Version classiqueVersion mobile

Les gens du livre

 | 
Yves Gonzales-Quijano

Deuxième partie. Les pratiques culturelles

Chapitre 5. L’industrie du livre

Texte intégral

  • 1 Cf. les travaux de M. Albin, en particulier « The Survival of the Bulaq Press Under Abbas & Said (1 (...)

1Dès sa naissance, l’édition égyptienne fut marquée aussi bien par la puissance publique que par l’initiative privée. C’est à la première qu’on doit l’introduction des techniques imprimées, mais celles-ci ne connurent un développement significatif qu’avec l’apparition d’ateliers particuliers. Ainsi, très tôt, il est possible de repérer une tension, quasiment constante dans l’histoire du livre égyptien, entre les politiques éditoriales planifiées et volontaristes mises en œuvre par les appareils d’État et les initiatives individuelles essentiellement déterminées par les possibilités du marché. Naturellement, différentes formules pour concilier autant que possible ces deux extrêmes furent très rapidement trouvées. Les imprimeries nationales s’efforcèrent à certains moments de mieux respecter les impératifs économiques ; dès le milieu du xixe siècle, on assista même à la première « privatisation » du secteur public1. À l’inverse, les multiples associations qui regroupèrent très tôt intellectuels et personnalités de la vie publique autour de projets éditoriaux illustrent bien la volonté d’échapper aux lois trop contraignantes du marché.

  • 2 Cf. Journal asiatique, deuxième série, tome VIII, 1831, pp. 333-344.

2Historiquement, force est de reconnaître que le projet étatique apparut en premier puisque l’installation des premières presses se fit à l’initiative de Muhammad ‘Alî. Il s’agissait manifestement d’un projet politique, au plein sens du terme, puisque cette décision naquit de la volonté de mettre en place les instruments nécessaires au fonctionnement d’un État moderne. D’ailleurs, le caractère novateur et l’importance de ce projet, sur le plan politique mais aussi culturel, n’avaient pas échappé à certains observateurs de l’époque. Dès 1831, on pouvait ainsi lire dans le grand organe du savoir orientaliste de l’époque, le Journal asiatique, ces réflexions qui constituaient un des premiers témoignages d’un regard presque sociologique sur la toute nouvelle production : « Si jamais l’on a pu dire que la littérature est l’expression de la société, ce doit être à l’occasion d’une nation qui naît, pour ainsi dire, à la civilisation et qui, dédaignant l’ordre d’idées où elle avait vécu jusqu’ici, se porte vers un monde presque nouveau pour elle. On verra qu’àl’exception des livres qui traitent des premiers élémens [sic] du langage, ces ouvrages [des presses de Boulaq] appartiennent presque tous aux sciences et aux arts de l’Europe moderne, particulièrement en ce qui concerne l’art militaire2. » La volonté de créer une Égypte moderne s’accompagna d’une première ébauche de politiques culturelles elles-mêmes associées à un train de mesures administratives et même économiques : création de l’imprimerie de Boulaq, fondation du Journal officiel [Al-waqâ’i‘ al-misriyya] en 1828, ouverture d’écoles nationales de type moderne, de bibliothèques – dont une nationale [kutubkhâna] – en 1833, d’un Bureau de traduction [qalam al-tarjama] en 1841, etc. Pourtant, toutes ces décisions seraient restées sans effet, ou du moins elles n’auraient pas eu les mêmes conséquences, si elles n’avaient été prolongées, et soutenues, par des initiatives décisives dans le domaine économique et même industriel. En préalable à la formation intellectuelle des cadres, l’État égyptien jeta les bases d’une industrie nationale du livre. Il y eut d’abord la volonté d’atteindre une autonomie aussi large que possible dans les approvisionnements en matières premières. Par exemple, un système de récupération des chiffons, qui entraient largement à cette époque dans la fabrication de la pâte à papier, fut instauré au sein de l’armée égyptienne. Mais on pourrait citer également diverses tentatives pour obtenir la maîtrise technologique des autres étapes de la chaîne de production du livre : création d’une fabrique de papier, d’une fonderie pour les caractères arabes, d’ateliers de reliure, etc.

  • 3 Cf. W. Gdoura, Les Débuts de l’imprimerie arabe à Istanbul et en Syrie : évolution de l’environneme (...)
  • 4 Cf. A. Nusayr, Harakat nachr al-kitâb…, op. cit., p. 279 sq.

3Sans aucun doute, la nécessité de briser une fois pour toutes le tabou culturel et notamment religieux qui avait retardé pendant de si longues années la naissance de l’imprimerie arabe3 fait partie des raisons qui expliquent un engagement aussi manifeste de la puissance politique. En effet, l’apparition du livre imprimé et des journaux devait inévitablement entraîner une véritable révolution dans les structures sociales et économiques qui régissaient, depuis l’âge classique, le système de reproduction du savoir. Les réseaux traditionnels de transmission des connaissances, essentiellement construits autour de l’institution religieuse, durent nécessairement s’effacer au profit de nouvelles formes sociales, ou encore de nouvelles solidarités, liées à l’imprimé, à sa fabrication et à sa diffusion. Le temps aidant, le développement de l’initiative privée joua un rôle certain dans ce processus, avec les témoignages d’un début d’activité de quelques éditeurs commerciaux, essentiellement étrangers dans un premier temps4. Mais les circonstances politiques qui prévalurent sous les successeurs de Muhammad ‘Alî entravèrent le développement, pourtant prévisible, de ces initiatives. Il fallut donc attendre les trois dernières décennies du xixe siècle pour constater l’apparition d’un fort secteur privé, le plus souvent lié à de puissantes entreprises de presse (àla fin du xixe siècle, douze d’entre elles imprimaient des livres à destination du public adulte). En schématisant quelque peu une évolution qui court sur près d’un demi-siècle, et qui connut des temps d’arrêt ou de brusques accélérations au gré des aléas de la vie politique, passant de la plus extrême censure à une assez large clémence, de la part des Khédives aussi bien que de l’occupant anglais ou de la Sublime Porte, on peut considérer que l’édition égyptienne se développa de plus en plus vite, grâce à une initiative privée qui s’appuyait sur l’essor de l’imprimé et surtout du journal. Un essor relatif toutefois parce que la floraison des titres et la montée des tirages ne doivent pas masquer le fait que le lectorat, en dépit de pratiques de lectures communautaires (notamment dans les cafés), restait limité. Malgré l’existence d’un public scolarisé aussi bien dans le système d’éducation moderne que dans les institutions traditionnelles, l’Égypte souffrait d’un très fort taux d’analphabétisme.

  • 5 Idem, notamment pp. 302 et 308-310.

4Il est en partie possible de mesurer le développement de l’imprimé, conjointement à sa « privatisation ». Les travaux d’Aïda Nusayr sur l’édition égyptienne au siècle passé permettent d’avancer quelques données quantitatives sans doute un peu imprécises mais néanmoins certaines quant aux orientations qu’elles mettent en évidence. On observe ainsi que la part des éditions nationales, qui s’élevait à près de 90 % du total de la production imprimée durant la première moitié du xixe siècle, n’en représentait plus, durant la seconde, que 60 %. Cette montée en puissance des acteurs privés est d’autant plus remarquable que le volume total de la production était alors en hausse constante (d’une cinquantaine de titres par an, en moyenne, vers 1850, à près de 300, à la veille du xxe siècle). Sur les premiers livres égyptiens, qui abandonnaient progressivement les traditions esthétiques et la logique textuelle propres aux manuscrits et qui, de plus en plus, recueillaient des textes inédits, figurent les noms de très nombreux imprimeurs (plus de 67 ateliers différents5) : qui étaient-ils ? À quels milieux appartenaient-ils ? Où travaillaient-ils ? Quelle était leur influence sur la toute nouvelle production imprimée qui supplanta définitivement, à cette époque, le manuscrit ?

