Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1931 (Moscou)

Carnet 1931 (Moscou)

Texte intégral

1Plénum du 26 mars au 11 avril.

2Présidium : 14 et 15 avril.

Mars

Lundi 13 mars 1931

38 h. Ahrens.

Jeudi 16 mars 1931

4Départ.

  • 1 Ismed, pseudonyme d’un fonctionnaire des services de propagande de l’IC.
  • 2 Fred, sans doute Eugène Fried (1900-1943). Dirigeant du parti communiste de Tchécoslovaquie, appelé (...)
  • 3 Ilya Vassiliev, adjoint de Piatnitsky à la section d’organisation.
  • 4 Stepanov, pseudonyme de Minev Stoyan, travaillant désormais auprès de Manouilsky, restait chargé de (...)
  • 5 Nariné, il s’agit peut-être de Marina alias Anna Pauker chargée aux côté de Fried de suivre le PCF. (...)
  • 6 Varnava Platovnovna Lebedeva, communiste russe, responsable de l’appareil du Comité exécutif est ch (...)
  • 7 Abramov fut longtemps membre de l’OMS à Berlin où il poursuivit son activité jusqu’en 1930. Rentré (...)
  • 8 Dimitri Manouilsky (1883-1959) est devenu, en 1930, après l’élimination de Boukharine et la brève d (...)
  • 9 Iosif Piatnitsky (1882-1938). Au secrétariat de l’IC il continue de s’occuper des questions d’organ (...)

5Ismed1, Fred2, Vassiliev3, Stepanov4, Nariné5, Lebedeva6, Abramov7 (Oms), Manouilsky8, Piatnitsky9.

6À Moscou, des caoutchoucs sont indispensables par ce dégel. Mais en province, la botte est indispensable : il y a 25 à 50 centimètres de boue.

7Neige, gel et dégel en avril. Il arrive encore qu’il neige en mai. Ils n’ont que quatre mois : juin, juillet, août, septembre sans neige et froid.

8XIe Plénum de l’Exécutif.

  • 10 Gabriel Léon Trilla, communiste espagnol, responsable de la section d’Agit. – Prop. dès 1924, est m (...)

9Trilla10 (Espagne).

10Voyage à Moscou (mars-avril 1931).

11Départ Paris mardi 17 mars à 22 heures.

12Billet Stolpce 1 231 F 40 (en seconde 750 F). Il est moins cher de prendre des secondes avec lits. On peut prendre ces secondes à travers l’Allemagne et la Pologne.

13Traversée de l’Allemagne : La Rhur est peu active. Entre Hanovre et Berlin plaines à céréales comme la Beauce.

14On retrouve la neige à Berlin, par endroits. Déjeuner 36 F. 19 mars à Varsovie : glace et froid, neige par endroits. À mesure que l’on s’éloigne de Varsovie, il y a plus de neige sur le sol ; l’eau des marais est gelée.

15Petit-déjeuner au wagon-restaurant : 15 F.

16Depuis Paris, un soleil royal. Dans le train, très peu de voyageurs.

17En Pologne surtout, trafic très restreint. Peu de villes. Villages pauvres ; ensemble pauvre ; gares en bois ; nulle marchandise dans les gares.

18Traversée de la Pologne : Poznan, Ostrov, Lodz, Varsovie, Bialystok, Baranowicz, Stolpce, Niegoroloïe.

19Dès avant Bialistok, sol tout blanc. On chauffe les locomotives au bois.

20Voyage avec un camarade photographe.

21En Allemagne 3 000 photographes amateurs, ouvriers, communistes.

22Un journal 8 000 numéros.

23Jegy est le correspondant français ; mais il est intéressé, il réclame le tant pour cent.

24(En Allemagne, l’assassinat de H. crée une émotion énorme ; le Hitler est en baisse).

25Déjeuner dans le wagon restaurant polonais : 39 F.

26Pour le voyage, il vaut mieux prendre un train à Paris à 8 h du matin. On arrive à Berlin à minuit. On y couche et le lendemain soir à 6 h on prend le Paris-Varsovie à la gare de Silésie en seconde wagon-lit.

27En Allemagne on donne aux chômeurs : 8 M par semaine aux célibataires 20 M par semaine aux hommes mariés.

28Autour de Stolpce beaucoup de neige. Des deux côtés de la voie, un mètre ou davantage. Et dans la plaine, les huttes des paysans, basses, en bois, couvertes en chaume verdi, comme enfoncées dans la neige.

29De Stolpce à Niegoroloïe : 2 doll. 25 (en troisième).

3019 zl 70 (près de 60 F). Il y a 30 km.

31Les Polonais prétendent que c’est parce que les Russes viennent de relever leurs tarifs en février.

32À Stolpce, soldats et officiers polonais à la longue visière rabattue sur les yeux, sabre et fusil.

33Les femmes ont un large fichu pour la tête et les épaules.

34Un splendide coucher de soleil sur la neige.

35Frontière polono-russe (séparée par une forêt) fils barbelés ; à 50 mètres du corps de garde polonais, le corps de garde soviétique.

36Les deux poteaux frontières. Un grand arc de triomphe avec faucille et marteau.

37À la gare de Niegoroloïe, la caissière de l’Intourist prépare mon billet. Seconde classe-lit. Je change 50 F pour 3,25 roubles. Un soldat vient me montrer la Pravda qui contient mon intervention à la chambre sur l’URSS.

38Il était 5 h à Stolpce. Il est 7 h 30 ici ; l’heure russe est en avance (2 h sur l’Europe).

39Il y a peu de monde à la gare. Froid, très froid. Neige très dense. On m’annonce pire à Moscou.

40Dîner au wagon-restaurant : trois œufs, deux verres de thé : 2 roubles.

41Arrivée vendredi 20 mars 11 h matin avec une heure de retard. Soleil magnifique, neige épaisse.

42A la gare, personne ! Une amie passe, chargée de recevoir une délégation bourgeoise. Elle me hèle un isvoschik, me glisse 5 roubles pour le payer et en route pour le Lux.

  • 11 Paul Vaillant-Couturier (1892-1937). Écarté de fait de ses responsabilités à l’Humanité depuis 1929 (...)
  • 12 André Colomer (1886-1931). Anarchiste individualiste, il fonde plusieurs journaux et collabore à pl (...)
  • 13 Rajani Palme Dutt (1896-1974), est un dirigeant du parti communiste britannique.

43Voyage pittoresque dans le Moscou en dégel, le fiacre saute dangereusement. Enfin, le Lux ! On me dit que Vaillant11 est là, mais non les autres délégués. Je vois Colomer12. Et l’Anglais P.D.13 m’invite à aller déjeuner chez lui. Café au lait, pain, beurre ; c’est excellent.

  • 14 Jay Lovestone, ancien dirigeant du parti communiste américain, membre du Présidium de l’IC. au prin (...)

44Il me raconte l’histoire de Lovestone14 qui en octobre 1929 la veille du krach faisait un grand papier dans le journal du parti communiste américain pour démontrer la solidité inattaquable du régime capitaliste américain.

45Il me dit aussi que malgré la crise, nous n’avons que 11 000 syndiqués en Amérique dont 400 mineurs.

46L’hiver prolongé et la neige tardive sont excellents, car le danger de la sécheresse est écarté, et aussi celui des froids sans neige qui tuent les jeunes plantes.

47Désigné pour être installé à l’hôtel Passage chambre 77, à la place d’un Philippin que j’expulse.

48Déjeuner 4 h au Lux.

49Dîner de 8 h à 10 h.

50Plénum :

  • La situation politique en général, Manouilsky.
  • La situation en Allemagne.
  • La situation en Pologne.
  • La situation en Chine.
  • La jeunesse.
  • La guerre.

51Ismed, Lux – 350.

  • 15 Marcel Cordier né en 1895. Ancien sympathisant du mouvement anarchiste, vraisemblablement militant (...)

52Cordier15 62.

53Chambre 31 Vaillant-Couturier à l’hôtel Passage.

54Ismed vient me voir à ma chambre. Nous convenons du plan. Il est convaincu que la guerre est prochaine et la seule issue pour l’impérialisme. Il affirme que l’effort de la Russie dans l’industrie lourde et dans l’agriculture sont assurés du succès. Les conditions de l’hiver actuel sont bonnes. Les céréales seront désormais abondantes en URSS. Le reste viendra. Il pense que le pays de l’Europe où la répression est la plus violente, c’est la Yougoslavie où le communisme est illégal. On a tué dans les prisons yougoslaves 95 communistes. Il y a 2 000 communistes emprisonnés en Yougoslavie. Le régime est pire qu’en Italie. La situation est d’ailleurs à peu près la même dans tous les pays balkaniques.

55On déjeune au Lux où l’on me vend douze tickets de déjeuner pour 7,10 roubles.

56Déjeuner : soupe, poisson avec pommes de terre, pomme. C’est bon et assez abondant. On mange sans boire même du thé. Pour le soir, on achète quelques sandwichs mais il n’y a pas de dîner chaud. Le matin il faut se débrouiller pour avoir du café ou du thé.

57Cordier me raconte sa visite au Club des employés des trams. C’est un des plus beaux de la ville. Multiplicité des salles de musique, des jeux pour enfants, de cours techniques, de cours d’instruction générale ; grande salle de réunions et conférences. Toute une vie collective organisée pour la corporation.

58Cours de technique militaire. Dans chaque usine, les ouvriers ont leurs fusils. Alors, comment peut-on parler de travail forcé et de terreur ? Le gouvernement fait confiance aux ouvriers et les arme. Si les ouvriers voulaient, avec leurs armes, ils chasseraient le gouvernement.

59Lorsque les adversaires du bolchevisme reprochent aux gouvernants soviétiques de régner par la terreur, on peut leur répondre : « Armez donc les ouvriers comme ils sont armés en Russie soviétique ».

60Cordier me raconte aussi les dernières élections au Soviet de Moscou, auxquelles il a pris part comme tous les adultes des deux sexes présents dans la ville aux jours d’élection. Le jour du vote a été précédé par des semaines de discussions sur le choix des candidats, sur leur programme, leur audition, leurs explications. Ils sont discutés, éliminés, choisis sur pièces et sur leurs actes qui sont étalés, débattus en leur présence.

61Avant que ne s’établisse la liste des candidats, il y a eu dans les usines des discussions longues, sérieuses, approfondies. C’est dans ces conditions qu’on a voté : il y a eu 90 % de votants cet hiver. Proportion supérieure à ce que l”on avait vu jusqu’ici.

62Les transports laissent à désirer. Des ordres sévères ont été donnés pour y porter remède. Il faut dire que pendant trois à quatre mois d’hiver, il est des régions où la neige est un obstacle des plus graves. Il en est où, cet hiver qui fut long et rigoureux, la neige atteignait les poteaux télégraphiques jusqu’aux fils de fer.

63C’est l’une des raisons pour lesquelles il y eut parfois pénurie de charbon et de bois dans les villes éloignées des centres de production.

  • 16 Initales de l’appellation en russe du Secours rouge international.

64Un des fonctionnaires du Mopr16 vient de partir pour diriger une exploitation de porcherie. Il devra élever 5 000 porcs. On porte l’effort essentiel sur la viande de porc. L’an prochain, il y aura pour Moscou un cochon par habitant.

65Ce qui frappe à Moscou, cette fois, c’est : la circulation motorisée beaucoup plus active ; les habits et souliers bien meilleurs ; la disparition des mendiants.

66Des ingénieurs français sont venus ici des Alpes pour fabriquer des fours à aluminium. Ils ne voulaient pas venir en Russie tant on leur avait dit du mal de ce pays. Ils pensaient qu’on allait les persécuter et les brimer. Au bout d’un mois, ils se répandaient en éloges sur les Soviétiques quand ils écrivaient chez eux ; ils n’avaient qu’une crainte : c’est qu’on ne les crût trop vite et trop complètement bolchevisés.

67Progrès considérable de l’armement des armées russes, mitrailleuses et avions surtout.

68À Proskourov ils peuvent être mis sur pied de guerre en dix-neuf minutes.

69Tout autour de la ville des kolkhozes dirigés par les anciens soldats du régiment qui entreraient eux aussi tout de suite dans leur ancienne division, pour défendre le pays contre l’invasion.

70Blanchissage hors de prix.

71Cordier a aujourd’hui une petite note de 19 r : 10 F chemise, 3 F mouchoir.

Samedi 21 mars 1931

72Matin, 9 h au Komintern. Mais le matériel est encore absent. On erre à travers les couloirs en attendant.

  • 17 Il s’agit certainement de responsables de l’activité de propagande et des éditions du parti.

73Visite à Gobner et Tchernin. Ils prennent Vaillant sous leur direction. Gobner me dit que mon discours à la Chambre a été tiré à 500 000 exemplaires en Russie17.

74Les Soviets envoient dans toute l’Europe des radios, même en Afrique du Nord.

75Le journal paysan tire à 3 millions d’exemplaires. Il doit y avoir en ce moment 25 millions de numéros de journaux chaque jour. On réduit le format et le nombre de pages de tous les journaux. Quatre pages à la Pravda. Cela afin de permettre un développement plus grand de la presse. Les Soviets n’ont pas encore assez de papier.

76Gobner me dit que Ghezzi, l’anarchiste, est en liberté.

77Le Plénum se réunira à l’École léniniste.

78Cordier me dit qu’il y a un grand nombre de coopératives de coiffeurs en France. Recettes 600 000 F. Pourquoi n’en avons-nous pas fait à Paris ? Il y en a une au 11e avec huit ouvriers.

7960 000 membres du Secours rouge en France. La Défense 30 000 numéros. Il a passé 2 500 communistes en prison depuis 1920.

  • 18 Robin Page Arnot, né en 1890, membre du PCGB, est élu comme membre suppléant du CE de l’IC et du Pr (...)

80Arnot18 (Anglais).

Dimanche 22 mars 1931

81Matin. On m’annonce le matériel pour aujourd’hui. Retourné avec Gobner et Vaillant au restaurant médical du Kremlin. Il a fait un temps superbe, ensoleillé, doux. La neige fond et la rue est bien boueuse ; un personnel considérable est employé au déblaiement des neiges. Il y a de la boue, mais en même temps la neige glacée de l’hiver résiste et on l’attaque à coups de pic. Il semble qu’on liquide l’hiver ; mais les Russes vous disent que la neige peut encore tomber et qu’il peut y avoir un retour offensif du froid.

82J’entends de bonne heure quelques cloches dans Moscou. C’est dimanche. Ce ne sont pas des cloches.

83Dans un des derniers numéros de l’Usine, un article sur les achats des grands pays en URSS. Et les industriels français demandent : allons-nous laisser passer ces commandes à l’étranger sans y participer ?

84Collectivisation.

85The story of the Siberian village by Roussanov : pope, sacristain, killed, poison. Réquisitions même nous. 80 % Chefs bolcheviques condamnés, dix ans prison. Lettre de Staline contre les excès. Il était temps !

86On pense que le Plénum s’ouvrira le 24 soir.

  • 19 pseudonyme d’Eugène Fried.

87Je reçois d’Albert19 les premiers documents sur le rapport. Visite Stepanov-Piatnitsky.

88Ouverture du Plénum.

89Première question : sept jours.

90Deuxième question : la guerre vers le 30.

91Mercredi 25 : Manouilsky.

  • 20 Tchemodanov, Bulgare, membre de la direction de l’ICJ (Internationale communiste des jeunes).

92Vendredi 27 : Jeunesses (Tchemodanov20).

  • 21 Lenski, de son vrai nom Julian Leszynski (1889-1938). Militant du parti socialiste polonais dès 190 (...)

93Samedi 28 : Lensky21.

  • 22 Ernst Thälmann (1886-1944). Secrétaire général du PCA depuis 1925, il est réélu en 1929 et 1931 au (...)

94Dimanche 29 : Thälmann22.

  • 23 Maurice Thorez (1900-1964). Devenu secrétaire général du PCF en 1930, il est le principal dirigeant (...)
  • 24 Harry Pollit (1890-1960). Syndicaliste, il rejoint le parti travailliste indépendant en 1906, puis (...)

95Lundi 30 : Thorez23, Pollitt24.

  • 25 Garlandi, pseudonyme de Ruggero Grieco (1893-1955). Après sa promotion au VIe Congrès de l’IC, il a (...)

96Mercredi 1er : Garlandi25, visite au club.

  • 26 Wilhelm Knorine (1893-1939). Dirigeant du parti socialiste letton avant la guerre, il participe à l (...)
  • 27 Solomon Losovsky (1878-1952). Militant socialiste russe de la première heure, il est émigré à Paris (...)

97Jeudi 2 : Knorine26, Losovsky27, Vassiliev.

98Samedi 4 : Pause.

99Dimanche 5 : Pause (Pâques).

100Lundi 6 : Manouilsky.

101Mardi 7 : deuxième question.

102Mercredi 8 : deuxième question.

103363 000 membres à la CGTU.

  • 28 Pierre Kroptokine (1842-1921). D’origine princière, révolutionnaire et anarchiste, il fut poursuivi (...)
  • 29 Kurella Alfred, né en 1895, est responsable de l’Agit.-Propr. et de l’éducation.

104Au déjeuner, un camarade qui reçoit Ghezzi nous parle de lui. C’est un bon ouvrier ; il déclare encore que si les Soviets sont attaqués, il prendra le fusil pour les défendre. Il ne demande pas mieux que de voir Staline ou Molotov. On devrait l’envoyer dans un sanatorium car il est malade. Il se plaint de ce qu’on a écrit de lui dans l’Huma et dans le journal communiste belge. Il est prêt à recommencer à travailler et à mettre un point sur tous les racontars. Il a été très bien soigné en prison et a dû se battre contre des mencheviks qui combattaient la révolution russe. Quand nous parlions, passe un vieillard, anarchiste, ami de Kropotkine28 qui est reçu dans le restaurant du Kremlin et ne se gène nullement pour critiquer, même publiquement les chefs soviétiques. Le Finlandais Alfred29 est le chef d’Ismed.

105Il n’y a pas de gens ayant froid cet hiver à Moscou. Mais en ce moment où la température s’adoucit, on supprime le chauffage pour réserver le combustible aux usines. De plus on recommande de ne pas brûler de l’électricité abusivement comme il arrive à de nombreux camarades négligents ou peu scrupuleux. On va améliorer les transports par l’achat de 500 locomotives et de 6 000 wagons aux allemands.

Lundi 23 mars 1931

106À 6 h, sous-commission de la Guerre.

107À l’occasion du 10e anniversaire du parti communiste français, la division de Praslourov a édité un album où est racontée mon expédition en 1928.

108Vaillant passe la soirée chez Roussanov. Rencontre un ingénieur suisse qui se plaint que les ouvriers russes soient mieux traités que les ingénieurs.

109Les ouvriers de chez Dynamo sont particulièrement bien nourris. Roussanov est rattaché à l’usine Dynamo pour sa nourriture.

110C’est le dégel. Que de boue ! Quel travail pour faire disparaître la neige gelée qui malgré tout subsiste dans les rues ! La neige exige une perte de temps, de force de travail considérable.

111Préparation de la guerre contre l’URSS :

  • Préparation diplomatique : alliances politiques.
  • Préparation militaire : alliances militaires avec les pays limitrophes.
  • Préparation technique : fournitures de guerre.
  • Guerre économique et financière contre l’URSS.
  • Préparation morale de la guerre : campagnes antisoviétiques. Pape. Dumping. Travaux forcés. Impérialisme rouge.
  • Préparatifs concrets dans les pays limitrophes
  • Attitude des blancs, attitude des fascistes, attitude des sociaux-démocrates.
  • Répression
  • Tâches.

112Visite à Mary Reed, traductrice d’anglais au Komintern. Elle me parle de l’Amérique. Le journal quotidien communiste lui fait honte. C’est le plus mal fait de tous les quotidiens communistes. Il est vulgaire et grossier. Il est le plus formel et le plus abstrait des organes pour un parti lorsqu’il s’efforce de vulgariser par formules le léninisme. Et il est le plus américain dans ses nouvelles et ses informations. Il prend le pire dans les deux genres.

  • 30 William Forster, né en 1881, ayant accédé aux principales instances dirigeantes dans l’IC et l’ISR, (...)

113Forster30 qui fut autrefois un homme actif, mêlé au mouvement ouvrier est aujourd’hui un bureaucrate. Il dirige les grèves de son cabinet.

114Mary Reed me dit qu’une fraction importante de la chambre est favorable aux affaires avec la Russie.

115Visite à Roussanov et sa femme. Il revient à 10 h de son travail. Il a 225 roubles comme expert juridique à l’IKK russe. De plus il donne des cours de français à 2 000 jeunes gens le soir.

  • 31 Pierre Pascal (1890-1983). Après un long séjour en Russie puis en URSS où il a été un collaborateur (...)

116Sa femme nous dit que la vie est très chère. Elle nous raconte l’histoire de cette institutrice française P... à laquelle on donnait ici 600 roubles pour apprendre le français et qui est partie avec un passeport de l’ambassade française. Pascal31 lui avait parlé dans les plus mauvais termes du régime.

117Elle nous dit aussi comment on oblige des thésauriseurs à rendre gorge. 60 assis sur 60 chaises.

118Des paysans du gouvernement de Moscou sont venus se plaindre qu’on leur a fait payer trop d’impôts. L’IKK se rend sur place à 150 kilomètres de Moscou pour examiner l’affaire et rendre justice.

Mardi 24 mars 1931

  • 32 Vladimir Degot dit Diogotte (1889-1944). Il rejoint le PSDOR en 1904, participe aux événements de 1 (...)

119Diogotte32 et Ghezzi.

120L’Allemagne et l’Autriche ayant signé un arrangement économique, un tarif douanier, c’est un pas contre le traité de Versailles. Les ambassadeurs d’Italie, de France, de Tchécoslovaquie ont été faire des observations à Schober, ministre des Affaires étrangères.

121Par là le capital allemand s’oriente vers les Balkans.

122Par là l’Allemagne se dresse contre le plan de Briand, contre la Pan-Europe.

123Le fait a une grande signification politique. C’est une menace pour la Tchécoslovaquie et la Pologne.

124C’est une amélioration des intérêts de l’Allemagne aux Balkans au détriment de l’impérialisme français qui veut y maintenir son hégémonie.

125La France dit : « Vous, Autrichiens, vous violez vos engagements. Nous vous avons prêté de l’argent pour ne pas faire cela ».

126L’ivrognerie progresse : on boit du vin bien qu’il soit très cher. Dans les bureaux d’Intourist on vend le meilleur contre devises étrangères et moins cher qu’en ville. Mais dans la population, la vente du vin est en ascension. C’est toujours cependant la vodka qui est surtout consommée par les ouvriers.

127La différence des prix entre les coopératives d’usines et les autres magasins reste considérable. Pour le fromage ça va de 45 kopeks à 5 roubles.

128La viande reste toujours mauvaise, car les bouchers ne savent pas du tout détailler les morceaux.

129Trams très envahis.

130Vêtements beaucoup plus soignés ; chaussures et caoutchoucs.

131Tout le monde travaille à plein ; dans les sphères supérieures du parti et des combinats les militants donnent effort immense. Ils sont tous sur les dents, nuit et jour.

132La littérature prolétarienne à Moscou, c’est très bureaucratisé et faible : les jeunes gens sont intéressés et produisent peu.

  • 33 Louis Aragon (1897-1982). Écrivain, poète, membre du PCF depuis 1927, il occupe des responsablités (...)
  • 34 Léon Blum (1872-1950), leader du parti socialiste.

133Ils sont en rapport avec les d’Aragon et consorts qui leur ont fait des promesses, des avances, des protestations. D’Aragon33 leur a laissé un poème, il faut une mitrailleuse pour Blum34, une autre pour Varenne, etc. : tirons, tuons, c’est nécessaire SSR, SSR... Ici on s’en montre satisfait.

134Pourquoi ? pourquoi s’en faire, il y a Barbusse qui laisse faire Monde.

135C’est Vaillant qui doit remettre tout cela dans la ligne en rectifiant Monde, en groupant s’il le faut des littérateurs ouvriers, des rabcors, en produisant, en créant un théâtre, une littérature qui sera à la fois révolutionnaire, sérieuse, artiste.

136La rue de Moscou par ce printemps où il fait doux, où le dégel s’accentue ; c’est un ruisseau, c’est une boue gluante. Les caoutchoucs sont tout à fait nécessaires. Tous en portent, hommes, femmes, enfants.

  • 35 Bela Kun (1886-1939). Depuis l’élimination de Zinoviev et de Boukharine, son importance dans l’appa (...)

137Bela Kun35 me donne rendez-vous demain 9 h 30 au Komintern.

Mercredi 25 mars 1931

  • 36 Wilhem Pieck (1876-1960). En 1895, il rejoint le SPD dont il devient le secrétaire en 1906. Pendant (...)

138Présidium 6 h. Président Pieck36.

139Pour la lutte en faveur de la Russie, il faut propagande paysanne.

140Il y a une crise du fascisme.

141Il y a une crise de la social-démocratie.

142Thälmann dit : « Vous parlez trop peu de la question paysanne, des couches moyennes, des jeunes.”

143Les luttes entre nationalités en Tchécoslovaquie, Tyrol, Alsace-Lorraine, Pologne ; il faut parler de l’action du pape.

144Lenski, Pologne : « Il ne faut pas mettre sur le même pied le fascisme et le social-fascisme. C’est une phrase gauche ».

145Le chinois Vorwsky : « Vous ne parlez pas assez de l’intervention en Chine, surtout de l’intervention du Labour Party ».

146Les sociaux-démocrates allemands ont fourni des généraux au Kuomintang.

147Manouilsky : « Nous identifions la crise politique et la crise révolutionnaire, alors nous disons : crise politique révolutionnaire.

148Il faut une motion spéciale pour les mencheviks ».

149Jeanne Toscane chez Cordier : à la fin de l’année 1931 il y aura un cochon par chaque habitant de Moscou. La question de la graisse sera résolue.

Jeudi 26 mars 1931

150Ouverture du Plénum.

  • 37 Paul Marion (1899-1954). Journaliste, membre du CC du PCF de 1926 à 1929, responsable de la section (...)

151Hier, Vaillant a dîné avec Mary Reed. Son mépris pour Marion37. Pava et sa sœur. Pava au Pérou, l’autre à Paris. Toute la famille veut aller l’y retrouver.

152Il fait gris, ciel de neige. La boue est toujours aussi gluante, la rue, un ruisseau, une flaque.

153On entre dans un magasin de vin. Beaucoup de clients. Le litre 3 roubles ; la vodka 7 roubles.

154Les divers partis du Landtag de Prusse ont le droit de disposer deux ou trois fois par an du parlement prussien pour les organisations de leurs partis. Ils peuvent y tenir leurs congrès.

155En Yougoslavie paysans pauvres, pas d’industrie. On n’y fait ni locomotives ni autos. Une petite industrie textile ; la plus forte industrie est la militaire.

156Manouilsky : la crise se renforce ; le capitalisme approche de la fin de sa stabilisation. Il y a un changement radical dans le rapport des forces grâce à l’URSS. Instabilités, groupements différents d’alliances, difficultés de plus en plus grandes.

157Crainte de l’URSS, la bourgeoisie se montre de plus en plus dure et cruelle ; la fascisation se développe.

158Le plan quinquennal, la collectivisation rurale, la dictature du prolétariat s’est renforcée. Le rôle de l’URSS dans l’économie internationale, dans la politique internationale, dans la révolution internationale grandit.

159Accentuation des contradictions entre l’URSS et le capitalisme ; on va à la guerre.

160Dans l’année 1930 la révolution a grandi dans le monde.

161Chômage, paysans ruinés, colonies exploitées, faim, froid, misère, exploitation renforcée, d’où radicalisation des masses qui sont poussées dans le chemin de la révolution.

162On est dans les prémisses de changement de la crise économique en une crise politique révolutionnaire.

163Çà mûrit en Chine, Indes. En Pologne, Allemagne, tendances du changement de crise économique en crise politique.

164États-Unis, France, Angleterre, aucune accélération révolutionnaire, pas de conflits aigus, pas de manifestation, chômeurs, ou paysans, sauf en Indochine.

165Durant 1930, la révolution a fait un sérieux pas en avant.

166Le principal obstacle à la révolution et au communisme, c’est la social-démocratie et le réformisme. C’est un parti du capitalisme en décomposition, réactionnaire, contre-révolutionnaire. Il désorganise la classe ouvrière ; il tend à réaliser la désorganisation de la classe ouvrière pour sauver le capitalisme et assurer la voie au fascisme. Le socialisme conduit au fascisme ; il donne au fascisme une base de masse ; le socialisme recourt à des manœuvres de gauchisme, la social-démocratie en même temps se fascise. C’est le zig-zag des socialistes.

167Le facteur subjectif communiste est en retard. En Indes, Espagne, en Allemagne, en Pologne, en Amérique du Sud. Nous n’avons pas eu de parti communiste de masse ; le mouvement révolutionnaire ne se développe pas au rythme des faits concrets économiques.

168Il y avait des possibilités objectives favorables ; il faut se hâter.

169Cinq parties dans mon rapport :

170Le monde capitaliste et socialiste.

171La guerre impérialiste, le fascisme.

172Le caractère révolutionnaire.

173La social-démocratie.

174Les tâches de l’IC.

175La crise économique mondiale. Qui a eu raison ? Des marxistes ou des économistes pour les perspectives, pour l’appréciation de la crise ? Les socialistes se sont trompés.

176En 1929 Hilferding, le capitalisme organisé, la libre concurrence disparaît, pour un plan établi ; il y a le capitalisme anglais limité et l’américain qui peut avoir un développement illimité.

177Naphtali en 1928, Marx c’est la période de début du capitalisme.

178Kautsky a présenté une nouvelle théorie des crises, elles viennent de la disproportion entre l’industrie et la production rurale dirigée par la nature organique ; c’est la crise expliquée par les taches du soleil ; il y a un désarroi énorme dans le socialisme ; il rabâche le capitalisme organisé alors qu’il y a chômage.

  • 38 Herbert Clark Hoover (1874-1964), président (républicain) des États-Unis de 1929 à 1932.

179Tout espoir de voir disparaître la crise disparaît. Hoover38 est risible, après la crise actuelle, il y aura une détente puis une nouvelle crise.

180Aujourd’hui les socialistes disent : le régime capitaliste a fait faillite, il faut le socialisme, dit le Vorwärts ; il y a donc contradiction.

181La crise a atteint toutes les branches de l’industrie, les anciennes, les nouvelles, la crise actuelle s’étend sur les industries anciennes. C’est que la crise est liée à la crise générale du capitalisme d’après-guerre ; elle peut devenir une crise politique révolutionnaire ; elle est de longue durée, elle dure depuis un an et demi, pas d’atténuation ; elle est aiguë, profonde, pas d’exemple dans l’histoire ; elle fait partie de la crise générale, elle se mèle à une crise agraire générale qui ne peut lutter contre la technique nouvelle. Ce n’est pas une crise de conjoncture, c’est la crise générale de l’après-guerre.

182Les ruines des masses paysannes étaient avant atténuées par le fait que, autrefois, l’industrie absorbait les chômeurs paysans. Aujourd’hui, non !

183Il y a dans les pays neufs, une agriculture technique qui tue la paysannerie rétrograde, féodale, de l’Inde, Chine, des Balkans. Déclin de l’économie rurale.

184La crise agraire est influencée par l’URSS, la collectivisation.

185La rationalisation effrénée approuvée par les socialistes a aussi ébranlé l’agriculture ; elle a donné des manœuvres aux patrons.

186Il y a 30 à 35 millions de chômeurs sans compter le chômage partiel, sans compter les ouvriers agricoles, les ouvriers agricoles des colonies. La social-démocratie aide la bourgeoisie à liquider les conquêtes des ouvriers à l’occasion du chômage.

187Les Italiens, heureusement, ne sont pas habitués à manger deux fois par jour ; les possibilités de vie ont diminué pour les ouvriers de plus de dizaines de milliards de dollars ; les ouvriers anglais, allemands, de partout, sont payés 10 %, 20 % de moins ; les ouvriers sont aggravés car les assurances sociales ou n’existent pas ou sont diminuées.

188C’est la paupérisation de Marx, l’esclavage capitaliste, la faim dans les républiques, les monarchies, les colonies.

189Le capitalisme est un obstacle au développement des forces productives. La crise a fait comprendre le caractère irrationnel du capitalisme, de sa propriété privée.

190Que devient là dedans la démocratie ?

191Que se passe-t-il en Russie ?

192En 1931, trois fois plus d’industries qu’en 1913, sa cadence est deux fois et demi plus grande que celle du capitalisme ; nous rattraperons rapidement les capitalistes ; dans dix ans rattraper les pays capitalistes les plus avancés ; voilà le mot d’ordre du dernier Congrès des Soviets.

193Plus de chômeurs.

194Les femmes rentrent dans la production.

195Les salaires s’élèvent : 3 milliards roubles de plus qu’en 1930.

196Assurances sociales.

197Habitations ouvrières : 1 milliard roubles.

198Semaine cinq jours, journée de sept heures.

