Version classiqueVersion mobile

La santé en Chine du Sud (1898-1928)

 | 
Florence Bretelle-Establet

Chapitre 2. Un climat sanitaire préoccupant

Texte intégral

Une triste réputation légendaire

1Depuis presque toujours, la Chine du Sud est entachée d’une mauvaise réputation sanitaire. En 225, Zhuge Liang (181-234), conseiller politique du fondateur Liu Bei du royaume Shu-Han, décide d’une expédition armée contre les minorités ethniques du Yunnan. À peine a-t-elle franchi le Jinshajiang, fleuve qui sépare le Yunnan du Sichuan et est-elle entrée au Yunnan, que l’armée est décimée par des fièvres malignes.

  • 1 Li Yaonan, « Yunnan zhangqi (nueji) liuxing jianshi » (Histoire brève des épidémies de paludisme au (...)

2En 754, une expédition comprenant 70 000 soldats contre le royaume de Nanzhao, dans la région de Dali, échoue : « Les soldats victimes des miasmes et de la famine meurent à un rythme de sept à huit sur dix1. »

  • 2 Suishu (Livre des Sui), Section Géographie dili, 26. Cité dans la chronique Yangjiang xianzhi, 1925 (...)

3La macro-région du Lingnan est soumise à pareilles hécatombes et ne jouit pas d’une meilleure réputation. Sous la dynastie des Sui (589- 618), l’humidité est tenue responsable des miasmes qui sévissent dans de nombreuses régions du Guangdong et du Guangxi : « Plus de vingt sous-préfectures du Lingnan ont le sol détrempé [...] et toutes sont touchées par les maladies miasmatiques2. »

  • 3 Fan Chengda, (Song), Guihai yuheng zhi, cité dans de nombreuses chroniques du Guangxi et du Guangdo (...)

4À l’époque des Song, les villes du Guangxi et du Guangdong réputées pour leurs miasmes sont encore plus nombreuses : « Dans les Deux Guang, seule Guilin est indemne de miasmes. À partir de cette ville, en direction du sud, partout ce sont des districts miasmatiques3. »

  • 4 Voir les références historiques extraites par les auteurs suivants : Li Yaonan, « Yunnan zhangqi (n (...)

5Anciennes et nombreuses sont les références témoignant bien d’un climat désastreux perçu dangereux dans les provinces méridionales de la Chine4.

6À la fin du xixe siècle, tous les observateurs qui parcourent le Yunnan, le Guangxi et le Guangdong sont d’accord : la région est sinistrée. Du côté chinois, les prières, adressées en 1823 au Dieu des Murs et des Fossés par Cheng Hanzhang, alors gouverneur de la province du Jiangxi, pour que les épidémies cessent au Yunnan, témoignent avec force de ce climat sanitaire préoccupant :

  • 5 Soit en 1789.
  • 6 Jingdong xianzhi, 1923, yiwen, 3, pp. 1065-1070.

« C’est à partir de l’année yiyou de l’ère Qianlong5 [...] que les épidémies n’ont cessé de faire des ravages de façon harcelante pendant trente-cinq ans. [...] Pour neuf qui meurent, un seul survit. Le fléau se lève et, en un instant, il gagne toutes les directions ne laissant tranquille aucune famille. À la fin de l’été et au début de l’automne, chaque foyer connaît la cruauté de la séparation. Les cadavres et les cercueils sont répandus dans les champs, une odeur putride emplit le ciel. [...] En tout soixante-quatorze sous-préfectures furent touchées. On ne sait pas combien il y a eu de morts, des centaines de milliers, hélas ! Le fléau s’abat sur les vieillards et sur les enfants, quel malheur ! et provoque la terreur des hommes et des femmes. [...] Les lettrés, les paysans, les commerçants, tous ont abandonné leur profession. Ce n’est plus possible de vivre dans une telle misère et mélancolie6. »

  • 7 Lettre commune des Missions étrangères de Paris, 1862, p. 18.

7Les missionnaires des Missions étrangères de Paris qui sillonnent le Yunnan depuis la fin de la première moitié du xixe siècle, le Guangxi et le Guangdong depuis les années 1860, rapportent combien le climat sanitaire, s’ajoutant au manque de personnel et aux persécutions, rend leur tâche difficile : à peine quelques Chinois sont-ils convertis, qu’un fléau, accompagnant disettes et troubles militaires, s’abat sur la région et emporte les quelques familles chinoises si difficilement christianisées. En 1862, en pleine rébellion musulmane, l’un d’eux décrit la situation catastrophique qui règne au Yunnan : « Après le départ des Barbares, nous avons été visités par la disette [...] ensuite par la peste. [...] Nous avons perdu 250 chrétiens. Des districts ont perdu la moitié, d’autres les deux tiers de leur population7. »

  • 8 Lettre commune des Missions étrangères de Paris, 1891, p. 110.

8Quelque trente ans plus tard, la situation au Yunnan ne s’est pas améliorée : « Au commencement de l’année, la fièvre typhoïde fit de nombreuses victimes, surtout parmi les païens. Puis vint l’influenza, à laquelle succéda la petite vérole noire, s’attaquant de préférence à la jeunesse et à l’enfance. La dysenterie rouge, apparaissant ensuite, fit de l’âge mur son principal objectif8. »

  • 9 GGI.dos.28465, lettre du vice-consul de Mongtzeu du 6/8/1898 et Dr Delay, « Yunnan, géographie médi (...)

9À leur arrivée en poste, les médecins français rapportent que le climat sanitaire est mauvais et Bons d’Anty, consul à Simao, signale qu’au cours d’une excursion dans la vallée du Mékong, en 1897, il perdit trois hommes sur les huit qui l’accompagnaient ; la même année, et sur le même parcours, le daotai (chef de la circonscription) en perdait trente-six, soit le tiers de son escorte9.

Descriptions chinoises

Quels mots pour quels maux ?

  • 10 Harant H., Delage A.. L ’Épidémiologie, pp. 16-22 et pp. 87-98.

10Observateurs étrangers et chinois s’accordent à décrire un univers particulièrement périlleux, et tous ont laissé des sources qui en font état. Malgré la richesse de celles-ci, évaluer l’état sanitaire de la Chine du Sud à la veille de 1930, selon les règles de l’épidémiologie, reste impossible. L’épidémiologie exige des dispositifs complexes, des infrastructures sanitaires denses et homogènes et, au cours des vingt premières années du xxe siècle, aucune source, chinoise ou occidentale, n’a valeur d’enquête épidémiologique10.

  • 11 Georges Devereux décortique les modèles de pensée primitifs et animistes qui conduisent les Sedang (...)
  • 12 L’anthropologie médicale et l’ethnopsychiatrie, en défrichant chaque nouveau terrain, décortiquent (...)

11Dans les sources chinoises, l’usage de nosologies chinoises préscientifiques pose un problème majeur : celui de l’identification des entités chinoises dans une classification biomédicale des maladies. L’histoire des maladies se heurte en effet au problème classique de leur identification. Chaque société a ses façons de percevoir et de désigner les maladies ; chaque société a ses façons d’expliquer l’origine et les processus d’une maladie, ces « formulations théoriques influencées par des modèles culturels de pensée » selon les termes de Devereux11 ; enfin, chaque société établit ses propres critères de ressemblance pour regrouper par un concept ou un paradigme des états pathologiques qui, à ses yeux, forment un ensemble cohérent12. Les observateurs chinois de la fin du xixe siècle n’y dérogent pas et les classifications qu’ils emploient pour rendre compte du climat sanitaire sont hautement problématiques.

  • 13 Dunstan H., « The Late Ming Epidemics : A Preliminary Survey », Ch’ing-shih Wen-t’i, 3, 3, 1975, pp (...)

12Si le caractère yi, très fréquent dans les sources historiques chinoises, et en particulier dans les sources méridionales du xixe siècle, évoque, incontestablement, une maladie fulgurante et hautement contagieuse, les sources sont généralement trop avares de descriptions pour identifier une pathologie précise : peu de symptômes et des indications floues sur la mortalité. Les expressions rensi wusuan ou sizhi wusuan, traduisibles par « les morts sont innombrables », sont souvent les seuls indices démographiques que peut utiliser l’épidémiologiste en quête de chiffres. L’identification des maladies désignées par ce caractère est donc malaisée13.

  • 14 Grmek M., Les Maladies à l’aube de la civilisation occidentale.
  • 15 Pour Jacques Gernet, c’est cette multiplicité de sens et d’emplois, qui proviennent d’époques diver (...)
  • 16 Pour des explications supplémentaires sur l’histoire de l’entité huoluan, voir Yu Yunxiu, « Liuxing (...)

13L’emploi de caractères spécifiquement médicaux évoquant une entité nosologique plus restreinte comme nüeji, douzhen, tianhua ou huoluan, doit être manié avec autant de prudence. Ces caractères traduisent aujourd’hui dans le répertoire biomédical des maladies, des entités nosologiques précises : le paludisme, la variole et le choléra. Mais sans analyse biochimique, le nüe diagnostiqué chez un patient du xixe siècle ne correspond pas forcément au nüe tel qu’il est défini par la biomédecine. De plus, la continuité d’un terme spécifique pose les problèmes de glissements sémantiques évoqués par M. Grmek dans l’histoire des maladies en Grèce classique à propos des termes lepra et elephantiasis14. Pratiquement inchangés pendant des millénaires, les caractères chinois ont pourtant enregistré, au cours des âges, un nombre sans cesse croissant de significations15. Et des historiens chinois ont mis au jour des phénomènes de glissement sémantique pour certains termes médicaux chinois. À titre d’exemple, le terme chinois huoluan est employé pour toutes sortes d’affections digestives courantes avant de désigner aussi le véritable choléra introduit en Chine à partir de 1820, lors de l’épidémie mondiale de 1817-182316.

  • 17 Despeux C., Obringer F., La Maladie dans la Chine médiévale, la toux, p. 20.
  • 18 Guipingxianzhi, 1920, 38, Yishu zhuan, biographie de Huang Daozhang.

14Certaines catégories chinoises de maladies sont particulièrement difficiles à identifier car elles n’ont aucun équivalent dans la conceptualisation occidentale des maladies. Que comprendre en effet des états pathologiques que la médecine chinoise relègue dans le champ des maladies shanghan, « blessure par le froid », wenbing, « maladies tièdes », gu, « vermine » ou encore fengbing, « maladies du vent » dont C. Despeux rappelle qu’ils peuvent varier du simple refroidissement aux hémiplégies et comas17 ? Les descriptions symptomatiques, les explications physiopathologiques d’une affection ou encore les ingrédients thérapeutiques prescrits dans les traités médicaux chinois ne sont pas d’un grand secours pour tenter une adéquation avec les entités nosologiques biomédicales : le regard et le discours médical chinois s’articulent autour de déviances qui ne sont pas significatives aux yeux d’un médecin occidental. À quel mal occidental peut-on apparenter celui qui frappait un certain Mo, habitant de la sous-préfecture de Guiping, dans la seconde moitié du xixe siècle ? Aucun doute pour le médecin Huang Daozhang qui, à peine l’avait-il vu, lui conseillait de se faire soigner au plus vite. Incrédule, Mo n’avait pas suivi ses conseils et était tombé malade. Il alla trouver Huang pour lui demander des explications sur sa clairvoyance : « J’ai vu votre visage et vos yeux verts et sans éclat, et tout particulièrement entre le front et les lèvres, cela signifiait que vos reins allaient cesser de fonctionner18. »

15À quelles catégories nosologiques biomédicales peut-on encore apparenter ces cinq maladies qui reviennent sans cesse à Zhaoping, sous-préfecture du Guangxi, au point de caractériser, semble-t-il, la pathocénose de cette localité en 1934 ?

  • 19 Zhaoping xianzhi, 1934, 8, zazhi.

« Au cours d’une année, il y a cinq miasmes (zhang) qui se relaient de façon brutale parmi les hommes : c’est le miasme chaud (zhangre), le choléra tiède (huoluan nuan), le nüe avec massé abdominale (nüe fuzhang), la flaccidité aux membres inférieurs (Jiaoqi) et la diarrhée splénique (pixie)19. »

16Enfin, la diversité des dialectes dans un pays aussi grand que la Chine ne facilite pas le travail d’identification. Certains termes ont pu prendre localement un sens particulier. Tel semble être le cas du zhang si souvent mentionné dans les sources locales. Le zhang est-il un mal local ? le zhang est-il une expression locale d’un mal nationalement appelé nüe, ou une forme plus sévère du nüe et circonscrite au sud de la Chine ?

17Les avis des plus grands auteurs chinois sont en effet partagés. Pour Chao Yuanfang (550-630), le zhang n’est pas parfaitement substituable au terme nüe, il représente une forme plus grave du nüe, localisée à la région du Lingnan :

  • 20 chao Yuanfang, Zhuhing yuanhou lun, « Shan zhangnüe », section 11, passage cité dans Li Jingwei, «  (...)

« Cette maladie prend naissance au sud des montagnes Ling (Lingnan), elle porte le souffle miasmatique des montagnes. Elle se manifeste par une fièvre avec frissons, avec des temps de pause et d’activité. [...] Cette maladie est plus grave que le nüe dont on reçoit la blessure en chaleur caniculaire20. »

  • 21 Li Jingwei, « Nueji shi shuyao » (Exposé sur l’histoire du paludisme), Zhongyi zazhi, 8, 1963, pp.  (...)

