Version classiqueVersion mobile

Armement et ve République

 | 
Maurice Vaïsse

Troisième partie. La fabrication et le commerce des armes

Le Mirage IV, arme de précocité

Jean Forestier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION

Le développement du programme Mirage IV a déjà fait l’objet, par M. Cabrière, d’un remarquable exposé historique et technique lors du colloque « L’arme nucléaire et ses vecteurs ». Mon texte se contentera donc de vous présenter le témoignage de l’ingénieur de marque du système d’arme stratégique piloté (SASP) Mirage IV, rôle que j’ai tenu de 1958 à 1965.

Quelques précisions sur le vocabulaire : chargée de veiller à sa réalisation, l’équipe de marque d’un programme, c’est, au sens strict, un ingénieur de marque du côté de la Direction technique et industrielle de l’aéronautique (DTIAé) et un officier de marque du côté de l’armée de l’air, le premier opérant au sein du Service technique de l’aéronautique (STAé), le second au sein du Bureau des programmes militaires (BPM). Dans le cas du Mirage IV, c’est le tandem colonel Villetorte – Jean Forestier. Chez Dassault (GAMD), Samin est le responsable du programme.

Pour ce témoignage, j’ai regroupé mes souvenirs en quatre parties ...

Auteur

Jean Forestier (†) : après vingt ans au sein des ministères des Armées et des Transports où il travailla à la direction de programmes concernant le Mirage IV ou le Vautour, il quitta le corps de l’armement, fin 1968, pour rejoindre la présidence des enquêtes techniques sur les accidents aériens (1969-1974) tout en assurant des enseignements à l’ENSAE, à l’ENAC, à l’École de l’air et à l’EPF.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search