Version classiqueVersion mobile

Les gens du livre

 | 
Yves Gonzales-Quijano

Introduction

Texte intégral

« Le point de vue crée l’objet. »
Ferdinand de Saussure

1Pourquoi nombre de discours radicaux dans le monde musulman se rejoignent-ils pour dénoncer « l’invasion culturelle » que ferait peser sur eux la domination du monde industriel occidental ? Comment, dans le monde arabe, est-on passé de l’ouverture qui caractérise la nahda, la Renaissance du siècle passé, au repli si souvent manifeste de nos jours ? Cette dernière attitude est-elle seulement le fait d’une minorité ou bien est-elle au contraire partagée par de larges secteurs de la société ? Pour répondre à de telles questions, il faudrait pouvoir décrire, en termes aussi scientifiques que possible, ce que l’intuition perçoit comme l’esprit d’une époque ; il faudrait être capable de se représenter comment les élites intellectuelles élaborent les idées qui font l’histoire d’une nation, mais aussi comment l’histoire opère un tri dans la masse des propositions qui sont mises en circulation et qui constituent l’imaginaire social d’une société à un moment donné de son évolution.

2En dépit de son ambition, un tel projet apparaît moins chimérique si l’on accepte de privilégier un site d’observation et de se limiter à un domaine particulier de la production intellectuelle. Retracer l’univers des gens du livre, le monde de ceux qui contribuent à la définition du paysage intellectuel, permet alors de présenter une sorte de photographie des valeurs aujourd’hui reconnues par la société égyptienne, mais aussi de mettre en lumière, dans une certaine diachronie (ce demi-siècle bientôt écoulé depuis la révolution de 1952), les flux et les reflux des écoles de pensée, des manières de voir ou d’exprimer le monde. Néanmoins, il ne s’agit pas de dresser un simple inventaire mais, au contraire, d’examiner les produits de la pensée et de la création égyptienne, sous leur forme imprimée, en les situant les uns par rapport aux autres, en montrant, chaque fois que possible, qui se trouve à leur origine, qui a contribué à leur diffusion, quels en sont les lecteurs. Pour comprendre les normes et les valeurs effectivement véhiculées par le livre, il convient, en effet, d’en connaître les principaux vecteurs de diffusion, les procédures de contrôle et de censure, les éventuels effets sur les lecteurs…

3La « crise de la culture » est une expression qui revient fréquemment sous la plume des intellectuels arabes, souvent désorientés par les évolutions que connaissent leurs sociétés. Il est néanmoins difficile d’interpréter ce désarroi manifeste dont on est tenté d’imputer l’origine à différents facteurs. À partir d’observations précises menées sur le terrain particulier du livre et de l’édition, il devient possible d’avancer quelques réponses à ce sujet, tout particulièrement par rapport à l’hypothèse qui fait de cette crise le symptôme, ou encore la conséquence, d’une marginalisation sociale, politique et économique. En d’autres termes, on peut vérifier qu’il existe, dans le domaine de l’édition, un lien de cause à effet entre le retrait de l’État et tout spécialement l’abandon des politiques culturelles et la détresse, tant morale que sociale, de nombreux intellectuels. Il est aisé de constater l’impact, à partir des années 1970, des mesures prises dans le cadre des politiques d’ouverture économique dites de l’infitâh. Sont venus s’y adjoindre d’autres phénomènes tels que la diffusion des nouvelles techniques de communication, ou encore la généralisation de l’accès à certaines formes de culture. Mais seule l’observation attentive de ce qui se passe, aujourd’hui, dans un domaine particulier tel que le monde du livre et de l’édition permet de comprendre les conséquences concrètes de cette rupture avec un passé récent. Quelles sont les règles qui régissent désormais les nouveaux rapports de domination ? Quels sont les acteurs qui ont su ou pu tirer profit des changements ? L’équilibre entre les différents secteurs éditoriaux se réduit-il à la montée en puissance de nouvelles légitimités intellectuelles et culturelles, le plus souvent à fondement religieux ?

L’importance du symbolique

  • 1 Cf. R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Le Seuil, 1987, p. 17.

4L’analyse économique et politique ne suffit pas ; il faut introduire une dimension supplémentaire, constitutive de toute société, quels que soient le temps et le lieu : le symbolique. En effet, selon les mots de Roger Chartier, « la culture n’est pas au-dessus ou à côté des rapports économiques et sociaux, et il n’est pas de pratique qui ne s’articule sur les représentations par lesquelles les individus construisent le sens de leur existence – un sens inscrit dans les mots, les gestes, les rites1 ». Et il est facile d’observer dans le monde arabe et musulman contemporain – le livre et les passions qu’il peut déchaîner n’en sont qu’une illustration – combien les conflits autour du sens, de la culture, des symboles, y occupent une place de plus en plus grande. On voit ainsi se multiplier les discours qui empruntent les voies d’une revendication culturelle, largement identitaire (on les désigne généralement aujourd’hui sous le nom d’« islamisme », un vocable en vogue dans l’orientalisme européen du siècle dernier et qui avait disparu au profit du mot « islam », avec lequel l’usage actuel tend malheureusement à le confondre). Naturellement, cela ne signifie pas pour autant que la dimension symbolique totalise à elle seule la somme des conflits sociaux et politiques. Mais, indéniablement, elle prend une importance croissante dans les différentes formes de contestation du pouvoir que connaît le monde arabe aujourd’hui.