18Pour Wang Tao (702-772), médecin de la dynastie des Tang, le terme zhang employé dans le sud de la Chine équivaut au contraire au terme nüe, il ne s’agit pour lui que d’une différence de langage et non de sens21. En 1609, Zheng Quanwang, dans un ouvrage qu’il consacre au zhang, invite pourtant à distinguer les deux entités et souligne la gravité du zhang :

  • 22 Ziieng Quanwang, Nüeji zhinan (Principes de la maladie nüe), cité dans Li Jingwei, « Nüeji shi shuy (...)

« Le zhang n’est pas comme les autres formes de nüe qui, lorsqu’elles se retirent, laissent l’homme serein. 11 n’est pas comme les autres formes de nüe qui ont des périodes de repos et d’activité bien déterminées22. »

  • 23 Lechang xianzhi, 1931,qihou.

19À la fin du xixe siècle, les avis sur l’équivalence des termes sont toujours partagés. L’auteur de la chronique de Lechang, dans la province du Guangdong, associe les deux termes : « Au septième et huitième mois, il y a du lanzhang, qui est en fait du nüe23. »

  • 24 Long’an xianzhi, 1934, qihou.

20En revanche, l’auteur de la chronique de Long’an invite à distinguer les maladies zhang et nüe, survenant à des époques différentes : « Au quatrième, cinquième et sixième mois, les miasmes vaporeux (lanzhang) font beaucoup de cas de maladies chaudes (reji), au dixième mois, au moment des orages, les gens sont souvent malades de nüe24. »

  • 25 Cunningham A., « Transforming Plague : The Laboratory and thc Identity of Infections Disease », The (...)

21Un diagnostic rétrospectif est donc malaisé. Les sources médicales, littéraires ou historiques, offrent des possibilités d’erreur et les connaissances en matière médicale ont progressé au point qu’il est difficile de n’attribuer qu’une seule maladie à des descriptions symptomatiques anciennes. Ainsi, même en présence d’un faisceau d’informations convergeant vers l’identification d’une maladie, comme la saison, les descriptions symptomatiques, le taux de contagion ou de mortalité, à moins de recourir à la paléopathologie pour retrouver sur les ossements des lésions caractéristiques ou pratiquer des tests de laboratoire25, il est impossible d’affirmer a posteriori de façon sûre et certaine l’entité biomédicale d’une affection.

22En dépit de leurs limites, ces sources demeurent intéressantes : elles offrent une vision des principaux fléaux qui préoccupent à la fin du xixe et au début du xxe siècle les observateurs chinois.

Yi et zhang : les deux fléaux de la Chine du Sud

23Les rédacteurs chinois de chroniques locales de la fin des Qing dépeignent la région d’une manière qui la rend effrayante. Deux fléaux, en particulier, retiennent leur attention : le yi et le zhang.

  • 26 Shunde xianzhi, 1854, 27, liezhuan, Foshan zhongyi xiangzhi, 1923, 14, renwu, 8, yishu. Dan xianzhi(...)

24À côté de ces deux grands fléaux, certaines chroniques témoignent de la virulence d’autres maladies : dans le Guangdong, les biographies de Huang Tingju, de Weng Zhongren, de Jin Tianwei ou encore de Li Runguang témoignent de la virulence d’épidémies de variole, sous les ères Tongzhi et Guangxu26. La biographie de Feng Xinlan, médecin de la seconde partie du xixe siècle, dans la région de Foshan, nous renseigne sur l’introduction de la maladie baihou, que les historiens chinois font coïncider avec l’entité nosologique occidentale de la diphtérie et sur l’ampleur de sa contagion :

  • 27 Préface écrite en 1900 par Liang Xilei pour le livre de Feng Xinlan, Foshan zhongyi xiangzhi. 15, y (...)

« La maladie baihou est une maladie que les livres anciens ne mentionnaient pas et qui se voit depuis seulement une trentaine d’années, sous la forme d’épidémie de maladie chaude. Les gens tombent très vite malades, la contagion est virulente, si l’on ne connaît pas son origine, et si l’on prescrit les médicaments courants pour les affections de la gorge, on ne triomphe pas de la maladie... Elle était très virulente dans le nord de la province. Récemment elle s’est introduite dans le sud de la province. [...] Ceux qui ont été emportés sont très nombreux...27 ».

25La référence au yi et au zhang est cependant beaucoup plus constante. Signalés systématiquement dans des chapitres bien distincts de la chronique locale, les caractères yi et zhang ne recouvrent pas des entités nosologiques identiques. Le yi, décrit comme fulgurant, atteignant beaucoup de monde en peu de temps, est toujours signalé au chapitre des faits exceptionnels ; le zhang, dépeint comme un mal prévisible, souvent saisonnier et circonscrit à une localité, est toujours signalé au chapitre de la géographie.

  • 28 Benedict C., Bubonic Plague in Nineteenth-Century, China, 1996.

26On doit à Carol Benedict28 une étude très fouillée sur la première entité nosologique désignée en chinois par le caractère yi. En confrontant les sources chinoises des Qing, qui signalent pour certaines d’entre elles l’apparition de symptômes particuliers, aux premiers témoignages occidentaux, au début des années 1870, en s’aidant surtout des connaissances épidémiologiques et de la géographie médicale, C. Benedict affirme que l’entité nosologique désignée par le caractère yi en Chine méridionale au xixe siècle correspond à la peste bubonique, maladie infectieuse transmise à l’homme par la puce du rat, infestée par le bacille de la peste. C. Benedict a montré l’accroissement d’épisodes épidémiques dans le sud de la Chine en deux vagues : à partir des années 1770 jusque dans les années 1827, puis à partir des années 1850. De 1772 à 1827, les sources chinoises, qu’elle a minutieusement dépouillées, attestent la progression d’épidémies en différentes parties du Yunnan. Des épidémies qui semblent partir de Lijiang, où sont centralisées les transactions de thé récolté à Pu’er et acheminé vers le Tibet, gagnent progressivement Dali et Kunming. De là, elles se diffusent le long des voies commerciales qui relient la capitale du Yunnan vers l’est, le nord-est et le sud du Yunnan. Cette expansion est imputable, selon elle, à des changements économiques et sociaux importants dans la province : l’intensification de l’exploitation des mines de cuivre à partir de 1723 et la forte immigration. L’accroissement fort de la population, l’urbanisation rapide et l’aménagement de routes pour le commerce favorisent l’expansion d’épidémies dans une population plus dense sur de plus longues distances. Entre 1830 et 1850, les chroniques locales attestent une accalmie de l’épidémie que Carol Benedict impute au déclin économique du Yunnan et à la réduction de l’immigration. Une seconde vague d’épidémies déferle pourtant au début des années 1850. En l’espace de quarante-quatre ans, de 1854 à 1898, des épidémies sont mentionnées près de deux cents fois en différentes parties du Yunnan, suggérant une extension de l’épidémie du Yunnan occidental périphérique vers la partie orientale et plus centrale de la province. Pour C. Benedict, cette seconde vague épidémique est favorisée par la rébellion des Musulmans (1856-1873) et par les mouvements de la population civile et militaire. L’épidémie franchit alors les frontières du Yunnan. Certaines chroniques du Guangxi et du Guangdong mentionnent en effet l’apparition dès 1860 d’épidémies le long des différentes routes commerciales qui relient le Yunnan à la côte méridionale : la Rivière de l’Ouest par Baise et Nanning – très fréquentée à partir de la seconde moitié du xixe siècle par les commerçants cantonnais qui viennent chercher dans le Yunnan une production locale d’opium moins onéreuse que l’opium importé –, la route terrestre, sillonnant le Guangxi jusqu’à Nanning puis s’orientant au sud vers Qinzhou jusqu’au port de Beihai et la route du Fleuve rouge jusqu’à Haiphong. Selon C. Benedict, l’accroissement du commerce d’opium entre le Yunnan et la région du Lingnan, les opérations militaires entre soldats et derniers rebelles Taiping confinés dans le Guangdong occidental et le Guangxi ont contribué à l’expansion de l’épidémie du Yunnan vers la région du Lingnan. Du port de Beihai, l’épidémie gagne l’île de Hainan, la péninsule de Leizhou, délaissant pour un temps la route fluviale Nanning-Canton, peu avantageuse pour les marchands, en raison des nombreux postes de douane récemment établis. De Leizhou, l’épidémie gagne l’intérieur du Lingnan. C’est ainsi que progressivement toute la région du Lingnan est atteinte et qu’éclate de façon spectaculaire l’épidémie de 1894 à Canton et à Hongkong. De là, la peste se propage dans le monde entier, et en premier lieu sur la côte orientale chinoise (carte 5).

27Outre ces épidémies de yi fulgurantes, le zhang ravage lui aussi insidieusement la santé publique. La cartographie des régions du Yunnan dites zhangqu dans la chronique générale du Yunnan de 1901 montre que la partie méridionale du Yunnan, qui comprend les sous-préfectures limitrophes de la Birmanie, soit Tengyue, Baoshan, Shunning, celles situées entre le Fleuve rouge et le Mékong, soit Pu’er, Zhen Yuan et Yuanjiang, et les sous-préfectures orientales de Lin’an, Kaihua et Guangnan, limitrophes du Nord Vietnam et du Guangxi, sont profondément touchées par le zhang (carte 6), un fléau dont l’identification est problématique.

  • 29 He xianzhi, 1934, 10, zaji. Levin, principe opposé et complémentaire du rang, évoque l’ombre, le ve (...)

28Les adjectifs qualificatifs qui sont généralement accolés au terme zhang font allusion à la forte nébulosité tropicale de ces régions, à la brume montagneuse (lan), ou au halo vaporeux (yan), et attestent une croyance largement partagée : le brouillard, l’humidité sont étroitement liés à la maladie. « Le zhang naît dans cette atmosphère troublée et humide (yin) des montagnes Ling29. »

  • 30 Xu Yunnan tongzhi gao, 1901, dili zhi, Yimen xian.
  • 31 Xu Yunnan tongzhi gao, 1901, dili zhi, Jianshui xian.

29Les sources chinoises insistent sur le caractère saisonnier de la maladie : c’est essentiellement en été et en automne que se réveille le zhang. Ainsi, dans les environs de Yimen, au sud-est de Kunming ou à Jianshui : « À Chongshan, à Yayi, en été et en automne, il fait une chaleur extrêmement chaude et moite. Là où il n’y a pas de vent, le zhang attaque les hommes30. »« La chaleur y est comme de la vapeur, en été et en automne il y a du zhang31. »

  • 32 Xu Yunnan tongzhi gao. 1901, dili zhi, Baoning xian.

30Dans certaines régions, le zhang peut commencer au printemps ; en revanche il disparaît l’hiver. Tel est le cas à Baoning, au sud-ouest du Yunnan : « Aux trois saisons il y a du zhang qui disparaît en hiver32. »

31Dans certaines régions de la province du Guangdong, l’île de Hainan en particulier, ou dans celles du Yunnan qui avoisinnent la Birmanie, la maladie est cependant signalée toute l’année, mais sous des formes plus ou moins légères et accompagnées de pronostics plus ou moins graves. Dans la chronique de la sous-préfecture de Pingle, on peut lire :

  • 33 Pingle xianzhi. 1937, qihou.

« Il n’y a pas une saison sans zhang. Au printemps, c’est le zhang herbe verte, en été, c’est le zhang prunier jaune. Au sixième et septième mois, c’est le zhang nouvelle céréale et au huitième et neuvième mois, c’est le zhang roseau jaune, le pire, selon les gens de la région33. »

32Les chroniques de Yongchang, de Xinping et de Simao localisent la maladie : le zhang sévit à proximité des fleuves.

  • 34 Yongchang fuzhi, 1886, qihou, Xu Yunnan tongzhi gao. 1901, dili zhi, Xinping xian et Xu Yunnan tong (...)

« Dans la région de Baoshan, en amont et en aval du fleuve Kukc, là où la chaleur est extrême, il y a du zhang et les voyageurs n’osent pas y séjourner. »
« Dans les endroits qui bordent le fleuve, il y a souvent du yanzhang. »
« À Nanla, Nan’e et dans la région qui borde les deux fleuves, le lanzhang est particulièrement virulent34. »

Carte 5. DIFFUSION DE LA PESTE DU YUNNAN AU GUANGDONG D’APRÈS LES TRAVAUX DE CAROL BENEDICT.

Carte 5. DIFFUSION DE LA PESTE DU YUNNAN AU GUANGDONG D’APRÈS LES TRAVAUX DE CAROL BENEDICT.
  • 35 Xu Yunnan tongzhi gao, 1901, dili zhi, Zhenbian ting.

33L’étiologie de la maladie est pour les uns liée aux phénomènes climatiques, comme à Zhenbian, au Yunnan : « Entre l’été et l’automne, il y a de la pluie qui déclenche le zhang35. » Mais pour beaucoup d’autres, et en particulier chez les auteurs du Guangdong et du Guangxi, c’est la floraison odoriférante de l’osmanthe ou de l’aréquier qui provoque la maladie. L’auteur de la chronique de Yazhou, au sud de l’île de Hainan, rapporte en effet :

  • 36 Ya zhouzhi, 1914, qihou.

« Quand on pénètre dans une forêt luxuriante, le zhang odorant des fleurs est particulièrement féroce. Celui qui passe et qui sent une odeur singulière doit sortir de la forêt, un parfum comme celui de l’osmanthe ou du chrysanthème a un poison qui entre facilement dans l’homme. [...] C’est seulement dans les marais des montagnes que se forme un parfum très fort, qui s’exhale ardemment, et là le zhang se développe. Le souffle (qi) de ce zhang est dans les marais des montagnes, ce n’est pas un phénomène de climat36. »

34Les sources chinoises donnent peu d’indications sur les symptômes de la maladie. La chronique de Tengyue rapporte seulement : « Mis en contact ou après absorption, le ventre fait mal, gonfle et on délire deux fois sur dix. »

35La chronique de Yazhou, dans l’île de Hainan, signale : « Ya se trouve dans une région chaude et humide. On trouve du zhangqi seulement chez les Li. A peine est-on entré dans cette région que l’on attrape le froid-chaud. »

36Les pronostics, eux aussi, divergent. Le zhang est tantôt présenté comme une longue maladie qui épuise et anémie les corps :

  • 37 He xianzhi, 1934, 10, zaji, p. 438.

