Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Produire les armes, entre État et entreprises

Industrie de l’armement et relations internationales XIXe-XXe siècles

Luciano Segreto

Texte intégral

Les acteurs économiques

L’industrie de l’armement : du jugement moral à l’analyse scientifique

  • 1 George W. F. Hallgarten, Twilight of Man ? A Short History of the Arms Race in Modem Times, London. (...)

1Au début des années 1970, l’industrie de l’armement était encore considérée par les historiens comme un secteur industriel « maudit », celui pour lequel toute évaluation d’ordre économique ou entrepreneurial était subordonnée à des considérations essentiellement morales ou politiques. Le danger de l’holocauste nucléaire d’abord, puis la guerre du Vietnam et enfin le mouvement pacifiste de masse qui se développa dans les pays occidentaux durant les années 1960 avaient rendu leur actualité à des études entamées avant la Grande Guerre, surtout dans l’Angleterre édouardienne et, dans une moindre mesure, dans l’Allemagne de l’empereur Guillaume, puis pendant l’entre-deux-guerres et à nouveau durant les années 1950. Il s’agissait d’analyses, souvent sous forme de pamphlets, rédigées par des savants, des intellectuels et des hommes politiques. Ces travaux, réalisés non sans difficultés de toutes sortes étant donné le caractère sensible du sujet, dans l’hostilité du pouvoir politique, sinon de l’opinion publique imprégnée de valeurs nationalistes, voire militaristes, n’étaient pas toujours très précis en matière d’information (même si certaines affirmations n’étaient pas trop éloignées de la vérité). C’est le dernier des travaux de cette série, celui de George Hallgarten1, qui ouvrit de nouvelles perspectives à la recherche. Il partait d’une tentative de repérage des racines historiques du « complexe militaro-industriel », concept présenté par le président Eisenhower lors d’un de ses derniers discours de président. Il y critiquait fermement cet enchevêtrement entre les intérêts politiques, militaires et ceux des producteurs d’armes : bien avant, donc, que cette expression ne devienne courante dans la langue des économistes radicaux américains qui, durant les années 1960, se penchaient sur l’analyse de la réalité industrielle américaine et du rôle tenu par le Pentagone. En effet, bien que cette formule comportât inévitablement un risque de schématisation, dans une optique historiographique elle aurait obligé, en fait, à repenser le secteur de l’armement non plus dans une simple perspective de jugement moral, mais à la lumière de la signification et de l’importance de cette industrie du point de vue économique, technique et des rapports entre le pouvoir politique et les groupes de pression.

  • 2 Clive Trebilcock, « Spin-off in British Economic History : Armaments and Industry 1760-1914 », Econ (...)

2C’est justement dans ces années-là qu’un chercheur anglais, Clive Trebilcock, ouvrit la voie à cette façon différente d’analyser l’industrie de l’armement dans ses dimensions historique et économique2, ce qui nous permet d’apprécier et de mieux comprendre une affirmation qui, dans un contexte différent, n’aurait pas manqué de surprendre : « Les canons sont une marchandise comme une autre et, pour en assurer le placement, nul besoin d’un diplomate : un ingénieur-conseil suffit. »

  • 3 Archives historiques du ministère des Affaires étrangères (Paris), Nouvelle Série, Italie, vol. 44, (...)

3Cette affirmation surprenante – surtout si l’on considère qu’elle est prononcée par l’ambassadeur français à Rome, Camille Barrère, en 19083 – constitue sans doute l’une des meilleures clés de la lecture des événements complexes qui caractérisaient le monde de l’industrie de l’armement, au niveau international, pendant les quinze ou vingt années précédant le premier conflit mondial. Dans un certain sens, en effet, elle renforce une approche – ou plutôt elle l’impose – visant à situer le phénomène des « marchands d’armes » dans un champ plus précisément économique. Cette approche permet d’analyser les stratégies productives et commerciales, de faire ressortir les techniques spécifiques de pénétration des marchés, nationaux et étrangers, et d’étudier d’une manière originale le rôle des intermédiaires et des fonctionnaires de l’administration publique (notamment dans les ministères concernés par les choix militaires : ceux de la Défense, de la Marine et des Affaires étrangères). Elle présente également, peut-être sous une lumière différente, le rôle de l’État, vu non plus seulement comme l’acheteur unique et peut-être forcé de cette marchandise particulière, mais aussi comme un interlocuteur doté de marges d’autonomie parfois très grandes et capable, à son tour, de conditionner fortement les stratégies des entreprises qui opèrent dans le secteur de l’armement.

  • 4 L’intervention de Stephen Hymer a été publiée sans titre parmi les commentaires à une relation de H (...)

4En partant de ce dernier point de vue, l’affirmation de Barrère doit être complétée par une autre, due à Stephen Hymer, un économiste au-dessus de tous soupçons. Celui-ci, lors d’un débat sur le militarisme et l’impérialisme organisé par l’American Economie Association, affirmait : « The comfortable assumption that one can concentrate on économie relations and leave the analysis of power to other disciplines is not tenable when one admits, and who could deny, the crucial role of the State in shaping the economy through its policies on infrastructures, education, production, etc4. »

Un marché pour quelques élus

5Au début du xxe siècle, l’industrie de l’armement présentait une structure similaire dans presque tous les pays européens. Autour des usines et des arsenaux d’État, principalement axés sur la fourniture de matériel logistique et qui menaient des essais techniques, surtout pour l’artillerie et les blindages, un réseau d’entreprises privées, presque toutes créées au xixe siècle, travaillait essentiellement, mais pas toujours exclusivement, pour répondre aux besoins de la défense. Ces entreprises avaient presque partout atteint des dimensions technico-productives et financières qui les plaçaient au premier rang dans leur pays respectif. Les processus d’intégration verticale qui se développèrent à partir des années 1870-1880 touchèrent aussi ce secteur, notamment les sociétés qui s’occupaient de constructions navales pour la Marine. Aux côtés des entreprises spécialisées se trouvaient également d’autres entreprises (sidérurgiques, métallurgiques, mécaniques et chimiques) travaillant essentiellement dans le secteur civil, mais qui contribuaient d’une manière souvent déterminante à la production d’armement par la fourniture de produits semi-finis ou très spécifiques (produits pour l’artillerie, composés chimiques pour les poudres, etc.).

6Les plus grandes entreprises au niveau international étaient les entreprises anglaises, parmi lesquelles dominait la Sir W.G. Armstrong, Whitworth & Co., créée à Newcastle dans les années 1880, après un long processus de plus d’une vingtaine d’années, avec comme protagoniste William George Armstrong (1810-1900), un avocat passionné d’ingénierie, en particulier hydraulique. Armstrong créa en 1846, avec quelques associés, la Newcastle Cranage Co., pour la construction de grues hydrauliques. La décision de diversifier les activités vers la production de matériel de guerre fut prise après la guerre de Crimée. L’irrégularité des commandes du gouvernement dans les années 1860 et 1870, c’est-à-dire après la fin du conflit, poussa Armstrong à concentrer de plus en plus son attention sur les marchés extérieurs : Russie, Autriche, Italie, Espagne, Égypte, Danemark, Chili et Pérou, qui devinrent des débouchés pour ses produits dès les années 1860.

7En 1882, l’entreprise d’Armstrong fusionna avec la Charles Mitchell & Co., une société de constructions navales implantée à Elswick, et prit le nom de Sir W.G. Armstrong, Mitchell & Co. Ltd. En 1884 fut décidée l’ouverture d’un chantier en Italie, à Pouzzoles, près de Naples, confirmant le choix opéré une vingtaine d’années auparavant : celui de viser les marchés internationaux. Enfin, en 1897, alors que l’entreprise dominait depuis un certain temps le secteur des constructions navales anglaises, elle absorba la société Whitworth de Manchester, spécialisée dans la fabrication de blindages. Cette décision entraîna le changement de la raison sociale en Sir W.G. Armstrong, Whitworth & Co. Ltd. Au début du xxe siècle, l’entreprise (dirigée par Sir Andrew Noble après le décès d’Armstrong) employait environ 25 000 salariés répartis en quatre établissements et, en 1907, elle se classait, en nombre de salariés, au troisième rang des plus grandes entreprises manufacturières anglaises.

