe quoi », du pistolet au bateau de guerre314. Une lettre de félicitations du sénateur Nye était reproduite sur le programme destiné aux spectateurs. Une intervention de l’ambassade de France fut obtenue du Quai d’Orsay, des avocats furent consultés, mais, là encore, on hésita devant une procédure judiciaire coûteuse et dont on ne verrait pas la fin. Le lawyer Nelson Cromwell préféra la voie de discrètes pressions sur les sociétés de distribution, et la médiocre audience du film leva les appréhensions. Les démarches en Grande-Bretagne furent, elles, couronnées de succès : le film fut interdit par le comité de censure. On réussit à bloquer en douane une version française, qui fut réexpédiée à New York. L’arrivée au pouvoir du gouvernement de Front populaire risquait de remettre en cause ce résultat. En fait, Marchands de canons fut présenté lors de séances en principe privées, afin de tourner l’absence de visa de censure, en 1937315 et 1938. Les Wendel et la Chambre syndicale des fabricants et constructeurs de matériel de guerre firent étudier les moyens juridiques appropriés pour s’y opposer, mais ils ne semblent pas avoir été mis en œuvre : on ne voulait pas faire une publicité indirecte à un film qui n’avait pas suscité l’enthousiasme du public316.

  • 317 G. Seldes, op. cit., p. 56.
  • 318 R. Mennevée, Sir Basil Zaharoff. L’homme mystérieux de l’Europe, Paris, Documents politiques, 1928  (...)
  • 319 A.G.. « Les princes de la finance internationale. Sir Basil Zaharoff. Mécène philanthrope et maître (...)
  • 320 Canon Maxim à tir rapide. Rochat-Cenise, op. cit., p. 98.
  • 321 Allusion à la guerre du Chaco entre la Bolivie et le Paraguay, en 1931-1936. Hergé a évoqué les tra (...)

59En 1936, les interlocuteurs américains des Wendel craignaient que la mort de sir Basil Zaharoff n’aboutisse à relancer la campagne contre les « marchands de canons ». Nul mieux que l’« armament genius »317, numéro deux (après Raymond Poincaré) du concours de « la plus folle canaille de guerre » organisé par La Patrie humaine en 1933, n’a personnifié le mythe : il en a exprimé la quintessence, en a fourni l’expression la plus accomplie. Dans les années 1930, il était un sujet favori des tabloïds britanniques et, en France, du Crapouillot. Une demi-douzaine de biographies, presque toutes aussi romancées les unes que les autres318, ont été consacrées à cet être « fabuleux et fameux dont la carrière invraisemblable de Constantinople à Paris, en passant par Londres et Petersbourg, est digne de la plume d’un Balzac : cet homme incarnant à la fois Lucien de Rubempré, Vautrin et Nucingen319 ». Consécration suprême, le « grand prêtre de la mitrailleuse et du “Pom-Pom”320 » apparaît dans une aventure de Tintin, L’Oreille cassée, écrite en 1935-1937, où, parfaitement reconnaissable et avec un patronyme à peine modifié (Bazaroff), on le voit négocier successivement « six douzaines de 75 TGRP [la dernière création de la “Vicking Arms Cy Ltd”] avec 60 000 obus », auprès du général Alcazar, chef du gouvernement de San Theodoros, et du général Mogador, du Nuevo Rico, qui s’apprêtent à se faire la guerre pour le pétrole du désert du « Grand Chapo » convoité par la « General American Oil321 ».

  • 322 Rochat-Cenise, op. cit., p. 127. Il aurait eu aussi des intérêts dans Armstrong (qu’il fit fusionne (...)
  • 323 R. Neumann, op. cit., p. 88.
  • 324 Clarté, 15 octobre 1922.
  • 325 « Mystérieux déjeuner à Londres. Sir Basil Zaharoff en est... », Le Matin, 14 mai 1923.
  • 326 Clarté, article cité.
  • 327 G. Davenport, op. cit., p. 171.
  • 328 Marcelle Capy, op cit, p. 15.
  • 329 Georges Thayer, Les Marchands de guerre, Paris, Julliard, 1970, p. 26.
  • 330 Henri Olivier, « Marchands de morts », L’Éveil des peuples, 16 décembre 1934.
  • 331 Spartacus, « L’Internationale du canon », L’Éveil des peuples, 23 septembre 1934.
  • 332 B. Gauthier, « Scandale... », article cité.

60À la différence des Wendel, Zaharoff, agent commercial de la firme britannique Vickers – mais on expliquait qu’il valait mieux parler pour celle-ci de « groupe Zaharoff »322 –, était un authentique marchand de canons. La mythologie consistait à réunir en lui toutes les caractéristiques, poussées à la perfection, des « munitionnaires », constituantes d’un « système Zaharoff », à commencer par la « pratique du double jeu », sa « trouvaille absolument originale » portée « à sa plus haute expression » : « l’armement simultané des adversaires, des “ennemis héréditaires”. de tous ceux entre qui règne une tension quelconque »323, un peu partout à travers la planète (tout particulièrement Russie et Japon, Grèce et Turquie). Pendant la Première Guerre mondiale, il était devenu « virtuellement le ministre des armements de tous les alliés », dont les leaders « étaient obligés de le consulter avant de faire des plans pour chaque grande attaque [...]. Il circulait de port en port à bord d’un contre-torpilleur britannique qui avait été mis spécialement à sa disposition »324. Le « brandon de discorde325 » jouissait d’« une des plus puissantes influences dans la politique du monde326 ». Il disposait dans chaque pays de « créatures sociales, économiques, politiques, sans cesse dévouées aux intérêts du “système”327 », il avait « ses agents, ses budgets secrets, ses services particuliers de police et d’espionnage328 ». Il usait largement de son pouvoir « de faire tomber des gouvernements, de promouvoir la course aux armements, de défaire des rois et des hommes d’État, de provoquer des guerres329 ». Le « super-vendeur de la mort330 » était « maître ès corruption331 » et « en matière de pots-de-vin [...] évidemment sans rival332 ».

  • 333 « Un personnage mystérieux. Basil Zaharoff. Ses nominations dans l’ordre de la Légion d’honneur. Le (...)
  • 334 Xavier DE Hauteclocque, « Sir Basil Zaharoff. Le magnat de la mort subite », Le Crapouillot, mars 1 (...)
  • 335 Il serait né le 6 octobre 1849 dans une bourgade d’Anatolie, Mouklios. Il a été naturalisé français (...)
  • 336 R. Neumann, op. cit., p. I ; Rochat-Cenise, op. cit., p. 144 ; Pierre Fontaine, La Guerre occulte d (...)
  • 337 Yvonne Kahn, article cité.
  • 338 R. Neumann, op. cit., p. 213.
  • 339 A. Delorme, « Tandis que la commission sénatoriale américaine des armements examine son cas... », P (...)
  • 340 R. Neumann, op. cit., p. 233 et 234.

61« Plus grand cosmopolite des temps modernes »333, il parlait huit ou quatorze langues couramment. La littérature consacrée au « Mystery Man of Europe334 » est truffée de supputations quant à ses origines, à ses années de jeunesse, à sa nationalité : était-il grec, ou juif, ou russe, ou même albanais ? Avait-il débuté comme changeur (escroc) et guide-entremetteur (proxénète) pour touristes à Constantinople, ou garçon de café à Sofia, ou employé chez Pullmann aux États-Unis, ou bien avait-il fait d’excellentes études à Éton ou Oxford ? Était-il un déserteur de l’armée tsariste, ou un ancien évêque catholique orthodoxe335 ?... Quoi qu’il en soit, le « butin » qu’il avait amassé atteignait « des proportions gigantesques » et faisait de lui « sans doute l’homme le plus riche du monde, l’homme le plus riche d’Europe en tout cas », « pliant sous le poids des milliards »336. Dans sa « luxueuse tanière337 » du château de Balin-court, au nord de Paris, acheté au lendemain de la Première Guerre mondiale pour abriter ses amours avec « la femme aux trente-trois noms338 »– la duchesse de Villafranca de los Caballeros, une grande d’Espagne –, dont il avait fait « le centre du commerce mondial des armes et munitions339 », il dormait dans un lit à rocailles dorées qui avait appartenu à une des putains de Louis XIV ou Louis XV, acheté « presque aussi cher qu’un canon de défense aérienne de taille moyenne », et passait ses soirées à contempler ses modèles réduits « en or ciselé, exacts à un millimètre près, jouets somptueux » : « des mitrailleuses, [...] un petit obusier [qui livrait] sa gorge d’or, gracieuse et menaçante [...], le lance-flammes d’Ypres en or340 ».

Postérité d’une mythologie

  • 341 Jean Reymond, « Et les marchands de canons ? », Le Barrage, 2 mars 1939.
  • 342 Éditorial de L’Humanité du 17 mai 1940. Semblable son de cloche de la part du Komintern. La propaga (...)
  • 343 Tel P. Allard, qui, dans Le Matin du 7 janvier 1941, se demandait quand les « marchands de canons » (...)
  • 344 L’Ouest-Éclair du 19 septembre 1942 s’indignait devant les « immenses capitaux juifs » qui avaient (...)
  • 345 Par exemple le socialiste Jean Texcier qui, dans Libération-Soir, évoquait ainsi les Wendel : « Le (...)
  • 346 Par exemple : « Qui peut dénoncer totalement l’entente qui règne, comme sous Guillaume II, puis sou (...)
  • 347 Auteur, en 1955, du Petit commerce (Les canons) dont voici les derniers vers du premier refrain : « (...)
  • 348 Extrait d’une chanson de Bob Dylan, Maîtres de guerre, écrite en 1962, juste après la crise des fus (...)
  • 349 Par exemple : « Le commerce des armes enrichit le pays. La France marchand de canons », La Vie cath (...)
  • 350 Par exemple ce tract que le Centre local d’information et de coordination pour l’action non violent (...)
  • 351 Éric Gerdan, A comme armes, Paris, Alain Moreau, 1975. La première partie, sur le système militaro- (...)
  • 352 Marvin Hubert Albert, La Marchande d’armes, Paris, Favre, 1989.
  • 353 Tardi, Le Trou d’obus, Paris, Imagerie Pellerin, 1984, planche 2 : « L’industriel s’en met plein le (...)

