Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Armes nouvelles et guerre froide : l’armement depuis 1945

Choix techniques, choix politiques : les origines des missiles sol-sol balistiques stratégiques (SSBS) dans le contexte international

Lorenza Sebesta

Texte intégral

  • 1 En anglais, on distingue, parmi les missiles balistiques stratégiques, trois catégories : les Inter (...)
  • 2 Michael Armcost, The Politics of Weapons Innovations. The Thor-Jupiter Controversy, New York, Colum (...)

1Les missiles balistiques stratégiques ont toujours suscité l’intérêt des analystes aux États-Unis, en tant que cas paradigmatiques d’innovation technologique1. Dès les réflexions des politologues et sociologues tels que Michael Armcost, Edmund Beard et Donald MacKenzie, on a eu tendance à concevoir le processus technologique en tant que processus lié à des facteurs internes : internes à l’univers des laboratoires où les recherches se passent, à l’industrie où le développement se poursuit, au gouvernement où les décisions sont prises. Cette approche a donc conduit les chercheurs à s’interroger en premier lieu sur les dynamiques des rapports entre acteurs et entre institutions, sur les pratiques de la recherche et les rhétoriques mises en place, ainsi que sur les contraintes budgétaires plutôt que sur celles techniques ou stratégiques (the next logical step) qui dominaient la plupart des récits militaires d’antan2.

2Il y a, dans cette façon de voir les choses, la volonté de montrer que le développement technologique est avant tout un processus humain, qui suit des logiques sociales plus qu’un déterminisme scientifique.

3À côté des logiques sociales internes qui ont si puissamment déterminé l’évolution du domaine des missiles aux États-Unis, il faut bien rappeler, pourtant, le poids des dynamiques externes. Si l’hypothèse sociologique semble s’adapter aux développements techniques d’un pays dont la supériorité technique (en ce qui concerne les missiles) était hors de discussion pendant la période considérée, elle doit être complétée par des données relevant du contexte politique et stratégique international pour des pays, comme ceux de l’Europe, concentrés dans un effort puissant de catching up.

  • 3 Béatrice FAILLÈS, « Non-prolifération et coopération nucléaire de la France : les débuts de la Ve R (...)

4En ce qui concerne l’évolution des SSBS en France il y eut, certes, des dynamiques internes (aux armées et aux services) importantes pour comprendre certains passages opaques, mais il n’est pas imaginable qu’elles soient suffisantes pour évaluer la richesse d’un processus ouvert à maints éléments externes3.

  • 4 Voir les interventions de Roger Chevalier, Pierre Usunier et Pierre Soufflet à la table ronde organ (...)

5Sur les SSBS, la conscience d’entrer sur un terrain déjà exploité, conjuguée aux contraintes budgétaires, poussa les responsables politiques et militaires français vers une sorte de dynamisme externe, qui resta souvent cachée aux ingénieurs même – quand elle n’arriva pas à se révéler dans des échanges techniques. Ces derniers, d’autre part, n’ont jamais fait mystère de l’importance, au début, des contacts avec les firmes privées étrangères (américaines en premier lieu), une importance qui allait bien au-delà des pures et simples données techniques acquises, mais prenait plutôt la forme d’inspiration, d’échanges d’idées et de transfert de savoir-faire4. Ce dynamisme se traduisit par une sensibilité aux attraits de la coopération dans le domaine des vecteurs, sensibilité qui ne semble pas entrer dans l’iconographie classique d’un pays qui suit sans appel la voie d’une force nucléaire nationale et nationaliste.

  • 5 Service historique de l’armée de l’Air, Des armes secrètes allemandes aux fusées américaines. Réper (...)
  • 6 Georges Mercier, « La mise en place et le devéloppement de la deuxième génération des forces nucléa (...)
  • 7 Olivier Huwart, « Du V 2 à Véronique, les premières recherches spatiales militaires françaises », R (...)

6Le domaine des missiles en France fut donc ouvert, dès le début, aux influences extérieures : ce fut grâce à l’apport des connaissances allemandes développées pendant le second conflit mondial que non seulement la France, mais les quatre pays vainqueurs de la guerre vinrent en contact avec le plus important savoir-faire de l’époque5. Ce furent des ingénieurs allemands qui donnèrent vie aux premières expériences françaises dans le domaine des fusées. Selon la synthèse du général Georges Mercier, au moment du lancement du Spoutnik, « l’essentiel de l’acquis technologique français en matière de missiles [était] dû aux fusées-sondes Véronique dans le cadre d’expériences et études scientifiques de la haute atmosphère6 ». Les Véronique, comme on le sait, s’inspiraient des V 2 allemands7.

  • 8 Jacques Villain, « 1946-1958 : l’émergence de l’industrie française des missiles tactiques », in CE (...)
  • 9 SHAA, E 2752, procès-verbal du Comité de défense nationale du 24 avril 1952.

7En 1947, en effet, des projets ambitieux avaient été abandonnés en faveur d’engins moins performants (la fusée-sonde Véronique et le missile sol-air PARC A, Projectile autopropulsé radioguidé contre avions, attribués au laboratoire de Vernon)8. Les études ciblées sur des engins tactiques (100-300 km) se seraient révélées en symbiose avec la place réservée aux alliés par les États-Unis au moment de la création de l’OTAN et avec la doctrine adoptée par l’Alliance. « Nous sommes condamnés à une stratégie défensive », déclara non sans amertume René Pleven en 1952. L’aviation stratégique en charge de la défense atomique relevant du commandement américain, c’est aux États-Unis qu’il revenait d’apprécier, seuls, « le moment et les circonstances de l’emploi de l’arme atomique9. »

  • 10 Voir, par exemple, le rapport de 1946 cité par Arnaud Teyssier. Roland Hautefeuille, « Recherche sc (...)
  • 11 Bernard Chantebout, L’Organisation générale de la défense nationale en France depuis la fin de la S (...)

8À côté d’un champ de tir opérationnel qui devint, à partir de 1948, un centre interarmées (le Centre interarmées d’essais d’engins spéciaux, CIEES) situé à Colomb-Béchar, en Algérie, et d’un Comité d’action scientifique de défense nationale (CASDN), né en 1948, commun aux trois armées, on assista néanmoins, dès la deuxième moitié des années 1940, au commencement un peu dispersé des activités autour des engins spéciaux. À ce propos, il faut bien souligner une différence substantielle entre la Direction des études et fabrications d’armements (DEFA), sous l’égide de laquelle travaillaient laboratoires, centres d’études et ateliers (parmi lesquels le Laboratoire de recherches balistiques aérodynamiques, LRBA, de Vernon), et la Direction technique et industrielle de l’aéronautique (DTIA). Alors que la première s’était vu confier la conception et la maîtrise d’œuvre des engins, la seconde – dont les rapports avec l’Office national d’études et de recherches aéronautiques, l’ONERA, placé à sa naissance, en 1946, sous son autorité, n’étaient pas toujours faciles10-, se réservait « la surveillance et l’orientation des entreprises travaillant pour l’aéronautique » ; elle se passait donc de toute activité directe de recherche et de fabrication11.

  • 12 Jean Doise, Maurice Vaïsse, Diplomatie et outil militaire, 1871-1969, Paris, Imprimerie nationale, (...)

9Tout au long de la première moitié des années 1950, la recherche ainsi que l’expérimentation dans le domaine nouveau des vecteurs piétinèrent au profit des priorités militaires urgentes, telles que la lutte contre la guérilla en Indochine, et de la recherche sur les explosifs nucléaires (plan quinquennal pour la construction de réacteurs à plutonium)12.

  • 13 Henry Kissinger, Nuclear Weapons and Foreign Policy, New York, Harper and Brothers. 1957, pp. 291-2 (...)
  • 14 Général Chassin, « Réflexions sur la stratégie de l’OTAN », Forces aériennes françaises, XI, décemb (...)
  • 15 Georges-Henri Soutou, « La politique nucléaire de Pierre Mendès France », in Maurice Vaïsse (dir.), (...)
  • 16 SHAA, E 1773, Comité de défense, partie B. question IV, « Demandes américaines concernant les armes (...)

10Une fois levée l’hypothèque des hostilités en Indochine, la politique militaire française se trouva confrontée à un grand défi. L’adoption du New Look par l’OTAN en 1954 ne fit que confirmer les faiblesses de la doctrine des « représailles massives américaines » : non seulement on prévoyait des « représailles instantanées à l’endroit et au moment choisis » de la part des forces stratégiques dont le contrôle politique échappait aux Européens, mais on réservait aux armes nucléaires tactiques un rôle majeur dans la défense anti-aérienne, défense qui risquait de faire de l’Europe un sinistre cimetière (voir les résultats de l’exercice militaire Carte blanche en juin 195413). La nature illusoire de la défense OTAN était bien mise en évidence par la formule du général Chassin sur la « ligne Siegfried atomique »14. C’est ainsi que mûrit, avec Mendès France, pendant les derniers jours de 1954, l’idée d’une infrastructure pour la production d’armes nucléaires nationales, dont la nécessité apparut plus évidente encore après l’affaire de Suez15. On rappelle en passant que le stockage d’armes non-conventionnelles dans les bases et installations placées à la disposition des forces américaines en Europe avait été demandé par les États-Unis « suite à des demandes pressantes » de la part des pays de l’OTAN devant l’infériorité manifeste des forces conventionnelles dans le contexte du New Look. Il n’y eut, pour la France, aucun accord16.

