Version classiqueVersion mobile

Les gens du livre

 | 
Yves Gonzales-Quijano

Deuxième partie. Les pratiques culturelles

Chapitre 6. Le champ éditorial : Anciens et Modernes

Texte intégral

1En Égypte comme ailleurs, l’éditeur assure une difficile fonction de médiation entre deux univers peu compatibles, celui de la production économique et celui de la création intellectuelle. Mais c’est justement cette position unique, à la jonction de deux univers aux logiques divergentes, voire opposées, qui fait des éditeurs les témoins et les acteurs privilégiés d’une histoire particulière, celle des conditions sociales de la création intellectuelle. Ni absolument commerçants, bien qu’on les en accuse régulièrement, ni vraiment intellectuels, quand bien même ils aspirent toujours à être reconnus comme tels, les éditeurs sont des hommes de l’ombre qui, d’un point de vue strictement professionnel, ne se laissent pas définir facilement.

  • 1 Estimations avancée par Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb, op. cit., pp. 223-236 et A. Ben Ch (...)
  • 2 Cf. Qism al-îdâ’ al-qânûnî bi-dâr al-kutub [Dépôt légal], Qâ’ima bi-asmâ’ al-nâchirîn wal-matâbi‘ f (...)

2En raison même de l’ambiguïté qui entoure sa mission et son travail, l’éditeur égyptien se plie fort difficilement aux recensements statistiques et il n’est guère étonnant de constater que la plus grande fantaisie règne dans ce domaine. D’après certaines données, le nombre des éditeurs égyptiens aurait décuplé entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1990 ! En effet, d’une trentaine d’éditeurs au moment de la révolution on serait passé, en 1972, à une centaine1 et, vingt ans plus tard, à près d’un millier à en croire les propos d’Ibrâhîm al-Mu‘allim au cours d’une rencontre interprofessionnelle. Naturellement, de tels écarts ne sont possibles qu’en raison de divergences profondes sur la définition du métier. Une source statistique officielle, celle du Guide des éditeurs et imprimeurs égyptiens, cite même plus de 1 650 entreprises2. Celles-ci, toutefois, sont d’importance très variée et surtout, elles sont loin de se consacrer toutes exclusivement à l’édition, y compris au sens le plus large du terme.

  • 3 Cf. A. Ben Cheikh, Production de livres et lecture dans le monde arabe, op. cit., pp. 10- 11. À tit (...)

3D’ailleurs, et cet aspect se retrouve fidèlement dans les dénominations officielles, il règne dans ce domaine un arbitraire assez total. Pour ce qui est des statuts, on trouve principalement trois termes que rien, dans la pratique, ne distingue véritablement : dâr (maison, le plus fréquemment utilisé), maktaba (librairie, le plus ancien peut-être et qui peut indiquer l’activité principale de l’établissement à ses origines) et enfin charika (société) ou mu’assassa (entreprise), cette dernière appellation étant davantage réservée au secteur public, mais il est des exceptions. Mais c’est surtout dans les domaines d’activité déclarés que l’absence de règle est manifeste. Très peu de maisons sont effectivement en accord avec leur raison sociale qui décline, le plus souvent, les trois maillons de la chaîne éditoriale : édition, impression, diffusion [nachr, tibâ‘a, tawzî‘], avec une préférence pour un « panachage » de type libraire-éditeur. À partir d’une enquête de l’ALECSO, A. Ben Cheikh compte – pour l’année 1972 et sur un ensemble de 89 entreprises – 53 maisons de ce type contre 36 éditeurs ayant également des activités de vente et d’imprimerie (la situation actuelle donnerait la même répartition avec un déséquilibre sans doute un peu plus accentué3).

4Une autre difficulté de l’approche statistique tient à ce qu’elle doit intégrer un facteur particulièrement difficile à mesurer, celui du renouvellement, assez rapide mais essentiellement interne, des acteurs professionnels. L’édition égyptienne se caractérise, en effet, par une disparition assez importante des entreprises, sans que ce phénomène n’entraîne nécessairement un mouvement similaire en ce qui concerne les personnels. Du point de vue de l’ancienneté des établissements d’édition (et/ou d’impression), le premier constat est celui de la disparition de la quasi totalité des éditeurs de la nahda. Aujourd’hui, parmi les éditeurs réellement actifs, on ne trouve guère plus de deux ou trois maisons dont la création remonte au siècle dernier et qui ont poursuivi, sans transformations notables, leurs activités (les vénérables maisons d’édition de turâth, fondées au siècle dernier, telles que Dâr ihyâ’ al-kutub al-‘arabiyya, en 1859 ou Maktabat chaqrûn, en 1903, n’existent pour ainsi dire plus). Naturellement, moins la date de fondation est ancienne, plus l’on retrouve de maisons d’édition qui sont encore en activité. Malgré cela, parmi les principaux éditeurs actuels, les créations antérieures à la révolution de 1952 sont très largement minoritaires.

5Si l’on élargit encore le spectre et que l’on englobe cette fois la totalité des maisons d’édition créées avant l’infitâh, en incluant notamment l’important groupe des maisons d’édition à caractère universitaire ou scolaire qui ont vu le jour à la faveur de la généralisation de l’enseignement et du développement des universités, on ne retrouve encore qu’un peu moins de la moitié des éditeurs actuellement en activité. Dans leur majorité, les maisons d’édition qui proposent aujourd’hui de nouveaux titres sur le marché ont une existence qui remonte à moins d’une quinzaine d’années. Cette situation va à l’encontre de bien des idées reçues sur les effets néfastes de l’infitâh, et en particulier dans le domaine de la culture. Au regard de la période précédente, on s’aperçoit que loin d’avoir été un mal absolu, l’infitâh a également eu, au moins dans le secteur du livre, des effets positifs, objectivement mesurables (cf. figure 3).

6Dans quelle mesure, cette rapide rotation des éditeurs, dont on a vu qu’elle concerne la majorité des maisons d’édition, affecte-t-elle le secteur éditorial égyptien ? En réalité, moins qu’on pourrait le croire parce que le champ de l’édition démontre qu’il est, en fait, structurellement adapté à cette noria permanente. Car les chiffres trahissent la vraie nature des phénomènes, et le renouvellement constant, rapide et massif des raisons sociales ne signifie pas nécessairement celui des hommes, tout comme la disparition d’une maison d’édition n’implique pas fatalement celle d’un fonds éditorial, d’une clientèle, de tout un réseau d’auteurs et de lecteurs. En effet, dans ce milieu de contacts extrêmement denses, les personnes trouvent à s’employer dans le même secteur d’activités ou dans un secteur proche, temporairement ou non. La polyvalence des entreprises, qui assument des tâches de librairie, d’imprimerie, de diffusion, et de plus en plus aujourd’hui de publicité, contribue également à cette faculté d’adaptation.

Figure 3 : La répartition des maisons d’édition selon leur date de création ou d’entrée en activité (1988)

Figure 3 : La répartition des maisons d’édition selon leur date de création ou d’entrée en activité (1988)

Sources : Enquêtes de l’auteur
Commentaire : Cette répartition, qui doit être retenue comme indicatrice d’une tendance, a été établie en 1988 à partir des données réunies pour 70 maisons d’édition, parmi les plus actives au Caire et à Alexandrie.

7Celle-ci se révèle également à travers les formes multiples que peut prendre l’entreprise d’édition de type familial, modèle qui reste, aujourd’hui encore, majoritaire. Elle est également renforcée par la nature extrêmement peu précise, notamment sur le plan légal, de la définition du métier d’éditeur. En réalité, ce flou juridique, quant aux activités réellement couvertes par les maisons d’édition, n’est pas seulement une séquelle du mode de fonctionnement traditionnel, lorsque la fonction éditoriale s’apparentait largement à un artisanat, fût-il prestigieux. Cette polyvalence est également la conséquence d’un faisceau de déterminations économiques. Ainsi, l’éditeur égyptien s’affiche volontiers diffuseur parce que l’absence de réseaux professionnels de diffusion (une des véritables entraves au développement du livre) l’oblige à assumer en partie ce rôle qui lui permet, par ailleurs, d’accroître sa marge bénéficiaire. Le même raisonnement vaut pour les maisons qui ont consenti de lourds investissements en matériel d’imprimerie (le livre de grande diffusion, tel que le livre scolaire ou parascolaire, et quelques séries à grands tirages, dont le livre islamique).

  • 4 Cf. ‘Alam al-kitâb, n° 17, janv.-mars 1988, p. 20.

8Mais d’un autre côté, la diversification des tâches effectuées autour du livre correspond aussi fort bien à la nature, souvent familiale, des entreprises d’édition. Au lieu de constituer une entrave à la modernisation (selon une logique économique occidentale) du secteur éditorial, l’entreprise de type familial, avec ses multiples secteurs d’activité, permet une souplesse de fonctionnement parfois extrêmement utile. Un de ses avantages est de permettre une facile adaptation aux circonstances. La mobilité du personnel sur le marché égyptien est renforcée encore par une mobilité interarabe que les va-et-vient, entre le Liban et l’Égypte par exemple, démontrent amplement. Les entreprises apparaissent ou disparaissent, ici ou là, au gré des conjonctures politiques ou économiques, en fonction des tendances du marché, et avec un personnel largement identique, grâce à ses compétences multiples. Dans le même temps, on s’aperçoit que le regroupement autour d’un noyau familial permet aussi le développement de l’entreprise sur le mode de l’essaimage géographique ou encore de la diversification. On voit ainsi se constituer de véritable holdings éditoriaux, et des amorces de dynasties familiales, souvent à partir de l’exploitation d’un secteur particulier. Pour le livre religieux moderne, par exemple, c’est un véritable groupe que dirigeait au début des années 1990 ‘Abd al-Latîf ‘Isâ ‘Achûr, « un des éditeurs égyptiens spécialisés dans le secteur des livres islamiques populaires qui depuis toujours, et aujourd’hui encore, bénéficient de la plus grande diffusion dans les pays arabes et islamiques4 ». On y trouve une revue islamique importante, Al-I‘tisâm, où collaborent les multiples « auteurs maison » qui publient également dans les trois centres d’édition gérés directement par des membres de la famille (Dâr al-i‘tisâm, Dâr al-mukhtâr al-islâmî, Maktabat al-qur’ân).

