Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Produire les armes, entre État et entreprises

L’industrie des poudres et explosifs face aux grandes crises : la Poudrerie nationale de Bergerac, 1915-1960

Paul Rigail et Jacques Plazanet

Texte intégral

1Une armée en opérations de guerre a besoin de beaucoup de munitions et donc de quantités de poudres et explosifs qui dépassent rapidement et fortement les besoins du temps de paix, limités à l’entraînement – d’ailleurs parcimonieusement doté pour des raisons budgétaires. Il semble intéressant de voir comment, en France, ce problème a pu être traité lors des grandes crises historiques. On pourrait en considérer cinq :

  • les guerres de la Révolution, l’an II de la République, avec la levée en masse, l’Agence révolutionnaire des poudres et salpêtres, Chaptal, etc. ;
  • le siège de Paris en 1871, avec la poudrerie Philippe-Auguste ;
  • la Première Guerre mondiale, qui vit un effort sans précédent, puisque, à partir d’un plan de mobilisation de 1914 prévoyant la fabrication journalière de 24 tonnes de poudres, on arriva en juillet 1917 à 640 tonnes (certains documents mentionnent un tonnage plus modeste de 400 tonnes). La production d’explosifs suivit une progression analogue, atteignant 1 065 tonnes à la même date. De plus, il a fallu assurer la production des gaz de combat et des matières de base. Les effectifs ouvriers sont passés de 7 700 en juillet 1914 à 120 000 en 1917 ;
  • la mobilisation de 1939, qui avait été prévue pour des besoins du même ordre que ceux de 1918 ;
  • enfin, on le sait moins, la reconstitution dans la période de la Guerre froide, 1950-1960, d’une capacité de production excédant les besoins du temps de paix pour pouvoir honorer les engagements pris vis-à-vis de l’OTAN.

2Notre intention n’est pas d’étudier globalement toutes ces crises, mais, plus modestement, d’illustrer la manière dont les trois dernières ont été traitées par un exemple, celui de la Poudrerie nationale de Bergerac, créée en 1915, mise en sommeil en 1919, réactivée en 1939, reconstruite dans la décennie 1950 et qui existe encore aujourd’hui. Nous avons pu accéder aux archives, conservées parce que oubliées dans un bâtiment désaffecté, et donc faire un résumé rapide mais assez précis de l’historique de cet établissement. Ces archives comprennent une collection importante de photographies d’époque.

3 Nous insisterons particulièrement sur trois périodes. D’abord, la création et la mise en route de l’établissement, de 1915 à 1918. Le rapprochement entre la chronologie des décisions et des réalisations et le volume des investissements, des effectifs et de la production est de nature à faire apprécier l’ampleur et l’efficacité de l’effort accompli.

4Ensuite, la préparation de la mobilisation de 1939, avec la création des corps de réserve, les investissements de l’immédiat avant-guerre et la planification détaillée de la mise en place du personnel et du démarrage, en opposition avec la brillante improvisation du conflit précédent.

5Enfin, la reconstruction de l’ établissement dans la décennie 1950-1960, avec l’aide américaine, pour la satisfaction des besoins d’un nouveau conflit conventionnel dans le contexte de la guerre froide et de l’OTAN et dans l’esprit des années 1930.

6Les périodes intermédiaires seront évoquées brièvement, car on ne peut passer sous silence ni l’accident du 13 juillet 1928, ni la difficile période de l’Occupation et de la Résistance, ni les orientations civiles.

La création et la mise en route de l’établissement, de 1915 À 1918

7En 1914, après la bataille de la Marne, les armées belligérantes s’enterrent dans des tranchées et ont épuisé leurs munitions. Pour sortir de cette situation et créer les conditions d’une reprise de l’offensive, un effort considérable d’armement doit être accompli ; les mitrailleuses, les mortiers, les canons de tous calibres se multiplient. Les munitions doivent suivre : il faut donc accroître la production et investir en conséquence. C’est dans ce contexte qu’est prise, entre autres, la décision de construire de nouvelles poudreries, et notamment une usine de coton-poudre au sud de la Loire. Il s’agit d’une entreprise énorme ; on peut mesurer l’ampleur de l’effort et l’efficacité de la réalisation en comparant la chronologie des décisions et des événements caractéristiques avec le volume des travaux.

