Version classiqueVersion mobile

La santé en Chine du Sud (1898-1928)

 | 
Florence Bretelle-Establet

Introduction

Texte intégral

1Essentielle à l’homme comme aux États, la santé se trouve au cœur d’un ensemble de pratiques et de croyances qui varient d’une époque à l’autre, d’un groupe social à l’autre, d’un individu à l’autre et qui dépendent également des politiques sanitaires mises en œuvre. Elle constitue ainsi un domaine d’étude privilégié pour qui veut connaître en profondeur une société, les représentations qui l’animent comme les moyens d’action qui la transforment.

2La richesse et la complémentarité d’un matériau encore peu exploité – les correspondances sanitaires des médecins militaires français envoyés en Chine du Sud à partir de 1898 et les chroniques locales chinoises – m’ont amenée à étudier la santé dans trois provinces chinoises, le Yunnan, le Guangxi et le Guangdong, de la fin de l’Empire au début de la République. Ces sources permettaient en effet de confronter les notions traditionnellement subsumées sous le concept de santé aux interrogations spécifiques suscitées par la particularité chinoise. À travers elles, apparaissent l’attitude des populations, des soignants, de l’État vis-à-vis de la maladie, de ses causes, de sa diffusion ainsi que les moyens d’y remédier. Elles nous font également découvrir le regard que les médecins occidentaux, convertis à la médecine pasteurienne, portèrent sur la médecine chinoise et nous permettent d’évaluer l’influence de celle-ci, réelle ou supposée, sur des pratiques médicales et rituelles traditionnelles.

Un cadre géographique cohérent

3La période s’ouvre en 1898, avec l’arrivée des premiers médecins français en Chine du Sud, envoyés à la suite de l’épidémie spectaculaire de peste à Canton et Hongkong en 1894 ; elle se termine en 1928 par l’inauguration, au sein du gouvernement nationaliste de Chiang Kai-shek, du ministère de la Santé. Si le point de départ est quelque peu arbitraire, il n’en va pas de même du point d’arrivée : le gouvernement nationaliste est le premier gouvernement central depuis 1912 capable d’imposer au pays tout entier des mesures de contrôle et de mettre en place un système moderne de santé publique. Dans ce processus, le gouvernement de Chiang Kai-shek lance de nouveaux programmes de santé et consolide les efforts sporadiques faits par quelques individus réformistes avant 1928 ; entre autres, il met brutalement un terme au régime anarchique de concurrence et de coopération qui a prévalu pendant plus d’un demi-siècle entre les médecines traditionnelles et étrangères. Et il le fait dans une logique inédite, en s’opposant à la fois aux médecins occidentaux, dont il reprend les technologies, et aux médecins traditionnels dont il combat ouvertement les incompétences, en contraignant, pour la première fois, ces deux types de médecin à un réel effort d’organisation et de soumission nationale.

4Si la période est facile à circonscrire dans le temps du point de vue des sources françaises, il faut toutefois signaler que certaines questions, comme les pratiques traditionnelles de santé, fondées en grande partie sur des sources chinoises, ont obligé à déborder, en amont, le cadre primitivement fixé. Déborder en amont ne conduisait pas à faire un amalgame anachronique des pratiques et des savoirs. Au contraire, ce débordement chronologique permettait d’observer si les pratiques et savoirs de la fin du xixe siècle étaient différents de ceux du XVIIe ou du xviiie siècle ou s’ils s’inscrivaient dans la durée, restant à peu près inchangés.

  • 1 Institute of Geography, USSR Academy of Science, The Physical Geography of China, pp. 148-157.