8La deuxième entreprise anglaise par la taille et l’importance était la société Vickers. Créée à Sheffield en 1867 sous le nom de Vickers, Sons & Co. Ltd, elle résultait de la transformation en société par actions de la maison Naylor, Vickers & Co. de Sheffield, suite au désintérêt de la famille Vickers envers l’industrie meunière, qui constituait l’activité familiale au début du xixe siècle. Malgré la présence de plusieurs membres de la famille, la société Vickers échappa dès le début au piège du prétendu « syndrome de Buddenbrook », qui toucha bon nombre d’entreprises familiales britanniques durant la deuxième moitié du xixe siècle. De grandes compétences techniques, associées à une tendance inhabituelle au managing du groupe dirigeant, firent de l’équipe qui dirigeait la société Vickers un véritable « cabinet of talents », comme l’écrit Trebilcock. Vers la fin du xixe siècle, la société effectua quelques acquisitions stratégiques qui lui permirent de se hausser au niveau de sa plus grande rivale nationale, la société Armstrong, peut-être même de la dépasser, et de figurer parmi les dix premières entreprises britanniques : en 1906-1907, dans ses huit usines anglaises, elle employait environ 22 500 ouvriers.

9En 1897, la maison Vickers prit le contrôle de la société Maxim-Nordenfeld. Cette entreprise avait été créée par un ingénieur d’origine française, Hiram Maxim, et par un ingénieur suédois, Thorsten Nordenfeld. Les deux entrepreneurs avaient fusionné leurs entreprises respectives en 1888. Au cours des années 1890, elle avait non seulement pris le contrôle du gros chantier naval de la Barrow Shipbuilding Co., mais s’était également imposée dans deux nouveaux domaines : la fabrication d’armes automatiques (les mitrailleuses, dont le premier brevet fut déposé par Maxim dans la première moitié des années 1880) et de sous-marins, conçus par Nordenfeld. La prise de contrôle de la société par Vickers menait à son terme un processus entamé depuis 1884, lorsque Maxim fonda la Maxim Gun Co. Ltd. Son premier président fut Albert Vickers, représentant le groupe d’actionnaires détenant le contrôle, parmi lesquels sa famille n’était toutefois pas majoritaire. Toujours en 1897, la société Vickers – rebaptisée officiellement Vickers Sons & Maxim – prit le contrôle des sociétés Electric & Ordnance Accessories et Naval Construction Co. de Barrow. À l’étranger, la même année, naissaient la société Placencia de las Armas en Espagne et la Stockholm Vapenfabrik en Suède, cette dernière ayant été jusqu’alors aux mains de Nordenfeld. Toutes ces acquisitions mirent la société Vickers, au début du xxe siècle, en position de fournir des navires de guerre équipés de moteurs, d’armement et de blindage, entièrement fabriqués dans ses installations.

10À côté de ces deux géants existait également un groupe d’entreprises sidérurgiques qui fournissaient régulièrement le secteur de l’armement, tout en continuant à travailler pour le secteur civil. Les noms les plus célèbres étaient ceux des sociétés John Brown & Co., Charles Cammell and Co. et Thomas Firth and Sons. On dispose de renseignements assez précis concernent les deux premières entreprises, tandis que, pour la troisième, de rares éléments indiquent que dès 1852 la Firth commença à produire des canons de fusils, des revêtements et des cerclages pour les canons. Puis, dans la deuxième moitié des années 1880, tout comme Vickers et John Brown durent le faire, elle procéda à une extension de son appareil productif pour se préparer à répondre à de nouvelles commandes de l’État qui, d’ailleurs, ne furent passées que dans la décennie suivante.

11La société John Brown (créée sous forme de société par actions en 1864, à la suite de la transformation de la société Atlas Steel Works) fut l’une des toutes premières entreprises anglaises spécialisées dans la production des blindages en fer pour les navires de guerre ; elle étendit ensuite ses activités à la fabrication de pièces pour l’artillerie et, au début du siècle (quelques années après la mort de son fondateur), elle prit le contrôle des chantiers navals de Clydebank Co. pour assurer des débouchés à ses produits. En 1907, avec ses 16 205 collaborateurs, elle se plaçait au septième rang parmi les principales industries manufacturières britanniques.

12La Charles Cammell and Co. de Sheffield, devenue société anonyme en 1864 après la transformation de la société Cyclops Works, suivit à peu près le même parcours. À partir des années 1870, l’entreprise, qui possédait l’une des plus importantes installations sidérurgiques de la ville, fut capable de produire des plaques pour blindage de dix pieds, au lieu des six pieds produits par la concurrence durant la décennie précédente. Dans les années 1870, le conseil d’administration comptait parmi ses membres des personnages importants dans les secteurs de la sidérurgie et de l’armement, comme James Harvey (qui devint célèbre avec un nouveau brevet pour le blindage des navires) et Thomas Vickers ; un autre membre de cette dernière famille, Charles, devint ensuite actionnaire de la société Cammell. Le développement des affaires de cette entreprise sidérurgique se poursuivit longtemps après la mort de son fondateur en 1879, même si son contrôle échappa progressivement à la famille. En 1903, elle absorba la branche mécanique de la société Mulliner Wigley et les chantiers Laird de Birkenhead, et fut rebaptisée Cammell Laird and Co. Ltd. En 1910, ses cinq usines employaient 3 950 ouvriers.

  • 5 Voir Luciano Segreto, Marte e Mercurio, Industria bellica e sviluppo economico in Italia 1861-1940, (...)

13Ainsi, au début du siècle, il existait en Angleterre au moins quatre entreprises qui, bien qu’à une échelle différente, étaient compétitives (mais nous venons jusqu’à quel point) sur le plan national et international, dans le domaine de l’armement et de la construction des navires de guerre. On trouvait ensuite sept ou huit entreprises de taille moyenne à grande, dont certaines étaient reliées aux quatre premières par le jeu de participations croisées. Bien qu’on ne puisse les considérer comme des entreprises d’armement, elles contribuaient d’une manière souvent décisive à la fabrication de navires de guerre, d’explosifs, de canons et d’armes légères. Enfin, selon une source de l’époque, à la veille du conflit, les entreprises qui travaillaient pour le compte de l’Amirauté se comptaient par centaines, voire par milliers5.

14En Allemagne également, la structure de l’industrie de l’armement était de type mixte, mais le poids des entreprises publiques était plus fort que dans d’autres pays européens. Il suffit de souligner qu’en 1911, les établissements de l’armée allemande comptaient environ 29 000 ouvriers et que, jusqu’en 1906, les fonderies qui dépendaient du ministère de la Guerre produisaient elles-mêmes de l’acier, au lieu de l’acheter auprès des entreprises privées. De plus, la Marine disposait de trois chantiers, à Kiel, Dantzig et Wilhelmshaven, qui employaient en 1900 15 500 ouvriers.

15Au xixe siècle, une industrie privée de l’armement s’était développée à côté des entreprises d’État. Les plus importantes entreprises étaient Krupp et Bochumer Verein. Cette dernière abandonna toutefois presque totalement le secteur dans les années 1890 et fut remplacée par les sociétés Rheinmetall (qui, durant la même décennie, diversifia ses activités dans cette branche), Mauser A.G., Deutsche Waffen und Munitionsfabriken, Köln-Rottweiler (fabrication de poudre), Schwartzkopff (fabrication de torpilles) et Polte.

