Version classiqueVersion mobile

Deux siècles d’histoire de l’armement en France

 | 
Dominique Pestre

Ouverture

La modernité de Gribeauval

Jacques de Larosière

Texte intégral

1Je remercie le Comité pour l’histoire de l’armement de m’avoir invité à évoquer la mémoire de Gribeauval à l’ouverture de ce colloque consacré à une réflexion sur l’armement au confluent de la stratégie, de la science, de la technique, de l’industrie, de la politique et de la Nation.

  • 1 Sur Gribeauval, on pourra consulter : Kenneth L. Alder, Engineering the Révolution : Arms and Enlig (...)

2J’ai choisi de parler de la modernité de Gribeauval. On sait que Jean-Baptiste de Gribeauval a joué un rôle décisif dans la réforme de l’artillerie française au milieu du xviiie siècle1. Napoléon – dont les succès militaires doivent beaucoup à l’efficacité des canons mis au point par Gribeauval – disait de lui : « Il avait le génie de l’artillerie ».

3Mais mon propos n’est pas de décrire les innovations introduites par Gribeauval, ni de faire un bilan des progrès techniques entraînés par sa réforme de l’armement. À vrai dire, la modernité de Gribeauval – telle qu’on pouvait l’apprécier entre 1765 et 1770 – est un sujet d’histoire fort bien connu. Moderne, Gribeauval le fut par essence, puisqu’il révolutionna entièrement l’artillerie datant du début du xviiie siècle, au point de soulever contre lui et sa réforme l’opposition tenace des conservateurs, les tenants du système ancien.

4Ce qui me paraît plus intéressant et davantage dans l’esprit du colloque, c’est de tenter de montrer en quoi Gribeauval et sa réforme sont modernes au regard des critères et des préoccupations d’aujourd’hui. Y a-t-il dans l’œuvre et l’action de Gribeauval une portée plus fondamentale, un enseignement dont nous puissions encore tirer profit ? En d’autres termes, dans quelle mesure la modernité de Gribeauval est-elle encore actuelle ?

5Pour aborder ce sujet, je me placerai successivement sur deux plans. En premier lieu, partant de la réforme de Gribeauval, je tenterai de montrer en quoi elle est moderne, du point de vue de sa conception d’ensemble et du développement d’un système d’artillerie nouveau. En second lieu, j’évoquerai les conditions, les méthodes et l’environnement qui ont permis et assuré le succès de la réforme.

En quoi la réforme de l’artillerie conçue par Gribeauval est-elle moderne au sens actuel du mot ?

6Si l’on considère la réforme de Gribeauval, telle qu’elle fut formulée par l’ordonnance de 1765, on peut dire qu’elle est moderne sous deux aspects essentiels : elle procède d’une vision stratégique d’ensemble et elle donne lieu au développement d’un système.

La réforme de Gribeauval procède d’une vision d’ensemble

7La réforme part d’un constat initial : celui de l’état désastreux de l’armement français à la fin de la guerre de Sept Ans. En 1763, l’artillerie était épuisée, les canons avaient été mis à mal par les batailles de sièges et n’avaient guère été remplacés. Comme l’écrivait Dubois : « La situation dans laquelle se trouvait l’artillerie était effrayante. Il est certain qu’il faut avoir du courage et de la fermeté pour en faire l’exposé. » Pendant la guerre, chaque chef d’armée s’était équipé, comme il le pouvait, de matériels disparates.

8Mais l’artillerie n’était pas seulement décimée. Elle était inadaptée. Composée de pièces lourdes et donc peu mobiles, elle se prêtait mal aux exigences nouvelles de la stratégie militaire. Les canons du type Vallière de 1732 étaient très difficiles à manier dans des campagnes devenues de plus en plus rapides sous l’influence de Frédéric II.

9L’objectif de la réforme conçue par Gribeauval entre 1763 et 1765 était donc à la fois simple et ambitieux : profiter de la paix retrouvée pour doter l’artillerie française de matériels de campagne plus nombreux et, surtout, plus mobiles et manœuvriers.