5Pour « repenser le symbolique », une approche possible consiste à s’intéresser en tout premier lieu à ceux qui font la vie culturelle et intellectuelle d’un pays. En effet, si les luttes pour imposer certains modèles ou certaines valeurs ont pour théâtre et pour enjeu la société tout entière, il n’en reste pas moins qu’elles concernent directement un cercle restreint d’acteurs professionnels, socialement reconnus comme tels, les intellectuels. Pourtant, ce type d’analyse, tel qu’il est le plus souvent pratiqué, suscite différentes interrogations. Les travaux qui s’intéressent à cette catégorie sociale difficilement définissable s’éloignent rarement – au moins lorsqu’il s’agit du monde arabe – des acteurs de premier rang, les grandes figures intellectuelles reconnues. Ils négligent les « tâcherons » du verbe, ceux qui font, pourtant, l’ordinaire de la communication symbolique et sur lesquels on ne sait pour ainsi dire rien, sauf lorsqu’une brusque évolution des données sociales et culturelles les fait surgir, comme par magie, au premier plan de l’actualité. Parallèlement, l’attention portée aux hommes fait que peu d’intérêt est accordé aux appareils spécialisés et, d’une façon générale, à tous les relais dont la mission consiste à rendre possible une action dans le domaine symbolique. On ne possède, en français, aucune description critique des institutions culturelles égyptiennes, encore moins une étude sur l’un ou l’autre des secteurs professionnels dédiés à cette fonction. De même, on ne dispose que de très rares travaux sur la réception des œuvres par les différents publics. Et pourtant, comme l’a montré Walter Benjamin, depuis que les œuvres d’art se sont trouvées progressivement dépossédées de leur valeur rituelle, la hiérarchie introduite entre les différentes représentations produites par les spécialistes du savoir et de l’imaginaire repose en fin de compte sur leur valeur d’usage et donc sur les formes effectives de leur diffusion. Les différents états des lieux culturels qui ont pu être dressés se sont cantonnés le plus souvent à un inventaire des œuvres reconnues, véhiculées par des circuits établis et bénéficiant d’une audience officielle ou officieuse. Pour brosser un véritable tableau de l’« humeur intellectuelle » d’un pays, où seraient perceptibles les tensions et les évolutions, c’est bien évidemment l’ensemble des productions qui doivent être retenues, sans que soient établies au préalable de distinctions entre, d’un côté, les œuvres légitimes, culturellement acceptables, et, de l’autre, les productions commerciales, indignes de l’attention du spécialiste. Qu’importe l’opinion qu’on ait sur les publications de certains prédicateurs musulmans populaires, l’ampleur de leur diffusion, plusieurs centaines de fois supérieure à celle d’un prix Nobel comme Naguib Mahfouz, oblige à s’y intéresser. Pour cela, il faut savoir retrouver, à côté des voies bien balisées de la culture admise, les canaux, moins évidents, qui irriguent une ou plusieurs scènes culturelles parallèles où exercent des acteurs que l’on serait souvent tenté de décrire comme des « intellectuels de fonction » mais qui sont aussi des « intellectuels amateurs ». À travers ces réseaux en marge de la légalité, et parfois même carrément illégaux, transite, notamment dans le cas de l’imprimé, une part extrêmement importante de la production.

6Vedettes de la scène intellectuelle et acteurs anonymes, réseaux officiels et scènes clandestines : sans doute n’y a-t-il pas d’autre moyen que de réunir ces extrêmes pour espérer échapper, autant que faire se peut, à ce que Pierre Bourdieu nomme « l’illusion rétrospective ». Car, à ne pas se poser la question de la définition sociale de la culture et à faire l’impasse sur le rôle structurant de l’espace de production qui détermine, en fonction de combinaisons multiples, les différentes positions possibles au sein de l’espace de production, ou encore à mettre en relation directe, comme on l’a fait trop souvent, faits culturels et événements politiques censés s’éclairer mutuellement, on encourt très certainement le risque de brouiller les données et de ne retrouver, en fin de compte, que les présupposés de la recherche. En effet, la production et la diffusion des biens symboliques s’effectuent au sein d’un espace qui possède ses propres lois de fonctionnement, lesquelles tiennent à la spécificité de son produit. Les travaux dans la mouvance de la sociologie de la production culturelle ont bien montré que ces règles ont d’autant moins de chances d’apparaître qu’un voile d’évidente légitimité couvre la nature réelle des échanges symboliques et que l’observateur reprend à son insu des catégories naïves, sans doute, mais néanmoins terriblement discriminantes. Une des manières de pallier ce problème consiste à mettre l’accent sur l’économie politique de la production de biens symboliques. S’il est important de retrouver le faisceau de déterminations idéologiques et politiques qui dessinent, à un moment donné, les conditions d’exercice des professions intellectuelles, il convient de comprendre qu’elles s’accompagnent d’autres données sociales, économiques et même techniques, dont la prise en compte est absolument nécessaire. À côté des événements politiques et des modes intellectuelles dont l’influence est malgré tout reconnue, à défaut d’avoir été suffisamment étudiée, il semble, en effet, urgent d’intégrer d’autres facteurs depuis longtemps observés par la socio-histoire, à l’intérieur d’autres aires culturelles. D’abord, les transformations sociales liées à la généralisation de l’enseignement et à la croissance de l’urbanisation, dont on imagine l’impact sur la réception des œuvres par le public ; ensuite, l’internationalisation des échanges, dans le cadre d’un essor spectaculaire des industries culturelles de masse où l’imprimé, d’ailleurs, ne joue plus le même rôle ; enfin, les conséquences des évolutions techniques – écrans et terminaux d’ordinateurs, supports magnétiques et électroniques du son et de la lettre, etc. –, qui ont une influence directe, bien que rarement évoquée, sur cette tekné particulière qu’est la production intellectuelle. Parmi bien d’autres exemples, on peut ainsi se demander dans quelle mesure l’essor des « nouveaux intellectuels » musulmans aurait été possible sans l’apparition de techniques de reproduction légères (photocopies, cassettes, microédition, etc.), sur des supports qui, à leur tour, ont modifié le style, le rythme, les images, la forme, en un mot la rhétorique (qui est aussi un contenu) des discours.

