Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1933

Préface

Serge Wolikow

Texte intégral

1Ce voyage en URSS est à plusieurs égards très différent de tous ceux que Cachin avait entrepris jusque-là. Par sa durée – plus de trois mois –, et par son objet – les soins et le repos – il tranche avec nombre de ses séjours antérieurs, brefs et dominés par de mutiples réunions des instances de l’Internationale communiste (IC). Pour autant cette différence ne signifie pas une mise à l’écart d’un Cachin vieilli et marginalisé. Lui-même, loin de se replier sur ses problèmes de santé, garde une curiosité intacte et une vivacité intellectuelle qui percent tout au long de ce carnet dont l’originalité tient également au contexte crucial dans lequel il prend place. Le rythme de ce séjour inhabituel donna à Cachin du temps pour mutiplier des notations fort diverses tant sur la situation internationale que russe. Les attentions dont il fit l’objet diversifièrent ses rencontres et ses informations. L’intérêt essentiel de ce carnet réside évidemment dans la part très importante qu’il accorde au Caucase où Cachin séjourna environ deux mois en compagnie de sa femme. C’est pour nous l’occasion de le suivre dans un long voyage hors de Moscou comme il n’en avait plus fait depuis ses premiers séjours.

2L’accueil réservé à Cachin et à sa femme en cette fin de 1932 confirma sa notoriété ancienne et son rôle nouveau. Sans doute, l’année précédente, il avait déjà été amené à défendre la politique étrangère de C en présentant le rapport sur la situation internationale lors du XIe Plénum mais il restait cependant en dehors des discussions stratégiques de la direction de l’IC. Cette fois-ci il fut convié sans tarder aux réunions du Présidium et du secrétariat pour participer activement à leurs travaux. La situation internationale au terme de cette année avait profondément évolué et contribué à l’inflexion de la politique de l’IC comme de la diplomatie soviétique.

3Sous l’impulsion de Litvinov la diplomatie soviétique relança les projets d’un rapprochement avec la France. Si l’impulsion fut soviétique, le nouveau gouvernement français présidé par Herriot y était favorable et s’engagea dans des négociations qui aboutirent à la signature, le 29 novembre 1932, d’un pacte de non agression entre la France et l’URSS. La diplomatie soviétique ainsi que les dirigeants de l’IC qui avaient jusqu’alors placé la France à l’avant-garde des pays impérialistes menaçant l’URSS modifièrent en partie leurs analyses en distinguant parmi les grandes puissances capitalistes les pays agresseurs. Cette modification annoncée par Litvinov du haut de la tribune de la SDN ne manqua pas de retenir l’attention de Cachin qui pouvait mieux que quiconque mesurer ce qu’elle signifiait. Si les orientations diplomatiques de l’URSS et les analyses qui en dépendaient évoluaient sous le coup des événements internationaux dominés notamment par l’expansion japonaise en Extrême-Orient, l’analyse concernant la situation allemande évoluait beaucoup plus lentement. Au cours du séjour de Cachin tout bascula en Allemagne. Il n’en prit sans doute pas toute la mesure même s’il nota, début février, après avoir reçu la Pravda l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Participant aux discussions spontanées que ces événements allemands suscitèrent au fin fond de l’URSS, Cachin avança des arguments qui témoignent d’une sensibilité ancienne aux problèmes de l’unité même s’il se fait, comme beaucoup d’autres, des illusions sur la solidité du nouveau pouvoir.

4Sa perception de la gravité de la situation n’était sans doute pas étrangère à son engagement récent dans la politique que le PCF avait inaugurée avec le mouvement « de lutte contre la guerre impérialiste ». Ce mouvement, lancé au printemps 1932, avait connu un premier temps fort lors de son congrès constitutif à Amsterdam où les communistes français avaient joué un rôle essentiel du point de vue des participants. A l’automne 1932, un bureau international fut constitué pour assurer la pérennité du mouvement initialement parrainé par Barbusse et Rolland. Réuni à Paris, du 21 au 23 décembre, soit juste avant le départ de Cachin, celui-ci fut convié à en présenter la teneur devant la direction de l’IC sitôt arrivé à Moscou. Cachin était une figure essentielle pour toute nouvelle orientation qui supposait des rapprochements avec « tous les groupements qui dans leur programme se sont prononcés contre la guerre ». Il reste que ce mouvement contre la guerre qui continuait de dénoncer le traité de Versailles était pris à contre pied par les événements allemands et ne parvenait à définir des objectifs.