16La plus importante de toutes était, de loin, la société Krupp. Créée en 1811, elle en était à sa troisième génération d’entrepreneurs lorsque disparut, en 1902, Friedrich Alfred Krupp, fils d’Alfred et petit-fils du fondateur Friedrich. Le contrôle de l’entreprise, transformée pour l’occasion en société par actions (conformément au testament), revenait à la fille de Friedrich Alfred, Bertha Krupp, alors âgée de seize ans. Quatre ans plus tard, elle épousa Gustav von Bohlen und Halbach, jeune aristocrate de Baden qui commençait sa carrière diplomatique. La société Krupp et les autres entreprises d’armement allemandes ont toujours consacré une partie significative de leurs activités au domaine civil (pour Krupp, la part du chiffre d’affaires correspondant à la production d’armement tournait autour de 40 % dans les années 1880), même si leur réputation – surtout celle de la grande maison d’Essen – était largement due à la production de matériel de guerre. L’expérience ancienne dans le domaine sidérurgique, la possession de brevets pour la fabrication de blindages, la recherche constante pour l’amélioration de l’artillerie : tout cela faisait de la société Krupp un concurrent redoutable sur le plan international pour toutes les entreprises de ce secteur.

17En France aussi (ou en France surtout, étant donné la tradition des manufactures royales), l’industrie de l’armement était traditionnellement entre les mains de l’État. Ce n’est qu’avec la guerre franco-prussienne et l’invasion d’une partie du territoire national que le gouvernement sollicita plus fortement les industries privées pour la fourniture d’armes. Auparavant, elles n’avaient représenté qu’un recours pour des périodes exceptionnelles, comme le début de la monarchie de Juillet ou la guerre de Crimée. La guerre franco-prussienne avait aussi mis en évidence l’extraordinaire supériorité des canons en acier Krupp par rapport aux canons français en bronze, très lourds et encore chargés par la bouche. Par conséquent, à partir des années 1870, l’évolution technologique de plus en plus soutenue accéléra et rendit pérenne le recours aux entreprises privées. Les fonderies d’État, notamment, n’étaient pas suffisamment équipées pour relever le défi technologique des aciers spéciaux. Néanmoins, en ce qui concerne l’artillerie, les usines d’État restèrent chargées du travail de finition des pièces, surtout pour les petits calibres, jusqu’en 1913, laissant aux sociétés privés la fourniture des différents éléments (corps, canons, culasses), ainsi qu’une partie des affûts et des obusiers.

18Parmi les entreprises qui diversifièrent en partie leur production, celle qui devint l’un des premiers acteurs du secteur sur le plan international fut la société Schneider, dont les installations situées au Creusot, dans le Massif central, étaient très éloignées du front franco-allemand. Pour Schneider, il s’agissait d’une sorte de retour aux sources : la Fonderie royale du Creusot avait fourni des canons en fonte et en bronze à l’armée pendant la Révolution et les guerres de l’Empire. La reconversion vers des productions civiles fut un processus très long et difficile. Ce n’est qu’à partir de 1837 que les usines d’Eugène Schneider, un ingénieur d’origine alsacienne, se consacrèrent exclusivement à ce type de produits. Après 1871, l’établissement du Creusot garda une solide position de leader en France, exploitant notamment l’avantage de posséder une aciérie moderne et de pouvoir compter sur quelques-uns des meilleurs techniciens en métallurgie et en mécanique d’Europe. La loi de 1885 autorisant les entreprises privées à exporter du matériel de guerre permit à la société Schneider et aux autres entreprises de donner à ces activités une plus grande régularité. Toutefois, après 1897, suite à l’achat par Schneider des installations de fabrication d’artillerie du Havre appartenant aux Chantiers de la Méditerranée, l’entreprise du Creusot resta la seule à produire du matériel d’artillerie terrestre à grande échelle.

19À côté de la société Schneider figuraient un nombre très restreint de producteurs : parmi les chantiers navals, les Ateliers et chantiers de la Loire et les Forges et chantiers de la Méditerranée, auxquels s’ajoutèrent, au cours de la première décennie du xxe siècle, les Ateliers et chantiers de la Loire ; parmi les fournisseurs de matériels blindés, de tourelles et d’artillerie, les Forges et aciéries de la Marine Homécout, les Forges de Châtillon, Commentry, Neuves-Maisons, les Fonderies, forges et aciéries de Saint-Étienne et la Marrel frères, ces dernières se plaçant toutefois quelques échelons plus bas que les trois premiers producteurs, les seuls à être de véritables grands fabricants d’armement, en dehors des chantiers navals.

20La plus petite des grandes entreprises de l’armement au niveau continental était la société Skoda. Entreprise mécanique fondée en 1860 par le comte A. Waldstein, elle s’appelait alors Graf Waldsteinsche Maschinenfabrik in Pilsen. L’expansion de l’entreprise s’accéléra sensiblement lorsqu’en 1866, la direction générale fut confiée à un jeune ingénieur qui avait fait ses premières expériences professionnelles en Allemagne, Emil Skoda (1839-1900). Trois ans plus tard, Skoda racheta l’entreprise du comte Waldstein. Dans le cadre de la redéfinition de la politique militaire de la Double Monarchie, qui passait par la modernisation de la flotte et la construction de lignes fortifiées le long des frontières avec l’Italie, la Russie et le Monténégro, les installations de Pilsen, qui se trouvaient dans l’une des régions du pays où le développement industriel était le plus intense, furent choisies par le gouvernement, au début des années 1890, pour l’artillerie navale et côtière. Au début du xxe siècle, quelques mois avant la mort de Skoda (remplacé au poste de directeur général par Georg Günther), l’entreprise fut transformée en société par actions, à la demande des plus grandes banques viennoises, alors que la réputation de la maison s’étendait au niveau international (la flotte espagnole utilisa uniquement du matériel d’artillerie Skoda lors du conflit avec les États-Unis). Cependant, bien qu’en forte croissance, la part du chiffre d’affaires issue des contrats militaires resta limitée à 35 % environ jusqu’en 1905, et les effectifs se stabilisèrent autour de 3 500 personnes entre 1890 et 1905.

  • 6 Durant les guerres d’indépendance des années 1860, la dépendance vis-à-vis de l’étranger s’était ég (...)
  • 7 Voir Franco Bonelli, Lo Sviluppo di una grande impresa in Italia. La Terni dal 1884 al 1962, Torino (...)

21En Italie aussi, l’État considérait que laisser ses arsenaux dépendre de fournitures étrangères était un danger et une faiblesse, car cela rendait le pays vulnérable sur un point vital : la sécurité de l’approvisionnement de l’acier6. Cependant, conformément à la culture économique libérale dominante, l’État décida de ne pas intervenir directement dans ce domaine. Autrement dit, il ne s’agissait pas tant de créer un nouvel établissement d’État que de réunir les conditions pour qu’une entreprise privée – qui allait devoir opérer dans un environnement économique et industriel relativement arriéré – puisse, au bout de quelques années, assurer la production également dans le domaine civil. Ces conditions dépendaient surtout de la garantie des premières commandes de matériel de guerre. C’est donc dans ce contexte que fut fondée, en 1884, la société Terni, pour la fabrication de blindages pour la Marine et d’acier pour les canons. Toutefois, les prévisions sur l’autonomie de l’entreprise par rapport aux commandes du gouvernement se révélèrent vite erronées : en moins de dix ans, l’État dut en effet intervenir deux fois – en 1887 et en 1893 – pour sauver l’entreprise de la faillite7.

  • 8 Voir Luigi DE Rosa, Iniziativa e capitale straniero nell’industria metalmeccanica del Mezzogiorno 1 (...)

