Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Armes nouvelles et guerre froide : l’armement depuis 1945

Le chargé de mission Atome auprès du délégué général pour l’armement (1961-1985)

Béatrice Faillès

Texte intégral

1L’étude de l’histoire de la mission Atome, en raison du destin extraordinaire de celle-ci et de son absence totale de traitement historiographique à ce jour, constitue un morceau de prédilection pour l’historien, comme pour une contribution à un état de la recherche en histoire de l’armement.

  • 1 Née en 1961, avec la DMA, la mission Atome disparaît en 1997, dans le cadre de la réforme de l’orga (...)

2Rappelons en effet qu’au cours de ses trente-six années d’existence, de 1961 à 19971, ce petit bureau, conçu initialement pour l’ingénierie nucléaire, est devenu, au fil de la réalisation de la force de frappe, un carrefour militaire, scientifique, financier et humain décisif, capable d’œuvrer en liaison avec la présidence de la République.

3Notre étude, qui s’interrompt en 1985 – date de la signature par le chargé de mission Atome Victor Marçais de l’accord officiel amendant la coopération nucléaire en cours entre la France et les États-Unis depuis 1972 –, met en lumière les efforts menés par les responsables successifs de la mission pour sa défense et sa valorisation, efforts dont cet épisode diplomatique constitue l’apogée.

  • 2 Les archives de la mission Atome sont pour partie conservées par le Centre d’archives de l’armement (...)

4Du fait des contraintes qu’il impose au chercheur, le traitement d’un tel sujet renvoie une image assez fidèle des difficultés que doit surmonter la recherche en histoire contemporaine, en France, dès lors qu’elle touche à l’ensemble des questions les plus sensibles, telles que la souveraineté nationale, le secret scientifique et militaire ou encore les relations entre États. S’y ajoute la dimension du secret inhérent à l’histoire de l’armement nucléaire, secteur de l’activité de défense où la réserve de rigueur résiste le mieux, aussi bien dans les esprits que dans la conservation des archives écrites2.

5Ces contraintes énoncées, ce texte doit être considéré comme une simple proposition, destinée à témoigner d’une démarche scientifique en cours. Celle-ci se fonde sur deux convictions et une méthode.

6La première de ces convictions procède d’un sentiment de responsabilité : la recherche française doit se donner les moyens méthodologiques de poursuivre une véritable histoire de l’armement nucléaire français, une histoire qui réponde à des critères de professionnalisme. Or, en France, le traitement de tout sujet de cet ordre est strictement irréalisable en dehors de la définition d’un mode contractuel, ponctuel et individualisé de collaboration avec l’institution de défense nationale – ou de diplomatie. La seconde conviction repose donc sur la nécessité, pour les historiens, d’assumer avec méthode et clarté les contraintes et les exigences correspondantes. La présente communication s’appuie ainsi sur les entretiens menés depuis 1999 par l’auteur, archiviste oral du Comité pour l’histoire de l’armement, et consacrés à l’histoire des armements nucléaire, bactériologique et chimique de 1939 à 1989. Cette entreprise nécessita une procédure d’habilitation au « secret-défense », comportant une enquête administrative et un engagement de ne divulguer aucune information pouvant porter atteinte aux intérêts de l’État, sous peine, en cas d’infraction, de sanctions pénales. Si le cadre peut paraître peu favorable à l’exploration scientifique, il se révèle pour le moins stimulant à l’usage, forçant le chercheur à concilier sa méthode, la pertinence de sa réflexion, avec l’intégrité de sa démarche autant que sa citoyenneté.

  • 3 Florence Descamps, L’Historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source or (...)

7Enfin, à propos de la méthode, il s’agit ici presque exclusivement d’histoire orale, appuyée, au préalable, sur un solide fonds documentaire. Le recours à une telle pratique, en instituant une relation de confiance entre le chercheur et les témoins, ces « hommes du confidentiel » évoqués dans le bel ouvrage de Florence Descamps, offre par ailleurs l’incomparable avantage « d’acclimater une institution à la démarche historique », comme en témoigne le parcours de l’historienne auprès du ministère des Finances3. Que chacune des personnes qui ont accepté de participer à cet effort collectif ainsi que chacun de ceux qui ont apporté les moyens de sa réalisation en soient ici très sincèrement remerciés.

1961 : les origines de la mission Atome

  • 4 Celles-ci sont assurées, depuis février 1947, par un ministre délégataire des attributions du chef (...)
  • 5 Le système alors prévu repose sur un avion équipé d’une bombe nucléaire à fission. Le choix de l’av (...)

8En 1961, un certain nombre de techniques nouvelles, apparues au cours de la Seconde Guerre mondiale – l’électronique et les missiles, appelés à se développer – ne trouvent pas les conditions de leur épanouissement dans la formule traditionnelle d’organisation des activités d’armement de l’État français4. Or le fait interarmées, qui s’était manifesté comme une leçon de 1939-1945, signifiait dorénavant que les différentes armes se devaient d’être imbriquées et la part des opérations communes accrue. À la fin des années 1950, la nécessité de cette intégration apparaît plus pressante encore avec la mise sur pied de la force de frappe française5, qui exige un regroupement sous une autorité unique et inférieure à celle du ministre de l’ensemble des services susceptibles de concourir à sa réalisation.

9Le dispositif d’organisation des conditions d’exécution du programme atomique militaire fait l’objet d’un partage des tâches précis, décidé par le Comité des applications militaires de l’énergie atomique (CAMEA) à partir de 1957 : au Commissariat à l’énergie atomique revient la responsabilité de l’engin nucléaire ; aux armées, les porteurs et la logistique, c’est-à-dire la préparation et l’exécution des essais. Mais, dès l’année suivante, la Direction des applications militaires (DAM) du CEA – maître d’œuvre et conseil du gouvernement en la matière – affirme seule son ascendant sur un dispositif qui, du point de vue des armées, s’avère nécessaire mais insuffisant.

  • 6 Jean-Damien PÔ, Les Moyens de la puissance. Les activités militaires du CEA (1945-2000), Paris, FRS (...)

10En janvier 1960, Pierre Messmer est appelé par le général de Gaulle au ministère des Armées où, sous l’inspiration du chef de l’État, il dirige la mutation des forces françaises vers l’armement nucléaire. Le premier objectif visé consiste à regrouper sous ses ordres tout ce qui, au CEA, en dehors de la Direction des productions, fonctionne sur les crédits transférés du budget des armées6. À cet effet, le ministre projette d’intégrer la DAM et la Direction de la propulsion navale au sein d’une délégation ministérielle pour l’armement (DMA), pour l’organisation de laquelle vingt-trois décrets sont pris en avril 1961. Ces dispositions suppriment les trois délégués ministériels d’armées. Le délégué ministériel pour l’armement rend compte directement au président de la République de l’avancement des programmes nucléaires. Mais, se heurtant aussitôt à l’opposition du CEA, qui bénéficie d’un arbitrage gouvernemental, Pierre Messmer se voit contraint de faire marche arrière. Il est clairement indiqué que le programme atomique militaire doit demeurer, selon l’expression officielle, « une œuvre commune » aux armées et au CEA.

  • 7 Document classé « secret », conservé au CAA.
  • 8 Dès le début de 1953, Pierre Guillaumat a tenté de mettre sur pied des structures de concertation e (...)
  • 9 Pour le CEA : l’attaché militaire, le directeur des programmes et le directeur financier ; pour les (...)
  • 10 Réuni douze fois par an, le comité mixte fonctionne comme une instance qui, dans un premier temps, (...)
  • 11 Bulletin officiel/G, p. 2790.
  • 12 Le texte a été retrouvé au CAA avec l’aide de M. Patrick Épinoux, qui a conduit pour nous cette rec (...)