1996 millions familles paysannes sont collectivisées en février 1931. 50 % des paysans.

200Surface emblavée augmente 15 millions hectares.

201Niveau culturel des paysans.

202Plus de plus-value, tout pour les travailleurs.

203Les forces productives augmentent.

204La population augmente, 3 millions habitants, diminution de la mortalité.

205Nous sommes entrés dans la période du socialisme, nous fondons l’économie socialiste à la ville et à la campagne.

206Le socialisme est assuré.

207Mais, la Nep est à sa dernière phase ; l’argent n’a pas disparu ; il y a encore des difficultés de croissance d’où le bavardage des socialistes.

208La bourgeoisie cherche avec fureur à créer les difficultés. Nous avons la démocratie la plus large possible.

209Donc, ou le socialisme ou le capitalisme ; la paix ou la guerre ; l’anarchie capitaliste ou le socialisme planifié ; la dictature du capital ou celle du prolétariat.

210Le plan quinquennal permet la lutte.

211Les colonies se soulèvent. L’URSS aide les ouvriers, les paysans, les coloniaux.

212L’intervention se prépare contre nous ; il y a une conjuration contre nous et sous la conduite de l’impérialisme français ; il joue le rôle du tsarisme russe, il est le plus militariste ; la démocratie française est liée à Pilsudski, à la Yougoslavie sauvage ; les procès ont montré les preuves de volonté d’intervention en 1930.

213Notre succès de collectivisation l’a reculée, la crise a aussi compliqué l’intervention, mais elle continue à mobiliser l’opinion publique.

214Vous n’avez fait qu’envoyer 2 % du commerce européen alors dumping !!!

215Ils veulent intervenir dans nos affaires.

216Travail obligatoire, forcé, or ce sont eux qui vivent de l’exploitation de tous les hommes de l’univers qui nous reprochent cela.

217Si l’intervention devait avoir lieu, elle accélèrerait la crise, elle déchaînerait toutes les contradictions. Croire que ça se ferait en toute tranquilité – il y aurait tout de suite un réveil révolutionnaire partout – ; le prolétariat révolutionnaire transformerait la guerre en guerre révolutionnaire d’accord avec les ouvriers d’ailleurs. On n’est plus en 1918 avec des détachements rassemblés à la hâte.

218Nous avons une Armée rouge consciente, moralement solidaire. Il n’y a plus ici comme en 1918 les intriguants, les socialistes révolutionnaires et les blancs.

219L’Internationale communiste doit mobiliser toute la classe ouvrière pour défendre l’URSS, le PC français doit être à l’avant-garde.

220Les faillites lèsent les ouvriers les plus aisés, d’où rétrécissement de la base des socialistes.

221La bourgeoisie vise à établir un nouveau standard de vie : abaissement des salaires ouvriers américains ; est-ce que les ouvriers se laisseront faire ?

222Radicalisation des masses paysannes.

  • 39 Peut-être s’agit-il de Michalec alias Warski (1868-1937). Ancien dirigeant du parti communiste polo (...)

223Micholsky39 me dit : l’Allemagne ressemble à l’étudiant que j’ai connu : il ne savait pas s’il était viril. Un jour il le vit dans la rue. « Heureux ! J’ai pris la blennorragie ça va bien ! »

224C’est comme l’Allemagne. Rapallo lui a fait prendre la chaude-pisse. Elle y revient. Elle est souhaitée.

225La radicalisation paysanne :

  • refus de payer les impôts.
  • violence dans les propriétés des koulaks (Uks).
  • Armée rouge chinoise.

226Parmi les techniciens, petits commerçants, classes moyennes ; réservoir fasciste.

227La grande finance se concentre, se renforce, trusts, maintient les hauts prix.

228Accentuation de la lutte entre les industries et les banques, entre industriels et agrariens, entre les trusts ; les cadres de la petite bourgeoisie politique sont brisés ; la répression grandit, fascisme ; la bourgeoisie essaye de se concentrer.

229La crise écrase les plus faibles pays, les colonies, les pays paysans, les vaincus de 1914, les pays débiteurs :

230– douanes, dumping, protectionnisme ; les socialistes anglais deviennent protectionnistes, comme les réactionnaires et les financiers.

231D’où tension extrême de la lutte des classes.

232Aggravation des luttes entre impérialismes ; ça va très vite.

233Versailles est fini.

234La crise actuelle aggrave la crise générale du capitalisme ; la pyramide du monde a à sa base 1 milliard d’esclaves.

235À l’École Léniniste, 1 000 étudiants étrangers dont 300 à 400 chinois.

236Angleterre et Amérique :

237L’Angleterre a 125 milliards de francs en Inde.

238Le recul permanent de l’Angleterre, les conflits entre impérialismes sont imminents.

239La lutte entre Angleterre et Amérique sera longue et terrible.

240Voilà une première contradiction de Versailles.

241Une deuxième contradiction c’est Young : l’Allemagne est une plaie sur le corps de l’impérialisme international ; dépression chronique ; c’est cela qui a fait grandir le PC allemand, et le fascisme allemand.

242Troisièmement, accentuation de la crise entre l’impérialisme mondial et les colonies.

243Quatrièmement, aggravation des mouvements nationaux. Ukraine occidentale écrasée par les Polonais, très important.

244L’insurrection de l’Ukraine polonaise est une protestation contre Versailles. Ça continuera fatalement partout.

245– Versailles craque. La France est le rival dangereux de l’Angleterre en Europe et dans les colonies.

246La crise intensifie les contradictions, ébranle Versailles, crée le mouvement révolutionnaire aux colonies.

247Fascisme : répression contre les travailleurs ; c’est une forme de la dictature de classe de la démocratie bourgeoise.

248La dictature du capitalisme c’est la démocratie.

249La France est en voie de fascisation.

250La démocratie bourgeoise est une forme de conservation de la bourgeoisie.

251Il y a des étapes de la démocratie vers la fascisation. Il faut en étudier les étapes concrètement ; il faut analyser les degrés de fascisation du parti socialiste.

252La dictature fasciste peut se faire de plusieurs manières : on livre au fascisme des positions les unes après les autres ; il y a parfois coup d’État fasciste, insurrection ; c’est une contre-révolution préventive.

253Pendant que l’Italie se fascisait, le socialisme endormait les travailleurs ; il ne faut pas croire que le fascisme n’existe que lorsqu’il descend dans la rue. Or l’état essentiel du fascisme, c’est son offensive contre la classe ouvrière, c’est la guerre civile contre les travailleurs. Le reste c’est accessoire.

254La suppression du Parlement n’est pas obligatoire. Voyez en Pologne.

255Le fascisme vient de l’évolution des trusts, il est la caractéristique du capitalisme monopolisé, de l’État au dessus des classes.

256Affinités entre le socialisme et le social-fascisme. A. Thomas l’a dit : les deux représentent les intérêts ouvriers, chacun avec ses procédés divers.

257Le socialisme et le social-fascisme servent également le capitalisme, essayent de le sauver.

258Fascisme = agression de la bourgeoisie contre la classe ouvrière.

  • Écraser le mouvement ouvrier révolutionnaire.
  • Incorporation des ouvriers dans les syndicats.
  • Tend à supprimer la lutte de classe, supprime la grève, impose le règlement obligatoire.
  • Armement de la bourgeoisie, c’est-à-dire la guerre civile.

259Le reste, c’est-à-dire le parlementarisme, ce n’est rien ; l’époque du capitalisme monopoliste suppose l’écrasement des petits paysans, des ouvriers.

260Après la guerre, les aventuriers, les déclassés ont fait le fascisme, achetés par la bourgeoisie et aidés par la petite bourgeoisie et les militaires démagogues pour duper les ouvriers et les éloigner du communisme.

261Le fascisme n’est pas l’ennemi de la dictature bourgeoise. La lutte contre lui exige la lutte contre la social-démocratie, car celle-ci endort la vigilance de la classe ouvrière, contre la dictature bourgeoise muée en démocratie.

262Il faut lutter contre la démocratie bourgeoise qui n’est que la dictature.

263Il faut lutter chaque jour contre le capitalisme, créer dans les entreprises des comités d’ouvriers, front uni ; lutter pour les chômeurs pour les enlever aux fascistes ; milices ouvrières.

264Le Plénum doit dire aux ouvriers :

265L’idée révolutionnaire, la poussée révolutionnaire, elle est généralisée dans tout le monde. C’est une poussée historique, non épisodique (comme Sacco-Vanzetti).

266Aux États-Unis, un million d’ouvriers ont manifesté. Esprit combatif.

267En Tchécoslovaquie, il y a un haut niveau comme en Allemagne.

268Il y a tant de matières inflammables en Europe que tout peut annoncer la révolution.

269Les masses ont faim et sont misérables. Une explosion peut devenir un mouvement profond. La crise économique révolutionne les masses. Il est faux de dire que le mouvement ouvrier recule sur toute la ligne. Il y a les menaces de contre-révolution prolétarienne.

270Il ne faut pas de simplisme. Le capital prend l’offensive ; il divise les ouvriers ; il fait des contrats à brève échéance. Il y a des chômeurs et des travailleurs occupés.

271Jusqu’en 1929 c’était des grèves ; maintenant, chômage ; refus de payer les impôts, combat avec police.

272Les communistes commencent à diriger au mieux les batailles de classe, en tant que parti. Ils dirigent les Armées rouges chinoises depuis un an. Ils dirigent les grèves, c’est-à-dire que les grèves ici se politisent.

273Il faudra du temps pour y arriver, c’est-à-dire qu’il faudra vaincre les réformistes.

274Depuis le Xe Congrès, les communistes allemands ont fait un grand progrès vers la conquête des masses ouvrières. Et aussi les Tchécoslovaques, les Polonais un peu. Les Français ont régressé.

275Grève politique de masse. Croyez-vous que nous l’avons reculée pour des périodes illimitées ? Non, il faut la réaliser pratiquement : contre le fascisme, contre l’intervention partout où le pouvoir est ébranlé ; pour passer de l’agitation à l’action, il faut de la pratique.

276Pour le 6 mars, le 1er mai, on a lancé en France grève politique de masse sans aucune préparation.

277En Angleterre, on a agi mécaniquement.

278On se trompe sur la maturation politique des ouvriers. La crise économique ne signifie pas une situation révolutionnaire. La maturation révolutionnaire suppose des conditions.

279Crise politique révolutionnaire :

280On en approche aux Indes, en Chine, un peu en Allemagne, en Pologne. Les éléments de crise pré-révolutionnaire sont à l’état latent dans le système capitaliste d’après-guerre la crise actuelle les accentue, les mûrit, le monde est en proie à une inquiétude politique, l’Italie, l’Allemagne.

281Il faut que les communistes allemands enlèvent les masses aux socialistes et aux fascistes.

282En Pologne, grave crise, mécontentement chez les ouvriers et paysans ; la moitié des ouvriers chôment sans secours. Crise agraire, expropriation des paysans. En Ukraine et Roumanie, répression sauvage.

283Gros mouvement fiscal dans les villages ; gros mouvements nationaux, de chômeurs. Frictions chez les fascistes ; le PC polonais a de l’expérience bolchevique.

284Chine.

285Organisations des Soviets et Armée rouge ont battu le Kuomintang ; plus de dizaine de milliers d’habitants ; base solide au prolétariat armé ; même dans les régions non soviétisées il y a des mouvements paysans pour exproprier les féodaux et les bourgeois ; terreur immense du Kuomintang.

286Il faut que l’Armée rouge soit dirigée absolument par le parti communiste chinois.

287Il faut que l’on réalise le programme agraire.

288Il faut organiser les masses hors des régions soviétisées.

289Indes.

290Des masses nouvelles et innombrables sont debout : ouvriers, petits bourgeois, paysans, contre l’impérialisme.

291La classe ouvrière fait des grèves malgré Gandhi, mouvement terroriste, jeunesse socialiste, mouvements armés sous la conduite des ouvriers ; révolution agraire anti-impérialiste ; la classe ouvrière s’organise avec indépendance, le mouvement gagne en clarté ; mais il n’y a pas eu jusqu’ici union des ouvriers et des paysans, pas assez d’indépendance ouvrière, les réformistes guident les syndicats.

292Depuis un an le mouvement révolutionnaire a gagné l’Allemagne et la Tchécoslovaquie, sont en grand progrès politique et organisation.

293La maturation de la crise politique est grande.

294La France, l’Angleterre, les États-Unis sont retardataires ; les Français doivent lutter contre Young, contre l’intervention des Anglo-Saxons, doivent protéger la révolution chinoise.

295Social-démocratie.

296– 1914.

297– Contre la révolution russe et allemande.

298– Le capitalisme organisé, dictature du capital financier.

299– La bourgeoisie a besoin de diminuer les salaires, les socialistes l’y aident. Ils aident Brüning. Intervention, sabotage.

300Dès le début de la révolution, le socialisme combat la dictature du prolétariat, prépare l’intervention puis le procès des mencheviks a prouvé leur trahison jusqu’à ce jour.

301La social-démocratie a déclaré que les bolcheviks cherchent la guerre.

302Pourquoi les ouvriers restent-ils socialistes ? Parce qu’il y a un grand appareil socialiste, une bureaucratie liée à l’État.

303Tout le système capitaliste repose sur la contrainte et le socialisme a copié son appareil sur celui de l’État.

304Le socialisme se transforme en fascisme. Le syndicat réformiste donne du travail, donne la carte du chômage. L’appareil syndical réformiste est le prolongement de l’appareil d’État. La mort, la maladie, le travail, tiennent l’ouvrier par la contrainte ; puis il y a la corruption : des dizaines de milliers de socialistes sont fonctionnaires, policiers.

305Les jeunes ouvriers allemands commencent à secouer le joug.

306Puis nous appliquons mal la tactique « classe contre classe » ; les ouvriers disent : « La social-démocratie c’est un moindre mal en face du fascisme » et ils votent pour les socialistes.

307Cette crainte est aussi celle des ouvriers anglais, Scandinaves, français.

308Or nous n’avons pas su dissiper ces illusions, soit par opportunisme (souvent les communistes sont moins courageux que les autres), soit parce qu’ils oublient le Front unique pour la lutte et qu’ils ne savent pas faire leur propagande.

309Il faut parler aux ouvriers le langage qu’ils comprennent ; il faut des réunions communes avec les ouvriers sans parti et socialistes, des comités de lutte doivent être faits ; constituer des minorités dans le parti socialiste, une aile gauche.

310Il y a des communistes qui confondent les ouvriers socialistes avec leurs chefs ; sectarisme, pessimisme, passivité.

311Les socialistes disent : nous soutenons Brüning parce qu’il est le moindre mal et tous les socialistes parlent ainsi.

312Mais ce qu’il faut montrer c’est qu’il n’y a pas de moindre mal, puisque les Brüning et les socialistes appellent le fascisme, capitulent devant lui.

313En Angleterre la bourgeoisie laisse le socialisme au pouvoir afin qu’en ce moment critique le socialisme fasse le programme bourgeois.

314Si les conservateurs étaient au pouvoir en Angleterre la lutte des classes serait beaucoup plus vive.

315– Il faut démasquer habilement les socialistes. Notre arsenal de manœuvre est pauvre. L’arsenal socialiste est r[ill.].

316– En France les 22.

317– Il y a des lézardes dans la social-démocratie. Il faut en profiter, en agissant concrètement dans chaque pays, dans chaque région.

318Dans la social-démocratie il y a protestation à la base contre les socialistes qui combattent les Russes révolutionnaires.

319Puis on reproche aux socialistes de ne pas vouloir l’unité de classe à la base, alors il faut tenir compte de cela. Il faut prendre l’initiative de l’unité.

  • 40 Georges Dumoulin, syndicaliste minoritaire de la CGT, est alors l’un des promoteurs du Comité des v (...)

320Les socialistes manœuvrent. Ils disent : si le capitalisme donne quelque chose aux ouvriers, c’est sous notre pression ; puis ils ont une droite et une gauche, mais enfin, leur programme, c’est le programme bourgeois. Ils manœuvrent sur les salaires, sur l’unité : journée de six heures, semaine de cinq jours ; reprise des relations avec l’URSS ; ils lancent Dumoulin40.

321Or il faut démasquer ces manœuvres par une plateforme concrète. (Pollitt me transmet le salut de Tom Man). 180 assistants au Plénum, plus 100 assistants non délégués.

322Nous venons à ce Plénum avec des succès sérieux bolcheviks.

323Nous avons épuré les partis et liquidé les luttes fractionnelles, la droite.

324– Succès en Chine, en Allemagne.

325– Démonstration des chômeurs en Tchécoslovaquie.

326Puis il y a des partis en retard.

327Parlons-en plus longuement.

328Il y a des difficultés objectives pour que nous profitions de la crise :

  • la bourgeoisie est plus solide que la Russie en 1919 ;
  • elle se défend mieux ;
  • les illusions de la démocratie ;
  • la force du socialisme ;
  • la répression, la terreur du patronat ;
  • le travail illégal est plus difficile que pour les Russes sous le tsarisme.

329Pourquoi le retard ?

330Les communistes sous-estiment l’idée révolutionnaire des masses et ils ne les dirigent pas.

331Nos camarades de l’Inde ont lutté contre les grèves politiques. Or les grèves de l’Inde sont 1905 Russe et ailleurs.

332Puis on ne sait pas mobiliser les masses sur le terrain de leurs intérêts.

333Les Français n’ont pas su utiliser le mécontentement des ouvriers contre les assurances sociales.

334– la lutte syndicale est faible

335– l’IC jeunes est en retard

336– on sous-estime les dangers de guerre

337– capitulation des communistes finlandais :

338Le PC finlandais fut battu. Il n’avait pas assuré par sa propagande, le prolétariat de l’urgence du danger fasciste. Il était resté trop légaliste. Mais les Finlandais ont reconstitué leur parti illégal, politique et syndical, et de presse illégale.

339Nous avons un grand retard dans l’organisation. Piatnitsky le dira.

340Conclusion : Il y a deux systèmes mondiaux. La lutte va s’engager entre eux autour des Soviets des milliers de travailleurs.

341Manouilsky est lyrique en faisant l’apothéose de l’URSS, sa supériorité sur le capitalisme en déclin.

342Manouilsky a été très sévère pour le PC français.

Vendredi 17 mars 1931

343Extrême effervescence dans la direction du parti français (BT) après le discours de Manouilsky. On blâme l’injustice de M., on se plaint qu’il ait fourni des armes à tous les adversaires du parti. On se plaint qu’il n’ait marqué que les résultats du PC français sans expliquer l’analyse des conditions objectives. La crise ne commence en France que depuis huit mois. Et le parti a déjà agi : organisation de la grève des mineurs, action anti que l’on méconnait. Epuration.

344En fait l’attaque menée contre la direction, publiquement sans l’aviser, violemment, aux applaudissements ironiques du Plénum, met la direction sur la défensive et l’oblige à une réplique de chicanes sur les détails. On ne reconnait pas son travail réel en profondeur. On a signalé une seule chose : les résultats électoraux, les résultats du recrutement, et des syndicats et de L’Huma.

  • 41 Eugène Fried (1900-1943). Militant du PC tchécoslovaque dès sa fondation, dont il est membre du Com (...)

345Fried41 réplique : les meilleures directions sont celles que l’on critique le plus.

346Non ! Ce qui s’impose, c’est que la direction ait à Moscou un représentant qui soit en état d’esprit de défendre le parti et de renseigner exactement l’IC sur le travail accompli.

347Vaillant est désormais dans les rangs des écrivains prolétariens. C’est à ce titre qu’il est ici. Il est versé à l’Agit.-Prop. qui le prend en charge.

348Visite à la grande maison presque achevée de dix étages sur les bords de la Moskova. Le dégel continue ; la rue est encore boueuse. Le soleil fait fondre la neige et là où le service de voierie a passé, c’est déjà presque normal.

  • 42 André Ferrat, né en 1902, de son nom Morel, est devenu, début 1930, le délégué du PCF auprès de la (...)

349À 7 h chez Ferrat42, groupe français.

350Il y a un fait nouveau, la crise est entrée en France avec toutes ses répercussions sociales : chômage partiel de masse.

351À mesure que le chômage grandira, le danger d’intervention diminuera ; la grève des mineurs ou des cheminots.

352– Il y a une fascisation des anciens combattants ;

353– il y a unité dans les syndicats fascistes ;

354– Laval corrompt, empêche le travail des municipalités ; interdit des salles, condamnations préventives.

355Tel est le procès de fascisation. La France se fascise. Le fascisme n’est pas la suppression du Parlement. Il est là.

356Il y a dans le parti socialiste plus de ségrégation.

357Dans les syndicats réformistes, la grande manœuvre de Dumoulin.

358Les difficultés du PC français.

359La France bourgeoise est réelle.

360La social-démocratie n’a pas été au pouvoir ; la petite bourgeoisie est forte (paysannerie) ; les communistes n’ont pas pu faire de cadres : anarcho-syndicalisme.

361Si la France attend quatre ou cinq ans d’attaquer l’URSS ce sera trop tard. Elle attaquera avant.

  • 43 Transposition phonétique d’un terme russe qui signifie « très bien ».

362Karacho43 !

363206 000 communistes allemands.

364La discussion se poursuit entre Stepanov et Thorez et B(arbé). St. dit : vous n’avez que des petits succès épisodiques ; vous n’avez pas rempli votre programme. 55 000 membres, 200 000 Huma, 500 000 CGTU.

365Or le moment est si grave que vous devez travailler d’arrache-pied à le réaliser et à le dépasser.

366Il y a des difficultés en France pour la propagande communiste. Mais d’autre part la France impérialiste est si décidée à la lutte contre l’URSS et elle est obligée d’agir si vite que vous n’avez pas une minute à perdre si vous ne voulez pas être dépassés par les événements. Vos petits succès de ces six derniers mois sont très insuffisants.

367B. est fâché de s’entendre appeler opportuniste. N’attachez pas d’importance à cette question de prestige.

Samedi 28 mars 1931

368Une série de beaux jours. Le dégel continue.

369À l’École léniniste, 20 Français, 550 élèves.

370Une jeune camarade me conduit dans un magasin de caoutchouc. Beaucoup de monde. On a acheté beaucoup. Elle me dit : tout le monde dépense ; il y a de l’argent en circulation. Les ouvriers gagnent bien leur vie. Ma sœur a vingt ans. Elle est ouvrière à l’usine de caoutchouc rouge. Elle gagne 180 roubles par mois.

371Quelle foule dans les rues !! Habillée convenablement, bien chaussée ; chacun porte des caoutchoucs. Subsistent encore les isvorchiks et les charretiers.

372À Proskourov, les soldats me réclament. Et les jeunes gens des kolkhozes et sovkhozes voisins ont demandé quand je revenais les voir !

373Au Plénum à 6 h.

374Lenski parle du PC polonais.

375L’accord douanier austro-allemand met en pièces le traité de Saint-Germain.

376Zollverein avant Anschluss.

377Times 200 000 tirages.

378Daily-Telegraph 200 000.

379Morning-Post 180 000.

380Daily-Mail 2 000 000.

381La Presse Rothermure a un tirage hebdomadaire de 26 millions d’exemplaires.

382Propagande contre l’URSS (Page Arnot).

383Sovkhozes : fabriques de blé.

384Bœufs 1 200 000.

385Porcs 218 000.

386Moutons 2 700 000.

387Lait, beurre 50 000 vaches.

388Coton.

389Kolkhozes : 400 000 économies paysannes en 1928.

3901 million économies paysannes en 1929.

3919 millions économies paysannes en 1931.

392Les sovkhozes et les kolkhozes ont sorti en 1930 78 millions de quintaux. C’est la production de la France.

393Étendue moyenne d’un sovkhoze : 80 000 hectares.

394« Le géant » a 200 000 ha.

395Dans les sovkhozes il y a 100 000 ouvriers : ajusteur, tourneurs, chauffeurs.

396Visite à Mary Reed.

397Elle nous dit que tous les spécialistes américains qui viennent ici enthousiastes sont peu à peu dégoûtés et désireux de repartir.

398Elle publie leurs plaintes dans Moscou News (10 000 numéros) dont elle est rédactrice.

399Rencontré chez elle un Brésilien communiste. Le parti est très faible dans son pays et persécuté. La situation économique est très mauvaise. Toujours trop de café. Chômage. Le gouvernement nouveau a créé un parti communiste officiel avec le même programme que le nôtre.

400Rencontré aussi l’ancien correspondant Tass à Paris ; il me dit que son successeur Marinusky est peu apprécié ici. Il a trop peu de contact avec la parti. De son temps Berlioz était en liaison.

  • 44 Gabriel Péri (1902-1941), alors responsable de la rubrique de politique étrangère de l’Humanité.

401Il annonce que Péri44 a été prié de ne plus rien envoyer à la Pravda. Il ne sera pas remplacé.

  • 45 Les manifestations ont lieu à Paris, en août 1927 au lendemain de l’exécution des deux anarchistes (...)

402Comment fut expulsé le correspondant de Tass à Paris le soir de la manifestation Sacco-Vanzetti pour avoir dit sur son télégramme que la police avait été brutale45.

Dimanche 29 mars 1931

  • 46 Marcel Cachin évoque la réunion de la commission française tenue à Moscou, lors du VIe Congrès, en (...)

403À la dernière réunion de la délégation française, je soutenais B. contre les critiques de l’IC. Or B. avait dit à D. en 1928 : ta condamnation c’est d’avoir été soutenu par M.C.46.

404Thälmann au Plénum.

405L’Allemagne est le chaînon le plus faible de la chaîne impérialiste ; d’abord parce que le PC est fort et que la bourgeoisie est affaiblie.

406Parlons surtout de tactique révolutionnaire.

407Comment progresse l’idée révolutionnaire.

408– Quelle est la situation du PC A.

409– Développement de la crise :

410Élection du 14 septembre.

411Grève de Berlin, niveau très élevé révolutionnaire.

412Grève de la Rhur.

413La crise révolutionnaire grandit en Allemagne :

414Le PCA est dans l’offensive ; les autres sont sur la défensive et en crise.

415Les ouvriers posent déjà la question révolutionnaire. Dans la bourgeoisie des difficultés dans tous les partis ; dans le parti communiste, confiance, unité.

416Rébellion dans le parti social-démocrate.

417La crise économique en Allemagne est en train de passer en crise politique.

418Nous sommes en crise révolutionnaire politique.

419Sommes-nous à la veille d’un soulèvement armé. Je crois qu’il faut discuter.

420Nous en sommes à la dictature fasciste avec Brüning ; il y a désagrégation des vieux partis.

421Nous avons arrêté le progrès du national-socialisme. On a détruit les droits des municipalités et ceux du Parlement.

422La dictature fasciste progresse rapidement. On va supprimer la Prusse comme pays indépendant dans le Reich, on laisse la Bavière. Interdiction de journaux communistes ; fascisation de la justice.

423La police socialiste interdira les assemblées fermées quand elle pense qu’il y aura discussion troublant la paix.

424Assassinat de Honning ; après on a interdit les journaux et les réunions du PC à Hambourg.

  • 47 Paul von Hindenburg (1847-1934), ancien chef de l’État-major allemand, président du Reich depuis 19 (...)

425Hier, Hindenburg47 a signé le décret d’état de siège.

426C’est la période de guerre. Deux heures après, la perquisition ! Le préfet de police socialiste voulait avoir du matériel compromettant.

427Brüning soutenu par le social-fascisme.

428Tout cela indique crise aiguë ; la bourgeoisie va renforcer son front.

429Gorki, grand amour des masses, ami de Lénine.

  • 48 Feodor Chaliapine (1873-1938), chanteur russe célèbre.

4301905, Chaliapine48 vient aussi des masses révolutionnaires, mais à genoux disait le tsar.

431Gorki a rompu.

432Pendant le procès industriel appel aux ouvriers de tous les pays.

433Après quelques jours de soleil, voici à nouveau la neige abondante. Elle gèle à terre, on glisse dans les rues, on avance à petits pas.

434Thälmann parle pendant quatre séances avec une vigueur physique extraordinaire. Quand Thälmann souligne d’un grand geste du bras l’importance d’une partie de son discours, toute la tribune tremble !

435Thälmann me dit que les Allemands ont en brochure publié mon intervention sur la Russie à la chambre.

Lundi 30 mars 1931

436C’est devenu un sport de parler, six, sept, huit heures au congrès et au Plénum.

437Thälmann. – Le PC allemand se développe à un rythme accéléré dans toutes les régions de l’Allemagne. Nous continuerons. Nous avons eu jadis des fluctuations énormes. On en a encore ! De 24 % à 46 % selon les régions sont des cellules d’usines.

438Thälmann ne laisse tomber aucun détail du recrutement du PCA : nous avons peu recruté dans les chemins de fer et les produits chimiques.

439Le tirage de notre presse est faible ; nous allons introduire des méthodes commerciales ; nous signalons trop peu l’information populaire ; notre langage est trop lourd.

440À Berlin le « Rot Front » est scandaleusement faible.

441Nous avons amélioré le travail dans les jeunesses communistes :

44240 000 en février 1931 ;

44343 000 en mars.

444Grève d’apprentis sous la direction de la Jeunesse communiste.

445Nous avons eu une crise des cadres de base et moyens ; de bonnes forces se développent. Nous avons changé en un an la moitié de nos cadres.

446Nous ne savons pas concrétiser nos mots d’ordre. C’est dans la bataille elle-même que se fait l’éducation réelle. 3 500 fonctionnaires ont passé par nos écoles.

4474 millions de brochures distribuées en 1930.

448Gros mouvement sur l’avortement en Allemagne.

449À propos des inondations, nos communistes parlaient doctrine !

450Nous avons de l’opportunisme dans la pratique.

451La terreur fasciste en Allemagne dans les dernières semaines, chaque jour.

452Lénine dit : une classe opprimée qui ne sait pas se servir des armes est toujours vaincue.

453Nous sommes en Allemagne au moment où il faut se défendre par les armes.

454Nous avons une organisation spéciale de défense contre le fascisme et un journal. Nous avons le front rouge. Nous avons armé nos cadres, techniquement. N’en parlons pas !

455Grève politique des masses.

456Il lui faut des bases d’organisation, des conditions préalables. Il faut une large propagande des masses :

  • hommes de confiance dans les entreprises,
  • développement des grèves partielles,
  • question de l’hégémonie du prolétariat : nous avons déjà posé le problème près des paysans ; début. Notre méthode révolutionnaire parmi les paysans nous impose des tâches : d’abord les ouvriers agricoles, nous avons des conseils de fermes rouges ; nous allons organiser des grèves au printemps.

457Puis petits paysans ; il faut compter ces hommes comme tout près des ouvriers (de un à deux hectares).

458En ce moment, grande crise agraire ; grandes possibilités pour nos artisans, petits commerçants de villages. Il ne faut pas les négliger, mais avec l’hégémonie du prolétariat on peut pénétrer dans ces couches.

459Il y a une telle mentalité parmi des millions d’hommes hors de notre parti communiste ; ils disent : ça ne peut pas durer.

460Ils ne voient pas d’autre solution que dans le capitalisme. Il faut les éclairer.

461Et la solution mussolinienne a donné ses preuves, tandis qu’en URSS l’économie socialiste réussit.

462Les sociaux-démocrates sont pires contre l’URSS que les nationalistes-socialistes.

463Le travail forcé.

464Les procès des mencheviks.

465Les interventionnistes en Allemagne contre l’URSS.

466L’URSS et la misère en régime capitaliste.

467Le PC allemand a des tâches révolutionnaires immédiates.

468On va supprimer sous sa forme actuelle l’École chinoise.

469On construit un bâtiment immense pour réunir les trois écoles actuelles :

  • Léniniste.
  • Extrême-orient.
  • Pays illégaux.

470Cette école nouvelle aura 2 800 élèves.

  • 49 Maurice Thorez (1900-1964), est secrétaire général du PCF depuis 1930.

471Thorez49 à 5 h. Remis à 5 h un article pour la Pravda sur Gorki.

472Thorez.

  • 50 Nikolai Skripnik (1872-1933), dirigeant du parti communiste ukrainien.

473Skripnik50 (Ukraine).

474Pollitt.

  • 51 Klement Gottwald (1896-1953). Membre du Comité central du parti communiste de Tchécoslovaquie en 19 (...)

475Gottwald51 (Tch.).

  • 52 Henri de Boeck, né en 1903, militant de la Jeunesse communiste, après avoir sympathisé avec l’oppos (...)

476De Boëck52.

477Lu Sian (Ch.).

  • 53 Louis De Visser (1878-1945).

478De Visser53.

  • 54 Earl Russel Browder, né en 1891, secrétaire du parti communiste américain.

479Browder54 (EUA).

480Garlandi.

481Le but du fascisme c’est la destruction des organisations ouvrières et du communisme. Ceci n’est pas la suppression du parlementarisme, puisqu’il y a un parlement en Pologne et en Italie.

482Rôle international de la social-démocratie française :

  • contre l’URSS. Il est le pire ;
  • contre les colonies.

483300 000 mineurs en France, dont 180 000 dans le Nord et Pas-de-Calais.

484L’anarcho-syndicalisme méprise l’organisation.

485Pas une cellule du PC, sans une cellule des jeunes.

