Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1931 (France)

Carnets Cachin. Premier semestre 1931

Texte intégral

  • 1 Ces données correspondent à celles du rapport du secrétaire général Gayman du 6 mars 1931. Il note (...)

1 Huma – Paris1

10 janvier 29 625
22 février 27 800
25 février 35 800
28 février 31 000
2 mars 27 000
28 mai 26 400

2Abonnements :

  • 2 Dès le début de ce carnet de 1931, Cachin note l’évolution des ventes de l’Humanité pendant les cin (...)
1er décembre 10 970
2 janvier 11 937
4 février 12 5902

32 h 30 (12 Chantilly. Cheminots).

  • 3 Gaston Couté (1880-1911), auteur et interprète de chansons populaires souvent antimilitaristes.

4Gaston Couté3 : Chanson d’un gars qu’a mal tourné (Rey).

5Treize millions de juifs dans le monde.

6Marines de guerre : 1 450 millions de tonnes Angleterre. 1 412 États-Unis, 912 Japon, 680 France, 400 Italie.

7Marine marchande : 70 millions tonnes vapeur. 0,5 millions tonnes voile. 20 millions tonnes mazout.

830 % Angleterre.

915 % Amérique.

10 6,3 % Japon.

116,2 % Allemagne.

125,4 % Norvège.

135,1 % France.

144,8 % Italie.

154,5 % Hollande.

162 200 000 exploitations de un hectare. 2 600 000 de cinq hectares. 700 000 de dix à quarante hectares. 140 000 de plus de cent hectares.

17Bourses : 2 252 secondaires, 7 804 primaires supérieures, 440 techniques.

18Dépenses militaires en Allemagne : six milliards.

19Revenus de l’Europe : 1 600 milliards. Revenus des États-Unis : 1 800 milliards.

  • 4 Ces données dépassent fortement la réalité. Au recensement de 1931, 1 138 477 ouvriers et chômeurs (...)

201 700 000 ouvriers étrangers en France4 : 477 000 Italiens, 325 000 Belges, 285 000 Polonais, 216 000 Espagnols, 85 000 Suisses, 65 000 Russes, 36 000 Grecs, 32 000 Tchèques, 30 000 Portugais, 100 000 Kabyles.

212 250 milliards Angleterre. 1 500 milliards fortune de la France : agriculture 27,8 %, population agricole 50 %. 12 milliards blé, 15 milliards lait. 550 milliards de francs d’argent américain en Europe : investissements, dettes. 363 000 déclarations successions, 18,5 milliards en 1928. La France importe : 10 milliards textile, 2 milliards pétrole, 1 milliard oléagineux, 0,5 milliard caoutchouc, 1 milliard minerai, métaux, 1,25 milliard café, cacao. Dette intérieure : 260 milliards : 29 milliards de moins qu’en 1920

  • 5 Alberto Santos-Dumont (1873-1932), ingénieur brésilien, détenteur du premier record du monde d’avia (...)

221908, premier bond de Santos-Dumont5

23Seine : 287 000 réac., 254 000 bloc gauche, 240 000 BOP.

  • 6 Cachin omet de citer la cinquième.

24Les cinq plus grandes villes du monde : New-York, Londres, Paris, Shanghaï (3 100 000)6.

25Le prix de revient dépend : des salaires, des impôts, du prix des matières premières. La protection agricole hausse les prix de revient et les salaires.

264 800 membres cheminots Paris-Nord.

Janvier

Jeudi 1er janvier 1931

  • 7 Depuis longtemps, l’épouse de Cachin a pris l’habitude de venir séjourner dans cette ville des Alpe (...)

27Antibes7. Cannes.

Vendredi 2 janvier 1931

28Nice.

Samedi 3 janvier 1931

  • 8 Depuis la fin décembre 1930, la presse apporte des informations sur l’« agonie du maréchal Joffre » (...)
  • 9 Joseph Pascal (1889), instituteur à l’école de la Ferrage à Cannes, militant communiste.
  • 10 Raymond François dit François Raymond (1909-1983), instituteur communiste à Menton, originaire d’An (...)

29Antibes. Avec la guerre des gaz la victoire sera à celui qui massacrera le plus ; le génie militaire n’a plus de valeur8. Pascal9 instituteur, Cannes. Raymond10, instituteur, Antibes : « Je ne m’inscris pas parce que je ne veux pas perdre ma place ».

Dimanche 4 janvier 1931

30Antibes. À l’Auberge Provençale, déjeuner ; cellules : Antibes, Cannes, Saint-Raphaël.

  • 11 Casimir Garino (1886-1978), professeur, candidat socialiste SFIO à diverses élections dont celle de (...)

31Garino11 candidat socialiste : « Bien sûr que je suis partisan des casinos à la Côte-d’Azur ! ».

  • 12 Louis Louis-Dreyfus (1867-1940), négociant en céréales puis banquier, armateur, député radical indé (...)

32Dreyfus12 : « Si je suis élu je laisse les affaires à mon fils ». Le Popu n’a pas inséré les attaques contre Dreyfus pendant la campagne. Les ouvriers socialistes s’en sont plaint.

Lundi 5 janvier 1931

  • 13 Édouard Grinda (1866-1959), chirurgien, député des Alpes-Maritimes depuis 1919, devient ministre du (...)
  • 14 Cette question divise le syndicalisme ouvrier. Quelques jours plus tard, dans l’Humanité, le 12 jan (...)
  • 15 Artères près du vieux port de Nice.
  • 16 Adresse de Thorndike (voir 7 janvier). Son adresse à Paris est 26, rue Friant (14e arrondissement).

33Monaco. Nice. Grinda13. (Assurances sociales : 8 500 000 assurés. Recettes : 1,3 milliard. Pas de protestations contre le versement ouvrier14). Quai des 2 Emmanuel, boulevard Franck Pilatte15 3, Th.16

Mardi 6 janvier 1931

  • 17 Henri Barbusse (1873-1935), écrivain, fondateur de l’Association républicaine des anciens combattan (...)
  • 18 Roland Tual (1904-1956), journaliste, directeur des studios de cinéma Pathé et Billancourt depuis 1 (...)
  • 19 « Journal hebdomadaire international d’informations littéraires, artistiques, scientifique et socia (...)
  • 20 Emmanuel Berl (1892-1976), écrivain et journaliste, rédacteur en chef de Monde, auteur de Mort de l (...)

34Miramar. Barbusse17 : « Tual18 a avancé à Monde19 sous l’influence de Berl20 quelques fonds. Mais Berl exagère. Il ne comprend rien. J’espère que dans peu de jours j’aurai trouvé d’autres avances et redressé la situation. Ce qui serait pour moi déshonorant, ce serait d’avoir l’air de faire des promesses au PC et de ne pas les tenir. Même l’Huma, j’y penserai et vous donnerai dans quinze jours des nouvelles ».

Mercredi 7 janvier 1931

  • 21 Charles Hall Thorndike (1875-1935), peintre américain influencé par les impressionnistes. Il habita (...)
  • 22 Restaurant que fréquentent occasionnellement les Cachin et les Thorndike. Son propriétaire Paul Rou (...)
  • 23 Nom de famille de Voltaire (1694-1778).

35Thorndike21 à 11 h. Roux, Colombe d’Or à Saint-Paul22. La guerre civile est devenue un fait dans la vie quotidienne. Arouet23 la fin d’une parade philosophique (Les Revues).

Jeudi 8 janvier 1931

36Avignon. 10 h 10 : Rue de la République 39, Central Hôtel. Marseille 2 h., Lyon 7 h. Le 20 on bradera en Avignon.

  • 24 Le Temps économique et financier donne régulièrement l’évolution des obligations liées à l’emprunt (...)

37Obligations Young : 982 F, aujourd’hui 710 F24.

Vendredi 9 janvier 1931

38Paris (9 h 41 Avignon – 8 h 35 Paris – 1 h Lyon).

39En Europe : 200 millions d’habitants en 1800. 500 en 1930.

Dimanche 11 janvier 1931

  • 25 Lors de la réunion du Bureau politique, Frachon propose la rédaction d’un manifeste en réponse à la (...)

40525 régions. 30 liaisons. 40 000 cheminots syndiqués chrétiens. Il faut s’occuper des revendications immédiates. C’est aux ouvriers de la base groupés en comités de lutte de discuter de l’unité25.

Lundi 12 janvier 1931

  • 26 120 rue Lafayette, siège du Comité central du parti communiste.
  • 27 Aux élections législatives de 1928, 14 communistes ont été élus : Louis Aurin (Indre, qui fut contr (...)
  • 28 Est-ce Jules Charles (dit Karl Franck), 1897, militant clandestin signalé au congrès communiste de (...)
  • 29 Dans une lettre du Comité de liaison et de la propagande soviétique en France (lettre du 21 janvier (...)
  • 30 Lucien Midol (1883-1979), ingénieur, secrétaire général de la Fédération CGT puis CGTU des chemins (...)

4115 h., 12026, fraction parlementaire27. 302 Lamarck. Franck28 vient me voir. Il parle : de l’enseignement par correspondance en Russie qu’il est chargé de renseigner ; de l’unité ouvrière ; de l’affaire Hertzenstein Joseph29 au sujet de laquelle il réclame une conversation avec L. Midol30.

Mardi 13 janvier 1931

  • 31 Bar-sur-Aube.
  • 32 Communes de l’Aube. A Clairvaux, dans la maison centrale, sont détenus des prisonniers politiques s (...)

42Ville-sous-la-Ferté. Clairvaux par : Troyes, Vendeuvre, Bar31, Clairvaux32.

Mercredi 14 janvier 1931

  • 33 Lors d’une réunion de communistes italiens dans un café de la Villette, des heurts se produisent av (...)

43Palais de Justice 1 h, procès des antifascistes italiens33. 16 h, boulevard Mont : documents politiques, diplomatiques et financiers.

Jeudi 15 janvier 1931

  • 34 André Marty (1886-1956), ingénieur mécanicien de la Marine nationale, mutin de la Mer noire, condam (...)
  • 35 Jacques Duclos (1896-1975), ouvrier pâtissier, membre du Comité central (1926), député de Paris (19 (...)

44À la Chambre, libération de Marty34, Duclos35.

45Seine : 4 623 000 habitants.

  • 36 La réunion du Bureau politique du 8 janvier 1931, à laquelle Cachin ne siège pas, décide d’envoyer (...)

46CC du PCA36. Il ne serait pas vrai de dire que la crise actuelle est la décisive et que le capitalisme n’a plus aucune issue. Le PCA a 160 000 membres presque tous chômeurs, ce qui crée péril de putsch.

Vendredi 16 janvier 1931

  • 37 Alfred Margaine (1870-1953), ingénieur, député radical-socialiste de la Marne depuis 1910, sous-sec (...)

47Margaine37 me dit qu’il est découragé de défendre les Russes car il ne peut pas obtenir une seule réponse de Moscou à aucune proposition en leur faveur.

Samedi 17 janvier 1931

  • 38 La Bellevilloise est une « société anonyme coopérative de consommation à capital et personnel varia (...)
  • 39 Journal hebdomadaire des immigrés juifs en langue yiddish qui prend plusieurs noms à partir de 1923 (...)

48Bellevilloise38, 8e anniversaire de la Vérité, journal des ouvriers juifs de Paris39. 10e anniversaire du PC. 80 000 ouvriers juifs à Paris : bois, cuir, luxe, habillement.

  • 40 Selon le rapport sur cette réunion, Cachin intervient sur la question de la réponse à faire aux 22, (...)

49BP40.

Lundi 19 janvier 1931

50Les Soviets ont acheté en 1929 pour 900 millions de roubles à l’étranger.

  • 41 Le groupe bancaire Rivaud, Lebel et compagnie (rue Notre-Dame des Victoires, 2e arrondissement, con (...)

51Les valeurs caoutchoutières du groupe de Rivaud41 ont perdu depuis 1926 90 % ; elles ont raflé 3,5 milliards à l’épargne.

52Les Anglais ont dit aux Français : « Prenez le pétrole de l’Irak. Il ne m’intéresse plus car le pétrole sera trop cher et inutilisable. Il suffira pendant la guerre d’une bombe pour faire sauter le pipe-line ».

Mardi 20 janvier 1931

  • 42 Daniel Serruys (1875-1950), directeur d’études à l’École pratique des hautes études, chef de cabine (...)
  • 43 Banque d’affaires des frères Lazard implantée en France, aux États-Unis et en Grande-Bretagne.
  • 44 Henri Deterding (1866-1939) devient, en 1900, directeur général de la Royal Dutch, compagnie hollan (...)
  • 45 Calouste Gulbenkian (1869-1955), géologue arménien devenu banquier qui participe à l’exploitation d (...)

53Serruys42 est à la banque Lazard43. 800 000 F par an, laquelle est à la banque de Deterding44. Gulbenkian45 a son fils commandeur de la Légion d’Honneur.

  • 46 Jacques Stern (1882-1949), banquier, député républicain de gauche des Basses-Alpes (1914-1919, 1928 (...)

54Les Russes doivent nous vendre surtout du brut, car nous voulons être raffinés et avoir tous les sous-produits. Stem46 continue de ruiner les marchés des Russes. Ils en ont encore pour deux ans, mais on les gène dans leurs livraisons et on les brime.

Mercredi 21 janvier 1931

  • 47 Gaston Bergery (1892-1974), avocat, secrétaire général-adjoint interallié de la Commission des répa (...)

55Bergery47 : « Si les radicaux concentrent, une dizaine s’en iront tout de suite, et reviendront en 1932, coupant ainsi la route aux socialistes ».

  • 48 Un projet de Transsaharien pour assurer la liaison entre la Méditerranée et le Niger est en cours d (...)
  • 49 Charles Baron (1876-1960), ingénieur chimiste, socialiste puis communiste (1920-1922), député socia (...)
  • 50 Le Temps, le 14 janvier 1931, annonce que le haut-commissariat britannique pour le pays du Levant v (...)

56Il y a les hommes du pipe-line, les mêmes que ceux du Transsaharien48 qui veulent faire le pipe-line en Syrie (Baron49). Les Anglais reviennent maintenant sur leurs décisions du pipe-line à travers la Syrie50. Ils disent que l’Irak est libre. Si le pipe-line ne passe pas en Syrie, pourquoi le garder. On y dépense 150 millions par an. Si c’est pour avoir un milliard de pétrole, oui ! Sinon, non !

Jeudi 22 janvier 1931

  • 51 Jean Montigny (1892-1970), avocat, fils d’un régent de la Banque de France, député radical-socialis (...)
  • 52 Veuve d’Abel Ferry, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1914- 1915) dont le salon accue (...)
  • 53 Albert Oustric (1887-1971), banquier d’affaires depuis 1919 (6 rue Chauchat, 9e arrondissement), in (...)

57Montigny51 : « Le parti radical est foutu, il se survit. En ce moment Blum est resté l’ami de Mme Ferry52 la maîtresse d’Oustric53 pour étouffer l’affaire. Ceci au moment où le Populaire mène la campagne contre Oustric ».

Vendredi 23 janvier 193154

  • 54 Thorez se plaint de son absence à la réunion du Bureau politique alors qu’une crise ministérielle s (...)
  • 55 Lors de la réunion du Bureau politique du 8 janvier, en l’absence de Cachin, il est décidé qu’il in (...)
  • 56 Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine (1870-1924) ; les communistes français apprennent son décès lor (...)
  • 57 Rosa Luxembourg (1871-1919), dirigeante spartakiste, assassinée après son arrestation le 15 janvier (...)
  • 58 Karl Liebknecht (1871-1919), dirigeant spartakiste, assassiné après son arrestation le 15 janvier 1 (...)

58Bullier55 : Lénine56, Luxembourg57, Liebknecht58.

Dimanche 25 janvier 1931

  • 59 Albert Milhaud (1871-1955), professeur d’histoire, journaliste (L’Ere nouvelle), membre de la direc (...)

59Albert Milhaud59 : « Les Russes refont chez eux l’œuvre de la Chine, portes et frontières fermées. Ils font pour le blé ce qu’a fait l’Egypte. Leurs journalistes sont aussi remarquables et aussi perfides que les Italiens ».

Mardi 27 janvier 1931

  • 60 De nombreuses sociétés financent la presse. Le Soir, quotidien monarchiste fondé au début des année (...)

6050 East 12th St. New-York City. L’Union électrique rurale donne de l’argent au Soir60.

Mercredi 28 janvier 1931

  • 61 Henri Garrigues (1873), marchand de vin, 20 rue Ordener (18e) ; son établissement, la « salle Garri (...)
  • 62 Inscrit sur les listes électorales en 1930, né dans les Côtes-du-Nord en 1901, employé de chemins d (...)
  • 63 Selon la mairie de Louargat (Côtes d’Armor), il y a plusieurs familles Lorgéré dans la région de Gu (...)

615 h, Garrigues61, cheminots. Alfred Lemorvan62 38 rue Pajol. Sa mère Mme Leroy Morvan Louargat-Lorgéré63.

Jeudi 29 janvier 1931

  • 64 Sans doute Hugues Rosalt, né en Bulgarie en 1870, pharmacien, qui habite 8, boulevard Bonne-Nouvell (...)

62Vu Rosalt64.

Vendredi 30 janvier 1931

  • 65 Comte Henri Gouvion Saint-Cyr (1900-1981), ingénieur des Arts-et-Métiers, qui après un passage au C (...)

63Vu Gouvion Saint-Cyr65 à la Chambre qui se présente à moi ; il me dit : « Je ne serai pas candidat cette fois contre vous, à moins qu’il n’y ait pas de candidat modéré. La lutte à la Goutte-d’Or est entre le rouge et le tricolore, le reste ne compte pas ».

Samedi 31 janvier 1931

  • 66 Cachin participe à une « assemblée populaire des lecteurs de l’Humanité, organisée à 18 h., pour la (...)

64Défense Huma, rue Duhesme66. 900 membres de la Jeunesse communiste dans la Seine.

  • 67 Cachin annonce dans l’Humanité du 11 janvier 1931 qu’il interpellera le gouvernement sur la questio (...)
  • 68 Alpes-Maritimes.

65Dans les Basses-Alpes : des Russes blancs fermiers ; dans les fermes, organisations militaires67 ; des organisations à Marseille, La Bocca68.

66La mobilisation industrielle est faite à Marseille et en Provence. Les grands paquebots lancés aujourd’hui sont armés.

67Dans le tram : c’est encore quand j’étais dans les choux.

Février

Dimanche 1er février 1931

  • 69 La réunion de membres du Comité central se déroule du 31 janvier au 2 février, 120 rue Lafayette. L (...)

68CC69.

  • 70 La Compagnie parisienne de distribution de l’électricité (23 rue de Vienne, 8e arrondissement), fon (...)
  • 71 Société de distribution alimentaire, siège 51, quai de Grenelle (15e arrondissement).

69La CPDE70 vend 1,76 F le kilo qui lui coûte 0,18 F. Les Primistères parisiens71, capital 17 millions en 1923 ; bénéfices en 1929 : 10 millions. Les propriétaires de boutiques les louent dix fois plus cher qu’en 1914. L’impôt est dix fois plus fort qu’en 1914.

Mardi 3 février 1931

  • 72 Peut-être Achille Thomas (1893-1943), secrétaire administratif de l’Union des syndicats CGTU du rés (...)

70Rendez-vous cheminots, bureau 3. Thomas72, un délégué du PLM.

Mercredi 4 février 1931

  • 73 Charles Spinasse (1893-1979), professeur, député socialiste SFIO de la Corrèze depuis 1924, membre (...)
  • 74 Louis Loucheur (1872-1931), ingénieur, député « gauche radicale » du Nord depuis 1919, plusieurs fo (...)
  • 75 Depuis la mi-janvier, la Commission d’étude pour l’Union européenne, présidée par Briand, se réunit (...)

71Spinasse73 placé en face de deux industriels retour de Russie, enthousiastes, dit : « Je ne peux pourtant pas me déjuger ! » Loucheur74 à la commission des Affaires étrangères dit : « Il faut centraliser l’économie européenne et produire rationnellement. Une seule Europe !75 ». La commission applaudit !

Jeudi 5 février 1931

  • 76 Voir 20 janvier. Stern n’est plus secrétaire d’État depuis le 22 janvier 1931.
  • 77 Ernest Mercier (1878-1955), industriel, contrôle les trusts qui fournissent l’électricité en France (...)

72Ch. Baron me dit : « Les pétroles viennent mercredi. Dieterding est en ce moment à Paris où il intrigue. Stern76 agit contre les Russes. Une offensive de grand style contre les Russes. Un commissaire du peuple déjeune chez moi à Asnières. Les Russes marchent avec la Société française de Mercier77 contre les Anglais. Ils consentent à livrer du brut à la France. Les Anglais disent maintenant : “C’est l’Irak qui commande” ».

Vendredi 6 février 1931

  • 78 Henri Lorin (1866-1932), professeur de géographie coloniale à la Faculté de Bordeaux, député de la (...)

73De Mossoul à Bassorah. Irak trois millions habitants. Bagdad : 750 000 habitants. Lorin78 me dit : « Les ministres de l’Irak ont été vus et ont reçu l’enveloppe ».

  • 79 Yvon Delbos (1885-1956), professeur, député radical-socialiste de la Dordogne depuis 1924, sous-sec (...)

74Delbos79 et le professeur du Collège de France sur la Russie.

75Bergery : « Le directeur du ministère de l’Agriculture sur les sovkozes admire la Russie ».

Samedi 7 février 1931

  • 80 A cette adresse, se situe le siège de la Fédération nationale des travailleurs des chemins de fer ( (...)

76Fédération cheminots, 12 rue de Chantilly80.

Lundi 9 février 1931

  • 81 Cachin interpelle à la Chambre des députés le ministre de la Justice pour obtenir la modification d (...)

77Les loyers à la Chambre (Art. 21, chômeurs)81.

  • 82 Jean Parmentier (1883-1936), inspecteur des Finances, ancien directeur du Mouvement général des fon (...)
  • 83 Albert Demolon (1881-1954), directeur du Centre national de recherches agronomiques de Versailles, (...)
  • 84 Quelques jours plus tard, se tient la conférence pan-unioniste des dirigeants de l’industrie. Molot (...)
  • 85 Peut-être s’agit-il de Louis Eisenmann (1869-1937), professeur d’histoire et de civilisation slaves (...)
  • 86 Charles-Édouard Jeanneret dit Le Corbusier (1887-1965), architecte d’avant-garde qui réfléchit sur (...)

78Parmentier82, l’homme de Young, ancien directeur du mouvement des fonds, revient de Russie, enthousiaste. Demolon, inspecteur général de l’Agriculture83 a fait un rapport sur l’état de l’agriculture en Russie, très intéressant et favorable84. Weisman85, professeur au Collège de France aussi. Le Corbusier86.

Mardi 10 février 1931

  • 87 Honorine Hérialet (1852), rentière, vit avec Marie Trembley (1855), marchande de quatre saisons.

79Mme Hérialet chez M. Tremblay, 51 rue Goutte-d’Or87.

Jeudi 12 février 1931

  • 88 Journal quotidien fondé en 1911, paraît à 11 heures, intéresse traditionnellement les boursiers et (...)

80Pétroles. Baron me dit : « Hier à Asnières j’avais à dîner le général soviétique... Le pétrole sera vendu par la Cie à l’État aux prix courants du marché mondial (et non au prix de revient). Sans cela la Compagnie est sacrifiée ». Paris Midi.88

Vendredi 13 février 1931

  • 89 Lors de cette réunion, une discussion s’engage à propos de la nécessité de demander à André Marty d (...)

81BP89.

  • 90 Selon la loi du 19 juillet 1889 qui régit leur avancement, répartis en cinq classes de durée moyenn (...)

82Instituteurs : accélération de l’avancement, accession à la première classe après vingt ans de titularisation, relèvement des traitements de début, rétablissement de la parité effective avec les traitements des commis des Postes90.

Samedi 14 février 1931

  • 91 Le 13 février, le secrétariat du parti demande au responsable de la région d’Auvergne de retenir un (...)
  • 92 Quotidien de « la démocratie socialiste du Centre », créé en octobre 1919, dirigé par le socialiste (...)
  • 93 Organe hebdomadaire des ouvriers et des paysans de la région de l’Auvergne publié par le parti comm (...)
  • 94 2 000 exemplaires selon le rapport sur la région communiste d’Auvergne d’août 1931 (Arch. IRM-IML 4 (...)
  • 95 700 ou 630 selon les rapports sur la région communiste d’Auvergne d’août 1931 (Arch. IRM-IML 476).
  • 96 Au premier tour des élections municipales de 1929, la liste « municipale républicaine » conduite pa (...)
  • 97 Le rapport sur la région communiste d’Auvergne du 22 janvier 1931 note qu’il y a 4 500 à 5 000 chôm (...)
  • 98 Louis Follet (1898-1957), ouvrier fondeur, membre du Comité central du parti communiste (1926-1929) (...)
  • 99 Le rapport sur la région communiste d’Auvergne du 22 janvier 1931 indique « camarade dévoué, mais m (...)

83Clermont-Ferrand 7 h 45, arrivée 15 h 4091. Ville des réformistes, des SFIO, prolétariat mixte. Vie chère. Neige, froid. Caoutchouc La Montagne92 : 7 000 numéros. Clermont-Ferrand : 125 000 habitants, 150 Huma, 15 cellules. 90 cartes Comité de défense. Cri du Peuple933 50094, 600 syndiqués unitaires95, 1 200 confédérés, 1 000 socialistes. Mairie : 23 radicaux, 13 socialistes96. 6 000 chômeurs97. Follet98, Fernandez99. Discipline républicaine très en faveur.

  • 100 Selon un rapport sur la région communiste d’Auvergne du 22 janvier 1931, les effectifs étaient de 1 (...)
  • 101 Le rapport sur la Conférence de la région Auvergne du parti communiste, en juillet 1931, précise qu (...)
  • 102 Les rapports sur la région communiste d’Auvergne du 22 janvier et de juillet 1931 notent qu’il n’y (...)
  • 103 Le Cri du Peuple présente, le 7 février, les députés communistes « surchargé[s] de travail » et la (...)

8410 000 ouvriers chez Michelin100. Michelin a 500 millions de stocks. Rationalisation ; travail de la femme et de l’enfant101 ; prolétariat neuf. À l’usine Michelin deux communistes102. Réunion : 2 000, bon accueil103.

Jeudi 19 février 1931

85Vente Huma : Goutte-d’Or 800 + Chapelle 700 = 1 500.

Vendredi 20 février 1931

  • 104 Dans la discussion sur le budget du Commerce et de l’Industrie, le 21 février, Cachin proteste cont (...)

86Pétrole104.

Samedi 21 février 1931

  • 105 Le 27 janvier 1931, le secrétariat du parti écrit au responsable communiste de la région Auvergne p (...)

87Syndicat général unitaire du métro. Mathurin Moreau. 800 cartes + 100 adhésions (le PC et la CGTU). Fête annuelle Bellevilloise105.

Jeudi 26 février 1931

  • 106 Voir Introduction. Au début de février, on commence à organiser la journée du 25 dans les organisat (...)

88Contre le chômage (Internationale)106.

Vendredi 27 février 1931107

  • 107 Cachin participe le 27 février à une réunion électorale dans le onzième canton où, le 1er mars, se (...)

89On propose de convertir les 5 % et 6 %. 800 milliards capital ; on réduirait à 4 %, d’où 1 400 millions économies.

Samedi 28 février

  • 108 Alphonse (1892), cafetier.

90Originaire de la Corrèze, Gambelon108, 11 rue Sainte-Isaure.

Mars

Dimanche 1er mars 1931109

  • 109 Cachin est membre du Présidium de la conférence nationale du parti communiste à Levallois-Perret (2 (...)
  • 110 Cachin intervient à la Chambre des députés dans la discussion financière sur les conventions des di (...)

91Cheminots à la Chambre110.

Mardi 3 mars 1931

  • 111 Dans la discussion à la Chambre du budget des Affaires étrangères, Cachin intervient le premier pou (...)
  • 112 Paul Signac (1863-1935), peintre néo-impressionniste, de tendance libertaire et pacifiste, est memb (...)
  • 113 Anatole de Monzie (1876-1947), avocat, député (1909-1919, 1929) ou sénateur (1920-1929) du Lot, sou (...)
  • 114 Pierre Laval (1883-1945), avocat, député socialiste (1914-1919), socialiste indépendant (1924-1927) (...)
  • 115 Aristide Briand (1862-1932), avocat, député depuis 1902, plusieurs fois ministre depuis 1906, onze (...)
  • 116 Le Temps, le 2 mars, publie un article sur les relations commerciales entre la France et la Russie. (...)
  • 117 Jean Herbette (1878-1960) est nommé ambassadeur de France à Moscou depuis le 15 décembre 1924 sur l (...)
  • 118 L’ambassadeur d’URSS en France, depuis le 21 octobre 1927, est Valérien, Savelievitch Dovgalevsky ( (...)
  • 119 Dans son intervention, Cachin dénonce les agissements de l’Association financière, industrielle et (...)

92La Russie à la Chambre111. Signac112, 7 h. Monzie113 me dit : « Laval114 et Briand115 veulent reprendre les rapports avec la Russie116. Ils vont rappeler Herbette117, mais par qui le remplacer ? ». Dovg.118 regrette l’initiative de Monzie de créer un groupe russe à la Chambre119. Moi, Monzie, j’irais bien là-bas mais à condition de réussir.

Mercredi 4 mars 1931

  • 120 Antoine Borrel (1878-1961), journaliste, député radical-socialiste de Savoie depuis 1909, sous-secr (...)
  • 121 Est-ce Louis Buttafoghi (1894-1963), dit Marcel Lucain, journaliste dans diverses publications dont (...)
  • 122 Voir 3 mars 1931.
  • 123 Édouard Vuillard (1868-1940), peintre, graveur, décorateur.
  • 124 Henri Matisse (1869-1954), peintre, sculpteur, chef de file des « fauves ». Cachin participe à plus (...)

93Ant. Borel120 : L.121 est inquiétant. Il a fait une fortune dans les bois, dans les graines, écroulement ; arrêté pour une spéculation illicite dans les perles, écroulement sur les terrains, sur les maisons. Il a fait trois ou quatre fois de grosses fortunes. Il a Signac122, Vuillard123, Matisse124. Il veut donner de l’argent à l’Œuvre des enfants à la montagne en Savoie. Moi, dit Borel, je le trouve à éviter. Il a voulu me demander certains services douteux.

Jeudi 5 mars 1931

  • 125 Le rapport sur la région charentaise du parti communiste, le 9 février 1931, évoque la faiblesse du (...)

94La Rochelle, 9 h 20-16 h 52125.

Lundi 9 mars 1931

  • 126 Maurice Bouilloux-Lafont (1875-1937), banquier, député du Finistère depuis 1914, vice-président de (...)

95La Société générale prend en compte la Banque Bx-Lafont126 et les obligations ne perdront rien. Pour le reste, filiales, etc. on laisse tomber.

Mardi 10 mars 1931

  • 127 Alphonse Barbot (1893-1939), mécanicien, député d’Ille-et-Vilaine depuis 1928, intervient sur les q (...)

96Barbot127 me dit : « Le moral de mon pays est triste, il n’y a rien à boire, que de la piquette ».

Mercredi 11 mars 1931

  • 128 Louis Marin (1871-1960), avocat, député républicain indépendant de la Meurthe-et-Moselle depuis 190 (...)
  • 129 Alexandre Desrousseaux dit Bracke (1861-1955), professeur, ancien membre du parti ouvrier français, (...)
  • 130 Le Temps, le 11 mars, dans son éditorial « Pour la proportionnelle » évoque la position de Renaudel (...)

97Marin128 me dit que Bracke129 l’a vu au sujet de la RP. Bracke avoue que la moitié des socialistes ne veut plus de la RP par peur du communisme130. Alors Bracke déposera un projet de nature à tout compromettre. Mais Marin va déposer son projet très prochainement. Bracke déposera le sien, après, pour le torpiller. Marin pense que la discussion pourra venir en juin, mi-juin.

Dimanche 15 mars 1931

  • 131 Depuis le 14 février 1931, la Lorraine ouvrière et paysanne, hebdomadaire communiste, annonce ce me (...)

98Nancy 7 h 15, arrivée 11 h 28. Départ 6 h 55, arrivée 23 h 10 Paris131.

Mardi 17 mars 1931

  • 132 Deux éléments expliquent peut-être le départ rapide de Cachin. Il doit suivre le procès des menchev (...)

99Départ pour Moscou132.

  • 133 Le boisseau, unité de capacité américaine, pèse 27,22 kg de blé.
  • 134 Les États-Unis, gros producteur de blé, détiennent des stocks importants. En février 1931, une conf (...)

100Bushel de blé133 américain, 27 kilos. Il y a en Amérique 275 millions de bushels stockés134...

Vendredi 27 mars 1931

  • 135 Voir note, 7 février 1931.

101Union des cheminots parisiens, 12 rue de Chantilly135 : TRUD 63.36. Compte rendu du mandat confié par la Fédération unitaire des cheminots.

Jeudi 16 avril 1931

102Départ Moscou.

Vendredi 17 avril 1931

103Varsovie.

Samedi 18 avril 1931

104Berlin.

Dimanche 19 avril 1931

105Paris.

Mardi 21 avril 1931

106Antibes.

Vendredi 24 avril 1931

  • 136 Jules Cacouault (1863-1938), commandant en retraite qui habite Antibes, chemin de l’Ermitage, villa (...)

107Chez le commandant !136

Samedi 25 avril 1931

108Cannes.

Dimanche 26 avril 1931

  • 137 Voir 6 janvier 1931.
  • 138 Barbusse se dirige de Nice vers Antibes en automobile avec les époux Cachin. Vers 22 heures, il ren (...)

109Saint-Paul. Barbusse137. Cozzi138 !

Lundi 27 avril 1931

110Paris.

111Aux prix actuels les marchands d’essence de pétrole perdent 40 F. à l’hectolitre ; sur 24,5 millions d’hectolitres consommés en France plus d’un milliard.

Mardi 28 avril 1931

  • 139 Le Petit Parisien, quotidien d’informations, paraît depuis 1876. Il glisse de la gauche radicale ve (...)
  • 140 Dans la rubrique « Fiançailles », le Temps, le 22 avril, annonce un thé donné par la princesse Edmo (...)
  • 141 Jules de Polignac (1780-1847), antilibéral, devient président du Conseil en novembre 1929. Ses quat (...)

112Dupuy du Petit Parisien139marie sa fille140 au prince Guy de Polignac celui de 1830 et des ordonnances141 (30 millions de dot).

Jeudi 30 avril 1931

  • 142 S’agit-il d’une des deux salles de cinéma de Paris pouvant servir comme lieux de réunion, 40 boulev (...)

113Payer Cyrano142.

Mai

Dimanche 3 mai 1931

  • 143 Abel Corroënne, (1887-1972), ancien Instituteur, indiqué « employé » sur les listes électorales et (...)
  • 144 Alphonse XIII (1886-1941), sur le trône d’Espagne depuis 1902, choisit l’exil et l’abdication après (...)
  • 145 Voir Introduction « Espagne ». Il s’agit de notes prises lors de la réunion du Bureau politique du (...)

114Abel143 3 000. Les Espagnols communistes auraient dû avoir comme mots d’ordre : terre – Soviets – armement du prolétariat. Les communistes français auraient dû : montrer le lien du gouvernement républicain avec l’impérialisme français ; faire une campagne de masse pour la révolution espagnole, protester contre l’arrivée d’Alphonse144 en France ; faire pénétrer l’Huma en Espagne145.

Lundi 4 mai 1931

  • 146 Question discutée lors de la réunion après un rapport de Frachon.
  • 147 Lors de la réunion, Thorez présente une autocritique de l’attitude du parti communiste lors de la g (...)
  • 148 Il s’agit certainement de la Banque ouvrière et paysanne qui connaît une crise depuis 1929. Le comp (...)

115BP. 1er mai146, grève des mineurs147. Espagne. BOP148 (La fr. intr. Banque populaire de banlieue), 15 % d’actions, 100 % déposants.

116Huma : 10 000 F. par mois, trois ans pour se libérer. 15 000 déposants. Publicité communiste non financée.

Mardi 5 mai 1931

  • 149 La séance s’ouvre à 15 h., sous la présidence de Fernand Buisson, par des interpellations sur la po (...)