37« Au début, on a envie de boire de l’alcool brûlant pour aider le sang et le souffle à repousser ce miasme. Mais à force, c’est l’épuisement et le corps est vidé xu ; on a beau boire de l’alcool, on ne peut pas repousser le zhang37. »

  • 38 Longling xianzhi. 1917, Yiwen, texte de Zhao Jinsheng.

38Tantôt il est décrit comme fulgurant et tuant beaucoup, en peu de temps : « Longling est une région chargée de miasmes zhangxiang. A chaque été et à chaque automne, les gens qui succombent aux miasmes zhang sont au nombre de six ou sept sur dix38. »

  • 39 Zhaoping xianzhi, 1934, 8, zaji, p. 219.

39Il est difficile avec ces éléments d’esquisser un tableau clinique bien spécifique. Les observateurs chinois, eux-mêmes, déplorent la coutume des méridionaux qui consiste à appeler zhang toutes les maladies : « Les gens du Sud, quelle que soit leur maladie, appellent zhang tout et n’importe quoi39. »

40Cependant, certains caractères communs demeurent. Le zhang est surtout signalé en été et en automne – saisons qui conjuguent une chaleur modérée et une humidité élevée dans le sud de la Chine –, à proximité des fleuves ou des marais, et peut donner des signes cliniques divers : alternance de sensations de froid et de chaud ; douleurs abdominales, gonflement du ventre, délire ; désir de boire de l’alcool et épuisement, à long terme, du corps ; parfois même mort subite.

  • 40 Ann O’ Fel, Parasitologie, Mycologie, pp. 24-35 et PlLLY E., Maladies infectieuses, pp. 386-395.

41L’ensemble de ces éléments fait penser au paludisme. L’historien Li Yaonan avançait déjà en 1954 que le zhang recouvrait dans 90 % des cas l’entité biomédicale du paludisme. Maladie parasitaire due à des hématozoaires du genre plasmodium transmis d’un sujet malade à un sujet réceptif par l’intermédiaire d’un moustique vecteur, l’anophèle femelle, le paludisme se manifeste par de la fièvre intermittente, une sensation de froid avec frissons intenses entraînant des tremblements, de l’anémie, une splénomégalie (gonflement de la rate), une altération de l’état général parfois sévère. Non traité, l’accès palustre se répète et l’allure clinique des accès est caractéristique de l’espèce plasmodiale en cause. Le plasmodium vivax donne une fièvre intermittente de type tierce, avec accès tous les deux jours ; le plasmodium falciparum donne une fièvre tierce dite maligne, avec céphalées intenses, agitation et qui, entre deux clochers thermiques, ne revient pas à la normale. Un accès palustre à plasmodium falciparum peut tourner à l’accès pernicieux, caractérisé par une fièvre très élevée, un coma d’intensité variable, une splénomégalie, un subictère avec anémie40.

42Les témoignages des médecins français et les premiers résultats d’enquêtes épidémiologiques chinoises confirment, nous le verrons, cette hypothèse.

Descriptions occidentales

43L’arrivée, à la fin du xixe siècle, de médecins occidentaux capables d’utiliser dans leurs diagnostics une sémiologie clinique et biologique nouvelle et d’identifier les maladies dans un langage qui nous est proche, permet d’identifier certaines maladies. La connaissance qu’ils ont de leur environnement, toujours susceptible de les amener à de nouvelles découvertes, se veut minutieuse et mesurée. Leurs observations et les recherches qu’ils publient parfois dans la presse médicale sont donc extrêmement précieuses.

  • 41 En fait, même en Indochine, la première loi de 1902 n’est pas respectée. Il faut attendre deux nouv (...)
  • 42 GGI.dos.42527, épidémie de scarlatine à Yunnanfou, 1922.

44Néanmoins, ces sources ne sont pas parfaites : envoyés principalement en Chine méridionale pour informer l’Indochine des risques épidémiologiques, les médecins militaires sont avant tout soucieux d’étudier l’apparition des grands fléaux qui menacent directement l’Indochine, comme la peste et le choléra. L’absence ou l’existence partielle de données sur d’autres maladies ne doivent donc pas conduire à considérer que ces maladies ne sont pas survenues aux époques et aux lieux pour lesquels nous n’avons pas, dans ces sources précises, gardé de témoignages. Ensuite, à la différence de leurs confrères d’Indochine et de Guangzhouwan, véritable enclave coloniale étroitement liée aux politiques sanitaires de l’Indochine, les médecins militaires détachés dans les postes consulaires chinois rapportent bien l’apparition d’épidémies mais n’énumèrent ni les cas ni les décès consécutifs à une maladie contagieuse41. Des indications chiffrées sont rapportées dans des cas exceptionnels, lorsque une maladie contagieuse se propage de façon spectaculaire, comme ce fut le cas en 1921-1922 à Kunming, à l’occasion d’une épidémie de scarlatine ou à Gejiu lors de l’épidémie de choléra en 1918-191942.

  • 43 Ann O’Fel, Parasitologie, Mycologie, pp. 157-171.

45Enfin, pour modernes qu’elles soient, ces sources ne permettent pas d’affirmer la prévalence de certaines maladies dans les sociétés étudiées ni d’évaluer le degré d’endémicité d’une maladie comme le paludisme. L’épidémiologie moderne exige en effet de connaître deux paramètres : l’indice plasmodique (IP), pourcentage des sujets examinés ayant des hématozoaires dans le sang et l’indice splénique (IS), nombre de splénomégalies (hypertrophies de la rate qui traduisent dans le paludisme la phagocytose des hématies parasitées et du pigment palustre) par rapport à 100 sujets examinés. Selon la grandeur combinée de ces deux indices, il est alors possible de déterminer si le paludisme dans une région est hypo-endémique, méso-endémique, hyper-endémique ou holo-endémique43.

  • 44 GGI.dos.28455, Rapport du Dr Binard sur le fonctionnement du service médical consulaire de Mongtzeu (...)

46En 1907, le médecin Binard, soucieux de dépeindre l’environnement sanitaire « exotique » de Mengzi, avouait d’ailleurs son impuissance : « Il est intéressant de rechercher si, en dehors des maladies épidémiques, il existe une prédominance de certaines affections [...] c’est malheureusement une question d’appréciation personnelle44. »

Peste, choléra, variole : des fléaux fréquents dans les villes portuaires

  • 45 La pathogénèse fulgurante et la létalité de la peste, la forte contagiosité dans des milieux non hy (...)
  • 46 GGI.dos.40967, lettre du Dr Abbatucci au gouverneur général de l’Indochine, 6/5/1905.

47A leur arrivée en poste, le mal le plus régulièrement dénoncé par les médecins français est la peste. La régularité de la maladie en fait même oublier les aspects spectaculaires dont l’imaginaire collectif s’est pourtant nourri au fils des pandémies antérieures45. C’est une maladie que les médecins savent identifier avec certitude depuis 1894 et dont ils connaissent, depuis 1898, le mécanisme de transmission ; enfin, c’est une maladie qu’ils s’attendent « ordinairement » à rencontrer, au point de pouvoir anticiper les ruptures de stock de sérums anti-pesteux de Yersin et de lymphe de Hafkine, utilisés comme traitement préventif et curatif, en passant commande avant « la saison ordinaire » où les cas de peste se produisent46.

  • 47 M. Foucault, dans Surveiller et punir, pp. 228-233, montre les différents schémas que suscitent la (...)

48La peste est donc une maladie sur laquelle les sources françaises s’arrêtent particulièrement : elle entraîne, dans les ports d’escale entre l’Indochine et Hongkong la promulgation d’arrêtés destinés à empêcher l’arrimage de navires provenant de ports déclarés contaminés. Malgré les protestations des chambres de commerce et des compagnies d’armateurs, cette mesure, qui gêne naturellement les transactions commerciales, est censée sauvegarder la colonie indochinoise de ce fléau. Les arrêtés déclarant la contamination d’un port, les télégrammes décadaires en temps d’épidémie (la modernisation, en somme, des techniques de surveillance mises en place en France depuis le xviie siècle47), les demandes urgentes d’envoi de sérums et les rapports annuels des médecins permettent de faire un calendrier précis des épidémies de peste. Mais les médecins ne se contentent pas de signaler la peste. Ils rapportent au gouvernement général de l’Indochine les autres maux contagieux qui sévissent dans les villes et aux environs des postes consulaires et qui menacent l’Indochine : la variole et le choléra en font partie.

49La chronologie, établie à partir de leur témoignage, n’autorise pas une connaissance exhaustive de tous les endroits contaminés, mais permet seulement la connaissance d’un état sanitaire plus ou moins mauvais en certaines localités et montre que les grands fléaux qui ravagèrent l’Europe jusqu’au xixe siècle sont ici bien vivants.

  • 48 Le Dantec, « État de la santé publique au Yunnan », Bulletin de la Société médico-chirurgicale de l (...)
  • 49 GGI.dos.40901, lettre du médecin-chef Mouillac au consul, 6/9/1922, Yunnanfou.
  • 50 GGI.dos.32792, Rapport du Dr Vadon sur le poste consulaire de Yunnanfou en 1914.
  • 51 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Mouillac sur le poste consulaire de Yunnanfou en 1929.
  • 52 GGI.dos.32747, lettre du Dr Barbezieux au gouverneur général de l’Indochine, 1/7/ 1902, Mongtzeu.
  • 53 GGI.dos.65324, Rapport d’ensemble, poste de Mongtzeu, 1907, GGI.dos.4427, Rapport du Dr Strauss le  (...)

50Dans la capitale du Yunnan, à Kunming, les grandes épidémies, aux dires des médecins et consuls, sont rares dans les vingt premières années du xxe siècle : la peste a cessé de faire des victimes depuis 1895, le « vrai » choléra est inconnu et la typhoïde n’existe pas. Les régions périphériques ne connaissent pas le même calme. Un rapport de 1911, établi d’après les témoignages des caravanes qui circulent entre la capitale et la Birmanie, montre que la partie occidentale du Yunnan est encore fréquemment touchée par la peste48. Deux grandes épidémies sont néanmoins signalées à Kunming : en 1909, la diphtérie qui touche particulièrement les enfants ; en 1921-1922, la scarlatine, prise au départ pour de la diphtérie, emporte le cinquième de la population49. La variole existe bien dans la région de Kunming, mais, à l’exception d’une seule épidémie enregistrée en 1911 par le Dr Vadon en six ans de service, elle ne semble pas sévir à l’état épidémique50. De 1923 à 1929, le médecin en poste signale que la variole cause encore de très nombreux cas de morbidité dans la province et même à Kunming, où chaque année quelques cas sont encore constatés, mais il souligne que ces cas diminuent constamment en nombre et en gravité ; la maladie restant à l’état sporadique51. À Mengzi, la peste n’est plus signalée à partir de 190152. En 1907-1908, l’état sanitaire est même jugé très bon, faisant dire au médecin français en 191 I : « Les cas de maladies contagieuses nécessitant l’isolement sont assez rares dans la région [...] la population autochtone offre une morbidité faible et peu grave53. »

  • 54 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Jarland, poste consulaire de Mongtzeu, 1923.
  • 55 GGI.dos.41003, Rapport annuel du médecin-major Jarland, Mongtzeu, 1925.

51Non loin de là pourtant, dans le centre minier de Gejiu, une sévère épidémie de choléra éclate en 1918 et 1919, emportant 7 000 personnes d’une population estimée à 130 000 habitants54. En 1922, 1923 et 1926, les médecins soulignent l’absence d’épidémie à Mengzi. Quant à la variole, les médecins en poste ne mentionnent aucune véritable épidémie, mais plutôt l’éclosion chaque année, de cas sporadiques, « plusieurs cas au printemps55. »

  • 56 GG1.dos.40663, lettre du Dr Gouillon au gouverneur général de l’Indochine, le 28/7/ 1926.
  • 57 GGI.dos. 18889, lettre du vice-consul Hauchecorne au gouverneur général de l’Indochine, le 05/04/19 (...)
  • 58 GGI.dos.56104, lettre du vice-consul de Pakhoi, 15/8/1895.
  • 59 GGI.dos.40967, télégramme du vice-consul Guibert du 8/3/1909 et GGI.dos.4465, Rapport d’ensemble po (...)

52Dans la macro-région du Lingnan, la situation est différente : à Beihai, et dans les villes avoisinantes, comme Lianzhou, Qinzhou et la péninsule de Leizhou, la peste est signalée chaque année jusqu’en 1913, puis à nouveau en 1925 et 192656. En avril 1918, bien que non officiellement déclarée, le vice-consul demande l’envoi de 150 doses de vaccin antipesteux, pour prévenir le mal, « la saison ordinaire » de peste étant en général mars-juin57. Le choléra a également fait de nombreuses victimes dans la région en 1895 : mortel en très peu de temps, il cause le décès de quatre ou cinq personnes par jour58. Enfin, la variole, qui fait de nombreuses victimes en 1900, prend l’allure d’une épidémie en 1909, puis en 1913 ; cette année-là, l’épidémie s’étend sur tout le littoral, gagnant Hongkong, Guangzhouwan et Haikou59.

