Version classiqueVersion mobile

Économies contemporaines du cinéma en Europe

 | 
Claude Forest

Deuxième partie. Les industries cinématographiques européennes

L’Allemagne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tableau XXVII – Allemagne
Principaux indicateurs cinématographiques

Image img01.jpg

Note 11

Présentation générale

Jusqu’à la fin des années trente, l’Allemagne accueillait l’exploitation et la fréquentation les plus importantes d’Europe continentale : 6 300 salles en 1939, contre 4 900 en Grande-Bretagne, 4 700 en France, 4 500 en Italie ; 623 millions de spectateurs la même année contre 345 en Italie et moins de 300 en France... Les destructions liées à la Seconde Guerre mondiale, le partage du pays, la mise sous tutelle de cette industrie qui avait servi à la propagande nazie firent que l’ensemble de la filière dû être rebâti à partir de 1945. De 1961 à 1990, l’Allemagne a été divisée en deux Républiques (fédérale à l’ouest, démocratique à l’est), et à sa réunification a gardé la structure fédérale, chaque région (« Land », dix à l’ouest, cinq à l’est, plus Berlin) ayant ses propres structures politiques et administratives, avec une autonomie certaine en matière de politique générale, dont culturelle...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search