Version classiqueVersion mobile

La santé en Chine du Sud (1898-1928)

 | 
Florence Bretelle-Establet

Chapitre premier. Dégradation de l’assistance médicale impériale, face à une pression occidentale croissante

Texte intégral

Une dégradation de l’initiative impériale

  • 1 Guillaume P., Le rôle social du médecin depuis deux siècles, pp. 57-59.
  • 2 FEE E., Porter D., Public Health, Préventive Medicine and Professionalization : England and America (...)

1Les médecins français qui arrivent en Chine à partir de 1898 sont consternés par l’absence de mesures gouvernementales dans le domaine de la santé. Depuis le milieu du siècle, ils ont vu, en France, grandir le rôle de l’État dans ce domaine pour répondre aux problèmes sociaux engendrés par l’industrialisation et l’urbanisation rapide. En 1848, un Comité consultatif d’hygiène publique a été créé, chargé d’éclairer le ministère de l’Intérieur sur les mesures à prendre en temps d’épidémie, pour améliorer les conditions sanitaires et propager la vaccine, entre autres. Dans les départements français, ont été fondés des conseils et des commissions d’hygiène publique. En 1849 est créée l’Assistance publique1. Ce mouvement ne se limite pas à la France. Dans le reste de l’Europe comme aux États-Unis, la fin du xixe siècle est marquée par l’essor d’un mouvement médical où la puissance publique se donne le droit et même le devoir d’imposer aux individus des règles d’hygiène pour le bien de la collectivité2. Les envolées du Dr Barbezieux, en poste à Mengzi, en témoignent :

  • 3 GGI.dos.32747, Rapport sanitaire du Dr Barbezieux, juin à septembre 1901, Mongtzeu.

« Dans les États civilisés, des administrateurs, des hommes politiques, des savants, groupés en corps spéciaux officiellement reconnus, font essentiellement partie de l’immense organisme gouvernemental. Il existe des sociétés savantes, des comités [...] pour tout ce qui se rapporte à l’hygiène et à l’assistance publique, à la médecine, à la vaccination, aux épidémies, aux logements insalubres. [...] En Chine, il n’en est pas de même : il n’y a rien, ou presque rien de semblable. Le peuple est à peu près indifférent, dans tous les cas, fort ignorant : quant aux autorités constituées, elles n’éprouvent aucun besoin de modifier un état de choses, établi depuis de longs siècles, dont elles profitent, dont elles abusent...3 »

  • 4 Pour l’époque des Tang, on peut se référer aux études de Feng Hanyong, « Zuguo zhonggu shidai de yi (...)

2En Chine, un idéal de responsabilité étatique dans le domaine de la santé semble avoir prévalu depuis la fin des Tang jusqu’aux Yuan du ixe au xive siècle. Sous les Tang, en effet, l’État encourage et finance la gravure sur pierre des meilleures prescriptions médicales érigées sur les places publiques et réserve sur le trésor national un budget pour aider les plus pauvres à se procurer, localement, les médicaments. Après les persécutions des bouddhistes de 845 et le démantèlement des monastères abritant de nombreux établissements de bienfaisance, le gouvernement des Tang puis des Song, en particulier sous le ministre Cai Jing (1046- 1126), prend à sa charge les organismes de charité publique. Il institue des établissements d’assistance portant une dizaine de noms, les plus connus étant les anle fang (Maison de paix et de joie), les anji fang (Maison de paix et d’entraide), sorte d’infirmeries destinées à abriter les malades les plus gravement atteints et à limiter l’extension des épidémies, ou encore les yangji yuan, établissements d’assistance et de soulagement. Les Song financent aussi la distribution gratuite de médicaments dans des pharmacies populaires nouvellement créées, les huimin yaoju. La participation gouvernementale dans le domaine de la santé est renforcée sous les Yuan (1280-1368) qui nomment des responsables chargés de contrôler les médecins et les pharmacies populaires. Pour promouvoir l’enseignement de la médecine officielle à l’échelon local, le gouvernement favorise la création de bureaux médicaux, les yixue, dans chaque sous-préfecture. La volonté d’approvisionner chaque région en médecins officiels conduit le gouvernement à prendre en considération toute une partie de la population qui vit de la médecine sans avoir emprunté la voie officielle de l’Académie impériale de médecine. Par la création des yixue et par l’érection des temples des Trois Sages, les Sanhuang miao, les Yuan cherchent à concilier l’élite médicale officiellement formée et les thérapeutes localement instruits ; les séances bimensuelles, tenues depuis 1285 dans les temples des Trois Sages, permettent aux médecins d’une même région de se réunir, de se connaître et d’échanger des expériences4.

  • 5 LEUNG Angela Ki Che, « Organized Medicine in Ming-Qing China State and Private Medical Institutions (...)

3Même s’il est difficile d’évaluer la portée réelle de ces mesures gouvernementales et de ces institutions, accusées dès leur création d’être surtout bénéfiques aux responsables corrompus et de n’exister que par le nom, la participation financière de l’Empire pour un enseignement médical et une assistance sanitaire à chaque échelon administratif, instaure, comme le suggère Angela Ki Che Leung, un idéal de responsabilité gouvernementale pour la santé publique5.

  • 6 Voir, dans l’ordre, Yongchang fuzhi, 1886, 15, jianzhi, Gongcheng xianzhi, 1890, 1, guanshu et Rang (...)

4Les chroniques locales du Yunnan, du Guangxi et du Guangdong de la fin du xixe siècle ne signalent le fonctionnement des pharmacies populaires, les huimin yaoju, ou des bureaux médicaux, les yixue, qu’en de très rares occasions. La chronique générale du Yunnan de 1901 n’en mentionne aucun. Seule la chronique de la préfecture de Yongchang évoque la présence de bureaux médicaux dans quelques sous-préfectures comme Baoshan, Tengyue, Yongping, sans donner aucune précision sur leur fonctionnement réel. Dans la province du Guangxi, un bureau médical, qui ne fonctionne plus en 1890, aurait existé dans la sous-préfecture de Gongcheng ; un autre, détruit depuis longtemps, est mentionné dans la chronique de Rongxian. La chronique générale du Guangdong de 1824 fait allusion à une pharmacie populaire et à un bureau médical à Wucuan, construits sous le règne Yongle (1403-1424), mais qui ont disparu ; la chronique de Dongguan atteste la présence ancienne d’une pharmacie populaire construite dans la sous-préfecture sous le règne Xuande des Ming (1426-1436) qui n’existe plus depuis longtemps. La chronique de Canton de 1880 rapporte néanmoins qu’une pharmacie populaire à laquelle est annexé un dispensaire médical existait dans la sous-préfecture de Panyu6.

