Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Science, technique et armement dans l’histoire

La culture technocratique des armes savantes

Bruno Belhoste

Texte intégral

1En utilisant le qualitificatif « technocratique » pour désigner la culture des armes savantes aux xviiie et xixe siècles, j’ai bien conscience de faire ce que certains jugeront un anachronisme. Le mot « technocratie », forgé aux États-Unis à la fin des années 1910, a été introduit en France dans l’entre-deux-guerres et il ne s’y est véritablement imposé, dans le langage politique et dans le langage courant, qu’au cours des années 1960. Il qualifie aujourd’hui le pouvoir exercé par de hauts fonctionnaires sortis des grandes écoles, principalement polytechniciens et énarques. Si les historiens du xxe siècle l’utilisent couramment aujourd’hui, il est plus rare de le voir employer pour des périodes plus anciennes. Pourtant, certains l’ont fait, comme Ted Porter et Ken Aider, en parlant des grands corps techniques du xviiie et du xixe siècle, et je pense qu’ils ont raison. Ce que l’on appelle aujourd’hui en France la « technocratie d’État » trouve en effet son origine dans l’organisation des armes savantes du xviiie siècle et dans les services publics du xixe siècle. Je dois dire que je préfère réserver l’expression de « technocratie » pour désigner la fraction de l’administration qui recrute ses cadres à l’École polytechnique à partir de la Révolution, mais, comme il est bien clair que cette technocratie du xixe siècle est elle-même l’héritière structurale des armes savantes du xviiie siècle, on peut, sans inconvénient je pense, parler aussi à leur propos de technocratie avant la Révolution.

2Si, dans le cas français, l’utilisation pour des périodes assez anciennes du terme « technocratie » peut ainsi se justifier par la continuité historique entre certaines administrations du xviiie siècle et la technocratie d’aujourd’hui, elle a aussi l’avantage d’indiquer certaines caractéristiques propres à cette fraction de l’univers bureaucratique. La première est évidemment qu’il s’agit d’administrations techniques. La deuxième que je retiendrai est moins évidente. Elle porte sur le rôle attribué aux connaissances scientifiques pour légitimer leurs compétences. La troisième, enfin, est de nature sociale. Elle met l’accent sur l’aspect élitiste de ces administrations, qui aspirent à jouer un rôle dirigeant au-delà des limites de leur domaine d’activité technique. Cela paraît suffisant pour définir une culture spécifique, que je qualifie ici de culture technocratique, dont les armes savantes sont partie prenante.

3 Il me reste à préciser justement quelle est la place des armes savantes dans la technocratie. Par « armes savantes », j’entends ici le génie militaire, les artilleries de Terre et de Marine et le génie maritime. Elles constituent ce qu’on appelle au début du xixe siècle les services publics militaires. Ces services recrutent la totalité ou la majorité de leurs officiers à l’École polytechnique, au même titre que les services civils comme les Mines ou les Ponts et Chaussées. En ce sens, les armes savantes sont bien alors la fraction militaire de la technocratie. Au xviiie siècle, il n’y a pas encore de recrutement commun des cadres techniques de l’État à l’École polytechnique, et le recrutement comme l’organisation des armes savantes sont très différents de ceux des administrations civiles comme les Ponts et Chaussées. C’est la raison pour laquelle, comme je l’ai dit, l’utilisation du terme « technocratie » me semble moins pertinente pour cette période. Mais, s’il est vrai que les administrations techniques civiles gardent un fonctionnement assez archaïque jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, les armes savantes ont déjà acquis les traits d’une sorte de proto-technocratie.

Les bases de la culture technocratique : sélection et formation des officiers des armes savantes

4Il faut chercher, je pense, les bases de la culture technocratique dans le système qui assure la reproduction de l’appareil technocratique. Je vais considérer pour cela le mode de sélection et de formation des officiers des armes savantes. On peut dégager à ce propos trois traits essentiels : la sélection au mérite, la formation dans des écoles et l’importance accordée aux sciences théoriques, en particulier aux mathématiques. Cela est vrai pour le xixe siècle, où les cadres des armes savantes sont recrutés à l’École polytechnique, mais aussi, comme on va le voir, pour la période antérieure à la Révolution.