10La difficulté essentielle était la suivante : ce que l’on gagnait en mobilité du fait de l’allègement des pièces, on risquait de le perdre en puissance et donc en portée. C’est à ce problème que Gribeauval s’attaqua avec succès. Il le fit en le traitant avec rigueur et de manière systématique. Tous les éléments de la conception et du processus de fabrication furent revus sous l’angle de la recherche d’une plus grande efficacité. La fabrication de la fonte fut constamment améliorée, les canons furent allégés – les calibres de 12, 8 et 4 furent adoptés pour les matériels de campagne –, le « vent » (c’est-à-dire l’espace entre le boulet et l’âme du canon) fut réduit de moitié, ce qui nécessitait une plus grande précision dans l’usinage des pièces et des boulets, etc.

11On peut donc dire que l’approche de la réforme était moderne en ce qu’elle partait des besoins d’une stratégie militaire en pleine évolution et qu’elle déclinait systématiquement tous les processus de fabrication en vue d’améliorer le couple antagoniste mobilité-puissance de feu.

12La démarche était à la fois scientifique et expérimentale : elle réduisait les problèmes à leurs composantes essentielles et s’attachait à trouver des solutions concrètes par le calcul, mais aussi en partant de la pratique et de l’expérimentation.

La réforme aboutit à un système à base d’éléments interchangeables

13La réforme de Gribeauval ne se traduisit pas seulement par la substitution aux matériels anciens de canons plus performants. Elle aboutit à la création d’un système, c’est-à-dire d’un ensemble cohérent couvrant la conception générale, les calibres, tout le processus de fabrication, les munitions, les affûts, les outils et méthodes d’entretien, ainsi que les modalités d’emploi. Tout cela fut codifié dans l’ordonnance de 1765 et donna lieu à ce que l’on appelait déjà, à l’époque, le système de Gribeauval. Les différents calibres procédaient d’une conception d’ensemble et participaient des mêmes progrès techniques, tout en répondant aux objectifs tactiques particuliers qui leur étaient assignés.

14Une des originalités du système fut la normalisation et l’interchangeabilité des matériels. Avant la réforme, les fondeurs, dispersés à travers la France, travaillaient leurs pièces de manière quelque peu artisanale. Gribeauval imposa, avec ses tables d’artillerie, des normes et des cotes d’une extrême précision, laissant peu de marges de tolérance aux fabricants. Des contrôleurs intervenaient aux différents stades de fabrication pour vérifier les pièces. Au-delà de la marge d’erreur acceptable, elles étaient rebutées. Cette normalisation avait l’immense avantage de permettre de changer en campagne les pièces défectueuses sans avoir à rejeter l’ensemble du canon. L’interchangeabilité des pièces accrut de manière considérable l’utilisation effective des canons en campagne, donc la puissance de feu.

15Afin d’assurer l’uniformité des constructions, Gribeauval fit établir des machines-outils identiques pour chaque fonderie. On voit ici comment une réforme de caractère technique peut avoir – si elle est poussée dans ses prolongements – des conséquences industrielles sur les méthodes de fabrication elles-mêmes.

16De ce point de vue, il est indiscutable, et maintenant reconnu, que Gribeauval est l’ancêtre de la standardisation industrielle et des méthodes de fabrication normalisées qui, beaucoup plus tard, donnèrent lieu à la fabrication de masse et au fordisme.

17Un historien américain, Ken Aider, a conté l’extraordinaire aventure du fusil normalisé. L’interchangeabilité des pièces de fusil avait été réalisée en 1777 par Honoré Blanc, un armurier stéphanois. Elle fut encouragée par Gribeauval, qui installa l’atelier de Blanc à Vincennes et lui fit attribuer des subventions. Mais en raison du coût des investissements de départ, du fait aussi que Gribeauval ne souhaitait pas créer un monopole d’État pour la fabrication des fusils et surtout de l’hostilité des armuriers, la nouvelle méthode de fabrication s’étiola. Plus tard, dans la première moitié du xixe siècle, les armuriers américains parvinrent à fabriquer des séries d’armes de qualité à partir de pièces interchangeables et à amortir les coûts d’investissement. Cette méthode, pourtant initiée par Gribeauval et mise au point par un armurier français, fut appelée le « système américain de production ». Étrange amnésie collective !

