Version classiqueVersion mobile

La santé en Chine du Sud (1898-1928)

 | 
Florence Bretelle-Establet

CONCLUSION

Texte intégral

1Cette étude, limitée aux trois provinces méridionales de la Chine, met en lumière l’importance de l’évolution des mentalités : l’idée que l’État doit participer à la lutte contre les maladies et la mise en place, en certains endroits, et en priorité dans l’armée, de services sanitaires modernes confiés à une autorité publique, sont les grandes innovations des premières années du xxe siècle. Rationalisée dans ses objectifs, l’approche de la santé s’inspire des acquis de la médecine pasteurienne et du modèle allemand : c’est à la police que sont confiées les premières tâches de santé publique qui vont du simple balayage des rues à la gestion d’hôpitaux publics, à la surveillance des maladies ou au contrôle de la pratique médicale.

2Incontestablement, au contact des établissements occidentaux ou occidentalisés de plus en plus nombreux, et en présence d’une politique favorable à la médecine occidentale, les pratiques individuelles de santé ont évolué. Les postes médicaux occidentaux ont attiré une grande partie de la population, les classes les moins fortunées au départ, séduites probablement par la gratuité des soins, puis les classes fortunées, comme en témoigne l’accroissement très rapide des consultations payantes instaurées après 1913 dans les différents hôpitaux. Cet accueil enthousiaste concerne surtout les solutions rapidement bénéfiques que la médecine occidentale autorise à la veille des années 1930 : chirurgie aseptisée, injections de néosalvarsan, quinine, sérothérapie et vaccination antivariolique. Autant de traitements rapidement efficaces qui répondent aux représentations chinoises du médecin idéal, capable, par ces pratiques thaumaturgiques, de faire se relever un mort.

  • 1 Série A, Légation de France à Pékin, vol. 449, Rapport sur le poste de Hoihao, 1923.

3L’accueil enthousiaste pour ces nouvelles techniques de santé est nuancé par la persistance de résistances, en particulier chez les parturientes qui rechignent toujours devant les diktats d’une culture néonatale occidentalisée ; une culture qui passe d’autant plus difficilement que le personnel féminin chinois, formé aux méthodes occidentales et employé dans les hôpitaux, n’est pas toujours convaincu de son bien-fondé : « Notre infirmière elle-même semble peu convaincante et nous n’aurons jamais en elle qu’un bien faible agent de propagande1. »

4Néanmoins, les statistiques sérielles de plusieurs hôpitaux montrent que la population chinoise, qui vient parfois de régions très éloignées, consulte plus volontiers à la fin de la période pour des pathologies qu’elle confiait naguère aux thérapeutes locaux. Ces statistiques suggèrent donc un recours à la médecine occidentale plus fréquent et une confiance élargie au fil du temps.

  • 2 Le nombre de villes dotées de ce genre de service reste mal connu, les services les plus sophistiqu (...)
  • 3 Voir successivement Luocheng xianzhi, 1937, zhengzhi ; Sanjiangxianzhi, 1946, shehui, cishan shiye (...)

5Cependant, à la veille de 1928, la médecine occidentale n’a éclipsé ni la médecine traditionnelle, ni les pratiques religieuses. Les acteurs qui conduisent des actions dans le domaine de la santé, en diffusant une thérapeutique et une prophylaxie modernes, présentent tous de sérieuses faiblesses. Les initiatives gouvernementales avant la fin des années 1920 sont rares dans les campagnes ou dans les endroits reculés. La grande majorité des sources, chinoises et occidentales, reste muette sur les efforts gouvernementaux avant la fin des années 1920, confirmant ainsi le caractère embryonnaire et non systématique des initiatives gouvernementales dans le domaine de la santé publique avant la décennie de Nankin2. La chronique de Luocheng fait remonter à 1927 les premières initiatives de santé publique ; dans la sous-préfecture Sanjiang, un département d’affaires médicales, yiwu suo, ne voit le jour qu’en 1937. À Yongning, capitale du Guangxi, où existent déjà des établissements d’assistance médicale privés, chinois et religieux, la création d’établissements sanitaires publics n’est signalée qu’après 1930. Enfin, à Foshan où prolifèrent les établissements privés d’assistance médicale, les observateurs chinois déplorent en 1911 le manque d’intervention gouvernementale qui permettrait à ces établissements de perdurer, sans être soumis aux aléas des dons et des rapports d’intérêt fluctuants3.