  • 60 Selon Lin Shiquan, la peste aurait été responsable de la mort de 39 422 personnes en l’espace de ci (...)
  • 61 GGI.dos.32756, lettre du 17/4/1900 du consul de Hoihao, GGI.dos.32756, lettre du Dr Feray du 20/6/1 (...)
  • 62 GGI.dos.32763, lettre du vice-consul Dufaure de la Prade à Sarraut, gouverneur général, 2/7/1912.
  • 63 GGI.dos. 65328, Rapport 1918 du médecin-inspecteur Garnier.
  • 64 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Esserteau sur le poste médical de Hoihao à l’occasion de l’Exposition (...)

53Non loin de là, dans l’île de Hainan, en relation fréquente avec la péninsule de Leizhou ou avec le port de Beihai, la peste revient fréquemment sur le littoral nord jusqu’en 191960. Les sous-préfectures de Lin’gao, Changhua et Danzhou sont particulièrement touchées par la maladie dans les premières années du xxe siècle. Le port de Haikou est également touché par la maladie, qui, aux dires des observateurs français, aurait été importée depuis la péninsule de Leizhou, en passant par le district de Lin’gao61. En 1912, quelques cas disséminés de peste sont encore mentionnés dans la région de Lin’gao, de Wenchang et de Haikou62. En 1918, l’état sanitaire est très perturbé : à partir du mois de mars, la variole, la grippe et la peste, qui touche aussi Wenchang, Ding’an, et Qiongzhou, sévissent à l’état épidémique causant de nombreux décès ; en septembre, une épidémie de paludisme et de dysenterie prend le relais tandis qu’en novembre et décembre, de très nombreux cas de béribéri sont recensés63. En 1919, la peste s’étend à l’est, aux environs de Qiongzhou, puis dans la presqu’île de Leizhou et à Haikou. Entre 1919 et 1928, il n’en est plus fait mention, excepté en 1922 où quelques cas sont signalés dans le gros marché oriental de Katchek (Jiaji), et dans les parties méridionales des sous-préfectures de Qiongshan et de Ding’an. En 1927, 1928 et 1929, le médecin en poste signale l’éclosion ou le réveil d’épidémies de peste dans six ou sept villages du centre nord de Hainan, qui se propagent jusqu’aux villages par lesquels on accède au massif des Cinq Doigts, le wuzhishan64.

54Aux côtés de la peste, le choléra, autre fléau extrêmement contagieux et hautement mortel, s’abat sur l’île de Hainan au cours des vingt premières années du xxe siècle. Des cas suspects sont relevés en 1907, 1911, 1912. Une épidémie franche est signalée en juin 1919 dans la ville de Haikou. Faisant ses premières victimes dans un faubourg du sud-est de la ville, le choléra s’étend, au bout d’un mois, au port tout entier. En juillet, l’affection gagne les villages et les villes alentours, dont Qiongzhou, et provoque le décès de quarante à cinquante personnes par jour. L’épidémie s’arrête en septembre. En 1926, une deuxième vague épidémique déferle sur l’île, liée aux mouvements migratoires entre Hainan et le Siam, contaminé par la maladie depuis 1925. En mai 1926, le port de Haikou est contaminé, puis tous les districts situés en bordure ou à proximité des littoraux oriental et septentrional de l’île. En octobre, l’épidémie de choléra est terminée : en dépit de périodes d’intensité et d’accalmie relative se succédant tour à tour, elle a fait, en cinq mois, plus de deux mille malades et un millier de décès dans le seul port de Haikou. En 1927, des cas de choléra sont à nouveau signalés au début l’été. L’épidémie s’étend du mois de juillet jusqu’à la fin septembre, causant, cette année-là, sept cent quarante-deux décès à Haikou et dans les environs.

  • 65 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Esserteau sur le poste médical de Hoihao à l’occasion de l’Exposition (...)

55La variole apparaît presque chaque année sous forme sporadique. Certaines années, comme 1905, 1907, 1912, 1913, 1916 et 1917, elle sévit à l’état épidémique. À la fin de l’année 1923 éclate l’une des plus graves épidémies, importée en particulier de Hongkong, qui s’étend dans toute l’île en janvier 1924. En mars et avril, l’épidémie est à son acmé et régresse de mai à juillet. Elle se ravive en décembre et les mois de printemps 1925 voient des cas disséminés extrêmement nombreux. En 1927 et 1929, des cas isolés mais très souvent mortels sont constatés à l’intérieur de l’île et à Haikou ; les enfants en étant les premières victimes65.

  • 66 Cet enchaînement des épidémies est signalé dans GGI.dos.32789, Rapport sur le fonctionnement du ser (...)
  • 67 GGI.dos.42396, lettres du Dr Dupuy, Canton, du 8/7/1905 et du 14/10/1905.
  • 68 Voir en effet GGI.dos.42396, lettre du Dr Duperron le 2/7/1911 au consul, GGI.dos.40970, lettre Dr (...)
  • 69 GGI.dos.40970, télégrammes du 20/10/1916 et du 2/1/1917 du consul Beauvais.
  • 70 GGI.dos.65329, Rapport d’ensemble du médecin-inspecteur Garnier, 1919.
  • 71 GGI.dos. 17733, Rapport d’ensemble, Canton, 1923.

56A Canton, après l’épidémie spectaculaire de 1894, la peste est régulièrement signalée jusque dans les années 1920, à côté d’autres épidémies : la variole et le choléra. Dans ce port en effet, les épidémies de peste, de choléra et de variole s’enchaînent au rythme des saisons : variole au début de l’hiver et au printemps, peste et choléra au printemps et en été. Aussi, contrairement au médecin en poste à Mengzi qui trouvait la construction d’un pavillon pour les contagieux superflue, le médecin de Canton en constate le besoin, les épidémies se succédant continuellement66. En 1905, outre les épidémies de peste et de choléra, « qui comme tous les ans existent en ce moment dans la ville chinoise », une épidémie de dengue éclate en octobre, suivie, en décembre, d’une épidémie intense de variole67. Des épidémies de peste, de variole sont encore signalées en 1911, en 1913, en 191468. En 1916, ce sont des sérums antidiphtériques qui sont demandés en urgence et en 1917, des vaccins antivarioliques69. En 1918, la peste cède la place aux épidémies de variole et de grippe. En 1919, Canton est toujours considéré comme un foyer épidémique de peste qui sévit en avril et en mai, suivi du choléra et de la variole de juillet à septembre70. En 1923, une épidémie de variole atteint de nouveau Canton71.

  • 72 GGI.dos.5105, territoire de Kouangtchéouwan. Régime sanitaire 1901-1904, lettre de l’administrateur (...)
  • 73 GGI.dos.23868, épidémie de peste de 1901-1904, lettre de l’administrateur du 26/01/1902.
  • 74 GGI.dos.23852, lettre du médecin-chef de l’ambulance, le 18/05/1903.
  • 75 GGI.dos.23868, épidémie de peste à Kouangtchéouwan de 1901-1904, lettre de l’administrateur en chef (...)
  • 76 GGI.dos.5105, lettre de l’administrateur en chef, du 27/04/1904.
  • 77 GGI.dos.5168, lettre du sous-directeur de la santé de l’Annam. Tonkin, au médecin-inspecteur Grall (...)
  • 78 GGI.dos.5173, situation sanitaire au Kouangtchéouwan. Maladies épidémiques, télégrammes de 1906 et (...)

57Dans la concession française de Guangzhouwan, où elle sévit à l’état endémique depuis 1891, la peste est mentionnée chaque année jusqu’en 1920. Constituant un danger permanent pour les troupes françaises, surtout dans les villages voisins du camp, la peste fait l’objet d’une attention particulièrement vive et mesurée. Ici, conformément à la loi, les cas de malades et de décès sont enregistrés. La peste, très violente en 1901, s’étend à Fort-Bayard, Donghai et à plusieurs villages du territoire72. En 1902, elle sévit encore dans les plusieurs villages ; l’île de Donghai en est particulièrement éprouvée73. En 1903, la peste atteint différents points du territoire74. En 1904, la peste et le choléra sont conjointement signalés dans la concession, notamment dans l’île de Donghai et à Tché-kam75. Le nombre de décès par la peste dès le mois d’avril laisse penser aux médecins que l’épidémie sera violente, rappelant celle de 1901 : en une semaine seulement, du 18 au 25 avril, l’administration française recense 429 décès dont 405 causés par la peste et 24 par le choléra76. En 1905, la peste sévit d’avril à la fin novembre, accompagnée du choléra et de la variole. La situation sanitaire est jugée très mauvaise : en quinze jours, la peste tue 69 personnes, la variole 35 et le choléra 17, chiffres qui, selon le médecin-chef de l’ambulance, sont loin de refléter la réalité, car pour éviter les mesures de prophylaxie et de désinfection dictées par l’administration française, les Chinois cachent leurs morts77. La peste continue à sévir de 1906 à 191178 ; au cours de l’année 1912, elle provoque un nombre particulièrement élevé de décès, en particulier dans l’île de Donghai :

  • 79 GGI.dos.32855, lettre de l’administrateur en chef du 26/03/1912.

« Au commencement de l’hiver, des cas isolés sont relevés sur les différents points du territoire ; puis des villages entiers sont éprouvés. Les maisons se ferment, les habitants éplorés campent en plein champ jusqu’à la saison chaude ; les transactions sont arrêtées, les cultures abandonnées dans plusieurs régions et la misère qui en résulte ajoute encore à la mortalité qui trouve, dans un milieu affaibli par les privations dues à la pauvreté, un champ d’autant plus propice à son développement79. »

  • 80 GGI.dos.4465, Rapport d’ensemble pour 1913.
  • 81 GGI.dos.40932, lettre de l’administrateur en chef de Fort-Bayard au gouverneur général de l’Indochi (...)

58En 1913, la peste a sévi sans discontinuer de janvier à août un peu sur tous les points du territoire, causant la mort de 1 692 Chinois. Cette même année, une épidémie violente de variole s’abat sur Guangzhouwan : de janvier à juillet, on rencense 1 684 décès sur 2 686 malades80. En 1924, la concession subit l’assaut d’une épidémie de variole81.

  • 82 Xian Weixun, Shuyi liiixing shi (Histoire des épidémies de peste), pp. 141-142 et pp. 175-231 ; Ben (...)

59Cette chronologie, qu’il a semblé impossible d’ignorer malgré sa monotonie morbide, atteste bien la présence d’épidémies de peste, de choléra et de variole en Chine du Sud au début du xxe siècle. Mais ce recensement systématique suggère en même temps des rythmes de diffusion différents entre les villes de l’intérieur des provinces du Yunnan et du Guangxi et les villes portuaires de la province du Guangdong. À Kunming, Mengzi, Simao ou Longzhou, villes reculées des provinces les plus déshéritées de la Chine, les épidémies de peste se raréfient au début du xxe siècle. La disparition progressive de la peste dans la province du Yunnan, à l’exception de quelques villages proches de Menghai et du Lancang jiang, et dans celle du Guangxi – où, selon les épidémiologistes modernes, les conditions d’habitat ne sont pas favorables à l’espèce de rats la plus à même de transporter la peste –, est un phénomène attesté par les chroniques locales. Xian Weixun comme Carol Benedict l’avaient déjà signalé : la peste en ce début de siècle ravage davantage les provinces du Guangdong et du Fujian82.

60À côté de la peste, les autres épidémies restent, à cette époque, rares et généralement circonscrites. Ainsi, l’épidémie foudroyante et meurtrière de scarlatine qui ravage la ville de Kunming dans les années 1921 et 1922 reste localisée à cette ville : ni Mengzi, ni Simao ni aucune autre ville proche n’en verront le moindre cas. De même, l’épidémie de choléra qui atteint en 1918 le centre minier de Gejiu ne s’étendra pas à la ville de Mengzi pourtant relativement proche.

61En revanche, dans les villes portuaires du Guangdong, reliées entre elles par un courant commercial dynamique et connaissant un essor démographique rapide en ce début de siècle, la peste est en pleine expansion, comme le choléra et la variole qui séviront à l’état endémo-épidémique jusqu’à la fin des années 1920, se propageant parfois de façon spectaculaire : en témoignent les épidémies de variole au cours des années 1913 et 1923-1924 qui s’étendent sur toute la côte depuis Hongkong jusqu’au port de Beihai.

Le paludisme

  • 83 L’agent pathogène du paludisme, hématozoaire du genre plasmodium, a été découvert par Alphonse Lave (...)
  • 84 NS. Chine, vol. 650, Rapport annuel, 1907.

62Au début du xxe siècle, les médecins envoyés en Chine connaissent déjà le mode de transmission, l’agent pathogène et les vertus thérapeutiques de la quinine83. Munis de leurs microscopes, ils cherchent à retrouver la présence des hématozoaires dans le sang de leurs patients. Depuis 1907, cet examen, simple, est réalisé sur tous les malades de l’hôpital Doumer à Canton84.

63Au dire des médecins français, le paludisme affecte particulièrement l’île de Hainan, Longzhou et le sud du Yunnan ; en revanche les villes portuaires de Canton et de Beihai sont moins sévèrement touchées.

  • 85 Série A, Légation de France à Pékin, vol. 449, Rapports médicaux.

« Le paludisme est en Hainan le véritable substratum de la pathologie endémique. Il y règne avec ubiquité et le port de Hoihao qui jadis paraissait en être indemne n’en est plus exempt aujourd’hui. [...] À Hoihao même, ce dernier est moins fréquent et moins sévère que dans les autres localités de l’île. Partout ailleurs, il sévit avec gravité pendant la saison estivo-automnale et son retentissement sur la mortalité, particulièrement mortalité infantile, est appréciable. [...] Dans maints villages, il n’est pas un foyer dont un seul membre soit indemne85. »

  • 86 Asie 1918-1929, Chine, vol. 499, Rapport sur le fonctionnement de l’hôpital et sur l’état sanitaire (...)