  • 17 SHAA, E 4274, le colonel Jean Bloch, de l’état-major particulier du secrétaire d’État à la Défense (...)
  • 18 Pierre Usunier, ibid., p. 511.
  • 19 A. Teyssier, R. Hautefeuille, article cité. p. 111-122, spécialement p. 120-121.
  • 20 Les savants, selon la reconstruction proposée par Teyssier et Hautefeuille, étaient au début liés a (...)
  • 21 Très pertinente semble, à ce propos, la citation d’une note de février 1957 du ministre de la Défen (...)

11La « querelle d’attribution » pour les futurs « engins spéciaux »17 dans le domaine des études et des réalisations, si elle eut « le mérite de ne pas stériliser les initiatives »18, ne contribua pas à accélérer les choses, dans une situation de pénurie de fonds19. La même chose peut être affirmée à propos du conflit, réédition de vieux antagonismes, entre les savants et les ingénieurs20. D’un point de vue institutionnel, toutes les tentatives d’« harmonisation » des différents programmes et centres de recherches restèrent sans issue jusqu’au début des années 196021.

  • 22 SHAA, E 1773, général d’armée aérienne Bailly, chef d’état-major de l’armée de l’Air, 12 décembre 1 (...)
  • 23 Discours du secrétaire d’État à l’Air, Diomède Catroux (9 octobre 1954), cité par le lieutenant-col (...)
  • 24 Georges Mercier, article cité, p. 194.

12Bien que l’armée de l’Air eût avancé des propositions pour l’étude des moyens concernant l’utilisation de projectiles nucléaires22 et que quelques-uns de ses responsables fussent convaincus de l’« importance primordiale »23 de l’engin sol-sol de longue portée, « en absence de l’expression d’un besoin opérationnel réel, les résultats de ces études ne condui [sirent] à aucune décision concrète »24.

  • 25 La lettre continuait ainsi : « Je vous prie de bien vouloir : prévoir sur vos crédits d’études d’en (...)

13Pourtant, par le biais des recherches spatiales, des études sur les engins à très longue portée furent entreprises dans les années 1950 par le CASDN, sous la direction du général de corps d’armée Guérin. Comme l’explique bien une lettre du général Lavaud aux trois secrétaires d’État des forces armées en 1956 : « Je considère que les expériences effectuées en haute atmosphère présentent une importance pour la défense nationale, soit dans l’immédiat, soit dans l’avenir, pour les engins à très longue portée. Dans ces conditions, j’ai décidé que certaines expériences qui avaient été primitivement prévues dans le cadre de l’AGI, seraient faites sous la direction du CASDN25. »

  • 26 SHAA, E 1773, Comité de défense nationale, 14 février 1957.

14Il s’agissait d’étudier la haute atmosphère (courants aériens, turbulences, transparence, ionisation), dont les caractéristiques auraient eu une importance non seulement pour les communications, mais pour la structure et la dynamique des lanceurs, y compris la propulsion, le guidage et l’ auto-poursuite26.

  • 27 Roger Rhenter, « Implications de la politique de défense dans les domaines de l’industrie aéronauti (...)

15Dans la seconde moitié de la décennie, une ligne d’action se précisa en faveur du développement d’un système militaire national axé sur une capacité de dissuasion misant sur les explosifs nucléaires et leurs vecteurs : la force de frappe, et la sélection du premier vecteur de l’arme nucléaire, le Mirage IV, fut lancée en 195727.

  • 28 Pierre Usunier, « Rapport introductif sur les missiles en France de 1945 à 1958. Remarque sur “l’ét (...)

16En ce qui concerne les lanceurs, à la « prépondérance de la source d’information de provenance allemande au moment où naissait en France la filière missiles » se substitua, à partir de ce moment, une plus large panoplie de sources d’inspiration28.

  • 29 Chantebout ajoute : « Au début existaient quelques rivalités entre Crépin et Lavaud. mais travailla (...)

17Il est intéressant de noter que ce fut un ministre radical, Maurice Bourgès-Maunoury, qui commença une réorganisation dans le domaine nucléaire, notamment un début de coordination dans le domaine des études et fabrications d’engins spéciaux. Les hommes clefs furent le général Jean Crépin, inspecteur général des fabrications et des programmes des forces armées (de la fin de 1955 à mars 1959), chef d’un « ressuscité » Comité des programmes, et le général Gaston Lavaud, chargé de mission à son cabinet. Ainsi se constitua le « Cabinet armement » du ministre29.

  • 30 Public Record Office (désormais PRO), AVIA 65/42, « Extract from record of discussion between Bourg (...)
  • 31 PRO, AVIA, 65/42, « Co-operation with Western European Union in defense research and development », (...)

18Bourgès-Maunoury et son homologue britannique Duncan Sandys se rencontrèrent en février 1957 pour discuter d’une possible coopération au niveau de la recherche dans le secteur des missiles ; ces entrevues avaient leur origine dans les discussions sur la production commune d’armements amorcées à l’intérieur de l’Union de l’Europe occidentale, qui, élargie, dès 1954, à l’Italie et à l’Allemagne, représentait le seul forum où les Européens, Anglais inclus, pouvaient discuter de défense sans l’intervention américaine30. Les discussions, ciblées sur la recherche et le développement, avaient subi une accélération après la crise de Suez et avaient conduit à une série de rapports bilatéraux pendant l’année 195731.

  • 32 Le programme anglais Blue Streak était né des accords signés en 1954 par Duncan Sandys, Minister of (...)
  • 33 Nuclear History Project, Washington (désormais NAS), Nuclear Arms and Politics in the Missile Age, (...)
  • 34 Les discussions pour formaliser l’installation de Thor en Grande-Bretagne se poursuivirent jusqu’en (...)
  • 35 C. N. Hill, op. cit., p. 94.

19Les Anglais étaient, parmi les Européens, les plus avancés dans le secteur des IRBM, grâce au programme Blue Streak32. Le développement de Blue Streak, amorcé au milieu des années 1950 avec l’aide d’importantes licences américaines, s’était poursuivi malgré les critiques qui, de la part des Américains et, ensuite, d’une partie des hiérarchies militaires, s’étaient élevées contre le projet depuis 195633. En mars 1957, à la conférence des Bermudes, les Britanniques acceptèrent en principe l’installation des Thor américains dans leur pays, installation qui aurait couvert la Grande-Bretagne dans l’attente de Blue Streak, dont le processus de développement allait au ralenti34. Néanmoins, avec son rayon d’action étendu (2 000-2 500 milles nautiques contre 1 500 pour le Thor), le Blue Streak aurait pu atteindre des cibles stratégiques cruciales dans le Northern Tier qui n’étaient pas à la portée des Thor, dont le rayon d’action avait encore diminué du fait de l’emploi des charges nucléaires anglaises (les Anglais avaient fabriqué une bombe thermonucléaire en 1957, mais leur technique de miniaturisation des charges était moins efficace que celle des Américains). Les silos souterrains, de plus, auraient garanti au Blue Streak une invulnérabilité supérieure à celle des Thor, dont les silos étaient en surface. Tous les deux, pourtant, avaient un point faible : la lenteur de la mise en fonction, due à la propulsion liquide, qui ne supportait pas un état d’alerte prolongé35. De cette caractéristique, ainsi que de l’immobilité, découlait la vulnérabilité des deux systèmes et le risque d’attirer, au lieu de les décourager, les attaques de first strike.

  • 36 NAS. Nuclear Arms and Politics in the Missile Age, 1955-1968. doc. 17, « Development of Long-Range (...)

20Si le développement du Blue Streak piétinait, il faut aussi rappeler que la production des Thor n’était pas encore entrée en phase opérationnelle : le premier test eut lieu en novembre 1958 et le premier escadron ne fut consigné à la Royal Air Force qu’en juin 195936.

  • 37 Les missiles tactiques avaient été demandés dès février 1957 ; FRUS, 1955-1957, vol. XXVII, Draft M (...)