62La montée de la menace hitlérienne n’a eu qu’un effet partiel sur les excès du discours pacifiste. Entre l’abandon de la Tchécoslovaquie et le début de la Seconde Guerre mondiale, les irréductibles qui dénonçaient le « bellicisme » des anti-munichois mettaient « dans le même sac » (le « sac au dos ») Thorez et Schneider, Blum et les Wendel : « Après tout les “Gueules de vaches” sont bien devenues les “Brav’s officiers républicains”, pourquoi les “Marchands de canons” ne deviendraient-ils pas les “Industriels dévoués de notre défense nationale”341 ? » Après le pacte germano-soviétique, le thème est passé aux mains des communistes. Le livre d’Amilcare Rossi, Les Communistes français pendant la drôle de guerre (1951), révèle tout un florilège de déclarations enflammées contre « les marchands de canons qui s’engraissent de la guerre342 ». Sous l’ Occupation, on peut retrouver ce thème véhiculé tant par des collaborateurs, parfois venus du pacifisme343, parfois poussés par la haine antisémite344, que par des résistants345. Pendant la guerre froide, et au-delà, il a continué à errer, entre les communistes en campagne contre le plan Marshall, le réarmement allemand ou l’arme atomique346, Boris Vian347, la gauche américaine348, les chrétiens progressistes349 et la mouvance gauchiste350, stimulé par des scandales comme l’affaire Loockheed (1975). Il traîne aussi dans l’essai grand public351, le roman352, la bande dessinée353 et dans l’esprit des citoyens, tel cet agriculteur retraité de la Meuse qui écrivait au courrier des lecteurs de L’Est républicain, le 28 août 1992 : « les marchands de canons ont une meilleure audience auprès des hommes politiques et des apatrides du commerce mondial que les paysans qui naïvement produisent pour nourrir hommes, femmes et enfants du monde »...

Notes

1 En français, on trouve parfois celle de « marchands de mort subite ».

2 Le Monde, 18-19 mars 2001.

3 Le Monde, 22 mars 2001.

4 Le Monde, 3 mai 2001.

5 Le Monde, 15 mars 2001 : « Un scandale de corruption dans la défense menace le gouvernement indien » ; 9 mai 2001 : article sur l’ancien président argentin Menem, cité à comparaître, en juillet, dans une affaire de vente illégale d’armes à la Croatie et à l’Équateur.

6 René Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1986, p. 51.

7 Georges Duveau, Histoire du peuple français, t. IV : De 1848 à nos jours. Paris, Nouvelle Librairie de France, 1961, p. 355.

8 Jean François Sirinelli, « La France de l’entre-deux guerres : un “trend” pacifiste », in Maurice Vaïsse (dir.), Le Pacifisme en Europe des années 1920 aux années 1950, Bruxelles, Bruylant, 1983, p. 44.

9 Pour une approche chronologique : Maurice Vaïsse, « Le pacifisme français dans les années trente », Relations internationales, 53, printemps 1988, p. 37-52. Pour une approche typologique : Norman INGRAM, The Politics of Dissent : Pacifism in France 1919-1929, Oxford, Clarendon Press, 1991 ; Jean-Pierre Biondi, La Mêlée des pacifistes, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000. Ce dernier ouvrage n’est pas loin de reprendre à son compte la mythologie des « marchands de canons », « principaux bénéficiaires des guerres du xxe siècle », « apprentis-sorciers », habiles à neutraliser la dénonciation pacifiste « par les procédés les plus affûtés de lavage de cerveau et de viol des foules », sans oublier « le double jeu du Comité des Forges »... (p. 60). Voir aussi Jean-Baptiste Duroselle, « Les précédents historiques : pacifisme des années 30 et neutralisme des années 50 », in Pierre Lellouche (dir.), Pacifisme et dissuasion. La contestation pacifiste et l’avenir de la sécurité en Europe, Paris, Institut français de relations internationales, 1983, p. 241-252 ; Nicolas Offenstadt, Philippe Olivera, « L’engagement pour la paix dans la France de l’entre-deux-guerres : un ou des pacifismes », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 30, janvier-mars 1993, p. 53-56 ; Nicolas Faucier, Pacifisme et antimilitarisme dans l’entre-deux-guerres (1919-1939), Paris, Spartacus, 1983 (une lecture d’extrême gauche, par un vieux militant anarchiste).

10 Un exemple : Arthur-Lévy, Un grand profiteur de guerre sous la Révolution, l’Empire et la Restauration. G.J. Ouvrard, Paris, Calmann-Lévy. 1929. Voir Michel Bruguière, Gestionnaires et profiteurs de la Révolution : L’administration des finances françaises de Louis XVI à Bonaparte, Paris, Olivier Orban, 1986.

11 Eugène Villiod, Les Bandes noires. Les plaies sociales. Étude sur l’exploitation des vendeurs, producteurs, négociants, etc., Paris, s.n., 1909.

12 Mil Zankin, L’Internationale des charognards. Les marchands de canons veulent la guerre, édité par l’hebdomadaire pacifiste Le Rouge et le Noir, s.d. [après 1933].

13 I Mercanti di Cannoni, Milano, Carbaccio, 1932, ou encore l’enquête sur les industries de guerre dans La Stampa de la même année.

14 Camille Drevet (militante française, secrétaire internationale de la Ligue des femmes pour la paix et la liberté en 1930-1934), Peut-on contróler les industries de guerre ?, Genève, Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, 1931 ; Rapport final de la Commission d’étude suisse pour la lutte contre les industries de guerre, Désarmons d’abord les profiteurs de guerre, Genève, 1932.

15 George A. Drew, Salesmen of Death. The Truth about War Makers et Enemies of Peace. An Exposé of Armement manufacturers, Toronto, Association féminine en faveur de la paix, 1933.

16 Helmut C. Engelbrecht, Franck C. Hanighen (journalistes américains), Marchands de mort. Essai sur l’industrie internationale des armes, Paris, Flammarion, 1934 (première édition à New York la même année, abrégé publié dans la Sélection du Reader’ s Digest) ; Otto Lehmann-Russbüldt (fondateur et secrétaire général de la Ligue allemande des droits de l’homme), L’Internationale sanglante des armements, Bruxelles, L’Églantine, 1930 (édité à Hambourg en 1929, réédité en 1931, traduit en hollandais en 1932).

17 Le pacifisme socialiste a particulièrement retenu l’attention des historiens. Voir notamment Michel Bilis, Socialistes et pacifistes, 1933-1939, ou l’impossible dilemme des socialistes français, Paris, Syros, 1979 ; Michel Dreyfus, « Pacifistes, socialistes et humanistes dans les années trente », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 1988, p. 452-469 ; Richard Gombin, « Socialisme et pacifisme », in René Rémond et Janine Bourdin (dir.), La France et les Français, 1938-1939, Paris, Presses de la FNSP, 1978 ; Christian Jelen, Hitler ou Staline, le prix de la paix, Paris, Flammarion, 1988.

18 Paul Faure, Les Marchands de canons contre la paix. L’épargne pillée. La nation trahie (discours à la Chambre des députés le 11 février 1932), 1932. réédité en 1936 ; Si tu veux la paix..., Limoges, Imprimerie nouvelle, 1936, et ses articles dans Le Populaire.

19 Par exemple Mauricius (pseudonyme de Maurice Vandamme), Les Profiteurs de la guerre, Paris, La Plèbe, s.d. (texte de septembre 1917, édité vers 1922) ; André Lorulot, La Haute Banque contre les peuples, Paris, L’Idée libre, 1921.

20 Georges Hoog, L’Acier contre la paix ou l’Internationale du canon, Paris, La Jeune République, 1re édition en 1932, 6e édition en 1936. Hoog était le rédacteur en chef de La Jeune République, dirigée par Marc Sangnier. Voir aussi L’Éveil des peuples, dirigé par le même.

21 Sur la polémique qui opposa le général de Castelnau, président de la Fédération nationale catholique, à l’ACJF, dont Les Annales du 15 octobre 1932 avaient publié un article de Jean Giraud, « Au service de l’esprit de guerre », voir René Rémond, Les Catholiques dans la France des années 30 (réédition de Les Catholiques, le communisme et les crises), Paris, Cana, 1978.

22 Aline Coutrot, Sept, un journal, un combat, mars 1934 – août 1937, Paris, Cana, 1982. Les dominicains étrangers sont également montés en ligne contre les « marchands de canons » : ainsi le R.P. Stratmann, devant le huitième congrès de la Ligue des catholiques allemands pour la paix (La Vie catholique en France et à l’étranger, 2 avril 1932), ou le R.P. Rutten, sénateur de Belgique (Jeune République, 30 mai 1935, Sept, 14 juin 1935).

23 Député de Gironde de 1924 à 1938, président-fondateur de la Ligue des prêtres anciens combattants. Article reproduit, avec « le plus vif plaisir », par P. Faure dans Si tu veux..., op. cit., p. 86-89 : « Bravo l’abbé ! »

24 Dans La Finance protestante et les industries de guerre, Paris, impr. de Tourret, 1935, André Monnier se déclarait fondé à affirmer, « en feuilletant les annuaires », « que l’armature financière et administrative de nos principaux organismes protestants est en grande partie constituée par des financiers et industriels dont certains sont directement intéressés dans les industries de guerre » (p. 12). Cette déclaration se place dans la lignée de J.T. Walton Newbold, qui, dans The War Trust Exposed, The National Labour Press, s.d. [vers 1915], p. 15, dressait la liste des évêques anglicans actionnaires des firmes d’armement britanniques. Voir aussi René Fabre, « Les pacifistes protestants de l’entre-deux-guerres », in M. Vaïsse (dir.), Le Pacifisme en Europe..., op. cit., p. 237-284.

25 Ralph Schor, L’Antisémitisme en France pendant les années trente, Bruxelles, Complexe, 1992, p. 180.

26 « Les obus à Thomas » [Albert Thomas, sous-secrétaire d’État à UArtillerie et aux munitions, puis ministre de l’Armement et des fabrications de guerre entre 1915 et 1917] : « Dans les couloirs de l’hôtel Marquest-Thomas, on rencontre par troupes les Juifs espions et mercantis en houppelandes crasseuses, barbes pouilleuses, longues papillotes graisseuses, tels qu’au ghetto de Cracovie : des “intermédiaires” pour les munitions de l’armée française ! Ils touchent des courtages sur les canons, sur les obus, les explosifs, les cartouches » (Urbain Gohier, Réponse aux socialistes du Kaiser. Comment je n ’ai pas tué le traître Jaurès, Chambre des députés, séance du 14 septembre 1916). Voir aussi J. E. Favre, L’Internationale financière. Les métaux sanglants, Paris, Bibliothèque financière, 1919. Des relents antisémites s’observent également à gauche : Le Barrage du 24 janvier 1935 (« Les marchands de mort à l’œuvre ») dévoile une preuve de l’« entente internationale des marchands d’armes, qui était en 1924 sous contrôle juif-allemand ».

27 En particulier, dans le numéro spécial du 1er février 1936 : « France, voici tes maîtres ! », la partie signée par Georges Izard, « Les industries de guerre ». Elle contient un bel exemple de plagiat : l’article de l’abbé Bergey signalé plus haut y est en grande partie copié. C’est La Flèche qui a publié la brochure de Jean-Pierre Laurent, Canons à vendre. L’internationale Schneider, La Flèche, 1936.

28 Ce titre, lancé en 1927 par Georges Boris, de nuance gauche cartelliste, était particulièrement prolixe sur les « marchands de canons ».

