Version classiqueVersion mobile

Partisans et Tchetniks en Yougoslavie durant la Seconde Guerre mondiale

 | 
Antoine Sidoti

Avant-propos

Texte intégral

1Après l’invasion de la Yougoslavie par l’Axe, en avril 1941, les Allemands, les Italiens, les Hongrois, les Bulgares et les Albanais (ces derniers, par l’intermédiaire de l’Italie) dépècent et se partagent les dépouilles du royaume. La Serbie de Milan Nedić, réduite à sa plus simple expression territoriale, est sous la botte nazie. L’État indépendant de Croatie du poglavnik Ante Pavelić voit le jour et il n’a d’indépendant que l’intitulé. Le jeune roi Pierre II et son gouvernement fuient à l’étranger et s’installent à Londres.

2Avec une poignée d’hommes, le colonel Draža Mihailović inaugure la résistance dite « tchetnik » de la JVO (Armée yougoslave dans la Patrie), dans les montagnes de Ravna Gora, en Serbie occidentale. À la suite de l’attaque allemande contre l’URSS, le communiste Josip Broz-Tito organise à son tour la résistance des « partisans » dite de la NOV (Armée de Libération nationale), que favorisent les troubles créés par la politique de « croatisation » ustaša de l’État indépendant de Croatie du poglavnik Ante Pavelić, d’après les rapports tirés de la documentation diplomatique et militaire italienne. L’incompatibilité idéologique qui sépare les tchetniks et les partisans empêche leurs leaders de s’unir pour combattre l’occupant sur la base d’un intérêt national commun. Bien au contraire, ils se font une guerre fratricide inouïe. Le rôle des Alliés, notamment des Britanniques, est un facteur déterminant pour la victoire de Tito et pour l’instauration de sa république populaire. En 1946, après avoir été fait prisonnier, Mihailović est finalement condamné à mort par le vainqueur, avant d’être fusillé.

3Entre 1941 et 1945, les itinéraires des mouvements de la JVO et de la NOV sont parsemés, outre leurs faits d’arme, de déclarations, d’accusations réciproques, de décisions et de congrès. Ces derniers donnent la mesure des intentions idéologiques des tchetniks et des partisans, et ils permettent d’en apprécier les actions et les résultats obtenus. Ils constituent pour chacune des parties un miroir aux multiples facettes que nous livrons souvent dans leur intégralité.

4C’est surtout autour de cet ensemble documentaire, en partie inédit en français, que nous nous proposons de relire l’histoire de la résistance en Yougoslavie durant la Seconde Guerre mondiale.

5 Fallait-il simplement « raconter » cette dernière, en s’inspirant précisément de cette documentation, le cas échéant en la paraphrasant, et en y insérant des extraits jugés significatifs ? D’autres ont plus ou moins fait cela avant nous et nous le faisons également dans une certaine mesure.

6Nous avons choisi de cultiver à plusieurs reprises la citation totale. C’est notre parti pris, qui peut plaire aux uns et ne pas plaire aux autres. Nous voyons dans cet aspect de notre choix – qui consiste aussi à présenter un nombre important de documents in texto plutôt que de les reléguer en annexe – une fonction d’actualité et une leçon de l’histoire en plus du témoignage sur un passé révolu.

7Notre objectif principal n’est pas de conter dans le détail les combats sur le terrain – pas plus celui de Tito et de Mihailović entre eux que ceux de l’un ou de l’autre aux côtés de l’occupant, ni même les massacres et les actes de collaboration des uns et des autres.

8En proposant la lecture d’un certain nombre de documents issus de la lutte idéologique qui oppose Tito à Mihailović, notre intention est de stimuler une réflexion plus large sur l’action politique en général et sur l’établissement d’une mythologie du pouvoir en particulier. Peu avant la fin de la guerre, ce pouvoir est « conquis » par Tito, jusqu’aux élections du 29 novembre 1945, dans le cadre de la légalité monarchique : Tito n’est-il pas, – jusqu’à cette date, à partir du 7 mars 1945 –, le Premier ministre et le ministre de la Défense nationale du gouvernement royal d’union nationale, nommé par le Conseil de régence ? Nous n’avons pas cherché à porter un jugement politique sur la « légitimité » du roi ou de l’« usurpation » de Tito.