21Dans ce contexte, le général Paul Ély, chef d’état-major général des forces armées françaises, avança au cours de 1957 des demandes en termes d’engins tactiques tels que les Honest John, Corporal/Sergent et Nike ainsi que, dans un deuxième temps, celle d’« un missile sol-sol d’une portée de 3 000 km, comme celui offert à la Grande-Bretagne »– il s’agissait des Thor, bien sûr37. La question n’était pas facile ; alors que les Anglais avaient leurs bombes à placer sur les vecteurs, les Français n’avaient pas encore abouti à une autonomie atomique. De plus, pour les têtes nucléaires, ainsi qu’ensuite pour les Thor, la question du contrôle était, pour les Américains comme pour les Français, capitale. En cas de besoin, les Français voulaient pouvoir profiter des charges atomiques gardées dans les bases américaines et insistaient sur le contrôle opérationnel des Thor à placer sur leur territoire. C’était une ligne d’action contraire à celle des États-Unis, opposés à toute délégation de pouvoir d’emploi des armes nucléaires américaines.

  • 38 Les premières analyses historiques sur ce point furent publiées dans le numéro spécial de la Revue (...)

22Pendant la même année, dans l’incertitude sur l’issue des discussions franco-anglaises et franco-américaines, une autre voie fut empruntée : celle d’un essai précoce de coopération atomique avec l’Allemagne et l’Italie, qui comprenait l’étude et la fabrication commune d’engins spéciaux. L’accord fut signé en novembre 195738.

23Au moment du lancement du Spoutnik, donc, des échanges multiformes s’étaient mis en place dans le domaine des missiles. Aucune hypothèse n’était exclue a priori par la France.

  • 39 FRUS 1955-1957, vol. XXVII, NSC 5721/1, US Policy on France, 19 October 1957, p. 189 et 192.

24Les États-Unis n’aimaient pas ce dynamisme. En octobre 1957, le National Security Council, dans un des premiers documents produits après le lancement du Spoutnik, suggérait de ne pas donner suite aux « formal requests to the US for an IRBM program » avancées par la France, face aux développements stratégiques en cours39. Le lancement du Spoutnik, préfigurant l’entrée en service de missiles balistiques intercontinentaux, contre lesquels aucune parade n’était possible, poussa les deux superpuissances vers la reprise de contacts directs en matière de désarmement. Ces contacts auraient pu être gênés par une politique de prolifération parmi les alliés.

25D’autre part, vu les délais de réalisation des engins à longue portée (l’entrée en fonction du premier Atlas américain date de 1959) ainsi que des Polaris (des IRBM mobiles dont les études de faisabilité avaient été réalisées par la Marine en mars 1956), l’attention de l’OTAN se fixa sur la réalisation d’un dispositif temporaire d’IRBM à terre pour muscler la défense nucléaire de l’Europe et européaniser le dispositif de dissuasion de l’Alliance, alors que celui des États-Unis perdait sa crédibilité.

26Si le dilemme entre non-prolifération et renforcement du dispositif de dissuasion de l’OTAN n’était, pour l’heure, que théorique, il devint de plus en plus important avec le progrès des négociations pour le Partial Ban Treaty.

27 Les offres avancées par le secrétaire d’État John Foster Dulles au Conseil ministériel de l’OTAN en décembre 1957 furent de trois types : – dépôts de têtes nucléaires américaines en Europe ; – IRBM américains en Europe ; – construction en commun, par les Européens, d’engins spéciaux.

  • 40 SHAA, E 1773, Extrait du compte rendu de la séance du Comité de défense, 6 février 1958. L’Atomic E (...)
  • 41 SHAA, E 1773, Comité de défense, Fiche relative à la question I (politique militaire à long terme e (...)

28Parmi les trois offres, seule la dernière constituait une nouveauté pour la France : nouveauté importante non seulement parce qu’elle semblait ouvrir la voie à un transfert de technologie jusqu’alors refusé, mais aussi parce qu’elle semblait pouvoir débloquer les négociations en cours dans les autres domaines. Par exemple, les Français se disaient maintenant d’accord pour autoriser le stockage de têtes nucléaires américaines « dans la perspective d’une libéralisation des échanges de renseignements atomiques que devra permettre la révision de la loi MacMahon40 ». En même temps, « en attendant [l’] aboutissement » des études relatives à l’engin sol-sol dans le cadre interallié, on acceptait le principe que « la capacité de frappe serait fournie par des IRBM américains »41.

  • 42 « We are of course not proposing warheads », s’ empressaient-ils d’ajouter ; PRO, DEFE 7/264. Wheel (...)

29La perspective d’études communes relatives aux engins sol-sol sembla avoir une chance de succès en 1958. Avec le développement de Blue Streak en cours, la Grande-Bretagne était le seul pays européen à maîtriser, grâce à l’acquisition de licences américaines, les grandes techniques relatives aux lanceurs : la propulsion liquide, la structure, le guidage, la rentrée du cône. Ce fut ainsi que « in view of the American offer made at December NATO meeting to disclose information relating to IRBM delivery systems and to foster follow-up development and production in Europe », les Britanniques demandèrent aux États-Unis « whether there is any US objection to the United Kingdom discussing the Blue Streak delivery System vehicle with the French if they wish to do so42 ».

  • 43 PRO, AVIA 65/707, Note of the 6th Meeting of the Anglo-French Steering Committee, 19 March 1958 ; v (...)
  • 44 PRO, DEFE 7/264, Note of discussion with general Crépin, by L.G.W. [Wheeler], 30 April 1958. Pour l (...)

30 Des discussions furent ensuite entamées entre Britanniques et Français, à l’intérieur de l’Anglo-French Steering Committee de l’UEO et directement avec des représentants militaires français. Le général Crépin, qui avait accueilli en France en janvier une mission américaine « pour expertiser l’intérêt et les probabilités de bon achèvement des programmes de missiles français », se dit aussi favorable à une collaboration sur Blue Streak, qu’il déclara « particulièrement urgente »43. Après une longue visite aux États-Unis en mars 1958, la position de Crépin fut pourtant opposée, suite « à la disponibilité américaine à fournir une aide technique et financière » dans le contexte des missiles. Face à cette offre appétissante et aux restrictions britanniques devant les questions très techniques posées par le général, l’intérêt de Crépin pour le projet Blue Streak se réduisit considérablement44.

31À partir de 1958, les Américains s’efforcèrent de réduire tout essai de coopération entamé par les Européens au cours des années 1950 dans le cadre de l’OTAN. Dans ce contexte, le « groupe Meili », du nom de son responsable, Ernest Meili, Assistant Secretary General of NATO for Production and Logistics, prit en charge les discussions sur la production conjointe d’armements classiques et modernes.

  • 45 SHAA, E 1773, Extrait des décisions de la réunion de défense nationale. 17 juin 1958. À l’origine d (...)

32L’initiative de l’OTAN fut suivie par des évolutions intéressantes en France. En juin 1958, prenant la parole sur les accords de la France avec l’Italie et l’Allemagne d’une part, la Grande-Bretagne d’autre part, de Gaulle, tout en excluant toute poursuite de la collaboration dans le domaine atomique « en matière d’IRBM », affirmait : « Nous ne devons pas rejeter l’idée d’une fabrication commune45. » La bombe demeurait le domaine réservé des efforts nationaux, mais de Gaulle ne repoussait pas a priori des hypothèses de coopération industrielle dans le domaine des vecteurs.

  • 46 SHAA, E 4424, lettre de Jean Blancard (délégué ministériel pour l’armée de l’Air) à M. le ministre (...)
  • 47 Dominique Pestre, « Innovation technique, fonctionnement des institutions et politique : créer la D (...)

33Ensuite, le ministre des Armées confia à la délégation Air l’étude et la fabrication des engins sol-sol de moyenne et longue portée46. L’armée de l’Air se trouva investie de la responsabilité des études préliminaires sur un missile de deuxième génération, donc à propulsion solide, capable de transporter une charge atomique légère (de 210 à 300 kg, suivant les sources) à fabriquer dans le cadre de l’OTAN, avec l’aide américaine47.

  • 48 « Les constructeurs français de missiles », Entreprise, 21 octobre 1961, p. 31. Voir aussi SHAA, E  (...)
  • 49 L’embryon de la SEREB fut, selon Cristofini (op. cit., p. 23), « un petit groupe de travail, animé (...)
  • 50 Voir aussi B. Faillès, article cité.

34Dans le même temps, on procéda à la mise au point d’une structure industrielle originale, la future Société pour l’étude et la réalisation d’engins balistiques (SEREB), « sorte de holding technique de l’industrie aéronautique », qui avait « pour actionnaires les trois sociétés nationales (Nord[-Aviation], Sud[-Aviation] et SNECMA), l’ONERA, la SEPR, la GAMD (Marcel Dassault), la Matra, ainsi que le directeur du Service des poudres et le directeur administratif du CEA »48. Suivant le témoignage de son premier patron, Charles Cristofini, cette naissance doit être placée dans le contexte des négociations avec les Américains pour construire un missile balistique de deuxième génération, avec un rayon d’action d’environ 3 000 km49. L’idée était de mettre en place, sous la tutelle de l’État, des moyens industriels pour permettre à la France de tenir la place de chef de file dans le cadre d’éventuels accords européens pour la production des missiles de deuxième génération50.