29 G. Hoog, op. cit., p. 12-13.

30 Stanislas, le fils du « prophète de la paix » Arménien Gérand, qui a été assassiné par une déséquilibrée, finit par apprendre de celle-ci que, sa main ayant flanché, le meurtrier est en réalité le commanditaire de l’attentat : son propre beau-père, président du Comité des aciéries et propriétaire de presque toutes les actions du quotidien L’Espace, qui fait campagne sur les dangers de guerre en Europe « au moment où la Chambre doit voter de nouveaux crédits pour les armements ». L’ industriel avoue son crime et révèle au jeune homme qu’il est son véritable père. La pièce fut déprogrammée au bout d’une dizaine de représentations, suite, écrivit-on, « à des ordres impératifs venus d’en haut », parce que contenant « certains passages [...] qui rappellent des choses désagréables aux fabricants de cadavres » (selon Louis Loréal, La Patrie humaine, 4 mai 1934). Le seul fait attesté est un procès intenté à Rostand par le comte et la comtesse de Waresquiel en raison de l’usage de leur nom (changé en Villequiel lors de l’édition de la pièce en 1933), qui se conclut par une condamnation à 6 000 francs de dommages et intérêts.

31 La Patrie humaine, 21 juillet 1933. Il n’a pas été possible d’en retrouver le texte.

32 Anatole France, Vers les temps meilleurs. Trente ans de vie sociale, t. IV : 1915-1924, Paris, Émile-Paul frères, 1973, p. 151 et 179.

33 Ces mémoires à l’allure romancée (Alexis Redier, 1934) ainsi que Mes missions secrètes 1915-1918 (Payot, 1933) ont été largement utilisés par Paul Allard, La Vérité sur les marchands de canons, Paris, Grasset, 1935.

34 Dans une scène de la pièce précitée de Maurice Rostand, Stanislas et la pseudo-meurtrière entonnent également la Marseillaise des marchands de canons : « Allez enfants de la Tuerie / Le jour de mort est arrivé ! / Allez crever pour l’industrie / Allez crever, crever, crever. »

35 Jean Souvenance, René de Sancy, Anthologie des écrivains pacifistes, t. 1, Paris. Union des intellectuels pacifistes, 1933, p. 120 et 179.

36 Romain Rolland et Henri Barbusse.

37 On trouve un bref aperçu sur l’utilisation du thème des « marchands de canons » par les caricaturistes (notamment Robert Fuzier dans Le Populaire) dans Christian Delporte, « L’image, un outil d’approche du pacifisme (1919-1939). L’exemple du dessin de presse », Revue historique, 288/1, 1992, p. 119-155.

38 On peut même en trouver un écho sous la plume du grand architecte Le Corbusier, Des canons, des munitions ? Non merci... des logis... svp, Paris, Éditions de l’architecture d’aujourd’hui, 1938.

39 Avant la guerre, Delaisi collaborait à La Vie ouvrière, à La Bataille syndicaliste, à La Guerre sociale (voir notamment son article « Les maîtres de la France. La métallurgie militaire » dans le numéro des 7-13 juin 1911) ; il avait fait des conférences pour l’École de la paix, publié Le Règne de l’acier (Paris. Pages libres, 1905), La Démocratie et les financiers (édité par La Guerre sociale, 1910), La Métallurgie. Son origine. Son développement. Les forces motrices (Paris, Fédération des métaux, 1913, avec Alphonse Merrheim, de la Fédération CGT des métaux). Dans l’entre-deux-guerres, il écrit dans Vendredi, et publie entre autres Industries de guerre et industries de paix, Paris, Ligue des droits de l’homme, en 1931, et La Banque de France aux mains des 200 familles, Paris, Comité de vigilance des intellectuels antifascites, en 1936.

40 Éditée par l’association du même nom, fondée en 1887 sous le nom des Jeunes amis de la paix par un groupe de lycéens nîmois.

41 La campagne contre les « marchands de canons » a également des racines antérieures à la guerre au Royaume-Uni. Voir A.J. Anthony Morris, Radicalism against War 1906-1914. The Advocacy of Peace and Retrenchment, London, Longman, 1972 ; Earl Molander, « The Emergence of Military-Industrial Criticism 1895-1915 », in The Military-Industrial Complex. Eisenhower’s Warning Thirty Years after, an Interdisciplinary Conference, Oregon State University, 13-15 octobre 1988.

42 Louis Launay, J. Sennac, Les Relations internationales des industries de guerre, Paris, Éditions républicaines, 1932, préface de H. La Fontaine, p. v.

43 Si tu veux..., op. cit., p. 118.

44 Marchands de canons, 1933, p. 8-10.

45 Louis Launay, « Les munitionnaires et les factieux », Monde, 1er août 1935. Lors du congrès de défense de la paix, à la Mutualité, les 15 et 16 décembre 1934, une intervenante rappela ce que René Cassin racontait souvent : chaque fois que sa vie de militant l’avait amené à prendre position contre les « munitionnaires », « il avait constaté un déclin immédiat de ses affaires personnelles », « Le procès des marchands de canons », Le Barrage, 27 décembre 1934.

46 Abbé Bergey, cité par P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 89.

47 Le Patriotisme..., op. cit., p. 34-36.

48 « Les industries de mort », Les Cahiers des droits de l’homme, 30 juin 1932.

49 Louis Marle, Les Misérables. La Mort d’Almereyda et la métallurgie de la mort, Paris, Éditions du Bien public, s. d. [1922 ?], p. 15.

50 Les Maîtres de la France ? Le Comité des Forges et la classe ouvrière, Paris, Bureau d’éditions, 1932, p. 22. Marchands de canons, qui copiait ce livre, réduisait le chiffre à 90.

51 Industries de guerre et industries de paix, op. cit., p. 11.

52 « Les marchands de canons ont-ils... », article cité ; La Vérité..., op. cit., p. 12.

53 La Sarre et les marchands de canons, Paris, chez les auteurs, 1934, p. 3, 15, 28.

54 « Des milliards dont M. Germain-Martin ne voudra pas », Le Barrage, 9 mai 1935.

55 Cité par Fédor Narkirier, « Le courant pacifiste critique dans la littérature », Europe, novembre-décembre 1965, p. 278.

56 R. Lewinsohn, Les Profits de guerre à travers les siècles, Paris. Payot, 1935, p. 290.

57 Armand Charpentier, « Le capitalisme et les guerres », Évolution, n° 43, juillet 1929.

58 G. Vigue, J. Ganuchaud, Les Marchands de canons et la guerre, Paris, Comité de lutte contre la guerre impérialiste, s. d. [1933], p. 2.

59 Pierre Cuénat, « Plaidoyer pour les marchands de canons », La Patrie humaine, 19 janvier 1934.

60 Il s’agit d’un prolongement des théories du général italien Douhet sur le rôle crucial de l’aviation de bombardement dans les prochains conflits. Il a stimulé toute une littérature de polémo-anticipation, par exemple : lieutenant-colonel D. P. Bloch, La Guerre chimique, Paris, Berger-Levrault, 1927 ; Franz Carl Endres, La Guerre des gaz, Paris, Albin Michel, 1928 (traduit de l’allemand) ; Henri Le Wita, Autour de la guerre chimique. Comment éviter ce fléau, Paris, Tallandier, 1928 ; Armand Charpentier, Ce que sera la guerre du gaz, Évolution, nos 44-47, août-novembre 1929 (publié en volume en 1930) ; Charles du Hemme, Hubert-Jacques, Français... garde à vous ! La guerre aéro-chimique que l’Allemagne prépare, Paris, Bassard, 1930 ; lieutenant-colonel Vauthier, Le danger aérien et l’avenir du pays, Paris, Berger-Levrault, 1930 ; Victor Méric, La Guerre qui revient : fraîche et gazeuse, Paris, Sirius, 1932 ; Paul Bruère et al., Face au péril aéro-chimique, Paris, Médicis, 1936... Voir Ladislas Mysy-rowicz, Autopsie d’une défaite. Origines de l’effondrement militaire français de 1940, Paris, L’Âge d’homme, 1973, p. 170-186 ; Maurice Vaïsse, « Le procès de l’aviation de bombardement », Revue historique des armées, juin 1977, p. 41-58 ; et Pascal Vennesson, Les Chevaliers de l’air. Aviation et conflits au xxesiècle, Paris, Presses de Sciences-Po, 1997, p. 107-119.

61 Adéodat Compère-Morel, La Civilisation en péril. Aux Héros et aux Mères des héros. Le massacre des hommes, édité par Le Populaire, 1930, p. 19, 10, 20. Comme le thème des « marchands de canons » touchait à la mythologie du fer et du feu, celui de la guerre aéro-chimique rejoignait celles du savant fou et du poison : « Enrôlés par la guerre, les chimistes, les physiciens et les savants – dont les cabinets de travail sont devenus les antichambres de la mort – ont vu leurs découvertes utilisées pour supprimer la vie, la supprimer vite et bien. » D’autant plus que la guerre chimique serait prolongée par la guerre bactériologique et la guerre électro-chimique : « Après les vapeurs empoisonnées, les microbes mortels et les rayons destructeurs » (ibid., p. 13 et 23), de la « future Guerre des ondes » (Raymond Offner, À la lanterne, Paris, Éd. de la LICP, 1933, p. 15).

62 Augustin Habaru, « L’Internationale des gaz », Monde, 8 juillet 1933.

63 On se réclamait aussi de l’autorité scientifique de Branly et d’Einstein.

64 Victor Margueritte, La Patrie humaine, Paris, Flammarion, 1931, p. 122. La seule protection envisageable était la menace de terribles représailles, la dissuasion ; mais les pacifistes demeuraient à peu près silencieux sur ce point, préférant le slogan « La paix seul masque à gaz ».

65 En 1935, une affiche de Jean Carlu – « Mascarade... » (deux visages, l’un portant un masque à gaz, l’autre un masque de comédie, encadrant une tête de mort) – était ainsi légendée : « La seule lutte possible et nécessaire est la lutte contre la guerre et contre ses causes. »

66 H. G. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 250.

67 Louis Launay, « Une nouvelle industrie de guerre », Le Barrage, 23 août 1934.

68 Voir Le Barrage en 1934, et Pierre Cuénat, La Guerre aéro-chimique, Paris, Éditions sociales internationales, 1935, p. 14 : « Je mets au même rang marchands de masques et marchands de canons. »

69 Les Marchands de canons..., op. cit., p. 12 ; Si tu veux..., op. cit., p. 51. 143 et 206.

70 Préface de L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. v et vu.

71 F. Delaisi, « Ramifications internationales de l’industrie de guerre », Quel serait le caractère d’une nouvelle guerre ? Enquête organisée par l’Union interparlementaire, Paris, Delagrave, 1932, p. 161-162.

72 Marchands de canons, op. cit., p. 18-19.

73 « Krupp et Schneider », Le Populaire de l’Est, 24 mars 1935.

74 L. Launay, « Les marchands de mort », Le Barrage, 23 janvier 1936.

75 A. Eidenschenk-Patin, L’Internationale sanglante des armements ou L’auvre des marchands de canons, tract du 1er décembre 1933.

76 H. G. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 15, 123, 13.

77 L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. 113.

78 Le Patriotisme..., op. cit., p. 64, 62, 9, 63.

79 Hélène Modiano, Les Munitionnaires contre la nation, Paris, Éditions du Parti socialiste SFIO, 1936, p. 56.

80 « Canons, marchands de canons !.. », Le Front populaire contre la guerre, avril-mai 1936, p. 28.