  • 7 Benedict C., Bubonic Plague in Nineteenth Century China, p. 122.

5Ce triste état des lieux n’est pas propre au Yunnan, au Guangxi ou au Guangdong. Angela Ki Che Leung a montré qu’en dépit de quelques édits incitant à renforcer la participation financière de l’Empire pour le bien-être social, sous les règnes Hongwu (en 1373 et en 1387) et Xuande (en 1428) de la dynastie des Ming, ou sous l’empereur Yongzheng des Qing (1724), en particulier, la grande majorité des pharmacies populaires et des bureaux médicaux cesse de fonctionner à partir du milieu du xvie siècle dans la région du Bas-Yangzi. Une exception à l’indifférence gouvernementale qui prévaut, selon elle, sous les Ming et sous les Qing : les sursauts épidémiques sont toujours considérés comme des crises sociales dignes d’être rapportées aux autorités centrales qui tentent de les résoudre par l’envoi gratuit de plantes médicinales. 11 semble que les officiels en poste au Yunnan, au xixe siècle, en soient arrivés à négliger de prévenir les autorités centrales de ces sursauts épidémiques : la rareté des rapports concernant les épidémies du Yunnan sous les Qing, au centre des archives nationales de Pékin, en témoigne7. Ainsi, contrairement à ce qui se passe en Europe, les réponses apportées aux épidémies et aux problèmes de santé publique à la fin du xixe siècle, en Chine, ne relèvent pas de l’autorité centrale.

Paralysie des établissements charitables traditionnels

  • 8 Laffey E.S., « In the Wake of the Taipings : Some Patterns of Local Revoit in Kwangsi Province », M (...)

6Une investigation des chroniques locales, au chapitre des actions de charité (cishan zhi) ou au chapitre des constructions (jianshe), montre que chaque sous-préfecture (xian ou zhou) au tournant du siècle dispose ou a disposé d’établissements charitables d’assistance. Les yangji yuan, établissements d’assistance et de soulagement, les puji tang, établissements d’assistance pour tous et les yuying tang, orphelinats, constituent le trio presque réglementaire de chaque sous-préfecture. Hormis les yuying tang dont la fonction est spécifique – ils recueillent et élèvent les enfants orphelins sans famille – les sources mentionnent rarement la fonction précise des établissements charitables, qu’il s’agisse des yangji yuan ou des puji tang. Ceux que les sources décrivent un peu longuement sont généralement destinés à soulager un certain quota de pauvres et d’infirmes, selon des règles précises, en offrant de la nourriture, des vêtements d’hiver et d’été, des cercueils et parfois des soins et des médicaments. Mais ces sources dressent surtout un bilan noir des destructions matérielles subies au cours des règnes Xianfeng (1851-1861) et Tongzhi (1862-1874). Le Guangxi, berceau du mouvement insurrectionnel des Taiping (1851- 1864), ne retrouve son calme qu’au début des années 1870, après avoir subi les conséquences de vingt ans de luttes entre les élites locales de la province et quelques groupes armés, en particulier les Pavillons noirs et les Pavillons jaunes8. La rébellion des musulmans de 1856 à 1873 a laissé la province du Yunnan exsangue et le constat dressé par la chronique générale de 1901 est accablant : sur 86 établissements charitables incluant les établissements d’assistance et de soulagement, les établissements d’assistance pour tous, ou les orphelinats, recensés sur l’ensemble du Yunnan, une trentaine est détruite entre 1857 et 1868 par les événements militaires. Certains sont reconstruits après les années 1870, d’autres restent en ruine signalés dans les chroniques locales comme « étant abandonnés depuis longtemps » (carte 3).

  • 9 Dans l’ordre, Xu Yunnan tongzhi gao, 1901, dili zhi, yashu Yimen xian et Yuanjiang zhigao, 1922, 6.

7Les sources locales montrent que ces établissements sont relativement anciens, fondés pour certains d’entre eux au début de la dynastie des Ming et restaurés au fil du temps. À l’initiative des reconstructions qui suivent la rébellion des musulmans au Yunnan, on trouve souvent l’ouverture par un fonctionnaire, préfet, sous-préfet ou directeur des lettrés, d’une souscription à laquelle participent aussi les chengshen notables de la ville, les familles charitables et parfois les marchands. Dans la sous-préfecture de Yimen par exemple, le yangji yuan, fondé à une date inconnue à proximité du temple du Dieu des Murs et des Fossés de la ville, fut reconstruit en 1765 par le sous-préfet Li Gu. Cet établissement fut détruit en 1869. En 1877, le sous-préfet Cheng Zhanchun ouvrit une souscription pour le reconstruire. À Yuanjiang, le yangji yuan avait été fondé en 1882 par le sous-préfet. Après l’incendie de cet établissement en 1895, des notables de la ville comme Peng Songlin, Peng Songhua ou Wu Lanfang, firent des dons et permirent à l’établissement de sortir de ses ruines9.

  • 10 Ch’ü T’ung-tsu, Local Government in China under the Ch ’ing, pp. 156-164.

8Ces établissements, au même titre que les pharmacies populaires ou les bureaux médicaux, auraient dû relever du gouvernement central. Mais les sources du Yunnan, du Guangxi et du Guangdong confirment la thèse de Ch’ü T’ung-tsu : à l’échelle de la sous-préfecture, ces organisations ne reçoivent plus au cours de la dynastie des Qing de subventions directes de l’Empire. Il incombe donc au préfet ou sous-préfet de financer sur ses deniers ce type d’organisation, faisant ainsi preuve envers ses administrés d’un paternalisme confucéen louable, ou de solliciter les dons de la part de familles riches locales10.

Carte 3. ÉTABLISSEMENTS CHARITABLES CHINOIS PROCURANT OCCASIONNELLEMENT DES MÉDICAMENTS D’APRÈS LA CHRONIQUE GÉNÉRALE DU YUNNAN DE 1901 ET DU GUANGDONG DE 1824.

Carte 3. ÉTABLISSEMENTS CHARITABLES CHINOIS PROCURANT OCCASIONNELLEMENT DES MÉDICAMENTS D’APRÈS LA CHRONIQUE GÉNÉRALE DU YUNNAN DE 1901 ET DU GUANGDONG DE 1824.

9Ces établissements sont généralement dotés d’une terre et tirent leurs revenus de la rente agricole qui en est issue et des intérêts de sommes d’argent placées chez des commerçants. Le règlement du yangji yuan de Lechang, dans la province du Guangdong, restauré en 1891 par le sous-préfet Jiang Xingxi, donne une idée du fonctionnement de ce type d’organisations.

