Version classiqueVersion mobile

Économies contemporaines du cinéma en Europe

 | 
Claude Forest

Deuxième partie. Les industries cinématographiques européennes

La Bulgarie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tableau XXXI – Bulgarie
Principaux indicateurs cinématographiques

Image img01.jpg

Dans la plupart des secteurs économiques, dont le cinéma et la télévision, les monopoles d’État ont été dissous à partir de décembre 1989. Aucune société privée n’existait dans la production ou la distribution, qui se trouvaient totalement contrôlées par le TBU (Cinématographie bulgare). Il fut divisé en plusieurs sections en 1990, puis dissous en 1991 au profit d’un nouvel organisme d’État (le Centre national du film bulgare) exclusivement chargé de réglementer et d’aider le secteur, désormais totalement privatisé.

Le désengagement de l’État a tari l’unique source de financement de la production, qui s’est immédiatement effondrée, passant d’une vingtaine de films annuels à moins d’une demi-douzaine. Les coproductions, tant avec les chaînes de télévision qu’avec le CNFB ou l’étranger1, peinent encore à se mettre en place, aussi bien pour les longs-métrages traditionnels que pour les autres genres, documentaires et films ...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search