9La structure familiale de la plupart des entreprises d’édition a encore un autre avantage. Elle permet une répartition des rôles autour des différents aspects de la fabrication et de la commercialisation du livre. Dans ce contexte, la structure classique de l’entreprise d’édition se présente de la manière suivante : à la tête de l’entreprise, le fondateur ou l’aîné de ses descendants directs. C’est lui qui prend l’ensemble des décisions, éventuellement après consultation des responsables des autres secteurs ; lui qui a en charge la représentation de la maison (notamment en traitant avec les auteurs, ou les visiteurs) ; et lui qui sélectionne, dans le vivier familial, les éléments qui seront amenés à occuper les différentes fonctions. On trouve ensuite les frères cadets, ou les fils, selon une hiérarchie qui part de l’impression (le secteur le plus important, en masse financière) pour aller à la vente en librairie, en passant par la diffusion. Aux membres féminins de la famille, quand il y en a, sont souvent réservées les tâches administratives ou rédactionnelles. Alors que les responsables de secteur ne reçoivent qu’une formation spécialisée dans leur futur domaine d’exercice, l’héritier présomptif de l’entreprise familiale parcourt l’ensemble des fonctions éditoriales ce qui lui permettra, l’heure venue, de gérer ces « conseils d’administration » qui regroupent le vendredi, généralement dans la maison familiale, l’ensemble des partenaires de l’entreprise.

10Source de nombreux avantages, cette structuration familiale a probablement encore de beaux jours devant elle. Elle contribue au fonctionnement d’une profession qui se renouvelle largement de l’intérieur, par l’arrivée de nouvelles générations, par la circulation d’un nombre restreint d’acteurs et par la lente cooptation de figures nouvelles. Malgré cela, on peut légitimement penser que l’évolution des techniques et des méthodes éditoriales impose également des ruptures, parfois même des sauts qualitatifs nécessaires à un véritable ajustement. Dans l’histoire récente, deux périodes ont été particulièrement difficiles de ce point de vue. Une première fois, durant les années 1960, lorsque les nationalisations introduisirent dans les rangs des professionnels un certain nombre de fonctionnaires de la culture, venus de toutes sortes d’horizon. Leur présence était justifiée par la nécessité de pallier les défections des éditeurs partis vers des cieux plus cléments (et plus lucratifs) et par la volonté d’imposer des acteurs culturels d’un type nouveau, plus conforme aux projets idéologiques des autorités. Puis, au tournant des années 1970 et 1980, quand les transformations économiques de l’infitâh, associées à d’autres circonstances à la fois techniques, sociales et politiques, permirent un réajustement structurel de l’édition égyptienne, on assista au retour d’une quantité importante de professionnels ayant fui les nationalisations, mais également à la promotion soudaine d’un nombre plus grand encore d’acteurs à l’origine totalement étrangers au champ (commerçants, investisseurs étrangers, activistes politiques d’obédience religieuse, etc.). De nos jours, la mutation technique imposée par l’essor de l’édition électronique modifie à nouveau la structuration interne de la profession. On peut néanmoins considérer que l’apparition de sociétés spécialisées dans ce domaine ne fait que renforcer un écart déjà créé entre un secteur moderne et rentable, essentiellement tourné vers le profit, et le reste de l’édition égyptienne qui peine à surmonter ses handicaps.

  • 5 Cf. A. Ben Cheikh, Production de livres et lecture dans le monde arabe, op. cit., p. 9.

11Dans le cadre de ses politiques culturelles, il était inévitable que l’État nassérien s’intéressât également aux éditeurs. Parmi les mesures établissant le nouveau cadre administratif, économique, et finalement idéologique, de la culture égyptienne figure en bonne place la loi 25 de 1965. L’éditeur y était défini comme « celui qui prend en charge la réalisation d’un livre dans un but commercial ou en vue de promouvoir la culture5 ». Bien plus que le texte même de cette loi – dont on notera tout de même qu’il oppose, comme deux termes inconciliables, l’intention lucrative d’une part et le projet culturel de l’autre –, c’est son existence même qui nous paraît importante, en tant que première tentative pour imposer à ces acteurs économiques particuliers un ordre professionnel, c’est-â-dire, dans la pratique nassérienne, un appareil de contrôle social. D’ailleurs, c’est à cette époque que furent créées, ou modifiées, dans l’esprit du « socialisme arabe », les organisations professionnelles, en particulier celles des professions libérales (enseignants, ingénieurs, avocats, médecins, journalistes…). De même, et de façon évidente à partir de 1961-1962, le mot imprimé, dans un journal ou dans livre, était voué à passer sous la férule politique des services de l’État.

12 Toutefois, la volonté d’encadrer plus fermement une profession comme celle des éditeurs ne pouvait passer inaperçue. Pour mesurer le poids symbolique d’une telle décision, il faut se rappeler que le projet d’une Union des écrivains ne vit le jour qu’au milieu des années 1970, en pleine période du sadatisme triomphant et au prix de mille difficultés. Dans une certaine mesure, ce fut également le cas pour la création de l’Union des éditeurs. Les membres adhérents n’étaient pas prêts à faire acte de figuration, à commencer par leur président, Sayyid Abu al-Najâ’, qui démissionna de son poste en juin 1968 pour protester contre l’indifférence des organismes de l’État et en particulier leur absence de réactions face aux infractions répétées à la législation du livre – les contrefaçons – perpétrées par certains « pays frères ». Décapitée, l’Union des éditeurs fut remise en activité par Tharwat ‘Ukâcha dans un sens qui répondait mieux aux attentes de la profession. Le ministre rappela les finalités de cette Union générale des éditeurs « fondée (…) pour réunir, d’un côté, les travailleurs du secteur privé, ceux qui ont pratiqué le métier d’éditeur depuis leur naissance et qui continuent à prodiguer des efforts remarquables, de l’autre, les travailleurs du secteur public qui ont la charge d’une lourde responsabilité ». Les effets de cette réforme furent prolongés, à une époque où l’Égypte imposait de fait aux pays voisins sa manière de concevoir les choses, par la création de l’Union des éditeurs arabes. Celle-ci fut mise sur pied à l’occasion de la première foire du livre du Caire et sous les auspices de l’Unesco (les éditeurs qui adhérèrent à cette union venaient du Liban, de Syrie, d’Algérie, du Koweït, de Tunisie et de Libye).

  • 6 Cf. S. Taubert, P. Weidhaas Eds., The Book Trade of the World, éditeur K.A. Saur, 1984.
  • 7 Enquête de l’auteur et F. Mitwalli, « Al-kitâb al-misrî wa muchkilat al-nachr » [Le Livre égyptien (...)

13Dans l’espace national égyptien, cet encadrement de la profession fut complété par la nomination de spécialistes à quelques-unes des nombreuses commissions ministérielles chargées de planifier les orientations culturelles (Commission des importations et exportations, Conseil supérieur du papier de l’imprimerie et de l’édition6). Malgré cela, l’Union des éditeurs perdit peu à peu de son importance. Au cours des années 1970, elle resta totalement à l’écart des profondes transformations que connaissait l’édition égyptienne. Au milieu des années 1980 il n’y avait qu’un nombre très restreint d’éditeurs pour accepter de payer leur cotisation (toute symbolique : 12 livres égyptiennes, soit l’équivalent, à cette époque, d’une trentaine de francs) à une organisation professionnelle où ne siégeait d’ailleurs qu’une poignée de fonctionnaires (10 sièges, sur les 19 du conseil d’administration7). Pourtant, et c’est justement l’indice d’une profonde transformation du paysage éditorial, cette situation était désormais jugée intolérable. À partir de 1983, et dans le contexte de la « crise du livre » que les milieux intéressés, avec le soutien des médias écrits, commençaient à dénoncer de plus en plus énergiquement, des voix s’élevèrent pour faire entendre les intérêts de la profession. L’appareil d’État finit par enregistrer leurs demandes puisqu’on 1987, l’actuel directeur de la GEBO, Samîr Sarhân, proposa de réformer une institution qui avait largement prouvé son inefficacité. Dans un premier temps, ces discussions n’aboutirent pas, acteurs publics et privés n’ayant pas réussi à trouver un terrain d’entente. Mais la voix du secteur privé devait finir par s’imposer. De fait, depuis le milieu des années 1990, l’Union des éditeurs, sous l’égide d’Ibrâhîm al-Mu‘allim, des éditions Dâr al-churûq, est désormais confiée aux représentants les plus dynamiques de la profession. La réintégration de leur pays au sein des différents organes interétatiques de la région a même permis aux représentants égyptiens de retrouver la place qui était autrefois la leur, aux côtés de leurs collègues libanais, au sein de l’Union des éditeurs arabes qui siège à nouveau au Caire.

  • 8 Séance du 1er février 1961, texte des débats cité par Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb…, op. (...)
  • 9 Cf. B. al-Hâchimî, Al-kitâb al-‘arabî, op. cit., p. 84.

14Cette évolution confirme à sa manière une tendance déjà notée à propos des politiques culturelles, à savoir l’adoption par les professionnels de la culture, durant la période de « l’après-infitâh », de positions totalement opposées à celles qui avaient été défendues durant la grande époque nassérienne. En effet, au sein du champ spécialisé que constituent les milieux de l’édition, le changement des mentalités est manifeste. Autant les éditeurs avaient pu paraître, autrefois, sur la défensive, sommés de se plier aux directives officielles, autant ils deviennent, aujourd’hui, les premiers bénéficiaires des attentions de la puissance publique. En effet, l’État a abandonné beaucoup de ses prétentions culturelles pour adopter un discours qui ne prêche plus qu’en faveur d’une meilleure rentabilisation des ressources culturelles. À la faveur de cette transformation, on constate une indéniable réhabilitation de la fonction éditoriale (àvrai dire, peut-être est-ce en réalité une authentique promotion). Autrefois toujours suspecté d’exploiter sans vergogne les auteurs et « d’entraver la Renaissance intellectuelle et spirituelle » (ce fut un des arguments avancés au Parlement égyptien pour justifier les nationalisations dans le secteur de l’édition en 19618), l’éditeur est désormais jugé à hauteur de ses performances économiques. Dans un système de production dominé par la valeur d’échange des biens culturels produits, nul doute que la figure de l’éditeur, en tant que médiateur privilégié entre le monde des valeurs intellectuelles et celui des valeurs marchandes, prend une importance toute nouvelle. Comme l’écrivait Bachîr al-Hâchimî, naguère président de l’Union des éditeurs arabes, au premier rang des conséquences des années 1970 dans le domaine du livre, il faut ranger le fait que « l’écrivain ou l’auteur ne sont plus les véritables maîtres de leur production car l’éditeur a acquis un rôle déterminant par rapport à ce qu’il juge essentiel, bénéfique et d’une diffusion assurée, poussant les hommes de lettres et les écrivains à produire des textes sur les sujets que lui, éditeur, propose9 ».