  • 11 Lechang xianzhi, 1931,7. jianzhi. Pour la valeur du liang et du fen, cf. note 23, p. 78.

« – Cet établissement a été agrandi pour recevoir une vingtaine d’aveugles, d’orphelins et de pauvres [...]. Il dispose de plus de 700 liang ; une centaine a servi à édifier les bâtiments, le reste a été mis en gage chez des commerçants qui versent chaque mois des intérêts. Avec ces intérêts, l’établissement peut accroître ses dons en céréales aux orphelins et aux pauvres, et avec 100 liang d’intérêts, il donne en hiver des vêtements ouatés et du bois pour la confection des cercueils.
– L’argent qui a été collecté pour les orphelins et les pauvres et qui a été placé chez les commerçants ne peut en aucun cas être retiré par les souscripteurs.
– Sont admis les orphelins et les pauvres, hommes ou femmes, de plus de soixante ans ; sont aussi admis les aveugles qui ne peuvent pas gagner leur vie et qui n’ont aucun soutien familial, ni père, ni mère, ni frère, ni époux ou épouse, ni enfant, ni neveu et qui n’ont aucun moyen de subsistance ; quiconque y est admis doit donner son nom, son âge, son adresse ; les hommes informent sur leur parents et leur épouse ; les épouses informent sur le nom de leur mari et sur leur parenté proche, et tout est rapporté pour vérification. [...] Ensuite lorsqu’ils sont admis, on leur attribue une plaquette qui comporte tous ces renseignements.
– Lorsqu’une personne est admise, l’organisme de notre sous-préfecture délivre chaque mois des céréales. Les aveugles et les pauvres apportent leur plaquette à la personne chargée de contrôler qui note le prélèvement. [...]
– Pour ce qui est de l’admission dans l’établissement, pour un homme aveugle, on prend une femme aveugle, pour un homme orphelin pauvre, une femme orpheline pauvre ; il peut y avoir des arrangements si par exemple c’est le tour de prendre un aveugle et qu’il n’y a pas d’aveugle, on peut prendre un orphelin pauvre à la place11. »

10Les chroniques locales ne fournissent guère plus de renseignements sur le fonctionnement de ces établissements. On sait que certains offraient à leurs bénéficiaires un peu d’argent, 1 fen par jour ; d’autres offraient de la nourriture, des vêtements, des cercueils et parfois des soins et des médicaments. La chronique de Dongguan décrit le type d’assistance que ces établissements apportent à la fin du xixe siècle.

  • 12 Dongguan xianzhi, 1911, 16, jianzhi.

« Le yangji yuan, au temps des Ming, abritait les orphelins, les pauvres et les infirmes, il leur donnait tous les mois trois boisseaux de riz et de nouveaux vêtements à chaque hiver et à chaque été. Sous les Qing, il a continué à donner des céréales et des vêtements et, chaque année, il dépense jusqu’à 358 liang d’argent. Ces derniers temps, le yangji yuan a abrité 217 aveugles, 180 aliénés, en tout 397 personnes. Il donne à chaque personne les rations quotidiennes de céréales pour un fen12. »

11La chronique de Shanglin, sous-préfecture du Guangxi, souligne l’assistance « fin de vie » de ce type d’établissements :

  • 13 Shanglin xianzhi, 1934,6.

« Le yangji yuan, [...] fut construit en 1687. Aujourd’hui son adresse a changé [...] et les gens âgés comme les villageois continuent à l’appeler yangji yuan. Il est pour les orphelins et les vieillards. Autrefois il recevait les malades atteints de maladies chroniques et anciennes ainsi que les pauvres sans famille13. »

  • 14 Durand-Fardel A., Les Etablissements de bienfaisance indigènes et les institutions sanitaires étran (...)

12A la fin du xixe siècle, les observateurs étrangers signalent la faiblesse des moyens de ce type d’organisation. Le Dr Durand-Fardel, à la suite d’une visite faite aux différents établissements de bienfaisance de Canton, note dans les années 1880 que l’amoindrissement de la richesse gouvernementale, le relâchement du pouvoir central et le ralentissement des bonnes volontés ont réduit ces établissements à un état misérable. A ses yeux, seul l’orphelinat de Canton présente « quelque chose d’organisé », avec près de deux cents nourrices ayant chacune à charge un enfant. Le refuge pour les vieilles femmes lui laisse une impression générale satisfaisante comparé à l’affreux spectacle qu’offrent les refuges pour aveugles. Quant aux refuges des vieillards : « C’est Bicêtre et la Salpêtrière, moins les aliénés14 ».

  • 15 GGI.dos.32789, lettre du consul au gouverneur général de l’Indochine du 20/04/1903.

13Une vingtaine d’années plus tard, en 1903, le consul français à Canton constate que les établissements publics entretenus par les autorités provinciales, comme l’hospice des enfants abandonnés ou l’hospice des vieillards, tiennent plus de la maison de retraite que de l’hôpital15.

14C’est donc dans ce contexte de dégradation de l’assistance impériale, de paralysie et de ruine des établissements charitables traditionnels, que des médecins occidentaux arrivent en Chine.

L’expansion de la médecine française et occidentale en Chine du Sud

  • 16 C’est un chapitre de l’histoire particulièrement bien étudié par les travaux complémentaires de H. (...)

15L’envoi de médecins français en Chine du Sud est décidé à la fin du xixe siècle, lorsque les pays européens, animés par une fièvre impérialiste depuis 1870, procèdent à un partage du monde, pratiquement accompli en 1914. L’ouverture de la Chine aux étrangers débute à la signature du traité de Nankin, le 29 août 1842, au lendemain de la défaite de la Chine contre l’Angleterre dans la première guerre de l’Opium de 1840-1842 : ports ouverts, tolérance impériale à l’égard des religions catholique puis protestante, régime des concessions, administration des douanes, telles sont les conquêtes obtenues par les puissances occidentales entre 1842 et 189416.

  • 17 Cordier H., Histoire des relations de la Chine avec les puissances occidentales, 1860-1902, pp. 531 (...)

16Dans cette expansion qui profite aux grandes puissances européennes et aux États-Unis, la situation que s’est acquise la France dans la péninsule indochinoise dicte des priorités régionales. La France, en 1884, a pratiquement achevé la conquête de l’Indochine. Le traité franco-chinois du 9 juin 1885 (traité de Tianjin, Patenôtre), mettant fin à « l’affaire du Tonkin », complété par une convention de 1887, ouvre au commerce français trois villes situées sur la frontière sino-tonkinoise, Mengzi, Longzhou et Manhao et concède la possibilité de bénéficier de tarifs douaniers inférieurs aux tarifs en vigueur17. La France commence ainsi à s’assurer une situation privilégiée dans la partie méridionale de la Chine.

