Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1933

Carnet Cachin. Année 1933

Texte intégral

1933 – Voyage en Union soviétique

Dimanche 25 décembre 1932

1Départ Paris.

Lundi 26 décembre 1932

2Berlin, départ 6 h soir.

Mardi 27 décembre 1932

3Stolpce, 3 h soir.

Mercredi 28 décembre 1932

4Moscou, 9 h 45 matin. Voyage quatre jours.

Jeudi 29 décembre 1932 au mercredi 11 janvier 1933

5Quatorze jours à Moscou.

Jeudi 12 janvier 1933

6Départ 10 h matin.

Vendredi 13 janvier 1933

7Voyage Ukraine.

Samedi 14 janvier 1933

8Arrivée Gagry.

Dimanche 15 janvier au vendredi 27 janvier 1933

9Gagry.

Samedi 28 janvier 1933

10Soukhoumi.

Dimanche 29 janvier 1933

11Soukhoumi.

Lundi 30 janvier 1933

12Novy-Afone.

Mercredi 31 janvier au mercredi 1er mars 1933

13Gagry.

Jeudi 2 mars 1933

14Départ pour Batoum.

Vendredi 3 mars 1933

15Poti.

Samedi 4 mars 1933

16Batoum.

Dimanche 5 mars au mercredi 8 mars 1933

17Tiflis.

Jeudi 9 mars 1933

18Départ pour Bakou.

Vendredi 10 mars 1933

19Arrivée à Bakou.

Samedi 11 mars 1933

20Bakou.

Dimanche 12 mars 1933

21Départ pour Moscou.

Lundi 13 mars 1933

22Rostov.

Mardi 14 mars 1933

23(Marx). Moscou.

Mercredi 15 mars 1933

24Moscou.

Jeudi 16 mars 1933

25Moscou.

Vendredi 17 mars 1933

26Moscou.

Samedi 18 mars 1933

27Varsovie.

Dimanche 19 mars 1933

28Berlin.

Lundi 20 mars au dimanche 2 avril 1933

29Paris.

30À Gagry séjour : quarante-six jours dont trente et un jours ensoleillés, très beaux.

31Quand donc l’Union soviétique se décidera-t-elle à collaborer avec les États civilisés ? (Les journaux français bourgeois).

  • 1 Oreste Rosenfeld (1891-1964). Né en Russie, il adhère en 1904 au POSDR. Engagé volontaire en 1914, (...)

32« Nous avons pu à Moscou, malgré les interdictions, photographier ce que nous avons voulu. D’ailleurs une amère déception attend les amateurs de photos. Les appareils sont restés aveugles et les plaques invisibles. Rien n’apparaîtra. Qui sait ? L’URSS a peut être trouvé le moyen de mêler à la lumière un produit qui le rend hostile à la photographie ». (Marius Richard, Liberté, 9 décembre 1932). « L’Union soviétique est alliée au Japon pour dépecer la Chine ». (Le Populaire, Rosenfeld1).

33« Par leur super industrialisation, les staliniens, aventuriers économiques vont faire écrouler la dictature du prolétariat ». (Trotsky).

34« Le régime soviétique n’est pas socialiste. On ne peut en effet parler de socialisme où il n’y a pas de liberté de penser et de se déplacer, même et surtout pour les ouvriers. En outre, l’étatisation de l’économie et une véritable socialisation sont et restent exclusives l’une de l’autre ». (Delsinne, de Bruxelles, Le Peuple, 6 janvier 1932).

35« Si l’aviation ennemie attaque Londres, il faudrait évacuer de la ville ceux qui ne pourraient vivre dans les caves... Il n’y a qu’une défense : c’est la crainte de représailles si sérieuses que personne n’aurait intérêt à commencer. C’est pourquoi nos escadrilles de bombardement dont la valeur est incomparable ont été construites et entraînées ». (Times, 26 juin 1932).

36Aux États-Unis, l’armée est dotée de 200 avions capables de porter 300 tonnes d’explosifs à 200 kilomètres.

37« En ce moment, dans l’Ukraine et au Caucase, chaque village ressemble à un camp fortifié. À Kharkov les enfants mangent de l’herbe. Dans toute la Russie du Sud, on parle de cas d’anthropophagie ». (Les journaux bourgeois français, novembre 1932).

38Paris-Stolpce, seconde : 685 F. Riga : 774 F. 788 F Paris-Berlin, départ 9 h matin, arrivée 11 h soir. 605 F Berlin-Stolpce (vingt et une heures). Stolpce-Niegoroloïe : 144 F, 20 minutes. Niegoroloïe-Moscou, 12 h = 1 350 F par personne en seconde.

39Nous descendrons à la maison de repos du V. Tsik à Gagry.

40V. Tsik : Tsentralny Ispolnitelny Komitet. Comité central exécutif de l’Union soviétique.

41Mary Reed, Bristol 50.

Crimée Yalta
Livadia
Aï-Todor
Aloupka
Aloutcha.
Abkhasie Sotchi à Gagry 83 km.
Gagry à Soukhoumi 107 km.

42Gagry, Maison de repos du Tsik (Comité central).

  • 2 Elisée Reclus (1830-1905). Après des études à la faculté protestante de Montauban, il part à Berlin (...)

43« Nous prophétisons à la révolution slave la joie d’accomplir la plus grande chose de l’Histoire : la conciliation des races en fédérations d’équité. » (Élisée Reclus2, février 1905).

44République fédérative des Soviets de Russie 100 millions d’hectares.

45République de la Russie blanche 5 millions d’hectares.

46République d’Ukraine 29 millions d’hectares.

47République de Transcaucasie (Géorgie 2,5) 6 millions d’hectares.

48République des Turkmènes 1 million d’hectare.

49République des Ouzbecks 5 millions d’hectares.

5014 Républiques autonomes.

51Les peuples de l’Union soviétique : Aryens (slaves) ; juifs ; Ouralo-Altaïens (Finnois, Turcs ou Touramins, Mandchous, Mongols) ; Allemands ; peuples du Caucase ; hyperboréens.

52Sibérie 8,5 millions d’habitants.

53Extrême-Orient 2 millions d’habitants.

54République Bouriate 500 000 habitants.

55Oural 7 millions d’habitants.

56Sovnarkom = Conseil des commissaires du Peuple.

57Narkom = Commissaire du Peuple.

58Narkomprosse = Commissariat du Peuple à l’Instruction publique.

59« Il y a la famine en URSS. La famine ne fera qu’augmenter. Nul espoir d’amélioration. Ce sera pire qu’en 1921. Les paysans refusent de labourer la terre. En 1932, on ne pourra même pas nourrir les ouvriers. » (La Russie opprimée. Daily Telegraph-Woschische Zeitung).

60Javal. – Toute la jeunesse d’un peuple réveillé, de mystiques sans dieu.

61– Sur la terre et dans les cieux il y a plus de choses que l’on ne pense.

62– Il faudrait un plan quinquennal de la propreté. La neige recouvre la saleté du vieil empire.

63– On fend le bois, les éclats volent pour une œuvre géante ; ne nous arrêtons pas aux détails.

64– J’ai vu aux PTT et Radio Félix Cohn ; aux bibliothèques populaires Kroupskaïa, à la Pravda la sœur de Lénine.

65Les capitalistes allemands auxquels on reproche de trahir le capitalisme en commerçant avec l’Union soviétique répondent : « Sans l’Union soviétique, nous aurions 500 000 chômeurs de plus. Vous en chargez-vous ? ».

66« La crise n’existerait pas et le socialisme dirigerait l’Europe depuis dix ans si l’Unité prolétarienne n’avait pas été criminellement brisée par les dirigeants de la révolution russe ! » (Blum, Palais de la Mutualité, 10 décembre 1932).

67Quesnay, directeur de la Banque des règlements internationaux pense que les trois questions suivantes pourraient être soumises à la prochaine « Conférence économique mondiale » :

  1. Rétablissement d’un régime monétaire international commun pour arrêter la baisse catastrophique des prix-or.
  2. Procédure de révision des endettements.
  3. Rationalisation de la production pour mettre fin à l’anarchie présente. Refonte des systèmes douaniers.

68« L’hydre de la révolution s’aperçoit dans chaque grève » (Putmaker, ministre prussien)

  • 3 Pierre-Étienne Flandin (1889-1958). Chef de l’Alliance démocratique à la Chambre des députés, il es (...)
  • 4 Valérien Dovgalevski, ambassadeur soviétique depuis novembre 1927 et Herriot, président du Conseil (...)
  • 5 Deterding, président de la Royal Dutch Shell.
  • 6 Evgeni Miller, né en 1867, général dans les armées blanches, émigré, fut enlevé en 1937.
  • 7 Gorgulov, .russe blanc, assassine le 7 mai 1932 le président Paul Doumer

69Le 3 octobre 1930, Flandin3 fermait la frontière française aux produits soviétiques. Le 29 novembre 1932, à 5 heures Dovg.4 et H. signent le pacte de non-agression. Il y a deux ans on croyait à la prospérité de la France. L’impérialisme français maintenant est obligé de manœuvrer pour éviter l’isolement. Il doit chercher des débouchés. Le triomphe du plan quinquennal l’a obligé à signer. La droite et les journaux de Deterding5 protestent. Le Populaire réclame que la France prouve qu’elle veut la paix avec l’URSS. L’article 5 sur les organisations blanches : Miller6, Gorgulof7. Les masses ouvrières ont fait pression sur Herriot. (deux jours avant, le 27 novembre signature du pacte de non-agression avec la Pologne). Victoire de la politique de paix de l’URSS et de ses succès économiques. La débâcle de Versailles a aussi poussé la France à signer. N’exagérons pas les résultats.

70Article 4, paragraphe 2 – Supprime la délégation de Géorgie à Paris !

  • 8 Anatole de Monzie (1876-1947), avocat, homme politique, plusieurs fois ministre. Favorable au rappr (...)

71De M8. l’aventure de Bogovout, agent des blancs, alias Kolomitz [ill.]. Ses relations avec la police française, avec Kruger, spéculateur sur fonds russes lors de la première reconnaissance. Dalbiez – Il faut des échanges d’officiers aux deux ambassades.

72Fin décembre, on célèbre le dizième anniversaire de la Constitution qui forme l’Union des Républiques socialistes soviétiques. Cette union a été créée sur l’initiative de la Fédération des Républiques soviétiques de Transcaucasie qui déclare le 1er décembre 1922 qu’il fallait former une union prototype puissante de l’union mondiale de tous les peuples soviétiques. Il s’agissait de créer une organisation d’État unique capable d’assurer la sécurité extérieure du pays, son relèvement économique intérieur et la liberté du mouvement national des nationalités.

Vendredi 16-lundi 19 avril 1933

73(Strasbourg). Comité mondial de lutte contre la guerre impérialiste.

74Strasbourg. Hôtel Monopole Métropole. Vendredi 7 h (s’adresser à l’Hôtel-de-Ville).

75Ordre du jour du IIe Plénum du Bureau international de lutte contre la guerre :

  • La situation mondiale et les tâches du mouvement d’Amsterdam.
  • La jeunesse et la guerre.
  • Rapports des comités nationaux.

76Visas refusés pour Strasbourg (Münzenberg et les Russes).

77Remise de la réunion à Paris 20, 21, 22, 23.

  • 9 Nicolas Schwernick a prit la présidence des syndicats soviétiques après l’élimination de Tomsky en  (...)

7821 : rapports. 22 : discussions des rapports. 23 : résolutions. Interventions com. : Stassova, Katayama, Schwernick9, MC, Münzenberg.

79MC. – Les dettes. L’hégémonie française en Europe. La France à la tête de l’intervention contre l’URSS. La France et le Japon. La non-intervention et les pactes.

80– Accentuer les responsabilités de la France impérialiste victorieuse.

81– Les masses sous-estiment les dangers de guerre et par là les intrigues de ceux qui mènent les peuples à la guerre sont renforcées.

82– Les jeunes ne sont pas assez alertés.

83– Il faut donc renforcer le mouvement contre la guerre et soutenir l’Union soviétique.

84On ne peut pas lutter contre la guerre par la seule diminution du budget de guerre. Tout en gardant notre propre tactique communiste, nous voulons discuter et agir avec tous les représentants des organisations qui veulent lutter contre la guerre sur la plateforme d’Amsterdam. Nous ne sommes ni pour ni contre l’objection de conscience. Nous sommes avec tous ceux quels qu’ils soient, qui sont pour la lutte contre la guerre, sous toutes les formes. Nous pensons, nous, que les formes d’action les plus efficaces contre la guerre sont les actions de masses. Mais tous les moyens efficaces sont de mise. Ce que nous repoussons, c’est la déclamation contre la guerre qui n’est suivie d’aucune action.

85La crise pousse les impérialistes à la guerre (ex. : Japon, Mandchourie). On signe des pactes de non-agression. Mais que signifient-ils ? La France, la Pologne ont signé des pactes de cet ordre. Cela ne veut pas dire que la France renonce à la guerre. Elle veut gagner du temps pour la préparation de cette guerre. Elle vise toujours à séparer l’Allemagne de la Russie soviétique et à l’enrôler dans le bloc antisoviétique. Si la France n’a pas attaqué l’URSS, c’est que l’Union soviétique a désormais une grande capacité de défense. C’est aussi que les masses ouvrières se mettent en mouvement pour lutter contre la guerre. Seules, la volonté de paix des peuples et la construction du socialisme en URSS peuvent sauver la paix.

86Il faut l’unité de front des ouvriers, des intellectuels, de tous ceux qui luttent pour la paix ; il faut combattre le sabotage de tous ceux qui, comme les chefs social-démocrates entravent l’action d’Amsterdam. La paix ne pourra être sûre que par la chute de l’impérialisme. C’est pourquoi il faut l’affaiblir ; combattre les traités, aider les colonies à se libérer, la Chine à se défendre, défendre l’URSS. La guerre a sa racine dans le capitalisme.

87Le voyage

88Départ de Paris, dimanche 25 novembre à 9 h matin. Arrivée Berlin 11 h 50 du soir.

8926 décembre. Dans le train : 12 voyageurs au départ de Berlin frontière allemande Neue-Beutchen, une heure d’arrêt.

90Varsovie à 6 h 20. Départ 7 h 20, 27 décembre.

  • 10 Pauline Taurynia. Née en 1898, sœur de Mathilde Péri, elle se marie avec André Marty le 10 avril 19 (...)

91Arrivée à Moscou mercredi 28 à 9 h 45 (selon l’horaire exact). À la gare, A. Marty, Pauline10, Stepanov, Kahan, secrétaire de Manouilsky. On se rend à l’hôtel Nouveau Moscou (Nove Moskova) (directeur Kivilevitch), chambre 758. Puis au Komintern : Manouilsky, Vassiliev Stepanov, Lebedeva, A. Marty. Sur les meetings communs avec les socialistes, accord. Sur la question paysanne française (Stepanov).

92Au cours du voyage, le 27, à travers la Pologne, de Varsovie à Stolpce (Malkinia, Bialystok, Slonim, Baranoviezé) les gourbis des paysans, les marécages, les forêts ; terre assez bien cultivée. Nul colis dans les gares. Gares de marchandises vides. Pas de voyageurs dans les trains.

93Prix du voyage wagon-lits russe en 2e classe : 28 roubles de Nigoroloïe à Moscou.

  • 11 Adoratsky a remplacé Riazanov après son élimination en 1931.

94À Moscou. Adoratsky11 dirige l’Institut Marx-Engels-Lénine, 4 tch. 37 R.

95Je raconte qu’à notre passage à Berlin, le lundi 26, lendemain de Noël, nous n’avons trouvé personne au SRI 48 Wilhemstrasse, ni à la Maison Karl Liebknecht. À l’ambassade, Hintchouk absent. Un jeune a bien voulu prier H. de télégraphier à Moscou. Il l’a fait, et c’est grâce à ce télégramme que l’on nous attendait ce matin à la gare.

96Dépenses du voyage : Paris-Berlin, 824 F. Berlin-Stolpce, 605 F. Stolpce-Niegoroloïe : 144 F. Niegoroloïe-Moscou : 668 F. Frais : 150 F par jour pour trois jours = 450 F = 2 700 F : 1 350 F en 2ème par personne.

97N’oublions pas la crêpe de pommes de terre, avec quelle huile ! À Berlin, (Kartofel-buffet) ; à Berlin la graisse pour les aliments !

98En Chine : 70 provinces, 2 000 départements : 300 départements sont soviétisés avec 80 millions d’habitants. À Canton, on envisage le démembrement de la Chine : 1°) Un empire du Nord dont la Mandchourie est le germe ; 2°) Une République centrale à Nankin avec Shanghaï ; 3°) Une République rouge avec les provinces révolutionnaires ; 4°) À l’Ouest, fédération d’États soviétiques autour du Kiang-Si cellule-mère du bolchevisme ; 5°) Les Mongols fédérés avec Moscou.

99Chambre 158, hôtel du Nouveau Moscou. Chambre 306 Komintern (français).

Jeudi 29 décembre 1932

100Arrivée de nombreux touristes français à l’hôtel. Leur première impression est très bonne. Ils passent ici cinq jours.

  • 12 Michel Marty (1890-1943). Deuxième frère d’André Marty, il adhère à la SFIO en 1920 à Perpignan. De (...)

101Visite à Michel Marty12 dans son sanatorium. Puis retour par le quartier Frounzé, autour du monastère de la Vierge où on a construit toute une nouvelle ville ouvrière.

102Pendant ce temps, réunion du secrétariat politique (les onze représentants au Komintern des plus grands partis de l’Internationale se réunissent ainsi chaque semaine pour examiner les grandes questions politiques pendantes).

103Le Plénum de l’Éducation des Jeunes vient de s’achever. Manouilsky a riposté à Otto Bauer sur la nouvelle politique de la IIe Internationale.

  • 13 Serafima Gobner (1880-1966), est membre du secrétariat du CE de l’IC, et secrétaire de la section d (...)

104Visite à Gobner13 et Mary Reed.

105Moscou nouvelle asphaltée. La rue pleine de monde. Circulation automobile déjà intense. Les Isvatchiks disparus. Grande promenade avec Kahan dans Moscou. Dîner à l’hôtel 24 roubles.

106660 millions budget de l’assistance publique à Paris.

Vendredi 30 décembre 1932

107Kahan nous conduit chez les docteurs !

108Résultats de la Conférence du désarmement : 1°) interdiction de la guerre chimique ; 2°) interdiction du bombardement des populations civiles ; 3°) suppression des armes offensives les plus puissantes. On ne peut pas aller plus loin, dit le Temps, à cause de la sécurité.

109L’ordre capitaliste est devenu le désordre.

110La situation en France. En caisse or de la Banque de France : 83 milliards au lieu de 69 en décembre 1931. (Pourcentage de couverture 78 %). Redressement de la Bourse. La conversion de 85 milliards de francs a réussi. Mais ! 10 milliards de bons à court terme ont été émis en huit mois en 1932. Déficit budgétaire 8 milliards. Les prix de gros ont fléchi de 413 à 389 (en 1931 de 498 à 413). L’indice de la production industrielle de 117 à 94. Double de chômeurs secourus que l’an dernier. Recul de 16 % sur les recettes des chemins de fer en 1932. Échanges extérieurs, balance en déficit de 10 milliards. Le problème des dettes de guerre reste grave.

111Blum : « Nous votons le secours pour l’Autriche, parce que l’Autriche est en République et que la République d’Autriche garantit la démocratie et la paix. »

112En Roumanie. Un consul turc est mort à Varsovie. On l’envoie embaumé à Ankara. En traversant la Roumanie, on a dépouillé le mort de ses vêtements. Un colonel de cavalerie roumain va se plaindre au ministre des Finances qu’il n’a pas payé son régiment depuis plusieurs mois. « Cela n’a pas d’inconvénient pour les officiers ils sont entretenus par les dames de la ville. Ni pour les soldats. Ils sortent tous les soirs et pendant la nuit ils se débrouillent. Mais c’est pour les chevaux ! ».

113XIIe Plénum. Le changement des rapports de forces entre les classes s’opère au profit de la classe ouvrière. « La situation actuelle peut donner à des explosions brusques et à des tournants brusques des événements. » « Le rythme de la crise économique s’aggrave ». « C’est la fin de la stabilisation relative du capitalisme ».

114Dès lors, le XIIe Plénum proclame qu’il faut dès maintenant diriger pratiquement et concrètement les luttes de classe pour amener les ouvriers à des luttes politiques révolutionnaires aigües. Il faut analyser sérieusement la fin de la stabilisation partielle du capitalisme dans chaque pays et sur cette base fixer les tâches pratiques. Il faut démasquer la social-démocratie qui s’efforce de masquer l’importance et la gravité de la crise, et emploie des phrases de plus en plus gauches, et fait appel à l’unité ouvrière. La période actuelle est une période de transition qui mène directement à une série de révolutions et de guerres. Les délais historiques seront courts. Il faut donc lutter concrètement contre la guerre. Il faut lutter dans les syndicats réformistes. Il faut aller vers les usines. Il faut recruter et organiser.

115Lecture du Moscou Daily News, quotidien de Moscou pour les étrangers. Il y a un journal allemand et un anglais. Pas de français ! Ce journal donne les nouvelles internationales. Puis la situation en URSS. Plan quinquennal. La lutte contre la bureaucratie, pour les ouvriers et employés étrangers. Lettres de rabcors qui font appel à l’RKI (Inspection ouvrière et paysanne).

116Dans le Kiang-Si, le gouvernement s’appelle : « Gouvernement provisoire central de la République soviétique de Chine ». Le 1/7e de la Chine est soviétique (85 millions habitants) ; pas d’industrie. Le Kuomintang a envoyé contre les soviets chinois 65 divisions : 700 000 hommes. (Il y a en Mandchourie 125 000).

1171932

118Aujourd’hui vendredi 30, nous allons avec Kahan au musée Tétrakof. C’est le musée de la peinture russe, depuis les origines jusqu’à nos jours. Les peintures des primitifs russes sur bois sont belles. Il y a des broderies, des porcelaines, des enluminures très belles. Nombreux tableaux historiques. Mais la peinture russe n’est qu’une peinture d’imitation à toutes les époques. Au XVIIIe siècle ils ont imité les Nattier. Et, puis l’École de Barbizon, puis les impressionnistes, les cubistes, etc. Leurs imitations sont de valeur très discutable. Ils ont installé leurs tableaux par salles. Et ils ont placé dans chaque salle des inscriptions inspirées du matérialisme historique. D’abord l’action du féodalisme, sur l’art ; puis la naissance de la bourgeoisie, sa lutte contre le féodalisme, son accord ensuite avec le féodalisme. Enfin, l’art de la décadence de la bourgeoisie. Tout est utilisé pour la propagande. Dans les dernières salles, Lénine, les scènes modernes depuis la Révolution. Sans valeur esthétique. Les salles sont pleines de délégations ouvrières, scolaires et des professeurs font la leçon devant les grands tableaux historiques. Principaux tableaux : La condamnation de Pougatchev, La retraite de la grande armée, Les hâleurs, L’arrestation d’un propagandiste, Retour de Dostoïevsky de la déportation, Les Cosaques écrivent une lettre d’insulte au Sultan, Dostoïevsky, Tolstoï, Herzen, Une jeune serve vendue par son seigneur, Ivan tue son fils. Toute la peinture est commentée dans le sens révolutionnaire. Les commentateurs négligent la peinture elle-même ; ils interprètent le sujet traité par le peintre. (6 000 pièces dans le musée). Après la visite du musée, visite au cinéma parlant de la Maison des Soviets : le film s’appelle « Le contre-plan ». Le ciné est celui de la Maison des Soviets n° 1. Il est construit pratiquement, contient une salle de lecture et de jeux pour les personnes qui attendent, et naturellement des renseignements statistiques et graphiques très nombreux. La salle est spacieuse et très grande. Le public qui se remplace toutes les heures de midi à minuit s’y rue réellement. Mais l’ordre s’établit de lui-même dans la foule. Chacun a acheté trois roubles sa place numérotée et avec le concours de quelques ouvreuses, tout se passe bien. Le film est le plus beau de tous. Une usine. Sa vie, les ouvriers attachés à la réussite de l’opération d’ensemble qui a abouti, grâce au sablage d’un ingénieur, au ratage d’une turbine, sont intéressés jusqu’au dernier au succès final qui ne manque pas de se produire, par l’habileté d’un jeune ingénieur ouvrier qui trouve le défaut et répare l’erreur. Le public, tout entier ouvrier n’applaudit jamais à cette apothéose du travail collectif de l’usine. Trouvé à la salle à manger un jeune couple de La Ciotat : je suis venue pour voir les « avortoirs » !

119(À midi demain Institut Marx-Engels)

Samedi 31 décembre 1932

120Kahan nous mène à l’hôpital du Kremlin. Deux docteurs nous visitent et établissent notre fiche à tous deux. Cette fiche préliminaire sera présentée lundi 2 janvier, 6 h, aux neurologues Minor et Kramer qui nous examineront à fond. Ces deux médecins sont ceux qui ont soigné Lénine. Quant à Lilite, elle verra un chirurgien. L’hôpital est neuf, propre méticuleusement, ordonné, organisé. On se croirait dans un hôpital neuf de France. Les salles se ressemblent et aussi les docteurs, les étudiants et les camarades du service hospitalier. L’hôpital est rempli de consultants. Les ouvriers ont droit aux soins gratuits des médecins et des pharmaciens. Puis nous allons à la pharmacie attenante, avec un laboratoire d’analyses ; c’est une officine aussi bien réglée, ordonnée et d’une propreté absolue. On passe à 4 h à la radiographie pour le cœur. Kahan nous dit que les jeunes russes préfèrent être ingénieurs que médecins. Il faut que les organismes d’État sélectionnent eux-mêmes les jeunes gens auxquels on demande de faire leurs études médicales. Il n’y en a pas assez.

121On termine la journée et l’année au Grand Théâtre de Moscou. Ballet de Salambô. Orchestre 80 membres. Ballet admirable. Les premiers sujets ! Des centaines de danseurs et danseuses. Tout cela prouve que déjà les soviets assurent non seulement le nécessaire, mais le luxe de la vie.

  • 14 Lucien Romier, journaliste au Temps.

122Que devient le capitalisme ? demande Romier14 dans le Temps ?

123Il n’y a plus d’individualisme. Il n’y a plus de liberté des échanges. Il n’y a plus de stabilité des valeurs et des monnaies. Il n’y a plus de respect des contrats, les moratoires tuent le crédit.

124Nathaniel Buchwald, correspondant du Daily Worker à Moscou a été à Amsterdam. Il y a donné dans le Daily Worker une analyse détaillée. Il m’envoie les deux numéros où elle se trouve.

125Les allocations de chômage ruinent les budgets. Les pertes de salaires (600 milliards de francs) ruinent les prix.

126Indo-Chine (Temps). Le riz se vend trop bon marché. C’est pourquoi les impôts ne rentrent pas ; le budget est 36 % moins élevé qu’en 1931 ; les propriétaires des rizières sont endettés. Les ventes sur saisies augmentent.

127« Le rude bloc socialiste dont s’effraye le bourgeois français, c’est une boule de molle guimauve que l’on étire à son gré et qu’on fera passer par le trou de la serrure. Les principes, c’est bon pour les militants. Mais pour la cohorte des élus, c’est une autre affaire ! » Senatus dans l’Avenir.

  • 15 Khan Reza (1878-1944). Shah d’Iran de 1921 à 1941.

128L’affaire anglo-persane. Reza Khan15, empereur de Perse depuis 1921 dénonce les accords de 1919 avec l’Anglo-Persian. C’est au nom de l’intégrité, de la souveraineté nationale. L’incident prouve que le prestige britannique est en décadence. En juin 1919 les forces britanniques couvraient la Géorgie, l’Azerbaïdjan, la Perse. Ce n’étaient que des protectorats britanniques, surtout la Perse. Or Reza Khan veut évincer l’amirauté britannique des côtes méridionales du Golfe persique. Il a déjà écarté de la Perse les soldats anglais-hindous. Il y a là une renaissance du nationalisme persan puis la suite de la politique traditionnelle de la Russie, et enfin des intrigues américaines. Car à Téhéran, les États-Unis entretiennent deux conseillers financiers, Shuster et Millspough. Les Américains soucieux de sauvegarder l’avenir de leurs pétroles nationaux, veulent obtenir des concessions de pétrole de Perse. Les Américains offrent aux Persans de financer le chemin de fer du Golfe persique à la Caspienne. Un journal persan dit : « Le gouvernement persan veut recouvrer les biens dont il fut dépossédé en 1919. La Grande-Bretagne ne peut en ce moment allumer un incendie qui embraserait le monde entier ».

129L’Intelligence Service avait renversé Amanallah, trop soviétophile. Cette fois il s’agit d’assurer à sa flotte les moyens de combat.

130(Budget départemental Seine 2,5 milliards).

Janvier 1933

Dimanche 1er janvier 1933

131Un jeune Italien venu avec les touristes, nous dit ce qui se passe en Italie. Misère extrême, mais organisation de l’Ovra anticommuniste admirable et répression d’une habileté machiavélique. Lui, voulait rester en URSS pour travailler dans le bâtiment. Mais on lui objecte que beaucoup d’Italiens venus ici se plaignent de tout et jettent le trouble dans les usines. On ne tient plus à embaucher des Italiens.

132Les jeunes touristes de La Ciotat nous disent qu’ils ont vu hier une prison et un club ouvrier (celui des trams). Ils ont été très bien reçus : chants, lunch, danses, gaîté. Ils ont vu une vieille usine, puis une maison qui contient 1 250 personnes avec tous les services déjà socialisés. Chauffage central, électricité, garderie d’enfants, TSF, écoles, salle de réunion. Cette maison a été faite par une coopérative d’épargne avec l’aide de l’État qui a avancé deux millions de roubles, remboursables en soixante-quinze ans. Les appartements sont propres et très habitables, ils sont un peu petits.

133Kislovodsk, station balnéaire, Caucase du Nord. C’est là qu’est la source du carbonate Nazan.

134Visite à l’Institut Marx-Engels. On a dispersé les collections de l’Institut depuis 1928. On a nommé un directeur commun pour l’Institut Lénine et celui de Marx-Engels : Adoratsky. Le directeur de l’Institut Marx-Engels c’est Birman. Une jeune femme nous conduit à l’annexe de l’Institut où l’on a transporté l’exposition sur la Commune et celle sur Lénine. L’exposition de la Commune remonte jusqu’en 1948, aux journées de juin, au coup d’État du 2 décembre. Estampes, images, caricatures, décrets depuis 1848 jusqu’à la semaine de Mai. Un nombre considérable de pièces ! Chaque panneau est commenté par une citation de Marx, d’Engels, de Lénine. Pourquoi la Commune a-t-elle été vaincue ? Les créateurs du musée ont eu l’idée de mettre en parallèle les faits de la Commune et ceux de 1905 et 1917. Très judicieuse idée. Il faudrait qu’on puisse reproduire en un album les photos, les dessins, les proclamations et les faire paraître en français. La femme qui présente tout cela est très bien renseignée et connaît la Commune très bien.

135Le musée de Lénine. Toute sa vie. Peu de photos. C’est un peu sec. Des tableaux, des journaux, des autographes. Les vêtements de Lénine : parmi eux, le pauvre pardessus qu’il portait quand il fut blessé par Kaplan et les deux trous de la balle à l’épaule. Le tailleur répara les deux trous et Lénine reporta le pardessus réparé.

136Le 1er janvier est la journée des Oudarniks des Soviets et étrangers. Meetings, distributions de récompenses. Les Oudarniks – architectes russes et américains pour standardiser la construction. Chef Winokar et Nemets. Le trust de la construction : soyoustroï. Recherche les défauts et les améliorations.

137En 1937 l’efficience de l’Union soviétique égalera l’américaine. Rationalisme, mécanisation en grand, à la moderne. Il faut former des ouvriers selon les dernières méthodes techniques. Il faut ici 400 ou 500 techniciens américains s’engageant pour plusieurs années à rester en Union soviétique. Nous employons des outils nouveaux, tant américains que soviétiques pour les platriers et pour les poseurs de briques ; pour les charpentiers. On pourra poser 1 500 briques au lieu de 400 par jour. La rationalisation de l’échafaudage, de l’excavation pour la construction à grande échelle. Nous avons quatre ou cinq ingénieurs et 150 ouvriers américains ici en Union soviétique. La rationalisation par les ouvriers étrangers à Electrozovod. Morris Hauf, américain, dirige la rationalisation et les travailleurs de choc (ingénieurs juifs américains) magnéto, traction électrique, lampes.

138(colobena = colombe). 20 tch. – 32 R.

Lundi 2 janvier 1933

  • 16 Andor Berei, né à Budapest le 9 novembre 1900, membre du secrétariat latin, féru d’économie politiq (...)
  • 17 Mikhaïl Alexandrovitch Bakounine (1814-1876), révolutionnaire anarchiste russe.
  • 18 Joseph Proudhon (1809-1865). Socialiste français, il est considéré comme le père de l’anarchisme, f (...)

139Réunion de la commission de l’Institut Marx-Engels qui prépare le 50e anniversaire de la mort de Marx (14 mars 1933). Cet anniversaire doit être au centre de l’activité des PC pour toute l’année 1933. Il faut y intéresser l’Huma, l’Université ouvrière de Paris. Béret16 propose que l’on rappelle surtout les luttes de Marx contre l’opportunisme des pseudo-marxistes d’hier et de ceux d’aujourd’hui. Marx contre Bakounine17 et Proudhon18 (anarcho-syndicalisme). Marx et la guerre. Marx et la paysannerie. Marx et les Révolutions françaises. Marx et le mouvement ouvrier français (Commune, guesdisme). Les prévisions de Marx sur l’Union soviétique. Banke, professeur rouge propose deux volumes d’une Édition populaire de Marx où l’on insèrerait : une préface biographique. Les mémoires de Lafargue, Liebknecht et Lénine sur Marx. Le manifeste communiste ; le 18 Brumaire, l’adresse inaugurale de la Ire Internationale. Puis des publications moins légères : le premier volume du Capital, huit ou dix articles scientifiques sur Marx et Lénine ; puis une édition critique du 18 Brumaire, [ill] propose : une édition de la guerre civile en France, édition nouvelle pour remplacer celle de Longuet et de Dunois. Mais tous ces travaux ne pourront être prêts pour le 14 mars. À la date du 14 mars on doit éditer. Le 14 mars : le manifeste communiste (1 million). Lénine sur Marx. Les lettres de Marx sur la Commune.

140(Dr Chernichev). Joseph nous accompagne demain à 3 h 30 à l’hôpital. Aujourd’hui nous y avons passé deux heures de 6 h à 8 h, interrogés par les professeurs les plus réputés de la faculté de médecine de Moscou. La radiographie de mon cœur est rassurante : nulle lésion, cœur un peu faible. Puis Joseph nous conduit au poste émetteur de la Radio de Moscou. De ce poste, il parle à toute l’Europe, et jusqu’à Madagascar et dans les Indes. En France, il a des auditeurs dans tous les départements. Il entretient avec eux une correspondance parlée. Il reçoit de France plusieurs centaines de lettres par mois des sans-filistes ouvriers. Il est en rapport avec la coopérative ouvrière de la Radio de la rue Doudeauville. L’Huma lui est très utile ; elle insère tous leurs programmes. Il faudrait qu’elle fit plus de réclame à la coopérative ouvrière pour l’aider à se développer. Il pense qu’il touche 400 000 personnes en France, trois fois par semaine pendant une heure. Il leur fait des exposés de ce qui se passe en URSS et il répond aux questions que lui font les auditeurs par lettre. On fait une demi-heure de musique ; une demi-heure de causerie. Tous les auditeurs réclament qu’on leur fasse une heure de causerie et qu’on supprime la musique.

141(De 4 h à midi, réunion Huma).

142(le 7, à 7 h 30, École léniniste).

Mardi 3 janvier 1933

143À 11 h, visite à Van-Min. À 3 h 30, hôpital. À 8 h, André Marty.

144L’École léniniste : 25 jeunes Français : un dessinateur, deux ouvriers agricoles, 23 ouvriers, pas une jeune ouvrière. Deux cours : l’un de deux ans, l’autre de un an. C’est Diogot qui dirige l’École. Le sous-directeur ne parle pas français.

145Le Plan de travail : le léninisme, l’histoire du parti russe, l’histoire du mouvement ouvrier français syndical, l’histoire du parti socialiste et du parti communiste français, une langue facultative. En été, travail dans les usines, voyages en URSS, repos d’un mois.

  • 19 Le Guo Min dang, le parti nationaliste gouvernemental.

14611 h. Chine. Situation militaire de la Chine soviétique. Depuis le mois de mai, le K19. pousse la 5e campagne. La presse européenne dit : « Les soviets sont écrasés... » Non ! Pendant cette campagne nous avons lié toutes les organisations soviétiques jusque-là dispersées. Nous avons maintenant deux grands complexes de Chine soviétique. Le premier rayon central est Kiang-Si exceptées deux grandes villes puis une grande partie nord de la province de Canton, province Foukien Nord et Ouest et un grand district de trois provinces limitrophes. Dans ce rayon central : trois armées : 1re, 2e, 5e armées plus deux corps d’armée. L’autre rayon c’est des parties de huit provinces. Dans ce rayon trois armées : 2e, 3e, 6e armées et 9e corps. Tout le problème de l’administration soviétique est celui des grandes villes. Le Kuomintang occupe encore Hankeou et les trois villes. C’est parce que les impérialistes étrangers soutiennent le Kuomintang dans les grandes villes qu’elles résistent. Nous nous sommes retirés de Hankéou d’où nous étions à 30 kilomètres. Ils ont construit avec les Allemands et les Américains des fortifications importantes et le Yang-Tsé est gardé par des bateaux de guerre. Notre tâche est de lier nos deux rayons et de prendre une des grandes villes. Le Kuomintang a trois millions de soldats dans toute la Chine ; contre les Soviets ils ont mobilisé un million d’armée régionale. L’armée régionale soviétique a 400 000 hommes. Dans chaque province il y a des luttes entre les généraux chinois, puis il y a des insurrections paysannes, alors ils ne peuvent pas tout mobiliser contre nous. Nous avons encore d’autres groupes soviétiques, petits dans la province de Canton, dans l’île de Haïnan, et au Nord dans le Chantoung, dans Hou-Pei, dans la province de Pékin, puis près de Shangaï au nord des îlots soviétiques. C’est une lutte des paysans soviétiques. Maintenant : deux directions pour la lutte future : ou bien prendre ces grandes villes pour lier les deux rayons, ou s’avancer vers le Nord et la Mongolie.