64Pour ce médecin, le paludisme reste le fléau pathologique dominant de l’île. Il signale à ce propos que la plupart des coolies hainanais, originaires des districts du Nord-Est de l’île, qui émigrent à Singapour ou au Siam et qui, au moment de leur départ doivent subir l’examen médical, présentent toutes les caractéristiques d’une affection palustre ancienne. Les soldats chinois qui ont séjourné quelque temps dans l’intérieur de l’île en reviennent, selon le même médecin, impaludés86.

  • 87 GGI.dos.65324, Rapport d’ensemble pour 1907 et GGI.dos.20034, lettre du consul, Canton, 11/3/1910.

65Près de Longzhou, à Pingxiang, le paludisme revêt en 1903 l’allure d’une épidémie à forme pernicieuse. Quelques années plus tard, à Longzhou, en 1907, il règne un peu partout à l’état endémique87.

  • 88 GGI.dos.42396, Rapport annuel du Dr Dupuy pour 1905, Canton.
  • 89 NS, Chine, vol. 650, Œuvres françaises, hôpitaux et écoles de Canton, rapport 1907.

66En revanche, dans les villes de Beihai et de Canton, la situation semble meilleure. À Canton, aux dires des médecins en poste, le paludisme, fréquent en automne, existe mais ne semble pas sévir avec gravité88. Et comme l’hôpital procède à des examens sanguins systématiques sur les malades, ils concluent que ce sont surtout les Chinois du Nord, transportés à Canton comme soldats, qui ont à en souffrir89. À Beihai, le paludisme semble rare d’après les notes d’un médecin en 1931.

67Les témoignages des médecins occidentaux sur le paludisme au Yunnan sont précieux et confirment les dires des historiens chinois comme Tian Jingguo qui expliquent l’expansion du paludisme du Yunnan méridional vers les hauts plateaux et de la frontière birmane vers l’intérieur, par les mouvements de population dans les premières années du xxe siècle liés aux constructions de la voie ferrée reliant Hanoi à Kunming et de la route reliant le Yunnan à la Birmanie. Tian Jingguo estime que 200 à 300 000 ouvriers de différentes provinces ont immigré dans la province du Yunnan en ces occasions.

68Cherchant à établir une cartographie médicale de la région dans l’éventualité d’installer un sanatorium pour les colons européens affaiblis par le climat indochinois, les médecins français cherchent à élucider le problème du paludisme à Mengzi. Existe-t-il à Mengzi du paludisme, et, dans ce cas, s’agit-il d’un paludisme local ou d’un paludisme importé ?

  • 90 Gaide, « Notes médicales sur la Chine », AHMC, 1900, pp. 493-505.
  • 91 GGI.dos.28433, Rapport du Dr Barbezieux du 16/1/1904.
  • 92 Dr Ayraud, « Notes succinctes sur le paludisme à Mongtzeu (Yunnam) », AHMC, 1907, pp. 281-285.

69En 1899, le Dr Reygondaud, premier à occuper le poste de Mengzi, note que le paludisme à Mengzi n’existe pas dans cette ville et que les seuls cas qu’il doit soigner ont séjourné dans les vallées palustres au sud de Mengzi. En 1900, le Dr Gaide, nommé à Simao, confirme cette hypothèse et proclame que « ce sera là la ville de santé du Tonkin » qui ne dispose pas de plateau jouissant « d’aussi parfaites conditions de salubrité90. » En 1904, Barbezieux soutient le contraire, « le paludisme existe à Mengzi, paludisme local, non importé » et explique que c’est au début de la saison des pluies qu’il se manifeste avec le plus de violence91. Un an plus tard, le Dr Ayraud apporte de nouveaux éléments à la polémique : le paludisme constitue à lui seul le tiers des affections traitées dans son dispensaire et il ne fait aucun doute qu’il existe à Mengzi. Mais il constate aussi que la majorité des Européens est en excellente santé et nullement affectée par la maladie. 11 signale aussi que certains Européens ou Annamites arrivés indemnes à Mengzi présentent, après deux ou trois mois de séjour, un accès de paludisme. Toutefois, en poussant ses interrogatoires, il apprend que les malades en remontant le Fleuve rouge ou le Namty, ont tous eu, un jour, une poussée de fièvre. Ayraud conclut que ces patients souffrent à Mengzi d’une réinfection palustre. Enfin, il affirme avoir constaté quelques cas rares de paludisme contractés à Mengzi : un enfant né à Mengzi, dans son quatrième mois, a eu un accès de paludisme. Et Ayraud, se basant sur son observation attentive, lance une opinion dont il espère qu’elle sera étudiée plus en détail ultérieurement : « Avant le mouvement que nous y avons créé, le paludisme était inconnu à Mongtzeu ; comme à la Réunion et à Maurice en 1865 et 1866, nous l’y avons importé92... »

70En effet, il a observé que la population chinoise ne quitte pas facilement le plateau et craint en particulier les basses vallées qui jouissent d’une mauvaise réputation. Seuls les muletiers affrontent la route de Manhao et le Fleuve rouge, et encore prennent-ils des précautions :

  • 93 Id., ibid.

« Ils couchent à Iao’t’ou, petit village sur le bord du plateau, à la même altitude, au moins que Mongtzeu. Le lendemain [...] toute la caravane dévale rapidement sur Manhao, décharge l’étain, charge prestement des marchandises pour être de retour à Iao-’T’ou, en haut du plateau, avant le coucher du soleil. [...] Pas ou très peu de communications entre le plateau yunnanais et les vallées palustres ; par conséquent pas de paludisme [...]. Brusquement tout change, au calme yunnanais succède l’agitation européenne. [...] De tous les coins de l’Europe affluent un nombre respectable de spécialistes de la construction. [...] Pour 60 % d’entre eux. ils ont travaillé dans les pays paludéens. [...] Montant en toute saison, par les vallées paludéennes, soit du Fleuve rouge, soit du Namty ; voyageant sans le moindre souci d’hygiène [...] le reste qui n’était pas impaludé a les plus grandes chances de le devenir. [...] En même temps que cette immigration européenne, se fait une immigration chinoise dans les pires conditions93... »

71Deux années plus tard, le Dr Binard confirme :

  • 94 GGI.dos.28455, Rapport du Dr Binard sur le fonctionnement du service médical consulaire pendant 190 (...)

« La clientèle se compose de personnes ayant contracté le paludisme ailleurs qu’à Mongtzeu, soit sur les chantiers du chemin de fer soit dans des séjours coloniaux antérieurs. De même, à la consultation, les gens présentant des atteintes de paludisme sont des mafou, circulant dans toute la région, des coolies ayant travaillé dans le Namti ou des Chinois provenant d’autres provinces. Toutes les fois que nous avons interrogé soigneusement des autochtones n’ayant jamais quitté le pays, ils nous ont répondu ne jamais avoir de fièvre ; nous avons examiné la rate de quelques enfants nés dans le pays, jamais nous n’avons trouvé la moindre trace d’hypertrophie. [...] Le paludisme contracté à Mongtzeu est une rareté94. »

  • 95 GGI.dos.28399, Rapport commercial de É. Rocher pendant le troisième trimestre, Mongtzeu, 1894.
  • 96 Hoskiaer V., Les Routes commerciales du Yunnan, pp. 25-27.

72La route par le Fleuve rouge, idéale à première vue pour le commerce, du fait de la rapidité de sa remontée depuis Haïphong jusqu’à Manhao, en quinze à vingt jours, puis d’un trajet par terre de dix jours entre Manhao et Kunming, semble avoir été très peu empruntée jusqu’à la fin du xixe siècle. D’une part, les Chinois redoutent de descendre dans les basses vallées du Yunnan dont ils craignent en particulier les brumes chargées selon eux de miasmes. D’autre part, durant le troisième trimestre, à l’époque des pluies, le niveau des eaux du Fleuve rouge étant très élevé, la navigation s’en trouve pratiquement suspendue. Les routes deviennent impraticables et le transport des denrées, au moyen des bêtes de somme, s’effectue lentement et péniblement95. Enfin, lorsque le colonel de génie Hoskiaer rédige son étude sur les routes commerciales du Yunnan, en 1883, il note que cette route est depuis 1873 aux mains des insurgés et que du fait de la présence des pirates au pavillon noir, elle est désertée par les commerçants qui lui préfèrent la route de Canton96.

  • 97 Id., ibid.
  • 98 Dr Ayraud, « Notes succinctes sur le paludisme à Mongtzcu (Yunnan) », AHMC, 1907, pp. 281-285.

73Les défrichements, les grands travaux et l’immigration massive pour la cause impérialiste semblent avoir constitué des conditions favorables à l’importation du paludisme de régions infestées depuis longtemps vers des régions qui ne l’étaient pas encore. En effet, les sources chinoises mentionnent depuis longtemps l’existence de miasmes zhang dans le sud du Yunnan, et la population locale, au fait de ce qu’elle identifie comme des miasmes délétères, évite d’aller dans ces régions insalubres et prend d’elle-même certaines précautions. Émile Rocher, qui parcourut le Yunnan entre 1871 et 1873, rapporte que les autochtones évitaient, en été, les régions proches de la Birmanie, à cause des miasmes délétères des fleuves ; il avait aussi entendu les habitants du plateau de Mengzi dire la même chose à propos de la route de Manhao, et ceux de Yuanjiang qui refusaient de franchir la frontière pour se rendre à Laokai97. Dans un article publié en 1907, le médecin français en poste constatait encore que les habitants de Mengzi, à moins d’y être contraints par des raisons économiques, redoutaient de descendre à Manhao. Et lorsque ils y étaient obligés, ils prenaient des précautions, – ils dormaient la veille au bord du plateau et ne restaient dans la vallée insalubre que la journée –, dont l’épidémiologie moderne aurait prouvé l’efficacité : le moustique anophèle qui assure la transmission du paludisme, piquant essentiellement le soir et la nuit98.

  • 99 GGI.dos.40934, Rapport du poste consulaire de Mongtzeu, 1923, Dr Jarland.
  • 100 Ann O’Fel, Parasitologie, Mycologie, p. 163.

74Une vingtaine d’années plus tard, la maladie s’est répandue dans toute la région proche de Mengzi et les médecins constatent que le paludisme est l’affection prédominante de la région, qu’il sévit toute l’année mais avec une exacerbation très marquée de mai à octobre, pendant la saison des pluies99, répondant parfaitement à la définition du paludisme endémique donnée en 1987 dans un manuel de parasitologie : le paludisme est endémique dans les régions où sa transmission est assurée toute l’année. Dans celles-ci, il subit une recrudescence saisonnière, où il devient épidémique100.

Des maladies fréquentes

75Les médecins, principalement envoyés en Chine pour informer l’Indochine des maladies contagieuses et menaçantes, reçoivent également, dans leurs dispensaires et hôpitaux, des individus qui viennent se faire soigner pour tout autre chose que la peste ou le choléra. Ils font alors part, dans leurs rapports, de leur rencontre avec l’univers morbide qui les entoure.

76Cet inventaire rend compte de la perception qu’ont ces médecins, parfois restés plus d’une dizaine d’années au même poste, des maladies caractéristiques ou particulièrement fréquentes.

  • 101 GGI.dos.32773, Rapport du Dr Abbatucci, Pakhoi, 1905.

77Ainsi, la lèpre semble uniformément répandue dans le sud de la Chine et attire l’attention des observateurs français. À Beihai, en 1905, elle règne comme la peste et la variole à l’état endémique : « On rencontre à chaque pas des mutilés du bacille de Hansen101. »

  • 102 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Essertcau. Hoihao, 1930.
  • 103 GGI.dos.42396, Rapport du Dr Dupuy, Canton, 1906, GGI.dos.20269, Rapport du Dr Barbezieux, Mongtzeu (...)

78Dans l’île de Hainan, selon les notes du médecin français en poste, la lèpre est un des fléaux endémiques de Hainan, touchant de 0,5 % à I % de la population102. À Canton, Longzhou, Mengzi et Kunming, la maladie apparaît sous toutes ses formes, aux dires des médecins français. Au Yunnan, elle serait néanmoins inégalement répandue, les principaux centres étant la préfecture de Dali, les sous-préfectures de Yimen où la proportion des cas de léprose serait de 1/1000 habitants103.

  • 104 Launay A., Missions du Kouang-si, introduction.
  • 105 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Grall, Kunming, 1931.

79Le goitre et le béribéri, maladies de carence, sont pour les observateurs français des maladies fréquentes. Le goitre, provoqué par une carence en iode, semble extrêmement fréquent dans la province du Yunnan et dans une partie de la province du Guangxi. Les missionnaires catholiques français rapportent au début du xxe siècle qu’au nord-ouest du Guangxi, dans la sous-préfecture de Xilin, dépendant de la préfecture de Sicheng, se trouve toute une région où la plupart des habitants, hommes et femmes, sont goitreux104. En 1914, le Dr Vadon rappelle que le Pr Jeanselme, au cours de son voyage à travers le Yunnan, estimait que le quart ou le cinquième de la population des vallées du Fleuve rouge et des régions montagneuses des environs de Kunming étaient atteints de cette maladie. En 1914, cette proportion lui paraît toujours refléter la réalité et en 1931, dans certains villages de la montagne, la maladie toucherait 70 à 80 % de la population105. À Longzhou, en 1907, le médecin français constate que le goitre fait partie des maladies endémiques. Le béribéri, provoqué par une carence en vitamine B1, semble être particulièrement fréquent à Canton et dans l’île de Hainan. À Canton, en 1906, aux dires des médecins, il est assez répandu et en 1914, il sévit toute l’année. Les rapports de 1918 et ceux du début des années 1920 le classent parmi les affections les plus courantes, après les maladies vénériennes. À Hainan, la maladie est considérée comme l’une des affections endémiques qui caractérisent la morbidité hainanaise. En revanche à Kunming, quelques cas de béribéri sont bien mentionnés chaque année, mais les médecins observent que ce sont des cas isolés, se répétant d’une année sur l’autre dans les mêmes endroits, et dans la même classe sociale : les prisonniers.