5En France, Cachin, par l’entremise de l’Humanité et lors des dernières réunions du Comité central, avait également multiplié des interventions en faveur d’initiatives unitaires avec les socialistes. Cachin défendit ainsi l’idée de répondre positivement aux demandes en faveur de débats doctrinaux sur l’unité :

  • 1 crcedhc, 517-1-1289, réunion du 22 octobre 1932.

« nous savons que c’est difficile mais il s’agit de rechercher les éléments doctrinaux de possibilité d’unité future ; nous savons que cela sera difficile mais est-ce qu’il n’y aurait pas moyen de faire un premier geste d’entente ? »1

6Le 2 décembre il présida un meeting commun où les différentes composantes du mouvement ouvrier français vinrent exposer leur conception de l’unité. Lorsque, quelques mois plus tard, en Géorgie, Cachin dut répondre aux questions de ses interlocuteurs sur la nouvelles situation créée par l’arrivée des nazis au gouvernement en s’inspirant de ses réflexions des mois précédents, il précisa : « Hitler persécute à la fois socialistes et communistes. Il prépare ainsi le front uni ». Il ne pouvait connaître dans le détail les réactions négatives suscitées chez les dirigeants de l’IC par les initatives unitaires des communistes français. En fait il inscrivait ses propos dans la perspective ouverte par le XIIe Plénum du Comité exécutif de l’IC, tenu en septembre 1932, où l’on avait insisté pour relancer des actions unitaires sur des objectifs revendicatifs. Cependant aucune position claire concernant l’attitude à l’égard de la démocratie bourgeoise et des alliances susceptibles d’être nouées pour la défendre n’avait été adoptée.

7La session du Comité central du PCUS à laquelle Cachin assista fut celle où Staline fit le bilan du premier plan quinquennal. La solennité des travaux, la qualité des autres intervenants signalèrent le souci de démontrer officiellement l’existence d’un consensus autour de la politique économique. Ainsi outre Molotov qui avait rang de chef de l’État, Boukharine intervint pour insister sur l’importance des succès économiques dont il avait longtemps douté. Cachin, dans son carnet, nota assez sobrement les indications fournies par Staline. Il fut plus attentif à la manière de s’exprimer de ce dernier qu’à ses propos. Il reste que les données fournies en cette occasion ne reflètent guère la réalité économique et sociale dans laquelle le pays se trouvait plongé et dont certains dirigeants bolcheviks s’étaient émus. La situation alimentaire, après deux mauvaise récoltes, devenait catastrophique de sorte que l’URSS renouait avec une famine comparable à celle de 1921. Loin d’avoir augmenté, la production de céréales était en nette diminution par rapport à la période de la NEP alors que les prélèvements obligatoires de l’État avaient doublé. Dans de nombreuses régions les mesures coercitives extrêmement dures étaient adoptées contre les paysans qui refusaient ces livraisons ou essayaient d’échapper à la collectivisation. Ce fut notamment le cas dans le Caucase du Nord, dans le Kouban, situation que Cachin évoque sans mettre en doute la thèse officielle :

« Dans le Kouban, 20 000 koulaks et les leurs sont partis en août et septembre du Caucase du Nord et sont venus se réfugier ici. Ils n’avaient pas voulu livrer leur blé. En ce moment les bolcheviks les transportent en Ukraine et aussi en Géorgie. On les ramène aussi dans leurs kolkhozes ».

8En fait Cachin, à Moscou, se contenta de noter et de relever les propos sans engager de véritable discussion à quelque niveau que ce soit sur la situation économique. Il en alla tout à fait différemment au cours de son voyage dans le Caucase.