147La situation politique en Chine soviétique. Depuis décembre 1931, premier congrès soviétique qui a élu un gouvernement central dans le Kiang-Si ; il y a neuf gouvernements départementaux qui lui sont soumis et 200 Soviets régionaux. On a voté une Constitution des Soviets puis la loi agraire, confiscation et distribution de la terre ; une organisation de l’Armée rouge et une loi sur la politique économique. La vente des terres n’est pas encore officiellement prohibée, mais en fait on ne vend plus de terres. On a confisqué les terres des monastères, de l’Église, des koulaks, des bourgeois. On a laissé une partie de sa terre au koulak, mais on l’a enlevée entièrement aux grands propriétaires. On en est encore au nivellement bien qu’on respecte les paysans moyens ; on favorise surtout les ouvriers agricoles et les paysans pauvres. D’énormes difficultés pour distribuer la terre. On a distribué quatre ou cinq fois l’an dernier. Il faut la donner aux paysans qui ont les outils ; elle est tombée aux koulaks. Est-ce au prorata des familles ? Non. Non, les ouvriers agricoles n’ont pas la grande famille patriarcale. Dès lors on combine le nombre des personnes à nourrir et la main-d’œuvre selon la qualité, et on donne surtout aux membres des familles de l’Armée rouge. Dans les villes journée de huit heures ; dans les villages non ! Il n’y a que la petite industrie artisane. Salaires différents, mais sous le contrôle des comités ouvriers. La classe ouvrière est privilégiée dans l’élection des soviets : 200 paysans = 30 ouvriers ; il y a des syndicats ouvriers agricoles. Pas de grande industrie mais manufactures ; quelques syndicats ouvriers.

148À ce moment de l’exposé on vient me chercher pour assister au compte rendu d’Amsterdam devant le Bureau politique du Komintern. Pour dix minutes, me dit-on ! Les dix minutes ont duré deux heures. Lilite a pris la suite de la conférence de Van-Min.

149Splendide installation de l’hôpital neuf du Kremlin. À 4 h radiographie de la tête ! On ne trouve rien. De 4 à 6 h les médecins. Examen attentif de deux heures. Ils indiquent que je dois me reposer absolument trois mois sans lire ni écrire, prendre des bains d’eau de mer et me rendre à Gagry.

150Commerce libre intérieur et extérieur. On lutte contre la spéculation et l’accaparement. Prix fixés. On importe les produits d’industrie. Douanes. Impôts sur le revenu, progressif. Impôt sur la terre. Banques soviétiques battent monnaie et cette monnaie a cours hors de la Chine soviétique.

151Mesures pour l’amélioration du travail agricole (comme en Russie, brigades de choc, émulation) ; on a nationalisé les industries pour les militaires : situation économique lourde. Car on est bloqué et le Kuomintang boycotte les commerçants qui commercent avec les soviets. Puis provinces dévastées par la guerre. Produits industriels chers ; produits agricoles très bas. Riz un-cinquième de ce qu’il est dans les autres régions.

152Mouvement contre-révolutionnaire intérieur. Les impérialistes avec les koulaks inspirent des mouvements clandestins contre les Soviets. Ils ont excité des mutineries dans la 4e armée. Il y a aussi des trotskistes clandestins. À bas le communisme. Vive les soviets. Il y a organisations, parti, syndicats, secours-rouge, garde-rouge, jeune-garde, préparation militaire. Libération de la femme. Égalité complète. Éducation réorganisée. Dans l’armée, écoles du parti, éducation politique. La France a concentré de grandes forces sur les frontières. Ils ont bombardé le Soviet de On-To. Des guerres de paysans se font contre les Français. Il y a un plan entre la France et l’Angleterre pour construire des arsenaux dans les provinces entre le Tibet et la Mongolie. 20 000 ouvriers pour préparer l’agression contre l’URSS et la Mongolie. On a fait l’expédition dite scientifique dans ces régions. La presse annonce un emprunt de 70 millions en France pour le développement de la métallurgie. Pendant l’attaque des Japonais à Shanghaï, les Français les ont soutenu ouvertement.

153On passe la soirée au Lux chez A. Marty. Visite au Lux aux jeunes gens et jeunes filles français et russes qui ont déjà deux années d’école léniniste. Chants et danses.

154De l’examen des médecins du Kremlin, il résulte : 1°) que la radiographie de la tête et du thorax n’indique rien d’anormal ; 2°) que mes organes sont plus jeunes que mon âge ; 3°) qu’il faut me reposer trois mois complètement car je suis surmené ; 4°) qu’ils m’indiquent Gagry comme l’endroit le plus favorable à la guérison.

155Nietzche : La souffrance est inséparable de l’essence de la vie. Il faut la transformer en joie. L’homme ne peut jamais éprouver le contentement ; car sa destinée est de se dépasser toujours ; il doit sacrifier à l’homme qu’il veut devenir l’être inférieur dont il faut qu’il se délivre. Le surhomme est l’être spirituel que chacun porte en soi et qui lui permet d’être toujours l’éducateur et le médecin de lui-même. Son but est l’ennoblissement de son être et celui de l’humanité.

Mercredi 4 janvier 1933

156(Un article expédié hier à l’Huma sur la situation en Russie). Visite au bazar voisin du grand théâtre. Une grande foule envahit le magasin, mais la quantité des marchandises et leur qualité sont faibles, surtout en textile. Les rayons sont peu garnis. Seules les fourrures sont nombreuses et remarquables, mais chères. Plus de 100 000 juifs à Moscou. Seuls les vieux vont encore à la synagogue. Les jeunes ont déserté tous la religion.

157Sur les 283 entreprises d’État productrices de sucre, 213 ont donné leur sucre à 100 %. Les autres sont en progrès.

158Trois fonctionnaires supérieurs des soviets en Ukraine ont été condamnés à mort pour sabotage de la livraison de la récolte du blé. Ils répandaient de fausses nouvelles et excitaient à la révolte. Après leur condamnation, les livraisons de grain furent réalisées à 90 %.

159Firme de Dynamo. Dans l’équipement électrique. Les usines de Moscou produiront tout ce qui est nécessaire pour le métro de Moscou. Des locomotives électriques sont construites et des machines motrices. Les ouvriers sont très intéressés par la technique. Beaucoup d’ouvriers et d’étrangers participent aux brigades de choc. Contre la bureaucratie, les rapports des ouvriers correspondants de journaux sont toujours unanimes.

160Dans les écoles on lie la théorie à la pratique ; attitude de camarades entre les professeurs et les étudiants et entre techniciens et ouvriers. Les enfants ont de l’initiative. 25 millions d’enfants à l’école au lieu de 7 millions à l’école tzariste.

161Le musée antireligieux n’est pas méthodique ni scientifique.

162La Société des Nations aide l’Angleterre dans sa lutte contre le gouvernement persan. La Société des Nations est un outil entre les mains de la Grande-Bretagne. Les Perses recevraient 16 % des bénéfices ; mais depuis, la chute accentuée du pétrole l’ont fait diminuer. Les Perses recevraient 135 millions en 1929. Depuis, en 1931, dix fois moins, bien que la production ait augmenté de 1/6e. Le long du Golfe persique sont répartis de nombreux postes anglais.

Jeudi 5 janvier 1933

163(Le deuxième article pour l’Huma part. La Rhur). Visite aux galeries Morosov et Tchoukine. Salle 3 : deux Signac, deux Cross, deux Monet, un Guillaumin, trois Monet, deux Dyck, deux Pissaro, deux Manet, deux Renoir. Signac tient le coup ! Ce matin visite d’une ouvrière de Leningrad qui vient chercher un article pour leur journal féminin à l’occasion de l’anniversaire de Lénine. Elle a fait le voyage pour cette raison unique. Je lui fais 50 lignes et elle part enchantée.

164Au théâtre artistique, rue du Théâtre, une pièce soviétique moderne : La Peur.

165Tricentenaire de la mort de Spinoza. (substance = matière = nature). Univers illimité. Foi en la raison. Athéisme. Déterminisme. L’homme est une partie du monde. Négation d’une force extérieure qui régirait le monde. La conscience humaine n’est pas indépendante, elle est subordonnée à la nature. La nature est la base : la conscience lui est subordonnée. La nature est une réalité objective indépendante de la conscience humaine. Tout dans le monde est régi par des lois. Il n’y a pas de dieu créateur hors du monde. La religion n’a rien d’étemel, elle est en opposition avec la raison humaine. La société humaine est soumise à des lois strictes d’évolution. Le système philosophique de Spinoza n’a pas connu la notion du devenir. Il a un caractère métaphysique et passif. Il faut le compléter par le matérialisme dialectique qui est la science du prolétariat. Marx salue son précurseur Spinoza et le complète.

166Le matérialisme dialectique c’est la philosophie de la révolution. La bourgeoisie hollandaise du XVIIe siècle produisit Spinoza car elle était à son apogée. Aujourd’hui, la bourgeoisie en décadence revient au mysticisme religieux, déclare la guerre à la science, propage l’idéalisme, travestit la pensée des grands philosophes matérialistes de la période d’essor du capitalisme.

167Soirée au Théâtre artistique, rue du Théâtre. Nous assistons pendant quatre heures à une pièce en russe où nous ne comprenons pas un mot. Mais nous sommes tellement intéressés par le public, le jeu des acteurs, les décors que nous ne nous ennuyons pas une minute. Pièce à thèse pour le communisme. Jeu des acteurs naturel, vivant.

Vendredi 6 janvier 1933

168Il neige ! Ouverture du CC de l’URSS (CC bolchevik).

169Staline. Foi au léninisme. Volonté de fer. Talent d’organisation. Brièveté, clarté, précision. Organisateur et chef politique militant de Bakou, Tiflis, Léningrad. Staline dirige le CC dont il fait partie depuis vingt ans. Il a trente ans de parti. C’est le CC qui a vaincu Trotsky ; c’est lui qui a dirigé l’édification à un rythme rapide. Intransigeance, travail acharné et ferme ; application de la dialectique matérialiste à la solution des problèmes essentiels de la lutte de classe quotidienne. Les travaux théoriques de Staline.

170Après le XIe Congrès du PC russe, Staline entre au secrétariat du CC. La tâche : organiser d’une façon socialiste l’économie nationale. La clé de la situation est dans le choix des gens (Lénine). Tout le parti est autour de son CC.

171Rôle de Staline : 1°) Sur la question nationale. Marx avait classé les nations en nation avec ou sans histoire. Mais c’est qu’il vivait à l’époque qui se distingue radicalement de la période actuelle de l’impérialisme et du capitalisme monopolisateur. Aujourd’hui la question des colonies et celle de la défense nationale ne peuvent être résolues que par la dictature du prolétariat. 2°) Lutte contre le trotskisme. Trotsky a sous-estimé le rôle de la paysannerie comme Boukharine a sous-estimé le rôle de la dictature du prolétariat. 3°) La construction du socialisme dans un seul pays. Trotsky en douta, ce qui est une marque évidente d’opportunisme puisque Trotsky affirmait que l’économie socialiste était dans une dépendance absolue du capitalisme international. 4°) La lutte contre la déviation de droite dans l’IC. L’opportunisme est surtout dangereux dans la période actuelle de l’essor du mouvement révolutionnaire. 5°) Rôle de Staline dans l’élaboration du programme de l’IC. Un document qui condense l’expérience de l’IC, qui fournit les indications pour la solution des grandes questions théoriques et tactiques, qui marquent le rôle du capitalisme monopolisateur et les conséquences de l’inégalité de développement du capitalisme mondial. Boukharine eut tort de parler du capitalisme organisé.

172Le jour de Pâques 1909, Staline était en prison. Les soldats de la 1re compagnie du régiment de Ssaljansk passèrent à tabac les détenus politiques. Staline passa, marcha sous les coups de crosse, un livre à la main et sans baisser la tête. Pour Staline l’acte suit toujours la parole. Pas de fade sentimentalité.

  • 20 C’est à la 3e Conférence du PCA, au lendemain du XIIe Plénum de l’IC que Neumann est dénoncé comme (...)

173Neumann20, Münzenberg avaient formé un groupe contre Thälman. Or l’IC soutient Thaelman. On va envoyer N. en Amérique du Sud.

174Lapinsky est correspondant des Isvestia à Washington. Le Profintern occupe le dernier étage de la Maison sur la Moskova. Ch. 24,4e étage G. Monmousseau. Près de la Maison des paysans, l’ambassade d’Allemagne. Léontefki. Maison du Profintern n° 2 A.

175La crise a amené la fin de la stabilisation, provisoire, relative du capitalisme. Mouvement nouveau, cycle nouveau de révolution et de guerre. En présence de ces deux faits, quelle stratégie ?

176– Gagner les masses décisives du prolétariat pour la lutte sous notre direction ;

177– réaliser l’hégémonie du prolétariat sur les larges couches des masses travailleuses ;

178– luttes prochaines pour la dictature du prolétariat.

179La tactique est toujours subordonnée à la stratégie. L’essor révolutionnaire grandit ; mais une situation révolutionnaire n’existe pas encore. Dans ces conditions ce qu’il faut c’est organiser des actions massives et continues du prolétariat, enchevêtrer les batailles politiques et économiques partielles. Sans doute, en Allemagne par exemple, la bourgeoisie impérialiste est faite d’un acier mieux trempé qu’en Russie. Elle est mieux organisée. Elle est servie par la social-démocratie. Il faut donc gagner la majorité des ouvriers organisés par le Front unique. Puis ensuite il faut réaliser l’hégémonie du mouvement ouvrier sur le mouvement paysan. Les organisations paysannes sont maintenant aux mains des capitalistes agraires. Donc en ce moment, ce qu’il faut ce n’est plus seulement l’agitation et la propagande, mais l’organisation des batailles de classe. Or, au point de vue politique, les partis communistes ont gagné, mais au point de vue syndical ! Les cellules restent des cellules de rues et non d’usines. Ce qui indique l’essor révolutionnaire, c’est le recul de la social-démocratie ; c’est la fascisation de l’État qui désagrège la bourgeoisie. C’est l’indignation accrue du prolétariat.

180La fin de la stabilisation signifie : l’imminence du danger de guerre : la nécessité des moyens violents pour la bourgeoisie.

181Il y a en Chine une situation révolutionnaire ; en Espagne la révolution ; le Japon peut rapidement se trouver en une crise révolutionnaire. La Pologne y va, l’Allemagne aussi. C’est pourquoi le XIIe Plénum a posé la tâche tactique de développer, organiser, combiner les luttes partielles, économiques, de les élever aux grèves politiques massives, de subordonner aux grèves la propagande et de considérer la dictature du prolétariat comme un but déjà proche.

182La question de la tactique du Front unique à la base est devenue essentielle. On doit passer de la propagande et de l’agitation aux actions et aux luttes de masses véritables. Il y a eu, le mois dernier 400 grèves en Allemagne. L’attaque fasciste de la bourgeoisie brise la légalité constitutionnelle, elle est le prologue à l’action révolutionnaire du prolétariat qui accentuera la destruction des lois de la société bourgeoise. La révolution en Allemagne et en Pologne s’avance à grande allure.

183Staline. Transformation de la doctrine révolutionnaire en tactique révolutionnaire ; confiance absolue dans la classe ouvrière qui peut tout. Volonté d’acier, fermeté révolutionnaire, tenace, intransigeance ; développement immense de l’industrialisation ; transformation socialiste de l’agriculture ; émulation socialiste et autocritique ; homogénéité du PC. Le CC du parti léniniste bolchevik avec Staline dirige le pays jusqu’à la construction complète du socialisme, et la victoire de la révolution prolétarienne mondiale.

1841917, membre du BP du parti russe.

1851917 à 1923, commissaire du peuple aux minorités nationales à l’Inspection ouvrière et paysanne.

1861922, secrétaire du CC du parti russe.

1871925, membre du Présidium du CE de l’IC.

1881920 à 1923, membre du Conseil de guerre révolutionnaire de la République.

Samedi 7 janvier 1933

189Température : 5°. Le CC a été hier, remis à aujourd’hui 6 h.

190On construit dans la province de Léningrad un combinat de conserves de viande, un combinat de beurre et de froid artificiel. Un journal est créé : Pour une industrie alimentaire.

191Confiserie a doublé. En 1937 on produira cinq fois plus de nourriture qu’en 1933.

192En Crimée, industrie alimentaire très développée. Conserves. Production quatre fois plus grande en 1937 qu’en 1932. Combinat de viande monstre. Abattoirs industriels. Fabrique de tabac.

193Dans l’Oural : fabrique de lait condensé 3,5 millions de boites, réfrigérants. Conserves de poisson (2 millions de boites), de viande, fabrique de macaroni, de margarine. Usines de cuisines et restaurants.

194Dans le Caucase du Nord, les kolkhozes ont livré 85 % de leur quota ; le 10 janvier les livraisons seront finies. La Russie blanche a achevé son plan de stockage. Dans la terre noire, les livraisons s’achèvent. Les cinq derniers jours de décembre, livraisons importantes.

195Les absences des usines ont beaucoup diminué depuis le décret. Les ouvriers s’absentant plusieurs jours on les blâme publiquement. On change les directeurs qui ne tiennent pas la main à l’application du décret sur l’absence.

196La médecine soviétique se passe des importations. On fabrique les appareils de radiographie et d’électricité : iode, éther, anesthésiants sont fabriqués en Union soviétique. Le personnel médical est augmenté : 34 400 étudiants en médecine dans 27 facultés médicales. Depuis 1928 : 30 000 lits supplémentaires dans les hôpitaux. 100 000 lits supplémentaires dans les sanas tuberculeux. 1 900 chambres d’urgence hospitalières avec infirmières dans les usines ; aujourd’hui 4 000.

197L’Angleterre tire de l’univers plus de 300 millions de livres par an (25,5 milliards de francs). C’est parce qu’elle a payé l’Amérique. Elle a dit : c’est la dernière fois à moins qu’un règlement nouveau ne soit trouvé :

198Pour les dettes : 45 % du budget britannique, 50 % du budget français, 35 % du budget américain.

199Seuls les Soviétiques ont liquidé la question pour aller de l’avant. Seule la révolution rejettera ce fardeau.

200Boukharine. – Nous avons créé une base de l’industrie lourde. Nous avons obtenu de grands succès dans la collectivisation de l’agriculture. Nous avons 216 000 techniciens de formation supérieure et autant de formation moyenne.

201Dans la période de construction la technique décide de tout, notre mot d’ordre : transformation de l’URSS en pays industriel. Il faut que le dernier des ouvriers puisse devenir ingénieur afin que disparaisse la distinction entre le travail intellectuel et le travail manuel. La réaction capitaliste se prononce aujourd’hui contre la technique, contre les progrès de la mécanique. La bourgeoisie parle aussi de capitalisme dirigé. Ce serait le capitalisme sans marché, le capitalisme sans les attributs du capitalisme. Dans le conflit entre la technique et le commerce, nous sommes avec la technique. On dit : domination des ingénieurs ! Non. Dictature du prolétariat.

202Toute l’application de la machine perfectionnée ne peut trouver place dans le système de la petite propriété individuelle. Donc tout problème technique est lié à la lutte de classe. Seule l’économie socialiste est compatible avec le grand machinisme, avec les progrès de la technique.

203Seul le socialisme peut réconcilier la technique et l’économie. Le capitalisme ne peut plus utiliser ses machines, ses esclaves. Dans l’URSS il n’y a pas contradiction entre les tendances du développement technique et les développements économiques de la société. La dictature du prolétariat en politique a permis le caractère dirigé de l’industrie et de l’agriculture ; elle a permis la grande industrialisation du pays et le passage à la grande agriculture mécanisée.

204Salle du Trône. Le CC s’ouvre à 6 h au Kremlin.

  • 21 Viacheslav Molotov est devenu depuis décembre 1930, après l’élimination de Rykov, président du Cons (...)

205Molotov21 préside. La parole à Staline, deux minutes d’applaudissements. Ils sont là 500 dont 100 membres du CC, les commissaires du peuple, l’actif de Moscou et les invités des partis étrangers.

206Le CC contient une vingtaine de communistes de Moscou, le BP de toutes les républiques fédérées et des délégués des grandes organisations ouvrières.

207Staline parle. Chevelure et moustaches noires, solidement campé, lit lentement, très peu de gestes, courts, simples ; la main parfois coupe l’air comme pour trancher, mais souvent les deux mains sont ramenées sur son ventre, croisées. C’est le ton de la conversation ordinaire, des silences, des hésitations, des répétitions ; il parle d’un air détaché, lointain, comme à lui-même. Il laisse tomber la fin de la phrase, au lieu de la claironner ; il ne s’échauffe jamais, le ton est monotone, sans aucun éclat. C’est un mépris absolu de l’éloquence, de la forme, de l’accent. L’émotion est dans les chiffres, dans les constatations du bulletin de victoire, dans la dialectique simple et claire, dans le sentiment de la sûreté de lui, dans les résultats annoncés. Parfois une voix dans la salle : « on ne t’entend pas ». Il répond « c’est ce diable de micro. Je n’y suis pas habitué, je ne sais où me mettre devant lui ». Et tout le monde rit. Tel est le satrape cruel et sanguinaire.

208Dans la salle, ce CC ne contient presque pas de femmes, mais des hommes jeunes 25 à 40 ans.

209Et cela se passe dans la salle où l’empereur était couronné !

210Le discours : le plan quinquennal est achevé. En quatre ans trois mois nous avons réalisé 93,7 % du plan qui devait être fait en cinq ans. Notre production a augmenté de 22 % par an. Ce premier plan quinquennal était celui de la grande construction. Nous ne construirons plus, dans le 2e plan quinquennal avec le même tempo. Nous diminuerons le rythme du tempo. Nous avons réalisé notre plan quinquennal ; les masses ouvrières en étaient enthousiastes ; les bourgeois niaient et annonçaient l’échec. Encore aujourd’hui la moitié accorde que nous avons réussi, l’autre moitié dit que c’est la défaite.

211Qu’avons-nous gagné au plan quinquennal ? Nous voulions que les paysans soviétiques soient forts, indépendants, aptes à se défendre ; nous voulions que l’industrie change les modes arriérés de la production agricole. C’est Lénine qui a eu cette idée. C’est à lui que revient l’honneur du plan quinquennal. Nous avons fait notre industrie lourde. Nous l’avons fait sans avoir pillé aucun peuple. Nous n’avons compté que sur les masses. Nous avons cru à la classe ouvrière, nous avons exclu le luxe et nous avons économisé sévèrement. Nous avons gagné plus que nous espérions. Nous produisons trois fois plus qu’avant guerre. Et encore nous avons été obligés de produire pour la défense du pays, ce qui nous a beaucoup retardé. Pendant ce temps, l’Amérique produit 94 % d’avant-guerre, l’Angleterre et l’Allemagne 60 %. Sans doute avec l’or que nous avons dépensé pour l’industrie lourde, nous aurions pu acheter des produits de première nécessité. Oui. Mais voyez la Chine. Elle n’a pas d’industrie lourde. Tous les impérialismes la frappent. Nous ne voulons pas être frappés. Tout État ouvrier qui se respecte doit devenir puissant pour résister aux impérialistes. Maintenant nous sommes forts pour nous défendre. Nous étions cent ans en arrière. Il fallait rattraper le temps perdu. Nous étions faibles militairement. Nous avions de nouvelles usines.

212Pour le 2e plan quinquennal nous ne serons pas obligés de tant nous presser. Nous aurons à nous adapter aux nouvelles usines, à leur faire donner leur plein rendement, à faire nos cadres, à améliorer la qualité des produits.

213Agriculture. Le 1er plan quinquennal a été celui de la collectivisation. Par là, nous avons coupé la racine du capitalisme ici. En trois ans, nous avons créé 200 000 grands kolkhozes. Nous ensemençons 20 millions d’hectares de plus qu’avant. 70 % des steppes sont cultivées. Au lieu de 500 000 pounds de céréales, nous produisons 1 300 millions. Comparez à l’Amérique : elle produisait pour 1 200 millions de dollars de blé, aujourd’hui 300 millions. On dit : mais il y a des kolkhozes qui ne produisent pas, qui ne sont pas rentables. C’est vrai. Les fabriques de jouets et de bonbons sont rentables. Fallait-il ne favoriser que ces fabriques ? Non. L’industrie lourde et les kolkhozes ont reçu beaucoup d’argent. Les kolkhozes ont encore peu de cadres, pas de discipline, les paysans ne comprennent pas encore bien. Mais ça passera. Nous avons triplé le plan quinquennal en trois ans à la campagne. Il faut affermir nos positions dans les kolkhozes.

214Situation matérielle des ouvriers et des paysans. 300 % amélioration sur avant-guerre. Nous n’avons plus de chômage. Nous avons liquidé les différences entre paysans riches et paysans pauvres. Les paysans pauvres étaient les plus nombreux et malheureux. Aujourd’hui ils sont dans les kolkhozes.

215En 1932 : 45 milliards de roubles de revenu national, 63 % d’augmentation des salaires depuis 1928 ; journée de sept heures ; semaine de six jours.

216Les bourgeois ne comprennent rien à ça, le négus d’Abyssinie non plus ne connaît pas les mathématiques supérieures. Voyez ailleurs la situation ouvrière dans les pays capitalistes.

217Le commerce soviétique. Augmentation de l’industrie. Capacité accrue d’achat des ouvriers et des paysans. Aujourd’hui on dit : faites l’échange direct entre la ville et la campagne. Non ! C’est très difficile. Ce n’est plus la NEP. Car nous avons les kolkhozes et la loi sur la spéculation. Toute l’économie paysanne a une base collectiviste. Donc il y a la base pour un commerce soviétique.

218L’argent. Dans les pays capitalistes [val ?] s’appuie sur l’or. Ici sur les marchandises. On se moquait de notre [val ?] rouble mais avec ça nous avons fait l’industrie lourde. On n’a pas fait Magnitogorsk avec de la paille. Et les [val ?] des capitalistes sont bien malades. Nous n’avons rien à faire avec les bourses et la spéculation sur la valeur-or. N’empêche que les spéculateurs ici sont dispersés un peu partout et qu’il faut les combattre énergiquement. Des camarades disent : « nous entrons dans l’État sans classes, donc plus d’État ». Attention. Il reste encore des ennemis dispersés. Il faut être ferme.

219Voilà le bilan. Nous avons fait des fautes, la maison n’est pas encore en ordre, mais il y a des résultats positifs formidables.

220Pourquoi ? Parce qu’il y a eu l’enthousiasme des ouvriers et des kolkhozes, l’émulation miracle, la direction ferme du CC, le système soviétique souple, adaptable, qui organise les masses, chacun comprend ce que nous voulons c’est-à-dire l’amélioration des salaires, la vie, la défense du pays. But clair.

221Le plan quinquennal a renversé les prévisions fantaisistes des bourgeois.

  • Il a prouvé que le prolétariat peut construire.
  • Il a prouvé qu’on peut construire le socialisme dans un seul pays.
  • Le paysan n’est pas devenu vendéen mais socialiste.
  • Il a renversé l’idée que le système capitaliste était le meilleur.
  • Il a prouvé que le socialisme est le meilleur pour résister à la crise.
  • Il a prouvé que le PC quand il sait ce qu’il veut vaincra toujours.

222Très peu de femmes au CC. Il n’y en eut jamais beaucoup, me dit Vassiliev.

223Molotov, léniniste ferme, mépris de l’éloquence ; il a une culture raffinée, il a une grande autorité. Au CC : Voline, chef de la censure.

224Un président de République en col mou, ancien paysan, ancien employé de tram.

Dimanche 8 janvier 1933

22511 h, CC. Kalinine préside. Molotov a la parole. Il parle difficilement. Il lit. Bégaiement.

226Staline a épuisé le problème politique. Ma tâche est d’éclairer les tâches de la première année du 2e plan quinquennal, en 1933. Nous avons fondé, créé la base industrielle. Nous avons résolu le problème. Qui a vaincu ! Il faut opérer la croissance des éléments socialistes il faut maintenant aller en avant, la croissance de l’industrie sera plus grande encore ; la production de l’industrie : 16,5 % d’augmentation sur 1932. Le pourcentage est plus grand que celui d’avant.

227Électrification : + 25 %. Transports : + 15 %. Ensemencement, le même que 1932. Budget d’État : + 15 % d’augmentation. Alimentation organisée. Les ouvriers seront plus nombreux, 3 % de plus. Les fonctionnaires, employés, + 2 %. Marchandises mieux réparties. Productivité du travail supérieur ; discipline libre, culture plus grande ; dignité plus grande de l’ouvrier, entraînement des paresseux par l’enthousiasme général. Augmentation des maisons construites, 25 %. Cela veut dire que les tâches de 1933 ne sont pas faciles. Il faut un énorme travail puisque en 1932 nous n’avons que 1 % de croissance (ou 11 % ?).

228Prix de revient. Il faut le faire baisser de 3,9. C’est le point le plus vulnérable pour nous-même, en 1932 nous avons parfois reculé.

229Qualité de nos marchandises. Nous ne sommes pas contents ici du tout. Il faut mettre la tâche d’améliorer la qualité au premier rang. De Gorki 25 machines bonnes, mais les portes et le toit mauvais. Pourquoi ? Il faut que nos machines vaillent les machines bourgeoises. Nous sommes fiers de nos progrès techniques. Il faut les améliorer ! Nous avons un bon outillage de deux-tiers meilleur. Nous avons le naphte, l’électricité avec 80 % de progrès. Pour le pétrole nous avons réussi. Non dans le charbon.

230En 1933, effort spécial sur les transports. Le 2e plan quinquennal sera celui de l’adaptation. Voilà la grandeur de l’œuvre.

231Il faut éduquer les cadres. 2,5 millions ouvriers nouveaux venus du village. Il faut leur montrer à travailler comme il faut. Nous en sommes loin. 90 % savent lire et écrire. Écoles techniques. Donc nous aurons des cadres, des ingénieurs par centaines de milliers. Nous en avons déjà une forte base.

232Le premier rôle reste dans l’industrie lourde. Il faut que ce soit là que la productivité du travail soit la meilleure, car nous avons là les meilleurs ouvriers et les meilleures machines. (Métallurgie, charbon, production des tracteurs et camions).

233Industrie de défense. La métallurgie y est au premier plan. Nous avons eu là des progrès, mais insuffisants. Neuf millions de tonnes de fonte en 1932-1933. La construction des machines est subordonnée à la production métallurgique. Et aussi les transports ! C’est là notre front le plus mal en point. Il faut donc remplir à plein le programme de la métallurgie.

234Agriculture. Il faut augmenter la productivité du travail et le rendement des récoltes. 75 % sont collectivisées et en 1933 il y en aura encore plus. La collectivisation a vaincu. C’est la base de notre progrès en agriculture. Nos exigences sont sévères. Nous n’élargirons pas les champs d’ensemencement de blé et coton. Il faut hausser la productivité. Nous avons des défauts innombrables, mais malgré cela le produit de la terre collectivisée est plus élevé de deux fois et demi que celui de la terre individuelle. Pour travailler un hectare de terre : 14 personnes dans le champ individuel, six dans le kolkhoze, deux dans le sovkhoze. Il y a des mieux, mais pas assez. Nous ne sommes pas satisfaits. Station de tracteurs. Ils travailleront 60 % de la terre.

235Commerce. Nous n’avons pas assez de progrès dans l’industrie légère. En 1933, sérieux pas dans l’amélioration : chaussures, vêtements, articles de ménage, savon, linge, 22 % augmentation en 1933 pour les objets de large consommation : 11 % pour l’industrie légère. Déjà notre machinisme pour le travail de la laine et du coton est prêt pour remplacer les vieilles machines étrangères. Coton presque assez pour la Russie. Nous en avons même vendu en Hollande. Mais pas assez de laine. Il faut résoudre le problème des matières premières.

236Alimentation. Perspectives d’amélioration sensible pour beurre et viande, œufs, poisson, légumes, farine. Il faut décentraliser la production de l’alimentation. Il faut organiser : lutte acharnée contre les spéculateurs, les voleurs et les incapables. En 1932 nous avons changé radicalement les procédés de production et répartition de la viande. Staline s’en est occupé pendant trois semaines.

237Le salaire va augmenter pour les ouvriers. Il faut une juste politique des salaires. Les salaires sont de la plus haute importance surtout dans les industries centrales. Nous luttons contre la tendance au salaire égal. Les tâches deviennent très délicates et complexes à mesure des succès. Notre appareil d’État s’est beaucoup augmenté ; le danger d’augmentation de l’appareil non nécessaire, le danger de sabotage, celui de la bureaucratie se posent devant nous très sérieusement. La direction du travail des sovkhozes est petite bourgeoise, elle n’est pas éduquée, préparée pour le travail socialiste (travail difficile) même dans notre PC. Cette direction koulak veut saper les kolkhozes et les détruire.

238La lutte de classe subsiste aiguë sous d’autres formes, il y a des fissures. Alors il faut que nos organisations se réveillent contre les ennemis qui se sont emparés de certains sovkhozes et kolkhozes. Que l’État prolétarien soit ferme. Il a devant lui des machines nouvelles, des kolkhozes et des sovkhozes, un nouveau commerce soviétique avec grand élan. Il faut des hommes nouveaux pour la direction de ces choses nouvelles. Surtout pour les objets de première nécessité ça n’a pas été bon en 1932. Il faut en finir, avec fermeté et souplesse ; il faut prendre cela en main.

239Dans le stockage des céréales, il faudrait une plus grande décentralisation. Il faut se souvenir que notre marché n’est pas le marché capitaliste mais soviétique. Il faut un groupe politique au kolkhoze qui agisse souplement. Il faut défendre la propriété collective que nous avons créée ; il faut la défendre avec toutes les forces de l’État. Chaque kilo de pain qui est aux ouvriers doit être défendu contre les ennemis du prolétariat.

240Le 2e plan quinquennal c’est l’utilisation, l’adaptation de ce que nous avons construit dans l’industrie et l’agriculture. En 1932, trois milliards de roubles de bénéfices. Pour 1933, nous proposons six milliards de roubles.

241Qui disait « nous nous sommes trop avancés, il faut reculer, il faut écouter la terre ». Il y a encore certains camarades qui ont ces tendances. C’est Trotsky qui donne le ton. Gardons notre autocritique qui a sauvé le 1er plan quinquennal. Nous avons réussi : 103 % du programme pour l’industrie lourde, 108 % du programme pour la métallurgie. Trotsky propose que 1933 soit une année de réparation, de transition. Nous proposons 18 milliards de construction. Trotsky dit : il faut seulement réparer, c’est-à-dire reculer ! Zinoviev parle comme Trotsky.

242Nous avons battu notre ennemi de classe. Il n’est pas encore mort. Nous avons fait reculer l’intervention capitaliste, à cause de nos grands progrès dans l’industrie de guerre, de défense, de production générale.

243Kouybichev, chef du gosplan. Vassiliev me dit, je ne l’écouterai pas il est ennuyeux. Il parle sur la reconstruction.

244Rentré au Komintern à 3 h. Trouvé Aragon. Il faut livrer le papier sur le CC ce soir.

245Le jeune français d’Intourist a été voir une usine-cuisine dans la banlieue. Organisation excellente, 15 000 ouvriers y prennent tous les repas. 90 kopeks le repas. On mange mieux qu’à notre hôtel !

Lundi 9 janvier 1933

246(Papier sur le CC pour l’Huma). Un gros rhume de cerveau me retient à la chambre. Kahan nous avertit que nous partons le 12 à 10 h du matin pour Gagry où nous serons au sanatorium de l’Exécutif. Séjour quatre semaines. Après on verra ! Moscou-Sotchi, 60 heures de voyage. De Sotchi à Gagry une automobile nous portera.

247553 fabriques de conserves ont été faites pendant le 1er plan quinquennal dont 227 crèmeries industrialisées. 70 fabriques de conserves. 32 usines de cuisines. 22 fabriques de conserves de fruits. 10 volailles. 10 conserves de viande. 6 raffineries de sucre. 5 charcuteries. 7 fabriques de conserves de poisson dans le Kamtchatka.

248La collectivisation de la terre a permis la culture de nombreuses plantes que la petite agriculture morcelée ignorait.

249On industrialise le Kamtchatka : poissons, bois pour les barils pour le poisson. Le zinc est travaillé à Tchéliabinsk par les procédés modernes.

Mardi 10 janvier 1933

250Aujourd’hui, – 7° à Moscou, – 40° dans l’Oural.

251Reçu une lettre de Marie-Louise.

252Faire un papier sur la mort de Lénine et le 50e anniversaire de la mort de Marx, mort le 14 mars 1883 à 65 ans.

253Kahan nous remet : nos billets d’admission au sana de Gagry ; les résultats de la visite des docteurs de Moscou pour remettre à la direction du sana ; un papier pour mobiliser une auto à Sotchi.

254Il nous avise que nous aurons une chambre pour nous deux au sana. Dans le train, un compartiment pour nous deux. Nous devrons prendre ici un bonnet de fourrure. Si nous manquons d’argent, écrire ou téléphoner au Komintern à Marty ou à Manou. Pour l’expédition en Géorgie : si Kahan peut venir, bien ! S’il ne peut pas venir, un camarade de Tiflis viendra au devant de nous. Beaucoup parlent français !

255Sur la Géorgie, (avec Waletski) à la bibliothèque du Komintern. Trotsky 1921 entre l’impérialisme et la révolution.

256Clara Zetkin, 1924, après l’insurrection.

  • 22 Nansen, avait joué un rôle important lors de la lutte contre la famine en Russie en 1921. Il avait (...)
  • 23 De nombreux Arméniens qui avaient fui le génocide de 1915 dans l’Empire ottoman avaient trouvé refu (...)

257Nansen en 1928. Un peuple trompé. Nansen22 envoyé par la Société des Nations23.

258Bulletin de renseignements à établir par le ministère du Commerce. La grande encyclopédie russe. La Géorgie en 1930. La Gironde géorgienne. (Nansen s’occupe du rapatriement des Arméniens).

