Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Science, technique et armement dans l’histoire

Du modèle académique au modèle technocratique : l’État et l’invention en matière d’armement (1763-1830)

Patrice Bret

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce texte a été présentée en juillet 2000 au séminaire de Syros : « L’État, (...)

1Entre la dernière décennie du règne de Louis XV, après la guerre de Sept Ans, et le règne de Charles X, à la fin de la Restauration, la France met en place une pensée, des pratiques et des institutions de ce que l’on nommerait aujourd’hui « recherche-développement en matière d’armement »1.

2Ce processus peut être vu comme continu par-delà les changements de régime issus de la Révolution ; les événements politiques jouent pourtant un rôle considérable dans l’évolution du paysage institutionnel de l’invention et de la recherche. Deux faits majeurs marquent en effet la période : d’une part, bien sûr, la Révolution française, dans ses aspects politiques, économiques, sociaux et juridiques ; d’autre part la guerre, souci omniprésent pour les gouvernants, qu’ils l’aient faite, qu’ils la conduisent ou qu’ils la préparent. En effet, les guerres révolutionnaires et impériales – presque continuelles sur le territoire national ou à ses frontières et sur ses côtes, toujours sous la menace britannique, entre 1792 et 1815 – ne sont pas seules en cause : toutes proportions gardées et phénomène national mis à part, la guerre de Sept Ans (1756-1763), qui ouvre la période, a pesé presque aussi lourd dans les esprits que la défaite de 1870 à la fin du xixe siècle ; la guerre d’indépendance des Etats-Unis (1778-1783) en constitue la revanche contre l’Angleterre, mais son poids financier, terriblement lourd, participe au déclin de l’État monarchique ; enfin, dans des circonstances fort différentes, il ne faut pas omettre les expéditions de la Restauration, lieux d’expérimentation d’armes nouvelles, en Espagne (1823), en Morée (1828) et à Alger (1830).

3Quelle a été la place des militaires dans cette construction d’une nouvelle gestion de l’innovation, qui allait poser les fondements intellectuels, politiques et institutionnels de la recherche publique en France ? Pour simplifier et ne pas occulter le poids de la Révolution dans ce processus continu, nous distinguerons trois étapes chronologiques entre lesquelles ruptures et continuités font bon ménage : le modèle académique ou colbertiste de l’Ancien Régime, héritier d’une tradition séculaire ; le modèle révolutionnaire ou jacobin, qui commence vraiment sous la Convention girondine pour connaître son apogée sous la Convention montagnarde ; le modèle technocratique – dans lequel les militaires jouent le rôle principal – qui s’installe ensuite lentement du Directoire à la Restauration.

L’expertise académique et la rationalisation des armes savantes2

  • 2 Pour les références de cette partie, voir Patrice bret, L’État, l’année, la science..., op.cit., ch (...)
  • 3 Liliane Hilaire-Pérez, L’Invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000 ; Ph (...)

4Les linéaments et le fonctionnement d’une politique de l’invention technique sous l’Ancien Régime sont mieux connus depuis les travaux récents de Philippe Minard sur l’inspection des manufactures et de Liliane Hilaire-Pérez sur l’invention en France et en Angleterre – qui met l’accent sur la capacité d’innovation des artisans et sur la diversité de ses modalités – et ceux qui ont été entrepris autour de l’ Académie royale des sciences, notamment sur les prix et les commissions d’expertise3.

Une académie omnipotente menacée dans ses fonctions

5Une politique de l’invention oscille entre deux objectifs contradictoires : protéger l’invention (forme de politique de la propriété intellectuelle) ou la diffuser (forme de politique de développement économique). L’État colbertiste choisit de pousser à l’innovation, c’est-à-dire d’abord à diffuser, moyennant des gratifications, et exceptionnellement à protéger par un privilège exclusif, à condition qu’il y ait rapidement une réalisation concrète. Deux structures sont fondées sur ce principe de base.

6La première, d’ordre intellectuel, est l’Académie royale des sciences, fondée en 1666 et dotée d’un règlement en 1699. S’occupant non sèulement de sciences, mais également de techniques, elle constitue ainsi, pour Lavoisier, un « tribunal libre » qui garantit à la fois l’inventeur, l’entrepreneur et le consommateur. Les questions militaires y tiennent une place non négligeable et nombreux sont, tout au long du siècle, les académiciens ordinaires, honoraires ou associés libres d’origine militaire qui sont particulièrement intéressés par les questions d’armement, tels le lieutenant général d’artillerie Deschiens de Ressens, le chevalier d’Arcy, le marquis de Montalembert, les ingénieurs militaires Fourcroy de Ramecourt, Borda et Coulomb, etc. Pour décerner son approbation, nécessaire à l’obtention d’un privilège de fabrication, elle nomme pour chaque projet présenté une commission spéciale chargée d’en rendre compte à la compagnie savante par un rapport sur lequel celle-ci se prononce. Outre ce mode d’intervention par expertise, l’Académie est le lieu d’une politique d’orientation ou d’incitation à la recherche, par l’instauration de prix fondés par l’État ou par des particuliers. Lancée en 1714 par le prix Rouillé de Meslay, cette forme d’intervention se développe notamment dans les deux dernières décennies de l’institution.

7La seconde structure, d’ordre administratif et économique, est le Bureau du commerce, créé en 1722 auprès du Contrôle général des finances. Plus proche des milieux entrepreneuriaux et de la réalité de la production, le Bureau du commerce illustre par une vision plus libérale de l’économie les contradictions internes au système. À lui et aux intendants qui le relaient sur le terrain reviennent l’impulsion et la gestion de la politique de l’innovation, fort éloignée du colbertisme originel. À côté du corps des inspecteurs des manufactures, le Bureau du commerce dispose d’experts attitrés choisis au sein de l’Académie des sciences.

8Outre ces deux structures, le secrétaire d’État à la Guerre nomme également des commissions particulières qui font leurs propres épreuves sur les polygones des écoles régimentaires d’artillerie ou dans le laboratoire de la Régie des poudres, à l’Arsenal. Il innove même en chargeant Bossut, dans les années 1760, et Du Buat, vingt ans plus tard, de recherches expérimentales en hydraulique, tandis que Monge et Clouet font à l’École du génie de Mézières la synthèse de l’eau par l’étincelle électrique quelques jours avant Lavoisier et plus rigoureusement que lui. Ainsi naît une tradition de recherche qui intéresse parfois la communauté scientifique plus encore que l’armée. Dans ce cadre militaire, quoique de façon moins systématique, le recours aux académiciens constitue à nouveau une garantie : en 1781, par exemple, Lavoisier participe à l’examen de la poudre du sieur Elcan avec un de ses collègues de la Régie des poudres et deux officiers d’artillerie – le service producteur et le service consommateur étant ainsi associés à l’expertise.

Constitution d’un nouveau paysage : apparition des comités techniques permanents

9D’une façon ou d’une autre, le jugement académique reste la caution suprême. Mais le travail académique, développé depuis les années 1730, connaît dans les années 1770-1780 une telle croissance qu’il devient nécessaire d’opérer une réduction des questions relevant de la compétence de l’Académie et de réorganiser ses méthodes de travail.