5Les limites géographiques de cette étude, sans avoir une valeur absolue, s’imposent assez nettement. L’épidémiologie moderne a montré que l’éclosion et l’extension des maladies sont sous la dépendance de facteurs multiples qui réagissent les uns sur les autres et déterminent un « climat » plus ou moins propice. La province du Yunnan (latitude nord de 24°40-29°15), les provinces du Guangxi et du Guangdong qui forment la macro-région du Lingnan, bassin de drainage du Xijiang (latitude nord 26°-21°), partagent un certain nombre de ces facteurs. Malgré des disparités régionales liées notamment au relief, le climat y est proche et présente les caractéristiques d’un climat subtropical : une saison pluvieuse, chaude et humide pendant une période de l’année, de mars-avril à septembre-octobre. Seul l’extrême Sud, incluant le sud du Yunnan, la côte méridionale et l’île de Hainan, offre les conditions d’un climat tropical : la température minimale la plus froide ne descend pas au-dessous de 13° C, et les écarts journaliers de température sont insignifiants. C’est la partie la plus humide de la Chine avec un taux de précipitation annuelle de 2 500 mm1. Ces trois provinces partagent donc un trait fondamental pour l’étude des maladies infectieuses : la coïncidence des pluies avec la saison chaude.

  • 2 Benedict C., Bubonic Plague in Nineteenth Century China, p. 28.

6Cet espace géographique, quoique montagneux, n’est pas constitué de cellules isolées, mais reliées par plusieurs voies de communication. Au xviiie siècle, deux routes majeures assurent un trafic régulier entre la province du Yunnan et Canton : la première, parallèle au Yuanjiang, met en rapport Kunming avec Mengzi puis Manhao, d’où les denrées peuvent être facilement transportées par le Fleuve rouge en direction du golfe du Tonkin. De là, des bateaux acheminent les cargaisons vers les ports chinois du Sud comme Canton. Une seconde route, développée à partir de 1729 par l’Empire, suit le Youjiang, passe par les villes de Baise et de Nanning au Guangxi avant de rejoindre le Xijiang (Rivière de l’Ouest) navigable jusqu’à Canton. Au xixe siècle, cette seconde route devient extrêmement fréquentée2 (carte 1).

7Cette limitation spatio-temporelle est vite apparue comme un atout : elle permettait en effet d’explorer dans le moindre détail la majorité des sources disponibles et de décrire toutes les dimensions sociales, culturelles et politiques de la santé ; en somme, de considérer la santé comme un « phénomène social total ».

Des sources riches et complémentaires

  • 3 Les archives françaises concernant les questions sanitaires de la Chine proviennent de plusieurs fo (...)

8Grâce à la cohérence et à la continuité des sources françaises sur les trois provinces méridionales de la Chine, nous disposons pour le Yunnan, le Guangxi et le Guangdong d’un corpus important de lettres : la présence, depuis la fin du xixe siècle, d’agents consulaires français dans les villes chinoises reliées par voies ferroviaires, terrestres ou maritimes aux villes de l’Indochine occasionne des échanges de courrier réguliers, véritable mine d’informations économiques et politiques sur le sud de la Chine. Dès 1898, l’envoi de médecins militaires français auprès des consulats et vice-consulats génère un nouveau type de courrier : les correspondances sanitaires3.

Carte 1. LES ROUTES COMMERCIALES RELIANT LE YUNNAN AU PORT DE CANTON.

Carte 1. LES ROUTES COMMERCIALES RELIANT LE YUNNAN AU PORT DE CANTON.

9La santé en Chine du Sud

  • 4 GGI.dos.20264, selon la circulaire du 20.05.1897, les rapports doivent être rédigés conformément au (...)

10Soumis aux mêmes règles que leurs confrères en poste en Indochine, les médecins détachés dans les postes consulaires sont tenus d’envoyer à leur supérieur hiérarchique, l’inspecteur général des Services sanitaires et médicaux du gouvernement général de l’Indochine, des rapports mensuels et annuels. Ces rapports, rédigés selon un plan préconisé en 1897 par le gouvernement général de l’Indochine et non modifié par la suite, permettent de décrypter l’histoire de la santé avec des critères permanents4.

  • 5 Des topographies médicales sont également réalisées à partir des années 1860 en Indochine ou à Shan (...)
  • 6 Sournia J.-C., Histoire de la médecine, p. 230.