259À l’occasion du 50e anniversaire de la mort de Marx, le parti communiste allemand a envoyé à l’Institut Marx-Engels cinq camarades avec dactylos pour préparer le matériel.

260En URSS 32 000 cinémas.

  • 24 Il s’agit certainement d’écoles techniques et non pas d’écoles techniques supérieures.

261Tiflis, 293 000 habitants. En 1930-1931 : 303 000 élèves dans les écoles géorgiennes, 184 écoles techniques supérieures24.

262Au Komintern on me dit que Staline a voulu à dessein donner un caractère de sérénité solennelle à son exposé. Il a refusé d’entrer dans la polémique. Pourquoi ? Parce que devant les difficultés, quelques-uns se découragent, et il fallait les réconforter. Le discours de Staline au XVIe Congrès avait été tiré à plusieurs millions d’exemplaires. Celui sur les excès de la collectivisation a été tiré à seize millions d’exemplaires. Il coûtait cinq kopeks. Mais on spéculait sur la brochure et on l’a vendue un rouble et plus.

263Waletski vient et nous causons pendant deux heures.

264Visite de Henri Barbusse à Staline : 1°) ne soyez pas communiste ; 2°) soyez légal ; 3°) parlez d’autre chose que de l’URSS.

265Pour l’argent, Barbusse a touché une partie de ses droits d’auteur. Mais on n’a pas voulu aider Monde d’une manière ostensible. On a dit : peu à peu, faites entrer des écrivains français, allemands, des documents russes ; peu à peu qu’une aide matérielle soit apportée ; en échange substitution d’une politique différente progressivement appliquée. Pour réaliser ce programme il faudrait un homme près de B. Cet homme c’est V.

266Il ne faut pas s’attarder à Gibarti qui ne donnait aucune garantie. Il ne faut pas bousculer Jerram, mais le guider car il n’est pas assez discipliné.

267À la manifestation Gorki au grand théâtre, Staline s’est levé quand est entré Barbusse, et il lui a donné sa place. Il ne faut pas s’attendre à des succès continus d’Amsterdam, il y aura des hauts et des bas, car les adversaires sont alertés. L’opération est d’ailleurs difficile, mais nous en tirerons encore des avantages.

Mercredi 11 janvier 1933

268Il fait – 9°. Dans les fermes d’État et les dépôts de tracteurs du Caucase du Nord, 57 commissions ouvrières de nettoyage purgent le parti : plusieurs centaines de membres ont été renvoyés du PC. C’était des anciens koulaks qui avaient falsifié leur origine bourgeoise, ou d’anciens officiers blancs, tzaristes (à Armavir), ou d’anciens armateurs, marchands de bois. Les blancs travaillent dans les kolkhozes pour les détruire. Ils se glissaient dans les directions. C’est pourquoi le Caucase du Nord a si peu stocké de blé d’État.

269Le Capital de Marx (1er volume) vient d’être traduit en arménien.

270Komsomolskaïa Pravda, journal de la jeunesse fondé en 1925. 3 000 000 de membres de la jeunesse communiste, la jeunesse la plus sérieuse qui a jamais marché vers l’avenir. C’est elle qui réalisera définitivement le socialisme. Lutte de classe sans compromis. Le journal donne une impression de maturité : titres brillants, récits d’aventure, style vivant, satires, piécettes. 90 % de la rédaction vont de 23 à 27 ans, de l’Armée rouge : des ingénieurs, des ouvrières de fabriques. Dynamique d’un journal prolétarien. 2 000 lettres par mois disent les plaintes contre la bureaucratie. Et lorsque la plainte est grave, les jeunes discutent dans l’endroit contaminé en un wagon spécial avec matériel d’imprimerie. Le journal organise des concours entre les écoles techniques et autres écoles.

271Thème de discussion : comment on doit employer son jour de congé. Les résultats du plan de cinq ans. Examen du Centrosoyous, et vivement critiqué.

272L’organisation des projets architecturaux a décidé de peindre tout Moscou d’ici quatre ans. Ils peindront les maisons selon la vie et l’activité de la rue. La couleur vieux-rose sera réhabilitée. On fera des kiosques standard, bien dessinés, des bancs de boulevards, terrains de jeux, douches sur le boulevard fleuri. On va décorer Moscou.

273On commence à exiger de la bonne qualité, de la beauté, de la culture, de l’espace pour appartements, le niveau culturel de millions d’êtres humains vient d’être élevé, la demande de marchandises est énorme. Exemple : chaussures. Cependant nos usines sont immenses, une seule a produit 3,4 millions de paires en trois mois. Augmentation de chaussures, 250 % pendant le plan quinquennal. En 1932 : 70 millions sur 49 en 192[ill.]. Les gens commencent à stocker. 130 fabriques de vêtements en Union soviétique construites depuis la révolution.

274Vêtements : 5,5 fois plus dans ces dernières années. 7 % de la population ont des radios. On en demande beaucoup. Machines à coudre en grande demande : 600 000 machines produites en URSS. Fabriques de bicyclettes : une à Moscou qui en fabrique 60 000 par an. 700 000 réveils dans une seule industrie d’État.

275Le thé. Autrefois tout importé. Six nouvelles fabriques seront faites dans le 2e plan quinquennal. En Géorgie, une fabrique de 1 500 tonnes de thé. 25 fermes soviétiques ont semé 1 120 hectares. Les fermes collectivistes 3 500 hectares. 2 650 hectares seront améliorés plus 4 500 hectares additionnés pour la plantation du thé.

276Visite au Torgsin, magasin où l’on achète en devises étrangères. Ces magasins sont bien achalandés et bien pourvus. Superbes fourrures. Nous allons à un magasin de fourrures acheter deux bonnets d’hiver (86 roubles les deux). Nombreuses et magnifiques fourrures (astrakan et castor, petit-gris) manteaux de 5 000 roubles. Bonnets 1 000 roubles.

Jeudi 12 janvier 1933

277Départ pour Gagry. ( – 12° à Moscou) Kahan, André, Pauline. Départ de la belle gare de Koursk à 10 h matin. Souterrains. Charriots électriques. On part à l’heure exacte. Des hauts-parleurs crient le départ, l’heure, le trajet, le nom du mécanicien et du chauffeur de train.

278Le kipiatok où l’on va prendre l’eau bouillante pour le thé.

279Au premier arrêt, une dizaines de paysannes le long de la barrière vendent du lait, des pommes, des concombres, du pain, poulets rotis, canards, du beurre, des tomates.

280Aux alentours de Skouratovo (à 4 h) la plaine blanche sans limite. C’est le pays de Tourgueniev. Les villages de paysans sont très pauvres. Huttes en chaume où les étables font partie de la maison d’habitation. Journée de soleil magnifique qui se reflète rose sur la neige, le soir.

281Déjeuner au wagon restaurant : 16 roubles pour nous deux.

282Itinéraire Moscou 10 h matin – Toula ; Orel 6 h soir – Koursk 9 h soir – Kharkov 3 h matin – Rostov 5 h soir – Armavir – Touapsé 8 h matin – Sotchi 11 h = 1 980 kilomètres. Arrêt. On fait cinquante kilomètres. Voyage : cinquante heures de Moscou à Sotchi. De Orel à la frontière du Caucase du Nord on voyage la nuit. On traverse Kharkov et le Donetz partie de l’Ukraine sans les voir. On se réveille au Sud-Est de l’Ukraine, près du Caucase du Nord. On traverse le bassin du Donetz (charbon et métallurgie).

Vendredi 13 janvier 1933

283On se réveille en plein Donetz. Métallurgie, verreries, mines. Les maisons sont en pierre. Les villes bien construites ; maisons ouvrières nombreuses et neuves. C’est l’Ukraine. Même les villages sont beaucoup mieux tenus que dans la Russie, murs blanchis ou peints en rouge ; toits en tôle, peu de chaume.

284Il a neigé. La couche est plus forte qu’autour de Moscou.

285Les gares sont vastes, bien construites en pierre, propres, ordonnées. Dans les wagons, transports de pierres.

286On a quitté l’Ukraine pour entrer dans le Caucase du Nord vers 1 h. Déjà vers Nikitovka, la steppe est immense, à perte de vue. Les arbres sont couverts de glace. C’est une symphonie de blanc et de gris admirable.

287Dans les gares, wagons chargés de charbon, de bois, des wagons citernes de naphte. Impression de transit important. Au sortir de l’Ukraine on est à 1 160 km de Moscou. La ligne Stolpce-Vladivostok a 10 150 kilomètres. La ligne du Turkestan 4 500 kilomètres.

288Vers 3 h on arrive au bord de la mer d’Azof qu’on longe pendant longtemps, calme, sans un bateau, avec un rivage marécageux tout couvert de roseaux.

289Des paysans avec des chars trainés par des bœufs, emportent ces longs roseaux que l’on trouve autour de leurs maisons. Puis on arrive à l’embouchure d’une rivière gelée sur laquelle hommes et voitures se glissent et trainent des paquets de roseaux. Tout le long de cette rivière, de petits villages, chaque maison est une ferme, et devant la maison, un ou plusieurs petits canots saisis par la glace. On quitte la rive et on entre dans les terres. À gauche apparaît une steppe immense qui pourrait bien être un sovkhoze. Champ à perte de vue sous une légère couche de neige. Enfin on arrive à Rostov-sur-le-Don. Sur une colline dominant la rivière qui n’est pas très large, et qui est gelée. La ville s’étend au loin et apparaît étendue, illuminée par un demi-cercle de lumière électrique comme par des millions d’étoiles.

290Rostov-Armavir : 306 km

291Armavir-Touapse : 236 km

292Touapsé-Sotchi : 81 km

293Sotchi-Gagry : 64 km

Samedi 14 janvier 1933

2948 h du matin. Soleil ! On se réveille à l’arrivée à Touapsé, après avoir traversé les premiers contreforts du Caucase. Touapsé ! La mer, un grand vent comme à Marseille. Un paysage méditerranéen qui rappelle celui de notre Midi. Une nouvelle ville, celle du mazout, maisons ouvrières, usine de cracking. Dix grands cargos attendent en rade d’être chargés de mazout. Port construit par les bolcheviks. Toute l’organisation de la ville du pétrole est neuve ; le port s’agrandit. Le train court entre la mer et la montagne, toute calcaire sur une chaussée très étroite. Quelques rivières aboutissent à la mer, lit de pierres roulées comme dans les Alpes-Maritimes. Un soleil éclatant sur tout cela !

295De Touapsé à Sotchi : petites villes comme Crau de Cagnes. Des pêcheurs au carlet comme sur le Leff. Des mas avec cyprès ! Le soleil ! Les rivières étaient gelées dans le Caucase du Nord. Ici elles coulent claires. Il fait doux. Des petits enfants courent pieds nus. Cyprès. Sapins ! Une Côte-d’Azur non saccagée.

296Entre Sotchi et Suchum, services d’autobus nombreux. (Dr Kochclova).

297À Sotchi, un camarade, qui commande le garage, nous attend. Il nous fait donner une voiture, et en route pour Gagry à 60 km. Route par endroits excellente, à d’autres, à refaire entièrement. Voyage très intéressant sur une corniche qui ne s’éloigne que peu de la mer. De gros villages de paysans peu évolués dont les habitations sont peu confortables. Cochons et vaches maigres dans les rues des villages ; attelages de boeufs, chars anciens. La montagne ne tombe pas dans la mer. Elle laisse une bande de terre boisée, riche, superbe qui n’est pas utilisée mais dont on pourrait tirer des produits agricoles et des primeurs. Petit vin du pays sans qualité. La vue sur la mer est prodigieuse. Des rivières qui se jettent dans la mer roulent une eau verte, pure de montagne. On dirait autant de Siagne. D’ailleurs ce pays depuis Sotchi nous rappelle de plus en plus la Côte-d’Azur, une Côte-d’Azur d’avant les étrangers.

  • 25 Anette Vidal. Voir carnet de 1928.

298En arrivant à la maison du Tsik, le docteur nous reçoit. On déjeune, puis sa femme qui sait le français nous rappelle qu’ils ont soigné ici-même Barbusse et Annette25. On nous donne une chambre claire, vue sur la mer ; à 5 h le thé, à 7 h le bain, à 8 h le dîner.

299Nous voilà installés pour un mois.

300Une première promenade dans Gagry. Gagry était la ville du primat d’Oldenburg. Il y avait fait construire son propre château qui est aujourd’hui un sanatorium pour maladies de poitrines ; à côté un très grand hôtel pour ses invités ; puis un style finlandais des dépendances qui tiennent toute une place, pour sa suite. Tout cela est affecté maintenant à des œuvres collectives ouvrières.

  • 26 La côte géorgienne de la Mer noire a été colonisée par les Grecs dès la haute Antiquité.

301Notre maison de repos était la maison d’un ingénieur capitaliste. Un grand chirurgien de Leningrad possédait une magnifique villa. On lui en a laissé un étage, le reste est une maison de repos pour les travailleurs. Oldenburg avait fait venir ici sur le bord de la mer des arbres d’essences spéciales d’Égypte, d’Afrique et du Japon. Ces arbres arrivaient ici avec leur terre. Ils forment un bois magnifique devant ses anciennes propriétés. Il reste à Gagry les restes d’un temple grec du Ve siècle et le mur d’une vieille citadelle.26

302Les Abkhasiens sont vifs et sympathiques. Les Soviets éduquent les jeunes gens, les font voyager, les intéressent à des choses modernes. On a créé ici, à Gagry, des usines électriques. Les Abkhasiens en sont très fiers. Leur race était confinée dans ces montagnes et n’en sortaient pas. Ils élevaient des moutons, du maïs, des noix. Ils en vivaient et gardaient les vieux préjugés avec les modes de production anciens. Les jeunes gens maintenant voyagent et sont déjà dans le courant de l’Union soviétique.

303On ne peut manger de poisson à Gagry bien qu’il y ait des pêcheurs de béluga. Car les pêcheurs ne peuvent pas vendre à des particuliers. Ils vendent aux collectivités. On construit le chemin de fer Sotchi-Sukum (Soukhoumi). En attendant, des services d’autobus (toutes les demi-heures) assurent la liaison. Ces autobus sont toujours pleins. Les sanatoria du 2e plan de cinq ans rempliront la côte de Sotchi à Gagry et après. En ce moment, on en bâtit un très grand pour les travailleurs d’Ukraine à l’extrémité de la ville.

304Au port de pêche, les marins ont des bateaux plein de poissons frais, comme au marché d’Antibes.

305Le docteur nous conduit à la polyclinique où l’on nous électrise. Les appareils sont nombreux et modernes, bien que nous soyons en Abkhasie où les transports se font encore par des chars à bœufs. Ces bœufs à poil long sont des sortes de buffles aux cornes droites.

Dimanche 15 janvier 1933

306Nous sommes installés dans cette maison du Tsik qui est une villa ayant appartenu autrefois à un industriel. Elle ressemble à une maison de la Côte-d’Azur : chambre face à la mer, palmiers, cyprès, arbres exotiques. Des coqs chantent de bon matin. C’est le repos et le silence malgré leurs appels inopportuns. Pas de soleil, mais un temps très doux. Il fait rarement du vent à Gagry. En général en janvier et février, de la pluie.

307Examen du docteur qui nous recommande la promenade, la nourriture abondante, le repos et l’électricité (pour le sommeil).

308Temps brumeux, vent du midi. Il fait 6°. Les montagnes cette nuit se sont couvertes de neige. La mer moutonne ; les navires à l’ancre tanguent. Il y a ici parfois des tempêtes qui emportent les arbres et les constructions immédiates sur le rivage (comme à Antibes). Gagry n’est-il pas une colonie grecque comme Antibes ?

309Un petit journal soviétique se fait à Soukhoumi en abkhasien. Les inscriptions diverses se font en russe abkhasien, en turc, en géorgien.

310Il y a une république soviétique d’Abkhasie. Son président est un grand ami de l’Union soviétique. Il va souvent à Moscou. Il est adoré de tous les Abkhasiens. Les Abkhasiens sont et restent musulmans. Mais officiellement il n’y a plus un seul musulman. C’est ici, en Abkhasie qu’était la Toison d’Or. Probablement dans la montagne il reste encore des survivances religieuses, mais elles ne se manifestent d’aucune manière. Les Abkhasiens ont accepté la collectivisation qui a commencé de fonctionner. Dans le bâtiment sur la côte travaillent ensemble, Russes, Abkhasiens, Géorgiens fraternellement sans qu’il y ait de friction.

311Dans le 2e plan quinquennal, seront donnés 100 millions pour la construction sur la côte de Sotchi à Soukhoumi de 35 hôtels-sanatoria de plusieurs milliers de chambres pour tous les ouvriers, de tous les peuples de l’Union soviétique. Nous n’en sommes pas encore (dit le menuisier membre d’une grande organisation qui me renseigne) à la culture des fleurs. Nous voulions d’abord créer notre industrie lourde. Plus tard, nous aurons ici des orangers, des citronniers, tous les fruits des pays chauds et les légumes. On met en construction une usine pour le bois dont les forêts sont pleines. Il y a une essence d’arbre dur, utilisable pour les travaux d’ébénisterie, hélice d’avions et ameublement. Cette usine occupera des milliers d’Abkhasiens. De plus on bâtira des usines de conserves pour les légumes et les fruits.

312En rade aujourd’hui, deux navires de 3 000 à 4 000 tonnes qui ont été lancés à Leningrad. Ils font toute la Mer noire soviétique de Batoum à Odessa. On leur a donné les noms de toutes les républiques soviétiques du Caucase : Abkhasie, Ossétie, Grussija (c’est le nom de la Géorgie), Imérétie, etc. Ils font escales dans tous les ports et leur transit est très important (voyageurs et marchandises). Sur le petit môle de Gagry, c’était aujourd’hui une grande animation. Des komsomols conscrits en sont descendus et ont défilé dans la ville. Puis des paysans et paysannes, et des ouvriers avec des bagages. Pour aller jusqu’au navire resté en rade, des canots à pétrole, le tout bien ordonné et réglé sans cohue, sans trouble, sans cris. Pas un policier, pas un douanier, pas une seule force de compression ; des palabres suffisent.

313Quand je fais demander à Paramanov (mon interlocuteur) ce que les Abkhasiens pensaient des mencheviks géorgiens, il tint la question pour vaine. Il y a longtemps qu’ici personne ne pense aux mencheviks. Ils ne sont pas haïs, ils sont ignorés radicalement. Ce n’est pas une question. Çà n’existe pas. Existent les Soviets, c’est tout.

Lundi 16 janvier 1933

314Écrit à Paris et à Moscou. Tous les matins à 11 h soins d’électricité.

315Le camarade Paramanov nous propose d’aller à Soukhoumi rendre visite à Nestor Lakoba, président de la République d’Abkhasie. Il nous donne le journal écrit en Abkhasien où se trouve résumé le travail à réaliser en 1933, première année du 2e plan quinquennal.

316Le secrétaire de Kouybichev arrive et nous entretient du gosplan. Il faut qu’ils fassent et rédigent le plan en cent langues. Ils ont le plan quinquennal, puis le plan pour l’année ; puis le plan pour les trois premiers mois.

317Promenade au bord de la mer : débarquement et embarquement de marchandises (barriques pleines et barriques vides). Ces opérations s’opèrent comme il y a des milliers d’années. Pas de môle, pas de quai ! On lance les barriques à la mer et avec des cordages on les amène au bord pour le débarquement, à bord pour l’embarquement. Le navire reste à une vingtaine de mètres du rivage.

318Un camarade de la gazette ouvrière de Moscou arrive à la maison de repos. Il nous rappelle la visite de Delbos à Moscou. Il se plaignait de ne pas voir de paysans mais se répandait en éloges sur la situation des enfants, du travail, de l’éducation. On a consigné tous ses propos favorables. Et comme il a écrit au Matin des articles anti-soviétiques, on va publier ses propos et les envoyer à l’Huma. Il avait demandé aux journalistes soviétiques de ne pas rendre publiques ses observations.

319Nous allons visiter le sana Staline dans le château d’Oldenburg. Une centaine de travailleurs y sont au repos. Les salles à manger sont longues et sans profondeurs. Cet intérieur n’est pas en harmonie avec l’extérieur si imposant. Puis nous nous rendons au village où sont groupés les habitations ouvrières. Pullulement d’enfants ; maisons provisoires de bois ; poules, canards, cochons se promènent en liberté dans la rue ; les vaches aussi. Une scierie débite les arbres magnifiques des forêts de la montagne. C’est avec ce bois et avec les pierres de la falaise, ainsi qu’avec le gravier de la mer qu’on bâtit les grands sanatorium, partout en construction sur la côte.

320Le docteur nous dit qu’à Gagry il fait en été une chaleur insupportable et pénible.

321Remarque. Très peu de jeunes gens des nouvelles générations parlent français, même l’allemand n’est pas très répandu parmi eux.

322Il fait un peu plus frais et il pleut un peu. En décembre le mois a été très ensoleillé. Mais sur toute cette côte, les changements brusques de température dans une même journée sont inconnus. La température reste égale.

Mardi 17 janvier 1933

323Il a plu toute la nuit.

324Le journal de Soukhoumi écrit en Abkhasien présente aujourd’hui le programme du 2e plan quinquennal pour 1933 avec détails, chiffres, statistiques. Lorsque les Russes en 1812 prirent ce pays sur les Turcs, les habitants abkhasiens et tcherkesses leur livrèrent de nombreux combats. Dans le cours du XIXe siècle, les tsars chassèrent du pays un million d’Abkhasiens qui allèrent se réfugier en Turquie. On peut monter d’ici aux pâturages alpestres (10 h de marche). Les Abkhasiens de jadis y menaient leurs moutons très nombreux. De Gagry à Soukhoumi, à 37 km, Cap Pitsounda. Puis vient Goudaouty. Puis le monastère Novy-Afone.

325(Nie nogo : pas trop).

326Après la pluie de la nuit, une journée idéale : un soleil d’été. On sort sans manteau, mer d’huile. Paramanov annonce que nous partons demain pour Soukhoumi.

327Alexei Ivanovitch, secrétaire de Kouybichev vient à notre table. Il y a maintenant : Véra de la Pravda ; X... de la Gazette ouvrière de Moscou, Paranov et sa femme, Alex.

  • 27 Terme russe pour désigner l’interprète.

328Le docteur de la maison de repos et sa femme partent pour Moscou. Plus de traducteur ! Qu’allons-nous faire ? Perévotchik27.

Mercredi 18 janvier 1933

329À Gagry + 13°, à Moscou – 15°. Encore une journée ensoleillée et douce !

330Ici on construit partout. En pierres de taille extraites de la montagne. Ils ont du bois en quantité illimitée. Des millions de tonnes de ciment de Novorossick et environs. Des milliers d’ouvriers du bâtiment. Nous voyons ces ouvriers au moment du repas. Les cuisines collectives portent les repas au chantier ; on a construit une baraque de planches pour les abriter. C’est plein d’inscriptions où l’on constate que le plan proposé est réalisé. Comparaison avec la Côte-d’Azur française où tout est arrêté dans la construction et où la construction de ces dernières années est une camelote ! Tous les bâtiments, sanatorium et hôtels construits ici sont faits pour des travailleurs et non pour les oisifs.

331Le Capital. Étude du régime économique de la société moderne.

332Premier volume du Capital.. Les origines de la richesse capitaliste, comment naît le gain capitaliste, comment il s’accumule, valeur, salaire, plus-value.

333Deuxième volume du Capital. La reproduction du capital. La circulation du capital. Il faut vendre les marchandises plus la plus-value. La marchandise doit passer sur la marché, s’échanger. Comptoir. Bour[ill.] ; Magasin. Libre concurrence. Crises. Anarchie de la production. Le crédit.

334Troisième volume du Capital. Le taux moyen du profit. Le partage du butin. La compensation. La répartition des bénéfices. Comment un capitaliste qui doit immobiliser une grande partie de son capital pour des moyens de production ne rapportant rien, peut-il avoir un profit égal à celui qui est moins chargé de ces dépenses ? C’est la théorie du profit moyen.

335Contribution à la critique de l’économie politique.

336Capital (inachevé).

337Marx : capital et travail salarié. Critique du programme de Gotha. Le genèse du capital. Misère de la philosophie. La guerre civile en France. Le 18 Brumaire. La lutte des classes en France 1848-1850. Lettres à Kugelman. Lettres à Engels, quatre volumes.

338Paramanov qui devait nous amener à Soukhoumi demain est rappelé à Moscou. Il appartient à la mission commerciale d’Italie où ils sont 100 Russes ; chiffres d’affaires : 330 millions de lires.

339Nous allons à six kilomètres voir le nouveau Gagry, village de paysans et pêcheurs abkhasiens. Les Russes y sont les seuls ouvriers. L’animation y est grande. La place du village est fort encombrée. On voit une crêche, un élevage coopératif de cochons, une coopérative de laiterie, une crêche de vaches pour la boucherie (elles étaient maigres) ; les vaches sont ici toutes petites et dégénérées, c’est une race à sacrifier complètement. Puis une écurie commune de chevaux.

340De jeunes recrues y font l’exercice sans uniforme et ils sont très familiers avec leurs instructeurs. Des enfants jouent à la pirouette, comme à Paimpol ; d’autres aux barres. Un jeune enfant de quatorze ans lit gravement le journal du jour Le Soviet abkhasien au milieu de la route. On construit là aussi beaucoup. Les habitations des Abkhasiens sont misérables et sales. Chemins défoncés.

Jeudi 19 janvier 1933

341Soleil Batoum : 60 000 habitants, Soukhoumi : 40 000 habitants.

342De Tiflis à Batoum : 349 km en douze heures de nuit.

343De Tiflis à Bakou : 766 km en quatorze heures.

344De Tiflis à Erivan : dix-huit heures de chemin de fer.

345En bateau : Sotchi-Batoum : vingt-quatre heures. Sotchi-Soukhoumi : sept heures.

346En rentrant de la polyclinique, nous sommes interpellés par une charmante Arménienne qui nous présente deux Géorgiens désireux de nous photographier. Ceci en excellent français. Son père est un écrivain célèbre d’Arménie, Chirvanzadé. Elle est avec lui au Gagripch n° 11. Elle est mariée à Bakou. Elle connait Aharronian que nous avons rencontré à Paris après la guerre. Voilà donc trouvée une traductrice arménoparisienne.

347On nous change de chambre. Nous prenons le n° 8.

348Promenade à la maison en construction du Tsik ukrainien.

349Le bateau arrive à Gagry. Une grande affluence de partants sur le ponton. Bagages à leurs pieds.

350Le 21 janvier 1933 à 19 h au sana Staline, commémoration de Lénine.

Vendredi 20 janvier 1933

351+ 13° et – 15°. En Grouzie !

352Comment est organisée la démocratie soviétique en Grouzie ?

353Situation de l’agriculture ? Kolkhozes. Sovkhozes.

  • 28 Chatouri Chaitoura, centre de production du manganèse, situé en Imérétie.

354Salaires ouvriers. Que devient la mine de manganèse à Chiatouri28 ?

355Réalisations du gouvernement soviétique de Grouzie.

  • 29 Devdariani, militant menchevik, s’est rallié aux bolcheviks après 1923.

356Quelle est l’influence des mencheviks actuellement en Grouzie ? Leur nombre ? Y en a-t-il qui se rallient au bolchevisme. Devdariani.29

357Que pense-t-on en Grouzie de la suppression de la légation mencheviste dans le pacte de non-agression du 29 novembre 1932. Poincaré, Herriot, les sociaux-démocrates affirment que le seul vrai gouvernement géorgien est à Paris. Qu’en pense-t-on en Géorgie ? Le prolétariat ouvrier et paysan est-il nationaliste ou acquis à la fédération ?

358Promenade à la rivière souterraine : deux kilomètres. Retour par la plage. De midi à 2 h il fait si beau et si chaud que nous rentrons en sueur. Il faut changer de linge. On est le 20 janvier. La rivière souterraine coule dans la mer avec une grande abondance. Son eau est une eau admirable de neige, comme celle du loup à Villeneuve Loubet. Trouvé en route la jeune arménienne qui préfère à cette côte la riviera française, car là-bas il y a des fleurs.

359À 5 h, trois camarades géorgiens, dont le secrétaire du PC à Gagry, viennent nous voir avec la traductrice. Ils s’expliquent sur le menchevisme géorgien. Les mencheviks avaient exalté artificiellement le nationalisme géorgien. Aujourd’hui tout cet artifice est tombé. Durant le règne des mencheviks, il y eut des soulèvements continus en Ossétie, en Mingrélie, il y eut même des Soviets dans le gouvernement de Koutaïs qui durèrent quinze jours. Partout ces mouvements furent réprimés cruellement. L’arrivée des bolcheviks fut un soulagement pour les ouvriers et les paysans pauvres exploités par les koulaks mencheviks. Certes, il y a encore des mencheviks, on ne peut le nier, mais ils n’ont fait que perdre du terrain surtout depuis 1924.

360Le Géorgien, en face de moi, a fait partie de l’Armée rouge qui de Grosny est venue en Géorgie, dit : dire que la Géorgie veut devenir menchevik, c’est aussi vrai que quand on dit de la Russie qu’elle a hâte de redevenir menchevik. Au moment où Kautsky, Vandervelde et les autres sont venus en Géorgie, il y avait justement une insurrection. Ils n’en ont même rien su. Les ouvriers. Je suis fils d’un cheminot. Ma famille a été nombreuse. Nous n’avions pas de pain du temps des mencheviks. Nous mangions une farine faite de haricots rouges. Aujourd’hui il n’y a pas un seul ouvrier sans pain en Géorgie. Les ouvriers mencheviks sont ou bien devenus bolcheviks (dépôt de la gare de Tiflis, jadis citadelle du menchevisme, aujourd’hui du bolchevisme), ou bien sont loyaux travailleurs des sovkhozes.

361Agriculture en Géorgie, thé, cultures autour de Batoum. À partir de 1933, on n’importera plus de thé en URSS. Il sera tout assuré par la Géorgie. La culture avait été perdue sous les mencheviks.

362Tabac. En Abkhasie, la culture très délicate avait été abandonnée par les habitants soulevés contre les Géorgiens mencheviks. Aujourd’hui 20 000 habitants.

363Coton. En Géorgie orientale, Kakhétie, en 1933, on n’importera plus de coton. Plantes pour la parfumerie et la pharmacie importées dans les sovkhozes et kolkhozes.

  • 30 Après la soviétisation, les bolcheviks n’avaient pas modifié la structure agraire géorgienne qui av (...)

364Staline disait : sous les mencheviks, la politique agraire était une belle-mère ; les paysans fuyaient la terre. Depuis ils y restent. Les productions des kolkhozes et les salaires ouvriers ont triplé (un demi en nature, un demi en argent)30. Pour l’instruction, les mencheviks avaient supprimé le russe des écoles. D’où désarroi complet (comme en Alsace-Lorraine). Aujourd’hui à Tiflis, école russe, géorgienne, arménienne, turque. Vous pouvez choisir. D’abord les instituteurs géorgiens étaient peu nombreux. Maintenant grande amélioration. Dans les universités on a interdit les professeurs nationalistes qui y faisaient leur propagande. Aujourd’hui, il y a des professeurs rouges géorgiens.

365Les communistes de Gagry nous offrent une grande caisse d’oranges et mandarines.

Samedi 21 janvier 1933

366Soleil. Les camarades du rayon viennent nous inviter à la soirée de commémoration de Lénine à 9 h après-dîner. On ne publiera pas d’annonce car il pourrait venir des indésirables. Puis la salle est trop petite. « De quoi parlerez-vous ? »« De Lénine et de la France ». C’est bien !

367La réunion a lieu dans une salle de théâtre qu’Oldenburg avait fait construire dans le palais qu’ils réservait à ses hôtes. C’est un beau travail de bois. L’hôtel tout entier arriva ici de Norvège tout fait. Il n’y eut qu’à en monter les pièces.

368La salle ce soir est pleine. Les assistants sont les malades, les ouvriers du bâtiment employés à Gagry, les travailleurs des services publics de Gagry. C’est très chaleureux. Un petit piano. Chants. Véra traduit. Karacho ! Karacho !

369Dans les sanatoria de Gagry il y a : des étudiants, des institutrices, des oudarnicks, des ingénieurs, des ouvriers, des soldats de l’Armée rouge, des marins, des employés d’administration soviétique ; il s’y trouve des communistes, des non communistes, des sympathisants, des pacifistes. Ils étaient tous représentés au Présidium de la [ill.].

370À la réunion, un ouvrier électricien de Moscou au repos à Gagry prit la parole. Il voulut citer une anecdote sur Léline. Lénine doit un jour prendre le train dans une gare. Le chef de gare fait évacuer tout le monde. Quand Lénine arrive, il déclare qu’il n’a pas besoin de toute cette place pour lui seul et il fait entrer tout le monde.

Dimanche 22 janvier 1933

  • 31 Alexandre Chirvanzadé (Movssissian), (1858-1935), écrivain et poète arménien de Transcaucasie, a fa (...)

371Jour de repos. C’est l’anniversaire de la fusillade de 1905 à Leningrad. Visite au poète arménien Chirvanzadé31, soixante-quinze ans, envoyé ici par le gouvernement pour se reposer. Il pense que le bolchevisme a sauvé l’Arménie et sauvé la Géorgie. Il y a douze ans que la paix règne dans le Caucase.

372Or historiquement la Géorgie et l’Arménie ont toujours été convoitées par les Turcs, les Tartares, les Kurdes, les Persans et massacrés périodiquement par eux. Les Turcs veulent une Turquie unifiée jusqu’à la Caspienne avec élimination des chrétiens arméniens et géorgiens. Chirvanzadé va jusqu’à dire que les Russes seuls, qu’ils soient bolcheviks ou tsaristes, peuvent sauvegarder la vie des peuples chrétiens du Caucase. Il a lui-même écrit à Lénine au début de la révolution que les Arméniens réclamaient le concours du communisme. Les Géorgiens appartiennent à la religion orthodoxe tout à fait comme les Russes. Quant aux Arméniens, ils sont grégoriens. C’est une religion proprement arménienne qui ne diffère des autres religions chrétiennes que par des détails. Chirvanzadé dit : « ils ne mettent pas d’eau dans leur vin » ; ou bien : « ils ne mettent pas les bras de leur croix en ligne droite, mais de travers. »

373Dans les écoles en Arménie, l’enseignement est donné en Arménien mais l’enseignement du Russe est obligatoire. Les Arméniens ont toujours émigré. Ils étaient les avocats, les ingénieurs, les architectes, les professeurs à Tiflis et aussi les commerçants. Lorsque les Russes sont arrivés en Géorgie, au début du XIXe siècle, Tiflis était une bourgade, comme Erivan. Ce sont les Russes qui ont fait de Tiflis une grande ville. Elle a d’ailleurs peu changé depuis la révolution. Mais Erivan qui était restée un village est devenue une ville toute neuve, bien bâtie avec le confort moderne. On veut, en Arménie, faire du coton par irrigation. Les Arméniens font de la bonne eau-de-vie. Ils lui donnent le nom d’Ararat, bien que le mont Ararat soit en Perse. Et comme les musulmans leur demandent de quel droit ils ont donné ce nom à leur cognac, ils répondent : « Est-ce que la lune aussi vous appartient ? ». Il est rentré 300 000 Arméniens en Arménie depuis la révolution bolchevique. (Le pays ne compte que un million d’habitants). Donc le tiers de la population est composé de gens qui avaient fui leur pays sous le tsarisme et le menchevisme et qui depuis l’ont réintégré. En Arménie, on boit peu de vin, mais du cognac du pays, sans abus.

Lundi 23 janvier 1933

374Plus 16° à Gagry à l’ombre. Soleil éclatant. Il fait ici depuis plusieurs jours un temps magnifique. On sort en veston et l’on a chaud. La température est bien plus élevée qu’à la Côte-d’Azur.

375Visite au village de Gagry côté ouest. Que d’enfants. Chaque maison a ses poules, ses canards, le cochon. En outre, de multiples porcheries, vacheries collectives. Les paysans abkhasiens coiffés d’un turban énorme viennent livrer leur vin, leurs bois, leur bétail.

376Les attelages de buffles liés à d’antiques chars par des jougs tout à fait primitifs ! Deux petites chevilles de buis passées dans le joug et chaume descendant d’un côté du cou du buffle. Ce buffle d’attelage n’a rien de commun avec la petite, toute petite vache maigre qui cherche ici à manger dans les chemins et jusque dans le parc devant le château.

377L’après-midi, le directeur de la maison de Tsik mous mène à la propriété que possède l’organisation dans le nouveau Gagry. C’est un domaine de 72 hectares où l’on plante de la vigne, des fruitiers, des orangers, des mandariniers, des légumes. On y élève déjà des centaines de volailles, des cochons, vingt vaches, des chevaux, afin que les hôtes du Tsik puissent vivre des produits du domaine. Le tout est conçu avec audace et réalisé déjà en partie. On y construit les maisons du personnel, des datchas très importantes, une usine électrique avec une chute d’eau qui fait dès maintenant marcher un moulin.

378À Gagry-village on construit un bureau de poste important. Partout, constructions neuves, activité intense. Une usine de construction de meubles est déjà en marche à Gagry. On y fait avec le bois du pays tous les meubles et toutes les boiseries des maisons de la région. Le travail y est fait avec beaucoup de conscience. Les fauteuils, chaises, canapés, armoires, tables sont des œuvres de goût et solides. Les ateliers sont provisoires et le projet est de dresser ici une usine à meubles importante. Le bois du Caucase est en quantité illimitée et les travailleurs du bois en URSS ont une longue expérience. L’impression de cette visite à l’usine (on y travaille encore sans une seule machine) est excellente. Le travail y est soigné dans le détail.

379On nous fait boire à déjeuner du vin de Kakhétie. La Kakhétie s’étend entre l’Alazan et la Iora en Géorgie. Une des villes prend le nom de Signack. Une autre : Télev. À Tsinondali, caves de l’empereur. Toute la région est viticole. Un grand domaine nationalisé appartient au commissariat de l’agriculture de Géorgie. La Kakhétie s’étend au nord-est de Tiflis jusqu’à l’Azerbaïdjan !

Mardi 24 janvier 1933

380Plus 9°, minimum + 7°. Depuis mardi 17 janvier, soleil splendide chaque jour. Aujourd’hui, ciel couvert ; temps très doux.

