Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Produire les armes, entre État et entreprises

Budget d’armement et politique industrielle : pour une approche en longue période

Renaud Bellais

Texte intégral

  • 1 Paul Valéry, Mauvaises pensées et autres (1924), in Œuvres II, Paris, Gallimard, 1960.

« Ce qui est simple est toujours faux.
Ce qui ne l’est pas est inutilisable1. »

  • 2 Renaud Bellais, Production d’armes et puissance des Nations, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 16-19.

1La production d’armement a toujours suscité des débats passionnés, si ce n’est passionnants. Néanmoins, en dépit de leur vigueur, de tels échanges ne permettent pas toujours d’aboutir à une bonne appréhension des impacts économiques de cette production bien particulière. L’histoire des sciences comme l’histoire économique ont été prises à partie depuis longtemps, ne serait-ce que dans les polémiques suscitées par les travaux de Werner Sombart2. Au-delà des enjeux politiques et des débats théoriques sur la place des dépenses militaires dans le fonctionnement de l’économie, il semble que les économistes et les historiens n’aient pu trouver une analyse claire et irréfutable des impacts économiques et sociaux de l’armement.

  • 3 Lewis Mumford, Technics and Civilization, Londres, George Routledge & Sons, 1946, p. 95.
  • 4 Ibid., p. 86.

2Les approches proposées par certains auteurs clés ont même parfois contribué à obscurcir le débat. Dans Technics and Civilization, Lewis Mumford dégage une vision très négative de l’impact des forces armées sur la société. Il n’hésite pas à affirmer que le milieu militaire est « le refuge des esprits de troisième catégorie3 » – la teneur de ses propos ne laissant par ailleurs aucun doute sur la piètre estime qu’il porte aux armées. Aussi pouvons-nous nous étonner lorsque Mumford offre, dans le même ouvrage, une vision autrement positive de la production d’armement : « Jusqu’à quand faut-il remonter, s’exclame-t-il, pour démontrer le fait que la guerre a certainement été le principal diffuseur des machines4 ? » Ce simple exemple ne peut que nous laisser perplexes quant à l’écheveau à démêler.

3 À cela s’ajoute le fait que les analyses économiques ne viennent pas nécessairement pacifier ou éclairer les débats. L’analyse macroéconomique et économétrique des dépenses militaires a soulevé des échanges houleux depuis de nombreuses années. Le maintien des budgets de défense à des niveaux très élevés pendant la guerre froide a donné naissance à une littérature abondante, mais le bilan que nous pouvons en tirer est pour le moins mitigé. En effet, la compréhension des impacts économiques et technologiques de la production d’armement se heurte à des obstacles majeurs : les données sont rares ou parcellaires, les mécanismes à l’œuvre sont essentiellement indirects et s’inscrivent dans un horizon temporel long, les découpages industriels apparaissent difficilement saisissables, etc. C’est la raison pour laquelle les différentes études aboutissent à des conclusions contrastées, voire antinomiques. Le caractère sensible du sujet, teinté de fortes connotations politiques, ne contribue pas à la sérénité des débats.

4La compréhension des impacts économiques du budget de la défense reste pourtant une question importante, d’autant que l’ambiguïté de nombreuses études découle en partie de leur faible prise en compte de la dimension historique des phénomènes technologiques et industriels associés à l’armement. En nous plaçant dans une approche en longue durée, il est justement possible de déceler certaines tendances intéressantes. Si les dépenses induisent – à des degrés divers – des effets d’éviction pénalisant l’économie à court terme, les besoins de la défense ont amené les États à s’engager dans un effort technologique et industriel dont les retombées en longue période apparaissent tout à fait positives. Le positionnement de l’armement au cœur des hautes technologies n’a pas été sans impact sur le soutien que les dépenses de défense ont pu apporter à des technologies émergentes ou de rupture. Cette tendance s’explique en grande partie par la spécificité des besoins des armées, résultant de contraintes qui leur sont propres. Un détour par l’histoire – et plus particulièrement l’histoire des technologies – s’avère ainsi fructueux pour comprendre les relations entre croissance économique et armement.

5L’histoire des technologies montre en effet le rôle déterminant de l’armement dans la naissance et/ou l’émergence de nombreuses activités. Bien que les choix technologiques faits par les forces armées aient dans certains cas enfermé l’économie dans une trajectoire technologique spécifique, leur soutien a également permis de continuer à explorer des domaines abandonnés ou négligés par les firmes civiles. De ce fait, le budget d’armement peut représenter un outil de politique industrielle et technologique très important. Toutefois, le passage du militaire au civil n’a rien d’automatique. Les retombées positives nécessitent une démarche volontaire, qui n’est pas toujours au rendez-vous. Une démarche critique apparaît donc plus que jamais nécessaire pour tenter de comprendre le rôle que tient la production d’armement dans nos sociétés, au-delà du seul fait militaire.

Fardeau ou instrument de politique industrielle ?

6En dépit de nombreuses études, les impacts économiques de la production d’armement restent un sujet de discussion. Cela n’est pas sans lien avec le caractère politiquement sensible des questions de défense. Pour autant, nous ne devons pas négliger le fait que les études économiques ne prennent pas en compte le caractère (réellement) temporel des interactions entre armement et croissance. La prise en compte de l’histoire permet, elle, de mieux comprendre certaines relations.

Budget d’armement et croissance économique

  • 5 Discussion de la loi de programmation militaire à l’Assemblée nationale, deuxième séance du 8 avril (...)
  • 6 Vannevar Bush, Science, the Endless Frontier. A Report to the President, US Government Printing Off (...)

7On a longtemps considéré l’industrie de défense comme un « entraîneur technologique », antienne reprise à l’envi par les hommes politiques de toutes tendances. André Giraud, alors ministre de la Défense, présentait par exemple en 1987 la loi de programmation militaire comme une « locomotive du développement industriel » et technologique5. De même, François Hollande affirmait dans l’annexe « Défense » du rapport de projet de loi de finances pour 1992 que l’industrie d’armement constituait un atout précieux dans la compétition industrielle internationale. Il est vrai que la thèse des retombées de la recherche et développement (R & D) de défense était peu contestée jusqu’au début des années 1980, car elle reposait sur le mythe fondateur développé après guerre par Vannevar Bush dans son rapport Science, The Endless Frontier6. La recherche militaire de la Deuxième Guerre mondiale avait produit d’importantes retombées sur l’économie civile et il était supposé qu’il en serait toujours ainsi.

  • 7 Frank R. Lichtenberg, « Economics of Defense R & D », in Keith Hartley, Todd Sandler (dir.), Handbo (...)

8La R & D militaire suscite néanmoins de nombreuses interrogations, car de multiples études économétriques – réalisées notamment par Frank Lichtenberg – tendent à montrer que le rendement social de cette recherche est faible, nettement plus que celui de la recherche publique civile. Le faible taux de rendement social apparent doit, certes, être interprété avec prudence en raison des difficultés rencontrées pour identifier les retombées exactes de cette recherche ; mais les conclusions des études économétriques de Lichtenberg7 sont que « si nous maintenons constante la R & D non consacrée à la défense, la R & D de défense financée par le gouvernement [américain] n’a essentiellement aucun effet sur la croissance de la productivité ». Plus largement, c’est en économie du développement que la contestation a pris forme à partir des années 1970. La publication d’une étude de l’Américain Émile Benoît montrant que les dépenses militaires contribuaient au développement des pays du tiers-monde a suscité une multitude de recherches tendant à contester cette thèse.

  • 8 Jacques Fontanel, Les Dépenses militaires et le désarmement, Paris, Publisud, 1995, p. 75.

9L’axe principal des critiques à l’encontre des dépenses militaires porte sur les effets d’éviction que la défense engendre à l’égard des dépenses civiles et des activités commerciales. L’hypothèse de départ est que les dépenses militaires, en particulier en matière d’armement, sont réalisées au détriment de l’investissement civil. « Avec un demi-siècle d’une pratique quasi constante d’efforts en faveur de la R & D militaire et spatiale, note Fontanel8, c’est l’équivalent de près de 20 ans de R & D civile qui a été ainsi sacrifié par le gouvernement américain. » De nombreuses études ont tenté de discerner l’impact des dépenses militaires, et tout particulièrement des dépenses de R & D, dans la dynamique du système productif. Le moins que l’on puisse dire est que leurs conclusions ne sont pas vraiment convaincantes.

  • 9 François Chesnais (dir.), Compétitivité internationale et dépenses militaires, Paris, Economica, 19 (...)

10Les spécificités de l’armement amènent certains économistes à prédire des conséquences extrêmement néfastes sur la croissance économique en longue période. Selon eux, non seulement la R & D militaire détourne une partie des capitaux des fins productives et constitue un fardeau pour l’économie civile, mais elle induit des comportements incompatibles avec un contexte concurrentiel : le système national d’innovation est moins performant et les biais induits par la R & D militaire obèrent les perspectives de croissance en longue période. Chesnais9 affirme ainsi que les conditions spécifiques de la R & D militaire ont des effets pernicieux sur les capacités technologiques des pays producteurs d’armes. En effet, l’armement bénéficie d’une « culture technique de mentalité abritée » :

  • les profits découlant des contrats de recherche et de production sont garantis ;
  • les dérives du coût des programmes ne sont pas ou faiblement sanctionnées ;
  • en cas d’echec, les firmes d’armement ne sont pas confrontées à la sanction du marché, mais à l’approbation ou à la désapprobation du donneur d’ordres.
  • 10 Ibid., p. 153.

11En raison de ces conditions particulières, les scientifiques ne sont pas confrontés au risque commercial, ce qui les conduit à développer des comportements et des méthodes de travail peu compatibles avec un contexte concurrentiel. En outre, la production d’armement tend à pervertir l’ensemble du système productif, car « ces modes de gestion sont contagieux et se répandent dans l’ensemble du tissu industriel10 ».

  • 11 Keith Hartley, John Singleton, « International coexpansion, Defence R & D and Crowding-out », Scien (...)
  • 12 Basudeb Biswas. Rati Ram, « Military Expenditures et Economie Growth in Less Developed Countries : (...)
  • 13 Philip Gummett, « Relations entre recherche civile et militaire », in Mémento GRIP Défense Désarmem (...)