11Titulaires d’un doctorat, obligatoire depuis 1892, et dotés d’une formation spécifique et élitiste, les médecins français détachés dans les postes consulaires, tous militaires à une exception près, sont des pasteuriens convaincus. Bénéficiant du progrès médical depuis la fin du xixe siècle, habitués depuis déjà un demi-siècle à la statistique médicale, ces médecins établissent des topographies médicales de plus en plus élaborées et basées sur des nosologies plus scientifiques5. Les progrès de la médecine occidentale dans le domaine des maladies infectieuses – en vingt ans, les médecins ont découvert une trentaine d’agents pathogènes et de nombreux mécanismes de transmission – donnent espoir et confiance aux médecins français de la fin du xixe siècle6. Ils possèdent désormais l’explication théorique de ces maladies dont, hier encore, la responsabilité incombait aux miasmes, à l’humidité ou aux vapeurs. Même s’ils n’ont pas isolé tous les agents pathogènes, ils ont la conviction qu’ils les découvriront bientôt. Aussi, la connaissance qu’ils ont de leur environnement, toujours susceptible de les amener à de nouvelles découvertes, se veut minutieuse et mesurée. Chargés de surveiller la situation sanitaire aux portes de la colonie indochinoise, ils envoient donc des rapports précis sur la pathologie chinoise et des télégrammes décadaires en temps d’épidémie pour permettre à l’Indochine de mettre en place des politiques de quarantaine. Leurs observations scrupuleuses et quantifiées sont donc extrêmement précieuses.

12Impliqués dans des missions de conquête, les médecins français sont aux aguets : depuis leur poste d’observation, ils surveillent leurs rivaux. Institutions occidentales, initiatives chinoises privées ou gouvernementales, chaque nouvelle entreprise dans le domaine de la santé est signalée dans les courriers adressés aux autorités supérieures, fournissant là encore une source exceptionnelle de renseignements sur l’évolution de la santé publique en Chine du Sud.

13Les rapports des médecins français sont véritablement des témoignages d’experts doublés d’hommes de terrain. Par leur richesse et leur cohérence, ils constituent un véritable corpus, dont l’analyse systématique s’impose à toute recherche sur la santé publique dans la Chine du Sud au début du xxe siècle.

  • 7 Ces articles qui ont servi à compléter des séries statistiques ou à puiser directement dans la réal (...)

14À ces sources officielles s’ajoutent des sources officieuses : les articles écrits par ces médecins et publiés dans des revues spécialisées de médecine coloniale. Certains ne sont qu’une reproduction fidèle des rapports annuels envoyés au gouvernement général de l’Indochine et, à moins que le rapport officiel n’ait disparu, font redondance. Mais d’autres dépassent le cadre figé des rapports officiels : ils émanent souvent d’observateurs scrupuleux, parfois experts en langue chinoise, et sont plus ouverts aux comportements chinois. Proches de la monographie, ces témoignages saisissent parfois, à l’image du cliché photographique, la réalité momentanée des pratiques de santé7.

  • 8 Ces sources qui proviennent des Missions étrangères de Paris et des missions protestantes sont répe (...)

15Néanmoins, ces sources ne sont pas au-delà de tout soupçon : les objectifs de ces acteurs sont gouvernés par une volonté de convaincre et leurs témoignages, souvent euphoriques, sont à prendre avec recul. Tributaires des subventions plus ou moins importantes du gouvernement général de l’Indochine et du ministère des Affaires étrangères, les médecins français ont tout intérêt à vanter leur action et à souligner l’essor préjudiciel des institutions rivales. Par ailleurs, localisés dans quelques points seulement du Yunnan, du Guangxi ou du Guangdong, les rapports et articles de ces médecins ne permettent pas une connaissance exhaustive de l’histoire des maladies et de la santé publique en Chine du Sud. 11 était donc nécessaire de les compléter par les sources missionnaires. Avec les Lettres communes des Missions étrangères de Paris et les annuaires des missions protestantes, nous disposons d’une vue d’ensemble des acteurs occidentaux qui, depuis la fin du xixe siècle, ont mené des actions dans le domaine de la santé8.