22Des décisions s’imposaient donc, dans la logique du projet d’origine, mais avec l’entrée en jeu d’acteurs différents. En 1884, le gouvernement italien ouvrit les négociations avec la société Armstrong de Newcastle upon Tyne, qui était depuis longtemps l’un des fournisseurs réguliers de matériel de guerre les plus appréciés par la Marine italienne, en vue de la construction d’un site industriel en Italie. L’entreprise anglaise, qui était probablement à l’époque la plus grande de ce secteur sur le plan international, accueillit favorablement cette proposition, comprenant que le climat du pays était en train de changer et que les industries nationales allaient être de plus en plus favorisées par les commandes de l’État. Cinq ans plus tard, en 1889, étaient inaugurés à Pouzzoles, près de Naples, un chantier et une usine de canons auxquels s’ajouta, dans les années suivantes, une aciérie, afin de rendre l’entreprise auto suffisante pour son approvisionnement en matières premières, non seulement pour les blindages et les canons, mais aussi pour réduire sa dépendance vis-à-vis de la société Terni, dépendance devenue presque totale pour ce type de fournitures8.

  • 9 Voir Peter Hertner, « Industria degli armamenti e capitale stranieri : il silurificio Schwartzkopff (...)

23Deux ans auparavant, en 1887, une usine ouvrait ses portes : elle appartenait à la maison berlinoise Schwartzkopff, la plus grande entreprise européenne, avec la société Whitehead, pour la fabrication de torpilles. La décision d’ouvrir une filiale en Italie avait été prise par l’entreprise allemande à la suite d’une demande explicite formulée par le gouvernement italien, qui posait cette condition pour donner le feu vert à un important contrat de fourniture de torpilles réalisées avec un alliage en bronze phosphoreux – torpilles que les experts de la Marine considéraient comme supérieures à celles en acier brevetées par la société Whitehead9.

  • 10 Voir Luigi De Rosa, « Difesa militare... », article cité, p. 160-176, Vera Zamagni,Dalla periferia (...)

24La naissance de la société Terni et ces deux premiers investissements étrangers s’inscrivent dans le même cadre que le processus d’expansion et de consolidation des chantiers italiens, surtout ceux de Gênes et de Livourne, durant les années 1880. On se trouvait alors face à un choix à long terme pour la création d’une base industrielle solide dans des secteurs stratégiques, comme le secteur sidérurgique et mécanique. Ce choix fut concrétisé pour la première fois par la loi de 1885 prévoyant des aides pour les constructions navales métalliques, puis par la loi de 1887 octroyant 85 millions de lires à la Marine de guerre, dont 37 millions, à répartir sur neuf ans, pour les seules constructions navales10.

  • 11 Voir Paolo Ferrari, « Stato e sviluppo industriale. Il ministero della Marina 1884-1914 », Italia c (...)
  • 12 Voir Luciano Segreto, Marte e Mercurio, op. cit., p. 30-39.

25Dès les années 1880, le secteur de l’industrie de l’armement présente donc une physionomie contradictoire. D’une part, il représente un cas exemplaire de stimulation du développement de l’industrie par l’État, autorisant progressivement une moindre dépendance vis-à-vis des importations11. D’autre part, il reflète lourdement les difficultés structurelles d’un dispositif industriel encore fragile, surtout dans ce secteur technique de pointe. Cela impose à plusieurs reprises le recours aux capitaux, et surtout aux technologies, de l’étranger pour compenser ces lacunes. La période qui va des années 1880 à la Première Guerre mondiale semble être marquée par la présence de forces opposées. Cependant, l’industrie italienne de l’armement permet à l’Italie, au début de la Première Guerre mondiale, d’être en position de quasi-autosuffisance pour les fournitures militaires, et donc proche des autres grandes puissances européennes, bien qu’encore un peu en retard (surtout sur le plan de la qualité des produits). Tout en se situant presque au niveau des autres pays européens, l’Italie se démarque au moins sur un point : c’est le seul pays où l’on peut constater une présence étrangère aussi consolidée et ramifiée dans l’industrie de l’armement12.

Quelle place pour la diplomatie ?

Entre la fin du xixe siècle et la Première Guerre mondiale

26Il faut donc, pour cette période, réviser certaines versions de l’histoire, qui attribuent un rôle déterminant à la diplomatie dans la définition des stratégies des entreprises du secteur de l’armement. La plupart des chercheurs qui, durant les trente dernières années, ont travaillé sur cette question, ont été amenés à conclure que les stratégies des entreprises obéissaient d’abord à une logique économique et de direction, et seulement dans un deuxième temps – et dans un nombre assez limité de cas – aux exigences politico-diplomatiques. L’histoire des nations et des entreprises n’échappe pas aux tendances plus générales caractérisant l’ensemble des relations entre l’Etat et l’économie entre la seconde moitié du xixe siècle et la Première Guerre mondiale.

  • 13 Voir Anthony J. Arnold, « Riches beyond the Dreams of Avarice ? Commercial Returns on British Warsh (...)

27Ainsi, le gouvernement britannique ne renia pas son orientation libérale, dans ce domaine pas plus que dans les autres : il se limita à observer de loin les initiatives des principales entreprises (Vickers, Armstrong, Whitehead) dans les différents pays étrangers où s’ouvraient des perspectives d’investissement direct. Certes, le fait que ces pays étaient l’Italie, l’Espagne, le Portugal et l’Empire austro-hongrois (pour le site de Fiume de la société Whitehead) contribuait à rassurer le gouvernement britannique, car il s’agissait de zones et d’acteurs internationaux dont le poids dans l’équilibre politique et diplomatique de cette période était relativement faible. Néanmoins, la logique de ces investissements – presque tous effectués sous la forme d’un joint venture avec des entreprises et des hommes d’affaires locaux – fut indéniablement d’abord économique et industrielle. Ils répondaient en somme aux besoins de croissance des entreprises britanniques. Les moyens étaient identiques dans tous les cas, et seul différait le moment choisi : la première à agir fut la société Armstrong, mais lorsque vint son tour, Vickers investit dans un plus grand nombre de pays que sa rivale13.

28Le gouvernement allemand, en revanche, aurait souhaité explicitement un plus grand engagement direct à l’étranger de la plus importante des entreprises d’armement, Krupp. Dès 1863, l’entreprise allemande avait été sollicitée par le gouvernement pour collaborer à la restructuration du secteur russe de l’armement. Elle s’y refusa cependant, préférant se limiter à vendre ses canons à l’armée russe. À vrai dire, une vingtaine d’années auparavant, mécontent de ses rapports avec le gouvernement prussien, Alfred Krupp avait été tenté par l’idée de quitter son pays et d’émigrer en Russie pour y construire une usine, attiré par les conditions favorables promises par le gouvernement tsariste. On ignore quelle fut la réaction exacte des autorités à l’époque.

29Entre la fin du xixe siècle et le début de la Première Guerre mondiale, les pressions dans ce sens se renouvelèrent sans plus de succès, en direction de différents pays. En 1908, puis en 1912, le gouvernement allemand invita ouvertement l’usine de canons d’Essen à investir en Italie, au moment où ce pays était en train de procéder à une révision radicale de son propre matériel d’artillerie. Le respect des exigences de la politique étrangère de l’empereur Guillaume, auquel Krupp était très sensible, n’empêcha pas les dirigeants de l’entreprise de réaffirmer leur opposition fondamentale à l’égard des investissements directs à l’étranger. À l’époque, la maison privilégia toujours, pour ses interventions sur les marchés internationaux, une stratégie de pénétration commerciale. Le point fort de cette politique était la décision de tout miser sur la qualité du produit plutôt que sur les prix, tout en évitant de mettre à la disposition d’hypothétiques partenaires étrangers sa propre technologie.

  • 14 Voir Volker R. Berghahn, Der Tirpitz-Plan. Genesis und Verfall einer innenpolitischen Kriesenstrate (...)

30En revanche, Schwartzkopff, société de Berlin très connue pour son expertise dans le domaine des torpilles, au même niveau que l’entreprise anglaise Whitehead, semblait plus disponible. Les autorités italiennes invitèrent l’entreprise allemande à investir dans la péninsule au milieu des années 1880 ; cette initiative fut soutenue par les autorités allemandes. Par ailleurs, la logique économique – et certainement pas politique – poussa la maison Schwartzkopff à fermer son usine (bâtie à Venise) en 1902, après une baisse progressive des commandes passées par la Marine italienne14.