  • 4 Un Fit He zhong gong yiyuan, l’hôpital public chinois du riche He, est construit en 1925 grâce à la (...)
  • 5 Leung A. Ki Che, « Organized Medicine in Ming-Qing China State and Private Medical Institutions in (...)

6 Les organismes chinois privés qui continuent à se multiplier dans les années 1920 ne couvrent pas non plus toutes les campagnes4. L’investigation systématique des chroniques locales suggère en effet des disparités importantes entre la province du Guangdong et les provinces du Guangxi et du Yunnan, ainsi qu’entre les villes de première importance et les villes de second ordre. Plus on s’éloigne du Guangdong, plus les grandes organisations charitables sanitaires sont rares. Plus on s’éloigne des grandes villes, plus l’assistance médicale s’allège. L’absence de trace dans les sources écrites laisse penser à une absence réelle de ce type d’organisations. Car si, comme le suggère Angela Ki Che Leung, ces organisations à caractère privé n’ont pas fait l’objet d’un recensement systématique dans des sources officielles, il reste que les chroniques dépouillées pour les provinces du Yunnan, du Guangdong et du Guangxi, présentent des tableaux très différents5. Point d’établissements charitables modernes dans les sous-préfectures de Dan, dans l’île de Hainan, de Lechang au nord-est du Guangdong, de Shicheng, au nord de la presqu’île de Leizhou au Guangdong. Les sources locales du Yunnan, à l’exception de la chronique de la ville de Kunming, ne mentionnent aucune organisation charitable de ce genre.

  • 6 La Chine ne compte en 1921 qu’un lit d’hospitalisation pour 26 640 habitants. Balme Harold, China a (...)
  • 7 L’émergence ces quinze dernières années d’études sur le rôle de la médecine scientifique dans l’exp (...)

7Enfin, les établissements occidentaux sont éparpillés et leur influence réduite6. Les établissements français et missionnaires ont contribué à faire connaître certains principes curatifs et préventifs à la population chinoise, mais l’expansion de leur influence a ses limites. Si les motivations qui sont à l’origine de ces postes médicaux sont proches de celles qui ont conduit la plupart des pays européens à engager des politiques de santé dans les colonies, l’autonomie politique de la Chine limite la portée des actions du médecin7. En Chine, le médecin occidental n’a ni le pouvoir, ni les ordres pour appliquer des politiques sanitaires coercitives ; il n’en a pas non plus l’intérêt. À la différence des populations colonisées du Vietnam, les Chinois du Yunnan, du Guangxi et du Guangdong ne travaillent pas pour les intérêts de la France, l’amélioration de leur santé n’est pas l’objectif premier de ces établissements. Le consul Leurquin, en poste à Haikou, à propos d’une directive qui vise à réformer l’action sanitaire dans l’île de Hainan, explique clairement la différence d’objectifs :

  • 8 GGI.dos.40930, lettre du consul Leurquin de Haikou au gouverneur général de l’Indochine, 3/4/1925.

« Nous n’avons ni à nous faire pardonner par les Chinois, ni à rien attendre directement du relèvement possible de leur état sanitaire général : social aux colonies, l’hôpital est politique en Chine ; la création n’en a été inspirée ni par le sentiment d’une étroite obligation de conscience, ni par l’espoir d’un intérêt immédiat8. »

  • 9 Pour le Congo belge, voir Lyons M., dans D. Arnold, Imperial Medicine and Indigenous Societies, pp. (...)

8Aussi, jamais les campagnes de vaccination mises en place dans les postes médicaux consulaires français ne prirent l’allure de bataille contre les résistances locales comme ce fut le cas au Congo belge ou en Algérie, où un médecin français racontait qu’à la vue du vaccinateur : « Les enfants criaient, les mères se déchiraient le visage, versaient d’abondantes larmes et poussaient des cris déchirants, comme s’il se fût agi non d’une opération inoffensive, mais de l’extermination de leurs fils9. »

9Jamais non plus les médecins occidentaux ne se trouvèrent engagés dans des politiques coercitives de prophylaxie, suscitant incompréhension et résistance devant des mesures contraires aux habitudes locales, comme ce fut le cas à Hongkong ou dans la concession française de Guangzhouwan.

  • 10 La vaccination antivariolique remplace les pratiques ancestrales de variolisation dans certaines gr (...)