16En dépit de leur richesse, tous ces documents présentent des faiblesses liées à l’éparpillement des observateurs, auxquels ont été confiées des missions de conquête qui orientent leurs constatations ; de plus, ces hommes n’ont qu’une connaissance limitée des mœurs chinoises. Il était donc indispensable d’écouter les témoignages des observateurs chinois, établis dans la région étudiée.

  • 9 Will P.-E., Chinese Local Gazetteers. An Historical and Practical Introduction, p. 7.

17Ces témoignages sont consignés dans les difangzhi maladroitement traduits en français par « chroniques » ou « monographies » locales. Selon P.-E. Will, « ce que nous appelons “local Gazetteers” en anglais, “monographies locales” en français, correspond à un genre varié qu’aucun terme ne décrit de façon satisfaisante9 ». Le terme d’« encyclopédie locale » serait plus approprié, car la documentation de certaines chroniques est imposante. La chronique générale du Yunnan, publiée en 1901, comporte 194 sections (juan), soit plus d’une centaine de fascicules.

  • 10 Voir en particulier P.-E. Will, ibid.

18Le style dans lequel les chroniques locales apparaissent et fleurissent sous les Ming (1368-1644) et les Qing (1644-1911) remonte à la dynastie des Song (960-1279). Mais déjà sous les Sui (581-618) et les Tang (618-907), les préfectures étaient sommées d’adresser à l’empereur des cartes géographiques accompagnées d’explications. Après les Song, la publication de ce genre de documents s’accroît considérablement et de nombreux édits impériaux des Ming et des Qing ordonnent aux préfectures et aux districts de rédiger et de compiler des chroniques locales afin de fournir les matériaux à une base de données nationale. Sous la dynastie des Qing, avec plus de sept mille titres publiés, les chroniques locales atteignent leur âge d’or. Elles présentent un haut degré d’uniformité et de consistance dans leur organisation. Une série de cartes précède le contenu qui se décompose généralement en une dizaine de sections sur la géographie, la population, les établissements publics, le système militaire, les officiels, les lauréats des concours mandarinaux, les écoles, les personnalités, les belles lettres et les affaires diverses. L’uniformité des chroniques locales permet la comparaison régionale. La sérialité de ces sources autorise l’analyse diachronique de phénomènes sociaux, démographiques et économiques10.

  • 11 Zhongguo difangzhi lianhe mulu : pp. 819-843 pour le Yunnan, pp. 715-736 pour le Guangxi, pp. 673-7 (...)
  • 12 La rédaction du Zhongguo fensheng yiji kao fut entreprise en 1958 et achevée en 1987. Cet ouvrage e (...)

19En nous fondant sur le catalogue chinois qui recense les titres des chroniques locales, le Zhongguo difangzhi lianhe mulu, nous avons limité notre investigation aux chroniques locales du Yunnan, du Guangxi et du Guangdong de l’ère Guangxu (1875-1908), de la République (1911-1927) ou encore du Régime de Nankin (1927-1937), disponibles dans les bibliothèques parisiennes, en particulier celles de l’institut des hautes études chinoises et de la Maison de l’Asie : soit 24 chroniques du Yunnan, 28 du Guangxi et 31 du Guangdong11. À l’exception du Yunnan pour lequel nous disposons d’une chronique provinciale s’intégrant parfaitement dans le cadre temporel fixé – la chronique provinciale du Guangdong est plus ancienne, elle a été publiée en 1822, – ces chroniques locales n’autorisent pas une connaissance globale des trois provinces. Elles fournissent néanmoins un échantillon non négligeable d’histoires locales (carte 2). À cet échantillon s’ajoutent, pour certaines questions traitées, les témoignages d’autres chroniques locales citées dans des dictionnaires chinois de sources : le Zhongguo fensheng yiji kao, dictionnaire des ouvrages de médecine écrits par province, permet de compléter notre connaissance sur les titres de livres de médecine écrits localement et sur leurs auteurs ; le Zhongguo difangzhi minsu ziliao huibian, compilation de matériaux ethnographiques extraits des chroniques locales chinoises, offre une vision panoramique de certaines pratiques et croyances12.