486Pollitt, il parle comme une mitrailleuse ; chiffre du commerce extérieur : effrayant. Il lit une circulaire sur l’URSS.

487Le groupe Mosley c’est le fascisme ; déjà représenté par la presse Rothermer.

488Toutes les conditions sont données pour qu’il y ait un grand parti communiste anglais.

489Pourquoi sommes-nous si faibles ?

4901 °) Les ouvriers ne veulent pas renoncer encore au Labour Party car il est pour eux le moindre mal (65 % syndiqués, 50 % chômeurs). 32 cellules d’usines. 2 700 membres.

491Quand Mosley est parti du Labour Party, les ouvriers l’ont tous quitté malgré que quand il était dans le PC il était applaudi. (Si Man. ne nous a pas trop attaqués c’est que je lui ai porté du tabac).

4922°) Nous ne sommes qu’une secte. On redoute les adhésions.

493Nous avons en fait dirigé les grèves. Nous avons enfin mis fin au déclin de notre parti, depuis novembre : 10 000 Daily Worker, son édition de samedi grandit : 8 000.

494Les districts de Londres d’électriciens ont mis une note dans notre journal, c’est nouveau !

4953°) Nous sommes isolés des syndicats.

4964°) Notre travail colonial est bon.

4975°) Notre internationalisme est faible.

4986°) Nous sommes sectaires.

499Nous avons onze écoles dans les districts.

  • 55 Arthur Horner (1894-1968). Communiste anglais, militant et responsable de la fédération syndicale d (...)

500Rothermer a salué Hitler. La jeunesse communiste parle un langage de thèses que moi je ne comprends pas. Les bourgeois attirent les jeunes avec mille moyens habiles. Sectarisme du haut en bas. Attaque contre Horner55 ; il n’a aucune foi dans l’IC. C’est un légaliste syndicaliste fréquent dans le PC anglais.

501Nous devons transformer cette campagne, la généraliser. Nous avons confiance.

502Le XXIXe Congrès dans le Nord et Pas-de-Calais, congrès unitaire a décidé la grève illimitée.

503Les confédérés (malgré une opposition) se réunissent aussi et disent qu’on pourra arranger les choses et qu’on retardera la grève.

504Dans les deux bassins de Marseille on a décidé quarante-huit heures de grève. Gard : grève commencée. Nord : occupé par les gardes mobiles, collusions, démonstrations.

505Gottwald, Tchécoslovaquie. Esprit clair et organique. Il a beaucoup de bon sens et il sait rire. Il faut aller aux masses en leur parlant de leurs intérêts concrets.

506Nos jeunes sont sectaires. Quand le délégué de Moscou arrive, ils lui font répéter le geste de Salomé : une tête dans une assiette : plus il y a de têtes, mieux ça vaut !

507La moitié des ouvriers chôment totalement, 20 % ou partiel.

508Les chômeurs syndiqués seuls reçoivent des salaires (soit 12 %) pendant trois mois.

509Les communistes mènent le mouvement grâce au front uni.

5101 000 comités d’action de chômeurs (30 % de communistes et des socialistes et des fascistes ouvriers) élus par la base.

511Nous avons fait un congrès national de chômeurs : 1 000 délégués élus dont plus de 50 % non communistes. 100 sociaux-démocrates. On y a créé un comité national de chômeurs.

512Le 25 février a été interdit, mais dans plus de cent villes on a manifesté. 1 200 arrestations, orageuses.

513Nous avons discuté comment organiser les chômeurs.

514Il faut les faire rentrer dans des sociétés disent quelques-uns et les faire cotiser.

515Oui, mais alors peu de chômeurs y rentreront. On les aura isolés des usines.

516Nous avons repoussé cette idée trop rigide. Gardons les comités d’action comme aujourd’hui avec nos hommes de confiance.

517C’est le PC et les syndicats rouges qui financent les journaux des chômeurs : quêtes, conférences dans les entreprises et les petits commerçants.

Mardi 31 mars 1931

518Retour offensif de la neige mais d’une neige qui fond tout de suite, de sorte que la rue redevient impraticable. Hier soir, en rentrant de l’Ecole léniniste, c’était pénible. Tous avaient les pieds trempés ; quinze centimètres de neige qui fondait ; il fallait marcher là-dedans pendant trente minutes.

519Au Plénum :

520Chinois : 200 000 membres du PC surtout paysans.

52150 % de l’armée chinoise vient des armées impériales ; notre appareil est trop faible pour dominer tous les éléments de la révolution.

  • 56 Eugène Varga (1879-1964). Devenu membre du CE de l’IC en 1928, il intervient régulièrement aux diff (...)

522Varga56

523Qu’est-ce que la crise ?

524Il y a la crise générale du capitalisme :

  • la crise agraire ;
  • la crise industrielle.

525Tous les travailleurs sont frappés : ouvriers, paysans, fonctionnaires.

526Cette crise générale a mené un tel mécontentement comme nous ne l’avons pas vu depuis 1918 ; depuis la fin de la guerre, la domination de la bourgeoisie n’a été aussi fortement menacée, la bourgeoisie a eu des méthodes pour calmer les masses. Elle n’en dispose plus. Elle donnait autrefois des concessions démocratiques traditionnelles : vote, réunion. Elle avait la possibilité de jouer avec la réforme agraire et de prendre quelques mesures. Aujourd’hui, la grande masse du prolétariat a perdu les illusions démocratiques ; la paysannerie a reconnu la tromperie de la bourgeoisie. Aussi grandes révoltes de masses actuellement dans les pays décisifs, nous avons de grands pays et cependant en Russie, progrès. La situation est donc changée en faveur du prolétariat ; la crise actuelle est une conséquence des lois immanentes du capitalisme. La stabilisation a cessé et les illusions sur l’essor des ouvriers dans le cadre du capitalisme. Les contradictions internes s’aiguisent à l’extrême. La société capitaliste est faible car le capitalisme veut étendre à l’infini la production mais la consommation se restreint.

527Dans la troisième période :

  • la contradiction entre la production et la consommation ne s’est pas révélée dans les phases de crise, mais elle est constante. La capacité de consommation du marché capitaliste n’est plus possible car les marchandises ne sont pas payées leur prix ;
  • l’armée de chômage est énorme même dans les années de bonne conjoncture ;
  • des moyens de production arrêtés et du chômage. Et cela aussi dans l’agriculture.

528Conséquence politique de la crise agraire : surproduction agricole. Le tracteur et le combiné ont révolutionné la culture du blé (Amérique, Australie, Canada), les prix de production réduits.

529Il y a des combinés pour la récolte de la canne à sucre (Floride). 8 m circulation. Il récolte 500 tonnes par jour. Chacun remplace 200 ouvriers. Quand cela arrivera dans les grands pays de production du sucre !

530Il y aura une machine pour récolter le coton. Elle est presque finie. Elle approchera la banqueroute des fermiers dans les États-Unis du Sud.

531La valeur de la récolte des fruits a été :

532en 1928 : 9 milliards.

533en 1929 : 8 milliards.

534en 1930 : 6,3 milliards, un tiers de chute.

535En Europe la chute du blé encore plus grande.

536Dans la production capitaliste agraire, les pays moyens diminuent ; le prolétariat agricole s’augmente ; la paysannerie se ruine en masse c’est-à-dire que l’hégémonie de la bourgeoisie sur la paysannerie est menacée.

537La crise agraire est à mon avis insoluble dans le capitalisme ; pour le comprendre comparons-la avec la crise agraire de 1875 à 1895. Quelle différence ?

538La crise d’alors a été une crise de surproduction de blé mais il y eut une extension de la technique en Amérique et en Europe.

539La crise actuelle : la surproduction est occasionnée par une technique inutilisable par les paysans qui ne peuvent acheter ces machines ; c’est pourquoi la crise actuelle est une crise de la paysannerie. Elle est insoluble .

540Que dit la bourgeoisie pour les paysans ? Elle dit : produisez moins, surtout en Amérique. Mais les paysans ne peuvent pas réduire la production parce que les frais de matériel représentent 80 %. C’est pourquoi les prophéties que la paysannerie veut réduire sont fausses.

541La paysannerie ne peut renouveler son inventaire. Les crises agraires dégradent la paysannerie. Voyez en Roumanie. Comment la paysannerie d’Europe est sortie de la crise au XIXe siècle ?

542Il y avait une large aristocratie ouvrière qui absorbait les produits agricoles ; mais aujourd’hui chômage, réduction de l’aristocratie ouvrière, des fonctionnaires.

543La crise agraire est une partie de la crise générale du capitalisme. Elle lui est liée.

544On dit que Lénine a dit : « Il n’y a pas de situation sans issue ». Cette phrase de Lénine ne peut ici trouver son application.

545Analysons concrètement : l’agriculture passe dans les mains des grands entrepreneurs capitalistes, comme dans l’industrie. Marx l’a prévu dans sa théorie de la plus-value. Dans l’agriculture ce sera comme dans l’industrie. Si un tel changement a lieu, alors la rente foncière diminuerait. Cela signifie : tous les paysans vont se transformer en salariés et en chômeurs, une telle aggravation du capitalisme que le capitalisme ne pourra plus tenir. Mais jusqu’à présent la majorité de la terre est agricole. Même dans les pays capitalisés, la population agricole est la moitié à peu près. C’est parce que la transformation de l’agriculture en agriculture capitaliste est impossible pour le capitalisme.

546Aujourd’hui, il y a soulèvement des paysans en Chine, Inde, dans tous les pays. Ils sont devenus salariés.

547Les dettes que les paysans ne pourront jamais payer, les hypothèques, réduisent les propriétaires. Ils deviennent fermiers et salariés, en Amérique et au Canada. Il y a une classe pauvre des fermiers, une grande misère : chat, souris rôtie est la nourriture (Times 19 février). Voilà la situation de cette paysannerie en Amérique. Les paysans des États-Unis travaillent pour 40 kopeks par jour. Cela signifie que la bourgeoisie est menacée du danger de perdre son hégémonie sur la paysannerie ; plus la crise agraire se développe, plus grand est ce danger. La bourgeoisie voit ce danger.

548En Europe, élève ses douanes, c’est-à-dire une augmentation artificielle de la rente foncière. Elle est payée par le revenu des autres classes, par le profit ou sur le salaire, donc c’est le prolétariat ou l’industrie. Aussi la protection des grands propriétaires, cela signifie une augmentation de la lutte des classes, les frais de production sont plus élevés que le prix mondial.

549En aucun cas il n’est possible que la bourgeoisie de ces pays maintienne ainsi la rente foncière, c’est impossible dans les pays d’exportation. Là on essaye par l’intervention gouvernementale, l’achat gouvernemental, d’arrêter la chute des prix. Si les prix sont hauts artificiellement, l’État arrive au krach, on voit ça dans la Farm Board. Il ne pourra plus maintenir les prix. La crise agraire se développera encore dans l’avenir jusqu’à la chute du capitalisme.

550Une immense quantité de paysans (en Chine) a formé des Armées rouges.

551En Amérique du Sud, la bourgeoisie a une fois encore canalisé les mécontentements.

552Aux Indes et dans les pays balkaniques, mécontentement agricole.

553Ce qui est important, les paysans de partout parlent de l’Union soviétique, savent qu’on a donné la terre pour rien aux paysans. Ce fait donne aux communistes une base ferme parmi les paysans.

554Nos partis ont-ils réussi à diriger les paysans ? Non, sauf en Chine ! Là un revirement des PC est nécessaire. Il y a danger que les révoltes paysannes soient menées par d’autres.

555En France, le parti socialiste a réussi à exercer une grande influence sur les paysans. Mais en Allemagne, là ce sont les fascistes.

556Si nous ne réussissons pas à avoir les paysans, nous ne pourrons pas renverser la bourgeoisie. Or nous le pouvons.

557Nous ne pouvons pas contribuer à augmenter le prix des denrées agricoles, mais il faut trouver une combinaison avec eux, pour travailler avec eux contre le capitalisme.

558Où cela mène-t-il ?

559Campbell, le plus grand propriétaire américain agricole : « Le paysan reçoit peu d’argent ; le consommateur paye cher ; il y a l’intermédiaire exploiteur. » Là il y a moyen de s’entendre avec les ouvriers et les paysans.

560La paysannerie a des différenciations. Ce qui rend possible l’hégémonie bourgeoise sur les paysans c’est ceci : il y a les gros paysans ; ils sont à la fois bourgeois et paysans. Ils sont près des paysans moyens, ils fournissent les fonctionnaires : gendarmes, policiers, etc.

561Dans la crise agraire actuelle, la classe moyenne est touchée, elle hésite ; il est possible d’entrer là chez les paysans moyens par les paysans salariés.

562Rapport entre crise agraire et crise industrielle.

563La crise agraire renforce la crise industrielle ; la capacité d’achat est réduite et les paysans vont à la ville pour augmenter les chômeurs. La crise agraire et la crise industrielle se renforcent l’une l’autre ; cela signifie que les rapports deviennent plus aigüs. Nombre d’appareils de production sont arrêtés ; la production actuelle du capitalisme est périmée, les conditions matérielles du socialisme existent...

564Des fabriques ne travaillent pas. Stocks de matières premières invendables. Chômeurs. Donc on pourrait travailler, mais sans profit, cela tue le capitalisme ; des forces productives ne sont pas utilisées. Trente-six heures par semaine de travail en Angleterre dans le textile. En Russie cent trente-sept heures par semaine dans le textile. Même chose en Allemagne. Dans les filatures et tissages, même chose. De 1926 à 1930, cinquante-quatre heures par semaine. En 1930 : trente-sept heures. Si on appliquait le système soviétique, on produirait quatre fois plus. Dans l’industrie des machines, occupée à 60 % avec trente heures par semaine ; on pourrait produire cinq fois plus de machines.

565Soie artificielle : 430 millions de kilos en 1929.

566Automobile : on pourrait produire 10 millions par an, on n’a produit que 6 millions.

567Partout, c’est la même chose, le capitalisme présente une telle charge pour la société, qu’avec les moyens de production actuels on pourrait produire cinq fois plus avec les méthodes soviétiques.

568Mais dans le capitalisme actuel, plus de profit, alors c’est le chômage le plus grand du capitalisme : chômage organique. Des camarades au VIe Congrès doutaient que le capitalisme allait vers les dernières années. Plus jamais, dans l’histoire du capitalisme, dans les pays les plus évolués, n’a été produite plus de plus-value qu’en 1919. Jamais plus on ne verra une pareille conjoncture.

569De nouvelles usines se créent. Une rationalisation augmente la production et augmente le chômage et comme les ouvriers agricoles viennent en ville, le chômage augmente encore.

570Les capitalistes ne savent plus que faire ; les Américains interdisent l’emploi des machines dans le travail agricole ; pour donner du travail aux chômeurs, ils proposent de chasser la neige avec des cuillères à thé ! D’où il est démontré que les capitalistes ne peuvent plus donner du travail aux ouvriers ; la fin s’approche.

571En 1931, ça reste l’année de crise ; il n’y a pas de crise permanente. On dit : Varga est un opportuniste mais il n’y a pas une crise permanente. Il y a une crise générale du capitalisme si le prolétariat ne travaille pas à briser le capitalisme dans quelques pays. S’il n’y a pas de guerre, il peut se présenter des moments politiques où il y aura passage de dépression à la crise ; il peut y avoir crise, dépression et alors il peut y avoir un moment d’animation du capitalisme.

572Même après cette crise, la bourgeoisie peut encore, dans des pays, conserver son pouvoir. La ligne du développement capitaliste ira vers l’accentuation des crises. Le but du capitalisme c’est la plus-value, le profit ; si le capital ne rend pas de profits, alors il n’y aura plus de capitaux dans la production. Il y a donc putréfaction du capital aux États-Unis ; depuis dix ans la diminution du nombre des ouvriers pour créer la plus-value. Le nombre des machines et des usines n’est pas décisif, mais ça ne créera pas de plus-value nouvelle pour la majorité de la classe bourgeoise. La fin manque...

573Stassova me dit : « Si la fin du discours de Varga manque à votre compte- endu, tant mieux ! ».

  • 57 Henryk Walecki, de son vrai nom Maximilian Horwitz (1877-1938). Diplomé en mathématiques et en phys (...)

574Valevski57 me dit qu’il a à choisir en ce moment entre :

  • diriger le mouvement de rectification de l’enseignement mathématique en URSS où il est encore dominé par de vieux professeurs qui s’attardent à des choses inutiles ;
  • venir en France pour y collaborer à l’Huma et comme expert russe.

575Il préfèrerait cette issue. Il se plaint beaucoup du travail du Komintern qui n’est pas dirigé, et qui est infructueux. Il y a une perte d’efforts énorme. Il collabore à la section des pays illégaux. Pas un dizième de leurs travaux porte des fruits.

576Au Komintern on perd un temps infini.

  • 58 Jacques Doriot.

577Vassiliev sur Gazman. Mécontentement pour le travail colonial de J. D58.

Avril

Mercredi 1er avril 1931

578Browder, américain.

579Guerlandi.

580Au VIe Congrès nous avons dit : troisième période : contradictions suraiguës du capitalisme qui entrainent :

581La fin de la stabilisation.

582La poussée révolutionnaire.

583La guerre.

584Pendant que les sociaux-démocrates saluent l’organisation du capitalisme :

  • la crise cyclique actuelle aggrave la crise générale du capitalisme et celle-ci a exaspéré la situation générale ;
  • discorde sans égal dans l’histoire du capitalisme.

585Est-il nécessaire de se demander si le capitalisme surmontera cette crise ? Nous ne sommes pas encore arrivés au sommet de la crise. Les bourgeoisies font de sombres pronostics. Il y a çi et là quelque répit momentané, mais la stabilité est sapée. C’est ce qui détermine nos perspectives.

586Pourquoi la situation s’élargit ?

587Les possibilités du capitalisme sont plus restreintes ; la crise révolutionnaire mûrit.

  • 59 Alexandre Martynov (1865-1935). Vieux révolutionnaire russe, longtemps menchevik, il entre en 1923  (...)

588L’article de Martinov59 dans l’IC est trop schématique ; il faut des faits concrets.

589La crise politique est un ébranlement dans les couches supérieures, qui peut trouver ou non une situation révolutionnaire. La crise économique en Italie s’accompagne d’une crise révolutionnaire.

  • 60 Matteotti, député socialiste italien, fut retrouvé assassiné en 1924, peu après les élections. Le p (...)

590En 1924, crise Matteotti60 : crise politique non révolutionnaire.

591En Allemagne, aujourd’hui, des éléments d’une crise politique. La crise politique ne signifie pas nécessairement une crise révolutionnaire.

592Les crises politiques sont des produits de crises économiques, elles sont les symptômes de la crise révolutionnaire qui vient :

  1. Crise économique ;
  2. Crise politique ;
  3. Maturation révolutionnaire.

593L’État se fascise. Le fascisme est une production de la démocratie dans la période de décomposition bourgeoise, capitaliste, appuyé sur la petite bourgeoisie, paysans et prolétariat arriéré ; il se donne un État plus adapté à l’offensive du capitalisme.

594Il ne faut pas se laisser prendre au piège de la systématisation. Le fascisme s’appuie sur les masses. Le processus de fascisation peut être arrêté dans son cours par le prolétariat. En Allemagne, la route du fascisme est barrée par les communistes allemands.

595On peut identifier les méthodes d’action du socialisme et du social-fascisme ; ce sont deux organisations de lutte.

596Il n’y a pas d’unité dans la réaction, de la [ill.] en social-fascisme ; mais il y a différence entre l’action du fascisme et social-fascisme.

597Nous sommes arriérés dans la formation des blocs ouvriers-paysans.

598Pour être victorieuse, la révolution doit être populaire. Il faut accélérer la conquête du prolétariat et des alliés du prolétariat.

599Au Brésil, les communistes ont demandé au général-président s’il acceptait l’hégémonie du prolétariat. Il a accepté.

600La crise agraire produit une transformation complète des forces à la campagne. Il se forme des partis paysans, fascistes dirigés par les gros propriétaires, afin de faire des paysans une masse de combat contre le prolétariat.

601On ne peut lutter contre le fascisme si on ne lui enlève pas les paysans. Mais nous sommes loin du prolétariat agricole qui est le révolutionneur de l’agriculture. Or le prolétariat agricole est misérable. Il représente une force politique énorme. Mais nous n’avons pas de politique agricole. Mais en dehors de nous, une propagande effrénée pour gagner les paysans.

602Là il faut faire un tournant décisif ; un grand problème est de créer une union internationale des paysans révolutionnaires. Le travail paysan est capital.

603La lutte contre le fascisme et le social-fascisme signifie qu’il faut prendre les paysans.

604Face à la campagne ! Sans cela nous ne faisons rien contre l’intervention.

605Les rapports du Krestintern sont sombres.

606Nous luttons dans des conditions difficles, pénibles mais malgré cela nous montons. Notre action politique devient l’axe de la politique mondiale.

  • 61 Serra pseudonyme de Angelo Tasca (1892-1960).
  • 62 Amadeo Bordiga (1889-1970).

607En Italie : activité spontanée remarquable des masses italiennes. Il y avait de l’opportunisme chez nous en 1928, 1929 (Serra61)– C’est parce que nous n’avons pas su diriger ces mouvements. Nos opportunistes ont été frappés ; ils sont devenus trotskistes et ont bloqué avec Bordiga62. Même aujourd’hui encore il y a des résistances à la base. Nous avons beaucoup perdu de camarades par la police et tués. C’est grave car nos cadres sont pauvres. Il faut travailler avec prudence et sans tant perdre de militants. Il y a eu des centaines de réunions en Italie. Nous avons augmenté de 100 % les membres du PC. Nous avons touché des régions nouvelles. Mais notre organisation n’est pas solide : cellules d’usines faibles ; elles distribuent les tracts, les journaux, mais le patron peut diminuer les salaires sans avoir devant soi la cellule.

608La Confédération du Travail ; son activité est une activité de comité syndical, son appareil coïncide trop avec celui du PC.

609Les communistes ont fait une grève à Trieste, en Toscane, à Turin, dans le textile, à l’occasion de la diminution de 12 % des salaires. Ils n’ont pas dirigé...

610Il y a des manifestations de chômeurs avec collision police à Turin. À notre dernier CC, 16 camarades de base, cadres très faibles. Les vieux cadres sont trop connus de la police. Nous n’avons pas de cadre syndical. Le chef de la Confédération du Travail dit qu’il est impossible de faire du travail syndical en Italie.

611Aggravation de la crise italienne : dans toutes les branches de productions, banque, commerce extérieur, pessimisme. Masse de chômeurs : 2 millions en Italie ; c’est cela qui a fait plier l’Italie devant la France. Elle a besoin d’argent. 3 milliards de bons du Trésor sont à payer cette année, 4 milliards l’an prochain, alors il faut donner des gages pour avoir de l’argent. Cela a des conséquences dans la politique intérieure : l’Italie devra augmenter sa dette publique, impôts ; on a diminué les salaires des fonctionnaires de 10 % ; faillites beaucoup, économie paysanne. Or nous ne sommes pas à la hauteur de la situation. La crise politique coïncidera quand elle sera ouverte sur une lutte révolutionnaire.

612Notre bilan pour 1930 est satisfaisant, comme prémisses.

  • 63 Johann Koplenig (1891-1968). Secrétaire du parti communiste autrichien depuis novembre 1924, il est (...)

613Koplenig63, Autrichien. – 45 % des ouvriers chômeurs, crise agraire profonde. La classe ouvrière fait des mouvements spontanés, le communisme n’a pas dirigé. Le socialisme a écarté les ouvriers de la lutte comme en Allemagne, il soutient le gouvernement ; il y a aggravation économique contre les ouvriers ; réduction des salaires 15 % à 20 % ; suppression des contrats collectifs ; on attaque les assurances des chômeurs ; augmentation des impôts. Il y a radicalisation dans les ouvriers. Le PC commence à prendre un rôle dirigeant dans les grèves ; très faibles cellules d’entreprises. Nous commençons à créer des syndicats révolutionnaires et des comités de chômeurs élus ; manifestations de chômeurs – police.

  • 64 Otto Bauer (1881-1938).

614Le parti social-démocrate commence à se désorganiser. Les hommes de confiance socialistes des entreprises ont protesté contre Bauer64 pour l’Union soviétique.

615Hopner. – quelques ouvriers sociaux-démocrates ont passé au communisme. 2 695 membres du PC. Nous avons plus de nos adhérents en province qu’à Vienne ; sur lesquels 29 cellules d’entreprises, 350 adhérents. Notre faiblesse est surtout dans les syndicats, nous sommes en recul. Les sociaux-démocrates recrutent beaucoup parmi les femmes. Organisation des jeunes a passé une crise. Nous ne faisons pas de cadres. Notre presse : notre tirage augmente peu. Notre tournant commence.

616De Wisser. – La crise en Hollande, en été dernier, a commencé plus tard qu’ailleurs. La bourgeoisie hollandaise a les profits coloniaux et les profits de la guerre.

617L’Indonésie est touchée très durement par la crise.

618Dans le club d’une usine textile à quinze kilomètres de Moscou (Le nettoyage).

619Tchéka. On va procéder devant les ouvriers, réunis après leur journée, à l’interrogation d’un saboteur blanc qui appartenait au trust de la construction des usines de machines agricoles (charrues, etc., électriques).

620Il y a encore des saboteurs.

621Ingénieur fils d’un grand commerçant, deux frères dans l’armée blanche. Les ouvriers et les ouvrières l’interrogent de la salle. Il est prévenu libre. Le juge n’est là que pour diriger les débats. L’ingénieur sur la sellette est accusé de faire son travail sans zèle ; un ingénieur prolétarien dit : « Quand on a eu la chance de faire des études, on n’a pas le droit d’être indolent, de ne pas fournir un travail » Il a perdu à dessein des dessins sur les charrues électriques. Une femme dit : « Politiquement, il ne faisait rien, techniquement, il était un mauvais ingénieur ». Cette femme fait son stage d’ingénieur ; un citoyen d’une telle origine, s’il veut montrer qu’il est vraiment utile, il doit travailler. Or il s’est glissé dans notre institut et n’y a rien fait, et a même empêché les autres de travailler. Il est étranger à notre travail. Il ne doit pas avoir un travail de choix.

622Après ces accusations, l’accusé a le droit de répondre. Il répond : « Employez-moi ailleurs ».

623Un autre ingénieur comparaît, ancien ingénieur sous le tsarisme. Il était secrétaire de l’ancien directeur de l’Institut et a été reconnu comme saboteur. On l’accuse d’avoir saboté la construction d’usines. Il livrait ses plans trop tard. Cet ingénieur comparaît à la barre ouvrière. « Je suis le fils d’un paysan ». Il déclare qu’il est contre l’équipe du parti industriel.

624L’assemblée est tranquille, calme, posée, sans cri, silencieuse.

625L’accusé refuse de répondre, puis il s’incline.

626Le nettoyage est un jugement collectif, alors l’ingénieur se défend sérieusement et avec passion.

627« Je me défends. Les accusations viennent de malentendus. L’enquête a été insuffisante. Apportez vos preuves. Je n’ai pas de documents, mais si vous permettez je me les procurerai. On m’accuse d’avoir fait manquer les constructions d’ateliers d’expérimentation. Ils ne sont pas encore construits ».

628– « Que faisiez-vous ? Quel était votre parti ? »

629– « Je n’en avais pas. J’étais antitsariste. J’étais anarchiste. J’étais dans un cercle des cheminots ; dans un cercle des étudiants, j’étais sympathisant social-démocrate ».

630Bref une série de contradictions. Il patauge, il m’apparaît qu’il se dérobe et ment.

631– « Vous avez été huit ans secrétaire du saboteur ; parliez-vous politiquement avec lui ? »

632– « Jamais ».

633– « Enfin, vous étiez chargé de faire des ateliers. Ils ne sont pas faits. Pourquoi ? »

634– « Je n’étais pas le vrai chef. Le vrai chef a été arrêté ».

635La foule ouvrière de la salle est bien habillée, surtout les femmes, jeunes filles, bonne mine.

636Cette classe ouvrière fait son éducation de classe dirigeante. Elle reproche à l’ingénieur de ne pas lui avoir donné son usine.

637Ouvrier : « Un camarade communiste se moque de cet anarchiste ». Il dit : « les plans ont trainé quatre mois sur votre table sans que vous les ayez regardés. Pourquoi n’avez-vous pas saisi le conseil technique ? On vous a dit de faire vite. Vous étiez chargé de ce travail, vous en étiez responsable ».

638L’architecte.

639Un jeune ingénieur : « Il y a du louche. Et il y a eu des causes que nous soupçonnons. Il y a deux ans de retard. Les vieux ingénieurs continuent à saboter. Les jeunes ingénieurs ouvriers accusent. Ils sont de plus en plus nombreux dans cet institut ».

640De nombreux types d’ouvriers viennent accuser avec preuves, d’un air tranquille. « Pourquoi n’avez-vous pas commencé à construire ? ». – « Parce qu’il y avait un saboteur à la tête du service ».

641Sabotage sourd des ingénieurs, on le sent dans toute cette scène, on le vit. Voilà la dictature du prolétariat en action. L’ingénieur Galitzine accusé touchait 800 R. par mois.

  • 65 Vasil Kolarov (1877-1950).

642Au Plénum Kolarov65 et Bela Kun !!!

643L’assaut des correspondants de journaux pour les articles et interventions.

Jeudi 2 avril 1931

  • 66 Musso. (1897-1948). Communiste et syndicaliste indonésien à partir de 1923, il est plusieurs fois a (...)

644Martinov, Musso66, Indonésie.

  • 67 Lensky.

645Vassiliev. – D’où provient le retard ? Il n’y a pas de capacité de manœuvre, manque de concrétisation de la ligne générale. Cf. Lenski67 : la révolte de l’Ukraine occidentale. Il ne dirige pas avec indépendance.

646Dans la direction des grèves, nous ne tenons pas assez compte des conditions locales et de temps. D’où le retard.

647Dans les grèves du Lancashire, le PC anglais n’a eu aucune action ; pour les grèves des mineurs d’Ecosse, il parle non des intérêts des mineurs, mais de la dictature du prolétariat.

648En France, en 1928, pour les élections, des centaines de milles de sympathisants ont aidé le PC ; après les élections, le PC a diminué. Pourquoi ? Les cadres ont montré leur incapacité d’organiser les masses.

649Des grèves anglaises, qu’est-ce que le PCA a gardé ?

650Le travail des communistes illégaux dans les entreprises :

651Dans les partis légaux, seuls, les Allemands y réussissent quelque peu. Dans les illégaux, très peu de chances.

652En France, il y a des communistes qui disent : « Les ouvriers sont avachis et dans les autres pays, sous la terreur ; il y en a qui parlent pire encore. Il faut balayer cela ».

653Lenski a dit : « Nos cellules sont infimes, comme en Italie. Même là, il y a possibilité de soulever les masses malgré la terreur. Il faut en Pologne, un responsable du travail d’organisation nommé par le CC et qui travaille ».

65446 orateurs inscrits dans la première question.

655La presse des PC. Partout, diminution du tirage ; manque de liaison avec les usines, pas de correspondants ouvriers, mauvais cadres dans la rédaction, trop de professionnels, pas d’ouvriers ; il faut des prolos qui comprennent les règles de la grève révolutionnaire du monde entier.

656Pas de matériaux sur les entreprises. Brigades de choc doivent être organisées dans les usines ; elles feraient des groupes d’amis dans les usines.

657Les journaux d’usines sont très mauvais.

  • 68 Robin Page Arnot, né en 1890, dirigeant du PCGB.

658Page Arnot68, Les Indes :

659Ghandi est le représentant du capitalisme hindou. Le PC mène la campagne essentielle contre Ghandi. Les devoirs du PC anglais envers l’Inde.

660Knorine, jeune blond, moue de la lèvre inférieure. Organisation : Le retard des sections, c’est la question centrale de notre plénum. Nulle part nous n’avons conquis la majorité de la classe ouvrière.

661Crise révolutionnaire. Conquête du prolétariat. Luttes prochaines.

662Il y a tendance à la situation révolutionnaire (Allemagne, Pologne) ; mais en France, Angleterre, Amérique, notre ancienne formulation subsiste. La grève du Lancashire est plus importante que l’affaire Mosley.

663Le PC allemand doit apprendre au prolétariat allemand la lutte révolutionnaire.

664Contre Varga : il n’a pas parlé de la concentration agricole. Il a fait un tournant trop brusque.

665La lutte contre le fascisme s’impose au parti communiste allemand.

666Les alliés : ouvriers agricoles et paysans. L’indifférence vis-à-vis des alliés, c’est la trahison envers le marxisme. Les paysans ont été la réserve de la bourgeoisie. Notre tâche est de les transformer en réserve du prolétariat.

667La concentration à la campagne ; la paupérisation des paysans. Il faut qu’ils viennent près du prolétariat. Avant tout le PC polonais. Ukraine occidentale ; il n’y a pas eu soulèvement mais un mouvement qui ressemblait à la guerre des paysans : brûle les châteaux, on chatie les hobereaux. Les Polonais communistes ont été en retard ; ils n’ont donné aucune aide aux paysans.