12Or Hartley et Singleton ne parviennent pas à un tel résultat lorsqu’ils analysent les données des principaux pays de l’OCDE entre 1961 et 198711. Si la R & D et les investissements dans la production d’armement induisent effectivement un effet d’éviction vis-à-vis des investissements civils en Allemagne, ils semblent au contraire les encourager au Royaume-Uni. Pour les États-Unis, la France, le Japon et les Pays-Bas, les résultats ne permettent pas de trancher le débat... Utilisant les mêmes données, Griliches, Scott, Mansfield et Lichtenberg aboutissent à des résultats divergents12 ! Et Gummett de conclure qu’il n’est possible de démontrer ni l’impact négatif des dépenses militaires de R & D, ni de leurs incidences positives sur la croissance économique13.

  • 14 Ibid., p. 322.

13Les exemples de « retombées » civiles de la R & D militaire présentés par les décideurs politiques s’apparentent plus à une succession d’anecdotes fondées sur des cas individuels qu’à une relation clairement établie. Comme le rappelle Gummett, « il est difficile de généraliser à partir de ce type de données ; des cas individuels de spin-off nous indiquent peu de chose sur le niveau général de spin-off et sur la façon de le comparer au niveau d’innovations du secteur civil14 ». Le concept de « retombées » constitue d’ailleurs principalement une figure de rhétorique. Il fait partie d’une vision du monde dans laquelle la technologie ne peut mener qu’au progrès de l’homme – quelles qu’en soient les sources. Cela ne veut pas dire que la thèse opposée, selon laquelle les dépenses militaires ne peuvent avoir que des impacts néfastes, soit plus solidement fondée...

  • 15 David Edgerton, « The Relationship Between Military and Civil Technology : A Historical Perspective (...)
  • 16 Comme le rappelle Bernd W. Kubbig, « Military-Civilian Spin-Off : Promises, Premises and Problems » (...)

14Selon Edgerton15, la thèse des impacts négatifs des dépenses militaires sur l’économie prend ses racines au xixe siècle. Les libéraux anglais dénonçaient alors les dépenses militaires comme le symbole de la société aristocratique. Le courant de pensée né dans l’après-guerre autour de réflexions en science politique et en économie marxiste, dont l’Anglaise Mary Kaldor représente la pasionaria, reprend une telle dénonciation pour critiquer la R & D militaire et la production d’armement. Derrière les bonnes intentions et les images chocs, les arguments des adversaires de la production d’armement apparaissent aussi subjectifs que ceux des tenants des retombées technologiques et industrielles. Le débat sur les retombées économique a atteint son paroxysme au début des années 1980, lorsque l’administration Reagan a lancé le fameux programme d’Initiative stratégique de défense (IDS). Les prétentions irréalistes du gouvernement américain quant aux retombées économiques et technologiques envisageables pour ce programme16 ont déclenché les foudres des détracteurs des activités de défense.

  • 17 Philip Gummett, Judith Reppy (dir.), The Relations between Defence and Civil Technologies, Dordrech (...)
  • 18 Bernd W. Kubbig, « Military-Civilian... », article cité.

15« Malheureusement, soulignent Gummett et Reppy, il est extrêmement difficile de mesurer les retombées [spin-off effects], pour les mêmes raisons que les tentatives de quantification des résultats des programmes de R & D constituent un véritable chemin de croix17. » De fait, les nombreuses incertitudes (montants réels des dépenses de R & D, affectations des crédits, etc.), les innombrables interférences possibles et les décalages dans le temps entre les dépenses et leurs conséquences empêchent une identification claire et irréfutable des résultats finaux de la R & D – a fortiori dans le cadre de la production d’armement, pour laquelle les données sont encore moins fiables que pour les projets civils. D’ailleurs, une partie importante des retombées possibles n’est pas quantifiable ; en particulier, le nombre de dépôts de brevets ne constitue pas une mesure fiable des résultats de la R & D militaire18. Les retombées directement perceptibles étant de facto peu nombreuses, le débat se concentre sur les retombées indirectes et/ou intangibles, dont l’évaluation ouvre la porte à un degré élevé de subjectivité.

  • 19 Ulrich Albrecht, « Spin-Off : A Fundamentalist Approach », in Philip Gummett, Judith Reppy (dir.), (...)
  • 20 David Edgerton, « The Relationship... », article cité, p. 107.
  • 21 Robin Cowan, Dominique Foray, « Quandaries in the Economics of Dual Technologies and Spillovers fro (...)

16En raison de ces difficultés, la discussion se résume le plus souvent à un conflit quasi religieux, où chacun tente de défendre sa vision en recourant à des exemples ad hoc, non généralisables. D’anathèmes en excommunications, les prosélytes des deux thèses n’aboutissent qu’à révéler la faiblesse des arguments de chacun19. Edgerton note que « notre compréhension des relations entre les technologies civiles et militaires est empoisonnée par le manque de preuves et le foisonnement d’arguments apologétiques20 ». L’utilisation de mesures indirectes des impacts économiques de la R & D de défense permet en effet de démontrer tout et son contraire21, l’interprétation des résultats dépendant de ce que chacun en attend.

Apports d’une lecture historique

17La place de la R & D militaire au sein du système productif laisse donc planer des soupçons sur les dangers que fait peser la production d’armement sur la croissance économique. Absorbant une large part des crédits de recherche, l’armement peut pervertir l’ensemble de l’économie en imposant, de manière volontaire ou implicite, des comportements qui lui sont spécifiques. Une telle analyse s’inscrit toutefois dans un horizon temporel assez restreint. Il est indéniable que la production d’armement répond à des contraintes qui lui sont propres, mais son influence peut s’exercer de manière plus décisive (mais moins visible) en longue période. Il est important de nous placer dans un horizon temporel long si nous souhaitons comprendre l’influence fondamentale qu’exerce la production d’armement sur le système national d’innovation.

18Peu d’économistes contestent le fait que l’histoire compte, mais beaucoup d’entre eux se demandent si elle est suffisamment importante pour que nous en tenions compte. En fait, il faut bien reconnaître qu’en sciences économiques, la prise en compte de l’histoire ne suscite pas un enthousiasme exubérant – même si la plupart des économistes la mentionnent... pour éviter de se voir reprocher de ne pas l’avoir prise en compte ! Dans les faits, l’économie apparaît comme une science ahistorique, pour laquelle le temps n’existe pas. Certes, les modèles prennent en compte des séquences temporelles, mais ces dernières relèvent d’une dynamique logique et non pas d’une intégration du temps historique.

19Cette particularité résulte de la rupture méthodologique qui s’est produite en économie dans les années 1870, la « révolution marginaliste ». Née à la fin du xviiie siècle, l’école classique – dans la filiation d’Adam Smith et de David Ricardo – se fonde sur une approche historique, au sens où sa démarche est empirico-logique. La meilleure illustration de cette tendance est le poids de concepts comme la structuration de la société en classes et l’accumulation du capital. Cependant, l’école classique se heurte à partir du milieu du xixe siècle à des contradictions et à son incapacité à s’abstraire d’une analyse empirique. Pour sortir des impasses d’une telle approche, l’économie s’est orientée vers une formalisation et une abstraction croissantes en évoluant vers une démarche hypothético-déductive.

20Cette rupture induit le passage d’une approche en termes de processus sociaux et de mouvements d’accumulation à une approche de court terme, microéconomique, caractérisée par une idée cruciale : les particularités d’un moment et d’un lieu donnés ne doivent pas masquer les lois (intemporelles) de l’économie. De ce fait, les recherches tentent de s’abstraire des conditions spécifiques pour s’inscrire dans une vision de long terme dans laquelle les structures convergent vers un équilibre régi par les lois du marché. La conséquence de ce choix est que les événements historiques sont perçus comme des phénomènes perturbateurs que les mécanismes du marché corrigeront à terme, ce qui permet de ne pas en tenir compte pour se concentrer sur l’étude des lois régissant le long terme. En somme, l’approche néoclassique revient à transposer en économie les principes méthodologiques de la physique pour se départir de l’approche classique, jugée fort peu scientifique.

  • 22 Voir Jean-Luc Gaffard, « Vers une théorie du changement technologique en tant que processus de chan (...)
  • 23 « For many economists, their own costs sunk in mastering that discipline have produced a facility f (...)

21Ce choix méthodologique explique que l’économie ait perdu la notion de l’histoire, devenant une science hors du temps. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de prendre en compte les technologies22 : la principale question, pour l’approche néoclassique, n’est pas la caractérisation du processus de création des technologies, mais la réalisation d’une allocation optimale des ressources qui dépend des propriétés de la technologie (assimilées à de l’information). L’intégration de ce refus de l’histoire aboutit aujourd’hui à une incapacité de la plupart des économistes à prendre en compte les faits. David va même jusqu’à affirmer que la perpétuation d’une économie sans histoire résulte de « coûts intellectuels irrécupérables » (intellectual sunk costs) freinant la réintégration de l’histoire dans le cadre de réflexion des économistes et limitant la capacité de l’économie néoclassique à appréhender les phénomènes dynamiques23.

  • 24 Les réflexions qui ont émergé autour des investissements immatériels depuis une dizaine d’années so (...)
  • 25 Joan Robinson, The Generalisation of the General Theory and Other Essays, Londres, Macmillan, 1979, (...)

22La vision ahistorique des approches néoclassiques, ainsi que de certaines approches hétérodoxes, résulte en partie des contraintes de la mathématisation. Pour réduire la complexité de la modélisation, il est supposé que le stock de capital est grosso modo homogène, au contraire de ce que nous pouvons constater dans la réalité24. Il en résulte une hypothèse de malléabilité du capital tout à fait critiquable. L’économiste britannique Joan Robinson a été une des premières à rejeter cette approche. Raisonnant à partir d’un putty capital, les néoclassiques aboutissent à l’idée que les choix d’investissement sont réversibles : le « stock » peut changer d’affectation dans les modèles, puisqu’il est évalué en une unité unique. Cela revient à nier à la fois les notions de temps et d’histoire. « Le slogan selon lequel le libre jeu des forces du marché alloue les ressources rares entre des utilisations alternatives est incompréhensible, souligne Robinson. À n’importe quel moment, les stocks de moyens de production existants sont plus ou moins spécifiques25. » En d’autres termes, le capital existant est le reflet d’une histoire, de choix le plus souvent irréversibles, en raison de la spécificité des équipements (matériels ou immatériels).

23La prise en compte de l’histoire est d’autant plus importante pour comprendre les relations entre armement et croissance que les phénomènes à étudier sont le plus souvent à la fois indirects et asynchrones. En effet, s’il est possible d’évaluer l’impact du budget d’armement au travers de l’effet multiplicateur des finances publiques, une telle mesure ne prend en compte qu’une partie des impacts de ce même budget sur la croissance économique. Il existe en effet des décalages importants entre les dépenses (hors salaires) et leurs répercussions sur la croissance. Ce phénomène est très marqué pour les aspects non quantitatifs des retombées économiques. Or l’histoire, et plus spécifiquement l’histoire des technologies, constitue une approche intéressante pour saisir ces retombées, puisque les seules données statistiques ne permettent pas d’établir des liaisons claires entre budget d’armement et croissance.