80La typhoïde, selon les rapports des médecins français, règne en permanence à Canton ainsi qu’à Mengzi. À Kunming, elle semble rare, la paratyphoïde est plus fréquente.

81À côté de ces maladies, caractéristiques de la morbidité en Chine du Sud selon les dires des médecins français, s’ajoutent les maladies les plus communément répandues.

  • 106 GGI.dos.32792, Rapport du Dr Vadon sur le poste consulaire de Yunnanfou en 1914

82Le trachome, infection oculaire appartenant aux conjonctivites bactériennes, en fait partie : « Le trachome est extrêmement fréquent, surtout dans les classes pauvres ou modestes de la population. Des familles entières et quelquefois des villages entiers sont contaminés106. »

  • 107 GGI.dos.42401, Rapport du Dr Esserteau, Hoihao, 1931 et GGI.dos.65330, Rapport de l’inspecteur Huar (...)

83Le trachome est signalé comme une des premières maladies endémiques et endémo-épidémiques à Kunming, à Haikou, à Canton107.

  • 108 GGI.dos.40894, Rapport du Dr Barbezieux, Yunnanfou, 1905.
  • 109 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Mouillac, Yunnanfou, 1923.

84La syphilis semble universellement répandue. À Kunming, en 1905, Barbezieux parle d’un fléau qui décime et use la population, et le médecin qui lui succède prend l’initiative de traduire et de graver sur du bois quelques conseils d’hygiène et quelques traitements thérapeutiques contre cette maladie108. En 1923, la syphilis est toujours très répandue : « Elle est une des plaies les plus profondes de la Chine actuelle et de la population de Yunnanfou en particulier109. »

  • 110 GGI.dos.40968, Rapport d’ensemble de 1931.
  • 111 GGI.dos.32792, Rapport sur le fonctionnement de l’hôpital Doumer, 1922.

85Enfin, la tuberculose est signalée partout en progression. À Beihai, en 1931, le médecin qui vient de prendre son poste explique : « Certaines données se sont déjà nettement imposées à notre observation : la fréquence de la tuberculose, l’aussi grande fréquence des affections d’ordre syphilitique et blennorragique110. » À Kunming, le médecin en poste note en 1914 que la tuberculose, est en pleine évolution et qu’elle fait des ravages de plus en plus fréquents en particulier chez les femmes et les enfants. En 1930, le médecin en poste à Hainan note la très grande fréquence de la tuberculose et de la syphilis. Même constatation à Canton, en 1922 : « Les maladies régnantes à Canton sont avant tout la tuberculose extrêmement répandue sous toutes ses formes, surtout pulmonaire, et la syphilis héréditaire ou acquise111. »

  • 112 GGI.dos.65329, Rapport d’ensemble sur Mongtzeu, 1919, et GGI.dos.40934, Rapport du Dr Jarland, Mong (...)

86À Mengzi, la tuberculose qui semblait peu répandue en 1919, touchant seulement les femmes et les enfants, est signalée quatre ans plus tard comme très fréquente112.

  • 113 Zhang Fengqi, « Yunnan zhi nüeji » (Le paludisme au Yunnan), Yunnan weisheng, 21, 1950. CHEN Chaoch (...)
  • 114 En effet, la mise en place du ministère de la Santé en 1928 n’a pas signifié l’exécution immédiate (...)

87Pour les observateurs occidentaux, comme pour les observateurs chinois, le sud de la Chine n’est donc pas indemne de dangers : la peste, le choléra et la variole restent des menaces, surtout dans les villes côtières. Près de leur poste d’observation, des maladies infectieuses facilement contagieuses règnent à l’état endémo-épidémique : paludisme, conjonctivites bactériennes, syphilis, tuberculoses, lèpre. Ces observations laissées par les médecins occidentaux au début du siècle sont donc précieuses. Mais elles sont partielles. Au début des années 1930, la jeune génération de médecins chinois, dans le cadre d’une politique sanitaire nouvellement lancée, cherche à évaluer la situation épidémiologique en certains endroits. Des enquêtes sont ainsi menées au Yunnan, au Guangxi pour évaluer le degré de l’endémie palustre ; au Guangdong, elles cherchent à déterminer l’importance des parasitoses. Ces enquêtes apportent quelques éléments de précision sur les régions non couvertes par les investigations des médecins français à la fin des années 1920, mais elles sont peu nombreuses et toujours parcellaires. Ce n’est que dans les années 1950 que des enquêtes sanitaires sont conduites dans tout le pays sur de plus grandes échelles, parfois jusqu’à la sous-préfecture113. Bien qu’elles dépassent le cadre de notre période, il a paru indispensable d’y avoir recours pour connaître la situation sanitaire qui prévalait dans la région avant cette date et avant la mise en place d’une politique sanitaire cohérente et réellement exécutée114.

Les résultats des premières enquêtes épidémiologiques

  • 115 Gongcheng Yaozu zizhixian xin zhengqu Huatu, 1992, pp. 411-415 et Sanjiang Dongzu zizhixian zhi, 19 (...)
  • 116 Fusui xianzhi, 1989, pp. 421-425.
  • 117 Chen Chaochang, « Huanan renti jishengchong zhi dagai » (Aperçu des maladies parasitaires chez les (...)
  • 118 Lin Shiquan, Hainan yixue shiyanjiu, p. 36 et pp. 64-68.

88Les études épidémiologiques menées dès le début des années 1930 et systématisées dans les années 1950 montrent que les provinces du Guangdong et du Guangxi n’ont rien à envier à la province du Yunnan, surnommée par Tian Jingguo le royaume des animaux (dongwu wanggud) tant y sont nombreux insectes, animaux et parasites, capables de transmettre à l’homme la peste bubonique, la rickettsie, la leptospirose, la bilharziose, les quatre types de plasmodie et bien d’autres maladies infectieuses. Insectes et parasites sont aussi fort nombreux au Guangxi et au Guangdong : toutes sortes d’anophèles capables de transmettre à l’homme le paludisme sont identifiées dans la partie nord-ouest et ouest du Guangxi115. Quatorze espèces d’anophèles vivent dans la région de Fusui, au sud-ouest du Guangxi116. Des enquêtes menées en 1926 et en 1938 à Canton révèlent la présence d’endoparasites et d’amibes nombreux, responsables de distomatoses et de parasitoses intestinales, favorisées par la proximité avec la Rivière des perles, les dépôts d’alluvions et les conditions climatiques117. Dans l’île de Hainan, les premières enquêtes de 1926 montrent l’existence à Qiongshan de neuf sortes d’anophèles, auxquelles s’ajoutent treize sortes d’anophèles recensées en 1938-1939 dans les régions montagneuses du centre de l’île, autant d’espèces capables de transmettre à l’homme les quatre formes de paludisme. Outre ces nombreux moustiques, toutes sortes d’amibes et plusieurs espèces de vers responsables de la bilharziose, de l’ankylostomiase et de la filariose sont identifiées à Hainan118.

  • 119 Voir Dali Baizu zizhizhou zhi, 1992, p. 342, Mile xianzhi, 1987, pp. 665-666, Dali Baizu zizh zhou (...)
  • 120 Ling L.C., Liu K.B., YAO Y.T., « Studies on the so-called Changch’i in Yunnan », Chinese Medical Jo (...)

89Les enquêtes épidémiologiques, conduites à partir des années 1950, signalent la présence des principales maladies qui affectent les différentes sous-préfectures de la Chine du Sud. Sans entrer dans le détail de ces enquêtes qui restent, malgré tout, limitées à quelques lieux et à des époques variées, on peut affirmer qu’avant la mise en pratique d’une politique cohérente et drastique de santé publique, certaines maladies restent particulièrement préoccupantes en Chine du Sud : la lèpre (dans certaines régions comme Dali ou Mile, le taux de lépreux est effectivement évalué à un pour mille habitants), le goitre (il touche plus de la moitié des habitants de Dali en 1942-1943, et près de 90 % des habitants d’un petit village proche de Menghua), les maladies infectieuses touchant la petite enfance comme la variole et la rougeole, l’ankylostomiase et la bilharziose (dans un village relevant de Er’yuan, elle décime, en 1925, un foyer sur trois et dans la région de Weishan, 10 à 12 % des habitants sont, au cours de la République, porteurs de bilharziose), et surtout le paludisme119. L’extension et la gravité du paludisme sont cependant différentes selon les endroits. Déjà, une enquête réalisée en 1935 par des médecins chinois formés à la médecine occidentale avait montré que le paludisme était particulièrement virulent dans le nord-ouest, dans l’ouest et dans le sud du Yunnan : il était hyper-endémique dans les plaines des bassins du Yuanjiang, du Babian Jiang et du Lancangjiang120.

90Les indices plasmodiques (IP), pourcentage des sujets examinés ayant des hématozoaires dans le sang et les indices spléniques (IS), nombre de splénomégalies (hypertrophie de la rate) par rapport à 100 sujets examinés, calculés par les enquêteurs des années 1950 permettent de distinguer les régions plus ou moins impaludées du Yunnan (carte 7).

91Entre le Lancangjiang et le Nujiang, dans le centre-sud de la province, le paludisme est méso-endémique et hyper-endémique. Sa transmission est assurée toute l’année, avec une recrudescence saisonnière, au cours de la saison des pluies, par pullulation des anophèles, et il devient alors épidémique : les propos tenus par un médecin chinois envoyé par le gouvernement à Simao en 1921 et rapportés dans la chronique contemporaine de Simao, sont parlants :

  • 121 Simao xianzhi, 1993, pp. 443-444.

« Les deux tiers des familles ont péri. [...] À Jialong sur cent familles, il n’en reste plus que sept. [...] On voit des femmes enceintes mais pas d’enfants marcher dans les rues. [...] Neuf personnes sur dix ont la rate enflée. Les minorités ethniques résistent particulièrement mal et meurent en une journée voire en quelques heures. [...] Plus aucune moisson n’est faite, plus personne ne peut enterrer les cadavres. [...] Depuis la neuvième année de la République, le nombre de malades s’accroît tous les jours [...]121 »

Carte 6. LE ZHANG AU YUNNAN D’APRÈS LA CHRONIQUE GÉNÉRALE DE 1901.

Carte 6. LE ZHANG AU YUNNAN D’APRÈS LA CHRONIQUE GÉNÉRALE DE 1901.

92Le centre et les régions septentrionales du Yunnan sont touchés par un paludisme hypo-endémique. Au Guangxi, un paludisme hyper-endémique sévit au nord-est de la province ; dans la région de Enyang, il est hypo-endémique à méso-endémique dans le centre-est. Dans l’île de Hainan, c’est sous une forme méso-endémique à holo-endémique qu’il sévit.

  • 122 Feng Lan-Chau, « Malaria and its Transmission in Kwangsi, China », Chinese Medical Journal, 50, 12, (...)
  • 123 Yao Y.T., Ling L.C., « Studies on the so-called Changch’i », Chinese Medical Journal, 50, 1936, pp. (...)

93La juxtaposition des cartes, la première signalant l’existence du zhang d’après les chroniques traditionnelles de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle (carte 6) et la seconde précisant la localisation effective du paludisme, pour le Yunnan (carte 7), laisse transparaître des similitudes ; elle confirme l’hypothèse émise par Li Yaonan dans son étude sur l’histoire du paludisme au Yunnan, qui avançait en 1954 que le zhang correspondait dans 90 % des cas à l’entité nosologique du paludisme. Les régions occidentales et méridionales du Yunnan, à proximité du Fleuve rouge, du Lancanjiang, du Nujiang sont bien au début du xxe siècle touchées par un paludisme qui, dans les années 1950, se révèle méso-endémique voire hyper-endémique. Les enquêtes sanitaires menées par les Japonais à Hainan, au début des années 1940, montrant que le paludisme est endémique dans toute l’île, selon une gravité relative à l’altitude, confirment aussi cette adéquation : le zhang, était signalé dans les chroniques de Hainan comme existant au cours des quatre saisons. Le zhang semble bien être un terme régional pour désigner, dans la très grande majorité des cas, toutes les formes de paludisme. En revanche, le débat épistémologique à propos de la gravité relative du zhang par rapport au nüe, évoqué dans la littérature médicale chinoise et repris par certaines chroniques traditionnelles, et évoquant, dans la classification occidentale des maladies, des formes plus ou moins sévères de paludisme n’est pas résolu. Étudiant la répartition du paludisme au Guangxi, Lan-Chou Feng note que le mot zhang est bien employé par les habitants du Guangxi pour désigner le paludisme, mais les analyses biologiques révèlent qu’il ne désigne pas forcément la forme la plus redoutable du paludisme, le plasmodium falciparum122 ; inversement, une équipe de médecins chinois envoyée la même année dans les régions réputées les plus touchées par le zhang au Yunnan et à la frontière du Guangxi et du Guizhou conclut que chaque cas désigné localement par zhang correspond, sur le plan clinique et biologique, à un cas de fièvre tierce maligne provoquée par le plasmodium falciparum123.