  • 51 SHAA, E 1773, extrait des décisions de la réunion de défense nationale du 17 juin 1958.
  • 52 SHAA, E 1777, Comité de défense restreint, 11 mars 1960, Annexe I, Fiche de présentation sur la for (...)

35En ce qui concerne les têtes nucléaires, la France demandait pourtant que les armes soient sous contrôle français et qu’une décision française soit nécessaire pour le déclenchement de la guerre atomique. Dans ce but, on demandait d’arrêter un plan de guerre à l’échelle des gouvernements de l’OTAN51. De même, comme le rappela ensuite une fiche d’information de l’état-major général des armées, pour les IRBM américains à implanter en France, on demandait « un échelon de commandement national [c’est-à-dire français] entre SACEUR [Supreme Allied Commander Europe], responsable du lancement, et les escadrons », qui auraient été sous responsabilité américaine. En revanche, le SHAPE (Supreme Headquarters of Allied Powers in Europe) proposa la mise sous le commandement direct de SACEUR des engins fabriqués et l’engagement des nations à ne fabriquer les engins nationaux qu’après la satisfaction totale des besoins de SHAPE52.

  • 53 A. Pierre, article cité. p. 281.

36C’est dans une logique de clarification de ces données si importantes pour la France et pour l’Alliance qu’il faut lire le mémorandum envoyé aux États-Unis par de Gaulle en septembre 1958, qui ne demandait pas seulement la création d’un directoire à trois au niveau stratégique mondial mais, plus concrètement, un rôle pour la France dans les décisions concernant l’emploi d’armes nucléaires en Europe53.

37On connaît l’attachement de De Gaulle au principe de la responsabilité de la défense nationale, une responsabilité que le gouvernement ne peut déléguer sans trahir sa mission. On imagine donc aisément combien l’ambiguïté américaine sur la question du contrôle put déranger le général, son insatisfaction devenant complète après le refus de son idée, exposée dans le mémorandum de septembre.

  • 54 Le premier vecteur de l’arme nucléaire, le bombardier supersonique Mirage IV, sélectionné dès 1957, (...)

38L’amertume développée par de Gaulle après ce refus, ainsi qu’après le vote américain sur l’Algérie aux Nations unies, s’exprime dans la décision de reprendre le contrôle total des forces navales en Méditerranée en janvier 1959. En parallèle, la composition de la force de frappe se précisa et « le Mirage IV, sélectionné dès 1957, [fit] l’objet d’un programme prioritaire, décidé par le général de Gaulle en mars 1959 »54.

  • 55 SHAA. E 1774, Note de Guillaumat à Debré, Annexe I du document 1 409 (refonte de l’Alliance atlanti (...)

39Au début de 1959, Pierre Guillaumat, figure clé dans l’histoire des fusées, ancien administrateur du CEA (1951-1958), ministre des Armées jusqu’en 1960 et de la Recherche scientifique ensuite (1960-1962), n’excluait pas la coopération internationale dans le secteur des vecteurs, mais y introduisait des différenciations importantes. Dans une note à Debré, Guillaumat écrivait : « sur le plan bilatéral FR-USA, la coopération technique doit permettre l’achèvement de matériels en cours (sous-marin atomique) et la réalisation de matériels futurs (IRBM) », « sur le plan européen, cette coopération doit être réalisée sous forme industrielle : une telle coopération ne devrait pas être contrecarrée par les USA (ex. : livraison des F 104 à l’Allemagne) ». Les restrictions des budgets militaires et l’impossibilité de faire entériner un plan militaire à long terme ne permettaient pas à la France de se placer au niveau de la Grande-Bretagne et des États-Unis55.

  • 56 Sur les attitudes parfois ridicules des administrateurs américains face à la nécessité de mettre fi (...)

40En même temps, la perspective d’un IRBM fabriqué en commun en Europe, qui avait toujours attiré les critiques de bon nombre de civils aux États-Unis (tandis que les militaires lui étaient, en général, plus favorables), devenait de plus en plus aléatoire après l’expérimentation du premier missile intercontinental américain (Atlas D) en 1959, qui faisait regagner aux États-Unis une liberté complète de frappe vis-à-vis de l’ Union soviétique56.

  • 57 « Nous étions arrivés à signer un contrat de coopération, et Boeing en était très satisfait [...]. (...)
  • 58 Plus tard dans la même année, huit pays décidèrent la fabrication en commun des missiles air-air Si (...)

41 Après l’intervention du gouvernement américain pour stopper les contacts avec Boeing57, la perspective d’une coopération à l’échelle de l’OTAN dans le domaine des IRBM laissa la place à un programme de construction en commun par la France, l’Italie, l’Allemagne et les Pays-Bas, sous licence américaine, des missiles tactiques sol-air Hawk. La réalisation des Hawk, originellement fabriqués par l’armée américaine, fut discutée par le groupe Meili58.

  • 59 SHAA, E 1777, Comité de défense restreint, Extraits des décisions, 11 mars 1960, et Annexe I, Fiche (...)

42Malgré les brillantes promesses faites au gouvernement français par le gouvernement américain au cours des années 1957 et 1958, rien n’avait été obtenu dans le domaine des IRBM59. Cette faillite était à mettre en relation avec des éléments multiples, parmi lesquels, sans doute, les conditions d’emploi imposées par les États-Unis aux IRBM fabriqués en commun. Une fois éclaircies ces conditions, les Français auraient bien volontiers poursuivi, mais sur une base purement bilatérale, leur coopération avec les États-Unis. Cette coopération, dont auraient bénéficié, dans leur projet, les forces armées françaises, et donc toute la défense de l’Occident, n’était pas intéressante pour les Américains, dont les priorités étaient politiques. Dans ce contexte, au lieu de résoudre les tensions dans l’OTAN, une coopération technique avec les Français les aurait exacerbées (surtout en ce qui concerne les Allemands) ; last but not least, une politique de prolifération nucléaire aurait mis en danger les négociations pour le désarmement entamées avec l’Union soviétique, dont l’importance se faisait plus immédiate pendant la crise de Berlin.

  • 60 Intervention de R. Chevalier, in M. Vaïsse (dir.), L’Essor..., op. cit., p. 60.

43Après l’explosion de la bombe A française au Sahara, il fut décidé (« au début de 1960 ») d’écarter l’hypothèse d’un engin qui aurait pu transporter une charge atomique « d’un poids relativement modeste » (c’ est-à-dire l’engin proposé par les Américains en 1958 dans le cadre de l’OTAN) et de poursuivre l’objectif d’un engin plus puissant, capable de transporter une bombe purement française, donc beaucoup plus lourde60.

  • 61 La décision fut confirmée par de Gaulle en avril 1960 ; Georges-Henri Soutou, L’Alliance incertaine (...)

44En mars de la même année furent confirmées les décisions prises en mars 1959 : la force de frappe devrait être bâtie à l’aide d’une force constituée par des « vecteurs pilotés » (les Mirage IV), armée de bombes atomiques, et, dans un deuxième temps, à l’aide d’engins SSBS, à partir soit de sites terrestres, soit de sous-marins. Dans le domaine des vecteurs, l’objectif était de porter en 1968 une charge atomique de 750 kg à 3 000 km61.

  • 62 « Sur le plan tecnique », déclara le général, « la France ne dispose pas d’un acquis considérable, (...)

45On ne se faisait pas d’illusions sur les temps de réalisation de ce projet. Le général de Pins, représentant de l’armée de l’Air auprès du Comité des recherches spatiales, ne faisait pas mystère de la modestie de l’acquis technique français dans le domaine des vecteurs, surtout pour le guidage, la tenue du corps de rentrée et la propulsion62.

  • 63 C’est probablement dans ce contexte que naît l’idée de fabriquer un « engin politique », à réaliser (...)

46En ce qui concerne ce dernier problème, quel type de propulseur choisir ? Fallait-il s’orienter vers des vecteurs de deuxième génération, de réalisation difficile, mais plus efficaces d’un point de vue militaire ? Ou bien se contenter des lanceurs à liquide, très puissants et plus simples à construire ? Le problème n’était pas seulement stratégique, mais aussi politique. Face à la meilleure efficacité des engins de deuxième génération, à propulsion solide, les experts savaient bien que la miniaturisation des charges nucléaires serait longue et périlleuse – alors qu’elle n’était pas nécessaire en cas des lanceurs à propulsion liquide63.

  • 64 Pierre Messmer, De Gaulle’s Defense Policy and the United States front 1958 to 1969, in R. Paxton, (...)

