Version classiqueVersion mobile

Les gens du livre

 | 
Yves Gonzales-Quijano

Deuxième partie. Les pratiques culturelles

Chapitre 7. Le marché et les lecteurs : l’univers du livre islamique

Texte intégral

1Vis-à-vis de la production, des chiffres circulent qui, à force d’être repris, finissent par être reçus sans la moindre critique. Des idées préconçues s’imposent, là où il faudrait justement un regard neutre, aussi objectif que possible, pour arriver à dégager, sous la gangue des habitudes, la « seconde scène » du livre, cet autre marché sanctionné moins par les institutions propres au champ de l’écrit que par les échanges économiques réalisés autour de cette marchandise particulière qu’est le livre. À cette fin, il n’est d’autre solution que tenter une approche statistique de la production imprimée égyptienne.

  • 1 Cf. S. Al-Bahrâwî, « Le public de la littérature : un domaine à étudier », Dossier du CEDEJ, n° 25, (...)

2Plusieurs organismes officiels s’intéressent à la production imprimée. Certains dépendent du ministère de la Culture et plus spécifiquement de l’Organisation générale du livre (notamment les service du Dépôt légal), d’autres de l’Organisme de la statistique (CAPMAS) ou du ministère de l’industrie. Ponctuellement, d’autres données peuvent être publiées par des services officiels (Conseils spécialisés, Conseil supérieur de la Culture, Chambre de l’industrie…). Enfin, on dispose également des chiffres que publie régulièrement l’Unesco (dans la série des Annuaires statistiques’), sur la base des éléments que lui communiquent les Etats membres. Cette profusion de sources s’avère en définitive un obstacle dans la mesure où la comparaison des différentes estimations ne fait guère apparaître de régularités. Au contraire, on est frappé de constater la présence de données totalement contradictoires. L’écart le plus considérable est sans doute celui que relève Sayyid al-Bahrâwî dans l’étude qu’il a consacrée au lectorat en Égypte1 : pour l’année 1975, l’Unesco a pu recenser 4 900 ouvrages édités, là où les Conseils spécialisés n’en comptaient que 268 (revues et traductions comprises) ! Les différences ne sont pas toujours aussi importantes mais la comparaison des différents chiffres de production laisse néanmoins percevoir des variations trop considérables pour pouvoir être ignorées.

Tableau 6 : Production éditoriale en Égypte (nombre titres/an)

Tableau 6 : Production éditoriale en Égypte (nombre titres/an)

Sources : données statistiques recueillies par l’auteur (voir détail en bibliographie).
Commentaire : outre les erreurs, les lacunes et les approximations, les écarts entre les chiffres de la production égyptienne s’expliquent également par la multiplicité des critères retenus (définition de l’objet statistique « livre », prise en compte ou non des livres scolaires, des publications officielles, des traductions, etc.).

  • 2 Cf. Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb, op. cit., p. 135 sq.
  • 3 Cf. ‘Alam al-kitâb, n° 4, p. 14.

3Au surplus, un examen attentif des statistiques fait surgir d’autres problèmes qui tiennent à la nature des organismes recenseurs et au caractère plus ou moins légal d’une partie importante de la production. La collecte des informations sur les titres édités en Égypte relève, en effet, des appareils de l’État, essentiellement à travers la procédure du dépôt légal (loi n° 20 de 1936, modifiée en 19562). Or, par calcul ou par prudence vis-à-vis des obligations de la loi, et plus fréquemment encore par simple négligence, nombre d’éditeurs du secteur privé – en particulier tous ceux qui se livrent à cette activité de manière occasionnelle (et ils peuvent être nombreux) –, mais également des éditeurs importants comme le hajj Madbûlî, nommément mis en cause dans une affaire de ce type, « oublient » de déclarer leur production. Il ne s’agit pas d’un phénomène marginal. Les sources officieuses avancent une marge d’erreur de 10 à 15 % du total3. De manière privée, les responsables du dépôt légal avancent des chiffres bien supérieurs : au moins 30 % du total, sinon davantage… Il en résulte que la seule production enregistrée, loin d’être le reflet fidèle de tout ce qui s’imprime en Égypte, privilégie au contraire l’édition ayant pignon sur rue, et, pour celle-ci, l’édition de type public qui remplit beaucoup mieux ses obligations légales. Les données s’en trouvent faussées, d’un point de vue quantitatif sans doute, mais également qualitatif, car la culture institutionnalisée est forcément mieux représentée que les manifestations d’opposition, plus clandestines ou marginales.

4Nombre de spécialistes du livre considèrent par ailleurs que près de 60 % des contrefaçons – la piraterie du livre, qui, en elle-même, représenterait 25 % du total de la production des titres – concernent des ouvrages religieux dont on voit bien, à travers ce seul exemple, que l’importance sur le plan éditorial, et aussi la diffusion, sont nécessairement assez différentes de ce qui apparaît à la seule lecture des statistiques. D’autres pratiques en marge de la loi, mais tout aussi courantes, contribuent à ôter aux chiffres une bonne part de leur crédibilité : parution d’un même ouvrage avec des titres différents chez un ou plusieurs éditeurs ; tirages clandestins à l’insu des ayants droit et des autorités ; contrefaçons multiples ; mention d’éditeurs ou d’imprimeurs fictifs, etc. Une possibilité consiste également à publier des textes sous forme de publications périodiques qui relèvent du droit de la presse (un stratagème particulièrement utilisé au temps du président Sadate car les risques de censure étaient alors moins grands).

5Concernant la précision des données, il est révélateur d’observer qu’on ne possède aucune information à propos du texte qui jouit de la plus grande diffusion dans le monde arabe, et de très loin, à savoir le Coran. Très contrôlé quant à son contenu (l’impression n’est théoriquement réalisée qu’après autorisation d’un organisme spécialisé au sein d’Al-Azhâr), le texte échappe à tout dénombrement, ne serait-ce qu’en raison d’une tradition qui en réprouve le commerce : on n’achète pas un Coran, on dédommage celui qui s’en sépare et l’on accompagne souvent la transaction d’une formule telle que « Le cadeau du Coran, c’est combien ? » Cette coutume tend toutefois à disparaître car le texte coranique est désormais décliné commercialement dans tous les formats possibles, et à tous les prix. Le texte sacré est devenu un bien d’usage, une marchandise offerte lors des visites de ramadan, exposée sur la lunette arrière des voitures, à côté des caisses enregistreuses dans les magasins ou bien encore dans les intérieurs de la petite-bourgeoisie.

6Bien d’autres observations seraient encore possibles quant à l’adéquation de la démarche statistique, notamment dans le cas égyptien. Faut-il ranger sous la même catégorie « livre » (en dessous de 50 pages il s’agit d’une brochure…) le prétendu manuel universitaire qui n’est que l’impression bâclée, mais vendue fort cher, de notes de cours que le classificateur officiel rangera, dans les statistiques annuelles, sous la rubrique « ouvrages scientifiques » ? Ou encore les compilations d’articles publiés dans des quotidiens que nombre d’éditeurs se voient contraints d’imprimer, ne serait-ce que pour garder un accès aux maigres espaces de promotion du livre dans les médias ? Les innombrables opuscules d’inspiration religieuse, aussi bien chrétienne que musulmane, qui se vendent aux abords des lieux de dévotion et qui ne sont, bien souvent, que des reprints de textes édifiants traditionnels ? Quand bien même tous ces problèmes seraient-ils résolus, demeureraient encore les classiques interrogations de la statistique culturelle : quelle foi accorder aux classifications, bien souvent arbitraires, des catalogueurs ? Comment distinguer dans la pratique entre inédits et rééditions, entre textes imprimés et textes diffusés, entre les livres achetés et ceux qui sont effectivement lus ?

  • 4 Respectivement : Risâlat al-ma‘lûmât, ‘Alam al-kitâb, Nachrat al-idâ‘, Dalîl al-kitâb al-misrî, édi (...)

7La fréquentation du marché et l’observation des pratiques de lecture, là où c’est possible, et en tout premier lieu dans les espaces publics, donnent à penser que les représentations classiques du champ de la production intellectuelle (celles des histoires culturelles de l’Égypte contemporaine ou des approches sociopolitiques de son histoire récente) ne sont pas entièrement satisfaisantes. En réalité, elles reprennent trop souvent sans les interroger les jugements émis par une partie des acteurs concernés et négligent de nombreux autres aspects. De ce fait, elles se condamnent à ne jamais percevoir qu’une sorte d’avant-scène où l’on retrouve indéniablement tous les ténors de la culture, officielle, officieuse ou contestataire, mais sans les situer au sein du décor qui contribuerait à donner sens à leurs actions. Pour créer cette sorte de « profondeur » dans la perspective, une solution consiste à rassembler le plus grand nombre possible d’informations sur une période donnée, en respectant un délai suffisant pour être certain que les instruments bibliographiques – même avec leurs limites – soient tous disponibles. Pour l’année 1986, on a ainsi obtenu, en croisant l’ensemble des publications spécialisées (La Lettre des données, Le Monde du livre, Le Bulletin du dépôt [légal], Le Guide du livre égyptien, Le Bulletin statistique4), un total de près de 4 200 titres, soit un chiffre assez largement supérieur aux estimations avancées par l’Unesco (2 500) ou par ‘A. Ch. Khalîfa (1 416), mais finalement assez proche de celui publié dans la presse, probablement à partir de statistiques du dépôt légal (4 508). Un tel résultat offre déjà la confirmation d’un certain renouveau, au moins quantitatif, de l’édition égyptienne, en dépit du discours alarmiste tenu par nombre de leaders d’opinion et largement repris par les médias locaux. Lorsqu’on se souvient qu’au milieu des années 1980 une campagne particulièrement intense était lancée pour « sauver le livre égyptien menacé à court terme de disparition », on prend la mesure des approximations, ou plus exactement des idées fausses, qui continuent à être diffusées à propos de la nature exacte du marché de la culture. Établi de la sorte, ce corpus regroupe l’ensemble de ce qui a été imprimé en Égypte cette année-lâ, y compris par conséquent nombre de textes d’origine officielle (publications judiciaires et administratives et surtout manuels scolaires). Ceux-ci écartés, il ne reste plus de 3 500 références dont l’exploitation ne doit pas se limiter aux seuls titres ou à leurs auteurs. En effet, le prix, la collection, le nombre de rééditions, les tirages quand ils sont indiqués, constituent des indices qui peuvent avoir leur importance.