11Les conditions de réalisation de celle-ci sont de nouveau précisées, le 13 juin suivant, par une directive du Premier ministre, Michel Debré7, qui prévoit dans le détail les modalités de la concertation et la planification de son exécution. Sa mesure phare est la création d’un comité mixte armées-CEA8, dont la composition est fixée par le ministre des Armées et le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la tutelle du CEA. Il réunit en théorie trois représentants du CEA et trois représentants des armées9, qui doivent notamment garantir le contrôle financier des dépenses du CEA, jusque-là assuré par le seul Comité de l’énergie atomique10. Parmi les représentants du ministre des Armées, on compte le directeur du département Atome de la DMA – ancêtre du chargé de mission Atome –, dont le rôle recouvre très précisément la fonction de contrôle du CEA voulue par le ministre ; en effet, selon le décret originel, le département doit suivre « les questions d’expérimentation et d’essais de la responsabilité du ministre des Armées [et assurer] la liaison avec les services du Commissariat à l’énergie atomique11 ». Ce texte, semble-t-il insuffisant, est rapidement abrogé et remplacé par un arrêté du 22 juin 1961 – consigné ni au Journal officiel ni au Bulletin officiel12 –, qui précise cette fois amplement le rôle et la structure du département, composé de trois bureaux et une direction :

  • le bureau Propulsion nucléaire, qui « suit les questions relatives au prototype à terre13 et assure dans ce domaine les liaisons avec la Direction centrale des constructions et armes navales. Il assure l’information du département sur les programmes non militaires du Commissariat à l’énergie atomique et sur les réalisations étrangères. Il assure, en outre, les liaisons avec les états-majors dans le domaine des études tactiques et suit, en particulier, les travaux de la commission interarmées d’études tactiques » ;
  • le bureau Armes nucléaires, « qui comporte une section Études et fabrications, chargée, dans ce domaine, des relations avec la Direction des applications militaires du CEA, et une section Essais, chargée de suivre les essais de prototypes et d’armes effectués par la Direction des applications militaires du CEA et les essais effectués par les armées. Il assure les liaisons avec le commandement interarmées des armes spéciales » ;
  • le bureau Matières premières, qui « suit les questions relatives à l’usine de séparation d’uranium 235 et celles relatives à la production de plutonium (piles de Marcoule, piles EDF, usine de Cherbourg) et des matières nucléaires annexes : lithium (usine de Miramas), tritium, eau lourde ».

12Enfin, c’est au niveau du directeur du département que sont traitées « les questions concernant la formation et l’emploi des personnels concernés par la réalisation du programme atomique ».

13Voilà pour ce qui est des prescriptions écrites du 22 juin 1961. Quant à l’activité réelle de la structure, faute d’accès aux archives écrites, son étude reste aujourd’hui un objectif largement hors d’atteinte. Quelques conclusions sommaires peuvent cependant être avancées.

  • 14 Par la suite, la mission Atome ne s’est plus tellement occupée de propulsion nucléaire. Ces questio (...)
  • 15 Paul Rigail, IGA, né en 1924 à Narbonne, ancien élève de l’École polytechnique, ingénieur aux poudr (...)
  • 16 Paul Rigail, entretien n° 4 avec l’auteur, 5 août 1999, conservé au Comité pour l’histoire de l’arm (...)
  • 17 Ibid.

14Au cours de ses premières années, le département Atome connaît une activité intense, mise à l’épreuve dans ses fondements théoriques par l’achèvement de la première phase de réalisation du programme atomique militaire. Il fait alors particulièrement porter ses efforts sur la production de matières premières – dans un contexte français de pénurie relative – ainsi que sur la réalisation du prototype de moteur nucléaire pour le sous-marin14. S’y ajoutent les programmes de recherche menés à Saclay. Concrètement, selon le témoignage de l’ingénieur général Paul Rigail15, adjoint du directeur de la mission de 1961 à 1968, le travail consistait à « suivre en permanence l’activité du CEA pour informer le DMA de ce qui pouvait l’intéresser »16. À ce titre, il assiste par exemple, le 1er mai 1962, au deuxième essai atomique français, au Sahara. Ultérieurement, un autre membre du département contribue, par un repérage des lieux, à la création du Centre d’essais du Pacifique. Dans l’ensemble, il s’agit « d’une période au rôle mal défini », selon Paul Rigail, au cours de laquelle les contours du rôle du directeur du département restent flous : « le genre de poste où on n’a pas d’autorité mais où l’on peut avoir de l’influence », ou encore « une fonction toute d’influence, si l’équation personnelle est suffisante17. »

  • 18 Journal officiel, 28 avril 1961, p. 3951.
  • 19 Témoignagede l’IGA R. Hoffman, groupe de travail sur la création de la DMA, Comité pour l’histoire (...)
  • 20 Dans les faits, malade, H. Guntzberger est remplacé dans les derniers mois par Paul Rigail et René (...)
  • 21 Paul Rigail, entretien n° 4 conservé au Comité pour l’histoire de l’armement, 5 août 1999.
  • 22 Décret n° 65-705 du 16 août 1965, Journal officiel du 24 août 1965, p. 7511.
  • 23 Paul Rigail est pressenti pour la succession de Robert Bruston, atteint par la limite d’âge, mais c (...)

15Or ce fut bien le cas avec le premier titulaire du poste, l’ingénieur général du génie maritime Henri Guntzberger, nommé le 27 avril 196118, chargé, depuis 1958, des questions nucléaires au cabinet Armement dirigé par le général Lavaud et son adjoint le colonel Lévêque et œuvrant encore à mi-temps pour le cabinet du ministre des Armées. Il était « l’homme important », se souvient l’ingénieur de l’armement Raymond Hoffman. « Il avait manipulé des milliards. J’étais jeune ingénieur, et je me souviens que nous étions tous installés dans un grand salon, et qu’il traitait des questions nucléaires tout en discutant avec l’administrateur général du CEA ou des membres du ministère des Finances. Les affaires nucléaires étaient une opération d’importance19. » Une opération qu’il gère avec une autorité sans partage, jusqu’à son décès intervenu le 15 novembre 196520. Entre-temps, à l’occasion de la première grande réforme de la DMA, on s’est interrogé sur l’avenir du département. Dans une fiche adressée à ses supérieurs, l’adjoint au directeur, Paul Rigail, suggère alors : « En matière d’atome, il ne faut pas se leurrer ; il n’y a pas matière à créer une direction puisque le CEA a un accès direct au président de la République et une responsabilité directe vis-à-vis de lui21. » Il faudrait plutôt avoir un organisme léger, qui soit un organe de liaison. Le 16 août 1965, la département devient la mission Atome auprès du délégué ministériel pour l’armement22. Dans le souvenir de chacun, les successeurs d’Henri Guntzberger, l’ingénieur général Robert Bruston23 (1965-1968) et l’ingénieur général Édouard Billion (1968-1971), ne laissent pas une impression aussi forte. Mais l’absence d’archives écrites, là encore, masque l’action véritable – d’autant que les années 1967-1968, en particulier, s’avèrent être une période bien remplie pour la mission, avec le lancement du premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Redoutable, la mise en production et l’inauguration de l’usine d’enrichissement de l’uranium à Pierrelatte – dont le coût final se révèle trois fois supérieur au budget initial – et enfin le premier essai thermonucléaire français.

16On peut cependant dire, à la lumière de l’histoire du programme nucléaire français, qu’à la fin des années 1960, la donne a changé. La fonction du chargé de mission Atome (CMA) connaît alors des conditions d’exercice plus resserrées, dans un contexte différent.

17Il s’agit, en particulier après l’essai atomique du 24 août 1968, de faire évoluer les relations entre la DMA et le CEA – dont on commençait à trouver qu’il coûtait cher. Jusque-là, la réalisation de l’objectif l’avait emporté et, étant donné la nouveauté des recherches et l’urgence des problèmes à résoudre, les armées avaient alloué au Commissariat la totalité des crédits militaires que celui-ci avait demandés, sans exiger la présentation de comptes d’emploi détaillés. Or la détermination et le suivi des crédits transférés finissaient par soulever un grand nombre de difficultés. Selon l’ordonnance du 18 octobre 1945, la seule instance de négociation était le comité mixte armées-CEA, où les conflits éventuels ne pouvaient se régler qu’à un niveau très élevé.

  • 24 Paul Rigail, entretien n° 4, op. cit.
  • 25 Ibid.

18Dans la pratique, les difficultés se règlent beaucoup sur le terrain du quotidien, tant le fonctionnement qui prévaut alors privilégie les relations directes entre individus. En effet, cette petite quinzaine d’hommes se connaît et œuvre ensemble depuis fort longtemps et sans formalités ; « tout se passait par téléphone ou de vive voix, raconte Paul Rigail24. En règle générale, on se mettait d’accord. Il y avait toujours un réseau de liens personnels, on se connaissait tous dans ce milieu-là25. » Les décisions se prenaient au niveau du Conseil de défense « mais il n’y avait pas de surprise. On savait d’avance ce qui allait sortir. »

  • 26 Jean Blancard, lettre n° 10 955 DMA/D du 1er avril 1971, jointe au bordereau d’envoi n° 10415 DMA/D (...)

19Edouard Billion entame, à partir de la mi-1968, sous la responsabilité du délégué ministériel Michel Fourquet (25 janvier 1966 – 31 mars 1968), une action renforcée de contrôle du CEA, obtenant des résultats qualifiés d’importants par le nouveau délégué ministériel Jean Blancard (5 avril 1968 – 5 mars 1974) « sur la définition du niveau et de la destination des crédits transférés au CEA, sur l’évolution du potentiel du CEA lié à l’activité militaire (diminution d’effectif) et finalement sur l’amélioration des relations entre le CEA et la DMA (orientation vers un système relations fournisseur-client pour l’exécution des programmes)26 ». Pour ce faire, la mission Atome voit son rôle précisé et renforcé par une action de réorganisation interne mise en œuvre à travers une série de notes préparées par Édouard Billion lui-même.