  • 32 Franklin Delano Roosevelt (1882-1945). Président démocrate des États-Unis de 1932 à 1945.

381M. Chirvanzadé traduit la Pravda. Roosevelt32 déclare qu’il est solidaire de Stimson ; qu’il ne reconnaîtra jamais le royaume de Mandchourie. À quoi Araki riposte que l’opinion des États-Unis n’importe pas beaucoup, car ils ne font pas partie de la Société des Nations. Quant à eux, Japonais, ils ne quitteront pas la Société des Nations même si elle leur donne tort dans l’affaire de la Mandchourie. Chirvanzadé me dit qu’à son avis la Géorgie reste nationaliste. La Géorgie a voulu brimer l’Abkhasie, l’Ossétie et l’Adjaristan parce que ces petites nations sont musulmanes et refusaient absolument d’être soumises à la Géorgie. Ces petites nations préfèrent l’Union soviétique aux mencheviks géorgiens.

382En Arménie il y a un million d’habitants. Mais hors d’Arménie il y a un million d’Arméniens. Ils sont surtout nombreux en Union soviétique, en Géorgie, en Azerbaïdjan et Caucase du Nord : 150 000 aux États-Unis, 100 000 en Perse, 150 000 en Syrie, 30 000 en France.

383Roosevelt propose comme remède à la crise industrielle d’envoyer de force cinq millions d’ouvriers des grands centres à la campagne.

384Il faut visiter l’Arménie de septembre à mi-décembre. Après, c’est trop froid puis trop chaud.

385Knorine, Popov, Marchliss, Krinisty, Toi, Pospiélov : forment le collège de direction de la Pravda. Les trois premiers forment le Bureau.

386On nous photographie cinq fois ce matin avec des groupes divers de l’Hôtel d’Oldenburg. Ouvriers, oudarniks, marins soldats, ingénieurs, du parti et sans parti, tous envoyés ici au repos, après avoir bien servi le plan quinquennal et l’Union soviétique.

38770e anniversaire du poète Serafimovitch. Tous les journaux lui consacrent plusieurs pages.

388Les Isvestia du 20 arrivées aujourd’hui, sur leurs quatre pages ont une page de statistiques pour le plan quinquennal (compte rendu du Plénum), une page sur Serafimovitch. Le reste des nouvelles internationales et des nouvelles de l’Union.

Mercredi 25 janvier 1933

389Dodgi, il pleut ! Plus 4°. Il est entendu que vendredi 27 nous allons à Soukhoumi pour deux ou trois jours. Nous serons conduits par le camarade Vardania Anato, directeur du combinat de Gagry. Pitsounda.

390À Soukhoumi Nestor Lakoba président de la République d’Abkhasie et Haboursaria, secrétaire du Tsik abkhasien.

391Tirage Pravda : deux millions et demi. On est obligé de limiter le tirage par manque de papier. (À la Pravda, 25 rédacteurs dépouillent le courrier des rabcors : quatre à cinq lettres par jour). Tirage Isvestia : deux millions.

392Les journaux du Japon annoncent qu’en 1932 il y a eu 6 900 arrestations de communistes à Tokyo. (Le communisme est illégal au Japon).

393Kouvalov.

394Vera Joloubeva nous dit : il faudra voir Satko au Grand théâtre à Moscou.

  • 33 Organisme central de la planification étatique.

395Alexeié Epitchin du gosplan33.

396Grigori Andréievitch Zaistié, directeur des maisons du Tsik.

397Il pleut : on ne sort pas !

398Carte de L’Abkhasie

  • 34 Dans la tradition géorgienne et caucasienne, les Juifs seraient venus de Babylone six siècles avant (...)

399L’Abkhasie et la Mingrélie c’est l’ancienne Colchide. Maïs, bois, marécages. Mingrélie entre l’Ingour et le Riou. Les deux peuples Mingrélie et Imérétie sont très voisins de langue et de mœurs. Ce sont deux peuples chrétiens qui se sont insérés entre deux peuples musulmans. Dans certaines parties du Caucase, des tribus juives34 installées là depuis Nabuchodonosor. Les populations du Caucase ont été étudiées par les savants français, anglais et allemands.

Jeudi 26 janvier 1933

400Plus ou moins zéro. Il neige ! Moins 2°, – 32° à Moscou. Staline vient en Géorgie tous les étés. Il a donné ordre de mettre en valeur des sources sulfureuses dans la montagne. Sur la ligne de Batoum-Tiflis, à la station de Chorapani se détache un embranchement, voie étroite jusqu’à Tchiatouri (manganèse). Dans la Kakhétie on a mis en exploitation des gisements de pétrole qui avaient été exploités par les Belges avant la guerre. De Tiflis à Bakou, on traverse un désert stérile, sans végétation, balayé de vents. Bakou a 800 000 habitants, quatrième ville de l’Union soviétique.

401Dans les grands centres, on décongestionne les villes. On va faire quitter Moscou par 400 000 personnes accourues de partout et pour lesquelles il n’y a pas de logements suffisants ni de travail approprié. On va faire évacuer de grandes villes par une partie du surplus de la population en excès et la conduire où c’est moins encombré et où il y a du travail pour eux.

402Ce qui manque à la Géorgie, ce sont les routes et l’eau. Bois très dur de l’Abkhasie : Samchit (Buis).

  • 35 Anastase Mikoian (1895-1978). Membre du comité de Bakou en 1917 pendant la guerre civile, secrétair (...)
  • 36 Abel Enoukidzé (1877-1937). Vieux bolchevik géorgien, il exerce son activité hors de Transcaucasie (...)
  • 37 Sergo Ordjonikidzé (1886-1937). Lui aussi vieux bolchevik géorgien, il est l’un des artisans de la (...)

403Quatre géorgiens au gouvernement de l’URSS : Staline ; Mikoian3536, commissaire alimentation ; Enoukidzé, secrétaire Tsik ; Ordjonikidzé37, commissaire industrie lourde.

404Renseignements à Soukhoumi : 1°) Quels avantages l’Abkhasie retirera-t-elle du 2e plan quinquennal ? ; 2°) Les relations de l’Abkhasie avec le menchevisme et avec le bolchevisme.

Vendredi 27 janvier 1933

405À 2 h le soleil revient, superbe. (Envoi d’un papier à l’Huma : le marxisme).

406À 9 h il continue de neiger. Soukhoumi remis à demain. Vera et son camarade partent. Vera nous a raconté son enfance malheureuse. Elle avait onze ans en Octobre 1917 ; sans parents, misère extrême. Elle a fini par s’instruire à force de volonté et de sacrifices. Aujourd’hui, neurasthénie.

407Alexeiev, aujourd’hui au gosplan est ici, c’est un ancien ouvrier métallurgiste à Moscou, en Ukraine et dans l’Oural ; il a été directeur d’usine, puis au gosplan.

408Voyage à Soukhoumi remis à demain.

409(Feldheim). Trouvé Félix sur le port. Le véritable port sera non à Gagry mais à Pitsounda. L’ancien régime avait liquidé les Abkhasiens. Presque tous sont partis. Ils furent remplacés, dans la plaine par 50 % de Russes : Ukrainiens, Grecs, Lithuaniens, Géorgiens ; les kolkhozes sont dans la montagne. L’Abkhasie a une vie sociale portée sur les survivances du clan primitif avec un mélange de musulmanisme et de religion grecque chrétienne, le tout hétérodoxe. Leur culture et production n’a pas atteint le stade de la marchandise. Ils ont une antipathie instinctive pour ce qui n’est pas agricole. Pas de classes : un prince avait 500 vaches, les autres moins de vaches, 400 ou 300.

410Réfractaires à la culture du tabac que les bolcheviks veulent généraliser. Eux préfèrent le maïs (nourriture et fourrage). On a dû les brutaliser. La collectivisation ne s’est pas faite sans difficultés. Il y a eu des collisions graves à Goudaouty, il y a deux ans, car les agents du pouvoir avaient été brutaux sans avoir au préalable fait assez de propagande. À l’heure actuelle 30 % du sol en kolkhozes.

411(À 10 h du matin + 1°, à 2 h + 9°, à 9 h du soir – 1°)

412L’ancien régime s’était servi des Géorgiens pour maintenir les Abkhasiens dans l’obéissance. Les Géorgiens étaient fonctionnaires, professions libérales, commerçants et industriels. Aussi en 1918, les mencheviks géorgiens les ont traités comme une colonie. Les Abkhasiens se sont révoltés contre eux. Quant aux bolcheviks, ils leur ont laissé leur culture, leur gouvernement, leur autonomie, leur président est un Abkhasien. Ils en sont satisfaits. Les bolcheviks les ont attirés dans la milice où ils sont allés volontiers. Après ils sont devenus maçons, ouvriers, marins...

  • 38 Le Caucase du Nord a été un objectif prioritaire de la collectivisation ; gros producteur de céréal (...)

413Dans le Kouban, 20 000 koulaks et les leurs sont partis en août et septembre du Caucase du Nord et sont venus se réfugier ici38. Ils n’avaient pas voulu livrer leur blé. En ce moment les bolcheviks les transportent en Ukraine et aussi en Géorgie. On les ramène aussi dans leurs kolkhozes. Une grande exploitation de charbon est ouverte en Géorgie près de Soukhoumi et beaucoup d’entre les émigrants du Kouban sont envoyés là pour l’extraction du charbon et la construction des villes ouvrières nécessaires pour les ouvriers. Félix ajoute : « pour construire le socialisme il ne s’agit pas de tenir compte des sentiments de ceux qui entravent tout ».

414Pour Soukhoumi

415Ladaria : secrétaire du comité abkhasien du PC géorgien.

  • 39 Béria (1899-1953). Agent de la Tchéka depuis 1921, puis chef adjoint de la Tchéka transcaucasienne, (...)
  • 40 Haboursaria est secrétaire du Tsik (Commission exécutive centrale du Soviet suprême d’Abkhazie).

416Béria39 : secrétaire général du PC transcaucasien. Haboursaria40 : secrétaire du Tsik abkhasien.

  • 41 Nestor Lakoba, président du Soviet suprême d’Abkhasie, meurt dans d’étranges circonstances en 1937.

417Président de l’Abkhasie : Nestor Lakoba41.

418Vardania : secrétaire du rayon de Gagry.

419De Gagry à Soukhoumi :

420Gagry-Cap Pitsounda : 37 km.

421Miesser : 43 km.

422Goudaouty : 70 km.

423Novy-Afone : 87 km.

424Echéry-Soukhoumi : 107 km.

Samedi 28 janvier 1933

4250°, il gèle. Sou-Khoum – Kalé : eau, sable, forteresse.

426Le camarade X nous parle des Indes. On parle plus de cent langues dans les Indes. Près de 100 millions parlent un langage mélange d’arabe, de persan, de turc. Les Anglais qui habitent les Indes sont très pessimistes sur l’avenir. Ceux qui sont en Angleterre ignorent la vraie situation. La misère de l’Inde est très grande, plus grande que nulle part ailleurs au monde. Le rire y est inconnu. L’exploitation anglaise reste très dure sous toutes les formes. Ils dominent la banque, le change, les douanes. Leurs fonctionnaires sont payés sur le budget (traitements et retraites) à des tarifs très élevés. Leur police pénètre jusque dans les maisons. La propagande y est très difficile. L’accès du pays presque impossible. Les Hindous sont courageux ; ils méprisent la mort. Leurs intellectuels sont des parasites qui vivent de l’exploitation et de l’extrême misère du pays. Ils sont démobilisés. Seules les masses des ouvriers et des paysans se révoltent. L’État économique des Indes prépare heureusement mieux la révolution que celui de la Chine.

427Il fait mauvais temps. La voiture qui devait venir de Soukhoumi nous prendre à Gagry n’arrive que vers 9 h du soir. Nous partirons demain matin 8 h 30 pour Soukhoumi.

428Dès que les trois peuples de la Transcausasie se furent séparés de la Russie en 1919, ils tentèrent de s’unir, mais leur union ne dura que quelques semaines. Leurs nationalismes se heurtèrent à propos de questions de territoires et de prestige. Les soviets ont rétabli la paix et l’unité de direction entre les trois pays. Le Tsik transcaucasien est dirigé par trois présidents : un Géorgien, un Azerbaïdjien, un Arménien qui gardent le pouvoir chacun quatre mois par an. Il y a douze ans de cela. Depuis, plus de trouble. Chacun des trois pays conserve son gouvernement dirigé par des nationaux. Dans les trois pays, sentiment national subsiste, mais c’est en Géorgie qu’il est le plus intransigeant. La Guépéou des frontières entre la Turquie, la Perse et la Transcaucasie est tout entière russe.

429On parle soixante-quinze langues dans le Caucase...

  • 42 Jean Chardin (1643-1713). Voyageur français, il visite l’Inde et la Perse, séjournant plusieurs ann (...)

430Sur le Caucase lire : Alexandre Dumas, Chardin42 et un auteur allemand : Axhausen.

431Visiter les maisons ouvrières de Seldenhorf près Berlin. Ce sont les mieux bâties, élégantes et pratiques.

Dimanche 29 janvier 1933

  • 43 Abel Enoukidzé (1877-1937). Bolchevik géorgien, il exerce son activité hors de Transcaucasie après  (...)

432Voyage à Soukhoumi. Départ 9 h, arrivée à 1 h après avoir fait un voyage admirable dans la montagne. Neige, trente centimètres, route à refaire. Arrivée au Tsik d’Abkhasie, la maison d’Enoukidzé43. On tombe en plein banquet offert aux officiers du Krim qui est dans le port. On toaste et les officiers nous amènent à bord du bateau où ils organisent un meeting pour les matelots. Salutations internationales.

433Ce soir meeting pour les camarades du parti de Soukhoumi avec Ladaria. (Jansen, le commissaire de la marine).

434Le journal l’Abkhasie soviétique à Soukhoumi.

435Ce soir réunion du Plénum de l’actif de Soukhoumi. Je dis quelques mots et Lakoba, président de la République, vieux militant bolchevik rend compte du dernier CC de Moscou.

436Il y a 250 000 habitants en Abkhasie dont 60 000 Abkhasiens (27 nationalités plus un nègre qui est arrivé aujourd’hui).

437La Géorgie soviétique exporte du tabac et du bois (en Grèce et en Italie). Les Soviétiques achètent des bateaux en Allemagne. C’est Jansen qui va les acheter. Ils en prennent aussi en Angleterre. Jansen vieux bolchevik exilé en Amérique où il a été ouvrier métallurgiste et marin, pendant dix ans de 1907 à 1917.

438Nous sommes descendus à la maison de repos du Tsik transcaucasien, pleine de camarades de Tiflis, de Géorgie et d’Arménie ; un camarade arménien nous explique que, depuis douze ans, la culture de chacune des nationalités de l’Union soviétique a fait des progrès importants, ainsi que les langues de l’Union soviétique. Ainsi en Arménie, quand avant la guerre, un auteur vendait 1 000 numéros d’un ouvrage, c’était un succès ; aujourd’hui on va à 10 000. On a beaucoup multiplié les livres scolaires et autres, ils sont tous enlevés, et seul le manque de papier empêche de multiplier les publications dans chaque langue, comme en Russe.

439Le camarade arménien nous dit que le menchevisme trompe grossièrement l’opinion sur la situation en Géorgie. Les propos de Kautsky sont jugés ridicules et sans portées.

440À la réunion de l’actif de Soukhoumi, Lakoba rend compte du CC. C’est un révolutionnaire qui a fait la guerre civile. C’est le premier communiste d’Abkhasie. Il y est très considéré. Il a du bon sens et de la finesse. Il a été au Gymnase. Veston fatigué, tricot de marin, bottes, simplicité, dévouement, vivant de la vie de tous. Deux cent cinquante camarades à la réunion de l’actif de Soukhoumi dont une dizaine de soldats et une vingtaine de femmes.

441Des vins abkhasiens, du cognac abkhasien, des mets abkhasiens (au maïs et viandes embrochées).

442De minuit à 2 h. Dîner avec Lakoba et Ladaria, deux camarades Abkhasiens et l’Arménien Makincian, et Alexeiev le Moscovite. On parle des mencheviks. Pendant leurs trois années de pouvoir, ils ont brûlé les villages abkhasiens par douzaine. Ils ont laissé subsister ici le pouvoir et la propriété des seigneurs. Ils n’ont pas construit une école. Ils avaient établi à Soukhoumi un Conseil de direction du pays où il n’y avait pas un Abkhasien, mais seulement des mencheviks.

443En 1913, l’Abkhasie cultivait 9 000 hectares de tabac, aujourd’hui 15 000 hectares ; sous les mencheviks : 16. Ils avaient interdit la langue abkhasienne ; aujourd’hui nos journaux sont abkhasiens. Ils avaient volé les images saintes des églises. Lakoba dit : « ils avait tué sauvagement la dernière vache de ma mère. Maintenant venez me voir, il y en a encore une, nous la mangerons sans sauvagerie ». Il n’y a pas un Abkhasien qui regrette les mencheviks. Quant à Staline, s’ils nous disait de jeter nos montagnes dans la Mer noire, nous le ferions. Lui qui a dans la tête la direction de toute l’Union soviétique, il a encore le temps de régler la question des tabacs d’Abkhasie. Il a sauvé les Abkhasiens du chauvinisme russe et du chauvinisme géorgien. Sans Staline l’Abkhasie était finie.

444(L’abkhasien est rempli de consonnance à la turque, l’h.).

445Un paysan abkhasien lui dit un jour : « un éléphant vit un jour des enfants sans parents sous la pluie. Il voulut les mettre à l’abri. Son cornac l’aida à bien poser ses pieds, pour qu’il n’écrase pas les enfants. Staline, tu as été le guide de la Russie pour l’empêcher d’écraser les petits peuples ». Nous sommes prêts à donner à Staline nos montagnes, nos forêts, notre tabac, notre mer, nos fruits, nous-mêmes. Nous ne parlons pas ainsi parce qu’il a le pouvoir. Nous avons toujours été contre le pouvoir, mais parce que nous l’aimons. Le moineau et l’aigle qui enlève le mouton. Le moineau veut faire comme lui. Il s’empêtre dans la laine du mouton, le berger l’y prend et le donne comme jouet à ses enfants. C’est Jordania et Staline. Que fait le prolétariat d’un pareil moineau à Paris ? Les mencheviks nous ont toujours apparu en Abkhasie comme des corbeaux.

446Lakoba, une quarantaine d’années, de souche paysanne, fin et de bon sens, méridional et Abkhasien à souhait, bolchevik 100 %. À Bakou et à Soukhoumi le bolchevisme a triomphé tout de suite, bien que l’Abkhasie soit uniquement paysanne. Nous avons des paysans de la montagne qui ne sont jamais sorti de leurs villages.

Lundi 30 janvier 1933

447Soukhoumi : + 3°. Retour à Gagry avec arrêt à Novy-Afone.

448Soukhoumi au matin. Souk, au fond d’une baie demi-circulaire régulière s’adosse à des montagnes peu élevées et la ville monte jusqu’à leur sommet. Ville orientale avec son caractère déjà asiatique. Les paysans y circulent avec leurs chars antiques de bœufs, à côté des autos. Le pavé y est comparable à celui de certaines villes méridionales françaises. Le port est en eau assez profonde. Les bateaux de 5 000 tonnes accostent au wharf. L’animation y est grande. Nulle comparaison avec Nice qui est à la latitude de Souk. De Gagry ici, le paysage par la route est admirable, à travers les cols du Caucase. C’est une côte d’Azur tout à fait vierge, sans apprêt, où la nature est souveraine. La route avec ses lacets – et quels lacets ! – doit être faite à nouveau dans une partie du parcours. Sur quelques dizaines de kilomètres elle est excellente.

449Visite au Palais des singes de Soukhoumi.

450Voyage Soukhoumi – Novy-Afone. Nous trouvons l’endroit tellement beau que nous décidons d’y passer la nuit.

451Déjeuner et séjour au Tsik abkhasien. Olives et vin de la propriété qui est un sovkhoze. Vin rouge qui a la saveur de la framboise. Jambon et crêpes avec du riz.

452Le couvent va être transformé en un sanatorium pour 800 oudarniks, ouvriers de l’Oural. Ils logeront dans les cellules des moines ; leur réfectoire sera dans l’église toute décorée et peinte de tableaux religieux, d’ailleurs fort peu authentiques.

Mardi 31 janvier 1933

  • 44 Fiodor Vassilievitch Gladkov (1883-1958). Romancier soviétique, il écrit sur le thème de l’industri (...)

453Gagry : + 10°. Trouvé à Novy-Afone, au repas dans le Tsik, deux écrivains : Alexandre Malyochkin et Gladkov44. Cette maison de repos au milieu des citronniers, des oliviers, des cyprès, à l’abri d’une montagne splendidement boisée et d’un rocher puissant. Le matin au lever, soleil éclatant, l’air est assez pur pour que de notre fenêtre on aperçoive la côte turque et Trébizonde. Ce coin de Novy-Afone est le plus beau de toute la côte. Nous le quittons avec regret. Nous y avons été entourés de soins exquis par l’intendante, le commandant abkhasien, les écrivains et les camarades de l’exploitation agricole et industrielle (club dans la chapelle désaffectée).

454Hier au soir, au souper à 10 h longue conversation avec Gladkov et Malyoschkin sur les théories de Morozov vieux astronome de Leningrad (80 ans). Ouvrages en six volumes : Christos qui nie l’antiquité grecque, latine, juive et syrienne. Nous n’avons nulle preuve de leur existence. Tout, Platon, Aristote, Tite-Live, Jules César, Cicéron, la Bible, etc. a été écrit au VIIe siècle après Jésus-Christ par les moines du Moyen-Age. Le Parthénon a été fait par les Croisés. Toute l’antiquité n’est qu’une légende. La Judée n’a jamais existé. Scaliger a établi une chronologie jusque l’an un de J.-C. (depuis le VIIe siècle) mais sa chronologie est absurde et démentie par les faits astronomiques. Nous leur avons demandé : croyez-vous à cette théorie de Morosov ? Oui-non, peut-être ! En tout cas disent-ils comme il faut juger tous les historiens avec scepticisme, nous retenons la thèse de Morozov comme un point de départ très intéressant. Comme nous les criblons de questions, ils finissent par dire que ce qu’il y a d’excellent dans Morosov ce n’est pas son paradoxe, mais son esprit critique, hypercritique et révolutionnaire, et aussi toute la fausseté de la chronologie historique de la prétendue antiquité. Comme le camarade Malyschkin qui nous expose le Morosov avec feu ne parle pas bien le Français, nous n’avons pas pu obtenir toutes les précisions désirables sur la thèse ; mais l’impression faite par Morosov sur ces jeunes littérateurs est profonde.

455Nous leur demandons ce qu’on a fait en Union soviétique pour les artistes. Pour une seule année, on donne un budget de 62 millions de roubles aux écrivains révolutionnaires, une maison syndicale, des appartements particuliers pour eux et leurs familles, la nourriture la meilleure de la première catégorie, des maisons de repos. Même organisation pour les peintres, les sculpteurs. Nous leur disons qu’ils devraient venir à Paris exposer tout cela aux artistes français. Ils affirment qu’ils viendront à Paris cette année pour y donner des conférences sur ce sujet. Malyschkin qui a été en Allemagne se livrer à cette propagande déclare que l’impression y a été excellente sur les jeunes artistes.

456Gladkov fait en ce moment un livre sur Dnieprostroï et Malyschkin un livre sur Magnitogorsk.

457Ils nous parlent d’une Magnitogorsk de la littérature. Les écrivains au point de vue socialiste sont en confiance et en relation directe avec les dirigeants soviétiques et ont le sentiment de jouer un rôle énorme. Les éditions de leurs ouvrages sont de plusieurs dizaines de millions d’exemplaires, et répandues à flots.

458Nous arrivons à Gagry à 1 h. De Novy-Afone à Gagry, on traverse la chaîne du Caucase. La route est encore couverte de neige. Lacets impressionnants. Vallées splendides. Paysage de rêve sous la neige ensoleillée. Depuis la descente du dernier col, la neige a entièrement disparu et à Gagry le sol est sec tout le long de la côte.

459Les paysans conduisent partout des charrettes à bœufs pleines de tabac. Ce doit être la saison du rassemblement général. Visions de cavaliers et de cavalières abkhasiens avec le manteau noir et la ceinture caucasienne, montés sur des chevaux maigres sur lesquels ils se tiennent tout droits, raides sur la selle étroite. Il y en a qui, à cheval, conduisent une vache à la laisse. Les vaches maigres errent le long des routes, et aux alentours des villages, les cochons se promènent en liberté. Le foin est logé dans les arbres, en l’air. La maison est sur pilotis. Sur tout le parcours, à 130 km, peu d’habitations et de villages. Pas un seul monument, à peine une église qui à l’air d’une grange.

Février

Mercredi 1er février 1933

460Plus 8°, tov. Yépitchin Alexéi-Ivanovit. Promenade vers le nouveau Gagry avec la camarade Ch. Son mari, avocat, gagne trop peu pour assurer la vie du ménage. Elle doit travailler. Ses amis à Bakou sont deux Françaises mariées à deux ingénieurs turcs. L’un des ingénieurs gagne 700 à 800 roubles par mois car il fait deux journées, l’une comme ingénieur, l’autre comme professeur dans un technicum. Il a des enfants et ainsi ils arrivent à vivre. L’ingénieur ne veut pas que sa femme travaille, mais elle fait un peu de couture pour arrondir le salaire.

461Les ouvriers à Bakou gagnent 200, 300, 400 roubles par mois selon qualification. Ils habitent des maisons particulières à la construction desquelles on a renoncé, car elles coûtent trop cher. On fait maintenant de grandes maisons collectives avec le confort, et le gaz qui se généralise.

462Il est très difficile pour un habitant de l’Union soviétique de quitter le pays pour aller s’instruire en voyageant à l’étranger. Car il n’a pas de devises. Le médecin est envoyé, après quatre ans d’études, exercer sa profession à la campagne. Il y gagne de 120 à 160 roubles, et il ne travaille que 5 h par jour. C’est pour cette raison que la profession de médecin est peu recherchée. Tous les jeunes gens veulent être ingénieurs. L’afflux vers les facultés où l’on produit des ingénieurs est tel qu’on a dû fermer nombre d’instituts de ce genre dans plusieurs universités. D’autre part, on commence à choisir les élèves et non plus seulement parmi les ouvriers mais aussi parmi les fils des autres classes, selon leur mérite.

463Le journal l’Abkhasien soviétique, de Soukhoumi (1er février 1933) rend compte de la réunion de Soukhoumi et de mon intervention et aussi de la commémoration de Lénine à Gagry.

  • 45 Octavio Brandao, né en 1896. Anarchiste, journaliste et poète, il participe à la fondation du parti (...)

464Octavio Brandao45, militant communiste brésilien nous trouve sur la route et nous salue. Il vient ensuite nous voir, à la maison du Tsik. Il nous dit que l’Amérique du Sud présente les plus grandes possibilités révolutionnaires. Misère immense, esprit de combat des propriétaires, mais malheureusement ignorance très grande et répression féroce partout sauf en Uruguay.

465Les Turcs de Bakou se tuent souvent entre eux. Beaucoup tuent leurs femmes parce qu’elles sortent, vont aux réunions ou au bal. Certaines femmes se tuent pour échapper aux violences de leurs maris. Trois cas de suicide par le pétrole. Elles s’inondent de pétrole et allument elles-mêmes le feu pour les brûler. Il y a à Bakou de nombreux spéculants persans et turcs et arméniens qui trafiquent encore de l’or. Il y a de très belles fourrures à Bakou.

466Les avocats y gagnent leur vie. Ils s’occupent de contentieux et d’établissement de contrats.

Jeudi 2 février 1933

467À Moscou, – 6°. À Gagry, + 11°, soleil chaud ! Écrit à Paris aux enfants.

468Le père Ch. nous dit que son gendre, avant, à Bakou gagnait 2 000 à 3 000 roubles par mois. Il se demande combien de temps ça durera.

469Est arrivée ce matin, une jeune institutrice de Moscou qui semble bien malade. Elle est la fille d’un membre du Tsik.

470Remis la lettre pour A. Marty et les filles à un fonctionnaire qui part demain matin. Il travaille chez Enoukidzé.

471Il a fait aujourd’hui un soleil magnifique et pendant la promenade nous avons eu très chaud. On eût pu se passer de manteau. Mais le soir vers 6 heures la température a baissé subitement et brutalement.

472Nestor Lakoba président de la République abkhasienne est un paysan pauvre. Les autres communistes abkhasiens avaient une origine petite bourgeoise.

473Dans les villages du gouvernement de Koursk, à l’église 20 personnes, 16 vieilles femmes et 4 vieillards. Au club, 500 jeunes garçons et jeunes filles.

Vendredi 3 février 1933

474Pluie la nuit. À midi, soleil très chaud. Promenade avec Brandao. Il a vu hier une famille abkhasienne. Le père lui a dit : « pour la première fois dans notre Histoire, l’Abkhasie est une république indépendante qui se gouverne elle-même. Elle a été jusqu’ici dépouillée par tous les conquérants. Russes d’ancien régime et mencheviks l’ont laissée sans rien. Seuls les Soviets l’ont aidée, l’ont reconnue, ont réhabilité sa langue et sa culture. Ils nous ont donné des écoles, des journaux, une académie abkhasienne à Souk. Nous avons pu éditer nos anciennes poésies et nos anciennes chansons maintenant réunies en plusieurs volumes. Les Soviets bolcheviks nous ont sauvés ».

475Nous trouvons un paysan, cinquante ans, auquel nous adressons la parole. Il habite une hutte de planches où il n’y a pas de cheminée. Il fait sa cuisine au milieu de la pièce enfumée. Il nous montre sa marmite encore à demi pleine de sa bouillie de maïs. Un lit sommaire et pas un meuble. Le petit champ annexé est entouré de buis assez haut. Il dit qu’il est individualiste, qu’il n’est ni pour ni contre les Soviets mais qu’il regrette le prince d’Oldenburg, car sous sa domination le pain et le maïs étaient bon marché et que la vie en général était moins chère. Sur la petite place du faubourg, marché libre pour les paysans qui y vendent de la farine de maïs et des haricots blancs. Le pound 65 roubles (maïs). On partage le maïs entre les bêtes et les gens. On vend de belles galettes de maïs.

476Brandao me dit que le fond de la nourriture paysanne au Brésil et de l’Amérique du Sud c’est le maïs. On en fait une bouillie commune et des gâteaux avec du lait et du beurre.

477Visite à l’usine de bois de la vallée. Outillage électrique. Scierie allemande à cinq scies verticales très puissantes qui débitent un arbre énorme en vingt minutes. L’usine est une vieille usine dont on renouvelle l’outillage. Elle fabrique toute la boiserie : escaliers, portes et fenêtres pour les futurs immeubles de Gagry. Elle fait aussi les meubles. Dans tout le personnel ouvrier, un seul Abkhasien ; le reste Russes et Grecs. Beaucoup de Grecs dans ce coin et en Abkhasie.

478Koulak vient de poing.

479Seredniak, paysan moyen.

480Bedniak, paysan pauvre.

481Batrak, ouvrier agricole.

482C’est ici sur le Caucase que les dieux jaloux louèrent Prométhée au rocher.

Samedi 4 février 1933

483Sec et froid, + 7°. À notre table arrive le camarade Korjékov, qui gère dans le rayon de Sotchi, onze sanatoria et maisons de repos.

484Nous allons saluer Michel Lakoba, dirigeant de Gagry. Il a été un paysan travailleur. Il est bolchevik depuis longtemps. Il fait une impression excellente, sérieux et réfléchi et fin.

485Plan quinquennal. Le premier plan a été dépassé. On a dépensé six millions au lieu de trois parce qu’il a fallu faire la digue contre la mer. Pour le 2e plan quinquennal extension des constructions de maisons de repos, des routes de pénétration dans la montagne en liaison avec le chemin de fer ; la grande fabrique de bois pour fournir des meubles à l’Abkhasie entière ; extension des sources d’énergie. Introduction de cultures. Ici avant les bolcheviks on faisait élevage, maïs, vigne. Aujourd’hui tabac, thé, caoutchouc, géranium.

486Les mencheviks étaient détestés, le gouvernement d’Abkhasie était imposé par le gouvernement central géorgien et composé de Géorgiens. Après la défaite des mencheviks, beaucoup sont venus ici en ce coin reculé. Ils se sont livrés à des intrigues. En 1931 ils y ont créé des mécontentements ; aujourd’hui la grosse majorité des paysans est très satisfaite du régime. Lakoba a fait une enquête générale dans tout le pays : l’esprit des populations est excellent. Lakoba ajoute que quand il était jeune, le bétail était beaucoup plus petit ici qu’aujourd’hui et qu’il s’améliore.

487Trouvé chez Félix un Américain. Il est chez A. depuis quatorze mois. Il dit : « on ne pourra jamais faire accepter les privations et la compression d’ici aux ouvriers américains ». Mais il avoue que sa fille qui est avec lui à Moscou est komsomol et que pour elle il n’y a rien de trop rouge. Il dit à Félix : « si j’étais à la commission d’alimentation, je laisserais rentrer le blé. Un chien on l’a en lui donnant un os... » Félix répond : « nous nous ingénions à avoir le chien sans os... ». Il dit que les chauffeurs soviétiques sont les meilleurs du monde. Félix a été dans la montagne, dans les villages de bergers éleveurs de moutons. Les paysans refusaient de croire que des moutons produisaient comme en Amérique 20 livres de laine par an. Ils pensaient qu’il se moquait d’eux. Quand les mencheviks ont quitté Gagry et l’Abkhasie, ils ont tout emporté jusqu’aux miroirs des maisons.

488Vardania vient nous voir. Il explique le Combinat du bois qu’il dirige. Il s’agit de l’exploitation d’une forêt du Caucase à 33 km de la côte. On fera une usine électrique, une fabrique de cellulose et pâte à papier, une scierie mécanique, ultérieurement des meubles. Deux villes ouvrières pour 4 500 ouvriers. Le Combinat sera achevé dans trois ans et demi. Dès maintenant on ouvre des écoles d’usines pour préparer des cadres abkhasiens. La plus grande partie du bois sera débitée en planches et exportée comme bois à construire. Aussitôt une partie de la forêt abattue, des plantations seront faites pour remplacer les arbres enlevés. La rivière dont l’eau sera utilisée, c’est le Bzip et le port où sera embarqué le bois sera au Cap Pitsounda. Ainsi une industrie importante du bois en Abkhasie puis le chemin de fer, et la mine de charbon près de Soukhoumi fourniront un prolétariat industriel dans ce pays de pure paysannerie arriérée.

489Pour recevoir Vardania, Alexeiev fait monter une bouteille de vin blanc champagnisé de Novorosnisk qui est fort bonne.

490Au Brésil, les Indiens et les Nègres de l’Ouest du pays savent le nom de Lénine. Une répression extrême contre les communistes. Les ouvriers lisent les petits journaux communistes illégaux. Quand la police les surprend, 40 coups d’un instrument de bois sur le plat de la main ouverte.

Dimanche 5 février 1933

491Moscou, – 6°. Gagry : pluie, tempête sur la mer, + 4°, soleil à 6 h. Les camarades du sanatorium Staline demandent à être photographiés avec nous.

  • 46 Édouard Daladier (1884-1970). Agrégé d’histoire, député radical-socialiste de 1919 à 1940, puis de  (...)
  • 47 Hitler a formé le 30 janvier un gouvernement de coalition avec le parti national allemand dont von (...)

492La Pravda du 2 arrive ici le matin. Constitution du ministère Daladier46. Constitution du ministère Hitler47.

493Ce qui a rendu plus difficile la collectivisation en Abkhasie, c’est que les cultures y sont celles des pays coloniaux. Et là, la main-d’œuvre est si bon marché que le capitalisme n’a pas introduit des machines. Ainsi, ici, pour la culture des tabacs. Les tabacs d’Abkhasie sont presque tous pour l’exportation.

494Dans le Caucase du Nord, les stocks de grains livrés sont de 100 %. La majorité des ensemencents de grains se font au printemps, en URSS. Les nouvelles de l’économie soviétique sont bonnes pour janvier 1933.

495Nous allons chez l’artisan rouge qui a fait une petite boite pour Lilite. Intérieur de Moyen-Age. Travail du bois et d’un bois rouge parent de l’acajou, deux essences du Caucase. Outillage assez complet, mais tour au pied. Ce camarade qui est artisan rouge a détaché du calendrier du 31 janvier, la feuille où je suis représenté dès que je suis rentré dans sa maison, il m’a tiré ce papier de son petit buvard et m’a dit : « je vous ai reconnu au meeting de Gagry ». En partant, il m’a embrassé.

Lundi 6 février 1933

496Temps secs ; un petit nuage de neige sur Gagry. Soleil sur la mer : + 3° le matin, à 5 h, soleil éclatant, 12°. Toute la nuit on entend de notre fenêtre la Mer noire retentissante. Cette côte est habitée par de fortes colonies grecques. On entend beaucoup de Grecs dans les rues de Gagry.

497Abkhasie : 60 000 Abkhasiens et maintenant presque autant de Géorgiens, surtout des Mingréliens. La même haine du menchevik à Batoum qu’à Soukhoumi, car les deux populations sont musulmanes et ont été maltraitées par les mencheviks.

498Grande promenade au nouveau Gagry avec Alexeié. Dans les magasins coopératifs, plus de marchandises qu’à Gagry. Des peaux, de la loutre (une peau de loutre, 65 roubles) mais dans l’ensemble, c’est encore pauvre. Vins et concombres. On va voir la forge : travail absolument semblable à celui d’une forge bretonne. La ville reste boueuse et sale. Il n’y a que peu de trottoirs. Les Abkhasiens : droits, fiers d’allure, moustaches relevées, comme les Arabes. Comme à Gagry, il y a une organisation des artisans rouges, des pêcheurs.

499En 1932 : perte de la Valuta : 50 % Japon, 54 % Chine, 30 % Angleterre, 50 % Amérique du Sud, 35 % Scandinavie, 58 % Espagne. Vin blanc du sovkhoze Abraou, Novorosisk.

Mardi 7 février 1933

500Soleil magnifique. Article sur Marx.