  • 26 De tels dérapages se retrouvent dans les écrits de certains économistes ou politologues opposés aux (...)
  • 27 Pierre Dockès, Bernard Rosier, L’Histoire ambiguë, Paris, PUF, 1988, p. 14.

24Pour autant, l’approche historique n’est pas sans risque. En effet, dans une lecture trop rapide ou superficielle des données et événements historiques se niche un risque indéniable de lire l’histoire « à l’envers » ou de travers26. Il est ainsi facile de dénoncer a posteriori les choix technologiques qui ont été faits par les armées, pour démontrer les effet pervers de l’armement sur le tissu économique. Or, soulignent avec force Dockès et Rosier27, « a posteriori, les chemins suivis par l’histoire apparaissent clairs parce que l’on ne repère jamais que la voie qui a été suivie, non toutes les possibilités alternatives qui existaient et qui sont mortes à jamais [...] Comment ne pas projeter cette histoire dans une téléologie ? ». Une telle démarche aboutit à voir des liaisons évidentes entre des faits et un déroulement déterministe de l’histoire, dont le résultat est souvent une vision déformée, voire faussée.

  • 28 Graeme Donald Snooks (dir.), Historical Analysis in Economics, Londres, Routledge, 1993, p. 42.

25Suivant une telle démarche, la R & D militaire peut apparaître socialement peu ou inutile. Pourtant, en raison des aspects inattendus du progrès de la science et de la technique, il n’est pas possible de prévoir les retombées qu’auront les dépenses de R & D militaires – même si l’essentiel de ces crédits porte sur des travaux orientés vers des finalités militaires. Il convient donc d’allier une étude attentive de l’histoire au développement d’une trame théorique : « L’économie déductive a un rôle essentiel à jouer, non seulement en suggérant des relations économiques possibles qui peuvent exister dans la réalité, mais aussi comme une aide à l’analyse historique28. »

26Si l’histoire de quelques technologies ne saurait conduire à des analyses globales, elle révèle certaines tendances dont il est bon de tenir compte. Certes, l’armement n’a pas toujours été le vecteur de la production industrielle et de l’innovation ; mais les besoins des armées ont tenu un rôle non négligeable dans l’émergence et le renforcement de certains secteurs industriels, parfois à des moments clés de leur histoire.

  • 29 Keith Krause, Arms and the State, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 38.

27Il est remarquable que l’apparition du phénomène de course aux armements et l’expansion du système capitaliste se réalisent presque simultanément, au commencement de l’époque moderne. Bien que la production d’armement ne puisse être considérée de manière raisonnable comme le vecteur principal de la diffusion des connaissances jusque dans la seconde moitié du xixe siècle, la compétition entre États lors de la constitution des États nationaux a constitué un mobile important d’encouragement à l’innovation et au développement des sciences. Comme le souligne Krause, un tel processus est perceptible dès les xiiie et xivE siècles : « La concurrence entre les cités-États italiennes pour assurer leur propre approvisionnement militaire en créant des centres armuriers sur leur territoire ou en encourageant les activités de ceux qui s’y étaient développés spontanément a stimulé la production et l’innovation29. »

  • 30 Martin van Creveld, Technology and war, New York, The Free Press, 1989, p. 97.

28Bien entendu, l’utilisation du concept de « course aux armements » peut sembler quelque peu anachronique et inappropriée avant la fin du xixe siècle. Le rythme du changement technologique apparaît très lent de la Renaissance jusqu’au milieu du xixe siècle. Des générations entières de soldats peuvent faire carrière en ne connaissant qu’un seul type d’armement. Toutefois, la recherche d’une amélioration des armements est indéniable dès cette époque, même si elle ne se concrétise pas nécessairement par des avancées scientifiques et techniques aussi fulgurantes qu’au xxe siècle. Il n’y a plus, à partir de l’époque moderne, de retour en arrière : les armements employés par les armées s’inscrivent dans un processus d’évolution rendant obsolètes les armements utilisés au cours des conflits précédents. Dès la Renaissance, les chefs d’État prennent conscience de ce changement : « L’importance de se tenir au courant du point de vue technologique, ou si possible en avance par rapport aux rivaux actuels ou potentiels, n’était certainement pas méconnue par les contemporains. Henry VIII, Johan de Nassau (le chef d’artillerie de son cousin bien connu, Maurice), Gustave Adolphe et Maurice de Saxe, parmi d’autres, s’intéressèrent et expérimentèrent une grande quantité de nouveaux armements de toutes sortes30. »

  • 31 Ibid.
  • 32 Clive Trebilcock, « “Spin-Off” in British Economic History : Armaments and Industry, 1760-1914 », E (...)

29Le passage de la marine à voile à la marine à vapeur, ainsi que l’abandon du bois au profit de l’acier, ont joué un rôle important dans la transformation de la construction navale. Par exemple, la guerre de Crimée a servi de stimulant pour le développement des navires à vapeur, avec le lancement en France d’un ambitieux programme de renouvellement de la flotte à la fin des années 1850. Martin van Creveld estime que le tournant le plus important se situe dans les années 183031. À partir de cette période, non seulement les connexions entre l’armement et l’industrie se renforcent, mais elles s’institutionnalisent et deviennent permanentes – avec une accélération cruciale à partir de la deuxième moitié du xixe siècle. Trebilcock identifie d’ailleurs dans les années 1870 « la première grappe moderne d’innovations de l’armement32 ». L’histoire des technologies se révèle ainsi précieuse pour nous aider à comprendre les relations entre armement et croissance, au-delà des données statistiques.

Caractère précurseur de l’armement

30Notre démarche, dans cette partie, ayant une valeur heuristique, son objectif n’est pas de couvrir l’ensemble des activités industrielles. Nous n’aborderons pas le cas des technologies de l’information, puisque leurs relations avec les armées font l’objet de multiples études. Les exemples traités ici visent simplement à mettre en avant des éléments parfois méconnus ou négligés dans les réflexions qui nous intéressent.

  • 33 Waldemar Kaempffert, « War and Technology », The American Journal of Sociology, 46 (4), 1941, p. 43 (...)
  • 34 François Crouzet, « Recherches sur la production d’armements en France (1815-1913) », Revue histori (...)

31Abordons d’abord la métallurgie. La production d’armement a constitué un indéniable stimulant pour les recherches en métallurgie et sidérurgie33, même si ces commandes ne représentaient qu’une faible part en volume de la production de ces industries34. Dès 1841, l’US Army Ordnance met en place un programme de test des métaux ferreux, centré autour de l’arsenal de Watertown. Ce programme a suscité l’émergence d’un réseau de firmes civiles, au sein duquel on retrouve le gotha de l’industrie victorienne : Bethlehem Steel, Carnegie Steel, DuPont de Nemours... et Midvale Steel, la firme dans laquelle travaillait Frederick W. Taylor.

  • 35 Merritt Roe Smith (dir.), Military Enterprise and Technological Change, Cambridge, MIT Press, 1985.
  • 36 François Crouzet, « Remarques sur l’industrie des armements en France (du milieu du xixe siècle à 1 (...)

32Comme le souligne Smith, « le fait que la grande ascension de l’industrie américaine de l’acier vers la domination mondiale coïncide avec la renaissance navale américaine des années 1880 et 1890 n’est pas un accident35 ». Plus généralement, la concurrence entre cuirasse et obus représente, à partir du troisième tiers du xixe siècle, un stimulant en faveur d’un processus d’innovation permanente, entraînant une remise en cause des résultats acquis tous les six à huit ans. Crouzet souligne que la recherche dans les aciers spéciaux constitue « une retombée incontestable du progrès technique en matière d’armement [...] mis au point initialement pour les blindages de cuirassés, mais rapidement utilisés dans des industries civiles, telles que le matériel électrique et l’automobile36 ».

  • 37 Jean Doise. Maurice Vaïsse, Diplomatie et outil militaire (1871-1991), Paris, Le Seuil, 1992.
  • 38 Les alliages légers – employés en premier lieu dans l’armement, puis dans l’aéronautique – ont trou (...)
  • 39 Claude Beaud, « La stratégie de l’investissement dans la société Schneider et Cie (1894-1914) », in (...)

33Doise et Vaïsse rapportent que les besoins en aciers spéciaux pour la production d’armement ont stimulé ce type de production en France au lendemain de la guerre franco-allemande de 1870, en particulier dans les usines Schneider37. Eugène Schneider, qui était jusqu’alors assez conservateur dans ses choix technologiques, engage après 1871 un important effort de R & D et crée une importante unité de recherche dans laquelle travaillent des chercheurs réputés – notamment les normaliens Floris Osmond et Jean Werth. Les besoins de l’armement ont incité les chercheurs du Creusot à élaborer de nouvelles qualités d’acier et des alliages très innovants (à base de chrome, nickel, tungstène, etc.), comme le duralumin38, afin de répondre aux contraintes spécifiques des armements. Qui plus est, les besoins de l’armement ont contraint les firmes à être plus attentives aux progrès réalisés à l’étranger et « Schneider s’est intéressé de bonne heure aux techniques de pointe qui devenaient des compléments indispensables à des fabrications militaires sophistiquées, en particulier l’électricité »39.

34De même, l’industrie optique représente un secteur pour lequel la demande militaire a joué un rôle important, mais souvent ignoré. Les besoins en optique des armées sont importants, notamment avant l’apparition de l’électronique (jumelles, télémètres, périscopes, etc.). Ainsi Napoléon Ier encouragea-t-il le développement d’une industrie optique française lors du Blocus continental, ce que firent aussi les États-Unis lors de la guerre avec le Mexique.

  • 40 Roy MacLeod, Kay MacLeod, « War and Economic development : Government and the Optical Industry in B (...)
  • 41 L’Angleterre de la Belle Époque se caractérise par un mépris très marqué pour la recherche appliqué (...)

35La comparaison dressée par MacLeod et MacLeod entre l’Allemagne et le Royaume-Uni montre que le développement de l’optique s’est grandement appuyé sur les commandes militaires, non seulement en temps de guerre, mais aussi en période de paix40. La guerre des Boers a donné une forte impulsion à l’industrie optique britannique, offrant notamment à de multiples inventeurs l’opportunité de développer leurs produits. Au sortir de la guerre, cependant, cette industrie périclite. Les entreprises se désengagent d’un secteur peu rentable et aux débouchés aléatoires (du fait de l’étroitesse des débouchés nationaux et de la concurrence très forte des firmes étrangères) ; les institutions publiques britanniques négligent à la fois la formation de techniciens et la R & D41.