20La volonté de donner à la défense un contrôle plus étroit sur l’activité du CEA trouve une nouvelle vigueur avec la nomination de Michel Debré, en juin 1969, comme ministre d’État chargé de la Défense nationale dans le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas. À son tour, l’arrivée d’André Giraud comme administrateur général du CEA, en 1970, permet d’envisager une réorganisation de la partie militaire du Commissariat, alors que sont dominés les problèmes scientifiques conduisant à l’armement.

  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.

21Ainsi, le 29 septembre 1970, un décret vient modifier sensiblement l’ordonnance de 1945 ; le texte affirme la responsabilité conjointe du CEA et de la DMA pour la définition des programmes, permettant à cette dernière de mieux juger de l’intérêt des programmes du CEA et de celui des crédits transférés27. L’adoption de ce principe implique la révision de la directive du 13 juin 1961 sur les conditions d’exécution du programme militaire. Puis, pour atténuer les difficultés, un poste de conseiller de la Défense nationale auprès du CEA est créé par arrêté, le 9 décembre 1970. Le Conseil des ministres du 24 mars 1971 nomme l’ingénieur général George pour occuper ce poste. Le CMA et lui doivent s’apporter « une aide réciproque28 ». Il est demandé au CMA de travailler en relation étroite avec lui pour lui fournir les informations nécessaires à l’accomplissement de sa mission. Enfin, par une note du 6 janvier 1971, le délégué ministériel attire l’attention du nouvel administrateur général sur ces questions en préconisant une évolution du système de subventions globales vers un système de plafond et une recherche globale d’économie des moyens29.

  • 30 Le comité mixte, qui se déplaçait régulièrement sur les sites nucléaires, se rendait à l’usine de P (...)
  • 31 Paul Rigail, entretien n° 5 avec l’auteur, 1999, conservé au Comité pour l’histoire de l’armement.

22À cette date, les conditions semblent donc réunies pour une réforme des relations CEA-DMA, processus au sein duquel le CMA joue un rôle clé. Mais l’accident d’avion de Mezillac, qui, le 21 janvier 1971, décime le comité mixte armées-CEA30, marque la fin d’une époque et constitue une véritable rupture, dans les pratiques et dans l’esprit. « Le sentiment que j’ai eu, indique Paul Rigail, c’est qu’on n’a jamais retrouvé le même style de confiance qu’on avait avant cet accident, la même communication31. »

Promotion et défense de la fonction, 1971-1978

  • 32 Journal officiel, 1er avril 1971, p. 3059.

23La disparition de la plupart des hommes d’expérience, dans un domaine aussi spécifique, constitua, outre le drame humain, une véritable épreuve pour le monde du nucléaire français, tant la relève paraissait impossible. Pour la mission Atome en particulier, personne ne semblait disponible ; l’ingénieur de l’armement Marcel Baron, qui avait refusé une première fois cette fonction en septembre 1970, est finalement nommé CMA en Conseil des ministres, en remplacement d’Édouard Billion, le 24 mars 197 132.

  • 33 J. Blancard, lettre n° 10 955 DMA/D du 1er avril 1971, op. cit.

24Le 1er avril 1971, le délégué ministériel Jean Blancard adresse une longue lettre au nouveau CMA33 ; outre les « aspects fondamentaux » des relations à entretenir avec le DMA, il souhaite préciser le rôle qu’il désire voir jouer à la mission Atome. En priorité, l’action entreprise par Édouard Billion vis-à-vis du CEA doit être poursuivie ; « ce sera même une de vos tâches essentielles », précise Jean Blancard à l’ingénieur général Baron. Constatant que « les textes officiels et les habitudes prises ne mettaient pas la DMA dans une position de discussion favorable avec le CEA », il confie au CMA la tâche de poursuivre « un dialogue constructif avec le CEA, pour obtenir une adaptation étroite [de ses] activités aux besoins des armées et une définition plus précise des modalités de coopération des différents services intéressés ». Au CMA revenait la charge de mettre en application de nouvelles orientations permettant à la DMA de mieux juger de l’intérêt des programmes du CEA et de se faire une opinion plus précise de l’utilisation des crédits transférés. U devait s’appliquer à examiner le niveau que devait atteindre le potentiel de recherche et de développement du Commissariat ainsi que son potentiel industriel, en fonction en particulier de la cadence de sortie des armes nouvelles. Il devait également s’enquérir des actions de coordination à mener à l’intérieur de la DMA dans tous les domaines techniques mettant en cause les relations avec le CEA, notamment celui des essais. Enfin, il devait étudier de près l’intérêt des travaux, les doubles emplois éventuels et proposer les décisions nécessaires. « Vous aurez à suivre de très près, écrit Jean Blancard, l’évolution des besoins du CEA et l’utilisation des crédits mis à sa disposition par les armées. Il est bien entendu qu’à l’intérieur de ces montants fixés par objectifs, le CEA doit jouir d’une grande liberté pour définir les actions lui permettant d’atteindre ces objectifs. Mais vous devez suivre le déroulement des opérations et me rendre compte des difficultés rencontrées ». De fait, il s’agit d’instaurer au bénéfice des armées l’exercice d’un véritable contrôle des activités de la DAM, dans les principaux secteurs qu’elles financent.

  • 34 Marcel Baron, entretien n° 2, 2 avril 1999, conservé au Comité pour l’histoire de l’armement.

25Concrètement, une grande partie des difficultés provenait d’une part du système de subvention par masses, d’autre part de ce que les compétences respectives des armées et du CEA restaient assez mal définies, en matière financière comme d’exécution des programmes. « Le CEA prétendait qu’il était maître de tout et que les armées n’avaient qu’à payer et ne pas s’occuper du reste, explique Marcel Baron. On avait le désir de contrôler un peu ce qui se passait, mais ce n’était pas codifié. Les matières, ça nous intéressait parce qu’on était client, la propulsion navale pareil, j’étais tout à fait intéressé à tout ça. Nous étions un peu le gendarme du CEA34. » Le CMA travaille alors à établir un nouveau type de relations, notamment par la conclusion de conventions particulières définissant les modalités de la coopération entre le CEA et la DAM. Ces conventions devaient indiquer le contenu physique de la prestation, les spécifications à respecter, les délais, les types de prix et la répartition des dépenses dans le temps. Ce processus, déjà en cours dans le domaine des matières premières, a dû être assuré et mis en place progressivement, dans une atmosphère « pas très cordiale », au niveau du Comité mixte armées-CEA.

26Ce climat s’explique également par la question des différences de traitement des personnels. Marcel Baron explique : « Les gens du CEA avaient un statut d’ordre civil, on disait qu’ils étaient beaucoup plus payés que les gens des armées, ce qui entraînait, non pas une jalousie, mais c’était un peu choquant. Il y a eu toutes les solutions, il y en a qui ont pris leur retraite, il y en a qui étaient hors cadre, c’était assez compliqué. Au fond, on disait : le président de la République veut sa bombe, il faut qu’il paye le prix. C’était l’impression générale, surtout au niveau des exécutants. »

27Enfin, une autre source de tensions provient de la cohabitation quelque peu forcée entre le CMA et le conseiller de la Défense nationale auprès du CEA : « Ce n’était pas la bonne solution, remarque Marcel Baron, aussi j’avais demandé qu’il soit supprimé. On m’a répondu que pour des raisons juridiques on ne pouvait pas le supprimer [...]. Au bout de deux ans, je me suis trouvé dépositaire des deux fonctions, dont le rôle était le même d’ailleurs. » À ceci près que pour les fonctions de CMA, Marcel Baron dépend du délégué, alors que, pour celles de conseiller, il dépend du ministre des Armées. Mais, comme il l’explique lui-même : « Tout cela ce sont des problèmes d’organisation, je n’y crois pas beaucoup. Je crois plutôt aux relations directes. » Encore une fois, les relations personnelles l’emportent : « Il s’est trouvé que je me suis bien entendu avec Giraud, ça a un peu évacué ce climat de suspicion. » De même, le nouveau directeur des applications militaires du CEA, l’interlocuteur le plus important du CMA, est un ingénieur du génie maritime (Jacques Chevallier). Les relations sont permanentes avec les gens des matières, de la propulsion, des finances et avec le secrétaire général du CEA, pivot du Comité de l’énergie atomique, instance où s’exprime notamment le travail de coordination assuré par le CMA. Ce denier reçoit en effet pour avis tous les dossiers du Comité de l’énergie atomique, transmis par le délégué.