10Une réduction artificielle du travail est obtenue par le refus systématique du charlatanisme et le renvoi de certaines questions à des sociétés spécialisées. Ainsi sont désormais rejetées sans examen les questions scientifiques et techniques insolubles ou incontrôlables, telles que la quadrature du cercle, le mouvement perpétuel ou les « secrets » de fabrication non dévoilés, tandis que d’autres sont renvoyées à de nouvelles instances d’expertise : la Société royale de médecine (1778) pour les « remèdes secrets » (médicaments, cosmétiques, etc.) et, de manière moins systématique, la Société d’agriculture de Paris (1761), promue au rang de société royale en 1788.

11Plus importante encore est la réorganisation du travail d’expertise. Elle consiste en un renforcement, une spécialisation et une pérennisation des commissions. D’une part, le nombre des commissaires augmente : alors que les commissions à deux membres dominent traditionnellement, celles de trois membres et plus passent de 13 % en 1764-1773 à 49 % en 1784-1793, tandis que les diverses classes (astronomie, chimie, anatomie, etc.) sont elles-mêmes parfois érigées en commissions d’expertise. D’autre part, à côté des commissions « spéciales » ordinaires, traditionnellement établies pour l’examen d’un projet unique, de grandes commissions permanentes apparaissent pour examiner désormais tous les projets relevant de questions d’intérêt public : hôpitaux, abattoirs, aérostats, etc. Dans le vocabulaire académique, elles prennent parfois le nom de comité. Cette continuité dans le travail, qui renforce de fait leur compétence, institue ainsi dans le système des structures plus opérationnelles que les structures organiques de l’Académie, même après la réforme de 1785, qui voit l’apparition de deux nouvelles « classes » au sein de la compagnie. Initiateur des grandes commissions et auteur de cette réforme, Lavoisier s’est également attaché, avec moins de succès, à rationaliser les procédures d’expertise, notamment par la normalisation du rapport des commissions et du jugement académique.

12Cette gestion collective des questions d’invention, qui puise sans doute aussi dans les pratiques du Bureau du commerce, rejoint une tendance de l’administration royale, dont témoigne l’existence éphémère du Comité de la guerre (1781-1784), du Conseil d’administration de la guerre (1787-1788), auprès du secrétariat d’État à la Guerre, ou du Conseil d’administration de l’agriculture ou Comité d’agriculture (1785-1787), auprès du Contrôle général des finances. La composition de ce dernier est significative de cette évolution : le noyau initial de cette institution ministérielle est exclusivement formé d’académiciens des sciences, autour de Lavoisier. Avec la Révolution, la monarchie constitutionnelle poursuit cette ligne de gestion collective des questions techniques, restructure en 1790 la direction technique des armes savantes en créant le Comité central des fortifications, mis sur pied dès 1791, et le Comité central d’artillerie, réellement établi en 1795 seulement.

Approche scientifique dans les questions techniques du domaine militaire

13Un autre phénomène majeur est l’approche scientifique qui prévaut de plus en plus dans la gestion de toutes les questions techniques. On peut considérer qu’il se manifeste principalement en trois formes de rationalisation qui touchent à la fois les aspects humains, matériels et fonctionnels du secteur technique de l’État.

  • 4 L’École royale de Marine au Havre (1773-1775), l’École royale des élèves à La Fère (1756-1766) puis (...)
  • 5 Voir l’article de Bruno Belhoste dans ce volume et son ouvrage La Formation d’une technocratie. L’É (...)

14La rationalisation des personnels chargés des questions techniques relevant de l’État se fonde sur un enseignement scolarisé à la fois théorique et pratique, phénomène bien connu des historiens, et sur des exigences croissantes de compétences, concrétisées par la reconnaissance du mérite par le biais du concours d’entrée. Amorcée dès le milieu du siècle avec les premières grandes écoles d’ingénieurs – celle des Ponts et Chaussées en 1747 et, surtout, celle du Génie en 1748 – cette forme de rationalisation est à nouveau développée avec plus ou moins de succès, dans le contexte de la guerre de Sept Ans, puis après l’indépendance des États-Unis, pour d’autres catégories d’ingénieurs ou de personnels dont le statut se rapproche du leur : c’est le cas entre 1760 et 1766 pour les constructeurs de vaisseaux, les géographes et les mines, définitivement pour les mines et les poudres en 1783. Sans épouser la même structure centralisée, malgré quelques tentatives vaines dans le troisième tiers du siècle4, les écoles d’artillerie et les différentes écoles de Marine (hydrographie, gardes de la Marine), dont l’origine remonte à la fin du xviie et au début du xviiie siècle, connaissent également, par l’usage des manuels et le système des examinateurs, une homogénéisation et une élévation du cursus scientifique, ainsi qu’une reconnaissance du talent5.

  • 6 Voir notamment Kenneth L. Alder, Engineering the Revolution : Arms and Enlightenment in France, 176 (...)

15La rationalisation des matériels doit d’abord s’inscrire dans la ligne des efforts d’uniformisation des rangs des navires et des calibres d’artillerie, accomplis entre 1715 et le début des années 1730, qu’illustrent le vaisseau de 74 canons et le système de Vallières. Mais, une nouvelle fois, la guerre de Sept Ans a été à l’origine des grandes réformes, qui ne trouvent leur application définitive que sous le règne de Louis XVI, tant pour l’armée royale, avec le nouveau système d’artillerie de Gribeauval et le fusil 1777, conçu sous son égide par Honoré Blanc, que pour la Marine royale, sous l’égide de Borda, avec les essais de standardisation des mâtures de Briqueville et les « plans-types » de navires de Sané. La volonté d’uniformisation, jointe à la recherche accrue de la précision et à l’utopie productiviste analytique, a donné lieu aux premiers essais en grand de pièces interchangeables6.

  • 7 Par des modes de formation adaptés et différents moyens d’incitation financière, la rationalisation (...)

16Enfin, moins lisible, parce qu’elle n’a pas directement donné naissance à des institutions ou des objets aisément identifiables, mais qu’elle les a seulement accompagnés dans l’ombre, la rationalisation des pratiques est sans doute plus importante encore. Composée d’éléments divers, touchant aussi bien aux modes de production (procédures de contrôle de qualité, etc.) qu’à la comptabilité, elle se caractérise principalement par le développement de véritables programmes de recherche-développement, à commencer par celui de l’artillerie de Gribeauval. La création de la Régie royale des poudres et salpêtres par Turgot en 1775 et l’appel à Lavoisier pour la codiriger présentent un exemple de l’approche scientifique et de la rationalisation d’un secteur entier, à la fois administratif et industriel. En quelques années, un secteur stratégique aux structures archaïques et aux pratiques empiriques se transforme en un secteur public moderne7 : les commissaires des poudres, qui formaient des dynasties de petits notables locaux, deviennent des fonctionnaires-savants auxquels s’ouvre une véritable perspective de carrière, des ingénieurs chimistes avant la lettre, qui se plaignent d’être militarisés et transférés de poste en poste à la manière des ingénieurs militaires. Munis d’une solide formation théorique et pratique uniforme au sein de leur corps, les commissaires des poudres deviennent interchangeables, comme le sont les membres des autres corps, ingénieurs, artilleurs ou marins, comme le deviennent aussi les diverses pièces d’un canon de campagne ou d’une platine de fusil. Le port d’un uniforme, qui leur est octroyé en 1787, consacre ce phénomène.