10 Pour ces raisons, la portée des établissements occidentaux se limitait très probablement à la société urbaine de quelques grandes villes en quelques points stratégiques10. Le Dr Esserteau, en poste à Haikou, le constatait clairement en 1925 :

  • 11 Série A, Légation de France à Pékin, vol. 449, rapport sur le poste de Hoihao 1925.

« En ce qui concerne les mesures d’hygiène et de prophylaxie publique, l’action du médecin français ne peut être que très limitée. Dans un pays où la France n’exerce ni souveraineté ni protectorat, dans lequel les autorités nationales sont au plus haut degré jalouses de leur prérogatives, [...] un médecin étranger n’a aucun moyen administratif ou financier de se substituer à elles pour faire appliquer les mesures qui seraient propres à enrayer les épidémies et à limiter l’influence nocive des affections endémiques ou transmissibles. Il ne peut qu’exercer son action au sein de la clientèle qui lui fait confiance et des services qui recourent à ses soins11. »

  • 12 Pour Canton, voir OLDT F., « Scientific Medicine in Kwangtung », Chinese Medical Journal, 48, 1934, (...)

11Certaines villes cumulent donc toutes les initiatives : c’est le cas de Canton, qui compte en 1931, 775 médecins convertis aux pratiques occidentales et un total de 5 140 lits d’hospitalisation ou de Kunming qui recense, en 1924, 149 médecins exerçant la médecine chinoise, 24 médecins pratiquant la médecine occidentale, 35 sages-femmes dont sept formées à l’obstétrique moderne, trois hôpitaux occidentaux, un hôpital militaire, un hôpital municipal, un bureau expérimental d’hygiène12 ; mais la plupart des autres en sont totalement dépourvues.

  • 13 Partout en Chine, on constate, au début des années 1930, une expansion des maladies vénériennes et (...)

12Aussi, la situation sanitaire, en dépit d’une raréfaction des grandes épidémies constatée par les médecins occidentaux, reste-t-elle préoccupante13. Dans les nombreuses localités dépourvues de structures médicales modernes, le recours aux pratiques traditionnelles demeure alors la seule arme de défense. Et, en présence de maladies souvent létales, contre lesquelles la médecine traditionnelle ne peut pas grand chose, les pratiques religieuses sont encore souvent utilisées à la veille des années 1930. Les exorcistes, les religieux sont conviés à exorciser les malades qui fondent toujours un certain espoir dans les fêtes apotropaïques. C’est ainsi qu’au début de l’épidémie de choléra de 1926, après avoir suivi les prescriptions prophylactiques du gouvernement nationaliste, les Hainanais s’adonnent au mois de mai à des pratiques moins conventionnelles rapportées par le Dr Esserteau :

  • 14 Série A, Légation de France à Pékin, vol. 449, rapport 1926.

« Beaucoup d’individus, pensant ainsi écarter d’eux les germes du mal, se mettaient une boulette de naphtaline dans l’oreille ou la portaient suspendue dans un sachet au devant du cou. Au lieu de cette substance, d’autres préféraient avoir sur eux des amulettes douées du pouvoir de refouler les mauvaises influences. Et pour mieux écarter les esprits nuisibles des villes et des villages, les bonzes se livraient dans les pagodes à des incantations nocturnes accompagnées d’un renfort de coups de gongs, d’éclats de gros pétards et de cacophonie musicale. Le soir, des cérémonies analogues avaient lieu en barques sur la rivière dans le but de chasser les génies malfaisants. Dans le même but, on plaça à plusieurs reprises à l’entrée du port, sur une berge du chenal d’accès, une grande jonque en papier pourvue de son équipage et d’exorciseurs parfaitement figurés. Devant certaines pagodes situées aux issues de Hoihao furent plaçés de grands mâts au sommet desquels on hissait pendant le jour un large oriflamme triangulaire de teinte noire sur lequel étaient brodés en caractère blanc une formule propitiatoire. La nuit, cet oriflamme était lui-même surmonté d’une lanterne14. »

13En 1934, malgré les efforts du Guomindang, un chroniqueur du Guangxi déplore l’impossibilité de combattre ces pratiques :

  • 15 Long’an xianzhi, 1934, 3, fengsu.