28Des efforts menés par le CMA, il ressort que lors de l’évaluation des besoins du CEA pour la troisième loi-programme, adoptée par le Parlement le 5 novembre 1970, les discussions se déroulent dans un climat de compréhension, permettant un rapprochement des points de vue. Si un certain nombre de conflits sur le plan budgétaire demeurent, les « anciens » témoignent également au bout du compte d’un esprit d’équipe et d’une solidarité sur les points fondamentaux.

29Dans un deuxième temps, outre le fait de contrôler le CEA, la préoccupation des autorités de tutelle porte sur le fait de rationaliser cet organisme qui, depuis sa création, avait beaucoup proliféré ; en effet, pour atteindre les objectifs et les délais fixés, les hommes du Commissariat avaient jusque-là créé un ensemble expérimentant plusieurs voies à la fois. Désormais, la rationalisation des moyens imposait la filialisation des activités liées aux matières et à la propulsion. De même, dans cet esprit, on préparait la création d’un institut de recherche fondamentale – on pensait alors à la propulsion nucléaire civile, tentative qui n’a pas abouti par manque de rentabilité. Plus globalement, la concrétisation, en 1973, d’un programme électronucléaire français extrêmement ambitieux – alors que naissait le projet d’usine d’enrichissement d’uranium du Tricastin – marqua un tournant important dans l’élargissement des tâches assumées par la mission Atome. Le CMA y intervient rapidement et en grande partie dans le souci de préserver l’approvisionnement militaire et d’organiser le transfert des connaissances, c’est-à-dire l’obtention de l’autorisation des armées pour l’utilisation dans le domaine civil des connaissances acquises par elles. Cette médiation est d’autant plus appréciée lors de la création, en 1976, de la Compagnie générale des matières nucléaires (COGEMA), dont les statuts sont en partie étudiés par Marcel Baron, dès 1974, et qui est chargée de l’ensemble des opérations du cycle de l’uranium, conduites jusque-là par le seul CEA. Marcel Baron – comme ses successeurs – est nommé administrateur au sein du conseil d’administration.

30À grands traits, on peut constater qu’à partir du milieu des années 1970, l’activité de la mission Atome tend à devenir plus politique que technique. Alors qu’auparavant, elle a surtout pour objectif le suivi de l’activité militaire du CEA, à partir des années 1974-1976, une aura nouvelle entoure la fonction, en raison de la prise de responsabilités d’une importance inédite, telles que le lancement du programme électronucléaire de la France. Mais cette évolution est plus visible, cet aspect politique plus prégnant encore, dans la gestion d’un nouveau dossier lié à la sûreté nucléaire et ouvrant à certains échanges d’informations avec les États-Unis.

  • 35 Marcel Baron, entretien n° 4, mai 1999, conservé au Comité pour l’histoire de l’armement.
  • 36 J. Blancard, lettre n° 10 955 DMA/D du 1er avril 1971, op. cit.
  • 37 Les impératifs du programme M4 sont les suivants : en premier, une portée accrue d’au moins 30 %, s (...)

31Depuis la fin des années 1960, les États-Unis se sont résignés à l’existence d’une force de dissuasion française autonome. Après la mort du général de Gaulle, en particulier, « un certain nombre de contacts ont été pris avec les Américains notamment, explique Marcel Baron, et qui n’étaient pas possibles [auparavant]. Les choses avaient évolué, au niveau de l’OTAN. Ces questions étaient nouvelles, cela se passait selon la personnalité des gens et l’intérêt qu’ils portaient au problème35 ». Ces questions sont en particulier celles liées à la sûreté nucléaire. Dès 1971, Jean Blancard avait prévenu Marcel Baron de ses responsabilités en la matière : « Nous sommes en présence de systèmes d’armes dont les divers éléments sont très complexes et relèvent de techniques nouvelles ; en conséquence, leurs conditions de vieillissement nous sont parfaitement inconnues et je vous demande d’apporter une vigilance de tous les instants à ces questions de sûreté. [...] Vous devrez avoir acquis la conviction que tous les problèmes soulevés par la sûreté nucléaire ont été examinés et traités comme il convient en vue d’aboutir à des décisions officielles, pleinement justifiées36. » À cette préoccupation nouvelle correspond également la décision prise lors du Conseil de défense du 17 décembre 1970 d’équiper les missiles MSBS de la Force océanique stratégique d’armes thermonucléaires. Le premier, le M 1, est embarqué sur Le Redoutable et Le Terrible en janvier 1971. Au terme de cette évolution, les M 20, mis à poste sur L’Indomptable en janvier 1977, capables d’emporter une seule charge nucléaire d’une puissance d’une mégatonne à 3 000 km, devaient être remplacés à partir de 1985 – date d’entrée en service du SNLE L’Inflexible – par les M 4, pouvant emporter chacun six charges nucléaires à trajectoires indépendantes d’une puissance unitaire supérieure à 100 kilotonnes à plus de 4 000 km37. Les nouveaux problèmes posés sont examinés avec le plus grand soin en présence du CMA, qui devient responsable de la mise en condition nucléaire des matériels des forces (c’est-à-dire qu’il doit faire en sorte qu’ils puissent fonctionner en cas de conflit nucléaire). En particulier, les experts sont préoccupés par les efforts de protection à mener vis-à-vis des effets de l’impulsion électromagnétique provoqués par une explosion nucléaire à haute altitude (IEM), c’est-à-dire par le « durcissement » des missiles.

  • 38 Archives nationales (AN), 5 AG 2/1040 (septennat Pompidou, Défense), Note du ministre d’État, charg (...)
  • 39 Instructions pour M. le délégué ministériel à l’armement, 22 juillet 1971, citées ibid., p. 243. Il (...)
  • 40 AN, 5 AG 2/1040, Michel Debré à Georges Pompidou, 11 mars 1972, cité ibid., p. 244.
  • 41 Ibid., p. 247.
  • 42 AN, 5 AG 2/1040, Compte rendu du déjeuner du 27 juillet 1973, réunissant Henry Kissinger, James Sch (...)
  • 43 Voir Valéry Giscard d’Estaing, Le Pouvoir et la vie, tome II : L’Affrontement, Paris, Hachette, 199 (...)

32Sur le plan diplomatique, la négociation franco-américaine prend une tournure concrète pour la première fois le 5 mai 1971 avec la remise, par l’ambassadeur des États-Unis à Paris, d’un aide-mémoire au secrétaire général du Quai d’Orsay. Le document propose des contacts sur la technologie des missiles, la sécurité des armes nucléaires ainsi que la livraison éventuelle d’ordinateurs de grande puissance38. Le 22 juillet suivant, le délégué ministériel pour l’armement est autorisé par le gouvernement à signer un projet d’accord remis par les Américains le 15 juin et à engager des négociations dans les domaines du guidage, de la précision et du durcissement des armes nucléaires39. C’est ce que fait Jean Blancard tout au long de l’année 1972, au cours de visites aux États-Unis qui donnent lieu à de premières séries d’informations40. Puis, le 1erjuin 1973, lors de la rencontre de Reykjavik entre les présidents Richard Nixon et Georges Pompidou, ce dernier fait état du souhait français d’aller plus avant sur ces sujets, en particulier sur le durcissement des missiles41. La proposition est suivie pendant l’été d’entretiens au cours desquels de grands principes sont retenus. En particulier, le chef de l’ État français insiste pour que les pourparlers se déroulent directement entre les commandements militaires américain et français et non par l’intermédiaire de l’OTAN42, et confie au délégué la charge d’organiser, dans le plus grand secret, cette coopération technique. Le 6 mars 1974, Jean-Laurens Delpech devient le nouveau DMA. Le 5 juillet, le président Giscard d’ Estaing (1974-1981) est informé par le secrétaire d’État américain Henry Kissinger du contenu de ces relations, confirmées auprès du président Gerald Ford, les 14 et 16 décembre 1974, lors des rencontres de la Martinique43.

  • 44 Ibid., p. 191.
  • 45 Henri Conze, né en 1939 à Grenoble, fils du général Pierre Conze, ancien élève de l’École polytechn (...)

33Les conversations portent sur trois sujets : le durcissement des armes nucléaires, la technologie des têtes multiples (MIRV, Multiple Independently Targeted Reentry Vehicle, corps de rentrée à têtes multiples indépendamment guidées : c’est-à-dire un ou plusieurs véhicules de rentrée portés par un missile unique et capable de lancer des ogives sur divers objectifs) et la miniaturisation des charges44. Les rencontres périodiques entre experts sont suivies par Henri Conze, chef du bureau Armes nucléaires. Entré à la mission Atome en 1971, ce dernier – délégué général pour l’armement de 1993 à 1996 – incarne la figure de l’ingénieur de l’armement hors norme, mêlant par son activité l’élaboration politique au plus haut niveau, la gestion technique et la recherche scientifique45. Après un passage au Centre de Limeil (1974-1976), Henri Conze, de retour à la mission et jouissant d’une confiance totale de la part de Marcel Baron puis de son successeur, préside à l’organisation des contacts avec les homologues américains. La mission Atome devient alors, en quelque sorte, la cheville ouvrière du DMA pour l’organisation et la réalisation des échanges avec les États-Unis.