Politiques et pratiques culturelles

7En observant l’édition égyptienne, comment retracer le rôle respectif des élites intellectuelles, du pouvoir politique et du corps social dans la grande « fabrique sociale des idées » ? Une des perspectives possibles consiste à rappeler les différentes politiques du livre, voulues par les autorités. Mais il importe également de ne pas les dissocier de leur mise en œuvre, en s’attachant en particulier aux pratiques culturelles propres à l’imprimé. En miroir de la perspective diachronique, qui retrace la gestion étatique de la culture depuis la révolution de 1952, il est donc absolument nécessaire de faire figurer l’étude du marché du livre, tel qu’il se présente de nos jours. Dans le domaine des politiques culturelles, il est certainement utile d’opérer un retour en arrière, lorsque l’État nassérien a décidé, dès la fin des années 1950, de promouvoir une gestion nationale de la culture. L’héritage de cette décision dont on imagine l’importance pour une nation travaillée par différents discours identitaires (l’arabisme et l’islam, mais aussi l’héritage pharaonique, la culture méditerranéenne, le tiers-mondisme, l’africanité…), les successeurs de Nasser, les présidents Sadate et Moubarak, ont choisi de le gérer chacun à leur manière, en imaginant de rompre avec une conception étatique de la culture ou bien, au contraire, en relançant timidement certaines initiatives dans ce domaine.

  • 2 Cf. R. Debray, Cours de médialogie générale, Gallimard, 1991.

8En fonction de cet arrière-plan historique, l’étude des pratiques culturelles permet d’observer, cette fois-ci dans leur réalité présente, les différents maillons de la chaîne du livre : auteurs, éditeurs, diffuseurs, lecteurs… Au premier rang des phénomènes qui s’offrent à l’examen figure sans aucun doute le prodigieux essor du livre islamique depuis la fin des années 1970. Le plus souvent, cette innovation culturelle reste saisie dans sa brutale réalité politique et on prétend l’expliquer en se contentant de la situer dans le contexte flou d’un vaste retour du religieux, ou d’une tout aussi vague radicalisation de l’islam contemporain. La « fortune » du livre islamique constitue pourtant une donnée fondamentale pour l’ensemble des marchés éditoriaux dans le monde musulman, du Maroc à l’Indonésie, et l’on ne saurait en traiter sérieusement sans prendre en compte l’ensemble des facteurs, notamment économiques et techniques, qui contribuent à l’expliquer. Seule une telle démarche permet de poser le problème de fond : que peut nous apprendre le livre arabe d’aujourd’hui sur les sociétés qui le produisent et le consomment ? Dans quelle mesure l’évidente islamisation des marchés éditoriaux du monde arabe et musulman accompagne-t-elle, voire produit-elle, un vaste mouvement de transformation, sociale et politique, à l’œuvre dans cette région du monde ? Bien qu’elle n’en constitue pas le foyer principal, il est clair que la situation de l’intellectuel égyptien est loin d’être étrangère à toute enquête sur le livre égyptien et ses acteurs. Mais plutôt que d’aborder de front l’étude d’une catégorie sociale particulièrement difficile à définir, le champ éditorial permet une lecture où la figure de l’intellectuel apparaît en quelque sorte « en creux », comme révélée par les traces visibles laissées sur son « milieu naturel », si la métaphore animale est ici permise ! Soumise aux interventions de l’État, à la loi du marché ou encore à la sanction du public, lieu d’intersection des trois sphères de la vie matérielle, intellectuelle et sociale2, l’édition constitue, à n’en pas douter, l’un des sites qui permettent une telle approche.

  • 3 On peut se référer à l’ouvrage de M. Wahba (La Politique culturelle en Égypte, Unesco, 1975) mais i (...)

9À l’évidence, l’Égypte – et tout particulièrement durant la période nassérienne marquée par une forte idéologisation de l’appareil d’État – offre un terrain particulièrement fécond pour l’observation des politiques culturelles. D’ailleurs, le projet national égyptien a pris – et conserve encore en partie de nos jours – valeur de modèle, tant pour le monde arabe que pour les jeunes nations indépendantes regroupées sous la bannière du non-alignement. Malgré cela, seules quelques études ponctuelles3 ont été consacrées à l’examen de ces politiques dont une évaluation des motivations, et plus encore des réalisations, reste le préalable nécessaire à toute étude de la situation éditoriale actuelle. Faute de travaux auxquels il serait possible de se référer, il est donc nécessaire de se pencher sur les politiques culturelles adoptées depuis Nasser, en privilégiant leur application au domaine de l’édition et leurs conséquences par rapport à la production et à la diffusion des œuvres imprimées.