47Bien que l’idée de la force de frappe eût présidé à la quasi-totalité des études conduites tant au Comité des chefs d’état-major que dans les directions techniques des trois armes dès 1956, ce ne fut qu’en 1960 qu’un vrai programme de crédits pour la force de frappe, échelonnés sur la longue durée, fut décidé. La première « loi de programme relative à certains équipements militaires » fut déposée le 18 juillet 1960 et approuvée, après un débat parlementaire assez vif, à la fin de l’année. Les équipements militaires auxquels elle faisait référence étaient la réalisation d’une bombe thermonucléaire et d’un stock de bombes atomiques de moyenne puissance (3 983 millions de francs), le Mirage IV (plus d’un milliard de francs), les engins spéciaux (770 millions de francs) et la mise en chantier d’un sous-marin nucléaire (250 millions de francs). Si la réalisation du sous-marin était prévue à moyen terme, les autres actions furent poussées aussi vite que possible64.

  • 65 P. Usunier, « Les vecteurs... », article cité, p. 181.

48Les Études balistiques de base (EBB) furent amorcées : faute de moyens, on ne travaillait pas sur un prototype, mais sur des projets visant à développer « certaines techniques en vraie grandeur », à acquérir les compétences nécessaires dans les domaines de base : l’aérodynamique, le guidage, la propulsion et la rentrée du cône65.

  • 66 Jacques Villain, « La place de la France dans l’Europe spatiale. De Véronique à Diamant », L’Aérona (...)

49C’est ainsi que prit forme la série des « pierres précieuses », berceau de Diamant, le premier lanceur de satellites français, né de la proposition faite par la SEREB, à la fin de 1960, de « réaliser, au prix d’un supplément modeste aux travaux engagés pour les véhicules expérimentaux SSBS, un engin porte-satellite permettant de placer dans des conditions de précision convenables une masse de 50 kg sur une orbite autour de la Terre de périgée 300 km ». Le biétage inférieur de Diamant A, en effet, était constitué par le véhicule d’essai 231 Saphir, conçu pour les EBB66.

  • 67 Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), secrétariat général (1945-68). Entretiens et m (...)

50D’un point de vue politique, de Gaulle commença alors à esquisser son idée d’une confédération politique européenne, enracinée dans le couple France-Allemagne, mais nullement destinée à exclure la Grande-Bretagne. Pendant l’été 1960, de Gaulle en parla avec son ami Adenauer, évoquant « une organisation européenne qui dise quelque chose aux peuples et dans laquelle ces derniers se sentent responsables de leur propre défense ». « Tel n’est pas le cas de l’OTAN, ajoutait de Gaulle, qui, chaque jour, devient plus artificiel67. »

  • 68 Nicolas Vichney, « L’Europe va-t-elle faire son entrée dans l’Espace ? », Le Monde, 2 novembre 1960 (...)
  • 69 Documents diplomatiques français, 1960, tome II, Conversation entre le premier ministre et M. Thorn (...)

51C’est alors qu’à la suite de la décision anglaise d’abandonner le programme national Blue Streak, intervint à l’automne 1960 la proposition du ministre de l’Aviation britannique Peter Thorneycroft à Pierre Guillaumat, Pierre Messmer et Michel Debré de construire ensemble un lanceur civil européen68. Thorneycroft promit au Premier ministre de montrer aux Français « le maximum de ce qui les intéresse », mais insista, en premier lieu, sur l’attrait symbolique et l’avantage politique de cette entreprise, indépendante des États-Unis et de l’Union soviétique69.

  • 70 L’idée anglaise de nuclear trusteeship oscilla toujours entre deux extrêmes : celui, soft, d’une co (...)
  • 71 En clôture, résumant les points discutés, le général serait retourné sur la question : « l’éventual (...)

52L’offre, conçue dans le cadre d’un vaste projet de rapprochement de la Grande-Bretagne de l’Europe et de création d’une trusteeship nucléaire franco-britannique pour l’Europe, ouvrait la porte à des perspectives nouvelles pour la France70. Encore une fois, le scénario français des recherches sur les missiles fut au centre des discussions internationales, poursuivies, dans une ambiguïté extrême, jusqu’en décembre 1962 quand, à Rambouillet, de Gaulle aurait dit à son hôte Macmillan : « Sans doute devra-t-on réfléchir aux possibilités de faire quelque chose de franco-britannique, par exemple dans le domaine des fusées71. » Le moment était bien choisi. Macmillan, après l’arrêt du projet américain de missile air-terre Skybolt, qui aurait dû garantir une efficacité de frappe aux bombardiers britanniques de la série V, était à la recherche d’une porte de sortie et, dans le même temps, il attendait de De Gaulle une confirmation de ses espérances pour sa demande d’entrée dans le Marché commun, avancée dès juillet 1961.

  • 72 Lorenza Sebesta, Alleati competitivi. Origini e sviluppo della cooperazione spaziale fra Europa e S (...)
  • 73 « President Kennedy’s personal intervention that prevented British Prime Minister Macmillan from be (...)
  • 74 Il faut noter que, pendant la crise, les consultations de Kennedy avec Macmillan et David Ormsby-Go (...)

53L’acceptation de l’offre américaine des Polaris à la suite de la rencontre anglo-américaine de Nassau et l’indécision montrée par les Britanniques vis-à-vis des rapports anglo-français en matière de missiles mirent fin à l’autonomie de la dissuasion anglaise et aux rêves d’une troisième force nucléaire européenne72. Il est difficile d’évaluer quel élément poussa Macmillan vers cette décision tourmentée. Kennedy empêcha-t-il « une coopération [anglo-française] sur les missiles déjà planifiée », comme le pense celui qui était alors le responsable de la Défense française73 ? Ou bien fut-ce la crise de Cuba qui fit comprendre à Macmillan la réalité de la guerre froide en tant que schéma « avec moi ou contre moi », qui ne permettait pas d’envisager une troisième force nucléaire74 ?

54Ce fut en tout cas à ce moment que les SSBS français devinrent la soudure entre la première et la deuxième phase de la force de frappe nationale.

Notes

1 En anglais, on distingue, parmi les missiles balistiques stratégiques, trois catégories : les Intermédiate Range Ballistic Missiles (IRBM) (1 500 – 3 300 milles maritimes), les Medium Range Ballistic Missiles (MRBM), d’un rayon plus court (600- 1 800 milles maritimes), et les Intercontinental Ballistic Missiles (ICMB), d’un rayon supérieur. Les rayons des deux premiers se superposent, ce qui explique qu’on parle souvent d’IRBM ou MRBM pour le même vecteur. Selon la classification en vigueur en 1956 en France, à côté des armes tactiques de court rayon (inférieur à 500 km), on ne distinguait que deux catégories de missiles stratégiques : les vecteurs à moyen rayon d’action (de 500 à 1 000 km) et ceux à long rayon d’action (de 1 000 à 3 000 km). Les SSBS, dont le rayon d’action était prévu, au début des années 1960, entre 3 000 et 3 500 km, étaient donc considérés comme des armes de long rayon en France et des IRBM (ou bien, juste à la limite, des MRBM) aux États-Unis : voir Service historique de l’armée de l’Air (désormais SHAA), E 4413, le général d’armée aérienne Bailly, chef d’état-major de l’armée de l’Air à M. le général d’armée, chef d’état-major général des forces armées, « Matériels possibles pour l’armée de l’Air pendant la période 1960-1965 », 27 juillet 1956.

2 Michael Armcost, The Politics of Weapons Innovations. The Thor-Jupiter Controversy, New York, Columbia University Press, 1969 ; Edmund Beard, Developing the ICBM. A Study in Bureaucratie Politics, New York, Columbia University Press. 1976 ; Donald Mackenzie, Inventing Accuracy : a Historical Sociology of Nuclear Missile Guidance, Cambridge, MIT Press, 1990.

3 Béatrice FAILLÈS, « Non-prolifération et coopération nucléaire de la France : les débuts de la Ve République », in Maurice Vaïsse (dir.), Armement et Ve République, fin des années 1950 – fin des années 1960, Paris, CNRS éditions, 2002, p. 305-317 ; Lorenza Sebesta, « Les rapports franco-américains dans le domaine des vecteurs au début des années 1960 », ibid., p. 347-373.

4 Voir les interventions de Roger Chevalier, Pierre Usunier et Pierre Soufflet à la table ronde organisée en 1995 par le Centre d’études d’histoire de la Défense à l’ Aéro-Club de France. Maurice Vaïsse (dir.), L’Essor de la politique spatiale française dans le contexte international, 1958-1964, Amsterdam, Éditions des archives contemporaines, 1997, p. 60-61. Voir aussi Pierre Usunier, « Les vecteurs sol-sol balistiques stratégiques », in L’Arme nucléaire et ses vecteurs : stratégies, armes et parades, Paris, CHAE/IHCC, 1989, p. 183.