117Rentrée Chambre149.

  • 150 La presse avait annoncé, le 13 mars, la mort de la veuve de Jaurès dans son domicile 8 villa de la (...)

118La fille de Jaurès, Mme Chaplain me dit : « Ma mère a voulu et dit avant sa mort, que par reconnaissance pour ce que nous avions fait pour elle en la logeant gratis toute sa vie, elle laissait à l’Huma la bibliothèque de Jaurès et le buste du mineur à condition qu’ils soient dans le bureau du directeur puisque j’étais le seul qui ait connu Jaurès »150.

Mercredi 6 mai 1931

  • 151 Bira Bagoum (1889), de nationalité russe, ouvrier tailleur.
  • 152 Il s’agit de la rue Pierre Budin dans le XVIIIe.
  • 153 Jacques Coutant (1904-1987), journaliste spécialisé dans les courses hippiques à la Liberté, courti (...)
  • 154 La presse relate les incidents au Maroc espagnol. Depuis le 3 mai, une garnison de la Légion étrang (...)

1198 h, Bagoum151, 10 P. Budin152. Coutant153 [?] Maroc154.

Jeudi 7 mai 1931

120Séance Chambre.

Vendredi 8 mai 1931

  • 155 Cachin interpelle sur sa politique extérieure le gouvernement à la Chambre. L’Humanité, le 9 mai, p (...)

121Intervention Affaires extérieures155.

Samedi 9 mai 1931

  • 156 Dans l’Humanité, à partir du 7 mai, une enquête se poursuit pendant plusieurs jours sous le titre : (...)

122120 000 textiles dans le Nord dont 40 000 Belges156.

Dimanche 10 mai 1931

  • 157 Régulièrement Cachin assimile idéologie pacifiste des socialistes et des radicaux à une voie pour m (...)

123Le rôle du PS : préparer les masses à la guerre. Le rôle du PC : les préparer à la paix157.

  • 158 Pour les communistes, le mode de scrutin importe peu. Cachin reprend l’argumentation développée à d (...)

124La RP : le prolétariat n’atteindra pas la démocratie avec la RP158.

Lundi 11 mai 1931

  • 159 Lors de la réunion du Bureau politique du 12 mai, le rapport sur le congrès national du parti socia (...)

125Populaire : vente 58 000. Abonnés : 30 000. 125 000 membres du PS159.

  • 160 Dans le rapport de Frachon, lors de la réunion du Bureau politique du 12 mai, figure l’évaluation s (...)

126Textile : 15 000 syndiqués unitaires. 24 000 confédérés160.

1275 000 communistes région parisienne. A l’Huma il n’y a plus de lettres d’usines de guerre. Offrir aux ouvriers socialistes d’écrire dans l’Huma.

Mardi 12 mai 1931

  • 161 Cachin y intervient sur deux questions : la parution d’une brochure sur la défense de l’URSS et la (...)

128BP161.

  • 162 Eugène Galopin (1902-1972), ajusteur, secrétaire de la CGTU (1929-1933), membre du Bureau politique (...)

129Galopin à Clairvaux162.

Mercredi 13 mai 1931

  • 163 Les députés et les sénateurs se réunissent en congrès (l’Assemblée nationale) pour élire le préside (...)

130Assemblée nationale163.

Jeudi 14 mai 1931

1313 h.

Vendredi 15 mai 1931

132Huma : Goutte-d’Or 800 + Chapelle 670 = 1 470.

133En outre, trois gares nord-sud : 45 Poissonnière. 35 Torcy. 85 Chapelle.

  • 164 Quotidien à bon marché (10 centimes le numéro au lieu de 25 centimes) du matin fondé en novembre 19 (...)

134Trois gares métro : Aubervilliers, Chapelle, Barbés. Deux gares Nord : Marcadet, Ceinture, (environ 300 dans les gares). L’Ami du Peuple 164 a fait perdre des lecteurs : billet 17 sous, plus 2 sous de journal.

Lundi 18 mai 1931

  • 165 Cachin clôt un meeting « pour la libération de Tao et en faveur de l’indépendance de l’Indochine », (...)

135Vers 5 h du soir à l’Huma, je me sens subitement faible : éblouissement, les jambes faibles. Je me ressaisis et le soir je peux aller au meeting et y parler sans effort165.

Mardi 19 mai 1931

  • 166 Le meeting, salle Bullier, du parti communiste vise à « agir contre les assassins en Indochine », s (...)

136Bullier. Indochine166.

Mercredi 20 mai 1931

  • 167 Charles Louis (1879-1939), plus jeune frère de Cachin, médecin militaire dans les colonies (Afrique (...)

137Ce matin, faible. Lever à 11 h ; derrière la tête, dos, bras comme frappés d’ankylose, de paralysie. Jambes ont peine à me porter. Dans la journée : le bras gauche est inerte, le droit garde sa vigueur. Muscles de la partie gauche de la face comme durcis. Les deux jambes semblent plus résistantes. Appétit normal ; fonctions d’expulsion normales. Lecture sans fatigue. Vers 6 h le côté gauche et le bras sont secoués de tremblements violents. Charles167 vient à 9 h. Pas de danger sérieux. Les réflexes persistent. La sensibilité persiste, la mobilité et la résistance musculaire aussi. Alors, rien de sérieux, c’est le surmenage.

Jeudi 21 mai 1931

138Pourquoi ce tremblement ? Parce que les centres d’inhibition sont fatigués et ne jouent plus leur rôle. Il faut qu’ils se reposent. Purge. Charles revient, prend la tension artérielle. Je reste un hypotendu (10 et 7). Ce qui est cause de mon état, c’est qu’il y a trouble du grand sympathique, rien au cerveau. Après la journée si l’insensibilité relative de la nuque persiste, bain de pieds.

Vendredi 22 mai 1931

139Nuit agitée. Je fais des discours sur l’Espagne et l’Asie. Le matin, tremblement plus intermittent, mais faiblesse générale très grande. Les jambes me portent à peine.

Samedi 23 mai 1931

  • 168 Le congrès national du parti socialiste SFIO doit commencer à Tours. A partir du 14 mai, l’Humanité(...)

140Tours168.

  • 169 Oscillomètre pour mesurer les oscillations de la tension artérielle inventé par Michel Pachon (1867 (...)

141Tremblement disparu entièrement (13/8 avec Pachon169).

Dimanche 24 mai 1931

  • 170 Voir note 3 mai. Abel Corroënne possède une propriété à Villeneuve-sous-Dammartin en Seine-et-Marne

142Villeneuve. Abel170. Amélioration grâce à la journée en plein air.

Mardi 26 mai 1931

143Léop. F. 14 %.

Mercredi 27 mai 1931

144Tête toujours prise. Bras gauche et thorax partie gauche presque insensible. Marche difficile et lourde. Respiration malaisée.

Jeudi 28 mai 1931

145C’est le cervelet qui donne naissance à nos sensations de position dans l’espace. Il est le siège de l’équilibration. L’ablation du cervelet enlève la coordination des mouvements. L’animal voit, entend, est sensible au toucher, mais il ne coordonne plus ses mouvements ; il ne peut ni marcher, ni voler, ni nager. On suppose que le cervelet est l’un des centres qui coordonne les mouvements volontaires et les met en harmonie avec notre position dans l’espace.

Samedi 30 mai 1931171

  • 171 Le 29 mai, l’Humanité publie un appel du Comité central qui annonce que Cachin, victime d’une « ind (...)
  • 172 Marguerite David dite Von Wien (1879-1956), dite Lilite, épouse de Marcel Cachin. Ils sont séparés (...)

1463 100 Lilite172.

Dimanche 31 mai 1931

147Paris-Lancerf, 9 h 30-6 h 30. Le meilleur train pour Paris part à 9 h Lancerf, arrive Paris 24 h.

Juin

Lundi 1er-mercredi 3 juin 1931

  • 173 La famille Cachin vient souvent à Lancerf dans la maison qu’une cousine, Jeanne Le Nozahic, que les (...)

148Lancerf173.

Dimanche 7 juin 1931

  • 174 A Saint-Martin-de-Valgalgues, dont la municipalité est communiste, doit être inauguré un groupe sco (...)

149Alès-Saint-Martin, quatre kilomètres d’Alès (municipalité BOP, mineurs). Inauguration groupe scolaire Saint-Martin. Ce jour, cinquantenaire de l’École laïque, fête officielle à Alès174.

Dimanche 14 juin 1931

  • 175 Élisa, Marcelle (1877-1950), sœur cadette de Cachin, célibataire, habite dans la maison de la famil (...)
  • 176 Sylvie, Françoise, Honorine (1875-1935), sœur cadette de Cachin. Institutrice, dirigeait la princip (...)

150100 Élisa175. Sylvie176, Lancerf : « Pendant le premier mois de ma mise à la retraite, j’étais si privée et malheureuse de ne plus avoir de classe que j’en suis devenue malade et neurasthénique ».

Mercredi 17 juin 1931

  • 177 Au même moment, la presse fournit des informations sur la révision des tarifs douaniers en cours. A (...)

151En se basant sur les recettes budgétaires d’avril, le consommateur payera cette année à la douane une dîme de sept milliards177

Vendredi 19 juin 1931

  • 178 Herbert Clark Hoover (1874-1964), président républicain des USA depuis 1928.
  • 179 Cachin réagit ici sur la proposition du président américain Hoover que lui confirme le Temps, le 22 (...)

152Voici un obstacle coupant. Ce 19 juin, Hoover178 proclame sa volonté d’intervenir dans la crise européenne pour sauver l’Allemagne de la banqueroute. La France accroupie sur son lingot d’or a laissé passer l’heure. La direction de l’Europe passe aux États-Unis. La révolution allait éclater en Allemagne, Hoover l’a arrêtée. Un répit est accordé au monde. La valeur psychologique de la proposition Hoover est immense179.

Dimanche 21 juin 1931

  • 180 Louis Rollin (1879), avocat, député républicain de gauche de la Seine depuis 1919, ministre de la M (...)
  • 181 Le Temps, le 21 juin, publie un article sur les débats au Conseil national économique et le rapport (...)

153Rollin180 : crise économique181. Solutions :

  1. les tarifs douaniers pour sauver l’agriculture, même au prix d’une augmentation des prix de la vie ;
  2. pour la balance du commerce extérieur : elle diminue en France parce que nos objets de luxe ne trouvent plus d’acquéreurs et aussi parce que nous n’avons pas assez poussé la rationalisation. En Allemagne, un mineur produit deux fois plus qu’en France. Certaines industries allemandes produisent 30 % de plus que nous en réduisant la main-d’oeuvre de 20 %. Donc il faut rationaliser ;
  3. il faut développer le crédit à l’exportation ;
  4. il faut rationaliser la production européenne ; la France a prêté à de nombreuses nations ;
  5. l’équipement national ;
  6. les ententes industrielles ou trusts.

Jeudi 25 juin 1931

  • 182 Yves Pierre (1885, Plourivo), capitaine au long cours qui habite Lancerf avec son épouse, institutr (...)

154Lancerf. Pierre182, à terre depuis six mois, écrit à toutes les compagnies de navigation ; réponse négative. On met à terre sans solde et sans préavis des lieutenants au long-cours et des capitaines au long-cours pour un temps indéterminé. Même des capitaines ayant dix, quinze, vingt ans de service. Ceux-là qui gagnaient 2 500 F. Capitaine en premier, 1 700 F. Capitaine en second sont remplacés par des jeunes qui acceptent 1 000 F et 1 100 F mensuels.

Vendredi 26 juin 1931

155Lancerf. Retraites des inscrits maritimes : six catégories de 8 400 à 4 200.

Samedi 27 juin 1931

  • 183 Yves Riou (1874, Plourivo), cultivateur, habite Lancerf avec son épouse Marie et quatre enfants sel (...)

156Lancerf. Rentrée du foin. À Riou183 (sept enfants). Pourquoi tous vos enfants quittent-ils la terre ? « Parce que pour s’installer fermier il faut un minimum de 50 000 F à 60 000 F. Je ne les ai pas. Les enfants qui ne veulent pas être domestiques ou journaliers mal payés avec un travail sans fin s’en vont en ville ou dans la marine ». Résultat : concentration de la terre dans les mains des grands propriétaires qui ont beaucoup d’enfants.

Dimanche 28 juin 1931

  • 184 Hameau à trois kilomètres de Lancerf. Le pardon est une fête en l’honneur du saint éponyme de la pa (...)

157Penhoat : Pardon de la Saint-Jean184.

  • 185 Élisa Le Guen née Thépot (1879, Plourivo), ménagère, vit seule à Penhoat selon le recensement de 19 (...)
  • 186 Statuette de bois du patron des forgerons.
  • 187 Il y a quatre Le Griguer à Paimpol ; il s’agit certainement de Célestin Le Griguer, commerçant et é (...)

158Élisa Le Guen185 : son Saint-Éloi186. Le Saint est dans la famille depuis plusieurs générations. Ma mère racontait que deux de ses vieilles tantes avaient le souvenir que le Saint avait été envoyé jadis chez des parents à Bréhat. Mais il y devint si triste qu’il fallut le ramener à Penhoat où il est depuis. Il y a retrouvé son sourire. Griguer187 est venu pour le marchander. Il en offre 40 F. Élisa lui en a demandé 4 000 F.

Notes diverses

159France :

Bretagne 3 400 000 hectares
Côtes-du-Nord 687 000 hectares
Seine 47 000 hectares

160URSS : usines à ble créées : 1929. Le géant : 113 000 hectares, sovkozes. Le trust des céréales aura en 1931, 231 fermes d’État avec 12 800 000 hectares. Quelques fermes auront 300 000 hectares.

161En Amérique il y a sept fermes qui ont plus de 50 000 hectares.

  • 188 Il s’agit le plus souvent des chiffres précis ou arrondis de la population au recensement de 1926. (...)
Paris 2 871 000188
Seine 4 628 637 habitants, 47 000 hectares
  • 189 En 1926, la population de Vincennes est de 48 967 habitants.
80 communes :
Saint-Denis 79 872
Boulogne 75 500
Levallois 75 140
Montreuil 58 500
Saint-Ouen 52 467
Neuilly 52 430
Asnières 52 600
Clichy 50 400
Courbevoie 48 888
Saint-Maur 49 700
Ivry 46 600
Vincennes 45 000189
Colombes 42 590
Aubervilliers 48 050
Pantin 39 100
Puteaux 37 950
Nanterre 35 500
Vitry 32 000
Drancy 31 500
Bagnolet 26 600
Maisons-Alfort 25 000
Alforville 25 000
Suresnes 22 000
Malakoff 23 800
Clamart 22 000
Fontenay-sous-Bois 23 000
Gennevilliers 24 000

162Produits bruts des Casinos :

Le Touquet 42 millions
Deauville 34,7 millions
Cannes 31,7 millions
Méditerranée 21,7 millions
Biarritz 21,6 millions
Palm-Beach 19 millions
Vichy 16,5 millions
Jetée Promenade, Nice 14 millions
Casino municipal, Nice 11 millions
Juan-les-Pins 11 millions
  • 190 Leonid Konstantinovic Ramzin (1887-1948), professeur à la Faculté des sciences de Moscou et directe (...)
  • 191 Nous touchons ici le défaut permanent de la planification soviétique sous la direction de Staline.

163Le plan quinquennal sacrifie les industries de consommation à l’industrie lourde. Cette année, on donne ordre de concentrer les efforts sur les entreprises qui rendront rapidement. Ramzin190 avait avoué qu’il avait proposé une mobilisation irrationnelle de capitaux dans un nombre considérable de travaux simultanés191. La circulation a doublé ; inflation ; alors on a procédé à une déflation brutale, d’où manque de papier-monnaie et certains fonctionnaires sans salaire.

  • 192 Anna Freund dite Gilka Kourtz (1891-1964), infirmière, membre du Comité directeur du parti communis (...)

164Gilka192, 41 rue Castillon, Toulon.

  • 193 Charles Spinasse (1893-1979), professeur, député socialiste SFIO de la Corrèze depuis 1924. Il inte (...)

165Allons-nous laisser en Russie la classe ouvrière plier sous la dictature sans défense contre ceux qui sont prêts à tout accepter pour garder le pouvoir ? Nous ne l’entendons pas ainsi, et sans nous laisser arrêter par l’objection hypocrite de l’immixtion étrangère dans les affaires d’un pays, nous pensons que la France républicaine et sociale a le droit d’avoir vis-à-vis du peuple russe, comme vis-à-vis des petites nations, la politique de sa doctrine. La reconnaissance des droits démocratiques est une question de vie ou de mort pour le prolétariat russe. Nous ne pouvons les imposer seuls, il faut que les peuples unis dans la Société des Nations nous y aident. (Spinasse, Chambre, 27 janvier 1925193).

  • 194 Port de Russie sur la mer d’Azov.

166Taganrog194.

167Méfiez-vous des égarements de la logique comme de ceux de la passion.

168Voici la fin et ce n’est rien.

169Le communisme est la logique vivante de la démocratie.

170Il voulait mettre la mer dans une bouteille.

171À l’origine des grandes fortunes, il y a toujours des choses qui font trembler.

172L’action est la sœur du rêve.

173Le silence est une denrée chère.

174Le bonheur est dans la bataille, le malheur dans la soumission...

175Charrière, 8 rue Chapelle.

  • 195 A partir de décembre 1928, paraît la Tribune de l’Électricité, « organe de la Fédération des commer (...)

176La Tribune de l’Électricité195, Pichon, 96 boulevard Chapelle.

  • 196 Étienne Bourret (1881, Pyrénées-orientales), facteur.

177Bourret196 73 bis, rue Long Sentier, Aubervilliers.

178Carnot 64.39. Cheminots Trudaine 63.36.

  • 197 Propriétaire d’une ferme du hameau de la Facture pour laquelle Cachin intervient, selon la mairie.

179Euphrasie Loizon197, aux Jonquerets de Livet. Eure.

  • 198 Est-ce Lucien Tarnet (1870, Marseille), employé de banque, qui habite 21, rue de la Chine (XXe) sel (...)

180Tarnat198, 4 impasse Cas.

  • 199 Clovis Meunier (1883-1943), boulanger, 5 rue du Puits de Reille.

181Meunier199, boulanger, Avignon.

  • 200 Est-ce l’employé de l’Humanité ? Cette rue n’existe pas à Paris ; est-ce la rue Chaudron (Xe) qui n (...)

182J. Renault200, 34 Chaudronnerie.

  • 201 Stéphane Giraudineau (1875, Loire-Inférieure), garçon boucher selon les listes électorales de 1930  (...)

183Giraudineau201, 23 rue Myrrha.

  • 202 Paul Émile Hecquet (1868), représentant de commerce. Il habite avec son épouse. Est-ce le secrétair (...)

184Hecquet202, 38 Chapelle.

  • 203 François Krum (1875, Paris), employé chez Saint-Gobain (XVIIIe), marié, un garçon. Non inscrit sur (...)

185Krum203, 12 rue Boucry.

  • 204 Marcel Prat (1904, Paris), manœuvre, inscrit à cette adresse sur les listes électorales de 1930.

186Michel Prat204, 3 impasse Langlois, refus secours grossesse.

  • 205 Marcel Adam (1905, Paris), employé de chemins de fer.

187Adam205 , 91 rue Chapelle.

188Vadet.

  • 206 René Morel (1896, Haute-Saône), ajusteur.

189René Morel206, 83, Ph. Girard.

  • 207 Michel Sylvain (1886, Lozère), employé téléphoniste au métro, habite avec son épouse, employée au m (...)

190Michel Sylvain207, 20 passage Doudeauville.

  • 208 Alphonse Hue, (1871, Eure), garçon charbonnier, habite avec sa femme et deux enfants (comptable et (...)

191Hue208, 44 Pajol.

  • 209 Marcel Chaumier (1900, Seine-Inférieure), imprimeur.

192Chaumier209, 70 rue Myrrha.

193Albaret, 34 Charbonnière.

  • 210 Léon Montastier (1884, Haute-Vienne), polisseur.

194Montastier210, 18 rue Ernestine.

  • 211 Félix Buisson (1888, Haute-Marne), ouvrier à la Compagnie du Nord. Habite 81, rue Riquet.

195Buisson211, 80 rue Riquet.

  • 212 Jean Pettinotti (1887, Italie), chauffeur, vit avec sa femme et sa fille en 1931.

196Pettinotti212, 84 Ph. G.

  • 213 Pierre Coudun (1894, Haute-Vienne), employé de commerce.

197Coudun213, 18 bis Goutte d’Or.

  • 214 La famille Domergue comprend le père, Eugène (1872, Paris), employé aux chemins de fer de l’Est, sa (...)

198Domergue214, 37 Doudeauville.

  • 215 Joseph Guillerault (1873, Nièvre), patron crémier dans le XVIIIe. Habite avec son épouse et ses deu (...)

199Guillerault215, 46 rue Chapelle.

  • 216 Sauveur Samat (1870, Marseille), dessinateur.

200Samat216, 34 Laghouat.

  • 217 Louise Florestier (1869, Seine-et-Marne), sans profession habite avec sa fille (1889).

201Florestier217, 13 rue Chapelle.

202Biron, 89 Ph. Girard.

203Hôtel-de-Ville : 750 jusqu’à 1929, 1 300 après Chambre : 17 400 en 1932. 75 : 52 078 – 328 011 – 231 110 – 6 aoùt.

Juillet218

  • 218 Le carnet du premier semestre 1931 comprend des notes jusqu’au 12 juillet. Le carnet du deuxième se (...)

204Malade le 18 mai

Mercredi 1er juillet 1931

  • 219 Lors de la réunion du Bureau politique du 3 juillet, Thorez donne lecture d’une lettre de Cachin. B (...)
  • 220 Émile Dutilleul (1883-1948), représentant de commerce, administrateur délégué de la Société nouvell (...)
  • 221 Voir 3 mai 1931.

205Lancerf à Paris219. Écrire à Dutilleul220 pour le téléphone. Malga 246. Dîner Abel221, 16e le 25 juillet.

  • 222 Le congrès socialiste de Tours se déroule du 24 au 27 mai 1931.
  • 223 Il n’y a pas de 31 juin.
  • 224 Jean Zyromski (1890-1975), dirigeant socialiste SFIO, animateur du groupe de la Bataille socialiste (...)
  • 225 Marcel Déat (1894-1955), professeur, député socialiste SFIO de la Marne (1926-1928), secrétaire du (...)
  • 226 Le programme d’action et le programme devait être rédigé par une commission composée de Blum, Aurio (...)
  • 227 Léon Blum (1872-1950), député socialiste SFIO de l’Aude depuis 1929, président du groupe parlementa (...)
  • 228 Oreste Rosenfeld (1891-1964), social-démocrate russe, rédacteur de politique étrangère du Populaire(...)
  • 229 Karl Kautsky (1854-1938), dirigeant socialiste allemand établi à Vienne qui prend à plusieurs repri (...)
  • 230 La question de la défense nationale est la grande question débattue lors du Congrès de Tours. Les m (...)
  • 231 Voir 3 mars 1931.

206Lancerf à Paris. Congrès socialiste de Tours222, 31 juin223. Zyromski224 et Déat225 sont félicités pour leur projet de programme226. Blum227 = Rosenfeld228. Blum : avec des esclaves on peut bien bâtir des pyramides. Télégramme Kautsky229. Il faut libérer les travailleurs russes. Pas un mot contre les assassinats coloniaux. Défense nationale230. Vote contre les crédits de guerre sauf lorsque nous serons au gouvernement. On ne peut pas dire qu’on se refusera toujours à la défense nationale. Le militarisme bourgeois coûte très cher mais le socialisme donnera à la défense nationale son sens plein et humain. Approbation de la politique Briand231.

  • 232 Victor Basch (1863-1944), professeur à la Sorbonne, président de la Ligue des Droits de l’Homme dep (...)
  • 233 Étienne Billières (1876-1935), négociant, maire socialiste SFIO de Toulouse depuis 1925.

207« La barbarie bolchevique vaut la tyrannie fasciste. Le bolchevisme est voué à un inévitable échec » (Basch232). Le socialisme est un état d’âme, Billières, maire de Toulouse233.

Jeudi 2 juillet 1931

  • 234 Voir Introduction « L’Humanité ».
  • 235 Le 24 juin, s’est tenue une réunion de l’union des municipalités communistes (sont représentés Alfo (...)

208Huma : la délégation internationale est venue contrôler l’Huma. Elle invitera le PC à donner 500 000 et l’IC autant comme avances234. En fin septembre, fête nationale de l’Huma. Le mois d’octobre consacré à la propagande de l’Huma. Stabilisation à 36 000 Paris. Pour la maison de Jaurès, c’est l’union des municipalités communistes qui va l’acheter235

Vendredi 3 juillet 1931

  • 236 André Félix, né à Paris (XVIIe) en 1891, industriel.
  • 237 Jean-Baptiste Laborie, né dans le Calvados en 1897, gérant d’un dépôt de vins.

209Union des commerces et industries du 18e. Félix, 48 rue d’Orsel236. Laborie, 65 rue Pajol237.

210La splendeur de l’eau.

  • 238 Lucie Cousturier née Bru (1876-1925), peintre néo-impressionniste, élève de Signac. Auteur d’un ouv (...)
  • 239 Voir note 3 mars 1931.
  • 240 Revue culturelle fondée par George Besson en octobre 1912 et soutenue par divers écrivains et artis (...)
  • 241 120 rue Lafayette, siège du parti communiste.
  • 242 Sans doute Marie-Louise Cachin (1910-1989), fille de Cachin, étudiante en droit.

211Lucie Cousturier238. Paul Signac239. Créateur comité des Cahiers d’aujourd’hui.240. Passé au 120241 à 11 h. Remis 300 F.M. Louis242 (183 F. Griller).

  • 243 Albert Thomas (1878-1932), professeur, socialiste SFIO, ancien ministre (1915-1917), président du B (...)

212Socialisme : « Le socialisme et le fascisme ne diffèrent que dans leurs méthodes. Ils représentent l’un et l’autre les intérêts des ouvriers ». (Albert Thomas243).

Samedi 4 juillet 1931

  • 244 Le peintre Signac (voir note, 3 mars 1931) y possède une maison.
  • 245 Sans doute Fernand Legagneux (1900-1972), ouvrier du bâtiment, secrétaire de l’union locale CGTU du (...)

213Barfleur244. La Hague. Aurigny. Jersey. Flamanville. Les Normands, vrais fils de pirates (Legaigneux245)

214Paris à Barfleur.

Dimanche 5 juillet 1931246

  • 246 Pendant trois jours, Cachin parcourt la Normandie (Manche, Seine-maritime, Calvados).

215Valognes. Barfleur. Le phare de Barfleur. Le congre à la crème, le bar à la crème, le homard femelle ! On envoie les mâles à Paris parce qu’inférieurs, le turbot au beurre fondu (Barfleur et les prêtres), saumon, surmulet. La Normandie plantureuse. Propreté des fermes. Les Tamaris à Barfleur.

  • 247 Voir note le 1er janvier 1931. Pourquoi Cachin note-t-il cela ? La presse au même moment annonce la (...)

2161908 : premier bond de Santos-Dumont247. Barfleur. Saint-Vaast.

Lundi 6 juillet 1931

  • 248 Les travaux pour aménager jetées, port à usage militaire et arsenal, commencés en 1776, interrompus (...)
  • 249 Nom d’une haute falaise.

217Cherbourg : statue de Napoléon248. « J’avais résolu de renouveler à Cherbourg les merveilles de l’Égypte ». Cap de la Hague. Nez-de-Jobourg249. Auderville. Jobourg. Jersey. Aurigny. Gréville. Millet (saumon prémulet). C’est plus beau que le Raz-de-Sein.

  • 250 Maurice Petsche (1895-1951), auditeur à la Cour des Comptes, député radical indépendant des Hautes- (...)

218Cherbourg. La Hague. Nous sommes agités par de pénibles pressentiments pour l’avenir que nous ne verrons peut-être pas, mais dont nous souffrons déjà. (Petsche250 à Loudun).

Mardi 7 juillet 1931

  • 251 Famille de banquiers, administrateurs de sociétés.

219Barfleur. 1 100 habitants, tous pêcheurs, 60 à 80 bateaux de pêche. Ce matin à 9 h les bateaux rentrent ; une vingtaine de petites voiles. Un ciel toujours changeant, la pleine mer, le mouvement du port. Petite ville bien construite, propre, sans prétention, sans invasion. Bonne nourriture. Hôtel restaurant moderne (à la salle normande) ; grand prix de la bonne cuisine (Rothschild251). La Pernelle. Saint-Vaast-la-Hougue. (Harfleur, Lison, Lancerf).

220Industrie chimique en France : 10 milliards, 250 000 ouvriers. Benzol 80 000 tonnes, sulfate d’am. 420 000 tonnes, acide sulfurique 1 700 000.

221Autos : 27 millions États-Unis, 1 480 000 Angleterre, 1 320 000 France ; 1 180 000 Canada, 700 000 Allemagne.

Mercredi 8 juillet 1931

222Les fermes normandes (les prés, les pommiers, les fleurs). Les fleurs de la gare d’Avranches. Après Pontorson, on entre en Bretagne ; cultures et pommiers. Dans la cathédrale de Saint-Brieuc on prêche sur le danger du bolchevisme (affiche !).

223Lison. Lamballe. Lancerf.

Jeudi 9 juillet 1931

224Lancerf.

  • 252 Le Temps financier, le 6 juillet, consacre son éditorial au moratoire Hoover et au plan Young.

225Réparations252 :

  • 253 Andrew Bonar Law (1858-1923), conservateur, chancelier de l’Échiquier en Grande-Bretagne (1916), Pr (...)
  • 254 Charles Gates Dawes (1865-1951), financier américain, président de la commission d’experts qui préc (...)
  • 255 Owen D. Young (1874-1962), expert financier américain, président de la commission qui élabore un pl (...)
Novembre 1918 1 350 milliards
Mai 1921 792
1923 Bonar Law253 300
Dawes254 270
Young255 228
  • 256 Le Temps, le 9 juillet, dans un article, estime que le crédit consenti par les banques américaines (...)

226Les alliés avancent à l’Allemagne les sous qu’elle doit payer256.

  • 257 Décision de la réunion du comité du budget, du 10 juillet, rapportée par la presse.

227Les conseillers municipaux de Paris s’augmentent de 10 000. Ils auront 49 100257.

  • 258 L’Humanité, le 13 juillet, titre : « L’appel désespéré du cabinet du Reich. Le gouvernement américa (...)

228Plan Hoover : 20 juin. 17 jours de discussions. 50 Américains. Expédient de bourse. Sursaut. Répit. On remplace l’intolérable par l’intolérable. Allemagne et Europe centrale en faillite. La France va-telle compléter le désastre du moratoire par la folle aventure d’un prêt à l’Allemagne ? Après Dawes, Young, puis un prêt de 24 milliards pour sauver le mark et refaire l’économie ! Après le plan Hoover, les Américains et les Anglais retirent leur argent d’Allemagne258. Aux Français d’envoyer l’or à Berlin. Les grands industriels allemands payent Hitler et ils demandent les milliards français pour cela. Le plan Young est mort. L’Allemagne a trop sacrifié à son équipement. La France entend contrôler la politique allemande. Les États-Unis veulent affaiblir les finances françaises.

Vendredi 10 juillet 1931

229Commerce général de l’AOF : trois milliards.

Samedi 11 juillet 1931

  • 259 Il s’agit de son frère, médecin.

230Charles259 à Roscoff.

Dimanche 12 juillet 1931

  • 260 Née Yvonne Lelec (1893-1966) à Dinan (Côtes-du-Nord), épouse de Joanny Berlioz-Benier depuis mars 1 (...)
  • 261 Henriette Lelec (1883), sans profession, y demeure, sans doute parente d’Yvonne Berlioz.

231(Yvonne Berlioz260). St.-Brieuc. Lelec, 1 rue Jobert de Lamballe261.

  • 262 Usine de Plzen (Tchécoslovaquie, Bohème) spécialisée dans la production d’armes et de matériel ferr (...)

232Skoda262 pendant la guerre : 30 000 hommes. Aujourd’hui : 40 000 hommes.

Lundi 13 juillet 1931

  • 263 Ce Russe, venu en France sous ce nom, propose à Cachin d’écrire un article par mois dans le mensuel (...)

233Aimé Blanc263. Plans 6 juin 1931.

  • 264 A partir de 1926, des ententes s’établissent entre sidérurgistes français, luxembourgeois, belges e (...)

234Les cartels. Le cartel est créé pour sauvegarder les positions acquises. Il a contre lui le laboratoire et la banque. Le cartel est fait pour assurer la régularité de la production de ses adhérents, maintenir les prix, écarter les concurrences des pays neufs. Mais les accords sont à court terme instables ; ils sont violés par indiscipline ; les accords ne tiennent compte que de la faculté de production des adhérents, non de la consommation. Le consommateur favorise les dissidents. Le consommateur favorise l’équipement industriel des pays neufs. Des deux côtés du Rhin, ce sont les adhérents du Cartel de l’acier264 qui poussent à l’accroissement du matériel de guerre. Ils payent les nationalistes. Les cartels ne peuvent empêcher les crises. Ils peuvent en rendre les conséquences moins désastreuses. Les cartels (acier, feuillards, tréfilés, azote, lampes, cuivre, pétrole) sont en déclin.

Mercredi 15 juillet 1931

  • 265 Voir Introduction.

235La livre anglaise subit aujourd’hui à la Bourse de Paris, une baisse record. Elle est descendue au-dessous du gold-point265

Vendredi 17 juillet 1931

  • 266 Le 6 juillet, l’Humanité en publie une analyse et le Temps, le lendemain, reprend le résumé diffusé (...)

236Discours de Staline, 23 juin, à la conférence des dirigeants de l’industrie266. Le charbon, le fer sont en retard. Il faut de nouvelles directives.

  1. Il faut de la main-d’oeuvre. Pour cela il faut organiser le recrutement des ouvriers d’industrie en signant des contrats entre kolkozes et usines. Il faut mécaniser le travail.
  2. Il faut payer davantage les ouvriers qualifiés et ceux qui font un travail difficile, plus que les autres. Il faut organiser l’avancement des ouvriers, les bien nourrir, les loger pour assurer la fixité du travail.
  3. Il faut organiser la responsabilité personnelle des ouvriers vis-à-vis des machines et de la production. S’il le faut, on supprimera la semaine de quatre jours là où les choses vont mal. On y reviendra plus tard quand les ouvriers y seront préparés. Il faut mieux répartir les forces dans l’entreprise.
  4. Il faut créer le noyau intellectuel de la classe ouvrière. Il faut des techniciens. Ils sortiront des universités et des écoles, mais aussi des brigades de choc, qu’ils soient communistes ou sans-parti. Il y a aussi d’anciens techniciens, même d’anciens saboteurs, jadis égarés, aujourd’hui fidèles et loyaux. Il faut les employer, les utiliser, et non manger du spécialiste. Il faut aussi accentuer le rythme de l’accumulation, trouver de nouvelles sources d’accumulation. Jusqu’ici, l’industrie légère, l’agriculture, le budget nous ont permis d’alimenter l’industrie lourde, les kolkhozes et les transports. Mais, maintenant il faut faire des chemins de fer, des usines de fer, des grandes propriétés rurales. Alors il faut de nouvelles sources d’accumulation. Et d’abord, l’industrie lourde elle-même, par la réduction des prix de revient. Il faut s’occuper des choses de rien. Il faut dissoudre les trusts de 100 et 200 entreprises et individualiser la direction. Mettre fin à la théorie des collèges de direction, paperassières et bureaucratiques. Il faut aller à l’entreprise et ne pas la diriger de son fauteuil.

Mardi 21 juillet 1931

237La surproduction : elle crée le dumping, le prêt extérieur pour assurer le débouché. Les stocks peuvent alimenter les besoins du monde pour douze et quinze mois. On détruit les excédents invendables : café du Brésil, 33 % de la production du coton aux États-Unis. Le charançon ! On laisse s’abîmer sur place les récoltes.

Samedi 25 juillet 1931

  • 267 Michelin présente l’automobile sur rail à Saint-Arnoult-en-Yvelines. Il estime que cette invention (...)

238Michelin : Les trains montés sur pneumatiques, autocar sur rail de Saint-Arnoult à Coltainville sur la ligne Paris-Chartres267. Application de la promesse des réseaux le 13 mars 1931 (lettre au ministre des Travaux publics) : « Nous allons moderniser notre exploitation et substituer aux trains sur les petites lignes, des transports automobiles sur route et sur rail ».