5Je vais commencer par la sélection au mérite. J’entends par là le recrutement sur la base d’un examen. Au tout début, on trouve l’examen d’admission institué par Vauban pour les fortifications. « On doit examiner publiquement et à diverses reprises les jeunes gens qui veulent s’introduire dans les fortifications pour y être employés comme ingénieurs », écrit Vauban dans le Directeur des fortifications, publié en 1685, et il lui arrive effectivement d’interroger lui-même les postulants. Dans la première moitié du xviiie siècle, la règle de l’examen est appliquée de manière très souple. Les réformes entreprises par le comte d’Argenson, ministre de la Guerre et nouveau directeur général des fortifications entre 1743 et 1748, transforment profondément le rôle de l’examinateur. Le favoritisme disparaît et l’examen gagne en rigueur et régularité. Il porte sur le contenu du cours de mathématiques publié par l’examinateur. Pour la préparation à cette épreuve, des maîtres de mathématiques, indépendants ou attachés à des pensions privées et des collèges publics, proposent leurs services aux aspirants. C’est ainsi que se met en place progressivement, dans la seconde moitié du siècle, une sorte de filière préparatoire à l’examen du génie.

6Cet exemple est imité par les autres armes savantes. L’artillerie institue des examens en 1756, à la suite de sa fusion éphémère avec le génie. Un examen d’admission portant sur les mathématiques a lieu tous les six mois à La Fère, puis à Bapaume, où est établie l’École des élèves de l’artillerie. Un second examen, à la sortie de l’école, ouvre aux élèves l’accès au corps. Après la suppression de l’école de Bapaume en 1772 et son remplacement en 1779 par sept écoles régimentaires, l’examen d’admission des élèves est organisé une fois par an à Metz ou à La Fère. Quant à l’examen donnant accès au corps, il est désormais ouvert non seulement aux élèves de l’artillerie, mais également à ceux de l’École royale militaire de Paris. C’est ainsi que Napoléon Bonaparte est reçu directement lieutenant d’artillerie en 1785. La Marine aussi s’aligne peu à peu et au moins pour partie sur le modèle du génie, avec la création en 1764 d’un poste d’examinateur de la Marine. En 1786, un examen est institué également pour l’admission à l’École des ingénieurs-constructeurs de vaisseaux.

7Les systèmes de mérite qui se mettent ainsi en place dans les corps techniques de l’armée et de la Marine au cours du xviiie siècle sont donc tous conçus sur un modèle identique, celui du génie, dont s’inspira plus tard également la méritocratie polytechnicienne. Les examens portent principalement sur les mathématiques et les examinateurs sont tous des savants de l’Académie des sciences. C’est ainsi qu’à la veille de la Révolution, Bossut est examinateur du corps du génie, Laplace examinateur des corps de l’artillerie et des ingénieurs-constructeurs de vaisseaux, Monge examinateur du corps de la Marine. Après la Révolution, ce système de mérite est intégré dans le système polytechnicien qui s’organise : concours à l’entrée de l’École polytechnique, assuré par des examinateurs d’admission, examens de sortie, établissant le classement pour le passage dans les services publics, assurés par des examinateurs qui sont les héritiers directs des anciens examinateurs des armes savantes. Dans ce système, il faut dire que les armes savantes sont en position d’infériorité : à la sortie de l’École polytechnique, les élèves les mieux classés choisissent en effet de préférence les services civils. L’artillerie de Terre et de Marine recrute parmi les derniers.

