Version classiqueVersion mobile

Bicentenaire de la Révolution française

 | 
Patrick Garcia

Préface

Michel Vovelle

Texte intégral

1Je n’écrirai pas mes mémoires de campagne du Bicentenaire. Certains de mes frères et amis m’y engageaient, d’autres me mettaient en garde : tu ne feras pas cela ! Comme si j’avais de grands ou même de petits secrets à révéler. Je n’ai pas la vanité de surestimer ce dont je suis redevable à la position si peu que ce soit privilégiée que j’ai assumée dans le domaine académique ou scientifique de cette célébration, au demeurant bien modeste au regard des enjeux du rendez-vous commémoratif. Près d’une décennie écoulée, l’oubli fait son œuvre altérant la vivacité du souvenir et c’est sans doute mieux ainsi.

2Hé l’ami reprenez-vous… Qui parle de vos mémoires, alors même que l’historien américain Steve Kaplan vous a congédié d’une ultime phrase définitive dans son ouvrage Adieu 89 ! C’est d’une préface qu’il s’agit ici à de vrais « Exercices de mémoire », et qui plus est sous la plume d’un élève à qui vous avez fait confiance et qui vous a fait confiance pour l’assister durant les dix années méritoires de l’élaboration de son maître ouvrage, avec tout le mérite d’un chercheur scrupuleux, élaborant sa problématique pas à pas, restreignant en apparence l’ambition de sa recherche dans le temps long des commémorations, pour mieux élargir en profondeur par la prise en compte d’un espace, et d’un acteur collectif, la France entière appelée à témoigner, à l’épreuve ou à la lumière selon que l’on voudra, d’un moment de vérité.

3Le challenge était redoutable. Il convient de saluer l’exploit. Si la Révolution est désormais un objet froid – « ce dont je ne suis point trop sûr » – pour parler comme Jacqueline, la femme du père Duchesne – (car qui dit qu’elle n’ait pas bientôt fini d’être terminée ?), la commémoration fut d’entrée un objet chaud. Ce qui justifie le paradoxe qu’on ait commencé à en écrire l’histoire avant même qu’elle ne fut commencée, comme la précocité des ouvrages, utiles et suggestifs, sages ou scandaleux qui sous la plume de Pascal Ory, Steve Kaplan et quelques autres en ont livré la chronique ou l’analyse au même titre que les séminaires et le colloque organisé par l’IHTP.

4 Le livre de Patrick Garcia ne vient pas trop tard, mais à son heure, celle de la réflexion tout en bénéficiant du fait de rester l’œuvre d’un témoin attentif et participant de l’aventure qu’il retrace. Ce qui lui vaut de bien grands avantages.

5Celui de pouvoir faire œuvre d’historien informé, autant qu’on peut l’être me semble-t-il, à l’issue d’une prospection dont on peut mesurer l’ampleur dans l’océan des sources multiples qu’a suscité l’événement. Associant une reprise synthétique personnelle des aspects les mieux connus à l’échelle nationale, à une investigation des dossiers inédits qui le met à même de prospecter l’espace national à partir de séries imposantes, il est à la fois quantitatif, qualitatif sans lourdeur, et « conceptuel » sans prétention. Le spécialiste qui le lira appréciera l’ampleur des corpus prospectés.

6Les sources imprimées y tiennent une importance évidente, des ouvrages aux affiches en passant par les plaquettes suscitées par l’événement, à la presse, commentaire ou écho de tout un geste commémoratif. Patrick Garcia a pu également bénéficier de l’ouverture des archives de la Mission du Bicentenaire, privilège certes, mais qui n’enlève rien à son mérite puisqu’il les a dépouillées de fond en comble ; tant les documents appartenant à la Mission proprement dite que les enquêtes que cette institution a suscité (notamment l’immense corpus des réponses des maires à l’enquête menée par le Groupe de recherches sociologiques). Il n’a pas négligé les sondages d’opinion (CSA…), et il a lui-même ou en collaboration, mené deux sondages ouverts, à la veille de la commémoration et pendant celle-ci. Enfin, il a eu le souci de mettre ces données en contexte par référence aux tests contemporains d’opinion (élections législatives ou présidentielles, vote de ratification du traité de Maastricht).

7Le risque était de tomber dans un gouffre : l’auteur l’a heureusement évité, soutenu par une réflexion toujours présente, nourrie sans lourdeur de considérations de méthode (sur la postmodernité ou la fin des holismes par exemple). Débarrassé de l’anecdotique, pourrait-on dire un peu lestement, par l’apport de ses prédécesseurs, il a pu reprendre, de façon distanciée mais toujours précise l’étude des aspects et des problèmes nationaux de la commémoration.