5Pour répondre à cette série de questions, il convient de comprendre comment le développement du marché du livre modifia profondément les données du champ culturel. Les règles ancestrales de la transmission du savoir, les réseaux traditionnels qui permettaient, en un mouvement presque naturel, la cooptation et le renouvellement des élites, sur fond de permanence et même de sclérose culturelle, tout ce système hérité de l’âge classique se trouva en l’espace de quelques années mis en concurrence avec un autre milieu, régi par une autre économie symbolique. Le manuscrit céda la place à l’imprimé, le texte de référence à l’article de journal, l’initiation d’un cercle de disciples à la diffusion d’un message auprès de l’opinion publique. Bien entendu, le passage d’un ordre culturel à un autre ne se fit pas immédiatement. Il n’y eut pas coupure entre deux époques mais au contraire évolution d’abord lente puis de plus en plus rapide, tout au long de la seconde moitié du xixe siècle. Pendant plusieurs décennies, les deux systèmes coexistèrent. L’imprimé commença par apprivoiser les codes et les techniques du manuscrit avant d’inventer ses propres règles. À l’image d’hommes comme Rifâ‘a al-Tahtâwî ou cheikh al-Marsâfî, les premiers professionnels de l’imprimé (correcteurs, typographes, auteurs…) acquirent leur formation à travers le système traditionnel d’apprentissage des techniques de l’écrit, en tout premier lieu à l’université d’Al-Azhâr. Ce système n’en vivait pas moins ses dernières années et la réforme de la célèbre université islamique, au tournant du siècle dernier, s’explique également par la transformation des pratiques culturelles, tout particulièrement celle des usages de l’écrit, qui rendirent d’abord possible, puis nécessaire, la Réforme [islâh]. Pour diffuser leurs idées, al-Afghânî et Muhammad ‘Abduh (un ancien rédacteur du Journal officiel) utilisèrent eux-mêmes les possibilités de l’imprimé et créèrent la revue Al- ‘urwâ al-wuthqâ, dès 1884, à Paris, puis Al-Manâr, en 1899.

6Bien plus qu’une simple évolution, l’imprimerie entraîna par conséquent une « révolution » symbolique qui permit en particulier l’apparition des professionnels de la communication écrite, les premiers intellectuels arabes, au sens moderne du mot. En effet, autour des presses qui livraient journaux, revues et ouvrages imprimés gravitait toute une société en avance sur son temps, réceptive aux expériences occidentales et très consciente politiquement. Très souvent, les premiers acteurs de l’imprimé égyptien – auteurs, journalistes, mais aussi ouvriers du livre, parfois les trois à la fois comme ‘Abd Allah Ibn Nadîm, fondateur de revues, qui commença sa carrière comme prote d’imprimerie – acquirent leur formation initiale dans des ateliers d’imprimerie tenus par des Européens, souvent eux-mêmes libéraux. Ouvriers hautement qualifiés, typographes, y voisinaient avec les hommes de plume, les journalistes, les publicistes, les imprimeurs, les éditeurs et autres directeurs de publication…

7Au début du xxe siècle, la situation du livre égyptien était le résultat de cette histoire complexe, marquée par la transformation de l’héritage classique sous l’impact de la diffusion sans cesse plus massive des imprimés, mais aussi par l’importation de techniques et de méthodes propres à la circulation de l’écrit dans les sociétés européennes modelées culturellement par les effets de la révolution industrielle. C’est ainsi que le marché du livre égyptien vit cohabiter en son sein deux types d’édition très différenciés. Pour les identifier, il suffit de revenir aux pionniers de l’édition égyptienne. Durant la dernière décennie du xixe siècle, deux importantes maisons virent le jour au Caire. La première, créée à l’ombre d’Al-Azhâr sous le nom de Matba‘at al-yamaniyya, avait pour fondateur cheikh Ahmad al-Bâbi al-Halabî et se spécialisa dans l’impression de textes classiques et autres compilations au programme des étudiants de l’université islamique. Après diverses péripéties, la société se scinda aux alentours des années 1920 pour donner naissance à deux maisons concurrentes, dirigées par les célèbres frères Halabî, références incontournables pour tout amateur de livres anciens et de textes classiques dans le monde arabe, même si ces maisons n’ont plus aujourd’hui qu’une activité très réduite. À peu près à la même époque naquirent d’une petite imprimerie du quartier de Faggâla – zone relativement excentrée dont l’activité économique fut brutalement stimulée par les transformations urbaines du Caire –, deux entreprises d’édition appelées l’une et l’autre à un grand avenir car elles allaient représenter, chacune dans leur domaine, une sorte de modèle de l’édition de qualité : Dâr al-hilâl, fondée par Jurjî Zaydân, et Dâr al-ma‘ârif, créée par Najîb Mitrî, longtemps la plus importante maison d’édition du monde arabe.

  • 6 Cf. A. Demeerseman, « Une parente méconnue de l’imprimerie arabe et tunisienne : la lithographie », (...)
  • 7 M. ‘Umar, Hâdir al-misriyyîn wa sirr ta’akhkhuri-him [Le présent des Arabes et le secret de leur ar (...)

8Largement orienté vers la production d’ouvrages de nature religieuse pour un public d’étudiants venus d’Égypte mais aussi de l’ensemble du monde musulman, le premier de ces marchés se situait donc dans les alentours immédiats de l’université d’Al-Azhâr (l’université égyptienne ne serait fondée qu’en 1908). Il était animé par des imprimeurs qui se contentaient d’adapter l’antique métier de libraire aux conditions techniques nouvelles, par le biais notamment de la lithographie, comme une sorte de compromis entre le manuscrit traditionnel et l’ouvrage mécaniquement reproduit à de multiples exemplaires6. Le plus souvent, leur production est aujourd’hui d’autant plus tombée dans l’oubli qu’elle allait à contre-courant des ouvrages jugés comme dignes d’intérêt, et cela pour les penseurs de la Renaissance arabe aussi bien que pour les orientalistes européens. Sauf dans le cas d’éditeurs de qualité comme cheikh al-Halabî, le quartier d’Al-Azhâr publiait essentiellement des ouvrages de dévotion populaire, des récits de miracles et des traditions apocryphes, qui faisaient d’ailleurs le désespoir des intellectuels de l’époque, tout comme ceux d’aujourd’hui se désolent devant la diffusion massive de textes faciles et vulgaires, ou encore de livres islamiques exploitant la religiosité populaire : « Les propriétaires des imprimeries égyptiennes et en particulier (ceux des imprimeries) musulmanes ont pris pour habitude d’imprimer des livres de superstition, sachant que le vulgaire y est davantage enclin qu’aux livres de science et de faits établis. Ils ont multiplié les publications de récits, d’histoires d’amour, de textes humoristiques, de poésies vulgaires et de livres rapportant des anecdotes et des scènes de débauche qui pervertissent les mœurs, le tempérament et l’imagination7. » Le second de ces marchés nous est beaucoup mieux connu puisqu’il était alimenté par les publications qui font, aux yeux des historiens notamment, le véritable apport intellectuel de la Renaissance arabe. Des journaux comme Al-Ahrâm, des revues culturelles ou scientifiques comme Al-Muqtataf, des récits de fiction comme ceux du premier écrivain arabe à succès al-Manfalûtî, avaient en commun d’être produits, la plupart du temps, dans un autre quartier du Caire, celui de Faggâla.

  • 8 Cf. M. M. Al-Tannâhî, Al-kitâb al-matbû‘al-misrî fî al-qarn al-tâsi’ ‘achar [Le livre imprimé en Ég (...)