20Pour une histoire de la santé, ces sources sont très riches : dans la section des établissements publics, jianzhi ou gongshu, sont répertoriés les organismes de bienfaisance. La section des personnalités, renwu ou liezhuan, recèle de nombreuses biographies de médecins locaux ; la section des belles lettres, yiwen, cite les titres des traités de médecine écrits localement et révèle parfois une partie de leur contenu. La section des coutumes, fengsu, comporte des indications précieuses sur les fêtes apotropaïques et les pratiques populaires en temps de maladie. Dans les sections consacrées à la géographie et plus particulièrement au climat, qihou, ou aux phénomènes exceptionnels, xiangyi zaixiang ou jishi, sont consignées des informations importantes sur les fléaux qui ravagent la localité.

Carte 2. LOCALISATION DES CHRONIQUES LOCALES ANCIENNES DEPOUILLEES.

Carte 2. LOCALISATION DES CHRONIQUES LOCALES ANCIENNES DEPOUILLEES.

21Les chroniques locales renferment donc un matériau conséquent sur les institutions sanitaires, sur les médecins, la culture médicale, les rites apotropaïques, les processions et les interventions religieuses. Ce matériau, réuni au fil d’une centaine de chroniques et analysé de façon systématique, invite à démêler ce qui, dans les comportements que la maladie et les épidémies suscitent, relève des traits généraux de la condition humaine et ce qui révèle la particularité d’un ordre social.

22Cependant, les chroniques locales sont contrôlées à plusieurs échelons et présentent les faiblesses d’une source officielle. Destinées à aider les préfets, et autres officiels plus élevés dans la hiérarchie, à prendre leur fonction dans une région qu’ils ne connaissent pas, du fait de leur mobilité obligatoire, ces sources sont produites pour et par l’élite. Elles sont donc dépositaires d’une vision lettrée de la société locale et servent à exalter le patriotisme local et l’idéologie confucéenne. On y trouve donc plus de descriptions optimistes que pessimistes.

  • 13 Il s’agit d’une trentaine de chroniques, signalées dans la bibliographie.

23Au-delà de ces limites, intrinsèques à une source dont l’objectif est de présenter la localité sous une forme embellie, l’analyse de cet échantillon d’histoires locales a mis à jour d’autres faiblesses dont on peut ici souligner les grands traits. Les repères chronologiques sont peu précis. Pour de nombreuses biographies de médecins locaux, les rédacteurs se limitent souvent à signaler l’appartenance à la dynastie des Qing, soit une époque couvrant deux siècles et demi. Au mieux, le rédacteur précise que le médecin a vécu au cours d’un certain règne. À quelques exceptions près, les dates précises de naissance et de mort d’un médecin sont inconnues. La présence d’un type de maladie, étroitement liée, selon les rédacteurs, aux caractéristiques climatiques et topographiques du lieu, n’est pas toujours clairement datée. Le rédacteur cite souvent les remarques de ceux qui l’ont précédé et peut donner un avis sur la contemporanéité de la maladie. Mais dans de nombreuses chroniques, il se contente de signaler les témoignages anciens relatifs à l’existence de la maladie sans préciser si ces témoignages sont encore d’actualité. Enfin, ces sources locales, si riches soient-elles pour une histoire des maladies, des pratiques de santé et des initiatives locales, ne fournissent pas la matière sociologique ou ethnographique suffisante pour connaître la réalité des pratiques de santé ou la réalité épidémiologique du pays au début du xxe siècle. Aussi avons-nous eu recours aux chroniques locales contemporaines, rédigées depuis les années 1980, après l’inauguration de la Société de recherche sur l’histoire locale de Chine : quelques résultats d’enquêtes épidémiologiques entreprises depuis le début des années 1920 y sont rapportés13.