« Aujourd’hui quand quelqu’un est malade, on fait venir un taoïste pour qu’il installe un autel sur lequel on dépose des fleurs parfumées, des bougies, on récite des prières, on se confesse. [...] Au début de la République, deux comités furent fondés qui interdisaient ces pratiques, mais les superstitions sont indestructibles. Il a fallu attendre la mise en place du Guomindang, pour que dans chaque sous-préfecture les temples aux esprits soient détruits et que les pratiques des sorciers comme celles des taoïstes soient interdites et verbalisées par des amendes. Mais comme le pouvoir du Guomindang s’est affaibli et le pouvoir local renforcé, on eut de nouveau recours aux bonzes, aux taoïstes [...] peu à peu le peuple s’est mis à faire fi des directives. C’est pourquoi on voit encore pas mal de gens faire appel aux taoïstes et aux bonzes15. »

  • 16 Pingle xianzhi, 1940, 2, shehui, mixin, p. 88.

14Selon l’auteur de la chronique de Pingle, publiée en 1940, les fêtes du calendrier lunaire et en particulier la fête duanyang sont toujours profondément ancrées dans les pratiques populaires malgré les tentatives du gouvernement républicain pour les interdire16.

15Enfin, dans les régions très insalubres, comme Jingdong, au Yunnan, les officiels des années 1920 continuent, comme leurs homologues du début du xixe siècle, à s’adresser au Dieu Chenghuang. Écoutons, pour terminer, la prière du préfet Zhou Ruzhao :

  • 17 Jingdongxianzhi, 1923, yiwen, 3, pp. 1065-1070.

« L’année dernière, l’épidémie (fengwen) n’a laissé aucune famille indemne, cette année, l’épidémie s’est à nouveau répandue partout et, dans les villages, le nombre de bœufs et de moutons tués est immense. Progressivement dans les villes et les cantons, les terrains ne sont plus labourés. Les paysans et les ouvriers ont subi les conséquences de ce fléau. Les commerçants ont été particulièrement touchés. Les finances des gens pauvres sont épuisées. Comment peut-on subir de telles calamités ? Serait-ce par hasard la conduite morale médiocre de Ruzhao qui provoquerait la colère des dieux et des démons ? la conduite des affaires publiques de Ruzhao qui serait injuste ? ne cesserait-il pas de toucher des pots de vin ? ou enfin aurait-il des paroles acerbes et commettrait-il de fausses accusations et beaucoup d’autres crimes et fautes ? [...] Je vous prie humblement de cesser ces épidémies et de faire venir la paix, le bonheur et la bonne santé17. »

Notes

1 Série A, Légation de France à Pékin, vol. 449, Rapport sur le poste de Hoihao, 1923.

2 Le nombre de villes dotées de ce genre de service reste mal connu, les services les plus sophistiqués – le North Mandchourian Plague Prévention Service (1910-1911) et le Central Plague Prevention Bureau (1919)– sont confinés à la Mandchourie. Voir Benedict C-, « Policing the Sick : Plague and the Origins of State Medicine in Late Imperial China », Late Imperial China, 14, 2, 1993, pp. 60-77.

3 Voir successivement Luocheng xianzhi, 1937, zhengzhi ; Sanjiangxianzhi, 1946, shehui, cishan shiye et Foshan zhongyi xiangzhi, 1923, 7, cishan zhi.

4 Un Fit He zhong gong yiyuan, l’hôpital public chinois du riche He, est construit en 1925 grâce à la collecte par des souscriptions des marchands de trois sous-préfectures. L’Association charitable de Pingle, Pingle cishan hui, fondée en 1921 par une personne privée délivre tout au long de l’année des soins, des médicaments, des vaccinations antivarioliques et installe des dispensaires médicaux et des maternités de type occidental. À Yongning, le Pingnan shantang, fondé en 1926, délivre les soins médicaux et pratique les vaccinations antivarioliques, et le Puji liu yiyuan est né de la fusion en 1924 de trois établissements charitables privés. À Longzhou, le consul français rapporte la construction en 1926 d’un hôpital chinois fondé par les commerçants de la ville. Voir He xianzhi, 1934, 2, shehui ; Pingle xianzhi, 1940, 2, shehui ; Yongning xianzhi, 1937, 4, shehui et GGI.dos.39010, lettre du consul Robert au Gouverneur général de l’Indochine, 29/5/1926.

5 Leung A. Ki Che, « Organized Medicine in Ming-Qing China State and Private Medical Institutions in the Lower Yangzi Région », Late Imperial China, 8, 1, 1987, pp. 134-166, p. 147, note 53.