Les figures de l’éditeur

15Rompant avec la tradition classique du monde arabe, qui faisait du warrâq (libraire) un commerçant exerçant une activité prestigieuse, souvent dans les abords immédiats des grandes mosquées des centres urbains importants, l’éditeur arabe moderne, tel qu’il naquit durant la seconde moitié du xixe siècle en Égypte, partage avec son homologue européen de nombreux traits communs. Pièce maîtresse du dispositif qui assure la carrière publique d’un écrit, l’éditeur est toujours suspecté, aux yeux des professionnels de la pensée, de ne se comporter qu’en vil exploiteur, accusation contre laquelle il ne cesse de se défendre en revendiquant la nature profondément intellectuelle de sa fonction. Mais pour des raisons en particulier historiques (maintien des traditions, étroitesse du marché du livre, taille réduite des entreprises, etc.), la fonction spécifiquement éditoriale ne s’est que très lentement dégagée en Égypte des multiples tâches qui concourent à la publication d’un écrit. Aujourd’hui encore, il reste souvent presque impossible de démêler les aspects les plus intellectuels et les plus commerciaux du métier. L’éditeur apparaît tour à tour, ou plutôt simultanément, sous les traits d’un imprimeur, d’un diffuseur, d’un vendeur de livres, mais il peut être aussi un confident intellectuel, un conseiller littéraire, un directeur de collection ou encore d’un intermédiaire privilégié et obligé entre l’auteur et le public. Ces différentes fonctions ne se sont dissociées que récemment, et encore pour une minorité d’entreprises. Y compris dans les maisons d’édition les plus modernes, c’est bien souvent la même personne qui accueille l’auteur, qui lit son manuscrit, qui en assure la fabrication et la diffusion, qui en assume, parfois, la vente directe. Les comités de lecture sont pratiquement inexistants, de même que les procédures de gestion collective des questions éditoriales ou commerciales, sauf dans le cadre des structures familiales précédemment évoquées.

  • 10 Un journaliste littéraire a compté une vingtaine de ces « clubs » littéraires au Caire (cafés, asso (...)

16De cette présence constante à l’origine et au terme du trajet qui assure la publication d’un écrit, l’éditeur tire toute son importance. À l’intérieur du réseau informel qui unit les élites intellectuelles, en fonction de critères que tracent solidarités et rivalités, la librairie (souvent également siège de la maison d’édition) joue, avec le café, le club et d’autres lieux « professionnels », un rôle extrêmement important. Ainsi, à côté des cafés du centre ville, après les rencontres au cinquième étage du bâtiment d’Al-Ahrâm ou à L’Atelier et au Club des journalistes, tous lieux qui composent le « triangle d’or » ou encore le « village10 » de l’édition cairote, il y a place, assurément, pour une visite de courtoisie, place Soliman Pacha, au hajj Madbûlî ou à Ibrâhîm al-Mu‘allim, le directeur des éditions Dâr al-churûq. Et ce n’est pas le fait du hasard si l’on observe, dans l’un et l’autre cas, une même organisation dans la disposition spatiale, l’arrière-boutique du premier et le bureau en mezzanine du second permettant au propriétaire des lieux de filtrer les visiteurs qu’il souhaite voir arriver jusqu’àlui. À moins qu’il ne choisisse, marque d’estime importante, de sortir de sa réserve (au sens propre du terme pour le hajj Madbûlî) et d’accueillir son visiteur.

17L’ambiguïté inhérente au métier d’éditeur, à la fois patron d’entreprise et conseiller capable d’un soutien désintéressé, se redouble en Égypte d’une absence presque totale de règles définissant les conditions d’exercice de cette profession qui se décline selon des types très divers. Sans prétendre à l’exhaustivité, il est facile d’en détacher quelques figures marquantes. Si l’on retient comme critère l’accès au savoir, on pourrait placer, au plus « bas » de l’échelle des variations possibles, le type professionnel que représente par exemple le hajj Madbûlî, aujourd’hui encore l’un des plus importants éditeurs du monde arabe par le prestige. Spécialiste de la production littéraire et intellectuelle « engagée », interlocuteur obligé de tout intellectuel arabe digne de ce nom, il n’en reste pas moins un ancien kiosquier largement autodidacte. Exceptionnel par sa réussite, ce trajet l’est beaucoup moins en termes sociologiques et bien d’autres professionnels du livre égyptien ont suivi un parcours comparable, facilité par la « révolution » culturelle et linguistique imposée à l’édition égyptienne par les événements de 1956 (crise de Suez et départ de nombreux étrangers). Un peu plus « haut » dans l’échelle sociale, on trouve toute une gamme de petits commerçants de l’édition, le plus souvent dotés d’un capital culturel extrêmement réduit (rarement poussé au-delà des études secondaires) et ayant hérité d’une entreprise familiale vouée à l’impression et à la vente de livres – et donc, en Égypte et dans le monde arabe, également à l’édition. Petits commerçants du livre, ils peuvent se retrouver, à la faveur d’une conjoncture favorable telle que l’explosion commerciale du livre scolaire ou universitaire, ou encore de nos jours du livre islamique, à la tête d’entreprises importantes, parfois même de taille internationale.

18Un cran au-dessus encore se situeraient des sociétés le plus souvent créées depuis l’infitâh et gérées par des responsables dotés d’un capital culturel plus important. Ayant eu accès à l’enseignement supérieur, ces nouveaux éditeurs se distinguent en général par une production plus spécialisée. Il n’est pas rare qu’ils se soient formés aux techniques nouvelles à l’étranger, non seulement dans le monde arabe (Liban, pays du Golfe, etc.) mais en Europe (stages professionnels dans les grandes entreprises d’imprimerie, notamment en Allemagne). Ce sont eux qui assurent la croissance d’entreprises qui ont su prendre le virage de la modernisation (avec des exemples comme Dâr al-churûq pour l’édition générale, Maktabat gharîb pour le livre parascolaire, Dâr sinâ pour l’édition « progressiste », Dâr al-hadîth pour le livre islamique, etc.). Encore mieux placés sur l’échelle socioculturelle, mais souvent moins efficaces sur le plan strictement professionnel, on trouve des entreprises gérées par des éditeurs bénéficiant d’une forte position au sein du champ intellectuel, en raison d’une compétence d’origine politique, médiatique, universitaire… Appartiennent à cette catégorie les éditions Dâr al-thaqâfa al-jadîda, dirigées par le philosophe Mahmûd Amîn al-‘Alim, mais on pourrait également citer le cas de Muhammad Fâyiq, ancien ministre de l’information du temps de Nasser et fondateur des éditions Dâr al-mustaqbal al-‘arabî.

19En réalité, une telle typologie offre moins de réponses qu’elle ne pose de questions, car un critère tel que le capital culturel n’est jamais suffisant, à lui seul, pour justifier la réputation d’un éditeur particulier (avec son corollaire économique, la place sur la carte de l’édition cairote). Tenir son rang dans la « république des lettres » égyptienne, jouir d’une notoriété importante, ne signifie pas le succès ou même la viabilité économique (àpreuve, l’expérience d’un éditeur spécialisé dans le champ littéraire comme Dâr charqiyât, établi depuis le début des années 1990, qui connaît d’importantes difficultés financières, en dépit de la qualité de son travail unanimement reconnue). Par ailleurs, les différences idéologiques (« islamisme » d’Al-zahrâ’ lil-nachr, « laïcisme » de Sinâ lil-nachr…) n’empêchent pas des stratégies commerciales ou même éditoriales comparables. Les fortunes sont diverses et tel éditeur bien placé au début des années 1980 peut être beaucoup plus marginal quelques années après (Al-maktab al-misrî al-hadîth)… Pour tenter de mieux tenir compte de la confluence de plusieurs facteurs dans la détermination du champ de l’édition privée, on peut tenter de situer les professionnels du livre les uns par rapport aux autres (cf. figure 4, page suivante), en tenant compte à la fois de leur place dans la hiérarchie du savoir (axe vertical) et de leur insertion dans les circuits de l’économie du livre (axe horizontal).

Figure 4 : La répartition des acteurs professionnels à l’intérieur du champ éditorial

Figure 4 : La répartition des acteurs professionnels à l’intérieur du champ éditorial

Légende: CCult = Capital culturel
FP = Formation professionnelle
CCp = Connaissance du champ

20Un tel schéma permet de mieux percevoir la dynamique de l’édition égyptienne. Alors que des acteurs autrefois importants sont désormais repoussés vers les extrêmes, dans des secteurs les moins actifs, une zone privilégiée réunit de nouveaux entrepreneurs culturels qui bénéficient d’une position de force. Bien placés sont les « professionnels de l’écrit » (journalistes, hommes de lettres, universitaires…) qui défendent une certaine conception de l’édition (Dâr charqiyât, par exemple) ; ils compensent leur moins bonne intégration aux métiers du livre par leur position dans le champ du savoir et surtout des médias. Tout près encore d’une position centrale dans le champ, se tiennent les « nouveaux professionnels », en d’autres termes les nouveaux acteurs de l’édition égyptienne, apparus après l’ouverture économique et dotés d’une formation universitaire mais également professionnelle. Ils sont davantage insérés dans le monde de l’édition que dans celui de la création intellectuelle ou artistique (par ex. : Sinâ lil-nachr, Dâr al-churûq…).

21Moins bien placées, deux autres catégories se rapprochent néanmoins du centre dynamique de l’édition égyptienne. Appartenant aux cercles les plus prestigieux de la culture égyptienne et éventuellement capables d’une action significative, on trouve d’abord les « intellectuels de premier rang » (du type Mahmûd Amîn al-‘Alim et les éditions Dâr al-thaqâfa al-jadîda, d’inspiration marxiste), puis quelques « personnalités publiques » comme Muhammad Fâyiq, ancien ministre et directeur des éditions Dâr al-mustaqbal al-‘arabî (nassériens). Comme on peut s’en douter, la faiblesse de l’intégration au champ éditorial est compensée par la qualité du capital culturel. À l’inverse, un capital culturel relativement faible peut être contrebalancé par une excellente connaissance des « règles de l’art ». C’est ainsi le cas des « commerçants du livre », dont les éditeurs prétendument universitaires (ce sont avant tout des imprimeurs de manuels) forment l’archétype. Leur importance est toutefois de plus en plus menacée par l’évolution des techniques éditoriales. Cette remarque vaut plus encore pour la dernière catégorie, celle des « personnalités de l’édition », sans capital culturel, sans formation technique, mais bénéficiant, sur un mode intuitif, d’une connaissance parfaite des règles du métier. Certains d’entre eux ont pu occuper, à un moment donné, une place extrêmement importante. À terme, sauf nouvelle révolution au sein du champ éditorial, de tels acteurs semblent néanmoins menacés. Il est à craindre qu’il n’y ait plus de place, dans le nouveau marché du livre égyptien, pour l’équivalent d’un hajj Madbûlî.

