Version classiqueVersion mobile

Bicentenaire de la Révolution française

 | 
Patrick Garcia

Avant-propos. De la mémoire à ses territoires

Texte intégral

  • 1 Nous entendons par « patrimonialisation » l’extension croissante de ce qui est susceptible d’être r (...)

1Depuis le milieu des années soixante-dix, le thème de la « mémoire » est progressivement devenu obsédant. Qu’il faille garder mémoire, préserver, conserver, archiver, ne se discute plus. C’est désormais une évidence, un projet en soi légitime, un devoir impérieux qui semble, dans un monde désenchanté, l’ultime valeur sacrée. Nous vivons un temps d’inventaire et de « patrimonialisation1 » généralisés.

  • 2 Il n’est jusqu’à la religion qui ne se pense aujourd’hui comme un patrimoine. Cf. Danielle Hervieu-(...)

2Cet engouement concerne tous les domaines et se manifeste par une dilatation inouïe de la notion de patrimoine collectif. Celle-ci, autrefois limitée à la préservation des monuments et des œuvres d’art reconnues pour leur valeur esthétique, s’étend désormais aux savoir-faire, aux milieux « naturels », aux usines, aux cadres de vie les plus quotidiens... à tel point qu’une définition est impossible puisque « tout » est érigé au rang de patrimoine ou se trouve en passe de l’être2. Il suffit pour accéder au mémorable d’appartenir à un quelconque « hier ». Le regard patrimonial ne choisit plus et enveloppe indistinctement un passé de plus en plus récent.

  • 3 Roger Chartier, « L’histoire ou le récit véridique », in Philosophie et Histoire, Centre Georges Po (...)
  • 4 Cf. notamment Pierre Nora, « Entre histoire et mémoire. La problématique des lieux », in Pierre Nor (...)

3La dilatation est telle que la mémoire (perception affective et vécue sans médiation), que les historiens n’ont cessé de vouloir distinguer de l’histoire (connaissance critique, attestée et distanciée, caractérisée par sa « visée de connaissance3 »)4, l’absorbe en fait.

4 En creux, la « tyrannie de la mémoire » (Pierre Nora) révèle que l’obsession première de ce temps est celle de la perte, de l’oubli, la crainte – cela va de pair – de la désagrégation sociale. Ce qu’on recherche, à travers l’évocation du passé, ce sont des valeurs, des émotions à partager ou, au minimum, le souvenir de les avoir partagées. Bref, « quelque chose » qui préserve de l’angoisse que suscite le sentiment de délitement et fonde un être-ensemble, une identité commune. Cette patrimonialisation généralisée et l’inquiétude qu’elle exprime dénotent un vertigineux déficit de futur. C’est faute de pouvoir anticiper l’avenir, de disposer de projets collectifs et de repères pour penser le devenir commun que se manifeste de façon si aiguë le goût compulsif de la rétrospective et la « manie commémorative ».

  • 5 Chaque année, depuis 1986, une brochure de la Délégation aux célébrations nationales recense l’ense (...)
  • 6 Pascal Ory, Une nation pour mémoire, 1889, 1939, 1989, trois jubilés révolutionnaires, presses de l (...)
  • 7 Voir Nicole Loraux, L’invention d’Athènes, Payot, 1993.
  • 8 Il ne faut pas exagérer la nouveauté de ce phénomène. Ainsi, en 1891, Georges Clemenceau, prend pré (...)
  • 9 Éric Hobsbawm et Terence Ranger, The Invention of Tradition, University Press, Cambridge, 1983.
  • 10 C’est particulièrement net dans Les lieux de mémoire, où les mobilisations locales ne sont présente (...)