34Un autre dossier international entre dans le portefeuille de la mission Atome : la non-prolifération nucléaire. La fin de l’année 1973 et l’année 1974 voient en effet une relance spectaculaire de cette activité sous l’influence de deux événements : en octobre 1973, la guerre du Kippour qui, par la pénurie de pétrole qu’elle occasionne, a pour effet de rendre véritablement compétitive la production d’énergie électronucléaire et, le 16 mai 1974, l’explosion nucléaire expérimentale indienne. Dix ans après l’accession de la Chine au rang de puissance nucléaire, cet essai surprend le monde entier et la France en particulier, qui jusque-là s’était peu souciée de cette question.

  • 46 Voir Marcel Baron, « Politiques de prolifération des armements nucléaires », L’Armement, octobre 19 (...)

35Marcel Baron, comme d’autres, ne s’en était pas vraiment préoccupé. « Quand les Indiens ont fait leur essai, on s’est dit qu’on s’était trompé », témoigne-t-il. La question devient même prioritaire et le CMA y consacre désormais beaucoup de temps et d’énergie : un groupe de travail est constitué par le général Maurin, chef d’état-major des armées, afin d’étudier les différentes conditions à réunir par une nation qui voudrait accéder à la capacité nucléaire militaire et de mettre au point une doctrine française sur le sujet46. Ce groupe considère qu’il n’y a pas vraiment de secret en la matière, mais plutôt l’existence ou non d’une volonté politique et de moyens suffisants. « On avait classé tous les pays par PNB par tête et au total, raconte Marcel Baron, et on s’était aperçu que pour lancer un tel programme, il fallait avoir des ressources suffisantes. On avait estimé que les vingt premiers pays pouvaient, s’ils le voulaient, se faire un programme nucléaire, civil ou militaire. » Dans ce dossier, le rôle du CMA consiste surtout à informer les autorités. Pour ce faire, une liaison régulière s’instaure avec le ministère des Affaires étrangères, par l’intermédiaire du diplomate en charge des questions atomiques et du secrétaire général. Cela inspire à Marcel Baron ce commentaire délicieux : « Les diplomates avaient là-dessus des idées de diplomates ! [...] Ils ne voyaient pas les choses de manière scientifique, chez eux l’aspect politique est prépondérant, quitte à avoir dans le domaine technique des idées un peu imprécises. C’est très complexe, en plus dans ce domaine il y a la peur du nucléaire. Nous, on donnait un avis strictement technique. »

36Ce travail de réflexion contribue au choix fait par le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing de négocier avec les six autres pays fournisseurs d’installations nucléaires (États-Unis, Royaume-Uni, Canada, URSS, RFA, Japon), afin d’établir des règles concernant les exportations de matériels et d’installations. Ces règles, appelées « Directives de Éondres », sont publiées en janvier 1978. En vertu des engagements pris, un système français de contrôle des exportations est mis en place. Il permet une concertation interministérielle sur les projets d’exportation, analogue à ce qui existe pour les matériels de guerre, mais plus souple. De plus, un décret du 1er septembre 1976 institue un Conseil de politique nucléaire extérieure, présidé par le président de la République. Sa mission est « de définir les différents aspects de la politique nucléaire extérieure, notamment en ce qui concerne l’exportation des techniques, équipements et produits nucléaires sensibles ».

  • 47 Marcel Baron, entretien n° 2 avec l’auteur, op. cit.

37Au début de 1978, l’ingénieur général Marcel Baron expose son bilan en rédigeant un texte court, à la demande du Contrôle des armées, pour préciser et adapter la mission du CM A : « L’expérience de sept ans de fonctionnement et de celui de mes prédécesseurs m’avait donné une idée assez précise de ce qu’on pouvait faire. Ce texte reflétait la manière dont j’avais fonctionné pendant sept ans47. » L’évolution des activités suivies par le CMA (diversification et accroissement de leur portée) était évidente : « Mon idée était de dépasser le domaine limité du nucléaire militaire pour se faire un avis sur tous les problèmes connexes, que ce soit l’électronucléaire, que ce soit la prolifération, etc. Dans tous ces problèmes-là, dans des choses nouvelles, on a le rôle qu’on veut. Ce n’est qu’après que l’on met par écrit des procédures. » Le texte plaît, « en particulier au ministre qui a été amené à le signer. Il ne faisait que refléter la réalité des choses et la manière dont ça s’était passé pendant ces sept ans avec les personnes en place ».

38Dans l’ensemble, pendant ces années, le poste a évolué dans le sens d’une meilleure relation entre le CEA et les armées : ces dernières ont été amenées à une certaine participation au programme électronucléaire civil, ainsi qu’à la gestion de la COGEMA ; mais surtout, au fond, on a assisté à un élargissement des compétences de la mission Atome – qui n’est plus, à ce moment, rattachée au délégué, mais à la Direction des engins et de l’espace de la DGA – ainsi qu’à sa montée en puissance, qui s’est également traduite par le déplacement géographique de ses bureaux : initialement située aux Invalides, à côté du secrétariat général de la Défense nationale, dans des locaux isolés, la mission n’a eu de cesse de chercher à se rapprocher du DGA et de l’état-major des armées. Elle y parvient au bout de trois ans, en s’installant rue Saint-Dominique. Le départ de Marcel Baron, après neuf ans de service, marque la fin d’une ère faite de petites et grandes tâches très nombreuses et diversifiées, d’une bonne part de pragmatisme autant que de bon sens, signant l’œuvre d’une poignée d’hommes qui ont su ouvrir, au cours de ces années, la mission à des responsabilités de portée nationale et internationale.

L’âge de la maturité, 1978-1989

  • 48 Victor Marçais, né le 24 octobre 1928 à Villeneuve-le-Roi, ancien élève de l’École polytechnique, i (...)
  • 49 Décret du 17 février 1978 paru au Journal officiel du 21 février, p. 788.
  • 50 Signé par le ministre de la Défense et paru au Bulletin officiel des armées, édition chronologique (...)

39L’ingénieur général Victor Marçais48 est nommé en remplacement de Marcel Baron le 23 mars 197849 et reçoit pour seules instructions les termes de l’arrêté rédigé par ce dernier, qui détermine, le 16 mars 1978, les nouvelles attributions du CMA50.

40L’arrêté prévoit que le chargé de mission Atome « assiste le [DMA] dans le domaine des applications militaires de l’énergie nucléaire et de la mise en condition nucléaire des armées », ainsi que dans celui des implications pour la défense du nucléaire civil. Il est chargé de « suivre l’évolution des études, de la réalisation et de l’entretien des armements nucléaires confiés au Commissariat à l’énergie atomique, dont il est l’interlocuteur de principe ». C’est dire qu’il est le principal interlocuteur, sans être le seul : le chef d’état-major des armées a lui aussi des relations libres avec le CEA, de même que les différentes directions en charge des programmes nucléaires, telles la DCN (Direction des constructions navales) et la DEN (Direction des engins). Au cours de la préparation des programmes d’armements nucléaires, « le CMA participe à la définition des programmes scientifiques, techniques et financiers [...] et des budgets correspondants ; il évalue [...] les moyens nécessaires [...] ; effectue [...] la synthèse des données nécessaires à la définition des mesures assurant aux différents systèmes d’armes la protection requise contre les effets des armes nucléaires ; propose les mesures de protection des systèmes d’armes nucléaires contre les différentes menaces d’ordre technique ; propose les programmes d’études de mise en condition nucléaire des armées. » Il est le « responsable du suivi des activités militaires du CEA ». À ce titre, il « apprécie ses activités, notamment sous l’aspect de leur cohérence avec les objectifs fixés par le ministre chargé des armées, de leur état d’avancement [...], de leur bonne coordination avec celle des services de la DGA, de la cohérence de la politique industrielle du CEA avec celle de la DGA et des organismes de tutelle ; de l’emploi des crédits des armées transférés au CEA et du suivi des dépenses correspondantes, en liaison avec les autorités et services du ministère chargé des armées et les organismes interministériels ayant à en connaître. »

41En matière de « politique nucléaire extérieure », le CMA prépare, « en liaison avec les autorités [...], les éléments permettant de définir la position du ministère ». À cette époque, les exportations sont suivies dans le cadre de deux structures : d’une part le Comité de politique nucléaire extérieure, réuni au Quai d’Orsay, sur les questions d’importance ; d’autre part, pour les affaires plus modestes, le Groupe interministériel restreint, sous l’égide du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères. Le CMA est lié aux deux structures.