  • 42 Le soutien étatique à l’industrie optique est aussi perceptible en France, notamment en raison des (...)

36Au contraire, à la même époque, l’industrie allemande de l’optique domine le monde. Une analyse plus poussée révèle que ce succès éclatant repose sur le soutien très fort de la Prusse, puis de l’Empire à une industrie jugée stratégique (subventions à la recherche et à l’investissement d’industriels comme Cari Zeiss, Ernst Abbe ou encore Otto Schott)42. L’État a permis à ces entreprises de développer leurs échelles de production par d’importantes commandes et la mise en place de barrières protectionnistes. La garantie d’un flot régulier de commandes pour des produits spécialisés (permettant aux firmes de s’engager dans de lourds investissements) et de faibles coûts de production (résultant des économies d’échelle) a donné aux firmes allemandes les moyens de contrôler leur marché national et de dominer le marché européen, en particulier dans la production militaire. À ce soutien direct s’ajoute la création d’écoles de techniciens et de départements d’optique dans les universités techniques, en particulier Charlottenburg.

  • 43 Pierre Assouline, Monsieur Dassault, Paris, Balland, 1983, p. 35-36.
  • 44 Claude Carlier, Georges Pedroncini (dir.), L’Émergence des armes nouvelles, Paris, Economica, 1997.

37Cas plus connu, l’aéronautique est certainement un des domaines où le rôle moteur de la production d’armement est le plus flagrant. L’État a joué un rôle essentiel en tant que client principal – sinon unique jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale – et surtout le plus régulier, ce dont Marcel Bloch s’aperçoit en 1912, lorsqu’il flâne sur le terrain d’aviation d’Issy-les-Moulineaux : « Ce qu’il perçoit, au détour des conversations, lui apparaît de plus en plus clair. Toutes ces usines, là-bas en bordure du terrain, ont un client, un seul : l’armée. Sans elle, l’homme-orchestre qu’est l’avionneur, tour à tour pilote, homme d’affaires et dessinateur, n’existe pas. La mince clientèle privée ne suffit pas, malgré l’essor tout neuf de l’aviation civile43. » Avant la Première Guerre mondiale, la production aéronautique reste une activité artisanale44.

  • 45 Martin van Creveld, Technology and war, New York, The Free Press, 1989.

38Pourtant, l’armée offre déjà un soutien au développement de l’aéronautique, notamment avec la création de la première école de techniciens par le colonel Roche à Paris en 1912 : c’est la future École supérieure d’aéronautique (Sup’aéro), qui a formé de grands noms de l’industrie comme Henry Potez ou Marcel Bloch (Dassault) ; ou encore avec la création, au début du xxe siècle, du Laboratoire d’aéronautique de Chalais-Meudon. La Première Guerre mondiale permet à l’aéronautique de prendre son envol. L’armée britannique, à elle seule, acquiert pas moins de cinquante mille aéronefs tout au long de la guerre45.

  • 46 Henry DE l’Escaille, Quinze ans d’aéronautique française : 1932-1947, Paris, Union syndicale des in (...)
  • 47 Pierre Assouline, Monsieur Dassault, op. cit.

39Au sortir du conflit, l’intérêt pour ces nouvelles armes permet l’instauration d’un soutien continu, si ce n’est constant, au développement de l’aéronautique. Henry de l’Escaille, président pendant l’entre-deux-guerres de l’Union syndicale des industries aéronautiques, note qu’à cette époque, les problèmes de l’industrie aéronautique « n’étaient pas solubles par les méthodes d’économie libérale46 ». La recherche aéronautique dans l’entre-deux-guerres se fait presque uniquement sur crédits militaires, en particulier avec la « politique des prototypes » mise en place en France par Albert Caquot en 1928. Elle a favorisé « la levée en masse de toute la matière grise aéronautique » et permis à la qualité et au progrès d’émerger, note Assouline47.

40A contrario, les recherches initiales sur les fusées et l’Espace, dans les années 1920, ont eu lieu sans aucune aide des militaires. Ceux qui s’intéressaient à de telles recherches étaient considérés, en Europe et aux États-Unis, comme des marginaux ou des farfelus. Néanmoins, ces travaux n’aboutissent à des résultats probants qu’à partir du moment où l’État allemand leur accorde son soutien. Il semble que sans ce soutien logistique, scientifique et technique à partir des années 1930, la recherche spatiale aurait abouti à une impasse, faute de moyens suffisants et idoines. Les difficultés portaient en particulier sur l’instabilité des carburants ou la maîtrise du comportement en vol des engins.

  • 48 Frederick I. Ordway, Mitchell R. Sharpe, The Rocket Team, New York, Thomas Y. Crowell, 1979.

41Dès 1929, l’armée allemande s’intéresse aux recherches sur les fusées, notamment afin de contourner les restrictions du traité de Versailles. À partir de 1932 est créé un centre de recherche à Kummersdorf. L’association de recherche VfR reçoit un contrat de 1 000 Reichsmark pour mettre au point un prototype48. Les recherches changent d’échelle en 1935 quand la Luftwaffe s’y associe et crée le centre de Peenemünde (investissant plus de cinq millions de Reichsmark). En 1942, ce centre de recherche employait près de 2 000 scientifiques et techniciens et plus de 3 800 autres personnes. Il est important de prendre conscience du soutien apporté par l’Allemagne à ces travaux. Entre 1932 et 1945, les investissements octroyés se sont élevés à quelque 2,2 milliards de dollars de 1945.

  • 49 Ibid.
  • 50 Wernher von Braun, figure de proue de la recherche aérospatiale allemande jusqu’en 1945, devient da (...)

42Le programme de missiles allemand a permis de jeter les fondations de la recherche comme de l’industrie spatiale. Ordway et Sharpe établissent la filiation claire et irréfutable entre les recherches de Peenemünde et les programmes spatiaux du Royaume-Uni, de la France, mais aussi de l’Union soviétique et des États-Unis49. D’ailleurs, ce sont en partie les mêmes chercheurs, « récupérés » en 1945 par les vainqueurs, qui ont développé les savoirs génériques issus des études allemandes50.

43Ces différents exemples montrent à quel point la production d’armement a constitué un laboratoire des méthodes de production dans d’importants secteurs. Même si la demande militaire n’a pas toujours suffi, en elle-même, pour porter le développement économique dans son ensemble, elle a posé certaines conditions qui ont favorisé les mutations économiques. Par-delà la révolution industrielle, la production d’armement a continué à jouer un rôle de premier ordre dans la mise en place de mouvements longs d’accumulation, apportant son soutien à de nouveaux champs de connaissances. La relation entre production d’armement et dynamique longue du capitalisme apparaît ainsi beaucoup plus complexe que ne le laisseraient supposer une simple lecture des faits historiques ou les articles qui jalonnent la littérature économique. La production d’armement, grâce à la recherche militaire, a devancé l’économie civile dans le développement de ces nouvelles activités et elle les a souvent rendues économiquement viables, en assumant les aléas du travail scientifique ainsi que les difficultés et les errements du passage à la production (essais, problèmes de qualité, maîtrise des coûts...).

  • 51 Pierre Dockès, Bernard Rosier, L’Histoire ambiguë, Paris, PUF, 1988, p. 13-14.

44Le drame de l’histoire réside dans le fait qu’elle peut prouver tout, n’importe quoi et son contraire-à l’instar des statistiques... « Ce n’est pas tant que ses oracles soient obscurs à la façon d’Apollon Pythien, bien au contraire, soulignent Dockès et Rosier, ils semblent clairs à ceux qui les sollicitent puisqu’ils lui disent toujours ce qu’il désire entendre51 ! » Il convient donc de dépasser la valeur heuristique des exemples précédemment cités pour tenter de les insérer dans une grille d’analyse plus globale.

Incertitudes, inattendus, opportunités

45Les erreurs d’appréciation dans l’étude des relations complexes entre armement et croissance découlent souvent d’une approche décalée de la question. En effet, les motivations des militaires diffèrent de celles des civils : la quête d’innovations technologiques n’est pas à rattacher au profit, mais à la nécessité de s’assurer que les armées disposeront des armes idoines dans un contexte géostratégique donné. De ce fait, la relation à la recherche et à l’industrie s’inscrit dans une orientation propre à la défense, sans relation directe avec une quelconque valorisation commerciale des travaux ainsi financés.

Enjeux stratégiques et armement

46Comment expliquer les relations très variables entre armement et croissance ? Nous avons vu que l’approche macroéconomique ne donne pas de résultats convaincants, alors qu’une analyse historique montre un rôle indéniable des dépenses militaires dans l’émergence de certaines technologies clés. Les choses se compliquent par le fait que la relation entre armement et technologie est fortement variable. En effet, selon les technologies et les moments, l’armement apparaît tantôt à la pointe des avancées scientifiques et techniques, tantôt à la traîne des marchés civils. Cette variabilité peut s’expliquer par la particularité de la relation des armées à la technologie. De fait, ces dernières ne recherchent des avancées que dans la mesure où elles contribuent au maintien ou à l’accroissement de la supériorité stratégique et tactique.

47Comme nous l’avons déjà dit, l’armement constitue une activité fortement consommatrice de connaissances scientifiques et techniques. Cette demande répond à une préoccupation de court terme – développer des armements qui présentent des améliorations par rapport aux équipements déjà en production ou en service –, mais également de long terme. En effet, la quête de la supériorité militaire incite les Etats à développer aujourd’hui les instruments de leur puissance militaire future. De ce fait, il est important de déceler les technologies qui constitueront (ou pourraient constituer) le cœur des armements futurs. Cela implique à la fois un intérêt pour l’approfondissement des champs de connaissances actuels et la recherche de nouvelles sources d’armement.

  • 52 Stanley Engerman, « The Big Picture : how (and when and why) the West grew rich », Research Policy, (...)

48La recherche d’une supériorité militaire explique le biais technophile des militaires et le processus de course aux armements, puisque toute supériorité ne saurait être que temporaire. De ce fait, la production d’armement appelle le recours à un flux soutenu de connaissances scientifiques et techniques. Or, à partir de l’époque moderne, la perception de l’armement connaît une transformation radicale. Non seulement de nouvelles armes apparaissent, mais elles connaissent des améliorations continues52. Les besoins scientifiques et techniques de telles améliorations ont favorisé l’intérêt pour les sciences en Europe, amenant ainsi un changement d’attitude vis-à-vis de la recherche scientifique.