501On prétend que le fond de la Mer noire ne contient pas d’algues, qu’il est comme empoisonné par les acides et c’est pourquoi il y a peu de poissons dans la Mer noire ! Ce qui est sûr, c’est que la côte Est d’ici a toujours été fréquentée par les Turcs qui sont d’excellents marins et pêcheurs et qu’ils y ont toujours pris du poisson. On étudie maintenant les plans pour faire sur la côte des entreprises de pêches modernes.

502Les Mingréliens et les Abkhasiens n’aiment pas habiter les maisons avec cheminée. Ils aiment mieux leur maison où l’on fait la cuisine au milieu de la pièce. La fumée ne leur est pas désagréable. Ils s’accroupissent près du feu et la fumée monte au sommet de la maison. On a construit ici des maisons pour les ouvriers mingréliens et abkhasiens. Ils enlèvent les carreaux de la cheminée et font leur feu au milieu de la pièce. Ils préfèrent même dormir sur le bord de la mer et en plein air.

503Les Japonais ne sont pas gênés par les procédures démocratiques, les bavardages ordinaires aux vieilles républiques d’Europe qui avant de faire leurs sales coups croient devoir envelopper leur action de phrases pacifiques et apaisantes et hypocrites. Pour les Japonais, ils ne s’en embarrassent pas. Ils vont cyniquement à leur but.

504Nous avons vu les vautours du Caucase qui dévoraient le père de Prométhée. Maintenant ils enlèvent les poules du Tsik !

  • 48 Les remarques de Lénine sur Boukharine rapportées par Cachin indiquent qu’il connaissait bien le Te (...)

505Il est heureux que Boukharine ait eu son attitude loyale au dernier CC. Lénine dans son testament dit : « B. est le meilleur théoricien du parti, mais je me demande s’il est marxiste ». B. est souvent abstrait, dogmatique et mécanique48.

506Il faut lire la correspondance de Marx et Engels où ils montrent qu’il ne faut jamais avoir peur de faire la scission avec les opportunistes : il n’y a rien de plus funeste qu’une unité formelle pour le parti.

Mercredi 8 février 1933

507Tempête en mer, + 3° à 10 h. Il pleut. À 1 h, soleil. Journée de pluie. On fait du coton en Union soviétique dans le Turkestan, dans l’Azerbaïdjan, en Sibérie, en Ukraine, au Sud de l’Oural. On en produit assez pour la consommation réduite d’aujourd’hui. Quant à la laine, on n’importe pas. On a cependant fait venir des milliers de moutons et on a créé des ranches dans le centre de l’Asie soviétique. Les moutons de l’Union soviétique ont peu de laine, six à huit livres par an, au lieu de quarante et cinquante en Australie et en Amérique. Si l’habillement est insuffisant, c’est affaire de matières premières, non d’outillage. Il y a beaucoup de roubles dans le pays. Des paysans du Caucase (colonie estonienne) qui font du lait et du beurre ont des dizaines de mille de roubles. Quand l’État tient les leviers d’action économique, il peut comprimer la consommation individuelle par l’inflation.

508Il faut lire la partie économique du discours de Boukharine. Brandao vient nous voir. Il traduit les Isvestia qui publient les hauts faits des fascistes allemands contre les communistes et les sociaux-démocrates.

509Il lit aussi le journal communiste de Tiflis : l’Aurore de l’Orient. Dans ce journal, de la première à la dernière page, apothéose de la technique. (Lorsque la Pravda de Moscou a publié un article leader sur la technique, il est repris deux ou trois jours après par tous les journaux de l’Union soviétique).

510Reçu lettre de Ziss. Partie de Paris 26 janvier. Arrivée Moscou 1er février. Partie de Moscou 3 février. Arrivée Gagry 8 février.

511Plein discours à Bakou par Barinov sur le Comité central.

512En ce moment, les membres du Comité central sont répandus à travers l’Union soviétique pour commenter le discours de Staline et chercher les moyens d’appliquer les directives du Plénum (à Soukhoumi, Tiflis, Bakou).

513« Il faut étudier la technique. Il faut s’en emparer avec une volonté bolchevique. Développons la passion révolutionnaire pour la technique ».

514Chaque journal reprend les réalisations du plan pendant le premier mois de 1933. Chiffres, statistiques pour l’agriculture et l’industrie.

515Brandao nous dit qu’en ce moment en Union soviétique les crimes passionnels sont très rares. Il en reste encore quelques uns dans les pays du Sud de l’Union. Au Nord, non ! C’est que d’abord l’homme travaille, la femme travaille, puis leurs esprits sont absorbés par des préoccupations générales de politique, et enfin la liberté de divorce est absolue et le respect des droits des deux sexes. La stabilité dans l’économie et la politique se reflète dans la stabilité de la famille. C’est pourquoi, si la famille russe se stabilise, celle du Brésil est en pleine dissolution. À Rio de Janeiro quand il ne fait que 17° au dessus, on cesse le travail à cause du froid insupportable. Il fait en été 38° à l’ombre. Les prolétaires brésiliens se nourrissent de bananes et de maïs ; ils boivent de l’eau de vie.

Jeudi 9 février 1933

516Le matin 0° : il a neigé un peu la nuit. Dans la journée beau soleil : 12° au soleil. Commentant les journaux du jour, Pravda et Isvestia, Félix dit que Herriot en s’offrant à la droite comme chef du fascisme est dans la ligne de la démocratie. C’est la petite bourgeoisie qui fournit les troupes du fascisme manœuvrées par le grand capital. Nationalisme et démagogie ouvrière et paysanne.

517Des agents des soviets et même des communistes sabotent, abusent de la propriété collective, sont peu soigneux et gaspillent des millions. Il est nécessaire de faire des exemples. On va en faire un éclatant à Gagry. Chez Félix viennent des camarades en parler.

  • 49 Anna Strong fut journaliste et reporter en Chine où elle se rendit en 1935.

518Il faut voir Anna Strong49 en passant à Moscou. C’est la fille d’un clergyman qui conserve l’amour de dieu et professe celui du communisme. Elle n’est pas communiste mais son travail de vulgarisation est utile pour faire connaître le communisme à l’étranger.

519Les Américains bourgeois n’ont pas l’esprit exclusivement parasitaire de la bourgeoisie anglaise ou européenne. Ils ont l’esprit et l’amour de la production. D’autre part, ils se sentent moins menacés qu’en Europe par le communisme. C’est pourquoi beaucoup d’entre eux ont des sympathies pour l’effort de l’URSS. C’est aussi ce qu’explique Duranty.

520Les enfants jouent dans l’eau les pieds nus. Une femme prend son bain de mer sur la plage. La Mer noire menace toujours la petite bande de terre entre elle et le pied de la montagne. Routes et habitations sont assaillies et minées.

521(On lit du Diderot trouvé chez Félix).

522Notre camarade Olga est étudiante à l’Institut des transports de Moscou où 2 000 jeunes gens dont quelques femmes et surtout des mécaniciens de la construction, étudient pour être ingénieurs. Durée : quatre ans d’études.

Vendredi 10 février 1933

523+ 5°. Temps maussade, pâle soleil, pluie. Trois jeunes professeurs rouges sont venus hier au thé de 5 h pour m’interroger. Traducteur : un professeur de géologie qui a fait ses études à la Sorbonne.

524Questions : vos perspectives sur le fascisme en Allemagne. Hitler va-t-il menacer les militants dans leur vie. Que va-t-il faire ? Va-t-il tout de suite appliquer son programme ? Au cas où dans la bataille de classes les communistes allemands l’emporteraient, que fera la France bourgeoise ? Serez-vous capables, vous, les communistes français, de l’empêcher d’envoyer ses troupes noires au secours de la bourgeoisie allemande ? Que ferez-vous ? Pourquoi les socialistes français sont-ils plus fort que vous ? Pourquoi les ouvriers français restent-ils avec les socialistes et ne viennent-ils pas au communisme ? Êtes-vous menacés en France par Tardieu ? Est-ce que Herriot va déchirer le plan de non-agression ?

525Hitler persécute à la fois socialistes et communistes. Il prépare ainsi leur front uni. Après les persécutions de juillet 1932, le parti communiste n’a fait que grandir en Allemagne. Hitler ne réalise pas le programme ouvrier (social du fascisme). Et ses troupes ouvrières iront au communisme. Les sociaux-démocrates font appel à la Constitution et disent : « ce ministre Hitler qui respecte la Constitution est un moindre mal ».

526Aujourd’hui anniversaire de notre mariage. Fête au Tsik. Lakoba M., Vadaria, Félix.

527Il fait mauvais. Lecture de la Misère de la Philosophie de Marx.

528Le soir, à dîner, les camarades du Tsik nous offrent un petit dîner avec des vins blancs mousseux à l’occasion de l’anniversaire de notre mariage.

529Trois nouveaux pensionnaires venaient d’arriver, dont deux parlant Français. Ils ont participé à la petite cérémonie et traduit les discours inévitables. De ces trois personnes, l’une est un vieux jardinier letton qui surveille les propriétés du Tsik sur cette côte de la Mer noire. Il me pria de dire aux ouvriers jardiniers français qu’il se hâtent de faire la révolution afin de jouir comme il le faisait lui-même des bénéfices de la dictature du prolétariat ; des deux autres, le mari et la femme, le mari est un ancien fonctionnaire de la légation de Vienne, actuellement chargé de l’étude de questions économiques à Moscou, l’autre, la femme, fut, il y a quelques années, chargée d’un travail dans le trust de la pêche de la Caspienne ; maintenant elle s’occupe de la question des aménagements intérieurs des maisons, l’étude des meubles pour les hôpitaux, des décorations d’hospices.

530Christian Nippert (com. Asmous)

  • 50 Urbanhs, 1896-1946, membre de la gauche du parti communiste allemand.

531Le mari se rappelle m’avoir vu au IVe Congrès et évoque l’apostrophe de Radek à Urbanhs50, l’Allemand qui a mal tourné. Radek disait à Urbanhs de réfléchir sur le fait qu’il y avait une certaine distance entre le singe et un commissaire du peuple et que l’humanité avait dû mettre du temps pour passer de l’un à l’autre. A quoi, Urbanhs répliqua en demandant à Radek à quel stade de l’évolution du singe au commissaire du peuple il s’était arrêté.

532Et l’on devisa fort avant dans la nuit.

Samedi 11 février 1933

533C’est le printemps, beau soleil dès le matin. + 21° au soleil. Longue promenade à la propriété du Tsik, ancien domaine rural du prince d’Oldenburg. Aller et retour, douze kilomètres en trois heures. Journée merveilleuse. On sort en veston.

534Il faut lire et publier dans l’Huma : Le pain quotidien (Ehrenbourg).

535Nous interrogeons le jardinier. Il est chargé de pourvoir de fruits tous les travailleurs qui viendront se reposer sur cette côte. Jusqu’ici il a fait procéder à des plantations nombreuses de vignobles, arbres fruitiers, oliviers, etc. Mais tout est à faire. L’empereur Nicolas avait réservé toute la distribution des terres sur la côte aux princes et bourgeois. Les paysans en étaient exclus. On voulait faire ici une Côte-d’Azur réservée aux oisifs. Mais l’esprit actuel est autre. On veut faire ici des plantations pour fournir une quantité immense de fruits, raisins, vins et légumes. Et comme le climat est chaud et humide (comme à Nagasaki) il est plus favorable que celui de la France et de l’Italie.

536Molotov, Comité exécutif de l’URSS, janvier 1927 : « nous avons assuré à l’intérieur du pays non seulement la paix nationale, mais encore l’amitié parfaite des 168 peuples qui vivent en URSS ».

537Brandao me dit : « nous sommes au sana Staline 18 camarades de nationalités diverses qui autrefois ne pouvaient se voir ; il y a maintenant un jeune étudiant ingénieur Uzbek ».

538On traduit en Uzbek de nombreux textes de Marx et d’Engels à propos du cinquantenaire. À Moscou, l’université pour les peuples de l’Orient contient de très nombreux étudiants Uzbeks très intelligents dont des femmes.

  • 51 Litvinov, ministre des Affaires étrangères, explicite les nouvelles orientations de la diplomatie s (...)

539Discours de Litvinov51 à Genève. Il définit l’agression. Quand est-ce qu’on peut dire qu’une nation a agressé une autre nation ? Et il énumère tous les cas de violation déjà historiques de tous les impérialismes. Le Japon et son expédition de Mandchourie sont visés directement. Les journaux disent que ce discours est une charte nouvelle du monde, que l’intervention de Litvinov a une signification formidable. L’énumération des cas d’agression que Litvinov demande à la Société des Nations de reconnaître comme tels et d’interdire anéantit toute la politique impérialiste.

540Ouzbékistan : 1 250 000 hectares ensemencés. 4 millions d’habitants islamistes, parlent le Turc, turban. Coton, riz, froment et orge. Capital Tachkent (300 000 habitants, le plus grand centre de l’Asie centrale. Samarkande, 100 000 habitants. Boukhara 46 000 habitants).

541En ce moment les journaux soviétiques sont plein d’appels pour le prochain congrès des kolkhoziens. Il se tient très prochainement à Moscou. On y discutera des ensemencements des céréales du printemps. Une propagande intense est faite pour que le choix des délégués soit le meilleur et pour que dans chaque centre agricole, la discussion et l’intérêt soient élevés au maximum.

Dimanche 12 février 1933

542Soleil splendide. Promenade sur la route de Sotchi avec notre camarade le jardinier. Il nous cueille des cyclamens, des perce-neige et de l’hellébore sauvages. Avec lui, la forêt nue prend de la vie. Il nous cite le nom des essences dans le langage botanique latin. Il nous montre les oliviers qui poussent sans culture dans la montagne et des ceps de vigne très gros qui se marient aux arbres de la route. Encore une piatibtka, dit-il et nous ferons de ce pays un paradis. Il y a déjà plusieurs kolkhozes de tabac sur les montagnes qui bordent la mer. Et les instituts botaniques préparent les plantations d’arbres à fruits, d’oliviers et de vignes. Du haut de la colline nous assistons à une pêche au dauphin par un petit vapeur flanqué d’une dizaine de bateaux de pêche remorqués par lui. Les dauphins sont là dans l’eau par troupes. On tire sur eux après les avoir groupés et encerclés. Mais le poisson est rusé et on le manque souvent. C’est une pêche, nous dit notre compagnon de route, qui demande à être rationalisée et organisée plus techniquement.

543Dépêche de Moscou. Nous resterons ici jusqu’au 1er mars.

544Ce soir à 6 h réunion de l’actif de Gagry et des rabcors. On m’invite. 150 personnes au club. Beaucoup de discours. Celui du secrétaire du rayon :

  • 52 Il s’agissait des correspondants ouvriers qui envoyaient aux journaux des informations sur la situa (...)

545L’honneur du rayon exige que nous accomplissions le plan. L’essentiel est la culture du tabac. Puis notre plan pour la préparation des ensemencements, pour le tabac ne sont faits qu’à 66 % ; nous avons encore six semaines. Il faut se hâter. Le koulak continue à saboter les kolkhozes de tabac. Il faut être très énergique. Être sans zèle, c’est de l’opportunisme, c’est aider le koulak. La lutte de classe continue très âpre. Ainsi le koulak refuse de faire deux labours pour le tabac. Il est nécessaire de faire faire les deux labours. Pour le combinat du bois, c’est aussi affaire du rayon. Les rabcors52 doivent contrôler jusqu’au dernier kopeck des dépenses pour le combinat comme pour les constructions de maisons sur la côte. C’est l’honneur de chaque membre qui est engagé à la réalisation du plan sous toutes ses formes. N’oubliez pas la question de l’enseignement. Il faut construire des écoles et améliorer la condition des membres de l’enseignement.

546J’expose l’organisation des rabcors de l’Huma. On propose des liaisons entre les rabcors du rayon de Gagry et ceux de la Voix paysanne et de l’Huma.

547(Lina, Véra, Maroussia, Groucha, Grouchenka, Olga, Elisa).

548Toute une page de la Pravda est consacrée à la campagne de l’ensemencement du printemps (surtout en Ukraine).

Lundi 13 février 1933

549Tempête, pluie, neige ! Départ d’Alexis Ivanovitch. On lui remet des lettres pour A. Marty et Paris.

550Après la réunion des rabcors, assemblée plus intime de quelques rabcors paysans et nous. Ils nous disent : « est-ce que les cultivateurs français du tabac ne pourraient pas nous renseigner sur leur technique. Nous faisons du géranium. Nous voudrions avoir des renseignements sur la culture des fleurs en France. Nous élevons des pruniers. Nos pruniers sont mangés par un insecte qui dévore les récoltes. Comment les détruire ? » A ces questions techniques les rabcors du rayon de Gagry voudraient des réponses par l’Huma ou la Voix paysanne. À leur tour ils enverraient des renseignements sur leurs kolkhozes et leurs travaux ici.

  • 53 Winston Churchill (1874-1965). De 1924 à 1929, il est chancelier de l’Échiquier du gouvernement con (...)

551Il faut lire les Mémoires de Churchill53 sur les événements de 1920, sur l’Union soviétique, la rivalité de la France et de l’Angleterre (en Russie et en Orient).

552Si Lénine avait l’esprit si précis, c’est que sa mère était d’origine allemande. Curzon était un stupide fellow.

Mardi 14 février 1933

553Le matin, – 3°. Soleil splendide à 4 h, + 15° au soleil. Promenade de 5 h à la propriété du Tsik. On visite en passant l’atelier d’ébénisterie. Les ouvriers nous disent qu’ils gagnent 375 roubles par mois.

554Les Koustaris, artisans de l’Union soviétique disparaîtront-ils ? Nous voyons ici à Gagry des boutiques à l’enseigne « les Artisans rouges ». Ils sont organisés. Il faudrait savoir les intentions à leur sujet. À Moscou, dans la maison qui était autrefois la Bourse, il y a une exposition de leurs productions. Ils travaillent le bois et le papier comprimé (avec la paume de leurs mains). Ils ne font plus d’icônes, mais ils adaptent leurs productions à la nouvelle organisation sociale. Ils ne produisent plus de Marie-Madeleine, mais des ouvrières d’usines au travail. Miniatures, boites qui contiennent des objets minuscules artistement sculptés, etc.

555Reçu une lettre de Véra. Elle suit après son travail des cours de marxisme supérieur. Des milliers de jeunes filles et de jeunes gens font comme elle. Elle nous dit sa joie de connaître, d’apprendre et nous souligne que c’est la marque de ce temps dans toute l’Union soviétique.

556Le journal d’usine de la fabrique d’automobiles Staline à Moscou s’appelle Rattraper et dépasser !

557Le premier jour du carnaval en Russie, on mange des crêpes ; petites crêpes, on en mange jusqu’à trente-cinq et plus par émulation.

558Les hommes font l’Histoire.

559La théorie devient une force matérielle quand elle s’empare des masses (Marx). La théorie n’est pas passive. L’idéologie est importante même pour le travail terre à terre de l’ingénieur. Dans les revues techniques du monde capitaliste on discute sur la technique. On crie « À bas la technique ». On parle de désindustrialisation des grandes nations, on demande un moratoire pour la science et des vacances pour la technique. On se plaint de la surproduction des cadres, du rythme trop rapide du développement technique ; bref, la crise amène la panique, l’idée de recul et de réaction dans le monde capitaliste, dans le monde savant bourgeois.

560Ricardo établit que la valeur d’échange a pour base le temps de travail. Il est un bourgeois cynique et intelligent qui expose les rapports économiques dans toute leur crudité. Aux révolutionnaires d’en tirer les conséquences. Le travail n’est qu’une marchandise.

561Dans Marx : Misère de la Philosophie.

562Anderson (Histoire du commerce)

563Les anciens vignerons français réclamaient une loi pour empêcher qu’on plantât de nouvelles vignes.

564Les Hollandais brûlaient les épices de l’Asie, arrachaient les girofliers des Moluques.

565Le Moyen-Age limitait par des lois le nombre des compagnons qu’un maître pouvait occuper et le nombre des instruments qu’il pouvait employer.

566Misère de la Philosophie. Aucune critique des conditions actuelles de la production.

567Dans Proudhon, nulle lutte de classe. Pas d’observation rigoureuse des événements. Critique de l’économie de Proudhon. Critique de sa théorie de la valeur, de sa théorie de la monnaie. Profit est l’excédent de valeur. Le supra-socialisme. La société Prométhée : conte, mythe et construction de l’esprit.

Mercredi 15 février 1933

568Le matin, – 2° puis soleil éclatant. À 2 h, + 15°. Asmous qui connaît cinq ou six langues m’affirme que pour bien parler une langue il faut avoir vécu une dizaine d’année dans un pays.

569Dans le Caucase, des sangliers, des chacals, des ours, des loups, des aigles.

570Révolte des marins sur le vaisseau de guerre : les Sept provinces. Cinquante marins hollandais ont pris le parti des marins de couleur. Le vaisseau amiral a télégraphié aux marins révoltés de se rendre. Refus. Alors huit hydravions, deux torpilleurs, deux sous-marins, un poseur de mines ont bombardé les Sept provinces. 18 tués, 25 blessés. Les autres marins ont abandonné le navire en feu et ont été pris.

571Sumatra, Java, Bornéo, Nouvelle-Guinée.

572Sur les autres bateaux et dans les dépôts de marins à terre, le malaise continue. Des marins refusèrent de participer à la répression. À Amsterdam, les chômeurs applaudissent. Ordre a été donné de réprimer impitoyablement.

573Aux frais de la caisse d’assurances d’Abkhasie, une institutrice de Soukhoumi est à Gagry et elle demande à nous voir. Elle vient. Elle dit : « Barbusse a fait un livre : Russie. Il ne nous plaît pas. Il est trop apologétique. Il ne voit que l’extérieur des choses. Il est trop romantique et littéraire. Je suis professeur et j’ai la situation de la première catégorie, celle des ouvriers, mais il y en a qui ont un traitement petit, 200 grammes de pain noir. C’est peu. Les ennemis du régime en profitent pour le critiquer. En dehors de nos heures de classe j’instruis pour rien les adultes depuis deux ans. Les ouvriers du port de Soukhoumi et les ouvrières viennent jusqu’à 11 h du soir et ils ne veulent jamais aller se coucher. Ils demandent à prolonger les heures d’école. Ici les Abkhasiens sont les plus intéressants : peuple jeune, travailleur et intelligent. Les Grecs aussi sont intelligents, mais trop mercantis ; les Arméniens très travailleurs. Les Géorgiens continuent à ne pas aimer les Russes. Ils sont paresseux. Ils restent Géorgiens, nationalistes et jouisseurs et mencheviks. Les Mingréliens sont peu nombreux ; ils habitent un pays entre Ingourt et Riou, sans villes, rien que des villages. Ils sont des Géorgiens quoique différenciés. Les kolkhozes ont une vie difficile. L’été dernier, il a été nécessaire que les écoliers, les étudiants, les professeurs aillent travailler la terre des kolkhozes et faire les récoltes. Les paysans refusaient de prêter ni leurs chevaux ni leurs instruments. Ils refusaient de nous donner à manger. (Les koulaks du Kouban ont tué beaucoup de communistes). Nos écoles : de quatre à huit ans, jardin d’enfants. De huit à quinze ans école primaire, puis trois ans de travail manuel, puis école supérieure ou technicum. À Soukhoumi, il y a des écoles pour toutes les nationalités de l’Union : Géorgie, Arménie, Abkhasie, Grec. On apprend le Russe et l’Allemand par surcroît ; le Français : non. ».

574L’école, dès le jardin est antireligieuse et révolutionnaire. Le petit garçon de cette institutrice a une grand-mère croyante, elle parle de Dieu ; son petit-fils lui dit : « pourquoi parles-tu de Dieu ? Il n’y a pas de Dieu. Il y a la révolution et il y a Staline ». Il ajoute : « pourquoi ne fusille-t-on pas tous ces bourgeois qui nous volent et qui empêchent le peuple d’être heureux ? ». Les Grecs qui étaient mercantis ont vu fermer leurs boutiques. Ils vont maintenant à la coopérative. Là, ils achètent tout ce qu’ils peuvent. Puis ils le revendent ! Ce qui fait grand tort au régime, c’est que de temps en temps les journaux annoncent que de grands communistes ont volé de grosses sommes.

Jeudi 16 février 1933

575Le matin, + 11°. Il pleut toute la journée. On ne sort pas. Asmous nous parle du muséum des singes à Soukhoumi. On a songé à des accouplements de singes et de femmes dans un but scientifique. Il me rappelle que l’un de ses amis a assisté à un meeting de singes à Soukhoumi où la délibération était suivie de résolutions comme s’il s’était agi de discussions entre hommes. On avait demandé à chaque peuple de préparer pendant un an un travail sur les éléphants. Le Polonais se présente le premier avec un beau livre : « Les éléphants et la question néo-coloniale ». Le deuxième fut le Français : un livre très joli, papier rose, parfumé. « L’éléphant et ses amours ». Puis l’Anglais, gros livre relié cuir : « Mes chasses à l’éléphant ». L’Américain : « Les plus gros éléphants dans le monde ». Le Russe : volume mal édité et sale : « L’éléphant existe-t-il ? ». Enfin, à la dernière minute l’Allemand : deux piles énormes de volumes sur les éléphants depuis la plus haute antiquité sous ce titre : « Courte préface à un mémoire sur les éléphants ».

576Le Brésil est un continent.

577Au grand collège de Gagry : 800 élèves de sept à treize ans ; enfants, jeunes gens, jeunes filles sont élevés ensemble.

578L’Aube de l’Orient : quotidien pour la Transcaucasie.

579L’ouvrier de Tiflis : quotidien pour la Géorgie.

580Le soviet d’Abkhasie : quotidien pour l’Abkhasie.

581Un journal en Abkhasien ; un journal à Gagry.

Vendredi 17 février 1933

582+ 7°. Il pleut, le temps s’améliore, beaucoup de boue. Expédié l’article : « Marx et les réformistes » ; achevé un article Huma. Brandao m’apporte trois articles pour l’Huma.

583Secrétaire du rayon de Gagry : Sakvarelidzé Simon. En Abkhasie, 34 % des paysans travaillent dans les kolkhozes ; ils possédaient 20 % des terres. Tandis qu’en Russie 60 % des paysans et 80 % des terres sont collectivisées. Ici en Abkhasie, la différenciation entre les couches de paysans ne sont pas aussi marquées qu’en Russie (Koulaks. Paysans pauvres. Ouvriers agricoles). La bataille pour la collectivisation en Abkhasie n’est pas commencée. Seuls ont adhéré au kolkhoze les paysans pauvres ayant peu de terre.

584En Abkhasie, le plan avait fixé 19 000 hectares pour la culture du tabac. 12 000 seulement ont été réalisés en 1932. C’est que la culture du tabac épuise beaucoup la terre. Il faut des alternances de cultures. Il vaudra mieux importer le maïs du Kouban et de l’Ukraine où il est produit à meilleur compte et intensifier les plantations de tabac.

585Visite à un intérieur abkhasien avec Brandao. Le père employé à la coopérative de pain. Marié deux fois. Sept enfants, le premier étudiant en géologie à Moscou, le deuxième, jeune fille étudiante à Gagry, école du 2e degré, le troisième garçon de vingt ans, ouvrier. Les quatre autres, l’un travaille, les autres sont à l’école.

586L’Abkhasien est très fier de Lakoba qui a donné l’indépendance à son peuple. Je suis un ami de l’Union soviétique mais je suis Abkhasien et très attaché à mon pays.

587Les jeunes gens mangeaient : un peu de viande de mouton embroché et rôti au feu du grand poêle et une grande tartine de maïs. En général, ils boivent du vin et du bon vin. Ce soir il n’y en a pas. Intérieur proprement tenu, petit, tout petit, maison en bois. Mais où couche tout ce monde ?

588Brandao m’explique que dans toute l’Amérique du Sud, la première tâche des soviets sera de libérer les innombrables nationalités qui coexistent dans tous les pays et sont très attachées à leur propre groupement. Dès maintenant, tout le Sud Amérique est composé de semi-colonies qui sont sous le joug de l’impérialisme. Les budgets comme celui du Brésil servent pour la moitié à payer les intérêts des emprunts d’État. De plus toutes les grandes propriétés et les industries du pays sont endettées et doivent payer des intérêts très élevés. Or ils n’ont à vendre que des produits agricoles dévalorisés contre des objets manufacturés de plus en plus chers (ciseaux). Quand un coup d’État se produit, les navires impérialistes arrivent nombreux sur la côte. On peut penser que lorsque les mouvements de classe éclateront, ce sera encore pis. De sorte que les mouvements devront (comme en Chine) se développer d’abord à l’intérieur. C’est alors que les rôles des marins des marines de guerre seront décisifs.

589Un jeune écrivain russe, Trétaikov, auteur de La Chine hurle écrit en ce moment la biographie de plusieurs jeunes gens qui avaient dix-huit ans en 1917 et examine ce qu’ils sont devenus. L’un deux qui était matelot de la flotte rouge en 1919 est devenu professeur de philosophie à Moscou. Étant matelot, il avait lu Anti Duhring et avait dit : « voilà ce qu’il me faut ! »

590Quand les mencheviks ont été les maîtres en Abkhasie ils ont laissé les princes et les grands propriétaires à la tête du gouvernement. Ils ont obligé les fonctionnaires russes à apprendre le Géorgien ou donner leur démission. En partant, ils ont tout détruit et saccagé. La révolution soviétique s’est faite sans verser une goutte de sang. Les mencheviks étaient haïs.

Samedi 18 février 1933

591Temps de printemps, + 17°. Longue promenade de trois heures. L’institutrice de Soukhoumi qui est au repos ici vient nous voir. 80 % des membres de l’enseignement primaire sont des femmes. Les hommes veulent tous être ingénieurs. On reste à l’école de sept ans à quinze ou seize ans. Puis une école de trois ans spéciale analogue à l’école normale primaire, dite école de formation pédagogique. Dans l’enseignement chaque langue est respectée. Il y a une école russe, une école en abkhasien, une école en géorgien, une école grecque. Dans toutes, on apprend le Russe et l’Allemand. Mais si dans les écoles russes par exemple il y a des Grecs, des Abkhasiens, des Arméniens, il n’y a pas un seul Géorgien. Tous les enfants géorgiens vont à l’école géorgienne et là ils refusent d’apprendre le Russe et l’Allemand.

592L’institutrice nous dit que les Mingréliens géorgiens sont paresseux, surtout les filles et les femmes qui aiment surtout à jouer leurs instruments de musique. L’ensemble des Géorgiens reste, dit-elle, antirusse. Même les Géorgiens qui se disent communistes. Au contraire l’Abkhasien aime le Russe et hait le Géorgien.

593À Soukhoumi on a laissé ouverte l’église géorgienne, la seule. On a un respect pour les nationalités que les Russes trouvent excessif. La religion a disparu entièrement de l’esprit des enfants. Les Noël et les pâques sont oubliés. On fête le 1er mai et le 7 novembre. La moralité générale n’en a pas été affaiblie. Il y a une soif de travail et une curiosité d’esprit extraordinaires. Tous les enfants vont à l’école. Les parents qui n’y envoient pas leurs enfants sont exclus du syndicat.

  • 54 Le plan quinquennal.

594On donne une place importante à l’histoire de toutes les révolutions dans l’enseignement du passé. On leur explique la situation économique de l’Union soviétique. Et on leur dit ce qu’est la piatiletka54 et pourquoi il faut une industrie lourde, pourquoi il est nécessaire de se priver pour qu’elle soit forte. Les paysans ont jusqu’à présent résisté au kolkhoze. On avait même dit aux femmes que le kolkhoze c’était un drap de quarante mètres sous lequel on mettait tous les hommes et toutes les femmes du village. Puis il y avait des cultivateurs de tabac riches. Mais de plus en plus les résistances sont combattues.

595Lakoba reçoit tous les paysans qui l’aiment beaucoup. Son autorité est grande.

596L’institutrice me dit qu’elle me fera pour l’Huma des articles sur la situation de l’enseignement primaire en Union soviétique. L’Institut historique de Tiflis fait une histoire de la guerre civile en Géorgie.

597Koukourouza = le maïs.

598Nous trouvons en notre promenade la voiture de Lakoba. Un soldat descend et nous offre la voiture. Mais non, camarade, merci, nous nous promenons...

599Quarante millions de numéros de journaux soviétiques lancent les mots d’ordre d’ensemencement de printemps et du travail dans les kolkhozes selon les indications de Staline.

600Trois pages de la Pravda pleines de discussions du Congrès des kolkhoziens.

Dimanche 19 février 1933

601Lourd et chaud, +21°. À Moscou, – 26°. 100 000 ouvriers de Leningrad saluent les oudarnics des champs. Ce que les Géorgiens reprochent aux Russes, me dit Herrik, c’est de leur avoir pris Staline.

602Dans une maison paysanne de la Terre noire, la grand-mère, religieuse adore ses icônes. Que pensez-vous du régime soviétique ? Oh, camarade, je n’y comprends rien à vos sovkhozes, kolkhozes. De mon temps rien de pareil. Puis sa fille, quarante trois ans. Que pensez-vous du régime ? Oh camarade, je n’ai pas beaucoup d’argent pour mon travail. Alors voulez-vous revenir au tsarisme ? Ah non. J’ai vu ici passer Dénikine et les blancs. (Elle a des parents koulaks.) Elle a deux enfants pionniers. Ceux-là sont fanatiques soviétiques. Il ne croient pas à Dieu. Ils ont l’adoration de la révolution, de ses apports. Nous serons komsomols ; nous avons un frère à Moscou. Il sera ingénieur. Telles sont les trois générations. Il y a au sana Staline, une jeune ouvrière de jouets. Elle chante les chansons scolaires. (La mère dit à son fils : « il y a un dieu ! Non répond l’enfant, tu te trompes. Rien au ciel »).

603Nous lisons à table l’article des Isvestia du 15 février 1933 envoyé par Sadoul sur la situation paysanne en France. Il contient des exagérations pessimistes qui donnent aux lecteurs soviétiques une idée inexacte de la situation véritable.

604Le Congrès des kolkhoziens s’est ouvert à Moscou. 1 500 délégués. Tous les journaux sont remplis d’articles sur la paysannerie dans le monde et surtout sur les semailles de printemps en URSS. Un article de Lapinsky dans les Isvestia du 15 février 1933 sur l’agriculture aux États-Unis.

Lundi 20 février 1933

605Pluie diluvienne toute la nuit. Temps couvert, humide. Litvinov dit à Genève le 6 février comment on peut reconnaître l’agresseur. 1°) Celui qui a déclaré la guerre à un autre État ; 2°) celui qui envahit un autre État ; 3°) celui qui bombarde le territoire, les navires ou les avions d’un autre État ; 4°) celui qui aura déclaré le blocus d’un autre État. Voilà qui garantit la sécurité.

606Conseil national socialiste du 5 février 1933 (Palais de la Mutualité)

607Blum : « La résolution du parti ne contient pas de refus de principe de la participation. Le parti peut nous autoriser à voter le budget. »

  • 55 Renaudel, représentait le courant favorable à la participation gouvernementale des socialistes, voi (...)
  • 56 Jean Zyromski (1890-1975). Il vint au socialisme au terme d’une démarche purement intellectuelle, d (...)

608P. Faure : « Nous sommes prêts à accepter pour déjouer la réaction des votes que normalement nous n’émettons pas. La confiance des militants est acquise aux parlementaires. Tout le parti est solidaire de Renaudel55 et Zyromski56 ».

609Renaudel : « Il faut se dépêtrer au plus vite de l’aventure (les pourparlers pour un meeting commun). Il faut réviser la charte de l’unité. Il ne faut pas laisser aux bolcheviks le bénéfice de la mystique de l’unité ».

  • 57 Compère-Morel, de son vrai nom Compère Adéodat (1872-1941). Acquis aux idées socialistes, il adhère (...)

610Compère-Morel57 : « Je suis participationnisme dans une chambre à majorité républicaine. »

611En France : après une courte progression de l’activité de la métallurgie et du textile, la dégringolade recommence. Les 2 et 3 février, l’État a emprunté 600 millions de bons à 5 F 50 ; les PTT ont emprunté à 5 F 50 (après la commission à 4 F 50). 1 200 millions d’or ont quitté la Banque de France en deux mois. Le gouvernement prépare un emprunt de 10 milliards.

  • 58 Marcel Prenant (1893-1983). Ses années de formation sont intellectuellement et politiquement riches (...)

612Article de M. Prenant58, professeur à la Sorbonne, à l’Huma du 5 février 1933 : « Toute la science de la vie vient à l’appui de la dialectique marxiste ».

  • 59 Charles Parrain, historien, pionnier de l’histoire des forces productives.
  • 60 Jean Baby (1897-1969). Agrégé d’histoire et de géographie, il adhère au PC en 1925 et milite à la F (...)
  • 61 Paul-Yves Nizan (1905-1940). Il adhère au PC en 1927 après avoir collaboré à de nombreuses revues. (...)

613Cadine, Parrain59, Baby60, Friedman, Nizan61 agrégés, professeurs à l’Université ouvrière de Paris.

614Visite à un camarade Abkhasien, ouvrier au dépôt d’essence. Sa maison et son jardin sont propres. Sa fille très belle. Il a un gramophone avec des disques qui ont enregistré les airs de la musique abkhasienne. Édités, fabriqués à Moscou. Airs monotones, primitifs, airs de danse. Il a un portrait de Lénine entouré de dessins représentant les diverses professions ouvrières. Il m’a coûté un rouble. Il ne le donnerait pas pour 3 000 roubles.

Mardi 21 février 1933

615Temps splendide, + 17°. Les journaux annoncent les émeutes de Bucarest.

616Une enfant de cinq ans à une dame d’ancien régime qui veut lui prouver l’existence de Dieu : « Madame vous êtes très arriérée ».

617On entend des chacals dans la nuit.

618Un Géorgien communiste : « 80 % des Géorgiens sont nationalistes. Cela s’explique par l’histoire de l’oppression tsariste et par le fait que la Géorgie est paysanne. Mais la génération des jeunes d’aujourd’hui, en raison de l’enseignement des écoles est de moins en moins nationaliste. Puis, l’industrialisation de la Géorgie contribuera rapidement à augmenter l’influence ouvrière révolutionnaire internationaliste. »

619Brandao dit : « Les chaumières en bois des paysans abkhasiens sont certes misérables. Mais elles sont un progrès énorme si on les compare aux huttes en feuilles de palme des Indiens de l’Amazone ».