6 La Chine ne compte en 1921 qu’un lit d’hospitalisation pour 26 640 habitants. Balme Harold, China and Modern Medicine, A Study in Medical Missionary Development. p. 77.

7 L’émergence ces quinze dernières années d’études sur le rôle de la médecine scientifique dans l’expansion impérialiste européenne permet de souligner les similitudes ou la spécificité de l’expérience française en Chine du Sud.

8 GGI.dos.40930, lettre du consul Leurquin de Haikou au gouverneur général de l’Indochine, 3/4/1925.

9 Pour le Congo belge, voir Lyons M., dans D. Arnold, Imperial Medicine and Indigenous Societies, pp. 105-124. En Algérie, les médecins français n’ont d’autre alternative que de « convaincre ou contraindre » les Algériens à se faire vacciner, eux qui, victimes de spoliations et d’humiliation dans un contexte de conquête, regardent avec méfiance ces procédés soi-disant bénéfiques. Voir TURIN Y., Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale, pp. 341-346.

10 La vaccination antivariolique remplace les pratiques ancestrales de variolisation dans certaines grandes villes : le Dr Dupuy signale en 1911 que la vaccination est très populaire à Canton et que la pratique de la variolisation est presque totalement abandonnée, même dans les campagnes environnantes ; en 1914, le médecin en poste à Kunming note que la vaccination remplace progressivement la variolisation. En revanche, dans les campagnes, la variolisation est toujours très utilisée. Le médecin en poste à Mengzi constate, en 1923, que les Chinois la pratiquent encore et que les séances de vaccination sont très peu fréquentées. Quant au docteur Lasnet, envoyé au Guangxi par la Société des Nations en 1938, il constate que la variole existe partout à l’état endémique, surtout dans les campagnes où la pratique de la vaccination n’a pas encore pénétré.

11 Série A, Légation de France à Pékin, vol. 449, rapport sur le poste de Hoihao 1925.

12 Pour Canton, voir OLDT F., « Scientific Medicine in Kwangtung », Chinese Medical Journal, 48, 1934, pp. 663-671 et pour Kunming, Kunming shizhi, 1924, cishan shiye.

13 Partout en Chine, on constate, au début des années 1930, une expansion des maladies vénériennes et de la tuberculose, une grande fréquence des maladies gastro-intestinales souvent létales, une mortalité infantile très élevée due en grande partie au tétanos infantile et à la variole. Une enquête conduite en 1937-1938 par la SDN au Guangxi et au Guangdong confirme l’existence d’un climat sanitaire catastrophique où s’enchaînent des épidémies de maladies infectieuses : la variole pendant la saison froide, le choléra pendant la saison chaude, le paludisme surtout au printemps et en automne. Le taux de mortalité sur les chantiers de chemin de fer Tonkin-Nanning, est alors de 16 pour 1000, chiffre qui ne comprend pas les travailleurs qui, tombés malades sur les chantiers, vont mourir dans leurs villages ou sur la route du retour. En 1932, plus de trente sous-préfectures du Yunnan sont contaminées par le paludisme, avec des taux de contamination extrêmement élevés comme dans la sous-préfecture de Yunxian où, dans certains villages, 99 % des habitants sont porteurs de l’hématozoaire. Les indices de splénomégalie et de plasmodie pour Simao, Yuanjiang, Shiping, Hekou, Ning’er, Yunxian, Shunning, Wanding, Mangshi, Zhefang sont révélateurs d’une situation sanitaire très perturbée. TIAN Jingguo, Yunnan yiyao weisheng jianshi (Brève histoire de la médecine et de l’hygiène au Yunnan), pp. 135-140 ; voir les sources de Lamson H. D, Social Pathology in China, p. 353, p. 328 et l’étude de Yip Ka-Che, « Science, Medicine, and Public Health in Twentieth Century, China », Social Science and Medicine, 16, 1982, pp. 1197-1205 et SOM. NF.dos.1017, Rapport du Dr Lasnet, directeur de la mission anti-épidémique de la SDN, Nanning, 1938.

14 Série A, Légation de France à Pékin, vol. 449, rapport 1926.

15 Long’an xianzhi, 1934, 3, fengsu.

16 Pingle xianzhi, 1940, 2, shehui, mixin, p. 88.

17 Jingdongxianzhi, 1923, yiwen, 3, pp. 1065-1070.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search