  • 53 Richard Bean, « War and the Birth of the Nation State », Journal of Economic History, 33, 1973, p.  (...)
  • 54 A. H. John, « War and the English Economy », Economic History Review, 7, 1954, p. 331-332.

49Bean montre ainsi qu’à partir du xvie siècle, la compétition entre États en Europe a poussé les chefs militaires à rechercher des armements toujours plus performants53. John explique que la diffusion des innovations dans la métallurgie se fait lentement en Angleterre dans la première moitié du xviiie siècle, mais que « la guerre de succession d’Autriche change radicalement la situation en créant les conditions, menant à une amélioration plus poussée des techniques, d’un impact économiquement bien plus grand que la découverte initiale de l’utilisation de la coke54 ».

  • 55 Jacques Fontanel, « Éléments de réflexion sur la conversion des technologies militaires », Innovati (...)

50La difficulté quant à l’obtention ou au maintien de la supériorité stratégique d’une armée tient au fait que ses capacités militaires ne peuvent être testées qu’à l’occasion d’un conflit. Le paradoxe réside dans le fait que les militaires doivent tout faire pour ne pas avoir à constater, à cet instant décisif, que leur système de défense (ou d’attaque) comporte des carences ou des déficiences technologiques. Comme le remarque Fontanel, « pour les états-majors, la recherche et le développement de la défense constituent la clé de voûte de la supériorité militaire »55. De ce fait, il est important pour eux d’avoir accès aux technologies les plus avancées.

  • 56 Voir Renaud Bellais, Blandine Laperche, Système national d’innovation et base industrielle de défen (...)

51Leur soutien à la recherche fondamentale et appliquée est motivé non seulement par le désir de pouvoir contrer les réalisations de leurs adversaires éventuels, mais aussi par le souci d’anticiper les découvertes que pourraient faire ces mêmes adversaires. Nous pouvons donc dire que le concept de veille technologique trouve une de ses principales origines dans les armées – si ce n’est son premier domaine d’ expérimentation56. Comme le révèle le graphique ci-dessous à propos de la stratégie technologique du ministère américain de la Défense, une telle course-poursuite contraint les militaires à laisser le plus grand nombre possible d’options scientifiques et technologiques ouvertes, même s’il existe en permanence un débat sur la frontière délimitant les technologies auxquelles les militaires peuvent s’intéresser et celles qui ne relèvent que du domaine civil.

Part du Dod dans le financement fédéral de la recherche universitaire (FY 1998)

Part du Dod dans le financement fédéral de la recherche universitaire (FY 1998)

Source : AAAS, « DoD Basic Research rises 13 Percent ; Congress allocates $9.4 billion for S & T », AAAS R & D Funding Update, 19 juillet – 10 août 2000.

  • 57 John A. Alic et al., Beyond Spinoff, Military and Commercial Technologies in a Changing World, Bost (...)

52La stratégie de prévention du pire incite les militaires à préempter les évolutions de la science et de la technique en finançant simultanément de multiples recherches alternatives ou complémentaires57. Cette attitude peut apparaître à certains comme un gaspillage, notamment en comparaison du comportement des firmes civiles, qui sélectionnent une technologie et focalisent sur elle leur effort de R & D. Attitude viable – et même souhaitable – pour les firmes civiles, qui sont en concurrence les unes avec les autres à l’intérieur d’un même champ technologique : mais il n’en va pas de même pour les armées.

  • 58 Raimo Väyryren, « La R & D militaire et la politique scientifique », Revue internationale des scien (...)

53En effet, ces dernières doivent faire face à un degré élevé d’incertitude quant aux armements dont disposent ou disposeront leurs adversaires. En laissant plusieurs options ouvertes, les militaires gardent la possibilité de maîtriser et mobiliser rapidement des connaissances scientifiques et techniques qu’ils n’ont pas privilégiées dans leurs choix d’équipement. « La possession des technologies avancées reconnues est une ressource, résume Väyrynen, et l’accès aux technologies émergentes donne la promesse que la position de puissance [du pays] peut être maintenue ou, dans le cas de nations montantes, renforcée dans l’avenir58. » Au début du xixe siècle déjà, Carl von Clausewitz notait que dans la guerre plus que n’importe où, les choses ne se déroulent jamais comme nous l’envisagions.

Crédits de R & D militaires attribués aux universités américaines (millions de dollars de 1992)

Mathématiques* Ingénierie Sciences de la vie
1975-1979 331 815 295
1980-1984 492 1 106 406
1985-1989 863 1 552 588
1990-1994 1 892 3 089 1 103
Médecine Physique Environnement**
1975-1979 238 420 451
1980-1984 250 517 459
1985-1989 328 557 532
1990-1994 530 1 064 1 007

* Recherche informatique incluse ; ** Géologie, météorologie, océanographie, etc.

Source : National Science Foundation, Federal Fundsfor Research and Development. Detailed Historical Table : Fiscal Years 1956-1994, 1994.

  • 59 Voir Martin Goldberger, « Developments of New Weapons », Pugwash Symposium on Scientific and Techno (...)
  • 60 Anita Jones. « One on One », Defense News, 19 août 1996, p. 22.

54La réduction de la prise de risque passe par le financement de nombreux champs de recherche, en particulier dans les domaines émergents ou de rupture, en raison des applications qui pourraient en découler dans la production d’armement. Marvin Goldberger résume cette stratégie de R & D en expliquant que « tout ce qui peut être construit doit être construit59 ». Anita Jones, alors directrice de la R & D au ministère américain de la Défense, soulignait qu’il était impératif pour les militaires de participer au renforcement de la base technologique afin de s’assurer que l’économie offrirait toujours les capacités de production dont la production d’armement avait ou pourrait avoir besoin60. Il s’agit en somme d’éviter les surprises technologiques, qui risquent de compromettre les capacités militaires du pays par rapport aux autres forces en présence.

55Si la diversité des projets soutenus par les militaires soulève de nombreuses critiques quant à l’opportunité d’une telle politique, cette dernière constitue pourtant la garantie d’une bonne maîtrise du progrès scientifique et technique. Il est essentiel, d’un point de vue militaire, de soutenir la recherche fondamentale pour avoir la certitude de détenir demain les connaissances scientifiques et techniques nécessaires à l’élaboration des armements dont les armées auront besoin. Les besoins de la défense justifient ainsi le soutien à de nombreuses technologies émergentes et de rupture, ainsi qu’un engagement de longue période vis-à-vis du financement de ces recherches.

Besoins militaires et recherches exotiques

  • 61 Mary Kaldor, The Baroque Arsenal, New York, Hill and Wang, 1981 ; Mary Kaldor, « Guerre des étoiles (...)

56La plupart des analyses critiques à l’égard de la R & D militaire se fondent sur une vision cyclique des développements technologiques. L’idée centrale de ces travaux est de souligner le fait que les militaires financent presque exclusivement des programmes de recherche sur des technologies matures, c’est-à-dire des champs de recherche amplement explorés et pour lesquels aucune découverte majeure ne peut être attendue. Les travaux précurseurs de Kaldor61 résument bien le raisonnement qui sous-tend l’ensemble de cette littérature : les militaires concentrent l’essentiel de leur effort scientifique et technique sur des technologies peu novatrices, pour lesquelles nous ne pouvons attendre que des améliorations marginales – ce qui explique la diminution croissante du flux de connaissances scientifiques et techniques de la R & D militaire vers l’économie civile. De ce fait, la R & D militaire apparaît socialement peu rentable, en dépit des sommes qui y sont consacrées.

  • 62 Mary Kaldor, « Guerre des étoiles... », article cité.

57Selon ce schéma, la R & D militaire tend peu à peu à se couper de l’évolution générale des sciences et techniques, pour se consacrer de manière croissante à des projets dont l’intérêt économique est de plus en plus faible. Une telle analyse repose sur une vision déterministe de l’évolution technologique : « Il y a, certes, eu des débouchés de la technologie militaire dans le passé [...] Mais avec le caractère plus complexe, cher, intelligent et mystérieux de la technologie militaire, les applications civiles sont plus difficiles62. » La différenciation de fonctionnement du marché de l’armement, que résume le tableau ci-dessous, est souvent utilisée pour dénoncer les dérives dans l’utilisation des crédits militaires et le coût social de l’armement.

Spécificités de la relation entre armement et innovation

Armement Économie civile
technologies avancées
innovations révolutionnaires
défaut de fonctionnement mortel
conditions d’utilisation imprévisibles
normes de qualification rigoureuses
séries faibles
préoccupation dominante de fiabilité
technologies éprouvées
innovations évolutives
défaut de fonctionnement désagréable
conditions d’utilisation prévisibles
normes de qualification fonctionnelles
séries très importantes
préoccupation dominante de prix

Source : Jacques de Saint-Martin, Reconversion des activités liées à la défense, document de travail GD(96) 33, Paris. OCDE, 1996, p. 14.

58La thèse du cloisonnement croissant de la R & D militaire et du rendement décroissant de ce type de dépenses repose sur l’idée qu’une technologie a un cycle de vie linéaire et monodirectionnel, de l’émergence à la maturité. Or les recherches en économie de l’innovation démontrent qu’une telle vision est réductrice. D’ailleurs, les évolutions de la R & D dans l’économie civile depuis quelques années ont montré que les progrès technologiques découlent moins de l’ouverture de nouveaux champs de recherche que de la recombinaison des informations scientifiques et techniques.

  • 63 Propos recueillis par Le Monde : « La combinaison de plusieurs technologies est la véritable source (...)
  • 64 Jeff Bingaman, Bobby R. Inman, « Broadening Horizons for Defense R & D », Issues in Science and Tec (...)

59Ce point est d’ailleurs confirmé par Arno Penzias, prix Nobel de physique en 1978 et directeur des laboratoires Bell : « L’important n’est pas de développer une technologie isolée, mais de se demander avec quelle autre technologie elle va entrer en collision [...] La question est de savoir qu’est-ce qui marche avec quoi63 ? » Cette convergence des technologies est d’autant plus intéressante qu’elle ne se limite pas aux seules technologies de l’économie civile. Comme le soulignent Bingaman et Inman, « même si les produits de la défense et les produits civils continuent à diverger, les technologies qui en sont les fondements convergent64 ». Il apparaît donc qu’une technologie considérée comme mature (et n’offrant donc que des améliorations marginales) peut devenir le lieu d’une intense activité de recherche, ouvrant ainsi la porte à de nombreuses applications nouvelles.