620Le borsch est fait avec du choux frais. Le tchi avec du choux conservé dans le sel.

  • 62 Lazar Kaganovitch (1893-1991). Membre du Comité central du PC de l’URSS dès 1924, il est membre tit (...)

621Kaganovitch62 a parlé quatre heures au Congrès des kolkhoziens. Il est avec Grinko et Yakovlev une des espérances de l’Union soviétique. Il a trente-huit ans, ancien ouvrier cordonnier. Ses fonctions : troisième secrétaire du PC de l’Union soviétique. Il y en a cinq : Staline, Molotov, Kaganovitch. Membre du Politburo. Secrétaire de la région de Moscou. Secrétaire de la ville de Moscou. Président du Bureau d’organisation, chef de la section agricole du Comité central. Il apprend l’Allemand, la philosophie, la stratégie.

622(Au Politburo à Moscou, chaque orateur trois minutes).

623Grinko, ancien instituteur ukrainien, ancien membre du parti nationaliste ukrainien.

Mercredi 22 février 1933

624Soleil splendide, + 25°. On sort sans paletot ; grande promenade dans le vallon nord. Sur la montagne, le chevrier et son troupeau. Les allées de buis samchit. Un soldat rouge qui ne sait que le Turc et le Géorgien. Le Mingrélien attardé qui nous vente la technique et la bonne bourgeoisie américaines. Les buffles qui tirent les billes de bois. Un cirque de montagnes derrières lesquelles est l’Elbrouz.

625L’article des Isvestia sur le pacte de non-agression. Nous nous réjouissons de la signature. Nous n’avons aucun grief spécial contre la France. Les réactionnaires français disent que l’Union soviétique vise spécialement la France ! Non ! En Union soviétique on manifeste seulement contre ceux des Français qui s’obstinent à ne pas admettre la réalité. Ce pacte est une grande chose. Nous l’avons voulu parce que nous voulons la paix. Il est intéressant que les propositions de Litvinov sur la définition de l’agresseur aient été reçues en France avec sympathie. Maintenant il faut accepter concrètement ses conclusions. Il faut aussi que nos relations économiques s’améliorent. Pas d’autarcie ! L’Union soviétique est sur la grande route historique. Elle est stable. C’est une garantie de sécurité pour la France et pour la paix. Cela est l’essentiel. Ne nous attardons pas aux petites choses. Il faut pour opérer notre rapprochement de l’énergie et de la bravoure. Notre rapprochement économique est une assurance de paix pour l’Europe et pour l’Asie. Elle ne sera dirigée contre personne. Nous désirons des relations amicales avec tous les pays. Nous savons les difficultés de la paix. Raison de plus pour stimuler nos efforts vers elle.

626Reçu lettre Marie-Louise, partie le 7 février, arrivée Moscou le 13. Repartie de Moscou le 17.

627Weygand et Niessel exaltent la force de l’Armée rouge.

628La signature est un succès diplomatique pour l’Union soviétique.

629Roosevelt viendra en juin à Londres à la conférence économique. Peut-être, là, dira-t-il qu’il accepte de reconnaître l’Union soviétique.

630L’ambassadeur soviétique à Tokyo revient à Moscou. Jamais on n’avait fait au départ d’un ambassadeur de manifestation aussi sympathique. L’Empereur, les ministres l’ont reçu les uns après les autres. Les banquets successifs. Les chambres de commerce. Les ambassadeurs étrangers, les journaux ont dit à ce propos leur sympathie au représentant de l’Union soviétique.

  • 63 Nicolas Marr est l’un des principaux représentants de l’école linguistique soviétique.

631Visite de l’institutrice de Soukhoumi : Vera Kisselev. Elle nous dit qu’à Souk, a été créé un technicum de chant et de danse d’Abkhasie. On a réuni toutes les chansons, les airs de danse, la musique populaires du pays. On a groupé les chanteurs et musiciens abkhasiens. On a organisé des chœurs. Ils se rendent à Moscou et dans toute l’Union soviétique. Nicolas Marr63, linguiste à Leningrad, fils d’un Anglais et d’une Géorgienne, a reconstitué l’alphabet abkhasien, simplifié, qui avait été oublié, qui ne s’écrivait plus. Maintenant ils ont des livres et des journaux. Il y a une association des écrivains révolutionnaires abkhasiens. À Goudamert, en juin, de grandes courses où se rend toute l’Abkhasie. C’est ainsi que les Abkhasiens sont devenus des amis de l’Union soviétique. Ils peuvent encore résister au communisme ou l’ignorer, mais ils sont bien disposés pour les Soviets et les générations qui se forment seront toute acquise. Vera Kisselev gagne 300 roubles par mois. Il y a des instituteurs qui gagnent 400 et 500 roubles. De plus, ils sont bien logés ; ils sont placés sur le même rang que les ouvriers qualifiés pour la nourriture. Leurs coopératives sont bien fournies en chaussures et vêtements. Ils sont bien considérés. On fait des expériences pédagogiques parfois hasardeuses. Mais quand l’expérience est mauvaise on y renonce. La discipline a été ébranlée et aussi l’instruction a été compromise par certaines méthodes. Mais aujourd’hui on renonce à cette forme de collaboration des enfants. On en retient d’autres. On renonce à des méthodes qui prétendaient tout obtenir de l’initiative de l’enfant et rendre inutile le rôle du maître. Les instituteurs sont très zélés et dévoués ; ils font des heures supplémentaires gratuites.

632Demain fête de l’Armée rouge.

633Camarade Asmous, ancien général de la guerre civile à vingt-trois ans. Il est aujourd’hui attaché au bureau du graphique pour les progrès de la construction. Il a été diplomate. Il n’aime pas ces fonctions.

634À Tiflis : les bains avec massage. Le kinto (marins). Musées national géorgien.

Jeudi 23 février 1933

635+ 19°. Il fait chaud et lourd. Sur le chantier du Tsik, le journal mural est exposé sur la route. Journal le Béton armé. Les résultats du travail de chaque brigade sont appréciés. L’une a réalisé sa tranche à 108 %, l’autre à 97 %, d’autres à 70 % et enfin à 50 %. Au-dessus du premier chiffre est dessiné un aéroplane, du deuxième une locomotive, du troisième un âne, du quatrième une tortue, du cinquième une écrevisse. « Quand donc cette brigade se décidera-t-elle à faire sa tâche ? ».

636L’Inde n’est pas dans une misère plus grande que les autres peuples paysans ne l’étaient il y a un siècle ou deux. Ils ont évolué comme elle évoluera, même plus rapidement que la Chine, car elle est déjà plus industrialisée. Mais la condition de son développement c’est sa libération du joug anglais, car l’impérialisme britannique emploie tous les moyens pour empêcher son développement.

Vendredi 24 février 1933

637Pluie la nuit. Superbe soleil dans la journée, + 28°. Promenade avec Brandao. Les communistes brésiliens, présenteront des candidats aux élections pour la Constituante en mai. Ils peuvent avoir trois élus à Rio, à Pernambuc, à Saõ-Paulo. Les jeunes brésiliens de l’École léniniste sont comme les nôtres mal choisis et peu préparés. On améliore maintenant la sélection. Puis on lie les étudiants au travail du Komintern. Dzerjnski était l’homme le plus doux et le plus timide. Quand l’attentat contre Lénine eut lieu, il décréta la terreur. Puis il quitta Leningrad pour Moscou pour se rendre compte de l’état de l’opinion. Dans les meetings, les ouvriers réclamaient l’exécution de tous les bourgeois.

638Quand Lénine fut désigné pour aller à la Conférence de Genève en 1922, tous les ouvriers et paysans russes se soulevèrent et déclarèrent qu’ils ne le laisseraient pas partir.

639Un bon repas abkhasien c’est une soupe de haricots noirs et un plat de mamaliga (gâteau de maïs épais et lourd).

640« Qu’est-ce qu’un bourgeois ? As-tu-vu un bourgeois ? As-tu vu un policier ? Comment sont-ils faits ? » demandait une petite fille de cinq ans à la fille de Brandao, huit ans. « Et un Polonais ? » demandait la fille d’Asmous dans le train de Pologne, à cinq ans. « Est-ce que les Polonais vont nous tuer ? ».

641Pêche au dauphin (pour son huile) dans la Mer noire. Pêche au canon, au fusil, au harpon, au filet qui est énorme.

642Un banquet géorgien avec de nombreux toasts, c’est une tamada.

643Pour la culture du tabac au moment du travail pressé, on envoie les écoliers les plus âgés et les instituteurs aider les paysans.

644Dans chaque école, au moins une heure de travail manuel par jour.

645Christian Nippert à Sotchi fit venir des fruits remarquables : 8 fraises = un kilo. Il a apporté à Staline une pêche de 520 grammes.

646Dans les Conversations de Gœthe et d’Eckerman, chapitre sur les coucous, page 411, tome 1. La théorie des couleurs. Les métamorphoses des plantes.

Samedi 25 février 1933

647+ 16°, couvert. À 3 h, 25°. Visite à la manufacture de tabac (fermentation) à une dizaine de kilomètres de Gagry vers Sotchi (Pilenkovo). Bâtiment neuf dans un village abkhasien de pauvre aspect sur le bord de la mer. Les paysans arrivent de loin avec leur tabac porté par des chevaux ou des ânes. Il est pesé, jugé, payé. Deux cents (Géorgiens, Arméniens, Grecs, 10 % Abkhasiens) ouvriers et ouvrières le travaillent. Important outillage neuf de fermentation. Salaires ouvriers de 150 à 250 roubles par mois. Employés qualifiés de 250 à 350 roubles. Plus un litre de lait et du beurre. Une oudarnik (Grecque) nous salue. L’ensemble donne une bonne impression d’ordre. Ce tabac est pour l’exportation. On nous en remet plusieurs paquets de feuilles. Le rayon a 13 000 habitants, la montagne s’abaisse subitement et la campagne est large, vallonnée, crayeuse. À Soukhoumi et dans la région, pas de jardins, pas de légumes. Les Abkhasiens ne connaissent que le petit-pois et le maïs. Quelques familles estoniennes habitent la région. Elles ont des jardins et des potagers très fournis. Mais pas un Abkhasien ne songe à les imiter. Les pommes de terre coûtent plus cher que les pêches. Les femmes sont peu portées au travail (Géorgiennes et Abkhasiennes). Seuls les Arméniens et les Grecs sont travailleurs et plus hardis. On ne confie pas volontiers les caisses publiques à d’autres que les Grecs et les Russes. Ici, c’est le Russe qui est l’élément de civilisation et de travail. Ici, c’est l’Orient, c’est l’Asie. En automne les pommes couvrent la terre, chevaux et porcs les mangent. Les jeunes filles abkhasiennes et géorgiennes ne veulent pas travailler comme servantes. Elles aiment mieux vivre très mal chez elles.

Dimanche 26 février 1933

648Soleil splendide. On a fêté hier le douzième anniversaire de la création des soviets bolcheviks en Géorgie. Le journal la Pravda de Gagry a fait le bilan de son travail de 1932. Les kolkhozes se sont renforcés. Le sovkhoze des prunes s’est amélioré. On a mis en train le combinat du bois. On a créé trois hôpitaux, six postes de médecins dans les villages, trois bases contre la malaria, des dispensaires, de nouvelles garderies d’enfants, un cabinet bactériologique. On a 61 écoles avec 5 815 élèves (au lieu de 3 240 en 1931). Des femmes sont entrées dans les soviets de villages. Le plan du tabac s’est amélioré. Budget, un tiers en plus.

649On nomme trois Abkhasiens comme gardes d’un pont. Chacun 50 roubles par mois. Passe un inspecteur : votre pont est sale, il faut le nettoyer. Mais que dirait-on dans mon village, si on me voyait avec mon uniforme nettoyer un pont ? Alors, ils donnent chacun 20 roubles à un Arménien qui nettoie le pont !

650Christian me prie d’une manière touchante de lui envoyer, ne fut-ce que deux grammes de graines d’œillets. C’est que l’œillet rouge est avec la rose, la seule fleur qu’aime Staline. Par Gouriévitch on lui enverra ses graines.

651L’institutrice de Soukhoumi vient nous porter le texte de l’article aux Abkhasiens qu’elle a traduit. Elle nous répète que l’histoire est la matière d’enseignement la plus essentielle. Elle nous promet un manuel d’histoire des enfants de douze à quatorze ans. On enseigne l’histoire de la Russie du point de vue marxiste. En plus l’histoire de la classe ouvrière en Russie. Puis l’histoire des diverses formes d’exploitation : servage, esclavage, salariat. On ne confie cet enseignement qu’à des instituteurs communistes. Dès le jardin d’enfants, on enseigne aux enfants à aimer la révolution d’Octobre et ses défenseurs. On ne leur apprend ni fables, ni légendes, ni histoires religieuses. Mais des choses pratiques et tout près de la vie. La vie, c’est le grand maître, la conception de classe, la méthode. Le travail manuel est honoré et pratiqué dès l’école, adapté aux forces et à l’âge de l’enfant. Depuis un an pour passer de l’enseignement dit primaire (qui dure de sept ans à quatorze ou quinze ans) au technicum (trois ans) il faut passer un examen. Même pour passer d’une classe à l’autre. Les élèves désignent eux-mêmes les places selon le mérite. Ils se trompent rarement et ont le sentiment du juste. (À Kibini. Mourmansk) grande exploitation : phosphates et superphosphates, apatite).

652Il y a quatre billards dans une maison sur le port. Les Abkhasiens jouent au billard toute la journée.

653Les femmes abkhasiennes reprochent aux femmes turques de leur pays de vendre leur travail pour de l’argent aux Russes et de se louer comme servantes.

654Soixante jours de travail par an suffisent à l’Abkhasien pour assurer sa vie. Les Abkhasiens sont volontiers bons chauffeurs d’autos. Mais ce sont les Grecs qui lavent les voitures. Jadis il était chez les Abkhasiens une tradition d’hospitalité généreuse. Si l’hôte reçu louait leurs habits, on le leur donnait. Mais après lorsqu’il avait quitté la maison, l’Abkhasien le retrouvait sur la route, reprenait son habit et prenait aussi celui de son hôte. Quand l’enfant était adolescent, on le confirmait : sois heureux, on te souhaite du succès dans toute ta vie. Si tu dérobes, que cela te rapporte ! De même s’il t’arrive de tuer ton ennemi.

Lundi 27 février 1933

655+ 12°. Temps frais et couvert. Tempête au large. (Moscou, – 25°). Christian Nippert directeur des jardins décoratifs et fruitiers pour le rayon de Sotchi ; en même temps consultant pour toutes les maisons du Tsik sur la côte. Il est jardinier depuis quarante ans. Il habite la maison de repos de l’administration du Tsik à Sotchi. Il y a deux chambres et une grande véranda : nourri, logé, chauffé, éclairé, 250 roubles. Les autres chambres sont habitées par Korjékov, un ingénieur et un directeur.

656Le jardin de la maison a trois hectares, planté de pruniers et pêchers. Puis des fraisiers et des fleurs. Pas de légumes. Staline passe deux mois et demi par an à Sotchi. Il aime Sotchi par dessus tout. Il n’habite que Moscou et Sotchi. Kalinine aussi vient à Sotchi. Il est plus visible que Staline qui travaille beaucoup. Kalinine fait de longues promenades et cause à tous.

  • 64 Vilmorin, grainetier français réputé.

657Nippert demande des graines d’œillets de chez Vilmorin64.

658On nous photographie deux fois. C’est beaucoup.

  • 65 Marcel Boubou. En 1920, il dirige la tendance minoritaire révolutionnaire au sein du Syndicat des i (...)

659À Gagry, un instituteur ukrainien. Il me demande si je pourrais porter un peu d’argent à Boubou65, instituteur à Orléans, qui fait, pour son Institut pédagogique, une étude sur l’éducation des adultes en France. Il me fera parvenir tous renseignements à Moscou. Boubou fait un travail sur l’éducation soviétique.

660On trouve à la bibliothèque de Gagri, le Napoléon de Dayot. Blucher, général soviétique est un ouvrier qui a un nom russe. Un jour, il a trouvé dans une histoire le nom de Blucher. Il l’a adopté. Les Allemands ont cherché une filiation entre lui et celui de Waterloo.

661Joukovski, la revue nocturne de l’Empereur.

Mardi 28 février 1933

662Pluie diluvienne toute la nuit. Journée maussade. Région Oïrate (Eurate). La république des Oïrates dans l’Altaï. (L’adoration de la peau de cheval pour chasser les mauvais esprits. Les chamans prêtres de l’Altaï). En moins de 10 ans, on y fait des kolkhozes, des journaux soviétiques, des clubs, des Soviets. L’Altaï est un des endroits du monde le plus propice aux sports. Le Tsik y a une maison confortable.

663Visite à l’école de Gagry. 800 élèves dont 400 internes presque tous Abkhasiens, fils de paysans et d’ouvriers. Jeunes enfants et jeunes gens des deux sexes mélangés. Jamais aucun incident. Élèves de sept à dix-sept ans. Travaux manuels deux fois par cinq jours. Propreté, discipline, nulle autre punition que le blâme publié et l’affichage au journal mural. Nous visitons une classe d’enfants de sept et huit ans, une moyenne, une de jeunes gens de seize à dix-sept ans. Tous et toutes, éveillés, joyeux, pas de contrainte, l’œil fixe. Les classes sont de 35 élèves. Une coopérative : cahiers, plumes, livres, etc. tenue par des élèves. Dans la plus petite classe : cahiers propres, bien tenus, sans tâches ; l’institutrice fait chanter les enfants ; petits dessins, coloris originaux ; deux chants révolutionnaires (Nos pères nous ont tracé la voie, nous aussi nous défendrons la révolution jusqu’à la mort), chantée avec une discipline parfaite : chœur où l’on entend qu’une voie. Les jeunes Abkhasiens sont en majorité dans l’école. Ils sont à partir de quinze ans komsomols presque tous. On les envoie à la fin de leurs études travailler dans les villages. Pendant leurs vacances, ils constituent des groupes de komsomols dans les villages. Une grande salle pour les réunions, le théâtre, les représentations, les fêtes, fêtes révolutionnaires, antireligieuses, pour l’Armée rouge.

664Le combinat du bois entretient dans l’école un atelier d’apprentissage où les filles et garçons (18-20 ans) travaillent trois heures manuellement, trois heures théoriquement. Ce sont les cadres futurs du combinat. Ils nous ont fait voir leurs travaux de fer, limes, compas, mètres articulés. Ils seront des ouvriers qualifiés. Les élèves Abkhasiens sont les plus disciplinés et les plus travailleurs. Le directeur est Abkhasien. Réfectoires et dortoirs propres, chauffage central, électricité. Six baignoires, eau chaude.

665Discours de Staline sur la situation agraire :

6661°) il n’y a que deux chemins : ou la collectivisation ou le retour en arrière. Celui-ci est exclu ; 2°) il faut que tous les paysans des kolkhozes aient la situation des paysans aisés. C’est possible, politiquement et économiquement. Les conditions sont données. Personne n’emploiera plus de salariés ; 3°) il faut que le communiste à la campagne travaille mieux que les autres et qu’il ne se considère pas comme supérieur au travailleur sans parti ; 4°) les komsomols doivent se considérer comme les essentiels artisans de la collectivisation. C’est pour eux que se réalise le programme actuel ; 5°) les femmes ont montré qu’elles étaient plus ardentes dans la lutte contre le koulak et moins individualistes que les hommes.

667En 1921, deux journaux en Géorgie : un à Tiflis, un à Kontaïs (14 000 ex.). Aujourd’hui le journal quotidien le Communiste de Tiflis 112 000 exemplaires et 64 journaux locaux ou groupes (en Russe et en Géorgien).

668Michel Lakoba : le royaume de l’Abkhasie et le royaume de France.

669Un économiste soviétique fait une conférence à Stockholm sur le combiné Konsmit. Un professeur d’économie suédois lui demande : « Pourquoi les femmes en Russie ne portent-elles pas de bas de soie ? ».

Mars

Mercredi 1er mars 1933

670Soleil. Préparatifs de départ assurés par le PC de Tiflis : Béria. Deux camarades viennent et nous disent : Béria a téléphoné : avez-vous besoin de quoique ce soit ? Avez-vous un vœu à formuler ? On vous donnera deux hommes pour vous conduire à Batoum. Vous partirez demain à 7 h par l’Adjaristan. Félix vous accompagnera. Félix nous explique ce qu’est l’Intelligence service. Toutes les polices sont maladroites et bêtes sauf l’anglaise. L’anglaise est honorée. Ce n’est pas une diminution, bien au contraire, d’être un espion au service de la Grande-Bretagne. La police n’est pas bureaucratisée. Initiative à chaque policier. Ils reçoivent une éducation appropriée. L’Intelligence service est recrutée avec soin, payée et indépendante, même du gouvernement. Le budget de l’Inde et des colonies est énorme et au service de l’Intelligence service.

671Dîner en notre honneur à l’occasion du départ. Ladaria ! Venu de Soukhoumi. Michel Lakoba, Ladaria, Vadaria, le ministre des Finances, Ziskin du trust des tabacs, Simon, le secrétaire des Soviets du rayon, tous jeunes, la République des moins de trente ans. Chants asiatiques, chants abkhasiens, danses caucasiennes. Chants abkhasiens, cris articulés. Le chant de guerre abkhasien. Les trois coups de revolver de Michel Lakoba ! Dans tous les repas de fête abkhasiens, après chaque toast, trois coups de fusil ! Ces camarades appartiennent à une humanité fraîche et jeune, enthousiaste, toute à son travail. Ladaria nous dit que depuis notre visite à Soukhoumi il a fait 1 000 adhérents aux kolkhozes. Il ne s’est pas mis à table depuis plusieurs jours. Il ne sort pas. Il excuse Nestor Lakoba de ne pas être présent. Il arrive à peine de Tiflis. Michel dit : « Hier j’étais un sauvage. Mais le bolchevisme m’a fait un homme ». Il donne son revolver à son fils (dix ans). On lui dit : attention ! Il répond en Abkhasie, deux heures après leur naissance, les enfants manient le revolver !

672On m’embrasse, on me fait sauter en l’air.

Jeudi 2 mars 1933

673Jour du départ, pluie, (trois numéros de la Russie en construction. neuf Altaï, Oïrote, onze lakoute, douze Kibine).

  • 66 Piromanichvili (Pirosmanichvili), peintre « naïf » géorgien.

674Au musée, à Tiflis : le peintre Piromanichvili66 (ichvili, fils de) : Lancerré, Charlemagne.

675Le chœur d’État de l’Abkhasie, à Soukhoumi. Le chœur d’État de Géorgie dirigé par Patchkoria. Celui de Batoum dirigé par Pansoularia. Ils chantent dans les villages et à travers la Russie. Ils portent leurs habits nationaux. Ils ont recueilli tous les vieux airs du Caucase.

676Voyage de Gagry-Soukhoumi par mer sur Adjaristan, départ 6 h, arrivée soir 10 h. On en repart à 4 h du matin ; deux camarades plus Félix nous accompagnent. Le capitaine connaît A. Marty qu’il a vu à Novorossik. De Soukhoumi à Poti la côte s’abaisse, plate. Poti : nous vendons nos vins pour acheter des grues (20 000 habitants).

Vendredi 3 mars 1933

677On arrive le matin à 9 h à Poti, grand port du manganèse. On passe la journée à Poti. Il neige. Au nom de Béria nous sommes reçus par Sylvestre Todria membre du CC de Transcaucasie, de la vieille garde bolchevique, et par le ministre de l’Instruction publique de Géorgie accompagné d’un interprète suisse qui parle Français.

678Le maître du port Swingvilli (ami de A. Marty), le maire de Poti, le secrétaire des syndicats, le directeur des travaux d’assainissement de la région, le commandant de la Guépéou sont là.

679Les ouvriers de Poti, bolcheviks depuis 1905. À Poti, trois clubs ouvriers, marins (international), ouvriers du port, cheminots, un journal en géorgien, L’ouvrier de Poti. 1 200 membres du PC. 1 500 komsomols, 3 000 pionniers. Quatre technicum (en géorgien). Écoles primaires russes, douze bibliothèques au lieu d’une en 1921. 40 000 Juifs en Géorgie. Ils étaient commerçants. Ils sont aujourd’hui ouvriers de petites industries (boutons) ou fabricants de bonbons ou paysans. Ici, en Mingrélie, écoles, tribunaux, journaux, meetings, tout en mingréliens. En 1921, pas de médecins à la campagne. Aujourd’hui dans le district de Poti, un docteur et une clinique dans chaque village. A Poti, un hôpital, quatre dispensaires. Maisons ouvrières.

680Dans le port : en 1918, 18 000 passagers ; en 1932, 170 000 passagers. Deux fois plus de travail dans le port qu’en 1921.

68165 % des paysans en kolkhozes. 150 hectares chacun ; les paysans réclament des tracteurs. Six grandes grues dans le port du manganèse. On exporte 700 000 tonnes. Deux grands navires, un italien, un grec sont dans le port. On a commencé en 1928 à assainir la région. On va transformer 220 000 hectares de marécages en terre de culture. Visite à l’agronome, au professeur de botanique. Visite à leurs plantations : griffants, citrons, mandarines, rami (soie). Travaux contre la malaria. Commencés en 1928, ils seront achevés dans cinq ou six ans. La malaria est le fléau du pays. Rien contre elle ni pendant le tsarisme ni pendant la domination menchevik. Déjà les paysans des kolkhozes sont plus aisés que du temps où ils ne produisaient que du maïs. Ils sont orientés vers les cultures plus rémunératrices : fruits, thé. Leur esprit s’élargit. La femme paysanne travaille, elle n’est plus cloîtrée dans la maison par le mari jaloux. Elle est directrice de village et de kolkhoze. Aujourd’hui un paysan qui reçoit inopinément vingt personnes peut les traiter avec les seuls produits de sa maison. Les jeunes paysans sont tous bolcheviks. On va déjeuner. Vins géorgiens. Un oudarnik ouvrier a demandé à nous servir pour me serrer la main. Il nous salue en mingrélien. Pour les mencheviks, il y en a encore ; ce sont les koulaks et les bourgeois et les anciens princes et les prêtres. Pas un n’ose se montrer ni s’avouer. Quand deux hommes s’injurient, la plus grande injure c’est : menchevik ! À notre table, tous les hôtes sont de vieux bolcheviks. Ils étaient dans l’Armée rouge de 1921. Ils avaient été chassés par les mencheviks et sont rentrés pour les chasser. L’Armée rouge de 1921 était remplie de bolcheviks géorgiens et à leur tête le bolchevik Ordjonikidzé.

Samedi 4 mars 1933

  • 67 Sylvestre Todria (1880-1936). Membre du parti depuis 1901, typographe, il occupe des postes importa (...)

682Il neige ! On n’a jamais vu ça à Batoum le 4 mars. (Béria-Todria67). Arrivés à Batoum hier soir 10 h (60 000 habitants, Adjarie 150 000).

683En 1878, le tsarisme a pris Batoum à la Turquie. Colonie russe jusqu’en 1917. En Adjarie, en octobre 1917, les mencheviks furent les maîtres, les bolcheviks minorité. En avril 1918 les troupes turques envahirent. En janvier 1919 les Anglais les ont chassés, ils se sont installés. Après l’arrivée des Anglais, les bolcheviks commencent à travailler ; les syndicats étaient en majorité bolcheviks. Juin 1919, démonstration contre les Anglais. Les bolcheviks (été 1919) ont mis le feu à un bateau qui allait porter du pétrole aux blancs en Crimée. Le conseil des syndicats ouvriers a été arrêté et envoyé sur une île de Bosphore. En 1920, les bolcheviks ont fait sauter le pont de chemin de fer, car les Anglais voulaient faire entrer les mencheviks à Batoum. Malgré cela, les mencheviks se sont installés à Batoum. Le gouvernement de Batoum fut noble, prince et prêtre, ce sont les mencheviks qui lui donnèrent toute sa force. Une fraction bolchevik turque dirigeait les paysans qui étaient sur la masse des fanatiques. Les mencheviks leur donnèrent une apparence d’indépendance. En mars 1921, les Turcs envahirent Batoum. Quand l’Armée rouge arrive, ils partent de Batoum à la frontière turque : 18 km.

68418 mars 1921 commence l’Adjarie soviétique.

685Lorsque l’Armée rouge arriva à Batoum, l’armée menchevik aida les bolcheviks à nettoyer la ville des Turcs. Dans les monuments aux morts de la révolution il y a des mencheviks, soldats, ouvriers et paysans dressés dans la ville, enterrés avec les ouvriers bolcheviks. Les 15 ou 16 membres mencheviks ont passé le pouvoir aux Turcs. Trois jours après on les chassait. Les mencheviks sont partis pour la France sur un bateau français avec tout ce qu’ils ont pu emporter. Le Waldeck Rousseau. Depuis mars 1921, les bolcheviks se sont mis au travail. En 1921, sept écoles en Adjarie (les autres cléricales). Aujourd’hui 200 écoles pour 90 000 habitants dans les villages. En ville tout le monde sait lire ; dans toute l’Adjarie instruction obligatoire.

6862 100 ouvriers travaillent dans les usines du kracking, quatre en 1927 construites. Aujourd’hui directeur et ingénieur sont communistes (Lenski directeur). À 32 km, station hydraulique sera mise en marche en 1934. En 1933, une fabrique de vêtements (1 200 ouvrières adjaristan) ; dans un mois on construit une usine pour travailler le thé. Dans trois mois on achèvera l’usine de teinture (un million d’or russe sera économisé) avec des lauriers, des teintures végétales. Le deuxième pipe-line en 1927 a été construit avec les tuyaux de Leningrad. Agrandissement, amélioration du port. Jansen a dit « Vous aurez la meilleure gare maritime du monde ».

687Avant les bolcheviks pas de canalisation. Dès 1934, toute la canalisation sera achevée. Dix ponts dans la ville. Avant les sovkhozes, une seule propriété de thé en Adjarie. Aujourd’hui cette propriété grandement augmentée est un sovkhoze. De plus nous en avons fait 17 sovkhozes, cinq de thé, huit mandarines, citrons, une de géranium pour exporter l’huile de géranium ; un sovkhoze plantes médicales, un autre pour nourrir la ville. 5 000 hectares de thé en Adjarie (avant 1 500). 1 500 hectares de citrons, mandarines (avant 250).

688Tabac doublé. À Batoum 12 000 ouvriers au lieu de 3 000. En Adjarie 3 500 communistes, komsomols 9 000, 15 000 pionniers. Deux journaux : l’Adjarie soviétique en géorgien, l’ouvrier de Batoum en russe.

689Club des marins de Batoum : leur envoyer des cartes et timbres de la Fédération unitaire des marins. Imprecor, Internationale communiste. Nos regards. L’Huma ne parle pas assez des marins.

690Visite à un sovkhoze de thé, 200 hectares (il y en a de 1 000 hectares). Visite au cracking (le port) ; déjeuner (chachlik) avec toasts obligatoires. On part à 5 h pour Tiflis. Jusqu’à Kaboulety, on longe la Mer noire. C’est la Côte-d’Azur. Puis on rentre dans les terres, en Gourec. Dix grands sovkhozes de thé le long de la ligne à perte de vue. Les Japonais ont fait payer les semences à partir d’or. Maintenant on fait les semences ici.

  • 68 Maharidze (Makharadzé F.), (1868-1941). Bolchevik de longue date, président du Comité révolutionnai (...)
  • 69 Mousabikov, Mousabekov (G.M.) 1888-1938. Médecin, militant révolutionnaire étudiant, il appartient (...)

691Béria, secrétaire Tsik Transcaucasie. Maharidzé68 président. Bedia, commissaire Instruction publique de Géorgie. Mousabikov69, président Conseil.

692Les bolcheviks avaient fait en 1922, le chemin de fer promis par les mencheviks et jamais réalisé par eux. Trains de naphte avec wagons de 50 tonnes de benzine. Les citernes et les châssis sont fait à Tiflis.

Dimanche 5 mars 1933

693Tiflis, soleil. Si Jordania rentrait en Géorgie, il ne retrouverait plus sa maison qui est affectée à un jardin d’enfants.

694Quand les dirigeants mencheviks sont arrivés à Koura dans leur fuite vers l’Europe capitaliste, Lénine a fait proposer à Jordania de rester et de s’entendre. Ils ont refusé. Tout le long de la voie, des constructions, stations électriques, maisons. 32 trains de mazout par jour.

695À Tiflis, nous sommes reçus par le chef du Tsik transcaucasien, le ministre des Affaires étrangères géorgien, le chef du département politique qui viennent déjeuner avec nous. Les événements d’Allemagne dominent la conversation. Puis on parle des réalisations en Géorgie. Ici, les sovkhozes de vin de Kakhétie sont objets de préoccupations essentielles. Visite à Tiflis en voiture. Panorama de la ville. C’est déjà l’Asie. La terre noire. La petite Koura. Les deux moulins à blé. La vieille citadelle du XIIe siècle. Le marché libre ! Le pavé de Tiflis. Les hommes à bâts. Le bain géorgien. La petite bourgeoisie à Tiflis et ses survivances. Tiflis, souple, tolérante pour la religion et pour les mercantis. Tiflis sans industrie. Tiflis n’est pas Moscou.

696Le ministre de l’Instruction publique, Bedia, vient à 7 h régler le plan des trois prochains jours.

697Le 6 à 11 h du matin, les experts viendront m’apporter les renseignements sur l’histoire et la situation agricole de la Géorgie.

698À 7 h du soir, réunion du Plénum et de l’actif du parti. Exposé sur les événements d’Allemagne. Le PCF. Le menchevisme international. La construction socialiste en URSS, en Géorgie.

699Le 7 à 11 h du matin, interview du journal. Le camarade du gosplan. Visite aux usines.

700Le 8 au soir, grand meeting ouvrier.

701Les chants sont semblables à ceux de l’Église qui en sont issus. La différence entre la Géorgie orientale et occidentale est très grande. Dans la Géorgie orientale, on se sent beaucoup plus en Asie que dans la Géorgie occidentale. Entre Batoum et Tiflis, presque rien de commun. Quand on entend la langue géorgienne au théâtre, on ne peut s’empêcher de trouver des sons gutturaux turcs et arabes. Leurs églises s’apparentent à celles du XIIe siècle du roman poitevin et de Périgueux.

Lundi 6 mars 1933

702Tiflis, temps superbe. À l’hôtel d’Orient où nous descendons, on joue de la musique pendant une grande partie de la nuit, une langoureuse musique géorgienne.

703À Tiflis si vous voulez donner un ordre impératif, parlez turc, si vous voulez persuader, parlez persan, à une femme, parlez géorgien !

704Ce matin de 11 h à 2 h réunion avec les camarades de l’Agit.-Prop. de l’institut d’histoire géorgienne et le commissaire de l’Instruction publique sur la réponse aux mencheviks. Promenade au funiculaire. Université transcaucasienne. École normale d’instituteurs pour les Turcs de Géorgie.

705Ce soir 8 h, Plénum et actif (dans l’ancien palais du vice-roi du Caucase). Après le Plénum, nous allons au théâtre géorgien. On joue Lamera. Sous le menchevisme, aucun théâtre géorgien à Tiflis. Le ministre de l’Instruction publique disait : « J’ai l’opéra. Çà suffit. Pas de théâtre géorgien ». Aujourd’hui quarante théâtres géorgiens en Géorgie. Il y a des théâtres pour toutes les minorités nationales. Demain : Les Brigands de Schiller.

706Staline aime beaucoup le théâtre géorgien, en particulier cette pièce de Lamera.

Mardi 7 mars 1933

707Tiflis. La différence entre la Russie et la Géorgie éclatait hier au théâtre. Dans le public, d’abord ici plus petit bourgeois qu’ouvrier. Puis la pièce. A Moscou, toute représentation est à thèse ; elle est l’apothéose du combat social et de la révolution. Ici, c’est un épisode de la vie de jadis, le mariage avec enlèvement. Les chants, les danses, les poésies, les coups d’épée, la vendetta, le sabre, le bruit, le sang, les costumes du Moyen-Âge. Jusqu’au XIIe siècle, les divers peuples de la Géorgie se sont battus. Au XIIe siècle, la reine Tamara a pacifié la Géorgie et l’a étendue jusqu’en Mésopotamie. Sous son règne, grande activité littéraire et scientifique (Roustavili, poète). Les Géorgiens s’appellent ainsi parce que leur patron était Saint-Georges. Les mencheviks géorgiens sont liquidés dans le pays. Quelques vieux attardés leur restent fidèles mais ne se montrent pas et sont absolument impuissants, sans crédit. C’est qu’ils ont fait preuve d’une incapacité politique absolue. Banqueroutiers politiques, c’est leur nom. Jordania, Tseretelli, Tchenkili, restent leurs trois chefs à Paris. On va faire à Tiflis un établissement de bains sulfureux très grand.

708Hier à la réunion de l’actif : 1°) On me nomme au Comité exécutif du Plénum de Tiflis ; 2°) On envoie un télégramme aux communistes allemands et un autre aux Français.

709Visite aux ateliers du Kino de Tiflis (300 ouvriers, 300 acteurs). On nous donne la primeur du film sur les vingt-six commissaires. Vision des plus dramatiques. Le travail dans les puits de Bakou. L’assassinat des vingt-six commissaires de Bakou.

710On se rend au musée de la Géorgie. Reconstitution d’une maison de paysans dans la montagne. Pas de cheminée, des meubles rudimentaires et des vêtements assez beaux. Instruments de culture très primitifs. Belles armes.

711Les théâtres sont bondés. Au deuxième théâtre géorgien, nous passons rapidement. Nous allons voir jouer Les Brigands de Schiller au premier théâtre géorgien. Là, les acteurs demandent à être photographiés avec nous ; ils gardent leurs capes et leurs épées et nous voici au milieu d’eux avec quelques camarades géorgiens. Ils nous promettent la photo pour demain. Ils jouent avec une joie évidente les pièces romantiques et les drames locaux d’une psychologie courte mais où les gestes sont larges, les défis nombreux, chants et danses.

