Version classiqueVersion mobile

Armement et ve République

 | 
Maurice Vaïsse

Troisième partie. La fabrication et le commerce des armes

La participation du ministère de la Défense au démarrage de l’industrie des circuits intégrés en France, de 1960 à 1965

Alain Crémieux et Charles-Antoine Schwanhard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

PRÉSENTATION

Le circuit intégré monolithique, que l’on désigne souvent dans le langage courant par le vocable réducteur « microprocesseur », ou par le terme familier « puce », est l’une des inventions les plus fécondes du demi-siècle. Sans circuits intégrés, pas d’ordinateurs puissants et bon marché, donc pas d’ordinateurs grand public, pas de calculettes, pas de jeux vidéo et, évidemment, pas de réseau Internet. En un mot, pas de nouvelles technologies et pas de nouvelle économie. Cela ne veut pas dire que les circuits intégrés soient les seuls sur lesquels reposent ces nouveautés. Il n’y aurait pas de communications à grand débit, à grande distance et à faible coût sans fibres optiques et satellites de télécommunication. Il n’y aurait pas de mémoires de masse de CD-ROM ou de DVD sans les progrès foudroyants de l’enregistrement magnétique, mais, partout et toujours, on trouve et l’on retrouve le circuit intégré auquel s’applique particulièrement bien le qualificatif de « foisonnant ...

Auteurs

Alain Crémieux : l’ingénieur général Alain Crémieux s’occupa au cours de sa carrière de questions internationales (séjours à Londres, Washington et Bruxelles) et de questions de politique industrielle (au ministère de la Défense et, de 1976 à 1983, au ministère de l’Industrie) dans les domaines de l’aéronautique et de l’électronique. Il fut ensuite responsable du département d’histoire de l’armement au CHEAR de 1992 à 2001.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search