60De la même manière, les critiques dénonçant les aides de la défense à des technologies jugées marginales ou sans avenir (mais qui intéressent fortement les militaires pour des applications spécifiques) sont souvent invalidées par l’histoire, car les évolutions de l’ensemble des sciences montrent que des recherches dans des secteurs marginaux offrent souvent à long terme des opportunités importantes ou permettent de sortir d’impasses technologiques. Les connaissances scientifiques et techniques issues de la R & D militaire peuvent offrir aujourd’hui des opportunités technologiques qui n’existaient pas il y a quelques années.

61Il est intéressant de noter l’évolution des appréciations que peut susciter une technologie et la difficulté pour elle de s’imposer face aux technologies alternatives, en particulier lorsque l’une d’entre elles constitue la technologique jusqu’alors dominante. Ainsi, les financements militaires dans le domaine des semi-conducteurs étaient vivement critiqués à la fin des années 1940, car cette technologie ne semblait pas avoir d’avenir face à celle – alors triomphante – des tubes à vide. Il est vrai que la R & D se heurtait alors à d’importantes difficultés, considérées parfois comme insurmontables. L’opinion courante était que l’avenir ne se trouvait certainement pas dans les transistors. Par exemple, la revue Popular Mechanics expliquait en mars 1949 : « Alors que l’ENIAC est équipé de 18 000 tubes à vide et pèse près de 30 tonnes, les ordinateurs du futur n’auront certainement que 1 000 tubes et pèseront 1,5 tonne. »

62Cet exemple de doutes quant aux choix technologiques des militaires n’est pas unique. Les attaques contre le soutien des militaires au système GPS (Global Positioning System) ou aux puces en arséniure de gallium (AsGa) montrent la myopie résultant d’une vision cyclique du développement des technologies et, par là même, d’une perception déterministe des retombées civiles de la R & D militaire. Si nous analysons la situation au début des années 1980, ces deux technologies semblent avoir épuisé leur potentiel de développement. Les nouveaux investissements réalisés par les militaires sont donc considérés comme des dépenses inutiles et improductives, qui réduisent les crédits disponibles pour des projets jugés plus utiles pour l’ensemble de la société. Toutefois, l’évolution de la demande civile et la combinaison de ces technologies avec des connaissances complémentaires ont permis de dévoiler les potentialités économiques de ces deux technologies.

63Il est aujourd’hui possible de réévaluer la valeur économique des investissements réalisés pendant des années dans ces deux domaines. Ces technologies qui semblaient, il y a quinze ans, complètement matures révèlent des potentialités insoupçonnées et semblent à peine sorties de l’adolescence. Dans ces exemples, la croissance de la demande militaire est aujourd’hui faible, même si elle a joué un rôle déterminant dans l’émergence de secteurs industriels (R & D, commandes initiales...). Au contraire, les applications civiles constituent un marché en très forte croissance et offrent aux firmes la possibilité à la fois de valoriser les connaissances acquises dans l’armement et de soutenir la croissance de leur chiffre d’affaires. L’apparent marquage des technologies développées pour des applications militaires correspond en fait principalement aux caractéristiques propres de l’état du marché civil et aux choix opérés par les firmes détentrices de ces connaissances.

64Bien entendu, il existe des recherches militaires qui ne trouveront jamais d’application civile – ou bien uniquement sur des niches de marché très spécialisées –, mais cette situation n’est pas spécifique de la production d’armement. Une partie importante des recherches civiles n’ont pas d’applications en dehors de l’industrie dont elles sont issues. Pour autant, ces investissements ne sont pas dénoncés comme des mésallocations. Certaines recherches militaires ne deviennent exploitables d’un point de vue civil qu’à partir du moment où des besoins correspondants apparaissent.

  • 65 John A. Alic et al., Beyond Spinoff..., op. cit.

65Par ailleurs, nous ne devons pas chercher à trouver dans la R & D militaire une intention qui ne correspond pas aux raisons pour lesquelles cet effort scientifique et technique est entrepris. Le poids de la recherche appliquée et du développement expérimental dans la R & D militaire n’est pas critiquable en soi, puisqu’il constitue la justification même de telles dépenses. Les applications civiles de ces travaux restent un effet secondaire de l’effort scientifique et technique militaire, même si ses implications économiques en longue période s’avèrent importantes et si les applications civiles sont encouragées par les militaires eux-mêmes65. Face aux incertitudes stratégiques, les forces armées exigent des performances spécifiques et poussées, entraînant souvent le recours à des technologies pour lesquelles les marchés civils ont peu ou pas d’attirance.

  • 66 Paul A. David, Path Dependence..., op. cit., p. 13.

66De ce fait, l’armement constitue souvent le seul soutien à la recherche dans des domaines novateurs, ainsi que le premier débouché pour des industries émergentes. Or une des plus grandes difficultés, dans un contexte concurrentiel, est de financer un effort de long terme alors que les contraintes de marché portent sur le court, voire très court terme. Comme le remarque David, « maintenir les options ouvertes pour une période plus longue que les agents impatients du marché ne le souhaiteraient est la sagesse générale que l’histoire peut offrir aux décideurs politiques66 ». En cela, l’effort de défense offre une opportunité importante pour les recherches exotiques, en ce sens qu’il n’est pas soumis aux impératifs des entreprises (le profit), bien qu’il subisse des limites financières et bien que les dépenses militaires doivent pouvoir être justifiées devant les élus et la Nation. Il n’en reste pas moins que les besoins stratégiques et tactiques conduisent les militaires à jouer un rôle complémentaire par rapport aux firmes dans la recherche et l’innovation, même s’il est variable selon les époques et les domaines scientifiques et techniques.

Incertitudes d’une valorisation civile

  • 67 Donald Mackenzie, Graham Spinardi, « Technological Impact of Defence Research Establishment », in R (...)

67À la fin du xixe siècle, le magnat américain de l’acier Andrew Carnegie avait l’habitude de dire qu’« être un pionnier ne paie pas ». Cette maxime pourrait allègrement s’appliquer à la R & D militaire et aux firmes d’armement. Il ne suffit pas d’être le premier à faire une découverte scientifique : encore faut-il savoir la valoriser pour en recueillir les fruits. Si beaucoup de pays producteurs d’armes maîtrisent bien la première partie de l’équation, leur faculté à en appliquer la deuxième partie s’avère bien souvent difficile. La difficulté consiste à gérer le passage de l’invention (ou de la découverte) à l’innovation. Pour cela, l’action des firmes est nécessaire, mais non suffisante. Une diffusion des technologies au sein du système productif nécessite également une implication de l’État. « Les causes les plus importantes d’échec de la traduction technologique ne résident pas dans la genèse de la technologie, ni principalement dans les mécanismes de traduction, mais dans l’économie et la culture dans lesquelles la traduction est tentée », notent MacKenzie et Spinardi67.

  • 68 Chris Freeman, « The “National System of Innovation” in historical perspective », Cambridge Journal (...)
  • 69 Bertrand Gille (dir.), Histoire des techniques, Paris, Gallimard, 1978, p. 9.

68Le succès dans le processus d’innovation des firmes et leur taux de croissance dépendent non seulement de leurs propres efforts, mais aussi de l’environnement national dans lequel elles opèrent. La diffusion technologique se réalise au travers d’un processus complexe faisant intervenir tout un éventail de personnes et d’institutions – publiques et privées-qui propagent la technologie, depuis l’innovateur jusqu’aux utilisateurs finaux, en passant par « des intermédiaires possédant la connaissance intuitive des modalités de sa mise en œuvre68 ». Un nombre important d’inventions et d’innovations n’apparaissent qu’au cours du processus de diffusion lui-même, découlant de l’expérience du producteur, de celle de l’utilisateur et des échanges qui se tissent entre ces deux groupes. L’innovation ne doit pas se comprendre comme un acte isolé car, remarque Gille, « la réussite de l’invention [...] suppose une structure sociale, économique, institutionnelle, politique, sans laquelle il est quasi impossible de la comprendre69 ».

69Le développement d’applications civiles des technologies militaires nécessite donc la création d’une interface, puisqu’une innovation, d’un point de vue analytique, n’a pas de signification par elle-même, mais seulement en relation avec l’environnement avec lequel l’agent innovant établit les interactions nécessaires. Le passage de la production d’armement à l’économie civile repose moins sur la proximité ex ante de leurs multiples participants que sur leur capacité à accroître les échanges qui se nouent entre eux, permettant ainsi la création d’une véritable communauté d’intérêts, sans laquelle le passage à l’innovation réussie s’avère problématique. Si les firmes d’un pays ne sont pas capables ou n’ont pas la volonté d’exploiter économiquement les avancées scientifiques et techniques résultant des besoins de la défense, la valeur économique de ces connaissances peut rester virtuelle. Qui plus est, les interfaces peuvent se construire entre les structures d’un pays et des firmes étrangères. Dans ce cas, il se produit un découplage entre l’effort scientifique et technique d’un pays et sa croissance économique.

  • 70 bruno Amable, Robert Boyer, « L’Europe est-elle en retard d’un modèle technologique ? », Économie i (...)

70Une telle dissociation entre la production des connaissances et leur valorisation économique explique pourquoi la R & D militaire apparaît souvent comme n’ayant pas ou très peu de retombées sur l’économie civile. En outre, comme le rappellent Amable et Boyer, « le processus d’innovations suppose de nombreux et coûteux investissements avant de produire ses fruits à l’horizon d’environ une décennie70 ». De ce fait, il ne faut pas attendre que la R & D militaire voie ses résultats devenir directement et immédiatement applicables à la production civile. Il est nécessaire que les firmes s’intéressent aux résultats de cette recherche et qu’elles effectuent des investissements complémentaires pour permettre leur valorisation. Ce processus ne peut être fructueux qu’à partir du moment où certaines conditions sont réunies :

  • l’accès des firmes aux technologies militaires ;
  • l’implication réelle de ces mêmes firmes dans le processus d’adaptation des technologies à la production civile (investissements, implication du personnel, effort de R & D, etc.) ;
  • une étroite collaboration des centres de recherche militaires et/ou des firmes d’armement avec les firmes développant les applications civiles de ces technologies (création d’équipes communes, mise en place de programme de R & D, etc.).

71Les transferts formels de technologies représentent souvent un instrument de mesure commode pour évaluer la création de richesses à partir des dépenses de R & D, mais cette approche quantitativiste masque le rôle des transferts tacites d’informations scientifiques et techniques dans la dynamique du système productif et le développement de sa capacité concurrentielle. Pourtant, ces connaissances jouent un rôle essentiel, notamment au cours de l’intégration des technologies au procès de production. La production d’armement joue un rôle important dans la diffusion des technologies militaires de manière directe, par leur incorporation dans le procès de production. Ainsi, le choix d’utiliser les circuits intégrés dans le programme de missiles Minuteman, au cours des années 1960, a grandement contribué à leur industrialisation. L’effet de démonstration que permet la production d’armement est important pour convaincre les firmes civiles de la viabilité technique et économique de technologies d’avant-garde. Ces effets d’apprentissage ouvrent la voie de la commercialisation civile et facilitent l’adoption, dans l’économie civile, de nouveaux procédés de production. Les technologies militaires sont souvent incorporées sans que leur origine soit nécessairement connue.