Une profession en mutation

22À l’évidence, un rapide tour d’horizon des tendances éditoriales actuelles révèle une indéniable « islamisation » de la production. Quoi qu’on en dise, cela ne saurait s’expliquer par la seule action de facteurs artificiels ou extérieurs (financements plus ou moins occultes, retour du religieux). Elle n’est ni provoquée, ni archaïque ; au contraire, elle accompagne, et même accélère, l’industrialisation de l’édition égyptienne. Pour comprendre comment cette évolution a pu affecter la profession, il convient d’introduire dans la typologie proposée deux variables :

  • le choix d’une conception classique ou contemporaine du métier, la « révolution industrielle » de l’ouverture économique, et l’introduction d’une production culturelle mieux rentabilisée, constituant le critère de délimitation ;
  • la proximité par rapport à une double référence culturelle, le couple laïcité-modernité d’un côté, celui de l’islam et de la tradition de l’autre. Contestable par certains côtés, cette double référence n’en demeure pas moins fonctionnellement acceptable dans la mesure où elle structure de facto, et ceci depuis sa création à la fin du siècle dernier, la répartition des acteurs au sein du champ éditorial.

23Naturellement, il existe toutes sortes de variations autour des quelques exemples mentionnés dans le schéma proposé ci-dessous (cf. figure 5). Néanmoins, la représentation des positions adoptées par les différents acteurs permet de mieux comprendre les évolutions actuelles.

Figure 5 : Le champ de l’édition égyptienne

Figure 5 : Le champ de l’édition égyptienne

Légende : la zone comprise par la (lèche grisée représente l’édition de l’infitâh, celle des nouveaux entrepreneurs culturels (les exemples sont explicités dans les commentaires ci-dessous).

24Avec tout l’arbitraire qu’il implique, un tel essai de représentation permet de distinguer quatre grands types d’édition :

  • deux éditions de type ancien, l’édition libérale et l’édition religieuse traditionnelle (autrefois, respectivement dans les quartiers de Faggâla et d’Al-Azhâr) ;
  • deux éditions de type moderne, la « nouvelle édition commerciale », adaptée au marché contemporain, et l’édition dite « islamique », presque exclusivement dédiée au commerce des nouveaux livres religieux.

25Ces dénominations, forcément simplificatrices, doivent être prises comme des indications, le livre islamique, par exemple, étant à bien des égards plus moderne que les produits de la catégorie rangée ici sous le label « nouvelle édition commerciale ». Dans le schéma proposé, l’actuelle mutation de l’édition, depuis sa modernisation à l’époque de l’ouverture économique, est rendue visible par le déplacement de la « zone de densité maximale » (en d’autres termes, la zone où se condense, à une époque donnée, un maximum d’entreprises, parce qu’elles y trouvent le meilleur équilibre entre les réalités économiques du marché et leur projet culturel ou intellectuel). Symbolisée par la flèche, cette zone a subi une sorte de « glissement » qui lui a fait quitter les anciennes configurations éditoriales pour se diriger, de manière de plus en plus concentrée, vers un pôle d’activité particulièrement actif, celui du livre islamique.

26Quelques exemples choisis parmi les maisons d’édition les plus importantes permettent d’illustrer cette évolution. Dans le « secteur libéral » tout d’abord, les éditions Dâr al-ma‘ârif ont subi de plein fouet les nationalisations. Cette belle maison d’édition, prônant une édition de qualité, est aujourd’hui très menacée, à l’image de l’ensemble du secteur public. Remarquablement situés sur la corniche du Nil, leurs bureaux, dans un immeuble ancien imposant, témoignent encore de cette gloire passée. Dans le centre ville, les bureaux de Maktabat al-âdâb témoignent aussi d’une période qui fut florissante vers les années 1950. La maison traverse depuis une période extrêmement difficile puisque ses activités, longtemps importantes dans le domaine de la littérature avec des œuvres d’un auteur comme Tawfîq al-Hakîm, sont à présent quasiment arrêtées. Plus près du « livre moderne » se situe un groupe d’éditeurs de type universitaire (Al-nahda al-‘arabiyya, Al-nahda al-misriyya, etc.). Nés en grande partie avec la création des nouvelles universités égyptiennes et ne devant leur survie qu’àl’existence d’un marché artificiel, celui des cours universitaires, ces éditeurs continuent à exploiter des emplacements commerciaux de qualité dans le centre ville, bien que leurs entreprises aient perdu beaucoup de leur dynamisme. D’importance toute relative, il nous a paru nécessaire de faire figurer les éditions Dâr al-ma’rifa car elles résument le destin de l’édition associative. Nés d’une initiative d’intellectuels connus, et il y a peu encore occupant une situation centrale dans le paysage éditorial (leur responsable fut naguère président de l’Union des éditeurs égyptiens), ces éditions végètent aujourd’hui dans un appartement poussiéreux proche du centre ville. Non loin de là, et disposant de conditions matérielles meilleures (bureaux, espaces de stockage…), se situe le siège d’une autre maison d’édition, autrefois extrêmement favorisée et désormais fortement menacée. Les éditions Dâr al-thaqâfa al-jadîda, issues de l’ancienne Librairie de juillet [Maktabat yûlyû], sont connues pour leurs publications marxistes. En dépit d’une qualité certaine et en l’absence d’aides financières, elles réussissent tout juste à survivre.

  • 11 Al-kutub al-safrâ‘, par référence à la couleur – et à la qualité – du papier : collections d’ouvrag (...)

27Sous le terme difficilement traduisible de turâth (patrimoine, culture classique de type religieux) sont regroupées différentes entreprises qui ont poursuivi à leur manière la tradition des « livres jaunes11 » de jadis. Autrefois, le grand éditeur des textes du patrimoine, al-Khanjî, avec ses livres d’un autre âge, austères cahiers imprimés au plomb, quasiment sans couverture, en tout cas sans la moindre concession aux goûts du temps présent, aurait dû disparaître depuis longtemps, n’eut été une clientèle fidèle d’oulémas (et d’orientalistes). Incapable de se développer, al-Khanjî, tout comme ses homologues de l’édition à l’ancienne, est par conséquent condamné à végéter, avant de disparaître. Al-Ansâr, librairie-maison d’édition relativement peu connue, non loin de la zone islamique de la rue al-Jumhûriyya, constitue un cas assez intéressant dans la mesure où elle fut, dans les années 1960 en particulier, un lieu de militantisme en faveur des Frères musulmans. Son exemple montre que le placement dans le champ islamique, y compris dans ses zones les plus extrêmes, n’est pas suffisant à lui seul pour assurer le succès commercial, s’il n’est pas couplé avec un renouvellement des méthodes et des produits. Al-kitâb al-misrî, filiale d’une sorte de holding éditorial d’origine libanaise, se situe aux marges de cette seconde grande catégorie d’acteurs éditoriaux. Plutôt de type « libéral », la production de cet éditeur s’« islamise » de plus en plus, en même temps qu’elle se rapproche progressivement, sur le plan formel, des produits les plus actuels. Cette maison d’édition révèle ainsi un dynamisme commercial que symbolisent les projets d’extension de son principal point de vente (sans parler de la diversification des sites de production, avec des imprimeries à Beyrouth, Casablanca et même Djakarta ou encore Kuala-Lumpur). Avec cet exemple, on reste toutefois dans le cadre de la librairie traditionnelle, en retrait des phénomènes d’industrialisation qui marquent le marché du livre contemporain.

  • 12 Cf. M. Chahrûr, Al-kitâb wal-qur’ân, qirâ’a mu‘âsira, Le Caire, Sinâ lil-nachr (en coédition avec A (...)

28Dans le secteur du « livre moderne », les éditions Al-mustaqbal al- ‘arabî ont la particularité d’allier un engagement de type « progressiste » à une grande efficacité technique, et sur certains points commerciale. Rompant, comme de nombreux éditeurs « modernes », avec les traditions du livre, pour des raisons financières et pratiques, Dâr al-mustaqbal al- ‘arabî a choisi d’installer son siège, non pas dans le « triangle d’or » de l’intelligentsia cairote, mais à Héliopolis. Avec les éditions Sinâ’ lil-nachr, on retrouve le même souci de rentabilité (d’une manière trop évidente aux yeux de ceux qui restent fidèles à une conception du métier aux antipodes de tout commerce). Fondées par une professionnelle de l’édition égyptienne qui a fait ses premières armes chez le hajj Madbûlî, elles équilibrent certaines opérations éditoriales engagées et commercialement risquées grâce à certains titres très diffusés, en général des témoignages sur des affaires politiques extrêmement sensibles, ou encore un autre registre à succès, celui du commentaire coranique et religieux en rupture avec la tradition, à l’image de cette « lecture contemporaine » de l’islam due à un ingénieur syrien, Muhammad Chahrûr12. Remarquablement placées pour une maison du secteur public (ou assimilé), les éditions du groupe Al-Ahrâm traduisent à leur façon le glissement des acteurs de l’édition vers une forme de modernisation. Il est sûrement significatif que ce soit la plus « privée » des entreprises de presse nationalisées qui ait ouvert la voie dans ce domaine, dès la seconde moitié des années 1970, en tirant profit, commercialement, d’une position dominante dans le secteur de la diffusion. Désormais, le groupe Akhbâr al-yawm l’a rejointe, en multipliant les éditions à grand tirage, dans le domaine de la vulgarisation scientifique et du livre pratique, mais également dans le domaine du livre islamique (le groupe a édité en particulier les best-sellers du prédicateur islamique cheikh Cha‘râwî). Cette aptitude à se tourner vers le livre islamique, remarquable pour une entreprise nationalisée (Al-Ahrâm reste beaucoup plus frileux dans ce domaine), est sans nul doute à mettre en rapport avec le caractère populaire de son public. Autodidacte de l’édition ayant ouvert boutique place Soliman-Pacha, là où son père tenait autrefois un simple kiosque à journaux, le hajj Madbûlî peine à suivre l’évolution de l’édition et son public d’intellectuels, frappés par la crise économique, ne lui permet guère d’assurer une rentabilité minimale (sauf à moderniser sa pratique du métier, ce qui semble être l’intention de ses héritiers qui, après une tentative malheureuse d’implantation en Europe, ont choisi de créer une filiale dans un quartier plus périphérique).