Les acteurs éditoriaux

  • 5 En contrepartie, il apparaît que nombre de titres, notamment universitaires, sont d’abord publiés à (...)

8Durant cette année 1986, le classement de la production égyptienne à partir du nom de l’éditeur responsable de la publication met en évidence un premier phénomène, celui de la persistance de pratiques d’édition à compte d’auteur (cf. tableau 7). En effet, les auteurs qui assument la responsabilité juridique de leur publication en utilisant seulement les services d’une imprimerie sont au nombre de 450, soit 1 livre sur dix, chiffre d’ailleurs sous-estimé dans la mesure où ce type particulier de publication ignore plus que tout autre les obligations du dépôt légal5.

Tableau 7 : La répartition des éditeurs égyptiens selon le nombre de titres annuellement édités

Tableau 7 : La répartition des éditeurs égyptiens selon le nombre de titres annuellement édités

(1) Al-Ahrâm, Maktabat ‘ayn chams, Maktabat gharîb, Dâr al-da‘wa, Maktabat misr, Maktabat al-nahda al-‘arabiyya, Dâr al-fikr al-‘arabî, Dâr al-hilâl
(2) Maktabat al-anglû al-misriyya
(3) Dâr al-ma‘ârif
(4) GEBO et ensemble des livres édités à compte d’auteur
Sources : statistiques réunies par l’auteur.
Remarques : ont été par conséquent recensés pour l’année 1986 environ 350 éditeurs, chiffre qui semble une estimation haute, mais assez juste, du total des acteurs éditoriaux véritablement actifs.

9Ce phénomène d’autoédition, très rarement signalé, n’est pas sans signification. D’une part, il montre que le marché culturel est encore peu développé, sinon de telles pratiques ne pourraient acquérir une telle importance ; de l’autre, il met en lumière ce qui peut séparer la scène officielle de la réalité intellectuelle du pays à laquelle participent bien d’autres acteurs totalement oubliés des recensements ordinaires. Sans doute, il ne prête guère à conséquence d’ignorer qu’un enseignant d’université a publié à compte d’auteur tel ou tel manuel pour améliorer son ordinaire de fonctionnaire. Mais l’importance, au moins statistique, de l’autoédition permet de deviner l’existence d’une « arrière-scène » intellectuelle où se diffusent d’autres textes et où, éventuellement, d’autres créateurs de valeurs se font un nom avant d’être reconnus. Le surgissement inattendu de thématiques particulières (la vogue des conceptions « islamistes », aujourd’hui, par exemple), ou encore la résistance aux valeurs promues par les autorités légitimes l’échec relatif des politiques nassériennes d’acculturation, hier) s’expliquent sans doute mieux si l’on tient compte de cette seconde scène. Celle-ci tire également son importance de la persistance de pratiques culturelles en marge des circuits ordinaires : lectures collectives dans le cas d’associations, souvent religieuses ; groupes informels de prêt, souvent dans les milieux universitaires ; marché clandestin – ou seulement informel – des cassettes audio ou vidéo pour d’autres supports de communication…

10Par le nombre de titres annuellement publiés, le second géant de l’édition égyptienne est l’Organisation générale du livre (GEBO), avec près de 400 unités. Si on y ajoute l’ensemble des éditeurs du secteur nationalisé (Dâr al-ma‘ârif, Mu’assassat al-ahrâm, Dâr al-hilâl, etc.), on arrive à un total, hors textes officiels ou scolaires, de près d’un millier de titres. La « privatisation » de l’édition égyptienne est donc réelle, puisque le secteur public n’est à l’origine que d’un quart des titres publiés. Mais elle est encore très loin d’être totale. Et d’ailleurs, si l’on pouvait établir cette comparaison par rapport au volume, en tenant compte des tirages, la part du secteur public serait sûrement plus importante. La marginalisation du secteur public est donc liée à d’autres éléments. L’« air du temps », peut-être, qui dévalorise systématiquement aux yeux du public toute initiative de la puissance publique, mais plus certainement encore les réalités économiques du marché culturel où les organismes d’État sont très loin de pouvoir rivaliser avec les acteurs privés. Une nouvelle fois, les circuits du livre se présentent sous une forme dédoublée : le secteur public assure un « service minimum » culturel et offre une gamme de produits très bon marché, en assurant la survie de nombreux fonctionnaires culturels mais également en permettant la promotion de quelques talents nouveaux ; ceux-ci, une fois la notoriété acquise, trouvent leur véritable terrain d’exercice sur l’avant-scène culturelle, animée en grande partie par les acteurs privés.

  • 6 Traditionnellement, le savoir-faire des éditeurs égyptiens (et libanais) leur a permis de développe (...)

11C’est bien en raison des rétributions qu’elle peut offrir que l’édition privée joue un tel rôle. En effet, d’un point de vue strictement quantitatif, son poids pourrait sembler négligeable puisqu’au sein des éditeurs non gouvernementaux (les trois quarts de la production), ce sont les éditeurs prétendument scientifiques, de type universitaire, qui se taillent la part du lion. En effet, en dehors des quatre entreprises du secteur public précédemment mentionnées, on trouve, dans la liste des onze plus grands producteurs (50 titres par an, ou davantage), cinq éditeurs universitaires (Maktabat al-anglû al-misriyya, Dâr al-fikr al-‘arabî, Maktabat al-nahda al- ‘arabiyya, Maktabat misr, Maktabat ‘ayn chams), un éditeur d’origine parascolaire aujourd’hui plus diversifié (Maktabat gharîb), et un seul éditeur au sens classique du terme, Dâr al-da‘wa, présence d’autant plus intéressante que cet éditeur islamique (ou plus précisément islamiste) est implanté non pas au Caire, mais à Alexandrie. À cette exception près, les maisons d’édition les plus importantes, sur le plan de l’aura intellectuelle, figurent toutes parmi la masse des éditeurs égyptiens qui publient (ou rééditent) moins de trente – voire moins de dix – ouvrages par an. Le fait que les « nouveaux entrepreneurs », ceux qui sont le plus actifs aujourd’hui, quelles que soient leurs orientations éditoriales, se situent dans la tranche inférieure tend à indiquer que le processus de restructuration du secteur de la production culturelle, amorcé à partir de l’infitâh, était loin d’être achevé à la fin des années 1980. En effet, et sauf à se poursuivre sur des bases économiquement artificielles (aides officielles ou subventions occultes, que laissent deviner certaines coéditions effectuées avec des maisons d’édition implantées dans les pays du Golfe6), l’activité de nombre des acteurs éditoriaux apparus depuis les années de l’ouverture économique ne peut se poursuivre que s’ils acquièrent une taille plus importante. Pour cela, il leur faut trouver un public, ce qui n’est vraisemblablement le cas que pour des secteurs très particuliers, essentiellement ceux du livre islamique, du livre d’actualité politique, ou encore de quelques niches commerciales dans le domaine du livre pratique (médecine et électronique notamment).

12Enfin, il apparaît que l’édition demeure un phénomène très largement limité au Caire. Mais dès qu’il y a spécialisation (livre universitaire), marginalisation (édition à compte d’auteur) ou innovation (livre islamique), des pôles d’édition existent et prospèrent dans les principales villes égyptiennes, dans ces capitales provinciales ignorées des cénacles cairotes, et des réseaux culturels internationaux. Le livre islamique, par exemple, peut-être également pour des raisons de censure, est particulièrement bien représenté en province : Alexandrie, Tanta, Al-Mansoura, etc. La carte de l’édition égyptienne apporte donc une autre confirmation de ce dédoublement de la scène éditoriale égyptienne. L’observation attentive des échanges permet de mettre en évidence, en quelque sorte dessous ou derrière une réalité de façade, l’existence d’autres circulations et d’autres réseaux, qui composent un paysage intellectuel très différent de ce que donnent à voir, au premier regard, les protocoles de la création la mieux connue.

Les auteurs

13La même observation peut être faite pour ce qui est de l’ensemble des auteurs. De nombreux textes n’étant pas signés, les statistiques portent sur un peu plus de 3 100 titres associés à un ou plusieurs auteurs (ouvrages collectifs). L’existence de plusieurs ouvrages, édités ou réédités au cours d’une même année, pour un même auteur (voir tableau 8 ci-dessous), apparaît comme l’indication probante d’une diffusion importante et donc d’une demande du public. Sans doute, il existe des exceptions à cette règle, dues à des circonstances particulières (spécialisation dans un domaine d’édition, rééditions exceptionnelles) et cette méthode minimise par définition le rôle des auteurs moins prolixes mais aussi plus jeunes. Toutefois, il demeure possible de mettre ainsi en évidence quelques-uns des créateurs les plus en vue du marché. Cette démarche, certainement insuffisante pour prétendre à un examen raisonné de l’ensemble de la production, permet néanmoins de dégager les tendances le plus marquées de la production imprimée actuelle.

  • 7 Questionné sur ce sujet précis, le romancier égyptien Sonallah Ibrahim, sans doute un des meilleurs (...)
  • 8 En plus de Walt Disney, on trouve Mahmûd Sâlim, une sorte d’Enid Blyton égyptien, et Muhammad Sa‘îd (...)

14Il apparaît ainsi que l’auteur qui bénéficie de la plus grande audience en Égypte (27 occurrences) est sans conteste possible… Walt Disney ! En vérité, ce chiffre n’est pas totalement saugrenu mais au contraire révélateur de pratiques culturelles massivement partagées dans l’Égypte de l’infitâh, les fameux miki-jîb (Mickey Poche) étant lus par un public qui déborde largement les seules classes enfantines7. Ce résultat tient également au fait qu’il s’agit de recueils de bandes dessinées édités à la chaîne. Et il est vrai que la méthode que nous avons adoptée, le recensement à l’aveugle des auteurs les plus fréquemment cités, provoque ce que l’on appelle en informatique un « bruit », des informations pertinentes se trouvant mêlées à des réponses de moindre intérêt. Néanmoins, la présence en tête de liste de trois auteurs locaux spécialisés dans la littérature enfantine est une confirmation sans équivoque de l’importance de ce marché, la remarque valant aussi pour les sept auteurs de manuels universitaires8.