Mardi 28 juillet 1931

  • 268 La presse rappelle que voici cent ans Mac Cormick inventait la machine à moissonner.

239Avec une moissonneuse sept personnes, avec une moissonneuse-lieuse : deux enfants268.

Mercredi 29 juillet 1931

  • 269 Les Cachin vont souvent à l’île Bréhat où ils rencontrent notamment Yvonne Sadoul, l’épouse de Jacq (...)

240Bréhat269.

  • 270 Ida Treat (1889-1978), épouse de Paul Vaillant-Couturier depuis 1923, de nationalité américaine, jo (...)

241Un ingénieur américain a vu Ida270. Il dit : « Soixante-dix jeunes ingénieurs russes sont admis dans les écoles techniques des États-Unis pour la préparation du plan quinquennal 1933-1937 ». Lorsque les ingénieurs américains commencent à travailler en Russie, rien ne marche, on gaspille, on sabote, par manque d’ouvriers spécialisés et qualifiés. Mais au bout du compte, on finit par aboutir. C’est comme la nature qui gaspille beaucoup, mais qui aboutit après beaucoup d’échecs et d’avortements. Les Russes disent qu’ils payent leur apprentissage.

Vendredi 31 juillet 1931

  • 271 Le 26 juillet, s’ouvre à Vienne le Congrès de l’Internationale ouvrière socialiste. Après la séance (...)

242Congrès de la IIe Internationale, Vienne271.

  • 272 Pierre Renaudel (1871-1935), vétérinaire puis journaliste, ancien directeur de l’Humanité (1914-191 (...)

243Renaudel272 : « Des ministres socialistes ne peuvent pas respecter les décisions de l’IS sur le désarmement ».

  • 273 Paul Faure (1878-1960), secrétaire général du parti socialiste SFIO depuis 1921, député de la Saône (...)

244P. Faure273 : « Nous interdisons le vote des crédits militaires sauf lorsque les socialistes sont au pouvoir ».

  • 274 Émile Vandervelde (1866-1938), membre du parti ouvrier belge, député depuis 1894, ministre des Affa (...)
  • 275 Selon l’Humanité du 39 juillet, Vandervelde, lors de la séance d’ouverture aurait affirmé que le mo (...)

245Vandervelde274 : « La lutte est entre deux camps : les vieilles démocraties et les dictatures blanches ou rouges »275

246L’Europe ne peut guérir avec en son centre, un pays en décomposition monétaire concertée.

Août

Samedi 1er août 1931

  • 276 Auguste Piccard (1884-1962), physicien suisse, commence ses ascensions stratosphériques. Selon le T (...)

247On ira bientôt en avion dans la stratosphère (Piccard276).

  • 277 Voir Introduction.
  • 278 Deux ans après la retour au pouvoir des Travaillistes, devant la crise croissante, le ministre des (...)

248Angleterre277. Le rapport de la commission May278 à Londres : réduction 20 % indemnités chômage, traitements fonctionnaires, pensions. Inflation sept milliards. Augmentation des impôts.

  • 279 Le Temps, le 2 août, annonce que la Banque de France et la Federal Reserve de New York ouvrent un c (...)

249Prêt de six milliards fait par la France et les États-Unis279. L’orgueilleuse Cité met les pouces.

Dimanche 2 août 1931

  • 280 George Bernard Shaw (1856-1950), écrivain irlandais de langue britannique, membre de la Société Fab (...)

250Bernard Shaw à Moscou280.

  • 281 Raoul Péret (1871-1942), avocat, député de la Gauche radicale (1902-1927) et sénateur (depuis 1927) (...)
  • 282 La Haute Cour de Justice siège du 26 mars au 23 juin pour juger quatre inculpés dans l’affaire Oust (...)

251Les réactionnaires au Sénat ont voté l’acquittement de Péret281 et Cie282.

Lundi 3 août 1931

  • 283 D’origine anarchiste, fondée en 1910 à Barcelone, s’est heurtée à la répression sous la dictature d (...)
  • 284 Angel Pestana Nunez (1886-1936), dirigeant national de la CNT, délégué au IIe Congrès de l’Internat (...)
  • 285 D’origine socialiste, fondée en 1888, à Barcelone, favorable au syndicalisme de masse, centrale syn (...)
  • 286 La CNT domine en Andalousie et réclament la réforme agraire. Le docteur Pedro Vallina Martinez (187 (...)
  • 287 Manuel Adame Misa (pseudonyme, Enrique Santiago Agar), (1901), maçon de Séville, dirigeant communis (...)
  • 288 Francesco Macia (1859-1933), ancien colonel, âme d’une tentative de renversement de la dictature de (...)
  • 289 Macia promet l’indépendance, organise un référendum pour l’autonomie (L’Humanité, 3 août 1931). Alo (...)
  • 290 Depuis la révolution du 14 avril, une tension sociale règne en Espagne. En Andalousie et à Séville, (...)

252Espagne. Confédération nationale du travail283. Angel Pestana284. Union générale des travailleurs285, socialistes. En Andalousie, les anarchistes de Vallina286, les communistes d’Adame287. À Barcelone, les bourgeois demandent secours à Madrid, car Macia288 compose avec Pestana289. À Séville le communiste Misa Adame, Agar, l’anarchiste Vallina Martinez se sont alliés le 19 juillet290.

Vendredi 7 août 1931

253L’IC avait recommandé :

  1. Aux dirigeants du BP d’écrire à l’Huma pour l’améliorer.
  2. De rendre plus actives les fractions syndicales.
  3. D’orienter le parti et les syndicats vers les revendications partielles des ouvriers.
  4. De lutter contre le sectarisme et le mécanisme par la démocratie syndicale.
  5. D’aider l’Allemagne et l’Espagne.

254Le tournant n’est pas encore commencé. Le tournant consiste à se rapprocher des masses, à recruter. Or le parti, les syndicats, l’Huma régressent. Si cela continue, il faudra en appeler à tout le Parti.

Samedi 8 août 1931

255Toutes les faiblesses du PCF viennent de ce que depuis la direction jusqu’à la base, les militants répètent comme un phono les formules, les thèses sans les traduire concrètement ni dans leur propagande, ni dans leur pratique du parti. L’esprit de groupe isole des masses. L’esprit de secte les pousse à des exclusives et brutalités. Nulle souplesse dans la tactique. On ne voit les choses qu’en général.

Dimanche 9 août 1931

  • 291 Le traité de Versailles.

256Le but du parti est de conquérir les ouvriers en leur prouvant qu’il est le meilleur guide pour la défense de leurs conditions de vie et leur amélioration : ouvriers, paysans, fonctionnaires, petits commerçants, artisans. La campagne socialiste pour la paix se poursuit avec succès. Il faut contrebattre ce pacifisme faux qui mène à la guerre. Il faut combattre Versailles291. Il faut donner un contenu politique plus riche à l’activité politique du PC. Il faut intéresser la base à l’activité du parti. Il faut multiplier les réunions de rayons. Unité syndicale, lutte pour la paix.

Lundi 10 août 1931

  • 292 Maurice Thorez rend visite à Cachin. S’agit-il d’Albert qui participe à toutes les réunions du Bure (...)

257Maurice Albert292 à Lancerf.

  1. La tactique électorale du parti : elle doit être inséparable de l’application du Front unique. Il faut se rapprocher des ouvriers socialistes. Les désistements réciproques seront possibles si les socialistes acceptent la défense de l’URSS, l’unité syndicale, l’élection de délégués d’usine en commun293.
  2. La lettre de l’IC. Faiblesse de la direction. L’esprit de groupe dans le parti et les syndicats.
  3. La préparation du congrès confédéral.
  4. Moyens de remédier à la perte d’effectifs.
  5. L’Huma recevra un prêt sous conditions sévères294.

Mercredi 12 août 1931

258La France consomme 90 millions tonnes houille ; elle en produit les deux tiers ; elle a en réserve le bassin de Moselle.

Jeudi 13 août 1931

  • 295 Le Temps, le 4 août, publie les résultats mensuels de la production de fonte : juin 1930, 841 000 t (...)

259Depuis 1800, en France, tous les vingt ans, la production et la consommation de la fonte brute ont doublé. En 1929 : 10 millions tonnes295.

Vendredi 14 août 1931

  • 296 Léon Bailby (1867-1945), propriétaire, depuis 1905, du quotidien du soir l’Intransigeant, journal d (...)

260Pour sortir de la crise, dit Bailby296, il faut « un cartel international des houillères, un cartel international de l’acier ».

261La potasse d’Alsace : trois millions tonnes 1930. Elle peut quadrupler en treize ans.

Samedi 15 août 1931

  • 297 L’Humanité, le 18 août, annonce le lancement par les chantiers navals Worms au Trait (Seine-Inférie (...)

262La France possède la plus grande flotte sous-marine du monde. 54 000 tonnes sont en cours de construction297. Le département de la marine américaine propose de dépenser 3 250 millions de constructions nouvelles en 1932, surtout en hydravions.

Lundi 17 août 1931

  • 298 La Compagnie générale des voitures a son siège social place du Théâtre français (Ier arrondissement (...)

263La Compagnie générale des voitures298 à Paris : son important domaine immobilier.

  • 299 Voir Introduction.

264Les investissements à long terme de la Grande-Bretagne à l’étranger sont de 250 millions de francs299. « Donc notre solidité financière internationale est inébranlable » (Observer). L’Angleterre va équilibrer son budget. Mais cela ne la sortira pas d’embarras. Les Anglais croient qu’ils ont droit à un niveau de vie supérieur travaillant moins et gagnant plus que les autres pays. Il faut que les Anglais épargnent et se résignent à limiter leurs dépenses. Il faut que les Anglais rationalisent leur industrie (c’est-à-dire augmentent le chômage). Il faut que les Anglais regagnent leurs positions sur le marché extérieur.

Vendredi 21 août 1931

  • 300 Théodore Dreiser (1871-1945), romancier américain, fait partie du courant réaliste et dépeint les g (...)

265Dreiser300, né en 1871 dans l’Indiana d’un émigrant rhénan. Vive la vie ! Darwinien, déterministe, contre les convocations, réaliste. La passion broie l’homme et la femme.

  • 301 Né en 1897, agent d’assurances, quatre enfants, marié à une native de Levallois-Perret où sa premiè (...)
  • 302 Le seul électeur, en 1931, portant ce prénom, est boucher : (1873-1938), il habite une rue voisine (...)

266Bretons : Louis Derrien301, route de Callac, Guingamp, communiste. Louis Rouzic302, ouvrier de flotte, rue Montbareil, Aut.

Samedi 22 août 1931

  • 303 Le 25 mars 1931, dans un train de Chattanooga à Memphis (Alabama), à la suite d’une rixe entre des (...)
  • 304 Ville du Tennessee au Sud des Appalaches. Le général Grant y remporte une victoire sur les sudistes (...)

26724 mars : jugés à Scottsboro303, Alabama. Les Nègres de Chattanooga304 (Tennessee), ville nègre d’usines ; condamnés à mort. Les fanfares des usines jouent l’hymne américain.

Dimanche 23 août 1931

  • 305 Voir Introduction.

268Les Allemands disent : nous avons versé au total aux alliés depuis la guerre 37 milliards de marks ; la France a reçu 18,5 ; or les frais de sa reconstruction n’ont coûté que 17 milliards de marks. Les Français ripostent : vous n’avez versé que 20 milliards, la France n’a reçu que 7,5 milliards305.

Lundi 24 août 1931

269Douanes : augmentation du prix de la vie, d’où diminution de la consommation, d’où accroissement du chômage.

Mardi 25 août 1931

  • 306 Peut-être un parent du baron (Freiherr) von Detlev Liliencron (1844-1909), écrivain allemand dont u (...)
  • 307 Place dans le quartier de Wittenberg au Sud-Ouest de Berlin, près du centre
  • 308 (1882-1971), écrivain, auteur notamment d’ouvrages sur la peinture, de Pèlerinages européens (1924) (...)

270L’humanisme latin : clarté, netteté ; c’est sec, pauvre pour un Japonais. Georg Eduard Freiherr von Liliencron306, Wittenbergplatz 3 a. Berlin, W. 62307. – Tel : Bavaria 6254 – André Germain308.

Mercredi 26 août 1931

  • 309 Francis Desphelippon (1894-1965), ouvrier puis commerçant, secrétaire de l’Association républicaine (...)
  • 310 Le 10 août 1931, une circulaire du Bureau politique indique que Monde n’a rien de commun avec le pa (...)
  • 311 Voir 6 janvier 1931.
  • 312 Jacques Kayser (1900-1963), avocat, journaliste, membre du bureau du parti radical-socialiste depui (...)
  • 313 Journal quotidien fondé en juin 1929 par Émile Roche pour refléter les analyses des « jeunes radica (...)
  • 314 Voir 6 janvier 1931.
  • 315 Voir 6 janvier 1931.

271Desphelippon309 : « Il faut 24 000 à Henri Barbusse310 ; si on se sépare de lui il réclame 500 000 qu’il a placés de ses deniers dans Monde311 ». Il s’est adressé d’abord à Kayser312, et aux gens de la République.313 Puis Tuai314 et Berl315. Il a pris leur argent et les a débarqués.

Jeudi 27 août 1931

  • 316 Voir 14 août 1931.

272Il faut croire à la reprise économique d’ici quelques mois. Bailby316 : L’industrie métallurgique : Longwy émet 100 millions d’obligations 5 % en un tournemain. L’acier marchand est passé de 440 F à 500 F. par tonne. Les potasses se vendent au plus haut. La crise agricole est liquidée. Les récoltes s’annoncent belles. Pour le chômage, il faut faire la journée de six heures. Il faut rationaliser les intermédiaires. Il y a dans le passé une augmentation constante de la consommation de la houille. Nous produisons deux-tiers de notre consommation. Et nous avons la réserve du bassin de la Moselle ; elle peut produire 20 millions de tonnes annuellement. Le bassin lorrain de minerai de fer peut donner quatre milliards de tonnes, 25 millions tonnes par an. Tous les vingt ans, la consommation de la fonte brute double ; aujourd’hui 10 millions de tonnes ; en 1950 : 20 millions. Il y faudra un milliard par an. Ce n’est rien pour la puissance française.

  • 317 André Tardieu (1876-1945), haut fonctionnaire, député de la Seine-et-Oise (1914-1924) puis du Haut- (...)

273Le blé est à 150 F parce que le temps est mauvais. S’il avait fait beau il serait à 135 F ou moins. Il valait 175 F en mai. C’est le minotier qui dirige les prix. Elle incorpore ce qu’elle veut de farines étrangères. Tout le bluff de Tardieu317 n’est pour rien dans ces prix. Il est pour la grande culture. Et il impose les hauts prix pour l’azote pour favoriser les grands industriels des produits chimiques. Dans la Beauce, la crise agraire sévit. Les cultivateurs font renouveler leurs crédits. On a ramassé le blé en Beauce, mais non dans le Nord où il germe.

Vendredi 28 août 1931

  • 318 Pierre Riou, né en 1873.

274(Bréhat, l’hôtelier Riou318).

Dimanche 30 août 1931

  • 319 Alexandre Dreux (1853-1939), administrateur général des Aciéries de Longwy (1888), président du Com (...)

275Lancerf à Paris. La potasse d’Alsace par ses prix de revient peut battre tous ses concurrents. Aujourd’hui trois millions tonnes brutes. Elle peut quadrupler en treize ans. Nos débouchés en France et aux colonies sont immenses. En ce moment même Dreux319 fait construire des hauts-fourneaux ! Bien qu’on en ferme, car il croit à la fin de la crise.

Lundi 31 août 1931

  • 320 L’Humanité, le 1er septembre, cite le Daily Herald, « Si la Banque d’Angleterre a pu obtenir si rap (...)

276L’Angleterre tire de ses placements à l’étranger 50 milliards de revenus par an. Mais les prêts en Allemagne, en Australie, en Sud Amérique ne rapportent plus et le capital même y est menacé320.

  • 321 Raymond Garcin (1897-1971), médecin des hôpitaux depuis juin 1930, chargé de consultation externe à (...)
  • 322 Charles Alfred (1907), fils aîné de Marcel Cachin, étudiant en médecine, occupe les fonctions d’int (...)

277Garcin321 : surmenage plus tabac ; aucun organe n’est atteint ; plus de café, même le matin, le remplacer par le caramel dans le lait. Un tube tiède le soir, deux mois de repos, revenir fin octobre. Ce ne fut qu’une alerte ; ce ne fut qu’un spasme. Grand éloge de Charles322 pour l’oral, on remédiera à son énervement.

Septembre

Mardi 1er septembre 1931

  • 323 Émile Gruyer (1866, Marne), ouvrier chez Herburger (18e). Habite avec son épouse. Est-ce Griller, 3 (...)

278(Fabre 300, Gruyer 240) Gruyer 128, rue Chapelle323.

  • 324 La fille de Cachin, Marie-Louise, Alice, (1910-1989), avocate selon les listes électorales de 1931.
  • 325 Charles Alfred Cachin (1907), fils de Marcel Cachin, interne provisoire dans le service de neurolog (...)
  • 326 Pierre Dumont (1908), fils de Lucien Dumont (1865-1945), médecin, ancien député républicain-sociali (...)
  • 327 Jean-Louis Lortat-Jacob (1908-1992), externe depuis 1928, devient interne des hôpitaux en 1935.

279Coup de téléphone de Charles à l’Huma 7 h. Visite à Charles à Bichat. On attend les résultats de l’écrit et on est énervé. M. L324. est bien partie, Charles lui a avancé. Charles admissible325. Dumont326, Lortat-Jacob327, non.

280Transmis une lettre aux Travaux publics pour que les ajusteurs du Nord travaillant en Belgique ne payent pas l’impôt sur les salaires.

Mercredi 2 septembre 1931

281Paris 9 h 30. Lancerf. Les salaires des mineurs ont été baissés de 8 % en France, 6 % en Allemagne, 19 % en Belgique.

Jeudi 3 septembre 1931

282Il ne faut pas parler de rôle dirigeant du PC. Il faut le réaliser par son travail syndical intelligent.

Vendredi 4 septembre 1931

  • 328 Sans doute Louis Floch (1893), marin à Plouézec (Côtes-du-Nord).
  • 329 Ange Le Barbu (1902, Plouezec), employé de l’assistance publique.

283Louis Le Floch328, bourg Plouézec. Le Barbu329, 93 rue de la Santé, 13e.

Samedi 5 septembre 1931

284De ses placements à l’étranger, l’Angleterre tire 50 milliards de revenu par an. Le déficit de sa balance est de 30 milliards. Le nôtre est de 15 milliards.

285Les États-Unis ont investi :

En Allemagne 308 millions livres
En Angleterre 131 millions livres
À l’étranger 3 milliards livres
En Europe 925 millions livres

286Au Canada 777 millions livres

287Amérique du Sud 615 millions livres

288Au total : 375 milliards de francs.

289Aux États-Unis : déficit budgétaire pour 1931 : 37 milliards.

Lundi 7 septembre 1931

290Capital de la Grande-Bretagne : 3 000 milliards. Revenu annuel : 437 milliards. Dès lors, dit le Daily Herald, on peut bien payer les chômeurs. La Grande-Bretagne dépense 12 milliards pour ses services de guerre. Il faut, dit le Daily Herald, mobiliser les capitaux britanniques investis à l’étranger pour défendre la livre. Ces capitaux s’élèvent à 500 milliards.

Mardi 8 septembre 1931

  • 330 Le Temps, le 14 septembre, consacre un article à la préparation militaire de la jeunesse italienne. (...)
  • 331 Dino Grandi (1895-1988), membre du mouvement fasciste depuis 1924, ministre des Affaires étrangères (...)

291En Italie tous les enfants à partir de huit ans devront recevoir l’instruction militaire330. Grandi331 parle de désarmement.

Mercredi 9 septembre 1931

  • 332 Philip Snowden (1864-1937), employé, député travailliste (1906-1918, puis à partir de 1922), Chance (...)
  • 333 Le Temps, le 12 septembre, publie les grandes données du Livre blanc britannique ; Cachin arrondit (...)

292La vieille confiance de l’intangibilité financière de l’Angleterre est ébranlée. Budget Snowden332 : augmentation income taxe de 22 % à 25 %, augmentation impôt bière et tabac, essence, spectacle : 80 millions de livres. Diminutions des traitements 23 millions de livres, [des] secours aux chômeurs 30 millions de livres, routes 7 millions de livres333.

Jeudi 10 septembre 1931

  • 334 Siège de la Société des Nations.
  • 335 Voir 3 mars 1931.
  • 336 Le 24 janvier 1931, le conseil de sécurité de la SDN demande aux États de préparer un descriptif de (...)

293À Genève334. Briand335 : « La France a réduit ses effectifs de moitié et la durée du service militaire des deux tiers. Il faut que toutes les nations donnent des garanties de sécurité ». Pas un mot de réponse à Grandi, à la trêve des armements. La guerre est toujours possible. Briand s’en est tenu à la position du mémorandum français336.

Vendredi 11 septembre 1931

  • 337 Joachim Darsel (1905-1974), maître d’internat à l’École primaire supérieure de Guingamp, puis répét (...)

294Darsel337 , 9 rue Gambetta, Morlaix.

295L’Allemagne est l’un des points faibles du capitalisme mondial. Toutes les solutions des conférences aboutissent à : accentuer les antagonismes qui déchirent le capitalisme, augmenter les charges supportées par les masses, approfondir la crise du capitalisme. Un tremblement de terre ébranle les assises de l’Europe. « Le Samson allemand poussé au désespoir entraînera ses adversaires avec lui sous les ruines ».

Samedi 12 septembre 1931

  • 338 Cette remarque annonce l’article du Temps du 17 septembre : « Le moratoire des dettes intergouvemem (...)

296La proposition Hoover est le coup de mort porté au plan Young338.

Dimanche 13 septembre 1931

297Les forces productives ont grandi. Elles dépassent le capitalisme. Elles exigent sa mort.

  • 339 Akaki Tchenkili (1874-1959) fait des études de droit en Russie. Géorgien, membre du parti social-dé (...)

298Tchenkili, ministre de Géorgie en France339, accrédité par le quai d’Orsay, écrit le 20 mai 1931 à Briand pour lui demander de ne plus aider l’URSS en lui fournissant des marchandises.

  • 340 Voir Introduction.

299Les nations créancières disent à leurs débiteurs : donnez-nous de l’argent, non des marchandises pour payer les dettes et les réparations. D’où l’illogique répartition de l’or, laquelle a détraqué le système monétaire international ; d’où le fléchissement des cours ; d’où le chômage. Le fléchissement des cours vient aussi de la surproduction, de la rationalisation. C’est comme si on disait « je vous permets de me laver, mais je ne veux pas que vous me mouillez »340.

Mardi 15-mercredi 16 septembre 1931

300L’amélioration des relations franco-russes, c’est une nouvelle orientation politique de l’Europe ; les Russes comprennent que l’argent est en France non en Allemagne ; les Français comprennent que l’alliance franco-russe coupe court au danger allemand. C’est une ère nouvelle de la politique d’après-guerre. C’est la fin du tête-à-tête germano-russe ; la France fait place à la Russie dans son système politique. La vision fantastique d’une alliance germano-russe militaire contre la France est évanouie. La France rassurée prend en mains la carte russe. Il y a aussi un ton nouveau dans les relations russo-polonaises. L’Allemagne a perdu sa position privilégiée en Russie, elle a perdu le dernier atout de sa politique extérieure. Le pacte de non-agression est un geste amical. C’est une invitation à des relations économiques entre deux États presque isolés l’un de l’autre.

Samedi 19 septembre 1931

301Tarifs préférentiels : ils sont contraires à l’esprit de solidarité européenne. Ils sont contraires à l’esprit des traités où sont stipulées les clauses du pays le plus favorisé. Ils n’améliorent pas la condition des consommateurs.

Dimanche 20 septembre 1931

  • 341 Rivière qui se jette dans la mer entre Plouha et Saint-Brieuc. Abel Corroënne (voir note 3 mai 1931 (...)

302Le Leff341, Quimper. Le Faouet. Yvias. Le Cirque.

Lundi 21 septembre 1931

303Marché Pontrieux.

Mardi 22 septembre 1931

304Glomel.

305Lancerf. Guingamp. Corlay. Saint-Nicolas. Rostrenen. Glomel. Carhaix. Callac. Guingamp. Lancerf. Élevage, du foin, des prés, pas de culture. De Corlay à Guingamp, trente kilomètres, pas un village !

Mercredi 23 septembre 1931

  • 342 Sylvie, sa sœur, voir 14 juin 1931. Charles, Marcel et Sylvie versent à leur sœur Elisa une rente p (...)
  • 343 Voir note, 3 mai 1931.
  • 344 Ernestine Le Bon, (1912), employée chez les Cachin, 4 rue Ordener.
  • 345 Louis Le Saux (1884, Guingamp), tailleur à Lancerf.
  • 346 Fille de Cachin (voir 1er septembre 1931).
  • 347 Hameau de Paimpol où habite la sœur de Cachin dans la maison de famille.
  • 348 Marie Le Guern (1864-1933) travaille pour la famille Cachin à Paris de 1911 jusqu’en 1930 et s’occu (...)

306Sylvie342 150. Déménagement de la boiteuse. Cor.343 500. Ernestine344 150. Le Saux345 220. Marie-Louise346 200. 200 Sylvie. Réfection Lanvignec347. 100 Marie348. 50 charbon. 120 voyage Ernestine.

Dimanche 27 septembre 1931

  • 349 Francis Thierry (1865, Quintin, Côtes-du-Nord), médecin à Paimpol dans les années 1900, rue de Cour (...)

307Départ de Lancerf. Rentrée à Paris. Dans la journée encore quelques éblouissements. Nuits agitées, insomnies, demi fièvre avec rêves à demi conscients. Sylvie me rappelle qu’en 1895 lorsque notre père avait soixante-trois ans, il fut malade d’une congestion cérébrale avec perte de mémoire et divagation pendant quelques jours. Il souffrait aussi de rhumatismes articulaires. Thierry349 le soigna très bien. Il me semble que dans mon cas, c’est affaire de circulation. Afflux excessif de sang au cerveau.

Mardi 29 septembre 1931

  • 350 Surnom de Marcelle, troisième enfant des Cachin, née en 1911, étudiante en médecine qui habite chez (...)

3084 500 + 75 + 350 charges famille par trimestre. 1 200 Zizi350.

309Soya ou soja, plante de Mandchourie (oléagineuse) précieuse pour l’alimentation ; on la brûle parce qu’il y en a trop et trop bon marché.

Mercredi 30 septembre 1931

310Soixante milliards d’or à la banque de France. Trente milliards de livres et dollars par moitié. Quatre-vingt milliards de papier monnaie. Tous les États et les individus se mettent à acheter de l’or. On thésaurise. On vend ses billets pour de l’or.

Octobre

Jeudi 1er octobre 1931

311« Le pot de chambre de Zola l’empêche de voir les étoiles » (V. Hugo).

  • 351 Depuis la mi-septembre, la presse mutiplie les articles sur la crise anglaise et la chute de la liv (...)

312Les députés estiment que le socialisme est en baisse à la campagne depuis la débâcle anglaise351.

Samedi 3 octobre 1931

  • 352 L’Humanité, le 8 octobre, publie le programme agraire du parti communiste qui entend répondre aux r (...)

313Dans la Nièvre et le Centre, baisse catastrophique des prix de détail : 8 F à 9 F. le kilo de bœuf, 25 F. en ville. L’électricité se vend jusqu’à 3 F. le kilowatt en certaines communes. Grand mécontentement à la campagne352 et surtout chez les petits commerçants et artisans, écrasés d’impôts et soumis à l’investigation et au contrôle du fisc.

Dimanche 4 octobre 1931

314(Villeneuve) Les paysans de la Champagne. Les grandes maisons de Champagne frappées par la mévente n’achètent plus le raisin des paysans, qui ne pouvant par faute d’instruments fabriquer du champagne, ne savent que faire de leur raisin.

Lundi 5 octobre 1931

315On m’annonce que la séparation des chambres aura lieu en décembre et que les élections seront brusquées. La situation de la région lyonnaise est mauvaise. L’industrie de luxe est dans le marasme.

Mercredi 7 octobre 1931

316Vu B. Les catholiques ne se désisteront pas pour les socialistes.

Vendredi 9 octobre 1931

  • 353 Il n’y a pas de Michaut parmi les candidats socialistes SFIO dans le XVIIIe arrondissement en 1932  (...)

317Michaut353 désigné par les SFIO comme candidat à la Goutte d’Or. Salle Miglart, 14 rue Affre.

Dimanche 11 octobre 1931

318T. Lépénier, Hôpital Claude Bernard. 275 (172-28-75).

Mardi 13 octobre 1931

  • 354 Dans son éditorial (L’Humanité, 11 octobre), Cachin annonce une réunion le lendemain des Comités de (...)

319Huma : 25 000 Paris. 630 Chapelle. 700 Goutte-d’Or354.

  • 355 Auguste Sabatier, (1883-1944) négociant, député URD du XVIIIe arrondissement depuis 1928.

320Un premier commis boucher : 140 000 F. Sabatier355.

  • 356 A partir du 22 octobre, l’Humanité publie une enquête de Gabriel Péri sous le titre « Tempête sur l (...)

321Sept milliards et demi rente annuelle des Anglais sur les Indes356.

Jeudi 15 octobre 1931

  • 357 Maurice Barrés (1862-1923), écrivain d’opinion nationaliste, député (Meurthe-et-Moselle, 1889-1893, (...)

322La France est anticléricale et militaire (Barrès357).

Mercredi 21 octobre 1931

  • 358 L’Humanité publie souvent des articles sur les métayers.

323Métayage358 : exploitations abandonnées, travaillées par métayage avant la guerre :

Allier 175
Charente 158
Corrèze 308
Creuse 217
Dordogne 885
Lot 291
Haute-Vienne 70

Vendredi 23 octobre 1931

  • 359 L’Humanité, le 22 septembre, sous le titre « La vérité sur les colonies » annonce l’ouverture de l’ (...)

324Exposition anticoloniale, rue Mathurin Moreau359.

  • 360 Leimistin Broussan (1858-1959), ancien directeur des théâtres de Brest (1899), de Nancy (1900), de (...)
  • 361 Louis Barthou (1862-1934), avocat, député (1889-1902) et sénateur (depuis 1902) des Basses-Pyrénées (...)

325Visite de Broussan360. Car 22-32, ancien directeur de l’Opéra, 203 boulevard Malesherbes. Chassé de l’Opéra par Barthou361 qui avait la même actrice comme maîtresse ; puis chassé du Casino de Biarritz parce qu’il faisait de trop beaux traitements au personnel ; abandonné par tous ses amis d’autrefois, se met à la disposition des Russes et du PC.

Mardi 27 octobre 1931

  • 362 Voir Introduction « chômage ».

326Mairie du 18e, service de l’inscription chômage362, quatre agents. Mme Lévis, de neuf à quinze on paye ; de deux à quatre on inscrit. Depuis janvier 1931 : 5 000 inscriptions. Hier 27 octobre 120 inscriptions, progression croissante. En ce moment 1 234 chômeurs secourus dans le 18e. On les radie au bout de six mois. On ne peut toucher les 29,50 F par semaine plus 3,50 F pour la femme et les enfants, s’il rentre 33 F pour trois personnes ou 22 F pour deux personnes dans la maison. Le bureau de bienfaisance a reçu en octobre 100 000 F pour les secours de loyer ; on donne 100 F, 250 F et 250 F pour secours de loyer. Rien pour le chômage partiel.

Mercredi 28 octobre 1931

  • 363 Salle de l’Indépendance où se réunissent souvent les militants communistes.

32748 rue Duhesme363, cellule.

  • 364 Voir liste à la fin du carnet.
  • 365 Armand Pillot (1892-1953), ajusteur-mécanicien, secrétaire de la région parisienne du parti communi (...)
  • 366 Est-ce le même que celui noté le 9 octobre 1931 ?

328Pierron, 26 boulevard Chapelle364. Pillot, 23 Poteau365. Michaud366 : 180 F.

Jeudi 29 octobre 1931

  • 367 A cette adresse, selon les listes nominatives du recensement de 1931, habitent notamment un médecin (...)

329Koussanov. Inv. 36-08. 14 bis rue Oudinot367.

Vendredi 30 octobre 1931

  • 368 Sa sœur, voir 14 juin 1931.

330(120F à Sylvie368).

Samedi 31 octobre 1931

  • 369 Lucien Vogel (1886-1954), rédacteur en chef ou directeur d’hebdomadaires d’art ou de décoration, la (...)

331Vogel369. Amnistie !

Novembre

  • 370 Au 3, boulevard de Picpus (XIIe arrondissement), selon les listes nominatives du recensement de 193 (...)

332D. 3 boulevard Picpus370.

  • 371 Paul Bouthonnier (1885-1957), professeur, membre du Comité directeur puis du Comité central du part (...)
  • 372 Émile Dubois (1886-1957), ouvrier gazier, dirigeant communiste d’Aubervilliers, secrétaire de la Fé (...)
  • 373 Maurice Simonin (1895-1964), pâtissier, membre du Comité central du parti communiste depuis 1926, s (...)
  • 374 Claudius dit Claude Richetta (1881-1935), membre du Comité central du parti communiste depuis 1926, (...)

333Délégation avec Bouthonnier371 aux Affaires étrangères, Dubois372 à l’Instruction publique, Simonin373 et Richetta374.

  • 375 Voir 31 octobre 1931. Vogel, admirateur de l’expérience soviétique, consacre, en décembre 1931, un (...)

334Vogel, les 400 000 numéros sur l’URSS375.

Jeudi 5 novembre

335Délégation aux Affaires étrangères, au ministère Instruction publique.

Vendredi 6 novembre

  • 376 Il s’agit certainement de l’éditorial de l’Humanité du 8 novembre, « Vive la Révolution bolchevique (...)

336Article sur 14e anniversaire376.

Samedi 7 novembre

  • 377 Voir note, 7 février 1931.

337Cheminots, 12 Chantilly377.

Dimanche 8 novembre 1931

  • 378 Réunion avec Cachin (Voir Introduction, « le propagandiste »).

33814e anniversaire. Grange-aux-Belles378.

Lundi 9 novembre

  • 379 Un projet de loi autorisant « la réalisation immédiate de certains travaux tendant au perfectionnem (...)

339Commission des Finances. Outillage national 3 h 30 – 4 h379.

  • 380 Voir 16 janvier 1931. Margaine, radical-socialiste, spécialisé dans les questions internationales, (...)

340Margaine380 me dit que les Russes font une politique qui leur aliène les seuls amis qui leur restent. Ils veulent de l’argent. Ils n’en auront pas.

Mardi 10 novembre

  • 381 Le sixième congrès de la CGTU se déroule à Paris (8-14 novembre). La réunion du Bureau politique du (...)
  • 382 L’Union des syndicats CGTU de la région parisienne, dans le cadre d’une journée contre le chômage, (...)

341CGTU. Congrès381. Chômeurs382.

Mercredi 11 novembre 1931

  • 383 Voir 3 mars 1931. Laval parle devant les commissions des Finances et des Affaires étrangères de la (...)
  • 384 La Chambre des députés et le Sénat se réunissent en session à partir du 12 novembre.
  • 385 L’Humanité, le 11, annonce que Cachin a déposé une demande d’interpellation à la Chambre sur la sit (...)

3425 h Laval383. Réunion de la Chambre384. Chômeurs385.

  • 386 Selon le Temps (5 novembre), sur les trois milliards de dépenses prévues dans le plan d’outillage n (...)

3432 850 projets de constructions d’écoles urgentes sont en souffrance386.

Vendredi 13 novembre 1931

344Vente Paris le 10 novembre : 27 021 ; le 14 novembre : 27 873.

Samedi 14 novembre 1931

  • 387 L’Humanité publie de nombreux articles sur les lotissements, notamment le 14 novembre, un appel de (...)
  • 388 Somme totale prévue dans le projet de loi sur l’outillage national.

345Rien que pour le tout-à-l’égout de la région parisienne (lotissements387) il faut trois milliards388.

Dimanche 15 novembre 1931

346La misère du logement des métayers ! Avec trois milliards par an on peut faire et on a fait en 1931 60 000 logements en France.