5 Service historique de l’armée de l’Air, Des armes secrètes allemandes aux fusées américaines. Répertoire numérique détaillé du fonds Hautefeuille (1927-1997), Paris, 2000 (merci à M. Hautefeuille de m’avoir fait connaître ce répertoire) ; Olivier Huwart, « L’organisme français de récupération en Allemagne après-guerre : une filière méconnue de transfert technologique ? », in CEHD, La IVe République face aux problèmes d’armement, Paris, ADDIM, 1998, p. 513-533 ; Jacques Villain, « L’apport des scientifiques allemands aux programmes de recherche relatifs aux fusées et aux avions à réaction à partir de 1945 », in CEHD, La France face aux problèmes d’armement, 1945-1950, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 63-73.

6 Georges Mercier, « La mise en place et le devéloppement de la deuxième génération des forces nucléaires stratégiques », in L’Arme nucléaire et ses vecteurs, op. cit., p. 194 [par « deuxième génération », l’auteur désigne les SSBS],

7 Olivier Huwart, « Du V 2 à Véronique, les premières recherches spatiales militaires françaises », Revue historique des Armées, n° 3, 1997.

8 Jacques Villain, « 1946-1958 : l’émergence de l’industrie française des missiles tactiques », in CEHD, La IVe République..., op. cit., p. 562.

9 SHAA, E 2752, procès-verbal du Comité de défense nationale du 24 avril 1952.

10 Voir, par exemple, le rapport de 1946 cité par Arnaud Teyssier. Roland Hautefeuille, « Recherche scientifique et politique militaire en France (1945-1958) », Revue historique des années, juin 1989, n° 175, p. 121.

11 Bernard Chantebout, L’Organisation générale de la défense nationale en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Librairie générale de droit et jurisprudence, 1967, p. 380.

12 Jean Doise, Maurice Vaïsse, Diplomatie et outil militaire, 1871-1969, Paris, Imprimerie nationale, 1987, p. 433-475.

13 Henry Kissinger, Nuclear Weapons and Foreign Policy, New York, Harper and Brothers. 1957, pp. 291-297.

14 Général Chassin, « Réflexions sur la stratégie de l’OTAN », Forces aériennes françaises, XI, décembre 1956, p. 1128.

15 Georges-Henri Soutou, « La politique nucléaire de Pierre Mendès France », in Maurice Vaïsse (dir.), La France et l’atome. Études d’histoire nucléaire, Bruxelles, Bruylant, 1994, p. 83-100, spécialement p. 93-97.

16 SHAA, E 1773, Comité de défense, partie B. question IV, « Demandes américaines concernant les armes atomiques », 23 mars 1957 [il s’agit d’un historique des entrevues entre États-Unis et France depuis le début des annéees 1950]. En ce qui concerne les armes tactiques, il faut pourtant noter la signature, en 1961, d’un accord relatif à l’emploi des Honest John par les forces françaises en Allemagne, que certains ont interpretée comme base des relations nucléaires franco-américaines pour les années suivantes ; Béatrice Faillès, article cité, et Richard Ullmann, « The Covert French Connection », Foreign Policy, n° 75, Summer 1989. p. 3-33, spécialement p. 15. Voir à ce propos les remarques pertinentes de Maurice Vaïsse, La Grandeur. Politique étrangère du général de Gaulle, 1958-1969, Paris, Fayard, 1998, note 85, p. 132.

17 SHAA, E 4274, le colonel Jean Bloch, de l’état-major particulier du secrétaire d’État à la Défense et aux Forces armées à Monsieur le général de corps aérien, chef d’état-major général des forces armées Air, « Rapport concernant les engins spéciaux », 15 avril 1955. Sur la question d’attribution d’emploi, voir Lorenza Sebesta, « L’espace : un nouveau terrain de jeux. Débats doctrinaux et contraintes géopolitiques ». in CEHD. La IVe République, op. cit., p. 543-557.

18 Pierre Usunier, ibid., p. 511.

19 A. Teyssier, R. Hautefeuille, article cité. p. 111-122, spécialement p. 120-121.

20 Les savants, selon la reconstruction proposée par Teyssier et Hautefeuille, étaient au début liés au Centre d’études des projectiles auto-propulsés (CEPA) et les ingénieurs à la DEFA (ibid., p. 117-122).

21 Très pertinente semble, à ce propos, la citation d’une note de février 1957 du ministre de la Défense nationale, Maurice Bourgès-Maunoury, donnée ibid., p. 121-122. Voir aussi Jacques Villain, article cité. p. 571-572. Sur les difficultés d’harmonisation, voir aussi SHAA. E 4424, lettre de Jean Blancard (délégué ministériel pour l’armée de l’Air) à M. le ministre des Armées, « Liaisons des problèmes civils et militaires dans le domaines des missiles et des engins spatiaux », 4 février 1960.

22 SHAA, E 1773, général d’armée aérienne Bailly, chef d’état-major de l’armée de l’Air, 12 décembre 1955. Voir aussi Béatrice Faillès, article cité.

23 Discours du secrétaire d’État à l’Air, Diomède Catroux (9 octobre 1954), cité par le lieutenant-colonel Lecerf, « Pour une doctrine militaire », Forces aériennes françaises, XI, février 1956, p. 184. Voir aussi Patrick Façon, « Le général Bailly, chef d’état-major de l’armée de l’Air ou l’impossible équilibre ». Revue historique des armées, septembre 1993, p. 52-63, spécialement p. 61-62.

24 Georges Mercier, article cité, p. 194.

25 La lettre continuait ainsi : « Je vous prie de bien vouloir : prévoir sur vos crédits d’études d’engins spéciaux un crédit d’environ 24 millions [...] ; faire mettre vos services techniques en rapport avec Guérin en vue de coopérer, sous sa haute direction, aux programmes des essais envisagés. Les résultats des essais effectués seront communiqués aux divers services techniques en vue de faciliter les études entreprises au sujet des engins à longue portée », SHAA, E 2844, lettre du général Lavaud (ministère de la Défense nationale) au trois secrétaires d’État des Forces armées, 12 avril 1956. L’Année géophysique internationale (AGI) fut un programme original de coopération à l’échelle mondiale, fondé sur la coordination d’une série d’expériences scientifiques sur la haute atmosphère et la géophysique. Le Spoutnik soviétique fut lancé dans le contexte des ces expériences, qui se déroulèrent de 1957 à 1958. Rip Bulkeley, The Sputnik Crisis and Early United States Space Policy. A Critique of the Historiography of Space, Houndmills, Macmillan, 1991.

26 SHAA, E 1773, Comité de défense nationale, 14 février 1957.

27 Roger Rhenter, « Implications de la politique de défense dans les domaines de l’industrie aéronautique et de l’Espace », in Institut Charles de Gaulle, De Gaulle en son siècle, t. IV : La Sécurité et l’indépendance de la France, Paris, Plon, 1992, p. 160. « As for the delivery System », écrit Andrew Pierre, « in 1956 is was decided to build Mirage IV tactical aircraft that could be modified to have a nuclear capability, and to commence research on a strategic ballistic missile. The govemment of Félix Gaillard made the actual decision to proceed with a nuclear force as such in 1957, and in April 1958, shortly before the end of the Fourth Republic, a 1960 target date was set for the first atomic test » ; Andrew Pierre, Conflicting Vision : Defense, Nuclear Weapons, and Arms Control in the Franco-American Relationship During the de Gaulle Era, in Robert Paxton, Nicholas Wahl, De Gaulle and the United States. A Centennial Reappraisal, Oxford, Berg, 1994, p. 280.

28 Pierre Usunier, « Rapport introductif sur les missiles en France de 1945 à 1958. Remarque sur “l’état des lieux” en 1945 », in CEHD, La IVe République..., op. cit., p. 511.

29 Chantebout ajoute : « Au début existaient quelques rivalités entre Crépin et Lavaud. mais travaillant tous deux dans la même optique, ils trouveront un terrain d’entente, Crépin suivant surtout la question des missiles, et Lavaud les affaires nucléaires » ; Bernard Chantebout, « Rapport introductif », ibid., p. 70. Voir aussi Jacques Villain, article cité, p. 572.

30 Public Record Office (désormais PRO), AVIA 65/42, « Extract from record of discussion between Bourgès-Maunoury and Sandys », 14 February 1957, Secret.

31 PRO, AVIA, 65/42, « Co-operation with Western European Union in defense research and development », Annex to RDB/P(57) 71, 12 September 1957, Secret ; voir aussi Mervyn O’ Driscoll, « “Les Anglo-Saxons”, F-I-G and the rival conceptions of “advanced” armaments research and development co-operation in Western Europe, 1956-1958 », Review of European integration history, 1998, p. 112-117.