8Le point de départ est la décision n° 47093/6 du 1er novembre 1915, qui informe le directeur de la poudrerie de Toulouse que l’ingénieur militaire Prangey (X 1905), de cet établissement, est chargé de la construction dans la région nantaise d’une fabrique de coton-poudre de 60 tonnes/jour. L’emplacement ne présentant pas les critères convenables, Prangey visite onze sites au sud de la Loire et retient celui de Bergerac. Il y a pour cela des raisons physiques sérieuses :

  • un terrain parfaitement plat, d’au moins 60 hectares, avec un sous-sol de sable et gravier non calcaire, pouvant supporter des constructions importantes ;
  • situé en bordure d’une grande rivière, navigable de surcroît ;
  • proche d’une route ;
  • proche d’une voie ferrée avec raccordement facile ;
  • proche d’une centrale électrique et d’une ligne à haute tension ;
  • proche d’une agglomération ;
  • à distance raisonnable d’un port maritime et des mines de charbon de Carmaux ;
  • avec une ballastière déjà aménagée.

9Il est également vraisemblable qu’un homme politique local influent, le sénateur Albert Claveille (ingénieur des Ponts et Chaussées sorti du rang), qui semble cumuler les fonctions de directeur des chemins de fer de l’ État avec celles de directeur général des Munitions au ministère de l’Armement, a joué un rôle dans ce choix.

10Quoi qu’il en soit, par des dépêches des 22, 23 et 27 novembre 1915, soit trois semaines à peine après la désignation de Prangey, le ministre approuve ses propositions et son devis et octroie les crédits.

11La construction peut commencer. Les terrains sont expropriés et le Service des poudres en prend rapidement possession ; dès le 13 décembre, 1 000 hommes arrivent sur le site, suivis de 1 000 autres le 20 décembre 1915. L’administration suit, mais plus lentement, les indemnisations tramant en longueur.

12Bientôt viennent de nouvelles décisions d’investissements. En 1916, sur demande du ministre, la poudrerie présenta le projet d’une fabrique de poudre B avec une capacité de 40 tonnes/jour extensible à 60 tonnes/jour, ainsi qu’un projet d’extension de la production de coton-poudre à 100 tonnes/jour. Tous deux furent approuvés par les décisions n° 50202 C/6 du 15 août 1916 et n° 50452 C/6 du 17 août. Dès le 10 septembre, une nouvelle décision n° 53620 C/6 prescrivait de porter les capacités quotidiennes à 125 tonnes de coton-poudre et 60 tonnes de poudre B. Le devis correspondant, présenté le 21 décembre 1916, fut approuvé le 30 du même mois.

13Les démarrages de production intervenaient dès que possible, sans attendre la fin de tous les travaux. C’est ainsi que les premiers essais de nitration eurent lieu le 4 octobre 1916, selon le procédé en auges et pots (même si certains ont dit que le matériel était encore en plein air et que charpentiers et maçons travaillaient au-dessus), onze mois seulement après la décision de principe. Les premiers essais de fabrication de poudre commencèrent le 15 mai 1917, neuf mois après l’approbation du premier projet et, en juillet, la production atteignait déjà 10 tonnes/jour.

14Les investissements ne se limitèrent pas aux unités de coton-poudre et de poudre B et aux services généraux correspondants. Le 25 mars 1917, alors que la Direction des poudres avait déjà, le 7 janvier, passé une convention avec la maison Simon Carves pour la construction d’une unité d’oléum de 120 tonnes/jour, le projet en fut approuvé. À l’armistice, les travaux furent arrêtés, mais la production était déjà de 60 tonnes/jour. En août 1918 fut également entreprise la construction d’une usine de chlore de 20 tonnes/jour, qui devait produire en janvier 1919. Ce chantier fut interrompu à l’armistice.

15Il ne faut enfin pas négliger la réalisation concomitante de l’« ensemble vie » nécessaire pour le logement du personnel.