81 François Crucy, Enquête sur l’industrie des armements aux États-Unis. Paris. L’Information sociale, 1934, p. 2.

82 Marchands de canons, op. cit., p. 245.

83 Richard Lewinsohn, Les Profits..., op. cit., p. 135.

84 H. G. Engelbrecht. F. C. Hanighen, op. cit., p. 127.

85 Augustin Habaru, Le Creusot, terre féodale. Schneider et les marchands de canons. Bruxelles, L’Églantine, 1934, p. 215. Ou L. Launay, « L’Internationale de la chimie de guerre », Le Barrage, 29 novembre 1934 : « Le cosmopolitisme patriotique des firmes chimiques est encore plus accentué que l’alliance internationale de la métallurgie. »

86 Marcelle Capy (militante de la Ligue internationale de la paix et de la liberté), À bas les armes !, Paris, éditions de La Patrie humaine, 1933, p. 22.

87 Suzanne de Collias, « Les Marchands de canons contre la nation », L’Éveil des peuples, 15 octobre 1933.

88 F. Delaisi employait l’image architecturale des « contreforts soutenant une même voûte », « Ramifications... », article cité, p. 169.

89 R. Lewinsohn, op. cit., p. 110.

90 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 27.

91 P. Allard, « Les marchands... », article cité.

92 Voir Raymond Poidevin, « Fabricants d’armes et relations internationales au début du xxe siècle », Relations internationales, 1974, 1, p. 39-56.

93 La Jeune République, 30 décembre 1932. La Chine était le « pays rêvé des placiers en canons », selon P. Allard ; le Japon l’avait armée avant de l’attaquer.

94 « L’Internationale sanglante en pleine action », III, Le Barrage, 27 septembre 1939.

95 Maurice COQUELIN, « Les marchands d’armes s’organisent. Des mitrailleuses françaises pour l’armée rouge », L’Éveil des peuples, 18 décembre 1932.

96 Egon Erwin Kisch, « Au pays des hommes jaunes. Des canons, des munitions », Monde, 29 avril 1933.

97 Eugène Peeters, Les Forbans du patriotisme, Paris, Fédération syndicale internationale, 1937, p. 12.

98 L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. 32 et 34. Préface de H. La Fontaine, p. v.

99 E. E. Kisch, « Shangaï, marché des armes », Monde, 9 septembre 1933.

100 E. Peeters, op. cit., p. 12.

101 Léon Jouhaux, Le Désarmement, Paris, Alcan, 1927, p. 135.

102 Charles Reber, « À l’ombre des procès de Moscou. Multiple puissance de la Vickers », Monde, 29 avril 1933.

103 Georges Seldes, Iron, Blood and Profits, New York and London, Harpers and Brothers Publishers, 1934, p. 15.

104 En fait, elle exista de 1894 à 1911. Le Syndicat Harvey s’était constitué entre une dizaine de producteurs internationaux, afin de contrôler les commandes et les prix sur les blindages fabriqués avec l’acier mis au point par l’Américain Hayward August Harvey. Il dura jusqu’à l’expiration de ces brevets (Anthony Sampson, La Foire aux armes. Le grand jeu des firmes et des États, Paris, R. Laffont, 1978, p. 68). L’historiographie des cartels n’a guère mis en valeur l’industrie des armements. Ainsi que le reconnaissait R. Lewinsohn, op. cit., p. 137, « la variété des productions [y] empêche la formation d’associations étendues et durables ».

105 H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 96.

106 F. Crucy, op. cit., p. 17 et 2.

107 R. Lewinsohn. op. cit., p. 137.

108 L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. 222.

109 H. La Fontaine, préface de L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. vi.

110 Victor Margueritte, Les Criminels, Paris, Flammarion, 1925, p. 352.

111 G. Hoog, « “L’acier contre la paix”. Mystère et intrigues du trafic international des armes », La Jeune République, 24 mars 1935.

112 G. Vigue, J. Ganuchaud, op. cit., p. 4.

113 G. Hoog, L’Acier..., op. cit., p. 18, 15, 16.

114 F. Delaisi, Le Patriotisme..., op. cit., p. 32.

115 Bertrand Gauthier, « Munitionnaires, présidents et fascistes », Monde, 5 octobre 1934. Figuraient aussi parmi les actionnaires, avant 1914, 50 comtes et barons, 20 chevaliers, 3 membres du Parlement, 21 officiers et 6 journalistes (M. Capy, op. cit., p. 15) et, chez le concurrent Armstrong, 60 nobles, 15 baronnets, 20 chevaliers, 8 membres du Parlement, 5 évêques, 20 officiers et 8 journalistes (H. N. Brailsford, The War of Steel and Gold. A Study of armed Peace, London, G. Bells and sons, 1917, p. 90).

116 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 8.

117 Suzanne Collette, « À propos d’un livre récent : L’Internationale sanglante des armements », Les Cahiers des droits de l’homme, 20 décembre 1929.

118 L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. 5.

119 « Dialogue de la tempête », Des pensées et des jours, in J. Souvenance, R. de Sancy, op. cil., p. 75.

120 « Si j’étais patriote ! », La Patrie humaine, 23 juin 1933.

121 « Rapport sur la nationalisation des armements », Le Barrage, 14 mars 1935.

122 On s’appuyait sur l’ouvrage de l’attaché naval britannique pour les pays Scandinaves pendant la guerre, qui soutenait que l’interdiction du commerce direct avec le Reich avait été aisément tournée pendant plus de deux ans (Contre-amiral Consett 1914-1918. Le triomphe des forces économiques. Exposé des transactions à la faveur desquelles l’Allemagne put s’approvisionner pendant la Grande Guerre avant sa débâcle, sous la pression des forces économiques, Paris, Société d’éditions géographiques, 1924).

123 Fabriqués par Zeiss et équipant la flotte anglaise « au Skager-Rak » (bataille du Jutland, 31 mai 1916).

124 Sur lesquels demeuraient accrochés les cadavres allemands à Douaumont.

125 Les boucliers d’artillerie étaient aussi « soldés » par Thyssen, via la Hollande.

126 Il s’agit là des fameux carbures, si nécessaires à la fabrication des explosifs. Les poursuites contre certains industriels français pour contrebande sur les carbures se sont soldées par un acquittement, fruit de « mystérieuses influences » (H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 158). Voir Affaire des carbures, requête et mémoires à consulter..., Paris, Téqui, 1917 ; Judex, Au service de l’Allemagne. L’affaire des carbures, Paris, Bibliothèque financière, 1918 ; Edgar Troimaux,L’Affaire des carbures, Paris, L. Tenin, 1918.

127 Qui devait servir à la production de l’aluminium des carcasses de zeppelins.

128 Jean Galtier-Boissière. René Lefebvre, « Les marchands de canons contre la nation », Le Crapouillot, octobre 1933, p. 49. L’expression « haute trahison ou fair-play » est tirée de ce texte.

129 A. Habaru, op. cit.. p. 229.

130 Gabriel Gobron, « Les pacifistes de la Sarre accusent ». La Patrie humaine, 4 août 1933. Le père Stratmann, article cité, y aurait vu des « propriétaires connus » de firmes d’armement allemandes, françaises et anglaises boire du champagne à la même table « au moment de l’horrible carnage de Verdun ». Comme l’avait annoncé le poète : « Et vos maîtres, pendant vos exécrables luttes / Boivent, mangent, sont gais et hautains, et contents » (Victor Hugo, « Un champ de bataille », cité par Yervant H. Iskender, Citoyens du monde. Paris, Pitlochry, 1914. p. 29).

131 L. Launay, De Wendel, chez l’auteur, 1938, p. 97.

132 Marchands de canons, op. cit., p. 18.

133 G. Vigue, J. Ganuchaud, op. cit., p. 7.

134 Maurice Legat, Contre la guerre avec Einstein, Louvain, impr. F. Centerick, 1931, p. 29.

135 H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 181.

136 Arthur Raffalovitch, 26 avril 1913, cité par J. Galtier-Boissière, « L’Internationale des marchands de canons », Le Crapouillot, mai 1932, p. 67. Vickers était censée obtenir des commandes en Turquie et en Pologne au moyen de « certaines dames d’une renommée douteuse » (B. Gauthier, « Scandales... », article cité).

137 L. Launay, J. Sennac, op. cit., p. 37.

138 R. Lewinsohn, Zaharoff. L’Européen mystérieux, Paris, Payot, 1923, p. 84.

139 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 166.

140 Marchands de canons, op. cit., p. 208.

141 Romain Rolland, appel de juillet 1934, La Patrie humaine, 2 août 1934.

142 J. Galtier-Boissière, R. Lefebvre, op. cit., p. 166.

143 « L’œuvre des marchands de canons », L’Union des métaux, mai 1934.

144 Avec ses frères Paul, administrateur de « deux petites douzaines de sociétés des poudres », et Albert, « avocat-conseil de l’“ami” Schneider » (A. Garnier, « Le drapeau cocardier comme une belle marchandise », L’Est ouvrier et paysan, 8 juillet 1933). Selon la version de Méric, qui ne puisait sans doute pas aux mêmes annuaires (V. Méric, « La famille Clemenceau. Quelques précisions », La Patrie humaine, 23 juin 1933), Paul était ingénieur-conseil du Comité des Forges (à moins que cela ne soit du Creusot). On y ajoutera « plusieurs de ses parents [qui] obtinrent de bons emplois chez de Wendel et B. Zaharoff » (Marchands de canons, op. cit., p. 217), dont son propre fils, Michel, qui dirigeait une banque française filiale de Vickers. Au Royaume-Uni, où tout ce qui est « lord, baron ou ministre est en nom ou par personne interposée administrateur d’usine de guerre », les Chamberlain étaient l’équivalent des Clemenceau (voir G. Gobron, « La crapule de l’armement. Explications internationales », La Patrie humaine, 9 février 1934 ; Giselher Wirsing, 100 familles dominent l‘Empire, Bruxelles, Maison internationale d’éditions, 1940, p. 7-8, 24-25). Outre Neville Chamberlain, deux autres Premiers ministres conservateurs étaient issus d’une entreprise d’armements : BonarLaw et Baldwin.

145 Schneider avait la réputation d’avoir longtemps nommé le ministre de la Marine, et Stumm, en Allemagne, de régner sur le ministère des Affaires étrangères, « où sa clique de parents [...] occupaient tous les postes importants » (O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 165-166). Au Royaume-Uni, la Vickers choisissait traditionnellement le ministre de la Guerre.

146 « Le Carnet R... XIII Charles Dumont », La Patrie humaine, 18 août 1933.

147 « Notre concours ; le carnet R... IV Alexandre Millerand », La Patrie humaine, 23 juin 1933.

148 L. et L. Launay, op. cit., p. iv.

149 « Si j’étais... », article cité.

150 H. G. Engei. brecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 256 et 258.

151 R. Lewinsohn. Zaharoff..., op. cit., p. 84.

152 F. Delaisi, Le Patriotisme..., op. cit., p. 5.

153 Ibid., p. 157 et 144.

154 « et, quand c’est nécessaire, les missionnaires ou les agents des Croix rouges » (Marcel Cachin, « Devant le Sénat américain. Un scandale mondial de trafics d’armes », L’Humanité, 25 septembre 1934).

