Version classiqueVersion mobile

Armement et ve République

 | 
Maurice Vaïsse

Troisième partie. La fabrication et le commerce des armes

Développement des véhicules de combat dans l’industrie privée

François Bedaux et Hubert Puga

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Note portant sur l’auteur*

PANHARD

De 1960 à 1970, l’industrie de l’armement a déployé une intense activité dans laquelle il est difficile, a priori, de distinguer la part revenant à l’industrie d’État de celle provenant de l’industrie privée.

En fait, ces deux industries sont très imbriquées l’une dans l’autre et les sous-traitances croisées sont nombreuses.

La notion de « maître d’œuvre » peut utilement aider à voir clair dans cette complexité. Car pour les matériels, il existe un créateur – le maître d’œuvre qui l’a conçu, mis au point, et porte la responsabilité de le rendre opérationnel, qu’il en assure lui-même ou non la fabrication. Il se trouve que pour les véhicules blindés à roues la distinction entre les maîtres d’œuvre est claire. Pour les véhicules à chenilles – les chars –, la maîtrise d’œuvre revient à l’industrie d’État, et plus particulièrement à l’AMX. Pour les véhicules à roues, elle revient à l’industrie privée et plus particulièrement : à Panhard pour le développeme...

Auteurs

François Bedaux : ingénieur en chef (H) de l’armement, ancien président-directeur général de Panhard & Levassor.

Colonel Hubert Puga : après Saint-Cyr et l’École des chars, il participa à la guerre dans des unités de chars et dans la résistance. Il suivit les cours de l’École de l’armement et de l’École de guerre puis servit à l’État-Major de l’armée et termina sa carrière militaire à la tête d’un régiment blindé au cours de la guerre d’Algérie. Pendant les années 1960, 1970 et 1980, il fut directeur de l’armement de Schneider-Creusot-Loire. Aujourd’hui, il préside le musée des Blindés de Saumur et est ingénieur conseil.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search