9Cette division spatiale du marché du livre recouvrait un clivage sociopolitique et les publicistes imprimeurs de Faggâla, souvent d’origine libanaise et de confession chrétienne (Jurjî Zaydân, fondateur de la revue Al-Hilâl est leur prototype), appartenaient à un monde fort différent de celui des libraires-imprimeurs d’Al-Azhâr. Davantage marquée par le modèle européen, aussi bien dans le contenu que dans l’expression, leur production visait à instruire, éventuellement en distrayant, et donc à produire, à destination du grand public, des textes de vulgarisation caractérisés par une « économie du texte » inédite, totalement étrangère à la pensée arabe classique. Ce double clivage géographique et confessionnel doit être manié avec prudence. Des exceptions de taille existent, comme celle de cheikh ‘Alî Yûsuf, fondateur du quotidien Al-Mu‘ayyad et introducteur des premières rotatives, en 1906. Il est avéré également que les correcteurs, dans leur très grande majorité, avaient été formés à Al-Azhâr8 (et pour cause, l’université islamique restait, de très loin, le plus important centre de formation linguistique). Leur public, fort différent également, était constitué par les classes montantes, les nouvelles élites plus exposées, dans les centres urbains, à la modernité européenne. Le succès de cette édition « moderne et laïque » masque la réalité d’un marché en réalité largement dominé par le livre « traditionnel et religieux ». Or l’existence de deux zones d’impression, tournées vers deux types de livre, pour deux publics différents, correspondait à deux projets culturels, de fait en situation de concurrence. Le vocabulaire de l’époque fait bien apparaître cette double perspective. Parmi les associations pour la promotion du livre imprimé, la Société des connaissances pour la publication des bons livres [jam‘iyyat al-ma‘ârif li-nachr al-kutub al-nâfi‘a] fait pièce à la Société pour la revivification des livres arabes [jam‘iyyat ihyâ’ al-kutub al-‘arabiyya]. Présenter cette dualité comme une opposition entre l’appel à la connaissance et aux Lumières pour la première et la défense du patrimoine culturel pour la seconde est évidemment trop réducteur. Il n’en reste pas moins qu’on y retrouve une tension encore perceptible dans les débats intellectuels contemporains. Bien entendu, cette réalité ne saurait être passée sous silence lorsqu’il s’agit d’analyser les phénomènes éditoriaux d’aujourd’hui, en particulier l’explosion du livre islamique à partir des années 1980.

L’âge d’or d’un colosse

  • 9 Cf. Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kutub…, op. cit., p. 38 sq. Parmi les autres acteurs, les sta (...)
  • 10 L’estimation la plus haute est avancée par Ibrâhîm Al-Mu‘allim, directeur des éditions Dâr al-churû (...)

10Premier véritable pays d’édition dans le monde arabe du point de vue historique, l’Égypte allait rester également, et pendant longtemps, le principal fournisseur de la région. En effet, si le Liban bénéficia, par rapport à l’ensemble de monde arabe, d’une incontestable antériorité dans le domaine du l’imprimerie, c’est en Égypte que naquit l’édition moderne. Les hommes du livre libanais eux-mêmes ne s’y trompèrent pas puisqu’ils furent nombreux à pratiquer leur art au Caire et à Alexandrie, pour des motifs variés, à la fois politiques, économiques ou encore techniques. Toutefois, la modification de certains facteurs, décisifs pour l’économie politique du livre, allait provoquer, un siècle plus tard, un mouvement d’émigration exactement inverse. Les professionnels égyptiens se rendirent à leur tour à Beyrouth qui, tirant profit de l’affaiblissement de la capitale rivale, devint la plaque tournante de l’édition arabe, à partir de la seconde moitié des années 1960. Mais au moment de la révolution de 1952, et jusqu’au virage socialiste de l’époque nassérienne, la suprématie de l’édition égyptienne demeurait écrasante. Sur la base des statistiques recueillies par Cha‘ban Khalîfa, on peut inférer qu’elle couvrait à elle seule près de 75 % du volume total de la production arabe, au début des années 19609. Modeste au regard des grandes nations occidentales – sa production culminait à cette époque aux alentours de 650 titres par an, chiffre sans doute contestable eu égard aux conditions d’exercice du dépôt légal –, l’Égypte n’en restait pas moins à l’échelle de la région le colosse de la production intellectuelle imprimée. Les pays arabes, avec quelques pays à forte population musulmane d’Afrique et d’Asie, constituaient par conséquent le débouché de près de 60 % de la production égyptienne (certains observateurs ont même avancé le chiffre de 80 %10).

  • 11 La capacité d’innovation technologique est sans aucun doute un excellent indicateur de la santé d’u (...)
  • 12 Cf. T. Al-Qudsi-Ghabra, « The History of Published Arabie Children’s Literature », communication à (...)

11Les arguments ne manquent pas pour faire de toute cette période, et tout particulièrement durant l’entre-deux guerres, l’âge d’or de l’édition égyptienne. Outre l’importance de ses débouchés dans le monde arabe et islamique, le livre égyptien bénéficiait d’un second atout, l’existence d’une presse nationale puissante. En effet, depuis les dernières décennies du xixe siècle, les plus grandes maisons d’édition comme Dâr al-hilâl et surtout Dâr al-ma‘ârif s’étaient constituées autour de puissantes entreprises de presse qui assuraient, non seulement un lectorat (publications de bonnes feuilles et surtout de feuilletons) et une infrastructure matérielle et technique (fabrication du livre, impression et diffusion), mais également un gisement d’auteurs et même des financements à fonds perdus pour certaines entreprises intellectuelles ou littéraires. Ces entreprises d’édition, liées à une publication périodique et, à travers elle, à un secteur de l’opinion publique, souvent même à un parti politique, constituaient le secteur le plus dynamique de l’édition égyptienne. Parallèlement au développement d’une certaine presse qui adopta des techniques journalistiques plus modernes, furent introduites, à un rythme de plus en plus soutenu, toutes sortes d’innovations. Cela se fit dans le domaine technologique11, pour lequel l’Égypte demeura jusqu’aux années 1960 constamment en avance sur les autres pays arabes d’édition, mais aussi dans celui des techniques de promotion du livre. Ainsi, durant les années 1940, (peu après la Grande-Bretagne par conséquent, mais en même temps que les éditeurs français, voire avant eux), les éditions Dâr al-ma’ârif lancèrent une collection de poche dirigée par le célèbre homme de lettres Ahmad Amîn. La même maison avait déjà tenté d’accroître sa diffusion auprès du public en lançant, sous la direction de Muhammad Subayh, « Le livre du mois », une collection mensuelle d’orientation plus commerciale mais suivant une politique éditoriale planifiée par un véritable comité de lecture et répartie en collections bien distinctes (Trésors des Arabes, Les Phares de la pensée arabe, Les Phares de la pensée occidentale, etc.). Les premières études de marché furent également tentées à cette époque par Dâr al-hilâl, avec l’aide d’un publicitaire qui devint par la suite le premier président de l’Union des éditeurs égyptiens, en tant que directeur des éditions Dâr al-ma‘ârif, lesquelles développèrent très tôt un secteur spécialisé pour la jeunesse (ce type de publication représenta même à un moment jusqu’à23 % du catalogue général12).

12Toutes ces initiatives montrent l’étendue du chemin parcouru entre la fondation, en 1890, d’un modeste atelier d’impression et la constitution d’une entreprise d’édition moderne, lancée à la conquête des marchés arabes (Dâr al-ma‘ârif possédait ainsi une filiale au Liban). À l’image de cette maison à la réussite exceptionnelle, c’est l’ensemble de l’édition égyptienne qui semblait en voie de professionnalisation. À l’origine essentiellement libraires et/ou imprimeurs, et de fait très peu éditeurs à part entière, les acteurs du livre égyptien se spécialisaient toujours davantage en perdant leur caractère d’entreprises familiales. Malgré cela, l’essor de l’édition égyptienne ne reposait pas sur des bases suffisamment solides. Le lectorat demeurait trop restreint, les tirages trop limités, les acteurs véritablement actifs trop peu nombreux. La création de nombreuses maisons, vers la fin des années 1950, pouvait être interprétée comme un signe de vitalité (il n’en existait qu’une trentaine au moment de la révolution de 1952). Mais cette croissance, fragile, ne devait pas survivre aux nationalisations décidées par les autorités nassériennes quelque temps après.

Les années de déclin

13Souvent considérées comme l’âge d’or de l’édition égyptienne, les grandes années des politiques culturelles et de la mobilisation des élites intellectuelles entraînèrent en réalité l’affaiblissement du livre égyptien. Même s’ils sont à manier avec prudence, différents indicateurs permettent de mesurer, au moins grossièrement, cette chute. Parmi ces indicateurs, les chiffres du CAPMAS (Central Agency for Public Mobilization and Statistics), montrent l’évolution de la part des publications imprimées (livres et journaux) au sein des exportations égyptiennes. Après une forte croissance entre 1955 et 1965, elle a régressé pour ne reprendre qu’au milieu des années 1980.