Tableau 8 : Répartition des auteurs selon le nombre de titres édités en 1986

Tableau 8 : Répartition des auteurs selon le nombre de titres édités en 1986

Sources : statistiques de l’auteur (pour 3 102 titres avec mention d’auteur)
Remarque : le double encadré signale la sélection sur laquelle portent nos commentaires.
Détail des auteurs ayant le plus grand nombre de titres édités :
(1) T. Y. al-Maltî, I. ‘Abd al-Quddûs, H. al-Misrî, K. H. Abû Khayr, M. S. al-‘Uryân, M. ‘A. al-Bikrî, M. Qutb, M. Hilmî
(2) Th. Abâdha, ‘A. al-H. Mahmûd, S. M. Ibrâhîm al-Bayûmî, Ch. Dayf
(3) ‘A. al-H. al-Chawâribî, ‘A. M. al-‘Aqqâd
(4) H. M. Kamâl, Y. Haqqî
(5) M.M. Harajah, M. ‘Abd al-Tawâb
(6) S. Qutb
(7) ‘A. A. Bâkathîr
(8) M. Sâlim
(9) M. Mahmûd
(10) W. Disney

  • 9 Prototype de ce genre de complexe où se diffusent « par le bas » les thèmes de l’islamisme, cette a (...)

15Immédiatement après dans cette liste, on relève le nom d’un homme des médias, Mustafâ Mahmûd, ainsi que ceux de cinq hommes de lettres assez célèbres : Yahyâ Haqqî (un romancier de qualité ayant joué un rôle important pour la promotion de la jeune littérature au début des années 1960), Ihsân ‘Abd al-Quddûs et Tharwat Abâdha (deux auteurs de romans sentimentaux dont on a vu, pour le second, l’influence politique), et enfin ‘Abbâs Mahmûd al-‘Aqqâd (un homme de lettres natif d’Assouan, contemporain du grand Taha Hussein). Naturellement, une part de hasard entre dans cette sélection et la présence de Yahyâ Haqqî s’explique ainsi par le fait que ses œuvres complètes ont été rééditées cette année-lâ. Mais parallèlement à l’absence des très grands noms des lettres et de la pensée égyptiennes (Taha Hussein mais également Naguib Mahfouz, Tawfîq al-Hakîm pour n’en citer que quelques-uns), on remarque aussi que tous ces auteurs représentent des écoles littéraires aujourd’hui anciennes. L’écart entre les canons artistiques tels que tend à les définir le corps des spécialistes et les pratiques du public apparaît donc dans toute son importance. Mais plus encore que ce décalage, somme toute ordinaire, entre des pratiques « nobles » et « vulgaires », des conduites « distinguées » et d’autres « populaires », c’est le peu d’information dont on dispose sur les pratiques culturelles de masse et sur les grandes orientations des consommateurs qui est étonnante. Pourtant, si l’on observe la production du petit groupe d’auteurs retenus, les tendances majeures de ces pratiques apparaissent aisément. En effet, une fois éliminés les cas particuliers que constituent les textes d’universitaires ou ceux de spécialistes de littérature enfantine, le lien qui rassemble ces écrivains d’orientations apparemment assez disparates apparaît très clairement. La recette d’une bonne diffusion auprès du public égyptien est à l’évidence très étroitement liée à l’utilisation d’une thématique religieuse. L’auteur le mieux diffusé (après Walt Disney !) est ainsi Mustafâ Mahmûd, un ancien romancier et essayiste, proche du marxisme et du nationalisme durant les années nassériennes, au point d’avoir été inquiété pour un de ses titres que certains religieux jugèrent trop engagé. Touché par la grâce, il est devenu, durant les décennies suivantes, l’un des principaux apologistes de l’islam. Animateur d’une émission de vulgarisation scientifique à la télévision égyptienne, où il explicite les mystères de la science pour mieux mettre en évidence ceux de la création divine, Mustafâ Mahmûd intervient également dans la vie publique par le biais d’œuvres de bienfaisance. Il a notamment fondé, dans le quartier de Muhandessin, une société de charité9 qui est, depuis plusieurs années, un des lieux où l’islam politique fait la démonstration de sa force à l’occasion des grandes fêtes religieuses.

  • 10 Tous ces ouvrages sont édités aux éditions Dâr al-ma‘ârif, mais il est très significatif d’observer (...)

16Exemplaire d’un trajet politique et intellectuel partagé par de très nombreux acteurs de la scène artistique et intellectuelle, le cas de Mustafâ Mahmûd, écrivain moderniste et nationaliste passé à l’exaltation du patrimoine musulman via les mass média, reflète sans nul doute assez fidèlement les pratiques actuelles du marché du livre égyptien. Mustafâ Mahmûd est un polygraphe dont les écrits font écho à une parole largement diffusée et écoutée (le fait est important et revient de manière constante chez les principaux vecteurs d’opinion contemporains). À l’écrit, il utilise les techniques du roman, du théâtre, de l’essai, dans un même projet d’ensemble, une sorte d’apologétique musulmane destinée au grand public. Parmi les ouvrages de cet auteur imprimés en 1986, quatre titres résument à eux seuls les visées de cette production : Dialogue avec mon frère athée, Pourquoi j’ai refusé le marxisme, J’ai vu Dieu, Qu’est-ce que l’islam10 ? Le ton – car la référence orale y est souvent explicite comme le manifestent les titres des quelques ouvrages cités – est donc celui de l’édification du grand public et de l’exposition des vertus de l’islam.

  • 11 Aucun des titres mentionnés en 1986 ne figure à notre connaissance parmi les œuvres du théoricien d (...)

17Le second auteur à succès au sein de notre sous-ensemble s’appelle ‘Ali Ahmad Bâkathir. Cet auteur, que l’on ne verra mentionné dans aucune étude sur la culture égyptienne, n’en a pas moins publié 23 titres en 1986 (éditions et rééditions). Il est vrai qu’il s’agit de textes brefs, d’une centaine de pages (taille qui s’impose de plus en plus avec l’industrialisation de l’édition). Les raisons d’une telle diffusion apparaissent dans l’appellation générique de la collection où sont publiés ces ouvrages, aux éditions Maktabat misr : La Grande Geste de l’islam. Orientations, produits et public identiques pour l’auteur qui lui succède : Sayyid Qutb11 (semble-t-il seulement un homonyme du célèbre écrivain exécuté en 1966), signature sous laquelle les éditions Dâr al-da‘wa, à Alexandrie, très marquées par leur ligne éditoriale islamiste, ont publié 14 titres, la plupart dans la série Encyclopédie des récits de la vie du Prophète. Les sept titres que publient chacun des deux auteurs suivants sont destinés à un public plus exigeant mais sont tout aussi clairement religieux. Sayyid Mursi Ibrâhîm al-Bayûmî préfère diffuser ses œuvres à compte d’auteur, tandis que l’imam ‘Abd al-Halîm Mahmûd (L’Islam et la raison, L’Ascension du Prophète, etc.) passe par les services d’éditeurs. Ni l’un ni l’autre n’a vu sa réputation passer les frontières…

18L’islam tient une place importante mais c’est bien le religieux, au sens large, qui imprègne l’ensemble de la production imprimée. Tâdrus Ya‘qûb Maltî, avec six occurrences, est l’auteur vedette des éditions coptes mais il s’apparente à ceux que nous avons appelés les « auteurs spécialisés » (universitaires, écrivains pour enfants). Sa production est en effet diffusée uniquement dans des réseaux confessionnels dont certains indices (maisons d’édition, publications à compte d’auteur…) permettent de deviner la densité. Avec six titres également, Muhammad ‘Alî Qutb est une bonne illustration des nouveaux auteurs portés par la vogue du livre islamique. Il publie dans différentes maisons d’édition qui partagent les mêmes orientations idéologiques en faveur de l’islam politique et qui sont d’ailleurs unies par un faisceau de relations familiales, commerciales, professionnelles…, difficiles à déterminer avec précision (Maktabat al-qur’ân, Al-mukhtâr al-islâmî, Dâr al-wafâ’). S’adressant aussi bien au jeune public (Histoires du Coran pour les enfants) qu’aux adultes, il prêche à en croire le titre d’une de ses collections pour une « rationalité islamique consciente », laquelle passe par l’établissement d’un gouvernement islamique (Le Système politique de l’islam, L’État islamique et le gouvernement religieux). De manière assez classique pour cette production, les titres assonancés, à l’imitation des manuscrits de l’âge classique de l’islam, annoncent un contenu destiné à un public qui souhaite retrouver l’écho des savoirs traditionnels (voir par exemple le Dalîl al-hirân fi tafsîr al-ahlâm, quelque chose comme le Guide de l’homme perplexe pour l’explication des rêves complexes). Le ton est encore plus directement politique chez un dernier auteur, Mustafâ Hilmî (6 occurrences également), qui s’adresse à un public plus intellectuel, utilise les « bons auteurs », tel Ibn Taymiyya, référence canonique de l’islam politique contemporain (Ibn Taymiyya et le soufisme), et glose sur les thèmes de prédilection du discours islamiste, par exemple lorsqu’il se propose d’expliquer Les Secrets cachés de l’abolition du califat ottoman.