Mercredi 8 mars 1933

712Un ordre parfait dans la rue, sans un policier. Quand il arrive que dans un tram un ci-devant se plaint qu’on mange mal et que l’on est privé, on le fait taire. Chacun, ici, sait que tout ceci est passager. Un énorme afflux d’étrangers à Tiflis d’où crise des logements. Nous trouvons un petit enfant exposé dans la rue, le soir et abandonné. Les camarades me disent que fréquemment des Asiatiques, des Kurdes et des gens de tribus viennent à Tiflis exposer leurs enfants dans la rue et les laissent là, puis s’enfuient.

713Le peintre Phirosmanichvili au musée de Tiflis.

714Dix lignes sur l’art géorgien sont demandées pour une revue d’art qui va paraître. Visite au musée. Toute une salle pour Piroman. Naïf et autodidacte, peintre des cabarets de Tiflis. Sa galerie fait une grande impression. Dans le musée, une bibliothèque artistique en formation et déjà intéressante. Le centre de la ville est monumental et très mouvementé. Rues pleines de monde assez bien habillé. Des boutiques d’antiquités très bien fournies.

715L’immigration géorgienne à Paris comprend encore 3 000 à 4 000 hommes et femmes. Environ 2 000 sont rentrés et se sont déclarés Soviétiques. Ils ont été l’objet de violences, quelques-uns même ont été tués avant leur départ. Les deux journaux mencheviks de Paris ont un faible tirage. La moitié des émigrés géorgiens à Paris sont des ouvriers, les autres des nationalistes et des bourgeois. Ils se séparent de plus en plus et se décomposent. Ce qu’on ne leur pardonnera pas en Géorgie c’est d’abord d’être partis en emportant avec eux tout l’argent du pays et tout l’argent des banques, sans compter plusieurs wagons d’objets précieux (on dit qu’ils en ont vendu beaucoup au Louvre). Et puis c’est l’insurrection de 1924 où ils ont entraîné beaucoup de malheureux. L’insurrection a été sévèrement réprimée. Et les mencheviks parisiens n’ont pas paru. En fait, à l’heure actuelle, ils sont de plus en plus oubliés en Géorgie.

716L’Azerbaïdjan produit une grande quantité de coton. Le machinisme est très développé dans la culture et la récolte du coton.

  • 70 David Charahidze (Charachidzé), militant menchevik géorgien, étudiant à Genève jusqu’à la révolutio (...)

717Nous parlons ce soir au club des ouvriers de chemin de fer, le club Plekhanov. Il est comble d’ouvriers. L’assemblée est surtout composée de cheminots avec des délégations des usines de Tiflis et beaucoup de soldats. On traduit mon exposé d’abord en Géorgien, ensuite en Russe. Salomon Dolidzé, ancien mencheviste, mécanicien de locomotive, aujourd’hui bolchevik. « Le vœu général des ouvriers est de me saluer. Il y a beaucoup dans la salle de révolutionnaires de 1905 qui vous saluent. Nous savons bien ce que font nos menchevistes. » Le camarade Carbine nous dit : qu’en dites-vous ? Je réponds même de ceux qui furent mencheviks. La social-démocratie a perdu son esprit révolutionnaire. Il n’y a que le parti communiste qui défend le prolétariat. Charachidzé70 calomnie les Russes qui auraient tout pris chez nous. Voilà douze ans que nous sommes sous les Soviets ; pour écrire comme Ch. il faut avoir perdu le bon sens. Est-ce que nous pourrions faire ce que nous avons fait sans les Soviets ? L’aide, l’électrification, l’adduction d’eau, d’électricité. Jamais nous n’aurions pu songer à cela ; le livre de Ch. est un tissu de mensonges. Nous demandons à Cachin en rentrant à Paris de dire dans l’Huma ce qu’il a vu chez nous.

718J’ai de la peine à rentrer dans cette salle, tant on voulait venir entendre.

719Vous avez devant vous les anciens menchevistes qui travaillent avec les bolcheviks de plein cœur. Nous avons reconnu notre faute d’avoir combattu le bolchevisme. Les faits comme ceux que vous avez cités prouvent que les menchevistes sont prêts à toutes les aventures et je dis à ceux, peu nombreux, qui sont à Paris, de rompre avec leurs anciens chefs. Nous n’avons pas tout ce qu’il nous faut mais nous savons que, de jour en jour, la situation s’améliorera. Ce que nous avons construit est à nous, il n’y a plus d’exploiteurs. Le pouvoir est à nous. Regardez Caspi, petite station ; il y a deux usines de sucre. Nous avons la patience pour nos privations. Voilà comment les ouvriers géorgiens répondent aux calomnies. Nous serons toujours fidèles au PC, notre drapeau rouge sera notre guide. Nous construisons le socialisme vrai. Qu’on ne nous empêche pas ; voilà ce que nous disons aux menchevistes parisiens. Voilà la situation, dans les pays capitalistes. Encore quelques mots sur la question nationale : que Cachin rappelle aux chefs mencheviks : nous avons enterré les meilleurs de nos camarades ici à la suite de la guerre que leur politique avait créée contre les autres peuples de la Transcaucasie. Les femmes musulmanes prennent part à la construction du socialisme ; elles ont perdu le voile. Voilà ce que Staline a donné à la femme. Il n’y a pas de nations grandes et petites. Toutes sont égales. D’où prennent-ils leurs renseignements les mencheviks ? Personne ne dit rien ici contre le communisme même les anciens ci-devant ne trouvent plus quoi dire contre les soviets. L’Armée rouge défend nos frontières. Elle est une armée de classe. Elle est forte, elle est prolétarienne. Elle est assez forte pour que nous n’ayons peur de personne. Si on nous agresse, on sera puni, tout le peuple russe se dressera. Que Cachin dise les faits à Paris sans décor et je crois que nos amis auront de la joie et que nos ennemis seront convaincus. Que M. Cachin transmette notre salut aux ouvriers de Paris et de la France. Nous sommes aussi leurs frères de la Commune que les socialistes ont oublié. Nous souhaitons que les événements d’Allemagne se tournent contre nos ennemis. Notre communisme reste fort. Il faut le Front unique contre le fascisme créé par la social-démocratie.

720Torricachvili, ouvrier d’usine de serrurerie, ancien menchevik, aujourd’hui communiste (vingt-cinq ans de parti).

721Quand vos mencheviks vont travailler avec ceux du dehors, vous savez que les mencheviks ont joué ici un grand rôle. Ils ont été au pouvoir. Qu’ont-ils fait quand ils avaient la majorité ? Qu’ont-ils donné ? Rien. Des incapables. [?] m’a dit les faits. Ici, qu’avaient-ils fait pour les ouvriers et les paysans ? La terre est restée aux propriétaires. Nous, les ouvriers, nous travaillons un mois pour dix kilos de farine. L’État entier était en ruine, et nous, qui nous sommes battus pour le socialisme avec eux, nous avons vu les chefs abandonner notre idéal. Nous connaissons Charachidzé. Mais quand ils étaient les maîtres à Tiflis, pourquoi ont-ils admis l’amitié avec les Allemands et les Anglais. Si nous avons conscience, il faut dire maintenant. Nous n’avons pas souvent de pain blanc, mais quel était le pain que nous avons mangé sous les mencheviks. Pays en ruines, misère, pas d’industrie, pas d’agriculture. Ils racontent des mensonges. Nous n’avions aucune force pour entreprendre la reconstitution du pays. L’industrie du pétrole. M. Cachin doit dire qu’il y a ici des camarades qui affirment que Charathidzé est un mensonge. Nous allons continuer notre travail de reconstitution et nous lutterons contre les mencheviks de Paris.

722Kipiany, ancien menchevik, forgeron : « Nous avons réussi avec la première piatilotka. L’Américain Fuller a dit : "je ne suis pas communiste mais il faut reconnaître qu’ils ont réussi brillamment". Nous avons des difficultés de toutes sortes, mais ces difficultés nous les surmonterons. S’il n’y avait eu d’Armée rouge, il y aurait ici l’armée de Dénikine. Les fascistes en Allemagne ont incendié le Reichstag ».

723Djioiev, métallurgiste, ancien membre de la Tchéka menchevik : « Les ouvriers de notre rayon sont heureux d’avoir vu M. Cachin. La plus grande partie d’entre nous a été menchevik, nous voyons aujourd’hui combien nous nous trompions. Le prolétariat en construisant lui-même le socialisme n’a pas besoin des traîtres mencheviks qui sont avec la bourgeoisie. Chaque ouvrier conscient sait que son parti est le seul parti. Les anciens mencheviks regrettent aujourd’hui de tout cœur d’avoir été mencheviks. Nous sommes au courant de chaque pas de notre lutte. Le mouvement ouvrier nous intéresse plus que tout. Nous sommes animés du sentiment de nous arracher à la bourgeoisie. Il faut que vous disiez dans l’Huma et dans les réunions que nous sommes avec vous et non avec les traîtres mencheviks. Le moment venu on vous aidera réellement. Que le PC prenne exemple sur nous. Continuez à [?] ».

724Tevzazdé, peintre en bâtiment, non membre du PC, sympathisant : « Nous avons un hôte honoré et bien aimé. Nous apprécions le salut des communistes français. Il nous a dit que nos anciens camarades répandent le mensonge et la calomnie. Dans le temps, nous avons cru en eux. Maintenant nous voyons que l’intérêt de classe leur est étranger. Marcel Cachin nous a demandé notre avis sur les actes des mencheviks. Notre opinion : nous méprisons ces bassesses mencheviks. Dites cela aux ouvriers français. Il n’y a qu’un parti qui guide le prolétariat et sait le faire par ses actes. Vous camarades, anciens mencheviks, vous avez vu qui a tort et qui a raison ».

725Wassermann, Armée rouge, nous salue. Dites au prolétariat français que les armées de notre pays sont à la hauteur. Il y a dix ans, l’Armée rouge était mal équipée ; mais aujourd’hui ! Nous sommes prêts contre l’impérialisme. Notre politique c’est la paix. On signe aujourd’hui des pactes de non-agression. Ce n’est que du papier. Nos armées, notre volonté de défense est plus forte que toute agression. Les PC d’Allemagne et France sont bolcheviques, ils sont aux premiers rangs de la lutte de classe. Ils ont le drapeau en main, la révolution socialiste s’avance.

726Pirtskhalava Andro, vieux bolchevik depuis 1898, forgeron : « Nous recevons avec plaisir Marcel Cachin bien palpable avec le parti communiste français. M.C. parle le langage des ouvriers du monde entier. Nous avons honte des actes de nos anciens camarades. Ils ont déraillé. Je me rappelle Ramichvili, il avait de l’autorité, il était organisateur. Jusqu’où il est descendu ? Leur chute est formidable. Il n’y a pas de mot pour dire leur trahison. Nous ne sommes nullement avec eux. Qui servent-ils là-bas à Paris ? Ils appuient la social-bourgeoisie et sont contre les ouvriers. Ils ont oublié les idées de Plekhanov. Les parents de Ramichvili et les autres leur donnent sur la guerre des nouvelles mensongères. Quand ils entendent les voix rationnelles, ils ne veulent pas entendre. Quand la IIIe Internationale leur propose le Front unique, ils refusent. Ce sont les socialistes qui ont préparé le chemin en Italie et en Allemagne fascistes. Je connais personnellement tous ces gens-là. Peut-être y-a-t-il des intellectuels à Tiflis avec eux, mais ceux-là ne seront jamais avec les ouvriers. On dit je ne suis pas avec les bolcheviks parce qu’ils sont contre la patrie. Mais qu’on fait les mencheviks pour leur patrie, Charachidzé et les autres, qu’ils fassent ce qu’ils veulent. Cela ne nous intéresse pas mais qu’ils renoncent à tout jamais à avoir la moindre influence sur nous. Un pope lui disait sous les mencheviks, Dolidzé va lire la Résolution. Les Anglais, lorsqu’ils ont occupé la Géorgie, ont amené des troupes hindoues qui paradaient et patrouillaient dans les rues. Or les mencheviks étaient très bien avec les officiers anglais. La population a tué deux officiers.

727L’assemblée acclame la résolution.

728Au nom du prolétariat de Tiflis nous saluons le PCF, la classe ouvrière française révolutionnaire qui lutte contre la bourgeoisie et les alliés mencheviks. Notre révolution d’Octobre a battu tous les exploiteurs. Elle construit avec Staline. Nous avons créé le quartier général de la révolution mondiale et son État-major. C’est le parti communiste qui a fait cela. Nous allons faire encore plus ferme la défense de notre pays, lié plus fortement notre pays aux ouvriers des autres pays en Orient et en Occident. Le prolétariat de Tiflis est sûr que le PCF qui depuis longtemps lutte contre les bourgeois et les mencheviks aura le succès ; mobilisez les grandes masses, faites votre révolution d’Octobre. En cas de guerre contre l’URSS, le PCF sera dans nos rangs.

729Fin de la réunion. On porte en triomphe.

730Seuls les petits propriétaires pauvres sont kolkhoziens. En Géorgie 70 % de la terre est propriété privée et c’est la meilleure terre.

Jeudi 9 mars 1933

731Départ Tiflis à 3 h. Visite à Béria au Comité transcaucasien.

732Visite à l’usine textile combinée « La Géorgie soviétique », claire, aérée. 1 700 ouvriers. Les mencheviks y sont haïs. Le club, le réfectoire, les crèches.

733Réunion de l’usine hier pour dire sa solidarité aux travailleurs communistes allemands et français. Directeur communiste ouvrier. Plusieurs jeunes ingénieurs de formation soviétique.

73435 % de communistes dans l’usine. Repas 75 kopecks : soupe, viande, pain, compote. La production de l’usine est bonne. On reçoit la laine, on la lave, on la prépare, on la file, on la teint, on la tisse. Machines les plus modernes : anglaises, allemandes.

735Cheamchovi. Nous recevons la visite du camarade Cheamché Léjazai qui nous invite à aller à Cheamchovi cet été.

736À Tiflis, il y a cinquante ans, il y avait encore des toits plats.

  • 71 Vladimir Polonski (1893-1939). Secrétaire du Conseil pan-soviétique des syndicats à Moscou (1929-30 (...)

737Sourachany. Le secrétaire de l’Az. : Polonski71. L’Azerbaïdjan prédomine en Transcaucasie.

738Voyage Tiflis-Bakou : d’immenses champs de coton ; la steppe sans arbres, peu d’habitants ; de la vigne.

Vendredi 10 mars 1933

739On se réveille près de Bakou. On longe la Caspienne ; les forêts apparaissent sur une terre désolée. Neige, froid.

740À 7 h, Plénum. 780 000 habitants, s’augmente toujours. Trois nouveau districts de pétrole ; on construit toujours ; on est dépassé. À la gare : le gouvernement, le mir, le parti.

741On construit 68 raffineries sur la Volga. Non ici c’est trop près de la frontière. (Le chachlik).

742Todria, secrétaire du Tsik transcaucasien.

743Maharidzé, président du Tsik transcaucasien.

744Mousabikov, chef du gouvernement transcaucasien soviétique.

745Bedia, ministre de l’Instruction publique de la Géorgie.

746Aliev, secrétaire du Tsik d’Azerbaïdjan (Turc).

747Les cheminots de Tiflis.

748Tchaitouri.

  • 72 Alexandre Martinov (Piker) (1865-1935). Longtemps menchevik, il rejoint le parti bolchevik en 1923  (...)

749Martinov72 : la liquidation du menchevisme, 1923. Il n’y a plus dans le menchevisme que les petits bourgeois démoralisés et l’intelligentsia. Les mencheviks géorgiens ont été les meilleurs sociaux-démocrates avec traditions glorieuses, 1905, disciples de Plekhanov, disciplinés, partisans de l’insurrection. En Géorgie peu de prolétariat, peu d’industrie. Pas de bourgeoisie marchande de Géorgie (les marchands sont Arméniens). Paysans patriarcaux, vestiges féodaux. Les mencheviks cherchent leur appui chez les paysans. Ils ont fait une propagande énorme chez les paysans. C’est pourquoi les masses paysannes sont restées attachées au menchevisme, même dégénéré.

750Dès la guerre, la dégénérescence a commencé. Jordania a suivi Plekhanov à la guerre jusqu’à la victoire. Il y eut des rébellions contre Jordania. Après la révolution de mars 1917, les mencheviks suivirent la politique de coalition bourgeoise avec Tseretelli. Les ouvriers géorgiens et les paysans en furent démoralisés. Les chefs mencheviks ont lutté contre la séparation de la Finlande et Pays baltes. Ils ont attaqué Lénine et son mot d’ordre : droit des nations à disposer d’elles-mêmes jusqu’à la séparation. Ils ne voulaient pas la dissolution de la grande Russie.

751Après octobre, ils ont changé. République transcaucasienne indépendante ; puis République géorgienne indépendante. Ils sont devenus chauvins, géorgiens frénétiques pour se sauver de « l’anarchie bolchevique ». Leur politique myope ne permit pas à la République de Transcaucasie de durer plus de cinq semaines. S’ils avaient soutenu les paysans arméniens et géorgiens et azerbaïdjians contre les bourgeois d’Azerbaïdjan et d’Arménie et de Géorgie, ils auraient pu lier les masses des trois pays comme l’ont fait les bolcheviks. Mais ils ont fait le front uni avec les démocrates nationaux d’Azerbaïdjan et d’Arménie contre la Russie soviétique. Or les bourgeois d’Azerbaïdjan étaient tournés vers les Turcs, les Arméniens vers les Russes tsaristes. La République de Transcaucasie tombe en morceaux. Avec les mencheviks se groupèrent dans la République géorgienne à laquelle ils donnèrent la forme d’une république parlementaire. Ils supprimèrent tous les journaux bolcheviks. Ils mirent en prison 900 communistes. Les ouvriers de Tiflis organisèrent une réunion au jardin Alexandrov avec tendance pro-bolchevik. Les mencheviks ont fait charger la réunion.

752Lorsque la convention du front transcaucasien se déclara pro-bolchevique, le commissariat turc et menchevik sous la présidence de Ramichvili et avec l’aide des généraux de Wrangel, des Tartares se précipitèrent sur les soldats russes rentrant chez eux. Seules les troupes pro-bolcheviques furent désarmées. Les cosaques gardèrent leurs armes. On donna les armes aux soldats de l’armée volontaire de Dénikine en formation.

753Le motif formel de la constitution de la République transcaucasienne fut que les bolcheviks avaient dispersé l’assemblée constituante et conclu la paix de Brest-Livstok par laquelle Batoum, Kars, Ardajan seraient concédés à la Turquie. Dans les négociations avec les Turcs, les mencheviks déclarèrent que la paix de Brest n’intéressaient pas la Transcaucasie. Les Turcs menacèrent. Les mencheviks proposèrent Kars. Les Turcs dirent non. Ichenkelli voulait signer Brest ; mais la majorité rappela la délégation. Tseretelli : plutôt mourir ! Les Turcs commencèrent une offensive. Les mencheviks changèrent et signèrent Brest. Dans une lettre du comité transcaucasien, 10 avril 1918, les mencheviks disent : l’anarchie qui inonde la Russie menace notre pays par le nord. Pour combattre ce mal et établir des relations pacifiques avec la Turquie, le parlement transcaucasien déclare la République de Transcaucasie indépendante. Les Turcs non satisfaits de la paix de Brest demandèrent le chemin de fer géorgien pour le transport de troupes à Bakou. Les mencheviks accordèrent. Les troupes turques passent à travers la Géorgie et détruisirent la République soviétique de Bakou. Les Turcs font plus : ils attaquent la Géorgie occidentale. À soixante kilomètres de Tiflis, les mencheviks cherchèrent les généraux allemands comme médiateurs. Les Allemands arrêtèrent les Turcs. L’impérialisme allemand sauve la Géorgie. Ce même impérialisme que les mencheviks voulaient combattre jusqu’à la victoire. Le général Von Kress dit : « Réunissons une armée pour rétablir l’ordre et la paix à Astrakhan et ailleurs ». Les mencheviks répondent « non ». Mais si les officiers russes blancs veulent quitter la Géorgie, on les laissera. Von Kress s’adresse aux mencheviks : « Pourquoi certains propriétaires ont-ils été arrêtés parce qu’ils voulaient prendre les fermages des paysans ? ». Les mencheviks répondent : ils n’ont pas été arrêtés pour cela, mais pour avoir organisé des cent-Noir. De plus nous sommes en pourparlers avec les propriétaires nobles pour voir comment on pourrait améliorer leur situation.

  • 73 Toparidzé, responsable menchevik de la République démocratique.

754Après la défaite de l’Allemagne. Le menchevik prêt à tous les jougs contre le bolchevisme, s’aplatit devant l’Entente. Les Anglais arrivent et leur général Thomson déclare : « Nous ne reconnaissons pas votre République. Notre but est de rétablir dans le Caucase la vice-royauté subordonnée au gouvernement Koltchak ». Les Anglais demandent : « Pourquoi y a-t-il partout des drapeaux rouges et non nationaux ? » Réponse : « Parce qu’aujourd’hui nous célébrons l’anniversaire de la garde du peuple qui nous a sauvé du bolchevisme ». Les Anglais disent : « Avez-vous tendance à continuer la révolution ? » Réponse : « Avec nous la révolution est terminée. Nous sommes loin d’aucune expérience sociale ». Les Anglais demandent : « Est-il vrai que vous voulez enlever le terre à tous les propriétaires ? » Réponse : « Non ! Pendant la révolution, les paysans prirent des terres. Pour arrêter ces vols, l’État fixa les normes de propriété. Le gouvernement obtint 220 000 hectares qui devaient être vendus aux paysans ». Les Anglais demandent : « En quoi pouvez-vous être utile à l’Angleterre contre le bolchevisme ? » Réponse : « Notre république avec toutes ses forces assistera l’Entente dans la lutte pour l’ordre contre le bolchevisme (Toparidzé73). Le gouvernement géorgien menchevik considère comme nécessaire de faire au capital des conditions favorables ». Les mencheviks promirent aux Anglais et Américains d’améliorer leur situations.

  • 74 Kemal Pacha, dit Atatürk (1881-1938). Entré très jeune à l’école militaire, il en ressort avec le g (...)

755À la Géorgie indépendante et neutre, l’Entente demanda de faire des affaires sanglantes et la Géorgie s’enlisa sans murmurer. On livra à Dénikine les réfugiés du Caucase du Nord. Quand la position a changé et que les bolcheviks commencèrent à battre Dénikine, les mencheviks géorgiens firent rentrer en guerre le flanc droit de l’armée de Dénikine. On ne les désarma ni on ne les interna loin des unités de la guerre. 10 000 à 12 000 soldats de Dénikine furent internés à Poti, puis incorporés dans la nouvelle armée de Wrangel pour la Crimée. De même pour 6 000 cosaques de Gagry sous la surveillance de vingt miliciens. Le gouvernement géorgien fournit à la contre-révolution cosaque de Crimée, du Kouban, des vêtements, du pétrole, du charbon, des équipements d’armes. Tout cela fut envoyé en Crimée comme il fut prouvé par des documents. Cela après la conclusion d’un accord central avec RFSR. Pendant tout 1920 en guerre, les États-majors de Petlioura fractionnèrent et des bandes du Daj. du Kouban. Cela avant la fuite des mencheviks à l’étranger. Quand il fut prouvé que la contre-révolution avait épuisé ses forces, les mencheviks invitèrent les Turcs à occuper Batoum, afin d’acheter un allié contre les Soviets et pour plaire à la France qui essayait de faire quereller Kemal Pacha74 et Moscou.

756Politique intérieure. Paysans. Ouvriers. Petites nationalités. Le standard ouvrier tombe. Pas de journée de huit heures. Pour maintenir le front uni bourgeois, la classe ouvrière fut mise entre les mains et sous le contrôle des chambres de métiers paritaires. Conflits avec les syndicats ouvriers. Grèves dites bolcheviques. Alors les bolcheviks gagnent les majorités dans les syndicats (imprimeurs communistes). Alors persécution contre les bolcheviks.

757Paysans. Ce fut pire ; la loi agraire (mars 1918) conservait aux propriétaires sept déciatines, et 15 et 40 déciatines (élevage). Et il y eut des élargissements de la loi, intensive, céréales. Les propriétés de valeurs économiques spéciales furent laissées aux propriétaires. Chaque membre de la famille reçut une grande partie de la terre. Bien plus, deux ans après la loi, aucune exécution : la terre d’État est une fiction : les nobles gardèrent leurs terres ; la population proteste contre les mencheviks qui ne veulent pas donner la terre aux paysans ; il y a des nobles mencheviks. Dès lors, soulèvements de paysans, Elisabetpol, Kantaïs, Tiflis, Soukhoumi, Zinvali, Letchoum, Zangdidé, Gouriev ; les paysans prirent des villes et firent un gouvernement soviétique. Répression sanglante par les chefs mencheviks et les généraux tsaristes et officiers. (Kouprenia, Masniev) Kouprenia en Abkhasie, les mitrailleuses contre le village d’Adsi ; on marche sur le dos des paysans et on les fouette.

758Petites nationalités. Jordania avait dit au parlement géorgien en 1919 : « Nous consentons à la liberté des petites nationalités à condition de maintenir l’unité stratégique, économique de la guerre et non séparation des pays de bordure » ; formule élastique de caoutchouc. La guerre n’a cessé avec les petites nationalités : Ossètie, Abkhasie, Arménie, Adjaristan, guerre des montagnes. Orgie de chauvinisme en guerre sous les mencheviks.

759La garde populaire géorgienne.

760En dehors de l’armée, les mencheviks organisèrent une garde armée composée de partisans dans la main du gouvernement menchevik.

761Lors de la chute du gouvernement menchevik (février-mars 1921) cette armée ne se battit pas ou passa du côté bolchevik.

762Charachidzé dans son livre en réponse à Barbusse : « Le mensonge est un des principaux piliers du régime soviétique. Régime de violence, de servilisme, de corruption, répugnant et abject, régime qui méprise tous les droits humains, impérialisme effroyable et oppresseur ».

763Poincaré a déclaré quand il était Premier ministre en France : « Je reconnais que la Géorgie est souveraine. Je maintiens sa légation à Paris. Le gouvernement actuel de Géorgie, je ne le reconnais pas. Le seul gouvernement régulier de Géorgie qui est à Paris ».

764C’est l’avis des mencheviks géorgiens, officiellement protégés par Poincaré et Tardieu. Or par l’article 4, alinéa 2, du pacte franco-soviétique du 29 novembre 1932, Herriot supprime la légation de Géorgie à Paris.

765Le comité international pour la Géorgie et Frossard et les sociaux-démocrates protestent.

766Tseretelli, accrédité Géorgien au quai d’Orsay, écrit le 20 mai 1931 à Briand pour lui demander de rompre les relations commerciales avec l’URSS.

767La IIe Internationale dit : le gouvernement de Moscou maintient en Géorgie un pouvoir odieux à la population. La démocratie bourgeoise est supérieure au pouvoir ouvrier et paysan des Soviets. Est-ce que les Soviets de Géorgie représentent la volonté du peuple ? Le système des Soviets n’est-il pas supérieur à la stérilité des luttes parlementaires ? Les ouvriers et paysans de l’URSS participent à la direction de toutes les branches de la vie sociale beaucoup plus directement que dans la république parlementaire française.

768Grouzie. Imérétie. Ossétie. Abkhasie. Inguschetija. Kachchetidzé. Adjaristan (Batoum). Mingrélie.

769Régime soviétique proclamé en Azerbaïdjan en avril 1920.

770Régime soviétique proclamé en Arménie en décembre 1920.

771Régime soviétique proclamé en Géorgie en février 1921.

772En Géorgie : 2 600 000 habitants dont 1 700 000 Géorgiens.

773Population dense souffrant du manque de terre ; terre mal irriguée. Maïs : 468 000 hectares. Blé : 160 000 hectares.

774Vignobles de Kakhétie, tabac d’Abkhasie, élevage en Géorgie orientale, siriculture, thé, arbres fruitiers.

775Géorgie = Grusija

776Tseretelli a accusé Jordania d’avoir reçu de l’argent des puissances en 1924 pour financer l’insurrection, devant les mencheviks russes pris comme arbitres. Le débat s’engagea sur les voies et moyens de la libération de la Géorgie et de l’URSS. Jordania niait les affirmations de Tseretselli, mais les mencheviks russes avec Ts. ont maintenu leurs accusations. Tseretselli a été relevé de la représentation à la IIe Internationale.

777D’où la décision de 1931 à Berlin, qui à l’Exécutif de la IIe Internationale recommandait aux mencheviks de ne jamais se laisser aller à favoriser l’intervention des impérialistes en URSS. Si la IIe Internationale prenait cette décision, c’est contre le renouvellement possible de l’équipée de 1924.

778En Géorgie, gouvernait le parti petit-bourgeois des mencheviks appuyé par l’impérialisme ; aujourd’hui y gouverne le parti des bolcheviks géorgiens appuyé par l’URSS.

779Pendant que Tcheridzé était président du Comité exécutif central des Soviets et Tseretelli, ministre de Kerinsky, ils s’opposèrent avec violence à la séparation de la Finlande et des pays limitrophes de la Russie.

780Le 22 avril 1918, sans consulter la population, les mencheviks proclamèrent l’indépendance de la Transcaucasie.

781Le 16 mai 1918, la Géorgie est érigée en État indépendant.

782Tiflis est le centre stratégique de la Transcaucasie et la voie de Bakou passe par Tiflis. D’où l’amour des généraux allemands, français et anglais pour la Géorgie.

783Qu’est-ce que ce Charachidzé ?

784D. Charachidzé. Barbusse, les Soviets et la Géorgie (1929).

785La Géorgie soviétique n’a pas réalisé la réforme agraire. En Géorgie, c’est la misère générale et le manque de produits. L’agriculture en Géorgie n’a pas atteint son niveau d’avant-guerre. La bureaucratie industrielle a été incapable de donner l’impulsion à l’industrie du manganèse de Tchiatouri. Il y a pénurie de produits alimentaire et de produits manufacturés. Les impôts sont plus écrasants que jamais. Depuis l’établissement du communisme en Géorgie, les salaires ont augmenté de 53 % et le prix des articles de première nécessité de 173 %. Sur 157 500 ouvriers industriels géorgiens, 13 % chôment. Pour les ouvriers en Géorgie, salaire de famine et chômage. Pas de droit de grève. La situation de l’ouvrier était meilleure sous le tzar (p. 189). Les syndicats rouges sont l’avilissement du prolétariat (p. 190). Une notable partie des enfants restent hors des écoles. L’école soviétique est de qualité au dessous de toute critique. L’enseignement secondaire donne des résultats d’ignorance scandaleuse. L’enseignement supérieur. Vexations. L’administration des universités a été donnée à des communistes ignorants. Les communistes ont entravé et réformé le développement de la culture nationale (p. 197). L’URSS ne fournit aucune aide financière à la Géorgie, au contraire. La Géorgie est exploitée comme une colonie par l’Union soviétique, par l’industrie grand russe, la plus vile et la plus parasitaire du monde. La Géorgie est dominée par la force des baïonnettes et par la terreur continuelle (p. 211), de l’impérialisme de Staline. L’économie bolchevique entrave les forces productives dans toute l’Union ; elle est en Géorgie une exploitation de caractère colonial.

786Préface de Kautsky : Le bolchevisme est à son déclin, l’avenir en Russie est au menchevisme.

787Dans les petits États, la vie spirituelle est plus active que dans les grands. Les mencheviks sont les socialistes au sens occidental. Les bolcheviks sont des asiatiques, messianiques qui se croient destinés à régénérer le monde.

788Les affaires des bolcheviks sont désespérées. Ils ne peuvent plus compter que sur la violence, la terreur, le mensonge. Mais les habitants de l’Union soviétique ont faim et n’ont pas de vêtements. Kautsky dit du livre de Charachidzé qu’il est l’histoire de la Géorgie en cette dernière décade.

789Nos ouvriers russes ont une admirable culture révolutionnaire et une faible culture technique. Les ouvriers français ont une admirable culture technique et une faible culture révolutionnaire.

790Caucase du Nord (riche en terres fertiles). Les rayons du Caucase du Nord n’ont pas réalisé le plan de stockage des céréales. Cependant en 1930 et 1931, on a collectivisé la terre plus que dans les autres régions. Mais les koulaks ont saboté les kolkhozes. On a épuré les Soviets de villages, rigoureusement. On a fait le tournant. Dès lors, les progrès du stockage ont été importants. Provisoirement il vaut mieux quelques chemises en moins, quelques tracteurs en plus.

791À Krosnodar (Ekaterinodar), Institut agronomique du Kouban, capitale de la république soviétique du Kouban. Roueste : acclimatation du soja. Sauvions cognac à Tempelhof.

792Sourokhani rayon du pétrole de Bakou porte le nom : Humanité. Contrat d’émulation passé par Vaillant-Couturier.

793L’Huma doit correspondre avec Vitchka, l’ouvrier de Bakou, le Puits, le Communiste.

794La brigade de choc de l’Huma doit prendre le nom Sourokha. Elle enverra une délégation avec un drapeau rouge pour la meilleure brigade de choc.

795Staline.

796Ordjonikidzé, industrie lourde.

797Enoukidzé, secrétaire Tsik.

798Mikoian, alimentation.

799Géorgie, Tskhakoya : président des Soviets du Caucase.

800Tchenkéli, accrédité au quai d’Orsay, écrit le 20 mai 1931 à Briand pour lui demander de rompre les relations commerciales avec l’URSS. Le menchevisme est dans le camp de la contre-révolution ; il est allié ouvertement à l’impérialisme. Il est démocrate pour arriver au socialisme ; d’avril 1918 à février 1921 : gouvernement menchevik.

8011921, début de l’insurrection contre le gouvernement menchevik.

802Août 1924, le Comité pour l’indépendance de la Géorgie proclame l’insurrection contre le gouvernement de Moscou.

803Septembre 1924, le Comité se déclare dissous après la défaite. Le menchevik Devdariani dans une brochure écrite en 1926 dit « Le gouvernement Jordania doit cesser d’exister. Le travail menchevik à l’étranger doit être liquidé car il correspond à rien. La Géorgie ne s’effacera plus. La politique de Jordania est politiquement proche du fascisme italien. Elle place la Géorgie sous le contrôle du capital étranger. Le peuple géorgien n’aperçoit la route de l’avenir que dans un grand travail économique et culturel réalisé avec la solidarité de l’URSS et non par l’appui des emprunts chez les impérialistes étrangers qui la mettraient en tutelle, en colonie de butin. La Géorgie est dès maintenant démocratique ».

804Novembre-décembre 1924. Une délégation des Trades-Unions en Union soviétique. Elle édite un rapport : Smith (mineur) ; Findlay (tailleur) ; Ben Tillet (docker) ; Purcell (meubles) ; Turner (employé) ; Bromley (mécanicien chemin de fer) ; Bramlay (bois). L’un d’eux avait tenu un emploi officiel dans les armées d’occupation britanniques. Ils écrivent : une grande partie de la population industrielle est prête à donner sa vie pour le gouvernement d’aujourd’hui. Ils demandèrent le retrait de l’Armée rouge et de la Tchéka. Le peuple géorgien a retiré de grands avantages de la réunion de la Géorgie à l’Union soviétique. Pour les minorités nationales, le système actuel est le meilleur. Il est de l’intérêt des Géorgiens et de la paix du monde que l’incorporation de la Géorgie à l’URSS se maintienne.

805Djougheli commandant la garde nationale menchevik.

806Tiflis sur la Koura. Beauté du type. Une des plus anciennes races du monde. Les Géorgiens sont faits pour la guerre, l’amour, les festins, la joie. Envahie par les Mongols, les Persans, les Turcs. En 1783 se donne à la Russie.

807En 1917 Géorgie, Azerbaïdjan, Arménie se réunissent en une diète à Tiflis. Disputes, dissolution. La république de Géorgie se proclame indépendante. Jordania. Ts. Tch. Elle se place dès 1917 sous la protection de l’Allemagne. En 1918, elle se donne à l’Angleterre à laquelle elle remet Batoum. 25 février 1921, Tchenkéli plénipotentiaire géorgien à Paris ; quatre jours après les rouges rentrent à Tiflis. Le menchevisme avait régné trente mois.

808Nulle organisation. Misère. Batailles contre Arméniens et Turcs. Les ouvriers se révoltent et appellent les bolcheviks. Les classes intellectuelles et nobles émigrent. Depuis la vie est redevenue normale.

809Décembre 1930, place d’Italie à Paris, Ramichvili est abattu (les fantômes du Coblenz géorgien) par le coup de revolver d’un de ses compatriotes Tchanoukvadzé. Il était ministre plénipotentiaire de Géorgie en France. Il était en relation avec le gouvernement français, les puissances capitalistes françaises et les blancs. Ils recommandait au haut patronat français les ouvriers géorgiens et les faisait débaucher quand ils ne lui plaisaient plus. Tch. lui reprochait de lui avoir fait perdre son travail chez peugeot. Il avait combattu les Soviets en Géorgie. Ramichvili avec Djougheli avaient persécuté les Abkhasiens et ravitaillé Dénikine. En France, il intervenait contre un pouvoir régulier.

810Djougheli : brûleur de village ossètes.

811Général tsariste Alexeiev, général allemand von Kress, général anglais Walker.

812Mémorandum à la Société des Nations : la Géorgie a été jadis l’avant-garde du christianisme en Orient. Elle est aujourd’hui l’avant-garde de la démocratie. Donc elle peut être admise dans la famille des peuples libres européens.

813Mines de manganèse de Chiatouri.

814Huma : 125 F les 100 kilos de papier (papier français). Il rentre en France 450 000 tonnes papier, en Angleterre 600 000 tonnes.

815Publicité : 1 200 000 F. Hermis a apporté un certain appui. La publicité devient de plus en plus difficile.

816Du 1er au 15 août 1932 : 24 400 dans les kiosques à Paris (25 000 banlieue). Du 15 au 30 novembre 1932 : 26 138 dans les kiosques à Paris (30 000 banlieue). Décembre : 25 000 Paris, 24 500 banlieue.

817Tirage octobre 1932 : 150 000. Vente moyenne : 120 000. Le tirage oscille entre 150 000 et 180 000 en novembre 1932. Abonnements : 12 140.

818Depuis le 3 novembre : 1 000 abonnements reçus, 500 désabonnements. CDH : vente 12 000 le dimanche dans la région parisienne. Actuellement en 1932, l’Huma s’équilibre par ses propres moyens. Passif à la BOP : 700 000 + 1 200 000 à la suite de la faillite.