17De cette période de la fin de l’Ancien Régime, trois points forts doivent être retenus : l’intervention de l’État, dans la tradition colbertiste, l’émergence de structures d’examen collectives et spécialisées, nées au sein de l’Académie des sciences, et l’approche scientifique des problèmes conduisant à une rationalisation et des tentatives de standardisation. Toutefois, bien sûr, il faut se garder de voir là un mouvement uniforme et linéaire, doté d’une forte cohérence. Ainsi, Gribeauval et Lavoisier, deux des principaux artisans de cette modernité, s’opposent en 1781 sur la fabrication de la poudre : l’artilleur consommateur préfère s’en tenir aux textes réglementant la fabrication, datant de 1684, quand le savant fabricant a prouvé expérimentalement les faiblesses ou les vices des procédés en usage.

Le modèle révolutionnaire de « L’application des sciences à la guerre »8

  • 8 Pour les références de cette partie, voir Patrice Bret, L’État, l’armée, la science..., op. cit., c (...)

18La Révolution hérite de ce paysage en devenir, que l’inertie du système d’Ancien Régime pouvait difficilement laisser s’épanouir. Elle bénéficie aussi de sa propre dynamique (tous les champs du possible sont ouverts) et de l’urgence impérative (la guerre et la « patrie en danger »), qui pousse à l’innovation pour accélérer les procédés, fût-ce au détriment de la qualité réglementaire (procédés révolutionnaires). Mais elle agit dans une grande instabilité, avec peu de moyens.

19Consécration du mérite par excellence, l’initiative est désormais l’apanage des savants qui jouent un rôle primordial en investissant le politique, d’abord par conviction personnelle de la nécessité de réformer l’État et la société, puis comme recours pour le service de la patrie. Ils en profitent pour poser les bases d’une intégration de la science à la société.

La direction occulte des savants

20À une époque où il n’existe pas de politiciens par profession, il n’y a pas lieu de distinguer les savants qui font de la politique de leurs collègues d’autres origines professionnelles. Le mathématicien Monge, ministre de la Marine, les chimistes Guyton et Fourcroy ou les ingénieurs militaires Carnot (également mathématicien) et Prieur de la Côte-d’Or (également chimiste), membres du Comité de salut public, sont tous tout à la fois des savants et des politiques. Dans leurs fonctions politiques, ils utilisent d’ailleurs moins leurs compétences d’experts et leurs connaissances scientifiques qu’une approche scientifique des problèmes et leur connaissance des réseaux de savants et d’« artistes » pour mettre en place la fameuse « mobilisation des savants » de l’an II, qu’il convient de relire hors de tout discours idéologique pour y distinguer, à la manière des historiens de la Première Guerre mondiale, une auto-mobilisation ou mobilisation spontanée venue d’en bas et une mobilisation par le haut, organisée et imposée par le pouvoir. Dans les deux cas, il faut souligner la formidable mise en œuvre de ces réseaux scientifico-techniques, tel le réseau bourguignon de Guyton de Morveau. issu de l’Académie de Dijon, dont il était chancelier, du Club patriotique de Dijon, qu’il avait fondé en août 1789, et des Annales de chimie, jeune revue dont il était l’un des fondateurs groupés autour de Lavoisier pour la diffusion de la révolution chimique.

21Deux étapes liées à la situation politique nationale (Convention girondine puis montagnarde) et à la situation militaire (aggravation de la menace intérieure et extérieure durant l’été 1793) peuvent être distinguées.

22La première ne serait que l’ébauche imparfaite de la seconde, si elle n’était aussi de forte portée symbolique à l’origine de la mobilisation des savants : à ce seul titre, elle mérite bien d’être considérée comme primordiale. Le 9 avril 1793, en effet, sous la présidence de Guyton, la première décision de la première séance du Comité de salut public, créé trois jours plus tôt, est de former une « commission de quatre citoyens instruits en chimie et en mécanique, chargés spécialement de rechercher et d’éprouver les nouveaux moyens de défense ». Sont aussitôt nommés les chimistes Berthollet et Fourcroy, le mécanicien Perier (tous trois membres de l’Académie des sciences) et l’ingénieur militaire Lafitte-Clavé. Mais la tâche était certes trop grande pour une commission si faiblement constituée, dont tous les membres avaient d’autres occupations pour la défense nationale elle-même – à commencer par Lafitte-Clavé, aussitôt promu inspecteur général du Génie.

23Aussi, dans une seconde étape, cette commission presque mort-née donne-t-elle naissance à deux structures qui correspondent à ses deux fonctions distinctes : l’initiative et la recherche-développement. L’initiative et la gestion politique reviennent à la Section des armes du Comité de salut public, composée de savants groupés autour de Prieur de la Côte-d’Or. Elle prépare les arrêtés sur les questions d’armement, dont les minutes sont de la main de Guyton (quand Prieur est au Comité) ou de Prieur (quand Guyton est au Comité), de Berthollet, de Monge, etc. C’est l’organe de la mobilisation des savants, qui rédige les instructions techniques, élabore les procédés révolutionnaires, dispense les cours révolutionnaires, crée l’École polytechnique et les écoles d’application. Là s’organise la production et se prépare la politique de recherche à plus long terme. Quant à la seconde structure, bientôt établie à Meudon, elle s’attache à la direction et la gestion technique des programmes de recherche-développement : il s’agit en fait de donner un cadre institutionnel aux divers programmes lancés par le ministère de la Marine – avant même la création de la commission du 9 avril, qui n’eut qu’à les superviser – et par le Comité de salut public.

La recherche sous contrôle : Meudon et les premiers « laboratoires »

24L’automne 1793, au lendemain de la « levée en masse », marque en effet une étape décisive dans ce processus d’institutionnalisation de la recherche. En un mois, le Comité de salut public crée à Meudon, sous sa surveillance directe, deux établissements secrets, l’un pour les épreuves d’artillerie, l’autre pour les épreuves aérostatiques.

25Dans le premier sont développés les programmes de recherche-développement des boulets incendiaires et des boulets creux, de la poudre de muriate suroxygéné de potasse, et testées d’autres inventions, notamment des fusées de guerre et les boulets à bague. Le contrôle du Comité de salut public se renforce encore au printemps, lorsque la commission travaillant à Meudon est transformée en commissariat et que la fabrication des boulets incendiaires et creux pour la Marine commence. Si l’établissement disparaît au printemps 1796, le centre d’épreuves d’armes de Meudon est reconstitué en décembre 1797, quoique la commission ne soit plus alors qu’une sorte de commission d’expertise mixte. Au demeurant, ces changements de titre et de nature masquent une stabilité du personnel qui illustre une tendance à la pérennité de l’institution.

26Le centre d’épreuves aérostatiques, dont les premiers travaux permettent au printemps 1794 la mise en place opérationnelle de l’aérostation militaire, devient dès le mois de novembre suivant l’École nationale aérostatique. Là se poursuivent la recherche et la fabrication, qui connaissent leur apogée au printemps 1796. D’école technique élémentaire, l’École nationale aérostatique devient alors une école d’application de l’École polytechnique, dont le cursus est hé à l’École des géographes.