31Pour ce qui est de la France, en revanche, on pourrait à première vue identifier un rôle beaucoup plus important de la politique, de ses contraintes et de ses délais. Les entreprises françaises en mesure de jouer un rôle compétitif sur les marchés internationaux n’étaient pas nombreuses, et celles qui pouvaient effectuer des investissements directs, à la fois sur le plan financier et, peut-être plus encore, sous forme de transferts de technologies et de savoir-faire techniques et pratiques, l’étaient encore moins. Schneider était probablement la seule à posséder les atouts nécessaires pour choisir une telle stratégie. Deux occasions se présentèrent aux entreprises françaises, l’une en Italie, l’autre en Russie. Entre 1899 et 1902, Schneider fut contacté par deux groupes industriels italiens. Dans le premier cas, on sollicitait sa collaboration pour la construction d’une aciérie dans le golfe de Pouzzoles, près de Naples, non loin des installations de la société Armstrong, ouvertes en 1884, qui auraient dû être englobées par une nouvelle société, contrôlée par les deux groupes industriels étrangers (Armstrong et Schneider), par des armateurs italiens et par la Banca Commerciale. Dans le second cas, en revanche, ce fut la plus grosse entreprise sidérurgique italienne, Terni, qui construisait les blindages pour les navires de guerre de la Marine italienne, qui prit contact avec la société Schneider afin de construire en Italie une installation pour la fabrication d’artillerie faisant appel à la technologie française.

32Si, dans le premier cas, la complexité du projet et les intérêts divergents qui se manifestèrent parmi les associés potentiels le firent tomber à l’eau, dans le deuxième cas, l’échec est imputable à l’ambassadeur français à Rome, Camille Barrère. Pour lui, en effet, les rapports entre l’Italie et la France n’étaient pas encore assez solides pour justifier une collaboration étroite dans un secteur aussi délicat que l’armement. Cette explication est sujette à caution, puisqu’ en 1900, les deux pays étaient parvenus à s’entendre sur Tripoli et sur le Maroc. Cette entente avait été sanctionnée en 1902 par un échange de courriers diplomatiques, qui engageait entre autres l’Italie à la neutralité en cas d’attaque allemande contre la France : cette date est considérée, avec l’entente italo-britannique de 1902, comme « un tournant historique dans la politique européenne entre 1882 et 1914 » par un historien italien spécialiste des relations internationales. Les négociations avec Schneider n’ayant pas abouti, la maison italienne fut obligée de se mettre en contact avec les Anglais de Vickers pour créer, en 1906 seulement, la Vickers-Terni, entreprise spécialisée dans le matériel d’artillerie.

33Une fois cette occasion perdue, il fallut environ huit ans pour réunir les conditions d’une intervention française en Italie. Le resserrement des relations diplomatiques entre les deux pays eut sûrement une influence dans certaines décisions prises entre 1908 et 1910, mais ce ne fut pas le seul élément déterminant. Il y eut d’abord une tentative de rapprochement entre la société Ansaldo et la société des Forges de la Loire et du Midi Marrel frères, qui avait développé son propre brevet pour la fabrication de blindages, en dehors du cartel international des constructeurs de blindages. Mais il n’y eut pas non plus d’accord, à cause des délais de réaction des acteurs politiques ; l’ambassade française à Rome, impliquée dans les discussions, ne fit pas grand-chose pour les faire aboutir.

34Plus tard, après plusieurs tentatives (en Allemagne avec Krupp, en Autriche avec Skoda), la société Ansaldo et le groupe Schneider se rapprochèrent à nouveau. Le contexte général était alors très différent. Le gouvernement italien avait lancé un appel d’offres international pour le renouvellement de son matériel d’artillerie, et la société Schneider avait obtenu l’accord du gouvernement français pour y participer. Les autorités françaises attribuaient en effet à cette question « bien plus qu’un intérêt purement industriel ». Mais la bénédiction du gouvernement ne permit pas à Schneider de gagner l’appel d’offres, même si la société obtint du gouvernement italien, en 1909, une importante commande de coupoles blindées pour les forteresses italiennes (succès vivement salué à Paris), et signa un accord de coopération économique et technique avec la maison Ansaldo pour la production en Italie de canons du modèle Schneider, sur quinze ans. Paradoxalement, l’appel d’offres fut remporté par une autre société française, la compagnie des Forges de Châtillon-Commentry et Neuves-Maisons, qui, sans avertir de quelque manière que ce soit son gouvernement, présenta un nouveau type de canon mis au point par le chef du service de l’artillerie de l’entreprise, le colonel Déport. Cette offre était sans doute meilleure du point de vue technique, mais elle présentait également un autre avantage, l’entreprise française s’étant engagée, en cas de succès de son prototype, à céder le brevet aux entreprises italiennes qui auraient construit le nouveau canon, ce qu’elle fit précisément en 1912. C’est ainsi qu’une logique purement économique prit le dessus sur les limites et les contraintes de la politique.

  • 15 Voir François Crouzet, « Recherches sur la production d’armement en France », Revue historique, n°  (...)

35En 1912, une autre grande opération fut mise en œuvre par le groupe Schneider, cette fois-ci en Russie. Les ateliers Putiloff de Saint-Pétersbourg étaient à la recherche d’un partenaire pour améliorer l’efficacité technique et la productivité de leurs installations. Cette opération présentait également un intérêt financier, l’entreprise russe étant parallèlement engagée dans l’achat des chantiers Newsky, l’une des plus grandes entreprises du secteur. Elle fut assez vite conclue. L’affaire russe réunissait certains des partenaires financiers qui suivirent ensuite la société Schneider dans ses stratégies d’expansion internationale des années 1920 : la banque de l’Union parisienne, la Société générale et Paribas. Il s’agissait non seulement de consolider une position sur le marché russe, où le groupe français était déjà présent depuis quelques années, à travers l’exploitation de ses brevets d’artillerie et les fournitures pour les chemins de fer, mais aussi de limiter les ambitions anglaises (celles de Vickers en premier lieu et, dans une moindre mesure, celles d’Armstrong) en impliquant les entreprises britanniques, mais en les reléguant au deuxième rang. La politique joue un rôle essentiel dans ces négociations. L’alliance stratégique franco-russe représente la base, le cadre dans lequel les opérations de Schneider s’affirment. Mais les documents d’archives ne permettent en aucun cas d’affirmer que la dimension diplomatique a d’une manière quelconque ouvert la voie à cette opération. Le gouvernement français est intervenu principalement après l’ouverture des pourparlers, pour empêcher la concurrence anglaise (surtout celle d’Armstrong) de s’imposer15.

L’entre-deux-guerres

36La chute de l’Empire austro-hongrois et la création, à sa place, d’une série de nouveaux États qui devaient créer leur propre appareil de défense a été une occasion formidable pour les grandes entreprises d’armement européennes. Les tensions politiques fréquentes, même entre les anciens alliés sortis vainqueurs du premier conflit mondial, découlaient d’une sorte de concurrence politique et économique pour occuper les meilleures positions dans les nouveaux États et, notamment, sur les nouveaux marchés. L’évolution était comparable à celle des trente années précédant la Première Guerre mondiale, avec cependant quelques variantes pour ce qui concerne les acteurs et dans une moindre mesure les stratégies. Une fois de plus, en effet, les pays les plus développés ont cherché à intervenir dans les choix de politique industrielle des nouveaux pays d’Europe orientale. L’action politique de la diplomatie visait à favoriser les opérations de pénétration, mais aussi à permettre des échanges commerciaux dans lesquels – une fois de plus – l’armement était un enjeu essentiel. Cette marchandise spéciale était souvent la condition indispensable pour concrétiser un accord de plus grande envergure. Qui plus est, il s’agissait parfois d’interventions destinées à la création d’installations pour la production de matériel de guerre. Le climat international très tendu et la naissance de doutes et d’inquiétudes, parmi les nouveaux arrivés, face aux stratégies des pays d’Europe occidentale freinèrent le développement des stratégies de coopération et de collaboration technique et industrielle qui s’étaient manifestées, surtout dans les dernières décennies du xixe siècle, avec des pays relativement moins avancés comme l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Russie.