32 Le programme anglais Blue Streak était né des accords signés en 1954 par Duncan Sandys, Minister of Supply britannique, et Charles Wilson, Secretary of Defense américain. Blue Streak fut développé grâce à une série de licences américaines reçues par des firmes anglaises : Rolls-Royce de la part de la North American Aviation pour la construction du moteur S 3, développé aux États-Unis pour les Thor et Jupiter, puis anglicisé en RZ 2 ; De Havilland Propellors de la part de la Convair pour la structure, qui ressemblait celle de l’Atlas. La société anglaise Sperry Gyroscope, qui avait obtenu le contrat pour la construction du système de guidage inertiel, essaya de fabriquer, sur la base de sa tradition aéronautique, un gyroscope national, faute de quoi elle se tourna ensuite vers l’entreprise américaine Kearfott, adaptant ses gyroscopes aux exigences du Blue Streak ; John Krige, « What is military technology ? Two Cases of US-European Scientific and Technological Collaboration in the 1950s », in Francis H. Heller, John R. Gillingham (eds.), The United States and the Integration of Europe. Legacies of the Postwar Era, New York, St Martin’s Press, 1996, p. 307-338, spécialement p. 325 ; C. N. Hill, A Vertical Empire. The History of the UK Rocket and Space Programme, 1950-1971, London, Impérial College Press, 2000, p. 69-91.

33 Nuclear History Project, Washington (désormais NAS), Nuclear Arms and Politics in the Missile Age, 1955-1968, doc. 105, « Memorandum for Elbrick (Eur) to Douglas MacArthus (Department of State, the Counselor), on Talk between Robertson and Hoover », 5 October 1956 ; Martin Navias.Nuclear Weapons and British Strategic Planning, 1955-1958, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 121-123 ; C. N. Hill, op. cit., p. 76-77.

34 Les discussions pour formaliser l’installation de Thor en Grande-Bretagne se poursuivirent jusqu’en 1958, quand, à la suite de négociations parfois dures, les Britanniques réussirent à obtenir le contrôle opérationnel des missiles ; M. Navias, op. cit., p. 147 et p. 214-219 ; Jan Melissen, « The Politics of US Missile Deployment in Britain, 1955-1959 », Storia delle relazioni internazionali, A. XIII, 1998, n° 1.

35 C. N. Hill, op. cit., p. 94.

36 NAS. Nuclear Arms and Politics in the Missile Age, 1955-1968. doc. 17, « Development of Long-Range Guided Missiles, 1945-1959 ».

37 Les missiles tactiques avaient été demandés dès février 1957 ; FRUS, 1955-1957, vol. XXVII, Draft Memorandum for the record of a Meeting, Paris, 11 July 1957, « Summary of Conversation with general Ély in Paris, France », by Admiral Radford, p. 133-137. En 1959, la France constitua un bataillon doté des missiles sol-air Nike, destiné à la defense anti-aérienne avancée en Allemagne ; Claude d’Abzac-Épezy, « Avions ou missile ? L’armée de l’Air face au développement des “engins spéciaux” après 1945 », Revue historique des armées, mars 1990, p. 94-101, en particulier p. 99.

38 Les premières analyses historiques sur ce point furent publiées dans le numéro spécial de la Revue d’histoire diplomatique (n° 1-2, décembre 1990) par Eckart Conze, Leopoldo Nuti et Colette Barbier. Le texte du protocole se trouve dans Documents diplomatiques français, 1957, tome 2, Paris, Imprimerie nationale, 1991 : « Protocole entre le ministre de la Défense nationale et des Forces armées de la République française, le ministre de la Défense de la République fédérale allemande, le ministre de la Défense de la République italienne », 28 novembre 1957, doc. 380, p. 762-763 ; pour une mise à jour et une bibliographie sur le sujet, voir Leopoldo Nuti, « The F-I-G- story revisited ». Storia delle relazioni intemazionali, A. XIII, 1998, n° 1, p. 69-100.

39 FRUS 1955-1957, vol. XXVII, NSC 5721/1, US Policy on France, 19 October 1957, p. 189 et 192.

40 SHAA, E 1773, Extrait du compte rendu de la séance du Comité de défense, 6 février 1958. L’Atomic Energy Act (la « loi MacMahon ») avait pratiquement interdit, à partir de 1946, tout échange d’informations techniques en matière nucléaire avec des pays tiers. La modification de 1958, qui faisait suite à un premier changement introduit en 1954 (qui n’avait apporté, en réalité, que de modestes résultats pratiques), avait été suggérée par Eisenhower à la suite d’une entrevue avec Macmillan, après le lancement du Spoutnik. Entrée en vigueur après un long débat au Congrès, la loi prévoyait une dérogation à la sévérité des dispositions originelles pour les pays ayant fait preuve de « substantial knowledge » dans le domaine nucléaire, un terme dont la signification était laissée à la discrétion des autorités américaines. La modification semblait contredire la politique de non-prolifération américaine, puisqu’elle poussait indirectement les pays à acquérir des connaissances en matière nucléaire afin de pouvoir jouir des aides américaines ; J. Baylis, Anglo-American Defence Relations, 1939-1984, op. cit., p. 71 ; Robert Watson, History of the Office of the Secretary of Defense, vol. IV. Into the Missile Age, 1956-1960, Washington DC, Historical Office, Office of the Secretary of Defense, 1997, p. 506-507. Sur les contradictions de la révision, voir George Ball, The Discipline of Power. Essentials of a Modem World Structure, Boston-Toronto, Little, Brown and Co., 1968, p. 98-99.

41 SHAA, E 1773, Comité de défense, Fiche relative à la question I (politique militaire à long terme et plan quadriennal, 1959-1962), 6 février 1958.

42 « We are of course not proposing warheads », s’ empressaient-ils d’ajouter ; PRO, DEFE 7/264. Wheeler (Under Secretary, Ministry of Defence) to Pendlebury (British Joint Service Mission, Washginton DC), 17 February 1958, Secret.

43 PRO, AVIA 65/707, Note of the 6th Meeting of the Anglo-French Steering Committee, 19 March 1958 ; voir aussi PRO, DEFE 7/264, Cary to Wheeler, 24 January 1958.

44 PRO, DEFE 7/264, Note of discussion with general Crépin, by L.G.W. [Wheeler], 30 April 1958. Pour la visite de Crépin aux États-Unis, voir B. Faillès, article cité.

45 SHAA, E 1773, Extrait des décisions de la réunion de défense nationale. 17 juin 1958. À l’origine de la décision de garder une autonomie dans le domaine atomique, il y avait probablement le souci de garantir que la France, comme l’avaient fait comprendre les responsables politiques américains, puisse faire partie des bénéficiaires de la révision de la loi Mac-Mahon en cas d’explosion d’une bombe nucléaire française. Ministère des Affaires étrangères, Secrétariat général, 1945-1965, Entretiens et messages, vol. 10, Réunion de Gaulle, Eisenhower, Macmillan, Debré, 20 décembre 1959. Voir aussi Maurice Vaïsse. La Grandeur..., op. cit., p. 131. Contrairement aux attentes françaises, la révision ne conduisit pourtant à aucun assouplissement de la part des Américains.

46 SHAA, E 4424, lettre de Jean Blancard (délégué ministériel pour l’armée de l’Air) à M. le ministre des Armées, « Liaisons des problèmes civils et militaires dans le domaine des missiles et des engins spatiaux », 4 février 1960.

47 Dominique Pestre, « Innovation technique, fonctionnement des institutions et politique : créer la DMA et concevoir les missiles de la force de frappe française », in Maurice Vaïsse (dir.), Armement et Ve République, op. cit., p. 5-12 ; B. Faillès, art. cit. ; Charles Cristofini, Un Aquitain, artisan de la création de l’industrie balistique et spatiale bordelaise, Bordeaux, coll. « Documents », 2000, p. 23.

48 « Les constructeurs français de missiles », Entreprise, 21 octobre 1961, p. 31. Voir aussi SHAA, E 4424, lettre précitée de Jean Blancard.

49 L’embryon de la SEREB fut, selon Cristofini (op. cit., p. 23), « un petit groupe de travail, animé par Colombani et Dorléac, [qui] discutait dès juillet 1959 avec une mission de Boeing pour faire un engin balistique avec l’assistance de cette société américaine. Nous étions arrivés à signer un contrat de coopération, et Boeing en était très satisfait ». Il n’est pas sans intérêt de noter qu’avant d’avoir la responsabilité de la SEREB, Cristofini avait travaillé à l’UEO.

50 Voir aussi B. Faillès, article cité.

51 SHAA, E 1773, extrait des décisions de la réunion de défense nationale du 17 juin 1958.

52 SHAA, E 1777, Comité de défense restreint, 11 mars 1960, Annexe I, Fiche de présentation sur la force de frappe nationale établie par l’état-major général des armées.