Lundi 16 novembre 1931

  • 389 Voir Introduction, « Logement ».
  • 390 Loucheur (voir 4 février 1931) fait voter une loi, le 13 juillet 1928, qui facilite l’achat du loge (...)

347Le gouvernement propose de diminuer de 50 % les dotations pour les HBM389. Il y avait quatre milliards dont deux pour les avances Loi Loucheur390, un pour les loyers moyens et un pour les HBM.

Mardi 17 novembre 1931

348Qui habite les HBM de la zone Clignancourt ?

Jeudi 19 novembre 1931

  • 391 Alexandre Ribot (1842-1923), député (1878-1885, 1887-1909) puis sénateur (1909-1923), plusieurs foi (...)

349L’État donne en 1931, trois milliards pour les HBM, soit : 25 millions aux offices qui créent les maisons pour famille de plus de quatre enfants ; 125 millions pour subventions aux mutilés et pères de famille de plus de trois enfants qui veulent acheter ou construire (accès à la petite propriété) ; 1,9 milliard qui servent à payer 90 % de la construction aux offices et sociétés (l’office 10 %) ; 1 milliard à 9 % pour la loi Ribot391, accès à la petite propriété. Soit 3 milliards. Cette année en octobre, il y avait pour 4,5 milliards et de demandes. L’État propose de fournir 1,4 milliard.

Samedi 21 novembre392

  • 392 Cachin le 20 intervient à la Chambre des députés. Sous le titre « Nous ne laisserons pas toucher à (...)
  • 393 Cachin prépare sa future campagne électorale dans le XVIIIe arrondissement et se montre plus dans l (...)

350Compte rendu de mandat393.

Mercredi 25 novembre 1931

  • 394 Industriel tchécoslovaque (1876-1932), fondateur d’une manufacture de chaussures à Zlin.
  • 395 Un avenant à la convention commerciale de juillet 1928 entre la France et la Tchécoslovaquie vient (...)

351Thomas Bata394 vend en Tchécoslovaquie 140 000 paires de chaussures par jour395.

Jeudi 26 novembre 1931

  • 396 Lors d’une réunion de cellule (voir 25 novembre). Les Cachin louent un appartement, 4 rue Ordener, (...)

352Vu Noël et sa fille pour la rue Ordener396.

Dimanche 29 novembre 1931

  • 397 Entreprise de commerce du charbon dont le siège central est rue Lafayette et qui possède une quaran (...)

353La journée d’un charretier de chez Bernot397 : 44 F par jour. Autant de pourboires : quatre sous par sac et par étage. Soit 400 F par semaine.

Décembre

Mardi 1er décembre 1931

  • 398 L’Humanité n’annonce pas et ne rend pas compte d’une réunion à Limoges avec Cachin qui intervient à (...)

354Limoges398. Il ne faut pas faire des offres avant le deuxième tour.

Mercredi 2 décembre 1931

355CC, 9 h. 120.

  • 399 A cette adresse, possède le téléphone avec des numéros différents un architecte, Jean Walter, l’Ann (...)

35626 Geoffroy L’Asnier399. ARCH. 07-38.

Jeudi 3 décembre 1931

  • 400 Le 30 novembre, le président de la Chambre annonce qu’il a reçu des demandes d’interpellation dont (...)

357Intervention cheminots, salaires400.

Vendredi 4 décembre 1931

  • 401 L’Humanité, le 5 décembre, indique que Cachin a présenté dans la discussion du plan d’outillage nat (...)

358Intervention HBM401.

Mardi 8 décembre 1931

  • 402 Résultats de son fils Charles à l’internat des hôpitaux.

359Charles : 61 (écrit 37 ; oral : 24)402.

Mercredi 9 décembre 1931

  • 403 Dans l’Humanité, Cachin écrit plusieurs articles consacrés aux questions financières (11, 12, 13, 1 (...)

360Je demande la liste des emprunts depuis 1919 et le montant des commissions aux banques et journaux403.

Jeudi 10 décembre 1931

  • 404 René Riff (1898, Paris), employé.

361Riff, 66 rue Championnet404.

Mercredi 16 décembre 1931

  • 405 Voir 12 janvier 1931.
  • 406 Voir note, 7 février 1931 et Introduction (« cheminots ») ; à la veille de la journée nationale des (...)

36211 h, Midol405, rue de Chantilly406.

Samedi 19 décembre 1931

  • 407 André Marty (1886-1956), mutin de la Mer noire (1919), membre du Comité central (depuis 1925) du pa (...)
  • 408 Un nouveau compte rendu de mandat se déroule sous le préau de l’école de la rue Jean-François Lépin (...)

363J.F. Lépine : A. Marty407, L. Midol408.

Dimanche 20 décembre 1931

  • 409 Le 20 décembre, dans le cadre de la journée nationale de revendications de la Fédération CGTU des c (...)

364Cinéma Chapelle : cheminots409.

Lundi 21 décembre 1931

365Il faudrait des hommes d’État ! Il n’y a que des juristes !

  • 410 Voir Introduction (« crise »). Le Temps, le 8 décembre, annonce la réunion de la deuxième session d (...)

366Le congrès américain s’oppose à toute révision ou annulation de dettes. L’Allemagne demande un moratoire prolongé. La Hongrie également. On a beau leur prêter des milliards. C’est vain410.

Mercredi 23 décembre 1931

367Avancé 3 000 Lilite pour janvier.

Notes diverses

  • 411 Nguyen Van Tao (1908-1970), communiste indochinois, membre du Comité central du parti communiste fr (...)

36828 octobre : 160, cellules ; 3 novembre : 50, caisse électorale ; 8 novembre : 50, caisse électorale, 150 éditions. 20, timbres antituberculeux, 50 F. Harmonie du 18e, 100 F. Souscription Tao, 50 F411. École maternelle, 50 F. Décembre, caisse électorale.

  • 412 Jean, Louis Ducor (1873-1955), alors ingénieur, marié à la mairie du XVIIIe arrondissement en 1913, (...)

369Ducor412, cultivateur, Saint-Sardos par Aiguillon (L. et G.).

  • 413 Selon le recensement de 1931, il y a 2 714 697 étrangers en France, dont 1 288 644 salariés (chômeu (...)

370En mars 1931 : 2 891 000 étrangers413 en France, dont 1 266 000 salariés. Par suite de la faible natalité pendant la guerre, il faudra encore plus d’étrangers en France.

  • 414 Joseph Ouin apparaît dans l’indicateur des Alpes-Maritimes, comme tenancier de cet hôtel dont l’adr (...)

371Ouin414, Hôtel du Cours, 18 Cité du Parc, Nice.

  • 415 Il s’agit d’une convention unique conclue entre l’État et l’ensemble des grands réseaux ; elle vise (...)
  • 416 La section de l’Agit.-Prop. centrale édite, le 14 décembre 1931, un document sur la « lutte des che (...)
  • 417 Dans son intervention à la Chambre, le 1er mars 1931, Cachin parle d’un déficit de cinq milliards.

372Convention du 28 juin 1921415. Cheminots416 : en 1920 le déficit des réseaux était de 6,5 milliards. En 1930 de 2 milliards. Tous les mois le déficit augmente de 28 millions. En 1931, 7 % de moins qu’en 1930417. Depuis l’institution du fonds commun, le contrôle de l’État sur la gestion financière des réseaux est insuffisant. Puisque c’est lui qui garantit les insuffisances du fonds commun, il devrait être le maître, mais il ne peut que présenter des observations sans sanctions. Les compagnies règlent leurs dépenses à leur gré ; d’où leurs dépenses somptuaires. Contre la compression du petit personnel et les licenciements. Pour les 21 jours de congé, contre la diminution des salaires. Pour les délégués à la sécurité ; pour les 6 F par jour, 150 F par mois. Contre les assurances sociales et pour des retraites suffisantes. Contre la recherche d’économies et la répression sur le personnel des trains, par exemple sur les mécaniciens qui demandent la réserve à la suite d’un chauffage en cours de route. On pousse la rationalisation dans le service travaux, dans les sections techniques. La Compagnie du Nord a été obligée de capituler devant une grève sur le tas. Pour les électriciens : un homme doit faire le service de 21 trains ; il doit s’occuper de 11 voies.

  • 418 Dans la rubrique juridique de l’Humanité, la question des assurances revient souvent, ainsi le 5 dé (...)
  • 419 Maurice Boitel (1890-1978), avocat communiste collaborateur de Droit ouvrier, revue juridique de la (...)

373La coordination des A.S. et des assurances statutaires418. Boitel419, avocat.

  • 420 Sont publiés ce jour-là six décrets du ministère du Travail et de la prévoyance sociale fixant le r (...)

374Journal officiel du 5 juillet420.

375Il faut la liberté de choix du médecin. Il faut l’extension des soins à la famille. Il ne faut pas de versement supplémentaire. Il ne faut pas reculer l’âge de la retraite.

  • 421 L’Humanité, le 2 décembre 1923, annonce sous le titre « La Presse et l’Argent » la « publication de (...)
  • 422 La Librairie du travail, fondée par Marcel Hasfeld, en 1917, fonctionne comme une bibliothèque de p (...)

376L’abominable vénalité de la presse (Huma du 5 décembre 1923 au 30 mars 1924421). Librairie du travail422 : 25 F.

  • 423 A cette adresse, se situe le siège du syndicat CGTU des chemins de fer du Nord. Le paria du Rail es (...)

377Le paria du Rail423, 2 rue Myrrha, organe des cheminots du Nord Parisien.

  • 424 Voir 3 juillet 1931.

378Laborie424, 65 rue Pajol, Union des commerçants du 18e.

  • 425 Pierre Guilmain (1907, Paris), employé dans le VIIe. Célibataire, il habite chez sa tante.

379Guilmain425, 115 rue Chapelle, Harmonie sportive.

  • 426 Allusion à des faits précis : son arrestation, à la suite de la Conférence d’Essen (janvier 1923) d (...)

380Trois complots : Rhur, Maroc, 1er août 1929426.

381Les maisons qui tombent sous l’article 21 : rue Goutte-d’Or, rue Laghouat, La Chapelle.

  • 427 Cachin s’oppose à l’installation d’une succursale du pari mutuel dans le cinéma Capitole, 16 place (...)

382Le pari mutuel427.

  • 428 Les industries chimiques du Nord de Paris sont nauséabondes. Louis Chéronnet accorde un sort partic (...)

383Les mauvaises odeurs des usines d’Aubervilliers (déchets des abattoirs)428.

384Robinet. Combredet.

385Les rentiers viagers à contrat privé d’avant-guerre.

  • 429 Adresse du Grand hôtel de Besançon.

386Le Baccon429, 20 rue de Chartres.

  • 430 Léon Dhivert (1901, Haute-Vienne), employé de bourse.

387Dhivert430, 8, rue Saint-Luc.

388Le Cadre, 2 rue Ordener.

  • 431 Richard Cacheux (1879, Nord), garçon de recettes.

389Richard Cacheux431, 5 rue Suez.

  • 432 Maurice Cocard, né à Paris (XVIIIe), infirmier.

390Cocard432, hôpital Lariboisière, 2, rue Ambroise Paré.

391Barnier, 62, boulevard de la Chapelle.

392Bulté, 12, rue P. Budin.

  • 433 Selon les listes nominatives du recensement de 1931, à cette adresse demeurent Marcel François (189 (...)

393François Georges433 , 91 rue Landy, La Plaine-Saint-Denis.

  • 434 Édouard Aget (1890, Nord), employé des douanes.

394Ed. Aget434, 104 rue Maubeuge, 71 bis, rue Pajol.

  • 435 Adresse de l’hôtel de Bellevue.

395Jouve Samuel435, hôpital Lariboisière, 67, rue Ph. Girard.

  • 436 Clémence Verdié (1878, Paris), employée de commerce. Son mari, peintre, est indiqué « décédé » sur (...)

396Veuve Verdié436, 34, rue Myrrha.

397Garcia, 25, rue Charbonnière.

  • 437 André Boursin (1907, Paris), manœuvre.

398Boursin437, 16, rue Panama.

  • 438 Paul Régnier (1887, Russie), employé de bureau.

399Régnier438, 26 Oran,

  • 439 Armand Haddad (1888, Italie), marchand de vins.

400Haddad439, 1, rue Panama.

  • 440 Voltaire Nicaise (1904, Pas-de-Calais), papetier ; habite seul.

401Nicaise440, 172, rue Chapelle.

  • 441 Adresse de l’hôtel Martin.

402Delcroix441, 5, rue Aubervilliers.

  • 442 Fernand Gérard (1907, Paris), manœuvre, vit chez son beau-père avec son épouse, ouvrière lapidaire (...)

403Gérard Fernand442 , 37, rue Myrrha.

  • 443 Marcel Lemoine (1889, Paris), représentant de commerce.

404Lemoine443 , 5, rue Ordener.

  • 444 Amédée Dupré (1870, Saint-Fargeau, Yonne), employé aux établissements Gillet (XVe). Le secrétaire d (...)

405Dupré444, 23, rue J. Robert.

  • 445 Adresse du marchand de vins-hôtel Coudy.

406Portier445, 44, rue Chapelle.

  • 446 Ce nom paraît pour la deuxième fois, voir fin juin 1931.

407Forestier446, 13, rue Chapelle.

  • 447 Marceau Philippe (1902, Paris), maçon.

408Philippe447, 151, rue Chapelle.

  • 448 Jules Paulard (1864, Vosges).

409Paulard448, 115, rue Chapelle.

  • 449 Denis Allanic (1883, Paris), limonadier.

410Allanic449, 5, rue Affre.

  • 450 Arthur Laurette (1886, Nord), employé aux chemins de fer du Nord, vit avec son épouse.

411Laurette450, 30, Goutte-d’Or.

  • 451 Adresse d’une marchande de vins, Madame Comte faisant pension.

412Beauxbois451, 22, boulevard Chapelle.

  • 452 Gaston Obeuf (1874, Pas-de-Calais), employé de commerce, vit avec sa femme et sa fille, sténo-dacty (...)

413Obeuf452 , 22, rue Myrrha.

  • 453 L’Urbaine et la Seine, société d’assurances contre les incendies.

414Urbaine453 39, rue Le Peletier

415Il y aura plus de joie au ciel pour un pêcheur repentant que pour 1 000 justes qui persévèrent.

  • 454 Georges Altmayer, un des fondateurs en 1929 du parti ouvrier paysan et responsable de Ça ira.
  • 455 Louis Sellier, futur adversaire de Cachin aux élections législatives.
  • 456 Marius Carlevan (1903-1990), cimentier, membre du parti communiste depuis 1924, habite la quartier (...)

416Altmayer pupiste454 Championnet bureaux ; sa femme est secrétaire de LS455 ; son beau-frère Mirouze – Carlevan456.

  • 457 Adresse du Consulat général de l’URSS (VIe arrondissement). Cet immeuble appartient à la représenta (...)

417Consulat URSS, 12, rue Leverrier457, 6e.

  • 458 Marchand de vins, selon l’Almanach du commerce (1931).
  • 459 Association qui comprend l’association bretonne du Gros-Caillou dont le siège est 9 rue Cler à Pari (...)

418Café Jéglou458. Bretons de Paris459, 91, avenue d’Italie.

  • 460 Un des numéros de téléphone qui figure en première page de l’Humanité.

419Louvre 26-74. Huma.460

420Cheminots : sur les 11 milliards d’argent liquide versé aux caisses de retraites depuis 1911, il y a neuf milliards de déficit. La gestion est uniquement aux mains des compagnies. Elles se sont servies de cet argent pour acheter des usines et des bâtiments, et les ont remplacés par des actions et des obligations qui se sont dépréciées.

421Revendications : suppression du versement ouvrier, retraite à 75 % du salaire final, sept heures, augmentation salaires 150 F par mois, 6 F par jour, gestion des caisses retraites aux cheminots.

422Trois millions porteurs de titres (actions et obligations) ont fourni 50 milliards de francs pour faire les chemins de fer. Ils protestent parce que la convention de 21 stipule que s’il y a déficit, on relèvera les tarifs. Or on n’en a rien fait.

423Le déficit s’accroît de 240 millions par mois.

424Trente-cinq compagnies d’assurances possèdent sept milliards. Pour lutter contre le communisme en 1932, elles donnent 50 millions.

  • 461 Voir 7 janvier 1931.

425Thorndike461, 3, boulevard Franck Pilatte, Nice.

  • 462 Est-ce Joseph Lhostis, retraité qui habite avenue de la Caucade à Nice, après la Seconde Guerre mon (...)

426Lhostis462, propriété Jacquinot, au gros chêne, Sainte-Marguerite, Nice.

  • 463 Adresse de l’hôtel-vins-restaurant Mouty.

427Cellule 833, sec. Pierron463 26, boulevard Chapelle.

  • 464 Antoine Conso dit Toni (1882), marin.

428Antoine Conso464, secrétaire tribunal de pêche, 10, rue Martin-Seytour, Nice.

  • 465 Texte de la onzième et dernière thèse sur Feuerbach ; ces thèses, élaborées en 1845, sont publiées (...)

429« Les philosophes n’ont fait qu’interpréter de différentes façons le monde. Il s’agit de le transformer » (Marx)465.

Notes

1 Ces données correspondent à celles du rapport du secrétaire général Gayman du 6 mars 1931. Il note une baisse des ventes à Paris par la coopérative des porteurs de journaux :
Image
Gayman explique que la reprise de la deuxième quinzaine résulte de la seule hausse des ventes des 25 et 26 février (IRM-IML, 469). En octobre 1931, selon la Préfecture de police (Appo Ba 1717) cette diffusion s’abaisse à 21 000 exemplaires journaliers.

2 Dès le début de ce carnet de 1931, Cachin note l’évolution des ventes de l’Humanité pendant les cinq premiers mois de l’année. L’attention particulière accordée aux abonnés à partir de décembre 1930 correspond au concours d’abonnements lancé pendant cette période qui prend fin le 5 avril (l’Humanité, 19 février 1931). Le journal rend compte régulièrement de l’effort militant. Parfois il double les résultats : « Deux mille abonnés nouveaux, tel est le magnifique bilan du mois de décembre. Les quatre mille doivent être atteints à fin janvier » (l’Humanité, 5 janvier 1931). Le 5 février 1931, le journal atténue : « notre campagne d’abonnements marche dans les meilleures conditions depuis le 1er décembre ». L’objectif fixé le 23 janvier de 2 000 nouveaux abonnés au 31 janvier, à nouveau, n’est pas atteint. Celui du journal, le 5 février, est de 10 000 nouveaux abonnés et de 20 000 nouveaux lecteurs au numéro ; mais cette fois, aucune date n’est indiquée !

3 Gaston Couté (1880-1911), auteur et interprète de chansons populaires souvent antimilitaristes.

4 Ces données dépassent fortement la réalité. Au recensement de 1931, 1 138 477 ouvriers et chômeurs étrangers dont 343 131 Italiens, 96 914 Belges, 259 173 Polonais, 136 033 Espagnols, 32 543 Suisses, 29 824 Russes, 35 641 Portugais (chiffres repris par Gérard Noiriel, Le creuset français. Histoire de l’immigration XIXe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, Points Histoire, 1992).

5 Alberto Santos-Dumont (1873-1932), ingénieur brésilien, détenteur du premier record du monde d’aviation pour un vol de 220 mètres à Bagatelle (12 novembre 1906).

6 Cachin omet de citer la cinquième.

7 Depuis longtemps, l’épouse de Cachin a pris l’habitude de venir séjourner dans cette ville des Alpes-Maritimes avec ses enfants où son mari la rejoint. La belle-mère de Cachin en outre s’est retirée dans le vieil Antibes. Le choix d’Antibes s’explique par la présence à Antibes d’un oncle de Cachin, tailleur de l’armée monégasque.

8 Depuis la fin décembre 1930, la presse apporte des informations sur l’« agonie du maréchal Joffre » (selon le titre du Temps). Le dimanche 4 janvier, le Temps, avec un bandeau noir, sous le titre « Joffre », commence son éditorial ainsi : « Joffre n’est plus. Après Foch, après Clemenceau, l’un des grands vainqueurs de la grande guerre disparaît à son tour ». L’Humanité, le 4 janvier, titre : « Joffre est mort. Le généralissime des massacres de Lorraine, de Charleroi, des Flandres, de l’Artois, de Champagne, de Verdun et de la Somme s’est éteint [...] ». Les jours suivants, d’autres commentaires précisent le ton : « Sous le commandement de Joffre, 1 288 000 ouvriers et paysans furent massacrés », « la monstrueuse boucherie de 14-18 ». La mort de ce représentant du « haut commandement français », de « l’esprit de l’école de guerre » provoque, selon Florimond Bonte « une propagande chauvine effrénée » (l’Humanité, 6 janvier). Ce dernier rappelle l’effet des « gaz toxiques » qui ont « rongé »« les yeux, les poumons, les divers organes » et conclut : « Le parti communiste ne s’incline pas devant la dépouille mortelle du maréchal ». Le lendemain, dans l’éditorial qu’il consacre à l’événement, Bonte titre : « C’est l’impérialisme seul qui est en deuil ».

9 Joseph Pascal (1889), instituteur à l’école de la Ferrage à Cannes, militant communiste.

10 Raymond François dit François Raymond (1909-1983), instituteur communiste à Menton, originaire d’Antibes.

11 Casimir Garino (1886-1978), professeur, candidat socialiste SFIO à diverses élections dont celle de décembre 1930 dans la deuxième circonscription de Grasse, adjoint au maire de Cannes (1929-1931).

12 Louis Louis-Dreyfus (1867-1940), négociant en céréales puis banquier, armateur, député radical indépendant de la Lozère (1905-1910), des Alpes-Maritimes depuis 1930. Le siège social de la compagnie Louis-Dreyfus se situe 2, rue de la Banque (2e arrondissement).

13 Édouard Grinda (1866-1959), chirurgien, député des Alpes-Maritimes depuis 1919, devient ministre du Travail dans le cabinet Steeg (13 décembre 1930- 22 janvier 1931). Le Temps, le 6 janvier 1931, rend compte de ses discours lors de la réunion des sociétés de secours mutuels des Alpes-Maritimes à Nice. Il estime à plus de huit millions le nombre des assurés immatriculés et les « recettes dépassent » 1,3 milliards. Il présente la réforme en cours d’élaboration qui respecte « les principes directeurs de la loi ». Le Temps commente alors :
« Tout le fatras des assurances sociales serait supprimé ; rien ne subsisterait, ni des mainmises arbitraires de l’État, ni des cotisations forcées auxquelles sont assujettis les salariés et les employeurs. On rentrerait dans la vérité ».
Grinda est élu en 1924, puis le 5 février 1931, président de la commission d’assurance et de prévoyance sociale à la Chambre des députés.

14 Cette question divise le syndicalisme ouvrier. Quelques jours plus tard, dans l’Humanité, le 12 janvier, Monmousseau interroge le Comité des 22, dit Comité Dumoulin, « est-il contre la loi d’escroquerie et de marchandages des assurances sociales ? Est-il contre le versement ouvrier ? »

15 Artères près du vieux port de Nice.

16 Adresse de Thorndike (voir 7 janvier). Son adresse à Paris est 26, rue Friant (14e arrondissement).

17 Henri Barbusse (1873-1935), écrivain, fondateur de l’Association républicaine des anciens combattants, communiste (1923), directeur littéraire de l’Humanité (1926-1929), directeur de Monde (1928-1935), possède une maison « Vigilia » à Miramar, à Théoule à la limite des Alpes-Maritimes et du Var. Des critiques d’origines communistes contre Monde et son orientation commencent en 1929. Des difficultés financières apparaissent. Une réorganisation financière et la constitution d’une société anonyme ne donnent pas les résultats escomptés. Berl devient le principal éditorialiste du journal et présente son cousin Tual à Barbusse. Il pourrait aider financièrement le journal. Le 10 janvier 1930, le Bureau politique du parti communiste invite Barbusse à remettre Monde en accord avec la ligne du parti. Le 4 mars 1930, il charge Cachin de rencontrer Barbusse à propos de Monde et d’obtenir que Barbusse reconnaisse ses erreurs. Ce dernier continue de participer aux activités des « Amis de Monde », attitude que conteste la direction du parti communiste. Une nouvelle étape semble franchie en octobre 1930. Lors de la réunion du Comité central, Thorez indique qu’il va avec Semard et Cachin pour discuter avec Barbusse afin que Monde revienne sur une ligne proche de l’Internationale communiste et qu’il accepte le collège de direction désigné par le parti. Barbusse ne cède pas. Profitant de la maladie de Barbusse, le 10 novembre, Berl et Tual acquièrent une partie des actions de Monde et en prennent le contrôle à la place de Barbusse. A la suite d’une nouvelle rencontre avec Barbusse, Thorez informe les membres du Bureau politique, le 27 novembre 1930 ; selon lui, il faut « faire l’effort pour avoir Monde. On ne peut pas rompre brutalement ». L’écrivain donne son accord pour renforcer les liens avec la direction du parti communiste et demande au Bureau politique de contrôler son éditorial. Il s’agit pour lui d’obtenir l’aide du parti dans sa tentative de redevenir le propriétaire du journal. Le 17 janvier 1931, lors de la réunion du Bureau politique, Cachin présente un rapport sur sa rencontre avec Barbusse. Celui-ci lui a réaffirmé sa fidélité au parti communiste. Selon Cachin, il aurait indiqué : « C’est vrai que Monde est entre les mains d’aventuriers. Je cherche des capitaux pour reprendre Monde et lui donner une nouvelle orientation ». Cachin conclut : « Dans le cas où il ne réussirait pas, il envisagerait alors l’éventualité d’une rupture avec Monde » Il reconquiert ses droits lors de la réunion du conseil d’administration de Monde, le 5 février, et s’apprête à poursuivre Tual devant la justice. L’affaire ne se termine pas et, le 8 décembre 1931, le secrétariat politique décide que Cachin et Marty rencontreront Barbusse à propos de Monde (Ces mises au point proviennent des Arch. IRM-IML, 380, 381, 383, 384, 435, 441, des ouvrages de J. Rélinger, Henri Barbusse écrivain combattant, Paris, PUF, Écrivains, 1994, p. 225-259 et de P. Baudorre, Barbusse le pourfendeur de la grande guerre, Paris, Flammarion, 1995, p. 312-318, 322-324).

18 Roland Tual (1904-1956), journaliste, directeur des studios de cinéma Pathé et Billancourt depuis 1930, cousin de Berl, proche du groupe surréaliste, a signé l’appel « Aux travailleurs intellectuels. Oui ou non condamnez-vous la guerre ? » lancé par Barbusse (l’Humanité, 2 juillet 1925) contre la guerre du Maroc. Fortuné, il s’engage à contribuer à rétablir l’équilibre financier de Monde en juillet 1930 et devient actionnaire principal en septembre 1930. Mais il ne verse pas toute la somme correspondante à ses actions. Thorez le rencontre avec Berl au siège du parti communiste en novembre 1930.

19 « Journal hebdomadaire international d’informations littéraires, artistiques, scientifique et sociale » fondé en juillet 1928 par Barbusse qui comprend un Comité directeur international avec notamment Bazalgette, Einstein, Gorki, Sinclair, Ugarte, de Unanumo.

20 Emmanuel Berl (1892-1976), écrivain et journaliste, rédacteur en chef de Monde, auteur de Mort de la pensée bourgeoise (1929), Mort de la morale bourgeoise (1930). Joue un rôle actif dans les « Amis de Monde ». Selon Thorez, Berl « se pose en sauveur de Monde » (27 novembre 1930, Arch. IRM-IML, 384). Lors de la réunion du Bureau politique du 17 janvier 1931, Cachin présente un rapport sur l’affaire Monde-Barbusse (Arch. IRM-IML, 435). La question revient en discussion lors de la réunion du Bureau politique, le 17 janvier 1931.

21 Charles Hall Thorndike (1875-1935), peintre américain influencé par les impressionnistes. Il habitait alternativement Ker Mouster à Trieux, avec son épouse, près de Paimpol, Nice ou Paris. Marguerite Cachin se lia d’amitié avec eux pendant le Première Guerre mondiale Ils prirent le fils de Cachin, Charles, lors d’un emprisonnement de Cachin à la Santé en 1923.

22 Restaurant que fréquentent occasionnellement les Cachin et les Thorndike. Son propriétaire Paul Roux (1890-1953) connaît de nombreux peintres dont Matisse et Signac.

23 Nom de famille de Voltaire (1694-1778).

24 Le Temps économique et financier donne régulièrement l’évolution des obligations liées à l’emprunt Young. Ce plan (voir note au 9 juillet 1931) remplace, à partir de 1930, le plan Dawes pour le paiement par l’Allemagne des réparations en l’échelonnant. L’état allemand avait lancé en France un emprunt à 5,5 % sous forme d’obligation de 1 000 F. Les valeurs s’avèrent très fluctuantes : émission à 982 F, baisse régulière jusqu’à 710 F le 8 janvier 1931, puis sensible remontée, 850 F le 24 janvier. Le Temps économique et financier, le 12 janvier, s’efforce de rassurer : « [...] le président de la Reichsbank a affirmé la volonté de l’Allemagne de remplir intégralement et ponctuellement ses engagements de caractère privé ». L’Humanité, le 10 janvier, dans un article de Gabriel Péri, estime : « La solution « définitive » d’un problème des réparations, chantée il y a une année, se révèle aussi précaire que les combinaisons échafaudées depuis 1919 ». Dans un éditorial de l’Humanité, le 2 février 1931, Cachin juge que l’on fait remonter la valeur des obligations « par des artifices » et que les épargnants sont perdants.

25 Lors de la réunion du Bureau politique, Frachon propose la rédaction d’un manifeste en réponse à la proposition des 22. Cachin, dans son intervention, souligne : « Il faut dire que nous sommes prêts à défendre les ouvriers, leur dire que nous sommes pour l’unité et comment nous voyons cette unité ». (Arch. IRM-IML, 435). Au même moment, Semard dans un rapport à l’Internationale communiste indique que le parti communiste propose de « développer le Front unique à l’usine dans les comités de lutte pour l’obtention de revendications immédiates » (Arch. IRM-IML, 423).

26 120 rue Lafayette, siège du Comité central du parti communiste.

27 Aux élections législatives de 1928, 14 communistes ont été élus : Louis Aurin (Indre, qui fut contraint de démissionner peu après et ne siégea pas à la Chambre), Georges Beaugrand (Paris), Émile Béron (Moselle), André Berthon (Paris), Marcel Cachin (Paris), Jean-Marie Clamamus (Seine), Augustin Desoblin (Nord), Victor Doeblé (Moselle), Jacques Doriot (Seine), Jacques Duclos (Paris), Jules Fraisseix (Haute-Vienne), Georges Ménétrier (Seine, invalidé), Jean-Pierre Mourer (Bas-Rhin), Alexandre Piquemal (Paris). S’y ajoute André Marty, élu lors d’une partielle (1929, Seine). Depuis certains ont démissionné ou ont été exclus du parti communiste (Mourer, Piquemal) ; certains rencontrent des difficultés avec le parti communiste pour des raisons variées (Berthon, Desoblin, Dœblé) ; certains sont souvent absents pour des causes diverses (Fraisseix) ; en janvier 1931, Marty est emprisonné, Duclos est clandestin. Le 22 janvier 1931, une proposition de loi sur l’institution d’assurances sociales pour les travailleurs est déposée par neuf députés communistes (Beaugrand, Béron, Berthon, Cachin, Clamamus, Desoblin, Doeblé, Doriot, Fraisseix). L’expression de « fraction » remplace celle de « groupe » quand il s’agit d’une assemblée élue (Chambre ou Conseil municipal) en 1929. La onzième condition pour l’adhésion à l’Internationale, publiée par l’Humanité, le 8 octobre 1920, parle de « groupe » et non de « fraction » parlementaire ; la neuvième condition invite à « créer des noyaux communistes » dans les diverses organisations ouvrières.

28 Est-ce Jules Charles (dit Karl Franck), 1897, militant clandestin signalé au congrès communiste de Lille (1926), dans les réunions du Comité central et en Allemagne (1928) ?

29 Dans une lettre du Comité de liaison et de la propagande soviétique en France (lettre du 21 janvier 1928), dépendant de la délégation commerciale soviétique, au « comité spécial secret » du parti communiste interceptée par la police, parmi les moyens à utiliser est indiqué Hertzenstein (Appo, Ba 1707).

30 Lucien Midol (1883-1979), ingénieur, secrétaire général de la Fédération CGT puis CGTU des chemins de fer (1920-1921, 1924), membre du Comité directeur (1924) puis du Comité central, membre du Bureau politique (1926) du parti communiste.

31 Bar-sur-Aube.

32 Communes de l’Aube. A Clairvaux, dans la maison centrale, sont détenus des prisonniers politiques sur lesquels la presse communiste donne de nombreux détails. Cachin, le 13, rend visite à Marty et à huit autres militants. L’Humanité, le 14, relate cette visite sous la neige : « Hier à Clairvaux, nous traversions les cours bordées de hauts murs du monastère de Saint-Bernard transformé en maison de force » et annonce : « Dès demain, il exigera à la Chambre la libération immédiate de tous les détenus politiques ».

33 Lors d’une réunion de communistes italiens dans un café de la Villette, des heurts se produisent avec des militants fascistes, le 14 avril 1930. On relève deux morts. Deux communistes italiens, Antonio Trentin, 29 ans, ouvrier forgeron et Antonio Ongaro, 26 ans, ouvrier tourneur, sont inculpés et sont défendus par deux avocats communistes André Berthon et André Roges. Le procès s’ouvre devant la Cour d’Assises de la Seine, le 14 janvier 1931. L’Humanité le présente comme « une provocation fasciste ». Parmi les témoins cités, figurent Victor Basch, Henri Guernut de la Ligue des Droits de l’Homme, Francis Jourdain, Gabriel Péri, Jacques Doriot, Marcel Cachin. L’Humanité, le 15, publie la photographie de Cachin en train de déposer. Annonçant la condamnation à trois ans de prison, le journal titre : « Le jury a admis la provocation fasciste, la Cour retient contre les victimes le délit de coups et blessures ayant entraîné la mort ».

34 André Marty (1886-1956), ingénieur mécanicien de la Marine nationale, mutin de la Mer noire, condamné (1919-1923, gracié), député communiste de Seine-et-Oise (1924-1928). Condamné à de multiples reprises pour antimilitarisme, il est à nouveau condamné, le 24 mars 1928, à quatre ans de prison, peine portée à cinq ans, le 18 février 1929, par la Cour d’appel de Paris, à la suite d’une lettre au maréchal Foch, écrite le 24 août 1927, alors qu’il était à la prison de la Santé avec Cachin et d’autres militants. Élu député de la deuxième circonscription de Saint-Denis (Puteaux-Suresnes-Nanterre) le 9 février 1929, puis conseiller municipal du 13e arrondissement (octobre 1929), Marty est transféré au quartier politique de la prison de Clairvaux (mars 1930). Le 15 janvier, à la chambre des Députés, lors de la première séance, les communistes votent pour Marty à la présidence de la Chambre. Cachin dépose un projet de résolution : « En application de la loi constitutionnelle, la Chambre décide que M.M. André Marty et Jacques Duclos, députés de la Seine, seront mis immédiatement en mesure de remplir leur mandat », (Le Temps, 17 janvier 1931). Le 16, s’opposent des interventions favorables de Gaston Bergery (radical-socialiste), qualifié de « très démagogue » par l’Humanité (16janvier) et de Vincent Auriol (socialiste SFIO) et défavorables d’André Maginot alors que le gouvernement indique qu’il laisse les députés libres de leurs choix. Cachin propose aussi « de mettre immédiatement à son ordre du jour la question de la libération de tous les travailleurs, soldats, marins de France et des colonies, emprisonnés pour leur action révolutionnaire ». (L’Humanité, 16 janvier). Le projet concernant Marty et Duclos est adopté par 270 voix contre 258. Cachin consacre trois éditoriaux successifs à cette affaire les 14, 15 et 16 janvier.

35 Jacques Duclos (1896-1975), ouvrier pâtissier, membre du Comité central (1926), député de Paris (1926, réélu dans le 20e arrondissement, le 29 avril 1928, condamné à plusieurs reprises à partir de janvier 1927 comme dirigeant des campagnes antimilitaristes, libéré provisoirement en novembre 1928, il entre dans la clandestinité. Durant l’année 1930, il a été envoyé en Espagne par l’Internationale communiste.