19S’il fallait un argument de plus pour montrer l’importance de cette veine musulmane, on peut ajouter que la présence de ‘Abbâs al-‘Aqqâd, un des rares auteurs reconnus au sein de notre sélection, s’explique par la nature de sa production. En effet, les ouvrages diffusés en particulier par la très populaire collection Iqrâ’ relèvent bien de la thématique que nous avons rencontrée chez les autres écrivains puisqu’il s’agit de biographies plus ou moins historiques des grandes figures des premiers temps de l’islam, le Prophète et ses compagnons. Il est intéressant de noter que ‘Abbâs al-‘Aqqâd fut loin d’être le seul écrivain à se livrer à cet exercice. Durant les années 1940, Taha Hussein lui-même s’y était essayé, avec des textes comme En marge de la vie du Prophète, mais il y eut également des auteurs tels que Tawfiq al-Hakîm et Muhammad Husayn Haykal. L’exemple de ‘Abbâs al-‘Aqqâd montre bien que la « seconde scène » des pratiques culturelles du livre possède ses propres règles, ses critères d’évaluation qui donnent la faveur, y compris pour un auteur entré au panthéon de la littérature nationale, à certains textes, à certaines périodes créatrices, indépendamment des jugements de l’histoire littéraire ou culturelle.

Les textes

  • 12 Cf. A. Abdel Malek, Égypte, société militaire, op. cit., p. 256.
  • 13 Cf. « Bawâkîr al-mu’achchirât al-ihsâ’iyya lil-kitâb al-‘arabî » [Premiers résultats des indicateur (...)

20Les observateurs du livre sont nombreux à souligner le caractère massif de la production religieuse mais il est difficile d’en apporter la preuve car les données bibliographiques ne traduisent pas un infléchissement particulièrement net de la production en cette direction. Alors qu’un auteur comme Anouar Abdel-Malek affirmait, dès le milieu des années 1960, au vu des titres et des prières d’insérer qui les accompagnaient, que les livres religieux représentaient « plus du tiers du volume total de l’édition égyptienne12 », les statistiques des services officiels continuaient à indiquer des proportions beaucoup moins importantes. Par exemple, selon une étude portant sur 1 575 ouvrages arabes publiés en 1983-1984 et diffusés sur le territoire égyptien, « seulement » 21,2 % de la production (334 titres) entraient officiellement dans la catégorie « islam et autres religions »13.

21Cet écart tient en grande partie aux contraintes de la classification décimale qui distribue les ouvrages selon le domaine auquel ils appartiennent sans tenir compte des éléments que peuvent faire apparaître un sous-titre, une collection, une quatrième de couverture, etc., et en vertu d’une grille qui n’est pas nécessairement adaptée aux catégories de la production en langue arabe. Or, le fait que les ouvrages religieux ne soient pas strictement cantonnés à la seule catégorie qui les englobe théoriquement est un phénomène bien connu ; on oserait même écrire légitime. C’est par exemple le cas du droit où les particularités du système juridique égyptien font que les sciences religieuses, notamment les disciplines du fiqh et tout l’appareil critique qui permettent l’interprétation et l’utilisation de la charî‘a, y occupent une place toute particulière. Dans ce domaine précis, c’est davantage à partir de la fréquence statistique des ouvrages adoptant une perspective religieuse, par rapport à ceux qui ne relèvent que du seul droit positif, que des conclusions doivent être tirées. On peut interpréter de la même manière l’importance numérique du fonds religieux pour la production de textes à l’intention de la jeunesse, mais également pour d’autres champs éditoriaux tels que les ouvrages politico-historiques (avec la production islamiste centrée sur l’actualité ou la thématique du moment : actualité des croisades, pamphlets sur le sionisme international, etc.) ou l’éducation (manuels d’éducation religieuse, conseils pour l’éducation de la famille et la tenue de la femme, réponses pratiques aux problèmes que peut se poser un musulman dans sa vie de tous les jours…).

  • 14 Collections publiées respectivement par les éditions Maktabat wahba, Dâr al-wafâ’, à Mansoura et Dâ (...)
  • 15 Estimation avancée par te professeur al-Hijrisî, rédacteur en chef de la revue ‘Alam al-kitâb (n° 1 (...)

22Il y a tout de même des domaines où cette orientation est plus inattendue. A lire les titres de la production égyptienne, on retient l’impression que toute étude en sciences humaines, et même en sciences exactes, est désormais de près ou de loin islamique ! Par exemple, un auteur propose au public étudiant une Théorie du comportement des consommateurs ; étude islamique en théorie économique et une Théorie historique ; introduction islamique à l’histoire de l’économie. D’autres proposent une « psychologie islamique » (La Responsabilité collective et la personnalité musulmane ; étude psycho-éducative’) ou encore des « sciences de l’information islamiques (La Radiodiffusion islamique, ou encore La Vie du Prophète et l’information islamique). En réalité, et comme le montrent l’exemple des médias ou celui de l’éducation, tous les secteurs de la connaissance sont abordés à partir du prisme religieux, mais avec l’intention déclarée de fonder une rationalité nouvelle qui permette de concurrencer les modèles de pensée « importés de l’Occident ». La série des Études de psychologie islamique, ou encore celle de la Littérature islamique mondiale, entrent dans un projet d’ensemble, celui d’une « rationalité islamique consciente », propre à fonder « une génération islamique14 ». En définitive, si l’on ajoute à la production religieuse, au sens traditionnel du terme (textes de référence, éducation religieuse, apologétique, etc.), tous les ouvrages pour lesquels cette dimension est présente dans leur problématique (politique et islam, droit et islam, économie et islam, etc.), on obtient un total de près d’un millier de textes (956 très exactement), soit un peu moins du tiers de la production courante. Ce résultat dépasse indéniablement – assez largement – certaines évaluations qui ont pu être faites et qui situaient le livre religieux entre 15 % (catalogage officiel) et 25 %15 du total des titres. En revanche, il correspond à bon nombre d’estimations avancées par les professionnels du livre de manière intuitive. Il faut néanmoins le considérer comme un seuil minimal pour deux raisons au moins : d’une part, parce que la partie invisible de l’édition égyptienne, certainement importante, relève pour une très large part de ce secteur éditorial ; de l’autre, parce que les statistiques ne portent que sur le chiffre brut de titres édités et ne tiennent pas compte des tirages et de la diffusion auprès du public.

Les pratiques de lecture

  • 16 Cf. Al-Musawwar, 29 janvier 1993, p. 16.

23En réponse à la question d’un journaliste s’étonnant de constater la bonne santé de l’édition en dépit des lamentations rituelles sur la crise du livre, Chukrî ‘Ayyâd, universitaire réputé, retrouvait, en 1993, les accents d’un Muhammad ‘Abduh lorsqu’il tonnait, un siècle plus tôt, contre les succès commerciaux des éditions populaires : « Dans cette catégorie, on ne peut citer que les livres qui rapportent des ragots politiques, des choses surnaturelles et des sornettes, rien que idioties stupides et sans valeur scientifique ou intellectuelle, rien que des vésanies qui montrent combien le niveau de compréhension des lecteurs baisse, combien s’avilit leur goût culturel. Il y a aussi des livres religieux que des lecteurs s’efforcent de posséder par cœur pour attirer sur eux les faveurs divines, mais on ne peut pas dire qu’ils lisent ces livres ou les comprennent16. » Au grand dam des intellectuels, le public égyptien, malgré plus d’un siècle d’acculturation au livre imprimé, continue à se montrer rebelle aux programmes de lecture qu’élaborent pour lui les élites… Le récent renouveau de l’édition égyptienne ayant accompagné l’évolution du comportement des consommateurs, on est toutefois en droit de supposer que l’offre éditoriale correspond désormais, plus que jamais, à la demande du public, et que ces livres islamiques trouvent effectivement des lecteurs. Mais est-il possible d’aller au-delà de ce postulat de principe ? Peut-on au contraire affirmer comme certains – et tout particulièrement comme nombre d’intellectuels de l’ancienne école – que cette production s’est développée dans un cadre artificiel, sans lien avec la réalité ?

24Apporter une réponse définitive à ce débat supposerait que l’on possède des informations certaines sur les comportements du public. Or, on ne possède que des indices. Les usages de l’édition égyptienne, et plus encore aujourd’hui alors que règne sans partage la loi du marché, font qu’il n’existe aucune indication fiable quant à la diffusion des titres. D’ailleurs, les éditeurs ne cherchent même pas à cacher ce secret de polichinelle que constitue l’existence de multiples retirages à l’insu des auteurs et des autorités de contrôle (fisc ou dépôt légal). De même, les statistiques culturelles restent, dans ce cas précis, muettes. La sociologie arabe d’une façon générale, et égyptienne en particulier, ne s’est guère aventurée sur le terrain des pratiques culturelles et se cantonne le plus souvent dans une approche très théorique.

25Malgré ce préambule peu encourageant, quelles indications peut-on espérer dégager sur les pratiques de lecture en Égypte ? En premier lieu, il n’est pas inutile de préciser l’étendue de ce public. En dépit des efforts effectués depuis le siècle dernier, puis à la suite de la révolution de 1952 qui fit de la lutte contre l’analphabétisme, conjointement au développement du système éducatif, l’une de ses priorités, la population du pays du scribe (dont la silhouette constitue le logo de l’Organisation générale du livre) reste majoritairement privée de l’accès à la lecture. Ainsi, selon le recensement de 1988, près de 50 % de la population – 37,8 % pour les hommes et 61,8 % pour les femmes – demeuraient analphabètes (cf. tableau 9 ci-dessous). La presse cite plus volontiers un pourcentage de 60 % et même de 70 % de la population totale. En raison d’un fort taux de croissance naturelle, les progrès de l’éducation ne suffisent pas à faire baisser le nombre total des analphabètes. En pourcentage par rapport à l’ensemble de la population, leur nombre baisse ; en données brutes, il continue à progresser.

Tableau 9 : Répartition de la population selon le niveau d’éducation ; recensements de 1960 à 1986

Tableau 9 : Répartition de la population selon le niveau d’éducation ; recensements de 1960 à 1986

Sources : Population, Housing and Establishment Census – 1986. Preliminary Results, Central Agency for Public Mobilisation and Statistics, juin 1987, p. 18.