  • 4 Cf. S. Yassin, « L’étude des politiques culturelles », Bulletin du CEDEJ, n° 25, 1er sem. 1989, pp. (...)
  • 5 Cf. en particulier J. Berque, Langages arabes du présent, Gallimard, 1974 ; et De l’Europe à l’Euph (...)

10Mais quelle que soit leur importance, les mesures décidées par l’État et mises en œuvre par ses appareils sont loin de rendre compte de l’ensemble des phénomènes. À la suite du sociologue égyptien Sayyid Yasîn, qui introduit cette distinction dans une étude commandée par les autorités égyptiennes soucieuses de réorienter leur action dans ce domaine, il convient d’élargir le champ de l’analyse pour s’intéresser, non plus seulement aux politiques culturelles (cultural policies), mais aux politiques de la culture (cultural politics), définies comme « l’ensemble des orientations culturelles d’une société, porteuses de différentes conceptions du monde, du patrimoine, du développement, du progrès4 ». Au premier abord, il semble que la recherche sur les sociétés arabes contemporaines, et tout particulièrement la recherche en science politique, ne souffre pas, dans ce domaine précis, des lacunes évoquées précédemment car il existe, tant en langues occidentales qu’en arabe, de nombreux travaux. En France, par exemple, un nom vient immédiatement à l’esprit, celui de Jacques Berque5. À son exemple, de très nombreuses études ont abordé, de près ou de loin, la question des intellectuels, en proposant un examen attentif de leurs productions. Pourtant, malgré cette apparente profusion, force est de constater l’absence presque totale de recherches analysant les conditions concrètes de la condition sociale de l’intellectuel arabe, depuis la Renaissance arabe, au siècle dernier, jusqu’àl’époque contemporaine. Or, la description de telle ou telle figure exceptionnelle n’est vraiment utile qu’accompagnée d’enquêtes sur les trajectoires sociales, les milieux professionnels, les conditions objectives propres à l’ensemble des acteurs. De même, l’étude de contenu de telle ou telle œuvre, considérée comme significative, ne devrait être possible qu’une fois celle-ci replacée dans son contexte, qu’après avoir redessiné, de manière aussi précise que possible, le réseau d’interrelations qui la relie aux multiples matériaux proposés, à la même époque, sur le marché des publications…

  • 6 Cf. A. Laroui, « Islam arabe et crise de la culture », Islam et modernité, La Découverte, 1987, p.  (...)

11D’ailleurs, il y a de cela quelques années déjà, l’historien marocain Abdallah Laroui avançait quelques remarques qui se voulaient également programme de travail : « Avant qu’il y ait une pensée arabe, il a bien fallu qu’il y ait des individus qui pensent. Nous devons nous occuper de leur origine, de leur formation, de leur position dans l’échelle sociale, de leurs conditions de travail, de leurs ambitions. En un mot, toute étude objective des écrits arabes exige au préalable une sociologie des auteurs6. » Malgré cet appel pressant, il faut bien reconnaître que la recherche n’a guère progressé sur ce point précis. L’analyse des réalités socioprofessionnelles et économiques est pourtant devenue d’autant plus importante que la professionnalisation des métiers de l’intelligence s’accélère. Car c’est également sur le terrain des contraintes matérielles et techniques que s’exerce le contrôle de l’imaginaire social, à travers la production et la diffusion de normes et de modèles dominants, les luttes pour acquérir la légitimité culturelle. Dans ce domaine, qui demeure aujourd’hui encore largement à découvrir, les professionnels du livre, et en particulier les éditeurs, occupent une place de choix. Le statut économique et intellectuel dont ils commencent à bénéficier de plus en plus dans l’Égypte actuelle peut, en effet, s’analyser comme une conséquence des bouleversements économiques liés à l’infitâh, lorsque certains acteurs privés ont pu occuper une place laissée vacante par le retrait des institutions étatiques spécialisées.

« Mais que lisent les Arabes ? »

  • 7 Cf J. Berque, Langages arabes…, op. cit.
  • 8 Cf. P. Bourdieu, Choses dites, Les Éditions de Minuit, 1987.

12Telle était la question que se posait naguère Jacques Berque, cherchant à évaluer l’impact de « l’énorme effort » éditorial consenti par les autorités nassériennes7. Là aussi, peu de réponses ont été apportées, et l’on en sait moins encore aujourd’hui, alors que la culture est au cœur des enjeux du monde arabe contemporain. Croiser les résultats d’enquêtes menées sur le terrain auprès des acteurs de l’édition avec l’examen de la production pour réunir des données aussi objectives que possible sur le marché éditorial apparaît d’autant plus important que les rares études sur la culture arabe contemporaine s’intéressent presque exclusivement aux productions dites « de qualité », apparemment les seules dignes d’être analysées, sans doute parce qu’elles donnent « une bonne image » de ces cultures. Or, à la suite de Pierre Bourdieu, on a tout lieu de croire que le principal danger pour l’analyse scientifique réside précisément dans le choix d’une démarche aussi naïve, qui opère en toute bonne conscience des choix dans la masse des textes disponibles, en oubliant « une question qui n’est pas tranchée dans la réalité, celle de savoir qui est un intellectuel et qui ne l’est pas, qui sont les intellectuels “vrais”, ceux qui réalisent vraiment l’essence de l’intellectuel. En fait, un des enjeux majeurs des luttes qui se déroulent dans le champ littéraire ou artistique est la définition des limites du champ, c’est-â-dire la participation légitime aux luttes8 ». L’édition égyptienne illustre clairement la nécessité de rompre avec une conception aussi aberrante qui permet de passer sous silence des textes parfois diffusés auprès d’un demi-million d’acheteurs, dans le cas du « nouveau livre islamique », au seul profit de quelques figures reconnues de la scène intellectuelle dont l’audience – et ce n’est en rien un jugement sur leur valeur – ne dépasse pas la clientèle de quelques cénacles cairotes…

  • 9 Cf. M. de Certeau, L’Invention du quotidien, U.G.C., 1980.
  • 10 Nous empruntons cette formule à Michael Albin, un des rares historiens du livre arabe. Cf. « Offici (...)
  • 11 Cf. R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Le Seuil, 1987, p. 15.