36 La réunion du Bureau politique du 8 janvier 1931, à laquelle Cachin ne siège pas, décide d’envoyer Thorez participer à la réunion du Comité central du parti communiste allemand. Lors de la réunion du Bureau politique du 23 janvier, Thorez précise que les effectifs du PCA sont passés de 125 000 à 170 000 membres dont la moitié de chômeurs. Dans son rapport, Thorez indique : « Le rapport et la résolution adoptée marquent l’approfondissement de la crise (crise cyclique se déroulant dans une crise générale du capitalisme descendant). L’Allemagne est au centre de la crise et la crise politique aiguë a été examinée ». Dans la discussion, Désurmont (Barbé) précise : « Sur la crise cyclique, il faut bien dire que si on lutte contre, c’est que la bourgeoisie cherche une issue et qu’elle n’est pas sans issue, tandis que la crise générale du capitalisme, elle est sans issue bourgeoise ». (Arch. IRM-IML, 435). L’Humanité, le 20 janvier, annonce qu’une « importante session du Comité central du PCA s’est tenue à Berlin du 15 au 17 janvier ». Parmi les six points débattus, le deuxième concerne l’augmentation des effectifs.

37 Alfred Margaine (1870-1953), ingénieur, député radical-socialiste de la Marne depuis 1910, sous-secrétaire d’État à la Guerre (1914), membre de la commission des Affaires étrangères, réclame en 1924 la reconnaissance de la Russie soviétique. Spécialiste des questions pétrolières (1927, rapporteur du projet de loi sur le régime pétrolier), il intervient à la Chambre sur les relations avec la Compagnie française des pétroles. Dans le cadre de la Société des Nations, le sous-comité européen se demande en janvier s’il doit inviter l’URSS à participer à ses travaux pour l’étude de la crise économique. Une décision positive est annoncée le 20 janvier dans la presse. Gabriel Péri consacre plusieurs articles de l’Humanité à cette question. Margaine, lors du débat à la Chambre sur le pétrole, les 11 et 12 février (voir Introduction sur la question des pétroles), se prononce contre la convention qu’il estime défavorable aux intérêts français qui, par la CFP, adopte la même politique que les trusts pétroliers. Pour lui, « la politique des trusts est d’encercler la Russie et d’organiser la consommation ». Or la CFP lui apparaît comme « l’alliée fidèle de trusts qui vont organiser la production du pétrole dans le monde ». Il se montre favorable à la création d’un Office national des combustibles (Le Temps, 14 février 1931).

38 La Bellevilloise est une « société anonyme coopérative de consommation à capital et personnel variables », selon l’en-tête de lettre, dont l’activité principale concerne l’alimentation. Son siège social, son entrepôt et la salle de réunion sont répartis entre le 17 et le 25 de la rue Boyer.

39 Journal hebdomadaire des immigrés juifs en langue yiddish qui prend plusieurs noms à partir de 1923, au sein de la Kultur Liga, la Voix ouvrière, la Tribune, la Voix, l’Étincelle avant de devenir la Vérité.

40 Selon le rapport sur cette réunion, Cachin intervient sur la question de la réponse à faire aux 22, introduit la discussion sur l’affaire Barbusse-Monde et souhaite que l’on demande à Marty de démissionner de ses fonctions de conseiller municipal du 13e arrondissement (Arch. IRM-IML, 435).

41 Le groupe bancaire Rivaud, Lebel et compagnie (rue Notre-Dame des Victoires, 2e arrondissement, contrôle plusieurs sociétés (Société financière des caoutchoucs, Société des charbonnages, etc.).

42 Daniel Serruys (1875-1950), directeur d’études à l’École pratique des hautes études, chef de cabinet du sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1913), secrétaire général de la Commission économique de la Conférence de la paix, directeur des accords commerciaux au ministère du Commerce (1920-1928) fut au cœur des négociations des traités commerciaux. Président du Comité économique de la Société des Nations, il prend part aux conférences internationales et il est un des conseillers de la banque Lazard. Il devient en 1931 délégué général de l’Exposition coloniale. L’enquête parlementaire sur l’affaire Oustric le confronte à un autre fonctionnaire du ministère du Commerce dont il avait mis en doute le rapport favorable établi à propos de la Snia Viscosa dont la banque Oustric vendait les actions en France à partir de 1926 (selon le Temps).

43 Banque d’affaires des frères Lazard implantée en France, aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

44 Henri Deterding (1866-1939) devient, en 1900, directeur général de la Royal Dutch, compagnie hollandaise fondée en 1883. Elle s’associe avec la société britannique Shell en 1907. L’expansion de cette société est rapide et au lendemain de la Première Guerre mondiale, elle fournit 75 % de la production pétrolière non américaine. Son directeur, surnommé le Napoléon du pétrole, anobli, symbolise pour Cachin les trusts pétroliers britanniques. Dans son château d’Achnacarry, en Écosse, est signé notamment un accord entre grandes compagnies pétrolières mondiales, le 17 septembre 1928. Par la suite, une des questions est de contrôler l’ensemble des productions et des exportations dans le monde, d’où la recherche d’accords avec l’URSS. Cachin consacre à Deterding deux articles dans l’Humanité des 9 et 11 février. L’Humanité, le 9 février, publie sa photographie avec une légende « Sir Deterding, un des plus gros magnats du pétrole » (voir Introduction sur la question des pétroles). Lors de l’enquête parlementaire sur l’affaire Oustric, en janvier 1931, se pose la question d’une spéculation sur les actions de la société des naphtes de Bakou nationalisée en 1917. A partir de cette société, Deterding spécula sur des actions d’anciennes sociétés pétrolifères rachetées à bas prix, espérant une reprise des relations avec l’URSS l’Humanité le dénonce souvent pour ses actions, baptisées « intrigues », visant à affaiblir l’URSS en limitant ses exportations.

45 Calouste Gulbenkian (1869-1955), géologue arménien devenu banquier qui participe à l’exploitation du pétrole du Golfe persique partagé en quatre entreprises dont la Compagnie française des pétroles dans laquelle il prélève 5 %, d’où son surnom « Monsieur 5 % ». Il est au cœur des transactions commerciales avec l’URSS et possède une collection d’œuvres d’art.

46 Jacques Stern (1882-1949), banquier, député républicain de gauche des Basses-Alpes (1914-1919, 1928-1936), sous-secrétaire d’État à la Marine militaire (23 décembre 1930-27 janvier 1931), multiplie les interventions financières et fait appliquer la convention de 1924 avec la Compagnie française des pétroles sur l’approvisionnement prioritaire pour les besoins de la Défense nationale et des services publics (voir Introduction sur la question des pétroles). Il intervient notamment en février 1931 pour écarter les produits pétrolifères soviétiques du marché français

47 Gaston Bergery (1892-1974), avocat, secrétaire général-adjoint interallié de la Commission des réparations (1918-1924), chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères (1924-1925), député radical-socialiste de la Seine-et-Oise depuis 1928, se situe à la gauche du parti et fait figure au début des années 1930 de dirigeant de l’opposition radicale.

48 Un projet de Transsaharien pour assurer la liaison entre la Méditerranée et le Niger est en cours d’examen par la Chambre des députés. Un groupe parlementaire de 228 députés et le Conseil supérieur de la défense nationale le soutiennent (Le Temps, 22 mars 1931).

49 Charles Baron (1876-1960), ingénieur chimiste, socialiste puis communiste (1920-1922), député socialiste SFIO des Basses-Alpes depuis 1919, président de la Commission des mines et des forces motrices de la Chambre des députés, suit les questions énergétiques. Président de la Commission d’enquête sur le pétrole (1924- 1928), il s’intéresse à la loi sur l’importation des pétroles puis à la discussion sur la convention entre l’État et la CFP (1930-1931) (voir Introduction sur la question des pétroles).

50 Le Temps, le 14 janvier 1931, annonce que le haut-commissariat britannique pour le pays du Levant vient de signer une convention avec l’Irak Petroleum pour la construction d’un pipe-line reliant le camp pétrolifère de Mossoul au port d’Haïffa (Caïffa) en zone sous contrôle britannique alors que la Syrie est sous mandat français. Rendant compte des travaux de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre, le Temps, le 8 février, évoque l’accord passé entre la France, l’Angleterre, la Syrie et l’Irak pour la construction de deux pipe-lines. Toutefois, la commission, comme une partie de la presse, semble craindre que le pipe-line jusqu’à Caïffa se fasse au milieu de difficultés britanniques.

51 Jean Montigny (1892-1970), avocat, fils d’un régent de la Banque de France, député radical-socialiste de la Sarthe depuis 1924, appartient au mouvement « Jeunes Turcs » et participe à la rédaction de son programme en 1929. Le Temps, le 27 janvier 1931, rend compte d’une réunion des parlementaires radicaux-socialistes pendant la crise parlementaire pour répondre à l’offre de Laval de collaboration au nouveau gouvernement. Montigny, partisan de la participation des radicaux, préconise une « politique d’entente et d’apaisement afin de ne pas renouveler les erreurs passées ». Le Temps, le 13 février, indique qu’il quitte le groupe radical à la suite d’un désaccord avec sa tactique parlementaire.

52 Veuve d’Abel Ferry, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1914- 1915) dont le salon accueille certaines personnalités du monde politique (dont Blum, Paul-Boncour, Renaudel et Tardieu) et financier. Le frère de Madame Ferry, employé à la banque Oustric, fait partie des témoins interrogés par la commission d’enquête. L’Humanité, à plusieurs reprises, dénonce cette collusion. Citée devant la commission d’enquête de la Chambre des députés sur l’affaire Oustric, elle aurait refusé de comparaître (l’Humanité, 17 juillet 1931).

53 Albert Oustric (1887-1971), banquier d’affaires depuis 1919 (6 rue Chauchat, 9e arrondissement), introduit en bourse des actions de la société italienne Snia Viscosa en juillet 1926. La faillite frauduleuse de la banque en novembre 1929 et le retrait de la cote des titres italiens révélèrent l’implication de plusieurs hommes politiques : Raoul Péret, ministre des Finances du gouvernement Briand (9 mars- 15 juin 1926) qui donna l’autorisation d’introduction en bourses des actions, ministre de la Justice du gouvernement Tardieu (2 mars-4 décembre 1930), deux anciens sous-secrétaires d’État Gaston Vidal (Enseignement technique, gouvernements Briand et Poincaré, 16 janvier 1921-26 mars 1924) et Albert Favre (Intérieur, gouvernement Clemenceau 16 novembre 1917-18 janvier 1920), un ancien ambassadeur à Rome René Besnard. En janvier 1931, le Temps publie journellement les procès-verbaux de l’enquête parlementaire et conseille la lecture de l’ouvrage de Maurice Privat, Oustric et Cie..

54 Thorez se plaint de son absence à la réunion du Bureau politique alors qu’une crise ministérielle se déroule (Arch. IRM-IML, 435).

55 Lors de la réunion du Bureau politique du 8 janvier, en l’absence de Cachin, il est décidé qu’il interviendra dans ce meeting, salle Bullier, 31 avenue de l’Observatoire (5e arrondissement). A nouveau, en l’absence de Cachin, il discute, le 23 janvier, des interventions. Celle de Cachin n’est pas évoquée (Arch. IRM-IML). L’Humanité, le 20 janvier, dans une page spéciale « Sous le drapeau du léninisme » associe les trois révolutionnaires par des articles (Rosa Luxembourg « Révolution et grève politique de masse ») ou des évocations biographiques. Le 24 janvier, l’Humanité rend compte du meeting sous le titre « Un meeting grandiose. Une foule vibrante et résolue ! Le magnifique succès de cette assemblée où assistaient 12 000 ouvriers qui acclamèrent André Marty et la Révolution russe, preuve qu’en dépit des attaques du pouvoir et des traîtres, le prolétariat parisien conserve intacte sa confiance au parti communiste ». Parlent Marty, Thorez, Couteilhas, Doriot et Cachin (voir Introduction « le propagandiste »).

56 Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine (1870-1924) ; les communistes français apprennent son décès lors du Congrès de Lyon, le 22 janvier 1924.

57 Rosa Luxembourg (1871-1919), dirigeante spartakiste, assassinée après son arrestation le 15 janvier 1919.

58 Karl Liebknecht (1871-1919), dirigeant spartakiste, assassiné après son arrestation le 15 janvier 1919.

59 Albert Milhaud (1871-1955), professeur d’histoire, journaliste (L’Ere nouvelle), membre de la direction du parti radical-socialiste, député de l’Hérault (1924- 1928), sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1926).

60 De nombreuses sociétés financent la presse. Le Soir, quotidien monarchiste fondé au début des années 1870, se rallie à la République et se situe à droite. Avant la Première Guerre mondiale, il apparaît comme un journal d’affaires de faible tirage. Relancé en 1925, avec la collaboration d’hommes de gauche, soutien de la politique de Briand, il atteint un tirage de 90 000 exemplaires et passe à six pages en 1930. Ses commanditaires font faillite ; une longue crise précède sa disparition en mars 1932. L’Union électrique rurale, avec 100 000 abonnés, a son siège 19 rue de Lisbonne (8e arrondissement). En 1928, la Société de contrôle des réseaux ruraux se transforme en Union électrique rurale avec une partie des actions possédées par un holding suisse Indelec. En 1930, des difficultés financières expliquent l’augmentation de capital avec l’apport de capitaux américains (Public Untility Holding Corporation).

61 Henri Garrigues (1873), marchand de vin, 20 rue Ordener (18e) ; son établissement, la « salle Garrigues », accueille ce jour-là la réunion des cheminots des ateliers de la Chapelle et du Landy organisée par le Comité de défense de l’Humanité. 80 personnes participent sous la présidence d’un cheminot Drouet. De 18 h à 18h 45, les orateurs (Cachin et Chabrit) leurs exposent les raisons de défendre la presse communiste (Appo, Ba 1717).

62 Inscrit sur les listes électorales en 1930, né dans les Côtes-du-Nord en 1901, employé de chemins de fer.

63 Selon la mairie de Louargat (Côtes d’Armor), il y a plusieurs familles Lorgéré dans la région de Guingamp.

64 Sans doute Hugues Rosalt, né en Bulgarie en 1870, pharmacien, qui habite 8, boulevard Bonne-Nouvelle. Est-ce la personne qui renseigne Cachin sur la Turquie le 6 mars 1911, selon les Carnets, op. cit., p. 498 ?

65 Comte Henri Gouvion Saint-Cyr (1900-1981), ingénieur des Arts-et-Métiers, qui après un passage au Crédit lyonnais s’occupe de diverses affaires, 81 avenue . Hugo. En 1928, au premier tour dans la troisième circonscription du 18e arrondissement, Cachin avec 7 219 voix sur 17 704 inscrits et 15 799 votants devance de Gouvion-Saint-Cyr (Fédération républicaine, Union nationale) qui obtient 4 200 voix, le socialiste SFIO Bloch (3 006 voix, qui se retire) et Chenouard (socialiste national, 374 voix). Au deuxième tour ; Cachin l’emporte avec 8 119 voix sur Gouvion-Saint-Cyr (5 619 voix) et Pichon (indépendant, 608 voix). Dans un article des Cahiers du Bolchevisme (mai 1928, p. 284), « Notre tactique classe contre classe justifiée par les faits », Ferrat qualifie Gouvion-Saint-Cyr de « fasciste ».

66 Cachin participe à une « assemblée populaire des lecteurs de l’Humanité, organisée à 18 h., pour la Défense de l’Humanité » 48 rue Duhesme, salle de l’Indépendance, dans le 18e arrondissement, sa circonscription électorale. Elle se termine par un concert offert par les Chansonniers de la Muse rouge.

67 Cachin annonce dans l’Humanité du 11 janvier 1931 qu’il interpellera le gouvernement sur la question des « menées belliqueuses des gardes blancs en France » et le Temps, le 14 janvier, précise qu’il s’agit des « écoles contre-révolutionnaires d’émigrés russes ». L’intervention ne se produit que début mars.

68 Alpes-Maritimes.

69 La réunion de membres du Comité central se déroule du 31 janvier au 2 février, 120 rue Lafayette. L’ordre du jour est, selon le compte rendu paru dans l’Humanité, le 12 février, le travail des communistes dans le mouvement syndical, la préparation du 25 février, l’aide du parti à la Jeunesse, la lutte contre la guerre et pour la défense de l’URSS.

70 La Compagnie parisienne de distribution de l’électricité (23 rue de Vienne, 8e arrondissement), fondée en 1907 par Eugène Sartiaux, de la Compagnie des chemins de fer du Nord et du groupe Rothschild, après avoir regroupé divers secteurs parisiens (Compagnie parisienne de l’air comprimé, Édison, Champs-Élysées, Rive gauche notamment), exploite aussi une partie de la banlieue où d’autres secteurs demeurent (Union électrique de Gennevilliers, Arrighi à Vitry). Selon le Temps du 1er février, les recettes de la CPDE ont augmenté de plus de 70 % entre 1928 et 1930.

71 Société de distribution alimentaire, siège 51, quai de Grenelle (15e arrondissement).

72 Peut-être Achille Thomas (1893-1943), secrétaire administratif de l’Union des syndicats CGTU du réseau du Nord. Mais il y a six Thomas, cheminots, sur les listes électorales du 18e arrondissement, dont trois relèvent de la Compagnie du Nord.

73 Charles Spinasse (1893-1979), professeur, député socialiste SFIO de la Corrèze depuis 1924, membre de la commission des Affaires étrangères, secrétaire de la commission des Finances (1928), prend position en 1924 pour l’établissement de relations avec la Russie soviétique. Il se montre critique à la fin des années 1920 avec la planification. Lors du débat à la Chambre des députés, le 27 février 1931, sur la crise économique et agricole, il conteste à nouveau la planification et remarque : « A-t-on le droit de payer de tant de souffrances et de tant d’existences la construction de la cité nouvelle ? » après avoir noté que les investissements en capitaux prévus par le plan quinquennal représentent « plus du double du revenu de ce pays » (Le Temps, 1er mars 1931).

74 Louis Loucheur (1872-1931), ingénieur, député « gauche radicale » du Nord depuis 1919, plusieurs fois ministre depuis 1917 (Armement, Régions libérées, Commerce, Industrie, Postes et télégraphes, Finances, Travail, Assistance et prévoyance sociale). Ministre de l’Économie nationale, du Commerce et de l’Industrie dans le ministère Steeg (13 décembre 1930-27 janvier 1931). Adhérent de l’Union paneuropéenne, il préconise notamment l’entente économique entre les pays d’Europe.

75 Depuis la mi-janvier, la Commission d’étude pour l’Union européenne, présidée par Briand, se réunit dans le cadre de la Société des Nations. Les thèmes de l’union européenne abondent. Dans ses articles et dans ses interventions, Cachin assimile antibolchevisme et affirmation européenne.

76 Voir 20 janvier. Stern n’est plus secrétaire d’État depuis le 22 janvier 1931.

77 Ernest Mercier (1878-1955), industriel, contrôle les trusts qui fournissent l’électricité en France. Il dirige en outre la Compagnie française des pétroles qui représente les intérêts français en Irak. Le Redressement français qu’il a fondé en 1925 poursuit une ligne anti-soviétique. Il en est longuement question dans le débat qui se déroule à la Chambre. Cachin consacre un long article sur le statut du pétrole (l’Humanité, 9 février 1931).

78 Henri Lorin (1866-1932), professeur de géographie coloniale à la Faculté de Bordeaux, député de la Gironde (1919-1924, Bloc national, puis à partir de 1928 (Union nationale), spécialiste de géographie politique, intervient à la Chambre sur les questions coloniales et au sujet des voies de communications.

79 Yvon Delbos (1885-1956), professeur, député radical-socialiste de la Dordogne depuis 1924, sous-secrétaire d’État puis ministre en 1925 (Enseignement technique, Beaux Arts, Instruction publique) Écrit en 1933 L’expérience rouge, Paris, Au Sans Pareil, 246 p.

80 A cette adresse, se situe le siège de la Fédération nationale des travailleurs des chemins de fer (CGTU). Le 7 février 1931, l’Humanité annonce qu’aux élections des représentants du personnel au Conseil supérieur des chemins de fer, tous les candidats CGTU ont été élus dans les différents réseaux. Pour la seule Compagnie du Nord, le 2 décembre 1930, les listes CGTU, présentes dans 6 catégories sur 13, l’emportent dans trois d’entre elles alors que les listes CGT gagnent dans les trois autres.

81 Cachin interpelle à la Chambre des députés le ministre de la Justice pour obtenir la modification de l’article 21 de la loi du 1er avril 1926 qui porte sur les expulsions de locataires. Il demande une nouvelle rédaction de l’article par la Commission de législation civile. Il souligne notamment le cas des locataires de logements vétustes appartenant à des sociétés. Quand elles veulent transformer en bureaux ces logements, elles peuvent expulser leurs locataires. Récemment l’Humanité a publié une série d’articles sur l’immeuble appartenant à la Caisse syndicale des forges de France, rue du Rocher, où des travaux de rénovation ont permis de telles expulsions. En outre, Cachin souhaite obtenir que les locataires atteints par le chômage ne puissent pas être poursuivis, mais au contraire soient exonérés de loyer. Dans sa réponse, Léon Bérard, ministre de la Justice, reconnaît que des abus ont été relevés dans les applications de l’article 21 qui doit être remis en discussion. Sur l’ensemble de l’interpellation, il obtient le « renvoi à la suite » après un vote à main levée.

82 Jean Parmentier (1883-1936), inspecteur des Finances, ancien directeur du Mouvement général des fonds au ministère des Finances (1921-1923), participe à partir de 1922 aux discussions entre alliés pour les dettes et les réparations. Il est un des deux experts français pour les comités Dawes (1924) et Young (1929). Après sa démission en 1923, lié au groupe Thomson, au Comptoir national d’escompte de Paris, au Crédit foncier, il préside en 1925 la société Finelec (Financière électrique), filiale du groupe Thomson. Interrogé par le Matin, à son retour d’URSS, il indique que le plan quinquennal réussit de 75 % à 80 %. Aussi Bonte, dans son éditorial (l’Humanité, 21 février), s’appuie-t-il sur ce témoignage pour titrer « Le formidable succès du plan quinquennal ». Le 3 mars, dans son intervention à la Chambre sur l’URSS, Cachin reprend cet exemple pour démontrer que l’URSS ne vend pas ses produits en dessous du prix de revient. Anatole de Monzie reprend aussi cet article de Parmentier dans son Petit manuel de la Russie nouvelle, Paris, Firmin-Didot, 1931, comme illustration du succès du plan quinquennal. Blum y fait allusion dans son article « Le plan quinquennal et le socialisme. Le double devoir », dans le Populaire, le 24 février 1931, repris dans la préface de l’ouvrage d’Oreste Rosenfeld, Le plan quinquennal. Examen critique, Librairie populaire du parti socialiste, 1931, 150 p. : « Le rédacteur du Matin [Jules Sauerwein] a fait état des impressions rapportées de Russie après un voyage récent, mais un peu bref, par un visiteur de marque, M. Parmentier, qui fut un haut fonctionnaire de notre ministère des Finances et l’un des experts des plans Dawes et Young. A en croire M. Parmentier, la construction soviétique commencerait à jeter sur l’Europe capitaliste une ombre redoutable ». Blum, dans la suite de l’article, critique toutes les démonstrations du fonctionnaire.

83 Albert Demolon (1881-1954), directeur du Centre national de recherches agronomiques de Versailles, rédacteur en chef des Annales agronomiques, inspecteur des stations et laboratoires de recherches au ministère de l’Agriculture, a présenté un rapport sur la France en 1930 au Congrès international de la science du sol à Leningrad. Aucun rapport sur l’agriculture soviétique ne figure sans sa bibliographie de 1936. Il s’agit peut-être d’une intervention orale à l’Académie de l’agriculture dont il est membre.

84 Quelques jours plus tard, se tient la conférence pan-unioniste des dirigeants de l’industrie. Molotov, président du Conseil des commissaires du peuple, dans son intervention s’appuie sur la forte progression de la production en blé qui passe de 166 à 216 millions de quintaux pour souhaiter que la mécanisation agricole s’accélère afin d’obtenir encore de meilleurs résultats. Quelques jours plus tard, se déroule la Conférence agricole organisée par la France qui invite 27 États européens pour étudier les moyens d’écouler les excédents de céréales. L’URSS n’est pas invitée.

85 Peut-être s’agit-il de Louis Eisenmann (1869-1937), professeur d’histoire et de civilisation slaves à la Sorbonne, directeur de la revue le Monde slave, co-directeur avec Charles Seignobos et Paul Milioukov de l’Histoire de la Russie, en trois volumes, Paris, É. Leroux (1932-1933), rédigée par des historiens émigrés russes.

86 Charles-Édouard Jeanneret dit Le Corbusier (1887-1965), architecte d’avant-garde qui réfléchit sur les questions d’urbanisme et d’habitat collectif. Après avoir remporté en 1928 le concours pour la construction du siège de l’Union des coopératives à Moscou, il effectue plusieurs voyages en URSS pour surveiller le chantier.

87 Honorine Hérialet (1852), rentière, vit avec Marie Trembley (1855), marchande de quatre saisons.

88 Journal quotidien fondé en 1911, paraît à 11 heures, intéresse traditionnellement les boursiers et les turfistes. Sa diffusion tombe à 4 000 exemplaires par jour en 1924. Jean Prouvost, propriétaire de Paris-Soir, le rachète en 1924, introduit de nouvelles rubriques (échos et spectacles notamment). Son tirage remonte à 80 000 exemplaires en 1930. Il mène une campagne contre le ministre des Finances Flandin. Dans un débat à la Chambre, il est révélé que Flandin a signé un décret qui gêne les intérêts du directeur (Le Temps, 14 mars 1931).

89 Lors de cette réunion, une discussion s’engage à propos de la nécessité de demander à André Marty de démissionner de ses fonctions de conseiller municipal, proposée notamment par Cachin. Sont évoqués les liens à entretenir avec le personnel communal et Cachin, à la différence d’autres participants, pense que les communistes doivent être « sérieux et réalistes » et avoir des relations avec les syndicats du personnel (IRM-IML, 435).

90 Selon la loi du 19 juillet 1889 qui régit leur avancement, répartis en cinq classes de durée moyenne de cinq années, les instituteurs atteignent un maximum de traitement au bout de 25 ans. Après les modifications des 6 octobre 1919 et 30 avril 1921, l’avancement pour les 6e, 5e, 4e classes, se fait au choix après 4 ans et à l’ancienneté après 6 ans ; pour les 3e et 2e classes, il se fait au choix après 4 ans et à l’ancienneté après 7 ans. La modification apportée tend à établir la parité avec les commis des PTT qui arrivent au maximum de traitement après 21 ans de service. La parité ne se réalise pas parfaitement ; le système des promotions, l’écart entre les traitements des débuts et des fins de carrières provoquent les revendications des deux syndicats (Syndicat national des instituteurs et Fédération CGTU) qui se différencient pourtant, puisque cette dernière préconise le traitement unique. Cette question a-t-elle été évoquée en réunion du Bureau politique ? Le 17 février, la Chambre des députés discute le chapitre 121 du budget de l’Instruction publique et évoque la question des traitements. Camille Chautemps notamment se montre favorable à une amélioration. Jules Fraisseix, député communiste de la Haute-Vienne, reprend les revendications de la Fédération unitaire, ce que l’Humanité, le 17 février, traduit comme une dénonciation de « l’enseignement de classe de la bourgeoisie ». La question est renvoyée en commission des Finances. Le 28 février, le Temps annonce que l’arrivée en première classe se fera désormais après 20 ans de service, ce qui entraîne un réajustement de la situation des commis des PTT. La commission, dominée par des radicaux-socialistes et des socialistes SFIO, propose un système d’avancement au choix après 3 ans, à l’ancienneté après 4 ans quelle que soit la classe. La Chambre, en dépit de l’opposition de François Piétri, ministre du Budget et de Laval, président du Conseil, le 12 mars 1931, adopte la nouvelle rédaction de l’article 48Bbis par 325 voix contre 245. Toutefois le Sénat modifie ce texte, décision entérinée par la Chambre le 31 mars 1931. Le Syndicat national des instituteurs, au début avril, proteste contre cette décision qui repousse la possibilité, pour les instituteurs, d’atteindre un traitement maximal après 20 ans de carrière comme le note alors Cachin, le 13 février.

91 Le 13 février, le secrétariat du parti demande au responsable de la région d’Auvergne de retenir une chambre avec chauffage central pour Cachin. Le rapport sur la région communiste d’Auvergne du 22 janvier 1931 souligne la faiblesse de l’organisation communiste et précise que les militants sont découragés. Ils estiment que « seule la venue d’un orateur comme Cachin leur permettrait de relever l’idée de lutte des ouvriers ». Le principe d’une telle venue est arrêté, mais le 30 janvier, le secrétaire de l’Union régionale CGTU Follet souhaite qu’elle soit repoussée au 25 février. Il se heurte sur cette question aux autres responsables communistes. (Arch. IRM-IML 476). (Sur la réunion, voir Introduction « le propagandiste »).

92 Quotidien de « la démocratie socialiste du Centre », créé en octobre 1919, dirigé par le socialiste SFIO Alexandre Varenne.

93 Organe hebdomadaire des ouvriers et des paysans de la région de l’Auvergne publié par le parti communiste.

94 2 000 exemplaires selon le rapport sur la région communiste d’Auvergne d’août 1931 (Arch. IRM-IML 476).

95 700 ou 630 selon les rapports sur la région communiste d’Auvergne d’août 1931 (Arch. IRM-IML 476).

96 Au premier tour des élections municipales de 1929, la liste « municipale républicaine » conduite par le maire sortant radical-socialiste Marcombes, avec 6 500 voix en moyenne, avait obtenu 16 élus sans que Marcombes soit réélu. La liste socialiste SFIO avait réuni 5 500 voix en moyenne. Au deuxième tour, Marcombes était battu. La nouvelle répartition dans le conseil municipal, 23 radicaux 13 socialistes, remplaçait celle de 1925 (32/4). Le maire Paul Gondard, avoué, radical-socialiste, était entouré de six adjoints radicaux ou républicains de gauche et d’un socialiste.

97 Le rapport sur la région communiste d’Auvergne du 22 janvier 1931 note qu’il y a 4 500 à 5 000 chômeurs à Clermont-Ferrand (Arch. IRM-IML 476).

98 Louis Follet (1898-1957), ouvrier fondeur, membre du Comité central du parti communiste (1926-1929), secrétaire de la région communiste d’Auvergne depuis 1929, secrétaire permanent de la 23e région de la CGTU

99 Le rapport sur la région communiste d’Auvergne du 22 janvier 1931 indique « camarade dévoué, mais malade ». Responsable du Cri du peuple, membre du Bureau régional communiste, il est le dirigeant des produits chimiques. (Arch. IRM-IML 476). Ne figure pas dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

100 Selon un rapport sur la région communiste d’Auvergne du 22 janvier 1931, les effectifs étaient de 13 000 en 1929. Ils ont baissé en raison des « nouvelles méthodes de travail et de l’introduction de machines plus perfectionnées ». La crise actuelle se traduit par un chômage technique un ou deux jours par semaine. Une explication des stocks est donnée : « Des malfaçons opérées dans le travail, conséquences des méthodes de rationalisation implantées dans l’usine, dirent que la boite rencontre des difficultés dans l’écoulement de ses produits » (Arch. IRM-IML476). Le 16 février, dans l’Humanité, Cachin note que les effectifs de Michelin sont passés de 20 000 à 10 000 en quelques mois.

101 Le rapport sur la Conférence de la région Auvergne du parti communiste, en juillet 1931, précise qu’il y a un tiers de femmes et « beaucoup de jeunes chez Michelin ». (Arch. IRM-IML 476).

102 Les rapports sur la région communiste d’Auvergne du 22 janvier et de juillet 1931 notent qu’il n’y a que deux militants communistes chez Michelin et que la cellule comprend aussi 6 rattachés (Arch. IRM-IML 476).

103 Le Cri du Peuple présente, le 7 février, les députés communistes « surchargé[s] de travail » et la décision d’envoyer Cachin comme « un sacrifice que fait le parti ». Ce meeting, à la Maison du Peuple, réunit « près de 3 000 personnes », selon l’Humanité, le 16 février, et le Cri du Peuple (21 février). Interviennent avec Cachin, Follet et Brun de l’Association républicaine des anciens combattants. La Montagne avait, le 14 février, publié un appel pour que les socialistes SFIO s’y rendent annonçant que la contradiction serait portée par un député socialiste (voir Introduction).

104 Dans la discussion sur le budget du Commerce et de l’Industrie, le 21 février, Cachin proteste contre les mesures de prohibition prises pour protéger le marché français des conséquences des bas prix du pétrole soviétique. L’Humanité, le 22, publie ce discours sous le titre « M. Cachin dénonce la politique de guerre économique entreprise contre les Soviets ».

105 Le 27 janvier 1931, le secrétariat du parti écrit au responsable communiste de la région Auvergne pour expliquer que Cachin ne peut aller en Auvergne le 21 février car il a « promis son concours à une réunion du syndicat du Métro, réunion très importante qu’il ne peut éviter ». (Arch. IRM-IML 476). L’assemblée générale de la Bellevilloise, 23 rue Boyer (20e arrondissement), l’après-midi du 22 février, se poursuit, le soir, par la fête annuelle du syndicat CGTU de Métropolitain. Outre l’allocution de Cachin, le programme prévoit une partie artistique et un bal animés par l’Harmonie et le Jazz de la Bellevilloise. L’Humanité ne rend pas compte de cette soirée.

106 Voir Introduction. Au début de février, on commence à organiser la journée du 25 dans les organisations communistes de la région parisienne et dans la CGTU. Plusieurs tracts sont élaborés dont l’un résume les quatre grands thèmes : « Contre le chômage, contre la baisse des salaires, contre la guerre impérialiste, pour défendre l’URSS ». Des manifestations avec meetings se déroulent dans les rues et aux abords des usines à Paris et en banlieue. La CGTU crée un Comité central des chômeurs. (Appo, Ba 1646).

107 Cachin participe le 27 février à une réunion électorale dans le onzième canton où, le 1er mars, se présente Georges Lévy.

108 Alphonse (1892), cafetier.

109 Cachin est membre du Présidium de la conférence nationale du parti communiste à Levallois-Perret (28 février-1er mars). Il ne note rien dans son agenda.

110 Cachin intervient à la Chambre des députés dans la discussion financière sur les conventions des différentes compagnies avec l’État. Le déficit lui apparaît être la conséquence de la mauvaise gestion des compagnies qui font pression sur les travailleurs, aussi bien sur leurs salaires que par la rationalisation qui aggrave, selon lui, les conditions de travail des cheminots.

111 Dans la discussion à la Chambre du budget des Affaires étrangères, Cachin intervient le premier pour exalter les bienfaits du plan quinquennal, dénoncer l’encerclement qui menace l’URSS et l’accueil bienveillant réservé aux Russes blancs par le gouvernement français. Il indique que, sur les 400 000 Russes vivant en France, un quart sont des militaires « prêts à la bataille » pour la reconquête de leur pays. Ces affirmations lui valent les démentis de Briand.

112 Paul Signac (1863-1935), peintre néo-impressionniste, de tendance libertaire et pacifiste, est membre de la Commission des beaux-arts du Cercle de la Russie neuve fondé en 1928.

113 Anatole de Monzie (1876-1947), avocat, député (1909-1919, 1929) ou sénateur (1920-1929) du Lot, sous-secrétaire d’État (Marine marchande, 1913, 1917), plusieurs fois ministre de 1925-1926 (Finances, Travaux publics, Instruction publique et Beaux-Arts, Justice), partisan de relations diplomatiques et commerciales avec l’URSS, publie en 1931 Petit manuel de la Russie nouvelle, Paris, Firmin Didot, 338 p. Il entretient des relations avec les milieux soviétiques en France depuis son premier voyage en Russie en 1922.

114 Pierre Laval (1883-1945), avocat, député socialiste (1914-1919), socialiste indépendant (1924-1927), sénateur (à partir de 1927) de la Seine, plusieurs fois ministre en 1925-1926 (Travaux publics, Justice), en 1930 (Travail), président du Conseil (27 janvier-13 juin 1931, puis à nouveau 13 juin 1931-12 janvier 1932).