668La Pologne va présenter des spectacles identiques. La tâche la plus importante du CP c’est renforcer les cadres et le travail.

669La campagne chez les paysans s’impose aux pays les plus industriels.

670La campagne allemande : en Allemagne 3 millions ouvriers agricoles ; 2 millions petites fermes ; 3 millions paysans moyens.

671Dans toute l’Europe centrale il y a eu une énorme concentration agraire. Donc expropriation.

672Employés, classes moyennes. En Pologne il y a plus d’employés que d’ouvriers ; ils gagnent moins que les ouvriers.

673Nous ne toucherons pas à la petite propriété parce que les travailleurs comprennent la nécessité de devenir communiste.

674Il peut y avoir des zigzags en Allemagne, mais...

675Losovsky : le capitalisme ne peut plus venir à bout de la crise.

676La gauche syndicale en Pologne :

677Fédérations nationales : produits chimiques : 1 700.

678Employés : 4 000.

679Verriers : 1 000.

680À Varsovie, les syndicats juifs sont illégaux. 1 400 syndiqués à Varsovie plus les juifs = 6 600.

681En Pologne : fractions communistes dans les syndicats confédérés.

682En Russie blanche : 3 200 syndiqués gauche.

683Lodz : 3 000 syndiqués rouges.

684Haute-Silésie : syndicats dissouts, illégaux.

685Dombrewa : conférence pour organiser les comités de la gauche syndicale.

686Dans les comités de fabriques, nous sommes faibles à Varsovie. En Haute-Silésie, il y a des délégués ; ailleurs faibles.

68748 comités de chômeurs.

688Losovsky, très sévère contre l’action du PCF dans la grève des mineurs.

689Réunion de la commission sur la deuxième question.

Vendredi 3 avril 1931

690Kuusinen : questions nationales.

691Pour Lénine, la préparation d’une grève est chose très sérieuse. Surtout, trouver les bons mots d’ordre. Et bien choisir l’heure.

692Neumann : les trois grandes victoires de l’IC.

693– Certitude du plan quinquennal.

694– En Allemagne, arrêté le fascisme et la social-démocratie.

695– Chine.

696En Allemagne : une crise murit, mais n’est pas encore là. Nous avons la crise générale aggravée par les crises spécifiques. Young.

697Il y a crise du socialisme allemand ; elle décline. Le déclin est en rapport avec l’aggravation de la crise économique en Allemagne et les conséquences de Young.

698L’aristocratie ouvrière décline, base du socialisme, la possibilité d’entretenir la corruption des sociaux-démocrates diminue avec la crise.

699(Trois citations de Lénine).

700Banqueroute des municipalités, de l’assurance ; diminution de l’influence de l’aristocratie ouvrière sur les masses. D’où nos perspectives. Aurons-nous une situation révolutionnaire en Allemagne ? Oui, si nous pouvons battre la social-démocratie.

701La révolution d’Octobre a réussi parce que la démocratie était à nu devant les masses, et aussi naturellement en raison de la crise.

702Le démasquement de la démocratie petite bourgeoise allemande aura aussi un résultat sur le fascisme allemand, appuyé par le capital financier. La fascisation de la social-démocratie en Allemagne a été hâtée par sa participation au gouvernement.

703En France, le communisme s’avance, mais la social-démocratie avance dans la petite-bourgeoisie, mais elle n’a pas été au pouvoir ; il faut l’expérience de la classe ouvrière.

704Changement dans la position des couches moyennes à la campagne et en ville, des millions touchés par la crise, par les trusts. Très important développement du capitalisme monopoleur ; la classe moyenne est en contradiction avec la classe capitaliste.

705L’offensive du capitalisme allemand est sauvage contre la petite bourgeoisie et les paysans expropriés. Cependant la petite bourgeoisie a renforcé le fascisme.

706Cette question se pose en liaison avec la première ; l’attitude de la petite bourgeoisie dépend de notre force. Si nous battons la social-démocratie, elle viendra avec nous. C’est pourquoi nous progressons dans la petite bourgeoisie. Conquérir le prolétariat et aussi la petite bourgeoisie (citation de Lénine).

707La révolution socialiste en Europe sera le groupement des mécontents sous l’hégémonie du prolétariat. Ce mouvement est favorable en Allemagne.

708Le plan Young sert à l’expropriation plus grande en Allemagne. Que d’impôts nouveaux ! Que de fardeaux ! Sur le dos des prolétaires et de la petite bourgeoisie.

709La révolution russe a été dominée par la paix ; la petite bourgeoisie était patriotique. En Allemagne, le patriotisme de la petite bourgeosie est en opposition avec la politique du capital financier. La politique de la petite bourgeoisie est opposée à celle du capital financier international. La bourgeoisie allemande ne peut être nationale, elle est anglaise ou française, et elle est considérée comme traître par la petite bourgeoisie. Nous avons réussi à démasquer la bourgeoisie financière comme traitresse. Aussi nous neutralisons la petite bourgeoisie.

710La révolution en Allemagne a un caractère populaire. Dans deux pays, Chine, Inde, la révolution est populaire. En Russie, la révolution était populaire car elle était antitzariste et tout le monde était antitzariste.

711En Chine et aux Indes aussi, le capital est appuyé par l’étranger.

712En Allemagne, nous sommes un capitalisme parasitaire ; le capitalisme qui accepte Versailles est discrédité ; dès lors, les conditions populaires de la révolution sont données parce que les masses allemandes comprennent nos mots d’ordre, les prolétaires et les alliés du paysan et petit bourgeois.

713Faillites par milliers, tarifs douaniers. Nous luttons contre les campagnes, contre les coopératives, contre les tarifs douaniers sur notre propre territoire.

714L’Allemagne est impérialiste ; elle augmente ses armements, elle se prépare à l’Union européenne, idéologie de revanche. Mais nous posons la question internationalement.

715Nous attaquons le capitalisme étranger et le capitalisme national.

716Depuis le 14 septembre, nous avons été pour la libération nationale contre le B. croiseur, contre la revanche. Nous avons conquis des sociaux-démocrates. Notre lutte contre la social-démocratie et contre le fascisme. Laquelle est la plus importante. Cette question pour des marxistes n’a pas de sens, scolastique, abstraite.

717Notre position : le coup que nous voulons porter n’est pas contre un groupe du capital, mais contre tout le capital, sur la base de laquelle, nos coups vont aux deux.

718La lutte contre le socialisme c’est la lutte pour notre classe, l’autre c’est la lutte contre la bourgeoisie. Il ne faut pas opposer les deux luttes. C’est notre tragédie. La lutte contre le capitalisme c’est de tomber les sociaux-démocrates discrédités par leur participation gouvernementale. Le 14 septembre, nous avons arrêté le fascisme et la social-démocratie. C’est une victoire. On a cru que le fascisme allemand allait tout submerger. Non ! Notre fascisme est bourgeois, c’est la défensive de la bourgeoisie. Le fascisme comprend tous les partis bourgeois. Nous avons résisté. Nous avons vaincu et si nous vainquons la social-démocratie, alors la fascisation est arrêtée.

719Nous sommes en train de conquérir le socialisme ; la social-démocratie allemande est dans l’appareil d’État. Elle est un instrument de fascisation. Alors nous apparaissons comme la seule force antifasciste.

720Notre lutte à main armée par l’action dans la rue contre le fascisme sur la base de notre programme de libération nationale et sociale, c’est cela qui a arrêté le fascisme.

721La lutte en Chine. C’est très important pour la crise générale. Le prolétariat chinois s’est relevé rapidement de Canton : deux ans après, 12 millions de Soviets, un mouvement paysan sous l’hégémonie du prolétariat, déclenché par le mouvement prolétarien. Canton a été le point de départ, malgré son échec ; il a montré que le mouvement soviétique est possible. Le mouvement chinois est plus élevé que l’Hindou. Pour la première fois dans un pays colonial les ouvriers sont avec les paysans. Non dans les Indes.

722Un tout petit prolétariat chinois guide des millions d’hommes. Il fait une expérience immense. Soviet, Armée rouge, paysans. Quelles leçons pour l’Indochine et l’Inde ! La révolution chinoise passe de la forme démocratique à la forme socialiste.

723Plan quinquennal. La délégation allemande à Moscou a à sa tête un réactionnaire. Dans son usine métallurgique de Berlin, lorsque le patron a eu les commandes, il y a eu des élections. Nous étions très faibles dans cette usine. L’élection a été faite sur le voyage à Moscou. Nous avons fait une réunion : 1 500 ouvriers ; les socialistes ont excité. Alors les ouvriers se sont mis contre les socialistes. Nous avons passé de 400 à 1 060, les socialistes de 2 000 sont passés à 800.

724Nous avons fait la propagande pour la défense de l’URSS. C’est un avant-coureur pour le prolétariat américain et anglais.

725En 1921, famine en Russie.

726Aujourd’hui les socialistes, Otto Bauer, Trotsky, tous changent leur avis, les ouvriers aussi. L’Union soviétique a des rayonnements énormes.

727Dans les Indes, aussi, le communisme va grandir, les masses s’ébranlent ; la révolution c’est le mouvement politique des masses.

728Élargissement dans le Pas-de-Calais.

729Barbé. Simplisme, mécanisme.

Samedi 4 avril 1931

730Hier : 9° sous 0 !

731Diozott : « Nos ouvriers russes ont une admirable culture révolutionnaire et une faible culture technique. Les vôtres ont une faible culture révolutionnaire et une forte culture technique ».

732Il fait un froid noir. Après quelques journées printanières, aucun dégel ! Est-ce un hasard ? Non ! Il fait ce temps là à Moscou tous les ans. L’hiver se prolonge jusqu’à fin avril avec quelques belles journées ensoleillées et des retours offensifs du froid. Il a fait cette nuit 15° au dessous de 0.

733Par leur superindustrialisation, les staliniens aventuriers économiques vont faire écrouler la dictature du prolétariat (Trotsky).

Dimanche 5 avril 1931

734Visite aux musées Morozov et Tchoukine, réunis chez Morosov. Malheureusement, la maison est trop petite et on a relégué de très nombreux tableaux dans les couloirs obscurs. Une salle pour Matisse, une pour Gauguin, une pour les Monet, une pour Cézanne, une pour Van Gogh. Les deux tableaux de Signac (un de la première manière, Les Dunes, l’autre : Un pin parasol à Saint-Tropez) sont très bien placés. Les Dunes ont été placées au premier rang de tous par Barbé qui m’accompagnait avec Thorez. Les deux panneaux décoratifs de Roussel sont à l’entrée du musée.

735En Pologne il y a plus de communistes dans les prisons que dans le parti : 7 000 (en prison) 3 800 dans le parti.

736Pologne. Ukraine occidentale, été 1930 :

737Les paysans ont brûlé : 62 fermes de hobereaux et colons militaires. 67 hangars. 112 meules de blé et de foin. De très nombreuses agressions contre les huissiers et policiers venus saisir les paysans incapables de payer l’impôt.

Lundi 6 avril 1931

738PC allemand : 205 000 membres. Jeunesses : 40 000.

7393 500 groupes locaux.

7401 524 cellules d’usines.

7412 630 journaux d’usines (grands résultats dans les conseils d’usines).

7421 854 journaux de blocs de maisons.

7431 140 comités de chômeurs.

744Secours-Rouge 503 000 membres.

745Libres-penseurs 105 000 membres.

746Ligue internationale des anciens combattants 71 000 membres.

747Sports révolutionnaires 85 000 membres.

748Aujourd’hui 10,5 millions d’économies rurales pauvres et moyennes sont collectivisées, soit 42 % du total pour l’Union soviétique.

749Dans le gouvernement de Moscou, 20 % seulement.

750Ailleurs, Crimée, Volga, Ukraine, Allemands (60 %, 75 %).

751La hardiesse du bolchevisme à poser les problèmes révolutionnaires et à leur donner leur solution n’a pas laissé place à l’anarchisme en Russie.

752Transports en Union Soviétique.

753330 millions de marchandises prévues 1931.

754238 millions de marchandises prévues 1930.

755132 millions de marchandises prévues 1913.

756Mais en face des exigences de l’accroissement de l’industrie, la question des transports reste très complexe.

7571°) L’organisation même des transports est défectueuse.

7582°) Ils n’ont pas les moyens matériels nécessaires.

7593°) Nul lien entre les usines et les transports.

760Un wagon de marchandise parcourt 91 kilomètres en vingt-quatre heures. Il doit parcourir 135 kilomètres.

761L’industrie devrait produire 85 000 wagons en 1930-1931. Elle n’en produira que 40 000. On devait faire 560 000 tonnes de rail, on n’en a fait que 307 000. Nous devrions construire des locomotives électriques on ne le fait pas. Nous ne livrons pas assez de locomotives. Il faut donc une répartition nouvelle des investissements pour consolider les branches travaillant pour les transports. 10 millions de tonnes de marchandises attendent pour être transportées. On constate une mauvaise discipline dans les transports. Il y a 40 % de jeunes mécaniciens inexpérimentés : d’où les locomotives en mauvais état. Il faut augmenter les salaires.

762Les conquérants de Malraux : dans la vérité, B.

  • 69 Mikhail Borodine, né Grusemberg, (1884-1949).

763Borodine69 représente le Komintern à Canton.

764Garine est chargé de la propagande.

765Ils ont en face d’eux le Kuomintang avec Tcheng Daï, vieux mandarin riche et Hong, anarchiste. Ils choisissent l’alliance avec le Kuomintang, parce que le Kuomintang a les ressources pour payer les armées.

766La bourgeoisie chinoise hait les étrangers, mais elle hait encore plus les prolétaires. C’est ce que Borodine ne voit pas. C’est ce qui a tué la révolution de Canton. Ils ont placé la révolution à la remorque des banquiers et des marchands, au lieu d’avoir confiance dans les révolutionnaires comme Hong qu’il fallait diriger et conduire et non persécuter comme anarchiste.

  • 70 Tchang Kaï-Chek (1886-1975).

767L’idée de Borodine c’est d’obliger les marins à boycotter Hong-Kong avec l’aide du gouvernement de Canton affilié au Kuomintang. Il est attaché à Tchang Kaï-Chek70 qui aussitôt se retourne contre eux avec les militaires et les bat parce qu’ils n’ont pas eu confiance dans les masses, mais dans la bourgeoisie du Kuomintang.

768De même ils ont plus tard étouffé l’insurrection agraire. Pour ne pas rompre avec les généraux. Telle fut l’œuvre de la bureaucratie Stalinienne.

769En 1917, octobre, il y avait 10 000 bolcheviks en Russie. Tous les syndicats étaient mencheviks. Losovsky aussi. Les bolcheviks ont été battus aux Soviets. Ils se sont tournés vers les usines. Ils ont constitué des cellules, d’abord très faibles, et qui dans la lutte, se sont renforcées ; elles se sont organisées entre elles et ont formé des organisations s’opposant aux syndicats et aux Soviets.

770Il y a à Moscou un club des anciens prisonniers du tsarisme. Ils ont une revue et un local. Ce soir ils donnent une soirée. Il y a là des mencheviks, des bolcheviks, des anarchistes, des SR, tous fraternels.

  • 71 Christian Rakovsky (1873-1941). Exclu du parti communiste russe lors de son XVe Congrès en 1927, il (...)

771Rakovsky71 a son travail dans une ville de Sibérie. Il n’y est nullement prisonnier. Il a à sa disposition des livres et le confort nécessaire.

772Un ouvrier d’usine mange très bien à sa coopérative pour 30 roubles par mois. Il ne dépense pas davantage pour son loyer ; s’il gagne 300 roubles, il lui reste beaucoup d’argent. Et pour le moment, il n’y a pas assez de marchandises pour qu’il dépense le reste.

Mardi 7 avril 1931

773Manouilsky. – Il faut souligner les défauts de notre discussion. On ne pose pas la question essentielle du Plénum. C’est la question du retard du mouvement int. sur la situation éminemment favorable de la situation objective ; c’est ce retard qui caractérise toujours nos partis.

774Croissance du fascisme. Grâce à notre retard, la bourgeoisie agit par le fascisme, la classe ouvrière n’est pas capable d’empêcher la guerre. Prenez le 25 février : fut-elle un succès ? Non. Et le retard d’organisation ? Et le travail syndical ? Il est en crise aux États-Unis, Tchécoslovaquie, Angleterre. Direction des grèves ! Et le travail militaire ? Et les manifestations dans les rues ? En France, quoi ? Des réclamations, des résolutions ! Il ne s’agit pas de prestige. Vous avez quelques succès, oui, pour la période de stabilité. Mais vous sous-estimez la situation révolutionnaire. Le parti polonais est le meilleur parti illégal. Nous ne faisons pas de différence entre crise politique et crise révolutionnaire. Pas de discussion scolastique.

775Qu’est-ce que la crise politique ?

776Pauvreté des masses, leur ébranlement, l’ébranlement des forces capitalistes, chômage, alors la bourgeoisie cherche le fascisme, la guerre et la guerre contre l’URSS accentuation de la lutte des classes.

777La crise mûrit de la crise générale. Versailles a appauvri des États, les colonies s’ébranlent ; tout cela agit sur la crise révolutionnaire. Il y a une dynamique révolutionnaire. La base ne veut plus vivre comme cela. Cela pose la question du pouvoir. Entre la crise révolutionnaire et la situation révolutionnaire, pas de muraille de Chine. Il y a un nouveau type d’État, le fascisme.

778Il y a danger de guerre à cause des contradictions. C’est dans le développement dialectique de la crise révolutionnaire. Nous n’avons pas inventé la crise révolutionnaire, mais elle est inscrite dans la dialectique de la situation. La crise est liée avec la montée du prolétariat. Prenez l’intervention. Prenez l’Espagne, l’Allemagne. On ne peut pas se représenter un mouvement révolutionnaire dans l’Europe centrale qui entrainerait une crise internationale intense. Actuellement ce n’est pas 1919, ni 1923. Il y a l’URSS. Danger si on prend la crise politique comme un stade spécial de la crise révolutionaire. La crise économique amène à l’accentuation de la lutte de classe, des ébranlements politiques qui murissent la crise. Il faut une terminologie exacte. La crise révolutionnaire = insurrection, non la crise politique, décomposition des classes dirigeantes.

779Contre Guerlandi : une crise politique précède la crise révolutionnaire. Guerlandi a fait des citations sur leurs décisions de l’an passé. Il a parlé de crise politique commençant en Italie. J’en doute beaucoup ; on dit que le fascisme entre dans la crise politique. Mais qu’est-ce qu’un commencement de crise politique ? Il serait plus juste de dire : en Italie il y a les premiers pas de la crise commençante.

780Il y a des indices faibles parce que notre parti communiste est faible. La crise actuelle est beaucoup plus importante que celle de Matteotti.

781La crise politique est un mot qui est employé dans les cas les plus divers. Il faut remplacer ce mot par crise révolutionnaire.

782Nous ne devons pas substituer au mouvement de la révolution et la dialectique de la lutte de classe, des formules schématiques. Il faut dans chaque cas donner une analyse complète de la situation, la désagrégation de la bourgeoisie et du social-fascisme et l’élan des masses et leur organisation. Il y a des changements rapides dans les situations, des tournants, dont il faut tenir compte dans la tactique.

783Pas de schéma, mais un processus dialectique, vivant. Voyez les Indes. Il y a insurrection. Est-ce crise révolutionnaire ? Si en Inde, les Indiens avaient les armes en mains et en Indochine, mais dans les deux pays, il y a des stades différents. L’insurrection ne dit rien par elle-même. Il faut l’analyse concrète du rapport des forces, de la maturation de la crise révolutionnaire.

784En Allemagne, la base réformiste n’est pas sapée. Notre parti n’est pas assez fort pour entraîner ses alliés qui sont fascistes : la bourgeoisie a une Reichwer, le communisme n’a pas d’armée.

785Dans les Indes, l’impérialisme anglais n’a pas été ébranlé par les prolétaires anglais, parce qu’il y a des ouvriers réformistes. Il n’y a pas de PC hindou.

786Éloge constant du PC allemand.

787En Chine, le frein c’est le Front unique des impérialistes qui empêche la révolution en Chine.

788Crise politique, stade préliminaire. Donc, une analyse concrète.

789Les processus révolutionnaires sont compliqués.

790Toute la question de la crise politique est-ce le fascisme ? C’est mécanique. Le fascisme est en train de pourrir. La petite bourgeoisie en est dégoûtée. Il est déjà dépassé. Le fascisme est une des formes d’offensive du capitalisme contre la crise révolutionnaire. Il faut concrétiser la dialectique dans chaque pays. Ici en URSS il y a dictature. Ailleurs offensive du capitalisme avec réaction du prolétariat ; mais ici il faut concrétiser toujours.

791Il y a des pays où la contre-offensive ouvrière est faible (Italie, Yougoslavie). On peut la décréter. Elle tombera.

792Le capitalisme est affaibli quand il entre dans le fascisme avec ses mitrailleuses. Le capitalisme pour briser le prolétariat.

793Le prolétariat fera plus difficilement sa révolution parce qu’Octobre a instruit le capitalisme.

794Il faut estimer juste les forces de l’ennemi.

795Le fasciste Hitler recule devant le communisme ; le fascisme en Allemagne c’est Brüning et la social-démocratie. Donc le communisme allemand ne peut être content.

796La droite voit le fascisme comme une offensive du capitalisme, comme une offensive politique, ils croient que ça renforce le capitalisme, que la classe ouvrière doit battre en retraite, qu’on ne peut réagir. C’est la tactique de la social-démocratie.

797La gauche voit dans le fascisme la désagrégation du capitalisme qui détruit la stabilité du capital. Mais le fascisme est une force d’offensive de la bourgeoisie ; or le fascisme n’est pas exclusivement révolutionnaire, de là le fascisme prépare le communisme.

798C’est la passivité. Ce n’est pas communiste.

799Le fascisme est une des formes de l’offensive capitaliste dans le monde au commencement de la désagrégation du capitalisme. Le fascisme reflète la contradiction dialectique offensive et désagrégation du capitalisme.

800Ce qui résout le problème c’est la lutte des classes. Est-ce que le mouvement lutte ? Alors le fascisme se dissout. Mais si le fascisme ne trouve pas, comme en Italie, de résistance ouvrière, alors la classe ouvrière est vaincue.

801Pourquoi Hitler est-il en baisse ? Parce que le communisme allemand l’a attaqué violemment, il a rencontré sa force, c’est comme ça qu’il conquiert ses alliés. La petite bourgeoisie respecte la force, si elle perd confiance dans la bourgeoisie, elle vient au prolétariat. Il ne faut pas s’abaisser au niveau de la petite bourgeoisie.

802Le fascisme étouffant la légalité, signifie la défaite temporaire du prolétariat s’il n’y a pas résistance.

803La révolution prolétarienne est le seul moyen de renverser la dictature bourgeoise ; mais nous ne pouvons pas dire que par nos luttes nous pouvons abattre le fascisme, mais nous pouvons lui mettre des obstacles.

804C’est la lutte quotidienne, économique, politique, naissant dans les crises. Pas de fatalisme, opportunisme brandlérien, combat partiel.

805Nous ne disons pas aux Italiens de reculer jusqu’à ce combat décisif, les combats partiels désorganisent la bourgeoisie, fréquents, plus d’envergure dans les combats partiels.

806Il n’est pas sûr que toute la bourgeoisie passera par le fascisme. C’est mécanique, fataliste. Le passage de la bourgeoisie au fascisme, c’est des processus inégaux. Toutes les bourgeoisies ne passeront pas par le fascisme.

807Le PC allemand doit s’installer dans les usines, saper la social-démocratie, déployer les grèves de masses contre la dictature de classe bourgeoise.

808La social-démocratie entraîne la classe ouvrière dans la lutte pour ou contre la démocratie. Le moindre mal c’est l’illusion parlementaire.

809Comment briser ces alliances ? Par les luttes quotidiennes contre le capitalisme.

810Il ne faut pas compliquer la situation. Le fascisme n’est pas à opposer à la démocratie bourgeoise. La différence entre la démocratie et le fascisme va s’effaçant. En France.

811En quoi la social-démocratie allemande est-elle plus favorable à l’URSS que l’Italie. Les socialistes disent : l’ennemi unique est le fascisme. Il faut lutter pour la forme démocratique de l’exploitation contre la forme fasciste.

812Il faut dévoiler ce mensonge.

813À toutes les étapes de la fascisation c’est la dictature sous la forme fasciste ou démocratique.

814Le communisme ne doit pas permettre de berner les masses par le spectre du fascisme, mais frapper la dictature bourgeoise démocratique.

815En Allemagne, l’ennemi c’est Brüning et la social-démocratie. Il faut identifier Brüning et Hitler. La dictature bourgeoise utilise aussi bien la social-démocratie que le fascisme. La social-démocratie c’est l’aile modérée du fascisme. Cela c’est la méthode classique de la bourgeoisie qui met en avant tantôt la gauche, tantôt la droite.

816Ainsi est canalisée la colère des masses.

817Une autre faiblesse c’est que nous n’avons pas vu que la lutte contre le moindre mal était une bataille nécessaire.

818Le PC doit être clair, concret, bien analyser ses partis politiques.

819Dans l’affaire de l’Union austro-allemande, les PC doivent : contre les visées dangereuses de leurs bourgeoisies qui cherchent à éterniser Versailles.

820Il faut de l’action dans la vie politique de leurs pays, c’est-à-dire, il faut donner aux masses les réponses à toutes les questions de la lutte des classes.

821Le parti français ici n’est pas mauvais. Pas d’abstraction.

822Programme allemand : lutte nationale et sociale ; pour la paix ; pour la révolution populaire : stratégie. Comme les Autrichiens doivent dire : rien à faire sans abattre Versailles. Les communistes anglais doivent parler de l’affranchissement des colonies.

823Mobilisation des masses autour des mots d’ordre, des besoins immédiats, chômage.

824En France, il faut lutter contre l’impérialisme parasite et conquérant. Le PCF est dans une condition difficile. Il y a une aristocratie ouvrière, base de la social-démocratie.

825En Angleterre, lutte contre l’abaisssement des salaires, contre l’impérialisme aux Indes ; aux États-Unis assurance sociale.

826Dans les partis illégaux, terreur blanche ; revendications élémentaires des ouvriers et paysans.

827Espagne : lutte pour la dictature démocratique, contre les hobereaux, l’Église.

828En Amérique latine, finir les putschs, commencer la lutte de classe.

829Le capitalisme sait manœuvrer malgré son affaiblissement. Il ne suffit pas de le critiquer en général et d’attendre qu’il tombe et dire qu’il est sans issue. C’est académique.

830La crise cyclique actuelle cassera un peu plus la bourgeoisie. Fracture. Il faut que le communisme profite de cette crise pour ébranler le capitalisme en se plaçant en tête des combats ouvriers.

831Manouilsky me dit : j’ai parlé pour les Allemands car là-bas il y a des tendances au putsch et il faut les calmer.

  • 72 Gaston Monmousseau (1883-1960).

832Monmousseau72 est un dirigeant qui ne [ill.] pas IKP.

833Repas de l’ouvrier à l’usine : 35 kopeks.

834Loyer : 10 % du salaire.

835Pétrole 10 kopeks le litre.

836Bois 10 roubles par mois.

837Transports 6 roubles.

838Vêtements achetés à l’usine.

839Billets théâtres.

840A.S.

841(La terreur sanglante, pas de base technique).

842(La baisse de la qualité de la production en US-Rosenfel).

843La répression au Japon.

844F. est un petit bourgeois [ill.].

845Le chameau et l’arche de Noé.

846Tu vois bien, je chauffe le dîner. L’éléphant et le moineau.

Mercredi 8 avril 1931

847Séance du Plénum. Deuxième question. Mon rapport.

848Knorine me dit : « Votre discours à la Chambre et celui-ci sont ce qui nous est le plus utile en ce moment à l’étranger ».

  • 73 Bratkowsky, pseudonyme de Sochaky Jerzy (1892-1933). Membre du Bureau politique du PCP, il est son (...)

849Inscrits : Bratkowsky73 (Pologne). Pieck. B. Kun.

  • 74 William Rust. Militant des Jeunesses communistes de Grande-Bretagne, il devient, en 1923, membre du (...)

850Rust74 (Angleterre). Fried (Tchécoslovaquie). Barbé, Huiswood (USA). Waletski, Ychachja (Géorgien). Browder (USA).

  • 75 André Tardieu (1876-1939), président du Conseil en 1929-1930.

851Michalsky : si l’Angleterre redevient réactionnaire et qu’elle s’entende avec un Tardieu75, la situation serait très grave. C’est pourquoi il ne faut pas couper les ponts avec la France.

852L’histoire des cochons des sovkhozes.

853Si les impérialistes avaient attaqué en 1930 au moment des difficultés de la collectivisation, avant le décret Staline, ç’eut été délicat. Maintenant le danger est derrière nous.

854L’Italie est à nouveau en lutte avec la France.

855T. est tout près du prolétariat. P. est un sot. R. est un politicien.

856Le capitalisme américain en est à se moquer des gens qui parlaient autrefois de la prétendue prospérité des USA.

Jeudi 9 avril 1931

857Vous manquez de culture marxiste, à vous deux, vous faites un groupe. Vous écartez D. Vous êtes brutal, on brime un maire. Vous dites c’est le fascisme et vous ne faites rien pour l’Indochine.

  • 76 Barbé et Thorez qui n’acceptaient pas les critiques fondées sur les informations données par Ferrat (...)

858Réunion à 11 h chez Stepanov. Question française. Grand débat où l’IC prend parti pour F. contre B. et T. avec violence ; on n’aime pas la contradiction76.

859Je pose la question de l’Huma. Vassiliev est chargé du rapport.

  • 77 Willi Münzenberg (1889-1940). Membre depuis 1927 du comité central du PCA, il est l’instigateur et (...)

860Münzenberg77.

861L’intervention est plus favorable maintenant que c’est la France qui est à la tête de l’intervention à la place de l’Angleterre. Car les peuples qu’on dresse contre la Russie sont pleins d’ouvriers et non d’esclaves coloniaux.

862Puis il y aura les mouvements nationaux.

863Puis il y a les partis communistes.

864Nous pouvons rompre le front socialiste en accusant les chefs socialistes sur leurs colonies, contre la Russie. La social-démocratie allemande est très touchée par son vote des cuirassés A et B. Le cuirassé B lui coûtera 2 millions de voix. Un ébranlement énorme contre la guerre à ce sujet. La IIe Internationale n’a plus les mêmes alibis qu’en 1914.

865Les communistes anglais ne font rien pour aider les Français pour l’Indochine.

866Pour soulever contre la guerre, il faut être concret, précis, clair, vérifier, non exagérer ? Nous serons en meilleure posture qu’en 1914.

867Les informations sur la guerre doivent nous venir des ouvriers qui travaillent dans les usines.

868Chuan Tschi Tchin. – Chemin de fer chinois. Les impérialistes ont donné des munitions et de l’argent aux généraux chinois sous le mot d’ordre le chemin de fer doit être internationalisé ; on n’a pas réussi, mais ils y reviendront ; les interventions aux colonies augmentent. Les Japonais avaient en Mandchourie des forteresses. Ils y font des usines militaires. 20 000 soldats habillés en civil sous le masque de la légation commerciale. Près des chemins de fer russes en Mandchourie, organisation de paysans armés, détachement d’avant-garde contre l’URSS. Les Japonais y envoient des officiers, des armements. La Mandchourie sera la base militaire de l’URSS avec le sang des paysans chinois affamés. Les Anglais ont des bases d’aviation en Hindoustan. Ils achètent les lamas. Ils ont prêté de l’argent aux généraux d’Afghanistan pour base d’attaque. Les impérialistes américains travaillent militairement en Mandchourie contre la Sibérie soviétique. La flotte militaire s’augmente sur les fleuves. Les détachements blancs commandés par Siémonov, général blanc. Ce sont des policiers en Chine. Le Kuomintang fait une campagne active contre l’URSS. L’URSS veut faire le désordre en Chine, les soviétiques veulent prendre la Mongolie... Culture proprement asiatique, c’est le mot d’ordre. Les généraux chinois reçoivent d’énormes armements. L’Armée rouge est un grand obstacle contre l’impérialisme mondial. C’est pourquoi ils veulent abattre l’Armée rouge, ils disent que l’Armée rouge est constituée de bandits, voleurs, terroristes.

869Bela Kun. – La tâche pour la lutte contre l’intervention. Imminence du danger. C’est le principal.

  • 78 James Ramsay Mac Donald (1866-1937), Premier ministre du Royaume-Uni en 1931.

870Le discours de Rust est mauvais. L’Angleterre est à la remorque de la France et elle soutiendra les préparatifs de guerre français. Rust sous-estime le danger de son propre impérialisme innocent et vierge. Or il y a une différenciation de travail entre France et Angleterre. Le français est l’essentiel, mais l’impérialisme anglais n’est pas à la remorque. Ce n’est pas la Pologne. Rust a dit la politique de Mac Donald78, fait tout ce qu’il peut pour préparer la voie à la politique des conservateurs. Ça, c’est une sous-estimation du rôle des socialistes dans la préparation de la guerre. Mac Donald ne fera pas la guerre anti-soviétique. Ça c’est le sens de Rust. Rust commet la faute la plus dangereuse. Car le gouvernement Mac Donald prépare la guerre à tous les fronts anti-soviétiques. Il y a collaboration entre la France et l’Angleterre.