13De plus, mettre l’accent sur les véritables pratiques culturelles du public en observant la diffusion et la commercialisation des écrits, ce n’est pas seulement proposer un regard plus large sur la scène intellectuelle et culturelle égyptienne. Cela implique aussi de rompre avec la plupart des démarches adoptées. En effet, celles-ci se caractérisent par une approche « de haut en bas », exclusivement attentive aux résultats des politiques d’inculcation, décidées par une minorité agissante, les élites intellectuelles et politiques, à l’intention de la masse informe du corps social. Or, de nombreux travaux ont montré combien il était nécessaire de relativiser les effets de ces politiques cherchant à imposer de tels modèles. Parmi les premiers, un auteur comme Michel de Certeau a rappelé combien il convenait de tenir compte, dans la réception des modèles culturels, des « arts de faire », de la diversité des tactiques, voire des stratégies, visant à « braconner », à détourner les plus élaborés des produits de l’idéologie officielle aussi bien que les plus innocentes des pratiques traditionnelles9. À rebours d’une conviction profondément ancrée chez la plupart des élites intellectuelles qui, toutes orientations idéologiques confondues, se retrouvent sur la religion partagée d’un véritable « fanatisme scripturaire10 », l’histoire des lectures révèle combien « la force d’imposition de sens des modèles n’annule pas l’espace propre de leur réception, qui peut être résistante, rusée, rebelle11 ». Par conséquent, ce sont bien quelques-unes de ces modalités d’appropriation, de ces effets de sens propres au contexte des lectures (masculines ou féminines, solitaires et privées ou encore collectives et publiques…) que l’on a voulu mettre en lumière à partir de l’observation et de l’interprétation des pratiques réelles du public du livre. On peut même aller plus loin encore et se demander s’il n’y a pas lieu, en partie, de renverser la perspective. L’itinéraire de figures célèbres de la scène culturelle, le « nomadisme » intellectuel que pratiquent certains, traduiraient ainsi la force d’imposition de modèles venus d’« en bas », répandus et légitimés par la force des choses et la puissance du marché.

L’Égypte et l’histoire du livre arabe

  • 12 Idem, p. 18.
  • 13 Cf. A. Hourani, Arabic Thought in the Liberal Age, Cambridge University Press, 1987.
  • 14 Cf. T. Mitchell, Colonising Egypt, Cambridge University Press, 1988, p. 91.
  • 15 Cf. J. Habermas, L’Espace public, Payot, 1978.

14Peut-on estimer avec Roger Chartier que le livre constitue « une bonne entrée » pour l’étude d’une société, dans la mesure où « les pratiques de l’écrit, qui fixent ou produisent la parole, cimentent les sociabilités ou prescrivent les comportements, traversent le for privé comme la place publique, donnent à croire, à faire ou à rêver12 » ? Les réflexions de l’historien de la France de l’Ancien Régime valent-elles pour l’Égypte et sa tradition imprimée ? Une étude sur l’Égypte est à coup sûr justifiée par le rôle qu’a tenu ce pays, depuis le siècle dernier, non seulement dans le domaine du livre mais également sur la scène culturelle arabe tout entière. Pour un historien comme Albert Hourani13, l’ère moderne débute dans cette région avec la Renaissance culturelle du siècle dernier. En effet, c’est à partir de cette époque, et largement en raison de l’expansion coloniale européenne, que le monde arabe allait découvrir sa « modernité ». Plus récemment, l’historien américain Timothy Mitchell a toutefois montré comment l’emprise coloniale ne s’était pas limitée à la conquête d’un territoire mais s’était étendue largement au-delà, par la « domestication » d’un espace immatériel, par l’imposition d’un système de pensée, de règles de comportements, de modèles sociaux, de catégories intellectuelles, soit, dans le vocabulaire de Michel Foucault, par l’introduction d’un « ordre du discours », perceptible en particulier dans le regard que les nouvelles élites autochtones ont tenu par la suite sur leur propre société. Portée par les vecteurs d’opinion et notamment par les publicistes de l’époque, cette « colonisation de l’Égypte » a contribué à transformer la perception de l’espace public et de la gestion politique de la société. Mitchell souligne ce changement capital en montrant comment, à partir d’un certain moment, il apparut que « publier et rendre public étaient “utiles” au processus politique »14. C’est, en effet, à cette époque (plus précisément vers le début des années 1860-1870), que l’on peut noter les premières manifestations d’une opinion publique encore naissante pour laquelle le mot imprimé – livre ou journal – joua un rôle extrêmement important, dans la mesure où il fournissait la possibilité d’un espace partagé, d’une « publicisation » du politique selon les termes d’Habermas. À l’image du processus à l’œuvre dans l’Europe du xviiie siècle, on constate que la catégorie du public s’est construite dans les centres urbains de l’époque, en définitive moins à partir des nouvelles formes de sociabilité tels que les clubs, salons de lecture et autres associations à caractère plus ou moins politique qui fleurirent à cette époque que grâce à « la communication écrite qui [permit] l’échange dans l’absence et qui [créa] un espace autonome pour le débat d’idées15 ».