115 Aristide Briand (1862-1932), avocat, député depuis 1902, plusieurs fois ministre depuis 1906, onze fois président du Conseil, ministre des Affaires étrangères depuis 1926 et dans les deux gouvernements Laval.

116 Le Temps, le 2 mars, publie un article sur les relations commerciales entre la France et la Russie. Alors qu’en 1929, la Russie exportait vers la France trois fois plus de produits en valeur qu’elle importait de produits français, le rapport passe à cinq deux ans plus tard en raison notamment de l’importation croissante de céréales russes en France.

117 Jean Herbette (1878-1960) est nommé ambassadeur de France à Moscou depuis le 15 décembre 1924 sur les conseils de De Monzie. Depuis 1926, il se caractérise par une hostilité profonde à l’égard de régime soviétique. Un recueil de textes fut publié par la Commission des Affaires étrangères du Reich à Berlin en 1943 (Un diplomate parle du péril bolchevique. Rapports de J. Herbette, ambassadeur de France à Moscou, 1927-1931) Il est nommé ambassadeur à Madrid, le 11 juin 1931.

118 L’ambassadeur d’URSS en France, depuis le 21 octobre 1927, est Valérien, Savelievitch Dovgalevsky (1885-1934), membre du parti ouvrier social-démocrate russe (bolchevik) en 1908, avait séjourné en France et acquis un diplôme d’ingénieur électricien à Toulouse en 1913. Il avait travaillé dans une firme d’électricité à Paris jusqu’en 1917. Devenu commissaire du peuple des Postes (1921-1924), puis ambassadeur (Suède, 1924-1927, Japon, 1927), il avait présenté ses lettres de créances en janvier 1928. Sa nomination intervient au moment d’une violente campagne anti-soviétique et il négocie un accord commercial entre la France et l’URSS (Appo, Ba 1697).

119 Dans son intervention, Cachin dénonce les agissements de l’Association financière, industrielle et commerciale russe à Paris, le Torgprom. Cachin ajoute dans son carnet la mention de l’opposition d’un groupe de députés favorables à de meilleures relations avec l’URSS autour de De Monzie. Le groupe parlementaire franco-russe, groupe de pression en 1924-1925, pour la reconnaissance, réapparaît en décembre 1930 sous la présidence de De Monzie et avec comme secrétaire Bergery. Il comprend une centaine de députés.

120 Antoine Borrel (1878-1961), journaliste, député radical-socialiste de Savoie depuis 1909, sous-secrétaire d’État aux Travaux publics (1920-1921). Mais il peut aussi s’agir d’Émile Borel (1871-1956), professeur à la Sorbonne, député républicain-socialiste de l’Aveyron depuis 1924, qui notamment vote à la Chambre en janvier 1931 pour la libération de Duclos et de Marty, ou de Victor Boret (1872-1952), négociant, député (1910-1927) puis sénateur de la Vienne, ministre de l’Agriculture (1917-1919, décembre 1930-janvier 1931) qui, selon l’Humanité, conseille Steeg. Ce dernier, présenté comme « le culbuteur de Tardieu » (L’Humanité, 12 mars 1931), bénéficie, selon le même article, de la « confiance des chefs socialistes ».

121 Est-ce Louis Buttafoghi (1894-1963), dit Marcel Lucain, journaliste dans diverses publications dont le Matin, qui signe de nombreux articles dans Paris-Midi, critiqués par la gauche, et dont on parle beaucoup en mars 1931 à la Chambre ? Dans une affaire de vente de tableaux et d’objets d’art par la délégation commerciale soviétique à Paris en novembre 1928, fut citée la maison de commerce de produits alimentaires du Laar, 43 boulevard de Clichy (Appo, Ba 1707).

122 Voir 3 mars 1931.

123 Édouard Vuillard (1868-1940), peintre, graveur, décorateur.

124 Henri Matisse (1869-1954), peintre, sculpteur, chef de file des « fauves ». Cachin participe à plusieurs reprises à des déjeuners avec Matisse, Barbusse et Thorndike lors de ses déplacements dans le Midi.

125 Le rapport sur la région charentaise du parti communiste, le 9 février 1931, évoque la faiblesse du parti à La Rochelle et précise : « Un meeting avec Cachin créera certainement un enthousiasme dont nous pouvons profiter ». (Arch. IRM-IML, 483). Le comité régional, le 12 février, décide ce meeting le 5 mars tandis que se prépare la réorganisation du parti alors que la région connaît une montée du chômage et une grève des dockers de La Pallice. Le 28 février, l’Humanité annonce que le maire de La Rochelle vient d’interdire la tenue de la réunion qui était annoncée dans le journal communiste depuis le 21 février. Les thèmes devaient être : « Contre la misère, contre le fascisme, contre la guerre, pour la défense de l’Union soviétique ». L’Humanité, précise que le maire est un armateur importateur de pétrole. Depuis plusieurs semaines les communistes, dont Cachin, s’opposent aux différents obstacles mis à l’importation de produits pétroliers en provenance de l’URSS. Y a-t-il une relation ? Régulièrement, l’Humanité informe sur les luttes des dockers. Cachin avait donc dû prendre en note les horaires du train pour se rendre à La Rochelle.

126 Maurice Bouilloux-Lafont (1875-1937), banquier, député du Finistère depuis 1914, vice-président de la Chambre des députés, gauche radicale, rapporteur du budget sur la guerre, candidat à la présidence de la Chambre contre Buisson, obtient 202 voix sur 544 votants (Le Temps, 15 janvier 1931). La banque Bouilloux-Lafont frères et Jay, fut fondée en 1857, 3 avenue de Friedland. Nous touchons ici l’affaire de l’Aéropostale.
La Compagnie aéropostale, fondée en 1913, obtient en 1919 la concession d’exploitation d’une ligne aérienne vers le Maroc. En 1927, elle cède ses actions à un groupe bancaire qui, autour de la banque Bouilloux-Lafont frères, comprend le Crédit foncier du Brésil et la Caisse commerciale et industrielle de Paris. Avec cet apport financier, la compagnie peut prolonger la ligne jusqu’en Amérique du Sud, puis grâce à des filiales bancaires, vers les autres lignes du continent américain. La Compagnie aéropostale recourt à des emprunts et à des émissions successives de titres pour assurer son financement. L’État lui attribue une subvention (86 millions en 1930) à titre de prime de parcours et pour renflouer son déficit. Le Crédit foncier du Brésil lui consent en 1929 une avance de 170 millions, puis l’année suivante, demande le remboursement d’une créance de 54 millions. La Compagnie demande alors au gouvernement l’autorisation d’émettre un nouvel emprunt. Un refus lui est opposé le 14 janvier 1931 et une conférence interministérielle lui suggère d’augmenter le capital par l’introduction d’un groupe nouveau. Une crise se révèle. Se posent notamment les questions du fonctionnement des filiales du continent américain et de la rémunération des possesseurs d’obligations. Dès le 6 mars, l’Humanité annonce : « La Compagnie aéropostale contrôlée par le groupe Bouilloux-Lafont et subventionnée par le gouvernement est acculée à la faillite ». Le gouvernement s’oriente vers un règlement provisoire assurant son contrôle. Or l’avocat-conseil de la compagnie, Flandin, ancien sous-secrétaire d’État à l’Aéronautique, devient ministre des Finances dans le nouveau gouvernement Laval. Le rapport de la commission de l’Aéronautique de la Chambre des députés est confié au député socialiste SFIO Jules Moch. Le Temps se fait l’écho des discussions. Les organismes bancaires annoncent qu’ils ne peuvent continuer à prêter. Vers le 9 ou le 10 mars, le gouvernement intervient auprès de la Banque de France et de la Société générale pour qu’elles soutiennent les banques du groupe Bouilloux-Lafont afin qu’elles ne déposent pas leur bilan (Le Temps, 13 mars 1931). Pourtant, dans la nuit du 10 au 11, les trois conseils d’administration du groupe décident la fermeture des établissements. La raison donnée paraît simple : le Crédit foncier du Brésil ne peut recouvrer la créance de 170 millions consentie à la Compagnie aéropostale. Les banques qui la soutiennent arrêtent donc leurs opérations. La trentaine de succursales en province (Versailles, Étampes, Orléans, Rambouillet, Châteauroux notamment) ferment. Le directeur de la banque, dont l’Humanité, le 6 mars, a dessiné le portrait, explique : « On sait qu’aucune solution n’a été jusqu’à ce jour apportée par les pouvoirs publics aux difficultés financières créées à la Compagnie générale aéropostale par la trop courte durée de la concession et que le nouveau projet de loi actuellement soumis aux commissions parlementaires compétentes ne permet pas d’envisager une solution prochaine de ces difficultés. Par suite de ces circonstances venant s’ajouter aux difficultés sud-américaines et à la répercussion de la baisse du change brésilien le groupe décide « de suspendre les opérations » (Le Temps, 12 mars 1931).
Le débat vient à la Chambre le 12 mars. Elle adopte les propositions de la commission de l’aéronautique : 51 % des actions de la compagnie doivent revenir à l’État qui prend à sa charge le passif. Il s’agit « d’assurer le maintien d’une ligne indispensable au rayonnement de notre pays en attendant la constitution d’une société nouvelle, saine et viable » (selon le ministre de l’Air Dumesnil, à la Chambre, 12 mars). Le débat rebondit au Sénat le 20 mars et le 29 mars, le Temps annonce le dépôt de bilan de la Compagnie aéropostale.

127 Alphonse Barbot (1893-1939), mécanicien, député d’Ille-et-Vilaine depuis 1928, intervient sur les questions agricoles dont la vente du vin ; ses réparties lui valent, à la Chambre, de nombreux rappels à l’ordre.

128 Louis Marin (1871-1960), avocat, député républicain indépendant de la Meurthe-et-Moselle depuis 1905, ministre des Régions libérées (1924) et des Pensions (1926-1928), président de la Fédération républicaine depuis 1925, partisan depuis longtemps de la représentation proportionnelle.

129 Alexandre Desrousseaux dit Bracke (1861-1955), professeur, ancien membre du parti ouvrier français, député socialiste SFIO de Paris (1912-1924), du Nord depuis 1928. Auteur de la motion pour des élections législatives de 1919 préconisant des listes socialistes SFIO homogènes, il se montre partisan du retour de la représentation proportionnelle.

130 Le Temps, le 11 mars, dans son éditorial « Pour la proportionnelle » évoque la position de Renaudel récemment exposée dans la Vie socialiste, d’« établir un scrutin de représentation proportionnelle juste et loyale », réponse aux questions anciennes des alliances entre socialistes et radicaux. Dans le mois qui suit, Marin multiplie les contacts pour que son projet déposé introduisant cette réforme aboutisse. Par lettre à Paul Faure, secrétaire du parti socialiste SFIO (Le Temps, 24 avril), il propose une action commune « comme nous l’avons fait avant la guerre au sujet de cette même question ». Le parti socialiste répond positivement (Le Temps, 26 avril) conformément aux décisions de ses congrès. L’Humanité fait alors remarquer que, à l’image de Blum, les socialistes vont en fait refuser la représentation proportionnelle.

131 Depuis le 14 février 1931, la Lorraine ouvrière et paysanne, hebdomadaire communiste, annonce ce meeting à Crystal-Palace, à 14h 30, rue de Mon Désert. Outre Cachin, doivent parler Marty, Gitton et Couteilhas. Le 21 mars, le journal décrit cette réunion devant 1 500 personnes. Dès l’arrivée du train, à 11h 57, des ouvriers attendent les orateurs et les conduisent au restaurant. Finalement parlent Chauvet (Secours rouge international), Richoux (Jeunesses communistes), Marty, Legris (Union régionale unitaire) et Cachin, présenté comme un « vieux militant ». Ce dernier exalte l’URSS et le communisme. Et montrant Marty, il s’exclame : « Quand la classe ouvrière possède de tels hommes, on peut être sûr de la victoire ». Puis les ouvriers escortent les orateurs vers la gare. L’Est républicain, quotidien local, n’évoque pas cette réunion. L’Humanité, depuis le 4 mars, annonce ce meeting de Nancy à la veille d’un procès où comparaissent huit militants communistes. Les comptes rendus dans le journal évaluent l’assistance à 2 000 « prolétaires et quelques étudiants » et les thèmes (« Contre la misère, contre le fascisme, contre la terreur en Indochine, pour la défense de l’Union soviétique »). Toutefois l’Humanité, le 16 mars, précise que Marty et Cachin ont parlé « pour commémorer l’anniversaire de la Commune ». Le lendemain, dans son éditorial consacré au chômage, Cachin évoque le dénuement des 2 000 chômeurs nancéiens qui rend urgent le vote d’une loi sur l’augmentation de l’allocation minimum.

132 Deux éléments expliquent peut-être le départ rapide de Cachin. Il doit suivre le procès des mencheviks et lors de la réunion du Bureau politique, Thorez, le 13 mars, est chargé de demander à Cachin de « partir immédiatement ». D’autre part, le BP décide qu’en vue de la réunion du Plénum de l’Exécutif de l’Internationale communiste du 20 mars, les délégués devront avancer la date de leur départ pour participer aux discussions préliminaires (Arch. IRM-IML 435). Aucune information n’est donnée sur cette réunion dans l’Humanité. Le 25 avril, le journal indique que Cachin a présenté un rapport sur le danger d’une intervention armée contre l’URSS.

133 Le boisseau, unité de capacité américaine, pèse 27,22 kg de blé.

134 Les États-Unis, gros producteur de blé, détiennent des stocks importants. En février 1931, une conférence a réuni des pays européens pour étudier les questions de production (il ne faut pas que les gros producteurs fassent baisser les prix) et de distribution, (écoulement des stocks). Les États-Unis comptent sur leur marché intérieur. Déjà se profile l’organisation à Rome en avril d’une nouvelle conférence internationale. Les États-Unis refusent d’y participer.

135 Voir note, 7 février 1931.

136 Jules Cacouault (1863-1938), commandant en retraite qui habite Antibes, chemin de l’Ermitage, villa « Les Primevères », ancien collaborateur militaire de l’Humanité, dirigeant communiste local, surnommé « le commandant », ami de Cachin.

137 Voir 6 janvier 1931.

138 Barbusse se dirige de Nice vers Antibes en automobile avec les époux Cachin. Vers 22 heures, il renverse un cycliste, Ticho Cozzi, entrepreneur à Grasse. Barbusse le transporte à l’hôpital où une fracture du bras droit est constatée.

139 Le Petit Parisien, quotidien d’informations, paraît depuis 1876. Il glisse de la gauche radicale vers la droite et conserve une forte clientèle en milieu populaire. Jean Dupuy le dirige depuis 1888. Ses fils lui succèdent Paul de 1919 à 1927, puis à partir de 1927, Pierre (1876-1968), député de la Gironde (1902-1914), puis de la Seine (1924-1928), URD.

140 Dans la rubrique « Fiançailles », le Temps, le 22 avril, annonce un thé donné par la princesse Edmond de Polignac, chez la comtesse Charles de Polignac à Neuilly, à l’occasion des fiançailles du prince Guy (1905), fils d’Henri de Polignac, avec Gladys Dupuy (1912-1987). Le mariage se déroule le 29 avril 1931 dans le XVIe arrondissement. Guy de Polignac entre alors au conseil d’administration du Petit Parisien.

141 Jules de Polignac (1780-1847), antilibéral, devient président du Conseil en novembre 1929. Ses quatre ordonnances provoquent les mouvements hostiles qui conduisent à la révolution de juillet 1930.

142 S’agit-il d’une des deux salles de cinéma de Paris pouvant servir comme lieux de réunion, 40 boulevard Sébastopol (4e) ou 76 rue de la Roquette (11e).

143 Abel Corroënne, (1887-1972), ancien Instituteur, indiqué « employé » sur les listes électorales et « propriétaire » sur les listes nominatives de recensement des années 1930, habite 2 avenue Lamarck (XVIIIe arrondissement) avec son épouse, née Georgette Chatenoud (1888-1975), indiquée « sans profession » lors des recensements. Alors institutrice, elle participe à des actions humanitaires pendant la Première Guerre mondiale avec l’épouse de Cachin (notamment l’envoi d’écoliers de l’arrondissement dans la région de Paimpol). Cette dernière possède de l’argent que Corroënne, qui connaît bien les milieux boursiers, fait fructifier.. Les Cachin peuvent ainsi verser régulièrement une rente à la mère de Marguerite Cachin jusqu’à son décès en 1930.

144 Alphonse XIII (1886-1941), sur le trône d’Espagne depuis 1902, choisit l’exil et l’abdication après la victoire républicaine aux élections.

145 Voir Introduction « Espagne ». Il s’agit de notes prises lors de la réunion du Bureau politique du parti communiste, le 4 mai. Pedro fait état des trois critiques de l’Internationale communiste concernant l’attitude du parti communiste français vis-à-vis du parti communiste espagnol. Cachin résume bien ces trois points. Il y ajoute la question de la pénétration de l’Humanité évoquée par Thorez lors de la réunion. Cachin donne son opinion : « Il est nécessaire de continuer dans l’Humanité notre campagne en la liant avec le rôle de l’impérialisme français. Mais il nous faut une documentation sérieuse et économique sur les menées de l’impérialisme français » (Arch. IRM-IML 436). L’Humanité, le 26 avril, annonce que le journal est interdit en Espagne sauf à Madrid et à Barcelone où un seul exemplaire est vendu.

146 Question discutée lors de la réunion après un rapport de Frachon.

147 Lors de la réunion, Thorez présente une autocritique de l’attitude du parti communiste lors de la grève de quelques jours à partir du 30 mars. Cachin exprime son accord mais note dans son intervention : « En ce qui concerne l’Humanité, nous étions là-bas, nous étions ravis par la marche du mouvement et maintenant, on nous apprend que c’était faux. Il faut donc voir cela de près et éviter de forcer les résultats obtenus » (Arch. IRM-IML 436).

148 Il s’agit certainement de la Banque ouvrière et paysanne qui connaît une crise depuis 1929. Le compte rendu de la réunion du Bureau politique n’en fait pas état.

149 La séance s’ouvre à 15 h., sous la présidence de Fernand Buisson, par des interpellations sur la politique extérieure. Dans le débat sur l’adresse à la République espagnole, Cachin intervient. Voir introduction « Espagne ».

150 La presse avait annoncé, le 13 mars, la mort de la veuve de Jaurès dans son domicile 8 villa de la Tour.

151 Bira Bagoum (1889), de nationalité russe, ouvrier tailleur.

152 Il s’agit de la rue Pierre Budin dans le XVIIIe.

153 Jacques Coutant (1904-1987), journaliste spécialisé dans les courses hippiques à la Liberté, courtise la dernière fille de Cachin, Marcelle. Ce serait en fait un commissaire de police qui essaye d’obtenir des renseignements sur le dirigeant communiste. Il habite 87, avenue Murat (XVIe arrondissement) tout comme l’ingénieur Lesecq (voir Carnet de 1935).

154 La presse relate les incidents au Maroc espagnol. Depuis le 3 mai, une garnison de la Légion étrangère arbore le drapeau royaliste. Les populations indigènes de Tétouan mettent à profit la tension pour proclamer la grève générale qui se heurte à la répression conduite par l’armée. Cachin, dans un éditorial de l’Humanité, le 6 mai, condamne « le gouvernement républicain socialiste » qui « fait fusiller les indigènes qui manifestent dans la rue de Tétouan ».

155 Cachin interpelle sur sa politique extérieure le gouvernement à la Chambre. L’Humanité, le 9 mai, publie son discours intégral sous le titre : « Marcel Cachin dresse le bilan de la politique de l’impérialisme français. Il montre que la politique, soi-disant pacifiste de la Pan-Europa, est en réalité une entreprise de constitution d’un bloc capitaliste antisoviétique ». Le Temps, le 9 mai, qualifie ce discours d’« interminable ». Selon ce journal, il se décompose en deux grandes idées, l’extension de la crise économique mondiale conduit au paroxysme « la rivalité des impérialismes », les succès du plan quinquennal. L’Humanité, le 7 mai, publie un éditorial de Cachin sous le titre : « Un “grand” débat de politique étrangère ». Il y dénonce notamment l’orientation de la diplomatie française qui aide les gouvernements des pays du Danube préparant ainsi « l’agression contre l’Union soviétique ».

156 Dans l’Humanité, à partir du 7 mai, une enquête se poursuit pendant plusieurs jours sous le titre : « La vie lamentable des travailleurs du textile du Nord ». Un conflit éclate dans les usines textiles de la région de Roubaix-Tourcoing. Dès le 16 avril, l’Humanité annonce une baisse de 10 % sur les salaires imposée par le patronat groupé dans le Consortium du textile. Le Temps, le 9 mai évoque l’échec des négociations et prévoit une action importante des salariés. Un article de Maurice Lebrun (L’Humanité, 10 mai) présente la question des frontaliers, 40 000 Belges sur 120 000 travailleurs, donnée reprise ici par Cachin. Quelques jours plus tard, la presse donne des effectifs globaux légèrement supérieurs (environ 125 000 selon le Temps, 127 878 selon l’Humanité). Le secrétariat politique du parti communiste, le 16 mai, décide que Cachin devra déposer le plus rapidement possible une demande d’interpellation sur la menace de diminution des salaires dans les textiles du Nord (IRM-IML, 441).

157 Régulièrement Cachin assimile idéologie pacifiste des socialistes et des radicaux à une voie pour mieux préparer la guerre. Réagissant à la suite de l’approbation par la Chambre des députés de la politique extérieure de Briand, il note : « L’idéologie du pacifisme sentimental et vulgaire est ainsi devenue ici un vrai fléau ; c’est la forme suprême d’intoxication d’une fraction du prolétariat, par là aveuglé et détourné de son devoir de vigilance et d’action contre la guerre qui se prépare » (L’Humanité, 10 mai 1931).

158 Pour les communistes, le mode de scrutin importe peu. Cachin reprend l’argumentation développée à diverses reprises, comme dans l’éditorial du 26 avril, où Florimond Bonte explique que la représentation proportionnelle intégrale « donnera à notre parti une fraction parlementaire plus forte, mais cela ne doit pas nous faire perdre du vue que le suffrage dit universel n’est qu’une duperie et un paravent derrière lequel la bourgeoisie cache sa dictature ».
Lors de la réunion du Bureau politique du 12 mai, dans la discussion sur la RP, Thorez signale que la RP fait partie du « programme de toujours du socialisme depuis Erfurt ». Reprenant cette revendication Lénine, selon lui, « pensait que les ouvriers devaient faire l’expérience de la RP qui n’est pas du tout la démocratie » (IRM-IML, 438).

159 Lors de la réunion du Bureau politique du 12 mai, le rapport sur le congrès national du parti socialiste SFIO indique une progression des effectifs du parti (119 000 en janvier 1930, 125 000 en janvier 1931), de lecteurs du Populaire, 37 000 à 58 000 tandis qu’il a 39 197 abonnés (IRM-IML, 436).

160 Dans le rapport de Frachon, lors de la réunion du Bureau politique du 12 mai, figure l’évaluation suivante : « [...] tandis que les réformistes et les chrétiens en ont 20 à 25 000 [adhérents] » (Arch. IRM-IML 436).

161 Cachin y intervient sur deux questions : la parution d’une brochure sur la défense de l’URSS et la question de la défense nationale évoquée lors du congrès du parti socialiste SFIO (IRM-IML 436).

162 Eugène Galopin (1902-1972), ajusteur, secrétaire de la CGTU (1929-1933), membre du Bureau politique du parti communiste depuis 1929. Condamné le 11 mars 1930 à deux ans de prison, condamnation confirmée le 4 novembre, il est emprisonné à la Santé puis à Clairvaux (juin 1930-juin 1932).

163 Les députés et les sénateurs se réunissent en congrès (l’Assemblée nationale) pour élire le président de la République. Au deuxième tour, Paul Doumer l’emporte alors qu’il devance Briand au premier tour. Cachin obtient au premier tour 10 voix sur 901 votants, puis 11 voix sur 893 votants.

164 Quotidien à bon marché (10 centimes le numéro au lieu de 25 centimes) du matin fondé en novembre 1928 par l’industriel en parfumerie François Coty (1874- 1934), vendu à un million d’exemplaires en 1930, favorable au fascisme italien, se présente comme une feuille d’opinion. Est complété par l’Ami du Peuple du soir (1928) qui tire à près de 150 000 exemplaires.

165 Cachin clôt un meeting « pour la libération de Tao et en faveur de l’indépendance de l’Indochine », après les interventions de Doriot, de Gitton, de Marty, de Francis Jourdain, de Duclos, de Thorez et de Kouyaté.

166 Le meeting, salle Bullier, du parti communiste vise à « agir contre les assassins en Indochine », selon les propres termes de Cachin dans son éditorial du matin. Son organisation, réglée par le secrétariat politique, prévoit sept intervenants qui disposeront de dix minutes chacun. Cachin tirera les conclusions (Arch. IRM-IML, 441).

167 Charles Louis (1879-1939), plus jeune frère de Cachin, médecin militaire dans les colonies (Afrique, Tonkin, Madagascar), retraité en 1924, s’installe en 1930 comme médecin 95, rue Caulaincourt (XVIIIe arrondissement) en 1926.

168 Le congrès national du parti socialiste SFIO doit commencer à Tours. A partir du 14 mai, l’Humanité annonce un meeting communiste dans cette ville avec Martha Desrumeaux, Thorez et Cachin. Le secrétariat du parti communiste décide que les intervenants (Thorez, Cachin, Marty) doivent se réunir le mardi à 16 h pour déterminer le contenu des interventions (Arch. IRM-IML 441). Notons que Cachin n’a pas noté ce rendez-vous. Finalement les orateurs sont Thorez, Marty et Duclos. Le président en ouvrant la séance présente les excuses de Cachin et lit sa lettre « qui rappelle la scission de Tours et qui flagelle la politique social-démocrate » (L’Humanité, 23 mai). Le même jour, en dernière page où figure la liste des meetings communistes, une note précise : « Notre camarade Cachin, extrêmement fatigué et contraint à un repos absolu, ne pourra pas, pendant quelques temps, assurer les meetings pour lesquels il était annoncé. Les organisateurs sont priés d’en prendre note » tandis que Thorez apporte des informations sur la santé du directeur du journal : « Notre dévoué camarade Marcel Cachin fatigué pour les gros et incessants efforts qu’il a dû prodiguer dans ces dernières semaines, a été contraint de s’aliter ».

169 Oscillomètre pour mesurer les oscillations de la tension artérielle inventé par Michel Pachon (1867-1938).

170 Voir note 3 mai. Abel Corroënne possède une propriété à Villeneuve-sous-Dammartin en Seine-et-Marne.

171 Le 29 mai, l’Humanité publie un appel du Comité central qui annonce que Cachin, victime d’une « indisposition résultat des fatigues qu’il s’était imposées dans l’accomplissement des tâches à lui confiées par le parti », ne peut participer à ses travaux où il devait présenter un rapport « sur les préparatifs de l’intervention armée des impérialistes contre l’URSS ». Après avoir pris connaissance de son intervention au XIe Plénum du CE de l’Internationale, il décider de « réaliser les directives formulées dans ce discours pour la défense de l’URSS ».

172 Marguerite David dite Von Wien (1879-1956), dite Lilite, épouse de Marcel Cachin. Ils sont séparés de biens depuis le jugement du 16 avril 1927 (Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909).

173 La famille Cachin vient souvent à Lancerf dans la maison qu’une cousine, Jeanne Le Nozahic, que les enfants appellent « tante Jeanne » met à sa disposition. Cette maison sera achetée par l’épouse de Cachin en 1936. Lancerf, écart de Plourivo, commune voisine de Paimpol, situé au bord de l’estuaire du Trieux, possède une gare sur la ligne de chemins de fer Guingamp-Paimpol.

174 A Saint-Martin-de-Valgalgues, dont la municipalité est communiste, doit être inauguré un groupe scolaire. Cachin doit-il y participer ? Dans le compte rendu, le 9 juin, l’Humanité titre « Contre l’école capitaliste. Dans le Gard, belle riposte ouvrière aux fêtes bourgeoises du “cinquantenaire” ». Cette manifestation apparaît comme un des points d’orgue des analyses du parti communiste et de militants de la Fédération de l’Enseignement, concernant le « caractère de classe de l’enseignement bourgeois », marqué notamment par la brochure de Joseph Boyer, L’École laïque contre la classe ouvrière, paru au Bureau d’édition.

175 Élisa, Marcelle (1877-1950), sœur cadette de Cachin, célibataire, habite dans la maison de la famille à Lanvignec, écart de Paimpol. Ses frères et sa sœur l’aident financièrement.

176 Sylvie, Françoise, Honorine (1875-1935), sœur cadette de Cachin. Institutrice, dirigeait la principale école de Paimpol avec son mari Louis, Marie Guillermic, lui aussi directeur, parfois désigné Le Guillermic.

177 Au même moment, la presse fournit des informations sur la révision des tarifs douaniers en cours. Alors que les lois de 1927 et 1928 portent sur 46 denrées alimentaires, l’extension sera progressive jusqu’à 162 articles (Le Temps, 16 juin 1931).

178 Herbert Clark Hoover (1874-1964), président républicain des USA depuis 1928.

179 Cachin réagit ici sur la proposition du président américain Hoover que lui confirme le Temps, le 22 : « Le gouvernement américain propose l’ajournement pendant une année de tous les paiements de dettes, de réparations internationales et de dettes de secours, pour les unes et les autres naturellement principal et intérêts, mais non compris les obligations gouvernementales détenues par des particuliers ».
Les commentaires de Cachin résultent de réflexions personnelles et de différentes études publiées dans la presse. Première idée : la révolution menacerait en Allemagne. Le Temps, dans son éditorial du 16 juin, sous le titre « L’Allemagne en détresse » évoque ce besoin d’une intervention américaine : « Le parti [centre catholique] appuie le gouvernement [Bruning] de ses efforts, car seule, une solution prochaine de la question des réparations peut déterminer l’accalmie économique et politique pouvant préserver l’Allemagne et les autres peuples de l’Europe d’ébranlements révolutionnaires et d’une détresse sans nom ».
Deuxième idée de Cachin : les États-Unis portent un intérêt nouveau à l’Europe. De nombreuses manifestations en fournissent la preuve avec récemment l’envoi du secrétaire américain au Trésor, Mellon. William Castle, secrétaire-adjoint du département d’État, vient de l’évoquer : « dans le cas où une crise sérieuse se produirait en Europe en ce qui concerne les dettes de guerre, le gouvernement américain examinerait les mesures temporaires à prendre pour remédier à la situation » (Le Temps, 16juin 1931).
Le moratoire, souhaité par le gouvernement allemand (Le Temps, 10 juin) apparaît à Cachin comme « un répit », simple reprise de la déclaration de Castle. Le commentaire de Cachin diffère sensiblement des appréciations de l’Humanité. Gabriel Péri, le 22 juin, évoque la décision d’Hoover comme « une digue contre la révolution » atténuant ainsi le sens du titre de son article : « Le plan Hoover, plan de guerre contre la révolution ». Florimond Bonte, dans son éditorial du 26 juin, évoque les réactions françaises que Cachin n’envisage pas dans son jugement : « Si l’impérialisme français fronce les sourcils et fait grise mine, c’est tout simplement parce qu’il voit ses positions menacées par un féroce concurrent ».

180 Louis Rollin (1879), avocat, député républicain de gauche de la Seine depuis 1919, ministre de la Marine marchande (1929-1930), puis du Commerce et de l’Industrie dans les gouvernements Laval (27 janvier 1931-12 janvier 1932).

181 Le Temps, le 21 juin, publie un article sur les débats au Conseil national économique et le rapport de Charles Rist qui met l’accent sur trois solutions : ne pas avoir recours à l’inflation, organiser la production rationnellement, s’orienter vers des accords internationaux, des ententes agricoles et industrielles. Le 3 juillet, ce journal publie un discours de Louis Rollin devant le Comité national des conseillers du Commerce extérieur.

182 Yves Pierre (1885, Plourivo), capitaine au long cours qui habite Lancerf avec son épouse, institutrice et ses deux filles.

183 Yves Riou (1874, Plourivo), cultivateur, habite Lancerf avec son épouse Marie et quatre enfants selon les listes nominatives de recensements de 1931. Leurs quatre garçons sont marins (Renseignements fournis par la mairie de Plourivo).

184 Hameau à trois kilomètres de Lancerf. Le pardon est une fête en l’honneur du saint éponyme de la paroisse. Il comprend un ensemble de messes, vêpres, processions, danses, jeux et feux de joie. Le cycle de la Saint-Jean commence dès le 21 juin et se poursuit au moins jusqu’au 24 juin (Saint-Jean-Baptiste). La chapelle Saint-Jean, dans le hameau de Penhoat, ne se confond pas avec la chapelle Notre-Dame-de-la-Garde, située dans le hameau de Lancerf. Cette dernière symbolise une victoire en 936 des Bretons sur les Vikings. Un pardon s’y déroule le premier dimanche de septembre.

185 Élisa Le Guen née Thépot (1879, Plourivo), ménagère, vit seule à Penhoat selon le recensement de 1931. C’est une cousine de Cachin ; la mère de ce dernier est originaire de Penhoat.

186 Statuette de bois du patron des forgerons.

187 Il y a quatre Le Griguer à Paimpol ; il s’agit certainement de Célestin Le Griguer, commerçant et ébéniste, place de la République, (1902, Paimpol).

188 Il s’agit le plus souvent des chiffres précis ou arrondis de la population au recensement de 1926. Nous ne signalons que les gros écarts.

189 En 1926, la population de Vincennes est de 48 967 habitants.

190 Leonid Konstantinovic Ramzin (1887-1948), professeur à la Faculté des sciences de Moscou et directeur de l’Institut thermique panunioniste, est un des huit accusés du procès des industriels de Moscou (25 novembre-8 décembre 1930). Sa condamnation à mort est commuée en dix ans de prison. Avec les autres ingénieurs et scientifiques, accusé d’avoir des contacts avec les émigrés russes, de préparer une intervention étrangère à l’issue de laquelle Ramzin devait devenir « président du Conseil du gouvernement », de sabotage économique pour avoir fixé aux plans des objectifs trop bas. Dans de procès politique truqué, les accusés servent de boucs émissaires pour masquer les dysfonctionnements gouvernementaux (Renseignements fournis par Jean-Paul Depretto). Cachin, représentant de son journal au procès du parti industriel à Moscou fin 1930, en avait présenté divers comptes rendus lors de réunions publiques à la fin de 1930 (Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909).

191 Nous touchons ici le défaut permanent de la planification soviétique sous la direction de Staline.

192 Anna Freund dite Gilka Kourtz (1891-1964), infirmière, membre du Comité directeur du parti communiste (1922), compagne de Gaston Strack, dirigeant communiste du Var jusqu’à son décès en février 1931, exclue du parti en novembre 1931, habite le domicile de Strack à Toulon.