8711°) Le procès du parti industriel a prouvé que dans les commissions qui ont préparé la guerre antisoviétique, il y avait un Anglais.

8722°) En Roumanie, base contre Odessa, amiral Henderson. Fabrique anglaise d’avions.

873Dans les pays baltes, les soldats ont les uniformes anglais à crédit. À Riga, espionnage du gouvernement anglais fabrication de fausses nouvelles.

874Chemin de fer Mossoul stratégique, base aérienne, colon Lawrence est à la solde de Mac Donald. Il a essayé de déclencher des mouvements paysans en Caucasie.

875L’Angleterre a participé à l’affaire de Mandchourie.

876Les camarades anglais n’ont pas remarqué que la fonction des pacifistes est à l’époque de l’intervention de cacher les préparatifs de guerre.

  • 79 Henderson, secrétaire du Foreign Office.

877Pourquoi Henderson79 a-t-il fait de grands efforts pour lier la France à l’Italie ? Contre l’Union soviétique.

878En ce moment, la tâche tactique, centrale, travailler à ce que les puissances impérialistes soient obligées de reculer l’intervention armée. L’accroissement politique des masses a déjà fait reculer, elle a déjà rendu service à l’Union soviétique. Lénine l’a reconnu. Voilà la tactique nécessaire. Il faut faire attendre, jusqu’au moment où le socialisme sera le plus fort. Donc, il faut le travail des masses contre l’intervention, dans les PC, dans les syndicats, travail d’organisation des masses. Activité illégale dans l’armée.

879L’opposition sous-estime la guerre, reste en arrière dans le rythme des préparations.

880Les soc.-fasc., Trotsky, Brandler disent : vous exagérez le danger de guerre.

881Nous avons des succès. Succès de l’Union soviétique reconnus par tous. Le discours de Molotov 100 000 exemplaires en Allemagne. Succès dans la radio. 2 000 ouvriers participent à Dresde, même à Alger. Il faut que les journaux communistes les donnent.

882Le caractère de notre agitation est abstrait. Le parlement est mal utilisé. Faites comme Liebknecht. Lancez la campagne contre Schneider, les marchands de canons.

883Liez la défense ouvrière à celle de l’Union soviétique. La réduction des salaires, des A.S., c’est à cause des préparatifs de guerre.

884Nous devons travailler dans tous les milieux. Lutte contre Versailles. La question nationale. Libération nationale et sociale comme en Allemagne.

885La question Flamande a une grande importance dans la lutte contre la guerre. La Belgique est l’alliée de la France.

886Contre les socialistes alliés à l’impérialisme français, chef de l’intervention ; soc. roumains, bulgares etc. sont des agents de l’impérialisme français, donc il faut lutter contre eux.

887Travail antimilitariste. Une grande partie des camarades polonais ne connaissent pas le VIe Congrès. En Pologne, en Tchécoslovaquie, on commence à travailler parmi les soldats. En Angleterre il n’y a rien. En France, recul. Il faut une organisation. Il faut un travail de masse intense. Il faut s’implanter dans l’armée.

888La bourgeoisie isole les soldats. Et puis les jeunes ne veulent pas travailler dans l’armée, ramification dans l’armée.

889En Grèce, travail dans l’armée.

890Il faut une organisation des jeunes.

891Il y a un type d’antimilitarisme français, grec ; un autre finlandais, polonais ; manifestations de soldats, 140 en 1930 ; mais le 1er mai, 1er août, 6 mars, aucune manifestation de soldats. Il faut cellules dans l’armée, non la grève.

892Les Finlandais et Polonais ont un bon appareil, cellules dans l’armée. Un journal polonais illégal, 3 000 numéros.

893On néglige l’organisation des recrues, celle des manœuvres.

894En Roumanie, les communistes ont été dans les foires distribuer des tracts.

895Travail dans les armées mercenaires. Les Allemands l’ont fait dans les usines de guerre. Les Allemands ont de bonnes cellules dans les usines de préparation de guerre.

896Mais il y a dans l’ensemble peu de travail.

897Le passage à l’Armée rouge signifie qu’à l’armée on travaille dans les usines avec la perspective de continuer pendant la guerre.

898Méthode de notre organisation : agitation, agitation. Parlez clairement.

  • 80 Joseph Jacquemotte (1883-1936). Un des fondateurs du parti communiste belge, il est membre du Burea (...)

899Jacquemotte80. Cokrill, le Schneider belge : Destrée envoya une lettre aux organisateurs d’un meeting catholique à la suite de la lettre du pape.

900Les socialistes ont protesté contre les allumettes de l’Union soviétique au profit du trust suédois et excité les allumetiers.

901Les socialistes belges ont dénoncé à la chambre le travail forcé.

902« C’est nous qui avons sauvé la bourgeoisie de la révolution » (De Brouckère). La banque socialiste d’Ausule a participé à l’emprunt du gouvernement bulgare pour acheter le matériel de guerre contre l’URSS.

903Vandervelde déclare que le socialisme est le seul ciment entre les Flamands et les Wallons.

904Vandervelde dit : c’est le fonds Matteotti qui a aidé les mencheviks russes du complot.

905Manouilsky. – Ne parlez plus de retarder la guerre, d’un délai.

906Huiswood, USA, nègre. Je m’étais trompé. Les nègres sont une nation opprimée aux États-Unis. C’est la base de notre lutte en Amérique : self détermination. Il nous faut être plus concret dans nos agitations. Les ouvriers nègres d’Amérique : ils font souffrir les nègres plus que les blancs, surtout les ouvriers agricoles noirs ; plus de chômeurs que les blancs. Dans le Sud, exploitation beaucoup plus grande : coton ; paysans et ouvriers. 8 000 propriétés paysannes nègres détruites ; les paysans pauvres vont dans l’armée. 40 000 exploitations emploient des esclaves. Travail forcé imposé à plus d’un million de nègres sous la terreur. En 1930, 40 nègres arrêtés, 9 lynchés. En Alabama, rien n’interdit le travail forcé. 25 000 paysans nègres sont en famine ; blancs et nègres s’unissent de plus en plus à la campagne, malgré les interdictions légales. Fascistes blancs terrorisent les nègres ; les blancs remplacent les noirs dans les usines et les champs depuis la crise. L’American W. of Life lutte contre les nègres. Salaires des nègres plus bas que les blancs. Kukuxklan lutte contre les nègres. 60 % des chômeurs sont des nègres. La bourgeoisie utilise les intellectuels nègres pour lutter contre les prolétaires nègres. 45 nègres communistes dans le Sud de l’Amérique. Marcus Gardy a été le chef de la lutte nationale des nègres, il est réformiste. Retour en Afrique. Briseur de grève. Il est à Londres. Son organisation a commencé à lutter contre le capitalisme ; il commence à être persécuté. Nous nous rattacherons les meilleurs d’entre eux. Notre parti commande de grands mouvements. Combien des Français ont-ils organisé de nègres ouvriers ? Il faut lier les PC en Angleterre et en France aux nègres. La France militarise les nègres et les dresse contre l’URSS et contre les révolutions coloniales. 40 000 soldats nègres utilisés en Indochine, Syrie, Maroc : 200 000 nègres soldats français. Aux États-Unis, beaucoup de nègres soldats, gardes-civils, régiments spéciaux, les soldats nègres souffrent, pas le même uniforme que les blancs en Amérique.

907Les camarades français, avons un seul nègre à l’École léniniste. Il faut que les Français et les Anglais travaillent chez les ouvriers nègres.

908Pieck. – La littérature aut. : militariste. Fascistes armés par les gouvernements et les banquiers en Allemagne nazie. Il faut à la fois travail de masse et travail d’organisation antimilitariste.

909Brakowski, Pologne. – Un million d’hommes organisés semi-militairement, terreur blanche, militarisation de tout l’appareil gouvernemental ; il y a eu quelques mutineries militaires ; il faut abattre la muraille de Chine que la bourgeoisie élève entre les soldats et les ouvriers.

910Il n’est pas de pays où la terreur blanche sévisse autant qu’en Yougoslavie.

911Chaque fois que je vois un Chinois brun à la tribune, je pense à Marcel.

Vendredi 10 avril 1931

912Il neige !

913Roumanie. À Constanza, deux croiseurs, de nombreux sous-marins. 3 milliards de lei de fusils commandés chez Skod. Chemins de fer stratégiques. On transforme la flotte commerciale en flotte de guerre.

914Traité secret militaire avec la Yougoslavie ; l’augmentation du budget de guerre : 6 milliards lei. Fabrique aéroplanes Vracho agrandie. Vracho, fabrique roumaine de gaz asphyxiants. Fabrique fusils et munitions Bucarest agrandie et celle de Rachitz, Kitchopouf.

915Finlande. Activité des sous-marins ; chemins de fer stratégiques, aéroplanes.

916Zuchskors, réserve pour l’armée et la gendarmerie. Base pour la France et la Pologne.

917Yougoslavie. Il y a deux ans traité secret militaire de la France avec la Petite Entente. Le commandement général sera français.

91817 fabriques produits chimiques construites.

9195 fabriques aéroplanes.

9201 fabrique moteurs aéroplanes.

9213 fabriques d’armes.

922Fabrique de munitions à Krakoriavatz, 7 000 ouvriers. Trois ponts sur le Danube pour lier avec les États de la Petite Entente.

923Onze nations en Yougoslavie. Cinq armées, 16 divisions, 175 bataillons de 1 000 soldats plus 32 régiments d’artillerie de campagne, 5 artillerie lourde, 150 000 soldats. On peut mobiliser 1 million de soldats.

924La Yougoslavie a en France des sous-marins et des aéroplanes où il y a des marins et des soldats serbes. Officiers serbes font leurs études en France.

925Panchevo, école militaire Wrangeliens. 13 milliards budget ; plus de la moitié pour la guerre.

926Crise financière et agraire, d’où l’emprunt français à la Yougoslavie, emprunt de 1 milliard de francs.

927935 organisations fascistes, 140 000 membres.

928(dinar = 0,50 F).

929Barbé. – Aspects pratiques de l’intervention en France. Armée reconstituée. Expérience de notre PCF. Tâches. 1 million de réservistes en 1930. Armée de cadres, coloniale, recrues. De l’armée de masse on passe à deux autres types d’armées.

930Mobilisation industrielle très poussée en France.

931L’avion Costes et Bellonte, peut porter 2 tonnes à 3 000 km. Ils l’ont dit à la chambre.

932Nomination de Weygand, Gamelin, Pétain. 4 millions de joueurs français dans les organisations sportives qui se militarisent.

933Notre presse antimilitariste est désormais illégale. 20 000 numéros, 45 journaux de caserne.

934Les marins de Toulon ont collecté 555 F pour envoyer un marin en URSS, le rédacteur du journal. On a nommé aussi un soldat de la région parisienne, un soldat de l’E.

935Notre PCF est aux avant-postes depuis 1922 pour l’antimilitarisme.

936Fried. – Il faut démasquer le mystère de la guerre ; les social-fascistes. Le rôle de la Tchécoslovaquie dans l’intervention. Elle prépare les munitions pour la Roumanie et les autres pays limitrophes. Sa production métallurgique n’est nullement en rapport avec la population.

937Ils développent les Sokols. Leur rôle dans l’Ukraine.

938Les communistes tchèques travaillent dans les usines de guerre Skoda. Nous progressons dans le travail dans l’armée. Soldats chantent l’Internationale ; ils collectent pour des grévistes. La police garde les casernes.

939Nous devons travailler dans les minorités nationales jeunes, ruraux.

940Stassova. – Deuxième point de la Résolution. Au nom de l’ISR on nous méconnait. Nous avons 35 sections illégales. Nous avons 10 millions d’adhérents, dont 5 millions en Union soviétique (26 % de femmes). Les socialistes ont créé en face de nous le fonds Matteotti pour aider les prisonniers dans les pays sans démocratie, c’est-à-dire contre l’URSS. Cest le fonds Matteotti qui aidait les sociaux-démocrates mencheviks russes à saboter. 26 millions de marks ont été envoyés par nous depuis 1929 aux prisonniers des pays sous la terreur.

941En 1848-1949, Marx disait à Londres : il organisait pour les victimes, réfugiés allemands, des organisations de secours. Il a fait un papier sur le sujet [sic].

942À 7 h 30 théâtre. Le rythme de l’industrialisation.

  • 81 Stanke Dimitrov (1889-1944). Résidant à Moscou depuis 1925, il est l’un des responsables du secréta (...)

943Dimitrov81, Bulgarie. – Notre action a été faible contre l’intervention.

944Waletski.

945Allemagne. Il y a fierté ouvrière à voir le bolchevisme braver le monde.

946Croiseurs B. Les 9 députés. Leur geste ; une manœuvre. Dans le socialisme français il y a des sections qui protestent contre la campagne contre l’URSS. Les socialistes français utiliseront ça comme une manœuvre.

947La dernière guerre n’est pas derrière nous, mais devant nous (Vandervelde).

948L’anschluss c’est la guerre a dit Briand. On va donc multiplier les manœuvres.

949Lénine dit toujours : « Il faut expliquer aux gens. La lutte contre la guerre vaut qu’on lui consacre sa vie » (Lénine).

950Même dans l’opposition, les socialistes soutiennent la politique extérieure de leur pays. Même en Pologne, les socialistes soutiennent la politique extérieure de Pilsudski, en Allemagne, en France. Blum dit : il faut que nous disions aux ouvriers tout ce que nous savons sur la politique extérieure. Or, est-ce que Boncour dit tout aux ouvriers, et Henderson ?

  • 82 Alexandre Koltchak (1874-1920). Amiral, il avait, en Sibérie, constitué un gouvernement contre-révo (...)

951C’est le gouvernement Vandervelde qui a reconnu le gouvernement de Koltchak82. Il a installé les wrangeliens dans un quartier de Bruxelles.

952En 1921 Vandervelde a dit : Nous sommes avec la révolution russe. Il a favorisé l’alimentation des Polonais puisqu’il était au gouvernement et en harmonie avec le gouvernement français.

953En février 1930, Vandervelde a demandé la reconnaissance de l’URSS. Hymans lui a répliqué. Vandervelde en 1925 et en 1927 a refusé à Jacquemotte la reconnaissance de l’Union soviétique.

954Les socialistes ont encore une grande influence.

955En février 1931, Vandervelde a parlé de la Russie au budget. Mais il n’a plus demandé la reconnaissance des Soviets. Il a dit seulement : l’Armée rouge est la plus grande du monde.

956En avril 1931, Bauer a dit dans un volume : dans deux ans le plan quinquennal sera atteint. Il prouvera que le socialisme est possible ; il augmentera la foi dans le socialisme.

957Les chefs socialistes favoriseront leur aile gauche. Le pacifisme de gauche est le plus dangereux. Il hypnotise les ouvriers, pour les envoyer à la guerre.

958Travail dans l’armée, travail illégal.

959Danois. – L’impérialisme danois est lié avec le français, l’anglais, l’américain. L’exportation danoise dépend de l’Angleterre.

960Les flottes de guerre anglaise et française pourront passer librement les détroits.

961Ainsi le gouvernement socialiste entre dans le front antisoviétique.

962100 000 chômeurs. Action faible contre le militarisme.

963Pologne, en 1923 budget armée 74 millions dollars.

964En 1928 budget armée 85,8 millions dollars.

965En 1930 budget armée 95,1 millions dollars.

966Mitrailleuses : en 1923 8 500.

967En 19309 500.

968Canons de 1 200 à 2 000.

969Aéroplanes de 150 à 320.

970Tanks de 50 à 120.

971Ouvriers occupés dans les fabriques de guerre :

972En 1926, 21 124.

973En 1927, 61 830.

974En 1928, 64 430.

975En 1931, 65 000.

976Les réservistes passent de 300 000 en 1925 à 1 250 000 en 1931. Quelques manifestations de recrues qui protestent contre la guerre.

977Sept organisations fascistes en Allemagne. Subventions d’État Reichbamer, social-démocrate, centre, démocrates. Subventions des banquiers : nazis.

978(Ce soir, les élèves de l’École Léniniste).

Samedi 11 avril 1931

979Thälmann. – Exaltation de la résolution du VIe Congrès. Depuis le VIe Congrès grand changement :

  • regroupement des classes ;
  • causes fondamentales pour la possibilité de la guerre antisoviétique ;
  • pourquoi la bourgeoisie n’a-t-elle pas attaqué l’Union soviétique ?

980Staline a dit : beaucoup de notre succès, c’est que nous ajournerons la guerre, jusqu’au moment où les capitalistes se prendront aux cheveux.

981Obliger la bourgeoisie à ajourner la guerre contre-révolutionnaire. Les dangers de guerre restent énormes, mais il y a des raisons pour les faire reculer.

982Les progrès de l’Union soviétique obligent la bourgeoisie à une capitulation idéologique sur le socialisme. La bourgeoisie croyait que les bolcheviks ne réussiraient pas dans leur tentative agraire.

983La bourgeoisie ne pouvait pas croire qu’un seul pays socialiste pourrait déclencher un tel élan.

984Les contradictions internes des impérialistes se sont aggravées. Au VIe Congrès nous avons attaqué Boukharine.

985Est-il possible dans un seul pays de faire le socialisme sans que la guerre se déclenche ?

986Boukharine pensait que la révolution ne se réaliserait que par la guerre. Nous, nous pensions qu’il y avait préparatifs de guerre augmentés.

987Des explosifs s’accumulent aux colonies. Or les bourgeoisies avaient utilisé les colonies pour corrompre les socialistes.

988Utilité de toutes les sections, malgré les fautes, pour empêcher la guerre. Le prolétariat est plus fort dans tous les pays. La bourgeoisie doit réfléchir sur la force du communisme.

989Pouvons-nous empêcher la guerre ?

990N’ayons pas d’illusion. Non ! La bourgeoisie s’efforce de diminuer les apparences de l’aggravation des dangers de guerre. Société des Nations. Union douanière.

991Bauer disait : « Cette union est la fédération allemande et sa liberté ».

992Méfions-nous des abstractions.

993L’ébranlement du capitalisme est grand depuis deux ans. Où est la stabilisation ? La crise est immense.

994Préparatifs de guerre intensifiés en ces derniers temps.

995La question nationale. Cf. Roumanie, Pologne.

996Dans la commission polonaise, nous avons appris quels rôles joueront les blancs russes.

997En Roumanie, les minorités hongroises joueront un rôle capital dans la guerre. En Tchécoslovaquie de même. Cette question nationale oblige la bourgeoisie à appliquer de nouvelles...

998Les Français ne voient pas assez le rôle de l’Alsace-Lorraine dans les affaires de guerre.

999Il faut une unité complète entre nous là-dessus.

1000Voyez, en 1900 la lutte des Boxers. Ce fut vite fait. Aujourd’hui, le monde entier est en branle pour empêcher la révolution chinoise.

1001La solidarité internationale joue un rôle plus grand qu’avant la guerre.

1002La bourgeoisie et le socialisme luttent ensemble contre l’Union soviétique. Il nous faut songer davantage à la Chine, et aux Indes. Nous négligeons notre solidarité avec elles.

1003Dumping. Il n’y a aucun plan.

1004Travail forcé.

1005C’est en Allemagne qu’il y a du travail forcé ; il y a esclavage ; loi obligatoire pour obliger les jeunes au travail. Dans la Rhur, travail aux pièces. On envoie les ouvriers en Prusse orientale ; s’ils refusent, plus de travail, plus d’allocations ; les jeunes chômeurs sont enrôlés militairement. Les jeunes filles aussi, sont envoyées dans les hôpitaux.

1006L’année 1931. La bourgeoisie a voulu la guerre en 1931. La bourgeoisie veut que la guerre éclate.

1007L’état-major français a acheté des stocks de marchandises pour ravitailler la guerre.

1008En Allemagne, nous n’avons pas compris ; les socialistes badois avaient aussi stocké des céréales dans le même temps.

1009Le travail des partis dans les pays limitrophes.

1010Les communistes français. L’impérialisme français a déjà en 1923, arrêté la révolution allemande. Si nous avons, en Allemagne une crise révolutionnaire, alors les communistes français sont d’une grande importance. La France est le centre de l’impérialisme mondial contre l’Union soviétique. Le communisme français doit lutter révolutionnairement.

1011L’Allemagne dans les préparatifs de guerre.

1012Le rôle allemand n’est pas petit. La Pologne ne peut s’engager dans la guerre sans avoir son derrière tranquille.

1013Le corridor, la Silésie, le voyage de Brüning à l’Est ; toutes ces questions ; il y a indignation en Pologne et en France. Une révision des frontières, c’est la guerre.

1014Union douanière austro-allemande.

1015Elle a un caractère impérialiste. Elle ne signifie pas amélioration. Les prix monopolisateurs ne sont pas touchés. Par l’union douanière, les salaires ne seront plus augmentés, on les diminuera en Allemagne aux taux des Autrichiens ; nivellement par le bas.

1016Les grands agrariens allemands ont eu satisfaction.

1017Notre propagande de libération nationale et sociale a eu une importance énorme. C’est Neumann. Nos bourgeois sont venus mendier des ventes mais ils ont voulu avoir des commandes comme les Américains.

1018La bourgeoisie allemande du centre est excitée contre l’Union soviétique. La social-démocratie aussi. Elle veut le rapprochement franco-allemand ; le rapprochement des bourgeoisies, des impérialismes (et non des peuples) contre l’URSS.

1019En Allemagne, une rébellion secoue les socialistes après le cuirassé B car B servira contre l’Union soviétique. Abram et Dan ont été obligés de réunir la presse bourgeoise sur la pression de la masse. À cette conférence ceux qui ont voulu défendre les mencheviks sont devenus accusés, car en décembre 1930, les journaux allemands socialistes étaient solidaires des mencheviks. Les camarades du « Rote Fahne » étaient là. Ils ont écrasé les mencheviks.

1020Le p (atronat) allemand a financé et favorisé les mencheviks. Au temps de la guerre civile, un social-démocrate a eu le commandement des troupes en Baltique ; les socialistes ont appelé les impérialistes en Géorgie.

1021Aujourd’hui les socialistes allemands ont d’autres méthodes.

1022Puisque les préparatifs de guerre sont intenses, et si la bourgeoisie a reculé après les procès, alors il faut agir contre le danger de guerre international, contre le danger de guerre contre l’Union soviétique, contre les guerres coloniales, contre les attaques contre la Chine.

1023Conquête de la majorité de la classe ouvrière. C’est le but stratégique.

1024Il faut lier : issue révolutionnaire de la crise avec la défense de l’Union soviétique. Agitation, propagande contre la guerre ; mais la force de l’IC est déjà passée à l’action révolutionnaire.

1025Les bolcheviks m’ont appris comment on renverse un régime. Les Soviets luttent pour la paix mondiale. Ils l’ont prouvé en 1917. Il faut prendre ces mesures dès aujourd’hui pour prévenir la guerre. Il faut alerter les sections.

1026Chypre : 130 communistes. 350 000 habitants, deux tiers grecs, un tiers turcs.

1027Indochine : 800 membres. 48 000 paysans rouges, 8 syndicats rouges.

1028Islande : 300 membres. 120 000 habitants.

Dimanche 12 avril 1931

1029Le meilleur train pour le retour. On part le matin 8 h Paris, minuit Berlin. Coucher Berlin, départ le lendemain, seconde avec lit.

1030C’était hier veille de Pâques russes, aujourd’hui Pâques.

1031Dans les églises, du monde, manifestation antireligieuse discrète, sans violence, beaucoup de curieux. Surtout des femmes et des vieillards, pas de jeunes gens. Une grande ferveur, de beaux chants. Il y a 400 églises [de moines ?] à Moscou qui a maintenant 3 millions d’habitants. La visite aux sectes. Les vieux croyants. Leur barbe. Pas de pommes de terre. Pas de tabac. Pas de mariage religieux.

1032Vaillant fait un papier pour Huma. Aujourd’hui, grandes manifestations antireligieuses des komsomols.

1033En France : Caisses d’Épargne : 23 500 millions à 3,50 F ou 3,75 F. Déposants 9 500 000. 3 milliards de plus qu’en 1929 et 250 000 déposants de plus.

103420 millions de coopérateurs sous la direction des réformistes.

1035Notre influence : Allemagne 4 millions, 4 %

1036Angleterre 6 millions, 0 %

1037Belgique 300 000, 0 %

1038France 1,5 million, 6 %

1039Tchécoslovaquie 600 000, 23 %

1040Suède 400 000, 0 %

1041Danemark 300 000, 0 %

1042Suisse 400 000, 0 %

1043En France minorité révolutionnaire : 537 voix sur 5 551 en [ill.]

104437 voix sur 6 380 en [ill.]

1045La fraction communiste n’envoie plus aucun rapport à l’IC sur son action coopérative.

1046Émulation : Entre les écoliers russes et les écoliers français. Entre l’usine électro technique de Moscou (Electrozavad) et la CPDE parisienne.

1047Paysan de l’économie collectiviste et un paysan français

1048Soldat de l’Armée rouge et soldat de l’armée capitaliste.

1049Abramo. Homs.

1050IKK.

1051Tordaï (Roumain Hongrois) Quid.

1052Bonnard : école Léniniste, en prison. Quid ? Peut-il être réintégré ?

1053Indes. Syndicats de cadres. Pas de masses ouvrières derrière. Les grèves sont spontanées. À Calcutta 100 000 grévistes en ce moment, nous ne dirigeons pas. Les ghandistes sont les maîtres. À Bombay nous avons eu 70 000 organisés ; mais après la grève, de l’an dernier, nous avons perdu la moitié, l’autre moitié a été chez Ghandi.

1054Il y a une minorité voisine de nous, mais pas organisée.

1055Les national-réformistes.

1056En 1928, grève économique, 1929, encore davantage, 1930 grèves politiques. En 1931 grèves économiques qui passent aux grèves politiques. Les textiles et les cheminots sont à la veille de faire la grève générale économique et politique. Le mouvement de grèves est très fort ; nous y donnons les mots d’ordre. Le mouvement révolutionnaire augmente ; les manifestations et meetings sont de plus en plus nombreux et violents.

1057PC faible constitué en 1930, il grandit. Même pour le congrès national le PC a réuni et mobilisé plusieurs dizaines de milliers d’ouvriers avec nos mots d’ordre. Pendant que Ghandi parlait, ils ont interrompu. Il n’y a pas de Dieu, nous vaincrons sans prier contrairement à ce que dit Ghandi.

1058Le PC est en augmentation rapide ; il a beaucoup d’ouvriers dans ses rangs, c’est sur les Chinois un grand avantage. Il sera bientôt aussi fort que les Chinois, et alors ça changera. Ce sera une révolution aussi profonde qu’en Chine.

1059Quatre langues principales : la langue hindoue. Il y a quatre ou cinq langues ; l’anglais n’est parlé que par cinq ou six millions d’intellectuels, il lie le pays.

1060Nos brochures paraissent en toutes les langues de l’Inde.

1061Travail illégal, répression terrible. Il pourra y avoir des échecs et ne pas s’en effrayer.

1062Plateforme du PC de l’Inde :

1063Vive l’indépendance de l’Inde.

1064Vive la classe ouvrière leader des masses.

1065Vive l’insurrection révolutionnaire pour l’indépendance, le pain, la terre.

1066Vive le gouvernement des Soviets ouvriers et paysans.

1067Vive la Révolution mondiale.

1068Ghandi fait ce qu’il peut pour tromper les Hindous. La chose essentielle c’est de ne pas trop frapper Ghandi, mais que c’est l’Angleterre qui est l’ennemie. Ghandi est un obstacle qu’il faut écarter et que le seul qui puisse diriger c’est le prolétariat.

  • 83 Manabendra Roy (1887-1954).

1069Dans le conseil national il y a une aile gauche avec Roy83.

1070Paysannerie pauvre, ouvriers agricoles. Les paysans vivent misérablement, aussi misérablement que dans la prison : maladie, famine, en 1921 ou 1922 20 millions morts de faim. Il meurt 1 ou 2 millions par an. Mouvements armés, révoltes paysannes un peu partout. 1 000 très récemment. Nous sommes sans liaison avec eux. Crise : prix diminué de 50 %, les paysans en sont touchés, les salaires diminuent, chômage, rationalisation, semaine de soixante heures. 30 roupies = 1 livre. Cheminots ont de 9 à 20 roupies par mois ; ils demandent 25. Dans le jute, les femmes : 12 roupies par mois. Bombay 20 roupies pour les ouvriers. Les castes sont fortes. Les Anglais excitent et provoquent les mouvements religieux. Il faut faire attention à la presse anglaise qui dissimule les luttes de classe sous les luttes religieuses. Les Anglais dans les grèves hindoues font venir les musulmans, d’où conflit ; mais les ouvriers se sont entendus à la fin. 3,5 millions d’ouvriers dans les grandes usines (30 % d’ouvrières). 1 million dans les plantations. 10 millions d’artisans. Des usines de 30 000 ouvriers.

1071Lapinsky.

1072Michalsky.

  • 84 Garan Kouyaté. Un des premiers activistes africains pour la libération des noirs contre le colonial (...)

1073Commission d’Orient. Pas de réponses aux lettres d’Algérie, Tunisie, nègres, Indochine. Création de commission coloniale à Paris. Sous-commission en province où il y a des coloniaux. La Ligue de défense des nègres. Kouyaté84, le représentant n’est pas lié avec le parti français. Quelques liens avec le Secours Rouge ; quelques liaisons avec les Arabes. CGTU : 700 membres. Il faut travailler les indigènes en France ; créer des cadres pour les envoyer en Algérie, Tunisie, Nègres. Envoyer quelques Arabes à Moscou. L’Huma parle très peu des colonies. Le journal indochinois français est fait à Moscou. Il faut des brochures indochinoises, populaires. Il faut un journal arabe, un journal nègre.

  • 85 Georges Safarov (1891-1942). Il avait été exclu du parti bolchevik en décembre 1927 pour son activi (...)

1074Safarov85. – L’Huma n’est pas mauvaise, mais il n’y a que les articles et les discours. Mais l’activité ! Mais L’Huma n’a pas parlé de Kouyaté. En Indochine, le gouvernement français tente des manœuvres. Il y a hésitation dans les intellectuels et petits bourgeois. Il faut éclairer, démasquer le réformisme et montrer ce que fait le gouvernement français. Pasquier a fait un PC indochinois qui consent à parler avec lui. Il y a en Indochine 2 000 communistes. Le PC est né quand il a été procédé après Yen Baï à la liquidation du nationalisme. Mais parmi les communistes il y a beaucoup de petits bourgeois et de nationalistes. Il peut y avoir des scissions. En Syrie, élection générale ; nous avons des ouvriers avec nous ; il faut parler de la constitution syrienne à la Chambre.

1075Soldats coloniaux, il faudrait quelques cadres. Il faut changer l’organisation des ouvriers coloniaux. Il faut les grouper en clubs ; faire des sections de défense de la race nègre, de la race jaune, de la race arabe.

1076Les Indochinois. 5 h Komintern. Rapport au BP il y a six ou sept mois resté sans réponse. Il y a un an que l’ABC est traduit, pas encore sorti. Le journal indochinois n’a pas paru pendant quatre mois après Yen Baï. Pas de journaux. Pas de brochures. Dans L’Huma, pas d’article. Pas de tracts. Le recrutement des jeunes Indochinois par l’Ecole de Moscou. Envoyer à Moscou les journaux d’Indochine qui m’arrivent à Paris en anamite et en français. Faire des cours à Paris et en France pour les Indochinois. Peut-on faire des brochures en anamite à Paris ? Surveiller le journal indochinois de Paris qui n’est pas toujours théoriquement dans la ligne.

1077Les sections de la IIe Internationale ne sont plus liées entre elles que par leur haine commune de l’Union soviétique. Au contraire, un ouvrier de Chicago pense comme un ouvrier de chez Renault ou de Berlin. Visites à 8 h :

  1. à un théâtre (troupe des syndicats ouvriers) ;
  2. au club de Dynamo – monastère ;
  3. au club du bâtiment. Retour à P[ill.] avec Ezzio et Vaillant.

Lundi 13 avril 1931

  • 86 Jeanne Toscane. Sans doute une des secrétaires qui travaillaient à Moscou pour le compte de l’IC.

1078Jeanne Toscane86 prend le rapport.

1079Chez Piat : Stepanov. Question syndicale. La grève des mineurs.

1080Le Front unique. V. et R. Cheminots. Marins. Unité syndicale. Les organisations des chômeurs. Cherbourg, Le Havre – Dunkerque chimie à métallurgie, Herclet.