8Considérons maintenant la formation. Celle des hommes de l’art s’est depuis toujours effectuée sur le tas, au contact du maître, des outils, des matières premières. Les « arts mécaniques » ignorent la culture scolaire, apanage des clercs et des professions libérales. Même les ingénieurs et les architectes, au profil plus intellectuel, n’échappent pas au règne de l’apprentissage. L’apparition des écoles spéciales apparaît donc comme une innovation assez radicale. Mais ce changement ne s’est pas réalisé d’un coup. Les formations de type scolaire ne s’introduisent que peu à peu dans les armes savantes, entre la fin du xviie et le milieu du xviiie siècle. À la veille de la Révolution, le modèle de l’école spéciale est d’ailleurs loin de régner partout et l’École du génie de Mézières, dans sa relative perfection, apparaît encore comme un cas d’exception. En général, les formations dans les corps à talents restent mixtes, alliant dans des proportions diverses un enseignement de type scolaire à des formes d’apprentissage plus traditionnelles. La réussite de l’École du génie exerce cependant une influence déterminante sur la formation des officiers des autres armes savantes. Surtout, Mézières est pour une large part à l’origine de l’École polytechnique, fondée en 1794 par un de ses anciens professeurs, Gaspard Monge.

9Mais avant de dire quelques mots de la formation polytechnicienne, je voudrais attirer l’attention sur un point essentiel concernant les armes savantes du xviiie siècle, qui a été rarement perçu par les historiens. Sous l’Ancien Régime, les systèmes de mérite et les écoles spéciales n’ont pour objectif ni la « démocratisation » des armes savantes, ni même leur « professionnalisation ». La mise en place de méritocraties au cours du xviiie siècle a en fait coïncidé avec le recul du recrutement roturier dans ces corps à talents. On a généralement expliqué ce recul, avec juste raison, par leur militarisation. Il faut savoir en effet que, pendant longtemps, les techniciens de l’artillerie, du génie et du génie maritime n’étaient pas des militaires. Il est clair, en particulier, que l’exclusivisme nobiliaire dans les dernières décennies de l’Ancien Régime résulte directement de la politique de la monarchie en faveur de la noblesse militaire. Mais le recrutement sur examen et la scolarisation de la formation ont eux aussi visé à attirer les enfants de la noblesse vers des carrières techniques traditionnellement réservées aux roturiers. La logique de cette politique n’est donc en rien celle d’une « démocratisation ». Ce n’est pas davantage une logique de « professionnalisation ». Certes, le contrôle du recrutement et de la formation est un élément de la politique de rationalisation engagée dès le xviie siècle par le pouvoir royal pour améliorer l’outil militaire, au même titre que le renouvellement des matériels et des doctrines de guerre et que la fonctionnarisation des carrières. Mais des considérations d’un autre ordre sont intervenues, plus déterminantes au moins dans un premier temps.

10L’objectif fondamental des réformateurs, à commencer par Vauban, était en effet d’élever dans la hiérarchie des rangs les hommes de l’art entrés au service du roi, en transformant en corps d’État ce qui n’était au départ que des corps de métiers. En rompant avec la formule de la cooptation et de l’apprentissage, dans un cadre souvent familial, pour confier le recrutement et la formation à l’institution, et en mettant l’accent sur les mérites personnels et les connaissances théoriques des futurs techniciens, séparés de leur milieu d’origine, les promoteurs des examens et de la scolarisation ont réalisé consciemment les conditions d’un changement de recrutement. Les anciennes corporations, issues du chantier et de l’atelier, se sont ainsi métamorphosées progressivement en armes savantes recrutant sur concours au sortir du collège les rejetons du second ordre et de la meilleure bourgeoisie. En somme, loin de freiner l’exclusivisme nobiliaire, les systèmes de mérite, au même titre que la militarisation, ont favorisé l’« ennoblissement » des corps, en ouvrant aux bien-nés les carrières techniques sans les faire déroger.