27À côté des deux centres de Meudon travaillent deux laboratoires nationaux et deux ateliers pilotes. Ces derniers sont créés au printemps 1794. L’un d’eux, l’Atelier de perfectionnement des armes portatives de la rue Marc, est d’ailleurs une sorte de laboratoire de recherche pour la production. Placé sous la surveillance directe de deux savants engagés, Hassenfratz et Vandermonde, et sous la direction technique de Mégnié le Jeune, il est chargé en mai 1794 de poursuivre la rationalisation des opérations techniques de la fabrication des fusils, initiée par Honoré Blanc à Saint-Étienne (1782) puis à Vincennes (1786), sous l’autorité de Gribeauval, pour obtenir des pièces interchangeables. Là sont élaborées de nouvelles procédures techniques pour la fabrication des platines de fusils (emploi de machines-outils, estampage de certaines pièces), dans le cadre d’une division du travail qui emprunte parfois à des pratiques artisanales (la serrurerie picarde). Mais au-delà de cette production, une véritable révolution des pratiques industrielles est en vue dans l’esprit des savants.

28Le second atelier, l’Atelier de précision de la grosse artillerie, rue de Lille, sous la surveillance de Jumelin et la direction de Mercklein, est moins directement novateur à l’origine, puisqu’il est simplement chargé de centraliser la fabrication des instruments de contrôle des calibres d’artillerie pour accroître la standardisation. Son travail futur est préparé par un Bureau du système métrique dirigé par le colonel Grobert, chargé de l’application du système de poids et mesures à l’artillerie.

  • 9 Patrice Bret, « Contrôle de qualité, expertise et recherche expérimentale à la fin du xviiie siècle (...)
  • 10 Patrice Bret, « Des essais de la Monnaie à la recherche et à la certification des métaux : un labor (...)

29Enfin, deux laboratoires nationaux se partagent la recherche concernant les poudres et les alliages destinés à l’artillerie. Le premier est créé de toutes pièces au siège de l’administration des armes, quai Voltaire, sous l’autorité de Guyton, qui le fait équiper en février 1794 non seulement des instruments et ustensiles nécessaires à un laboratoire de chimie, qui sont prélevés sur les cabinets des émigrés et condamnés, mais aussi d’instruments nouveaux de sa conception, tel le « pyrochrone », avec lequel il compare la vitesse d’inflammation de la poudre9. Le second n’est autre que la laboratoire des essais de l’Hôtel de la Monnaie, construit spécialement en 1776, où le ci-devant académicien Jean Darcet commence une série de travaux sur les bronzes d’artillerie que son fils poursuivit sous la Restauration10.

La veille technologique : les structures d’appel à invention

30À côté de cette recherche étroitement contrôlée par le pouvoir politique et scientifique, diverses institutions, spécifiques ou non, assurent une sorte de veille technologique et encouragent la démocratisation de l’invention.

31La première, qui ne se limite certes pas aux questions militaires, a été mise en place par l’Assemblée législative : il s’agit du Bureau de consultation des arts et métiers. Dans cette institution initialement conçue comme une structure démocratique de l’expertise, l’Académie des sciences parvient vite à retrouver son influence, non seulement en y obtenant la moitié des sièges, mais aussi parce que l’expertise du Bureau est principalement destinée à l’attribution de récompenses nationales. De fait, celui-ci forme autant un bureau d’assistance sociale aux inventeurs qu’un « tribunal » de l’invention à la manière de l’Académie. Mais en faisant appel à l’ensemble des inventeurs, invités à solliciter une récompense, il acquiert aussi une fonction patrimoniale et devient un réservoir d’idées – le versement des archives du Bureau de consultation au Conservatoire des arts et métiers est d’ailleurs symptomatique à cet égard.

  • 11 À ne pas confondre avec la Commission des armes et poudres créée en février 1794 et devenue en avri (...)

32De son côté, l’Administration centrale des armes s’adjoint une structure d’appel à invention spécialisée dans les inventions pour la guerre : d’abord la Commission des armes11, puis, en novembre 1793, le Jury des armes et inventions de guerre, qui distribue également de modiques récompenses aux inventeurs.

33Ainsi, la tradition colbertiste s’est fondue dans une nouvelle tradition jacobine, qui l’a développée en hiérarchisant le paysage de la recherche militaire : à une structure centrale (la commission du 9 avril, puis la Section des armes du Comité de salut public) reviennent la gestion de la recherche et la définition des grandes options, en étroite liaison avec le pouvoir central ; aux centres de recherche de Meudon, aux ateliers pilotes et aux laboratoires nationaux – qui, à la différence des commissions d’expertise traditionnelles, tendent à former des structures permanentes – revient le développement des programmes d’initiative étatique ; à des structures d’expertise plus ou moins spécialisées reviennent la gestion de l’invention (stimulation par des récompenses, comme naguère les prix des académies) et la veille technologique (filtrage et remontée des informations) ; enfin, cette dernière est aussi assurée par les nombreux relais politiques (sociétés populaires) et administratifs actifs durant la Révolution, qui diffusent en outre les instructions du Comité de salut public.

Les corps savants et la gestion technocratique 12 de la recherche

  • 12 Pour les références de cette partie, voir Patrice Bret, L’État, l’armée, la science..., op. cit., c (...)

34Une inflexion majeure se produit avec la Convention thermidorienne, surtout à partir du printemps 1795, qui marque la fin de l’effort de guerre révolutionnaire lancé en 1793. Cette inflexion s’accentue sous le Directoire, pour s’affirmer et se poursuivre à travers les régimes sous le Consulat, l’Empire et la Restauration : le primat du politique et scientifique, à son apogée sous la Convention montagnarde, s’efface désormais pour faire place d’abord à un contrôle bureaucratique au niveau ministériel – les ministères sont rétablis en novembre 1795 –, puis à une reprise en main technocratique par les corps savants, qui laisse néanmoins subsister une tension interne entre les bureaux ministériels et les corps et se développer une inertie au sein même des corps.

Le retour des corps savants

35À l’issue des guerres révolutionnaires et malgré les défections dues à l’émigration, les corps savants sont en effet mieux organisés et plus puissants que sous l’Ancien Régime.

  • 13 Patrice Bret, « Genèse et légitimation patrimoniale d’une invention : les archives de l’Artillerie (...)

36D’une part, ils sont dotés d’organes collégiaux de gestion et d’expertise avec les comités centraux, désormais consolidés par une certaine expérience et par la professionnalisation de l’armée. C’est notamment le cas du Comité central de l’artillerie, envisagé dès 1790, créé effectivement en 1795 et bientôt renforcé après un démarrage difficile. Avec les archives du Dépôt central de l’artillerie, qu’il supervise, il conserve la mémoire de l’ innovation13.

37D’autre part, les armes savantes se développent à partir du Directoire en profitant de l’affaiblissement du pouvoir politique, de la place accrue d’une armée professionnalisée qui pèse sur le politique et du renforcement de l’esprit de corps dans le moule de Polytechnique. La création de cette école permet de ne plus aller chercher les savants ailleurs que dans les corps savants. Et lorsqu’on le fait, ces savants eux-mêmes sont polytechniciens, tel Gay-Lussac, qui travaille avec l’artillerie et les poudres à partir de 1818.