155 J. Galtier-Boissière, « L’Internationale... », op. cit., p. 67.

156 Le Patriotisme..., op. cit., p. 48-49. Et de conclure avec une vertueuse indignation : « En acceptant de passer du rôle de soldats à celui de fournisseurs les chefs de l’armée rendent tout contrôle impossible. Quand on a eu l’honneur d’exercer un haut commandement, on ne fait pas de ses étoiles d’or une marque de fabrique, ni de ses plumes d’autruche une enseigne de marchand... »

157 Marchands de canons, op. cit., p. 20.

158 F. Delaisi, Le Patriotisme..., op. cit., p. 53-54. Quinze d’entre eux émargeaient mensuellement aux guichets d’une seule société. « À quoi me servirait-il d’être député ? » confiait son directeur (L. Marle, op. cit.. p. 24).

159 L. et L. Launay, op. cit., p. 150-151.

160 Georges Boris, « Quels sont les adversaires du désarmement ? », La Lumière. 30 janvier 1932. « Autres larbins : les diplomates », grâce auxquels, « quand des deux côtés on sera bien réarmé, à bloc, le Comité des Forges [...] n’aura plus qu’à armer le bras d’un hurluberlu ou d’un demi-fou avec le revolver de Sarajevo » (G. Gobron, « Le patriotisme du Comité des Forges », La Patrie humaine, 30janvier-14 février 1932, article tiré du Réveil ouvrier).

161 G. Gobron, « Le sabotage du désarmement. Le Comité des Forges contre la France », Le Réveil ouvrier. 23 janvier 1932.

162 A. Edenschenk-Patin, tract cité.

163 G. Vigue, J. Ganuchaud, op. cit., p. 12.

164 La Guerre, par le groupe « Les révoltés », 1916 ?, p. 7 et 9.

165 F. Delaisi, Le Patriotisme..., op. cit., p. 56-57.

166 V. Margueritte, Les Criminels, op. cit., p. 352 ; La Patrie..., op. cit., p. 102. Les anathèmes de cet écrivain laissent rêveur, à présent que l’on sait que l’Allemagne a subventionné (largement : près de 7,5 millions de francs en huit ans) quatre de ses livres et sa revue Évolution. Voir Patrick DE Villepin, Victor Margueritte. La vie scandaleuse de l’auteur de « La Garçonne », Paris, François Bourin, 1991, p. 250-287. Même s’il représente un cas limite, par l’ampleur et la continuité de la « manne » dont il a pu disposer, il n’était pas le seul pacifiste émargeant aux caisses berlinoises. Voir Jacques Bariéty, « L’appareil de presse de Joseph Caillaux et l’argent allemand (1920-1932) », Revue historique, 502, avril-juin 1972, p. 375-400 : « les subventions étrangères font alors partie du train quotidien d’une partie de la presse ».

167 R. Lewinsohn, Les Profits..., op. cit., p. 139.

168 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 63-64. Les exemples habituellement donnés étaient deux. D’une part. « l’affaire von Gontard ». directeur de la Deutsche Waffen und Munitionen Fabrik qui avait fait paraître en 1907 dans Le Figaro, Le Matin et L’Écho de Paris des articles vantant l’excellence de la mitrailleuse française, afin de pousser le Reichstag à voter 40 millions de marks pour acheter des mitrailleuses. D’autre part, « l’affaire Poutiloff », annonce par L’Écho de Paris, en janvier 1914, du projet d’achat de ces aciéries russes par Krupp, projet inventé afin de faciliter le placement d’une émission d’obligations. On y ajoutait parfois la campagne ayant, côté anglais, exagéré le programme naval allemand et ayant abouti à la construction des dreadnoughts. Pour l’après-guerre. Marchands de canons (op. cit., p. 147-156 et 191) fournissait les exemples suivants : les informations parues dans Le Journal des débats en 1926 quant à la fabrication annuelle en Allemagne de 60 000 tracteurs, facilement transformables « en petits tanks », qui avaient eu pour effet d’accélérer la motorisation de l’armée ; la campagne du Matin en septembre-octobre 1930 à propos du Junkers G 38, qui avait entraîné le vote de crédits pour batteries anti-aériennes et projecteurs ; celle qui avait abouti à la construction du « formidable et invisible arc de fer et de ciment » de Thionville jusqu’ à la Méditerranée. avec de loin en loin des « forteresses monstres » ; celle des journaux des « associés de Schneider », « agrémentée d’enquêtes et de croisières » qui avait réussi « très habilement [...] à faire de la France pour la première fois dans l’histoire moderne, une nation animée de l’esprit marin ». Les publications de 1934 ajoutaient le « scandale roumain » de 1933 : un gros contrat arraché par Skoda à la suite d’une campagne sur le danger russe.

169 L. launay, J. Sennac, op. cit., p. 4.

170 Le Temps, « acheté » par le Comité des Forges (en 1929), était le quotidien le plus visé. « C’est évidemment surtout au Temps que pensait Mussolini lorsqu’il déclarait en 1933 à H. de Jouvenel, ambassadeur à Rome : “La presse italienne est plus libre que la presse française, tout entière vendue aux marchands de canons” » (La Flèche, 1er février 1936).

171 « L’œuvre des marchands de canons ». L’Union des métaux, mai 1934. Le Barrage du 20 décembre 1934 risquait un chiffre : « C’est un fait : les fabricants d’armements pour dix millions de francs peuvent avoir toute la grande presse avec eux. »

172 G. Hoog, Sa Majesté la presse, reine esclave, Paris, Cahiers de la démocratie, 1933. p. 42.

173 G. Vigue, J. Ganuchaud, op. cit., p. 11.

174 L. et L. Launay, op. cit., p. 123.

175 Où certaines firmes avaient ouvert des « bureaux camouflés » et entretenaient des agents de liaison avec une presse « sans pudeur » (C. Reber, « Les grands munitionnaires. La presse au siège de la Société des Nations. Les mystères du Journal de Genève », Monde, 18 mars 1933).

176 Qui n’avait pas lieu qu’à Paris. Si l’on en croit un rapport de police, les envoyés spéciaux à Saint-Pétersbourg soumettaient leurs télégrammes de presse à un très haut fonctionnaire et acceptaient des rectifications ou compléments d’information, ce qui n’était pas sans leur procurer d’« appréciables avantages » (Archives nationales F7 12 952 [2], 17 décembre 1923). Les documents Raffalovitch ont été publiés en volume en 1931 par la Librairie du travail sous le titre L’Abominable Vénalité de la presse d’après les documents des archives russes (1897-1917). L’affaire Poutiloff, évoquée plus haut, avait été concoctée dans les bureaux de Raffalovitch et du ministère russe de la Guerre.

177 Cité par G. Hoog, Sa majesté..., op. cit., p. 67.

178 Georges Duveau, op. cit., p. 356.

179 Jean-Noël Jeanneney, « Sur la vénalité du journalisme financier entre les deux guerres », Revue française de science politique, août 1975, p. 721.

180 Ibid., p. 724.

181 Wladimir d’Ormesson, Les Vraies Confidences, Paris, Plon, 1962, p. 261, cité par Maurice Vaïsse, Sécurité d’abord ! La politique de la France en matière de désarmement, 9 décembre 1930 – 17 avril 1934, Paris, Pedone, 1981, p. 159.

182 Jean-Marie Moine, « Le Comité des Forges pendant l’entre-deux-guerres. Contre-mesures au mythe d’un groupe de pression croque-mitaine », in Jean Garrigues (dir.), Les Groupes de pression dans la vie politique contemporaine en France et aux États-Unis de 1820 à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 169-192.

183 En 1961, dans un discours célèbre le président Eisenhower mettait en garde contre « l’influence injustifiée acquise par le complexe militaro-industriel » (Robin Clarke, La Course à la mort ou la technocratie de la guerre, 1972, p. 206).

184 P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 45. Quand les partisans de la sécurité par les armements n’étaient pas directement stipendiés, leur « préjugé funeste [était] l’inconscient complice d’un formidable intérêt, l’intérêt des marchands de canons » (G. Hoog, L’Acier..., op. cit., p. 12).

185 A. Compère-Morel, op. cit., p. 3.

186 V. Margueritte, La Patrie..., op. cit., p. 103.

187 H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 226-227.

188 Marchands de canons, op. cit., p. 146.

189 La Lumière, 23 juin 1934.

190 P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 75.

191 La Défense de la paix, numéro spécial du 12 janvier 1935.

192 Vade mecum du candidat et du propagandiste, Librairie populaire du Parti socialiste, 1932, p. 101.

193 Marchands de canons, op. cit., p. 134, 144, 179, 190, 188, 149, 39-40. Sur les réalités du réarmement, la progression de l’effort financier de la France à partir de 1935, les goulots d’étranglement, les faiblesses des entreprises, et leurs causes, dont le « malthusianisme des industriels » (au moins jusqu’en 1938) né des incertitudes de la conjoncture internationale et des difficultés des relations avec l’État client, voir Robert Frank, Le Prix du réarmement français (1935-1939), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982. A contrario, on peut trouver des historiens (militants) prenant pour argent comptant les discours polémiques, tel N. Faucier (op. cit., p. 148), qui, après avoir évoqué l’Anschluβ, soutient que « seuls les munitionnaires poussant au surarmement intensif, dispensateur de super-profits, pouvaient trouver leur compte dans la situation ainsi créée ».

194 Du reste rendue « ingénieuse » par les limitations militaires imposées par le traité de Versailles : ainsi sa « magnifique aviation commerciale susceptible de se transformer du jour au lendemain en aviation de bombardement », dont les appareils étaient plus rapides que les chasseurs français (Marchands de canons, op. cit., p. 40).

195 G. Gobron, « Le patriotisme... », article cité, qui ne dit évidemment pas un mot du concours soviétique.

196 J. Galtier-Boissière, R. Lefebvre, op. cit., p. 78.

197 R. Lewinsohn, L’Argent dans la politique, Paris, NRF, 1931, p. 105.

198 « Avec la complicité des gouvernements. “Je suis vendeur de mitrailleuses...” », Monde, 28 janvier 1933. On les vendait en contrebande, mais aussi « à la Bourse de Bruxelles ».

199 A. Garnier, « Le drapeau cocardier... », article cité ; Marchands de canons, op. cit., p. 29.

200 Auguste Bayet, « Les responsables », L’Éveil des peuples, 1er mars 1937.

201 François Pichon, « Réflexions sur les armements hitlériens », La Patrie humaine, 25 août 1939.

202 A. Eidenschenk-Patin, tract cité.

203 G. Gobron, « Les scandales blancs et les scandales noirs. Mise en accusation du “Comité des Forges” », La Patrie humaine, 23 mars 1934.

204 G. Gobron, « Le sabotage... », article cité.

205 C.B., « Le désarmement et les fabricants d’armes », Monde, 20 février 1932. Voir supra, note 146.

206 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, F Delta Rés. 273/8 : tract Pour un désarmement. Conférence libre du désarmement, sous la présidence de Félicien Challaye, les 23 et 24 avril 1932.

