Version classiqueVersion mobile

La santé en Chine du Sud (1898-1928)

 | 
Florence Bretelle-Establet

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre s’appuie sur mon travail de thèse « La santé en Chine du Sud (Yunnan, Guangxi et Guangdong), à la fin de l’Empire et au début de la République », soutenue en décembre 1999. Je souhaite remercier tout particulièrement mon directeur de thèse, Marianne Bastid-Bruguière, directeur de recherche au CNRS, qui m’a engagée sur une voie passionnante tout en restant un guide infaillible, efficace et confiant ; Jean Benoist, professeur d’ethnologie à l’université de Provence, pour m’avoir accueillie dans son séminaire doctoral d’anthropologie médicale ; Zhu Jianping, chercheur de l’institut de recherche sur l’histoire et les sources de la médecine chinoise de Pékin, pour son accueil et son aide inestimable pour localiser, collecter et reproduire des études et des sources chinoises ; Nasser Dendani, maître de conférences en sociologie à l’université de Provence, pour son savoir-faire en traitement informatique des données et pour les longues journées passées à traiter les biographies de mes médecins ; Patrick Pentsch, de la Société de géographie de l’université de Provence, pour la mise en forme ingénieuse des cartes géographiques. Que soient aussi remerciés les archivistes et bibliothécaires du Centre des Archives d’Outre-Mer, du Centre des Archives diplomatiques de Nantes, des Missions étrangères de Paris, de l’institut des hautes études chinoises, de la Maison de l’Asie et de la bibliothèque de l’institut de recherche sur la médecine chinoise, qui m’ont toujours facilité la collecte des sources.

2Les différentes aides – allocation de recherche, aide à la mobilité internationale, bourses doctorale et post-doctorale – obtenues du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du ministère des Affaires étrangères et de la Fondation Chiang Ching-kuo, m’ont permis de consacrer tout mon temps à la recherche ; je souhaite que ce livre réponde à la confiance qu’ils ont placée en moi.

3 Sans la confiance, l’écoute et l’aide de mes proches, ce travail n’aurait pas pu aboutir. Je tiens donc à remercier mes parents, Colette et Roger Establet, pour l’intérêt qu’ils ont manifesté à tous les stades de ce travail, pour leurs encouragements constants et leurs conseils précieux de chercheurs invétérés. Je remercie également mon mari Christophe Bretelle, mes filles Fannie, Alice et Chiara-Maria, pour leur patience et leur affection.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search