Carte 7. LES VILLES ET ALENTOURS OÙ LE PALUDISME SÉVIT À L’ÉTAT ENDÉMIQUE ET ENDÉMO-ÉP1DÉMIQUE DANS LES ANNÉES 1950 AU YUNNAN.

Carte 7. LES VILLES ET ALENTOURS OÙ LE PALUDISME SÉVIT À L’ÉTAT ENDÉMIQUE ET ENDÉMO-ÉP1DÉMIQUE DANS LES ANNÉES 1950 AU YUNNAN.
  • 124 NS, Chine, vol. 650, Œuvres françaises, hôpitaux et écoles de Canton, lettre du Dr Mas, 17/4/1902.
  • 125 Voir Sanjiang Dongzu zizhixian zhi, 1992, pp. 799-807 ; Nanxiong xianzhi, 1991, p. 647, Yunlong xia (...)

94La situation sanitaire est donc de l’avis de tous les observateurs particulièrement mauvaise en Chine du Sud. Les enquêtes ultérieures montrent qu’avant l’arrivée des antibiotiques et la mise en place de mesures prophylactiques à grande échelle, la région était effectivement insalubre, fortement impaludée et soumise à des épidémies de maladies infectieuses très souvent létales. La régularité, en certains endroits, de la peste bubonique épidémique enlève aux médecins français la frayeur de l’imprévu – « les épidémies [...] n’impressionnent plus autant qu’autrefois parce qu’elles épargnent en général les Européens124 »– mais elle reste une maladie terrible pour ceux qui en sont atteints : elle entraîne une mortalité très forte, très rapide après seulement quatre ou cinq jours de souffrance atroce, de fortes fièvres, de délire et finalement d’hémorragie interne. Elle touche particulièrement les Chinois qui ignorent les véritables mécanismes de transmission et ne savent pas se protéger par une prophylaxie adaptée. Les épisodes épidémiques de paludisme à falciparum, qui dépeuplent en tuant ou en chassant la population entière de certains villages, la chronicité d’un paludime bénin non traité qui, à la longue, épuise et anémie les corps, sont suffisamment terrifiants pour être mentionnés dans les sources traditionnelles. Les épidémies de choléra, de variole interviennent sur un fond endémique de lèpre (qui provoque dans la population une telle horreur que les personnes atteintes sont obligées de vivre retranchées, dans la crainte de subir un sort assez commun, à en juger par les sources chinoises et occidentales : l’enterrement dans la chaux vive, la fusillade ou la noyade125), de paludisme, de syphilis et de tuberculose ; la rougeole et le tétanos prélèvent chaque année un lourd tribut sur la population infantile. Les fléaux sont là.

95Pour y faire face et les affronter, les populations n’ont d’autres recours, dans un Empire qui ne fournit plus aucune assistance médicale, que la médecine traditionnelle et les pratiques rituelles ancestrales.

TRAITEMENT DE LA SYPHILIS

96Affiche traduite par le Dr Magunna en 1908 (Kunming) destinée à faire connaître l’existence d’un traitement sur trois ans contre la syphilis, accompagné de conseils hygiéniques.

Notes

1 Li Yaonan, « Yunnan zhangqi (nueji) liuxing jianshi » (Histoire brève des épidémies de paludisme au Yunnan), Zhonghua yishi zazhi, 3, 1954, pp. 180-183.

2 Suishu (Livre des Sui), Section Géographie dili, 26. Cité dans la chronique Yangjiang xianzhi, 1925, qihou.

3 Fan Chengda, (Song), Guihai yuheng zhi, cité dans de nombreuses chroniques du Guangxi et du Guangdong, comme Sanjiang xianzhi, 1946, qihou, Guiping xianzhi, 1920,57, qihou.

4 Voir les références historiques extraites par les auteurs suivants : Li Yaonan, « Yunnan zhangqi (nüeji) liuxing jianshi » (Brève histoire du paludisme au Yunnan), Zhonghua yishi zazhi, 3, 1954, pp. 180-183 ; He Bin, « Woguo nuëji liuxing jianshi » (Histoire brève du paludisme en Chine), Zhonghua yishi zazhi, 8, 1, 1988, pp. 1-12 ; Tian Jingguo, Yunnan yiyao weisheng jianshi (Histoire brève de l’hygiène et de la médecine au Yunnan), pp. 157-158 ; CHEN Shcngkun, « Zhongguo nanfang fengtubing de lishi yanjiu » (Recherches historiques sur les maladies régionales de la Chine méridionale), Zi kexue, 1968. pp. 276-288.

5 Soit en 1789.

6 Jingdong xianzhi, 1923, yiwen, 3, pp. 1065-1070.

7 Lettre commune des Missions étrangères de Paris, 1862, p. 18.

8 Lettre commune des Missions étrangères de Paris, 1891, p. 110.

9 GGI.dos.28465, lettre du vice-consul de Mongtzeu du 6/8/1898 et Dr Delay, « Yunnan, géographie médicale », AHMC, 1900, pp. 150-165.

10 Harant H., Delage A.. L ’Épidémiologie, pp. 16-22 et pp. 87-98.

11 Georges Devereux décortique les modèles de pensée primitifs et animistes qui conduisent les Sedang Moï, ethnie du sud Vietnam, à concevoir une théorie de la sensation, très proche de la théorie neurophysiologique de la conductivité des nerfs, et pourtant empruntant des chemins très différents. Devereux G., Ethnopsychanalyse complémentariste, pp. 248-275.

12 L’anthropologie médicale et l’ethnopsychiatrie, en défrichant chaque nouveau terrain, décortiquent les processus qui mènent à ces différentes conceptualisations. On peut se rapporter en particulier aux livres récents de Retel-laurentin A., Étiologie et perception de la maladie dans les sociétés modernes et traditionnelles, de Mouton-Rosenberg C.E., Golden J., Framing Disease : Etudiés in Cultural History, à l’article de KING L. « What is disease ? », Philosophy of Science, 21, 1954. Pour quelques études sur la Chine, on peut se rapporter aux études de ZHENG Yanping, « Style of verbal expression of Emotional and physical expériences : a study of depressed patients and normal Controls in China », Culture, Medecine and psychiatry, 1986, pp. 231-243 ou de Tseng Hsu « A sociocultural and clinical study of koro épidémie in Guangdong, China », Transcultural Psychiatrie Review, 1987, pp. 74-77.

13 Dunstan H., « The Late Ming Epidemics : A Preliminary Survey », Ch’ing-shih Wen-t’i, 3, 3, 1975, pp. 1-59 et Benedict C., Bttbonic Plague in Nineteenth Century China. Li Wenbo, « Guanyu wogu gudai yishi de taolun » (Discussion à propos de l’histoire des épidémies en Chine), Zhongua liuxinghing xue zazhi, 4. 5, 1983, pp. 316-317 ou Chien Bangxian, « Qingdai yishi », Yiyu zazhi, pp. 26-30.

14 Grmek M., Les Maladies à l’aube de la civilisation occidentale.

15 Pour Jacques Gernet, c’est cette multiplicité de sens et d’emplois, qui proviennent d’époques diverses et d’usages différents, qui rend le chinois littéraire si difficile, voir Gernet J., L ’Intelligence de la Chine, le social et le mental, pp. 77-379.

16 Pour des explications supplémentaires sur l’histoire de l’entité huoluan, voir Yu Yunxiu, « Liuxingxing huoluan yu Zhongguo jiu yixue » (Le choléra épidémique et la vieille médecine chinoise), Zhonghua yixue zazhi, 29, 6, 1943, pp. 273-285 et du même auteur, « Huoluan yange shuolüe » (Évolution du choléra), Xinyiyu shehui kan, 1, 1928, pp. 191-195.

17 Despeux C., Obringer F., La Maladie dans la Chine médiévale, la toux, p. 20.

18 Guipingxianzhi, 1920, 38, Yishu zhuan, biographie de Huang Daozhang.

19 Zhaoping xianzhi, 1934, 8, zazhi.

20 chao Yuanfang, Zhuhing yuanhou lun, « Shan zhangnüe », section 11, passage cité dans Li Jingwei, « Nueji shi shuyao » (Exposé sur l’histoire du paludisme), Zhongyi zazhi, 8, 1963, pp. 24-26.

21 Li Jingwei, « Nueji shi shuyao » (Exposé sur l’histoire du paludisme), Zhongyi zazhi, 8, 1963, pp. 24-26 et Feng Lan-Chou, « Malaria and its Transmission in Kwangsi », Chinese Medical Journal, 50, 1936, pp. 1799-1814.

22 Ziieng Quanwang, Nüeji zhinan (Principes de la maladie nüe), cité dans Li Jingwei, « Nüeji shi shuyao » Zhongyi zazhi, 8, 1963, pp. 24-26.

23 Lechang xianzhi, 1931,qihou.

24 Long’an xianzhi, 1934, qihou.

25 Cunningham A., « Transforming Plague : The Laboratory and thc Identity of Infections Disease », The Laboratory Revolution in Medicine, pp. 209-244.

26 Shunde xianzhi, 1854, 27, liezhuan, Foshan zhongyi xiangzhi, 1923, 14, renwu, 8, yishu. Dan xianzhi, 1936, 17, renwu fangji.

27 Préface écrite en 1900 par Liang Xilei pour le livre de Feng Xinlan, Foshan zhongyi xiangzhi. 15, yiwen.

28 Benedict C., Bubonic Plague in Nineteenth-Century, China, 1996.

29 He xianzhi, 1934, 10, zaji. Levin, principe opposé et complémentaire du rang, évoque l’ombre, le versant froid et humide de la montagne.

30 Xu Yunnan tongzhi gao, 1901, dili zhi, Yimen xian.

31 Xu Yunnan tongzhi gao, 1901, dili zhi, Jianshui xian.

32 Xu Yunnan tongzhi gao. 1901, dili zhi, Baoning xian.

33 Pingle xianzhi. 1937, qihou.

34 Yongchang fuzhi, 1886, qihou, Xu Yunnan tongzhi gao. 1901, dili zhi, Xinping xian et Xu Yunnan tongzhigao, 1901, dili zhi Simao ting.

35 Xu Yunnan tongzhi gao, 1901, dili zhi, Zhenbian ting.

36 Ya zhouzhi, 1914, qihou.

37 He xianzhi, 1934, 10, zaji, p. 438.

38 Longling xianzhi. 1917, Yiwen, texte de Zhao Jinsheng.

39 Zhaoping xianzhi, 1934, 8, zaji, p. 219.

40 Ann O’ Fel, Parasitologie, Mycologie, pp. 24-35 et PlLLY E., Maladies infectieuses, pp. 386-395.

41 En fait, même en Indochine, la première loi de 1902 n’est pas respectée. Il faut attendre deux nouvelles lois, celle de 1909 et celle de 1912, pour que les médecins se plient à la contrainte du recensement chiffré. Pour cette raison, L. Monnais-Rousselot ne recense les cas et les décès provoqués par la variole, la peste et le choléra en Indochine qu’à partir de 1912, Monnais-Rousselot L., Médecine coloniale, pratiques de santé et sociétés en Indochine française (1860-1939), Une histoire de l’Indochine médicale, p. 55. Les archives relatives au nombre de cas déclarés à Guangzhouwan sont également parcellaires.

42 GGI.dos.42527, épidémie de scarlatine à Yunnanfou, 1922.

43 Ann O’Fel, Parasitologie, Mycologie, pp. 157-171.

44 GGI.dos.28455, Rapport du Dr Binard sur le fonctionnement du service médical consulaire de Mongtzeu pendant l’année 1907.

45 La pathogénèse fulgurante et la létalité de la peste, la forte contagiosité dans des milieux non hygiéniques et l’ignorance de l’étiologie de la peste ont suscité dans chaque contexte culturel et à chaque époque des réactions vives : fuite ou dévouement, recherche de boucs émissaires, quadrillages stricts. Toutes ces réactions, étudiées par M. Foucault dans Surveiller et punir, par J. Ruffié et J.-C. Sournia dans Les Épidémies dans l’histoire de l’homme, par P. Bourdelais dans Peurs et terreurs face à la contagion, par D. Panzac dans La Peste dans l’Empire ottoman, par J. Delumeau dans La Peur en Occident, ou romancées par A. Manzoni dans Les Fiancés et par D. Defoe dans Le Journal de l’année de la peste montrent que la peste fait partie de ces maladies qui ne laissent pas l’homme indifférent.

46 GGI.dos.40967, lettre du Dr Abbatucci au gouverneur général de l’Indochine, 6/5/1905.

47 M. Foucault, dans Surveiller et punir, pp. 228-233, montre les différents schémas que suscitent la peste et la lèpre : la peste « comme à la fois réelle et imaginaire du désordre a pour corrélatif médical et politique la discipline » tandis que la lèpre suscite des rituels d’exclusion.

48 Le Dantec, « État de la santé publique au Yunnan », Bulletin de la Société médico-chirurgicale de l’Indochine, 2,7, 1911, pp. 415-461.

49 GGI.dos.40901, lettre du médecin-chef Mouillac au consul, 6/9/1922, Yunnanfou.

50 GGI.dos.32792, Rapport du Dr Vadon sur le poste consulaire de Yunnanfou en 1914.

51 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Mouillac sur le poste consulaire de Yunnanfou en 1929.