207 Marchands de canons, op. cit., p. 47.

208 Sébastien Faure, « Rapport sur le désarmement unilatéral », Le Barrage, 14 mars 1935.

209 Lucien Le Foyer, Rapport sur le désarmement, s. d. [1927], p. 18.

210 Notamment la convention adoptée par la Conférence sur le commerce international des armes, munitions et matériels de guerre (1925) et le projet du Comité pour la réglementation du commerce et de la fabrication privée et d’État des armes (1934-1935). Voir Société des Nations, section d’information, La Fabrication et le commerce international des armes et matériel de guerre, 13 février 1935 ; Romain Yakemtchouk, Le Commerce des armes, Bruxelles, Institut royal des relations internationales, 1992, p. 165-167.

211 À dire vrai, la revendication débordait leurs rangs. Un « républicain jacobin romantique » comme le radical Pierre Cot la préconisait (Martin S. Alexander, « À bas les marchands de canons ! Efforts to control Private Manufacture and Trade in Arms during the 1930s », dans M. Vaïsse [dir.], Le Pacifisme en Europe..., op. cit., p. 291-295).

212 G. Hoog, L’Acier..., op. cit., p. 71.

213 P. Allard, op. cit., p. 19.

214 R. Jospin, « Rapport sur la nationalisation des armements », Le Barrage, 14 mars 1935.

215 Louis Le Sidaner, « Doit-on nationaliser ou internationaliser la fabrication des armes de guerre ? », Le Barrage, 24 octobre 1935.

216 René Cassin, « L’abolition de la fabrication privée des armes », L’Éveil des peuples, 13 janvier 1935. Cassin la fit voter par la Confédération internationale des associations de mutilés et anciens combattants (Ciamac).

217 P. Allard, op. cit., p. 65.

218 J. P. Fabien, « Le réarmement de l’Allemagne a été pour les munitionnaires américains une magnifique affaire », La Lumière, 29 décembre 1934.

219 Les manœuvrés du lobbyist avaient été mises en lumière quand il avait intenté un procès à ses employeurs mauvais payeurs. On évoquait aussi « l’espion international ayant servi 13 gouvernements », engagé par la firme Du Pont de Nemours pour vendre des explosifs à Hitler (B. Gauthier, article cité) et le « fameux aventurier Trebitsh Lincoln, ex-agent de l’Intelligence Service, espion allemand pendant la guerre et actuellement prêtre bouddhiste et producer d’affaires de sir Basile Zaharoff » (« Marchands de canons. Le rôle de la presse », Monde, 19 novembre 1932). Comme l’expliquait Mme Eidenschenk-Patin (tract cité), « leurs agents sont partout [...]. Pour l’un d’eux démasqué [...], combien d’inconnus qui répandent en secret la corruption et ruinent les espoirs de paix les plus fervents des peuples ? »

220 « C’est une idéologie de masse, sans distinction de classes sociales, résultante d’une série d’efforts innombrables [...]. Les pacifistes répandent leur foi par des conférences, des millions de brochures, des pétitions, des meetings, maîtrisant fort bien le système du lobby [...]. C’est la politique des illusions à l’état pur » (M. Vaïsse, « Le passé insupportable. Les pacifismes, 1984, 1938, 1914 », Vingtième siècle, 3, juillet 1984, p. 31). Voir aussi Yves-Marie Nouailhat, Les États-Unis et le monde au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1997, p. 103-104.

221 A. Sampson, op. cit., p. 87-94. Les méthodes de la Commission Nye ont souvent été mises en cause : recherche du sensationnalisme, violation du secret diplomatique, procédés d’investigation contestables. « Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce comité d’enquête paraît avoir travaillé dans le climat des romans de la Série noire, où la distinction entre policiers et gangsters est généralement assez vague » (Jacques Bergier, L’Espionnage industriel, Paris, Hachette, 1969, p. 140-141 ; voir aussi Jean-Baptiste Duroselle, De Wilson à Roosevelt. Politique extérieure des États-Unis, Paris, Armand Colin, 1960, p. 85-86, 259-261). Pour une discussion de l’image négative habituelle de la Commission, voir John Edward Wiltz, « The Nye Committee Revisited », The Historian, vol. 20, fasc. 2, 1961, p. 211-233.

222 Quelques préparatifs dès l’époque de la Première Guerre mondiale : Henry Noël BrailsFord, The War of Steel and Gold..., op. cit. ; George Herbert Perris, The War Traders, London, National Peace Council, 1914 ; H. Murray Robertson, Krupp’s and the International Armament Ring. The Scandal of Modern Civilisation, 1915 ; Union of Democratic Control, The International Industry of War, London, Halden and Hardingham, 1915 ; J.T. Walton Newbold, The War Trust exposed, op. cit. Pour la critique de cette littérature, voir Clive Trebiloock, « Legends of the British Armament Industry 1890-1914. A Révision », Journal of Contemporary History, 5, 4, octobre 1970, p. 3-19. Exemples de publications dans l’entre-deux-guerres : A. Fenner Brockway, The Bloody Traffic, London, Victor Gollancz, 1933 ; Profits from Blood, London, Victor Gollancz, 1935 ; id., Frédéric Mullally, Death Pays a Dividend, London, Victor Gollancz, 1944 ; League of Nations Union, The Private Manufacture of Arms, 1933, Documents on the Traffic in Arms, 1935. The Manufacture of Arms, s. d.. Profits in Arms, s. d. : Beverley Nichols, Cry Havoc !, London, Jonathan Cape, 1936 ; Philip J. Noel-Baker, Hawkers of Death : The Private Manufacture and Trade in Arms, London, Labour Party, 1934, Challenge to Death, London, Constable, 1934, The Private Manufacture of Armaments, London. Victor Gollancz, 1936 ; Union of Democratic Control (Dorothy Woodman, Kingsley Martin), The Secret International. Armament Firms at Work, 1932, Patriotism Ltd. An Exposure of the War Machine, 1933 ; Freda White, Traffic in Arms, League of Nations Union, 1928, Stop the Profit from War Scares, Women’s International League, 1934. Voir la synthèse de Michael Pugh, The British Campaign against the « Merchants of Death » in the 1930s, non publié (aimablement communiquée par l’auteur). Et, sur le pacifisme britannique, son article « Pacifism and Politics in Britain », The Historical Journal, 23, 3, 1980, p. 641-656 ; Martin Ceadel, Pacifism in Britain 1914-1945. The Defining of a Faith, Oxford, Clarendon Press, 1980.

223 A. Sampson, op. cit., p. 94-102. Outre l’étude de M. Pugh, voir David Anderson, « British Rearmament and the “Merchants of Death’’ : The 1935-1936 Royal Commission on the Manufacture of and Trade in Armaments », Journal of Contemporary History, vol. 29, 1994, p. 5-37.

224 Voir notamment Auguste Bigant, La Loi de nationalisation des usines de guerre, thèse de droit, 1938, qui tient l’expropriation partielle de Schneider pour une opération politique, sans doute inspirée par les « rancunes » de P. Faure : « La maison Schneider a été choisie pour représenter l’ensemble des marchands de canons » français, lesquels étaient, aux yeux de cet auteur, et en vertu d’une sorte d’inversion sélective du mythe, « de vieilles maisons qui ont de longues traditions de loyauté et de probité, [différant] essentiellement de beaucoup d’entreprises anglaises et surtout américaines qui veulent gagner beaucoup d’argent, vite et par n’importe quel moyen » (Jeffrey J. Clarke, « The Nationalization of War Industries in France 1936-1937 : a Case Study », Journal of Modern History, vol. 49, 3, septembre 1977, p. 411-430). Pour un exemple de critiques de la nationalisation, voir Nicole Racine, « Le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (1934-1939). Antifascisme et pacifisme », Le Mouvement social, n° 101, octobre-décembre 1977, p. 104.

225 G. Vigue, J. Ganuchaud, op. cit., p. 13.

226 « La guerre, c’est les affaires... », Manuel Devaldès, La Chair à canon, Paris, Éd. de Génération consciente, 1913, p. 15.

227 Le Patriotisme..., op. cit., p. 13.

228 Pour un cuirassé. Selon le mot de Briand : « Un cuirassé pour moi c’est un bateau de guerre mais je connais des gens pour lesquels un cuirassé c’est surtout un milliard de francs, trois cents millions de matières premières, trois cents millions de main-d’œuvre et trois cents millions de bénéfices » (Pierre Cot, Le Procès de la République, t. 1. New York, Éd. de la Maison française, 1944, p. 54).

229 « Nécessité d’une réforme morale », La Défense de la paix, 2 janvier 1935. Ce qui n’était rien à côté des profits de la société américaine Pratt and Whitney en 8 ans : 1 143 125 %. « Oui. un million de pourcentage ». B. Gauthier, article cité.

230 V. Margueritte, Avortement de la SDN (1920-1936), Paris, Flammarion, 1936, p. 216.

231 P. Allard, op. cit., p. 12.

232 G. Hoog, « “L’acier contre la paix”... », article cité.

233 Jean Huteau. « Les industries de mort », Les Cahiers des droits de l’homme, 30 juin 1932. L’idée que les travailleurs pouvaient profiter de l’industrie de guerre est plus rare. On la trouve chez l’objecteur de conscience Raymond Offner, qui fustigeait les « ouvriers munitionnaires », « renégats accrochés aux usines par lâcheté ». « Il vaut encore mieux voir des chômeurs aux portes des mairies, que des spécialistes d’armes s’embaucher à la manufacture de Schneider » (R. Offner, Pax, 1933, p. 147 ; À la lanterne..., 1933, p. 11-12).

234 L. Launay, « Les marchands d’armes à l’œuvre », Le Barrage. 10 octobre 1935.

235 Johannès Steel, « Les menées des marchands de canons », La Patrie humaine, 27 avril 1934.

236 Johannès Christophe, « Canons et munitions. “Pourboires” », L’Éveil des peuples, 5 mai 1935.

237 P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 155.

238 « Voici une liste officielle des grands munitionnaires », L’Union des métaux, mai 1935.

239 Rapport cité.

240 L. Marle, op. cit., p. 27, 19, 31-32.

241 A. Garnier, art. cit.

242 Jules Blanc, « Que la paix soit dans nos cœurs », in J. Souvenance, R. DE Sanzy, op. cit., t. 2, p. 44.

243 P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 153-154.

244 La Flèche, article cité.

245 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 82.

246 José Rouquet, « La guerre maladie sociale, fruit de l’ignorance et de la cupidité », in J. Souvenance, R. de Sanzy, op. cit., t. 1, p. 312.

247 H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit., p. 179.

248 La Flèche, article cité.

249 « L’œuvre des marchands de canons », L’Union des métaux, mai 1934.

250 Zum Kampf, juillet 1933. Cité par G. Gobron, « Les pacifistes... », article cité.

251 L’image des affaires d’armement pratiquant l’alchimie qui transforme la haine en or figure dans H. N. Brailford, op. cit., éd. 1917, p. 93.

252 M. Lecat, op. cit., p. 29.

253 Marchands de canons, op. cit., p. 25.

254 V. Méric, « Si j’étais... », article cité – tandis qu’à Essen « papa Frédéric » Krupp était statufié « les mains derrière le dos, parce qu’il y a du sang ». Maurice-Verne, op. cit., p. 97.