72La valorisation civile des technologies s’est longtemps heurtée, outre le secret, à l’épineuse question des droits de propriété. Soit les Etats désiraient vendre les technologies, ce qui dissuadait le plus souvent les firmes de les employer, soit la cession des licences de brevet s’avérait peu efficace du point de vue macroéconomique, en raison de l’exclusivité octroyée à la firme détentrice du brevet. La création de systèmes du type CR AD A (Cooperative Research and Development Agreement) aux Etats-Unis offre une intéressante solution intermédiaire entre l’appropriation et la libre circulation des technologies. Les firmes concluant un CRADA obtiennent une licence d’exclusivité d’une durée maximale de cinq ans, au bout de laquelle les technologies tombent dans le domaine public. Ce type de contrat permet d’optimiser l’engagement de firmes privées dans le transfert des technologies militaires (le monopole temporaire justifiant les investissements nécessaires) et la diffusion des technologies (le libre accès, au-delà de la cinquième année, permettant à l’ensemble du système productif de bénéficier de ces technologies).

73De même, l’Agence spatiale canadienne (CSA) a fait de la diffusion des technologies duales un des principes essentiels de son programme de station spatiale. Ce choix délibéré explique que l’investissement de la CSA dans le développement des technologies en automatisation et en robotique soit rentable du point de vue macroéconomique et que de nombreux succès aient été accomplis dans les applications civiles de ces recherches militaires. Dans le système canadien, les firmes civiles peuvent obtenir des licences pour les technologies sans contrepartie financière, mais elles doivent s’engager à les développer et adhérer à un plan de commercialisation. L’abandon réfléchi des droits de propriété constitue un moyen d’accroître la diffusion des technologies et leur adoption par les firmes, d’autant que ces dernières sont incitées à exploiter ces technologies obtenues à vil prix.

  • 71 Spécialisé dans l’électronique, le RSRE est l’un des quatre centres de la Defence Research Agency d (...)
  • 72 Donald MacKenzie, Graham Spinardi, « Technological... », article cité.
  • 73 Le Laboratoire d’électronique, de technologie et d’instrumentation (Direction des technologies avan (...)

74Le succès des développements civils des technologies militaires repose également sur l’implication croissante des centres publics de recherche militaire dans le processus de transfert et d’adaptation de ces technologies. C’est, par exemple, le cas du Royal Signals and Radar Establishment71 du Royaume-Uni qui, depuis sa création en 1953, entretient des relations étroites avec la recherche universitaire et les firmes civiles72. En France, le LETI, laboratoire de microélectronique du CEA, possède une expérience de plus de vingt-cinq ans dans les transferts de technologies73. La mission de ce laboratoire est principalement d’aider les entreprises à accroître leur compétitivité. 85 % de ses activités sont consacrées à des recherches finalisées, avec des partenaires extérieurs au CEA. De telles coopérations donnent naissance à un espace où se crée et circule, de manière intelligible pour tous ses acteurs, l’information nécessaire.

75Le mythe des retombées technologiques a longtemps laissé croire que les transferts de technologie devaient être immédiats et sans coût. Dans le cas contraire, certains observateurs analysaient l’absence de retombées comme le signe du cloisonnement de l’armement. L’analyse des transferts de technologie, tant au niveau microéconomique qu’au niveau macroéconomique, montre qu’il n’en est rien. La R & D militaire recèle des potentialités civiles, mais leur concrétisation nécessite une implication des différents acteurs de l’armement aussi bien que des firmes et institutions civiles. L’intervention de l’État comme catalyseur et comme incitateur vient compléter cette action, en permettant l’émergence d’interfaces de transfert. Le fatalisme n’est donc pas de rigueur.

76La production d’armement ne représente réellement un fardeau que lorsque les firmes (d’armement et civiles) et l’État en négligent les potentialités économiques, surtout lorsque les firmes d’armement se replient sur elles-mêmes et sombrent dans un dangereux isolement – comme cela s’est passé dans les années 1970 et 1980. Au contraire, des synergies peuvent être mises en place entre l’armement et l’économie civile. D’un côté, l’armement bénéficie des économies d’échelle qu’offre une production de masse et des économies de gamme technologique permises par la R & D civile. De l’autre, l’économie civile profite des investissements spécifiques que nécessite l’armement ainsi que des recherches avant-gardistes financées par les militaires. La place de la production d’armement dans la dynamique du système productif renvoie donc à un problème plus général, celui du passage de la technologie à l’innovation.

*
* *

77Sur un sujet aussi polémique et délicat que les relations entre armement et croissance économique, il convient d’adopter une démarche prudente. Trop souvent, les arguments passionnels l’emportent sur la rigueur de la démarche. Mais l’association de l’économie et de l’histoire des technologies permet de dépasser certains a priori – que ce soit en faveur ou au détriment de l’armement.

  • 74 Renaud Bellais, « Le keynésianisme militaire est-il mort ? », colloque « Dépenses militaires et fin (...)

78Notre démarche ne vise pas à défendre envers et contre tout la production d’armement, mais à réfléchir aux conditions dans lesquelles des synergies peuvent apparaître entre les besoins en équipements des forces armées et la croissance économique. Il semble en effet qu’en raison de ses particularités, l’armement peut constituer – souvent implicitement – un instrument de politique industrielle74. Le caractère implicite découle du fait qu’il s’agit d’un résultat indirect, d’une « divine surprise », car les dépenses d’armement visent surtout et avant tout à assurer que les troupes auront à leur disposition les équipements les mieux adaptés à leurs missions.

  • 75 Denis Randet, « La gestion de la dualité militaire/civil : l’exemple des composants électroniques » (...)
  • 76 Martin Libicki, What Makes Industries Strategic, McNair Papers n° 5, Washington, National Defense U (...)

79Néanmoins, les contraintes stratégiques incitent les armées à apporter leur aide à des industries et des domaines de recherche dont les retombées économiques sont loin d’être négligeables75. Nous pouvons ici nous référer à la manière très pertinente dont Martin Libicki retourne la métaphore biblique sur laquelle de nombreux antimilitaristes ont fondé leur argumentation : « L’idée que le seul moyen d’obtenir plus de socs de charrue est de supprimer des épées sous-estime combien les avancées dans les technologies des épées peuvent améliorer les technologies des socs de charrue76. »

Notes

1 Paul Valéry, Mauvaises pensées et autres (1924), in Œuvres II, Paris, Gallimard, 1960.

2 Renaud Bellais, Production d’armes et puissance des Nations, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 16-19.

3 Lewis Mumford, Technics and Civilization, Londres, George Routledge & Sons, 1946, p. 95.

4 Ibid., p. 86.

5 Discussion de la loi de programmation militaire à l’Assemblée nationale, deuxième séance du 8 avril 1987.

6 Vannevar Bush, Science, the Endless Frontier. A Report to the President, US Government Printing Office, 1945.

7 Frank R. Lichtenberg, « Economics of Defense R & D », in Keith Hartley, Todd Sandler (dir.), Handbook of Defense Economics, Amsterdam, Elsevier Science, 1995, p. 448.

8 Jacques Fontanel, Les Dépenses militaires et le désarmement, Paris, Publisud, 1995, p. 75.

9 François Chesnais (dir.), Compétitivité internationale et dépenses militaires, Paris, Economica, 1990.

10 Ibid., p. 153.

11 Keith Hartley, John Singleton, « International coexpansion, Defence R & D and Crowding-out », Science and Public Policy, 17 (3), juin 1990, p. 152-156.

12 Basudeb Biswas. Rati Ram, « Military Expenditures et Economie Growth in Less Developed Countries : An Argumented Model and Further Evidence », Economic Development et Cultural Change, 34 (2), janvier 1986, p. 361-372, montrent quant à eux l’impossibilité de déduire une relation claire et définitive entre les dépenses militaires et la croissance économique, montrant que les différents modèles proposés sont sujets à caution et donnent des résultats tout à fait contradictoires.

13 Philip Gummett, « Relations entre recherche civile et militaire », in Mémento GRIP Défense Désarmement 1994-1995, Bruxelles, GRIP, 1995, p. 319-335.

14 Ibid., p. 322.

15 David Edgerton, « The Relationship Between Military and Civil Technology : A Historical Perspective », in Philip Gummett, Judith Reppy (dir.), The Relations between Defence and Civil Technologies, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1988, p. 106-114.

16 Comme le rappelle Bernd W. Kubbig, « Military-Civilian Spin-Off : Promises, Premises and Problems », Development and Peace, 7, automne 1986, p. 199. « les éminents défenseurs de l’IDS aux États-Unis ont prétendu que 90 % des travaux de la “Guerre des Étoiles” auraient des retombées civiles ».

17 Philip Gummett, Judith Reppy (dir.), The Relations between Defence and Civil Technologies, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1988, p. 4.

18 Bernd W. Kubbig, « Military-Civilian... », article cité.

19 Ulrich Albrecht, « Spin-Off : A Fundamentalist Approach », in Philip Gummett, Judith Reppy (dir.), The Relations between Defence and Civil Technologies, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1988. p. 38-57. établit de manière claire comment se sont construites deux idéologies rivales autour de la question des retombées économiques de la R & D militaire, dans lesquelles les passions l’emportent souvent sur la raison.

20 David Edgerton, « The Relationship... », article cité, p. 107.

21 Robin Cowan, Dominique Foray, « Quandaries in the Economics of Dual Technologies and Spillovers from Military to Civilian Research and Development », Research Policy, 24, 1995, p. 851-868.

22 Voir Jean-Luc Gaffard, « Vers une théorie du changement technologique en tant que processus de changement hors de l’équilibre », in Dominique Foray, Chris Freeman, Technologie et richesse des nations, Paris, Economica. 1992, p. 164.

23 « For many economists, their own costs sunk in mastering that discipline have produced a facility for reasoning that suppresses natural, human intuitions about historical causation. They thus have a “learned incapacity” (in Thorstein Veblen’s apt phrase) to see how historical events could exert a causal influence upon subsequent outcomes that would be economically important. » Paul A. David, Path Dependence, its Critics, and the Quest for « Historical Economics », Dept. of Economics Working Papers, n° 2000-11, Université de Stanford, mars 2000, p. 14.