5Parmi les exercices de mémoire auxquels nous sommes régulièrement conviés, les commémorations occupent une place de choix. Avec les gestes, les polémiques et les multiples publications qu’elles suscitent, elles rythment depuis plusieurs années la vie publique française5. Pourtant, commémorer n’est pas une évidence qui s’impose par la seule logique du calendrier. C’est un acte social, un « semi-événement, rencontre d’une volonté politique et d’une sensibilité collective6 » dont la fonction est de manifester, de faire partager le sentiment de « ce-qui-nous-lie-ensemble ». C’est un discours de la filiation et de la continuité, l’affirmation de la permanence du « même ». On n’est pas si éloigné, à cet instant, de l’autochtonie attique, étudiée par Nicole Loraux, qui pousse cette logique du « même » jusqu’à faire des Athéniens une race particulière née du sol et, à ce titre, attachée à la terre de la Cité par un lien immémorial, filial et inextirpable7. On conçoit aisément, dans un monde en mutation accélérée, la fonction de réassurance propre à ce geste. Il permet aussi, la récente commémoration du baptême de Clovis après le Bicentenaire de la Révolution française et le millénaire capétien l’atteste, de retrouver les lignes de clivage traditionnelles entre les familles politiques françaises. L’affrontement mémoriel est devenu une ressource identitaire appréciée de la droite comme de la gauche à l’heure où, précisément, des divergences fondamentales traversent ces familles, notamment au sujet de l’Europe, et où les lignes de partage héritées se brouillent8. On ne saurait cependant réduire le geste commémoratif à cette seule fonction stratégique. Sa « visée » n’est pas seulement, par la mobilisation du souvenir, la volonté de réaffirmer et de conforter l’imaginaire des formations politiques françaises, de leur permettre de se définir comme des familles. Par le partage de l’émotion, par la mise en mouvement des corps – l’esthésique –, le geste commémoratif est aussi un moment d’institution du lien social, un puissant creuset d’« invention des traditions9 ». De ce point de vue, tout en gardant une place primordiale, l’État n’est plus le seul émetteur de l’invitation à commémorer, il n’a plus le monopole des politiques symboliques, même si l’attention reste focalisée sur la scène nationale et les grands émetteurs de mémoire10. Chaque commune, chaque département, chaque région initie son propre cycle commémoratif, souvent en marge des grandes mobilisations nationales, ou pour son propre compte. Cet émiettement du geste commémoratif, la pluralité des intentions qui s’y manifeste, méritent attention.

  • 11 Cf. les travaux pionniers de Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, PUF, 1925 et La m (...)
  • 12 Cf. Pascal Ory, op. cit.
  • 13 Cf. Steven Kaplan, Adieu 89, Fayard, 1993.

6Aussi l’objet de ce livre n’est ni d’évoquer, une fois de plus, la problématique de la mémoire collective11, ni le cycle mémoriel d’un objet particulier12, ni même de faire le récit du Bicentenaire13, mais d’étudier, à travers cette commémoration, les pratiques sociales de l’évocation de la mémoire.

7Cette problématique spécifique n’était pas donnée d’avance. Elle s’est, en quelque sorte, imposée à l’auteur de ces lignes. En effet, lorsqu’en 1985 j’ai envisagé d’étudier le Bicentenaire et que j’ai demandé à Michel Vovelle d’accepter un sujet de thèse d’histoire portant sur les trois commémorations de la Révolution française (1889, 1939, 1989), mon idée première était de m’intéresser aux torsions de la mémoire de la Révolution, à la façon dont l’objet Révolution allait être présenté – à dire vrai, pensais-je alors, malmené, dévitalisé. C’est chemin faisant qu’une disjonction partielle s’est imposée entre l’objet lui-même et les pratiques sociales auxquelles son évocation donne lieu. C’est au contact des archives, à la lecture des discours des maires, en visionnant de multiples cassettes vidéo des cérémonies locales que j’ai été amené à reformuler mon projet et à ne plus m’inscrire dans l’étude des décalages entre une mémoire savante – et souvent militante – de la Révolution et ses multiples instrumentalisations. Non que ce projet soit sans intérêt et que l’on ne puisse consacrer des livres à la réécriture constante d’un épisode aussi formidable que la Révolution française ou au rôle que joue la référence à la Révolution dans la culture politique contemporaine, mais parce que l’entrée par les pratiques sociales de la commémoration est une approche spécifique. En conséquence, le souvenir de la Révolution est presque second dans cet ouvrage : son objet est le phénomène commémoratif analysé à travers ses pratiques comme moment d’institution du social, de définition de ce qui lie les hommes entre eux, de construction d’identités collectives.