9À partir de textes théoriques, de déclarations d’intention, de prises de position, d’actions guerrières ou d’inactions, nous allons suivre la défaite de Mihailović et l’ascension de Tito. Le vocabulaire que nous reproduisons, utilisé par les intéressés pendant la « lutte de libération », puis le vocabulaire « démocratique » utilisé dans la Yougoslavie de Tito sont riches d’enseignement.

10Une fois la victoire assurée, celle-ci génère chez le vainqueur le besoin d’établir un mythe des origines, avant de l’alimenter au fil des ans pour qu’il serve de réservoir d’une nouvelle mémoire collective et d’exemple proposé à l’attention des nouvelles générations. C’est l’objet de ce que nous appelons la mythogenèse de la Yougoslavie titiste. Il n’entre pas dans notre objectif d’étudier ce qui aurait pu être une autre mythogenèse d’essence tchetnik, dans la mesure où ce movement n’a pas pu ramener au pouvoir le roi en exil ; ni de traiter la résurgence actuelle du mouvement tchetnik.

  • 1 Antoine SIDOTI, Le Monténégro et l’Italie durant la Seconde Guerre mondiale. Histoire, mythes et ré (...)

11Par l’attention que nous portons à la symbolique de l’idéologie et du pouvoir, nous débordons la riche documentation historique traditionnelle. Nous utilisons en particulier une source qui n’a jamais été exploitée jusqu’à présent, autant que nous le faisons dans le présent ouvrage, dans la mesure où nous l’avons déjà fait intervenir ponctuellement dans notre ouvrage précédent1 : l’iconographie des timbres-poste, vecteurs essentiels d’un discours idéologique et politique.

12Ainsi, nous allons voir comment, en 1943, les émissions postales londoniennes du gouvernement yougoslave en exil symbolisent jusqu’à ce moment la permanence et la fin inexorable du royaume de Yougoslavie. Nous allons constater aussi comment, en 1944, les actions postales de Mihailović (désormais aux abois) et de Tito (l’étoile montante) jouent un rôle symbolique de première importance, avant que Tito n’en prolonge et n’en perfectionne l’usage démagogique dès 1945. Cela nous amène à produire une documentation administrative en partie inédite, chaque fois qu’elle est, à nos yeux, l’illustration du combat politique et idéologique entre les royalistes et les révolutionaires durant la guerre.

13De plus, dans le contexte de l’illustration de la mythogenèse de la Yougoslavie titiste, nous exploitons une documentation iconographique postale qui dépasse le cadre ponctuel de la Seconde Guerre mondiale. Elle nous permet d’entrer de plain-pied dans l’action mythologique partisane, c’est-à-dire dans un des aspects étatiques de la pression exercée sur la population, en Yougoslavie, à partir de la fin de la guerre.

14Plus rarement, cette iconographie joue un rôle plus simple d’illustration, presque au même titre que n’importe quelle autre source documentaire. Nous disons « presque », car, même dans ce dernier cas, dans notre esprit est toujours sous-jacente l’idée du lien privilégié qui existe entre la chose ainsi représentée de manière officielle par l’État yougoslave, son émetteur, et le récepteur visé.

15Pour ceux que cela intéresse et par souci scientifique, nous donnons systématiquement les références tirées de catalogues spécialisés français et étrangers.

16Enfin, nous accordons aussi une place importante aux citations tirées tantôt des Mémoires de protagonistes de la lutte de la guerre de libération, tantôt des ouvrages officiels d’écrivains-historiens yougoslaves, signataires de leur œuvre ou anonymes.

17Par ce nouvel ouvrage consacré à la Yougoslavie durant la Seconde Guerre mondiale, nous espérons apporter une pierre nouvelle en vue de contribuer à « dé-complexe-r » la lecture de l’histoire de cette région balkanique très marquée par la longue parenthèse de la Yougoslavie titiste et si proche des préoccupations de l’Europe, à l’aube du xxie siècle.

18Afin de ne pas alourdir notre récit, mais également dans le but d’être plus lisible par un plus grand public, nous n’avons pas hésité à multiplier les notes et les précisions de toute sorte.

Notes

1 Antoine SIDOTI, Le Monténégro et l’Italie durant la Seconde Guerre mondiale. Histoire, mythes et réalités, Paris, CNRS Éditions, 2003.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search