29« Le livre islamique » constitue le quatrième pôle, particulièrement dynamique. Dâr al-churûq a pris très tôt, et de façon très vigoureuse, aussi bien sur le plan de l’orientation idéologique que sur celui de la transformation des méthodes, le virage de la modernisation. Cette maison se trouve désormais très bien placée par rapport à la zone la plus active de l’édition et concentre sa production dans certains secteurs rentables, à savoir, de l’aveu même de son responsable, « l’édition dans le domaine islamique, les livres pour enfants et les livres scientifiques ». L’achat récent d’un des meilleurs emplacements de la ville, place Soliman-Pacha (l’ancienne librairie Hachette), est la traduction géographique de ce succès commercial également souligné par le rôle professionnel que joue aujourd’hui son directeur général. Conjuguant engagement idéologique, qualité des textes et efficacité technique, Al-zahrâ’ lil-i‘lâm al- ‘arabî a souffert d’un tarissement de ses financements. Même dans un secteur porteur comme celui de l’islam politique (cette maison accueille la plupart des idéologues islamistes), le livre de qualité ne possède pas un lectorat suffisant pour assurer sa survie sur le seul marché égyptien. Tout aussi engagé sur le plan de l’activisme politique, Dâr al-i‘tisâm est bien loin de prouver la même inventivité éditoriale, peut-être parce qu’il s’agit d’une maison qui déjà date quelque peu (comme ses bureaux, dans un immeuble qui a vécu des heures meilleures), mais également parce qu’elle s’adresse à un public plus populaire et moins susceptible d’accepter une nouveauté graphique et éditoriale. Plus près des courants porteurs du marché contemporain, on trouve enfin le groupe de l’édition islamique moderne. Celui-ci reste marqué par des traditions professionnelles et des pratiques issues d’une édition longtemps restée en dehors du temps, mais est également en prise directe avec la masse des lecteurs égyptiens, jeunes citadins des deux sexes ayant eu accès à la scolarisation. Ses librairies, installées dans plusieurs quartiers du grand Caire (Faggâla, Al-Azhâr, Héliopolis, Muhandessin, route des Pyramides…), tissent le maillage le plus dense des réseaux actuels de diffusion du livre. Ce sont ces éditeurs qui s’appuient le plus (et qui ont peut être la plus grande influence) sur les véritables pratiques culturelles de l’écrit, dans l’Égypte actuelle.

30Est-il possible de cerner davantage les conséquences de la transformation du marché culturel sous l’effet des réformes de l’infitâh ? Pour répondre à cette question, il convient de noter que la profession éditoriale n’a pas eu seulement à s’adapter aux nouvelles conditions économiques, juridiques, sociales et politiques, créées par les politiques d’ouverture économique. À l’image de nombreuses professions, ce sont les techniques, et la manière même d’exercer ce métier, qui ont été modifiées. L’éditeur fonctionnaire, ou le petit commerçant du livre, ont ainsi dû faire face, brusquement, à une concurrence formée à de toutes autres techniques et travaillant selon une logique commerciale radicalement différente. Cette profession, longtemps caractérisée par une forte visibilité sociale, devenait dans certains cas presque immatérielle. L’éditeur siégeant au fond de la vénérable boutique, et distribuant parcimonieusement ses ouvrages à une clientèle choisie constituée au fil des ans, se trouvait contraint de lutter, à armes très inégales, contre un courtier se contentant, depuis un bureau anonyme, de mettre en relation, par appels téléphoniques, une banque, un grossiste en papier, un imprimeur, un relieur, un dédouaneur chargé d’assurer le fret vers l’étranger. Naturellement, ce changement, imposé sans guère de transition, ne pouvait qu’être fort mal vécu. Il est d’ailleurs sans aucun doute à l’origine de bien des discours sur « la crise du livre », la « crise de la culture » et autres « crises des valeurs ». Au reste, nombre de critiques n’étaient pas sans fondements. Dans la nouvelle configuration du marché du livre, des secteurs de l’édition, autrefois marginaux mais néanmoins vitaux pour certaines productions, se trouvaient irrémédiablement condamnés. L’édition d’amateur, telle qu’avaient pu la pratiquer avec succès des associations d’intellectuels comme le Comité pour la composition, la traduction et l’édition n’était plus viable. Mis à mal par plus d’une décennie de centralisme culturel étatique, ce type d’édition, même repris sur une base plus professionnelle (dans l’exemple cité, par les éditions Maktabat misr dirigées par ‘Abd al-Hamîd Jawdat al-Sahhâr), n’a guère de chance de survivre au temps de la culture industrielle.

  • 13 Cf. I. Ismâ’îl, « Min khabâyâ wa asrâr ‘âlam al-nachr » [Secrets et magouilles du monde de l’éditio (...)

31Mais l’« édition en dilettante » n’est pas la seule à être menacée. Le désarroi des éditeurs classiques, ceux du secteur privé comme ceux du secteur étatique, est aussi lié à l’apparition de techniques et de méthodes étrangères à leurs traditions. En témoigne, parmi bien d’autres prises de position tout aussi véhémentes, le réquisitoire suivant, dressé par ‘Izz al-Dîn Ismâ‘îl, un des responsables culturels égyptiens : « Est apparue, dans l’édition, une nouvelle spécialisation pour des personnes qui n’avaient aucun rapport avec le monde des livres. Certains lui ont donné le nom de “courtage” des droits d’impression et d’édition. Des personnes disposant de capitaux se sont mis à les investir en ouvrant des bureaux officiels d’édition pour lesquels ils font une publicité monstre. Leur toute première tâche consiste à acheter des œuvres d’auteurs abusés et de débutants contre une somme symbolique. [Les auteurs] s’engagent à céder tous leurs droits, pour toute leur vie. Ensuite, ces bureaux les revendent, mais à prix fort, et sans aucun respect des formes légales, à d’autres maisons d’édition qui ont, elles, de réelles capacités de publication13. »

32Il faut bien reconnaître que de telles critiques ne manquaient pas de fondement tant la restructuration de l’édition s’est accomplie, à l’image des autres secteurs économiques, sans le moindre contrôle, avec pour seule régulation la loi du plus fort et l’élimination des plus faibles. Le réveil de l’édition égyptienne, dans le cadre d’une production culturelle industrialisée, ce fut aussi l’abandon d’une certaine idée du métier et de la déontologie. Dans ce domaine également, l’édition cairote fut amenée à suivre, sans l’amender, le modèle beyrouthin, en adoptant des pratiques qui, à terme, menacent l’avenir de la profession. On vit ainsi fleurir toutes sortes de procédés illégaux que recense d’ailleurs ‘Izz al-Dîn Ismâ’îl dans l’article précédemment cité. Cela va de l’exportation d’ouvrages classiques sans mention de l’éditeur d’origine, en l’occurrence souvent le secteur national qui avait supporté, lui, les frais d’une édition scientifique, à la copie d’éditions originales par simple reproduction. Mais on peut également procéder à des tirages supplémentaires sans qu’en soient prévenus les ayants droit et sans qu’il y ait mention de l’auteur ou de l’éditeur d’origine, en l’absence de tout dépôt légal ou bien en faisant figurer des indications fictives pour le lieu et le responsable d’édition, ce qui permet aussi une importante invasion fiscale et rend plus difficiles les poursuites juridiques. Enfin, il faut encore ajouter la fraude sur les droits de douane à l’occasion des importations ou, dans le cas du marché universitaire, l’impression d’éditions volontairement lacunaires, de façon à obliger les étudiants à renouveler leurs achats.

  • 14 Cf. M. aL-Damrānī, « Al-nâchirûn al-‘arab wa ahammiyat al-wujûd al-misri » [Les Éditeurs arabes et (...)
  • 15 Cf. I. Ismâ’īl, « Min khabâyâ wa asrâr… ». art. cit., p. 60.

33À force de temps, le préjudice financier dû aux différentes contrefaçons ne pouvait que s’aggraver. En 1993, une commission professionnelle réunie à la demande du ministère de la Culture l’évaluait à quelque 10 millions de dollars14. Pourtant, il n’existe guère de remède à la piraterie du livre, qui ne fait que traduire le dérèglement de la profession, et ‘Izz al-Dîn Ismâ‘îl était vraisemblablement fondé à conclure son étude sur ce constat désabusé : « Voilà comment fonctionne le monde de l’édition, un monde étrange où l’on trouve désormais bien peu de personnes de distinction, mais en revanche beaucoup de rapaces sans scrupules qui, au nom de l’édition et du commerce, sont prêts à n’importe quoi, y compris à renoncer à tout principe ou toute règle morale propre à l’exercice de cette profession ou même du savoir. L’avenir ne peut amener que davantage de magouilles et de pratiques inavouables15. »

L’« islamisation » de l’édition

34Depuis sa naissance au siècle dernier, l’édition égyptienne a toujours connu un fort secteur religieux ; la première zone de production du livre historiquement parlant, près d’Al-Azhâr, lui était presque exclusivement réservée. Toutefois, la dynamique du marché de l’imprimé était clairement en faveur des courants réformateurs, majoritairement laïcs. Par ailleurs, la culture religieuse avait un certain caractère d’évidence ; elle paraissait comme une sorte de minimum requis pour tout honnête homme alors que l’assimilation d’une culture moderne, d’inspiration étrangère, offrait un important capital de distinction. Dès lors, le caractère religieux des débuts de l’édition égyptienne a été oublié, quand il n’a pas été passé sous silence par ceux qui jugeaient qu’il n’était pas nécessaire de s’appesantir sur cette production intellectuelle rétrograde et archaïque (avec, par exemple, l’utilisation massive de la lithographie pour reproduire des textes de dévotion recherchés par un public populaire). Avec la révolution des Officiers libres, bien plus tard, cette présence de l’édition religieuse devait se faire plus discrète encore. Non pas que les pratiques culturelles aient réellement changé, bien au contraire (les quelques titres de vulgarisation religieuse mis sur le marché par les éditions nationales connurent à chaque fois une diffusion très importante), mais bien parce que le climat idéologique, tout particulièrement dans les milieux intellectuels socialement promus par la révolution et politiquement acquis à sa cause, retenait d’autres valeurs, essentiellement celles de l’arabisme et du socialisme, sur fond d’idéologie développementaliste et laïque.

  • 16 Le terme doit être accompagné de guillemets, d’une part parce que l’édition égyptienne fut, de tout (...)