38À la différence de ces organes des corps, nés de la Révolution mais bien intégrés à l’appareil militaire, les créations révolutionnaires trop marquées par le politique et le scientifique sont supprimées : l’Atelier de précision de la grosse artillerie en mars 1797 et l’établissement de Meudon en janvier 1800, au lendemain du 18 Brumaire, avec la Commission des épreuves d’armes. Ce dernier est abandonné au profit du parc de Vincennes, mieux contrôlé par l’artillerie. En revanche, parce qu’il correspond évidemment à un besoin nouveau, le premier est rétabli dès 1800, mais dans le cadre ordinaire de l’artillerie et sous son contrôle unique : le nouvel Atelier de précision devient le Bureau d’études de l’artillerie jusqu’au milieu du xxe siècle, donnant naissance au Laboratoire central de l’armement et à ses avatars ultérieurs, dans un contexte techno-scientifique et industriel fort différent. Ainsi, les corps ont désormais une totale maîtrise de leur recherche.

39Outre leur organisation centrale, les corps savants disposent aussi désormais d’une revue, qui remplace les traditionnels manuels normatifs tels que l’Aide-mémoire à l’usage des officiers d’artillerie rédigé par le général Gassendi (cinq éditions de la Révolution à 1819). Sous différentes appellations et avec une périodicité variable, cette revue devient l’organe essentiel, tant pour la cohésion sociologique et intellectuelle du corps que pour l’orientation et la diffusion de la recherche. A l’instar du Journal de l’École polytechnique, fondé en 1795, les corps de chacun des ministères créent leurs propres journaux : le Journal des mines dès 1794 (Annales des mines à partir de 1815) et les Annales des Ponts et Chaussées en 1831 pour les grands services civils de l’intérieur ; les Annales maritimes et coloniales en 1816 pour la Marine dans son ensemble, avant l’éclosion des journaux spécialisés de ses divers corps sous la monarchie de Juillet ; le Mémorial de l’officier du génie en 1820 (après une première parution en 1803- 1804), le Mémorial du Dépót général de la guerre en 1825 (rééditant et poursuivant le Mémorial topographique et militaire de 1802-1805) et le Mémorial de l’Artillerie en 1826, enfin, pour la Guerre.

40La publication de ce dernier journal – décidée par le ministre, le baron Damas, deux mois après la création du Mémorial du Dépót général de la guerre et de l’École centrale de pyrotechnie militaire – est caractéristique de la nouvelle politique de l’innovation. N’ayant rien d’un annuaire ni d’un aide-mémoire, le Mémorial de l’Artillerie, ou Recueil de mémoires, expériences, observations et procédés relatifs au service de l ’artillerie ; rédigé par les soins du Comité, avec l’approbation du ministre de la Guerre est ouvert aux recherches dans tous les domaines touchant à l’arme. À la différence des journaux créés antérieurement, le Mémorial de l’Artillerie est fondé à la fois pour la promotion des recherches effectuées par les officiers dans les établissements de l’artillerie et pour l’orientation et la diffusion de la recherche. En donnant suite à une décision ministérielle de mars 1819, prise sur proposition du général Valée mais restée sans exécution, le baron Damas crée aussi un prix annuel sous la forme d’un concours ouvert à tous les officiers et ordinairement doté de trois médailles d’or (une d’une valeur de 1 500 francs et deux de 1 000 francs). Les travaux couronnés sont destinés à être publiés dans le Mémorial s’ils ne risquent pas de « répandre des connaissances qu’il serait utile à l’État de tenir secrètes ».

41L’État reconnaît ainsi la pratique de la recherche au sein même d’un corps savant et l’encourage le plus largement possible, tout en privilégiant l’expérience et en manifestant une méfiance certaine vis-à-vis d’une recherche trop largement guidée par la théorie. Avec les comités centraux et les revues spécialisées, un nouveau modèle technocratique s’est mis en place pour gérer l’innovation technique.

Une phase transitoire marquée par la dualité civil-militaire

42Pour autant, le recours aux civils reste un complément indispensable et la période révolutionnaire et impériale est marquée par la dualité civil-militaire, soit dans la composition des commissions, soit dans la collaboration entre laboratoires.

43En effet, le modèle révolutionnaire des commissions mixtes n’est pas totalement abandonné. Napoléon Bonaparte, Premier consul puis Empereur, le restaure à l’occasion. C’est notamment le cas avec la Commission de perfectionnement des poudres (1802), dont les membres proviennent de cinq institutions scientifiques et techniques différentes, militaires ou civiles, avec la grande Commission de topographie (1802), représentant huit institutions, et surtout avec la Commission des fusées incendiaires (1810), dont les membres scientifiques – Monge, Berthollet, Guyton-Morveau – appartenaient en 1793 à la Commission des aérostats. La différence essentielle est qu’il ne s’agit plus ici de commissions pérennes, comme la Révolution les avait finalement établies, mais de commissions ayant un objet particulier et bien déterminé à résoudre : étudier le perfectionnement des poudres, définir les conventions de la cartographie française, établir les normes d’un système français de fusées de guerre. Parfois pourtant, notamment dans ce dernier cas, la tendance à la pérennité l’emporte finalement, avec la formation de plusieurs structures intermédiaires jusqu’à la création de l’École centrale de pyrotechnie militaire en 1824. Comme à Meudon quelques années plus tôt, la stabilité du personnel crée la pérennité de 1810 à 1824, par-delà la diversité des institutions : le capitaine Jacquier, qui travaille pour la commission de 1810, est placé à la tête de la compagnie d’artificiers créée à Bourges en 1815 et transférée à Toulouse en 1818 ; il est membre de la Commission des artifices créée dans cette ville cette année-là et rétablie à Metz en 1821, qui dispense déjà un enseignement pyrotechnique ; et son second, le capitaine Munier, devient sous-directeur de l’École de pyrotechnie en 1824.

44Les laboratoires, en revanche, sont des institutions permanentes. Sans parler des laboratoires de chimie de Polytechnique, mis en place à partir de 1795 – l’École, militarisée en 1804, est dotée d’une grande pile voltaïque quatre ans plus tard pour la recherche fondamentale –, plusieurs laboratoires participent à la recherche appliquée et à l’expertise pour le compte des autorités militaires. Si celui de l’Administration des armes a disparu avec cette institution révolutionnaire, le laboratoire des essais de la Monnaie collabore avec l’artillerie depuis cette époque : Jean Darcet puis son fils travaillent ainsi à la conception et l’expertise des alliages. En 1815, une grande expertise réclamée par la Commission des bouches à feu nécessite même la collaboration du laboratoire du Conservatoire des arts et métiers et d’un atelier privé parisien. Quelques années plus tard, Darcet fils et Gay-Lussac siègent dans cette commission avec des artilleurs. Sous l’Empire, Vauquelin travaille pour les Poudres au « laboratoire des recherches chimiques du Muséum d’histoire naturelle ». Mais sous la Restauration, à partir de 1818, les corps disposent désormais de leurs propres laboratoires : celui de l’Arsenal, où Gay-Lussac travaille pour les Poudres ; celui de l’École d’artillerie de la Garde à Vincennes, où travaille Brianchon ; ceux du Dépôt central de l’artillerie – l’un pour la chimie (devenu en 1886 le laboratoire de chimie de la Section technique de l’Artillerie), l’autre pour l’électricité – et des écoles régimentaires d’artillerie à Douai, Metz, Strasbourg et Toulouse. Avec les laboratoires d’essais, qui sont systématisés dans les installations industrielles (poudreries, raffineries, fonderies) pour le contrôle de qualité, c’est un ensemble, certes assez disparate, d’une vingtaine de laboratoires au moins qui existe dans les années 1820.