26Par ailleurs, il faudrait pouvoir avancer une estimation plus précise du nombre des personnes qui ont été alphabétisées mais qui, faute de pratique, ont perdu la capacité de lire ou d’écrire. Enfin, parmi les lecteurs potentiels, il conviendrait de savoir qui pratique effectivement la lecture… Même en l’absence de données chiffrées tout à fait fiables, celles que l’on possède sur la circulation des imprimés sont déjà extrêmement éloquentes, d’autant plus qu’il s’agit d’un indicateur plus fidèle que d’autres. En effet, la modicité du prix des journaux fait qu’il n’y a pas, pour ce support, de réel obstacle économique au désir de lecture, au contraire du livre. De plus, depuis la fin du siècle dernier, le journal fait véritablement partie des habitudes sociales ; c’est même devenu un symbole de promotion sociale. Si l’Égyptien consomme de la matière imprimée, c’est avant tout sous cette forme. Pourtant, les tirages des plus grands quotidiens dépassent exceptionnellement les 500 000 copies pour les jours ordinaires, un million pour les jours fériés (tirages du quotidien Al-Akhbâr, le plus distribué de nos jours). Même en cumulant les différents titres disponibles sur le marché, on atteint difficilement deux millions de copies par jour ouvrable. L’imprimé, même sous cette forme, n’intéresse par conséquent qu’une fraction minime de la population.

  • 17 Cf. S. al-Bahrâwî, « Le public de la littérature… », art. cit., pp. 179-182.

27Toutefois, dans cette estimation, il faut tenir compte de deux facteurs qui peuvent élargir quelque peu l’étendue du lectorat : d’une part, la persistance de pratiques de lecture collective, encore très courantes, surtout dans les campagnes ; de l’autre, l’existence de lectures qui ne se confondent pas avec celles de la presse. Très marginales en ce qui concerne le public traditionnel du livre (dans sa définition occidentale, celle d’une certaine édition de qualité), ces pratiques peuvent être plus importantes dans d’autres domaines, celui du livre d’enseignement mais surtout celui du livre religieux, deux secteurs très importants. D’ailleurs, bien que les problèmes de la lecture reviennent, depuis toujours ou presque, comme un leitmotiv dans le discours des responsables culturels, il n’y a jamais eu à notre connaissance l’amorce d’une réflexion sur les pratiques populaires de l’écrit, y compris lorsqu’elles sont associées à des formes orales (dévotions religieuses, pratiques magiques, folklore, etc.) Pourtant, l’évaluation des campagnes d’alphabétisation a montré que l’utilisation des textes religieux produisait justement les meilleurs résultats. Il est vrai que c’est une voie sur laquelle les responsables politiques hésitent à s’engager dans le contexte actuel… Aujourd’hui, il est donc presque impossible d’évaluer le lectorat du livre. Sayyid al-Bahrâwî s’est néanmoins livré à cet exercice en proposant une estimation globale évaluée à quelque 800 000 lecteurs, soit entre 1 % et 2 % de la population totale17. Estimation alarmante mais qui correspond à la fois à ce que l’on peut observer sur le marché en termes de tirages, de points de vente, etc., aux déclarations des professionnels du livre, et enfin aux constats qu’établissent les plus lucides des responsables égyptiens, depuis fort longtemps déjà si l’on se souvient des propos alarmistes de Taha Hussein dans l’Avenir de la culture.

  • 18 Résultats mentionnés dans la revue Al-Musawwar, « Lil-marra al-mi’a : al-kitâb ilâ ayna ? » [Pour l (...)

28Concernant les habitudes de lecture, très peu de documents sont disponibles. Néanmoins, certains sondages peuvent être cités, bien qu’aucun ne repose sur des critères totalement satisfaisants. Selon l’un d’entre eux, effectué en 1983 par la section des sciences documentaires à la faculté des lettres du Caire18, chaque Égyptien ne consacrait en moyenne et par an que 90 millimes pour l’achat de livres, soit une somme très inférieure à celle qui pouvait être utilisée pour d’autres formes de loisirs. Pour la majorité de la population, le livre reste une pratique culturelle très marginale, ce que montre bien l’une des rares enquêtes effectuées dans ce domaine. Réalisée en 1966 auprès de la population d’un village d’un peu plus de 4 000 habitants, Al-Marâzîq, cette étude révélait que les premiers vecteurs culturels restaient les pratiques traditionnelles (chants religieux, fêtes, conteurs, etc.) ou encore, parmi les loisirs plus modernes, la radio, la télévision et le cinéma. À cette époque, déjà 38 % des ménages possédaient un poste radio (de nos jours, on évalue à plus de 90 % le taux d’équipement des ménages en postes de télévision), quand 14,4 % seulement possédaient un imprimé (livre, brochure, revue).

  • 19 Cf. Abou l-Najâ’, Dhikrayât ‘âriyya, op. cit., pp. 209-210.
  • 20 Cf. Gh. Chukrî, Balâgh ilâ al-ra‘yy al-‘âmm, op. cit., p. 234 sq. Les sources ne sont pas mentionné (...)

29Peu nombreux en volume, les lecteurs se recrutent dans certaines catégories de la population qui, apparemment, ne semblent guère se renouveler en dépit des transformations socio-économiques. Une enquête commanditée par Sayyid Abû al-Najâ’, alors directeur des éditions Dâr al-ma‘ârif et venu du monde de la publicité19, avait montré, en 1963, que les amateurs de livres de culture générale se recrutaient en majorité parmi les étudiants et les enseignants du secondaire, les intellectuels plus spécialisés ayant tendance à restreindre leurs choix à leur seul domaine professionnel. Parallèlement, les résultats révélaient que les célibataires lisaient davantage que les personnes mariées, et les classes moyennes plus que les classes aisées. Or, d’après des chiffres qui portent vraisemblablement sur le début des années 1980 et que cite Ghâlî Chukrî20, on observe vingt ans plus tard les mêmes orientations d’ensemble : 40 % des lecteurs ont moins de 25 ans (essentiellement le public des scolaires et étudiants des premiers cycles), 25 % sont fonctionnaires, appartiennent aux professions libérales (journalistes, avocats…) ou sont des étudiants en cycle supérieur (doctorat). Une autre enquête auprès d’une centaine d’étudiants permet de mieux quantifier ces pratiques. Selon le journal AZ-Chto‘ab (juillet 1987), la moyenne des achats pour cette population est de 4,50 livres égyptiennes par an (toutefois, la pratique des prêts et des achats partagés, plusieurs étudiants se cotisant pour acheter un même ouvrage, est particulièrement répandue dans cette catégorie de la population).

  • 21 Cf. Al-Jumhûriyya, 28 avril 1986.
  • 22 Cf. « Al-fikr al-fann wal-thaqâfa » [La pensée, l’art et la culture], Al-Ghadd, [1985], pp. 25-35.
  • 23 Selon cette enquête, établie à partir d’un échantillon très peu représentatif (333 étudiants, 31 mé (...)

30Quant aux goûts de ce public, ils ne sont guère mieux connus en dehors des deux ou trois catégories d’ouvrages qui bénéficient d’un meilleur accueil. Et même sur ce point, les professionnels eux-mêmes ont toutes les peines à se mettre d’accord sur leur hiérarchie. Ainsi, lors d’une discussion rapportée par le quotidien Al-Jumhûriyya21, l’éditeur Wâfiq Mursî met en tête des meilleures ventes les livres religieux et les ouvrages pour la jeunesse, catégorie très importante selon Ibrâhîm al-Mu‘allim mais beaucoup moins pour sa collègue Magda Rifâ‘a (Dâr al-thaqâfa al-jadîda) qui insiste davantage sur les livres politiques, tandis que le hajj Madbûlî revient quant à lui à l’importance du livre religieux. En réalité, et bien qu’elle soit souvent minimisée par bien des acteurs culturels parce qu’elle contredit leurs propres choix intellectuels et politiques, il ne fait pas de doute que cette dernière catégorie, celle du livre religieux, attire la majeure partie du public égyptien. Il faut d’ailleurs une certaine dose de mauvaise foi pour ignorer un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Des statistiques établies durant l’année 1987 à partir des chiffres recueillis par les services de diffusion d’Al-Ahrâm (le plus important établissement de ce type en Égypte, l’équivalent des NMPP françaises) montraient ainsi, sans la moindre équivoque, l’engouement du public pour ces textes. Les foires du livres qui se tiennent chaque année au Caire confirment sans ambiguïté aucune cette tendance déjà perceptible dans une enquête effectuée au début de l’année 1985 par le livre périodique Al-Ghadd auprès d’un millier de personnes22. Dans la liste établie par ce corpus, très « intellectuel » puisqu’on n’y trouve qu’une centaine de personnes appartenant aux catégories modestes de la population, figurent de nombreux auteurs « légitimes ». Mahfouz est le premier classé, mais il est immédiatement suivi du cheikh Cha‘râwî et de Mustafâ Mahmûd23, les Tourments et bonheurs de la tombe du premier recueillant à eux seuls 26 suffrages féminins, soit une représentation extrêmement forte par rapport à la composition de l’échantillon. Et de fait, nos propres enquêtes auprès des diffuseurs de littérature islamique confirment cette tendance : le succès phénoménal du livre islamique n’est possible que parce qu’il a élargi son public en trouvant des lecteurs dans toutes les franges sociales, y compris auprès d’individus qui restaient traditionnellement à l’écart du mot imprimé.