35Aussi, la majorité des acteurs trouvèrent l’« islamisation16 » de l’édition d’autant plus choquante qu’ils continuaient à occuper, par une sorte d’effet d’inertie, des positions centrales dans le champ de la culture, et qu’ils demeuraient, de par leur formation et leur trajectoire personnelle, particulièrement étrangers à cette évolution. Il se créa ainsi une véritable contradiction entre les orientations des acteurs économiques les plus actifs sur le marché de la culture, les éditeurs religieux à destination du grand public, et les autorités du monde de l’esprit (les faiseurs d’opinion liés, pour la quasi-totalité d’entre eux, au nassérisme ou tout au moins à son climat intellectuel). Il est vrai que le changement était de taille et que les conditions politiques et économiques précipitèrent une évolution qui fut plus violente encore d’avoir été longtemps réprimée.

  • 17 Cf. N. ’Abd al-Châhid, The UAR Book Publishing Industry…, American University in Cairo, Faculty of (...)

36Parmi de très nombreux autres signes de cette évolution, il est intéressant de s’arrêter aux dénominations que se choisissent, depuis cette époque, les nombreuses maisons d’édition qui se sont créées à la faveur de l’infitâh. Très rapidement, elles ont conquis une part énorme du marché, en partie à cause des problèmes que n’avait pu surmonter l’édition traditionnelle, nationalisée ou non, mais aussi grâce à des méthodes de travail discutables mais efficaces. Au seuil des années 1970, la liste des entreprises adhérant à l’Union des éditeurs offre un corpus intéressant17. Sur 69 maisons citées, on chercherait presque en vain la moindre allusion à l’islam. Hormis la vénérable « maison du croissant » (Dâr al-hilâl), on ne trouverait, pour souligner cette orientation, rien de plus probant qu’une bibliothèque de l’imam, une librairie confrérique et une troisième se réclamant du jihâd, terme il est vrai immédiatement corrigé par le qualificatif « arabe ». Les autres dénominations font allusion au développement de la pensée et de la culture, avec des termes comme la Renaissance, les connaissances, les Lumières, la culture arabe, populaire, nouvelle ou encore universelle. Mais on remarque également le thème de l’arabité, souvent associée d’ailleurs au précédent registre, celui de la connaissance (avec des couples comme Renaissance arabe, pensée arabe).

  • 18 Cf. Dépôt légal, Qâ’ima bi-asmâ’i al-nâchirîn wal-matâbî‘…, op. cit., GEBO, 1987 et 1989, trois tom (...)

37Si l’on se livre à la même opération sur un corpus plus récent, à partir de l’Annuaire des éditeurs et imprimeurs égyptiens18 publié par la GEBO, on constate l’apparition d’un ensemble très important de maisons d’édition, de création récente, qui affichent leur orientation islamique. L’enracinement dans le patrimoine (turâth, le mot, pratiquement absent précédemment, possède désormais une connotation idéologique) en est un signe, mais il est bien d’autres variantes possibles : la réforme, les Compagnons du prophète, le Coran et les Dits prophétiques (très souvent repris : qur’ân, mushaf, hadîth, sunna), la prédication, la prophétie, la pureté, la piété, la fidélité, l’éveil ou la conquête musulmanes, la bonne voie, etc. Significativement, les précédentes associations de termes autour de la triade Renaissance-arabité-savoir sont désormais reprises dans un contexte musulman : les éditions islamiques [al-dâr al-islamiyya] publient pour le monde islamique [al-‘âlam al-islâmî] des livres religieux islamiques [kutub islamiyya, dîniyya] pour la propagation d’un message islamique [risâla]. Dans certains quartiers d’édition, on peut parcourir, de devanture en devanture, toute la gamme des références religieuses possibles. La rue Jumhûriyya, à la fois proche du centre ville et des zones plus populaires de ‘Abdîn et Mubtadayân, offre ainsi un itinéraire qui va des Livres islamiques aux Compagnons du Prophète en passant successivement, à quelques dizaines de mètres de distance, par la Librairie Wahba (connue pour son militantisme en faveur des Frères musulmans), par la Maison du patrimoine islamique et celle de la Vie du Prophète…

  • 19 S.-N. Qâdhim, introduction au premier numéro de la collection Waraqa thaqâfiyya, M. Yahyâ, Fîl-radd (...)
  • 20 Publicités pour Dâr al-fikr et Dâr al-mustaqbal al-‘arabî, ‘Alam al-kitâb, n° 1, janv.– févr.-mars  (...)

38Marqué par une forte poussée des éditeurs plaçant leur pratique professionnelle sous le signe de l’islam, ce renouvellement du champ éditorial peut également s’observer en lisant les placards publicitaires dans la presse spécialisée, les catalogues ou encore les textes de présentation de certaines collections, à l’image de ce que propose une maison d’édition à la fois particulièrement importante et représentative de la nouvelle édition, Al-zahrâ’ lil-i‘lâm al-‘arabî. À l’origine maison de production audiovisuelle, créée en 1972 en Arabie Saoudite, où elle a réalisé, entre autres projets, une série télévisée sur la vie du Prophète, Al-zahrâ’ n’entame ses activités d’édition en Égypte qu’en 1984-1985. Ce lancement avait été préparé par une très importante campagne de presse annonçant des collections réunissant de grandes figures de la vie publique égyptienne (la reine Farida, Fu’âd Saraj al-Dîn, le leader du parti Wafd, Zakariyya Muhy al-dîn, un ancien ministre nassérien, très marqué à gauche, etc.). Ce catalogue, en apparence très ouvert, parfaitement en phase avec les préoccupations commerciales de la nouvelle édition égyptienne, n’ôtait en rien le caractère à la fois islamique et politiquement engagé d’Al-zahrâ’. Son directeur, Ahmad Râ’if, avait connu les camps d’internement nassériens et militait dans les rangs de l’islam politique. À côté d’un personnel plus technique, comme Husayn Murâd, transfuge des éditions Al-churûq (elles-mêmes marquées par une coloration politique en faveur des Frères musulmans), d’autres signatures prestigieuses participaient à l’expérience, notamment la journaliste et essayiste Sâfi Nâz Qâdhim, militante de la gauche égyptienne convertie à l’islam radical et désormais directrice d’une collection intitulée Les Cahiers culturels. Cette collection, selon les propres termes de sa responsable, se donnait pour mission de contrecarrer « les attaques hystériques des laïcistes », en offrant une tribune « aux plumes islamiques, quels que soient leurs styles, leurs méthodes et leurs niveaux, pour mener le jihâd intellectuel, scientifique et médiatique19 ». Éditeur militant, Ahmad Râ’if confirma cette orientation en signant cette déclaration d’intention publiée à plusieurs reprises dans la presse égyptienne : « Le livre [des éditions] Al-zahrâ’ est le prolongement naturel des aspirations du département des publications d’Al-zahrâ’ lil i‘lâm al-‘arabî, puisqu’il vise à réaliser les besoins d’une scène culturelle assoiffée d’un livre (…) qui soit à la fois beau, vrai et porteur d’un message confirmant l’identité islamique dans la culture de l’umma. » Bien qu’il soit difficile d’en apprécier l’importance, les financements extérieurs dont dispose Al-zahrâ’ (liée en particulier aux sociétés de placement de fonds islamiques et durement touchée par la crise qui a secoué ces établissements à la fin des années 1980) lui permettaient, en 1989, d’employer une soixantaine de personnes et d’éditer, annuellement, entre 20 et 30 livres réalisés selon les techniques les plus modernes et bénéficiant d’une excellente diffusion pour des tirages oscillant entre 5 000 exemplaires et 50 000 pour les meilleures ventes. Néanmoins, la crise des sociétés islamiques de placement de fonds a affecté sérieusement ses activités. Le créneau que cherchait à occuper cette maison, et à son image toutes celles du secteur « néo-islamique », s’apprécie davantage par comparaison avec les politiques éditoriales des autres éditeurs proposant « un livre scientifique et culturel de qualité », à l’heure où « les nations du monde rivalisent dans le champ du savoir » ou, sur un mode plus militant, se donnant pour mission de « participer à la production éditoriale de qualité, [de] réaffirmer [une] appartenance nationale arabe et [de] fournir à la raison arabe toute pensée consciente et toutes valeurs authentiques », en publiant « des œuvres essentielles (…) qui répondent aux besoins du citoyen dans la société arabe contemporaine et l’aident à œuvrer en vue d’une véritable renaissance culturelle20 ».

La querelle des Anciens et des Modernes

39Cette « islamisation » du champ éditorial, pourtant un bastion traditionnel du laïcisme nourri à l’idéologie du développement et du progrès, pouvait d’autant moins passer inaperçue que beaucoup des maisons d’édition bénéficiaient d’aides financières importantes, de la part de mécènes, souvent eux-mêmes discrets relais de partis et de puissances politiques. Pour autant, l’essor de l’édition islamique ne s’est pas effectué contre le marché et la logique économique de ce secteur. Au contraire, cette édition a cherché, et trouvé, un public populaire, capable d’assurer une diffusion à grande échelle de ses produits. Le déferlement du livre islamique fut donc d’autant plus impressionnant qu’il s’est traduit par des tirages extrêmement élevés (couramment, plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines, de milliers d’exemplaires). En plus des déséquilibres que le développement du livre islamique provoque au sein du marché de l’imprimé – car l’essor de certains acteurs ou de certains secteurs se fait, peu ou prou, au détriment des autres –, ce type de publication provoque également des réactions aussi vives parce qu’il traduit la montée en puissance d’une catégorie d’opposants dont le discours politique emprunte les catégories et le vocabulaire de l’islam. Logiquement, les explications apportées à ce phénomène ne sont pas étrangères aux mutations de la profession. Les différentes interventions des professionnels réunis à la fin des années 1980 à l’occasion d’une table ronde sur le livre en Égypte mettaient ainsi en évidence une sorte de fossé générationnel entre représentants « anciens » et « nouveaux » de l’édition.

  • 21 Mahmûd Chanîtî, ancien directeur de la GEBO, « Le Marché du livre égyptien », Bulletin du CEDEJ, n° (...)

40Pour les professionnels qui s’estiment chargés d’une mission éducative à laquelle doivent s’associer les couches éclairées de la population et singulièrement les intellectuels, le succès du livre islamique apparaît comme une erreur de l’Histoire, une atteinte à la raison. Il n’est possible qu’en raison de l’action de forces obscurantistes qui abusent du penchant des masses consommatrices pour les œuvres faciles, tout en recevant le soutien de certaines puissances politiques, présentes en Égypte ou à l’étranger. C’est pour cette raison, en particulier, que l’essor du livre islamique doit être analysé dans « l’ensemble du monde arabe, [car] on y assiste au même revival, dû à une pression qui s’exerce sur les plans économiques, politiques, sociaux (…). Les jeunes d’aujourd’hui sont confrontés à des problèmes dont personne ne parle. Lorsqu’ils sentent qu’ils perdent pied face aux difficultés de la vie, ils ont une réaction de fuite pour ne pas avoir à affronter la réalité. Mais il faut absolument dire aussi qu’il y a des tentatives de percée, des financements [dans l’édition de livres religieux] venant de l’étranger. Il faut le savoir pour comprendre que dans le cas de la diffusion du livre religieux il ne s’agit pas simplement d’un jeu entre l’offre et la demande, ce n’est pas simplement la réponse à une demande. L’offre répond à la demande, mais [dans ce cas] il n’y a pas de demande21 ! »

  • 22 Isma‘îl ‘Abd al-Hakîm Bakr, spécialiste de bibliothéconomie et directeur des éditions Al-‘arabî, «  (...)