  • 16 Voir Richard P. T. Davenport Hines, « Vickers as a Multinational before 1945 », in British Multinat (...)

37Les grandes entreprises anglaises, Vickers et Armstrong, avaient dû faire face à de graves difficultés de nature économique, associées à quelques erreurs de gestion, qui les avaient poussées à fusionner en 1928, avec l’accord des autorités. Parallèlement, sur les marchés étrangers où la présence anglaise avait été la plus efficace avant 1914, les conditions économiques et politiques avaient radicalement changé. Le renforcement global de la structure industrielle italienne et un certain renforcement des industries d’armement espagnoles réduisirent l’importance des investissements dans ces pays, jusqu’à les faire disparaître totalement dans les années 1930, en raison de la prise de contrôle par l’État des principales entreprises en Italie, de la guerre civile et de ses conséquences politiques internationales en Espagne. En revanche, en Union soviétique, la société Vickers avait trouvé de nouvelles occasions d’investissement non pas dans le secteur si délicat de l’armement, mais dans celui, tout aussi important dans ce pays, de l’électricité. La Metro-Vic, filiale de Vickers travaillant dans l’industrie électromécanique, fut en effet l’interlocuteur privilégié du gouvernement soviétique dès 1921, lorsque les premiers grands plans d’électrification du pays furent lancés16.

  • 17 Voir Renaud Bellais, Production d’armes et puissance des nations, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Lauren (...)

38C’est la société Schneider qui fut la plus active. Elle réussit à s’inscrire dans les programmes militaires de certains États de l’Europe centrale et orientale. Le plus grand succès fut sans doute celui qui lui permit d’entrer, dès 1919, dans le capital de Skoda – devenu un simple producteur tchécoslovaque, et non plus celui de tout l’Empire austro-hongrois – et d’en écarter par la même occasion les actionnaires allemands et autrichiens. D’un point de vue strictement technique, l’entente ne s’avéra pas très profitable pour l’entreprise tchécoslovaque qui, selon l’accord général signé par les deux parties, utilisa seulement six brevets français pendant les vingt années suivantes, alors que le groupe Schneider en exploitait vingt-cinq. Le rôle du gouvernement français dans cette stratégie était important, car elle s’inscrivait dans le contexte plus ample de la politique étrangère de la France dans cette partie de l’Europe, visant à créer un cercle d’alliés fidèles dans l’éventualité d’un nouveau conflit avec l’Allemagne. Dans les années 1930, toutefois, les Français perdirent la position de contrôle qu’ils s’étaient assurée en 1919, au profit de la Banque anglo-tchécoslovaque. Pendant cette décennie, Skoda, très active sur les marchés internationaux, avait réussi à s’implanter dans plus de cinquante pays. Toutefois, la présence anglo-française dans l’entreprise de Pilsen ne put rien contre la logique du pacte de Munich de 1938. La Tchécoslovaquie devenait une partie du Groβraumwirtschaft allemand : en décembre 1938, les capitaux étrangers se retirèrent et, pendant une courte période, la société Skoda appartint seulement à des actionnaires tchèques. Ce ne fut cependant qu’une brève parenthèse, car, en mars 1939, le général allemand Barckhauser s’installa dans les usines Skoda en qualité de commandant militaire des installations17.

  • 18 Voir Luciano Segreto, « L’industria della guerra », Storia d’Italia, Annali 18, Guerra e pace, édit (...)

39À côté des acteurs traditionnels de cette compétition particulière – la France et la Grande-Bretagne –, l’entre-deux-guerres voit également l’entrée en scène de l’Italie. Sa politique étrangère, tantôt agressive, tantôt s’engageant dans des impasses, eut un certain rôle dans son affirmation sur les nouveaux marchés de l’Europe centralee et orientale, dont elle devint l’un des principaux partenaires. Le développement de son industrie de l’armement, favorisé par la Première Guerre mondiale, offrit au pays un nouvel atout dans le réseau complexe des pourparlers économiques et commerciaux avec les nouveaux États. La crise de 1929 et le retrait de la banque mixte qui s’ensuivit, en 1933 (entraînant le passage sous le contrôle direct de l’État de plusieurs entreprises industrielles, dont la plupart travaillaient dans le secteur de l’armement), avaient mis le gouvernement dans les conditions idéales pour définir sa propre position dans le cadre des relations politiques et économiques internationales, en lui offrant des marges de manœuvre bien plus étendues que celles dont disposaient ses concurrents18.

  • 19 Voir Christopher Hall, Britain, America and Arms Control, 1921-1937, London, Macmillan Press Ltd, 1 (...)

40Mais la présence allemande restait importante sur le plan économique, sans toutefois s’exprimer dans le secteur de l’armement, du fait des lourdes contraintes du traité de Versailles. Ces dernières donnèrent naissance à certaines décisions clés de l’axe Berlin-Moscou, comme l’implantation, sur le territoire soviétique, d’installations pour la production de chars et d’avions par les grandes entreprises allemandes du secteur, Krupp et Junkers en tête, afin de contourner l’interdiction du réarmement de l’Allemagne, qui contraignait cette dernière à réduire considérablement ce secteur (ce processus se refléta dans la réduction du nombre d’employés dans les industries travaillant pour la défense, de 164 000 en 1913 à 78 000 en 1928). D’autre part, la présence sur la scène internationale d’un pays comme l’Union soviétique, dont la politique étrangère était liée au cadre politique et idéologique issu de la révolution d’Octobre, créait des situations tantôt anormales (comme celles que l’on vient d’évoquer), tantôt issues de stratégies orientées vers une production indépendante par l’achat de plans de systèmes d’armes (comme dans le cas des achats effectués dans les années 1930 en France et en Italie) pour une fabrication autonome dans les usines soviétiques. On pourrait ainsi dire que le marxisme-léninisme appliqué à l’industrie de l’armement impliquait une grande souplesse et un certain réalisme, un mélange auquel s’ajoutait parfois une certaine absence de scrupules, avec pour objectif ultime le salut de la patrie des soviets19.

  • 20 Voir Société des Nations, Annuaire statistique du commerce des armes et des munitions, Genève, 1934 (...)

41D’autre part, l’expansion continue des dispositifs industriels pour les productions militaires enregistrée par de nombreux pays d’Europe occidentale entre 1914 et 1918 avait obligé, d’une certaine façon, les gouvernements et les entreprises du secteur à renforcer leur politique commerciale. Pour maintenir les installations en état de fonctionnement – y compris pour leur exploitation en cas de guerre –, il n’était pas seulement nécessaire de mettre en œuvre une politique capable de passer rapidement de productions civiles à une production militaire. Il fallait également maintenir un haut niveau de production, et donc un haut niveau d’activité : en France et en Italie, à la fin des années 1920, l’emploi dans les entreprises publiques et privées de ce secteur était supérieur à celui des cinq ou six années précédant la Grande Guerre, tandis qu’en Grande-Bretagne, il avait diminué d’un tiers, et aux États-Unis d’un cinquième. Pour les principaux pays concernés (Grande-Bretagne, France, Italie, Tchécoslovaquie, États-Unis), la valeur des exportations à la veille de la crise de 1929 était bien plus élevée que dans les quinze années précédentes – cela étant également dû au fait que l’Allemagne ne figurait pas, du moins officiellement, dans la liste des pays exportateurs d’armes et de munitions20.

  • 21 Voir Valerio Castronovo, L’Industria italiana dall’Ottocento a oggi, Milano. Mondadori, 1980, p. 24 (...)