52 GGI.dos.32747, lettre du Dr Barbezieux au gouverneur général de l’Indochine, 1/7/ 1902, Mongtzeu.

53 GGI.dos.65324, Rapport d’ensemble, poste de Mongtzeu, 1907, GGI.dos.4427, Rapport du Dr Strauss le 13/10/1911, Mongtzeu et GGI.dos. 18542, Rapport sur le poste de Mongtzeu, 1912.

54 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Jarland, poste consulaire de Mongtzeu, 1923.

55 GGI.dos.41003, Rapport annuel du médecin-major Jarland, Mongtzeu, 1925.

56 GG1.dos.40663, lettre du Dr Gouillon au gouverneur général de l’Indochine, le 28/7/ 1926.

57 GGI.dos. 18889, lettre du vice-consul Hauchecorne au gouverneur général de l’Indochine, le 05/04/1918. Pour les années antérieuses, voir GGI.dos.22030, GGI.dos.56104, GGI.dos.32773, GGI.dos.32784, GGI.dos.40967.

58 GGI.dos.56104, lettre du vice-consul de Pakhoi, 15/8/1895.

59 GGI.dos.40967, télégramme du vice-consul Guibert du 8/3/1909 et GGI.dos.4465, Rapport d’ensemble pour l’année 1913.

60 Selon Lin Shiquan, la peste aurait été responsable de la mort de 39 422 personnes en l’espace de cinquante ans. Lin Shiquan, Hainan yixue shi yanjiu, (Recherches sur l’histoire de la médecine à Hainan), p. 41.

61 GGI.dos.32756, lettre du 17/4/1900 du consul de Hoihao, GGI.dos.32756, lettre du Dr Feray du 20/6/1905 : État sanitaire pendant l’année 1904, GGI.dos.32756, rapport du Dr Feray, pour le mois de juillet 1905, Hoihao, le 10/8/1905 et GGI.dos.32762, lettres du vice-consul au gouvernement général, les 5/4/1910 et 16/5/1910.

62 GGI.dos.32763, lettre du vice-consul Dufaure de la Prade à Sarraut, gouverneur général, 2/7/1912.

63 GGI.dos. 65328, Rapport 1918 du médecin-inspecteur Garnier.

64 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Esserteau sur le poste médical de Hoihao à l’occasion de l’Exposition coloniale, le 27/5/1930.

65 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Esserteau sur le poste médical de Hoihao à l’occasion de l’Exposition coloniale, le 27/5/1930.

66 Cet enchaînement des épidémies est signalé dans GGI.dos.32789, Rapport sur le fonctionnement du service médical du consulat de France à Canton, du 3/10/1900 au 1/10/1901, dans GGI.dos.42396, Rapport pour l’année 1905 du Dr Dupuy, Canton, le 26/2/1906, GGI.dos.42396, Rapport pour l’année 1906 du Dr Dupuy, Canton, le 14/2/ 1907.

67 GGI.dos.42396, lettres du Dr Dupuy, Canton, du 8/7/1905 et du 14/10/1905.

68 Voir en effet GGI.dos.42396, lettre du Dr Duperron le 2/7/1911 au consul, GGI.dos.40970, lettre Dr Dupuy du 5/2/1913 au médecin-inspecteur d’Indochine et GGI.dos.40970, lettre du consul de Canton Knight au gouvernement général, le 27/4/1914.

69 GGI.dos.40970, télégrammes du 20/10/1916 et du 2/1/1917 du consul Beauvais.

70 GGI.dos.65329, Rapport d’ensemble du médecin-inspecteur Garnier, 1919.

71 GGI.dos. 17733, Rapport d’ensemble, Canton, 1923.

72 GGI.dos.5105, territoire de Kouangtchéouwan. Régime sanitaire 1901-1904, lettre de l’administrateur du territoire de Kouangtchéouwan, M. Alby, du 30/05/1901 et SOM. NF.dos.627, Rapport général sur Kouangtcheouwan de l’administrateur en chef par intérim, Bergès, le 7/5/1902.

73 GGI.dos.23868, épidémie de peste de 1901-1904, lettre de l’administrateur du 26/01/1902.

74 GGI.dos.23852, lettre du médecin-chef de l’ambulance, le 18/05/1903.

75 GGI.dos.23868, épidémie de peste à Kouangtchéouwan de 1901-1904, lettre de l’administrateur en chef du 17/02/1904 ; GGI.dos.5105, lettres de l’administrateur en chef du 11/05/1904 et du 19/08/1904 et SOM. AF.ct. 325.dos. Y20 (1), télégrammes donnant le nombre de cas en 1904-1911 et 1915.

76 GGI.dos.5105, lettre de l’administrateur en chef, du 27/04/1904.

77 GGI.dos.5168, lettre du sous-directeur de la santé de l’Annam. Tonkin, au médecin-inspecteur Grall du 10/05/1905.

78 GGI.dos.5173, situation sanitaire au Kouangtchéouwan. Maladies épidémiques, télégrammes de 1906 et SOM. AF.ct. 325.dos. Y20 (1), télégrammes donnant le nombre de cas en 1904-1911 et 1915.

79 GGI.dos.32855, lettre de l’administrateur en chef du 26/03/1912.

80 GGI.dos.4465, Rapport d’ensemble pour 1913.

81 GGI.dos.40932, lettre de l’administrateur en chef de Fort-Bayard au gouverneur général de l’Indochine, le 26/2/1924.

82 Xian Weixun, Shuyi liiixing shi (Histoire des épidémies de peste), pp. 141-142 et pp. 175-231 ; Benedict C., Bubonic Plague in Nineteenth Century China, pp. 66-69 ; pp. 180-194.

83 L’agent pathogène du paludisme, hématozoaire du genre plasmodium, a été découvert par Alphonse Laveran en 1880. La transmission du paludisme par des moustiques du genre anophèle, soupçonnée depuis 1895, est confirmée en 1898. Quant aux vertus du quinquina, elles sont connues depuis le xviie siècle et la quinine, l’alcaloïde actif, est isolée en 1820 par Pelletier et Caventou.

84 NS. Chine, vol. 650, Rapport annuel, 1907.

85 Série A, Légation de France à Pékin, vol. 449, Rapports médicaux.

86 Asie 1918-1929, Chine, vol. 499, Rapport sur le fonctionnement de l’hôpital et sur l’état sanitaire en 1924, Hoihao.

87 GGI.dos.65324, Rapport d’ensemble pour 1907 et GGI.dos.20034, lettre du consul, Canton, 11/3/1910.

88 GGI.dos.42396, Rapport annuel du Dr Dupuy pour 1905, Canton.

89 NS, Chine, vol. 650, Œuvres françaises, hôpitaux et écoles de Canton, rapport 1907.

90 Gaide, « Notes médicales sur la Chine », AHMC, 1900, pp. 493-505.

91 GGI.dos.28433, Rapport du Dr Barbezieux du 16/1/1904.

92 Dr Ayraud, « Notes succinctes sur le paludisme à Mongtzeu (Yunnam) », AHMC, 1907, pp. 281-285.

93 Id., ibid.

94 GGI.dos.28455, Rapport du Dr Binard sur le fonctionnement du service médical consulaire pendant 1907.

95 GGI.dos.28399, Rapport commercial de É. Rocher pendant le troisième trimestre, Mongtzeu, 1894.

96 Hoskiaer V., Les Routes commerciales du Yunnan, pp. 25-27.

97 Id., ibid.

98 Dr Ayraud, « Notes succinctes sur le paludisme à Mongtzcu (Yunnan) », AHMC, 1907, pp. 281-285.

99 GGI.dos.40934, Rapport du poste consulaire de Mongtzeu, 1923, Dr Jarland.

100 Ann O’Fel, Parasitologie, Mycologie, p. 163.

101 GGI.dos.32773, Rapport du Dr Abbatucci, Pakhoi, 1905.

102 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Essertcau. Hoihao, 1930.

103 GGI.dos.42396, Rapport du Dr Dupuy, Canton, 1906, GGI.dos.20269, Rapport du Dr Barbezieux, Mongtzeu, 1902, GGI.dos.32792, Rapport du Dr Vadon sur le poste consulaire de Yunnanfou en 1914.

104 Launay A., Missions du Kouang-si, introduction.

105 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Grall, Kunming, 1931.

106 GGI.dos.32792, Rapport du Dr Vadon sur le poste consulaire de Yunnanfou en 1914

107 GGI.dos.42401, Rapport du Dr Esserteau, Hoihao, 1931 et GGI.dos.65330, Rapport de l’inspecteur Huart, Canton, 1920.

108 GGI.dos.40894, Rapport du Dr Barbezieux, Yunnanfou, 1905.

109 GGI.dos.40934, Rapport du Dr Mouillac, Yunnanfou, 1923.

110 GGI.dos.40968, Rapport d’ensemble de 1931.

111 GGI.dos.32792, Rapport sur le fonctionnement de l’hôpital Doumer, 1922.

112 GGI.dos.65329, Rapport d’ensemble sur Mongtzeu, 1919, et GGI.dos.40934, Rapport du Dr Jarland, Mongsteu, 1923.

113 Zhang Fengqi, « Yunnan zhi nüeji » (Le paludisme au Yunnan), Yunnan weisheng, 21, 1950. CHEN Chaochang, « Huanan renti jishengchong zhi dagai » (Aperçu général sur la parasitologie des Cantonais), Zhonghua yixue zazhi, 8, 1940, pp. 719-727 ; Zhou Huaihong, « Guangdong sheng Hainan renmin yiyuan 1955 nian 3 yue-1959 nian 3 yue shouzhi nüeji 1150 li de linchuang fenxi » (Analyse clinique de 1 150 cas de paludisme soignés à l’Hôpital populaire de Hainan entre mars 1955 et mars 1959), Zhonghua neike zazhi, 11, 1962. Yun Changfu, « Hainandao gouchong diaocha baogao » (Rapport d’enquête sur la bilharziose à Hainan réalisé en 1957). En 1961, l’Institut de recherche pour la prévention des maladies tropicales de Hainan publie un Hainandao nüeji ziliao zuanyao (Matériaux pour le paludisme à Hainan). Feng Lan-Chou, « Malaria and Its Transmission in Kwangsi, China », Chinese Medical Journal, 50, 1936, pp. 1799-1814.

114 En effet, la mise en place du ministère de la Santé en 1928 n’a pas signifié l’exécution immédiate d’une politique d’hygiène efficace. Une grande part du budget du gouvernement de Nankin était absorbée par les dépenses militaires, pour lutter contre les militaristes régionaux et contre les communistes. La modernisation du pays, de la santé en particulier, exigeait des ressources que l’économie traditionnelle agraire ne pouvait fournir. L’exécution d’une politique de santé, exigeant des mesures drastiques comme la dératisation, la lutte chimique contre les vecteurs de maladie, le DTT contre les anophèles en particulier, n’a pu être menée à bien qu’au lendemain de l’établissement du gouvernement communiste. Voir Yip Ka-Che, « The Kuomintang and China’s Medical Modernization, 1928-1937 », Centennial Symposium on Sun Yat-sen’s Founding of the Kuomintang for Revolution, 1994, Taipei, p. 26 et CROIZIER Ralph, Traditional Medicine in Modem China.

115 Gongcheng Yaozu zizhixian xin zhengqu Huatu, 1992, pp. 411-415 et Sanjiang Dongzu zizhixian zhi, 1992, pp. 802-804.

116 Fusui xianzhi, 1989, pp. 421-425.

117 Chen Chaochang, « Huanan renti jishengchong zhi dagai » (Aperçu des maladies parasitaires chez les Cantonnais), Zhonghua yixue zazhi, 8, 1940, pp. 719-727 et OLDT F., « Hookworm in Kwong Tung and some suggestions for its eradication », The China Medical Journal, 40, 1926, pp. 240 et suivantes.

118 Lin Shiquan, Hainan yixue shiyanjiu, p. 36 et pp. 64-68.

119 Voir Dali Baizu zizhizhou zhi, 1992, p. 342, Mile xianzhi, 1987, pp. 665-666, Dali Baizu zizh zhou zhi, 1992 et Yunlong xianzhi, 1992.

120 Ling L.C., Liu K.B., YAO Y.T., « Studies on the so-called Changch’i in Yunnan », Chinese Medical Journal, 50, 1936, pp. 1815-1828.

121 Simao xianzhi, 1993, pp. 443-444.

122 Feng Lan-Chau, « Malaria and its Transmission in Kwangsi, China », Chinese Medical Journal, 50, 12, 1936, p. 1814.

123 Yao Y.T., Ling L.C., « Studies on the so-called Changch’i », Chinese Medical Journal, 50, 1936, pp. 726-738.

124 NS, Chine, vol. 650, Œuvres françaises, hôpitaux et écoles de Canton, lettre du Dr Mas, 17/4/1902.

125 Voir Sanjiang Dongzu zizhixian zhi, 1992, pp. 799-807 ; Nanxiong xianzhi, 1991, p. 647, Yunlong xianzhi, 1992, Kuaize xianzhi, 1993 ; voir aussi Annales des Missions étrangères, vol. 2, 1913 ou encore GGI.dos.40934, Rapport du Dr Esserteau, Haikou, 1930.

Table des illustrations

Titre Carte 5. DIFFUSION DE LA PESTE DU YUNNAN AU GUANGDONG D’APRÈS LES TRAVAUX DE CAROL BENEDICT.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Carte 6. LE ZHANG AU YUNNAN D’APRÈS LA CHRONIQUE GÉNÉRALE DE 1901.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Carte 7. LES VILLES ET ALENTOURS OÙ LE PALUDISME SÉVIT À L’ÉTAT ENDÉMIQUE ET ENDÉMO-ÉP1DÉMIQUE DANS LES ANNÉES 1950 AU YUNNAN.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33128/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33128/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search