  • 18 Entre 1896 et 1899 chaque puissance européenne approuve la doctrine des « sphères d’influence » : l (...)

17La défaite de la Chine dans la guerre sino-japonaise de 1894-1895 accélère cependant la course aux privilèges. La Chine, malgré la modernisation de ses armées, s’est montrée incapable de résister à l’offensive du Japon et se trouve acculée à payer une indemnité de guerre écrasante. Les pays occidentaux ou occidentalisés se lancent alors dans une compétition acharnée pour obtenir de nouveaux privilèges qui aboutissent à l’établissement de « sphères d’influence », chasses gardées pour l’exploitation des richesses minières et alimentaires18. Voies ferrées et territoires à bail sont les nouvelles concessions que la Chine doit consentir à l’expansion européenne.

  • 19 Brenier H., Un livre anglais sur le Yunnan et l’exploration de la province du Yunnan, pp. 22-29. L’ (...)

18Dans ce contexte de dépècement, où chaque pays arrache à la Chine un peu de sa souveraineté, la politique française, servie depuis l’Indochine par Paul Doumer, nommé gouverneur général en mars 1897, et soutenue par Gabriel Hanoteaux, ministre des Affaires étrangères (1894-1898) et ancien chef de cabinet de Jules Ferry acquis à la politique impérialiste, est particulièrement incisive. Depuis que différentes missions – l’exploration du Mékong par Doudart de Lagrée et ses compagnons en 1866-1868, la mission du Tibet de 1855 à 1870 de l’abbé Desgodins, l’étude de la province du Yunnan d’Émile Rocher en 1879, l’étude des routes commerciales du Yunnan de Hoskiaer, en 1883, les relevés de Madrolle ou encore l’histoire d’un voyage au Yunnan de L. Pichon19, en 1882 –, ont prouvé l’existence de mines d’or, d’étain, d’argent, de fer et de cuivre, l’intérêt pour le sud de la Chine n’a cessé de s’amplifier. Disposant d’un moyen de pression efficace, le consentement d’un emprunt de 400 millions de francs à la Chine pour payer les indemnités de guerre au Japon, la France obtient, par différents accords, des avantages analogues à ceux consentis à la Russie et l’Allemagne. La convention du 20 juin 1895 ouvre la ville de Simao dans le Yunnan, avec droit de résidence pour les sujets et protégés français dans les conditions identiques à celles qui sont faites dans les ports ouverts ; elle autorise la France à poursuivre les voies ferrées du Tonkin en territoire chinois et promet de réserver par préférence à des ingénieurs ou industriels français l’exploitation des mines dans les provinces du Yunnan, du Guangxi et du Guangdong. Par les déclarations du 15 mars 1897 et du 10 avril 1898, le gouvernement chinois s’engage à ne pas céder à une puissance autre que la France aucun des territoires de l’île de Hainan et des provinces du Yunnan, du Guangdong et du Guangxi. Puis, à l’instar de l’Allemagne qui obtient, en réparation de l’assassinat de deux missionnaires allemands, la concession de la baie de Jiaozhou, le gouvernement français reçoit en mai 1898 la baie de Guangzhouwan (Kouang-Tcheou-Wan), dans la province du Guangdong, pour une durée de quatre-vingt-dix-neuf ans. Ainsi s’affirme en Chine du Sud la politique française des sphères d’influence, servie par des consuls et vice-consuls désormais mis en place par le ministère des Affaires étrangères pour conforter les nouveaux acquis et aller de l’avant. À côté des consulats de Canton, datant du début de la concession française, et de Mengzi créé en 1889, des vices-consulats sont inaugurés à Simao (Szemao) en 1896 par Bons d’Anty, à Hainan en 1897 par Culliéret, à Beihai (Pakhoi) et à Kunming en 1899 par François.

  • 20 Ces rapports sont une mine d’informations économiques, politiques et militaires.
    À titre d’exemples, (...)

19La France dispose donc d’agents consulaires qui doivent aider à l’expansion française en Chine du Sud mais qui constituent aussi de formidables postes d’observation sur les mouvements de troupes, les insurrections de rebelles, ou l’état de la piraterie, si utiles à la sécurité et au développement de l’Indochine20. Restent les maladies pestilentielles chinoises, dont Émile Rocher, fidèle serviteur des intérêts français au Yunnan et consul à Mengzi, constate en 1893 l’imminente menace :

  • 21 GGI.dos.19692, Note sur la situation économique et industrielle du Yunnan, Rapport du consul Rocher (...)

« La peste a fait assez peu de victimes dans le Nord, l’Ouest, l’Est et le Centre. Le Sud, y compris les villes de Tong Hai, Lingngan, Yuan Tchiang, Shih p’ing et P’ou Eul, ont été assez éprouvées. À Mongtze même et dans toute la sous-préfecture, le fléau a sévi avec beaucoup d’intensité, le nombre des décès, d’après les renseignements officiels, a dépassé les trois mille. [...] Un fait non moins digne d’être mentionné, c’est que le fléau qui jusqu’ici n’avait jamais fait de victime à l’altitude de 2 000 mètres et n’était jamais descendu au-dessous de 600 mètres, a visité Kou Siou situé à 2 300 mètres et enlevé plusieurs familles à Manghao sur la rive droite du Fleuve Rouge à une hauteur de 300 mètres seulement. Cette marche anormale de l’épidémie [...] semble indiquer, maintenant qu’elle s’est acclimatée aux différentes altitudes, qu’elle ne s’arrêtera pas à Manghao. Sans être pessimiste, il y aurait, me semble-t-il, de bonnes raisons pour étudier la marche du fléau et prendre certaines précautions afin d’empêcher qu’il se propage dans notre colonie21. »

  • 22 Rocher É.. La province chinoise du Yunnan. 1879. PICHON L., Un voyage au Yunnan. 1893. Thoulon, « P (...)

20Le déclenchement une année plus tard d’une terrible épidémie de peste à Canton et dans d’autre ports alentours qui, pour la seule ville de Canton, causa la mort de 70 000 à 100 000 personnes sur une population estimée à 1 million et demi, sonna l’alarme. Cette épidémie venait confirmer les craintes maintes fois formulées par les observateurs français sur la marche ouest-est de l’épidémie. Émile Rocher soulignait l’existence d’épidémies de peste au début des années 1870, dans les régions de Pu’er à Zhaotong et au voisinage de Kunming. Louis Pichon notait en 1882 que la peste faisait déjà de nombreuses victimes à Beihai, petit port à l’extrême ouest du Guangdong. Le Dr Thoulon, en poste à Longzhou, rapportait en 1898 qu’une petite épidémie de peste avait éclaté en 1889 à Liancheng, suivie deux ans plus tard d’une nouvelle épidémie qui avait gagné la ville de Longzhou22.