1081L’unité syndicale. Déclencher mouvement de masse pour l’unité. Frachon contre Monmousseau. Celui-ci ne voulait pas de proposition aux organisations de base. C’est cela qui n’est pas clair. Monmousseau et Vassart étaient aux antipodes. V. a dit il faut rentrer dans la CGT, il admet une fusion de CGT, liquidons la CGTU. Pour nous, il faut des propositions d’un syndicat à des sections de base dans certaines conditions... M. a dit enfin : je suis d’accord, mais à Douai il n’a pas marché dans ce chemin. Ce qu’il faut, c’est une campagne systématique dans les journaux, la propagande, etc. Le centre de la campagne de l’Unité, c’est unité dans l’action, dans les luttes.

1082Losovsky. – Puis on exagère : on dit fédération unique des mineurs. L’unité syndicale c’est un problème pour les années qui viennent. Action commune de tous les ouvriers de toutes les tendances. Dans la grève des mineurs, il fallait montrer la trahison des mineurs et dire aux ouvriers, la grève échouera si on ne fait pas l’unité en bas. Puis il faut [ill.] et cadres. Il faut faire des réunions avec les inorganisés et faire un congrès dans les régions industrielles. Il faut d’abord faire comprendre la tactique aux cadres. À Sin-le-Noble ce fut parfait. Les ouvriers réformistes se sont dressés contre leur chef et ils ont voulu faire un syndicat unique des mineurs (« Gare à l’autonomie » dit Los). Le mot d’ordre de fédération unique des mineurs sur la base de classe m’a permis d’élargir notre base avec les ouvriers.

1083Sin-le-Noble, le syndicat unique. À Aniche aussi. Ils disent : ouvriers français voilà ce que vous devez faire ; alors avec ce fait de Sin-le-Noble on peut élargir cela.

1084A Paris réunion de conseils syndicaux ; décision de réunir conférence préparatoire d’un syndicat, disons unifié non unitaire.

10851°) Campagne long, de presse sur l’unité syndicale dans les cadres ;

10862°) Campagne non limitée aux cadres, mais aussi aux inorganisés ;

10873°) Convocation des conférences d’Unions locales et régionales par branche de production, avec ordre du jour précis : salaires, chômage, assurances sociales ;

10884°) Campagne concrète, expérience des dernières grèves. Déclaration, interventions communes des organisations unitaires et réformistes de base ;

10895°) Souligner les trahisons des réformistes, leurs liens avec le gouvernement et les patrons au lieu d’unité d’action ouvrière sur un programme concret...

1090Front unique d’en bas pour l’unité d’action. À Metz nous avons accepté. Alors pourquoi ne pouvons-nous pas le faire ? Le Front unique c’est attirer de nouveaux ouvriers dans la lutte ; flexibilité n’est pas opportunisme, manœuvre nécessaire. Ce qui est difficile c’est que les opportunistes peuvent s’en servir. Pour s’adresser aux réformistes il faut des conditions. Dans une grève, il faut faire ça dans les usines, les réunions, quand les revendications sont déjà acceptées par les ouvriers, alors on propose les mêmes revendications aux syndicats réformistes commencent la grève avec nos revendications et, s’ils refusent, ils sont démasqués. Pas de discours de bureau à bureau de syndicat. Si les réformistes s’adressent à nous, il ne faut pas répondre simplement oui. Il faut élaborer des revendications et répondre nous sommes prêts, pas de pourparlers dans les coulisses. Nous sommes prêts à lutter sur la base de ces revendications ; pas de pourparlers mais grand meeting ouvrier où les ouvriers entendront les uns et les autres et jugeront.

1091Grève des mineurs. Préparation insuffisante. Tactique défectueuse. Les 24 h ont désorganisé le travail surtout dans le Gard. Il faut mettre la responsabilité sur le dos des réformistes, mais il faut examiner les causes de notre faiblesse publiquement. Commission de cinq ou sept membres qui sur place fasse un rapport détaillé sur la grève des mineurs ; même pas pour publier, afin de savoir ce qui s’est passé. Si on continue comme dans cette grève, on va briser nos organisations.

1092Les CGTU ont été anarcho-syndicalistes. Nous n’avons pas connu les volontés de la classe ouvrière. Manifestation de l’incapacité de manœuvrer.

  • 87 Marcel Gitton (1903-1941). Secrétaire de la CGTU depuis 1929, il est membre du Comité central du PC (...)

1093Pas de coordination entre Gard et Nord. C’est anormal que Gitton87 et M. disposent ainsi de la grève. La [ill.] c’est la fin de la grève, c’est un crime. Nous avons été manœuvés par les réformistes. Désormais nous avons prouvé que les unitaires sont incapables de résister. Je n’attends pas que dans l’état présent du P. on puisse faire un mouvement de masse.

1094J’ai l’impression (P.) que le BP et le Bureau confédéral ne sont pas convaincus que nous pouvons faire des grèves sans les réformistes.

1095Il faut nommer la commission mais interne ; le CCN s’est réuni 10, 11, 12, il a couvert les fautes de la grève, mais il y a eu des protestations de province.

1096Les mineurs seront diminués de 2 % le 1er mai. Que faire ? Le BP doit examiner la question. Il y aura des rebondissements de grève, grande, non limitée. S’il y a mécontentement dans la masse il faut agir contre les chefs ; faites-le sur place, si les ouvriers disent « Les unitaires sont incapables de guider les ouvriers » alors c’est le plus grave.

1097Los. a grande estime pour Racamond. Il hésite mais il fait (suite à 6 h 30 chez Piat).

109810 mai, Fédération internationale des marins, ports et docks, réunion à Moscou.

109920 mai, réunion de la CGTU à Moscou : deux du secrétariat CGTU, un cheminot, un mineur, un textile, un chimique, un métallurgie, un RP, un Nord.

  • 88 Humbert-Droz est alors délégué de l’IC en Espagne.

1100Macia présente à Barcelone un programme collectiviste et catalaniste. Élections gauches en Espagne. Les nôtres forts à Séville, Bilbao, Asturies. Mais nous avions 200 communistes en prison et Droz88 n’a rien compris. Il a parlé comme si en Espagne on était en 89, que les républicains étaient vraiment révolutionnaires. Or les républicains admettent la République pour sauver le régime capitaliste et la monarchie. Ils sentent que la poussée populaire est si forte qu’il faut lui faire sa part. C’est ce qu’il fallait démasquer, et non se mettre à la remorque des républicains en laissant croire qu’ils étaient décidés à opérer révolutionnairement.

1101Espagne : C’est l’un des plus faibles chainons dans le système capitaliste. Les contradictions du capitalisme espagnol s’accentuent. L’Espagne est dominée par l’oligarchie financière. L’impérialisme espagnol s’est développé sur la base d’une économie arriérée avec des survivances féodales dans l’agriculture. Telle est la contradiction en Espagne. La crise industrielle est intense, sauf dans le Nord. Grande propriété foncière, ouvrier agricole très misérable. La question agraire est, en Espagne, la plus importante.

1102Politique : Monarchie mi-absolue ; Camarilla de cour ; officiers ; enseignement ; grands propriétaires ; haut-clergé ; bureaucratie parasitaire nombreuse. Compromis entre le capital financier et les féodaux.

1103Prolétariat agricole inculte ; manque d’une aristocratie ouvrière, d’où peu de base pour le réformisme.

1104Question nationale : Catalogne, Basque, aiguë depuis la crise.

1105Les rivalités des impérialistes qui ont des intérêts opposés en Espagne, aggravent encore la crise. Pas de grand parti de la bourgeoisie. Émiettement de la petite bourgeoisie. Faiblesse du PC.

1106Pas de grand parti bourgeois, petits clans, c’est un indice certain de la décomposition des classes dominantes. D’où trois camps :

  1. Camp monarchique réactionnaire qui lutte pour le maintien de la monarchie ;
  2. prolétariat et paysannerie pauvres, peu de conscience de classe, misère accrue ;
  3. petite bourgeoisie urbaine et rurale : républicains, socialistes, anarchistes, anarcho-syndicalistes. Ils exercent l’influence sur les classes ouvrières. Cortès. Constitution. Après on parlera des intérêts des ouvriers et paysans. La République c’est la seule manière de sauver la bourgeoisie. Pas de programme pour les masses ouvrières et rurales. Mais les liens de la bourgeoisie, de l’oligarchie financière et du féodalisme monarchique sont trop forts pour que les démocrates, républicains et socialistes puissent réussir. Ils ne peuvent résoudre le problème de la terre et de l’Église. La République remplaçant la monarchie, ce ne peut être une rénovation de l’État, vu que la base sociale, terre et finances, n’est pas changée. Le prolétariat seul peut le faire ; il peut donner la terre aux paysans, les réformes aux ouvriers, chasser l’Église. Pour cela il lui faut un PC indépendant se mêlant aux luttes actuelles, aux élections. Lui seul peut réaliser la révolution bourgeoise démocratique en Espagne. Le PC espagnol ne le comprend pas. Il se cantonne comme une secte dans l’abstrait, ne désintéresse de la lutte actuelle, ne parle pas aux travailleurs de leurs intérêts immédiats. Son programme électoral ne comporte pas une analyse concrète de la situation. Sa tactique est rigide, immuable, absolue, indépendante des circonstances. Comme cela, on favorise la tactique bourgeoise et on s’interdit toute manœuvre. Il est faux de dire que le prolétariat n’a rien à attendre du régime capitaliste et que la révolution règlera tout. Le prolétariat peut conquérir des réformes, sa liberté politique, même des réformes demain utilisables dans la lutte du prolétariat. Pour les masses populaires, la démocratie compte. Le PC doit montrer aux prolétaires en acculant les républicains au pied du mur, que la démocratie bourgeoise est un mensonge. Il faut dresser les revendications des travailleurs ; il faut montrer que les républicains ne les veulent pas et ainsi les démasquer. Mais les communistes espagnols ne le font pas ; ils préparent la voie aux républicains, à une nouvelle édition de la monarchie d’Alphonse XIII, plus acceptable pour les masses.

Mardi 14 avril 1931

1107(Il y a des chiens dans les rues)

1108Hier au soir dîner avec Ahr. et Michalsky, Lapinsky.

  • 89 Joseph Caillaux (1863-1944), sénateur radical, l’un des auteurs d’un plan d’indemnisation des porte (...)

1109Les R. n’accepteront jamais les propositions Caillaux89, Bergery et la fille de Krassine, ce Trotsky qui finit par juger la révolution russe au travers de l’homme Staline promu au rang de diable. C’est là qu’aboutit le marxisme. Il avait pronostiqué Thermidor, la chute de Robespierre. C’est le plan quinquennal.

1110Les Allemands doivent 120 milliards de francs aux Américains. Les Américains trouvent que c’est assez. Et cependant il faudrait encore beaucoup de crédit aux Allemands ; alors ils se tournent vers la France. La France leur a déjà envoyé 7 milliards de crédit à court terme.

1111Visite à Kun.

1112Faire une campagne contre l’industrie de guerre : Schneider, Skoda, Hotchkiss. Campagne de presse, au Parlement.

1113Rabcor des industries de guerre, d’ouvriers de Tchécoslovaquie et d’Allemagne comme de France.

1114Le dire au plénum en six langues.

1115Établir la liaison entre France-Tchécoslovaquie-Allemagne pour une campagne commune contre l’industrie de guerre.

1116La Chine. Révolution bourgeoise démocratique agrarienne et anti-impérialiste. Depuis 1927 le mouvement ouvrier s’est relevé sous la direction du PC chinois : influence sur le mouvement ouvrier et le mouvement paysan ; création et victoires de l’Armée rouge ; districts soviétiques en Chine méridionale et centrale. Les Soviets commencent aussi dans le Nord ; la révolution agraire est accomplie sur les territoires soviétiques, hégémonie du prolétariat dans la révolution agraire et anti-impérialiste. C’est la confirmation de la justesse de la ligne de l’IC. Crise économique chronique, surtout agraire, surtout depuis la crise mondiale, famine ; faillite du Kuomintang ; terreur blanche inouïe ; c’est pourquoi les Soviets réussissent et luttent les armes à la main contre la contre-révolution bourgeoise féodale et contre les impérialistes. Le Kuomintang manœuvre ; il promet la constitution, l’ex-territorialité. Les impérialistes étrangers occupent par leurs navires et leurs forces armées, tous les centres prolétariens du pays. C’est parce que dans ces centres, le mouvement soviétique est plus faible qu’à la campagne. L’hégémonie du prolétariat s’affirme par l’Armée rouge et la constitution des Soviets. On liquide la propagande féodale. On partage la terre. La révolution chinoise est un affaiblissement de l’impérialisme. Li Li-Sian s’est opposé à la ligne léniniste ; il niait l’étape bourgeoise démocratique de la révolution bourgeoise. On a renouvelé et ouvriérisé la direction ; on a pénétré dans les usines. Il faut créer un pouvoir soviétique central dans la région protégée par l’Armée rouge. Il faut transformer l’Armée rouge en armée rouge régulière sous la direction du PC.

  • Renverser le pouvoir du Kuomintang
  • Confisquer les terres féodales en faveur des paysans
  • Lutter pour l’indépendance nationale
  • Journée de huit heures
  • Législation sociale
  • Contrôle ouvrier de la production
  • Révolution agraire pour les paysans pauvres et moyens
  • Abolition des dettes
  • Suppression des impôts des militaristes
  • Placer des ouvriers à la tête de l’armée
  • Émancipation des femmes
  • Minorités nationales
  • Reconstituer des syndicats rouges.

1117Puis, après avoir achevé la révolution bourgeoise démocratique, se poser comme but la victoire du socialisme.

1118Huan Pin.

1119Vorovsky : crise du Kuomintang. Famine accrue à la suite des combats contre le K., impôts écrasants du K., même les commerçants protestent. Sept millions d’affamés en 1930. On vend les femmes et les enfants. Kuomintang a emprunté des millions de dollars à la Société des allumettes ; on a fermé les usines d’allumettes chinoises. K. a emprunté à un trust des tabacs ; après les fabriques chinoises ont été fermées ; industrie critique. Le capital étranger entre de plus en plus dans le pays ; diminution d’exportations 32 % sur 29 ; baisse de l’argent, faillites de banques.

1120La Chine est dans la misère grâce au Kuomintang. Le Kuomintang s’apprête à emprunter aux Américains pour s’enrichir et essayer de se sauver ; il livre le pays aux Américains qui ont des concessions pour une station de radio, ils veulent les chemins de fer qu’ils n’ont pu avoir de Pékin. Les Américains veulent éliminer le Japon et l’Angleterre. Ils veulent dominer Nankin. En Mandchourie, le Japon prépare la guerre contre l’URSS, l’Angleterre se prépare dans le sud chinois. La France essaye de pénétrer dans le Yunnan. Les impérialistes se préparent à mettre la main sur la Chine ; ils y renforcent leurs forces militaires. Vandervelde a parlé avec le Kuomintang et lui a promis l’aide de la IIe Internationale. Les salaires ouvriers ne correspondent pas aux plus modestes exigences de la vie. Contre le féodalisme, bureaucratie, militarisme, la lutte armée.

1121Armée rouge : 100 000 soldats. Ils sont attaqués par K. et les impérialistes. Grandes victoires en janvier : sur 20 divisions dirigées par des Allemands. Une seconde expédition est engagée par Nankin (300 000 hommes) elle n’a pas réussi. 20 millions de population soviétique dans 300 districts. Armée rouge, gardes rouges. Les soldats du Kuomintang sont démoralisés. Dans le Nord, ça commence. Dans le Nord 30 000 partisans après les défaites de mars ; le chemin de fer est sous la direction des Soviets de cette province du Nord. Nous y développons des mouvements armés ; il y a soulèvement national contre les généraux chinois.

1122Il y a des trotskistes. Il n’y a pas une femme de la Grèce [?] au plénum.

1123Les K. sont réactionnaires, mais nous y travaillons, lignes.

1124Notre mouvement ouvrier : grévistes : 450 000 en 1928, 700 000 en 1929. Dans les derniers mois : 156 grèves : marins, mineurs, textile et industrie lourde ; on a arrêté les trains, les chemins de fer.

1125Grèves spontanées. Démonstrations politiques chaque semaine à ShangaÏ. Révolution agraire profonde. C’est moins bon chez les ouvriers. L’impérialisme seul soutient le Kuomintang. Le Kuomintang fait des manœuvres de gauche pour arrêter la révolution. Il propose une réforme agraire et l’assemblée nationale, la diminution du prix de location de la terre, le fermage ; mais il ne réussira pas, car il n’a fait que les promesses, les communistes ont réalisé.

  • 90 Li Li-San (1896-1967), étudiant en France en 1921. De retour en Chine il est l’un des responsables (...)

1126Essor de la révolution actuelle ; c’est une révolution agraire, avec hégémonie du prolétariat. Elle se développe inégalement. Au sud, la révolution de 1927 a labouré le terrain. Elle gagne les provinces décisives, tous les ouvriers et paysans se radicalisent. Lutte des paysans contre les féodaux, le Kuomintang et l’impérialisme ; les ouvriers y ont l’hégémonie. Li-Li-Sian90 voulait faire un putsch, il comptait sur la Russie, l’Armée rouge, la révolution mondiale, la guerre ; il ne préparait pas minutieusement la révolution chinoise. Il ne voulait pas d’une base territoriale ; il a lutté contre l’IC. C’est un intellectuel.

  • 91 Chü Chiu-Pai (1899-1935). Souvent cité sous le pseudonyme de Strakhov, ce journaliste, ayant appris (...)

1127Strakhov91 a aidé Li Li-San.

1128Création de la base territoriale. Créer des points d’appui, fut-ce d’une faible partie du territoire et y procéder tout de suite à l’établissement du Soviet en laissant des initiatives aux prolétaires. Sur cette base le PC doit remplir sa tâche :

  • Centraliser le pouvoir entre les mains des ouvriers. Dictature.
  • Créer l’Armée rouge.
  • Réaliser la révolution agraire.
  • Élargir sur de nouveaux territoires.

1129Il n’y a pas encore une centralisation complète ; les rayons ne sont pas tous assez solidaires. Les Soviets ne sont pas élus ; il y a de la bureaucratie ; les masses ne participent pas assez aux Soviets.

1130Il y a une décomposition dans les mœurs, des bagues en or. Il faut épurer les Soviets des koulaks et bureaucrates et y mettre des paysans pauvres, des ouvriers agricoles, des masses. Il faut d’abord organiser et alimenter l’Armée rouge ; partager la terre ; réprimer les contrerévolutions ; faire voter les masses pour le Soviet.

1131L’Armée rouge a vingt corps d’armée. Sa physionomie sociale : paysans, beaucoup de soldats du Kuomintang passés à l’Armée rouge à cause du mouvement des paysans et des groupes de partisans.

1132L’intervention impérialiste tend à isoler les ouvriers des régions soviétisées. Les cadres prolétariens sont loin d’être utilisés. C’est grave, parce que l’Armée rouge se développe ; parfois les agrariens et les koulaks se placent dans l’Armée rouge ; ils ont assassiné des commissaires du PC.

1133Travail politique insuffisant dans l’Armée rouge.

1134L’armement de l’Armée rouge se fait par le désarmement de l’armée du kuomintang.

11354e corps d’armée, le meilleur. L’Armée rouge passe à l’offensive.

1136Il faut assurer le noyau ouvrier dirigeant de l’Armée rouge.

1137Tâche de la révolution agraire. On a mal partagé les terres : les plus pauvres ne furent pas pourvus ; il y a pénurie de la terre pour les grandes masses de paysans. On réclame maintenant le partage égal. Il y a des parties des territoires soviétisés où le partage n’a pas encore été fait. En certains endroits on partageait d’après le nombre de bouches à nourrir, ailleurs selon le cheptel. On est mécontent du partage. On recommence. La terre n’est plus propriété privée, mais est à l’État ouvrier et paysan comme en Russie. Il faut être prudent, selon les régions. Il y a encore beaucoup d’erreurs, de profiteurs, de koulaks. On a agité l’idée de la propriété collective, ce fut repoussé en 1928. On a saboté les quelques unes faites. Doit-on donner la terre aux soldats rouges ? Non. Les productions agricoles diminuent ; les marchandises des villes très chères. Il faut améliorer la vie des pauvres au détriment des riches. On ne paye pas bien l’Armée rouge. Il y a des coopératives nombreuses dans les villages elles foctionnent bien.

1138Ces régions où sont établis les Soviets sont séparées par des étendues où le Kuomintang est maître : Kouan-Si, Hounan, Ho-pei, Ouest de Foukien, Kiang-si, Kouan-toung.

1139On ne peut encore socialiser les entreprises ; programme : nationalisation ; respect des concessions étrangères sous conditions.

1140Le mouvement ouvrier retarde beaucoup sur les paysans chinois. Faiblesse des syndicats et PC. 114 000 syndiqués rouges. Les travailleurs, souvent des femmes et des adolescents ; terreur blanche du Kuomintang dans les villages. Le Kuomintang vient d’enterrer vifs vingt communistes. Les troupes du Kuomintang arrivent dans les pays soviétisés, incendient tout et mitraillent les paysans. Grandes grèves pendant la terreur blanche. Les droitiers proposent de liquider les syndicats rouges. Ce sont des intellectuels. On méconnaît les ouvriers. Les syndicats du Kuomintang sont jaunes, policiers. Même dans les régions soviétisées, mauvais mouvement ouvrier.

1141Le PC s’étend sur toute la Chine et dans les colonies. Son influence est énorme, mais son organisation petite ; il a contenu beaucoup d’intellectuels qui se vendent au Kuomintang. Trotsky a écrit à ses partisans chinois, peu nombreux, que l’Armée rouge n’existe que parce que les généraux du Kuomintang se battent entre eux. C’est faux, parce que les ennemis généraux ne se battent plus et l’Armée rouge grandit.

1142À Shangaï 500 membres du PC ; pas de cellules d’entreprises ; direction du PC, deux tiers d’ouvriers ; beaucoup de journaux. Cours pour les communistes. Sous l’action des divisions du PC chute catastrophique. Les PC ne nous aident pas. Les Chinois rient quand on leur fait les plus durs reproches. C’est leur manière de protester. C’est pourquoi on les voit rire encore lorsqu’on les fusille.

1143Des membres du PC ayant des déviations de droite ont été fusillés parce que leurs camarades avaient vu dans les directives du Komintern qu’il fallait se montrer impitoyable pour les déviations de droite. Mais nous ne les torturons pas ! Lorsqu’ils ont procédé à la collectivisation des petits propriétaires on leur a dit : mais vous devez avoir beaucoup de mécontents. Non, nous n’avons plus de mécontents ! L’autre jour les Chinois avaient à parler de la vague révolutionnaire. La vague ? Quelle vague ! Suit une discussion scolastique, la vague de mer, la vague de rivière, la vague de fond.

1144Ils pensent non abstraitement mais par images. C’est pourquoi il est très difficle d’être compris par eux exactement. On n’est jamais sûr que leur interprétation est juste. C’est pourquoi les Russes ont dû apprendre le chinois. Quand ils arrivent ici à Moscou, eux, habitués à manger un bol de riz là-bas, ils mangent avec abondance. Troubles d’estomac !

1145Magyar. Trotsky ne croit pas à la révolution chinoise ; méfiance dans la force interne de la résistance chinoise. Par la révolution bourgeoise nous créerons les conditions pour passer à la révolution socialiste ; nous transformerons cette révolution en une révolution prolétarienne. Or les forces intérieures de la révolution chinoise suffisent, mais il a une tâche comme le PC allemand, non seulement de conquérir la majorité de la masse ouvrière mais de tous les travailleurs et d’attirer vers soi les ouvriers, les agrariens, les masses. Il y a des luttes de la classe ouvrière chinoise très énergiques. Très faible mouvement syndical. Il y a à faire dans le mouvement syndical jaune. Nous ne faisons rien pour les chômeurs ; sur 104 fabriques de soie à Shangaï, 96 fermées. Nous voulons organiser l’union dans les centres, mais une union sans organisation ouvrière est une aventure où sombrerait la révolution chinoise. (À Hankéou lorsque l’Armée rouge menaça, il y avait 105 navires et 20 divisions militaires de l’impérialisme). Dans les régions soviétiques il y a quelques manufactures, coolies, des ouvriers agricoles, non organisés. Seuls les artisans sont organisés. En Chine il y a des Soviets mais il n’y a pas dictature du prolétariat, mais du prolétariat et des paysans ; dans les rayons soviétiques pas de lutte de classe, disent quelques uns de droite. C’est faux. Pour établir la liaison entre les ouvriers et les paysans, il faut la payer ; l’hégémonie prolétarienne s’exprime dans la forme soviétique des rayons soviétisés.

1146Tchang-kaï-Chek a envoyé deux divisions de Shangaï contre les Soviets.

1147Rapports entre les diverses couches paysannes. La révolution chinoise est une révolution démocratique bourgeoise. Elle est sous forme soviétique. Elle se passe sous notre égide. Cette révolution est dans un pays arriéré, le plus arriéré de tous les pays arriérés, sans industrie, sans prolétariat. Là, une révolution soviétique est-elle possible ? Non, dit Trotsky. Oui, dit Lénine au IIe Congrès. L’idée soviétique est populaire partout ; on peut l’adapter à tous les milieux même arriérés. Les Chinois l’ont prouvé. Les Soviets chinois ne sont pas les Soviets russes ; le pouvoir y est mal organisé : « nous prenons maintenant les conditions pour conquérir la majorité du peuple chinois ». Il faut une politique générale conséquente. Quelle est la base de la politique agraire en Chine ? En ville : artisans, entreprises moyennes. À la campagne : avant les Soviets : féodalisme usuraire, capital usuraire ; les paysans chinois produisaient pour 40 % de marchandises pour le marché. Il y avait une différenciation dans les paysans. Ce fut la base : paysans pauvres, koulaks. Il n’y a pas en Chine la forme la plus modeste de l’économie bourgeoise. Il ne s’agit pas de liaison entre les ouvriers et les paysans, mais de lutte contre le K. et l’impérialisme. Le koulak est de l’autre côté de la barricade. Les paysans chinois veulent être de libre production de marchandises contre les féodaux, contre les impérialistes. Ils ne sont pas socialistes. Confiscation des terres, suppression de l’usure, suppression des dettes, voilà ce qu’ils demandent. Les paysans pauvres sont objectivement des prolétaires, subjectivement, ils sont des paysans. Ils veulent la terre. Nous, nous avons fait des bêtises en Hongrie ; ils veulent être producteurs de marchandises. Chaque couche de paysans a son programme. Ils sont démocratiques, l’égalité devant la [ill]. Le koulak, comme usurier, lutte pour la terre. Que veut le coolie ? Que les cadres [ill.] restent. Que dit le koulak ? Pas de lutte de classe, pas d’augmentation des salariés. Que dit le paysan moyen ? Il est pour la révolution agraire. Aujourd’hui il est chancelant.

1148Nous sommes pour une répartition égale de la terre, ce n’est pas du socialisme ; mais Marx en 1846 était pour la répartition égale de la terre et Lénine aussi (dans la révolution démocratique) ; c’est la lutte la plus logique contre le féodalisme. Il faut organiser les paysans pauvres autour des Soviets ; il faut organiser les coolies, les ouvriers agricoles sans léser le paysan moyen. Le fermier doit gagner à la révolution. Il faut être prudent. Dans le nord de la Chine on ne sait pas comment le paysan se comportera. Nous sommes pour le mouvement coopératif sous ses formes. Le jour de la réalisation de la révolution agraire, tout de suite commence notre lutte. Dès maintenant, créons les prémisses pour opposer la Russie soviétique à l’Amérique. Même si nous avions Shangaï, il manquerait la base. Sans la Russie, la Chine n’a pas les possibilités de faire le socialisme. Lénine a dit : il faut l’aide des pays avancés aux pays arriérés. Nous devons aussi gagner la petite bourgeoisie chinoise. Dans la lutte contre K., l’impôt, l’impérialisme, en solutionnant les questions de la petite bourgeoisie dans les régions soviétisées. « La résistance nationale et la formation du front anti-impérialiste va d’accord avec la révolution agraire. La question centrale est paysanne ». Ce fut l’appel du Komintern en 1923.

1149Tâches pour le PC chinois :

  1. se renforcer, attirer les ouvriers. La composition sociale est mauvaise : 4 % ou 5 % d’ouvriers industrie. Les dirigeants sont intellectuels. Dès lors nous aurons toujours des crises ;
  2. renforcer l’Armée rouge ; c’est le côté le plus intéressant. Nous avons une Armée rouge avant d’avoir un parti communiste. Il faut que les leviers de commande soient dans le PC. Il est possible que là aussi il y ait des crises ;
  3. gouvernement soviétique. Pendant 4 000 ans il n’y a pas eu de pouvoir civil ; les ouvriers peuvent avoir un gouvernement à eux. Quand ils le comprendront, ils le défendront.

1150Tchang kaï-Chek a été battu. 20 000 prisonniers. Il a artillerie, commandants allemands. La deuxième offensive pourra être battue. Tout travaille contre l’Armée rouge, corruption, violence, aide des impérialistes, politique habile de gauche du Kuomintang, 150 000 soldats. Mais malgré tout, nous espérons le succès, car ce sont les masses qui luttent avec l’Armée rouge. Les drapeaux rouges levés par les femmes sur les collines ont mis en fuite l’armée blanche au moment où elle était victorieuse. La classe ouvrière chinoise est attachée à la Russie soviétique, à l’Armée rouge. Les luttes sont de plus en plus difficiles. La révolution chinoise va être très dure. Il faut que les prolétariats de l’Occident aident les Chinois.

1151Martinov. – La révolution russe a changé la situation dans les colonies.

1152Un Chinois. – La question centrale c’est la direction du PC. La révolution se développe d’une manière inégale parce que le PC est en retard. Grèves spontanées prouvent que les masses nous devancent. Dans de grandes villes, Canton, pas de parti ; pas de liaison entre les communistes des villes. En Mandchourie rien. Les Chinois sont héroïques mais l’héroÏsme sans les directives justes est inutile. Nos communistes ne savent pas entraîner les masses en les intéressant à leurs intérêts. Mécanisme. Sectarisme.

1153Neumann. – Importance internationale de la révolution chinoise. Dans toutes les villes industrielles, il y a des troupes impérialistes. C’est le fait. D’autre part, étant donné l’URSS, nulle comparaison avec 1905. Le gouvernement sera là-bas soviétique non provisoire.

1154Rôle du prolétariat international : anglais, français, allemand, qui envoient des officiers instructeurs. Pour assister à l’éclosion du deuxième pouvoir soviétique dans le monde, ça peut durer des années. Notre action doit avoir une action sur la révolution chinoise. Quand les impérialistes français bombardent les villages anamites, ils bombardent aussi les villages soviétiques de la frontière chinoise. Ce qu’a fait la révolution russe pour le prolétariat industriel, la révolution chinoise le fait pour les colonies ; c’est un laboratoire, une expérience. La caractéristique chinoise : ce sont les paysans qui donnent l’exemple aux ouvriers. C’est le contraire des Indes. En Indochine, ce sont aussi les paysans qui sont en avant. Deux ans après Canton nous avons 10 millions de Soviets. Donc Canton qui fut un combat d’arrière-garde, dit T., n’a pas été inutile. Des soldats échappés de Canton ont constitué les premiers éléments de l’Armée rouge. Ils ont une influence énorme sur l’Armée rouge. La révolution chinoise prend d’autres chemins que les révolutions occidentales ; les Chinois constituent leur pouvoir avant d’avoir battu les exploiteurs dans tout le pays, combinaison d’une guerre révolutionnaire. La Chine n’est pas un pays comme les États-Unis. L’inégalité rend la révolution plus difficile. Il n’y a pas une situation révolutionnaire dans toute la Chine. Il y a partout une crise révolutionnaire, dans certains endroits, la Révolution.

1155(Mais Neumann tu as la même position que Lominadzé !!)

1156La question de la transformation de la révolution démocratique en révolution socialiste c’est contre toute révolution permanente. Il faut faire attention à la politique contre le koulak. On ne peut pas agir comme en Russie. C’est la réponse à la révolution permanente. Il faut centraliser les rayons soviétiques réunis, avant d’attaquer Hankéou. Il faut accroître le mouvement ouvrier dans les villes. Votre direction hésite, c’est là le mal essentiel. Les ouvriers de Shangaï et Canton ont de grandes traditions révolutionnaires.

1157Un jeune Chinois qui vient de combattre en Chine, de la province Hangkoï. L’insurrection a commencé en 1929, nous avons fait les Soviets en 1930. Nous avons constitué les alliances paysannes, Soviets élus par les paysans pauvres et moyens, pour 500 paysans un député. Distribution de la terre selon le nombre des personnes d’une famille. Trois quarts d’hectares à chacun pour le riz. La distribution des terres a été faite par des commissions élues. Ces terres ont été confisquées à ceux qui ont trop de terres. Les propriétaires fonciers reçoivent un lopin de terre, mais pas les soldats rouges ni les ouvriers agricoles parce que sans ça il n’y aurait plus de prolétariat. Dans les rayons soviétiques les conditions de vie sont très lourdes, on mange une fois par jour, beaucoup d’eau, peu de riz. On a fait quelques kolkhozes. On a fait monter les koulaks sur les sommets pour qu’ils cultivent la terre ingrate. Pas d’objets de première nécessité. Les K. disent, ça va mal, nous allons revenir ; alors il y a des hésitations chez les paysans et les soldats rouges. Nous avons fait une politique d’impôts juste.