819Que reprocher à J.D.? Pourquoi pas au secrétariat ? Bon garçon, mauvais musicien.

Lundi 6 mars 1933

820Le chef de l’Agit.-Prop. (questions nationales et paysannes). Le chef de l’Institut historique Staline.

821La politique nationale menchevik. Ils ont rejeté de leur programme, le programme de liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes. Adjaristan, Arménie, Abkhasie, Ossétie, ils leur ont refusé le droit de nationalité.

822En Ossétie dès 1917, elle avait demandé sinon une autonomie complète, du moins au point de vue administratif quelque indépendance. Le gouvernement menchevik refuse et l’a inclus dans une circonscription administrative de la Gourie. Les Ossètes se révoltèrent trois fois contre les mencheviks, en 1918, 1919, 1920 pour résister sur leurs demandes d’autonomie. La dernière révolte en 1920 à été réprimée sauvagement. En Ossétie méridionale, les troupes géorgiennes incendièrent et pillèrent les propriétés. Les faits sont consignés officiellement (Djougheli). On a trouvé récemment des renseignements inédits dans les archives des mencheviks ; on a trouvé les réclamations formulées par des fonctionnaires mencheviks qui furent volés par les troupes qui ne faisaient aucune différence entre les mencheviks et les bolcheviks. Ils donnent tous les détails sur les pillages des maisons et les vols. Il y a de nombreux documents de cet ordre (instituteurs, miliciens, fonctionnaires mencheviks qui protestaient et réclamaient). Combien de tués, de blessés, cela a été établi par une enquête déjà faite immédiatement après les révoltes par le gouvernement bolchevik.

823En Abkhasie, on a trouvé aussi des documents récents venant des mencheviks abkhasiens. Les mencheviks avaient reconnu formellement l’autonomie de l’Abkhasie. Or les mencheviks abkhasiens disent : « L’autonomie n’est qu’un mot ; ce qu’on a connu de la guerre c’est de l’oppression, des expéditions punitives qui rend le nom de Géorgie odieux en Abkhasie ». Un autre rapport des mencheviks abkhasiens dit : « Vous ne laissez aucune base économique, vous nous avez pillé tout notre bois, nos tabacs, nos produits ; nous n’avons plus rien pour assurer notre économie ; l’Abkhasie dégénère physiquement, au point de vue culturel c’est une régression, elle est en train de s’ensevelir dans une obscurité sans autre et une crasse profonde. Les forces productives du pays se désagrègent complètement. »

824Adjaristan. Les mencheviks avaient promis l’autonomie à l’Adjaristan. Pourquoi ? Parce que Batoum étant sous l’occupation anglaise. Les bolcheviks luttaient contre les Anglais et les mencheviks, ils gagnaient du terrain ; ils disaient (soviets Adjaristan). Les mencheviks ne pouvaient pas combattre les Anglais ; pour enlever le vent des voiles aux bolcheviks, ils promirent de donner l’autonomie à l’Adjaristan ; ils firent appel aux koulaks et aux propriétaires pour former le gouvernement. En 1920, lorsque les Adjariens demandèrent leur autonomie réelle et la réalisation des promesses, Jordania et Ramischvili, ministre de l’Instruction dirent non catégoriquement. Ils dirent : si vous ne vous tenez pas tranquille, voyez ce que nous avons fait en Ossétie. Ces paroles de Ramichvili prononcées dans le village de Kédi près de Batoum en été 1920.

825Arméniens. Il faut rappeler que déjà sous le tsar les ouvriers, artisans et paysans géorgiens et arméniens n’avaient pas de conflits nationaux ; il y avait solidarité entre Arméniens et Géorgiens ; ils luttaient ensemble contre le tsar et le féodalisme. La chose la plus honteuse pour les mencheviks fut le progrom du 5 janvier 1919 à Tiflis ; c’était le commencement de la guerre entre dachnaks et mencheviks. À ce moment-là les Arméniens, les membres du parti furent enlevés de leurs domiciles et emprisonnés comme suspects de déloyauté envers le gouvernement menchevik. Il y a une lettre de Jordania au menchevik Sourabov dans laquelle il lui donne l’assurance que par exception il ne sera pas arrêté.

826Conclusion sur la question nationale.

827Un journaliste anglais voyageant en Géorgie en ce moment-là. Il dit qu’on ne peut trouver un meilleur exemple que la Géorgie pour montrer les manifestations de l’impérialisme, des antagonismes internationaux sont excités entre petites nations, plus violemment que dans les grandes nations. Noé Jordania avait dit aussi en 1918 que les petites nations peuvent aussi développer le chauvinisme nocif... Un journaliste français en 1920 a voyagé en Perse à travers la Géorgie ; son livre a été publié en 1923 et il y a cent pages intéressantes.

828Relations des mencheviks avec les puissances impérialistes.

829La base de la politique menchevik est la formule de Jordania : « Je préfère les impérialistes occidentaux aux fanatiques orientaux ». (En réponse aux propositions d’unité entre bolcheviks et mencheviks pour combattre l’impérialisme étranger). Il y a de nouveaux documents là-dessus. Nous les aurons.

830L’insurrection de 1924. Un livre publié en 1924 après l’insurrection par Mami Hora Elechbili : « La voie de la Gironde géorgienne ». Il y a trente pages sur le gouvernement intérieur et extérieur jusqu’en 1921, puis un chapitre sur la préparation de la rébellion de 1924. Ce livre a été fait pour être traduit en français. C’est exhaustif. Nous aurons un texte.

831Politique agraire. Les mencheviks étant le parti dominant en Géorgie, ont été les véritables responsables pour empêcher le développement de la révolution au point de vue agraire entre février 1917 et octobre 1917. C’était un accord entre les mencheviks et la banque des propriétaires, la banque des nobles. Dans ce document, les mencheviks devaient avoir des subsides pour lutter contre les luttes paysannes anarchiques.

832On aura une photo de cet accord.

833C’est un argument excellent pour montrer la politique agraire des mencheviks dans la suite. Sur la base de cette non-solution de la crise agraire eurent lieu tous les soulèvements de la suite. (On aura les documents). Dans la classe ouvrière, il y avait bolchevisation incessante et dans les paysans, même chez les ouvriers et paysans mencheviks, car on vient de trouver des documents des mencheviks qui prouvent que les syndicats de base des mencheviks sont en train de se contaminer.

834Dans ces documents on trouve que le nombre des mencheviks du parti décroît sans cesse. La véritable force des mencheviks était la Garde populaire, la phalange menchevik. Ils se plaignaient que même dans la garde populaire le bolchevisme s’était introduit. Les historiens de la Géorgie croyaient que les mencheviks étaient un parti très fort grâce à leurs profondes racines en Géorgie. Mais de nouveaux documents, prouvent qu’il n’en était pas ainsi. Le pouvoir menchevik se désagrégea très rapidement à l’intérieur. Ils ne purent se maintenir trois ans que grâce à l’offensive des impérialistes. Voici un document qui fait appel aux Allemands.

835Conseil national de Géorgie 14 mai 1918 : requête au général Lossov, commandant des forces allemandes pour laisser en Géorgie les prisonniers de guerre et de les organiser militairement pour maintenir l’ordre en Géorgie et lutter contre l’anarchie. On a trouvé une lettre au Comité central par Jordania à la veille de la soviétisation : « Nous perdons le terrain parmi les paysans ; les ouvriers sont contre nous ; en Russie, les ouvriers sont contents de vivre d’un quart de livre de pain ou de rien. Nous qui leur donnons une livre par jour, nous ne les satisfaisons pas parce que nos ouvriers sont des ouvriers asiatiques qui ne veulent pas se sacrifier pour préparer l’avenir ». Tous ces documents prouvent que la chute des mencheviks et la soviétisation ne furent pas le résultat de l’intervention de l’Armée rouge et du soulèvement des paysans sur lesquels nos historiens ont mis trop l’accent ; mais la partie jouée par la classe ouvrière elle-même prouve qu’elle a été le moteur dominant de la révolution. Çà, c’est la thèse nouvelle centrale. Dès 1902, Jordania entre en prière avec le pouvoir tsariste ; il signe : Jordania, homme noble...

836Turquie – Azerbaïdjan (mélange de Turcs et de Mongols). Ils ne veulent pas être appelés tartares. Tourqui – Turcs d’Anatolie.

Mardi 7 mars 1933

837Journaux à Tiflis :

8381. Communiste en Géorgie. 112 000. Organe central et le plus répandu.

8392. L’ouvrier de Tiflis, en russe, grosse influence ouvrière.

8403. L’Aube de l’Orient pour les trois républiques, en russe, car langue officielle de la Fédération de Transcaucasie c’est le russe.

841À Tiflis tout le monde parle le russe ; à la campagne, non !

842Trois républiques autonomes en Géorgie : Ossétie du Sud, montagnarde. Adjaristan. Abkhasie.

843L’Arménien est pauvre, habitué aux privations, se satisfaisant de peu, bon ouvrier. Le Géorgien est plus exigeant, plus cultivé. Des trois pays de la Transcaucasie, la Géorgie est la plus cultivée.

844Les moussavat azerbaïdjiens étaient les propriétaires du naphte, peu cultivés. Ils sont aussi à Paris où ils intriguent contre F Union soviétique avec les magmas du pétrole.

845La ligne est électrifiée sous le tunnel par les bolcheviks. Les locomotives électriques sont maintenant construites ici. Il y a deux pipes-lines passant par le tunnel de Souram près de la ligne de chemin de fer. L’usine des vingt-six commissaires (ceux qui ont été fusillés à Bakou par les Anglais), trinité de direction : un Géorgien, un Arménien, un Turc. Usine métallurgique. (Il y a un film sur les vingt-six commissaires). L’électrification est importante.

846Population en Géorgie en 1931 : des villes 665 000 habitants. Des campagnes 2 238 000 habitants. Soit 2 890 000 habitants. Augmentation de 500 000 depuis le tsarisme.

847On avait persuadé ici qu’il fallait combattre les Russes barbares. Ceux qui ont résisté ici à l’Armée rouge, c’était les fils de bourgeois et nobles, les junkers, les jeunes élèves officiers d’école militaire. Leur résistance a duré deux ou trois jours au plus. On leur a donné la possibilité de fuir ensuite. Il n’y avait pas d’ouvriers, de paysans dans cette armée. L’Armée rouge était composée essentiellement de chefs géorgiens et de troupes géorgiennes. Ce sont eux qui ont appelé et guidé l’Armée rouge.

848(Le camarade Baron)

849Le Gossisdat de Géorgie a publié le Capital de Marx et vingt-six œuvres de Marx sont imprimés. Quatorze œuvres de Marx sont à l’imprimerie. 15 000 exemplaires du Capital épuisés, à propos du cinquantenaire de Marx. La Géorgie tient la quatrième place dans le monde pour la publication du marxisme. Ils ont tiré neuf volumes de Lénine (sur trente). 5 000 exemplaires.

850Les classiques de tous pays – Zola ; on enlève 10 000 exemplaires des romans en quinze jours ; des Hongrois. Les poésies nationales recueillies dans les villages. Byron, Shakespeare, Boccase, Gœthe, Tolstoï, Stendhal, Mérimée, Maupassant, Baudet, Tchekof, Hugo (93), Swift, Withman, Ovide, Balzac, Gorki, De Foë, Erckman-Chatrian, Molière, Sophocle, Dickens, Heine, Cervantès, Pouchkine, Dante, Tristan et Yseult.

851Éditions en couleurs, journaux pour les enfants.

852Piromanichvili, le peintre autodidacte mort sous les mencheviks, abandonné par tout le monde, sans instruction ; à l’Humanité on a parlé de lui. Dans plusieurs pays, on a été invité à faire une exposition ; il vendait ses œuvres dans les cabarets. Le premier livre imprimé en Géorgien le fut à Rome en 1629. En Géorgie on a imprimé le premier livre en 1709. Jusqu’en 1917 on a imprimé en Géorgie 4 746 livres avec des tirages de 800 à 900 au XVIIe siècle ; 2 000 sous le tsarisme. Pour le moment 100 000 de tirage pour chaque livre.

853En 1921 : 136 000 de tirage.

854En 1930 : 508 volumes avec 2 717 000 tirages.

855EN 1931 : 750 volumes avec 4 228 000 tirages.

856En 1932 : 1 635 volumes avec 9 141 000 tirages.

857Industrie et agriculture

858La population en Géorgie dans la grande et la petite industrie ; avant la soviétisation pas de grande industrie.

859En 1924 production par 8 890 ouvriers dans la grande industrie.

860En 1928 production par 11 000 ouvriers dans la grande industrie.

861En 1932 production par 22 300 ouvriers dans la grande industrie.

8621923, 14 millions de roubles

8631928, 44 millions roubles

8641932, 254 millions roubles

865(760 % de plus qu’au début). 574 % de plus pendant la première piatiletka.

866Charbon : sous les mencheviks, désorganisé presque entièrement. En 1932 : 205 000 tonnes au lieu de 79 000 sous les mencheviks.

867Manganèse : en 1932 : 599 000 tonnes contre 64 000 sous les mencheviks. 1 500 ouvriers, travail mécanisé récemment.

868Électrification : sous les mencheviks, toutes petites stations communales.

Aujourd’hui : Zagès 48 000 kilowatt
Abgès 1 200 kilowatt
en mai Riou 48 000 kilowatt
Alaznguis 5 000 kilowatt

869Kartchili combiné industriel en Abkhasie, vu les plans à Soukhoumi. Astkès en Adjaristan, sur l’Adjariskali : 18 000 kilowatt.

870L’industrie comparée à l’agriculture : au commencement de Piatiletka pour l’industrie 16 %, à la fin 56,4 %. Pour l’agriculture 83,3 %, au lieu de 43 %.

871Capitaux de l’industrie

en 1923 110 millions
en 1927 750 millions
en 1932 750 millions

872Socialisation en agriculture : de 1928 à 1932 ; surfaces cultivées :

en 1928 788 000 hectares
en 1932 858 000 hectares

873Là-dessus en sovkhoses :

8741 000 hectares en 1928

87533 000 hectares en 1932

876Il reste en propriétés individuelles :

877784 000 hectares en 1928

878570 000 hectares en 1932

879Nombre de sovkhoses :

en 1928 239
en 1932 3 426

880Nombre des économies réunies en sovkhoses :

en 1929 3 574
en 1932 166 671

881Soit 36 % de la population agricole déjà collectivisée et 50 % des surfaces cultivées.

882Irrigation : surface irriguées

en 1920 95 000 hectares
en 1932 202 000 hectares.

883Dessèchement : on a dû dessécher 274 000 hectares ; on a dépensé pour cela 10 millions de roubles. Cette année 5,5 millions. Ouvriers dans l’industrie et l’agriculture : 311 000 ; dans les plus importantes industries : 22 000.

884Institutions scientifiques :

885sous les mencheviks : 17

886aujourd’hui : 145

887Sous les mencheviks : 80 % d’analphabètes. Aujourd’hui 900 000 ont passé dans les écoles d’alphabétisation.

888Quatre bibliothèques en Géorgie sous le tsar, 82 clubs, quatre cinémas, trois théâtres.

889En 1920-1921 : 132 instituts, bibliothèques, clubs et théâtres.

890En 1932 : 1 800 instituts, bibliothèques, clubs et théâtres.

89116 200 TSF dans les clubs dans les lieux de réunion.

892(Sous les mencheviks : 4 % du budget pour la culture. Aujourd’hui : 30 % et en outre 47 % du budget communal).

893Appointement des pédagogues en 1930 : 82 R. et 120 au 2e degré.

894Nous allons liquider l’analphabétisme. Nous allons armer techniquement les instituteurs. Nous allons éditer des manuels stables. Nous allons augmenter le nombre des écoles et les aménager.

895Ludwig Feuerbach – Anti Duhring. Manifeste du PC, sont les livres de chevet de tous les ouvriers conscients. Correspondance de Marx et Engels, quatre volumes publiés en 1913 sur la tactique de la lutte des classes, l’embourgeoisement des leaders britanniques.

896Marx. Accumulation primitive du capital.

897C’est l’expropriation du producteur immédiat, la dissolution de la propriété fondée sur le travail personnel. La petite propriété exclut la concentration, la coopérative, la division du travail, le machinisme. Mais l’expropriation est survenue douloureuse, épouvantable et c’est la genèse du capital opérée par des procédés violents. L’appropriation capitaliste, conforme au nouveau mode de production est la première négation de la propriété privée, corollaire du travail individuel. Mais la production capitaliste engendre elle-même sa propre négation avec la fatalité de la nature. C’est la négation de la négation. Elle rétablit la propriété individuelle née des acquêts du capital, propriété qui repose sur un mode de production collectif. Il a fallu plus de temps, d’efforts et de peines pour transformer la propriété privée en propriété capitaliste qu’il n’en faudra pour transformer la propriété capitaliste en propriété sociale. Il y a donc d’abord l’accumulation dite primitive obtenue par la dépossession violente du travailleur de ses moyens de production, l’expropriation des paysans chassés de leurs terres, le vol des terres communales, le système colonial, les dettes d’État, les tarifs protectionnistes, etc. Puis l’accumulation du capital sur la base du capitalisme, de la propriété privée capitaliste par la centralisation des capitaux.

898L’accumulation du capital, c’est la transformation d’une partie de la plus-value en capital et l’emploi de cette partie pour produire à nouveau. La production sociale se divise en : production des moyens de production, production des articles de consommation. Trois stades dans l’augmentation du rendement du travail pour le capitalisme : la coopération simple, la division du travail et la manufacture, les machines et la grande industrie.

899L’unique provenance de la richesse capitaliste c’est le travail gratuit arraché à l’ouvrier. Une longue évolution économique a doté le travailleur du pouvoir de produire plus que n’exige son entretien. C’est de cette productivité du travail que sort la possibilité de la plus-value. Le capitaliste achète la force de travail pour un temps déterminé. L’usage de cette force lui appartient pour un jour. Durant ce temps elle peut produire plus qu’elle n’a coûté. Le caractère spécifique du mode de production capitaliste est d’enfanter de la plus-value. Le travail libre n’obtient la permission de pourvoir à son entretien par son travail qu’à la condition de fournir à son employeur une plus-value, c’est-à-dire en lui augmentant son capital. Dans la société capitaliste, la force de travail est une marchandise. Le capitaliste l’achète comme il achèterait un kilo de sucre. Cette force de travail est une source de valeur. Toute invention technique augmente l’excès du produit journalier ; l’ouvrier fait cadeau au capitaliste de son travail sans être payé en échange. Le cadeau augmente de valeur à mesure que la technique se perfectionne. La classe ouvrière est la seule qui produise toutes les valeurs : le mot valeur n’est qu’une autre expression de travail.

900Le capital consiste en ce que le travail vivant sert au travail accumulé de moyen pour augmenter sa valeur d’échange. L’appropriation capitaliste c’est la négation de la propriété privée. Puis la production capitaliste engendre sa propre négation. C’est la négation de la négation.

901Pour un marxiste, la base de toute politique, c’est la contradiction du prolétariat et de la bourgeoisie. Il faut savoir que leurs rapports sont toujours changeants. Les origines du capital, c’est l’expropriation des travailleurs petits propriétaires. L’unique provenance de la richesse capitaliste, c’est du travail gratuit arraché à l’ouvrier. La richesse du capitaliste, c’est du travail non payé, c’est du travail extorqué. Après toute nouvelle découverte scientifique et technique, le cadeau de l’ouvrier à son employeur augmente. Le capital s’accumule en des proportions toujours croissantes. À l’accumulation du capital correspond une accumulation de misère.

902Les évolutionnistes vulgaires croient aux lentes transformations. Marx répond : dans les grandes époques historiques vingt années égales une journée, bien que par la suite, puissent se présenter des journées qui concentrent en elles des vingtaines d’années.

903Traits essentiels. Marx a mis en relief :

  • Le rôle historique mondial de la classe ouvrière comme édificatrice de la société socialiste. Il a montré la vraie situation du prolétariat en régime capitaliste.
  • La différenciation nette entre prolétariat et toute la bourgeoisie.
  • La nature bourgeoise des réformes démocratiques camouflées par des phrases dites socialistes : le travail est la base de toute valeur, la théorie de la plus-value, pierre angulaire de l’économie de Marx.

904Que l’histoire de toute société (sauf pour la communauté primitive) n’a été que l’histoire de lutte de classes. La lutte de classe est le moteur des événements. Toute lutte de classe est une lutte politique.

905Le capitalisme a socialisé le travail, c’est la base matérielle de l’avènement du socialisme.

906Que c’est sur la base du régime économique que s’édifie l’édifice politique.

907Le capital :

  • ruine la petite production
  • intensifie la productivité du travail
  • crée les monopoles des trusts
  • crée la collectivité du travail
  • produit anarchiquement et crée avec les crises, l’armée du chômage
  • augmente la dépendance des ouvriers au capital et par là, crée la puissance du travail organisé
  • rompt la liaison de l’agriculture et de l’industrie
  • dissout la famille patriarcale
  • brise les frontières nationales
  • substitue les luttes de classe aux luttes nationales.

Notes

1 Oreste Rosenfeld (1891-1964). Né en Russie, il adhère en 1904 au POSDR. Engagé volontaire en 1914, il part comme officier du corps expéditionnaire russe de l’armée d’Orient. En mars 1917, il est nommé attaché militaire à l’ambassade russe de Paris, par le gouvernement Kerensky. Il rompt avec la Russie bolcheviste, adhère à la SFIO en 1919-1920, et devient en 1927 rédacteur à la rubrique internationale du Populaire, dont il prend la direction en 1932. Emprisonné à Lübeck de 1940 à 1945, pour ses positions atihitlériennes et antimunichoises, il poursuit sa carrière de journaliste après sa libération.

2 Elisée Reclus (1830-1905). Après des études à la faculté protestante de Montauban, il part à Berlin, où il suit les cours du géographe Karl Ritter. En 1851, alors qu’il est inscrit en droit à Paris, il quitte la France après le coup d’État, où il revient en 1857. Combattant de la Commune de Paris, il est membre de L’Internationale bakounienne et militant anarchiste. Géographe de renommé mondiale, son œuvre magistrale est La Terre (1867-1868), et la monumentale Géographie universelle, dont la publication s’est échelonnée de 1875 à 1894.

3 Pierre-Étienne Flandin (1889-1958). Chef de l’Alliance démocratique à la Chambre des députés, il est plusieurs fois ministre à partir de 1924. Président du Conseil de novembre 1934 à mai 1935, il est chargé des Affaires étrangères en 1936. Après avoir approuvé les accords de Munich en 1938, il apartient un temps au gouvernement de Vichy (décembre 1940-février 1941).

4 Valérien Dovgalevski, ambassadeur soviétique depuis novembre 1927 et Herriot, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères depuis mai 1932.

5 Deterding, président de la Royal Dutch Shell.

6 Evgeni Miller, né en 1867, général dans les armées blanches, émigré, fut enlevé en 1937.

7 Gorgulov, .russe blanc, assassine le 7 mai 1932 le président Paul Doumer

8 Anatole de Monzie (1876-1947), avocat, homme politique, plusieurs fois ministre. Favorable au rapprochement avec l’URSS, il est lié aux intérêts pétroliers.

9 Nicolas Schwernick a prit la présidence des syndicats soviétiques après l’élimination de Tomsky en 1930.

10 Pauline Taurynia. Née en 1898, sœur de Mathilde Péri, elle se marie avec André Marty le 10 avril 1924 à Toulouse, dont elle se sépare, selon les archives de police, en 1929 avec des périodes de réconciliation, jusqu’en 1937, date de leur séparation définitive. Membre de la commission féminine en 1924, elle est, en 1937, responsable de l’administration des hôpitaux des Brigades internationales.

11 Adoratsky a remplacé Riazanov après son élimination en 1931.

12 Michel Marty (1890-1943). Deuxième frère d’André Marty, il adhère à la SFIO en 1920 à Perpignan. De 1921 à 1923, il organise la campagne pour la libération de mutins de la Mer noire. En mars 1924, il s’installe en région parisienne. De 1930 à 1933, il séjourne à Moscou, où il est employé au bureau international de documentation de l’IC. De retour à Paris, il est employé à la section d’Agit.-Prop. Malade depuis son enfance, il décède le 15 novembre 1943 dans un hopital parisien.

13 Serafima Gobner (1880-1966), est membre du secrétariat du CE de l’IC, et secrétaire de la section de l’Agit.-Prop.

14 Lucien Romier, journaliste au Temps.

15 Khan Reza (1878-1944). Shah d’Iran de 1921 à 1941.

16 Andor Berei, né à Budapest le 9 novembre 1900, membre du secrétariat latin, féru d’économie politique, s’occupe du parti communiste belge à partir de 1934. Après la guerre il occupe différents postes dans l’appareil d’État hongrois. Il meurt en 1979.

17 Mikhaïl Alexandrovitch Bakounine (1814-1876), révolutionnaire anarchiste russe.

18 Joseph Proudhon (1809-1865). Socialiste français, il est considéré comme le père de l’anarchisme, fondateur du système mutualiste, du syndicalisme ouvrier et du fédéralisme.

19 Le Guo Min dang, le parti nationaliste gouvernemental.

20 C’est à la 3e Conférence du PCA, au lendemain du XIIe Plénum de l’IC que Neumann est dénoncé comme ayant été à la tête d’un groupe qui aurait sous-estimé le danger fasciste.

21 Viacheslav Molotov est devenu depuis décembre 1930, après l’élimination de Rykov, président du Conseil des commissaires du peuple.

22 Nansen, avait joué un rôle important lors de la lutte contre la famine en Russie en 1921. Il avait en grande partie travaillé au statut des apatrides pour traiter la question des victimes arméniennes du génocide turc.

23 De nombreux Arméniens qui avaient fui le génocide de 1915 dans l’Empire ottoman avaient trouvé refuge en Transcaucasie.

24 Il s’agit certainement d’écoles techniques et non pas d’écoles techniques supérieures.

25 Anette Vidal. Voir carnet de 1928.

26 La côte géorgienne de la Mer noire a été colonisée par les Grecs dès la haute Antiquité.

27 Terme russe pour désigner l’interprète.

28 Chatouri Chaitoura, centre de production du manganèse, situé en Imérétie.

29 Devdariani, militant menchevik, s’est rallié aux bolcheviks après 1923.

30 Après la soviétisation, les bolcheviks n’avaient pas modifié la structure agraire géorgienne qui avait été profondément bouleversée par la réforme agraire de 1920. En 1923, les amis de Staline, qui viennent de chasser les « déviationnistes », imposent une nouvelle réforme agraire à la paysannerie, provoquant un grand mécontentement.

31 Alexandre Chirvanzadé (Movssissian), (1858-1935), écrivain et poète arménien de Transcaucasie, a fait ses études à Bakou, publie depuis 1880. Après avoir vécu à Tiflis de 1883 à 1926 (un temps à Paris de 1905 à 1910), il s’installe en Arménie.

32 Franklin Delano Roosevelt (1882-1945). Président démocrate des États-Unis de 1932 à 1945.

33 Organisme central de la planification étatique.

34 Dans la tradition géorgienne et caucasienne, les Juifs seraient venus de Babylone six siècles avant notre ère. Les communautés juives de Géorgie sont de langue géorgienne, celles du Dagestan de langue tate (une langue d’origine iranienne).

35 Anastase Mikoian (1895-1978). Membre du comité de Bakou en 1917 pendant la guerre civile, secrétaire du parti dans le Nord-Caucase de 1922 à 1926, il est suppléant du CC en 1922, titulaire à partir de 1923. Suppléant du BP à partir de 1927, il en est titulaire en 1931.

36 Abel Enoukidzé (1877-1937). Vieux bolchevik géorgien, il exerce son activité hors de Transcaucasie après 1914, devient membre du Comité central exécutif de l’URSS (1923-1934), et membre du comité central du PC en 1934. Il est exécuté en 1937.

37 Sergo Ordjonikidzé (1886-1937). Lui aussi vieux bolchevik géorgien, il est l’un des artisans de la soviétisation du Caucase et de la Transcaucasie. Proche de Staline, il va œuvrer à la centralisation de la Transcaucasie, n’hésitant pas à se heurter à Lénine en 1922-1923. Après avoir été le « patron » du parti au Caucase, il « monte » à Moscou en 1926 ; devient membre du Politburo en 1930. Commissaire à l’industrie lourde en 1932, il voit ses rapports avec Staline se détériorer. Il se serait suicidé en 1937.

38 Le Caucase du Nord a été un objectif prioritaire de la collectivisation ; gros producteur de céréales, il a vu ses populations, pour l’essentiel cosaques, s’opposer au caractère forcé de la collectivisation. A la fin 1932, comme en Ukraine, la région est touchée par une terrible famine qui chasse de très nombreuses familles, du moins celles qui n’ont pas encore été « dékoulakisées ».

39 Béria (1899-1953). Agent de la Tchéka depuis 1921, puis chef adjoint de la Tchéka transcaucasienne, il est secrétaire de l’organisation du parti de Transcaucasie. En 1934 il est à Moscou et gravit les échelons du parti.

40 Haboursaria est secrétaire du Tsik (Commission exécutive centrale du Soviet suprême d’Abkhazie).

41 Nestor Lakoba, président du Soviet suprême d’Abkhasie, meurt dans d’étranges circonstances en 1937.

42 Jean Chardin (1643-1713). Voyageur français, il visite l’Inde et la Perse, séjournant plusieurs années à Ispahan. En 1670, il publie Le récit du roi de Perse Soliman III et, après un second voyage, Voyages en Perses et aux Indes orientales, en 1686.

43 Abel Enoukidzé (1877-1937). Bolchevik géorgien, il exerce son activité hors de Transcaucasie après 1914, devient membre du Comité central exécutif de l’URSS (1923- 1934), membre du CC du PC en 1934. Il est exécuté en 1937.

44 Fiodor Vassilievitch Gladkov (1883-1958). Romancier soviétique, il écrit sur le thème de l’industrialisation de la Russie soviétique Le Ciment, en 1925 et, L’Énergie, de 1932 à 1938, insistant sur le renouveau des rapports humains.

45 Octavio Brandao, né en 1896. Anarchiste, journaliste et poète, il participe à la fondation du parti communiste brésilien en 1921. Il travaille au sein de la section d’Agit. – Prop. puis, en 1926, devient correspondant de la Correspondance internationale. En 1932, il représente à Moscou le PC brésilien, et travaille au sein du Bureau pour les pays latins. De retour au Brésil en 1946, il est arrêté à plusieurs reprises et quitte le Brésil en 1958. Après son retour dans les années 1960, il n’occupe plus de positions importantes au sein du parti.

46 Édouard Daladier (1884-1970). Agrégé d’histoire, député radical-socialiste de 1919 à 1940, puis de 1946 à 1958, président du Conseil de janvier à mars 1934, ministre du Front populaire, et à nouveau président du Conseil en 1938-1940, il signe les accords de Munich en 1938. Arrêté et jugé par le gouvernement de Vichy, déporté, il poursuit sa carrière politique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

47 Hitler a formé le 30 janvier un gouvernement de coalition avec le parti national allemand dont von Papen, vice-chancelier, est la principale figure.

48 Les remarques de Lénine sur Boukharine rapportées par Cachin indiquent qu’il connaissait bien le Testament dont l’existence était pourtant officiellement niée. Il est à noter qu’il ne mentionne pas les appréciations de Lénine sur Staline.

49 Anna Strong fut journaliste et reporter en Chine où elle se rendit en 1935.

50 Urbanhs, 1896-1946, membre de la gauche du parti communiste allemand.

51 Litvinov, ministre des Affaires étrangères, explicite les nouvelles orientations de la diplomatie soviétique.

52 Il s’agissait des correspondants ouvriers qui envoyaient aux journaux des informations sur la situation dans les entreprises.

53 Winston Churchill (1874-1965). De 1924 à 1929, il est chancelier de l’Échiquier du gouvernement conservateur Baldwin. En 1930, il retrouve ses activités littéraires, publiant cette année là My Early Life.

54 Le plan quinquennal.

55 Renaudel, représentait le courant favorable à la participation gouvernementale des socialistes, voir carnet de 1922.

56 Jean Zyromski (1890-1975). Il vint au socialisme au terme d’une démarche purement intellectuelle, dans laquelle ses études jouèrent un rôle important, adhérant à la SFIO en 1913. Membre de la CAP de la SFIO de 1924 à 1940, il fonde en 1927 la tendance Bataille socialiste, qu’il dirige jusqu’en 1940. En 1945, il adhère au PCF, puis cesse toute activité politique après l’intervention des troupes du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie en août 1968.

57 Compère-Morel, de son vrai nom Compère Adéodat (1872-1941). Acquis aux idées socialistes, il adhère au POF en 1893, qu’il suit au parti socialiste de France en 1902, puis à la SFIO en 1905. Spécialiste des problèmes du monde paysan, il est élu député du Gard en 1909 jusqu’en 1936, où il ne se représente pas. En 1918, il reste à la SFIO, où il s’occupe de la mise en place du Populaire. En 1933, il rompt avec la SFIO, et rejoint les néo-socialistes. En 1940, il se rallie à Vichy.

58 Marcel Prenant (1893-1983). Ses années de formation sont intellectuellement et politiquement riches. Secrétaire des Étudiants socialistes en 1914, agrégé de sciences naturelles au lendemain de la guerre, il adhère au PC et à la CGTU dès leur fondation mais renonce à la vie militante. Professeur à la Faculté des sciences de Paris de 1928 à 1966, il enseigne la biologie à l’Université ouvrière à partir de 1931. Arrêté à deux reprises pendant la Seconde Guerre mondiale, il est chef d’État-major des Francs-tireurs et partisans d’avril 1942 à janvier 1944. Déporté en Allemagne, il est élu député en 1945, et entre au Comité central, qu’il quitte en 1950 à la suite de l’affaire Lyssenko. Il quitte le PCF en 1958 pour rejoindre le groupe Unir-Débat de 1961 à 1968.

59 Charles Parrain, historien, pionnier de l’histoire des forces productives.

60 Jean Baby (1897-1969). Agrégé d’histoire et de géographie, il adhère au PC en 1925 et milite à la Fédération unitaire de l’enseignement. À Toulouse depuis, il devient secrétaire départemental de Haute-Garonne en 1928-1929. Exclu en 1930, il participe au « Cercle de la Russie neuve » s’intéressant à la théorie marxiste. Réintégré en 1931, il enseigne à Paris jusqu’en 1939, où il est à nouveau exclu. Démobilisé il est nommé à Nîmes, réintègre le PCF à la Libération, puis est à nouveau exclu en 1960.

61 Paul-Yves Nizan (1905-1940). Il adhère au PC en 1927 après avoir collaboré à de nombreuses revues. Agrégé de philosophie en 1929, il poursuit son travail au sein des revues, se met à la disposition de la section de l’Agit.-Prop. En 1932, il entre à l’Humanité. A partir de 1935, il collabore à de nombreux journaux, tout en publiant ses ouvrages. En 1937, il dirige la rubrique internationale de Ce Soir. Il rompt avec le PCF à l’occasion du pacte germano-soviétique. Il meurt d’une balle perdue le 23 mai 1940.

62 Lazar Kaganovitch (1893-1991). Membre du Comité central du PC de l’URSS dès 1924, il est membre titulaire du bureau politique dès 1930 et dirige l’organisation du parti à Moscou jusqu’en 1935. Il est également secrétaire du Comité central.

63 Nicolas Marr est l’un des principaux représentants de l’école linguistique soviétique.

64 Vilmorin, grainetier français réputé.

65 Marcel Boubou. En 1920, il dirige la tendance minoritaire révolutionnaire au sein du Syndicat des instituteurs du Loiret, puis rejoint la Fédération de l’Enseignement. En août 1922, il est secrétaire adjoint de l’Internationale de l’Enseignement. Arrêté le 19 octobre 1940, il meurt en déportation à Auschwitz.

66 Piromanichvili (Pirosmanichvili), peintre « naïf » géorgien.

67 Sylvestre Todria (1880-1936). Membre du parti depuis 1901, typographe, il occupe des postes importants dans le gouvernement géorgien et dans le parti communiste après la Révolution, étant secrétaire du Comité central exécutif de Géorgie de 1928 à 1933.

68 Maharidze (Makharadzé F.), (1868-1941). Bolchevik de longue date, président du Comité révolutionnaire de Géorgie après la soviétisation, dans l’opposition à Staline en 1921-1923, il occupe des postes honorifiques dans l’appareil d’État au début des années 1930

69 Mousabikov, Mousabekov (G.M.) 1888-1938. Médecin, militant révolutionnaire étudiant, il appartient au Conseil des commissaires du peuple de la République fédérative de Transcaucasie. Il est liquidé en 1938.

70 David Charahidze (Charachidzé), militant menchevik géorgien, étudiant à Genève jusqu’à la révolution de 1917, puis député au Parlement géorgien, il émigre en 1921 à Paris où il est correspondant du Journal de Genève. En 1929, il publie Henri Barbusse, les Soviets et la Géorgie dans lequel il récuse le témoignage d’Henri Barbusse dans Voici ce qu ’on a fait de la Géorgie.

71 Vladimir Polonski (1893-1939). Secrétaire du Conseil pan-soviétique des syndicats à Moscou (1929-30), puis nommé secrétaire du Comité central du PC d’Azerbaïdjan (1930 à 1937), il est arrêté en 1937 et liquidé en 1939.

72 Alexandre Martinov (Piker) (1865-1935). Longtemps menchevik, il rejoint le parti bolchevik en 1923 et devient un « expert » dans la lutte contre le menchevisme.

73 Toparidzé, responsable menchevik de la République démocratique.

74 Kemal Pacha, dit Atatürk (1881-1938). Entré très jeune à l’école militaire, il en ressort avec le grade de capitaine en 1905. Pendant la Première Guerre mondiale, son action contribue à faire échouer les attaques franco-anglaises contre la Presqu’île de Gallipoli en 1915. En 1919, il répond à la décision du gouvernement de placer la Turquie sous la protection des grandes puissances. En 1920, décidant de s’approprier la représentativité de la nation ainsi que les pouvoirs législatif et exécutif il réunit à Ankara la première grande assemblée nationale, qui le nomme Premier ministre. En 1923, il fonde le parti républicain, parti unique, et se fait élire président, tâche qu’il assume jusqu’à sa mort.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/32892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search