9A Gagry, petite station balnéaire proche de Sotchi, il séjourna dans un établissement de repos, mais multiplia les contacts et les visites. Il eut de très nombreuses discussions avec les dirigeants locaux des différentes républiques du Caucase. Il fit plusieurs voyages qui l’amenèrent à saisir la diversité et la complexité de la situation. Dans ce domaine il ne s’en tint pas à la position officielle telle que Barbusse l’avait reprise dans son ouvrage. Il n’hésita pas de ce point de vue à noter les critiques d’une institutrice qui tint à le rencontrer pour lui dire qu’elle jugeait ce livre « trop apologétique. Il ne voit que l’extérieur des choses. Il est trop romantique et littéraire ». Cachin fit parler ses interlocuteurs sur les mêmes sujets et nota leurs différences d’avis : celui de ceux qui estimaient que les bolcheviks avaient désormais l’appui de la population et la situation bien en main s’opposaient aux points de vue d’autres qui insistaient sur la persistance des sentiments nationalistes et de l’influence menchevik. Il revint à plusieurs reprises sur la décennie passée faite de soulèvements et d’affrontements qui opposèrent les différents peuples mais aussi les différents courants du socialisme. Petit à petit, le tableau de la Transcaucasie se précise, donnant au lecteur le moyen d’appréhender une réalité complexe qu’on évoquera maintenant à grands traits.

La situation dans le Caucase

10Au début des années trente le Caucase était loin de Moscou. Le long voyage en train que Cachin décrit précisément atteste de cette distance. La région relativement préservée d’abord par cet éloignement l’était plus encore par son rôle de lieu de villégiature. Elle était, comparée à d’autres régions, peu touchée par la collectivisation pour des raisons qui ne tiennent pas essentiellement à l’origine georgienne de Staline mais tout simplement au fait que la Transcaucasie produisait peu de blé et n’était pas un enjeu stratégique dans le contexte de la collectivisation. C’était également un lieu de villégiature où se rendaient régulièrement les dirigeants et ce qu’on appelle la « nomenklatura ». Le caractère privilégié n’était pas sans transparaître dans la vie quotidienne. La région était relativement riche : le climat, la végétation tranchaient avec ce que l’on rencontrait en Russie. Tous les étrangers qui se rendaient au Caucase, notamment en Géorgie, étaient saisis par le charme de la région, par la beauté de ses paysages mais aussi par une atmosphère différente. Les responsables soviétiques avaient pris conscience de l’atout que cette région représentait pour en faire un lieu d’accueil agréable aux étrangers qui pouvaient oublier la froidure moscovite et découvrir une société hospitalière.

11Au delà de son apparence paisible constatée par Cachin, la Transcaucasie connaissait des problèmes sérieux liés notamment à la complexité de sa structure politique.

12La réalité institutionnelle de la Transcaucasie était celle d’un ensemble étatique créé en 1922 pour étouffer les tendances indépendantistes y compris parmi certains cadres bolcheviks. La république fédérative de Transcaucasie était donc une structure qui coiffait les trois républiques d’Azerbaïdjan, d’Arménie et de Géorgie. Le pouvoir, dans les structures transcaucasiennes, se trouvait déjà dominé par Béria au moment du séjour de Cachin. Béria, dirigeant le parti, lui imprimait sa bestialité et sa brutalité même si nombre de dirigeants bolcheviks anciens que Cachin rencontra demeuraient en place.

13A l’intérieur des trois républiques de la Transcaucasie existaient diverses entités territoriales citées par Cachin. Ainsi la Géorgie comprenait deux territoires autonomes : l’Abkhasie ne l’était que depuis 1931 puisqu’elle avait jusque là rang de république.

14Depuis 1921 elle était une république « souveraine » qui avait établi des relations contractuelles avec la Géorgie. En 1931 elle avait donc perdu l’essentiel de ses prérogatives : il est clair que cela s’opèra sous la férule de Béria. L’autre république autonome était l’Adjarie dont la capitale était Batoum, à la frontière turque et elle était peuplée de Géorgiens majoritairement musulmans, créée en 1921. La troisième entité, créée après la soviétisation, l’Ossétie du Sud, était une région autonome qui avait été un des fers de lance de la soviétisation.