1158Un Chinois. – 114 000 membres du PC [ill.] syndiqués. Mouvement syndical en 1930. Li-li-Sian disait : il faut seulement des grèves politiques ; actuellement 400 syndiqués rouges à ShangaÏ. La répression est féroce ; alors les communistes ont décidé d’entrer dans les syndicats du Kuomintang.

1159Vassiliev. – La proclamation de la République en Espagne a été précédée par de puissantes manifestations dans toutes les villes. Notre programme communiste a été répandu dans toute l’Espagne. Il était nettement révolutionnaire. Les journaux disent que les manifestations étaient dirigées par les communistes.

Mercredi 15 avril 1931

  • 92 Lucien Midol (1883-1979). Ingénieur, secrétaire de la Fédération des chemins de fer CGTU, il est me (...)

1160Fin. Voir Tass si possible. Continuer l’arrangement MAR. Dire à sa sœur que leur mère est très bien. Midol92 pour le congrès cheminots 27 mai.

1161Dans la Pravda de ce jour :

  • République en Espagne.
  • À Berlin, les négociations avec les industriels ont réussi.
  • 673 économies rurales rentrent dans les kolkhozes dans les dix premiers jours d’avril.
  • Condamnation à Varsovie de l’auteur de l’attentat contre l’ambassade russe. Dix ans de travaux forcés. Pilsudski a peur. L’idée de l’intervention persiste, mais cette condamnation prouve qu’elle n’est pas encore mûre.
  • L’Armée rouge chinoise bat le Kuomintang aidé par des officiers allemands, du matériel de guerre fourni par le capitalisme, et par les marines impérialistes.

1162Un Russe. – Il faut mener le travail dans les régions soviétiques et les autres pour y déclencher des mouvements revendicatifs. Les masses des villes décomposent le kuomintang et son armée. K. ne peut pas agir contre les régions soviétiques. Il doit détruire l’Armée rouge. Il donne la preuve de sa faiblesse. Caractéristique de la situation présente : Armée rouge, révolution agraire anti-impérialiste. Les Soviets de Chine ne sont pas seulement la tâche des paysans mais ils sont la suite des évènements de 1927. À ce moment là, les directives ont été données.

1163Il y a des questions malades. Le parti communiste chinois. Le parti qui a créé les Soviets et l’Armée rouge n’est pas malade, mais sa direction. Nous n’avons même pas 3 % d’ouvriers dans le parti communiste chinois. Fin 1930, 1,9 % d’ouvriers, donc faiblesse du parti dans les entreprises. Le PC a une influence énorme, mais pas de cellules d’entreprises ; d’où la nécessité d’étudier les syndicats en Chine. Il faut faire la promotion des ouvriers dans la direction. La direction devra fonctionner mais est bureaucratique et détachée des masses. Comment la clique de droite a-t-elle pu diriger Shangaï qui jamais ne s’est occupée des syndicats. Dans les régions soviétiques, les grèves des ouvriers a-t-on dit, sont acte révolutionnaire ; les chefs allaient dans les villages encadrés par dix sentinelles car ils craignaient d’être tués. Il faut changer tout cela par des ouvriers.

1164Dans le Nord il y a des membres du PC qui demandent la part de bénéfice pour les ouvriers. Le parti n’est pas encore devenu le parti de la libération, pan-chinoise. Il doit cesser de publier sa littérature pour quelques gens, mais devant tout le peuple chinois, publier l’affranchissement national et social chinois. Il faut dire d’abord que le pouvoir des soviets, c’est l’union des ouvriers et des paysans, ce n’est pas assez clairement dit, importance énorme de ce mot d’ordre. Les paysans des soviets chinois réclament la diminution des salaires ; les Soviets disent : pour nous il y a le pouvoir, pour vous, il y a les syndicats, défendez-vous. Toutes les victoires actuelles n’ont rien de commun avec le communisme. Il ne s’agit pas toujours des paysans pauvres et moyens. Le koulak est le représentant de la contre-révolution ; mais nous, le prolétariat dans la lutte contre l’impérialisme et la féodalité, nous allons avec les petits propriétaires privés, non avec le koulak. Mais si le koulak est avec la bourgeoisie, nous lutterons contre lui. La dictature du prolétariat c’est l’union des ouvriers et des paysans.

1165Deuxième question : la confiscation des terres.

1166Il y a des hésitations. Dans les paysans du kuomintang, le mot d’ordre est la confiscation ; mais dans les territoires soviétiques, le parti doit dire la terre est au peuple en la personne du pouvoir ouvrier et paysan, c’est un pas vers la nationalisation de la terre. Le parti doit dire : la répartition ne sera pas utile au développement de la situation. Notre hégémonie du pouvoir n’est pas assez forte pour dire : nationalisation. Le PC aide la paysannerie à réaliser la répartition. Le propriétaire foncier koulak, c’est à son compte qu’on doit prendre la terre. Et le propriétaire moyen ? (cf. Lénine IIe Congrès). Les ouvriers agricoles sont très nombreux et ils travaillent aussi dans les usines ; puis il y a les petits propriétaires à lopins sans main-d’œuvre ; cette couche est énorme. Ce ne sont pas des paysans moyens. Enfin une autre catégorie, ce sont les petits propriétaires qui emploient la main-d’œuvre ouvrière. Tout cela est encore mal défini et il faut là, de la clarté. Le parti appelle les paysans : contre le féodalisme à la coopération. Il faut dire aux paysans : vous ne pourrez pas sauver vos lopins, aucune répartition ne peut détruire la force du capitalisme ; on doit donc les diriger vers les kolkhozes. Il y a tendance vers l’américain, avec la liquidation du koulak on y viendra.

11673°) Lutte pour un gouvernement unique contre l’impérialisme, affranchissement national et social, indépendance.

1168ICJ. Jeunesse en Chine, importance de premier ordre. Les travailleurs, 60 % à 70 % dans les usines sont des jeunes ; puis ils sont dans l’Armée rouge, 60 %, puis les jeunes paysans. Il y a 100 000 jeunes communistes chinois dont 1 % ouvriers ; 400 000 pionniers 363 000 jeunes gardes. Succès de la jeunesse communiste chinoise énormes. Li Li-Sian a voulu liquider la jeunesse. Dans la jeunesse, incompréhension des tâches ; il y a beaucoup de fils de koulaks, intellectuels (mais qu’est-ce qu’un koulak chinois ?). La jeune garde intervient pour détruire les idées religieuses, les anciennes mœurs, cimetières, détruire les idoles ; dans la chambre des ancêtres, on a brûlé les idoles. La jeune garde, dès l’abord, ne voulait pas de discipline dans l’Armée rouge. Ça s’est arrangé. La fédération de la jeunesse communiste, est fermée, unique à Shangaï a fait huit cellules d’usine. C’est héroïque. On fait des écoles pour les jeunes communistes. La grève des postes à Shangaï fut dirigée par des jeunes communistes. Aussi des grèves de jeunes marins communistes. On mobilise 500 jeunes ouvriers communistes dans les régions impérialistes, pour les envoyer dans l’Armée rouge. On mobilise pour désagréger les armées impérialistes.

1169Droit électoral. À partir de 16 ans ils veulent, car depuis longtemps ils travaillent à l’usine à 16 ans. On apprend l’art militaire aux jeunes. La jeune garde doit être sous la direction de la jeunesse communiste. (On ne fait rien en Angleterre, en France, en Amérique pour aider les Chinois).

1170Browder. – impérialisme américain en Chine agit différemment que les autres impérialismes. En Chine, on a des illusions là-dessus ; le fond de l’impérialisme américain est le même que celui des autres. Les impérialistes américains ont dirigé la politique d’appui aux féodaux ; ils ont donné des forces armées ; les Américains, les Anglais, les Allemands ont également réprimé. 1875 Toupin. En 1900, tous les impérialistes ont agi en bandits. En 1927, les Américains ont bombardé Nankin ; ils aident Tchang Kaï-Chek, aide économique et politique ; on a discuté en Amérique sur l’intervention militaire en Chine contre l’URSS. Nous devons faire campagne contre l’impérialisme américain. Nous avons commencé à organiser les émigrants chinois nous avons cinquante communistes chinois. Aux États-Unis, journal chinois : 3 000 par semaine.

1171Kolarov. – En quoi consiste la révolution socialiste agraire ? La liquidation de la propriété féodale des propriétaires fonciers. Dans la répartition juste ; dans la tendance à la nationalisation de la terre ; dans la suppression des dettes ; dans la réalisation du principe de classe pour les petits propriétaires, dans l’établissement du pouvoir soviétique. Il y a eu bien des zigs zags, hésitations, d’où affaiblissement. On a refusé la terre aux soldats rouges, aux ouvriers agricoles. On prévoit la confiscation des koulaks. Ici, on a affaire à la déviation ; ou l’expropriation comme usurier, oui ! Bien ! S’il est contre-révolutionnaire, on le confisque, on lui donne des impôts lourds, mais l’expropriation, c’est dire qu’on fait un saut en avant trop grand. On ne l’a fait en Russie qu’après treize ans. Cf. IIe Congrès IC. Il faut de la clarté. Dans les régions soviétiques programme de défense de paysans ; mais il est insuffisant de dire le mot d’ordre « refus de l’impôt », car alors il faut la résistance au pouvoir. Ça suppose le mot d’ordre : prix des terres. Cela peut être juste dans certaines régions où le niveau de mûrissement des propriétaires est élevé ; il faut dire : prise par les paysans des terres des propriétaires. Ce n’est pas précis dans les thèses. Il faut un programme plus complet. Importance de la révolution agraire chinoise. Après la Russie qui a exproprié les propriétaires fonciers, voici la Chine. Il faut populariser ça.

1172Un Chinois. – Chômeurs. L’offensive du capitalisme étranger ; la guerre civile interminable ; détruire l’économie agricole chinoise ; nous avons à la campagne une armée énorme de chômeurs ; dans les villes, fluctuation ouvrière énorme, surpopulation dans la campagne ; les paysans par millions n’ont pas de terre ; chômeurs intellectuels. Nous n’avons pas porté assez attention à cette situation. La solution radicale c’est la révolution agraire ; il faut organiser les chômeurs comme une armée de la révolution. Ce qui se passe là c’est le national-réformisme. Est-ce que les nationaux-réformistes, le K. et les impérialistes ne peuvent rien ? Il en est qui disent que ce n’est qu’une impossibilité. Ce n’est pas juste. D’autres voudraient remettre les armes. Quand le Kuomintang promet, quand les classes dominantes se décomposent, elles répandent des déclarations pour arrêter la révolution. Le 30 mai 1925, c’était l’essor révolutionnaire. Le Kuomintang a promis la Constituante ; puis on y a renoncé. En 1927, le Kuomintang a promis l’abaissement des fermages de 25 % et la conférence douanière. Oui. Mais après la chute du mouvement révolutionnaire, rien. Maintenant il y a un nouvel essor révolutionnaire. Alors le Kuomintang promet à nouveau tout cela ; donc il faut dire que toutes les tentatives du national-réformisme n’arrivent que lorsqu’il y a essor. Ici, en Europe, il y a fascisation. Là, ce sont les promesses ; mais il faut démasquer comme un mensonge ; ça n’a rien de commun avec la solution. Les trotskistes parlent comme le Kuomintang sur la Constituante pour faire cesser la lutte des masses. La Constituante, c’est l’intruse, chez les Soviets en Chine. Nous avons mis la Constituante en avant contre Pékin. Mais en ce moment c’est réactionnaire. Certains commandants de l’armée de Tchang Kaï-Tchek commencent à causer avec l’Armée rouge ; ils offrent leurs services de commandants. Nous devons utiliser ça pour décomposer les armées du Kuomintang ; mais il y a danger d’opportunisme militaire.

1173Dans la direction, c’est la phrase, creuse, générale. Dans les cellules on parle de la paperasse du centre d’où attitude passive de la cellule ; les ouvriers se dégoutent : ils travaillent douze heures, n’aiment pas le bavardage, mais pas de travail pratique. L’appareil des Soviets et des syndicats et des cheminots est sous l’influence de la droite et de Li Li-Sian. On commence à y travailler contre le PC ; à Shanghaï 400 syndiqués, cheminots peu de syndiqués. Nous avons chassé cette droite et maintenant ça va mieux.

1174Syndicats jaunes. À Shangaï nous avons mené la lutte sous l’influence des syndicats jaunes. Dans ces syndicats les ouvriers gardent encore certaines illusions ; ils ne croient pas que ce sont des jaunes. Les ouvriers ont peur que les k. syndiqués soient étouffés par le Kuomintang et ils y restent pour cela. Là où il y a des jaunes, nos syndicats rouges ont disparu par suite de notre mauvaise politique. Nous avons un syndicat rouge, trams, postes. Par Li Li-San tout cela a disparu. Dans le Nord, dans les chemins de fer, les jaunes ont une grande influence. Mais le Kuomintang a voulu liquider les syndicats jaunes.

1175Promotion des cadres ouvriers dans les cadres dirigeants.

1176À Shanghaï un seul ouvrier dans le présidium et encore il faisait un travail technique de courrier dans la presse, peu d’ouvriers, pas de rabcors, notre journal de Shangaï est mort. Vie de l’Armée rouge. Les syndicats jaunes : artisans, surtout dans les cheminots, employés ; on n’en sait pas le nombre, mais ils contiennent beaucoup d’ouvriers qui dans certaines régions y rentrent en masse. Il faut y rentrer : front unique à la base.

1177Profintern en Chine.

1178Crise financière. Crise agraire. Crise industrie indigène. Renforcement du capital étranger. Les impérialistes veulent en faire un pays colonial arriéré. Japonais, Anglais, s’y efforcent. Les salaires diminuent, journée de travail longue 14 h dans la soie (moyenne 13 h). 15 h tabac, 11 h métallurgie, 10 h transports, 16 h magasins.

1179Rationalisation, renvoi, terreur blanche. Salaires : mineurs quarante-huit fois moins que les États-Unis. Dix-sept heures de travail pour 17 cents. Salaire de Shanghaï : 40 cents dans la soie. Énormes amendes pour retards, pourparlers entre eux. Versements à la caisse de secours mutuel. Coût de vie double depuis trois ans. 50 % des travailleurs industriels chôment. Le Nord est en retard sur le Sud. Le mouvement ouvrier ne se développe que par bonds dans toute la Chine. Grèves très nombreuses spontanées à certains moments. Après, chute. Les grèves sont très offensives, grève de solidarité : juillet 1930, 37 grèves économiques et politiques. Août 1930, 47 grèves économiques et politiques. Septembre 1930, 38 grèves économiques et politiques. Plus de grèves politiques qu’économiques. Grande activité ouvrière ; mais Li Li-Sian était trop loin des ouvriers, trop sectaire, il voulait l’insurrection immédiate ; les syndicats rouges ont été dissous, parce que, disait Li Li-Sian ils arrêtent l’intervention armée. Il faut reconstruire les syndicats rouges. Nous n’avons plus à Shanghaï que le syndicat rouge des marins : 600 membres. Il faut lutter contre le sectarisme et contre la droite. Li Li-Sian, fils d’un grand mandarin de tradition nobiliaire tête énergique. Notre PC se renforce de jour en jour, depuis qu’il a modifié sa direction et suivi la ligne juste de l’IC. J’ai beaucoup appris en cette crise. Les autres aussi. En 1927 nous avons été putschiste et moi aussi je l’ai été ensuite. Maintenant il y a clarté complète. Notre direction fausse a nui à la révolution chinoise. Cela a nui à la révolution. Depuis juillet jusqu’à aujourd’hui nous aurions une autre situation en ce moment si je n’avais été aussi mal inspiré. Les gens de droite ont déjà échoué. Le PC chinois subit une crise très forte. Actuellement agression contre l’Armée rouge et les mensonges du Kuomintang. La droite dit : il faut que le Kuomintang réalise ses réformes. Après cela, cela ira mieux. C’est une illusion, il faut la combattre. La faute essentielle dans la droite, c’est le manque de confiance dans la révolution et dans la révolution agraire sous l’hégémonie du prolétariat. Ma faute est un manque de confiance du même ordre. Ma faute est trotskiste. Je me disais, nous ne triompherons qu’avec la révolution mondiale. C’est parce que je voulais compromettre les Soviets pour déchaîner le mouvement en disant que les Soviets étaient nationalistes. Je voulais que l’insurrection éclate en Chine ; que les Soviets déclarent la guerre au Japon et marchent avec nous.

1180Maintenant la révolution chinoise se développe ; les tâches essentielles sont :

  • Consolidation de l’Armée rouge.
  • Création d’un pouvoir soviétique central.
  • Direction de la lutte économique.

1181Renforcement de l’Armée rouge : la révolution chinoise c’est la révolution armée contre la contre-révolution armée. Le Kuomintang dit : il ne peut y avoir deux armées, les communistes sont des bandits. Nous n’avons compris l’Armée rouge que depuis 1930. L’Armée rouge c’est le résultat de la révolution agraire en Chine, mais elle est aussi un facteur pour l’élargissement de la révolution agraire. C’est un agitateur, un mobilisateur de la révolution agraire dans le mouvement soviétique. Ses mots d’ordre sont très sérieux ; un soldat rouge c’est un combattant et un agitateur pour le mouvement soviétique chinois. Il faut améliorer sa composition, prolétariser son commandement. Le IVe Plénum du PC a eu lieu en octobre 1930. Renforcer l’Armée rouge. Pas d’aventurisme. Amélioration de sa qualité ; il y a des éléments étrangers politiquement dans l’Armée rouge, dans son commandement et dans le PC. Il faut comprendre qu’il ne faut pas seulement préparer les offensives. Ils ont liquidé les partisans et la garde rouge. C’est un affaiblissement de l’Armée rouge. Base territoriale. Pouvoir soviétique. C’est le progrès. Je ne comprenais pas ça. Je croyais à l’insurrection de toute la Chine. Je me suis corrigé. Une base territoriale est nécessaire au Midi comme au Nord de la Chine. Dans le Nord, nous avons des émeutes paysannes qui mûrissent. On doit y créer des rayons soviétiques et des bases territoriales. C’est le plus fort levier pour l’insurrection paysanne et le mouvement soviétique. Les Chinois ont une force de volonté extraordinaire.

1182Li Li-Sian voulait engager les Russes dans la guerre pour qu’il y ait une guerre générale et la révolution.

1183Il leur faut deux Chines. Une grande ville industrielle, le contact avec la frontière russe. Après ça !!

1184Le pouvoir soviétique en Chine c’est le pouvoir des ouvriers et paysans ; dictature démocratique des paysans et des ouvriers, non la dictature du prolétariat ; il doit enlever l’élection aux koulaks ; c’est un pouvoir populaire démocratique, c’est transitoire ; ça doit se transformer en dictature du prolétariat. Il faut lui assurer l’hégémonie du prolétariat. Pour la période actuelle nous avons la révolution démocratique bourgeoise. Il faut réaliser la démocratie ; défense du commerce libre, pas de kolkhozes ; il faut seulement limiter le développement capitaliste et préparer le socialisme ; pour mater la spéculation, faire des coopératives. Il faut enlever les impôts aux pauvres, les dettes, et faire l’impôt sur les koulaks en accord avec les masses. Il ne faut pas que ce soit l’Armée rouge qui ramasse les impôts. Par l’utilisation des larges masses, le PC doit satisfaire les masses paysannes. La répartition de la terre s’est expliquée dans le IIe Congrès. Il faut répartir les terres pour soulever les paysans contre l’impérialisme, les mobiliser, et contre le féodalisme. Il y a des objections. Le paysan moyen a des hésitations ; or il faut tenir compte de son opinion et le lier aux paysans pauvres. Ça tuera les koulaks. Il ne faut pas enlever la terre aux koulaks, ce serait les liquider en tant que classe ; or c’est impossible en Chine en ce moment. La répartition des terres serait possible dans la Chine du Nord où il y a le joug militariste, leurs impôts. Nous gagnerions ainsi les organisations spontanées et mystiques.

1185Syndicats. Il faut un travail permanent dans les syndicats, développer les combats de masse. Lutte contre le sectarisme. Nous avons fait des écoles, restaurants, semi légal.

1186Kuusinen. – La transformation de la révolution en Chine. La révolution démocratique bourgeoise est spéciale dans chaque pays. Ici en Russie, elle a été aussi spéciale. Dans les régions soviétiques, la révolution démocratique. Comment ça se passe-t-il en Europe ? Le prolétariat fournit un PC, puis un PC de masse, puis on commence le travail à la campagne, puis on a une situation révolutionnaire et après ces luttes, nous avons des Soviets et l’Armée rouge. Là-bas non ! D’abord l’Armée rouge, puis un pouvoir ouvrier et paysan. Après, un centre pour le parti on commence par organiser les paysans, puis on aborde les prolétaires. C’est l’expérience qui se constitue. Là-bas de grandes difficultés ; l’accélération révolutionnaire. Cela fait l’impression d’un miracle ; il faut déchiffrer le miracle. L’Armée rouge a une importance énorme. Ce n’est pas des bandits comme dit Trotsky. Quand elle prend Tsantsa, elle a eu un grand enthousiasme. Mais elle n’a pas fait les Soviets. L’Armée rouge est un front permanent contre les contre-révolutionnaires. À la nouvelle de la révolution de mars 1917, Lénine a dit : il faut tout de suite la milice prolétarienne (armée et police), ordre et administration de l’État. Cela dans le but. Nous n’avons pas réalisé cela, mais d’autres pourraient le réaliser. Ici l’Armée rouge, le guépéou, les Soviets ont été faits ensembles. En Chine, quel est le pouvoir en Chine soviétique. C’est l’Armée rouge et le PC. On est sur le chemin des Soviets. L’hégémonie du prolétariat qui est essentielle se fera difficilement en Chine. En Chine, les communistes dirigent : comment va-t-on continuer ? Il n’y a pas d’autre chemin que l’hégémonie du prolétariat. Cela dépend du degré de développement du prolétariat puis de sa liaison avec les paysans. Ce sera difficile car il n’y a pas une couche prolétarienne large. Il faut donc un large prolétariat, sans ça gare ! Pour transformer la révolution démocratique en révolution prolétarienne, cela suppose que les prolétaires auront une large force dans les Soviets. Il faut une base ouvrière partout dans les Soviets pour établir l’hégémonie du prolétariat. Établir le pouvoir soviétique c’est affaire de patience.

1187C’est de là l’importance de l’Armée rouge. Révolution démocratique veut dire dictature des paysans et ouvriers à titre égal. L’Armée rouge est l’organe des deux classes, mais elle doit être l’organe du prolétariat sans cela elle ne pourra pas remplir sa tâche pour la dictature du prolétariat. C’est pourquoi il faut rendre l’Armée rouge communiste par les cellules et la propagande. En ce moment, notre politique est celle de la paysannerie, non celle que nous ferons en Chine plus tard. Il y a les koulaks, il y a les petits et moyens paysans ; nous allons renforcer la paysannerie moyenne comme en Russie. Aussi en Russie les paysans moyens étaient la figure centrale. Cela peut arriver en Chine. Il faut donner de la terre aux soldats rouges, aux ouvriers agricoles ; aux petits paysans, ça lui donnera de la force. La plus grande partie des koulaks peut disparaître, alors le capitalisme se développera dans la paysannerie ; le partage égal des terres n’est pas notre revendication, c’est celle des paysans pauvres et moyens. Il court après comme derrière le cap. idéal. Faisons-lui cette concession. Mais ayons devant les yeux ce danger ; il faudra avoir des moyens de les combattre. De cette politique il n’y a pas de garantie absolue. Nous nous sommes appuyés sur les paysans pauvres ; leur ignorance a dirigé dans plusieurs endroits ; ça arrivera et arrive en Chine. Les paysans pauvres sont sous l’influence de leurs maîtres.

1188En 1917, le prolétariat avait essayé de faire la guerre des classes à la campagne sans donner satisfaction à la paysannerie pauvre ; il avait fait du blanquisme, non du marxisme. Il est possible que nous ayons un pouvoir bourgeois, mais aussi une dictature du prolétariat et de la paysannerie. Il faut renforcer le prolétariat comme classe.

1189– L’hégémonie du prolétariat.

1190– Satisfaire les petits paysans.

1191– Former les Soviets et renforcer l’Armée rouge, ce sont les tâches de la révolution démocratique bourgeoise ; faisons-les en passant. Il ne faut pas se dissimuler les difficultés, ce serait de la gauche ; on ne peut sauter les difficultés objectives. Il faut croire au PC, activer le processus, vaincre les difficultés, ne pas tirer les conditions en longueur. Il n’y a pas de muraille de Chine entre la révolution bourgeoise et la révolution socialiste. Li Li-Sian a isolé son parti des masses ; il a voulu se séparer de nous. Trotsky fait ouvertement bloc avec les Chinois droitiers.

1192Vassiliev. – Les tâches des partis. Quid du commerce libre ? En Chine ! Il faut un parti communiste fort. L’appareil du parti travaille sans contact avec les masses. Le mouvement des masses existe chez les ouvriers et les paysans. Les syndicats du Kuomintang sont un organe de masses on peut les utiliser. Nous n’y travaillons pas. Nous n’utilisons pas les clubs des syndicats. C’est un tort. Dans les régions soviétiques, nos organisations sont dissoutes dans le mouvement spontané des masses. Il est possible de trouver aujourd’hui des provocateurs dans l’Armée rouge et les Soviets. Nous avons trouvé ça en Russie soviétique. Mais nous avions un fort parti bolchevik. L’Armée rouge est créée avant le pouvoir soviétique formé. Cela veut dire qu’il faut renforcer l’Armée rouge. Sur la base territoriale, il faut créer le Soviet. Cela veut dire qu’il faut soigner d’abord l’Armée rouge, y faire entrer l’hégémonie du prolétariat. Donc créer des centres forts dans les régions soviétiques. Dans les régions non soviétiques existe la majorité du prolétariat avec une terreur blanche inouïe. Nous avons la possibilité de dresser un appareil solide, dans les régions soviétiques. Dans les régions non soviétiques : lutter contre l’impérialisme ; lutter dans les syndicats jaunes ; développer le mouvement gréviste qui augmente toujours. Les cadres ouvriers à créer.

1193Barbé, Arnot, Magyar, Koutchenmov. – Nous marcherons avec les paysans travailleurs, non avec les paysans producteurs de marchandises ; c’est-à-dire que nous ne marchons pas avec les koulaks. Nous ne marchons pas avec la paysannerie, mais avec les paysans pauvres et moyens. Trotsky a écrit début janvier sur la Chine ; trois groupes trotskistes en Chine : il n’y a pas de différence entre les groupes d’opposition en Chine. Quelle base pour nous unir ? Caractères de la révolution. Forces. Il parle de la révolution permanente. En Chine, nous pouvons avoir seulement la révolution prolétarienne. Que l’étape bourgeoise n’est pas possible. Comment arriver à la révolution prolétarienne pour Trotsky ? Trotsky devrait savoir qu’il y a une Armée rouge et des Soviets qui réclament la guerre civile en Chine. Il faudrait expliquer à ces soldats que la lutte sans la révolution prolétarienne n’est pas possible. Or nous savons qu’il y a des luttes sanglantes entre l’armée de Tchang Kaï-Chek et l’Armée rouge. Trotsky veut donc décomposer l’Armée rouge ; liquider les Soviets. Trotsky dit aussi qu’en Chine il y a des tendances parlementaristes donc il faut travailler pour la Constituante. Mais T. dit, il faut une constituante 100 %. Or les armées rouges votent chaque jour avec leurs mitrailleuses pour les vrais Soviets. « En Chine, nous pouvons avoir une variante : le prolétariat vainc, est victorieux, il peut ajourner l’assemblée nationale pour faire une grande campagne d’agitation à la campagne et avoir une majorité communiste dans l’assemblée nationale ». Alors la Constituante aura aussi la consécration populaire. Voilà ce que dit Trotsky. C’est le programme Kerensky, Milioukov. Les communistes chinois travaillent Siam, Philippines, Indochine, Singapour, Java.

1194Huan Pin. – La grande affaire est une question de parti. 2,3 % d’ouvriers dans le PC à cause de la terreur blanche. Danger de déviation. Tchang-Kaï-Check ne peut libérer la Chine de l’impérialisme. Il ne peut accomplir le programme démocratique. Et la question nationale ? Il y a beaucoup de nationalités en Chine. Nous en trouvons encore de nouvelles dans les régions soviétiques. Elles auront le droit de se libérer. Ça veut dire fédération. La révolution chinoise est mieux comprise par les impérialistes que par les ouvriers communistes : « Le communisme s’est enraciné en Chine. Ce n’est plus une agitation des rouges venant de l’extérieur. C’est une force sociale due à la capacité de ses dirigeants. Il faudra de grands efforts pour détruire le communisme chinois. Il y a des gens dévoués, et ayant leur conscience de classe. La révolution chinoise a une grande importance pour les colonies. » (C’est signé d’un Anglais diplomate à Shanghaï : Capitaine Ratry, ancien attaché militaire à Pékin dans le China Weekly review de Shanghaï). Nous ne sommes pas pessimistes. Notre lutte sera difficile. Nous espérons l’aide de tous les partis frères, nous l’exigeons.

1195Jeanne Combette, 14 bis rue Oudinot.

Jeudi 16 avril 1931

1196Départ 8 h 45 soir. De Oms on me dit : à 8 h 45 soir, passage.

1197Catholique. Samora [sic] président du Conseil appelle le chef de la gendarmerie, le général Sanjurjo et lui donne mandat de maintenir l’ordre. La grève générale a éclaté. Trois socialistes : Caballero, De los Rios, Prieto. Ministre de l’Intérieur : Maura, fils de M. républicain de droite, grand industriel et financier. Un monarchiste qui était contre le roi. « Nous voulons montrer que le seul ordre c’est nous ». (Samora). Pas un mot sur la terre ! Deux Catalans, Lerroux, d’Holwer, adversaires des séparatistes. Deux républicains catholiques, maintien du Concordat. Lerroux, Catalan, droite républicaine. (Ils ne pourront pas arrêter le mouvement ouvrier. Ils ne peuvent résoudre aucun problème. Il y aura trouble). Trilla passera à Paris dans quelques jours.

  • 93 Le journal du PCA Rothe Fahne.

1198Piat. – Huma. Compression pour l’Huma. Il faut connaître exactement la situation de l’Huma. Et viendra à Paris, établira avec le Vieux la situation. Puis ils viendront ici et on causera. Radek promet d’envoyer quelques articles par mois à l’Huma. Il faut lui envoyer le journal à son adresse personnelle. Faire une galerie des anciens présidents. « Je n’écris pas encore sur l’Espagne, il me faut huit jours au moins ». Directeur Tass me prie envoyer un rédacteur Huma en Espagne, frais communs. Radek : L’Huma est bien supérieure à la RF93. Je goûte vos articles politiques mais regrette que l’Huma ne donne pas d’articles éducatifs et théoriques à la manière de Guesde et Lafargue. Si l’Espagne entre dans la voie révolutionnaire ouvrière, l’impérialisme français et l’impérialisme anglais interviendront pour réprimer ce mouvement ; alors la responsabilité du communisme français sera grande.

Vendredi 17 avril 1931

1199Temps assez doux bien que encore beaucoup de neige et glace autour de Minsk. Pauvre pays ingrat comme la Pologne jusqu’à Varsovie. Voyage avec un technicien russe qui va à Berlin. Nous échangeons nos anglais. A Niégoroloïe les camarades de la guépéou m’exemptent de la visite des bagages. Arrivée à Niégoroloïe 11 h 30. Départ 12 h 30 (heure russe). Les isbas ne diffèrent guère des gourbis arabes. Restent 29 dollars. 8 dollars lit Berlin. Yenkoudzé voyage avec nous.

1200En Pologne. La gare de Stolpce est jolie et bien organisée. La douane est sans rigueur. Moulins à vent, en bois, près des villages ; beaucoup de neige. Immenses étendues de terrains sans village ni maison. La première gare Norodzich, maisons de bois, très peu de briques, toits chaume, chemins boueux, paysans analogues à ceux de Russie. Baranovvize, grand village, maisons de bois recouvertes de zinc ou tôle ; quelques industries ; porcs dans les rues. À Slonim, la neige a presque entièrement disparu ; il fait froid ; même dans les gares importantes le trafic voyageurs est presque insignifiant. Seul commerce : le bois, les beaux sapins droits. Immense plaine plate et humide.

1201Un camarade allemand : 25 quotidiens communistes en Allemagne.

120238 000 RF.

120320 000 Rhur.

120416 000 Hambourg.

1205Trois en Saxe. Chemnitz, Dresde, Leipzig. À Berlin deux autres journaux, l’un : 50 000, le soir l’autre 140 000. Les trois journaux = 200 000.

1206800 000 électeurs demeurent à Gross Berlin. Bialystok à 6 h. Grosse ville avec industrie. À Berlin chômeurs de 12 marks à 20 marks par semaine. En Angleterre 40 marks. En Allemagne, 40 marks c’est le salaire des ouvriers normal. En Allemagne, nous voulons choisir notre heure, et ne pas obéir à l’heure de l’ennemi qui pourrait nous pousser à un putsch.