18Au total, après fabrication de prototypes et tests comparatifs des matériels dans les conditions de tir réel, le système de Gribeauval s’ imposa. Il équipa l’armée française à partir de 1770. Les canons de campagne de Gribeauval étaient plus légers – ils pouvaient être manœuvrés à bras-, plus précis – ils était dotés d’une hausse – et plus performants – leur portée était significativement augmentée par rapport aux modèles antérieurs et à ceux des armées étrangères de l’époque.

Les conditions du succès de la réforme de Gribeauval sont éminemment modernes

19J’examinerai brièvement, avec le regard d’aujourd’hui, quatre facteurs qui expliquent notamment le succès de cette prodigieuse révolution technique, stratégique et industrielle que fut la réforme de Gribeauval.

Une ouverture au monde extérieur et un sens aigu de la concurrence

20Gribeauval n’avait rien d’un technicien replié sur sa table de calculs. C’était un officier de terrain entré dans le corps de l’artillerie à 17 ans. Il avait une profonde connaissance des matériels étrangers. Il avait été chargé, en 1755, d’étudier le nouveau canon léger dont Frédéric II avait décidé de doter ses unités d’infanterie. Mais surtout, Louis XV l’avait envoyé en mission en Autriche, où il passa sept ans au service de l’armée de Marie-Thérèse.

21À son retour de Vienne, en 1763, à l’âge de 48 ans, il était le mieux placé des artilleurs français pour comparer les avantages et les inconvénients des différents canons en usage. A l’époque, Choiseul avait pu dire de lui : « Il était l’homme le plus instruit des détails et des moyens des étrangers... »

22Toute sa vie, Gribeauval se tint au courant des idées nouvelles et des progrès de nos voisins avec l’objectif – réussi – de surpasser le matériel concurrent.

Un soutien politique

23Une réforme de l’ampleur de celle de Gribeauval ne peut être couronnée de succès que si elle bénéficie d’un soutien politique et d’une continuité dans l’action.

24L’immense chance de Gribeauval fut d’avoir pu s’appuyer pendant sept ans, de 1763 à 1770, sur un ministre de la Guerre doté d’une grande intelligence et dont l’autorité était respectée par le roi et à la cour : je veux parler de Choiseul. C’était, par essence, un réformateur, qui sut s’entourer d’hommes compétents. Il forma un tandem exemplaire avec Gribeauval et sut obtenir le soutien de Louis XV pour toutes les orientations stratégiques de la réforme de l’armée. Quand Choiseul fut exilé en 1770 par un Louis XV vieillissant, la réforme de l’artillerie était déjà entrée dans la réalité et avait atteint son point de non-retour.

25Si Gribeauval sut s’appuyer sur le politique, il ne fit pas « de la politique », comme nous le dirions aujourd’hui. Il était, au contraire, d’une grande indépendance et ne transigea jamais sur les principes, comme je le montrerai dans un instant. Privé de son protecteur, Gribeauval ne tarda pas, du reste, à être lui-même inquiété et soumis à toutes sortes d’avanies et de tracasseries. Il s’exila dans ses terres de Bovelles, en Picardie, de 1772 à 1774, année où la cabale des anciens perdit définitivement la partie.

L’intelligence des limites de la technique

26Technicien consommé, maîtrisant tous les éléments qui concourent à la fabrication d’une arme, Gribeauval n’était ni doctrinaire, ni confiné dans la technique. Ouvert aux inventions, il passa toute sa vie sur le terrain, sur les champs de bataille et dans les fonderies à encourager et à surveiller les progrès de fabrication. Mais il se souvenait toujours de deux choses essentielles : les armes sont faites pour aider à gagner les guerres sur le terrain et elles sont utilisées par des hommes.

27Dubois avait fait établir par les bureaux de la guerre un plan grandiose et complet de réorganisation de l’armée, comme le rapporte Pierre Nardin :

Le plan était si complet, rapporte Pierre Nardin, que personne ne trouvait à y ajouter. Gribeauval ne souleva aucune objection et ne suggéra aucun ajout. Il se contenta d’écrire en marge de l’exemplaire qui lui fut soumis : « Il faut bien se garder de laisser oublier aux troupes leurs manœuvrés et leurs évolutions. La meilleure artillerie sera peu de chose si l’armée est mal disposée et ne sait plus manœuvrer. »

28Gribeauval ne sépara jamais les perfectionnements techniques de l’emploi des matériels. Il consacrait un soin extrême et vigilant à l’organisation des régiments et à celle du corps de l’artillerie.