Tableau 1 : Évolution des exportations des imprimés

Années Nombre de tonnes % du total des exportations
1955 2 449 3,4 %
1965 4 073 4,1 %
1975 5 364 2,8 %
1985 4 754 4,2 %

Sources : tableau élaboré à partir de Wasâ‘il tanmiyyal al-sinââ‘t al-misriyya [Développement des industries égyptiennes], publications du CAPMAS, Le Caire.

14Dans son étude publiée au début des années 1970, ‘Abd al-‘Azîz Khalîfa a mis en évidence la profonde transformation de la clientèle du livre égyptien. En l’espace d’une vingtaine d’années, l’édition égyptienne perdit totalement tous ses marchés asiatiques et n’exporta plus qu’en direction des pays arabes (cf. tableau suivant). Mais elle devint également de plus en plus prisonnière de ce débouché et s’exposa, entre autres conséquences, à toute mesure arbitraire modifiant les échanges commerciaux (par exemple le boycott décidé par les pays de la Ligue arabe à la suite de Camp David mais également une première mesure de ce type, décrétée par la Tunisie et l’Arabie Saoudite à la fin des années 1960, en représailles à la guerre du Yémen).

  • 13 Cf. Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb, op. cit, p. 41.
  • 14 Cf. S. Abû al-Najā’, Dhikrayât ‘âriyya, op. cit., pp. 235-236.
  • 15 Cf. Al-Musawwar, « Al-kitâb fî khatar », art. cit. Une source libanaise, citée par B. al-Hāchimî (A (...)

15Ces quelques données chiffrées concernant les exportations ne résument pas à elles seules la situation de l’édition égyptienne, mais elles aident à comprendre le séisme culturel que représenta, pour les acteurs de l’époque, la perte d’un réel leadership intellectuel, lorsque Beyrouth devint la capitale incontestée du livre arabe, précisément en emportant les marchés perdus par les éditeurs cairotes. Cette révolution dans les flux culturels interarabes eut des conséquences symboliques mais aussi économiques. Ainsi, au début des années 1950, sur 4 livres en circulation dans l’ensemble du monde arabe, 3 étaient égyptiens. À la fin des années 1960, l’évaluation de Khalîfa, probablement assez haute, n’accordait plus â l’édition cairote que 65 % du marché13. Pour Sayyid Abû al-Najâ’, un des meilleurs spécialistes de ces questions mais qui avançait une hypothèse peut-être dramatisée pour mieux défendre son point de vue, elle ne représentait plus, au terme de cette chute incontrôlée, que 20 % du total de la production intellectuelle arabe14. Même si les estimations varient, le constat d’un déclin, irréversible à court terme, est aujourd’hui repris par tous les spécialistes. En 1985, par exemple, Ibrâhîm al-Mu‘allim, responsable des éditions Dar al-churûq, rappelait au cours d’une discussion entre experts du livre que les exportations de l’édition égyptienne, cette année-lâ, s’élevaient à quelque 5 millions de livres égyptiennes. Dans le même temps, l’ancien dauphin libanais avait réalisé des ventes à hauteur de 150 à 200 millions de livres égyptiennes15. Même si les chiffres sont exagérés, pareille réflexion, outre le constat d’un évident manque à gagner, signifiait également pour son auteur que l’époque du monopole des éditeurs – et des intellectuels – égyptiens était sans doute révolue à jamais.

Tableau 2 : évolution de la répartition géographique des exportations

Tableau 2 : évolution de la répartition géographique des exportations

Sources : Ch. A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb…, op. cit., p. 581 sq.

16Dans ce déclin, la responsabilité du pouvoir politique – en l’occurrence celle des autorités nassériennes – est lourde. Nous avons vu précédemment les effets pervers de politiques culturelles, souvent généreuses dans leurs intentions. Mais les erreurs, la bureaucratisation des appareils culturels ou encore le gaspillage des ressources ne suffisent pas à expliquer un tel affaiblissement ; la production égyptienne, de plus en plus marquée par la commande idéologique, n’était pas toujours à la hauteur de sa réputation. La décadence de l’industrie du livre s’inscrit à l’évidence dans la faillite plus globale de l’économie nationale, qui, une fois nationalisée, ne fut jamais capable d’intégrer les initiatives privées. Il fallut de longues années de polémiques pour faire accepter ce constat aujourd’hui admis par tous. Après les courageuses prises de position de Luîs ‘Awad peu après la défaite de juin 1967, des interventions aussi critiques se firent rares durant les années 1970. En réalité, nombre d’acteurs culturels choisirent alors de se taire, au moins par fidélité au nassérisme, lequel avait eu le mérite, par rapport à l’État sadatien, d’avoir eu un projet, même mené maladroitement. Cependant, la remise en cause, au début des années 1980, des politiques culturelles, et en particulier dans le domaine du livre, eut au moins cet avantage de provoquer un débat public dont les arguments, comparés avec ceux qui avaient été échangés vingt ans plus tôt, permettent de mesurer le chemin parcouru. Alors qu’on n’avait cessé de se déchirer, tout au long de l’époque nassérienne, entre partisans du « qualitatif » et du « quantitatif », le plus souvent en dehors de toute considération concrète, le débat des années 1980 porta en grande partie sur le soutien que les autorités devaient, on non, apporter au secteur de l’édition. Mais surtout, indice d’une transformation importante des mentalités, cette question était désormais abordée moins en termes politiques qu’économiques.

  • 16 Cf. S. E. Ibrâhîm, Al-ahrâm al-iqtisâdî, 12 décembre 1988.

17Pour résumer en une formule l’évolution des esprits, on peut avancer qu’après avoir défendu à une certaine époque le principe d’une intervention étatique, en arguant du fait que l’action culturelle était aussi une affaire d’argent, désormais, dans l’Égypte d’après l’ouverture économique, les spécialistes du livre considéraient dans leur majorité que les autorités avaient le devoir d’intervenir pour sauver un secteur en difficulté, d’abord parce qu’il s’agissait d’une question économique. Deux exemples, choisis à dessein dans les deux extrêmes du champ intellectuel, permettent d’illustrer cette nouvelle attitude. Intervenant à la fin des années 1980 dans un journal d’opposition, Al-Wafd, un éditeur proche des cercles islamistes, Ahmad Râ’if, rappelait les conséquences néfastes des nationalisations sur une maison de qualité telle que Dâr al-ma‘ârif. À ses yeux, le salut de l’édition égyptienne passait par une libéralisation à outrance, sur le modèle de ce qui avait été fait à Singapour. Dans un ordre d’idées comparable, le sociologue Sa‘ad al-dîn Ibrâhîm, dans l’hebdomadaire économique Al-Ahrâm al-iqtisâdî, proche de l’aile réformatrice du pouvoir, expliquait à la même époque que parmi les atouts les plus sérieux du développement de l’économie égyptienne figuraient les industries culturelles, susceptibles d’apporter des revenus équivalents à ceux du canal de Suez. Il avait même cette formule : « Pensons, sur une base culturelle, à la façon dont nous pouvons résoudre nos problèmes économiques ; pensons, sur une base économique, à la façon dont nous pouvons développer notre création culturelle16. »

  • 17 Dans l’intervention qui ouvre la table ronde consacrée au livre en Égypte, M. al-Chanîtî dresse un (...)