255 L. Marle, op. cit., p. 10.

256 « L’argent n’a pas d’odeur », Le Barrage, 14 novembre 1935.

257 Robert Tourly, « Nos grands patriotes », La Patrie humaine, 3 avril 1936.

258 L. et L. Launay, op. cit., p. 51. Variante : le thème de la « moisson rouge », « magnifique » : « le sang des guerres est un bon engrais pour les bénéfices » (P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 153). Schneider avait « fertilisé les plaines de la Champagne et de la Picardie en leur procurant du phosphore qui engraisse la terre, et dont est riche le corps humain » (« M. Schneider chevalier du mérite agricole », L’Éveil des peuples, 7 juillet 1935). Le sang associé aux larmes devenait « le ciment destiné à édifier la fortune de certains » (« Notre banquet du 20 décembre 1934. L’action contre le trafic international des armes », La Jeune République, 30 décembre 1934).

259 La Guerre, par « les révoltés », texte cité.

260 R. P. Stratmann, La Vie catholique..., article cité.

261 A. Eidenschenk-Patin, tract cité.

262 O. Lehmann-Russbüldt, op. cit., p. 29.

263 V. Margueritte, Les Criminels, op. cit., p. x-XI.

264 Louis Launay, « Profits de guerre », Le Réveil ouvrier, 27 février 1932. Le même nuançait un peu son propos dans un article du Barrage le 28 mars 1935 (« Les financiers de guerre et le fascisme »), où il expliquait que les « munitionnaires » savaient que la guerre n’était pas « sans risques incalculables pour eux : bombardements aériens, révolutions, attentats » (sauf quand elle avait lieu dans les pays lointains), et qu’ils voulaient « surtout des commandes ». Pierre Cot pensait aussi qu’« ils ne souhaitaient pas la guerre parce qu’ils avaient peur des révolutions » qu’elle engendre, mais « la menace de guerre », « un certain degré de tension internationale [...] nécessaire à leurs profits » (P. Cot, op. cit., p. 54).

265 BDIC, F Delta Rés. 273/17, sans date. Le vampire s’attaquait à un crâne, symbolisant les « bourreurs de crâne ». La composition comportait aussi une mère souffrante et un mutilé.

266 « Fournisseurs de guerre », Le Barrage, 30 janvier 1936. Zaharoff, par son régime alimentaire carné plus large, relevait des deux catégories : « animal de proie », « vieux fauve [...] pas encore rassasié de charogne humaine », « bête immonde qui se repaît de chair vivante » (« Le carnet R... Sir Basil Zaharoff », Yvonne Kahn, « Un peu de pudeur », La Patrie humaine, 9 juin 1933, 28 septembre 1934).

267 Jeanne Humbert, Contre la guerre qui vient. Paris, Éd. de la LICP, 1933, p. 20. De sensibilité anarchiste, J. Humbert militait à la Ligue internationale des combattants de la paix.

268 Robert Neumann, Sir Basil Zaharoff. Le roi des armes, Paris, Grasset, 1934, p. 125.

269 G. Gobron, « Les pacifistes... », article cité.

270 J.-P. Laurent, op. cit., p. 6.

271 Si on leur attribuait un cœur, il était « guerrier » et ne battait qu’en cas de conflit (Engelbrecht et Hanighen).

272 A. Garnier, « Le drapeau cocardier... », article cité, qui n’était pas seul à réclamer le châtiment suprême. Une réaction plus nuancée d’un écrivain est rapportée par Julien Green le 30 octobre 1932 : « Il faudrait coffrer les fabricants d’acier de tous les pays. Retenez ce moyen d’établir la paix universelle », Journal, I : Les Années faciles (1926-1934), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1975, p. 203. L’Action française réservait le poteau de Vincennes pour Briand.

273 F. Delaisi, Le Patriotisme..., op. cit., p. 10, 18, 21, descriptions fortement inspirées de Jules Huret, Rhin et Westphalie, Paris, Fasquelle, 1907.

274 Henry DE Zogheb, Les Maîtres de l’heure, Paris, Denoël et Steele, 1934, p. 160.

275 Voir Claude Beaud, « Les Schneider marchands de canons, 1870-1914 », Histoire, économie et société, 1995, n° 1, p. 113-131. Sauf pour les gros canons de marine avec tourelles cuirassées, le débouché français n’occupait qu’une place secondaire.

276 P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. 181.

277 « Le grand capitalisme fauteur et profiteur des guerres. Schneider et Cie, marchands de canons », Le Réveil ouvrier, 25 décembre 1932.

278 Outre les ouvrages de P. Faure, A. Habaru et J.P. Laurent, déjà cités, voir Poirey-Clément, Les Rois de la métallurgie. Schneider et le Creusot, Paris, L’Idée libre, 1924, et de nombreux articles dans la presse.

279 Marchands de canons, op. cit., p. 83.

280 Traqué « jusque dans son repaire ». Schneider « avait mobilisé une armée de mouchards [...], fait répandre le bruit par ses agents qu’il déplacerait ses usines [...]. La terreur était passée en rafale sur toute la population » (P. Faure, Si tu veux..., op. cit., p. II).

281 En mai 1934, Eugène Schneider avait pénétré un nouveau milieu pouvant lui être utile : il avait été « bombardé » membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Quelques joyeux drilles avaient célébré l’événement en fondant le Comité pour la multiplication des fêtes nationales, qui avait organisé un banquet au Globe. Au menu : consommé marmite, froid requin, mitraille de petits pois à la française, fruits de la Victoire, etc. Un petit canon argenté trônait au milieu de la table... (André Wurmser, Fidèlement vótre, Paris, Grasset, 1979, p. 90-98). Le Merle blanc avait lancé un concours de bons mots et en avait reçu 7 650 : « Il prépare la guerre pour avoir la paie », « On n’aura jamais avec lui le dernier mort »... (Histoires secrètes des marchands de mort, Historia, hors série, n° 37, 1974, p. 37).

282 Schneider pouvait bien assurer n’avoir jamais fourni d’armements à la Hongrie, démentir les livraisons de canons à Abd el-Krim ou de chars à l’Allemagne...

283 Henry Bellamy, Le Barrage, 15 mai 1938.

284 J. Galtier-Boissière, « L’Internationale... », Histoire de la guerre, op. cit., p. 69.

285 Marchands de canons, op. cit., p. 83.

286 H. C. Engelbrecht, F. C. Hanighen, op. cit.. p. 104.

287 Mais, pour l’auteur de Marchands de canons, il s’agissait en l’espèce d’une « exception », le prêt devant servir à renflouer la Banque générale de crédit hongroise, contrôlée par l’Union européenne industrielle et financière (p. 234).

288 Si tu veux..., op. cit., p. 105.

289 H. Modiano, op. cit.. p. 13. En fait, la firme a procédé, après la Première Guerre mondiale, à une « large reconversion [...] dans le sens de la production “civile”, reléguant presque au second plan ses fabrications d’armements », se contentant de « petites séries » sur les marchés étrangers (R. Frank, op. cit., p. 241).

290 Pierre-Valentin Berthier, « Les héros » (1931), dans J. Souvenance, R. de Janzy,op. cit., p. 241.

291 Parmi les maîtres de forges lorrains était fréquemment mentionné Alexandre Dreux, le principal dirigeant des Aciéries de Longwy, « authentique marchand de canons » (L. et L. Launay,op. cit., p. 71). Comme les autres firmes de l’Est, cette entreprise ne travaillait guère pour la défense nationale, et elle n’a jamais livré une seule bouche à feu. Cela n’empêchait pas un personnage des Cloches de Bâle (1934) de Louis Aragon de prétendre que « s’il y a la guerre on ne pourra pas trouver de meilleur placement que les Aciéries de Longwy » (p. 122 de l’édition de 1969). L’acier Thomas convenait mal aux fabrications militaires, même s’il n’en était pas absolument exclu, par exemple pour les obus.

292 « Vous prétendez que MM. Schneider et de Wendel dissimulent leur bilan ? N’avez-vous pas visité l’ossuaire de Verdun ? » (Henri Jeanson, « Quelques slogans sur la Paix, la Guerre et la Victoire », Vendredi, 12 juin 1936). On prétendait, sans fondement, qu’ils se retrouvaient dans Skoda.

293 Roger Lannes, Les 200 familles ou les maîtres de la France, Paris, Fernand Sorlot, 1940, p. 8.

294 L. LAUNAY, De Wendel, op. cit., p. 50.

295 « Notre concours : le carnet R... V- François de Wendel », La Patrie humaine, 23 juin 1933.

296 Mars, « La grande trahison du fer. XII-Une tradition de famille », L’Humanité, 3 mai 1936.

297 H. Modiano, op. cit., p. 21.

298 « À l’Est français, dans l’État du fer et de l’acier. Comment s’enrichissent les “Grands Lorrains” de Wendel », L’Humanité, 15 février 1930.

299 L. Launay, De Wendel, op. cit., p. 13.

300 G. d’Avenel, Le Mécanisme de la vie moderne, Paris, Armand Colin, 1896, p. 121.

301 J. Poirey-Clément, op. cit., p. 4.

302 Louis Fontvieille, « L’impérialisme français et l’organisation patronale de l’industrie métallurgique. Le rôle du Comité des Forges », Cahiers du bolchevisme, 1er mai 1925, p. 1149.

303 Le journal spécial Le Front populaire contre la misère, le fascisme, la guerre... (avril-mai 1936) montrait une photo de la chapelle funéraire des Wendel à Hayange et du monument aux morts voisin : « Entre l’une et l’autre : un obus, français ou allemand, fabrication maison ».

304 « Notre concours... François de Wendel », article cité.

305 L. launay, De Wendel, op. cit., p. 98. En fait, les usines de Lorraine annexée ont été séquestrées, puis liquidées par les Allemands, et celle de Jœuf a été démantelée.

306 G. Gobron, « Le sabotage... », article cité.

307 Freda White, op. cit.

308 V. Margueritte, Debout les vivants Paris, Flammarion, 1932, p. 24. Alfred Hugenberg, membre du directoire de Krupp de 1909 à 1918, était le chef du parti de droite nationale DNVP. Pendant l’été 1923, L’Humanité mena campagne sur une prise de participation, fantaisiste, du « groupe Loucheur-Wendel » dans Krupp.

309 La responsabilité de Wendel dans la chute de Briand est une « illusion » : voir la démonstration de Jean-Noël Jeanneney, François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir 1914-1940, Paris, Le Seuil, 1976, p. 424-426. L’Humanité du 15 février 1930 y voyait une manœuvre en vue de la construction du chemin de fer transsaharien, destiné à l’acheminement de troupes noires en cas de conflit, et qui ferait « tomber une vingtaine de milliards dans la caisse du Comité des Forges ». La correspondance entre Édouard de Warren, président du Comité français du Transafricain (il n’en espérait que 1,6 milliard de francs de débouchés pour l’industrie) et F. de Wendel entre 1934 et 1939 montre que celui-ci ne s’est guère engagé en faveur du projet, quoiqu’il n’y ait pas été défavorable (AN 190 AQ 32).