  • 23 Yersin découvre en 1894 le bacille responsable de la peste bubonique. Simond découvre en 1898 le rô (...)
  • 24 Ces termes sont fréquemment employés, notamment dans la lettre du directeur général de la Santé, da (...)
  • 25 Monnais-Rousselot L., Médecine coloniale, pratiques de santé et sociétés en Indochine française (18 (...)

21Quand les ports de Canton et de Hongkong sont à leur tour contaminés, en 1894, les Français sont conscients que cette maladie est en pleine expansion et qu’elle échoue à ces points extrêmes du territoire, après avoir suivi, au cours des vingt dernières années, les routes commerciales qui sillonnent le Yunnan, le Guangxi et le Guangdong. De là, elle menace le monde entier, et en première ligne, les pays frontaliers de la Chine ou ceux qui sont reliés à elle par un courant régulier de commerce. C’est le cas de l’Indochine. Le souci de protéger la colonie française de cette maladie, dont le germe causal vient tout juste d’être identifié par les travaux de Yersin et Kitasato à Hongkong, ne va cesser de préoccuper les autorités coloniales françaises23. Lorsque, en avril 1898, le gouvernement français obtient du gouvernement chinois l’autorisation de construire une voie ferrée reliant Hanoi à Kunming, la menace se précise : les épidémies chinoises de peste, dont l’agent transmetteur est désormais connu, ne seront bientôt plus qu’à trente-six heures de la colonie française. Ce n’est donc pas un hasard si cette même année, les ministères français des Affaires étrangères et des Colonies décident d’envoyer des médecins dans les postes consulaires de toutes les régions en contact avec l’Indochine : c’est pour y installer un quadrillage sanitaire destiné à protéger la santé publique de l’Indochine. Qualifiés alors de « sentinelles avancées » ou de « ceinture de sûreté » de l’Indochine, ces médecins doivent protéger la santé des citoyens français établis dans la colonie et en métropole, et celle d’une population indigène au service des intérêts de la France24. L’Indochine fait en effet partie des colonies dites d’exploitation et dès le début du xxe siècle, des programmes sanitaires sont engagés pour « fortifier », selon les termes de l’époque, la main d’œuvre indochinoise en vue d’une meilleure rentabilité collective25.

22Mais le rôle de ces postes ne se limite pas là : par la vocation philanthropique de leur mission, les médecins français sont, comme partout ailleurs, pressentis comme des agents d’influence privilégiés. Ils doivent gagner la confiance des Chinois et la sympathie des élites. En effet, la défaite de la Chine dans la guerre sino-japonaise de 1894-1895 exacerbe les rivalités entre les différents pays installés en Chine depuis la première guerre de l’Opium. Dans ce contexte de course aux privilèges, la volonté de séduire la population et les élites chinoises par des moyens pacifiques s’exprime par la création d’écoles et de dispensaires. Et à leur arrivée en Chine, les médecins français constatent qu’ils ont été, en certains endroits, devancés.

  • 26 Après les traités de décembre 1844, de février 1846, mais plus encore après le Traité de Tianjin de (...)

23Jusqu’à la fin du xixe siècle, l’action médicale des catholiques, dominés dans ces provinces par les Missions étrangères de Paris, semble limitée26. Avant que ne soient fondés, en 1906 par les sœurs de Saint-Paul de Chartres, quatre dispensaires à Nanning, Longzhou, Dongxing et Haikou et la léproserie de Qujiang (Sheklung), aucune grande organisation sanitaire n’a été créée par les catholiques.

24D’après les notes de Mgr Lavest, la mission du Guangxi comporte, en 1902, cinq stations ; elle ne dispose que de deux véritables églises et les œuvres de charité sont rares et modestes :

« Afin de suppléer dans une certaine mesure aux hôpitaux et aux dispensaires qui n’existent pas dans le Kouang-si, les missionnaires ont de petites pharmacies portatives. Ils en confient parfois une partie au catéchiste, et tous les deux s’en vont distribuer, avec la parole qui sauve les âmes, quelques remèdes pour soulager les corps. »

25Les pharmacies ambulantes restent cependant très simples :

  • 27 Mgr Lavest, « La mission du Kouang-si », Annales des Missions étrangères, 1907, p. 330.

« Elles se composent d’une boîte de dimensions modestes renfermant des pilules différentes de goût, mais généralement égales de grosseur et de couleur, et des petits flacons qui sont des merveilleux spécifiques pour baptiser les enfants moribonds27. »

  • 28 Lettre commune des Missions étrangères de Paris, 40, 1903.

26Au Guangdong, en 1903, la mission fait fonctionner plus de trois cents écoles dans la province, mais elle ne possède ni pharmacie ni établissement hospitalier ou dispensaire28.

  • 29 The China Mission Handbook, Shanghai, American Presbyterian Mission Press, 1896, pp. 92-102, 178,27 (...)

27En revanche, les missions protestantes ont été actives. La province du Guangdong cristallise tous leurs efforts : à la veille de 1900, elles possèdent déjà une quinzaine d’hôpitaux ou dispensaires. L’American Presbyterian Mission a fondé trois hôpitaux à Canton : le Canton Hospital, l’hôpital psychiatrique John G. Kerr et l’hôpital Gregg pour les femmes et les nourrissons ; l’English Wesleyan Mission dispose à Foshan d’un hôpital depuis 1881. La Rhenish Mission a fondé un hôpital à Dongguan en 1891. Dans la partie orientale du Guangdong, la Presbyterian Church of England dispose de deux hôpitaux : l’un à Shantou, l’autre à Zhaozhou ; l’English Presbyterian Mission possède deux hôpitaux et un dispensaire à Shantou ainsi qu’un dispensaire à Zhaozhou. L’American Baptist Missionary Union dispose à Shantou de trois structures médicales en 1896. La Basel Missionary Society a ouvert un dispensaire à Jiaying. La Mission of the Presbyterian Church of England a construit un hôpital en 1896 dans la ville de Wujing, à la frontière du Fujian. La Berlin Missionary Society possède un petit hôpital dans la région de Nanxiong. Dans la partie occidentale du Guangdong, l’American Presbyterian Mission dispose d’un hôpital à Yangjiang, de deux hôpitaux à Lianzhou et de trois structures dans l’île de Hainan. À Beihai, la Church Missionary Society a ouvert un hôpital en 1887. En revanche, les provinces du Guangxi et du Yunnan ne comptent jusqu’à la fin du xixe siècle que peu de structures médicales protestantes (carte 4)29.