  • 16 Cf. J. Berque, Langages arabes du présent, op. cit., p. 39 sq.
  • 17 Cf. la contribution de Geofrey Ropper dans The Book in the Islamic World, G. Atiyeh Éd., Albany, 19 (...)

15Dans cette perspective, il n’est pas sans intérêt de remarquer que la Renaissance arabe fut ouverte – à tout le moins rendue partiellement possible – par la campagne d’Égypte, expédition qui vit l’introduction de l’imprimerie à caractères mobiles, celle-là même qu’emportait à son bord le vaisseau de Bonaparte et qui lui permit d’afficher aux portes des mosquées le premier « placard » imprimé en terre égyptienne. L’intrusion violente et conquérante de la modernité européenne sur les rives du Nil allait mettre en branle un processus qui, somme toute assez rapidement, donnerait naissance, quelques décennies plus tard, aux premiers « intellectuels » arabes. En effet, c’est bien à partir de cette époque que l’on peut utiliser ce mot, au sens qu’on lui donne généralement de nos jours. Avec la diffusion de l’imprimerie – associée à d’autres facteurs non négligeables tels que la modernisation de l’éducation et, plus généralement, de la gestion de l’État –, cette catégorie sociale a trouvé à s’employer, gagnant de ce fait une relative autonomie que le pouvoir politique, local ou colonial, n’a cessé de lui disputer chèrement. En définitive, l’examen des développements du mot imprimé en Égypte permet de retrouver « l’éblouissante hypothèse » empruntée naguère par Jacques Berque à Roman Jakobson, lequel faisait de la « brusque inflation des signes », au milieu du xixe siècle, l’indice d’une rupture repérée, au moment où elle était à l’œuvre, par le lexicographe libanais Butrus Bustânî, créateur du premier dictionnaire arabe moderne16. Naturellement, souligner le rôle joué par la nouvelle technologie de la communication dans la promotion de cette nouvelle figure sociale revient à corriger les thèses classiques qui laissent à l’État et à la puissance politique toute l’initiative dans ce domaine. En contrepoint à la destinée d’un Rifâ‘a al-Tahtâwî, premier grand « commis de l’État » moderne, traducteur et rédacteur en chef du journal officiel Al-Waqâ’i‘ al-misriyya, il convient de dessiner celle d’un Fâris al-Chidyâq, prototype de ces « mercenaires de la plume » qui font la jonction entre l’ère du manuscrit et celle de l’imprimé17.

  • 18 Sur l’histoire de l’imprimerie arabe, l’ouvrage de référence reste Kh. Sabat, Târîkh al-tibâ‘a fîl- (...)
  • 19 Cf. Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb fi misr [Le Mouvement éditorial en Égypte], Dâr al-tha (...)

16La place de l’Égypte explique en partie l’importance toute particulière de ce pays dans le domaine intellectuel et culturel. Au sein de l’aire culturelle arabe, c’est elle qui possède, sans conteste possible, la tradition imprimée la plus ancienne et la plus riche18. Premier pays d’édition en langue arabe, l’Égypte a conservé un quasi-monopole jusqu’au milieu de ce siècle. Pour les spécialistes, la part des seules publications égyptiennes représentait encore, à la fin des années 1950, près de 60 % de l’ensemble de la production imprimée dans cette langue19. Dès lors, on comprend aisément que les enjeux relatifs à la configuration du champ symbolique égyptien puissent concerner, assez directement, l’ensemble des pays dans cette partie du monde. De plus, s’il est vrai que Le Caire n’est plus aujourd’hui l’unique capitale du livre arabe, les causes et les conséquences de cette évolution, les circonstances politiques et économiques qui ont conduit à la perte de ce leadership intellectuel, sont précisément au nombre des questions qui appellent une réponse.

17Toutefois, la puissance du mot imprimé, autrefois incontestée, n’a pas traversé le temps impunément. En d’autres termes, est-il aujourd’hui encore possible d’affirmer que le livre constitue « une bonne entrée » à qui se donne pour but l’examen du champ des pratiques symboliques ? Peut-on continuer à s’intéresser à l’imprimé et le doter d’un réel pouvoir dans une société qui reste marquée par une longue tradition orale et qui n’en subit que plus fortement l’emprise des médias audiovisuels ? L’actualité fournit une première réponse, en termes parfois dramatiques. Au moment où les autorités sont engagées dans une confrontation ouverte avec de puissantes oppositions religieuses, le contrôle des valeurs culturelles diffusées auprès des citoyens du pays n’en a que plus d’importance. Aujourd’hui, en Égypte, on meurt pour le livre, on tue pour le livre (sans qu’il soit nécessaire de doter le mot d’une lettre capitale…). À coups de poignard, on a voulu faire taire la plus célèbre des voix littéraires du monde arabe, celle du prix Nobel de littérature Naguib Mahfouz…