41Même si l’on s’accorde à reconnaître qu’il faut désormais suivre les lois du marché, celles-ci, en l’occurrence, ne sont pas respectées : « Prenons le cas d’un livre religieux aujourd’hui. On constate qu’il est vendu à un prix inférieur à son coût de revient, ou bien que, de toute façon, il n’est pas vendu à un prix qui laisse une marge bénéficiaire suffisante. La diffusion de ce livre n’est pas normale, la marge bénéficiaire n’est pas suffisante. Compte tenu de la part du papier dans le coût de fabrication, environ 65 %, plus la diffusion est grande et plus les pertes pour l’éditeur sont grandes. Par conséquent, j’affirme que ce type de livre bénéficie d’une sorte de subvention, mais indirecte. L’éditeur qui ne manque pas d’intelligence va exporter en Arabie Saoudite un livre de 25 piastres au prix d’un dollar. De cette façon, en vendant un seul exemplaire en Arabie Saoudite, c’est comme si j’en avais vendu cinq en Égypte et je peux en distribuer quatre pour rien ! Je ne peux pas croire que l’Arabie Saoudite consomme des livres sur le voile et le vêtement islamiques en quantités pareilles ! 10 000 ou 20 000 exemplaires ! Je ne crois pas qu’il y ait en Arabie des lecteurs qui recherchent ce type d’ouvrage ! Les lectrices saoudiennes ont certainement envie d’autre chose !22 »

  • 23 Farîd Zahrân, « Le Marché du livre égyptien », Bulletin du CEDEJ, n° 25, p. 73.

42Pourtant, au sein de la « nouvelle édition », il arrive qu’on pose sur le même phénomène un regard très différent. Au-delà des problèmes ponctuels qu’engendre à coup sûr l’existence indéniable d’aides financières extérieures, l’essor du nouveau livre religieux suscite avant tout des interrogations quant à la nature actuelle du paysage culturel égyptien, et même arabe : « Je voudrais revenir sur ce que vous avez dit à propos du caractère passager du phénomène religieux. Je pense qu’une telle appréciation n’est qu’un vœu pieux. L’amertume de la jeunesse n’est pas seulement due aux circonstances économiques, qui peuvent être passagères. Ce qui se passe en Égypte n’est pas financé [de l’étranger]. Ce n’est pas vrai de dire que si ce financement s’arrêtait, le phénomène [du retour du religieux] s’arrêterait. Je pense que ce n’est pas un problème de financement. Un livre religieux qui se vend à 80 000 exemplaires, ce n’est pas la même chose qu’un livre politique qui se vend à 1 000 exemplaires. (…) Je crois que les problèmes de l’édition concernent certains éditeurs, mais pas tous. S’il y avait des éditeurs religieux parmi nous, la discussion aurait été différente. Eux, ils font du profit parce qu’ils éditent des livres dans le cadre d’une société qui demande ce type de livre. C’est la loi de l’offre et de la demande. [Le livre religieux], c’est un produit qui subit l’influence du courant politique dominant. Par conséquent, le nombre d’exemplaires vendus correspond à une situation réelle, et non pas à nos propres désirs. Il n’y a qu’àregarder les résultats des maisons d’édition qui représentent les différents courants intellectuels, et l’on verra bien que c’est une réalité ! C’est une simple image de ce qui existe dans la société, indépendamment de ce que l’on peut penser, ou de ce que l’on désire. La crise du livre ne concerne pas tous les éditeurs, mais seulement quelques-uns, et seulement une partie des courants intellectuels qui éditent23. »

  • 24 Idem, p. 76.

43La domination évidente des formes commerciales de la culture, et en particulier celles qui jouent sur la sensibilité religieuse du public, a au moins cet avantage de mettre les professionnels de la culture, et les hommes du livre en particulier, en face de leurs responsabilités. Paradoxalement, la situation présente peut même paraître meilleure car elle met un terme aux faux semblants et permet de construire quelque chose, non plus sur les « illusions de la Renaissance », mais à partir de la véritable « carte culturelle et politique de l’Égypte ». Farîd Zahrân, le porte-parole de la « nouvelle édition » poursuit ainsi sa démonstration : « C’est pour cela qu’en fin de compte j’estime que la situation de l’édition dans les années 1970 et 1980 est meilleure que durant les périodes antérieures. Même si je respecte beaucoup ce qui s’est fait avant, même si je suis d’accord avec ce qui s’est publié avant, dans les années 1960. […] Il ne fait aucun doute que dans les années 1970-1980, la situation du marché de l’édition correspond davantage à la logique commerciale, à la carte culturelle et politique de l’Égypte24. »

  • 25 C’est le titre que choisit, significativement, un des principaux « réanimateurs » des politiques cu (...)
  • 26 Farîd Zahrân, « Le Marché du livre égyptien », Bulletin du CEDEJ, n° 25, p. 79.
  • 27 Idem, p. 82

44Partageant la même insatisfaction devant la nature actuelle du marché, ces deux générations d’éditeurs se séparent lorsqu’il s’agit, non plus seulement d’analyser les facteurs qui ont mené à cette situation, mais également de proposer des remèdes pour pallier le déclin de l’édition de qualité, contrebalancer la domination du livre islamique et modifier l’équilibre entre les différents courants qui se partagent le champ intellectuel égyptien. Fidèle aux conceptions défendues par les responsables officiels au moment où il détenait lui-même de hautes responsabilités, celles d’une culture noble et austère qu’il faut inculquer de force ou presque, Mahmûd Chanîtî continue à appeler de ses vœux une intervention étatique. Pour lui, seule la puissance publique est capable d’appliquer les mesures qui permettront, à moyen terme, la naissance de cette société nouvelle dont avaient rêvé les idéologues nassériens durant les années 1960. Mais au milieu des années 1980, un tel rêve est définitivement brisé, semble-t-il, et il s’agit seulement de limiter l’ampleur de la catastrophe, ou encore de combattre pour la freiner, car personne ne pense plus pouvoir mettre un terme à une situation qu’il n’est plus possible de nier, marquée par l’épreuve25 et même par la défaite de la « pensée éclairée ». Pour cela, l’État doit à nouveau mettre en œuvre un projet culturel libéral auquel pourra souscrire, toutes différences confondues, l’ensemble des fractions intellectuelles libérales : « Tout cela nous mène à la question : l’État doit-il ou non soutenir la culture ? Je fais partie de ceux qui pensent que oui. Non par une subvention directe, du type de celle que l’État donne pour le pain, par exemple. Il ne s’agit pas d’apporter un financement, mais il y a un certain nombre de solutions26. » Bien loin d’être monolithique, le point de vue défendu par Mahmûd Chanîtî intègre la critique des expériences passées. Pour cet ancien responsable culturel, il ne saurait être question de reprendre, sans les amender, les politiques d’autrefois. Des erreurs ont été commises et, de plus, la situation actuelle rend nécessaire d’accepter le rôle que joue désormais la loi du marché dont il faut toutefois corriger les effets ; tel est le sens de son appel à une plus forte intervention de l’État : « Un vrai secteur privé est un espace public à l’intérieur duquel l’ensemble des acteurs concourent à la marche de l’ensemble. Il y a bien [en Égypte] un secteur privé au sens artisanal du terme, mais un véritable secteur privé, propriété de ceux qui y développent une activité économique, professionnelle, cela n’existe pas27. »

  • 28 Idem, p. 85.
  • 29 Idem, pp. 84-85.

45Face à cette conception, qui veut tenir compte des erreurs passées et des données présentes [limites de l’action étatique, puissance du marché…], Farîd Zahrân développe une argumentation beaucoup plus radicale et provocante. Pour lui, la situation est tellement catastrophique qu’il faut, en préalable, supprimer toute aide étatique : « Pour sortir de cette situation difficile [qui est celle de l’édition actuellement], pour qu’on en finisse avec cette intervention, positive ou négative, pour qu’il y ait un peu plus d’indépendance, il faudrait ne dépendre en aucune manière de l’État dans la mesure où celui qui te soutient est en droit de te demander quelque chose28. » En effet, Farîd Zahrân croit à la loi du marché et accepte pleinement la sanction du public. À ce titre, les subventions ne font que fausser les données culturelles réelles, cette vérité du marché à laquelle doivent retourner les milieux intellectuels pour reconquérir un public ; « À propos des subventions : tout est subventionné, tout le monde est subventionné, le marché est ouvert. C’est une question qui ne mérite pas qu’on s’y arrête. Toute la région vit de subventions. Quiconque parle en faveur d’un courant quelconque a envie d’être subventionné. Franchement, les quelques éditeurs que l’on ne pouvait pas accuser d’être subventionnés ont fait faillite. 90 % d’entre eux ont déjà fait faillite et le reste est en train de le faire ! Ce n’est pas un mal de recevoir des subventions et je crois que cela ne sert à rien de parler longuement de cette question car il n’y a pas de réponse. C’est le destin de cette région que d’être importante pour de multiples raisons et de se voir sans cesse offrir des subventions. Si l’on veut rester objectif et ne pas se bercer d’illusions, la seule chose que l’on puisse souhaiter, en ultime analyse, c’est que toutes ces subventions se limitent à des acteurs égyptiens. (…) Ou du moins, que l’éditeur égyptien reçoive la plus grosse part des subventions de mains égyptiennes et que, même en recevant un financement, il demeure entièrement soumis aux lois égyptiennes. La relation entre le livre et le lecteur doit être régie par la loi du marché, la loi de l’offre et de la demande. Même dans le cas d’une édition subventionnée, c’est l’offre et la demande qui vont imposer un livre. Si un livre de Khomeiny est édité en Égypte, et s’il est vendu, peu importe de savoir si l’éditeur a été subventionné pour cela ou non ! C’est un phénomène en soi. On ne peut pas comparer cela au cas du livre de Jihane Sadate, qui a été subventionné lui aussi mais dont la distribution ne prouve pas qu’il a été lu réellement. Quand un livre reçoit un financement sans qu’il corresponde â une réalité sociale, à un courant intellectuel ou culturel précis, on peut affirmer que c’est de l’argent jeté par les fenêtres ! Le livre religieux est subventionné, d’accord. Mais est-ce cela qui est important ou bien le fait que le lecteur égyptien soit attiré par ce type de livre ? Mais il faut savoir aussi que la clientèle du livre religieux peut très bien acheter des livres pour les poser sur des étagères sans les lire. Le fait que ces livres reçoivent un soutien financier est moins important que le fait qu’ils soient lus. Si un livre a du succès, son éventuel financement n’est qu’un problème annexe ; il ne fait que contribuer à sa diffusion. C’est la présence d’une demande pour le livre religieux qui est importante ; un éventuel financement n’a d’importance que parce qu’il répond à une demande29. »

  • 30 Idem, pp. 83-84.