11La Révolution a changé profondément le sens de cette politique – puisque les armes savantes sont dorénavant ouvertes à tous les citoyens selon leurs mérites –, tout en maintenant pour l’essentiel le système mis en place sous l’Ancien Régime et en l’étendant même aux services civils, en particulier aux Ponts et Chaussées. Telle est finalement la signification de la création de l’École polytechnique et du système de recrutement et de formation qui s’organise autour de cette école, et que j’appelle le système polytechnicien. Mais, comme on le verra, les armes savantes ont conservé au xixe siècle l’idéal élitiste d’une aristocratie de techniciens.

Les armes savantes et les sciences

12Comme on le sait, l’École polytechnique a été créée par des savants et elle est restée, même après sa militarisation par Napoléon, largement dominée par eux. Les professeurs de sciences qui y enseignent, en particulier en mathématiques, comptent parmi les plus grands scientifiques de leur temps. L’enseignement qu’ils y donnent a même été, dans certains cas. l’occasion d’effectuer de véritables progrès et des découvertes scientifiques importantes. Ce rôle des savants à l’École polytechnique apparaît en fait comme l’un des aspects les plus spectaculaires d’une alliance entre le monde savant et l’univers technocratique qui domine en France, dans le domaine des sciences exactes, jusqu’aux années 1870. C’est là, bien évidemment, un fait fondamental à prendre en compte pour étudier la communauté savante en France à cette époque.

13Au xviiie siècle, celle-ci était dominée par l’Académie des sciences, autour de laquelle elle s’organisait. Depuis la fin du xviie siècle, en particulier, les académies européennes ont patronné, avec le soutien des administrations concernées, un programme international de mathématisation des savoirs techniques, principalement dans l’art naval, la fortification et la balistique. Aux mathématiciens comme Huygens, les Bernoulli, Euler, Lagrange, Monge, pour ne citer que les plus illustres, se sont ajoutés en France, après 1750, des « ingénieurs-savants » comme Borda et Coulomb, membres à la fois de l’Académie et des armes savantes. Mais, s’il existe ainsi un commerce ancien et durable entre mathématiciens d’un côté, ingénieurs et administrateurs de l’autre, il serait exagéré d’attribuer aux bureaucraties de l’ Ancien Régime la fonction d’univers de référence pour les sciences physicomathématiques, l’Académie conservant le contrôle de ce sous-champ disciplinaire. À partir de la Révolution, en revanche, la technocratie devient, indépendamment de l’institution académique, le principal univers de référence pour les disciplines mathématisées, en particulier dans le cadre du système polytechnicien, mais aussi, plus largement, comme je l’indiquerai plus loin, dans celui des services publics, civils et militaires. Cela se traduit en particulier par la prépondérance des ingénieurs dans le développement de ces sciences.

14Pour la technocratie, il est bien clair que les sciences, en particulier les mathématiques, sont utilisées comme un outil de légitimation. Dans le nouveau cadre juridique garantissant la liberté d’entreprendre qui est mis en place pendant la Révolution et l’ Empire, les services publics prétendent encore régenter les arts et métiers en reprenant à leur profit, sous prétexte d’une supériorité scientifique, l’ancienne tradition d’intervention colbertiste. Il est entendu en effet que l’administration doit veiller à l’intérêt général. La définition de cet intérêt général, en matière industrielle comme ailleurs, n’est cependant pas évidente. Elle exige d’adopter une position de neutralité qui soit elle-même fondée sur des principes supposés incontestables : la protection des individus, l’égalité des producteurs, la liberté des consommateurs, l’indépendance nationale, etc. Chez les agents de l’administration, la justification de l’interventionnisme repose, en dernière analyse, sur la conviction de détenir par fonction le monopole de la raison. La force de la technocratie, dans ce contexte idéologique, est justement de pouvoir donner un nom à cette raison d’État légitimant l’action bureaucratique dans le champ technique : ce sont les sciences, dont les applications pratiques seraient la base du progrès des arts. Les services publics cherchent ainsi non seulement à légitimer chacune de leurs interventions par une argumentation scientifique, mais aussi à augmenter le capital scientifique global sur lequel repose leur autorité d’experts. Il est clair également que tout acteur économique prétendant utiliser ce capital scientifique sans contrôle et à son seul profit constitue une menace pour le pouvoir technocratique. Faute de pouvoir l’interdire, celui-ci peut du moins fixer des règles de bon usage des sciences et s’ériger en tribunal d’expertise. Mais sa stratégie est surtout préventive : elle consiste à déprécier systématiquement, au nom de la théorie, les hommes de l’art qui prétendraient sortir du cercle étroit de la pratique. La fonction du système polytechnicien est ainsi de donner aux futurs technocrates, avec une formation théorique de haut niveau, un brevet de supériorité scientifique qui les place définitivement au-dessus du monde des praticiens.