8Mes choix méthodologiques ont largement découlé de cette réorientation et innervent assez la structure et les problématiques de ce livre pour qu’il en soit à présent question.

  • 14 Pierre Nora, « L’ère de la commémoration », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. III, «  (...)
  • 15 « Pour le moment, nul n’a pu trancher vraiment la question de savoir si le Bicentenaire a révélé l’ (...)

9En premier lieu, après le déploiement médiatique dont le Bicentenaire a été l’objet, les débats auxquels il a donné lieu et le pronostic de Pierre Nora selon lequel le Bicentenaire deviendrait par son historiographie « l’événement qu’il n’a pas été14 », la première des exigences était celle de la mesure. Il fallait établir aussi précisément que possible l’écho des initiatives commémoratives, les régions touchées, les collectivités et les individus mobilisés. Certes, comme le souligne Mona Ozouf, le nombre ne livre pas le secret des cœurs15, mais parlerait-on encore du Bicentenaire de la Révolution si les salles, les rues, les places étaient restées obstinément vides, et si le Bicentenaire n’avait trouvé audience que le soir du 14 juillet ? Dans ce cadre, compter et cartographier m’ont semblé les deux premières opérations indispensables pour que la notion de contrôle empirique ait un sens et pour sortir du labyrinthe représentationnel.

10 Pour autant, à elle seule, cette démarche est infirme. En effet pour y recourir, force est de manier des catégories-écran qui ne peuvent qu’être mutilantes. Ainsi, quelle commune mesure y a-t-il entre une plantation d’arbre de la Liberté opérée confidentiellement le 21 mars aux limites du territoire communal et l’arbre planté au terme d’un défilé coloré qui a réuni tous les habitants du village ? L’arbre a-t-il la même valeur coincé entre le calvaire et le monument aux morts ou planté sur une place spécialement aménagée pour le recevoir ? Et – quand bien même la géographie ou la masse des habitants réunis serait identique – quand le discours qui l’accueille évoque les dangers d’une tour de Babel où se diluerait l’identité française ou exalte les valeurs universalistes de la Révolution ?

  • 16 Cf. Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces, Flammarion, 1986, et Jacques Revel (dir.), Jeux d’éch (...)

11La réponse ne fait aucun doute et contraint en retour à s’attacher, dans la perspective de la microstoria16, au singulier, à raisonner sur l’exemple qui, dans notre civilisation du grand nombre et de la tendance, paraît toujours moins pertinent que le recours à la moyenne. Pourtant ce singulier est nécessaire à l’analyse. Il est la chair dont se nourrit l’historien et ajoutons qu’il n’est jamais aberrant mais qu’il éclaire ce qui, en définitive, nous intéresse, à savoir le champ des significations des pratiques commémoratives.

  • 17 « À leur capacité interprétative », pour reprendre une formule de Bernard Lepetit, « De l’échelle e (...)
  • 18 Mona Ozouf développe cette idée dans l’article du Débat, « Célébrer, savoir, fêter », n° 57, nov.-d (...)
  • 19 Cette orientation s’inspire des travaux de Laurent Thévenot et de Luc Boltanski, De la justificatio (...)

12En même temps que je menais ces opérations de dénombrement et de localisation, je me suis donc attaché à l’étude du cas singulier et aux justifications des acteurs17 du moment commémoratif, qu’ils soient collectifs, institutionnels ou qu’il s’agisse simplement d’individus engagés dans la commémoration. Cette démarche acquiert tout son sens si on prend acte que les rituels contemporains répondent à des projets explicites ou que, du moins au sein de la relative contrainte sociale de commémorer – l’injonction commémorative – et des formes, en nombre somme toute limité, que peut revêtir ce geste s’exprime une pluralité d’intentions. Or, pour reprendre les analyses de Mona Ozouf, la caractéristique du Bicentenaire, et au-delà, des commémorations contemporaines, est bien que nul n’ignore qu’il est déguisé18. La commémoration contemporaine se vit sur le mode de la distance, elle est instrumentalisée, l’évocation du passé est toujours accomplie en fonction sinon d’un projet social, du moins d’une certaine conception de la société. Bref, elle est l’œuvre d’acteurs qu’il faut prendre au sérieux quelle que soit leur dignité institutionnelle19. À partir de cette exigence, il faut aussi assumer, en tant que chercheur, une modestie nouvelle et, quittant une position de surplomb, prendre conscience qu’on ne sait pas « mieux » mais « autrement ». Posture inconfortable s’il en est, que j’ai néanmoins essayé de faire mienne. J’espère que les acteurs de la commémoration qui liront ces lignes, même s’ils ne se reconnaissent pas totalement dans mes descriptions et mes interprétations, ne se sentiront pas pour autant trahis. Cette position méthodologique m’a conduit à consacrer une part importante à la dimension analytique de ce travail, aux descriptions, aux détails, à la restitution des paroles prononcées et des gestes accomplis.