42Dans le domaine de la sûreté nucléaire, le CMA est « chargé de la coordination des activités qui doivent assurer aux différents matériels d’armement la capacité de fonctionnement en ambiance nucléaire. Cette coordination s’exerce au sein de l’organisation mise en place pour chaque programme d’armement, nucléaire ou non, durant les phases de développement et de fabrication et dans le cadre de l’organisation mise en place pour orienter et programmer les recherches et études en amont des développements ». Le CMA, conseiller en la matière auprès du DGA, est responsable des procédures de qualification pour la mise en œuvre des armes ; à ce titre, il est garant des procédures et de leur application.

43À propos de cette organisation mise en place pour chaque programme d’armement, il faut rappeler que, pour résoudre les multiples problèmes de coordination que posait la réalisation de ces projets, la mission Atome a pu s’appuyer sur sa situation d’élément d’un ensemble beaucoup plus large et tout à fait exceptionnel ; sur le plan général, en effet, pour tourner la difficulté liée au fait que la réalisation des armes dépendait de deux ministères différents, des organisations de programmes ont été mises en place au fil des années et des besoins : Cœlacanthe pour les SNLE, Athéna pour le plateau d’Albion, Hadès et Horus pour l’armement nucléaire tactique. Pour chaque programme, il y avait ainsi un directeur d’ensemble, puis des équipes mixtes au sein des directions pour chaque thème (voir schémas 1 et 2). Par exemple, en matière de sûreté nucléaire, des experts secondent le CMA au sein de chaque direction, mais également au sein de l’entité mixte armées-CEA, à travers deux instances : un Comité directeur, présidé par le délégué, où sont prises les grandes décisions et sont approuvés les rapports de sûreté concernant les systèmes d’armes, et un Comité d’études pour la sécurité nucléaire, présidé par le haut-commissaire à l’énergie atomique et regroupant des membres issus de la DGA, des armées et du CEA. À l’échelon inférieur, on retrouve deux groupes d’études, l’un pour les armes, l’autre pour la propulsion. La structure en réseau qui en a résulté a grandement contribué à résoudre les problèmes d’interface entre le CEA et les états-majors et à faciliter les liaisons entre les différentes directions impliquées dans les programmes. D’un point de vue strictement fonctionnel, on peut dire que la situation de la mission Atome était optimale : à la fois légère et très imbriquée dans une organisation comprenant le MOP (maître d’œuvre principal) et la DAM, elle a pu assurer son travail dans un ensemble bien réglé, où les gens se connaissaient bien.

  • 51 Victor Marçais, entretien n° 3 bis avec l’auteur, 5 décembre 2000, conservé au Comité pour l’histoi (...)
  • 52 Victor Marçais, entretien n° 5 avec l’auteur, 12 janvier 2001, conservé au Comité pour l’histoire d (...)

44Cet aspect est d’autant plus important qu’au cours de cette période, la mission Atome effectue un suivi particulièrement rigoureux des activités de la DAM. La Direction des applications militaires, occupée à la réalisation de projets très ambitieux et pour la plupart totalement inédits, doit effectuer de nombreuses recherches ainsi qu’un grand nombre d’essais nucléaires dans le Pacifique. Elle doit aussi, afin d’assurer la fabrication des nombreuses charges nucléaires alors en commande, accroître le rythme de production des diverses matières nucléaires. Outre la refonte du M 4, une nouvelle génération d’armes nucléaires tactiques, le système Hadès, doit succéder au Pluton alors en service. Hadès, susceptible d’emporter à la fois des charges nucléaires de grande et de faible puissance mais à rayonnement renforcé – ne correspondant à aucune formule nucléaire alors connue de la DAM –, nécessite à lui seul une douzaine d’essais chaque année. On constate, au fil des différentes époques, que le CMA demeure « celui qui connaît le mieux ce qui se passe au CEA et à la Défense nationale, son rôle consiste à être dans bien des cas l’avocat de la Défense auprès du CEA et réciproquement51 ». Selon Victor Marçais, dans sa position quelque peu ingrate, le CMA joue « un peu le rôle d’un chef d’orchestre52 ».

45En plus de la gestion de ces relations, les années de Victor Marçais (1978-1984) se caractérisent également par un accroissement des échanges avec les États-Unis sur un thème intéressant les deux parties : le durcissement des armes. Avec la mise en service des nouveaux systèmes stratégiques dotés de têtes thermonucléaires en France, notamment pour l’armement des sous-marins, cette question devient prioritaire dans tous les domaines.

  • 53 Victor Marçais, entretien n° 3 bis avec l’ auteur, op. cit.

46En mars 1978, lorsque Victor Marçais devient CMA, il se rend aux États-Unis pour visiter le site de missiles américains de Greatfalls53. Cette visite s’inscrit dans le programme de durcissement des silos du plateau d’Albion, à l’occasion du remplacement de leurs charges par des charges thermonucléaires d’une mégatonne. De manière générale, à cette date, les discussions avec les Américains concernent principalement les missiles ; les silos de lancement ainsi que les installations de transmission sont concernés. Plus rarement, les experts se penchent sur le nucléaire proprement dit, c’est-à-dire l’environnement de la charge nucléaire et la sécurité, ainsi que les essais, sous l’angle de l’instrumentation. Mais, limités par la législation américaine (suivant la loi MacMahon, le transfert d’armes nucléaires, de composants, de sources et de matériaux nucléaires d’armement est strictement exclu), les échanges, s’ils peuvent aborder le corps de rentrée ou la sécurité des charges, ne portent jamais sur la charge elle-même. Le rôle du CMA est encore d’assurer pour la défense un suivi de l’activité du CEA, mais également de maintenir le contrôle sur un dossier réservé, en relation directe avec le chef d’état-major et la présidence de la République. On peut d’ailleurs noter qu’en même temps que chargé de mission Atome, Victor Marçais est nommé conseiller du ministre de la Défense pour les questions nucléaires.

  • 54 Le Monde, 28 mai 1989 : « La France et les États-Unis échangent des informations en matière de tech (...)
  • 55 Il est remplacé le 7 août 1984 par l’ingénieur général Marc Menez (décret du 7 août 1984 paru au Jo (...)
  • 56 Ministère de la Défense, communiqué de presse diffusé le 28 mai 1989 à 11 heures.

47À partir de 1983, le CMA entame des négociations avec ses homologues en vue de rédiger un nouvel accord bilatéral – la menace d’une polémique transatlantique planant sur le sujet depuis que la presse américaine a mis en cause cette coopération sur un plan politique. Les autorités américaines émettent alors le souhait d’officialiser la situation. Pour ce qui est du passé, on estime que les échanges sont couverts par l’accord de 1961. Rappelons que l’Accord entre le gouvernement des États-Unis d’Amérique et le gouvernement de la République française relatif à la mise en œuvre de systèmes d’armes à des fins de défense mutuelle, signé le 27 juillet 1961 à Paris, était relativement anodin dans sa portée immédiate. Le texte portait en effet sur l’échange d’informations concernant les armes nucléaires en liaison avec les impératifs militaires opérationnels de l’OTAN54. Il stipulait que la communication de renseignements devait être limitée à ce qui était nécessaire pour donner une aptitude atomique requise par les besoins de l’OTAN, restant en cela conforme aux accords de défense mutuelle déjà conclus alors par les États-Unis avec sept autres pays membres de l’Alliance. En pratique, il était destiné à encadrer l’échange d’informations en matière de technologie des armes destinées à équiper les forces françaises en Allemagne. Par la suite, divers protocoles conclus entre la France et l’OTAN dès son retrait de l’organisation intégrée de l’Alliance, en 1966 – Ailleret-Lemnitzer en 1967, Valentin-Farber en 1974 – avaient complété le dispositif d’échanges, pour assurer la coordination de l’emploi des forces françaises et de celles de l’OTAN en cas d’agression. Pour l’avenir, après plusieurs visites de Victor Marçais, qui quitte officiellement ses fonctions le 17 juillet 198455, le texte historique est « amendé par un nouvel accord56 » en 1985 et signé par l’ancien CM A, marquant ainsi l’apogée du rôle et de la reconnaissance du chargé de mission Atome.

48Les apports d’une telle épopée sont multiples ; sociologiques d’abord, tant il pourrait s’agir d’évoquer la cohésion d’un groupe uni autour d’un même projet exigeant, long et inédit – la réalisation de la force de frappe – et les manières d’agir d’individus, ingénieurs de l’armement pour la plupart, soudés par la même culture de corps mais aussi par celle, plus spécifique encore, du monde de l’atome militaire ; institutionnels ensuite : on s’attarderait alors à décrire le caractère indispensable d’une telle instance de coordination, légère et polyvalente, dans un secteur marqué à la fois par une grande dispersion et une remarquable continuité.