45La synthèse entre les formes mixtes provisoires et les formes pérennes est faite avec la création, également en 1818, du Comité consultatif des poudres et salpêtres, au lendemain du remplacement de la Régie des poudres par une direction générale rattachée à l’Artillerie. Au prix de quelques changements minimes de titre, cet organisme voit se succéder tout au long du siècle trois académiciens, qui y siègent avec des artilleurs de 1818 à 1907 : Gay-Lussac, Pélouze et Berthelot. Le recours révolutionnaire aux savants s’est ainsi institutionnalisé, particulièrement dans ce secteur des poudres, où la tradition de collaboration avec les savants est plus ancienne et plus forte qu’ailleurs : elle remonte à Lavoisier, en 1775, passant par Fourcroy en 1792 et Chaptal en 1794.

Le creuset messin : Metz, capitale de la recherche expérimentale militaire

46Une autre forme de synthèse s’opère à Metz. Avec trois écoles dépendant de l’artillerie et une académie locale, cette ville est devenue au xixe siècle le centre de la recherche dans le domaine militaire.

  • 14 Bruno Belhoste, Louis Lemaire, « J.-V. Poncelet, les ingénieurs militaires et les roues et les turb (...)

47La recherche messine est dominée par l’École d’application du génie et de l’artillerie et par la figure de Poncelet, officier du génie, nommé, en mai 1824, professeur du cours de mécanique appliquée aux machines qui commence effectivement l’année suivante. Il y amène Morin, officier d’artillerie, qui lui est adjoint en 1829 avant de lui succéder de 1835 à 1839. Á l’occasion de la réorganisation de l’arsenal de Metz, Poncelet aborde l’étude des roues hydrauliques, incurvant les aubes pour accroître le rendement des roues de courant. Le mémoire qu’il présente à l’Académie des sciences sur le sujet lui vaut le prix Montyon de mécanique en 1825. Soucieux de diffuser son invention, il en tire bientôt une Instruction pratique sur la manière de procéder à l’établissement des roues à aubes courbes. La référence à la tradition de recherche du corps du génie est explicite : le 21 juillet 1827, demande est faite de continuer les expériences réalisées soixante et quarante ans plus tôt à Mézières par Bossut et Dubuat sur l’écoulement de l’eau par un permis. La fonderie de Douai, équipée d’une machine à vapeur de 12 chevaux en 1825, devient le lieu d’expérimentation privilégié pour les recherches de Poncelet et Morin sur les rendements et la sécurité de ces machines, l’objet même des premiers travaux de ce dernier, couronnés par le prix du concours organisé sur le sujet par le Comité central d’artillerie, puis le prix Montyon de mécanique en 1838. Directement utiles pour les machines des différentes usines dépendant de l’artillerie, mais dépassant largement les seuls intérêts militaires, ces recherches intéressent l’industrie dans son ensemble14.

48Ce n’est pas le cas des recherches en balistique, qui concernent plus directement le corps. Elles conduisent à la création d’une commission permanente, la Commission des principes du tir, créée en 1833, dans laquelle s’illustrent Piobert et Didion et qui traverse la monarchie de Juillet.

49Plus encore que l’École d’application, dont la fonction première reste l’enseignement, l’École centrale de pyrotechnie militaire créée en 1824 représente fort bien la normalisation des formes de la recherche révolutionnaire et impériale. Appelée à jouer un rôle durable dans le domaine – à Metz jusqu’en 1870, puis à Bourges pendant un siècle (jusqu’en 1967) –, elle constitue l’aboutissement des tâtonnements révolutionnaires et du programme napoléonien sur les fusées de guerre, lancé en 1810. Théorique et pratique à l’image des écoles d’ingénieurs, elle est d’abord plus proche des écoles d’arts et métiers par le niveau de son recrutement. Le contenu de l’enseignement reste en effet élémentaire, mais l’aménagement de la partie théorique et la conception originale de la partie pratique permettent de répondre aux besoins de la formation des artificiers. L’École gagne ainsi peu à peu en importance, voire en prestige, et connaît un développement inattendu, au point d’attirer des officiers d’autres armes. La fonction de recherche devient essentielle : absente dans l’ordonnance fondatrice, elle est en bonne place dans le règlement et la pratique la renforce, au point que la recherche expérimentale est finalement considérée dès 1825 comme l’objectif principal de l’École par son directeur Cailly, selon lequel le « but que l’on s’est proposé en la créant [est de] se livrer uniquement au perfectionnement d’une branche de l’arme où il reste sans contredit bien des découvertes encore à faire ».

50Parallèlement, les officiers de l’École centrale de pyrotechnie militaire participent pleinement à la vie sociale et savante de la ville, aux côtés de leurs collègues professeurs de l’École régimentaire d’artillerie et de l’École d’application de l’artillerie et du génie. Ensemble, ils contribuent à la renaissance de l’Académie de Metz, participant à ses travaux et dispensant les cours industriels destinés aux ouvriers, fondés sous ses auspices à l’initiative de Bergery, professeur de mathématiques à l’École régimentaire d’artillerie. Metz devient ainsi un centre d’enseignement et d’édition majeur en matière de sciences appliquées et de techniques. Par cette heureuse configuration, Metz réussit là où Toulouse, avec sa seule école régimentaire, a échoué peu auparavant, malgré les travaux de Tardy et Piobert et ceux de la première Commission d’artifices en 1818-1819.

  • 15 Guillaume Piobert, Traité d’artillerie théorique et pratique, 1836 ; Jean-Victor Poncelet, Mémoire (...)

51Dans le sillage de l’École d’application, la place de Metz tout entière est donc devenue un complexe très original, tout à la fois ouvert sur l’industrie et le monde ouvrier et antichambre de deux académies : non seulement l’académie locale, un temps présidée par Poncelet et qui accueille encore Bergery, Munier, Woisard ou Bardin, mais aussi l’Académie des sciences, dont la section de mécanique accueille ensuite successivement Poncelet (1834), Piobert (1840), Morin (1843) et, comme correspondants seulement, Didion (1873) et Boileau (1875). Elle est le centre de la recherche théorique et expérimentale sur les poudres et explosifs, la balistique, la mécanique des fluides, les moteurs hydrauliques et à vapeur et toutes les questions de frottement15. Les besoins de l’expérimentation en font aussi un lieu d’élaboration de procédures expérimentales et de conception d’instruments de mesures adaptés : frein dynamométrique, chronomètres, dynamomètres, pendules balistiques, gravimètres, etc.

  • 16 Guillaume Piobert, Arthur Morin, Isidore Didion, Mémoire sur les lois de la résistance de l’air sur (...)