18Évoquées en de très nombreuses occasions (interventions publiques, études, articles, tables rondes), les explications techniques de la crise du livre égyptien se recoupent très largement, tant il est vrai qu’il existe parmi les professionnels une sorte de consensus sur ces questions. Parmi les problèmes endémiques, figurent l’étroitesse du lectorat égyptien, l’échec des politiques d’alphabétisation, le prix élevé du livre, l’absence de politique éducative pour la promotion de la lecture (bibliothèques, encouragement à la lecture dans les écoles, aides à la création de textes pour enfants, etc.). On pourrait également citer l’absence de formation professionnelle pour des ouvriers du livre par ailleurs insuffisamment payés, ou encore, dans un autre domaine, la domination trop grande du secteur du livre scolaire par rapport à l’édition générale17. Mais l’édition égyptienne souffrit également de problèmes plus conjoncturels qui, d’une manière ou d’une autre, furent la conséquence de la réorganisation arbitraire de la profession durant les années 1960. En effet, les experts du livre reconnaissent de façon unanime que la crise de l’édition prit un tour aussi dramatique parce que les mécanismes naturels de défense de la profession avaient disparu dans la tourmente des nationalisations. Sur le plan technique, ils s’accordent à dénoncer en particulier le problème des approvisionnements en matières premières (encres, pièces de rechange pour les machines et surtout papier). Et il est avéré que les autorités égyptiennes profitèrent de ces difficultés pour mieux contrôler la diffusion des imprimés. Mais ces pressions politiques furent possibles parce que l’imprimerie égyptienne était restée totalement dépendante de l’étranger, et les initiatives prises dans le cadre des politiques d’industrialisation nassériennes (notamment la création d’usines à papier et de traitement chimique des pâtes) ne donnèrent guère de résultats. Par conséquent, sur un marché à flux très tendus – les éditeurs cherchant traditionnellement à limiter au maximum l’immobilisation prolongée de leurs capitaux –, les moindres restrictions, compte tenu de l’absence de stocks, entraînaient des perturbations extrêmement graves.

  • 18 Cf. A. Taha, « Min muchkilât al-kitâb al-misri » [Quelques problèmes du livre égyptien], Alam al-ki (...)
  • 19 Du même coup, les autorités justifiaient rétrospectivement l’annulation des dispositions excluant l (...)

19Les importations n’étaient pas seules en cause ; les professionnels se plaignaient également du régime des exportations. Comme l’ensemble des acteurs du secteur privé, les éditeurs égyptiens eurent à subir un contrôle extrêmement strict, en particulier sur le rapatriement des devises acquises par la vente à l’étranger de leur production. En plus de conditions financières draconiennes exigées pour les exportations (retour des capitaux dans un délai de quelques mois, voire quelques semaines, pour une marchandise rarement payée au comptant mais au contraire traditionnellement laissée en dépôt [amâna] chez un confrère, souvent avec des formes de réciprocité qui font penser à ce que l’on appelait, dans la France d’Ancien Régime, la librairie d’assortiment), ils devaient également déjouer les arcanes d’une bureaucratie tatillonne, un ouvrage légalement diffusé en Égypte – et souvent au prix de quels efforts ! – ne recevant pas automatiquement son visa de censure pour la diffusion à l’étranger. Une biographie du Prophète, publiée par une maison respectable, Dâr al-fikr, et réédité pour la douzième fois, essentiellement pour l’exportation, devait encore obtenir le nécessaire visa de censure18 ! Non content d’imposer sa présence partout, l’État faisait payer les services qu’il prétendait rendre : seuls exportateurs légalement autorisés, les éditeurs du secteur public, prélevaient sur toute transaction une commission ! La mesure finit par être supprimée et des délais plus acceptables (6 mois) furent proposés. Il reste que les éditeurs furent souvent contraints à la fraude19. Ils s’exposaient ainsi à une répression d’autant plus sévère que certaines réglementations avaient assez clairement pour but de museler les initiatives privées gênantes. Mais, en définitive, c’est l’édition égyptienne tout entière, et donc également le secteur nationalisé, qui fut gênée dans ses activités et privée des débouchés nécessaires à sa survie.

  • 20 Cf. A. Ben Cheikh, Production de livres…, op. cit., p. 36. L’apparition de nouvelles zones de produ (...)

20Symptôme et conséquence de cet affaiblissement, les contrefaçons se multiplièrent durant les années 1960 et 1970, tandis que le développement d’industries concurrentes contribuait à marginaliser la production égyptienne, déjà mise à mal par la croissance sauvage de l’édition beyrouthine (entre 1962 et la fin des années 1970, le nombre des ateliers d’imprimerie passa de 13 à 113 en Arabie Saoudite, et de 180 à 280 en Irak20). Confrontés au marasme économique que nous venons d’évoquer, de nombreux éditeurs égyptiens choisirent d’émigrer, à la fois pour échapper aux contraintes politiques et économiques qui entravaient leurs pratiques professionnelles, et pour tenter de profiter des conditions (notamment en termes de salaires) offertes par l’essor de nouvelles zones d’édition dans le monde arabe. Cette émigration fut d’autant plus forte que les milieux éditoriaux avaient conservé des liens familiaux avec le Liban et qu’ils étaient de toute manière, de par leur activités commerciales, assez familiers d’un espace étendu à l’ensemble du monde arabe où ils possédaient de multiples relais. Dâr al-qalam fournit un bon exemple de ce phénomène. Cette maison assez importante au début des années 1960 fut nationalisée, en bonne partie semble-t-il, pour des motifs politiques, son fondateur ne faisant pas mystère de ses affinités avec les milieux opposants proches des Frères musulmans. Installée après cette date au Liban, la maison d’édition revint au Caire à la faveur des lois sur les investissements étrangers. Sous le nom de Dâr al-churûq, elle fait partie aujourd’hui des entreprises d’édition les plus importantes et les plus actives. Elle a même été nommée, lors de la Foire du livre du Caire de 1993, la « meilleure maison d’édition de l’année » et son directeur préside aujourd’hui l’Union des éditeurs arabes à nouveau installée en Égypte.

  • 21 Cf. les données réunies par M. Al-Misrî dans « Al-ittijâhât al-mâdiyya wal-hâdira li-nachr al-kutub (...)

21Pour les éditeurs restés en Égypte, la voie était étroite. Une des rares solutions, en dehors du secteur public, consistait à se consacrer à la clientèle universitaire, secteur qui connaissait une très forte croissance. Mais il s’agissait moins d’édition que d’impression, en vertu d’accords passés avec les enseignants qui se mirent à compléter leurs salaires par la vente quasi forcée de leurs cours auprès de leurs étudiants. Ce phénomène, qui n’est pas seulement marginal car il a des répercussions profondes sur la nature de la production intellectuelle, explique le maintien, sur le plan statistique tout au moins, d’un secteur d’édition privé. Ainsi, à simplement manier les données chiffrées, on peut affirmer que les années nassériennes virent un incontestable développement de l’édition dans les provinces, et tout particulièrement à Alexandrie où la production, inférieure à 5 % du total de l’édition égyptienne avant 1955, passa à plus de 16 % au milieu des années 1960 pour atteindre 35 % au milieu des années 197021. Mais de tels chiffres n’infirment pas le bilan dressé par les professionnels égyptiens, tel que nous l’avons repris. Au contraire, ils apportent une confirmation, dans la mesure où ce développement ne fut possible qu’en raison de la faiblesse de toute la production autre qu’universitaire. La démonstration à laquelle s’était livré Luîs ‘Awad en 1967 était révélatrice de la nature véritable d’une situation seulement reconnue, tout au moins sur la scène publique, par les plus courageux des responsables et des acteurs professionnels. Moins retentissante, parce qu’elle concernait un professionnel de l’édition et non pas un acteur culturel de premier plan, l’attitude de Sayyid Abû al-Najâ’, démissionnant de son poste de président de l’Union des éditeurs égyptiens pour protester contre l’absence de mesures en faveur du livre, n’en constituait pas moins un autre indice de la gravité de cette situation.

Le temps des industries culturelles

  • 22 Cf. l’article de H. AL-Nimnim, dont le titre semble montrer que le journaliste, pourtant, se refuse (...)