16Le plan de masse de l’établissement, peu différent de celui de 1918, donne la mesure du chantier. Il s’étendait sur 230 hectares. Ce plan était très logique ; à l’est se trouve l’usine de coton-poudre, avec une circulation des produits parallèlement à la rivière. On retrouve ainsi :

  • 12 hangars à coton de 100 mètres sur 16, à quai de voie ferrée normale d’un côté et à niveau de l’autre, avec des voies de 40 ;
  • quatre terrasses à acides, chacune avec deux niveaux et deux rangées de réservoirs par niveau, soit plusieurs centaines de réservoirs de 16 m3 ;
  • les silos à nitrate ;
  • les séchoirs à coton ;
  • trois ateliers de nitration, un en auges et pots (matériel en grès) et deux en turbines Selwig (192 turbines) ;
  • les ateliers de stabilisation, avec des centaines de cuves en bois ;
  • deux ateliers de finissage, avec chacun 20 piles Horn de 100 CV, autant de cuiseurs, le double de clairceurs, 18 mélangeurs en béton de 50 m3 et 48 essoreuses ;
  • les ateliers d’emballage ;
  • les hangars de stockage de coton-poudre, quatre bâtiments de 100 mètres sur 16.

17À l’ouest se trouve l’usine de poudre B, où les produits circulent du nord au sud. Il y a trois groupes, organisés chacun autour de deux presses à filer, avec les ateliers d’égrugeage, de déshydratation (2x2 presses et 1 x 2 x 6 essoreuses), de malaxage (3 x 16 malaxeurs Chaudel-Page), d’essorage, de trempage, de découpage, de séchage, de mélange et d’emballage – à quoi il faut ajouter la récupération des solvants, les distilleries et l’usine d’éther.

18Une pareille usine chimique nécessite des services généraux importants, qu’il a fallu construire en même temps. L’électricité était fournie par la centrale voisine de Tuilières à 13 500 volts et distribuée par un réseau de câbles enterrés, avec un poste d’arrivée et 13 postes de transformation. Il a été jugé nécessaire de construire en secours ou renfort une centrale thermique groupant dix chaudières, trois turboalternateurs et un poste de transformation, soit une puissance totale installée de 7 700 KVA.

19La station de pompage avait une capacité de 9 400 m3/heure et alimentait un réseau d’eau comportant plusieurs châteaux d’eau, une station de filtration et une d’eau potable. La vapeur était produite par un chaufferie équipée de huit chaudières de 10 tonnes/heure Selon certains, la vapeur avait du mal à parvenir aux séchoirs à poudre. Pour pallier cette insuffisance, on aurait réquisitionné des locomotives stationnées près des séchoirs, bielles démontées, et branchées sur le réseau de distribution.

20Il faut aussi mentionner l’embranchement ferroviaire, avec un faisceau de triage d’une dizaine de voies et un réseau dense de voies Decauville sur lesquelles circulaient de nombreux wagonnets à traction humaine. S’y ajoutent deux ateliers de réparation, le laboratoire, les magasins généraux et les bureaux, vestiaires et réfectoires.

21On reviendra plus loin sur le personnel, mais, avant d’en terminer avec les gros investissements, il faut parler rapidement de ceux réalisés pour le logement : cinq cantonnements totalisant 4 200 lits pour les ouvrières, des appartements pour 150 ménages et 6 000 lits pour hommes, avec des cuisines pouvant fournir simultanément 8 000 repas, un hôpital de 700 lits, trois crèches, une garderie et une école primaire pour 400 enfants, un magasin de vente, une boulangerie, plus des villas et maisons en dur pour l’encadrement, dont trois ingénieurs militaires.