Le marché des « librairies de trottoirs »

31Même en l’absence d’enquêtes réellement fiables, il n’est pas totalement impossible d’avancer quelques observations sur les aspects quantitatifs du marché des biens culturels. Ainsi, la diffusion des ouvrages vendus sur les trottoirs du Caire offre une image du marché d’autant plus intéressante qu’elle apporte un démenti à nombre d’idées reçues. Depuis longtemps, ces « librairies » constituent une des caractéristiques du marché du livre égyptien. A côté du secteur traditionnel de la librairie, une grande partie de la production éditoriale est écoulée directement dans la rue, grâce aux multiples points de vente de la presse qui proposent un choix de livres allant d’une poignée d’ouvrages à plusieurs centaines de titres. Si les installations les plus modestes se résument à quelques feuilles de carton posées à même le sol, d’autres correspondent davantage à de véritables kiosques à journaux. Entre les deux, on trouve de nombreuses formules. Bien qu’elles soient toutes situées, pour des raisons évidentes, en des endroits particulièrement fréquentés (grandes artères, carrefours et gares du centre ville), ces librairies de trottoir peuvent se distinguer les unes des autres par la nature des ouvrages qu’elles proposent. En fonction de son public, de sa localisation, de l’importance de son installation, mais aussi de ses propres choix, le vendeur de journaux peut offrir un assortiment assez varié, ou au contraire se spécialiser dans un domaine particulier. On trouve ainsi des « trottoirs » tournés vers le livre pratique, le livre d’occasion, le livre politique ou encore le livre religieux. Bien loin de constituer un mode de diffusion marginal, comme pourrait le faire croire leur aspect souvent précaire, les librairies de trottoir jouent au contraire un rôle très important dans un paysage éditorial égyptien dominé à présent par les productions destinées au grand public. Entre autres avantages, cette distribution requiert des investissements réduits (peu ou pas de stocks) et permet de connaître dans un délai extrêmement bref, de deux à trois semaines seulement, les réactions de la clientèle. La répartition géographique des stands montre qu’ils se situent principalement dans les zones modernes de la ville, en particulier celles où il y a une forte concentration d’activités commerciales. Alors qu’on ne compte au Caire qu’une poignée de librairies, au plein sens du terme, c’est parfois tous les vingt mètres, notamment dans le centre ville, que l’on trouve des étalages à même le sol.

32Le public et la production des librairies de rues diffèrent de ce que l’on peut observer dans les points de vente traditionnels, et en premier lieu parce que l’on y constate des logiques sociales et économiques différentes. Par exemple, alors que la censure surveille attentivement la diffusion en librairie, les étalages de la rue, de par leur caractère plus informel, échappent davantage au contrôle et peuvent offrir à l’occasion des ouvrages qui ne mentionnent ni éditeur, ni dépôt légal. Les alentours immédiats de certaines mosquées ont ainsi la réputation de diffuser des ouvrages très militants et aucun harcèlement policier ne peut durablement éradiquer un tel phénomène. Mais la spécificité du réseau des librairies de trottoirs tient à d’autres raisons, notamment parce qu’en dépit d’apparences identiques, la consommation d’un livre relève en fait de réalités profondément différentes. Même si la frontière est parfois difficile à tracer, il est certain que l’achat d’un ouvrage dans une « vraie » librairie n’a pas la même signification que l’achat, sur le chemin du travail ou de la maison, d’un livre repéré à l’étalage d’un kiosque. L’intérêt des librairies de trottoirs est justement de révéler les « véritables » – parce que majoritaires – pratiques du livre telles qu’elles se sont développées dans le cadre d’une large diffusion des comportements de consommation et, plus généralement, d’une modernisation (entendue au sens d’occidentalisation) des modes de vie de la population égyptienne.

  • 24 Il s’agit de la collection de 28 volumes, intitulée « La bibliothèque islamique de cheikh Cha‘râwî  (...)

33La simple observation des rues du Caire suffit à révéler la place considérable qu’y occupe, ne serait-ce que spatialement, le livre islamique. Ainsi, lorsque les trottoirs offrent toute une gamme de produits, ce dernier y est toujours bien représenté. À l’inverse, lorsqu’il y a spécialisation, c’est presque toujours dans ce domaine particulier, qui constitue, par conséquent, à n’en pas douter, le secteur le plus rentable. La hiérarchie des ventes se devine également à la composition des étalages. Régulièrement alimenté tout au long de l’année grâce à la production des multiples maisons d’édition qui se sont créées pour exploiter ce créneau commercial (avec néanmoins certains pics à l’occasion de fêtes religieuses comme le ramadan), le livre islamique occupe le plus souvent le meilleur emplacement, soit juste à côté des journaux, là où le kiosquier rend la monnaie, soit à hauteur des yeux lorsqu’il existe des présentoirs. Quantitativement, la comparaison entre la diffusion de certains ouvrages islamiques et celle du reste de la production est très significative. Seuls les livres qui relèvent de la première catégorie peuvent être vendus à plus d’une dizaine d’exemplaires par jour, sur quelques points de vente particulièrement bien situés. Au début des années 1990, plusieurs titres d’une nouvelle collection publiant les prônes de cheikh Cha‘râwî, la star de la prédication islamique télévisée, ont pu être tirés à plus de 250 000 exemplaires24 (àtitre de comparaison, 10 000 exemplaires constituent déjà un excellent succès de librairie, tandis qu’un best-seller peut atteindre les 50 000 exemplaires). D’ailleurs, la demande a été tellement importante qu’àpeine un mois après leur sortie initiale, ces livres, épuisés sur le marché traditionnel, se revendaient déjà dans les boutiques d’El-Ezbekiya, spécialisées dans le marché du livre d’occasion. Avec les étalages des trottoirs du Caire, on voit ainsi apparaître ce « second marché » du livre, cette autre face de la culture, souvent niée, toujours dépréciée, par les acteurs culturels reconnus. D’autres modes de diffusion comme les étalages des supermarchés de quartier, d’autres circonstances telles que les différents salons du livre, d’autres sites d’observation, par exemple les quelques lieux publics où le livre est présent, notamment dans les clubs que fréquente la bourgeoisie du Caire, ou encore d’autres supports de médiatisation tels que les cassettes vidéo ou audio, confirment ce constat établi à partir des librairies de trottoirs : alors que le livre traditionnel traverse une crise aiguë, le livre moderne, tout particulièrement dans sa version islamique, connaît une expansion indéniable.

Le livre islamique : un phénomène éditorial

  • 25 Statistiques sujettes à caution pour les raisons évoquées dans le chapitre précédent mais néanmoins (...)

34Pour autant, ce type de publication n’est pas apparu du jour au lendemain. Au contraire, son succès actuel se comprend par rapport à des formes plus anciennes, et notamment une tradition de l’exégèse qui n’a cessé d’évoluer. De fait, le phénomène du livre religieux, récurrent dans la tradition éditoriale égyptienne, existait déjà durant les années 1960, au plus fort de la vague nassérienne. Parmi les livres les plus vendus à cette époque, celle de la plus forte mobilisation idéologique à laquelle participa, bon gré mal gré, l’essentiel des élites intellectuelles, on trouve différents textes à référence religieuse, classiques ou même modernes, telle la biographie d’Abû al-Hasan al-Chadhilî, écrite par ‘Abd al-Halîm Mahmûd, qui tira à 40 000 exemplaires, ou encore la lecture « marxisante » de la vie du Prophète, Mahomet, le révolté, due à la plume d’al-Charqâwi et dont quelque 22 000 exemplaires disparurent des librairies en moins d’un mois. Durant les années 1970, lorsque Sadate choisit de soutenir les courants traditionalistes pour mieux dominer l’opposition progressiste, cette tendance éditoriale put s’affirmer avec d’autant plus de vigueur qu’elle avait été contrée, parfois même sévèrement réprimée, auparavant. Par exemple, entre 1975 et 1985, soit en un peu plus d’une décennie, il s’imprima dans les centres éditoriaux de province environ 50 % de tout ce qui s’était jamais édité dans ce domaine depuis la création de l’imprimerie au siècle dernier25. Toutefois, si l’on devait dater l’apparition du livre islamique sous sa forme actuelle, l’année 1983, avec en particulier la présence massive de ce type de publications lors de la foire du livre du Caire, constitue pour nombre d’observateurs un repère important. Aujourd’hui, comme nous avons pu le constater à différentes reprises, l’édition islamique a atteint un volume de production véritablement phénoménal.

35Il reste qu’on peut légitimement s’interroger sur le sens exact de l’expression « livre islamique » [kitâb islâmî] car, dans la pratique, des textes d’apparence très diverse peuvent être réunis sous cette appellation. Pour préciser les choses, on peut avancer en premier lieu que le livre islamique constitue un produit nouveau qui se démarque des ouvrages religieux classiques, traditionnellement une des spécialités de l’édition égyptienne. Dès sa création au siècle dernier, celle-ci a, en effet, bâti une bonne partie de sa fortune sur l’impression de textes religieux anciens. Depuis, les volumes du Coran, les commentaires et les exégèses, et d’une façon générale les textes du patrimoine islamique (turâth) n’ont cessé d’être réédités. Les procédés techniques ont pu changer, avec en particulier la multiplication des reprints d’éditions anciennes, le turâth ne saurait pourtant se confondre avec ce qu’on appelle le livre islamique. En effet, le premier exploite un fonds éditorial clairement délimité et possède une tradition, celle des beaux ouvrages à l’ancienne destinés, au moins à l’origine, à un public d’initiés ; à l’opposé, le second est essentiellement un livre bon marché, conçu selon les techniques modernes d’édition, et surtout destiné à une diffusion de masse, et donc à un lectorat a priori moins qualifié. Produit pour être rapidement consommé par le public, exploitant un créneau éditorial assez strict, celui des ouvrages brochés d’une centaine de pages valant entre 5 et 10 francs, le livre islamique participe de ce renouveau éditorial qui a permis l’introduction en Égypte, à partir de la fin des années 1970, des techniques modernes de fabrication (micro-édition) et de commercialisation (fidélisation du public par la création de collections, publicité).

36Pourtant, ne serait-ce que par son apparence, il est manifeste que le livre islamique possède un style qui lui appartient en propre. Parmi les codes visuels qui ont pour fonction de le distinguer des autres ouvrages, l’illustration de couverture joue, avec le titre, un rôle essentiel. Divers procédés peuvent être utilisés, mais on relève avant tout la présence d’éléments chargés de dénoter l’univers religieux. On peut trouver ainsi un portrait de l’auteur, bien souvent un cheikh revêtu des attributs de sa fonction, ou encore divers motifs symbolisant l’islam (minaret de mosquée, fidèle accomplissant ses dévotions, etc.). La rhétorique visuelle du livre islamique s’adresse à un public qui ne se confond ni avec celui du livre de turâth ni avec celui du livre de qualité. La distinction – au sens que donne Pierre Bourdieu à ce terme – des calligraphies en lettres dorées, celle des ouvrages réservés à l’élite intellectuelle, est parfaitement étrangère à cette production qui, bien qu’elle puisse être soignée, fait souvent appel à une imagerie populaire, violemment colorée, volontiers naïve. Une part de spontanéité n’est pas nécessairement à exclure ; pourtant, ce serait faire injure aux producteurs de ces textes que de les croire incapables de calcul. On peut légitimement penser qu’ils choisissent intentionnellement un type d’illustrations adapté à leur clientèle et à leur diffusion, celle des librairies de trottoirs ou des stands aux portes des mosquées.