193 Charles Spinasse (1893-1979), professeur, député socialiste SFIO de la Corrèze depuis 1924. Il intervient, le 27 janvier 1925, dans la discussion sur le budget des Affaires étrangères. Il se déclare partisan de l’établissement de relations avec l’URSS, une fois des garanties obtenues. Selon le Temps (29 janvier 1925), « Son discours nourri de faits constitue un formidable réquisitoire contre le régime bolcheviste ; ainsi s’explique le mécontentement que manifestèrent assez bruyamment les communistes [...] ». Spinasse, au milieu de son intervention, indique une partie des propos rapportés par Cachin dans son carnet : A l’heure où le processus capitaliste va grandir fatalement et se développer largement dans ce pays aux prodigieuses ressources, allons-nous y laisser la classe ouvrière plier sous la dictature, sans défense contre ceux qui sont prêts à tout accepter pour conserver la pouvoir et qui delà se le disputent ? » Cachin l’interrompt alors : « Nous n’avons pas besoin de vous. Nous vous repousserons énergiquement ». Après avoir évoqué les réformes annoncées à la fin du tsarisme, Spinasse ajoute : « Nous ne l’entendons pas ainsi, et sans nous laisser arrêter par l’objection hypocrite de l’immixtion étrangère dans les affaires d’un pays, nous pensons que la France républicaine et socialiste a le droit elle aussi d’avoir vis-à-vis du peuple russe, comme vis-à-vis des petites nations, la politique de sa doctrine ». Après des interruptions communistes, Spinasse poursuit : « En face de l’offensive inévitable des capitalismes étrangers et russe, nous considérons que la reconnaissance des droits démocratiques les plus élémentaires est une question de vie ou de mort pour le prolétariat russe. Nos conditions, elles sont donc de sécurité juridique, de liberté politique, syndicale et coopérative. Pouvez-vous les imposer seul ? Un pays peut-il les imposer à un autre ? Je ne le pense pas ». Spinasse en appelle alors à la Société des Nations qui seule « peut fixer, en toute liberté, vis-à-vis des établissements privés, les conditions du renouveau capitaliste russe. Elle seule peut imposer les limites d’« un régime de concessions, qui ne doit jamais se transformer en entreprise de colonisation étrangère ». Il conclut : « Ils veulent que la France, dans le problème russe comme dans tous les autres, montre le chemin ; fidèle à sa tradition propre, fidèle à son génie, qu’elle reste cette France dont le cœur est fait pour l’amour et non pour la haine ! ». Selon le compte rendu du Temps, Spinasse conclut différemment : « Nous voulons que, dans le problème russe, la France soit la première à montrer le chemin et qu’elle demeure la France, dont l’œuvre est faite par l’amour et non par la haine ».
L’Humanité, le 26, rendant compte du débat, titre : « Une agression nouvelle des SFIO contre la Russie soviétique. M. Spinasse, élu socialiste du Cartel, outrage impudemment la révolution russe. Il se permet de donner des conseils ridicules au prolétariat révolutionnaire ». Cachin, dans l’éditorial sous ce titre, note « [...] d’après lui Spinasse, le prolétariat russe attendait pour le sauver que la démocratie européenne accoure lui prodiguer ses bienfaits. A nous, les admirables solutions de la Société des Nations ! A nous le plan Dawes pour la Russie terrorisée par le bolchevisme ! L’Autriche a trouvé là son salut ! Qu’on aille bien vite le proposer, ou plutôt l’imposer à Moscou ! »
Reprenant quelques extraits du discours de Spinasse, l’Humanité insiste sur les interruptions des députés communistes et paraphrase la péroraison de l’orateur, « La France doit imposer aux Soviets ce qu’il appelle “les libertés politiques, syndicales et coopératives”, pouvez-vous les imposer seuls ? Non ! c’est l’ordre international : appelez-en à la Société des Nations ! ». Nous nous demandons pour quelles raisons Cachin en 1931 transcrits un tel montage d’emprunts aux Annales de la chambre des Députés, débats parlementaires, aux comptes rendus du Temps et de l’Humanité entre autres.

194 Port de Russie sur la mer d’Azov.

195 A partir de décembre 1928, paraît la Tribune de l’Électricité, « organe de la Fédération des commerçants, industriels, artisans usagers de France et des colonies », fondée et présidée par Pierre Pichon, 96 boulevard de la Chapelle. A cette adresse, habite Gabriel Pichon (1908, Paris), manœuvre. Pierre Pichon anime en 1930 le parti « Union et progrès ». La Tribune de l’Électricité devient par la suite l’« organe de la Fédération nationale des électriciens de France et des colonies et des industries s’y rattachant ». L’organisation regroupe des sections de défense des usagers de l’électricité. Depuis le début, elle lutte pour un abaissement du coût de l’électricité.

196 Étienne Bourret (1881, Pyrénées-orientales), facteur.

197 Propriétaire d’une ferme du hameau de la Facture pour laquelle Cachin intervient, selon la mairie.

198 Est-ce Lucien Tarnet (1870, Marseille), employé de banque, qui habite 21, rue de la Chine (XXe) selon les listes électorales de 1930 ? Il ne figure pas dans les impasses Casteggio ou Caspienne (XXe).

199 Clovis Meunier (1883-1943), boulanger, 5 rue du Puits de Reille.

200 Est-ce l’employé de l’Humanité ? Cette rue n’existe pas à Paris ; est-ce la rue Chaudron (Xe) qui ne comporte que 20 numéros ?

201 Stéphane Giraudineau (1875, Loire-Inférieure), garçon boucher selon les listes électorales de 1930 patron selon le recensement de 1931, vit avec sa femme ouvrière dans une autre boucherie.

202 Paul Émile Hecquet (1868), représentant de commerce. Il habite avec son épouse. Est-ce le secrétaire de la deuxième section socialiste SFIO de Paris ?

203 François Krum (1875, Paris), employé chez Saint-Gobain (XVIIIe), marié, un garçon. Non inscrit sur les listes électorales de 1930.

204 Marcel Prat (1904, Paris), manœuvre, inscrit à cette adresse sur les listes électorales de 1930.

205 Marcel Adam (1905, Paris), employé de chemins de fer.

206 René Morel (1896, Haute-Saône), ajusteur.

207 Michel Sylvain (1886, Lozère), employé téléphoniste au métro, habite avec son épouse, employée au métro et son fils.

208 Alphonse Hue, (1871, Eure), garçon charbonnier, habite avec sa femme et deux enfants (comptable et imprimeur) en 1931. Dans l’Humanité (5 février 1931), sous le titre « Un cas entre mille », indique qu’Alphonse Hue, « un de nos camarades », inscrit aux assurances sociales depuis 1930, malade, subit les conséquences de retards et des difficultés pour obtenir les aides prévues.

209 Marcel Chaumier (1900, Seine-Inférieure), imprimeur.

210 Léon Montastier (1884, Haute-Vienne), polisseur.

211 Félix Buisson (1888, Haute-Marne), ouvrier à la Compagnie du Nord. Habite 81, rue Riquet.

212 Jean Pettinotti (1887, Italie), chauffeur, vit avec sa femme et sa fille en 1931.

213 Pierre Coudun (1894, Haute-Vienne), employé de commerce.

214 La famille Domergue comprend le père, Eugène (1872, Paris), employé aux chemins de fer de l’Est, sa femme, une fille Suzanne, institutrice, deux fils, Raymond (1908, Paris XVIIIe), ingénieur à la Compagnie de l’Est, Henri (1911, Paris), étudiant.

215 Joseph Guillerault (1873, Nièvre), patron crémier dans le XVIIIe. Habite avec son épouse et ses deux filles en 1931.

216 Sauveur Samat (1870, Marseille), dessinateur.

217 Louise Florestier (1869, Seine-et-Marne), sans profession habite avec sa fille (1889).

218 Le carnet du premier semestre 1931 comprend des notes jusqu’au 12 juillet. Le carnet du deuxième semestre reprend au 1er juillet. Les passages du premier carnet ont été composés en retrait et entre crochets.

219 Lors de la réunion du Bureau politique du 3 juillet, Thorez donne lecture d’une lettre de Cachin. Bonte précise : « Je l’ai vu dernièrement quand il était de passage à Paris » (Arch. IRM-IML 436).

220 Émile Dutilleul (1883-1948), représentant de commerce, administrateur délégué de la Société nouvelle de l’Humanité depuis février 1931.

221 Voir 3 mai 1931.

222 Le congrès socialiste de Tours se déroule du 24 au 27 mai 1931.

223 Il n’y a pas de 31 juin.

224 Jean Zyromski (1890-1975), dirigeant socialiste SFIO, animateur du groupe de la Bataille socialiste. Il intervient lors de la première séance du Congrès de Tours sur la question du Populaire. Deux jours plus tard, dans le débat sur la politique de défense nationale, « presque aphone », il ne peut parler et Marceau Pivert développe à sa place ses analyses. Le Temps, le 5 juillet, dans un article « Du Congrès de Tours au Congrès de Vienne » accorde une grande place aux analyses de Zyromski et de la Bataille socialiste sur la défense nationale.

225 Marcel Déat (1894-1955), professeur, député socialiste SFIO de la Marne (1926-1928), secrétaire du groupe parlementaire socialiste SFIO à la Chambre des députés à partir de 1928, auteur de Perspectives socialistes (1930) dont il reprend les grandes idées au Congrès de Tours dans le débat sur le rapport moral et sur la défense nationale.

226 Le programme d’action et le programme devait être rédigé par une commission composée de Blum, Auriol, Déat et Zyromski. Le texte de la résolution débute ainsi : « Le Congrès remercie Zyromski et Déat de l’œuvre qu’ils ont accomplie pour la préparation d’un projet de programme d’action du parti » et plus tard, Séverac confirme : « Nos camarades ont travaillé, mais deux ont travaillé plus que les autres : Déat et Zyromski. C’est pourquoi la Commission des résolutions vous demande de les remercier ».

227 Léon Blum (1872-1950), député socialiste SFIO de l’Aude depuis 1929, président du groupe parlementaire socialiste SFIO à la Chambre des députés, directeur politique du Populaire.

228 Oreste Rosenfeld (1891-1964), social-démocrate russe, rédacteur de politique étrangère du Populaire où il publie du 25 février au 18 mai des articles critiques sur le plan quinquennal soviétique (textes réunis dans une brochure, voir note, 9 février 1931). Blum au Congrès de Tours se félicite de sa rubrique de politique étrangère et justifie les articles sur l’URSS : « Je l’ai écrit dans le premier des articles qui précédaient la série de ceux de Rosenfeld [en fait un seul, le 24 février] : avec un nombre suffisant d’esclaves on peut toujours bâtir des pyramides [phrase que ne figure pas dans l’article du 24 février, JG] ». et il ajoute : « Ce que je demande donc au Congrès, pour cette campagne qui a porté dans la classe ouvrière, et qui était nécessaire, précisément afin de préserver certains éléments de la classe ouvrière contre de nouvelles illusions et de nouvelles erreurs, ce que je demande au Congrès, ce sont des félicitations, qui, elles iront à Rosenfeld et pas à moi », p. 85-86 du compte rendu sténographique.

229 Karl Kautsky (1854-1938), dirigeant socialiste allemand établi à Vienne qui prend à plusieurs reprises position contre le bolchevisme.

230 La question de la défense nationale est la grande question débattue lors du Congrès de Tours. Les motions minoritaires acceptent de l’assurer (Renaudel) ou la refusent (Lagorgette). La motion majoritaire (Paul Faure) estime que « le socialisme seul [...] peut donner à la défense nationale son plein sens historique et humain ».

231 Voir 3 mars 1931.

232 Victor Basch (1863-1944), professeur à la Sorbonne, président de la Ligue des Droits de l’Homme depuis 1926. Basch a souvent dénoncé les méthodes des bolcheviks mais sans les assimiler à celles des fascistes. Il s’oppose à ceux qui, dans la Ligue des Droits de l’Homme, tels Célestin Bouglé, considèrent que les deux systèmes sont également antidémocratiques. Cette citation rapportée par Cachin est-elle vraiment de Basch ou est-elle une interprétation de Cachin de la position de Basch dans les débats du Comité central de la Ligue sur l’URSS ? Il dépose par exemple un projet de résolution le 20 mars 1930, qui constate l’absence des libertés fondamentales en URSS et conclut : « Se dresse de toute son énergie contre la terreur bolchevique qui déshonore le grand idéal dont elle prétend assurer la réalisation et demande aux gouvernants de Moscou de respecter les droits élémentaires de la personne humaine [...] ». Le 10 avril 1930, dans les Cahiers de la Ligue des Droits de l’Homme, il estime : « Il serait absolument injuste de rapprocher un homme comme Lénine d’un homme comme Mussolini. Mais la Ligue française s’est toujours élevée contre les moyens employés par les bolcheviks pour réaliser leur idéal, moyens qui sont ceux mêmes du fascisme ».

233 Étienne Billières (1876-1935), négociant, maire socialiste SFIO de Toulouse depuis 1925.

234 Voir Introduction « L’Humanité ».

235 Le 24 juin, s’est tenue une réunion de l’union des municipalités communistes (sont représentés Alfortville, Bagnolet, Bobigny, Ivry, Malakoff, Vitry). Dutilleul y évoque la question de la vente de la maison de Jaurès : « Des pourparlers ont été engagés avec la Société des amis de Jaurès, mais il serait préférable que la maison reste dans le parti. La constitution d’un syndicat intercommunal pourrait résoudre la question, mais sa constitution demanderait trop de temps. Il est décidé qu’une municipalité Ivry ou Saint-Denis en fera l’achat, les autres communes s’engageant, quand le syndicat intercommunal sera créé, à en payer leur part ; ceci afin que si une municipalité disparaissait du parti, les autres puissent toujours assurer, au sein du syndicat, une majorité au parti » (Arch. IRM-IML 465).

236 André Félix, né à Paris (XVIIe) en 1891, industriel.

237 Jean-Baptiste Laborie, né dans le Calvados en 1897, gérant d’un dépôt de vins.

238 Lucie Cousturier née Bru (1876-1925), peintre néo-impressionniste, élève de Signac. Auteur d’un ouvrage sur Signac.

239 Voir note 3 mars 1931.

240 Revue culturelle fondée par George Besson en octobre 1912 et soutenue par divers écrivains et artistes. Y eut-il un « comité » créé par le peintre Signac ? Les Cahiers d’aujourd’hui paraissent jusqu’en 1926. Besson fut l’exécuteur testamentaire de Signac en 1935 auquel il consacre un ouvrage paru la même année.

241 120 rue Lafayette, siège du parti communiste.

242 Sans doute Marie-Louise Cachin (1910-1989), fille de Cachin, étudiante en droit.

243 Albert Thomas (1878-1932), professeur, socialiste SFIO, ancien ministre (1915-1917), président du Bureau international du Travail depuis 1920.

244 Le peintre Signac (voir note, 3 mars 1931) y possède une maison.

245 Sans doute Fernand Legagneux (1900-1972), ouvrier du bâtiment, secrétaire de l’union locale CGTU du Havre à partir de 1931.

246 Pendant trois jours, Cachin parcourt la Normandie (Manche, Seine-maritime, Calvados).

247 Voir note le 1er janvier 1931. Pourquoi Cachin note-t-il cela ? La presse au même moment annonce la tentative de Post et Gatty pour boucler le tour du monde en neuf jours.

248 Les travaux pour aménager jetées, port à usage militaire et arsenal, commencés en 1776, interrompus sous la Révolution, reprirent en 1802, sous la direction notamment de l’ingénieur Cachin jusqu’en 1828. Un quai porte le nom de ce dernier. Ces travaux se terminèrent en 1853. Un arrière-bassin, commencé en 1835, fut achevé en 1858. Lors de l’inauguration, Napoléon III leva aussi le voile sur une imposante statue équestre de Napoléon 1er, réalisée par le sculpteur Lévéel, place Napoléon, près du port, rappelle ces origines. A la base de cette statue, sur une plaque, figure l’extrait du Mémorial de Sainte-Hélène : « J’avais résolu de renouveler à Cherbourg les merveilles de l’Égypte ». Certains guides touristiques publient la phrase qui suivait dans le Mémorial : « Alors commencèrent, de tous côtés, les inconvénients, les objections, les vues particulières, cela ne se pouvait absolument pas, prétendaient plusieurs. J’insistais, je voulus et cela fut fait »

249 Nom d’une haute falaise.

250 Maurice Petsche (1895-1951), auditeur à la Cour des Comptes, député radical indépendant des Hautes-Alpes depuis 1925, sous-secrétaire d’État à la guerre (cabinet Tardieu, 1930), aux Beaux-Arts dans les gouvernements Laval (27 janvier 1931- 12 janvier 1932).

251 Famille de banquiers, administrateurs de sociétés.

252 Le Temps financier, le 6 juillet, consacre son éditorial au moratoire Hoover et au plan Young.

253 Andrew Bonar Law (1858-1923), conservateur, chancelier de l’Échiquier en Grande-Bretagne (1916), Premier ministre (1922-1923) ; participe aux discussions entre alliés à propos des réparations.

254 Charles Gates Dawes (1865-1951), financier américain, président de la commission d’experts qui précise, en 1924, les modalités du paiement des réparations par l’Allemagne.

255 Owen D. Young (1874-1962), expert financier américain, président de la commission qui élabore un plan signé le 7 juin 1929, se substituant au plan Dawes, réduisant les réparations dont le paiement est échelonné jusqu’en 1988. Il prévoit un emprunt international avec 5,5 % d’intérêt, émis en faveur de l’Allemagne.

256 Le Temps, le 9 juillet, dans un article, estime que le crédit consenti par les banques américaines à la Reichsbank se situe entre 300 et 500 millions de dollars.

257 Décision de la réunion du comité du budget, du 10 juillet, rapportée par la presse.

258 L’Humanité, le 13 juillet, titre : « L’appel désespéré du cabinet du Reich. Le gouvernement américain adresse une réponse négative. La débâcle du capitalisme allemand se précipite ».

259 Il s’agit de son frère, médecin.

260 Née Yvonne Lelec (1893-1966) à Dinan (Côtes-du-Nord), épouse de Joanny Berlioz-Benier depuis mars 1918, membre du Comité central du parti communiste depuis 1926, désigné comme secrétaire général de l’Humanité en juillet 1931.

261 Henriette Lelec (1883), sans profession, y demeure, sans doute parente d’Yvonne Berlioz.

262 Usine de Plzen (Tchécoslovaquie, Bohème) spécialisée dans la production d’armes et de matériel ferroviaire.

263 Ce Russe, venu en France sous ce nom, propose à Cachin d’écrire un article par mois dans le mensuel des syndicats de cheminots soviétiques Goudok (La sirène ou le sifflet). Est-ce le rédacteur de l’Humanité, envoyé en Russie en « mission commerciale » ? (Arch. IRM-IML, 469).

264 A partir de 1926, des ententes s’établissent entre sidérurgistes français, luxembourgeois, belges et allemands. Une Entente internationale de l’acier naît pour contingenter des productions. Présidée par le Luxembourgeois Émile Mayrisch, elle s’étend aux industriels autrichiens, tchécoslovaques, hongrois. D’autres cartels s’organisent à la même époque (aluminium, potasse, zinc).

265 Voir Introduction.

266 Le 6 juillet, l’Humanité en publie une analyse et le Temps, le lendemain, reprend le résumé diffusé par l’agence Tass. L’Humanité, à nouveau attire l’attention sur ce discours par un éditorial de Florimond Bonte, le 13 juillet, « Le discours de Staline ». A partir du 18 juillet, l’Humanité entreprend sa publication intégrale. Et la direction du parti communiste par un article de Servet, le 21 juillet, conseille : « Il faut étudier le discours de Staline ». Aussi la documentation du parti communiste le diffuse-t-elle en août. Les notes que Cachin commencent le 17 juillet conservent les grandes articulations du discours et complètent les divers résumés publiés jusqu’alors. Cachin n’attend donc pas la publication par son journal du discours pour prendre des notes.

267 Michelin présente l’automobile sur rail à Saint-Arnoult-en-Yvelines. Il estime que cette invention peut conduire à modifier l’exploitation des chemins de fer d’intérêt secondaire déficitaires. L’expansion entre Palaiseau et Chartres est annoncée. Alors que le train signifie 3 tonnes par voyageur, le nouveau système représente 157 kg par voyageur (selon le Temps, 25 juillet).

268 La presse rappelle que voici cent ans Mac Cormick inventait la machine à moissonner.

269 Les Cachin vont souvent à l’île Bréhat où ils rencontrent notamment Yvonne Sadoul, l’épouse de Jacques Sadoul, et Vaillant-Couturier et son épouse qui possèdent, depuis 1927, une petite maison ayant appartenu à la grand-mère d’Yvonne Sadoul.

270 Ida Treat (1889-1978), épouse de Paul Vaillant-Couturier depuis 1923, de nationalité américaine, journaliste (elle vient de faire un grand reportage en Mer rouge), traductrice, travaille aussi au Muséum d’histoire naturelle.

271 Le 26 juillet, s’ouvre à Vienne le Congrès de l’Internationale ouvrière socialiste. Après la séance d’ouverture par Vandervelde, dans le débat sur le désarmement interviennent notamment Renaudel et Faure qui présente la motion adoptée au congrès du parti socialiste SFIO. L’Humanité, à plusieurs reprises, qualifie le congrès d’« assises social-fascistes ».

272 Pierre Renaudel (1871-1935), vétérinaire puis journaliste, ancien directeur de l’Humanité (1914-1918), député socialiste SFIO du Var (1914-1919 et depuis 1924). Anime la minorité du parti.

273 Paul Faure (1878-1960), secrétaire général du parti socialiste SFIO depuis 1921, député de la Saône-et-Loire depuis 1924.

274 Émile Vandervelde (1866-1938), membre du parti ouvrier belge, député depuis 1894, ministre des Affaires étrangères (1925-1927).

275 Selon l’Humanité du 39 juillet, Vandervelde, lors de la séance d’ouverture aurait affirmé que le monde est « divisé en deux camps » avant de préciser : « Il y a d’une part les “vieilles démocraties” et de l’autre les “dictatures”, “blanches” ou “rouges” ».

276 Auguste Piccard (1884-1962), physicien suisse, commence ses ascensions stratosphériques. Selon le Temps du 1er août, le professeur prépare une nouvelle ascension et l’article conclut : « On peut dire que l’avion stratosphérique serait bientôt une réalité ».

277 Voir Introduction.

278 Deux ans après la retour au pouvoir des Travaillistes, devant la crise croissante, le ministre des Finances Philip Snowden, en février 1931, crée une commission spéciale tripartite sur l’Économie nationale présidée par le libéral Sir George May. Son rapport, publié en août, recommande des réductions importantes dans les dépenses publiques.

279 Le Temps, le 2 août, annonce que la Banque de France et la Federal Reserve de New York ouvrent un crédit de 50 millions de livres-sterling à la banque d’Angleterre, soit un équivalent de 6 200 millions de francs à 3,38 % d’intérêt. L’Humanité, le même jour, titre sur ce « crédit de 6 milliards ».

280 George Bernard Shaw (1856-1950), écrivain irlandais de langue britannique, membre de la Société Fabienne, prix Nobel (1925). L’Humanité, le 24 juillet, annonce que Shaw séjourne en URSS et a été reçu par plusieurs dirigeants du régime (Lounatcherski, Radek). Le 28, rendant compte d’un discours prononcé par l’écrivain britannique à la Maison des syndicats, le journal titre qu’il « se déclare convaincu du succès du socialisme en URSS ». Enfin, le 4 août, annonçant le retour de Shaw sous le titre « Réponse aux chefs socialistes », il retient une phrase : « Il est stupide de déclarer que l’expérience soviétique est un échec ».

281 Raoul Péret (1871-1942), avocat, député de la Gauche radicale (1902-1927) et sénateur (depuis 1927) de la Vienne, président de la Chambre des députés (1920- 1924, 1926-1927), plusieurs fois sous-secrétaire d’État (1913, Intérieur) ou ministre (Commerce, Justice, Finances). Ministre de la Justice, il démissionne au moment de l’affaire Oustric (17 novembre 1930) Voir 22 janvier 1931.

282 La Haute Cour de Justice siège du 26 mars au 23 juin pour juger quatre inculpés dans l’affaire Oustric, l’ancien ambassadeur de France à Rome, deux anciens sous-secrétaire d’État et Péret, ancien ministre. Ce dernier est accusé de forfaiture alors que les trois autres le sont de complicité. La comparution en Haute Cour a été décidée à l’unanimité par la Chambre des députés, le 25 mars 1931. Le Temps rend compte régulièrement des débats des 163 sénateurs juges. Le 25 juillet, il annonce l’acquittement des quatre inculpés, arrêt lu par le président Albert Lebrun. La veille l’Humanité annonce : « La farce est jouée ! Le ministre prévaricateur et ses complices sont acquittés par la Haute Cour ».

283 D’origine anarchiste, fondée en 1910 à Barcelone, s’est heurtée à la répression sous la dictature de Primo de Rivera. Regroupe 500 000 adhérents en 1931, favorable à l’abstention aux élections. Depuis 1927, la Fédération anarchiste ibérique en son sein veille à tout glissement réformiste

284 Angel Pestana Nunez (1886-1936), dirigeant national de la CNT, délégué au IIe Congrès de l’Internationale communiste pour discuter avec les bolcheviks. Sous son impulsion, la CNT se rapproche de la coalition républicaine lors des élections municipales d’avril 1931. Il est critiqué dans la CNT dès juin 1931 par les militants de la Fédération anarchiste ibérique, partisans d’une ligne anarchiste pure.

285 D’origine socialiste, fondée en 1888, à Barcelone, favorable au syndicalisme de masse, centrale syndicale la plus influente au moment de la proclamation de la République.

286 La CNT domine en Andalousie et réclament la réforme agraire. Le docteur Pedro Vallina Martinez (1873-1970), dirigeant anarchiste andalou, contraint à l’exil de 1905 à 1917, puis à partir de 1924, revient peu avant la fin de la dictature de Primo de Rivera. Contre l’avis de la direction sévillane, il se présente sur une liste régionaliste d’extrême-gauche aux élections à la Constituante. Le gouvernement le présente comme l’instigateur de la révolution agraire et le poursuit.

287 Manuel Adame Misa (pseudonyme, Enrique Santiago Agar), (1901), maçon de Séville, dirigeant communiste de la ville, membre de la CNT devenu communiste en 1927. Le parti communiste, très affaibli, subit la double menace de la répression gouvernementale et des directives de l’Internationale. Serait en fuite au Portugal (selon le Temps, 4 août 1931).

288 Francesco Macia (1859-1933), ancien colonel, âme d’une tentative de renversement de la dictature de Prima de Rivera avec participation anarchiste (1926), président de la Généralité de Catalogne depuis le 14 avril 1931, a été élu avec l’appui des chefs syndicalistes de la CNT, dont Pestana.

289 Macia promet l’indépendance, organise un référendum pour l’autonomie (L’Humanité, 3 août 1931). Alors que les conflits sociaux s’aggravent et que l’association patronale s’adresse à Madrid, Macia s’oppose à la dissolution de la CNT, conséquence de la participation anarchiste au mouvement de 1926, aspect du rapprochement entre CNT et catalanisme de gauche et non « attitude équivoque » comme l’affirme le Temps, le 4 août.

290 Depuis la révolution du 14 avril, une tension sociale règne en Espagne. En Andalousie et à Séville, anarchistes de la Confédération nationale du travail (Vallina) et communistes (Adame) préconisent l’abstention aux élections, mais après l’intervention du dirigeant de la CNT, Angel Pestana, s’entendent le 19 juillet. Les luttes ouvrières s’intensifient. Aux Cortes constituantes, élues le 28 juin, dont la première réunion se déroule le 14 juillet, les socialistes avec le centre-gauche dans une coalition gouvernementale emportent la majorité. A la fois, le gouvernement réprime le mouvement (premières victimes ouvrières à Séville) en décrétant l’état de siège tout en s’efforçant de négocier avec les syndicats un projet de loi pour réglementer les droits des ouvriers et garantir le droit de grève. L’état de siège est levé selon le Temps du 31 juillet.

291 Le traité de Versailles.

292 Maurice Thorez rend visite à Cachin. S’agit-il d’Albert qui participe à toutes les réunions du Bureau politique du 23 avril au 1er septembre ? Ce dernier a-t-il un rapport avec Albert J. ou L. qui signe des articles dans les Cahiers du Bolchevisme en 1931 et 1933 ? Parmi les Internationaux, Albert était le pseudonyme de Hugo Eberlein (1887-1944), dirigeant communiste allemand. En novembre 1935, Gringoire, relayé par le Jour et la Liberté affirment qu’Eberlein aurait pénétré clandestinement en France pour donner notamment à Cachin une importante somme d’argent pour l’élection sénatoriale. Albert désignait aussi Jean Rigal (1900-1984), ouvrier, dirigeant communiste parisien. Enfin, Albert Maurice (1900-1938), expulsé de France en 1920, membre du parti bolchevik depuis 1928, travaille au département des traductions de l’Internationale communiste.

293 Ces remarques correspondent aux conclusions des discussions lors de la réunion des membres du Comité central du 25 au 28 août, reprises dans un article de Frachon dans l’Humanité, le 4 septembre, confirmées le lendemain par la publication du discours d’ouverture de Thorez lors de la réunion du Comité central. Elle reçoit une première application lors des élections cantonales en octobre.

294 Voir Introduction, « l’Humanité ».

295 Le Temps, le 4 août, publie les résultats mensuels de la production de fonte : juin 1930, 841 000 tonnes, mai 1931, 724 000 tonnes, juin 1931, 695 000 tonnes.

296 Léon Bailby (1867-1945), propriétaire, depuis 1905, du quotidien du soir l’Intransigeant, journal de droite, à fort tirage, qui connaît des difficultés financières. Alors que Bailby est malade, le banquier Louis Louis-Dreyfus prend le contrôle du journal et envisage de l’orienter vers la gauche pour les prochaines élections législatives. Une rupture avec Bailby, qui a créé Match en 1926 pour couvrir les sports, se prépare. Bailby préside le syndicat de la presse parisienne.

297 L’Humanité, le 18 août, annonce le lancement par les chantiers navals Worms au Trait (Seine-Inférieure) du sous-marin Antiope.

298 La Compagnie générale des voitures a son siège social place du Théâtre français (Ier arrondissement) puis 112bis, rue Cardinet (XVIIe arrondissement). Elle exploite plus de 1 000 taxis et de 1 500 personnes.

299 Voir Introduction.

300 Théodore Dreiser (1871-1945), romancier américain, fait partie du courant réaliste et dépeint les grands mythes américains.

301 Né en 1897, agent d’assurances, quatre enfants, marié à une native de Levallois-Perret où sa première fille naît en 1920 alors que les trois autres sont nées à Guingamp.

302 Le seul électeur, en 1931, portant ce prénom, est boucher : (1873-1938), il habite une rue voisine (renseignements fournis par la mairie de Guingamp). Sur les listes nominatives du recensement de 1931, il est indiqué comme « journalier ». A la fin des années 1930, est inscrit un autre Louis, employé, né en 1886, habitant une rue plus éloignée. Le terme de « flotte » s’applique avant tout à la marine marchande.

303 Le 25 mars 1931, dans un train de Chattanooga à Memphis (Alabama), à la suite d’une rixe entre des Blancs et neufs jeunes Noirs, ces derniers, arrêtés à Scottsboro (Alabama), sont accusés d’avoir violé deux femmes blanches. Une campagne raciste se déchaîne, et deux semaines plus tard, huit d’entre eux sont condamnés à mort lors du procès en avril 1931. L’International Labor Defence, fondé en 1925 par des membres du parti communiste américain pour assurer la défense des militants devant les tribunaux, étend son action vers les accusés noirs ; l’organisation lance une campagne contre ce jugement car les accusés n’auraient pas reçu une aide judiciaire normale. La Cour Suprême des États-Unis casse ces jugements. Le parti communiste entame une action internationale. L’État d’Alabama ordonne un nouveau procès à Decatur (mars 1933) ; Patterson est condamné à mort, mais le juge annule la sentence en raison du faux témoignage d’une des jeunes blanches. En décembre 1933, un nouveau procès condamne à mort deux autres Noirs. La Cour Suprême casse à nouveau la sentence en 1934. Deux ans plus tard, cinq d’entre deux sont condamnés à de lourdes peines de prison et quatre autres sont relâchés. Le groupe Octobre interprète à partir de 1933 un chœur parlé « Les nègres de Scottsborough », ainsi lors de la fête anniversaire de la fondation de l’Humanité, le 21 avril 1933, salle Bullier (Appo, Ba 1718).
L’Humanité apporte des informations et une chronologie parfois déformées. Le Secours rouge américain considère ces jugements comme une nouvelle affaire Sacco-Vanzetti. Une campagne du Secours rouge international commence pour obtenir une révision du procès. Le 1er juin 1932, Eda Wright, mère de deux jeunes condamnés, arrive à Paris, étape d’une tournée en Europe. L’Humanité, le 3 juin, publie un article de Cachin intitulé « Sauvons les nègres de Scottborough », une photographie des organisateurs de la campagne du SRI, autour de Cachin, puis, le 8 novembre 1932, titre « Les condamnations à mort contre les jeunes nègres de Scottborough sont annulées. Il faut arracher nos camarades à la prison ! ». Le groupe Octobre en fait, en 1933, un thème d’un de ses spectacles sous le titre Sauvons les nègres de Scottsborough.

304 Ville du Tennessee au Sud des Appalaches. Le général Grant y remporte une victoire sur les sudistes pendant la guerre de Sécession (25 novembre 1863).

305 Voir Introduction.

306 Peut-être un parent du baron (Freiherr) von Detlev Liliencron (1844-1909), écrivain allemand dont une partie de la famille se retrouve dans la diplomatie.

307 Place dans le quartier de Wittenberg au Sud-Ouest de Berlin, près du centre

308 (1882-1971), écrivain, auteur notamment d’ouvrages sur la peinture, de Pèlerinages européens (1924), de La révolution espagnole en 25 tableaux (1931).

309 Francis Desphelippon (1894-1965), ouvrier puis commerçant, secrétaire de l’Association républicaine des anciens combattants (1924-1928), membre du Comité central du parti communiste (1926-1928, année où il quitte le parti), administrateur délégué de Monde à partir de mai 1928.

310 Le 10 août 1931, une circulaire du Bureau politique indique que Monde n’a rien de commun avec le parti et que Barbusse « commet une lourde faute en laissant utiliser son influence par une bande des politiciens liés au parti radical et au parti socialiste ». A propos de Barbusse dont le BP signale qu’il n’est plus membre du parti, elle indique que le BP a fait des efforts pour l’aider « à redresser la ligne de Monde. Mais soit qu’il n’est pas libre de ses actes, soit qu’il persévère volontairement dans son erreur, nous n’avons pu obtenir de lui aucun changement » (Arch. IRM-IML, 444).

311 Voir 6 janvier 1931.

312 Jacques Kayser (1900-1963), avocat, journaliste, membre du bureau du parti radical-socialiste depuis 1922, vice-président du parti en 1931, partage les analyses des « Jeunes radicaux » et collabore à République.

313 Journal quotidien fondé en juin 1929 par Émile Roche pour refléter les analyses des « jeunes radicaux », dirigé par Daladier jusqu’en juin 1930.

314 Voir 6 janvier 1931.

315 Voir 6 janvier 1931.

316 Voir 14 août 1931.

317 André Tardieu (1876-1945), haut fonctionnaire, député de la Seine-et-Oise (1914-1924) puis du Haut-Rhin depuis 1926, plusieurs fois ministre (régions libérées, travaux publics, Intérieur), président du Conseil (1929-1930), ministre de l’Agriculture dans les gouvernements Laval (27 janvier 1931-12 janvier 1932).

318 Pierre Riou, né en 1873.

319 Alexandre Dreux (1853-1939), administrateur général des Aciéries de Longwy (1888), président du Comité des Forges avant 1918.

320 L’Humanité, le 1er septembre, cite le Daily Herald, « Si la Banque d’Angleterre a pu obtenir si rapidement des crédits en Amérique et en France, c’est grâce à la mobilisation des placements à l’étranger ».

321 Raymond Garcin (1897-1971), médecin des hôpitaux depuis juin 1930, chargé de consultation externe à l’hôpital Bichat à partir de janvier 1931.

322 Charles Alfred (1907), fils aîné de Marcel Cachin, étudiant en médecine, occupe les fonctions d’interne provisoire dans la consultation de Garcin à l’hôpital Bichat. Il prépare l’internat.

323 Émile Gruyer (1866, Marne), ouvrier chez Herburger (18e). Habite avec son épouse. Est-ce Griller, 3 juillet ?

324 La fille de Cachin, Marie-Louise, Alice, (1910-1989), avocate selon les listes électorales de 1931.

325 Charles Alfred Cachin (1907), fils de Marcel Cachin, interne provisoire dans le service de neurologie du docteur Garcin à l’hôpital Bichat, passe le concours de l’internat des hôpitaux.

326 Pierre Dumont (1908), fils de Lucien Dumont (1865-1945), médecin, ancien député républicain-socialiste de l’Indre (1913-1919).

327 Jean-Louis Lortat-Jacob (1908-1992), externe depuis 1928, devient interne des hôpitaux en 1935.

328 Sans doute Louis Floch (1893), marin à Plouézec (Côtes-du-Nord).

329 Ange Le Barbu (1902, Plouezec), employé de l’assistance publique.

330 Le Temps, le 14 septembre, consacre un article à la préparation militaire de la jeunesse italienne. L’article décrit les trois grandes catégories de jeunesses, dont le million de balillas, à partir de 8 ans qui portent des chemises noires. La règle est le volontariat mais, selon l’article, les avantages et les agréments expliquent l’afflux vers cette organisation.