8Son mérite le plus évident – non le seul – est d’avoir réussi à associer le national et le local dans leur enchaînement, et leurs rapports parfois complexes. Il l’a fait en mariant la quantification massive des études sérielles avec des approches qualitatives souvent très suggestives, faisant une place à la microstoria dont il défend la légitimité de façon convaincante. Le traitement des données quantifiées, qui eût risqué de paraître pesant par excès de scrupules, a suscité outre les traductions graphiques un bel ensemble de cartes, souvent très parlantes. Elles introduisent à une spatialisation des attitudes et des réponses différenciées aux sollicitations du Bicentenaire qu’il s’agisse des arbres de la Liberté, des réseaux, des structures associatives ou des fêtes... et bien sûr de la réponse collective de plus de 10 000 élus locaux à une enquête nationale. Globalement cette démarche force l’admiration, pour tout ce qu’elle apporte tant au niveau factuel que problématique.

9Le bilan est riche. La première séquence restituant le cadre politique de la commémoration était sans doute la plus périlleuse. C’est avec sérénité (au moins en apparence) que l’auteur a analysé la façon dont la classe politique, dans un contexte cohabitationniste, s’est efforcée de faire du consensus avec de la rupture ; suivant les stratégies gouvernementales, la ligne du Président, réservant une place légitime aux actions de la Mission du Bicentenaire et à ceux qui en ont eu la responsabilité Michel Baroin, Edgar Faure, Jean-Noël Jeanneney.

10Sans naïveté, ni agressivité, l’auteur garde une liberté d’appréciation estimable et mesurée envers la personnalité et les stratégies des acteurs, petits et grands. Le beau chapitre sur le discours présidentiel dans le cadre de la commémoration n’a pas vieilli, au gré des révélations ultérieures, présentant une des facettes de la personnalité miterrandienne. Les médiations idéologiques sont finement analysées du débat historiographique à l’influence des différents supports de communication qui fut considérable. Un développement très original et particulièrement bienvenu traite de l’esthétisation du Bicentenaire et de l’effort inabouti des créateurs pour trouver un langage approprié à la représentation de l’événement. Les initiatives volontaires de pédagogie propre à toucher un public large ont été analysées à partir de l’étude des réseaux associatifs (les CLEF notamment), elles permettent de prendre la mesure d’une mobilisation collective.

11La seconde partie, la plus neuve sans doute, aborde à partir de tests d’opinion massifs, le Bicentenaire « vu d’en bas ». La confrontation des cartes révèle à quel point le clivage gauche/droite s’inscrit encore puissamment à travers la différenciation des attitudes à l’échelle nationale. Mais on y découvre aussi la fin d’une mémoire, l’effacement du national relayé d’un côté par l’aspiration à l’universel (droits de l’homme) et aussi de l’autre par le repli sur le local, qui s’exprime par le biais des monographies ou des scénographies en recherche d’une identité perdue, nostalgique ou revendicative, et qui dessine l’amorce d’une géopolitique de la France à la fois nouvelle et ancienne.

12On pourrait s’interroger comme je l’ai fait dans le cadre du débat académique pour savoir si l’émergence de cette France profonde qui est celle de l’appel à la commémoration, mais aussi du « non » à Maastricht, au risque de devenir « la France qui perd » aux yeux d’Emmanuel Todd, ne survalorise pas un espace rural en recul sinon en perdition. Mais voilà bien une des multiples questions que peut suggérer ce qui devenu un essai, reste bien une thèse au plein sens non académique du mot, avec sa dimension d’ouverture, d’iconoclasme aussi (décidément depuis Emmanuel Le Roy Ladurie personne n’y échappe).

13Méditée et presque sereine, inquiète ce qu’il faut, comme nous le sommes tous sur les avenirs de la citoyenneté réfractée à travers l’histoire, l’œuvre de Patrick Garcia, par son exigence scrupuleuse, ses interrogations sans cesse reformulées n’élargira pas forcément le cercle de ses amis, le test de sa réception éditoriale en donnera la mesure, mais elle apporte beaucoup à l’histoire du temps long comme à celle du temps présent et c’est ce qui importe. Quant à ce qui me concerne, pour revenir au thème un peu égoïstement narcissique de mon introduction, je garde à Patrick Garcia la reconnaissance de ce qu’il m’a apporté (en dehors de la lecture de ses pages qui on l’aura compris, ne m’est pas indifférente...!) : le souvenir du dialogue avec ce chercheur obstiné, lucide et pénétrant, qui venait me visiter dans les années quatre-vingt sous les combles de la Sorbonne, dans les lieux prétentieusement intitulés « Institut d’histoire de la Révolution française », pour m’informer de ses initiatives comme des progrès de l’élaboration de sa folle entreprise : faire au fur et à mesure l’histoire immédiate de l’histoire immédiate, en gardant la tête froide, le nécessaire recul, voire la sérénité (mais personne n’y croit), qui convient à Clio.

14Le pari est gagné, le Bicentenaire est entré dans l’histoire, sans pour autant qu’on ait le sentiment qu’il ait fallu pour cela nécessairement mettre à mort la Révolution. Libre à nous d’en conserver secrètement l’image, comme je soupçonne Patrick Garcia d’en avoir l’empreinte, dans quelque recoin de sa mémoire. Mais de ceci nous n’avons à rendre de compte qu’à nous-mêmes.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search