42Cette politique pouvait certainement mener à des situations paradoxales, comme celle du gouvernement italien qui, d’un côté, dans les états-majors, se préparait à une guerre avec pour adversaire principal la France et son alliée, la Yougoslavie, en équipant la défense terrestre et aérienne contre une éventuelle offensive lancée simultanément du nord-ouest et du nord-est – tandis que, d’un autre côté, le travail fourni par les entreprises de ce secteur permettait de vendre des avions à la France et à la Yougoslavie en 193821.

Après 1945

  • 22 Voir Gunnar Adler-Karlsson, Western Economic Warfare 1947-1967. A Case Study in Foreign Economic Po (...)

43La conjoncture internationale du second après-guerre présente un visage inédit. Tout d’abord, l’évolution technologique a permis aux États-Unis et, quelques années après, à l’Union soviétique de disposer de l’arme atomique, qui ne pouvait se comparer à aucun autre armement existant. D’une certaine façon, le marché de l’armement se transformait, l’arme moderne la plus puissante étant, d’abord de fait puis de droit, exclue du commerce international. Mais la situation avait aussi radicalement changé pour les autres armes. Le partage du monde en deux blocs impliquait une rupture plus profonde, même sur le marché mondial, qui n’était d’ailleurs déjà plus unique depuis 1917. Les accords qui conduisirent les pays occidentaux, entre la fin des années 1940 et le début des années 1950, au contrôle des exportations stratégiques vers le bloc soviétique par l’intermédiaire d’un organisme unique siégeant à Paris, le Coordinating Committee (CoCom), prévoyaient l’institution d’un embargo sur les ventes d’armes et de fortes restrictions sur tout ce qui pouvait, directement ou indirectement, être utilisé à des fins belliqueuses22. Le monde était partagé en deux même pour ce type de commerce, particulièrement dangereux étant donné le climat international.

  • 23 Il faut rappeler que les systèmes de certification ISO EN 9000 et tous ceux qui suivirent, désormai (...)
  • 24 Voir Lorenza Sebesta, L’Europa indifesa : sistema di sicuretta atlantico e caso italiano 1948-1955, (...)

44Toutefois, du point de vue américain, le nouveau modèle de développement offert aux alliés occidentaux accordait à l’industrie militaire un rôle important, et pas seulement dans les programmes de défense mutuelle lancés après la création de l’OTAN. Croissance économique et sécurité étaient toujours associées dans le discours des administrations américaines, conscientes du fait qu’une implication des alliés dans l’effort pour le réarmement – à travers la participation aux programmes pour le renforcement des forces de l’OTAN et de son réseau complexe d’infrastructures (aéroports, ports, systèmes de communication, etc.)-avait pour but non seulement de partager, du moins en partie, le fardeau de la sécurité, mais aussi de fournir à l’Europe occidentale une possibilité de croissance économique supplémentaire et de consolider son tissu industriel (ne serait-ce que parce que les entreprises travaillant pour les commandes liées aux programmes de réarmement de l’Alliance atlantique devaient respecter des normes de qualité bien plus strictes que celles qui étaient appliquées en Europe)23. D’autre part, au lendemain du plan Marshall, le courant d’aides qui continua à parvenir en Europe occidentale depuis les Etats-Unis était essentiellement destiné à des fins militaires24. Cela peut expliquer certaines initiatives politico-diplomatiques et économiques concernant les relations entre les pays occidentaux, notamment ceux de l’OTAN.

  • 25 Voir Erkii Liikanen, « Commision européenne : industrie de défense et politique européenne d’armeme (...)

45La coopération entre les pays occidentaux (une coopération industrielle s’étendant, par la suite, au domaine de la recherche et du développement) remplaça progressivement la compétition, même s’il restait encore beaucoup de chemin à parcourir. Ce n’est qu’à une époque récente que cette solution a trouvé, notamment dans le cadre de l’Union européenne, le soutien nécessaire de différents partenaires européens – malgré maintes hésitations, pauses de réflexion et autres retours en arrière, toujours dictés par la défense des intérêts nationaux (et de ceux des opérateurs du secteur). Compétition et coopération peuvent aujourd’hui être considérées (entre les partenaires européens comme entre ces derniers et les États-Unis) comme coexistant dans cette nouvelle logique, malgré les efforts visant à réduire la première et à augmenter la seconde25.

Tableau La collaboration européenne dans le cadre des programmes pour la conception et la production d’armements (1958-1998)

Tableau La collaboration européenne dans le cadre des programmes pour la conception et la production d’armements (1958-1998)

Source : CEHD, Bilan et perspectives de la coopération franco-allemande de 1963 à nos jours, Paris, ADDIM, 1999, p. 290.

46En conclusion, on peut affirmer que sur les plans théorique et pratique, la situation mise en place à la fin de la Seconde Guerre mondiale a amené une prise de conscience du lien qui unit le développement industriel et celui de l’industrie de l’armement, avec les retombées des productions militaires – et de la recherche et développement à des fins militaires – sur la production et les techniques à usage civil. L’objectif ultime – la défaite politique et économique de l’adversaire – passait dorénavant par un creusement de l’écart technologique et productif dans tous les domaines.

47Il est clair que le niveau atteint par les connaissances techniques et scientifiques dans le bloc soviétique aurait pu permettre un autre développement de la relation entre les technologies et la production militaires et leur utilisation dans le domaine civil : en d’autres termes, quelques ajustements et variations auraient permis de passer de techniques simples et pacifiques et des produits à usage civil à la fabrication d’instruments militaires, dans le sens le plus large du terme. De ce point de vue, le COMECON (Council for Mutual Economic Cooperation) se voulait l’instrument opérationnel empêchant la fuite de connaissances liées à certains produits. Ce qui était non seulement possible mais aussi souhaitable dans la période précédant la Première Guerre mondiale (le transfert de technologie pour contribuer à réduire l’écart entre technologies) fut impossible après 1945, du moins pour une bonne partie du monde.

48D’autre part, le développement de nombreux pays industrialisés, dans l’entre-deux-guerres, dans le secteur de l’industrie de l’armement et le développement d’une forte compétition internationale sur un marché mondial de plus en plus étendu et désireux de se doter d’une structure défensive adéquate (à ses besoins, mais aussi à ses ambitions) se poursuivirent après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ils trouvèrent même dans le nouveau paysage international, composé de pays à la recherche de l’indépendance et de nouvelles nations sortant de la domination coloniale, un terrain idéal pour élargir, légalement ou pas, leur sphère d’action : il suffit de penser à la politique d’embargo vers des pays comme l’Afrique du Sud de l’apartheid ou au cas de l’Irak. La politique et ses impératifs ont dû s’accommoder de ces évolutions.

Notes

1 George W. F. Hallgarten, Twilight of Man ? A Short History of the Arms Race in Modem Times, London. 1972.

2 Clive Trebilcock, « Spin-off in British Economic History : Armaments and Industry 1760-1914 », Economic History Review, 2nd Series, vol. 22, 1969 ; Clive Trebilcock, « British Armaments and European Industrialization 1890-1914 », Economic History Review, 2nd Series, vol. 26, 1973 ; Clive TRebilcock, The Industrialisation of the Continental Powers 1780-1914, London/New York, Longman, 1981.

3 Archives historiques du ministère des Affaires étrangères (Paris), Nouvelle Série, Italie, vol. 44, Barrère à Pichon, 30 janvier 1908.

4 L’intervention de Stephen Hymer a été publiée sans titre parmi les commentaires à une relation de Harry Magdoff intitulée Militarism and Imperialism ; les deux articles se retrouvent dans American Economie Review, mai 1970, p. 237-246 (la phrase citée se trouve à la page 243).

5 Voir Luciano Segreto, Marte e Mercurio, Industria bellica e sviluppo economico in Italia 1861-1940, Milano, Franco Angeli, 1997, p. 23-30.