Une culture d’administrateurs

15Les personnels d’encadrement de la plupart des services publics civils et militaires sont réunis en corps ayant chacun leur mode de recrutement, leur structure hiérarchique et leurs traditions de service. Une telle organisation statutaire n’est pas propre à ces administrations, puisqu’on la retrouve au xixe siècle dans d’autres parties de l’appareil d’État. Au nom de l’unité nationale, les révolutionnaires ont vainement tenté de briser tous ces corps d’État. Napoléon, au contraire, a renforcé les institutions intermédiaires, dans lesquelles il voyait des relais nécessaires à son pouvoir personnel. En développant les solidarités internes, le statut corporatif sépare en fait les personnels d’encadrement de leur environnement socio-professionnel et leur donne en même temps collectivement une marge d’autonomie importante par rapport au pouvoir d’État dont ils dépendent. C’est la base de l’esprit de corps, si développé dans les services publics, et en particulier dans les armes savantes.

16L’esprit de corps dans la technocratie prend une forme spécifique héritée des armes savantes de l’Ancien Régime : l’élitisme corporatif, qui vise principalement à séparer l’expertise des services d’État de l’univers des arts et métiers. Cette stratégie s’oppose en premier lieu aux hommes de l’art opérant dans le domaine technique où intervient chacun des services publics. Le souci de la distinction s’affirme également par rapport au personnel inférieur des services eux-mêmes, tels les gardes de l’artillerie et du génie ou les maîtres entretenus de la Marine, assimilés à des hommes de l’art, auxquels n’est accordée aucune possibilité effective de promotion dans les corps. L’élistime corporatif est aussi un moyen pour les experts d’affirmer leur indépendance à l’intérieur de l’appareil administratif. Dans le cas des armes savantes, il est clair que l’organisation en corps leur donne une très large autonomie par rapport à la hiérarchie militaire et, par là. un poids considérable dans la définition et la conduite des politiques militaires et navales. Mais une telle disposition politique ne va pas sans un goût prononcé pour l’ordre. Le fonctionnement des administrations techniques repose sur une organisation strictement hiérarchique et une intense activité réglementaire. Les carrières se déroulent dans un cadre ordinaire où les positions sont déterminées par des grades, chaque grade pouvant éventuellement être subdivisé en classes. Les promotions se font au choix par la direction centrale des services, éclairée par les rapports d’inspection joints au dossier de chaque fonctionnaire, la retraite en fin de carrière ouvrant droit à pension après le temps de service requis.

17L’esprit de corps repose lui-même pour l’essentiel sur le mode de recrutement et de formation. C’est la barrière du concours scolaire, considérée comme une garantie d’excellence, qui justifie en effet l’élitisme corporatif, tant vis-à-vis des personnels subalternes que vis-à-vis des acteurs intervenant dans leur domaine de compétence. La création de l’École polytechnique, en unifiant le recrutement et la formation des corps techniques, institue en outre, au sein même de l’appareil d’État, une séparation entre, d’un côté, des capacités recrutées au mérite par la voie scolaire et, de l’autre, en position longtemps dominante, des notables promus par le jeu des protections et des recommandations. L’élitisme corporatif, légitimé par le concours, prend ainsi au xixe siècle une dimension de plus en plus politique. Transformé en une idéologie démocratique du mérite, il pousse une fraction de la technocratie, y compris militaire, du côté du mouvement, en particulier pendant les grandes crises révolutionnaires de 1830 et 1848.