1207De Byalystok à Varsovie, coucher de soleil ; villages moins rudimentaires ; il n’y a plus de neige ; des villes industrielles, maisons ouvrières neuves. (Platon, La République. Dans la démocratie l’égalité est établie entre des choses inégales). Malkinine, c’est propre et ordonné ; des femmes bien habillées et coquettes à la mode française, bas de soie, vêtements avec fourrure au col et aux manches ; cheminots bien habillés. Gare en bois. Officiers à la longue visière armés d’une énorme rapière.

1208Varsovie 9 h 10 arrivée. 10 h départ. On change de quai. Grosse ville, 12 h 50 le thé. Gare Silésie.

Samedi 18 avril 1931

1209(De Berlin à Paris). Réveil à 8 h (une heure avant l’arrivée à Berlin). La campagne est tout autre. Le blé commence à pousser, les prairies sont vertes. Et quel ordre ? Quand on sort de Pologne ! Quand un bois de sapins a été coupé, des équipes de travailleurs alignés en replantent en ligne ; la discipline s’étend aux sapins et à ceux qui les plantent ! La banlieue de Berlin est autrement propre et ordonnée que celle de Paris. À la gare de Silésie, Rust (anglais) m’achète les journaux français qui annoncent la fuite d’Alphonse (XIII). (Schlesicher). Gares de Berlin :

1210Silésie.

1211Alexanderplatz.

1212Friedrichstr.

1213Bellevue.

1214Tiergarten.

1215Zool. garten.

1216Savignyplatz.

1217Charlottenburg.

1218Eichkamp.

1219Spandau.

1220Lhiste, quelle gare de triage ! Les arbres ne sont pas encore partis, ils sont nus et noirs.

1221À 1 h 30, Hanovre. Midden (Westphalie). Hamm, quantités de wagons immobilisés dans les gares Dortmund. Gelsenkirchen, Essen, Oberhausen, Dusseldorf.

1222À l’Orangerie.

1223Les musées de province.

1224À Reims : La Forge de Vulcain, Le Nain.

1225Caen : Poussin : La mort d’Adonis.

1226Valenciennes : Watteau.

1227Amiens : Fragonard.

1228Le Mans : La chasse de Diane, Le Sueur.

1229Rouen : Baigneuses, Lancret.

1230Dijon : Rameau de Chardin.

1231Tours : Melle Prévost, Perronneau.

1232Zamora : républicain aux allures patriciennes : « Les socialistes ont un sens profond des réalités : respect pour la propriété individuelle. Pas un financier n’a aidé la révolution ». Il a l’adhésion du clergé. Il a déclaré respecter l’Église et ses institutions.

1233La Rhur est sinistre, pas de fumées aux usines, pas d’ouvriers, silence, hauts fourneaux éteints ; le désert.

1234Trabener. Déjeuner au wagon restaurant très élégant, pour 35 F avec une fiole et demie Trabener, vin de Moselle et Sarre. Braumberger est le meilleur des vins de Moselle. Rudesheimer, vin du Rhin.

1235Dans la campagne après Hanovre, grandes plaines magnifiquement cultivées ; attelage : une vache et un cheval. Je voyage depuis Berlin avec un Américain qui me parle soudain. Il revient de Berlin, il est scandalisé de l’immoralité et de la liberté de la vie. Prostitution de l’homme et de la femme. Cet Américain qui voyage pour un journal de San-Francisco est tout étonné d’apprendre que la Prusse, que Berlin est protestante. Il déclare que la situation morale et matérielle de l’Allemagne est “bad”. On refuse les Chinois en Amérique. Pourquoi ? Parce qu’ils ne sont pas bons pour le pays. Roublard dans l’intrigue ; cynique dans le jugement et la pensée.

  • 94 Carol de Roumanie.

1236Après Alphonse, Carol94 ! On crie à Madrid : Vive la liberté ! La liberté de faire quoi ? Le bulletin de vote a fait la révolution plus sûrement que les balles des fusils.

1237La République catalane et le Vatican. Le Vatican a refusé de recevoir au Vatican la langue catalane. Il l’a persécutée brutalement.

1238Fédération ou Unité ? Catalogne contre Espagne ?

1239Et le Maroc espagnol ? Est-ce que les socialistes vont le garder ?

1240Chute de la peseta.

1241La reine à Hendaye : « ce n’est pas possible que ce peuple nous chasse. Il a été joué par les communistes. Ce sont eux qui ont tout fait... »

1242D’Aix-la-Chapelle à Erquelines, frontière française : 78. Verviers-Pé[ill] ter (pour Spa). Liège 1 h 45 arrêt ! 2 h douane Jeumont. 6 h 45 Paris. Il neige !

1243Il faut transformer la révolution bourgeoise démocratique en révolution prolétarienne. Il faut d’abord achever la révolution bourgeoise puis se poser comme but la victoire du socialisme. Il faut conquérir la majorité ouvrière par un programme clair. Les paysans fermiers et ouvriers agricoles. Usure. Dettes. Impôts. La révolution chinoise est réalisée sur la base soviétique. S’attirer les artisans et les classes moyennes par une politique d’impôts. Aider les mouvements nationaux.

Dimanche 19 avril 1931

1244Antibes.

1245Marseille Matin : Cyprien Fabre, Sabiani, Freycinet, Ph. Géraud. Benoist : 50 000 F à l’armée d’Orient pour avoir fait évader un espion.

1246Les aveux spontanés. 10 % textile diminution le 10 avril.

1247Le Conseil des ministres polonais accepte offre de Schneider d’achever et exploiter le chemin de fer Haute-Silésie Baltique. Ce sera fini dans trois ans. 1 milliard.

1248L’Autriche actuelle est moins importante que le Portugal.

1249Successions liquides : France 14 %, Angleterre 7 %, Allemagne 6 %, Italie 0 %.

1250[ill.] aux vieux retraités pour la vieillesse de la caisse nationale.

12511930 Allemagne vend à la France 8 milliards.

12521928 Allemagne vend à la France 4 milliards.

12531928 la France vend à l’Allemagne 5,5 milliards.

12541930 la France vend à l’Allemagne 4 milliards. Les prix de gros baissent ; les prix de détail augmentent. Pourquoi ? Les impôts de Poincaré.

1255Antibes.

1256Signac nous dit qu’il n’y a que deux mois convenables ici en hiver : novembre, février ; le reste du temps, variations très fâcheuses de température, chaud-froid, rhumes, dangereux. Signac me dit que ses deux maîtres ont été Guillaumin et Pissaro. Guillaumin était employé à la ville de Paris (service des vidanges). Personne ne voulait de ses peintures. A Antibes, Signac fit un papier, deux colonnes, l’un les noms des anciens élèves de l’École de Rome, l’autre les noms des indépendants. Dans le premier, pas un nom connu ; dans l’autre, toutes les gloires de la peinture.

Samedi 25 avril 1931

1257Cannes.

Dimanche 26 avril 1931

1258Barbusse et sa femme à Antibes. Visite à Saint-Paul. L’accident Rossi. Signac, sinosité, sa sensibilité nerveuse lorsqu’il fait du Mistral ou du vent d’Est. La végétation dans les Alpes-Maritimes, prairies comme en juin en Bretagne. Arbres couverts de feuilles. Les fleurs chez Villemorin. Les fleurs au marché ! 100 F impôts : 78,8 dépenses improductives 65 F dépenses militaires, 9,7 ministères productifs, 6,7 instruction publique, éducation physique.

12594 300 élèves maîtres et maîtresses sortent des Écoles normales. 6 600 postes seront à pourvoir.

1260Notre action civilisatrice a parfois été entâchée par des épisodes douloureux. La spoliation originelle ne peut se légitimer que par des bienfaits continus. F. de Tesson.

126120 000 médecins en Russie et officiers de santé. On les envoie en province au bout de trois à quatre ans d’études. On va au plus pressé. Gezyi dans son sanatorium. Soustrich : je suis très bien ici, traitement électrique. Il y en a qui se plaignent. Je suis en colère contre ceux-là. Bien nourri, bien soigné.

1262Moyenne du salaire à Paris 1930 : 53,76 F. Le tailleur de pierres est le plus payé : 74 F. Le briquetier : 55,25 F, couvreur 55,25 F, plombier 55,25 F, tailleur, menuisier, ébéniste 53 F, tourneur 51,60 F.

1263Jeunesse communiste en URSS : 3 millions. Pionniers : 4 millions.

1264Knorine. La crise générale du capitalisme a commencé au cours de la guerre : accroissement des armements, fascisme, intégration du socialisme dans l’État bourgeois.

1265La crise économique se développe sur cette base de la crise générale du capitalisme, devait aboutir à l’aggravation de la situation politique et même en certains pays à la maturation de la crise révolutionnaire. La troisième période de la crise d’après-guerre du capitalisme, c’est :

1266– l’accroissement d’une nouvelle poussée révolutionnaire

1267– l’ébranlement de la stabilisation du capitalisme. Entre cette troisième période et la situation révolutionnaire il n’y a pas de muraille. La poussée révolutionnaire se transforme insensiblement en situation directement révolutionnaire. En Pologne, Baltes, Balkans, Autriche, prémisses d’une crise prolétarienne. La révolution prolétarienne progressera en rompant le front impérialiste. D’abord dans quelques pays. La crise révolutionnaire se déroule d’une façon plus inégale que la crise économique mondiale. La Pologne peut se trouver en face d’une situation révolutionnaire bien avant le prolétariat des autres pays capitalistes. L’Allemagne rattrape rapidement la Pologne. Elle est devenue un anneau aussi faible que la Pologne dans la stabilisation capitaliste. Les tendances de la crise politique révolutionnaire y croissent beaucoup plus rapidement qu’ailleurs. En Angleterre ce sera beaucoup plus tard. Si en Allemagne, en Pologne, la crise n’aboutit pas rapidement à des luttes décisives, ce retard pourra devenir une trêve pour les autres pays comme l’Angleterre et leur permettre de sortir de la crise économique ; quoique avec une certaine dépression, une certaine cassure, avec des contradictions accrues, avec une menace de guerre plus grande, avec des indices plus marqués de la crise générale du capitalisme.

1268« La situation révolutionnaire, c’est celle où les couches supérieures ne peuvent pas et où les couches inférieures ne veulent pas vivre comme par le passé ».

1269La transformation de la crise économique en crise politique, c’est un processus d’accroissement de la crise révolutionnaire, c’est-à-dire de la situation directement révolutionnaire. Cette situation mûrit en Pologne et en Allemagne. Elle n’existe pas encore aujourd’hui nulle part qu’en Espagne. La crise politique est avant tout une crise de rapports entre les oppresseurs et les opprimés ; mais une situation sans issue pour les capitalistes ne peut être créée que par les prolétaires, quand sa majorité s’élève à un tel point de conscience révolutionnaire, qu’elle est prête à marcher à la mort pour renverser le capitalisme. Le facteur subjectif est donc essentiel, c’est pourquoi la lutte contre la social-démocratie est si nécessaire. C’est parce qu’il faut que le fascisme ne puisse plus attirer à lui les masses populaires arriérées. Il faut s’emparer de la masse.

1270L’Hydre de la révolution s’aperçoit dans chaque grève (Putmaker, ministre de la Prusse). La crise révolutionnaire doit être préparée. La crise révolutionnaire sera la plus profonde, mais aussi sera la plus courte crise. Ce sera l’issue la moins douloureuse pour le peuple travailleur, l’unique salut à la misère, au chômage, à la détresse monstrueuse créée par la crise actuelle.

1271Tskhakoya, président des Soviets du Caucase, Tiflis.

Juillet

2 juillet

1272Chine.

Notes

1 Ismed, pseudonyme d’un fonctionnaire des services de propagande de l’IC.

2 Fred, sans doute Eugène Fried (1900-1943). Dirigeant du parti communiste de Tchécoslovaquie, appelé à Moscou en 1930, il est chargé dès le début de 1931 de suivre la situation du PCF et participe aux débats du XIe Plénum à ce titre.

3 Ilya Vassiliev, adjoint de Piatnitsky à la section d’organisation.

4 Stepanov, pseudonyme de Minev Stoyan, travaillant désormais auprès de Manouilsky, restait chargé de suivre les partis communistes d’Europe latine et d’Amérique latine.

5 Nariné, il s’agit peut-être de Marina alias Anna Pauker chargée aux côté de Fried de suivre le PCF. Née en 1893 en Moldavie, elle est une des fondatrices du parti communiste roumain. A la fin des années 1920, elle se rend à Moscou où elle travaille dans l’appareil clandestin de l’IC puis, au début des années 1930, participe à l’équipe chargée d’encadrer le PCF. Elle meurt en 1960 à Bucarest.

6 Varnava Platovnovna Lebedeva, communiste russe, responsable de l’appareil du Comité exécutif est chargée, au secrétariat latin, des cadres des partis français, belges et luxembourgeois.

7 Abramov fut longtemps membre de l’OMS à Berlin où il poursuivit son activité jusqu’en 1930. Rentré en URSS il devient l’assistant de Piatnitsky et à ce titre dirige, près de Moscou, l’école de formation des cadres de l’OMS .

8 Dimitri Manouilsky (1883-1959) est devenu, en 1930, après l’élimination de Boukharine et la brève direction de Molotov, le principal dirigeant de l’IC. Il reste particulièrement attentif aux affaires du PCF dans la vie intérieure duquel il a joué un rôle important de 1924 à 1929.

9 Iosif Piatnitsky (1882-1938). Au secrétariat de l’IC il continue de s’occuper des questions d’organisation et des cadres des différentes sections nationales.

10 Gabriel Léon Trilla, communiste espagnol, responsable de la section d’Agit. – Prop. dès 1924, est membre du Bureau politique et représentant du PCE au CE de l’IC. Il participe à ce titre au XIe Plénum. C’est à l’automne 1932 qu’il est exclu du PCE par une décision du Présidium.

11 Paul Vaillant-Couturier (1892-1937). Écarté de fait de ses responsabilités à l’Humanité depuis 1929, il est amené en 1931 à voyager en URSS pour le compte de la section d’Agit.-Prop. de l’IC qui dès cette époque compte sur lui pour nouer des liens dans les milieux intellectuels concurremment à Barbusse.

12 André Colomer (1886-1931). Anarchiste individualiste, il fonde plusieurs journaux et collabore à plus encore. En 1919, il fonde le syndicat des écrivains et des auteurs dramatiques. En 1922, il est secrétaire du syndicat CGTU du spectacle. Entre 1923 et 1925, il abandonne ses positions anarchistes pour se rapprocher des communistes. Suite à un voyage en URSS en 1925, il rejoint le PCF en 1927. Gravement malade, il est accueilli en URSS, où il meurt en octobre 1931.

13 Rajani Palme Dutt (1896-1974), est un dirigeant du parti communiste britannique.

14 Jay Lovestone, ancien dirigeant du parti communiste américain, membre du Présidium de l’IC. au printemps 1929, en désaccord avec la nouvelle ligne de l’IC, est écarté puis exclu du parti.

15 Marcel Cordier né en 1895. Ancien sympathisant du mouvement anarchiste, vraisemblablement militant de la SFIO, il rejoint le PC à l’issue du Congrès de Tours, en 1920. Membre du CD de 1923 à 1924, il est l’un des dirigeants du syndicat des ouvriers coiffeurs. Il consacre l’ensemble de ses activités au SRI, dont il est trésorier de la section française et gérant du journal, puis secrétaire général de juillet 1926 à 1934 ou 1935. Il séjourne régulièrement en URSS, jusqu’à son arrestation par les autorités soviétiques pour espionnage, en 1938. Libéré le 26 avril 1939, il regagne la France.

16 Initales de l’appellation en russe du Secours rouge international.

17 Il s’agit certainement de responsables de l’activité de propagande et des éditions du parti.

18 Robin Page Arnot, né en 1890, membre du PCGB, est élu comme membre suppléant du CE de l’IC et du Présidium en 1928. Louangé par la direction de l’IC en 1929, il devient en 1931 membre à part entière du Présidium et entre au secrétariat politique de l’IC.

19 pseudonyme d’Eugène Fried.

20 Tchemodanov, Bulgare, membre de la direction de l’ICJ (Internationale communiste des jeunes).

21 Lenski, de son vrai nom Julian Leszynski (1889-1938). Militant du parti socialiste polonais dès 1906, il participe à la révolution de 1917 à Moscou. Après s’être occupé des affaires baltes et polonaises au sein du gouvernement soviétique il devient un dirigeant du PCP puis son secrétaire général en 1929. Élu membre suppléant du Présidium en 1929, il en devient membre de plein droit lors du XIe Plénum. Réélu au VIIe Congrès de l’IC, il est rappelé à Moscou de Paris où il se trouvait pour organiser le PCP, arrêté et fusillé lorsque le parti est dissout.

22 Ernst Thälmann (1886-1944). Secrétaire général du PCA depuis 1925, il est réélu en 1929 et 1931 au Présidium et devient membre du secrétariat politique de l’IC.

23 Maurice Thorez (1900-1964). Devenu secrétaire général du PCF en 1930, il est le principal dirigeant du parti même si son autorité n’est pas encore complètement assise au sein même d’une direction où ses camarades Barbé, Célor, Frachon lui disputent bien souvent la prééminence.

24 Harry Pollit (1890-1960). Syndicaliste, il rejoint le parti travailliste indépendant en 1906, puis le parti socialiste de Grande-Bretagne en 1912. De 1918 à 1919, il est actif au sein du mouvement « Bas les pattes devant la Russie ». Il participe à la fondation du PC britannique, où il est élu au Comité central et au BP en 1922. Au Ve Congrès, il est élu au CE de l’IC. En 1929, il est élu secrétaire général du PC britannique, en dépit d’une importante opposition interne. Il participe au VIe et au VIIe Congrès de l’IC. Au moment du pacte germano-soviétique, il est en disgrâce au sein de la direction du PC, qu’il ne réintègre qu’après l’intervention des troupes allemandes en URSS. Il poursuit ses activités de militant communiste après guerre.

25 Garlandi, pseudonyme de Ruggero Grieco (1893-1955). Après sa promotion au VIe Congrès de l’IC, il assiste au Xe Plénum de l’IC en 1929. Il devient alors membre du Présidium de l’IC. Cette promotion est confirmée en 1931. Il est dès lors l’un des principaux dirigerants du parti communiste italien.

26 Wilhelm Knorine (1893-1939). Dirigeant du parti socialiste letton avant la guerre, il participe à la révolution en Biélorussie. Il reste membre du parti communiste biélorusse jusqu’à son entrée dans l’appareil du parti bolchevik où il travaille à partir de 1922. Proche de Staline il reprend en main le parti biélorusse en 1928. C’est alors que commence son ascension dans l’organisation de l’IC.

27 Solomon Losovsky (1878-1952). Militant socialiste russe de la première heure, il est émigré à Paris entre 1909 et 1917. Secrétaire général de l’Internationale syndicale rouge depuis sa fondation en 1921, il est régulièrement chargé de présenter les rapports sur la question syndicale dans les différents congrès et plénums de l’IC dont il est membre du Présidium. Au Ve Congrès de l’ISR, en 1930, il est réélu secrétaire général.

28 Pierre Kroptokine (1842-1921). D’origine princière, révolutionnaire et anarchiste, il fut poursuivi et arrêté à de nombreuses reprises.

29 Kurella Alfred, né en 1895, est responsable de l’Agit.-Propr. et de l’éducation.

30 William Forster, né en 1881, ayant accédé aux principales instances dirigeantes dans l’IC et l’ISR, devient en 1929 le nouveau secrétaire général du PC des États-Unis. Il avait été dans sa jeunesse un syndicaliste actif notamment chez les cheminots.

31 Pierre Pascal (1890-1983). Après un long séjour en Russie puis en URSS où il a été un collaborateur actif au commissariat aux Affaires étrangères et à la Correspondance internationale, il quitte la Russie en 1928, rentre en France et s’éloigne du communisme. Il devient un universitaire slavisant de renom.

32 Vladimir Degot dit Diogotte (1889-1944). Il rejoint le PSDOR en 1904, participe aux événements de 1905, et aux grèves de 1906-1907. Il émigre à Paris, où il rejoint les bolcheviks, puis s’installe à Odessa en 1909. En 1919, il dirige la propagande communiste lors du débarquement des troupes françaises en 1919. Il voyage en Italie et en France, où il prend des contacts avec les groupes favorables à l’adhésion à l’IC. De retour en Russie, il rejoint le PCR(b), qu’il représente aux IVe, Ve et VIe Congrès de l’IC. A partir de 1931, il travaille dans différents commissariats du gouvernement soviétique. Arrêté en 1938, il est déporté. Il meurt en déportation en 1944.

33 Louis Aragon (1897-1982). Écrivain, poète, membre du PCF depuis 1927, il occupe des responsablités diverses. Membre du comité directeur de la revue Commune de 1933 à 1939, secrétaire général de l’Association internationale des écrivains pour la défense de la culture, directeur du quotidien Ce Soir de 1937 à 1939, puis de 1947 à 1953, directeur des Lettres françaises de 1953 à 1972, il occupe également des responsabilités au sein de l’appareil du PCF après la Seconde Guerre mondiale.

34 Léon Blum (1872-1950), leader du parti socialiste.

35 Bela Kun (1886-1939). Depuis l’élimination de Zinoviev et de Boukharine, son importance dans l’appareil de l’IC s’affirme. Outre son intervention lors du Xe Plénum, il est chargé du secrétariat balkanique. Il reste membre du Présidium, responsabilité à laquelle il a été élu dès 1928.

36 Wilhem Pieck (1876-1960). En 1895, il rejoint le SPD dont il devient le secrétaire en 1906. Pendant la Première Guerre mondiale, il participa au groupe « Die Internationale » qui donne la Ligue spartakiste. Il participe à la fondation du PC allemand, dont il sera l’un des responsables jusqu’en 1960.

37 Paul Marion (1899-1954). Journaliste, membre du CC du PCF de 1926 à 1929, responsable de la section d’Agit.-Prop., il est exclu du PCF en 1929. Il sera ultérieurement un dirigeant du PPF, puis en charge des services de l’Information à Vichy.

38 Herbert Clark Hoover (1874-1964), président (républicain) des États-Unis de 1929 à 1932.

39 Peut-être s’agit-il de Michalec alias Warski (1868-1937). Ancien dirigeant du parti communiste polonais, réfugié en URSS depuis 1929, il travaille alors à l’Institut Marx-Engels sur l’histoire du mouvement ouvrier polonais. Il est liquidé par Staline en 1937.

40 Georges Dumoulin, syndicaliste minoritaire de la CGT, est alors l’un des promoteurs du Comité des vingt-deux qui rassemblait des syndicalistes de la CGT et de la CGTU en faveur d’une réunification syndicale.

41 Eugène Fried (1900-1943). Militant du PC tchécoslovaque dès sa fondation, dont il est membre du Comité central à partir de 1923, il particpe au Ve Congrès de l’IC en 1924. En 1929, il est élu au BP. De 1931 à 1939 il vit en France, où il représente l’IC auprès du PCF, sous le pseudonyme de Clément.

42 André Ferrat, né en 1902, de son nom Morel, est devenu, début 1930, le délégué du PCF auprès de la direction de l’IC. Il le reste jusqu’à l’été 1931. Il critique dès 1930 un certain nombre d’excès gauchistes de la direction composée de ses anciens camarades de la Jeunesse communiste. Il entre en conflit avec eux dès juillet 1930, lors d’une réunion de la commission française. Les désaccords rebondissent lors du XIe Plénum.

43 Transposition phonétique d’un terme russe qui signifie « très bien ».

44 Gabriel Péri (1902-1941), alors responsable de la rubrique de politique étrangère de l’Humanité.

45 Les manifestations ont lieu à Paris, en août 1927 au lendemain de l’exécution des deux anarchistes d’origine italienne en vertu d’une décision de la justice américaine.

46 Marcel Cachin évoque la réunion de la commission française tenue à Moscou, lors du VIe Congrès, en août 1928. Il s’agissait de Doriot et désormais de Barbé desservis par les intervention de Cachin.

47 Paul von Hindenburg (1847-1934), ancien chef de l’État-major allemand, président du Reich depuis 1925.

48 Feodor Chaliapine (1873-1938), chanteur russe célèbre.

49 Maurice Thorez (1900-1964), est secrétaire général du PCF depuis 1930.

50 Nikolai Skripnik (1872-1933), dirigeant du parti communiste ukrainien.

51 Klement Gottwald (1896-1953). Membre du Comité central du parti communiste de Tchécoslovaquie en 1925, puis du Bureau politique, il est responsable de la section d’Agit.-Prop. Élu au CE de l’IC en 1928, il devient en février 1929 secrétaire général du PCT. Il est désormais le porte-parole de son parti lors des réunions du Comité exécutif de l’IC.

52 Henri de Boeck, né en 1903, militant de la Jeunesse communiste, après avoir sympathisé avec l’opposition, se rallie à la politique de la majorité de l’IC en 1928. Il devient le représentant du parti communiste belge à Moscou.

53 Louis De Visser (1878-1945).

54 Earl Russel Browder, né en 1891, secrétaire du parti communiste américain.

55 Arthur Horner (1894-1968). Communiste anglais, militant et responsable de la fédération syndicale des mineurs, il est bientôt critiqué et mis à l’écart du Comité central pour son « opportunisme ».

56 Eugène Varga (1879-1964). Devenu membre du CE de l’IC en 1928, il intervient régulièrement aux différents plénums sur la situation économique du capitalisme. Directeur de l’Institut de l’économie mondiale, il s’attache, en confirmité avec les directives de l’IC, à prédire le développement de la crise économique à l’égard de laquelle il avait émis des réserves pour lesquelles il fut vivement critiqué en 1929.

57 Henryk Walecki, de son vrai nom Maximilian Horwitz (1877-1938). Diplomé en mathématiques et en physique de l’Université de Gand, il adhère au parti socialiste belge, avant de regagner la Pologne et le parti socialiste polonais, en 1898. Arrêté à plusieurs reprises, il trouve refuge en Suisse. Il participe à la fondation du PC polonais, qu’il représente auprès de l’IC en 1921. A compter de 1925, son activité au sein du PC polonais est critiquée. Aussi se consacre-t-il exclusivement au travail au sein de l’appareil de l’IC. Directeur de l’Internationale communiste, admis au sein du PCR(b), il travaille sous la direction de Bela Kun au Secrétariat des Balkans. En 1937, il est arrêté, et meurt l’année suivante.

58 Jacques Doriot.

59 Alexandre Martynov (1865-1935). Vieux révolutionnaire russe, longtemps menchevik, il entre en 1923 dans le parti bolchevik. Membre de la rédaction de la revue l’Internationale communiste, mensuel théorique de l’IC, il défend de manière constante les orientations de la politique stalinienne.

60 Matteotti, député socialiste italien, fut retrouvé assassiné en 1924, peu après les élections. Le pouvoir de Mussolini et son parti fasciste furent ébranlés mais surent tirer parti des divisions entre les anti-fascises.

61 Serra pseudonyme de Angelo Tasca (1892-1960).

62 Amadeo Bordiga (1889-1970).

63 Johann Koplenig (1891-1968). Secrétaire du parti communiste autrichien depuis novembre 1924, il est élu membre du CE de l’IC en 1928 ; il représente le parti autrichien et expose sa situation en 1929 et 1931, lors des Xe et XIe Plénum.

64 Otto Bauer (1881-1938).

65 Vasil Kolarov (1877-1950).

66 Musso. (1897-1948). Communiste et syndicaliste indonésien à partir de 1923, il est plusieurs fois arrêté pour ses actions révolutionnaires, séjourne en URSS et suit les cours de l’École léniniste de l’IC. Il est élu au CE de l’IC et au Présidium en 1928.

67 Lensky.

68 Robin Page Arnot, né en 1890, dirigeant du PCGB.

69 Mikhail Borodine, né Grusemberg, (1884-1949).

70 Tchang Kaï-Chek (1886-1975).

71 Christian Rakovsky (1873-1941). Exclu du parti communiste russe lors de son XVe Congrès en 1927, il est condamné à l’exil intérieur et persiste dans ses convictions antistaliniennes. Cachin cherche à obtenir des informations rassurantes sur un ami de longue date.

72 Gaston Monmousseau (1883-1960).

73 Bratkowsky, pseudonyme de Sochaky Jerzy (1892-1933). Membre du Bureau politique du PCP, il est son représentant à Moscou depuis 1930. Lors du XIe Plénum il est élu au Présidium et au secrétariat de l’IC. Après le XIIe Plénum auquel il participe avec les mêmes attributions, il est arrêté par la police soviétique en aôut 1933 sous l’accusation d’espionnage au profit de la Pologne. Il est fusillé le mois suivant. Il fut réhabilité par le régime de Gomulka.

74 William Rust. Militant des Jeunesses communistes de Grande-Bretagne, il devient, en 1923, membre du Comité exécutif du PC, puis du BP en 1925. En 1928, il participe au Ve Congrès de l’ICJ et au VIe Congrès de l’IC, où il est élu membre du CE. En 1931, il représente le PC de Grande-Bretagne auprès de l’IC. Il travaille au Daily Worker de 1930 à 1931, puis de 1932 à 1941. Il meurt subitement en 1949.

75 André Tardieu (1876-1939), président du Conseil en 1929-1930.

76 Barbé et Thorez qui n’acceptaient pas les critiques fondées sur les informations données par Ferrat sont désavoués par la direction de l’IC qui apporte son soutien à Ferrat.

77 Willi Münzenberg (1889-1940). Membre depuis 1927 du comité central du PCA, il est l’instigateur et le promoteur de la ligue contre l’impérialisme tout en continuant de s’occuper du Secours ouvrier international. Il est également l’organisateur du travail de propagande du PCA.

78 James Ramsay Mac Donald (1866-1937), Premier ministre du Royaume-Uni en 1931.

79 Henderson, secrétaire du Foreign Office.

80 Joseph Jacquemotte (1883-1936). Un des fondateurs du parti communiste belge, il est membre du Bureau politique en 1931. Il est élu député en 1925. Participa aux différents congrès de l’IC à partir de 1921. Membre du CE de l’IC depuis 1924.

81 Stanke Dimitrov (1889-1944). Résidant à Moscou depuis 1925, il est l’un des responsables du secrétariat balkanique et professeur à l’École léniniste. C’est sans doute lui qui intervient sur la situation bulgare. Son homonyme, George Dimitrov, alors responsable du Bureau de l’IC à Berlin, n’intervient pas à cette époque sous son nom.

82 Alexandre Koltchak (1874-1920). Amiral, il avait, en Sibérie, constitué un gouvernement contre-révolutionnaire.

83 Manabendra Roy (1887-1954).

84 Garan Kouyaté. Un des premiers activistes africains pour la libération des noirs contre le colonialisme français. Instigateur en France d’actions liées à la CGTU, il publie en 1931 le Cri des nègres et s’éloigne du PCF.

85 Georges Safarov (1891-1942). Il avait été exclu du parti bolchevik en décembre 1927 pour son activité dans l’opposition aux côtés de Zinoviev. Après une auto-critique, réadmis au sein de l’appareil de l’IC, il se consacre à nouveau aux affaires orientales et écrit dans la presse de l’IC.

86 Jeanne Toscane. Sans doute une des secrétaires qui travaillaient à Moscou pour le compte de l’IC.

87 Marcel Gitton (1903-1941). Secrétaire de la CGTU depuis 1929, il est membre du Comité central du PCF.

88 Humbert-Droz est alors délégué de l’IC en Espagne.

89 Joseph Caillaux (1863-1944), sénateur radical, l’un des auteurs d’un plan d’indemnisation des porteurs d’emprunt russe.

90 Li Li-San (1896-1967), étudiant en France en 1921. De retour en Chine il est l’un des responsables syndicaux de Shanghaï. Membre du Bureau politique du PCC en 1927, il assiste au VIe Congrès de l’IC . En 1930 il est le promoteur, à l’instigation de l’IC, du mot d’ordre d’insurrection contre le Kuomintang. Critiqué par le représentant de l’IC, Pavel Mif, il reconnaît ses fautes en janvier 1931 et part pour Moscou.

91 Chü Chiu-Pai (1899-1935). Souvent cité sous le pseudonyme de Strakhov, ce journaliste, ayant appris le russe, participe à Moscou aux IIIe et IVe Congrès de l’IC. De retour en Chine il devient secrétaire du parti en 1927. Il est critiqué lors du IXe Plénum, en 1928, pour ses erreurs dans la politique insurrectionnelle du PCC. Demeuré à Moscou, il est élu membre du CE et du Présidium de l’IC.
De retour en Chine, en 1930, il critique son successeur, Li Li-San, mais reconnaît également ses erreurs et son rôle décline.

92 Lucien Midol (1883-1979). Ingénieur, secrétaire de la Fédération des chemins de fer CGTU, il est membre du BP du PCF depuis 1926.

93 Le journal du PCA Rothe Fahne.

94 Carol de Roumanie.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search