52Dans cette ville de province qui regroupe un grand nombre d’officiers des armes savantes et trois écoles tournées en partie vers la recherche, les liens entre ces hommes d’une même génération sont sans doute plus étroits qu’ils ne le seraient à Paris, assurant une synergie plus grande. Frères d’armes dans le génie et surtout dans l’artillerie, presque tous ont été formés à l’École polytechnique et cooptés au sein de l’Académie de Metz. Mieux, ils sont bien souvent d’origine messine (Poncelet, Paixhans, Boileau) ou du moins mosellane (Didion, Munier) – les Lyonnais Morin et Piobert font presque figure d’exception. Un tel cadre est particulièrement propice au développement de la pratique du travail collectif, au point que Piobert, Morin et Didion présentent en commun un Mémoire sur les lois de la résistance de l’air sur les projectiles au concours de mathématiques de l’Académie en 183816.

53Deux types de recherche expérimentale ou appliquée, opposés dans la pratique, voire dans les objectifs, se côtoient ainsi à Metz. Le premier type, développé autour de l’École d’application, consiste en une recherche largement extravertie, inscrite dans la tradition des recherches de Bossut, Dubuat, Borda ou d’Arcy (moteurs hydrauliques, frottements, balistique). L’expérience y est d’abord un élément nécessaire à la construction et surtout à la validation de la théorie. Les résultats, aussitôt réinvestis dans l’enseignement, font l’objet de mémoires abondamment diffusés au sein même des armes savantes, par le Mémorial de l’Artillerie, et en dehors d’elles. Plus que les enjeux de carrière militaire, pour laquelle la recherche semble être plus souvent un frein qu’un tremplin – au début du siècle au moins –, priment alors les enjeux de carrière scientifique et académique de ces ingénieurs savants. Malgré des procédures expérimentales bien établies, le second type, intéressant surtout l’École de pyrotechnie, correspond à une recherche plus empirique, bien souvent encore incapable d’appréhender les fondements scientifiques d’un objet physico-chimique complexe (comme la pyrotechnie). Ce défaut de bases théoriques donne à l’expérience un statut privilégié dans le développement opérationnel des inventions : il s’agit d’une recherche fermée, au caractère militaire plus prononcé. Sans réel enjeu scientifique, elle est principalement destinée au service de l’artillerie, tandis que la recherche sur les moteurs intéresse aussi l’industrie civile. Avec des retombées moindres sur l’enseignement, elle donne plus rarement lieu à publication, dans les Mémoires de l’Académie de Metz, à laquelle Munier présente en 1830 la première Théorie du mouvement du tir des fusées.

*
* *

54De même que les créations scolaires du xviiie siècle, de l’École des ponts et chaussées et de celle du génie à l’École polytechnique, ont durablement marqué le paysage de l’enseignement français par le système des grandes écoles, de même les créations d’établissements militaires, de l’Atelier de précision à l’École centrale de pyrotechnie militaire, ont durablement marqué le paysage de la recherche militaire française. Mieux, ces institutions ont été à l’origine de la recherche publique en France : les questions d’armement, matériel et munitions, ont tenu une place centrale et joué un rôle moteur dans le processus de structuration de l’intervention de l’État et de sa gestion de l’innovation.

  • 17 Le cas des fusées de Congreve en Angleterre et de Schumacher au Danemark est exemplaire à cet égard (...)

55Ainsi, prenant le relais d’un mouvement initié dans la sphère de l’État et les milieux scientifiques sous la monarchie et la Révolution, les militaires ont contribué, dès le début du xixe siècle, à dresser et à stabiliser le paysage institutionnel de la recherche militaire pour un siècle et demi. Alors qu’à l’étranger l’initiative reste principalement privée17, en France, durant la Révolution comme sous l’Empire et sous la Restauration, l’initiative revient au pouvoir qui met en place d’une part des commissions de recherche collective faisant appel aux savants puis aux polytechniciens, d’autre part des comités d’examen d’invention. Six caractères peuvent définir ce nouveau modèle adopté par les militaires :

  • l’initiative de l’État, de longue tradition colbertiste, renforcée par le « centralisme jacobin » ;
  • la rationalisation et la standardisation des procédés et des produits, fruits de la rencontre de l’esprit encyclopédique et de l’esprit analytique ;
  • la science garante de la technique, dans la tradition académique ;
  • le lien entre formation et recherche, concrétisé par l’installation de laboratoires dans les écoles, dans le cadre d’une nouvelle tradition polytechnicienne qui plonge ses racines dans l’École de Mézières et l’École des poudres ;
  • la recherche collective, issue du passage des commissions d’expertise académique aux équipes de recherche en laboratoire, nouvelle tradition savante refondée autour de Lavoisier sur la tradition avortée des origines de l’Académie des sciences ;
  • enfin, l’exploration de « nouveaux moyens de défense » hors du système dominant (aérostation, télégraphe). Ce dernier point est certainement celui envers lequel les militaires, tenants d’un certain conservatisme, ont été le plus réticents18.
  • 19 Notamment en Suède, en Pologne, en Russie, souvent par l’entremise de polytechniciens (comme Bazain (...)
  • 20 Patrice Bret, « La guerre des laboratoires : Poincaré, Le Chatelier et la Commission scientifique d (...)

56Ce modèle, qui essaime partiellement à l’étranger après Waterloo pour s’adapter aux situations nationales19, se pérennise et se renforce ensuite jusqu’à la Première Guerre mondiale. Pourtant, loin d’être un facteur de développement décisif à long terme, sa précocité et son organisation fermée sont sans doute à l’origine d’une évolution trop lente, marquée par une grande stabilité et une relative inefficacité de 1840 à 1870, puis par un renouveau à partir des années 1880, au lendemain de la défaite de 1870-1871. Des difficultés inhérentes au système entravent particulièrement le fonctionnement des instances de recherche : faute d’autonomie et de distinction suffisante des laboratoires de recherche, le poids de la hiérarchie et des expertises pour le service est un lourd handicap. Ce problème récurrent, soulevé par Poincaré et Le Chatelier après l’affaire de l’explosion du cuirassé léna en 1907 et par les directeurs du Laboratoire de chimie de la section technique de l’artillerie de 1914 à 191720, ne fut réellement résolu qu’au xxe siècle.

Notes

1 Une première version de ce texte a été présentée en juillet 2000 au séminaire de Syros : « L’État, l’armée et l’organisation de la recherche militaire en France, 1760-1830 » in Kostas Chatzis, Efthymios Nicolaidis, Sciences, technologies et construction de l’État au XIXe siècle : le róle de l’armée, Athènes, Institut de recherches néo-helléniques – FNRS, 2003. p. 45-67). Les éléments en sont développés dans notre ouvrage L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France, 1763-1830, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, qui analyse notamment les programmes concernant les poudres et salpêtres, la rationalisation de la conception et de la fabrication des armes, le développement des obus et des fusées de guerre. Notre thèse de doctorat d’histoire (La Pratique révolutionnaire du progrès technique. De l’institution de la recherche militaire en France (1775-1825), Université Paris I – Panthéon-Sorbonne, 1994, 4 vol.) analysait en outre les programmes concernant le territoire et les communications (cartographie, aérostation, télégraphe). En l’absence de références, nous renvoyons à ces ouvrages.