6 Durant les guerres d’indépendance des années 1860, la dépendance vis-à-vis de l’étranger s’était également manifestée dans l’approvisionnement en uniformes pour l’armée, malgré l’intense engagement des usines de fabrication lainière du Piémont (voir Valerio Castronovo, L’Industria laniera in Piemonte nel secolo XIX, Torino, ILTE, 1964, p. 187 sq.)

7 Voir Franco Bonelli, Lo Sviluppo di una grande impresa in Italia. La Terni dal 1884 al 1962, Torino, Einaudi, 1975, p. 3-66.

8 Voir Luigi DE Rosa, Iniziativa e capitale straniero nell’industria metalmeccanica del Mezzogiorno 1840-1904, Napoli, Gianinni, 1968, p. 138-139 ; Douglas Dougan, The Great Gun-Maker. The Story of Lord Armstrong, Newcastle upon Tyne, 1980, p. 151-152 ; Luigi De Rosa, « Difesa militare e sviluppo economico in Italia (1861-1914) », in La Rivoluzione industriale in Italia, Bari, Laterza, 1980, p. 171-172 ; Maurice Pearton, The Knowledgeable State. Diplomacy, War and Technology since 1830, London, Burnett, 1982, p. 114-115.

9 Voir Peter Hertner, « Industria degli armamenti e capitale stranieri : il silurificio Schwartzkopff di Venezia 1887-1901 », Venetica. Rivista di storia dette Venezie, n° 8, luglio-dicembre 1987, p. 65.

10 Voir Luigi De Rosa, « Difesa militare... », article cité, p. 160-176, Vera Zamagni,Dalla periferia al centra. La seconda rinascita economica dell’Italia 1861-1981, Bologna. Il Mulino, 1990, p. 215.

11 Voir Paolo Ferrari, « Stato e sviluppo industriale. Il ministero della Marina 1884-1914 », Italia contemporanea, n° 197, décembre 1994, p. 692, qui établit que, entre 1877 et 1885, le ministère de la Marine a acquis du matériel à l’étranger (en France et en Angleterre) pour 23,6 millions de lires, tandis les commandes à l’étranger s’effondrent après 1885. Sur le rôle de l’État dans le processus de formation des chantiers italiens, voir également Mariano Gabriele, « Leggi navali e sviluppo della Marina », Rivista marittima, juillet et août-septembre 1898 ; Emanuele Ferrante, « Benedetto Brin e la questione marittima italiana (1866-1898) », supplément à Rivista marittima, novembre 1982.

12 Voir Luciano Segreto, Marte e Mercurio, op. cit., p. 30-39.

13 Voir Anthony J. Arnold, « Riches beyond the Dreams of Avarice ? Commercial Returns on British Warship Construction 1889-1914 », Economic History Review, LIV (2001), p. 267-289.

14 Voir Volker R. Berghahn, Der Tirpitz-Plan. Genesis und Verfall einer innenpolitischen Kriesenstrategie unter Wilhelm II, Düsseldorf, Droste Verlag, 1971 ; Baldur Kaulisch, Alfred von Tirpitz und die imperialistische deutsche Flottenrüstung. Eine politische Biographie, Berlin, MilitärVlg d. DDR, 1982, p. 90-109 ; Paul M. Kennedy, « Strategic Aspects of the Anglo-German Naval Race », in Strategy and Diplomacy 1870-1945. Eight Studies, London, George Allen and Unwin, 1983 ; Antonio Casali, Marina Cattaruzza, Sotto i mari del mondo. La Whitehead 1875-1990, Rome-Bari, Laterza, 1990.

15 Voir François Crouzet, « Recherches sur la production d’armement en France », Revue historique, n° 509, 1974, et « Remarques sur l’industrie des armements en France et relations internationales du xixe siècle à 1914 », Revue historique, n° 510, 1974 ; René Poidevin, « Fabricants d’armes et relations internationales au début du xxe siècle », Relations internationales, n° 1, 1974 ; René Girault, « Finances internationales et relations intemattionales (à propos des usines Poutiloff) », in Jean Bouvier et René Girault, L’Impérialisme français d’avant 1914, Paris, Mouton 1976 ; Claude Beaud, « La stratégie de l’investissement chez Schneider et Cie (1894-1914) », in Entreprises et entrepreneurs, xixe-xxe siècles, Paris, PUPS, 1983.

16 Voir Richard P. T. Davenport Hines, « Vickers as a Multinational before 1945 », in British Multinationals : Origins, Growth and Performance, édité par Geoffroy Jones, London, Aldershot, Hants, Brookfield, Vt., 1986 ; Geoffroy Jones, Clive Trebilcock, « Russian Industry and the British Business 1910-1930 : Oil and Armaments », The Journal of European Economic History, XI, 11, p. 61-103.

17 Voir Renaud Bellais, Production d’armes et puissance des nations, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Laurent Giovachini, L’Armement français au xxe siècle. Une politique à l’épreuve de l’histoire, Paris, Ellipses, 2000.

18 Voir Luciano Segreto, « L’industria della guerra », Storia d’Italia, Annali 18, Guerra e pace, édité par Walter Barberis, Torino, Einaudi, 2002, p. 674-687.

19 Voir Christopher Hall, Britain, America and Arms Control, 1921-1937, London, Macmillan Press Ltd, 1987.

20 Voir Société des Nations, Annuaire statistique du commerce des armes et des munitions, Genève, 1934 ; Paul Kennedy, The Rise and Fait of the Great Powers, New York, Random House, 1987 ; Karl Krause, Arms and the State : Patterns of Military Production and Trade, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 74.

21 Voir Valerio Castronovo, L’Industria italiana dall’Ottocento a oggi, Milano. Mondadori, 1980, p. 241.

22 Voir Gunnar Adler-Karlsson, Western Economic Warfare 1947-1967. A Case Study in Foreign Economic Policy, Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1968 ; Michael Mastanduno, « Trade as a Strategic Weapon : American and Alliance Export Control Policy in the Early Postwar Period », International Organisation, 42, 1, Winter 1988 ; Tor Egil Foerland, « An Act of Economic Warfare ? The Dispute over NATO’s Embargo Resolution, 1950-51 », The International History Review, XII, 3, August 1990 ; F. Innamorati, « L’esportazione di prodotti strategici e il ruolo del COCOM », Rivista di diritto internationale, 1/1992.

23 Il faut rappeler que les systèmes de certification ISO EN 9000 et tous ceux qui suivirent, désormais courants dans le tissu industriel des pays de l’Union européenne, ont une origine militaire liée aux normes de qualité définies par le Pentagone.

24 Voir Lorenza Sebesta, L’Europa indifesa : sistema di sicuretta atlantico e caso italiano 1948-1955, Firenze, Ponte alle Grazie, 1991.

25 Voir Erkii Liikanen, « Commision européenne : industrie de défense et politique européenne d’armement », L’Armement, décembre 2000, n° 72.

Table des illustrations

Titre Tableau La collaboration européenne dans le cadre des programmes pour la conception et la production d’armements (1958-1998)
Crédits Source : CEHD, Bilan et perspectives de la coopération franco-allemande de 1963 à nos jours, Paris, ADDIM, 1999, p. 290.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

Auteur

Luciano Segreto est professeur d’histoire économique et d’histoire des relations économiques internationales à la faculté de sciences politiques de l’université de Florence ; parmi ses travaux les plus récents, signalons : Marte e Mercurio. Industria bellica e sviluppo economico in Italia, Milan, Angeli, 1997; En coédition avec Franco Amatori, Duccio Bigazzi et Renato Giannetti, Storia d’Italia, Annali, vol. 15, L’Industria, Torino, Einaudi, 1999 ; Arar. Un’azienda statale tra mercato e dirigisme, Milano, Angeli, 2001 ; L’Industria della guerra, in Storia d’Italia, Annali, vol. 18, Guerra e Pace, édité par Walter Barberis, Torino, Einaudi, 2002 ; Giacinto Motta. Un ingegnere alla testa del capitalismo industriale italiano, Roma-Bari, 2004.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search