  • 26 Sur l’utilisation de cette tradition dans la librairie contemporaine, cf. S. El Alaoui,Les Librair (...)

37Cependant, c’est essentiellement par son contenu que le livre islamique constitue un genre à part entière. En effet, sa vocation majeure consiste à fournir au grand public une tradition actualisée. Au lieu de se contenter, comme les éditeurs des textes du patrimoine, de reproduire les classiques, la nouvelle édition islamique s’efforce d’en rendre le contenu à la fois plus accessible et plus proche des réalités contemporaines. Modernisant les techniques traditionnelles de compilation du savoir, de réadaptation et de simplification26, telles qu’on les trouvait déjà au xiiie siècle chez un Nawawî, par exemple, l’« auteur » du Jardin des Justes [Riyâdh al-sâlihîn], les textes sont sélectionnés et édités en morceaux choisis, parfois même réécris, en fonction de ce projet éditorial. On trouve, par exemple, des sélections, à l’intention des enfants, de la célèbre recension des Dits du Prophète établie au ixe siècle par al-Bukhâri. De la même tradition, on a pu tirer Cinquante Recommandations du Prophète à l’intention des femmes. À partir de différents textes anciens, on réunit une Encyclopédie des textes de la jurisprudence concernant les femmes, manuel pratique qui permettra de répondre aux multiples questions qui se posent aux musulmans dans leur vie quotidienne, ou encore un recueil de préceptes religieux à l’intention des sportifs. Les sujets sont innombrables.

  • 27 « Ikhtarnâ laka min al-turâth », collection publiée par Maktabat al-qur’ân, une des antennes partic (...)

38Une autre possibilité consiste à produire des textes contemporains, mais dans le cadre de la tradition, et bien souvent à l’imitation des Anciens. De toutes les manières possibles, on expose le point de vue musulman sur les grands problèmes qui vont des questions ontologiques à la quotidienneté la plus concrète, du « Pourquoi sommes-nous sur terre ? » au « Est-il licite ou non de…? » C’est bien la vérité intemporelle de l’islam qu’il s’agit de retrouver, et de mettre en valeur, en renouant le fil de « l’authentique tradition ». Loin d’être prisonniers des formules du passé, les exégètes modernes choisissent au contraire de s’adresser à leurs contemporains et d’évoquer les problèmes de tous les jours. Comme on le devine à la lecture des titres, les femmes, dont on a vu l’importance en tant que public, constituent une cible commerciale privilégiée. Leur univers, celui de la maison, des tâches domestiques et de l’éducation des enfants, témoigne de façon privilégiée de la manière dont les textes et les jugements du passé peuvent intervenir dans les préoccupations du présent. Pour les femmes seulement : la maison, la cuisine, les vêtements, la santé, les enfants, placé sous le prestigieux patronage de La Bibliothèque d’Avicenne, voisine avec Le Bonheur conjugal en islam : tous participent d’un même projet culturel qui, inévitablement, retrouve la rhétorique militante des périodes précédentes. Aux morceaux choisis de l’ère nassérienne (Nous avons choisi pour l’ouvrier, le paysan, le soldat, etc.) répond aujourd’hui le « Nous avons choisi pour toi… dans les textes du patrimoine27 » de l’âge islamiste !

  • 28 Titres de deux collections d’ouvrages du cheikh Mutawwalli al-Cha‘râwî, publiée l’une au Caire par (...)
  • 29 Cf. T. Habîb, Min al-alif ilâ al-yâ’, Le Caire, Al-maktab al-misrî al-hadîth, 1990.

39Quels que soient les procédés utilisés, les différentes actualisations de la tradition ont en commun une recherche de lisibilité. Rompant avec les subtilités de la rhétorique classique, la composition du livre islamique recherche une efficacité maximale dans le cadre des techniques modernes de communication. Tout concourt à cet effet, depuis la mise en page qui multiplie les codes typographiques et les procédés de mise en valeur du texte jusqu’àla langue, proche du parler égyptien, quand elle n’est pas purement et simplement dialectale. La présentation dialoguée, chère à la rhétorique du catéchisme, est également très souvent reprise : Demande, l’islam te répond, ou encore Questions délicates : réponses franches28. À la composition sinueuse des ouvrages traditionnels, on préfère désormais un mode d’exposition plus contemporain : en suivant l’ordre de l’alphabet, cheikh Cha‘râwî fait le tour des grands thèmes religieux, de la lettre alif comme imân (la foi) jusqu’au yâ’ comme yaqîn (la certitude). Cet exemple montre comment l’écrit vient aujourd’hui en complément de l’image et du son. L’« auteur » est en effet le journaliste producteur d’une série produite par la télévision égyptienne mais achetée et diffusée en avant-première au Koweït29.

40On a souvent remarqué qu’une partie considérable de cette production tourne autour de quelques thèmes privilégiés. Cette fois encore, la Bibliothèque islamique de cheikh Cha’râwî, véritable archétype du livre islamique contemporain, fournit un excellent exemple. Les premiers titres de cette collection traitent ainsi, dans l’ordre, de la magie et de l’envie, de la fin du monde, de l’invisible, de la vie dans la tombe, du Jugement dernier, du paradis et de l’enfer, de l’homme et du diable, du mythe des Dormants de la caverne… La mention de ces titres permet de mesurer à quel point on est loin, avec une telle production, de la grande tradition de la culture écrite. Traitée de façon moderne, en conservant un niveau de généralisation et une approche « grand public », la thématique du livre islamique est familière à la culture traditionnelle. Une culture non pas populaire, ce qui ne correspond en aucun cas à l’appartenance sociale du lectorat de ces ouvrages, qui se recrute plutôt dans la petite-bourgeoisie citadine, mais plus exactement non savante, c’est-â-dire fidèle à des conceptions qui échappent en partie au contrôle de l’imaginaire par l’institution religieuse et par les spécialistes du savoir.

41Ce retour au passé n’exclut pas l’introduction d’innovations. Ces livres islamiques, écrits par des hommes de religion, peuvent être rédigés, de la première à la dernière ligne, en dialecte égyptien. Dans certains cas, les citations du texte sacré peuvent être accompagnées de reproductions figurées (le Diable, les flammes de l’enfer, etc.). Sur des questions aussi sensibles que celles de l’utilisation des langues dialectales ou d’illustrations figuratives, deux points sur lesquels se sont déchirées des générations de « novateurs » et de « traditionalistes », le livre islamique, par des choix éditoriaux retenus en fonction d’une logique commerciale de diffusion maximale, a totalement bouleversé les données traditionnelles, sans provoquer la moindre polémique…

42Il ressort du contexte propre à la diffusion du livre islamique que celui-ci réussit à toucher un public en grande partie inédit ; telle semble être la principale clé de son succès, y compris commercial. Pour y parvenir, le livre islamique a rompu avec les circuits traditionnels du livre pour mieux s’adapter au nouveau marché de la consommation culturelle. De ce point de vue, les textes vendus par les librairies de trottoirs ne constituent qu’un produit, au sein d’une gamme de biens culturels qui déclinent les différentes variations d’un même concept éditorial. L’imprimé vient en effet compléter la palette des supports médiatiques qui véhiculent un même message, le livre islamique étant le terme final d’une chaîne qui associe le livre, le périodique (entretiens, bonnes feuilles, critiques, etc.), le quotidien (entre autres possibilités, les pages religieuses du vendredi), la télévision et la radio (causeries et émissions religieuses…), les cassettes audio et vidéo (reprises d’enregistrements publics ou inédits), et même aujourd’hui le CD-ROM.

  • 30 Cf. D. Shayegan, Qu’est-ce qu’une révolution religieuse ?, Les Presses d’aujourd’hui, 1982, et Le R (...)

43Dans la mesure où de très nombreux textes traitent de l’invisible, des problèmes de l’au-delà, du monde métaphysique, on a souvent cherché à expliquer le succès populaire de la littérature islamique moderne en affirmant que les lecteurs y recherchaient une réponse à leurs inquiétudes quotidiennes. Les évocations, souvent violentes, des tourments de l’au-delà seraient ainsi, pour l’individu comme une sorte de thérapie face aux angoisses et aux interrogations du temps présent. Sans doute partiellement vraie, une telle explication gagnerait cependant à être replacée dans un contexte plus général, non pas seulement attentif au message, mais également à son médium. Pour comprendre les raisons de son succès, il nous semble très important de remarquer comment le livre islamique « parle » à son lectorat, en prenant ici l’expression au pied de la lettre, en raison des liens très particuliers que ces textes imprimés entretiennent avec la parole. Contrairement aux apparences, les livres islamiques ne sont pas nécessairement des textes, au sens donné à ce mot par la tradition européenne. Le lecteur de livres islamiques ne prend pas connaissance d’une page qu’il va déchiffrer et découvrir peu à peu. Au contraire, on peut faire l’hypothèse qu’un tel lecteur cherche avant tout à retrouver les échos d’une parole déjà entendue, à se remémorer une leçon déjà connue (tout comme la prière est récitation d’un texte mémorisé), ou encore un récit capable de situer les questions présentes dans une continuité temporelle. Le succès du livre islamique semble se nourrir d’un mode de lecture qui, intégrant superficiellement l’irruption de la modernité, ignore délibérément les fractures qu’elle a pu provoquer pour poursuivre un dialogue immédiat avec les textes fondateurs du passé. Phénomène de la culture arabe contemporaine, l’explosion commerciale du livre islamique, avec sa constellation baroque de gadgets médiatiques, apparaît bien ainsi comme une illustration des thèses développées par Daryush Shayegan30 : son affirmation d’authenticité masque à peine une « occidentalisation inconsciente », largement commandée par une pensée qui reste étrangère au « paradigme de la modernité » et qui lui préfère le système de représentation de la pensée mythique.