2 Pour les références de cette partie, voir Patrice bret, L’État, l’année, la science..., op.cit., chap. I.

3 Liliane Hilaire-Pérez, L’Invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000 ; Philippe Minard, La Fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998. Voir aussi Mathilde Lardit, Les Concours de l’ Académie royale des sciences, mémoire de maîtrise (Paris I), 1997 ; Patrice Bret, « La prise de décision académique : les procédures et pratiques de choix et d’expertise à l’Académie royale des sciences », in Éric Brian et Christiane Demeulenaere-Douyère (dir.), Règlement, usages et science dans la France de l’absolutisme, Paris, Tec & Doc, 2002, p. 321-362 ; Liliane Hilaire-Pérez, « Académiciens et inventeurs au XVIIIe siècle : l’examen des inventions et le crédit de l’innovation », ibid., p. 309-320 ; Pascale Mafarette-Dayries, « L’Académie royale des sciences et les grandes commissions d’enquête et d’expertise à la fin de l’Ancien Régime », in Patrice Bret, Marcel Dorigny (dir.), Sciences et techniques autour de la Révolution française, Paris, Société des études robespierristes, 2000, p. 121-135.

4 L’École royale de Marine au Havre (1773-1775), l’École royale des élèves à La Fère (1756-1766) puis Bapaume (1766-1772) pour l’Artillerie.

5 Voir l’article de Bruno Belhoste dans ce volume et son ouvrage La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003.

6 Voir notamment Kenneth L. Alder, Engineering the Revolution : Arms and Enlightenment in France, 1763-1815, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1997 ; Sylviane Llinares-Créteur, « La normalisation dans la Marine de guerre française au XVIIIe siècle », in Robert Bélot, Michel Cotte, Pierre Lamard (dir.), La Technologie au risque de l’histoire, Paris, UTBM-Berg International Éditeurs, 2000, p. 363-378.

7 Par des modes de formation adaptés et différents moyens d’incitation financière, la rationalisation touche aussi en amont la petite industrie, privée mais contrôlée, des salpêtriers.

8 Pour les références de cette partie, voir Patrice Bret, L’État, l’armée, la science..., op. cit., chap. II.

9 Patrice Bret, « Contrôle de qualité, expertise et recherche expérimentale à la fin du xviiie siècle : de l’éprouvette d’ordonnance à la mesure de l’inflammabilité », in Instrumentation, expérimentation et expertise des matériaux énergétiques (poudres, explosifs et pyrotechnie) du xvie siècle à nos jours (actes des troisièmes Journées scientifiques Paul Vieille), Paris, CRHST-A3P-CEA/DAM, 2001, p. 29-59.

10 Patrice Bret, « Des essais de la Monnaie à la recherche et à la certification des métaux : un laboratoire modèle au service de la guerre et de l’industrie (1775-1825) », Annales historiques de la Révolution française, n° 320, avril-juin 2000, p. 137-148.

11 À ne pas confondre avec la Commission des armes et poudres créée en février 1794 et devenue en avril l’une des douze commissions exécutives remplaçant les ministères.

12 Pour les références de cette partie, voir Patrice Bret, L’État, l’armée, la science..., op. cit., chap. III.

13 Patrice Bret, « Genèse et légitimation patrimoniale d’une invention : les archives de l’Artillerie à l’origine d’une innovation cruciale dans la Marine au XIXe siècle », in Anne-Françoise Garçon, Liliane Hilaire-Pérez, Les Chemins de la nouveauté : inventer, innover à l’épreuve de l’histoire (XIIe-XIXe siècles), Paris, Éd. du CTHS, p. 385-410.

14 Bruno Belhoste, Louis Lemaire, « J.-V. Poncelet, les ingénieurs militaires et les roues et les turbines hydrauliques », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, 29, 1990, p. 33-88 ; Claudine Fontanon, « Arthur Morin (1795-1880). Un ingénieur militaire au service de l’industrialisation », ibid., p. 89-115 ; Kostas Chatzis, « Jean-Victor Poncelet et la “science des machines” à l’École de Metz », in Bruno Belhoste, Antoine Picon (dir.), L’École d’application de l’artillerie et du génie de Metz (1802-1870). Enseignement et recherches, Paris, Musée des Plans-reliefs, 1996, p. 32-43.

15 Guillaume Piobert, Traité d’artillerie théorique et pratique, 1836 ; Jean-Victor Poncelet, Mémoire sur les roues hydrauliques verticales à aubes courbes mues par-dessous, 1825, rééd. 1827 ; id., Cours de mécanique appliquée aux machines, 1826 ; Arthur Morin, Compte-rendu d’une mission dans les fonderies de l’artillerie, 1828.

16 Guillaume Piobert, Arthur Morin, Isidore Didion, Mémoire sur les lois de la résistance de l’air sur les projectiles, 1839.

17 Le cas des fusées de Congreve en Angleterre et de Schumacher au Danemark est exemplaire à cet égard : initiateurs de leur invention, ils sont portés par leurs liens personnels avec leurs cours royales respectives : le premier, fils du directeur du Royal Laboratory de Woolwich, est un intime du prince de Galles, futur George iv ; le second est aide de camp du roi Frederik Vi.

18 Selon les époques, cette frilosité est d’ailleurs partagée par les gouvernants. Voir Patrice Bret, « Quand la poudre défie le métal. L’affaire des poudres brisantes (1826-1830) », in Jean-François Belhoste, Denis Woronoff (dir.), Armes et poudres (colloque de Varaignes, 13-14 octobre 2000), à paraître.

19 Notamment en Suède, en Pologne, en Russie, souvent par l’entremise de polytechniciens (comme Bazaine en Russie) ou d’officiers formés par des polytechniciens (comme Bem, élève de Livet à l’École du génie et d’artillerie de Varsovie).

20 Patrice Bret, « La guerre des laboratoires : Poincaré, Le Chatelier et la Commission scientifique d’étude des poudres de guerre (1907-1908) », in Simone Mazauric (dir.), Actes du colloque Henri Poincaré (Nancy, avril 2002), à paraître, et « Managing the Chemical expertise : The laboratories of the French Artillery and Powder Service at war », in Roy Macleod, Jeffrey Johnson (eds.), Revisiting the « Chemists » war’, 1914-1923 : Modern War, Munitions, and National Systems (colloque de Bologne, 13-16 juin 2002), Dordrecht, Kluwer, sous presse.

Auteur

Docteur en histoire et diplômé d’études politiques, Patrice Bret est depuis octobre 2003 responsable scientifique du Département d’histoire de l’armement ; il est aussi chercheur au Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques (Cité des sciences et de l’industrie-CNRS). Spécialiste des pratiques, réseaux et institutions scientifiques et techniques, il travaille sur la politique d’innovation et les relations entre l’armée et la science du XVIIIe au début du XXe siècle. Il a publié notamment L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France, 1763-1830, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002. – Lavoisier et l’« Encyclopédie méthodique » : le manuscrit des régisseurs des poudres et salpêtres pour le « Dictionnaire de l’ Artillerie » (1787), Florence, Léo S. Olschki, 1997. Ses derniers travaux en la matière concernent les laboratoires militaires français au début du XXe siècle et il a édité avec David Aubin Le Sabre et l’éprouvette. L’invention d’une science de guerre, 1914-1939, Paris Noésis, 2003.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search