  • 20 Cf. Jacques Lévy, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Presse (...)
  • 21 « Espace approprié avec sentiment ou conscience de son appropriation » selon la définition de Roger (...)
  • 22 Cf. Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », in Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles, op. ci (...)

13Le recours à la variation de l’échelle géographique est la troisième caractéristique de la démarche adoptée. Elle résulte des considérations précédentes et s’appuie aussi sur le constat empirique que les discours, les gestes ne prennent leur pleine signification que rapportés à des espaces donnés. Dans ce cadre, le moment Bicentenaire se décompose en de multiples scènes qui possèdent chacune leur autonomie. Ce constat m’a conduit à structurer ce livre en deux grandes parties : l’une consacrée au national, l’autre aux scènes locales. La première caractérisée par l’embarras, tant s’y rejouent les débats structurants de la vie politique française, la seconde marquée par l’engouement à commémorer. Précisons qu’il ne s’agit pas d’un parcours du plus grand au plus petit, ni d’une hiérarchie de dignités, mais d’espaces de qualités différentes. D’une certaine manière, l’espace national est d’abord un espace virtuel, à la fois espace symbolique chargé d’histoire, et espace des médias. Un espace en crise à un moment où les changements d’échelles, notamment la construction européenne et « la mondialisation », remettent en cause sa pérennité – voire sa pertinence – et où les dysfonctionnements sociaux, réels ou ressentis comme tels, interrogent sa capacité à rester un cadre identitaire performant. Les espaces locaux quant à eux ne sont pas forcément périphériques ou « provinciaux »– il y a du local à Paris et en Île-de-France – mais manifestent, conjointement ou concurremment à l’espace national, la volonté de se doter d’une identité, de devenir à leur tour des « espaces légitimes20 », de se transformer en territoires21. Changer de focale, dans cette perspective, ne conduit pas à mieux voir un phénomène au sens d’un simple grossissement22, mais à observer autre chose, à saisir des usages sociaux différents, à discerner des configurations distinctes.

  • 23 Agnès Étienne-Magnien et Anne-Claude Lamur-Baudreu, Le Bicentenaire de la Révolution. Répertoire dé (...)
  • 24 Soit près de cent vingt-huit heures. Serge Moati, rushes du film Le Journal du Bicentenaire, A.N. 9 (...)
  • 25 Faute qu’un institut de sondage voulût mesurer l’effet de la Parade, c’est la Mission qui en prit l (...)
  • 26 Enquête par questionnaire portant sur l’ensemble des communes de moins de quinze mille habitants co (...)
  • 27 « 1991-1993 La France des années 80 au miroir du Bicentenaire », sous la direction de Robert Franck (...)
  • 28 Pierre Caron, « Le Cent-cinquantenaire de la Révolution française », Annales Historiques de la Révo (...)
  • 29 Trente ans minimum aux termes de la loi du 3 janvier 1979, sauf dérogation accordée par l’administr (...)
  • 30 Mes remerciements les plus chaleureux vont à Bernard Wallon, responsable des CLEF pour la Ligue des (...)
  • 31 Au demeurant j’ai pu m’appuyer sur le mémoire de maîtrise de Florence Toullec, « “Vive 89” Associat (...)
  • 32 On en trouvera les fruits in Patrick Garcia, Jacques Lévy, Marie-Flore Mattei et alii, Révolutions (...)