22Les chantiers de construction et l’exploitation nécessitaient beaucoup de personnel. Les effectifs ne cessèrent de croître, atteignant 10 200 hommes en janvier 1917 et près de 25 000 en 1918. Il y eut des hommes du service auxiliaire, des mutilés et blessés de guerre, des ouvriers poudriers envoyés par les autres poudreries, des réfugiés français et belges. Puis arrivèrent dix détachements de tirailleurs algériens, puis des Sénégalais, dont l’adaptation fut difficile, et des Annamites. Il y eut aussi des Chinois, licenciés à la suite d’une bagarre, des Grecs, des Serbes et des Portugais, plus des prisonniers de guerre allemands. La poudrerie employa aussi 5 000 femmes, surtout des Bretonnes recrutées par la poudrerie de Pont-de-Buis. On essaya sans succès d’utiliser une centaine de détenues de la prison Saint-Lazare. On recruta également des jeunes de 16 à 18 ans. La gestion de ce personnel ne devait pas être simple. Sous la direction de l’ingénieur en chef de 2e classe Prangey, des officiers de l’armée territoriale et des ingénieurs de réserve encadraient, en mars 1917, 232 agents de maîtrise et 132 employés, eux-mêmes en contact direct avec le personnel ouvrier. Parmi les hommes venus de la France d’outre-mer, il y eut des pertes et, dans les cimetières de Bergerac, ils reposent dans des carrés spéciaux, entretenus et honorés comme tous les soldats morts pour la France.

23À l’armistice, production et travaux furent arrêtés, le personnel fut démobilisé ou licencié et la poudrerie fut mise en sommeil, après immersion des stocks dans la ballastière. Elle devint le 1er octobre 1919 une annexe de Saint-Médard, dirigée par un ingénieur des travaux disposant de quelques dizaines d’ouvriers. Pendant les années 1920, on vendit du matériel, y compris l’usine d’oléum, on démolit les cantonnements, à l’exception de l’hôpital, et on récupéra quelques tonnages de poudres envoyés en radoubage à Saint-Médard. En 1928, quelqu’un eut l’idée saugrenue de vider partiellement la ballastière pour nettoyage. Le résultat fut, le 13 juillet, l’incendie d’environ 10 000 tonnes de poudres, avec les dégâts que l’on imagine et quatre morts. Cinquante ans après, la presse locale en parlait encore.

La préparation de la mobilisation de 1939

24Dans les années 1930, la situation internationale se dégrade et on commence à penser à une éventuelle mobilisation. De 1932 à 1935, des projets sont financés pour remise en état de diverses installations. L’effort d’entretien et de remise à niveau s’accentue à partir de 1936 et de nouveaux investissements sont décidés.

25Un marché est conclu avec les établissements Schneider, le 4 décembre 1936, pour la construction d’une unité d’acide nitrique concentré de 120 tonnes/jour sur procédé Bamag. Une deuxième unité identique est commandée le 16 février 1937. Ces installations furent livrées en 1939. Schneider construit également deux ateliers de dénitration et concentration sulfurique totalisant 8 colonnes et 12 cornues.

26La construction d’un atelier de nitration n° 4, avec 72 turbines Selwig, est également entreprise, ainsi que d’autres opérations de moindre importance. La mobilisation est soigneusement préparée, comme en fait foi le journal de mobilisation. Des cadres de réserve des différents corps poudriers viennent remettre l’établissement en marche, avec des objectifs voisins des réalisations de 1918. Le personnel est fourni par le 95e GCOR (groupe de compagnies d’ouvriers de renforcement, 3 700 hommes), cantonné dans l’ancien hôpital, les compagnies de travailleurs militaires (1 500 hommes), des affectés spéciaux, des civils, des réfugiés alsaciens, des femmes, et par la 2e Légion indochinoise, pour laquelle sont créés de nouveaux cantonnements sur la commune de Creysse – soit un total de 12 000 personnes.

27La mobilisation se déroule comme prévu, la production démarre, mais la consommation ne suit pas.

28Après l’armistice, l’établissement, qui avait reçu des personnels venant des poudreries occupées ou détruites et des bureaux et laboratoires parisiens, est resté en activité, s’efforçant de préserver le matériel et de servir l’économie civile. C’est ainsi qu’un projet fut approuvé en 1941 pour une usine de nitrocellulose civile, selon le procédé le plus performant de l’époque.