46À l’origine d’un refus aussi farouche de toute intervention officielle, il y a en réalité une remise en cause des positions trop souvent adoptées par l’intelligentsia. À sa manière, celle d’un professionnel du livre, Farîd Zahrân rejoint une problématique plus générale, qui remet en cause l’engagement – trop inconditionnel en dépit des critiques de façade – des intellectuels aux côtés du pouvoir. Sur le plan pratique, il en tire toutes les conséquences, même les plus extrêmes : « À mon sens, dire que l’on peut subventionner une idée, c’est une sorte de facilité. (…) C’est peut-être en raison de notre position géographique, mais nous avons une facilité pour accepter des subventions [en provenance de l’étranger]. Nous sommes un peuple subventionné ! Nous sommes des intellectuels subventionnés ! C’est vrai en particulier pour la culture. Ma génération, celle d’avant, parlent encore du théâtre des années 1960, du livre des années 1960… Acceptons le fait que l’État puisse accorder des subventions, mais pourquoi devrais-je les accepter ? Pourquoi l’État doit-il toujours avoir l’initiative, pourquoi ne la prendrions-nous pas ? Ne pouvons-nous pas travailler sans le soutien de l’État ? D’autant plus que le régime actuel n’est plus celui des années 1960 et que nos aspirations ne correspondent plus à celles de l’État actuel. Il vaudrait mieux pour nous, sans doute, que nous nous unissions dans le cadre d’une Union des éditeurs ou quoi que ce soit qui lui ressemble. Il faut que nous nous prenions en charge nous-mêmes30. »

Notes

1 Estimations avancée par Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb, op. cit., pp. 223-236 et A. Ben Cheikh, Production de livres et lecture dans le monde arabe, op. cit., p. 14, ce dernier auteur reprenant une enquête effectuée par l’ALECSO publiée dans Dalîl duwar al-nachr fil-watan al-‘arabî [Guide des maisons d’édition arabes], Al-munadhdhama al-‘arabiyya lil-tarbiyya wal-thaqâfa wal-‘ulûm, 1974.

2 Cf. Qism al-îdâ’ al-qânûnî bi-dâr al-kutub [Dépôt légal], Qâ’ima bi-asmâ’ al-nâchirîn wal-matâbi‘ fî jumhuriyya misr al-‘arabiyya [Annuaire des éditeurs et imprimeurs en République arabe d’Égypte (RAE)], General Egyptian Book Organisation (GEBO), 1987, deux tomes.

3 Cf. A. Ben Cheikh, Production de livres et lecture dans le monde arabe, op. cit., pp. 10- 11. À titre indicatif, une étude, portant sur un corpus important d’éditeurs arabes, révèle la répartition suivante : éditeurs-libraires, 54 % ; éditeurs-imprimeurs-libraires, 27 % ; imprimeurs-éditeurs, 4 % et éditeurs, à proprement parler, seulement 15 %. Cf. N. ‘Itânî, « The Acquisition Problems ot the Current Printed Materials in the Arab World », communication au MELCOM 1988.

4 Cf. ‘Alam al-kitâb, n° 17, janv.-mars 1988, p. 20.

5 Cf. A. Ben Cheikh, Production de livres et lecture dans le monde arabe, op. cit., p. 9.

6 Cf. S. Taubert, P. Weidhaas Eds., The Book Trade of the World, éditeur K.A. Saur, 1984.

7 Enquête de l’auteur et F. Mitwalli, « Al-kitâb al-misrî wa muchkilat al-nachr » [Le Livre égyptien et le problème de l’édition], Al-Manâr, n° 57, sept. 1989.

8 Séance du 1er février 1961, texte des débats cité par Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb…, op. cit., p. 242.

9 Cf. B. al-Hâchimî, Al-kitâb al-‘arabî, op. cit., p. 84.

10 Un journaliste littéraire a compté une vingtaine de ces « clubs » littéraires au Caire (cafés, associations culturelles comme la Société de philosophie du Caire ou celle des Amis des beaux-arts), outre ceux qui dépendent des organes officiels de la culture (palais de la culture, maison des écrivains, club de la nouvelle, etc.). Cf. M. al-Hamâmsî, « Nadawât al-qâhira là tuqaddimu ‘â’idan thaqâfiyyan » [Les Clubs du Caire ne produisent guère], Acharq al-Awsat, 27 octobre 1992.

11 Al-kutub al-safrâ‘, par référence à la couleur – et à la qualité – du papier : collections d’ouvrages du patrimoine arabe édités à la fin du siècle dernier et au début de l’actuel et désignés sous ce terme, en particulier par opposition à l’édition « moderne » de l’époque, de type Dâr al-hilâl ou Dâr al-ma‘ârif.

12 Cf. M. Chahrûr, Al-kitâb wal-qur’ân, qirâ’a mu‘âsira, Le Caire, Sinâ lil-nachr (en coédition avec Al-ahâlî), 1992. Sur ce texte, cf. D.F. Eickelman & J.W. Anderson, « Print Islam and the Prospects for Civil Pluralism… », Journal of Islamic Studies, 8:1, 1997.

13 Cf. I. Ismâ’îl, « Min khabâyâ wa asrâr ‘âlam al-nachr » [Secrets et magouilles du monde de l’édition], Risâlat al-ma‘lûmât, n° 9, janvier 1989, p. 59. Certaines maisons d’édition, par exemple Dâr Su‘âd âl Sabbâh, ont pu se constituer rapidement un catalogue en achetant, bien au-dessus des tarifs en vigueur, l’exclusivité de la production d’écrivains.

14 Cf. M. aL-Damrānī, « Al-nâchirûn al-‘arab wa ahammiyat al-wujûd al-misri » [Les Éditeurs arabes et l’importance d’une présence égyptienne], Al-Ahrâm, 19 et 26 mai 1993.

15 Cf. I. Ismâ’īl, « Min khabâyâ wa asrâr… ». art. cit., p. 60.

16 Le terme doit être accompagné de guillemets, d’une part parce que l’édition égyptienne fut, de tout temps, islamique, de l’autre, parce que ce caractère religieux n’est souvent qu’un simple habillage, choisi pour des raisons d’opportunité de marché. S. ‘I (Muthaqqafûn wa ‘askar, op. cit., p. 166, note 1) cite à ce sujet une anecdote qui mérite d’être traduite : « Je rendais visite à un ami, éditeur, de passage au Caire. En me rendant au Hilton, je le trouvai en compagnie d’un homme d’affaires égyptien qui envisageait, à cette époque, d’ouvrir une maison d’édition. Nous en parlions et nous discutions de programmes d’édition de livres de turâth lorsqu’il me vint brusquement à l’esprit de demander à cette personne quel nom il avait retenu pour la future maison. Il était en train d’ajouter un glaçon à son whisky quand il me répondit, du ton le plus sérieux : – Dâr al-islâm. Et le comble, c’est qu’il s’étonna de me voir éclater de rire ! »

17 Cf. N. ’Abd al-Châhid, The UAR Book Publishing Industry…, American University in Cairo, Faculty of management, 1971.

18 Cf. Dépôt légal, Qâ’ima bi-asmâ’i al-nâchirîn wal-matâbî‘…, op. cit., GEBO, 1987 et 1989, trois tomes. Pour constituer ce corpus, nous avons retenu, arbitrairement, l’ensemble des noms classés sous la rubrique « dâr », soit un peu plus de 350 établissements représentant environ un quart du total.

19 S.-N. Qâdhim, introduction au premier numéro de la collection Waraqa thaqâfiyya, M. Yahyâ, Fîl-radd ‘alâ al-‘ilmâniyyîn [Réponse aux laïcistes], Al-zahrâ’ lil-i‘lâm al-‘arabî, 1985.

20 Publicités pour Dâr al-fikr et Dâr al-mustaqbal al-‘arabî, ‘Alam al-kitâb, n° 1, janv.– févr.-mars 1984, p. 23.

21 Mahmûd Chanîtî, ancien directeur de la GEBO, « Le Marché du livre égyptien », Bulletin du CEDEJ, n° 25, p. 73.

22 Isma‘îl ‘Abd al-Hakîm Bakr, spécialiste de bibliothéconomie et directeur des éditions Al-‘arabî, « Le Marché du livre égyptien », Bulletin du CEDEJ, n° 25, p. 77.

23 Farîd Zahrân, « Le Marché du livre égyptien », Bulletin du CEDEJ, n° 25, p. 73.

24 Idem, p. 76.

25 C’est le titre que choisit, significativement, un des principaux « réanimateurs » des politiques culturelles actuelles, dans une sorte de manifeste très proche, par l’aspect, des brochures éditées dans les années 1960. Cf. J. ‘Usfûr, Mihnat al-tanwîr [L’Épreuve des Lumières], Le Caire, GEBO, 1994.

26 Farîd Zahrân, « Le Marché du livre égyptien », Bulletin du CEDEJ, n° 25, p. 79.

27 Idem, p. 82

28 Idem, p. 85.

29 Idem, pp. 84-85.

30 Idem, pp. 83-84.

Table des illustrations

Titre Figure 3 : La répartition des maisons d’édition selon leur date de création ou d’entrée en activité (1988)
Légende Sources : Enquêtes de l’auteurCommentaire : Cette répartition, qui doit être retenue comme indicatrice d’une tendance, a été établie en 1988 à partir des données réunies pour 70 maisons d’édition, parmi les plus actives au Caire et à Alexandrie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Figure 4 : La répartition des acteurs professionnels à l’intérieur du champ éditorial
Légende Légende: CCult = Capital culturelFP = Formation professionnelleCCp = Connaissance du champ
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 5 : Le champ de l’édition égyptienne
Légende Légende : la zone comprise par la (lèche grisée représente l’édition de l’infitâh, celle des nouveaux entrepreneurs culturels (les exemples sont explicités dans les commentaires ci-dessous).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search