14Sur quels matériaux fonder cette enquête ? Comme il est de règle en histoire du temps présent, c’est plutôt la profusion que la pénurie qui suscite l’embarras du chercheur. Cette abondance est, en l’occurrence, redoublée par la volonté très affirmée de la Mission du Bicentenaire et de son président – par ailleurs historien –, Jean-Noël Jeanneney, d’encourager la production de travaux sur le Bicentenaire de la Révolution française. Ainsi les archives de la Mission ont été accessibles sur simple dérogation systématiquement accordée, dès leur versement23. La Mission a commandité un film à Serge Moati dont l’ensemble des rushes sont consultables24. Elle a fait réaliser plusieurs sondages25. Enfin deux contrats de recherche ont été passés. L’un conclu avec le CÉVIPOF (Centre d’étude de la vie politique française) et le GRS (Groupe de recherches sociologiques) a permis de financer la réalisation et l’exploitation d’une enquête par questionnaire auprès des petites communes françaises26. L’autre passé avec l’IHTP (Institut d’histoire du temps présent) a initié un cycle de séminaires autour du thème « La France des années 80 au miroir du Bicentenaire », qui a rendu possible l’audition de « grands acteurs » de la commémoration, la confrontation des chercheurs travaillant sur ce thème, et qui a débouché sur un colloque27. Que l’on compare cette volonté de faire trace, de provoquer la multiplication de recherches à l’article synthétique livré par Pierre Caron, responsable de la commémoration du Cent-cinquantenaire (19 39)28 – dans d’autres circonstances historiques il est vrai – et l’on verra sans peine comment le Bicentenaire s’est d’emblée pensé comme acte de mémoire de ses propres gestes presque autant que du geste révolutionnaire. Loin d’y voir une espèce de subterfuge pour donner dans l’après-coup au Bicentenaire une épaisseur qu’il n’aurait pas eue, il convient plutôt de saluer ce souci de transparence et la contribution ainsi apportée à la connaissance de la société contemporaine. Au reste, la critique de cette attitude est infalsifiable puisque le respect scrupuleux des délais de consultation des archives29, l’absence de soutien à la recherche auraient tout aussi bien pu être interprétés comme la volonté de masquer la vacuité supposée de la commémoration... De façon remarquable, cet empressement a été partagé par l’ensemble des acteurs. Ainsi la Ligue des droits de l’homme et la Ligue de l’enseignement, promoteurs des CLEF (Comités liberté égalité fraternité) m’ont permis de consulter leurs archives au fur et à mesure qu’elles se constituaient et ont diffusé auprès de leurs fédérations le questionnaire que j’avais conçu30. Il en aurait été de même du côté de « Vive 89 », si leurs archives n’avaient été en consultation à l’époque où je conduisais mes investigations31. Pareillement, les petites communes ont répondu volontiers à l’enquête du GRS, n’hésitant pas à y adjoindre en grand nombre des vidéos, des scripts de spectacles, des coupures de presse comme les plus grandes municipalités ou les conseils généraux et régionaux ont souvent fait parvenir, en réponse à mes sollicitations, une abondante documentation... à ces documents d’archives se sont ajoutés les enseignements tirés de deux vagues d’entretiens semi-directifs, l’une réalisée en 1988, l’autre en 1989 dans le cadre d’une initiative commémorative du centre Georges Pompidou, « le Forum de la Révolution ». De ces entretiens il sera ici, en définitive, peu question. Pourtant c’est en me confrontant à ces raisonnements, en menant une analyse collective sans concession des propos collectés32 que j’ai progressivement réorienté mon enquête de « ce-que-l’on-dit-de-la-Révolution » à « ce-que-commémorer-veut-dire ».

Notes

1 Nous entendons par « patrimonialisation » l’extension croissante de ce qui est susceptible d’être regardé comme patrimoine.

2 Il n’est jusqu’à la religion qui ne se pense aujourd’hui comme un patrimoine. Cf. Danielle Hervieu-Léger, La religion pour mémoire, Éditions du Cerf, 1993.

3 Roger Chartier, « L’histoire ou le récit véridique », in Philosophie et Histoire, Centre Georges Pompidou, 1987, et Paul Ricœur, « Entre mémoire et histoire », Projet, n° 248, déc. 1996, pp. 7-16.