49Cependant, ce qui nous intéresse au premier chef, c’est bien la bonne fortune de la mission, devenue de facto un élément de premier ordre du processus de décision du nucléaire militaire. À cet égard, on constate que la fonction s’est plus développée grâce à la personnalité de ses titulaires et à des éléments conjoncturels favorables qu’à partir des dispositions officielles qui l’ont fondée – dispositions pour la plupart rédigées a posteriori. Cela a été d’autant plus possible que la nature des affaires nucléaires – mêlant technique et politique – a placé naturellement ces ingénieurs de l’armement à la croisée des chemins.

  • 57 Florence Descamps, op. cit., p. 742.

50Enfin, et pour revenir au cadre général de ce colloque, cette communication ne va pas sans un plaidoyer pour l’histoire orale, car elle démontre que, pour le traitement d’un tel sujet, quand les sources écrites ne font pas défaut, elles ne restituent cependant que peu l’ampleur, voire la nature de la tâche accomplie. Ce qui nous ramène une fois de plus au témoignage de Florence Descamps, lorsque cette dernière conclut : « Avec les archives orales, l’historien fait aussi l’apprentissage de la patience et de la modestie57. »

Schéma 1 Organisation du programme nucléaire pour les sous-marins Cœlacanthe

Schéma 1 Organisation du programme nucléaire pour les sous-marins Cœlacanthe

Schéma 2 Organisation du programme nucléaire pour les systèmes aéroportés

Schéma 2 Organisation du programme nucléaire pour les systèmes aéroportés

Ac : Amiral Cœlacanthe
CDc : Comité directeur Cœlacanthe
CEA : Commissariat à l’énergie atomique
CMA : Chargé de mission « Atome »
DAM : Direction des applications militaires
DCAé : Direction des constructions aéronautiques
DCN : Direction des constructions navales
DCTIM : Direction centrale des travaux immobiliers et maritimes
DEN : Direction des engins
DGA : Délégation générale pour l’armement
DP : Direction des programmes
DP avion : Direction du programme avion
DP ensemble : Direction du programme d’ensemble
EMAA : État-major de l’armée de l’Air
EMM : État-major de la Marine
GOC : Groupe opérationnel Cœlacanthe
GTC : Groupe technique Cœlacanthe
MOPc : Maître d’œuvre principal Cœlacanthe. Ce dernier assure à la fois la direction des
programmes Sous-marin et Infrastructure et la coordination du programme d’ensemble pour
la réalisation du sous-marin (infrastructure, sous-marins, missiles et charges).
OP : Officier responsable du programme

51Ministère de tutelle du CEA : depuis 1946, le CEA est sous la responsabilité du ministère de l’Industrie et de la Recherche. Dans les périodes où les deux activités étaient séparées, une sorte de cotutelle s’instaurait.

Notes

1 Née en 1961, avec la DMA, la mission Atome disparaît en 1997, dans le cadre de la réforme de l’organisation de la DGA, conduite par le délégué général Jean-Yves Helmer (la Délégation ministérielle pour l’armement, DMA, créée le 5 avril 1961, devient la Délégation générale pour l’armement, DGA, le 5 février 1977). Elle est supprimée par l’arrêté du 17 juillet 1997 relatif à l’organisation des sous-directions de la Direction des systèmes de forces et de la prospective (Journal officiel du 29 août 1977). Ses attributions ont été dévolues, par un décret du 17 janvier 1997 (n° 97-35), à la Direction des systèmes de forces et de la prospective, en particulier à son Service des programmes nucléaires (SPNuc), ainsi qu’à la Direction des systèmes d’armes, pour ce qui concerne sa Sous-direction de la qualité et de la sécurité nucléaire et pyrotechnique.

2 Les archives de la mission Atome sont pour partie conservées par le Centre d’archives de l’armement (CAA), à Châtellerault, et pour le reste par le SPNuc. Dans l’ensemble, les archives écrites du nucléaire en France connaissent un sort tout à fait particulier, qu’il serait inopportun d’évoquer ici quand ce ne serait que trop brièvement. Le principe général est la fermeture, les ouvertures éventuelles se faisant par voie dérogatoire individuelle. La majeure partie de ces documents reste cependant en friche ou en quarantaine, à cause des secrets techniques qu’ils peuvent contenir et dont la communication est strictement interdite par les traités de non-prolifération.

3 Florence Descamps, L’Historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, p. 742.

4 Celles-ci sont assurées, depuis février 1947, par un ministre délégataire des attributions du chef du gouvernement et trois ministères d’armées, qui deviennent rapidement trois secrétariats d’État d’armées, conservant chacun sous leur autorité les directions techniques, qui n’ont plus de relations institutionnelles entre elles.

5 Le système alors prévu repose sur un avion équipé d’une bombe nucléaire à fission. Le choix de l’avion, en l’occurrence un Mirage IV supersonique, impliquait de sévères contraintes en imposant à la bombe un diamètre maximum de 75 cm.

6 Jean-Damien PÔ, Les Moyens de la puissance. Les activités militaires du CEA (1945-2000), Paris, FRS-Ellipses, 2001, p. 92.

7 Document classé « secret », conservé au CAA.

8 Dès le début de 1953, Pierre Guillaumat a tenté de mettre sur pied des structures de concertation et de planification mixtes. Il suggère alors la création d’un organe à l’architecture complexe, dont la présidence serait assurée par l’administrateur général, mais au sein duquel les représentants des armées siégeraient en majorité. Ce sont successivement le Comité des explosifs nucléaires (2 novembre 1954), puis le CAMEA (5 décembre 1956) qui devaient assurer ce rôle.

9 Pour le CEA : l’attaché militaire, le directeur des programmes et le directeur financier ; pour les armées, le CMA, le représentant de l’état-major des armées et celui du Secrétariat général de l’administration. La présidence est assurée par un officier général et le secrétariat par un cadre du CEA.

10 Réuni douze fois par an, le comité mixte fonctionne comme une instance qui, dans un premier temps, émettant un avis sur le projet de budget, vérifie que les opérations proposées par le CEA s’inscrivent bien dans le programme d’armement décidé par le gouvernement et dans les limites des crédits prévus et, dans un second temps, examinant les autorisations de programme (AP), vérifie que les dossiers d’exécution ont bien été établis conformément aux objectifs visés et que les prix sont bien adaptés aux opérations à réaliser. Ses recommandations sont adressées à l’administrateur général du CEA et communiquées au Premier ministre, ministre de tutelle du CEA, et au ministre de la Défense nationale : l’administrateur général, à son tour, rend compte au Comité à l’énergie atomique des recommandations du comité mixte.

11 Bulletin officiel/G, p. 2790.

12 Le texte a été retrouvé au CAA avec l’aide de M. Patrick Épinoux, qui a conduit pour nous cette recherche documentaire. Merci à lui et à l’ensemble du personnel de la salle de lecture du Centre pour la qualité de leur accueil et leur aide.

13 Il s’agit du prototype à terre du réacteur du sous-marin.

14 Par la suite, la mission Atome ne s’est plus tellement occupée de propulsion nucléaire. Ces questions ont uniquement relevé de la responsabilité de la Direction des constructions navales, qui assurait les relations de la DGA avec le CEA. En 1982-1983, on assiste à une reprise des contacts. La DGA aura dorénavant un représentant à l’administration de Technicatome, filiale du CEA qui a la charge de construire les réacteurs de sous-marins.

15 Paul Rigail, IGA, né en 1924 à Narbonne, ancien élève de l’École polytechnique, ingénieur aux poudreries nationales de Sorgues, Bergerac et Toulouse (1958-1961). membre du bureau Matières nucléaires, puis adjoint au chargé de mission Atome. Il s’occupe du suivi des activités du CEA et de la préparation des lois-programmes et budgets (1961-1968).

16 Paul Rigail, entretien n° 4 avec l’auteur, 5 août 1999, conservé au Comité pour l’histoire de l’armement.

17 Ibid.

18 Journal officiel, 28 avril 1961, p. 3951.

19 Témoignagede l’IGA R. Hoffman, groupe de travail sur la création de la DMA, Comité pour l’histoire de l’armement, 31 mars 2000.

20 Dans les faits, malade, H. Guntzberger est remplacé dans les derniers mois par Paul Rigail et René Yerle.

21 Paul Rigail, entretien n° 4 conservé au Comité pour l’histoire de l’armement, 5 août 1999.

22 Décret n° 65-705 du 16 août 1965, Journal officiel du 24 août 1965, p. 7511.

23 Paul Rigail est pressenti pour la succession de Robert Bruston, atteint par la limite d’âge, mais c’est Édouard Billion (issu de la Sous-direction des recherches techniques de la DRME, Direction des recherches et des moyens d’essais) qui est nommé peu après.