L’importance du facteur humain

29Gribeauval avait un sentiment très fort d’appartenance au corps de l’artillerie. Au fil des ans, il constitua une équipe de jeunes officiers qui partageaient ses vues et qui ont permis à la réforme de s’enraciner dans des régiments a priori hostiles au changement.

30Gribeauval a consacré une grande partie de son activité à améliorer la formation dispensée dans les écoles d’artillerie. « Dans les écoles, il ne faut pas s’en tenir à donner des professeurs de mathématiques, il faut aussi y joindre des maîtres d’artillerie choisis parmi les meilleurs officiers », disait-il.

31Il était personnellement intéressé à la qualité du recrutement et à l’objectivité dans l’avancement et les promotions, qui devaient être déterminés par la seule compétence. Il soulignait à cet égard : « Il faut réduire à peu de choses les droits de l’ancienneté, anéantir ceux de la protection, donner toute faveur aux talents supérieurs et les initier au commandement avant l’âge où le corps commence à perdre et l’esprit à cesser d’acquérir. »

32Il avait acquis par son génie et son exemple un grand ascendant sur ses subordonnés. Son indépendance et la force de son caractère lui valaient l’estime du corps des artilleurs. Au duc d’Orléans, qui intriguait pour faire revivre à son profit la charge de grand maître de l’artillerie, Gribeauval écrivait :

Votre Altesse peut faire ce qu’elle jugera à propos. Mais je dois lui avouer que, du moment où il y aura un Grand maître, je donnerai ma démission. La faveur et la protection ont toujours accès auprès des princes ; le mérite et les anciens services seraient oubliés. Dans notre corps, le voile de la modestie cache souvent les plus grands talents. Le travailleur, l’ homme vraiment occupé de son métier est ordinairement peu brillant pour le monde. Si l’intrigue devient nécessaire pour parvenir, l’esprit du corps est perdu et le bien du service en souffrira : je ne veux pas en être responsable.

33Ferme sur les principes, méprisant toute forme de servilité, indifférent aux intrigues et indépendant des grands, Gribeauval inspirait le respect et l’attachement de ses collaborateurs, sans lesquels il n’est pas d’entraîneurs d’hommes.

34Il avait le sens social : c’est lui qui institua la bourse du soldat, un système de retraite alimenté en partie par des retenues sur les soldes. C’est lui qui groupa les canonniers invalides dans une compagnie particulière où ils pouvaient rendre des services à la mesure de leurs forces : c’est ce qu’on appellerait aujourd’hui un atelier protégé.

35Je crois avoir montré que l’artilleur dont le matériel connut sans doute la plus grande longévité – il resta en service avec peu de modifications jusqu’en 1840 – et qui contribua de façon décisive aux victoires des armées de la Révolution et de l’Empire était un esprit moderne.

36À de nombreux égards, il l’était au sens qu’on donnait à cette expression au siècle des Lumières. Mais il l’est, me semble-t-il, davantage au regard des critères d’aujourd’hui. Auteur d’une révolution technologique réussie, ancêtre longtemps méconnu de la normalisation industrielle et de la production en série, Gribeauval transcende le temps et nous fournirait volontiers un exemple de rigueur de pensée, d’intelligence, d’honnêteté intellectuelle et morale... pour peu que nous soyons à même d’en suivre les exigences et d’en comprendre toute la portée.

Notes

1 Sur Gribeauval, on pourra consulter : Kenneth L. Alder, Engineering the Révolution : Arms and Enlightenment in France, 1763-1815. Princeton, N.J., Princeton University Press, 1997 ; Bernard Kapp, « La standardisation au bout du fusil ». Le Monde, 31 août 1999 ; Jacques de Larosière, « Gribeauval », Historia, juillet 1989 ; Pierre Nardin, « Gribeauval », Cahiers de la Fondation pour les études de Défense nationale, 1982.

Auteur

Jacques de Larosière, inspecteur général des Finances, membre de l’institut, a notamment été directeur du Trésor (1974-1978), directeur général du Fonds monétaire international (1978-1987), gouverneur de la Banque de France (1987-1993) et président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (1993-1998).

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search