331 Dino Grandi (1895-1988), membre du mouvement fasciste depuis 1924, ministre des Affaires étrangères de l’Italie depuis 1929. Dans le débat à la Société des Nations préparatoire à la Conférence du désarmement, le 8 septembre, Grandi souhaiterait arriver « à un accord général et immédiat de tous les États en vue d’une suspension dans l’exécution des programmes pour de nouveaux armements » (Le Temps, 9 septembre 1931). Le journal fait remarquer pourtant que le système d’éducation militaire obligatoire de la jeunesse n’est pas remis en cause par le représentant de l’Italie. Gabriel Péri, dans son commentaire, y voit une manœuvre italienne prenant à contre-pied la doctrine française en la matière, associant réduction des armements et sécurité (L’Humanité, 8 septembre 1931). Celle-ci exprimée par Briand, le 11 septembre, conduit Grandi en pleine séance à venir serrer la main de Briand (Le Temps, 12 septembre).

332 Philip Snowden (1864-1937), employé, député travailliste (1906-1918, puis à partir de 1922), Chancelier de l’Échiquier (1924, 1929-1931). Mettant en pratique les conclusions de la commission May, il diminue les dépenses sociales. Entre dans le cabinet d’union nationale constitué par Mac Donald à la fin août 1931.

333 Le Temps, le 12 septembre, publie les grandes données du Livre blanc britannique ; Cachin arrondit les chiffres (ainsi les économies sur les routes s’élèvent à 7 865 000 livres). Au total les économies atteignent 70,9 millions de livres et les nouveaux impôts rapporteront 81,5 millions de livres).

334 Siège de la Société des Nations.

335 Voir 3 mars 1931.

336 Le 24 janvier 1931, le conseil de sécurité de la SDN demande aux États de préparer un descriptif de leurs armements pour la Conférence sur le désarmement prévue en janvier 1932. Le chef du cabinet militaire du ministère de la Guerre traduit les réticences des militaires français en proposant diverses initiatives, dont la rédaction d’un mémorandum, qui indiquerait que la France, à la différence des autres pays, a déjà pris des mesures allant dans le sens du désarmement. Le Conseil supérieur de la Défense nationale constitue une commission spéciale pour élaborer ce mémorandum. Daté du 15 juillet 1931, il est présenté à la SDN en septembre. Il indique que pour la France « le désarmement ne constitue pas une fin en soi mais un des moyens d’arriver à une solide organisation internationale de la paix dans le cadre de la SDN ». Voir M. Vaisse, Sécurité d’abord. La politique française en matière de désarmement 9 décembre 1930-17 avril 1934, Paris, Pédone, 1981, p. 133. Notamment il indique que le service militaire a été réduit de trois ans à un an.

337 Joachim Darsel (1905-1974), maître d’internat à l’École primaire supérieure de Guingamp, puis répétiteur au collège de Morlaix, prépare une licence d’anglais et commence des études historiques sur la Bretagne.

338 Cette remarque annonce l’article du Temps du 17 septembre : « Le moratoire des dettes intergouvemementales sera-t-il prolongé ? » Des démarches sont faites auprès de Hoover pour obtenir de prolonger de 3 ou 5 ans les dettes intergouvemementales de guerre que le plan Hoover a suspendues du 1er juillet 1931 au 30 juin 1932.

339 Akaki Tchenkili (1874-1959) fait des études de droit en Russie. Géorgien, membre du parti social-démocrate, déporté, exilé en Allemagne, en Autriche, en France de 1904 à 1910, député menchevik à la Douma (1912-1917), il se spécialise dans les questions nationales et étrangères. Premier ministre de la Transcaucasie indépendante (22 avril 1918), il devient le ministre menchevik des Affaires étrangères de la Géorgie indépendante (26 mai 1918), reconnue par la Russie soviétique (mai 1920) et les Alliés (janvier 1921). Il devient alors ministre plénipotentiaire de Géorgie à Paris, Londres et Rome. L’Armée rouge, en février-mars 1921, impose la domination bolchevique et le gouvernement géorgien, en exil, se fixe à Paris. Lors de la reconnaissance par la Grande-Bretagne puis par la France du gouvernement de l’URSS en février-octobre 1924, la Géorgie, considérée comme ne faisant pas partie de l’URSS, conserve ses représentations diplomatiques, statut qui dure jusqu’au début de 1933. Tchenkili, doyen du corps diplomatique en France, multiplie les démarches en faveur de la Géorgie et contre l’URSS.

340 Voir Introduction.

341 Rivière qui se jette dans la mer entre Plouha et Saint-Brieuc. Abel Corroënne (voir note 3 mai 1931) y vient souvent pêcher.

342 Sylvie, sa sœur, voir 14 juin 1931. Charles, Marcel et Sylvie versent à leur sœur Elisa une rente pour lui permettre de vivre.

343 Voir note, 3 mai 1931.

344 Ernestine Le Bon, (1912), employée chez les Cachin, 4 rue Ordener.

345 Louis Le Saux (1884, Guingamp), tailleur à Lancerf.

346 Fille de Cachin (voir 1er septembre 1931).

347 Hameau de Paimpol où habite la sœur de Cachin dans la maison de famille.

348 Marie Le Guern (1864-1933) travaille pour la famille Cachin à Paris de 1911 jusqu’en 1930 et s’occupe tout particulièrement de leur fille Marcelle. Elle avait obtenu l’autorisation de visite lors de la détention de Cachin à la prison de la Santé en février 1928 (Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909). Elle repart à Paimpol et aide les Cachin quand ils séjournent en Bretagne.

349 Francis Thierry (1865, Quintin, Côtes-du-Nord), médecin à Paimpol dans les années 1900, rue de Courcy.

350 Surnom de Marcelle, troisième enfant des Cachin, née en 1911, étudiante en médecine qui habite chez ses parents, rue Ordener.

351 Depuis la mi-septembre, la presse mutiplie les articles sur la crise anglaise et la chute de la livre.

352 L’Humanité, le 8 octobre, publie le programme agraire du parti communiste qui entend répondre aux revendications des « paysans travailleurs ».

353 Il n’y a pas de Michaut parmi les candidats socialistes SFIO dans le XVIIIe arrondissement en 1932 (Montagnon, Perrin, Bloch). Est-ce Ernest Michaud (1884- 1939), employé, secrétaire de la fédération CGT des services publics, candidat socialiste SFIO aux élections législatives de 1932 dans la 3e circonscription du XIe arrondissement ? Aux élections municipales de 1935, Michaut fut candidat du parti socialiste de France dans le quartier de Clignancourt.

354 Dans son éditorial (L’Humanité, 11 octobre), Cachin annonce une réunion le lendemain des Comités de défense de l’Humanité.

355 Auguste Sabatier, (1883-1944) négociant, député URD du XVIIIe arrondissement depuis 1928.

356 A partir du 22 octobre, l’Humanité publie une enquête de Gabriel Péri sous le titre « Tempête sur l’Angleterre ». Le 26, il traite un aspect sous le titre « L’Inde doit payer » ; selon lui, l’Inde rapporte un intérêt du 60 millions de livres pour le capital britannique investi.

357 Maurice Barrés (1862-1923), écrivain d’opinion nationaliste, député (Meurthe-et-Moselle, 1889-1893, Paris, 1906-1923), défenseur de l’armée et de l’Église.

358 L’Humanité publie souvent des articles sur les métayers.

359 L’Humanité, le 22 septembre, sous le titre « La vérité sur les colonies » annonce l’ouverture de l’exposition de la Ligue anti-impérialiste, à la Maison des syndicats, avenue Mathurin Moreau. Elle se tient dans la salle du Pavillon des Soviets, ancien pavillon russe de l’exposition des Arts décoratifs reconstruit sur ce terrain. Ouverte le jeudi, le samedi et le dimanche, elle offre pour un prix d’entrée de deux francs des photographies, des dessins, des productions de l’« Art colonial », avec une grande place pour les productions soviétiques, de la musique, un buffet installé par la coopérative « La Famille nouvelle » et un café maure. Répartie sur deux niveaux, elle présente les différents aspects du problème colonial (histoire de la conquête coloniale, rivalités impérialistes, exploitation des peuples indigènes, travail forcé, les mouvements nationaux, les troupes coloniales selon la description donnée) et les objets d’art (nègre, océanien, peau-rouge) ainsi que des aspects de la « propagande des missions religieuses » (L’Humanité, 30 septembre). L’exposition abrite aussi des conférences. Le 31 octobre, dans la série en italiques « Aujourd’hui », Cachin décrit la visite de l’exposition « en riposte à la grande Foire de Vincennes » [l’exposition coloniale]. Il précise que dans la deuxième salle, « prêtée par le Cercle récréatif des travailleurs du 19e », figurent des documents sur l’URSS. Il note à propos des œuvres d’art que les salles sont « un peu exiguës pour des sujets aussi vastes et aussi essentiels ».

360 Leimistin Broussan (1858-1959), ancien directeur des théâtres de Brest (1899), de Nancy (1900), de Lyon (1902), est nommé directeur artistique de l’Opéra de Paris, avec André Messager, en 1907. Ils commencent une politique d’ouverture aux œuvres et artistes étrangers aussi bien pour l’opéra (Tétralogie) que pour le ballet (musique et ballets russes, voyage en Russie). Pour financer leurs projets, ils créent une société en commandite qui accumule un fort déficit. Sur proposition du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Barthou, . le Conseil des ministres, le 30 octobre 1913, annonce par voie de presse, le remplacement de Messager. Ce dernier répond au ministre dans la presse. Avec Broussan, ils terminent la saison et annoncent le 30 juillet 1914 qu’ils se retirent dans les deux mois suivants. Broussan, après avoir organisé les conférences nationales pendant la guerre, dirigea l’Opéra de Strasbourg (1919) puis pendant 14 ans le casino de Biarritz.

361 Louis Barthou (1862-1934), avocat, député (1889-1902) et sénateur (depuis 1902) des Basses-Pyrénées, plusieurs fois ministre à partir de 1894, président du Conseil avec le portefeuille de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (22 mars 1913-2 décembre 1913).

362 Voir Introduction « chômage ».

363 Salle de l’Indépendance où se réunissent souvent les militants communistes.

364 Voir liste à la fin du carnet.

365 Armand Pillot (1892-1953), ajusteur-mécanicien, secrétaire de la région parisienne du parti communiste, candidat aux élections législatives en 1928 dans le XVIIIe arrondissement (quartier de Clignancourt)

366 Est-ce le même que celui noté le 9 octobre 1931 ?

367 A cette adresse, selon les listes nominatives du recensement de 1931, habitent notamment un médecin Paul Hollïtsch, un agent de publicité de nationalité russe Michel Snejkovsky et un ouvrier tailleur arménien Minas Simonian.

368 Sa sœur, voir 14 juin 1931.

369 Lucien Vogel (1886-1954), rédacteur en chef ou directeur d’hebdomadaires d’art ou de décoration, lance en 1921 le Jardin des Modes et crée en mars 1928, Vu, hebdomadaire illustré avec photographies tiré en héliogravure II signe l’année suivante l’appel international convoquant un Congrès mondial contre la guerre.

370 Au 3, boulevard de Picpus (XIIe arrondissement), selon les listes nominatives du recensement de 1931, vivent 14 ménages dont trois commencent par un D : Duplat Louis et Julie, absents ; Auguste Dupuy (1850, Ardèche), sans profession, sa femme Marguerite (1887, Paris), lingère et leur fille Juliette, (1917, Paris) ; Adolphe Desgouttes (1884,Paris) et sa femme, Eugénie (1892, Paris), employés au métro. Au 1 du même boulevard, figure le marchand de vins restaurant, Danton.

371 Paul Bouthonnier (1885-1957), professeur, membre du Comité directeur puis du Comité central du parti communiste depuis 1921 : bien que non réintégré dans l’enseignement, intervient sur les questions enseignantes.

372 Émile Dubois (1886-1957), ouvrier gazier, dirigeant communiste d’Aubervilliers, secrétaire de la Fédération CGTU des services publics et de l’éclairage depuis 1928.

373 Maurice Simonin (1895-1964), pâtissier, membre du Comité central du parti communiste depuis 1926, secrétaire de la Fédération CGTU de l’alimentation depuis 1925.

374 Claudius dit Claude Richetta (1881-1935), membre du Comité central du parti communiste depuis 1926, secrétaire de la fédération CGTU du textile depuis 1924. L’Humanité, le 10 novembre, le représente pendant son intervention du congrès de la CGTU.

375 Voir 31 octobre 1931. Vogel, admirateur de l’expérience soviétique, consacre, en décembre 1931, un numéro spécial de Vu à l’URSS et au plan quinquennal. Cette publication de 200 pages est tirée à un demi-million d’exemplaires selon Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral, Fernand Terrou, Histoire générale de la presse française, Paris, PUF, t. 3, De 1871 à 1940, 1972, p. 598.

376 Il s’agit certainement de l’éditorial de l’Humanité du 8 novembre, « Vive la Révolution bolchevique ! Vive la patrie socialiste ! » (voir Introduction).

377 Voir note, 7 février 1931.

378 Réunion avec Cachin (Voir Introduction, « le propagandiste »).

379 Un projet de loi autorisant « la réalisation immédiate de certains travaux tendant au perfectionnement de l’outillage national » est en débat. Le Temps, le 5 novembre, lui consacre un long article.

380 Voir 16 janvier 1931. Margaine, radical-socialiste, spécialisé dans les questions internationales, se montre à la Chambre partisan du rapprochement franco-allemand et d’accords européens (Le Temps, 19 novembre). Plus tard, il propose l’envoi d’un corps expéditionnaire en Chine et dans l’Humanité, le 24 décembre, Cabrol en dessine le portrait.

381 Le sixième congrès de la CGTU se déroule à Paris (8-14 novembre). La réunion du Bureau politique du 4 novembre décide que Cachin fera l’intervention du nom du parti communiste (Arch. IRM-IML 442)

382 L’Union des syndicats CGTU de la région parisienne, dans le cadre d’une journée contre le chômage, souhaite envoyer une délégation à la Chambre des députés, l’après-midi du 12 novembre. Le préfet autorise cette délégation pour 16 heures mais interdit toute manifestation. 42 cortèges ou rassemblements de 30 à 500 personnes sont dispersés par les forces de l’ordre en divers points de la capitale entre 14 h 45 et 17 h 50 alors que la délégation régulière est reçue au Palais Bourbon. Au quai d’Orsay, selon la police, vers 17 h 15, 350 à 400 chômeurs veulent forcer le barrage. « J’ai dû refouler une colonne de manifestants » rapporte le responsable du service d’ordre (Appo, Ba 1647). D’autres rapports indiquent une heure différente (16 h 30) et environ 60 manifestants. L’Humanité annonce qu’une délégation de l’Union des comités de chômeurs de la région parisienne s’est heurtée à la police place des Invalides alors qu’elle se rendait vers la Chambre des députés.

383 Voir 3 mars 1931. Laval parle devant les commissions des Finances et des Affaires étrangères de la Chambre des députés.

384 La Chambre des députés et le Sénat se réunissent en session à partir du 12 novembre.

385 L’Humanité, le 11, annonce que Cachin a déposé une demande d’interpellation à la Chambre sur la situation intérieure et le chômage. Deux jours plus tard, le journal indique que Cachin n’a pas obtenu que le débat se déroule en priorité.

386 Selon le Temps (5 novembre), sur les trois milliards de dépenses prévues dans le plan d’outillage national, 280 millions sont consacrés à l’enseignement primaire. Les revendications des communistes, et à plusieurs reprises de Cachin, portent avant tout sur le logement (voir 16 novembre).

387 L’Humanité publie de nombreux articles sur les lotissements, notamment le 14 novembre, un appel de la Fédération des travailleurs mal lotis dont les statuts viennent d’être refusés par la Préfecture.

388 Somme totale prévue dans le projet de loi sur l’outillage national.

389 Voir Introduction, « Logement ».

390 Loucheur (voir 4 février 1931) fait voter une loi, le 13 juillet 1928, qui facilite l’achat du logement populaire (avances de l’État portées à 2 250 millions pour les sociétés d’HBM et de crédit mobilier, réduction de 6 à 4 000 francs de la mise de fond, priorité aux anciens combattants et aux familles nombreuses)

391 Alexandre Ribot (1842-1923), député (1878-1885, 1887-1909) puis sénateur (1909-1923), plusieurs fois ministre. Il fait voter, le 10 avril 1908, une loi pour mettre la propriété « à la portée des plus pauvres » (création de sociétés de crédit, prêts avancés par l’État, etc.).

392 Cachin le 20 intervient à la Chambre des députés. Sous le titre « Nous ne laisserons pas toucher à la patrie prolétarienne ! », l’Humanité, le 21 novembre, rend compte du discours rehaussé par un croquis de Cabrol. Le secrétariat politique, le 23 novembre, décide l’édition de ce discours en brochure (Arch. IRM-IML, 441).

393 Cachin prépare sa future campagne électorale dans le XVIIIe arrondissement et se montre plus dans le quartier. L’Humanité, le 22 novembre, le note, « Marcel Cachin qui depuis de longs mois, n’a pas pris la parole devant les ouvriers du quartier ». Ce compte rendu de mandat, annoncé à plusieurs reprises dans l’Humanité, se déroule sous le préau des écoles du 55, rue de la Chapelle. Devant 2 000 habitants des quartiers de la Goutte-d’Or et de la Chapelle (500 n’ont pu rentrer précise l’Humanité, le 24 novembre), prennent la parole à ses côtés Thorez, Duclos et Pillot. Ils développent trois points : « Contre le chômage, la guerre en Mandchourie, la défense de l’URSS ». Cachin termine son discours par une envolée : « Vous êtes le nombre, vous êtes la force et le travail […] unissez-vous pour renverser cette minorité et instaurer à sa place un régime collectiviste ». Des chœurs parlés et des chants sont exécutés par la Phalange du XVIIIe et des adhérents de la Fédération du théâtre ouvrier de France (d’après le rapport de police, (Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909). La souscription rapporte 600 francs dont 110 francs versés au comité de chômeurs. Une réunion de cellule, trois jours plus tard, l’accueille, 20 rue Ordener, chez le marchand de vins Garrigues (voir 28 janvier 1931). En tout, huit adhésions au parti communiste ont été faites durant ces deux réunions, selon l’Humanité. Lors de la réunion du Bureau politique, le 1er décembre, Doriot propose d’aider Cachin dans sa campagne dans le cadre de l’« offensive contre les pupistes » (Arch. IRM-IML, 436). Effectivement, la section du parti d’unité prolétarienne de l’arrondissement multiplie les affichages le visant directement sous des titres divers (« Les petites fourberies de Cachin », « Le voleur de mandat, c’est Cachin ». Les renseignements généraux en retiennent de nombreux spécimens (Appo, dossier 68909). Louis Sellier, ancien dirigeant communiste, passé au PUP, se présente contre Cachin.

394 Industriel tchécoslovaque (1876-1932), fondateur d’une manufacture de chaussures à Zlin.

395 Un avenant à la convention commerciale de juillet 1928 entre la France et la Tchécoslovaquie vient d’être signé concernant l’industrie et le commerce de la chaussure (Le Temps, 27 novembre 1931).

396 Lors d’une réunion de cellule (voir 25 novembre). Les Cachin louent un appartement, 4 rue Ordener, pour 2 000 francs par an selon la police en 1932, depuis 1912 (Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909).

397 Entreprise de commerce du charbon dont le siège central est rue Lafayette et qui possède une quarantaine de succursales à Paris et en banlieue.

398 L’Humanité n’annonce pas et ne rend pas compte d’une réunion à Limoges avec Cachin qui intervient à la Chambre des députés, le 1er décembre dans la discussion sur le plan d’outillage présenté par le gouvernement. Il s’agit peut-être de Reine Limoges, gérante de l’hôtel, 46 rue de la Réunion (XXe arrondissement) où logent des familles de militants communistes (Appo Ba 1718).

399 A cette adresse, possède le téléphone avec des numéros différents un architecte, Jean Walter, l’Annuaire industriel et la Société de constructions et d’installations industrielles.

400 Le 30 novembre, le président de la Chambre annonce qu’il a reçu des demandes d’interpellation dont celle de Cachin « sur les moyens que le gouvernement propose pour mettre un terme au déficit des chemins de fer » (Le Temps, 2 décembre). Dans son intervention à la Chambre des députés, Cachin examine les conséquences de l’article 7 de la convention de 1921 entre l’État et les compagnies. Selon lui, la gestion financière des compagnies devrait être mieux surveillée et ainsi seraient évitées des dépenses inutiles. Il fournit des nombreux exemples et reprend celui des travaux qu’il juge somptuaires de la gare de l’Est. Pour Cachin ces exemples montrent qu’il n’est pas nécessaire d’aggraver les conditions des cheminots, notamment en comprimant leurs salaires. Il reprend ces thèmes dans un article sous le titre « Mensonges intéressés » (L’Humanité, 7 décembre).

401 L’Humanité, le 5 décembre, indique que Cachin a présenté dans la discussion du plan d’outillage national un amendement d’un milliard pour la construction de 20 000 logements. Le rapporteur Lamoureux ayant déclaré irrecevable cet amendement, Cachin annonce qu’il proposera à la commission des Finances d’inscrire dans le budget 1932 la même somme qu’en 1931, soient trois milliards (voir Introduction, « logement »).

402 Résultats de son fils Charles à l’internat des hôpitaux.

403 Dans l’Humanité, Cachin écrit plusieurs articles consacrés aux questions financières (11, 12, 13, 14 décembre). Il intervient à la Chambre, le 14, pour dénoncer le prêt consenti par l’État à la Banque de France pour compenser les pertes sur la livre anglaise. Le Temps résume cette intervention en une ligne : « dénonce la scandaleuse opération proposée par le gouvernement ».

404 René Riff (1898, Paris), employé.

405 Voir 12 janvier 1931.

406 Voir note, 7 février 1931 et Introduction (« cheminots ») ; à la veille de la journée nationale des cheminots, Midol, secrétaire de la Fédération des cheminots, signe un article : « Le 20 décembre, première étape dans l’action de masse des cheminots ». Le 16 décembre, la réunion du Bureau politique décide que Midol devra informer l’Humanité sur la situation et sur la journée du 20 décembre (Arch. IRM-IML 442).

407 André Marty (1886-1956), mutin de la Mer noire (1919), membre du Comité central (depuis 1925) du parti communiste. Depuis la réunion du Bureau politique de 11 décembre, Marty entre au secrétariat du parti et remplace Thorez dans ses responsabilités à l’Humanité (Arch. IRM-IML 442). En effet, lors de la réunion du Bureau politique, Cachin avait demandé un contrôle permanent du BP sur le quotidien. Il faut tous les jours un membre du BP pour « fixer la ligne politique du journal » (Arch. IRM-IML 383).

408 Un nouveau compte rendu de mandat se déroule sous le préau de l’école de la rue Jean-François Lépine dans le XVIIIe. Annoncée dans l’Humanité, cette réunion se tient devant une « salle archicomble avec des ouvriers grimpés n’importe où, dans les escaliers, sur les banquettes, partout » (L’Humanité, 20 décembre), 1000 participants selon la police (Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909). Alors que Midol consacre son intervention à la défense des cheminots et que Marty oppose la misère capitaliste aux réalisations soviétiques, Cachin dénonce l’attitude des « traîtres pupistes » vis-à-vis du seul conseiller municipal communiste Marty.

409 Le 20 décembre, dans le cadre de la journée nationale de revendications de la Fédération CGTU des cheminots, Cachin participe à un des six meetings corporatifs au cinéma Ordener-Palace, 77 rue de la Chapelle ; 700 cheminots l’acclament (L’Humanité, 21 décembre).

410 Voir Introduction (« crise »). Le Temps, le 8 décembre, annonce la réunion de la deuxième session du congrès américain qui devrait ratifier le moratoire Hoover, « ajournement pour un an des réparations et des dettes de créanciers privés », des dettes intergouvemementales, « prolongation du crédit ». Or l’Allemagne demande deux ans de moratoire (Le Temps, 13 décembre). La chambre des représentants attaque à plusieurs reprises le moratoire mais le vote (317/100) ; elle l’accompagne d’un amendement que le Temps, le 20, commente ainsi : « Il est contraire à la politique du Congrès que les dettes des États étrangers envers les États-Unis soient en aucune manière réduites ou annulées » ; le Sénat américain le vote (69/12) et s’entend sur un amendement « s’opposant à toute annulation ou réduction des dettes gouvernementales de guerre » (Le Temps, 24 décembre).

411 Nguyen Van Tao (1908-1970), communiste indochinois, membre du Comité central du parti communiste français depuis 1928. Après la rébellion de Yen Bay (9- 10 février 1930) et l’exécution de quatre condamnés à mort en Indochine (8 mai 1930), le 22 mai, une manifestation d’Indochinois se déroule devant l’Élysée. Tao est arrêté avec 20 étudiants et ouvriers (Arch. IRM-IML, 461). Libéré provisoirement en janvier 1931, expulsé le 27 avril vers l’Indochine, il est surveillé alors que d’autres militants sont emprisonnés en Indochine. Le parti communiste organise une campagne pour leur libération marquée par un meeting le 19 mai 1931, dernier meeting de Cachin avant sa maladie. Cachin y prononce notamment des paroles fortes : « C’est toute l’Asie qui maintenant nous donne l’exemple révolutionnaire » ; il ajoute : « Tao, dans la cale de son bateau-prison, les opprimés d’Indochine et de partout, attendent de vous tous le soutien le plus agissant, la solidarité la plus totale » (L’Humanité, 20 mai 1931). Le 3 décembre, le journal publie des nouvelles alarmantes : « Nous avons reçu des nouvelles de Tao, toujours malade. Soumis à la haute surveillance, il ne peut travailler. Il ne reçoit pas les lettres qu’on lui envoie. On a “subtilisé” les petites sommes que des amis de Paris lui envoyaient. Notre courageux camarade se trouve dans un complet dénuement ».

412 Jean, Louis Ducor (1873-1955), alors ingénieur, marié à la mairie du XVIIIe arrondissement en 1913, propriétaire cultivateur.

413 Selon le recensement de 1931, il y a 2 714 697 étrangers en France, dont 1 288 644 salariés (chômeurs compris).

414 Joseph Ouin apparaît dans l’indicateur des Alpes-Maritimes, comme tenancier de cet hôtel dont l’adresse est 71 quai des États-Unis. Mais à hauteur du 75, un passage vouté donne accès à la Cité du Parc. Il ne figure pas sur les listes électorales.

415 Il s’agit d’une convention unique conclue entre l’État et l’ensemble des grands réseaux ; elle vise à coordonner la politique des compagnies, à harmoniser leurs tarifs, à rendre obligatoire l’équilibre financier. La compensation des résultats financiers est réalisée par un fonds commun issu des excédents et des déficits annuels d’exploitation. Les réseaux riches subventionnent les réseaux pauvres. S’il y a déséquilibre de l’ensemble des comptes, l’État comble le déficit résiduel par des avances remboursables. Ces avances, et donc les dettes, s’accroissent à partir de 1931. Cachin multiplie les occasions en décembre 1931 d’utiliser une documentation sur les conditions des chemins de fer et des cheminots.

416 La section de l’Agit.-Prop. centrale édite, le 14 décembre 1931, un document sur la « lutte des cheminots ». Il comprend neuf rubriques sur les réseaux, les compagnies, les rapports avec l’État, la gestion financière, les « solutions » des réseaux, « Notre solution » (Arch. IRM-IML, 457).

417 Dans son intervention à la Chambre, le 1er mars 1931, Cachin parle d’un déficit de cinq milliards.

418 Dans la rubrique juridique de l’Humanité, la question des assurances revient souvent, ainsi le 5 décembre, les rapports entre les assurances sociales et l’assistance médicale gratuite. Il semble que Cachin ait énormément fait pour obtenir que le journal communiste donne des informations sur les assurances sociales, tout en montrant son hostilité à celles-ci. Ainsi lors de la réunion du Comité central du 31 août 1930, il demande la rédaction d’une « brochure simple » (Arch. IRM-IML, 380).

419 Maurice Boitel (1890-1978), avocat communiste collaborateur de Droit ouvrier, revue juridique de la CGT, depuis 1920 rédigée par René Bloch, avocat conseil de la CGT.

420 Sont publiés ce jour-là six décrets du ministère du Travail et de la prévoyance sociale fixant le régime des assurances sociales, en exécution de l’article 49 de la loi sur 30 avril 1930, pour les agents des grands réseaux, des chemins de fer secondaires et locaux, pour les salariés des collectivités locales, des entreprises de distribution du gaz et de l’électricité, les ouvriers de mines. Sont notamment inclus les conjoints, les enfants et les pupilles de la Nation dont ils sont tuteurs.

421 L’Humanité, le 2 décembre 1923, annonce sous le titre « La Presse et l’Argent » la « publication de documents tirés des archives secrètes du gouvernement impérial russe éclairant la triste mentalité, la triste moralité, la triste “honorabilité” de la presse française ». Le lendemain, un éditorial de Souvarine « Il faut détruire la presse vénale » prépare ses articles réguliers en première page, à partir du 5 décembre, sous le titre « Ce que les honnêtes gens doivent savoir. L’abominable vénalité de la presse française », remplacé, à partir du 7, par le seul titre « L’abominable vénalité de la presse française ». La parution est régulière jusqu’au 17 janvier 1924. Puis des interruptions interviennent (18, 20-31 janvier, 2, 5-15, 17 février). Le 13 mars la série reprend et à partir du 22 mars, le titre devient « L’abominable vénalité de la presse » ; Le dernier article de Souvarine date du 30 mars 1924. Selon J.-L. Panné, depuis longtemps Souvarine s’intéresse aux archives russes et a reçu, le 24 novembre 1921, du secrétariat international du parti communiste, la mission d’y trouver « les documents qui pourraient nous intéresser ». Il publie dès le 12 octobre 1923 dans l’Humanité, un article « Agents de change... Agents de chantage ! ».

422 La Librairie du travail, fondée par Marcel Hasfeld, en 1917, fonctionne comme une bibliothèque de prêt, publie des brochures pour le mouvement ouvrier, devient coopérative ouvrière d’édition. A partir de 1927-1928, les relations avec la CGTU et le parti communiste cessent. En 1923, paraît une brochure de 8 pages dans la série « Les Bonnes Feuilles », Correspondance d’Isvolsky : à la lumière des archives russes. La presse vendue. La Librairie du travail édite aussi en trois tomes et six volumes de 1922 à 1934, Un livre noir. Diplomatie d’avant-guerre et de guerre d’après les documents des archives russes (1910-1917). La correspondance d’Ivolsky. Démontrer la corruption du gouvernement russe pourtant gêne le gouvernement russe et le parti communiste ; il en résulte divers retards. Souvarine suit la fabrication de ces ouvrages jusqu’en 1927. En 1931, et sans le concours de Souvarine, selon J.– L. Panné, paraît un ouvrage de 452 pages dans la série « Études et Documents sur la guerre », Correspondance d’Arthur Raffalovitch. L’abominable vénalité de la presse (D’après les documents des archives russes).

423 A cette adresse, se situe le siège du syndicat CGTU des chemins de fer du Nord. Le paria du Rail est-il l’organe du syndicat CGTU du dépôt parisien de la Compagnie du Nord ?

424 Voir 3 juillet 1931.

425 Pierre Guilmain (1907, Paris), employé dans le VIIe. Célibataire, il habite chez sa tante.

426 Allusion à des faits précis : son arrestation, à la suite de la Conférence d’Essen (janvier 1923) destinée à s’opposer à l’intervention française en Ruhr, sa condamnation en octobre 1925 pour avoir publié dans l’Humanité, en juillet 1925, un appel du Comité central d’action contre la guerre du Maroc. Enfin, dans le but de préparer la Journée internationale contre la guerre du 1er août 1929, le 21 juillet, des dirigeants communistes sont arrêtés à Villeneuve-Saint-Georges. Après la faillite de la Banque ouvrière et paysanne, Cachin s’emploie alors à redresser le journal avec les Comités de défense de l’Humanité.

427 Cachin s’oppose à l’installation d’une succursale du pari mutuel dans le cinéma Capitole, 16 place de la Chapelle car il ne faut pas, selon lui, de PMU dans les quartiers ouvriers (L’Humanité, 3 mars 1931).

428 Les industries chimiques du Nord de Paris sont nauséabondes. Louis Chéronnet accorde un sort particulier à « l’air » d’Aubervilliers provoqué notamment par les « déchets des abattoirs » de la commune (Extra muros, Paris, Au sans pareil, 1929, p. 100).

429 Adresse du Grand hôtel de Besançon.

430 Léon Dhivert (1901, Haute-Vienne), employé de bourse.

431 Richard Cacheux (1879, Nord), garçon de recettes.

432 Maurice Cocard, né à Paris (XVIIIe), infirmier.

433 Selon les listes nominatives du recensement de 1931, à cette adresse demeurent Marcel François (1892, Ardennes), avec son épouse et ses deux filles.

434 Édouard Aget (1890, Nord), employé des douanes.

435 Adresse de l’hôtel de Bellevue.

436 Clémence Verdié (1878, Paris), employée de commerce. Son mari, peintre, est indiqué « décédé » sur les listes électorales de 1930.

437 André Boursin (1907, Paris), manœuvre.

438 Paul Régnier (1887, Russie), employé de bureau.

439 Armand Haddad (1888, Italie), marchand de vins.

440 Voltaire Nicaise (1904, Pas-de-Calais), papetier ; habite seul.

441 Adresse de l’hôtel Martin.

442 Fernand Gérard (1907, Paris), manœuvre, vit chez son beau-père avec son épouse, ouvrière lapidaire et son fils.

443 Marcel Lemoine (1889, Paris), représentant de commerce.

444 Amédée Dupré (1870, Saint-Fargeau, Yonne), employé aux établissements Gillet (XVe). Le secrétaire de la section socialiste SFIO de Saint-Fargeau, qui passe au parti socialiste de France en 1933, s’appelle Dupré.

445 Adresse du marchand de vins-hôtel Coudy.

446 Ce nom paraît pour la deuxième fois, voir fin juin 1931.

447 Marceau Philippe (1902, Paris), maçon.

448 Jules Paulard (1864, Vosges).

449 Denis Allanic (1883, Paris), limonadier.

450 Arthur Laurette (1886, Nord), employé aux chemins de fer du Nord, vit avec son épouse.

451 Adresse d’une marchande de vins, Madame Comte faisant pension.

452 Gaston Obeuf (1874, Pas-de-Calais), employé de commerce, vit avec sa femme et sa fille, sténo-dactylo.

453 L’Urbaine et la Seine, société d’assurances contre les incendies.

454 Georges Altmayer, un des fondateurs en 1929 du parti ouvrier paysan et responsable de Ça ira.

455 Louis Sellier, futur adversaire de Cachin aux élections législatives.

456 Marius Carlevan (1903-1990), cimentier, membre du parti communiste depuis 1924, habite la quartier de la Goutte-d’Or, secrétaire d’un Comité de défense de l’Humanité, entre au journal en 1929 comme inspecteur des ventes. Cachin vient parfois lui rendre visite quand il se rend dans le Sud-Est (Arch. IRM-IML, 469)..

457 Adresse du Consulat général de l’URSS (VIe arrondissement). Cet immeuble appartient à la représentation comerciale soviétique. A la fin 1930, la police signale que le consulat vient d’être transféré à l’ambassade, 79 rue de Grenelle (Appo, Ba 1707).

458 Marchand de vins, selon l’Almanach du commerce (1931).

459 Association qui comprend l’association bretonne du Gros-Caillou dont le siège est 9 rue Cler à Paris (VIIe arrondissement).

460 Un des numéros de téléphone qui figure en première page de l’Humanité.

461 Voir 7 janvier 1931.

462 Est-ce Joseph Lhostis, retraité qui habite avenue de la Caucade à Nice, après la Seconde Guerre mondiale, selon l’indicateur des Alpes-Maritimes. Selon l’indicateur de 1931, il n’y a pas de propriété Jacquinot au chemin de Sainte-Marguerite. Lhostis serait un communiste d’origine bretonne.

463 Adresse de l’hôtel-vins-restaurant Mouty.

464 Antoine Conso dit Toni (1882), marin.

465 Texte de la onzième et dernière thèse sur Feuerbach ; ces thèses, élaborées en 1845, sont publiées par Engels en 1888.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search