Carte 4. PRESENCE DES ETRANGERS AVANT ET APRES 1900 : PORTS OUVERTS, RESIDENCES DES MISSIONNAIRES ET ÉTABLISSEMENTS SANITAIRES.

Carte 4. PRESENCE DES ETRANGERS AVANT ET APRES 1900 : PORTS OUVERTS, RESIDENCES DES MISSIONNAIRES ET ÉTABLISSEMENTS SANITAIRES.

28Le gouvernement français n’entend pas rester en arrière de ce mouvement, comme en témoignent les propos tenus par le médecin-inspecteur des Services sanitaires et médicaux de l’Indochine pour rappeler le contexte dans lequel avaient été créés les postes médicaux consulaires :

  • 30 GGI.dos.25107, lettre du 24/4/1910 du médecin-inspecteur des Services sanitaires et médicaux de l’I (...)

« Quand fuient créés le poste de Canton, ceux de Hoihao, de Yunnansen [...] on recherchait un moyen de pénétration pacifique dans ce milieu systématiquement fermé aux étrangers. On voulait s’efforcer de gagner la confiance, la sympathie des indigènes, et sans diminuer en rien le mérite philanthropique de l’œuvre, on pouvait espérer, grâce à cette sympathie, par échange réciproque des bons procédés, des concessions avantageuses à notre nationalité. Guidés par les mêmes sentiments, les Anglais, les Allemands, les Américains rivalisèrent d’ardeur pour se concilier les populations et les autorités chinoises30. »

  • 31 Pour une histoire complète des moyens techniques et financiers de ces structures médicales français (...)

29C’est donc dans la double optique de protéger la santé publique de l’Indochine et d’appuyer l’influence française en Chine du Sud que sont créés les postes médicaux français laïques de Mengzi, Simao, Longzhou, Kunming, Haikou, Canton et Beihai dans les premières années du xxe siècle. Ces postes fonctionneront, pour la plupart, jusqu’au début des années 1930, employant un personnel vietnamien puis chinois de plus en plus nombreux et se dotant assez rapidement d’installations médicales modernes : laboratoire de microbiologie, bloc opératoire, équipements de radiologie31.

30Terminons ce tableau rapide de la présence médicale occidentale en Chine du Sud en rappelant la réalité de la médecine et de la profession médicale occidentale de la toute fin du xixe siècle. Ce rappel est indispensable pour bien comprendre à quelles notions et à quelles techniques les médecins français et leurs confrères protestants seront à même de rallier la population chinoise.

  • 32 Turin Y., Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale. Écoles, médecines, religion, 1830-1880, (...)

31Les médecins occidentaux qui arrivent en Chine du Sud à la fin du xixe siècle ne ressemblent plus à ceux étudiés par Y. Turin ou K. MacPherson qui, près de quarante ans avant, exerçaient dans l’Algérie coloniale ou dans la concession de Shanghai. Le médecin militaire français de 1898 n’est plus celui du temps de la conquête algérienne qui, muni de quelques rares acquis thérapeutiques comme le sulfate de quinine, l’iodure de potassium et les collyres acceptés par les populations colonisées, aux prises avec son malade indigène, devait faire mieux que les amulettes avec une marge de manœuvre guère plus grande. Yvonne Turin rappelle en effet les incertitudes qui, dans les années 1850, accompagnaient les campagnes de vaccination antivariolique en Algérie : certains médecins attendaient les grosses chaleurs pour vacciner, d’autres au contraire la saison froide, « tout cela un peu à la grâce de Dieu ». Un praticien d’Oran se félicitait même que les vaccinations n’eussent pas entraîné de morts d’enfants, ce qui, dit-il, aurait condamné toute intervention ultérieure. Il n’était lui-même pas très sûr des risques et des probabilités de telles pratiques. Les rapports de ces médecins portent la trace de leur inquiétude et traduisent la conscience progressivement acquise d’être en présence d’une cause majeure qui leur échappe : « Ils croyaient aux miasmes, aux vents, au degré d’humidité, peu à peu leur horizon se vide et certains comprennent qu’il faut aller chercher ailleurs32. »

  • 33 Macpherson K.L.. A Wilderness of Marshes : The origins of Public Health in Shanghai. 1843-1893, p.  (...)

32Le médecin français du début du xxe siècle ne ressemble pas plus à ceux qui abordèrent dans les années 1850 la morbidité de la concession de Shanghai et qui, dans la quête d’une médecine toujours plus scientifique, dans la soif d’éclaircir les zones encore obscures de la médecine occidentale, s’intéressèrent à la théorie et aux pratiques de la médecine chinoise. Kerrie L. MacPherson imagine volontiers que si la médecine chinoise et les pratiques locales de santé avaient pu, à cette époque, offrir « un plus » aux médecins occidentaux de Shanghai, ceux-ci les auraient adoptées dans la concession et les auraient exportées au même titre que la soie ou le thé33.

  • 34 Laveran A., « Discours d’ouverture de séance », Bulletin de la Société de pathologie exotique, 1, 1 (...)
  • 35 Foucault M., Naissance de la clinique, p. 200.

33À regarder de près la teneur et le style des rapports médicaux écrits aux alentours de 1900, les cinquante années qui séparent l’envoi des médecins militaires en Algérie ou à Shanghai des envois en Chine du Sud ont profondément modifié le regard du médecin face à la maladie, et avec lui, son langage. Alphonse Laveran – médecin qui isole en 1880 à Constantine l’agent pathogène du paludisme – rappelait à ce propos, en janvier 1908, dans son discours d’ouverture de la Société de pathologie exotique, combien ces jeunes confrères en apprenant sur les bancs de l’école les bactéries et les hématozoaires étaient chanceux de pouvoir échapper aux dissertations sur « la nature des virus, des miasmes et des effluves34 ». Les avancées scientifiques de la médecine depuis la fin du XVIIIe donnent en effet au médecin occidental du début du xxe siècle les atouts pour mieux connaître son environnement. Il dispose de nosologies, certes encore fluctuantes, mais rationnelles. Les tentatives de classification des maladies, anciennes et nombreuses, résultent des différents regards que le médecin a posés sur la maladie, dans sa localisation symptomatique, dans son épaisseur tissulaire, dans son volume anatomo-clinique et dans sa conceptualisation de la ressemblance. Les confrontations des anatomo-cliniciens, celles de Laennec (1781-1826) et de Bretonneau (1778-1862) en particulier, ont permis de décrire en nombre de plus en plus grand des tableaux bien caractérisés, faisant un usage nouveau du langage, que Michel Foucault, dans son étude sur l’histoire de l’observation médicale et de ses méthodes au début du xixe siècle, résume ainsi : celui « d’une corrélation perpétuelle et objectivement fondée entre le visible et l’énonçable [...] où la formule de description est en même temps geste de dévoilement35 ». Le médecin décrit désormais ce qu’il voit dans un vocabulaire fidèle et immédiatement compris par ses confrères. Les découvertes bactériologiques de la deuxième partie du xixe siècle vont donner les contours définitifs à chacun des tableaux, typhoïde, diphtérie, typhus, peste bubonique, paludisme et autres maladies infectieuses, par l’identification d’un germe causal et d’un mécanisme de transmission spécifique.