53 A. Pierre, article cité. p. 281.

54 Le premier vecteur de l’arme nucléaire, le bombardier supersonique Mirage IV, sélectionné dès 1957, fit l’objet d’un programme prioritaire en mars 1959 ; Roger Rhenter, « Implications de la politique de défense dans les domaines de l’industrie aéronautique et de l’Espace », in Institut Charles de Gaulle, De Gaulle en son siècle, T. IV : La Sécurité et l’indépendance de la France, Paris, Plon, 1992, p. 160-163.

55 SHAA. E 1774, Note de Guillaumat à Debré, Annexe I du document 1 409 (refonte de l’Alliance atlantique), sans date (mais avant le 31 janvier 1959).

56 Sur les attitudes parfois ridicules des administrateurs américains face à la nécessité de mettre fin au projet de fabrication conjointe, voir R. Watson, op. cit., p. 548.

57 « Nous étions arrivés à signer un contrat de coopération, et Boeing en était très satisfait [...]. Et puis, le ministre de la Défense américain, en septembre 1959, a changé d’avis. Il a refusé de ratifier le contrat. Et pourtant de Gaulle l’avait accepté. Si les Américains avaient signé on aurait probablement fait un engin balistique OTAN, et non pas un engin balistique français », C. Cristofini, op. cit., p. 23.

58 Plus tard dans la même année, huit pays décidèrent la fabrication en commun des missiles air-air Sidewinder ; R. Watson, op. cit., p. 524 ; voir aussi J. Villain, article cité, p. 573. En France, le choix avait été fait par Crépin après sa visite aux États-Unis. « C’est au retour de cette mission », raconte Maurice Brunet, qu’« on arrête l’étude de l’engin que Matra poursuivait avec des crédits de la DTIA, et qui est déjà bien avancé, et on limite la production du PARCA, étudié par la DEFA, à une courte série expérimentale : le missile des armées sera le Hawk » ; Maurice Brunet, « Le général Crépin, inspecteur général des programmes et fabrications des forces armées », in CEHD, La IVe République..., op. cit., p. 105 ; voir aussi B. Faillès, article cité.

59 SHAA, E 1777, Comité de défense restreint, Extraits des décisions, 11 mars 1960, et Annexe I, Fiche de présentation sur la force de frappe nationale, établie par l’état-major général des armées.

60 Intervention de R. Chevalier, in M. Vaïsse (dir.), L’Essor..., op. cit., p. 60.

61 La décision fut confirmée par de Gaulle en avril 1960 ; Georges-Henri Soutou, L’Alliance incertaine, op. cit., p. 134. SHAA, E 1777, Comité de défense restreint, Extraits des décisions, 11 mars 1960 : on y parle de la confirmation des décisions prises lors du conseil du 13 mars 1959. Mercier donne des estimations différentes : l’objectif fixé en mai 1960, dit-il, est de « mettre en service en 1968 un système d’arme SSBS d’une portée de 3 500 km avec une tête nucléaire d’un poids de 1 500 kg » ; G. Mercier, article cité, p. 195.

62 « Sur le plan tecnique », déclara le général, « la France ne dispose pas d’un acquis considérable, et pour utiliser au mieux les crédits nécessaires prévus, il a été convenu de poursuivre une politique de développement continu afin d’acquérir progressivement les techniques qui nous font défaut et de mettre au point une succession d’engins d’essais d’une portée croissante. Dans le domaine de la propulsion, les études commencent sur des propulseurs à poudre : des résultats intéressants ont été déjà obtenus. Dans le domaine de la propulsion à liquide, les études se poursuivent : le laboratoire de Vernon a développé un propulseur à liquide qui n’est pas encore très énergétique mais les études s’orientent maintenant vers des liquides exothermiques afin de permettre la réalisation d’engins spatiaux militaires de performances intéressantes tout en conservant un poids raisonnable. De même dans le domaine du guidage, la France a démarré des études à partir d’une technique US à laquelle nous avons eu récemment accès. » SHAA, E 4418, procès-verbal des 17e et 18e sessions du Comité des recherches spatiales, 24 mai et 12 juillet 1960, Annexe I, déclaration du représentant de l’armée de l’Air au Comité des recherches spatiales, 24 mai 1960. De Pins fut ensuite nommé président du sous-comité Engins du Comité des recherches spatiales : SHAA E 4418, réunion du Comité des recherches spatiales, 22 septembre 1960.

63 C’est probablement dans ce contexte que naît l’idée de fabriquer un « engin politique », à réaliser le plus tôt possible, exploitant les études sur la propulsion liquide développés à Vemon ; B. Faillès, article cité.

64 Pierre Messmer, De Gaulle’s Defense Policy and the United States front 1958 to 1969, in R. Paxton, N. Wahl, op. cit., p. 352-353.

65 P. Usunier, « Les vecteurs... », article cité, p. 181.

66 Jacques Villain, « La place de la France dans l’Europe spatiale. De Véronique à Diamant », L’Aéronautique et l’Astronautique, 1991, n° 146, p. 56.

67 Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), secrétariat général (1945-68). Entretiens et messages, vol. 12, Entretien en tête-à-tête du général de Gaulle et du chancellier Adenauer, Rambouillet, 29 juillet 1960.

68 Nicolas Vichney, « L’Europe va-t-elle faire son entrée dans l’Espace ? », Le Monde, 2 novembre 1960. Dave Wright travaille actuellement à une thèse de doctorat à l’université de Manchester sur la question de l’annulation de Blue Streak.

69 Documents diplomatiques français, 1960, tome II, Conversation entre le premier ministre et M. Thorneycroft, 29 octobre 1960, doc. n° 192, p. 548.

70 L’idée anglaise de nuclear trusteeship oscilla toujours entre deux extrêmes : celui, soft, d’une collaboration sur le targeting des forces atomiques nationales et celui, hard, d’une force européenne autonome, avec une possible fabrication en commun des fusées, mais dont les détails opérationnels ne furent jamais discutés ; Constantine Pagedas, Anglo-American Strategie Relations and the French Problem, 1960-1963. A Troubled Partnership, London, Frank Cass, 2000, p. 95-120.

71 En clôture, résumant les points discutés, le général serait retourné sur la question : « l’éventualité d’une construction en commun, par la France et la Grande-Bretagne, des moyens de transporter des bombes, fusées etc., a été évoquée », rappellent les comptes rendus français. Documents diplomatiques français, 1962, t. 2, Comptes rendus. Entretiens entre le général de Gaulle et Macmillan à Rambouillet (15-16 décembre 1962), doc. n° 200, p. 545 et p. 550. De Roziers, le secrétaire général de la présidence de la République qui, avec de Zulueta du côté anglais, fut le seul à assister à la majorité des entretiens, se dit convaincu que de Gaulle n’écartait pas l’idée (qu’il attribue à Macmillan) d’une collaboration franco-britannique « en vue de faciliter, par exemple dans le domaine des fusées, la mise sur pied des forces nucléaires nationales des deux pays » ; Étienne Burin de Roziers, Retour aux sources. 1962, l’année décisive, Paris, Plon. 1986, p. 154.

72 Lorenza Sebesta, Alleati competitivi. Origini e sviluppo della cooperazione spaziale fra Europa e Stati Uniti, 1957-1973, Roma-Bari, Laterza, 2003.

73 « President Kennedy’s personal intervention that prevented British Prime Minister Macmillan from beginning an already planned cooperation on rockets » ; Pierre Messmer, « De Gaulle’s Defense Policy and the United States from 1958 to 1969 », in R. Paxton and N. Wahl, op. cit., p. 354.

74 Il faut noter que, pendant la crise, les consultations de Kennedy avec Macmillan et David Ormsby-Gore (son vieil ami, alors ambassadeur britannique aux États-Unis) avaient probablement conduit le vieux Premier ministre à imaginer une reprise possibile de l’amitié anglo-américaine d’antan ; pour les consultations, voir Diane Kunz, « Cold War Dollar Diplomacy : The Other Side of Containment », in Diane Kunz (ed.), The Diplomacy of the Crucial Decade. American Foreign Relations During the 1960s, New York, Columbia University, 1994, p. 87.

Auteur

Lorenza Sebesta, Professeur Jean-Monnet ad personam en histoire de l’intégration européenne à l’université de Bologne est spécialiste des questions de défense européenne et de coopération spatiale entre Europe et États-Unis après la Deuxième Guerre mondiale. Elle a publié dernièrement : A History of the European Space Agency, The story of ESA, 1973-1987, Noordwijk, ESA, 2000 (avec John Krige et Arturo Russo) ; « Les rapports franco-américains dans le domaine des vecteurs au début des années 1960 », in Maurice Vaïsse (dir.), Armement et Ve République, Paris, CNRS éditions, 2002 ; Alleati competitive Origini e sviluppo della cooperazione spaziale fra Europa e Stati Uniti, 1957-1973, Roma-Bari, Laterza, 2003.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search