22Dans les milieux éditoriaux, bien des esprits étaient prêts à s’engager dans une autre politique du livre. Pour que celui-ci puisse entrer dans une ère nouvelle, celle de la production industrielle, il ne manquait plus que des conditions objectives qui allaient être fournies par les mesures économiques de l’infitâh. Pour comprendre cette troisième phase de l’histoire moderne de l’édition égyptienne, les événements de la scène politique ne sont pas sans importance, mais néanmoins secondaires par rapport aux réalités économiques qui jouèrent un rôle essentiel dans l’indéniable reprise de l’activité éditoriale égyptienne. Mais en premier lieu, il convient d’essayer de cerner davantage les éléments qui permettent d’avancer une telle affirmation. Rien ne semblait la préparer et l’idée reste, aujourd’hui encore, proprement irrecevable pour de très larges secteurs des milieux culturels. Pourtant, à peine évoquée par quelques professionnels du livre, au détour d’une interview, à la fin des années 1980, elle est désormais reprise par des secteurs beaucoup plus larges de l’opinion. « Je ne pourrais pas dire qu’il y a une crise du livre », affirmait ainsi sans sourciller en 1993 le célèbre hajj Madbûlî, après avoir soutenu le contraire pendant des années22.

23À partir de l’arrivée au pouvoir de Sadate, l’État se détourna de plus en plus de toute politique culturelle, et singulièrement de tout effort destiné à soutenir une édition égyptienne pourtant à l’agonie. En plus des problèmes laissés sans solution par les autorités nassériennes, le livre n’avait guère de chance de se développer alors que le coût de la vie augmentait sans cesse et que la part croissante des dépenses de pure subsistance laissait de moins en moins de possibilités pour la consommation du superflu… La politique d’infitâh à l’œuvre durant les années 1970 permit l’« ouverture » à des modes de vie plus modernes – ou plus exactement à des usages plus proches des comportements répandus dans les sociétés de consommation du monde occidental. Longtemps différée, cette ouverture économique paraissait ne pouvoir se faire qu’au détriment d’attitudes et de pratiques plus anciennes, désormais démodées, au premier rang desquelles figuraient les projets culturels nassériens qui avaient accordé une telle place au livre. Celui-ci devait accepter désormais la concurrence de plus en plus massive des autres médias, essentiellement audiovisuels, utilisés dans les exploitations industrielles des loisirs de masse. À cette époque, les handicaps de l’Égypte semblaient insurmontables. Les capitaux égyptiens avaient fui à l’étranger et les nouvelles richesses du monde arabe étaient désormais liées aux exportations pétrolières. L’édition ne pouvait plus guère compter sur des financements externes, qui recherchaient des secteurs plus lucratifs, ni même sur sa réputation largement entamée après les nationalisations. Quant à ses professionnels (écrivains, journalistes, créateurs d’une façon générale, mais également imprimeurs, éditeurs et techniciens des métiers du livre), il en restait de moins en moins en Égypte, tant les perspectives étaient tentantes presque partout ailleurs dans le monde arabe, au regard du marasme qui régnait sur le marché culturel égyptien.

  • 23 Chiffres avancés dans F. Mitwallî, « Al-kitab al-misrî wa muchkilat al-nachr » [Le livre égyptien e (...)
  • 24 La répartition des différents postes dans le prix de revient d’un livre diffère assez sensiblement (...)

24Dans de telles conditions, comment parler de « renouveau » alors que la profession, aujourd’hui encore, lance des appels au secours afin que soit résolu le problème du livre ? La réponse à cette apparente contradiction tient à plusieurs « décalages » : décalage dans les mentalités où coexistent différentes conceptions du livre et, en réalité, différentes conceptions de la culture – la crise du livre, si souvent évoquée dans les articles de la presse égyptienne, étant en réalité la crise d’un certain livre et d’une certaine idée du travail culturel ; décalage temporel également, les cris d’alarme du milieu des années 1980 venant à un moment où l’on pouvait déjà percevoir les signes d’une reprise de l’édition égyptienne, reprise limitée sans doute mais néanmoins réelle. Indéniablement, de nombreux motifs d’inquiétude quant à l’avenir du livre égyptien demeurent, ne serait-ce qu’en raison de son coût par rapport à une population durement frappée par la crise, singulièrement dans les franges les plus susceptibles de consommer ce type de bien culturel. En l’espace d’une vingtaine d’années, le prix de vente d’un ouvrage spécialisé a été multiplié par douze (de 5 livres égyptiennes à la fin des années 1960 à souvent plus de 60 de nos jours). Pour un ouvrage courant, les hausses sont du même ordre (de 0,5 à 5 livres égyptiennes23). Cette flambée des prix s’explique aisément par l’inflation dont souffre l’Égypte, pour l’ensemble des biens de consommation, mais plus encore quand ceux-ci sont fabriqués, comme le livre, à partir de matières premières importées. Dans la chaîne de fabrication du livre, il s’agit du poste le moins incompressible et sa hausse est fortement répercutée sur le prix de vente au public (généralement calculé sur la base du prix de fabrication multiplié par trois24). Or, les coûts des importations d’encre, de films, de matériel spécialisé…, augmentent vertigineusement, à l’image du papier, dont le prix est passé, à qualité égale, de 300 $ US la tonne, au début des années 1970, à 1 500 $ US, en 1988.

25Pourtant, au rebours de tout ce que l’on aurait pu attendre et de tout ce qui s’est écrit à longueur d’articles et d’études, l’édition égyptienne a bel et bien commencé, dans le courant des années 1980, à freiner sa chute ; mieux, elle a montré durant cette période les premiers signes d’une reprise. Plusieurs indicateurs confirment ce phénomène. Une analyse, année par année, des statistiques sur les exportations d’imprimés met en évidence une croissance globale : mis à part une chute en 1980, suite aux effets du boycott arabe décidé après la signature des accords de Camp David, elles ont presque triplé entre 1975 et 1986 (avec, en plus, une part importante qui échappe, aujourd’hui plus encore qu’hier, au contrôle des services financiers). D’autres indices vont dans le même sens. Durant toute la période des années 1980, de nombreuses maisons d’édition ont vu le jour, phénomène qui s’est poursuivi jusqu’au début des années 1990 avec la création de plusieurs entreprises spécialisées dans l’édition électronique ; la qualité technique des ouvrages s’est améliorée ; un matériel d’impression plus moderne et des méthodes de gestion nouvelles ont progressivement fait leur apparition ; la qualification du personnel s’est améliorée. Enfin, et bien qu’on puisse considérer qu’il demeure assez largement sous-estimé, le nombre de titres publiés annuellement en Égypte révèle que la chute des années 1960 est définitivement enrayée. On a retrouvé vers la fin des années 1980 les records annuels atteints au milieu des années 1960 (environ 3 500 titres par an). Mais la qualité est bien meilleure et il ne s’agit plus de brochures mais bien de livres. De plus, il est certain qu’une partie importante de la production n’est pas enregistrée, ce qui était loin d’être aussi fréquent au temps du nassérisme.

  • 25 Cf. L. al-Mutî‘î, « Al-mandhûr al-ijtimâ‘î… », Al-thaqâfafï ‘ahd al-sâdât, op. cit., p. 129.

26Durant la seconde moitié des années 1970, c’est bien à une véritable restructuration industrielle du secteur de l’édition que l’on a assisté. La profession s’est ainsi progressivement concentrée autour de quelques acteurs importants travaillant en fonction des données réelles du marché, notamment en exploitant les filières de la grande diffusion. Cette refonte des structures internes était achevée au début des années 1980. Toutefois, le principal effet des politiques de l’infitâh porte sur la nature du marché éditorial. Selon la formule de Lam‘î al-Mutî‘î, on peut affirmer qu’àl’issue des années Sadate l’édition était devenue beaucoup moins une mission [risâla] qu’une technique [sinâ‘a]25. Le livre avait perdu de son aura pour n’être plus qu’un produit dont la diffusion auprès du public importait bien davantage que la qualité intrinsèque : l’édition égyptienne était entrée dans l’ère des industries culturelles.

  • 26 Cf. Mawqif al-infitâh al-iqtisâdi fî jumhûriyya misr al-’arabiyya, Le Caire, CAPMAS, février 1982. (...)
  • 27 Cf. M. H. Tourt, A Survey of the Printing Facilities in Egypt, USIS, 1978, 44 p.