Notes

1 Cf. S. Al-Bahrâwî, « Le public de la littérature : un domaine à étudier », Dossier du CEDEJ, n° 25, op. cit, pp. 178-179. Voir également, dans le même ouvrage, les remarques de L. Al-Mutî‘î, p. 70.

2 Cf. Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb, op. cit., p. 135 sq.

3 Cf. ‘Alam al-kitâb, n° 4, p. 14.

4 Respectivement : Risâlat al-ma‘lûmât, ‘Alam al-kitâb, Nachrat al-idâ‘, Dalîl al-kitâb al-misrî, éditées par la GEBO et Al-nachra al-ihsâ’iyya, éditée par le CAPMAS.

5 En contrepartie, il apparaît que nombre de titres, notamment universitaires, sont d’abord publiés à compte d’auteur et, souvent la même année, repris par un éditeur. Cette pratique s’ajoute aux facteurs qui contribuent à fausser les statistiques culturelles établies sur les chiffres bruts de la production éditoriale.

6 Traditionnellement, le savoir-faire des éditeurs égyptiens (et libanais) leur a permis de développer d’importantes activités dans des pays arabes moins développés quant à ce secteur d’activité. Toutefois, dans le contexte actuel, la nature de certaines de ces opérations et leur volume, en particulier pour les éditeurs du nouveau secteur islamique (par exemple Maktabat al-qur’ân qui poursuit d’importantes relations commerciales avec l’Arabie Saoudite), donnent à penser que nombre de ces transactions ne répondent pas aux seules exigences du marché.

7 Questionné sur ce sujet précis, le romancier égyptien Sonallah Ibrahim, sans doute un des meilleurs observateurs de l’Egypte contemporaine, faisait observer que cette donnée correspondait à ce que l’on pouvait voir dans nombre de lieux publics, comme les salles d’attente des médecins. De son point de vue, les motivations qui poussent une partie du public adulte à lire ces textes enfantins sont tout à fait comparables à celles que l’on peut analyser dans le cas du livre islamique (refus de la réalité, recherche d’un monde sécurisant avec ses « bons » et ses « méchants », etc.).

8 En plus de Walt Disney, on trouve Mahmûd Sâlim, une sorte d’Enid Blyton égyptien, et Muhammad Sa‘îd al-’Uryân dont l’immense diffusion tient à ce que ses textes pour enfants sont utilisés dans le système scolaire. Pour les universitaires, on trouve six juristes et un spécialiste de gestion, établis aussi bien au Caire qu’à Alexandrie, et qui travaillent en général avec un seul éditeur. S’approche de cette catégorie un autre auteur, intellectuel reconnu celui-là, le critique Chawqî Dayf dont L’Histoire de la littérature arabe, publiée par Dâr al-ma‘ârif, est utilisée dans les écoles.

9 Prototype de ce genre de complexe où se diffusent « par le bas » les thèmes de l’islamisme, cette association regroupe, autour d’une mosquée, un dispensaire de santé, une bibliothèque et différents clubs.

10 Tous ces ouvrages sont édités aux éditions Dâr al-ma‘ârif, mais il est très significatif d’observer que Mustafâ Mahmûd est désormais édité par le principal éditeur privé, Dâr al-churûq.

11 Aucun des titres mentionnés en 1986 ne figure à notre connaissance parmi les œuvres du théoricien de l’islam politique dont la présence, parmi ces auteurs à succès, serait pourtant légitime puisque À l’ombre du Coran [Fî dhill al-qur’ân], son œuvre phare, semble être le best-seller de l’édition récente avec plus d’un million d’exemplaires imprimés.

12 Cf. A. Abdel Malek, Égypte, société militaire, op. cit., p. 256.

13 Cf. « Bawâkîr al-mu’achchirât al-ihsâ’iyya lil-kitâb al-‘arabî » [Premiers résultats des indicateurs statistiques sur le livre arabe], ‘Alam al-kitâb, n° 4, oct.-déc. 1984, p. 4 sq.

14 Collections publiées respectivement par les éditions Maktabat wahba, Dâr al-wafâ’, à Mansoura et Dâr al-tibâ‘a wal-nachr al-islâmiyya.

15 Estimation avancée par te professeur al-Hijrisî, rédacteur en chef de la revue ‘Alam al-kitâb (n° 14, p. 42). Ce réultat n’en demeure pas moins très en deçà d’autres estimations. Un responsable du dépôt légal avançant, par exemple, dans une conversation privée, le chiffre de 50 % du total de la production.

16 Cf. Al-Musawwar, 29 janvier 1993, p. 16.

17 Cf. S. al-Bahrâwî, « Le public de la littérature… », art. cit., pp. 179-182.

18 Résultats mentionnés dans la revue Al-Musawwar, « Lil-marra al-mi’a : al-kitâb ilâ ayna ? » [Pour la centième fois : où va le livre ?], n° 3250, 23 janvier 1987.

19 Cf. Abou l-Najâ’, Dhikrayât ‘âriyya, op. cit., pp. 209-210.

20 Cf. Gh. Chukrî, Balâgh ilâ al-ra‘yy al-‘âmm, op. cit., p. 234 sq. Les sources ne sont pas mentionnées.

21 Cf. Al-Jumhûriyya, 28 avril 1986.

22 Cf. « Al-fikr al-fann wal-thaqâfa » [La pensée, l’art et la culture], Al-Ghadd, [1985], pp. 25-35.

23 Selon cette enquête, établie à partir d’un échantillon très peu représentatif (333 étudiants, 31 médecins, 22 ingénieurs, 33 avocats, etc., et seulement 54 paysans, 28 militaires, 25 femmes au foyer, 6 plantons…), ont obtenu : N. Mahfouz (littérature), 138 réponses ; Cha‘râwî (religion), 112 ; M. Mahmûd (religion). 99 ; M. H. Haykal (politique), 93 ; J. Hamdan (histoire), 68 ; M. Najîb (histoire politique), 50 ; A. Charqâwî (littérature), 48 ; Y. Idriss (littérature), 35 ; I. ‘A. al-Quddûs (littérature), 29 ; Z. N. Mahmûd (essai), 25.

24 Il s’agit de la collection de 28 volumes, intitulée « La bibliothèque islamique de cheikh Cha‘râwî » [Maktabat chaykh cha’râwi al-islamiyya], publiée en 1990, au rythme d’un ou deux titres par mois, par la société d’édition appartenant au secteur public, Akhbâr al- yawm. Chaque volume, d’une centaine de pages petit format, était vendu 1,50 LE (environ 3 FF).

25 Statistiques sujettes à caution pour les raisons évoquées dans le chapitre précédent mais néanmoins significatives. Cf. M. al-Misrî, « Al-ittijâhât al-mâdiya wal-hâdira… », art. cité, p. 50.

26 Sur l’utilisation de cette tradition dans la librairie contemporaine, cf. S. El Alaoui,Les Librairies islamiques à Paris. Naissance d’une tradition, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1998 (dactylographié).

27 « Ikhtarnâ laka min al-turâth », collection publiée par Maktabat al-qur’ân, une des antennes particulièrement actives du holding de l’édition islamique dirigée par la famille ‘Achûr.

28 Titres de deux collections d’ouvrages du cheikh Mutawwalli al-Cha‘râwî, publiée l’une au Caire par Dâr al-muslim, et l’autre à Beyrouth, par Dâr al-‘awda.

29 Cf. T. Habîb, Min al-alif ilâ al-yâ’, Le Caire, Al-maktab al-misrî al-hadîth, 1990.

30 Cf. D. Shayegan, Qu’est-ce qu’une révolution religieuse ?, Les Presses d’aujourd’hui, 1982, et Le Regard mutilé, Albin Michel, 1989.

Table des illustrations

Titre Tableau 6 : Production éditoriale en Égypte (nombre titres/an)
Légende Sources : données statistiques recueillies par l’auteur (voir détail en bibliographie).Commentaire : outre les erreurs, les lacunes et les approximations, les écarts entre les chiffres de la production égyptienne s’expliquent également par la multiplicité des critères retenus (définition de l’objet statistique « livre », prise en compte ou non des livres scolaires, des publications officielles, des traductions, etc.).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tableau 7 : La répartition des éditeurs égyptiens selon le nombre de titres annuellement édités
Légende (1) Al-Ahrâm, Maktabat ‘ayn chams, Maktabat gharîb, Dâr al-da‘wa, Maktabat misr, Maktabat al-nahda al-‘arabiyya, Dâr al-fikr al-‘arabî, Dâr al-hilâl(2) Maktabat al-anglû al-misriyya(3) Dâr al-ma‘ârif(4) GEBO et ensemble des livres édités à compte d’auteurSources : statistiques réunies par l’auteur.Remarques : ont été par conséquent recensés pour l’année 1986 environ 350 éditeurs, chiffre qui semble une estimation haute, mais assez juste, du total des acteurs éditoriaux véritablement actifs.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau 8 : Répartition des auteurs selon le nombre de titres édités en 1986
Légende Sources : statistiques de l’auteur (pour 3 102 titres avec mention d’auteur)Remarque : le double encadré signale la sélection sur laquelle portent nos commentaires.Détail des auteurs ayant le plus grand nombre de titres édités :(1) T. Y. al-Maltî, I. ‘Abd al-Quddûs, H. al-Misrî, K. H. Abû Khayr, M. S. al-‘Uryân, M. ‘A. al-Bikrî, M. Qutb, M. Hilmî(2) Th. Abâdha, ‘A. al-H. Mahmûd, S. M. Ibrâhîm al-Bayûmî, Ch. Dayf(3) ‘A. al-H. al-Chawâribî, ‘A. M. al-‘Aqqâd(4) H. M. Kamâl, Y. Haqqî(5) M.M. Harajah, M. ‘Abd al-Tawâb(6) S. Qutb(7) ‘A. A. Bâkathîr(8) M. Sâlim(9) M. Mahmûd(10) W. Disney
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Tableau 9 : Répartition de la population selon le niveau d’éducation ; recensements de 1960 à 1986
Crédits Sources : Population, Housing and Establishment Census – 1986. Preliminary Results, Central Agency for Public Mobilisation and Statistics, juin 1987, p. 18.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search