  • 14 Le nombre d’éditions de ces deux livres est signalé dans le Quanguo zhongyi tushu lianhe miilu, p.  (...)
  • 15 Rong xianzhi, 1936, 9, zaji, Jingyan liangfang, pp. 375-389 et Sanjiang xianzhi, 1946, jineng, pp.  (...)

24Enfin, trois essais de médecine écrits par des auteurs de Chine du Sud au xixe siècle complètent ces sources. Pour deux d’entre eux, il s’agit de livres qui, contrairement à la majorité des ouvrages médicaux écrits sous les Qing en Chine du Sud, furent réédités plusieurs fois et finalement incorporés dans des collections de livres précieux. Aux yeux de l’élite médicale ou lettrée, il s’agissait donc de livres particulièrement intéressants, dignes d’être conservés pour la postérité. Le Bu zhi yi biyao (L’essentiel pour qui ne connaît pas la médecine) fut écrit par Liang Lianfu (1810-1894), en 1880. Ce livre fut réédité sept fois avant 1900, et finalement incorporé dans la collection des livres médicaux précieux, le Zhenben yishu jicheng, en 1936. Le Zhi gu xinfang (Nouvelles recettes pour soigner le gu) est écrit en 1823 par Lu Shunde et fut réédité cinq fois au xixe siècle avant d’être incorporé dans la collection Congshu jicheng chubian en 193514. Le troisième essai, un Jingyan liangfang (Recettes excellentes expérimentées), d’un anonyme fut reproduit dans deux chroniques locales du Guangxi au début du xxe siècle, pour qu’y soient diffusées des notions essentielles de thérapeutique et de prophylaxie15.

25Ces trois essais sont donc représentatifs d’une littérature médicale lue et écoutée au cours des xixe et xxe siècles, même s’ils ne constituent qu’un échantillon infime d’une littérature médicale abondante mais aujourd’hui disparue en grande partie.

26Sur les mêmes événements, il était donc possible de confronter deux points de vue différents, réfléchissant chacun et au même moment sa culture de la santé. On se trouvait donc, du fait de la qualité des sources, en présence d’une situation originale pour appréhender un problème classique de l’anthropologie médicale. Les tableaux cliniques, les physiologies, les thérapeutiques ne sont pas confrontés à distance. Ils sont, pour une bonne part, mis en œuvre simultanément, dans l’interaction, par des personnes qui rivalisent, à armes inégales, sur les mêmes objectifs et affrontent les mêmes réalités. Faire reculer les épidémies, soulager les maux individuels, faire face aux troubles sociaux occasionnés par les maladies.

  • 16 Panzac D., La Peste dans l’Empire ottoman, 1700-1850, p. 17.

27La période historique qui a été choisie pour étudier la santé en Chine est cruciale. La Chine n’a pas été officiellement colonisée, mais elle doit supporter une présence européenne qui va de la simple influence à la contrainte imposée. Le domaine de la santé représentait un secteur privilégié permettant de suivre les formes que prenait progressivement le contact entre deux visions de la santé. Les sources tant européennes que chinoises étaient là. Chacune d’entre elles présente certes des lacunes qui interdisent, par exemple, de connaître les sentiments du plus humble des paysans à ces apports étrangers ou de connaître la réalité épidémiologique de la Chine du Sud au tournant du siècle. Mais, comme le signale D. Panzac, « toute recherche historique implique de réunir une documentation qui permette de répondre aux questions initiales de celui qui l’entreprend. La délimitation du champ de recherche permet de préciser la nature des sources nécessaires, mais on constate, chemin faisant, que l’information, peu à peu rassemblée, tend à imposer ses propres directions et ses propres limites à son utilisateur. L’historien est, à la fois, le maître et le serviteur de ses sources16. »

28Ces documents permettaient cependant de connaître comment dans un univers décrit par tous comme globalement périlleux, les habitants du Yunnan, du Guangxi et du Guangdong, détenteurs d’une représentation spécifique de l’expérience morbide et dotés de techniques anciennes et complexes pour lutter contre les maladies, avaient accueilli et intégré une médecine scientifique, introduite par les postes médicaux consulaires français et les nombreuses formations sanitaires religieuses.