18Fondamentalement, pourtant, qu’ils soient civils ou militaires, les technocrates sont des hommes d’ordre. L’univers auquel ils appartiennent est un univers bureaucratique dont le fonctionnement repose sur le respect absolu de la discipline et de la réglementation. L’objectif est de réduire l’incertitude au maximum en transformant les agents en exécutants. L’ordre technocratique est en principe absolu. L’autorité du supérieur sur ses subordonnés a pour seule limite la réglementation, même s’il existe en fait pour ces derniers des possibilités de recours auprès d’un échelon plus élevé de la hiérarchie. L’ingénieur et l’officier en service commandent et sont commandés. Cette chaîne de commandement produit une masse continue de travaux écrits qui sont lus, notés et archivés : circulaires, instructions, demandes et plans dans le sens descendant ; rapports, devis et justificatifs dans le sens ascendant. Le fonctionnement du système exige une normalisation des procédures et des tâches sans laquelle le contrôle de l’exécution par la hiérarchie serait difficile. Peu de place est donc laissée à l’initiative sur le terrain, non seulement pour les personnels subalternes des services, mais aussi pour les entrepreneurs extérieurs. En revanche, ce mode de gestion autorise, et même encourage à l’intérieur du service, les activités intellectuelles de conception et d’enquête. Les projets doivent être argumentés pour être soumis aux directions et commissions centrales et le détail doit en être suffisamment développé pour permettre le contrôle de l’exécution. Quant aux enquêtes, elles représentent pour l’administration une source d’information indispensable pour la décision réglementaire et le choix des projets. L’organisation bureaucratique des services publics est ainsi un puissant facteur de rationalisation technico-administrative.

19C’est dans cette perspective également qu’il faut comprendre le rôle des sciences dans la formation des futurs technocrates. La formation initiatique, par apprentissage, des hommes de l’art est surtout une formation du corps. Elle repose sur l’idée commune que la connaissance pratique s’acquiert sur le tas par imitation : pour faire, il faut voir faire. L’éducation scientifique des technocrates, au contraire, est foncièrement intellectuelle et théorique. Elle suppose que la connaissance pratique s’acquiert par application – pour faire, il faut savoir faire – et que ce savoir préalable qui s’applique est un savoir général et abstrait. Elle développe le goût des analyses abstraites fondées sur l’analogie du calcul, qui sont bien adaptées à la gestion bureaucratique mais souvent de peu d’utilité dans la sphère technique. Pour les technocrates, la force d’une telle formation réside dans la capacité qu’elle procure à ramener les méthodes du raisonnement pratique aux méthodes du raisonnement scientifique, et plus particulièrement du raisonnement mathématique. Ceux qui contestent le pouvoir des technocrates au xixe siècle dans le milieu des hommes de l’art, mais aussi ceux, comme Le Verrier, qui veulent réformer leur formation, ne manquent pas, en revanche, de lui attribuer leur tendance abstraite et leur mépris pour les détails pratiques.