24 Paul Rigail, entretien n° 4, op. cit.

25 Ibid.

26 Jean Blancard, lettre n° 10 955 DMA/D du 1er avril 1971, jointe au bordereau d’envoi n° 10415 DMA/D du 2 avril 1961, 1.1.0.02.04.01.1, CAA.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Le comité mixte, qui se déplaçait régulièrement sur les sites nucléaires, se rendait à l’usine de Pierrelatte. Voir « Pas de survivants dans l’épave du Nord 262 écrasé sur le plateau ardéchois », Le Figaro, et « La catastrophe aérienne du Vivarais », Le Monde, 22 janvier 1971. Outre l’équipage, les victimes étaient : du CEA, Jacques Mabile, directeur des productions, Hubert de Laboulaye, chef du département Programmes, Jean La Buissière, directeur financier et comptable, Georges Tirole, adjoint du DAM, François Routeix, chargé des problèmes de programmes et de comptabilité des matières de base dans le cadre des productions, Pierre Johan, secrétaire du comité mixte, et le colonel Jean Gaume, attaché militaire auprès de l’administrateur général ; des armées, le vice-amiral Landrin, sous-chef d’état-major des Armées, le général Pineau, chef de la division Plans et Programmes de l’état-major des Armées, l’ingénieur général Édouard Billion, chargé de mission Atome, le colonel Birckel et le colonel d’Erceville, de la division Plans et Programmes, le capitaine de corvette Bouteiller et quatre autres jeunes militaires. Le contrôleur général des Armées, qui avait manqué l’avion, ainsi que Paul Rigail, occupé par la préparation du dossier du Comité de l’énergie atomique, ont échappé à la catastrophe.

31 Paul Rigail, entretien n° 5 avec l’auteur, 1999, conservé au Comité pour l’histoire de l’armement.

32 Journal officiel, 1er avril 1971, p. 3059.

33 J. Blancard, lettre n° 10 955 DMA/D du 1er avril 1971, op. cit.

34 Marcel Baron, entretien n° 2, 2 avril 1999, conservé au Comité pour l’histoire de l’armement.

35 Marcel Baron, entretien n° 4, mai 1999, conservé au Comité pour l’histoire de l’armement.

36 J. Blancard, lettre n° 10 955 DMA/D du 1er avril 1971, op. cit.

37 Les impératifs du programme M4 sont les suivants : en premier, une portée accrue d’au moins 30 %, soit au minimum 4 000 kilomètres ; en second, la possibilité de tir en salve, afin de réduire la vulnérabilité du sous-marin lors de cette phase particulièrement délicate ; en troisième, un lancement à plus grande immersion, afin de rendre le sous-marin moins sensible à la houle, facilitant ainsi les délicates opérations préalables au lancement ; enfin, un allumage du missile sous l’eau, entre sa sortie du tube et la surface, offrant à l’engin une plus grande stabilité à sa sortie de l’eau. Le premier essai en vol du M 4 se déroula sur socle au Centre d’essais des Landes, le 28 novembre 1980.

38 Archives nationales (AN), 5 AG 2/1040 (septennat Pompidou, Défense), Note du ministre d’État, chargé de la Défense nationale pour le président, document non daté, cite par Pierre Mélandri, « Aux origines de la coopération nucléaire franco-américaine », in La France et l’atome, études d’histoire nucléaire, Bruxelles, Bruylant, 1994, p. 242.

39 Instructions pour M. le délégué ministériel à l’armement, 22 juillet 1971, citées ibid., p. 243. Il est précisé : « sous réserve, toutefois, que les informations que nous serions amenés à communiquer aux autorités américaines [...] ne permettent en aucune façon à ces autorités de se faire une idée précise de la valeur opérationnelle de nos missiles balistiques, ni des contrôles gouvernementaux retenus pour leur mise en œuvre ».

40 AN, 5 AG 2/1040, Michel Debré à Georges Pompidou, 11 mars 1972, cité ibid., p. 244.

41 Ibid., p. 247.

42 AN, 5 AG 2/1040, Compte rendu du déjeuner du 27 juillet 1973, réunissant Henry Kissinger, James Schlesinger, Helmut Sonnenfeldt, Brent Scowcroft, Vernon Walters, Robert Galley et Jean Blancard, 2 août 1973, cité ibid., p. 247.

43 Voir Valéry Giscard d’Estaing, Le Pouvoir et la vie, tome II : L’Affrontement, Paris, Hachette, 1991, p. 183-191.

44 Ibid., p. 191.

45 Henri Conze, né en 1939 à Grenoble, fils du général Pierre Conze, ancien élève de l’École polytechnique, élève de l’École d’artillerie (1961-1962), ingénieur au CEA (1964-1966), au Centre d’études de Gramat (1966-1971) ; en poste à la mission Atome de 1971 à 1974, puis au Centre d’études de Limeil du CEA de 1974 à 1976, il revient comme chef du bureau Armement nucléaire à la mission Atome de 1976 à 1980.

46 Voir Marcel Baron, « Politiques de prolifération des armements nucléaires », L’Armement, octobre 1978, p. 6-21.

47 Marcel Baron, entretien n° 2 avec l’auteur, op. cit.

48 Victor Marçais, né le 24 octobre 1928 à Villeneuve-le-Roi, ancien élève de l’École polytechnique, ingénieur du génie maritime, chargé des sous-marins du type Daphné (1955-1962), puis Gymnote (1963-1966), puis chef de la section Production (1966-1972) à la Direction des constructions et armes navales de Cherbourg, adjoint puis maître d’œuvre principal Cœlacanthe, responsable du programme des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins type Le Redoutable (1972-1978), chargé de mission Atome auprès du DGA, conseiller pour les affaires nucléaires auprès du ministre de la Défense et conseiller de la Défense nationale auprès du CEA (1978-1984).

49 Décret du 17 février 1978 paru au Journal officiel du 21 février, p. 788.

50 Signé par le ministre de la Défense et paru au Bulletin officiel des armées, édition chronologique (BOC) du 8 mai 1978.

51 Victor Marçais, entretien n° 3 bis avec l’auteur, 5 décembre 2000, conservé au Comité pour l’histoire de l’armement.

52 Victor Marçais, entretien n° 5 avec l’auteur, 12 janvier 2001, conservé au Comité pour l’histoire de l’armement.

53 Victor Marçais, entretien n° 3 bis avec l’ auteur, op. cit.

54 Le Monde, 28 mai 1989 : « La France et les États-Unis échangent des informations en matière de technologie des armes nucléaires ». Voir Béatrice Faillès, « Non-prolifération et coopération nucléaire de la France : les débuts de la Ve République », in Maurice Vaïsse (dir.), Armement et Ve République, fin des années 1950 – fin des années 1960, Paris, CNRS éditions, 2002, p. 305-317.

55 Il est remplacé le 7 août 1984 par l’ingénieur général Marc Menez (décret du 7 août 1984 paru au Journal officiel du 9 août. p. 2616), suivi de l’IGA Émile Arnaud, le 1er octobre 1987, puis de l’IGA Jean Castellan, le 1er avril 1990. La fonction de CMA est supprimée le 10 juillet 1998.

56 Ministère de la Défense, communiqué de presse diffusé le 28 mai 1989 à 11 heures.

57 Florence Descamps, op. cit., p. 742.

Table des illustrations

Titre Schéma 1 Organisation du programme nucléaire pour les sous-marins Cœlacanthe
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Schéma 2 Organisation du programme nucléaire pour les systèmes aéroportés
Légende Ac : Amiral CœlacantheCDc : Comité directeur CœlacantheCEA : Commissariat à l’énergie atomiqueCMA : Chargé de mission « Atome »DAM : Direction des applications militairesDCAé : Direction des constructions aéronautiquesDCN : Direction des constructions navalesDCTIM : Direction centrale des travaux immobiliers et maritimesDEN : Direction des enginsDGA : Délégation générale pour l’armementDP : Direction des programmesDP avion : Direction du programme avionDP ensemble : Direction du programme d’ensembleEMAA : État-major de l’armée de l’AirEMM : État-major de la MarineGOC : Groupe opérationnel CœlacantheGTC : Groupe technique CœlacantheMOPc : Maître d’œuvre principal Cœlacanthe. Ce dernier assure à la fois la direction desprogrammes Sous-marin et Infrastructure et la coordination du programme d’ensemble pourla réalisation du sous-marin (infrastructure, sous-marins, missiles et charges).OP : Officier responsable du programme
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33642/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

Auteur

Doctorante en histoire, Béatrice Faillès a participé aux travaux du Comité pour l’histoire de l’armement (en particulier en matière d’archives orales) et du Centre d’études d’histoire de la défense. Elle est notamment l’éditeur de Hiroshima oublié, Paris, Édition n° 1, 1995, et l’auteur de « Non-prolifération et coopération nucléaire de la France : les débuts de la Ve République », in Maurice Vaïsse (dir.), Armement et Ve République, fin des années 1950 – fin des années 1960, Paris, CNRS éditions, 2002, p. 305-317.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search