Notes

1 Institute of Geography, USSR Academy of Science, The Physical Geography of China, pp. 148-157.

2 Benedict C., Bubonic Plague in Nineteenth Century China, p. 28.

3 Les archives françaises concernant les questions sanitaires de la Chine proviennent de plusieurs fonds d’archives : le fonds du gouvernement général de l’Indochine et le fonds du ministère des Colonies de Paris rapatriés au CAOM ; le fonds de la Légation de France à Pékin, rapatrié au Centre des archives diplomatiques de Nantes et le fonds du ministère des Affaires étrangères, conservé au Centre des archives du ministère des Affaires étrangères de Paris. Les fonds du gouvernement général de l’Indochine et du ministère des Colonies ont fourni l’essentiel de notre corpus. Ces dossiers d’archives sont répertoriés dans la bibliographie.

4 GGI.dos.20264, selon la circulaire du 20.05.1897, les rapports doivent être rédigés conformément au plan suivant : Préambule : historique du poste ; 1er partie : personnel, locaux, fonctionnement du service ; 2e partie : documents techniques, exposé de l’état sanitaire du pays, statistiques ; 3e partie : recherches scientifiques et observations météorologiques, pathologiques, ethnologiques, sur l’hygiène et les mœurs ; 4e partie : historique, organisation.

5 Des topographies médicales sont également réalisées à partir des années 1860 en Indochine ou à Shanghai. Voir Monnais-Rousselot L., Médecine coloniale, pratiques de santé et sociétés en Indochine française (1860-1939), Une histoire de l’Indochine médicale, pp. 793-796 et Mac Pherson K.L., A Wilderness of Marshes : The origins of Public Health in Shanghai. 1843-1893, pp. 49-67.

6 Sournia J.-C., Histoire de la médecine, p. 230.

7 Ces articles qui ont servi à compléter des séries statistiques ou à puiser directement dans la réalité des pratiques de santé en Chine du Sud au début du xxe siècle sont répertoriés dans la bibliographie.

8 Ces sources qui proviennent des Missions étrangères de Paris et des missions protestantes sont répertoriées dans la bibliographie.

9 Will P.-E., Chinese Local Gazetteers. An Historical and Practical Introduction, p. 7.

10 Voir en particulier P.-E. Will, ibid.

11 Zhongguo difangzhi lianhe mulu : pp. 819-843 pour le Yunnan, pp. 715-736 pour le Guangxi, pp. 673-713 pour le Guangdong.

12 La rédaction du Zhongguo fensheng yiji kao fut entreprise en 1958 et achevée en 1987. Cet ouvrage en deux volumes a extrait pour chacune des provinces chinoises, les titres des livres de médecine et les éléments biographiques des auteurs, mentionnés dans les chroniques locales. Le Zhongguo difangzhi minsu ziliao huibian, en six volumes, restitue les fêtes locales et annuelles ou les événements importants de la vie comme la naissance, la mort ou le mariage tels qu’ils sont décrits dans les chroniques locales.

13 Il s’agit d’une trentaine de chroniques, signalées dans la bibliographie.

14 Le nombre d’éditions de ces deux livres est signalé dans le Quanguo zhongyi tushu lianhe miilu, p. 777 et p. 231.

15 Rong xianzhi, 1936, 9, zaji, Jingyan liangfang, pp. 375-389 et Sanjiang xianzhi, 1946, jineng, pp. 728-742.

16 Panzac D., La Peste dans l’Empire ottoman, 1700-1850, p. 17.

Table des illustrations

Titre Carte 1. LES ROUTES COMMERCIALES RELIANT LE YUNNAN AU PORT DE CANTON.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Carte 2. LOCALISATION DES CHRONIQUES LOCALES ANCIENNES DEPOUILLEES.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/33118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search