4 Cf. notamment Pierre Nora, « Entre histoire et mémoire. La problématique des lieux », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, 1. I, « La République », Gallimard, 1984, et Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge, sociologie de la mémoire communiste, Presses de la FNSP, 1994.

5 Chaque année, depuis 1986, une brochure de la Délégation aux célébrations nationales recense l’ensemble des personnages, œuvres, actes et découvertes mémorables.

6 Pascal Ory, Une nation pour mémoire, 1889, 1939, 1989, trois jubilés révolutionnaires, presses de la FNSP, 1992, p. 9. Voir aussi la définition proposée par Jean Davallon, Philippe Dujardin et Gérard Sabatier, in Politique de la mémoire, Presses Universitaires de Lyon, 1993, p. 228.

7 Voir Nicole Loraux, L’invention d’Athènes, Payot, 1993.

8 Il ne faut pas exagérer la nouveauté de ce phénomène. Ainsi, en 1891, Georges Clemenceau, prend prétexte de la pièce de Victorien Sardou – Thermidor – hostile à Robespierre, pour souligner la pérennité des clivages issus de la Révolution et éviter une coalition entre républicains opportunistes et catholiques modérés ralliés à la République. « La Révolution française est un bloc […] dont on ne peut rien distraire […]. L’admirable Révolution par qui nous sommes, n’est pas finie, […] elle dure encore, […] nous en sommes encore les acteurs, […] ce sont toujours les mêmes hommes qui se trouvent aux prises avec les mêmes ennemis. […] Ce que nos aïeux ont voulu, nous le voulons encore. Nous rencontrons les mêmes résistances. Vous êtes demeurés les mêmes ; nous n’avons pas changé. Il faut donc que la lutte dure jusqu’à ce que la victoire soit définitive. » Chambre des députés, 29 janvier 1891, Journal officiel, Débats parlementaires.

9 Éric Hobsbawm et Terence Ranger, The Invention of Tradition, University Press, Cambridge, 1983.

10 C’est particulièrement net dans Les lieux de mémoire, où les mobilisations locales ne sont présentes que comme toile de fond (introductions, postfaces) et pour fonder la validité d’une analyse tout entière vouée aux modes de reproduction et aux mutations du national.

11 Cf. les travaux pionniers de Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, PUF, 1925 et La mémoire collective, PUF, 1950.

12 Cf. Pascal Ory, op. cit.

13 Cf. Steven Kaplan, Adieu 89, Fayard, 1993.

14 Pierre Nora, « L’ère de la commémoration », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. III, « Les France », vol. 3, p. 982.

15 « Pour le moment, nul n’a pu trancher vraiment la question de savoir si le Bicentenaire a révélé l’engouement des Français pour leur Révolution ou au contraire l’engourdissement de leur esprit civique. La première raison de cette incertitude est qu’on ne peut la lever en arguant du nombre des manifestations : le nombre est l’indicatif nécessaire, mais pas toujours suffisant de la ferveur, et celle-ci n’est pas forcément dans la dépendance de celui-là. » Mona Ozouf, « Célébrer, savoir, fêter », Le Débat, n° 57. nov.-déc. 1989, p. 31.

16 Cf. Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces, Flammarion, 1986, et Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles, Hautes études / Gallimard / Le Seuil, 1996, notamment son article « Micro-analyse et construction du social », pp. 14-36.

17 « À leur capacité interprétative », pour reprendre une formule de Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », in Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles, op. cit., p. 80.

18 Mona Ozouf développe cette idée dans l’article du Débat, « Célébrer, savoir, fêter », n° 57, nov.-déc. 1989.

19 Cette orientation s’inspire des travaux de Laurent Thévenot et de Luc Boltanski, De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, 1991, (lre éd. PUF 1987), et des thèses du tournant critique : Marcel Gauchet, « Changement de paradigme dans les sciences sociales ? », in Le Débat, « Les idées en France 1945-1988. Une chronologie », Gallimard, 1989, pp. 473-480, et « Histoire et sciences sociales : un tournant critique ». Annales ESC, n° 6, nov.-déc. 1989. Pour une analyse des enjeux du tournant critique, cf. Christian Delacroix, « La falaise et le rivage. Histoire du tournant critique », Espaces Temps, n° 59 / 60 / 61, 1995, pp. 86-111 et Bernard Lepetit, « L’histoire prend-t-elle les acteurs au sérieux ? », ibid., pp. 112-123.