24 Les réflexions qui ont émergé autour des investissements immatériels depuis une dizaine d’années soulignent la difficulté qui existe pour intégrer des différences qualitatives dans l’appréciation de la valeur économique des investissements. Le fameux paradoxe de Solow – « on voit des ordinateurs partout, sauf dans les chiffres de la croissance » – révèle la difficulté à cerner la pertinence des choix d’investissements, donc d’allocation des ressources financières à des choix d’investissement alternatifs.

25 Joan Robinson, The Generalisation of the General Theory and Other Essays, Londres, Macmillan, 1979, p. XII.

26 De tels dérapages se retrouvent dans les écrits de certains économistes ou politologues opposés aux dépenses militaires, voire antimilitaristes. L’analyse de leurs travaux montre qu’ils interprètent des causalités comme des corrélations sans pour autant étudier de manière approfondie les faits dans leur globalité et dans un continuum historique. Les travaux des historiens des sciences viennent souvent infirmer les exemples employés pour dénoncer les « méfaits » de la défense et de l’armement.

27 Pierre Dockès, Bernard Rosier, L’Histoire ambiguë, Paris, PUF, 1988, p. 14.

28 Graeme Donald Snooks (dir.), Historical Analysis in Economics, Londres, Routledge, 1993, p. 42.

29 Keith Krause, Arms and the State, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 38.

30 Martin van Creveld, Technology and war, New York, The Free Press, 1989, p. 97.

31 Ibid.

32 Clive Trebilcock, « “Spin-Off” in British Economic History : Armaments and Industry, 1760-1914 », Economic History Review, 22 (3), décembre 1969, p. 474-490.

33 Waldemar Kaempffert, « War and Technology », The American Journal of Sociology, 46 (4), 1941, p. 433.

34 François Crouzet, « Recherches sur la production d’armements en France (1815-1913) », Revue historique, n° 509, janvier-mars 1974, p. 45-84.

35 Merritt Roe Smith (dir.), Military Enterprise and Technological Change, Cambridge, MIT Press, 1985.

36 François Crouzet, « Remarques sur l’industrie des armements en France (du milieu du xixe siècle à 1914) », Revue historique, n° 510, avril-juin 1974, p. 420-421.

37 Jean Doise. Maurice Vaïsse, Diplomatie et outil militaire (1871-1991), Paris, Le Seuil, 1992.

38 Les alliages légers – employés en premier lieu dans l’armement, puis dans l’aéronautique – ont trouvé des débouchés importants à plus long terme dans des applications civiles.

39 Claude Beaud, « La stratégie de l’investissement dans la société Schneider et Cie (1894-1914) », in Entreprises et entrepreneurs, xixe-xxe siècles, Paris, PUPS, 1983, p. 123.

40 Roy MacLeod, Kay MacLeod, « War and Economic development : Government and the Optical Industry in Britain, 1914-1918 », in Jay Winter (dir.), War and Economic Development, Cambridge, Cambridge University Press, 1975, p. 165-204.

41 L’Angleterre de la Belle Époque se caractérise par un mépris très marqué pour la recherche appliquée, ce qui n’a pas été sans lourdes conséquences pour les firmes, en particulier dans l’optique, où la petite taille des entreprises et la faiblesse de leurs marges ne leur permettaient pas de mettre en place une R & D sur fonds propres (des difficultés similaires existaient dans les domaines des explosifs et de la chimie organique).

42 Le soutien étatique à l’industrie optique est aussi perceptible en France, notamment en raison des besoins de Schneider dans l’armement (Claude Beaud, « La stratégie... », article cité).

43 Pierre Assouline, Monsieur Dassault, Paris, Balland, 1983, p. 35-36.

44 Claude Carlier, Georges Pedroncini (dir.), L’Émergence des armes nouvelles, Paris, Economica, 1997.

45 Martin van Creveld, Technology and war, New York, The Free Press, 1989.

46 Henry DE l’Escaille, Quinze ans d’aéronautique française : 1932-1947, Paris, Union syndicale des industries aéronautiques, 1949.

47 Pierre Assouline, Monsieur Dassault, op. cit.

48 Frederick I. Ordway, Mitchell R. Sharpe, The Rocket Team, New York, Thomas Y. Crowell, 1979.

49 Ibid.

50 Wernher von Braun, figure de proue de la recherche aérospatiale allemande jusqu’en 1945, devient dans les années 1950 le responsable de l’Army Ballistic Missile Agency aux États-Unis, avant de faire une brillante carrière à la NASA.

51 Pierre Dockès, Bernard Rosier, L’Histoire ambiguë, Paris, PUF, 1988, p. 13-14.

52 Stanley Engerman, « The Big Picture : how (and when and why) the West grew rich », Research Policy, vol. 23, 1994, p. 547-559.

53 Richard Bean, « War and the Birth of the Nation State », Journal of Economic History, 33, 1973, p. 203-221.

54 A. H. John, « War and the English Economy », Economic History Review, 7, 1954, p. 331-332.

55 Jacques Fontanel, « Éléments de réflexion sur la conversion des technologies militaires », Innovations, Cahiers d’économie de l’ innovation, n° 5, 1997-1, p. 108.

56 Voir Renaud Bellais, Blandine Laperche, Système national d’innovation et base industrielle de défense : le róle dual de l’information scientifique et technique, Document de travail n° 10, laboratoire Redéploiement industriel et innovation, Université de Dunkerque, mai 1997.

57 John A. Alic et al., Beyond Spinoff, Military and Commercial Technologies in a Changing World, Boston, Harvard Business School Press, 1992.

58 Raimo Väyryren, « La R & D militaire et la politique scientifique », Revue internationale des sciences sociales, 35 (1), 1983, p. 63-83.

59 Voir Martin Goldberger, « Developments of New Weapons », Pugwash Symposium on Scientific and Technological Aspects of Development of New Weapons, New York UN Department of Disarmament Affairs. mai 1988, p. 16.

60 Anita Jones. « One on One », Defense News, 19 août 1996, p. 22.

61 Mary Kaldor, The Baroque Arsenal, New York, Hill and Wang, 1981 ; Mary Kaldor, « Guerre des étoiles et développement économique », Économie et Humanisme, n° 292, novembre-décembre 1986, p. 29-36.

62 Mary Kaldor, « Guerre des étoiles... », article cité.

63 Propos recueillis par Le Monde : « La combinaison de plusieurs technologies est la véritable source de progrès », Forum informatique, 1er février 1997, p. VIII.

64 Jeff Bingaman, Bobby R. Inman, « Broadening Horizons for Defense R & D », Issues in Science and Technology, automne 1992, p. 80-81.

65 John A. Alic et al., Beyond Spinoff..., op. cit.

66 Paul A. David, Path Dependence..., op. cit., p. 13.

67 Donald Mackenzie, Graham Spinardi, « Technological Impact of Defence Research Establishment », in Richard Coopey et al., Defence Science and Technology, Adjusting to Change, Chur, Harwood Academic Publishers, 1993, p. 116.

68 Chris Freeman, « The “National System of Innovation” in historical perspective », Cambridge Journal of Economics, vol. 19, n° 1, février 1995, p. 5-24.

69 Bertrand Gille (dir.), Histoire des techniques, Paris, Gallimard, 1978, p. 9.

70 bruno Amable, Robert Boyer, « L’Europe est-elle en retard d’un modèle technologique ? », Économie internationale, n° 56, quatrième trimestre 1993, p. 27.

71 Spécialisé dans l’électronique, le RSRE est l’un des quatre centres de la Defence Research Agency du ministère britannique de la Défense.

72 Donald MacKenzie, Graham Spinardi, « Technological... », article cité.

73 Le Laboratoire d’électronique, de technologie et d’instrumentation (Direction des technologies avancées du CEA) est l’un des plus importants laboratoires européens de recherche appliquée en électronique.

74 Renaud Bellais, « Le keynésianisme militaire est-il mort ? », colloque « Dépenses militaires et finances publiques », Université de Montpellier-I, juin 2000.

75 Denis Randet, « La gestion de la dualité militaire/civil : l’exemple des composants électroniques », Réalités industrielles, Annales des Mines, février 1998, p. 50-52.

76 Martin Libicki, What Makes Industries Strategic, McNair Papers n° 5, Washington, National Defense University, novembre 1989.

Table des illustrations

Titre Part du Dod dans le financement fédéral de la recherche universitaire (FY 1998)
Crédits Source : AAAS, « DoD Basic Research rises 13 Percent ; Congress allocates $9.4 billion for S & T », AAAS R & D Funding Update, 19 juillet – 10 août 2000.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteur

Docteur en sciences économiques et diplômé de l’Institut d’études politiques de Lille, Renaud Bellais est chargé d’études chez EADS, après l’avoir été au département Rayonnement et Études stratégiques du Centre des hautes études de l’armement (2000- 2004). Il a enseigné pendant deux ans (1998-2000) à l’université du Littoral Côte d’ Opale (Dunkerque) où il est chercheur associé dans le Laboratoire redéploiement industriel et innovation. Renaud Bellais est également chargé d’enseignement en économie publique et économie de la défense auprès de l’université Paris-II et de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan. Il mène des recherches en économie de la défense, économie industrielle et économie de l’innovation. Il a participé en 1995 au programme Military Expenditures and Growth in China, Pakistan and India du Centre de développement de l’OCDE et en 1996 à l’Arms Production Project du Stockholm International Peace Research Institute. Il a également été membre du groupe de travail « Économie entrepreneuriale » du Commissariat général du Plan, présidé par Jean Jacquin (2001-2003). Ses principales publications sont : « Public et privé font-il bon ménage dans la défense ? », Sociétal, n° 40, avril 2003. – « The Quest of a New Boundary in Public Goods Provision : The Case of Defence », Notes pour la réflexion stratégique, CHEAr, mars 2003 (avec Martial Foucault). – « Maîtrise des mers au xxiesiècle, du stratégique au socio-économique », L’Armement, octobre 2002. – « Beyond Terrorisme Asymmetrical Threats and Defense Procurement », Notes pour la réflexion stratégique, CHEAr, septembre 2002 (avec Gilles Le Blanc). – « Recherche et développement de défense et innovation : nouvelles formes de financement et d’organisation », Champs de Mars, n° 11, juin 2002 (avec V. Mérindol).– « Industrialisation et armement dans les pays en développement : une fin de l’histoire ? », Mondes en développement, n° 112, octobre 2001. – Production d’armes et puissance des nations, Paris, L’Harmattan, 2000.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search