15Ces autonomies étaient la récompense donnée à ceux qui avaient aidé les bolcheviks entre 1918 et 1921 à combattre la république de Géorgie.

16L’Arménie était très homogène sur le plan national même si quelques centaines de milliers d’azeri y résidaient encore. Une partie importante de la population de l’Arménie soviétique était constituée de réfugiés venus de l’Empire ottoman. Le sentiment anti-turc, après le génocide de 1915, restait très puissant ainsi que le besoin de protection russe encore que les Arméniens n’aient pas accepté avec un grand enthousiasme la soviétisation puisqu’en 1921 il y eut même une insurrection anti-bolchevique. La collectivisation en Arménie aussi avait été moins brutale que dans d’autres régions. En revanche, en Abkhasie, sous l’impulsion de Béria, elle avait pris une forme brutale et avait été accompagnée de déportations de populations cataloguées comme koulaks. L’Azerbaïdjan constituait la république la plus industrialisée et la plus prolétaire, là où il y a le pétrole. En Arménie il y avait deux entités autonomes : le Haut Kharabah, région autonome depuis 1923, et le Nachitchevan, république autonome de la république d’Azerbaïdjan, mais qui se trouvait en Arménie. En Azerbaïdjan une partie importante de la population était arménienne.

17Sur le terrain culturel la période n’était pas caractérisée par une forte russification. Le pouvoir soviétique apparaissait souvent sous l’étendard de la langue nationale notamment en Géorgie et en Arménie mais moins en Azerbaïdjan où les élites, souvent russifiées ou d’origine étrangère, parlaient russe. Ainsi on ne pouvait pas parler de russification à cette époque bien que dans des villes comme Bakou ou Tiflis la langue russe eût une position importante.

18La Géorgie connaissait une situation politique originale qui fournissait la matière à de nombreux débats. En 1928, à l’issue d’un voyage, Barbusse avait décrit dans un ouvrage ce qu’il avait vu en louant l’action du gouvernement soviétique. Ce livre publié sous le titre Les Soviets et la Géorgie avait suscité une réponse de la part de Chirvanzadé, auteur géorgien réfugié en France, qui dénonça le récit de Barbusse. La suppression de la délégation menchevik social-démocrate à Paris, au lendemain de la signature, en novembre 1932, d’un pacte de non agression entre la France et l’URSS indique bien la situation particulière de la Géorgie et le problème spécifique qu’elle représentait pour le mouvement ouvrier français.

19Si Cachin était tellement sensible à la question géorgienne c’est que le mouvement ouvrier européen y était confronté depuis plus de dix ans. Déjà lors de son voyage de 1922 il n’avait cessé de s’enquérir de la situation qui y régnait. Depuis, la question géorgienne, en France notamment, avait empoisonné les rapports entre communistes et socialistes. En 1920, Vandervelde et Kautsky avaient fait le voyage de Tiflis où ils avaient été accueillis avec émotion et joie par une population qui, avant guerre, avait appris à connaitre la social-démocratie. Pour la IIe Internationale l’existence d’une république social-démocrate en Géorgie face à la Russie bolchevique était tout à fait essentielle. Elle constituait une sorte de contre-modèle. La social-démocratie européenne avait pris la défense de la république de Géorgie, même si elle n’avait pas tout fait en ce sens. Les sociaux-démocrates georgiens, obligés d’émigrer après 1921, trouvèrent un bon accueil auprès de leurs camarades français. Tout au long des années vingt les communistes français furent d’autant plus interpellés que le gouvernement en exil était installé en France. En 1928 lorsque Barbusse fit le voyage il en tira un ouvrage à la gloire des bolcheviks mais qui prenait des libertés importantes avec l’histoire récente. Charachidzé, à la demande du parti social-démocrate géorgien, répondit par un autre livre. Cachin avait eu connaissance de ces ouvrages mais ne se réfèrait jamais très positivement au livre de Barbusse, accueillant même avec bienveillance certaines critiques formulées par ses interlocuteurs géorgiens. D’autres ouvrages avaient été publiés comme le compte rendu de la délégation des Trade-Unions britanniques en 1925, un an après l’insurrection qui, en 1924, avait marqué la persistance d’une opposition forte au pouvoir bolchevik. Ce rapport, publié par la Librairie de l’Humanité, évoquait les combats et s’interrogeait sur la nature d’un soulèvement que la délégation refusait d’imputer aux contre-révolutionnaires. À son arrivée en Géorgie Cachin apparait ainsi avide d’informations et de contacts afin d’obtenir des renseignements directs sur la situation.