20 Cf. Jacques Lévy, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Presses de la FNSP, 1994.

21 « Espace approprié avec sentiment ou conscience de son appropriation » selon la définition de Roger Brunet et alii, Les mots de la géographie, Reclus / Documentation française, 1992.

22 Cf. Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », in Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles, op. cit., pp. 71-94. « Pas davantage que la carte au 1 : 25 000 n’est plus vraie que la carte au 1 : 500 000, les conclusions des historiens (fussent-elles plus près de l’échelle humaine et de l’expérience des acteurs, susceptibles de connaître dans les quelques dizaines d’années de leur vie la poignée de villages ou de cantons soumis à l’observation) ne sont pas plus vraies que celles (d’historiens travaillant sur une grande échelle et sur une longue période]. Elles donnent de la réalité des explications différentes qui ne sont exclusives, et partant opposables l’une à l’autre, que lorsqu’on croit qu’elles valent à la même échelle. » p. 87.

23 Agnès Étienne-Magnien et Anne-Claude Lamur-Baudreu, Le Bicentenaire de la Révolution. Répertoire détaillé des archives de la Mission du Bicentenaire, Archives nationales, 1991,284 pages.

24 Soit près de cent vingt-huit heures. Serge Moati, rushes du film Le Journal du Bicentenaire, A.N. 900 519 / 47-156.

25 Faute qu’un institut de sondage voulût mesurer l’effet de la Parade, c’est la Mission qui en prit l’initiative. Sondage CSA réalisé en novembre 1989.

26 Enquête par questionnaire portant sur l’ensemble des communes de moins de quinze mille habitants conçue par Marcel Jollivet et Annick Percheron. Rapport de synthèse, Marcel Jollivet, « La commémoration du Bicentenaire de la Révolution française dans la France rurale », GRS / CNRS, fév. 1995, dactylographié, 3 vol. J’ai pu consulter l’ensemble des données avant leur traitement et utiliser les documents joints aux envois. J’en remercie particulièrement Marcel Jollivet.

27 « 1991-1993 La France des années 80 au miroir du Bicentenaire », sous la direction de Robert Franck et de Nicolas Rousselier. Les actes du colloque tenu en décembre 1994 n’ont pas été publiés.

28 Pierre Caron, « Le Cent-cinquantenaire de la Révolution française », Annales Historiques de la Révolution française, 1946, pp. 97-114

29 Trente ans minimum aux termes de la loi du 3 janvier 1979, sauf dérogation accordée par l’administration ou la personne morale ou privée ayant effectué le versement.

30 Mes remerciements les plus chaleureux vont à Bernard Wallon, responsable des CLEF pour la Ligue des droits de l’homme, et à Josette Mouly et Michel Morineau qui assuraient cette responsabilité au sein de la Ligue de l’enseignement.

31 Au demeurant j’ai pu m’appuyer sur le mémoire de maîtrise de Florence Toullec, « “Vive 89” Association pour la célébration du Bicentenaire de la Révolution française », dir. Claude Mazauric, Rouen, juin 1993, et sur l’intervention de ce dernier, président de Vive 89. lors du séminaire de l’IHTP, Lettre d’information, n° 7, mai 1993, ainsi que sur son article « Bicentenaire et culture communiste. L’association “Vive 89” », Cahiers d’histoire, n° 69, 1997, pp. 19-32.

32 On en trouvera les fruits in Patrick Garcia, Jacques Lévy, Marie-Flore Mattei et alii, Révolutions fin et suite, EspacesTemps / B.P. I. Centre Georges Pompidou, 1991. Que mes complices d’alors qui ont rendu possible cette entreprise et m’ont enrichi de leurs analyses et de leur amitié reçoivent, ici et une nouvelle fois, l’expression de ma gratitude.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search