29Puis les Allemands envahirent la zone libre et imposèrent le Pulverplan. Ils voulurent aussi récupérer beaucoup de matériel. Le personnel, à tous les niveaux, se montra peu coopératif. Le directeur, l’ingénieur en chef Charles Garaud, tint tête de son mieux et camoufla le maximum de matériel. Le stock de métaux précieux put être préservé. On dit même que du minerai d’uranium aurait été dissimulé dans des caniveaux. Mais, à la suite d’une dénonciation, Charles Garaud fut arrêté par les Allemands le 12 décembre 1943 et déporté à Flossenbürg, où il mourut le 14 mars 1944.

30Dans cette période 1942-1945, les effectifs augmentent jusqu’à un maximum de 3 500 personnes, avec des requis du STO et des jeunes des Chantiers de jeunesse. On enregistre de nombreux sabotages, des actions du maquis et un bombardement effectué le 18 mars 1944 par 17 Lancaster du 617 Sq de la RAF, ciblé sur le début et la fin de la chaîne de production.

31En mai 1945, l’établissement se vide rapidement de l’essentiel du personnel contraint et se retrouve avec une activité pratiquement réduite à la nitrocellulose civile : l’usine dont la construction a été entreprise en 1941 est terminée et la poudrerie développe une activité commerciale. Pour occuper le personnel, elle démarre aussi une activité de production d’enveloppes de relais de mortiers.

La reconstitution de la capacité de production en 1950-1960

32La situation internationale étant tendue, la France prend des engagements vis-à-vis de l’OTAN et prend des dispositions en conséquence. En particulier, il est décidé en 1951 de reconstituer une capacité de production de poudre de 3 000 tonnes/mois, excédant largement les besoins du temps de paix. Le goulot le plus important se situe en début de chaîne, avec la nitration et la stabilisation du coton-poudre. L’expérience acquise sur le procédé le plus moderne grâce à l’usine civile de Bergerac permet de lancer la construction de six unités de ce type, d’une capacité nominale de 500 tonnes/mois : une à Angoulême, deux à Bergerac, deux à Toulouse et une en Algérie. La Direction des poudres, avec l’appui technique de Bergerac, définit et commande le matériel à long délai de livraison. Bergerac présente en 1952 le projet d’une unité, dont la moitié seulement est approuvée faute de financement suffisant. Une autre unité est lancée à Angoulême. L’arrivée de commandes offshore entraîne la remise en état d’urgence de ce qui est récupérable dans les installations anciennes peu productives et le déblocage de crédits complémentaires. Parallèlement, on étudie à Bergerac la définition d’un atelier moderne de finissage.

33On peut penser que la Direction des poudres n’aurait jamais pu obtenir les crédits indispensables pour arriver à la capacité de 3 000 tonnes/mois de poudre B si un fait nouveau n’était intervenu sous la forme des « contrats Larkin ». Le gouvernement américain s’engageait ainsi à financer l’achat du matériel nécessaire aux nouvelles usines, tandis que la France prenait à sa charge le génie civil et le montage. Ces contrats permirent de réaliser à peu près le plan. A Bergerac, ils concernèrent la deuxième unité de nitration-stabilisation, l’atelier de finissage du coton-poudre, puis la remise en état complète du secteur des poudres pour une capacité nominale de 50 tonnes/jour. Ces investissements furent réalisés de 1952 à 1960, date à laquelle nous arrêterons cet historique.

34L’histoire de ces trois crises nous présente trois types de solutions : l’improvisation brillante en 1915-1918, la préparation minutieuse pour une crise qui éclate en 1939, la préparation en 1950-1960 pour une politique qui changera et une menace qui disparaîtra.

Auteurs

Paul Rigail, ingénieur général de l’armement en deuxième section (X 43), a servi en tant qu’ingénieur des Poudres dans les poudreries nationales de Sorgues, Toulouse et Bergerac avant de rejoindre la DMA, département puis mission Atome, en 1961. Il a ensuite été affecté à l’EMA, puis a été chef du STPE de 1973 à 1979. Il a été membre du directoire, puis directeur général de la SNPE jusqu’en 1988.

Ingénieur des études et techniques de l’armement au Service des poudres, Jacques Plazanet a ensuite travaillé comme spécialiste de l’ingénierie chimique appliquée aux poudres à la Société nationale des poudres et explosifs. Il a en particulier participé à l’inventaire et à l’exploitation des archives de la poudrerie de Bergerac.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search