  • 36 Léonard J., Médecins, malades et société dans la France du xixe siècle, Paris, Centre national des (...)

34Le progrès médical théorique qui s’affirme en France et en Europe à la fin du xixe siècle a d’importantes conséquences sur la pratique médicale. La théorie des germes qui inaugure l’ère de l’antisepsie puis de l’asepsie garantit le bénéfice de l’acte chirurgical et obstétrical. Cette découverte ouvre aussi largement le domaine de l’immunologie jusque-là limité à la vaccine de Jenner contre la variole et conduit les microbiologistes à créer de nouveaux vaccins et sérums, le plus utilisé dans les dernières années du xixe siècle en Chine du Sud étant le sérum de Yersin contre la peste bubonique. Avec les avancées de la thérapeutique, depuis l’isolement dès le milieu du xixe siècle de nombreux principes actifs de végétaux, comme les alcaloïdes (morphine, strychnine, quinine, cocaïne) jusqu’au développement de la chimiothérapie (médication par les substances d’origine chimique) et l’utilisation des arsénobenzols, dès 1910, connus alors sous les « injections de néo-salvarsan » pour traiter la syphilis, les médecins du début de siècle disposent d’un arsenal thérapeutique efficace incluant analgésiques, anti-rhumatismaux, anti-inflammatoires et anesthésiques. Vecteur, selon les termes de l’historien Léonard, d’une « synthèse médicale qui articule l’héritage bernardien, l’héritage des grands chimiothérapeutes, les découvertes des rayons de Roentgen, les recherches de Pavlov et la théorie des germes », le médecin occidental du début du xxe siècle a acquis une certaine efficacité thérapeutique36.

35Fort d’appartenir à une élite, depuis que le monopole d’exercice a été reconnu en France aux seuls titulaires du doctorat de médecine, et fort du solide et dynamique paradigme pasteurien, le médecin français se montre particulièrement entreprenant. Il est tout disposé à vanter les mérites de sa science auprès du peuple comme auprès des autorités chinoises. Cette pression occidentale aura d’importantes conséquences sur les pratiques traditionnelles de santé, d’autant plus que la situation sanitaire en Chine du Sud est, à l’aube du xxe siècle, particulièrement préoccupante.

TRAITEMENT DE LA GALE

36Affiche traduite en 1908 par le Dr Magunna (Kunming) invitant les personnes atteintes de gale, à suivre ces conseils : lavage de la peau à l’eau chaude et au savon, friction avec de la graisse, lavage des vieux habits à l’eau bouillante.

Notes

1 Guillaume P., Le rôle social du médecin depuis deux siècles, pp. 57-59.

2 FEE E., Porter D., Public Health, Préventive Medicine and Professionalization : England and America in the Nineteenth Century.

3 GGI.dos.32747, Rapport sanitaire du Dr Barbezieux, juin à septembre 1901, Mongtzeu.

4 Pour l’époque des Tang, on peut se référer aux études de Feng Hanyong, « Zuguo zhonggu shidai de yiyuan-anji fang » (Les hôpitaux chinois du Moyen Âge, les anji fang), Yixue shiyu baojian zuzhu, 6, 2, 1958, pp. 144-145 ou de Zhen Zhiya « Zhongguo gudai de yiyuan » (Les hôpitaux dans la Chine ancienne), Beijing Zhongyixueyuan xuebao, 1 – 4, 1980, pp. 55-57. Pour l’époque des Song et des Yuan, à celle de Robert Hymes, « Not quite Gentlemen ? Doctors in Sung and Yuan », Chinese Science, 8, 1987, pp. 9-76 ou de Gong Chun, Zhongguo lidai weisheng zuzhi ji yixue jiaoyu, p. 85.

5 LEUNG Angela Ki Che, « Organized Medicine in Ming-Qing China State and Private Medical Institutions in the Lower Yangzi Région », Late Impérial China, 8, 1, 1987, pp. 134-166. Shen Gua (1031-1095) fut le premier à émettre ouvertement des soupçons disant que ces organismes n’avaient profité en rien au peuple.

6 Voir, dans l’ordre, Yongchang fuzhi, 1886, 15, jianzhi, Gongcheng xianzhi, 1890, 1, guanshu et Rang xianzhi 1898, 7, jianzhi, Guangdong tongzhi, 1824. 129-136, jianzhi lüe, Dongguan xianzhi, 1911,16, jianzhi et Guangzhou fuzhi, 1880, 65, jianzhi, panyu xian.

7 Benedict C., Bubonic Plague in Nineteenth Century China, p. 122.

8 Laffey E.S., « In the Wake of the Taipings : Some Patterns of Local Revoit in Kwangsi Province », Modern Asian Studies, 10, 1, 1976, pp. 65-81.

9 Dans l’ordre, Xu Yunnan tongzhi gao, 1901, dili zhi, yashu Yimen xian et Yuanjiang zhigao, 1922, 6.

10 Ch’ü T’ung-tsu, Local Government in China under the Ch ’ing, pp. 156-164.

11 Lechang xianzhi, 1931,7. jianzhi. Pour la valeur du liang et du fen, cf. note 23, p. 78.

12 Dongguan xianzhi, 1911, 16, jianzhi.

13 Shanglin xianzhi, 1934,6.

14 Durand-Fardel A., Les Etablissements de bienfaisance indigènes et les institutions sanitaires étrangères en Chine, p. 26.

15 GGI.dos.32789, lettre du consul au gouverneur général de l’Indochine du 20/04/1903.

16 C’est un chapitre de l’histoire particulièrement bien étudié par les travaux complémentaires de H. Cordier, Histoire des relations de la Chine avec les Puissances occidentales, de E. Chassigneux, Histoire des colonies françaises et de l’expansion de la France dans le monde, de P. Renouvin, La question d’Extrême-Orient, 1840-1940, de K.M. Pannikar, Asia and Western Dominance, de J. Chesnaux, L’Asie orientale aux xixe et xxe siècles ou de J.K. Fairbank, The Cambridge History of China, en particulier
I.C.Y. Hsu, « The création of the Treaty System » vol. 10, chapitre 5 ; vol. 11, chapitre 2, « Late Ch’ing Foreign Relations (1866-1905) » et de A. Feuerwerker dans le volume 12, « The Foreign Presence in China ».