27Pour l’édition, les conséquences positives de l’ouverture économique furent de plusieurs sortes. D’une façon générale, la nouvelle législation avait pour objectif de ressusciter l’initiative privée. Elle permit la réinstallation en Égypte d’anciens professionnels qui avaient profité de leur exil, souvent forcé, pour acquérir un savoir-faire dont ne disposaient pas leurs collègues restés dans un pays presque totalement coupé des innovations technologiques. Une nouvelle fois, les éditions Dâr al-churûq fournissent un bon exemple de cette situation. Lorsqu’ils se réinstallèrent au Caire, à la faveur d’un projet industriel déposé dans le cadre des dispositions juridiques de l’infitâh, les successeurs des anciennes éditions Dâr al-qalam, nationalisées au début de la décennie précédente, avaient acquis, à travers leur expérience beyrouthine, une technique éditoriale qui ne fut sûrement pas étrangère à leur succès. Mais l’ouverture économique attira également toutes sortes de capitaux dont profita l’édition, même s’il ne s’agissait que d’un secteur marginal par rapport aux investissements drainés par ces mesures. Les principaux projets, pour une valeur cumulée de cinq millions de livres égyptiennes, concernèrent Al-Shorook Press Co (Dâr al-churûq), The Modem Egyptian Press Office (Al-Maktab al-misrî al-hadîth), The International Press Co et Al-Charikat al-misriyya al-‘âlamiyya lil-nachr (Longman), auxquels il faudrait ajouter un projet de presse, May National Building Project26. Il y eut aussi des aides internationales. Dès 1978, l’USAID (US Agency for International Development) se pencha sur le sort du secteur de l’imprimerie dont « les rapides progrès27 » l’intéressaient. L’idée était de reprendre un projet développé en son temps par l’Unesco qui avait pensé créer en Égypte un pôle d’impression suffisamment important pour couvrir les besoins d’une énorme zone comprise entre Hong-Kong et Francfort… Une des solutions proposées consistait à créer une vaste « zone franche » du livre, pour susciter la venue de capitaux étrangers (notamment ceux du Golfe) et pour permettre à l’industrie égyptienne de reconquérir ses anciens marchés dans le monde arabe et islamique. Selon la presse de l’époque, le projet devait permettre aux écrivains et aux intellectuels d’accomplir leur mission en participant à la construction d’une société nouvelle et à la diffusion – le thème apparaît à l’époque sadatienne – « de la culture islamique » ! Il trouva une réalisation partielle avec la création, au milieu des années 1980, des énormes imprimeries d’Al-Ahrâm (pour un coût de 50 millions de dollars), à Qâlyubiyya, dans la banlieue nord du Caire. Parallèlement à ce projet, la banque mondiale débloqua une aide exceptionnelle pour la modernisation des industries égyptiennes du papier. Comme le montre cet exemple, ce type de financement profita essentiellement au secteur public qui dut néanmoins changer ses méthodes. Sous cet aspect également, on entrait dans l’ère des industries culturelles, les lourds investissements étant consentis en faveur de projets qui devaient prouver leur rentabilité.

  • 28 La société Rayân est également liée à une maison d’édition très active depuis quelques années : Dâr (...)

28C’est pourtant au sein du secteur privé que l’on put assister aux plus grands changements, avec l’afflux de capitaux d’origines très différentes puisqu’il s’agissait, d’une part – et pour une fraction d’entre eux assez bien connue – d’investissements consentis par de grandes sociétés multinationales (comme Longman), de l’autre – pour des montants difficiles à estimer – de capitaux en provenance du Golfe. Il est certain, en effet, qu’une partie importante des capitaux investis dans le secteur de l’édition ne suivit pas les filières prévues dans le cadre de l’infitâh. En premier lieu parce qu’il s’agissait de sommes peu importantes (les nouvelles techniques d’impression permettaient de créer des ateliers d’imprimerie et d’éditer des ouvrages avec un matériel beaucoup plus léger qu’auparavant) et parce que ces fonds provenaient de l’étranger, mais pas nécessairement de personnes étrangères. En effet, bien souvent, il s’agissait d’investissements réalisés par des Égyptiens ayant travaillé dans le secteur du livre ou des médias dans un des pays du Golfe (àl’origine d’une des plus importantes maisons d’édition actuelles de la mouvance « islamiste », Al-zahrâ’ lil-i‘lâm al-’arabî, on trouve ainsi une compagnie de productions vidéo créée en Arabie Saoudite). Mais il est également certain que ces types de financement ont circulé, pour des raisons idéologiques et pratiques, à travers les réseaux des banques et des compagnies de placement islamiques (avant son effondrement, le groupe islamique Rayân possédait ainsi sa maison d’édition, Dâr rayân lil-turâth28). Les nouveaux « mécènes » ont souvent préféré rester discrets lors de leurs actions, parfois clandestines, visant à « encourager » l’édition.

29Signe d’une évolution certaine des esprits, les acteurs du livre demandèrent à l’État, durant toute cette période de restructuration, de limiter strictement son intervention au seul champ économique. Une telle évolution avait été annoncée par les prises de position de techniciens de l’édition comme Sayyid Abû al-Najâ’. Elle fut poursuivie par les ténors du secteur privé qui, après une décennie de silence total ou presque, entrèrent en campagne au début des années 1970 pour dénoncer les dispositions douanières sur les exportations. Ces protestations furent entendues puisque différentes mesures furent décidées, notamment en mai 1973 et en décembre 1974, pour supprimer quelques-unes des entraves les plus gênantes. Néanmoins, dix ans plus tard, la profession continuait à réclamer un régime plus favorable pour les exportations d’imprimés (livres et revues), des exonérations fiscales pour les traducteurs et les auteurs, ou encore une simplification du régime douanier.

  • 29 Estimation, probablement exagérée, avancée lors d’une inauguration de la Foire du livre. Cf. Al-Ahr (...)
  • 30 Cf. Y. Gonzalez-Quijano, « L’édition égyptienne aujourd’hui », Communication et langages, n° 109, 3(...)

30Naturellement, le désengagement de l’État, parallèlement à une restructuration du marché sur des règles plus modernes, devait nécessairement provoquer d’importantes transformations au sein du paysage éditorial. De fait, alors qu’ils demeuraient en position de force au début des années 1970, les acteurs du secteur public étaient devenus minoritaires à la fin des années 1980. Selon certaines estimations, les activités du secteur public représentaient encore 60 % de la production éditoriale en 1979 ; de l’aveu même de Samîr Sarhân, directeur de la GEBO (regroupant l’essentiel du secteur public pour le livre), elles n’intervenaient plus que pour un dixième du total de la production, une décennie plus tard29. Les années 1990 confirment cette tendance avec en particulier la réalisation d’ambitieux projets d’édition électronique qui réclament des mises de fonds importantes et la poursuite de la modernisation du secteur de l’imprimerie, grâce à l’utilisation de possibilités offertes par les zones franches ou assimilées, comme ces « villes nouvelles » implantées dans le désert où les investisseurs peuvent échapper à l’imposition30.

31Apparemment, la parenthèse des politiques culturelles nassériennes se trouvait donc refermée, trois décennies après qu’elle eut été ouverte, puisque le milieu éditorial avait retrouvé la structuration interne qui était la sienne à son heure de gloire, au milieu de ce siècle. En réalité, la situation était bien différente, non seulement parce que l’Égypte avait perdu – et pour longtemps – le monopole éditorial qu’elle détenait à cette époque, mais également parce que cet apparent retour à la situation initiale, avec la domination du secteur privé, n’avait été possible qu’au prix d’une profonde restructuration sociale et économique de l’univers professionnel des « hommes du livre ».

Notes

1 Cf. les travaux de M. Albin, en particulier « The Survival of the Bulaq Press Under Abbas & Said (1848-1863) », International Association of Orientalist Librarians, Bulletin 30-31, 1987, pp. 11-17.

2 Cf. Journal asiatique, deuxième série, tome VIII, 1831, pp. 333-344.

3 Cf. W. Gdoura, Les Débuts de l’imprimerie arabe à Istanbul et en Syrie : évolution de l’environnement culturel (1706-1787), Tunis, Publications de l’institut supérieur de documentation, 1985.