20C’est aussi en relation avec ces modes de rationalité bureaucratique qu’il faut considérer l’accumulation d’un capital scientifique au sein de la technocratie. Historiquement, il s’agit, une fois encore, d’un héritage des armes savantes, principalement du génie, où les sciences ont été cultivées tout au long du xviiiE siècle. Le système commun de recrutement et de formation mis en place pendant la Révolution a diffusé la culture scientifique dans l’ensemble de la technocratie. Si le rôle des sciences est évident dans la formation initiale des futurs officiers et ingénieurs, il s’étend à la pratique technico-administrative elle-même. L’adoption des normes techniques par les services est généralement fondée sur une expertise scientifique. Plus généralement, les services entreprennent un travail considérable d’expérimentation technico-scientifique pour évaluer et tabuler la puissance des machines, la résistance des matériaux, le frottement des voitures, l’effet des poudres et l’efficacité du tir, pour ne citer que quelques exemples. De nombreuses commissions d’expertise sont réunies à cet effet, par exemple, dans le domaine militaire, les deux commissions permanentes d’expériences du tir, l’une établie à Metz par l’artillerie de Terre en 1833 et l’autre établie à Gâvres par l’artillerie de Marine en 1834. Par ailleurs, des revues sont créées par les services pour accueillir les travaux de leurs ingénieurs et officiers : pour les armes savantes, citons le Mémorial du dépôt général de la guerre, créé en 1803, le Mémorial de l’officier du génie, créé également en 1803, le Mémorial de l’artillerie, créé en 1826, le Mémorial du génie maritime, créé en 1847, le Mémorial des poudres et salpêtres, en 1881. Enfin, chacun des grands corps abrite des « ingénieurs-savants » engagés dans une carrière scientifique et enseignant pour certains dans les écoles d’application du corps : citons, entre bien d’autres, Sadi Carnot et Poncelet pour le génie, Brianchon, Piobert et Morin pour l’artillerie, Charles Dupin pour le génie maritime.

21L’accumulation de ce capital scientifique par les corps procède elle-même de la conviction que l’expertise technique doit résulter de l’application des sciences théoriques au domaine pratique. C’est là une croyance qui s’oppose point par point aux conceptions dominantes dans l’univers des métiers, où les savoirs professionnels sont censés être directement tirés de l’expérience pratique. Ce rationalisme technocratique, qui s’est imposé en France dès le dernier tiers du xviiie siècle au sein des milieux éclairés liés à l’appareil d’État, constitue l’idéologie par excellence de la technocratie du xixe siècle, dont il justifie l’interventionnisme au nom du savoir scientifique. Au niveau de chaque service public, la théorisation des questions pratiques, spécialement sous une forme mathématisée, se traduit d’ailleurs davantage par une rationalisation de l’activité bureaucratique, reposant elle-même sur la quantification des besoins et des ressources, que par une transformation des procédés et des objets techniques en usage, les administrations s’avérant à cet égard plutôt conservatrices. Il n’empêche qu’en mobilisant ses capacités scientifiques, la technocratie a pu susciter en France – ou du moins favoriser – l’innovation technique, par exemple dans le domaine des moteurs thermiques et hydrauliques, dans celui de la sidérurgie et de la construction métallurgique ou encore dans celui des grands équipements publics.

Auteur

Professeur d’histoire des sciences et techniques à l’Université de Paris-X Nanterre depuis 2003, Bruno Belhoste était auparavant chargé de recherche au Service d’histoire de l’éducation. Agrégé d’histoire et docteur en histoire des sciences, il travaille sur les pratiques scientifiques en France entre 1750 et 1850, plus particulièrement dans le domaine des sciences exactes, notamment sur l’histoire des grandes écoles scientifiques et des instruments scientifiques. Principales publications : Cauchy, un mathématicien légitimiste au XIXe siècle, Paris, Belin, 1985 ; Les Sciences dans l’enseignement secondaire français, textes officiels (1789-1914), Paris, INRP et Economica, 1995 ; La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003 ; La Formation polytechnicienne, 1794-1994, Paris, Dunod, 1994 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec Amy Dahan-Dalmedico et Antoine Picon) ; Le Paris des polytechniciens. Des ingénieurs dans la ville, Paris, Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 1994 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec F. Masson et Antoine Picon) ; La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec Amy Dahan-Dalmedico, Dominique Pestre et Antoine Picon) ; Les Sciences au lycée. Un siècle de réformes des mathématiques et de la physique en France et à l’étranger, Paris, INRP et Vuibert, 1996 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec Hélène Gispert et Nicole Hulin) ; L’École d’application de l’artillerie et du génie de Metz (1802-1870). Enseignement et recherches, Ministère de la culture, Direction du patrimoine, Musée des plans-reliefs, 1996 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec Antoine Picon).

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search