20La politique de Béria, notamment en Abkhasie, avait consisté, dès le début des années trente, à donner des gages aux nationalistes géorgiens. Il tenta d’étouffer la dimension abkhaze en imposant par exemple l’alphabet cyrillique. La réduction de l’autonomie abkhaze reflétait une évolution de la politique de l’état central. A Moscou les Abkhazes n’étaient plus jugés utiles dans la lutte contre le pouvoir de Tiflis et l’on flatta le nationalisme géorgien. Celui-ci s’était affirmé en 1924 autour du mot d’ordre d’indépendance. Quelques années plus tard, la dimension nationale et patriotique se trouva reprise en partie par le pouvoir bolchevik dont Béria était le patron. Ce dernier dominait en fait tout le personnel politique de Transcaucasie. Les « vieux bolcheviks » que Cachin rencontra et cite conservaient encore leur place dans le dispositif local mais celui-ci était déjà miné par l’influence de Béria et des hommes nouveaux dont il s’entourait. Ils étaient en sursis ces hommes politiques révolutionnaires de grande expérience et aux sensibilités politiques différentes auxquelles Cachin était très attentif. À travers son récit on les découvre peu de temps avant que la plupart soient emportés dans la tourmente des purges et des liquidations qui s’amplifièrent à partir de 1936.

21Les rapports de la Géorgie avec la Russie ont commencé bien avant l’ascension de Staline. Avant 1917, des Géorgiens avaient pris une place importante dans le mouvement social-démocrate russe. Cela ne se démentit pas ensuite à travers le rôle de Staline ou d’Ordjonikidzé et des mencheviks géorgiens. On peut dire que la Géorgie était très intégrée dans les luttes politiques qui traversaient l’ancien empire russe.

22Ainsi, contrairement à certaines idées reçues l’ascension de Staline ne conféra pas à la Géorgie un statut privilégié . Les élites georgiennes souffrirent au moins autant que les autres des répressions d’autant que Staline connaissait souvent personnellement les victimes. Postérieurement, dans les années quarante, avec la liquidation des élites et l’éradication de la mémoire, se produisit une régression culturelle qui conduisit une partie de la population à s’identifier de plus en plus à Staline en tant qu’il était Géorgien. Cette idenfication fut certainement encouragée par Béria qui favorisa le développement de sentiments nationalistes.

23Il reste que la Transcaucasie n’occupait pas une place centrale dans le développement économique et les enjeux des premiers plans quinquennaux. Le seul élément économique décisif était le pétrole avec Bakou. Le processus d’industrialisation, en dehors de cette zone, demeurait limité tandis que la collectivisation agricole n’avait pas, en Géorgie surtout, la même ampleur que dans le reste de l’URSS.

24Ce voyage en Transcaucasie, outre les bienfaits d’un climat exceptionnel, apportait aussi à Cachin l’occasion de découvrir de manière concrète un territoire soviétique où les traditions se combinaient avec la modernité révolutionnaire. La situation internationale qui bascula avec l’arrivée d’Hitler au pouvoir contrastait, aux yeux de Cachin, avec le climat de sérénité dont il bénéficiait dans ce séjour. Ses multiples annotations sur les événements internationaux montrent bien qu’il n’était pas dupe de l’ambiance reposante dans laquelle se déroulait son séjour.

Notes

1 crcedhc, 517-1-1289, réunion du 22 octobre 1932.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search