310 Allocution au congrès du Syndicat national des négociants en fers, quincaillerie et métaux, Le Lorrain, 4 juin 1934. La légende a la vie dure. On peut regretter que l’ouvrage de l’ingénieur général Laurent Giovachini, L’Armement français au xxesiècle. Une politique à l’épreuve de l’histoire, Paris, Ellipse, 2000, p. 18, persiste à classer la firme de Wendel parmi « les exemples les plus significatifs » du « nombre limité » des « importants pourvoyeurs d’équipements pour les armées ».

311 J.T. Walton Newbold fit son mea culpa devant la Commission royale d’enquête britannique.

312 Y compris en Amérique latine, par exemple dans El Mercurio au Chili, le 4 mai 1934. En revanche, l’ouvrage de Engelbrecht et Hanighen n’ évoquait pas les Wendel.

313 AN 190 AQ 18, 90, 91, correspondance. Un deuxième article, « tendancieux » mais « secondaire », fut publié par Fortune en août.

314 AN 190 AQ 91, résumé du film.

315 Devant P. Faure, ministre d’État, le 11 février, par exemple.

316 AN 190 AQ 18, 90, 91.

317 G. Seldes, op. cit., p. 56.

318 R. Mennevée, Sir Basil Zaharoff. L’homme mystérieux de l’Europe, Paris, Documents politiques, 1928 ; R. Lewinsohn, Zaharoff..., op. cit. ; Guiles Davenport, Zaharoff : High Priest of War, Boston, Lothrop, Lee and Shepard Company, 1934 ; Robert Neumann, Sir Basil Zaharoff..., op. cit. ; Rochat-Cenise, Roi des armes. La vie mystérieuse de Sir Basil Zaharoff, Bienne, Éd. du Chandelier. 1943 ; Donald Maccormick, Peddler of Death. The Life and Times of Sir Basil Zaharoff, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1965 ; Anthony Allfrey, Man of Arms. The Life and Legend of Sir Basil Zaharoff, London, Weidenfeld and Nicholson, 1989.

319 A.G.. « Les princes de la finance internationale. Sir Basil Zaharoff. Mécène philanthrope et maître des fabrications de guerre dans toute d’Europe », L’Internationale, 26 septembre 1922. Une comparaison contemporaine pourrait être esquissée avec le brasseur d’affaires saoudien Adam Khashoggi (voir par exemple Jean-Pierre Mithois, « L’étrange M. Khashoggi », Historia hors série, n° 37, 1974, p. 58-61 ; Bertrand le Gendre et Marie-Pierre Subtil, « L’extravagant M. Khashoggi », Le Monde, 22 décembre 1988), ou, aujourd’hui, avec Arcadi Gaydamak, personnage clé de l’Angolagate.

320 Canon Maxim à tir rapide. Rochat-Cenise, op. cit., p. 98.

321 Allusion à la guerre du Chaco entre la Bolivie et le Paraguay, en 1931-1936. Hergé a évoqué les trafics d’armes dans un autre album : Les Cigares du Pharaon. On y voit Tintin découvrir dans la cale d’un boutre des mitrailleuses dissimulées sous une voile, et des fusils dans des caisses étiquetées « Parapluies ». L’épisode a été inspiré par le petit négoce d’Henri de Monfreid (Frédéric Soumois, Dossier Tintin. Sources, versions, thèmes, structures, Bruxelles, Jacques Antoine, 1987, p. 70), mais c’est aussi la transposition directe de ce que le dessinateur belge a pu lire dans la presse des années 1930 : « Les grands navires ancrés dans le port transportent quatre sortes de marchandises : bibles, pianos, parapluies et verroteries. Les bibles ce sont les revolvers, les pianos des canons, les parapluies des fusils, et la verroterie des cartouches » (E. E. Kisch, « Shangaï, marché des armes », Monde, 9 septembre 1933).

322 Rochat-Cenise, op. cit., p. 127. Il aurait eu aussi des intérêts dans Armstrong (qu’il fit fusionner avec Vickers entre les deux guerres), Krupp, Marine-Homécourt, Châtillon-Commentry, « contrôlait » Schneider...

323 R. Neumann, op. cit., p. 88.

324 Clarté, 15 octobre 1922.

325 « Mystérieux déjeuner à Londres. Sir Basil Zaharoff en est... », Le Matin, 14 mai 1923.

326 Clarté, article cité.

327 G. Davenport, op. cit., p. 171.

328 Marcelle Capy, op cit, p. 15.

329 Georges Thayer, Les Marchands de guerre, Paris, Julliard, 1970, p. 26.

330 Henri Olivier, « Marchands de morts », L’Éveil des peuples, 16 décembre 1934.

331 Spartacus, « L’Internationale du canon », L’Éveil des peuples, 23 septembre 1934.

332 B. Gauthier, « Scandale... », article cité.

333 « Un personnage mystérieux. Basil Zaharoff. Ses nominations dans l’ordre de la Légion d’honneur. Les responsables ! », Les Nouvelles économiques et financières, 13 octobre 1922.

334 Xavier DE Hauteclocque, « Sir Basil Zaharoff. Le magnat de la mort subite », Le Crapouillot, mars 1932, p. 4.

335 Il serait né le 6 octobre 1849 dans une bourgade d’Anatolie, Mouklios. Il a été naturalisé français le 18 février 1898. AN L 2766 003 (dossier de Légion d’honneur).

336 R. Neumann, op. cit., p. I ; Rochat-Cenise, op. cit., p. 144 ; Pierre Fontaine, La Guerre occulte du pétrole, Paris, Dervy, 1949, p. 146.

337 Yvonne Kahn, article cité.

338 R. Neumann, op. cit., p. 213.

339 A. Delorme, « Tandis que la commission sénatoriale américaine des armements examine son cas... », Paris Soir, 19 septembre 1934.

340 R. Neumann, op. cit., p. 233 et 234.

341 Jean Reymond, « Et les marchands de canons ? », Le Barrage, 2 mars 1939.

342 Éditorial de L’Humanité du 17 mai 1940. Semblable son de cloche de la part du Komintern. La propagande allemande à destination des soldats français tenait rigoureusement le même langage, dans le droit fil du discours « de paix » de Hitler le 6 octobre 1939 : « Comme toujours, ce sont les marchands de canons, les puissances d’argent et les deux cents familles qui veulent et te font la guerre à toi, chair à canon, afin que leur caisse se trouve alimentée et qu’ils puissent écouler leurs stocks » (Journal de Cambronne, n° 3, mars 1940, cité par A. Rossi, p. 198).

343 Tel P. Allard, qui, dans Le Matin du 7 janvier 1941, se demandait quand les « marchands de canons » seraient enfin imposés sur leurs bénéfices de guerre, photos de François et Guy de Wendel à l’appui.

344 L’Ouest-Éclair du 19 septembre 1942 s’indignait devant les « immenses capitaux juifs » qui avaient été investis dans les usines d’armement Schneider, de Wendel, etc.

345 Par exemple le socialiste Jean Texcier qui, dans Libération-Soir, évoquait ainsi les Wendel : « Le tronc de cet arbre à canons, perpétuellement arrosé du sang des peuples est d’un internationalisme terriblement accusateur » (cité par Maurice Kriegel-Valrimont, Action, 23 février 1945).

346 Par exemple : « Qui peut dénoncer totalement l’entente qui règne, comme sous Guillaume II, puis sous Hitler, entre les marchands de canons français et allemands prêts aujourd’hui à employer l’arme atomique contre les prolétaires des deux pays ? » (Marie Perrot, « 23 cellules de puits sont nées dans les mines de fer de Meurthe-et-Moselle », France Nouvelle, n° 848, 17-23 janvier 1962). On peut trouver des échos du mythe dans la propagande brejnévienne contre l’OTAN dans les années 1970.

347 Auteur, en 1955, du Petit commerce (Les canons) dont voici les derniers vers du premier refrain : « Je vends des canons / Des courts et des longs / Des grands et des petits / J’en ai à tous les prix / Y a toujours amateur pour ces délicats instruments / Je suis marchand d’canons venez me voir pour vos enfants / Canons à vendre ! »

348 Extrait d’une chanson de Bob Dylan, Maîtres de guerre, écrite en 1962, juste après la crise des fusées de Cuba : « Venez, Maîtres de guerre / Qui fabriquez les canons / Qui fabriquez les avions de la mort, / Qui fabriquez les grosses bombes / Vous qui vous cachez derrière vos murs / Et derrière vos bureaux, / Je veux juste que vous sachiez / Que je peux voir à travers vos masques. » Avait-il connaissance de « La crosse en l’air » de Jacques Prévert ? « Et les Schneider les de Wendel / Tous les vieux débris du Creusot / Tous les édentés carnivores / Tous les vieux marchands de la mort » (Paroles, 1949).

349 Par exemple : « Le commerce des armes enrichit le pays. La France marchand de canons », La Vie catholique, décembre 1971 (dossier publié à l’occasion de la semaine de la paix, animée par Pax Christi, alors que l’assemblée des évêques venait de condamner « le commerce des armes qui alimente la guerre »). Voir aussi Bruno Ribes, « La France et le commerce des armes à l’étranger », Études, n° 336, janvier 1972, p. 5-25 ; Hervé Schaeffer, dossier « Course aux armements et marchands de canons », Le Pèlerin, 5 juin 1970 ; le dossier « Ventes d’armes : les commerçants de la mort », Témoignage chrétien, du 9 au 23 février 1981...

350 Par exemple ce tract que le Centre local d’information et de coordination pour l’action non violente (CLICAN), à Toulon, déposait sous les essuie-glaces des voitures : « Nous sommes tous des marchands de canons » (La France trafiquant d’armes, Paris, Maspero, 1974, p. 95).

351 Éric Gerdan, A comme armes, Paris, Alain Moreau, 1975. La première partie, sur le système militaro-industriel français, est intitulée : « La France des “Marchands de canons” ».

352 Marvin Hubert Albert, La Marchande d’armes, Paris, Favre, 1989.

353 Tardi, Le Trou d’obus, Paris, Imagerie Pellerin, 1984, planche 2 : « L’industriel s’en met plein les poches ».

Auteur

Agrégé et docteur en histoire, Jean-Marie Moine est enseignant-chercheur à Tours. Il a notamment publié, parmi d’autres travaux en histoire économique, technique, sociale et culturelle de la métallurgie : Les Barons du fer : les maîtres de forges en Lorraine du milieu du XIXe siècle aux années trente : histoire sociale d’un patronat sidérurgique, Metz, Serpenoise, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1989, rééd, 2003. – « Histoire technique d’une innovation : la sidérurgie lorraine et le procédé Thomas, 1880-1960 » in Paul Wynants (éd.), Mutations de la sidérurgie du XVIe siècle à 1960, Namur, Ceruna, 1997. – « Le Comité des forges pendant l’entre-deux-guerres. Contre-mesures au mythe d’un groupe de pression croque-mitaine », in Jean Garrigues (éd.), Les Groupes de pression dans la vie politique contemporaine en France et aux États-Unis de 1820 à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search