4 Cf. A. Nusayr, Harakat nachr al-kitâb…, op. cit., p. 279 sq.

5 Idem, notamment pp. 302 et 308-310.

6 Cf. A. Demeerseman, « Une parente méconnue de l’imprimerie arabe et tunisienne : la lithographie », IBLA, n° 64, 4e trim. 1953 et n° 66, 2e trim. 1954.

7 M. ‘Umar, Hâdir al-misriyyîn wa sirr ta’akhkhuri-him [Le présent des Arabes et le secret de leur arriération], Le Caire, Matba‘at al-muqtataf, 1902, p. 15, cité par G. Delanouein J. Berque et D. Chevalier Eds., CNRS, 1976, pp. 170-172.

8 Cf. M. M. Al-Tannâhî, Al-kitâb al-matbû‘al-misrî fî al-qarn al-tâsi’ ‘achar [Le livre imprimé en Égypte au xixe siècle], Dàr al-hilâl, 1996, notamment pp. 35-36.

9 Cf. Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kutub…, op. cit., p. 38 sq. Parmi les autres acteurs, les statistiques de l’Unesco notent la Syrie et le Liban, suivis par l’Irak, puis, très loin, par la Tunisie, le Maroc, la Jordanie. Parmi les actuels gros producteurs du Golfe, seul existe, à cette époque, le Koweït.

10 L’estimation la plus haute est avancée par Ibrâhîm Al-Mu‘allim, directeur des éditions Dâr al-churûq, au cours d’une rencontre sur le thème du « livre en danger », cf. Al-Musawwar, n° 3090, 3 février 1984. La plus basse, mais statistiquement établie, est tirée de Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kutub…, op. cit., p. 41.

11 La capacité d’innovation technologique est sans aucun doute un excellent indicateur de la santé d’un secteur d’activité économique, y compris dans le domaine du livre. Au temps de sa grandeur, l’édition égyptienne prit l’initiative dans ce domaine, introduisant les techniques des rotatives, de la linotype, etc. Avant la Seconde Guerre mondiale, les imprimeries égyptiennes participaient ainsi avec succès aux concours internationaux. Le déclin des années 1950 et 1960 lui fit manquer les révolutions technologiques de l’offset, de la photocomposition… La reprise de la fin des années 1970 lui permit de suivre relativement rapidement les évolutions techniques liées à la micro-édition.

12 Cf. T. Al-Qudsi-Ghabra, « The History of Published Arabie Children’s Literature », communication à la MESA, 1988 (non publiée).

13 Cf. Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb, op. cit, p. 41.

14 Cf. S. Abû al-Najā’, Dhikrayât ‘âriyya, op. cit., pp. 235-236.

15 Cf. Al-Musawwar, « Al-kitâb fî khatar », art. cit. Une source libanaise, citée par B. al-Hāchimî (Al-kitâb al-’arabî, op. cit., p. 120), estime les exportations de livres à 1 milliard de livres libanaises en 1979 et 1980, et 1,2 milliard pour l’année 1981.

16 Cf. S. E. Ibrâhîm, Al-ahrâm al-iqtisâdî, 12 décembre 1988.

17 Dans l’intervention qui ouvre la table ronde consacrée au livre en Égypte, M. al-Chanîtî dresse un catalogue très complet de ces problèmes. Cf. Le Livre arabe et l’édition en Égypte, op. cit., p. 63 sq.

18 Cf. A. Taha, « Min muchkilât al-kitâb al-misri » [Quelques problèmes du livre égyptien], Alam al-kitâb, n° 1, p. 21.

19 Du même coup, les autorités justifiaient rétrospectivement l’annulation des dispositions excluant le livre et l’imprimé de la loi sur les exportations. C’est l’argumentation développée par Sulayman Huzayyin, ministre de la Culture pour une courte période au milieu des années 1960. Cf. Al-Ahrâm, 8 janvier 1966. Il est vrai, toutefois, que les entreprises d’édition ont effectivement permis, à une époque, l’exportation illégale de capitaux, en particulier étrangers, qui cherchaient à échapper aux rigueurs des réglementations nassériennes. Mais les enjeux politiques furent certainement toujours supérieurs aux intérêts proprement économiques.

20 Cf. A. Ben Cheikh, Production de livres…, op. cit., p. 36. L’apparition de nouvelles zones de production dans le monde arabe doit malgré tout être relativisée. Le même auteur signale (p. 11) que sur un recensement portant sur plus de 600 éditeurs arabes, plus de 55 % d’entre eux étaient égyptiens ou libanais.

21 Cf. les données réunies par M. Al-Misrî dans « Al-ittijâhât al-mâdiyya wal-hâdira li-nachr al-kutub fîl-mudun al-misriyya khârij al-qâhira » [Orientations passées et actuelles de l’édition en Égypte hors du Caire], Majallat al-maktabât wal-malûmat al-‘arabiyya, oct. 1988, n° 4, 8e année, p. 10 sq. Les dénominations des maisons d’édition parlent d’elles-mêmes : La culture universitaire [Al-thaqâfa al-jâmi‘iyya], crée en 1958, Les universités égyptiennes [Al-jâmi‘ât al-misriyya], en 1959, La jeunesse universitaire [Mu’assassat chabâb al-jâmi‘a], en 1962, etc.

22 Cf. l’article de H. AL-Nimnim, dont le titre semble montrer que le journaliste, pourtant, se refuse à admettre ce constat, « Ma zâl al-kitâb yurîdu hâlan » [Le livre, toujours à la recherche d’une solution], Al-Musawwar, 29 janvier 1993.

23 Chiffres avancés dans F. Mitwallî, « Al-kitab al-misrî wa muchkilat al-nachr » [Le livre égyptien et la question de l’édition], Al-Manâr, n° 57, sept. 1989. Les observations les plus récentes montrent que cette évolution s’accentue encore.

24 La répartition des différents postes dans le prix de revient d’un livre diffère assez sensiblement entre l’édition occidentale et celle d’un pays comme l’Égypte. En France, par exemple, la diffusion (et le stockage) représente plus de la moitié (50 à 55 %) du prix d’un livre ; en Égypte, elle ne représente jamais plus de 30 %. Les mêmes disparités se retrouvent par rapport aux prix de fabrication (dans l’absolu moins cher en Égypte), aux pourcentages qui reviennent à l’auteur et à l’éditeur. Très variables, ceux-ci sont en règle générale à la défaveur des écrivains, sauf cas exceptionnel : auteur à succès, universitaire exploitant un marché captif… De nos jours, un manucrit est rarement payé à son auteur plus de quelques centaines de dollars, soit souvent moins qu’un article publié dans la presse arabe internationale…

25 Cf. L. al-Mutî‘î, « Al-mandhûr al-ijtimâ‘î… », Al-thaqâfafï ‘ahd al-sâdât, op. cit., p. 129.

26 Cf. Mawqif al-infitâh al-iqtisâdi fî jumhûriyya misr al-’arabiyya, Le Caire, CAPMAS, février 1982. Ce n’est pas par hasard que l’on retrouve dans cette liste deux des éditeurs qui se félicitaient, en 1989, de la meilleure santé de l’industrie égyptienne du livre (cf. supra, les propos rapportés dans Al-Musawwar, 29 janvier 1993).

27 Cf. M. H. Tourt, A Survey of the Printing Facilities in Egypt, USIS, 1978, 44 p.

28 La société Rayân est également liée à une maison d’édition très active depuis quelques années : Dâr al-wafâ’. Sur une liste de 53 sociétés de placement de fonds islamiques, publiée dans le quotidien Al-Ahrâm (16 novembre 1988), on retrouve les deux plus grosses maisons d’édition de création récente (Al-zahrâ’, Dâr al-wafâ’) et une imprimerie.

29 Estimation, probablement exagérée, avancée lors d’une inauguration de la Foire du livre. Cf. Al-Ahrâm, 3 février 1989. Nos propres statistiques, portant sur l’année 1986, font apparaître une présence plus importante du secteur public.

30 Cf. Y. Gonzalez-Quijano, « L’édition égyptienne aujourd’hui », Communication et langages, n° 109, 3e trim. 1996.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : évolution de la répartition géographique des exportations
Crédits Sources : Ch. A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb…, op. cit., p. 581 sq.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search