18Toutefois cet « antique » média qu’est le livre imprimé n’est plus qu’un simple adjuvant, d’importance relative, dans le nouveau système de communication qui s’est implanté en Égypte, comme dans le reste du monde arabe, depuis nombre d’années déjà. L’essor de la librairie islamique s’est ainsi effectué en couple avec d’autres supports assurant une diffusion plus dense des messages (journaux et périodiques, mais plus encore cassettes audio et vidéo et même CD-ROM aujourd’hui). Néanmoins, les phénomènes symboliques ne relèvent pas seulement, loin de là, d’une logique quantitative et de processus cumulatifs. Depuis les premiers travaux de la sociologie de l’art, personne ne peut ignorer qu’il existe une corrélation inverse entre quantité et qualité, entre valeur d’usage et valeur d’échange, et cela malgré le développement de la « reproductibilité technique » des biens symboliques. Les publics des médias électroniques, avec les enjeux financiers qu’ils drainent, ont beau être très largement plus importants que ceux de l’édition, cela ne signifie pas pour autant que l’on retrouve mécaniquement le même rapport dans un univers où la rareté induit fréquemment prix, valorisation, pouvoir, et où des intellectuels traditionnels, qui disposent d’une audience somme toute restreinte, peuvent bénéficier, par rapport à certaines règles et selon des contextes particuliers, d’une aura, d’une influence et finalement d’un pouvoir bien supérieurs à ceux dont disposent les maîtres des médias électroniques…

  • 20 Cf. R. Debray. Le Pouvoir intellectuel en France, Ramsay, 1979, p. 14.

19Demeure une réalité indéniable (et en Égypte plus encore que dans bien d’autres pays) : l’univers de l’écrit imprimé se réduit comme peau de chagrin et ne semble plus concerner qu’une petite minorité de lecteurs… Minorité toutefois qui regroupe précisément les élites intellectuelles détentrices du « monopole de la production et de la circulation des événements et des valeurs, des faits et des normes symboliques »20 et qui, à ce titre, forment l’opinion. Le pouvoir que détient ce fragment du corps social est, personne ne le contestera, sans commune mesure avec ses réelles dimensions statistiques. Pour autant, le public de l’écrit ne saurait être limité à la seule intelligentsia ; il englobe, au contraire, ces masses nouvellement urbanisées et scolarisées, tous ceux que l’écrivain Luîs ‘Awad désignait par l’expression heureuse d’effendis urbains. À l’école des nouvelles publications islamiques, on apprend ainsi qu’il faut tenir compte du maintien, et même du développement, de « pratiques populaires » (et hétérodoxes) du livre, tant il est vrai que des textes peuvent être intégrés à l’univers des références utilisées par leurs adeptes sans avoir nécessairement été « lus », au sens strict du terme.

Les sources

  • 21 Cf. E. Sivan, Radical Islam, Yale University Press, 1985 (notamment la préface).
  • 22 Cf. O. Carré, Mystique et politique ; lecture révolutionnaire du Coran par Sayyid Qutb, FNSP, 1984.

20En dépit de travaux nombreux sur les élites arabes, et tout particulièrement au Proche-Orient, peu d’ouvrages permettent de retracer avec la rigueur nécessaire l’histoire sociale et économique du champ intellectuel égyptien. Même lorsqu’elles utilisent une énorme masse documentaire, les meilleures recherches s’arrêtent aux frontières de ce domaine. La position d’un auteur comme Emmanuel Sivan par exemple est révélatrice de cette tendance. À plusieurs reprises, il mentionne dans son livre, Radical Islam, l’importance, symbolique mais aussi matérielle, des œuvres qui font l’objet de ses analyses21. Mais bien que celles-ci soient consacrées à « la genèse du phénomène radical », à « l’histoire intellectuelle et sociale » de l’Égypte et aux circonstances historiques qui ont permis la diffusion du « radicalisme musulman », les conditions concrètes de cette diffusion n’y sont jamais abordées autrement que de façon allusive. De la même manière, la traduction d’Olivier Carré et son commentaire d’une œuvre de Sayyid Qutb, À l’ombre du Coran22, concernent essentiellement le contenu du texte et évoquent à peine le fait qu’il ait été diffusé à plusieurs millions d’exemplaires, et qu’il constitue, sans l’ombre d’un doute, le véritable best-seller du monde arabe (et islamique) contemporain.

21Fort heureusement, il existe d’autres sources, plus riches par rapport à la perspective retenue. En particulier les textes écrits par des acteurs du champ intellectuel, les mémoires d’hommes politiques comme Fathî Radwân et Tharwat ‘Ukâcha, qui furent l’un et l’autre ministres de la Culture à l’époque nassérienne, ou même les souvenirs de professionnels (par exemple ceux de Sayyid Abû al-Najâ’, ancien directeur des éditions Dâr al-ma‘ârif). Il faut y ajouter les écrits d’intellectuels égyptiens qui ont évoqué ces questions, souvent sur le mode de la polémique enflammée. Ces textes n’en fournissent pas moins d’inestimables témoignages sur les conditions réelles de l’exercice, en Égypte, de la fonction intellectuelle. Parfois regroupés sous forme d’ouvrage, ils n’ont le plus souvent paru que dans la presse égyptienne ou arabe. Travailler sur ce type de document permet également d’élargir considérablement le cercle des intervenants sur la scène culturelle. On peut ainsi observer, à côté des premiers rôles en définitive assez bien connus (l’élite de l’élite intellectuelle ou encore la haute intelligentsia selon la formule de Régis Debray), tout un monde d’acteurs de second rang, intermédiaires et entrepreneurs culturels, consommateurs privilégiés, etc. Leurs interventions apportent souvent des éléments précieux pour la compréhension des rouages économiques, sociaux et politiques des « milieux de l’édition ». Ces aperçus sont d’autant plus riches que la presse égyptienne, relativement ouverte, possède également une tradition d’investigation (par exemple, ce qu’on a appelé à une époque l’école d’Akhbâr al-yawm, par allusion au grand quotidien d’information réputé par la qualité de ses enquêtes et le modernisme de son approche ou encore, de nos jours, un hebdomadaire tel que Rûz al-yûsuf).