17 Cordier H., Histoire des relations de la Chine avec les puissances occidentales, 1860-1902, pp. 531-535.

18 Entre 1896 et 1899 chaque puissance européenne approuve la doctrine des « sphères d’influence » : les Belges convoitent Pékin et Hangzhou ; les Américains, Canton et Hankow, les Russes, la Mandchourie, les Anglais la vallée du Yangzi, et les Français le Yunnan, le Guangxi et le Guangdong. Pannikar K.M., 45ia and Western Dominance, pp. 144-145.

19 Brenier H., Un livre anglais sur le Yunnan et l’exploration de la province du Yunnan, pp. 22-29. L’auteur récapitule les étapes de l’exploration du Yunnan.

20 Ces rapports sont une mine d’informations économiques, politiques et militaires.
À titre d’exemples, GGI.dos.9092, Rapport du consul Bons d’Anty sur les ressources agricoles et minières ou sur les ethnies de Seumao ; GGI.dos.56113, Rapport sur l’organisation et les ressources de Pakhoi, du 9/5/1898, du vice-consul Culliéret ; GGI.dos. 19539, Renseignements généraux sur Canton, 1902, du consul Beauvais ; GGI.dos.20395, Notice sur l’île de Hainan, 1895, rédigée par le lieutenant Noguès ; GGI.dos. 19692, Note sur la situation économique et industrielle du Yunnan par Émile Rocher, 21/2/1893 ; GGI.dos.28399. Rapport commercial de Mongtseu d’É. Rocher, 1894. Les nombreux rapports relatifs à l’organisation des forces militaires, à l’état des troupes, à la réorganisation administrative des provinces après 1911, montrent que ces postes rempliront bien leur fonction. Voir par exemple, dans GGI.dos.28443, le rapport du consul du 1/6/1908 sur les forces militaires et de police du Yunnan ; ou dans GGI.dos.18249, le rapport du vice-consul de Longzhou du 29/12/191 1 sur la nouvelle administration du Guangxi après la proclamation de la République.

21 GGI.dos.19692, Note sur la situation économique et industrielle du Yunnan, Rapport du consul Rocher au gouverneur général de l’Indochine, 21/2/1893.

22 Rocher É.. La province chinoise du Yunnan. 1879. PICHON L., Un voyage au Yunnan. 1893. Thoulon, « Peste bubonique observée à Ping-Shiang (avril, mai, juin 1898) », AHMC, 1899, pp. 391-393.

23 Yersin découvre en 1894 le bacille responsable de la peste bubonique. Simond découvre en 1898 le rôle de la puce du rat dans la transmission de la maladie. Cette dernière découverte est immédiatement publiée et largement diffusée, dans les AHMC notamment. « La propagation de la peste », AHMC, 1899. pp. 80-98. Voir Mollaret H.. Brossollet J., Alexandre Yersin, le vainqueur de la peste.

24 Ces termes sont fréquemment employés, notamment dans la lettre du directeur général de la Santé, datée du 1/3/1905, GG1.dos.20264 et par A. Kermogant, « L’Assistance médicale en Indochine », AHMC, 1907, pp. 24-43. Le souci de protéger la santé des métropolitains de la peste bubonique est exprimé par le sous-secrétaire d’État au ministère des Colonies qui souligne « le danger qu’elle pourrait représenter non seulement pour la santé publique de l’Indochine mais aussi pour les vies françaises ». GGI.dos.23863, lettre du 20/02/1893.

25 Monnais-Rousselot L., Médecine coloniale, pratiques de santé et sociétés en Indochine française (1860-1939), Une histoire de l’Indochine médicale, p. 31.

26 Après les traités de décembre 1844, de février 1846, mais plus encore après le Traité de Tianjin de 1858-1860, les corps missionnaires catholiques, bénéficiant de la tolérance impériale envers la religion catholique et envers ceux, étrangers ou nationaux qui l’embrassent, accroissent leurs effectifs dans l’intérieur de la Chine. Les dominicains espagnols envoient des missions au Fujian. Les franciscains couvrent la région centrale, soit le Shandong, le Shanxi, le Shenxi et le Hubei. Les lazaristes s’installent au Hebei, au Jiangxi, au Henan, et au Zhejiang. Les jésuites sont au Jiangsu, au Anhui et au sud-est du Hebei. Les Missions étrangères de Paris couvrent la région la plus étendue : le Sichuan, le Guizhou, le Yunnan, puis le Guangdong, le Guangxi, la Mandchourie et le Tibet. D’Elia P.M., Les Missions catholiques en Chine, chap. 13, « Épanouissement par degrés ».

27 Mgr Lavest, « La mission du Kouang-si », Annales des Missions étrangères, 1907, p. 330.

28 Lettre commune des Missions étrangères de Paris, 40, 1903.

29 The China Mission Handbook, Shanghai, American Presbyterian Mission Press, 1896, pp. 92-102, 178,278.

30 GGI.dos.25107, lettre du 24/4/1910 du médecin-inspecteur des Services sanitaires et médicaux de l’Indochine au gouverneur général de l’Indochine.

31 Pour une histoire complète des moyens techniques et financiers de ces structures médicales françaises, on peut se rapporter à ma thèse, La santé en Chine du Sud (Yunnan, Guangxi, Guangdong) à la fin de l’Empire et au début de la République, première partie.

32 Turin Y., Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale. Écoles, médecines, religion, 1830-1880, p. 371.

33 Macpherson K.L.. A Wilderness of Marshes : The origins of Public Health in Shanghai. 1843-1893, p. 11.

34 Laveran A., « Discours d’ouverture de séance », Bulletin de la Société de pathologie exotique, 1, 1908, p. 1.

35 Foucault M., Naissance de la clinique, p. 200.

36 Léonard J., Médecins, malades et société dans la France du xixe siècle, Paris, Centre national des lettres, 1992. On peut aussi se rapporter à Léonard J., La Médecine entre les savoirs et les pouvoirs, Paris, Montaigne, 1981, pp. 242-258.

Table des illustrations

Titre Carte 3. ÉTABLISSEMENTS CHARITABLES CHINOIS PROCURANT OCCASIONNELLEMENT DES MÉDICAMENTS D’APRÈS LA CHRONIQUE GÉNÉRALE DU YUNNAN DE 1901 ET DU GUANGDONG DE 1824.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Carte 4. PRESENCE DES ETRANGERS AVANT ET APRES 1900 : PORTS OUVERTS, RESIDENCES DES MISSIONNAIRES ET ÉTABLISSEMENTS SANITAIRES.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search