22Les aspects les plus techniques de l’édition, de ses réseaux professionnels, de ses résultats économiques, ont fait l’objet de quelques travaux consacrés à l’édition égyptienne ou arabe. Certains – le fait mérite d’être souligné – sont à vocation universitaire, d’autres relèvent de la littérature grise, à l’image des rapports publiés par un organisme tel que les Conseils spécialisés (Al-majâlîs al-mutakhassissa) ou le Conseil supérieur de la culture (Al-majlis al-a‘lâ lil-thaqâfa). Beaucoup d’entre eux sont datés et, de surcroît, répondent à un besoin très ponctuel. Ils n’en sont pas moins utiles, tout comme l’abondante littérature professionnelle (guides d’exposition, catalogues d’éditeurs, messages publicitaires, etc.). Il convient d’ajouter encore tous les éléments statistiques produits par différents organismes spécialisés. En général, les informations disponibles sur le livre et l’édition se limitent aux statistiques officielles réunies par l’Unesco dès que l’on s’écarte des grandes nations industrialisées. L’Égypte offre toutefois une profusion de documents émanant de sources différentes : Organisation générale du livre, services du Dépôt légal, du CAPMAS (Central Agency for Public Mobilization and Statistics, l’équivalent égyptien de l’INSEE), etc. Leur qualité est certes inégale et il faut, dans bien des cas, les critiquer, les compléter, les confronter les uns aux autres en croisant leurs données qui procurent le matériel de base indispensable à toute analyse quantitative.

23Pourtant, tous ces documents ne vaudraient rien sans la réalité du terrain. À cette fin, une soixantaine d’éditeurs ont été sélectionnés et ont accepté de se livrer à des entretiens qui ont mené, dans une dizaine de cas, à des études plus approfondies. Deux tables rondes réunissant divers responsables officiels, éditeurs, auteurs et critiques ont également complété ces recherches auprès des professionnels de l’édition. C’est à eux tous, les acteurs du livre, depuis les écrivains jusqu’aux vendeurs de livres d’occasion à même le trottoir en passant par les éditeurs, grands ou petits, que reviennent de plein droit ces pages…

Notes

1 Cf. R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Le Seuil, 1987, p. 17.

2 Cf. R. Debray, Cours de médialogie générale, Gallimard, 1991.

3 On peut se référer à l’ouvrage de M. Wahba (La Politique culturelle en Égypte, Unesco, 1975) mais il s’agit davantage d’une description où l’analyse critique trouve rarement place.

4 Cf. S. Yassin, « L’étude des politiques culturelles », Bulletin du CEDEJ, n° 25, 1er sem. 1989, pp. 187-195.

5 Cf. en particulier J. Berque, Langages arabes du présent, Gallimard, 1974 ; et De l’Europe à l’Euphrate, Sindbad, 1978.

6 Cf. A. Laroui, « Islam arabe et crise de la culture », Islam et modernité, La Découverte, 1987, p. 84.

7 Cf J. Berque, Langages arabes…, op. cit.

8 Cf. P. Bourdieu, Choses dites, Les Éditions de Minuit, 1987.

9 Cf. M. de Certeau, L’Invention du quotidien, U.G.C., 1980.

10 Nous empruntons cette formule à Michael Albin, un des rares historiens du livre arabe. Cf. « Official Culture in Egypt and the Role of the Book », Journal of the American Research Center in Egypt, vol. XXIV, 1987, pp. 71-79.

11 Cf. R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Le Seuil, 1987, p. 15.

12 Idem, p. 18.

13 Cf. A. Hourani, Arabic Thought in the Liberal Age, Cambridge University Press, 1987.

14 Cf. T. Mitchell, Colonising Egypt, Cambridge University Press, 1988, p. 91.

15 Cf. J. Habermas, L’Espace public, Payot, 1978.

16 Cf. J. Berque, Langages arabes du présent, op. cit., p. 39 sq.

17 Cf. la contribution de Geofrey Ropper dans The Book in the Islamic World, G. Atiyeh Éd., Albany, 1995.

18 Sur l’histoire de l’imprimerie arabe, l’ouvrage de référence reste Kh. Sabat, Târîkh al-tibâ‘a fîl-charq al-awsat [Histoire de l’imprimerie au Proche-Orient], Dâr al-ma‘ârif, 1966.

19 Cf. Ch. ‘A. Khalîfa, Harakat nachr al-kitâb fi misr [Le Mouvement éditorial en Égypte], Dâr al-thaqâfa, 1974, p. 41.

20 Cf. R. Debray. Le Pouvoir intellectuel en France, Ramsay, 1979, p. 14.

21 Cf. E. Sivan, Radical Islam, Yale University Press, 1985 (notamment la préface).

22 Cf. O. Carré, Mystique et politique ; lecture révolutionnaire du Coran par Sayyid Qutb, FNSP, 1984.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search